Page 1

ÉCOLE SUPÉRIEURE D’AGRONOMIE (ESA) (Cycle des Ingénieurs Agronomes)

MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES Présenté au département Gestion Commerce et Économie Appliquée (G.C.E.A) Pour l’obtention du Diplôme d’Agronomie Approfondie (D.A.A) Option : AGROÉCONOMIE

Thème :

PROPOSITION D’UNE DIFFERENCIATION DES PAYS EN DEVELOPPEMENT MEMBRES OU ayant le STATUT D’ObSERVATEURS à L’OMC Présenté par KOUAME Konan André Martial Élève Ingénieur Agroéconomiste, 42ième promotion ENSA E-mail : martial.kouame@yahoo.fr Encadreur pédagogique et de terrain Dr KONÉ Siaka Enseignant Chercheur au Département Gestion Commerce Économie Appliquée E-mail : ksiakawole@yahoo.fr

Année académique 2011-2012


© "Toute reproduction du présent document, par quelque procédé que ce soit, ne peut être réalisée qu’avec l’autorisation de l’auteur et de l’autorité académique de l’Ecole Supérieure d’Agronomie de l’INP-HB". " Le présent document n’engage que son auteur "


TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES ........................................................................................................ i DEDICACE.............................................................................................................................. iv AVANT-PROPOS .................................................................................................................... v REMERCIEMENTS ............................................................................................................... vi SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................. vii LISTE DES TABLES ET ILLUSTRATIONS ................................................................... viii RESUME .................................................................................................................................. ix ABSTRACT .............................................................................................................................. x INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................ 1 CHAPITRE I :

LE COMMERCE INTRENATIONAL ET L’ORGANISATION

MONDIALE DU COMMERCE ............................................................................................. 4 1.1

Introduction .............................................................................................................. 4

1.2

Théories du commerce international ...................................................................... 4

1.2.1

Analyse traditionnelle du Libre-échange ......................................................... 4

1.2.2

Nouvelles théories du commerce international ................................................ 5

1.2.3

Le protectionnisme versus libre-échange ......................................................... 6

1.3

Instruments de la politique commerciale ............................................................... 6

1.3.1

Mesures tarifaires ............................................................................................... 6

1.3.2

Mesures non-tarifaires ....................................................................................... 7

1.4

Système commercial multilatéral ............................................................................ 7

1.4.1

De l’OIC à l’instauration du GATT ................................................................. 7

1.4.2

Cycles du GATT et création de l’OMC ............................................................ 8

1.5

Objectifs, principes, fonction et fonctionnement de l’OMC ................................. 9

1.5.1

Objectifs, principes et fonctions ........................................................................ 9

1.5.2

Secrétariat et fonctionnement du système commercial multilatéral ........... 10

1.6

Accords de l’OMC .................................................................................................. 11

1.6.1

Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) ................ 11

1.6.2

Accords général sur le commerce des services (AGCS) ................................ 11 i


1.6.3 Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) ........................................................................................................................... 12 1.6.4 Mémorandum d’accord sur les règles et procédures régissant le règlement des différends ................................................................................................................... 12 1.6.5

Mécanisme d’examen des politiques commerciales des gouvernements ..... 12

1.7

Programme de Doha pour le Développement ...................................................... 13

1.8

Conclusion ............................................................................................................... 13

CHAPITRE II :

TYPOLOGIE ACTUELLE DES PAYS ET LE TRAITEMENT

SPECIAL ET DIFFERENCIE .............................................................................................. 14 2.1

Introduction ............................................................................................................ 14

2.2

Différenciation du PNUD et de la Banque Mondiale .......................................... 14

2.3

Différenciation de l’OMC ...................................................................................... 15

2.3.1

Statut de Pays en développement .................................................................... 15

2.3.2

Pays les Moins Avancés.................................................................................... 16

2.4

Notion de pays émergents ...................................................................................... 16

2.5

Traitement spécial et différenciée ......................................................................... 18

2.5.1

Origine du traitement spécial et différencié .................................................. 18

2.5.2

Caractéristiques et bénéficiaires du traitement spécial et différencié ......... 19

2.5.3

Perspectives du traitement spécial et différencié........................................... 20

2.6

Coalitions................................................................................................................. 20

2.7

Méthodes de classification ..................................................................................... 21

2.8

Conclusion ............................................................................................................... 22

CHAPITRE III :

METHODOLOGIE DE LA CLASSIFICATION ASCENDANTE

HIERACHIQUE

23

3.1

Introduction ............................................................................................................ 23

3.2

Critères de la classification .................................................................................... 23

3.3

Définition de quelques notions de l’étude ............................................................ 23

3.3.1

Partition et hiérarchie ...................................................................................... 23

3.3.2

Indice de similarité/dissimilarité ..................................................................... 24

3.3.3

Indice d’agrégation .......................................................................................... 24 ii


3.4

Construction d’une classification ascendante hiérarchique ............................... 25

3.5

Analyse en composante principale ........................................................................ 26

3.6

Test d’égalité des moyennes de deux échantillons ............................................... 27

3.7

Données et outils d’analyse .................................................................................... 27

3.8

Limite de l’étude ..................................................................................................... 27

3.9

Conclusion ............................................................................................................... 28

CHAPITRE IV :

PROPOSITION D’UNE DIFFERENCIATION DES PAYS EN

DEVELOPPEMENT ET DISCUSSION .............................................................................. 29 4.1

Introduction ............................................................................................................ 29

4.2

Présentation des classes ......................................................................................... 29

4.3

Analyse en composante principale ........................................................................ 32

4.2.1

Test de sphéricité de Bartlett et Test de Kaiser-Mayer-Olkin ..................... 32

4.2.2

Variance totale expliquée ................................................................................. 32

4.2.3

Contribution des variables dans les composantes ......................................... 33

4.4

Comparaison des moyennes des classes en 2010 ................................................. 36

4.5

Evolution des classes de 1960 à 2010 .................................................................... 37

RECOMMANDATIONS ....................................................................................................... 41 CONCLUSION GENERALE ............................................................................................... 43 RFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................ 44 ANNEXES ............................................................................................................................... 47

iii


DEDICACE

A mon père KOUAME Kouakou et ma mère AGBENOO Paulina Rosiwa. A travers ces lignes, j’aimerais vous témoigner mon affection et toute ma reconnaissance pour les sacrifices consentis pour vos enfants.

iv


AVANT-PROPOS L’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB) est créé par le décret N°96-678 du 04/09/1996. Sis à Yamoussoukro, il résulte de la fusion de quatre (4) Grandes Écoles qui sont : l’École Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA), l’Institut Agricole de Bouaké (IAB), l’École Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP), et l’Institut National Supérieur de l’Enseignement Technique (INSET). Il regroupe actuellement sept (7) écoles parmi lesquelles figure l’École Supérieure d’Agronomie (ESA). Cette dernière est issue de la fusion entre l’ex École Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA) et l’ex Institut Agricole de Bouaké (IAB). L’École Supérieure d’Agronomie (ESA) forme en trois (3) ou quatre (4) ans des Ingénieurs Agronomes et des Ingénieurs de Techniques Agricole dans plusieurs spécialités dont l’Agroéconomie, la nôtre. La formation se fonde sur deux (2) années de tronc commun portant sur la maîtrise des outils de la science agronomique et une année (1) de spécialisation comprenant, dans les faits neuf (9) mois de cours théoriques et six (6) mois de stage en entreprise, au sein d’une unité de recherche, d’un organisme ou d’un projet de développement agricole ou para agricole. C’est dans ce cadre que nous avons effectué un stage au sein de la section Agroéconomie de l’ESA, du département Gestion Commerciale et Économie Appliquée (GCEA) de l’INP-HB. Ce stage qui fait l’objet d’un mémoire de fin d’études est le couronnement de trois (3) années d’études supérieures en Agronomie, en vue de l’obtention du Diplôme d’Agronomie Approfondie (DAA) option Agroéconomie. Du 1er Octobre 2011 au 12 juillet 2012, nous avons travaillé sur le thème : Proposition d’une différenciation des Pays en développement membres et ayant le statut d’observateur à l’OMC. Ce thème s’inscrit dans le cadre des travaux de recherche de M. KONÉ Siaka, Enseignant chercheur à l’INP-HB. Le présent mémoire ne prétend pas traiter de manière exhaustive tous les axes de réflexion mais pourrait servir de support à des études plus spécifiques.

v


REMERCIEMENTS

vi


SIGLES ET ABREVIATIONS ACP ADPIC AGCS BRICS CAH CEE CNUCED CTA ESA FMI GATT GCEA IDDRI IDH INP-HB KMO NPI OCDE OIC OMC ONU ORD PAS PD PDD PED PIB PIB/hbt PIED PMA PNUD PPA PPTE RPD SGP SPSS TSD UE US

: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :

Analyse en Composantes Principales Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce Accord Général sur le Commerce des Services Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud Classification Ascendante Hiérarchique Communauté Economique Européenne Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement Centre Technique de Coopération Agricole Ecole Supérieure d'Agronomie Fond Monétaire International Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce Gestion commerce et Economie Appliquée Institut du Développement Durable et des Relations Internationales Indice de Développement Humain Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny Kaiser-Mayer-Olkin Nouveaux Pays Industrialisés Organisation pour la Coopération et le Développement Economique Organisation international du Commerce Organisation Mondiale du Commerce Organisation des Nations Unies Organe de Règlement des Différends Programme d'Ajustement Structurel Pays Développés Programme de Doha pour le Développement Pays en Développement Produit Intérieur Brut Produit Intérieur Brut par Habitant Petits Etats Insulaire en Développement Pays les Moins Avancés Programme des Nations Unies pour le Développement Parité de Pouvoir d'Achat Pays Pauvres Très Endettés Reste des Pays en Développement Système Généralisé de Préférences Statistical Package for Social Sciences Traitement Spécial et Différencié Union Européenne United State

vii


LISTE DES TABLES ET ILLUSTRATIONS

LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Présentation des classes .......................................................................................... 29 Tableau 2: Test de Bartlett et KMO ......................................................................................... 32 Tableau 3: Variance totale expliquée ....................................................................................... 33 Tableau 4: Contribution des variables dans les composantes .................................................. 34 Tableau 5: Résultat du test t de Student pour l’année 2010 ..................................................... 37

LISTE DES FIGURES Figure 1: Dendrogramme des PED .......................................................................................... 31 Figure 2: Dispersion des pays sur les composantes ................................................................. 35 Figure 3: Dispersion des classes sur les composantes.............................................................. 36 Figure 4: Evolution de l'IDH de 1980 à 2011 .......................................................................... 38 Figure 5: Evolution du PIB/hbt de 1960 à 2010 ....................................................................... 38 Figure 6: Evolution du PIB des classes de 1960 à 2010 .......................................................... 38

LISTE DES ANNEXES Annexe 1: Cycles de négociations commerciales du GATT .................................................... 47 Annexe 2 : Secrétariat de l’Organisation mondiale du Commerce .......................................... 48 Annexe 3 : Accords instituant l'OMC ...................................................................................... 49 Annexe 4 : Poids des pays de la classe 2 dans le PIB mondial ................................................ 49 Annexe 5: Statistiques descriptives des différentes classes ..................................................... 50

viii


RESUME Résumé : Proposition de différenciation des pays en développement membres et ayant le statut d’observateur à l’OMC. L’Organisation Mondiale du Commerce joue un rôle décisif dans la libéralisation des échanges et dans l'articulation des rapports entre les pays. Elle ne reconnait que trois types de pays, Pays Développés, Pays en Développement et Pays les Moins avancés. L’un des problèmes systémiques majeurs soulevé par les membres développés de l’OMC est celui de la non-discrimination actuelle des mesures de Traitement Spécial et Différencié par rapport à la situation réelle et la diversité économique des PED. En effet, c’est dans cette catégorie que l’on a observé les grandes mutations économiques ces deux dernières décennies. D’où la nécessité établir une nouvelle typologie avec une différenciation des PED qui tienne compte des mutations économiques observées au fil des années. Ainsi, le thème de notre étude vise à proposer une différenciation des pays en développement membres et ayant le statut d’observateur à l’OMC. Pour ce faire, nous avons appliqué la classification ascendante hiérarchique aux PED en utilisant comme variables de classification, l’Indice de Développement Humain, le Produit Intérieur Brut et le Produit Intérieur Brut par Habitant des années 1990, 2000, 2005 et 2010. Les résultats obtenus nous donnent deux catégories de pays. Ces deux classes de pays avaient pratiquement le même niveau de développement dans les années soixante puis une croissance progressive de la seconde classe. On note une différence significative entre les indicateurs de développement des deux classes pour l’année 2010. Nous recommandons donc que cette deuxième classe ne soit plus considérée comme faisant partie des PED, mais d’une nouvelle catégorie intermédiaire entre les PED et les PD afin de corriger les inégalités observés dans l’application du TSD. Mots clés : OMC, Pays en Développement, Différenciation, Mutation économiques, Traitement Spécial et Différencié

