Page 1

AH INFO 159

1

Éditorial 

2

Nos priorités en 2019 et 2020

4

Élections communales 2018 à LLN

5

RER, P+R, PMR, tu t’y perds ?

6

8

Bâtir des logements, pour les habitants ou pour les investisseurs ? L’animation étudiante à LLN : un monde à découvrir !

Belle unanimité des représentants des listes candidates qui tous s’engageaient le 4 octobre à actualiser le Plan directeur de LLN et à organiser la concertation avec les habitants pour les gros projets comme par exemple la piscine olympique.

10 Nouvelles des quartiers 11 Épinglés pour vous

Éditeur responsable : Anne Quévit Coordination : Françoise Goethals Comité de rédaction : Maria Allard, Ignace Hecquet, Walter Hilgers, Anne Quévit, Any Reiland, Martine Renders, Paul Thielen Mise en pages : Sandy Doutreluingne Crédits photos : Crédits photos : p.1 : AH ; p.5 : M. Derom ; p.11 : O. Vandeponseele (poules) et P. Thielen (24hVélo).

Avec le soutien de la Fédération Wallonie – Bruxelles

Éditorial

Sommaire

Le périodique de l’Association – Édition publique tirée à 6 300 exemplaires – novembre 2018 – Association des Habitants de Louvain-la-Neuve asbl – Ferme du Biéreau - Scavée du Biéreau, 3 - 1348 Louvain-la-Neuve – Tél. : 010/45 29 12 – info@ahlln.be – www.ahlln.be –  – BE57 0682 0795 9135 – TVA 420 934 567

Bonne et heureuse gouvernance ! Ce 3 décembre 2018, changement dans la continuité de notre histoire communale ! Continuité d’une coalition reconduite assurée par des échevins aguerris qui conservent des compétences qu’ils prennent à cœur ! Changement avec deux nouveaux échevins et une présidente de CPAS et un facilitateur aux affaires universitaires. De quoi nourrir l’espoir et l’ambition d’innover dans la gestion communale, la protection des habitants précarisés, des droits humains et de l’environnement. Mais la grande innovation nous vient d’une femme. Julie Chantry, 43 ans, reprend le flambeau du mayorat, succédant à Jean-Luc Roland qui depuis 18 ans a assumé la fonction de bourgmestre. Passage de relais combien important pour celui qui a mis ses convictions, ses compétences et sa détermination au service de choix de société qui depuis les années 2000 paraissaient cohérents et prometteurs de qualité de vie. Et de fait, sous son mayorat LLN a connu une réelle croissance. Aujourd’hui, le vent tourne, la planète est en ébullition et nous tous, à la croisée des chemins ! Les choix d’hier ne paraissent plus aussi prometteurs de qualité de vie à LLN et sur la planète, notamment d’accessibilité au logement pour tous. Nos démocraties semblent de plus en plus fragiles. Les défis à relever sont majeurs ! L’urgence est bien là, de plus en plus évidente, quelles que soient nos réticences ! Or, Julie Chantry a choisi de prendre en charge la participation et la transition, deux matières-clés pour embrayer, changer de vitesse et de cap ! Ce choix semble inspiré par une réelle volonté de relever le défi et de répondre aux espoirs exprimés par les habitants qui, de plus en plus nombreux, attendent de leurs élus une nouvelle approche du développement urbain et commercial de la ville ainsi qu’une gouvernance transparente et ouverte aux initiatives des citoyens. L’espoir est permis vu l’unanimité encourageante exprimée par l’ensemble des représentants des listes candidates lors du débat du 4 octobre organisé par l’AH (photo). La gouvernance d’une commune n’est pas l’affaire des seuls mandataires. Bravo à tous les conseillers communaux élus, qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition ! Nous comptons sur toutes et tous pour relayer les aspirations et les initiatives citoyennes et pour prendre en considération notre capacité commune d’analyse critique et nos propositions de solutions concertées. Anne Quévit, présidente


Dossiers de l’AH

Nos priorités en 2019 et 2020 Nous l’avions annoncé en juin dernier (Édito de l’AH Info 157). Pour donner corps à la vision autour de laquelle il souhaite rassembler les habitants de LLN, le Conseil d’Administration unanime a défini ses priorités pour la période de 2018 à 2020. Des valeurs qui enracinent la mission de l’Association Nous visons une AH PLURIELLE, reconnue par tous pour son soutien aux initiatives citoyennes qui correspondent à ses valeurs, et qui travaille en coproduction avec l’ensemble des utilisateurs* pour une cité conviviale, animée d’activités fédératrices. Nos valeurs sont notamment : convivialité, tolérance & solidarité, ouverture, durabilité, esprit critique & constructif, efficacité & fun, participation & coopération. *utilisateurs = habitants, étudiants, travailleurs, visiteurs

La mission statutaire de l’AH demeure très actuelle « L’AH est un groupe de pression chargé de faire connaître les voix des habitants là où il importe qu’elles soient entendues. » Sa mission est d’intervenir auprès de tous les responsables compétents sur les questions qui ont trait à : „la qualité de vie des habitants de LLN, au sens le plus large ; „la défense de l’environnement et en particulier celui de LLN. Nous souhaitons agir en fonction des enjeux sociétaux d’actualité identifiés par l’AH. Les statuts nous engagent à : „« promouvoir une citoyenneté active » ce qui implique de : • rechercher et diffuser toute l’information nécessaire, • inciter les organes décisionnels à coopérer avec les habitants, • exprimer et défendre les attentes des habitants en accord avec les valeurs de l’AH, • intenter toute action y compris judiciaire et administrative jugée utile ; „« favoriser la création d’une communauté urbaine » (mise en œuvre par les autorités compétentes des services sociaux, culturels, commerciaux, de transport et voieries...).

Concrètement ?

Les activités prioritaires en 2019 et 2020 Des activités ludiques et festives pour rassembler et vivre ensemble. Outre les activités telles que le CinéCocktail, le Parcours d’artistes 2019 ainsi que les animations qui seront organisées par les habitants dans les quartiers, le CA nourrit de nouveaux projets : • « Les quatre saisons de l’AH » (soirées/concerts dans un lieu insolite) en commençant par le printemps, puis l’été de l’AH (fête des habitants de LLN). • Le bar de l’AH : lieu de rencontres conviviales et de contacts avec la communauté de LLN. • Un vélo folklorique AH (octobre 2019) – voire plus tard un carnaval d’Ottignies-LLN où tous les quartiers/entités seraient représentés ?

Des actions prioritaires pour la qualité de la Vie et de la Ville

2

L’Association a plusieurs fois exprimé son souhait que LLN devienne une ville pilote exemplaire face aux grands enjeux climatiques et d’équité sociale. Plusieurs activités seront prioritaires : • Transmettre les résultats de la démarche Pré-S.O.L et suivre le déroulement de la participation à l’étude du S.O.L. pour les alentours de l’Esplanade, • Agir pour une mobilité douce et sans encombrement, • Agir pour une ville où l’on se respecte, • Agir pour l’accessibilité au logement – Community Land Trust au quartier Athéna ...

