Page 1

UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN Faculté Ouverte de Politique Economique et Sociale

ANALYSE DES CONCEPTIONS DE L’ENTREPRISE SOCIALE EN BELGIQUE FRANCOPHONE ETUDE EXPLORATOIRE

Promotrice : Marthe NYSSENS Accompagnateurs : Romeo SHARRA Pierre van STEENBERGHE

Mémoire de fin d’études présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master en politique économique et sociale Par Claire BRANDELEER

Septembre 2010


Je tiens à remercier ma commission d’accompagnement, pour nos échanges intéressants qui m’ont poussée à approfondir ma réflexion. Merci à Romeo Sharra et à Pierre van Steenberghe pour le temps qu’ils m’ont consacré et leurs remarques constructives. Je remercie tout particulièrement Marthe Nyssens pour ses suggestions et conseils judicieux, sa très grande disponibilité et l’enthousiasme qu’elle a manifesté tout au long de ma démarche.

2


Table des matières Introduction

5

I. Conceptualisations de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social et de l’entrepreneur social. Présentation de trois écoles de pensée 1. Introduction

7

2. L’approche du réseau européen EMES

7

2.1. A propos du réseau EMES

7

2.2. Ancrage dans l’économie sociale

8

2.2.1. Le secteur de l’économie sociale

8

2.2.2. Limites du concept de l’économie sociale

9

2.2.3. L’innovation au sein des organisations du secteur de l’économie sociale

9

2.3. Définition de l’entreprise sociale

10

2.4. Théorie de l’entreprise sociale à ressources, objectifs et parties prenantes multiples 2.5. Lien entre l’approche EMES et l’économie sociale 3. L’approche américaine de l’innovation sociale

13 15 16

3.1. Introduction

16

3.2. L’entrepreneur social innovant

16

3.3. Focus sur l’innovation sociale

20

4. L’approche américaine de l’entreprise sociale

22

4.1. Introduction

22

4.2. Le secteur nonprofit

23

4.2.1. Définition

23

4.2.2. Evolution

24

4.3. The social enterprise school of thought

25

5. Convergences et divergences

28

5.1. La mission sociale

29

5.2. L’entreprise sociale, le risque économique et les ressources

29

5.3. Le lien entre l’activité de production et la mission sociale

30

5.4. L’entrepreneuriat social

30

5.5. Le mode de gouvernance

30

5.6. Tableau récapitulatif

32 3


II. Analyse des conceptions de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social ou de l’entrepreneur social en Belgique francophone 1. Introduction

33

2. Cartographie des acteurs en Belgique francophone

34

2.1. Les fédérations

34

2.2. Les organismes « ressource »

35

2.3. Les acteurs politiques

35

2.4. Les instituts d’enseignement et de recherche

35

2.5. Tableaux récapitulatifs des acteurs

36

3. Hypothèses

37

4. Méthodologie

38

4.1. Echantillon

38

4.2. Méthodes de récolte des données

39

5. Présentation et analyse des données

40

5.1. ConcertES

41

5.2. AtoutEI

44

5.3. Crédal

48

5.4. Triodos

51

5.5. Réseau des entreprises sociales

54

5.6. Sowecsom

57

5.7. Centre d’économie sociale (Ulg)

60

5.8. The Hub

64

5.9. Fondation Philippson

67

5.10. CRECIS (LSM-UCL)

70

5.11. Positionnement des acteurs: synthèse

73

6. Vérification des hypothèses

77

Conclusion

78

Bibliographie

80

Annexe A: Script des interviews

83

Annexe B: Questionnaire

97

Annexe C: Résultats du questionnaire

100

4


Introduction

Parallèlement au secteur privé lucratif et au secteur public, existe également un troisième secteur, qu’en Belgique l’on nomme généralement économie sociale. Durant les deux dernières décennies, ce tiers-secteur a connu des évolutions importantes, résultant d’un dynamisme nouveau. En témoigne, la création de nouveaux statuts légaux dans plusieurs pays européens dans l’objectif de soutenir ce secteur de l’économie sociale, tels que le statut de « coopérative sociale » introduit en 1991 en Italie, celui de « société à finalité sociale » (SFS) adopté en Belgique en 1995 ou encore celui de « société coopérative d’intérêt collectif » créé en 2002 en France. En témoigne également, l’usage de plus en plus fréquent des vocables d’entreprise sociale, d’entrepreneuriat social ou encore d’entrepreneur social. Le développement du tiers-secteur a suscité un vif intérêt, notamment au sein des universités. Des deux côtés de l’Atlantique, différents cadres théoriques ont été élaborés par des chercheurs, afin de rendre compte de la réalité changeante du tiers-secteur1. Ainsi, plusieurs écoles de pensée coexistent, chacune conceptualisant l’entreprise sociale, l’entrepreneuriat social ou l’entrepreneur social de manière différente. En suivant Defourny et Nyssens (2009), nous en présentons trois dans le cadre de ce mémoire: (1) l’approche européenne de l’entreprise sociale développée par le réseau de recherche EMES, (2) l’approche américaine de l’innovation sociale et (3) l’approche américaine de l’entreprise sociale2. Outre les scientifiques, d’autres types d’acteurs se sont emparés de ces trois vocables, notamment les porteurs de projet d’économie sociale, les fédérations d’organisations de l’économie sociale, les acteurs politiques, etc. Si ces notions suscitent un engouement de leur part, il n’existe cependant pas de définitions fédératrices autour desquelles tous les types d’acteurs s’accordent. Pour la reconnaissance et le développement du tiers-secteur, il serait pourtant utile que les différents acteurs trouvent un langage commun, d’autant plus qu’au débat s’ajoutent des intervenants promouvant des démarches de type RSE (responsabilité sociale des entreprises) avec lesquels les acteurs se revendiquant de l’entrepreneuriat social ou de l’entreprise sociale sont appelés à dialoguer.

Les notions d’entreprise sociale, d’entrepreneuriat social et d’entrepreneur social sont aussi objet de débats ailleurs sur le globe, mais dans le cadre de cette étude, nous nous intéressons plus particulièrement à l’Europe et aux Etats-Unis. 2 Ce sont Dees et Anderson qui utilisent cette typologie pour faire la distinction entre ces deux dernières écoles de pensée présentes aux Etats-Unis (Dees & Anderson, 2006, cités dans Defourny & Nyssens, 2009: 6). 1

5


Ces constats étant posés, viennent alors les questions suivantes: quelles représentations se font les acteurs de l’économie sociale des concepts d’entreprise sociale, d’entrepreneuriat social et d’entrepreneur social ? Dans quelle mesure les cadres théoriques existants offrent-ils un espace dans lequel leurs représentations pourraient être situées ? Dans le cadre de ce mémoire, il est nécessaire de préciser davantage ces questions, ce qui nous mène à notre question de départ:

Quel cadre théorique, parmi les trois que nous présentons, correspond le mieux aux représentations

de

l’entreprise

sociale,

de

l’entrepreneuriat

social

et/ou

de

l’entrepreneur social que se font les acteurs revendiquant ces vocables en Belgique francophone? Nous insistons sur le fait qu’il s’agit d’une part de cadres théoriques, c’est-à-dire de manières de conceptualiser les notions dont il est question, et d’autre part de représentations, c’est-à-dire de discours à propos de ces mêmes notions. Ce mémoire présente un double intérêt. D’une part, il a une pertinence scientifique: les concepts d’entreprise sociale, d’entrepreneuriat social et d’entrepreneur social sont élaborés par les chercheurs au sein des universités; il est intéressant d’étudier comment les autres acteurs se positionnent par rapport à ceux-ci. D’autre part, il a une pertinence sociale: ces nouvelles notions animent le secteur de l’économie sociale et font débat parmi les différents acteurs; il est donc intéressant de voir s’il y a convergence dans les représentations qu’ils se font des notions dont il est question. Ce mémoire est structuré en deux chapitres. Le premier est théorique et est consacré à la présentation des trois écoles de pensée. Ce chapitre conclut en soulignant les points de convergence et de divergence entre les trois cadres théoriques. Le deuxième chapitre est dévolu à la partie empirique. Tout d’abord, nous présentons notre population à l’aide d’une cartographie des acteurs en Belgique francophone revendiquant les vocables d’entreprise sociale, d’entrepreneuriat social et/ou d’entrepreneur social. Cette cartographie nous a également permis de poser nos hypothèses de travail. Ensuite, nous avons construit un échantillon de dix acteurs que nous avons interviewés et auxquels nous avons soumis un questionnaire. La partie principale de ce deuxième chapitre comporte la présentation et l’analyse des données récoltées. Enfin viennent la vérification des hypothèses et notre conclusion. 6


I. Conceptualisations de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social et de l’entrepreneur social. Présentation de trois écoles de pensée

1. Introduction

Les trois écoles de pensée que nous présentons dans ce premier chapitre ne sont pas les seules approches rendant compte des évolutions du tiers-secteurs ou conceptualisant l’entreprise sociale ou l’entrepreneuriat social. En Europe, il existe effectivement l’approche italienne des coopératives sociales (Defourny, 2004: 2; Defourny & Nyssens, 2009: 8) et l’approche britannique de l’entreprise sociale (Defourny, 2004: 14-15). Aux Etats-Unis, les stratégies de type RSE (responsabilité sociale des entreprises) sont souvent associées à de l’entrepreneuriat social (Defourny & Mertens, 2008: 13). Nous choisissons d’exclure de notre recherche ces approches, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’approche italienne des coopératives sociales et l’approche britannique de l’entreprise sociale ont été élaborées dans un territoire déterminé et en fonction d’un contexte particulier. Il ne nous semble donc pas opportun de les prendre en considération pour répondre à la question qui nous occupe. Pourquoi dès lors se tourner vers des approches américaines ? Nous suivons Defourny et Nyssens qui affirment qu’il y a des influences américaines sur les discours européens (Defourny & Nyssens, 2009: 20). Il nous paraît donc pertinent de les prendre en compte. Nous suivons Dees et Anderson (cités dans Defourny & Nyssens, 2009: 6) qui distinguent deux écoles de pensée principales aux Etats-Unis, et laissons donc de côté des approches centrées sur les stratégies de type RSE.

2. L’approche du réseau européen EMES

2.1. A propos du réseau EMES Depuis 1996, le réseau EMES3 regroupe des chercheurs européens de disciplines et d’horizons divers autour de la question de l’entreprise sociale en Europe. Ces chercheurs ont travaillé à l’élaboration d’une approche propre et d’un cadre théorique commun (Defourny, EMES est l’acronyme d’Emergence des entreprises sociales en Europe, titre de la première étude du réseau européen de recherche du même nom. Il s’agit d’une étude commanditée par la Commission européenne et menée de 1996 à 1999 dans les quinze pays que l’Union européenne comptait à ce moment-là. Par la suite, le réseau EMES a mené d’autres projets à propos des entreprises sociales et de l’économie sociale. Actuellement, il rassemble onze centres de recherche universitaires, ainsi que des chercheurs individuels spécialisés dans ces sujets. Voir www.emes.net. 3

7


2004: 10; Defourny & Mertens, 2008: 4; Defourny & Nyssens, 2006: 4-5). Les différentes traditions académiques présentes en Europe pour analyser le tiers-secteur ont été prises en considération, de même que les contextes sociaux, politiques et économiques hétérogènes (Defourny & Nyssens, 2008: 5 & 2009: 11). En conséquence, l’approche EMES est issue non seulement d’une collaboration interdisciplinaire mais aussi d’un enrichissement mutuel entre les chercheurs de réalités et de sensibilités différentes. 2.2. Ancrage dans l’économie sociale 2.2.1. Le secteur de l’économie sociale Le cadre conceptuel de l’entreprise sociale développé par le réseau EMES s’ancre dans la théorie de l’économie sociale. Nous suivons Defourny (2001: 4-7) pour donner quelques repères à propos du secteur de l’économie sociale, qu’en Europe l’on identifie au troisième secteur (Laville & Nyssens, 2001: 312), qui se distingue des secteurs public et privé à but lucratif. Le secteur de l’économie sociale peut être appréhendé de deux manières complémentaires: soit par une approche légale ou institutionnelle, soit par une approche normative. La première se base sur les caractéristiques légales des entités du troisième secteur. Ainsi, en font partie les coopératives, les mutuelles et les associations (les fondations étant inclues dans ces dernières). A cela peuvent également s’ajouter des initiatives plus informelles (e.g. les associations de fait). La deuxième manière de considérer les entités de l’économie sociale revient à mettre en exergue leurs points de convergence d’un point de vue normatif, c’est-à-dire leurs principes communs (Defourny, 2001: 4-7). La définition du Conseil wallon de l’économie sociale (CWES), reprise dans plusieurs pays, est celle-ci: « Par économie sociale, […], on entend les activités économiques productrices de biens ou de services, exercées par des sociétés, principalement coopératives et/ou à finalité sociale, des associations, des mutuelles ou des fondations, dont l’éthique se traduit par l’ensemble des principes suivants: 

finalité de service aux membres ou à la collectivité plutôt que finalité de profit;

autonomie de gestion;

processus de décision démocratique;

primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus. »4

4

Voir http://www.concertes.be/joomla/images/documents/decretes_20081120_moniteur20081231.pdf, en ligne, consulté le 09.03.2010. 8


2.2.2. Limites du concept de l’économie sociale Selon Defourny (2001: 10-11), le concept d’économie sociale n’est pas à même de rendre compte de la multiplicité des réalités du troisième secteur, et cela pour deux raisons. Premièrement, en se reposant sur une définition dont le but est de saisir l’entièreté du tierssecteur, il n’est pas possible, selon Defourny, de tenir compte de structures qui ne satisfont pas entièrement à la définition, ni de prendre en considération des caractéristiques que seules certaines organisations remplissent, ni d’inclure des organisations se situant aux frontières du troisième secteur (Defourny, 2001: 10). Deuxièmement, la notion d’économie sociale est statique et ne peut dès lors pas prendre la mesure du dynamisme à l’œuvre dans le tierssecteur. Ainsi, le concept d’économie sociale ne rend pas compte de dynamiques entrepreneuriales ni de la prise de risque économique que l’on peut observer dans des entités du secteur (Defourny, 2001: 10). Or, en analysant l’évolution du tiers-secteur, le réseau EMES décèle un nouveau type d’entrepreneuriat social émergeant depuis une vingtaine d’années (Defourny, 2001: 11-14 & 2004: 11-14; Defourny & Mertens, 2008: 4-7). 2.2.3. L’innovation au sein des organisations du secteur de l’économie sociale Bien souvent, le secteur de l’économie sociale s’est développé pour répondre à des besoins non ou mal satisfaits par les secteurs public et privé lucratif (Defourny & Mertens, 2008: 5). L’innovation constitue donc la matrice de l’économie sociale. Si c’est le propre de l’économie sociale d’innover, les chercheurs du réseau EMES mettent cependant en lumière un nouvel entrepreneuriat social actif au sein du tiers-secteur depuis les années 1990. Pour cela, l’approche EMES s’appuie sur la théorie de l’entrepreneuriat de Schumpeter, selon laquelle il y a plusieurs possibilités pour l’entrepreneur d’innover: « (1) [la] fabrication d’un bien nouveau (…), ou d’une qualité nouvelle d’un bien, (2) [l’]introduction d’une méthode de production nouvelle (…), (3) [l’]ouverture d’un débouché nouveau, c’est-à-dire d’un marché (…), (4) [la] conquête d’une source nouvelle de matières premières (…), (5) [la] réalisation d’une nouvelle organisation (…) » (Schumpeter, 1935: 319). Il n’est donc pas forcément question d’invention en tant que telle: il peut aussi s’agir de « nouvelles combinaisons » (Schumpeter, 1935: 319). L’approche EMES, qui suit une version adaptée (par Young et Badelt) de cette théorie pour bien cerner la réalité de ce nouvel entrepreneuriat dont il est question ici, met en évidence cinq indicateurs:

9


Nouveaux produits ou nouvelles qualités de produit

Nouvelles méthodes d’organisation et/ou de production

Nouveaux facteurs de production

Nouveaux rapports au marché

Nouvelles formes d’entreprises Source: Defourny & Mertens, 2008: 4-7

Defourny et Mertens mettent en relief des pratiques innovantes à l’œuvre au sein du troisième secteur depuis une vingtaine d’années et faisant référence à ces cinq indicateurs. Ainsi, ils remarquent le développement d’activités nouvelles (telles que les nouvelles formes d’épargne, le commerce équitable, etc.), de même que l’amélioration de certains services aux personnes (tels que l’insertion socioprofessionnelle, les services aux personnes âgées, etc.) (Defourny & Mertens, 2008: 5). Ils relèvent également l’existence de méthodes d’organisation nouvelles, mobilisant des parties prenantes de bords divers (Defourny & Mertens, 2008: 5). Au niveau des facteurs de production, Defourny et Mertens notent que le travail bénévole et le travail rémunéré ont évolué. Une logique plus pragmatique sous-tend le premier et une logique de professionnalisation sous-tend le second (Defourny & Mertens, 2008: 6). Concernant les rapports au marché, ils mettent en lumière la culture entrepreneuriale inspirée du monde du business vers laquelle les organisations de l’économie sociale sont poussées dès lors qu’elles sont placées dans une logique de concurrence avec d’autres entités privées à but lucratif pour obtenir des appels d’offre lancés par les pouvoirs publics désireux de déléguer certains services (Defourny & Mertens, 2008: 6-7). Defourny et Mertens soulignent également l’élaboration de statuts juridiques nouveaux dans plusieurs pays européens (Defourny & Mertens, 2008: 7). 2.3. Définition de l’entreprise sociale

Considérant la réalité de ce nouvel entrepreneuriat social, le réseau EMES a développé son approche afin d’étudier ces phénomènes nouveaux (Defourny, 2001: 16). Dans l’approche EMES, la notion d’entreprise sociale est centrale. Celle-ci est conceptualisée à l’aide de différents indicateurs de nature économique et sociale (voir encadré ci-dessous). Une organisation ne doit pas nécessairement répondre à tous ces indicateurs afin d’être considérée comme une entreprise sociale. La notion d’entreprise sociale, concrétisée par l’ensemble de

10


ces indicateurs, n’est donc pas une définition mais un idéal-type5 qui permet aux chercheurs de s’y retrouver dans l’ensemble des entreprises sociales et de les situer les unes par rapport aux autres (Defourny & Nyssens, 2006: 7, 2008: 5 & 2009: 11; Defourny & Mertens, 2008: 8). Notons qu’au départ, cette série d’indicateurs était de l’ordre de l’hypothèse. L’empirie a cependant montré qu’il s’agissait effectivement d’un outil fécond pour comprendre la réalité des entreprises sociales (Defourny, 2004: 15-16). Soulignons également qu’il est possible, à l’aide de ces indicateurs, de situer dans le paysage des entreprises sociales de nouvelles organisations, tout comme de plus anciennes entités du troisième secteur qui sont travaillées par de nouvelles dynamiques et s’en trouvent refaçonnées (Defourny, 2004: 17; Defourny & Nyssens, 2009: 12).

Pour attester le caractère économique et entrepreneurial des initiatives envisagées, quatre éléments ont été retenus:  Une activité continue de production de biens et/ou de services Les entreprises sociales, à l’inverse de certaines organisations non-profit traditionnelles, n’ont normalement pas comme activité principale la défense d’intérêts, ni la redistribution d’argent (comme c’est le cas, par exemple, de beaucoup de fondations), mais elles sont directement impliquées, d’une manière continue, dans la production de biens et/ou l’offre de services aux personnes. L’activité productive représente donc la raison d’être – ou l’une des principales raisons d’être – des entreprises sociales.  Un degré élevé d’autonomie Les entreprises sociales sont créées par un groupe de personnes sur base d’un projet propre et elles sont contrôlées par celles-ci. Elles peuvent dépendre de subsides publics mais ne sont pas dirigées, que ce soit directement ou indirectement, par des autorités publiques ou d’autres organisations (fédérations, entreprises privées…). Elles ont le droit tant de faire entendre leur voix (« voice ») que de mettre un terme à leurs activités (« exit »).  Un niveau significatif de prise de risque économique Les créateurs d’une entreprise sociale assument totalement ou partiellement le risque qui y est inhérent. A l’inverse de la plupart des institutions publiques, leur viabilité financière dépend des efforts consentis par leurs membres et par leurs travailleurs pour assurer à l’entreprise des ressources suffisantes. L’idéal-type est une notion développée par Max Weber. Il ne s’agit pas d’un idéal qui sous-entendrait l’idée de perfection à atteindre, mais d’un « outil méthodologique destiné à faire ressortir la spécificité d'un phénomène. La construction d'un type idéal s'opère en trois temps: sélection de traits pertinents, accentuation de ces traits, articulation de ces traits pour former un tableau de pensée cohérent et homogène (d'après Weber) » (Van Campenhoudt, 2001: 254). 5

11


 Un niveau minimum d’emploi rémunéré Tout comme les organisations « non-profit » traditionnelles, les entreprises sociales peuvent faire appel à des ressources tant monétaires que non monétaires, et à des travailleurs rémunérés comme à des volontaires. Cependant, l’activité de l’entreprise sociale requiert un niveau minimum d’emploi rémunéré.

Pour identifier la dimension sociale des initiatives, cinq indicateurs ont été privilégiés:  Un objectif explicite de service à la communauté L’un des principaux objectifs des entreprises sociales est le service à la communauté ou à un groupe spécifique de personnes. Dans la même perspective, une caractéristique des entreprises sociales est constituée par leur volonté de promouvoir le sens de la responsabilité sociale au niveau local.  Une initiative émanant d’un groupe de citoyens Les entreprises sociales résultent d’une dynamique collective impliquant des personnes qui appartiennent à une communauté ou à un groupe qui partage un besoin ou un objectif défini; cette dimension est maintenue dans le temps d’une manière ou d’une autre, même s’il ne faut pas négliger l’importance d’un leadership souvent exercé par une personne ou un noyau restreint de dirigeants.  Un pouvoir de décision non basé sur la détention de capital Ce critère renvoie généralement au principe « un membre, une voix », ou tout au moins à un processus de décision dans lequel les droits de vote au sein de l’assemblée détenant le pouvoir de décision ultime ne sont pas répartis en fonction d’éventuelles participations au capital. En outre, si les propriétaires du capital social sont importants, le pouvoir de décision est généralement partagé avec d’autres acteurs.  Une dynamique participative, impliquant différentes parties concernées par l’activité La représentation et la participation des usagers ou des clients, l’exercice d’un pouvoir de décision par diverses parties prenantes au projet et une gestion participative constituent souvent des caractéristiques importantes des entreprises sociales. Dans bon nombre de cas, l’un des objectifs des entreprises sociales est de promouvoir la démocratie au niveau local par le biais de l’activité économique.  Une limitation de la distribution des bénéfices Si les entreprises sociales peuvent être des organisations caractérisées par une obligation absolue de non-distribution des bénéfices, elles peuvent aussi être des organisations qui, comme les coopératives dans beaucoup de pays, ont le droit de distribuer des bénéfices, mais

12


de manière limitée – ce qui permet d’éviter un comportement visant à la maximisation du profit. Source: Defourny, 2004: 16-17 Bien que les entreprises sociales soient de préférence conceptualisées à l’aide de ces neuf indicateurs (Defourny & Nyssens, 2009: 11), le réseau EMES en donne également une définition brève: « not-for-profit private organizations providing goods or services directly related to their explicit aim to benefit the community. They generally rely on a collective dynamics involving various types of stakeholders in their governing bodies, they place a high value on their autonomy and they bear economic risks related to their activity » (Defourny & Nyssens, 2009: 12). 2.4. Théorie de l’entreprise sociale à ressources, objectifs et parties prenantes multiples Le premier projet de recherche mené par le réseau EMES à propos de l’émergence des entreprises sociales a proposé, en plus des indicateurs, une première esquisse d’une théorie de l’entreprise sociale, cherchant à expliquer le fonctionnement d’une entreprise sociale. Cette théorie pose comme hypothèse qu’une entreprise sociale idéale-typique a de multiples ressources, objectifs et parties prenantes (Defourny & Nyssens, 2006: 9). Cette hypothèse a été testée lors du projet de recherche PERSE6. Ce projet cherchait à analyser la performance socio-économique des entreprises sociales dans le domaine de l’insertion professionnelle (Lemaître, Nyssens & Platteau, 2005: 135), l’un des principaux domaines d’activité des entreprises sociales. Notons que les entreprises sociales sont également actives dans des domaines aussi variés que les services aux personnes, le développement local, la protection de l’environnement et la production de biens publics ou l’offre de services publics (Borzaga & Defourny, 2001: 351-352; Defourny & Nyssens, 2006: 13 & 2009: 12).

Des ressources multiples Suite au travail de recherche PERSE, l’approche EMES situe les entreprises sociales au carrefour du marché, des politiques publiques et de la société civile (Nyssens, 2006). Cela pointe le caractère hybride de leurs ressources: les entreprises sociales combinent, le plus souvent, les ressources issues de la vente de biens et/ou de services sur le marché avec les PERSE est l’acronyme de Performance socio-économique des entreprises sociales. Il s’agit du deuxième projet de recherche mené par le réseau EMES de 2001 à 2004. Voir www.emes.net. 6

13


subsides publics, le travail bénévole ou les donations (Defourny & Nyssens, 2009: 17). Il est important pour une entreprise sociale de trouver un équilibre entre ces trois types de ressources afin de servir l’objectif poursuivi. La capacité d’une entreprise sociale à mobiliser ces trois pôles économiques influencerait sa pérennité (Laville & Nyssens, 2001: 325).