ix


ABSTRACT

x


INTRODUCTION GENERALE  Contexte et Problématique Les échanges internationaux ont pris une très grande importance dans l’économie des états et leur essor a engendré deux attitudes opposées au niveau des pays participants au commerce international. D’une part, une incitation des gouvernements à libéraliser leur commerce et à multiplier les accords de libre-échange en vendant sur les marchés étrangers pour promouvoir leur croissance économique. D’autre part, une tendance à instaurer des barrières commerciales aux échanges afin de protéger les industries locales d’une concurrence étrangère de plus en plus présente. Il s’en est donc suivi une alternance de protectionnisme et de libre-échange au cours des deux dernières décennies. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, nous observons la mondialisation croissante des échanges, sous l’effet volontaire des institutions mais aussi celui des techniques et des processus économiques. La situation de paix qui a régné jusqu’en 1914 favorisée le développement économique des nations fondé sur le libéralisme, et l’industrialisation. La poursuite de la libéralisation des échanges et l’élargissement des accords à des domaines jusque-là laissés de côté, comme l’agriculture et les services, nécessitaient donc un cadre de négociation. Ce sera fait avec le dernier cycle de négociation lancé en Uruguay et qui a duré de 1986 à 1994 sous l'égide du GATT devenu, avec la signature de l'accord de Marrakech en 1994, Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le conflit agricole y a occupé une place centrale (Pas, 2002), l'agriculture avait jusqu'à présent toujours été exclue des négociations internationales et du mouvement de baisse des droits de douanes amorcé à la fin de la seconde guerre mondiale. L’instauration de l’OMC, le premier janvier 1995, marqua un nouveau tournant dans la négociation commerciale internationale. Au cours de ces 50 dernières années, le commerce mondial a connu une croissance exceptionnelle. Les exportations de marchandises ont augmenté de 6 pour cent par an en moyenne. Le total des échanges en 2000 était 22 fois supérieur au niveau atteint en 1950 (OMC, 2009). Le GATT et l’OMC ont donc contribué à créer un système commercial solide et prospère, favorisant une croissance sans précédent. L’OMC est avant tout un cadre de négociation, les accords entre les membres sont le fruit de

1


négociations L’OMC accueille actuellement de nouvelles négociations, dans le cadre du “Programme de Doha pour le développement” lancé en 2001. L’OMC a adopté une typologie des pays en trois groupes, celle de Pays Développé (PD), Pays en Développement (PED) et Pays les Moins Avancés (PMA) dans le cadre des négociations. Les règles se font de façon différenciée en fonction de la catégorie dans laquelle se trouvent les pays. Le traitement des PED et PMA repose sur un principe juridico-politique. L’impossibilité d’un traitement unique et standardisé pour des pays structurellement différents. Ainsi, Abbas (2008) fait remarqué qu’il en résulte l’institutionnalisation d’une discrimination positive dans les relations commerciales multilatérales. L’inégalité structurelle est donc compensée par des mécanismes institutionnels se traduisant à la fois dans des droits commerciaux plus favorables et dans un niveau moindre d’obligations. Cela a conduit les économies en développement à revendiquer la non-application de deux principes fondamentaux du GATT, celui de la réciprocité et de la non-discrimination. Le principe d’un traitement spécial, dérogatoire et différencié (TSD) constitue le fondement de l’intégration des PED et PMA au système commercial multilatéral (Abbas, 2006). Pour les pays développés, la question d’une meilleure différenciation juridique est au cœur du blocage des négociations de Doha. Elle est soutenu par Abbas (2008) qui donne l’argumentation selon laquelle la condition pour un régime commercial multilatéral prodéveloppement serait un TSD plus opérationnel et plus effectif. Cela n’est possible qu’en introduisant une plus grande flexibilité dans l’éligibilité aux mesures du TSD, ce qui revient à faire de la différenciation la condition d’une intégration réussie à l’économie internationale. Dans la pratique, les négociations sont complexes et très techniques. Mais elles renvoient en amont à une vision qu’ont les pays des intérêts qu’ils entendent défendre. La critique majeure actuelle est qu'il ne prend pas en compte l'émergence de grands blocs qui pèsent de plus en plus sur le système économique mondial. Que ces blocs soient des pays comme la Chine ou l'Inde, des conglomérats régionaux encore peu coordonnés (en particulier l'Amérique latine), des rentiers de l'énergie ou des pays partiellement isolés. En 2005, au moment où l'élimination des quotas devenait totalement effective, la plupart des bénéfices attendus par les PED ont été accaparés par la Chine (Hallé, 2005). En effet, on ne mesure pas encore pleinement les conséquences réelles de la montée en puissance de certains pays comme la Chine et le Brésil (Montaigne, 2011). Leur rythme de développement remet profondément en cause les modèles de partage du travail et le mythe de la permanence de l'avantage comparatif des pays industrialisés lié à l'innovation. Certains pays figurant dans la catégorie des PED produisent 2


aujourd'hui des millions de biens et services capables de rivaliser avec les biens et services américains, européens ou japonais, à un coût bien inférieur. On parle de ces pays comme étant des pays émergents, bien que cette notion ne soit pas pleinement définie. L’émergence de certains pays ne remettent il pas en cause la typologie adoptée par l’OMC (PED, PMA et PD)?  Objectifs de l’étude L’objectif global de cette étude est de présenter la différenciation en vigueur à l’OMC et de proposer une nouvelle typologie des pays qui tienne compte des mutations économiques des pays au fil des années. Spécifiquement, il s’agit de : -

présenter la différenciation des pays établit par l’OMC et différentes institutions ;

-

identifier et proposer une nouvelle typologie de l’OMC ;

-

identifier les informations complémentaires qui pourraient être nécessaires pour aboutir à une différenciation plus pertinente ;

 Plan de l’étude Le présent document s’organise selon le plan suivant : -

introduction générale ;

-

généralités ;

-

méthodologie ;

-

résultats et discussions ;

-

conclusion générale.

3


CHAPITRE I :

LE COMMERCE INTRENATIONAL ET L’ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE

1.1 Introduction Ce chapitre présente d'une part les théories du commerce international, les politiques commerciales existantes et d’autres part l’organisation mondiale du commerce depuis l’historique de sa création, ses objectifs, sa fonction et son fonctionnements. Il donnera également un aperçu des accords du système commercial et présentera le Programme de Doha. 1.2 Théories du commerce international La théorie du commerce international est la branche de la science économique qui s'intéresse à la modélisation des échanges de biens et de services entre États. Elle se penche également sur les questions d'investissement international et de taux de change. Elle comprend deux branches essentielles. La première est fondée sur la pensée classique inspirée de David Ricardo, et la seconde s'inspire des outils de l'organisation industrielle et de l'économie géographique. 1.2.1

Analyse traditionnelle du Libre-échange

En 1776 Adam Smith justifie l’échange entre les pays par les différences des coûts de production, elles sont calculées en comparant des coûts absolus. Il s’appuie sur la maxime du chef de famille prudent qui est « de ne jamais essayer de faire chez soi la chose qui lui coûtera moins cher à acheter qu’à faire ». Pour Adam Smith, un pays importe que si la production nationale est plus coûteuse que son importation, dans cette logique, une nation caractérisée par des coûts de production élevés par rapport aux autres ne peut s’insérer dans les échanges internationaux, c’est la logique de la spécialisation. Le problème commence à se poser quand les meilleurs sont les meilleurs dans tous les domaines alors il n’y a plus d’échanges. L’apport de David Ricardo pour lever cette ambiguïté réside dans la démonstration qu’un pays produisant avec des coûts absolus plus élevé qu’un autre peut néanmoins exporter, sensibilité libérale. Le principe des avantages comparatifs permet d’expliquer comment se spécialise une nation et aussi que le commerce international est avantageux en fait pour les deux pays car il permet de disposer de plus de biens. Les coûts comparatifs entre deux pays ont toutes les chances d’être différent, la théorie ricardienne est donc pertinente pour expliquer les échanges entre des pays de niveau différent. 4


Le théorème Hecksher Ohlin & Samuelson (HOS) appelée aussi loi de proportion des facteurs, conforte celle de Ricardo mais justifie le commerce international par l’abondance relative des facteurs de production (capital-travail). L’échange international est alors un échange de facteurs abondant contre des facteurs rares. Chaque pays doit tirer avantage de la spécialisation lorsqu’il utilise pour produire le facteur de production le plus abondant pour lui, cela dépend de sa dotation naturelle (Anonyme, 2008). Il y a en fait des combinaisons productives plus intéressantes que d’autre c’est l’idée du théorème HOS. Il y a une spécialisation partielle de chaque pays dans le bien relativement le plus intensif dans le facteur dont ce pays est relativement le mieux doté. On a égalisation des prix relatifs des biens entre les pays. En raison de la relation entre prix relatifs et rémunérations relatives, la rémunération relative du facteur relativement le plus rare dans chaque pays diminue tandis que celle du facteur relativement le plus abondant augmente. 1.2.2

Nouvelles théories du commerce international

La théorie traditionnelle de l’échange international s’intéresse aux effets du commerce international sur les nations en retenant comme hypothèse de base l'existence de marchés en concurrence pure et parfaite. Contrairement à cette théorie, la Nouvelle théorie du commerce international met en avant les économies d'échelle et les externalités dans l'explication de l'échange entre pays (Lerin, 2005). Il est déduit que le libre-échange améliore la position des nations qui échangent, incitant donc au démantèlement des barrières protectionnistes. L’essentiel du commerce industriel est réalisé pour des produits de secteurs que nous considérons comme des oligopoles lorsque nous les étudions sous leur aspect domestique (Krugman and Obstfeld, 2001). Dans la majorité des cas les marchés sont en situation de concurrence imparfaite où le nombre de firmes produisant un bien et agissant sur le marché est faible. L’environnement oligopolistique ainsi obtenu est appelé un environnement stratégique. Cet environnement stratégique se caractérise par l’émergence et la résistance du profit. Dans ces conditions, il peut être rationnel d’imposer une réglementation protectionniste. Ces idées constituent la base théorique de la politique commerciale stratégique et ont donné naissance à une nouvelle approche économique de l’échange internationale, dénommée "nouvelle économie internationale". Initiée par Brander et Spencer, Paul Krugman a participé à cette nouvelle approche. L’apparition de cette théorie remonte à la fin des années soixante-dix, mais elle s’est surtout développée dans les années quatre-vingt.

5


1.2.3

Le protectionnisme versus libre-échange

Il existe plusieurs fondements au protectionnisme mais l’un des arguments les plus anciens et toujours d’actualité des opposants au libre-échange est l’existence d’une concurrence déloyale. Cette assertion est soutenue par Paul Krugman qui estime que l’imperfection de la concurrence constituait l’argument théorique suffisant pour réfuter les thèses du libre-échange. De plus le protectionnisme préserve l’emploi, limite la concurrence, permet une meilleure adaptation à la concurrence internationale et assure le maintien du niveau de vie. Par contre, défini comme Système économique dans lequel les échanges commerciaux entre États sont libres et affranchis des droits de douane1, les partisans du libreéchange estiment que le protectionnisme à des effets négatifs et que son utilité n'est que de court terme et ne répond qu'à des logiques d'intérêts particuliers, pas de bien-être collectif. 1.3 Instruments de la politique commerciale Il est dans la tradition de l’État d’intervenir, pour des raisons fiscales, économiques, sociales ou même politiques, dans les échanges commerciaux qu’a le pays avec le reste du monde et ce, moyennant le recours à des instruments dits de politique commerciale qui modifient soit les quantités importées, soit les quantités exportées. Il existe deux types d’instruments. Les barrières tarifaires (modalités plus anciennes) et les barrières non tarifaires. Ce sont les instruments de base de la politique commerciale. Ils sont les plus connus, les plus simples à utiliser et aussi ayant fait l’objet du plus grand nombre de négociations internationales. 1.3.1

Mesures tarifaires

Elles sont essentiellement constituées des droits de douane ou Tarifs. Le tarif douanier est une taxe levée à l’occasion de l’importation d’un bien. Il existe deux types de barrières tarifaires : les tarifs spécifiques et les tarifs ad valorem. Les tarifs spécifiques sont levés sous forme d’un montant fixe par unité de bien importé. Les tarifs ad valorem sont des taxes levées sous forme d’une fraction de la valeur du bien importé. Dans l’un ou l’autre cas, l’effet du tarif est d’élever le coût de livraison des biens dans le pays. Les barrières tarifaires tendent à disparaître sous l’effet des cycles du GATT (devenu l’OMC). Le Droit de Douane moyen au niveau mondial est de 4% environ sur les marchandises (Froger, 2007). Il s’agit des tarifs

1

c) Larousse.

