Issuu on Google+

Partie Commune

Une intervention de l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, rue Camille Sauvageau, EVENTO 2011, du 6 au16 octobre

A Constructed World, Antoine Dufeu, Laetitia Paviani, Fabrice Reymond, Lisa Robertson, Matthew Stadler, > artistes invités Sacha Béraud, Mathieu Bernard, Charlie Devier, Marine Julié, Simon Rayssac, Vincent Schnepf, Sabrina Soyer, > artistes invités, diplômés de l’EBABX Amélie Boileux, > designer invitée, diplômée de l’EBABX

L’imprimerie, la gare, le hangar À l’heure où les pratiques artistiques se réinventent dans leur inscription sociale et politique autant que dans leur économie, l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux choisit de les expérimenter en situation, en venant Habiter rue Camille Sauvageau. Du 20 septembre jusqu’à la clôture d’Evento, les projets des étudiants et de leurs enseignants, ceux de jeunes artistes et designers invités viennent se confronter à l’échelle de la rue et au réel de ses activités à travers un programme de production, d’action, de dispositifs urbains et d’événements. Quatre commerces vacants sont transformés : une librairie-imprimerie Publication Studio Bordeaux s’installe au n° 23, un lieu de projections vidéos, L’endroit des Chimères, au n° 47, T.O.D., une agence de tourisme à la demande au n° 73 et un camp de base, de production, de logistique et d’échange, La gare, au n° 59.

Angélique Aubrit, Gabrielle Arnaud, Ludovic Beillard, Ailsa Cavers, Charlotte Corroy-Urdiales, Clémentine Coupau, Carlos Criado, Amaury Daurel, Pierre Florence, Charlène Griffon, Coraline Guilbeau, Alice Hauret-Labarthe, Timothée Huguet, Romain Juan, Noémie Koxarakis, Martin Lahitète, Nicolas Linel, Pierre Mehalleb, Margaux Paturel, Armelle Polette, Elsa Pragout, Benjamin Rolin, Lorette Sagouis, Nobuyoshi Takagi, Alexandra Valois,  > étudiants et diplômés d’art et de design de l’EBABX

Thomas Boutoux, > critique, commissaire d’exposition, Jean-Philippe Halgand, > artiste Marie Legros, > artiste Fabien Vallos, > auteur, éditeur Jean-Charles Zébo, > architecte et designer, enseignants à l’EBABX Benjamin Thorel, > critique, enseignant invité à l’EBABX Yann Cloutier, Seydou Grépinet, > assistants spécialisés à l’EBABX

Le parcours de la rue Camille Sauvageau lui-même est jalonné d’une série d’artefacts fixes et mobiles, complétés par un dispositif de huit échafaudages et d’interventions directes sur les différents modes d’éclairement qui vient accompagner les projets vidéos, sonores et les performances qui s’y dérouleront durant la biennale. Cette Partie Commune sera l’occasion de questionner la place de l’artiste dans la cité, sa capacité à s’approprier des modèles économiques existants ou à en inventer de nouveaux, tout en interrogeant la spécificité de l’habiter urbain : construire, séjourner puis échanger.


rue Carbonneau rue Nérigean

rue Andronne

rue le Reynart rue des Vignes

rue des Fours rue des Bouviers

Les lieux occupés Publication Studio Bordeaux Tous les jours de 7h à 15h Conçu sur le modèle du Publication Studio créé par l’écrivain et éditeur américain Matthew Stadler à Portland fin 2009, ce projet repose sur une conception large de ce que publier veut dire : ne pas simplement produire des livres mais surtout créer un public. Fonctionnant à la manière d’une boulangerie de quartier avec chaque matin de nouveaux titres, le Publication Studio Bordeaux, qui accueille également un garde-manger, est conçu comme un espace partagé disponible à tout moment pour les invités, les clients et le public, propice à la réflexion et à la discussion sur les problématiques autour desquelles cette seconde édition d’Evento est construite.

L’endroit des chimères Tous les jours, du lever du soleil à la tombée de la nuit Les chimères possèdent les attributs de plusieurs animaux et portent nos rêves, nos fantasmes ou nos utopies. Leur mission dans cette installation vidéo sera d’incarner une pensée du métissage, pensée qui produit de l’imprévisible dans une civilisation en gestation.

