Issuu on Google+

ASF ET LE PRO BONO NOTE DE RÉFLEXION

1.

Introduction ............................................................................................... 2

2.

Le Pro Bono, qu’est-ce que c’est ? .............................................................. 2

2.1. 2.1.1. 2.1.2. A. B. C. 2.1.3. 2.2. 3.

ASF et le développement du Pro Bono ........................................................ 6

3.1. 3.1.1. 3.1.2. 3.1.3. 3.1.4. 3.2. 3.2.1. A. B. a. b. C. a. b. c. 3.2.2. A. B. 3.2.3. 4.

Définition du Pro Bono ........................................................................... 2 Absence de définition uniforme du Pro Bono.......................................... 2 Le Pro Bono vu par la profession ......................................................... 2 Royaume-Uni ....................................................................................... 2 Etats-Unis ............................................................................................ 3 International Bar Association .................................................................. 4 Le Pro Bono vu par les cabinets internationaux ...................................... 4 Analyse des composantes principales du Pro Bono .................................... 5

Objectif – Le Pro Bono comme mécanisme complémentaire d’A2J ............... 6 Objectif ............................................................................................ 6 Pro Bono et accès à la justice .............................................................. 6 Place du Pro Bono au sein des mécanismes d’A2J .................................. 7 Qualité des prestations et engagements des avocats Pro Bono ................ 7 Stratégie – comment promouvoir le Pro Bono ........................................... 8 La promotion du modèle du Pro Bono ................................................... 8 Le rôle des missions auprès des Barreaux locaux ...................................... 8 Le rôle de l’’ILN .................................................................................... 9 Modèle Pro Bono de l’ILN .................................................................... 9 Estimation heures/budget des activités Pro Bono de l’ILN ....................... 9 La contribution des cabinets internationaux .............................................. 9 Association des cabinets internationaux à l’ILN ...................................... 9 Promotion du Pro Bono auprès des avocats locaux ................................10 [Soutien aux programmes ASF - Fund-raising] .....................................11 La question du coût du Pro Bono ........................................................11 Poids humain et financier du Pro Bono ....................................................11 Pro Bono indemnisé .............................................................................11 la question du conflit d’intérêts...........................................................12

Conclusion.................................................................................................12

1


1. Introduction La présente note a pour objet de poser les premières pistes de réflexion quant à la place du Pro Bono dans les stratégies d’intervention d’ASF en matière de renformcement des mécanismes d’accès à la justice. Plus spécifiquement, il s’agira de revenir sur l’objectif qu’ASF veut atteindre en matière de promotion du Pro Bono comme mécanisme complémentaire d’accès à la justice et sur la stratégie à mettre en œuvre pour y parvenir. 2. Le Pro Bono, qu’est-ce que c’est ? 2.1.

Définition du Pro Bono

2.1.1. Absence de définition uniforme du Pro Bono Lorsque l’on tente de définir la notion de Pro Bono, un premier constat s’impose : il n’y a pas « une » définition uniforme et universellement partagée de cette modalité d’intervention de l’avocat, mais « des » définitions, par ailleurs plus ou moins précises de ce concept. D’origine latine, l’expression signifie littéralement « pour le bien public ». Afin de mieux cerner cette notion, il est important dès lors de répertorier quelques unes des définitions proposées par différents acteurs de la profession et d’examiner les composantes essentielles et récurentes du Pro Bono.. 2.1.2. Le Pro Bono vu par la profession Les différents barreaux disposent généralement de leur propre définition à laquelle les autres organisations demeurent libres d’adhérer ou non. A. Royaume-Uni La définition du Pro Bono est reprise dans le Pro Bono Protocol, développé par le Bar Pro Bono Unit et LawWorks. Ce protocole a bénéficié d’un large soutien de la part des personnes impliquées dans la provision de services Pro Bono (Bar Council, Bar Pro Bono Unit, cabinets d’avocats, universités, etc.). Selon ce protocole, le Pro Bono est définit comme suit : « What is Pro Bono Legal Work? 1.1 When we refer to Pro Bono Legal Work we mean legal advice or representation provided by lawyers to individuals and community groups who cannot afford to pay for that advice or representation and where public funding is not available. 1.2 Legal work is Pro Bono Legal Work only if it is free to the client, without payment to the lawyer or law firm (regardless of the outcome) and provided voluntarily either by the lawyer or his or her firm. 1.3 Pro Bono Legal Work is always only an adjunct to, and not a substitute for, a proper system of publicly funded legal services.

