Page 1

Rapport de stage volet 1

MBpaysage

- Rabat - Maroc - 2010

Anaïs Bernard 4A 4éme année universitaire - Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage - Blois


2


Sommaire Introduction le maroc

p5

L’agence

-

Pays - Paysages Géographie - Climat La végétation L’environnement Architecture Jardins La ville de Rabat Culture

p6 P6 P8 P10 P11 P12 P14 P16 P18

-

La structure L’équipe L’organisation Les secteurs d’activité Travaux réalisés

P21 P22 P23 P24 P25 P26

être stagiaire chez MBpaysage Casanearshore Hôtel ibis et Suite

-

Présentation du projet Implications dans le projet Situation Intentions de projet Plan masse La lisière boisée Le jardin mi-naturel mi-ornemental L’esplanade minérale Jardin sur dalle de l’hôtel Suite Jardin sur dalle de l’hôtel Ibis Le patio : jardin frais Bordereau d’estimation

- Présentation, situation du projet - Le projet - Supports graphiques

- Cadre de la vite - échantillons d’espèces végétales utilisées dans le projet

morroco mall

Visite de pépinière

Visite de chantier base militaire de salé

P29 P30 P30 P30 P31 P32 P34 P36 P38 P40 P42 P44 P48 P50 P52 P52 P53 P54 P56 P56 P57 P58

- Situation - Le projet - La visite de chantier

P58 P58 P58 P59

- Situation - Le projet - La visite de chantier

P60 P60 P60 P61

réhabilitation du parc jnan sbil à fès conclusion bibliographie

P63 P64 3


4


introduction Ce stage est ma seconde expérience en agence de paysage, il s’est déroulé au Maroc, chez Mbpaysage et sur une durée de deux mois. Le choix du pays et de l’agence s’est fait de façon involontaire, par une occasion saisie et non par une réelle volonté initiale. Ce pays a éveillé ma curiosité surtout au niveau du domaine de l’aménagement paysager, je me demandais vraiment quels types de projet, et quel fonctionnement il pouvait bien y avoir dans ce pays connu et réputé pour beaucoup d’autres traits de caractère (qualités et défauts!), et c’est ainsi que j’ai atterri à Rabat. Mbpaysage est une petite agence, relativement récente qui intervient sur un vaste champs d’actions. Elle offre l’opportunité de se plonger dans la démarche de projet en complète immersion dans le domaine de l’aménagement paysager au Maroc. Dans ce rapport je développe une partie sur le pays puis sur l’agence et enfin sur le travail que j’y ai mené. Le choix de développer un chapitre sur le pays me semble ici très important. Bien qu’il soit succinct, je tente à travers ces quelques lignes de décrire le contexte dans lequel j’ai évolué pendant ces deux mois et qui m’a fortement influencé et marqué, tant dans mon mode de vie que dans la façon d’appréhender le projet de paysage dans ce pays où l’environnement naturel, social, culturel et financier diffère complètement de celui « occidental » qui m’est si familier! De plus le reproche m’a été fait l’année dernière de ne pas avoir assez développer cette partie! Cela dit, il y a tellement de choses à dire sur le Maroc, que les quelques paragraphes que je développe ici ne reflète qu’un point de vue infime de ce que l’on découvre quand on vit dans ce pays rempli de richesses et de contradictions.

5


Le maroc

pays & paysages

Le Maroc est un pays évocateur, pays des milles et unes nuits, envoutant et enivrant, aux palais chérifiens et aux jardins luxuriants, oasis de plaisir bercés par la chaleur, la gentillesse et la générosité de ses habitants. Image de médinas labyrinthiques et énigmatiques où ruelles et impasses ne forment qu’un dédale infernal pour tout étranger qui compterai s’y aventurer. Ce sont aussi les souks aux couleurs vives, faisant étalage des plus belles pièces d’artisanat, les odeurs alléchantes, la cuisine du soleil, la chaleur, la bonne humeur, la vie tranquille... Au rythme des appels à la prière, cette une atmosphère très pieuse et spirituelle qui règne sur le pays. Des paysages de carte postale, du désert du Sahara, aux massifs montagneux et verdoyants du Rif, en passant par les plaine côtières agricoles, c’est un pays qui possède une richesse dans la diversité de ses paysages. Mais, c’est un pays rempli de contrastes que j’ai trouvé ici, loin des idéaux et des sentiers touristiques, j’ai pu découvrir ce pays autrement, plus proche de la population et des coutumes locales, en me fondant peu à peu dans ce paysage marocain. En effet le Maroc se reflète dans cette description, mais elle est loin de révéler l’identité du pays, bien plus complexe que ce somptueux décor.

Brève description Le pays compte une population de 34 860 000 habitants pour une densité de 77 hab./km2. La capitale est Rabat, ville des affaires politiques et diplomatiques et ville impériale, mais la plus importante est Casablanca qui compte 3 000 000 habitants. La langue officielle est l’arabe classique mais c’est un arabe dialectal et le français que l’on entend le plus fréquemment dans les rues et dans de nombreuses régions, c’est la langue berbère qui est employée. La monnaie est le dirham (1euro est équivalent à 11Dh). Le régime du pays est une monarchie constitutionnelle et le roi actuel, chef de l’état est Mohamed VI.

6


Tanger

Mer Méditerrannée

Rabat Casablanca

Marrakech Océan Atlantique

Agadir

Ouarzazate

Algérie

Mauritanie

A Benabid

paysages Les paysages tantôt charmeurs, tantôt acerbes, hospitaliers ou hostiles sont toujours envoutants et saisissants. La diversité des terrains du pays offre une grande variété de paysages, chacun ayant leurs particularités, leur caractère et leur force dans le souffle qu’ils procurent. Il est possible de distinguer plusieurs unités paysagères (qui coïncident aux régions géographiques) auxquels s’apparentent certains types de paysage. Ce sont les paysages du Rif, réputés pour être verdoyant car très arrosés, ils sont en quelque sorte l’équivalent des paysages méditerranéens français. Le Moyen Atlas est un lieu de pâturage pour les bergers et leurs troupeaux, c’est le pays des sources, réserve d’eau du Maroc car c’est le premier relief du pays arrêtant les perturbations. Le Haut-Atlas est réputé et connu pour ses reliefs montagneux escarpés, plus hostiles mais beaucoup plus saisissant,ils s’étendent sur plus de 700Km, et c’est également ici que les fameuses gorges du Dadès et gorges du Todgha ont entaillé le versant méridional de ces montagnes, lieu privilégié des marocains. L’Anti-Atlas est la chaîne qui fait la transition entre le Haut-Atlas et le désert. Ses paysages sont arides, semi-désertiques et austères, la végétation s’y fait de plus en plus rare. Le Sahara, un des désert les plus connus au monde s’étend ensuite à perte de vue vers le Sud du pays et la Mauritanie. Des dunes et des massifs érodés que le vent sculpte au fil du temps qui masquent des oasis ici et là forment le paysage de cette région. Puis pour terminer avec ces grandes unités paysagères, ils y a le bassin du Sebou qui s’étend le long de la côte faisant le pont entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique. C’est une région très agricole, mais c’est également elle qui accueille les villes les plus grandes villes du Maroc (Casablanca, Rabat, Agadir...). 7


RELIEF

A Benabid

précipitations

A Benabid

Le maroc

Géographie & climat

Le Maroc est un pays appartenant à la zone subtropicale au Nord-Ouest de l’Afrique. « L’île du couchant » nommé ainsi par les arabes, ce pays est entouré de trois mers : la Méditerranée au Nord, l’océan Atlantique à l’Ouest et la mer de sable du Sahara au Sud, Sud-est. Sa superficie est de 710850km2, dont 252000 Km2 pour le Sahara.

