Issuu on Google+

[20082009] Anne Gleyze M2 Communication Globale communication 5 - 2008-2009 Sous la direction de M. Toulmond et M. Clancy

[IMPACT DU WEB 2.0 DANS LA DEMOCRATISATION DE L’ART CONTEMPORAIN]


Remerciements Je souhaite remercier toute l’équipe pédagogique de l’Institut International de Communication de Paris, et tout particulièrement l’ensemble du corps enseignant de la classe de 5ème année de communication, pour les cours dispensés tout au long de l’année. Je remercie vivement Monsieur Toulmond pour ses conseils en qualité de tuteur théorique concernant ce mémoire de fin d’étude. Je tiens à témoigner toute ma reconnaissance à Monsieur Clancy, tuteur de mon mémoire, pour l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’il m’a fait partager tout au long de l’année, tant par son enseignement pédagogique que lors de la mise en place de ce mémoire. Je le remercie pour le temps qu’il m’a consacré et pour ses nombreux et précieux conseils qui m’ont permis de mener à bien ce mémoire. Je désire apporter ma reconnaissance à Anne Bachelier pour m’avoir fait partager son amour de la peinture et m’avoir fait explorer de nombreuses facettes de l’art contemporain. Je la salue pour être à l’origine du choix du sujet de ce mémoire. Je remercie mes parents pour les longues heures passées à relire mon mémoire et pour leurs conseils avisés.

2


TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS .............................................................................................................. 2 SUMMARY ........................................................................................................................ 5 INTRODUCTION ................................................................................................................ 8 LE WEB 2.0 : NOUVEL OUTIL INCONTOURNABLE DE COMMUNICATION ? ......................... 10 QU’EST CE QUE LE WEB 2.0 ? ................................................................................................................................. 10 LE WEB 2.0 : ENSEMBLE DE NOUVELLES TECHNOLOGIES ................................................................................................ 10 WEB 2.0 : DE NOUVELLES APPLICATIONS RICHES .......................................................................................................... 11 WEB 2.0 : L’INTERNAUTE WEB-ACTEUR ..................................................................................................................... 13 WEB 2.0 : RESEAUX SOCIAUX................................................................................................................................... 20 WEB 2.0 : LA LONGUE TRAINE ................................................................................................................................. 26

L’ART CONTEMPORAIN : DE L’ELITE AU GRAND PUBLIC .................................................... 28 DEFINITION DE L’ART CONTEMPORAIN ........................................................................................................................ 28 PERCEPTION ACTUELLE DU GRAND PUBLIC .................................................................................................................. 29 LES ACTEURS PRINCIPAUX ........................................................................................................................................ 33 ETAT ACTUEL DE L’ART CONTEMPORAIN ...................................................................................................................... 37

UTILISATION DU WEB 2.0 DANS LA DEMOCRATISATION DE L’ART CONTEMPORAIN .......... 41 PRESENTATION D’ANNE BACHELIER ET DE SON TRAVAIL................................................................................... 42 Qui est Anne Bachelier ? ............................................................................................................................. 42 Où peut-on voir ses œuvres ? ....................................................................................................................... 43 Quelle est sa communication actuelle ? ...................................................................................................... 43 Mise en avant de ses forces et faiblesses ..................................................................................................... 44 LA STRATEGIE DE COMMUNICATION ONLINE ...................................................................................................... 46 Le Plan de Travail Créatif ........................................................................................................................... 47 Les préconisations sur l’existant ................................................................................................................. 48 LA STRATEGIE WEB 2.0 ..................................................................................................................................... 49 Le blog : vitrine interactive de proximité .................................................................................................... 50 Netlinking : théorie de l’essaimage ............................................................................................................. 60 Réseaux sociaux : diversification de son public .......................................................................................... 62 Evènementiel et wikis : asseoir son influence .............................................................................................. 71

CONCLUSION ...................................................................................................................74 3


LETTRE D’APPRECIATION DE M. CLANCY ...........................................................................76 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................... 77 LIVRES : ............................................................................................................................................................... 77 Web 2.0 : ...................................................................................................................................................... 77 Art contemporain : ....................................................................................................................................... 77 ARTICLES DE JOURNAUX : ........................................................................................................................................ 77 Web 2.0 : ...................................................................................................................................................... 77 Art contemporain : ....................................................................................................................................... 78 ARTICLES INTERNET : .............................................................................................................................................. 79 Web 2.0 : ...................................................................................................................................................... 79 Art contemporain : ....................................................................................................................................... 82

GLOSSAIRE ...................................................................................................................... 83 ANNEXES ...................................................................................................................... ..85 ANNEXE 1 : EXEMPLE DE CLOUD TAG OU « NUAGE DE MOTS » ……………………………………………………………………………………..II ANNEXE 2 : LE SONDAGE.......................................................................................................................................…III ANNEXE 3 : PESTEL POUR L’ART CONTEMPORAIN ........................................................................................................ .IX ANNEXE 4 : SWOT POUR L’ART CONTEMPORAIN .......................................................................................................... XI ANNEXE 5 : QUELQUES PEINTURES D’ANNE BACHELIER ................................................................................................ .XII

4


Summary As a child, my parents taught me three main values: the desire to learn, the delight of world travel, and the importance of an open mind towards diverse cultural aspects. These three values now are part of my personality.

My main hobbies are closely related to them.

Throughout the years, I also developed a strong interest in the new forms of communication, including the growing progress of the web 2.0. In my opinion, a mémoire should relate to my communication skills as much as to my passions. This explains my choice of themes for my mémoire. During this class year, we were assigned a communication exposé on contemporary art. The goal was to help a recent contemporary art academy become a strong voice in the world of contemporary art. While working on this topic, what struck me most was the number of people around me who loathed contemporary art. Most of them were incapable of naming a single contemporary artist, yet they had a strong negative opinion about it. I wanted to discover why this was so. Talking to these people, some of whom were very reluctant to have this debate with me, I realized that the large majority were mostly repelled by the environment contemporary art represents rather than the artistic work itself. Art being one of my strongest passions, I believed that finding a way to increase its exposure, even to the most reluctant people, would be a perfect topic for my mémoire. The second step towards the theme of this mémoire came after some time of thought. I wanted to give a radically new approach to this cultural aspect. One of the courses I took this year concerned the web 2.0.

I was seduced by the new means it provided to the

communication area. It is thanks to this class, taught by M. Clancy, also advisor of my mémoire, that my theme emerged: how can the web 2.0 help contemporary art gain exposure to people at large. The theme was perfect in every way. It responded to my desire to have an innovative means to communicate the values of contemporary art and its artists. It also combined two of my passions: art and the internet. Once the theme was decided, this mémoire began to take a clear form.

5


From this point, a long period began where I looked for information on different types of support. I gathered my knowledge in the first place in order to develop new and larger areas. The web 2.0 being a recent and popular phenomenon, I found a wealth of information on the topic in books, magazines or online articles that I read, discussions I heard or conferences I attended. I also had the opportunity to practice some of its use during my internship at Evene.fr, the first French cultural website, which lasted six months from April the 1st to September the 30th of 2009. One of my missions there was to state a web 2.0 strategy on social medias and to put it in practice. This was a great help since I took into account what was effective and what was not, which tone to use on each platform, etc. in this mémoire. Within the multitude of information I gathered, I found it particularly difficult to decide what was important and what was not. Even when the first sorting was done, I still found it hard to cut out a lot of information in order to respect the page limit. I learned that even though a sixty-page limit appears as very long, it is actually very limited for such a broad topic. This taught me how to condense a maximum of ideas in a minimum of words. I learned how to be concise, which should be helpful later in my life. Concerning the part of my mémoire about contemporary art I was confronted by a new issue, especially for the third part of my mémoire. At first, I wanted to create a global strategy. I rapidly realized that goal was too vague and was not an ideal forum to show the professional skills that need to stand out in this mémoire. I talked to my advisor, and he advised me to reduce my topic to one artist. At first the idea did not appeal to me: I did not want to reduce my mémoire. However, it was thanks to this advice that I found a way to develop my third part. I had to find an artist who was well known in the artistic world, with paintings that could be comprehended by the larger number of people who would be willing to join me in this experiment. I chose Anne Bachelier, an artist with which I’ve been familiar for a long time. Invoking her work and her personality, I crafted a strategy that would increase her popularity as well as increase the exposure of contemporary art as a whole to a large scale audience. This allowed my mémoire to reach my original goals.

6


To conclude, I have to say I enjoyed the challenge the mĂŠmoire represented. Moreover, Anne Bachelier and I will meet in November to implement this strategy. The mĂŠmoire also furthers my goal of working for the communication district of a museum or an art gallery.

7


Introduction Le développement des nouvelles technologies et principalement internet, a marqué un tournant dans notre manière de consommer, de communiquer et de s’informer. Depuis quelques mois, un nouveau terme semble présent sur toutes les lèvres : le web 2.0. Promesse d’un nouveau web, il a fondamentalement modifié le rapport des internautes avec internet. Souvent contesté, qualifié de terme marketing ou terme à la mode sans fondement, le web 2.0 assoit progressivement sa place dans l’utilisation de la toile. Même pour les plus réfractaires d’entre nous, il est difficile de visiter encore un site n’ayant au moins un aspect de ce nouveau web. Nous passons de l’internet statique à une version interactive, d’un internaute passif à un web-acteur, d’un contenu recherché par l’internaute à de l’information qui lui est livrée. Ceci n’est qu’une toute petite partie de ce que propose cette nouvelle version du web. Nous sommes témoins d’un nouveau média en pleine expansion, en perpétuelle modification, qui promet toujours plus de possibilités, tant sur le plan personnel que pour l’entreprise. Son insertion progressive a bouleversé les modèles économiques traditionnels engendrant par la même occasion de nouvelles techniques de communication. Cette nouvelle manière d’atteindre le public est innovante et personnalisable, ce qui la rend d’autant plus efficace. De plus, elle donne libre accès à toute personne bénéficiant d’une connexion internet non seulement aux informations déjà présentes, mais lui donne surtout l’opportunité d’y jouer un rôle. D’une manière diamétralement opposé, l’art contemporain, bien qu’actuel, bénéficie d’un circuit de diffusion et d’une communication très traditionnel. Bien que les artistes soient de notre temps, l’art contemporain est souvent perçu comme inaccessible et réservé à une certaine élite. La confrontation des deux mondes paraît primordiale. L’art contemporain fait parti intégrante de notre paysage culturel et intégrera le patrimoine des générations futures. Dans une volonté de diffuser cet aspect de la culture au plus grand nombre, il convient de casser les codes établis et d’avoir une vision nouvelle sur sa communication. Le web 2.0 arrive comme la réponse idéale à cette nécessité. C’est d’ailleurs de ce point de vue que découle notre problématique : en quoi le web 2.0 peut permettre à l’art contemporain de se diffuser auprès du grand public ? 8


Nous l’aborderons en trois parties. Nous commencerons par énoncer en quoi le web 2.0 est le nouvel outil incontournable de communication. Nous insisterons ensuite sur l’état actuel de l’art contemporain, de ses pratiques traditionnelles de communication. Finalement, nous mettrons en pratique ce que nous avons extrait des deux parties précédentes à travers une recommandation pour une artiste peintre actuelle : Anne Bachelier. Grâce à la mise en place d’une stratégie de communication ciblée web 2.0, nous pouvons non seulement faire connaitre cette artiste mais aussi la propulser au statut de vecteur de diffusion d’art contemporain au sens le plus large.

9


Le Web 2.0 : nouvel outil incontournable de communication ? Qu’est ce que le Web 2.0 ? Terme couramment utilisé, souvent contesté, il est difficile de trouver une définition au web 2.0. En effet, depuis sa première utilisation par Tom O’Reilly lors de sa conférence à San Francisco en octobre 2004, ce concept a connu d’importants débats. Le principal grief vient des informaticiens pour qui le terme de 2.0 est utilisé lors d’une innovation technique ou technologique. S’il est vrai que d’importantes innovations technologiques ont eu lieu pendant des années afin d’accéder à une évolution d’internet et de son utilisation, il n’en demeure pas moins qu’il ne s’agit pas d’un concept nouveau apparu à une date précise, mais plutôt d’évolutions faites petit à petit qui ont permis de se détacher progressivement du web statique. Certains ont même tenté de lui donner un nom différent, plus consensuel. Mais chacun d’eux était trop réducteur ne reprenant qu’une partie de l’innovation. De fait, s’il est difficile de donner une définition précise à ce concept c’est qu’il est perçu différemment selon les différents acteurs du web, mais aussi parce qu’il se caractérise par plusieurs composantes. Afin de me rapprocher au plus près de ce qu’est le web 2.0, je reprendrai la métaphore des quatre aveugles et de l’éléphant, en apportant quelques modifications par rapport à celle utilisée par Amy Shuen dans « Web 2.0 : A Strategy guide ». Dans cette histoire, chacun des quatre aveugles explicite ce qu’est pour eux un éléphant. Etant dans l’incapacité de voir l’animal, chacun en donnera une définition réductrice.

Le Web 2.0 : ensemble de nouvelles technologies Pour certains, le web 2.0 est caractérisé par ses avancées technologiques. Effectivement, la création de l’Adsl ainsi que la démocratisation d’internet ont joué un rôle majeur dans son développement et dans le rapport avec l’internaute. Dans nos sociétés actuelles, il est difficile de concevoir de ne pas être connecté. Le web fait parti intégrante de notre société, tant au niveau professionnel que personnel. Ne pas être présent sur la toile, surtout pour une entreprise, serait perçu comme un manque de transparence, en décalage avec son temps, voire dépassé. Les avancées technologiques jouent aussi un rôle important dans la définition du web 2.0. En effet, certaines définitions de ce terme le décrivent comme le résultat du développement des 10


technologies Ajax. Celles-ci mettent en relation l’ensemble des technologies mises en œuvre dans un projet. Elle est une utilisation conjointe de CSS (feuille de style, qui donnent le design de la page : couleurs, formes,…), de Javascript et de XML qui permettent de ne rafraîchir les pages internet que partiellement. Ceci permet un confort et une rapidité pour l’internaute. Ce dernier a ainsi accès à des données attractives, qui peuvent être renouvelées très rapidement. Cela est particulièrement efficace pour des sites interactifs ou ayant un lien avec l’actualité. De plus, Ajax permet la création d’interfaces riches qui donnent la possibilité à l’utilisateur de manipuler les éléments de la page, de déplacer des blocs ou encore d’inscrire son texte dans les champs prévus à cet effet. Si cet aspect est encore assez limité, on peut voir qu’il est de plus en plus fréquemment employé. Il faut y ajouter que la navigation se fait dans la même interface : l’internaute ne doit plus passer d’une fenêtre à l’autre. Même si ce point apparait comme un détail, cela a changé les modes de navigation de l’utilisateur. Il lui suffit de revenir en arrière pour retrouver la page qu’il vient de quitter sans avoir à la retrouver parmi toutes celles ouvertes. De plus, l’internaute considère maintenant un site comme une entité et non comme une multitude de pages qui se suivent. Il est incorporé dans un contexte avec une navigation simplifiée. Malgré son caractère incontournable, définir le web 2.0 uniquement comme une innovation technologique d’Internet est très réducteur. Il reviendrait à dire qu’un éléphant est une colonne. Effectivement, cet animal dispose de quatre grandes pattes qui lui permettent de tenir debout et de se déplacer, mais un éléphant se définit selon d’autres critères. A contrario, si les innovations technologiques permettent au web 2.0 d’élaborer sa structure et d’instaurer son développement, elles ne suffisent pas à définir l’évolution du web.

Web 2.0 : de nouvelles applications riches Avec l’évolution des technologies, de nouveaux types d’applications sont apparus : les Rich Internet Applications. Ce sont des applications qui utilisent le meilleur des logiciels présents sur les ordinateurs, combiné à l’interaction d’internet. Elles permettent à l’utilisateur de s’en servir de manière intuitive. Ces applications existent sous différentes formes. Elles sont pour la plupart si bien ancrées dans nos habitudes quotidiennes qu’elles semblent naturelles. La lecture de vidéo en ligne telle que le streaming en fait parti. Il en va de même pour les applications comprenant du son, des diaporamas d’images etc. Ces applications riches ont

11


permis à l’internaute d’avoir accès à un réseau plus varié, plus dynamique, ne se contentant pas de pages de texte. Les widgets découlent des RIA (Rich Internet Applications). Il s’agit d’applications grâce auxquelles il est possible de diffuser de l’information. Un widget est un gadget qui peut être installé sur un site internet, un réseau social, un blog, un « agrégateur » de flux RSS (tel que Igoogle ou Netvibes que nous verrons plus loin), sur un téléphone mobile (Iphone) ou encore sur le bureau de votre ordinateur. Ces widgets permettent de diffuser des informations diverses allant d’informations ponctuelles à un véritable mini-site. D’un point de vue marketing, la création d’un widget est très intéressante. Il s’agit d’un support choisi par sa cible, il est ainsi non intrusif. De plus, il a une présence forte et durable auprès de l’internaute puisqu'il choisi de l’obtenir dans un premier temps et de le garder dans un second. Il rentre ainsi dans l’habitus de l’internaute. L’information peut être diffusée en direct, ce qui favorise les flux d’informations, la dynamique, le rapport à l’internaute et la notoriété de son entreprise. Pour l’internaute, c’est une valeur ajoutée pour sa navigation. En effet, en lui proposant le widget qui va lui être utile, il obtiendra un gain de temps au quotidien pour retrouver l’information qui l’intéresse, que ce soit la météo, son horoscope, les dernières dépêches, les résultats de la bourse en direct… Le widget permet à l’internaute de le télécharger partout où il se trouve et de s’en servir sans lancer son navigateur. Parmi les applications qui ont révolutionné internet, on retrouvera les flux RSS. Acronyme pour « Really Simple Syndication » ou syndication vraiment simple, ces flux sont principalement des fichiers texte contenant les titres des derniers articles mis en ligne sur un site ou un blog et leur lien redirectionnel. Ces flux sont mis à jour régulièrement (la périodicité de rafraîchissement dépend de la quantité d’articles et de la fréquence de diffusion des sites) afin d’être toujours à l’ordre du jour. Il faut s’abonner à un flux RSS afin de bénéficier des mises à jour permanentes, en utilisant un logiciel ou un « agrégateur » de flux prévu à cet effet. L’intérêt pour l’internaute est d’autant plus important s’il visite un grand nombre de sites quotidiennement. Les flux RSS permettent de centraliser différentes sources d’informations en un même endroit et même de filtrer le type de contenu afin de ne dégager que ce qui l’intéresse. Ils permettent de gagner beaucoup de temps, d’être au courant dès qu’un article est mis en ligne et de filtrer uniquement l’information qui lui est utile. Les flux RSS ont la capacité de traçabilité des contenus publiés sur le web. Ils ont changé la manière 12


d’accéder à l’information. En effet, dans la première version d’internet, l’internaute devait aller vers l’information. Grâce aux flux RSS c’est l’information qui vient à lui. Il peut ainsi la hiérarchiser, l’organiser, et la personnaliser à sa guise. Parmi les applications qui méritent d’être soulignées, nous terminerons par les mashups. Il s’agit de nouvelles applications créées à partir de la mise en relation de deux ou plusieurs applications déjà existantes (ex : grâce à un mashup, on peut agréger une carte et une liste d’appartements à louer afin d'obtenir une carte où les appartements sont géo-référencés). Cette mise en relation permet à l’internaute d’avoir un service plus complet et plus efficace. D’un point de vue communication, on remarque que ces applications riches apportent une nouvelle manière de convaincre son public. En effet, il faut maintenant aller toucher sa cible, la trouver et la convaincre de faire partie de son abonnement. Les méthodes de diffusion de l’information ayant évoluées, il faut que le communicant développe de nouvelles approches pour sensibiliser l’internaute à son produit. Une nouvelle fois, réduire le web 2.0 à des applications riches serait incomplet. Cela reviendrait à dire qu’un éléphant est un ventilateur. Certes, grâce à ses oreilles il permet de faire de l’air, mais on ne peut pas affirmer qu’éléphant soit synonyme de ventilateur. De la même manière, si les applications riches permettent de diffuser et d’agréger l’information, il n’en demeure pas moins qu’elles ne représentent qu’une partie de la définition du web 2.0.

