Issuu on Google+


Algorithmes d’optimisation

Approche

Instructions mathématiques intégrées aux polices numériques pour en garantir le dessin net et précis quelles que soient la force de corps et la résolution du périphérique d’affichage.

Valeur du blanc variable entre les caractères d’un bloc de texte. Parfois employé comme synonyme d’interlettrage.

Aliasing (crénelage)

Approche par paires

Défaut de l’image à l’écran, provoqué par une insuffisance de définition. Un effet d’escalier apparait sur les contours des objets.

C’est l’espacement entre deux caractères. Bien faite, elle permet (en particulier sur les gros titres) d’équilibrer les «blancs» entre les lettres. Il s’agit en effet que l’impression de blanc entre les lettres soit constante pour l’œil, ce qui conduit à des espacements différents entre les bords des lettres. Exemple: AV doivent se chevaucher pour donner la même impression que ND.

Alignement Disposition du texte par rapport au marges d’une page. Il existe un alignement à gauche, à droite, justifié et centré. L’alignement à gauche et l’alignement à droite sont parfois appelés au fer à gauche et au fer à droite.

Assemblage Opération de brochure ou de reliure consistant à placer dans l’ordre voulu les feuilles imprimées et pliées (en cahiers) qui forment un volume complet.


Bas de casse

Bichromie

Bourdon

Il s’agit des lettres minuscules (à opposer aux majuscules: Haut de casse). L’expression vient de ce que ces caractères étaient placés en bas des casiers de caractères en plomb.

Reproduction d’un document en deux couleurs. Quand il s’agit d’une reproduction en noir avec une couleur d’accompagnement, on parle d’impression en deux couleurs.

Oubli d’un mot, ou d’une partie de texte dans une composition.

BAT

Bolobolo

Blancs

Abréviation de “bon à tirer” Formule d’acceptation signée par l’éditeur ou le client prouvant que celui-ci a donnée son accord à l’imprimeur, après une dernière vérification, pour un tirage identique aux épreuves montrées. Le BAT est important juridiquement. Il est signé et daté de la main du client.

Reproduction en continu d’un même texte pour une maquette, ou texte postiche ou faux texte.

Parties d’une page sur lesquelles ni le texte ni les illustrations ne sont imprimées. Élément graphique à ne pas négliger dans la mise en page.


Cadratin

Cahier

Calandre

Unité de mesure standard en typographie. Le cadratin correspond traditionnellement à une valeur de blanc égale à la chasse de la lettre M (majuscule) mesurée dans la police et le corps utilisé. Dans la pratique, il désigne simplement la force de corps. Par exemple, en corps 12, le cadratin vaut 12 points.

En imprimerie, un cahier correspond à une feuille sortant de la machine à imprimer, une fois pliée. Selon les formats des machines et selon le produit désiré, un cahier peut comporter 4, 8, 16, 32, ou 64 pages, avec des variantes autorisant les 12, 24, ou 48 pages.

Appareil qui lisse le papier entre deux cylindres métalliques pour lui donner une surface particulière, plus lisse ou striée.

Césure

Chaîner

Colophon

La césure est un terme technique de la poésie indiquant ou le récitant respire. Ce terme est utilisé improprement en PAO pour désigner la coupure d’un mot en fin de ligne. Un bon réglage des coupures de mots et de l’interlettrage est primordial pour l’esthétique de la page.

En PAO c’est lier les blocs de texte les uns aux autres afin que le texte coule d’un bloc à l’autre sans interruption.

Mention complète en fin de volume indiquant le titre, le nom de l’auteur, du concepteur graphique, du metteur-au-net, le lieu et la date d’impression.


Caractère, code de caractère

Caractère gras

Chasse

Le mot caractère revête un sens différent selon le contexte. En référence aux systèmes d’exploitation modernes, il désigne souvent un code associé à une signification particulière. Ainsi, le code de caractère décimal 97 symbolise la lettre a. La plupart des systèmes d’exploitation actuels représentent les codes de caractère par une unité de données de 8 bits appelée octet.

