Page 1

Réf. : B-E03YYW LE BOIS-PLAGE PRESTATIONS HAUT DE GAMME Trois chambres Piscine chauffée Terrain 700 m² Classe énergie : E Prix : Nous consulter

www. r e a l a h u n e . f r L E J O U R N A L D ’ I N F O R M A T I O N G R A T U I T D E L’ Î L E D E R É

10 3 R

Au cœur de l’île de Ré !

é à la Hune est allé à la rencontre de Jean-François Fountaine, nouveau Maire de La Rochelle, et Président de l’Agglomération. Nous vous livrons l’intégralité de son interédition du view, fort intéressante. L’avancée du dialogue avec l’État dans 4 JUIN 2014 les dossiers du PPRL et des digues, l’inauguration de la Gendarmerie et les résultats des élections européennes sur l’île de Ré font aussi partie de l’actualité que nous avons choisi de relayer pour vous, car oui, il

est intéressant de savoir comment les Rétais votent et de tordre le coup parfois à certaines idées reçues. Ainsi Ré à la Hune a reconstitué en exclusivité pour ses lecteurs un tableau comparatif des résultats de l’île de Ré. Nous vous invitons à découvrir bien d’autres sujets, portraits et nouvelles signatures au fil des pages. Nathalie Vauchez


ACTUALITÉ É L E C T I O N S

E U R O P É E N N E S

Un vote rétais sensiblement différent du vote « national » Contre certaines idées reçues, les résultats du scrutin des élections européennes ont montré que l’île de Ré a voté de façon plus équilibrée que l’ensemble du Pays, avec certes une sous-représentation de l’Union de la Gauche et un vote nettement en faveur de l’UMP, mais aussi un Front National en deçà de ses scores nationaux et l’Union du Centre ainsi qu’Europe Écologie les Verts qui dépassent chacun les 10 %, contrairement à leurs résultats nationaux. • Pour la liste 17 « Liste bleu marine – Non à Bruxelles, oui à la France » (FN), Gilles Lebreton, Joëlle Bergeron

Charente-Maritime, la Circonscription Ouest, et la France a été spécialement reconstitué par Ré à La Hune pour ses lecteurs, afin que chacun ait une vision claire du vote rétais. Nous n’avons repris que les résultats des listes ayant eu un ou plusieurs élus sur la Circonscription Ouest.

• Pour la liste 20 « UDI Modem les européens. Liste soutenue par François Bayrou et Jean-Louis Borloo » (Union du Centre), Jean Arthuis

En effet, dans la circonscription Ouest, ont été élus :

L’Ouest a voté différemment du reste de la France en plaçant l’UMP légèrement en tête (19,64 %), devant le FN (19,31 %), l’Union de la Gauche (15,62 %), l’Union du Centre (12,29  %) et Europe Écologie les Verts (10,36  %). En Charente-Maritime, le vote des Rétais met nettement plus en valeur l’UMP (29,80 % sur l’île de Ré, contre 21,59 % sur toute la Charente-Maritime et 20,80 % au

• Pour la liste 3 « Choisir notre Europe » (Union de la Gauche), Isabelle Thomas et Emmanuel Maurel • Pour la liste 5 « Liste Europe Écologie les Verts », Yannick Jadot

C

• Pour la liste 9 « Pour la France, agir en Europe avec Alain Cadec » (UMP), Alain Cadec, Elisabeth Morin-Chartier, Marc Joulaud

e tableau comparatif des résultats de ces élections européennes, sur l’île de Ré, la

plan national), le FN sur l’île de Ré avec 19,40 % des voix exprimées est sensiblement moins représenté que sur le département (24,96 %) et en France (24,85  %), même si près de 20 % des voix est un score important, tandis que les autres listes ayant obtenu des élus se talonnent avec en tête légère l’Union de la Gauche qui a rassemblé 11,63 % des suffrages exprimés (14,96 % en Charente-Maritime, 13,98 % en France), suivie de très près de l’Union du Centre qui a atteint 10,73 % des suffrages (9,35  % sur la Charente-Maritime, 9,93 % en France) et de Europe Écologie les Verts avec 10,51  % sur l’île de Ré (9,57 % sur le département, 9 % en France). Nathalie Vauchez

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES CIRCONSCRIPTION OUEST ET ÎLE DE RÉ NOMBRE D’ÉLECTEURS : LISTES AYANT DES ÉLUS EUROPÉENS DANS LA CIRCONSCRIPTION OUEST

INSCRITS

NOMBRE DE SUFFRAGES OBTENUS PAR :

VOTANTS

EXPRIMÉS

LISTE 3

%

LISTE 5

%

LISTE 9

%

LISTE 17

%

LISTE 20

% TOTAL

Total France

46 555 253

19 753 140

18 955 636

2 649 202

13,98%

1 695 914

9%

3 942 766

20,80%

4 711 339

24,85%

1 883 051

9,93%

Total circonscription Ouest

6 353 572

2855509

2724712

425722

15,62%

282167

10,36%

535059

19,64%

526019

19,31%

334963

12,29%

Total Charente-Maritime

476942

211166

201856

30192

14,96%

19318

9,57%

43571

21,59%

50385

24,96%

18868

9,35%

Total île de Ré

15842

8055

7775

904

11,63%

817

10,51%

2317

29,80%

1508

19,40%

834

10,73%

Canton Ars-en-Ré

4431

2377

2304

240

10,42%

214

9,29%

780

33,85%

399

17,32%

285

12,37%

Ars-en-Ré

1093

559

530

56

10,57%

74

13,96%

138

26,04%

81

15,28%

92

17,36%

La Couarde-sur-Mer

1234

650

629

75

11,92%

45

7,15%

217

34,50%

87

13,83%

88

13,99%

Les Portes-en-Ré

740

410

403

34

8,44%

37

9,18%

157

38,96%

63

15,63%

44

10,92%

Loix

732

396

389

37

9,51%

29

7,46%

144

37,02%

92

23,65%

36

9,25%

Saint-Clément-des-Baleines

632

362

353

38

10,76%

29

8,22%

124

35,13%

76

21,53%

25

7,08%

Canton Saint-Martin-de-Ré

11411

5678

5471

664

12,14%

603

11,02%

1537

28,09%

1109

20,27%

549

10,03%

La Flotte

2588

1353

1307

137

10,48%

128

9,79%

387

29,61%

287

21,96%

115

8,80%

Le Bois-Plage en Ré

2172

1149

1100

146

13,27%

109

9,91%

300

27,27%

227

20,64%

100

9,09%

Rivedoux-Plage

2071

1018

981

117

11,93%

98

9,99%

293

29,87%

198

20,18%

105

10,70%

Saint-Martin-de-Ré

1602

767

727

90

12,38%

69

9,49%

231

31,77%

130

17,88%

77

10,59%

Sainte-Marie-de-Ré

2978

1391

1356

174

12,83%

199

14,68%

326

24,04%

267

19,69%

152

11,21%

LISTE 3 : « Choisir notre Europe » (Union de la gauche) LISTE 5 : « Europe Écologie les Verts » LISTE 9 : « Pour la France, agir en Europe avec Alain Cadec » (UMP) LISTE 17 : « Liste bleu marine - Non à Bruxelles, oui à la France » (FN) LISTE 20 : « UDI Modem les européens ». Liste soutenue par François Bayrou et Jean-Louis Borloo (Union du Centre)

Ré à la Hune est une publication gratuite éditée par Rhéa Marketing : 19 avenue de Philippsburg / BP 43 17410 Saint-Martin-de-Ré / Tél. 05 46 00 09 19 / Fax : 05 46 00 09 55 / Mail : realahune@rheamarketing.fr Ce journal vous est offert par les Annonceurs, nous les en remercions vivement. Il est mis à votre disposition par tous les commerçants et lieux qui le souhaitent, merci à eux. Directrice de la Publication : Nathalie Vauchez / Maquette : RC2C   /  Mise en page  : Peggy Landon Rédaction, photos  : Catherine Bréjat, Jean-Pierre Pichot, Michel Lardeux, Patricia Plancoulaine, Patrice Pozzi, Jean-Louis Rémy, Nathalie Vauchez, DR, sauf mention expresse / Dessins : Philippe Barussaud Régie publicitaire : Rhéa Marketing - Valérie Darcy : 05 46 00 09 19 - 06 14 29  47  21 - rhea@rheamarketing.fr Imprimeur : Imprimerie Mingot / Dépôt légal initial : Décembre 2007, puis à chaque parution / N° ISSN 1961-6147

2

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Toutes nos publications sont sur www.rheamarketing.fr

www.pefc.org

Votre journal est imprimé sur du papier écologique sans chlore et issu de forêts gérées durablement, avec des encres végétales, les déchets sont recyclés. Le logo Imprim’Vert et la certification PEFC de notre imprimeur le garantissent. Écolo, le journal s’engage pour un avenir positif et durable sur notre île !

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ACTUALITÉ I N A U G U R A T I O N

Une gendarmerie parfaitement intégrée au territoire Les collégiens qui sortaient de cours ce mercredi 28 mai en fin de matinée ont observé mi-étonnés, mi-curieux, le déploiement des forces de l’ordre à l’occasion de l’inauguration de la gendarmerie qui fait face au Collège à Saint-Martin. Sans doute se sont-ils demandés ce qui pouvait bien se passer, loin de penser qu’il pouvait s’agir d’une inauguration, plus de 5 mois après que les gendarmes aient investi leurs nouveaux locaux très fonctionnels et leurs familles des logements neufs et agréables à vivre. Période de réserve électorale oblige, cette inauguration initialement envisagée début janvier a finalement été repoussée en cette fin mai. la gendarmerie et les 17 logements, qui jouxtent les vignes, sont parfaitement intégrés à l’environnement rétais, répondant aux besoins tant de la population permanente que saisonnière. Et les familles des gendarmes contribuent elles aussi au dynamisme social de l’île. De bien meilleures conditions de travail et de vie Lionel Quillet : « Dominique Bussereau, pris à Paris par l’actualité politique, m’a demandé de bien vous accueillir, Madame le Préfet, mais nous vous accueillons toujours bien sur l’île de Ré ! »

Une convergence politique, de financement et d’action La Préfète Béatrice Abollivier, l’ensemble de la hiérarchie de gendarmerie de Poitou-Charentes et Charente-Maritime (voir photo et encadré), le Député Olivier Falorni, Le Vice-Président du Conseil général Jean-Louis Frot avaient franchi le Pont de Ré pour venir participer aux côtés du Président de la CdC, Lionel Quillet, du Conseiller général, Léon Gendre, du maire de Saint-Martin, Patrice Déchelette, et de la plupart des autres maires insulaires à ce moment important de la vie permanente rétaise. Après la gendarmerie de la rue Carnot, puis celle de l’avenue de la Plage, devenue très exigüe et vétuste, cette 3ème gendarmerie située avenue de Philippsburg, dont les travaux se sont déroulés de fin novembre 2012 à décembre 2013, a pu voir le jour grâce à une forte volonté politique rétaise et à une convergence de l’action et du financement du Département, de l’État et de la CdC. Sur 8000 m2,

L’acquisition foncière réalisée par la CdC en 2005, sous la présidence de Léon Gendre, pour un coût de 111 957  €, et facilitée par la Commune de Saint-Martin, a été déterminante, tandis que le financement du Département de 627  K € et de l’État de 555 K € ont permis de boucler le « tour de table », même si l’essentiel du financement total de 5,08 millions d’€ a été assuré par la CdC (3,9 millions d’€).

Olivier Falorni, Lionel Quillet, Béatrice Abollivier, Patrice Déchelette et le Général Philippe Le Mouel inaugurent la gendarmerie

En contrepartie, celle-ci, propriétaire des lieux, perçoit de la Gendarmerie Nationale un loyer annuel de 189 000 €. Accueil, salle d’attente, bureaux, salle d’audition avec vitre faux teint, 2   chambres de sûreté, salle de

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

De gauche à droite, devant la nouvelle Gendarmerie de Saint-Martin de Ré, l’AdjudantChef Dominique Multeau, le Colonel Hubert Laligant, le Général Philippe Le Mouel, le Lieutenant-colonel Nicolas Thiburce, et le Major Hervé Deliencourt posent pour Ré à la Hune.

douche, cuisine pour préparer les repas des gardés à vue, permettent aux 15 gendarmes présents à l’année, commandés par le Major Deliencourt et l’Adjoint-Chef Multeau, et aidés par 70 renforts saisonniers (répartis sur St Martin, La Couarde et Ars en Ré), de faire face aux 1200 délits annuels (élucidés à 30 %) dans de bien meilleures conditions qu’auparavant. Cette inauguration fut aussi l’occasion pour les « officiels » de rappeler l’attachement des Français à l’institution de la Gendarmerie, et de souligner la disponibilité 24 h/24, la réactivité et le professionnalisme des gendarmes qui contribuent à la sécurité de tous, première des libertés de chacun, parfois au péril de leur vie. Nathalie Vauchez

Le Général Le Mouel commande la région de gendarmerie départementale Poitou-Charentes à Poitiers. Le Colonel Laligant commande le groupement de gendarmerie départementale de Charente-Maritime à La Rochelle. Le Lieutenant-Colonel Thiburce commande la compagnie de gendarmerie départementale à La Rochelle. Le major Deliencourt commande la brigade territoriale autonome de gendarmerie à Saint-Martin de Ré. L’Adjudant-Chef Multeau est adjoint au Commandant de brigade territoriale autonome de gendarmerie à SaintMartin-de-Ré.

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

3


ACTUALITÉ P A T R I M O I N E

E T

M É T I E R S

D ’ A R T

MÉDIAS

Un Passeport pour voyager… sur l’île de Ré Labellisée Pays d’Arts et d’Histoire depuis 2012, la Communauté de Communes de l’île de Ré propose aux Rétais et aux visiteurs de parcourir l’île de Ré pour (re)découvrir ses trésors.

L

e précédent guide « Les clés du patrimoine - La route des métiers d’art » a fait peau neuve et devient cette année le « Passeport Patrimoine et Métiers d’Art », édité à 30 000 exemplaires en partenariat avec la Région Poitou-Charentes, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, la Mission régionale métiers d’Art du Poitou-Charentes et le Réseau des Pays et villes d’art et d’histoire Sous une forme plus ludique, dans un format « passeport » bien pratique pour l’emmener à pied ou à vélo, et avec une couverture résistante, le principe reste lui identique à celui des années passées, à savoir permettre au public de découvrir le patrimoine et les artisans d’art rétais. Au recto de la carte centrale dépliante, le visiteur y trouvera pour chaque commune une présentation succincte du patrimoine à découvrir

P R É V E N T I O N

et des visites proposées, notamment par les « Maisons de Pays », Musée et offices de tourisme. L’ensemble des modalités pratiques et des coordonnées, sans oublier les Sites Internet, y figurent.

Lors de votre première visite à plein tarif, vous devez faire tamponner votre passeport. Vous obtiendrez ainsi des tarifs préférentiels dès votre seconde visite. Au verso de cette même carte, la Route des Métiers d’Art, développée en partenariat avec la Région Poitou-Charentes, vous invite à venir rencontrer les professionnels dans leur atelier pour assister à des

démonstrations, appréhender des techniques rares et spécifiques, et découvrir leurs réalisations. Cette année ce sont 11 ateliers qui participent : Amer décoration (Ars), Vitrail de Ré, l’Atelier de Verre, l’Atelier 1 Avenue de la Plage, Edouard Parilusyan (La Couarde), Touvron décoration (La Flotte), l’Atelier Quillet (Loix), l’Atelier de restauration (Rivedoux), l’Atelier du Pied d’Alouette, Malbosc encadrements (Saint-Martin) et Terre d’Océan (Sainte-Marie). Bien d’autres artisans d’Art pourraient opportunément participer à cette opération de promotion. Nathalie Vauchez Le Passeport – gratuit et valable pour toute la famille – est notamment distribué dans les offices de tourisme rétais et les maisons de Pays.

