Issuu on Google+

TRAVEL PARADISE FOUND IN THE

EXCLUSIVE : LES SECRETS DE

MALDIVES

CARMEN

ELECTRA IDOLE SEXY COLOR POP,

POWER BRIGHT

DISCOVERING

BEIRUT FRANCE

THE FINEST CHEFS OF

KRISTIN

DRESSING, AND

ACCESSORIES

SCOTT THOMAS

SPRING FLING FRENCH AND ENGLISH TEXT

FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE | PEOPLE

SPRING 2014


La Chronique de Voltaire

Printemps de la maison 64 bd Haussmann 75009 Paris 01 42 82 50 80 85, rue du Bac 75007 Paris 01 45 48 54 13

25, rue du fbg St-Antoine 75011 Paris 01 40 01 00 05

99, avenue du Maine 75014 Paris 01 43 21 65 70

41, rue de la République 69002 Lyon 04 78 42 24 63

5, avenue Matignon 75008 Paris 01 42 25 94 19

2, quai Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 24 90 90 2


Chronicle by Voltaire

3

PLOUM canapés. Création Ronan & Erwan Bouroullec. Catalogue : www.ligneroset.fr


MARC ROUGEMOND Président Directeur Général I Chairman m.rougemond@prestige-international.fr

MICHEALLE TORRES Rédactrice en Chef I Chief Editor redaction@prestige-international.fr ANDRE BERCOFF Editorialiste I Editorialist contact@prestige-international.fr RENE CLAVEL Directeur du développement International I International Development Manager rene@prestige-international.fr YORAM ZERBIB Directeur Artistique I Artistic Director yoram@prestige-international.fr ANGELINA JOLIN Conseiller de la Rédaction USA I Editing Advisor USA angelina@prestige-international.fr Marz Atashi Mode & Beauté Editor I Fashion and Beauty Editor redaction@prestige-international.fr Tourisme I Chantal Cascalès chantal@prestige-international.fr Carole Schmitz Contact@prestige-international.fr Art&Culture I Bernard Gouttenoire bernard@prestige-international.fr, Florence Batisse-Pichet florence@prestige-international.fr Décoration I Carole Schmitz contact@prestige-international.fr Art de Vivre I Pierre Giscours rédaction@prestige-international.fr Evasion I Pierre Giscours pgiscours@prestige-international.fr, Marc Rougemond m.rougemond@prestige-international.fr Business, Actualités, News I Nathalie Gatti ngatti@prestige-international.fr Carole Schmitz contact@prestige-international.fr, Virginie Boch redaction@prestige-international.fr Assistante de la Rédaction Marie Singletarry redaction@prestige-international.fr Fashion Stylist Marz Atashi, Irma Birka, Yohanna Edge , David F Zambrana, Sarah Gentillon, Elena Carabello Montero, Cybel Gonzalez, Nikkokefalas@nikkokefalas.com, Illana Behar, Sleiman Dayaa, D.Webb New York, Tatiana Dumabin, Laurean Ossorio New York, Leslie Dumeix, Tiffani Chynel Los Angeles, Jason Rembert NYC, Bertille Tabourot, Saskia Dekkers, Benjamin Orion, Sarah Delannoy, Aurore Donguy, Fleur Huynh Evans, Raymond Gee Stylist Assistant Shawnte Brown, Thomas Roblet, Michael Timmons,Eric McNeal , Cyril, Samuel Majid GF, Evelyn Garcia, Adjouma Diakaté, Tatiana Kombo, Marvin Latoumald, Deborah Dutrain, Tony Boccara Photographers I Photographes Eniko Szucs New York, Eric Hason, Belinda Muller, Chrisma Lan/Paris, Malaika Marie Jeanne, Laurent Benhamou, Y.Zerb /Paris, Marc Lagrange, François Berthier, Antoine Verglas New York, Ron Contarsy New York, Piotr Stoklosa, Louis Dalton New York, Louiza Vick Los Angelès, Isshogaï Paris, Tyler Kandel Los Angelès, Y.Zerb Paris, Nicolas Guérin, Véronique Kalfon, Brandon Powell

C

M

Y

CM

MY

Assistant Photos : Florian, Thierry, Sophie, Maria Panina, Alberto Vargas NYC , Elisa & Julien Matzoyer, Camille Verrier, Giovanni Plozner CY

Models I Mannequins Thayna@IMG, Suzana@Mega Models, Natalia Adamowska@Women Management, Veronica@ Red NYC, Ashley Brooke anderson@Brisebois Agency, Britt Linn at Red Model management , Silja ( Bareface Models Dubai ) Lindsay Phenix@RED models, Alek Justina@Muse Model Management NYC, Rama Diouf, Alexandra lepoix, Solène Mabboux, Jules Raynal, Mathieu Sorey-Garnier, Lyoka Tyagnereva@Citymodels, Caroline Cléry@Metropolitan, , Alexia Giordano, Eva Bohatova & Sabina Zavodna@majormodels, Micaela@wilhelmina New york Hair & Makeup Laura Forget@ Artist, Nabil Harlow@B.Agency, Yoana TG, Omar Bouker - Mac Products, Takahiro Okada, nicholas Shattara for Phyto Hair Care, James Overstreet, Brock Mattews assisté de Andrey Bahia, Isaac Davidson at Wigbar using Redken, Aeriel Payne at Ken Barboza using M.A.C. , Jean Zammit, Dante Blandshaw using Aveda, Martin Schmid for Chanel@Altered agency, Walter Denechere, Mirna Jose, YASUTAKE Kosaka, Laura Merle assistée de Mélanie Rouget, Floriae Seguin assistée de Sandrine Bidan, Kasia Furtak, Shuko Sumida, Marie Nicolas, Sylvie Mainville, Sadek L, assistant Geoffrey Mingot, Leslie Dumeix, Sybille Kleber Agency, Garett Gervais@Opusbeauté Los Angelès, Fumoso for Rick Pipino Salon New York, Roberto Morelli for Link Nyla, Dina Calabrio/Artist by Next, Donna for Smashbox Cosmetics NYC, Nicolas Petiot, Maure From Carlos and Mauri Salon NYC, English Miss by Printin NYC, Daria Slusarczyk@B4Agency, Julie Gratade, Cyril Laforet, Vichika Yorn, Laura Noben, Kasia Furtak, Béatrice Eni Manucure, Noogie Thai, Binomial Artist, Laura Vignola, Jitka Klugova, Marjorie Forte, Akane Awaji, Takayoshi Tsukisawa Manucurist Naoko Saita using Priti NYC, Yuki Makishi for Priti NYC@Rona Represents Post Production Nabila Jaadi contact@optimumretouch.com, Angeline Besigot, Highmark Studios New York, Margaret Kopec Los Angeles, Mona Awab Stylist Décor Lola Fournier assistée de la décoratrice Julia Magoosky Stylist Culinaire Stéphanie de Turckheim, remerciement au Chef AharonPoliti et au Château de Bouffémont Traduction | Translation Eden Translations Publicité I Advertising Marc Giscours +33 623088383 Marketing Events Allens Tally Tél+33 782378730 Abonnement et Souscription I Subscriptions and back issue abonnement contact@prestige-international.fr Remerciements I Thanks to Agences Mannequins : Women Management Jérémy Kouyaté, Karin Models, Elite, Oui Management, New Madison, Wilhelmina Image New York, New Model Management, Elite Miami, Red Model Management NYC, Hi Model Management, Muse Model Management, The Mountain Mermaid Los Angeles, City Models Agency, Hotel de Vendôme Place Vendome Paris, Hotel Sofitel New York, Studio Le Petit Oiseau va sortir/Jean Marc Locatelli Graphiste, maquettiste I Graphic Designer Sonia Da Conceicao I sonia@prestige-international.fr

PRESTIGE INTERNATIONAL MAGAZINE / ISSUE 14 / spring 2014 Site web : www.prestigeinternational-paris.com Édité par Montaigne Partners SAS - 26 Avenue Montaigne 75008 Paris Tél+33 (0) 9 60 11 04 46 / Tél +33 ( 0 ) 6 23 08 83 83 Bureaux correspondants à Lyon - Genève – Londres - Montréal - New York – Miami contact@prestige-international.fr

CMY

K


5


TABLE OF CONTENTS • WINTER ISSUE 10

36

Réflections de Printemps

Coup de Cœur Designer : Pellessimo

12

40

CONTRIBUTORS

Luciana Figueiredo

16

42

Cover Story: Carmen Electra

News de Rêve

24

44

Kristin Scott Thomas

Fête les Chefs

30

48

Lee Siegelson

Chef Philippe Labbé

34

52

Cedric Ragot

Coup de Cœur : Chanel

PEOPLE | FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE

118 L’Air du Temps

126 New Man of Prestige

132 Lanvin: 100 Ans

134 Suited for Spring

142 Scent of a Woman

148 Special Report: Men’s Fashion Week AW14


SOMMAIRE • hiver 62 Maquillage du Printemps

74 Paris Fashion Week: Haute Couture SS14

84 Queens

96 It Accessories for Spring

104 East Meets West

112

Work It

PEOPLE | MODE | BEAUTé | STYLE DE VIE | VOYAGE | CULTURE

156 Road Less Travelled

206

166

L’âme de Paris : Le Montalembert et Le Marignan

Let Them Eat Cake

214

174

Paris Secret Address: Deyrolles

Feast

218

182

Le Goût du Luxe

Paradise Found in the Maldives

222

194

Le Chronique de Voltaire

Le Hameau des Baux

226

198

Haute Spot: Paris Fashion Week

Beyrouth : Le Petit Paris du Moyen Orient

7

Cover: CARMEN ELECTRA à Los Angeles, photographiée par LOUIZA VICK - Cover: CARMEN ELECTRA at Los Angeles, photography by LOUIZA VICK


La Chronique de Voltaire

SP-44-ANB

www.brm-manufacture.com Tél. 01 61 02 00 25 FRANCE

BORDEAUX : Mornier 05 56 44 82 83 - CANNES : Vogtime 04 93 68 28 81 - CLERMONT-FERRAND : Fustier 04 73 37 57 55 - COURCHEVEL : Darmand 04 79 08 36 27 - DIJON : Borde 03 80 67 17 80 DUNKERQUE : Verhoeven Joaillier 03 28 66 82 75 - LA ROCHELLE : Alain Joaillier 05 46 41 42 37 - LILLE : Lepage 03 20 12 04 04 - LORIENT : dtlb 02 97 21 16 02 - LYON : Maier 04 78 42 08 81 MEGEVE : Guilhem 04 50 21 66 80 - METZ : Jean Hardy 03 87 75 00 01 - NANCY : Nora 03 83 30 83 00 - ORLEANS : H Pepin 02 38 62 21 01 - PARIS :Abarth Neubauer 01 45 00 69 80 - Barrier & Fils 01 47 34 54 85

Colette 01 55 35 33 90 - Les Montres Passy 01 53 92 51 61 - Les Montres Bonaparte 01 46 34 71 38 - Les Champs d’Or 01 40 76 02 02 - Louis Pion 01 42 25 3110 - Maison Paillard 01 40 54 29 09 - Le Printemps 01 42 82 45 10

REIMS : GEAY Joailliers 03 26 88 55 40 - ROUEN : Lepage 02 35 88 53 53 - SAINT ETIENNE : RULLIERE Bernard 04 77 49 00 49 - ST MAXIME : Darmand 04 94 49 20 88 - STRASBOURG : Jacquot 03 88 32 82 81 ST TROPEZ : Lili Brooks 04 94 97 75 09 - THIONVILLE : Joaillerie GERARD 03 82 53 99 55 - TOULON : Joaillerie Caubet 04 94 92 24 31 - TOULOUSE : Eric Bernadou 05 61 53 99 04 TOURS : Bijouterie Cerisier 02 47 61 32 90 MONACO

Temps & Passions +377 9777 1625

CORSE

BASTIA : AL Joaillerie 04 95 31 46 52 - PORTO VECCHIO :

BELGIQUE

BRUXELLES : Francorchamps Motors +32 2 352 03 40 - George Joailliers +32 2 343 52 34 - Hall of Time +32 2 539 3450 -

LUXEMBOURG

Wagner +352 22 63 70

Bibus Or 04 95 70 38 12

8

LIEGE : Desitter +32 4 222 36 76 - LOUVAIN-LA-NEUVE : George Joailliers +32 1 045 47 69


édito Le froid s’éloignant et le soleil faisant son apparition, les terrasses des cafés s’ornent de tables et de chaises prêtes à accueillir leurs clients. Oui, le printemps est enfin là ! Alors que les Parisiens rangent leur manteau et mettent leurs lunettes de soleil, votre magazine Prestige International est là pour faire apparaître la lumière du printemps loin du froid et de la grisaille !

The frost is melting, the sun is coming out, and the café terraces are lined with tables and chairs again, ready to welcome guests. Yes, spring has come at last and as Parisians put their winter coats back in storage and put on their sunglasses, we at Prestige International are ready to get you out of the blanket of winter and into the light of spring!

Le printemps est synonyme de renaissance et de nouveaux départs. Vous trouverez à la une de ce numéro une femme pour qui les nouveaux départs n’ont aucun secret. L’actrice hollywoodienne Carmen Electra a longtemps vécu sous les feux de la rampe mais aujourd’hui, à 41 ans et plus magnifique que jamais, elle est une fois de plus prête pour un nouveau défi, sur la scène musicale cette fois. Nous avons retrouvé Carmen à Los Angeles pour une séance photo exclusive. Dans ce numéro de Prestige vous pourrez lire les confessions d’autres personnalités comme l’actrice franco-anglaise Kristin Scott Thomas, le designer Cédric Ragot et les meilleurs chefs de la capitale. A ne surtout pas manquer.

Spring is a time for rebirth and for new beginnings. The woman who graces our cover for this issue is no stranger to fresh starts, Hollywood actress Carmen Electra has certainly had her fair share of celebrity life and now, looking amazing at 41 years old, is once again ready to take on a new challenge—this time, on the musical stage. We catch up with Carmen in Los Angeles for an exclusive photo shoot. Along with other personalities, such as English-French actress Kristin Scott Thomas, designer Cedric Ragot, and the best chefs in Paris, this issue will keep you well informed on these people to watch. In fashion and beauty, the new spring season also signals a fresh start for designers and artisans who show off their love for colour in their collections that are designed to get everyone in a bright mood. This issue, we bring you all the latest fashion accessories and beauty products, so make space in your wardrobe and get ready for a new season of shopping. We also aim to bring you the best from all over the world, and our photographers and style teams from Paris, New York, and California have sent in their beautiful photos of the hottest fashion trends for you to enjoy.

Dans le milieu de la mode et de la beauté, la nouvelle saison est également signe d’un nouveau départ pour les désigners et artisans qui affichent au cœur de leur collection l’amour des couleurs et de la bonne humeur. Ce numéro vous apporte toute l’information dont vous avez besoin sur les derniers accessoires de mode et produits de beauté. Alors ouvrez vos garde-robes et préparez-vous à une nouvelle saison de shopping. Nous souhaitons également vous offrir ce qui se fait de mieux dans le monde et nos photographes et spécialistes du style à Paris, New York et en Californie nous ont envoyé de superbes photos des dernières tendances mode, pour votre plus grand plaisir.

As we get ready for the sunnier months ahead, us take you on a journey from the most charming hotels in France and the luxurious island resorts and turquoise waters of the Maldives, to a discovery of Beirut. This issue is full of ideas for your next indulgence, whether it be discovering Paris’ latest hotspots, sampling the most decadent champagne and wines, or crossing the ocean to seek out new adventure—Prestige International Magazine will always offer only the best.

Pour vous préparer aux mois d’été, nous vous ferons visiter les plus charmants hôtels de France et les complexes hôteliers les plus luxueux, rêver sur les eaux turquoise des Maldives et découvrir Beyrouth. Ce numéro est gorgé d’idées plaisir, de la découverte des derniers hauts lieux parisiens, aux vins et champagnes les plus décadents et à la traversée de l’océan à la recherche de nouvelles aventures, Prestige Magazine International ne vous offre que le meilleur .

Marc rougemond Directeur de la publication

9


Anywhere out of this world RéFLEXIONS de PRINTEMPS

Spring is here. It is always here. Forget politics : After Marx, it’s April. This is the time to go above manipulations, negotiations, bargaining, and other arrangements between those who are friends today and enemies tomorrow. Art, beauty, love, travel, and luxury exude the highest and strongest purpose in everyday life, against all pollution and all violence. Pacifism? I care less. Loopholes? Not at all: wisdom gives time to take equally. A French ethnologist came to visit his tribe, a Senegalese sage said: “Basically, what differentiates us is that you have a watch, and we have the time.” Time to listen to Bach and Stromae, read Rimbaud and Morand, breathing verbena and vetiver, enjoying the most wonderful risotto with porcini mushrooms, or chicken masala, watching intensely Picasso or Francis Bacon, boating on Lake Como or Lake Geneva. Hours, days, weeks to let go of the boundless charms of free exchanges between creators and consumers. Here, to parody the jargon of finance, the return on investment is guaranteed, the impregnable value and the more positive balance.

Le printemps est là. Il est toujours là. Oubliez la politique : après Marx, Avril. C’est le moment de retrouver ce qui planera toujours au-dessus des manipulations, tractations, marchandages et autres petits arrangements entre amis d’aujourd’hui et ennemis de demain : l’art, la beauté, l’amour, le voyage, le luxe de rechercher ce qui respire le plus haut et le plus fort dans la vie quotidienne, envers et contre toutes les pollutions et toutes les violences.

photo : yves colas

Pacifisme ? Je m’en foutisme ? Echappatoires ? Pas du tout : sagesse de donner du temps au temps et de le prendre tout autant. A un ethnologue français venu visiter sa tribu, un sage Sénégalais lui dit : « Au fond, ce qui nous différencie, c’est que vous avez une montre, et que nous avons le temps ». Le temps d’écouter Bach et Stromae, de lire Rimbaud et Morand, de respirer la verveine et le vétiver, de déguster le plus merveilleux risotto aux cèpes, ou un poulet massala, de regarder intensément Picasso ou Francis Bacon, de canoter sur le lac de Côme ou le Léman. Des heures, des jours, des semaines à se laisser aller aux charmes sans rivages de la gratuité des échanges entre cr��ateurs et consommateurs. Ici, pour parodier le jargon de la finance, le retour sur investissement est toujours garanti, la valeur ajoutée inexpugnable, et le bilan plus que positif.

In art, in this profound alchemy sign all extensions of the field of possibilities, there can be no misrepresentation of the product because no poem, no work, no object is reproduced here. Creating, in essence, is not subject to the laws of series and formatted products and multiplied to infinity. Spring or summer: seasons when animals become bright diamonds with a million facets. They are in various shapes and are happy.

En art, dans cette alchimie profonde qui signe toutes les extensions du champ des possibles, il ne peut y avoir tromperie sur la marchandise car aucun poème, aucune œuvre, aucun objet n’est ici reproductible. La création, par essence, ne se soumet pas aux lois des séries et aux produits formatés et multipliés à l’infini. Le printemps, comme l’été : saisons où les bêtes à œillères se transforment en diamants à mille facettes. Soyons divers, polymorphes et heureux.

ANDRÉ BERCOFF

10


Chronicle by Voltaire

91 bd Sébastopol – 75002 Paris – 01 40 26 99 32 – paris.sebastopol@cinna.fr 189 bd St Germain – 75007 Paris – 01 44 39 07 00 – cinna.germain@cinna.fr 75 bd de Courcelles – 75008 Paris – 01 46 22 46 15 – paris.courcelles@cinna.fr 87 av du Maine – 75014 Paris – 01 43 22 72 56 – cinna.maine@noos.fr

www.cinna.fr

11


CONTRIBUTORS LOUIZA VICK - Photographe / Photographer Originaire de St Petersbourg en Russie et aujourd’hui basée à Los Angeles, la photographe Louisa Vick est depuis longtemps présente sur la scène internationale. Passionnée d’arts visuels depuis son plus jeune âge, Louiza a su exprimer son talent au travers de tous les arts visuels qu’elle a pratiqués. Passant de la peinture à la réalisation cinématographique, elle a fréquenté la prestigieuse Ecole des arts cinématographiques de l’University of Southern California. Après son diplôme obtenu avec mention et rompue aux techniques de la lumière et de la composition, elle se lance dans la photographie. Sa connaissance des arts visuels est manifeste et en fait une artiste à part. Ses photos sont à la fois pleine de vie, originales et impalpables. Spécialisée dans la photographie mode, beauté et portraits, son travail est publié dans de nombreux magazines du monde entier dont GENLUX Magazine, Zink Magazine, Fault Magazine, Status Magazine, Prestige International Magazine, Beverly Hills Lifestyle Magazine, et bien d’autres encore. Originally from St. Petersburg Russia, Louiza Vick is an internationally published photographer based in Los Angeles. Being passionate about visual arts from a young age, Louiza’s talent shined through every visual art she would take on. She made her transition from painting into filmmaking and attend the prestigious School of Cinematic Arts at University of Southern California. Then she made her transition into photography, after graduating with honors and having a trained eye for lighting and composition. Louiza’s background in visual arts shines through her photography and sets her apart from the rest, as her images are vibrantly picturesque with an ethereal edge. Specializing in fashion, beauty, and portraiture, her work is published in numerous publications around the world, including GENLUX Magazine, Zink Magazine, Fault Magazine, Status Magazine, Prestige International Magazine, Beverly Hills Lifestyle Magazine, among others.

AMY ASTAR - Styliste / Stylist Amy Astar est une styliste internationale basée à Los Angeles. Spécialisée dans la mode, la couture et la lingerie haut de gamme, son travail est publié et fait la une de nombreux et très respectés magazines de mode aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Passionnée d’art, de mode, de design et d’architecture et de culture pop vintage, diplômée en design, elle a su définir son propre style en se basant sur les différentes époques de la mode. Les mots Raffinement, Modernité et Elégance à l’européenne sont la griffe de la styliste de mode Amy Astar. Etoile montante de la mode, Amy Astar démontre son talent de façon très manifeste dans des dizaines de magazines de mode, campagnes publicitaires et avec les nombreuses célébrités dont elle s’occupe régulièrement. Amy Astar is an internationally published fashion and celebrity Stylist based in Los Angeles, CA. Specializing in high end fashion, couture and lingerie styling, her work is published in highly respected fashion magazines, including seven covers across the United States, Europe and Asia. Her lifelong passion of art, fashion, design, architecture, vintage pop culture and design degree, seamlessly weave the eras of fashion into her defining style. Refined, Modern and Elegant with a European Edge, has become the signature of Fashion Stylist Amy Astar. As a rising star, Amy’s talent is highlighted in dozens of fashion magazines and advertising campaigns with an emerging celebrity client list.

PRESTON MENESES - Make-up Artist Maquilleur / Make-up Artist Depuis les plages d’Oahu qui l’ont vu grandir, Preston Meneses a toujours su qu’il mènerait une carrière digne des plus grands. C’est à Hawaii qu’il commence en tant que maquilleur de Miss Hawaii pour rapidement comprendre que le maquillage est sa véritable vocation. Il décide alors de déménager à Los Angeles pour poursuivre une carrière de maquilleur de stars. Il commence tout d’abord à travailler pour MAC puis a l’opportunité d’assister Fran Cooper et de maquiller Janet Jackson. Après des années de travail avec Fran, Preston suit Janet lors de ses tournées et s’assure qu’elle reste superbe jour après jour. Il est depuis six ans le maquilleur attitré de Janet. Des couvertures de Vogue aux grands événements internationaux, Preston est toujours aux côtés de Janet. On trouve parmi ses autres clients les chanteuses Erika Jayne et DJ Havana Brown pour la couverture de leur album presse et vidéos musicales. Pour Preston, le maquillage n’est pas un simple travail, c’est sa vie, son amour et sa passion. Growing up in Oahu, with the sand between his toes, Preston saw big things for his future. He started his career in Hawaii doing makeup for Miss Hawaii and realized that becoming a makeup artist was his true calling. He decided to move to Los Angeles to pursue his career in celebrity makeup and became an artist for MAC. Soon after moving to Los Angeles he had the opportunity to assist Fran Cooper with doing makeup for Janet Jackson. After years of training under Fran, Preston toured with Janet and now keeps her looking gorgeous day to day. He has become Janet’s go- to makeup artist for the last 6 years. From Vogue Covers to major Red Carpet Events, Preston is always by Janet’s side. Other clients include singers Erika Jayne and DJ Havana Brown for their album press, covers, and music videos. Being a makeup artist for Preston is not his job, it is his life, his love, and his passion.

12


Chronicle by Voltaire

PRESBYTE FOREVER LUNETTES DE LECTURE / READING GLASSES

W W W . S E E - C 13O N C E P T . C O M

LetmeSee

BY


La Chronique de Voltaire

Paris-Maurice : le plus beau drive du monde avec

it Transport gratu golf*. de votre sac de Mordus de golf, Air Mauritius vous donne toutes les raisons de vivre à fond votre passion sur les superbes fairways de l’Ile Maurice. Un choix exceptionnel d’horaires avec jusqu’à 18 vols non-stop par semaine de nuit ainsi que le transport gratuit de votre sac de golf. Traitement VIP aux aéroports Roissy Charles de Gaulle 2F et à Maurice pour les passagers voyageant à bord de notre nouvelle classe Affaires, sans oublier à tout instant, la légendaire hospitalité mauricienne.

*1 pièce jusqu’à 20 kg, au départ de 14 villes en France.

14


people

Chronicle by Voltaire

15


La Chronique de Voltaire

Java Dancer jeweled balcony bra La Perla Silk Robe La Perla Crystal rhinestone drop earrings Oscar de la Renta Pink tourmaline diamond shell ring Paolobongia Fine Jewelry

16


Chronicle by Voltaire

spring fling

Photographer: Louiza Vick - http://www.louizavick.com Stylist: Amy Astar - http://www.amyastar.com Makeup: Preston Meneses @ Grid Agency Hair: Jayson Medina @ Margaret Maldonado Agency Nails: Elisa Wishan @ Rex Agency for Marc Jacobs Prop Stylist: Amy Astar - http://www.amyastar.com/ Stylist Assistants: Lia Smith & Guido Morales Jr. Retouch Artist: Margaret Kopec Location: FWD Studio - http://www.fwdla.com/

17


Deborah lace corset Agent Provocateur Deborah lace high waisted skirt Agent Provocateur Crystal gold black drop earrings Oscar de la Renta Black leather cuff Perrin Paris


Tigre fringe Playsuit Agent Provocateur Fishnet hosiery La Perla Diamond pink tourmaline square earrings Paolobongia Fine Jewelry Diamond pink tourmaline shell ring Paolobongia Fine Jewelry White diamond two finger ring Paolobongia Fine Jewelry Satin double ankle strap sandals Giuseppe Zanotti


La Chronique de Voltaire Deborah lace corset Agent Provocateur Vintage lace veil circa1950 London Hematite diamond ring Paolobongia Fine Jewelry Black crystal drop earrings Oscar de la Renta

20


carmen electra

Spring fling Actrice, danseuse, auteure accomplie et musicienne, Carmen Electra est l’exemple parfait du sex-symbol. Découverte par Prince qui a produit son album éponyme juste après sa sortie de l’université en 1991, Carmen a très vite acquis une réputation mondiale grâce à son rôle dans la série télévisée Baywatch. Avec un nombre impressionnant de triomphes en tant que comédienne mais aussi à la une de nombreux magazines sans oublier un livre publié en 2006, Carmen est aujourd’hui prête à prendre la scène musicale et à s’approprier une fois de plus les feux de la rampe. Prestige International Magazine a rencontré Carmen à Los Angeles pour une interview et une séance photo exclusives.

Que pensez-vous des Françaises ? CE : Les Françaises incarnent le style et l’élégance et j’adore l’accent français.

Depuis Baywatch il y a 15 ans, quels ont été les changements les plus importants de votre vie ? CE : Il y a eu tellement de changements. J’ai beaucoup appris sur moi-même, sur ma carrière et sur ma vie. J’ai appris à apprécier les petites choses et je ressens tellement de gratitude pour toutes les opportunités qui se sont présentées à moi. J’ai essayé de vivre ma vie au maximum et de profiter de nouvelles aventures.

La France est réputée pour de nombreuses choses, Bordeaux pour le vin et Paris pour la mode. Que préférez-vous dans ce pays ? CE : Le shopping et la mode à Paris. J’adore me promener sans but dans la ville, absorber la culture et découvrir des petits cafés et des boutiques dans lesquels je n’ai jamais mis les pieds. Je suis accroc au pain au chocolat et bien entendu, j’adore le Sud de la France pour ses fêtes et extraordinaires et ses merveilleux lieux de vacances.

Vous avez récemment fait de nouveau la couverture de FHM. A 41 ans, comment vous sentez-vous ? Est-ce que l’âge est quelque chose que vous avez fini par accepter ? CE : Je me sens incroyablement à l’aise et sexy. Je vis les meilleures années de ma vie. Je suis très fière de faire à nouveau la couverture de FHM. FHM m’a soutenue depuis le début et je suis ravie de voir qu’ils continuent à me soutenir tout au long de ma carrière.

Si vous pouviez partager une grande leçon de vie avec de jeunes célébrités aujourd’hui, que leur diriez-vous ? CE : Apprenez votre métier et faites preuve de persistance. Le rejet fait partie de ce business, alors ne le prenez pas personnellement et continuez. Vous finirez par y arriver.

Quel est le plus grand secret du sex-appeal quel que soit votre âge ? CE : Apprenez à vous aimer vous-même pour ce que vous êtes, quels que soient vos défauts, voilà le secret du sex-appeal. Ce qui compte c’est d’avoir confiance en soi.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ? Des projets ? CE : J’adore travailler et être indépendante. Dans 5 ans, j’aimerai continuer à faire de la musique et à passer devant la caméra. De plus, la famille est quelque chose de très important pour moi.

On dit qu’une nouvelle vie commence à 40 ans. Est-ce vrai ? Pourquoi ? CE : En ce qui me concerne, j’ai le sentiment d’être au bon endroit au bon moment et je considère chaque nouvelle expérience comme s’il s’agissait de quelque chose d’entièrement nouveau. Je suis plus heureuse aujourd’hui que je ne l’ai jamais été !

Ce qu’il devrait y avoir dans le tiroir de lingerie de chaque femme… des sous-vêtements confortables mais aussi de la lingerie sexy. Des bas, des porte-jarretelles, des corsages. Les hommes veulent toujours… ce qu’ils ne peuvent pas avoir.

Avez-vous fait quoi que ce soit dans votre carrière que vous regrettiez ? CE : Je n’ai absolument rien fait que je regrette dans ma carrière. Par contre, je regrette ne pas avoir fait aboutir certains projets.

Je préfère les vins… corsés et capiteux au parfum suave. Sexy veut dire… se connaître et s’aimer réellement afin de pouvoir aimer les autres et leur accorder l’attention qu’ils méritent .

Quel est selon vous votre plus grande réussite ? CE : Ma plus grande réussite a été d’obtenir mon premier job. Avoir été capable de continuer à travailler pendant toutes ces années est ce que j’ai accompli de mieux.

21


carmen electra

Spring fling Actress, dancer, accomplished author, and musician—Carmen Electra is the ultimate symbol of sexiness. Discovered by none other than Prince who would produce her self-titled album, right after graduating college in 1991, Carmen gained worldwide recognition through her regular roles in the hit television series Baywatch. With a roster of career achievements that encompasses, not only acting, but countless magazine covers and a book published in 2006, as well, Carmen is now poised to take over the musical arena, once again, and claim the spotlight that has always shone on her. Prestige International Magazine catches up with the sexy celebrity in Los Angeles for an exclusive photo shoot and interview.

It’s been 15 years since Baywatch, what have been your life’s most significant changes? CE: So much has changed. I’ve learned a lot along the way about myself, my career and my life. I have learned to appreciate the little things and have so much gratitude for my opportunities. I try to live life to the fullest and embrace new adventures.

France is known for many different things, Bordeaux for wine and Paris for fashion, what is your favorite thing about France? CE: Shopping and fashion in Paris. I love wandering around aimlessly in the city taking in the culture and discovering little cafes and boutiques I’ve never been to before. I’m addicted to pain au chocolat, and of course I love the South of France for good parties and vacation.

