__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

C E D O SS I E R E ST P U B L I É PA R S M A R T M E D I A E T N ' E N G AG E PA S L A R E S P O N S A B I L I T É D E S É D I T E U R S N I D E L A R É D AC T I O N D E L A D E R N I È R E H E U R E

JAN ‘20

VACANCES Philippe Orain Quelle destination en 2020?

Le retour à soi

Se réadapter à la vie après les congés

Annemie Gesquiere

Les vacances commencent au Salon

PHILIPPE LAMBILLON « Je ne réserve ou je ne prévois jamais rien. » DÉCOUVREZ-EN PLUS SUR FR.FOKUS-ONLINE.BE • #FOKUSVACANCES

DERNIERS JOURS POUR AVANTAGES RAPIDE ON RÉSERVATI

ÉTÉ 2020

LDH_Laatste_Dagen_250x50.indd 1

Consultez vite la suite > 15/01/2020 10:39


02

ÉDITO PHILIPPE ORAIN

FR.FOKUS-ONLINE.BE

04

06

08

14

CONTENU... 04 Un besoin croissant d’authenticité 05

Augmentez votre réalité!

06 Bien se préparer pour mieux en profiter 08

Interview: Philippe Lambillon

12 Panel d’experts: Après les vacances

Quelle destination en 2020 ? Authenticité, aventure, itinérance, nature. Voilà les dernières tendances en matière de vacances et de voyages. Voici quelques années déjà que nous, professionnels du tourisme et du voyage, observons ces nouvelles aspirations se développer. Et vous n’y échapperez pas en 2020.

L

es destinations « alternatives » ont le vent en poupe parmi les voyageurs lassés du tourisme de masse ou en quête de nouvelles découvertes. Fuir la foule, découvrir des sites encore préservés, voyager autrement, telles sont les motivations qui vont orienter le choix des destinations en 2020. Parmi les villes qui montent, citons Parme, Belgrade et Portland. Nouvelle capitale du cool de la côte Ouest, cette dernière est faite pour les voyageurs à la recherche de modes de vie alternatifs, attirés par une ville gourmande et locavore, amoureux de la nature qui apprécieront tout particulièrement ses fantastiques vignobles et le majestueux Mt Hood, dont le profil rappelle le Fujiyama. Certains y voient même la nouvelle San Francisco ! Dans le même esprit, en quête de voyage nature permettant de se ressourcer, le Costa Rica restera, en 2020, une valeur sûre tandis que les Açores devraient également avoir les faveurs des amoureux de la nature à la recherche d’une destination plus proche. Ces destinations sont de plus tout à fait accessibles à des voyages en famille en termes d’infrastructures et d’activités proposées, offrant la possibilité d’organiser son itinéraire à sa guise.

La tendance du moment, voyager en prenant son temps.

Autre tendance du moment, voyager en prenant son temps, en sélectionnant un itinéraire plus long afin de profiter des paysages tout en cherchant à réduire son empreinte carbone grâce à des moyens de transport plus « doux » comme le vélo.

13

La disparition du touriste

14

Annemie Gesquiere: Les vacances

commencent au Salon

ÉQUIPE. COUNTRY MANAGER: Christian Nikuna Pemba RÉDACTEUR EN CHEF: Ellen Van Hoegaerden ÉQUIPE ÉDITORIALE: Angelika Zapszalka Bastien Craninx Julie Garrigue PHOTO EN COUVERTURE:

Prendre son temps en limitant ses trajets, est également une possibilité offerte par des destinations plus lointaines comme la Thaïlande, l’Indonésie, la Colombie ou le Mexique qui ont su diversifier leur offre en proposant une variété d’activités, sans bouger d’endroit : il est désormais tout à fait possible de s’émerveiller le matin en visitant une cité maya, faire du Kite-Surf l’aprèsmidi sur une plage de Cancun et découvrir la gastronomie mexicaine le soir. Dépaysement et farniente vont de pair.

