Issuu on Google+

Personnages : Professeur Martin Docteur Kheklick Scène 1 : (Noir sur la scène, puis s’allume un projecteur sur les protagonistes) Martin : Bonsoir cher public ! Kheklick : Guten Abend Cher public! Martin : Merci d’être venu si nombreux à cette conférence qui a pour thème le paranormale. Keklick : Ja ! Mais tout d’abord je me présente docteur Hankel Keklick de l’université psychiatrique de Stuttgart. Martin : Quant à moi professeur Martin conférencier en psychiatrie à Pau. Au fait cher confrère pourquoi le paranormal ? Keklick : Plusieurs témoignages ont été racontés mais aucun ne l’a été prouvé scientifiquement. C’est pourquoi ce soir nous allons tentés de prouver l’existence du paranormal. Martin : Scientifiquement bien, sûr.


Keklick : Nous allons par A+B prouver que le paranormal existe. Martin : Mais d’abord la définition du paranormal, se dit être méfiant envers certaine personne. Keklick : Nein, cher confrère vous confondez paranormal et paranoïaque. Martin: Autant pour moi, docteur. Keklick : Donc le paranormal c’est (le téléphone sonne puis le docteur décroche) Allo ici le docteur le docteur Keklick à l’appareil j’écoute…Was ? Vous abusez du portable et vous en souffrez, jetez le l’eau et vous avec (il raccroche) Ach, ces jeunes n’ont plus d’éducation ! Martin : Je compatis docteur mais au fait de quoi parlons-nous ? Keklick : De la paranoïa je crois. Martin : Exact, prenons un exemple simple. Qui dans cette salle est paranoïaque ? (Personne ne lève la main) Keklick : Ils se méfient de nous. Martin :


Donc vous êtes tous sans exception paranoïaque, à part monsieur le maire qui nous prête gentiment sa salle. Keklick : Surtout qu’il nous remplit la salle. Martin : Effectivement, surtout qu’un buffet nous attend après. Mais enfin revenons à nos moutons enfin à nos paranos. Keklick : J’ai remarqué lors de mon séjour à Bruxelles que se sont surtout les femmes qui sont paranoïaques. Martin : Ah les femmes, toutes les mêmes, mais j’admet que vous avez des qualités, en effet vous les femmes… (Musique de Julio Iéglésias, Keklick regarde vers les coulisses et Martin vers le téléphone, mais ils regardent vers le public) Martin : Ah vos portables, on est en conférence, encore une bonne femme. Keklick : Achtung ! Vous ne voulez avoir Isabelle Alonso sur le dos ! Martin: Oh non ! Continuons la conférence, nous parlions au début de quoi ? Keklick : De…de…qualité voilà ! De qualité de femmes, ja ! Martin :


Vous êtes sûr cher confrère ? Keklick : Nein ! De paranormal, ja ou je ne m’appelle plus Keklick, ou sinon je chanterais du Julio essuie-glaces ! Martin : Non, Ieglesias. Mais revenons au paranormal. Keklick : Donc définition… Martin : Une tasse de thé docteur ? Keklick : Nein Danke. Martin : Traduction non merci en allemand car je l’avoue j’ai fait allemand…en cinquième langue. Keklick : Pff…Moi je l’ai faîtes en maternelle. (Martin se sert une tasse de thé) Martin : Donc le paranormal c’est (le téléphone sonne, Keklick décroche) Kheclik : Allo, Robert ? Je ne connais de Robert, ach so ! Je vous le passe, cher collègue c’est votre femme


Martin : (Crachant son thé) ma femme ! (Prend le téléphone de la main de Kheclick) Allô chéri, je suis en conférence avec Kheclick, quoi non ce n’est pas un charlatan, bon qu’est que tu veux, quoi mon sac est chez ma mère qu’est que tu veux que ça me fasse, tu…tu me quitte avec Alphonse ? Mais c’est qui Alphonse ? Mon jardinier, je n’ai pas de jardinier. Mais chérie ne me quitte pas ! (S’ensuit d’une musique de Jacques Brel. Martin en pleurant au pied de Kheclick qui l’enlève puis Rollin se dirige vers le bureau il prends un stylo plume la met à sa gorge et Khéclick le gifle puis Martinse relève) Martin : Merci cher confrère, donc revenons sur le vif du sujet Je me vengerais. Kheclick : Qui est je me permet de le souligner (il prends un livre sur le bureau) un livre de Pierre Bellemare qui es au prix de … Martin : 595 francs, euh euros c’est donné. Kheclick : Vous avez le timing, (vers le public) il est guérit de sa maladie d’amour (rire bête). Martin : Quel genre de musique aimez-vous cher docteur ? Kheclick: Ach, le grand Beethoven! Et vous ? Martin : Moi ce serai l’immense Charles Aznavour, a la bohème c’est sublime avec ma femme on écoutait cette chanson durant des journées entière surtout les


dimanches pluvieux. A ma femme et moi, je me se souviens de notre première rencontre c’était au zoo… enfin reprenons notre la conférence. Qui traitais de quoi ? Kheclick : De téléachat, même de la télévision. Les chaînes de télévision veulent nous abrutir avec la télé réalité ! Je crois que votre pays en est spécialiste en la matière. Martin : C’est un triste sujet, comparons nos deux pays. Nous on a eu Loft Story, Star Academy, Popstar, l’île de la tentation, Greg le millionnaire, Nice People et vous Big Brother en Allemagne. Kheclick : Ja, mais je vous dit mon indignation envers Nice People car l’allemande portait une tenue bavaroise alors qu’elle venait du nord de notre pays, c’est comme si une vache française s’accouplait avec un porc américain vous vous rendez compte ! Martin : Ca donne Mac Donald, mais vive la nourriture traditionnelle saine ! Kheclick : Absolument d’accord avec vous, mais bientôt ils n’auront plus besoin d’airbag (geste caricaturale). Martin : En parlant de sécurité routière j’ai un slogan plus tu roule vite plus vite tu va à la morgue. Regardez ces animaux qu’on écrase tous les jours, les hérissons, sangliers, cerfs et biches. Kheclick : En parlant de biche je me souviens que papy Hermann disait à mamy Greta ( air de chanson) biche ô ma biche fait moi un petit bisous.


.


sketch Martin et Kheclick