You were recently on the cover of FHM again, at 41, how does that make you feel? Is age something that you’ve grown comfortable with? CE: I feel incredibly comfortable and sexy and I am having the best time of my life. I’m very proud to be on the cover of FHM once again. FHM has supported me from the beginning and I’m thrilled they continue to support me throughout my career.

If you could share one great life lesson to the younger celebrities now, what would it be? CE: Study your craft and be persistent. Rejection is a part of being in this business, don’t take it personal and keep trying. Eventually you will get there. Where do you see yourself 5 years from now? Any new projects coming up soon? CE: I love to work and be independent. So in five years, I would love to still be doing my music and be in front of the camera. Also, family has always been important to me.

What is the ultimate secret to being sexy, no matter what your age? CE: If you can learn to love yourself for who you are, flaws and all, your inner sexiness will come out. Confidence is key.

In every woman’s lingerie drawer there should be... your comfortable undergarments but you should have sexy lingerie as well. Stockings, garter belt, corset.

They say 40 is the new 20, is this true? Why? CE: Speaking for myself, I feel as if I am in the right place at the right time, and I look at every experience like it’s brand new. I’m having more fun now than ever!

Men always want... what they can’t have. Is there anything that you regret doing in your career? CE: I have no regrets about anything I’ve done in my career, but I do regret the fact that I’ve passed on certain projects.

I prefer wine that’s... full bodied, has great legs and a long smooth finish. Sexy is... truly knowing and loving yourself so that you can love and pay attention to others.

What can you say is your greatest accomplishment? CE: The greatest accomplishment was getting my first job. Being able to continue working throughout the years is my greatest achievement. What is your impression of French women? CE: French women are the embodiment of style and elegance, and I love a good French accent.

22


Chronicle by Voltaire

Java Dancer chiffon bodysuit with silk ties La Perla White Diamond two finger ring Paolobongia Fine Jewelry White Diamond pave diamond ring Paolobongia Fine Jewelry Gold flower drop earrings Oscar de la Renta Metallic crystal gold sandals Rene Caovilla

23


La Chronique de Voltaire

24


Kristin Scott Thomas

époustouflante & énigmatique ! Authentique et passionnée, qu’elle soit sur scène ou face à la caméra, Kristin Scott Thomas n’a pas peur de prendre des risques et a su devenir une valeur sûre du septième art en même temps que l’une des femmes les plus chics du cinéma. Discrète, sophistiquée, un brin classique sans pour autant être ennuyeuse, la belle Anglaise possède un charisme à couper le souffle… Si à 53 ans, l’actrice est en pleine remise en question et se dit lassée du grand écran, décidant d’arrêter les tournages pour se concentrer sur ses projets de théâtre, nous aurons néanmoins le plaisir de la retrouver dans les mois à venir à l’affiche de “La Femme invisible” de Ralph Fiennes, qui raconte l’histoire d’amour entre l’écrivain Charles Dickens et Nelly Ternan. Puis dans “La Suite française”, un film de Saul Dibb aux cotés de Michelle Williams et Mathias Schoenaerts et aussi de “My Old Lady” d’Israel Horovitz. Rencontre… Par Carla de Wendel

On dit de vous que vous vous sentez plus française que anglaise. Est-ce vrai ? Kristin Scott Thomas : (Rires.) Je ne sais pas vraiment, il est possible que j’ai pu le dire car j’adore faire ce genre de déclarations parfaitement sincères au moment où je les fais, et puis trois ans plus tard, j’aurai changé d’avis. En ce moment, par exemple, j’ai assez envie de revenir habiter à Londres. Quoi qu’il en soit, il est vrai que mon coeur balance entre Londres et Paris.

ment sous les ordres de quelqu’un qui peut s’avérer être un parfait imbécile. C’est donc un risque. Bien entendu, il est vrai que quelqu’un d’intelligent va pouvoir choisir de ne pas travailler avec des imbéciles, mais quelquefois, on peut se tromper. Au théâtre, selon moi, je ne prends aucun risque, c’est tellement extraordinaire, tellement au-dessus de tout que je ne peux qu’essayer d’être à la hauteur, et d’aller plus haut. C’est cela qui est encourageant. Faire du cinéma, ça rabaisse (rires), mis à part quelques rares exemples .

Disons alors que vous êtes aussi anglaise que française, peut-être ? Mes goûts visuels, pour la mode par exemple, sont beaucoup plus français qu’anglais, ce que je vois me plaît davantage lorsque c’est français, hormis concernant l’architecture, car j’aime la structure et la forme des maisons anglaises, elles me réconfortent, c’est quelque chose qui est très ancré en moi. En revanche, les sons, la musique, la langue, la lecture, les mots, c’est plus anglais. Je dirais donc que je ne me sens ni l’une, ni l’autre, à vrai dire. Mais un peu des deux sans doute.

Vous passez de grosses productions à des films plus intimistes. Est-ce pour vous une façon de relever un challenge, de vous mettre en danger ? C’est complexe. C’est une question d’opportunité, d’envie. Et puis quelquefois, on a besoin de faire un film pour diverses raisons, parce que le scénario nous plaît et qu’on en a envie, mais parfois aussi parce qu’il faut donner à ses enfants une preuve qu’on n’est pas à la maison. Vous ne faites pas partie de ces comédiennes à qui l’on ne peut pas coller d’étiquette, c’est d’ailleurs une des choses que j’aime beaucoup chez vous… Merci ! Disons que cela révèle chez moi une certaine impatience et le fait de chercher ma voie. Cela prend du temps, je vais donc un peu partout. Ce n’est pas un calcul de ma part, mais plus de la curiosité.

Quelle est pour vous la meilleure chose que vous ayez faite à ce jour ? Ma tarte Tatin de la semaine dernière ! (Rires.) La meilleure chose que j’ai faite ? Ça c’est « the big question ». Une chose que j’ai faite et dont je suis très fière, je dirais que c’est ce que je fais depuis dix ans, à savoir me consacrer au théâtre. Cet engagement au théâtre m’a permis de me rendre compte que c’est à ce monde-là que j’appartiens.

Revenons au cinéma. Vous êtes plutôt Festival de Cannes, de Venise ou de Deauville ? Personnellement, j’adore le Festival de Cannes. Si on fait un festival autant faire celui-là, les robes longues, les palmiers, les lunettes de soleil, tout cela me plaît pour trois jours. Et puis Cannes représente beaucoup de souvenirs pour moi. J’y ai été maîtresse de cérémonie, ce furent des moments de bonheur absolu. Et puis j’ai également été membre du jury. C’était exquis d’avoir la possibilité de regarder 21 films en quatre jours. J’étais enceinte à l’époque, et je me sentais tellement en pleine forme que c’en était magique. Donc oui, je suis très, très attachée à Cannes.

C’est donc le théâtre qui vous épanouit le plus ? Oui, on peut dire cela, principalement à cause des mots, du texte, parce qu’il est très rare de trouver « un texte » au cinéma, cela n’existe quasiment pas. Le cinéma c’est davantage l’image, bien qu’il y ait des films où la bande-son soit absolument extraordinaire. Mais malgré cela, la parole est beaucoup plus importante au théâtre et c’est cela qui m’intéresse… la parole et les mots ! Il semblerait qu’au théâtre on se mette plus en danger qu’au cinéma… Je trouve au contraire que l’on se met bien plus en danger au cinéma car face à la caméra, nous, acteurs, n’avons aucun contrôle. Nous sommes constam-

25


Kristin Scott Thomas - époustouflante & énigmatique !

Un mot ou une phrase qui vous fait avancer ? Il y a un mot en effet, mais je le garde pour moi.

On vous a également décerné des prix, des distinctions. Est-ce important pour vous que de recevoir des récompenses de la profession ? Absolument pas. Il est vrai que j’ai eu des nominations un peu partout. J’ai été, par exemple, nominée trois ou quatre fois de suite aux Césars, mais je n’ai jamais rien eu. A vrai dire, le seul prix qui m’a vraiment fait plaisir, ce fut un prix pour le théâtre en Suisse. Comme je vous l’ai expliqué, le théâtre, je ne sais pourquoi, compte plus pour moi que le cinéma, parce que je sais que c’est moi qui fait le boulot et ce n’est pas une histoire de montage, une des phases les plus importantes au cinéma. D’ailleurs, si je devais changer de métier dans le cinéma, j’aimerais bien être « monteur » car ce sont eux qui tiennent le film entre leurs mains.

Que vous autoriseriez-vous en tant qu’homme que vous n’osez pas en tant que femme ? Je n’ai jamais réfléchi à cela. Je pense qu’il y a beaucoup de choses que l’on ne fait pas en tant que femme, mais nous avons la chance de pouvoir nous renouveler sans cesse, ça commence vers 13 ans et ça continue pendant très longtemps, après on sait que tout ça, ça change, que tout est toujours en train de bouger. Et les hommes sont quand même extrêmement statiques, ils ont du mal à se développer. Je pense que les hommes n’ont pas la même culpabilité que nous avons par rapport aux gens qui dépendent de nous, comme les enfants, par exemple. Un homme qui doit partir travailler, part travailler sans se poser de questions. Mais le jour où les hommes insisteront pour qu’il y ait des crèches sur leurs lieux de travail, le problème sera résolu.

Vous avez dit un jour qu’un film coûte à l’âme et au corps. Pouvez-vous nous expliquer cela ? J’ai dû dire cela par rapport aux absences. Lorsqu’on décide de faire un film, il faut évaluer les avantages qui sont souvent financiers, qui vous permettent de construire une carrière, bien que j’ai toujours été un peu chaotique par rapport à tout cela. Mais il ne faut pas oublier que lorsqu’on joue 12 heures par jour et qu’on est en attente – car on est souvent en attente –, il faut garder les émotions très proches de la surface pour pouvoir les produire tout de suite et bien souvent dans le désordre, donc il faut rester ouvert. C’est épuisant, c’est pour cela que je dis que ça coûte à l’âme au final, et ce n’est pas toujours bon pour l’âme. Et souvent, particulièrement si votre personnage est sombre, cela prend du temps pour se rétablir, guérir, tout remettre en place.

Donc en tant qu’homme, vous vous autoriseriez à avoir moins de culpabilité ? Non, car la culpabilité c’est pas mal. Je pense que de pouvoir assumer ses responsabilités familiales, c’est un truc qui est plus attendu de la part d’une femme que d’un homme.

Vous êtes depuis plusieurs années ambassadrice des hôtels MGallery, pourquoi avoir accepté ce « rôle », si je puis dire ? Je l’ai accepté car comme je voyage énormément et que je suis souvent dans des villes, je trouvais qu’il manquait des hôtels avec l’âme d’une boutique-hôtel, où les choses fonctionnent, où l’on peut se regarder dans un miroir sans avoir à monter sur la baignoire, où on peut se maquiller avec une bonne lumière et où l’on peut avoir un service personnalisé mais pas trop ostentatoire. Lorsque l’on tourne toute la journée, on a besoin de pouvoir compter sur une certaine régularité et d’avoir de petits hôtels ayant un côté un peu familial, avec la garantie d’une bonne literie, d’avoir un fax qui marche… non, ça n’existe plus (rire) … Internet qui fonctionne etc.

Parlons de vous, maintenant. Qui est Kristin derrière Mademoiselle Scott Thomas ? C’est un secret… (Rires.) En fait, je n’en ai aucune idée. Quel est votre regard sur le monde d’aujourd’hui ? J’ai 53 ans, trois enfants, et je suis pétrifiée, mais je pense que c’est normal. Et puis il y a l’autre partie de moi qui est très heureuse d’être là. Lorsque je vois de jeunes adultes et la façon dont ils font face aux événements, comme le pape qui démissionne, le mariage pour tous… et au monde qui change à une telle vitesse, et que je les compare à tous les problèmes que les gens de ma génération ont dû affronter au même âge – comme la grève des mineurs en Angleterre, la pauvreté qui s’installait petit à petit, le déséquilibre entre les riches et les pauvres qui s’accroissait et les débuts du sida –, je me dis que les problèmes ne sont pas les mêmes, mais chaque génération fait face du mieux qu’elle peut.

Qu’évoque pour vous le voyage ? Ce n’est pas quelque chose de forcément très agréable pour moi, car souvent lié au travail. Le voyage évoque pour moi l’éloignement de la maison, mais en même temps je suis consciente du plaisir que l’on a une fois installé dans sa chambre dans un lieu étranger où l’on s’occupe bien de vous, c’est très agréable aussi.

Quel est le meilleur moyen de vous séduire ? C’est de me faire rire, ça marche à tous les coups. Même le plus laid peut y arriver !

26


Kristin Scott Thomas

Mind-blowing and mysterious! On stage or on film, she’s genuine and impassioned and is not afraid of taking risks. Over the years, she has become a pillar of cinema and one of the chicest women on the silver screen. This English Rose is discreet and sophisticated, slightly classic without being the least bit tedious, and breathtakingly charismatic. Now aged 53, Kristin Scott Thomas is reviewing her options; she says she’s tired of filming and has decided to focus on her theatrical projects instead. However, we will have the privilege of seeing her in several movies in the coming months, including “The Invisible Woman” by Ralph Fiennes (the story of a love affair between Charles Dickens and Nelly Ternan) and “Suite française”, directed by Saul Dibb, also featuring Michelle Williams and Mathias Schoenaerts. She’s also playing in “My Old Lady”, a movie by Israel Horovitz. An encounter… By Carla de Wendel

I’ve heard it said that you feel more French than English. Is that true? Kristin Scott Thomas: (laughter.) Oh, I don’t really know about that! I may have said it because I love coming out with those kinds of declarations, which are sincere when I say them, but which might have changed three years later! Right now, for example, I’d quite like to go back to London to live. But, when it comes down to it, my heart does oscillate between London and Paris.

So theater is where you really come into your own? Yes, I’d say so. Mainly because of the dialog. In the cinema world, “text” is very hard to come across – it hardly exists at all. It’s more the visual aspect, although some movies do have an extraordinary soundtrack. But, despite that, words carry much more weight on the stage, and that’s really what appeals to me most.

So, we could say that you’re just as English as you are French? Visually-speaking, in terms of fashion, for example, my tastes are more French than English. I tend to have a visual preference for French things, except when it comes to architecture, because I love the way English homes are built – it’s reassuring to me, it’s deep-set in my culture. But when it comes to sound, music, language, reading, words, etc., I prefer English. So, in fact, I don’t really feel I’m one or the other – probably a bit of both.

It seems that actors put themselves more at risk in theater than on screen… I think it’s the other way round, that we’re at way more risk in front of a camera because it takes our control away. We’re constantly being directed by someone who could turn out to be a complete idiot! That’s the riskiness of it. Of course, a smart actor can choose not to work with idiots but sometimes we make mistakes. In theater, I don’t feel I take any risks: it’s so awesome and transcends everything else that I can’t help but try to live up to it, to climb to greater heights. That’s what incites me. Making movies, on the other hand, pulls you down (laughter), with the exception of a few rare examples.

What do you think is the best thing you’ve ever done so far? The apple tart I made last week! (laughter) The best thing I’ve ever done? That is “the big question”. Something I’m very proud of, I’d say, is what I’ve been doing for the past ten years – devoting myself to the theatrical stage. This commitment has made me realize that that’s where I truly belong.

27


Kristin Scott Thomas - Mind-blowing and mysterious!

How do you see the world as it is today? I’m 53 years old, with three kids. And I’m petrified. But I think that’s natural. Then, on the other hand, part of me is very happy with where I am today. When I see young adults and the way they cope with events, such as the Pope giving in his notice, ‘marriage for everyone’, and the fast-changing world, I compare it to all the problems people from my generation had to face at the same age – the miners’ strikes in England, the gradual spread of poverty, the growing rift between rich and poor, and the emergence of AIDS. And I realize that they’re not the same concerns but that each generation tackles them the best it can.

You’ve gone from big productions to more indie movies. Is this a way of giving yourself a challenge, of putting yourself in danger? It’s more complex than that. It’s about accepting opportunities, doing what you want to do. And also, sometimes, you feel the need to make a movie, for whatever reason – maybe you like the script, for example. Sometimes, though, it’s simply because you have to prove to your kids that you’re not at home! You’re not easy to label as an actress. That’s actually one of the things I really like about you. Thank you! Let’s just say it reveals a certain impatience that I have, and my search for my vocation. It takes time, so I tend to veer off in various directions. It’s not calculated; it’s driven by curiosity more than anything else.

What’s the best way to get to your heart? If you make me laugh, it’s pretty much a given. It works even with the ugliest! Is there a word or a phrase which helps move forward you in life? There is a word, yes, but I’ll keep that to myself…

Back to cinema: which festival do you prefer - Cannes, Venice or Deauville? I personally love Cannes Festival. It’s a cut above the rest: the cocktail dresses, palm trees and sunglasses… I love it for the three days it lasts. And I have a lot of great memories from Cannes. I hosted it, which was an absolute dream. I was also a member of the jury. It was so wonderful to be able to watch 21 movies in four days. I was pregnant at the time and I felt so fit and uplifted that it was a magical experience. So I have great affection for Cannes.

What would you let yourself get away with if you were a man that you don’t allow yourself to do as a woman? I’ve never thought about that. I think there are a lot of things we women don’t do. But we are lucky enough to be able to constantly start afresh; it starts at about the age of 13 and carries on for a long time. We know that everything changes, that it’s moving constantly. Men, however, are extremely static; they have trouble evolving. I don’t think men have the same guilty conscience as us with regards to people who rely on us, such as our kids, for example. If a man has to go away to work, he’ll do it without batting an eyelid. But the day men insist on having daycare on their work premises, that will no longer be a problem.”

You’ve also received awards and distinctions. Is it important for you to receive professional rewards of that nature? Absolutely not. I have had nominations left, right and center. For example, I was nominated for the Césars three or four times in a row but never won anything. To tell the truth, the only award I really cherished was for a theatrical performance, in Switzerland. As I explained before, I don’t know why but theater means more to me than cinema because I know that I’m the one doing the work – it doesn’t go through the cutting stage, which is one of the most important phases in movie-making. In fact, if I was to pick another profession in the field of movie-making, I would be a film editor, because the fate of the film lies in their hands...

So, if you were a man, you’d allow yourself to feel less guilty? No. Because guilt is not a bad thing. I think that being able to assume one’s family responsibilities is more expected of a woman than of a man. For several years now, you’ve been an ambassador for MGallery hotels. Why did you accept this role, so to speak? I agreed to it because I travel a lot, to various cities, and I found that there weren’t many hotels that have the atmosphere of a boutique hotel, where appliances work, where you can see yourself in the mirror without having to climb up on to the side of the bath, where you can have enough light to put your make-up on, and where you can enjoy customized service without it being too over the top. When you’re filming all day long, you need your living conditions to be regular and reliable and you need small, family-sized hotels that provide good bedding and a fax that actually works… actually, no, that’s too old-fashioned! (laughter)… you need the Internet to work, etc., etc.

You said one day that a movie takes it out of you, body and soul. Can you explain what you meant by that? I must have been referring to being away. When you decide to make a movie, you have to assess the advantages of it. These are usually financial or to do with career-building. Although, I’ve always been a little chaotic in that respect. But you mustn’t forget that when you’re acting a role 12 hours a day and you’re on call (we’re often on call during a shoot) you have to keep your emotions very close to the surface in order to be able to express them at the drop of a hat, and often totally out of sequence. So you have to stay ‘switched on’ all the time. It’s exhausting, which is why I say that it’s costly to the soul, in the end; it’s not always a positive experience, spiritually-speaking. And often – especially if the character you’re portraying is a dark one – it takes time to to get back on your feet, to go through the healing experience.

What does travel represent for you? It’s not necessarily something I find very pleasant because it’s often work-related. Travel, to me, means being away from home. But I also like the feeling of being in a cozy room, in a strange place, with people taking good care of you. That’s actually very pleasant.

Le’ts talk about you now. Who is the Kristin behind Ms. Scott Thomas? That’s a secret! (laughter) No, actually, I don’t have the faintest idea…

28


Chronicle by Voltaire

29


Lee Siegelson :

Entre tradition et intuition !

30


Ils n’ont pas de vitrine sur les plus belles avenues du monde mais vendent parmi les plus beaux bijoux… En effet, le nom de “Siegelson” est depuis longtemps reconnu par les conservateurs des plus prestigieux musées de la planète et les plus grandes maisons de joaillerie comme faisant autorité en matière de bijoux rares, pierres précieuses et objets d’art. Aujourd’hui encore à Manhattan, Lee Siegelson, troisième génération du même nom de marchand de joyaux, véritable trait d’union entre antiquaire et joaillier, perpétue la tradition. Son œil averti et acéré pour acquérir des créations uniques, a ainsi transformé l’entreprise familiale créée par son grand-père en Q.G. de la haute joaillerie vintage. Rencontre en toute sobriété sur Fifth avenue au coeur de “Diamond District” à New York… Par Carla de Wendel

Votre société a été crée par votre grand père… Qu’est ce qui vous a donné envie de poursuivre ? J’ai grandi et poursuivi mes études dans le Michigan, un état où l’architecture est très présente. Je n’avais donc pas de velléités particulières pour la joaillerie, mais il se trouve qu’après avoir été diplômé du lycée, l’état de santé de mon père s’est détérioré et je me suis trouvé face à un dilemme : poursuivre mes études et prendre encore quelques années de bon temps, ou saisir l’opportunité de travailler avec mon père afin qu’il puisse me transmettre ses connaissances et les ficelles du métier au cas où je soit amené à reprendre l’affaire. Deux semaines plus tard, j’ai déménagé à New York et Durant une année entière j’ai eu la chance de travailler main dans la main avec lui avant qu’il ne se retire définitivement. Cette expérience m’a beaucoup appris, ne serait qu’à développé mon sens du goût, de la négociation… et bien entendu reprendre sa succession m’est alors apparu comme une évidence.

je leur conseillerai avant tout de suivre leur instinct, d’acheter des choses qui leur ressemblent et de croire en ce qu’ils vont acquérir et de ne jamais oublier que l’argent n’achète pas tout… notamment le goût ! ! ! (sourire) Parlez nous des pièces les plus emblématiques que vous avez acheté ? Il y a bien entendu ce collier ceinture en aigues-marines et rubis, dessiné par Fulco di Verdura pour Paul Flato, New-York, vers 1935, le joaillier des stars de l’âge d’or d’Hollywood. Cette pièce est un véritable chef d’œuvre serti de 566 aigues-marines et de 39 rubis qui a d’ailleurs eu un très grand succès à Paris lors de la dernière Biennale des Antiquaires sous la magnifique verrière du Grand Palais. Il faut dire qu’elle a une telle histoire, tour à tour propriété de l’épouse de Cole Porter puis de la fille de Fred Astaire. Il y a également un magnifique diadème réalisé par Cartier, ou encore « l’horloge Mystérieuse » une magnifique pièce Art-Déco réalisée par Maurice Couet également pour Cartier. Je dois vous avouer que j’ai un penchant particulier pour les pièces Art Déco.

Parlez nous plus en détail de votre activité… Nous traitons exclusivement avec les meilleurs dans les cinq domaines de spécialité suivants : les pierres précieuses et les diamants fins, les antiquités et les bijoux de succession, les objets d’art, designers contemporains, et les bijoux créés par Siegelson. Dans chaque catégorie, nous suivons des directives esthétiques strictes fondées sur les connaissances et l’expérience ainsi que la recherche dans la vaste bibliothèque accumulée par notre société.

La Chine et ses « millionnaires » semblent être un nouvel eldorado pour le luxe. Quelle est votre approche de ce marché ? Nous approchons le marché chinois comme tous les autres marchés en devenir, en essayant avant tout de comprendre leurs codes esthétiques, mais aussi en leur proposant des choses nouvelles à découvrir et en éduquant leur goût. Aujourd’hui, toutes les grandes marques sont présentes dans ce pays, donc ce que nous leur apportons c’est de l’histoire, de l’art, de l’exceptionnel et de l’unique.

Lorsque vous avez pris la tête de la compagnie, quel but vous êtes vous fixé ? Lorsque j’ai repris les rennes de la compagnie en 1992, j’avais surtout envie de poursuivre la route tracée par mon grand-père et mon père avant moi. Mais il me semblait aussi important de marcher avec mon temps et de ré-orienter l’entreprise. Ainsi, au lieu d’entretenir une clientèle de détail, nous sommes également devenus fournisseur des plus beaux diamants, pierres précieuses, des bijoux spéciaux et objets d’art pour les détaillants haut de gamme partout dans le monde.

Quel est votre secret pour dénicher ces magnifiques pièces vintages qui passent entre vos mains et font la réputation de votre société ? Selon vous, vous le dévoilerais-je si j’en avais un ? (rires). Non, sérieusement, c’est avant tout un travail de longue haleine et de persévérance, sans doute facilité par la réputation et le sérieux de notre société depuis toutes ces années, il faut bien l’avouer. C’est aussi une question d’opportunité, car on ne cède pas une pièce de joaillerie de la même façon que n’importe quel objet d’art. Donc être là au bon moment… voilà peut-être le secret !

Quel est votre conseil aux acheteurs ? Bien entendu, je peux les guider dans leurs choix en fonction de leurs exigences, des raisons de leur investissements, et leur conseillerais de me faire confiance et par extension d’être en confiance avec leur marchand… Mais

31


Lee Siegelson :

Tradition and intuition combined! This brand is not showcased on the finest avenues in the world and yet it sells some of the most beautiful jewels on Earth. As a matter of fact, for a long time, “Siegelson” has been recognized by many a curator of the world’s most prestigious museums and greatest jewelry houses as an authority in terms of rare jewels, precious stones and pieces of art. Still today, in Manhattan, Lee Siegelson, the homonymous third-generation jewelry merchant, is continuing his family’s tradition, acting as a perfect cross between antique dealer and jeweler. Using his keen, shrewd eye to acquire the must unique pieces, he has turned the family business created by his grandfather into the “mecca” of high-class vintage jewelry. A very sober encounter, on Fifth Avenue, right in the heart of New York’s “Diamond District”. By Carla de Wendel

32


Your company was founded by your grandfather. What made you want to continue in his footsteps? I grew up and went to school in Michigan, where architecture is very prominent. So, I didn’t have any particular leaning for the jewelry trade. But after I graduated from high school, my father started getting quite ill and I found myself faced with a dilemma: either I could continue my education and live the student life for a few more years, or I could seize the opportunity to work alongside my father, gaining his knowledge and learning the ropes, in case I should ever come to take over the business. Two weeks later, I moved to New York and was lucky enough to work closely with him for a whole year before he retired completely. This was a very enriching experience as it helped me develop my tastes and talents of negotiation. But it also allowed me to take over the business. In fact, by that time, it had become the most obvious thing to do.

merchant. But, first and foremost, I would recommend that they follow their instincts, to buy things that resemble them, to have faith in what they are going to acquire, and to never forget that money doesn’t buy everything – especially good taste!!! (smile) Tell us about the most emblematic pieces you’ve ever bought. One of them, without a doubt, is the aquamarine and ruby necklace belt designed by Fulco di Verdura for Paul Flato, in New York, around 1935; Flato was THE jeweler for the stars in Hollywood’s golden age. It’s a masterpiece, set with 566 aquamarines and 39 rubies, and was a huge success at the last six-monthly antique show held under the magnificent glass vault of Paris’ Grand Palais museum. It really had an amazing story to tell, having belonged to Cole Porter’s wife then Fred Astaire’s daughter. There’s also a fabulous tiara by Cartier, and the “Mystery Clock”, a magnificent Art Deco piece made by Maurice Couet, also for Cartier. I must admit that I personally have a particular soft spot for Art Deco items...

Tell us what you do, in detail. We work only with the best in the following five areas of expertise: precious stones and fine diamonds, antiques and heritage jewels, art objects, contemporary designers and jewels created by Siegelson itself. We follow strict aesthetic standards in each of these areas, based on our knowledge and experience and on research conducted in our vast private library.

China and its “millionaires” seem to be a new Eldorado for the luxury business. What is your approach to this market? We approach China in the same way as with all other upcoming markets: we try, first of all, to understand what they consider aesthetic, but we also offer them new things to discover and try to educate their taste. All the big brands are now present in this country so we are sharing our history and our art, as well as all the exceptional and unique qualities we have to offer.

What goal did you set for yourself when you took over as head of the company? When I took the helm in 1992, my main motivation was to continue in the same vein as my grandfather and father before me. But I also felt it was important to run with the times and redirect my company accordingly. So, instead of simply maintaining our own retail clientele, we also supply the finest diamonds, precious stones, special jewels and pieces of art to various high-end retailers around the world.

What is your secret for getting your hands on these magnificent vintage pieces, which form the backbone of your company’s reputation? Do you really think I’d reveal such a secret, if I had one?! (laughter). No, but seriously, it’s really a question of long-term endeavor and perseverance, and this is undoubtedly made easier by the reputation and earnest attitude that our company has been nurturing for years. It’s also a matter of opportunity because people don’t give up a piece of jewelry as they would any art object. So being in the right place at the right time may just be THE secret!

What is your advice to buyers? Naturally, I can guide them depending on their demands and the motivations behind their investments, and I would advise them to trust me, as their

33


La Chronique de Voltaire

Cédric Ragot :

Inclassable !

On le décrit comme étant « LE » jeune prodige de la « déco ». En 1999, il sort de l’ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle) avec en poche un diplôme tourné vers l’informatique et la haute technologie. Très vite il éditera ses recherches personnelles en série limitées. En 2002, il est repère par le designer Christian Ghion qui lui propose diverses collaborations. Puis, la même année, il fonde sa propre agence de design et dessine des meubles pour Cappellini, des bottes pour Puma, des téléphones pour Alcatel. Mais quel que soit son commanditaire, il revisite les objets avec esprit et poésie. Son credo : « Le respect & Le design pour tous ». Il se contredit d’un projet à l’autre et le revendique, pense que l’art n’est pas l’essentiel dans le design. Il aime être là où on ne l’attend pas, changer de sujet sans crier garde, provoquer d’une façon très naturelle, les pensées, les émotions et les désirs du consommateur. Ses créations combinent habilement les aspects fonctionnels d’un objet avec une proposition qui est toujours forte et novatrice. Un parcours qu’il nous raconconte sans perdre de vue l’essentiel . Propos recueillis par Carla de Wendel

Quelle est votre définition du mot « design » ? Je peux prendre un dictionnaire et vous donner la définition qui y figure… mais ce n’est probablement pas ce que vous souhaitez. La définition du design se décompose en plusieurs choses à mon sens. Mais en résumé ce serait d’essayer d’avoir une justesse et une constance dans la manière de raconter l’histoire que l’on tente de mettre en place, faire en sorte que la narration se passe sans trop de distorsion entre le moment où nous designers démarrons le travail et l’instant ou le consommateur devient récepteur de cette histoire…C’est d’arriver à faire en sorte que la contrainte devienne un atout.

lorsque vous dites « designer influent », il ne faut pas oublier qu’il y a toujours un grand écart entre ce que dit la presse et la réalité professionnelle, ce qui ne signifie pas que ce que dit cette presse est moi, d’ailleurs dans le fond, je n’en sais rien… je pense simplement que cela signifie que l’on m’écoute un peu plus, cela fait valoir mon expertise. Cela me conforte dans ma démarche, cela me donne une direction, mais cela me donne aussi plus de responsabilités. Pensez-vous que le design puisse être militant ? Oui, il est militant. Ce n’est pas de l’ordre politique. Il est militant dans le sens ou il respecte le consommateur. C’est de la responsabilité du designer. Il ne suffit plus de se contenter de donner une identité à une marque ou de créer une expérience.

