Issuu on Google+

 

       

                       

Centre de recherches pluridisciplinaires et comparatistes

                   

/LYUHWGHSUpVHQWDWLRQGHO·pTXLSHHWGHVSURJUDPPHV                                                                                                    En  partenariat  avec      

 

Novembre  2012  


2  


«L'Afrique   est   partie   prenante   du   monde  atlantique,   du   monde   méditerranéen,   des   espaces   arabe,   indien   et   indonésien.   Ce   n'est   pas   une   "aire   culturelle",   c'est   un   espace   continental   construit   historiquement,   c'est-­à-­dire   économiquement,   socialement   et   culturellement.   Cette   "invention"   a   son   histoire.   Mais   elle   ne   se   joue   pas   seulement   dans   le   regard   des   observateurs,   fussent-­ils   africains,   elle   se   joue   au   quotidien,   et   alors   les   espaces   se   démultiplient  du  plus  "universel"  au  plus  "singulier",  dans  le  cadre  d'une  histoire  "sociale"  au   sens  le  plus  englobant,  une  histoire  de  la  construction  des  liens  sociaux  de  toute  nature  et  des   formes  d'identités  et  de  vision  du  monde  qui  s'y  rattachent»   Jean-­Pierre  Chrétien,  «  Pourquoi  l'Afrique,  pourquoi  l'histoire  ?  »,  éditorial  du  n°  1  de  la  revue   Afrique  &  Histoire  (Paris,  Verdier),  2003  :  7.        

Le  Projet  LAM     Le  dispositif  bordelais  et  aquitain  de  recherche  et  de  formation  sur  l'Afrique  et  les  Suds  se  signalait  il  y  a  deux   ans  par  un  paradoxe  assez  singulier  :  une  densité  relativement  importante  de  chercheurs  et  d'équipes  (UMR   et   EA)   et   un   éparpillement   du   potentiel   qui   ne   servait   guère   son   efficacité,   sa   visibilité   nationale   et   internationale,  et  sa  lisibilité.  Cette  carence  avait  été  relevée  par  le  rapport  d'audit  du  PRES,  qui  préconisait,   pour  l'ensemble  des  SHS  du  site  bordelais,  une  rationalisation  et  un  regroupement  autour  de  quelques  thèmes   transversaux.  Ces  évolutions  étaient  également  vivement  souhaitées  par  le  CNRS.    

Ces  contraintes  ont  imposé  un  effort  de  réflexion  et  d'imagination  à  tous  les  acteurs  de  la  recherche  en  SHS   sur   le   site   bordelais   et   aquitain   et   ont   été   une   opportunité   pour   engager   une   recomposition   structurante   et   pertinente  en  termes  scientifiques  et  institutionnels  qui  a  donné  naissance  à  LAM.    

C'est   dans   cette   perspective   que   différentes   équipes   (CREPAO,   CEAN),   des   chercheurs   et   enseignants-­ chercheurs   membres   d'équipes   existantes   (en   géographie,   économie   du   développement,   anthropologie   et   sociologie  de  la  santé,  littérature,  aménagement  du  territoire)  travaillant  sur  l'Afrique  et  les  Suds  ont  participé  à   la  constitution  de  la  nouvelle  UMR  CNRS-­Sciences  Po  Bordeaux,  Les  Afriques  dans  le  monde,  dans  le  souci   de  capitaliser  un  savoir  et  une  compétence  qui  demandent  à  être  valorisés  dans  un  cadre  institutionnel  stable   et   motivant.   Cette   nouvelle   UMR   met   en   situation   de   dialoguer   des   chercheurs   et   enseignants-­chercheurs   issus   d'horizons   et   de   traditions   disciplinaires   différents   (histoire,   anthropologie,   droit,   sociologie,   science   politique,   géographie,   économie,   lettres)   qui   convergent   vers   l'analyse   du   politique   et   du   contemporain   au   sens  large  du  terme.    

Le   périmètre   scientifique   de   cette   nouvelle   UMR   est   substantiellement   élargi   puisqu'il   ne   concerne   plus   l'Afrique  subsaharienne  uniquement  mais  également  l'Afrique  du  Nord  et  le  Proche-­Orient,  les  Caraïbes  et  les   mondes  noirs  issus  de  la  traite  atlantique,  ainsi  que  les  sociétés  en  réseau  de  l'océan  Indien.    

Elle   compte   actuellement   15   enseignants-­chercheurs,   15   chercheurs   (12   CNRS,   3   FNSP),   9  ITA   (5   CNRS   dont   2   IR,   3   agents   MEN,   1   FNSP,   1   sous   contrat),   17   allocataires,   moniteurs   ou   ATER,   49   chercheurs   associés  qui  contribuent  pleinement  à  l'animation  scientifique  de  l'unité,  et  une  soixantaine  de  doctorants.    

Chercheurs  et  enseignants-­chercheurs  permanents   <www.lam.sciencespobordeaux.fr/chercheurs_enseignants.htm>   Doctorants  :  <www.lam.sciencespobordeaux.fr/espace_doctorants.htm>   Chercheurs  associés  :  <www.lam.sciencespobordeaux.fr/chercheurs_associes.htm>    

 

3  


Directrice  :  Céline  THIRIOT  (IEP  de  Bordeaux)   Directrice-­adjointe  :  Annie  CHÉNEAU-­LOQUAY  (CNRS)     ADMINISTRATION,  ÉTUDES,  DOCUMENTATION  ET  PUBLICATIONS   Attachée scientifique auprès de la direction (valorisation, RI, communication) Elizabeth  Vignati  (IR/CNRS)     Veille/suivi Contrats de recherche Délégué Cap Coopération   Pierre-­Jean  Roca  (IR/CNRS)  

Secrétariat de direction et des groupes de recherche Christiane  Andren  (Adj./MEN)     Secrétariat et gestion financière LAM-­UPPA Célia  Guénébaud  (50%)  

Responsable  LAM-­UPPA  :   Jérôme  Lafargue  (UPPA)  

Bibliothèque, documentation Françoise  Meynard  (BIBAS/ME)     Documentation / information scientifique et technique Marie-­Françoise  Palueau  (AI/CNRS)     Publication / Information scientifique et technique Christine  Cazenave  (IEHC/CNRS)  

 

Gestion financière et budgétaire Sonia  Le  Camus  Fitoussi  (TCE/CNRS)     Webmestre/Assistance micro-­informatique Chantal  Chaussy  (Adj.  principale/MEN)    

ÉQUIPE  DE  RECHERCHE   Équipe permanente CNRS   Vincent  Bonnecase  (CR)   Michel  Cahen  (CR  HDR)   Hélène  Charton-­Bigot  (CR)   Annie  Chéneau-­Loquay  (DR)   Christine  Chivallon  (DR)   Daouda  Gary-­Tounkara  (CR)   Maëline  Le  Lay  (CR)   René  Otayek  (DR)   Josiane  Tantchou  (CR)    

Sciences  Po  Bordeaux   Jean-­Philippe  Berrou  (MCF)   Dominique  Darbon  (Pr.)   Céline  Thiriot  (MCF)    

FNSP   Laurent  Fourchard  (CR)   Denis-­Constant  Martin  (DR)   Comi  Toulabor  (DR)    

Université  Bordeaux  3   Christian  Bouquet  (Pr.)   Bernard  Calas  (Pr.)   Dominique  Chancé  (MCF)   Elisabeth  Hofmann  (MCF)   Jeanne  Vivet  (MCF)    

Université  Bordeaux  IV   Bernard  Conte  (MCF)   Dominique  Deblaine  (MCF)   Jean-­Hervé  Jézéquel  (MCF)   Michel  Zerbato  (MCF)    

UPPA   Jérôme  Lafargue  (MCF)   Hervé  Maupeu  (MCF)   Christian  Thibon  (Pr.)    

Univ.  Montpellier   Jean-­Claude  Bruneau  (MCF)    

Post-­doctorants   Nicolas  Bouchet  (ANR)   Charlotte  Brives  (ANRS)   Sarah  Fichtner  (ANR)   Annick  Tijou  (Fondation  de   France)    

Emérites   François  Bart  (Pr.  Univ.  Bx  3)   Alain  Durand-­Lasserve  (DR  -­ CNRS)   Alain  Ricard  (DR  -­  CNRS)  

 

Membres associés Einas  Ahmed  (Univ.  Khartoum,  Cedej,  Le  Caire)   David  Ambrosetti  (CNRS)   Laurence  Ammour  (consultante  en  défense)   Nancy  Andrew  (Docteur  en  Socio.)   Jean-­Nicolas  Bach  (Docteur  en  Sc.  Po.)   Vincent  Bertout  (Docteur  en  Sc.  Po.)   Denise  Brégand  (Univ.  Paris  VIII)   Alain  Cazenave-­Piarrot  (UPPA)   Maïlys  Chauvin  (Docteur  en  Géographie)   Fernando  Chinchilla  (Univ.  Monterrey,  Mexique)   Jean-­Pierre  Chrétien  (Univ.  Paris  1,  émérite)   Christian  Coulon  (IEP,  émérite)   Virginie  Coulon  (Univ.  Bx  IV)   Chantal  Crenn  (Univ.  Bx  3/CNRS)   Ivan  Crouzel  (Docteur  en  Sc.  Po.)   Étienne  Damome  (Univ.  Bx  3)   Christine  Deslaurier  (IRD)   Anne  Doquet  (IRD)   Isabelle  Droy  (IRD)   Jean  Du  Bois  de  Gaudusson  (Univ.  Bx  IV)   Fred  Eboko  (IRD)   André  Etchelekou  (UPPA,  émérite)   Alioune  Fall  (Univ.  Bx  IV)   Marie-­Aude  Fouéré  (MAE)   Didier  Galibert  (Docteur  en  Ethno.  MEN)   Chrystelle  Grenier-­Torrès  (Docteur  en  Socio.)   Marc-­Éric  Gruénais  (IRD,  Univ.  Bx  Segalen)   Pauline  Guedj  (Lyon  2)   John  Heilbrunn  (School  of  Mines,  Colorado,  USA)   David  Howard  (Univ.  of  Edinburgh)   Alain  Kiyindou  (Univ.  Bx  3)   Annie  Lenoble-­Bart  (Univ.  Bx  3)   Jean-­Claude  Marut  (Docteur  en  géographie  MEN)   Anne  Maupin  (Docteur  en  Géographie)   Cédric  Mayrargue  (MAE)   Patrick  Mbataru  (Kenyatta  University)   Claire  Médard  (IRD)   Sophie  Moulard  (Docteur  en  Ethno.)   Musanji  Mwatha-­Ngalasso  (Univ.  Bx  3)   Evariste  Ngayimpenda  (UTL,  Burundi)   Cyriaque  Nzirorera  (Univ.  du  Burundi   Joëlle  Palmieri  (Docteur  en  Sc.  Po)   Patricia  Schermann  (Univ.  Federal  Sao  Paulo)   Marianne  Séverin  (Docteur  en  Sc.  Po)   Alice  Sindzingre  (CNRS)   0DUF6SLQGOHU 8QLYG¶8WUHFKW   Jean-­Marie  Théodat  (Univ.  Paris  1)  

Contrat doctoral / doctorat-­conseil / ATER    

   

Jean-­Nicolas  Bach,  ATER  IEP   Léa  Barreau-­Tran,  allocataire  MESR   Perrine  Bonvalet,  allocation  ANRS   Salim  Chenna,  ATER  IEP   Lucia  Direnberger  ATER  IEP   Elodie  Escusa,  allocataire  CR-­A   Clothilde  Hugon,  allocataire  CR-­A   Chloé  Josse-­Durand,  allocataire  MESR   C.  Kamariza-­Lespect,  allocataire   Cindy  Morillas,  allocataire  MESR   Halibu  Musah,  allocataire  MAE,  Ghana   Rozenn  Nakanabo  Diallo,  allocataire  MESR,   0DLVRQIUDQoDLVHG¶2[IRUG *-­B.)   Clélie  Nallet,  moniteur,  allocataire  MESR   Marième  Ndiaye,  ATER  IEP   Sébastien  Nicolas,  allocataire  MESR   Ndubueze  Nkume-­Okorie,  allocataire  MAE   Kadari  Traoré,  allocataire  MAE,  Mali  

STRUCTURES  PARTENAIRES     Cap  Coopération   Magalie  Noguès   Gabrielle  Obert   Lucie  Predinas     Genre  en  Action   Marie  Devers,  coordinatrice   Fany  Chabal  

4  


 

Programmes  de  recherches  des  membres  de  LAM  

 

  &RQVDFUpjOœpWXGHGXSROLWLTXHHQ$IULTXHOH&HQWUHGœpWXGHVGœ$frique  noire  (CEAN)  est  devenu  Les  Afriques   dans   le   Monde   (LAM)   en   2011.   Le   projet   scientifique   de   cette   nouvelle   UMR   trouve   son   origine   dans   une   commune   interrogation   sur   les   impacts,   effets   et   logiques   de   phÊnomènes   globaux   ou   globalisÊs   sur   des   rÊalitÊs  situÊes.  La  notion  de  globalisation  reste,  certes,  floue  et  sa  datation  discutable.  Les  Afriques  dans  le   monde  HQWHQGVœLQWpUHVVHUDX[FRQVpTXHQFHVSROLWLTXHVVRFLDOHVFXOWXUHOOHVHWVRFLR-­Êconomiques  de  cette   longue  histoire,  au  regard  notamment  des  relectures  actuelles  du  passÊ  (esclavage,  Antilles,  par  exemple)  et   des   nouvelles   dynamiques   dans   les   mondes   en   dÊveloppement,   des   Suds   et   Êmergents   (voir   www.lam.sciencespobordeaux.fr/projet  scientifique.htm).     /$0DFFXHLOOHGHVGRFWRUDQWVGHOœpFROHGRFWRUDOH63 6RFLpWp3ROLWLTXHHW6DQWpSXEOLTXH GHOœ,(3HWGHV universitÊs   Bordeaux   Segalen   et   Bordeaux   IV   DLQVL TXH GHV GRFWRUDQWV GH OœpFROH GRFWRUDOH 0RQWDLJQH HumanitÊs   de   Bordeaux   3   HW GH Oœ8QLYHUVLWp GH 3DX HW GHV 3D\V GH Oœ$GRXU.   En   pratique,   les   doctorants   accueillis  à  LAM  sont  ceux  dont  le  directeur  de  thèse  est  lui-­même,  sauf  exception,  membre  du  laboratoire.          

Axes  de  recherche    

&RQFUqWHPHQW OœRUJDQLVDWLRQ GX ODERUDtoire   se   fait   au   travers   de   trois   axes   qui   rassemblent   chercheurs,   enseignants-­chercheurs,  doctorants  et  chercheurs  associÊs.        

Axe 1 ³ Gouvernance, institutions, reprÊsentation Responsable  :  CÊline  THIRIOT  (IEP)    

Le  politique  dans  les  Afriques  (comme  danVOHVSD\VGX6XG HWQRWDPPHQWGDQVFHTXÂśRQDSSHOOHOHVeWDWV IUDJLOHVVÂśLQVFULWGDQVXQHFRQWLQXLWpIRUWHPHQWLQVWUXPHQWDOLVpHSDUOÂśHQVHPEOHGHVFDWpJRULHVGÂśDFWHXUVTXL\ LQWHUYLHQQHQW GHV G\QDPLTXHV LQWHUQHV HW H[WHUQHV ,O IDXW OH VDLVLUGDQV OÂśHntrelacs   des  espaces,   arènes  et   forums  nationaux  et  internationaux  qui  caractĂŠrisent  le  monde  de  la  globalisation  ¹  soulignĂŠ  dans  les  travaux   de  sociologie  politique  comme  de  relations  internationales.   Cette   imbrication   des   contextes   historiques   particuliers   et   des   enjeux,   normes,   rĂŠfĂŠrents   et   modèles   de   FRPSRUWHPHQWVHWGÂśDFWLRQVWUDQVQDWLRQDX[IDoRQQHOHVWUDMHFWRLUHVGHIDEULFDWLRQGHOÂśLQVWLWXWLRQHWGXFLWR\HQ dans   ces   Ă&#x2030;tats   fragiles.   Les   modalitĂŠs   du   politique   y   sont   marquĂŠes   par  des   dĂŠcalages   et   ruptures   et   sont   fortement  instrumentalisĂŠes  entre  les  dispositifs  externes  internalisĂŠs  (la  configuration  des  systèmes  normatifs   HW GH JRXYHUQDQFH VHORQ GHV UpIpUHQWV SURGXLWV j OÂśH[WpULHXU GHV VRFLpWpV  HW OHV GLVSRVLWLIV LQWHUQHV externalisĂŠs  (la  configuration  des  systèmes  normatifs  et  de  gouvernance  localement  produits  mais  intĂŠgrant   en  partie  variable  les  dispositifs  extĂŠrieurs).   3RXUFHODODSHUVSHFWLYHWKpRULTXHHPSUXQWHLFLjGHX[SDUDGLJPHVDVVH]GLIIpUHQWVSRXUOHVUHOLUHjOÂśDXQHGH FHTXÂśRQDSSHOOHŠOÂśDSSURFKHSDUOHEDVÂŞ   Âą   DÂśXQH SDUW j XQ HQVHPEOH GH WUDYDX[ SRUWDQW WDQW VXU OH 6XG TXH VXU OH 1RUG LQWHUURJHDQW OH SROLWLTXH j travers   la   notion   de   gouvernementalitĂŠ   proposĂŠe   par   Foucault.   Dans   cette   conception,   la   gouvernance   consiste   en   une   ÂŤ   conGXLWH GHV FRQGXLWHV ÂŞ FÂśHVW-­à-­dire   se   dĂŠvoile   dans   toutes   les   formes   et   relations   de   pouvoir  qui  orientent  et  mettent  en  forme  les  actions  des  autres.   Âą  DÂśDXWUHSDUWHQSHUFHYDQWOÂśLQGLYLGXFRPPHXQDFWHXUjSDUWHQWLqUHTXLFRQWULEXHDXWDQWjODSURGXFtion  des   FDGUHVGHOÂśDFWLRQTXÂśLOHQHVWOHSURGXLW WKpRULHGHODGRXEOHVWUXFWXUDWLRQFKH]*LGGHQV 8QHWHOOHDSSURFKH SHUPHW GH VÂśLQVFULUH GDQV XQ HQVHPEOH GH WUDYDX[ VXU OHV $IULTXHV FRQVDFUpV DX[ MHX[ GÂśDFWHXUV VXU OHV normes,  leur  production,  les  arbLWUDJHVDX[TXHOOHVHOOHVGRQQHQWOLHXDXSUqVGÂśDFWHXUVFRQIURQWpVjGLIIpUHQWV RUGUHV QRUPDWLIV GÂśDXWUH SDUW HOOH SHUPHW GH URPSUH DYHF OD GLFKRWRPLH ÂŤ   agency   Âť   /   structure   pour   se  

 


 

polariser  sur  les  processus  de  structuration  en  boucle  qui  font  des  citoyens  les  produits  et  les  producteurs  de   la  gouvernance.   Cet  axe  se  propose  donc,  dans  une  optique  multidisciplinaire  associant  historiens,  politistes,  anthropologues   HWMXULVWHVGœpWXGLHUODIDEULTXHGHVLQVWLWXWLRQVHWGHVFLWR\HQVGDQVFHVeWDWVHQGpYHORSSHPHQW,OVœDJLWGH dÊcrypter   les   dÊcalages   et   ruptures   normatifs   et   institutionnels,   de   circonstancier   leur   insertion   dans   des   GLVSRVLWLIVTXHOHXUVG\QDPLTXHVSDUWLFXOLqUHVQHSURGXLVHQWSDVPDLVGRQWOHXUVFLWR\HQVRXGœDXWUHVDFWHXUV externes   ne   cessHQW GH VœHPSDUHU eWXGLHU OH SROLWLTXH GDQV FH W\SH GH FRQILJXUDWLRQ VXSSRVH GH VH concentrer  non  plus  uniquement  sur  les  dispositifs  institutionnels  ou  sur  les  pratiques  sociales    informelles     ou  en  marge  du  politique  officiel,  quasi  marginales,  mais  bien  sur  les  manières  et  les  pratiques  sociales  qui   H[SULPHQWOHVHIIHWVGœLQFRUSRUDWLRQTXHSURGXLVHQWOHVGLVSRVLWLIVH[LVWDQWVHWOHU{OHVWUXFWXUDQWGHVDFWHXUV dans  leur  configuration.  Deux  principaux  ordres  de  questionnements  seront  privilÊgiÊs.     A.  La  gouvernance  politique  et  institutionnelle  de  sociÊtÊs  plurielles    

x Les  mutations  des  rÊgimes,  normes  et  procÊdures  de  rÊgulation  

 

/H FKRL[ GHV QRUPHV HW SURFpGXUHV QÂśHVW SDV QHXWUH ,O HVW WUDGLWLRQQHOOHPHQW DQDO\Vp HQ WHUPHV GH PLPpWLVPHV GÂśLQIOXHQFHV Ge   transferts,   de   projections   qui   sont   ou   ne   sont   pas,   en   partie   ou   en   totalitĂŠ,   UpLQYHQWpHV HW UpDSSURSULpHV &H IDLVDQW VRXV OÂśLPSDFW GHV WUDQVLWLRQV SROLWLTXHV GHV W\SHV RX VRXV-­types   nouveaux   de   rĂŠgimes   politiques   et   constitutionnels   apparaissent,   rĂŠvpODWHXUV GÂśXQ V\QFUpWLVPH SROLWLTXH HW MXULGLTXHHWSDUIRLVGÂśLQQRYDWLRQVMXULGLTXHVHWLQVWLWXWLRQQHOOHVŠGpPRFUDWLHVjDGMHFWLIVÂŞUpJLPHVK\EULGHV (Diamond).   Sous   ces   enjeux   de   labellisation   et   de   conformitĂŠ   (rĂŠelle   ou   factice)   Ă    certaines   demandes   externes,  se  rĂŠinventent  et  se  recyclent  acteurs  et  rĂŠgimes.   Quelle   que   soit   la   forme   institutionnelle   et   constitutionnelle   de   ces   rĂŠgimes,   comment   se   construisent   la   lĂŠgitimitĂŠ   et   le   processus   de   lĂŠgitimation   dans   ces   Ă&#x2030;tats   en   transformation   (problĂŠmatiques   de   WUDQVIHUWDSSURSULDWLRQGHPRGqOHVSUpJQDQFHGÂśDFWHXUVH[WHUQHVSUREOpPDWLTXHGHODFRQVROLGDWLRQ "   'DQV OD JOREDOLVDWLRQ SROLWLTXH GHV DQQpHV  HW  OD YRLH pOHFWRUDOH VÂśHVW LPSRVpH FRPPH OD VHXOH admise   pour  la   contestation   et   la   lĂŠgitimation  du  pouvoir   Âą   LO QÂś\D DXMRXUGÂśKXLSOXV JXqUH GH SD\V GÂś$IULTXH subsaharienne   sans   ĂŠlection,   mĂŞme   si   cela   ne   se   traduit   pas  forcĂŠment  par   des  alternances   politiques   plus   frĂŠquentes.   Les   ĂŠlections,   les   processus   ĂŠlectoraux   sont   devenus   des   enjeux   politiques   majeurs.   /ÂśRUJDQLVDWLRQPrPHGHVpOHFWLRQVHVWGHYHQXHXQWHUUDLQWUqVFRQWHVWpHQWUHOHVLQJpQLHULHVpOHFWRUDOHVGHV parties  en  prĂŠsence  et  celle  dĂŠployĂŠes  par  les  acteurs  internationaux.        

x La  reconfiguration  du  champ  politique  :  participation,  dÊ-­participation  et  citoyennetÊ.    