Des objectifs multiples

Le réseau EMES souligne également la diversité des objectifs poursuivis par les entreprises sociales: ils sont sociaux, économiques et sociopolitiques. Les objectifs sociaux sont liés à la mission même des entreprises, à savoir de servir la communauté. Cette mission de service à la communauté peut être déclinée en plusieurs objectifs plus spécifiques (e.g. offrir un emploi à des personnes fragilisées sur le marché de l’emploi). Les objectifs économiques sont liés à l’activité entrepreneuriale de l’entreprise, à savoir la production continue de biens ou services, la viabilité financière, etc. Les objectifs sociopolitiques sont, quant à eux, liés à un souci de susciter plus de démocratie dans la sphère économique, de promouvoir l’intégration de personnes marginalisées, etc. (Campi, Defourny & Grégoire, 2006: 30).

Des parties prenantes multiples

En outre, selon cette approche, les entreprises sociales idéales-typiques sont caractérisées par la présence d’une pluralité de parties prenantes au sein des organes de décision de l’entreprise. Une partie prenante (stakeholder) se définit comme « toute partie pour laquelle les objectifs et la production de l’organisation constituent un enjeu et qui, pour cette raison, contribue à l’apport en ressources » (Ben-Ner & Van Hoomissen, 1991, cités dans Grégoire, 2004: 74). Dès lors, peuvent être considérés comme parties prenantes, les travailleurs, les usagers, les bénévoles, les donateurs, tout comme les investisseurs privés ou les financeurs publics (ces derniers ne pouvant pas être majoritaires) (Mertens, 2002, citée dans Grégoire, 2004: 74). Les résultats de l’étude PERSE montrent qu’une majorité des entreprises sociales d’insertion combinent effectivement diverses parties prenantes dans la composition de leur conseil d’administration (Campi, Defourny & Grégoire, 2006: 39-40). Par ailleurs, l’étude montre aussi que les entreprises sociales entretiennent des relations informelles avec des parties prenantes externes telles que les clients ou usagers, les autorités publiques, etc. (Nyssens, 2006: 317). La multiplicité des parties prenantes n’est pas sans lien avec la pluralité des objectifs des entreprises sociales: la présence de divers acteurs « permet de mieux défricher

14


des demandes collectives bien souvent latentes » (Lemaître, Nyssens & Platteau, 2005: 131). L’interaction entre ces différentes parties prenantes, notamment entre prestataires et usagers, peut dès lors être considérée comme une « construction conjointe de l’offre et de la demande » (Laville, 1992, cité dans Lemaître, Nyssens & Platteau, 2005: 131). 2.5. Lien entre l’approche EMES et l’économie sociale Pour terminer, et afin de bien comprendre l’approche de l’entreprise sociale développée par le réseau EMES, il est nécessaire de la situer par rapport à la notion d’économie sociale. En confrontant les neuf critères du réseau EMES distinguant les entreprises sociales et les quatre principes de l’économie sociale, nous constatons que les entreprises sociales peuvent être intégrées au concept d’économie sociale, même si aucune des composantes traditionnelles du secteur de l’économie sociale (coopératives, associations, mutuelles et fondations) ne coïncide tout à fait avec la notion d’entreprise sociale (Defourny, 2001: 11). Ainsi, les entreprises sociales se distinguent des coopératives traditionnelles par le fait qu’elles sont créées par un groupe de citoyens qui veut offrir des services plus variés et qui est à la recherche de plus de liens avec la communauté locale. De même, les entreprises sociales se différencient des mutuelles et des associations traditionnelles par l’importance qu’elles accordent à leur autonomie et à leur prise de risque économique (Laville & Nyssens, 2001: 312). Malgré ces divergences, beaucoup d’entreprises sociales rapprochent le monde des coopératives et celui des associations en combinant des caractéristiques des unes et des autres (Defourny & Nyssens, 2006: 7-9). Si les entreprises sociales peuvent être considérées comme des organisations s’inscrivant dans l’économie sociale, elles sont néanmoins travaillées par un processus innovant modifiant les formes traditionnelles du troisième secteur (Laville & Nyssens, 2001: 312). En d’autres mots, elles constituent un nouveau sous-ensemble du troisième secteur, quoique simultanément des initiatives traditionnelles se trouvent remodelées (Defourny, 2004: 10; Defourny & Nyssens, 2006: 9). Notons que des entreprises sociales peuvent exister en dehors de ce troisième secteur et prendre une forme autre que celles de coopérative ou d’association. La création de nouveaux cadres légaux dans certains pays en témoigne (e.g. le statut de SFS -société à finalité sociale- en Belgique) (Defourny, 2004: 21; Defourny & Nyssens, 2006: 9; Defourny & Mertens, 2008: 12-13).

15


3. L’approche américaine de l’innovation sociale

3.1. Introduction L’approche que Dees et Anderson (2006, cités dans Defourny & Nyssens, 2009: 14) nomment the social innovation school of thought n’est pas une école de pensée à proprement parler. Il ne s’agit effectivement pas d’un réseau de chercheurs rassemblés afin d’élaborer un cadre théorique et une terminologie commune, contrairement au réseau EMES. En conséquence, les auteurs de cette « école » approchent leur sujet différemment, bien que l’innovation sociale reste toujours au cœur de leur réflexion. Commençons par un exemple d’innovation sociale souvent cité par ces auteurs, celui de Muhammad Yunus. En effet, cet exemple illustre bien comment les accents peuvent être différents. Rappelons que Muhammad Yunus est le créateur de la Grameen Bank (Bangladesh), pionnière en matière de micro-finance. Certains auteurs, comme Dees (1998a; 2003) ou Bornstein (2004), mettront l’accent sur les qualités et compétences de Muhammad Yunus, qui lui ont permis d’atteindre un réel impact social. La notion d’entrepreneur social comme individu est dès lors centrale. D’autres, comme Alvord, Brown & Letts (2002), Mulgan (2006 & 2007) et Phills, Deiglmeier & Miller (2008), vont un pas plus loin. Ils se focalisent sur la micro-finance comme outil d’une réelle transformation sociale durable, c’est-à-dire l’innovation sociale en tant que telle, sans s’intéresser à la personne ou l’organisation qui la met en œuvre. La visibilité et le développement du courant de cette « école » mettant l’accent sur la figure de l’entrepreneur comme le font Dees ou Bornstein sont essentiellement dus à l’organisation Ashoka7. L’objectif de cette organisation, fondée par Bill Drayton en 1980, est de soutenir des entrepreneurs sociaux qui sortent de l’ordinaire, en les soutenant financièrement et en les aidant à développer leurs stratégies (Bornstein, 2004: 19-20). 3.2. L’entrepreneur social innovant Pour comprendre en quoi Dees enrichit notre compréhension de l’innovation sociale, nous nous focalisons sur sa définition de l’entrepreneur social. Pour arriver à cette définition idéale-typique, Dees emprunte certaines notions à d’autres auteurs: celle de création de valeur à Say, celle d’innovation et celle d’agents de changement à Schumpeter, celle de recherche

7

Voir le site www.ashoka.org 16


d’opportunité à Drucker et celle de resourcefulness (ingéniosité dans la manière de gérer ses ressources) à Stevenson (Dees, 1998a: 4). Il met ainsi en évidence les qualités et compétences de l’entrepreneur social, comme nous l’avons déjà souligné dans l’introduction: « Social entrepreneurs play the role of change agents in the social sector, by adopting a mission to create and sustain social value (not just private value), recognizing and relentlessly pursuing new opportunities to serve that mission, engaging in a process of continuous innovation, adapting and learning, acting boldly without being limited by resources currently in hand, and exhibiting heightened accountability to the constituencies served and for the outcomes created » (Dees, 1998a: 4). Dees approfondit la plupart des éléments de cette définition, mais il n’explicite pas ce qu’il entend par « secteur social ». Cependant, à la lecture d’Enterprising Nonprofits (Dees, 1998b), nous pouvons supposer qu’il utilise ce terme comme synonyme de nonprofit sector8, terme le plus répandu aux Etats-Unis et dont les notions équivalentes sont multiples9. Il nous semble que Dees n’a pas choisi le terme « secteur social » par hasard. D’une part, il évite de la sorte la confusion induite par le terme nonprofit, qui semble suggérer une interdiction de faire du profit. Une nonprofit organization peut effectivement faire un surplus (i.e. générer plus de revenus que ce qu’elle ne dépense en une année donnée), même si elle ne peut pas le distribuer à ses membres10 (Salamon & Anheier, 1997: 13). D’autre part, en utilisant le terme « secteur social », Dees met l’accent sur les problèmes ou défis sociaux dont les organisations (ou entreprises) auxquelles il fait référence s’occupent (la faim, l’éducation, la santé, etc.). Développons les notions auxquelles il se réfère: 

Change agents (Schumpeter)

Dans leur façon d’aborder le secteur social, les entrepreneurs sociaux apportent des changements essentiels: au lieu de s’attaquer aux conséquences des problèmes sociaux, ils cherchent effectivement à en résoudre les causes et au lieu de satisfaire les besoins, ils cherchent à les réduire. En outre, même si leur terrain d’action est local, leur visée est d’atteindre des changements systémiques (Dees, 1998a: 4). 8

Dees écrit: « Nonprofit organizations have traditionally operated in the so-called social sector to solve or ameliorate such problems as hunger, homelessness, environmental pollution, drug abuse, and domestic violence. They have also provided certain basic social goods – such as education, the arts, and health care – that society believes the marketplace by itself will not adequately supply » (Dees, 1998b: 56). 9 Les termes « charitable sector », « independent sector », « voluntary sector », « tax-exempt sector », « nongovernmental organizations », « associational sector », « civil society », « third sector » et « économie sociale » sont autant de terminologies utilisées pour désigner cet ensemble d’entités qui n’appartiennent ni au secteur public, ni au secteur privé à but de lucre (Salamon & Anheier, 1997: 12; Salamon, Sokolowski & List, 2004: 3). Notons que ni Salamon & Anheier, ni Salamon, Sokolowski & List ne proposent « social sector » comme équivalent de « nonprofit sector ». Phills et al., quant à eux, notent: « Most people use the term social sector to mean nonprofits and international nongovernmental organizations (NGOs) » (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 38). 10 Certains utilisent le terme not-for-profit et évitent ainsi cette confusion: « not-for-profit ventures », « not-forprofit organization » (Dees, 1998a: 1), « not-for-profit private organizations » (Defourny & Nyssens, 2009: 12). 17


L’innovation (Schumpeter)

Comme le souligne Schumpeter, l’innovation n’est pas nécessairement synonyme d’invention (Dees, 1998a, 4). Les entrepreneurs sociaux peuvent en effet innover en étant créatifs dans la manière de mettre en œuvre ce que d’autres ont inventé ou dans leur façon de trouver des ressources. La recherche d’innovation, qui ne va pas sans risque, est une attitude fondamentale et constante des entrepreneurs sociaux. Leur capacité à gérer et supporter ce risque les caractérise (Dees, 1998a: 4-5). 

La création de valeur (Say)

La création de valeur sociale est au cœur de l’action des entrepreneurs sociaux (Dees, 1998a: 4). Pour Say, un entrepreneur classique crée de la valeur en déplaçant des ressources économiques d’un domaine à faible productivité vers un domaine à plus forte productivité (Dees, 1998a: 1). Ainsi, la création de richesse est un indicateur de la création de valeur et se mesure sur le marché: si des clients sont prêts à payer un bien ou un service plus que ce que cela n’a coûté à l’entrepreneur pour le produire, il y a création de valeur. Pour Dees, par contre, de la valeur sociale est créée par un entrepreneur social quand ce dernier atteint un impact social, c’est-à-dire quand il répond à un problème social et y apporte une amélioration (Dees, 1998a: 3). La valeur sociale bénéficie à la collectivité et/ou au public visé (e.g. des clients désavantagés) et se distingue de la valeur privée qui ne bénéficie qu’aux entrepreneurs, actionnaires et clients (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 39). Dees ajoute quelques remarques importantes concernant la valeur sociale. Premièrement, il admet qu’il est difficile de mesurer l’impact social et donc la création de valeur sociale (Dees, 1998a: 3). Ensuite, si la création de valeur sociale est primordiale pour les entrepreneurs sociaux, faire du profit est néanmoins un moyen au service de leur mission sociale (Dees, 1998a: 4). Enfin, les entrepreneurs sociaux sont enclins à vérifier auprès des intéressés s’ils leur ont procuré une réelle amélioration. Ils cherchent également à satisfaire les investisseurs par un retour financier et/ou social attractif (Dees, 1998a: 5). 

La recherche d’opportunités (Drucker)

Pour Dees, la notion de recherche d’opportunités fait référence à la qualité des entrepreneurs sociaux de voir des opportunités là où d’autres voient des problèmes. Concrètement, quand un besoin social se fait sentir, les entrepreneurs sociaux voient rapidement comment y apporter une amélioration. De plus, leur ténacité leur permet d’aller jusqu’au bout de leurs projets et ils adaptent, si nécessaire, leurs approches en apprenant de leurs erreurs (Dees, 1998a: 4).

18


Resourcefulness (Stevenson)

Les entrepreneurs sociaux sont soucieux d’utiliser au mieux leurs ressources, souvent limitées, et cherchent à les allouer avec ingéniosité. En outre, ils ont la capacité de créer des partenariats et des collaborations afin de mobiliser des ressources supplémentaires (Dees, 1998a: 5). Dans un article de 2003, Dees insiste sur le fait que l’entrepreneuriat social n’est pas limité au seul secteur nonprofit. Nous comprenons dès lors pourquoi il préfère le terme « secteur social » au terme « secteur nonprofit » dans le contexte de l’entrepreneuriat social. Même s’il ne le dit pas clairement, il élargit de cette façon l’ensemble des organisations formant le secteur nonprofit à toutes les autres entités s’attelant à la résolution de défis sociaux11. L’innovation sociale peut donc, selon Dees, se développer dans le secteur privé à but lucratif. Ce qui rend l’entrepreneuriat social, c’est l’innovation déployée et l’impact social atteint, peu importe si les profits générés par l’activité sont distribués aux actionnaires ou entièrement réinvestis dans l’activité de l’organisation ou de l’entreprise. En conséquence, une entreprise ou une organisation qui génère du profit afin de financer une mission sociale ne relève pas forcément de l’entrepreneuriat social, à moins qu’elle ne mette en œuvre une innovation sociale dans le but d’atteindre un impact social (Dees, 1998a). Dees résume: « any form of social entrepreneurship that is worth promoting broadly must be about establishing new and better ways to improve the world. Social entrepreneurs implement innovative programs, organizational structures, or resource strategies that increase their chances of achieving deep, broad, lasting, and cost-effective social impact » (Dees, 2003: 2). L’innovation sociale et l’impact social sont donc les deux éléments majeurs de l’entrepreneuriat social. Pour Dees, ces deux éléments sont liés: une innovation est sociale lorsqu’elle génère un impact social (Dees, 1998; 2003). En proposant sa définition d’entrepreneur social, Dees souligne que différents degrés d’innovation sociale peuvent être distingués suivant l’intensité de l’impact social réellement atteint par l’entrepreneur social (Dees, 1998a: 4). Dees comprend la notion d’impact social dans le sens d’une amélioration profonde et durable du monde. Il n’élabore néanmoins pas davantage cette notion d’impact social qui reste donc vague. Bornstein, un journaliste américain, se focalise lui aussi sur la figure de l’entrepreneur social, dont il loue les qualités: leur vision, leur passion, leur détermination et leur sens éthique (Bornstein, 2004: 130). Son livre, structuré autour de la présentation d’entrepreneurs sociaux Dees dit que le langage récent de l’entrepreneuriat social va de pair avec « a blurring of sector boundaries » (Dees, 1998a: 1). 11

19


soutenus par l’organisation Ashoka, retrace l’histoire de cette dernière. La vision de l’entrepreneur social innovant telle qu’Ashoka la promeut n’est cependant pas l’unique façon de parler de l’innovation sociale. Les auteurs que nous présentons dans la section suivante, tout en voulant s’en distinguer, ont toutefois un point commun avec Ashoka et des auteurs comme Dees ou Bornstein: la notion de transformation sociale durable. 3.3. Focus sur l’innovation sociale Nous prenons comme point de départ l’article de Phills, Deiglmeier et Miller de 2008, et ensuite nous complétons leur approche grâce à d’autres auteurs qui ajoutent quelques distinctions qu’il est utile de relever pour alimenter notre compréhension de l’innovation sociale. Pour Phills, Deiglmeier et Miller (2008), la notion d’innovation sociale permet d’éclairer au mieux les mécanismes qui mènent à un changement social positif et durable. Tout comme Dees, ces auteurs insistent sur le fait que l’innovation sociale peut émerger dans n’importe quel secteur. Dès lors, plutôt que d’analyser l’organisation ou l’entrepreneur, ils mettent en évidence l’innovation sociale en tant que telle, les notions d’entrepreneur social et d’entreprise sociale étant liées au secteur nonprofit avec une volonté de distinguer le débat sur l’entrepreneuriat social de celui sur l’innovation sociale (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 36-37). La définition qu’ils donnent de l’innovation sociale est la suivante: « A novel solution to a social problem that is more effective, efficient, sustainable, or just than existing solutions and for which the value created accrues primarily to society as a whole rather than private individuals » (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 36). Phills, Deiglmeier et Miller vont plus loin dans leur explication en distinguant quatre aspects dans l’innovation: (1) le processus de production, (2) le produit innovant, (3) la diffusion du produit et (4) la valeur créée. Pour qu’une innovation soit sociale, le processus et/ou le produit doivent être une nouveauté et présenter une amélioration par rapport aux alternatives déjà existantes. Ensuite, l’innovation doit être diffusée et utilisée largement, plutôt que de rester une exception. Enfin, l’innovation doit être orientée vers la création de valeur pour la société dans son ensemble, c’est-à-dire vers la création de valeur sociale bénéficiant non pas aux actionnaires ou entrepreneurs, ni à des consommateurs non défavorisés, mais à la société dans son ensemble ou à des individus défavorisés (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 38-39). Notons que pour ces auteurs, une innovation sociale peut également être un principe, une idée, une législation, un mouvement

20


social, une intervention ou une combinaison de ces éléments (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 39). Phills, Deiglmeier et Miller ajoutent que pour répondre aux problèmes sociaux les plus difficiles, la dynamique entre les différents secteurs (nonprofit, privé à but lucratif et public) doit être accentuée: en échangeant des idées et des valeurs, en faisant évoluer les rôles et les relations entre les secteurs et en hybridant les ressources, des innovations sociales jailliront de leur collaboration (Phills, Deiglmeier & Miller, 2008: 40-43). Pour Mulgan, l’innovation sociale n’est pas forcément un produit totalement nouveau: il peut s’agir d’une combinaison d’éléments déjà existants mais n’ayant jamais été associés auparavant (Mulgan, 2006: 151; 2007: 22). L’innovation sociale peut être initiée par un individu mais également par un mouvement bien plus large (tel que l’écologie) ou par une organisation ancienne renouvelée par une dynamique innovante (Mulgan, 2007: 13-17). Selon Mulgan, et comme pour Phills, Deiglmeier et Miller (2008), l’innovation sociale est favorisée par des alliances entre secteurs. Les porteurs d’idées (individus, groupes, petites organisations) ont effectivement besoin d’organisations plus larges (gouvernements, entreprises, grandes ONG) pour réaliser leurs projets et les implémenter à grande échelle (Mulgan, 2007: 20). Mulgan développe les différentes étapes qui mènent à un réel changement durable. Nous nous contentons de les mentionner: tout d’abord, l’entrepreneur social prend la mesure d’un besoin social et trouve une solution potentielle; ensuite, il développe cette idée et la diffuse, après l’avoir testée, pour qu’elle puisse être implémentée à grande échelle; enfin, il apprend et évolue à partir de ses expériences (Mulgan, 2006: 149155; Mulgan, 2007: 21-25). A l’aide de quelques études de cas, Alvord, Brown et Letts (2002) identifient les caractéristiques qui favorisent le succès des initiatives visant une transformation sociale et durable. Nous ne les mentionnons pas ici. Nous retenons seulement l’essentiel de leur compréhension de l’innovation sociale. Pour ces auteurs, l’entrepreneur social est celui qui crée des solutions innovantes répondant à des problèmes sociaux immédiats et qui mobilise également des idées, des compétences et des ressources pour atteindre une transformation de long terme. L’entrepreneuriat social est compris comme le catalyseur de ces transformations (Alvord, Brown & Letts, 2002: 4). En faisant une claire distinction entre l’entrepreneuriat social, les services sociaux et l’activisme social, Martin et Osberg (2007) mettent en lumière d’autres aspects de la

21


transformation sociale que la durabilité. L’entrepreneuriat social se différencie des services sociaux parce que ces derniers ne visent que la population locale, leur impact restant dès lors limité. Or, pour relever de l’entrepreneuriat social, une initiative doit pouvoir être reproduite et être adoptée largement. L’entrepreneuriat social se différencie également de l’activisme social car les activistes sociaux agissent indirectement, en essayant d’influencer les autres (gouvernements, ONG, consommateurs, etc.), tandis que l’entrepreneur social agit de manière directe sur le problème social (Martin & Osberg, 2007: 36-38). Pour terminer cette partie, nous prenons un auteur qui met l’accent sur les acteurs de l’innovation sociale, mais d’une manière beaucoup plus large que Dees et Bornstein. La définition que Light (2005) propose de l’entrepreneur social englobe la plupart des éléments avancés par les auteurs présentés précédemment. Elle est à la fois large et simple et nous sert de résumé pour l’approche proposée par l’école de l’innovation sociale: « A social entrepreneur is an individual, group, network, organization, or alliance of organizations that seeks sustainable, large-scale change through pattern-breaking ideas in what and/or how governments, nonprofits, and businesses do to address significant social problems. » (Light, 2005: 17). Si nous essayons de résumer ce que nous comprenons de l’idée de transformation sociale durable, nous pourrions dire qu’elle est atteinte lorsque l’innovation sociale devient en quelque sorte la norme. Considérons à nouveau l’exemple de Muhammad Yunus. L’initiative qu’il a créée a dépassé les frontières du Bangladesh et a été imitée un peu partout dans le monde. La micro-finance n’est dès lors plus quelque chose d’exceptionnel mais est devenue habituelle.

4. L’approche américaine de l’entreprise sociale

4.1. Introduction

Cette approche est nommée the social enterprise school of thought par Dees et Anderson (2006, cités dans Defourny & Nyssens, 2009: 14). De la même manière que la théorie de l’entreprise sociale du réseau européen EMES s’ancre dans la théorie de l’économie sociale, l’approche américaine de l’entreprise sociale s’enracine dans la théorie du secteur nonprofit.

22


Le secteur nonprofit correspond plus ou moins à ce que nous appelons en Europe le secteur associatif ou secteur sans but lucratif (Mertens, 2007: 21). Aux Etats-Unis, le concept d’entreprise sociale s’est développé du fait de l’évolution de ce secteur, et ce depuis les années 1980. Cette approche-ci, tout comme l’approche de l’innovation sociale, n’est pas le résultat d’une concertation entre chercheurs rassemblés en un même réseau. Avant de présenter la manière dont certains auteurs de cette école de pensée conceptualisent l’entreprise sociale, nous définissons le secteur nonprofit et retraçons son évolution afin de bien cerner le sens donné par cette approche américaine à la notion d’entreprise sociale, ainsi que les enjeux auxquels les entreprises sociales sont confrontées.

4.2. Le secteur nonprofit

4.2.1. Définition Aux Etats-Unis, le secteur nonprofit regroupe une multitude d’organisations actives dans des domaines très variés: l’éducation, la recherche, la santé, la culture, les services sociaux, l’environnement, le développement local, etc. (Anheier, 2005: 55; Salamon & Anheier, 1997: 70-74). En font ainsi partie la plupart des hôpitaux, écoles, universités, églises, théâtres et musées, un nombre considérable d’agences de services sociaux, d’organisations de protection de l’environnement, d’organisations de défense des droits civils, d’organisations actives dans la lutte contre la pauvreté, etc., ainsi que les fondations et autres organismes de soutien aux diverses entités du secteur nonprofit (Salamon, 2002: 6-7). Il peut donc tout aussi bien s’agir d’organismes de bienfaisance (charities) visant un service à la collectivité que d’entités servant les intérêts privés de membres (Weisbrod, 1988: 67). Une manière simple de déterminer si telle ou telle organisation fait partie du secteur nonprofit est son statut légal. Si elle bénéficie de la tax-exemption selon le code des impôts, c’est-à-dire si elle ne doit pas payer d’impôts sur les revenus ni d’autres formes de taxes, elle est considérée comme nonprofit (Anheier, 2005: 40; Salamon, 2002: 7). Salamon et Anheier (1997) définissent les organisations nonprofit en en donnant les caractéristiques suivantes: « organized, i.e. institutionalized to some extent, private, i.e. institutionally separate from government, selfgoverning, i.e. equipped to control their own activities, non-profit distributing, i.e. not returning profits generated to their owners or directors, voluntary, i.e. involving some meaningful degree of voluntary participation » (Salamon & Anheier, 1997: 33-34). Ainsi, une organisation nonprofit a une identité institutionnelle indépendante de l’Etat (même si elle en

23


dépend pour les subsides), et est caractérisée par un degré élevé d’autonomie (c’est-à-dire par la possession d’instances de décision propres), par une interdiction de distribuer son profit aux directeurs ou membres, par un niveau significatif de volontariat et de dons financiers, et enfin par l’adhésion volontaire de ses membres (Anheier, 2005: 47-49; Salamon & Anheier, 1997: 33-34).