Les designers sont-ils des artistes ? Non, nous n’avons pas vocation à l’être. Cependant les designers peuvent se prendre pour des artistes ou jouer les artistes… nous parlons la de designers de galerie, qui a mon sens ne sont pas plus artistes que les autres. Le fait qu’une galerie vous ouvre les portes ne fait pas de vous un artiste. Elle vous offre simplement la possibilité d’une expression plus libre. Nous sommes la dans un autre contexte de création et la différence essentielle se situe dans le fait que le fruit de leur travail n’a, pour diverses raisons, pas trouve l’adhésion d’un univers industriel. N’oublions pas que le design est censé donner une fonction au produit ce qui est le cadet des soucis du monde artistique. Mais, en effet le designer est un artiste dans un contexte industriel, car c’est lui qui va injecter un peu de sens, de rêves et de choses immatérielles qui ne sont pas que dictés par les contraintes du marche. En ce sens là, effectivement le designer est probablement le plus artiste de la chaîne de création d’un produit. Personnellement si je considère l’Art avec un grand « A » et le design avec un petit « d », je n’ai pas le sentiment que nous parlions de la même chose et je trouverais qu’il serait limite vulgaire qu’un designer puisse se prétendre artiste. Cependant j’admets qu’il soit possible qu’un designer devienne artiste.

Vous vous définissez comme un designer industriel, pourquoi ? L’industrie a toujours été mon terrain de prédilection. La complexité industrielle et les moyens techniques mis en oeuvre représentent une opportunité de création formidable. Ce qui ne m’empêche pas de cultiver mon langage personnel sur d’autres projets car la création n’est pas à mon sens un domaine hermétique. Lorsque vous travaillez sur un projet, à quel moment savez-vous que cet objet est abouti ? Je ne lève le crayon que lorsque j’ai le sentiment d’avoir répondu avec justesse à la question que je me suis posée. La fonctionnalité de l’objet est son degré O, à cela s’ajoutent de nombreuses notions qualitatives et surtout une valeur émotionnelle. Les objets que nous designers créons vous accompagnent dans votre quotidien, il est donc important de trouver l’équilibre entre les divers paramètres qui le font exister. Existe-t-il des choses que vous refuseriez de designer ? J’ai du mal à concevoir un produit dans lequel je ne peux ni me projeter, ni me reconnaître. Je ne peux vous dire ce que cela peut être exactement, mais en résume, je ne peux pas dessiner quelque chose en lequel je ne crois pas, tel un projet qui ne se baserait que sur des arguments marketing par exemple, car je ne me reconnais pas comme usage potentiel de ce type de chose. Pour dessiner, il faut souvent pouvoir se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre et si vous n’avez aucune carte entrée , c’est perdu d’avance .

Vous êtes l’un des designers les plus influents aujourd’hui, est-ce une grande pression pour vous ? Non, je ne dirais pas cela car dans le fond c’est moi qui me mets le plus de contraintes et m’inflige le plus de pression. Le jour où j’aurai le sentiment que je me complais dans quelque chose j’aurai sans doute un souci. Pour l’instant j’ai encore un degré d’exigence telle, que ce genre de chose n’a aucune influence sur moi. D’ailleurs

34


Cédric Ragot:

Unclassifiable! He has been described as THE young prodigy of the décor world. He graduated from ENSCI-Les Ateliers (a French college specializing in industrial design) in 1999 with a major in computerized and high-tech design. It wasn’t long before he’d produced limited series of his own designs. In 2002, designer Christian Ghion noticed his work and asked him to partner with him on various projects. That same year, Ragot opened his own agency and went on to design furniture for Cappellini, boots for Puma and telephones for Alcatel. But regardless of the client, he always imbues his objects with spirit and poetry, adhering to his creed of “Respect & Design for One and All”. He contradicts himself from one design to the next and is proud of it, claiming that art is not the main ingredient in design. He likes to create the unexpected, to veer off on a tangent unannounced, and to naturally provoke the consumer’s thoughts, emotions and desires. His designs always astutely introduce a strong and innovative concept into the functional aspects of any object he’s working on. Here is the story of his journey, without ever losing sight of what really matters... Interview by Carla de Wendel

How would you define the word “design” ? I could pick up a dictionary and read the definition that’s written there. But that’s probably not what you’re looking for. In my mind, the definition of “design” breaks down into several things. But, to sum up, I’d say it’s an endeavor to be precise and constant in our portrayal of whatever we’re trying to create, and to tell the story in such a way as to reduce distortion between the start of the design phase and the moment when the object comes into the consumer’s hands. It’s all about taking restrictions and turning them to one’s advantage.

When you’re working on a project, when do you know that the object you’re designing has come to fruition? I don’t take my pencil off the paper until I feel I’ve accurately answered the question I set for myself before I started. The workability of an object is its ‘0 degree’. After that, there’s a whole host of qualitative notions and, above all, an emotional value that’s added to it. The objects we designers create are a part of people’s daily lives so it’s important to strike a balance among the various parameters that come into play to make that object what it is.

Are designers artists? No. That’s not our vocation. Having said that, designers can consider themselves artists or play that role. We’re talking about ‘gallery designers’ who, in my view, are no more artistic than any other designer. Just because a gallery exhibits your work doesn’t make you an artist; it simply allows you more freedom of expression, that’s all. It’s a whole different creative context, the main difference being that, for whatever reason, their products have not been accepted by any industrial sector. It’s important to remember that the purpose of design is to give a product a function – this is the least of any artist’s worries. However, a designer is an artist in an industrial context because he introduces a meaning, dreams and immaterial things that lie beyond the sphere of market constraints. So, in this respect, a designer probably is the most artistic link in a product’s creation chain. Personally speaking, if I think of Art with a capital “A” and design with a lower case “d”, I really don’t get the impression we’re talking about the same thing. In fact, I think it would almost be vulgar for a designer to claim him or herself to be an artist. On the other hand, I admit that it is possible for a designer to become an artist.

Are there any things you’d refuse to design? I have trouble designing a product which I can’t personally identify with or recognize. I can’t say what that would be, exactly, but, to sum up, I can’t design something I don’t believe in, such as a project that’s only based on marketing, for example. Because I wouldn’t see myself as a potential user of that type of product. When you’re designing, you often have to ‘slip into somebody else’s skin’, and if you can’t find anything to get your teeth into, it’s a lost cause from the start.

You’re one of the most influential designers around today. Does that put a lot of pressure on you? No, I wouldn’t say that. Because, basically, I’m harder on myself than anyone else. If I ever become complacent about anything I’m doing then I’ll really have a problem... For the moment, I still demand so much of myself that that sort of thing has no effect on me whatsoever. Also, when you use the term “influential designer”, you mustn’t forget that there’s always a big gap between what the Press says and what is actually going on in the work environment. I don’t even know that what the Press says actually reflects who I am, when it comes down to it. I think it simply means that people listen to me a little more – it endorses my expertise. It’s reassuring and provides me with some kind of a guideline, but it also means I have more responsibility. Do you think design can be of a militant nature? Yes. Not in a political sense but in as far as it respects consumers. That’s the designer’s responsibility. It’s not enough anymore to simply endow a brand with an identity or create an experience. Why do you describe yourself as an “industrial designer” ? Industry has always been my favorite area. Industrial complexity and the technical resources to hand open up a whole awesome world of creation. It doesn’t prevent me from cultivating my own projects, though, because, the way I see it, creation is not a closed circuit.

35


COUP DE CŒUR DESIGNER !

Marz, notre rédactrice mode/beauté, nous explique son coup de coeur shopping pour cette marque ultra féminine, avec des looks must have de la saison.

PELLESSIMO Crée par Richard Bohbot, Pellessimo est une marque spécialiste du prêt-à-porter cuir et fourrure depuis 25 ans à Paris.Pellessimo innove chaque saison par des lignes modernes et féminines. Nos créations sont présentes à travers le monde, de Paris à New York en passant par Tokyo. La maitrise de la coupe et des matières nobles, reflètent la rigueur et l’exigence de nos ateliers.Avec des cuirs et fourrures souples, élégants et confortables, nous sommes en constante recherche de nouvelles techniques. Nous apportons notre touche de créativité aux matières tel que l’agneau plongé, velours, renard, vison ou peau lainée. L’hiver dans un écrin de fourrure et l’étéla sensualité du cuir comme seconde peau. La femme Pellessimo est plongée dans un univers luxuriant et glamour. points de vente : ST HONORE MARKET 14 rue du Fbg St Honoré 75008 - Tél. : 01 53 43 00 61 PELLESSIMO 42 rue de Grenelle 75007 - Tél. : 01 42 84 47 64

36


37


38


A DESIGNER FAVORITE

Marz, our fashion and beauty editor, tells us why this super-feminine brand, with a seasonal look that’s so in, is a favorite on her shopping list.

PELLESSIMO Pellessimo, a Parisian ready-to-wear brand, has been specializing in leather and fur ever since it was created by Richard Bohbot, 25 years ago. Pellessimo expresses innovation every season, coming up with the most modern and feminine of styles. Today, the designs are sold throughout the world, from Paris to New York or Tokyo. The perfection of the cuts and use of noble materials are indicative of the high standards and rigor exercised in the company’s workshops. They are constantly researching into new techniques to work their soft, elegant and comfortable skins and furs. Dipped lambskin, velvet, fox, mink and sheepskin are all used to express the creativity of Pellessimo’s designs. Winter in a cocoon of fur, and Summer in a second-skin of leather, for a most sensual effect. The Pellessimo woman is steeped in luxury and glamour – by definition. Points of sale in Paris: ST HONORE MARKET 14 rues du Fbg st Honoré 75008 Paris - Tel (+33) 1 53 43 00 61 PELLESSIMO 42 rue de Grenelle 75007 Paris - Tel (+33) 1 42 84 47 64

39


Coup de projecteur sur

Luciana Figueiredo, une magicienne de la lumière Quand on porte un prénom comme celui-ci, on ne peut qu’aimer la lumière. Artiste franco-brésilienne, née sous le soleil du Brésil, Luciana Figueiredo a grandi dans un univers joyeux et au rythme de la bossa nova, entre son frère et ses sœurs. Profondément marquée par l’influence de sa mère, Maria de Lourdes, une chanteuse prometteuse, couturière dans un atelier à Salvador-Bahia, elle s’est imprégnée de son esprit d’artiste. La petite Luciana la voit couper, coudre. À six ans, elle prend déjà des bouts de tissu qu’elle assemble. Elle dessine des robes de princesse et peint aussi beaucoup. Bref, elle est d’une curiosité insatiable. Après avoir passé son bac, elle est avide de découvrir le monde et d’évoluer. Avec la complicité maternelle, elle quitte le foyer familial pour réaliser son rêve : se lancer dans le mannequinat. Elle part pour Sao Paulo, entre dans le métier avec succès, puis rejoint l’Europe où elle devient la muse des marques les plus prestigieuses. Pourtant, les contraintes du métier ne lui conviennent plus et font exploser sa créativité enfouie pendant trop d’années. Elle s’installe d’abord en Italie, le berceau de l’art, où elle décide de reprendre des études en histoire de l’art et d’architecture d’intérieur. Puis, elle part en France dont elle avoue être tombée amoureuse : « Je suis tombée amoureuse de ce pays, de la langue, de l’histoire, de la mode de la mentalité… » Très vite, elle comprend que ce qui l’intéresse plus que tout, pour exprimer ses émotions, concerne le travail avec la lumière… Sa quête la conduit à expérimenter le silicone qui devient son matériau de prédilection. En effet, cette matière a la particularité de donner à la fois du relief, de la brillance et d’absorber la lumière du jour pour la refléter la nuit. Matière biodégradable, non inflammable, le silicone provient du sable, donc de la nature… En y intégrant des pigments de couleur, Luciana compose d’immenses toiles qui évoquent sa vision des mystères du cosmos, sorte de voyage dans un espace temps, toujours en mouvement. Artiste oxymoriale, elle crée des univers sidéraux, évocation de l’énergie cosmique, oscillant entre clarté et obscurité. Visionnaire, Luciana aime jouer avec la lumière, tantôt inattendue, surprenante et insaisissable. La force de son travail réside dans la précision, le geste juste qui, comme par magie, va donner naissance à telle ou telle constellation, planète, forme, effet… À chacun ensuite de décrypter l’univers onirique qui va surgir et évoluera selon l’intensité de l’éclairage. « J’adore le mystère », avoue-t-elle. Après une première exposition dans une galerie Rue Dauphine, elle expose au Carrousel du Louvre en octobre 2012. Son succès auprès des collectionneurs l’encourage à poursuivre son travail. Aujourd’hui, elle explore en parallèle d’autres domaines, toujours en utilisant le silicone, création de vases ou encore sa dernière réalisation, une robe sur mesure, marbrée de silicone qui habillerait à merveille une artiste sur scène ! Dans ses oeuvres, Luciana souhaite nous faire partager sa spiritualité et son humilité devant la création du monde. “Fiat lux” pour cette artiste inspirée car avec elle, la nuit se pare toujours d’étoiles. Par Florence Batisse-Pichet

Pour en savoir plus : www .luciana-figueiredo .com


Spotlight on

Luciana Figueiredo, a magician of light

1 Galaxy - 2 Photos de la toile, jour et nuit ! Technique mixte en silicone, 100 x 130 cm

pigments to it to make huge paintings representing her vision of cosmic mysteries – a kind of ever-mobile journey through space and time. She’s an oximoral artist, creating celestial worlds depicting cosmic energy that oscillates between bright and dark. She has a visionary approach, playing with light, sometimes in the most surprising, unexpected, and impenetrable of ways. The strength of her paintings lies in the precision, the exactness of a stroke which magically seems to conjure up a constellation, a planet, a form or an effect... It is then up to the eye of the beholder to decipher and interpret the dreamlike world that emerges from her canvasses, and that changes depending on the lighting that’s bestowed upon it. “I love mystery”, she admits.

With a first name like “Luciana”, having a penchant for light is inevitable! Luciana Figueiredo is a part-French, part-Brazilian artist. She was born under the sunny skies of Brazil and enjoyed a happy childhood, along with her siblings, to the sound of bossa nova. Her mother, Maria de Lourdes, a promising singer and seamstress in a studio in Salvador-Bahia, profoundly left her mark on her and Luciana duly followed in Maria’s artistic footsteps. As a very young girl, she would watch her cut and sew and, at the age of six, Luciana started gathering pieces of fabric and putting them together. She drew princess dresses and devoted a lot of her time to painting. In a word, she was insatiably inquisitive... After graduating from high school, Luciana was eager to discover the world and to evolve. With her mother’s help, she left the family home to go off and accomplish her dream as a model. She left for Sao Paulo and became successful there, then left for Europe, where she subsequently became a muse for the most prestigious fashion brands. But she started to feel confined by the professional limitations of the modeling world and decided to vent the creative streak which had lain dormant in her for so many years. She moved to Italy, the “birthplace of art”, and decided to go back to school to learn art history and interior design. Then, she left for France: “I fell in love with the country, its language, its history, its fashion and its whole mentality…”

After her first exhibition in a gallery in Paris’ Rue Dauphine, she went on to show some of her works at Carrousel du Louvre (the exhibition area beneath the Louvre pyramid) in October 2012. The appreciation she received from collectors encouraged her to continue. Now, she is exploring other areas too, still using silicon as her primary material – vases and, most recently, a made-to-measure, silicon-streaked dress which would be the perfect attire for a stage performance! Luciana’s works are a declaration of spirituality and humility in contemplation of the creation of the material world. “Fiat lux” (let there be light) for this inspired artist for, thanks to her art, there’s always a star-spangled sky at which to wonder…

Before long, she realized that her favorite medium for expressing her emotions was light... Her research led her to the use of silicon, which went on to become her preferred material. This substance is special in that it radiates light with perspective and depth, and that the daylight it absorbs is then emitted at night. Silicon is biodegradable and non-inflammable and is a purely natural substance as it comes from sand. Luciana adds colored

For more information: www.luciana-figueiredo.com By Florence Batisse-Pichet

41


La Chronique de Voltaire

Nouvelles de rêve Sur mes traces

Fleurs à foison

Le printemps est là et avec lui les dernières créations de l’un de nos designers préférés, Christian Louboutin. La sélection femme comprend le sac Khepira et les bottes d’été From Sand fidèles au thème des blocs couleurs dont la présence se fait sentir au travers de toute la collection. Les bottes From Sand sont proposées en cuir nappa souple noir et en daim beige luxe avec ouverture au niveau des talons et orteils à la manière de sandales spartiates. La sélection homme propose des couleurs vives évoquant la légèreté de l’été. Les Yacht Flat Spikes rendent quant à elles hommage au soulier bateau classique d’inspiration nautique avec semelles en caoutchouc blanc représentant le cordage nautique. Le designer a également apporté sa propre touche à ce style classique avec les Spikes ton sur ton et œillets en métal donnant ainsi une toute nouvelle dimension à l’univers de la chaussure. www.christianlouboutin.com

Pour le printemps, MAC vous ouvre un monde de rêve aux couleurs florales vives et pétillantes. Vous ne pourrez pas résister au charme hypnotique de l’incroyable gerbe de teintes qui telles un fantasme magique explosent d’essences romantiques. Des roses éblouissants du Lipstick au mélange sublime des Fards à paupières Mineralize, vous resplendirez d’un éclat naturel. N’oubliez pas le Fard à joues Mineralize, vernis à ongles et superbes couleurs Fluidline, créant chacun à leur façon une extravagante fantasmagorie florale. Disponibles à partir de mars 2014 dans toutes les boutiques M.A.C. www.maccosmetics.fr

Détente Tous les mercredis soirs les Parisiens peuvent profiter des superbes salons remodernisés de l’Hôtel Sangri-La et déguster un cocktail ou un verre de Champagne accompagné d’une musique DJ. Dans un décor spécialement conçu par la célèbre agence française Your Tailor is a Punk ! ! !, les projections de lumière aux murs et plafonds, les bambous, orchidées et même les élégantes boules-miroirs créent une atmosphère décalée pour des moments exceptionnels. Le barman en chef, Christophe Léger a créé une liste de cocktails Belvédère uniques, exclusivement servis lors de ces soirées. Les Champagnes Moët & Chandon Impérial et Grand Vintage sont également servis à partir de 20€. Sans oublier le menu de dimsum associant des saveurs douces et exotiques pour une collation idéale. Le Salon Shangri est le nouvel endroit qui illumine les nuits parisiennes des mercredis soirs. www.shangri-la.com

Pierres précieuses Roberto Coin présente la Collection Cento qui vous fera découvrir de splendides pierres précieuses. Le collier en or blanc 18,86 carats est constellé de diamants blancs pour un éclat et une brillance spectaculaires. Il est accompagné d’une paire de boucles d’oreilles ornées de boucles de 3,16 carats. www.robertocoin .com


Chronicle by Voltaire

Dream News Step in My Shoes Spring is here and with it comes the latest releases from one of our favorite designers—Christian Louboutin. The women’s selection is comprised of the Khepira handbag as well as the From Sand flat, summer boot and reflects the theme of color blocking, which has a strong presence throughout the collection. The From Sand flat is offered in a soft black nappa leather and a luxurious beige suede, with open heels and toes reminiscent of a Spartan style sandal. The men’s selection highlights bright colors and celebrates the spirit of summer. The Yacht Flat Spikes is an homage to the classic boat shoe, evoking nautical inspiration with its white rubber soles, detailed as a nautical rope. The designer also adds his unique touch to this classic style with the use of tone on tone spikes and metal eyelets adding another dimension to the landscape of the shoe. www.christianlouboutin.com

evenings. Moët & Chandon Impérial and Grand Vintage Champagne are also available starting at €20. Finally, a dimsum menu, combining sweet and exotic flavors, offers an ideal choice of snacks. Shangri Lounge is the new place to be that illuminates Parisian nights every Wednesday. www.shangri-la.com

My Precious Roberto Coin presents the Cento Collection—pieces that will make you discover the splendour of gems. The necklace features white diamonds that bring spectacular luster and brightness. The necklace is set in white gold necklace with 18.86 carats, along with a pair of earrings set with 3.16-carat loops. www.robertocoin.com

A Fantasy of Flowers A dream world bursting with brilliant blooms of colour greets Spring from the beauty masters at M.A.C. A stunning bouquet of shades draws you in with hypnotic movement as a magical fantasy emerges glowing with a floral essence. Rose-coloured hues burst from lustrous Lipstick, while a heavenly hybrid of Mineralize Eye Shadows blossoms with natural splendour. Cheeks are kissed with the graceful glow of Mineralize Blush, and vivid pops of colour flourish as Fluidline and Nail Lacquer bring this flowery fantasia to life. Available starting March 2014 at all M.A.C boutiques. www.maccosmetics.fr

Chill Out Every Wednesday night, Parisians can enjoy the beautiful redesigned lounges of Shangri-La Hotel, Paris and have a cocktail or a glass of Champagne to the sound of a DJ. In a setting specifically tailor-made by well-known French agency Your Tailor Is a Punk!!!, light projections on the walls and ceilings, bamboo, orchids, and even elegant mirror balls create an offbeat lounge atmosphere for exceptional moments. Head Barman, Christophe Léger, has created a special Belvedere cocktail list exclusively for these

43


Des fêtes à la table des chefs… Dans un tourbillon de saveurs. Quelques maestro de la gastronomie vous suggèrent de « petites » idées pour épater vos convives en émoustillant leurs papilles… et faire de votre réveillon un pur moment de bonheur…

HÉLÈNE DARROZE Pour Hélène Darroze, faite de traditions, “Cuisiner c’est vivre, et vivre c’est cuisiner”, c’est pourquoi elle essaye avant tout de retrouver l’instinct et l’émotion qui lui sont chers et ainsi vous proposer une cuisine fidèle à sa sensibilié. Chez elle, trois maitres mots : émotion, authenticité et créativité pour sublimer le produit. For Hélène Darroze, it’s all about tradition: “Cooking is living, and living is cooking”. This explains why her priority is to always tap into the instincts and emotions she holds most dear and to bring dishes that she really “feels” to the table. Three watchwords come to mind: emotion, authenticity and creativity – all geared to enhance the end result. Hélène Darroze 4 Rue d’Assas, 75006 Paris +33 1 42 22 00 11

JEAN-PIERRE VIGATO A la tête d’Apicius, l’une des tables les plus courues de Paris, Jean-Pierre Vigato n’a qu’un credo : toujours plus haut, toujours mieux.. Personnage authentique, sa cuisine est passionnée et inventive, ses saveurs delicates. Il déteste les choses figées, ou trop solennelles, les choses qui manquent de vie. Pour lui, la cuisine, ce n’est pas seulement de l’imagination, c’est aussi de la sensibilité, de la sensualité, bref, cela doit vivre ! The man behind Apicius, one of Paris’ most fashionable restaurants, has only one creed: ever higher, ever better.. Jean-Pierre Vigato is utterly sincere. His culinary creations are full of passion and inventiveness and his flavors subtle and refined. He abhors anything that’s stationary or too solemn – anything that lacks life. In his eyes, cooking is more than just imagination; it’s also sensitivity and sensuality. In a word, it has to be alive! L’Apicius 20, Rue d’Artois, 75008 Paris +33 1 43 80 19 66

44


Celebrating the best chefs A whirlwind of flavor… Some of the greatest gourmet maestros have come up with a few little tips that will help you impress your guests and titillate their taste buds. For a New Year’s Eve celebration that’s nothing short of ecstatic...

THIERRY MARX Sa cuisine créatrice et innovante s’inspire de ses racines françaises mais aussi de ses périples dans les pays asiatiques. Ainsi, Thierry Marx joue d’ingrédients raffinés et ultrafrais, pour réaliser les saveurs et textures avant-gardistes qui ont fait sa réputation ; un style unique qui ne manquera pas d’enchanter votre palais. His creative and innovative culinary creations are the fruit of his French roots but have also been inspired by his various visits to Asia. Thierry Marx plays with ultra-fresh, refined ingredients to come up with the highly original flavors and textures that he is known for. The result is a unique style that will undoubtedly appeal to your taste buds. Mandarin Oriental 251 rue Saint-Honoré 75001 Paris, France +33 1 70 98 78 88


La recette d’eric fréchon Le Bristol 112 Rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris +33 1 53 43 43 00 Chef trois étoilé du Bristol à Paris, Eric Fréchon aime à cultiver la différence. Fidèle depuis toujours à son amour des ingrédients simples, mais bien choisis, aux mariages de saveurs originales et authentiques, sa cuisine est considérée comme « révolutionnaire » et très contemporaine tout en restant un plaisir à là portée de tous les fins gourmets.

Three-star gourmet chef from Paris’ Bristol Hotel, Eric Fréchon likes to be different. He has always nurtured a love for simple but well-chosen ingredients and blends of original, genuine flavors, so much so that his creations are considered revolutionary and highly modern while appealing to all connoisseurs of gourmet cooking.

Carpaccio de saint-jacques sorbet aux huîtres, boule de neige au caviar osciètre iranien

Scallop Carpaccio Oyster sorbet and caviar For 4 persons

Pour 4 personnes

Ingrédients 12 Noix de Saint-Jacques 30 gr de caviar Impérial de Sologne Feuille d’or Crème citron 240g de crème épaisse 60g de jus de citron 10g de sel fin Sorbet huître 450 gr d’huître spéciale et jus

Ingredients 200 gr de crème liquide 150 gr de noix de st jacques 1/4 de jus de citron 1 zeste de citron Métil au citron 400 gr d’eau 8 feuilles de gélatines 2,5 gr de métil 10 gr de sel

12 Scallops 30 g Imperial caviar from Sologne Edible goldleaf Lemon curd 2 0g thick cream 60g lemon juice 10g table salt Oyster sorbet 450g ”Special” oysters with their juice

Progression

200g liquid cream 150g scallops 1/4 lemon juice 1 lemon peel Lemon metil 400g water 8 gelatin sheets 2.5g of m et i l 10g of salt

Faire le sorbet huître. Mixer les éléments et mettre en bol Paco. Pacosser. Mouler dans des cercles de 3,6 cm de diamètre et 2,2 cm de haut. Laisser prendre au dur. Démouler et couper en deux pour avoir deux disques. Réserver au congélateur. La veille, faire les boules de neige de métil citron. Prendre 100 gr d’eau et incorporer le métil. Chauffer en dessous de 45° et faire fondre la gélatine préalablement trempée. Ajouter le sel et monter avec les 300 gr d’eau restante comme une mayonnaise. Incorporer le jus de citron. A l’aide d’une poche à pâtisserie, remplir des moules flexipan demi-sphérique de 3 cm de diamètre et 1,5 cm de haut. Laisser prendre au congélateur. Une fois pris, creuser à l’aide d’une cuillère à pomme parisienne de 2 cm diamètre. Laisser au congélateur.

Progression

Dressage

Presentation

Tailler les noix de Saint-Jacques en carpaccio un peu épais. Badigeonner le fond d’assiette de crème épaisse assaisonné et citronnée. Dresser la rosace de Saint-Jacques proprement. Assaisonner d’huile d’olive et citron, de sel de Guérande et de poivre. Décorer à l’aide de pluches d’aneth sur tout le tour. Mettre un disque de sorbet au centre. Garnir les demi-sphères de métil avec du caviar et former des boules. Déposer sur le sorbet, ajouter une pointe de caviar dessus et terminer avec de la feuille d’or. Servir aussitôt.

Cut the scallops into slightly thick Carpaccio slices. Daub the bottom of the dish with seasoned, lemony thick cream. Arrange the scallops in a rose formation. Season with olive oil, lemon, salt and pepper. Decorate with dill around the edges of the dish. Place a sorbet disk in the center. Garnish the semi-spheres of metil with caviar and shape them into balls. Place them on the sorbet, add a hint of caviar and place the gold leaf on top. Serve immediately.

Make the oyster sorbet. Mix the ingredients, place in a Pacojet and blend. Place in a 3.6cm by 2.2cm pan and leave to harden. Remove from pan and slice in two to obtain two disks. Place in freezer. The day before, make the lemon metil snowballs. Add the metil to 100g water. Heat below 45° and melt the previously-soaked gelatin. Add salt and make into a mayo with remaining 300g of water. Work in the lemon juice. Using a pastry bag, fill semi-spherical flexipan molds ( 3cm long by 1.5 cm high). Leave in freezer to harden. Then hollow with a 2cm-diameter small scoop spoon. Leave in freezer until time to serve.

46


La recette de Pierre Gagnaire Pierre Gagnaire 6 Rue Balzac 75008 Paris +33 1 58 36 12 50

Blanquette de veau, étuvée champignons/pamplemousse, oignons grelots et gingembre frais

Blanquette de veau (veal stew) with stewed mushrooms and grapefruit, pearl onions and fresh ginger

Pour 4 personnes

For 4 persons

Ingredients 0,400kg de jarret de veau sans os 0,400kg de poitrine de veau sans os 1 carotte coupée en tronçons 1 oignon blanc coupé en deux piqué d’un clou de girofle 1 blanc de poireau taillé en tronçons 1 petit bouquet garni 1,5 litres d’eau de source 30g de farine 80g de beurre 120g de champignons de Paris boutons prêts à cuire

Ingredients 120g d’oignons grelots 2 pamplemousses rosés dont on aura récupérer les segments avec le jus 5cl miel de châtaignier 120g de crème fraiche 80g de gingembre frais taillé en fine brunoise 80g de pomme verte taillée en fine brunoise Jus de citron Sel fin / sel gros / poivre blanc du moulin / sucre

0,400kg boneless veal hock 0,400kg boneless veal breast 1 sliced carrot 1 white onion sliced in half and pricked with a clove 1 sliced leak 1 small “bouquet garni” (mixed herbs in a bundle) 1,5 liters of bottled water 30g of flour 80g of butter 120g of white mushrooms primed

for cooking 120g of pearl onions 2 pink grapefruits – segments and juice 5cl chestnut honey 120g of fresh cream 80g finely chopped fresh ginger 80g finely chopped green apples Lemon juice Table salt / sea salt / white pepper to grind / sugar

Cuire la viande :

Cook the meat:

Dans une grande casserole, mettre la viande découpée en morceaux de 40g, les carottes, les poireaux, les oignons blancs piqués, le bouquet garni. Mouiller avec l’eau de source, saler légèrement au gros sel, porter à ébullition, écumer. Réduire la chaleur, ajouter la moitié du gingembre frais, laisser cuire pendant une heure environ. Vérifier la cuisson, la viande doit être moelleuse, sans résistance.

Put the meat, sliced into 40g pieces, into a large saucepan. Add the carrots, leaks, clove-pricked onions and bouquet garni. Dampen it with bottled water, lightly salt it with sea salt, then bring to the boil. Then skim. Reduce the heat. Add half the fresh ginger then leave it to cook for about one hour. Check the consistency: the meat should be tender.

Pendant cette cuisson, préparer :

While the meat is cooking, prepare:

1/Le roux Dans une petite casserole, chauffer 30g de beurre, ajouter la farine, cuire 5 minutes à feu doux en remuant au fouet. Débarrasser, laisser refroidir.

1/The roux Heat 30g of butter in a small saucepan. Add the flour. Cook for 5 minutes on a low heat, and whisk. Take it off the heat and let it cool.

2/champignon Cuire à couvert les champignons avec 30g de beurre, un trait de jus de citron, un peu d’eau et du sel, débarrasser.

2/Mushrooms Cook the mushrooms in a closed saucepan with 30g of butter, a hint of lemon juice, a little water and some salt. Remove from the heat.

3/oignons grelots Répartir les oignons sur une seule épaisseur dans une casserole plate, ajouter 20g de beurre, une pincée de sucre, saler, mouiller à hauteur d’eau, couvrir au contact d’un papier cuisson, cuire doucement jusqu’à évaporation complète du liquide. Débarrasser.

3/Pearl onions Arrange a single layer of onions in a flat saucepan. Add 20g of butter, a pinch of sugar and some salt. Cover with water then cover with baking paper. Cook it slowly until all the liquid has evaporated. Remove from heat.

4/pamplemousse Mettre à cuire dans une poêle le jus et les segments de pamplemousse avec le miel. Faire réduire presque à sec, ajouter alors 1 pincée de curry. Cuire encore 3 minutes.

4/Grapefruit Cook the grapefruit pieces and juice in a frying pan, with the honey, until almost dry. Add 1 pinch of curry powder. Cook for a further 3 minutes.

5/Méler tous les éléments précités, les tenir au chaud. On ajoutera le gingembre frais juste avant de servir.

5/Mix all the above ingredients and keep them warmed. The fresh ginger is added just prior to serving.

