Page 1

Fr Fr anç an a cé is s

GUIDE CULTUREL DE LA PROVINCE


GUIDE CULTUREL DE LA PROVINCE


Table des Matières 2

Nombre capítulo y sección

01 02 03 04 05 06

Promenade Historique 01.1. 01.2. 01.3. 01.4. 01.5. 01.6. 01.7.

Cadix légendaire Les premiers habitants Gadir millénaire La présence romaine Terre des frontières Port des Indes Cadix libérale et illustrée

Itinéraires Culturels 02.1. 02.2. 02.3. 02.4. 02.5. 02.6. 02.7. 02.8.

Circuit Mythologique Cadix Préhistorique Circuit Phénicien Circuit Romain Châteaux et Forteresses Circuit Américain Circuit de la Constitution de 1812 Destination de Cinéma

Circuits d’Intérêt 03.1. 03.2. 03.3. 03.4. 03.5.

Baie de Cadix Bas Guadalquivir Campo de Gibraltar Montagne de Cadix - Villages blancs La Janda

Univers Culturel 04.1. Musées 04.2. Agenda Culturel et Festif

Avec un Caractère Propre 05.1. Le Flamenco 05.1.1 Circuit de Camarón de la Isla 05.1.2 Circuit de Paco de Lucía 05.2. Art et Vin 05.3. Le Cheval et le Taureau 05.4. Artisanat 05.5. Gaditains significatifs

Informations Pratiques

03. 04. 06. 08. 11. 14. 16 19. 21. 22. 24. 27. 30. 35. 41. 44. 47. 49. 50. 52. 53. 54. 56. 57. 58. 66. 73. 74.

78. 82. 84. 85. 87.


3 Nombre capítulo y sección

01 Promenade Historique


4 Nombre capítulo y sección

01.1 Cadix légendaire légendaire Cadix Des histoires de dieux et de mythes comme l’Atlantide, les douze travaux d’Hercule ou le fabuleux royaume de Tartessos font partie intégrante des origines du territoire gaditain, créant ainsi un halo de mystère hautement captivant. La zone du Golfe de Cadix et du Détroit de Gibraltar est la scène où plusieurs légendes de la mythologie gréco-latine ont pris vie, parmi lesquelles apparaissent indéniablement celles liées aux aventures du héros grec Héraclès, que les romains ont ensuite nommé Hercule et dont les restes reposent, selon l’historien latin Pomponius Mela, sous le temple phénicien de Melkart qui se trouve sur l’îlot de Sancti Petri. Hercule se voit confier douze travaux, pour lesquels il doit voyager à travers toute l’Europe en tuant de nombreuses créatures atroces sur son chemin. Les deux dernières tâches herculéennes le conduisent sur le territoire gaditain : voler les pommes d'or du jardin des Hespérides, qui selon la mythologie se trouve à Tartessos, et capturer les bœufs de Géryon, un être anthropomorphique formé de trois corps qui vivait à Erytheia. Cette zone était anciennement un archipel connu sous le nom des Gadeiras, formé par les îles Erytheia et Kotinoussa (ce qui est de nos jours le centre-ville de Cadix) et Antipolis, l’actuel San Fernando. Il a dû tuer le titan, qui du fait de sa curieuse morphologie, est rattaché à l’arbre Dragonnier, comme l’arbre centenaire qui se trouve dans le Parc Genovés, et dont on dit que la sève rouge est le sang de cet être mythologique. Lorsqu’il est arrivé aux limites de l’Ibérie, on raconte qu’Hercule croyait être arrivé au bout du monde et qu’il a séparé les montagnes Calpe (Rocher de Gibraltar) et Abyle (Mont Hacho), et sur leurs cimes a levé deux colonnes (les Colonnes d’Hercule) destinées à révéler aux futures générations jusqu’où il avait accompli ses exploits et a en plus gravé sur ces colonnes la fameuse inscription « Non plus ultra ».

Île de Sancti Petri.

Mosaïque. Musée de Cadix.


5 Promenade Historique. Cadix légendaire

Le saviezvous ?êê Manuel de Falla, excellent musicien gaditain du XXème siècle, s’est inspiré de la ville ensevelie pour composer son œuvre musicale La Atlántida, à laquelle il a consacré les 20 dernières années de sa vie.

Statuette du dieu Melkart, provenant de Sancti Petri.

La mystérieuse culture tartessienne, qui s’est prétendument développée dans le triangle formé par les actuelles provinces de Huelva, Séville et Cadix, sur la côte Sud-ouest de la péninsule ibérique, est citée dans les sources écrites de l’antiquité comme l’Histoire d’Hérodote, qui traite du très âgé roi Arganthonios et son inestimable richesse, sagesse et générosité. Et que dire de la mystérieuse et légendaire Atlantide, mentionnée et décrite pour la première fois dans les textes de Platon (dans ses dialogues Timée et Critias), une île à la forme singulièrement ronde située, selon le philosophe grec, en face des Colonnes d’Hercule, aujourd’hui Détroit de Gibraltar. Se basant sur ces indications géographiques, nombreux furent ceux qui recherchèrent cette ville fantomatique au Sud-ouest de l’Espagne, délimitant de plus en plus sa possible localisation dans la province de Cadix. Au cours de ces dernières décennies, des recherches et des documentaires de la BBC et de National Geographic, entre autres, appuyés par des scientifiques et des archéologues de renommée internationale comme Richard Freund (professeur à l’Université de Hartford aux États-Unis et connu pour ses excavations sur des sites historiques du Proche Orient) ont signalé qu’il existe des indices localisant la capitale des atlantes disparue dans les environs des côtes de Cadix, après son ensevelissement dû à une catastrophe naturelle parmi tant d’autres subies par cette zone tout au long de l’histoire, probablement un tsunami. Ces études s’appuient sur des photographies par satellite qui montrent les restes coïncidant avec la structure de la métropole décrite par Platon, avec des cercles concentriques, une coupole de 450 mètres de largeur, de grands piliers, une citadelle, etc.

Pièces de la colonisation phénicienne au Musée de Cadix.


6 Nombre capítulo y sección

01.2

Les premiers premiers habitants La province de Cadix a toujours été une croisée importante de chemins : d’un côté, elle est le pont entre l’Europe et l’Afrique, et de l’autre, la porte entre la Méditerranée et l’Atlantique. C’est peut-être la meilleure explication de son peuplement prématuré et de la richesse de ses sites archéologiques. Les premiers restes archéologiques de taille découverts sur le territoire gaditain remontent à l’ère néolithique, étape caractérisée par l’arrivée des peuples venus de la Méditerranée orientale. Les villages coexisteront avec les cavernes en tant habitat, se développant à l’intérieur des abris et des grottes une authentique manifestation artistique qui est arrivée jusqu’à aujourd’hui avec des vestiges très riches : l’art rupestre (Voir Circuit Cadix Préhistorique Pag. 24). Dans la région gaditaine de la Janda, se trouve El Tajo de las Figuras (Benalup), un abri naturel qui accueille une collection exceptionnelle de plus de 900 peintures post-paléolithiques, les représentations d'oiseaux dans des postures très variées marquant Caverne Tajo de las Figuras particulièrement. Dans le parc des Alcornocales se trouve l’abri de la Laja Alta à Jimena de la Frontera, qui se distingue par l’originalité de ses peintures rupestres, en présentant une scène navale, unique dans l’art rupestre péninsulaire et d’une importance transcendantale dans tout le milieu méditerranéen. À Los Barrios, nous pouvons contempler l’ensemble d’art rupestre de Bacinete ainsi que la

Caverne d’el Moro. Tarifa.


7 Promenade Historique. Les premiers habitants

■❚❙ Archéologie pour les enfants Les installations d’ERA Cultura, à Puerto Real, reproduisent un village préhistorique avec des cabanes, qui vous transporte à d’autres époques en plein contact avec la nature. Des ateliers et des activités liés à la préhistoire et à la culture y sont développés. www.eracultura.com

Dolmens. Facinas.

Menhir. Facinas.

Cavernes de Bacinete.

Cueva del Moro à Tarifa, avec son impressionnante silhouette de la jument pleine. L’art mégalithique, premier exemple d’architecture monumentale que nous ont laissé les sociétés préhistoriques, est également largement représenté dans la province de Cadix, avec des modèles comme les Dolmens et le Menhir de Facinas (Tarifa), l’ensemble dolménique d’Alberite (Villamartín) et le dolmen del Gigante (El Gastor), situé sur le terrain d’El Charcón. Cependant, ce bijou archéologique est l’ensemble mégalithique d’Alcalá del Valle, également connu comme el Tomillo.

■❚❙ Cadix Préhistorique Du Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique », partent quatre circuits à travers la province : Circuit de la Janda Préhistorique, Circuit du Détroit, Circuit de la région montagneuse et Circuit de la Baie de Cadix. www.centroprehistoricobenalup.com


8 Nombre capítulo y sección

01.3

millénaire Gadir millénaire La recherche de métaux a conduit les marins phéniciens provenant du Proche Orient jusqu’aux îles de l’Atlantique, les Gadeiras, en face de la côte ibérique où ils ont levé leur plus grande base commerciale d’Europe : Gadir, la ville la plus ancienne d’Occident. Les phéniciens de Tiro, sur la côte méditerranéenne du Liban, étaient un peuple qui se consacrait exclusivement au commerce maritime, étant les principaux fournisseurs de métaux qu’ils transportaient depuis l’Europe occidentale et qu’ils vendaient aux grandes puissances asiatiques. À la recherche de cette précieuse matière première, ils sont arrivés jusqu’aux côtes gaditaines, créant de nombreuses colonies qui s’étendront du Campo de Gibraltar jusqu’à l’embouchure du Guadalquivir, la fondation de Gadir (l’actuelle Cadix) s’érigeant en 1104 av. J.-C., selon l’historien romain Velleius Paterculus. Cette référence a été très contestée, mais son exactitude s’est renforcée suite à de récentes découvertes archéologiques à Cadix, où sont apparues des structures urbaines datant au moins du IXème siècle av. J.-C. Les phéniciens choisissaient toujours, pour établir leurs colonies, de petites îles ou péninsules proches de la côte, qui réunissaient des conditions de défense relativement faciles et un accès immédiat aux fleuves et rivières navigables sur de petites embarcations. Gadir était donc idéale du fait de sa géographie particulière, un archipel formé de trois îles “les Gadeiras” : Erytheia et Kothinoussa, les deux îles les plus occidentales, étaient unies par un tombolo et la troisième île, à l’Est, était celle d’Antipolis. Ce port naturel de qualités extraordinaires pour la navigation possédait en plus un emplacement stratégique près de l’embouchure du Guadalquivir, qui était le point de contact avec les riches zones minières de Huelva et de Sierra Morena, possible enclave de la civilisation d’Artésie, avec laquelle ils maintenaient des relations commerciales et culturelles intenses.

Îles Gadeiras. Époque phénicienne.

Concernant l’aspect de la ville, nous savons qu’il y avait des temples dédiés à la déesse


9 Promenade Historique. Gadir millénaire

Château de Sancti Petri.

Astarté, au dieu Baal Ammon et à Melkart, le principal dieu de Tiro. Ce dernier se trouvait sur l’îlot de Sancti Petri et son importance allait au-delà du domaine strictement religieux, puisqu’il remplissait une fonction économique de premier rang. Le dieu, patron des marins et des commerçants, garantissait la valeur des accords commerciaux qui se concluaient dans son enceinte sacrée, recevant en échange des offrandes qui transformaient le sanctuaire en un lieu immensément riche. On raconte qu’à l’intérieur du temple, Anibal enfant, jura haine éternelle à Rome devant son père Hamilcar Barca et que Jules César, près de la statue d’Alexandre le Grand qui s’y trouvait, se lamenta de n’avoir pas accompli, à son âge, les mêmes exploits que le conquérant macédonien.

Hercules Gaditanus en bronze. Musée de Cadix.

Tout comme d’autres emplacements Site phénicien Gadir. phéniciens sur la Baie de Cadix, Gadir aurait accueilli des murailles, des tours et des portes monumentales. L’économie de cette ville animée se maintenait avec le commerce ainsi que la pêche au thon, engendrant la création d’importantes industries consacrées à la salaison et à l’art de la pêche au thon dans des enclaves comme Barbate, d’où on exportait une sauce à base de viscères de poisson, le célèbre garum que les romains demanderont avidement depuis l’Empire et qui aujourd’hui a recommencé à être produit pour la haute cuisine.


10 Promenade Historique. Gadir millénaire

Le saviezvous ?êê Les phéniciens, appelés ainsi seulement par les grecs, étaient en réalité les cananéens, dont le nom signifie « hommes en pourpre » car ils teignaient tous leurs vêtements de cette couleur avec une encre qu’ils extrayaient d’un mollusque (les bolinus brandaris). S’habiller de cette couleur était le plus exclusif et le plus cher et était seulement destiné à des prêtres et empereurs suprêmes.

Sarcophages phéniciens.

Parmi les restes archéologiques de cette époque (Voir Circuit Phénicien, pag. 27) qui ont été conservés jusqu’à aujourd’hui, on peut citer, dans la ville de Cadix, le site phénicien Gadir, situé sous le théâtre de marionnettes de la Tía Norica, qui montre au public les bouts des deux rues et de huit logements datant du IXème siècle av. J.-C., ainsi que quelques restes humains phéniciens du VIème siècle av. J.-C. ; les deux sarcophages anthropomorphiques conservés au Musée de Cadix, uniques en Occident méditerranéen ainsi que les restes d’un monument funéraire phénicien situés sur le site archéologique Casa del Obispo (actuellement fermé), au sous-sol de l’ancien Palais épiscopal. Dans la province, il est aussi possible de visiter des restes de murailles, nécropoles et logements datant de l’époque entre les VIIIème et IIIème siècles av. J.-C. sur le site de Doña Blanca, à El Puerto de Santa María.

■❚❙ Une découverte de film Les précieux sarcophages phéniciens sont apparus à Cadix avec presque un siècle de différence. En 1887, on découvre le sarcophage masculin mais le féminin, encore plus impressionnant pour sa finesse et sa délicatesse, n’est découvert qu'en 1980. Il se trouvait précisément juste en dessous du logement qu'a occupé Pelayo Quintero de nombreuses années, directeur du Musée de Cadix, grand érudit, chercheur et fouilleur dans la nécropole romaine, mort en 1946 convaincu qu’un sarcophage féminin devait exister dans la ville, sans savoir qu’il l’avait au sous-sol de sa maison.


11 Nombre capítulo y sección

01.4 La présence romaine romaine Suite au dénouement de la Deuxième Guerre Punique, à la fin du IIIème siècle av. J.-C., la ville de Gadir passera des Carthaginois aux mains de Rome, commençant ainsi une époque très prospère pour tout le territoire gaditain, qui apportera à l’Empire des produits comme le vin, les huiles et les salaisons de pêche. Rome apporta l’organisation territoriale et les impôts et exploita systématiquement les ressources minières et de pêche du territoire, créant un important réseau de communications, les chaussées romaines, qui ont favorisé le transport et le commerce. De Gadès (Cadix), partait la Vía Augusta, qui conduisait jusqu’à Rome longeant la côte levantine. Reliant également Híspalis (Séville), de Gadès partait la Vía de la Plata qui assurait la liaison entre les provinces Baetica et Gallaecia, étant la route principale de l’étain, et aujourd’hui l’un des chemins de pèlerinage vers Santiago de Compostelle. La domination romaine multipliera également le nombre de municipalités dans la province avec des urbanisations complexes dans lesquelles les œuvres et constructions publiques (citernes et aqueducs, égouts, temples, thermes et théâtres) alterneront avec d’autres au caractère plus industriel comme les comptoirs de pêche et le funérarium (nécropole). À l’intérieur, ont marqués les établissements (Voir Circuit Romain, pag. 30) d’Asido Caesarina (actuelle Medina Sidonia), Carissa Aurelia (Espera), Iptuci (Prado del Rey), Sierra de Aznar (Arcos de la Frontera) ou Ocuri (Ubrique). Sur la côte gaditaine, la Baie de Cadix et le Détroit de Gibraltar, la colonisation sera intensifiée avec une suite de villes vouées aux activités marchandes, nautiques et de pêche. Se distinguent les

Baelo Claudia.


12 Promenade Historique. La présence romaine

ruines de la ville romaine de Carteia à San Roque ou le site de la Mesa de Esparragal (Alcalá de los Gazules), où se trouvait el Bronce de Lascuta, l’inscription romaine la plus ancienne d’Espagne, exposée au Musée du Louvre à Paris. Au pied de la plage de Bolonia à Tarifa, s’enclave Baelo Claudia, ville romaine fondée à la Place des Fleurs. Cadix. fin du IIème siècle av. J.C. Avec une économie basée sur la pêche et plus précisément la pêche au thon, son intérêt réside dans la vision si complète de l’urbanisme romain qui peut s’extraire de sa visite. On peut y contempler des restes de muraille, des chaussées, des logements, la basilique, le forum et les usines de salaisons de pêche et d’élaboration du célèbre garum, les produits qui ont rendu cette ville célèbre dans tout l’Empire. Ce souvenir de la romanisation est également particulièrement vif dans la capitale gaditaine, qui fut le berceau de la mère de l’empereur Adrien et du célèbre agronome Junio Moderato Columela, dont la statue est le romain dans la fontaine de la Place des Fleurs.

■❚❙ La Bétique Romaine Les villes de Cadix et de Tarifa, ainsi que douze autres villes des provinces de Séville et de Cordoue, font partie du Circuit Bétique Romain, un itinéraire qui parcourt la province la plus méridionale de l’Hispanie Romaine et comprend les territoires par lesquels passait l’ancienne Vía Augusta. www.beticaromana. org

Le saviezvous ?êê La ville de Cadix possède un tissu souterrain fascinant, duquel on peut citer la CaverneCatacombes del Beaterio (visitable) et les Cavernes de María Mocos.

La Gadès romaine a connu une époque de splendeur maximale après les affrontements entre Pompée et César pour le pouvoir de Rome. Les habitants de Cadix prennent parti pour César qui a vaincu Pompée à Munda. Jules César, en geste de gratitude, accorde à Gadès

Mausolée d’Ocuri.

Théatre Romain. Cadix.


13 Promenade Historique. La présence romaine

Carteia.

la citoyenneté romaine, l’appelant Augusta Urbs Julia Gaditana. Dans les textes classiques de l’époque impériale romaine, les fréquentes allusions au temple d’Hercule et aux danseuses expertes (les célèbres puella egaditanae) ne faisaient pas défaut. La Gadès romaine conserve son activité commerciale prospère Restes de chaussée romaine. Medina au cours des premiers siècles Sidonia. de l’Empire, atteignant jusqu’à 50 000 habitants. Il nous reste comme vestiges principaux le Théâtre Romain (Ier siècle av. J.-C.), dans le quartier de Pópulo, qui est le deuxième plus grand quartier de tout le monde romain après le Théâtre de Pompée à Rome ; l’usine de salaisons sur le terrain de l’ancien Théâtre Andalousie ; des restes de constructions sur le site de la Casa del Obispo ; les columbariums romains en dehors de la ville (seul témoignage visitable de la nécropole) et quelques morceaux de l’aqueduc tubulaire en pierre (d’huître) qui conduisait l’eau douce depuis la source de Tempul.

■❚❙ Places réservées au Colisée En 1939, on a découvert dans l’amphithéâtre Flavio de Roma (le Colisée) deux inscriptions avec le mot Gaditanorum, qui semble confirmer que les citoyens romains de Gadès avaient quelques places « réservées » dans les gradins. Des chercheurs de l’Université de Cadix s’étant déplacés jusqu’à la capitale Italienne pour son étude ont souligné sa rareté, car jusqu’à maintenant, le privilège de posséder des places exclusives semblait réservé aux prêtres et aux magistrats. Ce fait rectifiera l’importance de Gadès parmi les villes qui formaient l’empire romain surtout à l’époque de César Auguste de la main de la famille des Cornelius Balbus. Les inscriptions peuvent actuellement être contemplées au Colisée, dans une zone de l’amphithéâtre qui est restaurée et peut être visitée.


14 Nombre capítulo y sección

01.5 Terre des frontières La présence musulmane qu’elle a connue du VIIIème siècle jusqu’à la fin XVème siècle avec l’expulsion des Maures, a laissé une marque profonde dans la province, encore visible sur le tracé de leurs villages et villes, dans leurs nombreux châteaux et dans des constructions d’une valeur artistique.

Église de la O. Sanlúcar de Barrameda.

Alcazar de Jerez de la Frontera.

Le saviezvous ?êê Le temple visigoth le plus ancien de toute l’Andalousie est l’Ermitage des Martyrs et se trouve à Medina Sidonia.

