Page 1

Chéri viens voir!

l’alliance de mes rêves est dans ce magazine

Cocktail de robes Wedding Shoes

Liste de mariage


Vive les mariés!

Directeur de publication Hassen Sfar Management Ismail Ben Miled Rédactrice en chef Wided Ben Lakhdar Rédaction Wided Ben Lakhdar, Fatma Ben Mosbah, Lina Labidi, Shirine Guiga, Amel Belkaïd Direction artistique Sonia Sfar Karoui Mode, beauté et déco Shirine Guiga Direction commerciale Fakhta Hachicha Correspondant en France Monique Cabré Directeur technique Abdallah Benzieda Photographe Oussema Dridi Caricatures Mounir Hedfi Impression Simpact Contact Commercial Commercial@femmesdetunisie.com

A l’approche de l’été, c’est la saison nuptiale qui ouvre le bal des cérémonies de mariages. Entre préparatifs, stress, réservation, etc… les futurs époux ne savent plus où donner de la tête et sont pris dans le tourbillon de l’organisation de ce qui doit être le plus beau jour de leur vie ! C’est la raison pour laquelle FDT a pensé à tout pour vous aider à faire de ce jour un moment inoubliable. Nous en avons donc profité pour vous concocter un numéro spécial mariage avec des dossiers et des chroniques en union...en espérant pouvoir contribuer à votre futur bonheur! Côté filles, la cérémonie de mariage, c’est le rêve de se transformer en princesse au bras du prince charmant dans un décor des milles et une nuits qui se concrétise. Du côté des garçons, c’est surtout au budget que l’on pense mais aussi (et surtout) à la soirée d’enterrement de vie de garçon pour laquelle ils mettent beaucoup de cœur à l’ouvrage. La soirée de mariage achevée, et bien non, ce n’est pas terminé, il reste la nuit de noce ! Tout autant que la cérémonie, elle se prépare car même si certaines sont ravies à l’idée de passer leur première nuit avec l’homme de leur vie, d’autre l’appréhendent. C’est pourquoi nous avons répertorié rien que pour vous les conseils pour bien réussir cette nuit que l’on vous souhaite magique. Par ailleurs, nous avons voulu savoir si l’amour rime avec toujours. En effet, lorsque l’on se dit « oui », c’est censé être pour l’éternité. Mais seulement au bout de cinquante ans de mariage, est-il encore possible de s’aimer comme au premier jour ? Notre chroniqueuse a cherché pour vous la recette qui ne tient qu’à certaines règles à suivre quel que soit la génération et les conditions. Un zeste de confiance, une bonne rasade de respect, une poignée de générosité, on ajoute à cela des concessions, voilà, vous êtes sur la bonne voie ! Comment ? A part les mariages on parle de quoi ? Et bien on parle de culture, de beauté, de santé, du regarde de la société sur les célibataires, on recompose les familles recomposées…. Bref, je ne vous retiens pas plus longtemps et vous laisse plonger dans la féérie de notre magazine devenu incontournable. A tous les futurs mariés, toute l’équipe de FDT vous souhaite de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’enfants ! Wided Ben Lakhdar

Contact Direction Immeuble Comète – 1er Étage Avenue Hédi Karray Centre urbain nord Tél. : 71 707 207 Fax : 71 707 548 directiongenerale@femmesdetunisie.com 9


10


SOMMAIRE Avril 2009

18

6 12 16 20 26 28 32 34 38

C'est dans l'air

32

Dossier Célibataires d’aujourd’hui Mode Olfa Turki: l’art de la haute couture Shopping Special mariage Cocktail de Robes Wedding shoes Une alliance pour lui dire oui Make-up Belle et zen pour son mariage Forme Mincir en conservant ses formes Santé Visite de contrôle annuelle chez le gynécologue Sexo Comment réussir sa nuit de noce ? Couple L’amour pour toujours

44 Parents Les tiens, les miens, les nôtres

Culture Yasmine Azaiez Focus sur une violoniste hors pair Yesmine Karray La plus jeune écrivaine Tunisienne Livres Déco Liste, ô ma liste ! Petit électro Faites-vous une fleur Savoir-vivre Le mariage dans les règles de l’art ! Test Pourquoi êtes-vous toujours célibataire ? Carnet de voyage Spécial nuit de noce

40 42 48 54 56 60 11


C’est dans l’air Sulaika Zarrouk : une tunisienne qui fait vibrer l’Amérique Le 29 mars dernier, la célèbre marque Felix Rey a fait découvrir sa nouvelle collection en édition limitée de sacs à main. De New-York à Los Angeles, Sulaika Zarrouk, jeune designer Tunisienne de 33 ans, et son associée Lily Rafii, ont su s’imposer en créant la tendance. Ouvrez n’importe quelle prestigieuse revue de mode aux Etats-Unis et vous en aurez la preuve. Sulaika Zarrouk qui n’est autre que la fille du peintre Raouf Zarrouk, a grandi à Paris au milieu d’artistes et de créatifs. Puis, c’est à la Gallatin School of Individualized Study de l’Université de New-York qu’elle décroche son diplôme de « Fashion design ». Très douée, elle débute par un parcours dans la communication et travaille ensuite sur la collection de Doona Karan. C’est donc plébiscitée par les critiques de mode qu’elle se décide à fonder avec Lily Raffi en 2001 sa propre marque qu’elle nommera Felix Rey. Le choix du nom de Felix Rey est, à lui seul, un clin d’œil intelligent pour rappeler ce fameux médecin appelé au chevet de Van Gogh dont l’oreille était coupée. Felix Rey se place maintenant comme une véritable légende et les modèles créés sont très prisés. Jennifer Lopez, Lindsay Lohan, et Paris Hilton en sont fans, tout comme Sarah Jessica Parker que l’on peut voir arboré dans la série TV Sex and the City des sacs de la marque.

MatiSpa, la philosophie du Spa selon Matis Matis crée MatiSpa ; le soin du corps professionnel nouvelle génération de Matis, le premier concept de « Spa » global en institut. Imaginez qu’en deux heures de temps, toutes les femmes pourront enfin s’adonner aux plaisirs des soins et de l’expérience des spas. C’est la raison pour laquelle la Maison Matis a organisé dans les locaux de son distributeur officiel en Tunisie, Socopar, deux journées de formations, les 7 & 8 avril derniers, pour les esthéticiennes des instituts partenaires de la marque en Tunisie. Venues des quatre coins de la Tunisie, ces esthéticiennes ont donc pu profiter d’une session de formation internationale des produits professionnels corps destinés aux spas ainsi qu’aux instituts renommés. La première partie de cette formation consistait à présenter les différents produits « cabines », exclusivement utilisés dans les instituts de beauté et la seconde était consacrée aux produits de vente ainsi qu’aux techniques de vente. Durant ces deux jours, les esthéticiennes ont donc pu apprendre les techniques d’application de ces nouveaux produits, et ont eu droit à une présentation très intéressante des nouvelles cures amincissantes, relaxantes, drainantes et reminéralisantes. Bien entendu, à l’issu de cette session, des diplômes Matis ont été remis aux participantes car tout autant que les produits, la méthode de soins tient une place capitale dans le concept MatiSpa. Associant la haute technicité des produits aux exigences de compétence des professionnels de l’esthétique, Matis souhaite proposer au travers de cette nouvelle gamme une expérience « Spa » unique et apporter ainsi un réel avantage dans le soin avec des méthodes en phase avec le résultat attendu. 12


L’Association Tunisienne d’Aide aux Sourds – Esmaani 2009 C’est du 21 au 29 mars que s’est déroulée l’édition 2009 d’« Esmaani », une manifestation culturelle au profit des enfants sourds et malentendants. Organisé conjointement par un groupe de citoyens ainsi que l’Association Tunisienne d’Aide aux Sourds (section de l’Ariana), l’évènement qui s’est tenu au Palais Abdelia à la Marsa a mis à l’honneur les différents moyens d’expression artistique. Des ateliers ont ainsi pu accueillir les enfants venus rencontrer des artistes tels que Samy Snoussi, Héla Ammar, Faten Rouissi, Ahmed Malab etc… et découvrir à l’occasion la peinture, la céramique, la sculpture, le dessin à travers plusieurs expositions d’art ; ceci dans une ambiance de Kermesse. Durant cette manifestation, on a pu également assister à des projections de films pour enfants triés sur le volet ; « L’ours » de Jean-Jacques Anaud, « La marche de l’empereur » de Luc Jacquet, « Kirikou et les sorcières », « Arthur et les Minimoys » de Luc Besson, « Asterix » et bien d’autres encore. En amont, un marché aux livres d’occasion, collectés auprès de particuliers, des écoles, imprimeurs et autres organismes de bienfaisance, a été mis en place tout au long de la manifestation. C’est bien entendu en musique que cette action a été soutenue avec une série de concerts avec des groupes qui se sont déplacés bénévolement. Pour finir, 30% du chiffre de la vente des œuvres d’art exposées a été versé à l’A.T.A.S-Ariana.

HUGO ELEMENT - Le nouveau parfum pour Homme signé Hugo Frais, vibrant et masculin, le parfum HUGO ELEMENT, un aquatique boisé, est destiné à l’homme HUGO ELEMENT qui considère la ville comme sa source d’inspiration. Conçu pour raviver l’énergie créatrice, ce parfum puise ses quatre facettes olfactives dans une énergie tirée des quatre éléments, eau, feu, terre et air. La note de tête, dominée par la Calone, est aquatique. La note de cœur structurée par les senteurs fraîchement épicées du gingembre et de la feuille de coriandre, rappelle le Feu. La note de fond s’articule autour de fragrances boisées, celle du cèdre en particulier représente la Terre. Enfin, l’étui, s’inspirant d’une bouteille d’oxygène, représente l’Air qui enveloppe tout. Il n’est pas jusqu’aux matières utilisées pour fabriquer le flacon HUGO ELEMENT, subtil mélange de métal brillant et de verre, qui réfléchissent la lumière et soulignent la transparence, pour recevoir sa dose d’oxygène où que l’on soit. L’ apparition dans le visuel utilisé par la société Cosmetica pour présenter ce nouveau parfum, du Brésilien Jonathan Rhys Meyers, incarnant à la perfection l’ homme à la fois charmeur, sûr de lui, élégant et talentueux, était déjà à elle seule une bouffée d’air pur dans cet après-midis grisâtre de février. 14


En pharmacie

BOTOINA Pour les rides d’expression

Le visage effectue quotidiennement des milliers de mouvements qui se traduisent par des signes visibles au niveau de la peau: les rides d’expression. Comment les corriger? La recherche suisse a donné le jour à un système innovant qui détend les rides d’expression: un complexe cosmétique, Botoina, qui est étalé précisément sur les rides et les sillons d’expression à l’aide d’un applicateur de précision gradué à pointe tronquée. L’efficacité de Botoina repose sur quatre molécules (Acetyl Dipeptide-1 Cetyl Ester, Sodium-Potassium, Magnesium Gluconate, Pentapeptideamide-4) ayant chacune une propriété particulière qui aide à détendre les rides d’expression. Appliqué pendant 20 jours sur un échantillon de 130 femmes, Botoina a donné des résultats évidents d’aplanissement des rides d’expression dans plus de 80% des cas. Le produit de soin Botoina est décliné en différents dosages à partir de quatre molécules, dont le choix dépend de la profondeur et de la gravité des rides d’expression (modérées, profondes ou très profondes: Botoina 1000, 3000 ou 5000). Brevets Botoina 1. Formulation de Botoina: Brevet Suisse CH 694 954 A5. Extension internationale PCT WO 2006/069608. 2. Applicateur de précision avec extrémité à pointe tronquée: Brevet Suisse CH 695 412 A5. Extension internationale PCT WO 2006/045349.

