Issuu on Google+

Les aides sĂŠlectives Ă  la distribution Bilan

juillet 2008


Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un programme d’études sur la distribution des films. Le CNC publie à cette occasion quatre études : - Le marché de la distribution - Evolution financière des soutiens à la distribution cinématographique - Les aides sélectives à la distribution – bilan - Evolution historique du soutien automatique à la distribution

Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective Direction du cinéma 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55 www.cnc.fr Hervé Bureau, Emma Cliquet, Stéphanie Guyard, Sophie Jardillier, Caroline Jeanneau, Carmen MartinMunoz, Antoine Trotet

Contact : caroline.jeanneau@cnc.fr

2

Les aides sélectives à la distribution


Sommaire

Objectifs et méthodologie ........................................................................................................ 4 Synthèse .................................................................................................................................... 5 I. Les différents guichets d’aide sélective à la distribution................................................... 8 1) Aide aux films inédits (1er collège) .................................................................................. 8 A. Aide au film par film........................................................................................................................ 8 B. Aide spécifique aux premiers films d’avance sur recettes ............................................................. 8 C. Aide aux entreprises de distribution............................................................................................... 9 D. Articulation entre les différentes procédures du premier collège................................................... 9

2) Aide aux films de répertoire (2ème collège) ................................................................... 10 A. Aide aux films de répertoire et aux rétrospectives ....................................................................... 10 B. Aide aux entreprises spécialisées dans la distribution de films de répertoire.............................. 11

3) Aide aux films destinés au jeune public (3ème collège)................................................ 12 4) Aide aux cinématographies peu diffusées (4ème collège)............................................ 12 II. Bilan d’activité de la commission d’aide sélective à la distribution .............................. 14 1) Bilan chiffré des aides sélectives.................................................................................. 14 2) Les films aidés ................................................................................................................ 17 A. Nature des films aidés.................................................................................................................. 18 B. Sélection et prix reçus par les films aidés .................................................................................... 19

3) Les distributeurs soutenus ............................................................................................ 21 A. Concentration des aides sur les entreprises ................................................................................ 21 B. Activité des entreprises de distribution soutenues ....................................................................... 23

III. Sortie et carrière des films aidés...................................................................................... 25 1) La distribution des films aidés ...................................................................................... 25 A. Nombre de films et nombre de copies ......................................................................................... 25 B. Combinaison de sortie, nationalité, genre et recommandation des films aidés........................... 26 C. Coûts de distribution des films aidés ........................................................................................... 36

2) La carrière en salles des films aidés............................................................................. 40 A. Résultats d’entrées et nombre de séances.................................................................................. 40 B. Circulation des films aidés............................................................................................................ 53 C. Durée de vie en salles des films aidés......................................................................................... 59

Les aides sélectives à la distribution

3


Objectifs et méthodologie Dans le cadre d’un programme d’études sur la distribution des œuvres cinématographiques en salles, le Centre national de la cinématographie a réalisé une étude sur les aides sélectives à la distribution afin d’analyser l’impact de ces aides sur la distribution des films. Cette étude dresse un bilan des différents guichets d’aide sélective à la distribution du CNC : l’aide au film par film, l’aide spécifique aux premiers films d’avance sur recettes, les aides aux entreprises, l’aide aux films destinés au jeune public, l’aide aux cinématographies peu diffusées. En revanche, elle ne prend pas en compte l’aide aux films de répertoire (deuxième collège). Cette étude met en lumière l’évolution du tissu des entreprises de distribution ayant bénéficié d’aides sélectives, la concentration de ces entreprises, leur natalité et leur activité. Elle analyse l’évolution du nombre de films aidés, la nature de ces films (nationalité, genre, recommandation…) et leur combinaison de sortie. Elle examine l’impact des aides sur l’exposition des films, leur circulation dans les établissements cinématographiques et leur durée de vie dans les salles en comparant les films soutenus aux films non aidés. Elle analyse la performance des films aidés en fonction de leurs entrées, de leur combinaison de sortie et de leur exposition. Cette étude s’appuie essentiellement sur les données du CNC relatives aux aides sélectives à la distribution et sur les déclarations de recettes transmises par les exploitants de salles.

4

Les aides sélectives à la distribution


Synthèse Dans le cadre d’un programme d’études sur la distribution des œuvres cinématographiques en salles, le Centre national de la cinématographie a réalisé une étude sur les aides sélectives à la distribution afin d’analyser l’impact de ces aides sur la distribution des films. Cette étude dresse un bilan des différentes aides sélectives du CNC : l’aide au film par film, l’aide spécifique aux premiers films d’avance sur recettes, les aides aux entreprises, l’aide aux films destinés au jeune public, l’aide aux cinématographies peu diffusées. En revanche, elle ne prend pas en compte les aides aux films de répertoire. Les aides sélectives à la distribution ont fortement progressé depuis 1992 Depuis 1992, le montant financier des aides sélectives à la distribution cinématographique a été multiplié par 2,7, pour atteindre 6,77 M€ en 2007. Il progresse de 66,3 % sur les dix dernières années et de 8,1 % sur les cinq dernières années. Au total, 2 590 œuvres ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution depuis 1992. Le nombre de films soutenus a été multiplié par 4 en 15 ans. Il progresse de 39,5 % sur les dix dernières années et de 13,7 % sur les cinq dernières années. 159 entreprises de distribution soutenues entre 2000 et 2007 Les aides sélectives à la distribution ont contribué au développement et à la pérennisation des entreprises de distribution. Entre 1992 et 2007, 54 sociétés de distribution en moyenne bénéficient chaque année d’aides sélectives à la distribution. Cette moyenne s’établit à 40 sur la période 1992-1996 et à 63 sur la période 2003-2007. Depuis 2000, le nombre de sociétés de distribution soutenues est stable. En 2007, 64 entreprises bénéficient du soutien des aides sélectives à la distribution. Le taux de sélectivité des entreprises (sociétés aidées/sociétés candidates) s’élève à 77,2 % en moyenne entre 1992 et 2007. Il était de 72,7 % en 1992 et atteint 88,9 % en 2007. Entre 2000 et 2007, 159 entreprises de distribution ont reçu l’aide d’au moins un des guichets de soutien sélectif à la distribution. 48,23 M€ de subventions ont été accordés sur la période. La concentration des aides est relativement prononcée. En moyenne, les trois entreprises les plus soutenues captent 17,1 % des subventions annuelles, les cinq premières 26,4 % et les dix premières 45,4 %. Les entreprises soutenues distribuent 56,3 % des films inédits Entre 2001 et 2007, les sociétés aidées distribuent au total 2 124 films de long métrage inédits en salles. En moyenne, les films aidés représentent 66,7 % de l’ensemble des titres dont les entreprises aidées assurent la distribution. En moyenne entre 2001 et 2007, 41,3 % des sociétés soutenues mettent sur le marché moins de 20 copies pour l’ensemble des films inédits qu’elles distribuent chaque année. 28,3 % des entreprises soutenues diffusent en moyenne entre 20 et 99 copies, 15,8 % entre 100 et 499 copies, 14,6 % plus de 500 copies. Preuve de la sélectivité des aides en ce qui concerne les structures dont l’activité de distribution n’est pas suffisamment régulière, la part des sociétés aidées diffusant moins de 10 copies annuelles est en très nette diminution sur la période (38,5 % en 2001, 19,4 % en 2007). Entre 2001 et 2007, les entreprises soutenues représentent en moyenne 70,0 % des sociétés actives chaque année dans la distribution de films inédits. Cette part est en diminution sur la période 2004-2007 par rapport à la précédente (2001-2003). Le nombre d’entreprises soutenues ne semble pas avoir suivi la croissance du nombre total de sociétés impliquées dans la distribution de films inédits. Les entreprises soutenues dans le cadre des aides sélectives distribuent au total 56,3 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007 et sont à l’origine de 25,5 % des copies de films inédits en moyenne. Les films aidés sont souvent sélectionnés dans les festivals Parmi les 636 films inédits soutenus par les aides sélectives à la distribution au titre des années 2005 à 2008 (hors films pour le jeune public), plus de la moitié ont été sélectionnés dans les grands festivals internationaux (Cannes, Venise, Berlin, Toronto, Locarno, San Les aides sélectives à la distribution

5


Sébastian et Sundance). Près de 30 % de ces films aidés ont été sélectionnés en compétition officielle et plus de 10 % ont été primés. Parmi les 22 films en compétition officielle au festival international du film de Cannes 2008, 18 films vont être distribués par des sociétés soutenues au titre des aides sélectives à la distribution, soit plus de 80 %. La plupart de ces films ont été pris en distribution avant leur sélection en festival. Les films soutenus représentent plus d’un tiers des films inédits mais moins de 10 % des copies Sur la période 2001-2007, 37,5 % des films inédits en salles ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution. Pour autant, les films aidés représentent seulement 8,9 % de l’ensemble des copies en circulation. En conséquence, la représentativité des films aidés est faible en termes de séances (9,5 % des séances de l’ensemble des films sortis entre 2001 et 2007) et encore davantage en termes d’entrées (6,2 %). Plus de la moitié des films aidés sortent sur moins de 20 copies 54,4 % des films aidés sortent sur moins de 20 copies et 20,2 % disposent de moins de 5 copies lors de leur sortie en salles. Depuis 2001 deux tendances se dessinent. D’une part, le poids des films dont la combinaison de sortie est comprise entre 5 et 99 copies tend à progresser (68,3 % des films aidés sortis en 2001, 80,6 % des films aidés sortis en 2007), d’autre part, les films disposant de moins de 5 copies sont proportionnellement en baisse (26,8 % des films sortis en 2001, 11,5 % des films sortis en 2007). Sur la période 2001-2007, 98,9 % des films aidés présentent une combinaison de sortie inférieure à 200 copies. Comte tenu de ces éléments, il apparait que l’univers de comparaison des films soutenus doit être celui des films sortis sur moins de 200 copies. Plus de la moitié des films aidés sont français Les films français sont mieux représentés que les autres parmi les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. En effet, plus de la moitié des longs métrages aidés sortis entre 2001 et 2007 sont français (53,6 %). Les films américains et les films européens non français représentent respectivement 7,8 % et 20,5 % des longs métrages aidés sortis sur la période. Enfin, 18,1 % des films aidés sortis entre 2001 et 2007 sont d’autres nationalités. Les films français, européens, ou non européens et non américains sont sur représentés au sein des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution par rapport à leur poids au sein de l’ensemble des films inédits. Seuls les films américains sont nettement sous représentés puisqu’ils correspondent, sur le périmètre des films à moins de 200 copies, à 7,9 % des titres aidés, contre 23,1 % de l’ensemble des films inédits. Des films aidés mieux exposés Pour les films dont la combinaison de sortie est inférieure à 200 copies, chaque copie est utilisée en moyenne pour 71 séances. Ce résultat s’élève à 85, soit 19,7 % de séances en plus, pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Parallèlement, chaque copie de film à moins de 200 copies non soutenu est utilisée pour 65 séances (8,5 % de moins que la moyenne). Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, les copies des films aidés permettent ainsi 30,8 % de séances de plus que celles des films non aidés. Les copies des films soutenus circulent davantage En moyenne, un film sorti entre 2001 et 2007 bénéficiaire d’une aide sélective à la distribution est programmé dans 186 établissements au cours de sa carrière en salles. Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, plus pertinent pour les comparaisons, le nombre moyen d’établissements où un film aidé a été programmé est sensiblement plus élevé que celui relatif aux films non soutenus. En effet, un film aidé dispose de 179 établissements, contre 169 pour un film non aidé. Les aides sélectives à la distribution permettent ainsi aux films de circuler en moyenne dans 5,9 % d’établissements en plus.

6

Les aides sélectives à la distribution


Les films aidés réalisent plus d’entrées par copie que les films non soutenus Pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, le nombre moyen d’entrées par copie (1 696 entrées en moyenne) est supérieur de 36,4 % à celui des films non aidés sur le périmètre des films à moins de 200 copies. Ainsi, les copies des films aidés génèrent davantage d’entrées que celles des films non bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Les films aidés présentent une durée de vie plus longue En moyenne, les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 réalisent 70,1 % de leurs entrées en 5 semaines d’exploitation et 84,3 % en 10 semaines. Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, les films aidés présentent en moyenne une durée de vie en salles plus longue que les films non aidés. En effet, après 5 semaines d’exploitation, les films non soutenus ont déjà réalisé 86,7 % de leurs entrées alors que les films aidés n’en ont enregistré que 69,3 %. Cet écart, resserré au fil du temps, reste visible tout au long de la carrière des films. Après 15 semaines d’exploitation, les films aidés ont réalisé 88,5 % de leurs entrées et les films non aidés plus de 96 %. 7,5 % des entrées des films aidés restent à réaliser au terme de la période d’exclusivité des films en salles (six mois), contre 1,9 % seulement pour les films non aidés. L’étalement des entrées dans le temps apparait ainsi sensiblement plus long pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution.

Les aides sélectives à la distribution

7


I. Les différents guichets d’aide sélective à la distribution L’aide sélective à la distribution s’articule autour de quatre collèges. Le premier collège s’attache à la distribution de films inédits en salles, le second à la distribution des films de répertoire et le troisième concerne spécifiquement la distribution de films à destination du public le plus jeune. Ce dispositif est complété par un quatrième collège en charge de la distribution des films issus de cinématographies peu diffusées.

1) Aide aux films inédits (1er collège) L'aide sélective à la distribution du premier collège a pour objectif de favoriser la diffusion d’œuvres cinématographiques de qualité qui présentent des difficultés particulières et de concourir plus largement à la diversité des films diffusés en France. Elle peut être accordée aux entreprises de distribution agréées par le CNC et s’adresse aux films inédits en salles. Elle revêt trois volets : - une aide sélective film par film ; - une aide spécifique aux premiers films d’avance sur recettes ; - une aide à l'entreprise de distribution, pour la réalisation d’un programme de sorties de films et/ou pour soutenir ses dépenses de structure. Il s’agit dans tous les cas d’une subvention qui ne peut excéder 50 % des dépenses de sortie. Les films de toute nationalité sont éligibles à cette procédure, sous réserve que le budget de promotion et d’édition ne dépasse pas 450 000 €. Le film candidat doit disposer de son visa d’exploitation avant la sortie et le mandat de distribution doit être immatriculé au RCA. A. Aide au film par film Cette aide s’adresse principalement aux nouvelles sociétés de distribution ainsi qu’à celles qui ne sont pas en mesure d’accéder à une aide au programme. La projection des films et l'étude des dossiers s’effectuent chaque semaine à raison de deux ou trois par séance, avant leur sortie en salles. Les éléments pris en considération pour l'attribution d'une aide sont, notamment : - les qualités cinématographiques reconnues au film par les membres de la commission, les récompenses obtenues dans les festivals ; - le type de sortie proposée par le distributeur : montant du budget, axes de promotion choisis ; - la cohérence entre la nature du film et le plan de diffusion présenté ; - la situation financière de la société ainsi que le respect des engagements pris sur les films précédemment aidés. B. Aide spécifique aux premiers films d’avance sur recettes Ce mécanisme s'applique aux premiers longs métrages de réalisateurs bénéficiaires en production d'une avance sur recettes, avant ou après réalisation. Ces films bénéficient d’une aide minimale acquise de 15 500 € sous réserve d’un plan de sortie cohérent. La commission peut proposer un montant plus élevé au regard du budget et de la stratégie de sortie. Si le distributeur bénéficie par ailleurs d’une aide au programme, le premier film d’avance sur recettes pourra obtenir au minimum le montant d’aide équivalent à celui de l’aide moyenne au programme par film. Il pourra être comptabilisé dans le nombre de films aidés au programme si la société ne disposait pas des quatre films annuels minimum, ou en plus, si elle avait déjà le nombre plafond de films dans le cadre du programme dans la limite de dix films soutenus par an.

8

Les aides sélectives à la distribution


Le versement de l’aide au film par film et de l’aide aux premiers films d’avance sur recettes intervient pour moitié à la signature de la convention, pour l’autre moitié à réception des justificatifs des dépenses. C. Aide aux entreprises de distribution Les sociétés qui peuvent bénéficier de cette procédure sont des entreprises qui présentent une activité suffisamment régulière et significative et dont la qualité éditoriale est reconnue par la commission. Le soutien du CNC est composé d'une aide pour la sortie d'un programme annuel de films faisant l'objet d'un engagement (aide au programme) ainsi que d’une aide pour le fonctionnement de la société (aide à la structure) pour les distributeurs les plus fragiles. La commission se réunit à deux reprises dans l’année, en mars avec audition des distributeurs, et en juin. •

Aide au programme

Le programme annuel proposé par le distributeur candidat doit porter sur un minimum de quatre films et un maximum de huit films (dix avec les premiers films d’avance sur recettes). La commission se détermine en fonction de plusieurs critères : - la qualité de la ligne éditoriale des films déjà distribués et de ceux à venir (prix dans les festivals notamment) ; - la qualité du travail de distribution effectué l’année précédente ; - le montant des investissements prévus pour la sortie de ces films ; - le respect des engagements de l'année précédente ; - la situation financière de la société ; - les autres aides à la distribution auxquelles peut prétendre la société. Les films soutenus dans ce cadre doivent respecter certains critères ; à titre indicatif, ils devront avoir fait l’objet d’un effort significatif en terme d’exposition en salles (circulation dans une vingtaine de salles minimum sur l’ensemble de l’exploitation), particulièrement dans des salles Art et Essai et/ou indépendantes. La commission conserve toutefois un pouvoir d’appréciation sur ces éléments au vu du dossier. Un montant moyen est a priori attribué sur chacun des films. Toutefois, le distributeur peut moduler cette répartition avant chacune des sorties, à condition que le montant de l’affectation soit compris entre le quart et le double de la moyenne d’aide par film. •

Aide à la structure

Les sociétés qui présentent une certaine fragilité financière peuvent prétendre à une aide à la structure lorsqu’elles ont une activité régulière de distribution et lorsque la qualité de leur ligne éditoriale est reconnue. Elle est actuellement plafonnée à 33 000 € par société et par an. L’aide aux entreprises (programme et /ou structure) est une aide annuelle dont le versement s’effectue en amont des sorties et en une seule fois, pour chaque session, à la signature de la convention. D. Articulation entre les différentes procédures du premier collège Une nouvelle société de distribution doit présenter ses films à l’aide au film par film avant de pouvoir prétendre, dans un second temps, à l’aide à la structure, qui lui permettra d’accompagner son développement. En intensifiant son activité, le distributeur peut accéder à une aide pour un programme annuel d’un minimum de quatre films, sous réserve toutefois que la commission ait constaté la qualité de sa ligne éditoriale. La société ne peut alors plus prétendre à l’aide au film par film, à l’exception des candidatures concernant les premiers films d’avance sur recettes. Lorsque son activité de distribution n’est pas suffisante pour financer ses frais de structure, la société peut cumuler l’aide à la structure et l’aide au programme.

Les aides sélectives à la distribution

9


Les budgets de sortie des films étant dans ce cas généralement plus substantiels, les sociétés bénéficiaires d’une aide au programme seule obtiennent des montants moyens par film sensiblement plus importants que lorsqu’elles bénéficient en cumul d’une aide à la structure,.