RTBF

Enfin, sans être le premier critère de choix d’une destination, la gastronomie locale a néanmoins toute son importance pour des vacances réussies et mémorables, alliant plaisir et convivialité. À vous désormais de faire votre choix !

studio@smartmediaagency.be

TEXTE PHILIPPE ORAIN, DIRECTEUR INTERNATIONAL DES GUIDES VERTS DE MICHELIN

CREATIVE DIRECTOR: Baïdy Ly IMPRESSION: IPM Group

SMART MEDIA AGENCY SMART STUDIO Leysstraat 27, 2000 Anvers Tel +32 3 289 19 40 redactie@smartmediaagency.be

Bonne Lecture Sophie Farroul Project Manager


THALASSO

EUROPA 4*

À LA MER NOIRE

Bien-Être – Stressless – Anti-Aging au GEROVITAL H3®

Cet hôtel, situé sur la côte de la Mer Noire en Roumanie, est entouré d’un immense jardin de 30.000 m2 dont toutes les chambres ont une vue mer et un balcon en verre. Intégré à l’hôtel, le centre de soins ANA ASLAN HEALTH & SPA, offre toute la gamme de services de Thalasso médicale, cosmétique du visage et du corps dans une ambiance moderne et professionnelle avec un rapport qualité-prix imbattable ! Deux piscines, une intérieure et une extérieure, contiennent de l’eau chauffée du lac Techirgiol. Des massages, applications et bains de boue sapropèle thérapeutique, extraite du lac Techirgiol, composent les éléments principaux des soins.

OFFRE POUR BOOSTER VOTRE IMMUNITÉ !

À partir de :

• SOINS PRÉVENTIFS STRESSLESS • SOINS CURATIFS • SOINS COSMÉTIQUES

775 €

Départs Bruxelles

Prix/pp

Sup. Single

15/04 au 30/04 & 16/10 au 31/10/20

775 €

199 €

01/05 au 11/06 & 17/09 au 15/10/20

790 €

205 €

7 JOURS/6 NUITS

12/06 au 14/07 & 27/08 au 16/09/20

845 €

169 €

15/07 au 26/08/2020

925 €

259 €

Petit-déjeuner & Cure de 6 jours Anti-Aging inclus.

BON DE RÉDUCTION

INCLUS : Les vols A/R Bruxelles–Bucarest • Les transferts A/R aéroport–hôtel

• Le logement en chambre double standard, en petit-déjeuner – 7 jours/6 nuits • Programme de 6 jours : ANTIAGING – ANA ASLAN – STRESSLESS au GEROVITAL H3® • L’assistance de notre représentant pendant le séjour • Les taxes locales et la TVA. NON INCLUS : Assurances • Dépenses personnelles • Tout ce qui n’est pas mentionné dans la rubrique « inclus ».

TRAVEL TO COLOUR

www.maxitours.travel

An_235x165_Maxitravel_Derniere_Heure_BAT.indd 1

- 25 €

par adulte, sur présentation de ce bon de réduction et réservation pour l’hôtel ANAHOTELS EUROPA 4*, durant le salon des vacances 2020 à Bruxelles (valable jusqu’au 21/02/2020). Bon non cumulable, non échangeable et non monnayable.

15/01/20 11:56

Réservez avant le 31 janvier AUX MEILLEURES CONDITIONS !

Venez nous rendre visite au Salon des Vacances de Bruxelles Stand 05271

Circuits accompagnés Séjours balnéaires Croisières Autocar Avion Voiture www.voyages-leonard.com

Voyagez en toute sérénité, nous sommes à vos côtés.


04

TOURISME TENDANCES

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Un besoin croissant d’authenticité Les habitudes et préférences touristiques évoluent. Plus que jamais, le voyageur belge cherche aujourd’hui à s’écarter des chemins battus, pour vivre des expériences authentiques au plus près des habitants et de la culture locale.

S

L’enquête du bureau d’études révèle aussi que la moitié des voyages est effectuée en formule B&B (bed & breakfast). « Seulement un huitième des vacanciers belges opte pour le tout inclus. » Encore une fois, prendre les repas à l’hôtel n’est plus prisé. La découverte d’un pays passe aussi par les plaisirs de la table. Ce qui explique d’ailleurs le succès grandissant des voyages culinaires: séjours gastronomiques, circuits gourmands et autres week-ends de dégustations diverses.

i, pour certains, les vacances sont synonymes de détente au bord de la piscine d’un complexe hôtelier proposant des séjours en demi-pension ou en pension complète, pour d’autres, il s’agit surtout de vivre des expériences particulières, uniques et authentiques, loin du tourisme de masse. Plutôt que de visiter les lieux et sites décrits comme « incontournables » , ils cherchent au contraire à découvrir des endroits peu fréquentés ou seulement connus des locaux. L’immersion en terre inconnue séduit de plus en plus, et celle-ci se matérialise de différentes façons.