La méthode d’application: le complexe de principes actifs de Botoina est appliqué directement sur les sillons des rides. Il s’agit d’une application extérieure effectuée à l’aide d’un applicateur spécial qui répartit le produit de soin cosmétique directement sur la ride au lieu de le disperser sur tout le visage: c’est une méthode d’application de précision mise au point dans le but spécifique d’estomper les rides d’expression. Elle prévoit l’utilisation d’un applicateur de précision avec extrémité à pointe tronquée. Quatre sont les zones d’application: le front et la glabelle, le contour des yeux, les ailes du nez et le contour des yeux.

Labo Cosprophar Suisse

Distribué en Tunisie par: LOISIRS SANTÉ DISTRIBUTION Tel: 70 838933 e-mail: lsd@planet.tn


C’est dans l’air

La Tunisie au cœur de Dubaï C’est dans le fameux Dubaï Mall, l’unique Fashion Valley du monde avec ses 44000 m2, que la Tunisie est allée s’implanter. Dubaï Mall, c’est 1200 boutiques, 28 cinémas et 4 grands hôtels dont l’un est haut de 63 étages ; excusez du peu ! Un lieu de rendez-vous international de la mode et des tendances qui accueil un segment de notre patrimoine, de nos saveurs et de notre savoirfaire. La Tunisie y est bien présente à la faveur de notre compatriote, Jalel Ghayaza et de son enseigne «Delice», réputée pour la grande délicatesse de ses gâteaux. C’est ainsi qu’après le centre-ville de Dubaï, juste en face de City-Center (Carrefour, etc.), et Abu Dhabi, la capitale, «Delice» a ouvert ses portes au Dubaï Mall, là où les surfaces s’arrachent au centimètre carré et les marques rivalisent en attractivité. Etabli depuis plus de 20 ans dans les pays du Golfe, Jalel Ghayaza a visé juste en investissant. Fournisseur attitré des grands palaces de 7 étoiles de Jumeira, comme des palais officiels et des grandes familles, il s’est

distingué depuis des années par une innovation continue qui assimile les gâteaux et les chocolats à de véritables petits joyaux des babines. Les matières sont sélectionnées, les saveurs mises en cohérence, les tailles sont réduites, la présentation est célébrée dans de petits coffrets tels des boîtes à bijoux. La boutique est conçue en véritable temple du design et du bon goût. Pour y parvenir, Jalel n’a pas lésiné sur les moyens, faisant appel à des architectes, décorateurs et designers, tunisiens et internationaux, parmi les plus talentueux. Pour CityCenter, il a privilégié les ambiances intérieures raffinées des maisons de la Médina, avec bois peint, atmosphère orientalo-andalouse, douceur de vivre érotisée. Sur cette même touche, il épure davantage les lignes à Dubaï Mall avec des cimaises éclairées, des lustres en cristal prestigieux, et des lumières mises en transparence sur un marbre aux dessins naturels évocateurs, soigneusement poli. Sobriété, élégance, raffinement, éblouissent les sens de tout ceux qui y pénètrent.

Mindshare scoops Advertising Age Global Media élue agence de l’année Le magazine de l’industrie “Advertising Age” vient d’élire Mindshare « Global Me-dia Agency de l’année ». Ce prix a été décerné suite à une importante année pour le réseau WPP, qui a vu une restructuration interne, durant l’année 2008, et ce, en fusionnant les 12 unités initiales en 4 : Client Leadership Group, Business Planning, Invention unité media à vocation créative, et l’Exchange unité qui se charge de l’achat d’espaces. Advertising Age a mentionné que c’est grâce à cette restructuration que Mindshare a gagné le prix, comme cela a été le cas après le succès remarquable de la version chi-noise de « Ugly Betty », qui a été commandée au nom d’Unilever, client de Mind-share. Cette inspiration a vu le jour à partir de « In the Motherhood », un projet col-lectif américain réalisé par Unilever and Sprint. Ce dernier a donc été exécuté en coordination avec The Ellen DeGeneres Show afin de conduire les femmes au site inthemotherhood.com dans lequel elles ont l’opportunité de raconter leurs histoires et leurs vies. Cette comédie dramatique en ligne a été suivie par 5.5 million d’internautes. AdAge indique également que ce travail considérable a été effectué en collaboration avec plusieurs intervenants, à savoir les clients de Mindshare Maybelline et Nike ainsi que d’autres agences telles que Michaelides et Bednash. Dominic Proctor le Chef Exécutif de Mindshare Worldwide s’est exprimé afin de remercier Advertising Age pour avoir voté en leur faveur en tant qu’Agence Globale de l’Année. Et d’ajouter que 2008 s’est avérée être une année colossale du fait de sa restructuration radicale en matière de business ». « 2008 a été une année fantastique pour nous dans la région de Mena où nous avons enrichie notre portefeuille clients, et où nous avons également réussi à réaliser cette restructuration en tant que part entière du réseau global de Mindshare. « Nous som-mes très fiers de cette distinction » a ajouté Samir Ayoub CEO de Mindshare au Moyen Orient et en Afrique du Nord.

16


Dossier

Célibataires d’aujourd’hui

Entre dédain et compassion, que cache réellement le regard de la société sur ce nouveau type de femmes ? Arrivées à la quarantaine et même à la cinquantaine, elles sont de plus en plus nombreuses à n’avoir pas encore lié leur vie à celle d’un homme. Le feront-elles un jour ? Rien de moins sûr. Pourtant, la majorité d’entre elles n’a pas choisi le célibat, il s’est imposé à elles. Beaucoup s’en accommodent très bien, d’autres pas du tout. Pour ces dernières, le sentiment de mal être résulte-t-il de la solitude ou du regard suspicieux que la société pose sur elles ? Quant aux premières, font-elles envie ou pitié ?

18


Quand la Direction m’a demandé d’écrire sur le regard posé par la société sur les célibataires, je me suis dit, étant moi-même célibataire, qui mieux que moi pourrait décrire une situation que je vis depuis ma naissance, situation dans laquelle des milliers de célibataires Tunisiennes se retrouveront peut-être avec, bien sûr, quelques nuances selon le vécu de chacune. On ne naît pas célibataire, on le devient Le célibat est rarement un choix au départ. Dès l’adolescence, toutes les filles rêvent du Prince charmant. Cependant, si le dénicher est une priorité, celle d’obtenir un diplôme, sésame de l’indépendance financière, est plus importante. Puis vient le premier emploi. En goûtant aux joies de gagner son argent, si on ne s’est pas encore liée, on commence sérieusement à envisager de le faire. A ce stade de leur vie, certaines font la connaissance de celui qui sera leur époux et concrétiseront leur union. Pour les autres, entre rencontres et ruptures, on prend de l’âge et de l’assurance. A vingt ans, un seul critère suffit pour élire un homme au top one du cœur, mais au fil du temps, la liste des qualités requises s’allonge, et avec elle, celle des avantages à rester libre, surtout si on vit seule. Le salaire devient plus confortable, les parents interviennent moins dans la vie et la liberté devient de plus en plus enivrante. On sait ce que l’on gagne à prendre un amant, on sait ce que l’on perd en devenant sa femme. A l’arrivée de la ménopause, quand l’éventualité de devenir mère est à jamais évanouie, on sait qu’on est maintenant une célibataire qui a de très fortes chances de le demeurer toute sa vie.

Entre vingt et trente ans, on ne pense pas encore à la maternité, on veut être une épouse avant d’être une mère. A cet âge là, on essaie de trouver celui qui sera d’abord un excellent amant avant d’être le père de nos enfants. Célibataire ou vieille fille, une nuance de taille Aujourd’hui, les célibataires se partagent en deux catégories, aux antipodes l’une de l’autre. Autant celles qui s’assument sont finalement des avant-gardistes, autant celles qui vivent leur célibat comme une tare sont des vieilles filles d’une époque révolue. Actuellement on désigne la célibataire qui s’assume par la «célibattante», en référence à son combat quotidien pour

se prendre en charge. La vieille fille est tout le contraire de la «célibattante». Son indépendance économique, si elle existe, ne représente pas une liberté pour elle. Elle est d’ailleurs prête à la sacrifier pour se mettre en couple, et peu importe l’amour, l’essentiel c’est d’avoir le statut de femme mariée. A part des relations dans un cercle familial ou amical très restreint, elle n’a pas de vie sociale, encore moins de vie affective. Rien ne réussit à combler le vide qu’elle ressent.

La célibattante a appris à ne compter que sur elle-même et réussit à faire face à tous les obstacles qui surgissent dans sa vie. A ta mère tu ressembleras La mère d’une célibataire est plus malheureuse que sa fille. Tout d’abord, à l’injonction de reproduction, le chemin pris par sa fille ne correspond pas au schéma tracé. Même si elle est fière du statut professionnel de sa fille, celle-ci a échappé à son emprise sans se mettre sous celle d’un mari. Face à ce parcours atypique, même les plus conciliantes des mères lâcheront leur rancœur au premier malentendu. Le plus dur à assumer est le jugement de l’entourage qui, ne pouvant s’attaquer à la fille, portera sa malveillance sur la mère par des propos désobligeants ou une compassion hypocrite dont le but est toujours de la mettre dans la gêne. De l’acidité à toutes les sauces Autrefois, sous couvert de la plaindre, la vieille fille avait droit à toutes sortes de réflexions. Jeunes harpies ou vieux chameaux ne rataient pas l’occasion d’avoir quelques petites «attentions» acerbes pour blesser mère et fille. Aujourd’hui, la célibataire qui s’assume échappe à cet étau de la société dont les remarques ont moins d’impact sur elle.