En 711, les troupes de Tariq débarquent sur la Baie d’Algeciras et après avoir vaincu le roi goth Rodéric lors de la bataille de Guadalete, commencent la conquête de la Péninsule. La ville de Cadix (Qadis) devient une simple place militaire avec une casbah et une mosquée, dépendante de la Cora de Sidonia, dont le statut de capitale revient à Jerez de la Frontera. Dans cette localité se trouve la construction islamique la plus significative de tout le territoire, alcazar de style almohade, à l’intérieur duquel se trouvent la mosquée (avec sa cour d’ablutions, mihrab et minaret) et les bains arabes, en plus du jardin des Oliviers. La culture d’al-Andalous était profondément urbaine, c’est pourquoi il a transmis tout son savoir constructif et artistique aux villes andalouses. Beaucoup d’entre elles étaient muraillées (les restes archéologiques des murailles médiévales à Algeciras de l’époque mérinide nous le démontrent) et la plupart, avec des tours et des portes surplombées par la masse de cashbah et l’alzacar. C’est à l’intérieur de la médina que s’érigeaient la mosquée, les souks, les alhondigas et les bains. Les villages de la Sierra de Cadix sont un magnifique exemple de l’urbanisme andalou, avec ses rues étroites et labyrinthiques qui conduisent jusqu’aux maisons en chaux. Les constructions militaires de la province (Voir Circuit Châteaux et Forteresses, pag. 35), prolifèrent pendant cette période de lutte entre les musulmans et les chrétiens. Ainsi, près des forteresses médiévales parfaitement intégrées


15 Promenade Historique. Terre des frontières

aux ensembles urbanistiques comme ceux de Tarifa ou celui de Castellar, se succèdent dans l’enceinte des châteaux solitaires et des tours situées stratégiquement sur les points d’observation rocheux depuis lesquels apercevoir le danger comme Zahara de la Sierra et Olivera.

■❚❙ L’héritage andalou Sur les terres gaditaines passe le circuit des Almoravides et des Almohades, l’un des parcours de l’héritage andalou, lauréats par exemple du Grand Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe. www.legadoandalusi.es

De l’autre côté de la côte atlantique, depuis la même embouchure du fleuve Guadalquivir jusqu’à la forte place de Gibraltar, se dessinent des tours, des tours à créneaux, des bastions et des châteaux du littoral qui servirent de point de surveillance permanente face au risque des invasions maritimes : le château de Guzmán le Bon à Tarifa, celui de San Marcos à El Puerto de Santa María et le château de Luna à Rota. Situés en lieux stratégiques, la reconquête chrétienne réutilisera une partie de ces défenses en les adaptant aux nouveaux besoins, ou en en créant des nouvelles. Ce sera sous le règne d’Alphonse X Le Sage, après la reconquête de Cadix en 1262, que le territoire passe aux mains du royaume de Castilla, se fortifiant et se repeuplant avec des colons provenant surtout de Cantabrie. Et d’un point de vue artistique, la conquête chrétienne a apporté avec elle le style gothique avec lequel les imposantes églises ont été construites dans des villes comme Jerez de la Frontera, avec des modèles précieux comme l’église de Santiago, qui garde l’image de Nuestro Padre Jesús del Prendimiento attribuée à la Roldana, l’église conventuelle de Santo Domingo, l’église de San Miguel, San Mateo ou l’église de San Marcos. On se doit également de citer les églises gothiques de Santa María et de San Pedro à Arcos de la Frontera, l’église del Divino Salvador à Vejer, la basilique mineure de Nuestra Dama de los Milagros d’El Puerto de Santa María ainsi que l’église de Santa María la Mayor La Coronada à Medina Sidionia, parmi tant d’autres. Ce style réussit à cohabiter avec la renaissance émergeante et avec le mudéjar, affichant de magnifiques exemples comme l’église de Nuestra Dama de la O à Sanlúcar et San Dioniso à Jerez.

Château de San Marcos. El Puerto de Santa María.

Alcazar de Jerez.


16 Nombre capítulo y sección

01.6 Port des Indes Avec l’exploit de Christophe Colomb, la baie de Cadix devient le récepteur des richesses du Nouveau Monde, une prospérité économique et culturelle qui s’est reflétée dans la construction de monuments religieux et civils significatifs. La province gaditaine affiche une trace marquée de la Route des Indes, fruit de son intervention dès les premiers moments de la découverte de l’Amérique (Voir Cathédrale de Jerez de la Frontera. Circuit Américain, pag. 41). Si le premier voyage de Colomb part en 1492 des côtes de Huelva, l’amiral génois débutera son second périple depuis Cadix, le troisième depuis Sanlúcar de Barrameda (port également choisi par Magallanes et Juan Sebastián Elcano pour débuter leur tour du monde) et la quatrième traversée de Colomb aura de nouveau pour point de départ la capitale. Depuis 1500, le commerce avec l’Amérique se centralise dans la Casa de Contratación de Séville, mais la navigabilité du Guadalquivir rend difficile le développement des affaires, ce qui justifie le transfert de Séville à Cadix en 1717, qui obtenait tout le monopole commercial avec l’Amérique.

■❚❙ Cadix, « La petite havane » Une chanson chantée par Carlos Cano disait “ La Havane est Cadix avec plus de petits noirs, Cadix est la Havane avec plus charme…” . Et il est vrai qu’il existe encore de nombreuses similitudes entre ces deux villes qui ont grandi parallèlement aux deux rives de l’océan. Une promenade sur la façade maritime de Cadix depuis La Calera au Campo del Sur, évoquera au visiteur l’image d’El Malecón de La Havane. Les fortifications qui blindaient l’entrée de la baie cubaine et celles qui défendaient la ville péninsulaire du corsaire Drake font également la paire. Sans parler des façades des deux cathédrales et de leur centre historique pittoresque aux rues étroites et à l’odeur de salpêtre.


17 Promenade Historique. Port des Indes

À Cadix capitale, après la Reconquête, on observe l'installation de nombreux bourgeois étrangers, notamment génois, ayant une grande vision des affaires, qui se verront rejoindre par des Anglais, des Flamands et des Français attirés par le commerce américain et l'exportation des fameux vins de la terre, les vins de Jerez de la Frontera. Ce milieu cosmopolite a conféré à la ville ce caractère ouvert qui a permis l’acceptation des Lumières, étant avant-gardiste des progrès scientifiques et des idées politiques libérales. Mais cette prospérité se verra tachée par les fréquentes attaques de pirates, favorisant le renforcement des défenses sur tout le littoral avec des tours, des tours à créneaux et des enceintes muraillées comme celles de la ville même, le système de défense de tirs croisés, imaginé par l’ingénieur militaire français Vauban. Le boom économique des XVI-XVIIème siècles se reflète dans la construction de monuments significatifs comme les cathédrales de Cadix (d’airs coloniaux) et de Jerez de la Frontera et la Chartreuse de Jerez de Santa María de la Defensión, une structure harmonique dans laquelle on retrouve main dans la main le gothique flamboyant, la renaissance plateresque et le baroque avec des espaces particulièrement attractifs comme le portique d’Entrée, la chapelle de Santa María de la Defensión, la cour des Arrayanes, la chapelle

Vue de la Cathédrale de Cadix.

Maison Lasquetty. Cadix.

Chartreuse de Jerez.


18 Promenade Historique. Port des Indes

de los Caminantes, le cloître des profanes ou la dénommée cour des jasmins. La plupart des églises et couvents de la région appartiennent à cette époque. Le quartier civil est surplombé des palais et maisons seigneuriales qui deviennent partie fondamentale de la physionomie de ces villes. Ceux de la capitale sont particulièrement remarquables, avec leurs caractéristiques tours-belvédères, depuis lesquels les commerçants pouvaient contempler les navires qui approchaient du port provenant d’Amérique, comme la maison de l’Amiral et les maisons aux Quatre et Cinq Tours. Dans la province, on peut également citer la Maison de Vizarrón à El Puerto de Santa María, celle du Marquis d’Arizón, le palais des Ducs de Medina Sidonia à Sanlúcar de Barrameda et le palais Bertemati à Jerez de la Frontera.

Maison-Hôtel du Marquis d’Arizón. Sanlúcar de Barrameda.

Le saviezvous ?êê Le 1er novembre 1755, la ville de Cadix se sauve grâce à son enceinte muraillée du tsunami provoqué par le tremblement de terre qui a complètement détruit la ville portugaise de Lisbonne.

Palais de Medina Sidonia. Sanlúcar de Barrameda.

■❚❙ Le premier tour du monde Le 20 septembre 1519, une petite flotte de cinq navires part du port de Sanlúcar et met le cap aux Canaries. Sous le commandement de Fernando de Magallanes commence la première étape d’un voyage au cours duquel sera réalisée la circumnavigation du globe. La flotte comprenait cinq caravelles et 265 personnes de plusieurs nationalités. L’aventure dure trois ans et le 6 septembre 1522, entre au port de Sanlúcar la seule embarcation survivante au commandement de Juan Sebastián Elcano, la Victoria, avec seulement 18 membres de l’équipage.


19 Nombre capítulo y sección

01.7

Cadix libérale et illustrée La province gaditaine jouera un grand rôle dans les grands mouvements politiques et culturels du XIXème siècle, en important des idées nouvelles qui donneront lieu à l’ouverture libérale et démocratique recueillie dans la Constitution de 1812. La splendeur économique et culturelle du XVIIIème siècle de la province de Cadix, fruit du monopole du commerce indien, laissera sa place à un siècle convulsé qui débutera avec la bataille de Trafalgar en 1805, qui représente le début de la fin de l’empire colonial espagnol ainsi que la Guerre d’Indépendance (1810) avec le siège des troupes napoléoniennes qui obtiennent l’occupation de la quasi-totalité du territoire espagnol, jusqu’à ce que leur avancée soit stoppée face aux défenses de l’île de León (San Fernando). Pendant le conflit belliqueux, l’Assemblée Suprême Centrale convoque las Cortes (Parlement espagnol) et devant la marche adverse de la guerre, décident de se réfugier à Cadix, la seule ville avec San Fernando, à ne pas être occupée par l’armée napoléonienne. L’oratoire San Felipe Neri a abrité les débats enflammés des deux cents députés qui, après plus de 1 400 séances, rédigent la Constitution de 1812, dans un sens libéral et qui sera surnommée « La Pepa » puisqu’elle a vu le jour le 19 mars, jour de la Saint José (Pepe est le diminutif espagnol de José). Dans les bâtiments annexes à l’oratoire, se trouvent le Musée de las

Panoramique de San Fernando.

Oratoire de San Felipe Neri. Cadix.

Le saviezvous ?êê La célèbre Place del Trocadero de Paris, depuis laquelle on peut voir une célèbre perspective de la Tour Eiffel, est connue depuis 1823 sous ce nom à la suite de la bataille qui a eu lieu entre les troupes espagnoles et les troupes françaises sur l’île d’El Trocadero (Puerto Real) situé sur la Baie de Cadix.


20 Promenade Historique. Cadix libérale et illustrée

■❚❙ Brigands à la Sierra de Cádiz Le célèbre José María el Tempranillo, bien que né dans la province de Cordoue, a réalisé de nombreuses incursions dans la zone : un de ses fils est né à Torre Alháquime et à El Gastor se trouve un musée dans la maison dans laquelle vivait sa compagne, où il passait de grandes périodes.

Le saviezvous ?êê La commune de San Roque, tout comme Los Barrios et La Línea de la Concepción, a été fondée par les habitants de Gibraltar ayant dû abandonner la Roca après la conquête anglaise de 1704 et s'installer aux alentours de l'ancien ermitage de San Roque.

San Roque.

Cortes et le Centre d’Interprétation la Pepa 2012 (Voir Circuit de la Constitution de 1812, pag. 44). Cette Carta Magna a eu une grande répercussion extérieure. Elle a servi de modèle à d’autres pays européens et américains et a été traduite en anglais, français, allemand, portugais et italien. Nous sommes devant une Cadix cosmopolite où converge la couche la plus sélecte et la plus moderne de la société espagnole et européenne du moment, dans laquelle surgissent diverses discussions du domaine littéraire, de nombreux journaux sont édités et qui héberge de grands écrivains et intellectuels : Adolfo de Castro, Joaquín de Mora, Eduardo Benot, Emilio Castelar et Fernán Caballero, entre autres. Le XIXème siècle est également le siècle du romantisme, des voyageurs européens attirés par l’exotisme et le milieu de l’Andalousie. Cadix, déjà considérée au XVIIIème comme l’une des plus belles villes d’Europe, la campagne de Jerez, Sanlúcar, Gibraltar ou la région montagneuse deviennent les objectifs fréquents d’illustres aventuriers, dont de nombreux ont laissé des témoignages écrits de l’impression que leur voyage sur nos terres leur a provoqué : l’hispaniste Richard Ford, Alexandre Dumas (qui a écrit entre autres livres De Paris à Cadix) ou le poète anglais Lord Byron, qui décrivait Cadix comme « la ville la plus jolie et la plus propre d’Europe », complimentant les femmes de cette terre « les gentilles gaditaines ».


21 Nombre capítulo y sección

02

Itinéraires Culturels


22 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.1

Circuit Circuit Mythologique Cadix est une terre ancienne, pleine de mythes et de légendes, point de rencontre de différentes cultures et civilisations qui, à travers les siècles, ont laissé leur marque dans l’histoire de l’Humanité. Le circuit parcourt la géographie mythique gaditaine, dont Heraclés-Hercules est l’axe principal. Nous commençons notre marche dans la ville de Sanlúcar de Barrameda, dont la fondation semble être liée à l’existence d’un temple dédié à la déesse Astarté qui, avec sa lumière planétaire, orientait et protégeait les voyageurs marins.

Visite guidée au château de Sancti Petri.

Ici se trouve le Centre d’Interprétation de Cadix Mythologique, dont l’exposition est organisée en trois quartiers thématiques, le premier étant consacré au « Territoire Sacré », avec des allusions au royaume de Tartessos. Le deuxième s’occupe de la « Déesse Mère ». Le dernier espace se concentre sur ce qui est considéré comme le lieu sacré par excellence dans le domaine de Cadix depuis l’époque phénicienne : le « Temple d’Hercule », qui serait situé aux environs de l’actuel îlot de Sancti Petri, dans la commune municipale de San Fernando. De nos jours, elle abrite un château du XVIIIème siècle récemment restauré. Il est possible de s'approcher de cet îlot

Centre d’Interprétation de Cadix Mythologique. Sanlúcar de Barrameda.


23 Itinéraires Culturels. Circuit Mythologique

grâce à une agréable promenade en bateau en partant du port de plaisance de l'ancien village de pêche de Sancti Petri. L’expédition phénicienne qui a fondé Gadir, aux alentours de 1100 av. J.-C., a érigé sur la partie orientale de celle-ci, à l’époque île de Kotinoussa, un sanctuaire dédié à Melkart, qui serait devenu l’un des oracles les plus importants de l’Antiquité. Selon l’historien latin Pomponius Mela, sous le temple étaient situés les restes ensevelis d’Hercule et le soussol hébergeait également d’autres reliques mythologiques comme la ceinture de Teucros ou l’arbre de Pygmalion. C’est à l’époque de Trajano que le temple a atteint son apogée, des restes d’une grande valeur datant de cette époque sont exposés au Musée de Cadix comme la sculpture thoracata d’empereur en bronze de la fin du Ier siècle et du début du IIème siècle. Avec le passage du temps, le phénicien Melkart se fond avec le grec Héracles et le Hercules des romains, héros qui, dans l’accomplissement de ses célèbres Douze Travaux, a frappé la cordillère de l’Atlas au Maroc, provoquant l’union de l’océan Atlantique et de la Mer Méditerranée, donnant lieu aux célèbres Colonnes d’Hercule (l’une d’elles, d’après la légende, était dans la zone d’Algeciras et de Tarifa), qui est ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Détroit de Gibraltar. À Tarifa, vous ne pouvez pas manquer l’opportunité de parcourir ce détroit mythique en bateau, profitant du magnifique spectacle des dauphins et des baleines sillonnant ses eaux. Dans la ville, plusieurs entreprises offrent ces services.

D’INTÉRÊT CENTRE D’INTERPRÉTATION DE LA MYTHOLOGIE.

, Centro Cultural la Victoria- Plaza la Victoria Sanlúcar de Barrameda O 956 383 810 Visites sous réservation préalable VISITES SANCTI PETRI

w www.albarco.com www.espacionautico.com www.novojet.net LOGGIA, Gestión de Patrimonio Cultural, S.L. O 667 502 369 – 610 080 553 PROMENADES EN BATEAU AU DÉTROIT

w www.firmm.org www.turmares.com www.whalewatchtarifa.net www.aventuratarifa.com www.aventuramarina.org

Observation de cétacées au détroit.

Circuit Mythologique Sanlúcar de Barrameda: Œ Centre d’Interprétation de Cadix Mythologique Cadix:  Musée de Cadix San Fernando: Ž Île et Château de Sancti Petri Gibraltar y Tarifa:  Detroit de Gibraltar et Tarifa


24 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.2 Cadix Préhistorique Nous allons suivre un parcours menant aux principaux abris et cavernes sur les parois desquels l’homme préhistorique exprimait son art « primitif » et nous admirerons les constructions mégalithiques érigées, sans nul doute, avec un effort collectif pour devenir sa dernière demeure. Le point de départ de notre circuit est le Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique », situé à Benalup-Casas Viejas, qui propose au visiteur un passionnant voyage vers la Préhistoire. Dans son parcours tout au long des onze quartiers thématiques, il vous conduira vers les premières traces de l’espèce humaine dans la province de Cadix et vous invitera à vous promener autour des enclaves et des découvertes les plus importantes. Le discours muséographique s’appuie sur des agréments interactifs, audiovisuels, des recréations du milieu, des maquettes et des effets spéciaux comme un Pepper Ghost qui créeront une atmosphère réelle et proche. Dans la commune de Benalup et aux alentours du lac de la Janda, nous pouvons trouver l’ensemble de Dolmens de Celemín (Zone récréative Pentano Celemín) ainsi que les abris du Tajo de las Figuras, ce qui vous amène à confirmer que nous nous trouvons dans un lieu sacré. Parmi les peintures rupestres découvertes à l’intérieur de cet abri, nous pouvons parfaitement distinguer différents oiseaux (flamands, outardes, canards, cygnes, etc.), cerfs, troupeaux de chevreaux, chiens et différentes silhouettes humaines en activité de danse ou de chasse.

Abri de la Laja Alta. Jimena de la Frontera.

Nous continuons notre circuit en direction du détroit de Gibraltar, en nous arrêtant à Facinas, un district de Tarifa dans lequel se trouvent trois dolmens et un menhir. Ils se situent à l’extrémité du flanc Nord-ouest de la montagne de Salaviciosa. Près de l’anse et la dune de Valdevaqueros, sur la plage de


25 Itinéraires Culturels. Cadix Préhistorique

■❚❙ AVERTISSEMENT Certains des restes d’art rupestre existant dans la province sont situés dans des lieux d’accès difficile, nous recommandons donc qu’avant de débuter votre recherche et visite, vous consultiez toujours l’Office du Tourisme le plus proche (Voir Informations pratiques, pag. 87).

Dolmen d’Alberite.

Abris du Tajo de las Figuras. Benalup.

Tarifa, nous trouverons un sentier signalisé comme Los AlgarbesBetijuelo qui nous mènera jusqu’à la nécropole des Algarbes. En tournant le dos à la côte, la destination suivante est la commune de Los Barrios et l’ensemble d’art rupestre de Bacinete. On peut voir jaillir son abri Principal, avec des scènes aussi surprenantes que celle de la silhouette humaine connue comme « Le Géant » du fait de sa grande taille. La propriété est privée et il faut obtenir l’autorisation du propriétaire.

Circuit Cadix Préhistorique Benalup-Casas Viejas: Œ Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique ».  Abris du Tajo de las Figuras. Ž Dolmens de Celemín. Facinas:  Dolmens et Menhir de Facinas. Tarifa:  Nécropole des Algarbes. Los Barrios: ‘ Ensemble d’Art Rupestre de Bacinete. Jimena de la Frontera: ’ Abri de la Laja Alta. Llanos de Villamartín: “ Ensemble Dolménique d’Alberite. Puerto Serrano: ” Nécropole de Fuente de Ramos. El Gastor: • Dolmen d’El Charcón. Alcalá del Valle: Dolmens del Tomillo.


26 Itinéraires Culturels. Cadix Préhistorique

Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique ». Benalup.

L’itinéraire archéologique nous mène maintenant jusqu’à Jimena de la Frontera et à l’abri de la Laja Alta. L’ensemble présente une gamme variée de motifs thématiques mais sa grande popularité réside dans son originale scène navale, formée de sept bateaux. L’entrée de l’abri est protégée par une grille.

Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique ».

Dolmens del Tomillo. Alcalá del Valle.

Le dernier tronçon de notre circuit préhistorique nous conduit vers la Sierra de Cadix, qui est le lieu où se trouvent les principales œuvres de l’ère mégalithique de la province. Nous visiterons ainsi l'ensemble dolménique d'Alberite (Llanos de Villamartín), d'un peu plus de 6 000 ans d'antiquité, avec un dolmen (Alberite I) de type galerie de grandes dimensions (20 mètres de long) et une grande entrée. À environ 15 km, sur une colline de la commune de Puerto Serrano, nous donne rendez-vous le site de Fuente de Ramos, une grande nécropole aux grottes artificielles. Nous terminons notre circuit en visitant le dolmen d’El Charcón (El Gastor), également connu comme Tumba del Gigante, du fait de ses dimensions ainsi que l’ensemble mégalithique d’Alcalá del Valle, connue comme les dolmens de Tomillo, nécropole constituée de deux tombeaux en galerie de la période chalcolithique ainsi qu’un menhir.

