Page 1

Mythes et Realites:

les prets de la BEI au secteur de l-energie


Plus d-argent pour plus d-energie La Banque européenne d’investissement (BEI) est la banque de l’Union européenne, détenue par les 27 Etats membres dont les intérêts sont représentés par un administrateur, généralement le Ministre des finances du pays.

Les administrateurs de la BEI ont décidé en janvier 2013 de recapitaliser la banque en versant 60 milliards d’euros sur les trois prochaines années. Cette somme va permettre à la BEI de prêter plus que les 50 milliards d’euros qu’elle dépense déjà chaque année, devenant le plus gros bailleur public au monde. Chaque pays apportera sa contribution en fonction de sa participation au capital, ce qui signifie pour la France, qui est l’un des quatre plus gros actionnaires de la banque avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie, une augmentation de 1,6 milliards d’euros, augmentant sa participation à presque 40 milliards d’euros. Les administrateurs ont fait de l’énergie propre l’une des aires de priorité pour ces prêts supplémentaires, ce qui est d’autant plus crucial que la BEI vient de réviser sa politique énergétique, ce qu’elle ne fait que tous les cinq ou six ans.

Les prets de la BEI a l'energie en chiffres, 2007-2011 Quel type de projets d'energie finance la BEI? Les prêts au secteur de l’énergie sont une part importante des activités de la banque,

∆ 62 milliards d’euros au total, dont

19 milliards d’euros aux énergies • fossiles, parmi lesquels 2 milliards d’euros pour • des projets charbon ; et 18,5 milliards d’euros pour • les énergies renouvelables, dont 5 milliards d’euros pour • l’efficacité énergétique

Quelle est la coherence entre les prets de la BEI au secteur de l'energie et la politique europeenne ? Pour les projets énergétiques au sein de

Sur le long terme, la BEI doit accorder

l’Europe, la BEI trouve dans les différentes poli-

ses prêts à des projets qui permettront à

tiques quelques indices à suivre. A moyen terme, l’Europe d’atteindre les objectifs de la Feuille les prêts de la BEI doivent correspondre aux

de route pour l’énergie à l’horizon 2050, qui

objectifs pour l’énergie établis dans la stratégie

enjoint le continent à réduire ses émissions

2020 de l’Europe, qui indique que l’UE doit :

de 80 à 95% avant 2050. Cet objectif est

soit environ 20% de son portefeuille.

∆ Le reste concerne essentiellement les

∆ Réduire ses émissions carbone de 20%

ambitieux, et si la BEI a vocation à jouer un

Depuis 2007, lorsque la première politique

secteurs de l’hydraulique, du nucléaire, de

∆ Augmenter l’efficacité énergétique de 20% et

rôle pour aider l’Europe à l’atteindre, alors

énergétique a été mise en place, la Banque

l’incinération et de la transmission.

∆ Faire en sorte que 20% de la production d’électricité provienne des ressources renouvelables

elle doit s’inspirer de la science climatique

a prêté environ 62 milliards d’euros pour

récente. L’Agence Internationale pour

des projets d’énergie en Europe et au-delà

Alors que la BEI est une institution de l’UE

de l’Europe.

et nécessite d’allouer ses prêts dans le res-

Alors que les prêts de la BEI aux énergies

prouvé que pour cantonner l’augmenta-

pect des politiques de l’Europe sur l’énergie

renouvelables et à l’efficacité énergétique ont

tion de la température du globe à 2°C, le

Est-ce que l’ensemble de ces prêts sont allés à des

et le changement climatique, la banque

atteint presque la moitié de ses prêts totaux au

seuil requis pour éviter un changement

projets d’énergie propre ?

aborde parfois le secteur de l’énergie avec

secteur de l’énergie dans les dernières années,

climatique catastrophique, alors tous les

une approche schizophrénique, en raison de

la banque doit faire davantage d’efforts pour

investissements dans les infrastructures

la diversité des politiques et des stratégies

atteindre ces objectifs, notamment en matière

énergétiques après 2017 doivent être sans

de l’UE liées à l’énergie.

d’efficacité énergétique.

émissions de carbone. Pourquoi alors,

Pas vraiment…

l’Energie, un think tank international, a


Est-ce la meme chose pour les projets d'energie de la BEI hors de l'Europe?

depuis 2007, la BEI a accordé 2 milliards d’euros à 9 centrales à charbon en Europe, l’énergie fossile la plus climaticide ? Il n’y a pas que les impacts climatiques du charbon qui sont préoccupants. Un rapport récent de l’Alliance pour la Santé et l’Environnement a montré que les centrales à charbon font

La BEI est aussi encadrée par la politique

porter un fardeau financier supplémentaire

de l’UE pour les projets menés hors de

à la population européenne à hauteur de

l’Europe. Le traité de l’UE précise que les

42,8 milliards d’euros par an dû aux impacts

prêts de la BEI aux pays en développement

du charbon sur la santé, dont les maladies chroniques du poumon et les problèmes cardiaques. Ajouter de telles externalités double ou triple le prix de l’électricité issue du charbon au kilowatt-heure.

