Page 1

Mensuel de l’Armée du Salut - 122e année - N° 7 - 2012

Vocation

Il n’y a point de triste métier  Questions  : Gabrielle Keller

Pierre-André Combremont est salutiste et membre bénévole de la rédaction de ce journal. Autrefois il était croque-mort. Et pourtant il aime la vie, adore plaisanter et est toujours souriant. Comment cela se fait-il  ? Le fait d’avoir travaillé pendant près de 14 ans comme «  croque-mort  » ne vous a-t-il pas rendu âpre  ?

Ma tâche principale consistait en la prise en charge des familles en deuil. J’étais donc essentiellement en contact avec des vivants, ce qui était plutôt riche sur le plan des rapports humains. Combien de personnes avez-vous enterrées  ?

J’ai organisé et accompagné les obsèques de 3  291 personnes, essentiellement dans ma région mais aussi partout en Suisse et dans plusieurs pays d’Europe. Avez-vous dû accompagner des gens de votre entourage  ?

Oui, quand des amis ou des gens de ma famille étaient frappés par un deuil, ils faisaient souvent appel à mes ser-

«  La mort ne me fait pas peur  », dit Pierre-André Combremont.

 page 2

Au boulot  ! Mais n’oublie pas le repos  !

Dans quelle équipe joues-tu  ?

  page 3

 page 4-5 


vocation

 vices. C’est ainsi que j’ai organisé les enterrements de mes propres parents ou celui d’un jeune cousin, officier pilote militaire de métier dont l’avion s’était écrasé au cours d’un vol dans les Alpes. Ce fut très éprouvant. Comment avez-vous fait  ?

Dans ces situations, il faut être

d’autant plus attentif à ne pas se laisser dominer par l’émotion et veiller à ce que tout se déroule sans faille. Vous avez toujours côtoyé des personnes en deuil. Les croyants réagissent-ils différemment lorsque le destin les frappe  ?

Généralement, les gens qui vivent leur foi montrent davantage de sérénité, beaucoup moins de désespoir ou de révolte. Ce qui n’empêche pas la tristesse, un deuil est toujours un déchirement. Avez-vous eu la possibilité de soulager des peines  ?

Cela m’est arrivé plus d’une fois, mais toujours avec beaucoup de tact et d’empathie. Il importait de sentir

Qu’est-ce qui nous attend entre l’icibas et l’au-delà  ?

Et vous, auriez-vous fait votre travail autrement si vous n’étiez pas croyant  ?

Ma foi et mon expérience de croyant ont été une force pour me permettre de porter cette charge immense qu’est l’accompagnement des endeuillés. La mort vous fait-elle peur  ?

La mort des autres m’impressionnera toujours mais la mienne ne me fait pas peur, bien que je la souhaite la plus lointaine possible  ! Mais je sais que mon Sauveur m’attend auprès de lui quand mon cheminement terrestre prendra fin. C’est mon assurance. 

Point de vue   

Face à la mort Dans la Bible, les Evangiles racontent la vie de Jésus. Au cours de son passage sur terre, le Fils de Dieu a souvent été confronté à la mort, mais Il reste toujours serein face à elle. Et ce pour une très bonne raison, Dieu, Son Père, lui a donné autorité sur la mort. Jésus a d’ailleurs ressuscité plusieurs personnes (dans la Bible, Evangile de Matthieu chapitre 9 versets 18-26,



en quelque sorte l’attente des personnes. La remise d’un petit texte que j’avais préparé ou même parfois d’une Bible, a pu apporter du réconfort à des personnes qui me l’ont témoigné.

 Sébastien Goetschmann

Evangile de Luc chapitre 7 versets 11-16, Evangile de Jean chapitre 11 versets 1-44) et il est Lui-même ressuscité (Evangile de Matthieu chapitre 28 versets 1-10). Mais Jésus a fait bien plus encore que ressusciter les morts. Il s’est offert pour que l’humanité entière puisse vivre éternellement et qu’elle n’ait plus peur de la mort. Dans l’Evangile de Jean chapitre 5 verset 24, Jésus dit  : «  En vérité, en vérité, je vous

le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.  » N’ayez donc crainte de la mort, même si c’est toujours un déchirement, car en acceptant de suivre Jésus, qui est le chemin la vérité et la vie (Evangile de Jean chapitre 14 verset 6), nous avons la vie éternelle.