Web 2.0 : l’internaute web-acteur Avec l’évolution des technologies, les habitudes des internautes aussi ont changé. Il est loin le temps où l’internaute était passif, où il consommait l’information qui lui était proposée par des sites spécialisés. Aujourd’hui, les utilisateurs du web proposent des services, échangent des informations, les commentent, participent, s’impliquent. Ils sont maintenant les producteurs essentiels du réseau. Ils agissent : ce sont des web-acteurs. 1 Il est rare aujourd’hui de trouver un site et principalement un site marchand, qui ne propose pas une section « mettez un commentaire » ou « notez ce produit ». De plus en plus de sites 1

Terme de Pierre Kosciusko-Morizet dans « Web 2.0 et au-delà »

13


ont compris l’attrait que cela peut avoir sur l’internaute, acheteur potentiel. Avant d’acheter un produit, 78% des internautes (selon une étude Nielsen de 2007) prennent l’avis de leurs confrères de la sphère web. S’ils trouvent l’information directement en dessous du produit, ils auront d’avantage confiance dans le site et seront plus enclin à acheter ici plutôt que chez un concurrent. L’avantage pour l’internaute est d’avoir l’information principale directement sur son « lieu » de vente. Il n’a plus besoin de visiter plusieurs forums différents pour décider de son achat. Ce système de commentaires n’est pas réservé uniquement au site marchand, le principe est de plus en plus repris (ex : les commentaires sur les sites de la presse). On constate que les commentaires ont souvent autant de poids que l’article en lui-même. De cette manière l’internaute est actif, il donne son point de vue, lit celui des autres, argumente selon les commentaires précédents. La section des commentaires peut très vite se transformer en vrai forum de discussion ! La tendance veut aussi que plus il y a de commentaires, plus l’internaute aura tendance à lire l’article et à laisser sa note personnelle. C’est un effet boule de neige qui est très intéressant à prendre en considération. Certains sites ou blogs font en sorte d’inciter les commentaires pour leur apporter du trafic ainsi qu’un retour direct sur leurs articles. Les conseils donnés sur le net pour inciter les internautes sont récurrents : poser une question ouverte en fin d’article, récompenser les internautes qui laissent le plus de commentaires (généralement en relayant leur blog ou site), écrire son article avec un ton personnel en prenant parti, et surtout répondre au commentaire afin de tisser un lien avec les internautes et leur donner une bonne image. Si l’internaute est commentateur, il est aussi acteur. La figure emblématique en est le blog. Ils ont été un tournant pour le web et ainsi un élément primordial du web 2.0. En effet, l’internaute peut facilement et gratuitement avoir son interface sur la toile. Quelques soient ses centres d’intérêts, il pourra rapidement les mettre en avant, les partager. En d’autres termes, les blogs ont permis de créer du contenu par les internautes, pour les internautes, ce qui est un des moteurs clés du web 2.0. Pour en donner une brève définition, un blog est un journal en ligne composé de billets (généralement nommé ‘post’ sur la blogosphère) classés selon leur date de publication (le premier article est le plus récent). Ceci donne toute son importance à la périodicité, ce qui diffère d’un site web classique. La différence réside aussi dans la fraîcheur de l’information, la réactivité et la proximité qu’il a avec son public. La forme visuelle est relativement semblable d’un blog à l’autre. Les éléments que l’on retrouve systématiquement sur un blog sont : un titre explicite qui sera repris par les flux RSS, le corps 14


du billet, un lien unique pour l’article, le permalien (ou url permanente du billet), la date et l’heure de mise en ligne (ce qui permet à l’internaute qui visite le blog de savoir à quelle fréquence en moyenne le blog est mis à jour), les catégories, un trackback (listes des articles qui ont fait un lien vers le billet : important pour le feedback) et les commentaires. La forme visuelle est peu modifiable. La personnalisation visuelle s’arrête le plus souvent au choix des couleurs et de la police de caractère. Pour les blogs les plus assidus qui recherchent plus de personnalisation, ils ont souvent recours aux widgets tels que nous les avons vus précédemment. Au travers des blogs, l’importance de l’internaute est palpable. Tout d’abord, il est conçu par un internaute, pour les internautes. De ce fait, chaque utilisateur de la toile peut se faire sa propre place, avec les informations qu’il veut faire passer. Les blogs sont devenus une composante très influente du web, et leur importance croît de manière exponentielle. La France comporte à elle seule 9 millions de blogs dont 2,7 millions actifs. Des moteurs de recherche tels que Technorati et Icepocket ont été créés exclusivement pour la recherche de blogs. Malgré une hétérogénéité des thèmes abordés, les blogs se veulent à l’image du Web : transparents. Certains blogs proposent des journaux de bord personnels qui permettent la rédaction et la diffusion des pensées personnelles du blogueur, ses activités, ses centres d’intérêts, ses réactions. Ils peuvent devenir influents si le blogueur dispose d’une forte personnalité et si le contenu est provocateur. C’est un moyen efficace pour se faire connaître, et d’échanger avec d’autres internautes ayant les mêmes passions, de partager les points de vue, les expériences, les bons plans… Dans ce sens, la blogosphère peut devenir un véritable outil de création de communauté virtuelle sur un sujet particulier. Dans ce cas la fonction des commentaires est aussi importante voire plus intéressante que le billet lui-même. Le blog est aussi de plus en plus souvent utilisé à des fins commerciales. De cette manière, l’entreprise met en place un lien de connivence avec l’internaute et est ainsi à l’écoute de ses attentes et de ses besoins (feedback important). Le blog est généralement un complément du site internet, la réelle vitrine de l’entreprise. Le blog permet d’avoir une ligne éditoriale plus souple et moins « corporate » que le site. Elle est ainsi plus proche de la cible visée, en permettant une interactivité plus importante que les méthodes traditionnelles, plus statiques. D’un point de vue marketing, le lien entre le blog et le site permet à l’internaute de faire des va et vient entre la vitrine de l’entreprise et la communauté d’internautes intéressés par les 15


produits vendus. Ceci aide par ailleurs à acquérir un meilleur référencement sur les moteurs de recherche. De plus, la création d’un blog est peu coûteuse et permet une mise à jour plus fréquente qu’un site web. Deux types de blogs corporate à visée externe sont présents sur la toile. Les premiers affichent visiblement les couleurs de l’entreprise et se posent en tant que blog officiel de celle-ci. D’autres essayent de le cacher en se faisant passer pour un blogueur lambda. Cette pratique peut s’avérer très efficace si elle est utilisée sur une courte période à des fins virales. Mais elle est dangereuse pour l’entreprise, car ce type d’action est facilement identifiable. Le risque est d’avoir très rapidement une mauvaise réputation sur la blogosphère et sur internet de manière générale par manque de transparence. Encore très peu présent en France, les blogs d'entreprise sont de plus en plus prisés dans les entreprises américaines ce qui permet d’engager un dialogue non négligeable entre l'entreprise et ses employés. Ceci établit une sorte de place publique ou des échanges sur les enjeux de la société sont mis en place. Certaines entreprises telles qu'IBM poussent même leurs employés à créer des blogs d'entreprise. Cela facilite la transmission de billet interne et apporte un caractère fédérateur interne. Ce type de blog, pour pouvoir fonctionner, doit reprendre les différentes valeurs du blog sans quoi il ne sera pas pérenne. Il doit ainsi être élaboré dans un esprit tant d'authenticité que d'ouverture d'esprit et d'honnêteté. Les blogs corporate orientés consommateur sont très appréciés des internautes. En effet, moins intrusif qu’une newsletter, le blog permet à l’utilisateur de n’avoir accès qu’à l’information qui l’intéresse (par un système de filtre des flux RSS comme vu précédemment) et de s’impliquer dans une conversation de son choix. Les informations d’un blog sont aussi beaucoup plus souvent reprises par les journalistes. Ceci est positif pour l’entreprise qui gagnera ainsi en visibilité et en feedback. Une des premières leçons que l’on retire des blogs est qu’ils ont une influence de plus en plus importante. On les retrouve à tous les niveaux de la société que ce soit au niveau du particulier, de l’e-commerce ou de l’entreprise mais aussi au niveau des medias et des politiques. Certains blogueurs sont devenus très importants et des incontournables de la blogosphère tels que Loïc Lemeur, Thomas Clément et Vinvin. Une des premières leçons de marketing viral est l'importance de profiter de l’audience d’un blog à succès pour annoncer 16


son information dans un commentaire. On parle d’ailleurs de web influenceurs. Ils reprennent la stratégie d’influence qui permet, à travers différents modes d’action, de prendre l’ascendant de manière directe ou indirecte sur les autres internautes. Ainsi, ce sont des références sur les web, des personnes qui sont écoutées et dont l’influence est primordiale. En effet, le nombre de contacts qui les suivent, ajouté à l’impact de leur propos permet de diffuser très rapidement une information sur la toile. Ils sont des incontournables de la blogosphère et du web. Il est important de noter que les blogs sont de plus en plus interactifs, proposant des podcasts (fichiers audio ou vidéo) par exemple. Ceci permet d’enrichir son blog par des vidéos mais cela donne aussi la possibilité de créer un web TV (flux de vidéos) ou même d’être en lien direct avec une radio ou une source musicale. Il est essentiel de prendre en compte toutes les opportunités que propose un blog lors d’une stratégie de communication afin d’être en cohérence avec la blogosphère et d’en utiliser les outils les plus efficaces pour pouvoir toucher sa cible. Le forum est aussi un acteur important du web 2.0. Il diffère du blog par sa structure et par l’absence d’article en rapport. Il peut s’apparenter à une suite de commentaires liés les uns aux autres. Autre différence notoire par rapport au blog, il est nécessaire d’appartenir à la communauté, de s’inscrire et s’identifier pour laisser un message sur un forum. A contrario, laisser un commentaire ne demande pas d’identification préalable. On remarque d’ailleurs qu’un site comme Doctissimo, qui est principalement composé de différents forums de discussions, est un des endroits les plus influents du web en France. Les internautes y trouvent un lieu de discussion sur un sujet précis ce qui peut s’avérer une mine d’or pour les utilisateurs d’internet. Ce partage d’information est gratuit. De plus en plus de sites incorporent une partie forum afin de faire réagir les internautes, de leur demander leur avis et les fidéliser. Le web 2.0 a aussi permis aux internautes de bénéficier d’espaces entièrement personnalisés et personnalisables gratuitement. Netvibes et Igoogle en sont les exemples les plus parlants. Netvibes, première page d’accueil sur mesure du web 2.0 créée en 2005 par Pierre Chappaz et Tariq Krim. Netvibes allie différentes caractéristiques du web 2.0 pour en former une des plateformes les plus abouties. Ses principales qualités regroupent : la création par l’internaute d’un espace entièrement personnalisé du contenu choisi par lui, une interface intuitive qui 17


permet l’assemblage de différents flux RSS et services du web ainsi qu'un accès à son espace personnel partout où il a une connexion internet. Cette page web personnelle propose différents services qui se décomposent en blocs rectangulaires permettant d’afficher des widgets ou d’afficher les informations d’autres sites ou blogs. Il est possible de classer les informations par catégories sous formes d’onglets. Grâce à l’utilisation de l’Ajax, l’utilisateur peut organiser sa page en choisissant son bloc, le plaçant où il le désire, le changer de place, ou le supprimer. Bien qu’il ne dispose d'aucun contenu propre, Netvibes est paradoxalement une interface bien plus fournie que n’importe quelle base de données. L’utilisation des flux RSS permet d’agréger n’importe quel contenu et de le mettre à jour automatiquement dès qu’une nouvelle information est diffusée. Ceci dispense toutes les informations que l’on désire en un seul et même emplacement. Si ce type de service représente parfaitement le web 2.0 c’est qu’il réinvente une nouvelle manière de travailler et de concevoir internet. En effet, cette interface est un véritable bureau virtuel qui se déplace avec son utilisateur. Ainsi l’employé est plus mobile et dispose de toutes les informations dont il a besoin à portée de clic. Il est apparu comme un tournant dans l’évolution du web 2.0 puisqu’il permet aux utilisateurs de créer leur propre univers de contenus, grâce à la personnalisation de l’apparence de la page, du choix des informations retenues, de l’organisation et de la hiérarchisation sur la page… Netvibes est ainsi un des exemples les plus abouties de la définition du web 2.0 en tant que web acteur. Igoogle est conçu sur le même modèle. Bien qu’il soit moins performant que Netvibes quand il est isolé, puisqu’il propose un contenu moins conséquent et ayant uniquement la forme de widgets, il est relié à tous les services que propose Google. Ses services sont en constante évolution et l’entreprise en crée régulièrement de nouvelles pour faciliter la vie de l’internaute. Une page Igoogle fonctionne avec un compte gmail, messagerie électronique de Google et donne à l’internaute de nombreux autres accès. Parmi les plus utilisés se trouve l’agenda, qui non seulement permet de mettre en ligne ses rendez-vous afin d’en disposer partout où l’on se déplace, mais aussi de le partager avec d’autres personnes dans son intégralité ou seulement partiellement. En ce qui concerne les documents, il est possible de les mettre en ligne afin de les avoir à disposition, mais aussi d’avoir un backup et de les partager éventuellement avec d’autres utilisateurs possédant eux aussi un compte Google. Même procédé concernant les photos et les vidéos. Google dispose aussi d’un Reader. Il s’agit d’un 18


« agrégateur » de flux RSS qui permet d’allier dans une même page tous les sites ou blogs que l’internaute souhaite suivre. A l’instar de Netvibes, ce service est très représentatif du web 2.0. ce qui permet à l’utilisateur de s’approprier le web à des fins personnelles ou professionnelles. Pour finir, l’importance de l’internaute en temps qu’acteur prend toute son importance au travers des wikis. Pour en donner une définition rapide, un wiki est un logiciel de gestion de contenus, qui permet à tout internaute ayant les droits, de modifier toutes les pages web qu’il désire. Les encyclopédies en ligne ont été progressivement remplacées par des wikis qui se basent sur le principe de l’intelligence collective. La philosophie de ce principe consiste à ce que l’interaction d’un groupe d’individus sur une même donnée donne au final la définition la plus correcte. Les wikis permettent ainsi la construction d’un savoir, en créant un partage d’information multipolaire créé par et pour les internautes. C’est ainsi que le site Wikipedia a vu le jour : « L’encyclopédie libre que chacun peut améliorer ». Créée en 2001, elle est maintenant devenue une encyclopédie universelle, multilingue et un des cent sites les plus visités au monde. Comme son slogan l’indique, il peut être modifié par tous les internautes (excepté les bannis) consultant la version en ligne. Wikipedia est le meilleur exemple de l’internaute au pouvoir. Depuis la création de wikis tels que AgoraVox ou Digg, les webacteurs s’improvisent aussi rédacteurs en chef. Dans un cas comme dans l’autre, le principe consiste à relayer des articles trouvés sur le net qu’ils soient écrits par des journalistes ou non (blogueurs généralement) et de les relayer sur ces sites. Ils sont ensuite lus par les autres internautes qui votent pour ou contre cet article. Ainsi, plus un article va être apprécié, plus il va remonter dans le positionnement du site. Les articles qui ont reçu le plus de votes positifs se retrouvent propulsés en première page du site. Ce sont donc les internautes collectivement qui déterminent la ligne éditoriale ainsi que la « une » de l’information. Ces sites ont pour base l’intelligence collective, souvent mise en avant comme principale définition du web 2.0. Ainsi nous avons pu voir dans cette section, qu’une des qualités premières du web 2.0 est l’action de l’internaute, sa possibilité de s’exprimer quelques soient ses motivations avec pour seuls évaluateurs les autres internautes. Il est web acteur, il peut devenir web influenceur. Deux paramètres à soulever dans la stratégie de communication afin d’utiliser le potentiel de diffusion de l’information de chaque utilisateur. 19


Mais limiter le web 2.0 à l’action des internautes, toujours plus importante et multipolaire, reviendrait à réduire un éléphant à un serpent à cause de sa queue courte et fine.

Web 2.0 : réseaux sociaux Une des nouveautés du Web 2.0 réside dans le principe de crowdsourcing, en d'autres termes, la prise en compte de la productivité de la foule. Le crowdsourcing permet aux internautes de pérenniser et d’enrichir leur réseau social personnel et professionnel. Une multitude de sites internet communautaires a vu le jour tels que FlickR pour le partage de photos, Youtube et Dailymotion pour les vidéos ainsi que des bases de données aussi bien publiques que commerciales (cartographie de Google earth, catalogues d'ouvrages sur Amazon...). Sans oublier les différents réseaux sociaux tels que Facebook, Myspace ou Twitter pour ne citer qu'eux. Ceux-ci permettent de dégager la créativité, le savoir-faire et l'intelligence des foules à moindre coût et de manière beaucoup moins intrusive que les méthodes de marketing classiques. Selon une étude de la TNS, les réseaux sociaux sont fréquentés par les jeunes. En effet, plus de 80% des internautes présents sur les sites communautaires ont moins de 50 ans, dont 44% sont âgés de moins de 35 ans. Nous pouvons ainsi souligner, que la plupart des personnes présentes sur ces réseaux sociaux sont composés d’adolescents ou de jeunes adultes. Il faut ajouter à cela qu’il y a une prépondérance des femmes par rapport aux hommes, même si ceux-ci tentent de redresser la balance ces derniers mois. Le principe fondateur de ces différents sites – autre que celui de la communauté – fonctionne sur la base de freemium. Ces services sont financés par la publicité et sont généralement proposés gratuitement à l'internaute. Une des données principale pour l’adoption d’un réseau social par une communauté est sa simplicité d'utilisation et un fonctionnement intuitif. Sans cela, l'internaute se décourage très vite. Le concept de base doit être simple ; l'internaute doit pouvoir personnaliser ses contenus, intégrer ses propres médias et surtout avoir la possibilité de partager ses informations avec d'autres internautes. C'est ce qu'on appelle des User Generated Content (UGC) ou contenus générés par l'internaute. De nombreux réseaux sociaux, populaires ou niches sont présents sur la toile. Nous reprendrons ici quelques-uns des principaux sites communautaires de manière rapide afin d'en montrer les avantages pour les entreprises d'une part, et pour les internautes d'autre part. 20


Commençons par les sites de partage de documents audiovisuels, principalement basés sur les UGC. FlickR (pour les photographies) et Youtube et Dailymotion (pour les vidéos) ont été retenus, puisqu’ils sont les plus pertinents dans leurs domaines respectifs. Pour ce type de sites, pour lesquels l'image prime sur le texte, la folksonomie, aussi nommée taggage prend toute son importance. Pour en donner une définition rapide, il s’agit de mots clés choisis par l'internaute afin de marquer le contenu de ses images qui permettent de donner du sens aux pages web. C'est grâce à ce choix minutieux dans les termes utilisés que les internautes peuvent retrouver les contenus qui les intéressent sur un sujet précis. La folksonomie permet de référencer et d’organiser les vidéos ou photographies au sein du site de manière efficace. Elle n'est pas limitée à la personne qui met l'information en ligne. Chaque visiteur peut lui aussi classer ou annoter les documents, ce qui améliore encore la recherche. Commentaires et recommandations prennent aussi toute leur importance dans ce secteur. Il n'est plus surprenant de trouver des « nuages de mots2 » qui sont les tags dernièrement utilisés, leur taille indiquant leur fréquence d’utilisation. Ceci permet une navigation transversale et intuitive. La folksonomie permet ainsi une hiérarchisation de l’information, la structure. Elle préfigure les recherches futures sur le web et ce à quoi ressemblera vraisemblablement le web 3.0 : un web sémantique capable de hiérarchiser l’ensemble du web. FlickR est le site de mise en ligne et de partage de photographies possédant la base de données la plus fournie dans ce domaine. Il est l’un des sites communautaires les plus aboutis et est le leader du marché niche du partage de photographies. Pour l’anecdote, alors que la majorité des réseaux sociaux affichent un logo Beta pour symboliser leur constante évolution, FlickR présente lui la lettre Gamma, pour montrer son temps d’avance perpétuel sur les autres. Il est principalement gratuit même s’il propose quelques fonctionnalités payantes. Il présente une interface entièrement web 2.0 et la folksonomie joue ici un rôle central. Si de nombreux sites de partage de photographies sont apparus depuis les débuts d’internet, FlickR propose une offre et des services le démarquant de ses concurrents. Tout d’abord, il propose des photographies de qualité ce qui vient du fait d’avoir réussi à proposer un outil

2

Voir annexe 1

21


parfaitement adapté aux professionnels. Ce qui a permis de tirer l’ensemble du contenu vers le haut. La facilité de mise en ligne, le partage par défaut des photographies ainsi que la gratuité combiné, soulignent aussi le démarquage du site. En plus du taggage traditionnel, FlickR propose un système de notes, directement sur la photo, décrivant seulement une partie de celle-là. Mais ceci n’est que le début de ce que le site propose. Il offre plusieurs manières de mettre en ligne, mais aussi de manipuler, de modifier, ou d’organiser ses photographies. De nombreux mashups ont été ajoutés au fil du temps pour rendre l’utilisation des internautes toujours plus riche, ce qui implique une fidélisation encore plus grande. Comme pour la plupart des réseaux sociaux, plus le nombre d’utilisateurs s’accroît, plus le feedback est important et mieux la plateforme fonctionne et évolue. C’est de cette manière que FlickR peut évoluer constamment et proposer des nouveaux services toujours plus utiles. De plus, les développeurs du site ont mis à disposition des interfaces de programmations ouvertes (API) afin que n’importe quel programmateur puisse aider au développement du site s’il le désire. C’est ainsi que de nombreux mashups ont vu le jour, ce qui continue à alimenter le cercle vertueux de la popularité du site. FlickR permet facilement aux entreprises un accès à un marché niche. C’est une manière innovante d’accéder à la Long Tail tel que nous le verrons plus loin. Il permet de retrouver des photographes réputés, de dénicher des professionnels à venir mais aussi de découvrir ce que les internautes préfèrent photographier. Ceci peut s’avérer être une mine d’or à moindre coût pour une entreprise. FlickR propose aussi de nombreux intérêts pour l’internaute. Tout d’abord, il lui permet de partager ses photographies avec ses proches de manière qualitative, simple et rapide. La plateforme permet aux photographes de se faire connaître dans leur milieu et ainsi se construire un réseau professionnel. En tissant des liens sur la toile, il créera un buzz, un système de « bouche à oreille » primordial dans ce type de profession. C’est un moyen peu onéreux pour un jeune artiste de se faire découvrir. FlickR est un véritable lieu d’échange, de rencontre et de discussion autour de la photographie. Professionnels et amateurs peuvent

22


échanger librement. Cette plateforme est aussi très fréquentée par les blogueurs qui peuvent ainsi illustrer leurs billets. Les plateformes telles que Youtube et Dailymotion s’apparentent à ce principe dans le domaine de la vidéo. Ce sont des plateformes d’hébergement de vidéos sur lesquelles l’internaute peut mettre en ligne, visualiser et partager des vidéos ou séquences vidéo. A l’instar de FlickR, la folksonomie et l’importance de l’affluence des internautes sont primordiales au bon fonctionnement des plateformes. Dans un premier temps, ces interfaces ont été utilisées comme de vrais PVR (personal video recorder en d’autres termes magnétoscope personnel). De cette manière, l’internaute peut retrouver des séquences intéressantes passées précédemment à la télévision. Cependant, afin d’éviter le piratage de films, la vidéo comprend des limites de 10 minutes et 100 Mo. Petit à petit les internautes ont pris le slogan de Youtube « broadcast yourself » (diffuse-toi) au pied de la lettre en mettant en ligne des vidéos de leur vie quotidienne, de leurs exploits, etc… De cette manière ils ont créé de véritables Time Capsule telle qu’Andy Warhol les imaginaient, réels témoins de la vie quotidienne d’une société. Si les entreprises peuvent s’en servir pour découvrir les marchés niches, elles l’emploient principalement pour mettre en ligne et diffuser leurs propres vidéos. Ainsi, elles préservent la bande passante de leur site internet et peuvent l’incorporer sur tous les sites qu’elles désirent grâce à un code proposé. Ceci permet aussi d’avoir un accès direct au site communautaire et diffuser leurs vidéos au plus grand nombre sous forme traditionnelle (demande de mise en évidence auprès du site ou envoi de la vidéo par mail) ou virale (généralement une vidéo choc ou décalée qui va créer du buzz). Intéressons nous maintenant aux plateformes dites de « réseau social ». Pourquoi être présent sur les réseaux sociaux ? Ils permettent de tisser des liens professionnels et ainsi étendre ses relations de manière exponentielle. Ces réseaux sociaux se distinguent des autres plateformes Web 2.0 par le fait que leur fonction première est l’élargissement de leur réseau d’influence. Si dans un premier temps, ils sont une simple duplication des contacts de la vie réelle, ils prennent tout leur intérêt dans la rencontre de nouvelles personnes de manière virtuelle.