3x8=24 Tous les jours de 10h à 22h Quels rapports l’atelier d’artiste et sa production entretiennentils avec les autres formes de travail existantes et leur économie ? À raison de huit heures par jour sur la durée d’Evento, les protagonistes de cette fabrique de l’art répondent à cette question en la poussant dans ses retranchements les plus radicaux.

MésoTous les jours de 10h à 22h Méso- est un préfixe qui signifie « ce qui est au milieu ». C’est aussi une revue web collaborative de jeunes auteurs et artistes. Le premier numéro qui sera élaboré et mis en ligne pendant la durée d’Evento portera sur la relation au technologique.

Mexico 94 Tous les jours de 14h et 18h La mémoire de riverains de Saint-Michel se mélange aux enregistrements sportifs, radios et télévisés, pour composer en son et images, un montage multiculturel de gestes footballistiques marquants, souvenirs individuels et émotions collectives, témoins de la mixité du quartier.

T.O.D. : tourisme à la demande, tourisme à distance Le 6 octobre : 19h à 22h Les 7-8-9-12-13-14-15 : 10h à 14h/16h à 20h Le 11 : 16h à 22h. Fermeture exceptionnelle le lundi 10 octobre Conçue sur le modèle d’un pop-up store, cette agence de voyages thématiques en duplex d’Istanbul propose un programme

de rendez‑vous interactifs entre les populations bordelaises et stambouliotes où le voyage entre les deux métropoles se fait au travers d’un écran sans avoir à se déplacer, sans efforts et sans décalage horaire. Sur inscription.

Les lieux confortés Les Lumières Tous les jours de 20h à 7h30 La lumière définit la morphologie des villes et organise la vie urbaine, elle est appréhendée ici selon un spectre étendu du rayonnement solaire aux apports dits artificiels. Le projet Les Lumières comprend cinq systèmes d’intervention : les actes de jour sur l’architecture, les inserts lumineux portés par échafaudages, les inclusions dans les œuvres, les poursuites à l’occasion de performances et les apports, volontaires ou non contrôlés, liés aux différents usages de la rue.

Miroirs d’eau Installation permanente Ce programme interroge la relation entre l’organisation d’un évènement culturel et la promotion immobilière. Les petits Miroirs d’eau ne sont pas une œuvre mais 8 œuvres insérées dans le parcours de la rue. Ils incarnent le postulat d’une dissémination vers les quartiers, tout près des espaces habités, ils démultiplient ainsi le pouvoir contemplatif de leur homologue place de la Bourse.

Extrait Installation permanente Ces objets en plâtre qui vont s’installer sur les échafaudages sont des répliques d’œuvres et de formes historiques comme actuelles. Elles sont extraites des différentes recherches entreprises dans la revue Méso- et représentatives d’un « portrait technologique ».

Concerts Sourds Tous les jours à 18h30 et 21h30 Ces concerts se regardent mais ne s’écoutent pas. Les rythmes d’une musique jouée en direct sont diffusés aux casques des danseurs en vis-à-vis. Le son vient activer une installation lumineuse habillant l’échafaudage sur lequel se tiennent les musiciens et compose un espace scénique dialoguant avec l’architecture de la rue.

(...) Et six font les espadons Tous les jours de 10h à 22h Des parasols aux effigies d’espadon sont installés et rangés sur la terrasse de l’ancien Santa-Cruz, reprenant leur fonction initiale du


rue Saint Benoît

rue Porte de la Monnaie

L’exil des chimères temps où le bar-pmu était en activité. Ces poissons aux allures de fanions du nouvel an Chinois se font les témoins de l’activité du lieu et s’inscrivent, en la prolongeant, dans la tradition de la sculpture animalière. La rue Camille Sauvageau devient l’Atlantide, agitée par un bal fantôme de poissons immobiles.

Reenactment II Installation permanente Le chantier de réhabilitation de la place Saint-Michel qui a démarré à l’automne marque aussi le transfert du marché qui s’y tenait, sans certitude de réintégration. La confrontation du tableau de Diego de Velazquez, La Reddition de Breda (1635) avec sa réinterprétation touristique à l’entrée de la rue vient marquer ce moment de grande importance dans l’évolution du quartier.

Vues Installation permanente Cette série d’incisions murales réfléchissantes, entre incrustations et mises en lumières, interroge la coexistence temporaire de riverains d’une rue en déshérence et de visiteurs d’une manifestation socioartistique en incitant, à travers des systèmes visuels, à la création autant réelle que symbolique d’un espace commun.

