Issuu on Google+

Bureau de dépôt : 1000 Bruxelles 1 — P401061 — 0.70 Novembre 2013

Mensuel de l’Armée du Salut - 123e année - N° 11 - 2013

Société

Le sucre  : un ami nécessaire  Jacques Tschanz

Qui n’a jamais craqué devant une plaque de chocolat ou un paquet de bonbons  ? Pourtant, les médias n’arrêtent pas de nous rappeler les méfaits des aliments sucrés  : caries, diabète et surpoids … Si bien qu’un certain nombre de personnes évitent systématiquement tout ce qui est sucré … Mais n’oublions pas que les sucres sont aussi des «  carburants  » nécessaires à notre organisme  !

E

nfant, je me souviens d’un Noël où de petits pains de sucre pendaient au sapin. Enveloppés d’un papier aux couleurs éclatantes, une jolie ficelle torsadée bicolore à leur sommet dont les bouts scellés sur la face donnaient une impression de trésor … et quelle joie de les manger … car la plupart des enfants ont une préférence naturelle pour le sucre. Aujourd’hui, difficile de trouver des pains de sucre, mais, sous une multitude de formes et de sortes, on trouve le sucre sur les étals. Qu’il soit de canne, de betterave, de raisin et j’en passe, chacun a ses qualités et ses défauts !

La plupart des enfants aiment le sucré sans savoir qu’il est une source d’énergie importante.

Un carburant nécessaire Le sucre est un carburant énergétique nécessaire au bon fonctionnement des cellules, en particulier au niveau des muscles, du cerveau, du cœur et des globules rouges. Pour le cerveau

en particulier, nos neurones ont besoin continuellement de sucre, tout comme pour l’oxygène. En effet, les réserves en glucose du cerveau ne dépassent pas une dizaine de minutes.

Cependant, une surconsommation de sucre peut entraîner une prise de poids car le sucre est souvent accompagné de graisses comme par exemple dans le chocolat.  page 2

La priorité    page 3

Un premier groupe de vie stimulant  pages 4-5 


société Les repères nutritionnels journaliers (RNJ) sont des valeurs repères des besoins moyens en énergie et en chacun des nutriments pour un adulte.

Analyse comparée du sucre blanc et complet en mg pour 100 g de sucre sucre blanc sucre complet sels minéraux

30 à 50

1 500 à 2 800

potassium (K)

3à5

600 à 1 000

0

60 à 130

calcium (Ca)

10 à 15

40 à 110

phosphore (P)

0,3

14 à 100

fer (Fe)

0,1

4 à 40

magnésium (Mg)

 Faites le total Les besoins en sucre, pour un adulte sont d’environ 90 grammes par jour, ce qui représente tout de même 22 morceaux de sucre  ! Mais la réalité est bien différente  : le Suisse consomme chaque jour plus de 137 grammes de sucre (50 Kg par an  !) – et ces proportions sont souvent plus élevées chez les jeunes et les enfants. En France et en Belgique, il en est de même. Le problème est aggravé du fait qu’on trouve toutes sortes de sucres dans la

«  S’il n’y a pas écrit sucre, c’est qu’il n’y en a pas  ». Faux  ! Pour mieux attirer le client, de nombreux produits déclarent le sucre sous «  fructose, lactose, glucose, etc.  » Pour connaître la véritable quantité de sucre, il convient de consulter le tableau des valeurs nutritives du produit en question.

Point de vue   



Cherchez le mot sucre dans la Bible, vous avez de fortes chances de ne le trouver nulle part. Peut-être qu’à l’époque où elle a été écrite n’avait-on pas encore les connaissances pour l’extraire des plantes qui le produisent  ? Mais on y parle abondamment du miel. Surtout dans l’Ancien Testament. A commencer par l’Exode du peuple d’Israël dans le désert sous la conduite de Moïse  : «  L’Eternel dit à Moïse (…) C’est pourquoi je

