Page 1

©agenturfotografin

SPÉCIAL

Les urgences d’Annecy métamorphosées

"Le journal j q prend qui p soin de vous"

©agenturfotografin

Et si vous accouchiez dans l’eau ?

Télémédecine : une première en France

©AndSus

N° 7

La pénoplastie, ou comment allonger son pénis


1467662900VD


Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

25

Comment vous soignerez-vous demain ? JULIA CHIVET Responsable magazines

ous vous parlons souvent des routes et de la circulation. et pages spéciales Tout aussi souvent des logements et de l’urbanisation galopante. Mais à l’heure où la population n’a de cesse de bondir en pays de Savoie chaque année, la santé ne demeuret-elle pas un sujet de préoccupation majeur ? Comment va-t-on continuer à se soigner ici alors que la pénurie de médecins bat son plein, que certains professionnels refusent de nouveaux patients et que pour plusieurs spécialités il faut même s’exiler à des dizaines de kilomètres ? Nos établissements de santé investissent et s’agrandissent les uns après les autres, essayant tant bien que mal de rattraper le retard. Ils tentent aussi (pour certains) de fidéliser leur personnel de santé alors que la concurrence avec la Suisse voisine fait rage. Ils innovent également et c’est dans ce contexte que l’on semble peutêtre apercevoir la lumière au bout du tunnel. Loin de nous l’idée de dresser un portrait accablant. Au contraire. Les maisons de santé ont constitué la première pierre de ce nouvel édifice. La télémédecine est désormais une nouvelle clé, de même que les pratiques dites ”alternatives”. Alors, si on se soignait autrement demain ? A distance certainement mais pourquoi pas en riant et en étant mieux accompagné ? C’est ce que l’on vous raconte dans ce nouveau dossier.

©AndSus

N

Voyage

Le Portugal Circuit de Porto à Lisbonne

Du 19 au 28 septembre 10 jours / 9 nuits

ES AG R U Y TE S

LEC

Vol au départ de Genève

À PARTIR DE

2 110 € TOUT COMPRIS 1469847100VD

VO

Votre

Infos et réservations FRÉDÉRIC PASCAL OLIVIER GUILLEMOT Tél. 07 88 44 37 90

ME0219.


26

Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

Les urgences changent de dimension Le chantier des urgences du Centre hospitalier Annecy Genevois (Change) va monter en puissance dans les prochains jours. À terme, la construction du nouveau bâtiment d’accueil permettra de mieux gérer les flux de patients et d’en accueillir davantage. EPAGNY METZ-TESSY

L

es grues vont fleurir à partir de « fin mai ou début juin » au Centre hospitalier Annecy Genevois (Change), à Epagny MetzTessy, où se met en place depuis janvier un vaste chantier d’extension à 65 millions d’euros. « Aujourd’hui, en hospitalier, c’est l’un des plus complexes de France, voire le plus complexe », souligne Yves Deloge, ingénieur travaux du Change, rappelant qu’il se réalise « en site occupé ». L’un des volets principaux est la construction, pour 13,5 millions d’euros, d’un bâtiment neuf dédié au service d’accueil des urgences (SAU).

1

Un service capable d’accueillir plus de patients « La population a tellement augmenté que, quand on est arrivés ici, on était déjà limite », se souvient le docteur Dominique Savary, chef du Pôle Urgences, en référence au déménagement de l’hôpital en 2008. Dix ans après, le service a enregistré 52 000 passages en 2018, alors qu’il n’est configuré que pour 35 000. L’agrandissement permettra « d’augmenter la capacité de prise en charge » , souligne Yves Deloge. Le futur SAU pourra faire face à 80 000 passages annuels. La surface des urgences générales va passer d’environ 3 000 à 4 000 m2. Elles s’étendront sur les étages 3 et 4 d’un

Une rampe provisoire Si vous êtes amenés à aller aux urgences d’Annecy dans les prochains jours (ce que l’on ne vous souhaite pas), vous verrez que l’accès par la route a changé. Autour du 20 mai, une rampe d’accès provisoire sera ouverte pour la durée du chantier. La sortie au rond-point de l’hôpital restera la même mais, ensuite, les véhicules déposant un patient devront se diriger vers la porte Veyrier. Cette rampe provisoire sera aussi utilisée par les pompiers et les ambulances. Deux feux réguleront la circulation, avec priorité au sens montant. Il y aura 5 places de stationnement à l’intérieur du sas, et 9 à l’extérieur. L’accès pourra Une rampe d’accès provisoire a été construite pour la durée du chantier aux urgences (à droite). Elle sera ouverte « autour du 20 mai », annonce Y. Deloge. aussi se faire, via un cheminement piétonnier, par un esbâtiment en forme de “8”, qui flux », précise Yves Deloge. À permettront de mieux répar- ambulances privées suivront calier et un ascenseur. Pour accueillera les salles d’attente, l’avenir, les patients debout, tir les patients selon les cas. un circuit pour entrer et sortir gérer cette nouvelle organisaboxes de consultation, salles qui se déplacent à pied jus- Aujourd’hui, une famille avec du bâtiment. Et un parking tion, un régulateur sera préde déchocage et de radiolo- qu’au service, et les couchés, des enfants venue pour de la extérieur de 64 places, réservé sent sur place, ainsi que des gie, mais aussi des lits d’hos- transportés alités, viendront “bobologie” côtoie des per- aux personnes venant aux ur- volontaires du Service civique sonnes atteintes de troubles gences, sera aménagé. pitalisation. Le niveau 1 étant par des entrées différentes. afin d’aiguiller les visiteurs.

réservé au garage des ambu- De plus, l’arrivée se fera systématiquement par le noulances du Samu et du Smur. veau bâtiment, alors que cerUne nouvelle taines personnes passaient organisation encore par l’accueil principal de l’accueil de l’hôpital via un chemineLe SAU sera également mieux ment compliqué. agencé, de manière à « gérer les Et puis, les nouveaux espaces

2

psychiatriques.