2


How should Pro Bono Legal Work be done? 2.1 Pro Bono Legal Work should always be done to a high standard. That means in particular that: 2.2 The availability of appropriate publicly funded legal advice or representation should always be considered before a lawyer undertakes Pro Bono Legal Work. 2.3 When a lawyer is requested to agree to undertake a piece of Pro Bono Legal Work the lawyer should give his/her decision within a reasonable time. 2.4 The terms on which the Pro Bono Legal Work is undertaken including the circumstances in which the relationship may be terminated should be made clear at the outset. 2.5 The Pro Bono Legal Work should only be undertaken by a lawyer who is adequately trained, has appropriate skills and experience and, where necessary, is adequately supervised for the work in question. 2.6 The lawyer undertaking a piece of Pro Bono Legal Work (and where appropriate his or her supervisor) should have no less than the minimum level of legal expertise and experience as would be required if the particular work in question was paid work. 2.7 In no case should the client be misled as to the lawyer's skill or ability to undertake the Pro Bono Legal Work. 2.8 Once a lawyer has agreed to undertake a piece of Pro Bono Legal Work the lawyer (and if appropriate his or her firm) must give that work the same priority, attention and care as would apply to paid work. 2.9 Pro Bono Legal Work must not be undertaken without appropriate insurance. 2.10 A lawyer in doubt or difficulty in relation to a piece of Pro Bono Legal Work should seek advice from a Pro Bono organisation or from the Bar Council, the Law Society or the Institute of Legal Executives».1 B. Etats-Unis Aux Etats-Unis, le Pro Bono n’est statutairement défini. Toutefois, The American Lawyer Magazine et le Pro Bono Institute définissent le Pro Bono comme : « [the] activities of the firm undertaken normally without expectation of fee and not in the course of ordinary commercial practice and consisting of (i) the delivery of legal services to persons of limited means or to charitable, religious, civic, community, governmental, and educational organizations in matters which are designed primarily to address the needs of persons of limited means; (ii) the provision of legal assistance to individuals, groups, or organizations seeking to secure or protect civil rights, civil liberties, or public rights; and (iii) the provision of legal assistance to charitable, religious, civic, community, governmental, or educational organizations in matters in 1

http://www.barprobono.org.uk/?cID=pro_bono_protocol

3


furtherance of their organizational purposes, where the payment of standard legal fees would significantly deplete the organization's economic resources or would be otherwise inappropriate"2. C. International Bar Association Le 16 octobre 2008, l’International Bar Association a adopté la définition suivante : «The Council calls on lawyers, law firms and bar associations to provide pro bono legal service, which is work by a lawyer of a quality equal to that afforded to paying clients, without remuneration or expectation of remuneration, and principally to benefit poor, underprivileged or marginalized persons or communities or the organizations that assist them»3. 2.1.3. Le Pro Bono vu par les cabinets internationaux On assiste aujourd’hui, à une véritable « explosion » des programmes Pro Bono au sein des nombreux cabinets d’avocats. Cette évolution accompagne le développement des cabinets anglo-saxons, au sein desquels la culture Pro Bono est implantée depuis de nombreuses années déjà. Ainsi en s’établissant dans de nombreuses régions du monde, ces derniers exportent cette tradition et permettent son développement. Les cabinets d’avocats développent leur programme Pro Bono en fonction de leur vision personnelle de cette activité. Toutefois, de nombreux cabinets internationaux se réfèrent à la définition adoptée par le Pro Bono Instituteénoncée ci-dessus. Les éléments de cette définition se retrouvent également dans les interviews des responsables de ces cabinets sur leur vision du Pro Bono et la place qu’il occupe dans leurs activités. Ainsi, pour David Morley, senior Partner chez Allen&Overy, «Volunteering our legal expertise for free, to those who would otherwise not have access to justice, goes right to the heart of our business. It's not something we only do in the 'good times' - it's something that makes good business sense and has long been part of our culture»4. Il existe au sein de ces cabinets une véritable volonté de professionnalisation du Pro Bono. Les cabinets sont en effet passés d’une approche assez informelle basée sur les bonnes intentions à une vision beaucoup plus professionnelle : une définition claire de la stratégie Pro Bono au sein du cabinet, ainsi que des objectifs à atteindre ; une sélection des avocats en fonction de l’expérience nécessaire et non des intérêts et convenances personnelles, afin d’apporter la plus grande valeur ajoutée au cas traité; le respect des délais impartis – l’activité Pro Bono devenant une activité à part entière et non plus systématiquement reléguée derrière les autres activités du cabinet ; une attention au moins équivalente aux dossiers facturables aux dossiers Pro Bono ; une évaluation des avocats aussi bien sur base de leurs dossiers facturables que sur leurs activités Pro Bono, une revalorisation de cette activité ; etc.