Caractère dont le tracé plus épais et plus noir permet sa mise en valeur sur la page. La mise en gras convient aux titres, tandis que l’italique est mieux adapté au corps du texte.

Variante possible d’un caractère d’une famille, par exemple étroite ou large. C’est l’espace horizontal qu’occupe un caractère. Certains logiciels permettent de modifier celle-ci (élargir ou étroitiser/rétrécir un caractère). Cependant, une variation de plus de 5% par rapport à l’original conduit à une déformation trop visible du caractère qui n’a pas été conçu pour cela. Faire varier la chasse permet par exemple de faire «tenir» sur une page un texte qui déborde légèrement sur une deuxième page.

Compte-fils

Cromalin ou chromalin

Calibrage

Caractère

Lentille de poche, à fort grossissement, insérée dans un système de trois éléments repliables. La lentille est toujours à la même distance du papier. Le compte-fils sert à vérifier les repérages, à contrôler les points de trame et à toute autre vérification précise.

Procédé d’épreuves sur papier qui permettent de contrôler, avant l’impression, la qualité de la couleur d’un document en quadrichromie. Epreuve d’essai couleurs sur papier que le photograveur soumet au client pour la signature du BAT.

Opération qui consiste à jouer sur l’encombrement et l’espacement des caractères d’un texte afin qu’il occupe une surface définie de la page.

Ensemble des signes alphabétiques et numériques et des symboles constituant le dessin d’une lettre. Un caractère appartient souvent à une famille de dessins coordonnés. Les caractères individuels portent le nom de leur famille d’appartenance et sont également désignés par leur dénomination (italique, gras ou étroit, par exemple).

Centré Caractéristique d’un tex te placé à équidistance des marges de gauche et de droite, notamment les titres. Il est déconseillé de combiner un texte centré avec un texte justifié à gauche ou à droite.


Chiffres tabulaires

Composition en sommaire

Corps

Nombres de même valeur de chasse, qui facilitent la composition des éléments tabulaires.

Style de paragraphe dont la première ligne est composée au fer à gauche et les suivantes avec alinéa. Synonyme de alinéa en sommaire, ce style met agréablement en valeur les listes d’informations.

Attribut de mesure standard du caractère, exprimé en point et délimité par l’extrémité supérieure de la plus haute ascendante et l’extrémité inférieure de la plus basse descendante. En Europe, le caractère se mesure souvent par la hauteur des

Codage de caractères Table de correspondance entre les codes de caractère et les glyphes d’une police. La plupart des systèmes d’exploitation actuels représentent les codes de caractère par une unité de données de 8 bits appelée octet. C’est pourquoi les tables de codage de caractères d’aujourd’hui sont limitées à un maximum de 256 codes de caractère. Par ailleurs, les constructeurs de systèmes d’exploitation n’utilisent pas tous la même méthode de codage des caractères. Par exemple, la plate-forme Macintosh utilise le jeu de caractères Macintosh standard tel qu’il est défini par Apple Computer, Inc., tandis que le système d’exploitation Windows fait appel à un tout autre codage. Les polices Type 1 présentent néanmoins l’avantage de contenir tous les glyphes représentés par ces deux modes de codage, de sorte qu’elles fonctionnent correctement sur ces deux systèmes, entre autres.

capitales en millimètres.

Condensée Version étroite d’une police, utilisée pour répartir un nombre maximal de caractères sur un espace donné.

Contraste

Corps du texte Paragraphes d’un document constituant l’essentiel de son contenu. Le corps du texte sera composé en caractères lisibles, en général de corps 10 ou 12 points.

Perception subjective d’une unité entre éléments graphiques (comme les polices) distincts, donnant un sentiment de diversité dans un tout harmonieux. Pour une police particulière, le contraste évoque la variation des épaisseurs du dessin qui forment le caractère. Helvetica est une police peu contrastée, tandis que Bodoni est une police très contrastée.