A la réflexion mi figue mi raisin «les hommes sont vraiment aveugles», la célibataire ose répondre, les hommes ont une excellente vue, c’est moi qui suis très regardante «parce que je le vaux bien»

Amitié et concurrence Beaucoup de femmes se sont mariées tout simplement pour éviter le regard de la société, ce qui n’est évidemment pas le meilleur chemin vers le bonheur. Gardant parfois une pointe de jalousie vis-à-vis de celles qui ont eu assez de caractère pour tenir tête, ce sont souvent celles là qui seront 19


les plus caustiques, manière de régler leur compte avec la société par personne interposée. Il est d’ailleurs assez paradoxal que ce soient souvent celles qui se sont mariées par amour qui auront la loyauté de confier aux célibataires qu’il leur arrive de leur envier leur liberté.

Certaines tigresses, malades de jalousie voient dans toute célibataire une croqueuse d’hommes dangereuse pour leur couple, alors que souvent c’est la célibataire qui veillera à conserver un rapport quasi fraternel avec le mari de son amie. Une indépendance à deux vitesses Si la célibataire a connu beaucoup d’hommes dans sa vie, elle est consciente qu’en prenant de l’âge, ses chances de rencontrer l’âme soeur vont en diminuant. Les hommes célibataires de sa génération frapperont rarement à sa porte. Ils n’ont aucune envie de courir le risque de se voir tenir la dragée haute par une femme qui leur semble trop indépendante. Mais si les hommes célibataires la fuient, elle demeure par contre, objet de convoitise des hommes mariés qui voient en elle la proie idéale pour s’offrir quelques moments de divertissement sans en payer le prix fort. Ayant son propre chez elle, elle va assurer le gîte et le couvert et, comme elle tient à sa liberté, les risques de problèmes sont minimes.

Dans la balance des échanges, la relation avec une célibataire est tout bénéfice pour des messieurs mariés, en mal d’amour dans un couple que, malgré tout, ils ne veulent en aucun cas défaire. Célibataire ou mariée, il n’y a pas de bon ou de mauvais choix. Il y a le choix qui nous convient. Et quand bien même le célibat n’a pas été un choix, le meilleur choix est de l’assumer avec sagesse et intelligence. Chaque situation a ses avantages et ses inconvénients. Au lieu de convoiter le bonheur des autres, à chacune de construire le sien propre en gardant à l’esprit qu’il est un cumul de simples et petits plaisirs. Quelques chiffres de l’enquête PAPFAM (Projet arabe sur la santé de la famille) et ONFP (Office national de la famille et de la population). n Fatma Ben Mosbah 20

Age

1984 %

1994 %

2001 %

15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49

93,3 59 24,6 9,7 3,8 2,2 1,6

97 72,3 37,7 18,1 8,9 4,7 2,3

98,7 85,3 53,9 31,7 15,0 8,9 3,9


Olfa Turki L'art de la haute couture

U

ne femme habillée par les doigts d’or d’Olfa TURKI ne ressemble pas aux autres ! Elle devient tout simplement unique. Toutes les spécialités de Dar El Fouta ont été pensées pour faire d’elle le joyau de la soirée: Foutas et Blousas remises au goût du jour, Kaftans modernes, Robes de fiançailles somptueuses, Robes de soirée majestueuses et Robes de soirée branchées. Olfa Turki est la créatrice par excellence : Un don inné du beau avec un savoir faire inégalable. Elle ne cesse de nous éblouir par ses créations originales comme sorties d’un conte de fée. Ses robes de mariées sont empreintes de fééries. La magie des mille et une nuits pour la plus belle des occasions. Dar El Fouta: Location - Sur mesure des Robes Mme Olfa TURKI JEDIDI Adresse : Cité Jamil Bloc 3 - Apt 42 - 1er Etage El Menzeh VI - Tunis Tel / Fax: 71 233 590 - GSM: 23 334 455 Site internet : http://www.olfa-turki.com

22


Coiffure et Maquillage : Enzo Martelly Photographe : Slim Yahia


24


Coiffure et Maquillage : Enzo Martelly Photographe : Slim Yahia

25


Shopping Pochette - 129Dt Tara Jarmon

Robe Starlette en taffeta Fred Sun 390Dt Tara Jarmon

Cocktail de robes Matières soyeuses pour des robes chics et graphiques, réminiscence des sixties! Par Shirine Guiga

Robe - 1620Dt Tara Jarmon

26

Robe Dona brodée Bain de nuit 795Dt Tara Jarmon


Gants en dentelle - 49Dt Tara Jarmon

Chaussures Mizia Paris - 129Dt Tara Jarmon

Robe Sara Fred Sun - 480Dt Tara Jarmon

Robe en soie - 775Dt Tara Jarmon

Robe Renata en satin Fred Sun 480Dt Tara Jarmon

27


Shopping

Tailleur satin Fred Sun - 850Dt Tara Jarmon

Un mariage, un événement Ce soir, c’est vous la star !

Sautoir - 69Dt Tara Jarmon

Pochette brodée - 129Dt Tara Jarmon

Chaussures Mizia Paris - 1290Dt Tara Jarmon

Pochette en satin- 120Dt Tara Jarmon

28


Chaussures - 110Dt Cendrillon Chaussures - 235Dt Cendrillon

chaussures - 120Dt Cendrillon

Wedding

Shoes

Par Shirine Guiga

Classiques ou plus originales, vous y trouverez le modèle qui fera de ce jour le plus beau jour de votre vie

Chaussures - 180Dt Cendrillon Chaussures - 155Dt Cendrillon

29


Une alliance pour lui dire 30


Shopping

our vous aider, vous mettre sur la piste ou vous donner quelques idées, voici notre sélection d’alliances.

Tous ces articles sont vendus à la bijouterie Ben Jannet­­ Rue du lac Léman, imm . Inés, 1053 Les berges du lac - Tunis Rue du Lac Volta, 1053 Les Berges du Lac - Tunis Tunis City : Boutique N°24 Tél .: 71 963 053

Par Shirine Guiga

31


Make-up

Belle et Zen

pour son mariage

1- Préparation du teint

En ce jour où la majorité des mariées seront en blanc ou ivoire, attention au teint trop pâle! Mais comment avoir bonne mine sans partir en vacances ? Oubliez les autobronzants, pas assez naturels, le bronzage à outrance - trop années 80, pas très chic - et une exposition forcée au soleil qui vaudra, pour les plus blanches, des coups de soleil qui déshydratent la peau et risquent de figer le maquillage le jour J. La solution ? 3 légères expositions pas plus, en fin d’après-midi avec écran de protection.

2- Opération peau nette

Offrez-vous un nettoyage de peau chez l’esthéticienne. Une peau préparée est synonyme de maquillage sublimé! Profitez de l’occasion pour vous faire faire une manucure des pieds. Même si vos chaussures sont fermées et votre robe longue, de jolis pieds sont indispensables pour passer une bonne journée... et une délicieuse nuit de noce! Pensez à l’épilation des sourcils pour ouvrir le regard. La teinture des cils est également une bonne alternative au mas32

cara qui coule (pensez à l’émotion qui peut vous échapper ce jour tant attendu) ou tout simplement pour les personnes peu habituées au maquillage. Enfin, soignez vos lèvres aussi souvent que nécessaire avec un baume hydratant.

3- Préparez votre trousse de secours

Le jour J, préparez une trousse de maquillage avec : - des mouchoirs en papier - un peigne - des épingles à cheveux - une mini laque -  un brumisateur -  une poudre -  un rouge à lèvres -  un gloss Vous pourrez la confier à votre témoin, soeur ou maman... Cela sera bien utile, pour une petite retouche express, et cela vous tranquillisera de savoir que tout est à portée de main. n Shirine Guiga


Forme

Mincir en conservant ses f rmes

o

Comment affiner ses cuisses, perdre du ventre et gommer ses poignées d’amour tout en conservant des seins pulpeux et un décolleté harmonieux ?

Je garde mes seins

Une belle poitrine est une poitrine riche en tissu graisseux. Ce qui explique que nos seins fondent dès qu’on perd quelques kilos. Pour les maintenir au balcon... Version soft avec la chrono nutrition Avec la chrono nutrition, vous pouvez gagner jusqu’à 2 cm de tour de poitrine tout en perdant entre 10 cm de tour de hanches et 16 cm de tour de taille, et vos seins seront bien plus beaux qu’avant! Version hard avec la chirurgie Les nouvelles prothèses mammaires en gel de silicone cohésif, de plus en plus agréables au toucher pour un effet archinaturel. Entre 1500 et 2 000 dinars l’intervention. Version sexy avec la lingerie Un soutien-gorge push-up pour créer l’illusion parfaite.

Je façonne ventre et taille

La sédentarité, la gourmandise, le grignotage, la maternité et l’âge épaississent ces régions du corps particulièrement récalcitrantes car la graisse y est plus difficile à déloger. Version soft avec la cosméto Vichy Lipometric en pharmacie pour 38 DT est un amincissant destiné à faire perdre des centimètres au niveau des «zones sensibles» : hanches, fesses, cuisses. Son action exceptionnelle et originale lui confère une double action minceur : - Dégonfler les volumes en excès - Rétracter l’enveloppe cutanée 34


Forme s’allonge et, finalement, la taille se creuse.

J’affine mes cuisses

C’est là, surtout, qu’on stocke au cas où l’on viendrait un jour à manquer. Et de ce côté-là, les courbes sont particulièrement bien placées. Version sportive avec la gym Marche intensive en côte en hiver et natation en été. Autre tactique : les séries sur les machines en salle, pour travailler les adducteurs et les abducteurs. En solo à la maison - Pieds au sol, cuisses écartées, mains posées à plat sur les genoux fléchis à 90 °. Monter lentement sur la pointe des pieds et redescendre lentement en expirant. Dix séries de cinq exercices. - Allongée au sol sur le dos sans se cambrer, jambes tendues vers le plafond. Les descendre en ouverture le plus bas possible en inspirant, maintenir quelques secondes puis les remonter en expirant. A faire vingt-cinq fois.