• Soutenir les actions pour adopter des politiques et des comportements qui limitent les productions de C02, de déchets et protègent la biodiversité (convention des maires, nouvelle économie…), • Assurer une veille et une vigilance sur les chantiers en cours et les futurs projets urbanistiques, • Obtenir l’aactualisation des principes directeurs et l’élaboration d’un nouveau Plan directeur pour LLN. Toutes ces actions seront menées autant que possible en collaboration avec les étudiants et usagers de la ville.

Qui fait quoi et comment s’organise-t-on pour participer ? Notre ambition est de dépasser la plainte et de rassembler pour partager et construire à plusieurs des propositions de solutions. C’est en ce sens que l’AH souhaite faire entendre les voix des habitants. Le but est de penser et agir avec les autres et non pas à quelques-uns pour les autres ! L’AH ne traite donc pas les plaintes individuelles mais elle rassemble l’information sur les constats ou les demandes des habitants. Lorsqu’on constate un problème, une première méthode est d’établir soi-même le constat et de proposer des solutions en contactant directement les autorités responsables, soit seul, soit avec d’autres habitants. Cependant pour dépasser la plainte individuelle et donner plus de légitimité à la démarche, rien de tel que de se réunir à plusieurs pour partager les constats, les diagnostics et rechercher des solutions. Lorsqu’un membre de l’AH a envie de réagir à propos de la qualité de la vie/ville et de l’environnement, nous l’invitons à rejoindre un des groupes de travail existants ou, si aucun groupe ne se penche déjà sur la question, à constituer lui-même un groupe avec des voisins, des amis, d’autres habitants. Le Conseil d’Administration est là pour relayer les diagnostics et propositions des groupes vers les autorités responsables, pour autant bien sûr que leurs avis respectent les valeurs fondamentales de l’Association. Les groupes de travail se donnent pour objectif de susciter la participation des membres et plus largement des usagers de LLN et de fournir les informations nécessaires pour une analyse critique des situations. Ils veillent à formuler des propositions. Il peut arriver que les groupes souhaitent mener des actions plus « offensives » (presse, action en justice, manifestation…) si les parties ne prennent pas au sérieux les propositions et demandes de l’Association. Toute action ne peut évidemment être menée au nom de l’AH que si elle est approuvée par le Conseil d’Administration. Les aspirations des habitants et les problèmes qu’ils rencontrent sont multiples. Il est nécessaire de mettre des priorités qui seront fixées par le bureau de l’AH en fonction de ses objectifs et des enjeux sociétaux. Si les actions/sujets ont un rapport fort avec les priorités de l’AH, tous les moyens nécessaires de communication de l’AH seront utilisés (ainsi que les ressources internes), notamment pour collecter l’avis des membres. Rejoignez notre association pour une vie de qualité dans une ville qui respecte ses habitants ! www.ahlln.be – facebook : @associationhabitantsLLN – twitter : @AH_LLN Pour le Conseil d’Administration Anne Quévit, présidente


Stimuler la citoyenneté active Développer la capacité d’analyse critique autour de la question : Quelle VILLE voulons-nous ?

Les administrateurs ciblent 3 axes et 4 objectifs prioritaires

Nos priorités en 2019 et 2020

S’ouvrir aux autres Agir en réseau et synergie

S’ouvrir à de nouveaux membres actifs et bénévoles • Ouvrir l’AH aux familles et enfants, • Organiser des activités ludiques, festives dans les quartiers et pour l’ensemble de LLN, ouvertes à tous publics, • Se montrer attractifs, notamment veiller à l’équilibre entre activités citoyennes et activités ludiques.

Dossiers de l’AH

Faire de l’AH un relais des idées et des causes des habitants y compris des plus fragilisés et sans voix • Renforcer l’activité de l’AH dans les quartiers, • Regrouper les demandes pour proposer des solutions à relayer vers les autorités et veiller à leur exécution.

Simplifier, digitaliser et moderniser les outils • pour mieux gérer le quotidien, • pour adapter l’organisation aux moyens humains disponibles, • pour mieux communiquer avec l’ensemble des membres et s’ouvrir aux autres publics (utilisateurs, étudiants…).

Promouvoir une culture du débat, du dialogue et de la participation • Opérer une sélection parmi les enjeux prioritaires (développement économique local, accès au logement, qualité de l’environnement, mobilité, projets de développement urbain …), • Organiser des moments de rencontre et d’échange pour poser un diagnostic et rechercher des solutions sur les questions qui préoccupent des habitants, • Avoir pour fil conducteur de toute activité la volonté d’informer pour éclairer, susciter la participation et aboutir à des propositions à faire aux autorités compétentes, • Prévoir chaque année quelques activités fédératrices ouvertes à un large public.

Simplifier l’administration et le fonctionnement de l’Association

3


Élections communales 2018

Élections communales 2018 à OLLN Quelques chiffres L’Association des Habitants s’est bien acquittée de sa tâche d’éducation permanente en invitant le 4 octobre des représentants des huit listes à venir exposer leurs priorités et à s’exprimer par rapport au mémorandum « Quelle VIllE pour les habitants de LLN ? » qui leur avait été transmis. Les listes et les candidats en présence Entre 2012 et 2018, la population d’OLLN et celle de Louvainla-Neuve n’ont quasiment pas varié (+0,7 % et -0,1 % respectivement). En janvier 2018, les 10 710 habitants domiciliés à Louvain-la-Neuve représentaient 34,2  % de la population d’OLLN, soit donc un peu plus du tiers. Le nombre d’électeurs inscrits et de bulletins déposés a progressé de 0,2 %, alors que le rapport entre votes valables et nombres d’inscrits (84 %) n’a pas varié entre les deux dates s’élection. Jamais de mémoire néolouvaniste, les élections communales n’ont connu le dépôt de huit listes. Pour rappel, cinq listes étaient en présence aux élections de 2006 et 2012. Outre les quatre listes « traditionnelles », 2006 comptait la liste « LLN » prônant la séparation de Louvain-la-Neuve et d’Ottignies (un élu) et 2012 la liste « Pirates » (aucun élu). La conséquence : un nombre record de 176 candidats, soit une liste complète de 31 candidats dans chacune des quatre listes « traditionnelles », 18 candidats pour « Kayoux », 12 candidats pour « Défi » et « Locale », 10 candidats pour le « Parti Populaire ». Cette multiplication des listes est-elle un signe de santé pour la démocratie locale ? N’allait-t-elle pas mener à une dispersion des suffrages et rendre la tâche du Conseil et du Collège communal plus difficile ? Au vu des résultats, la réponse serait : oui à la première question, non à la seconde compte tenu notamment de la reconduction pour la quatrième fois de l’« Alliance citoyenne » entre les listes Avenir/CDH, Écolo et PS.

« On prend les mêmes et on recommence » ? Le tableau veut répondre à deux questions : a) Comment les candidats et les heureux élus se partagent-ils entre anciens et nouveaux ? b) La présence des candidats et des élus domiciliés à Louvainla-Neuve paraît-elle équilibrée compte tenu de leur poids relatif – le tiers – dans la population d’OLLN ? Le renouvellement des candidatures était net dans les quatre partis « traditionnels » variant de 17 (OLLN.2.0) à 23 (Ecolo). La liste Kayoux comptait deux candidats de la liste Pirate alors qu’un candidat de la liste Locale appartenait alors à la liste OLLN.2.0. Quant au nombre de candidats habitant LLN, il variait de 10 à 12 chez Écolo, Avenir et PS sur le total de 31 ; il était nettement moindre dans le cas d’Olln.2.0 mais supérieur à la moitié dans celui de Kayoux. Aucun candidat habitant LLN n’occupait la tête

Listes

4

de liste ; en 2012, il s’agissait du seul candidat Écolo… briguant, il est vrai, un troisième mandat de bourgmestre. C’est la liste OLLN 2.0 qui abritait le plus de conseillers en exercice à la veille du scrutin alors que le PS n’en comptait que trois.