2) Aide aux films de répertoire (2ème collège) Cette aide est destinée à favoriser la diffusion des films de répertoire en région. Elle peut être accordée à des films et rétrospectives de toutes nationalités, présentés par des entreprises de distribution agréées par le CNC. L’aide aux films de répertoire revêt deux aspects : - une aide sélective aux films de répertoire et aux rétrospectives ; - une aide à l’entreprise de distribution, pour soutenir ses dépenses de structure et/ou pour la réalisation d’un programme de sorties de films de répertoire et/ou rétrospectives. A. Aide aux films de répertoire et aux rétrospectives Le deuxième collège de la commission du soutien financier sélectif à la distribution se réunit en moyenne quatre fois par an pour auditionner les distributeurs et étudier les dossiers de films préalablement visionnés. Le collège est particulièrement attentif aux efforts fournis par le distributeur pour assurer une diffusion du film ou de la rétrospective en région, en fonction des éléments suivants : - le nombre de copies prévues ; - le plan de sortie prévisionnel : nombre, nature et localisation des salles ; - le matériel de promotion ; - le travail d’accompagnement proposé par le distributeur ; - la participation à des événements nationaux ou à la mise en réseau avec des institutions et des festivals permettant une meilleure communication autour du film ou de la rétrospective. Par ailleurs, les autres éléments pris en considération pour l'attribution d'une aide sont : - les qualités cinématographiques du film, sa rareté, son intérêt au regard de l’histoire du cinéma ; - l’indépendance et la situation financière de la société ; - le respect des engagements pris sur les films précédemment aidés ; - les autres aides perçues pour la diffusion du film : droits télévisuels, droits vidéo. Cette aide est destinée à soutenir les frais de promotion et d’édition des distributeurs. Elle ne peut excéder 50 % des dépenses et ne peut être accordée aux sociétés ayant bénéficié d'une aide au programme. •

Aide aux films de répertoire

L’aide aux films de répertoire concerne les films réalisés il y a plus de 20 ans qui n’ont pas fait l’objet d’une ressortie en salles sur copies neuves depuis 10 ans. L’aide attribuée peut porter sur : - 50 % du tirage d’un internégatif ; - 50 % du tirage et du sous-titrage de copies 35mm ; - 50 % des frais de promotion dans la limite d’un plafond de 7 620 € pour les films américains et 10 670 € pour les films européens et du reste du monde. Au cas où un film déjà aidé ferait l’objet d’une forte demande en salles, il est possible de présenter au collège une demande d’aide pour le retirage d’une ou deux copies de série supplémentaires. L’aide du CNC pourra intervenir à hauteur maximum de 50 % des frais de tirage et sous-titrage supplémentaire dans le cadre d’un avenant à la convention initiale.

10

Les aides sélectives à la distribution


Aide aux rétrospectives

Dans le cadre de cette aide, une rétrospective se définit comme un programme comportant au moins cinq films réédités dans un cadre lié à un auteur ou à une thématique. L’aide attribuée peut porter sur : - 50 % du coût total de tirage des copies neuves ; - 50 % des frais de promotion. Un plafond global de subvention est fixé à 35 000 € par rétrospective. B. Aide aux entreprises spécialisées dans la distribution de films de répertoire La commission se réunit en début d’année pour auditionner les distributeurs et se prononcer sur les demandes d’aide aux entreprises. Le soutien du CNC est composé d'une subvention pour la sortie d'un programme annuel de films faisant l'objet d'un engagement (aide au programme) et/ou pour le fonctionnement de la société (aide à la structure). Les sociétés pouvant bénéficier de cette procédure sont des entreprises indépendantes ayant une activité suffisamment régulière et significative en matière de diffusion de films de répertoire et dont la qualité éditoriale est reconnue par la commission. Les nouveaux distributeurs peuvent y prétendre après un an d’ancienneté. •

Aide au programme

Le programme proposé par le distributeur candidat doit porter sur un minimum de trois et un maximum de six films de répertoire et/ou rétrospectives. Le programme peut comprendre uniquement des films ou à la fois des films et des rétrospectives. Les titres des films sur lesquels la société s’engage peuvent faire l’objet de modifications en cours d’année après avis de la commission et accord du CNC. La commission module son aide en fonction de plusieurs éléments : - le nombre, les caractéristiques et la nationalité des films (sortis l'année précédente et prévus pour l'année à venir) ; - le choix des films proposés en fonction d’une éventuelle demande des exploitants en région ou d’une mise en réseau avec d’autres institutions ; - le travail envisagé par le distributeur pour diffuser les films en région ; - le montant des investissements prévus pour la sortie des films ; - la réalité du risque assumé ; - le respect des engagements de l'année précédente ; - la qualité et l’homogénéité du portefeuille ; - la situation financière de la société ; - l’historique de la société. •

Aide à la structure

Les sociétés qui présentent une certaine fragilité financière peuvent prétendre à une aide à la structure lorsqu’elles pratiquent une activité régulière de distribution de films de répertoire et lorsque la qualité de leur ligne éditoriale est reconnue. Depuis 2007, cette aide est attribuée pour les sociétés spécialisées dans la diffusion des films de répertoire par le deuxième collège. Auparavant, elle était attribuée par le premier collège.

Les aides sélectives à la distribution

11


3) Aide aux films destinés au jeune public (3ème collège) L'aide sélective à la distribution de films destinés au jeune public de toutes nationalités peut être accordée aux entreprises de distribution agréées par le CNC. Le troisième collège de la commission du soutien financier sélectif à la distribution se réunit en moyenne quatre fois par an pour auditionner les distributeurs et étudier les dossiers de films visionnés au préalable. Le collège est particulièrement attentif au travail d’accompagnement et de sensibilisation effectué soit en direction du jeune public, soit en direction des enseignants ou des programmateurs de salles, notamment à travers la réalisation de documents pédagogiques. Ils fondent également leur appréciation selon les critères suivants : - les qualités cinématographiques du film, son intérêt, l’originalité de son propos ou de son traitement ; - la nature de la sortie proposée par le distributeur : nombre de copies prévues, plan de sortie du film, moyens de promotion annoncés ; - le plan de sortie prévisionnel : nombre, nature et localisation des salles ; - les autres aides perçues pour la diffusion du film : droits télé, droits vidéo. Cette aide est destinée à soutenir les frais d’édition, de promotion ainsi que la réalisation de documents d’accompagnement engagés par le distributeur. Elle ne peut excéder 50 % des dépenses et peut être accordée aux sociétés ayant bénéficié d'une aide au programme.

4) Aide aux cinématographies peu diffusées (4ème collège) L'aide aux cinématographies peu diffusées, cofinancée par Le CNC et le Ministère des Affaires Etrangères, a pour objectif de favoriser la découverte et la diffusion commerciale d’œuvres de qualité en provenance de pays dont les cinématographies sont méconnues en France. Elle s’adresse principalement aux films inédits originaires des pays d’Afrique, d’Amérique Latine, de certains pays d’Asie, du Proche et Moyen Orient, d’Europe centrale et orientale (voir liste des pays sur le site internet www.cnc.fr) bénéficiaires en production de l’aide du Fonds Sud ou qui ne peuvent accéder aux aides européennes ou françaises à la distribution (soutien automatique ou contribution de Canal+ à la distribution). Il s’agit de soutenir la diffusion d’auteurs émergents : certains réalisateurs dont une précédente œuvre diffusée en France aurait atteint plus de 50 000 entrées sont donc écartés. La commission se réunit 5 à 6 fois par an en fonction des demandes. Les films sont visionnés et les dossiers examinés avant la sortie en salles du film. Le budget de promotion et d’édition du film candidat ne peut excéder 450 000 €. Les critères d’attribution de l’aide sont les suivants : - les qualités cinématographiques reconnues au film par les membres de la commission, les récompenses obtenues dans les festivals ; - le type de sortie proposée par le distributeur : montant du budget, axes de promotion choisis ; - la cohérence entre la nature du film et le plan de diffusion présenté ; - la situation financière de la société ainsi que le respect des engagements pris sur les films précédemment aidés. Dans l’hypothèse où un film, intégré dans le programme d’un distributeur, pourrait prétendre à un soutien au titre des cinématographies peu diffusées, l’entreprise peut solliciter un complément d’aide auprès de la commission compétente ne pouvant dans tous les cas excéder 50 % des dépenses de sortie du film. Les films soutenus doivent avoir fait l’objet d’un effort significatif en terme d’exposition en salles (circulation dans une vingtaine de salles minimum sur l’ensemble de l’exploitation),

12

Les aides sélectives à la distribution


particulièrement dans des salles Art et Essai et/ou indépendantes, et avoir été maintenus au moins deux semaines sur un écran parisien. Le versement de la subvention s’effectue en deux temps : 75 % de l’aide quinze jours après la sortie sur présentation de dix contrats de location et les 25 % restant sur réception des justificatifs des dépenses et de dix autres contrats de location.

Les aides sélectives à la distribution

13


II. Bilan d’activité de la commission d’aide sélective à la distribution Le bilan des aides sélectives à la distribution présenté ci-dessous concerne uniquement les œuvres inédites. Les films aidés au titre du deuxième collège sont ainsi exclus de ces analyses.

1) Bilan chiffré des aides sélectives Les aides sélectives à la distribution gérées par le CNC recouvrent, pour ce qui concerne les films inédits, l’aide au film par film, l’aide spécifique aux premiers films bénéficiant de l’avance sur recettes, l’aide aux entreprises, l’aide aux cinématographies peu diffusées et l’aide aux films destinés au jeune public. En quinze ans, le montant financier des aides sélectives à la distribution cinématographique valeur effectivement dépensée) a été multiplié par 2,7, pour atteindre 6,77 M€ en 2007. Il progresse de 66,3 % sur les dix dernières années et de 8,1 %sur les cinq dernières années. Evolution financière des aides sélectives à la distribution (hors 2ème collège) (M€) 7,0 6,0 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 entreprises

film par film

CPD*

1ers films AR**

jeune public

* aide aux cinématographies peu diffusées ** aide spécifique aux premiers films bénéficiant de l’avance sur recettes

Evolution financière des aides sélectives à la distribution (hors 2ème collège) (M€) entreprises film par film cinématographies peu diffusées 1ers films d'avance sur recettes jeune public total

entreprises film par film cinématographies peu diffusées 1ers films d'avance sur recettes jeune public total

14

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

0,97 1,38 0,16 2,51

0,88 1,15 0,22 2,25

0,86 1,32 0,14 2,32

1,09 1,35 0,19 2,64

1,10 1,85 0,53 3,47

1,88 0,96 0,20 0,15 3,20

2,79 0,63 0,19 0,27 0,18 4,07

4,19 0,64 0,32 0,52 0,18 5,84

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

3,92 0,72 0,11 0,51 0,16 5,41

3,86 0,74 0,32 0,43 0,16 5,51

3,61 0,86 0,23 0,63 0,17 5,50

4,05 1,03 0,26 0,75 0,18 6,26

4,32 0,96 0,35 0,53 0,23 6,39

4,15 0,91 0,37 0,45 0,15 6,04

5,04 0,50 0,27 0,42 0,13 6,36

4,97 0,50 0,28 0,88 0,15 6,77

Les aides sélectives à la distribution


En 15 ans, près de 74,5 M€ ont été dépensés par le CNC au titre des aides sélectives à la distribution. En moyenne, l’’aide aux entreprises représente 64,0 % de la dépense totale annuelle, l’aide au film par film 20,8 %, l’aide aux premiers films d’avance sur recettes 7,4 %, l’aide aux cinématographies peu diffusées 5,5 % et l’aide aux films à destination du jeune public 2,3 %. En 2007, l’aide aux entreprises est davantage favorisée (73,4 % du total dépensé), au détriment de l’aide au film par film (7,4 %) notamment. Répartition des aides sélectives à la distribution (hors deuxième collège) (%) 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 moyenne

entreprises 38,5 39,0 37,1 41,3 31,6 58,7 68,6 71,8 72,4 70,0 65,6 64,7 67,7 68,8 79,3 73,4 64,0

film par film 55,0 51,1 57,0 51,4 53,2 30,2 15,5 10,9 13,3 13,5 15,7 16,4 15,0 15,1 7,8 7,4 20,8

CPD* 6,5 9,9 5,9 7,3 15,1 6,3 4,8 5,4 2,0 5,8 4,1 4,2 5,5 6,1 4,3 4,1 5,5

1ers films AR** jeune public 4,8 4,5 6,7 3,0 8,8 2,9 9,4 2,9 7,9 3,1 11,5 2,8 12,0 3,6 8,2 2,5 7,5 2,0 6,6 2,2 13,0 2,3 7,4

total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

* aide aux cinématographies peu diffusées ** aide spécifique aux premiers films bénéficiant de l’avance sur recettes

Au total, 2 590 œuvres ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution entre 1992 et 2007. Le nombre de films soutenus a été multiplié par 4 en 15 ans. Il progresse de 39,5 % sur les dix dernières années et de 13,7 % sur les cinq dernières années. Sur la période 1992-1996, les aides aux entreprises se limitaient à l’aide à la structure et ne comportaient pas encore de volet d’aide au programme. Evolution du nombre de films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution (hors 2e collège) 300 250 200 150 100 50 0 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 entreprises

film par film

CPD*

1ers films AR**

jeune public

* aide aux cinématographies peu diffusées ** aide spécifique aux premiers films bénéficiant de l’avance sur recettes

Les aides sélectives à la distribution

15


Nombre de films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution entreprises film par film cinématographies peu diffusées 1ers films d'avance sur recettes jeune public total*

1992 52 15 58

1993 58 14 67

1994 56 9 60

1995 60 10 70

1996 87 23 108

1997 58 57 11 8 nd 133

1998 102 41 10 14 nd 167

1999 171 36 16 21 nd 244

entreprises film par film cinématographies peu diffusées 1ers films d'avance sur recettes jeune public total*

2000 137 38 7 22 9 209

2001 125 42 21 20 12 206

2002 104 48 19 26 8 189

2003 116 51 19 27 10 205

2004 131 52 18 22 16 215

2005 132 50 21 20 11 217

2006 149 29 25 19 13 209

2007 150 33 23 33 15 233

*: Certains films peuvent bénéficier de plusieurs aides sélectives à la distribution. Chaque film est néanmoins compté une seule fois dans le nombre total annuel de films aidés.

Les aides sélectives à la distribution ont contribué au développement et à la pérennisation des entreprises de distribution. Entre 1992 et 2007, 54 sociétés de distribution en moyenne bénéficient chaque année d’aides sélectives à la distribution. Cette moyenne s’établit à 40 sur la période 1992-1996 et à 63 sur la période 2003-2007. En 2007, 64 entreprises bénéficient du soutien des aides sélectives à la distribution. Nombre d’entreprises de distribution aidées entreprises candidates entreprises aidées taux de sélectivité (%) aide moyenne par entreprise (€)

entreprises candidates entreprises aidées taux de sélectivité (%) aide moyenne par entreprise (€)

1992 55 40 72,7 62 853

1993 59 40 67,8 56 231

1994 50 36 72,0 64 439

1995 57 40 70,2 65 906

1996 64 46 71,9 75 482

1997 81 45 55,6 71 080

1998 67 49 73,1 83 070

1999 74 60 81,1 97 263

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

80 65 81,3 83 452

71 61 85,9 90 814

77 65 84,4 82 451

75 67 89,3 93 924

79 82 71 72 63 60 59 64 79,7 73,2 83,1 88,9 99 947 100 197 107 274 108 131

Le taux de sélectivité des entreprises (sociétés aidées/sociétés candidates) s’élève à 77,2 % en moyenne entre 1992 et 2007. Il était de 72,7 % en 1992 et atteint 88,9 % en 2007. Entre 1992 et 2007, chaque entreprise aidée reçoit en moyenne près de 87 800 € chaque année. Cette aide moyenne a progressé de 72,0% depuis 1992, de 30,2 % depuis 1998 et de 15,1 % sur les cinq dernières années. En 2007, elle atteint sa valeur maximale à plus de 108 000 € en moyenne par société.

16

Les aides sélectives à la distribution


Subvention moyenne annuelle par entreprise aidée (€) 120 000 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

NB. Dans l’étude sur l’Evolution financière des soutiens à la distribution, sont disponibles en complément les bilans d’activité guichet par guichet de la commission d’aide sélective à la distribution. •

Sélectivité de l’aide au film par film

Pour ce qui concerne le guichet de l’aide au film par film, certains films ne sont pas aidés malgré leur candidature, conformément à la décision de la direction générale du CNC après avis de la commission. Il convient de signaler que la plupart des films refusés font malgré tout l’objet d’une sortie en salles. Entre 2000 et 2007, 215 films ont été refusés parmi les 562 titres candidats à l’aide au film par film. Le taux moyen de sélectivité des films pour ce guichet s’établit ainsi à 61,7 % sur la période. En 2007, ce taux est nettement plus élevé qu’en 2006 : 67,3 % des films candidats à l’aide au film par film sont soutenus, contre 48,3 % l’année précédente. Nombre de films candidats à l’aide au film par film films candidats films aidés films refusés sélectivité (%)

2000 65 38 27 58,5

2001 70 42 28 60,0

2002 72 49 23 68,1

2003 74 51 23 68,9

2004 86 52 34 60,5

2005 86 53 33 61,6

2006 60 29 31 48,3

2007 49 33 16 67,3

total 562 347 215 61,7

2) Les films aidés Entre 2000 et 2007, 1 696 œuvres cinématographiques ont été soutenues au titre d’un ou plusieurs guichets d’aide sélective à la distribution, soit une moyenne de 212 films par année d’aide. Nombre de films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution Films aidés

2000 212

2001 206

2002 190

2003 206

2004 218

2005 222

2006 209

2007 233

total 1 696

NB : Ces chiffres peuvent être différents de ceux apparaissant en page précédente. En effet, ce tableau comptabilise les œuvres aidées chaque année alors que le précédent comptabilise les « dossiers » aidés chaque année, un dossier pouvant parfois contenir plusieurs œuvres.

Les aides sélectives à la distribution

17


A. Nature des films aidés Parmi les 1 696 films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, 1 641 sont des longs métrages (96,8 %). Les autres œuvres aidées sont des courts ou des moyens métrages, parfois aidés sous la forme d’un programme composé (plusieurs films pour une seule aide). Nombre de films aidés selon leur nature 2000 202 1 9 212

longs métrages sortis autres longs métrages* courts métrages total films aidés

2001 191 4 11 206

2002 186 2 2 190

2003 195 3 8 206

2004 212 1 5 218

2005 216 1 5 222

2006 201

2007 225 1 7 233

8 209

total 1 628 13 55 1 696

* sont rassemblés dans cette catégorie des films sans visa ou dont la sortie n’a pas pu être avérée (pas d’entrées comptabilisées par le CNC à ce jour).

1 628 longs métrages aidés entre 2000 et 2007 sont sortis en salles à ce jour. 16 d’entre eux, soit moins de 1 %, sont sortis pour la première fois en salles avant 1992 et sont aidés au titre de l’aide aux films à destination du jeune public. Pour ce qui concerne les 1 612 longs métrages aidés entre 2000 et 2007 et sortis depuis 2000, 54,0 % sont français, 7,6 % sont américains, 20,7 % sont européens et 17,7 % d’autres nationalités. Longs métrages aidés selon la nationalité* français américains européens autres total films sortis

2000 116 12 41 29 198

2001 110 12 37 30 189

2002 110 12 31 31 184

2003 107 9 40 37 193

2004 107 22 41 40 210

2005 100 21 55 38 214

2006 101 18 42 39 200

2007 119 16 47 42 224

total 870 122 334 286 1 612

* Longs métrages aidés entre 2000 et 2007, sortis en salles entre 2000 et aujourd’hui.

Après une baisse sensible entre 2002 et 2005, la part des films français semble retrouver un équilibre au-delà de 50 % depuis 2006. A l’inverse, la part des films américains a connu une nette progression entre 2004 et 2006. Elle retrouve en 2007 un niveau proche de celui de 2002. Evolution du poids des films aidés selon la nationalité (%) 70 60 50

français américains européens autres

40 30 20 10 0 2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

19,1 % des longs métrages inédits aidés entre 2001 et 2007 (pour des raisons de disponibilité des données, l’année 2000 est exclue de cette analyse précise) disposent de moins de 5 copies lors de leurs sortie en salles. Depuis 2001, la part des films à moins de 5 copies est en recul au sein des films aidés (25,9 % en 2001, 11,6 % en 2007). 18

Les aides sélectives à la distribution


Entre 2001 et 2007, 34,9 % des longs métrages aidés disposent de 5 à 19 copies. Le poids de ces films progresse sur la période, passant de 28,0 % en 2001 à 37,1 % en 2007. Il connait un niveau particulièrement élevé en 2005 où 45,3 % des films aidés comptaient entre 5 et 19 copies. Longs métrages aidés selon le nombre de copies <5 5à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 299 300 à 499 total films sortis

2001 49 29 24 50 25 11 1 189

2002 47 34 29 35 24 13 1 1 184

2003 47 33 29 46 25 9 3 1 193

2004 45 40 28 54 27 14 2

2005 29 45 52 52 26 8 2

2006 27 35 32 56 30 17 3

2007 26 36 47 63 35 15 2

210

214

200

224

total 270 252 241 356 192 87 14 2 1 414

* la plupart des nombres de copies relatifs aux films sortis en 2000 sont indisponibles.