6


douaniers que perçoivent les gouvernements sur les importations. Il y a les tarifs ad-valorem qui sont sous forme de pourcentage et les tarifs spécifiques qui sont plutôt des montants fixes. 1.3.2

Mesures non-tarifaires

Il s’agit de pratiques qui limitent les importations ou les exportations sans qu’il y ait perception de tarifs douaniers. Il s’agit entre autre des quotas sur les importations ou exportations de biens, la mise en place de normes environnementales, sanitaires, de fabrication, de qualité et de sécurité au travail affectant les flux commerciaux. On également dans cette section les restrictions volontaires à l’exportation, la fixation des prix intérieurs de la production et des intrants de production, les impôts et taxes intérieurs. Cette liste n’étant pas nécessairement exhaustive. 1.4 Système commercial multilatéral 1.4.1

De l’OIC à l’instauration du GATT

Le 24 mars 1948, lors de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et l'emploi, 54 pays réunis à La Havane adoptent le texte de la « Charte de La Havane instituant une Organisation internationale du commerce ». Cette charte est l’accord de commerce international le plus complet jamais négocié. Elle crée une nouvelle agence spécialisée des Nations Unies et aussi comprend des sujets tels l’emploi, le développement économique, la réduction des barrières commerciales, la non-discrimination, les quotas à l’importation, les entreprises d’état et les accords sur les ressources naturelles. Bien que 54 pays aient signé la Charte de l’OIC à La Havane, seul le Liberia ratifie l’Accord. L’Australie et la Suède le ratifient mais sous condition que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne (dans le cas de la Suède) le ratifient à leur tour. En mai 1950, la Charte de l’OIC est soumise au Congrès américain mais n’est pas discutée. En décembre, le gouvernement américain annonce que la Charte ne serait plus soumise au Congrès. L’opposition à la Charte de l’OIC tant aux Etats-Unis qu’en Angleterre marqua la fin de l’OIC. Tout n’était pas perdu cependant, un Protocole d'application provisoire a été établi pour le GATT signé le 30 octobre 1947 par 23 pays. Le système du GATT de 1947 restait un système politique et non une véritable organisation internationale avec peu de structures.

7


1.4.2

Cycles du GATT et création de l’OMC

Un des objectifs fondamentaux du GATT est de réduire progressivement les tarifs via des négociations multilatérales. Ainsi, le système a été développé dans le cadre de plusieurs séries ou cycles de négociations commerciales organisées sous les auspices du GATT (Annexe 1). Entre 1947 (Genève Round) et 1994 (Uruguay Round), les droits de douane ont baissé en moyenne de près 90%, passant de 40% à 6.5%. Les premiers cycles portaient essentiellement sur l’abaissement des droits de douane puis les négociations se sont élargies à d’autres domaines tels que les mesures antidumping et les mesures non tarifaires. Avec le cycle de Dillon (1960-1961), le GATT voit l’arrivée de la Communauté Economique Européenne (CEE) parmi ses acteurs. Mené entre 1964 et 1967 avec 62 pays participants, le cycle de Kennedy aboutit à de grandes réductions de tarifs sur les produits industriels (35%) et des règles concernant les mesures anti-dumping sont aussi négociées (Robert, 2008). Le Cycle de négociations de Tokyo, dans les années 70 avec 102 pays participants, a également réduit les tarifs droits de douane de 34%, ce qui a ramené à 4,7 pour cent la moyenne des tarifs sur les produits industriels. Il a aussi été une tentative de remédier au protectionnisme mais cette négociation n’a permis d’obtenir que des résultats limités. Il n’a pas permis la conclusion d’un accord modifié sur les “sauvegardes” (mesures d’urgence concernant l’importation) et la résolution des problèmes fondamentaux affectant le commerce des produits agricoles. De plus, une série d’accords sur les obstacles non tarifaires qui, dans certains cas, interprétaient les règles existantes du GATT et, dans d’autres, innovaient totalement. Le plus souvent, seul un nombre relativement restreint de pays membres du GATT, pour la plupart industrialisés, ont souscrit à ces accords et arrangements. Ces derniers, parce qu’ils n’étaient pas acceptés par la totalité des membres du GATT, étaient souvent officieusement dénommés « Codes » (Gboko, 2010). Ces codes n’étaient pas des instruments multilatéraux mais c’était un début. Plusieurs codes ont été plus tard modifiés lors du Cycle d’Uruguay et transformés en instruments multilatéraux acceptés par tous les membres de l’OMC. Le problème ne se limitait pas à la dégradation du climat en matière de politique commerciale. Au début des années 80, il est apparu clairement que le GATT n’était plus aussi adapté aux réalités du commerce mondial qu’il l’avait été dans les années 40. D’abord, les échanges mondiaux étaient devenus beaucoup plus complexes et importants que 40 ans auparavant. L’expansion du commerce des services était aussi étroitement liée à l’augmentation du commerce mondial des marchandises. Ainsi lors d’une réunion 8


ministérielle des membres du GATT à Genève en 1982, les ministres envisageaient de lancer un nouveau grand cycle de négociation. Il a fallu quatre années d’efforts, pendant lesquelles on s’est attaché à dégager peu à peu un consensus, avant que le nouveau cycle de négociations soit lancé. Il fut lancé en septembre 1986 à Punta del Este (Uruguay) et fut dénommé « Uruguay Round » ou « cycle d’Uruguay ». Les négociations devaient permettre d’élargir le système commercial à plusieurs domaines. En effet, tous les articles du GATT initial devaient être réexaminés et les pays se sont mis d’accord sur un délai de 4 ans pour la mener à bien. Les négociations devaient donc s’achever lors d’une nouvelle réunion des ministres tenue en décembre 1990 à Bruxelles, mais ceux-ci n’arrivèrent pas à s’entendre sur la réforme du commerce des produits agricoles et décidèrent de prolonger les négociations. Malgré des perspectives peu favorables sur le plan politique, les travaux techniques se sont poursuivis intensivement pour aboutir à la rédaction de l’avant-projet d’un instrument juridique final devenu par la suite la base de l’accord final. Il a fallu attendre le 15 décembre 1993 pour que toutes les questions soient réglées et que les négociations sur l’accès aux marchés des biens et des services soient achevées. Et le 15 avril 1994, les accords furent signés par les Ministres de la plupart des 123 pays participants lors d’une réunion tenue à Marrakech (Maroc). Soient sept ans et demi, presque deux fois plus que ce qui avait été prévu et aboutissant à la création de l’OMC. Contrairement au GATT, l’OMC est une vraie organisation internationale au sens du droit international (Abbas, 2007). 1.5 Objectifs, principes, fonction et fonctionnement de l’OMC 1.5.1

Objectifs, principes et fonctions

Le principal objectif de l’OMC est de favoriser autant que possible l’harmonie, la liberté, l’équité et la prévisibilité des échanges pour améliorer le bien-être des populations des pays membres. Elle se fonde sur trois principes, cœur du système commercial multilatéral. D’abord, le principe la non-discrimination qui repose sur deux clauses. La clause de la nation la plus favorisée selon laquelle tout avantage commercial accordé à un membre doit être appliquée à l’ensemble des pays partenaires membres de l’accord et la clause du traitement national qui stipule que les produits importés et les produits de fabrication locale doivent être traités de manière égale, du moins une fois que le produit importé a été admis sur le marché. Il doit en aller de même pour les services, les marques de commerce, les droits d’auteur et les brevets étrangers et nationaux. Ensuite le principe de la réciprocité. C’est l’idée qu’un pays bénéficiant d’un avantage commercial concédé par un autre pays doit accorder à ce même 9


pays un avantage « équivalent ». Enfin le principe de la transparence qui établit que les droits de douane sont l’instrument de protection le plus lisible fournissant une base de négociation claire. Il interdit l’usage des restrictions quantitatives. Les pratiques de dumping et de subvention, particulièrement de subvention à l’exportation, sont interdites. La transparence ressort également de l’obligation faite aux Etats de notifier leur législation commerciale nationale et internationale au Secrétariat. Elle a pour fonction l’administration des accords commerciaux, la création de cadre aux négociations commerciales, le règlement des différends commerciaux, l’examen des politiques commerciales nationales, et l’aide des pays en développement dans le domaine de la politique commerciale par le biais de l’assistance technique et des programmes de formation et en coopérant avec d’autres organisations internationales. 1.5.2

Secrétariat et fonctionnement du système commercial multilatéral

Le Secrétariat de l’OMC se trouve à Genève. Composé de 630 fonctionnaires environ. Il est dirigé par un directeur général. Les divisions relèvent directement du Directeur général ou d’un de ses adjoints. L’Organisation est dirigée par les gouvernements qui en sont membres. Toutes les grandes décisions sont prises par l’ensemble des membres, soit à l’échelon des ministres, soit au niveau des ambassadeurs et des délégués. Les décisions sont normalement prises par consensus. Les disciplines imposées aux pays par les règles de l’OMC sont le résultat de négociations entre les membres de l’OMC. La structure de l’OMC est complexe et se compose de différentes organes et instances. L’organe le plus haut dans la hiérarchie est la Conférence ministérielle qui doit se réunir au moins une fois tous les deux ans. Elle est habilitée à prendre des décisions sur toutes les questions relevant de tout accord commercial multilatéral. Immédiatement après, dans la hiérarchie structurelle, se trouve le Conseil général, composé également de représentants de tous les États membres, et qui se réunit selon les besoins, entre deux Conférences ministérielles, assumant les fonctions de cette dernière. Il se réunit également en tant qu’Organe d’examen des politiques commerciales et en tant qu’Organe de règlement des différends. Ensuite, nous avons le conseil du commerce des marchandises, le conseil du commerce des services et le conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, qui présentent des rapports au Conseil général. Enfin, nous avons les comités spécialisés, groupes de travail et groupes d’experts qui s’occupent des domaines visés

10


par les différents accords et d’autres domaines tels que l’environnement, le développement, les candidatures à l’OMC et les accords commerciaux régionaux. 1.6 Accords de l’OMC Les règles et les accords de l’OMC résultent des négociations menées par les membres. Celles qui sont actuellement en vigueur découlent des négociations du Cycle d’Uruguay. Elles représentent au total une trentaine d’accords et d’engagements distincts contractés par les différents membres dans des domaines spécifiques tels que l’abaissement des taux de droit ou l’ouverture du marché des services. Ces accords permettent aux membres de l’OMC de gérer un système commercial non discriminatoire qui énonce leurs droits et leurs obligations. Chaque pays obtient l’assurance que ses exportations bénéficieront constamment d’un traitement équitable sur les marchés des autres pays et promet à son tour de traiter ainsi les importations arrivant sur son propre marché. Le système offre également aux pays en développement une certaine souplesse pour la mise en œuvre de leurs engagements. 1.6.1

Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT)

Tout a commencé par le commerce des marchandises. De 1947 à 1994, le GATT était le centre de négociation de la réduction des droits de douane et autres obstacles au commerce; le texte de l’Accord général énonçait quant à lui des règles importantes, en particulier la nondiscrimination. Depuis 1995, le texte actualisé du GATT constitue l’accord de référence de l’OMC pour ce qui est du commerce des marchandises. Il comporte des annexes portant sur des secteurs spécifiques, tels que l’agriculture et les textiles, et traitant de questions particulières telles que le commerce d’État, les normes de produits, les subventions et les mesures de lutte contre le dumping. 1.6.2

Accords général sur le commerce des services (AGCS)

Les banques, les compagnies d’assurance, les entreprises de télécommunication, les organisateurs de voyages, les chaînes d’hôtels et les sociétés de transport qui souhaitent opérer à l’étranger peuvent désormais bénéficier d’un système de commerce plus libre et plus équitable, qui ne valait auparavant que pour le commerce des marchandises. Ces principes sont ancrés dans le nouvel AGCS. Les membres de l’OMC ont également accepté des engagements dans le cadre de l’AGCS en vertu desquels ils doivent déclarer quels sont les secteurs qu’ils sont disposés à ouvrir à la concurrence étrangère et dans quelle mesure ces marchés sont ouverts. 11


1.6.3

Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC)

L’Accord de l’OMC sur la propriété intellectuelle peut être assimilé à un ensemble de règles régissant le commerce et l’investissement dans le domaine des idées et de la créativité. Ces règles prévoient les modalités selon lesquelles le droit d’auteur, les brevets, les marques, les indications géographiques utilisées pour identifier des produits, les dessins et modèles industriels, les schémas de configuration des circuits intégrés et les renseignements non divulgués tels que les secrets commerciaux en d’autres termes la «propriété intellectuelle» devraient être protégés lorsqu’il y a échanges commerciaux. 1.6.4

Mémorandum d’accord sur les règles et procédures régissant le règlement des différends

La procédure prévue par l’OMC pour résoudre les litiges commerciaux dans le cadre du Mémorandum d’accord sur le règlement des différends est essentielle pour faire respecter les règles et, partant, veiller à ce que les échanges se fassent sans heurts. Les pays portent un différend devant l’OMC lorsqu’ils estiment que les droits que leur confèrent les accords sont violés. Les décisions rendues par des experts indépendants, spécialement nommés, se fondent sur l’interprétation des accords et des engagements pris par les différents pays. Le système encourage les pays à régler leurs différends par la voie de la consultation. En cas d’échec, ils peuvent suivre une procédure soigneusement définie, comportant plusieurs étapes, qui prévoit une décision éventuelle par un groupe spécial et la possibilité de faire appel de cette décision sur des points de droit. Le nombre de différends soumis à l’OMC, plus de 300 en dix ans témoigne de la confiance portée au système. 1.6.5

Mécanisme d’examen des politiques commerciales des gouvernements

Le mécanisme d’examen des politiques commerciales vise à améliorer la transparence et la compréhension des politiques adoptées par les pays et à évaluer leur impact. Un bon nombre de membres estiment en outre que ces examens leur fournissent en retour des informations constructives sur leurs pratiques. Tous les membres de l’OMC doivent faire l’objet d’un examen périodique, chaque examen donnant lieu à la préparation d’un rapport par le pays intéressé et d’un rapport par le Secrétariat de l’Organisation.