Je fais rebondir mes fesses

Rien de moins glamour qu’une fesse plate ou en goutte d’huile. Heureusement, il existe des moyens pour les remonter!

Ces deux actions sont le reflet du mécanisme de 2 molécules développées par les laboratoires Vichy : L’Adrenalyse-S et l’Aminoxine-G. Deux applications par jour, matin et soir sont conseillées. Version ludique avec les accessoires Le hulla hoop, un cerceau qui gaine le ventre et affine la taille. Un exercice à pratiquer dix minutes par jour. La méthode du Pilates; on se recentre sur son corps et sa respiration. On étire la cage thoracique, on se redresse, on 36

Version soft avec la cosméto Le Sérum Resurfaçant Anti-capitons - Lipocure de Vichy, 33,500 DT en Pharmacie, extrêmement efficace contre la peau d’orange et les capitons installés. Lipocure utilise la technologie dermo-décrispante pour agir sur la peau d’orange, le manganèse assouplit le réseaux fibreux, l’adrénalise favorise l’évacuation des graisses pour libérer les capitons incrustés et lisser visiblement les zones capitonnées. Appliquer matin et soir sur les zones à traiter (cuisses, fesses, ventre) sur une période de 14 jours en cure d’attaque. Version tonique - Abandonner l’ascenseur et monter les marches légèrement penchée vers l’avant. - A la maison avec un vélo d’intérieur pour faire travailler les cuisses et les fessiers, tout en sollicitant les bras et les pectoraux. n Lina. L


Et s’il suffisait d’une seule réponse pour offrir à mon corps toute la beauté qu’il mérite ?

GwEDCH:8DGEH

™jcZh^a]djZiiZV[Òc‚Z ™jcZeZVjidc^Ò‚ZZi]nYgVi‚Z ™jcXdgeh\VaW‚idjiZcWZVji‚

YZhXdjX]ZhhjeZgÒX^ZaaZhYZaɂe^YZgbZ

HD>CEGD;:HH>DCC:A9:7:6JIw

++&%-;G$6%.

 YZhXdjX]ZhhjeZgÒX^ZaaZh YZaZe^YZgbZ


Santé

Visite de contrôle annuelle chez le

gynécologue

Entre insouciance et ignorance, une attitude déconcertante! Elles ont entre quarante et cinquante ans. Certaines sont déjà ménopausées. Cultivées, émancipées, indépendantes, elles pourraient répondre par oui à tous les critères de la femme mature du vingt et unième siècle. Et pourtant à la question appliquent-elles les règles de prévention contre les maladies qui menacent la vie des femmes dans leur tranche d’âge, 90% d’entre elles répondent, avec un naturel désarmant, par la négative.’

Dans un pays où, dans la lutte contre le sous-développement, l’accent a été mis autant sur l’éducation que sur l’amélioration de la santé et que depuis, les femmes dans leur ensemble ont eu un accès croissant à la médecine «moderne», pourquoi existent-ils encore autant de poches de résistance aux soins de base, tels que prévention ou dépistage ? Ignorance ou inconscience ? On ne saurait répondre. Même si le recours aux examens préventifs dépend de la perception que chacune a de la santé et de la médecine, il y a souvent interférence de contraintes géographiques, économiques, culturelles ou sociales. 38

Je ne veux pas le savoir En Tunisie, les femmes qui habitent la ville, particulièrement la capitale, jouissent d’assez de liberté et d’indépendance dans leur choix de vie. A ce titre, on peut penser que la conscience acquise de leur corps et de leur santé en fait une propriété privée à laquelle elles accordent un soin particulier. Mais si la citadine est souvent près de son corps, derrière cette attention on retrouve la culture de l’être et du paraître. On soigne ce qui se voit, l’apparence. Vouloir conserver son corps, c’est bien mais c’est en soignant le contenu que l’on sauvegarde le contenant. Malgré un accès aisé à l’information et une connaissance du danger, les femmes continuent de faire de la résistance. C’est un peu comme si elles avaient conservé une mentalité


tion et d’information. Non intégrées au système de santé, la médecine moderne qu’elles ne maîtrisent pas leur fait peur. Elles s’en remettent souvent à la nature et à la volonté de Dieu.

Parce qu’elles ont longtemps été la cible privilégiée des services de planification familiale, les mères ont un accès à la médecine beaucoup plus facile que les hommes. Leur vigilance médicale est souvent meilleure que celle de leur mari.

Alors qu’elles mettront un argent fou dans les centres de beauté ou de remise en forme, les femmes rechigneront sur le prix à payer pour une mammographie, un frottis ou un bilan hormonal. Elles auront le temps pour une séance de sport ou de massage mais trouveront que celui passé dans une salle d’attente est pure perte. d’écolière ou d’étudiante où l’angoisse des résultats pousse parfois à rendre feuille blanche. Se soigner c’est d’abord avoir des enfants en bonne santé! *Chez la femme vivant en milieu rural, le recours au personnel médical qualifié s’est inscrit dans des stratégies socio-démographiques qui consistent à miser sur la qualité des enfants. En matière de procréation, après la quantité est venu le temps de la qualité. A ce titre les femmes, massivement intégrées au système de santé ont fait l’objet de prévention et de soins médicaux, non pas pour elles-mêmes directement, mais pour préserver la santé de leurs enfants. Le fait que leur santé soit une priorité familiale, a largement facilité leur intégration dans le système de soins modernes. Elles n’ont plus aucune réticence à consulter un médecin, une infirmière ou une sage-femme. Cependant, le problème est que les femmes qui ont fini leur vie génésique (stérilisées, ménopausées, ou qui ne souhaitent plus d’enfants) se préoccupent peu de leur santé et par conséquent font peu appel au système de soins moderne. Par ailleurs, dans certaines zones rurales, les femmes n’ayant aucun pouvoir économique, leur mobilité et leur autonomie en deviennet très limitées. Elles manquent donc de forma-

Angoisse ou fatalité, instruction ou analphabétisme, information ou ignorance, les Tunisiennes ont des attitudes qui diffèrent d’un milieu à l’autre en ce qui concerne leur rapport à leur santé. Alors que les unes ignorent ce qu’elles risquent, les autres choisissent de courir le risque, mais en fin de course le résultat est le même. Si les taux de prévalence des cancers ne sont pas plus élevés que ceux d’Europe, les diagnostics tardifs eux le sont et ils ne pardonnent pas. Mais peut-on, comme cité dans le Livre saint, « les enchaîner pour les mener au Paradis ? ». n Fatma Ben Mosbah *Sce : Enquête menée en 1998 par le Centre de recherche, d’études, de documentation et d’information sur la femme (CREDIF-Tunis) et la mission à Tunis de l’Institut de recherche pour le développement (IRD)

Témoignages

Farida B.H.- 55 ans - Haut cadre du ministère des Finances Ma famille me surnomme la femme de Néandertal. Autant mes cousines sont vigilantes en ce qui concerne leurs examens périodiques, autant je suis laxiste. Ma ménopause s’est passée sans problèmes et depuis ma dernière grossesse (il y a 25 ans), je n’ai plus consulté un gynécologue ou fait une seule analyse. Jusque là, Dieu merci, je n’ai eu aucun problème et je me sens en pleine forme. C’est vrai, j’ai un peu mauvaise conscience, mais bon si cela devait arriver et bien ce sera tant pis pour moi. Amel H. – 48 ans - Chef d’entreprise Je ne rate aucun rendez-vous et je surveille de très près ma santé. Ce n’est pas tant par hypocondrie mais je veux garder une excellente qualité de vie jusqu’à la fin de mes jours. Je me dis que même si j’ai 3 enfants, il n’est pas sûr avec la vie moderne qu’ils puissent me consacrer du temps si je venais à tomber malade. Autant vieillir dans de bonnes conditions que de devenir un fardeau pour tout le monde. Aziza F. - 45 ans - Professeur de français Je suis divorcée depuis quinze ans avec 3 enfants à charge, j’ai pas mal de difficultés à joindre les deux bouts. Les examens sont trop chers, et à chaque fois que je mets un peu d’argent de côté pour les faire, il y a un problème financier qui surgit. J’ai fini par en prendre mon parti et advienne que pourra. Les campagnes de dépistage gratuit ? Non, je ne savais pas que cela existait. 39


Sexo

Comment réussir sa

nuit de noce?

Alors que certaines appréhendent leur nuit de noce, d’autres sont ravies à l’idée de passer leur première nuit avec l’homme de leur vie. Entre évolutions et traditions, les conseils pour bien réussir sa nuit de noce… Le Docteur Skander Boukhari, psychiatre-sexologue, a accepté de répondre à nos questions ! 40


FDT : La tradition du drap tâché de sang est-elle toujours d’actualité et comment est-elle perçue de nos jours ? Dr. SB : Loin d’être uniforme dans son évolution, la société Tunisienne est caractérisée par une mentalité commune et des us variables. La tradition du drap tâché reste d’actualité dans certains milieux généralement ruraux mais pas forcément. Dans d’autres milieux elle est tombée dans les oubliettes ; il faut signaler sa persistance, voire son retour sous une autre forme chez certaines familles : les mariés doivent signifier par d’autres manières la consommation du mariage et la virginité à leurs parents. Au maximum les parents sont informés de « la chose » en temps réel et à partir de la chambre d’hôtel ! Est-elle encore considérée comme un symbole même si de plus en plus les femmes ne sont plus vierges au moment de se marier ? Au fond, la virginité n’est plus synonyme de probité encore moins de gage d’honneur de la famille. Ceci s’explique par le mouvement des valeurs qui ont bougé vers d’autres indices. Les apparences peuvent donner l’impression inverse mais c’est le résidu incompressible d’hypocrisie sociale qui est derrière le discours du groupe concernant la virginité. Cette hypocrisie n’est pas propre à la société Tunisienne et s’observe sous tous les cieux. Le mariage doit-il être forcément consommé dès la première nuit ? Un bon départ de la vie intime d’un couple n’est pas conditionné par une date précise. Je dirais même que le choix de consommer son mariage la première nuit est un mauvais choix compte tenu des conditions dans lesquelles se déroulent de nos jours la noce. La nuit de noce doit-elle obligatoirement bien se passer ? Pour les couples qui ont fait le choix de garder l’intimité à l’aprèsmariage, la nuit de noce doit se passer dans d’excellentes conditions affectives avant tout, sexuelles ensuite. Elle est très chargée de symboles et donc très mémorable et son déroulement risque de conditionner la suite, donc le départ de la nouvelle vie de couple. Qui appréhende le plus la nuit de noce ; les hommes ou les femmes ? Il semblerait que la nuit de noce soit plus appréhendée par les femmes pour une raison simple : les hommes ont plus souvent une expérience sexuelle avant le mariage profitant de la société à leur égard. Pourquoi la nuit de noce est-elle vécue par certaines comme un viol ? Dans certains milieux la pression sur le couple est telle que le mari se comporte comme un « forcené » afin de faire vite et prouver sa virilité, le premier acte sexuel va se dérouler dans la douleur et la mariée va donc en parler aux futures mariées pérennisant ainsi la crainte. Il est vrai que dans certains cas le premier rapport s’apparente à un viol. Est-ce obligatoire de saigner lors de la défloration ? Le saignement n’est pas obligatoire car certains hymens sont très complaisants et cèdent à la pénétration sans se déchirer, d’autres