Un conseil communal au nouveau visage ? Quatre chiffres ressortent des résultats du scrutin : • les quatre nouvelles listes – Défi, Kayoux, Locale et le Parti populaire – ont réussi ensemble à récolter 17% des suffrages. En 2012, la liste Pirate en avait engrangé 5%. Mais seule Kayoux a pu traduire ses 7,6% de voix en deux sièges. • Écolo, bien qu’ayant perdu quelque 3% de voix, a ravi la première place à la liste OLLN.2.0, celle-ci ayant perdu près de 9% des suffrages. • Si l’Alliance citoyenne a également perdu 3% de suffrages, elle réussit toutefois à augmenter son nombre de sièges de 19 à 20 et représente ainsi près des deux tiers des élus. • Les femmes représentent – pour la première fois ? – plus de la moitié des élus. Malheureusement, il s’avère impossible de caractériser le comportement électoral respectif des habitants de Louvain-la-Neuve et d’Ottignies faute de pouvoir distinguer leur nombre de votes en faveur des différentes listes ; en effet, le bureau de dépouillement des votes ne tenait pas compte de l’entité d’origine du lieu de vote.

Et ensuite ? La distribution des échevinats entre les conseillers des trois partis au sein de l’Alliance citoyenne et leurs compétences respectives sont maintenant connues. En informant la presse de sa reconduction, l’Alliance avait présenté un accord sur « cinq axes programmatiques : l’urbanisation maîtrisée des centres urbains, l’amélioration de la mobilité, de nouvelles actions en terme d’environnement, une politique sociale renforcée et l’intégration de la participation citoyenne » (Rtbf, 15 février 2018). À l’AH de veiller à ce que la concrétisation de ces axes rencontre au plus près les constats et défis exprimés dans son Memorandum. Enfin, en matière de participation citoyenne, le processus de consultation de la population porté par la liste Kayoux et ses deux conseillers élus fera certainement l’objet d’une grande attention. Ignace Hecquet

Candidats

Candidats élus

Total

déjà en 2012

conseillers sortants

1 : OLLN 2.0

31

14

8

2 : Écolo

31

8

5

3 : PS

31

12

3

6 : PP

10

?

0

7 : Défi

12

?

11 : Avenir

31

13

12 : Kayoux

18

2

habitant LLN

Total

femmes

nouveaux

habitant LLN

5

9

5

3

1

12

10

5

5

5

11

3

2

1

0

?

0

0

0

0

0

?

0

0

0

0

5

10

7

3

3

2

0

10

2

2

2

1

13 : Locale

12

1

1

1

0

0

0

0

Total

176

50

23

49

31

17

14

9


Le Réseau Express Régional a un train de retard Le RER résulte d’une planification concertée en 2002 entre les trois régions du pays. Partant du constat que Bruxelles, principal pôle d’emploi, est engorgée par le trafic automobile, les autorités fédérales ont voulu développer l’offre ferroviaire vers la capitale et dans la capitale en construisant, dans un rayon de 35 km, deux voies supplémentaires le long des principaux axes ferrés existants. Ces deux voies latérales doivent permettre une circulation plus fluide des trains IC sur les voies centrales (vitesse, cadences). Les trains RER, quant à eux, sont des trains « omnibus » (ou presque). Ils desserviront toutes les gares secondaires sur les tronçons concernés. Sur la ligne 161 qui relie Bruxelles à Louvain-la-Neuve, le RER s’arrêtera donc systématiquement à Rixensart, Genval, La Hulpe, etc. à une cadence (minimale) en heure de pointe d’un train toutes les 15 minutes. LLN, avec sa gare en cul-desac, est le terminus sud du RER de ladite ligne 161. L’infrastructure du RER devait être achevée en 2012 mais pour des raisons budgétaires, sa mise en service fut reportée à 2024, dans six ans donc.

Le parking relais SNCB (P+R) de Louvain-la-Neuve, une « future boîte vide » ? Le P+R de LLN n’était pas prévu dans le plan initial RER négocié en 2002. C’est en 2007, à l’initiative de l’UCLouvain, de la Ville d’Ottignies et avec le soutien financier de la Région wallonne, que la décision fut prise d’implanter un parking relais de 2 300 places à Louvain-la-Neuve. Dès 2010, lorsque l’étude d’incidence environnementale pour le compte de la SNCB fut lancée, de nombreuses voix ont remis en cause le dimensionnement de cette infrastructure et le caractère prématuré de sa réalisation (CWEDD, CCATM, Tritel, Cellule ferroviaire wallonne, IEW, AH). Deux ans plus tard pourtant, malgré plusieurs recours, le ministre Philippe Henry délivrait le permis. Le parking relais fut achevé et ouvert au public en octobre 2017. Mais le succès escompté ne fut pas au rendez-vous : malgré une tarification plus avantageuse que les autres parkings de LLN, la fréquentation du par-

king relais plafonne à ce jour autour de 130 automobilistes. La moitié d’entre eux sont effectivement des navetteurs SNCB et l’autre, des travailleurs locaux, notamment des employé(e) s de l’Esplanade. Même si quelques voix dissonantes se font entendre çà et là, les défenseurs du P+R expliquent cette faible fréquentation par l’absence de connexion automobile directe entre le parking relais et la E411 ainsi que par le report à 2024 de l’offre RER. Pourtant, au départ de LLN, 2 des 4 trains en heure de pointe sont déjà des trains RER. Apparemment donc, la demande n’est pas (encore ?) au rendezvous...

Le P+R, c’est aussi une belle dalle constructible Si le parking relais SNCB a du plomb dans l’aile, il n’en va pas de même du lotissement « Esprit Courbevoie » qui se construit actuellement en surplomb : 600 logements sur 2,5 hectares. Et si c’était cela, le véritable enjeu de ce parking pharaonique : un projet immobilier qui à lui seul, ambitionne de devenir un nouveau quartier résidentiel et d’accroître la population néolouvaniste de 30 % ? Si sept appartements sur dix de la phase 1 ont déjà été vendus à des prix avoisinant les 4 000 à 5 500 € au m², la question de la mobilité durable semble être passée au second plan. Non pas seulement celle de l’attrait de la formule RER-P+R au départ de LLN ; mais encore celle de la congestion automobile que cette formule risque d’engendrer sur la rocade et le rond-point de Wallonie en particulier. Les autorités et la SNCB seront-elles en mesure d’assumer leurs options urbanistiques et de convertir le P+R en une infrastructure réellement bénéfique pour les navetteurs ? L’avenir nous le dira. Mike Derom