4.2.2. Evolution A partir des années 1960, les organisations nonprofit ont bénéficié d’un soutien financier de la part du secteur public, aux Etats-Unis, grâce au projet appelé « The Great Society Programs ». Concrètement, le gouvernement fédéral a investi de l’argent par l’intermédiaire des organisations nonprofit (NPO), dans des domaines aussi variés que les soins de santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté, l’environnement, les services aux personnes, le développement local, l’emploi, l’art, etc. Le nombre de NPO a alors fortement augmenté. A l’aube des années 1980, du fait de la récession économique de la fin des années 1970, cette aide financière a largement diminué. Cette réduction du soutien fédéral de plus ou moins 25% n’a pas pu être compensée par les subventions des gouvernements locaux, bien que ceux-ci aient été revus à la hausse. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que le soutien venant du gouvernement fédéral a retrouvé son niveau de 1980 (Salamon, 2002: 12-13; Young & Salamon, 2002: 425; Kerlin, 2006: 251). De plus, la forme du soutien du secteur public vers le secteur nonprofit a également changé à partir des années 1980. Au lieu de subventions et de contrats accordés aux NPO, l’aide a été accordée directement aux usagers ou consommateurs sous forme de bons (vouchers) et de déductions d’impôts (tax expenditures) (Salamon, 2002: 13; Young & Salamon, 2002: 425). En outre, la récession étant doublée d’une forte inflation, les réserves monétaires des NPO ont drastiquement baissé et leurs dépenses ont augmenté (Boschee, 2006: 357; Skloot, 1987: 380). Les dons provenant d’entreprises privées lucratives ont également diminué et ont été largement remplacés par du cause-related marketing12 (Boschee, 1998: 2) ou par la création de partenariats et de collaborations, les entreprises privées étant stratégiquement intéressées d’améliorer leur image de marque (Young & Salamon, 2002: 428-429). Parallèlement à cette importante diminution des ressources financières des NPO, les Etats-Unis ont connu une forte augmentation des besoins sociaux (Boschee, 1998 & 2006; Young & Salamon, 2002: 425-426; Boschee & McClurg 2003). Dès lors, étant de plus en plus nombreuses à se partager des subsides de moins en moins généreux, Illustrons ce terme par un exemple: quand Ikea vend des ours en peluche à 7 euro et communique qu’un euro est reversé à l’organisation Unicef pour chaque unité achetée, il s’agit de cause-related marketing. 12

24


une compétition est née entre les NPO, mais également avec les entreprises du secteur privé lucratif qui elles aussi se lancent de plus en plus dans des activités qui traditionnellement relevaient du secteur nonprofit (Weisbrod, 1998: 5; Young & Salamon, 2002: 426-428). Les NPO sont de ce fait appelées à se professionnaliser, à accroître leur impact social et à rendre des comptes quant à leurs résultats (Young & Salamon, 2002: 429; Alter, 2006: 206).

4.3. The social enterprise school of thought

Pour faire face à ce manque de ressources financières, à ce besoin de professionnalisation et à cette compétition, de nombreuses NPO se sont engagées dans des activités marchandes afin d'accroître leurs ressources (Dees, 1998b: 55; Salamon, 2002: 36; Young & Salamon, 2002: 429-430) et ont adopté des méthodes provenant du monde du business (Young & Salamon, 2002: 436-437; Alter, 2006: 206). C’est cette dynamique de commercialisation au sein des NPO que les auteurs de la social enterprise school of thought nomment entreprise sociale ou entrepreneuriat social13. C’est dans cette ligne de pensée que The Social Enterprise Alliance, une organisation de soutien aux entreprises sociales et un acteur important dans le domaine, définit une entreprise sociale comme « an organization or venture that achieves its primary social or environmental mission using business methods »14. Plusieurs auteurs développent cette approche, mais chacun met des accents différents. Nous commençons par présenter Boschee & McClurg et ensuite, nous complétons ou nuançons leur approche grâce à l’apport d’autres auteurs. Boschee et McClurg insistent sur le fait que l’innovation sociale, même si elle est louable et souhaitable, ne peut être assimilée à de l’entrepreneuriat social (Boschee & McClurg, 2003: 1; Boschee, 2006: 359). Pour eux, ce qui permet d’affirmer qu’une NPO relève de l’entrepreneuriat social, c’est sa capacité à s’autofinancer en générant des revenus par ses activités, afin de ne plus dépendre entièrement des subventions publiques et/ou des dons (Boschee & McClurg, 2003: 1-2; Boschee, 2006: 359). Ainsi, ils définissent l’entrepreneur social comme « any person, in any sector, who uses earned income strategies to pursue a social objective » (Boschee & McClurg, 2003: 3; Boschee, 2006: 360). L’intérêt de telles 13

Skloot (1987) était un des premiers auteurs à analyser ce mouvement des NPO vers la commercialisation, mais il ne nomme pas encore entreprise sociale mais entreprise ce comportement entrepreneurial qu’il définit de la sorte: « it is sustained activity, related but not customary to the organization, designed to earn money » (Skloot, 1987: 381). 14 Voir www.se-alliance.org en ligne, consulté le 15.02.2010. Il y a quelques années, cette organisation définissait les entreprises sociales comme « any earned income business or strategy undertaken by a nonprofit to generate revenue in support of its charitable mission » (cité dans Kerlin, 2006: 248). 25


stratégies d’autofinancement (earned income strategies) réside dans le fait qu’en les mettant en place, une NPO jouit d’une plus grande liberté quant à la gestion de l’argent ainsi généré et n’est plus victime des aléas politiques (Boschee, 2006: 362-363). Faire du profit devient donc un objectif supplémentaire à l’objectif social, mais ce profit, au lieu d’être distribué aux dirigeants, est réinvesti dans la mission de la NPO (Boschee, 2006: 361). Le développement de telles stratégies génératrices de revenus constitue la condition sans laquelle il n’est pas possible pour une NPO d’être pérenne (sustainable). Il lui faut effectivement à tout le moins hybrider ses ressources, et au mieux être entièrement autosuffisante en couvrant tous ses besoins grâce aux revenus qu’elle génère (Boschee & McClurg, 2003: 3). Pour Boschee, un facteur clé de succès est le lien direct entre la mission sociale et les stratégies d’autofinancement (Boschee, 2006: 381). Cependant, il a une large acception de ce qu’est le lien direct. D’une part, il affirme un lien étroit soit parce que la NPO est active dans l’insertion socio-professionnelle, soit parce qu’elle développe des biens ou services ayant un lien direct avec le problème social au centre de sa mission (Boschee & McClurg, 2003: 3; Boschee, 2006: 361). D’autre part, il se contredit en donnant des exemples où le lien entre les stratégies d’autofinancement et la mission sociale est loin d’être direct15 (Boschee, 1998: 4). En d’autres termes, s’il présente le lien direct comme un facteur de succès, il n’y a néanmoins pas de contrainte concernant ce lien. Enfin, il est important de noter qu’il y a quelques subtilités au niveau du vocabulaire employé par Boschee et McClurg. Ces deux auteurs font la différence entre une NPO qui crée des stratégies d’autofinancement et une NPO qui met sur pied une entreprise à finalité sociale (social purpose business venture). Si ces deux types d’initiatives relèvent de l’entrepreneuriat social, seules les stratégies d’autofinancement sont accessibles à toutes les NPO. En revanche, lancer une entreprise auxiliaire à finalité sociale nécessite la mise en œuvre de stratégies tout à fait différentes et n’a de sens que s’il y a la potentialité de croître et la perspective de faire du profit (Boschee & McClurg, 2003: 4; Boschee, 2006: 361-362). Boschee et McClurg semblent ici à nouveau mettre entre parenthèses le lien direct entre mission sociale et activités génératrices de revenus: ils écrivent en effet qu’une entreprise à finalité sociale a plus de chances de réussite si elle est entièrement séparée de la NPO qui la crée, et est ainsi isolée de ses activités (Boschee & McClurg, 2003: 4; Boschee, 2006: 362).

15

« Simply put, earned income implies a quid pro quo arrangement in which there is a direct exchange of service or product for monetary value. This definition includes such things as fee-for-service payments (either directly from clients or indirectly from a third party such as Medicaid or an insurance program), revenue from product sales, consulting contracts, tuition, rent or lease payments, and may also include traditional forms of revenuegeneration from book publishing and conferences » (Boschee, 1998: 4). 26


Là où Boschee et McClurg parlent de NPO relevant d’entrepreneuriat social par la création de stratégies d’autofinancement, Alter (2006) utilise les termes d’entreprise sociale. Elle différencie les entreprises sociales entre elles selon que leurs stratégies génératrices de revenus sont en lien ou non avec leur mission sociale et selon la manière dont les deux sont articulées. Ainsi, Alter distingue trois types d’entreprises sociales: celles dont l’activité marchande est la mission de la NPO (mission-centric), celles dont l’activité est en lien avec la mission (mission-related) et celles dont l’activité n’est pas en lien avec la mission (unrelated to mission) (Alter, 2006: 208-211). Les activités d’une entreprise sociale peuvent dès lors être « encastrées » (embedded) ou intégrées (integrated) à l’objectif social de la NPO, soit en être déconnectées (external) (Alter, 2006: 211). La différence entre les deux premiers cas peut sembler mince au vu des termes employés (mission-centric et mission-related), mais elle est en réalité significative: dans le premier cas, la NPO accomplit sa mission par son activité marchande, tandis que dans le deuxième cas, l’activité marchande, qui est en lien avec la mission, sert de stratégie génératrice de revenus en support de la mission (Alter, 2006: 207). Quelques illustrations peuvent aider à la compréhension: une entreprise sociale de commerce équitable ou une entreprise sociale faisant de l’insertion socio-professionnelle sont deux exemples du premier cas (mission-centric); une NPO active dans la fourniture de services sociaux et vendant des produits ayant un lien avec sa mission illustre le deuxième (missionrelated); une NPO active dans la fourniture de services sociaux et vendant des produits n’ayant aucun lien avec sa mission est une illustration du troisième cas (unrelated to mission). Alter présente également toute une série de modèles hybrides d’entreprises sociales combinant les différents modèles entre eux. Nicholls a un pied dans the social enterprise school of thought, mais ne s’y restreint pas. Il est un des seuls auteurs à faire une claire distinction entre l’entrepreneuriat social et les entreprises sociales. Il regrette que les deux notions soient souvent considérées sans distinction aux Etats-Unis (Nicholls, 2006: 11). Pour lui, la notion d’entreprise sociale est un sous-ensemble du concept d’entrepreneuriat social (Nicholls, 2006: 11). Nicholls et Cho (2006) distinguent trois éléments constitutifs de l’entrepreneuriat social: la dimension sociale, l’orientation vers le marché et l’innovation (Nicholls & Cho, 2006: 101-103). Nous retrouvons ici la notion d’une innovation qui vise un changement systémique (Nicholls & Cho, 2006: 102). Notons que l’innovation est ici comprise dans le sens donné par Schumpeter (voir supra) (Nicholls & Cho, 2006: 101, 109). Selon Nicholls, l’entrepreneuriat social peut être initié dans n’importe quel secteur (public, privé lucratif et nonprofit) et au sein d’entités

27


dont les formes organisationnelles peuvent varier (forme privée lucrative, NPO, forme combinée de ces deux dernières, organismes de bienfaisance, coopératives, etc.). Ainsi, une entreprise privée lucrative qui met sur pied une social venture (une entreprise à finalité sociale), relève de l’entrepreneuriat social. En revanche, il situe les entreprises sociales dans le seul secteur nonprofit. Ce qui fait d’une NPO une entreprise sociale, c’est la façon dont elle est financée: si elle tend vers l’autosuffisance afin de ne plus dépendre des subsides et des dons, elle est considérée comme entreprise sociale. Dès lors, la dynamique au sein d’une NPO peut relever de l’entrepreneuriat social, mais la NPO en question peut ne pas être considérée comme entreprise sociale si elle est financée uniquement par des subsides ou des dons (Nicholls, 2006: 12). Ainsi, nous pourrions dire que Nicholls, en distinguant l’entrepreneuriat social et l’entreprise sociale, rejoint Boschee et McClurg: la définition de l’entreprise sociale du premier correspond à la définition de l’entrepreneuriat social des seconds.

Nous constatons donc que cette approche ne constitue pas à proprement parler une école de pensée, tant certaines terminologies sont utilisées dans des sens différents. Appréhendée de l’extérieur, cette approche peut être divisée en deux courants, comme le suggèrent Defourny et Nyssens (2009). Ces derniers distinguent effectivement un courant initial, qu’ils appellent the commercial non-profit approach, et un autre, plus récent, englobant le premier mais l’élargissant, qu’ils nomment the social-purpose business approach (Defourny & Nyssens, 2009: 14). Le premier ne s’intéresse qu’aux NPO. Le deuxième, quant à lui, ne s’y limite pas et analyse les dynamiques d’entrepreneuriat social au sein des différents secteurs. La distinction de ces deux courants correspond à la distinction que fait Nicholls (2006) de l’entreprise sociale (que l’on peut faire correspondre au premier courant) et de l’entrepreneuriat social (correspondant au deuxième courant). Defourny et Nyssens proposent en outre de nommer cette école de pensée the earned income school of thought (Defourny & Nyssens, 2009: 14), évitant ainsi la confusion avec l’approche de l’entreprise sociale du réseau européen EMES dont ils sont les promoteurs.

5. Convergences et divergences

Les trois écoles de pensée que nous venons de présenter ne sont pas diamétralement opposées. Cependant, si les trois approches présentent des points de convergence, elles n’en sont pas moins distinctes, chacune ayant ses particularités. L’objectif est donc ici de mettre en avant

28


tant leurs points de convergence que de divergence. Pour cela, nous suivons la typologie de Defourny et Nyssens (2009: 15-21) qui proposent cinq thématiques: la mission sociale, la production de biens et de services et leur relation avec la mission sociale, le risque économique, le mode de gouvernance et enfin les canaux de diffusion de l’innovation sociale. Nous adaptons quelque peu cette typologie et présentons les convergences et divergences en cinq points: (1) la mission sociale, (2) l’entreprise sociale, le risque économique et les ressources (3) le lien entre l’activité de production et la mission sociale, (4) l’entrepreneuriat social et (5) le mode de gouvernance. Ensuite, un tableau récapitulatif met en relief ces points de convergence et de divergence, reprenant ainsi l’essentiel du contenu de chaque approche.

5.1. La mission sociale

Un point de convergence entre les trois approches est la centralité de la mission sociale. Qu’elle s’exprime comme service à la collectivité ou comme création de valeur sociale, voire comme transformation sociale durable, elle prime toujours sur la recherche de profits à distribuer aux actionnaires ou membres (Defourny & Nyssens, 2009: 15-16). 5.2. L’entreprise sociale, le risque économique et les ressources La notion d’entreprise renvoie à la production continue de biens et/ou à la fourniture continue de services (Defourny & Nyssens, 2009: 16). Les trois approches s’accordent pour dire que le risque économique est une caractéristique des entreprises sociales, comme pour toute entreprise. En revanche, la manière de répondre à ce risque varie selon les approches. Pour l’approche américaine de l’entreprise sociale, le risque économique doit être assumé par des stratégies d’autofinancement, c’est-à-dire par des ressources provenant du marché. Pour l’école de l’innovation sociale, un entrepreneur social peut faire appel aux trois pôles économiques: les ressources marchandes, volontaires et publiques. Si pour cette dernière approche, le choix du type de ressources n’a pas d’importance, pour l’approche EMES, par contre, l’important est d’hybrider, selon les besoins, les différents types de ressources (Defourny & Nyssens, 2009: 17-18). Notons que l’école de l’innovation sociale n’utilise pas l’entreprise sociale comme grille de lecture; celle-ci privilégie l’entrepreneur social, voir l’innovation sociale en tant que telle. Pour EMES, par contre, l’entreprise est bien l’angle par lequel les chercheurs approchent la

29


réalité qu’ils étudient. Cela est aussi valable pour le courant initial de l’approche américaine de l’entreprise sociale (commercial nonprofit approach), bien que le sens donné aux terminologies est parfois différent. 5.3. Le lien entre l’activité de production et la mission sociale Le lien entre l’activité de production et la mission sociale est un point de divergence entre l’approche américaine de l’entreprise sociale et les deux autres. Pour la première, il n’y a pas de contrainte de lien direct entre les deux: l’activité de production d’une entreprise sociale peut être une source de revenus sans être en lien avec la mission de la NPO qu’elle finance. A l’inverse, pour les deux autres approches, le lien doit être direct. EMES développe ce point et précise que l’activité de production constitue en soi le moyen par lequel une entreprise sociale remplit sa mission (Defourny & Nyssens, 2009: 16-17). 5.4. L’entrepreneuriat social Pour l’école de l’innovation sociale, la notion d’entrepreneuriat social implique la mise en œuvre d’une innovation sociale. Selon l’approche EMES, par contre, l’innovation n’est pas un critère pour être qualifiée d’entreprise sociale; cet aspect d’innovation n’en est pas moins présent dans sa littérature16. The social-purpose business approach, un des courants de l’école américaine de l’entreprise sociale, développe aussi cet aspect d’innovation sociale. Pour ce courant, tout comme pour the commercial nonprofit approach, l’orientation vers le marché est ce qui fait qu’une NPO relève de l’entrepreneuriat social. L’école américaine de l’entreprise sociale (dans ses deux courants) prône également l’utilisation de méthodes du monde marchand dans un objectif de professionnalisation.

5.5. Le mode de gouvernance A propos de la question du mode de gouvernance, l’approche EMES se distingue de façon claire des deux autres approches. Tout d’abord, il y a des dimensions propres à EMES que les deux autres approches ne partagent pas: gestion participative, implication d’une pluralité de parties prenantes au sein des instances de décision, dynamique collective et processus de décision non lié à la détention de capital (Defourny & Nyssens, 2009: 18-19). Par ailleurs, Voir la partie 2.2.3. « L’innovation au sein des organisations du secteur de l’économie sociale » dans le premier chapitre de ce mémoire. 16

30


selon EMES, les entreprises sociales sont créées et gérées de manière autonome par un groupe de personnes. A cette dynamique collective s’oppose la centralité de l’entrepreneur social dans l’école de l’innovation sociale (Defourny & Nyssens, 2009: 19), dans son courant proche d’Ashoka. L’autonomie par rapport aux pouvoirs publics est un point commun entre EMES et l’approche américaine de l’entreprise sociale, bien que cette dernière considère les subsides publics comme une sorte de dépendance dont il faut se défaire. Cette dimension d’autonomie n’est pas pertinente aux yeux de l’approche de l’innovation sociale. Un autre point de divergence entre les trois écoles est la dimension de l’allocation des profits, et lié à cela, le statut juridique. Pour l’école de l’innovation sociale, il n’y a aucune contrainte concernant le choix du statut légal, de même que pour the social-purpose business approach, le courant le plus récent de l’école américaine de l’entreprise sociale. Les dirigeants disposent donc d’une liberté quant à l’allocation des profits, pour autant que la mission sociale reste première. Par contre, the commercial non-profit approach situe les entreprises sociales dans le seul secteur nonprofit. Pour EMES, enfin, une entreprise sociale doit adopter un statut juridique qui limite (voir interdit) la distribution des profits aux actionnaires ou membres et qui implique une démocratie économique (Defourny & Nyssens, 2009: 19-20).

31


5.6. Tableau récapitulatif

Indicateurs

Angle d’approche

Mission sociale

Entreprise sociale Risque écon. Ressources

Lien entre activité de production et mission sociale Entrepreneuriat social

Mode de gouvernance

Entrepreneur social/ Initiateur(s)

 Relations avec pouvoirs publics Allocation des profits Statut juridique/ Secteur(s)

Lien avec d’autres théories

Approche EMES

Entreprise sociale

Social innovation school of thought

Entrepreneur social innovant (Ashoka)/ innovation sociale

Social enterprise/earned income school of thought commercial nonprofit approach Entreprise/ Entrepreneuriat social(e)

social-purpose business approach Entrepreneuriat social

Centralité de la mission sociale Objectifs sociaux (service à la Création de valeur sociale = impact Financer la « dimension collectivité ou à un groupe) social mission sociale sociale » Objectifs économiques (production Impact systémique, d’une NPO B/S, viabilité financière, etc.) « transformation sociale durable » (production de Objectifs sociopolitiques (recherche B/S pour de plus de démocratie dans la sphère collectivité ou économique) membres) Production de biens et/ou fourniture de services OUI Pluralité de ressources: ressources marchandes, publiques et volontaires Ressources marchandes pour tendre vers l’autofinancement Hybridation  pérennité Peu importe l’origine des Il faut se détacher au maximum des -équilibre à trouver en f° besoins ressources autres types de ressources -niveau min. d’emploi rémunéré Resourcefulness Pas de contrainte Contrainte de lien direct (3 possibilités: mission centric, mission related, unrelated to mission) Nouveaux/nouvelles produits, Innovation (pas forcément Capacité d’une Orientation qualités de produits, méthodes invention), créativité NPO à s’autovers le d’organisation/production, facteurs Agents de changement (causes) financer marché de production, rapports au marché, Opportunités (vision) Innovation formes d’entreprises (= innovation, Professionnalisation (méthodes du mais pas forcément invention) monde marchand) Gestion participative, implication parties prenantes multiples au sein des instances de gouvernance de l’entreprise, dynamique collective Processus de décision non lié à la détention de capital (une personne, une voix) Groupe de personnes d’une même communauté ou cherchant à satisfaire un même besoin ou poursuivant un même objectif leadership pas exclu (une personne ou petit groupe), mais dynamique collective

Dimensions non pertinentes

Individu (qualités et compétences) (Ashoka) leadership OU groupe, organisation, réseau, mouvement, réseau d’organisations

Initiateur: NPO

Indépendance Subsides + Rôle éventuel dans l’institutionnalisation Distribution limitée voir contrainte de non-redistribution

Dimension non pertinente

Contrainte: statut qui limite la redistribution des profits et qui implique une démocratie économique: associations, coopératives, mutuelles, fondations et autres entités à finalité sociale Economie sociale

Pas de contrainte Partenariat, alliances entre secteurs: favorisent l’innovation

NPO indépendante Subsides mais à éviter Tax-exemption Contrainte de Pas de noncontrainte redistribution NPO Pas de contrainte + collaboration entre secteurs

Pas de contrainte, mais priorité à la mission sociale

Indicateur non pertinent

Initiateur: entreprise privée lucrative, NPO, etc. Entrepreneur: personne qui utilise des stratégies d’autofinancement

Secteur nonprofit

32


II. Analyse des conceptions de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social ou de l’entrepreneur social en Belgique francophone

1. Introduction Après la présentation de trois grandes approches théoriques conceptualisant l’entreprise sociale, l’entrepreneuriat social ou l’entrepreneur social, nous nous attelons à la partie empirique de ce mémoire. Nous commençons par un recensement des acteurs de terrain en Belgique francophone qui se revendiquent des vocables utilisés par ces trois approches. D’emblée, nous faisons le choix de nous limiter aux acteurs institutionnels, à savoir les acteurs politiques, les instituts d’enseignement et de recherche, ainsi que les organismes « ressource », parmi lesquels on compte notamment les agences conseil et les organismes de financement. Nous laissons consciemment de côté les entreprises sociales, trop nombreuses pour être citées dans le cadre de ce travail, mais nous incluons dans la cartographie leurs fédérations comme quatrième type d’acteur institutionnel. Ce dernier choix induit une première limite puisque toute entreprise sociale n’est pas nécessairement membre d’une fédération. D’un point de vue méthodologique, nous avons repéré les institutions sur le net en nous reposant, d’une part sur notre connaissance du secteur et, d’autre part, en suivant aussi les références données sur les sites visités dans les pages telles que « Liens utiles ». Cette méthode a des limites évidentes mais inévitables: d’une part, il n’est pas sûr que tous les acteurs aient un site internet et d’autre part, il est difficile voire impossible d’être exhaustif. Soulignons qu’il s’agit d’une cartographie des acteurs qui se réclament, dans leur présentation sur le web, d’au moins un des cinq principaux vocables utilisés par les trois approches que nous avons étudiées: entreprise sociale, économie sociale, entrepreneur social, entrepreneuriat social et innovation sociale17.

La cartographie est une première étape de repérage de notre population avant de choisir notre échantillon. Elle nous permet de constater la diversité des types d’acteurs de terrain existant ainsi que leur grand nombre. L’étape suivante est la classification de ces acteurs selon la présence ou l’absence de certains termes sur leur site internet. De la sorte, des acteurs de l’économie sociale comme, par exemple, Febrap et Aleap (fédérations d’entreprises de travail adapté ou d’organismes d’insertion socioprofessionnelle) ne sont pas répertoriés dans la cartographie. 17

33


Après la formulation des hypothèses, vient une partie consacrée à la méthodologie déployée afin de présenter les méthodes de recherche privilégiées et le choix de l’échantillon. Ensuite, nous présentons les données récoltées et enfin, nous nous attelons à leur analyse.

2. Cartographie des acteurs en Belgique francophone Plusieurs types d’acteurs revendiquent les vocables « économie sociale », « entreprise sociale », « entrepreneuriat social », « entrepreneur social » ou « innovation sociale » en Belgique francophone. Nous avons choisi de classer ces acteurs en quatre catégories: les fédérations, les organismes « ressource », les acteurs politiques et enfin les instituts d’enseignement et de recherche.