 

De  nouvelles  structurations  du  champ  politique  sont  apparues  dans  les  rÊgimes  issus  de  ces  libÊralisations,   DXWRXU GHV IRQFWLRQV GH PRELOLVDWLRQ GH UHSUpVHQWDWLRQ GœDJUpJDWLRQ HW GH PpGLDWLVDWLRQ GHV GHPDQGHV politiques.   Les   partis   politiques   sont   les   premiers   acteurs   de   ce   pluralisme   politique,   objets   dÊlaissÊs   à   redÊcouvrir.   Mais   au-­GHOj OHV FOLYDJHV HW PRELOLVDWLRQV SROLWLTXHV GRLYHQW rWUH H[DPLQpHV VRXV OœDQJOH GHV mobilisations   collectives,   de   la   sociologie   des   grRXSHV PDLV DXVVL GH OœKLVWRLUH DILQ GœHQ FRPSUHQGUH OœKLVWRULFLWpOHVILJXUHVHWUHJLVWUHVGXOHDGHUVKLSSROLWLTXHHWOHVUpSHUWRLUHVGœDFWLRQ   Après  les  transitions  politiques,  moments  de    dÊsectorisation    du  politique  (Dobry),  et  indÊpendamment  de   leur   issue   (nÊo-­dÊmocraties   en   consolidation   ou   reconfigurations   autoritaires),   comment   ensuite   se      resectorisent    les  sociÊtÊs  ?  Quel  espace  et  quel  rôle  les  organisations  de  la  sociÊtÊ  civile  (syndicats,  ONG,   associations)   peuvent-­elles   assurer   ?   Peuvent-­elles,   ou   non,   participer   ou   interfÊrer   dans   le   processus   dÊcisionnel   ?   On   touche   là   à   la   diversitÊ   des   modes   de   participation,   mais   aussi   de      dÊparticipation      politique.   (Q FRQWH[WH DXWRULWDLUH RX HQ FRQWH[WH GH SOXUDOLVPH FRPPHQW VœRUJDQLVHQW OHV Lnscriptions   des   individus   dans   les   espaces   ¹   politique,   Êconomique,   juridique,   social   ¹   de   citoyennetÊ   ?   Les   registres   de   ces   identifications  et  donc  des  mobilisations  sont  multiples  :  religieux,  sociaux,  culturels,  historiques,  Êconomiques   (sociaux-­professionnels).   Quelles   sont   les   combinaisons,   interfÊrences,   Êvictions   existantes   entre   ces   diffÊrents  registres  (place  du  religieux  dans  lHSROLWLTXHGHOœpFRQRPLTXH "   Le  dÊsendettement  massif,  la  revalorisation  des  cours  des  matières  premières,  la  montÊe  des  transferts  des  

 

6  


 

PLJUDQWVOHUHWRXUDXSDUDGLJPHGHODFRQVWUXFWLRQGHOÂśeWDWODŠJXHUUHJOREDOHFRQWUHOHWHUURULVPHÂŞVHVRQW combinĂŠs   depuis   le   dĂŠbut   des   annĂŠes   2000   pour   renforcer   certains   Ă&#x2030;tat   africains   Âą   et   les   rĂŠgimes   qui   les   contrĂ´lent.   Beaucoup   de   ces   rĂŠgimes   ont   fait   un   vĂŠritable   apprentissage   de   la   condition   dĂŠmocratique   (au   GRXEOHVHQVGXPRWŠFRQGLWLRQÂŞ TXÂśLOVRQWGÂ&#x20AC;FRQFpGHU&HUWDLQVGÂśHQWUHHX[RQWYpULWDEOHPHQWGRPHVWLTXp cette   condition   dĂŠmocratique,   combinant   en   des   configurations   diverses   violence   politique   tempĂŠrĂŠe,   manipulation   des   dispositifs   constitutionnels   et   juridiques,   microrĂŠglage   de   la   domination   ĂŠconomique,   FOLHQWpOLVDWLRQPDVVLYHUHODQFHGHOÂśeWDWGpYHORSSHPHQWDOUHWRXUDXŠELDLVXUEDLQÂŞHWSULVHGHFRQWU{OHGHV sitHV GÂśH[WUDYHUVLRQ RX GH SROLWLVDWLRQ SUHVVH 21* FKDPS UHOLJLHX[  /ÂśpWXGH GHV VWUDWpJLHV GH redĂŠploiement  des  Ă&#x2030;tats  africains  ¹  et  de  leur  impact  sur  la  vie  politique,  et  en  particulier  sur  la  dĂŠpolitisation,  à   OÂśDUWLFXODWLRQGHOÂśpFRQRPLHSROLWLTXHHWGHOÂśpFRQRPLHPRUDOHÂą  est  encore  à  faire.      

x /HV UHFRQILJXUDWLRQV GX SROLWLTXH VœLQVFULYHQW GDQV OœHVSDFH  UpRUJDQLVDWLRQV VSDWLDOHV GH OD gouvernementalitÊ,  environnement  et  dÊveloppement  durable  

 

$YHF OD FRQFHQWUDWLRQ XUEDLQH DFFUXH OÂśDGPLQLVWUDWLRQ GHs   populations   et   espaces   urbains   devient   une   problĂŠmatique   centrale,   reconnue   comme   essentielle   pour   la   croissance   ĂŠconomique   du   Sud   par   les   LQVWLWXWLRQV LQWHUQDWLRQDOHV 'HV QRUPHV GH JRXYHUQDQFH XUEDLQH FLUFXOHQW WpPRLJQDJH GH OÂśH[WUDYHUVLRQ GH ces  probOpPDWLTXHVIRUPDOLVDWLRQGÂśXQHJRXYHUQDQFHLQWHUQDWLRQDOHGHOÂśHQYLURQQHPHQWHWGXGpYHORSSHPHQW GXUDEOHV FRQVWLWXWLRQGÂśRUJDQLVDWLRQVLQWHUQDWLRQDOHVGHJRXYHUQHPHQWVORFDX[FLUFXODWLRQGHUHVVRXUFHV parfois  très  importantes  au  travers  des  coopĂŠrations  dĂŠcentralisĂŠes  ;Íž  pĂŠnĂŠtration  de  multinationales  dans  la   JHVWLRQGHOÂśXUEDLQHQLQWHUIpUHQFHDYHFOHVHQMHX[Ge  vie,  voire  de  survie,  locaux.   /DGpFHQWUDOLVDWLRQSROLWLTXHPLVHHQ°XYUHRXDXPRLQVDIILFKpHGDQVGHQRPEUHX[SD\VGX6XGVHYHXW une   IRUPH GH GpPRFUDWLVDWLRQ HW GH UHQIRUFHPHQW GH OÂśHIILFDFLWp GH OD JRXYHUQDQFH ORFDOH  FRQWRXUQHPHQW GÂśeWDWVFHQWUDX[LQHIILFDFHVHWFRUURPSXVVXEVWLWXWORFDOjXQHGpPRFUDWLVDWLRQDEVHQWHjOÂśpFKHOOHQDWLRQDOH proximitĂŠ   aux   besoins   locaux.   Derrière   ce   qui   est   devenu   un   vĂŠritable   label,   les   rĂŠalitĂŠs   observĂŠes   sont   FHSHQGDQW IRUW GLYHUVHV HW OH UHFRXUV j OÂśKLVWRLUH HW j OD VRFLRORJLH GHV pOLWHV j OD FXOWXUH SROLWLTXH RX j OD VRFLRORJLHGHVUpVHDX[VÂśLPSRVHQWSRXUDIILQHUOÂśDQDO\VHDX-­delĂ   des  aspects  formels  et  institutionnels.   /D JRXYHUQDQFH WHUULWRULDOH FRQGXLW j OÂśDQDO\VH GH OÂśRUJDQLVDWLRQ GX SRXYRLU j GHV QLYHDX[ GLIIpUHQWV GH SUR[LPLWp DX[ SRSXODWLRQV /HV DUUDQJHPHQWV ORFDX[ GH JRXYHUQDQFH VRQW PXOWLSOHV VÂśHQUDFLQDQW GDQV XQH histoire  locale  et  natLRQDOHXWLOLVDQWDXEHVRLQOHVUHVVRXUFHVGHOÂśDLGHLQWHUQDWLRQDOH,OVVRQWjUHSpUHUGDQV OHV UpSRQVHV HW OÂśDEVHQFH GH UpSRQVH  DSSRUWpHV SDU OHV FROOHFWLYLWpV WHUULWRULDOHV j OD TXHVWLRQ GX IRQFLHU OÂśDFFqVjODWHUUHODSURSULpWpGHODWHUUHOHORJHPHQW GHOÂśDFFqVjOÂśHDXGHOÂśDVVDLQLVVHPHQWGHVpQHUJLHV ou  de  la  sĂŠcuritĂŠ  des  biens  et  des  personnes.     B.  Ă&#x2030;tats  et  sociĂŠtĂŠs  face  aux  enjeux  contemporains    

x /œeWDWHQDFWLRQ  

 

,OVœDJLt  LFLGHVœLQWpUHVVHUjODJRXYHUQDQFHHWSOXVHQFRUHjODJRXYHUQHPHntalitÊ  (au  sens  de  Foucault)  :  la   UHGpFRXYHUWH GH OœeWDW GDQV OHVSUREOpPDWLTXHVGH UHFRQVWUXFWLRQHW GX UHQIRUFHPHQWGH FDSDFLWpV HWGH VD bureaucratie,  dans  un  contexte  de  dÊpolitisation.     /H Š EHVRLQ GœeWDW ª VHUD OX LFL QRQ VHXOHPHQW HQ WHUPHV GH UHQIorcement   de   capacitÊs   et   de   techniques   EXUHDXFUDWLTXHV PDLVj WUDYHUVOD SUREOpPDWLTXH GHOœLQFRUSRUDWLRQGH OD ILJXUHGH OœeWDWGH VHV QRUPHV HW rÊfÊrents   par   les   individus   censÊs   être   ÊrigÊs   en   administrÊs   et   en   citoyens.   ,O VœDJLUD LFL GH UHSUHQGUH GH   PDQLqUHFULWLTXHOHVFDWpJRULHVGœeWDWGUHVVpHVSDUOHVRUJDQLVDWLRQVLQWHUQDWLRQDOHV eWDWIUDJLOH failed  state,   weak  state,  shadow  state DXWUDYHUVGHVIDEULFDWLRQVUpFLSURTXHVGHVLQVWLWXWLRQVHWGHVFLWR\HQV   /œpWXGH GH OœDFWLRQ SXEOLTXH SHUPHWWUD de   tester   ces   modalitÊs   à   partir   de   politiques   publiques   sectorielles   spÊcifiques  (santÊ,  Êducation,  sÊcuritÊ,  amÊnagement  du  territoire)  au  travers  de  la  problÊmatique  du  framing   et  de  la  mise  sur  agenda.  Dans  un  contexte  de  gouvernance  fortement  extravertie,  les  temporalitÊs  officielles   des   politiques   (et   du   politique)   sont   dÊcalÊes   entre   acteurs   externes   et   internes,   dans   une   configuration   FRPSOH[H EXUHDXFUDWHVSHUVRQQHOVGHVDQWpGœpGXFDWLRQŠXVDJHUVªRUJDQLVDWLRQVVRFLDOHV21*26, experts  et  OI,  communautpVGœLQWpUrWWUDQVQDWLRQDOHV       

 

7  


 

x /œDGPLQLVWUDWLRQSRlitique  des  sociÊtÊs  plurielles    

/HV VRFLpWpV SROLWLTXHV VRFLpWpV GH Š FLWR\HQV ª DJLVVHQW DX VHLQ GH FDGUHV GœDSSDUWHQDQFH GH UHSUpVHQWDWLRQV HW GœDFWLRQV GpILQLVVDQW GHV FRQGLWLRQV GH possibilitÊs   et   des   catÊgories   de   pratiques   FRQFXUUHQWHV FœHVW-­à-­dire   à   la   fois   interchangeables,   cumulables   et      mÊtissables   .   Ces   dispositifs   et   ces   techniques  de  gouvernement  sont  à  la  fois  infra-­Êtatiques,  Êtatiques  et  transnationales  :  communautÊs  ethno4   UpJLRQDOHV UHOLJLHXVHV VRFLRSURIHVVLRQQHOOHV LGHQWLWDLUHV JpQpUDWLRQQHOOHV GH JHQUH &RPPHQW pYROXHQW FHVPRGDOLWpVGHVWUXFWXUDWLRQHWOHXUFRH[LVWHQFHDXVHLQGHVVRFLpWpVSOXULHOOHV"&RPPHQWOœeWDWJqUH-­t-­il  les   GLIIpUHQWV FDGUHV GœDSSDUWHQDQFH FRPPXQDXWDLUHV " &RPPHQW DSSDUDLVVHQW OœLQVWLWXWLRQQDOLVDWLRQ GœLQWHUORFXWHXUVUHSUpVHQWDWLIVGHODVRFLpWpFLYLOHQRWDPPHQWUHOLJLHXVHHWOHVPpFDQLVPHVGœDVVRFLDWLRQRX FRQVXOWDWLRQPLVHQSODFH FRUSRUDWLVPHVOREE\LQJV "&RPPHQWMRXHQWOHVPpFDQLVPHVGœDVVRFLDWLRQGHV dispositifs  locaux  de  gouvernance  et  de  dispositifs  importÊs  (par  exemple,  en  matière  de  rÊgulation  de  conflits,   GHUpJXODWLRQGHOœDFWLRQSXEOLTXH "      

x Les  Ă&#x2030;tats  entre  historicitĂŠ  et  temporalitĂŠs  

 

+LVWRULTXHPHQW OœeWDW QH SHXW VH   rÊduire   à   ses   services   administratifs   et   ses   diffÊrentes   Êchelles   de   JRXYHUQHPHQW/DFRPSUpKHQVLRQGHODIRUPDWLRQGHOœeWDWGDQVOHVVRFLpWpVGX6XGHWVLQJXOLqUHPHQWGDQV OHV$IULTXHVSDVVHSDUXQHDQDO\VHGHODFDSWXUHGHVUHVVRXUFHVGHOœH[WUDYHUVLon  sur  la  longue  durÊe,  de   OœpYHQWXHOFRQWLQXXPFRORQLDOSRVW-­colonial  dans  la  formation  des  services,  mais  aussi  par  la  comprÊhension   GHVGLVSRVLWLIVGHGpOpJDWLRQGHSRXYRLUVOœeWDWFRORQLDOpWDQWGHIDLWREOLJpGHWROpUHUHWGœXWLOLVHUGHVDXWRULWpV quL SRXYDLHQW QpDQPRLQV IDFLOHPHQW pFKDSSHU j VRQ FRQWU{OH URXWLQLHU 2Q SHXW GRQF VœLQWHUURJHU VXU OHV PXOWLSOHV RUJDQLVDWLRQV TXLRSqUHQWj OD IURQWLqUH GHVVHUYLFHV GH OœeWDWHWGH ODVRFLpWp HW TXL H[HUFHQW XQH autoritÊ  publique  reconnue  comme  telle  (institutions  scolaires    privÊes    et  ONG  subventionnÊes,  chefs  de   WHUUH HW DXWRULWpV IRQFLqUHV RUJDQLVDWLRQV GœDXWRGpIHQVH V\QGLFDWV FKHIIHULHV FKDPEUHV GH commerce   et   entreprises,  etc.).      

x Vivre  l'institution  au  "quotidien"  ODIDEULTXHGHOœLQVWLWXWLRn  

 

Il   s'agira   d'ĂŠtudier   ÂŤ   le   penser   Âť   et   ÂŤ   l'agir   Âť   des   acteurs   Ă    (ou   depuis)   tous   les   niveaux   sociaux   dans   l'institution  prise  au  sens  large  :  privĂŠ  ou  public,  payant  ou  gratuit,  banque,  Êcole,  hĂ´pital,  etc.  Collecter  les     dires    et  les    faires    des  usagers  (ceux  qui  y  viennent  pour  recevoir  quelque  chose)  et  des  usagers  (ceux   qui  y  sont  pour  donner  quelque  chose)  pour  reconstruire  les  relations  de  pouvoir,  reconsidĂŠrer  les  enjeux,  les   intĂŠrĂŞts,  la  notion  mĂŞme  de  pouvoir.  Ă&#x2030;tudier  le  vĂŠcu  de  l'institution  au    quotidien    à  partir  des  dires  et  des   faires  permet  de  construire  la  dimension  cognitive  pratique  de  l'institution  qui  façonne  la  cognition,  qui  formate   en   retour   les   actions   ;Íž   cela   permet   ĂŠgalement   de   repĂŠrer   les   dynamiques   d'institutionnalisation,   de   pĂŠrennisation.  Cela  permettra  de  rĂŠinterroger  la  littĂŠrature  existante,  pour  re-­tester  certaines  thèses  acquises,   comme  par  exemple  le  processus  de  rĂŠappropriation  de  l'institution  en  termes  de  rĂŠinvention,  etc.       ******     Axe 2 Âł Conflits, territoires, dĂŠveloppement Responsables   :   François   BART   (Univ.   Bordeaux   3),   HervĂŠ   MAUPEU   (UPPA)   &   Bernard   CALAS   (Univ.  Bordeaux  3)    

&RPPHQWSHQVHUGDQVOHV$IULTXHVGœDXMRXUGœKXLODTXHVWLRQGXWHUULWRLUHHWGXŠGpYHORSSHPHQWª"$ORUVTXH après  le  flottement  des  annÊes  1990,  le  continent  se  rÊinscrit  dans  les  affaires  internationales  comme  source   GœRSSRUWXQLWpV PDLV DXVVL GH ULVTXHV HW GDQV FHWWH VLWXDWLRQ GœH[WUDYHUVLRQ DFFHQWXpH OD TXHVWLRQ GHV WHUULWRLUHVVHSRVHDYHFXQHIRUFHVLQJXOLqUH,OVœDJLUDGRQFGœpWXGLHUOHVMHX[GœDFWHXUVOHXUVDVSLUDWLRQVHW OHXUV VWUDWpJLHV HW OHV WHQVLRQV TXœHOOHV VXVFLWHQW VXU OHV WHUULWRLUHV VLWHV R VH FURLVHQW OHV LGHQWLWpV HW OHV intÊrêts,   les   rÊseaux   commerciaux,   les   rÊgulations   et   les   projets   de   communautÊs   morales   ¹   la   dÊfinition   même  des  territoires,  leur  reprÊsentation  symbolique  comme  politique  est  bien  sÝr  le  premier  enjeu  des  luttes,   FRPPHHQWpPRLJQHODPRQWpHGHVUHYHQGLFDWLRQVDXQRPGHOœDXWRFKWRQLH2QSRUWHUDGRQFOœDWWHQWLRQjOD

 

8  


 

globalisation   des   territoires,   mais   aussi   à   leur   segmentation,   à   leur   recomposition   et   à   leur   rÊmanence,   au   dÊploiement   sur   ces   territoires   des   rÊformes   Êconomiques   et   financières,   mais   aussi   politiques   et   environnementales   (  projets      de   dÊveloppement,   gestion   durable,   dÊcentralisation,   idÊologies   du   dÊveloppement   communautaire).   Les   conflits   qui   se   nouent   autour   des   territoires   aboutissent   parfois   à   des   mobilisations  violentes,  qui  seront  Êgalement  ÊtudiÊes,  de  même  que  les  ordres  locaux  et  les  dynamiques  de   VWDELOLVDWLRQ/œREMHFWLf  est  ici  de  mettre  en  Êvidence  les  dynamiques,  modalitÊs  et  procÊdures  qui  prÊsident  à   OœLQVHUWLRQGHVWHUULWRLUHVGHV$IULTXHVGDQVOHPRXYHPHQWGHJOREDOLVDWLRQ&HWD[HVHUDVWUXFWXUpDXWRXUGH cinq  prioritÊs  de  recherche.     A.  CompÊtitions  et  collaborations  autour  des  biens  environnementaux    

'HSXLV OœpSRTXH FRORQLDOH Oœ$IULTXH HVW SHUoXH ¹   HW LQWpJUpH j OœpFRQRPLH PRQGLDOH ¹   comme   un   vaste   UpVHUYRLUGHPDWLqUHVSUHPLqUHVDJULFROHVPLQLqUHVRXpQHUJpWLTXHV$SUqVODFULVHTXœDWUDYHUVpHOHFRQWLQHQW daQV OHVDQQpHV HW OœpPHUJHQFH GHQRXYHOOHV JUDQGHV SXLVVDQFHVpFRQRPLTXHV DX 6XG IRUWHV consommatrices   de   matières   premières,   la   question   du   changement   climatique   et   la   montÊe   des   tentatives   LQWHUQDWLRQDOHV GH UpJXODWLRQ GH OœHQYLURQQHPHQW RQW EHDXFRXS IDLW SRXU UpLQVFULUH Oœ$IULTXH VHV UHVVRXUFHV naturelles  et  ses  rÊserves  environnementales  souvent  considÊrables,  au  F°XU  GHOœDFWXDOLWp   &HWWHDFWXDOLWpLPPpGLDWHjOœpFKHOOH-­PRQGHVœHPERvWHGDQVGHVKLVWRLUHVORFDOHVFRPSOH[HVHWYDULpHVTXL combinent   des   systèmes   fonciers   pluralistes   et   instables,   une   pression   dÊmographique   croissante   et   la   PRQWpH GH UHYHQGLFDWLRQV SROLWLTXHV DX QRP GH OœDXWRFKWRQLH GHV ]RQHV SpWUROLqUHV GX 1LJHULD DX EDVVLQ cacaoyer  ivoirien.  La  mise  en  °XYUH  de  la    responsabilitÊ  sociale  des  entreprises  ,  la  conservation  et  ses   transformations,   la   gestion   communautaire   des   ressources   (par   exemple   au   travers   des   aires   marines   protÊgÊes)   ou   encore   les   campagnes   internationales   pour   la   transparence   des   industries   extractives   sont   DXWDQWGœREMHWVGRQWOHVFKHUFKHXUVGRLYHQWVœHPSDUHU   Pour   analyser   les   mosaïques   socio-­territoriales   dessinÊes   par   ces   forces,   on   empruntera   aux   diffÊrentes   disciplines   ¹   OD UpIOH[LRQ JpRJUDSKLTXH HQ WHUPHV GœDFFHVVLELOLWp RX GH MXVWLFH VSDWLDOH OœpWXGH GHV  HIIHWV GœHQFODYH HW GH UHQWH OD VRFLRORJLH GHV PRELOLVDWLRQV LQWHUQDWLRQDOHV HW ORFDOHV RX HQFRUH OœDQDO\VH GH OD gouvernance  multi-­niveaux  et  des  rÊseaux  de  politique  publique.     B.  Terres  et  sociÊtÊs  paysannes  :  nouveaux  dÊbats    