12


1.7 Programme de Doha pour le Développement Depuis la naissance de l’OMC, cinq Conférences ministérielles ont déjà eu lieu. Lors de la quatrième, à Doha (Qatar) en novembre 2001, une déclaration a été adoptée, composée de six textes. Ainsi, le 14 novembre 2001, une série de décisions était prise, que l’on appelait «Agenda de Doha pour le développement». Ce programme et les négociations qui l’accompagnaient se trouvaient alors à un stade de très lente progression. Les négociations étaient placées sous l’autorité d’un comité de négociations commerciales et devaient se terminer avant une date butoir, fixée au 1er janvier 2005. En septembre 2003 avait lieu à Cancun, Mexique, la 5è conférence ministérielle. Cette conférence débuta en l’absence presque totale d’accord sur les points portés à l’ordre du jour. Les divergences les plus notables concernaient les désaccords sur des questions relatives à l’agriculture, y compris le coton, et a abouti à une impasse en ce qui concerne les “Questions de Singapour (investissements, politiques de concurrence, transparence dans les marchés publics et facilitation commerciale). Le PDD est un programme de négociations placé sous le sceau de l’engagement unique. Son principal objectif est l’intégration des PED-PMA au système commercial multilatéral ouvert et fondé sur des règles dans des conditions qui correspondent aux besoins de leur développement économique étant donné que le commerce international peut jouer un rôle majeur dans la promotion du développement économique et la réduction de la pauvreté. Cela suppose de poursuivre le processus de réforme et de libéralisation des politiques commerciales, faisant ainsi en sorte que le système joue pleinement son rôle pour ce qui est de favoriser le reprise, la croissance et le développement. La condition pour ce faire est que les Etats Membres, particulièrement les économies développées, continuent à faire des efforts positifs pour que les pays en développement, et en particulier les moins avancés d’entre eux, s’assurent une part de la croissance du commerce mondial qui corresponde aux besoins de leur développement économique (Abbas, 2009). 1.8 Conclusion Le système commercial multilatéral a fortement influencé le commerce international depuis le GATT jusqu'à la création de l’OMC à travers les différents cycles de négociations. Les principaux points de mésentente qui bloquent le cycle de Doha reposent sur la typologie adoptée par l’OMC et les bénéficiaires du Traitement Spécial et Différencié.

13


CHAPITRE II : TYPOLOGIE ACTUELLE DES PAYS ET LE TRAITEMENT SPECIAL ET DIFFERENCIE 2.1

Introduction Dans cette section, nous présenterons critères de différenciation des pays utilisée par les

institutions internationales et nous définirons le Système Généralisé de Préférences (SGP) avec le Traitement Spécial et Différencié(TSD). Enfin, brièvement, nous donnerons un aperçu des différentes méthodes de classifications. 2.2

Différenciation du PNUD et de la Banque Mondiale 2.2.1

Différenciation du PNUD

Le PNUD trouve ses racines au début des années 1950 dans la création de l’Assemblée Générale des Nations Unies du Programme Elargi d’Assistance Technique (PEAT) et la mise en place en décembre 1958 du Fonds Spécial des Nations Unies (FSNU). Ces deux programmes ont fusionné en 1965 pour constituer le PNUD. Depuis lors, le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose le système des Nations Unies (PNUD, 2010). Le PNUD classe les pays en fonction d’un indice composite de développement humain popularisé depuis 1990 par des auteurs proches de cette institution, comme Amartya Sen (Mucherie, 2005). Ce classement est annuellement revu du fait de l’évolution assez rapide des différents pays. Cet indice fait la synthèse de trois dimensions essentielles du bien-être humain : -

la santé mesurée par l’espérance de vie à la naissance ;

-

l’instruction et l’accès au savoir représentés par le taux d’alphabétisation des adultes et par le taux de scolarisation ;

-

le revenu mesuré par le PIB (produit intérieur brut) par habitant.

L’indice de développement humain se présente comme un nombre compris entre 0 et 1. Plus l’IDH se rapproche de 1, plus le niveau de développement du pays est élevé. Le PNUD estime qu’au-delà de 0,8 le développement humain est élevé et qu’au-dessous de 0,5 il est faible. 2.2.2

Différenciation de la Banque Mondiale

La Banque mondiale mesure le niveau de développement des pays par un indicateur de richesse, le revenu moyen de la population assimilé au PIB/habitant. Elle, distingue quatre catégories de groupes de pays. Ces groupes sont les pays à bas revenu (égal ou inférieur à 760 dollars), les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (allant de 761 à 3 3030 14


dollars), les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure (allant de 3 031 à 9360 dollars) et les pays à revenu supérieur (9 361 dollars et plus). 2.3

Différenciation de l’OMC 2.3.1

Statut de Pays en développement

La catégorie des pays en développement constitue en revanche une notion très vague (Lefort, 2000). Les PED à l’OMC se désignent ainsi eux-mêmes, bien que cette désignation ne soit pas automatiquement acceptée dans tous les organismes de l’OMC (Alpha et al., 2008). Cette assertion est soutenue par Paugman (2005) lorsqu’il précise que lors de son accession à l’OMC (ou antérieurement au GATT), un pays peut en effet choisir d’adopter le statut de PED, par simple auto-déclaration sauf s’il est membre de l’OCDE. Partant de ce fait, aucun pays membre de l’OCDE ne fait partie des PED. Le principe de l’auto-élection est une technique qui s'apparente à une postulation unilatérale à la candidature de tout Etat qui se prétend sous-développé. De manière générale, un lien est établit entre la taille d'une économie et son niveau de développement. Duval (2009) soutient cela en affirmant que l'expérience nous a enseigné que beaucoup de PED ou PMA présentent les caractéristiques d'une petite économie. Mais pour Garcia (Garcia, 2000), la taille de l’économie n'est pas le seul facteur à prendre en considération pour déterminer le niveau de développement. Il effectue un test qui ne contient pas de critère prédominant. Pour lui, la détermination de l'appartenance d'un pays à une catégorie particulière relève d'une analyse globale. Ce dernier, dans ses travaux, a fait référence à la démarche employée par le «FTAA's Working Group in Smaller Economy» qui a élaboré une liste des différents facteurs affectant les petites économies lorsqu'elles œuvrent dans le système commercial multilatéral. Le groupe de travail FTAA a adopté une méthode «d'auto-désignation» en vertu de laquelle les pays peuvent sélectionner leur propre niveau de développement. Cette approche subjective est d'ailleurs celle qui prévaudra plus tard sous l'égide de l'OMC. En effet, à compter de 1995, le système GATT/OMC emploiera le critère d'auto-désignation; les pays pourront alors se réclamer de l'appartenance à la catégorie PED à condition de ne pas être de l’OCDE. Ces pays bénéficient des concessions qui leur sont accordées par les pays développés. Ainsi, le secrétariat de la CNUCED (2006) établit une liste des pays bénéficiaires du système généralisé de préférences. Cette liste est régulièrement actualisée et est issue des pays octroyant ces avantages tout en définissant le type et les pays bénéficiaires.

15


2.3.2

Pays les Moins Avancés

Un fait demeure, c'est l'inégalité au sein de la catégorie des Etats sous-développés ellemême. Aussi l'analyse a abouti à une sous-distinction catégorielle dans cet ensemble; poussant jusqu'à ses dernières limites le principe qu'à situation inégale, traitement inégal. Ils ne constituent pas une catégorie distincte. Les PMA sont bien des pays en développement, des pays engagés dans un processus de développement. Ils présentent néanmoins un développement inférieur à celui des autres pays en développement, ce qui justifie leur inclusion dans la liste des PMA. Cette liste a été établie par la CNUCED en 1971 et est régulièrement révisée. Elle comprenait 25 pays lors de la création du groupe. Elle réunit aujourd'hui 49 pays dont 33 en Afrique, 15 en Asie et Pacifique et 1 en Amérique latine et les Caraïbes. Ils sont vu comme étant le « maillon le plus faible et le plus pauvre » de la communauté internationale. Ils sont extrêmement désavantagés dans leur processus de développement et risquent, plus que les autres, de ne pas pouvoir s’extirper de la pauvreté (ONU-OHRLLS, 2009). Pour être éligible dans la catégorie PMA, trois critères doivent etre remplies : -

un bas revenu, fondé sur le Revenu National Brute par habitant calculé sur trois ans avec un seuil d’entrée de 725 $ US et un seuil de sortie de 900 $ US ;

-

un retard dans le développement du capital humain ;

-

une grande vulnérabilité économique

Un pays a vocation à être ajouté à la liste des PMA s’il satisfait les trois critères ci-dessus et si sa population n’excède pas 75 millions d’habitants. Un PMA peut par ailleurs être considéré comme ayant vocation à sortir de la catégorie s’il a atteint les seuils de sortie relatifs à au moins deux des trois critères lors d’au moins deux révisions triennales de la liste des PMA. 2.4

Notion de pays émergents Les pays émergents sont des pays en développement présentant un fort taux de

croissance du PIB, un niveau relativement élevé d’industrialisation et d’exportation de produits industriels, un fort taux d’ouverture à l’extérieur et un marché intérieur en expansion (Artus, 2006) Le taux de croissance très fort des pays émergents leur permettent, petit à petit, de combler une partie de leur retard par rapport aux pays avancés. Dans la littérature actuelle, le recours important au concept d’émergence ne repose pas sur une définition précise ni rigoureuse de celui-ci. Le concept demeure non défini et d’une utilisation floue (Miannay, 2009). Evoquer l’émergence se réduit le plus souvent à énoncer 16


une liste de pays, différente selon la source utilisée, ce qui ne contribue pas à l’élaboration d’une notion scientifique. Une réflexion sur le concept nécessite, au préalable, de clarifier et d’identifier les principes fondamentaux auxquels son utilisation fait implicitement référence. Ainsi selon Larosière (2002), les pays émergents recouvrent une réalité spécifique : ce sont ceux des pays en développement qui pratiquent, d'une manière plus ou moins efficace, l'économie de marché et accèdent aux financements internationaux. Les pays émergents recouvrent une réalité spécifique : ce sont ceux des pays en développement qui pratiquent, d'une manière plus ou moins efficace, l'économie de marché et accèdent aux financements internationaux. C’est une notion mouvante qui recouvre celle des pays en transition économique ou celle des nouveaux pays industrialisés (NPI). Comme ces termes l’indiquent, ces pays sont entrés dans une phase particulière de leur histoire économique et sociale. Ils sont à la lisière des pays en développement dont ils se démarquent et ils progressent vers la catégorie des pays dits « développés ». C’est donc une définition dynamique qui s’applique à des pays dont le niveau de développement ne stagne pas, mais au contraire évolue positivement et durablement. En effet, selon Akin et Kose (2007), l’utilisation de la catégorie « pays émergents » dans la littérature récente semble conférer aux pays considérés un fort degré d’autonomie quant à leur industrialisation et à la maîtrise de leurs échanges au sein de l’économie mondiale Il n’existe pas de liste de critères précis pour définir les pays émergents, donc la littérature nous fournis différents pays comme émergent. A ce sujet, L’IDDRI (2007) considère que la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud forment le noyau des pays émergents. Quant à l’économiste Jim O'Neill, il précise que le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, disposent d’un formidable potentiel de développement. C’est pourquoi, lui et son équipe ont créé pour les désigner un nouveau mot : les BRIC, constitué à partir des initiales de ces quatre pays (Lemoine, 2011). Depuis, le concept est passé dans le langage politique et économique courant et en mai 2008, les quatre pays en question lui ont donné vie sous forme d’une association informelle qui se réunira pour discuter de leurs problèmes communs et de leur coopération. Depuis avril 2011, le Bric est devenu le Brics (S pour South Africa) avec l'entrée dans le club de l'Afrique du Sud lors du sommet de Sanya en Chine (Lemoine, 2011). Toutefois, d’autres pays peuvent relever de cette approche selon le type de questions étudiées et les objectifs recherchés. Cette catégorie issue du monde de la finance a une date de naissance précise, au tournant des années 1990 (Sgard, 2008). Les pays émergents sont d’abord le produit du tournant libéral des années 1980, né de l’ajustement structurel, qui 17


deviendra le cœur du Consensus de Washington (Williamson, 1990), on a eu une ouverture commerciale et une libéralisation du système bancaire. Ensuite « l’Initiative Brady 2» a permis d’accorder aux pays enfermés dans le surendettement depuis 1982 des réductions de créances substantielles avec pour principaux bénéficiaires les économies émergentes (Sgard, 2008). C’est en quoi les marchés émergents sont sortis tout armés de la crise de la dette. Il a ainsi été créé, du jour au lendemain, de très gros marchés financiers, liquides et actifs. 2.5