D’INTÉRÊT Centre d’Interprétation « Cadix Préhistorique »

, Calle Huelva s/n. Benalup-Casas Viejas O 956 417 927 w www.centroprehistoricobenalup.com


27 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.3

Circuit Phénicien Il y a trois mille ans, les navires provenant de Tiro et Sidón, passaient le détroit de Gibraltar et entamaient une dangereuse navigation sur les eaux de l’Atlantique. À l’horizon, Gadir, devenue l’une des places phéniciennes principales de la Méditerranée occidentale. Notre point de départ ne peut être que la ville de Cadix, où les phéniciens ont fondé Gadir en 1104 av. J.-C. Comme témoignage exceptionnel de cette période historique si prospère pour le territoire gaditain, nous avons le site archéologique de Gadir, considéré comme le plus important du bassin méditerranéen occidental. La visite, d’une durée approximative de 20 à 30 minutes, se déroule à travers une passerelle spectaculaire en verre dont l’axe central tourne autour du personnage du phénicien Mattan. Dans ce parcours interactif montrant l’évolution de la ville de sa fondation jusqu’à l’époque romaine, nous pouvons voir les restes de l’ancienne ville phénicienne, notamment le tracé de ses rues, ses logements et les outils correspondant au IXème siècle av. J.-C. Un total de huit logements organisés autour de deux rues pavées à l’argile est conservé, rues dans lesquelles il est toujours possible de voir de nombreuses traces fossilisées de plusieurs bovidés qui les parcouraient. Les constructions d’une usine destinée à la manufacture de pêche romaine sont également exposées.

Circuit Phénicien Cádiz: Œ Site archéologique de Gadir  Site Archéologique Casa

del Obispo

Ž Musée de Cadix.

El Puerto de Santa María:

 Site Archéologique Doña

Blanca

San Fernando:

 Île de Sancti Petri.

Temple de Melkart et Château.


28 Itinéraires Culturels. Circuit Phénicien

Musée de Cadix.

Site archéologique Casa del Obispo.

Près de la cathédrale gaditaine, demeure notre prochaine destination, le site archéologique Casa del Obispo, dont les restes, qu’il renferme depuis les VIIème-XVIIIème siècles av. J.-C., se situent au sous-sol de l’ancien palais épiscopal. On y trouve un monument funéraire de l’époque phénicienne (VIème siècle av. J.-C.) qui forme avec ses annexes creusés dans la roche, l’un des ensembles funéraires les plus importants de la péninsule ibérique ainsi que les restes d’un temple romain. Site archéologique de Gadir.

Le saviezvous ?êê La Bijouterie Rivera de Cadix vend en exclusivité les reproductions de l’anneau phénicien trouvé en 1997 à l’intérieur d’une tombe pillée de la Casa del Obispo. Il est en or et deux dauphins, l’un des symboles de Gadir, y sont façonnés.

Sans encore sortir de la ville connue comme la Tacita de Plata, nous marcherons vers la populaire Place de Mina où se trouve le Musée de Cadix, comportant de précieux fonds archéologiques de l’époque phénicienne, comme des amphores, une sculpture de la déesse Astarté et des bronzes dédiés au dieu Melkart. Pourtant, les stars du monde funéraire gaditain sont sans aucun doute les deux sarcophages anthropoïdes découverts dans la ville, qui ont les traits les plus hellénisants connus. Le premier d’entre eux, le sarcophage masculin, est apparu dans la zone connue comme Punta de la Vaca en 1887 et il a dû attendre près de cent ans (1980) que sa compagne féminine le rejoigne. Seulement dix sarcophages de ce type ont été découverts dans le monde entier et seulement trois sont des femmes, qui se trouvent dans les musées de Beyrouth, de Carthage et du Louvre.

■❚❙ Le visage de Mattan Sur le site phénicien de Gadir, le visiteur pourra contempler le visage de Mattan, un phénicien mort dans un grand incendie qui a eu lieu dans la ville vers le VIIème siècle av. J.-C et dont on a fait une reconstruction faciale en employant la technologie numérique et légiste la plus avancée.


29 Itinéraires Culturels. Circuit Phénicien

Nous nous dirigeons maintenant à El Puerto de Santa María à la recherche du site de Doña Blanca, zone archéologique qui se situe à la cime et sur les versants de la montagne de San Cristóbal. L’accès à la zone se fait par la route locale 201 d’El Puerto de Santa María vers Jerez de la Frontera par El Portal, par laquelle nous continuons en direction de cette dernière commune jusqu’au point kilométrique 3 300. Son excavation a fait voir le jour à des restes de murailles, de nécropole (avec des hypogées de l’Âge de Bronce et un tombeau contenant plus de 63 sépultures) et des logements formant ce qui serait une ville portuaire qui a été peuplée entre les VIIIème et IIIème siècles av. J.-C. et qui basait son développement économique fondamentalement sur le commerce. Nous terminons notre parcours à San Fernando, municipalité à laquelle appartient l’île ou îlot de Sancti Petri, autour duquel a toujours existé un halo de mystère et de légende. Dans ses environs, s’est érigé le temple du dieu phénicien Melkart, qui a joué un rôle fondamental dans la cohésion socioéconomique de l’installation phénicienne, en régulant le commerce. Le sanctuaire comprenait un oracle, qui a été visité par deux personnages célèbres, illustres pour leurs exploits ou leur noblesse, comme Anibal ou Jules César. De nos jours, l’île accueille une tour du XIIIème siècle et un château, un ensemble de constructions érigées à partir des XVIème et XVIIIème siècles. Il est possible de les visiter, leur état de conservation est bon suite aux travaux de restauration de 2010.

Site archéologique Doña Blanca. El Puerto de Santa María.

D’INTÉRÊT SITE ARCHÉOLOGIQUE DE GADIR , Calle San Miguel, 15 - Cádiz O 956 226 337 w www.turismo.cadiz.es SITE ARCHÉOLOGIQUE CASA DEL OBISPO , Plaza Fray Félix, s/n - Cádiz O 956 264 734 w www.lacasadelobispo.com [Temporairement fermé]

SITE ARCHÉOLOGIQUE Doña Blanca , Ctra. del Portal, km. 3,2 El Puerto de Santa María O 856 105 058 w www.turismoelpuerto.com [Sous réservation pour les groupes] VISITES SANCTI PETRI w www.albarco.com www.espacionautico.com www.novojet.net LOGGIA, Gestión de Patrimonio Cultural, S.L. Tel. 667 502 369 – 610 080 553


30 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.4

Circuit Romain Au IIIème siècle av. J.-C., la province de Cadix tombe entre les mains des Romains qui contrôlaient déjà la vallée du Guadalquivir, ce qui supposera le début d’une étape économique, politique et commerciale florissante. Tout au long de ce circuit, nous admirerons le vaste héritage de l’Empire. Le grand nombre de restes archéologiques existant de l’époque romaine et leur dispersion sur toute la géographie gaditaine divise ce circuit en deux parcours (Côte et Intérieur), ce qui rendra notre voyage plus confortable et plus pratique. L’ITINÉRAIRE CÔTIER nous conduit d’abord à Cadix, l’ancienne Gadès, qui à l’époque de la famille Balbus a acquis une grande importance économique. Ce fut précisément Lucius Cornelius Balbus Minor qui ordonna la construction vers 70 av. J.-C. du théâtre romain de Cadix dans l’actuel quartier d’El Pópulo. Les fouilles réalisées jusqu’à maintenant n’ont permis que de voir la partie de ce qu’était ce monument : des restes de la façade primitive, sur la partie supérieure ; une bonne partie des gradins semi-circulaires, une partie de la scène et un morceau de galerie de circulation des spectateurs. Le complément parfait de ce précieux site est le Centre d’Interprétation créé pour offrir plus précisément une vision complète du théâtre, en dévoilant ses particularités, les similitudes et différentes avec d’autres théâtres romains connus, les matériaux utilisés pour sa construction, etc. L’un de ses contenus fondamentaux réside dans les maquettes qui illustrent avec fidélité aussi bien l’état actuel du théâtre découvert que la restitution des parties disparues ou qu’il reste à fouiller.

Usine de salaisons. Cadix.

Sans sortir d’El Pópulo, nous pouvons visiter les restes romains conservés sur le site archéologique de la Casa del Obispo, qui pendant cette époque a pu être utilisé comme lieu de culte aux dieux Apollon, Esculape et Hygie. Si nous passons dans la rue Cuesta de Recaño, dans la vieille ville de Cadix, sur le terrain de


31 Itinéraires Culturels. Circuit Romain

l’ancien théâtre Andalousie, nous trouverons les vestiges de l’industrie de la conserverie et pêche romaine : une usine de salaisons du Ier siècle av. J.-C. qui a conservé son activité jusqu’àu début du IVème siècle. Dans l’un de ses bateaux-citernes ont été localisés des dessins au fusain du phare de Gadès exposés dans le Musée de Cadix, dans les installations duquel on peut également voir d’autres découvertes de cette époque provenant de Baelo Claudia, Carissa Aurelia ou de Gadès elle-même. En dehors, c’est-à-dire hors des Puertas de Tierra, se trouvent les columbariums romains qui sont dans l’actualité le seul témoignage visitable de la nécropole, ainsi que les restes de l’aqueduc que le gaditain Lucius Cornelius Balbus Major, ordonna de construire pour approvisionner l’eau à la Néapolis ou cité nouvelle levée au Ier siècle av. J.-C. sur le terrain actuellement occupé par les quartiers de Santa María et el Pópulo. De Cadix, nous nous dirigeons vers Bolonia, district de Tarifa où se trouve l’ensemble archéologique de Baelo Claudia, formé de la ville romaine même, avec un circuit de visite et un espace muséal couvert qui inclut le Centre des Visiteurs. Baelo Claudia est née au IIème siècle av. J.-C. et atteint son apogée maximale pendant l’époque de l’empereur Claudius (Ier siècle). Son origine et développement postérieur sont très liés aux industries de salaisons et au commerce avec le Nord de l’Afrique. Elle représente une claire référence

Centre d’Interprétation du Théâtre romain. Cadix.

Baelo Claudia.

Baelo Claudia.

Circuit Romain CIRCUIT CÔTIER: Cádiz: Œ Cadix. Bolonia - Tarifa:  Ensemble

archéologique Baelo Claudia. San Roque: Ž Carteia.

CIRCUIT D’INTÉRIEUR: Medina Sidonia: Œ Asido

Caesarina. Espera:

 Carissa Aurelia. Prado del Rey: Ž Iptuci et Salines

de Cabezo de Hortales. Ubrique:  Ocuri. Benaocaz:  Chaussée romaine.


32 Itinéraires Culturels. Circuit Romain

■❚❙ Les salines romaines d’Iptuci

De nos jours, il est encore possible d’acheter du sel en vente directe des anciennes salines d’Iptuci. Les marais construits autour des sources desquelles, depuis l’antiquité, coule l’eau de manière constante toute l’année, à une température moyenne de 25ºC et avec un contenu salin de 28 g/L. Le processus de collecte du sel, qui est réalisé de manière intégralement artisanale, a lieu pendant les deux mois d’été au cours desquels on en extrait plus de 300 tonnes.

pour la connaissance de l’urbanisme romain, puisqu’elle conserve encore tous les éléments représentatifs d’une ville romaine : le forum, les temples du capitole, les temples de caractère oriental comme celui dédié à Isis, la basilique, les bâtiments de caractère administratif comme la curie ou les archives municipaux, le marché, les thermes, la zone industrielle, un rempart complet avec ses portes principales, des rues, des aqueducs ainsi qu’un théâtre où sont actuellement représentées en été des œuvres du théâtre classique.

Ce premier parcours côtier se termine sur la commune de San Roque, municipalité dans laquelle se trouve l’enclave archéologique de Carteia. D’origine phénicienne et installée sur l’ancienne ville punique en 171 av. J.-C., Rome lui concède le titre de Colonia Libertinorum Carteia, la convertissant en la première colonie latine en dehors du sol italique. Bien au-delà de son rôle militaire, étant une base de la flotte romaine et port commercial principal du détroit de Gibraltar, Carteia s’est distinguée par sa tradition de conserverie. On peut citer ici les restes d’un bâtiment thermal, une piscine sur une base basilicale, l’escalier monumental construit à l’époque d’Augustus, qui conduit vers la plateforme sur laquelle s’érigeait le temple de la cité, le théâtre romain (très semblable du point de vue de la forme et des dimensions à celui de Mérida), plusieurs domus (logements) et une usine de salaisons.

Site archéologique de la ville romaine d’Ocuri.


33 Itinéraires Culturels. Circuit Romain

Carteia. San Roque.

Le deuxième ITINÉRAIRE proposé pour connaître l’héritage de Rome se déroule à l'INTÉRIEUR ET DANS LA MONTAGNE de la province gaditaine et a pour point de départ Medina Sidiona, l’Asido Caesarina romaine, avec un ensemble archéologique qui nous illustre les infrastructures modèles d’assainissement et d’approvisionnement publics de la civilisation romaine et qui comprend des restes de constructions hydrauliques et des galeries souterraines qui correspondent aux cloaques et canalisations de la primitive ville romaine. La visite passe par le Musée Archéologique puisque les restes romains se trouvent dans son sous-sol. À quelques mètres du musée, il est également possible d’admirer la chaussée romaine qui se développe à quatre mètres en dessous de la rue. À environ 50 minutes en voiture, nous avons le site de Carissa Aurelia, à l’actuelle Espera, ville romaine dont nous conservons une enceinte urbaine muraillée et une grande nécropole, avec des sépultures en hypogées ou créneaux creusés dans la roche et également la présence d’un mausolée. On y trouve également un type de tombe très particulier qui n’a encore été trouvé sur aucun autre site de l’époque romaine : il s’agit de tombes creusées dans la terre en forme de croix grecques. Les visites du site sont organisées par l’Office du Tourisme de la ville, à réserver à l’avance. Nous nous dirigeons maintenant vers la commune de Prado del Rey. À environ 5 kilomètres, au Cabezo de Hortales, s’est érigée au IIème siècle av. J.-C. la ville romaine

Cloaques romains. Medina Sidonia.

Anciennes salines romaines d’Iptuci. Prado del Rey.


34 Itinéraires Culturels. Circuit Romain

Usine de salaisons de Baelo Claudia. Tarifa.

Iptuci, dont on conserve des restes de ses murailles et grandes tours ainsi que quelques vestiges de pavés et éléments architectoniques de logement. La grande ville romaine a exploité les sites de sel existants des environs en construisant des salines en pleine montagne de Cadix qui sont les seules d’intérieur qui peuvent être vues et même visitées puisqu’elles sont encore opérationnelles. Nous continuons notre parcours en visitant la ville romaine d’Ocuri (IIème siècle) qui se trouve à la cime du Salto de la Mora (Ubrique), colline calcaire à un kilomètre du centre-ville actuel. Son emplacement stratégique, dominant en hauteur, consolidé par ses murailles et son extension nous indiquent qu’il a du s’agir d’une commune de grande importance. Hors de la ville se trouve la nécropole et son monument le plus important : le mausolée. Ensuite, elle se distingue par sa muraille cyclopéenne et les thermes dans la zone haute. Pour faire une visite, il faut contacter l’Office du Tourisme d’Ubrique. Nous terminons le circuit en admirant la chaussée romaine Benaocaz-Ubrique du Ier siècle av. J.-C. qui se trouve en bon état de conservation.

D’INTÉRÊT THÉÂTRE ROMAIN ET CENTRE D’INTERPRÉTATION DU THÉÂTRE , Calle Mesón, 13 – Cádiz O 677 982 945 SITE ARCHÉOLOGIQUE CASA DEL OBISPO , Plaza Fray Félix, s/n – Cádiz O 956 264 734 w www.lacasadelobispo.com Cerrado temporalmente USINE DE SALAISONS , C/ Sacramento, 16 – Cádiz O 677 982 945 MUSÉE DE CADIX , Plaza de Mina, s/n O 856 105 034 COLUMBARIUMS ROMAINS , General Ricardos, nº 5 –Cádiz O 956 203 385 RESTES DE L’AQUEDUC ROMAIN , Plaza Asdrúbal, s/n – Cádiz ENSEMBLE ARCHÉOLOGIQUE DE BAELO CLAUDIA , Ensenada de Bolonia, s/n - Tarifa O 956 106 797 - 956 106 793

ENCLAVE ARCHÉOLOGIQUE DE CARTEIA , Autovía A-7, Salida 116 Guadarranque - San Roque O Tel. 956 908 030 - 600 143 014 ENSEMBLE ARCHÉOLOGIQUE ROMAIN D’ASIDO CAESARINA MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE , C/ Ortega, 10 - Medina Sidonia O 956 423 017 - 956 412 404 SITE DE CARISSA AURELIA , C/ Corredera, 6 - Espera O 956 720 432 ANCIENNES SALINES ROMAINES D’IPTUCI , Ctra. Arcos-El Bosque, km. 25 – Prado del Rey O 956 723 205 - 639 46 75 12 SITE D’OCURI , Ctra. Ubrique - Benaocaz, s/n Salto de la Mora - Ubrique O 956 464 900 w www.ciudadromanadeocuri.es


35 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.5

Châteaux et Forteresses

Avec la présence islamique et les luttes pour la propriété entre les musulmans et les chrétiens, le territoire gaditain est semé de châteaux, de tours de guets, d’alcazars et des casbahs aussi bien sur la côte qu’à l’intérieur. Appuyée par son histoire et sa géographie, la province de Cadix offre un énorme catalogue d’architecture militaire dont la dispersion géographique rend nécessaire la division de cet itinéraire culturel en DEUX ITINÉRAIRES plus accessibles à la disponibilité temporelle du voyageur. Le PREMIER d’entre eux parcourt la côte atlantique depuis l’embouchure du fleuve Guadalquivir jusqu’à Tarifa, pénétrant dans le milieu du parc naturel des Alcornocales. Nous commençons notre voyage à Sanlúcar de Barrameda, internationalement connue pour ses courses de chevaux spectaculaires sur la plage, où il est possible d’admirer le château

Châteaux et Forteresses DE LA CÔTE AUX ALCORNOCALES Sanlúcar de Barrameda: Œ Château de Santiago. Chipiona:  Château de Chipiona. Rota: Ž Château de Luna. El Puerto de Santa María:  Château de San Marcos. Cádiz:  Ville Fortifiée de Cadix. San Fernando: ‘ Château de San Romualdo. ’ Château de Sancti Petri. Conil de la Frontera: “ Tour de Guzmán. Vejer de la Frontera: ” Château de Vejer. Zahara de los Atunes: • Château de las Almadrabas. Tarifa: Château de Guzmán el Bueno. Castellar de la Frontera: Forteresse de Castellar Viejo. Jimena de la Frontera: Château de Jimena de la Frontera. À LA CAMPAGNE ET À LA MONTAGNE Medina Sidonia: Œ Château, Tour de Doña Blanca et Portes Enceinte Muraillée. San José del Valle: Château de Gigonza. Jerez de la Frontera: Ž Ensemble Monumental de l’Alcazar et Chambre Noire. Arcos de la Frontera:  Château d’Arcos de la Frontera. Bornos:  ChâteauPalais de los Ribera. Espera: ‘ Château de Fatetar. Villamartín: ’ Château de Matrera. Zahara de la Sierra: “ Château de Zahara de la Sierra. Olvera: ” Château et Musée de la Frontera y los Castillos. Torre Alháquime: • Restes du Château de Torre Alháquime. Setenil de las Bodegas: Restes du Château de Castillo de Setenil.


36 Itinéraires Culturels. Châteaux et Forteresses

de Santiago, construit à la fin du XVème siècle. Cette imposante forteresse de style gothique a fonctionné jusqu’en 1645 en tant que forteresse ducale, accueillant des personnages aussi illustres que la reine Isabelle la Catholique ou Christophe Colomb. Château de Luna. Rota. À seulement 8 km se trouve la ville marine de Chipiona avec son château crénelé qui de nos jours abrite le Centre d’Interprétation de Cadix et le Nouveau Monde, ainsi que son célèbre phare, le plus haut d’Espagne. Nous continuons sur la même côte jusqu’à atteindre Rota, dont le monument le plus emblématique est le château de Luna du XIIIème siècle. Il a des fondations rectangulaires avec cinq grandes tours crénelées et accueille une cour originaire du XVème siècle avec une très belle galerie arquée et des soubassements picturaux. Y sont également conservés des restes des murailles, comme la Puerta de Regla ou Chipiona, celle de Sanlúcar et la Puerta del Mar. À 20 minutes en voiture se trouve El Puerto de Santa María, où il est possible de visiter le château de San Marcos, construit sur une mosquée du Xème siècle. Il est la propriété des Bodegas Caballero, qui gèrent les visites. Notre destination suivante est Cadix, qui présente un système complexe de fortifications construit à partir du XVIème siècle suite au pillage de 1596 par les troupes du comte Essex. De robustes murailles et bastions entourent une partie du périmètre urbain, la visite commençant aux Puertas de Tierra sur lesquelles sont adossés les demi-bastions de San Roque et Santa Elena. Si nous longeons la mer, nous arrivons au Campo del Sur, qui borde la veille ville et permet de contempler les bastions de défense de Capuchinos et des Mártires. La plage de La Caleta est gardée par deux châteaux, celui de Santa Catalina (XVI-XVIIème siècles) qui forme une étoile à trois branches sur le côté qui donne sur la mer et celui de San Sebastián, terminé au XVIIIème siècle. Les deux fonctionnent actuellement comme centres culturels et espaces d’exposition. Le bastion de la Candelaria

Château de San Sebastián.