2.1. Les fédérations Il existe diverses fédérations regroupant des membres actifs dans le champ de l’économie sociale. Les missions des fédérations sont multiples, chacune ayant bien sûr ses caractéristiques spécifiques. Leurs responsabilités s’articulent autour de la plupart des activités suivantes: promouvoir le secteur de l’économie sociale, en assurer la visibilité et la représentation, défendre les intérêts de leurs membres, organiser un réseau d’entreprises sociales et favoriser la création de partenariats, jouer un rôle de relais entre les entreprises sociales et les acteurs publics et privés, analyser et diffuser l’information susceptible d’intéresser leurs membres, produire des études concernant l’économie sociale, proposer des formations dans le but d’encourager la professionnalisation du secteur de l’économie sociale, organiser des événements en lien avec le secteur, etc. Deux types de fédérations existent: les fédérations transversales, regroupant des entreprises actives dans des domaines variés, et les fédérations sectorielles, rassemblant des entreprises actives dans un champ d’activité particulier (les fédérations d’entreprises d’insertion socioprofessionnelle et d’entreprises de formation par le travail, les fédérations d’entreprises de travail adapté et les autres fédérations).

34


2.2. Les organismes « ressource »

Parmi les organismes « ressource », nous distinguons les agences conseil en économie sociale, les organismes de financement soutenant le secteur de l’économie sociale (coopératives financières ou banques commerciales) et les autres organismes « ressource ». Un décret du gouvernement wallon datant du 27 mai 2004 définit l’agence conseil comme un organisme « qui a pour objet social principal le conseil à la création et à l’accompagnement d’entreprises d’économie sociale dont la moitié au moins sont des entreprises d’économie sociale marchande »18. Une agence conseil peut avoir un statut juridique d’ASBL, de fondation, de société à finalité sociale ou de coopérative. Si une agence conseil est agréée, des subsides lui sont accordés. Actuellement19, dix agences conseil20 sont agréées par la Région wallonne (certaines sont aussi actives à Bruxelles).

2.3. Les acteurs politiques Le soutien au secteur de l’économie sociale a fait et fait l’objet d’actions publiques tant au niveau fédéral que régional (en Région de Bruxelles-Capitale et en Région wallonne). Cet appui se réalise également à un niveau plus local (niveaux communal et provincial). 2.4. Les instituts d’enseignement et de recherche Parmi les instituts d’enseignement et de recherche, nous distinguons les universités des autres lieux de formation. Dans les universités, nous distinguons les centres de recherche universitaires, les facultés universitaires en sciences humaines et les business schools.

18

Voir http://emploi.wallonie.be/THEMES/ECO_SOCIALE/Agences_Conseil.htm consulté le 12.04.2010. Chiffre de janvier 2010. Voir http://emploi.wallonie.be/THEMES/ECO_SOCIALE/Agences_Conseil.htm consulté le 12.04.2010. 20 Une d’entre elles est située dans la partie germanophone du pays. Elle ne se trouve donc pas dans notre liste. 19

35


2.5. Tableaux récapitulatifs des acteurs

FÉDÉRATIONS Transversales

Sectorielles Secteur ISP

-SAW-B -FEBECOOP -Syneco

Secteur ETA

-Atout EI -FeBISP -Interfédé -CAIPS -ACFI -AID

-EWETA -FETAL

Autres -Ressources -Enercoop

ORGANISMES « RESSOURCE » Agences conseil en économie sociale Agréées Région wallonne Région de Bruxelles-Capitale -Agès (Econosoc) -Boutique de gestion -Crédal conseil - Progress -FEBECOOP -NGE 2000 -SAW-B -Syneco -Propage-S

-FEBECOOP -FeBISP

Non agréées

-Associatif financier -FAR

Organismes de financement

-Crédal -Cera -Groupe Arco -Triodos

Autres

-ConcertES -RES -Réseau équilibre -Connexio-NS -The Hub -AlteR&I -Pour la Solidarité -Fond. Philippson -Fond. Devenir Solidaire

ACTEURS POLITIQUES Niveau fédéral

-Cellule fédérale ES

Niveau régional Région wallonne

Région de BruxellesCapitale

-Ministre wallon de l’Economie -Administration wallonne de l’ES -Sowecsom -Cwes

-Direction de la Pol. de l’Emploi et de l’Economie plurielle - Plate-forme de concertation de l’ES -Brusoc

Niveaux provincial et communal -Luxembourg 2010 -Maison de l’ES (Charleroi)

INSTITUTS D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE Universités Centres de recherche universitaires -Cericis (UCL) -Cirtes (UCL) -CES (ULg – HEC) -CIRIEC (ULg)

Facultés universitaires en sciences humaines -UCL -CES (ULg – HEC) -ULB -FUNDP

Autres Business schools -Crecis (LSM, UCL) -Solvay (ULB)

-EPFC -IDEES

36


Rappelons que le critère pour constituer la cartographie était la présence, dans la présentation des acteurs sur le web, d’au moins un des cinq principaux vocables utilisés par les trois approches présentées dans le premier chapitre de ce mémoire: entreprise sociale, économie sociale, entrepreneur social, entrepreneuriat social ou innovation sociale. Il ne s’agit donc pas d’une cartographie présentant les acteurs de l’économie sociale: les acteurs s’inscrivant dans le champ de l’économie sociale mais n’utilisant pas au moins un de ces termes sur leur site internet ne se retrouvent pas dans notre cartographie. Cependant, nous constatons qu’une très large majorité des acteurs utilisent le terme « économie sociale » sur leur site internet, souvent en combinaison avec un ou plusieurs des quatre autres termes. Cela n’est pas surprenant, vu la longue tradition de l’économie sociale en Belgique francophone. Seuls quatre acteurs n’utilisent pas le vocable « économie sociale » sur leur site internet. Dans le tableau récapitulatif, nous les avons mis en italique. Regardons-les de plus près. Le Crecis et Solvay font usage du vocable « entrepreneuriat social ». Il n’est pas anodin qu’il s’agisse de deux écoles de business: c’est en effet dans des business schools que les deux écoles de pensée américaines se sont développées. La Fondation Philippson a recours au terme « entrepreneur social ». A nouveau, il nous semble significatif que cette fondation ait pour mission de faire connaître l’organisation Ashoka (à l’origine de l’école de l’innovation sociale) en Belgique. The Hub, nouvel acteur dans le domaine, emploie quant à lui le terme « innovation sociale ».

3. Hypothèses La cartographie constitue un premier travail empirique. Il en émerge l’hypothèse suivante: Les représentations de l’entreprise sociale ou de l’entrepreneuriat social que se font les acteurs dont le site internet utilise le terme « économie sociale » pourront être situées dans le cadre théorique EMES, compte tenu de l’ancrage du cadre EMES dans la théorie de l’économie sociale. Etant donné que l’approche EMES est beaucoup plus récente que la théorie de l’économie sociale, nous formulons également l’hypothèse suivante pour les acteurs dont le site internet utilise le terme « économie sociale »: questionnés sur ce qu’ils entendent par entreprise sociale (à travers une question ouverte), les 4 critères définissant l’économie sociale (telle que définie par le CWES) apparaîtront clairement dans la réponse à la question ouverte. Les autres

37


critères propres à EMES se vérifieront aussi, mais plutôt à travers le questionnaire (les 28 questions fermées). Une deuxième hypothèse découle de l’hypothèse principale: les représentations de l’entreprise sociale ou de l’entrepreneuriat social que se font les acteurs dont le site internet n’utilise pas le terme « économie sociale » ne pourront pas être situées dans le cadre théorique EMES, mais pourront par contre être situées soit dans le cadre théorique de l’innovation sociale, soit dans celui de l’école américaine de l’entreprise sociale.

4. Méthodologie

4.1. Echantillon

Nous allons tester nos hypothèses sur un échantillon de choix raisonné de dix acteurs. Voici la manière dont nous avons constitué l’échantillon:

Parmi les acteurs utilisant le terme « économie sociale » sur leur site internet, nous avons sélectionné 7 acteurs de différents types: -

ConcertES, plate-forme de concertation de l’économie sociale, dont le conseil d’administration regroupe les trois fédérations transversales (SAW-B, FEBECOOP et Syneco) ainsi qu’une fédération sectorielle, EWETA.

-

Atout EI, fédération des entreprises d’insertion, ces dernière jouant un rôle central dans le champ de l’économie sociale.

-

deux organismes de financement: Triodos et Crédal, pour voir si la vision d’une banque commerciale contraste avec celle d’une coopérative financière. Crédal présente aussi l’avantage d’être agréée comme agence conseil en économie sociale.

-

un organisme « ressource »: le réseau des entreprises sociales (RES) car c’est le seul acteur utilisant le terme « entreprise sociale » dans sa dénomination.

-

un

acteur

politique:

la

société

wallonne

d’économie

sociale

marchande

(SOWECSOM), acteur qui participe au financement des entreprises d’économie sociale marchande. -

un institut d’enseignement et de recherche: le Centre d’économie sociale (HEC-ULg) car il est à la fois centre de recherche et d’enseignement.

38


Parmi les acteurs n’utilisant pas le terme « économie sociale » sur leur site internet, nous avons sélectionné 3 acteurs: -

les deux organismes « ressource », à savoir The Hub, qui est le seul à utiliser le terme « innovation sociale », et la Fondation Philippson, étant donné son objectif de faire connaître l’organisation Ashoka.

-

des deux écoles de business, nous préférons le Crecis (LSM-UCL) à Solvay, le premier présentant l’avantage d’être en même temps un centre de recherche.

4.2. Méthodes de récolte des données Afin de tester nos hypothèses sur l’échantillon sélectionné, nous avons mis en œuvre trois méthodes de collecte des données. Premièrement, nous avons posé aux acteurs une question ouverte: « Pourriez-vous dire en quelques minutes ce qu’est une entreprise sociale, un entrepreneur social ou l’entrepreneuriat social à vos yeux, en choisissant le terme le plus pertinent pour vous ? ». Notons que nous n’avons pas demandé à nos interlocuteurs de donner un avis institutionnel, mais bien un avis personnel. Nous n’avons donc pas accès aux discours des institutions elles-mêmes, mais bien aux discours de personnes travaillant dans ces structures. Pour en faciliter la lecture, nous avons résumé ces entretiens. Nous sommes consciente que cela constitue déjà une interprétation en soi, même si nous avons voulu rester le plus fidèle possible. Le script des entretiens se trouve en annexe (annexe A). Deuxièmement, nous leur avons soumis un questionnaire de 28 propositions (voir annexe B). Pour construire ce questionnaire, nous nous sommes basée sur les indicateurs que nous avons retenus de chaque école de pensée. Nous avons fait le choix de ne pas différencier, dans notre questionnaire, les deux courants de l’école de l’innovation sociale (focus sur l’entrepreneur ou focus sur l’innovation sociale en tant que telle). Les affirmations correspondant à ces indicateurs sont mélangées et les répondants ont marqué leur accord ou leur désaccord avec les « items », en se positionnant sur une échelle en cinq points (1 = pas du tout d’accord et 5 = tout à fait d’accord). Et troisièmement, les acteurs de notre échantillon ont choisi les cinq propositions parmi les 28 propositions du questionnaire qui caractérisent au mieux l’entreprise sociale à leurs yeux et les ont hiérarchisées selon leur ordre d’importance.

Les trois méthodes de récolte de données nous procurent des apports pertinents pour répondre à notre question de départ, mais elles présentent également des limites. La question ouverte nous donne une première idée de ce qui est important aux yeux de nos interlocuteurs. A elle

39


seule, la réponse à cette question nous montre parfois (mais pas toujours) à quel cadre théorique la représentation que se font nos interlocuteurs de l’entreprise sociale correspond le mieux. Le cas échéant, elle ne nous montre cependant pas toujours si les autres approches exercent une influence sur leur représentation ou non. Le questionnaire, quant à lui, a l’avantage de tester les indicateurs des trois écoles de pensée. Cependant, il a des limites, certaines pouvant être en partie corrigées, d’autres non. Certaines questions sont en effet mal formulées, soit parce qu’elles sont trop longues, soit parce qu’elles ne sont pas formulées de manière assez simple ou univoque. Par exemple, les questions 2 et 3 concernent le lien entre la mission sociale et l’activité de production; elles sont de toute évidence mal formulées, puisque si l’on est d’accord avec l’une, l’on n’est logiquement pas d’accord avec l’autre, or cela n’est pas le cas pour les réponses de tous nos interlocuteurs. Une autre limite est la longueur du questionnaire: toutes les questions ne sont pas nécessaires, principalement celles testant des indicateurs communs aux trois écoles de pensée. Afin d’obtenir des résultats plus contrastés, nous les avons ôtées pour le calcul de nos moyennes par approche. Enfin, la hiérarchisation de cinq propositions du questionnaire est souvent ce qui nous permet de trancher quant à la position des acteurs vis-à-vis des trois approches, puisqu’ils ont dû faire un choix de ce qui était essentiel à leurs yeux, parmi les indicateurs que nous avions retenus. La complémentarité des trois méthodes est précieuse pour notre analyse. Ainsi, si le discours d’un acteur ne fait en rien référence aux trois écoles de pensée présentées, les deux autres méthodes peuvent apporter l’éclairage nécessaire. Si, par contre, les moyennes des réponses aux propositions du questionnaire ne permettent pas de tirer une conclusion quant à la position d’un acteur vis-à-vis des trois approches, les deux autres méthodes (ou au moins l’une des deux) nous permettent généralement de trancher. Notons encore que nous avons rencontré personnellement les différents acteurs. Dans deux cas, nous avons rencontré deux acteurs travaillant dans la même institution. Nous n’avons tenu compte des données que d’une seule personne, étant donné que nous avions prévu d’avoir un seul interlocuteur par institution.

5. Présentation et analyse des données Pour chaque acteur, nous présentons les données suivantes: un résumé de l’interview, les moyennes21 des réponses au questionnaire pour chacune des trois approches et les cinq 21

Pour rappel, les acteurs se sont positionnés de la sorte: 1= pas du tout d’accord et 5=tout à fait d’accord. 40


propositions hiérarchisées représentant au mieux l’entreprise sociale. Le script des interviews, ainsi que le tableau reprenant tous les résultats du questionnaire se trouvent en annexe (annexes A et C). Ensuite, nous passons à l’analyse de ces données, en abordant pour chaque acteur les quatre thématiques qui différencient les trois écoles de pensée entre elles: (1) la mission sociale et l’activité de production, (2) le mode de gouvernance, (3) l’innovation sociale ou l’entrepreneur social innovant et (4) les ressources. A chaque fois, nous avons repris les propositions du questionnaire liées à la thématique. En colonne de droite se trouve le positionnement des acteurs.

5.1. ConcertES 

Présentation des données

Résumé de l’interview Pour Mr Pereau, secrétaire général de ConcertES, le terme « entreprise sociale » est un synonyme d’« entreprise d’économie sociale ». Ce qui distingue une entreprise sociale d’une entreprise classique ou d’une entreprise qui fait de la responsabilité sociale des entreprises, c’est leur point de départ. L’entrepreneur social part d’une problématique sociale ou sociétale (par exemple la problématique du quartier qui dépérit, des problèmes environnementaux, le problème du chômage) et y répond en utilisant l’activité économique. Ainsi, confronté à une problématique sociale ou sociétale, un entrepreneur social va se dire par exemple: « j’ai la connaissance d’une technologie pour construire des chaises; je vais mettre ça à profit pour mettre les chômeurs au travail ou pour embellir le quartier grâce aux fonds générés par l’activité économique ». L’entrepreneur classique, par contre, part de sa connaissance de la technologie pour construire des chaises, et si son business marche bien, il va peut-être faire attention à ce que le processus soit écologique ou verser quelques dons à des entrepreneurs du Sud pour aider au développement. L’optique de départ de l’entrepreneur social est différente: il développe son activité économique pour faire quelque chose d’autre que seulement sa propre activité ou rechercher son profit. Résultats du questionnaire EMES 4,2

Innovation sociale 2,9

Social enterprise 3

41


Cinq propositions hiérarchisées Mr Pereau n’a pas voulu hiérarchiser les cinq propositions caractérisant au mieux l’entreprise sociale à ses yeux: elles ne sont pas hiérarchisables selon lui. Nous les plaçons néanmoins dans l’ordre dans lequel il nous les a dites. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier (6). Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle (14). Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique (16). Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits (28). Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides (17).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Selon Mr Pereau, une entreprise sociale déploie une activité économique en réponse à un problème social ou sociétal. Ce problème détermine sa mission sociale. Les réponses de Mr Pereau aux propositions 1 et 6 attestent de la centralité de l’activité économique et de la mission sociale. Si l’activité et la mission peuvent avoir un lien direct selon Mr Pereau, il ne s’agit cependant pas d’une contrainte, comme nous le constatons dans l’interview et dans ses réponses aux propositions 2 et 3. Cette façon d’envisager l’entreprise sociale correspond à l’approche américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 2 4

b) Le mode de gouvernance Le positionnement de Mr Pereau quant au mode de gouvernance nous permet de situer sa représentation de l’entreprise sociale dans le cadre conceptuel d’EMES. La question de l’allocation des profits (propositions 26 à 28) confirme cela, et le met en désaccord avec les deux autres approches.

42


8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

5 4 5 4 4 4 2 2 5

c) L’innovation sociale Même si l’on peut remarquer des influences de l’approche de l’innovation sociale, par exemple par l’appréciation de la créativité et du leadership de l’entrepreneur (propositions 9, 10 et 12), l’innovation sociale en tant que telle ne constitue pas un enjeu pour Mr Pereau, comme nous le montre son désaccord avec les propositions 5 et 7. 4. 5. 7.

9. 10. 12.

La mission de l’entrepreneur social est de créer de la valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

4 2 2

4 4 4

En ce qui concerne la proposition 4, il a tenu à noter qu’il était tout à fait d’accord avec la première partie de la phrase (création de valeur sociale), mais que le moyen pour cela n’était pas nécessairement le développement d’une innovation sociale. d) Les ressources A propos de la question des ressources, la représentation de l’entreprise sociale de notre interlocuteur montre une grande proximité avec l’approche EMES, puisqu’il valorise la pluralité des ressources (propositions 18, 20, 23 et 24), mais également une influence de l’approche américaine de l’entreprise sociale (proposition 21):

43


18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importantes pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

4 2 4 4 1 4

e) Conclusion L’analyse de ces données nous permet de situer la représentation de l’entreprise sociale de Mr Pereau dans le cadre théorique d’EMES. Cela se vérifie dans les moyennes par école du questionnaire. Ce n’est pas surprenant si l’on tient compte de l’ancrage explicite de sa réflexion dans la théorie de l’économie sociale, qui se remarque non seulement dans l’interview, mais aussi dans les cinq propositions qu’il choisit pour définir au mieux l’entreprise sociale. Cependant, quelques points communs avec l’approche américaine de l’entreprise sociale sont à relever: la volonté d’autofinancement et l’absence de contrainte de lien direct entre l’activité et la mission. Le reste des indicateurs de cette approche ne remporte pas son adhésion (professionnalisation par des méthodes du monde marchand, volonté d’éviter les subsides publics et les dons). L’école de l’innovation sociale, quant à elle, ne cadre pas avec sa façon d’envisager l’entreprise sociale. 5.2. AtoutEI 

Présentation des données

Résumé de l’interview Mr Borcy a deux casquettes: d’une part, il est président du Conseil d’Administration d’Atout EI (c’est à ce titre que nous l’avons interviewé), et d’autre part, il est directeur d’une entreprise d’insertion active dans les services de proximité et utilisant les titres-service. Pour lui, une entreprise d’insertion à finalité sociale déploie diverses activités pour permettre à des publics fragilisés d’accéder à l’emploi, et par ce biais-là de retrouver pied dans la vie sociale. Ce que Mr Borcy met particulièrement en avant, c’est le respect du travail et des travailleurs à tous les niveaux (travailleurs, personnel d’encadrement, personnel administratif, etc.). Il s’agit de la mission première d’une entreprise sociale. Cet esprit d’entreprise n’est pas propre au seul secteur de l’économie sociale: il peut exister dans des entreprises privées à but lucratif. 44


L’enjeu est de trouver un juste équilibre entre ce qui est nécessaire pour que le travail soit assumé et les clients satisfaits, et le fait d’aider les membres du personnel dans leurs propres problématiques. Cette mission de respect des travailleurs et du travail demande beaucoup d’énergie et de temps: essayer ensemble de comprendre ce qui va, et surtout ce qui ne va pas, organiser des réunions régulières avec le personnel pour expliquer les décisions ou pour faire des choix ensemble, mais aussi prendre des décisions ensemble dans le quotidien de l’entreprise. Dans son entreprise d’insertion, 10 travailleurs sur 70 ont pris une part de capital et sont donc membres de l’AG. La possibilité que tous les travailleurs prennent une part existe et certains considèrent cela comme un risque, i.c. que les travailleurs prennent le pouvoir dans l’entreprise, mais lui et les autres membres du CA ne considèrent pas cela de cette façon: s’il devait y avoir un effet de masse par rapport à quelque chose, c’est qu’il y avait un manque dans la gestion. Résultats du questionnaire EMES 4

Innovation sociale 4

Social enterprise 3,3

Cinq propositions hiérarchisées 1. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier (6). 2. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7). 3. Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique (8). 4. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central (12). 5. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes (24).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité économique

La mission sociale et l’activité économique sont centrales dans le discours de Mr Borcy, ce qui se vérifie dans ses réponses au questionnaire (propositions 1 et 6). Ses réponses aux propositions 2 et 3 semblent suggérer qu’il ne considère pas le lien direct entre les deux comme une contrainte, ce qui correspond à l’approche américaine de l’entreprise sociale. Cependant, dans l’interview, il situe les entreprises sociales dans le champ de l’insertion. Pour lui, cette insertion se fait par le biais de l’activité économique. Nous pouvons en déduire qu’il considère le lien entre la mission, i.c. l’insertion, et l’activité comme direct.

45


1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 3 5

b) Mode de gouvernance Dans l’interview, Mr Borcy parle beaucoup, quoique sans les nommer de la sorte, de gestion participative, et de recherche de démocratie économique. Il mentionne également la présence de travailleurs à l’Assemblée Générale, où siège donc une pluralité de parties prenantes. Ces trois indicateurs nous montrent une proximité avec le cadre conceptuel EMES. La prépondérance de la thématique du mode de gouvernance dans son discours, de même que ses réponses aux propositions du questionnaire ayant trait au mode de gouvernance nous permettent de situer sa représentation de l’entreprise sociale proche du cadre théorique EMES. Sa position en ce qui concerne la distribution des profits (propositions 26 à 28) va dans le même sens. Seule sa réponse à la proposition 17, traitant de l’indépendance par rapport aux pouvoirs publics, ne cadre pas avec l’approche EMES. 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

5 5 5 4 5 2 1 2 5

c) L’innovation sociale Mr Borcy ne mentionne pas l’innovation sociale dans son discours, mais les indicateurs propres à l’école de l’innovation sociale remportent son accord dans le questionnaire. La figure de l’entrepreneur social ne semble toutefois pas centrale pour lui: son point de départ est l’entreprise et non pas l’entrepreneur.

46


4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

4 5 5

5 5 5

d) Les ressources Le positionnement de Mr Borcy par rapport aux ressources n’est pas tranché. Ainsi, s’il valorise la pluralité des ressources (propositions 18 et 24), ce qui est dans la ligne de l’approche EMES, ses autres réponses l’éloignent de ce cadre théorique, et traduisent une influence de l’école américaine de l’entreprise sociale. Néanmoins, c’est la pluralité des ressources qu’il choisit de mettre en exergue parmi les cinq propositions définissant au mieux l’entreprise sociale à ses yeux. 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

4 4 5 4 4 5

e) Conclusion Les moyennes du questionnaire nous permettent seulement de conclure que l’approche américaine de l’entreprise sociale ne suscite pas le plein accord de Mr Borcy. Sa position par rapport aux deux autres approches est par contre difficile à différencier. La plupart des indicateurs de ces deux cadres conceptuels remportent en effet son adhésion. L’interview, qui met en relief des dimensions du mode de gouvernance propres à EMES, nous permet cependant de conclure que son point d’ancrage peut être situé de façon plus assurée dans le cadre théorique EMES que dans celui de l’innovation sociale.

