Issuu on Google+

NUMÉRO#2 e 4 ANNÉE

JEUDI 15 NOVEMBRE 2007 LE FANZINE DU FESTIVAL NÖRDIK IMPAKT 9e ÉDITION

GRATUIT


MERCHANDISING

BILLET

En vente au point d’accueil du festival (Cargô) et sur la soirée de samedi au parc expo.

UNE bouffée d’air frais…

STOC

UP

Un léger courant d’air frais de novembre souffle sur les neuf bougies de Nördik. Neuf ans de découvertes, de voyages éphémères, de rencontres fortuites et de plaisirs partagés. Des découvertes artistiques, remplies de beats et de charley, de mouvements et de lumières, qui ont comme seul but de vous offrir un panel toujours plus large de plaisirs sensoriels. Plaisirs individuels mais à la fois collectif, ils permettent une coupure avec le monde imposé. Coupure donnant le prétexte a de nombreux échanges, rencontres d’une nuit ou amitié s’inscrivant dans une durée non défini… Un guichet ouvert pour un passeport alternatif : thérapie d’un weekend pour les uns ou mode de vie pour les autres…

T-SHIRT : 15€ l Tailles : S, M, L, XL

DOW

chemises manches courtes : 25€ l Tailles : S, M, L, XL POLO NÖRDIK IMPAKT POLO NÖRDIK IMPAKT POLO SLIM POLO SLIM Marquage devant et dos Marquage devant

et dos

Couleur : Noir uniquement Couleur : Noir uniquement

PLACEMENT PLACEMENT

NÖRDIK NÖRDIK IMPAKT IMPAKT

Ombre

DEVANT : Largeur 120 mm DEVANT : Largeur 120 mm

DOS : Largeur 300 mm DOS : Largeur 300 mm

POLOS : 18 € l Tailles : S, M, L, XL

CRÉDITS Who’s Who Nördik Flash : DIRECTION DE PUBLICATION : Systemik krew COORDINATION DE RÉDACTION : Hugo Châtelet, Julien Pourreau I MAQUETTISTES : Solène Bertrand RÉDACTEURS : Blaise Zagalia, Hugo Chatelet, Maxime Quintin, Anne Sophie Delesnerac, Alexandre Lion, Caroline Marie-Cussy, Ahelya Randriambolaiwa I CRÉDITS PHOTOS : Julien Pourreau I COORDINATION DE DIFFUSION : Laetitia Monmirel I PARTENARIATS : Hugo Chatelet, Maxime Quintin, Anne Sophie Delesnerac I DISTRIBUTION : Julien Jouault, Anthony Berthaux, Dominique Gauriat l Logistique en tous genre : Anthony Debarge I I IMPRESSION : Copyf@st I DÉPÔT LÉGAL À PARUTION 15/11/2007 I TIRAGE : 1000 exemplaires Ne le jeter dans la nature, donnez le!! MERCI À : ArtsAttack! Et Nördik Krew, nos partenaires : la Terasse, le 6x, Tribuzz, l’Acienda, le Yellow Café, Laser Game, Sola Luna SYSTEMIK : HYPERLINK “ http://www.systemik.org/ ” www.systemik.org I myspace.com/systemikrew

2

TECHNIQUE D' TECHNIQU

01 - Broderie avec ty 01 - Broderie NOIR AU BLANC NOIR AU BLANC Film Sérigraphie avec typo flou Film Sérigraphie avec typo flou ATTENTION : Simulation du flou ATTENTION : Simulation du flou par une trame de demi-teinte par une trame de demi-teinte (linéature 40pp) (linéature 40pp)

INFOS PRATIQUES Accueil du festival Du 13 au 17 NOVEMBRE 2007 de 14h00 à 19h00 au CARGÖ La Salle des Musiques Actuelles de Caen 9 cours Caffarelli 14000 Caen Suivez le festival en direct sur le blog du festival : report, coulisses, photos, vidéos… www.blog.nordik.org Contact : 02 31 86 79 31 www.nordik.org www.myspace.com/nordikimpakt