Couleur typographique

Crénage

Aspect foncé d’un bloc typographique. La couleur dépend de l’épaisseur relative des tracés qui dessinent les caractères d’une police, mais aussi de la chasse, du corps et de

Réglage de l’espace latéral (approche) situé de chaque côté des caractères d’une ligne de texte. Cette manipulation est fréquente dans les titres et pour les affichages à facteur élevé. Sans crénage, certaines séries de lettres peuvent être inesthétiques. Cette manipulation consiste donc à harmoniser l’interlettrage pour conserver la lisibilité du texte. Les logiciels de PAO appliquent un crénage automatique d’après des tables de valeurs. Certains d’entre eux proposent également un crénage manuel pour des réglages d’une extrême précision.

l’interlettrage utilisés pour la composition du bloc de texte.


Demi-cadratin Unité de mesure standard en typographie. Le demi-cadratin correspond traditionnellement à une valeur de blanc égale à la chasse de la lettre N (majuscule) mesurée dans la police et le corps du caractère utilisé. Dans la pratique, il représente simplement la moitié du cadratin.

Défaut

Dépliant

En informatique, ce sont les paramètres que l’ordinateur ou le logiciel utilise d’emblée pour accomplir une tâche si on ne lui a pas donné d’autres instructions.

Imprimé succinct dont les textes et les illustrations tiennent sur une simple feuille pliée.

Demi-teinte(Half-tone)

Drapeau

Dessin de lettre

Image offrant des dégradés continus de gris.Cette image est tramée en vue de sa production imprimée.

Colonne dont le texte s’aligne seulement d’un côté, les lignes se déterminant librement (avec une longueur irrégulière) à l’autre extrémité. Cette disposition crée une impression de lignes flottantes.

Un des styles d’une famille de caractères. Ainsi, le style italique de la famille Garamond constitue un caractère.

Disposition du clavier Parfois désignée sous le terme de mappage de caractères, une disposition ou définition de clavier est une table permettant à un système d’exploitation informatique de déterminer le code de caractère généré lors de la pression d’une ou plusieurs touches.


Empattement (serif) Petit trait décoratif situé à la tête ou au pied du jambage d’une lettre. Les empattements renforcent la lisibilité en guidant l’œil.

Encart

Encrier

additif et un ouvrage inscrit entre deux pages.

Reservoir alimentant les rouleaux encreurs d’une presse a imprimer

Engraissement Modification de l’allure des caractères par élargissement de tous les traits constituant les lettres (on peut transformerla graisse d’une lettre soit par un nouveau dessin, soit parles possibilités proposées par les logiciels graphiques).

Etroitiser Modifier la largeur d’un caractere en le rendant moins large. Synonime de condenser.


Famille

Famille de caractères

Également appelé famille de caractères. Ensemble des caractères élaborés en vue de leur utilisation conjointe. Par exemple, la famille Garamond se compose des styles romain et italique, ainsi que des graisses normal, demi-gras et gras. Chacun des assortiments de style et de graisse forme un caractère.

Également appelé famille. Ensemble des caractères élaborés en vue de leur utilisation conjointe. Par exemple, la famille Garamond se compose des styles romain et italique, ainsi que des graisses normal, demi-gras et gras. Chacun des assortiments de style et de graisse forme un caractère.

Folio

Filet

Numéro de page d’un document, livre, ou revue. Le folio est composé en chiffres arabes. Plus rarement en chiffres romains, plutôt réservés aux préfaces, aux avant-propos,etc.

Traits continus ou pointillés d’un document servant à séparer les éléments d’une page. Il est conseillé de faire un usage sporadique des filets et autres artifices graphiques, et à seule fin de clarifier la fonction d’autres éléments de la page.

Façonnage

Filets de paragraphe

Ensemble des travaux de finition après l’impression:

Lignes ou traits graphiques associés à un paragraphe séparant les blocs de texte. Les filets servent généralement à séparer les colonnes et à isoler les illustrations sur une page. Certains logiciels de PAO permettent de créer des styles de paragraphe définissant des filets au-dessus et au-dessous.

massicotage, pliage, assemblage, brochage, reliure ...