Terminer la blanquette :

Finish the blanquette (veal):

Egoutter et séparer la viande des légumes. Passer le bouillon de cuisson au chinois. Réduire celui-ci à ½ litre, lier en ajoutant petit à petit le roux froid en remuant au fouet, ajouter la crème bouillante, laisser mijoter 10 minutes environ. Ajouter la viande cuite, les champignons, les oignons grelots, laisser mijoter quelques minutes, rectifier l’assaisonnement.

Drain to separate the meat from the vegetables. Drain the stew to retrieve the juice. Reduce it over the heat to ½ liter and gradually whisk the cold roux into it. Now, add the boiling cream and let it simmer for about 10 minutes. Add the cooked meat, mushrooms and pearl onions and simmer for a few minutes. Adjust the seasoning as required.

Dresser en cocotte, déposer le mélange de légumes et répartir dessus la brunoise de pomme verte.

Lay out on a casserole dish. Pour the vegetable mix over it and spread the green apple slices over the top.

47


La Chronique de Voltaire

Chef Philippe Labbé :

à la découverte de L’Abeille oublier l’abeille, son emblème favori. L’Abeille rend hommage à l’histoire et au patrimoine français en offrant une cuisine sophistiquée préparée spécialement pour les palais les plus délicats. Le restaurant lui-même offre des tables procurant espace et intimité pour apprécier les créations du chef et s’imprégner de la vue sur les jardins. Ici, tous les plats changent en fonction des saisons et seuls les ingrédients les plus frais sont utilisés. Les produits de toutes les régions de France forment la base des plats principaux que prépare le chef, comme le saumon de l’Adour, le Homard bleu de l’Île de Sein ou les grenouilles en provenance de la Loire Atlantique.

La gastronomie française est aujourd’hui une véritable forme d’art comme en témoigne le nombre d’établissements et de chefs lauréats d’étoiles du Michelin. Les critères de haute cuisine sont toujours plus élevés et les gourmets fréquentent régulièrement ces établissements afin d’y découvrir de nouvelles créations culinaires. Quand le Shangri-La Paris a ouvert ses portes il y a quelques années, les familiers du groupe hôtelier attendaient avec impatience ce que cette propriété de luxe allait dévoiler. Cet hôtel est non seulement célèbre pour son excellent service mais également pour ses créations culinaires. Il n’était donc pas surprenant que le chef Philippe Labbé soit nommé chef cuisinier du Shangri-La au sein de cette superbe propriété parisienne.

Pour ceux qui souhaitent déguster le meilleur de ce que L’Abeille a à offrir, le Menu dégustation est un must absolu : quatre plats et leurs verres de vin, sélectionnés spécialement par le sommelier du restaurant. Pour ceux qui préfèrent un repas plus léger, le chef recommande le bar de l’Île d’Yeu, la fraîcheur du poisson sans les goûts relevés des sauces ou des condiments. Mais le plat à surtout ne pas manquer (et nous sommes sérieux), est le foie gras de canard de Mitteault. Ce mets délicieux ne ressemble à aucun foie gras que vous dégusterez à Paris : le foie gras est tendre et revenu à la poêle, laqué et fumé au cigare Cohiba, puis servi avec une poire et des truffes sautées. Le mélange des goûts et le parfum unique que procure la fumée du cigare Cohiba font de ce plat un met inoubliable.

Chef étoilé Le chef cuisinier Philippe Labbé est coutumier des bonnes tables. Il a été le sous-chef d’Eric Briffard au Plaza Athénée après avoir officié au Relais Bernard Loiseau et chez Bernard Boyé, deux grandes institutions de la gastronomie française. En tant que chef, il est fier d’apporter toute l’attention nécessaire aux détails qui accompagnent chacun de ses plats, ce qui lui a valu en 2003 sa première étoile Michelin comme chef du Château de Bagnols (Beaujolais). En 2009, Philippe Labbé a rejoint l’hôtel Sangri-La à Paris et moins d’un an plus tard, Michelin lui décernait deux étoiles pour son restaurant renommé L’Abeille.

Patrimoine culinaire

Le nombre de tables étant limité, il est préférable de réserver par téléphone au +33 (01) 53 67 19 90 or email abeille.slpr@shangri-la .com

Bâtiment historique, l’Hôtel Shangri-La de Paris a jadis abrité la demeure du petit-neveu de Napoléon Bonaparte, le prince Roland Bonaparte. Le style napoléonien des splendides salles de l’édifice a été préservé, sans

Par Michealle Torres

48


Chef Philippe Labbé :

Discovering L’Abeille In France, dining is truly transformed into an art form, as evidenced by the number of Michelin stars the establishments and chefs here have gathered. The standard for haute cuisine remains at its highest and gourmands make regular visits just to see what the chefs here are up to. When Shangri-La Hotel Paris opened its doors a few years ago, those familiar with the hotel group eagerly anticipated what this luxury property had to offer. Not only is it a hotel famous for its excellent service, but for its culinary offerings, as well. It came as no surprise, then, that none other than Chef Philippe Labbé was asked to helm the kitchens of the magnificent property in Paris as the Shangri-La’s Executive Chef.

bee. L’Abeille (in French), pays homage to French history and heritage by offering sophisticated cuisine made especially for the most discerning of palates. The restaurant itself is cozy, with tables that afford diners a fair amount of space to enjoy the chef’s creations and soak in the view of the gardens just next door. One of L’Abeille’s special characteristics is that all the dishes change according to the season, assuring that only the freshest ingredients are used. Products and produce from all the regions of France give inspiration for the chef’s main dishes, such as salmon from the Adour river, Blue Lobster from Ile de Sein, or French frogs from the Loire Atlantique.

Counting Stars

For those who want to sample the best of what L’Abeille has to offer, the Degustation Menu is highly recommended—a four-course meal with wine pairing by the glass, especially selected by the restaurant’s sommelier. Light eaters are encouraged to try the Sea Bass from L’Ile D’Yeu, as the fish brings such a fresh taste to the palate, not overpowered by sauces or condiments. But what everyone must not miss (and we do mean must not) is the Mitteault Duck Foie Gras. This very delectable dish is unlike any foie gras you would taste in Paris: the tender foie gras is pan-fried, laquered, and smoked with Cohiba cigar, and served with sautéed pear and truffle. The blend of tastes, plus the unique addition of the Cohiba cigar smoke makes it an unforgettable dish.

Executive Chef Philippe Labbé is no stranger to fine dining. He assisted Eric Briffard at the Plaza Athénée, having formerly been at Bernard Loiseau’s and Gerard Boyer’s—all institutions in French dining. As a chef, he prides himself in putting much time and effort in the details that come with every dish, a trait that did not go unrewarded as he was awarded his first Michelin star in 2003 as the chef of Château de Bagnols (Beaujolais). In 2009, Chef Labbé joined the Shangri-La Hotel in Paris and in just less than a year after the opening, garnered two Michelin stars for its signature restaurant, L’Abeille.

Heritage Cuisine

As tables are very limited, reservations are encouraged via phone +33(01) 53 67 19 90 or email abeille.slpr@shangri-la.com

A building of historical significance, the Shangri-La Hotel in Paris was the former home of Napoleon Bonaparte’s grandnephew, Prince Roland Bonaparte. As such, much of Napoleon’s character is well-preserved within the building’s magnificent halls, including his favorite emblem—the

By Michealle Torres

49


La Chronique de Voltaire

50


beauty

Chronicle by Voltaire

51


La Chronique de Voltaire

coup de coeur de la rédaction :

Une beauté printanière avec les nouveaux looks de Chanel ! Rédactrice beauté : Marz Atashi Photographe : Piotr Stoklosa Maquillé par : Walter Denechere Coiffure : Kim Chincholle c/o lebigueone.com pour DIVA pro styling Model : Florence EugeneCoup

52


Chronicle by Voltaire

Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint PERFECTION LUMIERE N°12, Chanel. Poudre LES BEIGES belle mine N°20, Chanel. Mascaras LE VOLUME DE CHANEL N°10. Ombre àpaupières ILLUSION D’OMBRE N°82, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE ALLURE VELVET N°44, Chanel.

53


La Chronique de Voltaire

Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint VITALUMIERE AQUA N°30 et N°40, Chanel. Poudre LES BEIGES belle mine N°10, Chanel. Fard à joues poudre JOUES CONTRASTE N°72, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE ALLURE rouge intense N°98, Chanel.

54


Chronicle by Voltaire

Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint VITALUMIERE AQUA N°30 et N°40, Chanel. Poudre LES BEIGES belle mine N°10, Chanel. Fard à joues poudre JOUES CONTRASTE N°72, Chanel. Mascaras LE VOLUME DE CHANEL N°10. Ombre à paupières LES 4 OMBRES N°37, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE ALLURE rouge intense N°98, Chanel. Vernis soin LE VERNIS N°647, Chanel.

55


La Chronique de Voltaire

a- Inspiré par l’envie de liber té de Gabrielle Chanel, le studio de création maquillage a imaginé Les Beiges, un nouvel esprit maquillage simple et intuitif. Enveloppants comme une caresse de lumière. Les Beiges révèlent la belle mine naturelle de chaque femme et procurent une sensation de légèreté, de bien-être et de fraîcheur. Toute l’année, la poudre compacte Les Beiges donne à votre peau cet éclat pur et frais des journées passées au grand air. Poudre Belle Mine Naturelle SPF 15 Les Beiges N°20, CHANEL ; 48,50 euros.

e- Le Vernis Couleur extrême et une haute brillance. Conçu comme un véritable soin, il respecte la nature fragile de vos ongles. Séchage rapide et longue tenue. Le Vernis est constitué d’un système spécifique de résines. Les biocéramides, substances d’origine naturelle qui enrichissent la formule, contribuent �� un effet durcisseur. Le Vernis 605 Tapage, CHANEL ; 22,90 euros. f- Rouge Allure Velvet initie une autre façon de porter du rouge à lèvres. Une alternative à la brillance. Doux comme du velours et confortable comme aucun mat ne l’a été jusqu’ici, il pare les lèvres de couleurs profondes au fini mat intensément lumineux. Aussi hydratant qu’un rouge à lèvres satiné, il se fait oublier telle une seconde peau. Rouge Allure Velvet 44 La Diva , CHANEL ; 31,50 euros

b- Animées de reflets d’or, de bronze et de platine, les nuances iridescentes et lumineuses d’ILLUSION D’OMBRE stylisent le regard à l’extrême, ou le caressent d’un voile de nacres. La sensorialité surprenante de sa texture crème poudrée, soyeuse, légère et longue tenue, invite au maquillage. Ombre à paupières iridescente 93 Impulsion, CHANEL ; 29,9 0 euros. c- Une palette d’ombres à paupières en édition limitée composée de quatre teintes : Pour sculpter le regard, un gris lavande et un brun intense. Pour illuminer le regard, un rose abricot satiné et un ivoire doré. Ombres à Paupières Lumières Facettes 537 Quadrille, CHANEL ; 42 euros.

d

d- ROUGE COCO habille les lèvres d’un geste quotidien, facile, évident. Il est le complice de chaque instant de la vie d’une femme grâce à sa texture crémeuse et douce et à son packaging luxueux et intemporel qui trouve tout naturellement sa place dans le sac à main des femmes d’aujourd’hui. Rouge Coco N°59 Dédicace, CHANEL ; 31,50 euros.

c

e b

f

a

56


Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint VITALUMIERE AQUA N°30 et N°40, Chanel. Correcteur ÉCLAT LUMIERE N°20, Chanel. Poudre UNIVERSELLE LIBRE naturel et transparente N°30, Chanel. Fard à joues poudre JOUES CONTRASTE N°71, Chanel. Eyes Liner ECRITURE DE CHANEL N°10. Mascaras SUBLIME DE CHANEL N°10. Ombre à paupières ILLUSION D’OMBRE N°82, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE ALLURE rouge intense N°104, Chanel.

57


La Chronique de Voltaire

Chanel mise sur un parfum poétique et romantique. Chance Eau tendre est un parfum destiné aux femmes optimistes qui désirent miser sur leur chance, tout simplement. Véritable porte-bonheur, les superstitieuses pourront se précipiter sur ce parfum floral et fruité, aux senteurs de coing mêlées au jasmin et au musc blanc. Il vous accompagnera en douceur dès le printemps. Chance Eau Tendre eau de toilette vaporisateur 150ml, CHANEL ; 108 euros .

58


Chronicle by Voltaire

Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint VITALUMIERE N°20, Chanel. Correcteur ÉCLAT LUMIERE N°20, Chanel. Poudre UNIVERSELLE LIBRE naturel et transparente N°30, Chanel. Fard à joues poudre JOUES CONTRASTE N°86, Chanel. Eyes Liner LIGNE GRAPHIQUE DE CHANEL N°10. Mascaras LE VOLUME DE CHANEL N°10. Ombre à paupières LES 4 OMBRES N°37, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE COCO N°60, Chanel. Vernis soin LE VERNIS N°647, Chanel.

59


La Chronique de Voltaire

Crème hydratante HYDRA BEAUTY, Chanel. Base embellisseur de teint LE BLANC, Chanel. Fond de teint VITALUMIERE N°20, Chanel. Correcteur ÉCLAT LUMIERE N°20, Chanel. Poudre LES BEIGES belle mine N°10, Chanel. Fard à joues poudre JOUES CONTRASTE N°55, Chanel. Mascaras LE VOLUME DE CHANEL N°10. Ombre à paupières LES 4 OMBRES N°34, Chanel. Rouge à lèvres ROUGE ALLURE N°144, Chanel.

60


Chronicle by Voltaire

61


Mon Rituel Maquillage du printemps ! Rédactrice beauté : Marz Atashi Photographe : Piotr Stoklosa Maquillé par : Walter Denechere Model : Florence Eugene

Il n’y pas de bonne ou de mauvaise saison pour notre peau. A chaque période de l’année elle subit des petites attaques qui la fragilisent : le froid, le chaud, l’excès d’humidité, le temps trop sec, la nourriture trop riche, la pollution, les hormones, le stress… On a toute nos petits rituels et nos petites astuces pour prendre soin de notre peau et la rendre plus forte et plus belle face aux agressions de tous les jours. Pour cet article 100 % girls, les filles de la rédac se dévoilent en beauté. Pour se faire, on a fouillé dans notre vanity pour vous parler de nos rituels beautés, avec des nouveaux produits favoris et make-up de folie .

62


Chronicle by Voltaire

63


La Chronique de Voltaire

6 5

8

7

9

1

3 4

2

64


Mon Rituel Maquillage du printemps !

I- Soigner & hydrater 1- Je suis séduite par ce cœur effervescent pour le bain ; une fois fondu dans l’eau on y découvre un message secret à l’intérieur. Alors avant de pomponner votre teint adoptez la rituelle beauté relaxante et bénéfique. Cœur Effervescent, SEPHORA ; prix : 2,50 euros. 2- Profitez de cette pause beauté privilégiée pour vous gommer la peau ou encore laisser poser votre masque avec Supermud, le soin purifiant le plus avancé scientifiquement de GlamGlow, qui traite de manière ciblée les petites imperfections. Supermud 34g, GLAMGLOW ; prix : 49,90 euros. En vente chez Sephora. 3- Pour une mise en beauté rapide le masque-crème onctueux non gras, de texture très fine, Prime Renewing Pack s’utilise tous les matins ou ponctuellement. Nous sommes inséparables, surtout quand le soleil n’est pas au Rdv. Prime Renewing Pack 50ml, VALMONT ; prix : 158 euros. 4- Après le masque hydratant, appliquer le sérum anti-âge spécifiquement formulé pour agir jour et nuit sur l’apparence des rides et ridules. Il est ultra-performant et aide à régénérer la texture de la peau pour une apparence plus jeune. Appliquer 2 à 3 gouttes deux fois par jour sur l’ensemble du visage et sur le contour de l’œil. Repairwear Laser Focus 30ml, CLINIQUE ; prix : 64 euros.

II- Maquiller le teint 5- Avant, j’étais anti-BB. Mais quand j’ai découvert la BB Hydra Guerlain j’ai été agréablement surprise. Mon teint est unifié et lisse, sans traces ni de démarcations. Peut être également utilisé comme soin du jour visage. Super Aqua-Sérum BB+ Hydra 40ml, GUERLAIN ; prix : 39 euros. 6- Quand ma peau va bien (entendez lorsque je n’ai pas d’imperfections disgracieuses) j’applique le fond de teint Double Wear Light d’Estée Lauder, qui illumine le teint en 2 minutes, pour un effet bonne mine et naturel. Il est confortable et léger. Le teint reste parfait au fil des heures. Double Wear Light 30ml, ESTEE LAUDER ; prix : 35 euros. 7- Si non pour un résultat plus sophistiqué appliquez la crème fond de teint Just Time Perfection de Valmont. C’est une crème anti-âge protectrice sublimatrice de teint. Elle peut également s’utiliser seule, ou sur une bb crème pour un fini frais et sans défaut. Just Time Perfection 30ml, VALMONT ; prix : 160 euros. 8- Pour poudrer le tout, je n’ai rien trouvé de mieux que la poudre compacte Perfection Veil Pressed Powder Dolce & Gabbana. Elle provoque une sensation de douceur et de confort à la peau. Un coup de pinceau suffit pour matifier sans effet plaqué. Perfection Veil Pressed Powder 15g, DOLCE & GABBANA ; prix : 49euros. 9- Je vous propose également les Météorites Perles à appliquer en touche finale du maquillage du teint. Chaque teinte de bille a en effet une action spécifique : le rose donne bonne mine, le vert atténue les rougeurs, le mauve attire la lumière et le blanc éclaircit le teint. La quintessence de la poudre libre sous forme de billes. Les Météorites Perles , GUERLAIN ; prix : 45 euros .

65


Mon Rituel Maquillage du printemps !

III-L’application du blush & fards pour les yeux 17- Pour les paupières qui rêvent d’une robe couleur du temps, l’Écrin 4 Couleurs de Guerlain s’inspire de la saison. Un vert aquatique métallisé met le regard en lumière. Un ivoire irisé, accompagné d’un nude satiné et d’une violine mat, racontent une ode à la nature qui renaît. L’application est simple et ludique, permettant toutes les audaces sans risque de se tromper. Écrin 4 Couleurs Fard à Paupières N°503 Les Tendres, GUERLAIN ; prix : 46 euros.

10- Avant de passer le blush, corriger les petites imperfections du teint avec le Crayon correcteur Mister Eraser de Givenchy. On l’applique d’abord sur le doigt, puis sur le bouton et pas directement du stylo. Crayon correcteur d’imperfections Mister Eraser, GIVENCHY ; prix : 25 euros. 11- Pour nous mettre le rose aux joues le blush crème Bubble sera parfait. Ce fard à joues s’applique à même la peau grâce à la forme bombée et à sa formule crème légère joliment pigmentée. Il ne laissera sur les joues qu’un fini satiné à l’inimitable parfum de violette. Météorites Bubble N°02 Cherry, GUERLAIN; prix : 37 euros.

18- Pour un maquillage rapide, efficace et frais, offrez vous l’ombre à paupière crème de Givenchy. Douce, crémeuse mais non grasse, principalement pour les working girls qui se maquillent en voiture et dans le métro car elle s’applique aussi bien au doigt qu’au pinceau. Ombre Couture N°10 rose illusion, GIVENCHY ; prix : 24 euros.

12- Ou pour avoir un teint pétillant d’éclat poudrez vos pommettes avec le blush Trianon de couleur vibrante décoré d’un nœud de Fontanges et d’un ruban perlé. Cette édition collector de DiorBlush nous plonge avec délices dans l’univers esthétique du XVIIIème siècle. En rose pop ou corail vitaminé, les pommettes sont sculptées de fraîcheur. DiorBlush édition Trianon DIOR ; prix : 44 euros.

19- Avant de passer aux mascaras, mon dernier coup de cœur est cette palette fards pour une Beauté Royale. Décorée d’un nœud de papillon et d’un ruban, cette édition collector de la palette 5 Couleurs plonge avec délices dans l’univers du Trianon. Des teintes poudrées de nuances douces rehaussées de couleurs fruitées, une merveille à découvrir et à se procurer sans attendre. Palette Fards à Paupières Haute Couleur N°954 Pink Pompadour, DIOR ; prix : 57 euros.

13- Pour le regard, je vous propose plusieurs gammes; Ombre à paupières Le Prisme Yeux offre à votre regard un dégradé de roses ludiques et joyeux à la texture poudrée. Il se décline en quatre couleurs : un taupe aux nacres micronisées, un rose vintage, un rose pimpant, et un rose irisé et lumineux. Le Prisme Yeux Quatuor N°86 Rose Attraction, GIVENCHY ; prix : 39 euros.

20- Le It des mascaras et l’allié ultime du regard est les cils d’enfer de Guerlain. Une formule novatrice pour un volume maximum, de la tenue et des cils recourbés. Les couches peuvent se superposer en légèreté pour créer un volume sur mesure pour chaque humeur et chaque instant. Des cils d’enfer en un clin d’œil. Maxi Lash Mascara GUERLAIN ; prix : 29 euros.

14- Lancôme m’a séduit également avec la palette Hypnôse Doll Eyes. Le visuel est à tomber, c’est romantique, c’est frais, c’est délicat et c’est exactement l’image que je me fais du printemps. Appliquer le Brown en coin externe et au creux de l’œil, estomper, et finir avec les teintes claires. Les ombres de l’Hypnôse Palette Doll Eyes de la collection French Ballerine de LANCOME ; prix : 49 euros.

21- Devenez sublimes en un temps record grâce au mascara CK One. Avec son effet doux et souple, le mascara CK One nous garantis des cils au volume surmesure. Cette invention audacieuse allonge, donne du volume et recourbe les cils pour un regard spectaculaire. Convient également aux porteuses de lentilles. Volumizing mascara CK ONE ; prix : 23 euros.

15- Pour un look moins sophistiqué, je vous propose le Fard à paupières Fusion Mono, de teinte Céleste. Il n’a l’aire de rien mais c’est une couleur lavande pastel avec une texture professionnelle qui fusionne sur la paupière et s’éclipse à l’application pour n’y laisser que l’ultra-matité d’une couleur dense et poudrée. Une merveille à appliquer aux doigts ou au pinceau. Fard Professionnel haute tenue couleur velours Fusion Mono Matte N°121, DIOR ; prix : 33 euros.

22- Un geste, quatre somptueuses raisons de céder au nouveau mascara couture de Givenchy. Volume, longueur et courbe instantanés: dans une synergie optimale, brosse et formule s’unissent pour défier l’extrême et offrir aux cils la promesse d’une silhouette parfaite. Mascara Noir Couture 4 en 1 GIVENCHY ; prix : 30 euros.

16- Toujours pour un effet naturel et frais, l’Ombre Hypnose Dazzling de Lancôme de teinte rosée permettra de rayonner et illuminer votre regard tout au long de la journée. Ombre à Paupières Ultra Etincelante et Fraiche Hypnose Dazzling teinte N°215 Spinelle Rose. LANCOME ; prix : 28,50 euros.

66


Chronicle by Voltaire

18 17

19

14

13

15

20 10

21

16

12

22

11

67


La Chronique de Voltaire

32 33 24

25

23

27

31

26

30

28 29

68


Mon Rituel Maquillage du printemps !

IV-Illuminer vos lèvres & laquer vos ongles 28- Enfin à chaque femme, sa couleur signature, son attitude... Le Rouge Dior se décline de teintes intemporelles, à la justesse idéale, parfaitement équilibrées. Des nuances lumineuses, nées de l’incomparable expertise couleur de Tyen. Un sublime rose vitaminé, ni trop clair, ni trop foncé, opaque et crémeux. Rouge Dior N°774 Allégresse, DIOR ; prix : 32 euros.

23- Pour celles qui n’aiment pas les gloss qui pensent que c’est gluant, et ca ne tient pas l’effet mouillé sur les lèvres. J’ai trouvé comme alternative Gloss In Love rose oscar de Lancôme. Liquide lors de l’application, il devient crémeux et ultra pigmenté en 2 minutes comme un rouge à lèvres classique, pour une tenue longue durée. Gloss In Love lèvres étincelantes sensation cocon, LANCOME ; prix : 32 euros.

29- Un vernis décidément Couture, aux teintes intenses et ultra-brillantes, qui marque le style, exalte la tenue. Une couche, suffit pour un effet intense et uniforme. La formule nouvelle génération du Vernis signée Givenchy est un must de la saison. Le Vernis Givenchy N°16, Rose Addiction GIVENCHY ; prix : 20 euros.

24- On craque sur le boitier rassemblant 9 rouges à lèvres à texture douce et crémeuse. Les couleurs sont fruitées et brillantes pour un effet bonne mine assuré. S’applique sur les joues et les lèvres, on combine les nuances pour la jouer tout doux ou tout fou. Le Prismissime Euphoric Pink GIVENCHY ; prix : 61 euros.

30- Inspiré des porcelaines du XVIIIème siècle, Dior Vernis édition Trianon se matifie à l’application et dévoile une nuance mauve à l’effet perlé-givré totalement inattendu, pour des ongles dragées. Le vernis Trianon N°187 DIOR ; prix : 24 euros.

25- Avec un maquillage intense sur les yeux, le rouge Interdit Shine de Givenchy sera parfait pour calmer le jeu tout en restant brillant et ultra lumineux. C’est une vraie beauté et qui tient plutôt bien pour un rouge transparent irisé. Rouge Interdit Shine N°36 Rose Sensation, GIVENCHY ; prix : 26 euros.

31- Ajoutez une touche de couleur Pop et ultra-acidulé à vos ongles grâce à la superbe gamme de vernis à ongles de la maison Lancôme. Les couleurs intenses, lisses, uniformes, et hautes tenue. Le Vernis in Love N°366 Rose Satin LANCOME ; prix : 18 euros.

26- Découvrez une nouvelle vision de la couleur dans ce nouveau Rouge à lèvres Pure Color. Cette gamme « Grand Classique » d’Estée Lauder a été réinventée dans une gamme de coloris qui se décline de la tonalité la plus discrète aux nuances les plus intenses. Vos lèvres sont hydratées, magnifiées, fini satiné ou irisé glacé. Pure Color Rouge longue tenue N°72 Red Tango, ESTEE LAUDER ; prix : 25,50 euros.

32- Découvrez également les créations signées Tom Pécheux. Du style jusqu’au bout des ongles. Densément pigmenté pour un effet maximal et une brillance instantanée. Teintes éclatantes disponibles en trois finis satinés, perlé, irisé. Sa nouvelle formule enrichie permet un séchage rapide, une couvrante parfaite et une tenue extrême. Pure Color Vernis à ongles Ballerina Pink, ESTEE LAUDER ; prix : 22 euros.

27- Pour un effet discret tout en restant élégant et fidèle à la maison Estée Lauder, je vous propose également de tester la colorie Pink Parfait. Tenue, couleur, confort et hydratation : ce rouge à lèvres est tout simplement à la pointe. Nouveauté de la saison à tester sans tarder. Pure Color Rouge longue tenue Pink Parfait, ESTEE LAUDER ; prix : 25,50 euros.

33- Allié indispensable d’une féminité accomplie, la Laque Couleur est la promesse d’une beauté exaltée jusqu’au bout des ongles. Ce vernis s’applique de manière idéalement homogène et optimise une parfaite fidélité de la couleur. Vernis à Ongles La Laque Vernis N°463 GUERLAIN ; prix : 24 euros.

69


La Chronique de Voltaire

V-Parfumer votre robe & votre Jules ! 1- Après le succès du parfum emblématique de Givenchy, la marque dévoile sa nouvelle fragrance : Very Irresistible l’Eau en Rose. La rose devient une fleur emblématique qui se dévoile aujourd’hui telle qu’on ne l’avait encore jamais sentie. Very Irresistible L’Eau en Rose Eau de toilette 75ml, GIVENCHY ; prix : 76 euros.

2- Balmain prépare la sortie de sa nouvelle fragrance, développée par Emilie Coppermann. “Extatic est une métaphore olfactive de la femme Balmain, captivante grâce à un savant mélange de légèreté et de conviction”. Eau de Parfum Extatic 90ml, BALMAIN ; prix : 85euros.

3- Le nouveau parfum floral de Kenzo pour les femmes suit la collection Couleur Kenzo Pink et Couleur Kenzo Yellow. Un parfum fruité avec des ingrédients comme la violette, le bleuet et la groseille Un vrai délice fruités. Eau de Parfum Couleur Kenzo Violet 50 ml, KENZO ; prix : 59 euros. En vente chez Sephora.

7 5 9

8

6

8- Délicate et légère, Miss Dior Blooming Bouquet est un bouquet floral tendre. L’Essence d’Orange de Sicile se dévoile en tête et rencontre un cœur floral tendre ou dominent la Pivoine et la Rose Damascena. En touche finale, des notes de musc blanc enveloppent délicatement cette composition printanière. Une fragrance qui incarne l’esprit de Miss Dior dans une interprétation toute en légèreté, pour une jeune femme romantique et irrésistiblement séduisante. Miss Dior blooming bouquet Eau de Parfums Vaporisateur 100ml, DIOR ; prix : 110 euros.

7- Roberto Cavalli lance une nouvelle fragrance pour femme, déjà disponible au Moyen-Orient. Nouveau parfum porte la même belle âme et toutes les autres variantes, Alliance exotique couronné fruits sucrés, fleurs tropicales et crémeuse et la chaleur du bois essentiellement. Exotica Eau de Toilette Vaporisateur 75ml, ROBERTO CAVALLI ; prix : 67 euros.

70


Chronicle by Voltaire

4- Principales caractéristiques de Trésor L’Absolu de Parfum. Un nouveau flacon épuré, séduisant et ciselé, inspiré de la cristallerie de luxe pour cette variation inédite du mythique parfum pour femmes Trésor, sensuelle et moderne, qui laisse un sillage intense. Eau de Parfum Vaporisateur Trésor 50ml, LANCOME ; prix : 88 euros.

5- Parfum Repetto Edition Limitée. Le flacon toujours signé de sa pampille se pare délicatement d’un nouveau costume de scène sous une pluie d’étoiles et de paillettes. Eau de Toilette Vaporisateur 50ml, REPETTO ; prix : 47euros.

6- Une création parfumée absolument indispensable et totalement irrésistible. Le flacon est revisité avec audace et modernité. Dans sa transparence cristalline, dégradée du noir au rose poudré, se dévoile en ombre chinoise la silhouette de la petite robe noire. La petite Robe noire Eau de Parfum Vaporisateur 30ml, GUERLAIN ; prix : 50 euros.

1

3

2

4 10

Pour lui : 10- Red comme la passion, Red comme le désir, Red comme l’interdit; CK One Red : pour un jeune homme fougueux, à la personnalité sous tension; un désir bouillonnant. Rien à cacher, il n’a pas froid aux yeux et aime faire des étincelles. CK One Red Edition for him, Eau de Toilette 50ml, CALVIN KLEIN ; prix: 42,50 euros.

9- Tout comme son nom, percutant et direct, l’homme qui choisit ce parfum GUESS est doté d’une assurance limpide. À l’intérieur de cette fougère boisée très masculin, vous trouverez l’élégance épicée du piment fort, les notes acidulées du pamplemousse et la sensualité de l’essence de vétiver. GuessNight pour homme Eau de Toilette Vaporisateur 50ml, GUESS ; prix : 40 euros.

71


La Chronique de Voltaire

PARIS

CANNES

MONACO

WWW.ESCADA.COM

NICE

LYON

STRASBOURG

BORDEAUX

MEGEVE

72


fashion

Chronicle by Voltaire

73


Special Report:

COUTURE SPRING/SUMMER 2014

Fashion Week

Zuhair Murad

Les défilés haute couture printemps été 2014 sont le premier évènement fashion de l’année. L’occasion de nous donner un avant-goût de la fashion week et de son ambiance festive aussi bien que des envies de printemps. Prestige International vous a sélectionnéles plus belles silhouettes de la saison PE 2014 ! Georges Hobeika, Dior, Gaultier, Versace... tout ce que vous devez retenir de cette fashion week parisienne exceptionnelle !