plupart des aliments. Pour celui qui veut prendre soin de son organisme, il devient nécessaire de lire chaque étiquette nutritionnelle imprimée sur les aliments, et d’essayer de la comprendre … car il est parfois difficile de s’y retrouver. Par exemple, le terme «  sucre  » signifie le saccharose (sucre de table). Et au pluriel, le terme «  sucres  » désigne tous les sucres au sens large comme le fructose, le lactose, etc. Pendant une journée, additionnez les grammes de sucres marqués sur les «  repères nutritionnels journaliers  » et vous risquez d’être surpris  ! Un dernier truc pour la route … si vous aimez le chocolat, laissezle fondre dans la bouche au lieu de le croquer … ça prolonge le plaisir et ça écœure plus vite  ; -) 

 Pierre-André Combremont suis venu pour le délivrer (le peuple) des Egyptiens pour le faire sortir de l’Egypte et le conduire vers un bon et beau pays, un pays ruisselant de lait et de miel. » Le miel, cette douceur tant appréciée. Les hommes, depuis leur tendre enfance, aiment les douceurs. Pas seulement la douceur si agréable au palais mais aussi la douceur dans l’autre sens de ce mot. De cette douceur-là, la Bible en parle aussi abondamment. Dans le Nouveau Testament essentiellement.

Par exemple, l’apôtre Paul la mentionne dans la lettre qu’il adresse aux Galates (chapitre 5, verset 22)  : «  Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, l’amabilité, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi.  » A Timothée, il écrit  : «  Recherche la charité, la douceur …  », cette vertu qui accompagne l’amour du prochain, si nécessaire dans les relations humaines.


évangile

La priorité

 Robert Muller

Dans la Bible Comme Jésus a atteint l’âge de 12 ans, il accompagne ses parents au pèlerinage annuel de Pâque à Jérusalem. Dans la foule de la famille, les parents repartent sans se rendre compte que Jésus est resté à Jérusalem. Ils reviennent sur leur pas et après trois jours de recherches le retrouvent dans le Temple. Voici le texte biblique qui suit  :

I

l n’est pas rare que l’adolescent s’éloigne de son Eglise après la confirmation ou la première communion. Ce qu’il a pu y apprendre ne lui paraît pas toujours utile au moment de découvrir la vie d’adulte et de prendre peu à peu ses responsabilités. Comme tous les garçons de 12 ans, Jésus accompagne ses parents pour son premier pèlerinage au Temple de Jérusalem. Selon la coutume, le jeune Israélite est désormais membre à part entière de la communauté. L’enfance est passée, le jeune garçon doit répondre de ses choix et des valeurs sur lesquelles il fondera sa vie. On imagine sans peine l’angoisse des parents qui cherchent leur fils. On comprend le tendre reproche de Marie à son enfant à peine émancipé. Mais l’attitude et la réponse de Jésus ont de quoi nous faire réfléchir. A l’âge où d’autres prennent leurs distances avec une

Jésus est assis au milieu des maîtres juifs, il les écoute et leur pose des questions. Tous ceux qui entendent l’enfant sont surpris par ses réponses pleines de sagesse. Quand ses parents le voient, ils sont vraiment très étonnés, et sa mère lui dit  : «  Mon enfant, pourquoi est-ce que tu nous as fait cela  ? Regarde  ! Ton père et moi, nous

foi familiale, traditionnelle, Jésus veut apprendre, comprendre, et se situer  : «  Je dois être dans la maison de mon Père.  » Sa vie se construira dans cette relation intime avec ce Dieu qu’il ose considérer comme son Père. Et son ministère auprès des hommes s’accomplira de manière que ses frères en humanité puissent à leur tour découvrir combien ils sont aimés du Père céleste. Jeunes et aînés, nous sommes souvent accaparés par nos projets  : une formation, une situation … Nous sacrifions parfois toutes nos ressources à nos obligations, nos ambitions ou nos désirs. Quitte à nous laisser réduire en servitude.