La part des films disposant de 20 à 99 copies est en progression depuis 2002 : après avoir atteint près de 40 % en 2001, elle passe de 32,1 % en 2002 à 43,8 % en 2007. Sur la période 2001-2007, elle s’établit en moyenne à 38,8 %. Enfin, la part des films aidés disposant de plus de 100 copies varie entre 4,7 % (2005) et 10,0 % (2006). Elle s’élève en moyenne à 7,3 % des films aidés entre 2001 et 2007. Evolution du poids des films aidés selon le nombre de copies (%) 50 40

<5

30

5 à 19

20

20 à 99

10

100&+

0 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

B. Sélection et prix reçus par les films aidés Parmi les 636 films inédits soutenus par les aides sélectives à la distribution au titre des années 2005, 2006, 2007 et 2008 (hors films pour le jeune public), plus de la moitié ont été sélectionnés dans les grands festivals internationaux (Cannes, Venise, Berlin, Toronto, Locarno, San Sébastian et Sundance). Près de 30 % de ces films aidés ont été sélectionnés en compétition officielle et plus de 10 % ont été primés. Sans volonté d’être exhaustif, les prix suivants ont été obtenus par des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution au cours des années 2005 à 2008 : - A Cannes : une Palme d’Or, deux Grands Prix, un Prix de la mise en scène, trois Prix du jury et quatre Caméras d’Or ; - A Venise : un Lion d’Or et quatre Lions d’Argent ; - A Berlin : trois Ours d’Or, deux Ours d’Argent et un Ours de Cristal ; - A Locarno : un Léopard d’Or, un Léopard d’Argent, un Grand Prix du jury et un Prix de la mise en scène.

Les aides sélectives à la distribution

19


Parallèlement, il convient de souligner que certains films initialement inscrits dans le cadre de l’aide au programme voient leur budget de sortie augmenter grâce à la remise d’un prix prestigieux, ce qui ne permet pas leur maintien au sein des programmes (plafond de frais de distribution à 450 000 € par film). Ce fut le cas, entre autres, pour la Palme d’Or de 2005, l’Enfant de Jean-Pierre et Luc Dardenne, et celle de 2006, le Vent se lève de Ken Loach. C’est également le cas de la Palme d’Or de 2008, Entre les murs de Laurent Cantet. Parmi les 22 films en compétition officielle au festival international du film de Cannes 2008, 18 films vont être distribués par des sociétés soutenues au titre des aides sélectives à la distribution, soit plus de 80 %. La plupart de ces films ont été pris en distribution avant leur sélection en festival. La moitié d’entre eux sont déjà aidés au titre de l’aide au programme 2008, les autres le seront probablement en 2009 (sauf si leurs budget prévisionnel de sortie excède le plafond autorisé). A l’exception de trois réalisateurs américains ou travaillant aux Etats-Unis, tous les cinéastes sélectionnés en compétition officielle (19) ont vu au moins un de leurs films exploités dans les salles françaises par des distributeurs soutenus par les aides sélectives du CNC à la distribution (dont de nombreux premiers films).

C. Réalisateurs soutenus A titre d’illustration de la variété des films soutenus par les aides sélectives à la distribution, est présentée ci-après une liste non exhaustive de réalisateurs dont des œuvres ont été aidées entre 2005 et juin 2008. Laurent Achard ; Chantal Akerman ; Fatih Akin ; Robert Altman ; Jean-Pierre Ameris ; Rabbah Ameur-Zaimeche ; Roy Andersson ; Greg Araki ; Danielle Arbid ; Olivier Assayas ; Gela Babluani ; Sharunas Bartas ; Marco Bellochio ; Lucas Belvaux ; Yamina Benguigui ; Faouzi Bensaidi ; Emmanuelle Bercot ; Susanne Bier ; Nuri Bilge Ceylan ; Sandrine Bonnaire ; Jérôme Bonnel ; Bertrand Bonello ; Pascal Bonitzer ; Emmanuel Bourdieu ; Serge Bozon ; Kenneth Branagh ; Jean-Claude Brisseau ; Daniel Burman ; Steve Buscemi ; Adrian Caetano ; Laurent Cantet ; Yves Caumon ; Alain Cavalier ; Park Chan-Wook ; Wang Chao ; Jean-Paul Civeyrac ; Larry Clark ; Benoit Cohen ; Francesca Comencini ; Alain Corneau ; Pedro Costa ; Emmanuele Crialese ; Jean-Pierre et Luc Dardenne ; Rolf de Heer ; Julie Delpy ; Manoel de Oliveira ; Claire Denis ; Raymond Depardon ; Denis Dercourt ; Arnaud Desplenchin ; Dante Desarthe ; Michel Deville ; Tom Dicillo ; Jacques Doillon ; Lola Doillon ; Karim Dridi ; Olivier Ducastel ; François Dupeyron ; Atom Egoyan ; Ronit et Shlomi Elkabetz ; Amat Escalante ; Pascale Ferran ; Abel Ferrara ; Laurence Ferreira-Barbosa ; Emmanuel Finkiel ; Anne Fontaine ; Eytan Fox ; Philippe Garrel ; Matteo Garrone ; Terry Gilliam ; Francis Girod ; Amos Gitaï ; Alain Gomis ; Patrick Grandperret ; Peter Greenaway ; Robert Guediguian ; Eric Guirado ; Alain Guiraudie ; Joana Hadjtihomas ; Bent Hamer ; Michael Haneke ; Jessica Hausner ; Todd Haynes ; Christoph Hochhausler ; Christophe Honoré ; Hou Hsiao Hsien ; Daniele Huillet ; Otar Iosseliani ; Khalil Joreige ; Thierry Jousse ; Wong Kar-Wai ; Aki Kaurismaki ; Naomi Kawase ; Lodge Kerigan ; Eric Khoo ; Kim Ki-Duk ; Abbas Kiarostami ; Takeshi Kitano ; Nicolas Klotz ; Kiyoshi Kurosawa ; Emir Kusturica ; Im Kwon-Taek ; Joachim Lafosse ; Bouli Lanners ; Jean-Marie et Arnaud Larrieu ; Mike Leigh ; Ken Loach ; Pavel Lounguine ; Guy Maddin ; Jacques Martineau ; Laetitia Masson ; Julio Medem ; Brillante Mendoza ; Radu Mihaileanu ; Tsaï Ming Liang ; John Cameron Mitchel ; Nadir Moknèche ; Luc Moullet ; Emmanuel Mouret ; Jean-Marc Moutout ; Raphaël Nadjari ; Jacques Nolot ; Damien Odoul ; Jafar Panahi ; Rithy Panh ; Artavazd Pelechian ; Nicolas Philibert ; Michel Piccoli ; Bill Plympton ; Manuel Poirier ; Wang Quan An ; Stephan et Timothy Quay ; Philippe Ramos ; Pen-Ek Ratanaruang ; Marc Recha ; Carlos Reygadas ; Jacques Rivette ; Alain Robbe-Grillet ; Eric Rohmer ; Raoul Ruiz ; Hiner Saleem ; Hong Sang-Soo ; Im Sang-Soo ; Volker Schlöndorff ; Julian Schnabel ; Barbet Schroeder ; Martin Scorsese ; Ousmane Sembene ; Albert Serra ; Claire Simon ; Abderrahmane Sissako ; Alexandre Sokourov ; Fernando Solanas ; Todd Solondz ; Paolo Sorrentino ; Jean-Marie Straub ; Danis Tanovic ; Niels Tavernier ; Robert Thalheim ; Bela Tarr ; Johnnie To ; Pablo Trapero ; Marco Tullio Giordana ; Djamshed Usmonov ; Gus Van Sant ; 20

Les aides sélectives à la distribution


Agnès Varda ; Sandrine Veysset ; Thomas Vinterberg ; Lars Von Trier ; Wayne Wang ; Peter Watkins ; Apitchapong Weerasethakul ; Wim Wenders ; Michaël Winterbottom ; Frederik Wiseman ; Jia Zhang Ke.

3) Les distributeurs soutenus Entre 2000 et 2007, 159 entreprises de distribution ont reçu l’aide d’au moins un des guichets de soutien sélectif à la distribution. 48,23 M€ de subventions ont été accordés sur la période. Sur la période le nombre d’entreprise aidée est stable. Nombre de sociétés bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution et enveloppe annuelle sociétés aidées subventions (M€)

2000 65 5,41

2001 61 5,51

2002 65 5,50

2003 67 6,26

2004 63 6,39

2005 60 6,04

2006 59 6,36

2007 64 6,77

total 159 48,23

NB : Certaines sociétés peuvent bénéficier d’aides sélectives à la distribution de plusieurs guichets. Chaque société est néanmoins comptée une seule fois dans le nombre total annuel de distributeurs aidés.

A. Concentration des aides sur les entreprises Parmi les 159 entreprises de distribution ayant bénéficié d’une aide sélective à la distribution entre 2000 et 2007, 52 sociétés, soit 32,7 % ont perçu moins de 20 000 € sur l’ensemble de la période. Ces 52 distributeurs reçoivent au total 1,3 % de l’ensemble des aides sélectives consenties entre 2000 et 2007. En huit années, 47 distributeurs (29,6 %) ont perçu entre 20 000 € et 100 000 € et 19 (11,9 %) ont perçu entre 100 000 € et 300 000 €. Leur part respective des aides totales versées s’établit à 4,0 % et 7,3 %. Répartition des sociétés aidées selon le montant annuel de subvention perçu (%) <10 000 € 10 000 à 20 000 € 20 000 à 50 000 € 50 000 à 100 000 € 100 000 à 200 000 € 200 000 à 300 000 € 300 000 € et plus total

2000 7,7 21,5 21,5 20,0 16,9 9,2 3,1 100,0

2001 6,6 14,8 16,4 27,9 23,0 8,2 3,3 100,0

2002 3,1 20,0 32,3 16,9 16,9 4,6 6,2 100,0

2003 3,0 17,9 31,3 17,9 11,9 10,4 7,5 100,0

2004 0,0 20,6 23,8 15,9 20,6 14,3 4,8 100,0

2005 3,3 13,3 25,0 21,7 18,3 16,7 1,7 100,0

2006 6,8 18,6 16,9 13,6 18,6 20,3 5,1 100,0

2007 12,5 20,3 14,1 12,5 20,3 10,9 9,4 100,0

total moyenne 8,2 6,7 24,5 19,8 21,4 22,3 8,2 15,7 6,9 15,4 5,0 10,0 25,8 10,0 100,0 100,0

Au nombre de 41, soit 25,8 % de l’ensemble, les entreprises les plus soutenues ont perçu plus de 300 000 € chacune. Ces 41 sociétés reçoivent 87,4 % du total des aides sélectives versées entre 2000 et 2007. Répartition des subventions selon le montant annuel de subvention perçu par les distributeurs (%) <10 000 € 10 000 à 20 000 € 20 000 à 50 000 € 50 000 à 100 000 € 100 000 à 200 000 € 200 000 à 300 000 € 300 000 € et plus

2000 0,7 3,9 8,5 17,6 29,4 27,3 12,5 100,0

2001 0,5 2,3 5,8 20,5 37,1 21,4 12,4 100,0

2002 0,2 3,6 12,8 13,3 29,5 12,6 28,0 100,0

2003 0,2 2,6 9,5 13,0 19,1 27,7 27,8 100,0

2004 0,0 2,8 7,4 11,4 29,2 33,4 15,7 100,0

2005 0,2 1,8 8,2 16,1 27,6 40,8 5,2 100,0

Les aides sélectives à la distribution

2006 0,4 2,4 5,3 8,5 24,3 44,3 14,8 100,0

2007 0,8 2,6 4,6 7,5 29,2 24,1 31,2 100,0

total moyenne 0,2 0,4 1,1 2,7 2,2 7,6 1,8 13,2 3,1 28,0 4,2 29,3 87,4 18,7 100,0 100,0

21


En moyenne annuelle, 26,5 % des entreprises soutenues perçoivent moins de 20 000 € entre 2000 et 2007. Ces sociétés captent 3,1 % des aides versées dans l’année. Les distributeurs percevant entre 20 000 € et 100 000 € d’aide annuelle représentent en moyenne 38,0 % des sociétés aidés et captent 20,8 % des subventions. Les distributeurs recevant entre 100 000 € et 200 000 € représentent 15,4 % des sociétés aidées et 28,0 % des aides versées. Enfin, 20,0 % des entreprises aidées chaque année perçoivent plus de 200 000 € annuels et captent en moyenne 48,0 % de l’ensemble des subventions accordées. Répartition des entreprises et des subventions au cours d’une année moyenne entre 2000 et 2007 (%)

subventions 3,1

20,8

28,0

26,5

entreprises

0%

10%

48,0

38,0

20%

30%

<20K€

40%

15,4

50%

20 à 100K€

60%

70%

20,0

80%

100 à 200 K€

90%

100%

200 K€ &+

La concentration des aides est relativement prononcée. Entre 2000 et 2007, les trois entreprises les plus soutenues reçoivent en moyenne 17,1 % des subventions annuelles, les cinq premières 26,4 % et les dix premières 45,4 %. Les vingt sociétés les plus aidées captent en moyenne 71,7 % des aides annuelles. Concentration des aides selon les entreprises de distribution (%) les 3 premières les 5 premières les 10 premières les 20 premières les 50 premières total

2000 17,8 27,6 46,4 71,0 96,6 100,0

2001 17,2 26,2 43,8 69,1 97,8 100,0

2002 21,8 32,5 50,6 73,3 96,2 100,0

2003 17,9 27,8 48,9 74,6 96,2 100,0

2004 15,7 24,5 42,8 69,7 97,2 100,0

2005 14,3 23,3 42,6 69,9 98,0 100,0

2006 14,8 23,8 42,6 72,3 98,8 100,0

2007 moyenne 17,8 17,1 26,8 26,4 45,9 45,4 73,3 71,7 98,2 97,4 100,0 100,0

Dans leur ensemble, les aides sélectives à la distribution n’apparaissent pas comme acquises dès lors qu’une entreprise l’obtient une première fois. En effet, parmi les 159 sociétés de distribution ayant bénéficié d’une aide sélective à la distribution entre 2000 et 2007, 25 seulement (15,7 %) ont reçu une aide chaque année, soit huit années de suite. Au cours de la période, 27,7 % ont été soutenues au moins cinq années et 44,0 % au moins trois années. 43,4 % des sociétés ont bénéficié d’une aide sélective une seule fois et 12,6 % deux fois. Nombre d’entreprises soutenues selon le nombre d’années d’aide 1 année 69

2 années 20

3 années 16

4 années 10

5 années 11

6 années 4

7 années 4

8 années 25

total 159

Parmi les 64 sociétés de distribution bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution en 2007, 70,3 % avait déjà été soutenues en 2006. 65,6 % des entreprises aidées en 2007 le sont chaque année depuis 2005, 54,7 % chaque année depuis 2003 et 42,2 % chaque année depuis 2001. La pérennité de la population des entreprises aidées s’explique naturellement par l’articulation des différents guichets d’aide : à mesure du développement de leur activité, les sociétés se voient ouvrir des guichets différents.

22

Les aides sélectives à la distribution


Le taux de renouvellement des entreprises bénéficiaires n’est pour autant pas négligeable. En moyenne, 28,2 % des sociétés aidées une année ne l’étaient pas l’année précédente. Ce taux varie entre 22,0 % en 2006 et 34,3 % en 2003. Il s’établit à 29,7 % en 2007. Pérennité et renouvellement des sociétés aidées (%) pérennité 2007 (%) renouvellement annuel (%)

2000 39,1 -

2001 42,2 26,2

2002 46,9 29,2

2003 54,7 34,3

2004 60,9 31,7

2005 65,6 23,3

2006 70,3 22,0

2007 100,0 29,7

B. Activité des entreprises de distribution soutenues Pour cette partie, la population des entreprises soutenues au titre des aides sélectives à la distribution se définit comme l’ensemble des sociétés de distribution ayant reçu au moins une aide entre 2000 et 2001. Les entreprises soutenues présentent une activité plus large que celle relative aux seules œuvres pour lesquelles elles sont aidées. Entre 2001 et 2007, les sociétés aidées distribuent au total 2 124 films de long métrage inédits en salles. Les 1 416 longs métrages inédits soutenus ne représentent ainsi pas l’intégralité de leur activité sur la période : en moyenne, les films aidés représentent 66,7 % de l’ensemble des titres dont les entreprises aidées assurent la distribution et les copies correspondantes 34,8 % de l’ensemble des copies de films inédits mises en circulation par ces sociétés. En 2007, les entreprises aidées distribuent 307 films inédits dont 217 sont nommément aidés (70,7 % de l’ensemble). Films inédits sortis entre 2001 et 2007 distribués par les entreprises soutenues films inédits copies films inédits films aidés copies films aidés % films aidés % copies films aidés

2001 330 25 856 183 5 266 55,5 20,4

2002 289 19 247 183 5 520 63,3 28,7

2003 280 17 673 198 6 374 70,7 36,1

2004 312 14 238 215 6 468 68,9 45,4

2005 293 16 967 210 6 528 71,7 38,5

2006 313 18 385 210 7 516 67,1 40,9

2007 307 17 634 217 7 560 70,7 42,9

total 2 124 130 000 1 416 45 232 66,7 34,8

En moyenne entre 2001 et 2007, 41,3 % des sociétés soutenues dans le cadre des aides sélectives à la distribution mettent en circulation moins de 20 copies pour l’ensemble des films inédits qu’elles distribuent chaque année. 28,3 % des entreprises soutenues diffusent en moyenne entre 20 et 99 copies annuelles et 15,8 % diffusent entre 100 à 499 copies annuelles. En moyenne, 14,6 % des entreprises aidées mettent sur le marché plus de 500 copies chaque année. Preuve de la sélectivité des aides en ce qui concerne les structures dont l’activité de distribution n’est pas suffisamment régulière, la part des sociétés aidées diffusant moins de 10 copies annuelles est en très nette diminution sur la période (38,5 % en 2001, 19,4 % en 2007). Répartition des entreprises soutenues selon le nombre annuel de copies (%) <10 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 499 500 à 999 1000 &+ total

2001 38,5 4,6 12,3 10,8 4,6 13,8 7,7 7,7 100,0

2002 33,8 8,5 16,9 12,7 5,6 11,3 4,2 7,0 100,0

2003 35,2 15,5 15,5 9,9 4,2 2,8 11,3 5,6 100,0

2004 30,1 15,1 13,7 12,3 6,8 8,2 8,2 5,5 100,0

2005 26,1 17,4 15,9 11,6 7,2 7,2 5,8 8,7 100,0

Les aides sélectives à la distribution

2006 21,9 9,4 25,0 9,4 10,9 6,3 6,3 10,9 100,0

2007 19,4 11,9 17,9 14,9 14,9 7,5 4,5 9,0 100,0

moyenne 29,4 11,9 16,7 11,7 7,7 8,1 6,9 7,7 100,0

23


Entre 2001 et 2007, les entreprises soutenues au titre des aides sélectives à la distribution représentent en moyenne 70,0 % des sociétés actives chaque année dans la distribution de films inédits. Cette part est en diminution sur la période 2004-2007 par rapport à la précédente (2001-2003). Le nombre d’entreprises soutenues ne semble pas avoir suivi la croissance du nombre total de sociétés impliquées dans la distribution de films inédits. Part des entreprises soutenues dans l’activité de distribution films inédits entre 2001 et 2007 (%) 25,5

copies

56,3

films

70,0

sociétés 0

10

20

30

40

50

60

70

80

Les entreprises soutenues dans le cadre des aides sélectives distribuent 56,3 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007. Ce pourcentage, très élevé en 2001 (65,5 %), oscille entre 53,1 % et 55,8 % depuis 2003. En termes de copies, les entreprises aidées sont à l’origine de 25,5 % des copies de films inédits en moyenne. Cette part varie entre 18,7 % et 24,6 % depuis 2003 et s’établit à 22,8 % en 2007. Activité de distribution de films inédits des entreprises soutenues sociétés aidées / sociétés actives (%) films des sociétés aidées total films inédits films des sociétés aidées / total films (%) copies des sociétés aidées total copies copies des sociétés aidées / total copies (%)

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007 moyenne

76,5 330 504

78,0 289 487

74,7 280 509

68,2 312 559

63,9 293 550

64,0 313 589

67,0 307 573

70,0 303 539

65,5 59,3 55,0 55,8 53,3 53,1 53,6 25 856 19 247 17 673 14 238 16 967 18 385 17 634 64 631 67 102 71 929 75 970 74 243 79 376 77 462

56,3 18 571 72 959

40,0

28,7

24,6

18,7

22,9

23,2

22,8

25,5

Si les entreprises soutenues constituent en moyenne annuelle 70,0 % des sociétés actives dans la distribution de films inédits entre 2001 et 2007, cette part n’est pas constante selon le nombre de copies mises en circulation par les sociétés. En moyenne, les aides sélectives soutiennent 67,8 % des sociétés émettant moins de 20 copies de films inédits dans l’année, 92,5 % des sociétés diffusant entre 20 et 99 annuelles, 82,2 % des sociétés diffusant entre 100 et 499 copies annuelles et 45,9 % des sociétés diffusant plus de 500 copies annuelles. Part des entreprises aidées parmi les entreprises actives selon le nombre annuel de copies (%) <10 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 499 500 à 999 1000 &+ total

24

2001 80,6 100,0 88,9 87,5 75,0 87,5 100,0 33,3 76,5

2002 82,8 75,0 100,0 90,0 80,0 88,9 100,0 33,3 78,0

2003 73,5 91,7 100,0 77,8 100,0 100,0 100,0 25,0 74,7

2004 62,9 78,6 90,9 100,0 83,3 75,0 85,7 23,5 68,2

2005 50,0 75,0 100,0 100,0 71,4 71,4 100,0 31,6 63,9

Les aides sélectives à la distribution

2006 42,4 100,0 94,1 85,7 77,8 100,0 80,0 36,8 64,0

2007 50,0 88,9 85,7 90,9 90,9 71,4 100,0 31,6 67,0

moyenne 62,9 83,8 94,1 90,3 82,2 82,2 94,6 30,8 70,0


III. Sortie et carrière des films aidés Dans cette partie de l’étude, sont analysées les conditions de sortie et la carrière des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Pour ces analyses, ne seront pris en considération que les longs métrages aidés sortis en salles pour la première fois entre 2001 et 2007. Ainsi, un certain nombre de films aidés sont exclus des résultats ci-dessous, notamment l’ensemble des courts métrages et les longs métrages sortis hors période (avant 2001 ou après 2007). L’année à laquelle il est fait référence dans les tableaux et les analyses est l’année de sortie des films en salles.