37 Itinéraires Culturels. Châteaux et Forteresses

Setenil de las Bodegas

et les remparts de San Carlos, tous deux sur la peupleraie Apodaca, ferment notre parcours dans la ville fortifiée. Et de Cadix nous marchons vers San Fernando, qui possède deux forteresses dans son enceinte municipale, le château de San Romualdo et celui de Sancti Petri, face aux places de Chiclana de la Frontera. En continuant la lige côtière atlantique, nous trouvons à Conil de la Frontera une succession de tours (Roche, Castilnovo, La Atalaya, etc.) qui aidaient avec des signaux de feu, de fumée ou leur artillerie à défendre la zone des assauts de toute classe. Du château de Conil dont la construction fut ordonnée par Guzmán Le Bon au XVIème siècle, ce qu’était la tour de l’Homenaje (Hommage) est restée gracieuse, bien qu’elle soit transformée. En nous déviant des environs côtiers, sur une colline est installée Vejer, avec un magnifique ensemble fortifié dont ont été conservés les remparts, les tours (comme celles d’El Mayorazgo, de la Corredera et de San Juan), les portes (Sancho IV, de la Villa, Cerra et celle de la Segur) et bien sûr, le château de fondations rectangulaires, trois grandes tours et une place d’armes. La nécessité de défendre les activités de pêche et la pêche au thon qui furent la propriété des ducs de Medina Sidonia, a obligé la construction de refuges fortifiés près de la côte. D’accès libre, le château des Almadrabas (XVIème siècle), à Zahara de los Atunes (Barbate) jouait trois rôles : château contre la piraterie, palais résidentiel et industrie de salaisons ou usine où étaient coupés en morceaux, salés et préparés les thons. Il faut un peu plus d’une demi-heure pour arriver à Tarifa, où se trouve l’une des enceintes muraillées de l’époque du calife les mieux conservées de toute l’Europe. Nous pouvons admirer le château de Guzmán Le Bon avec sa ligne de remparts et ses portes, et visiter le centre d’interprétation qui se trouve à Château de Tarifa. l’intérieur.


38 Itinéraires Culturels. Châteaux et Forteresses

Alcazar de Jerez de la Frontera.

Zone chaude bains arabes de l’Alcazar de Jerez de la Frontera.

Châteaux de Zahara de la Sierra.

Tournant le dos au détroit et pénétrant dans le parc naturel des Alcornocales, ne manquez pas la visite de la forteresse de Castellar de la Frontera (XII-XVème siècles), extraordinairement bien conservée. D’un tracé muraillé irrégulier et encadrée par des tours, on doit citer la porte d’accès ou Arco de la Villa ainsi que l’alcazar-palais, aujourd’hui devenu un hôtel et restaurant. Dans le château se trouve l’un des rares exemples qui existent de centre habité à l’intérieur d’une fortification, le dénommé Castellar Viejo avec son tracé de rues sinueux qui lui donne un aspect médiéval. Ce premier itinéraire se termine avec la visite de l’ensemble monumental voisin du château de Jimena de la Frontera (XIII-XIVème siècle). Le DEUXIÈME ITINÉRAIRE parcourt la campagne et la montagne gaditaine en offrant de magnifiques ensembles monumentaux et un grand nombre de châteaux rocheux. Il débute à Medina Sidonia, où sont conservés, de l’ancien alcazar, ce qui fut la tour del Homenaje, aujourd’hui connue comme la tour de Doña Blanca ainsi que trois de ses portes principales : l’arc de la Pastora, l’arc de Belén et la porte del Sol. Sur la route de Medina Sidonia vers Arcos, à un peu plus de 10 km de Paterna de Rivera, nous trouvons dans la commune de San José del Valle, le célèbre château de Gigonza, d’origine arabe. Bien qu’il s’agisse d’une propriété privée, il est possible de le visiter sous réservation préalable.

■❚❙ LE SACRIFICE DE GUZMÁN LE BON

Le château de Tarifa doit son nom à l’héroïque geste d’Alonso Pérez de Guzmán en 1294, maire de la forteresse à l’époque, qui préféra sacrifier son fils, aux mains des musulmans, avant de leur livrer le château que le roi lui avait confié. On raconte que depuis la grande tour octogonale, il lança son propre couteau pour qu’on le tue.


39 Itinéraires Culturels. Châteaux et Forteresses

De ce point, nous nous dirigeons à Jerez de la Frontera, berceau du cheval cartujano et du flamenco, avec son magnifique alcazar d’origine almohade qui fût la résidence des califes sévillans et des gouverneurs chrétiens. Parmi ses pièces se trouvent la mosquée Châteaux de Fatetar. Espera qu’Alphonse X transforma en Chapelle de Santa María la Real et les bains arabes, en plus du jardin des Olivos, en harmonie avec le palais baroque de Villavicencio et dont la tour peut être contemplée depuis la chambre noire. Et en pleine montagne de Cadix, s’érige très clairement la forteresse d’Arcos de la Frontera, aux fondations carrées et avec trois tours montées sur ses angles, parmi lesquelles il faut citer celle del Homenaje et la dénommée tour del Secreto. Bien que la propriété soit privée, il est possible de visiter son intérieur une série de jours par an sous réservation préalable. En restant dans la montagne, nous arrivons à Bornos qui possède un bon exemple de château reconverti en palais, avec des éléments architectoniques de la Renaissance, particulièrement visibles dans sa cour de colonnes et ses magnifiques fenêtres. Ce château-palais de los Ribera accueille en son intérieur un centre d’interprétation Culturel et Touristique. Au Nord se situe Espera, avec son château de Fatetar (XIII-XVème siècle), auquel il est possible d’accéder librement. À environ 20 km, sur le Cerro del Pajarete, dans la commune de Villamartín, se trouve le château de Matrera, de restauration polémique et controversée malgré le fait que le projet ait reçu le prix international d’architecture Architizer A+, dans la catégorie de préservation.

Panoramique d’Arcos de la Frontera.


40 Itinéraires Culturels. Châteaux et Forteresses

Et nous arrivons à deux des villes les plus spectaculaires de cette province, Zahara de la Sierra, reconnaissable par l’image de la tour gracieuse d’el Homenaje de son château (XIII-XVème siècle), juchée sur un rocher escarpé qui domine le hameau blanc de cette ville médiévale et Olvera, avec son château de l’époque nasride (XIIème siècle). Une visite au Musée de la Frontera y los Castillos, situé dans un magnifique bâtiment de la maison de la Cilla, permettra au visiteur de connaître le rôle important que jouait la région montagneuse gaditaine comme frontière au royaume nasride. Concluent ce deuxième itinéraire les tours Alháquime et Setenil de las Bodegas, situées à la limite Nordorientale avec la province voisine de Malaga, qui conservent quelques

Château de Olvera

Château-palais de los Ribera. Bornos.

D’INTÉRÊT CHÂTEAU DE SANTIAGO. , Cava del Castillo O 956 923 500 – 637 834 846 www.castillodesantiago.com CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE CHIPIONA , Centro de Interpretación Cádiz y el Nuevo Mundo O 956 929 065 CHÂTEAU DE LUNA , Oficina de Turismo de Rota Visitas guiadas previa reserva O 956 846 345 CHÂTEAU DE SAN MARCOS. , Plaza del Castillo, s/n – El Puerto de Santa María O Reservas: 627 569 335 CHÂTEAU DE SANCTI PETRI , Isla de Sancti Petri - San Fernando w www.albarco.com w www.espacionautico.com w www.novojet.net LOGGIA, Gestión de Patrimonio Cultural, S.L. O 667 502 369 – 610 080 553 TOUR DE GUZMÁN. , Oficina de Turismo de Conil de la Frontera O 956 440 501

CHÂTEAU DE VEJER DE LA FRONTERA , Oficina municipal de Turismo O 956 451 736 CHÂTEAU DE GUZMÁN EL BUENO , Centro de Interpretación del Castillo -Tarifa O 956 68 4869 CHÂTEAU DE GIGONZA , San José del Valle O Previa Cita Tel. 697 910 977 ENSEMBLE MONUMENTAL DE L’ALCAZAR ET CHAMBRE NOIRE , Alameda Vieja, s/n – Jerez de la Frontera O 956 149 955 - 956 149 956 CHÂTEAU D’ARCOS DE LA FRONTERA , Oficina de Turismo de Arcos de la Frontera O Previa reserva - Tel. 956 702 264 CHÂTEAU-PALAIS DE LOS RIBERA , Centro Cultural y Turístico-Bornos O 956 728 264 CHÂTEAU ET MUSÉE DE LA FRONTERA Y LOS CASTILLOS , Edificio Cultural La Cilla- Olvera O 956 120 816


41 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.6 Circuit Américain L’aventure commerciale qui a amené de grands aventuriers et découvreurs à démarrer des ports gaditains vers des terres lointaines est devenue aujourd’hui un héritage culturel extraordinaire qui surplombe l’Atlantique et unit de manière spéciale le Sud de l’Andalousie à l’Amérique Latine. Nous commençons notre parcours à Cadix, ville millénaire qui a vécu l’un des moments de plus grand essor de son histoire à partir de la découverte de l’Amérique, en devenant un port de sortie de nombreuses expéditions commerciales. Mais ce ne sera qu’au XVIIIème qu’elle acquerra une plus grande importance commerciale car le monarque Philippe II transférera de Séville à Cadix la maison de la Contratación, un événement historique marquant dont la ville commémorera le tricentenaire en 2017. Une promenade sur le front maritime de Cadix de la Caleta à El Campo del Sur évoque au visiteur l'image du Malecón de La Havane. Depuis la mer, on peut voir la cathédrale Nueva, qui combine les styles baroque et néoclassique. On ajoute à sa coupole revêtue de faïence dorée un intérieur majestueux et dans la crypte gisent le musicien Manuel de Falla et l’écrivain José María Pemán. La bourgeoisie prospère ayant des propriétés dans la ville et les familles importantes de débardeurs d’Indes ont construit leurs palais et maisons seigneuriales aux façades baroques spectaculaires dans les rues proches du port, ainsi, depuis leurs tours belvédères, ils pouvaient contrôler l’arriver de leurs navires. Dans la rue Sopranis, il est possible d’admirer les maisons des Sopranis et des Lilas. D’autres exemples magnifiques sont la maison de l’Amiral, la maison Lasquetty, la maison des Cadenas,

Circuit Américain Œ Cádiz.  El Puerto de Santa María. Ž Jerez de la Frontera  Sanlúcar de Barrameda  Chipiona


42 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

Cathédrale de Cadix.

Le saviezvous ?êê L’explorateur Juan de la Cosa, auteur en 1500 de la première mappemonde de l’histoire qui incluait le continent américain, était propriétaire de la Nef Santa María qu’il pilota lui-même lors de la première expédition de Christophe Colomb.

Maison aux Cinq Tours. Cadix.

les maisons aux Cinq et Quatre Tours, et la tour Tavira, avec une chambre noire dans son enceinte. Pour protéger ses fortunes et richesses des attaques pirates, la ville a opté pour lever des défenses nouvelles et modernes. En parfait état de conservation se trouvent les châteaux de San Sebastián et Santa Catalina, les Puertas de Tierra, les bastions de La Candelaria, Capuchinos et des Mártires ainsi que les remparts de San Carlos. Il est possible de les visiter.

De Cadix, nous nous dirigeons vers El Puerto de Santa María. Elle a été le siège d’une des capitaineries générales marines Océanay, de nombreuses nefs de la route indienne ont été équipées sur ses chantiers navals. Nous pouvons admirer encore aujourd’hui la Ribera del Guadalete (qui était la zone des cales de halage, embarcadères et arsenaux), l’ancienne Douane ducale, l’ancien quai des Galères ou les fontaines des Galères Royales. Dans le Centre Culturel Alphonse X Le Sage est exposée une reproduction fac-similée de la mappemonde de Juan de la Cosa avec des documents concernant le séjour de Christophe Colomb dans la ville.

Sa condition marchande l’a configurée comme résidence de débardeurs d’Indes qui, en construisant les demeures luxueuses, ont formé un ensemble monumental jalonnant des maisonspalais d’une belle facture baroque. La « Ville des Cent Palais », on connaissait ainsi au XVIIIème siècle la commune portuaire pour ses monuments aussi saillants comme la maison-palais de Vizarrón, la maison-palais de Reinoso Mendoza, la maison-palais d’Aranibar, la maison-palais de Valdivieso, le palais de Purullena et la maison des Varela, parmi tant d’autres. Nous nous dirigeons maintenant à Jerez de la Frontera, qui était à cette époque l’une des villes les plus prospères d’Andalousie grâce à l’exploitation agricole et l’élevage ainsi qu’à l’exportation de ses vins dans toute l’Europe et l’Amérique. Cet essor favorisera la construction de monuments aussi significatifs que la cathédrale et magnifique Chartreuse de Santa María de la Defensión. Sa vieille ville nous offre des quartiers d’une tradition authentique, aux rues retirées, aux places et recoins, où des fontaines et des orangers


43 Itinéraires Culturels. Circuit Américain

se perdent entre les palais et les maisons seigneuriales, les églises gothiques et les bodegas centenaires. À 25 km par la route, se trouve notre destination suivante  : Sanlúcar de Barrameda, qui fût une enclave commerciale importante d’outre-mer grâce au développement de l'activité commerciale entre l'Amérique Chartreuse de Jerez de la Frontera. et le port de Séville, patronnée par les ducs de Medina Sidonia. La marque américaine peut s'observer sur tout l'ensemble historique, des résidences de commerçants comme la maison-palais du Marquis d'Arizóncon et sa tour-belvédère aux églises comme celle de Santo Domingo et des couvents comme celui de la Merced (aujourd’hui Auditorium de la Merced) et Capuchinos, sans oublier le palais de style de la renaissance des Guzmanes ou des ducs de Medina Sidonia, avec une magnifique collection d’art et des archives historiques d’une grande valeur. De la ville sont partis les marins Fernand de Magellan et Juan Sebastián Elcano dans une expédition qui deviendra le premier tour du monde. Il s’agit de l’un des faits historiques autour desquels tourne l’exposition que l’on peut contempler au Centre d’Interprétation du Nouveau Monde de Chipiona, dédié à la relation de la province de Cadix avec la découverte, la colonisation et l’exploitation du Nouveau Monde, où se termine notre itinéraire.

Ancien couvent de La Merced (aujourd’hui Auditorium). Sanlúcar.

Collection d’art du Palais des Ducs de Medina Sidonia.

D’INTÉRÊT TOUR DE TAVIRA- CHAMBRE NOIRE , C/ Marqués del Real Tesoro, nº 10 – Cádiz O 956 212 910 w www.torretavira.com CENTRE CULTUREL ALPHONSE X LE SAGE , Punto expositivo sobre Cristóbal Colón y Juan de la Cosa. C/ Virgen de los Milagros, 89- El Puerto de Santa María

PALAIS DES GUZMANES FONDATION MAISON MEDINA SIDONIA , Plaza Condes de Niebla – Sanlúcar de Barrameda O 956 360 161 - 617607389 w www.fcmedinasidonia.com CENTRE D’INTERPRÉTATION DU NOUVEAU MONDE , C/Castillo, 5- Chipiona O 956 929 065 - 956 929 084 w www.aytochipiona.es


44 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.7

Circuit Ruta dede lala Constitution Constitución de de 1812 1812 Cet itinéraire parcourt les deux villes qui eurent un rôle de protagoniste dans l’un des moments les plus importants de l’histoire moderne de l’Espagne : Cadix et San Fernando. En l’an 1812, les troupes napoléoniennes envahissent le pays et les politiques qui ont échappé au siège se réfugient au Sud de la péninsule, dans la province de Cadix qui, grâce à sa position géographique, est imprenable. D’abord San Monument de las Cortes..Cadix. Fernando, puis Cadix, recevront les députés auteurs de la Constitution de 1812, la première Carta Magna libérale d’Espagne et d’Europe et l’une des plus avancées de son époque. La signature du texte est fêtée par des milliers de gaditains avec une procession civique parcourant la ville. Nos allons maintenant suivre leurs pas. Nous partirons de la Place d’Espagne où s’érige le monument de las Cortes qui fût construit pour commémorer le premier centenaire de la Constitution. Sur cette place se trouve également le palais de la Diputación Provincial, ancienne Douane, d’où démarrait le parcours de proclamation de La Pepa. Après avoir parcouru l’allée Apodaca, nous nous trouvons devant l’église d’El Carmen, lieu où s’est célébré le « Te Deum » en action de grâce pour la conclusion du texte constitutionnel. À proximité se trouve la Place du Mentidero, qui de nos jours est pleine de terrasses auxquelles il est possible de prendre un rafraîchissement. Sur la Place de San Antonio, centre civil et religieux au XIXème siècle, nous pouvons admirer des monuments très représentatifs comme la maison Aramburu, le casino Gaditano ou le bâtiment ayant accueilli le Café Apolo, lieu habituel des discussions politiques. Par la rue Torre, nous arrivons à l’oratoire de San Felipe Neri, grand protagoniste de cet itinéraire puisqu’il qui a élaboré et signé la Carta Magna. À l’intérieur, s’érige la chapelle du Sagrario et le plus grand retable présidé par une toile de Murillo qui représente


45 Itinéraires Culturels. Circuit de la Constitution de 1812

l’Inmaculada Concepción. Dans un bâtiment annexe de l’oratoire se trouve le centre d’interprétation La Pepa 2012 et très proche, le musée de las Cortes de Cadix, dont le charme principal est la maquette de grande taille de la ville de 1777. Nous marchons maintenant vers la rue Ancha, qui était le centre aristocratique de la ville, puis vers la rue Rosario pour visiter l’oratoire Santa Cueva et contempler trois toiles de Goya. Nous terminerons notre parcours de la capitale en visitant la place et la rue de San Francisco, zone de commerce avec des cafés, des auberges et des cuisines qui étaient des lieux également fréquentés par la société gaditaine du Doce.

Maquette de la ville de Cadix en 1777. Musée de las Cortes de Cadix

Salle Exposition du Musée de las Cortes de Cadix

Oratoire de San Felipe Neri. Cadix

Circuit de la Constitution de 1812 Œ Cadix.  San Fernando.


46 Itinéraires Culturels. Circuit de la Constitution de 1812

Oratoire de la Santa Cueva. Cadix

Le saviezvous ?êê L’omelette française ou « celle de l’époque des français » est née dans les auberges proches de la rue gaditaine de San Francisco, du fait de la rareté des aliments (dont les pommes de terre) pendant le siège des troupes napoléoniennes.

Centre d’Interprétation « La Pepa 2012 ». Cadix.

L’autre grande ville protagoniste de cet itinéraire constitutionnel est l’ancienne île de León, aujourd’hui San Fernando. Au Real Teatro de las Cortes, à l’époque Théâtre Comique, a été constitué pour la première fois le Parlement Général et Extraordinaire d’Espagne en pleine invasion de l’armée napoléonienne et qui s’est réuni jusqu’à son transfert vers Cadix en février 1811. Pendant cette période, le siège du gouvernement de la nation s’est établi dans l’actuel couvent de la Enseñanzade María, situé rue Real, artère authentique de la ville.

■❚❙ SAN FERNANDO ET LES TROUPES NAPOLÉONIENNES

Les faits les plus marquants de la défense insulaire sont recréés tous les ans par les habitants de l’île. En juin, ils commémorent la bataille navale de 1808. Pendant les mois de juillet et d’août, la défense du château de Sancti Petri et en septembre la défense de la Real Isla de León (repli de l’armée d’Estrémadure, bataille du Portazgo et Serment de la Constitution de 1812). La représentation du tableau de Casado de Alisal qui présidait le Congrès des Députés est également très curieuse.