Fond(s) perdu(s) (bleed) Illustration ou à-plat de couleur sans aucune marge dont l’impression déborde du format du livre.

Fonte Police de caractères complète avec ses chiffres, sa ponctuation, ses signes divers et ses accessoires tels que les petites capitales. Cette fonte est identifiée par un nom. Exemple: Garamond, Helvetica, Gill, ...


Glyphe

Gaufrage

Le mot glyphe revête un sens différent selon le contexte. En micro-informatique, et plus précisément en référence aux systèmes d’exploitation modernes, ce terme désigne souvent une forme déterminée d’une fonte symbolisant un code de caractère à l’écran ou sur un support papier. Le glyphe le plus courant est la lettre, bien que les symboles et les formes d’une police de caractères telle que ITC Zapf Dingbats forment également des glyphes.

Impression ou complément d’impression qui permet d’obtenir un relief sur un papier. Celuici, parfois humidifié, est pressé fortement entre une gravure en creux et une contre-partie en relief.

Gouttière

Grammage

Graisse

Espace blanc entre deux colonnes.

Poids du papier exprimé en grammes par mètre carré.

Épaisseur relative des divers dessins des caractères d’une famille. Elle se caractérise par des attributs tels que maigre, normal, gras, très gras, etc.


Hampe inférieure

Hirondelles ou traits de coupe

Hauteur des capitales

Partie d’une lettre minuscule (y, p et q, par exemple) située au-dessous de la ligne de base. Dans certaines familles de caractères, les lettres majuscules J et Q se prolongent sous la ligne de base.

marques imprimprimées, mais invisibles sur l’imprimpression (massicotage), permettant, au montage, de reperer les différents films d’une sélection.

Distance séparant la ligne de base du sommet d’une lettre majuscule dans une police de caractères, égale ou non à la hauteur d’une hampe supérieure. Elle sert dans certains systèmes à mesurer la force de corps.

Habillage Le texte justifié est placé de facon a épouser les contours d’un objet quelle que soit sa forme.

Haste Nom du plein qui prolonge la lettre vers le haut.

Hampe supérieure Partie du dessin d’une lettre minuscule (k, b et d, par exemple) située au-dessus de son œil.


Interlettrage

Inversé

Intermots

Espace variable entre les lettres d’un bloc de texte pouvant être ajusté afin de faire tenir plus ou moins de texte ou d’en améliorer la lisibilité. Le crénage agit sur les lettres indépendamment les unes des autres, tandis que l’interlettrage s’applique à un bloc de texte entier. On désigne parfois l’interlettrage sous les termes d’approche ou de crénage libre.

Se dit en PAO pour ce que l’imprimerie appelle “noir au blanc”, autrement dit les caractères apparaissant en blanc (en réserve) sur un fond imprimé (pas nécessairement noir).

Espace variable entre les mots dont l’ajustement vise à améliorer la lisibilité du texte ou à faire tenir un bloc typographique dans un espace donné.

Interlignage

Inversion

Espace ajouté entre les lignes d’un texte pour le rendre lisible. Ce terme désignait à l’origine les lames fondues en alliage dont se servaient les imprimeurs pour espacer physiquement les lignes de caractères de plomb. La plupart des programmes appliquent automatiquement un interlignage standard en fonction du corps de la police. Un interlignage étroit remplit davantage la page, dont le texte devient moins lisible. À l’inverse, un interlignage large dilue le texte sur la page et le rend plus lisible. Lorsque l’interlignage est négatif, le rapprochement des lignes crée un accolement ou une superposition.

Technique d’impression d’un texte blanc ou de couleur claire sur fond noir ou foncé visant à le faire ressortir. Ce procédé a pour inconvénient de réduire fortement la lisibilité du texte, surtout s’il est composé en petit corps.