évangile

Au boulot  ! Mais n’oublie pas le repos  !

 Marianne Hefhaf

Dans la Bible «  Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu as été tiré. Car tu es fait de poussière et tu retourneras à la poussière.  » (Genèse 3  :  19) «  N’oublie jamais de me consacrer le jour

L

e travail peut être la meilleure ou la pire des choses. C’est un bonheur de pouvoir se réaliser dans son travail, mais une horreur d’en être l’esclave  ; le travail vous permet de subvenir honnêtement à vos besoins mais il offre le loisir à d’autres d’exploiter sans vergogne leur prochain  ; il tue des gens à la tâche alors que certains crèvent d’être au chômage. Travailler … un verbe dont l’origine latine est plutôt funeste puisqu’il vient de «  tripaliare  », qui signifie torturer avec le trepalium. Le travail ne serait-il donc qu’un long calvaire  ? La bible nous offre des pistes intéressantes quant à l’origine de la souffrance associée au labeur. Si l’on se réfère aux premiers chapitres du livre de la Genèse, Dieu avait quelques délicieux projets pour l’ Homme  : fonder une famille, avoir des enfants et dominer sur la création  ; le travail de l’être humain ( «  Le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder.  » Genèse 2  :  15) s’inscrivait alors directement dans le prolongement de celui du Seigneur  : «  car en six jours j’ai créé le ciel, la terre,

du sabbat. Tu as six jours pour travailler et faire ton ouvrage. Le septième, c’est le sabbat qui m’est réservé, à moi le Seigneur ton Dieu  ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni toi ni tes enfants, ni tes serviteurs ni tes servantes, ni

la mer …  » Dieu, le Verbe en action, transmet à son enfant la bénédiction  : agis  ! Or en prétendant à l’autonomie, l’Homme a brisé sa relation naturelle avec Dieu  ; la «  chute  » a eu un effet profond sur le travail comme sur beaucoup d’autres choses  : «  Par ta faute le sol est maintenant maudit. Tu auras beaucoup de peine à en tirer ta nourriture pendant toute ta vie  » … (Genèse 3  :  17-18) Voilà qui nous a mis inévitablement sur le rude chemin de «  tripaliare  » torturer  ! Pas question pour autant de se laisser aller à flemmer  : «  Un paysan trop paresseux pour labourer à l’automne ne trouve rien à récolter à l’époque des moissons.  » (Proverbes 20  :  4) et encore  : «  Celui qui cultive son champ a beaucoup de pain, celui qui cultive les illusions beaucoup de misère.  » (Proverbes 28  :  19) Dans le même temps, la Bible est le seul ouvrage de l’antiquité qui institue un commandement universel de repos  ! Le travail, comme le repos sont pour l’Homme une manière d’agir dans la continuité de l’exemple

ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi  ; car en six jours j’ai créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, puis je me suis reposé le septième jour.  » (Exode 20  :  8 - 11)

divin  : «  N’oublie jamais de me consacrer le jour du sabbat … car je me suis reposé le septième jour.  » (Exode 20  :  8 - 11) Le temps du sabbat offre à chacun la possibilité de se reposer physiquement et psychiquement, il nous permet aussi de prendre du recul par rapport à notre activité, de réfléchir à notre efficacité, de faire le point sur nos priorités  ; mais c’est aussi un moment privilégié qui nous permet de cultiver notre relation à Dieu en rejoignant les membres de son corps  : l’Eglise. 