D’INTÉRÊT ORATOIRE DE SAN FELIPE NERI , C/ Santa Inés, s/n – Cádiz O 662 642 233 MUSÉE DE LAS CORTES , C/Santa Inés, 9 – Cádiz O 956 221 788

CENTRE D’INTERPRÉTATION LA PEPA 2012 , Plaza de San Felipe Neri – Cádiz O 697 959 727 REAL TEATRO DE LAS CORTES , C/ Cortes, s/n – San Fernando O 956 944 226 w www.realteatrodelascortes.com


47 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

02.8

Destination Destination de Cinéma Des paysages spectaculaires, des plages idylliques, une histoire millénaire et un climat bienfaisant ont transformé la province de Cadix en un parfait plateau naturel très apprécié depuis des décennies par des réalisateurs de la taille de Steven Spielberg ou Pedro Almodóvar. Qui ne se rappelle pas du bain sensuel de Halle Berry dans 007 : Meurs un autre jour (2002) avec le château de Santa Catalina en fond et un Pierce Brosnan charmant avec un mojito à la main l’attendant au comptoir de la station thermale de La Palma, transformé en hôtel en pleine plage de La Caleta. Mais Cadix n’était pas Cadix, c’était La Havane, Le Campo del Sur est devenu le Malecón insulaire et ce n’est pas la première fois, puisqu’en 1979 la ville a revêtu son déguisement cubain pour recréer une poursuite dans le film Cuba, avec Sean Connery dans le rôle principal. « La Tacita de Plata » s’est également transformée pour le tournage hollywoodien de Knight & Day, sorti en France sous le titre de Night & Day (2010) avec en tête du casting Tom Cruise et Cameron Díaz. Les deux jouent une poursuite pleine d’émotions en moto dans les rues de la ville historique en incluant un lâcher de taureaux au style des San Fermines de Pamplona. Steven Spielberg lui-même a été si fasciné, il y a trois décennies, par le coucher de soleil d’une petite ville de la campagne gaditaine appelée Trebujena qu’il a fait revenir le personnel qui recherchait

Destination de Cinéma Œ Cádiz.  Trebujena. Ž Jerez de la Frontera.  Puerto Real.  San Fernando. ‘ Conil de la Frontera. ’ Los Caños de Meca. “ Barbate. ” Tarifa. • Los Barrios. Algeciras. La Línea de la Concepción.


48 Itinéraires Culturels. Destination de Cinéma

■❚❙ JEAN RENO ET CADIX

L’acteur français d’origine espagnole, Juan Moreno Jiménez, plus connu sous le nom de Jean Reno, possède depuis 2006 le titre de Fils Adoptif de la Province de Cadix, d’où étaient ses parents, l’une de Jerez et l’autre de Sanlúcar qui s’en allèrent au Nord de l’Afrique puis à Marseille, échappant de l’Espagne franquiste.

Le saviezvous ?êê Dans le Jardin Botanique de Los Barrios se trouve une célèbre locomotive du XXème siècle de type Baldwin, qui est intervenue dans des films comme Indiana Jones et la dernière croisade, Le Docteur Zhivago, Le Bon, la Brute et le Truand ou encore Et pour quelques dollars de plus.

des crépuscules en Israël et au Kenya pour le tournage de son Empire du Soleil (1987), film se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il avait trouvé « son soleil ». Dans les marais de la propriété « Alventus », au bord du Guadalquivir, le réalisateur a monté une gare de train, un aéroport, un stade olympique et un camp de concentration japonais avec son hôpital.

La zone du détroit de Gibraltar et ses alentours proches a également jouait un rôle primordial dans de nombreux films comme El Niño (2014) de Daniel Monzón, qui a trouvé dans Algeciras une grande partie de ses lieux ou encore Capitaine Alatriste (2005), dont le début du tournage a eu lieu dans les dunes de Punta Paloma, s’étant constitué sur la plage de Tarifa de Valdevaqueros un galion de 30 mètres de long. À Conil, sur la plage de Castilnovo, a été tourné le débarquement d’Alatriste, alors que le château de San Sebastián de la capitale était la prison dans laquelle le spadassin recrute plusieurs compagnons d’aventures.

, ■❚❙ PRINCIPAUX TOURNAGES À CADIX

Empire du Soleil de Steven Spielberg (1987) Trebujena. La Loi du désir de Pedro Almodóvar (1987) Cadix, Conil de la Frontera et Jerez de la Frontera. Bajarse al moro (inédit en français) de Fernando Colomo (1988) Cadix. Box 507 d’Enrique Urbizu (2001) Cadix, Tarifa et La Línea de la Concepción. 007 - Meurs un autre jour avec Pierce Brosnan et Halle Berry (2002) Cadixet Puerto Real. Atún y chocolate (inédit en français) de Pedro Carbonell (2003) Barbate. Capitaine Alatriste d’Agustín Díaz Yanes (2005) Cadix, Tarifa et Conil de la Frontera. Camarón (inédit en français) de Jaime Chávarri (2005) San Fernando. La carta esférica (inédit en français) d’Imanol Uribe (2007) Algeciras. Retour à Hansala de Chus Gutiérrez (2008) Algeciras et Los Barrios. Sólo quiero caminar (inédit en français) d’Agustín Díaz Yanes (2008) Cadix, Algeciras et Caños de Meca. Night & Day avec Tom Cruise et Cameron Díaz (2010) Cadix. Miel de naranjas (inédit en français) d’Imanol Uribe (2012) Jerez de la Frontera. El Niño avec Daniel Monzón (2014) Gibraltar, Tarifa et La Línea de la Concepción.


49 Rutas culturales. Nombre capítulo y sección

03

Circuits d’Intérêt


50 Circuits Baie de Cadix Circuitosd’Intérêt. de interés. Bahía de Cádiz

Baie de Cadix Circuit 1 CADIX - SAN FERNANDO - CHICLANA DE LA FRONTERA 22 km CADIX • Cadix : Nouvelle cathédrale, Ancienne cathédrale (Église de Santa Cruz), Site phénicien Gadir, Théâtre romain et Centre d’Interprétation, Enceinte muraillée (Châteaux de San Sebastián et Santa Catalina, les Puertas de Tierra, les bastions de La Candelaria, Capuchinos y de los Mártires et les Remparts de San Carlos), Musée de Cadix, Oratoire de San Felipe Neri et Centre d’Interprétation de la Constitution de 1812, Musée de las Cortes de Cadix, Tour Tavira-Chambre Noire, Oratoire de la Santa Cueva, Maisons aux Cinq et Quatre Tours, Maison de l’Amiral, Grand Théâtre Falla, Quartier de la Viña, Plage de la Caleta et Ancienne Station Balnéaire de la Palma.

SAN FERNANDO • Île et Château de Sancti Petri • San Fernando : Château de San Romualdo, Site Historique “ Puente Suazo et Fortifications Annexes ”, Hôtel de ville, Real Teatro de las Cortes, Église Majeure, Arsenal de la Carraca, Real Instituto et Observatoire de La Armada, Musée Naval, Panthéon des Marins Illustres, Musée Historique, Itinéraire et Maison Musée de Crevette de l’Île. CHICLANA DE LA FRONTERA • Village de Sancti Petri et Maison du Gardien du phare • Chiclana : Musée Municipal, Tour de l’Horloge, Église de San Juan Bautista, Ermitage de Santa Ana, Musée Municipal Francisco Montes Paquiro.

+ Suggestions Vins de Denominación de Origen (équivalent A.O.C), Vinaigre de Jerez, Brandy de Jerez, Tarteaux Amendes du Couvent de las Agustinas (Chiclana de la Frontera), Céramique. Petits poissons frits, Petites omelettes aux crevettes, Marinade, Coques, Bolinus brandaris, Anémones, Poissons d’estuaire, Petits gâteaux.


51 Circuits d’Intérêt. Baie ydesección Cadix Circuitos de interés. Nombre capítulo

Circuit 2 JEREZ DE LA FRONTERA - EL PUERTO DE SANTA MARÍA - PUERTO REAL 32 km JEREZ DE LA FRONTERA • Chartreuse de Santa María de la Defensión • Jerez : Cathédrale, Ensemble Monumental de l’Alcázar et Chambre Noire, Églises gothiques de Santiago, San Miguel et San Mateo, Église mudéjar de San Dionisio y San Lucas, Cloîtres de Santo Domingo, Palais Bertemati, Palais d’El Virrey Laserna, Musée Archéologique municipal, Musées de la Atalaya, Musée Suite Vollard (Bodega Real Tesoro), Royale École Andalouse d’Art Équestre et Musées d’El Enganche et del’Art Équestre.

EL PUERTO DE SANTA MARÍA • Site Archéologique de Doña Blanca • El Puerto : Basilique Mayor Prioral, Château de San Marcos, Fontaine de las Galeras, Monastère de la Victoria, MaisonPalais de Vizarrón, Maison-Palais d’Aranibar, Centre Culturel Alfonso X Le Sage, Musée Fondation Rafael Alberti, MaisonMusée Pedro Muñoz Seca, Musée Archéologique municipal. PUERTO REAL • Musée Historique El Dique • Puerto Real : Église Majeure Priorale de San Sebastián, Impasse de l’Arc.

Itinéraire des Bodegas del Marco de Jerez, Golf et Sports nautiques, Détente à la Station balnéaire de Fuente Amarga (Chiclana de la Frontera), Zoo de Jerez, Mondial de la moto (Jerez de la Frontera).


52 Circuits d’Intérêt. Bas Guadalquivir

Bas Guadalquivir Circuit 1

Circuit 2

CHIPIONA - ROTA

SANLÚCAR de BARRAMEDATREBUJENA

16 km CHIPIONA • Chipiona : Château et Centre d’Interprétation « Cadixet le Nouveau Monde », le Phare, Sanctuaire de la Virgen de Regla, Paroisse de Nuestra Señora de la O, Humilladero, Collection Muséographique Rocío Jurado et Musée du Muscat. ROTA • Rota : Château de Luna, Restes des remparts médiévaux (Puertas de Regla, de Sanlúcar et de la Mer), Paroisse de Nuestra Señora de la O, Tour de la Merced et Centre d’Interprétation des Cultivateurs.

23 km SANLÚCAR DE BARRAMEDA • Sanlúcar : Château de Santiago, Maison de la Cilla, Paroisse de Nuestra Señora de la O, Église de Santo Domingo, Basilique de Nuestra Señora de la Caridad, Palais des Ducs de Medina Sidonia, Palais Orléans et Bourbons-Hôtel de ville, Auditorium de la Merced, les Caveaux, Centre d’Interprétation de Cadix Mythologique, Musée Barbadillo de la Manzanilla, Quartier des pêcheur Bajo de Guía. TREBUJENA • Trebujena : Restes du château et Paroisse de la Purísima Concepción.

+ Suggestions Manzanilla de Sanlúcar, Muscat de Chipiona et Jus de raison de Trebujena. Langoustines de Sanlúcar, Raisins muscat, Urta a la roteña (poisson en sauce), Pois chiches aux lapins, Crevettes, Anguilles, Glaces artisanales de Sanlúcar. Visite des Bodegas, Observation ornithologique, Itinéraire Fluvial ‘SanlúcarGuadalquivir-Doñana’ sur le bateau Real Fernando, Visite des enclos de pêche de Rota et Chipiona.


53 d’Intérêt. Campo de Gibraltar CircuitosCircuits de interés. Nombre capítulo y sección

Campo de Gibraltar Circuit 1

Circuit 2

TARIFA - ALGECIRAS - LOS BARRIOS 65 km

LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN - SAN ROQUE - CASTELLAR DE LA FRONTERA - JIMENA DE LA FRONTERA

TARIFA • Ensemble Archéologique de Baelo Claudia (Bolonia). • Tarifa : Enceinte muraillée et Château de Guzmán le Bon, Château de Santa Catalina, Églises de Santa María, San Francisco et San Mateo. • ALGECIRAS • Algeciras : Complexe Archéologique des Remparts Médiévaux, Centre d’Interprétation de la Culture Andalouse, Église de Nuestra Señora de la Palma et Itinéraire de Paco de Lucía. LOS BARRIOS • Village marin de Palmones (Centre Gastronomique du Campo de Gibraltar) • Los Barrios : Maison Urrutia, Église de San Isidro Labrador et Parc Botanique Betty Molesworth.

55 km LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN • La Línea : Église de la Inmaculada, Musée Cruz Herrera, Bunkers de l’Isthme Linense et Quartier gastronomique marin de la Atunara. SAN ROQUE • Enclave archéologique de Carteia • San Roque : Église de Santa María Coronada et Musée Ortega Brú. CASTELLAR DE LA FRONTERA • Castellar : Forteresse et enceinte médiévale Castellar Viejo. JIMENA DE LA FRONTERA • Sanctuaire de Ntra. de los Ángeles. • Jimena : Ensemble Archéologique du Château.

+ Suggestions Artisanat du bouchon, Conserves de pêche avec Indication Géographique Protégée Melva de Andalucía et Caballa de Andalucía. Thon rouge, Salaisons, Champignons (Chanterelles) et Viande de bœuf retinta et de gibier. Observation ornithologique et de cétacées au Détroit, Surf, Windsurf, Kitesurf. Collecte de champignons à Los Alcornocales, Itinéraire du Thon et Itinéraire du Taureau.


54 Circuits Montagne Cadix - Villages blancs Circuitosd’Intérêt. de interés. Bahía dede Cádiz

Montagne de Cadix - Villages blancs Circuit 1 ARCOS DE LA FRONTERA-BORNOS - ESPERA - VILLAMARTÍN - PUERTO SERRANO 60 km ARCOS DE LA FRONTERA • Arcos : Château Ducal, Restes de rempart arabe et Puerta de Matrera, Basilique de Santa María, Église de San Pedro, Centre d’Interprétation Ciudad de Arcos (CICA), Palais du Comte del Águila, Maison-Palais del Mayorazgo et Jardin Andalou. BORNOS • Bornos : Château-Palais de los Ribera avec ses jardins et Centre Culturel et Touristique, Maison Ordóñez, Maison de la Cilla, Église de Santo Domingo de Guzmán. ESPERA • Site de Carissa Aurelia • Espera : Musée Archéologique, Château de Fatetar et Ermitage

de Santiago, Moulin des Diezmos ou Maison de la Cilla, Église de Santa María de Gracia. VILLAMARTÍN • Dolmens d’Alberite • Château de Matrera PUERTO SERRANO • Nécropole de Fuente de Ramos

Circuit 2 UBRIQUE - BENAOCAZ VILLALUENGA DEL ROSARIO - GRAZALEMA - EL BOSQUEPRADO DEL REY 32 km UBRIQUE • Ville romaine d’Ocuri • U brique : Couvent de Capuchinos et Exposition Permanente ‘ Manos y Magia en la Piel ’ (Mains et Magie sur le Cuir), Centre d’Interprétation ‘ San Juan de Letrán ’.

+ Suggestions Couvertures de Grazalema, Céramique, Maroquinerie, Artisanat du bouchon, Huiles avec Dominación de Origen ‘ Sierra de Cádiz ’ (équivalent A.O.C), Jus de raisin Pajarete, Miel, Liqueurs et confitures et fromage de chèvre artisanaux. Asperges et Chardons d’Espagne, Truites, Agneau, Viandes de gibier supérieur (gibier et sanglier) et mineur, Charcuterie, Fromage payoyo.


55 Circuitos de interés. Nombre capítulo y sección Circuits d’Intérêt. Montagne de interés. Cadix - Villages Circuitos de Bahía deblancs Cádiz

BENAOCAZ • Restes de chaussée romaine. • Benaocaz : Quartier Nasride et Écomusée Historique. VILLALUENGA DEL ROSARIO • Villaluenga : Place de Toros, Église d’El Salvador, Maison du poète Pedro Pérez Clotet et Musée du Fromage. GRAZALEMA • Commune de Benamahoma • Grazalema : Musée d’Artisanat du Textile. EL BOSQUE • El Bosque : Jardin Botanique ‘El Castillejo’, Place de Toros, Centre d’Interprétation du Fromage. PRADO DEL REY • Iptuci et Salines de Cabezo de Hortales

Circuit 3 ZAHARA DE LA SIERRA OLVERA - TORRE ALHÁQUIME - ALCALÁ DEL VALLE - SETENIL DE LAS BODEGAS - EL GASTOR 32 km ZAHARA DE LA SIERRA • Zahara : Restes du Château et Tour del Homenaje, Tour de l’Horloge, Centre urbain particulier, Centre d’Interprétation de la Ville Médiévale.

OLVERA • Olvera : Forteresse médiévale avec des murs, des grandes tours et la Tour del Homenaje, Musée « Olvera. La Frontera et les Châteaux », Église archiprêtrale de Nuestra Señora de la Encarnación. TORRE-ALHÁQUIME • Torre-Alháquime : Restes de remparts médiévaux et Arc de la Ville. ALCALÁ DEL VALLE • Dolmens de Tomillo • Couvent de Caños Santos. SETENIL DE LAS BODEGAS • Setenil : Centre historique pittoresque, Église de la Encarnación et restes du Château médiéval. EL GASTOR • Dolmen de El Charcón • El Gastor : Musée d’Us et Coutumes Populaires José María “ El Tempranillo ”.

Sports aériens, Parapente et Deltaplane (Algodonales y El Bosque), Observation ornithologique, Spéléologie, Sports nautiques sur la plage artificielle de Zahara de la Sierra, Randonnée dans le parc naturel Sierra de Grazalema, Visite des Fromageries artisanales.


56 Circuits d’Intérêt. La Janda

La Janda Circuit 1

Circuit 2

CONIL DE LA FRONTERA - VEJER DE LA FRONTERA - BARBATE

BENALUP-CASAS VIEJAS - ALCALÁ DE LOS GAZULES MEDINA SIDONIA - SAN JOSÉ DEL VALLE

30 km CONIL DE LA FRONTERA

• Tours de guet de Roche et Castilnovo. • Conil : Le Bastion, Tour de Guzmán et Porte de la Ville, Musée des Racines de Conil, Port de pêche et La Chanca.

VEJER DE LA FRONTERA

• Aqueduc romain de Santa Lucía. • Musée d’Art Contemporain de la Fondation NMAC. • Vejer : Château, enceinte muraillée flanquée de quatre portes (Arc de la Segur, Arc de Sancho VI, Arc de la Villa et Arc de la Puerta Carrada) et par deux tours : la Tour del Mayorazgo et la Tour de la Corredera ; Quartier de la Judería, la Maison del Mayorazgo, Église Paroissiale del Divino Salvador, Patios de Vejer et Moulins à Vent de San Miguel.

BARBATE

• Ville marine de Zahara de los Atunes et Château de las Almadrabas. • Tours d’Almenara de la Meca et el Tajo. • Barbate : Port de la Albufera, Église de Nuestra Señora del Carmen et Musée du Thon de la Chanca.

75 km BENALUP-CASAS VIEJAS

• Abris rupestres d’El Tajo de las Figuras • Ensemble de Dolmens de Celemín

ALCALÁ DE LOS GAZULES

• Ermitage Sanctuaire de Nuestra Señora de los Santos • Alcalá de los Gazules : Restes du Château et des remparts musulmans, Église Majeure de San Jorge, Gisements romains de la Salada.

MEDINA SIDONIA

• Ermitage visigoth de los Santos Mártires • Medina Sidonia : Ensemble Archéologique Cerro del Castillo, Ensemble Archéologique romain Asido Caesarina Musée Archéologique, Chaussée romaine, Enceinte muraillée médiévale (Puerta de Belén, Arco de la Pastora, Puerta del Sol, toiles de l’ancienne muraille et tour), Église de Santa María la Coronada.

SAN JOSÉ DEL VALLE • Château de Gigonza

+ Suggestions Céramique et Poterie, Bourrelier, Salaisons et Conserves, Confiserie de Medina Sidonia Thon rouge, Mojama, Poissons de roche, Viande de veau et gibier, Charcuterie, Cretons, Artichauts, Asperges et Chardons d’Espagne, Escargots. Observation ornithologique, Nudisme, Ronqueo (dépeçage) du Thon, Bramement, Route du Thon, Route du Taureau


57 Circuitos de interés. Nombre capítulo y sección

04

Univers Culturel


58 Universo cultural. Museos

Musée de Cadix La collection du musée s’articule en trois sections. La découverte fortuite en 1887 du sarcophage anthropoïde phénicien masculin sur les terrains des actuels Chantiers navals de Cadix a été le point de départ de la section d’archéologie, qui abrite de nos jours des pièces de la Préhistoire à l’époque médiévale, certaines d’un caractère exceptionnel, comme les sarcophages anthropoïdes phéniciens que nous avons cités (Une fois que sa compagne féminine fut découverte en 1880) ou la Thoracata, statue romaine en bronze d’un empereur découverte aux alentours de l’îlot de Sancti Petri, tout comme une autre statuette gaditaine d’Hercule. La section des beaux arts propose un parcours autour de la peinture du XVIème jusqu’à aujourd’hui. On ne peut pas ne pas citer l’ensemble des œuvres que Zurbarán a peintes pour la Chartreuse de Jerez entre 1637 et 1639, quelques œuvres de Murillo, le petit cuivre attribué à Rubens et plusieurs toiles des XIXème et XXème siècles d’auteurs comme Zuloaga, Sorolla, Guillermo Pérez Villalta et Chema Cobo ainsi que Miró. La visite monographique de la troisième section du Musée, celle d’ethnographie, est dédiée aux marionnettes de ■❚❙ La casa Pinillos la Tía Norica, offrant la possibilité Cet excellent exemple de de recréer ce spectacle de rue maison bourgeoise du début traditionnel de Cadix. Autant le ème du XVIII est rattaché au thème que les personnages répètent Musée, l’utilisant comme une série de prototypes classiques : nouvel espace moderne la vieille grognon, le neveu malin, le d’utilisation culturelle. médecin inintelligible.