2

http://www.law.com/jsp/law/LawArticleFriendly.jsp?id=900005556047 http://www.internationalprobono.com/declarations/ 4 http://www.allenovery.com/AOWEB/Knowledge/Editorial.aspx?contentTypeID=1&contentSubTypeID=7944&pr efLangID=410&itemID=48822&langID=410 3

4


2.2.

Analyse des composantes principales du Pro Bono

Sur base d’une analyse des définitions mentionnées au point 2.1. ci-dessus, il ressort que la grande majorité de ces définitions mettent l’accent sur trois composantes principales suivantes : -

l’exigence : la qualité de la prestation ; la modalité : l’absence de rémunération de l’avocat ; l’objectif : le soutien aux vulnérables (« pour le bien public »).

Il y a lieu d’insister sur le fait que le Pro Bono ne saurait être réduit à une seule de ces composantes. C’est la combinaison de ces trois éléments qui permet de qualifier une intervention juridique/judiciaire étant une intervention Pro Bono. Il ressort de l’analyse des questionnaires adressés aux membres de l’ILN que la composante « objectif : pour le bien public » est considérée comme celle qui caractérise le plus le Pro Bono. Cela rejoint l’orientation d’ASF qui focalise l’intervention des membres de l’ILN principalement autour de « causes d’interêt public » : qu’il s’agisse de renforcer les capacités des avocats d’un Barreau, d’organiser une mission d’observation d’un procès « subi » par un avocat en danger (programme Article 16) ou de défendre un journaliste poursuivi au Rwanda (problématique de la liberté d’expression) 2.3.

Pro Deo et Pro Bono

Souvent la notion de Pro Bono est associée et même confondue avec celle de Pro Deo. En effet, en fonction des contextes, la juxtaposition de ces deux termes peut conduire à certaines confusion, ces notions renvoyant à des réalités plus ou moins différentes. Pro Deo est l’expression utilisée dans certains pays pour décrire la modalité d’intervention d’un avocat dans le cadre de l’aide juridique (expression retenue en Belgique) ou aide juridictionnelle (expression retenue en France). Cette aide correspond à l’assistance judiciaire qui est fournie gratuitement au justiciable démuni financièrement, mais qui est indemnisée à l’avocat par l’Etat ou par le biais d’un Fonds d’assistance judiciaire (parfois géré par les Barreaux eux même). C’est ce que l’on appelle aussi l’aide légale. 5, qui peut être totale ou partielle. Bien entendu, c’est effectivement à l’Etat de mettre en place de tels mécanismes qui permettent de rendre effectif le principe de l’accès à un tribunal même à ceux qui ne disposent pas des ressources financières pour rémunérer les services d’un avocat. Dans plusieurs pays européens, de tels mécanismes ont été mis en place dans le prolongement de l’arrêt rendu par la CEDH dans l’affaire Airey c/ Irlande, 9 octobre 1979

5

“De l'aide juridique (anciennement appelé pro deo) à l'assistance judiciaire, des solutions existent. » (Extrait de http://www.avocat.be/l-avocat/combien-coute-t-il/vous-n-avez-pas-les-moyens-de-payer,fr,28.html )

5


Dans les pays d’intervention d’ASF de tels mécanismes restent encore à mettre en place et ASF conduit un important plaidoyer auprès des Barreaux et des autorités publiques pour qu’ils se réapproprient cette obligation consacrée d’abord en matière pénale (dans le cadre du droit de l’accusé) 6, mais qui devrait évidemment être étendu aux autres.