3

L’accès et le stationnement vont changer Enfin, la question de l’accès a été repensée. À terme, les véhicules de pompiers et les

Quant à l’hélistation, qui était à l’autre bout de l’hôpital, elle sera cette fois construite sur le toit du SAU. « On va avoir un bel outil », conclut le Dr Savary. Ce chantier d’ampleur doit s’étaler jusqu’à début 2021. MAXIME PETIT

Comment le service oncologie allie humain et soins ALBERTVILLE Est-ce le fruit de la reconnaissance en matière de qualité des soins ? L’augmentation sensible des cas de cancer ? Les deux ? Toujours est-il qu’en termes d’activité, l’oncologie ne cesse de croître au centre hospitalier d’Albertville. Au point qu’en 2016, sous l’impulsion du docteur Rafi, gastro-entérologue diplômé d’oncologie digestive, un service dédié a été créé. Médecins et infirmières ont été formés pour délivrer auprès des patients plus que des soins, une écoute et une empathie. « Ce sont des personnes que nous accompagnons sur une longue durée, parfois pendant plusieurs années. Notre équipe devient une seconde famille et on s’attache, même si l’affect ne doit pas l’emporter. » « Ces gens là sont des leçons de vie, ajoute une autre infirmière. Nous, nous ne sommes qu’un grain de sable dans leur par-

cours, mais ils ont besoin de ce grain de sable et nous faisons tout pour bien les accueillir, faire au mieux pour que leur passage à l’hôpital ne soit pas qu’un fardeau ».

L’annonce au patient Dans l’ordre du parcours de soin, le Cham fonctionne en étroite collaboration avec le Centre hospitalier de Chambéry. C’est au sein de cet établissement de référence que les médecins révèlent la maladie à leurs patients. « Entre la phase de diagnostic et l’annonce au patient, une réunion de concertation pluridisciplinaire définit le protocole de prise en charge tel qu’il sera expliqué par le médecin au patient. L’état de sidération est souvent tel qu’il est compliqué pour la personne d’enregistrer toutes les informations. À Albertville, les infirSous la conduite du docteur Fabienne Graille, la bienveillance est au cœur du service oncologie de l’hôpital. mières prennent le relais pour approfondir la lecture du traitement et patients confrontés à des trai- logues, psychiatres, diététi- que cette épreuve soit prise de la maladie », précise Brigitte tements sévères de longs tra- ciens et assistants sociaux, en charge de manière optiLedoux, cadre hospitalière. jets. Au Cham, outre les deux des spécialistes viennent une male, médicalement comme Cette proximité est essen- médecins référents du service fois par semaine de Chambé- humainement. J. F. tielle, elle évite souvent aux et une équipe de psycho- ry. Tout est entrepris pour ME0220.

Bientôt une socio-esthéticienne au sein de l’établissement Le Cham est en passe de conclure un partenariat avec la Ligue contre le cancer pour développer au sein de son service oncologie un poste de socio-esthéticienne. « La chimiothérapie impacte physiquement les patients. Cette professionnelle les aide à accepter la modification de leur image, à se réconcilier avec leur corps en le réinvestissant ». Les soins ne s’adressent pas qu’aux femmes, ils devraient être délivrés par une personne à demeure dans un espace aménagé. Comme une parenthèse dans le protocole de soins.


Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

27

Accoucher dans une baignoire : le plaisir de donner la vie au naturel Au Change, les femmes ont le choix entre une multitude de modes d’accouchement. Dans une baignoire, c’est le luxe de se passer de péridurale et surtout de pouvoir se mouvoir à sa guise dans l’eau. SAINT-JULIENEN-GENEVOIS

C

’est depuis 2017 que le Centre hospitalier Annecy-Genevois s’est doté d’une baignoire et d’un protocole d’accouchement. Catherine Verrecchia, sagefemme coordinatrice, a permis à l‘établissement d’en faire l’acquisition. « L’idée m’est venue en 2016 à l’occasion de travaux dans l’hôpital. La maternité a été rénovée et comme j’avais déjà vu des accouchements dans des baignoires en Angleterre, nous en avons profité pour mettre ce mode d’accouchement en place ». Cela se pratique également en Allemagne et en Belgique. En France, ce sont moins de 10 maternités qui proposent la baignoire.