Si   les   grandHV PpWURSROHV DIULFDLQHV HW OHV IRUPHV FXOWXUHOOHV TXL VÂś\ GpYHORSSHQW VXVFLWHQW XQ LQWpUrW FURLVVDQWLOLPSRUWHGHIDLUHUHWRXUVXUOHVFDPSDJQHVGÂś$IULTXHTXLRQWVRXYHQWpWpOHVJUDQGHVVDFULILpHVGHV tentatives   de   ÂŤ   dĂŠveloppement   Âť   menĂŠes   par   les   Ă&#x2030;taWV GHSXLV OÂśLQGpSHQGDQFH OÂśH[SORLWDWLRQ GHV UHQWHV agricoles   finançant   souvent   les   Ă&#x2030;tats   et   leurs   clientèles   urbaines.   Souvent   mal  placĂŠes   pour  dĂŠfendre   leurs   intĂŠrĂŞts  (on  se  rappellera  ce  que  Marx  disait  des  paysans  parcellaires),  condamnĂŠes  à  esquiver  le  pouvoir,  les   campagnes  sont  longtemps  restĂŠes  du  mauvais  cĂ´tĂŠ  de  la  citoyennetĂŠ  inĂŠgale,  hĂŠritage  colonial  signalĂŠ  dans   OÂś$IULTXHSRVWFRORQLDOHSDU0DKPRRG0DPGDQLHW$FKLOOH0EHPEH   Remises   au-­devant   de   la   scène   par   la   multiplication   des   acteurs   qui   convoitent   les   ressources   foncières,   alimentaires,   aquatiques   ou   en   biomasse,   par   le   dĂŠveloppement   des   plantations   (horticulture   kĂŠnyane,   par   exemple),   voire   de   dĂŠlocalisations   agricoles   gigantesques   (cas   malgache),   les   zones   rurales   connaissent   DXMRXUGÂśKXL pJDOHPHQW GHV IRUPHV GÂśXUEDQLVDWLRQ LQWHUPpGLDLUH (OOHV VRQW FRQQHFWpHV DX[ YLOOHV FRPPH DX monde   au   travers   des   nouvelles   technologies   de   communication   et   des   migrations   internationales   qui   se   JpQpUDOLVHQWSRXUDIIHFWHUDXMRXUGÂśKXLOÂśHQVHPEOHGHVWHUURLUV  et  remettent  en  question  les  notions  de  distance   et   de   prĂŠsence   ;Íž   elles   sont   ĂŠgalement   travaillĂŠes   par   la   relance   des   dynamiques   de   dĂŠveloppement   rural,   OÂśDFWLRQ GHV 21* HW GH OD FRRSpUDWLRQ GpFHQWUDOLVpH 'H TXHO GpYHORSSHPHQW FHV G\QDPLTXHV VRQW-­elles   porteuses   ?   Va-­t-­on   vers   une   fin   des   paysans   africains   avec   la   mise   en   °XYUH   GÂśXQH DJULFXOWXUH capitalistique  ?  Avec  quel  impact  social  et  politique  ?       C.  Richesse,  pauvretĂŠ,  inĂŠgalitĂŠs    

6L OœRQ D SX XQ WHPSV SHQVHU TXH OHV $IULTXHV pWDLHQW HQ YRLH GH GpFRQQH[LRQ GH OœpFRQRPLH-­monde,   les   annÊes  2000  ont  apportÊ  un  net  dÊmenti.  MalgrÊ  (ou  grâce  à  ?)  une  libÊralisation  Êconomique  ambiguÍ,  les  

 

9  


 

sites  classiques  de  diffĂŠrenciation  socio-­pFRQRPLTXHDXSUHPLHUFKHIGHVTXHOVOÂśeWDWRQWVXUYpFXjODFULVHHW GÂśDXWUHVFKHPLQVVHVRQWRXYHUWVRXPDVVLILpVSDUH[HPSOHYLDOHVPLJUDWLRQVLQWHUQDWLRQDOHVOÂśLQGXVWULHGH OÂśDLGH RXHQFRUH OÂśpFRQRPLH LOOpJDOH YRLUH OD YLROHQFH DUPpH 'DQV OH PrPH WHPSV OD Š SDXYUHWpÂŞ QRWLRQ pPLQHPPHQW SROLWLTXH HVW GHYHQXH OÂśREMHW GÂśactions   publiques   internationales   spĂŠcifiques.   Une   approche   LQWHUGLVFLSOLQDLUH SHUPHWWUD GH UpIOpFKLU DX[ G\QDPLTXHV GÂśHQULFKLVVHPHQW HW GH SDXSpULVDWLRQ HQ VXLYDQW essentiellement  deux  pistes.   2QVÂśDWWDFKHUDGÂśXQHSDUWjH[SORUHUOHVSURFHVVXVGÂśDFFXPXODWLRQHWOHXUVLPSOLFDWLRQVHQWHUPHVGÂśLQpJDOLWpV VRFLDOHV HW VSDWLDOHV 4XHOOHV VRQW OHV VWUDWpJLHV GHV DFWHXUV DIULFDLQV GH OÂśDFFXPXODWLRQ " ÂŹ TXHOV ULVTXHV (ĂŠconomiques,   mais   aussi   moraux   et   politiques)   sont-­ils   confrontĂŠs   et   comment   les   gèrent-­ils   ?   Si   les   DFFXPXODWLRQV DIULFDLQHV VXU OD ORQJXH GXUpH VH IRQW GÂśDERUG SDU OœŠ H[WUDYHUVLRQ ÂŞ OD FRQQH[LRQ DYHF OÂśpWUDQJHU TXHOV VRQW OHV VLWHV SULYLOpJLpV GHV DFFXPXODWLRQV FRQWHPSRUDLQHV Oes   organisations   et   les   rĂŠseaux  ?   2QVHSRVHUDGÂśDXWUHSDUWODTXHstion  des  inĂŠgalitĂŠs  et  de  la  relative  importance  de  la  pauvretĂŠ  dans  les  villes   GÂś$IULTXH&HOOHV-­ci,  dont  les  mutations  sont  particulièrement  rapides,  sont  en  effet  les  enregistreurs  privilĂŠgiĂŠs   GHV FRQWUDGLFWLRQV OLpHV j OÂśDFFXPXODWLRQ  WHUULWRLUHV SULYLOpJLpV GH OÂśDFFXPXODWLRQ HW HVSDFHV GH VD PDQLIHVWDWLRQ OHV YLOOHV GÂś$IULTXH VRQW WUDYDLOOpHV HQ SURIRQGHXU SDU OHV LQpJDOLWpV /H GpEDW FRQFHUQDQW OD PHVXUHGHODSDXYUHWpXUEDLQHHVWGHYHQXXQHQMHXSROLWLTXHLPSRUWDQWGHSXLVOÂśDGRSWLRQGHVŠ2EMHFWLIs  du   0LOOpQDLUH ÂŞ PDLV LO HVW SUREOpPDWLTXH QRWDPPHQW SXLVTXÂśLO QÂśH[LVWH SDV HQ $IULTXH VDXI H[FHSWLRQ GÂśRXWLOV VWDWLVWLTXHVILDEOHVVXUFHWWHTXHVWLRQ8QHDQDO\VHjOÂśpFKHOOHFRQWLQHQWDOHGHODSDXYUHWpXUEDLQHHVWGÂśDXWDQW plus   difficile  que   les  dĂŠfiQLWLRQV GH FH TXÂśHVW XQ ELGRQYLOOH RX XQ slum   varient   selon   les  Ă&#x2030;tats.   De  nombreux   chiffres  sur  le  nombre  de  pauvres  dans  les  villes  du  Sud  circulent  nĂŠanmoins  dans  le  monde  mĂŠdiatique  et   scientifique   :   une   analyse   critique   des   processus   de   dĂŠfinition   et   de   production   statistique   de   la   pauvretĂŠ   XUEDLQHSDUDvWGRQFLQGLVSHQVDEOHDXMRXUGÂśKXL     D.  SociĂŠtĂŠs  (in)civiles  :  violences  et  nĂŠgociations    

'HSXLVOÂśpSRTXH FRORQLDOHOH UHJDUGRFFLGHQWDO DVVRFLH YRORQWLHUV OœŠ$IULTXHÂŞj OD YLROHQFH VDQV GÂśDLOOHXUV voiUWRXMRXUVFHTXHOÂśH[SpULHQFHDIULFDLQHGHODYLROHQFHGRLWjODUHODWLRQDYHFOÂś2FFLGHQW0DLVLOIDXWDUULYHU au-­GHOjGH OÂśpYLGHQFH KXPDQLWDULVWH FRPSDVVLRQQHOOH j YRLU FRPELHQ OD YLROHQFH HW OHV FRQIOLWV QH VRQW SDV OÂśLQYHUVHGXŠGpYHORSSHPHQWÂŞPDis  bien  souvent  des  ÊlĂŠments  constitutifs  de  ce  dĂŠveloppement.   Toute  une   sĂŠrie  de  pays  africains   ont  traversĂŠ  une   phase   de   violence  politique   dans   les  annĂŠes  1990,  non   VDQV OLHQ DYHF OHV WHQVLRQV TXÂśRQW FRQQXHV DORUV OHV eWDWV HW OHV pFRQRPLHV GX FRQWLQHQW.   Ă&#x20AC;   la   suite   de   OÂśpFRQRPLVWH3DXO&ROOLHUXQHVpULHGÂśDQDO\VWHVRQWWHQWpGÂśDQDO\VHUOHVFRQIOLWVGÂś$IULTXHFRPPHGHVLPSOHV HQWUHSULVHVGHEULJDQGDJHVXVFLWDQWXQHYLYHFRQWURYHUVH2QVDLWPDLQWHQDQWFRPELHQOHVFRQIOLWVVÂśLQVFULYHQW non  seulement  dans  des  compĂŠtitions  strictement  Êconomiques,  mais  aussi  dans  des  luttes  autour  de  visions   GXGpYHORSSHPHQWGXWHUULWRLUHGHOÂśLGHQWLWpHWGHODMXVWLFHHQPDWLqUHGHUpSDUWLWLRQGHVUHVVRXUFHV Âą  bref,   TXÂśHOOHV VRQW KLVWRULFLVpHV 6L FHWWH OHFWXUH SOXV Š pSaisse   Âť   rend   maintenant   bien   compte   du   passage   Ă    la   guerre  dans  les  Afriques,  on  connaĂŽt  encore  mal  les  mĂŠcanismes  de  la  stabilisation  et  du  retour  à  la  paix.  On   VÂśDWWDFKHUD LFL j GHX[ SLVWHV SULQFLSDOHV  OÂśpODERUDWLRQ GHV RUGUHV ORFDX[ HW OÂśDFWLRQ LQWHUQationale   dans   les   conflits  africains.   7RXW GÂśDERUG RQ VÂśHIIRUFHUD GÂśDQDO\VHU OHV FRQIOLWV FRPPH PRPHQWV SRWHQWLHOOHPHQW SURGXFWLIV GÂśRUGUHV nouveaux.  Ainsi,  dans  les  conflits,  les  Êconomies  sont  rarement Â��dĂŠtruites,  mais  bien  plutĂ´t  recomposĂŠes  en   profondeXUGHVUHVVRXUFHVHWGHVUpVHDX[GÂśpFKDQJHVRQWGpWUXLWVPDLVGÂśDXWUHVDSSDUDLVVHQWWUDQVIRUPDQW OHV V\VWqPHV GH SUL[ HW OHV PpFDQLVPHV GH OÂśpFKDQJH SOXV ODUJHPHQW 'HV RUGUHV ORFDX[ pPHUJHQW progressivement,   nĂŠgociĂŠs   entre   les   groupes   armĂŠs   et   certains   acteurs   locaux   (commerçants,   hiĂŠrarchies   WUDGLWLRQQHOOHVRXFRPPXQDXWpV /ÂśpWXGHGHFHVPpFDQLVPHVTXLUHVWHQWVRXYHQWLQYLVLEOHVHQGHVVRXVGHOD ÂŤ   grande   politique   Âť,   est   centrale   pour   comprendre   comment   la   guerre   fonctionne   et   comment   la   paix  peut   venir.   (QVHFRQGOLHXRQSRXUVXLYUDOÂśpWXGHGHVWHQWDWLYHVLQWHUQDWLRQDOHVGHPLVHVHQRUGUHHQHIIHWGDQVOHXUV conflits  aussi,  les  Afriques  sont  traversĂŠes  de  part  en  part  par  les  forces  globales,  ONG  de  mĂŠdiation,  forces   de  paix  internationales  ou  africaines,  justice  internationale,  campagnes  autour  des  mines  antipersonnelles  ou   du  commerce  du  diamant.  En  partie  parce  que  la  sociologie  du  travail  international,  qui  est  forcĂŠment  multi-­

 

10  


 

sites  et  multi-­niveaux,  pose  des  problèmes  mĂŠthodologiques,  ces  tentatives  de  rĂŠgulation  et  leurs  effets  sont   encore   mal   connus   :   quel   impact   les   acteurs   internationaux   ont-­ils   vraiment   ?   Sont-­ils   toujours   les   ÂŤ   idiots   XWLOHVÂŞDXVHUYLFHGÂśDFWHXUVORFDX[SOXVLPSOLTXpVHWSOXVKDELOHVRXELHQOHVSLRQVGHVJUDQGHVSXLVVances  ?   Ă&#x20AC;  quelles  conditions  peuvent-­ils  influencer  le  jeu  ?       E.  Des  mĂŠtropoles  (dĂŠs)ordonnĂŠes    

/HFRQWLQHQWDIULFDLQHVWUHVWpjOœpFDUWGXGpEDWDFDGpPLTXHVXUOHVŠYLOOHVJOREDOHVªTXLDQLPHGHSXLVSOXV de   vingt   ans   les   Êtudes   urbaines   du   Nord.   Les   aQQpHV  PDUTXHQW QpDQPRLQV OH UHQRXYHOOHPHQW GœXQ intÊrêt  institutionnel  et  scientifique  pour  les  villes  du  Sud  à  la  faveur  des  rÊformes  de  dÊcentralisation  et  de  la   reconnaissance  par  les  institutions  internationales  du  poids  des  villes  du  Sud  dans  la  croissance  Êconomique   PRQGLDOH 3DU DLOOHXUV OœXUEDQLVDWLRQ Š QRQ PDLWULVpH ª GX FRQWLQHQW DIULFDLQ D VXVFLWp GHV LQWHUURJDWLRQV QRXYHOOHVVXUFHTXHVLJQLILDLHQWOœXUEDQLVPHOœLQIRUPHOHWOHGpVRUGUHDSSDUHQWGHVHVPpWURSROHVOHVRXEOLpV et  les  exclus  GHODPRQGLDOLVDWLRQDXUDLHQWWUDQVIRUPpOHVYLOOHVGX6XGHQELGRQYLOOHJOREDOOœLQIRUPDOLWpGHOD ville  ouest-­DIULFDLQHVHUDLWDXFRQWUDLUHjOœDYDQW-­JDUGHGœXQHŠPRGHUQLWpJOREDOLVDQWHªDORUVTXHODFDSDFLWp des   citadins   à   se   rÊapproprier   les   biens   culturels   du   monde   tÊmoignerait   de   la   mondialisation   avancÊe   des   YLOOHVGœ$IULTXH5pKDELOLWHUOœLQIRUPDOLWpRXYDQWHUOHVPpULWHVGXGpYHORSSHPHQWpFRQRPLTXHHWGpPRFUDWLTXH ORFDO SURFqGH FHSHQGDQW GœXQ SURFHVVXV GH GpSROLWLVDWLRQ GDQV OHTXHO OHV VROLGDULWÊs   locales   semblent   OœHPSRUWHUVXUOHVFRQIOLFWXDOLWpVSROLWLTXHV   /DSULRULWpLFLHVWSOXW{WGœDQDO\VHUOHU{OHGHVRUJDQLVDWLRQVFLWDGLQHVPLOLWDQWHVTXœHOOHVVRLHQWDVVRFLDWLYHV professionnelles,  ou  de  voisinage  (  vigilantes  ,  milices,  police  communautaire,  ONG,  associations  locales,   UpVHDX[GHVRFLDOLVDWLRQSROLWLTXHHWUHOLJLHXVHV TXLGpILHQWOœDXWRULWpSXEOLTXHVRLWSRXUEpQpILFLHUGœXQDFFqV privilÊgiÊ   à   ses   ressources   et   services,   soit   pour   supplÊer   ses   fonctions.   Ce   faisant,   ces   organisations   SURGXLVHQW XQH PXOWLWXGH GœRUGUHV SROLWLTXHV TXL FRQFXUUHQFHQW PRLQV OœeWDW HW OHV JRXYHUQHPHQWV ORFDX[ TXœHOOHVQHSDUWLFLSHQWGHOHXUŠIRUPDWLRQFRQWLQXHª(OOHVLQFDUQHQWHWYpKLFXOHQWGHVQRUPHVVRFLDOHVTXL tÊmoignent   des   divisions   anciennes   souvent   hÊritÊes   de   la   pÊriode   coloniale   (aÎnÊs   /   jeunes,   hommes   /   femmes,  migrants  /  citadins  de  vieille  souche,  ÊduquÊs  /  analphabètes),  divisions  qui  se  rejouent  nÊanmoins   sans  cesse  dans  la  pratique  quotidienne  notamment  entre  le  leadership  et  la  base.  Plus  gÊnÊralement,  elles   SURGXLVHQW GHV WHUULWRLUHV HVSDFHV FRQWU{OpV SDU FHV RUJDQLVDWLRQV RX HVSDFHV DXTXHO VœLGHQWLILH XQH population   selon   deux   des   principales   dÊfinitions   retenues   par   les   gÊographes)   qui,   à   première   vue,   accentuent   les   processus   de   divisions   spatiales   et   de   relÊgation   sociale.   Mais   ces   organisations   gÊnèrent   simultanÊment   des   appartenances   citadines,   citoyennes,   transnationales   parfois   vÊhiculant   un   imaginaire   cosmopolitain  qui  transcendent  ces  appartenances  territoriales  Êtroites  :  ce  prRFHVVXVUHVWHMXVTXœjSUpVHQW SHXpWXGLpjOœpFKHOOHGHVPpWURSROHVDIULFDLQHV       *****   Axe 3 ³ Culture, identifications, crÊation Responsables  :  Alain  RICARD  (CNRS-­IEP  /  LAM),  Dominique  CHANCE  (UniversitÊ  Bordeaux  3)    

,O VœDJLWGDQV OH FDGUH GHFHW D[HGœDSSUpKHQGHUOHV LQWHUDFWLRQV QRPEUHXVHVHW FRPSOH[HVHQWUH FXOWXUH identifications,   crÊation   (artistique,   littÊraire,   musicale,   thÊâtrale,   cinÊmatographique,   etc.)   et   changement   social,  tout  en  faisant  une  large  place  aux  TIC  dans  leur  articulation  à  la  gouvernance  et  en  ce  qui  concerne   OHVXVDJHVGRQWLOVIRQWOœREMHWGDQVOHVSD\VGHV6XGVHWQRWDPPHQWGDQVOHV$IULTXHV&XOWXUHLGHQWLILFDWLRQV HW FUpDWLRQ VRQW LFL SHUoXHV GœHPEOpH FRPPHGHV FRQVWUXFWLRQV KLVWRULTXHV HQ FRQVWDQWH UHFRPSRVLWLRQ au   rebours   de   toute   considÊration   culturaliste   ou   substantialiste.   En   apprÊhendant   ces   notions   de   manière   KLVWRULFLVpHRQVœHIIRUFHUDGHFRPSUHQGUHOHVOLJQHVGHIUDFWXUHHWGHVROLGDULWpVGHVVRFLpWpVpWXGLpHVHWOHV registres   utilisÊs   pour   structurer   cHV VRFLpWpV GœHQ FRPSUHQGUH OD JpQpDORJLH HW OœKLVWRULFLWp 8QH DWWHQWLRQ SDUWLFXOLqUH VHUD SRUWpH j OœDQDO\VH GHV FXOWXUHV SROLWLTXHV HW DX[ OLHX[ HW DFWHXUV GH OHXU IDEULFDWLRQ DLQVL TXœDX[LPDJLQDLUHVHWDX[UHSUpVHQWDWLRQV3RXUFHIDLUHRQSHXWSDVser  par  les  vecteurs  tels  que  les  langues,   la   littÊrature,   la   musique,   les   arts   et   le   cinÊma.   On   peut   Êgalement   passer   par   les   mÊdiateurs   tels   les  

 

11  


 

journalistes  et  les  mĂŠdias,  internet,  les  blogs,  et  Êchanges  via  les  TIC,  mais  aussi  les  Êcoles  et  plus  largement   OÂśpGXFDWLRQYLDOÂśpFROHHWHQGHKRUV   Dans  un  contexte  de  crise,  de  conflits,  de  tensions,  les  pratiques  de  crĂŠation  sont  une  expression,  mais  aussi   un   appel,   un   lieu   et   un   lien.   Ă&#x20AC;   nous   de   savoir   entendre   ces   appels,   repĂŠrer   ces   lieux   et   saisir   ces   liens   :   dimension   clairement   transdisciplinaire,   mais   aussi   transversale.   Cinq   grands   ordres   de   questionnements   structureront  cet  axe.     A.  Interroger  les  capacitĂŠs  des  acteurs  locaux    

Les  thèmes  de  l'autosuffisance,  de  la  self  reliance,  de    kujitegemea    (en  kiswahili  :    dÊpendre  de  soi-­même   )  ont  une  longue  histoire  politique  dans  les  Afriques.  Ils  mettent  l'accent  sur  l'initiative  des  acteurs  locaux,  sur   la   capacitÊ   à   compter   sur   ses   propres   forces.   Quand   les   ONG   parlent   aujourd'hui   de      renforcement   des   capacitÊs   ,   c'est   sur   ces   ressources   qu'elles   veulent   s'appuyer.   Ainsi   s'est   formÊ   le   concept   d'agency,   GLYHUVHPHQWWUDGXLWHQIUDQoDLVPDLVTXHGHVDQWKURSRORJXHVWUDGXLVHQWSDUŠDJHQFpLWpªHWTXHOœRQSHXW comprendre  comme  la  capacitÊ  à  agir.  Son  intÊrêt  est  de  mettre  l'accent  sur  les  initiatives  locales  ¹  naguère   on   aurait   dit   du      bas      !   ¹   et   de   ne   pas   se   limiter   au   domaine   politique,   de   montrer   que   la   capacitÊ   d'entreprendre   est   prÊsente   dans   le   domaine   Êconomique,   mais   aussi   culturel,   religieux,   voire   politique.   Le   terrain,  lieu  de  la  pratique,  est  le  lieu  de  l'initiative  :  l'information  s'acquiert  par  la  conversation  plus  que  par   l'observation.  C'est  de  cette  capacitÊ  à  vouloir  entreprendre  pour  crÊer  du  neuf  que  nous  voulons  partir.  Elle   est   saQV GRXWH DX F°XU GX VXFFqV GH OD QRWLRQ G agency   qui   substitue   à   l'afropessimisme   une   conscience   YLYH DFTXLVH VXU OH WHUUDLQ HW QRQ ORUV GH UHSRUWDJHV GHV HIIRUWV GHV DFWHXUV ORFDX[ ,O Qœ\ D Oj DXFXQH idÊalisation   des   pratiques   mais,   non   plus,   aucune   rÊduction   à   des   clichÊs   faciles,   laissant   percer   une   sentimentalitÊ  trouble  (  Arche  de  ZoÊ  )  ou  une  mise  en  scène  trompeuse  (  Cauchemar  de  Darwin  ).  Les   acteurs  de  terrain  ne  sont  pas  rÊduits  à  être  les  objets  de  forces  qui  les  privent  de  toute  capacitÊ  d'action.  Ce   point  est  celui  qui  fonde  notre  intÊrêt  de  recherche  :  mise  en  valeur  et  solidaritÊ  avec  les  acteurs  locaux.  C'est   Oj XQH TXHVWLRQ GLVFLSOLQDLUH DQWKURSRORJLTXH  PDLV DXVVL Š WUDQVGLVFLSOLQDLUH ª &œHVW OH PRPHQW GH OD  Š reconnaissance    des  acteurs.   Le   terrain   est   un   moment   d'expÊriences   et   une   pratique   d'interaction   cognitive   tout   à   fait   essentielle.   La   dÊfense  d'une  certaine    Êpaisseur    ÊpistÊmologique  du  terrain  est  un  point  qui  rassemble  les  membres  de   cette  nouvelle  UMR  :  l'opacitÊ  du  local  est  la  première  des  rencontres.     % 5H SHQVHUOœDUWLFXODWLRQGXORFDOHWGXJOREDO    