étions très inquiets en te cherchant.  » Il leur répond  : «  Vous m’avez cherché, pourquoi  ? Vous ne savez donc pas que je dois être dans la maison de mon Père  ?  » Mais ses parents ne comprennent pas cette parole. Ensuite, Jésus retourne avec eux à Nazareth. Il obéit à ses parents. Sa mère garde toutes ces choses dans son cœur. Jésus

grandit, sa sagesse se développe et il se rend agréable à Dieu et aux hommes. 

Or nous avons besoin de temps pour prendre du recul, rétablir des priorités, nous ressourcer, nous situer par rapport à nos proches, et redonner du sens à nos engagements. Et, renforcer le lien avec Celui qui génère toute Vie. 

Que doit faire l’Eglise pour garder les jeunes  confirmés?

La Bible, Evangile selon Luc, chapitre 2, versets 41 à 52




famille

Un premier groupe de vie stimulant

 Sébastien Goetschmann

Le BabySong existe en Suisse depuis 1997. Réunir des parents avec leurs enfants de zéro à quatre ans pour chanter, s’amuser, s’épanouir et entendre des valeurs chrétiennes, est un investissement important pour l’Armée du Salut.

E

n Suisse, le BabySong a débuté dans les Postes de Zurich, Bulach et Zofingue en 1997 et au Poste de Saint-Aubin en 2000. L’idée venue des pays scandinaves a été importée en Suisse par la commissaire Ose Marti et Christina Bösch. En Suisse romande, c’est la major (R) Christianne Winkler qui a lancé cette activité. «  En 1993, lors de mon stage au Collège international pour officiers (ICO) à Londres, j’ai entendu parler pour la première fois d’une activité pour les bébés nommée BabySong qui fonctionnait bien en Scandinavie, explique la major Christianne Winkler. Cela m’a tout de suite intéressée et je me suis demandé si je pouvais amener cela dans mon Poste, pour autant que cela réponde à un besoin. En 2000, à Saint-Aubin, j’ai eu la conviction que le moment était venu. Il n’y avait plus de responsable pour le «  Lien du Berceau  » et le Poste allait vivre un baby-boom  : un nouveau-né et six encore à naître durant l’année. Alors j’ai cherché une personne pour m’épauler et je me suis lancée.  » Un outil pour l’éveil Chanter, danser, applaudir, sauter, jouer, les activités du BabySong sont faites pour aider



En rythme  : le BabySong permet aussi aux enfants de développer leurs talents artistiques.

les enfants à l’éveil musical, physique, rythmique, … C’est également un excellent moyen de sociabiliser des enfants, pour qui c’est souvent le premier groupe de vie auquel ils appartiennent. «  Si on peut jouer un rôle de socialisation, avec des valeurs chrétiennes, comme le partage, le respect et l’amour des autres, c’est un investissement non négligeable, affirme la major Nathalie Egger, responsable du

BabySong en Suisse romande.  » Mais le BabySong est aussi un endroit où les mamans peuvent trouver des réponses à leurs questions, en partageant entre elles ou en demandant conseil. Pour beaucoup de mamans étrangères, c’est aussi un bon moyen d’intégration  ; tant au niveau de la langue, qu’au niveau de la vie sociale locale. «  A plusieurs endroits, une chanson de remerciement à Dieu est


famille

Petit déjeuner, jeux, partage. Les bambins découvrent la «  vie en société  » de manière ludique et dans la bonne humeur.

chantée avant de partager un petit déjeuner, poursuit Nathalie Egger. Plusieurs familles témoignent ensuite chanter à chaque repas à la maison, cela étant devenu une sorte de rituel à ne pas oublier pour l’enfant. Une maman, qui s’est par la suite engagée dans l’animation du BabySong m’a confié que sans ce groupe, elle serait tombée en dépression, car avec la venue d’un enfant, elle avait arrêté son travail et se retrouvait bien seule à la maison.  »  Le BabySong en Suisse romande Le BabySong est organisé dans 11 Postes de Suisse romande (Aigle, Arc lémanique, Fleurier, La Chaux-de-Fonds, Les Ponts-deMartel, Moutier, Neuchâtel, Orbe, St-Aubin, Tramelan et Vevey). Chaque groupe se retrouve entre une et quatre fois par mois, pour

une moyenne totale de 239 parents et 284 enfants présents mensuellement. A Vevey, un nouveau groupe a été créé, pour que plusieurs enfants, trop grands pour le BabySong, puissent continuer à être en contact avec l’Evangile.