47


5.3. Crédal 

Présentation des données

Résumé de l’interview Pour Mr Adam, coordinateur de l’agence-conseil de Crédal, l’entrepreneuriat social, ce sont des entrepreneurs qui décident de créer une entreprise qui a une finalité sociale et dont l’objectif n’est pas le seul profit ou la seule recherche de gain individuel, mais plutôt une recherche de gain collectif qui bénéficie non seulement au groupe qui porte le projet mais aussi plus largement à la collectivité. Pour lui, l’entrepreneuriat social, c’est aussi l’utilisation de moyens cohérents avec les fins. Ainsi, la recherche de démocratie, la participation, la réduction des dividendes octroyés aux actionnaires, le respect de toutes les parties prenantes (travailleurs, concurrents, collègues, fournisseurs, etc.) sont des dimensions importantes à ses yeux. Sans la réduction des dividendes, les conditions de travail ne sont pas cohérentes avec la fin, qui est le service à la collectivité ou aux membres. Mr Adam est conscient qu’il y a un autre courant plus anglo-saxon, qui, dit-il, « privilégie la fin par tous les moyens et selon lequel des entrepreneurs individuels travaillent dans le jeu du marché et ne s’embarrassent pas trop d’éthique ». L’entrepreneuriat social, dans ce cas, réside dans le fait d’avoir une finalité sociale, et s’il y a moyen de faire du profit, tant mieux. Mr Adam fait référence au trois « P »: Planet, People, Profit. Lui et les acteurs de l’économie sociale (auxquels il s’identifie) ne souscrivent pas du tout à ce courant. D’après Mr Adam, les différences entre les deux courants peuvent être expliquées d’un point de vue sociologique: d’un côté, les entrepreneurs sociaux correspondant au courant anglo-saxon sont issus du monde de l’entreprise, tandis que ceux du secteur de l’économie sociale sont plutôt issus du monde socioculturel et s’inscrivent donc plus dans l’aspect social qu’économique. Résultats du questionnaire EMES 4,8

Innovation sociale 4,3

Social enterprise 3,3

Cinq propositions hiérarchisées 1. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7). 2. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle (14). 3. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits (28). 48


4. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central (12). 5. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes (21).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Une première idée clé de l’interview, confirmée par l’analyse des réponses au questionnaire, est la centralité de la mission sociale (proposition 6). Pour Mr Adam, cette dernière doit être directement liée à l’activité de production (propositions 2 et 3). 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 1 5 5

Nous pouvons déduire de cela que le cadre théorique de l’approche américaine de l’entreprise sociale ne constitue pas le cadre de référence de Mr Adam; par contre ce lien entre mission et activité renvoie à l’approche EMES. b) Le mode de gouvernance La deuxième idée clé ressortant de l’interview de Mr Adam a trait au mode de gouvernance. Les dimensions de démocratie, de participation, de limitation de la distribution des profits et de pluralité de parties prenantes constituent pour lui de véritables indicateurs pour caractériser une entreprise sociale. Ses réponses au questionnaire confirment cette inclinaison pour le cadre théorique d’EMES. 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

5 4 5 5 5 5 2 2 5

49


Deux des cinq propositions choisies pour caractériser au mieux l’entreprise sociale par notre interlocuteur (14 et 28) sont d’ailleurs des affirmations faisant référence au mode de gouvernance dans la logique de l’approche EMES. c) L’innovation sociale Mr Adam ne parle pas d’innovation sociale dans l’interview, ni des qualités ou compétences de l’entrepreneur. Ce dernier ne semble donc pas central à ses yeux. Les indicateurs propres à l’école de l’innovation sociale suscitent néanmoins son adhésion dans le questionnaire, ce qui traduit une influence de cette école. 4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

4 4 5

4 4 5

d) Les ressources Son avis quant à la question des ressources n’est pas tranché, comme nous le voyons ici: 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

5 4 4 5 2 4

Ainsi, ses réponses aux propositions 18, 23 et 24 montrent une proximité avec l’approche EMES, mais dans le même temps, ses réponses aux propositions 20 et 21 traduisent une influence de l’approche américaine de l’entreprise sociale. e) Conclusion Si le cadre théorique de l’approche EMES remporte le plus l’adhésion de Mr Adam, ce qui se vérifie à travers l’interview et le questionnaire, nous pouvons voir également des influences 50


des deux autres écoles de pensée sur la manière dont il se représente l’entreprise sociale. Pourtant, dans l’interview, il dit se distancier de ce qu’il appelle « l’approche anglosaxonne ». Ceci peut être interprété par le fait que la représentation des écoles anglo-saxonnes de Mr Adam ne sont pas celles véhiculées par la littérature, à savoir l’école de l’innovation sociale et l’école américaine de l’entreprise sociale. Ainsi, l’innovation sociale, la créativité et le leadership de l’entrepreneur, trois indicateurs de l’école de l’innovation sociale, sont des aspects qu’il valorise. De même, deux indicateurs testant the social enterprise school of thought, à savoir le besoin de professionnalisation à l’aide de méthodes du monde marchand (Mr Adam a tenu à préciser en complétant le questionnaire qu’il faut toutefois les adapter) et l’objectif d’autofinancement, sont des éléments qui suscitent son accord. Trois des cinq propositions choisies par Mr Adam pour représenter au mieux l’entreprise sociale font d’ailleurs référence à l’innovation sociale, au leadership de l’entrepreneur et à l’autofinancement par les activités marchandes. Notons toutefois qu’en ce qui concerne la seule interview, nous pouvons situer sa représentation de l’entreprise sociale exclusivement dans le cadre conceptuel d’EMES. 5.4. Triodos 

Présentation des données

Résumé de l’interview Mr Depoortere est Loan Manager et responsable social profit et économie sociale au sein de la banque Triodos. Pour lui, une entreprise sociale est une entreprise qui entreprend en tenant compte des besoins de toutes les parties prenantes. Pour lui, il n’est donc pas nécessaire de rajouter qu’elle doit être sociale ou respectueuse de l’environnement, puisque parmi les parties prenantes, il y a notamment l’entrepreneur, l’environnement, les employés et les syndicats. Mr Depoortere fait référence aux trois « bases » (que nous supposons être les trois principes du développement durable: l’économique, le social et l’environnement) qu’il ne faut pas pour autant nommer, puisqu’une entreprise sociale entreprend non pas tant dans l’intérêt, mais bien dans le respect de toutes ses parties prenantes. Résultats du questionnaire EMES 3,5

Innovation sociale 3,7

Social enterprise 2,5

51


Cinq propositions hiérarchisées 1. Les alliances entre l’entreprise sociale, le secteur privé à but lucratif et/ou le secteur public favorisent l’innovation sociale (19). 2. Une entreprise sociale doit se professionnaliser en faisant appel à des méthodes du monde marchand (25). 3. Trois types de ressources peuvent être importantes pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat) (18). 4. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique (16). 5. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central (12).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Selon Mr Depoortere, la mission d’une entreprise sociale inclut des objectifs sociaux et (et non pas ou) environnementaux. La centralité de cette mission, point commun des trois écoles, ressort de son discours. Son avis quant au lien entre mission et activité n’est pas clair, puisqu’il est plutôt d’accord avec les propositions 2 et 3 qui sont contradictoires. Mr Depoortere souligne l’aspect entrepreneurial tant dans l’interview que dans le questionnaire (proposition 1). 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 4 4

b) Le mode de gouvernance La plupart des indicateurs EMES liés au mode de gouvernance sont valorisés par notre interlocuteur (propositions 8, 11 et 14 à 16). Seules ses réponses aux propositions traitant de l’allocation des profits (propositions 26 à 28) et de l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics (proposition 17) ne vont pas dans le même sens. La question de la distribution des profits le rapproche de l’école de l’innovation sociale. 8. 11. 14. 15.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision.

4 4 4 4

52


16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

4 2 4 1 1

c) L’innovation sociale Dans l’interview, Mr Depoortere n’a pas mentionné l’innovation sociale comme critère déterminant pour considérer une organisation comme entreprise sociale, ce qui est confirmé par ses réponses aux propositions 4, 5 et 7. Notons toutefois qu’en remplissant le questionnaire, Mr Depoortere a souligné le fait qu’il tenait compte de la réalité, et que son souhait est que les entreprises sociales soient plus innovantes. Par contre, il valorise les qualités et compétences de l’entrepreneur social (propositions 9, 10 et 12). 4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

2 2 3

4 4 5

d) Les ressources Le positionnement de Mr Depoortere par rapport à la question des ressources est clair: une entreprise sociale fait appel à une pluralité de ressources pour faire face au risque économique qu’elle prend (propositions 18 et 20 à 24). Cela renvoie au cadre théorique EMES et traduit un net désaccord avec l’approche américaine de l’entreprise sociale, qui prône l’autofinancement par des ressources marchandes (propositions 20 et 21). 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

4 1 2 4 2 4

53


e) Conclusion Comme nous le montrent les moyennes des scores des différentes écoles de pensée, la représentation de l’entreprise sociale de Mr Depoortere rentre partiellement dans le cadre théorique de l’innovation sociale, de même que dans celui de l’approche EMES. Concernant l’approche de l’innovation sociale, il s’en éloigne néanmoins de manière significative, dès lors que l’innovation sociale en tant que telle n’est pas une caractéristique déterminante à ses yeux pour être caractérisée d’entreprise sociale. Par contre, à propos du cadre théorique EMES, il souscrit à des éléments essentiels: plusieurs dimensions du mode de gouvernance et pluralité des ressources. Finalement, l’approche américaine de l’entreprise sociale ne suscite pas son adhésion. Un indicateur de cette école retient toutefois particulièrement son attention: le besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand (proposition 25), indicateur qu’il choisit comme deuxième proposition caractérisant au mieux l’entreprise sociale. 5.5. Réseau des entreprises sociales 

Présentation des données

Résumé de l’interview Pour Mme Heusy, coordinatrice du RES, une entreprise sociale est une entreprise axée sur l’humain, qui fait passer l’homme avant l’argent et non l’inverse. Dès lors, le côté ressources humaines est privilégié, et non le côté ressources financières. L’objectif est de permettre à des personnes d’avoir un travail et de faire valoir leurs compétences intrinsèques, sans viser le profit à tout prix. Le côté financier n’est pas absent. Le mot « entreprise » sous-entend une gestion entrepreneuriale, mais le mot « social » dit qu’il y a toujours un souci social dans la balance. Il faut un équilibre entre les deux. Résultats du questionnaire EMES 3,9

Innovation sociale 3,7

Social enterprise 3,5

Cinq propositions hiérarchisées 1. Une entreprise sociale a un objectif de développement de a démocratie dans la sphère économique (8). 2. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique (16). 54


3. Une entreprise sociale doit se professionnaliser en faisant appel à des méthodes du monde marchand (25). 4. Quand on parle d’entrepreneuriat social, cela peut impliquer un individu en particulier mais aussi un groupe, une organisation, un réseau, un mouvement ou une alliance d’organisations (13). 5. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Pour Mme Heusy, le terme « entreprise sociale » réfère à deux réalités: l’activité de production et la mission sociale. Dans l’interview, Mme Heusy situe les entreprises sociales dans le champ de l’insertion. Le lien entre mission sociale et activité de production est dès lors direct. Notre interlocutrice semble considérer ce lien direct comme une contrainte (propositions 2 et 3), ce qui est contraire à l’approche américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

4 3 4 4

b) Le mode de gouvernance Mme Heusy adhère à l’approche EMES en ce qui concerne le mode de gouvernance, comme le montrent ses réponses aux propositions 8, 11 et 14 à 17. 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

5 4 4 4 5 4 4 1 3

55


En ce qui concerne la distribution des profits, le positionnement de Mme Heusy traduit une plus grande proximité avec l’école de l’innovation sociale. Bien qu’elle ait mis en évidence lors de l’interview que la mission sociale passait avant la recherche de profits, elle ne voit pas d’objection au fait que les profits soient distribués entièrement aux actionnaires ou membres (proposition 26). c) L’innovation sociale L’innovation sociale est un aspect important selon Mme Heusy, comme le montrent ses réponses aux propositions 4, 5 et 7. Cependant, elle ne met pas en avant l’entrepreneur social, sa grille de lecture étant l’organisation. La proposition 12 liée au leadership de l’entrepreneur est d’ailleurs une des cinq propositions ne suscitant pas son accord. 4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

5 4 5

4 4 2

d) Les ressources Le positionnement de Mme Heusy quant à la question des ressources n’est pas tranché: d’une part, elle est en accord avec EMES qui dit qu’une entreprise sociale doit hybrider ses ressources (propositions 18 et 24), et d’autre part, elle se rapproche de l’école américaine de l’entreprise sociale qui privilégie l’autofinancement d’une entreprise sociale par ses activités marchandes (propositions 20 et 21). 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

4 4 4 5 4 4

56


e) Conclusion Les moyennes des scores ne nous permettent pas de différencier de façon nette la position de Mme Heusy par rapport aux trois écoles. La moyenne légèrement plus élevée de l’école EMES, de même que la valorisation de deux dimensions du mode de gouvernance propres à EMES en premier et deuxième lieux dans les cinq propositions hiérarchisées nous montrent une proximité un peu plus grande avec ce cadre théorique. Néanmoins, le cadre théorique proposé par l’école de l’innovation sociale suscite en grande partie son accord, ainsi qu’une partie de l’approche américaine de l’entreprise sociale (notamment le besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand). 5.6. Sowecsom 

Présentation des données

Résumé de l’interview Si la Sowecsom s’adresse uniquement au secteur de l’économie sociale (répondant aux 4 critères fixés par le CWES), pour Mr Colpé, son directeur, la définition d’une entreprise sociale est plus large. Il y a les sociétés à finalité sociale répondant aux critères du CWES. Mais pour lui le terme « entreprise sociale » ne s’arrête pas aux seules SFS. Le terme peut aussi être appliqué à une entreprise classique ayant une démarche sociale dans ses modes de fonctionnement. Les sociétés peuvent donc être socialement responsables par certaines démarches qu’elles font, tant dans la gestion du personnel que dans les relations avec ses fournisseurs, ou dans le respect de la législation sociale ou fiscale, ou encore par des démarches tendant vers l’économie durable. Pour lui, toutes ces démarches « jouent un peu dans la même cour » que les SFS. Pour Mr Colpé, une entreprise sociale peut avoir un but de lucre normal mais n’utilisera pas tous les moyens pour atteindre cet objectif et son objectif n’est pas que celui-là. Résultats du questionnaire EMES 4,1

Innovation sociale 3,4

Social enterprise 3,7

57


Cinq propositions hiérarchisées 1. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier (6). 2. Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue (1). 3. Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique (8). 4. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique (16). 5. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes (21).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

La centralité de la mission sociale ressort du fait que Mr Colpé fait référence à la définition du CWES. Cependant, pour être qualifiée d’entreprise sociale, Mr Colpé dit qu’il suffit de beaucoup moins que cela. Comme le suggèrent ses réponses aux propositions 2 et 3, le lien direct entre mission et activité économique ne semble pas être une contrainte selon notre interlocuteur, ce qui est en phase avec l’école américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 3 4

b) Le mode de gouvernance Ses réponses aux propositions liées aux dimensions du mode de gouvernance montrent une proximité avec l’approche EMES. 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

5 5 4 4 4 4 1 2 5

58


c) L’innovation sociale Dans l’interview, Mr Colpé ne mentionne pas l’innovation sociale en tant que telle, et sa « porte d’entrée » semble bien être l’organisation puisqu’il parle de sociétés, et non d’entrepreneur. Toutefois, il est en accord avec les propositions propres à l’école de l’innovation sociale: 4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

4 4 4

4 4 4

Notons néanmoins qu’en complétant le questionnaire, il a dit « avoir du mal avec ce concept » (l’innovation sociale). d) Les ressources Le positionnement de Mr Colpé concernant la question des ressources d’une entreprise sociale n’est pas tranché. Ses réponses aux questions suivantes nous montrent une plus grande proximité avec l’approche EMES, même si nous relevons une influence de l’école américaine de l’entreprise sociale dans sa réponse à la proposition 21 (qui est aussi la cinquième proposition qu’il choisit parmi les cinq propositions caractérisant au mieux l’entreprise sociale). 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

4 3 4 5 3 4

e) Conclusion La représentation de l’entreprise sociale de Mr Colpé peut être placée dans le cadre conceptuel d’EMES, et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, son point de départ lors de 59


l’interview est la référence au secteur de l’économie sociale et aux critères du CWES. Ensuite, les moyennes des scores de chaque école de pensée nous montrent une plus grande adhésion à cette école. Enfin, quatre des cinq propositions qu’il choisit pour caractériser au mieux l’entreprise sociale sont des indicateurs EMES. Néanmoins, sa définition de l’entreprise sociale est plus large, comme il le souligne dans l’interview. D’ailleurs, beaucoup d’éléments des deux autres approches suscitent son adhésion; pour l’école de l’innovation sociale: innovation sociale, qualités et leadership de l’entrepreneur; pour l’école américaine de l’entreprise sociale: besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand, volonté de s’autofinancer par ses activités marchandes, absence de contrainte de lien direct entre mission et activité. 5.7. Centre d’économie sociale (Ulg) 

Présentation des données

Résumé de l’interview Mme Mertens est professeur et directrice des recherches au CES de l’ULg (HEC). Elle utilise la grille de lecture de l’organisation et parle donc d’entreprise sociale. Pour elle, une entreprise sociale, c’est toute organisation qui appartient à l’économie sociale et qui peut être utilement regardée comme une entreprise. A ses yeux, appartient à l’économie sociale toute organisation productrice de biens et de services, entendus au sens très large, qui a une finalité première qui n’est pas la recherche du profit pour les actionnaires et qui met en œuvre un processus de gestion démocratique. Une organisation peut être utilement regardée comme une entreprise s’il y a une prise de risque et la continuité d’un projet, ce qui, en principe, nécessite d’avoir de l’emploi rémunéré. Ce qui intéresse Mme Mertens, ce sont donc des organisations qui sont des ASBL, des sociétés à finalité sociale, des sociétés coopératives reconnues par le CNC, des mutualités et des fondations, qui créent de l’emploi rémunéré, qui répondent à des besoins pas bien satisfaits pas les autres acteurs et qui innovent socialement. Pour Mme Mertens, le critère pour être appelée entreprise sociale reste l’appartenance à l’économie sociale, mais elle reconnaît qu’il y a du flou et qu’il existe d’autres types d’entreprises, en particulier des PME, qui ont parfois des pratiques de gestion très similaires à ce qu’on observe en entreprise sociale. Mais la distinction est claire et se résume dans la question suivante: quelle est la finalité première et quel est le mode d’organisation ? Sous-tendant cela, il y a le choix de la forme juridique qui n’est pas anodin: choisir le statut d’ASBL ou de SFS ou de

60


société coopérative reconnue, est un choix d’afficher des valeurs. La forme juridique reste donc sa grille d’analyse, mais cela ne l’empêche pas de reconnaître de la proximité avec du développement local, des petites PME, et même parfois avec des structures publiques, qui ont quand-même une autonomie importante et qui se rapprochent aussi de l’entreprise sociale. Si le terme « entreprise sociale » est le plus pertinent pour Mme Mertens et reste la « porte d’entrée », elle reconnaît qu’il y a à mettre en lumière, plus que ce ne l’était jusqu’à présent, l’entrepreneur, ou en tout cas le processus d’entrepreneuriat, pour connaître les freins et les éléments qui soutiennent la création d’entreprises sociales, afin de soutenir ce secteur. Résultats du questionnaire EMES 3,7

Innovation sociale 4,1

Social enterprise 2,3

Cinq propositions hiérarchisées 1. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier (6). 2. L’innovation sociale est un aspect essentiel (5). 3. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie (22). 4. Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue (1). 5. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits (28).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Pour Mme Mertens, un aspect important définissant une entreprise sociale est son activité de production de services ou de biens qui doit être continue et nécessite donc de l’emploi rémunéré. Elle estime que le lien entre la mission sociale et l’activité de production ne doit pas être direct, comme nous le montrent ses réponses aux propositions 2 et 3. Il s’agit du seul élément qui la rapproche de l’école américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 2 5

61


b) Le mode de gouvernance Dans l’interview, Mme Mertens parle du processus de gestion démocratique comme d’un élément constitutif des entreprises sociales. Cette vision s’inscrit dans le cadre théorique d’EMES. Cependant, son positionnement « sans avis » par rapport à certaines propositions liées au mode de gouvernance (propositions 8, 11, 14 et 15) ne vont pas dans le même sens. 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

3 3 3 3 4 5 5 1 5

En ce qui concerne la distribution des profits, si Mme Mertens choisit la proposition 28 parmi les cinq propositions définissant au mieux l’entreprise sociale à ses yeux, elle est néanmoins « tout à fait d’accord » avec la proposition 26 liée à l’école de l’innovation sociale, même si elle a tenu à noter qu’il y avait des limites dans la manière de distribuer les profits aux membres (elle a également barré « actionnaires »). Selon elle, une entreprise sociale n’est pas limitée au secteur associatif, ce qui l’éloigne davantage de l’approche américaine de l’entreprise sociale. c) L’innovation sociale Mme Mertens mentionne dans l’interview l’innovation sociale comme un élément important à ses yeux. Ses réponses aux propositions 4 et 5 nous montrent également qu’elle souscrit tout à fait à l’importance de l’innovation sociale, ce qui place sa représentation de l’entreprise sociale à proximité de l’approche de l’innovation sociale. Toutefois, elle n’est pas d’accord avec un de ses indicateurs (proposition 7). 4. 5. 7.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres

5 5 2 62


9. 10. 12.

mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

5 5 5

Mme Mertens admet qu’il faudrait davantage mettre en lumière l’entrepreneur social. Cependant, sa « porte d’entrée » reste celle de l’organisation. On ne peut donc pas dire que sa clé de lecture soit « l’entrepreneur social innovant », même si elle valorise son leadership et sa créativité (propositions 9, 10 et 12). d) Les ressources Selon Mme Mertens, le risque économique est un aspect essentiel pour être qualifiée d’entreprise sociale. Pour faire face à ce risque économique, la position de Mme Mertens est très claire et rentre dans le cadre théorique d’EMES: il faut hybrider ses ressources. 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

5 1 1 5 2 5

e) Conclusion Si les moyennes des scores traduisent une plus grande proximité de la représentation de l’entreprise sociale de Mme Mertens avec l’école de l’innovation sociale, il n’en est pas de même quant à l’interview qui montre une forte inclinaison pour le cadre théorique d’EMES. Nous pouvons en conclure que sa représentation de l’entreprise sociale rentre dans le cadre conceptuel d’EMES, ce qui est logique étant donné son ancrage dans la théorie de l’économie sociale. Cependant, l’école de l’innovation sociale n’en exerce pas moins une grande influence sur sa manière de conceptualiser l’entreprise sociale. Comme le montre la moyenne des scores de l’école américaine de l’entreprise sociale, sa représentation de l’entreprise sociale en est fort éloignée: la question des ressources suscite son net désaccord avec cette approche, de même que la professionnalisation par des méthodes du monde marchand (même si Mme Mertens estime qu’une entreprise sociale doit se professionnaliser).

63


5.8. The Hub 

Présentation des données

Résumé de l’interview Pour Mr Riedl, administrateur et cofondateur du Hub, l’objectif de l’entrepreneuriat social est la résolution d’un problème sociétal ou social par des moyens innovants. Pour lui, l’entrepreneuriat social est d’abord l’activité d’un individu ou d’un groupe de personnes qui remplit les critères de l’entrepreneuriat: pro-activité, relever les défis, prise de risque, créativité, innovation (c’est-à-dire la création de quelque chose de nouveau), détermination, etc. Ensuite, pour lui et le Hub, il est important de remettre les choses en question, notamment certains modes de fonctionnement de l’économie sociale « classique » comme le manque de dynamisme et le fait de travailler avec des subsides. Mr Riedl préfère limiter les subsides et au manque de dynamisme, il oppose la prise de risque. Puisque la prise de risque est un aspect essentiel dans l’approche du Hub, une préoccupation primordiale est la diminution de ce risque. A cela s’ajoute le fait que souvent, les entrepreneurs sont seuls (comme individu ou comme groupe) face à toute une série de défis. C’est pourquoi le Hub a été créé: un lieu où les entrepreneurs sociaux peuvent s’entraider et s’échanger des informations notamment sur les possibilités de financement. Résultats du questionnaire EMES 3,7

Innovation sociale 4,4

Social enterprise 4

Cinq propositions hiérarchisées 1. L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale (4). 2. L’innovation sociale est un aspect essentiel (5). 3. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7). 4. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux (9). 5. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres (26).

64


Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

L’importance des deux pôles, la mission sociale et l’activité économique, ressort de l’interview et du questionnaire (propositions 1 et 6). Il n’est pas clair si notre interlocuteur considère que le lien entre activité et mission doit être direct ou non, puisqu’il est d’accord avec les propositions 2 et 3. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 4 4 4

b) Le mode de gouvernance Concernant le mode de gouvernance, si pour Mr Riedl la recherche de plus de démocratie économique et la dynamique collective ne constituent pas un enjeu (propositions 8 et 11), d’autres indicateurs EMES ayant trait au mode de gouvernance emportent son accord (propositions 14 à 17). 8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

3 2 4 4 4 5 5 2 4

La question de la distribution des profits rapproche Mr Riedl de l’école de l’innovation sociale (proposition 26), bien qu’il soit plutôt d’accord avec la proposition 28, un indicateur EMES qui ne va pas dans le même sens. C’est néanmoins la proposition 26 qu’il valorise le

65


plus et qu’il reprend d’ailleurs dans les cinq propositions hiérarchisées caractérisant au mieux l’entreprise sociale. c) L’entrepreneur social innovant L’entrepreneur social innovant est au cœur de la représentation de l’entrepreneuriat social de Mr Riedl, ainsi que ses qualités et compétences, ce qui se vérifie également dans ses réponses au questionnaire. 4. 5. 7.

9. 10.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social.

5 4 4

4 5

Si dans l’interview, l’entrepreneur comme individu n’est pas mis en exergue, puisqu’il parle tant d’individu que de groupe d’individus, ses réponses aux deux propositions suivantes nous montrent qu’il ne valorise pas une dynamique collective. 11. 12.

Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central.