23


Il existe de nombreuses sortes de réseaux sociaux, y compris des réseaux niches, composés d’internautes très peu nombreux mais très actifs dans un domaine précis. Nous ne nous attarderons pas d’avantage sur ce type de réseaux sociaux compte tenu de leur nombre. Des réseaux sociaux tels que Linked In et Viadeo proposent, quant à eux, un avantage important dans le domaine professionnel. Ils permettent de mettre en ligne son cv, ses qualités, ses préférences. De plus, il est possible de visualiser les comptes d’autres internautes, ce qui peut s’avérer très précieux en cas de recrutement. De la même manière, il est possible de contacter de manière spontanée un éventuel futur employeur. L’intérêt de ces réseaux réside moins dans le nombre de personnes collectées que dans la mise en relation avec des membres, et même des recruteurs de son secteur d’activité. Dans cette partie, nous nous pencherons uniquement sur les grands noms de l’actualité sociale que sont Facebook, Myspace et Twitter, afin de mettre en exergue quelques exemples de ce qui se fait de plus complet en termes de réseaux sociaux. Commençons par un focus Facebook. Il s’agit d’un site qui met en réseau des personnes se connaissant ou non et leur permettant de partager une variété d’informations. Il est le 4e site le plus visité au monde selon Alexa Internet et a dépassé, en Juillet 2009, les 250 millions de membres à travers le monde. Il est l’un des sites communautaires les plus complets en termes de services. Il a été conçu en tant que réseau social fermé aux étudiants d’Harvard. Voyant que le concept était porteur, les fondateurs l’ont étendu au reste des universités américaines et ensuite au reste du monde. Ce service propose de partager un réseau aussi bien personnel que professionnel. Les usages de bases sont simples et efficaces. Tout d’abord, l’internaute peut rechercher des personnes en tapant leur nom et leur prénom ou leur adresse email. Il est possible de voir une liste d’amis que l’on a en commun avec un internaute ainsi que sa propre liste. Partant du principe que l’ami d’un ami est un ami, il est facile d’augmenter son réseau exponentiellement. Des listes de réseaux sont aussi proposées afin de retrouver des personnes ayant les mêmes centres d’intérêts, mêmes parcours scolaires… L’internaute peut aussi adhérer ou créer des groupes ou des pages. Ceci permet d’appartenir à un profil commun, de découvrir des affinités communes, d’avoir des débats sur un sujet, de partager des données (vidéos, photos, liens,…). Ces services permettent de fidéliser l’internaute et de le faire appartenir à une communauté.

24


Facebook propose d’autres services utiles tels qu’une boîte aux lettres personnelle, la mise en avant d’une photo sur son profil, la mise en ligne d’albums photos et vidéos, la publication de liens, le taggage de ses amis sur les photos et les vidéos, des commentaires … La grande nouveauté de Facebook est le Wall ou mur sur lequel ses amis peuvent écrire à la vue de tous. Le mur se distingue de la boîte mail de différentes manières. Tout d’abord, le mur peut être vu par les autres internautes. Il laisse aussi la possibilité de commenter les messages laissés par les autres internautes. Ceci peut amener à un vrai forum de discussion en temps réel. Le mur est un véritable lieu de socialisation de l’internaute et une frise de ses actions en temps réel. Depuis peu, un chat est proposé afin de discuter en direct avec ses amis. Il est possible aussi de créer un évènement. Ce service permet de programmer un évènement, de diffuser des informations sur le sujet et de suivre les étapes et effectuer les relances jusqu’à l’échéance. Grâce à un système de rsvp tous les invités ont accès, il leur est possible de laisser des commentaires. De nombreuses applications additionnelles diverses et variées sont proposées. En reprenant tout ce qui se fait de mieux sur les autres sites communautaires, en les combinant et en créant de nouveaux services, Facebook apparaît comme l’interface la plus aboutie. Ses fonctionnalités et sa simplicité d’utilisation expliquent probablement l’engouement et la fidélisation des internautes vers cette plateforme. Sa traduction en 64 langues a aussi favorisé sa diffusion. Myspace est un site communautaire qui permet avant tout de partager sa passion avec les autres internautes. En France, il s’est très vite orienté en réseau musical. En effet, il est devenu un outil incontournable de promotion dans le secteur de la musique tant pour la découverte de groupes que pour la diffusion d’évènements. Il se présente comme un réseau de blogs personnels où l’internaute peut visualiser les pages des musiciens, écouter les derniers morceaux de leur groupe préféré, suivre l’actualité musicale… Les pages Myspace sont plus fréquentées que les sites officiels des artistes, car plus conviviales et plus intuitives. La fidélisation à ce site réside dans la possibilité de dénicher la perle rare et de faire de nouvelles découvertes musicales, par l’affichage des proches qui permet de découvrir des groupes similaires. Twitter est le petit dernier des réseaux sociaux et celui qui connaît le plus de buzz actuellement. Le concept est très simple : 140 caractères (espaces compris) pour décrire ce que l’on fait au moment où l’on écrit, ce que l’on ressent… en d’autres termes, c’est du 25


microblogging. Outre la contrainte du nombre de caractères, Twitter fonctionne sur un principe de Following (personnes que l’on suit, le microblogging) et de Followers (personnes qui nous suivent) sans réciprocité automatique. Un internaute peut suivre un profil sans être suivi en retour. L’idée est donc d’utiliser les nombreux autres sites en liens avec Twitter ce qui permet de trouver des personnes ayant les mêmes centres d’intérêts que vous, de les suivre en souhaitant qu’ils feront de même. La pertinence de Twitter est multiple. Il permet, dans son utilisation la plus basique, de partager les faits quotidiens de sa journée avec ses amis, de partager des informations, de publier des liens ou encore en ayant une conversation ouverte. D’un point de vue marketing Twitter peut s’avérer très efficace. Ce que nous verrons dans la troisième partie de ce mémoire. Limiter le web 2.0 aux réseaux sociaux, équivaudrait à dire qu’un éléphant est un navet à cause de ses défenses. Cependant, si celles-ci ont pendant longtemps été traquées pour leur valeur marchande, il en va de même pour les réseaux sociaux. Leur engouement croît depuis quelques années et ils sont rachetés des milliards de dollars par des grands groupes comme Google, Yahoo, ou Microsoft.

Web 2.0 : la longue traine Si les quatre aveugles avaient pu voir un éléphant, ils auraient remarqué que l'activité principale de cet animal est de manger. En effet, ce pachyderme de très grande taille se nourrissant exclusivement de petites feuilles, consacre 16h de sa journée à ingurgiter ces végétaux. De la même manière, le web 2.0 se nourrit de la multitude des marchés niches présent sur la toile. C’est le principe de Long Tail, traduit par longue traîne ou longue queue, expression de Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired, qui met en évidence l'opportunité marchande que propose internet. Pour en donner une définition, la Long Tail représente l'ensemble des produits qui sont peu vendus. Selon lui, si l'on additionne toutes les ventes de ces produits, on dépasse les ventes des produits les plus populaires. Pourquoi internet permetil cela ? Tout réside dans le coût des stocks. En effet, dans le monde concret, le stockage a un coût très important pour les vendeurs. Or, sur la toile, le coût de mise en ligne d'un produit supplémentaire est marginal. Il devient ainsi rentable de vendre des produits peu demandés.

26


La longue traîne induit ainsi un nouveau type de marché exploitable sur internet. Il s’agit d’un marché niche, qui prend en compte et s'enrichit de la diversité, des communautés, de l'effet de feedback, des commentaires et recommandations des internautes entre eux. Les internautes sont ainsi pris en considération dans leur globalité, leur différence étant un point positif dans le développement des stratégies. Pour eux l'avantage est multiple. Tout d'abord, ils ont connaissance d’un choix plus large de produits, et ne se contentent plus des seuls blockbusters. De plus, ils peuvent faire partie d'une communauté d'amateurs. Finalement, ils vont bénéficier d'un service plus personnalisé, d'avantage à l'écoute de leurs attentes et se verront proposer des produits adaptés à leurs souhaits. En d'autres termes, le marché de la longue traîne se nourrit de tout ce que l'on a vu précédemment concernant le web 2.0. La longue traîne modifie grandement les stratégies de communication. En effet, nous ne sommes plus dans la théorie du 80/20 – 20/80 traditionnel. Nous traitons ici de marché beaucoup plus restreint, beaucoup plus riche, qu’il est indispensable de toucher pour que notre cible soit réceptive. Les nouveaux enjeux économiques amènent de nouveaux enjeux de communication dont nous donnerons un exemple concret en troisième partie de ce mémoire.

Pour conclure sur cette première partie, je dirais que si le web 2.0 était perçu à ses débuts comme une simple action marketing, il prend aujourd’hui tout son sens dans nos sociétés. Les trois quarts des 15-24 ans connectés à internet utilisent les réseaux sociaux dans le monde, neuf millions de personnes sont auteurs d’un blog ou d’un site personnel. Il faut ajouter à cela toutes les personnes ayant un compte sur au moins un réseau social. Aujourd’hui, les techniques de web 2.0 font partie intégrantes des stratégies menées par l’entreprise. Il est donc nécessaire de les suivre de près afin de les utiliser au mieux et d’optimiser leur efficacité. La mise en ligne et les nouvelles stratégies de communication sont un passage obligé pour les entreprises. Ne pas être présent sur la toile serait très dangereux pour celles-ci, principalement au niveau éthique et image. Ne pas évoluer avec les nouvelles technologies pourrait être perçu comme un manque de transparence et de performance de la part des entreprises. Le développement des nouvelles stratégies de communication ont évolué avec l’internaute. En prenant le contrôle de la toile, celui-ci a établi de nouvelles règles du jeu. Les stratégies de communication doivent s’adapter pour devenir plus performantes. De plus, l’intérêt d’une 27


communication online bien orchestrée permet de toucher un nouveau public à moindre coût et de façon plus efficace. Ceci est d’autant plus vrai qu’il s’agit d’un marché niche. Nous pouvons ainsi toucher les internautes, les faire participer, développer, en d’autres termes agir dans notre stratégie de communication. En personnalisant les techniques d’approche de notre cible grâce au web 2.0, nous pourrons créer une fidélisation beaucoup plus grande que n’importe quel autre média. En passant d’un mode statique à interactif, le web a permis la mise en avant personnelle. Comment ? Par l’empilement de toutes les différentes technologies que nous avons vu en amont. Cette construction irradiante fait place à une nouvelle logique, à une prise du pouvoir des internautes et à une donnée nouvelle : le web influence. Dans un besoin d’efficacité lors d’une stratégie de communication il faut déterminer qui est influent sur le web, et comment rentrer en interaction avec ces personnes. Il faut être amené à trouver les leviers qui nous permettront de se faire connaître et d’avoir à notre tour une importance fondamentale sur internet. Cette approche, que nous développerons par le biais d’un exemple en troisième partie nous amène à apercevoir vers quoi nous nous dirigeons en terme de communication. Nous verrons la hiérarchisation toujours croissante des informations trouvées sur la toile, mais aussi une information passant d’avantage par les outils numériques (podcasts, photographies, vidéos…) que par le texte. Ceci permettra aux stratégies de communication d’être toujours plus performante car plus précise, ciblée et personnalisée.

L’art contemporain : de l’élite au grand public Après avoir étudié le web 2.0, nous allons nous intéresser à l'état actuel de l'art contemporain ainsi qu’à sa communication. Grâce à ce bilan, il sera possible d'établir en troisième partie de ce mémoire une recommandation qui mettra en exergue les leçons retenues de cette étude.

Définition de l’art contemporain Selon l’encyclopédie Universalis : « Le mot « contemporain » revêt deux sens. De manière courante, il signifie « ce qui est de notre temps », sans autre valeur que celle de la coexistence avec le présent : le monde contemporain est, par définition, celui où nous vivons. Avec une valeur polémique visant à marquer une différence non seulement chronologique mais aussi de 28


forme et de nature, le « contemporain » véhicule par ailleurs l'idée d'une acuité et d'une pertinence particulières par opposition à ce qui est banal ou, pire, dépassé. » Ce qui est contemporain est ce qui existe en même temps que le sujet. L’art contemporain est donc un art qui se fait actuellement. Le terme contemporain est un terme historique, il signifie la simultanéité entre deux choses. Mais associé à l’art, ce terme perd son côté historique et devient un critère esthétique.

Perception actuelle du grand public Afin d’avoir une vue plus globale sur la perception actuelle de l’art contemporain, j’ai effectué un sondage sur 268 personnes. L’ensemble des questions et résultats peut être retrouvé en annexe3. Ce questionnaire avait pour but de connaître la perception de l’art contemporain sur un échantillon de personnes en visant principalement celles adeptes de réseaux sociaux. Compte tenu du fait que nous cherchons à démontrer en troisième partie en quoi le web 2.0 et les réseaux peuvent être bénéfiques pour la diffusion de l’art contemporain, il était indispensable de faire un état des lieux à partir d’un échantillon représentatif de ses utilisateurs. Situons dans un premier temps le type des personnes interrogées. Les trois quarts ont moins de 25 ans, 20% ont entre 25 et 40 ans et 5% se situent entre 40 et 65 ans. La moitié est composée d’étudiants, un quart d’employés, 12% sont des cadres et le reste est composé par une minorité d’artisans (1%), d’ingénieurs (7%), d’ouvriers (1%) et de professions libérales (3%). A travers les résultats de cet échantillon de personnes, on retrouve globalement la composition des personnes présentes sur les réseaux sociaux. Quelle est leur présence dans les musées et galeries ? On remarque que si une petite majorité d’entre eux fréquentent les musées 2 à 3 fois par an, un quart n’y va jamais et l’autre quart s’y rend 5 à 6 fois par an. Concernant les galeries, nous constatons une moindre fréquentation. En effet, 57% des personnes interrogées affirment ne jamais se rendre dans une galerie et 28% disent y entrer deux à trois fois par an. La différence de fréquentation des musées et des 3

Voir annexe 2

29


galeries est importante. A la question de savoir pourquoi elles ne se rendent pas dans les galeries, la plupart répondent qu’il n’y trouve que peu d’intérêt par manque d’explications ou par sentiment de pression à l’achat. Ils les voient plus comme des vitrines vendant un produit, qu’un lieu d’exposition. Une autre explication au manque de présence de la population française dans les galeries provient du fait du manque de communication. Très peu de galerie mette en place une véritable stratégie de communication. Parmi celles qui communiquent, on peut remarquer qu’il existe souvent un manque de mordant, d’originalité qui permettrait d’attirer le public. Lorsque nous demandons quelle est la principale raison pour la visite d’une exposition temporaire, 57% répondent que la curiosité et l’envie de découverte les a poussés à faire la visite contre 23% qui l’on choisi par affection pour le travail de l’artiste. Les autres se rendent à l’exposition par phénomène de mode ou parce que l’exposition a beaucoup fait parler d’elle dans les medias classiques (par exemple : l’exposition « Picasso et les Maitres »), ce qui représente un faible pourcentage. A la question « Affectionnez-vous l’art contemporain ? », une large majorité (66%) a répondu que tout dépendait de l’artiste. Parmi les 44% restants, une moitié a répondu par un oui inconditionnel et l'autre moitié a donné une réponse négative. On remarque que la plupart des personnes interrogées ne rejettent pas l’art contemporain en bloc. A la question de savoir si l’art contemporain est élitiste, 60% ont répondu de manière affirmative contre 40%. Par contre à la question « Pensez-vous que le monde de l’art contemporain est un milieu d’initiés ? » l’écart entre les réponses se creuse. 70% des personnes interrogées pensent que l’art contemporain est effectivement réservé à un milieu d’initiés. Quand il a été demandé aux personnes ayant répondu oui, à l’une des affirmations précédentes, s’ils seraient prêts à s’intéresser à l’art contemporain s’il était rendu accessible au grand public, 54% ont répondu positivement et 35% soulignent que cela dépend de l’artiste proposé. Ces chiffres sont prometteurs pour l’analyse que nous tenterons d’effectuer plus loin. Pour finir, le sondage demandait de définir quel était l’élément le plus déterminant susceptible de les influencer dans la découverte d’un artiste. Le fait qu’il s’agisse d’un proche (ami ou famille) est la raison principale pour la quasi-totalité des personnes interrogées. Il est un motif qui peut influencer leurs décisions. Les raisons suivantes partagées de manière quasi ex aequo 30


est l’avis d’un média spécialisé et l’avis d’autres personnes. L’influence de la télévision ou des journaux arrivent bien après. Nous pouvons tirer plusieurs conclusions de ce sondage. Tout d’abord, il est important de souligner que les musées sont beaucoup plus fréquentés que les galeries d’art. Ceci provient en parti du fait que les musées cherchent de plus en plus à toucher le grand public et orientent leurs expositions et leurs communications en conséquence. De plus, la récente gratuité des musées offerte aux moins de 25 ans est un facteur encourageant. Les informations et les explications concernant les œuvres sont riches et développées. De nombreux magazines et livres sont écrits de manière simple et pédagogique sur le sujet. Par contre, le monde des galeries d’art reste encore fermé, les galeristes étant peu enclin à faire participer le grand public. On peut cependant noter depuis quelques années une tendance à l’ouverture auprès du public. Ainsi, il est de plus en plus commun qu’un galeriste vous demande votre adresse email lors de votre première visite. Il reste néanmoins nécessaire que vous fassiez le premier pas – entrer dans la galerie – et ainsi avoir déjà un intérêt premier pour les toiles exposées pour que vous soyez approché. Le but d’une galerie d’art étant de vendre les œuvres qui y sont exposées, on ne la visite généralement pas de la même manière qu’un musée. La plupart du temps les personnes qui entrent dans une galerie ont un souhait d’acquisition. Inversement, certaines personnes évitent de rentrer car elles savent qu’elles ne pourront pas s’offrir une des pièces exposées. Cette donnée est importante car c’est un des points à faire évoluer afin d’inciter le grand public à rentrer dans la galerie et d’en découvrir les œuvres du moment. De plus, les œuvres exposées le sont sur une courte durée, ainsi la possibilité de découvrir de nouveaux artistes est relativement rapide. Et malgré le but affiché de vendre, il est également celui de faire connaître les œuvres et d’éveiller des vocations d’amateurs d’art sans obligation d’achat, ce qui revient à une visite gratuite. Ceci est d’autant plus important que, comme nous l'avons vu précédemment, le facteur principal d’incitation à la visite d’une exposition temporaire est la curiosité, l’envie de découvrir un artiste. La galerie d'art répond à cette envie et cela gratuitement. Grâce à elle la barrière financière disparaît. En effet, si de nombreuses personnes sont freinées par le prix souvent élevé des expositions, elles trouvent ici un lieu libre d'accès, dont l'exposition est entièrement financée par la vente des œuvres.

31


L’intérêt pour l’art contemporain dépend en grande partie de l’artiste exposé. Il est possible de découvrir de nouveaux artistes. Il se trouve également des galeries dont les goûts sont proches des nôtres. De cette manière, en y étant fidèle, il est possible de visiter des expositions que nous affectionnerons tout particulièrement. L’art actuel étant vaste et varié, il est difficile de tout accepter ou de tout rejeter en masse. L’art contemporain n’étant pas un courant (contrairement à l’art moderne ou à l’impressionnisme par exemple), il y a de forte chance que l’on découvre au moins un artiste que nous apprécierons. Mais pour cela, il faut être capable de le découvrir. Or, une grande majorité de personnes perçoivent le monde de l’art contemporain comme un cercle d’élites et une plus grande partie encore le perçoive comme un milieu d’initiés, fermé et hermétique. Or, en leur donnant les armes qui leur permettront de l’apprécier et en s’adressant directement à eux par des canaux moins traditionnels, il est possible de faire évoluer les mentalités. Ainsi, une grande partie des personnes interrogées certifient qu’elles s’intéresseront d’avantage à l’art s’il se démocratisait. Pour finir l’analyse de ce sondage, intéressons nous au classement d’influence. En effet, la quasi-totalité des sondés a répondu que l’avis d’un ou plusieurs de leur proche était l’élément déclencheur le plus important pour les motiver à s’intéresser à un peintre, ou à une exposition, etc. Ceci souligne l’importance de l’impact de l’entourage. Si une personne que l’on apprécie, avec laquelle on partage des goûts communs aime un peintre, nous aurons tendance à faire confiance à son jugement. Ceci nous sera particulièrement utile pour la troisième partie de ce mémoire. En effet, si notre stratégie de communication est suffisamment personnelle et touche un grand nombre de personnes sur la toile, le message que l’on souhaitera faire passer fonctionnera sur le bouche à oreille. Ainsi notre information sera entendue et transmise de manière efficace. Le média spécialisé arrive en deuxième position. Ceci s'explique car lorsque l’on choisi d’acheter un magazine spécialisé en art, c’est qu’on lui confère un certain degré de confiance initial. Le choix se fait généralement par rapport au thème choisit, au focus sur un peintre en particulier et pourquoi pas, pour les plus passionnés, aux journalistes qui écrivent les articles. L’avis d’autres personnes joue aussi un rôle très important. Ceci est un phénomène amplifié par internet. En effet, nous aurons tendance à aller regarder des sites divers, des forums, des blogs voire demander l’avis aux personnes présentes sur les réseaux sociaux avant de prendre une décision. Ainsi les autres internautes et particulièrement ceux avec qui l’on partage une 32


affinité sont porteurs d’influence. Ceci est un facteur très important à souligner en termes de communication. Ceci montre qu’il nous faudra être présent de manière informelle dans un maximum de réseaux (forums, blogs,…) différents. A contrario, les médias plus traditionnels tels que la télévision ou les journaux semblent bénéficier d’une influence moins importante sur les personnes interrogées. Si les médias ont une bonne valeur de relais et de répétition, ils n’influencent pas directement le grand public dans sa décision à se déplacer, hormis peut-être pour certaines expositions phares du type « Picasso et les maîtres ». Toutes ces données extraites nous serons très utiles dans le développement de la troisième partie. En effet, ce sondage confirme tout d’abord mon hypothèse de base selon laquelle l’art contemporain connaît aujourd’hui beaucoup de réticence auprès du grand public, mais ilprouve aussi que ce marché n’est pas fermé et qu’il est prêt à évoluer si les mentalités et les moyens de communication évoluent.