Les projets de charbon et de lignite finances par la BEI entre 2007 et 2011 • • € 80 millions, Grèce, 2007 • € 90 millions, Italie, 2007 • € 440 millions, Slovénie, 2007 et 2010 • € 500 millions, Allemagne, 2008 • € 100 millions, Pologne, 2009 • € 65 million, Poland, 2010; • € 68 millions, Pologne, 2011 • € 32 millions, Roumanie, 2011

doivent soutenir la démocratie, l’Etat de

une etude de cas

Bujagali

droit, les droits de l’homme et les principes du développement durable économique, social et environnemental des pays en développement avec pour objectif principal d’éradiquer la pauvreté.

€ 397 millions, Allemagne, 2007

Souvent cependant, sous le prétexte de fournir « une énergie accessible à tous », la BEI promeut le recours aux énergies fossiles et aux projets de grands barrages, malgré le fait qu’ils aient non seulement des impacts environnementaux et climatiques négatifs mais également ne contribuent pas à rendre l’électricité accessible aux populations locales.

Les chutes Bujagali (photo CRBM)

En mai 2007, la BEI a accordé un prêt de

empêcher les impacts négatifs du projet.

130 millions de dollars pour le barrage de

Le projet Bujagali fut également critiqué car

Bujagali en Ouganda d’une valeur de 799

il n’a pas pris en compte la protection des

millions de dollars. Une enquête du Média-

pêcheries et du tourisme sur le lac Victoria,

teur européen est actuellement en cours

qu’il menaçait, et n’a pas permis l’accès à

sur la banque par rapport aux plaintes des

une électricité abordable pour la majorité

activistes locaux et internationaux quant à

des Ougandais. De plus, il a stagné pendant

l’absence d’étude d’impacts environnemen-

des années en raison de la corruption.

taux et de compensation pour les communautés affectées par le projet, ainsi que sur le manque de mesures adéquates pour


Qu'attendons-nous d'autre ?

et quid des gaz de schiste?

La BEI vient d’établir des critères de limita-

locales à l’énergie. Les prêts de

La BEI a une place unique qui lui permettrait

tion des émissions pour les centrales à char-

la BEI doivent répondre à la

de soutenir les énergies renouvelables et les

bon et au lignite : c’est un premier pas, mais

demande locale et éviter les

investissements dans le secteur de l’effica-

qui ne répond pas encore de façon satisfai-

investissements destinés à

cité énergétique dans les pays frontaliers de

sante à l’impératif climatique. En effet, celui-

l’exportation, comme dans

l’Europe. Elle devrait ainsi faire particulière-

ci impliquerait de ne pas consommer plus

le cas de Bujagali.

ment en sorte que les nouvelles technologies

d’un tiers des ressources fossiles connues

soient abordables dans ces régions pauvres

pour avoir une chance de limiter l’augmen-

en investissant dans des projets d’énergie

tation de la température du globe à 2°C par

renouvelable de petite échelle.

rapport à l’ère préindustrielle. Ainsi, la BEI

En parallèle, elle doit interrompre les projets

doit aussi s’abstenir de financer la production

climaticides et nuisibles à l’environnement

ronnemental dramatique. De plus, il n’y a

d’énergie à partir du gaz, qui est une techno-

et aux conditions de vie des sociétés (grands

BEI ouvre son portefeuille aux projets de

pas particulièrement d’optimisme quant

logique « mature » qui n’a pas besoin de se

barrages, grands projets d’infrastructures

gaz de schiste. Dans de nombreux endroits

aux réserves prouvées de gaz de schiste en

reposer sur les aides publiques limitées.

dans le secteur de l’énergie, gaz, charbon

en Europe, les gaz de schiste sont désormais

Europe. Finalement, les impacts sociaux et

En-dehors de l’Europe, la BEI devrait limiter

considérés comme « l’énergie de la transi-

environnementaux probables des gaz de

ses prêts au secteur de l’énergie aux régions

tion » en comparaison avec les hydrocar-

schiste sont bien plus importants que les

frontalières (dont les pays d’Afrique du Nord,

bures dites « plus sales » comme le charbon.

bénéfices qui pourraient en être retirés.

du Moyen-Orient et du Caucase) et devrait se

Or, il a été prouvé que les gaz de schiste ont

cantonner à éradiquer la pauvreté et per-

également un impact climatique et envi

mettre l’accès des populations

Centrale th ermique au Roumanie lignite, (photo Ba nkwatch)

Dans sa nouvelle politique énergétique, la

« propre », …).


Cette publication a été réalisée avec la contribution financière de l'Union européenne. Les contenus sont de la responsabilité de Counter Balance et ne reflètent en aucune manière les opinions officielles de l'Union européenne.

Les prêts de la BEI au secteur de l'énergie  
Les prêts de la BEI au secteur de l'énergie  
Advertisement