1) La distribution des films aidés En termes de combinaison de sortie, de nationalité et de genre, la population des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution se distingue sensiblement de l’ensemble des films inédits. A. Nombre de films et nombre de copies Entre 2001 et 2007, 3 771 films de long métrage sont exploités en salles pour la première fois. La sortie en salles de 1 416 de ces films est accompagnée par une aide sélective à la distribution délivrée par le CNC. 37,5 % des films inédits en salles sont ainsi soutenus dans le cadre de leur exploitation dans les salles de cinéma. Cette part de films aidés est relativement stable sur la période, variant entre 35,7 % en 2006 et 38,9 % en 2003. Nombre de films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution films sortis films aidés poids des films aidés (%)

2001 504 183 36,3

2002 487 183 37,6

2003 509 198 38,9

2004 559 215 38,5

2005 550 210 38,2

2006 589 210 35,7

2007 573 217 37,9

total 3 771 1 416 37,5

En moyenne, un film inédit sorti entre 2001 et 2007 dispose de 135 copies. Cette moyenne, stable depuis 2004, est nettement supérieure au nombre de copies dont dispose généralement un film soutenu par une aide sélective à la distribution. En effet, les films aidés sortent en moyenne sur 32 copies entre 2001 et 2007. Au total, les films aidés représentent un peu plus de 45 000 copies mises en circulation dans les salles, soit 8,9 % de l’ensemble des copies des films inédits sortis entre 2001 et 2007. Ainsi, si plus d’un tiers des films inédits de chaque année reçoit une aide sélective à la distribution, ces films mobilisent moins de 10 % des copies en circulation. Cette part apparait cependant en progression régulière entre 2001 (8,1 %) et 2007 (9,8 %). Copies des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution copies des films sortis copies des films aidés poids des copies des films aidés (%) copies moyennes par film sorti copies moyennes par film aidé

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 64 631 67 102 71 929 75 970 74 243 79 376 77 462 5 266 5 520 6 374 6 468 6 533 7 516 7 560 8,1 8,2 8,9 8,5 8,8 9,5 9,8 128 138 141 136 135 135 135 29 30 32 30 31 36 35

total 510 713 45 237 8,9 135 32

Les films soutenus disposent très majoritairement de peu de copies : 54,4 % des films aidés sortis entre 2001 et 2007 présentent une combinaison de sortie inférieure à 20 copies. 98,9 % des films aidés sortis entre 2001 et 2007 présentent une combinaison de moins de 200 copies. Les longs métrages inédits disposant de moins de 200 copies apparaissent ainsi comme la population de films à considérer comme point de comparaison pour certaines des analyses qui suivront dans cette étude.

Les aides sélectives à la distribution

25


Au cours des sept dernières années, seuls 15 longs métrages aidés sont sortis sur plus de 200 copies, dont deux sur plus de 300 copies. Aucun film aidé ne sort sur une combinaison de plus de 325 copies. Le plafond actuel apparait encore plus bas puisqu’aucun film aidé n’a disposé de plus de 265 copies de sortie depuis 2004. Films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution selon le nombre de copies 2001 49 26 24 51 24 8 1

<5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

183

2002 52 36 25 34 19 16 1 183

2003 52 32 28 46 28 7 4 1 198

2004 45 39 31 59 26 15

2005 32 47 46 45 27 9 4

2006 28 37 38 58 32 15 2

2007 25 35 44 64 32 15 2

215

210

210

217

total 283 252 236 357 188 85 13 2 1 416

B. Combinaison de sortie, nationalité, genre et recommandation des films aidés •

Combinaison de sortie des films aidés

Au-delà du simple constat que les films bénéficiaires d’une aide sélective disposent d’une combinaison de sortie de moins de 200 copies, la structure de la population des films aidés en termes de copies diffère sensiblement de celle de l’ensemble des films inédits sortis entre 2001 et 2007. Les combinaisons de moins de 5 copies concernent 20,2 % des films aidés comptant moins de 200 copies, contre 22,3 % de l’ensemble des films inédits à moins de 200 copies. En revanche, les films disposant de 5 à 19 copies sont plus nombreux au sein des films aidés (34,8 % des films à moins de 200 copies) qu’au sein de l’ensemble des inédits (25,5 % des films à moins de 200 copies). Il en est de même pour les films disposant de 20 à 49 copies (25,5 % des films aidés, 20,3 % de l’ensemble des films). Enfin, les films dont la combinaison de sortie est comprise entre 50 et 200 copies représentent 19,5 % des films aidés et 31,9 % de l’ensemble des films à moins de 200 copies. Répartition des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies (%) <5 22,3

films sortis

12,9

12,6

20,3

14,2

5à9

17,7

10 à 19 20 à 49 20,2

films aidés

18,0

16,8

25,5

13,4

6,1 50 à 99

0%

10%

20%

30%

40%

50%

60%

70%

80%

90%

100%

100 à 199

En évolution, deux tendances se dessinent dans la structure des films aidés selon le nombre de copies. D’une part, le poids des films dont la combinaison de sortie est comprise entre 5 et 99 copies tend à progresser (68,3 % des films aidés sortis en 2001, 80,6 % des films aidés sortis en 2007), d’autre part, les films disposant de moins de 5 copies sont proportionnellement en baisse (26,8 % des films sortis en 2001, 11,5 % des films sortis en 2007).

26

Les aides sélectives à la distribution


Evolution du poids des films aidés selon le nombre de copies (%) 50 45 40

<5

35 30

5 à 19

25

20 à 99

20 15

100&+

10 5 0 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Répartition des films aidés selon le nombre de copies (%) films aidés <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 26,8 14,2 13,1 27,9 13,1 4,4 0,5 0,0 100,0

2002 28,4 19,7 13,7 18,6 10,4 8,7 0,0 0,5 100,0

2003 26,3 16,2 14,1 23,2 14,1 3,5 2,0 0,5 100,0

2004 20,9 18,1 14,4 27,4 12,1 7,0 0,0 0,0 100,0

2005 15,2 22,4 21,9 21,4 12,9 4,3 1,9 0,0 100,0

2006 13,3 17,6 18,1 27,6 15,2 7,1 1,0 0,0 100,0

2007 11,5 16,1 20,3 29,5 14,7 6,9 0,9 0,0 100,0

total 20,0 17,8 16,7 25,2 13,3 6,0 0,9 0,1 100,0

Au total, 37,5 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007 ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution. En fonction du nombre de copies, ce taux n’est pas constant. En effet, si 65,1 % des films inédits disposant d’une combinaison de 5 à 49 copies sont aidés, ce taux tombe à 46,8 % pour les films disposant de 50 à 99 copies et à 44,9 % pour les films à moins de 5 copies. Au-delà de 100 copies, il devient marginal (6,9 %). Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies (%) 80 69,0

60 40

65,9

62,0 46,8

44,9

37,5 20 17,0

1,4

100 à 199

200&+

0 <5

5à9

10 à 19

20 à 49

50 à 99

Les aides sélectives à la distribution

total

27


Depuis 2001, une part de moins en moins importante des films à moins de 5 copies bénéficient d’une aide sélective à la distribution (55,7 % en 2001, 30,1 % en 2007). Parallèlement, la part des films aidés parmi ceux disposant de 5 à 49 copies progresse (58,4 % en 2001, 70,1 % en 2007). Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits selon le nombre de copies (%) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 55,7 58,4 57,8 43,7 36,4 31,5 30,1 59,1 75,0 74,4 60,9 72,3 66,1 77,8 63,2 58,1 66,7 72,1 71,9 58,5 69,8 56,0 48,6 65,7 65,6 60,8 68,2 66,7 36,4 38,0 45,2 52,0 56,3 47,1 55,2 11,8 23,5 11,5 20,3 13,0 20,5 17,2 2,8 0,0 7,5 0,0 7,8 3,4 3,9 0,0 1,8 1,8 0,0 0,0 0,0 0,0 36,3 37,6 38,9 38,5 38,2 35,7 37,9

total 44,9 69,0 65,9 62,0 46,8 17,0 4,1 0,5 37,5

Nationalité des films aidés

Les films français sont mieux représentés que les autres parmi les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. En effet, plus de la moitié des films aidés sortis entre 2001 et 2007 sont français (53,6 %). Les films américains et les films européens non français représentent respectivement 7,8 % et 20,5 % des longs métrages aidés sortis sur la période. Enfin, 18,1 % des films aidés sortis entre 2001 et 2007 sont d’autres nationalités. Répartition des films aidés selon la nationalité (%) films aidés films français films américains films européens autres films total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 56,8 57,4 58,1 50,7 46,2 51,0 56,2 7,7 5,5 5,6 9,3 11,0 8,6 6,9 17,5 21,3 20,2 18,1 25,7 22,4 18,0 18,0 15,8 16,2 21,9 17,1 18,1 18,9 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

total 53,6 7,8 20,5 18,1 100,0

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies qui constitue une base pertinente de comparaison, les films français sont sur représentés au sein des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Ils représentent en effet 53,2 % des films aidés contre 43,3 % de l’ensemble des films inédits. De la même façon, les films européens et les films non européens et non américains apparaissent plus nombreux parmi les films aidés que dans l’ensemble des films inédits (respectivement 20,7 % et 18,3 % contre 18,9 % et 14,7 % sur l’ensemble de la période 2001-2007). Seuls les films américains sont nettement sous représentés puisqu’ils correspondent à 7,9 % des titres aidés, contre 23,1 % du total des films inédits à moins de 200 copies.

28

Les aides sélectives à la distribution


Répartition des films sortis sur moins de 200 copies entre 2001 et 2007 selon la nationalité (%) français 43,3

films sortis

23,1

18,9

14,7 américains

53,2

films aidés

7,9

20,7

européens

18,3

autres 0%

20%

40%

60%

80%

100%

En termes de nationalité, la structure des films aidés ne présente pas d’évolution particulière. A noter cependant que le poids des films européens et celui des films non européens et non américains semblent évoluer de façon croisée : quand le premier progresse, le second présente une baisse et inversement. Evolution de la répartition des films aidés selon la nationalité (%) 60 50

français

40

américains

30 20

européens

10

autres

0 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Si 37,5 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007 ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution, ce taux n’apparait pas homogène selon la nationalité des films. En effet, 47,2 % des films français inédits sont aidés, contre 48,7 % des films européens non français et 58,7 % des films non américains et non européens. En revanche, seuls 9,8 % des films américains inédits bénéficient d’une aide sélective à la distribution. Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité (%) 60,0 58,7 40,0

48,7

47,2

37,5 20,0 9,8

0,0 français

américains

européens

autres

total

Entre 2001 et 2007, la part des films aidés dans l’ensemble des inédits sortis en salles est en progression pour les films européens (39,5 % en 2001, 50,6 % en 2007) et les films non européens et non américains (55,0 % en 2001, 70,7 % en 2007). Elle baisse légèrement pour les films français (50,7 % en 2001, 46,6 % en 2007). Les aides sélectives à la distribution

29


Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits selon la nationalité (%) films aidés films français films américains films européens autres films total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 50,7 50,5 53,0 45,8 41,3 44,2 46,6 8,9 6,8 7,1 11,9 15,1 10,2 8,5 39,5 51,3 52,6 48,1 51,9 47,0 50,6 55,0 51,8 52,5 65,3 61,0 54,3 70,7 36,3 37,6 38,9 38,5 38,2 35,7 37,9

total 47,2 9,8 48,7 58,7 37,5

En moyenne, un film français inédit sorti entre 2001 et 2007 dispose de 123 copies et un film américain de 221 copies. Ces moyennes tombent respectivement à 40 et 32 pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Ces résultats doivent toutefois être comparés avec ceux obtenus sur l’ensemble plus pertinent des films à moins de 200 copies : sur ce périmètre, les films français présentent une combinaison moyenne de 45 copies et les films américains de 68 copies. Les films européens aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 disposent en moyenne de 24 copies, contre 37 pour l’ensemble des films européens à moins de 200 copies et 76 copies pour l’ensemble des films européens. Pour les films non européens et non américains, les valeurs respectives s’établissent à 18, 23 et 39. Nombre moyen de copies par film aidé selon la nationalité 2001 36 22 19 17 29

films français films américains films européens autres films total

2002 2003 2004 38 41 36 42 26 37 18 21 26 15 16 17 30 32 30

2005 2006 2007 41 43 41 26 47 26 23 30 31 19 17 22 31 36 35

total 40 32 24 18 32

Les écarts constatés toutes nationalités confondues apparaissent ainsi dans chaque groupe de films. Toutefois, ils sont plus marqués pour les films américains (écart de 37 copies sur le périmètre des films à moins de 200 copies) que pour les films européens (13 copies), français (9 copies) ou d’autres nationalités (5 copies). Nombre moyen de copies par film à moins de 200 copies selon la nationalité 80 60

68

40

46

45 36

20

37

31

24

18

23

30

0 français

américains films aidés

européens

autres films sortis

total

Genre des films aidés

Le drame et la comédie dramatique sont les deux genres dominant l’ensemble des longs métrages bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis en salles entre 2001 et 2007. 30,4 % des films aidés sont des drames et 29,9 % des comédies dramatiques. Le troisième genre est le documentaire qui concerne 14,1 % des films aidés sortis sur la période. La

30

Les aides sélectives à la distribution


comédie concerne 12,0 % des films aidés. Les autres genres apparaissent sensiblement moins représentés parmi les films aidés. Répartition des films aidés selon le genre (%) animation aventures comédie comédie dramatique documentaire drame fantastique/horreur/SF policier / thriller autre total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2,7 3,3 3,0 3,3 3,8 3,3 3,7 2,2 2,7 0,5 1,4 1,9 3,3 12,0 13,1 14,6 11,6 11,9 11,4 9,7 36,6 31,7 32,3 33,5 33,8 27,6 15,2 11,5 10,9 14,6 18,6 13,8 11,4 16,6 27,9 24,6 26,8 26,0 28,1 35,2 42,4 2,2 1,6 3,0 1,9 1,4 1,0 2,8 3,8 3,8 2,5 2,8 1,4 3,8 6,5 1,1 8,2 2,5 0,9 3,8 2,9 3,2 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

total 3,3 1,7 12,0 29,9 14,1 30,4 2,0 3,5 3,2 100,0

Certains genres sont mieux représentés parmi les films aidés que dans l’ensemble des inédits sortis entre 2001 et 2007. C’est le cas notamment de la comédie dramatique (29,9 % des films aidés, 20,5 % de l’ensemble des films inédits), du drame (30,4 % des films aidés, 20,4 % de l’ensemble des films inédits) et du documentaire (14,1 % des films aidés, 9,7 % de l’ensemble des films inédits). A l’inverse, la comédie est sensiblement moins bien représentée parmi les films aidés (12,0%) que dans l’ensemble des films inédits (22,2 %). Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, ces caractéristiques des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sont confirmées. Toutefois, la sur représentation du documentaire apparait moins forte (14,2 % des films à moins de 200 copies aidés, 12,4 % de l’ensemble des films à moins de 200 copies) et l’animation s’avère plus présente (3,1 % des films à moins de 200 copies aidés, 2,8 % de l’ensemble des films à moins de 200 copies). Répartition des films sortis sur moins de 200 copies entre 2001 et 2007 selon le genre (%) animation

films sortis 2,8

18,5

24,3

12,4

24,6

comédie

17,4

comédie dramatique documentaire

films aidés 3,1

11,8

30,0

14,2

30,6

10,1

drame autres genres

0%

10%

20%

30%

40%

50%

60%

70%

80%

90%

100%

En termes de genre, la structure des films aidés évolue entre 2001 et 2007. La place de la comédie dramatique est en baisse (36,6 % des films aidés sortis en 2001, 15,2 % des films aidés sortis en 2007) et celle du drame présente une nette progression (27,9 % des films aidés sortis en 2001, 42,4 % des films aidés sortis en 2007).

Les aides sélectives à la distribution

31


Evolution de la répartition des films aidés selon le genre (%) 50 animation

40

comédie 30 comédie dramatique 20 documentaire 10 drame 0 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Si 37,5 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007 ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution, ce taux n’est pas constant selon le genre des films. En effet, les aides sélectives à la distribution concernent une part plus importante de comédies dramatiques (54,8 % des comédies dramatiques sortis entre 2001 et 2007), de documentaires (54,5 %) et de drames (55,8 %). A l’inverse, les aides sélectives à la distribution concernent moins les comédies (20,3 %), les films policiers et thrillers (17,2 %), les films fantastiques, d’horreur ou de sciencefiction (13,1 %) et surtout les films d’aventures (9,8 %). Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, plus pertinent comme référence en ce qui concerne les films aidés, les écarts entre genres apparaissent encore plus nettement : 61,5 % des drames, 61,3 % des comédies dramatiques et 56,5 % des documentaires sortis en 2001 et 2007 sur une combinaison de moins de 200 copies bénéficient d’une aide sélective à la distribution (49,5 % de l’ensemble des films à moins de 200 copies sont aidés). A noter que sur ce périmètre, l’animation est également un genre aidé plus souvent que la moyenne puisque 55,7 % des films d’animation tirés à moins de 200 copies bénéficient d’une aide sélective à la distribution. Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits sortis entre 2001 et 2007 selon le genre (%) 60 54,8

55,8

54,5

40 38,1

37,5

29,4

20

20,3 13,1

9,8

17,2

to ta l

e ue /h or re ur /S F po lic ie r/t hr ille r au tre s ge nr es

dr am

re do cu m en ta i

fa nt as tiq

co m

éd i

e

dr am at iq ue

éd ie co m

av en tu re s

an im

at io

n

0

Entre 2001 et 2007, la part des films aidés dans l’ensemble des inédits sortis en salles est en recul pour le documentaire (60,0 % en 2001, 53,7 % en 2007) et la comédie dramatique (57,3 % en 2001, 47,1 % en 2007).