Les acteurs principaux Il est difficile de parler d’art contemporain sans en mentionner ses principaux acteurs. Nous allons mettre en avant les principaux d’entre eux. Les principaux circuits de diffusion : lieux publics ou privés d’exposition La galerie est un lieu privé où sont exposées des œuvres de toutes natures. Son but est double : sa fonction première est de vendre les œuvres d’un ou plusieurs artistes mais aussi de permettre au public de découvrir et de connaître le ou les artistes exposés. Parmi les plus grandes galeries françaises on retrouve : la galerie Marian Goodman, la galerie Yvon Lambert, la galerie Daniel Lelong… Les musées et tout particulièrement ceux qui lui sont dédiés jouent aussi un rôle important dans la diffusion de l’art contemporain. Parmi les plus connus et les plus fréquentés, nous retiendrons le Centre Pompidou, figure emblématique de l’art contemporain, mais aussi le 104, ouvert récemment et qui joue un rôle majeur sur la place publique. Il est devenu l’endroit parisien chic et à la mode. Parmi les musées d’envergure nous pouvons citer le Palais de Tokyo et l’Espace Cardin qui exposent des œuvres d’artistes actuels.

33


Les marchands favorisent la diffusion et la reconnaissance des artistes contemporains de façon pérenne. Il s’agit généralement de passionnés à la recherche perpétuelle de nouveaux courants, de jeunes talents… Ils entretiennent des liens privilégiés avec les artistes, jouant un rôle de confident ou d’ami. Le marchand d’art travaille autour de trois espaces : les salons privés, les salles des ventes et les salons. Les marchands d’art contemporain les plus connus sont : François Pinault, Larry Gagosian, Marian Goodman, Charles Saatchi… Afin de retrouver la cote d’un artiste et ainsi connaître la valeur d’un tableau, des annuaires spécialisés sont disponibles en ligne tels qu’Artprice ou Artnet. Ils bénéficient toujours d’une section « art contemporain » dans laquelle sont référencés tous les artistes actuels. L’avantage par rapport à sa version papier et de donner une actualisation immédiate des données. Les salles de ventes ont une importance croissante dans le circuit de la diffusion de la connaissance de l’art contemporain. Parmi les salles de ventes internationales les plus reconnues on retrouve Christie’s et Sotheby’s et en France Artcurial, Tajan, Pierre Berjé et associés, Cochon-barré et Allardi, PIASA, ADA, Cornette de St-Cyr, Millon et associés, Hôtel Drouot. Elles permettent de vendre aux enchères des tableaux d’artistes reconnus dans la profession. Ces ventes sont effectuées par un commissaire priseur. Il doit aussi pouvoir évaluer un bien et détecter les fraudes éventuelles. Les ventes aux enchères des œuvres d’art sont très médiatisées. Le mécénat : un agent double Le mécénat a aujourd’hui un poids croissant dans la diffusion de l’art et en assure le support financier. Les mécènes sont la plupart du temps des chefs de grandes entreprises passionnés par l’art contemporain. Pour donner une définition rapide du mécénat, il désigne généralement un don financier fait à un institut culturel pour l’aider à financer une exposition temporaire particulière ou ses expositions permanentes. Il « peut désigner toute action que l’entreprise mène en dehors de son objet direct, mais qui vise à promouvoir son image de marque et à améliorer sa notoriété » (Lena, 1991, Collignon 1992). Depuis quelques années la notion de mécénat évolue. Le mécène, outre sa participation financière, met à disposition de l’institut culturel, du matériel, des locaux, des supports publicitaires, des espaces dans les médias, propose le transport et les assurances des œuvres. Ce peut être aussi un mécénat de compétence, c'est-à-dire le « prêt » de salariés qualifiés dans un domaine (par exemple : pose de lumière spécifique). 34


L’enjeu est double : L’institut culturel bénéficie d’aides financières et logistiques et le mécène connaît un retour sur investissement à différents niveaux. Dans un premier temps, le mécénat lui permet de réaffirmer sa notoriété mais aussi de se construire une image institutionnelle qui lui est propre. En effet, nous jugeons de plus en plus les produits ou les marques d’une entreprise en fonction de ses engagements sociaux et culturels. Une entreprise ayant une bonne image dans notre société verra ses ventes croître. Il est donc nécessaire pour l’entreprise de se créer une identité autre que celle de ses marques et produits. Il y a nécessité d’engagement social en dehors de son champ d’activité. Des entreprises telles que LVMH ou Axa ont d’ailleurs compris cet enjeu et sont très présents dans le monde culturel. Le mécénat implique une réputation positive, ce qui renforce la confiance et la crédibilité de celle-ci. De cette manière l’entreprise peut délivrer un message positif auprès de toutes les parties prenantes, impliquées de manière directe ou indirecte dans l’entreprise (stakeholders). Toutes ces valeurs positives sont à prendre en compte par une galerie ou un musée lorsqu’ils démarchent une entreprise en vue de mécénat. Il s’agira de bien connaître l’entreprise, ses points forts et faibles, afin de pouvoir élaborer une stratégie convaincante. Depuis quelques années, les mécènes ont créé pour l’art contemporain des prix récompensant les artistes actuels les plus talentueux. Ces prix sont généralement européens ou américains. Pour la plupart, ils sont mis en place par des grandes entreprises telles que le prix Hugo Boss, le prix Audi ou le prix Ricard par exemple. Chacun propose des dotations différentes, mais ils ont tous pour but de faire connaître et promouvoir un artiste. Les foires, les associations et l’Etat : premiers pas vers la démocratisation De nombreuses foires sont organisées chaque année permettant une diffusion plus populaire et plus globale des artistes actuels. La Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC), est l’évènement de l’année en France en matière d’art contemporain. Elle se déroule au mois d’octobre à Paris. Pendant plusieurs jours, cette manifestation commerciale et artistique devient le lieu de rencontre entre galeristes, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art contemporain international. Le nombre de visites annuelles oscille entre 70 000 et 90 000 spectateurs. D’autres foires d’art contemporain ont lieu en France au cours de l’année mais ont une dimension plus modeste. 35


Pour la diffusion de l’art contemporain, des associations ont vu le jour. Deux d’entre elles méritent d’être cité : l’association de « Connaissance de l’art Contemporain » et Affordable Art Fair. L’association « Connaissance de l’art Contemporain », créée en 1991 et soutenue par le Ministère de la Culture, elle a pour vocation de sensibiliser le public à l'art contemporain. L’association propose chaque année une série de huit conférences sur le thème de l’art contemporain dans toute la France ainsi qu’un service de conférence « à la carte » et des formations destinées aux entreprises ainsi qu’aux collectivités locales. L’Affordable Art Fair connait sa première édition en France en mai 2008. Cette foire propose au public de contempler et de s’offrir des œuvres de grands artistes ou d’artistes émergents. Plusieurs animations ont été organisées afin de sensibiliser le public à l’art contemporain, visant surtout les plus jeunes : démonstrations de lithographie, découvertes du salon avec des « Art Coach », ateliers enfants (peinture sur aliments, relooking de grandes œuvres etc.). Afin d’aider à la diffusion de l’art contemporain, l’Etat joue une place toujours plus grande dans ce secteur. Le ministère de la culture a ainsi instauré le 1% artistique. Il impose aux maîtres d’ouvrages publics de réserver 1% du coût de construction d’une œuvre publique à la commande ou à l’acquisition d’une ou de plusieurs œuvres d’art contemporain. Cette obligation s’applique dans le domaine des arts visuels, la peinture, la sculpture, la création sonore, paysagère… Pour chaque opération de 1% il est fait appel à candidature et est suivie par un comité artistique, instance de conseil auprès du maître d’ouvrage. Le Ministère de la Culture a aussi mis en place un établissement public nommé Centre National des Arts Plastiques (CNAP). La mission du CNAP est de soutenir et promouvoir les créations en art contemporain. Ce centre soutient financièrement les artistes dans leur recherche expérimentale ainsi que les professionnels de l’art contemporain (galeries, critiques d’art…). Les collectivités locales jouent également un rôle non négligeable (notamment les Régions, ayant la compétence culture) dans la diffusion de l’art contemporain, à travers le financement 36


des centres nationaux d’art contemporain (CNAC) que l’on trouve dans plusieurs villes de France. Un « Centre européen de création contemporaine », a aussi été créé dans le but de soutenir et de favoriser la production des artistes. Il propose au public qui le désire, des moyens de comprendre le travail des artistes aux différents stades de leur œuvre. Pour finir, chaque année l’Etat français investit dans l’art contemporain en achetant un certain nombre d’œuvres qui alimenteront des galeries, des expositions, des musées,… ce qui s’appelle le Fond National d’Art Contemporain.

Etat actuel de l’art contemporain Nous avons établi une analyse PESTEL4 et une analyse SWOT5, afin de dégager certaines tendances concernant l’état actuel de l’art contemporain. Tout d’abord, il est important de souligner que l’art contemporain est aujourd’hui encore, considéré comme élitiste et un milieu principalement accessible aux initiés. Cependant on remarque depuis quelques années une certaine démocratisation culturelle de l’art. L’art contemporain s'insère dans cette vague d'ouverture culturelle et cherche à conquérir à un public plus large. Un nouvel intérêt pour l'art contemporain commence à voir le jour. Les développements technologiques, surtout internet, ont modifié les stratégies de communication de tous les intervenants de l’art. Une des forces principales quant à la diffusion de l’art contemporain est la diversité des supports utilisés. Le développement des nouvelles technologies a permis la création de nouveaux supports pour l’art. On retrouve par exemple l’art numérique pour ne citer que lui. Cette pratique est nouvelle et relance le débat sur la définition de l’art puisqu’il se pose sur un support nouveau et immatériel. Il permet une ouverture culturelle plus grande et permet de toucher un public plus vaste. Il faut ainsi prendre en compte la création de nouveaux canaux, de nouveaux artistes qui vont aider à promouvoir l’art contemporain dans son ensemble.

4

Voir annexe 3

5

Voir annexe 4

37


Un autre levier important dans la démocratisation de l’art contemporain est l’investissement des pouvoirs publics, qu’il soit d'ordre financier ou autre. Il permet ainsi aux artistes actuels de se faire connaître, et d’espérer ainsi fidéliser un public envers leurs œuvres. De plus, l’Etat a un poids moral non négligeable, en ce domaine. La période de crise économique actuelle peut avoir des conséquences positives et négatives sur l'art contemporain. En effet, l’art n’étant pas une fonction vitale, les investisseurs ont plutôt tendance à ralentir leurs achats. En ce sens, l'art a du mal à trouver une place auprès du grand public, surtout s'il n'est pas proposé à moindre coût ou gratuitement. Il sera ainsi nécessaire dans notre stratégie de communication de prendre en compte ces données afin de montrer ce que l’art contemporain peut amener à toute personne. Par ailleurs la cote d’un artiste ne diminuant que rarement, ce peut être aussi une valeur refuge. Ce sont des leviers à exploiter lors d’une campagne de communication, afin de toucher la cible là où l’on a le plus de chance de le convaincre. L’ouverture au grand public offre un potentiel de développement très important. Si l’on ajoute à cela l’apparition de nouveaux canaux de communication, nous pouvons souligner qu’un nouveau marché important est à saisir. Avant de nous lancer dans l’utilisation du web 2.0 en tant que moyen de démocratisation de l’art contemporain, commençons par analyser les techniques de communications traditionnelles. Les relations presses : se faire connaitre grâce aux médias Pour commencer, intéressons nous aux relations presses. Elles présentent un paramètre incontournable, plus particulièrement lorsqu’il s’agit d'une grosse entité comme un musée. Les relations presses désignent les rapports que l’on entretien avec les journalistes et le relais des évènements dans la presse, à la radio ou à la télévision. Les médias assurent ainsi la promotion des évènements (généralement exposition temporaire ou permanente) mais aussi celles de la visite d’éventuelle délégation étrangère ou d’associations. Afin d’être en relation avec les journalistes de manière pérenne, il est important de garder un rapport régulier avec eux et de mettre fréquemment à jour le fichier de presse. Un communiqué ou un dossier de presse est généralement envoyé aux journalistes afin qu’ils puissent prendre connaissance de l’information. Il est souvent conseillé d’effectuer des relances téléphoniques afin de s’assurer 38


de la bonne réception des éléments d’une part, et de leur donner des informations complémentaires si nécessaire d’autre part. Cette technique de communication fait partie de la stratégie de communication d’un musée, d’une galerie ou d’un prix d’art contemporain. Les journalistes ciblés jouent un rôle primordial dans la diffusion de l’événement d’où l’intérêt de choisir ses cibles avec soin. De nombreux magazines concernant l’art et plus précisément l’art contemporain existent. Parmi les plus lus et reconnus nous retrouvons « Beaux Arts Magazine », qui retrace l’actualité des arts depuis sa création jusqu’à l’art contemporain, et « Connaissances des Arts » qui est spécialisé dans l’antiquité, la décoration et les objets d’arts et reprend l'actualité internationale. Il faut ensuite se demander si l’on exporte l’information à d’autres journaux plus généralistes, tels que Le Figaro, Le Monde, Libération... ou les gratuits (20 Minutes, Métro). Dans ce cas, il est important de savoir quelle est l'emplacement où nous souhaitons voir apparaître notre information. Sera-t-elle insérée au cœur des articles sur l'actualité mondiale ou nationale ou préférons-nous les pages culture ? En fonction de l'information et du support que l'on a à disposition, il est aussi possible de mettre en place un système de suppléments pour un numéro précis. La fréquence de parution aura aussi un rôle dans la diffusion d'un événement. Tous ces paramètres dépendront grandement du but que l'on souhaite mettre en place, l'envergure de l'évènement, le renom de l'artiste,... Lorsque l’évènement est terminé, il est important de constituer une revue de presse. En d’autres termes il convient de créer un recueil de toutes les retombées d’une exposition dans la presse. Ceci permet de mesurer en termes de quantité et de qualité le résultat d’une exposition. Il est en outre un outil fédérateur qui crée la cohésion sociale au sein d’une équipe et qui véhicule en interne une bonne image du travail effectué. Il va sans dire que le nombre de revues de presse formées chaque année par un institut souligne le nombre d’événements organisés par celui-ci. Les relations presses permettent aussi d’aller plus loin en formant des collaborations avec certains journaux. Ainsi le musée ou la galerie bénéficie d’un soutien de promotion assuré et il permet au magazine ou journal d’associer un nom culturel à ses pages. En externe, la diffusion d’un rapport des revues de presse (généralement présent dans les rapports d’activités) permet de faire un point sur l’envergure d’un événement dans la presse et par conséquent l’importance de l’événement en lui même. En comparant plusieurs revues de presse d’un même musée ou même galerie, il est possible de souligner les affinités avec la

39


presse et le type de presse généralement sollicité. Ceci peut amener à en soutirer la politique de communication employée. L’édition : un moyen de diffusion par ses visiteurs L’édition est aussi un point incontournable dans la communication d’un événement. Elle peut se décliner de différentes manières. Le premier point concerne les livres d’exposition. Généralement, l’institut culturel qui abrite une exposition propose dans sa boutique la possibilité d’acheter le catalogue de l’exposition reprenant les œuvres présentées. Il existe aussi une version plus riche reprenant la vie de l’artiste ainsi que la quasi-intégralité de ses œuvres. Ce type de livres est très prisé des visiteurs tant pour garder un souvenir de ce qu’ils ont vu que pour approfondir leur culture sur les tableaux et l’artiste. Il a pour but également de faire découvrir l’exposition à leurs proches, ce qui est excellent pour la diffusion de l’information et une bonne publicité. Cette diffusion se fait aussi sous forme de numéros spéciaux dans des magazines spécialisés ou encore de suppléments dans les journaux. Ceux-ci ont un taux de reprise en main et de partage élevés, ce qui favorise encore la diffusion de l’événement. Il est aussi possible de créer des événements autour de l’édition, en proposant par exemple une dédicace des auteurs des catalogues. Ceci est un plus pour la notoriété de l’exposition, mais aussi pour les retombées dans la presse. L’évènementiel : une approche temporaire légère de l’art contemporain Dans le prolongement de cette idée, les instituts culturels ont de plus en plus recours à la communication évènementielle. Ceci confère à l’art un statut moins institutionnel, plus vivant et plus concret. Cependant, les évènements organisés sont encore très conventionnels, organisant généralement des inaugurations d’exposition (invitant des hommes politiques ou des noms connus) ou encore des vernissages. En conclusion de cette deuxième partie, nous sommes amenés à constater, tout d’abord, que le circuit d’exposition de l’art contemporain est encore restreint mais qu’avec les avancées technologiques d’internet, nous pouvons envisager facilement aujourd’hui de mettre en place une exposition sur ce nouveau support. (ce que nous développerons plus tard). Ensuite, la possibilité de s’échapper des sentiers battus et des conventions donnera un souffle nouveau à l’art contemporain pour sortir de son circuit actuel de communication qui demeure 40


relativement fermé. Ces constats nous permettrons de développer par la suite un aspect nouveau de la communication de l’art. Autre point important, la population ne semble pas réfractaire à l’art par principe. En lui donnant un nouvel élan et en le désacralisant, un axe de communication novateur pourrait donner le goût à de nombreuses personnes d’y prendre part. Nous avons noté précédemment l’efficacité des évènements dans la communication offline. Ceci est un point qu’il faudra reprendre dans la stratégie online puisqu’il a fait ses preuves. De la même manière, la communication traditionnelle est à conserver. En effet, le but n’est en aucun cas de perdre les personnes déjà convaincues par l’art et les artistes contemporains ainsi que ses circuits de diffusion. Nous cherchons ici à le développer, à l’ouvrir à un panel plus grand de personnes. Il va sans dire que l’utilisation des outils tels que les relations presse permettent aux évènements online de se développer plus rapidement. Nous avons également noté précédemment l’importance du bouche à oreille par rapport aux médias. C’est un paramètre incontournable en communication, que le web 2.0 permet de mettre en œuvre. Nous noterons aussi que le phénomène de crise n’est pas forcément un point négatif en ce qui nous concerne. Il est nécessaire dans la stratégie de communication d’actionner les leviers montrant le caractère intemporel de l’art, sa valeur croissante avec le temps et sa notion d’investissement rentable. Enfin, le dernier point à soulever est que, dans ce milieu fermé, les moyens traditionnellement utilisés pour se faire connaître demandent un ticket d’entrée conséquent. Le web 2.0, utilisé dans une campagne de communication adéquate permet de contourner ce problème. C’est grâce à ces divers points soulevés que nous allons pouvoir mettre en exergue dans la troisième partie les leçons tirées de ces analyses et mettre en place la stratégie de communication appropriée à notre problématique.

Utilisation du Web 2.0 dans la démocratisation de l’art contemporain Les bases étant posées, nous allons pouvoir répondre à notre problématique initiale : comment le web 2.0 peut aider l’art contemporain à se diffuser auprès du grand public. Pour cela, nous développerons une stratégie de communication orientée web 2.0, pour une artiste

41


contemporaine : Anne Bachelier6. L’art contemporain ne peut se démocratiser que grâce à ses composantes créatives, Anne Bachelier est de cette manière la clé de voûte de l’édifice. Nous prenons le parti que Anne Bachelier est un produit marketing. Notre approche à la stratégie de communication web 2.0 sera ainsi conceptualisée comme un produit à faire connaître. Nous commencerons par présenter l’artiste et son travail. Nous soulignerons ensuite les forces et les faiblesses de l'artiste en termes de communication. Nous mettrons ensuite en avant la stratégie choisie. Finalement, nous exposerons les outils choisis pour cette campagne et de quelle manière ils aideront la stratégie à s'articuler.

Présentation d’Anne Bachelier et de son travail Qui est Anne Bachelier ? Anne Bachelier est une artiste peintre cotée que l’on peut classer dans la catégorie surréaliste. Après avoir fait ses débuts de peintre sur la peinture sur soie, elle est aujourd’hui orientée dessin, gravure et peinture à huile. Si l’on devait choisir des mots pour décrire ses œuvres, ce serait : métamorphose, évolution, rêve. En effet, les personnages de ses toiles et de ses dessins, ainsi que leur environnement, proviennent d’un monde fantastique proche du rêve éveillé. La force de ses tableaux réside dans le mélange des émotions qu’ils procurent : à la fois tourmenté et protecteur. Si nous l’avons choisie pour mettre en place cette stratégie de communication web 2.0 c’est tout d’abord parce que ses peintures sont immédiatement identifiables. En effet, la particularité de son univers onirique combiné à sa technique de peinture permettent de reconnaître immédiatement ses tableaux. Elle a aussi retenue notre attention car elle dispose déjà d’une certaine notoriété dans le monde de la peinture, ce qui lui permet d’avoir un accès à un bouche-à-oreille puissant et de qualité. Il faut ajouter à cela que son travail ressort très bien en ligne. La force de ses couleurs et la précision de son trait ont un très bon rendu sur internet. Finalement, l’univers d’Anne Bachelier est à la fois envoûtant et très différent de la perception basique que l’on a de l’art contemporain, ce qui permet de partir sur de nouvelles bases. En effet, on peut admirer la technique et le temps passé sur ses toiles. De plus, ce ne sont pas des œuvres conceptuelles, même si ce sont des œuvres souvent énigmatiques. Ainsi

6

Voir quelques peintures en annexe 5

42


ses tableaux et ses dessins sont parlants sans nécessiter de connaissance particulière en histoire de l’art pour les aborder.

Où peut-on voir ses œuvres ? Les œuvres d’Anne Bachelier peuvent être vues dans plusieurs galeries : la CFM Gallery à New York, Le Vent des Cimes à Grenoble, la galerie Bartoux à Paris, la Vero Gallery à Cincinnati, l’Aggie Henrikx en Hollande. Elle exposera aussi prochaine dans une galerie à San Francisco, mais également à Paris, au Grand Palais, à côté d’autres peintres contemporains. Parallèlement, il est possible de voir certaines de ses toiles sur les sites internet de ces galeries. En tapant « anne bachelier » sur Google, nous pouvons remarquer que son nom est cité sur des blogs d’autres artistes et passionnés d’art qui présentent généralement la photo d’une de ses œuvres. Au cours de sa carrière, l’artiste a rencontré de nombreux autres artistes contemporains avec qui elle s’est liée d’amitié et avec qui elle a échangé des œuvres. Ses œuvres sont ainsi exposées dans les maisons de ces artistes.