MON POING DANS TA POCHE

JE COURS Le coup de feu de départ a été donné. Je cours, le plus vite possible. Je cours après les chröniks de concert, après les interviews. Je regarde autour de moi et toute l’équipe court aussi. Pour pouvoir courir plus vite, j’ai l’anneau de pouvoir, l’accréditation VIP/MEDIA. C’est la clé qui me permet d’aller partout ou presque. On les trouve à près de cent euros sur eBay. Je cours après les rendez-vous : « Dis, on pourrait se voir dix minutes pour une interview ? », les contacts «  T’aurais pas le numéro de téléphone de l’attachée de presse de machin ? », les sandwichs « Un poulet thon mayonnaise harissa sans trop de couscous s’il vous plaît !» et surtout je cours après le matos. Je taxe les bécanes de L’œil du cyclone, un marathon de courts-métrages qui se déroule pendant le festival, je bénéficie donc de macs surboostés avec des écrans géants pour écrire du texte. Enfin, je cours après les concerts. Un carnet

dans la main, le stylo dans l’autre et l’oreille à l’affût, je prends des notes, je chope l’ambiance. Pour chaque concert, c’est la même chose ; se pointer tôt, serrer des paluches, tourneurs, régisseurs, techniciens, musiciens et mafia associativo-culturelle ; la moitié, c’est des potes, l’autre des contacts professionnels. On échange les nouvelles. Comment ça se passe pour toi ? L’album, c’est pour quand ? Les photos avec ou sans flash (c’est toujours sans, mais on pose toujours la question) ? La moitié du travail culturel se fait pendant ses moments. T’enlèves les pots à la culture et le spectacle vivant devient une zone sinistrée. Cosmik Connection, Requiem Ex machina, même combat. Des rencontres, entre l’électro et le jazz, entre l’électro et la musique classique, entre un public et des artistes. Lobo

ZOOM : LES DESSOUS DE NÖRDIK

DE L’INFOS SUR NÖRDIK ON EN VEUT, ON EN A De l’information, vous avez demandé de l’infos ? Cette année afin que vous soyez submerger d’informations, afin que vous ne perdiez aucune miette de Nördik, c’est deux supports animés par une bande de couche tard qui vous sont proposés. Premièrement le Nördik Flash. Le Flash? Un support créé il y a quatre ans par les allumés de Systemik en collaboration avec ArtsAttack!. La recette est simple, un journal par jour pendant toute la durée du festival, qui vous rapporte tout, côté coulisse et côté scène. Ça c’est la partie submergé de l’iceberg. Si de votre côté c’est un journal tout beau tout propre que vous découvrez chaque jours du côté rédaction c’est tout autre chose. L’équipe est composé de 3 membres permanents, ainsi que d’une équipe de bénévoles sur-motivés prêt à tout pour vous offrir une exclusivité made in Nördik. Un bouclage souvent tardif, des reporters au coeur de l’action, des reportages à sensation, tout l’esprit de Nördik, c’est ça le Nördik Flash.

Deuxièment le blog. Une Idée qui porte ses fruits aujourdh’hui. Initié par Nico, roi des stagiaires et de la bonne boutade, le blog est animé par Lobo grand chef de son blog perso : « mon poing dans ta poche ». Résultat: un blog animé par un fou furieux et des bénévoles aux idées larges, pour qui tout les scoops sont bons pour alimenter le journal intime du festival, peut-être découvrirez-vous des choses intimes sur les chefs de postes du festival et les bénévole... En tous les cas vous n’avez plus aucune raison de dire en public : « Mais comment c’était? », car grâce au Flash et au blog, c’est comme si vous y étiez. Skullz Nordik Blog : HYPERLINK “http://nordik.blog. org/”http://nordik.blog.org I Le Nördik Flash est disponible dans l’ensemble des lieux partenaires du festival (cf. programme).

3


LE GRAND REPORT

REQUIEM EX MACHINA ET SI POUR MOI LE NOIR EST COULEUR DE LUMIÈRE

Enfin… Après deux ans de travail sur la première création de Nördik Impakt, le Requiem Ex Machina vient de naître sous nos yeux grâce aux efforts conjugués de Sylvie Egret, aka Ybrid, compositrice de l’œuvre, de Stéphane Lechien, arrangeur, de Norbert Genvrin, qui dirige l’orchestre, de Schürzten, qui scénographie, de Camille Hamel, qui chante et de Jérôme Houles, à la création lumière. C’est un monstre de chair et de son que nous voyons émerger de la nuit originelle pour s’épanouir sous nos oreilles éblouies. Une puissance archaïque dont les battements de cœur proviennent d’une tech hardcore mid-tempo sans cesse soutenue par les percussions. Il y a quelque chose de tribal dans cette naissance, un appel aux forces ancestrales invoquées par des vierges guerrières quand Camille Hamel, la chanteuse et Sylvie, de cuir noir vêtues, frappent sur les sculptures de Patrice Hubert. Un commencement est un moment d’une extrême fragilité et le Requiem démarre sur une sorte de berceuse triste, universelle, de