Le   contexte   des   relations   avec   les   Afriques   et   les   Suds   est   en   partie   bouleversÊ   par   les   technologies   de   OœLQIRUPDWLRQHWGHODFRPPXQLFDWLRQ 7,& ,O\DXQHIUDcture  numÊrique  dans  les  possibilitÊs  d'accès,  mais   des   modes   de   relations   nouveaux   se   crÊent   dans   cette   connectivitÊ   gÊnÊralisÊe   ;͞   ils   posent   la   question   de   nouvelles   solidaritÊs,   de   nouveaux   processus   de   crÊation,   voire   de   nouvelles   citoyennetÊs.   Le   terrain   est   à   situer  dans  cette  nouvelle  dimension.  Il  ne  suffit  pas  de  rester  devant  un  Êcran  pour  comprendre  ce  qui  fait   bouger   le   monde.   Il   y   a   plusieurs   façons   de      rÊifier      le   monde   :   le   considÊrer   comme   enfermÊ   en   communautÊs   closes   sur   leur   identitÊ,   mais   aussi   ne   le   percevoir   que   comme   un   ensemble   de   donnÊes   virtuelles.  Il  serait  absurde  de  penser  que  l'Êcran  ne  change  rien.  Par  exemple,  il  favorise  une  libertÊ  de  ton  et   de  titre  dans  les    journaux  par  terre    qui  reprennent  des  articles  sur  internet,  les  photocopient,  les  titrent  à   leur   façon,   les   disposent   sur   le   trottoir   et   les   vendent.   Fracture   numÊrique   et   fossÊ   mÊdiatique   sont   ainsi   comblÊs  par  un  seul  geste  de  ces  entrepreneurs  souvent  informels  ;͞  le  cybercafÊ  se  combine  avec  le  trottoir   comme   lieu   de   l'information   !   Tout   travail   sur   les   pratiques   culturelles   met   donc   en   jeu   cette   connectivitÊ   gÊnÊralisÊe   des   rÊseaux,   des      associations   ,   et   des   entrepreneurs.   Cela   a   des   consÊquences   sur   notre   relation   à   ces   problèmes   :   une   grande   diffusion   de   ces   problÊmatiques   suscite   un   intÊrêt   chez   nous,   qui   provoque   une  demande  d'expertise,   qui  aille   au-­delà  de   ce  que   l'Êcran   procure.  De   nouvelles   solidaritÊs   se   crÊent  tout  comme  des  malentendus  peuvent  se  nouer.   Des  usages  nouveaux  combinent  la  presse  locale  et  internet,  les  grands  rÊseaux  et  les  rÊseaux  locaux.  Les   UHODWLRQVHQWUHOHORFDOHWOHJOREDOVRQWjSHQVHUGDQVFHQRXYHDXFRQWH[WH6LOœRQDFFHSWHOœLGpHTXHQRXV travaillons   sur   des   pratiques   culturelles   et   non   sur   une   culture   homogène,   close   et   plaquÊe   sur   un   groupe   GpWHUPLQpHWTXœLOIDXWODFRQFHYRLUFRPPHOHVXJJpUDLW3DXO5LF°XUGDQVXQGHVHVGHUQLHUVWH[WHVFRPPH

 

12  


un   entrelacs   de   rayonnements   émanant   de   foyers,   se   mêlant   et   se   transformant   mutuellement   en   permanence,  la  question  des  changements  provoqués  par  les  nouvelles  TIC  prend  une  nouvelle  dimension,  et   les  processus  de  création  sont  mieux  inscriptibles  dans  une  chaîne  de  relations  local  /  global  /  local.     C.  Décrypter  et  traduire  les  systèmes  de  signes    

La   pensée   linéaire   qui   analysait   le   passage   de   l'oral   à   l'écrit   est   aujourd'hui   bousculée   par   de   nouvelles   pratiques   de   relation   entre   les   moyens   de   communication.   Ce   point   est   important   pour   les   actions   de   développement.  Il  impose  une  nouvelle  attention  aux  problématiques  de  l'alphabétisation  :  l'écriture  intervient   dans   un   contexte   culturel,   fait   l'objet   de   modes   d'appropriation   locaux,   segmentés,   répartis   sur   plusieurs   langues.  En  somme,  nous  avons  besoin  d'une  réflexion  plus  générale  sur  les  systèmes  de  signes  et  sur  leur   traduction.  Croire,  par  exemple,  que  la  francophonie  serait  un  atout  suffisant  de  communication  est  illusoire   dans  beaucoup  de  situations.  La  priorité  au  terrain,  la  méthode  de  la  conversation,  le  recueil  des  textes  et  leur   interprétation  font  éclater  les  disciplines  traditionnelles.  Les  notions  de  littérature  populaire,  d'oralité,  sont  très   mal   armées   pour   rendre   compte   de   ces   expressions.   De   plus,   ces   expressions   sont   souvent   le   lieu   d'une   remise  en  circulation  de  «  mythologies  »  (par  exemple  Chaka  et  la  royauté  zouloue,  Ogun  et  les  dieux  yoruba)   que   l'histoire   et   l'anthropologie   peuvent   interroger.   Les   schémas   linéaires   ne   rendent   pas   compte   de   ces   nouvelles   dimensions   de   la   mémoire.   Les   projets   culturels   impliquent   des   groupes   qui   veulent   être   vus,   entendus,   compris,   et   poursuivent   des   stratégies   sociales   et   politiques,   en   même   temps   que   des   projets   esthétiques.  Les  relations  entre  culture  et  politique  se  jouent  peut  être  d'abord  à  ce  premier  niveau  (local).  Les   expressions  artistiques  qui,  à  l'intérieur  des  pratiques  culturelles,  ont  leur  propre  autonomie  et  leur  historicité   ne   sont   pas   des   contenus  en  attente   d'analyseurs  et  d'interprètes   ;;   ce   sont  des  performances   qui  prennent   sens  en  tant  que  telles  et  par  rapport  à  leur  medium.  Les  artistes  veulent  être  compris  ainsi,  et  ils  ont  le  droit   de  réclamer  cette  forme  d'interprétation.  Il  y  a  une  autonomie  de  la  pratique,  dans  les  Afriques  aussi  !     D.  Des  dynamiques  Nord-­Sud  aux  dynamiques  Sud-­Sud    

Ces  processus  ne  sont  plus  à  considérer  dans  une  dimension  uniquement  Nord-­Sud  mais  aussi  Sud-­  Sud.  La   transversalité  des   relations   est   une   dimension   postcoloniale   très   importante   :   le  colonialisme   a   créé   partout   des   frontières  et  des  protections.   Ces   barrières   sont   très   fortes  et   sont   souvent  des   frontières  d'autant  plus   imperméables  qu'elles  sont  invisibles.  Ainsi,  les  conflits  des  Grands  Lacs  ont  bien  montré  qu'il  fallait  en  finir   avec  des  divisions  en  zones  d'influence  qui  empêchaient  de  voir  l'ampleur  des  déplacements  (de  pouvoir,  de   richesses,  de  population).  Les  rapports  linguistiques,  musicaux,  culturels  entre  les  pays  du  Sud  doivent  être   pris  en  compte  dans  leur  originalité,  leur  autonomie  et  leurs  dynamiques  propres.  Dans  cette  perspective,  le   chercheur  du  Nord  se  trouve  amené  à  considérer  sa  place  dans  l'économie  de  la  recherche.  Le  thème  de  la   réflexivité  de  la  recherche  est  une  exigence  politique.  Comment  se  construisent  nos  pratiques,  quelle  place  les   acteurs  du  Sud  y  tiennent-­ils  ?  Ne  donnons-­nous  pas  une  priorité  indue  à  ces  relations  Nord-­  Sud  qui  sont   fondamentales   dans   le   financement   mais   qui   risquent   de   perpétuer   des   situations   de   rente   scientifique   ?   Comment  essayons-­nous  d'aider  à  créer  de  nouvelles  structures  Sud-­Sud  ?  En  somme,  la  pratique  du  terrain   nous  impose  de  ne  pas  en  rester  au  local,  au  dialectal,  mais  de  considérer  le  véhiculaire,  le  global  dans  son   interaction  avec  le  local,  dans  la  tension  qui  lui  donne  sens.     (4XHVWLRQQHUOHVIDoRQVG¶HQWUHSUHQGUH    

Le  processus  de  création  peut  être  compris  comme  une  chaîne  du  sens  :  une  articulation  d'acteurs   multiples   qui  réinterprètent  et  re-­fabriquent  à  leur  manière  textes  et  objets.  La  création  culturelle  est  certes  toujours  et   partout  une  affaire  de  bricolage,  de  récupération,  de  détournement  et  d'appropriation.  Dans  des  Afriques  qui   ne   sont   plus   seulement   «   magiciennes   de   la   terre   »   mais   «   banlieues   »   et   «  miroirs   du   monde   »,   les   thématiques  des   identifications   et  de   la   créolisation   sont   ici   les   plus  pertinentes.  Une   sociologie   des   façons   d'entreprendre  permet  de  comprendre  comment  se  distribuent  les  pratiques  culturelles  :  il  y  a  des  pratiques   artisanales  et  des  pratiques  de  masse.  Il  y  a  une  chaîne  de  la  production  culturelle  ±  une  chaîne  du  sens  :  on   peut   appeler   cela   des   processus   de   création.   Une   attention   particulière   sera   portée   aux   processus   de   mobilisation   identitaires   ±   ethniques   ou   religieuses   ±,   aux   «   niveaux   de   diasporas   »   (noires,   caribéenne,  

 

13  


 

DIULFDLQH LVVXHVGHODWUDLWHVHUYLOHHWGHVpPLJUDWLRQVHWUp-­pPLJUDWLRQVUpFHQWHVPrPHVœLOHVWHQWHQGXTXH toute   migration   ne   produit   pas   de   diaspora.   Les   acteurs   de   ces   processus   ¹   entrepreneurs   politiques,   Êconomiques,   sociaux,   religieux   ¹   et   leurs   ressources,   les   cadres   institutionnels   et   formes   GœLQVWLWXWLRQQDOLVDWLRQ GH FHV HVSDFHV PRGHV HW SURFHVVXV GœLGHQWLILFDWLRQ HW GH PRELOLVDWLRQ VHURQW pWudiÊs   selon  une  double  approche  :  par  le    haut    et  par  le    bas  ,  et  en  fonction  des  interactions  permanentes   entre  sociÊtÊ  politique  et  sociÊtÊ  civile.   &UpDWLRQHVWXQWHUPHJpQpULTXHLOSHXWVœDSSOLTXHUDX[SURGXFWLRQVFXOWXUHOOHVPDLVDXVVLELHQDu  politique,   jOœpFRQRPLTXHRXDXVRFLDOHOOHHVWOHUpVXOWDWGHOœDSSOLFDWLRQGDQVGHVV\VWqPHVGHFRQWUDLQWHVGRQQpV Š FRQWH[WHª GHODFDSDFLWpGœagency  des  acteurs  sociaux,  qui  se  dÊploie  dans  les  interactions  qui  les  associent   ;͞  la  crÊation  laissHGHVWUDFHVTXHOœRQYDWURXYHUQRWDPPHQWGDQVOHVSUDWLTXHVHWOHVSURGXFWLRQVFXOWXUHOOHV (au   sens   le   plus   large   du   terme,   y   compris,   par   exemple   la   religion,   mais   ce   peut   être   aussi   le   travail   sur   OœHVSDFH SUDWLTXHVHWSURGXLWVFXOWXUHOVVRQWOœXQGHVFKDPSVGœLQYHVWLJDWLRQGDQVOHVTXHOVLOHVWSRVVLEOHGH dÊcouvrir   des   reprÊsentations   sociales,   notamment   du   politique   (de   la   sociÊtÊ,   de   son   organisation,   de   ses   hiÊrarchies)  et  des  codes  symboliques  qui    Êpaississent    les  points  de  vue  des  acteurs  et  les  manières  dont   ils  sont  transmis  dans  une  perspective  etic  /  emic.  Les  reprÊsentations  que  se  font  les  acteurs  (emic)  sont  un   GRPDLQH LQGLVSHQVDEOH GœLQYHVWLJDWLRQ SRXU FRPSUHQGUH FRPPHQW LOV VH SRVLWLRQQHQW GDQV OD VRFLpWp R LOV vivent,   comment   ils   \ HVWLPHQW OHXU FDSDFLWp GœDFWLRQ auto-­dÊfinition   GH Oœagency)   et,   en   fonction   de   cette   HVWLPDWLRQSUHQQHQWGHVGpFLVLRQVGœDFWLRQRXQRQFœHVWjSDUWLUGHVUHSUpVHQWDWLRQVTXHVHIRQWOHVDFWHXUV (emic)   TXH OœREVHUYDWHXU SHXW FRQVWUXLUH OHV UHSUpVHQWations   des   acteurs   (etic)   HW GH OHXU VRFLpWp TXœLO YD diffuser  dans  ses  travaux.          

 

Les  programmes  en  cours    

x  Nouvelles   dynamiques   socio-­Êconomiques   en   Afrique   et   Êmergence   de   la   catÊgorie     classes   moyennes    (Dominique Darbon & Comi Toulabor)    

Les   mutations   Êconomiques   des   Afriques   au   cours  des   15   à   20   dernières   annÊes,   la   remise   en   cause   des   formes   classiques   de   lutte   contre   la   pauvretÊ,   notamment   sur   le   continent,   et   la   dilution   de   la   notion   particulièrement   floue   de     sociÊtÊ   civile     ont   suscitÊ   un   nouvel   engouement   pour   ce   que   la   littÊrature   Êconomique   de   vulgarisation   et   les   documents   des   organisations   internationales   appellent   les     classes   moyennes  .   ConsidÊrÊe   comme   la   grande   nouveautÊ   des   annÊes   2000   dans   les   pays   Êmergents,     OœpPHUJHQFH     des   classes   moyennes   est   dÊsormais   identifiÊe   et   annoncÊe   en   Afrique   comme   un   phÊnomène  inÊluctable  et  massif  permettant  de  prÊvoir  en  raison  des  corrÊlations  positives  systÊmatiquement   postulÊes  entre  ces  classes  et  le  dÊveloppement  Êconomique  et  politique  une  expansion  et  une  stabilisation   GHOœHQVHPEOHGXFRQWLQHQW/HSURMHWFRQVLVWHjLGHQWLILHUOHUpDOLWpGHFHSKpQRPqQHGœpPHUJHQFH  ;͞  à  dÊvoiler   OHV SURFHVVXV GH FUpDWLRQ GH FHWWH FDWpJRULH GH OœHQWHQGHPHQW  ;͞   à   identifier   la   composition   sociologique   de   cette     classe     et   à   en   Êtudier   les   significations   et   impacts   sur   la   sociÊtÊ,   les   institutions   et   les   rÊgimes   politiques   des   SXGV /œ$IULTXH HVW OH F°XU GHV DQDO\VHV PDLV VXU OD EDVH GœXQH DQDO\VH FRPSDUDWLYH internationale  systÊmatique.    

  x  Politiques   publiquHV 5pIRUPH GH OœDGPLQLVWUDWLRQ   et   transformation   de   la   fonction   publique   (Dominique Darbon)  

/ÂśDQDO\VHGHVSROLWLTXHVSXEOLTXHVHWGHOÂśDFWLRQSXEOLTXHHVWDXF°XUGHVWKpPDWLTXHVHWGHVPpWKRGRORJLHV GÂśDQDO\VH GH OD VFLHQFH SROLWLTXH /H SURMHW HQ FRXrs   depuis   plusieurs   annĂŠes   vise   Ă    tester   cette   approche   dans  les  Ă&#x2030;tats  et  sociĂŠtĂŠs  fragiles  et  à  en  discuter  les  outils  et  la  pertinence  dans  ces  contextes  particuliers.   &HWWHSHUVSHFWLYHSHUPHWGHGLVFXWHUjQRXYHDXGHODTXHVWLRQGHOÂśĂ&#x2030;tat    à  agir  ,    à  faire  ,    à  produire  des   policies  ,   dans   les   Ă&#x2030;tats   et   sociĂŠtĂŠs   fragiles     en   privilĂŠgiant   deux   perspectives   spĂŠcifiques  :   celle   de   la   capacitĂŠ  organisationnelle,  institutionnelle  et  managĂŠriale  des  appareils  de  gestion  HWFHOOHGHOÂśLQWHUDFWLRQ

 

14  


 

avec   les   mobilisations   des   citoyens   et   usagers   ou   ressortissants,   ĂŠlĂŠment   dĂŠcisif   de   la   construction   LQVWLWXWLRQQHOOH&HWWHDQDO\VHVÂśLQWpUHVVHDLQVLDXÂŤ  state  at  work    en  se  polarisant  à  la  fois  sur  OÂśpWXGHGHV DGPLQLVWUDWLRQVOÂśDQDO\VHGHVSROLWLTXHVVHFWRULHOOHVOÂśLQWHUSUpWDWLRQGHVLQWHUDFWLRQVHQWUHOHVŠ  citoyens    et   OHV UHVVRUWLVVDQWV HW OHV DSSDUHLOV GÂśDGPLQLVWUDWLRQ OÂśpWXGH GH OÂśLQIOXHQFH H[WpULHXUH VXU OD GpILQLWLRQ GHV DJHQGDV HW GHV PRGHV GÂśDFWLRQ GHV DFWHXUV OÂśDQDO\VH GHV UpIRUPes   organisationnelles   dans   les   Ă&#x2030;tats   et   sociĂŠtĂŠs   fragiles.   Ce   projet   est   associĂŠ   Ă    un   programme   de   formation   de   formateurs   en   administration   et   PDQDJHPHQW GH UHVWUXFWXUDWLRQ GÂśXQ FHQWUH GH IRUPDWLRQ DGPLQLVWUDWLI HW GH IRUPDWLRQ GH IRQFWLRQQDLUHV HQ GuinĂŠe.   x  La   fabrique   des   politiques   de   lutte   contre   la   faim   entre   savoirs   experts   et   mobilisations   sociales   (Vincent Bonnecase, Chantal Crenn & Jean-­HervĂŠ JĂŠzĂŠquel)   La  faim  rĂŠapparaĂŽt  comme  un  problème  majeur  en  ce  dĂŠbut  de  XXI e  siècle.  Alors  que  les  experts  rĂŠunis  au   VHLQ GHV FRQIpUHQFHV LQWHUQDWLRQDOHV RQW PXOWLSOLp GHSXLV SOXVLHXUV GpFHQQLHV OHV GpFODUDWLRQV GÂśLQWHQWLRQ SURPHWWDQWOÂśpOLPLQDWLRQRXODUpGXFWLRQSURFKDLQHGHODVRXV-­alimentation  et  de  la  malnutrition  dans  le  monde,   la   rĂŠcurrence  des   crises  alimentaires   HW OD PXOWLSOLFDWLRQ GHV PDQLIHVWDWLRQVGH FROqUH IDFHj OÂśDXJPHQWDWLRQ GHV FRXUVGHV GHQUpHV YLYULqUHV VHPEOHQW VDQFWLRQQHU OÂśpFKHF GHV SROLWLTXHV HQ OD PDWLqUH /ÂśREMHFWLI GH FH SURMHWHVW GÂśDPRUFHUXQH UpIOH[LRQDXWRXUGHV PRGDOLWpV FRQFUqWHV GÂśpODERUDtion   des   politiques  nationales   et   LQWHUQDWLRQDOHVFRQWUHODIDLPGXGRXEOHSRLQWGHYXHGHOÂśH[SHUWLVHHWGHVPRELOLVDWLRQVVRFLDOHV,OSDUWGH OÂśK\SRWKqVH TXH FHV SROLWLTXHV ORLQ GÂśrWUH FRQGLWLRQQpHV SDU OD VHXOH UpDOLWp DOLPHQWDLUH RX QXWULWLRQQHOOH dĂŠpendent   de   paramètres   extra-­DOLPHQWDLUHV SDUPL OHVTXHOV OHV PRELOLVDWLRQV HW OD SURGXFWLRQ GH OÂśH[SHUWLVH MRXHXQU{OHLPSRUWDQW/HSURMHWODQFpHQVHSWHPEUHSUpYRLWOÂśRUJDQLVDWLRQGÂśXQHSUHPLqUHFRQIpUHQFH internationale   en   janvier   2013.   Si   les   WHUUDLQV j OÂśpWXGH VH VLWXHQW SULQFLSDOHPHQW HQ $IULTXH HW DX 6DKHO HQ SDUWLFXOLHU GÂśDXWUHV ]RQHV GH UHFKHUFKH SRXUURQW rWUH HQYLVDJpHV j GHV ILQV FRPSDUDWLYHV 7RXWHV OHV GLVFLSOLQHV GH VFLHQFHV KXPDLQHV HW VRFLDOHV SHXYHQW rWUH FRQFHUQpHV PrPH VL OÂśDFFHQW HVW SRXU OÂśKHXUH GDYDQWDJHPLVVXUODVFLHQFHSROLWLTXHOÂśKLVWRLUHHWOÂśDQWKURSRORJLH     x  Les   politiques   d'exclusion   xĂŠnophobe   en   Afrique   :   mobilisations,   ordres   locaux   et   violence   (Laurent Fourchard & AurĂŠlia Segatti)  ANR  Xenafpol,  2011-­2013   Alors   que   la   population   africaine   continue   de   croĂŽtre   et   de   se   dĂŠplacer,   les   sociĂŠtĂŠs   africaines   ont   vu   leur   hĂŠtĂŠrogĂŠnĂŠitĂŠ  sociale,  culturelle,  linguistique  et  Êconomique  augmenter.  Des  mouvements  migratoires  rĂŠcents,   volontaires  ou  sous  contrainte,  et  les  formes  GÂśLQFOXVLRQHWGÂśH[FOXVLRQTXLOHVDFFRPSDJQHQWFRQWULEXHQWjXQH UHGLVWULEXWLRQUDSLGHGXSRXYRLUHWGHOÂśHVSDFHTXL,  HQPrPHWHPSVTXÂśHOOHVHIDLWWUqVYLVLEOH,  est  encore  mal   FRPSULVH&HSKpQRPqQHHVWDXMRXUGÂśKXLSDUWLFXOLqUHPHQWYLVLEOHGDQVGLIIpUHQWs  pays  du  continent  en  raison   des  violences  visant  plus  spĂŠcifiquement  des  Êtrangers  ou  des  groupes  identifiĂŠs  comme  Êtrangers  ethniques,   politiques   ou   religieux.   Ce   projet   a   pour   objectif   de   documenter   ces   phĂŠnomènes   dans   deux   domaines   en   particulier  GÂśXQHSDUWHQFHTXLFRQFHUQHOHVG\QDPLTXHVVRFLDOHVjOϡXYUHVXUOHFRQWLQHQWDIULFDLQHQWUH autochtones  et  allochtones,  nationaux  et  Êtrangers  GÂśDXWUHSDUWHQFHTXLFRQFHUQHOHU{OHGHOÂśĂ&#x2030;tat  dans  la   gestion   de   la   diversitĂŠ  et   des   diffĂŠrenciations   socio-­Êconomiques.   Le   projet   vise  donc  aussi  à   interroger  les   XVDJHV FRPPXQV HW VFLHQWLILTXHV GHV QRWLRQV GH [pQRSKRELH DXWRFKWRQLH LQGLJpQpLWp HWKQLFLWpÂŤ ,O VH GLIIpUHQFLH GH OÂśpWXGH GHV JURXSHV YLROHQWV FKHUFKDQW j FRQTXpULU OHV SRXYRLUV FHQWUDX[ UpJLonaux   ou   QDWLRQDX[HWGHVDSSURFKHVHQWHUPHVGÂśpFRQRPLHGHJXHUUHGHFRQIOLWVDUPpHVRXGH Up pPHUJHQFHGHV milices  dans  les  contextes  de  dĂŠmocratisation.  Trois  questions  de  recherche  principales  orientent  les  travaux   du  programme  :  1/  /ÂśKLVWRULFLWpOHUDSSRUWjOÂśHVSDFHHWDXSRXYRLUGDQVODSURGXFWLRQGHSROLWLTXHVGÂśH[FOXVLRQ 2/  Les  formes  de  mobilisation,  de  contre  mobilisation  et  de  dĂŠmobilisation  3/  /DFRQVWUXFWLRQGHOÂśĂ&#x2030;tat  entre   retrait  et  enracinement.  Le  programme  est  centrĂŠ  sur  quatre  pays   (Nigeria,  Afrique  du  Sud,  Kenya  et  RDC)   PDLVSHXWLQFOXUHGÂśDXWUHVSD\VGDQVOHFDGUHGÂśXQPpPRLUHGHPDVWHU    