Quelle est sa communication actuelle ? Etant liée par contrat à diverses galeries, Anne Bachelier ne peut pas vendre ses œuvres par elle-même. De la même manière, sa communication était jusqu’à présent dépendante de celle des galeries. Ainsi, la communication dont elle bénéficie est très traditionnelle, l’annonce de ses expositions se faisant à travers des affiches disposées dans les villes où la galerie expose. Le vernissage est aussi un moyen de communication efficace pour faire découvrir l’artiste. Les personnes qui fréquentent la galerie et qui ont laissé leurs coordonnées reçoivent une plaquette d’invitation pour chacun des vernissages. La plupart d’entre elles étant libre d’accès, chacun est libre d’y participer et de découvrir Anne Bachelier, en personne. Des plaquettes sont distribuées au cours de ses expositions, ce qui permet aux visiteurs de se souvenir de l’artiste mais aussi de faire partager cette artiste à leur entourage.

43


Finalement, Anne Bachelier, en collaboration avec Neil Zuckerman, directeur de la CFM Gallery de New York, édite des livres d’art. Elle a notamment récemment illustré le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux, dans une version abrégée par Neil Zuckerman. Ces livres sont un bon moyen de communication et de diffusion puisqu’ils permettent aux particuliers de faire découvrir son travail à leurs proches.

Mise en avant de ses forces et faiblesses Comme toute mise en place de stratégie de communication, il est important de faire un audit préalable en interne comme en externe. Dans notre cas, il est indispensable de connaître le marché de l’art contemporain, la concurrence que l’on risque de rencontrer, ainsi que définir qui sont nos clients actuels et potentiels. Dans la seconde partie de ce mémoire, nous avons établi l’environnement de l’art contemporain ainsi que ses forces et ses faiblesses. De la même manière, il convient ici de mettre en avant les forces et les faiblesses de l’artiste afin de définir au mieux sa stratégie de communication. Forces de l’artiste Anne Bachelier, de part sa formation et son expérience, elle connait une notoriété grandissante dans le milieu artistique et tout particulièrement dans son domaine de prédilection : la peinture. Elle est une artiste très appréciée. Aux Etats Unis elle est présente depuis de nombreuses années dans la CFM Gallery de New York qui présente aussi des artistes tels que Salvador Dali ou Leonor Fini. En France, Anne Bachelier expose de manière très régulière aux Vents des Cimes, galerie Grenobloise de renom. La galerie lui est régulièrement dédiée et présente de manière permanente une ou deux de ses œuvres. Anne Bachelier a atteint aujourd’hui un niveau technique et un style inégalé. De par leur l’atmosphère ses peintures ainsi que le caractère de ses personnages bénéficie d’une reconnaissance visuelle immédiate. Tout admirateur de son art saurait la reconnaître d’un coup d’œil. Faiblesses de l’artiste Cependant, cette artiste connaît quelques faiblesses dans sa communication qu’il conviendra aussi de combler lors de notre stratégie de communication. Tout d’abord, malgré sa présence dans une galerie grenobloise et parisienne, Anne Bachelier n’est pas encore connue comme elle le devrait en France. En effet, elle connaît beaucoup plus 44


de succès aux Etats Unis qu’en France. Il convient donc de faire adhérer le public français à son univers fantastique. Une autre lacune à améliorer correspond à sa communication encore très traditionnelle. En effet, elle est généralement réalisée par la galerie d’art qui la reçoit. Bien que de nombreux évènements soient organisés lors de ses vernissages à la CFM gallery, les techniques de communication employées pour faire connaître son art reste très classique. Sa présence sur internet est encore très limitée. Le dernier paramètre à prendre en compte qui peut apparaître comme un frein dans sa présence en ligne est son réseau de galeries. En effet, par contrat elle ne doit pas vendre ses œuvres en direct. Cependant, rien ne l’empêche de faire sa propre promotion en ligne et de démocratiser son art afin de redoubler l’affluence dans les galeries lors de ses expositions. Opportunités Encore peu présente auprès du grand public, il reste une marge de manœuvre très importante. Le public au sens large n’ayant encore aucun avis sur son art, autorise la construction d’une campagne de communication entièrement nouvelle. Cela nous permet une plus grande liberté quant aux techniques employées. De la même manière, comme elle est encore faiblement présente sur internet, cela nous permet de bâtir sa communication online dans sa globalité sans avoir à tenir compte de campagne préalablement faite en ligne. L’artiste connait un réseau hors ligne très important. Il est ainsi possible d’exporter ses connaissances sur la toile et de développer sa réputation plus rapidement. Sa présence à la fois en France et aux Etats Unis lui permet une campagne plus large, d’autant qu’elle diffuse sa communication en langues française et anglaise. La diffusion de la langue anglaise étant plus large que la langue française, sa diffusion dans la langue de Shakespeare touchera un public plus important. Menaces Il existe quelques menaces, qu’il faudra intégrer à notre communication afin de la voir réussir. Tout d’abord, il faut prendre en compte que sa quasi-absence sur le net demandera un effort d’autant plus important pour se faire des relations. N’ayant pour le moment aucune légitimité sur la toile, il va lui falloir d’avantage d’énergie pour se créer un réseau internet. 45


Le nombre d’artistes cherchant à se faire connaître sur internet étant conséquent, il devient plus compliqué de se faire sa « place au soleil ». Il faudra ainsi se montrer innovant et souligner sa différence par rapport aux autres. C’est ici que son expérience et son réseau hors ligne jouera une place majeure. La principale menace à prendre en compte aujourd’hui est la crise économique. En effet, dans cette période incertaine, les acquéreurs potentiels sont plus frileux à dépenser de l’argent dans l’art. Il conviendra néanmoins de montrer la valeur ajoutée de cette artiste et les convaincre de la valeur grandissante de sa cote. Ainsi les personnes souhaitant faire fructifier leurs biens dans une valeur artistique trouveront un refuge dans sa peinture. Ces différents points seront mis en évidence dans la stratégie de communication élaborée de manière à répondre au mieux à la problématique.

La stratégie de communication online De ces différentes analyses préalables, nous pouvons dégager la stratégie que nous souhaitons mettre en place. Compte tenu de la problématique de ce mémoire, nous ne nous intéresserons qu’à la partie online de la stratégie. Il est cependant important de noter que cette campagne sera d’autant plus efficace si elle est reprise dans la communication offline de l’artiste. La problématique Comment pouvons-nous permettre à une artiste, telle que Anne Bachelier, d’accéder à un public nouveau ? Comment diffuser son art alors qu’il est inscrit dans un univers codé et stéréotypé ? Comment démocratiser l’art contemporain à travers cette artiste ? Le positionnement Anne Bachelier, peintre contemporaine, a la volonté de se démarquer de ses concurrents en développant sa communication sur internet. Afin de mener à bien cette campagne online, nous avons sélectionné les outils suivants : le blog, certains réseaux sociaux ciblés et le netlinking. Les cibles Cible principale : le grand public présent sur internet en adéquation à notre problématique initiale. Cœur de cible : les 15-35 ans, car ce sont les plus actifs sur internet et ils représentent des relayeurs importants d’information sur internet. 46


Cible secondaire : son réseau existant souhaitant suivre les nouveautés de sa production directement en ligne. Les objectifs Court terme Objectifs

- Faire

d’information [cognitif] et/ou de

Moyen terme

connaitre

- Se construire un - Etendre son réseau à

l’artiste

- Eveiller la curiosité

notoriété

réseau

l’international

- Fidéliser

ses - Développer les biais

du grand public à travers internet

Long terme

connaissances

- Faire

de communication

découvrir - Faire connaitre l’art

d’autres

artistes

contemporains Objectifs d’image

- Perception attrayante

sens plus large

- Adhésion

et amicale de l’artiste

[affectif]

contemporain dans un

- Devenir une artiste de

progressive à son

référence

art Objectifs de

- Faire percevoir l’art

comportement [conatif]

contemporain l’artiste

- Augmenter le trafic - Inclure son art dans le

et

sur son blog et ses

comme

accessibles

réseaux

et -

intéressants

- Rendre

Augmenter

sa

fidélisation

-

Aider

quotidien du public son

comme

art

l’élément

artistique à

découverte nouveaux talents

la

incontournable

de - Faire

rentrer

l’art

contemporain dans les habitudes du grand public

Le Plan de Travail Créatif La promesse Mettre l’art contemporain et plus précisément le travail d’Anne Bachelier dans le quotidien du grand public de manière distrayante.

47


La justification La visée de l’artiste est de se faire connaitre auprès du grand public par le biais de différentes stratégies internet. Le ton Le ton de la campagne doit être léger, près de son public et doit engendrer un sentiment de transparence et de sympathie. Les contraintes Les contraintes que nous aurons à surmonter proviennent directement des faiblesses et des menaces présentées plus haut. En effet, il sera indispensable dans un premier temps, de prendre en considération le peu d’intérêt que le grand public porte à l’art contemporain. Il sera aussi nécessaire de faire connaître cette artiste encore peu présente sur internet. De plus, il faudra choisir les outils à utiliser avec soin afin d’atteindre progressivement chacun des objectifs fixés. La signature « De l’autre côté du miroir »

Les préconisations sur l’existant Afin de permettre à la stratégie online de fonctionner, il ne faut en aucun cas abandonner celle faite préalablement. Il est important de continuer de donner de l’importance à la communication de l’artiste déjà pratiquée. La communication traditionnelle bénéficie de réseaux incontournables qu’il ne faut pas abolir mais enrichir. De plus, une communication en ligne est beaucoup plus efficace et rapide si elle bénéficie d’un soutient hors ligne. Sa vocation principale sera de toucher les publics – et notamment le grand public – qu’il n’était pas possible d’atteindre par le biais de la communication des galeries. Il convient aussi de relayer l’information qui se déroule dans le monde « réel » (exposition, évènements,…) sur la toile afin de mettre en place une synergie parfaite entre les deux mondes.

48


La stratégie Web 2.0 L’intérêt de mettre en place une stratégie de web 2.0 concernant cette artiste et plus généralement pour l’art contemporain est qu’il permet de mettre en avant un aspect non plus encyclopédique mais one-to-one. Nous adopterons d’ailleurs une stratégie de proximité afin d’être plus facilement intégré par les internautes et pour qu’il puisse y participer. Ce type de communication permet de converser de manière personnalisée avec différents acteurs du web. Ceci permet aussi de créer un élan de sympathie autour de l’artiste, de ses œuvres et plus globalement envers l’art contemporain. La problématique de ce mémoire soulevant la volonté de faire découvrir et apprécier l’art contemporain au plus grand nombre, notre stratégie sera orienté réseau. En effet, il s’agit dans un premier temps de faire connaître l’artiste, puis la propulser en temps qu’actrice influente du web, afin de diffuser l’art contemporain auprès du grand public. La mise en réseau permettra ce rayonnement culturel. Cette stratégie se fera en plusieurs étapes afin de répondre aux objectifs à court, moyen et long termes comme vu précédemment. Il est important de partir de l’existant, de poser ses bases stratégiques sur la toile, puis de se développer en étapes afin de pouvoir atteindre les objectifs fixés. Ceci permet à l’artiste d’intégrer progressivement toutes les facettes des outils mis en place, d’en développer progressivement son usage et d’assoir progressivement son nom sur la toile. Ainsi, dans un premier temps, il sera nécessaire pour l’artiste de se familiariser avec les outils en ligne et par conséquent de commencer par se créer un blog. Dans un deuxième temps, nous ferons évoluer ce blog, tant sur l’aspect physique que sur le type de contenu. De plus, il se devra être plus ouvert vers l’externe et augmenter son trafic de visite s’appuyant sur différents leviers, tels que nous les verrons ultérieurement. Ajoutons que cette phase s’ouvrira sur les réseaux sociaux sélectionnés afin d’ouvrir son champs de possibilité. Après cette deuxième phase d’approche, l’ensemble prendra toute sa dimension, prenant en compte toutes les possibilités qu’un blog peut apporter, mais aussi ayant un rapport plus approfondi avec d’autres bloggeurs. Il sera aussi indispensable de faire évoluer sa présence

49


sur les réseaux sociaux. Ainsi, une fois les bases de ces plateformes prises en main, nous devrons développer leurs usages afin de bénéficier au maximum des avantages de chacun. Afin de répondre à nos différents objectifs, nous utiliserons différents outils, chacun répondant à un des objectifs fixés suivant les étapes définies. Cette approche marketing méthodique possible par le web 2.0 permettra de mener à bien notre volonté de diffusion de l’art contemporain à travers Anne Bachelier. Afin de laisser du temps à l’artiste dans la conception de ses projets artistiques, je serai en charge de la mise en place de cette stratégie de communication, mis à part les billets postés sur son blog. Je serai en contact permanent avec l’artiste afin qu’elle puisse suivre l’évolution de sa renommée mais aussi pour être en totale adéquation avec l’information qu’elle souhaite voir développée.

Le blog : vitrine interactive de proximité Notre première étape est de se familiariser avec le monde foisonnant d’internet et qu’en retour nous commencions à nous y faire une place. Pour agir efficacement, nous avons décidé dans un premier temps de construire un blog afin de prendre en main ses outils, mais aussi pour tenir compte du premier retour des internautes, afin de l’incorporer dans la suite de notre campagne. Au cours de cette stratégie nous verrons comment inscrire notre blog dans la zone d’influence, clé d’entrée de notre diffusion auprès du grand public. Nous verrons comment ancrer Anne Bachelier, non seulement comme référence en art contemporain, mais aussi comme personne influente de la blogosphère. Tout d’abord, il est important de se demander pourquoi un blog ? D’un point de vue communicationnel, un blog connait de nombreux avantages précieux pour notre stratégie. La fraîcheur et la réactivité de l’information sont des données primordiales au blog. En effet, la fréquence et le contenu sont deux notions incontournables pour le bloggeur qui est soumis à la loi de la lecture de l’information. En effet, l’internaute se nourrit d’informations pertinentes, récentes et en perpétuel renouvellement. Ceci donne un lieu à une interactivité

50


très importante lorsque l’on cherche à se faire connaître. Le blog est ainsi une interface d’interaction très efficace en ce qui concerne notre stratégie de communication. Par son contenu et son interactivité, le blog donne ainsi une image moderne de la personne qui le tient, il permet aussi de coller aux nouvelles tendances et d’apporter un sentiment de transparence. Le blog est de se créer une identité sur le web et ainsi construire une vitrine de proximité. En effet, ceci permet d’avoir un lieu officiel qui n’appartient qu’à soi, et vers lequel on peut renvoyer afin de démentir d’éventuelles fausses affirmations sur internet sur sa personne. Il est un espace personnalisé, qui met en avant notre personnalité, ce que l’on aime, ce que l’on fait, notre expertise dans un domaine… Cette vitrine permet ainsi d’être proche de son public, de lui donner une information personnalisée grâce à un contact direct. Le blog est un lieu de différenciation où Anne Bachelier pourra affirmer sa personnalité et ses valeurs. En mettant en avant au jour le jour l’avancée de ses œuvres et en donnant des explications tant légères, ludiques que personnelles, elle pourra faire découvrir son art aux internautes. En leur donnant des armes de manière informelles sur la compréhension de l’art contemporain, elle lui donnera une dimension nouvelle et soulèvera l’intérêt et l’envie de découverte des internautes. L’interactivité du blog renforcera le caractère vivant de sa stratégie de communication. Le blog est aussi un lieu de réflexion valorisant des internautes. En effet, grâce à son utilisation facile il est possible pour l’artiste de publier en ligne ses impressions, ses idées, de manière rapide et illimitée. Les blogs ont permis aux internautes de se libérer, d’être beaucoup plus à l’aise avec internet et les propos qu’ils y tiennent. De plus, ils reposent sur des technologies ouvertes, ce qui permet une diffusion facile du contenu. Pour ces raisons et par l’utilisation de l’hypertexte, les blogs sont une source intarissable de bouche-à-oreille mondial. En effet, les liens hypertextes permettent de passer d’un blog à un autre par simple clic. Il n’est ainsi plus surprenant de découvrir des nouveaux blogs ayant un intérêt très différent de celui que l’on cherchait initialement, uniquement par rebond de blogs en blogs. Comme nous l’avons vu dans la seconde partie de ce mémoire, nous sommes plus enclins à écouter ce que notre entourage nous conseille plutôt que les médias de masse. Le phénomène de blog marche sur le même concept. En effet, en se tissant des liens avec d’autres bloggeurs, 51


nous allons prendre en considération leurs points de vue, les relayer, etc… L’information sera ensuite reprise par d’autres bloggeurs avec qui nous sommes en lien. De cette manière le bouche-à-oreille peut se diffuser de manière très rapide à travers le monde. Par extrapolation, le blog est donc un début de conversation avec le reste de la population que l’on souhaite atteindre. Se créer un blog, c’est se familiariser avec ces nouveaux outils de communication, mais aussi prendre part à la conversation globale. Le blog est un exemple éloquent du Global Village de MacLuhan, en se présentant sous forme d’agora géante. Tous ces points sont autant de leviers qui permettront à Anne Bachelier de se faire connaitre, de faire découvrir une nouvelle facette de l’art contemporain et ainsi le rendre vivant et intéressant auprès des internautes. Mais attention ! Afin d’être intégré dans la blogosphère, il est important d’en connaître le fonctionnement. Tout d’abord, il est primordial de commencer par écouter avant de parler. En effet, comme nous l’avons vu précédemment, les blogs peuvent être comparés à une agora où se tient une conversation permanente. Les mêmes règles de politesse et de courtoisie que dans la vie courante doivent s’appliquer. S’il ne vous viendrait pas à l’esprit de vous immiscer dans une conversation ou de couper la parole dans la vie courante, il doit en être de même sur la blogosphère. Il faut ainsi prendre le temps de comprendre le sens et le motif de la conversation, de laisser le temps aux autres personnes de s’habituer à votre présence et seulement ensuite de participer à la conversation. Encore une fois, il convient d’apporter des arguments ayant un rapport avec la conversation en amenant une plus-value au débat. La loi de lecture sur internet impose un principe de régularité, ce qui est essentiel pour faire partie de la blogosphère. Il est important d’écrire souvent et de manière courte. En effet, il est fastidieux pour un internaute de lire un article long sur internet. Le blog n’est ni un livre ni un journal. Sa norme est différente. Même si le nombre de mots n’est pas limité dans le cas du blog, une règle tacite de la blogosphère est d’écrire des notes courtes et pertinentes. Il convient donc d’écrire fréquemment des articles courts qui sauront intéresser l’auditoire et permettront de répondre à la nécessité de fraîcheur de l’information. De la même manière, il est important d’adopter en toutes circonstances un style léger et direct.

52


Les premiers pas de l’artiste et son blog… Après avoir pris en compte toutes les données précédentes, nous pouvons enfin nous lancer pleinement dans la création du blog. Puisqu’il s’agit d’un blog d’artiste, nous déciderons de prendre son prénom et son nom pour nommer son blog. Ceci permettra dans un premier temps, pour les personnes de son entourage, de la retrouver facilement sur la blogosphère mais permettra d’aider également au référencement sur les moteurs de recherche. Cela permettra aussi de diffuser son nom et de le rendre mémorisable. La reprise de son nom et de son prénom aidera dans le référencement qui permettra d’avoir une remontée non négligeable sur les moteurs de recherche. Dans un premier temps, son blog sera son carnet de bord, proche du cahier de l’artiste. Elle y montrera par le biais de photographies l’évolution de son travail et les œuvres terminées… Afin de valoriser ses peintures et dessins la qualité de mise en ligne des photographies est primordiale. Il faudra faire attention à ne pas tout dévoiler avant les expositions prévues afin d’inciter les personnes qui suivent son blog à s’y déplacer. Le blog pourra aussi servir de support d’information pour prévenir d’une exposition future. Il permettra de faire un compterendu de cette exposition, d’insérer les impressions et pourquoi pas des photos de celle-ci. En présentant son travail, Anne Bachelier pourra glisser subtilement au sein de ses billets des éléments ludiques concernant l’art, ce qui accentuera sa différenciation et perfectionnera les internautes de manière interactive. Le design du site aura ici toute son importance. Afin de ne pas étouffer les photos, le fond devra être sobre. Compte tenu des couleurs flamboyantes de ses peintures à l’huile, une couleur sombre telle que le noir soulignerait les photos. La mise en page doit également être simple afin de permettre une lecture rapide de son blog. En effet, en répondant au schéma classique des blogs qui impose un rythme, un sens de lecture et une organisation de l’information, Anne Bachelier permettra une lecture facile pour ses internautes. Les repères visuels sont essentiels dans cette approche communicante. Nous commencerons par présenter l’artiste dans son profil. Ceci sera par la suite sa carte de visite dans la blogosphère. De plus, au delà de la description de l’artiste et de son travail, il est possible d’y ajouter les blogs qu’elle suit. Ainsi ceci lui permettra de se tisser progressivement son réseau dans la blogosphère et d’accroître son référencement.