,

Plaza de Mina, s/n. Cádiz

O Reservas: 856 105 034 - Información: 856 105 023 w http://www.museosdeandalucia.es/culturaydeporte/museos/MCA


59 Univers Culturel. Musées

Musée de las Cortes Museo , C/ Santa Inés, nº 9 – Cádiz

O 956 221 788

Situé en plein centre historique de la ville et près de l’oratoire de San Felipe Neri, ce monument d’inspiration néoclassique est dédié à l’histoire de Cadix pendant le XVIIIème siècle et premier quart du XIXème siècle, notamment au Cadix de las Cortes et de la Constitution de 1812. Sa pièce centrale est le grand plan en relief de la ville, populairement connu comme « La Maquette de Cadix », qui reflète le stade intérieur de Cadix au début du dernier quart du XVIIIème siècle. Il a été réalisé, sous l’ordre du roi Charles III, par une grande équipe d’artisans dirigée par l’ingénieur militaire Alfonso Jiménez et pour cela, des bois de qualités variées ont été utilisés (acajou, houx, cèdre, sapotillier et ébène), ainsi que de l’ivoire, des os et certains détails en argent. La salle elle-même comprend une toile monumentale de Salvador Viniegra, réalisée entre 1910 et 1912 et appelée « la Promulgation de la Constitution de 1812 ».

Musée de la Marionnette ,

Bóvedas de Sta. Elena (Puertas de Tierra)- Cádiz

O 956 276 846

Les magnifiques voûtes des Puertas de Tierra gaditaines accueillent cet espace muséal qui a comme objectif principal d’exposer, de documenter et de préserver la mémoire de l’activité des marionnettistes, compagnies, artisans et créateurs, aussi bien espagnols que du reste du monde. En ce qui concerne l’extérieur, l’ancienne cours de Tropa est conçue comme un espace vert de transition entre la ville et le musée, conduisant le visiteur vers l’intérieur à travers des petites zones de représentation de marionnettes. Il centre son contenu sur l’exposition permanente « Marionnettes du Monde », une collection qui comprend plus de 500 éléments, dont 350 marionnettes internationales.


60 Univers Culturel. Musées

Musée Fondation Rafael Alberti ,

C/ Santo Domingo, 25. El Puerto de Santa María, Cádiz

O 956 850 711 - 956 850 960 w www.rafaelalberti.es

Le rez-de-chaussée de la maison natale de Rafael Alberti à Puerto de Santa María accueille l’exposition permanente Rafael Alberti : Un siècle de création vivante. À travers les salles, la biographie du poète suggère petit à petit, sur les grands panneaux d’un parcours chronologique singulier plein d’aménité historique, avec des photos et des dessins sur lesquels la vie mythique de l’artiste, son œuvre littéraire et pittoresque, son idéologie, ses trente-neuf ans d’exile en France, Argentine et Italie sont reflétés avec une minutie fidèle. Le musée montre des documents, des distinctions, des prix, des lettres et des livres d’Alberti traduits dans différentes langues. Au premier étage, se trouvent la salle audiovisuelle avec des projections sur le poète ; la salle María Teresa León, dédiée à l’écrivain et première épouse d’Alberti et la bibliothèque de la Fondation, avec plus de sept mille volumes.

Palais du Temps ,

C/ Cervantes, 3- Jerez de la Frontera

O 956 182 100 w www.museosdelaatalaya.com

Le Palais du Temps abrite l’une des trois meilleures collections d’horloges anciennes d’Europe, avec près de 300 pièces datées d’entre les XVIIème et XIXème siècles. Des horlogers comme Le Roy, Berthoud, Frodsham, Losada, Markhen, Lepine et Clodion, entre autres, sont présents dans ce qui s’avère être l’évocation de l’horlogerie la plus marquante de l’époque, depuis les temps où les horlogers étaient des servants-artisans de plus de la région, jusqu’à devenir des spécialistes studieux, entrepreneurs autonomes qui ont ensuite créé les « marques » de prestige. Curieusement, il s’agit du seul musée d’horloges dont les exemplaires sont fonctionnels, écouter leur sonnerie étant une grande attraction.


61 Univers Culturel. Musées

Collection Colección Suite Vollard ,

Ctra. N-IV, Km 640 - Grupo Estévez - Bodegas Real Tesoro, Valdespino y Manzanilla - Jerez de la Frontera O 956 321 004 w www.grupoestevez.es/suitevollard La collection Suite Vollard est considérée comme l’œuvre la plus importante de l’histoire de la gravure. Elle a été réalisée par Picasso entre septembre 1930 et juin 1936 et est composée de 97 gravures et de trois portraits d’Ambroise Vollard, l’historique galeriste qui a réalisé la première exposition de l’artiste. Les gravures peuvent être classées en quatre thèmes principaux : l’atelier du sculpteur, le minotaure, Rembrandt et la bataille de l’amour. L’anxiété, la mélancolie et l’érotisme qui s’observent dans les œuvres ont beaucoup à voir avec le moment personnel que vivait Picasso à l’époque. Il faut ajouter qu’il s’agit de l’époque de la guerre en Espagne. Sur certaines de ces gravures, il est possible d’observer des antécédents de ce qui sera son œuvre clé : Guernica.

Musée Naval Museo ,

C/Escaño s/n - Edificio de Capitanía - San Fernando

O 956 545 248

Dans les 21 salles du musée Naval de San Fernando, situé dans le monument de l’Ancienne Capitainerie Générale du Détroit, nous pouvons trouver des exvotos marins et tableaux de croisières et de cuirassés et même la première figure de proue portée par le navireécole Juan Sebastián Elcano ou un facsimile de la célèbre carte de 1500 de Juan de la Cosa, sans oublier les maquettes des bateaux de différentes époques et tailles, des uniformes, des décorations, armement, drapeaux, cartographie, instruments nautiques, etc. La Salle 18 est dédiée à la commémoration du bicentenaire du combat naval de Trafalgar (21 octobre 1805) avec une maquette du navire « Victory » ainsi qu’une reproduction de l’intérieur des soutes à bagages d’un navire de l’époque alors que dans la Salle 19, il est possible d’admirer un canon de Trafalgar dont la charge a été extraite puisqu’en sombrant, il était prêt à tirer.


62 Univers Culturel. Musées

Centre Culturel Reina Sofía ,

Paseo Carlos III, 9- Cádiz O 956 221 680 - 956 227 624

Le bâtiment de l’Ancien Gouvernement Militaire, un véritable joyau de son époque, accueille le centre culturel « Reina Sofia », inauguré en octobre 2006 par S.M. la Reina Doña Sofía et qui a comme principal faire-valoir les œuvres de Juan Luis Vasallo, l’un des meilleurs sculpteurs espagnols du XXème siècle. Auteur de la Minerva du Cercle des Beaux Arts de Madrid, 140 œuvres et vingt dessins originaux cédés par la famille de cet artiste sont exposés. Dans le centre, on peut également admirer l’héritage de la Famille Aramburu Picardo.

Musée de la Cathédrale ,

Plaza Fray Félix, s/n – Cádiz O 956 259 812

w www.catedraldecadiz.com

Ses salles sont réparties sur plusieurs monuments historiques érigés tout au long du XVIème siècle autour de la tour de la Vieille Cathédrale, comme la maison de la Contaduría, la maison du chanoine Termineli et la cour Mudéjar ou maison du doyen Rajón. À travers cette dernière cour, où sont exposés des vestiges romains et médiévaux, on accède à une série de salles qui concentrent des planches, des peintures, des ivoires et des sculptures d’une grande valeur ainsi que les ostensoirs, calices et autres œuvres importantes d’orfèvrerie et argenterie des XVIIème et XVIIIème siècles. Il existe une salle dédiée aux Cortes de Cadix de 1812 dans laquelle se trouve la table sur laquelle s’est déclaré puis signé le texte constitutionnel.

Musée Atelier Lithographique ,

Bóvedas de S. Roque – Cádiz O 956 282 663

Il trouve son origine dans l’ancienne Lithographie Allemande de Cadix, qui s’est installée en 1861 et qui a été fonctionnelle jusqu’à la fin du XXème siècle. Le musée comprend une collection très importante formée de plus de mille pierres lithographiques, provenant des carrières de la Bavière et d’une grande qualité, certaines étant de vraies œuvres d’art en ce qui concerne les gravures et les dessins anciens. Il est également possible de contempler les presses de différentes techniques et modèles, tables de conception et dessin, pantographes, guillotines, outils de reliure, etc.


63 Univers Culturel. Musées

Maison Musée Pedro Muñoz Seca ,

Edificio San Luis. Plaza del Ave María- El Puerto de Santa María

O 956 851 731 w www.fundacionpedromunozseca.org

Ayant pour siège l’ancienne école de la Compagnie de Jésus, à travers le parcours de l’exposition permanente Pedro Muñoz Seca : l’humeur dans et hors du théâtre, est offerte une vision de l’écrivain génial d’El Puerto de Santa María avec le même humour qui a caractérisé sa vie et son œuvre et qui l’a converti en un mythe du rire et du génie. Y sont exposés des photographies, des affiches, des caricatures, des manuscrits, des premières éditions d’œuvres, des objets personnels, des lettres et même le bureau de l’auteur de comédies.

Musée Archéologique de Jerez ,

Plaza del Mercado, s/n – Jerez de la Frontera

O 956 149 560 - 956 149 561 w www.museoarqueologico.jerez.es

Les pièces qui composent la collection proviennent presque dans leur totalité des nombreux sites archéologiques existant dans la municipalité. Parmi ces sites, on peut citer las Mesas d’Asta, la Asta Regia des romains et la ville même de Jerez, la Sharish islamique. Il offre la possibilité de suivre un « parcours rapide » à travers une sélection de treize pièces représentatives de chaque période culturelle. Chacun de ces éléments est mis en valeur avec un cadre noir sur fond rouge. Parmi ces pièces, la plus marquante est le Casque Grec corinthien, l’un des témoignages grecs les plus anciens collectés dans le milieu occidental.

Musée de l’Attelage

,

C/ Pizarro 17- Jerez de la Frontera

O 956 181 050 w www.realescuela.org

Situé dans un ensemble de bodegas qui date du début du XIXème siècle, il est unique en son genre, il est possible d’y admirer des voitures hippomobiles, des attelages, des chevaux et l’équipage équestre dans son ensemble. La salle principale expose les chars les plus emblématiques, les voitures de l’époque des XIXème et XXème siècles. Le parcours continue à travers les granges et la zone de travail pour observer comment sont nettoyés et attelés les chevaux de la Royale École Andalouse de l’Art Équestre, à laquelle appartient ce musée, de même que le Musée de l’Art Équestre.


64 Univers Culturel. Musées

Collection de Peinture Espagnole « JoaquínRivero » ,

Bodegas Tradición. Plaza Cordobeses, 3 Jerez de la Frontera O 956 168 628 w www.bodegastradicion.com Dans la bodega est exposée au public une sélection de plus de 300 œuvres de peinture espagnole des XVème et XIXème siècles. Tous les mouvements artistiques d’importance et les auteurs de la taille de Zurbarán, Velázquez, Hiepes, El Labrador, Valdés Leal, Goya, Maella, Lucas Velázquez, Madrazo, Lucas Villamil et Carlos de Haes, entre autres, sont représentés.

Musée Cruz Herrera ,

La Línea de la Concepción

O 956 762 576 - 956 696 200 w www.museocruzherrera.com Réinauguré à son nouvel emplacement des jardins Saccones, dans le monument qu’occupait autrefois le Conseil Municipal, ce musée a représenté un pari clair et décidé du peintre de La Línea de la Concepción José Cruz Herrera. Dans ses six salles (Première époque, esquisses, coutumier, nus, arabe et portraits masculins) peut être contemplée une grande représentation de son travail dans ce qui constitue la pinacothèque la plus complète de cet artiste qui a donné à la ville qui l’a vu naître, une vaste collection de tableaux. Sa peinture coloriste et de thématique coutumière est spécialisée en portraits très expressifs de la femme andalouse et arabe.

Musée el Dique

,

Polígono Río San Pedro, s/n Puerto Real O 956 260 983 w www.museoeldique.es Le musée El Dique et la zone historique dans laquelle se situent les chantiers navals de Puerto Real (tous deux déclarés Bien d’Intérêt Culturel) occupent un espace visitable de 60 000 m2 de superficie qui constitue un témoignage vivant de l’essor de la construction et réparation navale dans la baie de Cadix depuis la deuxième moitié du XIXème siècle. Le bâtiment dédié au musée est installé dans l’ancienne chambre de pompes de cale, il possède quatre salles d’expositions permanentes, une bibliothèque, une hémérothèque et des archives photographiques contenant plus de 250 000 négatifs. L’un des espaces les plus attractifs est l’ancien atelier de forge, dans lequel il y a des dizaines de panneaux avec les noms de tous les navires qui ont été construits dans l’un des trois chantiers navals gaditains.


65 Univers Culturel. Musées

Musée Ortega Brú ,

Plaza de Armas s/n - San Roque

O 956 780 106

Ceux qui souhaitent connaître l’œuvre de l’insigne imaginatif Luis Ortega Brú, auteur des reliefs d’une des portes du Vatican, ont un rendez-vous obligatoire à San Roque. Dans sa ville natale, dans la partie haute du palais des Gouverneurs, est exposée la collection de sculptures la plus vaste de l’auteur. Plus de 160 œuvres inédites dans lesquelles il est possible d’apprécier comment l’artiste assimile et manœuvre les styles plastiques, de l’imagerie baroque aux nouvelles tendances abstraites et expressionnistes. L’une des œuvres les plus importantes de ce musée est La Piedad (La Pitié), sculptée dans le bois polychromé.

Musée du Cuir ,

Convento de Capuchinos. Avenida de Herrera Oria, s/n Ubrique O 670 245 229 w www.museodelapiel.es

Le Musée du Cuir « Exposition Mains et Magie dans le Cuir » fait connaître une partie de l’héritage historique de la ville gaditaine à travers l’activité des artisans marocains d’Ubrique. Il est situé dans l’ancien couvent de Capuchinos, dans la zone correspondant aux anciennes cellules des religieux. Dans le cloître, il est possible de découvrir l’évolution qu’ont eu tout au long des siècles les différentes machines utilisées dans le processus de fabrication d’articles en cuir. Il y a également une petite réplique d’un atelier maroquinier, à laquelle les visiteurs peuvent accéder. L’un des autres charmes du musée sont les expositions de tableaux qui sont habituellement restaurés tous les mois.

Fondation NMAC-Montenmedio d’Art Contemporain. ,

Ctra. A-48 ( N-340), Km 42,5 - Vejer de la Frontera

O 956 455 134 w www.fundacionnmac.org

Située dans un environnement rural (trente hectares dans la Dehesa de Montenmedio de Vejer de la Frontera), la fondation est un espace unique où s’établit un dialogue entre l’art contemporain et la nature en parfaite harmonie. Des artistes internationaux, comme James Turrel ou Marina Abramovic, ont réalisé des projets site-specific en forme d’installations, de sculptures, de photographies, de vidéos, de peinture et de performance. Actuellement, les espaces d’exposition qui composent la fondation sont 11 anciens baraquements qui faisaient partie d’un complexe militaire abandonné depuis les années 70.


66 Circuitos de interés. Nombre capítulo y sección

Agenda Culturel et Festif DÉCLARÉ D’INTÉRÊT TOURISTIQUE INTERNATIONAL

DÉCLARÉ D’INTÉRÊT TOURISTIQUE NATIONAL

DÉCLARÉ D’INTÉRÊT TOURISTIQUE DE LA COMMUNAUTÉ AUTONOME

îî FÉVRIER CARNAVAL DE CADIZ. CADIX I Février-Mars La fête la plus populaire de Cadix trouve ses origines dans les visites que des commerçants de Genève, Venise ou France faisaient à la ville en apportant avec eux des masques et des déguisements, se fusionnant avec les danses réalisées par les équipages dans les rues gaditaines au rythme des sons de habaneras, guajiras et guarachas cubaines. Il se déroule sur dix jours, s’organisant pour les jours prévus des dégustations gratuites sur les principales places de ville historique (pestiñada, ostionada et erizada). Mais au centre des festivités se trouve le Concours de Regroupements qui est célébré au Théâtre Falla, où les meilleures chorales, plaisanteries et comparses critiquent avec un ton satirique les événements de l’année. Le village entier se déguise et parcourt la rue pour vivre la joie et profiter des carrousels de chorales qui parcourent les rues et places de la ville. CARNAVALES. BORNOS Y CHIPIONA I Février-Mars. FESTIVAL DE FLAMENCO DE JEREZ JEREZ DE LA FRONTERA | Febrero – Marzo La danse est l’élément principal de ce concours qui bénéficie de la reconnaissance internationale. Dans sa programmation, nous trouvons des spectacles et récitals, cours, des soirées dans les « peñas » flamencas de garde, des expositions et un Festival Off en parallèle qui chaque année devient plus fort et est célébré dans la salle « La Guarida del Ángel ». www.festivaldejerez.es


67 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

SEMAINE INTERNATIONALE DU COURT-MÉTRAGE DE SAN ROQUE SAN ROQUE I www.sanroquesemicort.wordpress.com CONCOURS NATIONAL D’ART FLAMENCO “ VILLE D’UBRIQUE ” UBRIQUE | De Février à Juin

îî MARS SEMAINE SAINTE JEREZ DE LA FRONTERA - ARCOS DE LA FRONTERA I Mars-Avril Du Dimanche de Ramos au Dimanche de Résurrection, l’Andalousie se transforme et les andalous et gaditains avec leurs meilleures tenus vont dans la rue au milieu de la ferveur populaire. Des images d’une grande richesse artistique se promènent dans les rues accompagnées de fanfares avec tambours et trompettes et d’un mélange d’odeurs d’encens et de fleur d’oranger. Dans la province de Cadix, prennent une importance particulière pendant la Semaine Sainte les municipalités de Jerez de la Frontera, Arcos de la Frontera, Alcalá del Valle, Bornos, Espera, La Línea de la Concepción, San Fernando, Sanlúcar de Barrameda, San Roque, et Setenil de las Bodegas. Toutes déclarées d’Intérêt Touristique. FESTIVAL SHORTY WEEK (FESTIVAL DU COURT-MÉTRAGE) EL PUERTO DE SANTA MARÍA I www.shortyweek.com

îî AVRIL FOIRE DU PRINTEMPS ET FÊTES DU VIN FIN EL PUERTO DE SANTA MARÍA ROMERIA EN HONNEUR À SAN ISIDRO LOS BARRIOS ROMERIA DU LUNDI DE QUASIMODO OLVERA TREBU FESTIVAL DE MUSIQUE DE RUE TREBUJENA


68 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

îî MAI RECRÉATION HISTORIQUE “ ALGODONALES, 2 MAI 1810 ” ALGODONALES www.dosdemayo.org CONCOURS NATIONAL DE DANSE D’ALEGRÍAS CADIX | Mayo – Junio www.laperladecadiz.es FESTIVAL DE MUSIQUE “ MANUEL DE FALLA ” CADIX Dédié à l’insigne musicien gaditain Manuel de Falla. www.facebook.com/festivalmusicamanueldefalla FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MARIONNETTE “ VILLE DE CADIX ” CADIX | Mai -Juin www.facebook.com/festivaltiterecadiz FOIRE DU CHEVAL DE JEREZ DE LA FRONTERA JEREZ DE LA FRONTERA Le Parc González Hontoria, dans lequel s’installent plus de 200 stands, accueille une très grande promenade de chevaux, avec des centaines de jockeys, amazones et attelages défilant dans le Real. Il est également possible de profiter de deux autres grands charmes de cette ville comme le vin et le flamenco, qui pendant cette célébration prennent un rôle spécial. FESTIVAL DE CINÉMA AFRICAIN TARIFA | Mai – Juin www.fcat.es CROIX DE MAI ET PASSAGE DES ASPHODÈLES UBRIQUE FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ VEJER DE LA FRONTERA

îî JUIN FOIRE ROYALE D’ALGECIRAS ALGECIRAS CONCOURS NATIONAL DE CHANT POUR ALEGRÍAS CADIX | Juin - Juillet www.enriqueelmellizo.com


69 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

CADIX EN DANSE, FESTIVAL INTERNATIONAL DE DANSE CONTEMPORAINE CADIX www.cadizendanza.com CORPUS CHRISTI EL GASTOR ZAHARA DE LA SIERRA FESTIVAL INTERNATIONAL DE CIRQUE DE TARIFA (FEINCITA) TARIFA www.feincita.com

îî JUILLET RENCONTRE INTERNATINOALE DE GUITARE Paco de LucÍa ALGECIRAS www.algeciras.es/pacodelucia JEUDIS FLAMENCOS CADIX | Juillet - Août festival de JAZZ cADIX CADIX Il est célébré dans le Bastion de Candelaria et à l’Hôtel Atlántico. www.festivaljazzcadiz.com BAIE JAZZ FESTIVAL EL PUERTO DE SANTA MARÍA Il est célébré dans les Bodegas Osborne. www.osborne.es VEILLÉE ET FÊTES DE LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN CONCOURS NATIONAL DE CHANT pour PETENERAS PATERNA DE RIVERA FOIRE DEL CARMEN ET DU SEL SAN FERNANDO FESTIVAL DU CHANT FLAMENCO “ Nuits DE BAJO DE GUÍA ” SANLÚCAR DE BARRAMEDA www.sanlucarturismo.com


70 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

FESTIVAL DE JAZZ SANLÚCAR DE BARRAMEDA Dans les jardins du palais d’Orléans. www.sanlucarturismo.com