The Spring/Summer 2014 haute couture shows are the first fashion events of the year. A forerunner of Fashion Week and all the festivities that surround it. A taste of Springtime to come... Prestige International has selected out the finest silhouettes of the Spring/Summer 2014 season! Among them, creations from Georges Hobeika, Dior, Gaultier and Versace. Here are the highlights of this exceptional Parisian fashion week!

Par Marz Atashi

By Marz Atashi

74


Zuhair Murad

Zuhair Murad

Zuhair Murad

Zuhair Murad

Zuhair Murad

Zuhair Murad


Alexandre Vauthier


Atelier Versace JUNYA WATANABE

DSQUARED2 UOMO

PHILLIP LIM

KRIS VAN ASSCHE


Vionnet

Schiaparelli

Alexis Mabille

StĂŠphane Rolland

Elie Saab

Christian Dior

Giambattista Valli

Zuhair Murad

Didit Hediprasetyo


Schiaparelli

Zuhair Murad

Bouchra Jarrar

Ulyana Sergeenko

Julien FourniĂŠ

Atelier Versace

Georges Hobeika

Christian Dior

Eric Tibusch


Tony Yaacoub

viktor & rolf

Georges Hobeika

Christian Dior

Elie Saab

Ulyana Sergeenko

Eric Tibusch

Ulyana Sergeenko

Christian Dior


Zuhair Murad

Alexandre Vauthier

Jean Paul Gaultier

Giambattista Valli

Alexandre Vauthier

Atelier Versace

StĂŠphane Rolland

Vionnet

Alexandre Vauthier


Maison Martin Margiela Artisanal

Zuhair Murad

Atelier Versace

Giambattista Valli

Elie Saab

Atelier Versace

Armani

Maison Martin Margiela Artisanal

On Aura Tout Vu


Oscar Carvallo

L.o.h. Paris

Jean Paul Gaultier

Didit Hediprasetyo

Serkan Cura

Yiqing Yin

Valentino

83


Queens Production / Photographer : Y.ZERB Stylist : Aurore Donguy Make up / Hair : Yoana TG Make up / Hair : Omar Bouker - Mac Products Post Production : Angeline Besigot Models : Thayna @ IMG - Suzana @ Mega Models

84


Lunettes à visière - Claire`s Pull “I Love Gentlemen” - Cache Cache Chemise - Napapijri Culotte - Fifi Chachnil Chaussures - Fly London

85


Sweat Mickey - Forever 21 Boucle d’oreilles Culotte - Jennyfer

86


Maillot de bain : Carioca Collection Boucle d’oreilles : Tatty Devine

87


Bijou de Tete - Manish Arora Robe - Antik Batik

88


Robe – Molly Bracken Collier - Love Tatty Devine

89


Lunettes à visière - Claire`s Pull “I Love Gentlemen” - Cache Cache Chemise - Napapijri Culotte - Fifi Chachnil Chaussures - Fly London

90


Lunette de Soleil - Smiley Collier - F0rever 21 Veste - Daphnea Short - Banana Moon

91


Boucle d’oreilles : - Forever 21 Triangle print Lichtenstein - Smiley Pochette - Kiwi Jupe - Jennyfer

92


Veste : Brigitte bardot Boucle d’oreilles : Tatty devine

93


La Chronique de Voltaire

Blonde a gauche : Lunettes - Givenchy Robe - Andrew GN Bracelet - Maria Francesca Pepe Chaussures - Serkan Cura Brune a droite : Lunnettes de soleil - Lesca Culotte - Antik Batik Top - Ground Zero Chaussures - United Nude

94


Chronicle by Voltaire

95


It Bag, It Shoes, Par Marz Atashi

Malabar, dragée, Barbie, layette… Pour adopter la tendance rose en douceur, on mise une fois de plus sur les accessoires : des escarpins rose malabar pour tonifier une petite robe noire, un collier Dior argent pour donner du pep’s à une chemise en jean, et un sac à main poudré pour adopter la tendance romantique en douceur…

L.K BENNETT Sac RIRI en Cuir rose « Peony ». Prix : 275 €

PAULE KA Chaussures en cuir lisse mat. Prix : 420 €

COACH Ballerine en cuir avec petit nœud rose pâle et agent. Prix : 195 €

COACH Portefeuille en cuir plissé rose pâle. Prix : 260 €

96


It Accessories… L.K BENNETT Sac FLO en cuir rose « Peony ». Prix : 245 €

PAULE KA Sac en cuir façon crocodile. Prix : 350 €

CHRISTIAN DIOR Collier “Diorific” en métal doré habillé de perles de résine crème. Prix : 1 790€

CHRISTIAN DIOR Boucles d’oreilles “Dior Tee Shirt” d’inspiration tribale laquée rose métallisé. Prix : 310€

Candy pink, sugar-coated almond, Barbie doll and babywear… Once again, accessories can be counted on to provide a plethora of soft pinks – candy pink heels to offset a short black dress, a silver necklace to enliven a denim shirt and a powdery purse for a soft, romantic touch…

L.K BENNETT Chaussure RILEY en daim argenté. Prix : 325 €

CHRISTIAN DIOR Pochette “Dior Haute Couture” en lézard rose. Prix : 2 900€

MODE-B.COM Portefeuille zippé en cuir satiné amande détails métallisés. Prix : 265 euros. Disponible sur www.mode-b.com

97


It Bag, It Shoes, It Accessories…

ROBERT CLERGERIE Sandales PONG en cuir perforé. Prix : 520€

L.K BENNETT Chaussure MARLENE en tissu et cuir. Prix 225 €

CHRISTIAN LOUBOUTIN Escarpins Geo Pump en toile et cuir. Prix: 525 euros SELIMA OPTIQUE Heathaboo black & white (en acétate). Prix: 290€

Le trio Noir, Blanc, Rouge… Parce qu’elle s’adapte aussi bien à un style street que chic, la tendance graphique rouge, noir, blanc, est mon coup de cœur pour le printemps 2014 !

CHRISTIAN LOUBOUTIN Sweet Charity bag: en cuir. Prix: 1495 euros SWAROVSKI Montre Crystalline Red en cuir, acier inoxydable & cristal. Prix : 279€

98


It Bag, It Shoes, It Accessories…

CHRISTIAN LOUBOUTIN Paralili: Escarpins en cuir et pvc. Prix : 595 euros

ROBERT CLERGERIE Derbies JOELLA en cuir perforé. Prix : 390€

PAULE KA Foulard en twill. Prix: 140 € PAULE KA Sac en twill. Prix : 290 €

The Black, White and Red trio… Graphic style is my personal favorite for this Spring 2014 season because it lends itself to streetwear and chic alike!

CHRISTIAN LOUBOUTIN Just Soon: Sandales en toile et cuir. Prix : 595 euros

SELIMA OPTIQUE Catherine black & red (en acétate). Prix : 295€

99


It Bag, It Shoes, It Accessories…

SWAROVSKI Collier Afternoon en métal doré et cristal. Prix: 549€

VERSACE Sac à main de la ligne “Vanitas”, en cuir et python bleu avec pendentif “Méduse” noir et doré verni, aux environs de 2350€.

COACH Chaussures talon compensé en cuir camel. Prix : 195 €

COACH Clutch Patchowork en cuir. Prix : 695 €

Focus Camel, Choco et émeraude… Des reflets châtaigne, miel ou mastic, le Camel s’est ainsi imposé comme l’un des fers de lance du renouveau classique qu’est en train de vivre la mode. Les tons crème et bruns associés au vert émeraude vont créer un look discret et chic!

CHRISTIAN DIOR Grand sac “Lady Dior” en crocodile brillant vert, poignées métalliques argentées et charms gainés de crocodile vert. Prix: 23 500€

GIUSEPPE ZANOTTI Collier plastron prix 995 €. Tel lecteur 01 47 03 02 60

LONGCHAMP Sac Roseau Héritage Sahara 690 euros

100


It Bag, It Shoes, It Accessories…

CHRISTIAN DIOR Ceinture “Diorific” en python peint à la main. Prix: 600€

ROBERT CLERGERIE Derbies JACLOU en cuir doré clouté. Prix : 470€

COACH Sac cabas en cuir marron imprimé crocodile. Prix : 695€ CHRISTIAN LOUBOUTIN Riviera clutch: en ayers. Prix : 1395 euros.

SWAROVSKI Montre Octea Sport Ultra Mocca en caoutchouc, acier inoxydabl et cristal. Prix: 659€

Camel, Chocolate and Emerald… With its chestnut, honey or putty-colored glints, Camel is the spearhead of the neo-classic wind that is currently blowing through the fashion world. Cream and brown shades combined with emerald green make for optimal discretion and elegance! BLACK RIBBON Chaussure ARIANNA en Cuir vert forêt. Prix : 475 €

GIUSEPPE ZANOTTI Escarpins en python naturelle. Prix: 1075€

MODE.B Cabas en cuir havane. Prix: 1195 euros

101


It Bag, It Shoes, It Accessories…

SARENZA,New Balance. Prix: 80 €

WALTER STEIGER Angie derby compenséàlacets en toile imprimée. Prix : 580€

PAULE KA Escarpins en satin duchesse, talons en bois. Prix : 350 €

CHRISTIAN LOUBOUTIN Farfasmesh: sandales en résille et velours. Prix: 885 euros

Color Block ! Le Color Bloc fait de la résistance et continue son onde de choc cet été. Orange, jaune, bleu lagon, vert acide, fuchsia, ultra-violet ou rose bubble-gum… Rien de plus chic que d’arborer une allure vitaminée aux couleurs acidulées.

VERSACE sac de la ligne “Palazzo” en raffiaavec un impriméàfleurs multicolores, et un méduse en métal argenté. Prix: 2350 euros

CHRISTIAN LOUBOUTIN So Liz: sandales en satin. Prix: 695 euros

PAULE KA Escarpins en satin duchesse, talons en bois. Prix: 350€

102


It Bag, It Shoes, It Accessories…

ROBERT CLERGERIE Sandale SAMOS en veau velours et talon métallique. Prix: 390€ PAULE KA Sac en twill. Prix : 290 €

WALTER STEIGER Amena sandale multi-brides en cuir verni bleu. Prix : 530€ L.K BENNETT Chaussure SUMMER en cuir blanc et vinyle rose. Prix: 375 €

SWAROVSKI Montre OcteaSport Ultra Purpleen caoutchouc, acier inoxydablet cristal. Prix: 659€

Color Block! The Color-Block trend is still in full blast this summer. Orange, yellow, lagoon blue, acid green, fuchsia, ultra-violet and bubble-gum pink… An acidulous, pepsy, vitamin look, for guaranteed chic.

VERSACE sandales jaunes àplateau en cuir d’agneau avec des attaches métaliquesargentées. Prix: 1600€

SWAROVSKI Lunettes de soleil Djuliaen acetateet cristal. Prix sur demande

SWAROVSKI Collier Adeniumen métal rhodié, bois, émail et cristal. Prix : 295€

103


La Chronique de Voltaire

104


Chronicle by Voltaire

East Meets West New York Photographer: Eniko Szucs Stylist: Sarah Gentillon

Makeup: Mirna Jose Hair: Yasutake Kosaka Model: Lindsay Phenix @RED models Prop Styling: Cybel Gonzalez Photo assistant: Maria Panina Stylist assistant: Shawnte Brown JOSIE NATORI Dress and Jacket

105


Lie Sang Bong Jacket ,Shirt, and Pants

106


Jason Wu Bra, Top, and Skirt; Oscar Tiye Shoes

107


La Chronique de Voltaire

108

Katie Ermilio Top


Chronicle by Voltaire

109

Katie Ermilio Dress. Walter Steiger Shoes


Pamella Roland Cropped top, Jacket and Bottom

110


Zuhair Murad Dress

111


La Chronique de Voltaire

WORK IT Yellow Dress from Mustard seed http://www.mustardseedclothing.com Blue High Heels from Wild Rose http://www.styleupgirl.com/default.asp

112


Chronicle by Voltaire

Photography: Dalton Louis Stylist: Elena Caraballo Montero Make up: Takahiro Okada Hair Stylist: Nicholas Shatara for Phyto Hair Care Manicurist: Yuki Makishi for Priti NYC @Rona Represents Model: Veronika @Red NYC

High heles from Aldo Blue Handbag from Forever21 Orange Dress from LumiĂŠre

113


La Chronique de Voltaire

114

Blue Dress From Darling Clothes http://www.darlingclothes.com High heles from Aldo Pashmina from Nepali by TDM http://www.tdmdesigninc.com


Chronicle by Voltaire

Coral Top from Moon Collection http://www.mooncollection4u.com/main.asp?lang=en Flower trousers from Under Skies http://underskies.myshopify.com

115


La Chronique de Voltaire

Yellow Dress from Mustard seed http://www.mustardseedclothing.com Jacket from Dana Maxx https://www.dana-maxx.com Fuchsia Handbag from C Wonder http://www.cwonder.com

116


Chronicle by Voltaire

117

Necklace: Xuan-Thu Nguyen http://www.x-tn.nl/home Top fuchsia from Everly http://everlyclothing.com Green trousers from Cals High Heels from Aldo Mustard Handbag from Ami club wear


La Chronique de Voltaire

L’AIR DU TEMPS Photographe : Chrisma Lan

Conception visuel : Tuan Taiko

Stylist: Benjamin Orion Mannequin: Natalia Adamowska @ Women Management Maquillage: Laura Forget @ Artlist Coiffure: Nabil Harlow @ B-agency Opérateur numérique: Semmy Assistants Photo: Florian, Thierry, Sophie Assistant Stylist: Cyril Merci à: Studio LE PETIT OISEAU VA SORTIR, Jean-Marc Locatelli Agence WOMEN Management, Jérémy Kouyaté

118


Chronicle by Voltaire

119


La Chronique de Voltaire Veste et Top, Jean Paul Gaultier Legging, Giorgio Collier, Jean Paul Gaultier Bracelets et Bague, Bernard Delettrez Chaussures, United Nude


Chronicle by Voltaire

Veste fourrure ĂŠpaules, pantalon et soutien gorge, On Aura Tout Vu Chaussures, Walter Steiger Collier, Mawi Bracelet, Isharya Bague, Kanupriya


La Chronique de Voltaire

Manches cuir et strass , Soutien Gorge et Pantalon, On Aura Tout Vu Colliers, Elena Meyer Bagues, Isharya Chaussures, Dior


Chronicle by Voltaire Body dentelle, Paloma Casile Mini Jupe Cuir, Jitrois Manche cuir, On Aura Tout Vu Bagues, Bernard Delettrez Collier pierres, Jordane Somville


La Chronique de Voltaire Gilet, Tsolo Munkh Culotte taille haute, On Aura Tout Vu Gants mitaines, Glove Story Sautoir Rosantica chez L’eclaireur Sac, On Aura tout Vu


Chronicle by Voltaire

Sweat cuir, Dsquared² Culotte taille haute, Paloma Casile Chaussures, Christian Louboutin Collier et Bague, On Aura Tout Vu Sac, Karl Lagerfeld


new man of prestige

New man of Prestige Dsquared2 Classic

Les célèbres jumeaux canadiens Dan et Dean, ont développé une nouvelle gamme capsule nommée Dsquared2 Classic. Une collection inspirée des plus beaux looks chics et élégants des grandes villes mondiales, et créée spécialement pour les hommes d’affaires en leur proposants 7 modèles de costumes dont 2 smokings portant chacun le nom de grandes métropoles : Milan, New York, Hollywood, Londres, Paris, Toronto et Beverly Hills. Fabriquée avec des matières luxueuses telles que la laine, le satin ou la soie ; la ligne se compose de 93 pièces sélectes : Manteaux, costumes, chemises, pulls… La collection aux allures dandy et Rock’n’roll, avec des inspirations vintage et des motifs nid d’abeilles, rayures tennis, ou Prince de Galles…

Un parfait british Style ! C’est d’ailleurs dans les nombreux accessoires de la gamme que l’on retrouve un style plus osé : mallette en cuir impression d’autruche, cravate bicolore à détails brodés, gants en cuir ou encore les boutons de manchettes… Fiers de leur dernière collection, les deux frères créateurs et directeurs artistiques de la marque veulent que l’Homme devienne un emblème d’élégance et un Homme de style dans la vie de tous les jours. La collection Capsule Dsquared2 Classic, s’inscrit parfaitement dans cette idée et offre à la gente masculine une multitude de choix pour une élégance en toute subtilité . Par Marz Atashi

126


127


128


new man of prestige

New man of Prestige Dsquared2 Classic The famous Canadian twins, Dan and Dean, have developed a new capsule collection named Dsquared2 Classic. It is inspired by the most chic and elegant looks from the world’s greatest cities and designed especially for businessmen. It includes 7 suit models, including 2 tuxedos, named after the great metropolises of Milan, New York, Hollywood, London, Paris, Toronto and Beverly Hills. The line contains 93 select pieces (coats, suits, shirts and sweaters), all made from luxurious fabrics such as wool, satin and silk. The whole collection has a dandy and Rock’n’roll feel about it, with a vintage edge, and patterns ranging from honeycomb to tennis strips and Prince of Wales.

Perfectly British! The many accessories of the range are more daring and bold: ostrich skin impression leather, embroidered two-toned neckties, leather gloves and cufflinks. The two brothers – who are also the brand’s artistic directors – are proud of their latest collection. Their goal is to make Man an emblem of elegance and style in his everyday life. Fiers de leur dernière collection, les deux frères créateurs et directeurs artistiques de la marque veulent que l’Homme devienne un emblème d’élégance et un Homme de style dans la vie de tous les jours. The Dsquared2 Classic capsule Collection follows this purpose perfectly, giving men a whole range to choose from, to achieve that subtle elegant look. Par Marz Atashi

129


new man of prestige

KRISVANASSCHE 2014 2014 Spring/Summer Footwear Collection

KRISVANASSCHE présente sa collection de sneakers printemps/ été 2014. L’omniprésence de l’imprimé crocodile règne plus ou moins sur chaque modèle et de nouveaux designs font leur entrée dans cette collection tels que les deux modèles de running blanche et noire. D’autres modèles qui ont déjà connu du succès tels les sneakers à lacets de côté, ont été renouvelés avec de nouveaux coloris et jeux de matières. La collection est à présent disponible en boutique KVA et chez les revendeurs sélects.

130


new man of prestige

KRISVANASSCHE introduces its sneaker collection for Spring/Summer 2014. Crocodile prints grace almost every model and there are new designs also in this collection, including the running shoes in black or white. Other, formerly-successful models, such as the side-lacing sneakers, have been repeated, except with new shades and fabric combinations. The collection is now available at the KVA store and from specific resellers.

131


new man of prestige

lanvin célèbre ses

125 ans de création.

Créée en 1889 par Jeanne Lanvin, la Maison LANVIN souffle ses 125 bougies en 2014. Une occasion de se replonger dans l’histoire passionnante de la plus ancienne maison de couture française à travers les réseaux sociaux.

125 ans sur Lanvin.com Le site internet www.lanvin.com accueillera une toute nouvelle rubrique “HISTOIRE LANVIN”. Elle s’accompagnera d’un changement de technologie spécifique à cette partie pour optimiser l’expérience visuelle du visiteur : des photos exclusives du patrimoine Lanvin, des vidéos d’archives mais aussi des gouaches d’époque Jeanne Lanvin uniques dans les annales de la mode, qui retraceront les 125 ans de création. Une invitation au voyage à travers les codes de la plus ancienne maison de couture française encore en activité. Cette nouvelle rubrique sera dévoilée début Février 2014.

historique au numéro 22 de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Une pièce soigneusement conservée, à l’abri des regards, dans laquelle la créatrice faisait ses essayages et rassemblait ses livres d’inspirations. Sa “bibliothèque d’étoffes” comme elle aimait la nommer, réunit des livres de broderies, des revues d’époque, des carnets de voyages… Pour retrouver facilement ces différents contenus sur l’application, le hashtag # Lanvin125 sera ajouté en description des visuels.

125 ans sur la griffe LANVIN Pour cette occasion, un “125” a été apposé sur le logo de la maison, sous le célèbre dessin de Paul Iribe représentant Jeanne Lanvin et sa fille Marguerite.

125 ans sur Instagram

C’est en effet en 1889, à l’angle de la rue Boissy d’Anglas et de la rue du Faubourg Saint-Honoré, que Jeanne Lanvin installe sa maison de mode. Cette adresse mythique deviendra celle de sa maison de couture. Huit ans plus tard, sa fille unique Marguerite, Marie, Blanche naît et devient sa première source d’inspiration, sa muse. Dans l’éblouissement d’être mère, cette femme volontaire entrevoit soudain une nouvelle horizon : le vêtement d’enfant. Une garde-robe merveilleuse se dessine peu à peu pour Marguerite. Jeanne Lanvin vient d’inventer la mode enfantine. Les clientes de la boutique, où les mères des petites filles inscrites dans le même cours privé, tombent sous son charme. Elles sollicitent la couturière qui réalise les mêmes tenues pour leurs enfants. Dans l’euphorie des commandes passées par ses clientes pour leurs propres filles, Jeanne Lanvin ouvre un département « Costumes d’Enfant » en 1908. Un an plus tard, les départements « Jeune Fille et Femme » voient le jour. Jeanne Lanvin adhère alors au Syndicat de la couture et entre dans le monde très fermé des « Maisons de couture ». Et à mesure que Marguerite grandit et devient femme, le style Lanvin suit la même évolution .

Sur Instagram (@lanvinofficial), la maison dévoilera chaque Jeudi à ses 225 000 fans un objet du bureau de Jeanne Lanvin, situé dans l’immeuble

Par Marz Atashi

125 ans sur Facebook Le coup d’envoi des festivités a été donné le 1er Janvier sur la page Facebook LANVIN (www. facebook.com/LANVINofficial), jour de l’anniversaire de sa créatrice, Jeanne Lanvin, (née le 1er Janvier 1867 à Paris). À travers sa Timeline, la page dévoilera chaque Jeudi à l’ensemble de ses fans un contenu exclusif retraçant les dates qui ont fait l’histoire de la Maison.

125 ans sur Pinterest Le site Pinterest (http://www.pinterest. com/lanvinofficial) reprendra des tableaux d’images ou de vidéos qui illustrent les codes ou les thèmes de l’univers Lanvin. Chaque tableau sera accompagné d’une description ou d’une anecdote. Les 5 premiers tableaux représenteront : Jeanne Lanvin, sa fille Marguerite, les chapeaux Lanvin, le logo de la maison et le Bleu Lanvin.

132


Chronicle by Voltaire

LANVIN celebrates 125 years of design. Established in 1889 by Jeanne Lanvin, LANVIN is celebrating 125 years of existence in this year of 2014. The perfect opportunity to learn about the enthralling story of the oldest fashion house in France, through various social media channels.

125 years on Lanvin.com The internet site, www.lanvin.com, will gain a brand new page about Lanvin’s history. It will include specific technology, allowing the visitor to enjoy a special visual insight, with exclusive photos of the Lanvin heritage, videos from the archives, and watercolors by Jeanne Lanvin herself (unique pieces in the history of Fashion). A chance to retrace Lanvin’s journey over the last 125 years, since its inception, and an invitation on a journey via the codes of the oldest French fashion house that’s still running. New page available from February 2014.

125 years on Facebook The festivities were launched on January 1st, via the LANVIN Facebook page (www.facebook.com/LANVINofficial). This was the anniversary of the very birth date of the founder, Jeanne Lanvin (born January 1st, 1867, in Paris). Every Thursday, the page publishes exclusive content on its Timeline, for its fans, retracing the key dates in the history of the company.

125 years on Pinterest Pinterest (http://www.pinterest.com/lanvinofficial) will be publishing posts of images or videos that illustrate the codes or themes from the Lanvin world. Each post will be accompanied by a description or some anecdote. The first 5 pins are illustrations of Jeanne Lanvin, her daughter Marguerite, Lanvin hats, the Lanvin logo and the blue that’s so characteristic of Lanvin.

125 years on Instagram

at 22 rue du Faubourg Saint-Honoré) to its 225 000 fans. This room has been carefully preserved, behind closed doors; this is where the designer and founder of Lanvin had her creations tried on and where she kept her books full of inspirations and ideas. Her “fabric library”, as she liked to call it, contains embroidery books, magazines from that time and travel logs. The # Lanvin125 hashtag will be included with the pictures to give easy access to this content in the application.

125 years of the LANVIN brand To celebrate this achievement, “125” has been added to the company logo, beneath the famous Paul Iribe drawing depicting Jeanne Lanvin and her daughter Marguerite. In 1889, Jeanne Lanvin set up her fashion house on the corner of rue Boissy d’Anglas and rue du Faubourg Saint-Honoré (in Paris’ 8th district). This mythical address went on to become the premises of the establishment we know today. Her only daughter, Marguerite Marie Blanche was born eight years later and became her first source of inspiration, her muse. The wonders of motherhood gave this strong-headed woman a brand new sense of opportunity: children’s clothing. Little by little, she designed a stunning wardrobe for Marguerite, invented children’s fashion ipso facto. Customers in her store and mothers of girls in her daughter’s private school fell in love with her designs. They asked her to make the same for their own children. Euphoric from all these orders, Jeanne Lanvin opened a “Children’s Costumes” department in 1908. One year later, the “Young girl and woman” department was also opened. At this time, Jeanne Lanvin joined the Dressmaker’s union and entered the exclusive, esoteric world of “Fashion Houses”. Lanvin’s style changed as Marguerite grew older. Par Marz Atashi

Every Thursday, via Instagram (@lanvinofficial), Lanvin will reveal an object from Jeanne Lanvin’s office (located in the historical Parisian building

133


La Chronique de Voltaire

134

Black Suit : Philipp Plein Leopard Print Blouse: Escada Poppy Haze Triple Pendant : Holst + Lee Gloves: Portolano


Chronicle by Voltaire

Suited for

Spring Photography: Eric Hason Style Editor: David F Zambrana

Makeup: Aeriel Payne at Ken Barboza using M.A.C. Hair: Isaac Davidson at Wigbar using Redken Manicurist: Naoko Saita using Priti NYC Model: Britt Linn at Red Model Management Sofitel New York

135


La Chronique de Voltaire

Suit: Julia Jentzsch Shoes: Giuseppe Zanotti Necklace and Bracelet: iosselliani

136


Chronicle by Voltaire

Black & White Suit: Arthur Mendonรงa Tuxedo Shirt: Thomas Pink Patent Leather Raincoat: Koonhor Shoes: Giuseppe Zanotti Hat: Patricia Underwood Earrings: iosselliani

137


La Chronique de Voltaire LamĂŠ Tuxedo Jacket: Escada Black Pant: Escada Shirt: Tia Cibiani Shoes: Guiseppi Zanotti Gloves: Portolano Earring: iosselliani

138


Chronicle by Voltaire White Tuxedo Blazer: Arthur Mendonรงa Pant w/Black Strip Detail: Koonhor Shirt and Bow-Tie: Thomas Pink Shoes: Giuseppe Zanotti Jaw Set Ring: Valetina Kova Gauntlet Warrior Bracelet: Valetina Kova

139


La Chronique de Voltaire Black Coat w/Fur Collar: Philipp Plein Sheer Blouse: Alvin Valley Pants: Malene Birger


Chronicle by Voltaire Black Tuxedo: Thomas Pink Black Patent Bustier: Koonhor Leather Harness: Kaimin Shoes: Giuseppe Zanotti

141


La Chronique de Voltaire

Scent of

A Woman Photographer: WANDER AGUIAR @ www.WANDERAGUIAR.COM

Model: Ashley Brooke Anderson @ Brisebois Agency Art Director: Adley Bee Stylist: Illana Behar Make-up: James Overstreet Hair Stylist: Brock Matthews Assistant: Andrey Bahia

Bodysuit by : Topshop Accessories : Tramps+Thieves Shoes: Jeffrey Campbell

142


Chronicle by Voltaire

143


Lingerie : Topshop

144


Chronicle by Voltaire

Lingerie by : Marciano Vintage fur Coat Accessories: Vintage

145


La Chronique de Voltaire

Shorts: Victoria Secret

146


Chronicle by Voltaire

147

Lingerie: Marciano Shoes: Badgley Mischka


Special Report:

Mens AW14

Fashion Week

VALENTINO

Des manteaux sous toutes les formes

Every kind of coat…

Longs, amples, sous forme de cape, en fourrure… ce sont sous de multiples formes que l’on a pu retrouver le manteau lors de la Fashion Week Automne Hiver 2014/15. Un coup de cœur ? Très probablement les superbes manteaux Valentino, qui signe une collection sophistiquée aux pièces d’extérieur à tomber.

Long coats, full-bodied coats, cloak-like coats and furs... A whole array of multifarious coats was on show at Fashion Week Fall/Winter 2014/15. If we were to name a favorite, it would probably have to be the magnificent Valentino models – a collection of stunningly sophisticated outdoor wear. By Marz Atashi

Par Marz Atashi

148


KRIS VAN ASSCHE

ALEXANDER MC QUEEN

BURBERRY PRORSUM

BILL TORNADE

DRIES VAN NOTEN

PAUL SMITH

DOLCE & GABBANA

ERMENEGILDO ZEGNA


FENDI

KOLOR

LOUIS VUITTON

GUCCI

DAKS

SALVATORE FERRAGAMO

DRIES VAN NOTEN

Calvin Klein


DIOR HOMME

SAINT LAURENT

GIVENCHY

HERMES

Y-3

ETRO

CANALI


La Chronique de Voltaire

LANVIN

« Coat » version 21ème siècle

The 21st-century coat

Le sujet central de cette semaine de la mode parisienne aura incontestablement été les coats, parka, bombers, perfecto, blouson, teddy : tour à tour, les différentes maisons ont alors présenté leurs versions de la veste, alors essentiel dans le vestiaire masculin. Jeux de col, de coupes, tantôt resserrées à la taille, tantôt flottantes, généralement plus courtes, de la maille à la touche de fourrure, ce sont sous de multiples formes que l’on a pu retrouver les vestes pour l’automne/hiver prochain .

The main attraction in this Paris fashion week was, without a doubt, the coats, parkas, bomber jackets, leather jackets, and Teddy Boy jackets. Each of the fashion houses presented their own version of “the jacket”, a “must” in any man’s closet. There are collars, and cuts that are sometimes tapered at the waist, sometimes loose, but generally on the shorter side; there are fabrics by themselves or with a dab of fur… Basically, next Fall and Winter will see a whole plethora of jackets gracing our streets...

152


BOTTEGA VENETA

PHILLIP LIM

GIORGIO ARMANI

HACKETT

VIVIENNE WESTWOOD

VERSACE


ETRO

HERMES

CHRISTOPHER RAEBUN

DIESEL BLACK


JUNYA WATANABE

DSQUARED2 UOMO

PHILLIP LIM

KRIS VAN ASSCHE


La Chronique de Voltaire

Sweat shirt: Marc Jacobs Skirt: Marc Jacobs Gloves: Roberto Cavalli Bag:Loewe Cruz Shoes: Louboutin

156


Chronicle by Voltaire

Road Less Photography & Art Direction Belinda Muller (belindamulerphotography.com)

Styling: Sleiman Dayaa Hair/ Makeup: Jean Zammit Model: Silja (Bareface Models, Dubai) Assistant: Evelyn Garcia

157


La Chronique de Voltaire

Jacket: Saint Laurent Shirt: Saint Laurent Bowtie: Saint Laurent Pants: Saint Laurent Bag: Saint Laurent

158


Chronicle by Voltaire

Red dress: Max Mara Bag: Celine Hat: Saint Laurent Shoes: Dolce and Gabbana

159


La Chronique de Voltaire

Dress: Marc Jacobs Bracelet: Swarovski Shoes: Louboutin

160


Chronicle by Voltaire

161

Dress: Saint Laurent


La Chronique de Voltaire

Fur jacket: Saint Laurent Skirt: Saint Laurent Necklaces: Saint Laurent Bracelet : Saint Laurent

162


Chronicle by Voltaire

163


La Chronique de Voltaire

164

Top: Marc Jacobs Short: Marc Jacobs Bag: Celine


Dress: Marc Jacobs Hat: Saint Laurent Shoes: Louis Vuitton

Chronicle by Voltaire

165


La Chronique de Voltaire

166


Let them

eat cake, behind the mirror! Photographe : Malaïka Marie Jeanne.