2 4

d) Les ressources Il est difficile de cerner ce que Mr Riedl pense à propos de la question des ressources, au vu de ses réponses au questionnaire: 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

5 4 4 5 4 5

D’une part, il valorise la pluralité des ressources (propositions 18 et 24), et d’autre part, il souscrit au fait qu’une entreprise sociale doit éviter les subsides au maximum et s’autofinancer par ses activités marchandes (propositions 20 et 21). Ce qui aide à trancher, 66


c’est que dans l’interview, il dévalorise la dépendance vis-à-vis des subsides publics. Cela le rapproche de l’école américaine de l’entreprise sociale. e) Conclusion L’analyse de ces données nous révèle que l’école de l’innovation sociale est le cadre conceptuel correspondant le mieux à la représentation que se fait Mr Riedl de l’entrepreneuriat social. Les cinq propositions choisies par notre interlocuteur pour représenter au mieux l’entreprise sociale font d’ailleurs toutes référence à cette école. Cependant, d’autres éléments, correspondant à the social enterprise school of thought (la volonté de se détacher des subsides, la nécessité de se professionnaliser par des méthodes du monde marchand) et au cadre théorique d’EMES (certaines dimensions du mode de gouvernance), remportent son accord. 5.9. Fondation Philippson 

Présentation des données

Résumé de l’interview Mme de le Court, Partner Support Officer à la Fondation Philippson, utilise le terme entrepreneur social. Par ce terme, elle entend un individu qui a toutes les qualités d’un entrepreneur classique, à savoir une vision claire d’une solution à apporter à un problème préalablement identifié et des capacités de leadership et de mobilisation de ressources. Elle attache donc de l’importance à la personnalité de l’entrepreneur. Contrairement à l’entrepreneur classique, l’entrepreneur social a un objectif social et est à la tête d’une organisation ou d’une association. Selon Mme de le Court, l’entrepreneur social veut « faire bouger les choses », a un objectif de transformation sociale et est enthousiaste, plein d’ambition et déterminé à améliorer concrètement et durablement la vie de ses compatriotes. Les organisations dont sont responsables les entrepreneurs sociaux peuvent être totalement subsidiées, mais l’entrepreneur social mène une réflexion pour essayer de s’autofinancer. En effet, les entrepreneurs sociaux veulent éviter de rester structurellement dépendants de subsides. Cette démarche vers l’autofinancement est importante. Cependant, c’est la personnalité de l’individu qui reste déterminante pour qualifier quelqu’un d’entrepreneur social.

67


Résultats du questionnaire EMES 3

Innovation sociale 4,4

Social enterprise 3,3

Cinq propositions hiérarchisées 1. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central (12). 2. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7). 3. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux (9). 4. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier (6). 5. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides (17).

Analyse des données a) L’activité de production et la mission sociale

Pour Mme de le Court, la présence d’une mission sociale est ce qui fait la différence entre un entrepreneur classique et un entrepreneur social. Logiquement, cette mission est valorisée dans le questionnaire (proposition 6). En ce qui concerne le lien entre la mission et l’activité de production, il doit être direct selon notre interlocutrice (propositions 2 et 3), ce qui est en contradiction avec l’approche américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut-être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

4 2 4 5

b) Le mode de gouvernance La recherche de plus de démocratie dans la sphère économique ne constitue pas un enjeu pour Mme de le Court, ce qui la distancie fortement de l’approche EMES (propositions 8, 11, 14 à 16). Seule l’importance qu’elle accorde à l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics rapproche sa représentation du cadre théorique EMES (proposition 17). La question de la distribution des profits nous indique une proximité avec l’école de l’innovation sociale (propositions 26 à 28).

68


8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

2 1 2 2 3 5 5 2 2

c) L’entrepreneur social innovant Les deux éléments au centre du discours de Mme de le Court, l’entrepreneur et la transformation sociale, sont également valorisés par ses réponses au questionnaire et font référence à l’école de l’innovation sociale. 4.

7.

9. 10. 12.

L'entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d'une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central.

4 2 5

5 5 5

Les cinq propositions choisies par Mme de le Court pour représenter au mieux une entreprise sociale nous confirment cette analyse: les trois premières font référence à cette approche. Pourquoi notre interlocutrice ne met-elle pas en avant l’innovation sociale en tant que telle (proposition 5)? Après avoir rempli le questionnaire, Mme de le Court a tenu à rajouter que l’innovation sociale ne constituait pas en soi un critère de sélection pour accorder un soutien à un entrepreneur social. Cela explique le fait qu’elle est « plutôt pas d’accord » avec la proposition 5. Cependant, selon elle, un entrepreneur social ayant toutes les qualités requises met de facto une innovation sociale en œuvre.

69


d) Les ressources Pour Mme de le Court, une entreprise sociale peut avoir recours à une pluralité de ressources (proposition 18), ce qui est contradictoire avec l’école américaine de l’entreprise sociale. Cette dernière a néanmoins une influence sur sa représentation puisque Mme de le Court est d’accord qu’il faut éviter au maximum les subsides et les dons (proposition 20). Cependant, cette influence est limitée puisque l’autofinancement n’est pas un objectif en soi à ses yeux (proposition 21). 18. 20. 21. 22. 23. 24.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

5 4 2 2 2 2

e) Conclusion Nous pouvons conclure de cette analyse que la représentation de l’entrepreneuriat social de Mme de le Court correspond au cadre conceptuel de l’école de l’innovation sociale. Il y a toutefois certains points communs avec the social enterprise school of thought (notamment le besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand). Par contre, sa représentation est éloignée de l’approche EMES. Cette analyse est confirmée par les moyennes par école du questionnaire. 5.10. CRECIS (LSM-UCL) 

Présentation des données

Résumé de l’interview Mme Bacq est doctorante et chercheuse. Pour elle, l’entrepreneuriat social est l’ensemble des individus et des organisations qui allient la conduite d’une mission sociale, c’est-à-dire la recherche d’une plus–value sociale, avec la réalisation d’un modèle économique viable. Il y a donc un double objectif, à la fois social et économique. Mme Bacq comprend le mot social dans le sens sociétal; cela peut donc inclure des objectifs environnementaux, tout comme la fourniture de services sociaux dans le sens où on l’entend habituellement, à savoir le fait de 70


faire travailler des personnes handicapées, des personnes au chômage, des ex-prisonniers, etc. Concernant le modèle économique, c’est un modèle qui se base sur des activités marchandes utilisant les règles du marché pour faire fonctionner l’entreprise. Mme Bacq n’est pas contre le fait de recourir aux subsides (comme les PME classiques), mais cela doit se limiter à la phase de start-up. Résultats du questionnaire EMES 1,9

Innovation sociale 4

Social enterprise 3,8

Cinq propositions hiérarchisées 1. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci (7). 2. Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’ellemême (20). 3. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central (12). 4. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie (22). 5. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres (26).

Analyse des données a) La mission sociale et l’activité de production

Pour Mme Bacq, dans l’entrepreneuriat social, il y a une double conduite d’activités: la mission sociale et l’activité économique. Sans surprise, notre interlocutrice valorise donc les propositions 1 et 6. Quant au lien entre la mission et l’activité, il doit être direct (propositions 2 et 3), ce qui est en désaccord avec l’approche américaine de l’entreprise sociale. 1. 2. 3. 6.

Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celle-ci. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier.

5 2 4 4

b) Le mode de gouvernance Mme Bacq est en net désaccord avec l’approche EMES à propos du mode de gouvernance (propositions 8, 11, 14 à 16 et 28). 71


8. 11. 14. 15. 16. 17. 26. 27. 28.

Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. Pour être une entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

3 1 1 1 1 5 5 1 1

L’autonomie vis-à-vis des pouvoirs publics (proposition 17) traduit une proximité avec l’approche américaine de l’entreprise sociale, même s’il s’agit également d’un indicateur EMES. La question de l’allocation des profits nous montre qu’elle ne situe pas l’entrepreneuriat social dans le seul secteur associatif. c) L’innovation sociale Bien que Mme Bacq ne mentionne pas l’innovation sociale dans l’interview, ses réponses aux propositions suivantes nous montrent son accord avec l’école de l’innovation sociale: 4. 5. 7.

9. 10. 12.

L’entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d’une innovation sociale. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur est central.

4 4 5

4 5 4

d) Les ressources Selon Mme Bacq, une entreprise sociale doit viser l’autofinancement par les activités marchandes et éviter les subsides (propositions 20 et 21), ce qui la met en clair désaccord avec l’approche EMES. Par contre, cela fait référence à l’approche américaine de l’entreprise sociale. 18. 20.

Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale: les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même.

1 5

72


21. 22. 23. 24.

Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes.

5 5 5 5

e) Conclusion La représentation de l’entrepreneuriat social de Mme Bacq correspond au moins en partie au cadre conceptuel de l’école de l’innovation sociale. En effet, la création de valeur sociale, l’innovation sociale, le leadership et la créativité de l’entrepreneur sont autant d’indicateurs qu’elle valorise. Cependant, sa représentation est plus proche de l’école américaine de l’entreprise sociale qui met l’accent sur l’autofinancement par les activités marchandes, la volonté de ne pas fonctionner avec des subsides et le besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand. Le fait que, pour Mme Bacq, l’entrepreneuriat social ne se limite pas au seul secteur nonprofit nous permet de situer sa représentation dans le courant plus récent de cette approche américaine, que Defourny et Nyssens (2009) nomment the social-purpose business approach22. En effet, sa représentation correspond à la grille d’analyse de l’entrepreneuriat social proposée par des auteurs comme Nicholls. 5.11. Positionnement des acteurs: synthèse Afin de visualiser notre analyse, nous avons placé les différents acteurs dans un triangle divisé en trois parties représentant les trois écoles de pensée. L’emplacement concret d’un acteur dans une des parties dépend d’une part de sa proximité avec tel ou tel cadre conceptuel et d’autre part des influences des deux autres cadres théoriques.

La moyenne des scores de l’école américaine de l’entreprise sociale change si l’on remplace la proposition 27 (interdiction totale de distribuer le profit) par la proposition 26 (pas de contrainte quant à la distribution des profits) et passe de 3,8 à 4,5. 22

73


La représentation de l’entrepreneur social ou de l’entrepreneuriat social de deux acteurs, à savoir nos interlocuteurs au Hub et à la Fondation Philippson, correspond clairement au cadre conceptuel de l’innovation sociale, raison pour laquelle ils sont placés dans la partie social innovation school of thought du triangle. Cependant, pour le Hub, une partie des indicateurs EMES emporte son accord (certaines dimensions du mode de gouvernance: gestion participative, mode de gouvernance démocratique et indépendance des pouvoirs publics), ainsi qu’une majorité des indicateurs de l’école américaine de l’entreprise sociale (dévalorisation des subsides publiques, besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand). Pour la Fondation Philippson, par contre, le cadre EMES n’est pas du tout dans la même ligne de pensée (les dimensions EMES du mode de gouvernance sont toutes dévalorisées, hormis l’indépendance des pouvoirs publics), et l’approche américaine de l’entreprise sociale n’exerce que peu d’influence. C’est pourquoi ces deux acteurs sont placés à deux endroits bien distincts: notre interlocuteur au Hub en grande proximité de la partie social enterprise school of thought et plus proche également de la partie EMES; notre interlocutrice à la Fondation Philippson plus proche de l’angle du triangle, marquant ainsi le peu d’influence des deux autres approches.

74


La représentation de l’entrepreneuriat social de notre interlocutrice au Crecis peut être placée dans the social-purpose business approach, le courant le plus récent de l’approche américaine de l’entreprise sociale. Stratégies d’autofinancement, volonté de se détacher des subsides et besoin de professionnalisation par des méthodes du monde marchand sont en effet autant d’indicateurs suscitant son accord. Sa représentation est fort éloignée de l’approche EMES (les dimensions du mode de gouvernance propres à cette approche sont dévalorisées, sauf l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics), mais révèle par contre des influences de l’école de l’innovation sociale: l’innovation sociale, la créativité et le leadership de l’entrepreneur et l’absence de contrainte quant à la distribution des profits sont autant d’indicateurs valorisés. Cela explique son emplacement dans le triangle: éloigné de la partie EMES mais fort proche de la partie social innovation school of thought. La représentation de l’entreprise sociale ou de l’entrepreneuriat social de quatre acteurs, à savoir nos interlocuteurs chez Crédal, à la Sowecsom, au RES et chez AtoutEI, peut être située dans le cadre théorique EMES. Dans le même temps, ces acteurs sont influencés de manière plus ou moins marquée par les deux autres écoles. La plupart des indicateurs de l’école de l’innovation sociale et une partie de ceux de l’école américaine de l’entreprise sociale ont notamment suscité l’accord de notre interlocuteur chez AtoutEI, d’où sa position à la limite de la partie social innovation school of thought du triangle, et à relative proximité de la partie social enterprise school of thought. Notre interlocutrice au RES est placée encore plus au centre du triangle pour deux raisons: d’une part, son ancrage dans la théorie EMES est moins marqué et d’autre part, sa représentation de l’entreprise sociale ne contredit pas spécifiquement les deux autres approches. Par contre, nos interlocuteurs à la Sowecsom et chez Crédal sont placés plus haut dans le triangle car leur ancrage dans le cadre théorique EMES peut être affirmé de manière plus assurée. Cela ne veut pour autant pas dire qu’ils ne sont pas influencés par les deux autres approches: principalement par l’approche américaine de l’entreprise sociale pour le premier, et principalement par l’approche de l’innovation sociale pour le second. Notre interlocutrice au CES a également le cadre conceptuel d’EMES comme cadre de référence. Cependant, de larges influences de l’école de l’innovation sociale sont à relever dans sa représentation de l’entreprise sociale. L’approche américaine de l’entreprise sociale, quant à elle, suscite son net désaccord.

75


Parmi les acteurs dont le point d’ancrage est EMES, ConcertES est placé le plus en proximité de l’angle du triangle, principalement parce que les influences des deux autres écoles sont limitées. Les quelques influences qui sont à relever en dehors de l’approche EMES viennent de l’école américaine de l’entreprise sociale, ce qui explique son emplacement du côté droit du triangle.

La représentation de notre interlocuteur chez Triodos, quant à elle, est la seule à pouvoir être située dans deux cadres théoriques, i.c. celui de l’innovation sociale et celui d’EMES. Elle est par contre en contradiction avec l’approche américaine de l’entreprise sociale. Cela explique pourquoi nous l’avons placé sur la ligne séparant les parties EMES et social innovation school of thought du triangle, mais loin de la partie social enterprise school of thought.

Nous constatons que le cadre EMES est celui qui correspond à une majorité des représentations des acteurs interviewés. Cependant, les sept acteurs qui sont dans la partie EMES du triangle sont influencés, de manière plus ou moins marquée, par l’une ou les deux autres écoles de pensée. Afin de visualiser les influences des deux approches américaines sur les représentations de ces sept acteurs, voici un tableau les synthétisant. Une croix indique qu’un indicateur est valorisé par un acteur. A l’inverse un tiret montre qu’il ne l’est pas. Un point d’interrogation indique que la position de l’acteur n’était pas tranchée. Sowecsom

Social

Crédal

AtoutEI

RES

ConcertES

CES

Triodos

Innovation sociale

x

x

x

x

-

x

-a

Créativité de l’entrepreneur

x

x

x

x

x

x

x

Leadership de l’entrepreneur

x

x

x

-

x

x

x

Pas de contrainte quant à la

-

-

-

x

-

xb

x

?

-

?

?

x

x

?

-

x

x

x

-

-

-

x

x

x

x

x

-

-

x

xc

-

x

-

-d

x

innovation school of thought

distribution des profits

Social

Pas de contrainte de lien direct

enterprise

entre activité et mission

school of

Volonté de se détacher des

thought

subsides Viser l’autofinancement par activités marchandes Professionnalisation par méthodes du monde marchand

a

rappelons que notre interlocuteur a dit tenir compte de la réalité pour répondre à cette question.

b

notre interlocutrice a insisté sur le fait qu’il y avait des limites dans la manière.

c

notre interlocuteur a précisé qu’il fallait les adapter.

d

notre interlocutrice a ajouté qu’il fallait tout de même qu’une entreprise sociale se professionnalise.

76


Il ressort de ce tableau que certains indicateurs sont valorisés par une majorité des sept acteurs, voir par tous: le leadership et la créativité de l’entrepreneur, l’innovation sociale, la volonté de s’autofinancer par ses activités marchandes et le besoin de professionnalisation (que ce soit ou non à l’aide de méthodes du monde marchand).

6. Vérification des hypothèses Après le travail d’analyse, nous pouvons conclure que notre hypothèse principale est validée: les représentations de l’entreprise sociale ou de l’entrepreneuriat social des sept acteurs dont le site internet utilise le terme économie sociale peuvent être placées dans le cadre conceptuel d’EMES. Cependant, de larges influences d’une ou des deux autres écoles de pensée sont à relever pour la majorité d’entre eux. Notons aussi que la représentation de notre interlocuteur chez Triodos ne rentre que partiellement dans le cadre théorique d’EMES.

Nous supputions également que les acteurs dont la représentation peut être située dans le cadre théorique d’EMES auraient fait référence aux quatre critères de l’économie sociale dans leur réponse à la question ouverte et non aux autres critères EMES, qui eux se vérifieraient dans leurs réponses au questionnaire. Cette hypothèse ne se vérifie pas. Seul un acteur, à savoir Mr Colpé (Sowecsom), fait référence à la définition du CWES lors de l’entretien (sans citer les quatre critères). Mr Adam (Crédal) parle de trois des quatre critères de l’économie sociale (il ne mentionne pas l’autonomie de gestion) et Mr Borcy (AtoutEI) parle de service à la collectivité et de processus de décision démocratique, mais sans nommer ces critères de manière explicite. Mme Heusy (RES) et Mr Pereau (ConcertES) ne font référence qu’à un seul critère de l’économie sociale. Mr Depoortere (Triodos), quant à lui, ne fait pas référence aux critères de l’économie sociale en réponse à la question ouverte. Enfin, Mme Mertens (CES) fait clairement référence à l’économie sociale mais certains critères propres à EMES sont déjà présents lors de l’interview. La deuxième hypothèse qui découlait de l’hypothèse principale est validée: la représentation de l’entrepreneur social de Mme de le Court (Fondation Philippson) et celle de l’entrepreneuriat de Mr Riedl (The Hub) peuvent effectivement être placées dans le cadre théorique de l’école de l’innovation sociale; celle de l’entrepreneuriat social de Mme Bacq (Crecis) fait référence à l’approche américaine de l’entreprise sociale.

77


Conclusion

Arrivée au terme de notre mémoire, nous en rappelons brièvement le parcours et nous concluons en rassemblant les éléments de réponse à la question de départ qui nous a animée tout au long de cette recherche. Nous terminons par quelques pistes pour l’action. Sur le Vieux Continent, tout comme aux Etats-Unis, le débat sur l’entrepreneuriat social est à l’origine de l’élaboration, par des scientifiques, de nouveaux cadres théoriques. Nous nous sommes posé la question de savoir quel cadre conceptuel correspondait le mieux aux discours des acteurs qui s’inscrivent dans ce débat. A la suite de Defourny et Nyssens (2009), nous en avons présenté trois dans la partie théorique, à savoir (1) l’approche du réseau européen EMES, (2) l’approche américaine de l’innovation sociale et (3) l’approche américaine de l’entreprise sociale. Pour la partie empirique, nous avons choisi de nous centrer sur les acteurs institutionnels, c'est-à-dire ceux qui viennent en soutien des entrepreneurs sociaux. Après avoir dressé une cartographie de ces acteurs, nous avons récolté nos données sur un échantillon raisonné de dix acteurs. L’analyse de ces données nous a permis de répondre à notre question de départ: Quel cadre théorique, parmi les trois que nous avons présentés, correspond le mieux aux représentations de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social et/ou de l’entrepreneur social que se font les acteurs revendiquant ces vocables en Belgique francophone ? Tout d’abord, il ressort de notre recherche que le cadre théorique EMES est celui qui correspond le mieux aux représentations que se font la majorité des acteurs de notre échantillon des concepts d’entreprise sociale ou d’entrepreneuriat social. Cependant, pour élargir cette conclusion à la population, il serait nécessaire de faire la même recherche en utilisant une méthode d’échantillonnage plus représentative de la population. Notre mémoire peut toutefois servir de travail exploratoire à ce type de recherche. Ensuite, notre analyse a mis en relief le fait que certains indicateurs de l’école de l’innovation sociale sont valorisés par la plupart de nos interlocuteurs, notamment l’innovation sociale, la créativité et le leadership de l’entrepreneur. De plus, notre étude nous a permis de constater que la majorité des acteurs ne souscrivent pas à l’approche américaine de l’entreprise sociale comme cadre de référence, mais que certains de ses indicateurs suscitent néanmoins l’accord de plusieurs d’entre eux, entre autres le besoin de professionnalisation par des méthodes du monde 78


marchand et la volonté de s’autofinancer par des ressources marchandes. Nous pouvons donc conclure que les acteurs se réclamant de l’économie sociale sont néanmoins influencés par les approches américaines, même si certains s’en distancient explicitement. Au-delà des discours parfois très tranchés entre les différentes approches de l’entrepreneuriat social, il apparaît donc que les discours des acteurs le sont nettement moins. En partant de ces constats, nous saisissons l’occasion pour proposer, modestement, quelques pistes pour l’action. Premièrement, nous pensons qu’il serait intéressant de mener la même recherche à propos des représentations de l’entreprise sociale que se font les entrepreneurs sociaux ou porteurs de projets d’économie sociale. Dans le cadre de ce mémoire, nous n’avons pas pris ces acteurs en considération dans la délimitation de notre population pour des raisons de faisabilité. Dans la même veine, il serait également pertinent de comparer les conceptions de l’entreprise sociale d’acteurs institutionnels d’une part, et d’autre part d’entrepreneurs sociaux soutenus par ces mêmes acteurs institutionnels. Deuxièmement, étant donné que la représentation de tous les acteurs de notre échantillon se référant à l’économie sociale peut être située dans le cadre théorique d’EMES, il nous semble que ce cadre pourrait être l’approche fédératrice dont nous parlions dans l’introduction. Dès lors, il est du ressort des chercheurs du réseau EMES de se faire connaître des différents types d’acteurs institutionnels qui peuvent être de formidables relais pour promouvoir leur approche de l’entreprise sociale. Troisièmement, il s’agit pour le réseau EMES de considérer les indicateurs des deux autres écoles de pensée autour desquels les différents acteurs s’accordent (innovation sociale, besoin de professionnalisation, etc.) et d’étudier en quoi ces indicateurs peuvent enrichir leur théorie de l’entreprise sociale.

79


Bibliographie ALTER S.K., (2006), « Social Enterprise Models and Their Mission and Money Relationships », in NICHOLLS A. (ed.), (2006), Social Entrepreneurship, New Models of Sustainable Social Change, Oxford University Press, pp. 205-232. ALVORD S.H., BROWN L.D. & LETTS C.W., (2002), « Social Entrepreneurship and Social Transformation: An Exploratory Study », Hauser Center for Nonprofit Organizations Working Paper No. 15, The Kennedy School of Government, Harvard University, November 2002. ANHEIER H.K., (2005), Nonprofit Organizations. Theory, Management, Policy, London and New York, Routledge. BOSCHEE J., (1998), « Merging Mission and Money: A Board Member’s Guide to Social Entrepreneurship », en ligne www.socialent.org/pdfs/mergingmission.pdf, consulté le 23.12.09. BOSCHEE J., (2006), « Social Entrepreneurship: The Promise and the Perils », in NICHOLLS A. (ed.), (2006), Social Entrepreneurship, New Models of Sustainable Social Change, Oxford University Press, pp. 356-390. BOSCHEE J. & MCCLURG J., (2003), « Toward a Better Understanding of Social Entrepreneurship: Some Important Distinctions », en ligne www.se-alliance.org/ better_understanding.pdf consulté le 23.12.09. CAMPI S., DEFOURNY J. & GRÉGOIRE O., (2006), « Work Integration Social Enterprises: Are They Multiple-Goal and Multi-Stakeholder Organizations? » in NYSSENS M. (ed.) Social Enterprise. At the Crossroads of Market, Public Policies and Civil Society, London and New York, Routledge, pp. 29-49. BORZAGA C. & DEFOURNY J., (2001), « Conclusions. Social Enterprises in Europe: A Diversity of Initiatives and Prospects » in BORZAGA C. & DEFOURNY J. (eds.) The Emergence of Social Enterprise, London and New York, Routledge, pp. 350-369. DEES J.G., (1998a), « The Meaning of Social Entrepreneurship », Working paper, Kauffman Center for Entrepreneurial leadership. DEES J.G., (1998b), « Enterprising Nonprofits », Harvard Business Review, JanuaryFebruary, pp. 55-67. DEES J.G., (2003), « Social Entrepreneurship is about Innovation and Impact, Not Income », in Social Edge, The Skoll Foundation, September. DEFOURNY J., (2001), « Introduction: From Third Sector to Social Enterprise » in BORZAGA C. & DEFOURNY J. (eds.) The Emergence of Social Enterprise, London and New York, Routledge, pp. 1-28. DEFOURNY J., (2004), « L’émergence du concept d’entreprise sociale », in Reflets et perspectives de la vie économique, Tome XLIII, (3), pp. 9-23. 80


DEFOURNY J. & MERTENS S., (2008), « Fondements d’une approche européenne de l’entreprise sociale », Cahier de recherche, Ecole de Gestion de l’Université de Liège. DEFOURNY J. & NYSSENS M., (2006), « Defining Social Enterprise » in NYSSENS M. (ed.) Social Enterprise. At the Crossroads of Market, Public Policies and Civil Society, London and New York, Routledge, pp. 3-26. DEFOURNY J. & NYSSENS M., (2008), « Social Enterprise in Europe: Recent Trends and Developments », EMES Working Papers, no.08/01. DEFOURNY J. & NYSSENS M., (2009), « Conceptions of Social Enterprise and Social Entrepreneurship in Europe and the United States: Convergences and Divergences », Paper presented at the Second EMES International Conference on Social Enterprise, University of Trento, Italy, July, 1-4, 2009. GRÉGOIRE O., (2004), « Pluralité de parties prenantes et d’objectifs dans les entreprises sociales d’insertion », in Reflets et perspectives de la vie économique, Tome XLIII, (3), pp. 73-79. KERLIN J.A., (2006), « Social Enterprise in the United States and Europe: Understanding and Learning from the Differences », in Voluntas, 17(3), 247-263 LAVILLE J.-L. & NYSSENS M., (2001), « The Social Enterprise: Towards a Theoretical SocioEconomic Approach » in BORZAGA C. & DEFOURNY J. (eds.) The Emergence of Social Enterprise, London and New York, Routledge, pp. 312-332. LEMAÎTRE A., NYSSENS M. & PLATTEAU A., (2004), « Quelle place et quels enjeux pour les entreprises sociales d’insertion en Belgique ? », in Reflets et perspectives de la vie économique, Tome XLIII, (3), pp. 25-36. LEMAÎTRE A., NYSSENS M. & PLATTEAU A., (2005), « Les entreprises sociales d’insertion par le travail entre idéal-type et institutionnalisation », in Recherches Sociologiques, (1), pp. 129-152. LIGHT P.C., (2005), « Searching for Social Entrepreneurs: Who They Might Be, Where They Might Be Found, What They Do », Paper presented at the Annual Meeting of the Association for Research on Nonprofit and Voluntary Associations, Robert F. Wagner School of Public Service, New York University, November, 17-18, 2005. MARTIN R.L. & OSBERG S., (2007), « Social Entrepreneurship: The Case for Definition », in Stanford Social Innovation Review, Spring, pp. 28-39. MERTENS S., (2007), « Définir l’économie sociale », Les cahiers de la Chaire Cera, vol.2, Centre d’Economie Sociale, Université de Liège. MULGAN G., (2006), « The Process of Social Innovation », in Innovations, Spring, pp. 145162. MULGAN G., (2007), « Social Innovation. What It Is, Why It Matters and How It Can Be Accelerated », London, The Young Foundation.

