Issuu on Google+

L T MO E NO UTTE NT VITÀ E-C D AR I LO

www.qe-magazine.com

Anno I - N° 34, 2-15 dicembre 2016

Periodico in lingua italiana & en langue française, a cura di AMP Monaco

re

b élè

n le io o c s r Et ON Ca MS | A B ons -4 FOL vec 3 O tra C cti G tait re a s C A P ou A d’a no nt r | o a l s 2 éc enc ille nel ica G 0 an A R we uti ter P 2 | is en e E s e se W env ion | B ens mita Dim ll’Ere de

9 9928 – 34 – F : 2.50 €

on des i t isa ect ux, n ba resp nta r U d’ : le eme t e j er » nn o r P orti viro : es | é n s P 5-6 du ts e as giqu p G on éolo PA Anse men s « l’ gage out! onde arch en ant t co s illes rlo av ona , fou a | M n 3D tions M! nte-C a sc data : GA Mo et OiTO hic a | M ow c Sn


PERSONAGGI ED IMPRESE

I L ÉTA IT UNE FOIS... « L’Art c’est comme le chinois ça s’apprend ! »

Et si on écoutait

F O L O N

C’est grâce à la création de ses « Petits hommes volants », qui nous invitaient à un voyage au pays des rêves au temps où la télévision, telle Cendrillon, rentrait dans ses pénates autour de minuit que Jean-Michel Folon a connu son premier succès. Le poète Folon nous souhaitait à sa manière une douce nuit… A l’aube de l’an 2000, ce fut dans le ventre de grands oiseaux métalliques que notre artiste volait de pays en pays, glanant par-çi par là quelques graines d’art, de culture, d’amitié, semis dont il se nourrissait.. . Au retour sur terre, il retrouvait son atelier du port de Monaco baigné de lumière « C’est Soho en Méditerranée » disait-il… Pour Folon l’art ne devait pas être « ennuyeux ». Il aimait à se souvenir de ce que lui avait dit un certain Fellini « Le monde est devenu trop sérieux. J’ai seulement tenté de le divertir. » Et si on écoutait Fellini ?

F

ederico Fellini a voulu « divertir ». Pourriez-vous dire, Jean-Michel Folon, que vous aussi avez souhaité « divertir » ? Je n’ai jamais eu d’autre but que de fixer mes propres rêves avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs. Fellini a toujours eu raison, dans tout ce qu’il m’a dit au cours de nos rencontres, dans des lettres que je conserve comme le Saint-Sacrement, dans ses films sublimes. Surtout dans ses films ratés… parce qu’il essayait des choses difficiles, ce sont es plus émouvants et le temps travaille pour eux. Un jour ils seront compris, on s’apercevra alors qu’on les a mal regardés… « Divertir » dans la bouche de Fellini devient l’ambition la plus modeste mais aussi la plus noble…

L’Art contemporain, n’est-il pas un fourre-tout aujourd’hui… Tout le monde n’est pas Picasso ou César. Un mot revient comme un leitmotiv dans les « cénacles » de l’art « évolution ». Quel sens donnez-vous à ce mot ? Aucun sens… L’Art c’est comme le chinois ça s’apprend. On ne fera jamais une plus belle architecture que celle des Pyramides d’Egypte. La pyramide du Louvre c’est quand même moins bien ! Qui peindra comme Giotto? Carpaccio? Vermeer, qui peindra encore comme Vermeer ? Quand je contemple ces peintures je me sens moins seul… Au XXè siècle, qui ? Mondrian, Kandinsky, Malevitch, Duchamp ? Tous sont différents mais ont un point commun : ils sont le pur produit de l’intellect. Pouvez-vous me dire se trouve l’émotion ? Je pense que Matisse a vu juste quand il a dit « C’est de la joie pure que je vous donne » L’art doit nous aider à vivre.