 

15  


 

x  Ă&#x2030;tat  en  action  -­  Ă&#x2030;tat  en  consolidation  :  perspectives  croisĂŠes  à  partir  du  Mali  (CĂŠline Thiriot)  

Après   quelques   dĂŠcennies   de   dĂŠlaissement,   voire   de   contournement,   des   Ă&#x2030;tats   du   sud   dans   le   cadre   du   ÂŤ  consensus  de  Washington  ,  les  diffĂŠrents  acteurs  de  la  coopĂŠration  avec  ces  pays  du  Sud  ont  redĂŠcouvert   ODQpFHVVLWpGHOÂśĂ&#x2030;tat,  interlocuteur,  rĂŠgulateur,  gestionnaire,  dispensateur  et  garant  de  biens  publics.  Ce  projet   VH SURSRVH GH UHYHQLU j OÂśDQDO\VH GH OÂśĂ&#x2030;tat.   Au-­GHOj GH VRQ DVSHFW LQVWUXPHQWDO TXL VÂśLQFDUQH GDQV OD IRUPXODWLRQGXFRQFHSWGœŠ  Ă&#x2030;tat  fragile  ªFÂśHVWOÂśpWXGHGHŠ  OÂśĂ&#x2030;tat  en  action  ªWHOTXÂśLOIRQFWLRQQHUpHOOHPHQWHW non  pas  tel  qXÂśLOGHYUDLWrWUHRXHVWPRGpOLVpTXLLPSRUWH   Cet  Ă&#x2030;tat  en  action  peut  se  saisir  au  travers  des  usages  gĂŠnĂŠrĂŠs  tant  par  les  administrĂŠs  que  par  ses  agents   HQpWXGLDQWODUHODWLRQTXLVHFUppHHQWUHOHIRQFWLRQQDLUHDXJXLFKHWHWOÂśXVDJHUSDUH[HPSOHDYHF  la  police  de   UXHOÂśHQVHLJQDQWOHPDJLVWUDWÂŤPDLVHQpWXGLDQWDXVVLODIDoRQGRQWpPHUJHHWYLWXQHVSULWGHFRUSVFKH]OHV fonctionnaires),  de  ses  actes,  et  de  ses  produits  et  productions  (comme  par  exemple  les  politiques  publiques   PLVHVHQ°XYUHHWOHV  services  assurĂŠs  aux  citoyens).  Cet  Ă&#x2030;tat  en  action  peut  aussi  se  comprendre  dans  les   modalitĂŠs  de  sa  gouvernance  et  de  ses  processus  dĂŠcisionnels.  Ce  programme  a  ÊtĂŠ  initialement  conçu  pour   WUDYDLOOHUVXUOÂśeWDWDX0DOL0DLVODVLWXDWLRQVÂśpWDQWFRQVLGpUDEOHPHQWGpJUDGpHDX0DOLGHSXLVOHFRXSGÂśeWDW GHPDUVQRXVGHYRQVOHUpRULHQWHUVXUGÂśDXWUHVWHUUDLQV eWKLRSLH*KDQD%XUNLQD)DVR6RXGDQ     xĂ&#x2030;tudes  sur  les  processus  Êlectoraux  en  Afrique  (Dominique Darbon & CĂŠline Thiriot)  

Les   consultations   ĂŠlectorales   se   sont   depuis   20   ans   banalisĂŠes   dans   la   quasi-­totalitĂŠ   des   Ă&#x2030;tats   africains   et   VRQW UHFRQQXHV FRPPH OH VHXO PR\HQ OpJLWLPH GÂśDFFpGHU DX SRXYRLU RX GH VÂś\ PDLQWHQLU (OOHV VRQW institutionnalisĂŠes  en  tant  que  telles  par  les  diffĂŠrentes  organisations  internationales  bi-­  ou  multilatĂŠrales,  ainsi   que  par  les  organisations  rĂŠgionales  africaines.  Cependant,  si  les  processus  Êlectoraux  sont  gĂŠnĂŠralisĂŠs,  leur   banalisation  peut  être  très  formelle  et  très  trompeuse.  Elle  masque  en  effet  une  grande  diversitĂŠ  de  rĂŠgimes  et   GH VLWXDWLRQV SROLWLTXHV TXÂśHOOHV VRLHQW GpPRFUDWLTXHV RX DXWRULWDLUHV 9LQJW DQV GÂśpOHFWLRQV SOXUDOLVWHV HQ $IULTXHRQWVXUWRXWPRQWUpTXHOHVpOHFWLRQVORLQGÂśrWUHXQYHFWHXUDXWRPDWLTXHGHUHQIRUFHPHQWGpPRFUDWLTXH sont   aussi   des   moments   critiques   pour   des   rĂŠgimes   politiques   fragiles,   rĂŠvĂŠlateurs   de   situations   politiques   diversement   stabilisĂŠes,   exacerbant   les   tensions   et   cristallisant   les   enjeux.   Comment   ĂŠvaluer   la   portĂŠe   des   ĂŠlections  ?  Ă&#x20AC;  quoi  servent  ces  Êlections  ?  Ă&#x20AC;  quelles  conditions  sont-­HOOHVIDFWHXUVGHVWDELOLWpRXGÂśLQVWDELOLWp  ?   Peut-­on   prĂŠvenir   les   crises   liĂŠes   aux   ĂŠlections  ?   Quels   sont   les   acteurs  qui  peuvent   appuyer  les   processus   ĂŠlectoraux  et  selon  quelles  modalitĂŠs  et  temporalitĂŠs  ?     $XFXQH SURFpGXUH pOHFWRUDOH QÂśpWDQW H[HPSWH GH GpIDXW FH TXL FRPSWH FÂśHVW OHXU DFFHSWDELOLWp GDQV XQ contexte  donnĂŠ  ainsi  que  leur  effet  cumulatif.  Les  règles  et  procĂŠdures  Êlectorales  sont  importantes.  Mais  au-­ delĂ ,   pour   rĂŠpondre   Ă    ces   questions,   il   faut   analyser   le   lien   entre   les   professionnels   de   la   politique,   les   FLWR\HQV HW OHV UHSUpVHQWDQWV GHV GLIIpUHQWV JURXSHV GÂśLQWpUrWV  :   la   nature   de   ce   lien   nous   renseigne   sur   le   QLYHDXGÂśLQVWLWXWLRQQDOLVDWLRQGHOÂśDFFRUGSROLWLTXHHWGpWHUPLQHODFDSDFLWpRXQRQGHVpOHFWLRQVjIDLUHVHQV    

  x  Pluralismes  (RenÊ Otayek & CÊline Thiriot)  

Comment  le  retour  du  pluralisme  politique  dans  la  libÊralisation  politique  (en  Afrique  depuis  les  annÊes  90  et   GDQVOHPRQGHDUDEHGHSXLVTXHOTXHVPRLV VœDUWLFXOHDYHFOHVDXWUHVSOXUDOLVPHVVWUXFWXUDQWVFHVVRFLpWps  ?   Comment   se   font   la   mobilisation   politique   et   la   participation   politique   dans   des   sociÊtÊs   plurielles,   oÚ   FRH[LVWHQWGLYHUVFDGUHVVWUXFWXUDQW UHOLJLHX[JHQUHkJHSURIHVVLRQHWKQRUpJLRQDOFODQLTXHRXIDPLOLDO  Quel   rôle   jouent   ces   mÊdiateurs   que   sont   les   leaders   religieux,   communautaires,   professionnels,   et   leurs   RUJDQLVDWLRQVGDQV OœLQVFULSWLRQ GH OœLQGLYLGX GDQV OD FLWR\HQQHWp  ?   Dans  quelle   mesure   ces   rÊfÊrences   sont-­ elles   instrumentalisÊes   par   les   leaders   politiques   pour   mobiliser  ?   Comment   le   prisme   de   ces   cadres   de   socialisation,  de  mobilisation  influence-­t-­il  la  participation  politique,  la  structuration  du  système  multipartisan  et   le   fonctionnement   même   du   système   reprÊsentatif  ?   ,O VœDJLUD pJDOHPHQW GH UpIOpFKLU VXU OD UpJXODWLRQ GX pluralisme  culturel    en  situation  ªFœHVW-­à-­dire  de  voir  comment,  concrètement,  celle-­FLVœRSqUHDXVVLELHQYLD OHVFDGUHVLQVWLWXWLRQQHOVSUpYXVjFHWHIIHW IpGpUDOLVPH V GpPRFUDWLHFRQVRFLDWLRQQHOOHHWF TXœDXWUDYHUV GH SROLWLTXHV GLWHV GœpTXLOLEUH UpJional,   articulant   mÊcanismes   de   participation   et   de   reprÊsentation,   et   agencement   de   rÊseaux   transculturels   combinant   clientÊlisme   politique,   affairisme   et   alliances   sociales   HWKQLTXHVWULEDOHVFODQLTXHVPDWULPRQLDOHV   

 

16  


 

  x  La  personnalisation  du  leadership  politique  (CÊline Thiriot &  Jean-­Louis ThiÊbault)    

Ce  projet  est  initiÊ  par  Jean-­Louis  ThiÊbault  (IEP  de  Lille)  et  Jean  Blondel.  Il  vise  à  mesurer  et  comprendre  les   logiques,  mÊcanismes  et  consÊquences  de  la  personnalisation  du  leadership  dans  les  paUWLVSROLWLTXHV&œHVW XQ SURMHW FRPSDUDWLVWH GH JUDQGH DPSOHXU TXL SRXU OœLQVWDQW D FRQFHUQp GHV OHDGHUV GH SD\V RFFLGHQWDX[ asiatiques,   latino-­amÊricains   HW DUDEHV /$0 HVW FKDUJp Gœ\ DSSRUWHU GHV pWXGHV GH FDV DIULFDLQV HW GH confirmer,  infirmer  ou  corULJHUXQFHUWDLQQRPEUHGHFRQVWDWDWLRQVHQVXLYDQWXQSURWRFROHVLPLODLUH,OVœDJLWGH comprendre  la  capacitÊ  de  mobilisation  des  partis  politiques  et  de  leur  leader  :     4XHOOHHVWOœLQIOXHQFHGLUHFWHGXOHDGHUVXUOHVpOHFWHXUV  ?  Il  y  a  trois  types  d'outils  utilisÊs  par  les  leaders  de   parti  pour  faire  appel  aux  Êlecteurs  en  relation  directe  :  par  les    discours    que  ces  leaders  dÊveloppent  afin   d'attirer  les  citoyens  à  les  soutenir    et  à  soutenir  leur  parti  ;͞  par  les  moyens  que  ces  leaders  utilisent  pour  se   rapprocher  des  citoyens  et  des  Êlecteurs  (le  clientÊlisme,  le  patronage  et  les  mÊdias)  ;͞  en  lien  avec  la  rÊaction   des  citoyens  aux  leaders  personnalisÊs  (qui  prennent  la  forme  de  trois  positions:  la  notoriÊtÊ,  la  popularitÊ  et   le  charisme).   Quelle  est  Oœ'influence  indirecte  de  ces  leaders  sur  l'Êlectorat  à  travers  les  changements  qu'ils  apportent  à  leurs   partis  respectifs  ?  La  relation  indirecte  entre  le  leader  de  parti  et  les  citoyens  par  l'intermÊdiaire  du  parti  a  trois   aspects  :   liÊs   aux   principales   politiques   que   le   parti   met   en   avant   (la   capacitÊ   du   leader   à   conduire   des   changements  dans  son  parti  au  niveau  de  l'idÊologie  et  du  programme)  ;͞  à  la  structure  du  parti  (la  capacitÊ  du   leader  à  apporter  des  changements  dans  son  parti  au  niveau  de  la  structure)  ;͞  à  la  sÊlection  des  candidats  aux   Êlections   lÊgislatives   (la   capacitÊ   du   leader   à   apporter   des   changements   dans   son   parti   au   niveau   de   la   sÊlection  des  candidats  aux  Êlections  lÊgislatives)     x  Risque(s)  et  gouvernance  du  risque  (Jean-­Philippe  Berrou)   /D QRWLRQ GH ULVTXH HVW DXMRXUGœKXL DX F°XU GX SURFHVVXV GpFLVLRQQHO GHV DFWHXUV SROLWLTXHV FRPPH Êconomiques.  Les  sociÊtÊs  modernes  dÊveloppÊes  seraient  des    sociÊtÊs  du  risque    (Bech).  Les  sociÊtÊs  et   Êconomies  en  dÊveloppement,  et  tout  particulièrePHQWOHVSD\VpPHUJHQWVGRQWOHVG\QDPLTXHVGœpYROXWLRQ Êconomique,  politique,  sociale,  technologique,  environnementale  sont  rapides  et  difficilement  prÊvisibles  sont   HX[DXVVLGHYHQXVXQHVRXUFHLPSRUWDQWHGHULVTXHSRXUOœHQVHPEOHGHOœpFRQRPLHPRQGLDOH  et  des  relations   internationales.   Le   management   du   risque   est   ainsi   devenu   un   enjeu   central   pour   la   gouvernance   politique   SROLWLTXHVSXEOLTXHV HWSULYpH HQWUHSULVHV21* TXLVHWUDGXLWSDUGHVSUDWLTXHVWUqVKpWpURJqQHVVHORQ OHV VHFWHXUV GœDFWLYLWp   HW OHV SD\V /HV GLYHUVHV JULOOHV GœDQDO\VH H[LVWDQWHV DX-­delà   de   leur   aspect   instrumental,   montrent   cependant   une   notion   complexe,   peu   stabilisÊe,   sur   laquelle   une   rÊflexion,   interdisciplinaire  reste  à  construire.   /œREMHFWLIGHFHSURMHWHVWGHVWUXFWXUer  à  Bordeaux  une  recherche  pluridisciplinaire  sur  le(s)  risque(s)  autour   de   trois   axes   de   rÊflexion  :   (i)   thÊorique,   sur   les �� dÊfinitions   du   risque   à   travers   les   diffÊrentes   sciences   VRFLDOHV LPSOLTXpHV GDQV OH SURMHW HW VXU OD SRVVLELOLWp GœDUWLFXOHU FHV conceptions   alternatives  ;͞   (ii) mÊthodologiqueVXUOœpYDOXDWLRQHWODTXDQWLILFDWLRQGXULVTXH FRPPHQWGDQVFKDTXHGLVFLSOLQHHWVXUGHV terrains   diffÊrents,   est   apprÊhendÊe   la   notion   de   risque)  ;͞   (iii) pratique,   VXU OœRSpUDWLRQQDOLVDWLRQ HW OD gouvernance   du   risque   par   les   acteurs   (gouvernements  ;͞   firmes   multinationales  ;͞   ONG   JURXSHV GœDFWHXUV individuels,  populations).       Ce  projet  vise  à  faire  du  risque  une  notion  transversale  Êmergente  sur  le  pôle  bordelais  en  mettant  en  rÊseau   les   chercheurs   et   enseignants   chercheurs   bordelais   qui   travaillent   avec   cette   entrÊe   risque,   ou   dans   une   perspective  proche.       x  /œpPHUJHQFH GœXQ JRXYHUQHPHQW GH OœH[Sertise   en   Afrique   (colonialisme   tardif   /   annÊes   GœLQGpSHQGDQFH   (Vincent Bonnecase, Daouda Gary-­Tounkara, Jean-­HervÊ JÊzÊquel & Laurent Fourchard)    

/ÂśREMHWGHFHWDWHOLHUVHUDGHTXHVWLRQQHUGDQVODOLJQpHGHVWUDYDX[HQJDJpVVXUŠ  ODWUDQVPLVVLRQGHOÂśĂ&#x2030;tat   colonial   tardif     et   ÂŤ  la   problĂŠmatique   du   legs   colonial  ,   les   modalitĂŠs   concrètes   de   production   et   de  

 

17  


 

transmission  de  modèles  de  bon  gouvernement  en  Afrique  subsaharienne,  de  la  fin  de  la  période  coloniale  au   début  de  la  période  postcoloniale.  ª,OV¶DJLWGHV¶LQWHUURJHUVXUO¶pPHUJHQFHGHFHTXHO¶RQSRXUUDLWTXDOLILHUXQ JRXYHUQHPHQW GH O¶H[SHUWLVH HQ $IULque   en   interrogeant   des   césures   convenues   (période   coloniale/   FRORQLDOLVPHWDUGLILQGpSHQGDQFHV HWGHVWUDMHFWRLUHVKLVWRULTXHVSDUIRLVTXDOLILpHVG¶H[FHSWLRQQHOOHV O¶$IULTXH du  Sud  en  Afrique).     «  La   fabrique   des   premiers   chiffres   du   développement   en   AIULTXH GH O¶2XHVW francophone  »   (Vincent   Bonnecase)   Les   années   1950   constituent   un   moment   clé   pour   la   production   de   récits   statistiques   relatifs   au   développement  des  pays  africains  (premiers  PNB  par  habitant,  premiers  taux  de  mortalité  infantile  calculés  à   O¶pFKHOOHGHVFRORQLHV /¶LGpHHVWG¶LQWHUURJHUOHVFRQGLWLRQVFRQFUqWHVG¶pODERUDWLRQGHFHVFKLIIUHV TXHOVVRQW leurs  élaborateurs,  les  modes  de  calcul  utilisés  et  les  matériaux  empiriques  sur  lesquels  ils  reposent),  leurs   usages   immédiats   (première   pURGXFWLRQ FKLIIUpH G¶XQ ELODQ pFRQRPLTXH HW VRFLDO GH OD FRORQLVDWLRQ appropriations  par  les  organisations  syndicales  et  politiques  africaines)  et  leurs  insertions  ultérieures  dans  des   séries   longues   (formulation   des   objectifs   chiffrés   de   gouvernement   dans   les   années   1960,   mise   en   forme   VWDWLVWLTXHGHO¶pFKHFGHVeWDWVDIULFDLQVGDQVOHVDQQpHV  ;;    

/DŠWUDGLWLRQÂŞDXVHFRXUVGHOÂśĂ&#x2030;tat  dans  le  Mali  postcolonial  (Daouda  Gary-­Tounkara)     NĂŠgligĂŠ  par  la    mise  en  valeur  ,  le  Mali  dispose  de  faibles  capacitĂŠs  Êconomiques,  financières  et  techniques   SRXUPHWWUHHQ°XYUHVRQRSWLRQVRFLDOLVWHHQ$SUqVSOXVLHXUVGpFHQQLHVGHFRORQLVDWLRQHWGpoXVSDUOD rupture  rĂŠcente  avec  le  SĂŠnĂŠgal  voisin  dans  le  cadre  de  la  FĂŠdĂŠration  du  Mali,  les  Maliens  aspirent  plus  que   jamais  à  construire  une  sociĂŠtĂŠ  nouvelle,  sous  les  auspices  du  charismatique  Modibo  Keita.  Si  ce  dernier  initie   une  sĂŠrie  de  politiques  publiques  dans  le  cadre  du  socialisme,  il  se  distingue  Êgalement  par  la  mobilisation  de   ODŠWUDGLWLRQÂŞTXÂśLOUHSODFHGDQVXQHKLVWRLUHORQJXHGXSD\VSDUIRLVHQOLHQDYHFOÂś(PSLUHGX0DOLXQIDLWSHX FRQQX /ÂśREMHW GH FHWWH UHFKHUFKH H[SORUDWRLUH HVW GÂśDQDO\VHU OHV UDSSRUWV HQWUH OHV QRXYHOOHV DXWRULWpV SROLWLTXHVHWOHVFRUSVGÂśH[SHUWVORFDX[GHIRUPDWLRQDQFLHQne  tels  les    griots  .  Deux  questions  orienteront  la   rĂŠflexion  :  Quelle  est  la  place  de  ces  experts  dits  traditionnels  dans  les  discours  publics  ?  Observe-­t-­on  ¹  ou   non  ¹  XQHUppFULWXUHGHOÂśKLVWRLUHDQFLHQQHHQIRQFWLRQGHVSULRULWpVSROLWLTXHVGXPRPHQW  ?    

&KHUFKHXUVH[SHUWVHWPLOLWDQWVDIULFDLQVGDQVOÂśĂ&#x2030;tat  FRORQLDOWDUGLI/HSHUVRQQHOVFLHQWLILTXHGHOÂś,)$1 au  tournant  des  indĂŠpendances  (Jean-­HervĂŠ  JĂŠzĂŠquel)   /Âś,QVWLWXW IUDQoDLVIRQGDPHQWDO GH OÂś$IULTXH 1RLUH ,)$1  QÂśDXUDLW MDPDLV IRQFWLRQQp VDQV OD   SUpVHQFH GÂśXQ SHUVRQQHODIULFDLQTXLSDUWLFLSHDXVVLELHQjOÂśHQFDGUHPHQWDGPLQLVWUDWLIGHVFHQWUHV,)$1TXÂśjODSURGXFWLRQ scientifique   elle-­mĂŞme.   Dès   ses   dĂŠbuts,   la   recherche   ÂŤ   africaniste   Âť   a   mobilisĂŠ   les   acteurs   africains   indispensables  à  la  production  des  savoirs  scientifiques.  Ces  derniers  ont  gĂŠnĂŠralement  ÊtĂŠ  cantonnĂŠs  dans   GHVSRVLWLRQVSUpFDLUHVHWGHVU{OHVVXEDOWHUQHV/Âś,)$1HVWOHOLHXGÂśXQUHWRXUQHPHQWGÂśDERUGWUqVORFDOLVp GHVUDSSRUWVGHIRUFHFRORQLDX[OHPRPHQWGHOÂśDFFHVVLRQDX[UHVSRQVDELOLWpVVFLHQWLILTXHVGÂśXQHJpQpUDWLRQ nouvelle  de  chercheurs  africains.  Des  annĂŠes  cinquante  au  dĂŠbut  des  indĂŠpendances,  cette  gĂŠnĂŠration  joue   un   rĂ´le   non-­nĂŠgligeable   dans   la   reconfiguration   des   Ă&#x2030;tats   ouest-­africains,   en   naviguant   entre   engagement   miliWDQW DX VHUYLFH GHV FDXVHV QDWLRQDOLVWHV HW SURGXFWLRQ GÂśXQH H[SHUWLVH VFLHQWLILTXH j GHVWLQDWLRQ GHV gouvernements   coloniaux   et   postcoloniaux   En   se   penchant   sur   les   carrières   mais   aussi   sur   les   pratiques   professionnelles   ÂŤ   au   quotidien   Âť   de   cette   gĂŠnĂŠration,   ce   projet   interroge   la   ÂŤ   part   africaine   Âť   dans   la   production  des  savoirs  scientifiques  à  la  fin  de  la  pĂŠriode  coloniale  et  au  dĂŠbut  des  indĂŠpendance.  En  quoi  la     dimension  raciale    continue-­t-­elle  de  marquer  les  rapports  entre  les  diffĂŠrentes  catĂŠgories  de  personnel  au   VHLQ GH OÂś,)$1 " &RPPHQW OHV GLIIpUHQWV GLUHFWHXUV GHV FHQWUHV ,)$1 DX QLYHDX IpGpUDO HW ORFDO  RQW-­ils   QpJRFLp OHXUVUDSSRUWVDYHF OHV WHFKQLFLHQV HW OHV FKHUFKHXUVDIULFDLQV " (Q TXRLOÂśDUULYpH GÂśXQH JpQpUDWLRQ nouvelle  de  jeunes  chercheurs  africains,  diplĂ´mĂŠs  du  supĂŠrieur,  modifie-­t-­elle  à  la  fois  les  modalitĂŠs  concrètes   de   la   recherche  et   ses   contenus   ?  Quels   rapports  ces   derniers  entretiennent-­ils   avec   des   milieux   politiques   alors   en   plein   ĂŠbullition   ?   Ce   sont   ces   quelques   questionV TXH QRXV QRXV SURSRVRQV GÂśDERUGHU GDQV XQH FRPPXQLFDWLRQ ODUJHPHQW EDVpH VXU OHV DUFKLYHV GH OÂś,)$1 FRQVHUYpHV j 'DNDU FRPSOpWpHV SDU XQH SHWLWH VpULHGÂśHQWUHWLHQVHWGHUpFLWVGHYLH   La  pĂŠriode  1950-­1970  voit  profondĂŠment  Êvoluer  le  profil  des  personnes  qui  conçoivent  la  statistique  officielle   dans   les   territoires   africains.   Alors   que   celle-­ci   est   encore   principalement   le   produit   des   administrateurs  

 

18  


 

FRORQLDX[ GDQV OœLPPpGLDW DSUqV-­guerre,   elle   voit   intervenir   des   statisticiens   professionnels   majoritairement   issus  de  la  mÊtropole  à  partir  des  annÊes  1950,  auxquels  se  mÊlangent  à  partir  des  annÊes  1960  le  personnel   DIULFDLQGHVQRXYHDX[VHUYLFHVVWDWLVWLTXHVQDWLRQDX[HWGHVRUJDQLVDWLRQVLQWHUQDWLRQDOHV,OVœDJLUDGDQVXQH perspective   de   sociologie   hisWRULTXH GœLQWHUURJHU OHV LQWHUDFWLRQV HQWUH FHV GLIIpUHQWV W\SHV GœDFWHXUV OD coexistence  de  diffÊrentes  cultures  professionnelles   et   les   transmissions   de   savoir-­faire   entre   les   uns   et   les   autres.    