3. ASF et le développement du Pro Bono 3.1.

Objectif – Le Pro Bono comme mécanisme complémentaire d’accès à la justice

3.1.1. Objectif Dans le cadre de son objectif général de développement de l’accès à la justice,ASF souhaite aujourd’hui développer une stratégie innovante de promotion du Pro Bono dans ses pays d’intervention. Cette stratégie est ainsi déjà intégrée dans le projet d’appui au Barreau du Burundi financièrement soutenu par DFID (coopération britannique). L’objectif est d’amener les Barreaux des pays d’intervention à soutenir l’obligation pour chaque avocat de prendre en charge annuellement un certain nombre de dossiers sur la base du Pro Bono et d’intégrer cette modalité d’assistance gratuite comme un mécanisme complémentaire d’accès à la justice à côté de l’aide légale indemnisée. 3.1.2. Pro Bono et accès à la justice L’accès à la justice est aujourd’hui reconnu comme un droit fondamental. Sans un accès effectif à la justice pour l’ensemble des citoyens, la loi resterait lettre morte et l’Etat de droit serait inexistant. Ce droit fondamental impose un certain nombre d’obligations à l’Etat, dont l’obligation d’assurer un accès effectif aux services juridiques fournis par des avocats indépendants au profit des plus vulnérables. Le financement de cette aide incombe à la collectivité et l’Etat doit donc contribuer à la rétribution des acteurs du monde de la justice qui offrent leurs services aux bénéficiaires de l’aide (système de l’aide légale – généralement organisé par l’Etat lui-même et par les Barreaux). Toutefois, ce mécanisme ne permet pas d’assurer un accès effectif à la justice pour toutes les personnes ne disposant pas des ressources suffisantes pour assurer les frais d’un procès. Le Pro Bono peut donc dans une certaine mesure contribuer à l’effectivité de cet accès à la justice. Par ailleurs, dans certains pays (principalement anglo-saxons), le système du Pro Bono est particulièrement développé au point que les prestations de services à ce titre peuvent être considérées comme une obligation déontologique. Ainsi, aux Etats-Unis, les avocats ont l’obligation de prester annuellement 50 heures Pro Bono. Le cas échéant, l’avocat qui n’a pas rempli ses obligations peut se voir contraint de contribuer financièrement à ce type

6

article 6§3 de la CEDH ; article 7 de la CADHP ; article 14 du Pacte relatif aux droits civils et politiques

6


d’intervention pour un montant représentant la valeur des heures non prestées. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’engagement personnel de très nombreux avocats, conscients du rôle social de leur profession (cfr. Point 3.1.4.ci dessous). 3.1.3. Place du Pro Bono au sein des mécanismes d’accès à la justice Il est bien évident que le Pro Bono ne saurait se substituer au financement adéquat de l’aide juridique/judiciaire par l’Etat. Il s’agit d’un mécanisme complémentaire d’accès à la justice. On ne peut bien évidemment pas imposer aux avocats de suppléer l’Etat dans ses obligations dans la mesure où – ceuxci supportent déjà un très large poids dans le cadre de leurs interventions Pro Deo. Cette logique est expressément celle de certains Barreaux, comme celui du Royaume Uni pour qui le Pro Bono doit être promu sans devenir pour autant un substitut aux mécanismes publics d’aide légale (Cf. p.2) 3.1.4. Qualité des prestations et engagements des avocats Pro Bono idée selon laquelle le système Pro Bono serait, dans une certaine mesure, une forme d’amateurisme et ne permettrait pas une défense de qualité des justiciables vulnérables procède d’un non sens et d’un manque de connaissance de cette pratique. Même le coût financier, et donc l’incidence économique pour l’avocat intervenant de manière Pro Bono dans un dossier, doit être pris en considération, la notion de désintéressement reste actuellement toujours centrale, dans la profession d’avocat. En effet, l’une des missions fondamentales de la profession d’avocat est et restera le service aux justiciables sans exclusion. L’intervention engagée de très nombreux avocats dans le cause lawyeringpratique au travers de laquelle les avocats concourent au développement d’une société plus juste en apportant leur soutien à une cause particulière généralement sensible- illustre parfaitement cet engagement. Ainsi, la qualité de l’intervention des avocats ne peut être liée uniquement à la condition d’une rémunération. S’il correspondait à la réalité, ce postulat n’aurait jamais permis, de développer ces interventions engagées qui ont marqué avec succès l’histoire des droits humains (ex : lutte contre la discrimination raciale aux USA ; lutte pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pendant la décolonisation ; etc.). Le succès des interventions d’ASF dans des programmes tels que « Justice pour tous au Rwanda », où des centaines d’avocats sont intervenus Pro Bono pendant des années atteste de cette réalité. Cette culture du Pro Bono se répand également au sein des gros cabinets internationaux, où, il existe une véritable volonté de professionnalisation dans le traitement des dossiers acceptés à ce titre.