La chambre d’accouchement

La baignoire a été importée d’Angleterre. Une fois tous les frais additionnés, l’investissement s’est élevé à environ 15 000 euros payés par le Change.

sentir, le corps sécrète des endorphines et elles ne sentent plus rien. A contrario, la péridurale masque la douleur ». Pour donner la vie dans l’eau, Pas de péridurale « Les femmes sont détendues dans les mères doivent respecter l’eau, cela est dû à la portabilité et quelques conditions : « Elles puis surtout elles peuvent bouger. doivent d’abord vouloir accoucher Ce moyen est naturel, il n’y a pas de dans l’eau puis avoir la capacité à péridurale. Lorsque la douleur se fait entrer et sortir de la baignoire. En

heures mais les deux suivantes le retardent. Les sagesfemmes accompagnent dans cette expérience incroyable chaque maman : « C’est un vrai luxe cette disponibilité. » Coline, future maman, souL’eau active le travail haite accoucher dans une baiL’eau active l’accouchement gnoire car « c’est bien pour le bédans les deux premières bé, il est dans le liquide amniotique

cas de problème, nous avons un équipement d’évacuation. Il faut aussi être à terme, que la grossesse se soit bien passée et qu’il n’y ait pas de contre-indication. Enfin, la mise en travail est naturelle ».

puis dans l’eau, c’est moins stressant ». 116 bébés sont nés dans l’eau depuis 2017. « Ce ne sont pas les chiffres qui nous intéressent mais le choix des mamans pour accoucher dans les meilleures conditions », insiste Catherine Verrecchia, toutefois ravie.

Les mamans qui décident d’accoucher dans une baignoire ont à leur disposition une grande chambre d’environ 25m2. Des lianes, un pouf, des ballons servent à se détendre au préalable. La chambre est composée d’un lit rond dans lequel le papa peut s’allonger aux côtés de la maman, d’une baignoire adaptée pour se sentir confortable. La sage-femme est également à l’honneur, elle peut s’agenouiller sans se casser le dos et accompagner la maman dans une ambiance feutrée.

JENNY BARDELAYE

RÉSIDENCES SERVICES SENIORS

UN CADRE IDÉAL POUR VIVRE SA RETRAITE EN TOUTE SÉRÉNITÉ

Découvrez nos résidences en Haute-Savoie !

1467893000VD

• Appartements à louer du T1 au T3 • Restaurant et salle à manger privative • Piscine intérieure chauffée • Médiathèque, Animations gratuites • Téléassistance, présence 24h/24 • Services à la personne

www.ovelia.fr

ANNECY / SEYNOD

REIGNIER-ESERY

Les Balcons d’Annecy

Les Terrasses du Salève

OUVERTURE JUILLET 2019

04 57 09 08 08 ME0221.

06 21 53 49 37


28

Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

La surdité des enfants : un problème complexe… avec des solutions Depuis que le dépistage de la surdité à la naissance s’est généralisé, ces dernières années, la connaissance sur le sujet a beaucoup évolué. Un centre basé à Annecy, Perrier Surdité, s’est spécialisé sur cette question. ANNECY

P

our certains parents, c’est une hantise : que faire si son enfant présente des troubles de l’audition ? À Annecy, le centre Perrier Surdité s’est spécialisé dans ce domaine de la surdité infantile. Explications avec Camille Weber, gérante de la structure. « Depuis quatre ou cinq ans, le dépistage à la naissance s’est généralisé, ce qui fait que mécaniquement, de plus en plus d’enfants sont concernés », précise l’audioprothésiste.

Donner une réponse adaptée sans perdre de temps

Dès le deuxième jour suivant la naissance, chaque bébé est alors testé, afin de voir s’il réagit ou non aux stimuli auditifs. S’il y a la moindre suspicion, une confirmation est indispensable, il est à nouveau contrôlé à l’âge de 3 ou 4 mois.

L’enjeu est très important : l’apprentissage du langage commence dès le plus jeune âge et « plus la prise en charge se fait tôt, plus l’apprentissage se déroulera bien. » Les problèmes de surdité peuvent présenter divers degrés de gravité, du niveau léger au niveau profond ; chaque situation est différente.

Les causes de la surdité sont multiples On s’en doute, exposer un enfant à un volume sonore puissant n’est pas recommandé... Mais la plupart du temps, il s’agit de problèmes plus complexes, qui trouvent leur origine dès la grossesse, dans le cas de problèmes génétiques. Un manque d’oxygène du bébé lors de l’accouchement peut aussi entraîner ce type de problèmes.

Quel type d’appareil ?

Les enfants qui ont besoin d’être appareillés bénéficient de produits spécifiques, ce sont des appareils pédiatriques. Une fois le diagnostic précisé, l’enfant peut alors choisir la couleur qu’il souhaite, afin qu’il se l’approprie. « On essaie de l’impliquer, cela rend l’acceptation plus facile ». Les appareils pour enfants sont plus étanches que les appareils adultes, ils sont également mieux sécurisés pour éviter que l’enfant ne retire la pile, et l’ingère. Enfin, ils bénéficient aussi d’un système FM, qui leur permettra,

Des appareils auditifs adaptés aux enfants sont parfois prescrits par les médecins ORL. (© Perrier Surdité)

une fois à l’école, de bien entendre leur maître(sse), qui sera elle-même équipée d’un micro-cravate.

« On a une grande responsabilité , vant, comme lorsqu’un enfant est reconnaît Camille Weber, c’est “scotché” parce qu’il entend la voix un challenge qui pour moi est très de sa maman ». stimulant. Et c’est souvent émouFLORENT PECCHIO

A B O N N E Z - V O U S

!

Accès au journal numérique

■ 75€ par an

OFFERT

par chèque

OU

■ 5€60 © Adobestock

par mois

Oui, je m’abonne au MESSAGER

par chèque : CHABLAIS ❑ GENEVOIS ❑

Nom .................................................................................................................................... Prénom

Code postal Tél.