Dans les nouvelles façons de voyager, on observe un désir de tourisme écoresponsable. « Depuis un an ou deux, mais surtout depuis un an, la dimension écologique dans le choix des vacances prend une place croissante, note Guillaume Darcourt, responsable du marché belge de l’agence de voyage Voyageurs du monde. De plus en plus de clients veulent éviter les voyages en avion, et favorisent les moyens de transport comme le train ou la voiture. » La volonté de voyager en train, en voiture ou à vélo traduit la volonté des Belges de limiter leur empreinte écologique, mais aussi de provoquer la rencontre et les échanges. « Ça reste très marginal, mais nous avons aussi des demandes de voyage sur des paquebots. Pour ça, il faut avoir du temps », sourit G. Darcourt.

Le temps, voilà une autre notion en évolution. Le slow tourisme fait des adeptes. Prendre le temps de profiter des paysages, de s’imprégner des ambiances, de valoriser les rencontres et de savourer les spécialités locales. « C’est la raison pour laquelle notre agence a récemment lancé son service Like a friend. Il ne s’agit plus d’un guide à destination mais, comme son nom l’indique, d’un ami local. Un habitant qui connaît les lieux et qui, par passion, durant une heure, une demi-journée ou une journée, propose au voyageur une balade informelle, lui faisant découvrir la vie locale, les gens, les bonnes adresses… Toutes sortes de choses que l’on ne trouve pas dans les guides touristiques. »

Pour les nuitées, le voyageur en quête d’expérience préfère les petites structures: hôtels de charme, chambres d’hôtes, boutiques hôtels voire hébergements alternatifs de pleine nature comme le glamping (contraction de glamour camping), qui propose des séjours en roulotte, yourte ou cabane. « En termes de type d’hébergements, les maisons louées ont connu un regain significatif depuis avril 2017, affirme Hans Dobbelaere, directeur général du bureau d’études de marché WES research & strategy. C’est le résultat du succès de l’Airbnb, surtout. Ce type de séjour devient de plus en plus populaire, que ce soit pour des voyages courts ou longs. »

Quant aux destinations les plus convoitées, elles varient fortement suivant la longueur des voyages et le profil des voyageurs. « La France et l’Espagne sont devenues des destinations moins populaires depuis avril 2016, tandis que les destinations d’Europe de l’Est et non européennes gagnent en importance », déclare H. Dobbelaere. « Nos destinations principales n’évoluent pas tellement, remarque G. Darcourt. Elles changent d’ordre suivant les années, mais demeurent les mêmes. La destination la plus vendue, et de très loin, est l’Italie. Viennent ensuite le Japon, l’Égypte et les États-Unis. » TEXTE ANGELIKA ZAPSZALKA


AUGMENTED REALITY TECHNOLOGIE

#FOKUSVACANCES

05

Augmentez votre réalité! La réalité augmentée, ce mélange de réel et de numérique, s’exporte dans le tourisme traditionnel. Pour valoriser leur patrimoine et vous surprendre, musées, villes et institutions rivalisent d’originalité.

E

de Bruxelles par exemple. Il lance les enfants sur la piste de petits dinosaures. À chaque bonne réponse (attention à être attentif à la visite!), ils collectent un compagnon virtuel et coloré, qui restera disponible via l’application « Sauria », une fois rentrés chez eux.

glises détruites, villes modernisées et décors disparus reprennent vie sur votre écran. Et l’expérience est saisissante. Debout, au milieu d’une salle de musée, vous pourriez observer à travers l’œil de votre tablette la soirée ordinaire d’une famille du XVIIIe siècle ou l’activité traditionnelle d’un atelier d’imprimeur. Cette technologie est déjà disponible au quotidien. Parmi les usages les plus courants figurent certains filtres proposés par les réseaux sociaux: des oreilles de chats ou un nez de lapin sur votre selfie. En quelques secondes, vous voici « augmenté »! Le principe est simple; lorsque l’application détecte un repère, il superpose à l’image réelle un certain nombre d’informations numériques. Elles visent à enrichir le monde réel en y apportant des éléments virtuels (vidéos, images, sons, informations diverses). Derrière la réalité augmentée (mais appelez la R.A., maintenant que vous la connaissez mieux), il y a la volonté de réenchanter les lieux d’aujourd’hui, de revaloriser les musées et expositions en perte de vitesse, d’intéresser les enfants (et leurs parents) à l’Histoire, la Culture et les Sciences. Selon les activités, la R.A. équipe différents types d’écran. Certains proposent des bornes numériques publiques. Plus prisées, les tablettes! Louées par les musées et les institutions, elles permettent d’explorer par soi-même les lieux.