R O U T I È R E

Bientôt un « Permis Piéton » dans toutes les écoles rétaises ? Alors que les opérations de « Permis Piéton » existent un peu partout, l’île de Ré n’en organisait pas jusqu’ici. C’est chose réparée grâce au dynamisme du Chef Peuchaud, arrivé sur l’île de Ré l’an passé et qui a été à la rencontre des écoles élémentaires pour leur proposer de développer cette initiative intéressante pour apprendre aux enfants de CE2 les principales règles à respecter quand on est piéton « parce que je ne serai jamais si bien protégé que par moi-même® ».

A

insi une remise officielle des Permis Piéton est organisée à l’école élémentaire de Rivedoux le 5 juin et à celle de SaintMartin de Ré le 10 juin, les deux communes ayant pour le moment participé à l’opération qui consiste, en partenariat avec la Gendarmerie, à délivrer une instruction spécifique aux enfants de CE2. Sur le même principe que le code de la route indispensable pour réviser les examens de code du

permis de conduire, chaque élève de CE2 se voit remettre un « Code du jeune piéton » en complément de l’instruction de son professeur, qui lui permet de visualiser les situations et risques, de découvrir les panneaux, et qui fourmille de bons conseils. « À pied, c’est toi qui te conduis » Le jeune piéton peut découvrir ce code très visuel accompagné par deux petits personnages : « Prudou, ton ami qui connaît bien la rue et a plein d’idées pour te protéger de ses dangers » et « Gendy, ton ami gendarme qui connaît bien les règles et les dangers de la circulation et résume à la fin de chaque chapitre ce que tu dois savoir ». Le livret comporte aussi un lexique et un test d’entraînement. Le jour J, les élèves de CE2 doivent remplir une fiche d’examen

Suivez toute l’actualité de l’île de Ré sur : 4

avec 12 questions dites « fermées », c’est-à-dire que 3 réponses sont proposées pour chacune d’entre elles et qu’il s’agit juste de cocher la bonne ! L’ensemble des élèves ayant passé avec succès l’examen se voient remettre leur « Permis Piéton » avec le cachet de la Brigade de Gendarmerie de Saint-Martin-de-Ré. Conçue de façon très pédagogique et professionnelle, cette opération est parrainée officiellement au plan national par Alain Bernard, triple médaillé olympique de natation. Espérons que bientôt l’ensemble des écoles élémentaires de l’île de Ré participeront au Permis Piéton, tant ce type d’initiative – qui peut sauver des vies et préserver des enfants (cf les chiffres dans l’encadré) – est à encourager.

France 3 s’installe sur le port de SaintMartin-de-Ré et recherche du public « Midi en France », l’émission de Laurent Boyer sur France 3, va installer son plateau en extérieur sur le port de Saint-Martin-de-Ré lundi 16 et mardi 17 juin prochain.

Pendant 5 émissions de 54 minutes, l’animateur et ses chroniqueurs vont aller à la découverte des richesses culturelles, patrimoniales, artisanales, gastronomiques de Saint-Martinde-Ré et de l’île de Ré. Vous souhaitez assister à l’une des 5 émissions ? Inscription obligatoire au préalable auprès de : Guillaume Cudennec Mairie de Saint-Martin-de-Ré Par mail : g.cudennec@saint-martin-de-re.fr ou par téléphone 05 46 09 38 90 Vous devez indiquer vos noms, prénoms, numéro de téléphone, adresse électronique et disponibilité (lundi matin, lundi après midi et/ou mardi matin). Date limite des inscriptions : mardi 10 juin.

DES CHIFFRES QUI FONT RÉFLÉCHIR En 2012, en France métropolitaine, 36 jeunes piétons (moins de 15 ans) ont été tués et 2 453, blessés *. Le « risque piéton  » apparaît dès 2 ans, lors de l’entrée en maternelle, avec, en 2012, un premier pic à 4 ans. Puis, c’est à 11 ans que les enfants piétons ont le plus de risque d’accident, au moment de l’entrée au collège. Les déplacements piétons totalisent 31 % des tués et 43 % des blessés, avec des pics d’accidentalité lors des premières années à l’école et au collège. * S ources : ONISR, accidents corporels de la circulation routière France métropolitaine, année 2012

Nathalie Vauchez

realahune.fr

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ACTUALITÉ R É V I S I O N

D U

P P R L

E T

D I G U E S

« Les négociations avec l’État avancent bien » En introduction du Conseil communautaire du jeudi 22 mai, et suite à l’inquiétude et aux difficultés rencontrées par certains professionnels, Lionel Quillet a tenu à faire un point d’étape de l’avancée des négociations avec l’État dans le cadre de la révision du PPRL.

M

ême s’il est contraint dans sa communication par un « contexte de négociations discrètes, feutrées, sans grande déclaration » il a profité de la « tribune  » que lui offre le Conseil – avec la présence des médias – pour confirmer que tout est mis en œuvre pour qu’une carte commune d’aléas sorte en début d’été. En effet, ce sont à ce jour 132 permis et demandes qui sont bloqués (NDLR : dont 53 sur la commune des Portes) et certains professionnels qui pâtissent réellement de la situation. Aussi, sa restitution de la démarche s’adressait tant aux maires et délégués communautaires qu’aux professionnels et aux Rétais directement concernés. Le changement de Ministre au Ministère de l’Écologie – Ségolène Royal a succédé à Philippe Martin – et de Directeur de Cabinet n’a pas influé les négociations selon Lionel Quillet qui retrouve en face de lui Ségolène Royal qui connaît bien les dossiers PPRL et Digues, et Elisabeth Borne, ancienne Préfète de la Région PoitouCharentes avec laquelle il entretient de très bonnes relations. Rappelons qu’il avait été reçu par le Ministre Philippe Martin en présence des Préfètes de Région et de Département et qu’Elisabeth Borne était aussi déléguée par l’État pour le dossier de Charron, que Lionel suit en tant que Président de la Mission Littoral au Conseil général. La méthodologie Casagec suscite l’intérêt de l’État Parmi les motifs de satisfaction, Didier Rihouey, président du bureau d’études Casagec Ingénierie, en charge des études de submersion marine pour le compte de la CdC a été invité par la DGPR (Direction générale de la prévention des risques) pour participer mi-mai à une mission d’experts français aux États-Unis. Organisée par le Ministère de l’Écologie, cette mission avait pour objectif d’échanger avec les experts américains sur la prévention et la protection face aux risques côtiers.

L’un des sites visités était celui de la Nouvelle Orléans, dévasté lors de l’ouragan Katrina en 2005, où d’énormes programmes de lutte contre la submersion sont en cours de réalisation. Les échanges techniques et politiques se poursuivent Selon le Président Quillet « depuis le rendez-vous avec le précédent Directeur de Cabinet Francis RolTanguy le 4 février 2014, le dialogue est continuel et constructif avec les services de l’État pour aboutir à une carte d’aléas avant l’été 2014. » La Communauté de Communes a ainsi communiqué à ce jour au Ministère : • une note synthétique d’avancement des travaux de modélisation, 3 mois après la notification du marché, ainsi que la méthodologie utilisée, • un carnet d’inspection des ouvrages de défense qui indique, pour chacun des 57 tronçons non pérennes identifiés par la DDTM 17 (Direction départementale terre et mer), les résultats des observations de terrain, réalisées de novembre 2013 à février 2014, par Casagec Ingenierie et Van Der Meer Consulting, • un livret de diagnostic des ouvrages de défense, qui expose pour chaque ouvrage le contexte, les dommages occasionnés par Xynthia, le calcul des sollicitations hydrauliques de Xynthia, les travaux réalisés sur l’ouvrage suite à la tempête Xynthia, les résultats de l’inspection visuelle menée de novembre 2013 à février 2014, • une carte topographique de l’île de Ré réalisée par les services de la CdC, • un recensement des brèches occasionnées par Xynthia et l’analyse comparative des observations de terrain post Xynthia de la CdC (mars 2010), du retour d’expérience Xynthia réalisé par la SOGREAH pour la DDTM 17 (mars 2011) et du scénario de calage Xynthia réalisé par Artelia pour la DDTM 17, dans le cadre de la révision du PPRL de l’île de Ré (janvier 2013).

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Des prochaines réunions entre services techniques et avec le Ministère Une date doit être calée au plus tôt entre les services techniques du Ministère et de la DGPR et ceux de la CdC et Casagec/Van der Meer, afin que l’échéance de l’été 2014 soit tenue. Par ailleurs, une demande de rendez-vous a été forMaître Février, Didier Rihouey, J. Van der Meer et Lionel Quillet, lors de la réunion publique mulée le 10 avril dernier du 31 janvier 2014 avec le Ministère. ceux de La Couarde, Sainte-MarieAinsi Lionel Quillet a très bon espoir Montamer, Rivedoux, tandis que qu’une fois les validations techniques les deux dossiers d’Ars et Les Portes acquises, le Ministère et la CdC se devraient être associés compte tenu mettent d’accord sur une carte défide leurs similarités. nitive début juillet. Le projet de Saint-Martin est le plus Mais il précise aussi notamment pour en retard, avec une réunion prévue fin les professionnels que « cette noujuin ou début septembre pour choisir velle carte d’aléas commune ne s’apentre les deux options envisagées : pliquera pas du jour au lendemain, parapet ou porte, les avis des techmais progressivement, car une fois niciens et de mairie de Saint-Martin le principe acté, il faut passer par les étant divergents. démarches administratives ». Lionel Quillet a conclu en précisant Côté Digues, les dossiers que la méthodologie de Casagec/ avancent bien aussi Van der Meer est indéniablement la Dans le cadre des procédures simbonne, qu’elle fera date, et que – bien plifiées, pour Esnandes, Aytré, qu’il ne puisse présenter la carte élaBoyardville mais aussi Saint-Clément borée pour le compte de la CdC – il y a des Baleines (Doreaux), Loix (Fosse de tout lieu d’être optimiste pour l’avenir. Loix) et La Flotte (Port), après une réuIl a aussi rappelé que pour certaines nion de travail, les enquêtes publiques entreprises du nord de l’île de Ré la seront lancées cet été, pour des trasituation était très dure, c’est aussi vaux en 2015. pour les rassurer et leur dire de tenir Le projet des Doreaux coûtera au bon qu’il a tenu à faire ce point final moins cher à 8 millions d’€ (soit d’étape, alors que certains profesinférieur d’1,6 M € à ce qui avait été sionnels se demandaient si l’échéance chiffré), tandis que celui de La Flotte de début d’été – annoncée lors de la reviendra à 4,4 M €, et celui de Loix réunion publique de janvier dernier – à 3,5 M €. pourrait être tenue. Courant mai a été acté par l’État le Comme il entend maintenir la presprincipe des vases communicants sion jusqu’au bout, il prévoit une réuentre les projets d’un même PAPI : nion publique début juillet, afin que ainsi l’économie réalisée sur Saintla mobilisation des Rétais – qui a été Clément pourra être utilisée pour déterminante dans ce long chemin de d’autres projets du PAPI de l’île de Ré croix de révision du PPRL qui n’en est dont le coût aurait été sous-estimé. sans doute pas encore à sa fin – ne Les autres projets de digues du PAPI faiblisse pas. Nathalie Vauchez se présentent bien et avancent tels

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

5


CUI A SU N E PA OSL S I TO IQ E TÀI O L AN H I N T E R V I E W

« J’aimerais jouer les chefs d’orchestre et tirer La Rochelle vers le haut »

Ré à la Hune : Quelles sont les priorités de votre mandat ? Jean-François Fountaine : L’embellissement de la Cité est une priorité. La Rochelle est une des plus belles villes, à améliorer encore. C’est très important pour la qualité de vie des Rochelais, mais aussi pour l’attractivité de La Rochelle, afin de développer le tourisme en tirant vers le haut. Ainsi le Vieux Port, le Quai Valin, la rue Léonce Vieljeux seront réaménagés ; il faut laisser moins de place à la voiture quai Maubec et sur le Vieux Port. L’impact sera aussi positif en matière de développement économique. Il y a également certains quartiers à améliorer comme celui de Villeneuve, par exemple. Dans le domaine de compétence de l’Agglomération cette fois-ci, l’emploi et le développement économique seront une priorité. Nous pouvons agir dans plusieurs domaines. Il existe encore un gisement touristique énorme. Beaucoup de monde passe par La Rochelle, sur des séjours courts il faut travailler à allonger la durée moyenne de visite de notre Ville et développer aussi la promotion de la destination auprès des étrangers. La qualité de la ville y contribuera, comme le bouche à oreille sur Bordeaux après son réaménagement a drainé nombre de visiteurs. L’Office de tourisme de La Rochelle est en faillite... L’Agglomération va prendre la compétence tourisme avant la fin de l’année, des efforts de communication seront faits, l’offre de logements dans La Rochelle mais aussi sur les autres communes de l’Agglomération doit se développer et l’accent doit être mis sur l’offre culturelle et le Patrimoine. L’attractivité d’autres communes telles Châtelaillon-Plage, le Port du Plomb, la partie du marais Poitevin qui nous concerne doit être mise en avant. Nous allons aussi renforcer le lien entre La Rochelle et Rochefort et bien sûr avec l’île de Ré. Une communication internationale commune sur certains événements comme par exemple le Voyage de l’Hermione doit être développée tout comme l’organisation d’événements majeurs.

«

Photo © Nathalie Vauchez

Parce que l’île de Ré et La Rochelle forment un même bassin de vie et d’emploi, même si l’environnement et le contexte sont très spécifiques de chaque côté du Pont, Ré à la Hune est allé à la rencontre de Jean-François Fountaine, nouveau Maire de La Rochelle, et Président de l’Agglomération, afin de connaître ses actions prioritaires, sa façon d’appréhender les interactions La Rochelle-île de Ré et ses positions sur certains dossiers sensibles. explications   – les travaux de déroctage du printemps 2013 réalisés par le Grand Port Maritime de La Rochelle ayant créé une pollution particulaire, et qui seraient responsables de la mortalité des moules du Pertuis Breton, qu’en pensez-vous ?

Ré à la Hune a rencontré Jean-François Fountaine sur le port d’Ars-en-Ré, qu’il connaît bien

Outre le tourisme, quels seront les autres grands axes de votre politique de développement économique ? Nous en avons plusieurs. En matière de politique industrielle locale, Alstom est une belle entreprise qui doit travailler davantage avec de la sous-traitance locale.

l’isolation des bâtiments, et le projet de plateforme bâtiment durable Atlantique à Lagord (NDLR : plateforme centrée sur la réhabilitation de bâtiments tertiaires et d’habitats sur l’Arc Atlantique) se poursuit. Sur le port de commerce l’implantation de nouveaux métiers avec davantage de valeur ajoutée sera favorisée. Mon Adjointe spéciale déléguée au Quartier Laleu – La Pallice – La Rossignolette – Port Neuf, et chargée aussi des risques technologiques, Sophorn Gargoullaud, devra veiller à ce que le développement urbain et le développement économique ne soient pas dichotomiques, prévenir les conflits d’usage et les risques, tout en permettant le développement des activités portuaires.