8

Arrière pays, Moyen Atlas, vers Fès

Côte Atlantique, Essaouira


géographie & climat Au niveau du relief, sur le plan morphologique, le Maroc se divise en 3 domaines. Le premier est montagneux et concerne l’Atlas et le Rif, le second est le domaine atlantique avec les plaines et les plateaux et le troisième est le vaste secteur septentrional composé de plates-formes et de petits massifs montagneux qui concerne la zone saharienne du pays. Ensuite d’un point de vue structural, le pays se divise en quatre domaines. Il y a le domaine méridional avec l’Anti-Atlas et le Sahara, le domaine atlasique montagneux, le domaine mésétien formé par les plaines et les plateaux, puis le domaine rifain au Nord formant un vaste croissant en continuité avec la cordillère bentique. C’est en partie grâce à ces caractéristiques géographiques, géologiques et structurales que le Maroc doit la diversité de ses paysages. Le climat, sur le territoire marocain est majoritairement de type méditerranéen. Cela dit il varie fortement d’une région à une autre entre les régions du Nord au climat méditerranéen, du Sud au climat désertique, du centre au climat montagnard et de l’ouest au climat océanique, influencé tantôt par la mer Méditerranée, tantôt par l’océan Atlantique, par le milieu montagnard ou encore par le continent et le désert. Les précipitations sont concentrées sur la période froide de l’année (automne, hiver et printemps). C’est ainsi que la Maroc offre un éventail très large du point de vue des bioclimats et des variantes bioclimaciques qui sont représentées. Chaque saison donne de nouvelles caractéristiques aux paysages marocains, et j’ai pu constater cette évolution durant mon stage, marquée par un changement de couleurs, passant du vert à l’ocre, et par un changement de température également, avec les premières grosses vagues de chaleur. 9


étages de végétation

Arundo Donax

Jacaranda

A Benabid

Bougainvilléa

Chamaerops humilis

Oranger

10

Grévilléa

Prairie fleurie

maroc

Boisement de chênes-lièges

LA végétation

Par sa position et ses caractéristiques géographiques, le Maroc offre des diversités lithologiques, édaphiques et climatiques originales qui sont à l’origine de la grande richesse floristique, faunistique du pays. La flore marocaine est d’une extrême diversité, méditerranéenne, montagnarde ou saharienne, elle compte plus de 7000 espèces végétales dont la majorité est représenté par les mousses, les lichens, les fougères les champignons et les algues) et parmi cet ensemble 4500 sont représentées par les plantes vasculaires. Importés et introduits au Maroc, les Eucalyptus transforment aujourd’hui fortement les paysages marocains en colonisant les espaces naturels campagnards et en formant un couvert forestier relativement dense, là où subsistait des formations plutôt arbustives. Dans les villes ce sont plutôt les palmiers, les grevilléas, les orangers, les cercis et les jacarandas qui règnent en maître. La végétation prend une part très importante dans le projet de paysage au Maroc, héritée d’un passé très marqué par l’art des jardins, d’une culture et de coutumes, elle reste un atout majeur à la qualité des espaces réalisés. Cela dit la palette végétale est très vaste mais toutes les essences ne sont malheureusement pas disponible en pépinière ce qui réduit le choix et oriente les décisions à prendre dans le dessin des projets.


L’environnement

Parc national du Toubkal, Atlas

L’environnement est un sujet majeur qui préoccupe de plus en plus le gouvernement marocain. Le développement économique et social qui s’est effectué ces dernières décennies dans le pays, a permis de mettre en place les infrastructures de base de l’économie nationale et de répondre aux besoins socio-éducatifs, et certains secteurs ont connu une très forte croissance, comme le tourisme, l’industrie, l’habitat... Mais ce développement exerce une pression considérable sur les ressources naturelles et le milieu naturel qui se dégradent et disparaissent, et les causes de pollution sont de plus en plus nombreuses. La surexploitation des milieux entraine de grands problèmes de désertification, de dégradation du couvert forestier, d’érosion des sols, d’ensablement, d’inondations de plus en plus fréquente et de pénuries d’eau, surtout dues avec la croissante du tourisme. L’augmentation considérable des véhicules et leur non entretien participent considérablement à dégradation de l’air, surtout en milieu urbain, phénomène amplifié en été avec la chaleur. De plus la sensibilisation des habitants à la protection de l’environnement et à l’écologie est encore trop minime malgré les efforts menés, les campagnes se transforment parfois en véritables décharges, et le traitement des déchets reste très pauvre, ce sont des décharges à ciel ouvert, qui s’étendent sur des hectares de terrains où l’on brûle régulièrement les déchets des citadins, des ruraux et des touristes, on est loin du tri sélectif! Et cet aspect dénote largement avec ce que l’on veut bien voir du pays, pour moi, c’est un des contrastes majeurs du pays, revers de cette belle carte postale, les problèmes d’insalubrité sont bien présents. Cependant le pays tente d’évoluer vers la bonne direction, récemment, il s’est engagé dans des programmes de développement durable et de sauvegarde de l’environnement, notamment dans le cadre de ses relations avec l’Union Européenne, c’est d’ailleurs la ville de Rabat qui accueillait cette année les journées de la terre. De plus, le territoire marocain commence à être mis à profit pour le développement des énergies renouvelables avec la mise en place de parcs éoliens et de fermes solaires. Le chemin sera long pour changer les mentalités du pays vis-à-vis de l’environnement, mais il est sur de bonnes voies.

Futur tramway de Rabat, Rabat

11


Maroc

Architecture

Ruelle dans la médina de Marrakech

Le Maroc est un pays qui a un patrimoine architectural très riche. Les villes présentent une organisation très complexe qui reflète les différentes strates du temps, ainsi il n’est pas rare de trouver plusieurs villes dans la ville. Pour commencer il y a la ville ancienne, le cœur populaire, autrement dit la médina, présente dans toutes les villes, c’est le noyaux autour duquel sont venus se greffer de nouveaux quartiers à l’époque des grands événements historiques qui ont marqué le pays, de plus haut standing, ce sont en général les quartiers des affaires, très similaires dans la forme aux villes occidentales. La ville de Fès est un exemple qui illustre parfaitement ce propos. Elle se divise en trois parties, respectivement nommées Fès la jeune, construite sous le protectorat français, puis Fès-el-Jédid ou Fès la demi-vieille, construite par les Mérinides au XIIIème siècle et fès-el-Bali ou Fès la vieille soit la médina dont les première fondations remontent à la fin du VIIIème sciècle. Et ce modèle se répète dans les principales villes du pays. Ajoutons qu’aujourd’hui des projets de villes vertes sont à l’étude dans le développement urbain du pays, ce qui ajoutera une nouvelle couche à ce millefeuille de constructions. Je ne m’attarderai pas plus sur la description des villes car leur complexités et leurs caractéristiques mériteraient un ouvrage complet, beaucoup plus approfondi, au même titre que la majorité des thèmes que j’aborde dans ce rapport. Cela dit, certaines notions sont incontournables pour comprendre le contexte actuel, hérité du passé et dans lequel j’ai évolué et dans lequel un paysagiste s’investit.

12


Les habitations

Nouala

Maison marocaine à cour intérieure

Dar

Dar

Le jardin et la maison arabe au Maroc

Riad

Traditionnellement, dans l’architecture marocaine on distingue 3 types d’habitations : la Dar qui est une maison sans jardin intérieur mais avec un patio à ciel ouvert, le Riad qui est une maison avec un jardin intérieur et le Menzeb qui est le pavillon de campagne. La maison doit être construite comme une petite ville pour un petit peuple ou plutôt une grande famille! Elle a besoin d’air et d’espace. La forme architecturale des maisons marocaines est l’héritage d’une évolution des premières formes d’habitation dans le pays et dans le Maghreb de façon plus générale. L’organisation des Douars est vraisemblablement une des premières à avoir marqué le style architectural actuel des habitations marocaines. Ces Douars sont formés avec l’installation des tentes sur une seule circonférence, entourées d’un enclos sur l’extérieur, elles se tournent toutes vers l’intérieur, espace central ouvert et commun. Puis il y a les Noualas qui sont des groupements de chaumières. L’enclos subsiste mais se réduit en taille, et prend une forme rectangulaire. Une haie d’agave et de cactus forme le périmètre et marque l’enclos, les tentes sont remplacées par des cabanes, toujours ouvertes vers l’intérieur et déjà édifiées en maçonnerie. Ces Noualas marquent le passage entre le Douar et la maison, où l’enclos devient un mur, et les chaumières se couvrent de terrasses et c’est l’apparition de la maison marocaine. La maison est toujours fermée de l’extérieur et ouverte de vers le dedans, sur les cours intérieures, elle est à l’image d’un petit oasis de fraicheur. La construction d’une maison sur l’intérieur vient du fait que les indigènes, à l’époque, voulais se protéger du monde extérieur en se créant derrière ce mur un espace de sureté et de bien-être. C’est le profil type d’une Dar, fermée sur l’extérieur et ouverte sur une cour intérieure desservant directement les différentes pièces de la maison et apportant de la lumière. Et c’est au fur et à mesure du temps que ces habitations s’agrandissent et deviennent de plus en plus sophistiquées. Les marocains trouvent leur plaisir à se reposer dans la nature. Le Riad est un jardin clos, entouré par de grands murs, souvent de forme rectangulaire et comprenant à ses extrémités deux corps de logis se faisant face. Le Riad ressemble en de nombreux point à la Dar dont la cour se serait étirée pour faire place à la lumière, aux arbres et aux fleurs. Le Riad est en quelque sorte la maison bourgeoise de la médina. Le jardin du Riad se définit d’abord par un plan très rigoureux. Tout est ordonné, limité et construit. Une des principales caractéristiques de ces jardins se trouve dans la dénivellation créée au niveau des allées et des parterres, particularité réalisée pour les besoins de l’irrigation (et que l’on retrouve dans la majorité des jardins marocains) et qui ici souligne fortement le caractère du lieu. Et nulle part dans un Riad les pieds ne foulent la terre. Dans ce plan sans faille et tracé au cordeau, la végétation croit à son plein grès, faisant fis de toutes ces règles d’orthogonalité et donnant une âme et donnant vie à ce jardin qui au final est une véritable pièce à part entière de la maison. Ce tracé, cette mise en scène, nous les retrouvons souvent dans les jardins publiques, plus vastes et plus étirés mais où leur construction conservent bien souvent les mêmes lignes directrices.