4

celle qu’on chante quand la nuit venue, les loups hurlent au loin et qu’il faut rassurer l’enfant. Doucement, l’architecture sonore se met en place, chacun trouve sa place dans l’incantation qui se déroule sous nos yeux, une sorte de messe noire retentissante qui puise dans les profondeurs sombres des débuts du temps et de l’enfance. La composition d’Ybrid ne cesse d’évoquer des images, appuyée par la scénographie, ces parchemins géants zébrés d’éclairs noirs et qui prennent admirablement la lumière. Puis cette douceur primordiale se mue en une éclatante puissance musicale où s’affrontent le mur de son de l’orchestre symphonique, le grondement des machines et les roulements de tonnerre des percussions ; on assiste alors à une apocalypse pleine de fureur où les éléments semblent lutter ensemble. Le remarquable équilibre de l’ensemble ne laisse pas d’étonner en offrant des parties soli à chacun entrecoupées de crescendo où les forces sont mises en commun. Le mouvement est constant, l’énergie permanente.


On entend mille langues dans le chant de Camille, de celles qui ont suivi la condamnation de la tour de Babel. Ces langues antiques et modernes apportent chacune une musicalité différente au phrasé de la cantatrice qui délaisse parfois le chant pour le murmure ou la déclamation. Au hasard des pérégrinations de la composition, et au-delà de l’appel du pied à la musique classique ou aux compositeurs minimalistes américains, on croit reconnaître la force tellurique d’un Magma, ou les arrangements de cordes d’un Danny Elfman pour les films de Tim Burton. Est interpelée toute une tradition orchestrale millénaire et d’une modernité volontiers tapageuse. Arrivé au sommet de l’orchestration, on sombre soudainement dans un maëlstrom de bruits. C’est pour mieux reconstruire à partir du chaos, une voix émerge qui devient le nouveau pilier d’une structure différente.

plosent pour se muer en une communion dont la déesse n’a qu’un seul nom : musique. Et du chaos originel, de la noirceur de certaines parties de la composition, des ténèbres éternelles jaillit ce Requiem, chant ultime qui est à lui seul un opéra, une symphonie, une fête tribale, une orgie, une danse ultime, celle de l’homme face à la mort, la peur et les monstres sous les lits. Une ascension des ténèbres vers un paradis où les anges ont les ailes noires. Lobo

Alors, on est ravi, forcément, emmené dans un univers totalement cohérent où les oppositions entre genres et instruments ex-

5


L’Acienda


WE LOVE THE BÉNÉVOLES un portrait de bénévole, croqué par un chroniqueur et la réponse d’un concerné.

SYLVAIN : BÉNÉVOLE CATERING Le catering dans un festival c’est le nerf de la guerre. Passage obligatoire pour estomacs affamés, toute l’équipe du festival y entre: bénévoles, artistes, responsables de postes… Ouvert en continu, les bénévoles catering vous accueillent toujours le sourire aux lèvres histoire de combler les fringales du midi comme de minuit lorsque les estomacs vides crient famine. Ceci veut donc dire que le bénévole catering, c’est la personne qui reste coincée dans le réfectoire. Conclusion : lui, les concerts il ne les voit pas et ne les entends pas. Donc attention à ton attitude, car toutes les petites contrariétés peuvent avoir un impact décuplé sur un bénévole privé du set magistral d’un MSTRKRFT déchainé.

Car même s’il ne porte pas la toque d’un chef étoilé au melon surdéveloppé, gare à ne pas critiquer ses créations culinaires !! Après avoir rencontré Sylvain, le responsable catering nous avons eu confirmation qu’ effectivement, ces bénévoles n’entendaient ni ne voyaient une seule miette des concerts. En place dès 8 heure du mat’ jusqu’à très tard dans la nuit, ils laissent leur frustation musicale de côté. Car oui, le bénévole catering est avant tout un philantrope. Il aime les gens et apprécie le calme pour établir le contact. Mais un conseil : évite les remarques désobligeantes sur la taille de ses cernes qui se creusent au fur et à mesure de la semaine. C. M.C. and A. R.

AU FIL DU PARK EXPO

PREMIER JET DE DECO

Au parc expo les techniciens, les bénévoles, les collectifs déco s’activent, c’est l’effervescence!