L’Agglomération va prendre la compétence tourisme avant la fin de l’année

6

Cela n’est pas nouveau mais le pôle de l’industrie nautique doit être revivifié et nous devons favoriser le développement de la filière agroalimentaire  / Bio à l’image de ce qu’a construit Léa Nature. Nos efforts se porteront aussi sur les métiers du bâtiment, notamment sur

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

«

L’océanographe et biologiste marin Pierre Le Gall, secrétaire de Ré Nature Environnement, pointe du doigt – parmi d’autres

C’est faux, il n’a été établi aucune corrélation par IFREMER. Nous sommes très préoccupés par cette mortalité mais les myticulteurs euxmêmes n’ont jamais incriminé les travaux de déroctage. D’ailleurs, on est plutôt actuellement sur une suralimentation liée à la pluviosité qui a accru le plancton. Quoi qu’il en soit nous serons vigilants sur le respect très précis de l’environnement, partie intégrante de notre patrimoine. Concernant le marché des éoliennes nous n’avons pas gagné le marché d’EDF, mais j’ai rencontré le président de GDF/Suez et nous serons présents sur d’autres opportunités. Pour favoriser le développement économique, nous devons encourager l’esprit d’initiative, nous appuyer sur les clubs d’entreprises, accroître bien sûr les locaux pour accueillir les nouvelles entreprises, mais aussi aller bien au-delà, comme par exemple nous rendre dans les écoles avec les chefs d’entreprise, pour sensibiliser les jeunes, accueillir plus de stagiaires. J’ai rencontré lors de plusieurs réunions les chambres consulaires, avec lesquelles nous entendons insuffler cet esprit d’initiative. Enfin, nous serons attentifs à ce que le nouveau projet de CFA se mette en place. Qu’allez-vous changer dans le fonctionnement de la municipalité et de l’Agglomération ? J’ai créé le Comité d’Éthique qui examine les indemnités des élus – j’ai à cet égard pris l’initiative de faire baisser mon indemnité mensuelle de maire de 4500 € à 2450 € – mais aussi la communication de tous les mandats associatifs et intérêts des élus dans des entreprises, qu’ils en soient administrateurs, actionnaires, etc. Nous sommes allés en la matière bien au-delà de ce que prévoit la loi. Ce Comité d’Éthique examinera l’ensemble des subventions aux associations ou éventuelles aides aux entreprises. La transparence associative notamment sera totale.

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


POLITIQUE À LA HUNE

Dès septembre j’entends mettre en place un Médiateur de la Ville qui aura à gérer l’ensemble des réclamations des citoyens, que ce soit depuis un projet de carrefour qui ne plairait pas aux riverains jusqu’à des projets de la Ville. J’ai rencontré Claire Brisset, la Médiatrice de la Ville de Paris qui, comme Bordeaux ou Angers, fait partie des cités qui ont mis utilement en place un médiateur. Nous préparons l’ensemble de la structure inhérente à cette fonction, qui sera donc opérationnelle à la rentrée.

«

La Rochelle - île de Ré, il ne se fera pas, c’est du bon sens, a fortiori en période de fortes restrictions budgétaires. Ce transfert nécessiterait des investissements colossaux que personne n’est en mesure de financer. Sans oublier la sécurité par hélicoptères reliée à l’hôpital maritime de La Rochelle… Pour le plan local d’urbanisme intercommunal tout comme pour les futurs SCOT nous devrons tous raisonner à une échelle plus grande, et nous serons à coup sûr dans l’interSCOT d’ici 3 à 5 ans entre La Rochelle, l’Aunis et l’île de Ré.

«

Dès septembre sera mis en place un Médiateur de la Ville

En termes de fonctionnement, je délègue beaucoup, j’encourage le travail collectif, et les synergies entre les différents élus. Comment envisagez-vous les interactions entre La Rochelle et l’île de Ré, qui constituent un même bassin de vie et d’emploi, mais distincts au plan administratif et politique ? Les interactions touristiques et économiques sont fortes, il est clair que si nous favorisons l’implantation d’entreprises sur l’Agglomération, cela aura un impact positif sur l’emploi des Rétais. Il faut gérer les interactions économiques, foncières, mais aussi en termes de logements. Les habitants du sud de l’île sont parfois plus près de La Rochelle que ceux de communes de l’Agglomération. Les destinations touristiques La Rochelle  – urbaine – et l’île de Ré – balnéaire – sont évidemment très complémentaires. La Rochelle joue un rôle considérable pour l’île de Ré, le train Paris-La Rochelle a un impact fort sur son accessibilité, bien qu’il y ait à mon sens deux îles, celle du canton de Saint-Martin, très proche de La Rochelle et celle du canton nord... En matière de déplacements, il faut mieux relier l’île de Ré à la gare. Quant au transfert de l’aéroport de

L’offre culturelle de l’île de Ré, de la Maline et des festivals, est complémentaire de celle de La Rochelle. Après cette interview, je me rends au concert de JeanClaude Casadesus – un ami – donné à Ars, dans le cadre du festival Ré Majeure, pour lequel je suis spécialement venu de La Rochelle (NDLR : Jean-François Fountaine vient quand il le peut le dimanche et un peu en vacances dans sa maison d’Ars).

«

Est-il vrai qu’après la primaire socialiste vous avez un temps envisagé de ne pas continuer et que c’est votre entourage qui vous a incité à vous présenter malgré tout ? Oui c’est exact, non seulement mon entourage mais aussi toute l’équipe de campagne – près de 800 personnes – m’ont porté, cette énergie et ce soutien sont indispensables pour mener à bien une telle

Le transfert de l’aéroport de La Rochelle-île de Ré ne se fera pas

Comment envisage-t-on la gestion de collectivités publiques quand on a été chef d’entreprise, donc habitué à une réactivité forte ? Nous sommes sur des projets qui prennent plus de temps, et c’est normal avec de l’argent public de gérer avec prudence et sur du long terme. J’entends infléchir certaines choses, insuffler un dynamisme nouveau, mais La Rochelle existait avant et existera après moi, chacun contribue à faire avancer des projets.

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

politique et je soutiens l’action de François Hollande et de Manuel Valls. Je pense que le Président avait sous-estimé l’état d’endettement de la France et il y a une attente forte des Français en matière d’emploi et de pouvoir d’achat, ils veulent des résultats concrets. Pour ma part je reste optimiste et je pense que l’on aura une reprise de l’emploi en 2015. À La Rochelle, j’aimerais jouer les chefs d’orchestre d’une équipe et d’une politique collective, tirer vers le haut les actions des élus, et travailler dans la durée, sur des projets pérennes. Je me sens proche des gens, des Rochelais, quelle que soit leur situation et je vœux œuvrer pour tous. Propos recueillis par Nathalie Vauchez

«

campagne. Je n’avais pas mesuré certains « coups tordus ». Mon attachement affectif à ma ville, que j’adore, et ma disponibilité sont essentiels. Que vous inspire l’actualité politique, au lendemain des élections européennes et quel est aujourd’hui votre positionnement par rapport au Parti Socialiste ? Même si je suis désormais «  divers gauche  », le PS reste ma famille

Suivez toute l’actualité de l’île de Ré sur :

realahune.fr

LE Site d’actualité et d’information de l’île de Ré

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

7


SAVEURS F Ê T E

D E

L A

N A T U R E

S A I N T E - M A R I E - D E - R É

« L’île de Ré est mon potager » Comme partout sur l’île, la fête de la nature à Sainte-Marie a été perturbée par un temps peu propice à la randonnée florale prévue et encadrée par les Écogardes de la CdC ou bien au nettoyage bénévole du sentier littoral en compagnie de l’âne « Bandit » à l’initiative commune du Conseil Général, de la commune de SainteMarie et avec le concours de M. Seguier, éleveur d’ânes. La pluie et le vent auront eu raison des bonnes volontés. faire face au nombre de gourmands et curieux intéressés par les plantes comestibles de l’île. Énormément de plantes sont comestibles, soit les feuilles, soit les tiges ou les fleurs ou encore les racines ou les bulbes, ou encore en totalité, reste à savoir les reconnaître et les cuisiner. L’âne « Bandit » sur le sentier littoral Chantal propose une promenade parmi les plantes et d’en ais l’animation « l’île de profiter pour faire le marché, ensuite Ré est mon potager » à ce sera la recette gourmande à parl’ANCRE Maritaise a rattrapé tir des produits naturels ramassés. les choses. En effet l’atelier prévu C’est pourvu de 2 oignons, 5 poipour une vingtaine de participants reaux sauvages, 1  kg de blettes maria joué les prolongations et obligé times, quelques poignées d’oseille, Chantal à animer deux séances pour

M

F Ê T E

de feuilles de mauve, de roquettes sauvages et de feuilles de maceron, sans oublier un peu de persil que nous pouvons entrer en cuisine confectionner un succulent « Farci Charentais ». • Couper une tranche de poitrine de porc en morceaux et faire revenir avec les oignons et les poireaux sauvages. • Ajouter toutes les autres plantes sauvages, le persil puis un peu de sel et du poivre. • Quand tout est cuit ajouter 4 ou 5 œufs et éventuellement un peu de crème. • Mettre au four ½ heure, thermostat 6-7 dans un moule à cake. • Servir froid. Et voici un plat qui peut être servi après un velouté froid aux asperges

L’atelier de L’île est mon potager

sauvages, toujours ramassées lors de notre promenade champêtre. Et pourquoi ne pas déguster en dessert quelques beignets de fleurs d’acacia ? L‘île de Ré est mon potager qui proposera toujours, suivant les saisons, quelques plantes à cuisiner, à mettre en salade ou pour servir de condiment. Patrice Pozzi

T R A D I T I O N N E L L E

La pomme de terre AOP à l’honneur

C

’est au Bois-Plage, qui abrite le siège de la coopérative Uniré, que se fête traditionnellement l’arrivée de la pomme de terre rétaise, généralement à la fin du mois de mai. Organisée par la commune et la coopérative, la fête a débuté par un défilé en carrioles chargées de pommes de terre dans leurs beaux emballages bleus et tirées par les ânes de Régis Léau. Lé défilé parti du Moulin du Morinand un peu après 17h a traversé le village où, malgré quelques gouttes de pluie, il était très attendu des enfants, des villageois sortis sur

8

leur pas de porte pour l’admirer et des touristes. Les membres de la Confrérie de la pomme de terre primeur étaient présents et défilaient dans leurs beaux atours. Deux arrêts, l’un place Gambetta, l’autre rue de l’Église, permirent aux jeunes majorettes de faire une démonstration de leur talent sur fond de fanfare. À l’arrivée devant la salle des Oyats, un large public attendait le défilé. Le maire qui accueillit la manifestation rappela que la pomme de terre AOP était l’une des richesses de l’île et des petits livrets avec recettes à base de pomme de terre furent distribués.

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Puis de nouvelles animations avec les majorettes, la banda’Loups et l’orchestre de jazz Harmony Swing reprirent de plus belles. La fête s’est

continuée salle des Oyats avec un apéritif et des petits canapés à base de pomme de terre. Catherine Bréjat

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


DÉCOUVERTE T O U R I S M E

P A R T I C I P A T I F

&

D U R A B L E

Venez en visiteur, repartez en ami Depuis la mi-mai, Karoline Eberwein, directrice de l’office de tourisme, propose aussi bien aux touristes curieux de découvrir l’histoire du village de Loix qu’aux résidents permanents et secondaires souhaitant se réapproprier leur commune, une nouvelle forme de visite inspirée d’une formule mise en place avec succès en 1992 à New York.

S

Les Greeter’s en action

ans avoir la prétention de vouloir remplacer les guides professionnels, ces visites sont en réalité des invitations à emboîter le pas « d’autochtones » bénévoles, amoureux de leur village et désireux de faire partager leurs coups de cœur. « L’objectif, c’est de donner la parole aux habitants, d’instaurer le dialogue entre visiteurs et villageois, de ne pas faire de la visite un simple acte de consommation » précise la directrice.

F O U R C H E T T E S ,

La réponse des Loidais à la proposition de Karoline Eberwein ne s’est guère fait attendre. Désormais, Loix possède le premier groupe local de Greeter’s ( greeter signifiant hôte), actuellement composé de huit membres. Selon la sensibilité, les goûts et les centres d’intérêt de chaque greeter, différents parcours pédestre de visite ont été élaborés en partenariat avec l’office de tourisme. Pour découvrir Loix de l’intérieur. Lors du lancement officiel de l’opération, vendredi 16 mai dernier, en présence de Frédéric Guerlain, président de l’office de tourisme, les cinq greeters présents, tous retraités, ont chacun présenté leur circuit. À Jean-Pierre Arlie le « grand tour » entre digues et marais. Trois heures pour appréhender l’histoire d’un territoire fragile, d’un village pas tout

B I N E T T E S

&

à fait comme les autres, et pour écouter, à n’en pas douter, certains histoires cocasses relatives à la vie quotidienne loidaise. À Jacques Buisson, ancien directeur de l’école du village, spécialiste de l’histoire locale depuis la moitié du XIXe siècle, de raconter celle de son village. À Jean-Noël Joubert, ingénieur agronome d’exposer et d’expliquer la vocation plutôt agricole de l’île. Georges Le Corre a quant à lui choisi une thématique tournée vers la mer, le littoral, la richesse de l’estran. Quant à Chantal Franchet, ancienne enseignante, elle souhaite faire partager tout ce qu’elle aime et apprécie depuis son installation définitive dans le village. Sans doute quelques petits coins secrets et tranquilles à découvrir. Jean-Pierre Pichot

Les Greeter’s de Loix, de gauche à droite : Jean-Noël Joubert, Jacques Buisson, Georges Le Corre, Chantal Franchet, Jean-Pierre Arlie, et Karoline Eberwein, directrice de l’Office de tourisme

Contact pour plus d’informations et pour réserver : Karoline Eberwein – Office de tourisme de Loix Tél. 05 46 29 07 91 Ou bien encore, se connecter sur les sites : www.francegreeters.fr et www.iledere-loix.fr

C I E

Une course d’escargots très médiatique dégustations gratuites, depuis les gâteaux de Marlette, aux pommes de terre de Francis Vion cuisinées par Jérôme Laporte de la Route du Sel, en passant par la galette des marais délicieusement fourrée réalisée par Eric Martineau de la Place des Délices... Les Loidais, Rétais et vacanciers furent L’escargot « Lulu charette » nombreux à prolonger ces moments conviviaux par ’apéritif des producteurs a un pique-nique sur la place du vilaussi attiré en fin de matilage ou de l’Église. née nombre de visiteurs, les Mais la vraie attraction du jour fut exposants ayant tous proposé des sans conteste la course des escargots,

L

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

qui après un premier « galop d’essai » en amateur en 2013, a bénéficié cette année d’une professionnalisation de son organisation… et d’une forte médiatisation. À l’origine, l’idée est venue du maire, inspirée par un contexte météo pluvieux et par la labellisation « CittaSlow » en cours, dont le symbole est justement l’escargot. Et de 15 à 20 escargots apportés en 2013 par les organisateurs, ce sont 58 escargots de Rétais, Rochelais et vacanciers qui cette année ont pris le départ de la course, sur le très beau cagouillodrome fabriqué pour l’occasion par les services techniques de Loix. Escargots surfeurs, brésiliens, affublés de petites charettes... l’imagination n’a pas manqué aux maîtres de ces gastéropodes pour que leur candidat soit le plus séduisant... et reconnaissable au premier coup d’œil. Dotée d’un règlement intérieur, d’une tribune du haut de laquelle le maire Lionel Quillet, a commenté en direct « à la Léon Zitrone » les trois manches, la course a aussi bénéficié de son vétérinaire attitré, le Docteur Jacques Breuilh, qui prenant très au sérieux sa responsabilité, a pesé chaque concurrent, pris sa température et mesuré son rythme cardiaque ! Répartis en 3 manches, les vainqueurs, devenus stars d’un jour et

Photo © Karoline Eberwein

Photo © Karoline Eberwein

Dans le cadre de la manifestation « Fourchettes, Binettes & Cie » qui s’est déroulée à Loix le jeudi de l’Ascension une foule considérable s’est pressée, tant pour les marchés de produits du terroir, aux plantes et aux fleurs, que pour le troc aux boutures et les ateliers.