îî AOÛT ROMERIA MARITIME EN HONNEUR À LA VIRGEN DE LA PALMA ALGECIRAS FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE AL-KALAT ALCALÁ DE LOS GAZULES FESTIVAL DU MUSCAT CHIPIONA Festival Flamenco “ POUR LA LIBERTÉ ” Conil de la Frontera FESTIVAL DE THÉÂTRE DE COMÉDIES EL PUERTO DE SANTA MARÍA www.fundacionpedromunozseca.org

rECRÉATION HISTORIQUE MAURES ET CHRÉTIENS benamahoma (Grazalema) www.morosycristianosbenamahoma.es CONCOURS NATIoNAL DE CHANTS POUR SERRANAS PRADO DEL REY www.pradodelrey.es FÊTE DE LA URTA ROTA FESTIVAL FLAMENCO EL ARRANQUE ROTEÑO ROTA COURSES DE CHEVAUX SUR LA PLAGE SANLÚCAR DE BARRAMEDA Elles sont fêtées depuis 170 ans sur les plages de Sanlúcar et trouvent leurs origines dans les compétitions informelles des propriétaires de chevaux qui transportaient le poisson du vieux port de Bajo De Guía aux différents marchés. De nos jours, les journées de compétition sont fêtées en deux cycles de trois jours,


71 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

les deux au mois d’août. Les habitants et les visiteurs profitent ainsi du spectacle des pur-sang en concourant dans l’hippodrome naturel, qui pendant les après-midi d’août nous laisse la basse mer. FÊTES D’EXALTATION DU FLEUVE GUADALQUIVIR SANLÚCAR DE BARRAMEDA festival InternaTional de MUSIQUE “ AU BORD DU Guadalquivir ” (FIMOG) SANLÚCAR DE BARRAMEDA www.sanlucarturismo.com NUIT FLAMENCA DES REMPARTS DE LA SEGUR VEJER DE LA FRONTERA (CADIX)

îî SEPTEMBRE ALCANCES, FESTIVAL DE CINÉMA DOCUMENTAIRE DE CADIX CADIX www.alcances.org FOIRE ET FÊTES DE NUESTRA SEÑOR DE LAS VIRTUDES CONIL DE LA FRONTERA FÊTES PATRONALES DE NUESTRA SEÑORA DE REGLA CHIPIONA FÊTES PATRONALES DEL SANTÍSIMO CRISTO DE LA ANTIGUA ESPERA FÊTE DE LA BULERÍA JEREZ DE LA FRONTERA FÊTES DE LA VENDIMIA JEREZ DE LA FRONTERA Après la foule du raisin, qui représente la naissance du nouveau moût, se déroulent, entre beaucoup d’autres activités, des concours de venencia (art de tirer le vin du fût), dégustations, expositions, journées portes ouvertes et mariages de vins et gastronomie, auxquels participent de nombreuses bodegas locales. cavalcade agricole et foire et fÊtes DE TARIFA TARIFA foire du bétail et fÊTES DE SAN MATEO VILLAMARTIN RECRÉATION DE L’HISTOIRE DE LA DÉFENSE DE L’ÎLE DE LEÓN ET ANNIVERSAIRE DES LAS CORTES 1810 SAN FERNANDO


72 Univers Culturel. Agenda Culturel et Festif

îî OCTUBRE FESTIVAL MANGA DE CADIX (FEMANCA) CADIX www.femanca.es FESTIVAL IBÉROAMÉRICAIN DE THÉÂTRE DE CADIX (FIT) CADIX www.fitdecadiz.org FESTIVAL FLAMENCO “ DIEGO DEL GASTOR ” EL GASTOR RECRÉATION HISTORIQUE « SANG ET AMOUR À LA MONTAGNE ” GRAZALEMA www.sangreyamorenlasierra.blogspot.com.es SALON MANGA DE JEREZ JEREZ DE LA FRONTERA www.salonmangajerez.com CONCOURS NATIONAL DE CHANT FLAMENCO MÉMORIAL CAMARÓN DE LA ISLA SAN FERNANDO | Octubre – Diciembre www.pfccamarondelaisla.com RECRÉATION HISTORIQUE LUTTE CONTRE LES FRANÇAIS TARIFA

îî NOVEMBRE FESTIVAL DE MUSIQUE ESPAGNOLE DE CADIX CADIX RECRÉATION HISTORIQUE VILLE D’EL BOSQUE

EL BOSQUE

îî DÉCEMBRE ZAMBOMBAS DE NOËL JEREZ DE LA FRONTERA Déclarées Bien d’Intérêt Culturel d’Andalousie, il s’agit d’une manière traditionnelle de fêter l’arrivée de Noël qui combine les chants de Noël et le flamenco et qui consiste en la réunion d’un grand groupe de proches ou voisins dans l’intention de chanter, manger et boire. CRÈCHE VIVANTE D’ARCOS DE LA FRONTERA ARCOS DE LA FRONTERA Les rues de sa vieille ville vivent une transformation sans précédents pour devenir la plus grande crèche vivante de toutes celles organisées en Espagne, avec tout le village habillé selon l’us de l’époque. Elle est également fêtée dans d’autres municipalités de la province.


05

Avec un Caractère Propre


Con carácter propio. Nombre capítulo y sección

05.1 Le El Flamenco Déclaré en 2010 Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité par l’UNESCO, le Flamenco trouve ses racines dans la province de Cadix, où il est élevé à la catégorie de genre artistique et inspiration d’écrivains, de poètes et de musiciens. Terre forgée de chants comme les alegrías, les bulerías ou les tangos et berceau d’artistes de la taille de Rocía Jurado de Chipiona, Manolo Sanlúcar de la ville du même nom ou encore Antonio Chacón, José Mercé et Lola Flores de Jerez, dans laquelle se concentre le flamenco à l’état le plus pur, de la Baie jusqu’au Campo de Gibraltar. Le quartier de Santa María est le centre névralgique du flamenco de la capitale. C’est ici qu’est née la figure légendaire d’Enrique el Mellizo et où se concentrent des peñas comme celle de la Perle de Cadix, qui à travers de sa Salle de Flamencologie, organise le concours national de Danse pour Alegrías. Sur sa place de la Merced, se situe au Centre Municipal d’Art Flamenco de la Merced, qui accueille un programme très varié d’activités comme des concerts, des cours, des expositions, etc. À Jerez de la Frontera, le chant est arrivé il y a deux siècles de la main de la communauté gitane qui recherchait du travail en campagne et y est resté. La localité possède peut-être l’un des quartiers du monde à la saveur flamenco la plus grande, le quartier de Santiago, qui accueille le Centre Andalou de Documentation du Flamenco, celui est lié au quartier San Miguel d’où trouve ses origines la bulería, le chant de Jerez par excellence. Et le parcours flamenco de la province gaditaine ne peut pas se conclure sans atterrir à Algeciras, localité natale du guitariste génial Paco de Lucía qui, à quelques kilomètres, à San Fernando, a laissé l’autre moitié de sa légende : José Monge Cruz, Camarón de la Isla, a qui il a fait une remise posthume de la quatrième clé d’Or du Chant. Les deux artistes possédaient leurs propres itinéraires culturels (Voir Pag. 76-77).


75 Avec un Caractère Propre. Le Flamenco

Les nombreux festivals qui sont organisés dans la province offrent également aux amateurs de chant du monde entier l’opportunité de profiter de magnifiques spectacles. Parmi les plus célèbres, on trouve la Fête de la Bulería et le Festival International de Flamenco (les deux à Jerez), les Nuits de Bajo de Guía à Sanlúcar de Barrameda, l’Arranque Roteño, le concours national de Chant pour Peteneras à Paterna de la Rivera, le concours national de Flamenco à San Fernando, le concours national de Chants pour Serranas à Prado del Rey et la Nuit Flamenca de la Segur à Vejer de la Frontera, déclarée Fête d’Intérêt Touristique National.

Le saviezvous ?êê La Niña Pastori avait à peine huit ans lorsqu’elle fut découverte par le grand Camarón de la Isla pour développer ses admirables dons pour la musique flamenca.

■❚❙ LOS “ TERRITORIOS FLAMENCOS ” La province de Cadix fait partie de l’itinéraire des deux circuits inclus dans les « Territoires Flamencos » de la Junta d’Andalousie : Le circuit de la Boussole des Trois sur Quatre « Les Chants de Base » qui passe par Jerez et rend compte du chant et des chanteurs qui ont rendu possible des chants originaires comme la soleá ou la bulería. Le Circuit de la Bajañí va d’Algeciras à Sanlúcar de Barrameda en passant par Jerez et a pour objectif de montrer les origines de la guitare flamenca. www.andalucia.org/es/rutas/tipos/rutas-de-flamenco

D’INTÉRÊT CENTRO MUNICIPAL D’ART FLAMENCO LA MERCED , Plza. de la Merced, s/n - Cádiz O 956 902 134 - 600 160 870

CENTRE ANDALOU DE DOCUMENTATION DEL FLAMENCO , Plaza de San Juan, 1. Palacio de Pemartín – Jerez de la Frontera O 956 902 134 - 600 160 870 w www.centroandaluzdeflamenco.es


76

5.1.1. Circuit de Camarón de la Isla Ce chanteur, devenu une légende avant même de mourir, a révolutionné l’univers flamenco avec son style personnel. José Monge Cruz, surnommé “ Camarón de la Isla ” du fait de ses traits blonds et fins, est né en 1950 à San Fernando. Son père est décédé jeune et âgé seulement de 7 ans, ce gitan pure souche chantait déjà dans les tavernes et les bars pour gagner un peu d’argent. À douze ans, il gagnera le premier prix du concours flamenco du Festival de Montilla (Cordoue) et depuis, son ascension dans le monde de la musique a été imparable. En 1968, il a sorti son premier album avec Paco de Lucía et peu après connaîtra le guitariste Tomatito, son autre moitié pendant 18 ans, jusqu’au moment de sa mort en 1992. Il a enregistré 19 albums, Soy Gitano (1989) étant le plus vendu de l’histoire du flamenco. Pour rendre hommage à ce génie, dans sa ville natale a été élaboré un itinéraire culturel « Le circuit de Camarón ». Nous pouvons partir de sa maison natale, en continuant avec un parcours formé par ce qui est connu comme « Les Clés de Camarón », l’île de San Fernando, le quartier des las Callejuelas et la maison de Camarón, entre autres. Pas très loin se trouve la peña flamenca « Camarón de la Isla », avec des centaines de photos et de souvenirs de l’artiste et qui accueille tous les ans, de septembre à décembre, le « Concours de Chant Mémorial Camarón de la Isla ”. Nous nous dirigeons maintenant jusqu’au monument dédié à Camarón, à quelques mètres de la célèbre de vente de Vargas. De là nous passons à la forge de son père puis l’église Majeure, où le chanteur a demandé la permission à son vénéré Nazareno de se marier avec La Chispa, terminant le circuit dans son mausolée au cimetière municipal. « J’aimerai qu’on m’enterre à San Fernando » avait-il déclaré, et son désir a été exaucé.

îî Information complète sur le circuit sur :

www.turismosanfernando.es/rutas/la-isla-de-camaron


77

5.1.2. Circuit de Paco de Lucía Doctor honoris causa de l’Université de Cadix et le Berklee College of Music, le jury des Prix Prince d’Aturies lui a reconnu son « honnêteté interprétative » et sa capacité à transcender « les frontières et les styles » qui l’ont converti en « un musicien de dimension universelle ». Paco de Lucía est né en 1947 à Algeciras. Dans une atmosphère familiale très proche du flamenca, il enregistre ses premiers albums avec son frère Pepe et collabore ensuite à d’autres, ponctuellement, avec Fosforito, El Lebrijano et Camarón de la Isla. Il réussit à moderniser le concept de falmenco classique sans lui faire perdre ses racines, en le fusionnant avec le jazz, le blues, la musique indou, les rythmes cubains ou la bossa nova. Il a enregistré un total de 37 albums, en plus des nombreuses collaborations avec des artistes internationaux comme Carlos Santana ou Al Di Meola ou encore John McLaughlin. Il est mort à Cancún en 2014. Cet itinéraire parcourt sa trajectoire artistique et vitale, découvrant les enclaves d’Algeciras qui ont inspiré ses œuvres. Il débute dans la rue San Francisco, passant ensuite dans la rue Munición, dont les bars de laquelle jouait son père, le guitariste Antonio Sánchez Pecino dit « Antonio de Algeciras ». Vers le Sud, nous arrivons à la place Alta sur laquelle s’érige le sanctuaire de Nuestra Señora de Europa. Dans la même direction, nous atteignons la place Baja ou de Abastos, où son père avait un stand de toiles et de quincailles. L’arrêt suivant est à l’hôtel de luxe Reina Cristina, face auquel se trouvait la plage disparue del Chorruelo. Au rond-point qui mène à la sortie vers la plage de Getares et à Tarifa, se trouve le monument que la ville a érigé en honneur de l’artiste. Avançant vers Punta Carnero, la Pointe du Phare d’Algeciras, également près de la mer, se trouve la maison Bernardo, un chiringuito de la plage del Rinconcillo, où le maître avait une maison. Très proche se trouve la dernière visite de notre parcours, le patio de San José dans le vieux cimetière d’Algeciras, où reposent les restes du super guitariste.

îî Information complète sur le circuit sur : www.algeciras.es/pacodelucia


78 Con carácter propio. Nombre capítulo y sección

05.2 Art et Vin La province gaditaine est célèbre pour ses vins qui sont élevés dans les barriques de bodegas ancestrales chargées d’art, d’histoire, de légendes et à l’atmosphère de film. La province de Cadix est reconnue internationalement pour la variété et la qualité de ses vins, des crus qui possèdent des Denominaciones de Origen propres (équivalent espagnol de l’A.O.C) (DOP « Jerez-Xérès-Sherry » et DOP « Manzanilla-Sanlúcar de Barrameda »). À l’indiscutable valeur gastronomique du secteur viticole, nous devons unir l’intérêt grandissant pour un tourisme œnologique qui a dans les dénommées cathédrales du vin (les bodegas) l’un de ses pilliers maximaux. Depuis que les voyageurs romantiques déjà au début du XVIIIème siècle les convertissaient en visites indispensables sur leurs itinéraires de l’Andalousie, les bodegas de Cadix se sont progressivement adaptées à leur époque, recherchant l’équilibre entre la fonctionnalité et la beauté, devenant ainsi d’authentiques musées du vins. Dans les bodegas Tío Pepe de González Byass (Jerez de la Frontera), il y a plus de 100 000 cuves, les plus anciennes ont plus de 350 ans, et dans ses installations sont passées des personnes comme l’écrivain Leopoldo Alas « Clarín », Harold Lloyd, Jean Cocteau, Winston Churchill, Ayrton Senna, Roger Moore ou Steven Spielberg. Les bodegas centenaires de Jerez de Pedro Domecq ont également été les plus visitées, contenant des cuves dédiées à des princes, des nobles et des rois comme Alfonso III et Juan Carlos I ainsi qu’à des personnalités des sciences et des lettres (Gregorio Marañón, Jacinto Benavente, José María Pemán, Octavio Paz), des artistes (Antonio Machín, Andrés Segovia, Plácido Domingo), des sportifs comme Severiano Ballesteros, des diplomates et un long etcétéra.


79 Avec un Caractère Propre. Art et Vin

Le saviezvous ?êê Alexandre Fleming, le prix Nobel de Physiologie et Médecin et découvreur de la pénicilline, est venu à Jerez le 10 juin 1948 et pendant sa visite des bodegas Domecq a signé une cuve, exclamant en dégustant les vins : « Ma pénicilline guérit les malades, mais votre jerez ressuscite les morts ».

L’art et le vin vont également main dans la main ces derniers temps, s’intégrant aux musées à thèmes dans de nombreux complexes de production de la terre. Un bon exemple est le Musée Barbadillo de la Manzanilla et le Centre d’Interprétation du Vin dans les Bodegas Delgado Zuleta, tous deux à Sanlúcar de Barrameda, pour ne pas citer la magnifique collection d’art “ Joaquín Rivero ” des Bodegas Tradición (Jerez de la Frontera) ou la Suite Vollard de Picasso qui peut s’admirer aux Bodegas Estevez, également à Jerez.

■❚❙ LES CATHÉDRALES DU VIN

L’architecture de bodega de tradition maghrébine, développée tout au long du Moyen Âge, atteindra son sommet au XIXème siècle avec les dénommées « de type cathédrale », formées par des nefs longitudinales de toits gracieux en bâtière et les façades nettoyées et ordonnées et qui aujourd’hui constituent un élément inséparable du paysage urbain du cadre de Jerez.


80 Avec un Caractère Propre. Art et Vin

D’INTÉRÊT

MUSÉE DU MUSCAT , Avda. de Regla, 8 y 10 - Chipiona O 956 371 804 w www.museodelmoscatel.com Il offre à travers 7 modules ayant des zones à thèmes et de manière didactique et agréable, tous les procédés suivis dans l’élaboration du vin et particulièrement du Muscat tout au long de l’histoire, des phéniciens en passant par la fondation de la ville par les romains, l’époque musulmane, la reconquête, la révolution industrielle à l’actualité. COLLECTION DE PEINTURE ESPAGNOLE “ JOAQUÍN RIVERO ” , Bodegas Tradición. Plaza Cordobeses, 3 – Jerez de la Frontera O 34 956 168 628 w www.bodegastradicion.com Dans la bodega, est exposée au public une sélection de plus de 300 œuvres de peinture espagnole du XVème au XIXème siècle. GALERIE D’ART DU GROUPE ESTÉVEZ , Ctra. N-IV, Km 640 - Grupo Estévez - Jerez de la Frontera O 956 321 004 w www.grupoestevez.es Parmi l’œuvre pittoresque de la galerie d’art contemporain, on peut aussi citer la magnifique Collection Suite Vollard de Picasso composée de 100 gravures, tableaux d’artistes comme Botero, Miró, Dalí, Sicilia, Palazuelo, Salustiano ou Tàpies. Dans la section sculpture sont exposées des œuvres de Jorge Oteiza ainsi que des échantillons d’Eduardo Chillida. Les fonds de la galerie sont complétés par des collections d’horloges, des tapisseries, des sceptres et des buffets. MUSÉE D’ANCIENNES ÉTIQUETTES DE VIN , Carretera Circunvalación, s/n Complejo Bellavista - Bodegas Grupo Garvey O 956 319 650 - Jerez de la Frontera w www.grupogarvey.com Le musée d’étiquettes de vin possède plus de 15 000 étiquettes imprimées entre 1854 et 1954, dont seulement 8 000 sont exposées, provenant de Jerez de la Frontera, El Puerto de Santa María y Sanlúcar de Barrameda, certaines ayant disparu de nos jours. De plus, il est possible d’admirer une collection de bouteilles peintes à la main du XIXème siècle.


81 Avec un Caractère Propre. Art et Vin

MUSÉE DE LA VIGNE AU VIN , Viña Santa Petronila Carretera del Calvario, km 3,5 – Jerez de la Frontera O 669 750 888 w www.santapetronila.com Le musée occupe l’ancien pressoir et la « maison des gens » de la maison-vigne. Il montre comment la vigne se travaille, comment les vidanges et le foulage sont réalisés, comment s’obtenait le moût et se transformait le Jerez aux XVIIIème-XIXème siècles, ainsi que les similitudes de ces procédés avec le XXIème siècle. MUSÉE DU JEREZ , Carretera Nacional IV, km 641,74 Jerez de la Frontera O 956 353 400 - 677 452 256 w www.williams-humbert.com Le salon « Grand Duc d’Alba » des Bodegas Williams & Humbert, considérées des plus grandes d’Europe, accueille ce musée du Jerez, où sont exposés les outils du foulage du raisin, des instruments de laboratoire, des presses, des pompes, des chaînes de mise en bouteille, de bouchage, etc., des pièces originales uniques, en magnifique état de conservation, réunis depuis le XVIIIème siècle. CENTRE D’INTERPRÉTATION DU VIN , Avda. Rocío Jurado, s/n – Sanlúcar de Barrameda O 956 360 133 w www.delgadozuleta.com Situé dans la bodega Tío Paco de l’ensemble vignoble Delgado Zuleta. La visite est une authentique immersion à travers des panneaux visuels et des activités amusantes dans le monde magique des vins généreux, leur longue histoire, leur méthode d’élaboration singulière et mystérieuse, leurs coutumes et traditions particulières et même leur jargon unique. MUSÉE BARBADILLO DE LA MANZANILLA , Calle Sevilla, 1-25 Sanlúcar de Barrameda (Cádiz) O 956 385 500 / 956 385 521 w www.barbadillo.com Il comprend tous les aspects liés au vin dans le cadre de Jerez, de la vigne jusqu’à la commercialisation. De plus, il montre l’évolution à travers l’histoire de la manzanilla, des aspects les plus significatifs de la famille Barbadillo et de son grand patrimoine culturel.