Tous les jours, du crépuscule à la nuit Every night, entre chien et loup, les chimères quittent leur Endroit pour pratiquer le grand vide urbain. Elles apparaissent sur les façades des immeubles riverains, sur les trottoirs et s’aventurent parfois dans les rues adjacentes.

Lues Tous les jours à 19h15 Chaque soir, une projection lumineuse sur un mur de la rue vient afficher des formes d’écriture urbaine et interpeller le passant avec des slogans poétiques. Fil Tweeter : # vues.

Mexico 94 Playground Le 8 et le 15 octobre à 20h15 Les règles qui régissent l’espace public sont transgressées. L’espace de la rue, redessiné et scénographié, fait l’objet d’une appropriation vandale et temporaire pour des matches improvisés, où l’extension des limites du terrain de jeu fait écho aux franchissement des frontières nationales.

Les communs La crémaillère avec les riverains

Les satellites La terrasse la plus longue du monde Installation permanente Ce dispositif modulaire, construit à partir de pièces de charpente, choisies et recyclées de l’ancienne passerelle de Kawamata, vient s’accrocher aux potelets de la rue Camille Sauvageau, symboles d’interdiction du stationnement, pour les transformer en assises, productrices de situations inédites, de rencontres et d’échanges et renverser ainsi son caractère « d’axe de passage » tout en la transformant en fiction touristique.

Le jour Le 6 octobre à 15h Le 15 octobre à 18h45 Occupation temporaire de l’espace public plus que spectacle ou performance, Le jour est une relecture des formes de manifestation politique et de prises de parole publiques où les slogans et harangues sonores ont laissé place aux fredonnements individuels de chansons intimes et populaires.

Entre le 6 et le 16 octobre l’équipe de l’EBABX va venir « occuper » et « bousculer » quelque peu le visage habituel de la rue Camille Sauvageau. Les étudiants, avec la Directrice de l’école et les enseignants qui encadrent le programme d’intervention seraient très heureux d’accueillir tous les habitants de la rue autour d’un verre, lundi 26 septembre à 18h, dans leur camp de base au 59 de la rue Camille Sauvageau pour présenter leurs projets dans leur diversité, discuter et échanger entre voisins.

La gare Située au 59, La gare est le camp de base de l’EBABX de Bordeaux rue Camille Sauvageau. Côté rue, l’ancien bar-pmu est accessible au public tandis que, côté cour, son ancien dancing est transformé en quartier général de production et d’organisation de toutes les interventions : pendant la phase de préparation, pendant l’évènement, pendant la phase de démontage.

www.partiecommune.cc Nous remercions les entreprises METIN (Gros œuvre) et AJME (Serrurerie)


L’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux constitue un système original dans le paysage actuel de l’enseignement supérieur par l’éventail des connaissances proposées, par le propos pédagogique et par la place qu’elle occupe sur le territoire. Installée depuis 1889 dans le couvent des bénédictins de l’église Sainte-Croix, l’école fait partie des institutions culturelles bordelaises les plus anciennes et les plus ancrées dans la cité, mais elle est aussi fortement impliquée au sein de la création artistique régionale, nationale et internationale. L’EBABX offre le choix de deux filières d’enseignement supérieur : Art et Design, donnant ainsi une double compréhension de l’invention. L’expérience de l’enseignement met l’étudiant, durant les cinq années de son parcours et ce, jusqu’au Master, dans la situation concrète d’un artiste ou designer, producteur et concepteur de projets. L’association d’un programme d’études exigeant et ambitieux avec une vie d’atelier solitaire ou collective intense et engagée, une implication dans l’analyse et la confrontation critique nourries des débats et des dialogues avec les figures fortes de l’actualité qui participent aux ateliers ou séminaires, font l’essentiel du programme. Ce projet sera, à la fin des études, sanctionné par les jurys professionnels des diplômes nationaux : le dnap (Diplôme National d’Arts Plastiques) après 3 ans d’études et le dnsep (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) après 5 années d’études, le dnsep conférant au grade de Master.

imprimé à l’EBABX-septembre 2011

Ouvert en septembre 2004, le Café Pompier est le café de l’EBABX et un espace de production artistique accueillant divers événements : concerts, conférences, projections. Le Café Pompier est un lieu associatif géré par l’association des étudiants qui a créé son identité et sa singularité.

10 BORDEAUX.FR ROSAB.NET

crédit photo Pierre Lavesque

Une coproduction Ville de Bordeaux - EVENTO 2011 -


Partie Commune