53


Afin d’affiner son style et l’apparence de son blog avant de le diffuser sur le web, il est conseillé de le diffuser dans un premier temps à ses proches. Ceux-ci pourront lui prodiguer conseils et avis sur cet embryon de blog. Ces premiers pas l’aideront à adopter des réflexes incontournables. Tout d’abord, elle pourra se familiariser avec l’étiquetage ou taggage. En effet, en ajoutant un ou plusieurs mots clés à la publication de ses notes, le blog aura une meilleure ergonomie. Au fil du temps ceci lui permettra d’obtenir un référencement intéressant sur les moteurs de recherche. L’étiquetage lui permettra aussi de classer ses notes. Si ceci ne paraît pas pertinent quand le blog est jeune, cela pourra être une mine d’or quand il aura pris une autre dimension. Les internautes visitant le blog pourront repérer d’un coup d’œil les différents thèmes abordés. L’étiquetage est aussi très efficace lorsque l’on souhaite relire une note écrite dont on ne se rappelle plus la date de diffusion. Finalement, l’intérêt du taggage à long terme est de proposer une barre de recherche qui aidera à retrouver un article très rapidement. Pour cela il est important de mettre en place un système de mots pertinent, précis et d’imaginer sur le long terme un mode de classement, qui pourra évoluer et être enrichi. Sur la blogosphère, il est indispensable d’être soi même. Dans un premier temps l’artiste devra prendre en compte ce paramètre pour ces articles. Après plusieurs articles, le ton vient naturellement et la ligne éditoriale du blog se met en place. C’est grâce à cela que notre blog pourra prendre vie et gagner en importance sur la toile. Le troisième réflexe incontournable à adopter est la prise en compte des commentaires. En effet, ce sont eux qui vont créer de la discussion et par la suite du trafic sur le blog. Il faut donc s’habituer, dès ses premiers pas, à regarder très fréquemment s’il y a des nouveaux commentaires sur nos articles et les lire. Il faut ensuite prendre le temps d’y répondre. Ceci permettra d’engendrer le dialogue, de rencontrer de nouvelles personnes et de fidéliser ses visiteurs. Il faut donc qu’elle y apporte toute son attention dès le début. Le dernier réflexe à adopter rapidement concerne le suivi d’audience. En effet, il peut être très enrichissant de voir qui consulte son blog, à quel moment de la journée, si c’est plutôt en semaine ou le weekend, etc. Ceci permet de se familiariser avec son public. Même si dans un premier temps son audience tourne autour de ses proches, ce suivi prendra une dimension autre lorsque le trafic sera plus important. Il est conseillé de s’approprier les outils de suivis avant que le nombre de visites deviennent plus élevé et plus complexe. 54


Adopter les bons réflexes dès le début, même s’ils semblent superflus dans un premier temps, permet de rentrer dans la blogosphère en douceur. De plus, lorsque l’on voudra étendre les fonctionnalités du blog, il sera indispensable que les prémices soient intégrées. Cette mise en place à court terme prendra ainsi toute son importance sur le long terme. Un blog avec des bases solides pourra se développer plus rapidement et plus facilement. Maturité du blog Maintenant que l’artiste s’est familiarisée avec les techniques et le fonctionnement du blog, elle va pouvoir s’ouvrir auprès des autres bloggeurs. En effet, le blog pour le blog ne sert à rien. Il doit permettre de mettre en place un réseau. Pour cela, nous lui conseillons plusieurs moyens.

Les réseaux physiques, bons vecteurs de diffusion Tout d’abord, il est conseillé de relayer l’existence de son blog au sein des réseaux physiques qu’elle possède déjà. Ceci peut être tant sur les plaquettes d’exposition que distribue les galeries, que sur l’emplacement qui lui est réservé sur leurs sites, etc… Elle peut aussi transmettre l’information aux autres artistes de son entourage et élargir le cercle des proches à inviter, inciter ses amis à inviter leurs amis et ainsi de suite. A cette étape, toute personne bénéficiant d’une connexion internet est un potentiel diffuseur d’information. Aucune piste ne doit être exclue. Il faut ajouter que ces premiers contacts étant composés de personnes proches de l’artiste, ils sont déjà conquis par l’artiste et son travail, c’est pourquoi cette première fidélisation sera facilement acquise. Une fois le réseau physique atteint, il faut commencer à approcher les autres bloggeurs. Ceci se fait de plusieurs manières.

Les commentaires, optimisation des relations avec les internautes Avec l’augmentation de trafic sur son blog, le nombre de commentaires va lui aussi s’accroître. Ceux-ci vont aider à la diffusion et la reconnaissance du blog et l’impact va être double. Dans un premier temps, il va permettre de créer un dialogue sur le travail de l’artiste et permettra aussi d’avoir plus de visibilité sur les sites référenceurs de blogs. Plus un blog va avoir d’activité et de trafic, plus il aura une place importante dans la blogosphère. Les personnes ayant une affection pour l’art auront tendance à venir plus facilement visiter son blog. C’est pourquoi, répondre souvent aux commentaires, qu’ils soient sous forme de 55


questions ou non, permet une ouverture sur les autres. Si les commentaires et les réponses qui leur sont faites sont pertinentes, un internaute sera tenté de s’abonner au flux RSS de ce blog afin d’être mis à jour de son actualité. Certains internautes sont autant, voire plus intéressés, par les commentaires que par les articles. Pour cela, il est intéressant de leur proposer la possibilité de s’y abonner. C’est une pratique de plus en plus répandue qui fonctionne très bien. La fidélisation d’un internaute apporte d’une part une certaine assurance de sa visite régulière du blog mais permet aussi la diffusion de l’information autour de lui. Un internaute conquis par un blog va avoir tendance à le diffuser auprès de ses proches et d’autres personnes ayant les mêmes centres d’intérêts que lui. Il est ainsi important d’utiliser le bouche-à-oreille pour se faire connaître.

Le feedback, un gage de perfectionnement Le deuxième enjeu des commentaires est l’effet de feedback. La blogosphère est une entité d’entre-aide. Ainsi les autres bloggeurs, s’ils ont apprécié leur visite, vont avoir tendance, surtout à ses débuts, à donner des conseils, des précautions, des idées pour améliorer votre blog. Il ne faut jamais oublier de les remercier. Ce n’est pas tout ! Il faut aussi prendre en compte leur avis : l’audience est généralement de bon conseil. Elle amène des idées nouvelles auxquelles vous n’auriez pas pensé ou dont vous ignoriez l’existence. S’il ne vous paraît pas convenir à ce que vous voulez faire, ne vous sentez pas obligé de le mettre en place mais dites-le. Il est porteur d’établir un contact pérenne avec ses bloggeurs qui peuvent ramener de l’audience au blog de l’artiste. L’élément important à souligner et qu’ils ne sont pas forcément familier au travail de celle-ci ou avec l’art en général, mais chaque bloggeur aura trouvé un élément (le ton, le design, l’atmosphère,…) qui saura séduire les autres internautes. Afin de générer des commentaires, les articles postés doivent être centrés sur l’utilisateur, écrits sur un ton léger, facilement partageables et multi-formats. Un contenu viral serait un plus. Il est aussi possible de poser une question ouverte à l’audience pour engendrer des réponses. Il faut faire attention à ne pas abuser de cette dernière solution car il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un blog et non d’un forum. L’artiste est « l’éditrice en chef » de son blog, pas les internautes. Il faut ainsi poster des notes pertinentes, interactives et pourquoi pas des messages sur lesquels l’internaute peut rebondir.

56


Le référencement, tremplin de notoriété Au-delà des avantages des commentaires dans la diffusion de son blog, il est important de se servir de deux leviers de référencement. Le premier est dit « naturel ». Il se base sur trois composantes : La composante initiale dit que les blogs sont les amis des moteurs de recherche. Ils sont composés d’une grande partie de texte, facilement identifiables et reconnaissables par rapport à tout autre support multimédia. Les mots utilisés dans les notes seront reprises par les différents moteurs de recherche afin de permettre une meilleure visibilité du blog. Il faut aussi prendre ce paramètre en compte dans la rédaction de ses articles, même s’il ne faut pas perdre de vue qu’ils doivent rester spontanés. La deuxième composante est le permalien ou l’url permanente d’une note. Le type de permalien choisi lors de la création du blog prend toute son importance lorsqu’il s’agit de faire connaître le blog et le référencer. En effet, le permalien reprend la date, parfois l’heure, et le titre choisi. Afin d’augmenter le trafic de son site, les permaliens, une fois mis en place, ne doivent jamais être modifiés. L’intérêt est d’y insérer des mots clés car les permaliens étant repris par les moteurs de recherche, ils seront d’autant plus efficaces qu’ils reprendront les mots que l’on souhaite mettre en évidence. La dernière composante principale de ce référencement « naturel » est l’importance du titre de la note. C’est l’un des critères essentiels pour la reprise dans les moteurs de recherches parce que le titre sera récupéré dans le header de la page et dans l’url et permalien de votre article. Il aura plus d’impact s’il est court et s’il comprend les mots les plus importants et les plus impactant au début. La reprise de mots clés aura une grande efficacité et le blog aura une plus grande visibilité. Le second levier est un référencement dit « actif », car il demande une plus grande implication du bloggeur. Anne Bachelier devra mettre en place différents moyens pour que son blog soit relayé au plus grand nombre. Comme nous l’avons vu dans la première étape, une bonne utilisation des tags est primordiale. Si elle n’avait encore que peu d’importance au balbutiement du blog, elle devient ici incontournable. Outre de permettre le référencement dans les moteurs de recherche à 57


l’instar des outils vus précédemment, le tag permet une organisation du blog. Il permet de donner du relief aux notes, de les classer de manière pertinente (contrairement à l’archivage qui classe par défaut les articles par date de mise en ligne) et de souligner les termes que l’on souhaite promouvoir. Les tags permettent la création du squelette du blog. Comme nous le disions précédemment, une bonne mise en place de tags peut induire une barre de recherche qui aidera les internautes à retrouver en un clic l’information qu’ils désirent. Il est conseillé à l’artiste d’ajouter l’url de son blog dans la signature de ses mails. Ainsi, toute personne contactée par ce biais pourra y avoir accès directement. C’est une promotion directe qui s’est déjà montrée très efficace, surtout lors d’un premier contact. En effet, l’interlocuteur cherche à en savoir davantage sur vous. Un lien direct vers son blog est très éloquent, il souligne la transparence de l’artiste et apporte du trafic sur son blog et une certaine crédibilité auprès de son interlocuteur. La veille de son blog est aussi un élément indispensable lors de l’augmentation de son réseau. Cette fois-ci, les caractéristiques du trafic jouent toute leur importance. L’artiste peut y voir l’augmentation du nombre de visiteurs mais aussi la fréquence du visiteur sur son blog. Cela va lui permettre de dégager la moyenne du temps passé par internaute sur son blog à chaque visite, du nombre de commentaires laissés, etc… En d’autres termes, cela va lui permettre d’avoir une vue précise sur la fidélité de ses visiteurs. Pleine performance et ouverture de nouveaux blogs en lien Le blog va évoluer pour atteindre une forme plus complexe.

Podcasts et widgets, de nouveaux outils de différenciation Avec l’augmentation de la diffusion du blog, nous lui ajouterons de nouveau outils qui permettront l’amélioration du dispositif de communication. Par exemple, il proposera un système de podcasts. Ce principe permet de mettre du son sur le blog de l’artiste. Il reprend des pensées d’Anne Bachelier, une réponse à un internaute, etc. Il s’agit de notes audio d’une durée de quelques minutes. Le podcast va plus loin que la simple mise en ligne de son. Il permet aussi aux internautes de s’y abonner, de les télécharger et ainsi de les écouter hors ligne sur n’importe quel lecteur audio. Il peut aussi être judicieux de mettre en place un widget diffusable sur différentes plateformes et sur des bureaux d'ordinateurs. Ce widget reprendrait le flux RSS des articles du blog en 58


proposant différents onglets (actualité, photos, commentaires). Ce gadget aura une apparence soignée, reprenant un habillage rappelant un tableau d'Anne Bachelier. Ceci permettra de diversifier les leviers d’augmentation de trafic, de fidélisation et de stratégies de réseaux communautaires. Afin d’en assurer sa diffusion, il faut qu’il soit présent sur chacun des supports où l’artiste est présente. Ces systèmes encore peu développés sur les blogs permettraient une différenciation encore plus grande de celui d’Anne Bachelier.

Miroir, mon beau miroir Compte tenu de l'information grandissante à mettre sur le blog, il peut être judicieux d'en créer un deuxième qui servirait de miroir au premier. Nous conserverons le premier pour continuer à donner des informations sur l'actualité de l'artiste. Nous le dédoublerons sur un blog d'experts en art contemporain. Anne Bachelier pourra ainsi s'associer avec d'autres artistes pour mettre en place ce blog et en faire la promotion. Un système de podcasts peut aussi être placé sur ce blog et être partagé avec les autres artistes. De cette manière, les contenus seront plus nombreux et plus variés, et cela permettra à plus long terme de créer une radio en ligne sur ce thème. Afin d’accroître le trafic, il faut mettre en place des blogs miroir, qui renverront sur le blog de référence et qui utiliseront des techniques différentes et avancées. Nous utiliserons un blog photo, un blog web TV (vidéo). Ces autres blogs auront plusieurs points positifs concernant notre stratégie de communication. Tout d’abord, en renvoyant vers le premier blog, ils permettront de booster le référencement de l’artiste. De plus, l’utilisation de nouvelles techniques montrent sa capacité à s’adapter et son omniprésence sur la toile. Ces nouveaux blogs permettront de diffuser l’information sous un axe nouveau, rafraîchi, interactif. Ceci permettra de toucher de nouveaux internautes, sous une forme plus ludique et efficace. Le principe de photoblogging et de vidéoblogging consiste à remplacer le texte par des photos ou des vidéos. Il reste possible de mettre du texte en dessous mais l'intérêt du contenu réside dans le visuel. Nous allons créer un blog photo, proposant une photo par jour, sur le travail de l'artiste ou sur l'actualité de l'art contemporain en fonction du contenu à mettre en évidence. Ceci permet d'illustrer son propos de manière interactive et ludique. Ce blog aura pour objectif d’offrir aux 59


internautes la découverte d’un tableau par jour avec une phrase d’explication ou un podcast. Ce diaporama mettra en lumière la diversité que propose l’art contemporain, ce qui répondra à l’envie de découverte et de nouveauté de l’internaute. De la même manière, nous allons créer un site de vidéos proposant une WebTV. Les artistes de référence (dont Anne Bachelier), proposeront aux internautes de visionner des sagas artistiques. Ceci peut se faire aussi bien par les artistes reconnus que par de nouveaux talents. Ce principe est innovant et connaît un succès rapide car sa mise en place est simple. Afin d’assurer la promotion de l’ouverture de ce blog, il sera indispensable de relayer l’information à tous les contacts acquis précédemment sur les différentes plateformes utilisées mais aussi en effectuant de la communication virale par le biais d’une vidéo teasing. Ceci permettra de créer du buzz autour de l’ouverture du videoblog et fera augmenter le trafic du blog de l’artiste par effet de rebond.

Netlinking : théorie de l’essaimage Il ne faut pas perdre de vue que pour se faire connaître, il faut savoir s’ouvrir aux autres, aussi les autres leviers que nous suggérerons maintenant sont tournés vers l’externe. Première étape vers la diffusion : mise en relation avec les autres bloggeurs Tout d’abord, l’utilisation du blogroll. Il s’agit d’un espace réservé sur le blog permettant de faire des liens directs avec d’autres blogs. L’artiste montre ainsi quels blogs elle consulte. L’intérêt est double. Non seulement il permet de montrer quel type de blogs l’intéressent, mais il est aussi évocateur de ses intérêts et de sa personnalité. C’est la raison pour laquelle il convient de choisir avec soin les bloggeurs que l’on souhaite incorporer à sa blogroll. Le deuxième intérêt à l’incorporation d’un lien vers un autre blog est le principe de réciprocité. Ainsi, les bloggeurs font souvent des échanges afin de montrer leurs intérêts communs mais aussi pour augmenter leur popularité et leur trafic. Il ne faut pas perdre de vue que plus le nombre de liens de l’externe pointe vers son blog, meilleur sera son référencement. Dans le même esprit, il est recommandé de faire des liens vers d’autres blogs au sein même de ses articles. Par exemple, si une exposition est partagée entre plusieurs artistes, Anne Bachelier peut l’expliciter dans sa note et faire un lien vers les blogs des autres artistes présents. De la même manière, les autres artistes pourront procéder à l’identique. Ceci leur permettra de créer à la fois du trafic mais aussi de développer leur réseau respectif. 60


Une autre manière de booster le nombre de visites sur son blog est de participer aux conversations qui se tiennent sur d’autres sites ou blogs. Il faut trouver des blogs où les internautes sont susceptibles d’être intéressés par sa peinture et sa démarche. Puis il s’agit de poster un commentaire pertinent, en rapport avec la discussion, et de signer ce commentaire en laissant l’url de son blog. Ceci est une manière très efficace surtout si on utilise le bon ton sur les différents blogs que l’on visite et que l’on apporte une valeur ajoutée significative au débat. Afin de compléter cette ouverture sur les autres blogs, il est possible aussi de mettre en place un système de netlinking c'est-à-dire une politique d’échange de liens avec les autres bloggeurs. Sur une grande partie des blogs on retrouve le ou les contacts de la personne qui l’édite. Avant de le contacter, il faut s’imprégner de son travail, de ces attentes, de ses centres d’intérêts afin de répondre au plus juste. Il serait en effet dangereux de spammer la blogosphère surtout si on ne personnalise pas le contenu de son message. C’est une manière directe de faire des rencontres et se créer un réseau. En exploitant les différents leviers du blog évoqués précédemment, de nombreux liens renverront sur son blog. Ainsi Anne Bachelier pourra avoir de la reconnaissance dans le réseau niche de l’art contemporain, tant au niveau des autres bloggeurs que des moteurs de recherche. Deuxième étape : repérer les « influenceurs » Afin de se faire connaître à l'externe, il est judicieux d'adopter une stratégie proche des relations presses, c'est à dire contacter des sites susceptibles de relayer notre site, notamment dans le domaine de la culture (l'internaute, culture.fr, evene.fr,...). Ceci permet d'accroître sa visibilité et d'asseoir sa notoriété. Dans le même esprit, il est important de déterminer qui sont les bloggeurs « influenceurs », tant au niveau de l'art ou de la peinture que globalement sur la blogosphère. Entrer dans la zone d’influence, c’est trouver la clé d’entrée à sa propre propulsion parmi les personnes reconnues. Il existe des moteurs de recherche spécialisés tels que Technorati ou Feedster qui permettent rapidement de repérer ces bloggeurs influents, en mettant en évidence le nombre de liens pointant vers un blog donné. Ils proposent en outre, un top 100 des blogs les plus connus dans le monde. Il faut ensuite sélectionner ceux qui sont susceptibles de s'intéresser au 61


travail de l'artiste et de relayer l'information concernant l'art contemporain. Nous ciblerons principalement les blogs américains et français car ils représentent notre cible. Pour confirmer l'importance d'un blog, son influence et ce qu'on dit de lui sur la toile, il suffit de taper son nom sur Google et de naviguer sur les divers liens proposés. Ceci donnera très rapidement un état des lieux du blog. Une fois cette sélection faite, il faut les contacter. Il y a deux manières pour cela. La première consiste à lire et commenter les articles de ces bloggeurs influents en laissant évidemment son nom et l'url de son blog. Cette manière est celle qui a le plus de chance de diffuser rapidement la critique. C'est aussi la manière la plus naturelle de toucher le lecteur. La seconde est plus traditionnelle puisqu'elle consiste à contacter directement le bloggeur pour lui faire part de ses intentions. Mais attention : il ne faut pas que ce la devienne du spam. Les bloggeurs sont comme vous et moi, il n'aime pas être assailli de publicité. Il faut donc les contacter de manière très personnalisée afin qu'ils prennent en compte notre message et leur donner envie de visiter le blog de l'artiste. La prise de parole dans la blogosphère et la diffusion de son blog chez les autres bloggeurs est une des stratégies les plus efficaces pour devenir une référence sur la toile. Ceci permet à la fois un référencement dans les moteurs de recherche plus pertinents mais aussi de faire connaître le nom d’Anne Bachelier sur la blogosphère. Compte tenu de notre problématique de diffusion, ces deux leviers sont primordiaux.

Réseaux sociaux : diversification de son public Après avoir approfondi l’utilisation du blog et du netlinking nous allons voir comment diversifier son public et accroître sa notoriété en faisant appel aux réseaux sociaux. Il s’agit ici de créer une stratégie de visibilité afin de créer de l’influence et engendrer un réseau. L’exploitation des sites communautaires va se faire en deux étapes. Après avoir mis en place une stratégie de communication sur les réseaux sociaux permettant de toucher de nouvelles cibles et fait découvrir son art à de nouveaux réseaux, nous en aurons une utilisation plus complexe afin d’accroître le trafic du blog et permettre de devenir une référence sur ces plateformes. Pour la première étape de cette campagne nous avons privilégié : Facebook, Twitter, FlickR et ArtBabble. Dans la seconde partie viendront s’incorporer Youtube et Dailymotion. Nous 62


verrons dans chacun des cas pourquoi ils ont été sélectionnés, en quoi ils vont aider notre campagne et comment nous allons nous en servir. Première étape : toucher un public nouveau

Facebook : l’incontournable Commençons par Facebook. Avec ses 250 millions d'internautes inscrits, il est un incontournable des réseaux sociaux. Il est l'un des réseaux sociaux les plus fréquentés et les plus dynamiques. Il donne un potentiel très important d'internautes actifs à toucher et à conquérir. Comme nous l'avons vu en première partie de ce mémoire, Facebook est bâti sur un concept simple, efficace et complet. Il se base sur le concept que tout est partageable. Il présente de nombreux avantages pour notre artiste. Tout d’abord, compte tenu de l'indexation des pages Facebook sur Google, ceci permettra un meilleur référencement et une place d'autant plus importante sur la toile. Plus l'artiste sera active sur le site communautaire, plus elle aura une place conséquente. Il sera un excellent allié pour renvoyer à son blog et ainsi faire du netlinking. De plus, en partant du concept simple que l'ami d'un ami est un ami, il est possible d’accroître la taille de son réseau de façon exponentielle. Cette communauté offre aussi l'avantage de pouvoir rester en contact avec ses anciennes relations et d’approfondir ses connaissances. La publication de fichiers de différents formats apporte de surcroît une image attractive auprès du public. Pour cette campagne, nous privilégierons la page plutôt que le profil ou le groupe. Le profil ne s'applique pas ici car il ne propose pas tous les fonctionnalités professionnelles de la page ou du groupe. Le groupe ne convient pas non plus. Il est généralement utilisé pour un sujet donné, ponctuel, afin de créer un forum de discussion amélioré. On le crée principalement pour faire un sondage, une enquête ou pour traiter un fait d'actualité ponctuel. Le groupe nécessite que l'utilisateur qui s'est inscrit le visite spontanément pour voir ses modifications et ses changements. Il ne propose pas d’alertes à l’internaute lorsqu’un nouveau commentaire est mis en place. Par ailleurs, un groupe ne permet pas d'ajouter des applications Facebook, ce qui peut s'avérer être un handicap par la suite. De la même manière, le groupe n'a pas de fonction statistique, ce qui est un élément indispensable lorsque l'on souhaite connaître l'évolution de son trafic. 63


La page connaît une présentation plus agréable sur les profils des fans. En effet, elle apparaît sous forme d'images réduites et un espace plus important lui est réservé, d’ailleurs, lorsque l'on publie une note sur la page, celle-ci apparaît directement sur la page d'accueil Facebook du fan. Nous allons ainsi créer une page dédiée à l'art de Anne Bachelier. Pour cette première étape, cette page sera utilisée pour partager l'actualité présente sur le blog mais aussi pour recruter de nouvelles personnes. Avant toute chose, il est important de poser de bonnes bases pour la page. Afin d'être pratique et attractif, nous nommerons la page « L'atelier de Anne ». Compte tenu du fait qu'une page Facebook est publique, l'utilisation de son prénom facilitera le référencement. Depuis peu de temps, le site communautaire donne la possibilité de choisir l'url de sa page. Nous choisirons ici d'utiliser www.facebook.com/latelierdeanne. Ceci rendra l'adresse facilement mémorisable et apportera un plus au référencement sur les moteurs de recherche. Il faut choisir avec soin la photographie à promouvoir car elle sera la première interface avec les personnes du réseau. Elle doit être attractive, représentative du travail de l'artiste mais il faut aussi qu'elle soit visible et lisible dans le format limité. L'onglet « Info » doit être rempli dans son intégralité. Il permet de se présenter et d'expliquer brièvement son art. Cet onglet donne surtout la possibilité d'inclure des thèmes, des liens et des mots clés qui seront des leviers importants pour le référencement. En décrivant son art, Anne Bachelier pourra augmenter son trafic sur les recherches concernant l'art. En proposant d'autres urls (son blog par exemple), elle crée du netlinking et un va et vient entre les deux sites. Autre exemple, en donnant des précisions sur son adresse (ville, code postal...) elle s'insère dans les champs de recherches locales. Il est aussi possible d'insérer des mots clés dans la section « A propos de ». Avec une limite de 250 caractères, il propose de créer un texte descriptif, accrocheur qui reprendra un maximum de mots clés, tout en gardant du sens. En effet, cet espace étant visible par les internautes et ayant pour vocation d'écrire quelque chose à propos de son travail, il doit se composer d'une suite de mots clés attractifs.