82 Con carácter propio. Nombre capítulo y sección

05.3 Le Cheval et le Taureau Ces deux superbes animaux font partie indissoluble de l’histoire de la province, participant à ses principales fêtes et jusqu’à occuper le rôle principal des spectaculaires « galas ». La mythologie raconte que, pour se reposer, le dieu Febo détache les chevaux de feu de son carrosse en arrivant aux côtes de Sanlúcar de Barrameda. Et la tradition équestre dans la province gaditaine remonte à plus de 3 000 ans plus tôt, à l’époque des Tartessos. Mais ce sera l’établissement au XVème siècle du monastère chartreux à Jerez de la Frontera qui marquera tout un événement marquant dans l’histoire du cheval gaditain. Les moines se consacraient à l’élevage chevalin avec de magnifiques étalons et de cette sélection est née la célèbre race chartreuse. L’haras de la Chartreuse (Hierro del Bocado) qui est la réserve de chevaux cartujanos la plus importante du monde peut être visitée le samedi, il est également posible de profiter d’un spectacle équestre. La Royale École Andalouse d’Art Équestre ayant également son siège à Jerez de la Frontera, est mondialement connue pour son exposition « Comment dansent les Chevaux Andalous », un authentique gala équestre à la musique nettement espagnole et une garde-robe aux us du XVIIIème siècle, monté sur des chorégraphies extraites des reprises du domptage classique et vacher ainsi que d’autres travaux de l’équitation traditionnelle. Dans les installations de la Fondation, il est également possible de visiter le Musée de l’attelage et le Musée de l’Art Équestre. Une grande partie des fêtes et des spectacles célébrés dans la province de Cadix ne seraient pas compris sans la participation du cheval, marquant par sa pertinence la Foire du Cheval de Jerez de la Frontera et les Courses de Chevaux de Sanlúcar de Barrameda, toutes deux déclarées Fêtes d’Intérêt Touristique International.


83 Avec un Caractère Propre. Le Cheval et le Taureau

Dans cette section festive, obtient une grande importance les ferias taurines qui sont célébrées sur des places qui constituent un magnifique exemple d’architecture régionale, comme celles de Jerez de la Frontera, El Puerto de Santa María ou la particulière arène de Villaluenga del Rosario (XVIIIème siècle). La fête des taureaux est depuis des temps immémoriaux source d’inspiration de l’art et de la culture, c’est pourquoi il existe dans la province de nombreux musées ayant cette thématique. On peut citer les musées taurins de Jerez de la Frontera, le Musée Taurin José Cabrera de la Línea de la Concepción, le Musée Taurin José Luis Galloso de El Puerto de Santa María ou le Musée Taurin Municipal Francisco Montes Paquiro à Chiclana. Récemment, la Fondation Osborne a inauguré Toro Gallery, un nouvel espace d’exposition, situé dans une bodega centenaire à El Puerto de Santa María, qui montre l’histoire du Taureau d’Osborne et son lien avec le monde de l’art à travers les travaux de grands photographes, artistes, sportifs et personnalités de tous les domaines de la vie sociale.

■❚❙ LE CIRCUIT DU TAUREAU Sans sortir de la province gaditaine, la terre natale de toreros comme Rafael de Paula, Paquirri ou Juan José Padilla, nous pouvons aussi parcourir le dénommé Circuit du Taureau, qui part de Jerez de la Frontera, qui passe par toute la Campiña et se termine au Campo de Gibraltar. Il nous offre la possibilité de connaître la vie de cet animal dans son milieu naturel ainsi que de visiter quelques uns des prestigieux élevages de la zone.

D’INTÉRÊT HARAS LA CHARTREUSE – HIERRO DEL BOCADO , Ctra. Medina – El Portal, 6,5Jerez de la Frontera O 956 162 809 w www.yeguadacartuja.com FONDATION ROYALE ÉCOLE ANDALOUSE DE L’ART ÉQUESTRE , Avenida Duque de Abrantes, s/n - Jerez de la Frontera O 956 319 635 w www.realescuela.org

TORO GALLERY , Bodega de Mora (Bodegas Osborne)Calle de los Moros, 7 El Puerto Santa María O 956 869 100 w www.osborne.es ÉLEVAGE Torrestrella , Medina Sidonia O 956 30 43 12 w www.acampoabierto.com ÉLEVAGE Cebada Gago , Medina Sidonia O 956 41 60 16 w www.cebadagago.es ÉLEVAGE Fermín Bohorquez , Jerez de la Frontera O 956 18 45 79 w www.ferminbohorquez.com


84 Con carácter propio. Nombre capítulo y sección

05.4 Artisanat À Cadix, les artisanats traditionnels cohabitent en toute harmonie avec les renouvelées, étant la terre de céramistes, de potiers et de maîtres du cuir. Les artisans gaditains ont su conserver dans toute leur pureté les professions d’une vie entière liées aux éléments comme le vin (fabrication de tonneau) et le cheval (bourrelier) dans la zone de Jerez et dans les localités de la montagne. Les travaux de la palme, de l’osier et la poterie se concentrent dans la région de la Janda, dans des localités comme Vejer de la Frontera et Medina Sidonia, étant spécialement reconnue la céramique de Conil de la Frontera. Pour sa part, au Camp de Gibraltar, on peut citer l’artisanat du bouchon à Jimena et Castellar de la Frontera. Dans la section musicale, on peut citer les cornemuses d’El Gastor et les prestigieuses guitares d’Algodonales, localité où sont également réalisées des caisses flamencas personnalisées. D’ailleurs, il faut citer les meubles artisanaux de Benamahoma, El Bosque et Prado del Rey et de l’ébénisterie de style anglais de Sanlúcar de Barrameda. Les artisanats textiles ont deux grands centres dans la province, les localités d’Arcos de la Frontera, avec ses tapis en laine castillane aux motifs géométriques et Grazalema, populaire pour ses couvertures, d’une épaisseur douce et moelleuse, d’authentiques rayures et des franges noués, qui sont confectionnés dans les anciennes usines textiles qui fonctionnent encore dans cette ville montagnarde. Et on ne peut pas parler d’artisanat gaditain sans parler d’Ubrique, la principale concentration européenne d’ateliers artisans qui travaillent le cuir. Les célèbres étuis à cigarettes ont fait place à un superbe catalogue de pièces et articles d’accessoires élaborés selon les techniques de la maroquinerie fine dont l’aval « Cuir d’Ubrique » lui a ouvert de nombreux marchés internationaux et entreprises prestigieuses mondialement connues. Dans la ville est enclavé un Musée du Cuir situé dans le couvent de Capuchinos.


85

05.5 05.4 Gaditains significatifs significatifs De puis sa formation, la province gaditaine a vu naître en son sein d’incalculables personnages illustres marquant des domaines culturels variés au niveau national et international. Leur énumération intégrale étant impossible, il convient de citer cette brève revue de certains des plus marquants.

Littérature : î Rafael Alberti. El Puerto de Santa María. www.rafaelalberti.es î José Manuel Caballero Bonald. Jerez de la Frontera.  Prix Cervantes. Fondation Caballero Bonald   www.fcbonald.com î Antonio Hernandez Ramírez. Arcos de la Frontera.  Prix National de Poésie. î Fernando Quiñones. Chiclana de la Frontera.   Fundación Fernando Quiñones. www.fundacionfq.es î José María Pemán. Cadix. î Carlos Edmundo de Ory. Cadix.    www.fundacionory.com î Elvira Lindo. Cadix  Créatrice du personnage Manolito Gafotas î Antonio y Carlos Murciano. Arcos de la Frontera î Felipe Benitez Reyes. Rota. î Eduardo Mendicutti. Sanlúcar de Barrameda î Ana Rosseti. San Fernando

Rafael Alberti.

J.M. Caballero Bonald.

Peinture : î Chema Cobos. Tarifa î Guillermo Perez Villalta. Tarifa î Felipe Abárzuza. Cadix Auteur des toits du Grand Théâtre Falla î Hernán Cortés Moreno. Cadix  www.hernancortesmoreno.com î Costus, pseudonyme des artistes Enrique Naya (Cadix) et Juan Carrero (Palma de Mallorca). Une partie de leur œuvre se trouve dans l’ECCO - Espace de Création Culturelle (Cadix) - dans une exposition permanente. î Manuel Prieto Benítez. El Puerto de Santa María.  Auteur du Taureau d’Osborne.

Gran Teatro Falla.


86 Avec un Caractère Propre. Gaditains significatifs

î Francisco Pacheco. Sanlúcar de Barrameda. Maître et beau-père de Velázquez (XVIème-XVIIème siècles). î José Cruz Herrera, de la Línea de la Concepción, où se trouve le Musée Cruz Herrera. " Minerva ". Juan Luis Vasallo Parodi.

Sculpture :

î Luis Ortega Brú. San Roque.  Musée Ortega Brú (San Roque) î Juan Luis Vasallo Parodi. Cadix. Auteur de la sculpture « Minerva » du Cercle des Beaux Arts de Madrid. Une partie de son œuvre se trouve au Centre Culturel Reina Sofia.

Théâtre / Cinéma : Pedro Muñoz Seca.

î Pedro Muñoz Seca. El Puerto de Santa María. Auteur de Théâtre. Musée Pedro Muñoz Seca î Juan Luis Galiardo. San Roque. Acteur de cinéma et théâtre.

Música:

ClASSIQUE : î Manuel de Falla. Cadix www.manueldefalla.com Manuel de Falla.

Sara Baras.

GuitarE : î Paco de Lucía. Algeciras www.pacodelucia.org î Gerardo Núñez. Jerez î Paco Cepero. Jerez î Manolo Sanlúcar. Sanlúcar de Barrameda Piano : î Chano Dominguez. Cadix DANSE : î Sara Baras . San Fernando CHANTEURS : î Javier Ruibal. El Puerto de Santa María î Pablo Carbonell. Cadix î Rocio Jurado. Chipiona

Paco de Lucía

Camarón de la Isla.

CHANTEURS Flamencos : î José Monge (Camarón) San Fernando.  î Niña Pastori. San Fernando î Antonio Chacón, Lola Flores, José Mercé, Paquera de Jerez. Jerez de la Frontera î Enrique El Mellizo, La Perla de Cádiz, Chano Lobato, Juan Villar, Beni de Cádiz. Cadix


87

06

Informations Pratiques

Offices du tourisme

CÁDIZ. PATRONATO PROVINCIAL DE TURISMO Plaza de Madrid. Estadio Ramón de Carranza. Fondo Sur. Planta 4ª, s/n / +34 956 807 061 www.cadizturismo.com - info@cadizturismo.com ALGECIRAS. Calle Paseo Río de la Miel, s/n. +34 956 571 254 www.algeciras.es otalgeciras@andalucia.org ARCOS DE LA FRONTERA. Arcos de la Frontera Calle Cuesta de Belén, 5. +34 956 702 264 turismo@arcosdelafrontera.es BARBATE. Avenida Río Barbate, 23. /+34 956 063 613 www.barbate.es - turismo@barbate.es BENALUP - CASAS VIEJAS. Calle Paterna, 4 /+34 956 417 733 oficinaturismo@benalupcasasviejas.es BENAMAHOMA. (Grazalema) Calle Cuesta de la Venta, s/n turismobenamahoma@gmail.com BORNOS Plaza Alcalde José González, 1 - Palacio de los Ribera /+34 956 728 264 www.bornos.es - turismodebornos@ bornos.es CÁDIZ. CENTRO DE RECEPCIÓN DE TURISTAS DEL AYUNTAMIENTO (CANALEJAS) Paseo de Canalejas, s/n / +34 956 241 001 www.cadiz.es - info.turismo@cadiz.es CÁDIZ. OFICINA DE INFORMACIÓN TURÍSTICA DEL AYUNTAMIENTO (AVENIDA) Avenida José León de Carranza, s/n +34 956 285 601 www.cadiz.es- info.turismo@cadiz.es CÁDIZ. OFICINA DE TURISMO DE LA JUNTA DE ANDALUCÍA Avenida Ramón de Carranza, s/n +34 956 203 191 www.andalucia.org - otcadiz@andalucia.org CHICLANA DE LA FRONTERA. Calle La Plaza, 3 - nº 3 +34 956 535 969 www.turismochiclana.es - turismo@chiclana.es CHICLANA DE LA FRONTERA. (URBANIZACIÓN NOVO SANCTI PETRI) Urbanización Novo Sancti Petri, s/n - Frente al pinar público (Cerrada en invierno) +34 956 497 234 www.turismochiclana.es - turismo@chiclana.es

CHIPIONA. Calle Castillo, 5 - Castillo de Chipiona +34 956 929 065 www.turismochipiona.es turismo@aytochipiona.es CONIL DE LA FRONTERA. PATRONATO MUNICIPAL DE TURISMO Calle Carretera, 1 +34 956 440 501 / 956 440 222 www.turismo.conil.org - turismo@conil.org EL PUERTO DE SANTA MARÍA. Plaza Alfonso X El Sabio, 9 - Palacio de Aranibar (junto al Castillo de San Marcos) +34 956 483 714 / 956 483 715 www.turismoelpuerto.com turismo@elpuertodesantamaria.es ESPERA. Calle Los toros, s/n +34 956 720 432 www.webespera.es - turismoespera@gmail.com GRAZALEMA. Dirección: Plaza Asomaderos, 3 +34 956 132 052 turismograzalema@gmail.com JEREZ DE LA FRONTERA. Plaza del Arenal, s/n - Edificio Los Arcos +34 956 338 874 / 956 341 711 www.turismojerez.com - turismo2@aytojerez.es JEREZ DE LA FRONTERA. OFICINA DE INFORMACIÓN TURÍSTICA DEL AEROPUERTO Carretera N-IV , 628,5 +34 956 186 808 www.cadizturismo.com oficina.aeropuerto@cadizturismo.com JEREZ DE LA FRONTERA. OFICINA JEREVISIÓN. Calle Armas, 17 - Frente al torreón del Alcázar +34 956 336 789 www.jerevision.es - pilar@selmaviajes.com LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN. OFICINA DE TURISMO DE LA JUNTA DE ANDALUCÍA Avenida del Ejército, s/n - esquina con Avda. 20 de Abril +34 956 784 135 www.andalucia.org - otlinea@andalucia.org LA LÍNEA DE LA CONCEPCIÓN. Avenida Príncipe de Asturias, s/n www.turismocg.com - turismo@lalinea.es LOS BARRIOS. Paseo de la Constitución, 15 +34 956 582 504 turismo.ayto-losbarrios.es informacionturistica@ayto-losbarrios.es MEDINA SIDONIA. Calle San Juan, s/n +34 956 412 404 www.medinasidonia.com oficinadeturismodemedinasidonia@hotmail.es


88 Informations Pratiques

OLVERA. Plaza de la Iglesia, s/n - Edificio La Cilla +34 956 120 816 www.turismolvera.es - info@turismolvera.es PRADO DEL REY. Calle Fuente, s/n +34 956 724 436 www.pradodelrey.es turismo.pradodelrey@dipucadiz.es PUERTO REAL. Plaza Poeta Rafael Alberti, s/n +34 856 213 362 turismo.puertoreal.es/turismopr/ oficina.turismo@puertoreal.es ROTA. FUNDACIÓN MUNICIPAL DE TURISMO Y COMERCIO. Calle Cuna, 2 - Castillo de Luna +34 956 841 352 / +34 956 846 345 www.turismorota.com - turismo@aytorota.es SAN FERNANDO. Calle Real, 26 +34 956 944 226 / 956 944 227 www.turismosanfernando.org turismo@aytosanfernando.org SANLÚCAR DE BARRAMEDA. PATRONATO MUNICIPAL DE TURISMO Calle Calzada Duquesa Isabel, s/n +34 956 366 110 www.sanlucarturismo.com sanlucarturismo@gmail.com SAN ROQUE. Calle Rubín de Celis, s/n - Palacio de los Gobernadores +34 956 694 005 www.sanroque.es/turismo turismo@sanroque.es SETENIL DE LAS BODEGAS. Calle Villa, 2 +34 956 134 004 daniel.camacho.perez@setenildelasbodegas.es TARIFA. Paseo de la Alameda , s/n +34 956 680 993 / +34 956 680 676 www.aytotarifa.com/Turismo turismo@aytotarifa.com UBRIQUE. Calle Moreno de Mora, 19 A +34 956 461 290 - Extensión 266 / +34 956 922 980 www.ayuntamientoubrique.es turismodeubrique@hotmail.com VEJER DE LA FRONTERA. Avenida de los Remedios, 2 +34 956 451 736 www.turismovejer.es oficinaturismovejer@hotmail.com VILLAMARTÍN. Plaza Ayuntamiento, 10 +34 956 733 555 www.villamartin.es culturavillamartin@gmail.com ZAHARA DE LOS ATUNES. (Barbate) Calle Doctores Sánchez Rodríguez, s/n +34 956 063 600 - Ext. 9140 www.elazaharadelosatunes.es turismo@elazaharadelosatunes.es

Photographies Patronato Provincial de Turismo Diputación de Cádiz Junta de Andalucía. Consejería de Turismo y Deporte. Empresa Pública para la Gestión del Turismo y del Deporte de Andalucía, S.A. À l’exception des apports de la part des institutions et professionnels suivants: ANTONIO M. ROMERO DORADO. Pag.5 - Statuette du dieu Melkart. ANTONIO MONTUNO. Pag. 86 - Paco de Lucía. ASOCIACIÓN DE LA CARTA DE JUAN DE LA COSA. Pag. 21. AYUNTAMIENTO DE ALCALÁ DEL VALLE. JUAN JESÚS PÉREZ NARANJO. Pag. 26 - Dolmens del Tomillo. AYUNTAMIENTO DE CÁDIZ. Pag. 28 - Site archéologique de Gadir. AYUNTAMIENTO DE GRAZALEMA-BENAMAHOMA. LAURA JARILLO RODRÍGUEZ. Pag. 70 - Recréation Historique Maures et Chrétiens. AYUNTAMIENTO DE JEREZ DE LA FRONTERA. Pag. 81 Musée de la Vigne au Vin, pag. 85 - Caballero Bonald. AYUNTAMIENTO DE TREBUJENA. Pag. 67 - Trebufestival. AYUNTAMIENTO DE UBRIQUE. Pag. 12 - Mausolée d’Ocuri, pag. 32 - Site archéologique de la ville romaine d’Ocuri. BENJAMÍN NÚÑEZ GONZÁLEZ. Pag. 86 - Atenea BODEGAS OSBORNE. Pag. 83 - Torogallery. BODEGAS TRADICIÓN. Pag. 80 - Joaquín Rivero. CÁDIZ FILM OFFICE. Pag. 47 - Pierce Brosnan, pag. 48 - Jean Reno, pag. 48 - Knight & Day. CENTRO DE INTERPRETACIÓN "CÁDIZ PREHISTÓRICO". Pag. 6 - Caverne d’el Moro, pag.7 - Dolmens. Facinas, pag.24 - Abri de la Laja Alta, pag.26 - Centre d’Interprétation «Cadix Préhistorique». CLUB DE MÚSICA Y JAZZ SAN JUAN EVANGELISTA. Pg. 86 - Camarón de la Isla. DANIEL MARTÍN CLARES. Pag. 37 - Setenil de las Bodegas. DAVID IBÁÑEZ MONTAÑEZ. Pag. 50, pag. 85 - Gran Teatro Falla. DELEGACIÓN DE CONSEJERÍA DE CULTURA DE LA JUNTA DE ANDALUCÍA. Pag. 27 - Sarcophages.. DIEGO BEJARANO. Pag. 11 - Baelo Claudia, pag. 15 - Alcazar de Jerez. ERA CULTURA S.L. Pag.7 - Archéologie pour les enfants. GRUPO GARVEY. Pag.80 - Musée d’étiquettes de vin. INSTITUTO ANDALUZ DEL PATRIMONIO HISTÓRICO. BLANCO DE LA RUBIA, M.A. Pag. 24. INSTITUTO DE FOMENTO, EMPLEO Y FORMACIÓN DEL AYUNTAMIENTO DE CÁDIZ. Pag. 28 - Le visage de Mattan. JOSÉ MONTERO. Pag. 17 - Vue de la Cathédrale de Cadix. JUAN DE DIOS CARRERA. Pag. 39 - Arcos de la Frontera. JUNTA DE ANDALUCÍA. MARIPI RODRÍGUEZ GARRIDO. Pag. 69 - Bahía Jazz Festival. LOURDES DE VICENTE. Pag. 69 - Cádiz en Danza. MANU LÓPEZ IGLESIAS. Pag. 79. MUSEO ARQUEOLÓGICO DE JEREZ DE LA FRONTERA. Pag. 63 - Casque Grec corinthien. MUSEO DE CÁDIZ. Pag. 4 - Mosaïque. SERGIO GUERRERO. Pag. 75 - Flamenco.


www.cadizturismo.com www.facebook.com/CadizTurismo www.twitter.com/CadizTurismo

Édite Patronato Provincial de Turismo Diputación de Cádiz Plaza de Madrid s/n Estadio Ramón de Carranza. Fondo Sur, 4ª Planta 11011 Cádiz. España Tel. 956 80 70 61 info@cadizturismo.com www.cadizturismo.com

www.facebook.com/CadizTurismo www.twitter.com/CadizTurismo

Textes

Estefanía Fernández Cano

Édition, conception et maquette Trama Gestión S.L. www.tramagestion.es

Traduction

METAFRASI Traducció i Comunicació S.L.

Impression

Nombre de la imprenta

Dépôt légal

CA - 331-2016

Diputación de Cádiz

PATRONATO PROVINCIAL DE TURISMO

Guide culturel de la province  
Guide culturel de la province