Appel non surtaxé

.................................................

.........................................................................

Abonnez-vous par carte bancaire

66 890 100

.................................................................................................................................

Adresse complète ..............................................................................................................................................................................................................................................................

FAUCIGNY ❑

GAGNEZ DU TEMPS ! au 03

par prélèvement

Commune E-mail

...........................................................................................................................................................................................

.......................................................................................................................................................................................................

Signature

Date

.................

Bulletin à retourner dans une enveloppe SANS L’AFFRANCHIR à : Le Messager - Libre réponse 87271 - 59049 LILLE Cedex Traitement d’envoi postal des journaux - Responsable du traitement : Le Messager - 19, avenue du Pré Robert Sud - 74200 ANTHY-SUR-LÉMAN

ME0222.


Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

29

La mort expliquée aux plus jeunes : « Leur imagination est pire que la réalité » Élodie Lamarque, thérapeute du deuil et des traumatismes à Chambéry accompagne enfants et adultes dans les épreuves de la vie pour « avancer sans oublier ». Elle prône l’honnêteté envers les enfants. CHAMBÉRY

C

omment expliquer la mort aux enfants ? À l’instar d’Elodie Lamarque, installée depuis quelques mois à Chambéry, des thérapeutes spécialistes du deuil et des associations multiplient les conférences sur le sujet. Tenter d’épargner trop de peine à l’enfant en utilisant des euphémismes peut avoir des conséquences dramatiques. Élodie Lamarque nous explique comment les éviter.

Pourquoi faut-il parler de la mort aux enfants ?

« La société actuelle ne laisse plus la place à la vraie mort ni au temps du deuil, si bien que les gens et donc les enfants oublient que l’on meurt tous un jour. » La thérapeute s’explique davantage : « Aujourd’hui, on ne va pas forcément aller à l’enterrement du grand-père mais on va assister aux obsèques de Johnny Hallyday à la télé. Avant, un enfant connaissait des petites pertes, comme celle d’un doudou ou jouait à l’Indien et au cow-boy, ce qui lui permettait de s’approprier la mort. Aujourd’hui, et moi-même je l’ai fait, on achète trois doudous pour éviter une crise si on en perd un. Les jeux vidéos ont remplacé les jeux traditionnels : un pokémon ne meurt

Une perte différente selon l’âge – 0-2 ans : Lorsqu’un enfant de cet âge est touché par le décès d’un proche, sa principale perte sera vécue dans son empreinte corporelle. Un accompagnement sensoriel est à mettre en place. – 3-5 ans : Il vit tout au premier degré et son imaginaire complète ce qui lui manque. Il peut rester dans l’attente du retour de la personne décédée. – 6-8 ans : L’enfant va se questionner énormément pour comprendre ce qui se passe. Elodie Lamarque a ouvert son cabinet Epimélia à Chambéry il y a quelques mois pour aider les personnes qui vivent un deuil traumatique. La mort est ressentie comme un processus irréversible. pas, il évolue. On perd cette éduca- parce qu’il se dit que papa verra de sa faute, que c’est lui qui l’a tué vive son deuil le plus sereine- – 9-12 ans : À cet âge, il va se quand il fera une bêtise ». Si ma- parce que la veille il a été méchant », ment possible. Si ces règles ne questionner sur le sens de sa tion à la mort ». mie s’est endormie pour tou- détaille la thérapeute cham- sont pas toujours respectées, perte, du deuil de la vie. Quels sont « l’enfant qui est connecté aux émo- – Adolescence : La perte le jours, l’enfant peut connaître bérienne. les pièges à éviter ? tions comblera le vide qu’il ressent fragilise à un moment d’insédes troubles du sommeil et de Les traditionnels “il est la concentration. Comment parler avec son imagination et c’est tou- curité et de questionnement monté au ciel” ou “elle s’est L’enfant est également égo- de la mort à un enfant ? jours pire que la réalité. Il faut expli- sur l’existence, son existence.

endormie” peuvent perturber l’enfant selon Élodie Lamarque : « L’enfant prend tout au premier degré. Lorsque l’on dit que papa est monté au ciel, il pense vraiment qu’il y est et qu’il peut le voir. Cela peut provoquer des angoisses

centré et pourrait ressentir un sentiment de culpabilité si la mort d’un proche ne lui est pas expliquée clairement. « Si on l’écarte d’un événement tel que l’enterrement du grand-père ou du papa, l’enfant peut se dire que c’est

Prononcer le mot « mort », être à l’écoute de l’enfant, lui laisser le choix de la confrontation avec la personne morte et être très concret sont les règles d’or pour qu’un enfant comprenne la situation et

quer la mort très concrètement, avec des images comme celle d’une batterie de téléphone qui ne charge plus ou d’une branche morte qui ne joue plus avec le vent », souligne Élodie Lamarque.

RANDA BERBOUCHE

Aux Hôpitaux du Léman, les petits n’ont plus peur d’aller au bloc THONON-LES-BAINS Réduire le stress des enfants avant le bloc opératoire : tel est l’objectif du programme “Enfants Debout” aux Hôpitaux du Léman. A la place des médicaments avant les interventions, le service de pédiatrie a opté pour la distraction.

Un parcours ludique Lancé depuis début mars, un parcours spécifique a été créé pour les petits. Des chambres jusqu’au bloc, des petites fées sont dessinées sur les murs pour leur montrer le chemin. « Ces fées leur expliquent ce qu’il va se passer avant et après l’opération. On voulait que ce soit ludique et amusant pour eux », explique Angélique Perreard, cadre de santé en pédiatrie.