7


3.2.

Stratégie – Comment promouvoir le Pro Bono ?

3.2.1. La promotion du modèle du Pro Bono A. Le rôle d’ASF et de ses missions auprès des Barreaux locaux Il est très important d’agir en premier lieu auprès des Barreaux et des Bâtonniers locaux dans la mesure où ils sont les gardiens des règles déontologiques qui gouvernent la profession. Ils sont les plus à mêmes de favoriser une prise de conscience de l’importance du Pro Bono dans la mission des avocats. A cet égard, une autorégulation de la profession est cruciale. L’origine professionnelle de la règle lui confère un caractère plus démocratique – elle est négociée plutôt qu’imposée – et une plus grande flexibilité. Il faut souligner l’importance des « modèles » dans le développement d’une culture Pro Bono. Ainsi, ASF va poursuivre son action de sensibilisation des acteurs locaux dans ses pays d’intervention afin d’expliciter les mécanismes déjà mis en place par certains Barreaux (notamment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Québec mais aussi en Afrique du Sud, au Brésil et au Népal) où la culture Pro Bono est particulièrement développée. A ce titre (cf. ci-dessous), le « modèle Pro Bono de l’ILN » et celui des cabinets internationaux peuvent également servir d’exemple. Cette sensibilisation doit pouvoir prendre en compte le risque que le Barreau ou certains avocats, voire les autorités publiques, percoive le Pro Bono comme constitutif d’une concurrence déloyale dans le cadre du « marché du droit » et donc comme un facteur générateur d’une perte de revenus, plutôt que comme un mécanisme complémentaire d’accès à la justice efficace pour les plus vulnérables. Il s’agit donc de pouvoir souligner les avantages et les enjeux à moyens et long terme qui sont liés à de telles interventions, y compris en terme de dévelopement du « marché du droit » pour les avocats eux même. C’est cette stratégie qui a permis à ASF de lancer au Népal en 2009-2010 une multitude d’actions innovantes dans ce contexte, et qui furent conduites par des dizaines d’avocats intervenant exclusivement sur base du Pro Bono dans 5 Barreaux de ce pays du Sud asiatique. Il est important à cet égard qu’en fonction de sa relation spécifique avec le Barreau local, chaque mission ASF puisse proposer comment insérer la promotion du Pro Bono dans sa stratégie d’intervention au côté de ces Barreaux.

8


B. Le rôle de l’ILN a. Modèle Pro Bono de l’ILN - Présentation Créé en 2010, l’International Legal Network (ILN) d’ASF rassemble aujourd’hui plus de 200 avocats et juristes désireux de partager leur expérience et expertise au profit des personnes vulnérables, de victimes de l’injustice et des défenseurs des droits humains. De mars 2010 à avril 2011, une quarantaine d’entre eux ont été directement impliqués dans une activité de soutien aux programmes d’ASF, sur le terrain ou depuis leur lieu de travail. Ces interventions ont permis de renforcer considérablement la capacité d’action d’ASF. Le retour obtenu auprès des missions locales d’ASF a démontré la plus-value par les membres de l’ILN et ainsi la pertinence de cette modalité d’action dans les contextes d’intervention d’ASF. - Influence du modèle Le réseau d’avocats/de juristes de l’ILN se développe très rapidement. ASF reçoit chaque jour des nouvelles demandes d’adhésion de la part d'avocats venant d'horizons très divers et de toutes les cultures juridiques et traditions professionnelles. Certains font d’ailleurs partie des Barreaux « partenaires ». Il est évident que l’ILN a vocation à devenir un outil très pertinent non seulement en vue de renforcer les capacités d’action d’ASF ou d'autres partenaires qui partagent le même mandat, mais aussi la culture et pratique du Pro Bono. Ainsi, l’ILN doit servir de modèle, dans les pays d’intervention d’ASF. L’engagement Pro Bono de ces avocats doit être mis en évidence auprès des avocats locaux. Pour préparer cela, un sondage par questionnaire a été lancé auprès des membres de l’ILN notamment sur les raisons de leur engagement. b. Estimation heures/budget des activités Pro Bono de l’ILN Après un an de fonctionnement de l’ILN, ASF a également lancé une évaluation de ce qu’a représenté quantitativement (en terme d’heures de travail et de disponibilité) l’engagement de chaque membre de l’ILN ayant été directement impliqué dans les activités d’ASF, à l’instar de la pratique des cabinets internationaux ou des « Clearing Houses ». C. La contribution des cabinets internationaux a. Association des cabinets internationaux à l’ILN d’ASF Les avocats issus des cabinets internationaux disposent de compétences très techniques dans des matières très variées relevant le le plus souvent du droit des affaires (droit contractuel, droit des sociétés, corporate governance, droit bancaire/boursier, droit fiscal et au droit du travail, etc. )