64


Il faut ensuite créer des albums photos présentant les œuvres, les expositions, les livres, etc. Cet onglet sera à mettre à jour en permanence, en apportant de nouvelles photos afin de le rendre plus attractif. Une fois la base posée, l'artiste peut commencer à diffuser de l'information sur le mur. Si celui-ci se présente de la même manière visuelle qu'un blog, son mode de fonctionnement est différent. En effet, il ne faut pas poster ici des articles complets même courts. L'idée est de se limiter à une ou deux phrases quitte à renvoyer vers le blog s'il y a besoin de s'étendre plus le sujet. Il est souvent plus agréable pour le fan de lire une note agrémentée d'une image, d'une vidéo, d'un lien ou autre. Une fois cela mis en place, il sera alors possible de diffuser cette page. Après avoir invité toutes les personnes de son répertoire, une autre période de recrutement suivra. Pour commencer, pourquoi ne pas ajouter les amis de ses amis. Ensuite, il est intéressant de chercher des personnes qui sont sensibles à l'art. Pour cela, il est utile d'aller sur différents groupes et pages concernant l'art, d'autres peintres, etc et d'y poster un commentaire qui permettra le renvoi sur sa propre page. Il faut cependant faire attention à ne pas spammer le réseau de manière trop incisive. Cette opération permet à l'artiste de voir ce qui existe déjà et de repérer ce qu'elle voudra utiliser par la suite. L’utilisation de l’option « évènement » permet de ramener des internautes vers sa page et de les intéresser à son travail. L'évènement peut être l'annonce d'une exposition mais il est aussi possible de créer des évènements amusants qui n'auront lieu qu'en ligne et qui pourront créer du buzz comme nous le verrons par la suite. Cette phase permettra au public de la découvrir, de se familiariser avec son travail et pourquoi pas y devenir fidèle. Ceci aboutira à une utilisation plus complexe du site communautaire, comme nous le verrons dans la troisième étape.

Twitter : le babillage en vogue Intéressons nous à présent à Twitter. Il s'agit d'un système de microblogging, c'est à dire qu'il met en évidence les informations que l'on veut donner avec un minimum de mots (140 caractères maximum). C'est un service qui permet de communiquer aussi bien depuis son ordinateur que depuis son téléphone mobile. Cela permet d'être en relation permanente avec Twitter et d'être réactif.

65


Nous créerons ici un compte public, qui sera visible par l'ensemble des internautes visitant notre profil, dans le but d'augmenter le trafic de son blog. Une option de Twitter permet de recevoir les notifications des personnes que l'on suit et qui nous suivent. Cependant, avec cette option nous serons vite submergés par les notifications. Il est donc plus opportun d'utiliser DirectMessage qui filtre les notifications et permet de ne recevoir que les messages qui nous sont adressés directement (ainsi nous ne passons pas à côté d'un message dont nous sommes destinataires). De la même manière nous pouvons nous adresser directement à un utilisateur en ajoutant dans la fenêtre de discussion : @ suivi du nom de l'utilisateur (@username) puis notre message. Avant toute chose, il est indispensable de bien définir son objectif. Nous utiliserons dans un premier temps Twitter pour générer du trafic sur le blog d'Anne Bachelier. Twitter propose deux manières de « babiller ». Il y a la manière classique c'est-à-dire que l'on poste l'information que l'on souhaite diffuser et la réponse que l’on fait aux autres. Il ne faut en aucun cas négliger cette dernière. Les réponses en disent autant sur nous que la manière traditionnelle. Poser une question pertinente sur Twitter est stratégique pour plusieurs raisons. Elle permet de générer du flux sur notre Twitter, de créer un effet viral qui va permettre de recruter des followers,... Cette technique peut s'avérer fructueuse si l'on veut faire un sondage informel rapidement et gratuitement. Quand les internautes de Twitter cessent de répondre à la question, il est utile et important de faire un feed-back à nos followers pour leur en donner les résultats. Ainsi, ceux-ci se sentent concernés et pris en compte, ce qui est indispensable pour conserver et augmenter notre trafic. Sur Twitter, il faut faire attention de ne pas être trop centré sur soi-même. Il s'agit d'un réseau d'échange. Il est indispensable de créer des liens, faire des partenariats avec d'autres personnes de Twitter, créer ou faire parti d'une niche. Il est plus stratégique de contacter et convaincre des utilisateurs ayant une grande influence sur le réseau (généralement souligné par son nombre conséquent de followers) et les personnes niches dans un domaine. Sur ce réseau social, l'artiste présentera son art et fera des liens vers son blog. Il sera aussi indispensable de

66


faire des liens avec ce que les autres disent sur la sphère Twitter. C'est le réseau social où il faut être le plus orienté vers les autres internautes. Il faut choisir un avatar et un profil qui ressemble à l'artiste : il s'agit de sa carte de visite dans la communauté. Un ton humoristique est généralement de mise sur ce réseau social. Il faut prendre en compte aussi les heures de grandes affluences dans la journée ainsi que le fait que les internautes consultent en général moins Twitter le week-end. Il existe une multitude de sites et d'applications utiles au bon déroulement de Twitter (rechercher des amis en fonction de leurs centres d'intérêts, ajouter une photo,...). Il faudra les utiliser pour générer du trafic sur notre compte, augmenter le nombre de ses followers et faire en sorte que les autres internautes diffusent notre information. L'interaction avec les autres internautes permet d'établir une relation plus substantielle et plus profonde, ce qui procure des avantages comme par exemple les recommandations de ses pairs. Twitter sera aussi très utile pour avoir du feedback. Il permet par exemple de savoir comment est perçu le blog ou quelle est la ligne de conduite à adopter. La mise en avant d'un message permet d'avoir des réponses des internautes. L'intelligence collective peut être une mine d'or concernant des articles ou des projets. Pour finir, il faut penser au fait que si Twitter renvoie vers le blog, l'inverse doit être vrai aussi.

FlickR : le professionnel de la photographie Passons à FlickR. C’est un incontournable dans le monde de la photographie. Bien qu'Anne Bachelier ne soit pas photographe, la mise en avant de ses toiles sur ce réseau social peut aider à les mettre en valeur et à les diffuser. FlickR est intéressant pour l'artiste à trois niveaux : partager ses photographies avec ses connaissances (professionnelles ou personnelles), faire connaître son travail d'artiste et rencontrer de nouvelles personnes en échangeant sur les photographies. La qualité de la mise en avant des photos sur FlickR est un des éléments qui a influencé notre choix. De surcroît, il est de loin le plus fréquenté des sites de ce genre. Cette notoriété, ajoutée

67


à l'utilisation de tags sur les photos et la possibilité de création de groupes facilitent grandement le référencement sur les moteurs de recherches. Nous verrons ici comment bien démarrer avec FlickR et quelle stratégie nous allons adopter à moyen terme selon les trois intérêts principaux de ce site. Tout d'abord, comme pour chacun des sites, il faut choisir une adresse qui sera facilement mémorisable. Nous reprendrons ainsi flickr.com/photos/annebachelier, qui sera aussi repris pour le référencement dans les moteurs de recherche. Evidemment, il faut ensuite envoyer des photographies. Il faut les trier avant de les mettre en ligne en choisissant les plus pertinentes. Le texte ayant peu d'importance sur ce site communautaire, le tag prend toute son importance. Il faut penser à ajouter des mots clés aux photographies pour renforcer le référencement et pour que les autres utilisateurs puissent les trouver. Il faut donc choisir ses mots clés de façon rigoureuse. Comment bien choisir ces tags ? Il faut décrire l'image au plus juste en répondant aux 5 W journalistiques (who, what, when, where, how) : qui est présent sur la photo ? Quel est son objet ? A quel moment a-t-elle été prise ? Où et dans quel environnement a-t-elle été photographiée ? A quelle action renvoie cette image ? Il pourra aussi éventuellement être précisé la nature de la peinture s'il s'agit d'un focus sur une partie d’une toile. Il faut aussi s'intéresser à la symbolique de cette image : son concept, son état d'esprit, les catégories thématiques... Dans le cas de notre artiste, ce taggage dépendra du type de photos mis ligne : expositions ou focus sur une toile... Il est aussi intéressant d'utiliser les notes proposées par FlickR. Ce service propose de faire un focus descriptif sur une partie de l'image. Ainsi, lorsque l'utilisateur survole la photographie avec sa souris, il découvre de nouvelles informations sur une partie de celle-ci. FlickR propose aussi un service de géo-tagging. En d'autres termes, il permet de localiser l'endroit où la photo à été prise. Ceci aura d'autant plus d'impact que les photographies mises 68


en ligne mettront en évidence des lieux d'expositions différents. Il sera de cette manière possible de tracer l’itinéraire des expositions de l'artiste. Dans la prévision d'un grand nombre de photos à venir sur son compte, il est recommandé de classer ses photos avec les « sets ». Il s'agit de catégories dotées d'un nom et d'une description dans lesquelles on peut classer plusieurs photographies. Il faut prendre en compte qu'un compte gratuit ne permet d'avoir que 3 sets différents (ex de préconisation : « les toiles », « les expos », « les extras »). Après cette phase de mise en place, l'artiste va chercher à se faire connaître sur le site communautaire. Quelques leviers permettent de diffuser son image. Il faudra être actif sur le site pour que son profil soit regardé. Il faut donc participer à de nombreux groupes, principalement ceux en lien avec les images de l'artiste. Varier les groupes multiplie les chances de se faire découvrir. Il faut être actif sur ces groupes : se faire des contacts, mettre de nombreux commentaires pertinents sur les photographies des autres internautes, donner son avis,... Ceci est aussi valable en dehors des groupes. L'artiste doit découvrir les autres internautes et beaucoup échanger. Il faut aussi régulièrement envoyer des photos (éviter les mises en ligne de gros blocs de photos : privilégier peu mais souvent). Ce sont des méthodes simples, mais très efficaces. Pour finir sur l'utilisation à moyen terme de FlickR, nous pouvons souligner l'importance du partage des photos en dehors du site communautaire. Ceci est très intéressant pour le blog. Pour commencer, cela permet de faire un échange très visible entre les deux plateformes. Ceci implique une mise en avant facile de ses photos sur son blog. En effet, un bouton « blog this » transfère directement la photographie sélectionnée pour apparaître sur le blog de l'artiste. Il est aussi possible de rajouter un widget sur le blog, ce qui permet de faire apparaître de manière aléatoire les photos de l'artiste sur FlickR. C’est une manière de valoriser les images et de rendre le blog d'autant plus interactif. Nous commencerons par utiliser la version gratuite de FlickR. En fonction de l'évolution des besoins futurs de l'artiste, nous verrons par la suite s'il est nécessaire de passer à la version payante.

69


ArtBabble : la plateforme vidéo d’art contemporain Terminons cette étape par ArtBabble. Pour la première étape, nous avons privilégié ce site de mise en place de vidéos par rapport à Youtube et Dailymotion pour plusieurs raisons. Anne Bachelier ne dispose pas aujourd’hui d'un contenu vidéo assez conséquent. Il ne sera donc pas possible de se faire une place sur les réseaux sociaux de partage de vidéos les plus connus. De plus, le contenu de ses vidéos n'est pas dans la « ligne éditoriale » de ces sites qui privilégient les vidéos amusantes, virales, etc...ArtBabble a été créé en Janvier dernier et propose des vidéos dédiées à l'art, aux musées et à l'histoire. Il se décompose en plusieurs sous-parties et dispose notamment d'une section « art contemporain ». Cette plateforme d'échange de vidéos n'est pas basée sur le même concept que les autres. En effet, afin de mettre en ligne une vidéo et d'être référencé parmi les artistes, il est indispensable de contacter les créateurs du site. Même si cela est plus contraignant pour l'artiste, c’est aussi gage de qualité. En effet, les vidéos sont visualisées avant d'être mise sur la plateforme ce qui donne une certaine crédibilité au site. En se créant un compte et en contactant les créateurs pour se faire une place, Anne Bachelier pourra être d'autant plus reconnue dans le milieu et élargir encore son réseau de connaissances et relations dans le domaine de l'art. Par effet de rebond, ceci augmentera son référencement mais aussi sa notoriété et la diffusion de son art auprès du grand public. En agrégeant les effets positifs de tous ces sites communautaires et en les mettant en constante association les uns avec les autres, Anne Bachelier pourra étendre son réseau de connaissance et ainsi se faire connaître progressivement auprès des néophytes de l'art contemporain. Deuxième étape : générer du trafic sur le blog et devenir une référence sur ces plateformes A cette étape de la communication, il est important de continuer la stratégie déployée à moyen terme afin de continuer à toucher un public toujours plus large. Ainsi, les réseaux sociaux déployés précédemment se développeront aussi afin de faire de l’artiste une référence. A l’utilisation précédente nous ajouterons de nouvelles fonctionnalités permettant un développement d’autant plus important, adéquat et performant. En ce qui concerne Facebook, l’artiste commencera à utiliser des applications telles qu’Artlike pour rendre la diffusion encore plus grande et plus interactive. La création d’applications inexistantes, grâce aux logiciels simplifiant leur montage, ou de mashups sera 70


aussi initiée. On pourra par exemple développer un système de cadeaux virtuels gratuits, proposant à l'internaute « d'offrir » une peinture virtuelle de l’artiste à ses amis. Celle-ci sera directement reliée à l’application « Birthday Calendar », calendrier rappelant à l'internaute la date d'anniversaire de ses amis et renvoyant un rappel le jour J. Cette application pourra être réutilisée souvent tout au long de l’année. Ce système apporte une dimension légère et joueuse à la diffusion. L’utilisation de Twitter continuera de relayer le blog. Afin de communiquer aussi sur l’art en général et relayer les blogs de ce domaine, Anne Bachelier se créera un deuxième compte Twitter en le liant avec le précédant, bénéficiant ainsi de son audience. L’artiste utilisera différents services attitrés de Twitter. Ainsi, selon l’information à relayer, ceci pourra se faire de manière plus interactive et ludique. Concernant les plateformes vidéo, l’arrivée de nouveaux contenus permet l’exploitation de nouveaux réseaux. En effet, elles pourront servir d’hébergeur pour les vidéos de la web Tv, comme nous l’avons vu précédemment. De plus, nous le verrons par la suite, nous avons décidé de créer un événement à long terme dont la diffusion se fera entre autre par le biais d’une vidéo. Cette vidéo teasing pourra être diffusée sur ArtBabble, et compte tenu de son contenu viral, pourra aussi être placée sur les plateformes vidéo telles que Youtube, Dailymotion, Wat,… Ceci touchera un public encore plus vaste, en créant un buzz efficace à sa diffusion.

Evènementiel et wikis : asseoir son influence Cette collaboration entre artistes telle que nous l’avons vu pour les blogs peut être poussée encore plus loin, avec la création d’une encyclopédie en ligne d'art contemporain. L’idée est de se baser sur le principe de partage de l'information de Wikipédia où tout artiste aurait l'opportunité de se référencer et de créer sa fiche. En tant que créatrice ou co-créatrice de cette encyclopédie Anne Bachelier recevra une renommée et une notoriété importante. C'est aussi un moyen intéressant pour diffuser l'art contemporain auprès du grand public. En effet, ce site est ouvert à tous, chacun peut y écrire un article et présenter ses œuvres, qu'il soit artiste amateur ou professionnel. Pour l'internaute anonyme ceci est une méthode attrayante pour découvrir de quoi est composé le paysage artistique actuel. Ceci souligne parfaitement en quoi le web 2.0 peut aider l'art contemporain à se diffuser auprès du grand public. 71


Afin d’être encore plus orienté grand public, nous allons mettre en place un évènement qui créera du buzz et ainsi du trafic sur la toile. Il s’agit de créer une exposition virtuelle d’art contemporain sur une période définie. Il faut employer au plus juste tous les leviers activés précédent afin d’en faire l’évènement incontournable sur la toile. Ceci aura un grand impact sur l’image de Anne Bachelier, sur sa notoriété, sur le trafic de son blog, etc… et permettra une percée de l’art contemporain auprès d’un public plus large. Les réseaux sociaux de l’artiste permettront de mettre en place le buzz autour de cet évènement en utilisant tous les moyens mis en place précédemment. Le blog d’Anne Bachelier lui permettra également de relayer le buzz mais pas seulement cela. En effet, le « partageable » de l’information lui permettra de rallier différents artistes de son choix à l’évènement. L’information virale donnée sur son blog attirera aussi les bloggeurs et les journalistes curieux d’en savoir plus sur l’évènement à venir. En activant un buzz suffisamment bruyant, il sera possible de trouver un infographiste en recherche de notoriété voulant s’associer à l’aventure qui pourra créer le site. En effet, l’exposition virtuelle ne pourra pas avoir lieu sur le blog d’Anne Bachelier pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le blog ne permet pas assez de liberté pour mettre en place une galerie virtuelle suffisamment esthétique et interactive. De plus, il s’agit d’un évènement ponctuel, ce qui n’est pas le cas du blog de l’artiste. D’autres artistes faisant partie de l’aventure, il n’est pas possible d’en privilégier un de manière aussi évidente. Finalement, en séparant le blog et le site, on permet au blog d’ajouter un nouveau lien externe pointant vers lui. Le site sera créé à part et sa promotion auprès du public se fera en amont de son lancement. Quand le public sera prévenu et mobilisé, il faudra lui proposer un évènement à la hauteur de sa communication. Ceci permet d’imposer son expertise, de fidéliser le public et de conquérir de nouvelles cibles. Il faudra que cette exposition soit graphiquement et informatiquement parfaite, permettant à l’internaute de jouer un rôle et d’avoir une dynamique nouvelle. C’est ainsi que l’exposition temporaire aura pour thème de présenter des œuvres qui ne seront plus jamais présentées par la suite. Ceci lui donne un caractère unique, lui confère une certaine rareté et préciosité incomparable. Il sera donné la possibilité aux internautes de donner leur opinion sous forme des vidéos, de dessins, de podcasts ou de textes postés directement sur site 72


de l’exposition. Chaque soir, un évènement sera mis en place afin de faire revenir les internautes très régulièrement (rencontre avec un des artistes grâce à leur webcam, jeux pour les internautes,…). Le dernier soir, les peintures prendront vie dans un court métrage réalisé pour l’occasion. Lorsque le rideau sera tombé, le site deviendra une boîte à lettres virtuelle géante proposant aux internautes de donner leur avis, de laisser des suggestions d'idées quant au prochain évènement online en art contemporain. Il formera aussi un site qui référencera tous les artistes ayant participé à l’exposition, mettant en évidence la dernière actualité de chacun d’eux et renvoyant vers leurs blogs respectifs. Ceci permet une continuité et permettra aux artistes s’étant impliqués de bénéficier des retombées de l’évènement. Cet évènement, ajouté à l’ensemble des stratégies mises en place à court, moyen et long termes permettra de propulser Anne Bachelier au rang de référence et même de figure emblématique de l’art contemporain. La stratégie de web 2.0 créée sur la toile permettra aussi à l’art contemporain de sortir de ses supports prédéfinis et d’évincer les clichés qui lui sont rattachés. Elle donnera un deuxième souffle à l’art actuel en lui conférant un statut d’élément incontournable de la vie de tous les jours.

73


Conclusion Le web 2.0 par ses évolutions successives a permis de changer les méthodes de percevoir internet et d’en donner une utilisation plus vaste. Il a progressivement changé son mode de fonctionnement et a bouleversé l’économie ainsi que les stratégies de communication qui lui sont liées. Notre problématique de départ était de voir comment le web 2.0 pouvait aider l’art contemporain à se développer auprès du grand public. Cette étude a permis de montrer que son impact était important. En effet, en maniant avec soin les différents leviers opportuns, nous pouvons réussir à rendre l’art contemporain accessible et non plus réservé à une minorité d’initiés. Il faut cependant prendre en compte que, s’il permet un grand nombre de possibilités nouvelles, le web 2.0 connaît quelques limites qui seront peut être dépassées dans le futur. Tout d’abord, on remarque qu’il existe encore peu de participation de la part des internautes. Ceci répond à la loi des 1%, le fameux talon d’Achille du web 2.0. Cette loi consiste à dire que deux tiers des contenus présents sur la toile sont en fait produit par 1% de ses utilisateurs. De plus, il est prouvé que plus l’audience d’un site participatif augmente, plus le nombre de contributeurs est minime. S’ajoute à cela que le nouveau web peut parfois manquer de qualité. En effet, les contenus les plus souvent regardés sont déterminés comme étant un gage de leur qualité. Or, lorsqu’une personne écrit un billet sur un sujet pointu, il y a peu de chance qu’il soit très visité malgré la qualité de son contenu. Une autre faiblesse du web 2.0 est que l’importance de la folksonomie est encore très peu perçue par les utilisateurs. S’ils utilisent généralement un ou deux termes pour pouvoir retrouver leur propre contenu rapidement, ils ne se préoccupent que très peu de savoir comment les autres internautes vont pouvoir en faire de même. Il est indispensable de faire comprendre l’enjeu majeur que cela peut avoir par la suite, notamment au niveau des moteurs de recherche futur. Pour finir sur ce point, un grand nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux ne dépasse que peu le stade de recherche d’amis. Ceci réduit grandement les possibilités qui lui sont offertes.