32

Les aides sélectives à la distribution


Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits selon le genre (%) animation aventures comédie comédie dramatique documentaire drame fantastique/horreur/SF policier / thriller autre total

2001 2002 31,3 28,6 9,3 15,6 17,6 22,9 57,3 52,7 60,0 57,1 54,3 54,9 16,0 10,0 18,4 16,7 18,2 50,0 36,3 37,6

2003 2004 2005 2006 2007 27,3 30,4 34,8 23,3 32,0 2,9 7,9 10,5 18,4 24,6 18,8 18,7 18,8 22,3 57,7 57,6 58,2 49,6 47,1 69,0 51,9 50,9 46,2 53,7 60,2 58,3 57,8 54,4 53,5 17,6 14,8 11,1 5,7 17,1 11,1 19,4 10,0 21,1 21,2 35,7 22,2 47,1 40,0 31,8 38,9 38,5 38,2 35,7 37,9

total 29,4 9,8 20,3 54,8 54,5 55,8 13,1 17,2 38,1 37,5

Si un film aidé dispose en moyenne de 32 copies, certains genres bénéficient de combinaison de sortie plus large. C’est le cas notamment des films aidés d’animation (64 copies par film), des quelques films d’aventures aidés (53 copies par film) et des comédies aidées (50 copies par film). En revanche, un documentaire aidé dispose en moyenne de 13 copies, soit 19 copies de moins que la moyenne des films soutenus. Nombre moyen de copies par film aidé selon le genre animation aventures comédie comédie dramatique documentaire drame fant/horreur/SF policier / thriller autre total

2001 65 15 44 31 8 21 39 38 92 29

2002 2003 2004 35 75 51 105 31 24 36 65 34 26 27 38 18 8 20 36 25 23 37 13 12 21 108 54 14 24 3 30 32 30

2005 2006 2007 75 55 88 65 48 53 59 53 27 38 39 10 11 15 26 29 32 55 58 23 105 41 29 21 57 69 31 36 35

total 64 53 50 32 13 27 29 46 34 32

En moyenne, un film inédit à moins de 200 copies sorti entre 2001 et 2007 dispose de 46 copies. Pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, cette moyenne tombe à 30 copies, soit un écart négatif de 16 copies. Selon les genres, cet écart n’est pas constant. Il apparait sensiblement plus important pour les films fantastiques, d’horreur et de science-fiction (29 copies en moyenne pour un film aidé, 81 copie pour un film à moins de 200 copies, soit un écart de 52 copies), pour les films policiers et les thrillers (38 copies pour un film aidé, 74 copies pour un film à moins de 200 copies, soit un écart de 39 copies) et pour les films d’aventures (34 copies pour un film aidé, 72 copies pour un film à moins de 200 copies, soit un écart de 38 copies), c’est-à-dire pour trois genres relativement peu présents dans la population des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution.

Les aides sélectives à la distribution

33


Nombre moyen de copies par film à moins de 200 copies selon le genre 100 80 81 60 49

34

20

39

31 13

46

38

27

29

29

30

to ta l

39

au tre

45

fa nt as tiq ue

54

40

e

60

74

72

71

10

films aidés

po lic ie r

dr am

ire do cu m en ta

e

dr am at iq ue

éd i co m

éd ie

co m

av en tu re s

an im

at io n

0

films sortis <200 copies

A l’opposé, l’écart entre le nombre moyen de copies d’un film aidé et celui d’un film inédit (sur le périmètre des films à moins de 200 copies) apparait moins important que la moyenne pour le drame (27 copies pour un film aidé, 39 copies pour un film à moins de 200 copies, soit un écart de 12 copies) et la comédie dramatique (31 copies pour un film aidé, 39 copies pour un film à moins de 200 copies). Il est même positif pour le documentaire : un documentaire aidé compte en moyenne davantage de copies (13 copies) que l’ensemble des documentaires tirés à moins de 200 copies (10 copies). Ainsi, au-delà de la prédominance de ces trois genres au sein des films aidés, les aides sélectives à la distribution permettent des conditions de sortie plus favorables pour le documentaire, le drame et la comédie dramatique.

Recommandation des films aidés

La très grande majorité des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution est recommandée Art et Essai au début de son exploitation en salles. Sur l’ensemble des films aidés sortis entre 2001 et 2007, 94,8 % des films sont recommandés. Ce taux est significativement plus élevé que le pourcentage de films recommandés Art et Essai au sein de l’ensemble des films inédits de la période qui s’établit à 58,2 %. La part des films Art et Essai dans le total des films aidés est en léger recul depuis 2004 ou elle s’élevait à 95,8 %, contre 93,5 % en 2007. Répartition des films aidés selon la recommandation (%) films art et essai autres films total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 95,1 94,0 95,5 95,8 95,7 93,8 93,5 4,9 6,0 4,5 4,2 4,3 6,2 6,5 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

total 94,8 5,2 100,0

Si 37,5 % des films inédits sortis entre 2001 et 2007 ont bénéficié d’une aide sélective à la distribution, ce taux s’élève à 61,8 % en ce qui concerne les films recommandés Art et Essai. Parallèlement, seuls 4,7 % des films inédits non recommandés sont soutenus.

34

Les aides sélectives à la distribution


Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits sortis entre 2001 et 2007 selon le genre (%) 80 60 61,2 40 37,5

20 4,7 0 art et essai

autres

total

Entre 2001 et 2007, la part des films aidés dans l’ensemble des inédits sortis en salles est en progression pour les films recommandés Art et Essai (58,8 % en 2001, 65,1 % en 2007). Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits selon la recommandation (%) films art et essai autres films total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 58,8 61,9 62,8 59,7 60,7 59,5 65,1 4,3 5,3 4,3 4,2 4,1 5,0 5,4 36,3 37,6 38,9 38,5 38,2 35,7 37,9

total 61,2 4,7 37,5

En moyenne, un film Art et Essai inédit sorti entre 2001 et 2007 dispose de 57 copies. Pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, cette moyenne tombe à 32 copies. Pour ce qui concerne les films non recommandés, le nombre moyen de copies tous films confondus s’établit à 245 copies et celui des films aidés à 75 copies. Nombre moyen de copies par film aidé selon la recommandation films art et essai autres films total

2001 28 46 29

2002 2003 2004 27 30 29 78 86 63 30 32 30

2005 2006 2007 28 34 32 106 70 77 31 36 35

total 30 75 32

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, un film Art et Essai dispose en moyenne de 34 copies. Ce nombre passe à 28 pour les films soutenus, soit un écart négatif de 6 copies. L’écart s’établit à 15 copies pour ce qui concerne les films non recommandés (74 copies pour un film non recommandé, 59 copies pour un film non recommandé soutenu. Nombre moyen de copies par film à moins de 200 copies selon la recommandation 80 74 60 59 40

46 34

20

30

28

0 art et essai films aidés

autres

total films sortis

Les aides sélectives à la distribution

35


C. Coûts de distribution des films aidés 1 416 films de long-métrage bénéficiant d’une aide sélective à la distribution sortent en salles entre 2001 et 2007. 202,95 M€ sont dépensés par les distributeurs pour la sortie de ces films. Sur la période, le coût moyen de distribution par film s’élève ainsi à 143 329 €. Il apparaît relativement stable d’une année à l’autre et ne présente pas d’évolution significative entre 2001 et 2007. Coûts de distribution des films aidés nombre de films copies moyennes coût moyen (€)

2001 183 29 150 266

2002 183 30 135 998

2003 198 32 139 895

2004 215 30 146 666

2005 210 31 138 040

2006 210 36 148 525

2007 217 35 143 580

total 1 416 32 143 329

La candidature aux guichets des aides sélectives à la distribution exige la présentation de budgets prévisionnels pour la sortie des films. La comparaison des coûts de distribution réels avec les budgets prévisionnels révèle que les distributeurs évaluent relativement bien leurs dépenses. En effet, il existe peu d’écart entre les coûts prévisionnels de sortie et les coûts réels dépensés. Pour les films aidés sortis entre 2001 et 2007, les coûts réels sont en moyenne 5,6 % inférieurs aux coûts prévisionnels. Deux années présentent toutefois des dépenses réelles légèrement supérieures aux dépenses prévisionnelles (2001 et 2002). Budget prévisionnel de sortie et coûts de distribution réels des films aidés coût moyen réel (€) coût moyen prévisionnels (€) réel / prévisionnel (%)

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 150 266 135 998 139 895 146 666 138 040 148 525 143 580 146 444 133 448 150 637 157 972 149 168 166 556 155 546 102,6 101,9 92,9 92,8 92,5 89,2 92,3

total 143 329 151 883 94,4

34,31 M€ de soutien ont été distribués aux 1 416 films de long métrage aidés sortis entre 2001 et 2007. Les subventions obtenues au titre des aides sélectives à la distribution couvrent en moyenne 16,9 % des coûts de distribution des films aidés sortis entre 2001 et 2007. Couverture des coûts de distribution par le soutien sélectif à la distribution aides sélectives (M€) coûts de distribution (M€) taux de couverture des aides (%)

2001 3,65 27,50 13,3

2002 4,17 24,89 16,8

2003 4,99 27,70 18,0

2004 5,49 31,53 17,4

2005 4,80 28,99 16,6

2006 5,52 31,19 17,7

2007 total 34,31 5,69 31,16 202,95 16,9 18,3

Dans un contexte de stabilité des coûts moyens de sortie, cette part progresse sur la période. Elle passe de 13,3 % pour les films aidés sortis en 2001 à 18,3 % pour les films aidés sortis en 2007. Pour mémoire, les dépenses globales du compte de soutien du CNC au titre des aides sélectives à la distribution ont progressé de 22,7 % entre 2001 et 2007,

36

Les aides sélectives à la distribution


Couverture des coûts de distribution par les aides sélectives à la distribution (%) 20 15

16,8

18,0

17,4

16,6

2003

2004

2005

17,7

18,3

2006

2007

13,3

10 5 0

2001

2002

Coût moyen de distribution selon le nombre de copies

L’importance de la combinaison de sortie est naturellement déterminante pour le coût de distribution d’un film. Pour les films aidés sortis entre 2001 et 2007, le coût moyen de distribution varie de moins de 44 000 € pour les films à moins de 5 copies à plus de 509 000 € pour les films disposant de plus de 300 copies. Coût moyen de distribution selon le nombre de copies des films aidés (€) 600 000 500 000 509 400

400 000 406 231

300 000 276 386

200 000 100 000

441 576

43 341

66 406

98 577

<5

5à9

10 à 19

160 899

143 329

0 20 à 49

50 à 99

100 à 199 20 à 299 300 à 499

total

La variation d’une tranche de copies à l’autre est particulièrement marquée entre 10 et 200 copies : le coût moyen de distribution par film progresse par exemple de plus de 60 % entre la tranche de 10 à 19 copies et la tranche de 20 à 49 copies. Sur les tranches plus élevées, la progression dépasse également 50 % d’une tranche à l’autre jusqu’à 200 copies. Coût moyen de distribution selon le nombre de copies des films aidés (€) <5 5à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 299 300 à 499 total

2001 50 181 71 422 142 454 179 638 290 552 390 302 506 700 150 266

2002 46 569 70 466 87 579 136 545 301 679 423 762 585 192 135 998

2003 45 501 69 786 98 782 177 523 248 404 473 400 366 313 433 608 139 895

2004 40 819 70 213 101 316 168 115 304 548 398 674 146 666

2005 30 477 64 478 95 049 163 053 293 393 405 397 138 040

2006 46 045 53 126 98 126 157 303 255 895 386 223 550 524 148 525

Les aides sélectives à la distribution

2007 36 705 67 797 82 912 142 046 258 486 392 746 482 276 143 580

total 43 341 66 406 98 577 160 899 276 386 406 231 441 576 509 400 143 329

37


Coût moyen de distribution selon la nationalité

Parmi les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007, les films américains disposent de budgets de sortie plus élevés que les autres films avec en moyenne 170 000 € dépensés par film, soit 18,6 % de plus que la moyenne toutes nationalités confondues, pour une combinaison de sortie de 32 copies. Bien que les films français aidés disposent en moyenne de davantage de copies (40), leur coût moyen de distribution est inférieur à celui des films américains à 154 000 €. Cet écart de coût entre films américains et films français peut s’expliquer à la fois par des dépenses techniques supplémentaires spécifiques aux films étrangers (dépenses de sous-titrage par exemple) et par une stratégie de promotion plus couteuse. Le coût moyen de distribution d’un film français aidé est cependant supérieur de 7,5 % à celui des films aidés toutes nationalités confondues. Coût moyen de distribution selon la nationalité des films aidés (€) 200 000 150 000

154 090

170 062 131 306

100 000

143 329 113 455

50 000 0 français

américains

européens

autres

total

Le coût de distribution moyen d’un film européen aidé s’établit à un peu plus de 131 000 € (8,9 % de moins que la moyenne des films aidés) et celui d’un film d’autre nationalité à 113 000 ��� (20,8 % de moins que la moyenne des films aidés) . Coût moyen de distribution selon la nationalité des films aidés (€) français américains européens autres total

2001 151 582 175 117 126 542 158 579 150 266

2002 153 702 203 147 106 197 88 822 135 998

2003 150 350 160 660 135 858 100 227 139 895

2004 159 525 201 975 135 746 102 367 146 666

2005 159 380 114 226 130 809 106 606 138 040

2006 154 587 211 793 148 220 101 865 148 525

2007 150 587 143 169 131 521 134 351 143 580

total 154 090 170 062 131 306 113 455 143 329

Coût moyen de distribution selon le genre

Les dépenses de distribution d’un film aidé dépendent également de son genre. Le coût de distribution d’un film d’animation aidé sorti entre 2001 et 2007 est, en moyenne, près d’un tiers supérieur à celui d’un film de fiction (196 000 € contre 151 000 €). Par ailleurs, le coût de distribution d’un film d’animation évolue fortement d’une année à l’autre. L’animation ne compte en effet que de 5 à 8 titres aidés chaque année. Les évolutions sont ainsi fortement dépendantes de l’impact d’un ou plusieurs titres. Il convient également de souligner que 37 des 47 titres d’animation bénéficiant d’aides sélectives à la distribution sortis sur la période sont étrangers. Leur distribution peut nécessiter des coûts techniques supplémentaires par rapport aux films français.

38

Les aides sélectives à la distribution


Coût moyen de distribution selon le genre des films aidés (€) 200 000 180 000 160 000 140 000 120 000 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0

196 079 151 182

143 329

fiction

total

84 700

animation

documentaire

Contrairement à l’animation, le coût moyen de distribution des films aidés de fiction présente une stabilité. Il s’établit à un peu plus de 151 000 €, soit 5,5 % de plus que la moyenne tous genres confondus. Moins de 85 000 € sont en moyenne dépensés pour la distribution d’un film documentaire aidé sorti entre 2001 et 2007, soit 40,9 % de moins que la moyenne tous genres confondus. Cette valeur varie entre 70 000 € (en 2006) et près de 111 000 € (en 2004). Toute comme pour l’animation, les évolutions sont fortement dépendantes de quelques titres, en particulier de certains documentaires américains et européens dont les dépenses réalisées excédent 200 000 € et peuvent atteindre jusqu’à 600 000 €. Coût moyen de distribution selon le genre des films aidés (€) fiction animation documentaire total

2001 2002 2003 390 703 133 325 124 324 68 688 96 545 73 343 153 520 141 126 152 308 150 266 135 998 139 895

2004 2005 2006 2007 152 407 228 011 152 916 219 370 110 723 69 399 70 133 89 730 154 984 145 386 158 864 151 281 146 666 138 040 148 525 143 580

total 196 079 84 700 151 182 143 329

Coût moyen de distribution selon la recommandation

La très grande majorité des films aidés est recommandée Art et Essai (94,8 %). Le coût moyen de distribution des films Art et Essai aidés et son évolution apparait par conséquent relativement proche de celui de l’ensemble des films aidés. Parallèlement, les rares films aidés non recommandés sortis entre 2001 et 2007 affichent un coût moyen de distribution sensiblement supérieur à la moyenne (+55,0 %). Coût moyen de distribution selon la recommandation des films aidés (€) art et essai autres total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 148 949 130 308 136 428 139 863 133 270 145 049 139 058 175 724 224 977 212 698 302 373 244 572 201 209 209 142 150 266 135 998 139 895 146 666 138 040 148 525 143 580

Les aides sélectives à la distribution

total 138 985 222 118 143 329

39


2) La carrière en salles des films aidés A. Résultats d’entrées et nombre de séances Les 1 416 films de long métrage bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 ont fait l’objet de plus de 3,8 millions de séances sur la période, soit 2 700 séances par film et 85 séances par copie en moyenne. Ils réalisent ensemble 76,54 millions d’entrées, soit 54 053 entrées par film, 1 692 entrées par copie et 20 entrées par séance. Un film inédit bénéficiaire d’une aide sélective à la distribution réalise en moyenne 54 000 entrées, soit environ 1 700 entrées par copie et 20 entrées par séance. En termes de programmation, les films soutenus bénéficient de 2 700 séances en moyenne et chaque copie permet 85 séances. Séances et entrées des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 films aidés séances films aidés (milliers) séances moyennes par film séances moyennes par copie entrées films aidés (millions) entrées moyennes par film entrées moyennes par copie entrées moyennes par séance

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 total 1 416 183 183 198 215 210 210 217 457,9 556,1 589,9 571,6 489,9 570,5 587,7 3 823,7 2 700 2 502 3 039 2 979 2 659 2 333 2 717 2 708 85 87 101 93 88 75 76 78 76,54 9,62 12,66 12,29 12,48 8,66 10,26 10,58 52 564 69 167 62 055 58 046 41 247 48 848 48 738 54 053 1 692 1 827 2 293 1 928 1 929 1 326 1 365 1 399 20 21 23 21 22 18 18 18

En progression en 2002, le nombre moyen de séances par film aidé dépasse le seuil de 3 000 séances et se maintient en 2003 avant une baisse importante en 2004 (2 659 séances par film aidé sorti) et 2005 (2 333 séances par films aidé sorti). Il renoue avec la croissance en 2006 mais ne retrouve pas le niveau du début de la période. Pour les films aidés sortis en 2007, le nombre moyen de séances par film est stable à 2 708 séances par film. Parallèlement, le nombre moyen d’entrées par film aidé sorti entre 2001 et 2007 connait des évolutions similaires : il atteint un maximum proche de 70 000 entrées par film en 2002 pour décroitre sensiblement jusqu’en 2005 où il atteint 42 000 entrées par film. Malgré une légère progression en 2006 (48 800 entrées) maintenue en 2007 (48 700 entrées), le nombre moyen d’entrées par film demeure nettement inférieur à son niveau de début de période. Evolution du nombre moyen d’entrées par film aidé 70 000 60 000 50 000 40 000 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

En comparant les films aidés à la population des films inédits de même catégorie (combinaisons de moins de 200 copies), les écarts entre films aidés et films non aidés peuvent être analysés. Si, en moyenne, les films à moins de 200 copies font l’objet d’environ 3 240 séances, les films aidés sont programmés pour un peu plus de 2 520 séances (-22,2 %) et les films non aidés pour quelque 3 950 séances (+21,8 %).