([SHUWLVHU OD SDXYUHWp RX OÂśpPHUJHQFH GÂśXQ Ă&#x2030;tat   providence   racialisĂŠ   en   Afrique   du   Sud   (Laurent  Fourchard)   Le  gouvernement  sud-­africain  lance  les  premières  grandes  enquĂŞtes  sur  la  pauvretĂŠ  en  Afrique  du  Sud  dans   OHVDQQpHVHQTXrWHVTXLFRQWULEXHQWODUJHPHQWjODPLVHHQSODFHSDUOÂśĂ&#x2030;tat  de  filets  de  sĂŠcuritĂŠ  pour   une   partie   de   sa   population.   A   posteriori   il   semble   ĂŠvident   que   la   fabrique   de   cette   expertise   soit   contePSRUDLQH GH ODQDLVVDQFHGÂśXQ eWDWSURYLGHQFHUDFLDOLVp YLVDQW SRXUOÂśHVVHQWLHOj SURWpJHUOHV SDXYUHV blancs  des  effets  de  la  crise  Êconomique  mondiale.  En  rĂŠalitĂŠ  pendant  longtemps,  les  pĂ´les  de  cette  expertise   sont  concurrentiels  et  divisĂŠs  sur  les  mesures  à  mener  pour  ses  populations  blanches  et  noires,  ils  bĂŠnĂŠficient   de   relais   dans   les   diffĂŠrents   ministères   aboutissant   Ă    des   politiques   publiques   contradictoires.   Ce   papier   SURSRVH GH UHWUDFHU OÂśKLVWRLUH GH FHV H[SHUWLVHV SURGXLWHV SDU GHV FKHUFKHXUV GLUHFWHPHQW UDWWDFKpV DX gouvernement   et   par   plusieurs   universitaires   (anthropologues,   sociologues,   psychologues,   spĂŠcialistes   de   OÂśpGXFDWLRQ ,OVÂśLQWHUURJHVXUOHU{OHGHVLQIOXHQFHVH[WpULHXUHVjOÂś$IULTXHGX6ud  sur  ces  experts  (venues  des   Ă&#x2030;tats-­Unis  et  de  la  Grande  Bretagne  notamment  à  travers  les  politiques  de  travail  conduites  à  compter  des   annĂŠes   1940)   et   le   poids   croissant   de   ces   experts   GDQV OD PLVH HQ °XYUH GHV SROLWLTXHV VRFLDOHV GX gouvernement   sud-­DIULFDLQ ,O SHUPHW DLQVL GH VÂśLQWHUURJHU j QRXYHDX IUDLV VXU OD WUDMHFWRLUH KLVWRULTXH GH OÂś$IULTXH GX 6XG GDQV OÂśpPHUJHQFH GÂśXQ JRXYHUQHPHQW GH OÂśH[SHUWLVH j OD SpULRGH GX FRORQLDOLVPH WDrdif   et   compassionnel.     x  Programmes  du    PĂ´le  CaraĂŻbe  ¹  AmĂŠriques  noires  et  sociĂŠtĂŠs  crĂŠoles    (Christine Chivalon)   /ÂśDFWLYLWp GH FH S{OH VH VLWXH DX QLYHDX GX JURXSH GRAMSCIT (Groupe   de   Recherche   sur   les   AmĂŠriques   Noires   et   les   SociĂŠtĂŠs   Contemporaines   Issues   de   la   Traite   europĂŠenne),   codirigĂŠ   par   Christine   Chivallon   (gĂŠographe,   anthropologue,   CNRS)   et   Michel   Cahen   (historien,   CNRS  /H SURJUDPPH GÂśHQVHLJQHPHQW ÂŤ  France   CaraĂŻbe     (filière   intĂŠgrĂŠe)   est   adossĂŠ   Ă    ce   dispositif.   Il   comprend   Ă    la   fois   les   opĂŠrations   scientifiques  conduites  dans  le  groupe,  les  programmes  de  chercheurs,  et  les  projets  en  cours.   Les  objectifs  de  connaissance  du  GRAMSCIT  sont  de  travailler  sur  la  longĂŠvitĂŠ  des  schèmes  de  vision  sociale   hĂŠritĂŠes,  prolongĂŠes,  rĂŠactualisĂŠes  depuis  lHVRFOHGHOÂśH[SpULHQFHGHODWUDLWHHXURSpHQQHHWGHOÂśHVFODYDJH MXVTXÂśDX[HVSDFHVGHQRWUHFRQWHPSRUDQpLWp    

Le  projet  DIACREOS  (Diasporas,  CrÊolisation,  et  Savoirs)   DIACREOS   met   en   lien   des   chercheurs   spÊcialisÊs   sur   la   question   des   diasporas   et   souhaite   valoriser   la   problÊmatique   propre   à   la   circulation   diasporique   au   travers   de   la   notion   de   savoirs.   Au   moment   oÚ   cette   circulation   (des   personnes,   des   idÊes,   des   croyances,   et   de   tout   système   de   rÊfÊrences   attribuable   à   un   groupe)  est  amplifiÊe  par  les   QRXYHOOHVWHFKQLTXHVGHFRPPXQLFDWLRQLOVœLQWpUHVVHDX[PRGDOLWpVSRVVLEOHV de  fixation  des  savoirs  et  à  leur  matÊrialisation  nÊcessaire  dans  la  construction  des  liens  sociaux.  Ce  projet   mobilise   plusieurs   notions.   1/   Celle   de     savoirs     est   comprise   icL FRPPH OœHQVHPEOH GHV UHSUpVHQWDWLRQV engagÊes   dans   les   registres   constitutifs   des   identitÊs   sociaOHV R TXœHOOHV VH GpSORLHQW    Celle   de     diaspora  ªLPSOLTXHODSULVHHQFRPSWHGœH[SpULHQFHVSDUWLFXOLqUHVGHODPRELOLWpHWGHODFLUFXODWLRQVXUOD longue   durÊe  pour  des  groupes   situÊs   selon  des   ancrages   multiples.   3/   Celle   de   crÊolisation   insiste   sur  les   processus  de  changement  issus  des  conditions  historiques  de  dÊploiement  des  trajectoires  sociales  entre  les   espaces   de   rÊfÊrence.   4/   Celle   de   matÊrialisation   se   concentre   sur   les   systèmes   symboliques   pris   dans   ce   PRXYHPHQW HW j OD PDQLqUH TXœLOV RQW GH VœLQFDUQHU GH VH IL[HU GH VH VROLGLILHU RX GH VH VpGLPHQWHU /D problÊmatique   est   ainsi   destinÊe   à   envisager   les   articulations   entre     changements   et   rÊgularitÊs,   entre   instabilitÊs   et   stabilitÊs,   entre   mouvements   et   constances.   Le   point   de   dÊpart   de   cette   rÊflexion   consiste   à   DIILUPHUTXHFœHVWDXWUDYHUVGHVVDYRLUVGDQVOœDFFHSWLRQODUJHTXœHVWGRQQpjFHWHUPHTXHVHFRQFHQWUHQW

 

19  


 

les   dynamiques   de   miVH HQ °XYUH GHV WHPSRUDOLWpV VRFLDOHV /HV VDYRLUV RQW OD FKDUJH GH FLUFRQVFULUH OHV lieux  et  les  milieux  partagÊs,  de  les  faire  durer,  de  les  dÊplacer  ou  de  les  contester.      

Le  programme    LGHQWLWpVDQWLOODLVHVHWPpPRLUHGHOœHVFODYDJH     Ce  programme  conVWLWXHOHYROHWGHVDFWLYLWpVGHUHFKHUFKHGH&KULVWLQH&KLYDOORQ/œpPHUJHQFHUpFHQWHGHOD UHYHQGLFDWLRQ PpPRULHOOH FRQFHUQDQW OœHVFODYDJH GDQV OœHVSDFH SXEOLF IUDQoDLV HW HQ GœDXWUHV HVSDFHV nationaux  associÊs  aux  anciennes  mÊtropoles  coloniales  a  donnÊ  lieu  à  des  rÊactions  contradictoires  allant  de   OD UHFRQQDLVVDQFH VSHFWDFXODLUH j OD UHPLVH HQ FDXVH UDGLFDOH /œpWXGH GHV SROLWLTXHV PpPRULHOOHV PRQWUH DLQVL OD FRQVWLWXWLRQ GœXQH pFRQRPLH PRUDOH ODLVVDQW VœLQVWDXUHU XQ VRXSoRQ TXDQW j OD OpJLWLPLWp GH FHtte   mÊmoire,  comme  si  celle-­ci  avait  ÊtÊ  soudainement  inventÊe.  Sur  la  base  de  ce  constat  oÚ  prÊdominent  les   DVSHFWVVWUDWpJLTXHVGHVSROLWLTXHVPpPRULHOOHVOœREMHFWLIGHFHSURJUDPPHDpWpGHWUDYDLOOHUVXUODQRWLRQGH   souvenir    pour  la  dissocier  des  UpSHUWRLUHVLQVWUXPHQWDOLVpVGDQVOHFKDPSSROLWLTXH/œpWXGHFRQGXLWHGDQV les  sociÊtÊs  antillaises  consistÊ  à  rechercher  les  traces  laissÊes  par  des  ÊvÊnements  plus  ou  moins  anciens   mettant  en  scène  le  conflit  ancestral  entre  maÎtres  et  esclaves,  traces  UHWUDYDLOOpHVHWUHODWpHVDXMRXUGœKXLSDU les    porteurs    de  ces  souvenirs.       x  Afrique  de  langue  officielle  portugaise  et  lusophonies  :  identitÊ,  colonialitÊ  (Michel Cahen)  

Michel  Cahen,  chercheur  CNRS,  de  formation  historien  (mais  membre  de  l'ED  SP2)  est  spÊcialisÊ  en  histoire   contemporaine  de  l'Afrique  de  langue  portugaise  (fin  19ème  au  21ème  siècle).  Bien  qu'il  soit  cette  annÊe  (à   partir  du  1er  novembre)  en  poste  à  l'UniversitÊ  de  São  Paulo,  il  peut  être  contactÊ  Êlectroniquement,  ou  lors   de   ses   passages   en   France   (prendre   RDV),   pour   tout   sujet   de   mÊmoire   relatif   aux   mondes   lusophones.   Il   s'intÊresse   aussi   plus   gÊnÊralement   aux   problÊmatiques   identitaires   et   à   leur   lien   avec   le   politique,   au   lien   entre   marxisme   et   nationalisme,   aux   phÊnomènes   de   colonialitÊ   et   aux   dÊbats   post-­coloniaux.   Avec   C.   Chivallon,  il  fait  partie  du  Groupe  de  recherche  sur  les  AmÊriques  noires  et  les  sociÊtÊs  contemporaines  issue   de  la  traite  (Gramsci.t),  notamment  sous  l'angle  des  faits  de  crÊolitÊ.       x  Technologies  de  la  communication  et  dÊveloppement  (Annie ChÊneau-­Loquay)    

3HUVRQQHQHQLHSOXVGpVRUPDLVOÂśXWLOLWpGÂś,QWHUQHWHWGXWpOpSKRQHHQ$IULTXHPrPHVLOHVSUREOqPHVGHEDVH approvisionnement  en  eau,  Ênergie,  alimentation  ne  sont  toujours  pas  rĂŠsolus.  Au  contraire,  15  ans  après  les   GpEXWV GH OÂśH[SDQVLRQGHV7,&RQ HVW WRPEpGDQV OÂśH[FqV LQYHUVH OHV PpGLDV VH VRQWHPSDUpVGX VXMHW HW OÂśDFFHQWHVWPLVVXUOHŠ  miracle    de  la    rĂŠvolution    du  mobile  et  de  ses  extraordinaires  possibilitĂŠs  pour  le   ÂŤ  dĂŠveloppement  .  Ainsi  SDUDGR[DOHPHQWOÂś$IULTXHTXLDSSDUDLVVDLWLO\DGL[DQVFRPPHXQPDUFKpPDUJLQDO HVW GHYHQXH VHORQ OH GLUHFWHXU GH OÂś8QLRQ LQWHUQDWLRQDOH GHV WpOpFRPPXQLFDWLRQV Š  XQ HVSDFH GÂśLQQRYDWLRQ pour  faire  du  business  ,  celui  oĂš    les  marchĂŠs  offrent  un  Ênorme  potentiel  pour  les  investisseurs  .     7UDYDLOOHU VXU OÂśLQVHUWLRQ GHV 7,& GDQV OHV VRFLpWpV FÂśHVW DLQVL FKRLVLU XQ SRLQW GH YXH SULYLOpJLp SRXU comprendre  les  transitions  actuelles  vers  une    globalisation    des  Êconomies  qui  bouleverse  les  modes  de   vivre  et  GHSHQVHUGHVVRFLpWpV'HVVWUDWpJLHVLQWHUQDWLRQDOHVSRUWpHVSDUXQGLVFRXUVP\WKLTXHMXVTXÂśDX[ IRUPHVGÂśDSSURSULDWLRQORFDOHVQRWUHDPELWLRQHVWHQIDLWGHSUpVHQWHUXQSRLQWGHYXHFULWLTXHVXUOHVHQMHX[ multiples  dont  ces  technologies  sont  porteuses.     Le   rĂŠseau   Netsuds   privilĂŠgie   les   approches   pluridisciplinaires   en   abordant   aussi   bien   la   question,   des   contenus   et   des   usages   que   des   accès.   Aussi   les   angles   d'analyse   se   basent-­ils   sur   diffĂŠrents   champs   scientifiques  comme  l'ĂŠconomie,  la  gĂŠographie,  les  sciences  politiques  ou  encore  les  sciences  de  l'information   et  la  communication.     xĂ&#x2030;ducation   en   Afrique   (ANR   EducAf   et   CRA)   (HĂŠlène Charton, Sarah Fichtner, Clothilde Hugon, Elisabeth Hofmann & Jean-­HervĂŠ JĂŠzĂŠquel)    

Ă&#x20AC;  partir  de  certains  pays  ouest  africains  (BĂŠnin,  SĂŠnĂŠgal,  Burkina  Faso)  les  projets  de  recherche  Aquitaine  et   ANR   franco-­DOOHPDQG YLVHQW j FRQWULEXHU j OD FRPSUpKHQVLRQ GHV PXWDWLRQV GHV HVSDFHV GÂśpGXFDWLRQ GDQV une  perspective  gĂŠopolitique.  En  effet,  les  questions  de  la  gestion  publique  ou  SULYpHGHOÂśpGXFDWLRQGHVRQ

 

20  


 

caractère   laĂŻc   ou   religieux,    national     ou   extraverti   sont   rĂŠactivĂŠes   dans   un   contexte   de   fort   interventionnisme  international.  Les  normes  et  modèles  Êducatifs  africains  sont  de  plus  en  plus  dĂŠfinis  dans   des  arènes  globales.   Ces  deux  SURMHWVPRQWUHQWTXHOHELHQSXEOLFGHOÂśpGXFDWLRQGDQVFHVSD\VHVWOHSURGXLW de   nĂŠgociations   et   transactions   entre   les   acteurs   impliquĂŠs   j OÂśLQWHUIDFH HQWUH OÂśpFROH OÂśĂ&#x2030;tat,   la   sociĂŠtĂŠ   et   le   monde  international,  et  de  pratiques  souvent  hybrides  et  crĂŠatives.  /ÂśDWWHQWLRQSRUWpHSDUFHVSURMHWVVHIHUD DXWRXU GHV DFWHXUV HQJDJpV GDQV OHV SURFHVVXV VFRODLUHV GÂśXQ ERXW j OÂśDXWUH GH OD FKDvQH pGXFDWLYH SUHVFULSWHXUVRSpUDWHXUVDJHQWVXVDJHUV DLQVLTXÂśjOHXUVSUDWLTXHVRUGLQDLUHVGLVFXUVLYHVet  symboliques.   3OXVLHXUVpWXGHVVÂśLQWpUHVVHURQWpJDOHPHQWDX[FXOWXUHVVFRODLUHVjODFUpDWLRQLQVWLWXWLRQQHOOHHWjOÂśpWDWLVDWLRQ qui  en  dĂŠcoulent  au  quotidien  et  au  concret.     RĂŠsolument  pluridisciplinaire,  ces  projets  se  situent  à  la  croisĂŠe  de  la  socio-­anthropologie  et  de  la  sociologie   du  fait  scolaire,  des  interveQWLRQVLQWHUQDWLRQDOHVHWGHOÂśeWDWHQ$IULTXH(OOHpPDQHGHOÂśpWURLWHFROODERUDWLRQHW GHV\QHUJLHVHQWUHOÂś,QVWLWXWI U(WKQRORJLHXQG$IULNDVWXGLHQGHOÂś8QLYHUVLWp-RKDQQHV*XWHQEHUJGH0ayence   ,I($V HWOHODERUDWRLUHOHV$IULTXHVGDQVOHPRQGH /$0 GHOÂś8QLYHUVLWpGH%RUGHDX[   &HVSURMHWVVÂśDUWLFXOHQWDXWRXU  deux  grandes  sĂŠries  de  questionnements  sur  les  politiques  publiques  en  Afrique   VXEVDKDULHQQH OD VRFLRORJLH GX IDLW VFRODLUH GÂśXne   part   et   la   sociologie   politique/socio-­anthropologique   des   LQWHUYHQWLRQVLQWHUQDWLRQDOHVGÂśDXWUHSDUW    

1. /DJRXYHUQDQFHGHOœpFROHUne  première  Êtude  portera  sur  les  organisations  internationales  et  rÊgionales   basÊes   à   Dakar  :   BREDA-­UNESCO,   le   Pasec   (proJUDPPH GœDQDO\VH GHV V\VWqPHV pGXFDWLIV GH OD &21)(0(1 DQWHQQHV UpJLRQDOHV Gœ21*GpGLpHV j OœpGXFDWLRQ FRPPH $FWLRQ $LG  ,O VœDJLW QRWDPPHQW GH mesurer   OH U{OH GH FHV EXUHDXFUDWLHV GDQV OD SURGXFWLRQ GH SROLWLTXHV SXEOLTXHV GœpGXFDWLRQ HQ $IULTXH GH Oœ2Xest.  Afin  de  dÊcrire  et  qualifier  les  modèles  et  instruments  spÊcifiques  à  cette  sphère  transnationale,  elle   VœHIIRUFH GH GUHVVHU XQH VRFLRJUDSKLH GHV DFWHXUV DIULFDLQV PHPEUHV GH FHV RUJDQLVDWLRQV j SDUWLU GH OœDQDO\VHGH OHXUVSURILOV OHXUVFDUULqUHV HW   OHXUVVWUDWpJLHVSURIHVVLRQQHOOHV (OOH VœLQWpUHVVHpJDOHPHQW DX[ instruments  de  la  gouvernance  Êducative  (par  exemple  les  tests  standardisÊs  du  Pasec)  et  de  leurs  usages  :   leurs  lieux  et  modes  de  fabrication  et  de  diffusion,  la  manière  dont  leur  utilisation  gÊnère  (ou  non)  une  certaine   standardisation  des  normes  et  des  pratiques  scolaires.    

2. Modèles,   pratiques   et   cultures   scolaires. Ă&#x20AC;   WUDYHUV FHW D[H LO VÂśDJLUD SOXV SDUWLFXOLqUHPHQW GÂśDQDO\VHU OHV diffĂŠrentes   formes   de   prise   en   charge   des   enfants   Âą   garçons   et   filles   Âą   en   examinant   le   fonctionnement,   OÂśRUJDQLVDWLRQVRFLDOHHWVHVVLJQLILFDWLRQVDLQVLTXHOÂśLPDJLQDLUHYpKLFXOpSDUOÂśpFROHHWVDSHUFHSWLRQSDUVHV diffĂŠrents   acteurs.   Ă&#x20AC;   SDUWLU GH OÂśpWXGH HWKQRJUDSKLTXH GHV TXRWLGLHQV VFRODLUHV FHWWH DQDO\VH Dbordera   notamment  la  question  des    cultures  Êcolières  spĂŠcifiques    et  le  sens  de  ces  modes  de  prises  en  charge   SRXU FHVGLIIpUHQWV DFWHXUV 2Q LQWHUURJHUD pJDOHPHQWOHV PRGHVGÂśLQVHUWLRQV GHFHV GLIIpUHQWV PRGqOHV SDU UDSSRUW DX SURMHW GÂśpGXFDWLRQ GHV Ă&#x2030;tats   Ă    partir   de   contexte   diffĂŠrents   (ĂŠcoles   publiques,   privĂŠes,   enseignement  coranique).      

3. /DTXHVWLRQGXJHQUHGDQVOHVSROLWLTXHVSXEOLTXHVHWOHVSUDWLTXHVGœpGXFDWLRQ     Comment   la   prise   en   compte   du   genre   est-­elle   mise   en   acte,   c'est-­à-­dire   traduite   dans   des   politiques   publiques  et  des  pratiques  scolaires  spÊcifiques  "/œpWXGHWUDQVYHUVDOHSURSRVpHGDQVOHFDGUHGHFHWD[Hj WUDYHUVXQH FRPSDUDLVRQ HQWUH OHV WURLVSD\V FRQFHUQpV SDUOH SURMHW DERUGHUDGœXQH SDUW OœDUWLFXODWLRQGHV politiques  publiques  HQIDYHXUGHODVFRODULVDWLRQGHVILOOHVDYHFOHVUpDOLWpVORFDOHVHQWHUPHVGœDFFqVHWGH PDLQWLHQ GHV ILOOHV j OœpFROH (OOH VœLQWpUHVVHUD pJDOHPHQW DX U{OH HIIHFWLYHPHQW MRXp SDU  OœpFROH GDQV OD production  des  rôles  sexuÊs  socialement  construits.  Il  VœDJLUDQRWDPPHQWGHVDYRLUVLGDQVFHWWHQpJRFLDWLRQ HQWUHOHVSUHVFULSWLRQVLQWHUQDWLRQDOHVHWODUHFKHUFKHGœXQHLQVHUWLRQGHOœpFROHGDQVVRQPLOLHXORFDOOœpFROH UHSURGXLWHWUHQIRUFHGHVVWpUpRW\SHVVH[XpVRXVLHOOHHVWOHYHFWHXUGœXQHpYROXWLRQ de  ceux-­ci,  contribuant   ainsi  à  une  rÊduction  des  inÊgalitÊs  entre  les  femmes  et  les  hommes.  Une  attention  particulière  est  portÊe  sur   OD WKpPDWLTXH GHV YLROHQFHV GH JHQUH HQ PLOLHX VFRODLUH GœXQH SDUW FRPPH IDFWHXU GH GpVFRODULVDWLRQ GHV ILOOHV HW GœDXWUH SDUW FRQFHUQDQW OHV SROLWLTXHV SXEOLTXHV HW OHV LQLWLDWLYHV GœDXWUHV DFWHXUV FRQFHUQDQW OD prÊvention,  les  sanctions  des  auteurs  et  la  prise  en  charge  des  victimes.  