Lionel Quillet, du haut de sa tribune, a commenté et arbitré la course

suivis par les caméras TV régionales et nationales, furent : Première manche, sur la piste 22  : Happy birthday - 12min41sec (entraîneur : Salomé) Deuxième manche, sur la piste 15  : Turbo - 10min43sec (entraîneur : Nicolas) Troisième manche, sur la piste 2  : Coccicargot - 9min55sec (entraîneur  : Margaux) L’histoire ne dit pas s’ils eurent droit à de belles feuilles de salades sur la ligne d’arrivée ! Nathalie Vauchez

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

9


SOCIAL À LA HUNE C C A S

L’action sociale au cœur des villages

Connaissez-vous les missions de votre Centre Communal d’Action Sociale, plus connu sous l’abréviation C.C.A.S. ? Chaque commune a dans son sein un conseil d’administration chargé du social, composé d’un président (le maire), un vice-président et des membres (des élus du conseil municipal), mais aussi des personnes choisies parmi des associations caritatives ou reconnues sur le plan communal ou intercommunal... il est bien entendu que, selon la taille de la commune, le nombre de membres varie.

Il faut savoir que chaque commune a son mode de fonctionnement et fait des choix prioritaires selon ses moyens et également les aides qui peuvent lui être apportées, notamment par le Conseil Général, si celui-ci lui a attribué son agrément. Un soutien varié La collectivité peut apporter son soutien par différentes missions, accomplies par des agents sociaux ou des bénévoles. Le soutien, soit : • par une aide matérielle : qui peut aller de l’entretien du logement et du linge jusqu’aux courses et à la confection des repas... • une aide à la personne : prise des repas, toilette, habillage (suivi des prescriptions du médecin)... • un soutien moral, par de la présence, de l’écoute... u n accompagnement social • grâce à des sorties, promenades, spectacles, etc. Mais aussi toutes les aides dans les démarches administratives qui sont de plus en plus délicates surtout pour les anciens. Dans le cas où les services proposés le sont par les agents sociaux de la collectivité, cela signifie que le CCAS est l’employeur des intervenants, et que les usagers bénéficient de ces services sans en avoir à assumer les responsabilités d’employeurs.

Comment peut-on être pris en charge afin de pouvoir profiter de ces droits ? Il suffit de : • contacter le Conseil Général afin de bénéficier de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) selon le degré de dépendance, et • contacter sa caisse principale de retraite ou caisse de retraite complémentaire. Ou si c’est une sortie d’hospitalisation : • se renseigner auprès de sa mutuelle ou assurance. Il faut savoir également que la participation des intervenants est fixée par l’organisme de prise en charge, en fonction des ressources... comme le nombre d’heures attribué. Il est très important de noter que votre centre communal d’action sociale n’est pas réservé aux seules personnes âgées ou malades, mais à toute personne ou famille étant à la recherche d’aide, d’écoute ou de moyens (alimentaires, financiers...) vivant sur la commune. N’hésitez pas à prendre rendezvous dans votre mairie, vous serez reçu et écouté en toute discrétion, les membres du CCAS sont à votre disposition pour répondre à vos besoins si ceux-ci répondent bien aux orientations de la collectivité. Christian Bourgne

JURIDIQUE R I V E D O U X - P L A G E

Des contentieux qui bougent Lors du Conseil municipal du 23 mai, Patrice Raffarin a fait le point sur les contentieux, où il y avait du nouveau.

Patrice Raffarin faisant le point sur les contentieux

C

es dossiers trouvent leur origine dans le non respect d’une réglementation sécuritaire. Concernant Claude Marrié qui possède un terrain en NDr (zone naturelle remarquable) à la pointe de Chauveau, il avait pris l’habitude de laisser sur son terrain un camping-car. Or, il s’agit d’une zone classée sur laquelle il est interdit de laisser stationner des camping-cars ou des caravanes. C’est le règlement et ce n’est pas Patrice Raffarin qui l’a inventé, par contre il est censé, en tant que maire, le faire respecter. Sensibilisé à l’aspect sécuritaire par la tragédie de Xynthia et la submersion marine qui en a découlé et

10

devant le fait qu’aucune négociation n’aboutissait, Patrice Raffarin a été amené à prendre un arrêté municipal pour renforcer l’interdiction de stationner sur les terrains ayant été submergés. Le 12 octobre 2011 un procès-verbal d’infraction était dressé et envoyé au Parquet. C’est au sujet de cette affaire que Patrice Raffarin est convoqué au tribunal, en tant que victime, le 11 juin prochain alors que c’est le Parquet qui poursuit Claude Marrié pour une triple infraction : constructions illégales, camping illégal et non respect du décret d’avril 2010 concernant la sécurité des biens et des personnes. Patrice Raffarin a donc demandé à son conseil municipal l’autorisation d’ester en justice afin de se constituer partie civile. Nul n’ignore que durant la dernière campagne des municipales, l’opposition lui avait vivement reproché ces actions en justice. Interrogé par nos soins en particulier sur ce dossier, il répond : « Ces gens se sont mis en situation de délit, mais de plus, il y avait un véritable problème sécuritaire. Mon rôle de maire fait que je ne pouvais passer outre. Imaginez ce

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

que l’on m’aurait reproché s’il y avait eu mort d’homme à un moment ou un autre ! » L’affaire Garach se déroule à Rivedoux, sur la même zone Ndr. Après Xynthia, ce propriétaire, dans l’obligation de reconstruire une clôture, a fait une déclaration de travaux pour une clôture en ciment qui ne pouvait être acceptée sur un site classé. Refus de la mairie qui se voit attaquée au tribunal administratif. L’affaire a été jugée le 16 mai à Poitiers et ce propriétaire a été débouté et condamné à verser 1 200  € à la commune. Dans le même ordre d’idée, un autre propriétaire, Kuzara, voisin de monsieur Garach avait attaqué la commune au tribunal administratif, à la suite d’un refus de construire, toujours dans la même zone NDr, une clôture avec des poteaux en ciment, mais avait retiré sa plainte au moment où son voisin formulait la sienne. Au final, Patrice Raffarin espère que « ces affaires feront jurisprudence sur le territoire rivedousais car il y va de la qualité mais aussi et surtout de la sécurité du site ». Catherine Bréjat

F L E U R E N R É

D E

V I G N E

Le bon goût du vin et de la gastronomie

Fleur de vigne en Ré 2014

La 6ème édition du salon du vin et de la gastronomie aux Portes en Ré a son public de connaisseurs. La salle des marais de la Prée s’est transformée pour trois journées, du 29 au 31 mai, en une très belle cave réunissant des vignerons indépendants passionnés par leurs produits. Côté gastronomie, 4 producteurs présentaient des produits d’exception. Les coups de cœur de Jean-Luc Pouteau

Jacques Corbelle, président de l’OT et Maryline Hernandez, responsable du salon, ont engagé une démarche d’excellence très porteuse. Vignerons et producteurs sont sélectionnés sur des critères stricts et Jean-Luc Pouteau apporte côté vin toute son expertise. Les visiteurs du salon, sont donc assurés de trouver des produits aux valeurs sûres ou de découvrir des pépites. Beaucoup de coups de foudre pour le sommelier qui a distingué cette année le champagne Michel Maillard, le MenetouSalon 2013 de Jean Claude Leclerc, le Gewurztraminer 2012 Grand cru Sonnenglanz, le Saumur 2011 cuvée des hauts de Caterne, les Côtes Catalanes -Pierre de lune-Les Terres de Mallyce, le Gigondas Château de Montmirail 2012, cuvée Saint-Maurice, le Quart de Chaume 2010- Chateau de l’Echarderie. Tous les vins représentés sur le salon étaient remarquables, avec chacun les caractéristiques de son terroir. Il y en avait pour tous les goûts et tous les budgets. Les vins et le Pineau de Ré étaient bien représentés. Une gastronomie d’exception

Le foie gras de canard mi-cuit de la ferme Descoubet à Saint-Mont est une pure merveille. La charcuterie de taureau de Camargue, préparée artisanalement par Grégory Guarguilo , est très goûteuse, la viande très tendre, parfumée de senteurs d’herbes. L’huile d’olive AOP du Moulin des Barres, c’est toute la Provence en bouteille. Le saumon sauvage de l’Alaska préparé par Jacques Allehaux est un délice en bouche, incomparable avec le saumon d’élevage. Les fromages de brebis de Bruno Quellier, sont d’une finesse et d’une onctuosité gourmande. La gastronomie avait là quatre ambassadeurs de haut de gamme. Fleur de vigne en Ré, offre au public de belles rencontres avec les meilleurs professionnels, disponibles pour présenter leur travail. Les produits sont les stars du salon et leurs dégustations réservent d’agréables surprises qui invitent à l’achat, sans obligation. Se faire plaisir avec de bons vins de vignerons et des mets savoureux élaborés par des professionnels passionnés est vivement recommandé... et sans modération !

Michel Lardeux

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ENFANCE S E M A I N E

D E

L A

P E T I T E

E N F A N C E

Des P’tits Rétais aux anges ont expérimenté art et culture La seconde édition du festival culturel « Les P’tits se réveillent » a rencontré un franc succès, auprès des enfants de 0 à 4 ans, venus avec leurs assistantes maternelles, leurs parents, ou leur crèche assister aux ateliers du sel et de la poterie, aux contes et histoires notamment sur le raconte-tapis, et aux spectacles donnés toute la semaine, partout sur l’île de Ré. L’ensemble des spectacles ont été complets, tout comme les N.V. animations et ateliers.

Le spectacle « Gouttes de Sons » de la Cie Sing Song donné à La Maline

Des enfants du Jardin d’Eveil et des maternelles captivés

Atelier de poterie au Musée Ernest Cognacq

Photo © Annabelle Bariteau

Violon alto et marionnette

D « Zigue la vie »

F Ê T E

D E S

J E U X

ans le cadre du festival culturel Petite Enfance « Les P’tits se réveillent » l’Association « Musiques en Formes » offrit un spectacle « Zigue la vie », vendredi 23 mai à la salle polyvalente de Saint-Clément-des-Baleines. Les deux acteurs – l’un est musicien, Benoît Weeger, l’autre est comédien, Christian Compagnon – ont su transporter les petits de 0 à 4 ans dans leur univers enchanté. Une marionnette toute d’or vêtue et un

A R S

E N

instrument de musique, un violon alto, se rencontrent au détour de la table et c’est à ce moment très précis que la magie opère ; les enfants sont « envoûtés » par la musique, ne quittent pas des yeux la marionnette, le violon et le balafon africain, envoûtes, bercés ou tapant dans les mains au gré du rythme. BenoÎt Weeger, grâce à son instrument, désire désacraliser la musique classique, il veut faire tomber certaines barrières afin de la rendre plus

Peggy Charri, Animatrice du Relais d’Assistante Maternelle, Sylvie Oliveau, coordinatrice petite enfance de la CdC, Annabelle Bariteau, animatrice culturelle de la CdC

accessible à tous, à commencer par les enfants et désire les en imprégner en sensorialité, en proximité en jouant du violon assis au milieu d’eux. Musique classique revisitée pour les besoins du duo avec la marionnette, tous les enfants et les accompagnatrices furent touchés par cette musique, certes classique, mais tellement originalement interprétée. Patricia Plancoulaine

R É

Le coupable du vol de la cloche retrouvé ! Malgré la météo capricieuse du matin, une belle éclaircie s’est installée durablement l’après-midi pour accompagner tous les petits détectives partis à la recherche du voleur de cloche, au cœur d’Ars-en-Ré. Des indices passés à la loupe Munis de leur feuille de route remise au stand de la CdC, nos détectives en herbe partaient à la recherche des indices et parcouraient les stands des 9 Accueil de Loisirs Sans Les acteurs de la Fête des jeux, déguisés, et les élus, ont lancé l’enquête Hébergement es nuages respectaient l’inter(ALSH) de l’île de Ré. Des persondiction de stationner au dessus nages légendaires y proposaient des de la fête décrétée par l’inspecépreuves intelligentes et ludiques avec teur général Donin, qui dès le matin pour objectif la collecte de nombreux « inspectait tout sur son passage ». indices. La pause repas, remarquaLe mode sourire était enclenché, blement organisée par l’association et ce fût une fête bien agréable et des parents d’élèves d’Ars, permetappréciée du public, très investi dans tait à tous de faire le plein d’énergie une enquête passionnante et bien et de retrouver avec plaisir les jeux ficelée. de société du Café La Ronde des jeux

L

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

comme ceux d’Aunis  2 I, qui ont attirés des joueurs passionnés. Ré Clé Ré, le Relais d’Assistantes Maternelles, abrités contre l’église, accueillaient les plus petits pour jouer, dessiner et partager de beaux contes, avec douceur et compétences. Les bibliothécaires invitaient à la lecture, et les P’tits vers du Fier parlaient du tri sélectif des déchets. Ré-astronomie, pointait ses lunettes puissantes vers le soleil, alors que les objectifs d’île de Ré photo-club immortalisaient les mines réjouies de nos fins limiers, la plupart maquillés par la talentueuse Blandine. Le bon goûter et les rafraîchissements servis par l’association Récréation étaient appréciés par tous. Les enfants se sont aussi initiés à l’art de la construction d’une voûte avec le service patrimoine de la CdC, et Sylvain de l’office du tourisme d’Ars, guidait nos détectives en haut du célèbre clocher pour une visite commentée très intéressante. Un programme bien agréable  !

Les conclusions de l’enquête L’équipe PEL de la CdC, coordonnatrice de cette 4ème édition originale et innovante, a réussi son pari au cœur du village d’Ars. Tous les participants n’ont pas ménagé leurs efforts et sont associés à cette réussite avec le fidèle public familial, ravis par l’enquête. D’ailleurs, une cinquantaine de conclusions d’enquête furent remises aux bons soins des bibliothécaires chargées du dépouillement et de la sélection du meilleur scénario qui sera publié. Au terme d’une journée lancée dans la bonne humeur par Lionel Quillet, accueilli par le maire d’Ars et nombreux maires de l’île, les jeunes inspecteurs et inspectrices  : Martin, Louis, Antoine, Emilien, Jane, Angelle... étaient formels : le joker était bien coupable du vol de la cloche Françoise. On respire ! Michel Lardeux

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

11


ILS BOUGENT ! U N E

N O U V E L L E

T A B L E

À

S A I N T - M A R T I N

Manger vite et bien Depuis le 17 avril dernier s’est ouvert au 19 de l’avenue de Philippsburg à SaintMartin-de-Ré un nouveau restaurant, sur le concept des Fish and chips and Burgers, le « Chippies–Coffee ».

S

itué extra-muros, au sein des Boutiques de Saint-Martin, ouvert à l’année de 10 h à 22 h, l’établissement vise avant tout une clientèle locale composée des personnels travaillant dans les entreprises voisines et souvent faite de gens pressés le midi ; mais également les résidents permanents et secondaires effectuant leur approvisionnement dans le quartier, et bien sûr les jeunes, très friands de ce type de formule. Un concept qui a fait ses preuves Ayant découvert et apprécié les Fish and Chips néo-zélandais lors de la dernière Coupe du Monde de rugby, le propriétaire des lieux, Philippe Brulois, alias Phiphi, (également

propriétaire du Cervane sur l’îlot du port de Saint-Martin) a décidé avec ses deux associés, son fils Charles et Gaëtan Claveau, de « copier » le concept en créant en lieu et place d’une surface commerciale abandonnée depuis deux ans, le « Chippies– Coffee ». À l’intérieur, une trentaine de places, une déco maison style anglo-américain, et à l’extérieur, les jours de beau temps, une grande terrasse ensoleillée toute la journée. Si le nom de « Chippies-Coffee » pourrait faire penser à celui d’un restaurant franchisé, il n’en n’est pas question. « Nous avons voulu choisir un nom qui fasse jeune, un nom facile à retenir. D’ailleurs “Chippies” en Angleterre, c’est tout ce qui regroupe les Fish and Chips » précise Philippe Brulois.