La réalité augmentée vise à enrichir le monde réel en y apportant des éléments virtuels (vidéos, images, sons, informations diverses). Plutôt que de suivre le guide (audio ou humain), on participe à la visite. Et c’est le cas à l’abbaye de Villersla-Ville, où le fantôme d’un moine cistercien vous accompagne dans vos pérégrinations. À travers l’aide que lui apportez pour libérer son esprit, vous en apprendrez plus sur l’Histoire de cette abbaye détruite pendant la Révolution française. Si un parcours avec audio-guide classique est possible, la visite

augmentée est plus complète et plus interactive. Mais surtout, elle permet de passer d’un siècle à l’autre: du XXIe au XIIe, on fait aussi une petite pause au XVe siècle. Ce qui permet d’imaginer et d’admirer l’abbaye dans ses plus beaux atours. Et plus démocratique que la tablette, l’application sur smartphone. Il suffit de la télécharger et c’est parti. Les musées s’y sont mis, l’Institut royal des Sciences naturelles

Une application téléchargeable permet aussi aux lieux publics d’entrer dans la danse. La ville du Gilles, bien connue pour ses festivités, mise sur une visite interactive pour attirer ses visiteurs hors saison. Binche propose de découvrir son charme et son Histoire à travers deux parcours en R.A. Le premier pour parcourir les remparts, guidé par la grande Marie de Hongrie, sœur de Charles Quint, qui vécut au palais de Binche. Et le deuxième pour jouer en famille à un jeu de pistes. Au gré de la visite, il faudra répondre aux énigmes pour aider le chevalier Edelin à résoudre un crime: qui a volé les armoiries de Charles Quint? Les exemples de réalité augmentée sont déjà nombreux chez nos voisins européens, et la Belgique ne compte pas laisser passer cette chance non plus. L’occasion est trop belle d’attirer un public connecté dans les lieux de culture. La Wallonie mise déjà sur le secteur touristique pour doper son économie, secteur qui emploie plus de 6.000 personnes déjà et qui représente 6 % de son PIB. TEXTE JULIE GARRIGUE


06

UTILE PRÉPARATION

FR.FOKUS-ONLINE.BE

3 QUESTIONS À...

SARAH SAUCIN PORTE-PAROLE DU LEADER MONDIAL DU VOYAGE TUI Quelles sont les tendances émergentes? « Nous constatons un attrait fort pour des vacances plus actives et intimistes. Les petites destinations, peu touristiques, connaissent depuis la fin de l’été 2019 un vrai succès. Nos clients recherchent plus de tranquillité, dans des paysages naturels qui invitent au vélo, au trek, à l’escalade. » L’aire est à la personnalisation du voyage ? « En effet, on constate que les voyageurs belges recherchent de plus en plus un séjour qui leur ressemble. Je pense qu’il faut lier cette demande de « sur mesure » à des envies d’authenticité, sans compromission sur la qualité des services. » Les vacances all-inclusive perdent-elles leur public ? « Pas de sitôt ! Les vacances à forfait restent cette année encore notre produit phare. C’est l’assurance de la tranquillité d’esprit. Surtout pour les familles. Les parents n’ont pas besoin de penser toute l’organisation et ils ont accès à de nombreuses activités susceptibles de plaire à tout le monde : gastronomiques, culturelles, relaxantes ou encore, sportives. »

Bien se préparer pour mieux en profiter Les vacances, on les veut tranquilles. Le stress, les tracas, on ne les emmène pas avec soi. Mais pour s’assurer un voyage réussi où l’on profitera de chaque instant, il est important de prendre quelques dispositions. Voici quelques règles essentielles à respecter.