Lumière, captation vidéo : Peter Enhancer Styliste : Benjamin Orion, assisté de Thomas Roblet Styliste décor et Accessoiriste : Lola Fournier, assistée de la décoratrice Julia Magoosky Make up artist : Laura Merle, assistée de Mélanie Rouget Hair : Floriane Seguin, assistée de Sandrine Bidan Styliste culinaire : Stephanie de Turchkeim Chef : Aharon Politi Mannequins : Rama Diouf, Alexandra Lepoix, Solène Mabboux, Jules Raynal et Matthieu Sorey-Garnier

Remerciements au Chateau Bouffémont

167


LA DELICIEUSE REINE BLANCHE Reine de coeur : Robe Dior Chaussures : Dior Sac : Maison Perrin Paris Colier : Marie Guerrier Déco : Fleurs : Monceau Fleurs ; horloge molle, artichaux & horloge : Maison de la ville ; Perroquet : Deyrolle

Chapelier fou Veste : Dirk Birkemberg Chemise : Dirk Birkemberg Pantalon : Dior Noeud pap : Zilli Chaussure : Kenzo Bijoux de Sourcils en perles Swarovski brodées à la main : FIFI brin de sourcils Chapeau : Black Norns Clothing

168


LE VOLEUR DE TARTE le Valet de Coeur Veste en latex : Thom Ravnholdt Short : Backlash Cache œil : Black Norns Clothing Bijoux : Marie guerrier Le Roi de Coeur Top : Eric Tibusch Manteau : TSOLO MUNKH Couronne : On Aura Tout Vu La Reine de Coeur Tailleur rouge : Dior Minaudière : On Aura Tout Vu Bustier Métal : Forever Glam Bijoux : Marie Guerrier Coiffe : Black Norns , couronne : On Aura Tout Vu Déco: horloge molle : Maison de la ville, Plats géométriques par Vanessa Wilmotte, vaisselle : Blanc d’ivoire ; Corbeau : Deyrolle

169


LE TEA TIME DU CHAPELIER FOU Alice Robe : Dior Culotte : Dior Bijoux : Marie Guerrier Gants : Black norns Sac : Lola Founier Reine rouge Robe + boucles d’oreilles : On Aura Tout Vu Gants : Jitrois Sac : Maison Perrin Paris Collier + tour de cou & coiffe en forme de cerf : Black Norns Clothing Le chapelier fou chemise + veste : Zilli

Pantalon : Dior Chapeau : Black Norn Clothing Reine blanche Robe : Sophie Reyes Bague et collier : On Aura Tout Vu Tweedle dee & Tweedle dum Pull : Alibellus Short : Backlash Chaussures : House Of Montague Chapeau : Black Norns clothing Stylisme Culinaire : biscuits - cartes, broche-carte ; bagues - bonbon ; Chocolats et bonbons design par Stéphanie De Turchkeim Déco : Souris : Deyrolle ; théière & bougeoirs blanc : Maison de la ville ; Cloche & plateaux d’argent : Blanc d’Ivoire ;

170


Chronicle by Voltaire

171


La Chronique de Voltaire

172


LA PARTIE D’ECHECS Alice Maillot : Agent Provocateur Foulard : Dior Bague : Bernard Delettrez Colliers & bracelet: Marie Guerrier Reine Blanche Robe : Clarisse Hieraix épaulette et mitaines: Black Norns Clothing Chaussures : Walter Steiger Sac : Maison Perrin

Chronicle by Voltaire Reine Rouge Robe / Haut / chaussures / coiffe et mitaines : On Aura Tout Vu coiffe Collier et boucles d’oreilles : Marie Guerrier Sac : Maison Perrin Stylisme culinaire : biscuit-lapin, biscuits-cartes, boules de chocolat , champignons en chocolat par Stéphanie De Turchkeim. Déco : fleurs: Monceau fleur Pièces d’échecs : Mr Bricolage Lapins,horloge : Maison de ville

173


La Chronique de Voltaire

174


Chronicle by Voltaire Earrings: Samantha Wills Vest: Muuba Bra, Cincher and Underwear: Bordelle Ring: Isharya Thigh highs: Stylists own

Feast Photographer: Louiza Vick - http://www.louizavick.com Model: Natalia @ Element Beauty

Wardrobe Stylist: Tiffani Chynel - www.tiffanichynel.com Assistant Stylist: Corinne Eckart Make-up Artist: Dana Delaney - http://www.danadelaneymakeup.com Hair Stylist: Victor Mendoza Retouch Artist: Margaret Kopec Location: FWD Studio, Los Angeles - http://www.fwdla.com

175


Earrings: Isharya Vest: Christian Cota Body suit, underwear: Agent Provocateur Boots: Luichiny

176


Earrings: Isharya Shawl: Amen Couture Cincher and underwear: Agent Provocateur Ring: Isharya

177


La Chronique de Voltaire

178


Chronicle by Voltaire Bra and body suit: Wolford Cuff: Pluma Boots: Luichiny

179


La Chronique de Voltaire

180


Chronicle by Voltaire

Voodoo Doll Photographer: Ron Contarsy for Highmark Studio’s Fashion stylist: Nikko Kefalas @ nikkokefalas.com

Assistant stylist: Michael Timmons Model: Alek Justina @Muse Model Management/NYC Make up: Martin Schmid for Chanel @ Altered Agency Hair: Dante Blandshaw using Aveda

Black lace and Swarovski crystal mask by Beaudoire Black lace and tulle dress by Dolce & Gabbana

181


Black lace and Swarovski crystal mask by Beaudoire Black lace and tulle dress by Dolce & Gabbana

182


Swarvoski crystal and feather neckpiece by Beaudoire Red ruffled gown by Oscar de la Renta Swarovski crystal glove by Phillipe Audibert Red satin shoe by YSL

183


Black Swarovski crystal and chain mail dress by The Blonds Black Swarovski cyrstal cuff by KMO Paris Swarovski crystal necklace by Alexis Bittar

184


Black chiffon with Swarvoski dress by Alexander Mcqueen Black velvet with black gold Swarovski crystal by Christian Louboutin Black Swarovski ring by YSL

185


White ostrich feather coat by YSL Swarovski crystal waist cincher by The Blonds Black thigh high boots by Stella McCartney Black leather gloves by Salvatore Ferragamo

186


Black Swarovski crystal and chainmail dress by The Blonds Black Swarovski crystal cuff by KMO Paris Swarovski crystal necklace by Alexis Bittar

187


La Chronique de Voltaire

Palace Wellness & Destination Spa

The Palace of

Harmony and Perfection The SPA Traveller Awards Nominee 2014

Antara Palace Wellness and Destination Spa Spirou Kiprianou Street 33 Polis Chrysochous 8820, Paphos, Cyprus www.antarapalace.com

188


lifestyle

Chronicle by Voltaire

189


La Chronique de Voltaire

élégance asiatique L’hôtel Shangri-La Villingili apporte son style de service unique aux Maldives Avec une présence sur cinq continents et un nom synonyme d’excellent service, le groupe hôtelier Shangri-La est l’un des groupes de luxe asiatiques les plus primés. Inspiré par le légendaire roman de James Hilton, Les Horizons perdus, Shangri-La fait référence à un paradis retrouvé et une sérénité accomplie – et c’est exactement pour cela que leurs hôtels sont connus. Particulièrement le Shangri-La Villingili Resort & Spa aux Maldives. Refuge de la jet-set et terrain de jeu des riches et célèbres, les Maldives accueillent les plus beaux joyaux de l’Asie du Sud. L’une de ces perles se trouve au sud de l’équateur, sur l’île Villingili à la pointe sud de l’atoll d’Aduu – c’est le Shangri-La Villingili Resort & Spa. Avec plus de six kilomètres de côte magnifique et presque deux kilomètres de plage au sable blanc, cet hôtel de luxe propose une vaste gamme d’activités à ses clients : sports nautiques, spa, randonnées, et même une partie de golf.

Arrivée Sept styles d’habitations différentes attendent les clients dans ce complexe composé exclusivement de villas. De la retraite privée sur l’océan à la villa perchée dans un arbre tropical, le complexe propose des vues panoramiques sur l’océan scintillant ou la végétation luxuriante qui entourent l’île. Le Shangri-La Villingili Resort & Spa compte un total de 132 villas. Elles sont toutes décorées dans un style asiatique contemporain intégrant des éléments de décoration maldiviens locaux, avec des meubles faits sur-mesure qui viennent compléter le mélange d’éléments modernes et

traditionnels. Les villas piscine et plage ont chacune leur espace privé avec piscine individuelle, vue sur l’océan et accès direct à la plage. Ceux qui désirent une expérience encore plus intime du soleil et de la mer seront charmés par l’ambiance des villas d’eau. Bâties sur piloris et reposant directement au-dessus des eaux cristallines, ces villas aux vues dégagées sur l’océan possèdent des terrasses privées menant directement au bord de mer. C’est l’endroit parfait pour se détendre, profiter du soleil et écouter le son reposant des vagues.

Plaisir Ce ne sont pas des vacances si l’on ne se fait pas plaisir avec un (ou deux) repas décadents, et le Shangri-La Villingili Resort & Spa ne manque pas d’expériences gourmandes. Avec cinq restaurants et bars, vous aurez un éventail de choix de cuisines allant de l’internationale à la méditerranéenne. Dr Ali’s Restaurant & Bar est la destination la plus prisée pour le dîner, avec trois salles proposant une carte d’inspiration maldivienne riche en herbes et en épices, chacune avec sa spécialité. La salle Océan Indien sert des viandes rôties, des plats au tandoori et des currys aromatiques préparés par des chefs spécialisés dans le mélange savant des différents épices et ingrédients. La salle de la Mer de Chine du Sud rend hommage aux origines asiatiques du Shangri-La avec ses plats cantonais, servant la pêche toute fraîche du jour ainsi que des classiques orientaux et d’inoubliables dimsum. Enfin, la salle du Golfe Arabique met l’accent sur la cuisine libanaise, servant des kebabs et tajines qui vous mettront l’eau à la

190


Chronicle by Voltaire

bouche. A la fin de la journée, le meilleur endroit pour se détendre est la Fashala Lounge, perchée au bord de l’océan à la pointe nord de l’île. Son atmosphère contemporaine relaxée en fait l’endroit idéal pour se reposer en écoutant du jazz et en regardant le ciel changer de couleur.

Dîner sur-mesure Imaginez-vous à bord d’un yacht de luxe, avec votre chef et majordome personnels vous servant à vous et votre bien aimé (e) le meilleur des champagnes pendant que vous traversez l’équateur – cette expérience unique est possible, mais uniquement pour les clients du Shangri-La Villingili Resort & Spa. Avec leur service « Dîner sur-mesure », vous pouvez vous inventer votre expérience idéale et le personnel de l’hôtel fera de votre rêve une réalité. Dîner intime sur la plage, barbecue en villa ou dîner dans la jungle entourés de végétation luxuriante, tout est possible et sera réalisé uniquement pour vous. Par Michealle Torres

Comment s’y rendre Le Shangri-La Villingili Resort & Spa est à 70 minutes de vol de l’aéroport international de Malé, puis 5 minutes de bateau jusqu’à l’hôtel où vous serez accueilli par le personnel qui vous mènera à un salon privé.

A essayer Pour les fans de golf, sachez que l’hôtel accueille l’un des premiers terrains de golf du pays, où vous pourrez jouer sur un parcours scénique de neuf trous avec une vue imprenable sur l’océan. Egalement immanquable : l’excursion de plongée guidée où vous pourrez voir de près les résidents aquatiques de l’île .


La Chronique de Voltaire

Asian Elegance The Shangri-La Villingili Resort brings its signature service to the Maldives With a presence in five continents and a name synonymous with excellent service, the Shangri-La Hotel Group is one of Asia’s most awarded groups of luxury properties. Inspired by the legendary novel, Lost Horizon, of author James Hilton, Shangri-La refers to a paradise found and serenity achieved—exactly what their hotels are known for. And none, more so, than the Shangri-La Villingili Resort & Spa at the Maldives. A haven for the jetset crowd and playground to the rich and famous, the Maldives is a collection of gems in South Asia. One such gem is located south of the equator, on Villingili island at the southernmost tip of Aduu Attoll—the Shangri-La Villingili Resort & Spa. With over six kilometers of beautiful coastline and nearly two kilometers of white sand beaches, this luxury retreat offers guests a diverse range of activities, from water sports and spa treatments to hiking and even a round of golf.

Check-In Seven distinct styles of accommodation wait to welcome guests at this all-villa resort. From private ocean retreats to tropical tree-house villas, the resort offers panoramic views of the sparkling ocean or the lush foliage that surrounds the island. Shangri-La’s Villingili Resort and Spa, Maldives offers a total of 132 villas. Each villa features a contemporary Asian design, mixed with local Maldivian décor with custom-made furniture that complements the combination of modern and traditional elements. Pool and beach villas, each offer private havens with personal lap pools, ocean views, and direct access to the beach. Those who want a more intimate experience with the sun and the sea, however, will be amazed by the ambience that the Water villas offer. Built on stilts and resting directly above the pristine waters, each villa offers unobstructed views of the ocean, with a private terrace that leads straight to the waterfront. It’s the perfect place to relax, soak up the sun, and listen to the calming waves.

192


Chronicle by Voltaire

Indulge A holiday is never complete without indulging on a decadent meal (or two), and the Shangri-La Villingili resort & Spa, there is no shortage of gourmet experiences. With five restaurants and bars, guests are spoilt for choice with cuisine that ranges from International to Mediterranean. Dr. Ali’s Restaurant & Bar is the resort’s premiere dining destination, which offers dishes inspired by the Maldives and rich in herbs and spices in three specialized rooms. The Indian Ocean room serves roast meat, tandoori dishes, and aromatic curries prepared by chefs who have honed their skills in mixing just the right amounts of flavour and spice. The South China Sea room pays tribute to the Shangri-La’s Asian heritage through Cantonese dishes, serving the freshest catch of the day, Oriental favorites, and everybody’s favorite dimsum. Lastly, the Arabian Gulf room places emphasis on Lebanese cuisine, serving mouth-watering tagine and kebabs. At the end of the day, the best place to unwind is at the Fashala Lounge, perched on the edge of the ocean, at the northern peak of the island. Its

contemporary and relaxed atmosphere makes it a haven for sitting back, listening to cool jazz music, and watching the changing colours of the sky.

Dine by Design Imagine coming aboard a luxurious yacht, with your personal chef and butler, serving you and your loved one the finest Champagne as you cross over the Equator—this unique experience is reserved for guests at the Shangri-La Villingili Resort & Spa. Through its bespoke service “Dine by Design”, guests can dream up their ideal dining experience and the hotel’s staff will make sure everything goes according to plan. From intimate beach dinners and in-villa barbecues to a jungle dinner amidst lush vegetation, all these are tailor-made experiences just for you. By Michealle Torres

Getting There Shangri-La Villingili Resort & Spa is a 70-minute flight from Male International Airport, followed by a five-minute boat ride to the resort. Guests are welcomed by the hotel staff and escorted to Shangri-La’s private lounges.

Must-Try For golf aficionados, the resort features the country’s first golf course where guests can experience a nine-hole scenic course with breathtaking views of the ocean. Also not-to-be-missed is a guided snorkeling trip where you can come in close contact with the island’s resident marine life.


La Chronique de Voltaire

Luxe ultime Expériences hors-pair et exclusives au One & Only Reethi Rah Spécialisés dans le service clientèle haut de gamme et les expériences de luxe, les hôtels One & Only sont une référence en matière d’excellence. Avec sept emplacements autour du monde, et bientôt leur première ouverture en Europe en Avril 2014, ces hôtels proposent à leurs clients un style d’hospitalité particulier et authentique, inspiré de la culture locale dans chacune de leurs somptueuses destinations. Preuve de leur dévouement à la satisfaction totale, le One & Only Reethi Rah aux Maldives accueille ses clients avec intimité, luxe et indulgence pour leur faire passer des moments inoubliables. Niché entre lagons de coraux, atolls et plages au sable du blanc le plus pur, le One & Only Reethi Rah est un endroit serein, idéal pour ceux souhaitant se faire transporter vers un autre monde où le stress n’existe pas. L’hôtel se trouve sur l’une des plus grandes îles de l’Atoll de Malé Nord, dans les eaux cristallines de l’Océan Indien. Reethi Rah signifie « île magnifique » en Dhivehi, et chacune de ses villas dispose d’une vue imprenable sur l’océan. Avec une architecture élancée mélangeant éléments traditionnels et conforts modernes indispensables, c’est une destination tropicale de luxe idéale, procurant une expérience incomparable à ses clients .

Arrivée C’est au One & Only Reethi Rah que vous trouverez les chambres les plus spacieuses des Maldives. Luxe est synonyme d’espace après tout, et le complexe tient compte de cet adage en séparant les villas privées avec suffisamment d’espace pour assurer à chacun une intimité adéquate. Que ce soit avec ses villas de plage proposant un accès direct à l’océan ou ses villas d’eau qui l’amènent directement à votre porte, l’hôtel donne un nouveau sens aux mots espace, confort et design. Les villas sont équipées des indispensables de la vie moderne, tels que téléviseurs à écrans plats, internet haut-débit et système audio haut de gamme, le tout dans un décor au style asiatique créé à partir de matières et textures tropicales, sans oublier les grandes salles de bain au carrelage terrazzo et une hauteur sous plafond digne d’une cathédrale. Si vous voulez votre petit paradis privé, il y a les villas de plage qui occupent leur propre étendue de sable avec une grande véranda, une piscine privée et bien évidemment, une vue incomparable sur l’océan. Si vous comptez passer la plupart de votre temps à vous prélasser au soleil et à nager dans les eaux turquoise, les villas d’eau vous donneront un accès direct à la vie aquatique que vous rêvez de rencontrer. Chaque villa d’eau comporte une véranda à plusieurs niveaux avec des hamacs en

194


Chronicle by Voltaire

filet tendus juste au-dessus de l’eau. Et pour une expérience encore plus intense, dont seuls les hôtels One & Only sont capables, de nouvelles villas viennent d’être ajoutées au complexe. Avec trois chambres, une piscine de 50 mètres carrés, cave à vin privée, chef cuisinier personnel, un foyer à barbecue et un salon à chicha, la Résidence Grand Sunset redéfinit le luxe.

Plaisir Une équipe de chefs déterminés à n’utiliser que les meilleurs produits bio des quatre coins du monde transforme le dîner au One & Only Reethi Rah en une expérience unique. Avec les poissons les plus frais de l’Océan Indien, langoustines, thon et vivaneau, les viandes d’agneau et de bœuf élevés biologiquement et les fruits et légumes les plus frais possibles, les restaurants de l’hôtel vous proposent des repas dignes des plus fins gourmets. Le restaurant principal, Reethi, est un théâtre culinaire qui ravira vos sens avec la richesse de ses couleurs, les odeurs enivrantes d’herbes et épices et les sons de l’océan. Il existe une sélection de plats frais, salades et soupes d’été, de cuisine asiatique avec un authentique canard rôti pékinois et un four à tandoori, et enfin une sélection plus conventionnelle de cuisine fusion. N’oubliez pas de faire un saut par Epicure, ses deux caves à vin gigantesques exposent à vue d’œil une sélection de leurs 40 000 bouteilles des meilleurs vins du monde. Pour ceux cherchant une expérience plus intime et romantique, ils seront ravis de découvrir le concept de dîner en extérieur de Fanditha. Situé au point le plus au nord de l’île, ce restaurant-bar de plage exotique vous propose tapis dans le sable, canapés-balançoire, méridiennes et coussins géants. Ouvert uniquement le soir, Fanditha est spécialisé dans la cuisine d’inspiration méditerranéenne avec paëllas espagnoles, mezzés, grillades et tapas. C’est l’endroit idéal pour voir le soleil se coucher et passer une soirée tranquille à deux.

Comment s’y rendre Le One & Only Reethi Rah est à 75 minutes de l’aéroport international de Malé Nord et l’hôtel prend en charge le voyage en yacht privé. Le personnel de l’hôtel vous attend à l’aéroport pour vous accueillir et vous aider, dès votre arrivée aux Maldives.

à essayer La croisière des atolls à bord du yacht de luxe de 17 mètres de l’hôtel. L’expérience « Sunset and Sandbank » (banc de sable et coucher de soleil) vaut le coup d’être vécue, avec une expédition de plongée et une visite palpitante d’une île déserte où vous pourrez pique-niquer sur un banc de sable .

Par Michealle Torres

195


La Chronique de Voltaire

Ultimate Luxury Unparalleled experiences and exclusivity as epitomized by the One & Only Reethi Rah Committed to providing the ultimate in guest services and luxurious experiences, the One & Only Resorts are designed to be benchmarks of excellence. With seven properties across the globe, and soon its very first in Europe come April 2014, these resorts offer guests a distinctive style and genuine hospitality, borne out of local culture in each beautiful destination. As a testament to its promise of utter contentment, the One & Only Reethi Rah in the Maldives is one such place where privacy, luxury, and indulgence meet to give its guests nothing but memorable moments that will last a lifetime. Nestled among a string of coral lagoons, atolls, and the purest of white sand beaches, the One & Only Reethi Rah is a serene retreat, perfect for those who are looking to be transported to another world where stress is left behind. With the crystal blue waters of the Indian Ocean, the resort is set on one of the largest islands in the North Male Atoll, Reethi Rah meaning “beautiful island” in Dhivehi, with all-villa accommodations and perfect ocean views no matter where you go. With sleek architecture that combines traditional elements with all the modern comforts every guest needs, it is the ideal for tropical luxury, offering an unrivalled personal experience to each guest.

Check-In At the One & Only Reethi Rah resort, guests will find some of the most spacious accommodations in the Maldives. Luxury, after all, is synonymous to space and this is something that the resort has kept in mind, making sure that villas are separated with an adequate amount of space, ensuring their guests’ privacy. From beach villas with direct access to the ocean to water villas that puts the water right on your doorstep, the resort has set new standards in space, comfort, and design. Villas are equipped with all the essentials of modern day living, such as flat-screen TVs, high-speed Internet, and a state-of-the-art sound system; but also balanced with Asian style furnishings created with tropical materials and textures, spacious terrazzo baths, and high cathedral ceilings. For your own private piece of paradise, there are Beach Villas that occupy their own stretch of sand, with a large outdoor veranda, a private pool, and, of course, a magnificent view of the ocean. If you plan on spending most of your time lazing under the sun and swimming in clear, turquoise waters then the resorts Water Villas will give you direct access to the marine life you crave to see. Each Water Villa features a split-level veranda, with netted hammocks that are pitched right above the water. Further upping the ante, as only the One & Only Resorts

196


Chronicle by Voltaire

can, new accommodations were added to the resort bringing guest experiences to a higher level. With three bedrooms, a 50 square metre swimming pool, personal wine cellar, private chef, and a sunken fire pit and shisha lounge, to boot, the Grand Sunset Residence is decadence redefined.

Indulge A team of chefs focused on using only the finest organic produce from all the corners of the world makes dining at the One & Only Reethi Rah unique. From the freshest fish from the Indian Ocean, such as crayfish, tuna and snapper, to organically reared lamb and beef, and the freshest fruits and vegetables, the resort’s dining establishments aim to give guests a consummate gourmet experience. The main restaurant, Reethi, is a culinary theatre that involves all of your senses, with rich colours, the intoxicating smell of herbs and spices, and the sound of the ocean. There is a cold kitchen where chefs prepare fresh salads and blend summer soups; an Asian kitchen with an authentic Beijing duck roaster and specially built Tandoori oven; and a conventional kitchen that whips up fusion cuisine. Make sure to drop by Epicure, which feature two walk-in wine cellars, displaying some of the resort’s 40,000 bottles of the finest wines in the world. For those looking for a more romantic and intimate dinner venue, Fanditha’s outdoor dining concept will aim to please. Located at the northernmost part of the island, this exotic beach restaurant and bar offers guests carpets in the sand, chill-out swing sofas, inviting day beds and giant cushions. The restaurant is open only for dinner and specialises in Mediterranean influenced food with its Spanish paella, mezzehs, grills and dips. It is the perfect place for magical sunset sessions and cozy evenings just for two. By Michealle Torres

197

Getting There The One & Only Reethi Rah is only 75 minutes away and the resort provides all guests with a private yacht transfer from Male International Airport. Resort staff is on-hand at the airport to greet and assist guests as soon as they arrive in the Maldives.

Must-Try Cruise the atolls in style with the One & Only resort’s 55-foot luxury yacht. The Sunset and Sandbank experience is definitely something worth exploring, with a snorkeling expedition and a thrilling visit to a deserted island where you can picnic on a sandbar.


La Chronique de Voltaire

Un oasis de tranquillité Au sein d’un atoll protégé, le Dusit Thani symbolise l’hospitalité Thaï sur les plages immaculées des Maldives. Dans un pays où seul le nombre d’hôtels de luxe rivalise avec celui de ses îles, le Dusit Thani Maldives met à votre disposition une toute nouvelle destination de rêves. Blotti au cœur de l’île de Mudhdhoo sur l’atoll Baa et à proximité d’un site protégé de l’UNESCO, le Dusit Thani a ouvert ses portes il y a à peine deux ans. Y parvenir est en une expérience en soi : les hôtes prennent place à bord d’un hydravion et quittent l’île principale de Malé avant d’atterrir au milieu de l’océan indien. Après un court trajet en bateau, le personnel de l’hôtel vous réserve l’accueil le plus chaleureux qui soit. Dès que vous poserez le pied sur le sable blanc face aux eaux cristallines de l’océan, le stress de la vie de tous les jours ne sera plus qu’un lointain souvenir et plus rien ne vous empêchera de profiter de tout ce que ce morceau de paradis vous propose. Le personnel de l’hôtel n’est là que pour vous offrir les vacances que vous méritez. Ils sauront vous suggérer les activités sur mesure que vous adorerez, se souvenir de ce que vous préférez au petit déjeuner, en un mot, ils ne laisseront aucun détail au hasard. Il ne vous reste qu’à vous détendre et profiter des délices du moment présent .

Arrivée Dans la plus pure tradition locale, les 94 villas et résidences du Dusit Thani Maldives se distinguent par leur style contemporain thaïlandais agrémenté d’éléments traditionnels des Maldives. Chaque chambre est pourvue de tous les avantages auxquels on peut s’attendre dans un hôtel de cette classe : lit king size ultra douillet, téléviseur à écran plat, connexion Internet sans oublier l’indispensable machine à café. Mais ce qui définit chaque villa est une utilisation parfaite de l’espace pour votre plus grand confort. Les Villas sur la plage sont dotées d’une piscine privée et les Water Villas vous procurent d’immenses espaces de vie. Mais les Ocean Villas valent particulièrement le détour : d’une superficie de 180m², avec terrasse et piscine privée, chaque Ocean Villa se situe juste au-dessus de l’eau pour vous donner l’occasion d’expériences sublimes : nager dans votre piscine privée avec vue imprenable sur l’océan, admirer le coucher de soleil de votre sofa, ouvrir une bouteille de vin et porter un toast à la vie.

198


Chronicle by Voltaire

Plaisir Une seule chose vous fera quitter le confort de votre villa : l’expérience de pur plaisir au Deverena Spa et des délices gastronomiques au restaurant Benjarong. Ces deux établissements présents dans les hôtels Dusit Thani du monde entier vous réservent une authentique expérience Thaï aux Maldives. Niché au sein d’une véritable palmeraie et doté du seul spa surélevé des Maldives, le Deverena Spa offre six cabines de soin à la cime d’un arbre pour une intimité totale, un moment de sérénité absolue et des soins de luxe uniques au monde. Après avoir passé la journée au soleil, dégustez la délicieuse cuisine du restaurant Benjarong. Vous ne trouverez nulle part ailleurs aux Maldives la saveur de cette authentique cuisine thaïlandaise. Tout le personnel du restaurant, des chefs aux serveurs, sont Thaï. Vos préférences pour les différents goûts épicés sont prises en considération et le Chef est là pour répondre à vos demandes, quelles qu’elles soient. Par Michealle Torres

199

Comment s’y rendre Le Dusit Thani Maldives est accessible par hydravion (TransMaldivian) et se trouve à seulement 35 minutes de Malé. Le personnel de l’hôtel se charge de tous les transferts et met à votre disposition un salon privé au terminal d’hydravions.

à essayer L’atoll de Baa est à proximité d’un site protégé de l’UNESCO pour des expériences de plongée uniques au monde. Encerclée de corail, la propriété vous permet de profiter de la vie marine et d’aller à la rencontre des poissons tropicaux.


La Chronique de Voltaire

An Oasis of Calm In the middle of a protected atoll, the Dusit Thani brings its signature Thai hospitality to the Maldives’ pristine shores In a country where luxury resort experiences are as numerous as its islands, the Dusit Thani Maldives is the newest contender for a top, dream destination. With its doors only opening two years ago, the Dusit Thani is nestled on Mudhdhoo island on the Baa atoll, right next to a UNESCO protected site. Getting there is an experience in itself, as guests board a seaplane that takes off from the main island of Malé and lands right in the middle of the Indian Ocean, just a quick boat ride away from the welcoming smiles of the resort’s staff. As soon as you step onto the powdery white sand and see the vast, crystalline waters of the ocean take a mental note to disconnect from the stresses of everyday life and make the most of out this island paradise—the wonderful staff at the resort will certainly make sure that you get the holiday that you deserve. From offering activities suited to your own pace to remembering your preferences during breakfast, every little detail is taken cared of, leaving you to literally sit back, relax, and enjoy your time in paradise.

Check-In Staying true to its heritage, the 94 villas and residences at the Dusit Thani Maldives feature interiors that feature contemporary Thai décor as well as traditional Maldivian elements. Each villa is equipped with all the comforts one would expect from a resort of this caliber: a plush, king-sized bed, flat screen TV, Internet connectivity, and the requesite coffee machine. But what defines each villa is the optimum use of space that gives guests so much room to move. Beach Villas have private pools and Water Villas have generous living spaces, but the Ocean Villas remain the accommodation of choice. With 180sqm of space, including a sun deck and a private pool, each Ocean Villa is perched directly above the water—swimming in your private pool while seeing magnificent, unobstructed views of the ocean is sublime. Watch the sun set from your daybed, open that bottle of wine, and toast to the good life.

200


Chronicle by Voltaire

Indulge If there is something that will tempt you enough to leave the comfort of your villa, it will be the indulgent experiences at Deverana Spa and the gastronomic delights of Benjarong restaurant. Both signature establishments of all Dusit Thani hotels arounf the world, the Deverana Spa and Benjarong restaurant offer guests an authentic Thai experience in the Maldives. Offering the only elevated spa in the Maldives, the Deverana Spa is hidden amidst a grove of coconut palm trees. Six tree-top treatment rooms give each guest the utmost privacy and serenity needed to enjoy one of the spa’s signature treatments. After a day out in the sun, whet your appetite with the delicious cuisine at Benjarong restaurant—nowhere else in the Maldives can you savor authentic Thai food. Even the staff, including the chefs and servers, are all Thai. Your preferences for different levels of spiciness are taken into consideration and the chef is quick to accommodate special requests.

Getting There The Dusit Thani Maldives is accessible via Trans Maldivian’s sea planes, only 35 minutes from Malé. The resort’s staff will take care of all transfer arrangements and a private lounge is available at the sea plane terminal for guests to wait before their trip.

Must-Try The Baa atoll is just beside a UNESCO protected site, making snorkeling one of the must-try activities during your stay. The Dusit Thani’s house reef circles the entire property and is so full of marine life—an encounter with tropical fish is not so far away.