U N

Sandrine et Yann Girard

N O U V E A U

S’il est encore un peu tôt, l’affaire n’ayant qu’un mois et demi d’existence, Philippe et Gaëtan sont satisfaits de la fréquentation, notamment le soir et les week-ends. « Pour nous, notre chance c’est d’avoir un grand parking tout près et qui est vide à ces moments là. Cela facilite les choses quand vous proposez de la vente à emporter ». La clé de la réussite : la qualité Le plat phare de la maison est de toute évidence le Fish and Chips, suivi de près par des incontournables comme les burgers, les sandwiches, les salades et les plats du jour qui varient très régulièrement. Des plats dont les prix sont inférieurs à 10 €. « Frites, sauces, pâtisseries, tout est

C O M M E R C E

E N

Phiphi (à gauche) et Gaëtan

fait maison... Je tiens à préciser que nous ne sommes pas un bar, mais côté Coffee Shop, le client trouvera : cocktails chocolat, milk-shakes, cafés, smoothies à base de fruits de saison et boissons non alcoolisées. Les boissons alcoolisées (bières, vins) n’étant servies qu’en accompagnement d’un repas. Pour proposer tout cela à notre clientèle, derrière le comptoir et les fourneaux se trouvent Gaëtan, Mickaël Bulot et Charles (à partir de juillet). Au service, mon épouse Caroline ou bien Murielle » conclut Phiphi. Jean-Pierre Pichot

T E L E P H O N I E

Mon @ccessoiriste : de la « hautecouture » pour téléphone portable

Nouveauté à Saint-Martin, depuis le mois d’avril, vous pouvez habiller et protéger votre téléphone portable chez Mon @ccessoiriste. Sandrine et Yann Girard, experts à l’œil avisé, viennent d’ouvrir à l’année, à SaintMartin, ce magasin novateur qui séduit tous les utilisateurs de portables. Des accessoires de qualité, pour tous les budgets et de toutes les marques Votre indispensable téléphone portable va pouvoir s’habiller et se protéger avec une coque disponible dans toutes les marques : Samsung, Apple, Sony, Life prof... que vous personnaliserez avec des signatures prestigieuses comme Svarovski, Quicksilver, Téo Jasmin, le tanneur, Kenzo, JP Gaultier, Guess, Karl Lagersfeld, Colorblock... Pratiques pour les déplacements et voyages, vous trouverez chez Mon @ccessoiriste les chargeurs de voyages, les supports pour vélos et voitures. Les sportifs et plaisanciers ne sont pas oubliés avec les

12

brassards, les housses étanches, et les traqueurs d’activités. Côté son, les enceintes astucieuses, les kits mains libres et bien d’autres accessoires sont également disponibles. Le must : la sublimation 3 D En une heure de temps, à partir d’un procédé unique et d’une photo de votre choix que vous apporterez, ou enverrez par mail, Mon @ccessoiriste réalisera pour vous une couverture complète de votre coque de portable, à nulle autre pareille. Ce procédé a de nombreuses applications, du particulier aux entreprises, et en marketing... Les idées ne manquent pas et les clients adorent le résultat

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

de ce procédé. Attention aux contrefaçons, elles ne sont pas du même niveau de qualité ! Le respect du client Sandrine choisit les produits pour leur qualité et leur excellent rapport qualité prix. Yann effectue les tests sur des échantillons de produits et les diffuse en vidéo sur la page Facebook de Mon @ccessoiriste. « C’est le respect du client », précisent-ils. Un film de protection antichoc d’écran y est testé en résistance... à coup de marteau ! Pas de tromperie sur la marchandise ! «  Nous développons aussi des produits adaptés à l’île de Ré pour leur étanchéité à l’eau, la poussière et le

sable. Bientôt en partenariat avec une entreprise rétaise, nous assurerons les réparations de portables. » Heureux de retrouver l’île de Ré après une carrière parisienne, Sandrine et Yann Girard, ont créé un magasin très clair, ouvert sur deux présentoirs latéraux lumineux aux couleurs changeantes, qui mettent bien en valeur les coques colorées. Du low-cost au haut de gamme, Mon @ccessoiriste avec sa gamme complète d’accessoires fonctionnels, vous permet de mettre votre portable à votre image et à votre personnalité. Vous en serez encore plus addict ! Michel Lardeux

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ILS BOUGENT ! A N I M A T I O N

C O M M E R C I A L E

La Croix Michaud en fête pour ses 20 ans ! À peine achevée la Brocante/Vide-grenier du jeudi de l’Ascension, qui a fait le plein d’exposants et de visiteurs, avec cette année un parcours modifié, un marché des produits du terroir et la plupart des magasins ouverts,  La Croix Michaud prépare la « Semaine commerciale » du 16 au 21 Juin 2014 qui sera aussi l’occasion de fêter les 20 ans de l’AACCM.

L

’Association des commerçants, artisans et professionnels de services de cette zone commerciale très fréquentée toute l’année particulièrement par les habitants et vacanciers du « triangle d’or » du sud de l’île de Ré est très dynamique. Une fête de la musique et une nuit dansante, pour dynamiser de façon innovante la zone Cette semaine commerciale sera animée par un speaker qui mettra en avant les offres commerciales tout au long de la semaine et les « ventes flash » particulièrement attractives mais sur une durée très limitée, comme leur appellation l’indique. Elle se clôturera par un évènement majeur, l’organisation d’une journée de Fête de La Musique le 21 juin, de

nature à dynamiser de façon innovante la Croix Michaud. Après le discours d’anniversaire prévu à 12h30, un déjeuner avec un fond musical. Est prévu de 13h à14h. Ensuite, jusqu’à 16h un fond musical sans orchestre permettra de laisser la voie de circulation libre avant la fermeture des barrières et la mise en sécurité de la scène. Un spectacle pour enfants est prévu à 16 heures avec Luc Padilla, accompagné d’un goûter. Puis place sera faite à la musique avec de 17h à19h30 la Bandas Lou avec les majorettes et leur twirling bâton avant d’enchaîner avec les concerts Reggae et Rock avec Thomas de 20h à 21h30

puis avec Aunisana, de 22h à 23h30. Cette semaine de folie et cette journée festive s’achèveront en beauté avec entre minuit et 2 heures du matin la Dj Creazy Night, durant laquelle les professionnels et le public se défouleront tous ensemble sur le dance floor. Des projets d’amélioration en concertation avec la Mairie Au-delà de ces actions de communication à destination du grand public, les adhérents de l’association de la Croix Michaud – satisfaits des avancées telles que l’amélioration de la signalétique, la création

de WC publiques et la mise en place de navettes desservant La Croix Michaud depuis le port, la Vierge et les campings – entendent développer encore les liens avec la municipalité. Ils aimeraient notamment développer la signalétique, les passages piétons, créer une « zone 30 km/h » pour améliorer la sécurité de tous et que la piste cyclable qui passe par grand le rond-point de La Flotte soit prolongée jusqu’à la zone commerciale. La Croix Michaud entend bien continuer d’être dynamique après ses 20  ans avec à la rentrée de septembre la journée de l’occasion roulante puis d’autres évènements d’ici la fin de l’année. L’an passé la patinoire de Noël avait rencontré un franc succès. Nathalie Vauchez

A R C H I T E C T E

Lionel Coutier, le « couturier » du bâtiment Chez les Coutier, famille tourangelle, on est architecte de père en fils. « Mon grand-père et mon père le furent, de même que mon oncle et deux de mes cousines. Alors quand j’ai décidé de le devenir aussi, quoi de plus normal ? Mais, c’est un peu comme dans les familles d’artistes ou de médecins, ce n’est pas toujours facile de se faire un nom, son nom, il faut faire ses preuves ».

A

Lionel Coutier

près des études à Nantes, diplômé en 1996, Lionel Coutier décide de venir s’installer à La Rochelle où, en tant que salarié, il va travailler pour différentes agences rochefortaises et rochelaises. Puis en 2001, il opte pour une activité libérale. Sa première création, la réhabilitation d’un petit hangar en loft dans La Rochelle aura la chance d’être très médiatisée, publiée dans « Architecture à vivre », « Maisons et travaux », etc. Du statut de profession libérale à celui d’entreprise d’architecture Dans la foulée de ce premier succès, Lionel Coutier va décrocher ses premiers marchés publics : la reconversion de l’ancienne gare du Chaput, la construction de l’école maternelle

de Bords, etc., et très rapidement il va se retrouver devant la nécessité de changer d’échelle en ayant recours à l’embauche de plusieurs collaborateurs. Un premier début 2003, puis quatre dès le mois de juillet de la même année. « Il me fallait des personnes capables de produire tout en les ayant en interne pour assurer un suivi. Ce n’est pas le tout de faire une belle maison ! Il faut qu’elle rentre dans le prix, qu’elle réponde à l’attente du client, assurer la maîtrise des savoir-faire et respecter les délais. Aujourd’hui, certains de mes collaborateurs m’accompagnent depuis déjà sept ou huit ans ». Architecte, un métier où l’on fait du sur mesure « Nous sommes en fait les couturiers du bâtiment. Nous concevons les aménagements aussi bien intérieurs qu’extérieurs (piscines, jardins), et nous nous devons de suivre tous les chantiers jusqu’à la livraison ». Pourquoi Le Bois-Plage ? «  L’idée d’ouvrir une agence dans l’île remonte à plusieurs années, disons quatre ans. Nous avions de plus en plus de demandes pour y construire des maisons. Pour répondre à celles-ci nous voulions

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Une réalisation de Lionel Coutier sur l’île de Ré

trouver un point de chute central. Une installation au Bois-Plage nous a semblé être la meilleure solution. L’objectif étant d’offrir, toujours avec rigueur et créativité, les mêmes compétences dans l’île qu’à La Rochelle, de répondre à toutes les problématiques en matière de construction, et de pouvoir faire aussi bien du marché public que du particulier. D’ailleurs, avec le bailleur social Vilogia, nous allons réaliser les 40 logements du hameau de Rochefort au Bois-Plage, et pour les particuliers, nous avons actuellement des maisons en cours de construction à Saint-Martin, au Bois-Plage, à La

Flotte. « Ré Team Design Architecte » se veut une entreprise 100  % rétaise, et si l’activité progresse (malgré le ralentissement ressenti dans la profession depuis 2009), des embauches sont envisageables ». Jean-Pierre Pichot Ré Team Design Architecte Lionel Coutier Architecte DPLG 25 bis, route de Mille Fleurs Le Bois-Plage-en-Ré Tél. 05 46 66 55 50 contact@reteamdesign.com www.reteamdesign.com

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

13


LES ESSENTIELLES

V I VR E P I È C E S

À

A U

JARDI N

V I V R E

Mobilier outdoors La limite entre les pièces à vivre du rez-de-chaussée de nos maisons et le jardin s’estompe de plus en plus. À tel point que certains carrelages de sols utilisés pour l’intérieur se prolongent à l’extérieur, gommant toute démarcation in/out. que vous puissiez donner du style à votre jardin. L’apparition de nouveaux matériaux

Table avec piètement en aluminium et plateau en HPL de chez « La cabane Meubl’ et vous... »

L

es grands fabricants de mobilier de jardin ne s’y sont pas trompés et ils se sont attachés depuis une dizaine d’années à créer de nouvelles ambiances et à employer des matériaux résistant aux intempéries et combinant esthétisme avec facilité d’entretien. Véritables espaces à vivre durant une période de quatre à six mois dans notre région, les jardins bénéficient d’un mobilier élégant aux lignes épurées dont la gamme s’élargit à chaque nouvelle saison. Les formes sont contemporaines et tout est mis en œuvre pour

Les matériaux font encore la part belle aux bois exotiques et l’on trouve dans les magasins et show-rooms de l’île de très belles tables en teck allant aussi bien dedans que dehors. De nouveaux matériaux ont fait leur apparition. À « La cabane Meubl’ et vous... » à Saint-Martin, on découvre des tables avec des piétements en inox et des plateaux en HPL (High Pressure Laminate) à base de résines thermodurcissables, en béton ciré ou bien encore en céramique résistants aux UV, aux taches, aux fortes différences de température et qui ne se rayent pas. La résine, tressée ou extrudée est particulièrement utilisée pour les canapés et fauteuils sur des châssis en aluminium. Légère et pratique cette matière se retrouve aussi dans les chaises et fauteuil empilables et petites tables

d’appoint pour le jardin comme on en trouve à « l’Atelier d’Antioche » à La Couarde, qui propose également de très belles tables avec chaises ou fauteuils assortis et des salons de jardin de chez Fermob. Cette marque est très en vogue pour ce type de meubles. On la retrouve d’ailleurs à

de décoration. En aluminium, avec mât déporté et assisté par vérin hydraulique, ils sont capables d’abriter une terrasse entière. De nouveaux objets de décoration

Cette nouvelle conception de la vie outdoors a donné naissance à des objets de déco spécifiques au jardin. Les lanternes à accrocher ou à poser au sol se sont mises à proliférer et les traditionnels pots de fleurs sont devenus eux-mêmes des objets de décoration, surdimensionnés, parfois lumineux et très colorés. Pratiquement tous les magasins spécialisés de l’île en proposent. Certains comme Sandrine Esnou et Benoit Collet d’Articule se sont attachés à Table Fermob de l’Atelier d’Antioche mettre en scène le passage de « L’Espace Déco Mandon » à La Croix l’intérieur vers l’extérieur, structurent Michaud, à La Flotte, en compagnie le jardin avec des éclairages et créent d’une autre marque emblématique : des objets d’art qui s’intègrent aussi Roland Vlaemynck. Même les parabien dans les deux milieux. sols sont devenus de véritables objets Catherine Bréjat

Faire de son jardin un véritable lieu de vie

Au fil du temps, le jardin est devenu un espace à vivre que l’on meuble et décore en s’inspirant des dernières tendances. L’offre d’Intermarché dans ce domaine est vaste et surtout elle propose une large fourchette de prix allant de l’entrée jusqu’au haut de gamme. DES STYLES VARIÉS DE MOBILIER DE JARDIN Côté mobilier, vous trouverez tout ce qu’il faut pour donner au jardin, petit ou grand, un style qui vous ressemble sans vous ruiner. Si vous souhaitez un cachet traditionnel, choisissez le bois. Intermarché propose des salons et salles à manger en eucalyptus et acacia comprenant tables avec allonge, chaises, fauteuils pliants et même une desserte dans un coloris naturel. Pour s’inscrire dans la tendance actuelle, optez pour un style contemporain, par exemple un salon de jardin en métal et wicker que vous abriterez du vent en soirée avec une tonnelle. Imputrescible, facile d’entretien, très résistant, le wicker, fibre tressée synthétique, déferle sur nos jardins cette saison. Des petites tables légères de 2 ou 4 couverts, des tables rondes d’appoint aux couleurs de l’été viendront habiller le bord d’une piscine. Le set bistrot, une petite table et deux chaises en acier laqué vert, orange ou bleu reste

14

un best-seller. Notre coup de cœur pour créer une ambiance marocaine : un ensemble table ronde en acier galvanisé, marbre et mosaïque de céramique, accompagné de deux chaises au prix exceptionnel de 129,90 €. À ce prix-là, on se laissera tenter par la lanterne en métal et verre coloré. Les fauteuils en rotin tressé dans des couleurs pastel sont empilables et on a envie d’acheter toutes les couleurs disponibles ! L’espace résine est toujours présent, avec des fauteuils qui dépannent bien lorsque l’on est nombreux et séduisent par leur légèreté (premier prix 3,99 € !) ainsi que de grandes tables à moins de 30 €. DE NOMBREUX ACCESSOIRES De nombreux coussins et articles de jardin, tout un choix de parasols, de luminaires, de bancs, de nacelles et de balançoires qui reviennent en force cette année, complètent l’offre d’Intermarché pour parachever la décoration de votre jardin. L’ESPACE BARBECUE Pas de jardin sans la convivialité d’un barbecue et de repas pris en famille ou entre amis. Intermarché propose des barbecues mobiles à charbon de bois dont les prix s’échelonnent

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

de 29,90 € à 59,90 € avec un modèle fixe en aggloméré de béton réfractaire qui a grande allure (99,90 €) sans oublier une petite plancha à gaz à prix défiant toute concurrence (49,90 €). En aménageant votre jardin, vous vous créerez un véritable lieu de vie où vous ressourcer et profiter de l’été. Catherine Bréjat

Intermarché La Croix Michaud – La Flotte Tél. : 05 46 09 52 56 4 avenue des Corsaires – Saint-Martin-de-Ré Tél. : 05 46 09 42 02

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


A M É N A G E M E N T

LES ESSENTIELLES

P A Y S A G E R

Dessine-moi un beau jardin ! De la conception à la réalisation, créer un jardin pour particulier, ou un espace paysager pour une collectivité, est un métier qui demande aux paysagistes des compétences et un sens artistique. Leur bonne connaissance du sol, du climat, des plantes, des arbres et des matériaux qui seront mis en œuvre dans les aménagements paysagers garantissent la réussite de vos projets.