 

21  


 

  x  Acteurs,   normes,   pratiques   et  enjeux  autour  de   la   prÊvention   de   la   transmission   du  VIH/sida   de   la   PqUHjOœHQIDQW 370( DX&DPHURXQ(Josiane Tantchou, Annick Tijou)  

En  2005,  seules  11  %  environ  des  femmes  enceintes  vivant  avec  le  VIH  ont  accĂŠdĂŠ  à  un  dĂŠpistage  du  VIH,  à   XQFRQVHLOHWjGHVLQWHUYHQWLRQVSURSK\ODFWLTXHVjEDVHGÂśDQWLUpWURYiraux  au  cours  de  leur  grossesse  (OMS   2007).   Au   Cameroun,   en   2009,   228   812   femmes   enceintes   ont   ĂŠtĂŠ   testĂŠes   dans   le   cadre   de   la   PTME   SUpYHQWLRQGHODWUDQVPLVVLRQGHODPqUHjOÂśHQIDQW HWpWDLHQWGpFODUpHVVpURSRVLWLYHV3DUPLOHV femmes  sĂŠropositives,  9  092,  soit  57,7%  ont  bĂŠnĂŠficiĂŠs  de  la  prophylaxie  ARV  et  7  290  enfants  exposĂŠs  ont   ĂŠtĂŠ  mis  sous  prophylaxie  ARV  ce  qui  est  en-­deçà  des  8  158  enfants  mis  sous  prophylaxie  ARV  en  2008.  8  940   enfants  nĂŠs  de  mères  sĂŠropositives  parmi  lesquels  9,7%  testĂŠs  à  PCR  Êtaient  positifs,  ce  qui  est  inadmissible.   &HSURMHWVHSURSRVHGÂśHWKQRJUDSKLHUGHPDQLqUHSUpFLVHOHVSURJUDPPHVGHSUpYHQWLRQGHODWUDQVPLVVLRQGX 9,+VLGD GH OD PqUH j OÂśHQIDQW PLV HQ SODFH GDQV GHX[ UpJLRQV SpULSKpULTXHV GX &DPHURXQ 0DURua   et   *DURXD /H EXW JpQpUDO HVW GH FRPSUHQGUH OHV UDLVRQV GH OHXU IDLEOH SHUIRUPDQFH GÂśXQH SDUW HW GH IDLUH UHVVRUWLUGÂśDXWUHSDUWDYHFODSOHLQHSDUWLFLSDWLRQGHVIHPPHVLQIHFWpHVOHVPR\HQVjPHWWUHHQ°XYUHSRXU DPpOLRUHUOÂśHIILFDFLWpGHFHVSURJUDPmes.  Pour  ce  faire,  le  prĂŠsent  projet  Êtudiera  la  mise  en  place  concrète   GHVSURJUDPPHV370(DX&DPHURXQGHSXLVOÂśDSSURSULDWLRQGHVQRUPHVGpILQLHVDXQLYHDXLQWHUQDWLRQDOSDU OHVLQVWDQFHVQDWLRQDOHVMXVTXÂśjOHXULPSOpPHQWDWLRQORFDOHHQVHGRQQDQWGHXx  objectifs  :     ,GHQWLILHUOHVDFWHXUVGXŠUpVHDX370(ÂŞWHOTXÂśLOVHGRQQHjYRLUDX&DPHURXQHQPHWWDQWHQpYLGHQFHOHV relations  entre  les  diffĂŠrents  acteurs,  les  enjeux  et  les  contraintes  auxquelles  ils  doivent  faire  face.     2/   Documenter   de   manière   concrète,   avec   des   ĂŠtudes   de   cas   prĂŠcises   le   processus   prĂŠvention   de   la   WUDQVPLVVLRQ GX 9,+VLGD GH OD PqUH j OÂśHQIDQW OXL-­mĂŞme,   en   ĂŠtudiant   les   procĂŠdures,   les   ĂŠcarts   entre   les   normes  et  les  pratiques  rĂŠelles,  les  causes  de  ces  Êcarts,  les  mĂŠcanismes  par  lesquels  la  vie  biologique  des   individus   est   suivie,   tracĂŠe,   et   rĂŠglĂŠe   pendant   une   durĂŠe   prĂŠcise,   les   types   de   ÂŤ  travaux     (ĂŠcriture,   DUFKLYDJHÂŤ TXHFHODVXSSRVHHWGDQVTXHOOHPHVXUHWRXWFHODSDUWLFLSHjIDoRQQHUOÂśH[SpULHQFHGHVIHPPHV ,O VÂśDJLUD DXVVLGÂśDQDO\VHU OD SHUFHSWLRQ GH FHV SURJUDPPHV 370( SDU OHV IHPPHV 9,+ D\DQW RX QRQ pWp partie  prenante  de  ces  programmes.   Ce  projet  est  exclusivement  de  nature  qualitative.  Nous  nous  proposons  de    faire  du  terrain    dans  la  durĂŠe.   Cela  consistera  à    être  avec  les  acteurs  ,  les  suivre  dans  leurs  activitĂŠs,  observer  leur  relations  les  uns  avec   les  autres,  leurs  interactions,  discuter  avec  eux  et  Êcouter  leurs  dialogues,  pour  comprendre  ceux  qui  savent   se  faire  entendre,  mais  aussi  ceux-­lĂ   qui  sont  souvent  RXEOLpVRXGRQWODYRL[QÂśHVWSDVVXIILVDPPHQWDXGLEOH rendre  donc  à  chacun  des  acteurs  la  place  qui  lui  revient.     6XMHWGHPpPRLUH$XWHUPHGHFHSURMHWGHGHX[DQVQRXVHVSpURQVIDLUHpPHUJHUŠGHOÂśLQWpULHXUÂŞXQH vision   des   programmes   PTME,   de   leXUV UDWpV IDLOOHV RX LPSUpYXV GÂśXQH SDUW PDLV DXVVL HW VXUWRXW GHV ĂŠlĂŠments,  stratĂŠgies,  pour  renforcer  leur  efficacitĂŠ.    Pour  cela  il  est  important  de  comprendre  la  trajectoire  des   normes  qui  structurent  la  prise  en  charge  des  femmes  enceintes  infectĂŠes   par  le  VIH.  OĂš,  par  qui  sont-­elles   conçues  ?  Comment  circulent-­elles  ?  Comment  elles  sont    traduites    aux  niveaux  des  Ă&#x2030;tats  et  adaptĂŠes  aux   contextes  locaux.     x  PhĂŠnomènes  de  contestation  et  de  violence  politique  :  Êtude  notamment  de  milices  et  de  leur  rapport   au  champ  politique  en  situation  de  rĂŠgime  hybride (JĂŠrĂ´me Lafargue)  

,O V DJLW GH UHSpUHU OHV LQWHUDFWLRQV j O °XYUH HQWUH FHV JURXSHV HW O DXWRULWp SROLWLTXH JRXYHUQHPHQWDOH oppositionnelle,   extÊrieure),   le   rôle   qu'ils   jouent,   leur   degrÊ   d'autonomisation.   Pour   cela,   une   Êtude   micro   V LPSRVHDXSUpDODEOHRXWUHOHVTXHVWLRQQHPHQWVEDVLTXHV QRPEUHGœDGKpUHQWVGXUpHGHSUpVHQFHkJH sexe,  parentÊ  ;͞  goÝts  et  prÊfÊrences  ;͞  accoutumances  diverses  ;͞  spÊcialitÊs  ;͞  expÊrience  du  combat  de  rue  ;͞   degUp GœREpLVVDQFH  PRGDOLWpV GX SDVVDJH j OœkJH DGXOWH   PpFDQLVPHV GH UHFUXWHPHQW  ULWXHOV GœLQWURQLVDWLRQ  OD UpIOH[LRQ SRUWH VXU OH VHQV GH O HQJDJHPHQW IRQFWLRQ V\PEROLTXH GH O HQWUpH HQ PLOLFH  second   foyer,   opportunitÊ   de   nouveau   dÊpart,   moyen   de   FRQWHVWHU OœDXWRULWp GHV DvQpV  VXU OHV SUDWLTXHV VRFLDOHV j OœLQWpULHXU GHV JURXSHV TXH VH SDVVH-­t-­il   lorsque   les   membres   ne   font   pas   ce   pour   quoi   ils   sont   payÊs  -­  attaques,  protections,  trafics,  intimidations  ?  Quelles  sont  leurs  pratiques  quotidiennes  -­  oÚ  vivent-­ils,   que  consomment-­ils,  qui  voient-­ils  ?  Quels  sont  leurs  rÊseaux  extÊrieurs  au  groupe  ?  Ont-­ils  encore  des  liens  

 

22  


 

familiaux,   sentimentaux   ?   Quels   sont   les   liens   entretenus   avec   la   religion   ?   ),   et   sur   le   dÊveloppement   de   techniques   alternatives   de   coercition   (quelles   sont   les   modalitÊs   nouvelles   de   contraintes   des   corps   ?   Comment  la  terreur  est-­elle  rÊpandue  ?  De  quelle  façon  certaines  milices  inventent-­elles  de  nouvelles  formes   de  juridictionnalitÊ  ?).       x  GÊographie  politique  et  du  dÊveloppement  (Christian Bouquet)      

Christian   BOUQUET   3URIHVVHXU GH JpRJUDSKLH SROLWLTXH HW GX GpYHORSSHPHQW j OœXQLYHUVLWp 0LFKHO GH Montaigne   Bordeaux   3,   UFR   Sciences   des   Territoires   et   de   la   Communication)   travaille   à   la   fois   (1)   sur   la   gÊographie   politique   des   crises   africaines   et   (2)   sur   une   approche   gÊoÊconomique   de   la   globalisation.   La   SUHPLqUHWKpPDWLTXHFRQFHUQHVXUWRXWSOXVLHXUVSD\VGœ$IULTXHGHOœ2XHVW &{WHGœ,YRLUH%XUNLQD)DVR0DOL 1LJHU HWGHOœRFpDQ,QGLHQ 0DGDJDVFDU'MLERXWL HOOHpWXGLHplus  particulièrement  la  gÊographie  Êlectorale   HW OHV PpFDQLVPHV GH VRUWLH GH FULVH /D VHFRQGH WKpPDWLTXHSRVWXOH TXH OœpFRQRPLH GH PDUFKp DFFURvW OD JUDQGHSDXYUHWpHWOHVLQpJDOLWpVHQ$IULTXHHWFKHUFKHjOHGpPRQWUHUjWUDYHUVOHVH[HPSOHVGœXQHSDUW,  de   OœDFFqV j OœHDX SRWDEOH HW GœDXWUH SDUW GH OD VpFXULVDWLRQ GHV WHUUHV GpERXFKDQW VXU OHV SUREOqPHV GœDFFDSDUHPHQW     x  Relations  entre  culture  et  politique  (Denis-­Constant Martin)      

Denis-­Constant   Martin   travaille   sur   les   relations   entre   culture   et   politique   ;Íž   ĂŠtude   des   reprĂŠsentations   du   SROLWLTXH j SDUWLU GH OÂśDQDO\VH GHV PDQLIHVWDWLRQV FXOWXUHOOHV QRWDPPHQW GHV IrWHV HW PXVLTXHV SRSXODLUHV  PpWKRGRORJLHGHOÂśHQTXĂŞte  en  anthropologie  politique.  Ses  terrains  se  situent  en  Afrique  orientale  ;Íž  CaraĂŻbes   GX&RPPRQZHDOWKHWSULQFLSDOHPHQWGHSXLVXQHYLQJWDLQHGÂśDQQpHV$IULTXHGX6XG SOXVSDUWLFXOLqUHPHQWOD rĂŠgion  du  Cap),  avec  des    incursions    en  AmĂŠrique  du  Nord  et  en  France.   Ses  travaux  portent  sur  :  OÂśXWLOLVDWLRQHQSROLWLTXHGHFHTXLHVWQRPPpŠ  identitĂŠ    ;Íž  la  notion  de  crĂŠolisation  ;Íž   OHVPpWKRGHVHQVRFLRORJLHSROLWLTXHGHVPXVLTXHVSRSXODLUHVOÂśDSSUpKHQVLRQGHVFRQILJXUDWLRQVLGHQWLWDLUHV chez  les  habitants  du  Cap  classĂŠs  coloureds  GXUDQWOÂśDSDUWKHLGjSDUWLUGHOÂśDQDO\VHGHVUpSHUWRLUHVPXsicaux   et  des  fĂŞtes  du  Nouvel  an.  Il  participe  à  plusieurs  projets  en  cours  :   Âą  6RXQGLQJWKH&DSH7KH3RZHURI6RXWK$IULFDÂśV&UHROH0XVLFVOLYUHjSDUDvWUHILQRXGpEXWFKH] African  Minds,  Stellenbosch,  Afrique  du  Sud.   Âą  Les  significations  socLDOHVHWSROLWLTXHGHOÂśKXPRXUGDQVOHVŠFKDQVRQVFRPLTXHVÂŞ(moppies)  du  Cap,  dans   OH FDGUH GH OÂś$15 */2%$086 &UpDWLRQ PXVLFDOH FLUFXODWLRQ HW PDUFKp G LGHQWLWpV HQ FRQWH[WH JOREDO  coordonnĂŠe  par  Emmanuelle  Olivier  (Centre  de  Recherches  sur  les  Arts  et  le  Langage,    CRAL,  UMR  8566   CNRS-­EHESS).   Âą  Le  sens  du  beau  dans  les  nederlandsliedjies  (rĂŠpertoire  des    Malay  Choirs    du  Cap),  critères  de  jugement   esthĂŠtique  dans   les   compĂŠtitions   chorales   et  dispute  sur  les   modèles   culturels  au   Cap,  dans   le   cadre   du   programme   ÂŤ   Ă&#x2030;tude   des   critères   du   beau   dans   les   musiques   du   monde   Âť,   Laboratoire   de   Musicologie   ComparĂŠe  et  Anthropologie  de  la  Musique,  UniversitĂŠ  de  MontrĂŠal,  Canada.   Âą  Š'H/D5H\OHJpQpUDOTXLQÂśDUULYHMDPDLVÂŤ/HWURXEOHGHVMHXQHV$IULNDQHUVGDQVOÂśAfrique  du  Sud  post-­ DSDUWKHLGjSDUWLUGXFOLSGHODFKDQVRQÂľ'H/D5H\ϻ   Âą  Recueil  de  textes  traitant  de  la  sociologie  des  musiques  populaires.    

  x  Lutter   contre   le   paludisme:   analyse   pluridisciplinaire   des   enjeux   relatifs   à   l'introduction   des   ACT   (artemisinin-­based   combination   therapy/combinaisons   à   base   d'artÊmisinine)   au   SÊnÊgal   (FrÊdÊric Le Marcis & Pascal Millet) x

  x  L'essai   clinique   comme   espace   de   rencontre.   Des   logiques   scientifiques   aux   expÊriences   individuelles  :  construction  des  participants,  biosocialitÊ  et  expÊriences  de  subjectivation  (Abidjan,   Côte  d'Ivoire)  (FrÊdÊric Le Marcis)    

 

23  


 

x  AMP   :   StÊrilitÊ   et   recours   à   l'Assistance   MÊdicale   à   la   ProcrÊation   dans   le   contexte   de   la   mondialisation  (PrÊtoria,  Ouagadougou,  Paris)  (FrÊdÊric Le Marcis)     x  Organisations   internationales   en   Afrique   :   sociologie   politique   localisÊe   du   gouvernement   international  de  l'Afrique  (RenÊ Otayek & Jean-­HervÊ JÊzequel)          

Les  programmes  en  construction    

x  Les  patrimoines  archÊologiques  et  historiques  en  Ouganda  (Elizabeth Vignati)  

La  patrimonialisation  des  lieux  de  mÊmoire  est  un  enjeu  majeur  pour  les  pays  africains,  notamment  sur  le  plan   du  dÊveloppement  Êconomique  liÊ  au  tourisme  mais  aussi  politique  dans  une  perspective  de  consolidation  des   identitÊs   nationales.   Analyser   les   mÊcanismes   qui   interfèrent   et   conduisent   aux   choix   politiques   de   la   YDORULVDWLRQGHOLHX[GHPpPRLUHHQ2XJDQGDTXœLOVVRLHQWSDWULPRLQHDUFKpRORJLTXHRXKLVWRULTXHSHUPHWGH comprendre   grâce  à  diffÊrentes   approches   (inventaire,   enquêtes,   archives,  pUHVVH   OœLPSDFWGHV UpDOLWpV FRQWHPSRUDLQHVVXUOHVSROLWLTXHVSXEOLTXHVSDWULPRQLDOHV/œXQGHVEXWVGHFHSURJUDPPHHVWpJDOHPHQWOD PLVHHQSHUVSHFWLYHGHVUpVXOWDWVDYHFFHX[GHVSD\VIDLVDQWSDUWLHGHOœEast  African  Community,  notamment   le  Burundi  et  le  Kenya.    

  x  1RXYHOOHV SHUFHSWLRQV GH OD SDXYUHWp HW UHVSRQVDELOLWp VRFLpWDOH GH OœHQWUHSULVH GDQV OHV pWDWV HW sociÊtÊs  fragiles  (Dominique Darbon & Isabelle Daugareilh)          

Les  programmes  portÊs  par  des  partenaires      

x  Enfants   Victimes,   Enfants   PrÊcaiUHV HW -HXQHVVH 9LROHQWH HQ $IULTXH GH Oœ(VW %XUXQGL .HQ\D Ouganda,   Rwanda)   :   RÊalitÊs,   Perceptions   et   Prises   en   Charge  (ANR dirigÊ par Christian Thibon, GLUHFWHXUGHO¡,)5$-­Nairobi)  

Dans  la  rÊgion  de  Grands  Lacs,  en  Afrique  orientale,  la  vulnÊrabilitÊ  et  la  prÊcaritÊ  qui  touchent  la  jeunesse   HQIDQWV HW  MHXQHV DGROHVFHQWV  VH VRQW DFFUXHV FHV GHUQLqUHV DQQpHV DYHF SOXV RX PRLQV GœLQWHQVLWp HQ raison  de  la  situation  politique  conflictuelle  ou  post-­conflictuelle  dans  la  rÊgion.  Selon  le  contexte  Êconomique   YRLUH pSLGpPLRORJLTXH GHV SD\V HOOHV VœLPSRVHQW FRPPH XQH UpDOLWp VWUXFWXUHOOH GDQV OHV YLOOHV HW GDQV OHV FDPSDJQHVHWVœDFFRPSDJQHQWGœXQHPXOWLSOLFDWLRn  de  situations  extrêmes.   La   dÊgradation   ou   le   plafonnement   des   indicateurs   sociodÊmographiques   (mortalitÊ   infantile   et   juvÊnile),   VRFLRFXOWXUHOV VFRODULVDWLRQ  QXWULWLRQQHOV PDOQXWULWLRQ  HW OHV V\QWKqVHV QDWLRQDOHV  DQQXHOOHV QœHQ WpPRLJQHQWTXœHQSDUWLHDORUVTXHODVRFLpWpFLYLOHOHV21*HWODFRPPXQDXWpLQWHUQDWLRQDOHHQGpYRLOHQWGH plus  en  plus  les  manifestations  violentes.   $LQVL GHSXLV SOXVLHXUV DQQpHV VœHVW LPSRVpH OD TXHVWLRQ VHQVLEOH GHV YLROHQFHV VXELHV SDU OHV HQIDQWV HQ particulier   celles   des      enfants   soldats   ,   une   condition   dÊconcertante   qui   dÊvoile   une   double   violence,   la   violence  subie  mais  aussi  une  violence  portÊe  par  cette  jeunesse.  

 

24  


 

 

  x  MiPriMo  :  La  migration  prise  aux  mots.  RÊcits,  circulation  des  imaginaires  et  dynamiques  sociales   dans  les  migrations  ouest-­africaines  (ANR Les Suds II/CEPED (UMR 196) / Paris-­Descartes, dirigÊ par CÊcile Canut, participation de Daouda Gary-­Tounkara)      

&HWWH UHFKHUFKHSOXULGLVFLSOLQDLUH UHQGUD FRPSWHGHV FRQGLWLRQVGœpODERUDWLRQHWGH FLUFXODWLRQGHV UpFLWV VXU les  migrations  sud-­sud  par  les  migrants  eux-­mêmes  et  par  leurs  proches.  Cette  circulation  des  rÊcits  et  des   discours   sera   ÊtudiÊe   à   travers   certaines   productions   culturelles   locales   (littÊrature,   cinÊma,   mÊdia,   chants,   griots,   etc.),   afin   de   comprendre   quel   peut   être   son   rôle   dans   les   processus   sociaux   et   politiques   liÊs   à   la   mobilitÊ.  Contrebalançant  un  dÊterminisme  Êconomique,  cette  recherche  cherchera  à  mettre  en  Êvidence  la   portÊe  des  imaginaires,  des  mythes  et  des  croyances  sur  les  dÊparts  en  migration.  Au-­GHOjGHOœLQWpUrWSRUWpj la   structuration   des   rÊcits   et   aux   imaginaires   quœLOV GpSORLHQW FH SURMHW YLVH j DQDO\VHU OHV FRQGLWLRQV GH production  discursive  des  rÊcits  ainsi  que  leur  rôle  dans  les  sociÊtÊs  ouest-­DIULFDLQHV/œDWWHQWLRQSRUWpHDX[ FRQWH[WHVGHSURGXFWLRQSHUPHWWUDGœREVHUYHUGDQVXQSUHPLHUWHPSVTXDQGSDUTXLHt  avec  quels  desseins   OHV UpFLWV HW OHV GLVFRXUV VRQW pODERUpV SURGXLWV HW pQRQFpV ,O VœDJLUD GDQV XQ VHFRQG WHPSV GœH[DPLQHU comment  ces  rÊcits  sont  ensuite  appropriÊs,  interprÊtÊs  et  rÊÊlaborÊs  par  les  acteurs  sociaux  dans  les  chants,   les  chorÊgraphies,  les  littÊratures  orales,  les  discours  quotidiens  et  dans  les  mÊdias  (radio,  tÊlÊvision,  films,   LQWHUQHW (QILQLOVœDJLUDGHGpPrOHUOœHQFKkVVHPHQWGHVUpFLWVGDQVOHVUHODWLRQVVRFLDOHVHWOHVUDSSRUWVGH pouvoir  au  niveau  local,  articulÊ  à  un  niveau  plus  global.      

x  2008-­2011    Frontafrique  :  Frontières  africaines  :  absurditÊ  ou  enracinement  ?  Nouvelles  approches   GHOœKLVWRULFLWpGHVIURQWLqUHVDIULFDLQHVª (ANR-­AIRD Les Suds/CEMAf (UMR 8171) / Paris 1, dirigÊ par Pierre Boilley, participation de Daouda Gary-­Tounkara)  