La légende de la traverse de l’échange Êtes-vous déjà entrée dans le P+R par derrière, je veux dire par son entrée provisoire située sur le rond-point de Wallonie. Navetteuse ou non, munissezvous d’abord d’un ticket, d’une carte ou d’un abonnement ad hoc. Équipée d’un tel viatique, la barrière se lève comme par enchantement et vous avale tout au

fond dans son joli colimaçon. Le palier 5 est luisant et rutilant, le plafond est bas, l’atmosphère capitonnée ; vous regrettez déjà de n’être pas passée au car-wash avant cette « expérience P+R » plus que jamais nécessaire. Le vide vous aspire inexorablement vers l’autre bout du tunnel planté d’innombrables colonnes que vous saurez esquiver sans stress et sans slaloms. Arrivée à bon port, tenez votre ticket entre les dents, sortez votre carte PMR de votre sac à main et garez-vous sur l’une des 13 places bleu ciel que le bon Dieu fit pour vous. Verrouillez centralement votre carrosse et telle la fée Carabosse gagnez la grille à l’aide de vos béquilles. Vous quittez à présent votre château de béton en rêvant d’air pur et d’espace infini. Hélas ! Mille et une fois hélas ! La grille s’est refermée derrière vous, deux clôtures à claire-voie vous enserrent, vous guidant droit devant vers un escalier lugubre qui descend et descend. Vous voilà à présent sur les quais de la gare où Barbe bossu vous guette avec ses quolibets et son air mauvais : « Où allez-vous ma belle, ou allez-vous clopin-clopant  » chante-t-il en grimaçant. «  À l’Esplanade, répond-elle, ma besogne m’y attend ». « Vous y aiderai-je Madame, moi qui ai bon dos, l’ascenseur est absent, l’escalier est glissant ». La belle Carabosse enfourche son bossu qui enjambe une à une les 3 volées de 14 marches chacune. Arrivée toute en haut, la belle pose ses béquilles et demande à son bon bossu : « Que vous donnerais-je en échange pour tant de peine ? » « Une petite pièce, un écu », répondit-il en haletant. Carabosse tâta son corsage et en sortit un de cent : « Voici mon bon et ne le dites à personne » ! Aussitôt dit, le bossu s’en fut en chantant à tue-tête l’air PMR du nouveau P+R : « Sur la Traverse de l’Échange, une belle éclopée m’a rempli de bonheur, venez, venez compagnons d’infortune, ensemble secourons en guise d’ascenseurs les impotents et les ventripotents qui viennent clopin-clopant hanter le château de béton, le temple de verre et la galerie à cent sous. » Lorsque la belle eût fini son ouvrage, elle revint sur ses pas où l’ascenseur l’attendait. Elle monta sur sa bosse et poussa le bouton. Sur le pare-brise de son carrosse, quelqu’un avait laissé un message écrit en majuscules rouges : « CECI EST UNE PLACE PMR. IL EST INTERDIT D’Y PARQUER AVANT 2024, DATE PROBABLE DE L’INSTALLATION D’UN ASCENSEUR SUR LES QUAIS. »

RER, P+R, PMR, tu t’y perds ?

RER, P+R, PMR, tu t’y perds ?

5


Logement

Bâtir des logements, pour les habitants ou pour les investisseurs ?

État des lieux Entre 2006 et 2016, les appartements (anciens et nouveaux) situés dans la commune d’Ottignies-LLN, ont doublé de prix. En 2018 leur prix moyen à l’achat (HTVA) oscillait autour de 200 000 € (1). À titre de comparaison, Namur est 14 % moins chère et la Wallonie (2) dans son ensemble, 30 %. Le niveau et la progression des prix à Ottignies-LLN sont conformes à l’évolution de l’immobilier des grands centres du Brabant wallon, la province la plus chère de Wallonie. Mais qu’en est-il de Louvainla-Neuve en 2018 ? En début d’année, les appartements (3) s’y négociaient en moyenne à 3 584 €/m² (OLLN + 23 %) tandis que les studios et appartements neufs (50 -120 m²), se vendaient en moyenne à 3 780 €/m² contre 3 124 €/m² dans les centres comparables du BW. Dans ce segment, LLN était déjà 21 % plus chère que ses rivales brabançonnes. Au 4e trimestre, la première pierre d’un nouveau quartier, le quartier Courbevoie, est posée et trois mois plus tard 70 % des 200 premiers studios et appartements sont déjà vendus. Les prix de vente HTVA donnent le tournis : 6 300 €/m² pour les plus petits studios et entre 3 800 et 4 500 €/m² pour les appartements (4).

Immoweb + frais + parking : 324 000 € (3 811 €/m²). Prix total TVA incluse : 386 530 €. Emprunt hypothécaire 2 % en 30 ans. Mensualité : 1 425 €. Ce ménage devrait disposer d’un revenu mensuel net cumulé de 4 750 € pour bénéficier des conditions avantageuses d’un organisme bancaire. L’exemple laisse rêveur… dans un contexte de stabilité professionnelle précaire. En résumé, LLN est parmi les quartiers urbains les plus chers de Wallonie tant en locatif qu’en acquisitif. Les familles modestes désireuses de s’y établir pour être proches d’une école, d’un emploi ou d’un transport en commun pertinent, n’ont donc d’autre choix que de se rabattre sur des zones où l’immobilier reste plus accessible.

La stratégie des promoteurs Mais alors, comment les promoteurs s’y prennent-ils pour vendre ces biens comme des petits pains ? Leur stratégie est double. Pour les appartements les plus spacieux, les plus luxueux, ils ciblent en premier lieu des seniors aisés sur qui la cité piétonne de LLN, sa vie culturelle, ses services, son cadre paysager et son accessibilité autoroutière exercent un attrait manifeste. Ce marketing explicite (5) donnera lieu à un déséquilibre générationnel et socioéconomique (gentrification) qui inquiète les urbanistes, les habitants et certaines autorités. L’autre stratégie concerne les petits appartements, studios et kots inabordables pour les catégories de personnes censées y vivre. Le promoteur se tourne alors vers les investisseurs et profile son offre comme un placement financier à moyen terme, une alternative au carVu le loyer escompté, il est peu probable que des placements de ce type contribuent à démocratiser le logement et à favoriser la mixité sociale dont la cité universitaire aurait grand besoin. À moins que -ce risque est réel- le boom immobilier actuel, boosté par les faibles taux d’intérêt, n’aboutisse à une sur-offre et ne conduise à faire baisser les loyers et le prix de revente des logements.

Noël approche. Esprit Courbevoie brille de tous ses feux (détail de la maquette).