40

Les aides sélectives à la distribution


Comparaison du nombre moyen de séances par film à moins de 200 copies sorti entre 2001 et 2007

tous films

3 244 3 950

films non aidés 2 523

films aidés 0

500

1 000

1 500

2 000

2 500

3 000

3 500

4 000

Pour un film inédit dont la combinaison de sortie est inférieure à 200 copies, chaque copie permet en moyenne 71 séances. Ce résultat s’élève à 85, soit 19,7 % de séances en plus, pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Parallèlement, chaque copie de film non aidé à moins de 200 copies permet 65 séances (8,5 % de moins que la moyenne). Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, les copies des films aidés permettent ainsi 30,8 % de séances de plus que celles des films non aidés. Comparaison du nombre moyen de séances par copie des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 71

tous films 65

films non aidés

85

films aidés 0

10

20

30

40

50

60

70

80

90

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution réalisent en moyenne environ 25 000 entrées de moins que les films non aidés (33,5 %). Ils réalisent près de 13 000 entrées de moins que l’ensemble des films (-20,3 %). Comparaison du nombre moyen d’entrées par film à moins de 200 copies sorti entre 2001 et 2007 63 291

tous films

75 872

films non aidés 50 450

films aidés 0

10 000

20 000

30 000

40 000

50 000

60 000

70 000

80 000

Sur le même périmètre des films disposant de moins de 200 copies, le nombre moyen d’entrées par copie des films soutenus (1 696 entrées en moyenne) est supérieur de 36,4 % à celui des films non aidés et de 22,1 % à celui de l’ensemble des films. Les copies des films aidés permettent ainsi la réalisation de davantage d’entrées que celle des films non bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Les aides sélectives à la distribution

41


Comparaison du nombre moyen d’entrées par copie des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 1 389

tous films 1 243

films non aidés

1 696

films aidés 0

200

400

600

800

1 000

1 200

1 400

1 600

1 800

En moyenne, les séances consacrées aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent 9,5 % de l’ensemble des séances des films inédits sortis entre 2001 et 2007. Pour mémoire, les films aidés composent 37,5 % de l’ensemble des inédits de la période et leurs copies représentent 8,9 % du total des copies des films inédits. Le poids des films aidés apparait ainsi plus fort en termes de séances qu’en termes de copies, preuve de la plus grande utilisation faite des copies des films aidés. Parallèlement, les entrées relatives aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 représentent au total 6,2 % de l’ensemble des entrées réalisées par les films inédits de la période. Part des films aidés dans l’ensemble des films inédits (%) films aidés séances films aidés entrées films aidés

2001 36,3 8,5 5,3

2002 37,6 10,4 7,3

2003 38,9 10,4 7,3

2004 38,5 9,6 6,6

2005 38,2 8,3 5,1

2006 35,7 9,2 5,5

2007 37,9 10,4 6,7

total 37,5 9,5 6,2

En évolution, les poids des films aidés en entrées et en séances dans le total des inédits connaissent une progression depuis 2005 après un recul entre 2003 et 2005. Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, la représentativité des films aidés est mécaniquement plus forte pour tous les indicateurs : par rapport à l’ensemble des films inédits à moins de 200 copies, les films aidés représentent 49,5 % des films, 32,3 % des copies, 38,5 % des séances et 39,4 % des entrées. Le poids plus fort des entrées par rapport à celui des séances révèle que sur ce périmètre des films à moins de 200 copies, les séances des films aidés réalisent en moyenne davantage d’entrées (20,0) que celles des films non aidés (19,2). Evolution de la part des films aidés dans l’ensemble des films inédits (%) 11,0 10,0 9,0 8,0

séances

7,0

entrées

6,0 5,0 4,0 2001

42

2002

2003

2004

2005

2006

Les aides sélectives à la distribution

2007


Séances et entrées selon le nombre de copies

Les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution bénéficient en moyenne de 2 700 séances. Cette valeur varie selon la combinaison de sortie des films. Ainsi, elle s’élève à 338 séances pour les films à moins de 5 copies et progresse jusqu’à atteindre 30 968 séances pour les films à plus de 300 copies. Nombre moyen de séances des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 318 309 420 338 297 455 193 837 710 630 529 608 522 555 1 076 1 238 1 103 1 349 1 050 1 109 992 3 040 2 357 2 633 2 506 2 738 2 056 1 919 5 989 5 823 7 141 7 502 5 522 5 833 6 158 8 685 15 477 14 481 10 069 9 010 9 723 11 458 26 422 19 456 12 537 22 273 14 014 45 156 16 780 2 502 3 039 2 979 2 659 2 333 2 717 2 708

total 338 617 1 117 2 435 6 288 11 392 17 459 30 968 2 700

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, le nombre moyen de séances par film s’établit à 2 523 séances pour les films aidés, contre 3 950 séances pour les films non aidés et 3 244 séances pour l’ensemble des films. Les films aidés bénéficient donc en moyenne de moins de séances que les autres. Toutefois, toujours sur le périmètre des films à moins de 200 copies, l’analyse du nombre moyen de séances par film en fonction du nombre de copies révèle que, quelle que soit la combinaison de sortie, les films aidés bénéficient en moyenne de davantage de séances que les films non aidés. Les écarts moyens sont particulièrement importants dans les tranches les plus basses : en deçà de 5 copies, un film aidé fait l’objet de plus de deux fois plus de séances qu’un film non aidé. Ce rapport s’établit à 1,50 pour les films disposant de 5 à 9 copies, à 1,33 pour les films disposant de 10 à 19 copies, à 1,28 pour les films disposant de 20 à 49 copies, à 1,37 pour les films disposant de 50 à 99 copies et à 1,17 pour les films disposant de 100 à 199 copies. L’apparente contradiction entre le constat global et le constat par tranche de copies réside dans le fait que le nombre moyen de séances d’un film est fortement corrélé au nombre de copies dont il dispose. Les populations de films aidés et non aidés étant très différentes, les rapports s’inversent dès lors que sont examinés des groupes de films plus homogènes. Nombre moyen de séances des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 <5

5à9

10 à 19

films aidés

20 à 49

50 à 99

films non aidés

Les aides sélectives à la distribution

100 à 199

total

tous films

43


Les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 réalisent en moyenne 54 053 entrées. Ce niveau de fréquentation par film varie selon la combinaison de sortie. Ainsi, il se situe à environ 6 200 entrées pour les films à moins de 5 copies et progresse jusqu’à atteindre près de 700 000 entrées pour les films à plus de 300 copies. Nombre moyen d’entrées des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies films aidés <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 4 887 15 539 27 282 61 751 122 553 186 185 740 936 52 564

2002 4 623 11 630 22 934 37 939 118 106 422 495 1 131 266 69 167

2003 10 131 10 618 18 957 46 716 181 353 253 355 405 331 267 861 62 055

2004 6 494 7 648 26 957 47 266 182 030 235 481

2005 4 968 10 504 15 083 51 160 106 481 151 208 194 315

2006 8 711 7 470 21 951 32 428 111 336 178 155 393 914

2007 2 451 7 113 14 289 28 820 110 124 249 042 266 618

58 046

41 247

48 848

48 738

total 6 230 9 840 20 132 43 149 132 753 250 870 343 122 699 564 54 053

En ce qui concerne les films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, le nombre moyen d’entrées par film s’établit à 50 450 pour les films aidés, contre 75 872 pour les films non aidés et 63 291 pour l’ensemble des films. Les films aidés réalisent ainsi en moyenne 33,5 % d’entrées de moins que les films non aidés de même calibre. Toutefois, toujours sur le périmètre des films à moins de 200 copies et de la même façon que pour le nombre de séances, l’examen du nombre moyen d’entrées par film en fonction du nombre de copies de sortie met en évidence que, quelle que soit la combinaison de sortie, les films aidés réalisent en moyenne davantage d’entrées que les films non aidés. L’écart de performance moyenne par film est particulièrement important pour les films à moins de 5 copies : un film aidé fait l’objet de plus de deux fois plus de séances qu’un film non aidé (2,20). Ce rapport s’établit à 1,54 pour les films disposant de 5 à 9 copies, à 1,58 pour les films disposant de 10 à 19 copies, à 1,39 pour les films disposant de 20 à 49 copies, à 1,54 pour les films disposant de 50 à 99 copies et à 1,30 pour les films disposant de 100 à 199 copies. Nombre moyen d’entrées des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies 300 000 250 000 200 000 150 000 100 000 50 000 0 <5

5à9

10 à 19

films aidés

20 à 49

50 à 99

films non aidés

100 à 199

total

tous films

En moyenne, les séances consacrées aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent 9,5 % de l’ensemble des séances des films inédits sortis entre 2001 et 2007. Cette représentativité des séances des films aidés n’est pas homogène en fonction de la combinaison de sortie des films. Ainsi, le poids des séances des films aidés tirés sur moins de 44

Les aides sélectives à la distribution


100 copies est nettement plus fort. Par exemple, les films aidés captent plus des trois quarts des séances de l’ensemble des films inédits sortis sur 5 à 9 copies (77,0 %). Cette part est également très élevée pour les films disposant de 10 à 19 copies (72,0 %), de 20 à 49 copies (67,6 %), de moins de 5 copies (62,4 %) et de 50 à 99 copies (54,7 %). Pour mémoire, ces tranches correspondent à la population de films privilégiée par les aides sélectives à la distribution. A noter que la représentativité des films aidés en séances est également très largement supérieure à la moyenne pour les films disposant de 100 à 199 copies (19,3 %, contre 9,5 % toutes combinaisons de sortie confondues). Part des films aidés dans l’ensemble des séances des films inédits selon le nombre de copies (%) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 57,4 61,5 74,9 67,1 40,1 10,3 3,9 8,5

2002 83,8 82,1 63,7 51,4 41,6 34,8 3,0 10,4

2003 76,1 77,3 57,2 70,8 57,5 15,9 8,5 1,0 10,4

2004 54,1 74,4 79,9 74,5 66,7 21,0

2005 49,7 82,2 81,0 66,3 66,7 11,6 5,4

2006 64,1 79,7 70,0 73,6 48,6 22,0 4,0

2007 42,3 86,2 76,9 67,6 68,0 18,8 3,0

9,6

8,3

9,2

10,4

total 62,4 77,0 72,0 67,6 54,7 19,3 3,9 0,6 9,5

Si les entrées relatives aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent au total 6,2 % de l’ensemble des entrées réalisées par les films inédits sortis entre 2001 et 2007, ce taux varie également selon la combinaison de sortie. Pour les tranches inférieures à 100 copies, la représentativité des films aidés en entrées est nettement supérieure à celle toutes combinaisons de sortie confondues : 77,4 % pour les films disposant de 5 à 9 copies, 75,3 % pour ceux de 10 à 19 copies, 69,4 % pour ceux de 20 à 49 copies, 64,2 % pour ceux de moins de 5 copies et 57,5 % pour ceux de 50 à 99 copies. Pour les films disposant de 100 à 199 copies, ce taux est également très supérieur à la moyenne à 21,0 %. Part des films aidés dans l’ensemble des entrées des films inédits selon le nombre de copies (%) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 55,9 58,3 83,0 69,7 43,5 10,7 4,4 5,3

2002 80,2 86,4 70,7 50,6 41,0 44,4 3,0 7,3

2003 81,7 79,3 57,3 72,8 63,4 14,7 8,3 0,6 7,3

2004 54,2 73,6 83,0 77,0 72,5 22,2

2005 50,3 86,3 81,2 69,0 76,4 9,9 3,8

2006 69,6 83,8 74,8 76,8 46,4 20,4 2,9

2007 36,9 86,0 78,2 66,8 67,9 21,6 3,0

6,6

5,1

5,5

6,7

total 64,2 77,4 75,3 69,4 57,5 21,0 3,3 0,5 6,2

Séances et entrées selon la nationalité

Si les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution bénéficient en moyenne de 2 700 séances, ce nombre n’est pas homogène selon la nationalité des films. Ainsi, il est plus élevé que la moyenne pour les films français (+18,5 %) et les films américains (+7,7 %) et inférieur pour les films européens (-16,9 %) et les autres films (-39,1 %).

Les aides sélectives à la distribution

45


Nombre moyen de séances des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon la nationalité films français films américains films européens autres films total

2001 3 078 2 118 1 521 1 800 2 502

2002 3 737 4 615 1 950 1 432 3 039

2003 3 446 3 126 2 810 1 464 2 979

2004 2 902 3 813 2 450 1 776 2 659

2005 2 971 2 447 1 571 1 684 2 333

2006 3 268 3 020 2 324 1 506 2 717

2007 2 996 1 708 3 190 1 760 2 708

total 3 200 2 907 2 245 1 645 2 700

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, le nombre moyen de séances par film s’établit à 2 523 séances pour les films aidés, contre 3 950 séances pour les films non aidés et 3 244 séances pour l’ensemble des films. Les films aidés bénéficient donc en moyenne de 36,1 % de séances de moins que les autres. Selon la nationalité des films, cette différence entre les films aidés et les autres n’est pas constante : pour les films français, elle s’établit à -28,1 %, contre -40,1 % pour les films américains, -34,6 % pour les films européens et -33,4 % pour les autres films. Nombre moyen de séances des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 français

américains films aidés

européens

autres

films non aidés

total tous films

Pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007, le niveau moyen de fréquentation varie selon la nationalité. Un film français aidé réalise en moyenne 61 084 entrées, soit 13,0 % de plus qu’un film aidé sans distinction de nationalité. Un film américain réalise en moyenne 60 975 entrées (+12,8 %), un film européen 51 264 entrées (-5,2 %) et un film d’autre nationalité 33 364 entrées (-38,3 %). Nombre moyen d’entrées des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon la nationalité films français films américains films européens autres films total

2001 64 697 39 124 28 930 42 946 52 564

2002 82 182 138 183 44 548 31 353 69 167

2003 64 370 69 234 81 233 27 295 62 055

2004 60 460 91 717 60 319 36 232 58 046

2005 52 140 40 459 26 030 35 225 41 247

2006 56 479 51 325 45 812 29 946 48 848

2007 48 458 25 891 78 023 30 060 48 735

total 61 084 60 975 51 264 33 364 54 053

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, les films aidés réalisent en moyenne 50 450 entrées, soit 33,5 % de moins que les films non aidés du même calibre. L’analyse du nombre moyen d’entrées par film en fonction de la nationalité met en évidence des écarts différents entre les films aidés et les autres. En moyenne, un film français soutenu réalise 23,3 % d’entrées en moins qu’un film français non aidé, contre 35,5 % d’entrées en moins pour un film américain, 28,5 % d’entrées en moins pour un film européen et 27,0 % en moins pour un film d’autre nationalité. 46

Les aides sélectives à la distribution


Nombre moyen d’entrées des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 français

américains

européens

films aidés

autres

films non aidés

total

tous films

Si, en moyenne, les séances consacrées aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent 9,5 % de l’ensemble des séances des films inédits sortis entre 2001 et 2007, ce taux de représentativité des films aidés en termes de séances n’est pas constant en fonction de la nationalité des films. Ainsi, le poids des séances des films français aidés est sensiblement plus fort (14,5 %), ainsi que celui des films européens (17,6 %) et d’autres nationalités (28,7 %). En revanche, les films américains aidés ne totalisent que 1,8 % des séances de l’ensemble des films américains inédits sortis entre 2001 et 2007. Part des films aidés dans l’ensemble des séances des films inédits selon la nationalité (%) films français films américains films européens autres films total

2001 13,6 1,2 11,8 24,1 8,5

2002 19,6 1,8 16,7 15,4 10,4

2003 17,4 1,3 29,9 16,2 10,4

2004 12,4 2,9 19,6 37,3 9,6

2005 11,9 2,3 10,6 41,5 8,3

2006 12,4 2,0 20,7 34,0 9,2

2007 15,3 1,0 19,3 57,4 10,4

total 14,5 1,8 17,6 28,7 9,5

Les entrées relatives aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent au total 6,2 % de l’ensemble des entrées réalisées par les films inédits sortis entre 2001 et 2007. Ce taux varie selon la nationalité des films. Comme en séances, la représentativité des entrées des films français aidés est plus forte (9,8 %), ainsi que celle des films européens (13,2 %) et d’autres nationalités (18,0 %). Comme en termes de séances également, la représentativité des films aidés dans les entrées des films américains est nettement inférieure à la moyenne (1,1 %). Part des films aidés dans l’ensemble des entrées des films inédits selon la nationalité (%) films français films américains films européens autres films total

2001 8,6 0,7 8,5 13,0 5,3

2002 14,4 1,6 12,8 7,9 7,3

2003 12,9 0,8 35,3 7,5 7,3

2004 8,7 2,0 13,1 34,2 6,6

2005 8,4 1,2 5,1 47,2 5,1

2006 7,0 1,1 15,1 36,3 5,5

2007 10,6 0,5 15,7 51,3 6,7

total 9,8 1,1 13,2 18,0 6,2

Séances et entrées selon le genre

Au regard du nombre moyen de séances par film bénéficiaire d’une aide sélective à la distribution (2 700 séances pour les films sortis entre 2001 et 2007), les films d’animation sont en moyenne nettement mieux programmés (4 588 séances par film, soit 69,9 % de séances de plus que tous genres confondus). En revanche, les documentaires (1 629 séances par film) bénéficient en moyenne de moins de séances que l’ensemble des films aidés (-39,7 %). Les aides sélectives à la distribution

47


Nombre moyen de séances des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon le genre animation documentaire fiction total

2001 5 716 916 2 612 2 502

2002 3 512 4 662 2 814 3 039

2003 9 135 950 3 114 2 979

2004 4 018 1 961 2 768 2 659

2005 3 580 1 251 2 457 2 333

2006 3 726 1 092 2 895 2 717

2007 3 542 1 201 2 983 2 708

total 4 588 1 629 2 807 2 700

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, le nombre moyen de séances par film s’établit à 2 523 séances pour les films aidés, contre 3 950 séances pour les films non aidés et 3 244 séances pour l’ensemble des films. Les films aidés bénéficient donc en moyenne de 36,1 % de séances de moins que les autres. Selon le genre des films, cette différence entre les films aidés et les autres n’est pas constante. En premier lieu, il convient de signaler que les documentaires aidés bénéficient en moyenne de près de 3 fois plus de séances que les documentaires non aidés. Pour l’animation et la fiction, les films aidés disposent en moyenne de moins de séances que les films non aidés : -45,9 % pour les films d’animation et -38,6 % pour les films de fiction. Nombre moyen de séances des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le genre 7 000 6 000 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 animation

documentaire films aidés

fiction films non aidés

total tous films

Pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007, le niveau moyen de fréquentation varie selon le genre. Un film d’animation aidé réalise en moyenne 122 400 entrées, soit 2,27 fois plus qu’un film aidé sans distinction de genre. Les autres genres présentent des niveaux d’entrées inférieurs à la moyenne (54 053 entrées), notamment le documentaire (23,4 % de séances en moins par film). Nombre moyen d’entrées des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon le genre animation documentaire fiction total

2001 182 898 19 753 52 802 52 564

2002 111 526 159 129 56 088 69 167

2003 196 235 20 130 64 575 62 055

2004 145 623 45 534 57 376 58 046

2005 70 644 28 258 42 065 41 247

2006 101 513 27 243 49 686 48 848

2007 87 275 21 114 52 705 48 738

total 122 433 41 386 53 461 54 053

Comme déjà signalé, sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, les films aidés réalisent en moyenne 50 450 entrées, soit 33,5 % de moins que les films non aidés de même combinaison. Le documentaire se distingue : les films aidés réalisent en moyenne 3,30 fois plus d’entrées que les films non aidés. Pour les autres genres, l’écart est inversé. En moyenne, les films aidés de fiction réalisent 38,9 % d’entrées de moins que les fictions non aidées et les films d’animation aidés réalisent 26,5 % d’entrées de moins que les films d’animation non aidés.

48

Les aides sélectives à la distribution


Nombre moyen d’entrées des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le genre 160 000 120 000 80 000 40 000 0 animation documentaire fiction films aidés films non aidés

total tous films

En entrées comme en séances, la représentativité des films aidés n’est pas homogène en fonction du genre des films. Ainsi, le poids des documentaires aidés est nettement plus fort (38,4 % contre 9,5 % en séances, 35,4 % contre 6,2 % en entrées). A l’opposé, l’animation présente (5,4 % en séances, 3,8 % en entrées). Part des films aidés dans l’ensemble des séances des films inédits selon le genre (%) animation documentaire fiction total

2001 7,6 19,7 8,3 8,5

2002 3,9 98,2 9,4 10,4

2003 11,4 79,7 9,8 10,4

2004 5,3 29,1 9,1 9,6

2005 5,0 34,9 8,2 8,3

2006 3,1 26,3 9,8 9,2

2007 4,3 29,9 10,6 10,4

total 5,4 38,4 9,3 9,5

Part des films aidés dans l’ensemble des entrées des films inédits selon le genre (%) animation documentaire fiction total

2001 6,6 12,7 5,0 5,3

2002 3,6 99,1 5,8 7,3

2003 5,9 81,1 7,1 7,3

2004 4,2 22,5 6,1 6,6

2005 3,2 28,7 4,9 5,1

2006 2,3 29,7 5,8 5,5

2007 2,8 25,7 7,0 6,7

total 3,8 35,4 5,9 6,2

Séances et entrées selon la recommandation

Les films Art et Essai bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution disposent en moyenne de 2 597 séances, contre 4 577 séances pour les films aidés non recommandés. Les films soutenus étant très majoritairement des films Art et Essai, le nombre moyen de séances d’un film aidé Art et Essai apparait très proche de celui de l’ensemble des films aidés. Nombre moyen de séances des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon la recommandation films art et essai autres films total

2001 2 503 2 473 2 502

2002 2 802 6 743 3 039

2003 2 870 5 285 2 979

2004 2 644 3 000 2 659

2005 2 212 5 025 2 333

2006 2 613 4 287 2 717

2007 2 566 4 765 2 708

total 2 597 4 577 2 700

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, le nombre moyen de séances par film Art et Essai s’établit à 2 478 séances pour les films aidés, contre 4 041 séances pour les films non aidés et 3 009 séances pour l’ensemble des films. Les films Art et Essai aidés bénéficient donc en moyenne de 38,7 % de séances de moins que les films Art et Essai non aidés, ces derniers étant très peu nombreux au demeurant.