Dans la brocante de l’Armée du Salut à Zurich.




mission

Dans quelle équipe joues-tu  ? La Bible dit que lorsque nous croyons en Dieu et acceptons son Fils Jésus-Christ comme Sauveur, nous devenons enfants de Dieu. Dans mon jargon sportif, cela signifie que nous faisons partie de l’équipe de Dieu. Dans la vie, comme dans la majorité des sports, il n’y a que deux équipes. La Bible est aussi claire avec ceci. Dans l’évangile de Mat-

thieu chapitre 12, verset 30, Jésus dit  : «  Celui qui n’est pas avec moi est contre moi  !  » Si nous ne jouons pas pour Dieu, alors, nous jouons contre lui. Nous ne pouvons pas être «  spectateurs  ». Nous vivons, donc nous jouons  ! Et c’est à nous de choisir la bonne équipe. L’équipe de Dieu Dans une équipe sportive, chacun

 Sandrine Ray, ex-joueuse de l’équipe nationale féminine suisse de hockey sur glace

porte le maillot de l’équipe. Lorsque nous faisons partie de l’équipe de Dieu, nous recevons «  son maillot  » : • Au centre du maillot (logo de l’équipe) se trouve Dieu  : c’est pour lui que nous jouons, que nous donnons tout, que nous faisons des efforts, c’est pour lui que

L’entraînement physique des premiers salutistes En 1909, le Quartier Général de l’Armée du Salut édite un étonnant recueil intitulé  : «  International Musical Drills, Deep Breathing and Healthy Home Exercises  ». Ce livre de 225 pages comportant 350 illustrations ainsi que de nombreuses photos propose toutes sortes d’exercices pour maintenir et développer la forme physique des membres de l’Armée du Salut. Il contient aussi de courtes partitions pour piano et cuivres pour pratiquer la gym



en musique. Comme le dit la préface, le but de ce livre est «  d’aider nos jeunes à être en bonne santé et à devenir forts pour le service de Jésus le Christ dans l‘Armée du Salut  ». Il ne s’agit donc pas d’apprendre les rudiments de l’hygiène et de l’entretien physique à des indigents, mais bien d’entraîner

physiquement les salutistes pour accomplir leur mission. Un accent particulier est mis sur les exercices respiratoires. Ecoutez ce que dit ce livre à ce sujet  : «  Le chapitre sur la respiration profonde devrait s‘avérer d’une grande valeur pour enseigner la manière de respirer naturellement pour le plus


mission

parfois nous nous faisons mal et c’est lui qui récolte les points de la victoire. • Notre nom se trouve aussi sur le maillot  : c’est Dieu qui nous a créés, il nous connaît personnellement, jusque dans les moindres détails. Il nous connaît même mieux que nous-mêmes, puisque c’est lui qui nous a façonnés. • Notre maillot porte un numéro  : les numéros indiquent bien souvent un rôle sur le terrain. Le n° 1 au hockey a le rôle de gardien. Le 9 ou 10 en football étaient habituellement les meneurs de jeu ou capitaines. De même, dans l’équipe de Dieu, nous avons un rôle à jouer. Dieu nous donne des talents, rêves, désirs, dons, ... et tout cela doit être utilisé pour faire gagner son équipe (son Royaume). • Finalement, notre maillot est sponsorisé  : les sponsors sont nécessaires afin que l’équipe existe. Une équipe sportive coûte très cher. Et l’équipe de Dieu a aussi un prix énorme. Afin qu’elle existe et que nous puissions en

grand avantage du système entier. La pleine signification des mots de la Bible  : «  le sang c’est la vie  » n’a jamais été aussi bien comprise qu’aujourd‘hui. Nous commençons à découvrir que la seule manière de maintenir une existence saine est que le sang pur circule constam-

faire partie, le prix à payer a été celui de la mort de JésusChrist sur la croix, rien de moins ! Mais cela va encore plus loin. D’habitude, lorsqu’une équipe a besoin de quoi que ce soit durant la saison (gourdes, crèmes,  ...) elle peut toujours se tourner vers les sponsors pour recevoir le matériel nécessaire. Avec notre Le fair-play et la convivialité règnent dans les activités sportives «  sponsor  » Jésus, proposées par l’Armée du Salut. c’est pareil. Chaque jour, nous pouvons faire appel à lui Il ne vous reste plus qu’à choiet lui faire part de nos besoins. Nous pouvons le faire, car il a sa sir l’équipe de Dieu, à vivre et «  marque  » sur notre maillot. Et ce «  jouer  » pour et avec lui, car c’est sponsor parfait pourvoit toujours son équipe qui, au bout du compte, à nos besoins, sans nous donner est vainqueur. forcément ce que nous lui deman dons, mais toujours ce dont nous avons besoin.