Pour se faire une idée de la capacité acquisitive d’un jeune ménage sans épargne avec deux enfants, simulons les coûts et le crédit hypothécaire pour un petit appartement « pas cher » de trois chambres (85 m²) à « Esprit Courbevoie ». Prix de base

6 Invitation grand public à l’inauguration du chantier Courbevoie.

Comment expliquer cette cherté du logement et qui en est responsable ? À LLN, les promoteurs avancent deux arguments pour expliquer la cherté des logements : le « coût de la dalle » (26 000 €/logement = le coût du parking sous dalle) et les charges d’urbanisme qu’ils assument. S’il est logique que les promoteurs répercutent sur les acquéreurs ces coûts de construction de la dalle, des voiries et des espaces publics, ces surcoûts n’expliquent pas l’entièreté du prix prohibitif des logements. En effet, à LLN plus que partout ailleurs, les promoteurs réalisent des économies d’échelle conséquentes du fait de l’ampleur de leurs chantiers. Nonobstant ces divers surcoûts, un constat plus banal s’impose donc: pilotée par une rente de situation et un cadre de vie attractif, la loi du plus offrant oriente l’immobilier néolouvaniste vers des sommets. Les promoteurs en tirent une plus-value évidente, mais l’UCLouvain, propriétaire du foncier, n’est pas en reste par le biais de


Densifier, oui, mais pourquoi et pour qui ? N’y aurait-il à LLN plus d’autre option que de construire du logement « sur dalle » ? La réponse doit être nuancée. Là où la dalle piétonne du centre est extensible de plain-pied, « terminer la dalle » en fond de vallée peut paraître de bon sens (7) sous réserve d’en vérifier les coûts à long terme. Mais construire de nouvelles dalles sur les coteaux que les plans d’aménagement originaux destinaient à du logement familial sur la terre ferme, voilà qui inquiète. Les tenants de cette option urbanistique rétorqueront que la densification des alentours des gares relève d’un aménagement vertueux du territoire. S’il est vrai qu’une telle densification peut encourager l’usage des transports en commun (TC), éviter l’étalement urbain et atténuer la congestion automobile, il convient cependant de s’interroger sur les conditions qui produisent de tels effets. Par exemple, les futurs résidents de ces coûteux lotissements seront-ils des usagers assidus des TC ? On peut en douter. Pourquoi, en effet, consentiraient-ils à de telles dépenses si ce n’est pour vivre à proximité d’un pôle d’emploi rémunérateur (parc scientifique), étudier sur le site ou pour jouir, en sédentaires, d’une qualité de vie exceptionnelle ? Bref, la densification autour des gares est d’autant plus intéressante que le logement y est abordable et/ou l’offre d’emploi (services) contiguë. La combinaison de ces deux facteurs serait de nature à booster l’usage des TC ce qui n’est pas encore gagné pour Louvain-la-Neuve, d’autant plus que la desserte autoroutière y est « imbattable ».

CDH déclarait par exemple que « Pour faciliter l’accès au logement, nous maintiendrons les efforts pour aider les jeunes Brabançons wallons à acquérir un logement dans notre Province, et nous poursuivrons la construction de logements à prix modéré ». Dans la pratique cependant, c’est le logement inabordable des derniers grands lotissements de LLN qui a été favorisé, de gré ou de force, par nos élus. Si le slogan « il faut finaliser la dalle » percole de l’Alma M ater vers le Pater magister, est-ce parce que les grands promoteurs financent aussi les charges d’urbanisme (voiries, parcs) en lieu et place des pouvoirs publics ? En réalité, la marge de manœuvre de la Ville oscille entre la chèvre et le chou. D’une part, elle dispose des moyens d’encourager le logement social, ce qu’elle fait et dont elle tire une évidente fierté. D’autre part, elle déroge régulièrement aux plans d’aménagement (de secteur, de structure, directeur), ou modifie ceux-ci lorsque les intérêts de l’UCLouvain sont en jeu.

Logiquement, un logement devrait être adapté à la capacité acquisitive des familles à revenus modestes et moyens plutôt que d’être conçu comme un placement financier. L’UCLouvain a le pouvoir et la mission de veiller à ce qu’il en soit ainsi. Si notre Alma Mater désirait encourager un accès plus démocratique au logement et favoriser la mixité sociale, il lui faudrait rechercher les montages technico-financiers qui garantissent une offre réellement accessible. Le fera-t-elle ? Le futur lotissement Athéna (30,7 ha) aura valeur de test. En 2015, l’UCLouvain y définissait un programme ambitieux de logements accessibles aux jeunes ménages. 250 logements seraient construits par la Régie foncière provinciale en plus de 3 ha consacrés au logement social (Notre maison). À ce programme viendront s’ajouter 3 ha soumis au régime CLT (Community Land Trust) pour lequel la Ville vient de créer une Fondation. Encore faudra-t-il des critères d’attribution des parcelles constructibles qui privilégient effectivement la population visée. Et renoncer aux listes d’attente opaques où les plus avisés étaient, par le passé, souvent les premiers. L’inauguration par le CoDT des Schémas d’Orientation Locale (SOL) offre aux habitants un cadre participatif pour y veiller. Un collectif du Groupe Urba (1) Prix de l’immobilier - Cadastre.be (2) https://statbel.fgov.be/fr/themes/constructionlogement/prix-de-limmobilier (3) https://www.immotransit.be/fr/prix-au-m2/ commune?City=louvain-la-neuve&Type=2 (4) https://www.immoweb.be/fr/annonce/appartementneuf/a-vendre/ottignies-louvain-la-neuve-louvainla-neuve/1348/id7600909 (5) http://www.olln.be/fr/courbevoie-va-prolongerlouvain-la-neuve.html?cmp_id=28&news_ id=42021&vID=153 (6) Le bail emphytéotique en vigueur à LLN modérait le prix de revient des logements. Mais la hausse progressive de la redevance unique d’infrastructure (RUI) a annulé cet effet. En 2008, après la constitution de Inesu-Promo, cette redevance est passée de 50 à 350 €/m². (7) La gare de LLN fait exception pour des motifs de qualité du service public, de sécurité, etc.

Et la Ville, comment peut-elle éviter cette dérive ? À l’unanimité, les fractions politiques de notre commune réclament et promettent du logement accessible aux familles à revenus modestes. Et elles déplorent la perte de mixité sociale qui affecte LLN en particulier. Le dernier tract électoral du

Qu’attendons-nous du futur en matière de logement ?

Logement

la « redevance unique d’infrastructure » qui, depuis 2008, tend à refléter la valeur marchande du terrain. Cette évolution (6) pousse l’UCL à valoriser des pans entiers de la cité par le biais d’une densification « sur dalle », une option urbanistique qui mérite qu’on s’y attarde un instant.

La tour infinie de Schuiten sur les murs de LLN.

7


L’animation étudiante à Louvain-la-Neuve,

Animation étudiante

un monde à découvrir ! Louvain-la-Neuve est une ville où s’organisent des activités dans l’intérêt de chacun. C’est un lieu où s’expriment et se rencontrent des idées et des opinions variées. Les étudiant.e.s sont organisé.e.s en différents groupes afin d’animer le campus. Les quatre grands collectifs qui coordonnent les différentes associations étudiantes sont l’AGL, le GCL, la Fédé et l’Organe. Mais que font-ils exactement ? Les Kots-à-projet, ou KAP’s, ce sont environ 800 étudiant.e.s vivant dans 78 plateaux communautaires et s’investissant dans des projets en tous genres. Ils proposent des activités variées et ouvertes à tous (demandant de temps en temps une inscription préalable, une petite participation aux frais ou présentant un nombre limité de places). Ces activités peuvent varier entre des activités sportives (tournois, locations de matériel sportif, événements en extérieur…), culturelles (promouvant le cinéma, la BD, les jeux de société, le théâtre, les cultures internationales…), sociales (aide aux personnes handicapées, personnes âgées et/ou en difficultés financières, enfants, étudiants…) ou encore portant sur les enjeux climatiques, le recyclage… L’Organe est l’ASBL qui chapeaute tous les kots-à-projet. Le Conseil d’Administration de cette ASBL est constitué des neuf membres qui, comme pour tout autre KAP, habitent ensemble dans un même kot. Les 77 président.e.s des kots-à-projet constituent l’Assemblée Générale de l’Organe qui se réunit en début et en fin d’année académique. Le projet de l’Organe est de coordonner ces 77 KAP’s. En effet, l’Organe (équivalent de la Fédé pour les régionales, du GCL pour les cercles et de l’AGL pour les étudiant.e.s) a comme mission et objectifs le soutien, l’ouver-