Les aides sélectives à la distribution

49


L’écart de séances moyennes est plus réduit pour les films non recommandés : les films aidés disposent de 11,9 % de séances en moins que les films non aidés. Nombre moyen de séances des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la recommandation 4 000 3 000 2 000 1 000 0 art et essai

autres

films aidés

total

films non aidés

tous films

Pour les films Art et Essai bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007, le niveau moyen de fréquentation est proche de la moyenne, la majorité des films aidés étant recommandés. Les quelques films aidés non recommandés réalisent en moyenne 34,8 % d’entrées de plus que la moyenne des films aidés. Nombre moyen d’entrées des films aidés sortis en salles entre 2001 et 2007 selon la recommandation films art et essai autres films total

2001 53 694 30 723 52 564

2002 64 612 140 393 69 167

2003 61 169 80 659 62 055

2004 58 799 40 800 58 046

2005 40 033 68 355 41 247

2006 47 651 66 990 48 848

2007 47 219 70 770 48 738

total 53 017 72 849 54 053

Sur le périmètre des films sortis entre 2001 et 2007 sur moins de 200 copies, les films aidés réalisent en moyenne 50 450 entrées, soit 33,5 % de moins que les films non aidés du même calibre. Les films Art et Essai aidés réalisent en moyenne 42,6 % d’entrées de moins que les films Art et Essai non aidés, dont les combinaisons de sortie sont en général plus importantes. Les films non recommandés et aidés réalisent en moyenne 23,9 % d’entrées de moins que les films non recommandés et non aidés. Nombre moyen d’entrées des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la recommandation 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 art et essai films aidés

50

autres films non aidés

total tous films

Les aides sélectives à la distribution


Si, en moyenne, les séances consacrées aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent 9,5 % de l’ensemble des séances des films inédits sortis entre 2001 et 2007, ce taux de représentativité des films aidés en termes de séances est largement plus élevé pour les films Art et Essai (29,4 %) et nettement moins pour les films non recommandés (1,2 %). Part des films aidés dans l’ensemble des séances des films inédits selon la recommandation (%) films art et essai autres films total

2001 25,5 0,6 8,5

2002 31,1 2,0 10,4

2003 31,5 1,2 10,4

2004 32,6 0,6 9,6

2005 20,9 1,2 8,3

2006 28,8 1,3 9,2

2007 40,9 1,5 10,4

total 29,4 1,2 9,5

Les entrées relatives aux films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution représentent au total 6,2 % de l’ensemble des entrées réalisées par les films inédits sortis entre 2001 et 2007. Ce taux s’établit mécaniquement à 24,0 % pour les films Art et Essai et à 0,6 % pour les films non recommandés. Part des films aidés dans l’ensemble des entrées des films inédits selon la recommandation (%) films art et essai autres films total

2001 19,8 0,2 5,3

2002 28,0 1,2 7,3

2003 28,4 0,6 7,3

2004 27,5 0,3 6,6

2005 14,5 0,5 5,1

2006 21,3 0,6 5,5

2007 37,6 0,7 6,7

total 24,0 0,6 6,2

Séances et entrées selon le guichet d’aide sélective

Parmi les 1 416 longs métrages bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007, 111 films ont fait l’objet d’une aide complémentaire après une première aide (deux guichets différents). Pour les besoins de l’analyse qui suit, ces films sont comptabilisés deux fois : une fois pour chaque guichet d’aide les ayant soutenus. 62,9 % des films aidés le sont au titre de l’aide au programme, 20,8 % au titre de l’aide film par film et 11,7 % au titre des premiers films d’avance sur recettes. Les autres guichets concernent moins de titres : 9,6 % des films aidés pour l’aide aux films de cinématographies peu diffusées et 2,8 % pour l’aide aux films jeune public. Nombre de films aidés selon le guichet d’aide sélective à la distribution film par film 1er film d’avance film jeune public CPD* programme total deux guichets**

2001 37 19 4 15 116 183 8

2002 43 24 4 17 109 183 14

2003 53 27 4 16 112 198 14

2004 46 22 6 20 139 215 18

2005 53 20 6 20 125 210 14

2006 28 21 6 27 149 210 21

2007 35 33 9 21 141 217 22

total 295 166 39 136 891 1 416 111

* cinématographies peu diffusées ** 111 films font l’objet de deux aides

Parce qu’elle est davantage destinée aux entreprises de distribution dont l’activité est plus pérenne et qu’elle concerne plus souvent des films dont la combinaison de copies est plus large, l’aide au programme a pour conséquence un nombre moyen de séances et d’entrées par film plus important que la moyenne (en moyenne +22,5 % de séances et +25,8 % d’entrées pour les films sortis entre 2001 et 2007).

Les aides sélectives à la distribution

51


Séances moyennes par film aidé selon le guichet d’aide sélective à la distribution film par film 1er film d’avance film jeune public CPD* programme total

2001 1 925 1 545 2 953 675 3 016 2 502

2002 952 1 322 5 120 1 183 4 389 3 039

2003 1 303 4 882 1 800 712 3 456 2 979

2004 1 323 3 404 6 567 1 232 3 100 2 659

2005 1 405 1 978 2 674 1 182 2 929 2 333

2006 1 359 2 862 4 939 973 3 099 2 717

2007 1 648 1 574 1 729 1 458 3 363 2 708

total 1 398 2 527 3 593 1 079 3 309 2 700

* cinématographies peu diffusées

Les films aidés au guichet jeune public disposent également de davantage de séances que l’ensemble des films aidés (+33,1 %) et réalisent plus d’entrées (2,16 fois plus). A l’inverse, les films aidés des cinématographies peu diffusées atteignent des scores moyens de séances et d’entrées plus faibles que l’ensemble des films aidés, tout comme les titres aidés film par film. Ces derniers sont en effet distribués par des entreprises nouvelles ou ne remplissant pas les conditions d’accès à l’aide au programme (peu de films distribués et des combinaisons de sortie restreintes). Entrées moyennes par film aidé selon le guichet d’aide sélective à la distribution film par film 1er film d’avance film jeune public film CPD* programme total

2001 38 451 23 003 134 832 12 339 65 709 52 564

2002 14 470 23 374 178 504 20 087 104 036 69 167

2003 29 190 93 483 51 041 10 610 73 007 62 055

2004 24 581 71 177 234 474 25 335 69 895 58 046

2005 20 079 48 937 77 378 16 978 51 327 41 247

2006 22 353 50 491 144 368 15 504 55 939 48 848

2007 25 084 20 126 39 555 28 471 63 541 48 738

total 24 714 46 935 116 688 18 817 67 973 54 053

* cinématographies peu diffusées

Séances et entrées dans les salles classées Art et Essai

Les films sortis entre 2001 et 2006 bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution réalisent en moyenne 66,1 % de leurs entrées dans les salles classées Art et Essai. Cette valeur n’est pas constante dans le temps. Sur la période, elle varie entre 62,5 % pour les films aidés de 2003 et 70,1 % pour ceux de 2004. 65,7 % des séances consacrées aux films aidés sortis entre 2001 et 2006 sont programmées dans les salles classées (61,7 % pour les films aidés de 2001 et 69,3 % pour ceux de 2006). Part de séances et d’entrées des films aidés sortis entre 2001 et 2006 réalisée dans les salles Art et Essai (%) séances entrées

2001 61,7 62,9

2002 65,8 66,7

2003 61,9 62,5

2004 69,0 70,1

2005 65,8 65,2

2006 69,3 68,8

total 65,7 66,1

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2006, la part des séances programmées dans les salles classées Art et Essai des films s’établit en moyenne à 45,8 %. Cette part est sensiblement plus élevée pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution (68,1 %) que pour les non aidés (31,8 %).

52

Les aides sélectives à la distribution


Part de séances des films à moins de 200 copies programmée dans les salles Art et Essai (%) 80 70 60

71,8

70,0

69,0

68,5

68,1

64,7

63,8

50 47,3

40 36,8

30 20

50,4

48,3

47,7

44,9

45,8

36,1

32,3

32,1

31,4

2002

2003

2004

36,1 31,8

24,3

10 0 2001

films aidés

2005

films non aidés

2006

total

films sortis

Toujours sur le périmètre des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2006, la part d’entrées réalisée dans les salles Art et Essai s’élève à 45,8 %. Cette part s’établit à 68,5 % pour les films aidés, contre 30,8 % pour les films non aidés. Part d’entrées des films à moins de 200 copies réalisée dans les salles Art et Essai (%) 80 70 60

70,1

69,5

66,0

71,3

68,7

65,0

68,5

50 49,1

40

48,3

46,0

48,0

44,6

45,8

39,0

30

31,5

32,5

30,7

31,7

33,8

2002

2003

2004

2005

2006

30,8

25,9

20 10 0

2001

films aidés

films non aidés

total

films sortis

B. Circulation des films aidés Entre autres objectifs, les aides sélectives à la distribution ont notamment pour but de favoriser la circulation des films sur l’ensemble du territoire. L’analyse du nombre d’établissements dans lesquels sont diffusés les films bénéficiaires d’une telle aide prend alors tout son intérêt. •

Nombre d’établissements

En moyenne, un film sorti entre 2001 et 2007 est programmé dans 382 établissements au cours de sa carrière en salles. Cette moyenne s’établit à 186 pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Nombre moyen d’établissements ayant programmé les films aidés sortis entre 2001 et 2007 films aidés

2001 176

2002 194

2003 196

2004 196

2005 170

2006 193

2007 178

Les aides sélectives à la distribution

total 186

53


Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, plus pertinent pour les comparaisons, le nombre moyen d’établissements où un film aidé a été programmé est sensiblement plus élevé que celui relatif aux films non aidés. En effet, un film aidé dispose en moyenne de 179 établissements, contre 169 pour un film non aidé. Les aides sélectives à la distribution permettent ainsi aux films de circuler en moyenne dans 5,9 % d’établissements en plus. Comparaison du nombre moyen d’établissements ayant programmé un film sorti sur moins de 200 copies entre 2001 et 2007

174

tous films 169

films non aidés

179

films aidés 140

150

160

170

180

En évolution, le nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé ne présente pas de caractéristique significative sur la période. A noter toutefois que les évolutions pour les films aidés et les films non aidés semblent opposées. Evolution du nombre moyen d’établissements ayant programmé un film inédit à moins de 200 copies 200 190 180 170 160 150 140 2001

2002 films aidés

2003

2004

2005 2006 films non aidés

2007

Nombre d’établissements selon le nombre de copies

En fonction du nombre de copies d’un film, le nombre d’établissements desservis est mécaniquement différent. Plus un film dispose de copies, plus il circule dans un nombre important d’établissements. Ainsi, un film aidé sorti sur moins de 5 copies circule en moyenne dans 34 établissements, contre 59 pour un film aidé disposant de 5 à 9 copies, 107 pour un film aidé disposant de 10 à 19 copies, 194 pour un film aidé disposant de 20 à 49 copies, 422 pour un film aidé disposant de 50 à 99 copies et 620 pour un film aidé disposant de 100 à 199 copies. Les quelques films aidés dont la combinaison de sortie excède 200 copies circulent dans plus de 800 établissements.

54

Les aides sélectives à la distribution


Nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 299 copies 300 à 499 copies total

2001 32 75 103 221 383 562 1 191 176

2002 31 66 123 188 400 807 1 570 194

2003 41 65 118 208 454 676 856 883 196

2004 37 54 127 207 489 630

2005 33 65 98 226 397 438 579

2006 40 49 117 167 414 568 892

2007 17 42 77 153 408 577 924

196

170

193

178

total 34 59 107 194 422 620 812 1 227 186

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, la comparaison du nombre moyen d’établissements par film met en évidence la plus grande circulation des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution dans les salles quel que soit le nombre de copies. Si, en moyenne, les films aidés circulent dans 5,9 % d’établissements de plus que les films non aidés, cet écart est toutefois nettement plus important pour certaines combinaisons de sortie. Ainsi, les films aidés disposant respectivement de moins de 5 copies et de 10 à 19 copies circulent dans 2,33 fois et 2,08 plus d’établissements que les films non aidés de même calibre. Pour les autres types de combinaisons de sortie, les écarts sont moins importants mais apparaissent également très marqués : +98,8 % pour les films aidés de 50 à 99 copies, +87,1 % pour les films aidés de 20 à 49 copies, +82,1 % pour les films aidés de 5 à 9 copies et +62,3 % pour les films de 100 à 199 copies. Comparaison du nombre moyen d’établissement ayant programmé les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies 700 600

620

500 400

422

422 382

300

310

200

212

194

179 169 174

159

100 34 15 23

59 32 51

107

51 88

104

0 <5

5à9 10 à 19 films aidés

20 à 49 50 à 99 films non aidés

100 à 199 tous films

total

Nombre d’établissements selon la nationalité

Si un film bénéficiaire d’une aide sélective à la distribution sorti en salles entre 2001 et 2007 circule en moyenne dans 186 établissements au cours de sa carrière, ce résultat n’est pas homogène selon la nationalité des films. En effet, les films français aidés sont programmés dans 213 établissements (14,4 % de plus que la moyenne), contre 167 pour les films américains (10,1 % de moins), 168 pour les films européens (9,5 % de moins) et 135 pour les films d’autres nationalités (27,5 % de moins).

Les aides sélectives à la distribution

55


Nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2007 selon la nationalité 2001 211 121 113 149 176

films français films américains films européens autres films total

2002 223 271 144 129 194

2003 221 160 196 121 196

2004 207 240 211 136 196

2005 205 140 127 162 170

2006 224 165 196 117 193

2007 200 95 192 131 178

total 213 167 168 135 186

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, la comparaison du nombre moyen d’établissements par film met en évidence la plus grande circulation des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution dans les salles pour les films français (3,8 % d’établissement en plus), les films européens (4,5 % d’établissement en plus) et les films d’autres nationalités (7,9 % d’établissements en plus). En revanche, les films américains aidés ne comptent pas plus d’établissements de passage que les films non aidés (-0,3 %). Comparaison du nombre moyen d’établissement ayant programmé les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité 220 200 200 180

193

197 179

160

163

164

164

168

161

169

165

174

140 135

120

131

125

100 80 français

américains films aidés

européens

autres

films non aidés

total

tous films

Nombre d’établissements selon le genre

Certains genres touchent davantage d’établissements que d’autres. Ce constat est notamment lié aux combinaisons de sortie en moyenne plus larges pour quelques genres déterminés comme l’animation. En ce qui concerne les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, les écarts de circulation entre les genres confirment cette analyse : les films d’animation circulent en moyenne dans 457 établissements, soit près de 2,5 fois plus qu’un film aidé tous genres confondus. En revanche, les documentaires sont généralement programmés dans moins d’établissements que la moyenne (-24,7 %). Nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2007 selon le genre animation documentaire fiction total

2001 665 106 170 176

2002 409 235 181 194

2003 591 101 198 196

2004 501 178 187 196

2005 413 125 167 170

2006 396 139 193 193

2007 324 110 186 178

total 457 140 183 186

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, la comparaison du nombre moyen d’établissements par film révèle la plus grande circulation des films bénéficiaires d’une aide

56

Les aides sélectives à la distribution


sélective à la distribution dans les salles pour le documentaire et les films d’animation. En effet, si, en moyenne, les films aidés circulent dans 5,9 % d’établissements de plus que les films non aidés, cet écart est nettement plus important pour le documentaire (3 fois plus d’établissements). Il est moins fort mais également net pour l’animation (4,7 % d’établissements que la moyenne tous genres confondus). Comparaison du nombre moyen d’établissement ayant programmé les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon le genre 500 400

420

411

401

300 200 177

176

100

177

179

169

140 47

174

100

0 animation

documentaire films aidés

fiction

films non aidés

total tous films

Nombre d’établissements selon la recommandation

Un film Art et Essai bénéficiaire d’une aide sélective à la distribution sorti en salles entre 2001 et 2007 circule en moyenne dans 186 établissements au cours de sa carrière, contre 193 pour un film aidé non recommandé. Les films Art et Essai aidés circulent ainsi dans un peu moins d’établissements que la moyenne (-0,2 %) et les films aidés non recommandés un peu plus (+3,8 %). Cette différence est notamment liée à l’écart de nombre moyen de copies entre les films Art et Essai et les autres. Nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2007 selon la recommandation films art et essai autres films total

2001 179 113 176

2002 189 270 194

2003 195 216 196

2004 198 150 196

2005 169 206 170

2006 195 168 193

2007 176 212 178

total 186 193 186

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, les films Art et Essai aidés circulent dans 14,5 % d’établissements de moins que les films Art et Essai non aidés. Ce constat tient au fait que la plupart des films Art et Essai non soutenus par les aides sélectives à la distribution disposent en général de davantage de copies que les films Art et Essai aidés. En ce qui concerne les films non recommandés, les rares films aidés circulent en moyenne dans 9,1 % d’établissements de plus que les films non aidés.

Les aides sélectives à la distribution

57


Comparaison du nombre moyen d’établissement ayant programmé les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 selon la recommandation 220 200

211

180 160

191 181

179 169

140

174

142

120

131

130

100 80 art et essai films aidés

autres films non aidés

total tous films

Nombre d’établissements classés Art et Essai

Les films sortis entre 2001 et 2006 bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution circulent en moyenne dans 186 établissements. Parmi ces derniers, 153 sont classés Art et Essai. En moyenne, 81,2 % des établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2006 sont ainsi classés Art et Essai. Nombre moyen d’établissements Art et Essai ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2006 2001 125 71,2

étab.art et essai % du total étab.

2002 155 80,1

2003 157 80,0

2004 163 83,3

2005 146 83,8

2006 169 86,9

total 153 81,2

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2006, les films aidés circulent dans 179 établissements dont 148 sont classés Art et Essai, soit 82,2 %. Cette part est sensiblement plus faible à 58,6 % pour les films non aidés du même calibre, qui sont programmés en moyenne dans 169 établissements dont 99 sont classés. Comparaison de la part moyenne d’établissements Art et Essai ayant programmé un film à moins de 200 copies sorti entre 2001 et 2006 (%) 70,6

tous films

58,6

films non aidés

82,2

films aidés 0

10

20

30

40

50

60

70

80

90

100

Répartition des établissements sur le territoire

Au-delà de l’analyse du nombre d’établissements programmant les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution, la répartition de ces établissements sur le territoire, notamment en termes de taille des agglomérations desservies peut distinguer la circulation de ces films. Comme déjà précisé, les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 sont programmés en moyenne dans 186 établissements. En moyenne, 47,1 % de ces établissements sont situés dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants, unité 58

Les aides sélectives à la distribution


urbaine de Paris incluse. 27,5 % sont implantés dans les agglomérations de 10 000 à 100 000 habitants et 25,3 % dans les zones rurales et les unités urbaines de moins de 10 000 habitants. Répartition du nombre moyen d’établissements ayant programmé un film aidé sorti entre 2001 et 2007 (%) zones rurales <10 000 hab. 10 000 à 20 000 hab. 20 000 à 50 000 hab. 50 000 à 100 000 hab. 100 000 à 200 000 hab. >200 000 hab. agglo. Paris France

2001 5,7 17,2 9,7 9,4 7,8 7,7 36,7 5,8 100,0

2002 7,1 20,2 10,3 9,0 6,8 6,5 34,8 5,1 100,0

2003 6,6 19,3 10,5 9,6 7,6 6,9 34,4 5,2 100,0

2004 6,4 19,0 10,5 9,9 7,7 7,4 34,0 5,0 100,0

2005 5,7 17,7 9,7 9,9 8,2 7,9 35,7 5,2 100,0

2006 7,0 19,0 10,1 9,7 7,8 7,4 33,9 5,0 100,0

2007 6,7 19,3 10,4 9,7 8,2 7,4 33,3 5,1 100,0

total 6,5 18,8 10,2 9,6 7,7 7,3 34,6 5,2 100,0

Sur le périmètre des films à moins de 200 copies, la comparaison entre les films aidés et les films non aidés met en évidence une plus forte concentration d’établissements situés dans les zones rurales et les unités urbaines de moins de 20 000 habitants parmi les établissements programmant les films aidés (34,9 %) que parmi ceux programmant les films non aidés du même calibre (31,5 %). A l’inverse, les films aidés circulent moins dans les agglomérations de 20 000 à 200 000 habitants (24,8 % des établissements contre 27,7 % pour les films non aidés) et dans l’unité urbaine de Paris (5,3 % contre 5,8 %). Comparaison de la répartition du nombre moyen d’établissements ayant programmé un film à moins de 200 copies sorti entre 2001 et 2007

films sortis

6,1

films non aidés

5,9

films aidés

6,2

17,7

9,5

16,7

8,9

18,5

0%

10,2

20%

9,8

10,1

9,6

40%

8,4

9,1

7,8

8,0

35,0

5,5

8,5

35,0

5,8

35,0

5,3

7,4

60%

80%

100%

zones rurales

<10 000 h.