81


NICHOLLS A., (2006), « Introduction », in NICHOLLS A. (ed.), (2006), Social Entrepreneurship, New Models of Sustainable Social Change, Oxford University Press, pp. 1-35. NICHOLLS A. & CHO A.H., (2006), « Social Entrepreneurship: The Structuration of a Field », in NICHOLLS A. (ed.), (2006), Social Entrepreneurship, New Models of Sustainable Social Change, Oxford University Press, pp. 99-118. NYSSENS M., (2006), « Social Enterprise at the Crossroads of Markets, Public Policy and Civil Society » in NYSSENS M. (ed.) Social Enterprise. At the Crossroads of Market, Public Policies and Civil Society, London and New York, Routledge, pp. 313-328. PHILLS Jr. J.A., DEIGLMEIER K. & MILLER D.T., (2008), « Rediscovering Social Innovation », in Stanford Social Innovation Review, Fall, pp. 34-43. SALAMON L.M., (2002), « The Resilient Sector: The State of Nonprofit America », in SALAMON L.M.(ed.), (2002), The State of Nonprofit America, Washington DC, Brookings Institution Press, pp. 3-61. SALAMON L.M. & ANHEIER H.K., (1997), « Toward a Common Definition », in SALAMON L.M. & ANHEIER H.K. (eds.), (1997), Defining the Nonprofit Sector. A Cross-National Analysis, Manchester and New York, Manchester University Press, pp. 29-50. SALAMON L.M., SOKOLOWSKI S.W. & LIST R., (2004), « Global Civil Society: An Overview», in SALAMON L.M., SOKOLOWSKI S.W. et al. (eds.), (2004), Global Civil Society: Dimensions of the Nonprofit Sector, volume 2, Kumarian Press, pp. 3-60. SCHUMPETER J.A., (1935), Théorie de l’évolution économique. Recherches sur le profit, le crédit, l’intérêt et le cycle de la conjoncture. Traduit par ANSTETT J.J., Paris, Librairie Dalloz, Collection Scientifique d’Economie Politique VI. SKLOOT E., (1987), « Enterprise and Commerce in Nonprofit Organizations », in POWELL W.W. (ed.), (1987), The Nonprofit Sector. A Research Handbook, New Haven and London, Yale University Press. VAN CAMPENHOUDT L., (2001), Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, Paris, Ed. Dunod. WEISBROD B.A., (1998), « The Nonprofit Mission and Its Financing: Growing Links between Nonprofits and the Rest of the Economy », in WEISBROD B.A. (ed.), (1998), To Profit or Not to Profit: The Commercial Transformation of the Nonprofit Sector, Cambridge University Press, pp. 1-22. YOUNG D.R. & SALAMON L.M., (2002), « Commercialization, Social Ventures, and ForProfit Competition », in SALAMON L.M. (ed.), (2002), The State of Nonprofit America, Washington DC, Brookings Institution Press, pp. 423-446. Sites internet http://www.ashoka.org http://www.concertes.be http://www.emes.net http://emploi.wallonie.be http://www.se-alliance.org 82


Annexe A: Script des interviews Interview de Mr S. Pereau, secrétaire général de ConcertES, le 21 juin 2010 C’est vrai qu’en lisant le questionnaire que vous m’aviez envoyé, je l’ai rempli dans l’idée entreprise sociale égale entreprise d’économie sociale, donc plutôt dans la lignée du courant de pensée européen de J. Defourny et tout ça, pour eux, entreprise sociale, ils utilisent le terme entreprise sociale pour désigner une entreprise d’économie sociale et donc c’est vrai que ça va orienter les réponses dans un sens ou dans un autre, où au niveau anglo-saxon on est plutôt comme, je ne vais pas dire charities mais dans un esprit de charité plutôt, avec le développement d’une activité économique pure et où l’aspect social est finalement une composante qu’on prend à côté, avec, et qu’on adjoint petit à petit à l’entreprise. Pour moi, l’entreprise sociale ou une entreprise d’économie sociale, si on doit la définir, comparée à une entreprise normale ou à une entreprise qui fait de la responsabilité sociale ou sociétale des entreprises, c’est la suivante: l’entrepreneur ou les entrepreneurs sociaux vont dire « ah ben voilà, on est confronté à une problématique sociale, sociétale, que ce soit le quartier qui dépérit, que ce soit l’environnement, des problèmes environnementaux, ou que ce soit le problème du chômage » et ces entrepreneurs veulent faire quelque chose. Et pour ce faire ils se disent « qu’est-ce qu’on peut faire pour mettre les gens au travail, pour embellir le quartier, pour contrer les problèmes environnementaux ? ». Et ils vont réfléchir en termes d’activité économique. Et dire « ah ben voilà, dans ce cadre-là, on peut, par exemple … ». J’aurais dû prendre l’exemple inverse. Un entrepreneur, lui, va dire voilà, j’ai la technologie pour construire des chaises, je vais construire des chaises. Si mon business marche bien, je vais peut-être faire attention à ce que le processus soit écologique et je vais éventuellement verser quelques dons à des entrepreneurs du Sud pour les aider au développement. L’entrepreneur d’économie sociale, lui, il va dire voilà, j’ai ma problématique d’embellissement du quartier, de mise au travail des personnes au chômage, d’aspect environnemental, et j’ai aussi la connaissance d’une technologie pour construire des chaises, je vais mettre ça au profit pour mettre les chômeurs au travail, pour éventuellement embellir le quartier, parce qu’on va ainsi générer des revenus qui vont permettre de générer des fonds pour embellir le quartier, donc l’optique, finalement, de départ est différente. D’un côté on a « ah, je peux faire du business », de l’autre, c’est répondre à des besoins sociétaux en utilisant finalement, l’aspect ou l’outil, l’activité économique pour le faire. Et c’est ce qui distingue pour moi une entreprise sociale d’une autre entreprise. Donc, le point de départ est différent, mais on 83


développe pour faire quelque chose d’autre que simplement que sa propre activité ou son business, ou son profit. Interview de Mr P. Borcy, président du Conseil d’Administration d’Atout EI, le 28 juin 2010 Une entreprise sociale, c’est quoi ? Je pense que c’est avant tout, en tout cas, nous la mission qu’on se donne, c’est d’avoir une entreprise très respectueuse du personnel, enfin, de tout qui compose l’entreprise, que ce soit à tous les niveaux. Je pense qu’on se donne une mission qui est dans la création d’emplois, qui est de respecter une certaine philosophie, oui, d’abord de respect des travailleurs, de respect du travail, certainement. Qu’est-ce qu’on peut encore dire par rapport à ça…, j’essaye de structurer… Et je pense que même, enfin, moi en tout cas, j’essaye en tout cas de dépasser, oui, c’est ça que je veux dire en disant, on vise un personnel particulier, mais j’essaie de l’appliquer aussi par rapport au personnel qui est dit d’encadrement, qui est dit administratif, donc que ça prenne une dimension générale à l’entreprise, et que ce ne soit pas une équipe qui se dit « on a une mission par rapport à un type de population », pour moi ça dépasse ça, je pense que chacun doit s’y retrouver dans ça, et donc qu’on soit secrétaire, directeur, accompagnateur social ou travailleuse, on doit retrouver cette philosophie d’entreprise. C’est clair que ça demande, je pense, une énergie particulière, de prendre le temps avec les gens, de prendre le temps de comprendre ce qui fait que ça va, sûrement, mais aussi pourquoi ça ne va pas. Donc je pense à certaines situations, où finalement, si on est très terre à terre, on a plein d’arguments pour mettre fin au contrat, et on résiste très longtemps avant de mettre fin à ce contrat, et finalement, en travaillant avec les gens, on se rend compte que le problème, il n’est pas du tout lié au travail, il n’est pas lié à ce qu’ils font, qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas, mais il est souvent lié à des difficultés personnelles, familiales, qui nous dépassent complètement, et donc l’enjeu, c’est de trouver le juste équilibre entre ce qui est quand-même nécessaire à ce que l’entreprise vive correctement, que le travail soit assumé, que les clients soient satisfaits, mais aussi le fait de pouvoir aider les membres du personnel à évoluer dans leurs problématiques à eux. Tout ça c’est je pense, c’est la grosse différence qu’on peut… Alors attention, je ne dis pas du tout que ça ne se fait pas dans le privé, mais, pas du tout hein, je pense que certains le font aussi, je pense que c’est plus un esprit finalement, que l’étiquette en tant que telle, comme sans doute dans l’économie sociale, il y en a qui agissent plus comme l’étiquette privée et pas assez comme le social. Donc, je crois qu’il faut relativiser finalement, c’est plus un esprit, avant tout

84


du chef d’entreprise, de l’équipe d’encadrement qui la compose, et … Mais c’est clair que quand-même malgré tout, la différence, c’est que c’est notre mission, je pense qu’il ne faut pas oublier que c’est notre mission première, et que donc, il faut que nous-mêmes, on trouve le juste équilibre. Alors, on n’y arrive pas tout le temps. Et alors, mais je pense que ça peut aussi se faire ailleurs, mais on met aussi quand-même beaucoup d’énergie à ce que les gens comprennent ce que l’on fait, et pourquoi on le fait. Donc, il y a quand-même des réunions régulières, on explique au personnel, mais alors, c’est sûr, il y a des choses, ça fait partie d’une gestion plus macro et donc là ça avance, mais on prend quand-même le temps après de l’expliquer avec des mots… les différents projets, qui sont liés à nos entreprises. Ou simplement dans le quotidien de l’entreprise, donc, voilà, des choix de T-shirt, des choix de vêtements de travail, des aménagements d’horaires, demain, par exemple, on a une réunion parce que, à la centrale de repassage, on identifie une série de choses qui n’allaient pas. Je pense qu’on pourrait, assez simplement, mettre un document affiché en disant « mais vous savez que c’est comme ça comme ça comme ça et je vous rappelle que c’est comme ça et pas autrement ». Nous, on va prendre le temps à midi, de reconvoquer tout le monde, de voir, parce que je peux imaginer des choses qui se passent et qui ont une explication, et qu’il ne suffit peut-être pas de dire « ben non, les fers ils doivent être rangés comme ça et pas autrement », il y a sans doute une raison, mais alors comment est-ce qu’on peut faire ça mieux. Et je pense que ça passe mieux à partir du moment où les gens sont acteurs de ça. Et je pense par exemple à le centrale, on a déjà fait ça voilà quelque temps, et finalement c’est elles qui sont reparties en disant « on va faire, on va te faire une proposition, de comment on pourrait nous, nous organiser ». Alors après, je vais dire on prend ou on ne prend pas l’entièreté, ou on rediscute, mais finalement, on arrive quand-même la plupart du temps vraiment à trouver un compromis qui convient à tout le monde. Là, donc, alors on en arrive si on va vraiment dans l’aspect plus législatif, chez nous par exemple, donc là je sors de la fédé, au niveau de notre entreprise, il y a maintenant une dizaine de travailleurs qui ont pris des parts dans le capital et qui donc font partie des membres de l’assemblée générale. Alors, ça reste 10 sur 70, ça reste minime, mais en même temps, nos statuts à l’heure actuelle, si l’entièreté des travailleurs prennent une part à 25 €, ils prennent le pouvoir dans la gestion de l’entreprise, donc c’est quand-même assez particulier, donc certains disent « oui, le risque existe », je ne sais pas si c’est un risque, mais en tout cas, ça a été conçu comme ça, avec un choix de CA qui s’est dit « mais de toute façon si on en arrive à devoir, enfin vraiment avoir un effet de masse comme ça par rapport à quelque chose, c’est qu’on a loupé quelque chose dans la gestion, donc on ne devrait pas en arriver à ça ». Voilà. C’est vrai que c’est un état

85


d’esprit, et que même, moi j’ai le souvenir que quand on est passé chez le notaire, à ce moment-là, il s’est vraiment arrêté sur différents points, propres à l’économie sociale, en disant « m’enfin, pourquoi est-ce que vous faites ça ? ». Je pense à un réviseur d’entreprise, qui révise nos comptes, qui vient les présenter en AG, qui explique, on n’a pas d’obligation en tant que telle de le faire, mais nous, on souhaite le faire, pour que ce soit clair, donc c’est encore une personne extérieure qui a une vision de ce qu’on fait et qui vient elle-même à l’assemblée générale présenter aux travailleurs et qui le fait toujours de manière très accessible, parce que la compta, c’est jamais très sympa, et c’est vraiment que pour des aides ménagères ou des repasseuses qui sont pas évidemment habituées avec ce… mais il a une présentation très didactique et qui donne un petit peu le retour de ce qu’est l’entreprise. Voilà, je ne sais pas si j’ai brassé dans les grandes lignes tout ce qui correspondait à l’entreprise d’insertion, en tout cas à finalité sociale. S’il faut résumer, je pense qu’on utilise diverses activités pour permettre à toutes une série de publics fragilisés d’accéder à l’emploi, et par ce biais-là de retrouver un peu pied dans la vie sociale, avec certaines personnes qui utilisent ça comme un tremplin et puis parviennent vraiment à repartir dans le circuit dit classique, d’autres qui trouvent vraiment leur équilibre dans, ça je pense surtout depuis l’arrivée du titreservice, mais qui trouve leur équilibre dans la structure telle qu’elle est, donc qui n’envisagent pas vraiment de faire autre chose, mais qui s’il n’y avait pas eu ça, elles seraient toujours au chômage, voilà, et puis certaines pour qui c’est une étape, un passage, qui n’est pas spécialement, le temps de se trouver un nouvel emploi, mais je pense que c’est toujours un passage positif, de toute façon. Interview de Mr F. Adam, coordinateur de l’agence conseil de Crédal, le 24 juin 2010 Pour moi l’entrepreneuriat social, ce sont des entrepreneurs qui décident de créer une entreprise mais qui a vraiment une finalité sociale, dont l’objectif n’est pas le seul profit et la seule recherche du gain individuel en tout cas, mais plutôt une recherche du gain collectif et même collectif au sein du groupe qui porte le projet mais aussi plus largement au sein de la collectivité, la communauté. Moi, l’entrepreneuriat social, moi je le vois aussi comme l’utilisation de moyens qui soient cohérents avec les fins, donc c’est-à-dire qu’on va privilégier la dimension démocratique, on va avoir une certaine éthique dans sa manière de travailler, ce qui n’est pas toujours le cas. Il y a un courant ancien de l’entrepreneuriat social plus lié à l’économie sociale, des années 70, 80, qui justement est lié à la problématique de l’insertion sociale, etc. et donc qui veut vraiment privilégier la dimension démocratique, la

86


dimension de participation et les dimensions de réduction des dividendes octroyées aux actionnaires, parce que si on dit, si on ne va pas vers la réduction de ces dividendes, cela veut dire qu’on fait cravacher les gens, on les fait travailler très très dur et finalement, les moyens, la forme de travail, ne respectent plus du tout la fin, qui est le service à la collectivité, le service aux membres, etc. Il y a ce courant-là, et auquel moi je souscris beaucoup plus, mais je sens qu’il y a un courant plus anglo-saxon justement, qui privilégie la fin, par tous les moyens, qui dit « voilà, ce sont des entrepreneurs individuels, qui travaillent de manière individuelle et qui travaillent pour leur propre chapelle et qui travaillent vraiment dans le jeu du marché et voilà, c’est un marché, chacun prend son destin en main, quoi qu’il arrive, et voilà, on s’embarrasse pas trop, même d’éthique, par rapport à la concurrence, par rapport aux partenariats possibles, etc. non, on est les meilleurs et on veut avancer ». Or moi, je ne souscris pas du tout à ça. Et dans la dimension de dividendes aussi, où il n’y a pas de réduction du dividende, où on dit voilà si on veut faire de … Il y a des gens qui disent « on fait de l’entrepreneuriat social parce qu’on a une finalité sociale, mais si on fait du profit tant mieux, les 3 P, Planet, People, Profit. Et si on peut faire du 15% de rendement, on le fera ». Voilà. Moi je souscris pas du tout à ça. Pour moi, justement, c’est l’apogée finalement de tout un processus, ça fait partie du… La destination, finalement, comment dire, le chemin plutôt doit être cohérent avec les destinations et pour moi une destination de dire voilà, une finalité sociale c’est incohérent avec le fait de dire « on fait un rendement de 15%, on a du profit ». Je sais que pour l’instant il y a ces deux voies-là, et c’est vrai que nous, moi mais nous, au sein de l’économie sociale, les acteurs qui sont là depuis très longtemps, depuis 20 ans, 25 ans, on est vraiment plus dans cet esprit participatif, plus que la volonté de gain, en tout cas. Voilà. Pour moi c’est ça l’entrepreneuriat social. C’est en fait à la fois avoir une finalité sociale finalement, c’est avoir la dimension, comme je l’ai dit, démocratique, participation démocratique, mais la dimension de respect finalement, le respect de toutes les parties prenantes, autant des travailleurs, que des concurrents, des collègues, des fournisseurs, etc. Ce que je sens moins justement dans ce monde un peu, ce courant anglo-saxon, où finalement, le fait, le respect des relations de travail, et des conditions de travail, finalement, c’est parfois vu comme ringard, c’est pas important. Ce qu’ont revendiqué les syndicats et ce qu’ont gagné les syndicats par une meilleure condition de travail en Europe occidentale, etc. pour ces entrepreneurs-là, ça passe vraiment au second plan, et moi je trouve pas du tout. Mais c’est vrai, c’est lié, c’est un peu sociologique, moi je trouve. J’ai eu l’occasion de côtoyer ces entrepreneurs sociaux, un peu anglo-saxon et un peu… et d’ailleurs ils se baptisent entrepreneurs sociétaux, justement pour se mettre en retrait par rapport à l’aspect social qui

87


est trop, comme trop marqué politiquement, trop syndicaliste, trop… qu’est-ce que j’allais dire, ah oui, que sociologiquement, je sens que ces gens sont plutôt issus du monde de l’entreprise, donc ce sont vraiment des gens qui familialement sont des enfants de cadres, des enfants de dirigeants d’entreprises qui prennent conscience du monde tel qu’il est, qui se disent « à la fois moi je suis issu du monde de l’entreprise », ils ne le conscientisent pas tout à fait, mais bon je pense qu’ils le savent d’une certaine manière. Mais en même temps ils voient que la planète, au niveau environnemental, c’est pas rose, qu’au niveau social, il y a de grosses difficultés, etc. et donc ils ont envie de faire quelque chose et finalement ils prennent les deux mais tout en reprenant les outils et les pratiques qu’a développé le monde dans lequel ils sont et comme je disais tout à l’heure les entrepreneurs sociaux moins récents et plus âgés, ce sont plus des enfants d’assistants sociaux, des enfants d’enseignants, dans le domaine plus socioculturel, etc. et qui sont plus, qui vivent beaucoup plus ces valeurs-là au quotidien et qui sont plus dans l’aspect social finalement qu’entrepreneur, d’ailleurs. L’aspect plus social qu’économique.

Interview de Mr J. Depoortere, loan manager et responsable social profit et économie sociale de Triodos, le 12 juillet 2010

Wat is voor mij een sociale onderneming? Eigenlijk, heel kort, een sociale onderneming is voor mij een onderneming die eigenlijk onderneemt vanuit de behoeften van al de stakeholders. En daar moet je niet altijd bijzeggen dat het ook moet milieuvriendelijk zijn of sociaal. Want wat zijn die maatschappij-stakeholders? De ondernemer, het milieu,… soit iedere onderneming die… Ge kunt eigenlijk niet buiten de stakeholders; ook de werknemers, de vakbonden en zo. Dus, voor mij, moet je die drie ‘basen’ zo altijd niet gaan opsommen, je kent die toch, maar gewoon, een onderneming, die dus eigenlijk onderneemt, niet zo zeer in het belang, maar wel, in respect met al zijn stakeholders.

Interview de Mme L. Heusy, coordinatrice du RES, le 7 juillet 2010 Alors, une entreprise sociale pour moi, c’est principalement une entreprise axée sur l’humain, donc on va privilégier surtout le côté ressources humaines plutôt que le côté ressources financières à tout prix. En gros, pour moi, c’est faire passer l’homme avant l’argent et pas l’argent avant l’homme. C’est vraiment permettre à des personnes d’avoir un travail et de pouvoir faire valoir leurs compétences intrinsèques sans spécialement viser à tout prix le

88


profit et les bénéfices financiers. Bien sûr, il faut avancer, donc il faut toujours entrevoir le côté financier évidemment, mais il y a toujours un souci social dans la balance. Pour moi, c’est ça une entreprise sociale. Le mot « entreprise » sous-entend qu’il y a toute une gestion, effectivement, entrepreneuriale, et « sociale », ça veut dire ce que ça veut dire, donc vraiment un équilibre des deux.