ture, la représentation et la cohésion des kots-à-projet ! Ceci n’est qu’un très bref aperçu de ce qui existe dans le monde des kots-à-projet ! Pour en savoir plus, on vous invite à vous rendre sur le site louvainfo.be (pour un agenda complet de l’animation louvaniste tous horizons confondus) ou sur kapuclouvain.be (pour une description de chaque KAP, de sa localisation et de ses activités). Quant au Cercle, c’est une association estudiantine reliée à une faculté et représentant les étudiant.e.s de cette même faculté. Le Cercle a pour but de tisser des liens entre la faculté qu’il représente et les étudiant.e.s qui y étudient (Service lors d’événements, animations pour les étudiants, revues, conférences, etc.). Il a aussi pour but de tisser directement des liens entre les étudiant.e.s en servant de lieu de rencontre, d’échanges et de fêtes. En effet, chaque Cercle dispose de sa salle qu’il loue à l’Université pour y organiser ses activités. Le GCL est le Groupement des Cercles Louvanistes et l’organe fédérateur de l’ensemble de tous les Cercles. Il sert de lien direct entre les autorités de l’Université et les Cercles (donc, les étudiants des facultés impliqués dans l’animation estudiantine).

Son but est de conserver entre ces acteurs un dialogue et un lien d’entente et de confiance. Le GCL organise des activités à l’attention des comités des Cercles pour les «  remercier  » de leur investissement dans l’animation – qui dépasse le simple cadre d’être « étudiant universitaire » et peut parfois constituer un job à part entière ! Il est aussi responsable de la distribution des divers subsides au prorata des activités coûteuses que l’un ou l’autre Cercle aurait la volonté d’organiser. Les Régionales sont des associations étudiantes qui représentent leur région d’origine. Certaines se concentrent sur une seule ville, comme la Binchoise ou la Montoise, alors que d’autres sont provinciales, telles la Liégeoise ou la Namuroise. Il y a aussi une régionale bruxelloise ainsi qu’une régionale germanophone pour les étudiant.e.s venant des Cantons, l’Eumavia. Les régionales accueillent les nouveaux arrivants sur Louvain-la-Neuve et les intègrent dans la nouvelle vie de la cité, ce qui est la plus ancienne mission, datant de l’époque de Leuven. Les régionales organisent également des événements culturels, comme le Doudou ou le cortège de la Saint-Martin. De nombreuses dégustations de produits régionaux ont également lieu sur l’année.

4 GRANDS COLLECTIFS

8

AGL

Fédé

(Assemblée générale des étudiants de Louvain-laNeuve)

(Fédération des régionales wallonnes de l’UCL)

Représentation des étudiants

Coordination des Régionales

GCL (Groupement des Cercles louvanistes) Coordination des Cercles

Organes (Collectif des kots-à-projet) Coordination des KAP’s


L’Assemblée Générale des étudiant.e.s de Louvain (AGL) est une organisation étudiante chargée de défendre, d’informer, de soutenir et de représenter les étudiant.e.s de l’UCL. Pour réaliser ces missions, environ 80 étudiant.e.s sont élu·e·s chaque année dans chaque faculté pour siéger au Conseil de l’AGL, le parlement étudiant. Chaque année également, l’AGL se dote d’un Comité qui applique les missions et les campagnes et gère les dossiers étudiants au jour le jour. En plus de ces deux structures, l’AGL se dote de plusieurs Commissions thématiques, ouvertes à tou.te.s les étudiant.e.s. Ces commissions travaillent les dossiers liés à l’enseignement, à la transition écologique, à l’ouverture sociétale, au social, à l’inclusion, etc. Cette année, les étudiant.e.s engagé.e.s se sont lancé.e.s dans une campagne sur l’accessibilité de l’enseignement à l’UCL.

Celle-ci se décline en cinq volets : un enseignement non sélectif, davantage de logements, une meilleure ouverture à l’international, plus d’inclusion et une mobilité douce. Ces campagnes se déploient à la fois sur le terrain au contact des étudiant.e.s de l’université, et à la fois dans les institutions, puisque l’AGL peut envoyer des représentant.e.s dans toutes les instances de l’UCL.

Adresse : 67, rue des Wallons, 1348 Louvain-la-Neuve Téléphone : 010/45.08.88 Mail : agl@aglouvain.be  Site : www.aglouvain.be Claire pour l’Organe, Simon pour le GCL, Barnabé pour la Fédé et Mathieu pour l’AGL

À côté des campagnes, l’Assemblée Générale des étudiant.e.s de Louvain met gratuitement à disposition des services : des aides et conseils juridiques, la possibilité de louer des salles d’animation, des subsides pour les initiatives pédagogiques et les activités socioculturelles, des aides aux étudiant.e.s locataires, etc.

Animation étudiante

Les régionales sont chapeautées par la Fédération Wallonne des Régionales de l’UCL (Fédé), qui est composée d’anciens membres des 16 régionales. La Fédé organise de grosses activités au cours de l’année, activités qui donnent lieu à un classement des régionales. Ces activités sont un concours de vélos folkloriques, représentant la région d’origine, lors des 24H Vélo, le Carnaval de Louvain-la-Neuve durant lequel ont lieu des spectacles ; les décors du lundi de la Semaine fédé où les régionales réalisent des bars qui immergent les participant.e.s dans un thème tout à fait particulier.

Deux petits clics pour changer les choses ! Chaque année, un.e étudiant.e débourse entre 8 000 et 12 000 euros pour une année d’étude en comptant le minerval, le matériel de cours, le logement et les autres dépenses inhérentes à la vie étudiante. Face à une précarité grandissante, les étudiant.e.s éprouvent de plus en plus de difficultés à payer leurs études. Les demandes d’allocations d’étude explosent (+21 % en six ans) et le nombre de demandes d’aide auprès des CPAS grimpe sans cesse (x 7,4 entre 2002 et 2016). De plus, selon une étude réalisée auprès de plusieurs milliers d’étudiant.e.s, 25 % d’entre eux doivent travailler pour payer leurs études et les frais liés. Cette situation est non seulement une barrière à l’accès aux études mais également à leur réussite. C’est pourquoi, profitant de la période électorale au niveau de la Fédération Wallonie – Bruxelles, la FEF – Fédération des Étudiant.e.s Francophones mène, cette

année, une campagne pour obtenir une diminution du coût des études et un refinancement structurel de l’enseignement supérieur. La FEF rappelle à cette occasion qu’étudier est un droit et est fondamental à l’émancipation des jeunes afin de devenir des citoyen.ne.s responsables et critiques. Pour que chaque jeune ait droit aux mêmes chances d’accès et de réussite face aux études, signez cette pétition ! La FEF souhaite obtenir 40 000 signatures pour montrer aux responsables politiques qu’il existe une vraie préoccupation citoyenne pour ces thématiques. Cela nous concerne tou.te.s, que l’on soit étudiant.e, que l’on souhaite que ses (petits) enfants puissent l’être, ou que l’on estime tout simplement que l’accessibilité des études est primordial... http://fef.be/2018/10/01/signe-lapetition/?fbclid=IwAR3hMZ0QgUti 4cTqUoEuF75KiPiDNRCVFXzMX zY97nTRbPj6LXebJ39rXMA