Imposition Opération qui consiste à disposer, selon un plan précis, les différentes pages devant être imprimées ensemble sur la même face d’une feuille de papier. Les pages doivent se retrouver dans l’ordre de lecture après pliage et massicotage de la feuille imprimée. C’est l’organisation des pages à reproduire sur la forme imprimante pour former des cahiers, en général en fonction du pliage qui suivra ou en fonction de l’implantation des pages de couleurs par rapport aux pages “noires”.

Italique Variante inclinée d’un caractère (ressemblant à l’écriture). Un caractère vertical est dit romain.


Justifié Bloc de texte dont les lignes sont alignées sur les marges de gauche et de droite. Un texte justifié, bien que plus formel, rend la lecture plus difficile.

Jésus : Format de papier de 56 x 76 cm en simple et 76 x 112 cm en double.

Justifié à droite Texte aligné sur la marge de droite. Si ce même texte n’est pas aligné sur la marge de gauche, on dit qu’il est justifié à droite en drapeau à gauche. Le terme « en drapeau à gauche » est parfois employé seul dans le même sens.

Justifié à gauche Texte aligné sur la marge de gauche. Si ce même texte n’est pas aligné sur la marge de droite, on parle d’un texte justifié à gauche en drapeau à droite. Le terme « en drapeau à droite » est parfois employé seul dans le même sens.


Lettrine

Ligne a voleur

Ligature

Première lettre capitale d’un paragraphe composée dans un corps plus grand et alignée sur le haut de la première ligne. Ce style typographique permet de signaler le début d’une nouvelle section de texte, notamment un chapitre.

Ligne courte a la fin d’un alinéa, qu’il aurait été facile d’éviter et qui déséquilibre visuellement la composition.

Deux ou plusieurs lettres liées en une seule graphie. Dans certaines polices, les associations de caractères telles que « fi » et « fl » se superposent pour créer une forme inesthétique. Les ligatures fi et fl furent élaborées pour améliorer la graphie de ces caractères. Les associations de lettres (ff, ffl et ffi, par exemple) sont disponibles dans les Adobe Expert Collections.

Laize Largeur d’une bande de papier ou de carton en bobine, exprimée en centimètres.

Lay-out ou layout Terme surtout employé en publicité, pour désigner des projets de mise en page (maquette).

Logotype ou logo du grec logos (parole, discours) et tupos (frappe formant empreinte). symbole graphique caractérisant une marque ou un produit.

Lettrine alignée en pied Style graphique représentant l’initiale d’un paragraphe composée dans un corps plus grand et alignée sur la ligne de base de la première ligne du texte. Variante de la lettrine.

Ligne de base Ligne virtuelle sur laquelle repose la majorité des caractères d’une police.


Marge

Main

Blancs encadrant un bloc de texte. Il convient de définir les marges sur les bords d’une page, puisque la plupart des imprimantes n’impriment pas jusqu’au bord. Les blancs aèrent également un texte pour le rendre

Désigne la qualité du papier(rigidité) décelée au toucher par un connaisseur.

plus esthétique et plus lisible.


Non justifié Selon le type d’alignement, cet attribut caractérise un texte aligné à gauche, aligné à droite ou centré.

Niveau de gris Valeurs demi-teintes reconnues par un scanner ou sur écran (256 niveaux de gris donnent une gradation régulière).


Oblique

Opi (Open Pre-Press Interface)

Orphelin

Variante inclinée d’un caractère. Le caractère oblique ressemble au caractère italique, sans le dessin d’écriture de ce dernier. Un caractère vertical est dit romain.

Norme d’échange permettant de remplacer des images en basse résolution par des

Désigne la dernière ligne d’un paragraphe isolée en haut de colonne..

images en haute résolution.

Œil Il s’agit traditionnellement de la hauteur de la lettre minuscule x. L’œil d’un caractère correspond également au dessin des lettres minuscules de la police à laquelle il appartient, dépourvu de hampes supérieures ou inférieures. Certaines lettres bas de casse sans hampe supérieure ni inférieure se dessinent néanmoins légèrement au-dessus ou audessous de l’œil. Au sein d’un même corps, l’œil peut varier d’un caractère à un autre


Pica Unité de mesure égale à 1/6 de pouce environ. Le pica vaut 12 points. Le pica anglo-saxon traditionnel mesure 4,51 mm. Pour les imprimantes PostScript, un pica est égal à 1/6 de pouce.