En voiture jusqu’au bloc Pour faire ce parcours, les enfants disposent d’un moyen de transport pour le moins original : des trotteurs ou des petites voiturettes élec-

triques. « Ça a tout de suite fait fureur, lance Angélique Perreard. L’angoisse d’aller au bloc a disparu. Les enfants y vont avec le sourire, alors qu’avant il fallait presque les porter. » Un concept qui a également séduit les parents, pas moins stressés que les petits. « Ils passent un bon moment et s’amusent ensuite à ramener la voiturette électrique jusqu’à la chambre en la télécommandant. Ça les fait oublier pendant quelques minutes que leur enfant se fait opérer. »

Un projet participatif

Des enfants autonomes Toujours dans la même démarche, le temps où les soignants accompagnaient les enfants jusqu’au bloc est révolu. Aujourd’hui, seule la famille s’investit dans cette prise en charge. « Même s’ils se déplaçaient dans les voiturettes, les enfants ne cessaient de se demander pourquoi une personne en blanc les Avec une petite voiturette électrique, le trajet jusqu’à la salle d’opération semble bien moins effrayant. suivait et ça les stressait. On a donc décidé d’enlever les brancardiers et pour expliquer le parcours. » Les lique Perreard, tout le monde cher plutôt que de se faire transporde les faire intervenir à un autre mo- enfants de plus de sept ans, semble se satisfaire de cette ter dans un lit comme s’il était mament pour amener le lit. Pour la fa- eux, marchent jusqu’à la salle nouvelle méthode. « Un jeune lade ». L. C. mille, on a créé des petits livrets d’opération. Et selon Angé- de 16 ans m’a dit qu’il préférait marME0223.

Après avoir travaillé l’idée avec deux anesthésistes des Hôpitaux du Léman, de nombreux acteurs ont voulu rajouter leur touche personnelle. La peintre Deborah Mosselin a volontiers accepté de se servir de son pinceau pour décorer le bâtiment avec les fameuses fées. Le Kiwanis club a fait preuve de générosité en faisant don des voiturettes électriques, et l’association les Pt’hiboux du Léman, du même hôpital, s’est occupé des trotteurs.


30

Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

Herboriste ? Non, herbaliste ! En France, on réserve l’herboristerie à ceux qui sont diplômés en pharmacie. Ceux qui pratiquent les plantes sont des herbalistes. Christine Hote l’est devenue. Par passion pour la richesse de la nature et des propriétés des plantes. BEAUFORTAIN

C

onnaître, maîtriser les plantes, leurs propriétés et usages, Christine Hote en a rêvé dès sa jeunesse. L’idée a pris son temps pour s’enraciner et bourgeonner, mais elle a fleuri, une bonne vingtaine d’années après, il y a 20 ans, quand l’opportunité s’est présentée à elle de financer la formation. Trois années avec l’Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels et au sortir, un certificat d’herbaliste. « On ne peut être herboriste que si on est diplômée en pharmacie. Sinon, on devient herbaliste », indique-t-elle.

Un savoir entre mémoire et transmission Elle est devenue une herbaliste dotée d’un sens aigu de la mesure. « J’ai fait le choix de ne pas monnayer ce savoir. » Plutôt le partager que de mettre un doigt dans l’emballement consumériste actuel autour des plantes et de leurs propriétés.

Plus précisément de l’inscrire dans le Beaufortain, le territoire où elle est née, a grandi et où elle vit toujours. « J’ai fait mon mémoire de fin de formation sur les plantes, le savoir et les traditions des gens du Beaufortain. » De rencontres en cueillettes, elle a appris, approfondi son savoir. « J’utilise une trentaine de plantes locales : myrtille, bruyère, frêne, reine-des-prés, noisetier, ortie, prêle… je les fais sécher, je fais des préparations », si ce n’est qu’elle préfère échanger son savoir. « Mon mémoire est accessible. Je le donne à qui veut. Enormément de personnes que j’ai rencontrées pour ce travail et qui m’ont transmis leurs connaissances, sont décédées, alors je retransmets. J’aimerais que ce savoir appartienne à tous. »

Les écoles de formation à l’herboristerie

Perpétuer et préserver Cette connaissance en main, Christine reste précautionneuse. « Il faut être sûr de ce qu’on fait. Ne pas utiliser trop de plantes, pour ne pas se tromper, ne pas faire n’importe quoi ». Alors, elle cueille local, ce que le terroir lui offre et quand il lui offre.« Le grand danger aujourd’hui, c’est internet. On ne sait pas d’où les plantes viennent, comment elles ont

Christine Hote, une herbaliste consciente.

été produites, récoltées et transformées. Il est impératif de savoir d’où proviennent les plantes et comment elles sont traitées. Il faut utiliser ce qu’on a autour de soi. » Les plantes et les hommes, font partie « d’un tout, du vivant », affirme-t-elle aussi.