Traitement spécial et différenciée 2.5.1

Origine du traitement spécial et différencié

Sous le vocable de « Traitement Spécial et Différencié » (TSD) se retrouvent plusieurs mesures préférentielles accordées à certains pays membres de l’OMC. En effet, depuis la seconde guerre mondiale, un large mouvement de libéralisation des échanges s’est mis en place à travers le monde. Toutefois, la libéralisation des échanges s’applique à des pays dont les situations initiales sont différentes. De ce fait, dès les premiers cycles de négociation, il a été acquis que les accords ne devaient pas traduire ni pérenniser des relations d’iniquité entre les différents pays prenant partie à la négociation. Certains pays éprouvaient des difficultés pour mettre en œuvre les accords. Ils ne bénéficiaient pas ou peu de ces accords, ou bien même voyaient leurs situations se dégrader à l’issue des mouvements de libéralisation. Tout au long des négociations, les PED se sont employés à mettre en avant la spécificité des problèmes auxquels ils étaient confrontés et la nécessité d’obtenir un traitement différent et plus favorable au sein du GATT (puis de l’OMC). Historiquement, les premières mesures de TSD sont apparues au cours du Kennedy Round en 1964 et se sont traduites par l’adjonction d’une quatrième partie au GATT intitulée « commerce et développement » adoptée à l’issue de ce round. Il s’agissait alors d’ouvrir les marchés des pays développés aux produits présentant un intérêt particulier pour les PED (accès préférentiel au marché), mais aussi d’accepter un principe de non-réciprocité dans les négociations commerciales touchant à la réduction ou à l’élimination des droits de douane ou des autres obstacles au commerce. Les pays développés acceptaient ainsi de diminuer leurs barrières commerciales sans pour autant que les PED en fassent de même. L’accès préférentiel au marché a été officiellement assuré et traduit juridiquement par l’accord-cadre intitulé «Traitement différencié et plus favorable, réciprocité et participation plus complète des pays en voie de développement », adopté à

2

Les plans Brady étaient en effet destinés exclusivement aux pays à revenus intermédiaires, alors que les autres PED ont bénéficié d’une stratégie beaucoup plus progressive de réduction de dette.

18


l’issue des négociations commerciales du Tokyo Round en 1979. Communément désigné sous le nom de « Clause d’habilitation », ce texte est le fondement juridique du Système généralisé de préférences (SGP) qui avait été proposé par la CNUCED dès 1964 et mis en œuvre par une décision (à caractère transitoire) des parties au GATT en 1971. Dans le cadre de ce système, les pays développés appliquent un traitement préférentiel non réciproque aux produits originaires des pays en développement3 2.5.2

Caractéristiques et bénéficiaires du traitement spécial et différencié

Les pays qui peuvent bénéficier du TSD sont, logiquement, les pays en développement. Il existe 145 mesures de TSD réparties, de façon transversale, dans les différents accords conclus au fil des cycles de négociations avec 22 mesures s’appliquant spécifiquement et uniquement aux Pays les Moins Avancés (FARM, 2005). Les Accords de l’OMC ne comportent pas un texte juridique général concernant le traitement des PED-PMA, mais quelque 155 dispositions. Abbas indique que ces dispositions ont été introduites sans réelle réflexion sur les besoins commerciaux et encore moins en matière de développement des capacités productives des pays bénéficiaires. Le traitement spécial et différencié de l’OMC repose sur quatre éléments : -

l’allongement des délais dans la mise en application des obligations contenues dans les différents accords ;

-

des seuils temporaires plus favorables impliquant un niveau moindre d’obligation, qu’il s’agisse de la réduction des droits de douane, de la réduction des subventions, de l’application des sauvegardes ;

-

des procédures simplifiées en ce qui concerne le règlement des différends, les consultations pour la balance des paiements ou certaines procédures de mise en œuvre telles celles relatives à l’article VI du GATT 1994 ;

-

une assistance technique plus soutenue pour ce qui est de la mise en application des différents accords et plus spécialement des accords dits techniques. Il est à noter, comme le souligne le rapport de l’OCDE sur le Traitement Spécial et

Différencié que les dispositions concernant les périodes de transition et l’assistance technique ont été adoptés pour permettre aux pays en développement d’accepter les mêmes engagements que leurs homologues développés, en tenant compte des difficultés particulières

3

Ce sont les pays octroyant les préférences qui déterminent unilatéralement les pays et les produits bénéficiaires.

19


qu’ils rencontrent pour leur mise en œuvre et en matière d’ajustement. Le TSD est passé d’une logique où se négocient des clauses dérogatoires quant à l’accès aux marchés et aux droits à la protection du marché domestique à une logique où se négocient des délais d’ajustement et des besoins d’assistance en vue de cet ajustement. 2.5.3

Perspectives du traitement spécial et différencié

Le Traitement Spécial et Différencié a progressivement émergé au cours des cinquante dernières années et des différents cycles de négociations commerciales. Il constitue désormais un des principaux enjeux du cycle actuel de négociation. Dans la déclaration de Doha, les gouvernements membres conviennent que toutes les dispositions relatives au traitement TSD devraient être réexaminées en vue de les renforcer et de les rendre plus précises. Abbas (2008) soutient que la littérature sur les évolutions possibles du TSD fait ressortir l’idée d’une flexibilité totale accordée aux pays pour peu que la non-application des obligations contenues dans les accords de l’OMC ne porte pas préjudice aux autres membres de l’Organisation. Il estime également que l’on doit se concentrer essentiellement sur la renégociation des groupes de pays. Il réfute le principe de l’auto-désignation et estime nécessaire l’éclatement en plusieurs sous-catégories du groupe des PED. L’amélioration de l’effectivité et de l’opérationnalité du TSD passe par une rénovation des catégories officielles des pays par rapport à la grande diversité des situations économiques des PED (OCDE, 2002). Pour les pays développés, l’absence relative de discrimination au sein même du groupe des pays en développement constitue une des explications de la déficience des mesures de TSD. L’efficacité d’une mesure repose sur son ciblage, ciblage rendu impossible à la fois par l’hétérogénéité des positions entre PED et par l’étendue des concessions que les pays développés sont prêts à accepter lorsqu’ils savent que l’ensemble des PED pourra s’en prévaloir. En effet, la catégorie unique des PED dans l’OMC ne favorise pas l’élaboration de stratégies commerciales ciblées pour le développement. La prise en compte des besoins spécifiques des pays implique la différenciation entre ces pays afin d’ajuster les mesures au plus proche de leurs particularité. 2.6

Coalitions La formation de coalitions est dans une certaine mesure la conséquence logique du

mouvement d’intégration économique. Le nombre d’unions douanières, de zones de libreéchange et de marchés communs existant dans le monde ne cessent d’augmenter. C’est également un moyen pour les petits pays d’accroître leur pouvoir de négociation lorsqu’ils négocient avec leurs grands partenaires commerciaux. Cela permet de s’assurer d’être 20


représentés lorsque les consultations ont lieu au sein de groupes plus restreints de membres car près d’une quarantaine de PED-PMA ne possède pas une délégation permanente auprès de l’OMC (Abbas, 2008). De plus, compte tenu de l’expertise technique et juridique requise désormais dans les négociations commerciales, un nombre plus conséquent de PED-PMA se trouve quasiment exclu du processus. Cela est d’autant plus vrai qu’annuellement environ 2 700 réunions sont tenues à l’OMC, c’est-à-dire une moyenne de 10 réunions par jour nécessitant des délégations permanentes importantes, ce qui dépasse les moyens de nombreux pays. Sur certains sujets comme l’agriculture, pratiquement tous les pays sont membres d’au moins une coalition et bien souvent de plusieurs. Cela signifie que tous les pays peuvent être représentés dans le processus si les coordonnateurs et d’autres acteurs clés sont présents. Les coordonnateurs se font aussi les garants de la “transparence” et de “l’absence d’exclusion” des réunions en tenant leurs coalitions informées et en défendant les positions négociées au sein de leurs alliances. Il est également parfois plus facile de parvenir à un consensus lorsque les groupes de pays adoptent des positions communes. Il arrive que des alliances se forment expressément pour trouver un compromis et sortir d’une impasse plutôt que pour défendre opiniâtrement une position commune. Mais il n’existe pas de règle absolue sur l’incidence des groupements à l’OMC. La formation de ces coalitions se fait généralement sur la base des pays ayant des situations identiques sur un certain nombre d’enjeux commerciaux et de développement. Ainsi des groupes comme celui de Cairns regroupant des pays fortement exportateurs de produits agricoles, le G-7 regroupant les pays développés (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), le G-33 comprenant désormais plus de 40 pays où la question de la dépendance alimentaire est centrale, le G-90 (regroupant les pays d’Afrique, les ACP et les PMA), le G-20 regroupant les membres du G-8 et les NPI, etc… 2.7

Méthodes de classification Selon Rakotomalala (2008), la classification consiste à identifier des groupes

d’observations ayant des caractéristiques similaires. On voudrait que les individus dans un même groupe se ressemblent le plus possible et que les individus dans des groupes différents se démarquent le plus possible. Plusieurs méthodes sont utilisées pour classifier les individus. On distingue deux grandes familles de techniques de classification. Les classifications non hiérarchiques ou partitionnements et les classifications hiérarchiques. En ce qui concerne les méthodes de classification de partitionnement, on part d'une partition arbitraire en définissant le nombre classes que l’on améliore itérativement jusqu’à la 21


convergence du critère choisi. Le résultat obtenu est alors une partition de l'ensemble des individus, un ensemble de parties, ou classes de l'ensemble des individus telles que toute classe soit non vide, deux classes distinctes sont disjointes et tout individu appartienne à une classe. On utilise entre autres le modèle des centres mobiles, le modèle des k-means, ou le modèle des nuées dynamiques. Dans les classifications hiérarchiques, pour un niveau de précision donné, deux individus peuvent être confondus dans un même groupe, alors qu'à un niveau de précision plus élevé, ils seront distingués et appartiendront à deux sous-groupes différents. Le résultat d'une classification hiérarchique n'est pas une partition de l'ensemble des individus. C'est une hiérarchie de classes telles que toute classe soit non vide, tout individu appartienne à une (et même plusieurs) classes, deux classes distinctes sont disjointes, ou vérifient une relation d'inclusion (l'une d'elles est incluse dans l'autre) et toute classe est la réunion des classes qui sont incluses dans elle. Les méthodes hiérarchiques sont soient descendantes ou ascendante. L’idée est de fournir un ensemble de partitions de moins en moins fines obtenues par regroupement successifs de parties. La classification obtenue est liée aux variables choisies pour décrire les individus. La construction d’une hiérarchie de classes peut se faire de deux façons. Nous avons la classification descendante hiérarchique et la classification ascendante hiérarchique Pour la première, on part du tout qu’on scinde en deux classes. Puis de nouveau, on scinde chacune de celles-ci en deux et ainsi de suite jusqu’aux éléments composant cet ensemble. Pour la seconde, à partir de la base on forme des paires d’objets qui se ressemblent beaucoup. Puis on adjoint à une paire un troisième objet ou une autre paire. Ainsi, se construisent progressivement des classes de plus en plus grandes mais de moins en moins homogènes. Ce mode de construction s’appelle la classification ascendante hiérarchique, celle qui sera utilisée dans cette étude. 2.8

Conclusion Différents critères sont utilisés afin d’établir une différenciation des pays. Les

institutions établissent leur typologie en fonction des objectifs recherchés et des critères utilisés. La méthodologie de différenciation adoptée par l’OMC continue de faire l’objet de grands débats depuis son adoption. Pour une application effective du traitement spécial et différencié, une différenciation des PED s’avère être indispensable.

22


CHAPITRE III : METHODOLOGIE DE LA CLASSIFICATION ASCENDANTE HIERACHIQUE 3.1

Introduction Ce chapitre présente notre approche méthodologique. Il aborde les points suivants : - choix des variables de classification ; - modèle d’analyse et de classification des pays ; - données et outils d’analyse ; - limites de l’étude.