74


Toutes ces limites doivent être prises en compte lorsqu’on met en place une stratégie de communication. L’évolution d’internet et son omniprésence toujours croissante permettra de combler certaines de ces limites. L’art contemporain connaît aussi des limites à sa diffusion. En effet, il est indiscutable qu’aujourd’hui il soit encore très hermétique à tout non initié. C’est pourquoi, nous avons préféré une approche progressive dans notre recommandation. De plus, s’agissant d’un phénomène culturel, il est indispensable d’avoir une stratégie de communication toujours active et sans cesse renouvelée pour pouvoir continuer à bénéficier de son statut. L’intérêt et l’attention d’une personne, d’autant plus d’un internaute, est très vite éteint, au vu du nombre de contenus qu’il reçoit par jour. Il est très important d’être toujours dans son paysage d’information pour ne pas être relégué aux oubliettes. L’enrichissement des données dans le domaine de l’art contemporain et de leurs qualités sur les outils du web 2.0 est un enjeu majeur pour les prochaines années. Il permettra d’assurer sa place dans le monde toujours changeant d’internet et de donner une dimension incontournable à l’art contemporain. La rapidité avec laquelle se sont développées les nouvelles technologies qui ont rendu possible le web 2.0 laisse à penser qu’un grand nombre de nouveautés vont apparaître dans les années à venir. Reste à évoluer avec elles afin d’en tirer toujours le meilleur pour notre développement. Si le web 3.0 devient sémantique, c'est-à-dire qu’il trouvera les réponses ad hoc à nos questions en un clic, alors il faut dès à présent réfléchir au moyen de se positionner sur ce nouveau modèle.

75


LETTRE D’APPRECIATION DE M. CLANCY

La problématique que soulève Anne Gleyze dans son mémoire est originale, mais également pleine dʼécueils et somme toute difficile à traiter. Il lui fallait pour bien lʼaborder, et afin de ne pas tomber dans les généralités, appuyer son propos à travers un exemple concret.

En prenant le parti de construire sa réflexion à partir cas réel «Anne Bachelier», Anne Gleyze sʼest ainsi obligée à établir, pour sa recommandation, une véritable analyse marketing de lʼexistant (web et art contemporain) et du produit «Anne Bachelier». Le mémoire dʼAnne Gleyze suit une progression rigoureuse. Sans être exhaustif quant à la présentation des outils et de leur utilisation, il met lʼaccent sur les plus importants et les plus performants. Dʼune façon générale, son approche et son analyse sont méthodiques et documentées. Ce travail reflète non seulement un réel investissement, mais également une très bonne connaissance des sujets abordés.

Francis Clancy Professeur IICP Com5 Communication Web et stratégie online


76


Bibliographie Livres : Web 2.0 : « Web 2.0 : les internautes au pouvoir », Jean François Gervais, éditions Dunod, 2007 « Web 2.0 et au-delà », David Fayon, éditions Economica, 2008 « Blogs pour les pros », Loïc Le Meur, éditions Dunod, 2005 « Au-delà du virtuel, exploration sociologique de la cyberculture », Philippe Rigaut, éditions l’Harmattan, 2003 « Blog: how the newest media revolution is changing politics, business, and culture », Dan Burstein et David Kline, CDS Books, 2005 « Blog Marketing: the revolutionary new way to increase sales, build your brand, and get exceptional results », Jeremy Wright, McGraw-Hill, 2005 « Web 2.0: A Strategy Guide », Amy Shuen, O'Reilly Media, Inc, USA, 2008 mercator

Art contemporain : « L’art contemporain, mode d’emploi », Elisabeth Couturier, éditions Filipacchi, 2004 « L’Art contemporain », Véronique Bouruet-Aubertot, éditions Autrement, 2005 « Art contemporain et pluralisme : nouvelles perspectives », Colloque, l’Harmattan, 1999

Articles de journaux : Web 2.0 : Magazine Esprit : mars / Avril 2009 Homo Numericus « Introduction. L’internet et les nouveaux outils numériques », PADIS Marc-Olivier. « Le livre numérique. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre… », François Benhamou 77


« Le journalisme en ligne : transposition ou réinvention ? » (Entretien) MAURIAC Laurent et RICHE Pascal « Vidéos en ligne : la preuve par l’image ? » LEDOUX Aurélie « Web 2.0 : les économies de l’attention et l’insaisissable internaute-hypertexte » CHANTEPIE Philippe « Standards ouverts, open source, logiciels et contenus libres : l’émergence du modèle du libre » SOUFRON Jean-Baptiste « L’internet

des

objets.

Défis

technologiques,

économiques

et

politiques »

BENHAMOU Bernard « Introduction. Culture numérique : l’adieu au corps n’a jamais eu lieu » CASILLI Antonio « Devant l’écran et dans les flux. Éléments pour une histoire du corps dans la culture technologique » (entretien) VIGARELLO Georges « Le corps dans l’espace numérique » FLICHY Patrice « Le corps dans les rumeurs visuelles sur l’internet » FROISSART Pascal « Au cœur à corps avec le Manifeste Cyborg de Donna Haraway » GARDEY Delphine Magazine Stratégies

Art contemporain : Lecture régulière des magazines suivants afin de s’informer de l’actualité de l’art : Connaissances des Arts Art press Arts Magazine Beaux arts magazine 78


Dossier d’art Image Magazine Télérama Journal des arts L’oeil

Articles internet : Web 2.0 : http://www.mediaventilo.com/op/emarketing2009/ http://www.aposition.com/francais/espace-infos/actualites_fiche.php?id=331 http://www.slideshare.net/bleary/barack-obamas-social-media-lesson-to-small-businesses http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/10/02/6389050.html http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/05/24/5054830.html http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/06/21/5355261.html http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/10/15/6532053.html http://www.mediassociaux.com/2008/07/31/lancer-une-application-facebook-est-il-vraimentutile/ http://web2magazine.blogspot.com/2007/01/thanks-for-web-2.html http://livres-internet-web.over-blog.com/ http://www.infos-du-net.com/actualite/dossiers/155-social-bookmarking-web2.0.html http://www.applications-facebook.com/tag/page-facebook http://www.applications-facebook.com/tag/nouveau-profil http://fr.insidefacebook.com/2009/02/20/leaders-de-la-plate-forme-facebook-were-related-en4eme-position/ http://www.presse-citron.net/votre-blog-est-illegal-et-vous-ne-le-savez-pas-voici-pourquoi http://www.wizishop.com/blog/news-ecommerce/le-commerce-continue-sa-croissance.html http://be-a-creative-sponge.typepad.com/mon_weblog/2009/08/on-ne-présente-pluslhyperinteractif-yannick-lejeune-directeur-internet-de-ionis-education-group-leader-françaisde-l.html http://www.webdeux.info/53-conseils-et-idees-pour-mieux-utiliser-twitter 79


http://roget.biz/bloggybits-com-pour-widgetiser-votre-vie-numerique http://gregorypouy.blogs.com/marketing/2009/08/news-une-vidĂŠo-virale-innovante-pour-unjeu-vidĂŠo-.html http://www.webmarketing-com.com/2009/08/14/4759-groupe-page-fan-et-guest-bloging-surfacebook-facebook http://www.webrankinfo.com/dossiers/techniques/exemples-cloaking http://www.jamespot.com/a/401-Comment-les-marques-utilisent-FaceBook-Le-blog-deCedric-Deniaud.html http://tf1.lci.fr/infos/high-tech/0,,3621354,00-sacre-facebook-.html http://www.nonfiction.fr/article-368-facebook__au_dela_du_buzz_la_politique_20_.htm http://www.twenty1.fr/2009/01/30/buzz-facebook-sacrifiez-vos-amis-contre-un-sandwich/ http://fr.insidefacebook.com/la-bible-du-marketing-sur-facebook/ http://fr.insidefacebook.com/2009/03/04/les-30-pages-les-plus-populaires-sur-facebook/ http://www.insidefacebook.com/ http://www.applications-facebook.com/tag/nouveau-profil http://fr.readwriteweb.com/2008/12/09/a-la-une/la-bible-du-marketing-sur-facebook-enversion-francaise/ http://fr.insidefacebook.com/la-bible-du-marketing-sur-facebook/ http://fr.readwriteweb.com/2009/03/26/a-la-une/utiliser-twitter-en-entreprise-valeur-ajouteeet-integration/ http://www.ecrans.fr/Avec-Twitter-le-show-biz-fait-son,6934.html http://www.presse-citron.net/twinfluence-mesure-votre-empreinte-reelle-sur-twitter http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/conseil/comment-optimiser-adsense-surson-site/comment-optimiser-adsense-sur-son-site.shtml http://www.journaldunet.com/ebusiness/breve/international/39524/google-veut-concurrenceramazon-sur-la-vente-d-e-books.shtml http://www.journaldunet.com/ebusiness/breve/international/39474/microsoft-presente-bing-son-prochain-moteur-de-recherche.shtml http://www.journaldunet.com/ebusiness/breve/international/39523/disney-acquiert-une-demidouzaine-de-sites-parentaux-aux-usa.shtml http://pisani.blog.lemonde.fr/2009/06/01/twtrcon-conference-sur-twitter-et-le-business/ http://dyvantity.com/internet/twitter-15-applications-pour-augmenter-votre-productivite/ 80


http://www.bibliobsession.net/2009/04/21/pourquoi-utiliser-twitter-dans-les-bibliotheques/ http://leblog.vendeesign.com/dossier/comment-tricher-sur-twitter-explications/ http://www.romaincorraze.com/web-20/un-memoire-sur-le-web-20/ http://web2concept.over-blog.com/ http://www.virusphoto.com/5392-se-faire-connaitre-grace-a-flickr-le-guide-dutilisation.html http://fr.insidefacebook.com/2009/01/28/10-choses-a-faire-absolument-pour-promouvoirefficacement-votre-marque-sur-facebook/ http://fr.insidefacebook.com/2009/01/22/comment-des-marques-specialisees-generent-desventes-via-facebook-entretien-avec-dave-eisenberg-de-bonobos/ http://www.conseilsmarketing.fr/wp-content/uploads/2009/04/a-quoi-sert-twitter-grande.jpg http://www.sochouette.com/2007/12/09/comment-faire-du-marketing-viral-avec-facebookpartie-1/ http://fr.mashable.com/2009/07/05/twitter-10-moyens-de-trouver-de-nouvelles-personnes-asuivre/ http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/17-07/mf_freer http://thelongtail.com/ http://www.leconomiste-notes.fr/dotclear/index.php?2009/02/09/142-quelques-elements-surla-longue-traine http://s.billard.free.fr/referencement/?2007/02/20/360-la-longue-traine-en-pratique http://www.internetactu.net/2009/01/22/que-faire-de-la-longue-traine/ http://www.internetactu.net/2005/04/12/la-longue-traine/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_tra%C3%AEne http://www.journaldunet.com/diaporama/0610-dicoweb2/9.shtml http://www.journaldunet.com/0703/070326-net-long-tail-definition-solution-outils-longuetraine.shtml http://www.wired.com/wired/archive/12.10/tail.html http://www.practicalecommerce.com/podcasts/episode/951-Social-Media-Tip http://www.slashfilm.com/2009/06/23/facebook-movie-is-an-adaptation-of-the-accidentalbillionaires/ www.webmasterfrance.fr/Webmaster-javascript.html http://www.vanupied.com/podcast.htm http://ec.europa.eu/europeaid/evaluation/methodology/tools/too_swo_def_fr.htm 81


Art contemporain : http://www.buzzeum.com/2007/02/22/le-must-have-de-la-communication-des-musees/ http://marketingpleinlesdoigts.wordpress.com/ http://www.lesechos.fr/info/metiers/4744949.htm http://www.tate.org.uk/about/pressoffice/pressreleases/2006/tate_media.htm http://adscriptum.blogspot.com/2008/04/etude-2008-sur-les-rseaux-sociaux.html http://www.commentquoi.com/experts-en-sociologie-des-reseaux-sociaux-8675663.html http://www.esnips.com/ http://www.fluctuat.net/blog/tag-reseaux-sociaux.html http://leblog.vendeesign.com/web20/artition-le-reseau-social-pour-tous-les-artistes/ http://www.reseaux-professionnels.fr/autour-du-web-20/759-reseaux-sociaux--letat-de-lartaux-etats-unis.html http://sociologies.revues.org/index233.html http://news.idealo.fr/news/11540/aka-aki-le-nouveau-reseau-social-qui-piste-vos-amis.html http://modadmin.com/fr/node/28 http://pagesperso-orange.fr/interface.art/hors%20d%27oeuvre/HO8/vd.html http://www.facebook.com/pages/Paris-France/Centre-Pompidou/20307174595?ref=ts

82


Glossaire AAF ou Affordable Art Fair est une foire de l’art contemporain. AJAX ou Asynchronous Javascript And Xml : elles mettent en relation l’ensemble des technologies mis en œuvre dans un projet. API ou Applications Programming Interface CNAP ou Centre National des Arts Plastiques Crowdsourcing : c'est la prise en compte de la productivité de la foule CSS ou Cascading Style Sheet : Feuilles de style qui donnent le design d'une page FIAC : Foire Internationale de l'Art Contemporain Folsonomie / taggage : il s’agit de mots clés choisis par l'internaute afin de marquer son contenu qui permettent de donner du sens aux pages web. Javascript : langage de programmation de scripts principalement utilisé concernant les pages web interactives. Mashup : nouvelles applications créées à partir de la mise en relation de deux ou plusieurs applications déjà existantes PESTEL (Politique Economique Social Technologique Environnemental Légal) : Méthode qui permet d'étudier l'environnement d'un produit ou d'une entreprise Podcast : rend accessible le téléchargement de fichiers multimédias audios et vidéos à l'aide de flux RSS PVR ou Personal Video Recorder : magnétoscope personnel RIA ou Rich Internet Applications : Ce sont des applications qui utilisent le meilleur des logiciels présents sur les ordinateurs, combiné à l’interaction d’internet.

83


RSS ou Really Simple Syndication : syndication vraiment simple, ces flux sont principalement des fichiers texte contenant les titres des derniers articles mis en ligne sur un site ou un blog et le lien re-directionnel vers ces derniers. SWOT ou Strength Weakness Opportunity Threat : c'est un outil d'analyse stratégique. Il combine l'étude des forces et des faiblesses d'un produit, d'une entreprise etc. en interne avec celle des opportunités et des menaces en externe afin d'aider à la définition d'une stratégie de développement UGC ou User Generated Content : signifie du contenu généré par les utilisateurs. Widget : C'est un gadget qui peut être installé sur un site internet, un réseau social, un blog, un « agrégateur » de flux RSS sur un téléphone mobile (Iphone) ou encore sur le bureau de votre ordinateur. Ces widgets permettent de diffuser des informations diverses allant d’informations ponctuelles à un véritable mini-site. Wiki : c'est un logiciel de gestion de contenus, qui permet à tous internautes ayant les droits, de modifier toutes les pages web qu’il désire. XML ou eXtended Markup Language :

84


[Annexes]

85


Table des annexes Annexe 1 : Exemple de Cloud Tag ou « nuage de mots » .................................................. II Annexe 2 : Le sondage ....................................................................................................... III Annexe 3 : PESTEL pour l’art contemporain .................................................................... IX Annexe 4 : SWOT pour l’art contemporain ....................................................................... XI Annexe 5 : Quelques peintures d’Anne Bachelier ............................................................XII

I


Annexe 1 : Exemple de Cloud Tag ou « nuage de mots »

II


Annexe 2 : Le sondage

Quel âge avez-vous ? Entre 40 et 65 ans 3%

65 ans et plus 0%

Entre 25 et 40 ans 19%

Moins de 25 ans 78%

Quelle est votre profession ? Profession Ingénieur Ouvrier 1% intermédiaire Artisan 7% 2% 1% Employé 23%

Profession libérale 3% Cadre 12%

Etudiant 51%

Agriculteur Retraité 0% 0%

III


A quelle fréquence allez-vous au musée? Au moins une fois par mois 10.5% 10%

Jamais 23.3% 23% 5 à 6 fois par an 22.6% 23% 2 à 3 fois par an 43.6% 44%

A quelle fréquence allez-vous dans des galeries d'art ? Au moins une fois par mois 7% 5 à 6 fois par an 8%

2 à 3 fois par an 28%

Jamais 57%

IV


Quelle est la raison principale qui vous pousse à aller à une exposition temporaire ? Parce que j'ai gagné les billets ou on me les a offert 7%

Quoi qu'il arrive je n'y mettrai pas les pieds 3% J’aime le ou les artistiques qui expose(nt) 23%

Parce que tout le monde en parle 10%

Par curiosité / Pour découvrir 57%

Affectionnez-vous l'art contemporain? Oui 19%

Tout dépend de l'artiste 66%

V

Non 15%


Pensez-vous que le monde de l'art contemporain est un monde élitiste ?

Non 38% Oui 62%

Pensez-vous que le monde de l'art contemporain est un monde d'initiés ? Non 29% Oui 71%

Si vous avez répondu oui à au moins une des deux questions précédentes : seriez-vous prêt à vous intéresser à l'art contemporain s'il était accessible au grand public (au niveau intérêt culturel) ? Tout dépend de l'artiste / la tête d'affiche 35%

Oui 54%

Non 11%

VI


Qui serait le plus susceptible de vous influencer à aller voir une exposition ?

Première influence un média spécialise L'avis d'autres 1% personnes La télévision ou les 1% journaux 0%

Un ami / famille 98%

Seconde Influence Un ami / famille 2%

L'avis d'autres personnes 42%

un média spécialise 46%

La télévision ou les journaux 10%

VII


Troisième influence

L'avis d'autres personnes 49%

un média spécialise 42%

La télévision ou les journaux 9%

Un ami / famille 0%

Quatrième influence L'avis d'autres personnes 8% un média spécialise 11%

La télévision ou les journaux 81%

VIII

Un ami / famille 0%


Annexe 3 : PESTEL pour l’art contemporain Politiques -

« Le Centre National des Arts Plastiques (CNAP) est un établissement publique, sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, dont la mission est « de soutenir et promouvoir la création contemporaine dans tous les domaines liés aux arts visuels ». Il « (…) soutient la recherche et l'innovation artistiques en allouant des bourses de recherche à des artistes engagés dans des démarches expérimentales et en aidant les professionnels de l'art contemporain (galeries, éditeurs, restaurateurs, critiques d'art, etc.) par des aides financières.».

-

Création du « Centre européen de création contemporaine », placé sous l’autorité conjointe du ministère de la Culture et de la Communication, du Conseil général des Hauts-de-Seine et de la ville de Boulogne-Billancourt.

Economiques -

Contexte de la crise économique est à double à tranchant. On peut soit acheter des œuvres d’art pour placer son argent sur une valeur différente des actions. D’autre part, cela peut être un frein, car l’art n’est pas une nécessité en soi.

-

Le FNAC (Fond National d’Art Contemporain). Chaque année l’Etat français investit dans l’art contemporain en achetant un certain nombre d’œuvres qui alimenteront des galeries, des expositions, des musées,…

Sociaux -

Tendance à la démocratisation culturelle

-

Evolution de la perception de la population vers l’art

Technologiques : -

Le développement des NTIC oblige les musées, les galeries… à les incorporer dans leurs démarches de promotions, de publicités… Les galeries doivent se doter d’un site internet.

-

Recours à certains outils technologiques dans l’expertise des œuvres.

-

Certaines œuvres sont influencées par ces nouvelles technologie (récupération du matériel ou en encore symbolisme).

IX


Environnementaux / Ecologiques -

Certains artistes fabriquent leur œuvre à partir de matériaux au départ non recyclables afin de leur donner une utilité (ex : César et les voitures compressées).

-

Utilisation de matériaux (peintures, vernis,…) peu ou pas polluants.

Légaux -

Le 1% artiste : lors de la construction d’un bâtiment publique, 1% de la somme allouée à la construction du bâtiment doit être dédié à de l’achat d’art contemporain.

X


Annexe 4 : SWOT pour l’art contemporain Forces -

Diversité des mouvements artistiques.

-

Création de nouveaux types d’art avec le développement d’internet.

-

Possibilité de formation d’initiation à l’art.

-

Art actuel, ce qui implique la possibilité de rencontrer les artistes ainsi que de faire une empreinte de notre société actuelle.

Faiblesses -

Perçu comme un milieu élitiste.

-

Perçu comme un milieu d’initiés.

-

Canaux de diffusions utilisés encore limités.

Opportunités -

Le développement des loisirs et l’augmentation du temps libre favorise les français à s’intéresser à l’art contemporain.

-

Des expositions telles que « Picasso et les maitres » ont des répercussions sur ce thème

-

Fort potentiel de développement.

-

La communication devient de plus en plus ouverte et de plus en plus variées.

-

En période de crise, l’art peut-être un refuge d’investissement.

Menaces -

Crise économique entraine une baisse du pouvoir d’achat et ainsi une baisse des dépenses dans le culturel.

-

Fragilité des œuvres.

-

Avec le développement de nouveaux techniques et nouveaux support d’art, il risque d’y avoir un problème de délimitation de ce qu’on appelle l’art.

XI


Annexe 5 : Quelques peintures d’Anne Bachelier

© Anne Bachelier. Le Bal Masqué du Fantôme de l’Opéra

© Anne Bachelier. Le chat d’Alice au Pays des Merveilles

XII


Mémoire de fin d'étude