Les   discours   portant   sur   les   frontières   africaines   ont   longtemps   ĂŠtĂŠ   marquĂŠs   par   un   parti   pris   de   principe  :   celles-­ci  devaient  être  dĂŠnoncĂŠes  comme  Êtant  des  stigmates  de  la  domination  coloniale.     La  nĂŠcessitĂŠ  de  renouveler  un  questionnement  jusque-­OjEDVpVXUXQSRVWXODWOÂśDERQGDQFHGHVPDWpULDX[OD FRQYHUJHQFH GÂśLQWpUrW GH FKHUFKHXUV GÂśKRUL]RQV GLYHUV DLQVL TXH OD   SUpJQDQFH GH OD TXHVWLRQ GH OÂśetat   en   $IULTXHSODLGHQWSRXUODQpFHVVLWpGÂśHQJDJHUXQHUpIOH[LRQVFLHQWLILTXHGHJUDQGHampleur  sur  la  question  des   IURQWLqUHVDIULFDLQHV&HWWHUpIOH[LRQVHGRLWGÂśrWUHjODIRLVSOXULGLVFLSOLQDLUHV\VWpPDWLTXHHWFULWLTXH/ÂśREMHFWLI HVWGÂśpWXGLHUDXFDVSDUFDVOHSURFHVVXVGÂśpODERUDWLRQGHFKDFXQHGHVIURQWLqUHVDILQGHIRXUQLUGHVpOpPents   pouvDQWQRXUULUODUpIOH[LRQVXUOÂśeWDWHQ$IULTXHPDLVDXVVLGÂśpWXGLHUFHVIURQWLqUHVjWUDYHUVOHVG\QDPLTXHV TXÂśHOOHVSURGXLVHQW PLJUDWLRQVPRELOLWpJHVWLRQWHUULWRULDOHGpFentralisation,  relations  entre  Ă&#x2030;tat  et  identitĂŠs,   questions  de  conflitVÂŤ &HVDQDO\VHVGRLYHQWSHUPHWWUHGHSURGXLUHXQHFDUWRJUDSKLHQRXYHOOHGXOLHQHQWUH politique   et   territoire   en   Afrique  :   une   cartographie   historique   des   formes   prises   par  les   limites   politiques   en   Afrique   avant   la   colonisation,   ensuite   une   cartographie   GH OD FRQVWUXFWLRQ HW GH OÂśpYROXWLRQ GHV WUDFpV frontaliers  pendant  la  domination  coloniale,  enfin  un  Êtat  des  lieux  des  frontières  africaines  actuelles.    

  x  Rurban   Africa   (programme   de   recherche   europÊen   dont   la   composante   française   est   pilotÊe   par   Oœ805'ynamiques  rurales,  UniversitÊ  de  Toulouse,  participation de Bernard Calas & François Bart)    

The   overall   objective   of   the   African   Rural-­City   Connections   (Rurban   Africa)   project   is   to   explore   the   connections   between   rural   transformations,   mobility,   and   urbanization   processes   and   analyze   how   these   contribute   to   an   understanding   of   the   scale,   nature   and   location   of   poverty   in   sub-­Saharan   Africa.   This   will   include   critically   scrutinizing   the   assumption   that   migration   from   rural   areas   to   cities   is   one   of   the   major   development  challenges  faced  by  national  and  local  governments  in  their  efforts  to  stimulate  economic  growth   and  curb  poverty.  This  overall  objective  will  be  met  by  obtaining  an  improved  understanding  of:   1.  How  agricultural  transformation  and  socio-­economic  dynamics  in  rural  areas  marked  by  different  forms  of   commoditization  and  land  tenure  systems  interact  with  rural-­urban  resource  flows   2.  The  impacts  of  agricultural  transformations  and  city  dynamics  on  rural  livelihoods,  especially  with  regard  to   access   to   resources,   income   diversification   and   mobility,   and   how   these   relate   to   emerging   patterns   of  

 

25  


 

inequalities  and  rural  poverty   3.  How  city  growth  and  urbanization  processes  reflect  socio-­economic  and  demographic  change,  failures  as   well  as  successes  in  rural  development,  and  how  this  impacts  on  urban  economies  and  livelihoods   4.   How   the   dynamics   of   urban   poverty   relate   to   the   nexus   of   rural-­urban   linkages   and   how  this   impacts   on   access  to  services  in  urban  low-­income  areas   5.   How   regional,   national   and   local   policies   and   knowledge   environments   address   rural-­city   connections   in   relation   to   poverty   reduction,   and   how   new   insights   into   these   issues   can   stimulate   policy   dialogue   and   research  capacity,  in  particular  across  the  sub-­Saharan  region   The   project   focuses   on   four   countries:   Rwanda,   Tanzania,   Cameroon   and   Ghana.   The   selection   of   case   countries  rests  on  the  ambition  to  account  for  diverse  sub-­Saharan  African  national  experiences  of  rural-­city   connections  and  developmental  pathways  to  curb  poverty.    

  xUNPEC.   Urban   National   Parks   in   Emerging   Countries,   ANR   pilotÊ   par   FrÊdÊric   Landy,   Nanterre   (participation de Bernard Calas)    

'DQVTXHOOHPHVXUHOHPRGHGHJHVWLRQGœXQSDUFQDWLRQDOXUEDLQHVW-­il  rÊvÊlateur  du  degrÊ,  des  dynamiques   HWGHVIRUPHVGœpPHUJHQFHGœXQSD\VHWGœXQHYLOOH"   /DTXHVWLRQGHVSDUFVQDWLRQDX[HVWHQJpQpUDOFRQVLGpUpHVRXVOœDQJOHGœXQDQWDJRQLVPHHQWUHFRQVHUYDWLRQ (de  la  nature)  et  dÊveloppement  (des  sociÊtÊs).  Il  existe  une  abondante  littÊrature  scientifique  sur  le  sujet,  qui   prône  unHDSSURFKHSDUWLFLSDWLYHSHUPHWWDQWGœLQWpJUHUOHVSRSXODWLRQVORFDOHVjODSROLWLTXHGHSURWHFWLRQHW de  ce  fait,  de  concilier  ÊquitÊ  et  efficacitÊ.  Revisiter  cette  question  dans  le  contexte  des  mÊgapoles  des  pays   du  Sud  dont  deux  se  situent  en  Afrique  (Rio  de  Janeiro,  le  Cap,  Bombay,  Nairobi)  oblige  à  abandonner  une   partie   des   conclusions   habituelles,   au   risque   du   politiquement   incorrect   :   quand   une   partie   des   parcs   nationaux,  très  proches  de  grandes  agglomÊrations  en  forte  croissance,  est  conquise  ou  riVTXHGHOœrWUHSDU GHVELGRQYLOOHVSDUGHVUpVLGHQFHVERXUJHRLVHVRXGœDXWUHVDFWLYLWpVSHXW-­on  encore  prôner  la  cogestion  et  la   participation  des  habitants  ?  La  complexitÊ  du  sujet  est  encore  renforcÊe  par  son  cadre  international  :  celui  de   pays  ÊmergenWVjGHVGHJUpVGLYHUV&DUTXHVLJQLILHŠOœpPHUJHQFHªVLQRQHQWHUPHVVRFLR-­culturels,  la   juxtaposition  de  groupes  de  plus  en  plus  contrastÊs,  dont  les  systèmes  de  reprÊsentation  de  la  nature  sont   GLYHUJHQWV"/HSURFHVVXVGœpPHUJHQFHPRGLILHODFRPSosition  et  la  dynamique  des  classes  sociales  et  fait  du   parc  un  lieu  et  un  rÊvÊlateur  de  rencontres  et  de  conflits,  au  BrÊsil,  en  Inde,  en  Afrique  du  Sud  et  même  dans   des  pays   comme   le  Kenya,   marquÊs  par  des   crises  Êconomiques  et   politiques   rÊcurrentes,  pour  lesquels      OœpPHUJHQFHªVHPEOHHQFRUHrWUHXQREMHFWLIjDWWHLQGUHSOXVTXœXQUpHOSURFHVVXVGHGpYHORSSHPHQW(QILQ OHSURFHVVXVGœpPHUJHQFHPHWHQOXPLqUHOHVQRXYHDX[HQMHX[GHFHVSDUFVGLWVŠQDWLRQDX[ªPDLVLQVFULWV dans  une  dimension  locale  jOœpFKHOOHGHOœDJJORPpUDWLRQXUEDLQHLOVVRQWFRQIURQWpVDXGpILGœXQHJHVWLRQTXL doit  se  faire  en  tenant  compte  de  ces  multiples  Êchelles.    

  xProjet   TCRAF-­Eu   ³Effects   of   Transnational   Child   Raising   Arrangements   on   Life-­Chances   of   Children,   Migrant   Parents   and  Caregivers   between   Africa   and  Europe´-­2013   (participation de Jeanne Vivet)    

$ORUVTXHOHVSROLWLTXHVPLJUDWRLUHVHXURSpHQQHVVRQWGHSOXVHQSOXVUHVWULFWLYHVLOHVWGLIILFLOHjOœHQVHPEOH GœXQHIDPLOOHGœpPLJUHUHQVHPEOH/HVIDPLOOHVWUansnationales  constituent  une  rÊalitÊ  sociale  importante  dont   les   consÊquences   ont   ÊtÊ   peu   analysÊes,   alors   que   la   question   des   renvois   des   migrants   vers   leur   pays   GœRULJLQHDpWpODUJHPHQWpWXGLpH&HSURMHWHXURSpHQFRPSDUDWLIHVWFRRUGRQQpSDU90D]]XFato  et  financÊ   SDU1RUIDFH,OVœLQWpUHVVHDXIRQFWLRQQHPHQWGHIDPLOOHVWUDQVQDWLRQDOHVDIULFDLQHV ORUVTXœDXPRLQVXQSDUHQW YLWHQ(XURSHDORUVTXHOHVHQIDQWVVRQWUHVWpVGDQVOHSD\VGœRULJLQHHQ$IULTXH HWVœDSSXLHVXUSOXVLHXUV Êtudes   de   cas   (Nigeria-­Irlande,   Angola-­Portugal,   Ghana-­Pays-­Bas).   Ce   programme   analyse   les   modes   de   fonctionnement  des  familles  transnationales  et  les  divers  impacts,  Êmotionnels,  Êconomiques,  Êducatifs  liÊs  à   OD VpSDUDWLRQ &RPPHQW VœRUJDQLVHQW OHV UHODWLRQV HW OD SDUHQWDOLtÊ   malgrÊ   la   distance  ?   Quelles   sont   les   stratÊgies   mises   en   place   par   les   diffÊrents   membres   de   la   famille  ?   Comment   les   conflits   sont-­ils   gÊrÊs  ?   /œpWXGH GH FHV IDPLOOHV FRQVWUXLWHV GDQV XQ HVSDFH WUDQVQDWLRQDO SHUPHW GH UpIOpFKLU VXU OH UDSSRUW GHV

 

26  


 

individus   aux   territoires   ¹   qui   sont   à   la   fois   discontinus   et   rÊticulÊs   et   sur     les   notions   de     maison     et   Gœ    habiter  .   Site  du  programme  :  http://fasos-­research.nl/tcra/tcraf-­eu/  UniversitÊ  de  Maastricht,  ICS  Lisbonne,  UniversitÊ   Corke,  FAFO,  Oslo.    

  xPlaces   and   belongings  :   ÂŤ  circular     conjugality   between   Angola   and   Portugal.   ICS   Lisbonne/FCT   (Projet coordonnĂŠ par M. Grassi ²2012-­2015, participation de Jeanne Vivet).     Dix  ans  après  la  fin  de  la  guerUHFLYLOHOÂś$QJRODFRQQDvWGHVWDX[GHFURLVVDQFHpFRQRPLTXHVH[FHSWLRQQHOV liĂŠs   principalement   aux   ressources   pĂŠtrolières   et   minières   et   aux   chantiers   de   reconstruction.   Dans   un   contexte   de   forte   rĂŠcession   ĂŠconomique   au   Portugal,  de   plus   en   plus   de   Portugais  prennent   la  dĂŠcision  de   partir   en   Angola   oĂš   de   nombreuses   entreprises   portugaises   sont   installĂŠes   et   oĂš   ils   ont   davantage   GÂśRSSRUWXQLWpV SURIHVVLRQQHOOHV $XMRXUGÂśKXL LO \ D WURLV IRLV SOXV GH PLJUDQWV 3RUWXJDLV HQ $QJROD TXH GÂś$QJRODLV DX 3RUWXJDO plus   de   100   000   Portugais   travaillent   en   Angola,   essentiellement   des   hommes).   Ă&#x20AC;   UHERXUV GH OÂśpWXGH GHV IOX[ PLJUDWRLUHV GH OÂś$IULTXH YHUV OÂś(XURSH FHWWH UHFKHUFKH VÂśLQWpUHVVH GRQF DX[ migrations  de  travail  du    Nord    vers  le    Sud  ,  entre  deux  pays  dont  les  liens  historiques,  Êconomiques  et   culturels   sont   très   forts.   Ce   programme   pluridisciplinaire,   centrĂŠ   sur   les   hommes   qui   ont   migrĂŠ   seuls,   a   plusieurs  objectifs  pWXGLHUOHVSDUWLFXODULWpVGHFHVPLJUDWLRQVpFRQRPLTXHVTXLVÂśLQVFULYHQWGDQVXQFRQWH[WH   post-­colonial,   analyser   l'ĂŠmergence   de   nouvelles   formes   conjugales   entre   couples   vivant   sĂŠparĂŠs   et   la   redĂŠfinition  des  rĂ´les  de  genre,  et  enfin  rĂŠflĂŠchir  sur  la  reconstruction  de  la  signification  de  la  maison  ("home")   pour  ces  migrants.          

La  vie  scientifique  du  laboratoire    

Les  sÊminaires    

 

Retrouvez  WRXWHOœDFWXDOLWpGHVVpPLQDLUHVVXUOHVLWHGH/$0ODPVFLHQFHVSRERUGHDX[IU>    

x Le sÊminaire gÊnÊral, coordonnÊ   par   Didier   Galibert   et   Ndubueze   Nkume-­Okorie DYHF OœDLGH GH Christine  Chivallon   PÊriodicitÊ  :  un  jeudi/mois  de  14h30-­16h30   Lieu  important  de  rencontre,  le  sÊminaLUHJpQpUDOVœDUWLFXOHDXWRXUGHthÊmatiques  de  recherche  communes.  Il   rassemble   rÊgulièrement   les   membres   du   centre   autour   de   la   prÊsentation   GœXQ RXYUDJH GœXQ LQWHUYHQDQW extÊrieur  ou  GœXQDXWUHPHPEUH.    

x Le sÊminaire de recherche, coordonnÊ  par  Josiane  Tanchou  et  Armelle  Gaulier   PÊriodicitÊ  :  un  jeudi/mois  de  14h30-­16h30 PÊriodicitÊ  :  1  jeudi/mois  de  14h30-­16h30   SÊminaire  de  discussion  autour  du  travail  en  cours  GœXQ-­e  chercheur-­e  ou  dœXQ-­e  doctorant-­e.    

x /H VpPLQDLUH G¡DFWXDOLWp, coordonnÊ   par   Vincent   Bonnecase   et   Jean-­HervÊ   JÊzÊquel,   DYHF OœDLGH GH Alain  Ricard   PÊriodicitÊ  3  ou  4  sÊances  en  2012-­1013,  le  jeudi  en  fin  de  journÊe  et  à  Bordeaux     &HVpPLQDLUHDYRFDWLRQjUpDJLUjOœDFWXDlitÊ  africaine,  proposer  des  analyses  et  remises  en  perspectives  aux   pYpQHPHQWVTXLRQWOLHXVXUOHFRQWLQHQWLOVœDGUHVVHjXQSXEOLFODUJHQRQXQLYHUVLWDLUHHWSRXUFHWWHUDLVRQ HVWRUJDQLVpKRUVGHOœXQLYHUVLWpHQYLOOH  

 

27  


 

 

Les  publications      

x/œ$IULTue  Politique   Collection  aux  Êditions  Karthala  dirigÊe  par  Comi  Toulabor  et  Daouda  Gary-­Tounkara   <www.lam.sciencespobordeaux.fr/afriquepolitique.htm>    

xe-­LAM   Collection  de  working  papers  en  ligne  dirigÊe  par  Michel  Cahen   (En  cours  de  crÊation)    

xPolitique  Africaine   5HYXHGHOœ$VVRFLDWLRQGHV&Kercheurs  de  Politique  Africaine  (ACPA)   RÊdacteurs  en  chef  :  Laurent  Fourchard  (LAM  /  FNSP)  et  Marie-­Emmanuelle  Pommerole  (CRPS  /  Univ.  Paris   1)  www.politique-­africaine.com/    

Les  rÊseaux   xAEGIS (Africa-­Europe  Group  for  Interdisciplinary  Studies)  http://aegis-­eu.org/   LAM  (le  CEAN  initialement)  est  membre  fondateur  de  ce  rÊseau  crÊÊ  en  1991  pour  rassembler  les  chercheurs   africanistes  des  laboratoires  europÊens  et  crÊer  des  synergies  entre  les  institutions  europÊennes  de  recherche   WUDYDLOODQWVXUOœ$IULTXH   AEGIS  organise  tous  les  deux  ans  OœEuropean  Conference  on  African  Studies  (ECAS).  En  2015,  ECAS  6  aura   lieu  à  Paris  (organisÊe  conjointement  par  LAM,  le  CEMAf  et  le  CEA)   xGURXSHPHQWG¡IntÊrêt Scientifique  Afrique  du CNRS   Le  GIS  Afrique  (CNRS,  prÊsident  :  Pierre  Boilley)  rassemble  les  chercheurs  africanistes  français.  LAM  en  est   membre  fondateur.  Il  succèdera  au  RTP  Afrique  à  partir  de  janvier  2013.    

xRÊseau Aquitain Formation et Information pour le DÊveloppement  (RAFID)   Il  regroupe  depuis  1997  les  universitÊs  et  organismes  spÊcialisÊs  sur  l'Êtude  du  dÊveloppement  dans  les  pays   du   Sud   :   il   a   pour   but   de   faciliter   l'accès   aux   ressources   rÊgionales   d'information,   de   documentation   et   de   formation.   www.rafid.u-­bordeaux.fr/      

xLittÊrature africaine (LITAF) La  base  de  donnÊes  bibliographique  LITAF  donne  des  informations  complètes  sur  la  production  littÊraire  en   langue  française  de  l'Afrique  subsaharienne.   www.litaf.cean.org/      

xBase de donnÊes bibliographiques BABORD+ L'interface   %DERUG  SHUPHW GœLQWHUURJHU OHV FDWDORJXHV GHV ELEOLRWKqTXHV XQLYHUVLWDLUHV HW leurs  ressources  Êlectroniques  (thè ses,  revues,  livres  numÊriques)   http://scd.u-­bordeaux3.fr/babordplus/    

 

 

28  


Les  partenariats     Universités et Centres de Recherche   Université  Bordeaux  Segalen   Université  Michel  de  Montaigne  Bordeaux  3   Université  Montesquieu  Bordeaux  IV   Université  de  Pau  et  des  PD\VGHO¶$GRXU  (UPPA)   ADES  (Aménagement,  Développement,  Environnement,  Santé  et  Société  -­  unité  mixte  de  recherche  CNRS  /   Univ.  Michel  de  Montaigne  ±  Bordeaux  3)   CERDRADI  (Centre  d'études  et  de  recherches  sur  les  droits  africains  et  sur  le  développement  institutionnel   des  pays  en  développement  ±  Univ.  Montesquieu  Bordeaux  IV)   CED  (Centre  Émile  Durkheim  -­  UMR  CNRS  /  Sciences  Po  Bordeaux)   COMPTRASEC  (UMR  CNRS  /  Univ.  Montesquieu  Bordeaux  IV   MSH-­A  (Maison  des  Sciences  de  l'Homme  d'Aquitaine)    

Collectivités territoriales et Ministères Conseil  général  de  Gironde   Conseil  régional  d'Aquitaine   Ville  de  Bordeaux     Ministère  des  Affaires  Étrangères   Ministère  de  la  Défense    

Nationaux   &(3(/ &HQWUHG¶eWXGHV3ROLWLTXHVGHO¶(XURSHODWLQHGH0RQWSHOOLHU   CERI  (Centre  d'étude  des  relations  internationales)   IEP  de  Toulouse   IPEALT  (Institut  pluridisciplinaire  pour  les  Études  sur  l'Amérique  latine  de  Toulouse)   IRD  (Institut  de  Recherche  pour  le  développement)   FNSP  (Fondation  nationale  de  Sciences  politiques)    

Internationaux   AEGIS  (Africa-­Europe  group  for  Interdisciplinary  studies)   AISA  (Africa  Institute  of  South  Africa,  Pretoria,  Afrique  du  Sud)   ASC  (African  Studies  Centre,  Boston,  USA)   ASC  (Afrika  Studiecentrum,  Leiden,  The  Netherlands)   AUF  (Agence  universitaire  de  la  Francophonie)   CEDEJ  (Centre  d'Études  et  de  Documentation  Économiques,  Juridiques  et  Sociales,  CNRS/MAE,  Khartoum,   Soudan)   CEsA  (Centro  de  Estudos  sobre  Africa  e  do  Desenvolvimento,  Lisbonne,  Portugal)   CODESRIA  (Conseil  pour  le  développement  de  la  recherche  en  sciences  sociales  en  Afrique)   ECPR  (European  consortium  for  political  research)   IAS  (Institute  for  African  Studies,  University  of  Bayreuth,  Allemagne)   IDS  (Institute  of  Development  Studies,  Sussex,  GB)   IFAN  (Institut  fondamental  d'Afrique  noire,  Dakar,  Sénégal)   IFRA  (Institut  français  de  recherche  en  Afrique,  Nairobi,  Kenya  et  Ibadan,  Nigeria)  -­  Page Facebook  ±   IFAS  (Institut  français  d'Afrique  du  Sud,  Johannesburg,  Afrique  du  Sud)   IRIC  (Institut  des  Relations  internationales  du  Cameroun,  Yaoundé,  Cameroun)   ISEG  (Instituto  Superior  de  Economia  e  Gestão,  Universidade  Técnica  de  Lisboa,  Portugal)   James  Coleman  African  Studies  Center  (University  of  California,  Los  Angeles,  USA)   SOAS  (School  of  Oriental  and  African  Studies,  London,  G.-­B.)   University  of  Khartoum  (Soudan)    

 

 

29  


Associations des recherche-­action et formation appliquée xCap  Coopération     www.capcooperation.org/   xGenre  en  Action       www.genreenaction.net/   xIFAID                         www.ifaid.org/    

Animation culturelle   xIwalewa-­Haus      <www.iwalewa.uni-­bayreuth.de/en/index.html>   x0XVpHG¶HWKQRJUDSKLH  de  Bordeaux  Segalen      <www.meb.u-­bordeaux2.fr/>   xArc  en  Rêves      <www.arcenreve.com/>          

Les  enseignements   Les  parcours  de  Master    

Plusieurs  parcours  de  Master  de  Sciences  Po  Bordeaux  sont  rattachés  à  LAM   3OXVG¶LQIRVXU<www.sciencespobordeaux.fr/fr/futur_etudiant/admissions/masters.html>   x PDAPS   Master   mixte   (recherche-­professionnel)   Politique   et   Développement   en   Afrique   et   dans   les   pays   du   Sud,   Sciences  Po  Bordeaux   Responsable  :  Dominique  Darbon  (IEP)    

x MIDAF   Master   interdisciplinaire   et   interuniversitaire   mixte   Dynamique   des   Afriques,   proposé   conjointement   par   Sciences   Po   Bordeaux   (option   science   politique),   Université   Bordeaux   3   (option   géographie),   Université   Bordeaux  IV  (option  droit)   Responsables  :  Dominique  Darbon  (IEP),  Bernard  Calas  (Bordeaux  3),  Matthieu  Fau-­Nougaret  (Bordeaux  IV)    

x CID   Master  professionnel  Coopération  internationale  et  Développement,  Sciences  Po  Bordeaux   Responsable  :  Pierre-­Jean  Roca  (CNRS)    

x GRPS   Master  professionnel  Gestion  des  Risques  dans  les  Pays  du  Sud,  Sciences  Po  Bordeaux  et  Bordeaux  IV   Responsables  :  Jean  Philippe  Berrou  (IEP)    

 

30  


plaquette LAM