Issuu on Google+

GIR_2011_09_25 13/09/11 15:30 Page6

reportage

Nouvelle vague au

©ACDP/Photo Gérard Uféras

Grands architectes et domaines de prestige réinventent les chais du Bordelais du XXIe siècle. Un plaisir des yeux au service du vignoble

P

ierre Lurton est un homme comblé. Pour ses vingt ans à la tête de Cheval Blanc, l’un des plus grands crus classés de Saint-Émilion, il a inauguré un chai somptueux dessiné par Christian de Portzamparc. L’architecte parisien, premier Français lauréat du Pritzker – l’équivalent du Nobel en architecture –, a également œuvré pour le groupe LVMH (1), dont le président, Bernard Arnault, est aussi le propriétaire de Cheval Blanc. Depuis les cuves jusqu’aux jardins de la toiture-terrasse, l’ouvrage est un monument au cœur des vignes. Impressionnant par ses dimensions (5 000 mètres carrés) et sa technicité (bien qu’invisible), il l’est autant par son esthétique en volutes de béton. « C’est une nef, un navire qui fait entrer Cheval Blanc dans le XXIe siècle tout en suggérant l’élégance intemporelle de ses vins », s’enthousiasme Pierre Lurton. NOTORIÉTÉ ET ŒNOTOURISME Dernier livré dans le Bordelais, ce coup d’éclat n’est cependant que la partie émergée d’une vague de bâtiments signés d’architectes internationaux. Dans quelque temps, juste de l’autre côté de Cheval Blanc, c’est un chai de Jean Nouvel qui sortira des terres de la Dominique, autre nectar classé appartenant à l’entrepreneur du BTP Clément Fayat. En 2008, Jean-

6

le Mag [ Numéro 26 ]

Michel Wilmotte intervenait déjà à Cos d’Estournel, tandis qu’au Château Faugères, le Suisse Mario Botta réalisait un chai « cathédrale » à flanc de coteau pour le milliardaire Silvio Denz. En coulisses, certains ironisent sur une « guerre des chefs » qui se joue à coups de dizaines de millions d’euros… Mais à grands crus grands maîtres. Il y a bien sûr des enjeux de notoriété, caractère qu’il faut désormais savoir cultiver à l’international si l’on veut rester dans la course. C’est aussi une plus-value culturelle qui vient donner un souffle nouveau à la tradition viticole. « L’architecture a toujours été un merveilleux partenaire du vin », rappelle Fabien Pédelaborde, auteur de la rénovation subtile du Château Soutard, bâtisse XVIIIe produisant un autre grand cru classé en Saint-Émilion (lire en page 9). Des châteaux du Médoc à ceux de Sauternes, des Graves en passant par les chartreuses de l’Entre-deux-Mers, le patrimoine girondin est unique. Cela explique peut-être une certaine frilosité jusqu’ici des propriétaires à l’égard des styles contemporains. Quelques précurseurs en Médoc, tel Philippe Raoux, ont ouvert la voie : d’abord avec les chais bleus d’Arsac, puis avec sa Winery de verre et d’acier, qui accueille un restaurant, des expositions, et propose des dégustations ludiques à de nouvelles générations de consommateurs.


©ACDP/Photo Erick Saillet

GIR_2011_09_25 13/09/11 15:30 Page7

L’EXEMPLE CALIFORNIEN L’origine du phénomène est à chercher audelà de nos frontières, du côté des vins du Nouveau Monde. « Les premiers ont été les propriétaires de la Napa Valley [Californie], explique Renaud Dumont, créateur du blog Archaitecture, qui recense des trésors du genre sur toute la planète. N’ayant pas cette tradition de “vieilles pierres”, ils ont réinventé la notion de château à travers des architectures sensationnelles. On en trouve aussi en Argentine, au Chili, en Nouvelle-Zélande… En France, le Bordelais reste une exception, même si des projets émergent en Provence. » Avant nous, d’autres régions d’Europe avaient fait ces choix : en Autriche, ou dans le Chianti toscan, la Rioja, où Frank Gehry, l’auteur du musée Guggenheim de Bilbao, a signé dans la même veine un hôtel de luxe pour un complexe œnotouristique. Architecte et vigneron, le Bordelais Philippe Mazières a réalisé l’impressionnant chai de la Cune, cave viticole du nord de l’Espagne où transitent chaque année plus de 1 million de bouteilles ! « C’est un projet d’envergure et un souvenir fabuleux grâce à la relation qui s’est nouée avec mon client. Un bâtiment viticole est très complet. Il faut prendre en compte l’intégration dans le paysage, un cahier des charges, et donner une valeur esthétique qui permette aussi à ceux qui y travaillent de se sentir

©ACDP/Photos Erick Saillet

cœur des vignes

Au château Cheval Blanc, telle une vague de béton et de bois, le chai de 5000 m2 imaginé par Christian de Portzamparc se déploie au milieu des vignes et côtoie tout en élégance l’architecture XVIIIe du château. www.sudouest.fr/lemag

7


GIR_2011_09_25 13/09/11 15:30 Page8

Architecture dans les vignobles ©Château Cos d'Estournel - Lucky Studio/Photo Sébastien Cottereau ©Clin d’œil/Didier Klein

D.R.