13


OasisLes jardins marocains

Zelige

Jardin de la tour Hassan

Jardin de l’Agdal

14

Riad privĂŠ Les jardins marocains


maroc

jardins

L’histoire des jardins du Maroc étant complexe et longue et n’étant pas le sujet de ce rapport, je ne me contenterais ici que d’apporter les grandes lignes et les grands fondements de ces jardins chargés d’histoire.

Jardin Majorelle

L’histoire des jardins au Maroc remonte à la mythologie avec la présence du « Jardin des Hespérides ». Les jardins de l’Islam sont sans doute les plus chargés de symbolisme et de significations ésotériques. Ainsi, la majorité des éléments qui composent un jardin marocain font référence à la symbolique et à l’interprétation des textes coraniques. Le jardin est un lieu privilégié pour les habitants de ce pays, lieu d’évasion, de croyance et de mysticisme, qui lui ont donné plusieurs appellations désignant des indications précises en fonction de leur type et de leurs caractéristiques. Ainsi nous avons le Bustan qui est un terme général pour désigner le jardin d’agrément, le Jnan qui signifie le jardin, le verger non irrigué, l’Hadika qui est un grand jardin public, l’Agdal qui est une immense plantation palatine ou citadine et d’autres encore. Ce vocabulaire révèle l’importance donnée aux jardins et leur place dans cette civilisation. Au Maroc et dans la majorité des autres pays et civilisations, le jardin est un microcosme, un monde bien particulier qui tend, dans sa valeur symbolique à représenter l’un des plus grands fantasmes humains : celui de recréer l’Éden sur Terre. Bien que très influencés et imprégnés de symboles théologiques et de signifiants mystiques, les jardins marocains ont aussi été influencés par d’autres civilisations antérieures du Moyen-Orient. C’est ainsi que dans de nombreux jardins nous retrouvons de nombreuses influences de l’Asie mineure, de l’Arabie, de l’Afrique du Nord et de l’Espagne notamment avec les jardins andalous. Le jardin marocain chargé de poésie et de mysticisme comme nous l’avons vu précédemment est un lieu qui se vit avant tout. Cette atmosphère à inspiré et inspire toujours nombres d’artistes, peintres, écrivains, philosophes et paysagistes. 15


MĂŠdina de Rabat

16

Vue sur la mĂŠdina de Rabat depuis les Oudayas


Quartier Agdal, Rabat

Salé

Fôret de la Maâmora

Rabat Petite ceinture verte

Témara

Oued Bouregreg

Fôret de Témara 0

10Km

Maroc

La ville de rabat

Rabat, capitale politique et administrative et ville impériale du Maroc se situe sur la côte Ouest du pays, à l’embouchure du Bouregreg et ouverte sur l’océan Atlantique. Avec 1 750 000 habitants, c’est deuxième plus grande ville du royaume. Très aérée, agréable et cosmopolite, c’est une ville qui se tourne vers la modernité. Nullement touristique, c’est un endroit très agréable pour les occidentaux qui bénéficient du même tarif (à peut de chose près) que les locaux, et peuvent découvrir la vie marocaine sans cette façade touristique que l’on peut trouver dans des villes comme Marrakech ou Fès. Comme la majorité des villes marocaines, elle possède une médina, de petite taille mais très agréable et relativement propre, un centre ville plus moderne ainsi que plusieurs quartiers récents comme Agdal et Hay Ryad. C’est un grand sultan almohade Abd al-Moumin qui fonda la ville sur l’emplacement d’une Bourgade almoravide, au nord de l’antique cité romaine de Sala Colonia, aujourd’hui occupée par les ruine de la nécropole du Chellah. Le sultan a commencé par faire édifier une citadelle devenue aujourd’hui la Kasbah des Oudaïa (un des lieux touristiques de la ville) et Yacoub-el-Mansour, son petit-fils fit construire les remparts de la ville. Puis c’est en 1666 que Moulay el-Rachid fit prolonger ces remparts et qu’il transforma la kasbah en forteresse. Elle doit ensuite à Lyautey d’en avoir fait la capitale administrative et politique du protectorat en 1912, ce qui la transforma rapidement en une ville beaucoup plus moderne surtout dans la trame urbaine. Enfin, cette dernière décennie marque le déploiement de la ville avec le quartier de Hay Riad et l’aménagement des rives du Bouregreg. Cette année, Rabat a été déclarée « ville verte pour le monde », accueillant à ce titre la journée de la terre en tant que ville première. Elle a été choisie pour les nombreux atouts qu’elle présente et tend de promouvoir quant à son implication environnementale. Pour commencer, elle possède la plus grande superficie d’espaces verts en milieu urbain avec une superficie de 230ha, et ceuxci s’ajoutent les 1063 ha de la petite ceinture verte (boisement d’eucalyptus et de pins). De plus, plusieurs sites à intérêt écologique se trouvent dans la périphérie de la ville. Il y a la forêt de chêne-lièges de la Maâmora qui s’étend sur 133000 ha, c’est la grande ceinture verte de la ville, la réserve biologique de Sidi Bou Ghaba, mais aussi d’autres jardins d’agréments tout aussi intéressants comme les jardins exotiques de Bouknadel ou encore le Jardin d’Essai de l’Agdal en plein cœur de la ville. De plus Rabat offre un patrimoine historique très riche, mis en valeur au cours des siècles, marqués par les nombreux monuments et lieux historiques. Des universités, des grandes écoles, des musées, une bibliothèque nationale soulignent la vie culturelle et intellectuelle de la ville. Mais c’est également une ville en pleine évolution, qui continue à se moderniser avec la construction d’une ligne de tramway reliant Rabat à Salé, la première au Maroc, mais aussi avec la dépollution de la façade atlantique et de l’Oued Bouregreg et l’aménagement de la décharge intercommunale d’Oum Azza. Au final, ce que je retiens de cette ville, c’est une ambiance agréable où j’ai vraiment apprécié le fait de ne pas être considérée comme une touriste. C’est une ville qui avance avec son temps même si la vie dans les quartiers populaires semble être précaire. C’est un mélange de traditions et de modernisation qui construit cette ville où les locaux vivent à leur rythme sans réellement se soucier de l’affluence touristique. 17


maroc

culture

L’âne : encore d’actualité dans les villes, Fès

Il y a tant à dire... Tout d’abord je pense que le meilleur moyen pour comprendre la culture marocaine c’est de la vivre, et de la vivre à la marocaine, en rencontrant et en vivant avec les bonnes personnes, car aucune description ne pourra réellement révéler cette ambiance, ce mode de vie, ces traditions et ces coutumes. Mais c’est aussi et surtout cette vie, ce bain culturel marocain qui aura conditionné mon stage et ma façon de vivre et de voir les choses dans ce pays. Cela dit, à travers quelques lignes, je vais essayer de vous décrire un petit peu cette atmosphère et ce qui la rend si particulière! 18