3.2

Critères de la classification Afin d’établir une classification des pays, les institutions utilisent différentes variables

en fonction de l’objectif recherché. Le PNUD classe les pays en fonction d’un indice du développement humain combinant un critère d’espérance de vie, un critère d’instruction et le PIB réel par habitant. La Banque mondiale, quant à elle, distingue quatre catégories de groupes de pays, en utilisant le critère du PIB par habitant. Dans le cadre de notre étude, nous utilisons trois variables de classifications calculées sur quatre années. Les variables que nous prenons en compte sont l’IDH utilisé par le PNUD, le PIB par habitant utilisé par la Banque Mondiale et le PIB national. Ces variables sont celles des années 1990, 2000, 2005 et 2010. Sur les 183 pays membres ou ayant le statut d’observateur à l’OMC, les pays pour lesquels nous établirons une différenciation sont essentiellement des PED non PMA. En effet nous verrons si les pays en voie de développement ne pourraient pas être scindés en deux groupes. En effet, il n’y a pas de problème de différenciation des PD au niveau des débats qui se tiennent actuellement à l’OMC. On constate que les grandes mutations économiques ont été observées chez les PED, d’où la nécessité d’établir une différence entre ceux-ci. 3.3

Définition de quelques notions de l’étude 3.3.1 Partition et hiérarchie Le terme de classification sert à désigner soit une partition soit une hiérarchie. On

obtient une partition si l’on partage un ensemble en un système de classes non vides, de telle sorte que tout individu appartienne à une classe et une seule. Si l’ensemble est divisé en un nombre fini de classes, dont chacune est divisée en un nombre fini de classes, etc., on parle alors d’une hiérarchie de classes emboîtées (Samuel, 2003).

23


3.3.2 Indice de similarité/dissimilarité Selon Martin (2004), la similarité mesure la ressemblance et la dissimilarité mesure la dissemblance entre les éléments d’un même ensemble. En effet, il est important de définir une mesure de similarité pour regrouper des éléments ou de dissimilarité pour les éloigner. De nombreux indice de dissimilarité entre éléments sont proposés par la littérature. Le choix d'une (ou plusieurs) d'entre elles dépend des données étudiées. Nous avons entre autre : -

la distance Euclidienne qui est probablement le type de distance le plus couramment utilisé (Martin, 2004). Il s'agit simplement d'une distance géométrique dans un espace multidimensionnel.

-

la distance Euclidienne au carré ;

-

la distance du City-block (Manhattan) ;

-

la distance de Tchebychev ;

-

la distance à la puissance ;

-

etc…

3.3.3 Indice d’agrégation Quant à l’indice d’agrégation, il représente la distance séparant deux ensembles distincts. La littérature propose encore, de nombreuses solutions. Il faut noter que ces solutions permettent toutes de calculer la distance entre deux classes quelconques sans avoir à recalculer celles qui existent entre les individus composant chaque classe (Martin, 2004). Nous avons entre autre : -

la stratégie du saut minimum ou single linkage. Ici la distance entre parties est la plus petite distance entre éléments des deux parties ;

-

la stratégie du saut maximum ou du diamètre ou complete linkage avec elle, la distance entre classe est la plus grande distance entre les éléments des deux classes (les "voisins les plus éloignés") ;

-

la moyenne non pondérée des groupes associés. Ici, la distance entre deux classes est calculée comme la moyenne des distances entre tous les objets pris dans l'une et l'autre des deux classes différentes ;

-

la méthode de Ward ou agrégation selon l’inertie qui consiste à choisir à chaque étape le regroupement de classes tel que l’augmentation de l’inertie intraclasse, utilisée comme indice de niveau, soit minimum.

24


3.4

Construction d’une classification ascendante hiérarchique D’abord, on calcule les distances entre les individus pris deux à deux. Pour un ensemble

de n individus, on obtient une matrice carrée d’ordre n. Dans cette étude, nous choisissons la distance euclidienne comme indice de dissimilarité car elle est de loin la plus utilisée et la plus habilitée aux données quantitatives euclidiennes (Martin, 2004). Pour deux éléments i et j elle se calcule de la manière suivante : (

)

√∑

Avec : i et j représentent l’indice du pays ; k représente l’indice de la variable. Ensuite, on choisit un critère qui permet d’agréger les différents éléments pour former des classes. Comme critère d’agrégation, notre choix s’est porté sur la méthode de ward .Cette méthode se distingue de toutes les autres en ce sens qu'elle utilise une analyse de la variance approchée afin d'évaluer les distances entre classes. A chaque itération, on agrège de manière à avoir un gain minimum d’inertie intra-classe. On a une perte d’inertie interclasse due à cette agrégation. Pour deux classes A et B, ce critère se calcule de la manière suivante :

Avec : A, B : deux classes de l’ensemble à classifier; : poids des classes A et B ; : centre de gravité des classes A et B. Après avoir défini la distance et le critère d’agrégation, le processus se poursuit en recherchant les deux éléments les plus proches que l’on agrège en un seul élément. Ce nouvel élément est appelé nœud. Il est défini par son poids et son indice de niveau qui n’est autre que la distance entre les éléments. Selon le même critère d’agrégation choisi, on calcule les distances entre le nouvel élément et les éléments restants. On se retrouve dans les conditions de l’étape précédente, mais cette fois-ci, avec n-1 éléments à classer. On renouvelle le processus jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul élément.

25


3.5

Analyse en composante principale L'ACP est l'une des techniques des méthodes factorielles qui est utile pour la

compression et la classification des données. L’objectif est de réduire la dimensionnalité d'un ensemble des données (échantillon) en trouvant un nouvel ensemble de variables plus petit que l'ensemble original des variables, qui néanmoins contient la plupart de l'information de l'échantillon. Elle est effectuée sur un ensemble d'observations décrites par des variables exclusivement numériques, l'ACP a pour objectif de décrire ce même ensemble de données par de nouvelles variables en nombre réduit. Ces nouvelles variables seront des combinaisons linéaires des variables originales. La vérification de certains tests s’avère indispensable pour obtenir une ACP de bonne qualité, notamment le test de sphéricité de Bartlett et le Test de Kaiser-Mayer-Olkin (KMO).  Test de sphéricité de Bartlett Ce test consiste à comparer la matrice des corrélations avec la matrice identité (pas de corrélation entre les variables) en utilisant un test du χ². Une valeur élevée avec une signification proche de zéro permet de rejeter la non-corrélation globale des variables, c’est-àdire, assure que les variables sont suffisamment corrélées entre-elles pour permettre une réduction significative de la dimension.  Test de Kaiser-Mayer-Olkin (KMO) Le KMO est le rapport de la somme des corrélations au carré par la somme des corrélations partielles au carré. C’est un réel compris entre 0 et 1. Un KMO assez élevé (supérieur à 0,6) assure que les corrélations partielles ne sont pas trop importantes par rapport aux corrélations simples. Dans la négative, il peut être nécessaire de supprimer certaines variables.  Variance totale expliquée Une composante (facteur ou axe) est une variable composite fabriquée à partir des variables d'origine. Il s'exprime comme combinaison linéaire des anciennes variables. En effet le premier axe factoriel correspond à la variable composite qui différencie le mieux les individus. On choisit les composantes pour lesquels on a plus de 70 % de variance (cumulée) expliquée (Jably, 2009). Si le nombre de composantes est supérieur à 2, il faudra étudier plusieurs schémas. L’importance de chaque composante est donnée par le pourcentage de variance expliquée par chaque composante (Martin, 2004). 26


3.6

Test d’égalité des moyennes de deux échantillons L’objectif d’un test d’égalité des moyennes est de déterminer si les moyennes de deux

populations origine de deux échantillons sont égales ou non (Michel, 1999). La formulation des hypothèses est une étape très importante pour la détection d’une égalité ou une différence entre les moyennes. L'hypothèse nulle indique une absence de différence entre les paramètres, ce qui implique l’égalité des moyennes des deux populations considérées. Tandis que l'hypothèse alternative, si elle est acceptée, signifie qu’on a une différence entre les moyennes des deux populations considérées. L’hypothèse H0 est acceptée à un seuil de 95% pour un pvalue inférieur à 0,01, sinon c’est l’hypothèse H1 qui est acceptée. La présentation formalisée de ces hypothèses est la suivante : H0 : µ1=µ2 H1 : µ1<µ2 Avec : µ la moyenne des populations considérées. 3.7

Données et outils d’analyse Nous avons utilisé les séries de l’IDH, du PIB et du PIB/hbt annuels des PED. Nos

données utilisées s’étendent sur la période de 1960 à 2010 pour le PIB et le PIB/hbt et de 1980 à 2011 en ce qui concerne l’IDH. Les données du PIB et du PIB/hbt proviennent de la base de données de la Banque Mondiale4 (2011). Concernant l’IDH, elles proviennent de la base de donnée du PNUD5 (2011). Les informations recueillies ont été traitées avec le logiciel Microsoft Excel 2010 et SPSS 16. La saisie s’est faite avec le logiciel Microsoft Word 2010 et le logiciel EndNote X1 a permis d’établir les références bibliographiques. 3.8

Limite de l’étude Nous n’avons pas pris en compte la dispersion de la distribution des richesses au sein

des pays. En effet les habitants d’un pays ne possèdent pas la même productivité, il peut donc avoir une grande hétérogénéité au niveau de la distribution des richesses. La méthode utilisée

4

http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD 5 http://hdr.undp.org/fr/statistiques/acceder/

27


ne permet le classement d’un nouveau pays après qu’on est établit la classification. Nous avons enregistrés des données manquantes pour des pays sur certaines périodes. 3.9

Conclusion Dans le cadre de notre étude, nous avons décrit la méthode de classification ascendante

hiérarchique pour catégoriser différents groupes de pays. Nous avons également présenté l’analyse en composante et principale et le test t de student pour la comparaison des paramètres de deux échantillons.

28


CHAPITRE IV : PROPOSITION D’UNE DIFFERENCIATION DES PAYS EN DEVELOPPEMENT ET DISCUSSION 4.1

Introduction Dans ce chapitre, il s’agira pour nous d’abord, de présenter les résultats de la

différenciation des PED dans un tableau, puis nous ferons des analyses pour apprécier la qualité de la classification et faire les interprétations des différentes classes. 4.2

Présentation des classes Le tableau 1 présente les pays les classes et les pays qui y appartiennent. La première

classe est composée de 87 pays tandis que la seconde de 16 Pays. Cette seconde classe comporte les pays que nous proposons comme étant les pays émergents. Tableau 1: Présentation des classes CLASSE 1 Afrique du Sud

Cuba

Lettonie

Albanie Antigua-etBarbuda Arabie saoudite Argentine Arménie

Dominique

Lituanie

Égypte El Salvador Équateur Estonie

Macédoine Malaisie Maroc Maurice

Barbade Belize Bolivie Botswana Cameroun Cap-Vert Chili Colombie

Fidji Gabon Géorgie Ghana Grenade Guatemala Guyane Honduras

Congo Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie

Indonésie Jamaïque Jordanie Kenya

Moldova Mongolie Namibie Nicaragua Nigéria Oman Pakistan Panama PapouasieNouvelle-Guinée Paraguay Pérou

Bahreïn Brésil Brunéi Darussalam Chine

Hong Kong Chypre République de Corée

Philippines République dominicaine

Venezuela

République kirghize Roumanie Sainte-Lucie Saint-Kitts-et-Nevis Saint-Vincent-et-les Grenadines Sri Lanka Suriname Swaziland Thaïlande Tonga Trinité-et-Tobago Tunisie

Zimbabwe Algérie Azerbaïdjan Bélarus BosnieHerzégovine Iran Iraq Kazakhstan Libye Monténégro Ouzbékistan syrie

Turquie Ukraine Uruguay

Serbie Seychelles Tadjikistan

Viet Nam

CLASSE 2 Émirats arabes unis Koweït Russie Malte

Qatar Macao, Chine

Inde

Bahamas

Mexique

Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD

29


Cette différenciation des pays est issue du dendrogramme (figure 1) que nous avons obtenue après la classification des pays en développement. La troncature s’est effectuée de sorte à obtenir deux classes, l’objectif étant de mettre en exergue les pays appartenant à la catégorie des PED ayant connus de fortes mutations économiques.

30


Source : Calcul effectuĂŠ avec SPSS 16.0 selon les donnĂŠes de la Banque Mondiale et du PNUD.

Figure 1: Dendrogramme des PED 31


4.3

Analyse en composante principale Dans cette partie, nous présentons les hypothèses à vérifier avant d’effectuer une ACP,

notamment le test de Kaiser-Mayer-Olkin et le test de sphéricité de Bartlett qui sont indispensable à établir une ACP. Nous présenterons par la suite les variances des différentes composantes. 4.2.1

Test de sphéricité de Bartlett et Test de Kaiser-Mayer-Olkin

Le tableau 3 présente le test de sphéricité de Bartlett et le test de Kaiser-Mayer-Olkin. Tableau 2: Test de Bartlett et KMO KMO and Bartlett's Test Kaiser-Meyer-Olkin Measure of Sampling Adequacy. Bartlett's Test of Sphericity Approx. Chi-Square

0,766 2160,950

df

66,000

Sig.

0,000

Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

Avec le Test Kaiser-Mayer-Olkin, on obtient KMO de 0,766 qui assure que les corrélations partielles ne sont pas trop importantes par rapport aux corrélations simples. Pour le test de sphéricité de Bartlett, on obtient χ² égale à 2160,95, avec une signification quasi nulle. Nous pouvons donc rejeter la non-corrélation globale des variables. Ainsi, nous pouvons donc établir le total des variances expliquées. 4.2.2

Variance totale expliquée

La variance totale expliquée par un axe factoriel permet d'évaluer en quelque sorte la quantité d'information recueillie par cet axe. Cette variance est présentée dans le tableau 4 pour chaque composante.