Viviane Leray Vous voulez remplacer le mot « évolution » par « régression » ? Non, par le mot « crime ». La presse a assassiné l’art. On ne sait plus peindre, comme l’a écrit Balthus. L’art de la peinture n’intéresse plus vraiment, je ne parle pas de la peinture mais de l’Art de peindre, du mystère de l’art de la peinture… La Peinture s’arrête peut-être avec Cézanne. Ensuite il y a eu le cubisme qui est une lecture de Cézanne. Et l’art de notre génération qui est une lecture du cubisme. Mais la peinture, c’était Cézanne… Il y a trente ans, je vivais dans un petit pavillon jardinier à Bougival, je prenais le bus 258 à Neuilly et chaque jour je passais devant l’atelier d’un artiste aujourd’hui méconnu : Jacques Villon. Villon occupait avec ses frères Marcel Duchamp et Raymond Duchamp-Villon, un atelier comme d’autres, pauvre, à Rueil. Tout dela a été détruit pour y construire le Rond-point de La Défense. Savez-vous que La Défense se trouve pratiquement à l’endroit où a été réalisée la plus belle ouvre au monde ? Seurat à passé six mois exactement à cet endroit et peint des milliers de points assemblés pour nous offrir « Dimanche après-midi à la Grande Jatte ». Un tableau qui montre des gens au bord de l’eau avec des ombrelles. C’est la plénitude d’un instant gravé pour toujours… On a construit sur ce lieu le « New York du pauvre », à moins que ce ne soit le « New York du nouveau riche » puique la Tour Manhattan appartient au Koweit… C’est cela l’évolution ? Peintre, vous êtes venu peu à peu à la sculpture, comment cela a-t-il mûri en vous ? Vous allez sourire car voilà que je vais me contredire en employant le mot évolution pour parler de mon chemin vers la sculpture. Pendant des années vous tenter de donner l’idée de volume, sur un seul pln la feuille de papier. Et c’est impossible. Le volume vous le trouvez dans un bloc de terre, avec vos mains qui transforment la matière. Cela a représenté dix ans de travail au quoitidien avec une infinie patience et des moments de découragement… J’ai lu que mes sculptures ressemblent à celles des indiens d’Amérique du Nord. Le mystère est que je ne les connaissais pas… Ce sont des sortes d’idoles qui s’élèvent vers le ciel, des idoles de notre temps. Les plus récentes représentent des oiseaux, des oiseaux qui regardent leur propre espace. Parallèlement je crée des villes imaginaires en trois dimensions, des routes improbables qui s’évanouissent à l’horizon, plus récemment encore des bateaux. Tout commence toujours ou beaucoup mieux, plus optimiste que tout ce que l’homme peut penser. Tout recommence… Le 20 octobre 2005, à Monaco, Folon a rejoint dans l’espace ses « petits hommes volants » qui ont fait rêver, à la belle époque de la télévision, des millions d’humains avant qu’ils s’envolent au pays des rêves bercés par l’imagination d’un poète…

A Santo Sospir dans la lumière Cocteau/Marais...

Rencontre avec Carole Weisweiller

Propos recueillis par Viviane Le Ray

Les premiers "tatouages sur la peau de Santo Sospir" datent de 1950, en 6 mois, à main levée, Cocteau réalise une oeuvre mythologique unique au monde... Francine Weisweiller avait invité le poète à se reposer une semaine, il restera 13 ans... C'est ici, grâce à Jean Marais, qu'il commence à peindre à l'huile, son premier tableau, deux jacinthes, daté de 1951, il l'offre à la petite Carole Weisweiller, fille de Francine, sa Dame de coeur...

L

’acteur mythique Jean Marais à Santo Sospir ? "Jeannot" était un personnage très étrange, l'acteur solaire qu'on connaît cachait une face sombre, comme ce plaisir à s'entourer de garçons sans intérêt, même lorsqu'il était avec Cocteau qu'il aimait il commettait des incartades. Pour Jeannot la période amoureuse a été courte elle s'est vite transformée en liens filiaux, mais on ne peut pas avoir été plus reconnaissant, il a toujours dit "Je ne serai rien, s'il n'y avait pas eu Jean dans ma vie". "Jeannot" était un enfant pour Cocteau et pourtant il était beaucoup plus fort que lui, très peu de choses le touchaient. Cocteau était crucifié par une mauvaise critique, Jean Marais n'en avait rien à faire ! Quand il n'aimait plus, il n'aimait plus, chez Jean Cocteau les plaies restaient béantes il ne "désaimait" jamais... Revenons à Francine Weisweiller, peut-on parler d'amitié amoureuse entre votre maman et Jean Cocteau? Jean aimait s'entourer d'être beaux, maman était très belle, Edouard Dermitt son fils adoptif était magnifique et que dire de Jean Marais ! Il aimait les êtres beaux mais aussi forts et maman avait un caractère très, très fort. Jean était un instinctif, il a senti de suite que cette maison était sa maison... Cocteau souffrait de ne pas avoir d'enfant, il y avait en lui une immense solitude sans doute due au suicide de son père lorsqu'il avait 9 ans, il avait besoin des autres comme d'oxygène. Est-ce que maman était sa fille, moi sa petite fille ? Nous étions sa famille.