Festival des musiques du monde mawazine à Rabat

Scène de vie, Marrakech

Culture

Tout d’abord, ce sont les habitants, très accueillants, généreux et chaleureux quand ils commencent un peu à vous connaître. Tout gravite autour de la famille où la hiérarchie familiale est encore très présente, la majorité des femmes restent à la maison alors que les hommes vont au travail et ramènent un salaire. Dans les rues, et surtout dans la médina, il n’est pas rare de voir des femmes en pyjama, recouvertes d’une djelaba, si elles ne travaillent pas, elles élèvent les enfants, font à manger, font les corvées ménagères, reçoivent leurs amies et vont au hammam. Même si les femmes commencent à s’émanciper, on est encore bien loin de cette liberté occidentale où la femme est l’égale de l’homme, à juste titre, dans le travail comme dans la vie courante. Bien évidement cet exemple n’est pas une généralité et encore moins à Rabat, ville qui se tourne de plus en plus vers la modernité. Mais ces femmes animent les rues, sans comprendre leur langue, on saisit le sens de leurs paroles et on se laisse porté par ces flots qui vous amène d’une échoppe à une autre. Cela m’amène à vous parler des souks, ces fameux marchés réputés pour les merveilles qu’ils renferment. Il y a plusieurs types de souks, les souks de l’artisanat, souvent très touristiques et les souks « alimentaires », beaucoup plus populaires. Tous deux dépaysent, entre émerveillement et dégout, la surprise est au coin de chaque ruelle. Puis il y a la nourriture, ici on peut manger un bon repas pour une poignée de pain, dans les laiteries ou les petits restaurants, toujours très épicée, ce sont les tajines, les brochettes, les chawarmas qui sont au menu des marocains et le couscous le vendredi. Le matin, c’est un nos-nos (café au lait) ou un thè à la menthe avec des galettes à l’hamlou (sorte de beurre de cacahuette local). Si je raconte tout ça c’est parce que ce mode de vie est vraiment prégnant et parce que ce sont toutes ces petites choses qui participent à l’ambiance locale. En revenant au souk, je vais parler maintenant très rapidement de l’artisanat qui est encore pratiqué par beaucoup dans les domaines qui leur sont propres. C’est en conservant ces activités manuelles et ces savoir-faire que les traditions se perpétuent, et c’est un réel bonheur que de déambuler dans les médinas et voir ces gens faire des merveilles avec leurs mains en travaillant le bois, le tissu, le métal, le cuir... sans oublier et c’est peut être là le plus important, les sons, les odeurs et les couleurs qui marquent notre esprit. Puis il y a la religion, très présente, l’appel à la prière 5 fois par jour, les mosquées dans chacun des quartiers, les gens qui font l’aumône, les Inch’Allah, Hamdoullah et Salaam aleikum dans presque toutes les phrases, la religion est omniprésente et conditionne fortement le mode de vie des habitants. Ceci est un bref aperçu du paysage quotidien qui fut le mien pendant ces deux mois de stage, et je me répète à le dire, c’est un pays, une culture et une ambiance à vivre plus qu’à découvrir au travers de quelques lignes. 19


20


l’agence L’agence Mbpaysage emploie 4 personnes. Bien que de taille restreinte et relativement jeune, cette agence a une place importante au Maroc car ce type de structure est encore très peu développé ici, ce qui lui donne accès à de nombreux projets et lui permet d’acquérir une certaine expérience dans le domaine de l’aménagement paysager au Maroc. Elle présente les caractéristiques techniques nécessaires, un vaste champs de compétences et commence à avoir une certaine expérience qui lui permet de répondre à divers types de projets de paysage. Ses domaines d’intervention sont pour le moment très variés, du privé au public, de la petite à la grande échelle, du parc paysager à la l’aménagement urbain. D’autre part, l’agence prend part à un certain nombre de projet en collaboration avec d’autres agences de paysagistes et/ ou d’architectes, comme TER et Reichen & Robert en France qui ont de nombreux projets au Maroc, mais également avec des agences locales comme Groupe3. Ces groupements permettent l’accès à des projets et des concours de grande envergure et a un processus de conception complet et adapté à de plus vastes problématiques.

21


L’agence

La structure

L’agence se trouve dans le quartier de Agdal Rabat, quartier des affaires et de l’économie de la ville. Les locaux sont situés au premier étage d’un immeuble. C’est un lieu relativement agréable et paisible, qui offre de bonnes conditions de travail. Mbpaysage est une agence de paysagistes, une sarl. Elle a été créée en 2006 par Mounia Bennani, au titre de gérante associée unique, à l’occasion d’un projet de réhabilitation d’un site industriel avec l’intégration de la décharge d’Oulja (rive droite du Bouregreg) à Salé, qui ne pouvait se faire sans structure ni patente. Depuis sa création l’agence ne cesse d’évoluer, et prend part à des projets de grande ampleur. Aujourd’hui c’est une jeune équipe de 4 personnes qui anime cette agence dont deux seulement sont chefs de projet, Mounia Bennani qui dirige et mène l’agence et Philippe Vidal (ancien diplômé de l’ensnp), mais les projets sont de plus en plus nombreux et il devient primordial que l’équipe s’agrandisse avec des personnes qualifiées et autonomes dans le domaine du paysage. Bien que jeune, cette agence, toujours en perpétuel apprentissage sur l’aménagement paysager au Maroc, commence à avoir une certaine expérience et à se faire un Nom et une réputation dans le milieu. De taille modeste, c’est une agence qui possède les moyens techniques et nécessaires pour travailler dans de bonnes conditions. Au niveau des locaux, elle dispose d’un grand espace de travail, d’un bureau personnel pour la directric d’agence, d’une petite bibliothèque, d’une chambre et d’une cuisine. Au niveau du matériel informatique, elle dispose de 5 ordinateurs dont un portable,d’une imprimante laser A3, de deux scanners A4 et d’un fax. Les impressions de plus grand format et les reliures de document sont réalisées chez l’imprimeur situé à proximité. Les logiciels les plus utilisés sont Autocad, Photoshop, Indesign, word et excel. Un serveur permet de mettre en commun toutes les données concernant les projets en cours et le travail en général. Des disques durs (LACIE) permettent de stocker et d’archiver les anciens projets, mais ils mettent également à disposition une bibliothèque de références. Cela dit, le calque et les crayons restent un outil de travail primordial pour amorcer les projets. 22


Philippe Vidal Ingénieur paysagiste Chef de projet

Mounia Bennani Architecte paysagiste d.p.l.g. Docteur en géographie Chef de projet Directrice de l’agence

Aziza Tikour Architecte junior

Malika Maatougui Assistance, dessinatrice

l’agence

l’equipe

Deux paysagistes, chefs de projet, une architecte junior et une assistante, dessinatrice de profession forment l’équipe de l’agence. Mounia Bennani est la directrice de cette agence depuis 2006, au titre de gérante associée unique. Elle s’occupe principalement de la conception, de la coordination et de l’organisation des projets et de l’agence. Ajoutés à cette équipe, un comptable et un informaticien s’occupent réciproquement des comptes et de la maintenance informatique des équipements. C’est une bonne ambiance lie les membres de cette agence. 23