sont très peu vascularisés au point que la fameuse goutte de sang peux se perdre au fond du vagin. Ce cas de figure peut être à l’origine de complications socio-familiales et psychiatriques parfois inextricables et échouent soit chez le juge soit chez le médecin. Quelques conseils aux futurs mariés : Je réitère le fameux conseil de Balzac qui disait « ne commencez pas votre mariage par un viol ». Le couple qui fait le choix de réserver la sexualité à l’après mariage doit parler de tout avant la fameuse nuit de noce. J’irais jusqu’à recommander la simulation d’une véritable expérience sexuelle sans tabou aucun. n Demander conseil avant le jour J : En cas de besoin, ils doivent demander conseil auprès de médecins ou sexologues puisant ainsi les informations rationnelles et utiles pour réussir la consommation du mariage dans la sérénité la plus totale. La consultation prénuptiale doit être une bonne occasion pour compléter sa « culture sexuelle » par des informations saines. n Bien choisir sa date de mariage : Un « agenda sexuel » peut être établi évitant ainsi les surprises notamment désagréables. n Se prémunir des interférences familiales toujours délétères : Les familles aussi bien intentionnées soit-elles, ne peuvent que compliquer les craintes du couple en l’infantilisant par des conseils qui n’ont pas de place dans le côté le plus intime du couple. ` n Bien choisir le lieu : La chambre ne doit pas être choisie par défaut, inconfortable, triste, avec un petit lit, beaucoup de bruit… n Débarrassez-vous de vos responsabilités : Demander à une personne de confiance de s’occuper de vos détails (argent, clés de voiture ou de placard, Numéro de téléphone…etc) n Bien préparer votre valise : Démaquillant, huiles essentielles, gel de douche, maquillage, parfums, sous vêtements… n Respecter les besoins de votre corps : Si vous sentez que votre corps est fatigué, laissez le se reposer et respirer calmement. Si vous n’êtes pas prêts (tous les deux) à consommer votre nuit de noce; rien ni personne ne vous oblige de le faire. n Détendez vous et laissez vos sentiments vous guider n Lina. L 41


amour

Couple

L’ pour toujours

Le verbe aimer rime-t-il avec éternité ? «Je t’aime aujourd’hui, plus qu’hier, et bien moins que demain!»Pour certains couples, après plus de cinquante années de vie commune, cette jolie déclaration est toujours d’actualité. Quelle est donc la recette qui leur permet de continuer à s’aimer comme au premier jour ? Sid Ahmed, comme l’appellent tous ses intimes, vient de fêter ses 70 ans. Sa femme Neïla en a 65. Quand ils se sont mariés, il avait 28 ans, elle en avait 23. Après quarante deux années de vie commune, ils confient qu’ils seraient heureux de refaire le chemin en sens inverse s’ils pouvaient demeurer encore autant de temps unis. Quel élixir d’amour Sid Ahmed et Neïla ont bu le soir de leurs noces pour continuer à se chérir après tant de temps ? Autour d’un verre de thé, ils ont bien voulu se livrer à Femmes de Tunisie. Sid Ahmed et Neïla ont la loyauté de reconnaître que cela n’a pas toujours été facile de vivre à deux et si longtemps. Il a fallu beaucoup d’amour, mais également beaucoup de respect, de générosité, de confiance, de compréhension, de partage et de concessions. Cela tient à certaines règles à suivre quel que soit la génération et les conditions.

A la base, il faut une véritable envie de réussir sa vie de couple et sa vie de parents. Si ce désir est sincère, alors tous les obstacles peuvent être dépassés aisément. 44

La différence entre franchise et franc-parler Après quelques années, la plupart des couples ne savent plus se parler ou n’ont jamais su le faire. Evoquer ses attentes en restant à l’écoute de l’autre permet de reserrer les liens. Cependant dialoguer en toute franchise c’est savoir discerner entre la franchise qui est saine et le franc parler qui peut parfois être blessant.

Toutefois, ne rien laisser passer parce qu’on s’est promis de tout se dire, peut également devenir pesant pour l’autre qui ne peut pas passer sa vie à se surveiller de peur qu’un message soit mal décodé. Aimer c’est également savoir pardonner. Entre concessions et respect de l’autre, le juste équilibre Sid Ahmed est issu d’un milieu traditionnel alors que le mien est à la limite de l’originalité, mon père étant comédien et ma mère peintre, explique Neïla. Sans trop changer mon mode de vie, je me suis adaptée à celui de sa famille quand je la reçois ou que je lui rends visite. De son côté, il a accepté les excentricités de la mienne avec le sourire. En Tunisie, on dit qui tient un doigt, tient toute une main!


Vivre à deux c’est opérer chacun de son côté les ajustements nécessaires pour concilier ses habitudes et son style de vie dans le but de trouver l’équilibre nécessaire à son bonheur et celui de ses enfants. Disponibilité et partage Malgré le travail de chacun, l’éducation des enfants, la vie de famille et les mondanités, nous avons toujours veillé à préserver du temps à notre couple. Notre bonheur à ce jour, ce sont ces trente minutes de marche quotidienne que nous pratiquons depuis plus de vingt ans et pendant lesquelles nous discutons beaucoup. Ce sont des moments de partage privilégiés, qui nous rapprochent encore plus.

Les activités communes cimentent la vie du couple. Tu te laisses aller…jamais J’ai la chance d’avoir une femme non seulement très jolie mais également très coquette, et je peux confirmer que c’est très agréable. Outre le plaisir de l’œil, cela a toujours maintenu le désir entre nous. Je peux dire, par ailleurs, que nous avons placé notre couple sous le signe de l’élégance autant physique que morale. Pas de relation saine sans confiance Dans un couple qui a choisi de s’aimer toute la vie, il n’y a pas de place pour la méfiance ou la suspicion. Avant d’avoir confiance en son partenaire, il faut d’abord avoir confiance en son couple. Nous n’avons jamais été déstabilisés par quelque doute que ce soit. Bien au contraire, il nous est arrivé de rire des hommes qui, en soirée, semblaient tourner autour de Neïla à l’époque où nous sortions beaucoup.

saire pour aller de l’avant et nous a permis de nous inscrire dans la durée. Entre la réussite dans l’éducation des enfants et la réalisation du projet, nous pouvons prétendre avoir construit quelque chose ensemble.

“ S’aimer ce n’est pas se regarder l›un l’autre mais regarder ensemble dans une même direction› ”

Saint Exupéry

Unis mais autonomes Nous nous aimons beaucoup mais à ce jour nous avons chacun nos moments de totale indépendance. Neïla est une grande joueuse de bridge alors que moi je suis amateur de boules. Nous avons donc chacun notre groupe d’amis personnels et cette indépendance a toujours été le ballon d’oxygène de notre couple. Pour nous, former un couple n’a jamais voulu dire se fondre l’un dans l’autre mais être complémentaires. La vie de couple est sûrement une aventure qui vaut la peine d’être vécue. Avant de s’y embarquer, il faut sûrement apprendre les recettes de la réussite et les mettre dans son compte épargne- bonheur pour pouvoir les appliquer à chaque occasion qui se présente. Les couples heureux existent, ils sont formés par deux être animés de la volonté de faire le bonheur de l’autre. n Fatma Ben Mosbah

Résister à la tentation de surveiller les moindres faits et gestes nécessite une bonne dose de confiance en soi, en sa relation et en son conjoint. Un projet de vie Dès les premières années de notre mariage, il n’était pas question pour nous de vivre au jour le jour. Nous nous somme fixés le but d’acquérir un petit verger et d’y prendre notre retraite. Ce projet, nous en avons longtemps rêvé, nous lui avons échafaudé mille plans, nous avons épargné jusqu’à sa réalisation. Cela nous a donné le souffle néces45


Parents

Les tiens,les miens,

les nôtres

Familles recomposées, une réalité présente dans tous les milieux D’ordinaire, les couples s’unissent par amour et pour avoir des enfants. Aujourd’hui, s’ils continuent à s’unir par amour, très souvent les enfants sont déjà là quand ces couples se lient. Famille puzzle, plurielle, en tribu ou en kit, ces familles recomposées, qui se fondent par addition, sont devenues une réalité présente dans tous les milieux. Si c’est un tort de croire que les problèmes auxquels doit faire face ce type de famille découlent de la recomposition, il faut reconnaître que les liens de parenté y sont souvent compliqués, d’où un coefficient de difficultés potentiellement plus élevé que dans les autres familles. Comment mettre toutes les chances de son côté pour que la nouvelle cohabitation soit harmonieuse? Le docteur Lamia Mezghani, spécialiste en pédo-psychiatrie nous en parle. Une construction pierre par pierre La famille recomposée ne se construit pas en un jour. La formation d’une nouvelle famille à partir de la réunion des membres d’ex familles exige acceptation, engagement, patience, souplesse, humour et communication. Il faut laisser tout le monde s’adapter, s’apprivoiser, se choisir. C’est un processus très long et seul le temps, cet allié si précieux, peut apporter une aide car la situation choisie au départ peut évoluer. 46


enfants de l’autre. Il appartient à chaque couple de discuter de ce sujet épineux et de le clarifier.