© Winery

©Château Cos d'Estournel - Lucky Studio /Photo Sébastien Cottereau

reportage

En haut, un regard très moderne pour les chais du classique Cos d’Estournel dessinés par Jean-Michel Wilmotte. Autres réalisations contemporaines, la Winery à Arsac et la cave viticole de la Cune, en Espagne, du Bordelais Philippe Mazières. Fabien Pédelaborde, l’architecte qui a œuvré à la rénovation du château Soutard (voir ci-contre).

Benoît Hermet

(1) Leader du luxe issu du rapprochement de Moët Hennessy et de Louis Vuitton, qui possède également le Château d’Yquem, en Sauternes. 8

le Mag [ Numéro 26 ]

Coffre-fort enchanté

©Agence Baggio-Piechaud/Photo Arthur Péquin

bien. » Au Château Faugères, le chai de Mario Botta, jugé par certains trop ostentatoire ou trop sévère, se révèle pourtant bien ancré dans son site. Culminant à plus de 15 mètres, offrant un point de vue imprenable sur le vignoble, l’édifice plonge à 8 mètres sous la terre. Grâce au savoir-faire d’ingénieurs spécialisés, chaque niveau est un écrin de haute technologie, entièrement au service du divin breuvage. Alors qu’il a été ouvert à la visite cette année, 2 000 personnes sont venues l’admirer. « À travers lui, indique Alain Dourthe, régisseur du domaine, nous recevons un autre public que celui des seuls amateurs de vin. » De beaux écrins pour une ivresse visuelle, à déguster sans modération !

Si vous empruntez la route des châteaux du Médoc, ne le manquez pas. De béton blanc le jour, il se change en féerie lumineuse la nuit. Ce coffre-fort enchanté est la malle aux trésors des négociants Ballande et Meneret, où se trouvent stockés les plus grands vins du monde. 10€000€mètres carrés, des performances acoustiques et thermiques grâce à des intérieurs habillés de liège, un bassin de 100€mètres où se mirent ses façades – et qui contient la réserve d’eau nécessaire en cas d’incendie€! Cette prouesse des architectes bordelais Patrick Baggio et Anne Piechaud a surpris, puis séduit leur client… «€Nous avons un grand respect du vin, de la vigne à la bouteille. Petit ou grand cru, il nous ramène aux sources de notre culture€», résume joliment Patrick Baggio.


©Château Faugères/Photo Jean-Bernard Nadeau

GIR_2011_09_25 13/09/11 15:30 Page9

©Château Soutard/Photos Christophe Goussard

Au Château Faugères, le chai de Mario Botta, écrin de haute technologie pour le vin, culmine telle une cathédrale à 15€mètres au-dessus du vignoble

Soutard, l’invitation au voyage Appartenant depuis 2006 au groupe d’assurances AG2R La Mondiale, le Château Soutard prend un nouvel élan qui s’illustre par sa restauration ambitieuse. De l’extérieur, on ne voit quasiment rien. Enfin, pas tout à fait… Il y a quand même une magnifique propriété datant de 1762, aux portes de Saint-Émilion. Le chantier, colossal, a duré près de deux ans€: une aile rénovée, l’autre entièrement démontée, puis remontée, pierre par pierre, avec nouveaux chais, cuvier, boutique, circuit de visite et dégustation. Orchestrée par le Bordelais Fabien Pédelaborde, la rénovation met en valeur le talent des artisans. Ferronnerie, pierre, chaux, bois massif s’accordent avec des détails décoratifs témoins de la sensibilité de l’architecte, qui se dit «€émerveillé par le travail de la main€». Le parcours ouvert au public permet de s’immerger dans l’alchimie du vin, à la fois «€sa technicité mais aussi son imaginaire€», précise Fabien Pédelaborde. Des jeux de piste sont proposés aux enfants pour une découverte en famille. «€Nous souhaitons insuffler un regard moderne sur la propriété viticole, commente Aymone Fabre, responsable de la communication. C’est un bel outil de travail exprimant l’art de vivre qu’est la culture du vin en France.€» www.chateau-soutard.com

La cour du cuvier du Château Soutard ainsi que le chai ont été conçus comme un parcours pour s’immerger dans l’alchimie du vin. www.sudouest.fr/lemag

9


ARCHI ET VIN