10 000 à 20 000 h.

20 000 à 50 000 h.

50 000 à 100 000 h.

100 000 à 200 000 h.

200 000 h. &+

agglo. Paris

C. Durée de vie en salles des films aidés Au-delà de l’analyse de la circulation des films aidés, l’examen de l’étalement des entrées des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution et de la comparaison de cet étalement par rapport à celui des autres films inédits permet de mettre en évidence la particularité des films aidés.

Les aides sélectives à la distribution

59


Etalement des entrées des films aidés

En moyenne, les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 réalisent 70,1 % de leurs entrées en 5 semaines d’exploitation et 84,3 % en 10 semaines. Après 15 semaines d’exploitation, 89,1 % de leurs entrées totales sont enregistrées, ce taux atteignant 91,4 % après 20 semaines et 92,9 % après 26 semaines. Ainsi, au-delà de la période d’exclusivité de l’exploitation en salles, les films aidés réalisent encore en moyenne plus de 7 % de leurs entrées. Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 au cours des 6 premiers mois de leur vie en salles (%) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

92,9

91,4

89,1

84,3 70,1

s0

s2

s4

s6

s8

s10

s12

s14

s16

s18

s20

s22

s24

s26

Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés au cours des 6 premiers mois de leur vie en salles (%) S0* S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26 total

2001 1,0 27,8 45,3 56,9 64,4 69,6 73,5 76,5 78,7 80,6 82,2 83,7 84,7 85,4 86,0 86,5 87,0 87,4 87,7 88,0 88,3 88,5 88,7 88,9 89,1 89,2 89,4 100,0

2002 1,1 23,3 42,3 52,4 59,9 66,1 71,1 75,0 78,1 80,4 82,3 83,9 85,4 86,3 87,1 87,7 88,4 89,0 89,7 90,0 90,4 90,7 91,3 91,6 91,8 92,0 92,3 100,0

2003 2,2 25,6 42,2 53,5 61,6 67,7 72,4 76,1 79,1 81,6 83,5 85,0 86,2 87,1 87,8 88,4 88,9 89,3 89,6 90,0 90,6 90,9 91,2 91,4 91,6 91,9 92,1 100,0

2004 0,9 25,6 42,6 53,6 61,2 66,9 71,2 74,5 77,0 79,0 80,9 82,5 83,8 84,7 85,3 85,8 86,2 86,6 87,0 87,4 87,9 88,4 88,6 88,9 89,1 89,3 89,5 100,0

2005 1,1 32,5 51,0 61,5 68,1 72,6 76,0 78,9 81,4 83,3 84,9 86,3 87,4 88,3 89,0 89,6 90,4 90,9 91,4 91,8 92,1 92,4 92,7 93,0 93,2 93,4 93,6 100,0

2006 1,0 30,6 49,4 60,4 67,4 72,1 75,9 79,0 81,5 83,4 85,0 86,5 87,5 88,4 89,1 89,9 90,6 91,2 92,0 92,7 93,4 93,8 94,2 94,5 94,8 95,1 95,3 100,0

2007 1,8 32,6 52,9 64,8 72,3 77,8 82,1 85,8 88,8 91,1 92,7 94,0 94,8 95,6 96,2 96,7 97,2 97,5 97,7 97,9 98,0 98,3 98,4 98,6 98,7 98,8 98,9 100,0

* en S0 sont cumulées l’ensemble des entrées relatives aux avant-premières.

60

Les aides sélectives à la distribution

total 1,3 27,9 46,1 57,1 64,6 70,1 74,4 77,8 80,4 82,6 84,3 85,8 87,0 87,8 88,5 89,1 89,7 90,1 90,6 91,0 91,4 91,7 92,0 92,3 92,5 92,7 92,9 100,0


Ce constat moyen mérite toutefois quelques nuances. En effet, l’étalement des entrées des films aidés dans le temps semble se restreindre au fil des années. En moyenne, 69,6 % des entrées des films aidés sortis en 2001 sont réalisées après 5 semaines d’exploitation, contre 72,6 % pour les films sortis en 2005 et 77,7 % pour les films sortis en 2007. Au bout de 10 semaines d’exploitation, le même phénomène de concentration peut être constaté : les films aidés sortis en 2001 ont réalisé en moyenne 82,2 % de leurs entrées, ceux sortis en 2005 84,9 % et ceux sortis en 2007 92,7 %. Après 15 semaines, malgré le resserrement mécanique des écarts, ces derniers sont toujours nettement observables. Evolution de la part cumulée des entrées réalisées par les films aidés après 5 à 15 semaines d’exploitation (%) 100 95

2001

90 2003

85

2005

80 75

2007

70 65 s5

s6

s7

s8

s9 s10 s11 s12 s13 s14 s15 s16 s17 s18 s19 s20 s21 s22 s23 s24 s25 s26

Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, il est pertinent de comparer l’étalement des entrées des films inédits selon qu’ils bénéficient ou non d’une aide sélective à la distribution. Les films aidés présentent en moyenne une durée de vie plus longue en salles que les films non aidés. En effet, après 5 semaines d’exploitation, les films non aidés ont déjà réalisé 86,7 % de leurs entrées alors que les films aidés n’en ont enregistré que 69,3 %. Cet écart, resserré au fil du temps, reste visible tout au long de la carrière des films. Après 15 semaines d’exploitation, les films aidés ont réalisé 88,5 % de leurs entrées et les films non aidés du même calibre plus de 96 %. 7,5 % des entrées des films aidés restent à réaliser au terme de la période d’exclusivité des films en salles (six mois), contre 1,9 % seulement pour les films non aidés. L’étalement des entrées dans le temps apparait ainsi sensiblement plus long pour les films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution. Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 au cours des 6 premiers mois de leur vie en salles (%) 100

94,6

86,7

90 80

83,6

70 60

96,6

97,5

98,1

88,5

90,9

92,5

films aidés

69,3

films non aidés

50 40 30

films sortis

20 10 0 s0

s2

s4

s6

s8

s10

s12

s14

s16

s18

s20

s22

Les aides sélectives à la distribution

s24

s26

61


Etalement des entrées selon le nombre de copies

L’étalement des entrées des films aidés dans le temps est étroitement corrélé au nombre de copies. Plus ce dernier est élevé, plus les entrées apparaissent concentrées sur les premières semaines d’exploitation des films aidés en salles. Ainsi, après 5 semaines d’exploitation, les films aidés à moins de 5 copies réalisent 51,9 % de leurs entrées, tandis que les films disposant de 5 à 19 copies en réalisent 61,2 %, les films disposant de 50 à 199 copies en réalisent 69,3 %, les films disposant plus de 200 copies en réalisent 79,8 %. Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies (%) 100 90

<5 5 à 19 20 à 49 50 à 199 200 à 499

80 70 60 50 s5

s6

s7

s8

s9

s10 s11 s12 s13 s14 s15 s16 s17 s18 s19 s20

Après 15 semaines d’exploitation, les écarts, bien que resserrés, sont toujours observables. Le pourcentage d’entrées déjà réalisées s’établit à 72,4 % pour les films aidés à moins de 5 copies, 81,2 % pour les films disposant de 5 à 19 copies, 87,2 % pour les films disposant de 20 à 49 copies, 90,7 % pour les films disposant de 50 à 199 copies et 96,0 % pour les films disposant de plus de 200 copies. Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon le nombre de copies (%) moins de 5 copies S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26

total

62

de 5 à 9 de 10 à de 20 à 49 copies 19 copies copies

de 50 à 99 de 100 à 199 copies copies

de 200 à 299 copies

de 300à 499 copies

total

2,2 21,6 33,9 42,0 47,6 51,9 55,4 58,4 60,9 63,0 64,9 66,7 68,4 69,8 71,0 72,3 73,4 74,5 75,5 76,3 77,1 77,8 78,5 79,1 79,8 80,8 81,3

2,6 27,7 42,3 51,1 57,5 62,3 66,4 69,5 72,1 74,4 76,3 78,0 79,3 80,6 81,7 82,7 83,7 84,7 85,5 86,1 86,7 87,2 87,6 87,9 88,3 88,6 88,9

1,8 25,2 40,3 49,1 55,6 60,6 64,4 67,6 70,3 72,6 74,5 76,0 77,4 78,5 79,6 80,4 81,1 81,8 82,4 82,9 83,4 83,9 84,3 84,6 84,9 85,2 85,5

1,4 29,4 47,2 57,7 64,4 69,3 73,2 76,3 78,7 80,8 82,5 84,0 85,1 86,1 86,7 87,2 87,7 88,1 88,6 88,9 89,3 89,5 89,7 90,0 90,2 90,5 90,7

1,4 26,9 44,6 56,4 64,5 70,6 75,3 79,0 81,8 84,1 85,9 87,4 88,6 89,4 90,1 90,7 91,1 91,5 92,0 92,4 93,1 93,5 93,8 94,0 94,2 94,4 94,6

1,0 28,6 47,3 59,0 66,6 71,8 76,0 79,4 82,2 84,4 86,2 87,7 88,9 89,6 90,2 90,8 91,5 91,9 92,5 92,7 92,9 93,2 93,6 93,8 94,0 94,1 94,3

0,5 33,4 54,6 67,5 75,5 80,8 84,9 88,1 90,3 91,9 93,1 94,1 94,8 95,3 95,7 96,1 96,4 96,6 96,8 96,9 97,1 97,3 97,4 97,5 97,6 97,7 97,8

0,4 19,9 58,7 60,6 68,7 76,6 83,1 87,4 89,9 91,5 93,0 94,0 94,6 95,2 95,5 95,7 95,9 96,0 96,1 96,3 96,4 96,5 96,6 96,7 96,7 96,8 96,8

1,3 27,9 46,1 57,1 64,6 70,1 74,4 77,8 80,4 82,6 84,3 85,8 87,0 87,8 88,5 89,1 89,7 90,1 90,6 91,0 91,4 91,7 92,0 92,3 92,5 92,7 92,9

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Les aides sélectives à la distribution


Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, l’étalement des entrées des films soutenus est plus long que celui des films non aidés quelle que soit la combinaison de sortie. Après 5 semaines d’exploitation, les différences de part d’entrées déjà réalisées sont particulièrement importantes pour les films disposant de 10 à 19 copies (60,6 % pour les films aidés, 80,4 % pour les films non aidés) et pour les films disposant de 100 à 199 copies (71,8 % pour les films aidés, 89,2 % pour les films non aidés). Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 5 semaines d’exploitation selon le nombre de copies (%) 90

89,2 85,6

85 80

80,4

75

72,7 69,3

65 60 55

80,3

80,2

70

86,6 79,8

74,7 70,6

71,8

69,4

65,5 62,3 62,361,962,2 60,6 58,6 56,4

50 <5

5à9

10 à 19

films aidés

20 à 49

50 à 99

films non aidés

100 à 199

total

tous films

Après 15 semaines d’exploitation, les mêmes constats peuvent être faits. Les écarts se resserrent mais demeurent particulièrement marqués pour les films disposant de 10 à 19 copies et pour ceux dont la combinaison de sortie varie de 100 à 199 copies. Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 15 semaines d’exploitation selon le nombre de copies (%) 100 95

94,5

90 85

86,4

80 75

80,8 77,7

82,7 80,982,2 80,4

97,9 96,4 93,4 93,191,7 90,8 90,7 89,1 87,2

96,5 93,4 88,7

83,9

70 65 60 <5

5à9 10 à 19 films aidés

20 à 49 50 à 99 films non aidés

100 à 199 tous films

total

Etalement des entrées selon la nationalité

L’étalement des entrées des films aidés dans le temps dépend de leur nationalité. La durée de vie des films américains apparait en moyenne plus courte que celle des films français, ellemême plus réduite que celle des films européens et d’autres nationalités. Ainsi, après 5 semaines d’exploitation, les films américains aidés sortis entre 2001 et 2007 réalisent en moyenne 75,0 % de leurs entrées, tandis que les films français en réalisent 72,9 %, les films européens en réalisent 60,9 % et les autres films en réalisent 66,5 %.

Les aides sélectives à la distribution

63


Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité (%) 95 90 85 français américains européens autres

80 75 70 65 60 s5

s6

s7

s8

s9

s10 s11 s12 s13 s14 s15 s16 s17 s18 s19 s20

Après 15 semaines d’exploitation, les écarts se resserrent. Le pourcentage d’entrées déjà réalisées s’établit à 90,6 % pour les films aidés français, 91,6 % pour les films américains, 85,2 % pour les films européens et 85,8 % pour les autres films. A noter l’accélération du cumul des entrées des autres films par rapport aux films français. Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon la nationalité (%)

S0* S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26 total

films films films français américains européens 1,4 0,6 1,5 29,8 29,6 22,3 49,1 48,6 37,4 60,2 61,1 47,8 67,6 69,2 55,0 72,9 75,0 60,9 77,1 79,0 65,8 80,4 82,1 69,9 82,9 84,5 73,2 84,8 86,3 76,1 86,4 87,8 78,4 87,8 88,9 80,5 88,8 90,1 82,1 89,5 90,5 83,3 90,1 91,1 84,4 90,6 91,6 85,2 91,1 92,4 86,0 91,5 92,7 86,6 92,0 93,0 87,1 92,3 93,3 87,6 92,7 93,5 88,3 93,0 93,8 88,7 93,3 94,0 89,1 93,5 94,3 89,4 93,7 94,5 89,7 93,9 94,7 90,0 94,1 94,9 90,3 100,0 100,0 100,0

autres films 0,9 26,0 43,0 53,8 61,2 66,5 70,5 73,8 76,6 78,8 80,6 82,1 83,4 84,5 85,2 85,8 86,3 86,8 87,4 87,8 88,1 88,4 88,7 88,9 89,2 89,4 89,6 100,0

total 1,3 27,9 46,1 57,1 64,6 70,1 74,4 77,8 80,4 82,6 84,3 85,8 87,0 87,8 88,5 89,1 89,7 90,1 90,6 91,0 91,4 91,7 92,0 92,3 92,5 92,7 92,9 100,0

* en S0 sont cumulées l’ensemble des entrées relatives aux avant-premières.

64

Les aides sélectives à la distribution


Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, l’étalement des entrées des films aidés est nettement plus long que celui des films non aidés quelle que soit la nationalité. Après 5 semaines d’exploitation, les différences de part d’entrées déjà réalisées sont particulièrement importantes pour les films européens (60,9 % pour les films aidés, 84,1 % pour les films non aidés) et pour les autres films (66,5 % pour les films aidés, 81,9 % pour les films non aidés). Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 5 semaines d’exploitation selon la nationalité (%) 90 85

88,3

86,6

86,6

81,9

79,8

78,8

75 70

86,6

84,1

80 73,7

72,2

73,6

73,5

69,4

65

66,5

60

60,9

55 50 français

américains films aidés

européens

autres

films non aidés

total

tous films

Après 15 semaines d’exploitation, les mêmes constats peuvent être faits. Les écarts se resserrent mais demeurent particulièrement marqués pour les films européens et d’autres nationalités. Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 15 semaines d’exploitation selon la nationalité (%) 100 95

97,0

90 85

97,0 96,3 93,1

89,9

95,7

91,1

96,5

94,0

93,4

90,9 85,2

80

89,6

88,7

85,8

75 70 65 60 français

américains films aidés

européens films non aidés

autres

total

tous films

Etalement des entrées selon la recommandation

La durée de vie des films bénéficiaires d’une aide sélective à la distribution sortis entre 2001 et 2007 est nettement plus longue pour les films recommandés Art et Essai que pour les autres films. En effet, après 5 semaines d’exploitation, les films Art et Essai aidés réalisent en moyenne 68,6 % de leurs entrées, alors que les films non recommandés en cumulent déjà 89,9 %.

Les aides sélectives à la distribution

65


Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon la recommandation (%) 100 95 90 art et essai autres

85 80 75 70 65 s5

s6

s7

s8

s9

s10 s11 s12 s13 s14 s15 s16 s17 s18 s19 s20

Après 15 semaines d’exploitation, la différence demeure flagrante. Le pourcentage d’entrées réalisées s’établit à 88,4 % pour les films aidés Art et Essai, contre 98,1 % pour les films non recommandés. Part cumulée des entrées réalisées par les films aidés sortis entre 2001 et 2007 selon la recommandation (%) S0* S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26 total

art et essai 1,3 26,6 44,0 55,3 62,9 68,6 73,0 76,5 79,3 81,6 83,4 85,0 86,2 87,1 87,8 88,4 89,0 89,5 90,0 90,4 90,8 91,2 91,5 91,8 92,0 92,3 92,5 100,0

autres 1,2 45,7 73,3 81,8 86,4 89,9 92,5 94,2 95,4 96,0 96,6 97,1 97,3 97,6 97,8 98,1 98,2 98,3 98,4 98,4 98,5 98,6 98,6 98,7 98,7 98,7 98,7 100,0

total 1,3 27,9 46,1 57,1 64,6 70,1 74,4 77,8 80,4 82,6 84,3 85,8 87,0 87,8 88,5 89,1 89,7 90,1 90,6 91,0 91,4 91,7 92,0 92,3 92,5 92,7 92,9 100,0

* en S0 sont cumulées l’ensemble des entrées relatives aux avant-premières.

Sur le périmètre des films disposant de moins de 200 copies, l’étalement des entrées des films Art et Essai aidés est nettement plus long que celui des films Art et Essai non. En revanche, l’écart de durée de vie est très faible entre films non recommandés aidés et films non recommandés non aidés. Après 5 semaines d’exploitation, 68,0 % des entrées des films Art et Essai aidés sont réalisées, contre 79,7 % des entrées des films Art et Essai non aidés. 66

Les aides sélectives à la distribution


Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 5 semaines d’exploitation selon la recommandation (%) 100 90

94,3

95,4

95,3 86,6

80

79,8

79,7 70 60

73,6 69,4

68,0

50 art et essai

autres films aidés

total

films non aidés

tous films

Après 15 semaines d’exploitation, l’écart entre films aidés et non aidés demeure important pour les films recommandés Art et Essai : les premiers cumulent 88,0 % de leurs entrées en moyenne et les seconds 94,4 %. Si la durée de vie des films en salles est allongée par la recommandation Art et Essai, elle l’est encore davantage par les aides sélectives à la distribution. Comparaison de la part cumulée des entrées réalisées par les films à moins de 200 copies sortis entre 2001 et 2007 après 15 semaines d’exploitation selon la nationalité (%) 100 98,8

99,3

99,3 96,5

94,4

90

93,4

91,0

88,7

88,0 80 70 60 art et essai

autres films aidés

films non aidés

Les aides sélectives à la distribution

total tous films

67


les aides sélectives à la distribution