Page 41

camping | touring 41 no 11 | 19 juin 2014

40° à 4 h du matin! Mais au final, peu de choses par rapport à la joie éprouvée au contact de la population locale: «Nous avons été partout les bienvenus. Les gens ont envie de voir l’intérieur du camping-car et de savoir comment on vit à six dans 10 m2», confie Véronique Balthasar. Car, on s’en doute, partager un espace aussi exigu requiert rigueur et organisation. Un minimum de matériel est admis, faute de place. Exit donc consoles de jeux vidéo, télévisions et chaînes stéréo: «Avant d’acheter quoi que ce soit, on se demande si on en a vraiment besoin», explique Véronique. Et on ne plaisante pas avec le rangement, un domaine où règne un ordre quasi militaire. Mais de l’avis des six membres de la famille, l’entente est meilleure dans le bus que lorsqu’ils habitaient dans une villa. Et pour les tâches scolaires, «Casita» – surnom du camping-car – fait parfaitement l’affaire.

Progression scolaire La «bouille» hilare de Casita (à gauche), surnom donné au camping-car.

photos ldd, jop

(Ci-dessus) Même en vivant à six dans 10 m2, il est possible de se ménager son petit chez-soi, les parents d’un côté, les enfants de l’autre (en haut).

Et si on se dispute… Comme dans toutes familles, il y a des querelles. Mais comment s’y prendre pour se réconcilier dans 10 m2: «On peut quitter le campingcar et revenir quand on est prêt à discuter, relève Thierry Balthasar. Dans un aussi petit espace, on doit avoir le courage d’aborder les choses qui ne vont pas. Il est impossible d’éviter les sujets difficiles ou de se trouver des excuses.» En dépit de ces exigences, un retour à la vie sédentaire est exclu: «Je deviendrais folle», confie Véronique. «Adulte, je veux vivre en campingcar», conclut Max. jop

Max (16 ans), Loane (14 ans), Sam (12 ans) et Zoé (11 ans) suivent les cours du Centre national d’enseignement à distance, un institut français qui fournit le matériel pédagogique nécessaire et s’assure des progrès accomplis par des tests périodiques et des examens. Les enfants étudient de 7 h 30 à 12 h 00 et peuvent disposer librement de leur après-midi. En voyage, ils avaient droit à une semaine de vacances par mois, ce qui n’a en rien freiné leur progression scolaire: «Au besoin, il y a des forums sur internet où on peut s’entraider entre élèves ou contacter un professeur», explique Max. Et les quatre enfants apprécient le calme du camping-car, plus propice pour étudier que le brouhaha d’une salle de classe.

Où est la maison? La famille Balthasar voyage six mois par an autour du monde, et passe généralement l’été en Suisse. Thierry en profite pour donner des cours de réinsertion professionnelle dans l’entreprise qu’il a fondée avant le grand saut dans la vie nomade. Max aime retrouver ses copains pour pratiquer le BMX, pendant que Loane fait des heures de baby-sitting ou «dévore» la bibliothèque de Morges (VD). En fonction des obligations professionnelles de Thierry, la famille se déplace à Lausanne, Neuchâtel, Genève ou ailleurs: «J’adore sortir du travail et téléphoner à Véronique pour demander: où est la maison?» Jacques-Olivier Pidoux

Info Touring Davantage d’infos sur www.sixenroute.com

Touring 11 / 2014 français  

Le journal de la mobilité, édition du 19 juin 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you