By Michealle Torres

201


La Chronique de Voltaire

Le Hameau des Baux : Une retraite provençale La Provence reste une destination magique : la lumière y est plus belle qu’ailleurs, ses paysages expriment une poésie minérale qui ramènent à l’essentiel. Artistes, peintres et poètes, ont puisé à l’infini dans cette source d’inspiration. Pour fuir les clichés touristiques et retrouver la pureté des paysages de Pagnol ou ceux peints par Cézanne, rien de tel que de s’isoler dans un mas isolé et secret, le temps d’une retraite… À seulement 2h40 de Paris en TGV, à côté de Saint-Rémy-de-Provence se cache Le Hameau des Baux. Situé au cœur d’un parc provençal de 4 hectares, dans le sud des Alpilles, cet établissement 4 étoiles, conçu dans l’esprit d’un immense mas provençal est un lieu hors du temps, un petit paradis. La réception discrète laisse place à un vaste salon-pièce à vivre avec cheminée et bibliothèque. Chacune des 20 chambres possède sa propre histoire et décoration - mobilier chiné ou détourné -, combinant tradition rustique avec une touche d’audace contemporaine. Pour y accéder, ce n’est pas un jeu de piste mais presque ! Car au-delà de la bâtisse principale, vous vous croierez au coeur d’un petit village : sa place, sa fontaine, sa chapelle… Le Mas principal est conçu à la manière d’une maison de famille avec cinq chambres ; la Grange avec ses six chambres évoquent le passé rural du Pays de Crau : « La Chapelle » et son somptueux plafond voûté, avec sa terrasse privative et son petit jardin de curé, « La Cabrière » et sa terrasse privative, « La Magnanerie » ou encore « La Bergerie ». Les autres chambres portent les noms de « Moulin », « Cabanon », « Pigeonnier ». Dépaysement garanti.

Pour rejoindre la piscine et les tennis, on peut circuler en voiturette, sinon il suffit de se laisser aller à un simple farniente et écouter le chant des cigales… Les randonneurs ne seront pas en reste car les Alpilles rassemblent un réseau de chemins et de sentiers étendus, ou bien encore découvrez le Site Naturel Protégé des Marais du Vigueirat. Entre Saint-Rémyde-Provence, Arles et la Camargue proche, les idées de visites ne manquent pas. Ne pas manquer les expositions de la Cathédrale d’Images, creusée dans la grande carrière du Val d’Enfer ou encore l’abbaye de Montmajour construite au moyen âge par les moines bénédictins. Entre « Le Bistrot du Hameau » ou le restaurant gastronomique « Le Potager », les gourmets pourront varier les plaisirs de la table. Ici, on privilégie le terroir, les produits de saison issus des productions locales et les plantes du potager. Au menu : nems de tourteaux et mangue, salade de jeunes pousses et vinaigrette au curry, ou encore épaule d’agneau confit durant 7 h, cocos de Provence façon soupe au pistou, filet de Saint-Pierre poché dans l’esprit d’une Bouillabaisse, etc. Une halte poétique et gourmande au pays de Cézanne pour faire le plein de soleil et de couleurs. Par Florence Batisse-Pichet Le Hameau des Baux **** Châteaux & Hôtels Collection Route de Bourgeac 13520 Le Paradou - T : +33 ( 0 ) 4 90 54 10 30 www.hameaudesbaux .com

202


Chronicle by Voltaire


La Chronique de Voltaire


Chronicle by Voltaire

Le Hameau des Baux: a retreat in France’s Provencal region Provence is still, to this day, a magical destination, with its unique light and landscapes which exude a fundamental, mineral-like poetry. Artists, painters and poets have forever sought inspiration here. If you’re keen to steer clear of the tourist hotspots and wallow, instead, in the pureness of the landscapes described by Marcel Pagnol or painted by Paul Cézanne, nothing could be more ideal than to indulge in a retreat in a remote ‘mas’ the name given to the type of farmhouse that’s typical of this region. Just 2 hours and 40 minutes from Paris in the TGV fast train, a short distance from Saint-Rémy-de-Provence, nestles Le Hameau des Baux. In the heart of a 9-acre park, in the southern part of the Alpilles mountains, stands this 4-star lodging – like a huge and timeless Provencal farmhouse. A small paradise. The inconspicuous lobby leads into a huge lounge area with a hearth and library. Each of the 20 bedrooms has its own story to tell, its own decorative style (antique or recycled furniture), combining rustic tradition with a touch of contemporary boldness. It doesn’t require a treasure hunt to get there, but the small village-like square, along with its fountain and chapel, just beyond the main building, are like a serendipitous find! The main farmhouse is designed like a 5-bedroomed family home; the 6-bedroomed “La Grange” (barn) house is reminiscent of the rural past in the Pays de Crau area of France; “La Chapelle” (chapel) is significant for its magnificent arched ceiling, private terrace and small garden; “La Cabrière” (goathouse) also has a private terrace. Then there’s “La Magnanerie” (silk worm factory) and “La Bergerie” (sheepfold). The remaining rooms are named “Moulin” (mill), “Cabanon” (cabin) and ”Pigeonnier” (dovecote). Whichever one you choose, you’re definitely in for a change of scene....

There are golf carts to take you to the swimming-pool and tennis courts, but if you decide to go there on foot, you can enjoy a relaxing stroll to the sound of the chirping crickets. Hikers are also in their element in the Alpilles mountain range, with its extensive network of paths. You can also enjoy the nature reserve, Marais du Vigueirat, in the heart of the marshy Camargue Regional Nature Park. With nearby Saint-Rémy-deProvence, Arles and the Camargue, there is no shortage of sightseeing options. Don’t miss the exhibitions held in La Cathédrale d’Images (the image cathedral), built inside the great Val d’Enfer quarry, or Montmajour Abbey, built by Benedictine monks in the Middle Ages. Food-lovers will be fully catered for with “Le Bistrot du Hameau” and the gourmet restaurant “Le Potager”. At Le Hameau, seasonal produce that is locally-grown or straight from the vegetable garden has its pride of place. Some mouth-watering examples: crab and mango nems, young shoot salad with curry dressing, shoulder of lamb that has been preserved for 7 hours, pistou-style Provence coconut soup, and poached fillet of John Dory, Bouillabaisse style. A poetic, gourmet stopover in Cézanne country, imbued with sun and color. By Florence Batisse-Pichet Le Hameau des Baux **** Châteaux&Hôtels Collection Route de Bourgeac 13520 Le Paradou - T: +33 (0)4 90 54 10 30 www.hameaudesbaux.com

205


La Chronique de Voltaire

Beyrouth : Le Petit Paris du Moyen Orient. Alexandre Najjar disait : « Un pays ne meurt pas quand il est occupé, c’est quand sa culture meurt qu’il meurt vraiment ». A Beyrouth, chaque pas dans la ville ne peut nous faire ignorer que l’on foule le berceau d’une civilisation millénaire. Et même si les tragiques blessures qu’ont laissées les guerres au Liban nous font trop souvent oublier que la capitale libanaise était autrefois surnommée le “Petit Paris du Moyen Orient”, Beyrouth est aujourd’hui à nouveau très vivante : lumière, culture, business et histoire… la capitale du pays des cèdres offre toujours de perspectives d’évasion à ne pas manquer. Dopée par la reconstruction, la ville est en pleine effervescence intellectuelle et artistique pour reconquérir sa réputation. Ce qui en fait une destination à ne pas manquer…

206


pigeons » est très agreeable et foisonne de petits cafés où faire une halte et profiter de l’ambiance du narghilé. Pour les plus courageux, la promenade peut se poursuivre jusqu’à Ain El Mreisseh où vous verrez une autre face de Beyrouth, celle plus moderne, avec ses grandes tours illuminées.

Une grande richesse culturelle. La place des Martyres a durant les quinze années de guerre civile matérialisée la ligne de démarcation entre l’Ouest (musulman) et l’Est (chrétien). Aujourd’hui, y cohabitent des bâtiments en restauration et de nombreux nouveaux projets. Au centre, les fouilles archéologiques entreprises à l’occasion de la reconstruction, vous permettront de retrouver les traces des termes et temples gréco-romains. Vous pourrez flâner ensuite à l’ouest dans les ruelles de Hamra pour découvrir les charmantes maisons datant de l’époque ottomane de la fin du XIXème siècle ou du mandat français, les rues commerçantes et les bâtiments et jardins de l’université américaine. Enfin à l’est, les quartiers de Gemayzeh, Ashrafieh et depuis peu Mar Mikhael prennent des airs berlinois en proposant une alternance de galeries d’art, boutique de meubles vintage des années 60 ou 70, artisanat ou libraires… Si l’héritage est important, les artistes d’aujourd’hui ne sont quant à eux pas en reste, puisque fidèle à son rôle de carrefour des civilisations, Beyrouth accueille depuis 3 ans la « Menasart-Fair », une foire d’art contemporain dédiée exclusivement aux artistes originaires du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie du Sud (la prochaine édition se déroulera du 18 au 21 sept 2014).

Ville clairesemée entre montagnes et corniches, dont tous les libanais à travers le monde vous le diront : « Il n’y a rien de plus magnifique que ces kilomètres de côte méditerranéenne, ces sommets enneigés, ces ruines antiques, cette cuisine et ces fêtes. » Oui, partout à Beyrouth, vous serez accueilli chaleureusement et dans toutes les langues. La ville tire toute sa vigueur de ses ressortissants mais aussi de la cohabitation de 16 confessions religieuses et de leur code vestimentaire qui embrasse tous les styles, de la micro-jupe au voile. Comme la ville est assez compacte, la marche à pied est la meilleure façon de se déplacer, et parfaite pour sortir des sentiers battus et trouver des surprises. Ainsi, commencer par faire une petite promenade côtière, pour deviner le contour marin de la ville, sa proximité presque charnelle avec la méditerranée et découvrir “La Corniche”. Si vous y arrivez avant le coucher du soleil, c’est encore mieux, le spectacle est saisissant. A défaut, la promenade nocturne aura de quoi caresser vos sens, avec un air marin prononcé. La partie qui côtoie la plage Ramlet El Bayda (sable blanc) en direction des fameux rochers de Beyrouth, également appelés « la grotte aux


La Chronique de Voltaire

Entre tradition et modernité.

Une vie nocturne trépidente…

Beyrouth s’est refait une nouvelle beauté dont les Beyrouthins sont fiers. Le centre ville aux couleurs phéniciennes. La reconstruction du centre ville a été prise en charge en 1993 par Solidere, organisation privée au financement controversé et sans réel plan d’urbanisme. Ainsi, depuis quelques années, émerge un nouveau centre moderne, constitué d’hôtels, restaurants, appartements et boutiques de luxe. Le Souk de Beyrouth restaurés et transformés en centre commercial sophistiqué pour attirer toutes les fashionistas du Moyen Orient et d’ailleurs. Reconstruit en grande pompe, l’endroit mélange traditions et modernité. L’Occident et l’Orient s’y retrouvent presque, avec une dimension dédiée au luxe, toutes les plus grandes marques s’y installent. Le contraste est saisissant. Ailleurs dans la ville, de jeunes architectes poursuivent les expériences, suivant un mouvement initié dans les années 70, avec de nouveaux immeubles d’habitations aux formes avant-gardistes avec terrasses et murs végétaux. Bernard Khoury, un des architectes stars libanais revenus des États-Unis signe ainsi plusieurs bâtiments et bars. En poursuivant la ballade, on peut retomber sur la corniche, ce qui peut vous mener vers l’université américaine, le quartier Hamra et le quartier des arts « Saifi » pour dénicher les beautés des artistes libanais le plus en vogue.

Aujourd’hui, Beyrouth est devenu une plaque tournante de la movida moyen-orientale avec une foule d’adresses arty. Les nombreux bars du quartier de Gemayzeh, dont « Gauche Caviar », attirent les jeunes cadres dynamiques berouthins. On trouve aussi de nombreux lieux à la pointe du design. Deux incontournables restaurés par l’architecte Bernard Khoury « La Centrale », restaurant branché dans une ancienne usine de coton et son bar sur le toit ainsi que la célèbre discothèque « BO18 » ouverte en 1998 dans un ancien bunker près du Port Beyrouth (charles malek avenue karantina) dont le toit s’ouvre les jours de beau temps. Halte obligatoire dans le centre, « Le 360 », bar au dernier étage de l’hôtel Gray avec vue imprenable sur toute la baie de Beyrouth, les clochers et minarets de la ville, avec au loin, cette promesse de fraîcheur, les sommets enneigés du Mont-Liban. Enfin de juin à septembre, l’on vous conseille aussi le bar d’hôtel « le roof » et la discothèque « le sky bar ».

Entretemps, si vous avez un creux, arrêtez-vous dans un des innombrables restaurants et brasseries, il y en a pour tous les goûts et budgets��: des mezzés à la libanaise, à la cuisine parisienne pur jus, en passant par une bonne pizza italienne ou un petit repas asiatique. Mais bon, n’oubliez pas de gouter au fameux taboulé libanais et au hommos au jus de grenade, de quoi exhalter vos papilles. Et si vous passez par Al Hamra, n’oubliez pas de faire un détours par la pâtisserie Bliss, rue Blisse (un délice, vous m’en direz des nouvelles). Changement de décor, direction Achrafieh, un quartier chrétien à l’est de la ville et l’un de ses plus anciens aussi. Même si ce coin est désormais envahi par des tours modernes et vitreuses, l’on peut trouver encore quelques anciennes demeures datant de plus de cents ans, notamment les villas Sursock, rue Sursock et son musée. Passez par l’escalier Saint-Nicolas et la rue Gouraud aussi, où l’on peut apercevoir les promesses de la vie nocturne de la capitale, avec plein de cafés et de bars.

Aux alentours… Si vous avez envie de découvrir les environs de Beyrouth, plusieurs possibilités s’offrent à vous. « Beiteddine », en arabe maison de la religion, qui est un palais construit au début du XIXe siècle par l’émir Bachir, un prince libanais. La partie centrale, du palais est sans doute la plus intéressante, elle est très joliment décorée de sculptures, de boiseries et de mosaïques. La Dar comprend les appartements privés de l’émir, les cuisines et un magnifique hammam. Le palais est situé au milieu de jardins et abrite un très beau musée des mosaïques byzantines. Il y a également « les vignobles de Ksara », le plus ancien domaine viticole du pays. Le domaine a hérité de vieilles traditions qui remontent à 1857, époque à laquelle un groupe de moines jésuites décide de produire un vin de qualité supérieure. A ne pas manquer, la grotte de Jeita. A une vingtaine de kilomètres au Nord de Beyrouth, par une route côtière et pittoresque, une montée protégée par le Christ Roi, serpentant la colline de sapins, de chênes,

208


d’oliviers, vous arriverez dans la vallée du “fleuve du chien”. Au bout de ce chemin, s’ouvrent devant vous les entrailles de la terre… Le lieu est unique et magique. Les grottes de Jeita sont composées d’une partie inférieure découverte par le Révérend William Thomson au cours d’une partie de chasse, en 1836, et d’une partie supérieure encore plus profonde inaugurée en 1969. Ces impressionnantes cathédrales de stalactites et stalagmites s’enfoncent dans la roche à prés de 6200 m de profondeur Au bout d’un siphon terminal coule une eau calme et pure, la source de Nahr El Kalb, Un lieu rappelant les premiers matins de la création, intacte encore… Attention, pas de photos ou de vidéos : les appareils doivent être laissé dans une consigne ! A voir également, Byblos, le plus ancien port de Méditerranée qui depuis l’ère phénicienne a vu se succéder toutes les civilisations. Après la visite de la citadelle et de la cité antique, site classé patrimoine de l’Unesco, rendez vous sur le vieux Port et Chez Pepe pour un plateau de fruit de mer. Les plus téméraires ne resisteront pas à l’appel de cette eau bleue Caraïbes à Ô Cap, c’est “LE” spot de Rmeilé, à seulement 25 Km de Beyrouth. Au retour, l’on peut faire une pause à Jounieh, véritable centre de pèlerinage libanais avec sa cathédrale datée de la fin des années 70 en fin de restauration et sa vierge qui, tel le christ du Corcovado à Rio, veille sur le destin d’une ville malgré l’adversité sait résister aux ténèbres. Par Carla de Wendel

Mais aussi… • Four Points Sheraton - Verdun, Boulevard Saeb Salam, Beyrouth, Liban, (tél : (961) (1) 803804), • Le Gray - Martyrs’ Square, Beirut Central District, Beyrouyh • Le Lancaster Hotel - Australie Street, Raouche, POBox : 13 - 5303, Beyrouth, (Tel : +961.1.790810, Fax : + 961.1.790820) • InterContinental Phoenicia - Beirut Minet El Hosn PO Box 11/846, (sans frais : 01 426801 - 8668667556, Tél : 961-1 -- 369100, Fax : 961-1369101, email : phoenicia@phoenicia-ic.com), • Moevenpick Hotel & Resort - Le général de Gaulle Avenue, PO Boîte 20386908000, (Téléphone +961 1 869666 Fax +961 1 809326), • Le Méridien Commodore - Hamra, Commodore Street PO Box 113456, Riad El - Solh Beyrouth 1107 2140, ( Tél : ( 961 ) ( 1 ) 734734

Pratique : • Office de tourisme du Liban : Destinationliban.com Pour une visite guidée de la ville à pied : • Walkbeirut.com • Librairie Papercup sur Pharaoh Street, regorge des derniers livres et titres de mode, design, art de vivre, arts décoratifs, culture, en français, anglais et arabe. Pour s’y rendre : • Air France : www.airfrance.com • Turkish Airlaines : www.turkishairlines.com Hôtels : • Albergo Hotel - 137, Abdel Wahab El Inglizi Street, Beyrouth Albergobeirut.com : Notre coup de Coeur, un relais et château dans un immeuble des années 30 et idéalement situé et où descendent Francis Ford Coppola, Dee Dee Bridgewater, Emir Kusturica, Carole Bouquet ou Isabel Marrant.

209


La Chronique de Voltaire

Beirut: The Little Paris of the Middle East. Alexandre Najjar is quoted as saying: “It’s not occupation that kills a country: what truly seals its demise is the death of its culture.” Every step you take in Beirut is a reminder that you’re walking through the very birthplace of an ancient civilization. While the tragic wounds inflicted by Lebanon’s wars have way too often made us forget its capital’s former nickname of “Little Paris of the Middle East”, Beirut is budding, again, with luminosity, culture, business and history. The main city of “cedar country” is still a must in terms of ‘getaway destinations’. Boosted by intense reconstruction, the city is booming both intellectually and artistically, winning back its prized reputation. A destination you definitely want to see…

Beirut is a jewel, nestling between mountains and cliffs. As any Lebanese native will tell you: “There’s nothing more magnificent than the long stretch of Mediterranean coastline, the snow-topped mountain peaks, the antique ruins, the food and the festivities.” Wherever you go in Beirut, you will be warmly welcomed, in a whole host of languages! The city gets its energy from its citizens, for sure, but also from the fact that it is the home to 16 different religions, each with their own dress code, ranging from hipster to hijab... It’s a very compact city so the best way to get around is on foot. It’s also the ideal way to stray off the beaten track and chance upon some serendipitous surprises! You might like to start with a short walk along the coastline, to get a feel of the city’s almost carnal closeness to the Mediterranean and to discover its “La Corniche” promenade. It’s best to get there before sunset, if possible, to enjoy the breathtaking view. If not, the sea air will make your night walk a most agreeable sensorial experience.

The strip alongside Ramlet El Bayda (white sand) beach, leading to the famous rocks of Beirut, known as Pigeon Rocks, is well worth the visit, with its small cafés exuding atmosphere and narghile vapor. If you’re feeling particularly brave, you can press on to Ain El Mreisseh to savor a whole different aspect of Beirut – a more modern one, as illustrated by its lit up buildings and skyscrapers.

Immense cultural wealth. Throughout the fifteen-year-long civil war, Place des Martyres (Martyrs’ Square) was the demarcation line between the west (Muslim) and the east (Christian). Today, its buildings are being restored and countless new projects are springing up in this area. In its center, you can visit the archeological dig, initiated during the reconstruction operation, where thermal spas and temples dating back to the Greco-Roman era have been discovered. Next, you can take a stroll to the west, into the narrow streets of Hamra, to enjoy the delightful houses dating back to the Ottoman empire (late 19th century) and the French mandate, along with the shopping streets, buildings, gardens and the American university. Last but not least, in the east, the neighborhoods of Gemayzeh and Ashrafieh and, more recently, Mar Mikhael, are reminiscent of Berlin, with their art galleries, vintage furniture stores from the ‘60s and ‘70s, and their craft and book stores. While heritage is important, Beirut’s contemporary artists are definitely busy because, in keeping with its role as “crossroads of civilizations”, Beirut has, for the past 3 years, been organizing “Menasart Fair”, a modern art fair featuring artists from the Middle East, North Africa and Southern Asia exclusively.

210


Chronicle by Voltaire

A cross between tradition and modern. Beirut’s citizens are proud of their city’s revamping, including its Phoenician-colored city center. The rebuilding of downtown was undertaken in 1993 by a controversial private financing organization named Solidere, which had not previously laid down a set-in-stone town planning structure. So, over recent years, a whole new, modern downtown has been sprouting, complete with hotels, restaurants, apartments and luxury stores. Beirut’s souk has even been restored and converted into a sophisticated shopping mall, attracting fashionistas from the Middle East and all over. It’s an exuberant location, combining tradition and modernity. It’s even almost a confluence of East and West, as all the big names in luxury are setting up shop there; the subsequent melting-pot is nothing short of astonishing! In other parts of the city, young architects are also jumping on board, pursuing a movement initiated in the 1970s, involving new, edgy condo complexes embellished with terraces and hedgerows. Bernard Khoury, one of Lebanon’s celebrity architects, fresh back from the USA, has designed several buildings and bars. As you continue your walk, you may come across “La Corniche” promenade again, and on to the American University, the Hamra district and “Saifi” artistic quarter, harboring the creations of the most fashionable of Lebanon’s artists. If all this perambulating works up an appetite, make sure to stop off in any of the many restaurants and brasseries, which cater for all tastes and budgets: Lebanese mezzes, pure Parisian cuisine, good Italian pizza or a light dish from Asia. But, whatever you do, don’t forget to try out the famous local tabbouleh or the hummus with pomegranate juice – pure titillation for the taste buds! And, if you visit Al Hamra, don’t forget to drop in at Bliss


La Chronique de Voltaire

212


bakery, on Bliss Street (heavenly, I’m sure you’ll agree!). Now, for a change of scene, head off to Achrafieh, a Christian quarter and one of the oldest, too, in the eastern part of town. Although it is now submerged in modern, glass-fronted towers, this area still has a few old residences dating back over a hundred years. Sursock villa and its museum, in Sursock Street, are examples of this. If you take the Saint Nicholas stairs and Gouraud Street, you’ll catch a glimpse of what the capital city’s nightlife has in store for you, courtesy of its countless cafés and bars.

Thrilling nightlife! Nowadays, with its plethora of arty venues, Beirut is the hub of the Middle Eastern night scene. Several bars in the Gemayzeh quarter, including “Gauche Caviar”, are hot spots for young, dynamic Beirut execs. There are also many modern architectural wonders. Two of these were restored by architect Bernard Khoury – “La Centrale”, a hip restaurant inside a former cotton factory, with a rooftop bar; and the famous “BO18” nightclub, opened in 1998, built inside an old bunker near the Port of Beirut (Charles Malek Avenue, Karantina) which opens its roof when the weather’s good. One “must”, in the city center, is “Le 360”, a bar on the top floor of Gray Hotel, offering an unhindered view over the bay, bell towers and minarets, across to the snowy peaks of Mount Lebanon, with its inviting cooler climes. Last but not least, from June through September, consider also visiting “Le Roof” hotel bar and “Le Sky Bar” nightclub.

– still perfectly intact - conjures up the dawn of creation... A reminder, however: no photos or videos are allowed, so all devices must be placed in lockers before visitors enter the grotto! Byblos is another definite place to see. The oldest port in the Mediterranean, it has watched every civilization go by, since the Phoenicians! After a visit to the citadel and ancient city – a listed World Heritage Site by UNESCO – stop off at the old Port, where you can enjoy a seafood platter at Chez Pepe. The more daring amongst you will not be able to resist diving into the crystal blue waters at O Cap beach resort: this is THE spot in El Rmeile, just 15 miles from Beirut. On the way back, you might enjoy a stopover at Jounieh, a place of pilgrimage, with its almost-restored cathedral from the late 1970s. Like the statue of Christ, at Rio’s Corcovado, this monument watches over the city which has stood up against its fair share of adversity, resisting darkness and doom... by Carla de Wendel

Around and about… If you feel like visiting the area surrounding Beirut, you have several options to choose from. Beiteddine Palace (meaning “house of religion” in Arabic) was built in the early 19th century by a Lebanese prince named emir Bachir. The central section of the palace is the most awe-inspiring, with its beautiful sculptures, woodwork and mosaics. La Dar houses the emir’s own private apartments and kitchens, and a magnificent hamam. Gardens surround the palace, which is also home to a beautiful museum of Byzantine mosaics. Let’s not forget, either, Ksara, the oldest vineyards in the whole country. They still use traditional methods, dating back to 1857, when a group of Jesuit monks decided to start producing top quality wine there. Another “must-see” venue is Jeita grotto or cave. About twelve miles north of Beirut, if you follow a picturesque, coastal road (overlooked by a colossal statue of Jesus Christ), winding down the slopes of pine trees, oaks and olive trees, you will finally reach Dog River valley. At the end of the trail, you’ll see the very bowels of the Earth opening before you… This is a unique, magical place. Jeita grotto contains a lower section, chanced upon by Reverend William Thomson on a hunting trip in 1836, and an upper, deeper, section, which was opened in 1969. These impressive cathedrals of stalactites and stalagmites span down into the rocks, about 18,000 feet! It filters out into the pure, calm waters of Nahr El Kalb source. This place

Practical information: • Lebanon’s tourist office: DestinationLebanon.com For a walking tour around the city: • Walkbeirut.com • Papercup bookstore, on Pharaoh Street, is brimming with the latest books and magazines on fashion, design, art of living, decorative arts and culture – published in English, French and Arabic. How to get there: • Air France : www.airfrance.com • Turkish Airlaines : www.turkishairlines.com

Also… • Four Points Sheraton - Verdun, Saeb Salam Boulevard, Beirut, Lebanon (Tel: +961 (1) 803804), • Gray - Martyrs’ Square, Beirut Central District, Beirut • Lancaster Hotel - Australie Street, Raouche, POBox: 13 - 5303, Beirut (Tel: +961.1.790810, Fax: + 961 (1) 790820) • InterContinental Phoenicia - Beirut Minet El Hosn PO Box 11/846 (Tel: +961 (1) -- 369100, Fax: +961 (1) 369101, email: phoenicia@phoenicia-ic.com), • Moevenpick Hotel & Resort - Le général de Gaulle Avenue, PO Boîte 20386908000 (Tel: +961 (1) 869666 Fax +961 (1) 809326), • Le Méridien Commodore - Hamra, Commodore Street PO Box 113456, Riad El - Solh Beirut 1107 2140 (Tel: +961 (1) 734734

Hotels: • Albergo Hotel - 137, Abdel Wahab El Inglizi Street, Beirut Albergobeirut.com: Our favorite! A privately-owned luxury hotel and restaurant in an ideally-located 1930s building. This is where Francis Ford Coppola, Dee Dee Bridgewater, Emir Kusturica and Carole Bouquet like to stay – among many others!

213


La Chronique de Voltaire

Le Montalembert et le Marignan,

deux hôtels 5 étoiles pour sentir

L’âme de Paris par Florence Batisse-Pichet

Entre ses palaces historiques et les récentes ouvertures de grands hôtels contemporains, sans oublier la déferlante des nombreux boutiques-hôtels, Paris offre une palette diversifiée d’adresses prestigieuses pour les premiers, et insolites, voire anecdotiques pour les seconds. Entre ces extrêmes, il existe des établissements de luxe, avec un supplément d’âme. Coups de cœur pour deux hôtels, situés chacun, dans les quartiers les plus prisés de la capitale : les Champs-Elysées et Saint-Germain-des-Prés. Hasard ou pas, ils sont tous les deux dirigés par des femmes et appartiennent à des groupes familiaux. Ambiance, anecdotes et chuchotements…

214


Chronicle by Voltaire

Escale au cœur du Triangle d’Or à l’Hôtel Marignan En poussant les immenses portes du 12 avenue de Marignan, vous pénétrez dans un palais parisien contemporain du XXIème siècle. Il y a du rêve, et l’on n’est pas loin de se croire projeter dans l’univers d’Alice au Pays des Merveilles. Passé la porte et la lumière du jour, on perd pied avec la réalité. Ici tout est décalé, sinon démesuré : les volumes et les formes, l’esprit moderne et le design insufflent une douceur poétique. Serait-ce la touche féminine de la propriétaire ? Petite fille, Nathalie Richard voulait déjà travailler dans l’hôtellerie. Dans une famille auvergnate, traditionnellement impliquée dans les cafés et brasseries - le groupe Richard -, ce n’était pas évident à faire admettre. Pourtant, elle s’obstine. Diplômée d’une grande école de commerce, elle se retrouve très jeune en charge de l’une des brasseries. Mais elle a en tête de prolonger son parcours par un 4ème cycle de formation hôtelière à New York. Ce qu’elle fait et même plus, en suivant un cycle d’histoire de l’art chez Christie’s. Son rêve cheminait lentement jusqu’à ce que l’opportunité d’une acquisition se présente pour le groupe Richard, en 2004. Avec le recul, elle confie aujourd’hui : « La voie royale pour l’hôtellerie, c’est la restauration. » Le bâtiment a une belle histoire, celle d’un ancien hôtel particulier du XVIIIe dont l’une des propriétaires fut la princesse Charles-Marie de Faucigny-Luncinge. Celle-ci y abrita sa collection d’art. Il fut revisité dans les années 30. Vestiges de cette époque aristocratique : le somptueux escalier d’honneur au plafond à caissons ouvragés, les fenêtres ornées de

vitraux, la hauteur sous plafond des suites, l’élévation blanche art déco sur la façade extérieure. L’emplacement au 12 rue de Marignan, à deux pas de la plus belle avenue du monde, est unique. Restait à transformer et à donner une âme à ce lieu. Inauguré en 2012 dans son nouvel écrin, dominé par des matériaux nobles mais discrets - le bois, le métal, la pierre, le marbre -, le Marignan est éblouissant de raffinement et de goût. Nathalie Richard a confié les travaux à l’architecte Vincent Bastie et au décorateur Pierre Yovanovitch avec un souhait : créer un hôtel d’une nouvelle génération qui soit une demeure contemporaine où l’on se sente chez soi. Précis et exigeant, ce dernier aime l’épure et le sur-mesure. S’il a privilégié les lignes tendues, c’est pour mieux les adoucir en jouant avec la rondeur de pièces surprenantes. Il a osé et innové pour notre plus grand plaisir dans les moindres détails : un canapé rouge-serpent pour le lobby, des canapés bibliothèques en arc de cercle dans le bar, d’énormes coussins- boules de neige dans les suites, etc. Enfin l’exigence apportée à la lumière qui habille les volumes, lustres suspendus et appliques en céramique, contribue à l’ambiance apaisante. Alors, que vous séjourniez ou non à l’hôtel, faites au moins l’expérience du restaurant, sinon du bar-lounge, sous la houlette d’un meilleur ouvrier de France, le chef Filipe Da Assuncao. Hôtel Le Marignan - 12, avenue Marignan, Paris 8ème Tél. : 33 1 40 76 34 56 www .hotelmarignan .fr

215


La Chronique de Voltaire

Montalembert and Marignan:

two 5-star hotels that emanate the very

Soul of Paris by Florence Batisse-Pichet

With its historical luxury hotels and the recent opening of various grand contemporary establishments, not to mention its plethora of boutique hotels, Paris has a very wide array of prestigious locations (in the first category) and out of the ordinary, or even eventful ones (for the second category). In the middle ground, between these two extremes, lie various luxury hotels with soul. Two such choice locations are to be found in the French capital’s most prized areas: the Champs-Elysées and the Latin Quarter, at Saint-Germain-des-Prés. Maybe incidentally, both hotels happen to be run by women and are family-owned. If you’re looking for locations of note, atmosphere and calm whisperings, you’re in the right place…

216


Chronicle by Voltaire

A stopover in the heart of the Golden Triangle, at Hotel Marignan windows, the high-ceilinged suites and the white Art Deco embossments on the front of the building. Uniquely located at 12, rue de Marignan, it’s but a stone’s throw from the world’s most beautiful avenue. All it needed was a facelift, to inject some soul back into it.