« Les plantes ce n’est pas que de la botanique, de la pharmacopée, c’est aussi un état d’esprit. » Une histoire et un devenir. Dans la voiture de Christine, il y a toujours un seau et une pelle et « [elle] ramasse. (...) Souvent en voiture, je m’arrête au bord de la route quand j’aperçois une

ME0224.

plante qui m’intéresse. J’en ramène très souvent à la maison. J’en replante, j’en ai partout ». Comme une grande attention à ne rien perdre, à préserver la richesse de la nature et de ses bienfaits. LUC MONGE

Certaines sont regroupées au sein de la Fédération française des écoles d’herboristerie (contact@ffeh.fr). L’école suivie par Christine Hote : Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels. Elle propose non seulement des formations autour des plantes et de leurs utilisations, mais aussi une formation en géobiologie, une autre ethnobotanique et des stages pratiques (04 79 30 84 35 ou www.ecoledeplantesmedicinales.com).


Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

31

La télé-médecine débarque dans le Chablais Dès septembre, il sera possible à un généraliste des Gets ou un médecin des Ephad de Vacheresse ou de Saint-Jean-d’Aulps de demander l’avis d’un spécialiste attaché au Centre médical du Chablais ou des Hôpitaux du Léman. Et ce, sans se déplacer et en toute sécurité. THONON-LES-BAINS

C

ela fait maintenant plus de quatre ans que le docteur Stéphane Carré, radiologue au Centre médical du Chablais (CMC), a initié une expérimentation de télémédecine sur une partie du Chablais. Un projet qui va connaître son aboutissement d’ici trois mois.

coût du transport médicalisé. Par ailleurs, la télé-radiologie permettra aux médecins des Hôpitaux du Léman et notamment aux urgentistes d’obtenir des examens plus rapidement. « Nos radiologues sont saturés, complète Eric Djamakorzian, directeur des Hôpitaux du Léman. Lorsqu’un patient des Urgences passe un scanner à 2 heures du matin, le médecin doit attendre le diagnostic pour savoir s’il peut le faire sortir ou non. Nous pourrons ainsi avoir le soutien des trois radiologues du CMC. »

Une première en France

La télé-médecine en France émane généralement d’initiatives privées. De part sa structuration juridique mais aussi son financement, ce projet de télé-médecine dans le Chablais est ainsi une première dans l’Hexagone. Il regroupe, en effet, une strucMettre fin à l’isolement ture privée (le CMC), un des médecins et éviter établissement public (les HDL) les déplacements et des médecins généralistes « Le projet consiste à développer la Des données et a obtenu des subventions télé-expertise pour les Ehpad du tracées de l’Agence régionale de Haut-Chablais qui pourront solliciet sécurisées santé, de la Préfecture, de la ter l’avis d’un gériatre, d’un orthoRégion et du Département pédiste, d’un radiologue… et pour Les échanges vont s’effectuer les médecins des Gets qui pourront via une plate-forme Internet pour un total de 450 000 euros. demander l’avis de leurs confrères sécurisée. « Le médecin d’Ephad Une somme nécessaire pour spécialistes », détaille le Dr Car- ou de montagne va remplir un forl’achat du matériel informaré. Un résident malade et âgé mulaire spécifique de demandes setique. d’une maison de retraite ne lon qu’il s’adresse à un rhumato« S’agissant de la taille du sera donc pas obligé d’être logue, un dermatologue…, ex- A l’initiative du projet, le Dr Stéphane Carré, radiologue au CMC. dispositif, il s’agit d’une pretransporté pour subir un examière départementale et a priori men. De même, un patient plique le Dr Carré. A l’autre transmises via cette plate-forme cen- (sans compter les médecins blais et au Haut-Lac avant, régionale », souligne le Dr Carbout, le médecin va consulter ces pourquoi pas, un déploietrale. » hospitaliers) sera testée duqui s’est blessé sur une piste ré, initiateur du projet, par des Gets ne sera pas forcé- données et rendre son avis. Il a une rant six mois à un an. Si les ré- ment en dehors du Chablais ailleurs consulté pour la mise Une phase expérimenobligation de résultat et de délais en dans le cadre du Groupement ment contraint de descendre tale avant un probable sultats sont positifs, la télé- hospitalier de territoire qui en place d’autres projets de à l’hôpital de Thonon pour y fonction de l’urgence. » La diffémédecine sera déployée dans regroupe les HDL avec des télé-médecine en France. déploiement être soigné. C’est donc un rence entre des échanges de

1

2

3

1468482900VD

gain de temps mais aussi mails et de sms ? « Les données Cette expérience de télé-mé- un premier temps à l’en- établissements du Genevois d’argent pour la Sécurité so- médicales du patient sont tracées et decine qui concernera plus de semble de la vallée d’Aulps et du Faucigny. AMÉLIE LÉCOYER ciale qui économise ainsi le sécurisées. Idem pour les images 25 professionnels de santé puis autres vallées du Cha-

ME0225.


32

Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

L’allongement du pénis, une intervention qui peut s’avérer salvatrice L’entreprise Vivacy, basée à Archamps, est spécialisée dans le comblement des rides mais élabore aussi des injections permettant l’allongement du pénis.

Une gamme intime à destination des femmes

Les produits sont élaborés à partir de bactéries qui permettent d’obtenir les fibres de l’acide hyaluronique qui prend ensuite la forme d’un gel.