L

orsque les vacances doivent être prises en haute saison, il est recommandé de préparer son séjour quelques mois à l’avance. « En s’y prenant 6 mois à l’avance, le vacancier aura plus de choix au niveau des vols et de l’hébergement, suggère Lionel Gofflot, coach voyage. Au niveau des longs courriers surtout, les prix ont tendance à augmenter à mesure que la date de départ approche. Il arrive que les compagnies appliquent des promotions de dernière minute mais, d’une manière générale, il est plus avantageux de s’y prendre à l’avance et 6 mois est une bonne moyenne. » Pour l’avion comme pour le train, demeurez souple au niveau des horaires. Il suffit parfois de décaler le départ de quelques jours ou de quelques heures seulement pour bénéficier d’un tarif plus abordable. « Il faut cependant bien faire attention aux horaires, et comparer ce qui est comparable », remarque L. Gofflot. Le temps de vol, le nombre d’escales, la localisation de l’aéroport d’arrivée et l’heure d’arrivée

influencent les conditions de voyage, et le budget total lié aux transports.

sur les avantages dont il dispose ou non, avant son départ. »

Les formalités administratives représentent sans doute la partie la moins drôle de la préparation du voyage, mais elles sont incontournables. Si la carte d’identité suffit pour certains pays ou régions, d’autres exigent un passeport, avec visa ou non. « Pour certaines destinations, des vaccins sont nécessaires, ajoute L. Gofflot. Un certificat de vaccination est demandé pour entrer dans certains pays ou seulement les traverser. » Souscrire à une assurance voyage est fortement recommandé, surtout lorsqu’on s’aventure hors des frontières européennes. « Les voyageurs pensent souvent bénéficier d’un service assistance et d’une couverture suffisante via leur assurance auto, leur carte bancaire Visa, Mastercard ou autre carte de crédit, observe Marie-Eve Marot, gérante du bureau Finances et Courtage. Les garanties qui se cachent derrière ces produits sont souvent légères, limitées voire inexistantes, c’est pourquoi je conseille à chaque vacancier de bien se renseigner

Avant de voyager, l’idéal est de souscrire à une assurance. « Il existe des assurances temporaires ou annuelles, en fonction du type de voyage, de sa durée ou de sa fréquence, explique M.-E. Marot. Les deux garanties principales sont l’assistance à la personne et l’annulation. La première peut s’avérer particulièrement utile en cas de maladie ou d’accident puisque l’assurance couvre non seulement les frais médicaux, hospitaliers…, mais organise aussi les transferts nécessaires ou le rapatriement. » Et enfin: si vous organisez vos propres vacances, pensez à prévoir des activités pour toute la famille. Ce qui plaît aux grands ne plaira pas forcément aux petits, et inversement. Si vous choisissez une formule auprès d’un opérateur, vérifiez qu’il propose des solutions adaptées pour tous les âges.

TEXTE ANGELIKA ZAPSZALKA

Voyages sur mesure !

Canoé

Safari à la recherche

des ours

Promenade avec les

husky

• • •

Rafting

A vélo à travers les

Cours de cuisine rizières

+ Séjour à la plage

Sri Lanka

Les Açores

Thaïlande

Finlande

• •

Observation des

Canyoning

baleines

Promenade en kayak Jeepsafari

Ascension du Rocher

des Lions

Cueillette de thé

Safari à la recherche

des éléphants

Plus d’infos chez votre agent de voyages ou www.imagine4kids.be


Neckermann est de retour et revient plus motivé que jamais avec une offre encore plus élargie et toujours vos conseillersvacances spécialisés.

La référence pour vos vacances ! VACANCES AU SOLEIL Vous aimez le soleil, les cocktails délicieux et la plage ? Grâce à notre collaboration avec les géants Sunweb et Corendon, nous vous proposons encore toujours d’agréables vacances en famille et vacances relaxantes rien qu’à deux. En plus de vous envoler vers vos destinations méridionales favorites, vous retrouverez également nos partenaires hôteliers préférés tels qu’Iberostar, Mitsis ou Lopesan et ce, toujours au meilleur prix !

En plus de connaître les produits sur le bout des doigts, nos experts vous font gagner un temps considérable dans la recherche de vos vacances idéales. Ils vous aident non seulement dans la recherche de vos vacances mais comparent également les séjours et sont disponibles à tout moment : avant, pendant et après vos vacances.

VACANCES À LA CARTE Plutôt aventurier dans l’âme ou adepte des citytrips ? Neckermann en a pour tous les goûts. Plongez au cœur des villes animées telles que New York ou Londres ou optez pour un changement total de décor en vous envolant pour un circuit direction le Vietnam, le Cambodge ou encore la Thaïlande. Le monde à votre portée et surtout, selon vos envies !