32


Tableau 3: Variance totale expliquée Total Variance Explained Initial Eigenvalues Component

Extraction Sums of Squared Loadings Cumulative

Total

% of Variance

Cumulative %

Total

% of Variance

1

5,778

48,152

48,152

5,778

48,152

48,152

2

3,662

30,515

78,667

3,662

30,515

78,667

3

1,459

12,156

90,822

1,459

12,156

90,822

4

,413

3,443

94,266

5

,265

2,208

96,474

6

,193

1,604

98,078

7

,082

,681

98,759

8

,058

,484

99,242

9

,054

,447

99,690

10

,021

,175

99,865

11

,010

,081

99,946

12

,006

,054

100,000

%

Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

Les variances sont de 48,152% pour le premier axe, de 30,51% pour le second axe et de 12,15% pour l’axe 3. Retenir les facteurs pour lesquels on a plus de 70% de variances cumulées expliquées nous emmène à ne retenir que les deux premiers axes de sorte à analyser le comportement des individus dans le plan. Ces deux axes nous permettrons d’expliquer la dispersion des pays et dons des classes. 4.2.3

Contribution des variables dans les composantes

Les variables contribuent différemment à la formation des axes. Afin de mieux percevoir l’influence des indices de développement dans la composition des axes, nous avons déterminé les moyennes de celles-ci sur les quatre années considérées pour établir la classification. Le tableau 3 montre la contribution de ces variables dans la composition des axes.

33


Tableau 4: Contribution des variables dans les composantes Indice de Développement Humain

Axe 1 Axe 2

1990 83,72% -10,79%

2000 88,76% -2,23%

2005 88,18% -1,17%

2010 88,12% 1,13%

MOYENNE 87,20% -3,27%

Produit Intérieur Brut par habitant

Axe 1 Axe 2

1990 83,28% -10,60%

2000 84,89% -10,04%

2005 83,98% -10,24%

2010 75,74% -1,18%

MOYENNE 81,97% -8,01%

Produit Intérieur Brut

Axe 1 Axe 2

1990 11,58% 88,72%

2000 12,44% 97,27%

2005 9,80% 98,61%

2010 6,13% 95,48%

PIB 9,99% 95,02%

Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

L’IDH contribuent en moyenne à 87,20% dans le sens positif à la première composante et à 3,27% dans le sens négatif pour la deuxième composante. De même, le PIB/hbt contribue en moyenne positivement à 81,97% dans la première composante et négativement à 8,01% dans la seconde composante. Quant au PIB, il contribue en moyenne positivement à 95,02% dans la seconde composante et à 9,99% dans la première. L’IDH et le PIB/hbt sont donc très corrélées positivement et sont du même côté sur les deux axes car ils expliquent mieux le premier axe et évoluent dans le même sens. Mais la seconde composante représentera en grande partie le PIB suivant un gradient positif de celui-ci. La figure 2 présente la dispersion des pays sur les axes 1 et 2.

34


Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

Figure 2: Dispersion des pays sur les composantes Les pays qui s’éloignent le plus des axes sont ceux ayant des valeurs extrêmes pour les différentes variables. Suivant le premier axe, les pays qui se démarquent de l’origine vers la droite sont en majorité ceux de la seconde classe et ayant un PIB/hbt et un IDH relativement plus élevé que celui des autres pays. Les pays se situant le plus en hauteur suivant le second axe disposent d’un PIB relativement plus élevé que celui des autres pays. Le pays le plus haut sur le graphique, celui qui a la coordonnée la plus élevée sur le second axe, est la Chine dont le PIB est très élevé avec un PIB/hbt et un IDH relativement faible. On aperçoit également l’Inde, le Brésil, la Russie, la Corée et le Mexique qui se démarquent vers le haut en raison de la valeur de leur PIB élevé. De même, vers la droite, nous avons l’Emirats Arabes Unis, le Qatar, Brunéi Durassalem, le Koweit, le Barhein, la Chypre, Hong Kong, le Bahamas, la RAS de Macao et la Malte. Afin de mieux percevoir la dispersion et la séparation des classes, on reprend l’ACP en remplaçant les pays par la classe à laquelle ils appartiennent (figure 3).

35


Source : Calcul effectué avec SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

Figure 3: Dispersion des classes sur les composantes On constate que les pays appartenant à la classe 2 se retrouvent en grande partie en haut ou à droite du graphique. En effet comme nous l’avons signifié plus haut, l’axe 1 est positivement corrélé au le PIB/hbt et l’IDH et l’axe 2 positivement corrélé au PIB national. Cela explique le fait qu’ils se démarquent d’une manière ou d’une autre de l’origine, soit sur l’axe 1 ou l’axe 2. En effet, ces pays disposent soit d’un PIB élevé et/ou d’un IDH et d’un PIB/hbt relativement plus élevé que celui des autres PED. 4.4

Comparaison des moyennes des classes en 2010 Le tableau 6 présente le résultat de la comparaison des moyennes du PIB, du PIB/hbt

2010 et de l’IDH en 2010 des deux classes. Cette comparaison est faite par le test t de Student.

36


Tableau 5: Résultat du test t de Student pour l’année 2010 Independent Samples Test Levene's Test t-test for Equality of Means for Equality of Variances F Sig. t Df Sig. (2Mean tailed) Difference PIB10

PIBhbt10

IDH10

Equal variances assumed Equal variances not assumed Equal variances assumed Equal variances not assumed Equal variances assumed Equal variances not assumed

56,12

49,46

0,50

0,000

0,000

0,483

Std. Error Difference

-5,81329586

92

0,000

-1,0689E+12

1,8387E+11

-2,20841325

11,0236448

0,049

-1,0689E+12

4,8401E+11

-7,70207546

92

0,000

-15319,133

1988,96168

-3,52572582

11,2395776

0,005

-15319,133

4344,95867

-4,04606995

100

0,000

-0,11125117

0,02749611

-4,33844708

20,3442562

0,000

-0,11125117

0,02564309

Source : Calcul effectué sur SPSS 16.0 selon les données de la Banque Mondiale et du PNUD.

PIB10 : Produit Intérieur Brut en 2010 PIBhbt10 : Produit Intérieur Brut par habitant en 2010 IDH10 : Indice de Développement Humain en 2010 Le résultat du test t de student de comparaison de moyenne montre que la différence entre les classes est significative que ce soit au niveau du PIB, du PIB/hbt et de l’IDH. En effet, les probabilités sont toutes sensiblement nulles à un seuil de 5% (p = 0,000). On constate que ces deux groupes de pays n’ont pas le même niveau de développement. 4.5

Evolution des classes de 1960 à 2010 Les pays de la seconde classe ont un développement plus rapide que ceux de la classe

première classe et présente une forte croissance au niveau du PIB/hbt et du PIB. En ce qui concerne l’IDH, celui des pays émergents est largement supérieur depuis les années 1980 et continue de l’être. Les figures 4, 5 et 6 présentent cette évolution de 1960 à 2010 pour le PIB et le PIB/hbt et de 1980 à 2011 en ce qui concerne l’IDH.

37


CLASSE 1

CLASSE 2

0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 1980

1990

2000

2005

2009

2010

2011

Source : Calcul effectué selon les données du PNUD. L’IDH s’exprime sans unités .

Figure 4: Evolution de l'IDH de 1980 à 2011 CLASSE 1

CLASSE 2

30000 25000 20000 15000 10000 5000 0

Source : Calcul effectué selon les données de la Banque Mondiale. Le PIB/hbt s’exprime en Dollars US

Figure 5: Evolution du PIB/hbt de 1960 à 2010 CLASSE 1

CLASSE 2

1,4E+12 1,2E+12 1E+12 8E+11 6E+11 4E+11 2E+11 0

Source : Calcul effectué selon les données de la Banque Mondiale. Le PIB s’exprime en Dollars US

Figure 6: Evolution du PIB des classes de 1960 à 2010

38


La forte croissance du PIB de la seconde classe est essentiellement due à la Chine, au Brésil, à l’Inde, la Russie, la République de Corée et au Mexique. Quant à la différence de niveau du PIB/hbt et l’IDH observée entre les deux classes, est principalement due à l’Emirats Arabes Unis, le Qatar, Brunéi Durassalem, le Koweit, le Barhein, la Chypre, Hong Kong, le Bahamas, la RAS de Macao et la Malte. On constate que les deux classe avait le même niveau de développement dans les années soixante et soixante-dix suivi d’un essor progressif occasionnant un écart considérable entre leur niveau de développement. Afin de comprendre les facteurs explicatifs fondamentaux de la dynamique de croissance de ces pays, il convient de souligner la spécificité des ressources de ces économies. Le Brésil et le Mexique sont des importants producteurs de matières premières agricoles (café, soja, cannes à sucre...). La Russie détient des gisements considérables de pétrole, de gaz naturel et de minerais. La Chine se distingue par sa capacité de production industrielle. Elle a une forte capacité de production, s’appuyant sur une main-d’œuvre abondante. Tout comme la Chine, l’Inde dispose d’un grand nombre de travailleurs qualifiés à bon marché et son économie est caractérisée par un secteur des services très développé. Ces pays, possédant un réservoir de main-d’œuvre colossal, bon marché, exportent avec des coûts défiants toute concurrence, en profitant de la sous-évaluation de leur monnaie nationale tout en attirant des IDE. Le dynamisme chinois est davantage tiré par les exportations que par le marché intérieur, en dépit de la taille de celui-ci. Quant à l’Inde, elle a entamé depuis le début des années quatre-vingt-dix, un mouvement d’ouverture internationale et de libéralisation des systèmes industriels et financiers. L’industrie indienne s’est donc modernisé, d’autant qu’elle dispose d’une population instruite et anglophone. En revanche, le faible développement humain de ces pays est expliqué par les inégalités sociales, entre les sexes et géographique avec la faiblesse des salaires des populations. Pour ce qui est de l’Emirats Arabes Unis, le Qatar, Brunéi Durassalem, le Koweit et le Barhein, ils disposent de très grandes ressources en pétroles et en gaz. L’agréable climat subtropical et les plages de sable fin font des Bahamas une destination très touristique. Le tourisme, qui est en pleine expansion, représente environ la moitié du produit national brut et emploie plus de la moitié de la population active. Malte est dotée d’une position géographique stratégique au sud de l’Europe. Son économie repose sur le commerce extérieur, le secteur manufacturier, les services financiers et le tourisme. Au cours des deux dernières décennies, les pays de la seconde classe ont connu une accélération vigoureuse de leur croissance. Cette croissance est principalement due à la montée en puissance de ces économies à travers leur rôle croissant dans le commerce 39


mondial. Les structures productives de ces pays, aussi diverses soient-elles, leur permettent de s’intégrer dans le système productif mondial. En effet, ces pays connaissent une croissance économique indéniable. Le PIB de certains de de ces pays (Chine, Brésil, Russie, Inde et Mexique) représente plus environ 1% du PIB mondial et leur PIB combiné fait 21,04% du PIB mondial en 2010 (Annexe 4). Cette intégration croissante de ces pays dans l’économie mondiale s’est accompagnée de changements majeurs dans la composition de leurs échanges. Notons que ces indicateurs de développement ne sont que des moyennes cachant de fortes disparités de développement. La principale bonne raison pour relativiser l’essor de ces pays se trouve dans leur retard de développement par rapport au pays développés. 4.6

Conclusion La présente étude a utilisé la méthode de classification ascendante hiérarchique pour

établir une différenciation des pays en développement. La classification nous donne deux classes, celle des pays émergents et des autres pays en voie de développement. L’ACP, le test t de student et les analyses descriptives nous ont permettent de conclure que classification est de bonne qualité.