When you step through the huge doors of 12 avenue de Marignan, you are very consciously entering a 21st-century Parisian luxury hotel. It’s like a dreamlike realm – not unlike the world of Alice in Wonderland. As soon as you’re through the door, leaving daylight behind, all your bearings are challenged. Everything in this place is offbeat and unexpected, if not disproportional: its volumes and forms, its modern feel and design, all exude a kind of poetic softness. Maybe it has something to do with the fact that it’s owned by a woman? As a little girl, Nathalie Richard already knew she wanted to work in the hotel industry. It was not easy to convince her family, of Auvergne origin, given its longstanding prominence in the café and brasserie field (Richard group). But she persisted in her dream. Having graduated from a big business school, she found herself running one of the family brasseries. But she decided to continue her studies by following hotel management training in New York. Just for good measure, she also took an art history diploma at Christie’s. Slowly but surely, she followed her dream, until, one day, Groupe Richard came across an acquisition opportunity, in 2004. Looking back now, she admits: “The best way to hotel management is catering.” The building is historically very rich: it’s a former 18th-century private mansion once owned by Princess Charles-Marie de Faucigny-Luncinge. It was also home to her art collection during her residence there and was revisited in the 1930s. Remnants of this aristocratic era include the magnificent main staircase with its finely-crafted ceiling, the stain-glassed

Le Marignan hotel re-opened in 2012 in its new, subtle but noble surroundings of wood, metal, stone and marble. And the result is stunning in its demonstration of refinement and good taste. Nathalie Richard hired architect Vincent Bastie and interior designer Pierre Yovanovitch for the job, specifying her desire for a new-generation hotel, a contemporary but homely residence. Precise and demanding and favoring refined lines and customization, Yovanovitch used straight lines which he then softened with unusual round objects. His daring and innovation in the details are a pleasure to the eye. Case in point: the snake-red couch in the lobby, arc-shaped bookshelf couches in the bar and huge snowball cushions in the suites, to name a few. Additional serenity is obtained via the lighting – hanging central light fixtures and ceramic wall lamps - for greater volume enhancement. Even if you’re not staying at the hotel, at least pay a visit to the restaurant or the bar-lounge, hosted by one of France’s greatest chefs, Filipe Da Assuncao. Hôtel Le Marignan - 12, avenue Marignan - Paris 8rh district Tel.: (+33) 1 40 76 34 56 www.hotelmarignan.fr

217


La Chronique de Voltaire

Direction l’Hôtel Montalembert, le refuge littéraire germanopratin Juliette Greco, Peter Gabriel, Peter Mayle, Cameron Diaz, Rossy de Palma, Sonia Rykiel, Jean-Charles de Castelbajac… font partie des noms illustres, aux côtés de tous les anonymes venus du monde entier, à avoir laissé une trace de leur passage dans le livre d’or, sur des dizaines de pages griffonnées et parfois dessinées. Quel plus beau témoignage pour saisir le pouvoir d’attractivité que l’Hôtel Montalembert a toujours exercé jusqu’à aujourd’hui, sur le milieu littéraire et artistique ? Créateurs, comédiens, écrivains et journalistes français, célébrités américaines viennent en habitués et se sentent ici chez eux. Les auteurs de Gallimard comme Philippe Sollers y ont établi leur annexe… D’ailleurs, pour la confidentialité d’un déjeuner ou d’un dîner en petit comité, le restaurant met à disposition un espace privé, le salon Gallimard, en référence à la célèbre maison d’édition voisine. Depuis la reprise en 2005 par la famille Soldevila (Majestic Hotel Group), d’énormes travaux de rénovation ont été menés pour un budget de 2 millions d’euros et l’établissement a fait peau neuve ; preuve en est, il est devenu le premier 5 étoiles de la Rive Gauche. À la tête de ce bateau ivre de littérature, Myriam Kournaf, une niçoise pétillante et pétulante : elle dirige avec maestria ses équipes et grâce à son incomparable carnet

d’adresses, elle a eu le talent d’insuffler le ton juste pour réaliser son rêve : « Je voulais vraiment que le Montalembert soit le refuge littéraire germano-pratin », déclare-t-elle avec passion. Depuis 2006, elle a créé le Prix de la Romancière, décerné par un jury prestigieux qu’elle renouvelle chaque année. Parmi les 54 chambres décorées par l’architecte Christian Liaigre, optez pour le 8ème et dernier étage, avec les suites mansardées. Coup de cœur pour la nouvelle suite aux « trois lettres magiques », JFK, et dédiée à l’ancien président des Etats-Unis : « J.F.K. Un sigle, un logo, une marque ! Un éternel regret », comme l’a écrit Philippe Labro, dans « Mon Amérique ». Une suite qui mélange rêve et légende. Le plus ? Sa vue imprenable sur la Tour Eiffel illuminée… ! Si les lettres manuscrites, inédites de John F. Kennedy et de Jackie Kennedy exposées lors de la soirée d’inauguration, ne sont plus en place, vous aurez tout loisir d’admirer photos et livres sur le président. Côté restaurant, c’est le jeune Chef David Maroleau qui est aux manettes avec le défi de renouveler la carte toutes les six semaines. Hôtel Montalembert - 3 rue de Montalembert, Paris 7ème Tél . 33 I 45 49 68 68 www .hotel-montalembert .fr

218


Chronicle by Voltaire

219


La Chronique de Voltaire

Hotel Montalembert – a book-lover’s refuge in Paris’ Latin Quarter Juliette Greco, Peter Gabriel, Peter Mayle, Cameron Diaz, Rossy de Palma, Sonia Rykiel, Jean-Charles de Castelbajac and a whole host of anonymous personalities from all over the world have something in common: a signature in the golden book of Hotel Montalembert – pages upon pages of autographs and comments alongside sketches. An undisputed testimony to the lure of Hotel Montalembert within literary and artistic circles alike. Designers, actors, writers and journalists, and celebrities from all over come here to stay, time and time again, because it feels like home. Certain French writers, like Philippe Sollers, have even set up an additional office there, to inspire their writing. The restaurant has a VIP space, for those wishing to lunch or dine in private; its name is the Gallimard lounge, named after the famous publishing house nearby.

When the hotel was taken over by the Soldevila family (Majestic Hotel Group), in 2005, vast renovation works were undertaken (valued at $2.5 million). The result was a sweeping facelift, making it into the first 5-star hotel of Paris’ Left Bank. At the helm of this literary ship stands Myriam Kournaf, a lively and exuberant woman from Nice, on the French Riviera. Not only is she a stellar manager, she also has an address book like no other and the talent to execute exactly what is needed to achieve her dream: “I really wanted Montalembert to be THE refuge for booklovers in Saint-Germain-des-Pres,” she declares, enthusiastically. In 2006, she even created Prix de la Romancière (an award for female novelists), with a prestigious jury that’s renewed every year.

220


Chronicle by Voltaire

Of the 54 rooms decorated by architect Christian Liaigre, the attic suites on the 8th and top floor are the obvious choice. We particularly liked the new suite baptized with “three magic letters”, JFK, dedicated to the former US president: “J.F.K. An acronym, a logo, a brand name in its own right! Eternally missed,” as author Philippe Labro wrote in “Mon Amérique” (My America). The hotel suite is a combination of dream and legend but its finest feature is its unhindered view of the Eiffel Tower, lit up, in all its glory! The never-before-seen handwritten letters written by John F. Kennedy and Jackie Kennedy that were exhibited at the hotel’s opening event are no longer on view. However, photos and books on the president are there for guests to peruse at their leisure. Meanwhile, down in the restaurant,

young chef David Maroleau runs the show, providing a new menu every six weeks. Hôtel Montalembert - 3 rue de Montalembert, Paris 7th district - Tel. (+33) I 45 49 68 68 www.hotel-montalembert.fr

221


La Chronique de Voltaire

222


Paris

Secret address:

Par Florence Batisse-Pichet

Deyrolles La boutique-musée Deyrolles : une institution tournée vers l’avenir Pour Louis-Albert de Broglie, l’actuel propriétaire de la mythique enseigne parisienne, les planches Deyrolles, actualisées et traduites dans le monde entier, sont une leçon pour l’avenir. Malgré le succès d’Internet, leur principe pédagogique n’a rien perdu de sa modernité. Deyrolles associe luxe et éducation au sein d’une institution unique au monde. Peut-être certains se souviennent-ils encore des grandes planches de sciences naturelles que les instituteurs affichaient en classe. Elles représentaient l’anatomie, la botanique, la zoologie… Nostalgiques ou collectionneurs sont friands de ces affiches, vestiges de l’école républicaine, et que l’on peut encore dénicher chez les brocanteurs. Pourtant, les célèbres planches imaginées par Émile Deyrolles en 1866 et publiées au 19ème sous le nom de « musée scolaire Deyrolles », connaissent aujourd´hui une nouvelle vie, depuis que le Prince Jardinier, alias Louis-Albert de Broglie a repris les rênes de la maison Deyrolles et les a remis au goût du jour, en créant en 2011, les planches “Deyrolles pour l’Avenir.” Il estime qu’ « après avoir expliqué la terre au plus grand nombre, il s’agit maintenant d’expliquer comment la préserver. » Elles présentent désormais la biodiversité, la citoyenneté environnementale ou encore les plantes dépolluantes, etc. Retour sur une page d’histoire, celle de la boutique-musée Deyrolles, fondée en 1831 par Jean-Baptiste Deyrolles, le grand-père d’Emile. Si la maison connut ses heures de gloire avec l’activité d’édition des planches, la taxidermie et la vente de matériel, à l’aube du XXIème siècle, elle aurait pu sombrer dans l’oubli. C’est là qu’intervient Louis-Albert de Broglie, un banquier devenu « prince jardinier » et qui la sauva du déclin. Quand il quitte la banque et passe côté jardin, il créé d’abord un potager avec une collection unique de 300 variétés de tomates, cultivées au sein d’un château-hôtel. C’est le démarrage de sa marque “Le Prince Jardinier”, associée à toute une gamme de produits élégants autour du jardinage… Aussi quand Deyrolles, l’adresse bien connue de tous les passionnés de nature, collectionneurs et artistes, est mise en vente en 2001, il n’hésita pas. C’était le maillon manquant à son grand œuvre. Deuxième sauvetage en 2008, suite à un incendie

qui ravage une partie des collections. Grâce à la mobilisation de nombreux donateurs, cet arche de Noé peut renaître de ses cendres. Des pièces sont restaurées, d’autres remplacées. Fragile univers que celui conservé par Deyrolles et qui le rend d’autant plus précieux, à l’image de notre planète. Pour comprendre la magie du lieu, il faut pousser la porte du 46, rue du Bac et monter au premier étage. Il n’y a rien à faire, sinon observer les beautés de la nature et s’émerveiller devant tant de pièces étonnantes, dignes d’une annexe du muséum d’histoire naturelle, ou du musée de la chasse et de la nature. Lion, ours, zèbre, trophées de chasse…, le bestiaire exposé est d’une qualité exceptionnelle. Unique aussi, l’ambiance qui règne dans cet espace en boiserie, immense cabinet de curiosités de plus de 20 000 pièces. Tout au fond, dans la salle des insectes, des mains expertes travaillent sous vos yeux, avec délicatesse sur des papillons… Ils seront mis sous des cloches de verre ou dans des cadres. Pour Louis-Albert de Broglie, la vocation de Deyrolles va s’affirmer plus que jamais dans les prochaines décennies, en renouant avec sa vocation pédagogique, un enjeu pour la protection de la planète car comme il le rappelle dans la préface de son ouvrage* : « Oui, il est plus que jamais important, aujourd’hui et pour toujours, de prendre le temps d’observer, de comprendre, d’apprendre, de rêver, de s’émerveiller pour partager, préserver et transmettre. » L’optimisme du prince jardinier est visiblement inébranlable même si pour que son projet de fondation voie le jour, il soit a priori contraint d’en établir les statuts à l’étranger. C’est son combat à lui : une belle leçon de vie ! * Comprendre pour agir, Louis-Albert de Broglie, chez Michel Lafon Deyrolles - 46, rue du Bac – 75007 Paris Tél. : +33 (0) 1 42 22 30 07 Pour en savoir plus : www .deyrolle .com

223


La Chronique de Voltaire

Deyrolle: a futuristic institution in a museum-like showroom According to Louis-Albert de Broglie, the current owner of this legendary Parisian store, the Deyrolle information boards, which have been updated and translated for worldwide use, are a lesson for the future. While riding on the Internet wave, they have lost nothing of their original educational vocation. Deyrolle is a one-of-a-kind institution that knows how to combine luxury and education, in style! Some of you may remember the large posters and boards that the science teachers used to hold up in class, an illustrated prop for their anatomy, botany and zoology lessons! Nowadays, former students and collectors alike sift through antique dealer stalls in search of these remnants of the old-school days! But the famous boards designed by Émile Deyrolle back in 1866 and sold under the brand name of “musée scolaire Deyrolle” (Deyrolle school museum) are currently enjoying a brand new graduation! This was spurred when ‘Gardener Prince’, Louis-Albert de Broglie, took over as head of Deyrolle and gave the boards a futuristic facelift, creating “Deyrolle pour l’Avenir” (“Deyrolle for the future”) boards, in 2011. His philosophy is that “having explained to the masses how the Earth works, it’s now time to explain how to protect it.” These new boards illustrate biodiversity, environment-friendly living, “ecologically-cleansing” plants, and much more...

So to retrace the footsteps in Deyrolle’s evolutionary path, the store was established in 1831 by Emile‘s grandson, Jean-Baptiste Deyrolle. While it boomed from the sales of its boards, taxidermy and various pieces of equipment, it seemed doomed at the turn of the 21st century. But the shop was finally saved from the slippery slope by Louis-Albert de Broglie, a former banker turned “Gardener Prince”. First off, he literally stepped right out of the bank and into his garden, planting a unique orchard with some 300 different varieties of tomatoes, in the grounds of his castle hotel. This marked the debut of his brand, “Le Prince Jardinier” (Gardener Prince), featuring a whole array of elegant gardening-based products. Then, when Deyrolle – a favorite of Nature fiends, collectors and artists – was put up for sale in 2001, de Broglie didn’t hesitate one iota. For this was the “miss-

ing link” in his great work! He also went on to save it from a fate worse than death a second time, in 2008, when a fire broke out and ravaged part of the collection. With the help and generosity of various donators, this “Noah’s Ark” was risen from its ashes: some of its pieces were restored, others replaced. The pieces of the world that are conserved at Deyrolle’s are fragile and that’s what makes it all the more precious – much like the planet we live on. To really get a feel of the magic of this place, simply enter the shop, at 46, rue du Bac, in Paris’ 7th district, and climb the stairs to the 2nd floor. Then, take in the beauty of Nature and wonder at the astounding items, like something out of a Natural History Museum or a museum of hunting and Nature. The bestiary that resides there is exceptional, peopled with a lion, a bear, a zebra and various hunting trophies. This wooded showroom, with its huge 20,000 plus-strong collection of curiosities, also has an atmosphere that is to be found nowhere else. Right in the back, inside the “insect room”, workers skillfully work on butterflies, under our very eyes, preparing them for their glass bell or picture frame resting places. According to Louis-Albert de Broglie, Deyrolle’s role in society will be reinforced more than ever in the coming decades. It will renew its educational vocation of yesteryear, for planetary protection, for, as he points out in the preface of his book*: “Today, it’s more important than ever to take the time to look, understand, learn, dream and wonder, in order to share, protect and transmit.” The Gardener Prince’s optimism is patently unshakeable, even though he will probably have to venture beyond the borders of France in order to bring his foundation project to fruition. This is his own personal battle and a fine life-lesson for the rest of us! * Comprendre pour agir (Understand in order to take action), Louis-Albert de Broglie, published by Michel Lafon Deyrolle - 46, rue du Bac – 75007 Paris Tel. : +33 (0) 1 42 22 30 07 For more information: www.deyrolle.com

224


Chronicle by Voltaire

225


La Chronique de Voltaire

Le goût du luxe Pour les habitués du luxe et des meilleurs vins et spiritueux au monde, rien ne saurait rivaliser avec Krug, Hennessy et Belvedere Tous les grands événements de la vie se fêtent en portant un toast. Mariage, anniversaire, commémoration, tous se célèbrent avec les meilleures bouteilles. Tous les vins ne se valent hélas pas mais pour ceux qui ont su développer le sens du goût et du raffinement, les vins et spiritueux LVMH Moët Hennessy possèdent cette exceptionnelle qualité que méritent les moments les plus importants de leur vie.

Krug La philosophie du plaisir est le fondement de la Maison Krug. Les meilleurs champagnes ont été élaborés pour créer un effet inoubliable sur ceux qui en font l’expérience comme le prouvent régulièrement les champagnes Krug. Fondée par Joseph Krug, cette maison est la seule à offrir cinq Cuvées Prestige uniques et chacune de la plus haute qualité. Chaque cuvée procure sa propre expérience sensorielle, un goût remarquable, délicat et qui persiste tel un souvenir impérissable. Parmi celles-ci, le Rosé Krug est celui que je préfère pour son exquise combinaison de trois variétés de raisins différentes. Après avoir reposé cinq ans dans la fraîcheur des caves Krug, le Rosé Krug offre de sublimes nuances de goût et de couleur. Les bulles, gracieuses et subtiles, font de ce champagne un produit unique. Mais, pour les occasions qui ne se présentent qu’une fois dans une vie, optez pour la Grande cuvée Krug. Ce champagne symbolise la philosophie, le savoir-faire et l’engagement qualité de la marque Krug et incorpore près de 120 vins, plus de dix millésimes différents dont certains de quinze ans d’âge. Une telle sophistication offre à la Grande cuvée Krug richesse et intensité agrémentées de touches de noisette, de pommes et de pamplemousse. Vingt longues années sont nécessaires à la création de chaque bouteille. Il ne s’agit plus là de millésime mais d’un champagne dont la singularité n’a d’égal que son nom.

226


Hennessy Maison fondée en 1765, Richard Hennessy est synonyme des cognacs les plus raffinés qui soient, de qualité et de créativité jamais égalée. Près de 250 ans plus tard, Hennessy est célèbre dans le monde entier pour ses cognacs élaborés avec attention, raffinement et amour. De ses vignes légères et fruitées sont issus des cépages d’Ugni blanc spécialement adaptés au processus de double distillation de la maison. Chaque bouteille de Hennessy garantit une expérience sublime et raffinée. Les caves de la plus grande réserve de cognac du monde comprennent plus de 300 000 fûts fabriqués à partir de chênes centenaires, en provenance exclusive des forêts françaises. Chacun de ces fûts n’a pas moins de cinquante ans et ce n’est qu’une fois l’apogée de leur plein potentiel atteint qu’ils sont soigneusement recouverts afin d’en préserver l’exceptionnelle qualité. C’est précisément cette exceptionnelle qualité qui est à l’origine de la crème de la crème des cognacs, le Paradis Impérial Hennessy. Créé en 2011 par le maître distillateur Hennessy, Yann Fillioux, sa couleur particulière est le produit de sa remarquable composition et de nombreuses années de maturation. Un goût immédiat de jasmin et d’orange précède une intensité de touches florales pour une impression durable garantie. Le Paradis Impérial Hennessy est en soi une véritable expérience à ne pas sous-estimer et devant être appréciée à sa juste valeur.

Belvedere Considérée comme la meilleure vodka de luxe au monde, Belvedere a permis de redéfinir la vodka comme boisson privilégiée de la jetset. Les événements mondiaux organisés par l’entreprise, comme le Belvedere Beat, attirent de nombreuses célébrités et des industriels d’avant-garde qui se rassemblent pour célébrer la joie de vivre. Belvedere représente cependant une véritable authenticité qui a su rendre hommage à la fabrication de la vodka depuis plus de 600 ans. Chaque bouteille Belvedere est distillée quatre fois, pour un équilibre parfait et idéal de saveurs. Aux goûts de framboise noire, de pamplemousse rose ou de Bloody Mary et agrumes, la pureté de la vodka est absolument préservée par un procédé artisanal breveté appelé la macération. La vodka Belvedere Citrus est un excellent exemple de délicieuse vodka qu’on savourera au printemps. L’entreprise n’utilise que des fruits véritables pour une vodka aux arômes d’agrumes et de citron vert suivis d’une touche d’acidité qui procurent au palais fraîcheur et satisfaction. Mélangez avec du jus de pamplemousse et un sirop pour un cocktail Belvedere Citrus Collins, la boisson idéale pour accueillir les beaux jours. Par Michelle Torres

227


La Chronique de Voltaire

A Taste of Luxury If luxury is an acquired taste, then those who treat their palates to the best wines and spirits know that Krug, Hennessy, and Belvedere are always top shelf They say that all of life’s milestones are marked by a toast—a marriage, a birthday, and an anniversary—all these are celebrated by the clink of glasses and, of course, the best bottles on the shelf. When it comes to drinking, much like everything else, not all bottles are created equal and those whose palates have developed a more refined taste know that LVMH Moët Hennessy’s wines and spirits possess the fine quality their life’s most important moments deserve.

Krug The House of Krug is based on the philosophy of pleasure. Champagne, at its best, is made to have a sensational and unforgettable effect on those who taste it—such is the experience of Krug. Founded by Joseph Krug, it is the only House that offers five Prestige Cuvees that are all unique but at the same time equal in quality. Each Cuvee is a distinct, sensorial experience that does not overwhelm, but rather lingers like an unforgettable memory. Among these is the Krug Rosé, a personal favorite of mine due to its exquisite combination of three different grape varieties. With a resting time of at least five years in the cellars, the Krug Rosé delivers just the right amount of spice and such a gorgeous colour. Ever graceful, even the bubbles are subtle, making way for this Champagne to shine. However, for the only the most special, once-in-a-lifetime occasions, there is nothing like the Krug Grande Cuvée. This Champagne epitomizes Krug’s philosophy, savoir faire, and commitment to quality with a blend of about 120 wines, from more than 10 different vintages, some of which are aged 15 years. Such complexity gives the Krug Grande Cuvée a fullness and intensity brought about by notes of hazelnut, hints of apples, and flavours of grapefruit. Each bottle takes over 20 years to create. It is beyond vintage—a Champagne that is as exceptional as its name.

228


Hennessy A maison founded in 1765, Richard Hennessy envisioned the world’s finest cognac to stand for quality and creativity. Today, after nearly 250 years, Hennessy is infamous around the world for crafting cognac with attention, finesse, and affection. From its light, fruity grapevines that yield Ugni Blanc, specially suited to the maison’s double distillation process, each bottle of Hennessy is ensured for greatness. Its cellars are full with more than 300,000 casks from 100-year old oak trees, exclusively from French forests—it is the largest reserve of cognac in the world. Each one is aged for at least fifty years and once at the top of its potential, is carefully encased to preserve its exceptional quality. It is exactly this exceptional quality that brought about the crème de la crème of cognacs, the Hennessy Paradis Impérial. Created by Hennessy’s Master Blender Yann Fillioux in 2011, its distinct color is due to its remarkable composition—the product of many years of aging and maturation. Jasmine and orange greet you upon first taste, followed by an intensity that only gives way to floral notes that will leave you with a lasting impression. The Hennessy Paradis Impérial is an experience in itself and must be appreciated with every single drop.

Belvédère Renowned as the world’s first luxury vodka, Belvedere has redefined vodka as the drink of choice for the hip, jet set crowd. Its worldwide events, such as Belvedere Beat, attract famous personalities and industry movers who congregate in celebration of joie de vivre. At its very core, however, is an authenticity that pays homage to how vodka has been crafted for over 600 years. Each Belvedere bottle is distilled four times, perfecting the balance and flavours of what you eventually get in your glass. With flavours that range from Black Raspberry and Pink Grapefruit to Bloody Mary and Citrus, the pureness of vodka is never sacrificed through a proprietary artisanal process called maceration. Belvedere Citrus, for one, is a fine example of a flavourful vodka perfect for Spring. Using only real fruit, crisp citrus and lime aromas are drawn out and finished with a hint of acidity that leaves the palate fresh. Mix with grapefruit juice and simple syrup for a Belvedere Citrus Collins cocktail—the perfect drink to welcome the new season. By Michealle Torres

229


230


La Chronique de Voltaire

Chien de palace

Mon shopping de printemps

Pour la maison : des coussins qui ont du chien ! La déco, c’est mon rayon ! Quoi de plus craquant que quelques jolis coussins avec des têtes de cabots ? Certains sont très rigolos. Ils feront le meilleur effet pour le canapé du salon où je trône en roi. Et en visitant l’atelier des Cakes de Bertrand, j’ai eu un coup de foudre pour Tosca, qui est la mascotte et la muse du styliste et décorateur Adolphe Besnard, l’un des deux fondateurs avec Didier Bertrand. Tosca est souvent à l’atelier et adore faire de la broderie avec Fanny, une des petites mains. Faites le détour par l’une des deux boutiques parisiennes qui sont de véritables cabinets de curiosités : des trousses, des pochettes, bref il y a plein de trucs sympas. Chaque article est fabriqué en série limitée. Ma maîtresse est fan ! Tarif des coussins : à partir de 39 € www.lescakesdebertrand.com

Pour un look trendy, so chic : les colliers Pompet Paris Question de look, je viens de découvrir des colliers d’apparat spécialement imaginés pour des chiens. Il s’agit des créations de Géraldine Kaiser, commercialisées sous la marque Pompet Paris. Comme elle ne trouvait rien à son goût pour Happy, sa chienne Jack Russell. Du coup, elle s’est mise à l’ouvrage et a eu l’idée de lancer cette nouvelle série de colliers d’apparat, inspirés des bracelets tibétains. Géraldine joue avec des harmonies naturelles et brutes, ou ose les mélanges de couleurs vives : elle utilise des perles de bois naturel et des pierres. Toutes les perles sont lisses et douces pour assurer le confort du cou de vos compagnons. Chaque modèle porte un petit pompon, signature de la marque. Tout est confectionné à Paris et à la main. Un vrai travail d’artiste et d’artisan ! Les colliers existent en 5 tailles (25, 30, 35, 40 et 50cm) et peuvent éventuellement être fabriqués sur mesure selon les souhaits et envies de son maitre. Tarifs : de 28 à 50 €. Contact : Pompet Paris - Tél. : 06 11 43 04 80

Mes conseils lectures pour vous tenir compagnie ! Avec « Cher Maître et si je mordillais ce fauteuil… », voici enfin un livre de poèmes et de bons mots qui s’adresse à nos maîtres ! C’est drôle et touchant… Alors que vous les humains, vous ne cessez de nous dire qu’il ne nous manque que la parole, il fallait bien un livre qui ose nous publier ! Il y a aussi la version pour chat : « Cher maître, je pourrai me faire les griffes dessus… », L’auteur Francesco Marciulano s’est illustré en faisant de la bande dessinée satirique et des séries télévisées. Ces deux titres sont ses derniers best-sellers parus aux Etats-Unis. Ce livre fera fondre tous nos maîtres et maîtresses qui aimeraient tellement entendre nos pensées… À l’heure où l’on parle régulièrement du droit des animaux dans les médias, « Le Chien, histoire d’un objet de compagnie » a le mérite de rappeler notre place grandissante, au fil des civilisations. Saviez-vous que depuis le code civil le statut du chien est un bien mobilier ? Bref, selon le droit français, on ne vaut pas mieux qu’une chose ! Plus sérieux donc mais très bien documenté, cet ouvrage retrace avec brio la singulière histoire d’un objet de compagnie ! Un titre pourtant qui me donne envie de montrer les crocs. « Cher Maître et si je mordillais ce fauteuil… », Francesco Marciulano, éditions Hugo & Cie, 12,5 € « Le Chien, histoire d’un objet de compagnie » , Victoria Vanneau , éditions Autrement , 15 €

231


Chronicle by Voltaire

232

T


The luxury hotel pooch.

My Spring shopping

For the home: canine cushions! Interior decorating is so up my street! So what could be more delightful than a sofa bedecked with hound-faced cushions! Some of them are actually quite comical. And the perfect accoutrement for my throne-like couch! When I swung by the Cakes de Bertrand workshop, I fell hook, line and sinker for Tosca, the mascot and muse of designer and decorator Adolphe Besnard, who founded the company alongside Didier Bertrand. Tosca spends a lot of time at the workshop and loves helping one of the employees – Fanny - with embroidery. The two Parisian stores are well worth the visit; they’re literally brimming with curiosities – cases, pouches, and all kinds of cool stuff! Every article that’s sold there is a limited edition. My owner loves this place to bits! Cushion prices: from 39 € (approx. $50) www.lescakesdebertrand.com

Pompet Paris collars – for a chic and trendy look! On my image-nurturing trail, I recently came across some luxury collars specially designed for dogs, made by Géraldine Kaiser and sold under the brand name of Pompet Paris. When she was unable to find “the right collar” for her Jack Russell female, Happy, Géraldine came up with the idea of launching her very own range of luxury collars, inspired by bracelets from Tibet! Using natural wood and stone beads, Géraldine combines natural and raw harmonious shades but also ventures into brightly-colored blends. All her beads are soft and smooth, to ensure maximum neck comfort for your pooch. Each design is fitted with a characteristic little pompom. All the collars are made in Paris, by hand – artistic craftsmanship if I ever saw it! They come in 5 sizes (25, 30, 35, 40 and 50cm) but can also be customized according to the owner’s personal desires. Prices range from 28 to 50 € (approx. $35 to $65). Contact: Pompet Paris - Tel. : +33 6 11 43 04 80 (cell)

Reading ideas to keep you company! Presenting « Cher Maître et si je mordillais ce fauteuil… », the English title of which is “I could chew on this: and other poems by dogs”. At long last, we pooches have a book of poems for the pleasure of our owners! A funny and moving compilation... You humans are always wondering what it would be like if we could speak; well our publishing debut has finally come! There’s also a cat version, entitled “Cher maître, je pourrai me faire les griffes dessus...” or “I could pee on this: and other poems by cats”. The author of these works, Francesco Marciuliano has already made his mark in comic strip satire and TV shows. These two literary works are best-sellers in the US and are bound to captivate all our owners, who long to know what goes on inside our fur-lined heads! On a slightly different note, animal rights are rife in the media. « Le Chien, histoire d’un objet de compagnie » (Dogs: pet objects) is therefore a timely reminder of our changing role through the ages. Did you know, for example, that, in France, our social status is still reduced to that of a piece of furniture?! A mere, vulgar object! So, on the more serious side, this book provides a well-documented overview of the unique evolution of “the pet object”, aka, your loving pooch! (Grr! This subject so gets my goat that I could almost bare my fangs...!) “I could chew on this: and other poems by dogs”, Francesco Marciulano, Editions Hugo & Cie, Chronicle Books (US) 12,5 € (approx. $16) « Le Chien, histoire d’un objet de compagnie », Victoria Vanneau, Editions Autrement, 15 € (approx. $20)

233


haute spot

par Laurent Benhamou

Célébrités et grandes personnalités de la mode à Paris pour la Fashion Week

MIU MIU : Léa Seydoux

CARVEN : Isabelle Huppert

MIU MIU : Jared Leto

234


Celebrities and fashion’s biggest personalities take over Paris for Fashion Week

GUY LAROCHE : Laure Manaudou

GUY LAROCHE : Loan Chabanol

GUY LAROCHE : Élodie Frégé

235


haute spot

AGNES B. : Jade Jagger

LANVIN : Rihanna

LOUIS VUITTON : Charlotte Gainsbourg

AGNES B. : Thomas Dutronc

LANVIN : Catherine Deneuve

LOUIS VUITTON : Jean Paul Gaultier

236


haute spot

LOUIS VUITTON : Fan Bing Bing

ainsbourg

aultier

LOUIS VUITTON : HRH Princess Charlene of Monaco

237

LOUIS VUITTON : Farida Khelfa


La Chronique de Voltaire

238


Chronicle by Voltaire

239


La Chronique de Voltaire � � � .�� �l��.���

Paris : 44 rue François 1er Paris 8ème

Cannes : 3 Boulevard de la Croisette

240

Bordeaux : 25 cours de l’intendance

Genève : 19 quai du Mont Blanc


PRESTIGE INTERNATIONAL Magazine 2014 SPRING - EUROPE VERSION