9


Nouvelles des quartiers

Bruyères Les Cafés Bruyères  : celui de septembre a accueilli plusieurs étudiants qui nous ont fait découvrir ce qu’est la Fédération wallonne des Régionales de l’UCLouvain (Fédé), le Groupement des Cercles Louvanistes (GCL) et Organe, le collectif des Kots-à-projet (article détaillé dans ce numéro). En octobre, c’est « Nico » qui est venu expliquer le projet Incredible oasis, au départ destiné au personnel des entreprises de l’Axis Parc et du Parc Einstein et maintenant étendu aux habitants et voisins dans le cadre d’expériences de permaculture et de potagers collectifs. Pour en savoir plus, vous pouvez envoyer un message à l’adresse suivante : nico@incrediblecompany.bio et/ ou consulter la page Facebook Incredible oasis. Voir aussi l’article paru dans l’AH INFO 157. Fin novembre, soirée japonaise et le 14 décembre, pour clôturer l’année, une soirée théâtre impro.

La Brocante d’octobre : dix ans plus tard, elle n’a pas perdu son âme et est toujours autant appréciée pour son ambiance familiale. Cette belle réussite, nous la devons à tous ceux qui s’impliquent de près ou de loin dans cet événement (bénévoles, pionniers, étudiants…), mais aussi aux exposants, habitants et visiteurs qui nous rejoignent toujours avec beaucoup d’enthousiasme. Nous faisons un appel à celles et ceux qui souhaiteraient nous rejoindre comme bénévoles l’année prochaine ! Par mail  : brocante.bruyeres.en.musique@gmail.com ou par tél. 010/68 85 10. La fête d’Halloween : comme l’an dernier, malgré la pluie, cette fête a connu une grande affluence. Vampires, sorcières, fantômes, citrouilles et autres araignées étaient au rendez-vous le 30 octobre dans l’antre installé à Hepsilone, rue des Poètes. Des troupes de monstres plus affreux les uns que les autres sont venus se réchauffer et se sustenter avec une délicieuse soupe de potiron, du chocolat chaud ou du vin chaud (pour les plus grands) servis par une bande de sorciers et sorcières des plus accueillants.

Biéreau Que de passages au Four à pain le jour des élections ! On y rentrait comme dans un moulin et les langues allaient bon train, il faut dire qu’il y avait matière à alimenter les conversations ce dimanche-là ! Le 16 octobre, une vingtaine d’étudiants sont venus préparer, cuire et déguster des pizzas, une soirée réussie ! Bravo aux étudiants du Kap Délices pour l’organisation, la préparation de la pâte, l’ambiance et le partage avec les membres du Four à pain présents. Le 11 novembre fut un dimanche plutôt calme... Décembre, période des cougnous. Vous pourrez apprendre à les préparer lors de l’atelier du dimanche 9 décembre et en commander pour Noël. Renseignements : https://fourapainolln.wordpress.com/ Avec quelques semaines d’avance, toute l’équipe du Four à pain vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et vous donne rendezvous le 10 mars 2019 pour boulanger et pâtisser ensemble.

Centre

10

Village des Enfants et Fête des Voisins le soir des 24h vélo. Merci au kot Sac de Billes, au Kot-é-Danse, au Kot-é-Clown, au Circokot et à tous les autres Kotsà-projet qui ont animé le Village des Enfants. Les moussaillons ont passé un agréable après-midi ludique. Et merci au Centre Sportif Etudiant (CSE Animations) pour l’organisation de la Fête des Voisins. C’était l’occasion de se retrouver dans une ambiance conviviale pour partager un repas entre « voisins » et déguster une bière spéciale au bar tenu par le Brassikot. Si vers la fin de la soirée boulettes et paëlla n’étaient plus très chaudes, le cours de rock a vite fait grimper la température...

AH

INFO

Vous aimez écrire ? Vous souhaitez partager un point de vue, informer, faire réfléchir ? L’AH INFO 160 paraîtra en mars, soumettez-nous votre projet d’article en l’envoyant à : communication@ahlln.be avant le 15 janvier.


La rue Michel de Ghelderode du quartier des Bruyères est située dans une zone résidentielle telle que définie dans le code de la route belge. Ces zones dont la vitesse est limitée à 20 km/h et où les jeux d’enfants sont autorisés ont pour but d’offrir un cadre convivial pour développer la vie sociale d’un quartier. L’idée est qu’une véritable vie s’installe dans la rue. Au-delà des jeux de ballon, des circuits de vélo et des dessins à la craie, plusieurs familles se sont mises à organiser des apéros de rue afin que les habitants se rencontrent et tissent des liens. Des espaces verts partagés (nourriture, compost… et même une boîte à livres) ont vu le jour. Mais ce n’est pas tout… Depuis cet été, de nouvelles résidentes se sont installées dans la rue : quatre poules, les reines de Ghelderode ! Plusieurs familles ont voulu travailler à un projet commun de rue et ont construit ensemble un poulailler pour sensibiliser les enfants à la nature en prenant soin d’animaux avec respect, mais aussi pour leur montrer tout ce que les poules peuvent apporter en plus de leur compagnie : recyclage et production de nourriture, engrais, entretien d’espaces verts sans pesticide…

Peut-être ce projet donnera-t-il des idées à des habitants d’autres rues de LLN pour se rencontrer et tisser des liens autour de réalisations pour une meilleure qualité de vie et d’environnement… Olivier Van De Ponseele

Le projet est une véritable réussite, et pas seulement pour les familles concernées. C’est devenu un véritable lieu de promenade et sujet de conversation. Tous les jours des passants s’y arrêtent, des promeneurs avec leur chien, de jeunes couples avec leur poussette, des familles, des retraités… Un jeune garçon a même pris les mesures pour construire un poulailler avec son papa.