Aux Ponts-de-Martel, c’est un nouveau groupe qui a débuté en janvier. Le Poste, en manque d’enfants et de familles, espère entrer à nouveau en contact avec les plus jeunes par ce biais-là.




témoignage

Un jour en automne

L’

été fut beau, indiscutablement. Nous avons fait le plein de soleil, de lumière, de chaleur. Pour ma part j’ai profité des soirées interminables, des nuits tièdes et étoilées, des petits matins pleins de promesse. J’ai suivi de près les travaux des champs, les foins, les orges, les colzas, les blés, les maïs. Les fruits et les légumes ont mûri, et même s’ils n’étaient pas

La campagne s’étend, plate, désolée, monochrome.



trop abondants cette année cela reste un ravissement de déguster la première tomate, la première grappe de raisin. L’arrière-été est la saison des récoltes, la récompense des peines de l’année. Et ensuite  ? Ensuite l’agriculteur vient avec son gros tracteur, et il laboure tout. La campagne s’étend, plate, désolée, monochrome. La nuit tombe plus vite, les oiseaux qui nous restent se font plus discrets. Il faut songer à enfiler les bottes, se couvrir avec la petite laine. Il nous vient avec la fraîcheur comme une tristesse, une langueur qui mine nos forces. Et si tout était fini  ?

 Annelise Bergmann Vous savez quoi  ? J’ai oublié quelque chose  ; tout n’est pas terminé avec les labours. L’hiver va venir, certes, la neige va peutêtre couvrir le sol nu, mais en dessous, là où vous ne pouvez pas voir, dort une promesse. Une toute petite promesse, une semence, une graine de rien du tout, mais vous et moi nous savons qu’elle va grandir. Pas tout de suite, mais en son temps. Pas de façon spectacu-

laire, mais avec constance. J’aime à me souvenir que dans les hivers ou les déserts de ma vie, enfouie au plus profond de mon cœur, il y a la parole de résurrection. Et rien, ni personne, ne pourra l’empêcher de germer. Je ne saurais pas vous la décrire, elle rejoint certainement le plus secret de chacune des personnes que nous sommes, mais elle est plus vraie et plus immuable que le ciel et la terre, que le soleil, le vent, la pluie et les saisons. A propos, en illustration concrète, je vais de ce pas enfouir les bulbes des fleurs qui feront mon printemps. 

Sans tambour ni trompette Emotion Un dimanche de septembre, nous écoutions à la radio, mon épouse et moi avec une émotion partagée, la Messe allemande de Schubert. Elle était retransmise depuis la Grand’Place de la petite ville de Monthey, chantée par un public de 3000 personnes encadré par cinq chorales et un ensemble de cuivres. Les harmonies extraordinaires de ces huit mouvements étaient si profondes qu’elles ont tiré de mes yeux quelques larmes d’émotion difficiles à contrôler. Cette musique, composée pour célébrer la grandeur de Dieu, est un soutien pour l’âme, elle la met en communion avec le Créateur qui l’a inspirée. Voilà pourquoi le chant et la musique ont tant d’importance pour soutenir la proclamation de la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ. Emotion, enthousiasme, encouragement, consolation ou joie. Quelle merveille que la musique  !

 Pierre-André Combremont


infos L’Armée du Salut appelée à aider à Nairobi Après la prise d’otages du 21 septembre dans un centre commercial de Nairobi (Kenya), l’Armée du Salut locale a été appelée à assurer son soutien au Centre de transfusion d’urgence. Au cours de l’attaque 69 personnes ont été tuées et plus de 200 blessées. Le jour de la prise d’otages, la CroixRouge a demandé à l’Armée du Salut d’assurer la prise en charge des donneurs de sang. Ainsi, environ 4000 personnes ont pu recevoir des produits alimentaires et des boissons. Des couvertures étaient aussi à disposition pour ceux qui attendaient leur tour. D’autre part, l’Armée du Salut a également organisé des veillées de prière pour les proches des victimes, les blessés et les autres otages. Dimanche 22 septembre, l’Armée du Salut a aidé notamment des soldats, des policiers et des secouristes en leur offrant des aliments et des boissons. Plusieurs équipes de l’Armée du Salut ont offert un soutien spirituel.