ment dans le corps  ». Comme le précise le titre, les images et les types d’exercices sont vraiment internationaux. Les dessins et les photos reprennent toutes sortes de costumes nationaux et les noms des exercices sont plutôt exotiques, par exemple  : la lanter-

ne chinoise, le double cerceau égyptien ou le bâton indien. Les deux dernières pages comportent un catalogue avec les prix des altères, des massues ou des cordes à sauter. Et oui, l’Armée du Salut était une véritable armée. Ses soldats devaient être «  fit  », spirituellement mais aussi physiquement et psychiquement. Qu’en est-il aujourd’hui  ? Pascal Donzé *Ce livre appartenait à Eveline Donzé et a été cédé au musée de l’Armée du Salut à Berne




témoignage

La vraie loi va plus loin

 André Sterckx

Officier de l’Armée du Salut

L

a Bible comporte 613 commandements donnés par Dieu à Moïse qui recouvrent tous les domaines de l’activité humaine, les devoirs de l’homme envers Dieu et envers ses semblables, avec les animaux et, de manière générale avec la nature. Aucun domaine de vie n’est étranger à la Bible, Parole de Dieu  ;

et ravissement  : «  L es préceptes de l’Eternel réjouissent le cœur  ; la Mitzva de l’Eternel est lumineuse, elle éclaire les yeux.  » Ps 19  :  9 Ces 613 commandements se réduisent à onze tels que David les énumère dans le Psaume 15  :  être juste, sans reproches, pertinent, non médisant, sans injures, fuyant le mal et quiconque le pratique, sans faux serments, fidèle à la parole donnée, ne pas être usurier, être incorruptible. A son tour, Esaïe 33  :  15 les réduit à six  : droiture, vérité, intégrité, probité, respect de la vie, sans complaisance envers le mal.

Les dix commandements dans une synagogue en Israël.

rien n’échappe à sa législation. Chaque décret exige le même respect. Chacun représente les expressions de la volonté de Dieu, à commencer par la sainteté et la sanctification du Sabbat et la vie communautaire gravitant autour du Seigneur Dieu. Pour le fidèle, les accomplir apporte joie



Puis, vient Michée 6  :  8 qui les ramène à trois  : justice, miséricorde, marcher humblement avec Dieu. Esaïe ailleurs 56  :  1 les réduit à deux : respecter le droit, agir avec loyauté. Enfin, Habacuc 2  :  4 n’en garde qu’un  : le juste vivra par sa foi. 

Sans tambour ni trompette Porte-parole «  L a Police a déclaré, par son porte-parole, le Capitaine X, que…  ». Voilà une petite phrase qu’on peut lire ou entendre chaque jour dans son journal, à la radio ou à la TV. Lors d’événements particuliers, les Autorités, de grandes entreprises ou diverses organisations confient à leur porte-parole la mission de renseigner le public par des communiqués, des conférences de presse ou des interventions à l’antenne. C’est agréable d’être informés sur ce qui se passe ou se décide autour de nous. Et en nous, dans l’intimité de notre personne  ? Pour cela, pas de communiqués de presse mais une relation permanente avec notre Autorité suprême. Car Dieu nous offre son plus précieux porteparole dans les pages de la Bible, Parole du Seigneur. Et en plus, pas besoin d’intermédiaire pour communiquer avec lui, il entend notre prière et y répond. Quel privilège  !