40


RECOMMANDATIONS La classification des PED nous a permis de faire un état des lieux sur l’évolution des pays au sein de ce groupe afin de mettre en exergue les pays ayant connus de grandes mutations économiques et appartenant à cette catégorie. Ces résultats obtenus nous permettent de faire quelques recommandations qui s’articulent autour des points suivant : Différenciation des Pays Notre étude a montré l’existence de la forte hétérogénéité du niveau de développement des pays membres et ayant le statut d’observateur à l’OMC. En plus de la catégorie des PMA au sein des PED, nous recommandons que l’OMC établisse une seconde différenciation au sein des autres PED de sorte à reconnaitre une nouvelle catégorie, celle des Pays émergents au sein de ce groupe. Cette seconde différenciation doit être prise en compte dans les négociations commerciales pour améliorer les négociations et de rendre le commerce un peu plus équitable. De plus, la différenciation des pays doit suivre les mutations économiques, c'est-à-dire que la différenciation des pays établie ne doit pas être statique. Elle doit être périodiquement révisée et actualisée. Nous préconisons également la création d’une nouvelle entité au sein de l’OMC, responsable de l’évaluation du niveau de développement des pays. Sa fonction serait de définir objectivement à quelle catégorie appartient les différents pays membre de cette institution. L’OMC pourrait également se baser sur ses propres critères de différenciations des pays qu’elle peut établir. Traitement spécial et différencié Ces pays que nous avons identifiés comme des pays émergents seront à mi-parcours entre les pays en développement et les pays développées, dans le traitement spécial et différencié. Ils pourraient par exemples bénéficier de mesures moins rigoureuses que les PD et plus rigoureuses que les autre PED. Au niveau des négociations Commerciales Ces recommandations porteront essentiellement sur les réformes institutionnelles au sein de l’OMC. Il est peu probable qu’un accord équitable découle d’un processus inéquitable en effet, il existe une déception généralisée sur la façon dont les accords commerciaux sont obtenus provenant en partie du fait que les procédures actuelles sont défavorables aux pays en développement. La caractéristique des accords commerciaux antérieurs est qu’ils étaient négociés dans le secret, un grand nombre d’entre eux n’étant même pas révèles dans leur 41


intégralité jusqu'à la fin des négociations. Nous suggérons que la procédure des négociations soit révisée. Ces reformes de procédure qui sont aujourd’hui cruciales permettrons que les délibérations sur les problèmes commerciaux soient plus ouvertes. Participation plus active des pays en développement Les pays en développement doivent se faire représenter un peu plus souvent par leurs ministres à l’OMC afin de participer aux négociations commerciales pour ne pas avoir à subir les décisions qui y seront prises. Ils doivent avoir des délégations permanentes qui siègent à l’OMC.

42


CONCLUSION GENERALE Le système commercial multilatéral a évolué à travers plusieurs cycles de négociations commerciales depuis le GATT en 1947 jusqu’à la création de l’OMC en 1995. La désignation pays en développement et donc des bénéficiaires du traitement spécial et différenciés a toujours été une problématique au sein de cette institution. L’incorporation dans le système de l’OMC du principe de traitement spécial et différencié est le produit d’une évolution historique mais l’expérience de ces dernières années a montré certaine des limites de cette stratégie. En effet, les pays dit en développement n’ont pas toujours eu la même croissance et le même niveau de développement. On ne doit pas avoir un traitement unique et standardisé pour des pays ne se trouvant pas dans une situation économique et commerciale identique. Cette étude a permis d’apprécier le niveau de développement des pays en développement et de faire une différenciation entre ceux-ci. La classification ascendante hiérarchique que nous avons effectué sur ces pays membres et ayant le statut d’observateur au sein de l’OMC a permis d’identifier spécifiquement 16 pays n’ayant pas le même niveau de développement et de croissance que les autres pays en développement. Il ressort que ces pays convergent vers les pays développés sans pour autant atteindre leur niveau de développement actuel. En somme, toute innovation visant à établir une différenciation des PED est souhaitable. Cette différenciation, pour être complète et plus fine, devra prendre en compte les besoins et les priorités des différents pays. Nous devons également prendre en compte la durée des accords commerciaux dans la mesure où ceux-ci s’étendent parfois sur de longues années.

43


RFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Abbas, M. (2006). Les rapports Nord-Sud et Sud-Sud dans l’agenda pour le développement de l’Organisation mondiale du commerce. Abbas, M. (2007). Du GATT à l’OMC. Un bilan de soixante ans de libéralisation des échanges. LEPII 13. Abbas, M. (2008). Les rapports Nord-Sud à l'OMC entre différenciation et espace politique pour le développement. 25. Abbas, M. (2009). Mondialisation et développement : Que nous enseigne l’enlisement des négociations commerciales de l’OMC ? , 20. Akin, C., and Kose, M. A. (2007). Changing Nature of North-South Linkages: Stylized Facts and Explanations. IMF Working Paper, 18. Alpha, A., Bazika, B. J.-C., Chetaille, A., Faucheux, B., Traore, V. G., Hermelin, B., Nalunga, J., Villain, J., and Beldame, V. (2008). "Agriculture et OMC en Afrique : Comprendre pour agir" 12 Anonyme (2008). Théorie du commerce international. pp. 1-7. Artus, P. (2006). Intégration commerciale avec des pays émergents ayant des ressources importantes en main-d’œuvre qualifiée. Quels effets pour les pays européens ? Revue Economique, 673-704. Banque Mondiale (2011). Classification des pays. CNUCED (2006). Generalized system of preferences:List of Beneficiaries. 16. Duval, I. (2009). L'émergence d'un principe de justice distributive en droit international économique : analyse de l'évolution du traitement spécial et différencié du GATT à l'OMC. 193. FARM (2005). "Dispositions du Traitement Spécial et Différencié en faveur de l’agriculture."16 Froger, J. (2007). "Sciences économiques et sociales."81 Garcia, F. J. (2000). Trade and Inequality: Economie Justice and Developing World. Michigan Journal of International law 21. Gboko, K. C. (2010). Modelisation de la trajectoire d'impacts économiques des négociations de l'OMC de l'AAUR à Doha avec l'ATPSM, INPHB.69 Hallé, M. (2005). Le prix du développement. Courrier de la planète, 10-13. 44


IDDRI (2007). Pays émergents et Aide publique au Développement. 4. Jably, V. (2009). Analyse en composantes principales. 18. Krugman, P., and Obstfeld, M. (2001). "Economie internationale," 5 américaine/Ed.872 Larosière, J. d. (2002). Les pays émergents : chances et défis. 8. Lefort, J.-C. (2000). "La place des pays en développement dans le système commercial multilatéral."299 Lemoine, F. (2011). La montée de la Chine dans les échanges mondiaux. L’Industrie française et la mondialisation, Paris, 34. Lerin, F. (2005). Après HongKong. Courrier de la planète 78, 5-9. Martin, A. (2004). L'analyse de données. 119. Miannay, J. (2009). L’industrialisation des pays émergents : autonomie de l’émergence ou émergence d’une nouvelle dépendance ? , 11. Michel, V. (1999). Methodes expérimentales en Agronomie. 337. Montaigne, I. (2011). "La France, le G20 et les "Pays émergents" : un nouvel équilibre des pouvoirs?."10 Mucherie, M. (2005). "L'indice de développement humain" OCDE (2002). "Le rôle du Traitement Spécial et Différencié à l’interface des échanges, de la concurrence et du développement." OCDE.21 OMC (2007). "Comprendre l'OMC" 116 OMC (2009). "L'Organisation Mondiale du Commerce" 8 OMC (2011). "Rapport sur le Commerce mondial 2011."256 ONU-OHRLLS (2009). "Pays les Moins Avancés : Ce qu'il faut savoir et ce qu'il faut faire."24 Pas, N. (2002). Les principes de l’accord de Marrakech pour l’agriculture. Chambres d'agriculture Normande, 4. Paugman, J. M. (2005). "Le traitement Spécial et différencié et la différenciation des pays en developpement à l'OMC." IFRI.7 PNUD (2010). "Développement."49-75

45


PNUD (2011). "Rapport sur le développement humain. Durabilité et équité :Un meilleur avenir pour tous." PNUD.202 Rakotomalala, R. (2008). Arbres de classification. 29. Robert, M. (2008). Le Système multilateral commercial: du GATT à l'OMC. 75. Samuel, A. (2003). Introduction à l’analyse des données. Sgard, J. (2008). "Qu’est-ce qu’un pays émergent, et est-ce un concept intéressant pour les sciences sociales ?" 15

Sites Internet consultés http://www.wto.org/french/res_f/publications_f/trade_profiles11_f.htm http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.PCAP.CD http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD http://hdr.undp.org/fr/statistiques/acceder/ http://www.wto.org/french/docs_f/gattdocs_f.htm http://www.fao.org/DOCREP/004/X9808F/x9808f06.htm http://www.melchior.fr/Pays-emergents.3935.0.html http://www.ecoinfosmonde.com/p/qui-sont-les-pays-emergents.html http://www.oecd.org/document/2/0,3746,fr_21571361_44315115_50656898_1_1_1,00.html

46


ANNEXES Annexe 1: Cycles de négociations commerciales du GATT Année 1947 1949 1950-1951 1956 1960-1962 1964-1967 1973-1979

1986-1994

Lieu/Appellation Domaines couverts Genève Annecy Torquay Genève Genève (Dillion Round) Genève (Kennedy Round) Genève (Tokyo Round) Genève (Uruguay Round)

Création du GATT, Droit de douane Droit de douane Droit de douane Droit de douane

Pays participants 23 23 26 26

Droit de douane

26

Droit de douane et mesures anti-dumping

62

Droit de douane et mesures non tarifaires et mesures anti-dumping Droit de douane, mesures non tarifaires, agriculture, service, droit de propriété intellectuelle, textile, différends, préférence commerciales pour les PED, création de l'OMC.

102

123

Source : (OMC, 2007)

47


Annexe 2 : Secrétariat de l’Organisation mondiale du Commerce

Directeur général Pascal Lamy

Directeur général adjoint

Directeur général adjoint

Directeur général adjoint

Directeur général adjoint

Bureau du Directeur général: appui administratif fourni (dans le cadre de différends) à l’Organe d’appel Division du Conseil et du Comité des négociations commerciales: Conseil général, Organe de règlement des différends, Comité des négociations commerciales (PDD), etc. Division de l’information et des relations avec les médias Division des fonctions spéciales concernant le PDD: division chargée en particulier des aspects relatifs à l’aide au développement de la question du coton et de certaines autres questions concernant le Programme de Doha pour le développement Division de l’administration et des services généraux: budget, finances et administration Division des ressources humaines Division de l’informatique Division des services linguistiques et de la documentation Division du commerce et de l’environnement: commerce et environnement, obstacles techniques au commerce, etc. Division de l’examen des politiques commerciales: examen des politiques commerciales, accords commerciaux régionaux Division du développement: commerce et développement, pays les moins avancés Division de la recherche économique et des statistiques Institut de formation et de coopération technique Audit de la coopération technique Division des accessions: négociations en vue de l’accession à l’OMC Division de l’agriculture et des produits de base: agriculture, mesures sanitaires et phytosanitaires, etc. Division des relations extérieures: relations avec les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, protocole Division de la propriété intellectuelle: ADPIC, concurrence et marchés publics Division de l’accès aux marchés: Conseil du commerce des marchandises, accès aux marchés, droits de douane, facilitation des échanges (simplification des procédures commerciales), évaluation en douane, mesures non tarifaires, licences d’importation, règles d’origine, inspection avant expédition Division des affaires juridiques: règlement des différends, etc. Division des règles: mesures antidumping, subventions, sauvegardes, commerce d’État, aéronefs civils, etc. Division du commerce et des finances: MIC, commerce, dette et investissement, balance des paiements, liens avec le FMI et la Banque mondiale, facilitation des échéances (simplification des procédures commerciales), commerce et investissement, etc. Division du commerce des services: AGCS, etc

Source : (OMC, 2011) 48


Annexe 3 : Accords instituant l'OMC Cadre

ACCORDS INSTITUANT L'OMC Marchandises

Services

Propriété Intellectuelle

GATT

AGCS

ADPIC

Autres accords et annexes concernant les marchandises

Annexes relatives aux services Liste d'engagement des pays (et exemptions NPF)

Principes fondamentaux Détails additionnels Engagement en matière d'accès aux marchés Règlements des différends Transparence

Listes d'engagement des Pays

REGLEMENT DES DIFFERENDS EXAMEN DES POLITIQUES COMMERCIALES

Source : (OMC, 2007) Annexe 4 : Poids des pays de la classe 2 dans le PIB mondial Country Name Chine Brésil Inde Russie Mexique Arabie saoudite Émirats arabes unis Hong Kong Macao, Chine Chypre Malte Bahamas TOTAL

2010 9,39% 3,31% 2,74% 2,34% 1,64% 0,69% 0,47% 0,36% 0,04% 0,04% 0,01% 0,01% 21,04%

Sources : (Banque Mondiale, 2011)

49


Annexe 5: Statistiques descriptives des différentes classes

PIB 2010 PIB/hbt 2010 IDH 2010

IDH 2011

CLASSE1 CLASSE2 Total CLASSE1 CLASSE2 Total CLASSE1 CLASSE2 Total CLASSE1 CLASSE2 Total

N 82 11 93 82 11 93 82 11 93 82 11 93

Mean 86 087 390 826 1 257 432 003 557 224 633 527 816 5 556 18 097 7 039 0,669 0,775 0,682 0,672 0,778 0,685

Descriptives Std. Deviation 143 575 837 690 1 717 670 964 194 695 334 321 869 4 074 12 028 6 850 0,101 0,104 0,107 0,101 0,103 0,106

Std. Error 15 855 298 864 517 897 281 956 72 102 810 347 450 3 627 710 0,011 0,031 0,011 0,011 0,031 0,011

Minimum 348 330 402 7 538 000 000 348 330 402 595 1 475 595 0,364 0,542 0,364 0,376 0,547 0,376

Maximum 734 364 471 760 5 926 612 009 750 5 926 612 009 750 15 836 39 625 39 625 0,832 0,894 0,894 0,835 0,898 0,898

50


Kouamé André Martial  

Différenciation des pays en développement membres ou ayant le statut d'observateur à l'OMC.

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you