L

eur bonne connaissance du sol, du climat, des plantes, des arbres et des matériaux qui seront mis en oeuvre dans les aménagements paysagers garantissent la réussite de vos projets. Dans le cas d’un projet global d’aménagement paysager, avant d’agir, il faut réfléchir. Exprimez vos idées, vos envies et vos besoins au paysagiste que vous avez choisi. Évaluez le budget à consacrer à la création de votre espace et à son entretien indispensable. Vos souhaits seront pris en compte et traduits par le paysagiste. Ils impacteront la conception de l’espace, le choix des

plantes et des constructions qui peuvent s’intégrer : allées, terrasses, murettes, jardinières, vérandas, kiosque, clôtures, bassin, piscine, etc. Afin de visualiser votre projet, le paysagiste vous proposera une étude personnalisée et chiffrée, avec esquisse ou montage photo, qui peut se moduler par tranches de travaux, selon vos possibilités et le contexte technique. Simplifiez vous la vie Un conseil : pensez à intégrer dans votre projet les moyens modernes d’arrosage automatique. N’hésitez pas, si les conditions hydrologiques, sont réunies à faire

creuser un puits, sur l’île de Ré, il faut beaucoup arroser. Pensez aussi à l’éclairage de votre espace et à son assainissement pour enfouir les réseaux sous les allées. Vous ne regretterez pas votre investissement. Les maçonneries, allées, constructions de vérandas, kiosques, terrasses, patios, pergolas, clôtures sont à programmer et interviendront avant l’étape finale d’engazonnement, de plantations, de réalisation de massifs ou rocailles. Choisir ses plantes, ses arbustes et ses arbres Pour vos sols sablonneux et calcaire, les pépiniéristes rétais vous conseilleront des engrais organiques bio, et surtout de beaucoup arroser après plantation. Pour les arbres : le pin parasol, l’albizzia, le lagerstroemia, l’olivier et le palmier très tendance, sont souvent choisis. Plantes et arbustes doivent s’adapter au climat océanique, aux vents, aux embruns, à la sécheresse... La lavande, le bougainviller, les hortensias, la sauge, la verveine, la glycine, le romarin, le jasmin, les rosiers, le kiwi, la glycine, yucca, géraniums, giroflées et bien d’autres variétés vivaces, aromatiques, persistantes etc., apporteront odeurs et couleurs selon les saisons. N’oubliez pas que le développement de vos plantes est sensible à l’exposition et à l’abri au vent de votre espace paysager.

Jardin paysager

L’entretien de vos espaces verts Si vous ne vous sentez pas la capacité technique et physique d’entretenir vos espaces paysagers, si vous n’en avez pas le temps ni l’envie, faites appel à un paysagiste. Il vous proposera des prestations adaptées et des forfaits avantageux pour un entretien durable et programmé de votre espace plaisir. Désherbage, tonte, élagage, nettoyage... sont à faire régulièrement. Un beau jardin, un espace vert paysager, avec des coins repos aménagés, c’est un havre de repos, de détente, de plaisir, qui valorise votre propriété. C’est un vrai bonheur pour toute la famille. Pour le réussir et en profiter pleinement en toutes saisons, adressez vous à de vrais professionnels du paysage. Sur l’île de Ré, vous trouverez de bons paysagistes qui vous assureront un résultat à la hauteur de vos espérances. Michel Lardeux

Pour lire cette publicité, retourner le journal

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

15


NATURE D E S

O I S E A U X

V E N U S

E N A V A N T P R E M I È R E

D ’ A I L L E U R S

Ré, terre d’accueil Si l’adage veut que l’avenir appartienne à ceux qui se lèvent tôt… dans les marais rétais, la chance d’y surprendre une espèce d’oiseau rarement présente dans l’île, appartient également à ceux qui se lèvent aux aurores comme le fait très régulièrement François Blanchard. Photos © François Blanchard

Fuligule Morillon, Aythya fuligula, famille des Anatidae

L’Harfang des neiges, vedette de l’île de Ré Au mois de janvier 2014, l’arrivée de l’Harfang des neiges dans l’île de Ré, repérée entre Loix et La Couarde-sur-Mer, a été immortalisée par François Blanchard.

Le Fuligule morillo

Un petit canard en noir et blanc...

Hibou moyen-duc

Hibou moyen-duc, Asio otus, famille strigidés Hibou de taille moyenne, le hibou moyen-duc a le plumage brun et chamois, densément tacheté et rayé sur l’ensemble de son corps. Nicheur dans la plus grande partie de la France, mais

se fait rare dans l’Ouest et le Sud du pays. En dehors de la saison de reproduction, il vit dans les marécages, les dunes côtières. Il chasse la nuit dans les champs et les marais ouverts.

Le Fuligule morillon est un petit canard plongeur (36 à 38 cm de long et 69 à 73 cm d’envergure, pour 650 à 1 065 grammes), possédant une tête caractéristique. Son bec, bleu ardoise, est court, large et terminé par un onglet noir. Il s’appuie sur un front vertical (le bec forme un angle marqué avec le front) qui se poursuit par une calotte assez plate et par une huppe. Sa tête est rehaussée par de jolis yeux jaune d’or.

Héron garde- boeufs, Bubulcus ibis, Western Cattle Egret Originaire de l’Afrique, très courant au Kenya ou en Tanzanie, on le rencontre actuellement sur tous les continents excepté à proximité des cercles polaires. Il est courant dans la péninsule ibérique et le sud de la France. Il accompagne les bœufs dans les champs et se donne pour mission de les débarrasser des insectes parasites qui les tourmentent. Cet échassier est légèrement plus petit que l’aigrette garzette. Le garde-bœuf diffère des autres hérons par sa silhouette massive et son bec court. Héron garde-boeufs

G O L F

D E

L’ Î L E

D E

R É

Ré Nature Environnement précise ses positions sur le projet de golf 18 trous

«

J

amais vue sur nos côtes, cette chouette vit et se reproduit au nord du 60° parallèle, c’est la première fois qu’elle descend aussi bas au sud. Devant l’affluence des observateurs, photographes, membres de la LPO venus de partout en France et même de l’Étranger, lui est venue l’idée de ce livre de plus de 120 photos réalisées par lui et illustrées par André Héraud. Allain Bougrain-Dubourg, Président de la LPO, a préfacé ce très beau livre édité aux Nouvelles éditions Bordessoulles et qui sera prochainement disponible en magasins de presse. Propos recueillis par N.V.

Nous publions in extenso la réaction de Dominique Chevillon, Président de Ré Nature Environnement. Plusieurs articles de presse ont reporté des informations sur les projets de golf (dont le transfert du Practice) envisagés sur la commune de La Flotte. Il convient de clarifier la situation, notamment sur la position et la participation des Associations Naturalistes : 1 – Les Associations Naturalistes LPO, Ré Nature Environnement et Nature Environnement 17, membres du Comité de Gestion des Espaces Naturels de la commune de La Flotte ont procédé par convention avec la commune de La Flotte à des inventaires techniques de la flore, des oiseaux, des insectes des 1 000 hectares d’espaces naturels de la commune. 2 – Ces inventaires confirment la grande richesse de la biodiversité

16

de ces espaces. Leur motivation est d’éclairer le Plan de Gestion des Espaces Naturels qui sera proposé cet automne 2014 à tous les membres du Comité de Gestion, ACCA, ONF, communes, etc. C’est l’objectif de la convention passée avec la commune. 3 – Ces inventaires ont évidemment été menés également sur le zonage du golf 18 trous inscrit dans les documents d’urbanisme. C’était prévu dans les conventions puisque faisant partie des 1 000 hectares d’espaces naturels de La Flotte. 4 – Les Associations Naturalistes n’ont pas eu à se prononcer et ne se sont pas prononcées sur la faisabilité d’activité golfique sur ces espaces.

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

5 – Les propriétaires du foncier concernés par l’emprise envisagée de projet de golf (le Conseil Général, le Conservatoire, les Communes, des particuliers, etc.) sont directement concernés par le sujet de faire ou de ne pas faire le golf avec les contraintes juridiques liées aux statuts de leurs fonciers (classement, Espaces Naturels Sensibles, ZNIEFF...). 6 – Enfin, si aménagement golfique il devait y avoir, on peut penser que les Associations Naturalistes seront très attentives et très vigilantes sur la protection des milieux et des espaces, ce d’autant plus que ces projets dépasseront le simple cadre insulaire et n’échapperont pas à un éclairage national.

Raison de plus pour que les projets menés sur les Espaces Naturels Rétais le soient en réelle consultation, voire concertation, avec les Associations Naturalistes Rétaises qui connaissent « bien sûr » parfaitement le terrain et présentent les compétences requises. Ce qui a été parfaitement le cas avec les Associations Golfiques (Messieurs Claude Chessé et Patrice Rousse) qui ont souhaité consulter les Associations pour le déplacement éventuel du Practice de golf ce à quoi se sont prêtées bien sûr les Associations... à la satisfaction de tous.

«

Dominique Chevillon Président de Ré Nature Environnement

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


FÊTE DES PÈRES D I M A N C H E

1 5

J U I N

2 0 1 4

Des idées cadeaux originales pour les papas Pour la fête des pères, Ré à la Hune vous propose une sélection de gadgets ou « must have » originaux et utiles qui, à coup sûr, feront plaisir à votre papa, mari ou compagnon ! Textes et photos Jean-Louis Rémy LA TORCHE LED LITE PANEL La led commence à envahir les marchés grâce notamment à sa très faible consommation. Le domaine de la photo s’en est emparé pour l’éclairage. Caméramen et photographes professionnels l’utilisent couramment dans le but d’obtenir un éclairage naturel, principalement dans des conditions de faible luminosité. Fini le coup de flash qui surexpose le sujet ou provoque une ombre portée, je règle la température de ma torche (différents filtres sont vendus avec), j’adapte ma vitesse, mon obturation et j’obtiens un éclairage proche de la réalité. La torche est autonome, fonctionne à piles et s’adapte sur le sabot de mon appareil photo ou de ma caméra. Les écarts de prix pour le même produit sont impressionnants ! De 30 € à 200 € ! À vous de choisir

LES HOMMES AUSSI LE VALENT BIEN ! La célèbre marque de lingerie féminine Aubade s’intéresse maintenant aux hommes ! Pour sa leçon n° 140, Aubade a avancé un slogan sans équivoque «  l’arrêter et le garder à vue ». Aubademen propose une série de quatre boxers aux imprimés très évocateurs, jail, pin up, handcuff et stamps ! Prix  : à partir de 40 €

NON MAIS ALLO QUOI !

UN MASQUE DE PLONGÉE POUR FAIRE DES PHOTOS ET DES VIDÉOS

My name is James ! Jusqu’où va-t-on aller ? Le Samsung Galaxy Gear est plus qu’une simple montre ! Elle est connectée avec votre smartphone et vous permet de recevoir vos notifications, de les lire, de prendre des photos et vidéos, de répondre à vos appels, de diriger votre agenda, etc. Elle possède un écran tactile… Ah oui, j’oubliais : elle donne l’heure aussi ! Génial non ?

Ce masque, d’une qualité d’image de 8 millions de pixels avec une connexion USB pour enregistrer les images sur ordinateur et une autonomie d’environ 20 minutes en mode vidéo, vous permettra d’Immortaliser vos souvenirs des fonds marins jusqu’à 5 m de profondeur, tout en ayant les mains libres !

Prix  : 299 €

L’APPLI ANTI-ESPION Peut-être n’avez-vous rien à cacher, mais vous n’avez pas envie qu’on le sache ! Cela peut se comprendre. Vous connaissez le vieux truc de l’image fixe que l’on positionne devant la caméra de surveillance dans les films de cambriolage, pour faire croire que rien ne se passe, eh bien iTrust s’est inspiré de ce principe : c’est une application à télécharger qui accepte le véritable code d’accès de votre iPhone mais qui bloque ensuite tous les accès aux menus, empêchant ainsi tous les curieux d’explorer le contenu de votre téléphone. Madame ne pourra satisfaire sa curiosité !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Prix  : 0,99 €

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Prix  : 99 €

En grandes surfaces

PRÊTS ? CHARGEZ ! Depuis le début de la téléphonie mobile, Nokia s’est taillé une excellente réputation pour la qualité de ses accus. Cette batterie de secours Nokia vous permettra de ne plus jamais tomber en panne au milieu de nulle part. Universelle, elle est compatible avec toutes les marques de téléphones mobiles, appareils photo, lecteurs MP3/MP4 ou autres petits électroniques : il suffit de brancher votre appareil sur la batterie Nokia, à l’aide du câble USB que vous utilisez habituellement pour recharger votre appareil sur l’ordinateur. Cette batterie ultra puissante de 2200 mAh peut elle-même être chargée par USB, et 4 indicateurs LED lumineux vous permettent d’en connaître l’état de chargement. En plus, elle est belle !

Prix  : 25 €

SPÉCIAL FÊTE DE

S PÈRES

Médaille d’Or 2014

Réservé Caviste Expert

On trouve ici assurément du vin et du plaisir Plus de 2000 références en vins et spiritueux, le choix est large, toutes les régions de France ainsi que de nombreux vins étrangers sont représentés, avec pourtant une démarche de vous proposer « Les vignerons qui montent » et que l’on ne trouve pas ailleurs. Composez vos coffrets en fonction de vos envies et des conseils de Laetitia ! Pensez à nous pour vos barbecues et repas entre amis !

ZAC de Beaulieu – 44 Rue du 8 Mai (à proximité du garage BMW) 05 46 69 39 75 – larochelle@plaisirsduvin.com

Mardi à jeudi de 10h à 12h30 et 14h à 19h – Vendredi et samedi de 10h à 19h

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

17


SPORTS À LA HUNE 2 4

E

M É M O R I A L

B R U N O

T E S S O N

Dans les coulisses de l’avant-tournoi Depuis bientôt un quart de siècle, le week-end de la Pentecôte est à Saint-Martin-de-Ré, un week-end footballistique organisé par l’ASR (Association Sportive Rétaise) avec sur deux journées, un tournoi, le « Mémorial Bruno-Tesson », qui s’adresse aux U11 et U13 (« U » pour under = moins de 11 et 13 ans). Pour sa 24e édition, il se déroulera cette année les samedi 7 et dimanche 8 juin.