9


L’ILN permettra d’associer certains avocats de ces cabinets aux activités du nouveau pôle « droits socio-économiques » d’ASF, notamment autour de concepts tels que la responsabilité sociale des entreprises ou encore, les conflits d’intérêts (cfr 3.2.3.), etc. b. Promotion du Pro Bono auprès des avocats nationaux des pays d’intervention Comme souligné précedemment, ASF agit directement auprès des cabinets et des avocats locaux afin de les sensibiliser à la responsabilité sociale qui pèse sur leur profession notamment pour garantir l’accès à la justice pour tous. A cet égard, l’appui des cabinets internationaux est important. Le rôle que ces derniers peuvent jouer auprès des cabinets et avocats locaux peut-être significatif pour une prise de conscience de l’impact positif qu’une politique de Pro Bono menée de manière professionnelle peut avoir sur les activités d’un cabinet (que ce soit un cabinet d’envergure internationale ou locale). Lorsqu’ils participent à des projets Pro Bono, les cabinets internationaux mettent généralement les bénéfices suivants en avant: - renforcement de l’image de marque du cabinet auprès du grand public (ce qui génère un impact positif sur les affaires facturables du cabinet) ; - développement des compétences des collaborateurs du cabinet (les collaborateurs plus jeunes développent leurs compétences lorsqu’ils sont en charge d’un dossier Pro Bono : rédaction de documents juridiques, travail sur la stratégie à adopter pour le dossier en cause, négociations, défense du cas et encore développement du sens des responsabilités); - démonstration des capacités et des compétences des collaborateurs; - attrait et rétention des collaborateurs – le Pro Bono peut être utilisé comme un outil de recrutement : l’intérêt du Pro Bono au sein des étudiants en droit est de plus en plus marqué et il est de plus en plus fréquent que les cabinets soient interrogés sur leur politique Pro Bono. Il est également prouvé que la participation à des programmes Pro Bono améliore le moral des collaborateurs et réduit par la même occasion le turnover généralement élevé qui prévaut dans ce type de cabinets. (ceci est particulièrement vrai concernant les membres de la Génération Y7 ; - renforcement des contacts avec certains clients (notamment ceux qui partagent la vision Pro Bono) mais également développement d’une nouvelle clientèle8 ; et - dans certains cas, le traitement de dossiers Pro Bono peut résulter en un avantage fiscal. Ces cabinets disposent généralement de desks internationaux, notamment pour l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud. Ils peuvent 7

Génération « why ? » - personnes nées entre 1982 et 1994, sensibles au développement et aux droits de l’homme et donc davantage enclines à signer et rester auprès d’un cabinet qui partage leur vision et qui offre un « retour » à la société 8 si le travail est de qualité, le bénéficiaire pourra procurer une certaine publicité au cabinet d’où l’apport de nouveaux contrats 10


ainsi nous aider à obtenir d’importantes informations sur la pratique professionnelle dans ces contextes et sur la manière dont le Pro Bono y est perçu ou pratiqué. Il est également possible d’associer un membre d’un de ces cabinets à la politique Pro Bono d’ASF pour appuyer la stratégie d’ASF en lui permettant d’effectuer une mission d’information et de promotion sur le terrain. c. Soutien aux programmes ASF (Fund-raising) Il est également être envisagé de solliciter le soutien financier de ces cabinets pour des actions ponctuelles, notamment d’urgence. Les cabinets internationaux peuvent en contre partie faire valoir cette collaboration et développer ainsi leur image de marque, ou au contraire faire le choix de ne pas publiciser leur action, à laquelle ils n’ont contribuée que sur le seul plan financier, compte tenu par exemple d’un risque de conflit d’interêt. 3.2.2. La question du coût du Pro Bono A.