ARCHAMPS

L

’allongement du pénis peut paraître un sujet racoleur. C’est pourtant un progrès scientifique qui a déjà chamboulé l’existence d’hommes au bord du gouffre. Aussi appelée pénoplastie, cette intervention sauve des vies à en croire Denis Gantin. « C’est un sujet qui peut faire sourire mais qui est un vrai problème. Des hommes nous ont déjà écrit pour nous remercier en nous disant que ça

les empêchait de vivre et que ça leur a Vivacy sont aussi très élassauvé la vie », explique ainsi le tiques. Car pour un combledirecteur industriel de Vivacy. ment de rides ou l’allongedu pénis, il faut payer Sans limite de taille ni de prix ment l’acide hyaluronique, qui L’entreprise d’Archamps, spé- prend la forme d’un gel après cialisée dans le comblement un procédé complexe alors des rides, s’est lancée dans ce qu’à la base, Vivacy « dresse des marché en plein développe- bactéries pour fabriquer les fibres de ment et qui paraît sans limite. l’acide », schématise Denis « C’est destiné, pour l’instant, à une Gantin. Dit comme ça, ça ne clientèle très aisée, et on fait ce que fait pas rêver mais dites-vous l’on veut en termes de taille car le pé- qu’il y a encore quelques annis est très élastique », précise le nées, le produit était obtenu à partir des crêtes de coqs… professionnel. En termes de prix, les produits Il faut aussi payer le geste du

liers d’euros. Un montant pas prohibitif selon Waldemar Kita, l’actionnaire majoritaire de Vivacy, et dont le nom n’apparaît pas dans les statuts même s’il est souvent accolé à la société dans les médias. Président du Football Club de Nantes, l’homme d’affaires indiquait au JDD, en 2016, que « les Chinois sont très demandeurs, Un actionnaire qui fait partie mais d’ici à dix ans la pratique entredu monde du football ra dans les mœurs, même ici. » On n’en mettrait pas notre main à Reste que pour un pénis plus couper quand même. large et/ou plus long, le prix MATHIEU GAILLAC varie de 400 à plusieurs mil-

médecin qui injecte le gel. Pour la pénoplastie, cela dépend beaucoup de la quantité de gel injectée selon la taille souhaitée. « C’est comme chez le garagiste, ose le directeur industriel. Si ce n’est qu’une ampoule, c’est une dizaine d’euros mais ça peut monter à plusieurs milliers d’euros. »

Alors que l’avenir de l’entreprise d’Archamps passe par la diversification, Vivacy propose, outre le comblement des rides et l’allongement du pénis, une gamme tout aussi confidentielle que la pénoplastie. Pour les femmes, l’injection du fameux gel hyaluronique permet de combattre les sécheresses vaginales et la reconstruction des lèvres.

Rire, c’est bon pour la santé et pour le moral SALLANCHES

vendredis à Sallanches et propose des ateliers auprès de différentes entreprises dans la vallée de l’Arve.

« Faut rigoler, faut rigoler… » chante Henri Salavador en 1960. Le premier à avoir élevé le rire au rang d’institution. Depuis cette idée a fait son chemin et aujourd’hui il existe un très sérieux Institut français du yoga du rire.

Quels sont les bénéfices du rire ?

Les bénéfices du rire sont multiples. La science le confirme. La pratique du yoga du rire augmente la longévité et combat les maladies liées au stress. Il réduit le risque de troubles psycholoLes origines du yoga du rire giques et physiologiques, « Le rire, tel que nous le pratiquons, d’hypertension et de proest une formidable énergie pour tous blèmes cardiaques. ceux qui souhaitent apporter un « Dix minutes de yoga du rire sont vrai “plus ”à leur vie et à leur en- équivalentes à quarante minutes de tourage », fait savoir cet insticardio, promet Sarah. Et au bout tut. Au fil des ans, cette discide quinze minutes de rire non-stop pline importée de l’Inde par le Docteur Kataria a trouvé on commence à sécréter de l’endorses adeptes. Son ambassa- phine, de la dopamine et de la sérotodeur en France, Fabrice Loi- nine, les hormones du bien-être. » Sarah Déchosal anime des séances du yoga du rire tous les vendredis à Sallanches. zeau est le seul habilité à for- Une séance dure une heure, mer à cette discipline. C’est au cours de laquelle les « On se sent bien, léger, libéré de diaphragme. « Plus on le solli- Le petit conseil de l’animaauprès de lui que Sarah Dé- muscles zygomatiques sont toutes les tensions quand on ressort cite, plus il masse les viscères et per- trice : « Rire 3 minutes minimum chosal, a obtenu son diplôme sollicités durant 40 minutes, d’ici », fait-elle savoir avec un met de libérer le stress et les tensions par jour, c’est bénéfique pour notre en 2017. La jeune femme au cours de différents exer- sourire épanoui. nerveuses. Cela réoxygène le cer- bien-être. » ST. G. anime des séances tous les cices. Tout le corps travaille. Le rire sollicite beaucoup le veau. » ME0226.

Qu’en pensent-elles ? Sylviane pratique le yoga du rire depuis octobre : « Après chaque séance je dors beaucoup mieux. Cela me redonne de l’énergie. » Dominique trouve dans le yoga du rire « une manière de me libérer, de lâcher-prise. Mais je n’ai commencé que depuis deux mois. Je ne suis qu’au début des bénéfices possibles. » Christine avoue : « J’ai un métier pas drôle. Alors ça fait du bien de rire en groupe, ça m’aide beaucoup à décompresser. La vie n’est pas facile, alors ici on se lâche ! »


Ma santé en Pays de Savoie

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

33

Doctolib et ses rendez-vous en ligne à l’assaut des pays de Savoie Créée en 2013 à l’échelle nationale, la plate-forme Doctolib séduit de plus en plus de praticiens en pays de Savoie. L’idée : soulager les professionnels dans leur organisation quotidienne et permettre aux patients une prise de rendez-vous en quelques clics. PAYS DE SAVOIE

D

u point de vue du patient, Doctolib a sans nul doute révolutionné la prise de rendez-vous chez le médecin. Fini les longues minutes d’attente au téléphone et l’humeur maussade de la secrétaire qui regarde « si [elle peut] encore trouver une place ». Avec cette plate-forme lancée en 2013, tout se fait en ligne. On vous explique.