Point Unité de mesure typographique égale à 1/72 de pouce (0,353 mm) environ. Le pica vaut 12 points.

Points de suspension Signe de ponctuation formé de trois points consécutifs, indiquant l’omission d’un mot ou d’une phrase.

Police de caractères

Ppp

Assortiment d’une graisse, d’une chasse et d’un style déterminés d’un caractère. Avant l’apparition des caractères d’imprimerie à taille variable, la distinction entre la fonte, le caractère et la famille était subtile. Les termes fonte et caractère tendent à être employés l’un pour l’autre, même si le second se veut plus exact.

Abréviation de points par pouce. Unité de mesure de la résolution à laquelle un périphérique (moniteur ou imprimante, par exemple) affiche les textes et les graphiques. La résolution moyenne d’un moniteur est de 100 ppp, tandis que celle d’une imprimante laser peut être supérieure ou égale à 300 ppp. Par conséquent, une image imprimée sur une imprimante laser paraît plus nette que la même image à l’écran.

Police de titre Police de caractères idéale pour une composition en grand corps et dans les titres. Le jeu de caractères des polices de titre est généralement incomplet, puisque les symboles spéciaux et les signes de ponctuation ne sont pas tous nécessaires.

Puce Point ou autre signe typographique placé devant les éléments d’une énumération pour les mettre en relation tout en conservant leur individualité.


Romaine Désigne traditionnellement la variante verticale d’un caractère d’une famille, par opposition à sa version italique.


Sans empattement (sans serif) Désigne une fonte sans empattement du type «Arial» ou «Helvetica».

Les caractères sans sér if sont d’une grande perceptibilité.

Sérif Désigne les fontes présentant des empattements du type «Times». Les caractères avec sérif sont d’une grande lisibilité car les empattements fournissent à l’œil une ligne qui facilite la lecture. Ils seront donc utilisés pour le corps du texte.

Signes spéciaux (dingbats) Police de caractères constituée de symboles tels que des ornements, des flèches et des puces.

Style Attribut visuel, comme l’italique et le gras, dont sont constitués les caractères d’une famille.

Symbole Catégorie de caractères dont les signes sont des symboles spéciaux plutôt que des caractères alphanumériques.


Tiret cadratin

TrueType

Typographies

Tiret dont la largeur est égale à un cadratin, utilisé notamment pour introduire une pause dans la phrase.

Technologie de polices à taille variable intégrée à Windows 3.1 et au Système 7 d’Apple.

Tiret demi-cadratin

Type 1

Désigne les polices de caractère (ou fontes, car, par le passé, celles-ci étaient fondues dans le plomb) utilisées dans un document, et les règles utilisées dans celui-ci (on parlera de charte typographique).

Tiret dont la largeur est égale à un demi-cadratin, utilisé pour indiquer un intervalle de valeurs.

Norme typographique internationale des polices numériques, adoptée par la plupart des plates-formes informatiques. Inventé par Adobe Systems, Type 1 est désormais le format de police numérique le plus répandu, prisé par les professionnels du graphisme numérique. Il existe plus de 30 000 polices au format Type 1.

Titre Lignes courtes en caractères plus forts introduisant le contenu du corps de texte. Catégorie de caractères particulièrement adaptés au texte des titres.


Veuve Désigne la première ligne d’un paragraphe, isolée en bas de colonne.


WYSIWYG Sigle de what you see is what you get (« tel écran-tel écrit »). Type d’affichage à l’écran disponible sur les ordinateurs Macintosh. L’affichage à l’écran correspond le plus fidèlement possible à l’impression sur papier.


Jefta Hoekendijk 2Bac Arts numériques

Decret du 17 mai 1999 et 20 decembre 2001 Decret de l’enseignement artistique en communauté francaice


Glossaire de termes typographiques