En attendant les récompenses

travail réalisé en amont par Patrick. Et tout le monde, cela signifie 1273 personnes ! Sans compter les équipes de l’ASR. Ils n’étaient que 880 l’année dernière  !  », ironise Michel Fernandez. La première mission de Patrick Noirez fut de sélectionner les clubs invités. « Oui, invités, car il n’y a pas de frais d’engagement pour les clubs », précise Michel Fernandez. À chacun sa tâche

L’heure du repas

P

lacé sous la double houlette de Patrick Noirez (suite au retrait de Bruno Izambart) et de Michel Fernandez, le tournoi, afin de répondre aux nombreuses sollicitations de participation émanant de clubs de toute la France, va passer de 48 équipes (24 U11 et 24 U13) l’an passé à 56 équipes (28 U11 et 28 U13) cette année. « On tente et on verra bien si d’un point de vue organisationnel ça passe ou ça casse. Quand on sait par exemple qu’un club comme celui de Thouars, qui vient avec deux équipes, draine plus de cent personnes dans son sillage, organiser les hébergements n’est pas toujours chose facile. Caser tout le monde : c’est la deuxième mission du

R É

L’équipe a beau être rodée, soudée, on n’est jamais sûr à la veille du tournoi que le week-end sera un long fleuve tranquille ! C’est pourquoi Michel, lui, se concentre sur l’organisation des quatre repas de ces deux jours. Préparés par la Sodexo dans les cuisines de l’école du Bois-Plage, ce sont au total 5280 repas qui seront servis dans le bâtiment des courts couverts du Ré Tennis Club qui jouxte le stade municipal de Saint-Martin. « Et il y a aussi les petits déjeuners qu’il faut préparer club par club (certains restant deux nuitées, d’autres trois) et livrer dans les campings qui les hébergent. » Pour tout le reste, on sollicite les parents de nos jeunes joueurs qui viennent renforcer l’équipe des membres de l’ASR. Je dirai que « pour que cela fonctionne bien, il nous faut être un minimum de 80 personnes. Et depuis le temps, avec un noyau dur bien rodé, qui ne varie pas beaucoup, chacun sait ce qu’il a à faire et en général, il le fait bien. Avec une telle population, nous ne sommes pas à l’abri d’un

problème de comportement généralement lié à l’alcool, alors cette année nous avons décidé de mettre en place une surveillance assurée par des professionnels. Et enfin, le problème que nous avons eu à résoudre, maintenant que la Gendarmerie est construite, a été celui du stationnement des cars et des voitures particulières. Le terrain n’étant plus disponible, la mairie de Saint-Martin autorisera le stationnement sur le glacis de la Porte de Toiras. La mairie de Saint-Martin, qui, comme celles de Rivedoux et de La Flotte nous ont apporté leur concours et leur aide notamment dans le prêt ou le transport de matériel. » `Qui vient ? Les clubs invités sont originaires de toute la France, sauf de CharenteMaritime. « L’organisation d’un tel tournoi se doit d’être un apport financier pour l’ASR. Sur quoi gagnonsnous un peu d’argent ? Sur les repas. Pour l’avoir déjà expérimenté, les clubs rochelais et des environs rentrent chez eux le samedi et le dimanche soir, donc ne dînent pas avec les autres clubs, et de plus les midis, on les voit manger les sandwiches qu’ils ont

préparés la veille, dans les tribunes du stade. Et nous ne sommes pas les seuls à faire de la sorte » rappelle Michel Fernandez. Propos recueillis par Jean-Pierre Pichot

LES CLUBS INVITÉS : ES Vallée Deux Sèvres (79), Vallée Verte (37), Buc (78), Neuville (86), Thouars (79), Limoges FC (87), AS Aixoise (87), AF Bourgueillois (37), FC Confolentais (16), St-Denis en Val (45), La Chataigneraie (79), Saint Sauveur (86), AS Montlouis (37), CA L’Hay les Roses (94), Balma (31), Migne Auxances (86), Plaisir (78), Verneuil sur Vienne (87), USE Couzeix (87), Groupement VRP (37), ES Puy Vaudelnay (49), Beaumont Saint-Cyr (86), Montauban (31), Doué la Fontaine (49), ES Bruges (33), Lambersart 1 et Lambersart 2 (59), Charbuy (89), Thenezay Ferrière (79), FCR Houdanaise (78) LES FINALES : U11, dimanche à 17h30, U13, dimanche à 18h15 – Remise des récompenses à partir de 19h15.

T O U R

Performances sportives et découvertes ludiques

C

’est une grande première pour le Comité Départemental Handisport de Charente Maritime que d’avoir organisé le Ré Tour réunissant une trentaine de participants en situation de handicap ; venus de la France entière, Lille, Dunkerque et l’Aube, cette manifestation leur permit en deux jours de découvrir l’île de Ré, ses paysages et ses richesses culturelles. Samedi 17  mai, le départ de la première journée se fit à La Couarde, où tous les participants accompagnés d’une personne valide étaient accueillis par les organisateurs et une douzaine de jeunes filles du lycée Pierre Doriol de La Rochelle. Au programme de cette journée, découvertes des villages du Sud de l’île couvrant une trentaine de kilomètres, alliant visites et pause déjeuner. Cette épreuve de

18

Le Ré Tour, une grande première

cyclotourisme sur tandem, tricycle et handbike (vélo à mains) se continua la journée de dimanche par une visite des villages du canton nord : au départ la joie de participer et l’enthousiasme se lisaient sur les visages de tous les participants : cet élan de courage, de détermination, de défi sportif et de joie de vivre de chacun récompensèrent les organisateurs de ces deux journées exceptionnelles de partage, d’échange et de découvertes. Patricia Plancoulaine

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


CES JEUNES RÉTAIS M A R I N E

T A N G U Y

« De Ré Gallery » sur Melrose Avenue Avant d’être mutée à Laleu, Isabelle, la maman de Marine Tanguy, enseignante, n’envisageait pas d’habiter dans l’île de Ré où pourtant toute sa famille réside. C’est pourquoi jusqu’au CM1 Marine fera une partie de son primaire à Courçon d’Aunis avant de rejoindre l’école de Sainte-Marie-de-Ré. Collégienne aux Salières à SaintMartin, elle intégrera ensuite le lycée Saint-Exupéry en filière Lettres. Après l’anglais, Marine souhaite apprendre l’espagnol, et pour cela, elle décide de s’installer à Barcelone. Mais la Catalogne n’est pas vraiment l’Espagne ! Alors, au bout de trois mois, Marine est de retour à Londres avec cette fois la ferme intention d’acquérir un diplôme reconnu internationalement. D’abord Les fondateurs Marine Tanguy et Steph Sebbag prise à Warwick, elle présente Une soif d’apprendre et réussit le concours d’entrée à Cambridge où elle passera deux Très bonne en français, Marine enviannées et en juin 2013, sortira diplôsage de devenir journaliste. Mais mée en histoire de l’art. après deux années de prépa Lettres à Camille Guérin à Poitiers, Marine ne De Londres à Los Angeles ses sent pas à l’aise dans cette voie via Miami et décide de partir en tant que fille Pour aider sa maman Isabelle à finanau pair en Angleterre pour y parfaire cer ses chères études, Marine travaille son anglais. pour une galerie londonienne, The Elle a alors la chance de tomber Outsiders, dont elle finira par prendre dans une famille de quatre enfants la direction. Cela l’amène à courir les et dans laquelle le français est un galeries tant en Europe qu’Outre-Atpeu la seconde langue. Elle s’occupe lantique, faisant ainsi de multiples donc des enfants, mais en parallèle rencontres qui par la suite, aidé en elle exerce tout un tas de petits jobs cela par un bon relationnel, lui ouvriet rédige des piges pour différents ront de très nombreuses portes. Mais médias britanniques : le Times, le c’est aux Outsiders, lors d’un vernisDaily Mail et la BBC où elle possède sage qu’elle fit la rencontre de Steph même un bureau.

Ouvert en continu du lundi au samedi de 8h à 20h

Sebbag, un collectionneur passionné, également fondateur et président de BPG (Big Picture Group), une agence de publicité forte de nombreuses récompenses à Los Angeles. De nouveau réunis la foire Art Basel de Miami (foire internationale réputée pour l’art contemporain), l’idée commune de créer une nouvelle galerie à Los Angeles est née. « Quand elle nous a informé de sa décision de quitter Londres pour Los Angeles en janvier dernier, non seulement nous avons été très surpris, mais surtout quelque peu désarmés compte tenu de l’éloignement et malgré tout inquiets pour elle quant à l’avenir. Mais bouger sans cesse, faire vite, c’est tout à fait révélateur de son caractère » précise Isabelle Tanguy. Vernissage très hollywoodien pour la « De Ré Gallery » Tout est allé très vite, à peine trois mois ont suffi pour monter l’affaire. Quant à donner le nom de « De Re » à la galerie, c’est bien évidemment en référence à son île d’origine, mais également une sorte de clin d’œil à sa grand-mère qu’elle adore et qu’elle appelle ainsi que sa maman tous les matins au téléphone. Située au cœur du West Hollywood artistique et du Design District sur 8920 Melrose Avenue, la galerie offre un immense espace d’exposition à deux pas du Pacific Design Center avec pour objectif ambitieux de devenir à Los Angeles le lieu d’impulsion, où l’art contemporain européen et américain s’entrelace, et où de jeunes prodiges se mêlent à des artistes majeurs. En présence de ses fondateurs, Marine Tanguy et Steph Sebbag, et de celle de huit de ses artistes (Alison Bignon, Sophie Dickens, Victor Gingembre, Stephanie Hirsch, Caroline d’Andlau Hombourg, Cyrus

Mahboubian, Margherita Marzotto et Mike Sagato), la De Ré Gallery a ouvert ses portes jeudi 15 mai dernier à l’occasion d’un vernissage très hollywoodien, avec parmi les invités, outre les nombreux mannequins et artistes, la star Demi Moore.

Demi Moore

La représentante des Maîtres d’hier et de ceux de demain Dans la galerie, les œuvres de ces artistes du XXIe siècle y sont exposées aux côtés de celles de grands Maîtres tels Salvador Dali, Andy Warhol, Tom Wesselmann, Fernando Botero, Banksy et de nombreux autres. En qualité de directrice, Marine Tanguy explique que la mission de la galerie est de valoriser « le sens d’une continuité artistique », en créant un dialogue vivant entre ces maîtres du passé et les contemporains. « Avec cette galerie, nous avons le privilège d’assister à la naissance d’un lieu d’impulsion du monde de l’art de demain », surenchérit Marianne Le Morvan, directrice des Archives Berthe Weill et spécialiste de l’art moderne et contemporain. Jean-Pierre Pichot Pour plus d’informations, appeler le : +33 1 310 205 7959 ou rendez-vous sur le site : www.deregallery.com ou suivre De Re Gallery sur Facebook et Instagram.

h Le dimanche de 8h à 20

E LE BOIS-PLAGeu x

Place Raymond Dup 05 46 09 22 82

h Le dimanche de 8h à 13

-SUR-MER LA COUARDEdu Mail 27 avenue

05 46 29 83 11

Station-service

LE BOIS-PLAGE, Route de Sainte-Marie 24h/24 en libre-service

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez toute l’actualité de l’île de Ré sur :

realahune.fr LE Site d’actualité et d’information de l’île de Ré pour : s’informer

comprendre

se renseigner

se divertir

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

19


CES JEUNES RÉTAIS A L I É N O R

M A L B O S C

Désormais, c’est « MA Production » Âgée de 31 ans, Aliénor Malbosc est née à La Rochelle. Ses parents, aujourd’hui divorcés sont bien connus, tant des Rétais (Christine, c’est l’Imagerie et la Cabane de Montamer) que des Rochelais (Pierre, c’est aussi l’Imagerie, et des postes d’adjoints au maire à Saint-Martin-de-Ré et tout récemment à La Rochelle).

A

liénor a passé toute sa jeunesse, jusqu’au baccalauréat, entre Saint-Martin et La Noue avant de partir pour Angers d’où elle reviendra avec une Maîtrise en Information et Communication. « J’ai toujours voulu faire de l’audiovisuel »

« Ce fut un cursus fort intéressant puisque dès les deux premières années de DEUG, l’établissement privé dans lequel j’étais nous a donné les moyens de nous former en photo et en prise de son avec un matériel performant. Et en licence, pour compléter cette formation, j’ai choisi l’option “Audiovisuel”, c’està-dire l’apprentissage du tournage et du montage. En parallèle, nous recevions une base théorique solide sur l’histoire du cinéma et du journalisme. Avec les gros moyens mis à notre disposition, et les contrats passés par la Fac avec divers festivals comme ceux du “Premier Plan” ou du “Scoop et du Journalisme”, nous avons été de suite opérationnels ». Après « la fête », le boulot ! Pour fêter sa Maîtrise, accompagnée de sa grande amie Alix Lanos, Aliénor part quatre mois courir l’Amérique latine, et dès son retour en octobre 2006, elle a l’opportunité de réaliser son tout premier film institutionnel sur le CCAS de la ville

de La Rochelle. Suit une période un peu plus difficile où elle réalisera malgré tout plusieurs petits films publicitaires dont certains tournent encore dans des commerces de l’île de Ré. Puis, de fin 2007 à juin 2012, Aliénor travaillera pour Mativi. « Une période qui m’aura permis d’acquérir beaucoup d’expérience, car après n’avoir fait essentiellement que du montage au tout début, Jean Cressant m’a ensuite laissé la liberté de tourner (images, interviews), ce qui m’a amené à couvrir des événements d’importance nationale, et à me faire connaître ».

spectacle vivant... alors, avec mon propre réseau, je me suis dit qu’il y avait sûrement là un potentiel d’activités intéressant à exploiter. Et puis, je l’avoue, je tenais à rester travailler

Juin 2012, le tournant En effet, en juin 2012, Aliénor se lance et décide de monter sa propre société de production : « MA Production » (MA comme Malbosc Aliénor). Cela pour se donner encore plus de liberté de choix dans les projets. « J’étais la fille du cru, mes parents connus sur Ré et à La Rochelle, ma sœur Lucie dans la sphère du

Aliénor Malbosc

et à vivre à La Rochelle. Dans l’île de Ré, je n’ai pas encore les moyens ! » Comment ça fonctionne ? « Beaucoup par le bouche à oreille. Dans l’immédiat, je me consacre à mon activité première : la réalisation

de contenus audiovisuels, aussi bien dans le secteur culturel, qu’institutionnel, événementiel, ou bien encore pour des particuliers. Dans ce cadre, je travaille notamment avec la Communauté de Communes de l’île de Ré, et j’apprécie énormément, car cela me permet d’aller à la rencontre des Rétais et parfois même de retrouver d’anciennes connaissances. Ainsi ai-je déjà réalisé une première série de sujets, notamment sur la réintroduction du homard dans l’île (cela depuis l’écloserie en Angleterre jusqu’au lâcher en août dernier). Pour le compte de la CdC, j’ai également couvert La Fête des Associations, Les Journées du Patrimoine, les vœux 2014, et en ce moment “Les p’tits se réveillent”. Des projets, j’en ai plein, ce qui fait que je commence à me partager entre Niort, Rochefort, La Rochelle et bien sûr Ré. Je peux vous affirmer que de monter sa propre affaire, c’est un investissement total. Mais bon, j’adore ce que je fais, j’adore ce job, alors avec un agenda qui déborde, je ne compte pas mes heures. » Propos recueillis par Jean-Pierre Pichot Contact : alimalbosc@yahoo.fr

ZAP’ARTS F E S T I V A L

Arts Actuels et Patrimoine s’exposent à Saint-Martin

U

n collectif d’artistes – peintres, sculpteurs, photographes, plasticiens – vivant à l’île de Ré, a décidé, par le biais d’une association  : M’L’ART, présidée par Pierre Debien, de présenter leurs œuvres pour la troisième édition, du 6 au 9 juin, tous unis afin de se faire connaître et de partager leurs passions avec les visiteurs. Parmi les 45 exposants inscrits, Catherine Métais, pour qui « l’île de Ré est une évidence », après avoir étudié et enseigné en Allemagne, pose ses toiles et ses pinceaux à la porte des Campani, dominant une grande

20

partie de la ville. C’est son refuge, sa « bulle », son lieu de réflexion et de création, entourée de ses peintures, photos et œuvres en cours. Elle présentera, sous forme de jeux d’échec, un face à face original, entre la terre « à prix d’or », symbolisée par des rondins de charme dorés à la feuille, et la mer, cherchant ainsi à reproduire une situation de blocage, d’immobilisme... La mer reprendra-t-elle sa véritable place ? Seule Dame Nature le sait. À ce rendez-vous des artistes, sera présent également Alexandre Akar, le seul a ne pas vivre à l’île. Installé à Paris, ce spécialiste des portraits est à la fois peintre, plasticien, scénographe théâtral et architectural. Aimant les grands formats, il réalise des bas-reliefs, des murs peints, des objets en bois peint, des grandes sculptures assemblant les matériaux. Sa peinture non académique,

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

a   toujours été influencée par l’expressionnisme allemand ; ses portraits se révèlent à travers le geste et la couleur, comme une vision sensible de l’être humain et des traits du visage. Cet artiste aux multiples

facettes, joue avec les couleurs, l’espace et les volumes pour exprimer son talent. Patricia Plancoulaine festivaldartsactuelsre.wordpress.com

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ZAP’ARTS A T E L I E R

D E

C R É A T I O N

Le mariage réussi de l’acier et du bois Ancien cadre de l’industrie, Philippe Amand a, depuis 2007, quitté le bassin d’activités rochelais afin de créer sa propre entreprise de menuiserie et d’agencements intérieurs et extérieurs dans la zone artisanale du Corps de Garde à Loix.