Une affaire d’enfants également Même si elle naît du seul désir de deux personnes de former un couple, la famille recomposée n’est pas qu’une affaire d’adultes. La décision de vivre sous le même toit, avec enfants respectifs, c’est d’abord un bouleversement majeur dans la vie de ces derniers.. Aussi, même si les enfants ne commandent pas, rien n’est gagné s’ils ne sont pas heureux. Dans son besoin de sécurité affective, l’enfant doit savoir que son père et sa mère, qu’ils vivent ensemble ou non, seront toujours là pour lui et qu’il pourra toujours compter sur eux. Tous les adultes impliqués doivent agir avec maturité pour que la transition soit bonne et harmonieuse. Le nouveau conjoint : une position pas toujours confortable Le nouveau conjoint n’est pas toujours dans une position confortable. En perdant l’exclusivité de la relation qu’il avait avec son père ou sa mère, l’enfant est pris dans un conflit de loyauté. C’est que lui ne divorce pas de ses parents et souvent, il culpabilise lors d’une séparation. C’est seulement quand il sera tranquillisé que la coparentalité se poursuivra différemment et qu’il pourra vivre normalement sa nouvelle condition. Pour que la relation évolue dans un contexte favorable, il faut apprendre à connaître l’histoire de l’enfant, ses habitudes (à travers le récit de souvenirs, ses albums photos). Il faut lui permettre de remettre sa petite enfance à l’honneur et l’autoriser à parler de son bonheur quand il était petit. Petit à petit, si le nouveau conjoint sait gagner la confiance de l’enfant, une véritable vie de famille, avec des liens solides peut voir le jour. De toute façon, on ne pourra jamais obliger un enfant à aimer un nouveau conjoint. Le mieux est de respecter sa réticence ou son refus de se confier et lui signifier, dans ces cas de figures, qu’il n’est pas obligé d’aimer son beau père ou sa belle mère mais qu’il lui doit le respect. Copain, ami, guide ou nouveau parent, le nouveau conjoint doit décider quel sera son degré d’engagement vis-à-vis des

Enfants de l’un et enfants de l’autre, une entente pas toujours cordiale Très souvent les choses peuvent se compliquer si le nouveau conjoint a lui aussi des enfants dont il a également la garde. Et c’est pire si le gros de la tribu n’est pas encore sorti de la tendre enfance. Que les enfants ne cessent de se quereller et même se bagarrer, rien de plus normal. Les laisser régler leurs problèmes entre eux vaut souvent bien mieux que d’intervenir avec partialité. Il faut par contre être vigilant quand il s’agit pour eux de prendre le plus petit ou le plus timide pour un souffre-douleur. Souvent arrivés à l’âge adulte, ces gamins qui posaient problème pour leur apprendre à s’aimer, peuvent réserver la superbe surprise de les voir se considérer comme d’authentiques frères et sœurs. Le petit frère ou la petite sœur de tous La naissance d’un enfant en commun au sein du nouveau couple va provoquer plaisir et angoisse en même temps. Pour l’enfant, elle signifie que la séparation de ses parents est consommée et va également réactiver ses angoisses d’abandon. L’important est de le rassurer sur la place qu’il occupe. Cependant, cette naissance peut-être l’occasion d’un nouveau départ pour tous. On a souvent vu des enfants de famille recomposée, qui ne s’entendaient pas du tout, se mettre à former une véritable fratrie à l’arrivée d’un bébé. Il n’est plus question de demi-frère ou de demi-sœur. D’un côté comme de l’autre, les enfants se sentent investis du rôle de grand frère ou de grande sœur. Ce nouveau-né constitue un véritable pont de bonheur qui va lier tous les membres de la famille entre eux et les épanouir.

Dénominateur commun de la famille recomposée, le dernier né en devient presque le garant de l’affection et de l’amour Si vivre en famille recomposée n’est pas toujours évident, c’est sûrement une expérience très enrichissante. Ceux qui l’ont tentée et réussie diront sûrement qu’ils ne regrettent pas d’avoir choisi de ne pas passer le reste de leur vie à pleurer sur leurs échecs et leurs pertes, et qu’avoir réussi à recomposer une belle famille unie est une jolie preuve qu’ « impossible n’est pas familial ». n Fatma Ben Mosbah 47


Culture

Yasmine Azaiez Focus sur une violoniste hors pair Londonienne d’origine Tunisienne, Yasmine est un prodige du violon qui se produit à travers le monde.

FDT : Pouvez-vous nous raconter brièvement votre enfance ainsi que vos premiers contacts avec la musique ? Yasmine : Contrairement à d’autres enfants, mon enfance était un peu étrange. Je devais rentrer chez moi et répéter tous les jours au lieu d’aller jouer avec les autres enfants. Ma mère était très sévère avec moi mais je lui en suis très reconnaissante car sans cela, je ne serai pas la musicienne que je suis aujourd’hui. FDT : Avez-vous été contrainte de quitter la Tunisie pour la musique ? Je vivais déjà à Londres lorsque j’ai commencé la musique! FDT : Pourquoi le violon ? J’ai choisi le violon par la force des choses. Lorsque nous sommes arrivés à Londres, nous vivions dans une toute petite maison dans laquelle il n’y avait pas de place pour mettre un instrument tel que le piano. Par conséquent, ma mère m’a choisi un petit instrument ; le violon. Les enfants devraient tous avoir une passion au lieu de passer leur temps à regarder la télévision, du sport en passant par la musique ou encore quoique ce soit qui puisse les aider à se concentrer et à se développer de façon saine. FDT : A quel moment avez-vous décidé de dédier votre vie à la musique ? C’est difficile à dire car la musique a toujours été pour moi un atout important. Depuis l’âge de quatre ans, je suivais religieusement mes cours de violon et ce quotidiennement. J’allais au cours d’harmonie, puis à l’âge de huit ans j’ai commencé à jouer dans un orchestre et à dix ans, je me produisais déjà sur scène. J’avais quatorze ans lorsque j’ai réalisé que les autres enfants devaient décider de ce qu’ils voulaient faire dans leur vie alors que je m’étais déjà tout planifié dès l’âge de quatre ans. Ceci m’a amené à me poser beaucoup de questions, mais je ne pouvais pas imaginer ma vie sans le violon et j’ai dû travailler très dur. C’était un sacrifice mais à la fin de la journée, une fois 48


sur scène, avec l’acclamation du public, je me disais que je n’avais aucun regret à avoir. FDT : Vous est il déjà arrivé de douter ; de vouloir tout arrêter pour un parcours plus classique ? Absolument pas ! Je n’ai jamais douté une minute de mon parcours, de plus, je ne serai jamais assez « bonne » pour arrêter d’apprendre. De toute façon, on n’est jamais trop bon ou trop vieux pour arrêter d’apprendre. A 18 ans, on m’a offert la possibilité de poursuivre des études académiques à l’université de Yale aux Etats-Unis mais j’ai préféré continué d’étudier la musique au conservatoire de Boston. J’ai découvert différents genres musicaux au cours des années passées telles que la musique indienne, le jazz, l’arménien, l’arabe, le turc mais je continue à jouer du classique. FDT : Qui est votre exemple, votre idole ? J’ai écouté beaucoup d’excellents musiciens qui m’ont considérablement inspiré. Je pense aux différentes étapes de ma vie, durant lesquelles j’ai été attirée par plusieurs personnes, au point où je voulais ressembler à Roby Lakatos ou encore à Oistrakh. D’ailleurs, je me rends compte aujourd’hui que j’ai tant de choses à apprendre de tous ces gens que j’admire et dois par conséquent, créer mon propre répertoire et développer ma propre personnalité. FDT : Y a-t-il une concurrence rude dans ce domaine avec vos camarades de « classe » ou bien est-ce une entraide mutuelle ? Ça dépend ! Je connais des gens de ma classe qui sont heureux d’être musiciens d’orchestre alors que d’autres préfèrent être solistes. Il n’y a pas beaucoup de concurrence nous n’en parlons pas vraiment. Nous essayons tous d’apprendre les uns des autres et de nos professeurs et essayons ainsi de donner le meilleur de nous même. FDT : Quelles relations entretenez-vous avec vos différents violons ? Avez-vous un préféré ? Mon violon n’est pas le meilleur du monde mais c’est le mien et je le considère comme mon meilleur ami. Il a joué chaque jour à travers moi et est imprégné de mon son ainsi que de mes empreintes. J’aimerai un jour jouer avec un Guaneri Stradivarius ou encore un Amati, espérons que ce jour n’est pas loin.

FDT : Pour vous quelle serait la consécration ultime ? J’ai joué sur différentes scènes internationales que ce soit à l’Albert Hall de Londres, à Gstaad en Suisse, La Foce en Italie, à Pékin au conservatoire central, à Addis Abeba, au Maroc, en Egypte à l’Opéra du Caire, à New York, à Boston, au Sultanat d’Oman ainsi qu’en Autriche pour n’en citer que quelques unes. Mais je suis avant tout Tunisienne et fière de l’être et le fait de jouer sur les scènes Tunisiennes devant un public Tunisien est un sentiment tout autre. J’essaie de me diriger, non pas exclusivement vers des scènes étrangères, mais vers des pays Arabes tels que la Syrie, le Liban, le Bahreïn etc… pour retrouver mes racines et aussi pour montrer qu’atteindre un niveau de soliste internationale pour une jeune Tunisienne de 20 ans c’est possible ! FDT : Que pensez-vous de la place de la musique dans la vie culturelle Tunisienne ? La Tunisie a atteint un niveau élevé de musique classique internationale et j’essaie d’en représenter hautement et fièrement les couleurs. Il y a beaucoup de musiciens classiques très talentueux en Tunisie. J’ai d’ailleurs été ravie de travailler récemment avec l’Orchestre symphonique Tunisien qui a atteint un niveau remarquable et j’en profite pour féliciter les musiciens. J’ai un respect immense pour le Maestro Ahmed Achour qui n’a rien à envier aux chefs d’orchestres étrangers. De plus, j’ai eu le plaisir de travailler avec le violoncelliste Naoufel Ben Issa qui a beaucoup de talent et accompli un travail notable. Je tiens également à rendre hommage au Maestro Fathi Zghonda, aux pianistes Bassam Makni, Mehdi Trabelsi, Chedi Garfi ainsi qu’au violoncelliste Nadim Garfi, au luth Mourad Sakli, Lassaad Jojo le percussionniste et aux frères Mraihi avec qui je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler mais qui représentent admirablement notre pays à l’étranger. n I.B.M & W.B.L

49


Culture

Elle s’appelle Yesmine Karray, elle a tout juste 14 ans et son premier livre, « Mishmir et la porte du cercle », elle l’a écrit à 12 ans. Que dire de cette adorable petite fille si ce n’est qu’elle est une talentueuse écrivaine ! Chez FDT, on ne pouvait pas résister à l’envie de la rencontrer…

50


FDT : Comment t’es venue l’idée d’écrire un livre ? Yasmine Karay : En fait, j’ai toujours aimé écrire. Dès l’âge de 8 ans, je commençais déjà à écrire des choses sans jamais les terminer. « Mishmir et la porte du cercle » est le premier manuscrit que je termine. FDT : D’où vient ta passion de l’écriture ? Elle vient surtout de ma passion pour la lecture, un penchant qui m’a été transmis par ma mère qui est une fervente lectrice. J’aime beaucoup les livres et j’apprécie leur capacité à faire voyager, à faire rêver. J’avais par conséquent envie de transmettre cela à des lecteurs.