l’agence

l’organisation

Mounia Bennani dirige cette agence depuis 4 ans maintenant où elle tient le rôle de superviseur. Elle s’occupe de la coordination et de l’organisation de l’agence et des projets. Malgré tout elle reste toujours présente et s’implique dans les différentes phases de projet et surtout celle de conception des projets et dans leur validation (lorsque l’esquisse est faite par un autre membre de l’équipe) mais elle ne produit plus de documents techniques ni graphiques. C’est elle qui valide tous les documents avant qu’ils sortent de l’agence. Très occupée, elle reste présente et à disposition de ses employés en cas de besoin. L’équipe actuelle qui forme l’agence est relativement jeune en expérience, le paysagiste et l’architecte sont tous deux diplômés depuis moins de deux ans et n’ont pas encore acquis une totale maturité et expérience dans le domaine, néanmoins c’est une équipe qui fonctionne. Il est également important de noter qu’il n’y a pas de formation au métier de paysagiste au Maroc et qu’il est donc difficile de trouver des salariés qualifiés dans le domaine, qui restent pour une longue durée, les architectes, bien souvent, ne restent pas plus d’un an avant de se lancer personnellement, et l’agence souffre un peu de ce manque de stabilité pour le moment. Le travail d’équipe est donc primordial pour faire avancer les projets, bien que dans l’idéal il devrait y avoir un projet par personne mais le manque de personnel ne le permet pas pour le moment alors ce sont les chefs de projet qui chapeautent les différents travaux et se font seconder par l’architecte et les stagiaires, quand il y en a (quoi que dans mon cas ça n’a pas été réellement le cas!). L’assistante dessinatrice quant à elle s’occupe plutôt de toute la partie administrative financière de l’agence, elle ne prend pas part à la vie des projets. Par contre, en me basant sur ma première expérience en agence, j’ai remarqué qu’ici, il n’y avait pas de réunions hebdomadaires réunissant tous les membres de l’équipe afin de faire des points sur l’avancement de projets, les nouveaux projets etc... mais cela et juste dû au fait que la structure est encore trop petite pour nécessiter la mise en place de ce type d’organisation. De même qu’au niveau des plannings, c’est Mounia Bennani qui s’en charge en fonction des projets, du temps imparti et des différentes phases de travail à avancer. Ce que je retiens ici c’est que la taille d’une agence influence vraiment le type d’organisation et la de façon de travailler, seul et en équipe. En ce qui concerne les horaires, ils sont aménageables en fonction des personnes et de la quantité de travail, l’important est de faire 8 heures par jour. 24


l’agence

les secteurs d’activité

Les membres de l’agence montrent un grand intérêt dans la conception d’espaces publics de qualité où la place de l’usager est centrale. Ils expriment à travers leurs projets la volonté d’associer différents usages et usagers dans un même espace. Le contexte, l’aspect social, l’utilisation et la façon de s’approprier un espace dans les aménagements créés est une de leurs préoccupations principales qui vise à donner aux futurs usagers, un lieu et un environnement leur étant propice. Dans ces projets, le but est également d’éduquer le regard au paysage et à l’aménagement paysager en se rapprochant au maximum de la culture locale et de l’utilisation de végétaux endémiques et de matériaux locaux. L’agence saisie les opportunités qui s’offrent à elle en terme de projet. Sans réel préméditation sur un type en particulier, elle répond à de nombreuses et diverses offres. Depuis toujours il existe, dans le pays, un art et une culture des jardins (avec le Ryad et l’Agdal) mais en terme d’aménagement paysager, urbain et public, le Maroc reste novice mais devient de plus en plus demandeur. L’agence par ce fait, expérimente le milieu et est en perpétuelle recherche quant aux divers types de projets qui s’offrent à elle. Chacun d’eux relève encore de la nouveauté pour l’équipe de l’agence qui est encore en plein apprentissage quant au domaine de l’aménagement paysager marocain. C’est pourquoi je m’aventure à dire que cette agence opère dans un champs pluridisciplinaire, vaste et diversifié lui permettant d’acquérir d’amples connaissances et une certaine maturité par l’expérience. Cela dit, les études paysagères ne font pas partie de ses orientations de travail, et elle tente d’éviter la conception des jardins privés, souvent trop petits et ayant peu de retombées économiques. Aujourd’hui sous une demande de plus en plus importante, elle tend à s’orienter vers des projets publics (il faut savoir que la majorité des projets à destination publique au Maroc, sont commandés et financés par des organismes privés, l’état intervient très peu dans ce domaine, où par des moyens détournés!). Actuellement, les projets en cours s’étendent du domaine privé au domaine public avec la conception de plusieurs aménagements de petite, moyenne et grande échelle, avec, par exemple, la création du nouveau zoo de Rabat, l’aménagement des espaces extérieurs d’un nouveau quartier de résidences militaires, la requalification d’un jardin historique ou encore avec le plan d’aménagement de la future ville verte de Benguerir... Le secteur d’intervention se limite au Maroc étant donné la demande et la quantité de travail actuelle présente dans le pays. En général, l’agence obtient ses projets par connaissance où par renommée, ce sont les maîtres d’ouvrage qui font appel à elle, ou elle participe à des groupements, des collaborations avec des équipes d’architectes ou de paysagistes. Étant basée au Maroc elle participe souvent à de nombreux projets en tant que consultante, notamment avec les agences TER et Reichen et Robert à Paris qui participent à la conception de nombreux projets au Maroc. Et enfin, elle répond aussi à des appels d’offre, par concours. Lors de ces derniers, elle se présente pour la pré-qualification où une description de l’agence ainsi que des références concernant les projets réalisés sont demandés. Puis suite à cette pré-qualification elle rentre en compétition avec d’autres équipes et au terme du concours elle sera ou non qualifiée pour effectuer la suite du projet (conception en détail).

25


Académie de football, Rabat

l’agence

travaux réalisés

Jardin du Sofitel, Rabat

26

L’agence Mbpaysage, relativement jeune, a déjà participé à la réalisation de nombreux aménagements au Maroc, en tant que concepteur ou consultant. Le pays est de plus en plus demandeur et le domaine du paysage est un secteur qui ne connait pas la crise! Les marocains doivent à cette agence, entre autres, une partie de l’aménagement des quais de l’Oued Bouregreg (zone de la falaise), l’académie de football récemment inaugurée, la revalorisation des jardins de l’hôtel Sofitel (ex Hilton)... Mais étant récente, la majorité de ses projets sont en cours de réalisation comme le Zoo de Rabat, la réhabilitation du jardin de Jnan Sbil ou encore l’aménagement des espaces extérieurs du quartier de résidences militaires.


jardin historique de jnan sbil Jnan sbil est un jardin historique très précieux aux yeux des marocains et encore plus à ceux des amateurs et amoureux des jardins publics. Ce jardin se situe à Fès, il est l’un des rares à avoir un vaste plan d’eau et une strate de végétation aussi dense et âgée. Aujourd’hui, le projet de réhabilitation est en cours de finition, après plusieurs années de chantier. Les différents espaces ont été remis en valeur en fonction du dessin initial et d’autres ont été créés dans le respect de l’ambiance du milieu afin de préserver au maximum l’atmosphère du jardin et le dessein du créateur, tout en prenant en compte les contraintes actuelles comme le manque d’eau, élément qui fut jadis un point phare du jardin.

Académie de football Le projet consiste en l’aménagement des espaces extérieurs des bâtiments de l’académie. Plusieurs jardins à thème (jardin frais, jardin sec, parterres de graminées...) ont été créés dans l’enceinte de l’académie en fonction des composantes architecturales et du contexte du projet, et chacun d’eux apporte une ambiance particulière soulignant toujours le caractère du bâtiment.

jardin el aoufi Le jardin El Aoufi est un jardin privé de taille restreinte. C’est un jardin très linéaire et graphique où le végétal et le minéral sont mis en scène. Un des enjeux principaux de cet aménagement était d’optimiser l’espace. Pour cela, une composition liant le minéral, avec des pierres de Taza et végétal, avec 4 espèces de vivaces a été réalisée en fonction d’une trame basée sur la géométrie du bâtiment, et c’est par un habile jeu de composition et décomposition que les espaces de déambulation et les espaces plantés ont pris forme.