Les fournisseurs déballent un bric à brac qui s’accumule, livraisons de matériels et fûts de bière...

Les lights sortent juste de leur boîte, une armée de R2D2 à l’assaut du festival.

PATCHWORK UNE SÉLECTION DE PHOTOS EN VRAC

7


WE LOVE THE FESTIVALIER LE PARCOURS D’UN FESTIVALIER

LE PUNK A CHIENS !

MON PARCOURS À MOI CHRONIQUE D’UN CHRONIQUEUR

ET SI J’ÉTAIS... Il y a tant d’évènements se déroulant simultanément au festival Nordik impakt qu’il m’est impossible d’assister à toutes les prestations. Pour ma part,j’ai décidé de saisir l’opportunité de joindre l’utile à l’agréable en me rendant jeudi à partir de 14 heure au salon de coiffure “Homme à part” pour fashionniser ma chevelure façon electro house sur les sons de DJ Izovitch. Après la coupe, place à la “garde robe”. Direction Tribuzz ; FRED H se chargera de la sélection musicale, et moi, de celle de mes fringues (malin non?). J’aurai alors une tenue à peu près correcte lorsque je me pointerai à l’icone pour écouter et bouger sur le set du grand DJ et producteur du label Mood music Records, j’ai nommé le grand SASSE aka FREESTYLE MAN. Pourquoi ne pas se mettre à la mode Tektonik (normalement ça passe partout). Ce n’est pas le tout mais le shopping, ça donne chaud ! Et surtout soif !!! Donc, pour me reposer les tympans, j’ai décidé de faire un petit tour à l’Ubu pour me désaltérer sous le hip hop de Lilea Narrative. Cette pause ne durera pas très longtemps, étant donné que le Cargö n’attend pas. Celui ci nous embarque à partir de 21 heures pour le Nord avec à son bord les capitaines de l’électro norvégienne tels Hammond Haeds, Svarte Greiner, Andreas Meland et Merja Nieminen qui seront la pour nous accueillir dans un habillage sonore minimal et lancinant. A. L.

8

Il va à Nördik tous les ans. Il passe la nuit sur le parking, écoute le gros son qui sort des enceintes des camtars ; vers 4 heures du matin, il embrouille la sécu pour rentrer sur le site et s’endormir au doux son de la salle hardcore. Mardi, il a été voir Raver 2.0, un super documentaire sur les free parties où il a reconnu plein de potes à lui. En plus, c’était gratuit et il a taxé plein de thunes à l’entrée. Mercredi, c’était Requiem Ex Machina. Il kiffe Ybrid, même si, devant ses potes, il dit qu’elle est pas assez radicale. Dans le fond, il aime bien son travail mélodique. Il s’éclate pendant le concert et se dit que la musique classique, ça envoie bien quand même. Mozart, c’est pas un pédé. Jeudi, c’est Before bars, 8,6 dans les poches, taxe à gogo et échange de bons plans entre PACS (Punks À ChienS). Lui il cherche désespéramment une caisse pour monter au Bunker à minuit pour la soirée Epileptik et à gratter un bout de ***. Vendredi, c’est relâche. De toute façon, The day beföre est complet, et il a plus de thune. Il a payé des bières à une jolie punkette,Virus Ebola, qu’est bien hardcore. Elle a mis un coup de tête à un type qui lui collait une main au cul. Il est direct tombé amoureux. Samedi, c’est comme tous les ans, parking jusqu’au lever du soleil qu’il regarde main dans la main avec Ebola en parlant de niquer le système et de descendre à Montpellier (la capitale mondiale des punks à chiens) cet été. Lobo

INFOS PRATIQUES JEUDI

Eglise du vieux st sauveur: 18H00 : Hako : Home concept n°8 : Gratuit l Forum FNAC: 18H00 : Maion & Wenn : Gratuit l Puzzle: 21H00 : Kwal vs ezra : 6/ 8/ 10 euros ou Nördik Pass l Le Cargö: 21H00 : Boreales digitales : Gratuit BEFORE BARS CONCERTS: dans la ville de 14H00 À 4H00 L’homme à part (salon de coiffure) l Yellow café l l’Ubu l la Garsouille l le 6X l le St Sauveur l Oxygene B l L’excuse l l’Icône Bunker (Merville-Franceville) 00h à 05h00 / 5 euros / nördik pass Hard impakt / soirée epileptik : Daisy Aka Mandragore, DJ Nitric, DJ Obiwan


Nordik Flash 2 - jeudi 15 novembre 2007