FDT : Comment te places-tu par rapport aux enfants de ton âge ? Je ne me vois pas différente des enfants de mon âge. J’ai une passion qui ne fait pas de moi une personne différente des autres ! FDT : Pourquoi avoir choisi d’écrire en Français ? En fait au départ j’écrivais en Arabe, mais si j’écris en Français c’est parce que je suis vraiment passionnée par cette langue.

FDT : Peux-tu nous parler un peu de ton livre ? Mon livre est un roman jeunesse dans le genre fantaisie dans lequel on retrouve des elfes, de la magie, des sirènes etc… Au fil des pages, on peu donc suivre les aventures de Mishmir dont la vie bascule. Kidnappée par un Elf, elle se retrouve dans un monde parallèle dans lequel il y a une guerre entre les sirènes et les elfes. Mishmir étant une sirène, on lui demande alors d’intervenir pour faire libérer le roi elfe. FDT : Quel public vises-tu avec ce roman ? Des enfants de mon âge mais pas seulement. D’ailleurs, je suis contre l’idée d’écrire pour une certaine catégorie de personne uniquement. FDT : D’où vient ton inspiration ? Je m’inspire surtout de mes lectures car je trouve qu’un livre est une synthèse de tous les autres livres qu’on a lus mais aussi et plus rarement de mon quotidien. Le fait d’être en pleine nature me donne beaucoup d’inspiration et j’aime me rendre dans la maison de campagne de mes parents à Artiba pour écrire. Et c’est justement en rentrant de là-bas que m’est venue l’idée du roi emprisonné. Dans la voiture j’ai écouté la chanson « Je n’ai pas le temps »,de Faf la Rage , qui est la bande originale de Prison Break. FDT : Pourquoi avoir choisi Botticelli ? J’avais envie de mettre un peu de culture dans mon roman et suis donc allée sur le site Internet Encarta dans lequel j’ai découvert les tableaux de Botticelli qui m’ont tout de suite beaucoup plu car ses œuvres sont d’une beauté exceptionnelle. D’ailleurs, « La naissance de Vénus » m’a beaucoup rappelé Mishmir car je trouve que cette dernière ressemble à la Vénus.

FDT : Ton livre préféré ? J’en ai plusieurs ! J’adore J.K Rowling, Amélie Nothomb, Gossip Girl… Je lis un peu de tout sauf les romans classiques et policiers. FDT : Tes projets ? Je viens de terminer mon deuxième roman qui sortira je l’espère en mai pour le Salon du livre. FDT : Que souhaites-tu faire plus tard ? Je souhaite devenir écrivaine car j’ai du mal à envisager ma vie sans l’écriture. J’aimerais également être journaliste et pourquoi pas historienne même si j’ai du mal à retenir les dates. FDT : Quel message souhaites-tu faire passer à tes lecteurs ? Si vous avez des rêves que vous souhaitez réaliser, il faut savoir persévérer pour finaliser vos projets. n W.B.L

51


Culture

La sélection FDT des meilleures ventes de livres

par WBL

avec la collaboration de la librairie El Kitab

Gomorra

Roberto Saviano Après le « Cosa Nostra » de John Dickie, référence sur la mafia sicilienne, « Gomorra » s’avère tout aussi important, à propos cette fois de la Camorra, la mafia napolitaine. Avec ceci comme différence que l’essai de Roberto Saviano est aussi épidermique et impliqué que celui de Dickie était minutieux et universitaire. L’auteur a donc enquêté pendant plusieurs années sur les activités de la Camorra, l’organisation criminelle qui règne sur Naples et toute la Campanie. Une organisation moins connue que la mafia sicilienne mais bien plus dangereuse, car la mafia se pose comme un « contre-Etat », a un code d’honneur et respecte certaines règles, alors que la Camorra est une forme « d’ entreprenariat » criminel dont le seul but est de maximiser ses profits, ses membres étant prêts à tout pour atteindre cet objectif.. Loin de lui ôter de la crédibilité, cette implication de Saviano dans son sujet donne à « Gomorra » une force dévastatrice, et l’écriture du jeune homme, qui n’a même pas trente ans, porte en elle toute la hargne, le désespoir et le courage de son auteur. Né à Naples dans les quartiers pauvres, Roberto Saviano a vécu les chantiers épuisants, le débarquement nocturne de caisses de marchandises illicites. Son récit n’est toutefois pas celui d’un camorriste, plutôt celui d’un type au cœur de l’action sans le vouloir qui, alors que tout le monde est sur son siège à regarder le spectacle, se trouve assis au milieu de la scène du théâtre.La justesse des mots, la violence latente de sa plume font de ce « Gomorrhe » non seulement un essai instructif au possible, mais aussi un livre intense, qui laisse abasourdi.

Si tu m’abandonnes

Nora Roberts Le lieutenant de police Phoebe MacNamara est la meilleure négociatrice de crise de tout Savannah. Libérer des clients pris en otages lors d’un hold-up ou convaincre un forcené de relâcher son épouse et ses enfants constitue son lot quotidien. Elle ne redoute rien ni personne, menant de front un métier éprouvant, sa mère agoraphobe et sa fillette surdouée de sept ans, Carly. Mais lorsque Phoebe elle-même est agressée dans sa propre maison par un assaillant qui dissimule son visage, son assurance vacille. Devant une série de messages qui la menacent directement, elle n’aura d’autre choix que d’affronter ses peurs les plus enfouies. Même si la couverture peut paraître douce, presque enfantine, ce roman est rempli de rebondissements à chaque page. Avec ces 400 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Nora Roberts est devenue une référence dans le thriller et de plus elle est prolifique. 52

J’aurais voulu être égyptien

Alaa El Aswany « Si je n’étais pas né égyptien, j’aurais voulu être égyptien », la célèbre citation de Mustapha Kamel donne le ton de ce recueil : voici l’Egypte placée sous le feu d’un écrivain amoureux de son pays et qui, par le détour de la fiction, fait apparaître les turpitudes et les contradictions d’une société à la dérive. Interdit de publication par l’Office du livre, pour cause d’insulte à l’Egypte, le premier de ces récits, « Celui qui s’est approché et qui a vu », donne précisément à voir un monde où règnent les faux-semblants et l’hypocrisie. On le connaît pour ses fictions denses et polyphoniques. Pourtant, avant de se lancer dans le savant imbroglio de « L’Immeuble Yacoubian », Alaa El Aswany, alors dentiste au Caire, faisait ses premiers pas en écriture avec un bref roman. « Celui qui s’est approché et qui a vu », c’est son titre, ouvre ce recueil de nouvelles qui explorent le caractère égyptien et révèlent autant la fascination réciproque entre Orient et Occident que l’hypocrisie d’Etat pratiquée en Egypte. Censuré par l’Office du livre, ce texte ramassé offre un aperçu de ses talents de conteur et du regard sans concession qu’il porte sur sa patrie. Un regard par ailleurs tendre et ouvert, terriblement généreux. « J’aurais voulu être égyptien » n’a rien d’un coup d’essai. Il révèle au contraire un écrivain aussi à l’aise dans les récits plus intimistes que dans les romans chorale. Mieux, les nouvelles qui concluent ce recueil investissent des terrains plus douloureux, plus introspectifs, tels que l’humiliation au travail, la violence à l’école, ou simplement la souffrance, comme dans ce récit poignant d’un enfant handicapé dont la différence disparaît le temps d’une course folle à vélo. Parce qu’il sait incarner ses défauts jusque dans les inflexions de la langue, Alaa El Aswany dépasse la simple peinture au vitriole de l’Egypte pour donner vie à sa fiction et animer le tableau qu’il esquisse. Plus qu’un incroyable portraitiste, il s’impose comme une voix discordante, anticonformiste, qui sait emprunter à toutes les castes sociales, religieuses ou politiques les traits qui les caractérisent. Un caméléon qui ne se réclame d’aucune de ces voix… ou peut-être de chacune d’entre-elles.


Assiette Plate 52,5Dt, assiette à dessert 33,3Dt et serviette 13,8Dt - Sydney Home by Aza

Déco

Flûte -180Dt (les 6) et coupe à cocktail 198Dt (les 6) - Déco & Transparences

Liste, ô ma liste !

Cadeaux utiles ou objets coup de cœur, pour ne pas vous tromper sur votre liste ni sombrer dans la panique des préparatifs, voici quelques bonnes adresses pour vous aider à savourer ces moments en toute sérénité. Par Shirine Guiga

Assiette plate corail 19,2Dt et Mug corail 12,1Dt - Sydney Home by Aza

54


Coupe à fruits - 56,5Dt Sydney Home by Aza

Huilier - 41,3Dt Sydney Home by Aza

Porte-fromage - 27,5Dt Sydney Home by Aza

Planche à pain - 71,2Dt Sydney Home by Aza

Plat à servir - 49,7Dt Sydney Home by Aza

55


Petit électro

Mini Plus, 23 fonctions Prix sur demande Magimix

Déco

Les appareils électroménagers jouent l’originalité et le design. Plein feu sur les dernières créations

Par Shirine Guiga

Bouilloire - prix sur demande Connection

Croque gauffres - prix sur demande Connection

Nespresso machine - prix sur demande Connection

56


Orchydée avec vase - 105Dt Floralies

Déco

Composition florale - 365Dt Floralies

Orchydée pièce - 23Dt Floralies

Et même si vous oubliez de les arroser, par cette chaleur, cellesci ne courent guère le risque de se fâner!

Par Shirine Guiga

58


équipe réunie pour concevoir, créer et réaliser vos soirées de mariage et vos communications événementielles avec l’assurance d’une mise en scène unique et personnalisée. Notre métier : faire de votre mariage une journée magique en créant pour vous un évènement unique. Notre plaisir : vous surprendre par des créations originales ou magistrales, des espaces scéniques « lounges », des contrastes de styles, des ruptures pour créer des ambiances hautes en couleur et en charmes.