 Pierre-André Combremont


infos Mettre le pouvoir entre leurs mains  … et leurs pieds  Kara Langford, Officier de l’Armée du Salut, Haïti

A Port-au-Prince, des adolescents locaux apprennent les bases de la fabrication de chaussures dans le cadre d’un programme de l’Armée du Salut. Des adolescents de Petite Place Cazeau apprennent avec enthousiasme une technique pouvant les aider à subvenir aux besoins de leurs familles. Dans le cadre du programme de l’Armée du Salut visant à soutenir émotionnellement les enfants et les adolescents, dix jeunes âgés de 16 à 17 ans se retrouvent chaque semaine pour apprendre à fabriquer des chaussures. Reginald François travaille avec les adolescents durant quatre heures chaque week-end afin de leur apprendre les bases de la fabrication de chaussures ainsi que l’histoire de cet artisanat. «  Il y a beaucoup de talent  », dit-il à propos des adolescents qui participent à ce programme. Une partie de ce talent repose entre les mains de Carline Charles, âgée de 16 ans. C’est sa première expérience avec l’Armée du Salut. «  Ça me plaît beaucoup, et ma famille se réjouit de savoir que j’apprends quelque chose  », dit-elle. Carline espère transmettre ensuite ses connaissances à d’autres. Reginald rêve d’organiser un atelier plus grand pour des jeunes et de pouvoir vendre les sandales partout où l’Armée du Salut est implantée. A Noël dernier, ce groupe a vendu 30 paires de sandales à

Oui, je m’abonne pour une année au mensuel «  Espoir  » pour la somme de CHF 48.–

Nom  : Prénom  : Adresse  :

Localité  : Date  : Signature  : A envoyer à  : Armée du Salut, Service des abonnements, Case postale 6575, 3001 Berne redaction@swi.salvationarmy.org

Reginald François travaille sur des sandales pour enfants, avec la jeune Carline Charles (16 ans).

des amis et à des parents. Il travaille actuellement à la conception d’une nouvelle sandale pour Flag Day (jour de quête pour une œuvre de bienveillance qui a eu lieu le 14 juin de cette année).

«  L a fabrication de chaussures n’est pas juste un métier, c’est un art  », s’exclame-t-il. Il n’est pas difficile de sentir sa passion de transmettre cet art aux jeunes de Petite Place Cazeau.

Mensuel de l’Armée du Salut | Laupenstrasse 5 | Case 6575 | CH-3001 Berne | Tél. 031 388 05 91 - Fax: 031 388 05 95 | Courriel  : redaction@swi.salvationarmy.org | Internet  : http://www.armeedusalut.ch | CP: 30-3117-4| Abonnement 1 an: CHF 48.-, CHF 67.- (étranger), CHF 72.- (par avion) | Fondateur  : William Booth | Général e : Linda Bond | Chef de territoire  : Commissaire Franz Boschung | Rédaction Berne: Gabrielle Keller (responsable), Sébastien Goetschmann | Equipe de rédaction  : Pierre-André Combremont, Yverdon-les-Bains  /  Marianne Hefhaf, Lausanne   | Concept graphique   : Didier Chassagnot | Mise en page  : Rolf Messerli | Imprimerie  : Rub Graf-Lehmann SA, Berne | Tirage  : CH:  5000 ex. BE  :  4 000 ex. | Crédit photo  : P 1, 2, 8  : Gabrielle Keller  ; P  3  : Willi Reutimann  ; P  4 : Sandrine Ray, MAD ; P  5 : Sébastien Goetschmann  ; P  6  : Wikimédia ; P  7  : MAD  | L’Armée du Salut, mouvement international, appartient à l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est inspiré par l’amour de Dieu. Sa mission est d’annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et de soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.




détente

«  Tout livre est l‘art d‘un homme, mais la nature est l‘art de Dieu.   »   Bernardin de Saint-Pierre

Solution du Sudoku



PP

Il faut placer dans la grille, par ligne horizontale, verticale, également dans les 9 carrés, les chiffres de 1 à 9, sans exception. Ils peuvent être mis dans n’importe quel ordre. Vous devez retrouver la totalité des chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9. Voilà, le défi est lancé, à vous de jouer  !

3001 Berne

Règle du jeu

Annoncer les rectifications d’adresses

Sudoku

Espoir 07/2012 - Il n’y a point de triste métier  

Pierre-André Combremont est salutiste et membre bénévole de la rédaction de ce journal. Autrefois il était croque-mort. Et pourtant il aime...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you