Comment était la vie de tous les jours à Santo Sospir ? C'était une fête perpétuelle à St. Jean, en voyage, sur le bateau, Jean apportait dans le quotidien la passion, le rêve, s'il nous faisait participer à ses angoisses ce n'était jamais pesant, de mes 7 ans à 21 ans je ne lai jamais vu être impatient. Il aimait les autres alors que la plupart des gens s'aiment à travers l'autre... Il prenait plaisir à me raconter des histoires comme celle de "La reine des rats" qui évoluait tous les jours... Un de mes plus beaux souvenirs à ses côtés demeure la découverte de Venise en 1956... Adolescente, il vous guidait dans vos lectures ? Jean vous rendait intelligent, il vous élevait, je n'ai pas eu le sentiment d'être écrasée par son savoir; il m'avait établie une liste de livres mais jamais il ne m'obligeait, il disait "J'ai lu ça", il vous donnait envie. Je dois dire que les lectures ici n'étaient pas très intellectuelles : Jean s'était pris de passion pour le roman policier : San Antonio, Ponchardier, les auteurs américains dont il disait qu'ils étaient "les vrais auteurs du XXème siècle". Quel regard portez-vous sur la collection du Musée Cocteau Severin Wunderman, donation du milliardaire américain à la ville de Menton ? C.W : Comme tout collectionneur inconditionnel il n'a peut-être pas toujours acheté ce qu'il fallait, il y a de très belles oeuvres et d'autres moins, mais c'est une chance extraordinaire pour la ville de Menton d'avoir aujourd'hui les deux plus beaux musées Cocteau du monde... J'espère que cette collection pourra être enrichie par d'autres mécènes, personnellement, je pense que je pourrai faire une donation à la ville après ma mort (le plus tard possible !) Villa Santo Sospir - Saint-Jean Cap Ferrat - Visites sur Rendez-vous : Eric Marteau Tél. : 04 93 76 00 16

.3.


Colophone

QE-MAGAZINE Direttore della pubblicazione/Directeur de la publication et de la rédaction Maria Bologna Hanno collaborato a questo numero: Silvia Giordanino (Redattore Capo per l’Italia) Viviane Le Ray Vladimiro Bizzocchi Maurizio Abbati Elena Rossoni Notter Partner Madeinitalyradio.it

Fotografia / Photos Direction de la Communication de Monaco Marco Piovanotto Francesca D’Aloisio Pesce Salvatore Rugolo AMP Monaco

Grafica e impaginazione / PAO De Be Communication - Monaco Direttore artistico Lara De Bernardi Contatti / Contacts Redazione / Rédaction: Tél 0033 (0) 75 40 89 245 ampmonaco@qe-magazine.com Marketing & Info: info@qe-magazine.com

Inserzioni/ADV Com & Pro International: adv@qe-magazine.com Tél 0033 (0) 63 107 12 22 EDITORE/ EDITEUR AMP Monaco, 47 Bd. du Jardin Exotique, 98000 Principauté de Monaco

Diffusion en kiosques à Monaco et Côte d’Azur : SEC Monaco ABBONAMENTI On line, sul sito www.qe-magazine.com troverete QE-MAGAZINE in versione digitale. Per ricevere la copia del periodico direttamente presso il proprio domicilio scrivere a: info@ qe-magazine.com, tel. +33 (0) 63 107 12 22 oppure su www.cometpro.com: cliccare qe-magazine dove troverete le modalità e le indicazioni per abbonarsi senza dover passare in edicola. ABONNEMENTS En ligne, sur www.qe-magazine.com, vous trouverez la version numérique de QE-MAGAZINE. Pour activer le service abonnements: COM & PRO INTERNATIONAL 0033 (0) 63 107 12 22, e-mail: info@qe-magazine.com soit directement sur www.cometpro.com : cliquez sur qe-magazine Stampa / Impression: San Patrignano Grafiche, Via San Patrignano, 53 - 47853 Coriano (RN) Italie. © QE-Magazine: tutti i diritti sono riservati. Nessuna parte di questo inserto può essere riprodotta con mezzi grafici, meccanici, elettronici o digitali senza espressa autorizzazione di AMP Monaco. Ogni violazione sarà perseguita a norma di legge. La testata QEMagazine è registrata presso il Principato di Monaco secondo quanto previsto dalle leggi vigenti. / © QE-Magazine: La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le cahier est interdite. AMP Monaco: dépôt légal à chaque parution.

L'envol Folon St Paul

Benvenuti nella nostra Dimensione Eterica dell'

B

envenuti nella nostra Dimensione Eterica, vi avvisiamo che leggere questi Tarotas, ispirati da tanti studiosi antichi, tra cui Nostradamus, è come avere a che fare con l'Infinito.