La liste d’adresses « Bienvenue-OLLN » : Compléments d’informations et mode d’emploi Dans l’AH Info 158, nous a été présentée la Plateforme Communale d’Aide aux Réfugiés. En prolongement de cet article, voici quelques précisions sur la liste d’adresses courriels qu’elle utilise pour communiquer en interne ou en externe. Quels sont les objets des courriels échangés sur la liste ? En voici quelques exemples : > appel à une journée découverte de Louvain-la-Neuve pour les réfugiés, les demandeurs d’asile et les nouveaux étudiants étrangers > demande de stage d’apprentissage en électricité pour un jeune réfugié afghan (solution trouvée auprès d’un patron iranien arrivé chez nous dans les mêmes conditions, il y a 30 ans) > appel à un conseiller concernant les droits et obligations du locataire > appel pour une dame et sa petite fille, réfugiées du Cameroun, ayant besoin d’aide dans leurs démarches administratives et pour leur équipement > information concernant 5 jours de formation juridique en relation avec l’accueil des réfugiés > information sur le programme Access2University de l’UCL > appel et réponse pour l’hébergement pendant une dizaine de jours d’une famille palestinienne avec 3 enfants en bas âge > demande de linge de literie pour un nouveau lieu d’accueil de courte durée à Louvain-la-Neuve

Épinglés pour vous

Les reines de Ghelderode

> appel d’une habitante de Mousty envisageant de mettre une chambre d’étudiant à la disposition d’un jeune réfugié, mais qui souhaite rencontrer un responsable avant de se décider > convocations et compte-rendus des réunions de la Plateforme d’accueil Comment fonctionne cette liste d’adresses ? N’importe qui peut envoyer un e-mail à l’adresse suivante : Bienvenue-OLLN@listes.agora.eu.org Si l’expéditeur est déjà inscrit dans la liste, son message parviendra directement à l’ensemble de la liste. Dans le cas contraire, son e-mail aboutit chez l’administrateur de la liste qui peut soit accepter le transfert de ce courriel à toute la liste, soit reporter sa diffusion après avoir pris contact avec l’expéditeur, soit le rejeter s’il sort complètement du cadre de l’accueil des réfugiés. Comment s’inscrire sur cette liste d’adresse ? On peut soit s’inscrire soi-même, soit demander à l’administrateur de la liste de le faire. Pour s’inscrire soi-même, rendez-vous sur le site : https://listes.agora.eu.org/listinfo/bienvenue-olln Vous y trouvez une présentation de la liste d’adresses et la possibilité de vous abonner. On vous demandera votre adresse e-mail, votre prénom et votre nom et un mot de passe. Pour terminer, il faut cliquer sur « Abonner ». Pour demander à l’administrateur de la liste de vous inscrire, envoyez- lui un e-mail à jmblln@yahoo.fr, en mentionnant vos prénom et nom. Jean-Marie BEGUIN, administrateur de la liste, relayé par Any Reiland

11


Épinglés pour vous

Il n’est pas trop tard pour les coupons du Guide des Commerces et Services ! Cette année, l’AH a innové en intégrant des coupons-promo dans le guide des commerces et services que tous les habitants ont normalement reçu dans leur boîte aux lettres ou qui sont disponibles dans les commerces de LLN. Cinq commerces ont accepté d’inaugurer cette initiative. En soutien au Guide des Commerces et Services, ils vous accordent des réductions intéressantes. - Chick’N’Fish, à la Traverse d’Esope, - GraspHopper, The Refill Grocery, sur la place André Hancre, entre LLN et Ottignies,

- Altérez-Vous, Café Citoyen, place des Brabançons, - Livre et Art, Café Boutique Librairie du Musée L, place des Sciences, - La Brasserie de l’Esplanade, située au -2, à côté de l’entrée du Delhaize. En utilisant vos coupons*, vous aussi vous apportez votre soutien à la réalisation du guide de l’AH. Ils restent valables même chez GraspHopper et à la Brasserie de l’Esplanade, qui prolonge sa réduction de 20 % : vous pourrez en profiter pendant tout le mois de novembre 2018 puis du 15 janvier 2019 au 15 septembre 2019. *Valable seulement avec les coupons originaux de la version papier !

Louvain-la-neige, une invitation à l’émerveillement et à l’émotion Du 30 novembre au 20 décembre, la place de l’Université et la Grand-Place prendront des allures de forêt enchantée, les visiteurs auront l’occasion de flâner à travers des allées de sapins enneigés et de passer de chalet en chalet à la recherche du cadeau « coup de cœur ». En effet, la magie de Noël ne s’opère pas toute seule… Les 95 exposants ont été soigneusement sélectionnés pour la qualité et l’intérêt de leurs produits. Ils préparent durant des semaines et des mois des objets façonnés avec soin, reflétant leur univers et leur passion. De la figurine artisanale au fameux cougnou que l’on ne déguste qu’à cette période de l’année, le plaisir des yeux sera bien comblé. Pensez aussi à noter dans votre agenda les exposants que vous ne voulez pas rater ! Une trentaine de créateurs,

Jean-Louis Litt habités par l’amour du métier, se succéderont sur une courte période allant de 1 à 3 jours uniquement. Vous pourrez les retrouver dans les cinq chalets nommés POP-UP sur la place de l’Université. Louvain-la-neige, c’est aussi une invitation à la convivialité et au partage. Au détour d’un coin de forêt, vous tomberez nez à nez avec de petits endroits aménagés et illuminés avec soin, accompagnés de senteurs chaleureuses, parfois oubliées. Dans un chalet transformé en salon cosy, sous un préau abritant une grande table en bois, dans une télécabine transformée pour y accueillir des convives ou encore autour du grand brasero, vous pourrez prendre le temps de vous poser autour d’un verre de vin chaud ou de jus de fruit épicé, le charme opère, il n’y a pas que les yeux des enfants qui se rempliront d’étoiles. Horaires, liste des artisans, programme d’animations sur : www.louvainlaneige.be

Noël et/ou Nouvel An en famille 2018 Depuis 14 ans, l’Association des Habitants de LLN, en partenariat avec le Centre Placet, l’Association des Résidents du Placet (ARP) et la Coordination des Etudiants Internationaux (CGEI), organise l’accueil d’étudiantes et étudiants étrangers dans les familles de LLN pour le réveillon ou le jour de Noël... ou à tout autre moment durant la période festive de fin d’année. Depuis 2017, cette action s’est élargie aux réfugiés par l’intermédiaire de « Tremplin pour la vie » (Collectif des Femmes). Grâce à ce geste généreux, de nombreux étudiant.e.s ou réfugié.e.s de pays lointains vivent à travers votre hospitalité, la chaleur d’un Noël ou la gaité d’un Nouvel An en famille. Les échos qui nous sont revenus nous incitent à renouveler en 2018 cette opération d’amitié interculturelle. Si vous avez l’élan de rencontrer l’autre, de partager bonheur, joie et convivialité avec ces personnes éloignées de leur famille durant les fêtes, c’est le moment de vous inscrire ! Inscription : - pour Noël : jusqu’au 15 décembre, - pour Nouvel An : jusqu’au 22 décembre. Inscrivez-vous via le formulaire disponible en page d’accueil du site de l’AH (www.ahlln.be), à renvoyer à anyreiland@yahoo.fr. Renseignements : 0486/23 62 91.

Marché de Noël solidaire, le week-end des 22 et 23 décembre 2018 Il aura lieu à la salle Sainte Claire (sous l’église Saint François), rue Hennebel 30 (Hocaille). Le samedi, le marché ouvrira ses portes de 12h à 20h et le dimanche, de 10h à 18h. Au programme:

12

artisanat issu de projets solidaires au Sud et au Nord. Bar, animations musicales et autres, petite restauration. Bienvenue à tou.te.s ! Contact : Charlotte Luyckx 0473/76.82.90. Rubriques coordonnées par Maria Allard

AH Info - Novembre 2018 - Numéro 159  
AH Info - Novembre 2018 - Numéro 159  
Advertisement