1

En chiffres – La société Doctolib emploie 800 salariés, répartis dans 40 villes en France et en Allemagne. – Elle collabore avec 80 000 professionnels et 1 700 établissements de santé. – Doctolib enregistre chaque mois plus de 35 millions de visites de patients. – En Haute-Savoie, 500 médecins libéraux sont sur Doctolib contre 170 en Savoie. – Doctolib a été créée en 2013.

Généralistes et spécialistes accessibles sur Doctolib

A ce stade, en Haute-Savoie, 20 % des médecins libéraux sont sur Doctolib. « Soit environ 500 professionnels sur 2 500 médecins libéraux », précise le site. Les généralistes, comme les spécialistes, peuvent y souscrire. Toutes les cliniques du département (Hôpital privé pays de Savoie à Annemasse, Clinique générale d’Annecy, Clinique d’Argonay et Clinique des grandes Alpes à Cluses), ont déjà sauté le pas. Le service, sous forme d’abonnement d’une centaine d’euros par mois, permet aux médecins d’externaliser la prise de rendez-vous, de la dématérialiser et de mieux la gérer. « Pour les praticiens, l’organisation des consultations est un enjeu important : 500 appels par mois, un rendez-vous non honoré par jour, des surcoûts importants et peu de temps libre et de moyens pour développer le cabinet » , souligne la plate-forme.

Créé en 2013, Doctolib est le leader de la e-santé en Europe. Implanté en France et en Allemagne, il souhaite conquérir d’autre pays.

En Savoie, Doctolib est implanté depuis moins longtemps et compte seulement 10 % des médecins libéraux, « soit environ 170 médecins clients sur 2 000 libéraux. » Bien souvent, une affiche dans le cabinet du médecin vous indique son passage sur Doctolib et un sécrétariat téléphonique, a minima, est conservé.

2

Rapide et gratuit pour les patients « Doctolib aide les patients à accéder plus facilement et rapidement aux soins, en leur permettant de trouver des informations sur leurs professionnels de santé, de prendre rendezvous avec eux sur Internet 24h/24 et 7j/7 », résume l’entreprise. Concrètement, si votre médecin est sur Doctolib, il vous

suffit de taper son nom dans un moteur de recherche associé au mot Doctolib. Vous tomberez alors sur la plateforme qui vous délivrera quelques informations sur votre praticien (adresse, moyens de paiement acceptés ou encore conventioné secteur 1 ou 2) et vous pourrez accéder à un calendrier pour prendre rendez-vous.

Quelques clics vous permettent de choisir le motif (urgence, renouvellement de traitement), l’horaire, et de recevoir dans votre boîte mail une confirmation. Vous aurez même, quelques jours avant votre rendez-vous et le jour même, un SMS de rappel. Ce service est entièrement gratuit. JULIA CHIVET

La téléconsultation disponible depuis janvier 2019 Depuis sa création, Doctolib n’a eu de cesse d’innover et de proposer de nouveaux services aux patients et aux praticiens. Il y a un an, elle lançait la fonctionnalité « plusieurs rendez-vous », permettant ainsi à des professionnels tels que les kinésithérapeutes de planifier une séquence de rendez-vous pour un même patient. Une petite avancée au regard du bond réalisé au 1er janvier dernier avec le lancement de la téléconsultation. Cette dernière, remboursée, est réservée aux patients déjà connus des praticiens et passe systématiquement par le médecin traitant. Ces nouvelles consultations, par écrans interposés, sont

« le prolongement naturel de Doctolib. »

À distance « Après avoir démocratisé la prise de rendez-vous médicaux, Doctolib fait un pas de plus en faveur de l’accès aux soins en permettant à des millions de patients d’accéder à une consultation à distance en quelques clics. Avec la téléconsultation, Doctolib poursuit aussi la modernisation des cabinets et des hôpitaux afin de les rendre encore plus humains, efficaces et connectés », estime Stanislas Niox-Chateau, co-fondateur. La société a réalisé en mars dernier une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros. L’objecStanislas Niox-Chateau, co-fondateur et président de Doctolib. © Doctolib tif : continuer d’innover.

ME0227.


34

LE MESSAGER - Chablais

Jeudi 16 mai 2019

Ma santé en Pays de Savoie

CHAQUE SEMAINE DANS VOTRE HEBDO

RETROUVEZ NOTRE PAGE SANTÉ !

Infos et conseils, en partenariat avec

ME0228.

Profile for Le messager

Ma Santé en Pays de Savoie - Le Messager édition Faucigny et Genevois  

Comment va-t-on continuer à se soigner ici alors que la pénurie de médecins bat son plein ?

Ma Santé en Pays de Savoie - Le Messager édition Faucigny et Genevois  

Comment va-t-on continuer à se soigner ici alors que la pénurie de médecins bat son plein ?

Advertisement