Interview de Mr M. Colpé, directeur de la Sowecsom, le 15 juillet 2010 Michel Colpé: Je pense qu’il faut faire une distinction, où ça commence et jusqu’où ça va. Dans la législation belge, il y a les sociétés à finalité sociale, c’est très clair, il n’y a rien à dire, c’est très simple, vous avez là (montrant le dos du rapport d’activités, où est inscrit la définition du CWES de l’économie sociale) vous connaissez probablement, ça ce sont les règles d’une entreprise à finalité sociale, mais une entreprise sociale peut être beaucoup moins que cela, je dirais. Peut-être une entreprise classique ayant une démarche sociale, je ne vais pas dire un but social, parce que le but social d’une entreprise ce n’est pas cela. Une finalité non plus. Mais qui peut avoir dans ses modes de fonctionnement, une société socialement responsable, etc., ça ne va pas si loin qu’une entreprise à finalité sociale, donc pour moi la définition est très large, et nous on s’adresse au petit secteur de l’économie sociale, donc répondant à ces critères fixés par le CWES. Maintenant, je pense que l’économie sociale, comment dire ça, le terme entreprise sociale ne s’arrête pas aux sociétés à finalité sociale, ça peut aller beaucoup plus loin, enfin, beaucoup plus loin ou beaucoup moins loin, suivant le sens dans lequel on le prend, je veux dire. Les sociétés peuvent être socialement responsables, c’est le mot qui est employé habituellement, par certaines démarches qu’elles font. Tant vis-àvis du personnel que vis-à-vis de l’extérieur, que vis-à-vis aujourd’hui parce que je trouve ce sont deux termes qu’on mélange ensemble, qu’on mélange régulièrement, que vers l’économie durable. Des sociétés qui font des compensations carbone, etc. Ca joue un peu dans la même cour, aussi. Aujourd’hui, économie durable et économie sociale, on a tendance à, quand même, à les joindre assez près. (vers sa collègue) As-tu d’autres … ? Collaboratrice: Non, mais, vous parliez d’entrepreneuriat social. Je dirais que c’est une façon d’entreprendre qui vise, enfin, qui a d’autres objectifs que ceux uniquement d’objectifs purement capitalistes, purement remplir la poche des actionnaires. Alors il faut évidemment rémunérer le capital, ça je suis bien d’accord, mais quand on entreprend de façon sociale,

89


c’est qu’on entreprend avec des objectifs complémentaires à celui-là. C’est comme ça que je le définirait. Michel Colpé: Note bien que je trouve qu’il y a des sociétés, je vais dire cotées en Bourse, où la performance financière est importante, qui malgré tout peuvent être des entreprises… Collaboratrice: Oui, mais disons l’objectif n’est pas que celui-là. Michel Colpé: D’accord, oui oui. Collaboratrice: Elles peuvent avoir cet objectif-là aussi. Michel Colpé: Oui. Collaboratrice: D’ailleurs dans notre secteur très limité, c’est permis aussi, le dividende est permis, s’il est limité. Mais l’objectif de l’entreprise n’est pas que celui-là. Michel Colpé: Et on ne met pas n’importe quel moyen en œuvre pour atteindre cet objectif, je crois que la différence, elle est un peu là. Une entreprise, c’est un peu une caricature, mais, met tous les moyens en œuvre pour gagner du fric, appelons les choses comme ça, alors qu’une entreprise un peu sociale, aura peut-être un but de lucre, normal, mais n’utilisera pas n’importe quelle ficelle, je dirais bien, tant au niveau de la gestion du personnel, que de ses rapports avec ses fournisseurs, au niveau respect de la législation sociale, au niveau respect de la législation fiscale, etc. Une entreprise peut jouer le jeu honnêtement. Interview de Mme S. Mertens, professeur et directrice des recherches au CES – HECULg, le 30 juin 2010 Moi j’ai un background d’économiste, donc je vais plutôt utiliser la grille de lecture d’organisation. Donc, pour moi, ce qui m’intéresse, en tous cas le regard que je vais porter, c’est le regard,… quels types d’organisations regardons-nous, et donc je vais plutôt parler d’entreprise sociale et ma définition de l’entreprise sociale, c’est toute organisation qui appartient à l’économie sociale et qui peut être utilement regardée comme une entreprise. Donc, pour moi, appartient à l’économie sociale toute organisation productrice de biens et de services, entendu au sens très large, donc une école de devoirs produit des services, par exemple, donc entendu au sens très large, en tout cas en tant que productrice, qui a une finalité première qui n’est pas la recherche du profit pour les actionnaires et qui met en œuvre un processus de gestion démocratique. Donc, ça pour moi c’est appartenir à l’économie sociale. Alors on peut être regardée utilement comme une entreprise si, là je vais plutôt me relier un peu aux critères d’EMES, de la définition d’EMES, en tous cas ceux qui m’arrangent, je vais en tout cas dire, on sent une prise de risque, et on sent aussi la continuité

90


d’un projet, et donc ça en principe ça nécessite d’avoir de l’emploi rémunéré. Donc, moi, aujourd’hui, ce qui m’intéresse dans le paysage, si je dois dire ce sur quoi je vais travailler, ce sont des organisations qui sont des ASBL, des sociétés à finalité sociale, des sociétés coopératives reconnues par le CNC, des mutualités et des fondations, qui ont de l’emploi rémunéré, je reconnais que les autres sont intéressantes mais moi aujourd’hui, j’ai envie de surtout regarder celles qui ont de l’emploi rémunéré, qui créent de l’emploi, qui répondent à des besoins pas très bien satisfaits pas les autres acteurs, qui innovent socialement, voilà. Donc ça, c’est mon champ d’intérêt aujourd’hui. Maintenant, je reconnais que, on crée ici une nouvelle filière de cours en gestion des entreprises sociales, et on se rend compte que, on va donner un tas de cours de gestion sur ces types d’organisations, aussi bien en financement, marketing, en gouvernance et que forcément, tout ce qu’on a à dire là-dessus est aussi en partie pertinent pour, ce que moi j’appellerais des entreprises classiques qui sont dans une démarche de RSE. Donc, je veux pas non plus dire « l’entreprise sociale vit en vase clos, et n’a rien à dire en résonnance avec d’autres types d’entreprises », mais je n’appelle pas ça des entreprises sociales, vous voyez, pour moi entreprise sociale, je reste dans l’économie sociale, mais tout ce qu’il y a à dire d’intéressant sur l’entreprise sociale notamment du point de vue de sa gestion, c’est pertinent également pour d’autres types d’entreprises, en particulier les PME, qui ont parfois des pratiques de gestion très similaires à ce qu’on observe en entreprise sociale, elles vont de facto avoir de la démocratie interne, elles ne cherchent pas nécessairement une finalité de profit des actionnaires, elles vont surtout chercher par exemple à donner de l’emploi à des gens proches d’elle-même, à bien faire leur métier avec de la qualité et en ça elles peuvent très fort se rapprocher d’un souci porté par une entreprise sociale. La distinction pour moi elle est claire, elle est: quelle est ma finalité première et quel est le mode d’organisation ? Et sous-tendant ça, il y a le choix de la forme juridique, je pense que le choix de la forme juridique n’est pas anodin, quand on choisit d’être une ASBL, c’est un choix clair, quand on choisit d’être en SFS ou en société coopérative reconnue, il y a quand-même le choix d’afficher des valeurs. Maintenant, pour moi, vraiment, il y a des PME qui sont tellement proches, qu’on pourrait se dire qu’elles n’ont pas choisi la forme de la société à finalité sociale parce qu’elles ne la connaissent pas, mais dans les faits, quand on va regarder ce qu’elles font, c’est très proche. Voilà, donc, je reconnais qu’il y du flou, et que quand je ne connais pas l’organisation, je ne la qualifie pas d’emblée d’entreprise sociale si je sais qu’elle fait de la RSE, ça ne me suffit pas, mais quand je vais la regarder de près, je dois reconnaître que parfois elle est très proche, et même parfois elle mettra plus en œuvre des valeurs d’économie sociale. Donc voilà. Maintenant, pour peut-être donner un éclairage

91


complémentaire, j’ai besoin moi d’une vision quand-même un petit peu tranchée, parce que mon background aussi, c’est du travail des statistiques sur le secteur de l’économie sociale, donc pendant 5, 6 ans, pour ma thèse de doctorat, j’ai dû donner les statistiques du secteur, mais pour faire émerger des statistiques, il faut des critères clairs, une organisation est dedans ou n’est pas dedans. Donc, j’ai dû utiliser la forme juridique, donc je suis fort marquée par ça, je le reconnais, mais je me dis, donc ça reste ma grille d’analyse et ça ne m’empêche pas de reconnaître de la proximité avec du développement local, des petites PME, et même parfois avec des structures publiques, qui ont quand-même une grosse autonomie et qui se rapprochent aussi de l’entreprise sociale, mais moi je pense que ça reste focalisé, au départ, en tout cas, sur le noyau dur de l’appartenance à l’économie sociale. Alors, par rapport à, donc entreprise sociale qui est pour moi le terme le plus pertinent, je reconnais aussi qu’il y a à mettre en lumière, plus que ce ne l’était jusqu’à présent, l’entrepreneur, ou en tout cas le processus d’entrepreneuriat, parce que je crois qu’on l’a pas assez regardé et que donc aujourd’hui, on a envie de soutenir ce secteur et de faire en sorte que de nouvelles entreprises sociales se créent, et on ne connaît pas bien les freins à ça, les éléments qui peuvent vraiment soutenir la création de ce type d’entreprises, et donc je trouve qu’il faut aller voir à quoi ressemblent les gens qui créent des entreprises sociales et essayer de comprendre les processus de création ou de développement des entreprises sociales, mais pour moi, on va le faire à partir de la définition d’entreprise sociale, je vais pas y venir… ma porte d’entrée n’est pas l’entrepreneur idéaliste.

Interview de Mr A. Riedl, administrateur et cofondateur du Hub, le 17 juin 2010 Tout d’abord, on peut regarder ça de deux manières, au moins. D’abord la question de la définition de termes bien connus, et par exemple en Belgique, l’économie sociale, c’est bien défini, qu’est-ce que c’est, il y a tout un historique derrière et des définitions qui se sont développées par le temps et qui ont aussi un label, une garantie si vous voulez, et l’entrepreneuriat social, c’est beaucoup moins défini et l’innovation sociale aussi. Ou, deuxième possibilité, on fait ça d’une manière plutôt associative, donc pour chaque personne, probablement la définition sera différente. Et est-ce que aussi la question c’est « est-ce que ces définitions qui seront l’une à côté de l’autre, est-ce qu’il y a des éléments qui vont ensemble ou est-ce qu’ils ne sont pas vraiment au même niveau ? ». En tant qu’économiste, je dis toujours les définitions comme ça c’est très difficile à faire. Et peut-être avec une réponse un peu cruelle, je dirais les entrepreneurs souvent, ils s’en fichent des définitions. Donc, nous,

92


on voit plutôt le côté pratique, si le chat est blanc ou noir, c’est pas grave, du moment qu’il attrape la souris. Et donc, quel est l’objectif, quelle est la souris, si vous voulez ? C’est de régler un problème sociétal, pour aboutir à trouver des moyens innovateurs, ou qui n’ont pas encore été mis en œuvre, par exemple ici en Belgique, pour approcher ce problème sociétal ou social. Voilà, ça c’est notre objectif, par exemple du Hub et moi-même aussi. Et voilà, comme résultat, on peut avoir de l’entrepreneuriat sociétal, on peut avoir des entrepreneurs sociétaux, mais on peut aussi avoir les structures de l’économie sociale, qui s’attaquent à ces défis sociétaux. Mais le plus important, par exemple pour nous, pour le Hub, c’est vraiment l’entrepreneuriat, donc l’activité d’une personne ou d’un groupe de personnes, qui ont tous les critères, qui remplissent tous les critères de l’entrepreneuriat, donc proactivité, défis, prendre du risque, tout ça, vous pouvez regarder la définition dans le dictionnaire, etc. Et aussi, la créativité, donc créer quelque chose qui est nouveau, et nouveau ça veut dire innovation par rapport à ce qui existe déjà. Donc, je pense, ça, si on veut créer une distinction entre, par exemple, le terme économie sociale et entrepreneuriat social, je pense évidemment, les facteurs de différenciation, c’est l’entrepreneuriat, la créativité et la création de quelque chose de nouveau, et aussi le changement d’un statut quo qui est existant, et aussi le challenge du statut qui existe déjà. Moi, ce n’est pas vraiment dans mon intérêt de dire il y a l’un ou l’autre ou je préfère l’un à l’autre, mais maintenant, c’est peut-être un point de vue plus personnel, je trouve les gens qui disent il y a l’économie sociale, et nous on fait partie de l’économie sociale, souvent, on a l’impression que c’est un peu un monde qui existe mais qui n’est pas très dynamique et qui est souvent vu un peu comme économie d’insertion, les structures existantes, travailler avec des subsides, même si c’est seulement une image qu’on a et que c’est pas du tout vrai, et donc, par exemple, de nouvelles structures comme le Hub, qui arrivent ici assez récemment, évidemment nous, on n’a pas de problème pour remettre aussi en question certains modes de fonctionnement de l’économie sociale classique, si on voit qu’il y a certaines manières où on trouve que ce n’est pas assez dynamique, ou qu’on ne veut pas travailler avec beaucoup de subsides, ou que entrepreneuriat social, ça veut aussi dire prendre un risque, même si une entrepreneur peut échouer dans son approche. Voilà, je ne pense pas avoir tout à fait à 100% répondu à la question jusque maintenant, mais maintenant, mais je pense c’est plutôt mes associations personnelles par rapport à ça, et je suis … J’ai toujours eu des problème avec les définitions et les définitions sont très bien, mais il ne faut pas non plus aller dans une discussion perpétuelle, si on n’est pas d’accord sur certaines choses, il faut les prendre comme elles sont, mais pour moi, comme entrepreneur social, le plus important, c’est la résolution des problèmes, et non pas les définitions et les manières, du moment que ça

93


respecte le point de vue éthique tout ça, ce qui est tout à fait ce qu’on fait au Hub, dans le cadre de l’entrepreneuriat social ici en Belgique, voilà. Donc, c’est un individu, un groupe de personnes qui font des choses ensemble et sont vraiment déterminés d’y arriver, plutôt qu’une organisation un peu vague avec un certain historique qui est peut-être positif, mais entrepreneuriat ça veut aussi toujours dire mettre en question beaucoup de choses qui existent, et essayer de nouvelles pistes pour résoudre ce problème. Et quand on pense entrepreneuriat, un entrepreneur est toujours confronté au risque, et donc nous on, disons le Hub, une question primordiale, c’était comment on peut diminuer ce risque ? En les encadrant ici, où ils peuvent voir d’autres personnes, où ils peuvent s’échanger des informations, les tuyaux, les possibilités de financement, l’entraide aussi. Entrepreneuriat, ça veut aussi souvent dire être seul, comme individu ou dans un groupe, et être seul confronté à tous ces défis, et je pense si on travaille tous pour un meilleur monde, pourquoi ne pas travailler ensemble pour ce meilleur monde, et l’entraide, être en dehors de cette isolement qui existe souvent.

Interview de Mme A. de le Court, partner support officer à la Fondation Philippson, le 29 juin 2010 Nous, on utilise plutôt le terme d’entrepreneur social, donc nous, on soutient des entrepreneurs sociaux en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest. Et par entrepreneur social, on entend des gens qui ont toutes les qualités d’un entrepreneur classique, donc une vision très claire d’une solution à apporter à un problème, des capacités de leadership, des capacités de mobilisation de ressources, mais qui ont un objectif social, donc les qualités de … oui, de ce qu’on appelle un entrepreneur qui pourrait lancer une boîte commerciale, mais ici pour nous, l’entrepreneur social à un objectif social et ce sont, là dans les personnes que nous soutenons, ce sont des personnes qui sont à la tête d’organisations, d’associations, donc ce ne sont pas des entreprises en tant que telles, donc ce sont des organisations qui sont à majorité subsidiées, mais pour nous un entrepreneur social, donc, peut être à la tête d’une organisation qui est 100% subsidiée, donc pas autofinancée, mais en tout cas, il a l’intention et il mène une réflexion pour essayer de s’autofinancer. Donc, cette dimension est importante, mais disons que pour nous c’est vraiment la personnalité, on attache une importance à la personnalité de la personne, c’est ce qui fait qu’on va qualifier d’entrepreneur social ou pas, et donc, là dans les personnes que nous soutenons, tous ont une activité génératrice de revenus qui finance en partie leur organisation mais pas à 100%. Et certains n’ont pas encore cette activité mais sont dans la réflexion et dans la mise sur pied d’une activité qui permettra de s’autofinancer, donc

94


c’est plutôt dans cet objectif d’autonomie. Ce sont des gens aussi qui… pour nous un entrepreneur social, c’est quelqu’un qui a une certaine indépendance, qui veut faire bouger les choses, qui ne veut pas être dépendant ad vitam aeternam, donc de subsides, donc voilà, je sais qu’il y a certaines… enfin si on parle maintenant du social business, ben je pense que c’est vraiment des entreprises sociales 100% autofinancées, rentables, donc nous, on ne l’entend pas dans ce sens-là. Ca pourrait, mais voilà, nous, l’entrepreneur social, et… enfin ici (elle me donne le rapport annuel de la Fondation), on décrit aussi ce qu’on entend par entrepreneur social, donc (elle lit) « avant tout quelqu’un qui veut faire bouger les choses, dans son village, sa région, son pays, une personne enthousiaste, expérimentée, déterminée à améliorer concrètement et durablement la vie de ses compatriotes », donc ce sont vraiment des gens plein d’ambition, qui ont ça dans les tripes. On fait une différence entre l’entrepreneur social et le bon gestionnaire entre guillemets, qui est un bon gestionnaire, qui a son projet, qui le réalise, qui fait ça très bien, mais qui n’a pas d’ambition, qui n’a pas de vision, pour vraiment transformer les choses et aller plus loin. Pour nous, un entrepreneur social, c’est quelqu’un qui n’arrête jamais et qui, oui, qui a vraiment beaucoup d’ambition et un objectif de transformation sociale. Et pour nous une entreprise sociale, ça peut être une organisation qui est 100% subsidiée.

Interview de Mme S. Bacq, doctorante et chercheuse au CRECIS, Louvain School of Management (UCL), le 2 juillet 2010 Pour moi, l’entrepreneuriat social, c’est l’ensemble des individus et des organisations qui allient la conduite d’une mission sociale, la recherche d’une plus–value sociale avec la réalisation d’un modèle économique viable, pérenne. Je dirais qu’au niveau, donc vraiment un double objectif, une double conduite d’activités, à la fois sociales et économiques. Au niveau du social par contre, j’utilise le mot social mais pour moi, ça peut inclure des objectifs environnementaux, donc plus dans le sens sociétal comme on dirait en français, et ça peut tout à fait inclure des services, de la fourniture de services sociaux comme on a l’habitude d’en parler, donc faire travailler des personnes handicapées, au chômage, ex-prisonniers, etc. ou alors aller vers des buts plus environnementaux, peut-être plus abstraits que la relation directe qu’avec des personnes défavorisées. Et au niveau du modèle économique, là j’ai pas de recette miracle, mais quand on dit modèle économique, c’est un modèle qui se base donc sur des activités marchandes, donc qui utilisent les règles du marché pour faire fonctionner l’entreprise qui a cette mission sociale. Par contre, je ne suis pas contre, enfin dans mon

95


utopie, contre avoir un minimum de subsides, au début, à la création, c’est vrai que les PME, en général, elles reçoivent aussi des, les PME classiques, traditionnelles, économiques, financières, ou en tout cas non sociales ou non sociétales, elles reçoivent aussi pas mal de subsides, mais pour moi ça doit se limiter à la phase de start-up.

96


Annexe B: Questionnaire Pour répondre à ce questionnaire, veuillez indiquer dans quelle mesure vous êtes d’accord ou non avec les propositions énoncées. Pour cela, cochez une seule case par proposition. Si la proposition correspond tout à fait à ce que vous pensez, cochez la case 5 à la droite du tableau (tout à fait d’accord). Si la proposition ne correspond pas du tout à ce que vous pensez, cochez la case 1 (pas du tout d’accord). Les cases 2, 3 et 4 vous permettent de nuancer votre réponse par des positions intermédiaires (plutôt pas d’accord, sans avis, plutôt d’accord). Il est important que vous répondiez à toutes les questions, même si certaines d’entre elles vous semblent répétitives. Si pour vous le terme « entrepreneur social » n’est pas adéquat, considérez-le comme un synonyme de « initiateur » ou « porteur de projet » d’entreprise sociale. Si pour vous le terme « entreprise sociale » n’est pas adéquat, considérez ce terme comme l’activité entreprise par un entrepreneur social. Données personnelles: Nom et prénom: Structure dans laquelle vous travaillez: Votre rôle au sein de cette structure:

Pas du Plutôt Tout à tout pas Sans Plutôt fait d’accord d’accord avis d’accord d’accord Dans quelle mesure êtes-vous d’accord (ou non) avec les affirmations suivantes ?

1

2

3

4

5

1. Une entreprise sociale est active dans la production de biens et/ou la fourniture de services, et cela de manière continue. 2. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer celleci. 3. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. 4. L'entrepreneur remplit sa mission de création de valeur sociale par le développement d'une innovation sociale.

97


Pas du Plutôt Tout à tout pas Sans Plutôt fait d’accord d’accord avis d’accord d’accord Dans quelle mesure êtes-vous d’accord (ou non) avec les affirmations suivantes ?

1

2

3

4

5

5. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. 6. La mission centrale d’une entreprise sociale est le service à la collectivité ou à un groupe particulier. 7. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. 8. Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. 9. Un entrepreneur social cherche toujours une solution créative aux problèmes sociaux. 10. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. 11. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. 12. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central. 13. Quand on parle d’entrepreneuriat social, cela peut impliquer un individu en particulier mais aussi un groupe, une organisation, un réseau, un mouvement ou une alliance d’organisations. 14. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. 15. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. 16. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. 17. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides.

98


Pas du Plutôt Tout à tout pas Sans Plutôt fait d’accord d’accord avis d’accord d’accord Dans quelle mesure êtes-vous d’accord (ou non) avec les affirmations suivantes ? 18. Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale : les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat).

1

2

3

4

5

19. Les alliances entre l’entreprise sociale, le secteur privé à but lucratif et/ou le secteur public favorisent l’innovation sociale. 20. Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’ellemême. 21. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. 22. Les initiateurs d’une entreprise sociale prennent un risque économique et l’assument au moins en partie. 23. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande23. 24. Pour assumer le risque économique, il faut trouver des ressources marchandes et/ou non marchandes. 25. Une entreprise sociale doit se professionnaliser en faisant appel à des méthodes du monde marchand. 26. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres. 27. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit. 28. Pour être entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits. Choisissez parmi les 28 propositions les 5 propositions qui représentent pour vous le mieux une entreprise sociale et hiérarchisez-les: 1. 2. 3. 4. 5.

Proposition numéro Proposition numéro Proposition numéro Proposition numéro Proposition numéro

… … … … …

Cette affirmation teste un indicateur EMES. Si quelqu’un n’est pas du tout d’accord avec cette proposition (1), il/elle est tout à fait en accord avec EMES. C’est pourquoi nous l’avons encodée « à l’envers »: si la réponse est 1, nous avons encodé 5 et inversement. De même si la réponse est 2, nous avons encodé 4 et inversement. 23

99


ConcertES

Atout EI

Crédal

Triodos

RES

Sowecsom

CES

The Hub

F.Philippson

CRECIS

Annexe C: Résultats du questionnaire

2

3

5

4

4

3

2

4

4

4

5

5

5

4

5

5

3

3

2

3

4

5

4

4

4

5

3

2

1

1

5

5

5

4

4

4

3

4

2

1

4

4

5

4

4

4

3

4

2

1

4

5

5

4

5

4

4

4

3

1

4

2

5

2

4

4

5

5

5

5

4 5

4 2

5 4

4 4

4 2

4 3

5 4

5 2

5 4

1 1

Total

5 42

5 40

5 48

1 35

3 39

5 41

5 37

4 37

2 30

1 19

Moyenne

4,2

4

4,8

3,5

3,9

4,1

3,7

3,7

3

1,9

2 2

3 5

5 4

4 2

4 4

3 4

2 5

4 4

4 2

4 4

2 4

5 5

5 4

3 4

4 4

4 4

2 5

4 5

5 5

5 5

4

5

5

5

2

4

5

4

5

4

4

4

5

4

4

4

5

5

5

1

Total

2 20

1 28

2 30

4 26

4 26

1 24

5 29

5 31

5 31

5 28

Moyenne

2,9

4

4,3

3,7

3,7

3,4

4,1

4,4

4,4

4

4

4

1

4

3

4

4

4

2

2

4

2

5

2

4

4

5

5

5

5

2

4

4

1

4

3

1

4

4

5

4

5

4

2

4

4

1

4

2

5

2

3

4

5

5

5

2

5

5

5

2 18

2 20

2 20

1 15

1 21

2 22

1 14

2 24

2 20

1 23

3

3,3

3,3

2,5

3,5

3,7

2,3

4

3,3

3,8

Approche EMES 1. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. 2. Une entreprise sociale a un objectif de développement de la démocratie dans la sphère économique. 3. Une entreprise sociale est créée par un groupe de personnes, et il est important qu’une dynamique collective perdure au sein de l’entreprise sociale. 4. Une entreprise sociale met en œuvre une gestion participative, et cela de manière formelle ou informelle. 5. Une entreprise sociale met en œuvre le principe « un membre, une voix » dans ses instances de décision. 6. Une entreprise sociale met en œuvre de manière statutaire un mode de gouvernance démocratique. 7. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. 8. Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale : les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). 9. Le risque économique se mesure à l’importance de l’activité marchande. 10. Pour être entreprise sociale, une organisation doit adopter un statut juridique qui limite la redistribution des profits.

Social innovation school of thought 1. L’activité de production d’un bien ou d’un service d’une entreprise sociale est directement en rapport avec sa mission sociale. 2. L’innovation sociale est un aspect essentiel dans une entreprise sociale. 3. Un entrepreneur social cherche à réduire les besoins sociaux plutôt que de les satisfaire. En d’autres mots, il cherche à résoudre les causes des problèmes sociaux plutôt que de s’attaquer aux conséquences de ceux-ci. 4. La créativité est une des qualités essentielles d’un entrepreneur social. 5. Dans une entreprise sociale, le leadership de l’entrepreneur social est central. 6. Trois types de ressources peuvent être importants pour une entreprise sociale : les ressources marchandes, les subsides publics et les ressources volontaires (dons, bénévolat). 7. Les profits d’une entreprise sociale sont soit réinvestis dans l’activité de l’organisation, soit distribués entièrement aux actionnaires ou membres.

Social enterprise school of thought 1. L’activité marchande d’une entreprise sociale n’est pas forcément en lien avec sa mission sociale et peut être seulement une source de revenus pour financer 2. Une entreprise sociale est indépendante des pouvoirs publics, même si elle reçoit des subsides. 3. Une entreprise sociale évite au maximum les subsides publics et les dons afin de ne dépendre que d’elle-même. 4. Une entreprise sociale vise l’autofinancement par ses activités marchandes. 5. Une entreprise sociale doit se professionnaliser en faisant appel à des méthodes du monde marchand. 6. Une entreprise sociale est caractérisée par une interdiction totale de distribuer son profit.

Total

Moyenne

100

« Analyse des conceptions de l’entreprise sociale en Belgique francophone. Étude exploratoire »  

Mémoire présenté en septembre 2010 par Claire BRANDELEER en vue de l’obtention du diplôme de Master en politique économique et sociale (Fope...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you