Il nostro Indovino, lettore di Tarotas, lavora nel completo anonimato, muovendosi in quella terra di Nessuno dove il futuro e il presente si incontrano per un brevissimo istante. Quel luogo è fatto di un grande potenziale poiché quel tempo ancora non esiste e il Tutto è in divenire. La Luna, il 18, rappresenta una mancanza di dimensione temporale, quanto è invece reale l’influsso da Lei emanato. É legata mitologicamente alla dea Diana ed è colei che deter mina le energie attrattive o repulsive sui cicli della terra e sui mari. Per questa caratteristica può sembrare avere una valenza negativa, in realtà, ci spiega il nostro Indovino, questo tarota non deve avere un peso eccessivo in un momento in cui siamo già “carichi”, anzi, significa che ci troviamo ormai sulla via del riscatto, temprati dalle condizioni acquisite dalle precedenti esperienze.

I TAROTAS ESTRATTI: il 18 la Luna, l’11 la Forza e il 7 il Carro. Arriviamo all’11: la Forza. Siamo sempre abituati a considerare questa come qualcosa legato alla violenza, ma così non è. Anzi, negli Arcani, la sua considerazione è strettamente spirituale ed evolutiva tanto che il nostro Indovino ci suggerisce di pensare alla figura degli eroi greci antichi che noi tutti conosciamo. La Forza è dunque paragonabile a una virtù se usata con equilibrio: questo è l'importante perché, se viene usata con prepotenza, allora il suo significato diventa negativo.

La mano di Folon, Collezione privata

Le immagini dei tarocchi (TAROTAS) sono una creazione del Maestro d'Arte Marcello Peola www.marcellopeola.net

Il tuo gioiello italiano online Sconto 10% Promozione per gli acquisti su

www.elvebijoux.com Inserire il codice QE N OE L2016 prima di effettuare il pagamento per avere lo sconto su tutta la merce scelta. Valido fino al 31.12.2016

Ecco il 7, il Carro. Questo è un arcano ricco di significato: una figura colma di inequivocabili contenuti esoterici nella divinazione. Contiene in sé l'arca, il caso e l'arcano. Traducibili nel coraggio e nella sfida per raggiungere il traguardo della vittoria come un difficile bersaglio spirituale. L'iconografia del Carro rappresenta tutte le caratteristiche trionfalistiche, basti rileggere il profeta Ezechiele citato nella Bibbia.

I

l nostro Eremita così legge la combinazione degli Arcani selezionati: “la Luna è molto forte in questo momento, smuove terre, mari e animi degli uomini. É un astro potente, da rispettare e a cui sorridere. Sembra occultare le cose, ma non bisogna essere ingannati dall’umore che tende al buio, ma, piuttosto volgersi fiduciosi verso quello argenteo. Soprattutto non farsi condizionare dagli sbalzi emotivi di tutti gli esseri: perché è proprio il suo effetto. La combinazione con la Forza fa presagire la presenza di una potenza occulta che diventa poi splendente nella rivelazione del Carro. Ecco la manifestazione della Forza, così potente da spalancare le fauci al leone, nobile nella sua espressione. Quale completo arcano è il Carro! Numero sette, il numero primo più alto, divisibile solo per se stesso, il più attivo dei numeri dispari. Il Sette rappresenta, dunque, l’azione per eccellenza, a tutti i livelli: su se stessi e sul mondo.” Così il nostro eremita Indovino conclude: “sarà un periodo difficile, dove non sempre le cose saranno chiare e dove spesso ci sentiremo in bal��a delle emozioni, ma ci verrà in aiuto la Forza per portarci sul Carro, dove potremmo manifestare le nostra Eccellenza”.

QE-MAGAZINE- ABBONAMENTI POSTALI // ABONNEMENTS Per sottoscrivere un abbonamento al periodico QE-MAGAZINE basta recarsi sul sito http://www.cometpro.com e cliccare sull'indicazione in alto QE-MAGAZINE ABBONAMENTI. È possibile pagare via PayPal o per Carta di Credito. Diversamente compilare il modulo che segue ed allegare uno cheque ma solo se emesso da una banca di Monaco o francese, ed indirizzare il tutto a COM & PRO, 47 bd du Jardin Exotique, MC 98000 Principauté de Monaco. MODULO ABBONAMENTO Monaco - Francia Sottoscrizione abbonamento a QE-MAGAZINE 2016/2017 NOME/COGNOME EMAIL INDIRIZZO CITTÀ DATA FIRMA □ 12 NUMERI - MONACO E FRANCIA 25 € □ 22 NUMERI - MONACO E FRANCIA 40 € ASSEGNO N. EMESSO IL BANCA EMITTENTE IMPORTO €

.4.

N° 34



QE-MAGAZINE n°34: les news en Principauté de Monaco by AMP Monaco