Bienvenue dans votre rêve !

Tel : +216 23 445 026 Fax : +216 71 961 245 E-mail : amelkooli@gmail.com

59


Savoir-vivre

Futurs époux ou invités, pour qu’un mariage soit une réussite quelques règles de savoir vivre s’imposent… FDT vous en fait la liste, à vous d’en tenir compte ou de vous en inspirer pour que la cérémonie se déroule dans les règles de l’art ! les futurs mariés ont déposé une liste de mariage ou alors glissez leur une petite enveloppe. Qui allez-vous choisir pour témoins ? Choisir ses témoins de mariage a une valeur hautement symbolique. Ils sont les témoins de votre engagement et de votre amour. Au-delà des susceptibilités de chacun que vous souhaiteriez prendre en considération, écoutez votre cœur ! On s’occupe de ses invités ? Présentez les invités entre eux, allez les voir, discutez avec tout le monde…dans la mesure du possible bien entendu ! C’est l’occasion de faire la connaissance de certains membres de la famille de votre mari et réciproquement. Le gâteau de mariage C’est à vous jeunes mariés, de découper le gâteau de mariage servi à la fin du repas en tenant ensemble le couteau. Bien sûr, vous entamez juste la découpe du gâteau ; il est ensuite partagé par les serveurs qui offrent les parts aux invités. Le départ des mariés Lorsque vous l’avez décidé, éclipsez-vous sans adieux car cela risquerait de casser l’ambiance de la fête et il est bon de préserver quand même quelques petits mystères !

Le cadeau de mariage Evitez d’acheter un cadeau de dernière minute au moment de vous rendre au mariage ! Il n’est pas non plus recommandé d’imposer un cadeau de votre choix. Il pourrait ne pas plaire aux futurs époux ou encore faire doublon. Quelques semaines avant le jour J, prenez soin de vérifier si 60

Choisissez bien votre tenue ! Même si la tendance est au blanc et que vous avez craqué sur une robe superbe ; RETENEZ-VOUS ! La seule personne autorisée à cela est la « star » du jour, à savoir la mariée. Il est également recommandé de ne pas porter de tenue indécente, comme une jupe qui laisserait deviner votre épilation intégrale ou un décolleté ravageur qui détournerait l’attention des convives ! N’oubliez pas les félicitations Pas question de se jeter au cou des mariés dès la sortie de la cérémonie. Attendez poliment votre tour et quand ils arrivent ne les accaparez pas. Vous aurez tout le temps de raconter votre vie plus tard. N’oubliez pas non plus de saluer et féliciter les parents des nouveaux tourtereaux. De plus, ne soyez pas vexée si les mariés ne vous accordent pas beaucoup de temps ou oublient de vous remercier pour votre cadeau…prenez conscience qu’ils sont dans un état second ! n W.B.L


61


Mode Test

Pourquoi êtes-vous

toujours

célibataire? Huit questions pour vous aider à découvrir pourquoi, en amour, vous la jouez solo. 62


1/8. La raison qu’invoquent vos ex lors d’une rupture : A  Tu n’aimes que toi B  Tu ne me laisses pas assez de place dans ta vie C  C’est de ma faute, je ne suis pas prêt 2/8. Comment qualifieriez-vous votre actuel statut de célibataire ? A  Nécessaire, vous retrouver seule vous fait le plus grand bien B  Décidé, cela ne vous dérange pas, du moins pour l’instant C  Imposé, par vos ex 3/8. Si vous vous engagez dans une autre relation sentimentale, vous aurez besoin de : A  Confiance, pour donner du crédit à l’autre B  Plus de temps pour pouvoir tout concilier C  Chance, pour éviter de vous faire larguer

8/8. L’idée que vous vous faites du couple : A  Deux individus qui vivent l’un avec l’autre mais pas l’un pour l’autre B  Deux individus qui vont main dans la main dans la même direction C  Deux individus qui ne forment qu’un

4/8. Pour vous, chaque rupture sentimentale est douloureuse : A  Une ou deux particulièrement B  Tout à fait C  Pas du tout 5/8. Pour qu’un homme vous séduise, il faut : A  Qu’il vous montre de l’intérêt B  Qu’il se montre rassurant C  Qu’il sache rester à sa place et qu’il ne vous impose rien 6/8. Vous est-il déjà arrivé d’annuler une soirée en amoureux à cause de votre travail ? A  Non, jamais B  Une ou deux fois C  Oui, souvent 7/8. Vous voyez les hommes comme : A  Des épaules sur lesquelles il est agréable de se reposer B  Des lots de bonheur mais aussi de souffrance C  Des obstacles à la liberté

63


Mode Test MAX DE A Manque de confiance Après une rupture sentimentale houleuse ou très douloureuse, votre période de célibat s’inscrit comme une reconstruction de vousmême. Déçue ou blessée par une relation amoureuse, vous n’avez pas encore fait le deuil de votre histoire précédente. Du coup, vous avez besoin de temps pour vous retrouver. Votre confiance envers les hommes en a pris un coup. Cette expérience vous a appris à devenir plus exigeante envers eux. Du coup, vous ne vous abandonnez pas aussi facilement à l’autre. Vous ne faites pas facilement de compromis. Pour être ouverte à l’amour, il faut prendre des risques. Votre méfiance et votre manque de confiance vous empêchent d’aller de l’avant et d’envisager une relation. Vous devez digérer votre déception pour accueillir de nouveau l’amour.

MAX DE B Incompatibilité d’emploi du temps Il y a peu de place dans votre vie pour l’amour. Complètement absorbée par vos obligations professionnelles et votre entourage, vous n’en êtes pas moins épanouie. La solitude ne vous pèse pas puisqu’elle est compatible avec votre vie de femme active. Vous faites passer votre boulot et vos amis avant l’amour. Cela vous convient, pour le moment. Il vous arrive de flirter de temps en temps avec des hommes, d’avoir des relations d’un soir mais pas d’engagement sérieux. Votre célibat est complètement assumé, vous jouissez de votre liberté en toute sérénité. Vous n’êtes pas encore prête à partager votre quotidien avec une autre personne ou bien pas encore tombée sur celui qui fera chavirer votre cœur, pour placer l’amour en première position dans votre vie.

MAX DE C Délaissée   Célibataire, malgré vous : vous n’êtes pas tombée sur l’homme qu’il vous faut. Pire ! Vous êtes épanouie dans votre relation mais les compagnons qui ont partagé votre vie vous ont laissé tomber. Vous subissez des ruptures sentimentales à répétition. Vous tombez sur des hommes qui ne veulent pas s’engager ou qui, en tout cas, décident de  prendre des chemins différents du vôtre. Peut- être devriez-vous essayer de faire le bilan pour savoir ce qui a cloché avec vos ex, ce qui les pousse à rompre : une remise en question fort profitable pour vos relations à venir.

64


page 62

BULLETIN D’ABONNEMENT

à retourner accompagné de votre règlement à : Femmes de Tunisie - Immeuble Comète- 1er étage, Avenue Hédi Karray, Centre Urbain Nord,1082 Tunis Je m’abonne à «Femmes de Tunisie» pour un an (12 numéros), y compris les suppléments au prix de 30 dinars. Je joins mon règlement à l’ordre de Femmes de Tunisie par Chèque bancaire : Nom : .................................................................

Espèce : Prénom : .............................................................................................................

Email : .....................................................................................................................................................................................................

B O B B M P C R A S S E E T A P E E R E I N T E S A S M U R D I A A I R E V O T E P U R G E M A G I C I E N N E T G A R A N T I R A H M E N E R T O U R T E T U Z E N E U S P R E S S E S F M E A E T R E E P O D D T R O T E R R U J O L I E T A L A S R A P A C I T E O L E H O S T I E F I E R page 63

Adresse : ................................................................................................................................................................................................ Code postal :......................................................

Ville : ....................................................................................................................

Tél. : . ...................................................................

Signature :

E S A B C M A T U T I N A L E R O M A N S O S C A R A T B E T E B E N O I T O R V I R T U O S E V N O E D R O I G I L E V R E S E U T E R P E T A R R E T C R U E

Guide des adresses Mode Geox Carrefour, Zephyr La Marsa, Geant Etam Carrefour, La Fayette, les Berges du Lac. Tél. : 70 938 726 Gioia Hibiscus Ethnicka  Cité el Hana, La Marsa. Tél. : 22 244 049 Shoes Center Avenue de l’Uma, La Soukra. Tél. : 70 945 520 Dixit dixitwoman.com Balkis store 48 Avenue Taieb M’hiri, La Marsa. Tél. : 71 981 354 La Fenice Rue du Lac Wendermere, Berges du Lac. Tél. : 71 960 494 Le Temps des Cerises Géant La Botega Marsa, 3, rue El Emir Abdelkader. Tél. : 71 745 128 Jonak Les Berges du Lac,. Tél. : 71 860 934 72

Mabrouk Motivi Carrefour, Geant Mango Carrefour, Geant Déco Deco & Transparences 9, rue ghar el melh, immeuble allani - Les Berges du Lac. Tél. : 71 861 085. E-mail : deco_transparences@yahoo.Fr Casabo Route de la Marsa Km9 Ain zaghouane. Tél. : 20 325 045. Fax : 70 736 957. E-mail : casabo@planet.tn Floralies Avenue de l’environnement, Dar Fadhal, La Soukra.Tél. : 70 949 190. Fax : 70 949 236. E-mail : floralies@ gnet.tn Godin Route de Gammarth - Résidence Aïcha.Tél. : 71 744 878. Fax : 71 746 914. E-mail : domotika@planet.tn Emporio Centre Commercial Carrefour. Tél. : 24 617 143. E-mail : techno. sedia@planet.tn

Boomrang articles vendus chez eden & extreme, dom, fatales, Fuchi-ka, gift story, linea, l’heure precise, marionnaud, marcus, Nocibe, sud-express Bijoux Meriem Cherif Fradi Sidi Bou Saïd. Tél. : 20 558 248 Cendrillon centre commercial Carrefour Bar, Restos, Clubs Villa Didon 71 733 433. www.villadidon.com Lodge Closerie Tam Tam. Tél. : 71 728 535 Calypso Beauté MAC Marionnaud

FdTunisie - avril 2009  

Femmes de tunisie - Avril 2009

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you