27


28


être stagiaire chez mbpaysage Ce stage chez MBpaysage est ma seconde expérience en agence, la première fût l’année dernière, pour un stage de 3 mois chez Smedsvig Landskaparkitekter AS, en Norvège. Pendant ces deux mois au Maroc, j’ai pu me faire une autre idée du fonctionnement et de l’organisation d’une agence de paysage. Le contexte (pays, coutumes, culture, politique, économie...) dans lequel évolue l’agence est complètement différent, et influence notablement son fonctionnement et son acclimatation au processus du projet de paysage. De plus le domaine du paysage au Maroc est en pleine croissance et les projets, toutes catégories confondues sont en plein essor. Sans concurrence notoire sur le territoire Marocain, et surtout dans les alentours de Rabat, l’agence fait face à de nombreuses demandes et se retrouve parfois dans l’urgence devant la montagne de travail en cours, faute de temps et de personnel. C’est pourquoi le fonctionnement de cette agence varie également en fonction de la demande, sans parler de toutes les décisions politiques qui peuvent faire avorter des projet en cours, sans crier gare! Donc en tant que stagiaire et n’étant ici que pour deux mois je n’ai pu avoir qu’un bref aperçu du fonctionnement et de l’organisation de cette agence. Pour ma part et concernant ma place au sein de l’agence, je possède mon propre espace de travail avec mon ordinateur personnel. Dans les deux premières semaines après mon arrivée, un projet en phase APS m’a été confié, celui-ci a été mon principal sujet de travail pendant toute la période de stage. Le travail qui m’a été demandé reste dans l’ordre de mes compétences avec la réalisation de plans détaillés, de coupes, d’un bordereau d’estimation, d’un modèle 3D, de supports graphiques et de la mise en page. J’ai également participé à plusieurs réunions de chantier qui ont été très formatrices. J’ai pris part à la vie de l’agence en ayant eu des responsabilités quant au projet qui m’a été confié et j’ai essayé de partager mes connaissances et mon point de vue dans plusieurs travaux auxquels j’ai pris part où lors de simple discussions sur d’autres projets en cours. Cet ensemble de notions m’a permis d’avoir un aperçu du travail et des responsabilités que peut avoir un paysagiste dans une agence.

29


casanearshore hôtel ibis et suite hôtel présentation du projet

Le projet de l’hôtel IBIS & SUITE m’a été confié dans les premières semaines de mon arrivée à l’agence. C’est un projet sur lequel j’ai travaillé pendant ces deux mois de stage afin de réaliser la phase APS dans son ensemble. C’est avec beaucoup d’autonomie que j’ai dû travailler et concevoir le projet d’aménagement paysager des espaces extérieurs de l’hôtel. Sans délais précis (le projet est en stand-bye à cause de la crise!), j’ai dû, d’après les plans des architectes de Groupe3 réaliser la conception des jardins et des aménagements extérieurs sur une surface totale de 3100 m2, en phase APS.

Parc de Casanearshore, Casablanca

30

Le dessin du projet a été conditionné par certaines contraintes, financières et techniques principalement, car la moitié des jardins se situe sur dalle. Puis c’est à partir du contexte, du milieu existant, du dessin des architectes et de références d’aménagement que j’ai commencé à esquisser, au calque pour commencer, une ébauche de projet. Les espaces extérieurs se divisent ainsi en plusieurs unités, chacune apportant une ambiance et un trait de caractère particulier à l’ensemble du projet. Chacune des zones a été traitée en détail, dans les mesures et le choix des matériaux et végétaux avec une approche sensible. Les plans et les coupes ont été réalisés sur Autocad , le bordereau d’estimation sur excel, le modèle 3D sur Sketshup et la mise en page de la plaquette sur InDesign. Ce projet m’a permis d’appréhender l’intégralité d’une phase de projet, de me familiariser avec divers logiciels et m’a surtout permis de voir que le travail est souvent plus long que ce qu’il ni parait!


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel situation

Le site du projet prend place dans le parc d’activité de Casanearshore à Casablanca. C’est un site récent et encore en cours de construction pour certaines parcelles. Des bureaux administratifs, un centre d’affaires et ce complexe hôtelier forment un ensemble, ouvert en son centre sur une placette semi-publique. La parcelle du projet se situe entre cet espace central et un boisement naturel, relativement dense, d’eucalyptus au feuillage glauque.

Casablanca

Parc de Casanearshore

31


intentions de projet

Perspective des bâtiments, architectes G3A

casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel

Le projet d’aménagement paysager s’appuie sur l’environnement immédiat de l’hôtel. En effet, le site se situe entre un espace boisé relativement dense, d’eucalyptus au feuillage glauque en limite haute et une placette minérale basse en cœur d’îlot. Trois séquences paysagères marquées par des ambiances et un traitement végétal distincts composent le projet d’aménagement paysager qui s’organise suivant un gradient depuis l’extérieur (côté boisement) vers l’intérieur de la parcelle (côté cœur d’îlot) proposant ainsi depuis la zone boisée : une lisière boisée assez dense, un jardin mi-naturel mi-ornemental à l’entrée d’accès, un jardin structuré à l’arrière des bâtiments. 1 Paysage naturel, lisière boisée : Traitement de la limite de parcelle sur l’entrée principale du site où il convient de créer une lisière boisée dense en jouant sur l’association de différentes strates de végétation (Grevillea, Tipuana tipu, Brachychiton...), en relation avec le boisement d’eucalyptus existant. 2 Jardin mi-naturel mi-ornemental : Traitement de l’espace d’accueil de l’hôtel plus coloré et jardiné. Il est situé entre le bâtiment et la lisière boisée, et en partie sur dalle. L’accent est mis sur le traitement de la strate herbacée en parterres colorés et parfumés, ponctués par quelques arbres de petite et moyenne taille (Schinus molle, Chamaerops humilis, Buddleja, agave, rosiers,...). 3 Jardin structuré sur dalle : Beaucoup plus domestiqués, les jardins situés à l’arrière seront dessinés suivant une trame géométrique qui découle de la trame de l’architecture. Cette trame définit différents espaces et usages : espaces minéraux, massifs plantés, de déambulation, de repos... La végétation associée demande peu d’entretien et s’adapte aux contraintes d’un jardin sur dalle (faible épaisseur de substrat, système racinaire limité, etc.) L’esplanade, d’accès depuis la place, sera traitée en cohérence avec la place centrale, principalement minérale, avec quelques arbres et fosses de plantation qui marqueront et définiront les différents espaces des terrasses publiques et privées et le cheminement central permettant d’accéder à l’hôtel. 32


Principe d’aménagement des jardins et des espaces extérieurs Jardin structuré Jardin mi-naturel Paysage naturel : Boisement existant lisière boisée sur dalle mi-ornemental

Couloirs visuels

0

25

50m 33


casanearshore - h么tel ibis et suite h么tel plan masse

34


LĂŠgende

N

1/200 en A1

35


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel la lisière boisée

Le premier espace traité est la limite de parcelle au niveau de l’entrée de l’hôtel. Directement en relation avec le boisement d’eucalyptus se trouvant en face, cette zone va faire la transition entre le boisement, la voie de circulation et l’hôtel. Elle est traitée à l’image du boisement voisin, avec une végétation dense composée d’une strate arborée avec des Grévilléas, des Tipuana, des Schinus, des Acacias..., d’une strate arbustive avec des Chamaerops, des Budleias..., et d’une strate herbacée avec des vivaces et des graminées.

Le boisement existant

Boisement d’Eucalyptus et champs de vivaces et graminées.

0 36

5

10

15m


palette vĂŠgĂŠtale Grands arbres

Grevillea robusta

Grevillea robusta

Tipuana tipu

Petits arbres

Tamaris africana

Schinus molle

Acacia cyanophylla

Arbustes et vivaces

Chamaerops excelsa

Chamaerops humilis

Chamaerops humilis

Gaura, Pennisetum, Stipa...

37


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel le jaridn mi-naturel mi-ornemental

Plus jardiné, coloré et parfumé, le Jardin mi-naturel mi-ornemental constitue la zone d’accueil des hôtels IBIS & SUITE. Traité en bandes irrégulières d’arbustes, de graminées, de vivaces et ponctué d’arbres de petite taille, cet espace marque l’entrée et tend à éveiller les sens.

références

0

38

5

10

15m


palette végétale Arbres à fleurs

Albizzia julibrissin

Jacaranda

Cercis cilicastrum

Bauhinia rosea

Lavandula officinalis

Chrysanthemum frutescens

Pennisetum villosum

Arbustes et vivaces

Rosiers

Agave

Aloe vera

Gaura,

Pennisetum, Stipa, Festuca ...

39


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel l’esplanade minérale

Elle fait le lien entre la placette de l’îlot central et les hôtels. Des restaurants, situés au niveau 0 des hôtels ont leurs terrasses ouvertes sur cette esplanade. Le but ici est de conserver une cohérence avec le milieu, et de venir ponctuer cet espace avec quelques éléments végétaux pour marquer les espaces de terrasse et les espaces de déambulation, de passage.