Je m’abonne pour une année au mensuel «  Espoir  » en versant la somme de 7.5 ( étranger 13.5) sur le compte 000-0051322-09 avec la mention «  abonnement Espoir  »

Nom  : Prénom  : Adresse  :

Localité  : Date  : Signature  : L’Armée du Salut se tient prête à aider là où on a besoin d’elle. Ici, elle distribue nourriture et boissons aux soldats et secouristes à Nairobi.

Prions pour nos frères et sœurs persécutés

A renvoyer à  : Armée du Salut, Service des abonnements, 34, Pl. du Nouveau Marché-aux-Grains, 1000 Bruxelles Noelie_Lecocq@bel.salvationarmy.org

Le dimanche de l’Eglise Persécutée (DEP) 2013 aura lieu le 10 ou le 17 novembre. Chaque année, Portes Ouvertes invite les chrétiens du monde entier à être solidaires avec celles et ceux qui sont persécutés à cause de leur foi. Ainsi, des dizaines de milliers de chrétiens dans le monde mettent un jour à part pour l’Eglise persécutée. Et même si votre communauté ne prépare pas de manifestation spéciale durant un de ses cultes, nous vous encourageons à penser aux chrétiens martyrisés à

Membre de l’Union des Editeurs de la Presse Périodique

cause de leur foi dans vos prières. Cette année-ci, Portes Ouvertes encourage à prier particulièrement pour les pays de l’Afghanistan, du Mali et du Vietnam. Plus d’informations et du matériel pour le DEP 2013 sont disponibles sur : portesouvertes.ch (dep.portesouvertes.fr)

Mensuel de l’Armée du Salut | Editeur responsable  : Major Noélie Lecocq, Pl. du Nouveau Marché-aux-Grains 34  | BE1000 Bruxelles | Tél. 02 513 39 04 - Fax: 02 513 81 49 | Courriel  : Noelie_Lecocq@bel.salvationarmy.org | Internet  : www. armeedusalut.be , www.legerdesheils.be | Abonnement 1 an  : 7.5 , | Fondateur  : William Booth  | Général  : André Cox | Chef pour la Belgique  : Major Noélie Lecocq | Rédaction Berne: Major Jacques Tschanz (responsable), Sébastien Goetschmann | Equipe de rédaction  :  Pierre-André Combremont, Yverdon-les-Bains / Marianne Hefhaf, Lausanne / Annelise Bergmann, Suchy  | Concept graphique  : Didier Chassagnot | Mise en page  : Rolf Messerli | Imprimerie  : Rub Media SA, Wabern | Tirage  : CH:  5 000 ex. BE :  4 000 ex. | Crédit photo  : P 1  : Flickr_jeanpierreossorio  ; P  2 & 3 : J.Tschanz  ; P   4  &  5   : Aurélien Bergot  ; P  6  : Flickr_clherion  ; P  7  : Salvation Army IHQ  ; P  8  : S.Gargiulo  | L’Armée du Salut, mouvement international, appartient à l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est inspiré par l’amour de Dieu. Sa mission est d’annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et de soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.




détente «  Tout seul on va plus vite … ensemble on va plus loin …  »    Auteur inconnu



PP

Solution du Sudoku

3001 Berne

Règle du jeu En partant des chiffres déjà inscrits, remplissez la grille de manière à ce que  : - chaque ligne - chaque colonne - chaque carré de 3x3 contiennent une seule fois les chiffres de 1 à 9. Pas besoin d’être fort en maths!

Annoncer les rectifications d’adresses

Sudoku


Espoir 11/2013 (BE) - Le sucre : un ami nécessaire