S

pour moi d’une aide fondamentale à la décision. De son côté, ma femme, Corinne, passionnée de déco, me donne régulièrement son avis sur le travail en cours. C’est elle qui a eu l’idée d’intégrer la fiche métallique qui me sert de logo dans certaines de mes créations. Cette fiche, rapportée du Gabon où elle a vécu petite, sert au flottage Philippe Amand parmi quelques unes de ses créations des grumes de bois sur les rivières gabonaises. Elle symboPhilippe Amand travaille les tôles lise à mes yeux le mariage du métal d’acier. « Je ne forme pas, je découpe avec le bois, c’est-à-dire à la torche plasma, j’assemble, et je toute la finalité de mon marie le métal avec le bois. Quant travail. » aux patines utilisées, elles sont toutes Un sens artistique Dans l’atelier, dans naturelles, et la plus naturelle d’entre familial l’espace menuiserie, elles est certainement celle du vieilDans la famille Amand, naissent des tables lissement avec le temps, les embruns outre la spécificité de (intérieur et extérieur), salés. » Jean-Pierre Pichot Philippe qui marie à merdes bibliothèques, des veille les deux entités que meubles pour salles Atelier de création acier et bois sont le bois et l’acier, la de bain ou toute autre Philippe Amand fille, Lorette, architecte pièce, le tout sur mesure, Menuiserie/Agencement d’intérieur, intervient aux selon les consignes laisDécoupage à la torche plasma Z.A. du Corps de Garde – Loix côtés de son père chez sées par le client. Pas de Tél. : 06 64 97 21 30 certains clients demandeurs d’agenfabrication en série, chaque meuble Courriel : amandcoffi@aol.com cements particuliers. « Lorette est est unique. Côté chaudronnerie,

Jazz en Ré

dévoile sa programmation

D

u 22 au 25 août, Rétais et vacanciers pourront assister comme chaque année aux concerts gratuits de Jazz en Ré, sur le port de Saint-Martin-de-Ré. Le président de l’association, Daniel Lagarde, nous a dévoilé en avant-première la programmation.

Vendredi 22 août : Audrey et les faces B (avec en première partie : Didier Conchon et Gypsygang) Samedi 23 août : Greg Zlap (en première partie : Kover groupe) Dimanche 24 août : David Enhco Quartet avec un hommage à Armstrong (Casties Jazz group en première partie) Lundi 25 août : Oyster Brothers (New Orleans) À noter le retour de Greg Zlap, harmoniciste de talent (de Johnny Halliday), qui avait enflammé le port de Saint-Martin de Ré lors de l’édition 2011. Et le dimanche soir à 18 h, Jazz Band 007 animera les rues adjacentes au port. Propos recueillis par N.V. www.jazzenre.fr Photo © Bernard Collin

i Philippe Amand réalise toujours des escaliers, des terrasses, des portails, des placards, etc., il oriente dorénavant son travail vers des agencements beaucoup plus décoratifs et la création de mobilier sur mesure. « C’est pour moi une activité complémentaire qui s’insère dans le cadre d’une forme de reconversion, mais qui ne m’éloigne ni de l’acier, ni du bois, qui sont depuis toujours mes deux matériaux de prédilection. Je pourrais dire que j’ai sans cesse « trempé » dans l’acier, ses techniques de mise en œuvre, ses moyens de transformation et d’élaboration. Je continue donc aujourd’hui en ce sens, mais disons, à une échelle moindre. »

A N I M AT I O N S S U R L E P O R T D E S A I N TMARTIN-DE-RÉ

Greg Zlap lors de Jazz en Ré 2011

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

21


ZAP’ARTS A N N I V E R S A I R E

Le festival « Sites en Scène » fête ses 20 ans

C

Feu d’artifice à La Flotte

e festival, organisé par le Département, est devenu au fil des ans le grand rendez-vous culturel et festif de la saison estivale

3

È M E

É D I T I O N

en Charente-Maritime. En 1994 c’est autour des quatre sites de Fort Boyard, de la citadelle de Brouage, de l’Abbaye de Saint-Jean d’Angély et des arènes de Saintes que le festival a posé ses bases. 2O  ans après, ce sont 20 sites patrimoniaux d’exception qui sont mis en scène (des villes, des ports, des plages, des églises, des abbayes, des châteaux et citadelles...) et qui accueilleront 60 spectacles sur six thématiques (musique, théâtre, arts de la rue, pyrotechnie, fête médiévale et spectacle équestre) avec des artistes quelques fois connus du monde entier. Plus de 450 000 spectateurs sont attendus pour découvrir ces sites et ces spectacles mettant en valeur la Charente-Maritime. Focus sur l’île de Ré Festival dans le festival, l’île de Ré accueillera du 20 au 30 juillet, pour la 27ème fois, le Festival « Musique

F E S T I V A L

D E

C H A N T S

en Ré ». Ce festival démocratise la musique classique en proposant aux Rétais et aux estivants 14 concerts, dont cinq gratuits et deux offerts par les élèves de l’orchestre de Musique en Ré. Certains auront lieu en plein air et d’autres dans le cadre exceptionnel des sites et églises de Saint-Martin, d’Ars, du Bois-Plage, de La Flotte, de Loix et de Sainte-Marie. Quelques 70 musiciens partageront passion et émotion avec les petits et les grands, les connaisseurs et les néophytes. Le 16 août le port de La Flotte vivra « La nuit américaine » lors d’un grand spectacle pyromusical. Accompagné par les 18 musiciens et les quatre chanteurs de l’orchestre The Glenn Ambassadors Big Band, le son et lumière rendra un double hommage à Nicolas Martiau, Flottais émigré en Virginie et ascendant de Georges Washington, premier président américain et à la libération de la France

D E

par les troupes américaines le 6 juin 1944, puis de Paris le 25 août 1944. Ressortiront du passé les Glenn Miller, Edwin Hawkins, Louis Prima, Sidney Bechet, Django Reinhardt, Georges Gershwin, Franc Sinatra, Bourvil, Charles Trenet, Maurice Chevalier, Edith Piaf... Les tableaux somptueux de la pyrotechnie accompagneront la musique projetant des fresques et des effets, mariant rayons lasers et multifaisceaux. De quoi émerveiller petits et grands. Patrice Pozzi Contacts :  Musique en Ré Tél. : 0  6 80 07 74 20 05 46 09 06 30 www.musique-en-re.com Mairie de La Flotte 25 cours Félix Faure - La Flotte Tél. : 0  5 46 09 60 13 www.laflotte.fr

M A R I N S

Un succès populaire et musical Le parc de Montamer à Sainte-Marie est un endroit fabuleux pour les fêtes de plein air. Avec une météo ensoleillée, des musiciens, chanteurs et danseurs heureux, un public chaleureux, toutes les conditions étaient réunies en ce 31 mai pour fêter le 10ème anniversaire des Frères du port. et d’escales. Les Brouilleurs d’écoute, Chœur marine, Ré-sonance, les Gaillards des Pertuis, les Chardons bleus, les Frères du port, Alidade, les Tribordais et les Souillés de fond de cale ont embarqué le public dans de belles aventures musicales, riches Les souillés de fond de cale d’embruns et d’escales parfumées. Le spectacle et l’ambiance étaient au rendez-vous ! Un grand moment de partage

Ambiance nocturne

Le top 10 des groupes sur scène Le public amateur du genre ne s’y est pas trompé en affluant depuis l’ouverture par la Fanfare de SainteMarie et la Fanfarfelue de Paris qui déambulaient dans le village. Les Écoliers de Sainte-Marie, appliqués et très applaudis, ont ouvert le podium après les mots d’accueil de Nicole Pelletier, présidente des Frères du port, Gisèle Vergnon, maire de Sainte-Marie, Allain BougrainDubourg, parrain du festival, et Léon Gendre, maire de La Flotte et conseiller général. Avec une sonorisation valorisante de Globson, les dix groupes invités ont chanté avec un plaisir communicatif. Chacun apportait son originalité, son style et son interprétation de chansons traditionnelles, de mers

22

Le festival est aussi un temps de rencontre privilégiée entre chanteurs, musiciens et public. Les Frères du port savent recevoir leurs invités qui ont apprécié la paëlla et le couscous, arrosés... avec modération. Le public se régalait avec les éperlans ou sardines frites de Xavier du Panicault. Avec une bière de Ré bien fraîche ou un Rosé des Dunes, tous les amis et copains autour de la table, c’était un pur bonheur !

en vacances, en thalasso ou au volant d’un superbe cabriolet 308 Peugeot prêté pour 10 jours. Un final lumineux Avec l’éclairage des deux gros ballons Charente-Maritime et une douce nuit, le public chauffé par les Tribordais « faiseurs d’ambiance » embarquait avec des Souillés de fond de cale, irrésistibles et talentueux, qui firent un vrai coup de tabac. Malgré la fraîcheur qui tombait, Montamer chantait et dansait avec bonheur. Aux douze coups de minuit tous les groupes sont montés sur scène pour

Les petits écoliers de Sainte-Marie

reprendre avec les Souillés la chanson de John Kanak qui aurait pu durer toute la nuit. Un bien bel anniversaire pour 10 années d’Amitié et de chansons... et rendez-vous fût pris pour se retrouver sur le pont... dans deux ans ! Michel Lardeux

Le travail récompensé L’organisation et la logistique parfaites sont le fruit d’une longue préparation, de la collaboration des services techniques maritais, des prestataires et surtout de l’engagement des Frères du port et bénévoles qui se sont investis dans toutes les tâches. Le concours financier ou matériel de partenaires, annonceurs et sponsors a largement contribué à la réussite de la fête. La tombola était généreuse et les deux tirages ont permis aux chanceux de partir

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr


ZAP’ARTS E X P O S I T I O N

Retour de New York à la Galerie Glineur Du 30 mai au 9 juin, la Galerie Glineur accueille Dominique Barreau, de « Retour de New York  », pour une époustouflante exposition personnelle. et cela ne se sait pas encore assez. Il est fréquemment reconnu pour ses tableaux de cargos croisés dans les ports de commerce, qu’il peint sur de grands formats, mais il est aussi fasciné par les mégapoles étrangères à qui il rend régulièrement visite telles Sydney, Hong Kong, Istanbul ou New York. On a d’ailleurs le sentiment qu’à l’instar de Loti, ces voyages nourrissent son imaginaire une fois rentré dans son île. Une exposition mature Dix ans après sa première expo consacrée à New York, Dominique Barreau revient à la Galerie Glineur avec Soho Café – 100 x 81 cm une nouvelle série de ominique Barreau, géo20 grandes toiles, qui captent l’amgraphiquement proche de biance de la ville, son bruit, son odeur nous puisqu’il est né et vit et nous font partager son intimité. Il à Oléron, est l’un des plus grands revisite certains lieux et quartiers de artistes contemporains français New York qui l’avaient frappé lors

D

de son premier passage : Soho, Park Avenue, 5th Avenue et s’attarde sur les extraordinaires réservoirs en bois installés sur les toits d’immeubles et sans lesquels la ville manquerait d’eau. Les « yellow cabs » sont toujours omniprésents tout comme les cops ! Il sait capturer le moment et nous le faire vivre. Nous sommes en plein Manhattan hélant un taxi ou traversant la rue avec le flot des passants, jetant, comme eux, un coup d’œil intrigué à cette arrestation dans le Bronx. Dominique Barreau aborde ce second voyage avec une maturité nouvelle qui le pousse à l’essentiel et à l’abstraction. Cela se traduit par des perspectives qui s’envolent à l’infini, disparaissant dans un fondu de gris différents, gris-bleu, gris-vert, gris ardoise qu’animent un rouge extraordinaire ou, plus rarement, en contrepoint, le jaune des taxis et des feux new yorkais. Le rouge était déjà présent lors de la série sur Istanbul mais celui qui court, tel un fil d’Ariane, dans cette exposition a évolué : il est plus léger et plus

C H O R A L E

&

Escaliers de secours – 100 x 100 cm

lumineux. Au plan technique, il allie, comme déjà dans « Rendez-vous à Istanbul, » le brillant et le mat pour obtenir différents effets. C’est le cas par exemple dans Soho Café où le sol brillant de pluie laisse exhaler la chaleur de l’asphalte. Pendant une dizaine de jours, il sera possible d’admirer cette très belle exposition dans sa totalité, profitons-en, mais quelle est donc la prochaine destination de Dominique Barreau qui nous fera rêver ? Catherine Bréjat

E N F A N C E

Un éveil musical en douceur

Iavnana, du nom d’une berceuse géorgienne, est une chorale d’un peu plus de dix femmes, créée en 2006 à l’initiative d’Arlette Sarthou, ancienne institutrice et femme ouverte au monde.

L

La chorale Iavnana

e 23 mars, on a pu entendre cette chorale dans l’église d’Ars devant un parterre d’adultes qui apprécia vivement le concert. Le 14  mai dernier, Iavnana se produisait à la crèche de Saint-Clément devant des enfants de moins de trois ans et ce fut un franc succès. Les bambins jusque-là assez bruyants et remuants, se sont immédiatement tus et tenus tranquille, sans que personne ne leur enjoigne de le faire, lorsque le groupe de femmes s’est mis à chanter d’abord doucement, puis de manière plus soutenue. Cela vaut tout un discours. La chorale a chanté, pendant environ vingt-cinq minutes, des berceuses certaines rythmées, d’autres tendres et les enfants sont restés sous le charme, quelques uns se mettant à danser vers la fin de la prestation. Qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qui les fascine à ce point ? J’ai rarement vu d’aussi jeunes enfants subjugués de la sorte par l’écoute d’un CD, par exemple. Il semblerait que le contact

R É À L A H U N E | É D I T I O N D U 4 J U I N 2 0 1 4  | N °   1 0 3

direct avec les chanteuses et un instrument, en l’occurrence une guitare pour deux ou trois morceaux, amplifierait la relation avec l’enfant. Il s’est instauré le temps d’une petite demi-heure un échange, un lien qu’ils ont perçu avec intérêt et le plaisir nécessaire à toute initiation. Au-delà d’un moment de complicité avec l’adulte qui chante, il s’agit aussi de la transmission d’un patrimoine. Agnès Sarthou, qui aborde ce domaine avec compétence, douceur et circonspection, insiste sur l’importance de la découverte des arts dans la petite enfance.

Des bambins sous le charme

Le 28 mai dernier, c’est la crèche de La Couarde qui a reçu les chanteuses de Iavnana. Cela ne fera pas pour autant des musiciens de tous les enfants présents, mais favorisera leur éveil musical, leur concentration et probablement le développement de leur imaginaire. Catherine Bréjat

Suivez l’actualité de l’île de Ré sur realahune.fr

23


Realahune103 bd3  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you