Bam

bou

Bam

s

Bam

bou

s

bou

40

0

s

5

10

15m


références

palette végétale Petits arbres

Bambous

Albizzia julibrissin

Phyllostachys vivax

Phyllostachys vivax «Aureocaulis»

Bougainvillea

Jasminum officinale

Arbustes et vivaces

Pelargonium

41


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel Jardin sur dalle de l’hotel suite

Bordu re de

vivace s

Le verger Le jardin de bambous

Le jardin en terrasses

Le jardin mosaïque

C’est un jardin beaucoup plus structuré, dessiné à partir d’une trame qui découle de celle du bâtiment. Afin de pouvoir lier l’aménagement avec les plantations et les contraintes techniques, j’ai du jouer sur les niveaux et les hauteurs de terre en fonction de la dalle et du garde-au-corps, ce qui a en partie orienté mes choix de dessin. Ainsi, dans cet espace accessible aux personnes à mobilité réduite, j’ai créé plusieurs ambiances, principalement en fonction des végétaux mis en place et des différences de niveaux qui créer des espaces particuliers propices ou non à la plantation. Ici il y a le jardin mosaïque, le jardin en terrasses, le jardin de bambous, le verger et la bordure de vivaces. La déambulation du piéton se fait à travers les différents jardins thématiques, sur un platelage en bois. Des dalles en pierres de Taza permettent de traverser certains espaces.

Références

42

a

a’

Plan masse, jardin Suite hôtel

0

5

10

15m


Niveau de terre végétale par rapport à la cote 102.15 (+0,00)

+0,95m +0,70m

+0,45m

+0,30m Rampes et marches

Plan de nivellement

+0,70

5

0

+0,95

10

+1,00 +0,95

+0,30

15m

+0,95

+0,70 +0,45 +0,30

+1,30 +0,00 dalle jardin

Perspective : différences de niveau dans le jardin

a Coupe aa’, échelle 1/100

a’ 43


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel

de v

La bor dure

iv a c

es

jardin de l’hôtel ibis

Le jardin mosaïque

Le verger

Créé de façon similaire au jardin de l’hôtel SUITE, celui-ci présente quelques différences dans la manière de traiter les différences de niveau, et dans la variété des espaces thématiques. Ainsi on retrouve le jardin mosaïque, le jardin en terrasses, le verger, la bordure de vivace mais il y a également un jardin sec et un carré de graminées. Il faut avoir à l’esprit que ces jardins seront traversés mais également contemplés depuis les chambres des hôtels qui font respectivement 9 et 7 étages!

Le jardin sec

Références

Car r gra é des min ées

Le jardin en terrasses

b’

Plan masse, jardin Suite hôtel

b Coupe bb’, échelle 1/100 44

b

0

5

10

15m

b’


Niveau de terre végétale par rapport à la cote 102.15 +0,70m +0,50m

+0,40m +0,30m

+0,25m +0,00m Rampes et marches

Plan de nivellement

5

0

10

+0,70

15m

-0,35

+0,40

+0,30

+0,50 +0,70 +1,30

+0,00

+0,25

+0,50

+0,50 +0,30

+0,50

+0,30 +0,00

dalle

jardin

Perspective : différences de niveau dans le jardin

45


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel Jardin sur dalle de l’hotel suite

palette végétale Palmiers

Bordu

re de v

ivaces

Le verger Le jardin de bambous

Le jardin en terrasses

Le jardin mosaïque

Phoenix dactylifera

Fruitiers

Oranger

Phoenix canariensis

Bambou

Punica granatum

Phyllostachys vivax

Senecio

Jasminus fruticans

Vivaces et graminées

Atriplex hamilus

46

Washingtonia filifera

Phyllostachys vivax «Aureocaulis»


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel jardin de l’hôtel ibis

palette végétale

de v ivac

La bor dure

es

Palmiers

Le jardin mosaïque

Le verger

Le jardin sec

Car r gra é des min ées

Le jardin en terrasses

Fruitiers

Oranger

Phoenix dactylifera

Phoenix canariensis

Washingtonia filifera

Agaves et cactus

Punica granatum

Echinocactus

Senecio

Pelargonium

Pachycereus

Agave

Vivaces et graminées

Atriplex hamilus

Gaura,

Pennisetum, Stipa...

47


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel le patio : jardin frais

Une ouverture sur le niveau 0 du bâtiment a été créée afin d’apporter de la lumière à différentes pièces d’un restaurant. Le jardin qui prend place dans se patio et un jardin frais où les espèces implantées sont de petite et moyenne taille afin de ne pas contrecarrer la fonction du patio! La composition de cet espace se fait à la façon d’un tableau car il sera davantage vu à travers la vitre que foulé et traversé.

0 48

1

2

3

4

5m


Références

palette végétale Arbustes

Grands arbres

Beaucarnea recurvata

Yucca elephantipes

Philodendron bipinnatifidus

Cycas revoluta

Vivaces

Papyrus

Alocasia, Colocasia, Arum, Ophiopogon, fougère...

49


casanearshore - hôtel ibis et suite hôtel Bordereau d’estimation

Suite à la conception des espaces extérieurs des hôtels IBIS et SUITE, j’ai réalisé, pour la première fois, un bordereau d’estimation des prix du projet. Les calculs se font en fonction des surfaces, des quantités et d’un ratio tarifaire (en fonction des tarifs des entreprises) par type de matériaux et de végétaux mis en œuvre. La réalisation de ce document m’a permis d’arborer des notions qui jusqu’à maintenant m’étaient inconnues et que le chiffrage et le prix d’un projet augmente très vite et peut devenir très important sans pour autant avoir utilisé des matériaux nobles. Les questions financières dans les projets de paysages sont souvent des contraintes et orientent plus ou moins les intentions de projet, c’est pourquoi il faut être vigilant dès le début et prendre en compte ces notions qui pèseront dans les choix des maitres d’ouvrage. Ce premier exemple me donne un premier aperçu quant au prix d’un projet et ce qui chiffre le plus mais ce premier élément de comparaison reste valable au Maroc uniquement car les tarifs du pays ne sont pas ceux de la France ou des pays occidentaux en général!

50


51


morroco mall

présentation - situation

Le futur Marroco Mall de Casablanca est un très grand centre commercial. L’agence MBpaysage a, pour l’aménagement des espaces extérieurs, participé à un concours sur invitation. Le Site du projet se situe en bord de mer, au sud de la corniche de Casablanca.

Casablanca

Parc de Casanearshore

52


morroco mall le projet

Le contexte naturel et actuel dans lequel va prendre place cette immense infrastructure a fortement influencé les intentions de projets mis en œuvre dans la conception du parc. L’aménagement du parc s’inspire principalement du littoral océanique marocain et de ses diverses composantes. Le conception du futur parc met en avant un lieu de détente, d’animation et de loisir mais également un lieu de sensibilisation à la nature et à l’environnement.

plan masse

53


morroco mall

supports graphiques

La part de travail qui m’a été demandé ici concerne la réalisation de supports graphiques permattant de véhiculer l’image du projet.

1

2 vue sur l’ensemble du parc depuis la terrasse du café restaurant

54

2


1 vue sur la plage de sable et le lagon des bâteaux téléguidés

55


visite pépinière

projet casa - anfa situation contexte du projet

Ancien aéroport de Casablanca, site du projet de Casa Anfa

Casablanca

cadre de la visite

La première semaine après mon arrivée, j’ai eu l’occasion d’aller visiter une pépinière marocaine dans les alentours de Casablanca. Cette visite a eu lieu dans le cadre du projet du nouveau quartier de Casa Anfa créé par l’agence TER et Reichen & Robert à Paris. Mbpaysage est consultante dans ce projet et prend donc part aux différentes phases de suivi du projet, sur place. Le projet, en quelques lignes, consiste à créer un nouveau quartier d’affaires, de logements et de culture sur le no man’s land laissé suite à la désaffectation de l’ancien aéroport. Il s’étend sur 450 hectares et met en avant tout un travail environnemental et sensible dans la conception des différents espaces qui composent le projet. Le but de la visite était de valider la disponibilité, les tailles et la qualité des végétaux choisis dans la palette végétale du projet, avec un membre de la maitrise d’ouvrage. Cette visite m’a également permis de prendre connaissance des essences végétales marocaines et de celles qui sont disponibles en pépinières, en vue de leur utilisation dans des projets de paysage.