Incidences humaines et financières du Pro Bono

D’après la définition généralement acceptée de la notion de Pro Bono énoncée au point 2.1. Ci-dessus, les avocats qui interviennent à ce titre le font dans une logique de désintéressement et leur action n’est donc pas rémunérée. Toutefois le poids financier ou autre 9supporté par les cabinets desquels proviennent ces avocats/juristes peut être très lourd, particulièrement lorsqu’il s’agit de petites structures (voire individuelles), et que les avocats interviennent pour une période relativement longue (ex : suivi de dossiers emblématiques, mission de coaching sur site, etc.). Le Pro Bono ne doit pas rester l’apanage des cabinets les plus riches pour lesquels le poids (humain et économique) de cette intervention est tout relatif. Qui plus est, seuls les avocats libres de contrainte peuvent pourvoir aux missions de longue durée. Il est en effet tout à fait illusoire de croire qu’un avocat collaborateur d’un gros cabinet international puisse s’absenter un mois afin de réaliser une mission Pro Bono, contrairement aux avocats (seniors) de plus petites structures. B.

Pro Bono indemnisé

Partant du constat qu’à l’heure actuelle, plus de 90% des membres de l’ILN sont des avocats issus de petites ou moyennes structures, une réflexion doit être engagée sur le principe du versement d’une indemnité de cabinet pour soutenir l’effort réalisé dans la prise en charge de certaines interventions. Lorsque des avocats s’engagent pour une durée de minimum x semaines, l’indemnité serait versée à leur cabinet. Cette indemnisation ne doit pas remettre en cause la nature volontaire (Pro Bono) de l’engagement de ces 9

Financier ou autre – ex : perte de rentrées financières dues à une absence prolongée au cabinet ; retard accumulé dans les dossiers personnels ; etc. 11


avocats/juristes ; il s’agit uniquement d’une modalité particulière qui a pour objectif de permettre aux avocats de s’engager à plus long terme sans crainte d’un impact trop négatif sur leurs propres activités et sans craindre que leur cabinet ne s’oppose à la mision envisagée car trop longue. Il convient de noter que certains bailleurs de fonds financent déjà de telles contributions. 3.2.3. la question du conflit d’intérêts La question du « conflits d’intérêts » est au cœur de la pratique de tout avocat. On la retrouve donc évidemment lorsqu’il s’agit d’intervenir dans le cadre du Pro Bono, à propos notamment d’interventions qui peuvent amener un Cabinet à agir dans un contexte où un de ses clients a de forts intérêts. Tel est le cas par exemple de dossiers relevant des droits économiques ou sociaux où la responsabilité d’une entreprise peut être posée : certains cabinets internationaux disposent de l’expertise nécessaire pour soutenir l’action, mais seront très vigilants, voire rétiscents, à intervenir en raison d’un risque de conflit d’intérêt. Ces cabinets ont en effet régulièrement comme clients les sociétés dont les pratiques sont dénoncées. ASF examine les procédures à mettre en place afin d’éviter de telsconflits et de prendre en compte les « limites » de ces cabinets dans leur capacité à prendre en charge certains dossiers au titre du Pro Bono. 4. Conclusion La stratégie de développement du Pro Bono auprès des avocats qui exercent leur profession dans les pays d’intervention d’ASF est un défi important pour ASF. Afin que le Pro Bono puisse réellement s’imposer comme un mécanisme complémentaire d’accès à la justice (à côté de l’aide légale indemnisée) dans les pays d’intervention d’ASF, l’utilisation de modèles s’avère extrêmement important (modèle des Barreaux, de l’ILN mais aussi des cabinets internationaux), tout comme la prise en compte de certaines réalités susceptibles de constituer autant d’obstacles au développement de cette stratégie.

12


ASF_PolitiqueGenerale_Pro bono_FR_mai2011