56

Plan du nouveau quartier d’Anfa, réalisé par l’agence TER


échantillon d’espèces végétales utilisées dans le projet 1 Albizia julibrissin 2 Cercis siliquastrum 3 Ficus australis 4 Ficus benjamina 5 Grevillea robusta 6 Maclura pomifera 7 Jacaranda 8 Schinus molle 9 Tamaris africana 10 Prunus pissardii 11 Pinus pinea 12 Callistemon viminalis 13 Nerium oleander 14 Melia azedarach 15 Washingtonia robusta 16 Phoenix reclinata

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

15

16

14

57


visite de chantier Certains projets de l’agence sont en phase de construction en se moment, ce qui m’a permis de pouvoir suivre certaines visites de chantiers et l’avancement des travaux. Ces visites, dans l’ensemble ont été très formatrices pour moi et m’ont permises de prendre part à la réalisation d’un projet et surtout au dialogue entre le maitre d’œuvre et l’entreprise. C’est également dans ce cas que l’on se rend compte que tous les éléments qui composent le projet ont une place importante et non négligeable et qu’il est par ce fait primordial de bien tout décrire et détailler dans le CCTP (Cahier des Clauses Techniques et Particulières, rédigé par l’agence et le bureau d’étude) qui sera un élément de référence, une assurance en cas de litige avec la (les) entreprise(s).

base militaire de salé Situation

Site de la base militaire

Rabat-Salé

plan masse

Le projet

Le premier chantier concerne l’aménagement des espaces extérieurs, en pied d’immeuble de la cité de la première base aérienne des Far à Salé. Ces espaces sont accessibles pour les militaires et leur familles vivant dans la base. Cette dernière ne sera pas ouverte au publique. 58


Délimitation des allées piétonnes et des massifs plantés avec des voliges en acier

Pose des voliges en acier Problème avec la taille des fosses de plantation des arbres

base militaire de salé La visite de chantier

Les visites se déroulent souvent de la même manière, on commence par faire un rapide tour du chantier et noter l’avancement des travaux, les détails qui sont à revoir et ceux qui conviennent, puis c’est avec le responsable de l’entreprise (ici il n’y a que le lot espace vert) que l’on refait le tour afin de voir ensemble l’avancement du chantier. On vérifie si les éléments (bordures, voliges, revêtement de sol, taille des fosses de plantation...) mis en place correspondent bien aux échantillons validés, de même pour les végétaux. On vérifie également que l’implantation des différents espaces est correcte, et que le plan est respecté, notamment au niveau du plan de plantation. Lors de ces visites, les ouvriers étaient en train de mettre en place les voliges permettant de séparer les massifs plantés des espaces de déambulation, alors que d’autres s’occupaient de la plantation d’autres espaces en cours de réalisation. Il faut vraiment être vigilent quant à la qualité des ouvrages réalisés, et ne pas avoir peur de faire recommencer quelque chose si l’entreprise n’a pas suivi les détails de construction préconisés, il en va de la qualité et de la durabilité de l’aménagement que de rester rigoureux sur cette phase de réalisation. Ensuite, à la fin de la visite toutes les personnes présentes lors de celle-ci se retrouvent pour la rédaction du PV (Procès Verbal) qui relate par écrit tous ce qui a été dit pendant la visite, les diverses observations et remarques de chacun, l’état d’avancement du projet, les choses à revoir, à changer et à faire pour la visites suivante. Ce qui m’a marqué dans la réalisation de ce chantier c’est que les visites officielles de personnalités comme le Général ou le Ministre mettent une énorme pression sur les entreprises qui, se retrouvant un peu au pied du mur vont réaliser des choses le plus rapidement possible pour que le lieu soit « présentable » sans réellement se préoccuper du plan. Ces réalisations seront ensuite refaites avec les bons végétaux et une meilleure qualité de finissions! Cela ne semble pas les déranger de faire quelque chose en sachant pertinemment que ce sera refait par la suite!

Plantations

59


rehabilitation du parc jnan sbil le projet

Le jardin de Jnan Sbil est un jardin historique (cf : § travaux réalisés). Il se trouve en plein coeur de la ville de Fès. Le projet consiste en la réhabilitation de ces jardins historiques dans le but de conserver ce patrimoine et de le mettre davantage en valeur.

Parc de Jnan Sbil

le plan

60

Fès


Dernières plantations

Vérification du géotextile avant la pose de la gravette

Vérification des planations et des implantations des

massifs

Choix de la signalitique pour validation

rehabilitation du parc jnan sbil visite de chantier La première phase des travaux à été réalisée l’année dernière et la dernière est en cours de finissions, l’échéance arrivant à terme. Ce type de chantier diffère du précédent car le projet met en place des dispositifs beaucoup plus conséquents notamment sur le nombre d’entreprises présentes sur le chantier. À quelques semaines de l’inauguration, les entreprises s’affairent sur le chantier afin de finir dans les temps, ce sont plus des détails de finissions, de plantation, de nettoyage, de mise en place de la signalétique qui sont ici vérifiés. Le déroulement de la visite s’effectue selon le même procédé que pour le chantier décrit précédemment, après un tour sur le chantier avec les représentants des diverses entreprises, tout le monde se réuni pour la rédaction du PV.

Première phase du chantier, terminée il y a un an

61


62


conclusion Ce stage en agence de paysage m’a apporté un second point de vue sur le domaine professionnel, dans le milieu de l’aménagement paysager. Les domaines d’intervention diffèrent très peu d’un pays à l’autre, aménagement public, aménagement privé, parc, nouveau quartier, jardin privé... on retrouve les mêmes termes et des volontés plus ou moins similaires (je prend pour comparaison le Maroc aux pays européens), mais le contexte est tout autre et influence considérablement le projet de paysage, en tout cas c’est ce que j’ai pu constater pendant ces deux mois, il faudrait évidement vivre et côtoyer ce milieu bien plus longtemps pour ce faire une réelle idée de ce que cela peut être. Quoi qu’il en soit, ce stage a vraiment été formateur pour moi, autant dans le travail que j’ai pu effectuer à l’agence que dans la tranche de vie marocaine que j’ai pu vivre et bien-sûr, les bonnes comme les mauvaises choses! Quelques mots sur l’agence et le travail que j’ai fourni. Pour commencer, cette agence est en pleine croissance, on fait de plus en plus appel à elle pour des projets de plus en plus intéressants et variés, mais le manque de personnel commence à se faire ressentir. Pour ma part, j’ai pu m’investir pleinement sur un projet principal, et sur l’intégralité d’une phase (phase APS), et ainsi prendre part à la vie de l’agence au même titre (ou presque) qu’un paysagiste diplômé, en ayant des responsabilités dans la conception du projet. Ce projet, de Casanearshore sur l’hôtel Ibis et l’hôtel Suite m’a permis de mettre en application certaines de mes connaissances et surtout d’apprendre à concevoir un projet de taille restreinte, très dessiné et dans le détail. J’ai également abordé pour la première fois, les notions de coût et de prix d’un projet ce qui lui donne une autre dimension, beaucoup plus terre-à-terre! J’ai du être très autonome et assumer ma part de responsabilités où j’ai eu, au final, beaucoup de liberté quant à la forme et à la conception. Ma participation dans les autres projets reste très minime et c’est un peu un regret, j’aurai aimé m’investir davantage dans d’autres travaux en cours. Et reste, l’expérience de vie, l’expérience de ce pays qui fût très forte et intense et qui a beaucoup influencé mon état d’esprit pendant ces deux mois, en bien comme en moins bien!

63


64


bibliographie Ouvrages : Flore et écosystèmes du Maroc, Abdelmalek Benalid, éd Ibis press 2000 Le jardin et la maison arabe au Maroc, Jean Gallotti, éd Acte Sud/CJB, 2008 Maroc, le guide du routard 2010, Philippe Gloaguen, éd hachette, 2010 Jardin du Maroc, Irène Menjili de Corny, éd Le temps apprivoisé, 1991 Jardins du Maroc, Charlotte Seeling, Corinne Korda, éd Feierabend, 2002 TERRITOIRES , Révéler la ville par le paysage, Agence TER, Henry Bava, Michel Hoessler, Olivier Philippe, éd Birkhaüser, 2009 Sites internet : www.tramwayrabatsale.com http://fr.wikipedia.org/wiki/Rabat www.bouregreg.com/ Photographies : La majorité des photographies sont personnelles, certaines proviennent de l’agence. 65

Rapport de stage 4A  

Rapport de stage. 2mois chez MBpaysage à Rabat, Maroc

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you