CROISIÈRES

VOYAGES EXCLUSIFS & CLUB MED

Prendre le large a la cote et ça, Neckermann l’a bien compris ! Choisissez parmi pas moins de 20 compagnies maritimes et mettez les voiles vers de nouveaux horizons. Se réveiller chaque jour dans une nouvelle ville sans défaire vos valises et profiter d’un séjour inoubliable, le rêve n’est-ce pas ?

Le plaisir de partir en vacances sans se soucier de rien ? Profitez encore toujours de nos vacances luxueuses et voyages exclusifs.

Envie de découvrir les Fjords ?

Avec des partenaires tels que Club Med et Pegase, vos vacances ne peuvent être que réussies.

C’est le moment de réserver votre croisière car vous profitez actuellement d’offres exceptionnelles* : gratuit pour la 2e personne, la 2e personne à -50% ou le forfait boissons gratuit ! www.neckermann.be/ fr/croisieres *Actions sous conditions

Envie d’en savoir plus ? Surfez sur www.neckermann.be, appelez notre ligne vacances au 09/277 22 88 ou rendez-vous dans l’une de nos boutiques de vacances. Nos conseillers-vacances se feront un plaisir de rechercher vos vacances idéales selon vos envies, préférences et votre budget.


08

INTERVIEW PHILIPPE LAMBILLON

FR.FOKUS-ONLINE.BE

« Le hasard fait toujours bonne compagnie! »

Depuis 40 ans, Philippe Lambillon parcourt le monde à la recherche de l’inconnu pour son émission les Carnets du Bourlingueur. Curieux de découvrir comment les peuples d’ailleurs vivent, il n’a jamais peur de ce qui l’attend. Son atout voyage? Le hasard et rien que le hasard!

TEXTE BASTIEN CRANINX

PHOTO RTBF


PHILIPPE LAMBILLON INTERVIEW

#FOKUSVACANCES

V

ous considérez-vous comme un aventurier? « Quand j’ai commencé il y a 40 ans, j’avais l’impression d’être le premier à faire ce que je faisais. Aujourd’hui, avec tous les satellites audessus de nous, il faut déjà s’enfoncer bien loin dans les jungles ou les forêts pour espérer encore découvrir quelque chose de nouveau. Mais j’avoue encore me considérer comme tel quand j’entre en relation avec un groupe ethnique en contact réduit avec la civilisation. » Comment avez-vous choisi de voyager ainsi? « Tout a commencé après mon service militaire, dans les années 70. J’ai commencé à travailler comme photographe pour certains quotidiens. C’est lors d’un voyage en Afrique où j’avais fait le plein de photos que je me suis dit que c’est ce que je voulais faire de ma vie. J’ai continué à faire des photos que je vendais en Suisse ou en Belgique et j’ai acheté une caméra… » … ce qui vous a amené à faire de la télévision… « Oui mais rien ne m’y destinait vraiment. J’ai acheté une caméra parce que ça se rapprochait de la photo. Mon idée principale était que je voulais montrer aux gens qu’il restait des choses à découvrir en dehors de ce que les agences de voyage proposaient. » On peut dire que la chance a fait partie de votre carrière… « Tout à fait! Cela a toujours été mon moteur. C’est grâce à ça que je fais mes émissions depuis 40 ans. Je ne réserve ou je ne prévois jamais rien. » Serait-ce le premier grand conseil que vous donneriez à tout aventurier qui sommeille en nous? « Oui, mais c’est difficile car aujourd’hui, on a tendance à faire tout le voyage à l’avance sur Internet. Mon idée est qu’il faut uniquement réserver son billet d’avion, puis monter dans le premier bus que vous croisez. À partir de là, vous m’emboîtez le pas dans mes voyages. Vous vous arrêtez à certains stops, vous parlez aux gens, vous les suivez et vous découvrez des choses. Si vous avez de la chance, votre bus tombera en panne, des villageois viendront vous aider et sur le côté de la route, vous découvrirez un élevage de rats ou de tarentules (rire). J’ai tourné plus de mille films et c’est toujours selon ce procédé que j’ai découvert de nouvelles choses. Le hasard fait toujours bonne compagnie! » Le tourisme ordinaire n’est vraisemblablement pas quelque chose qui vous colle à la peau...

« Effectivement! Quel est l’intérêt d’aller au Pérou, visiter le Machu Picchu, téléphone en main pour faire un selfie? C’est horrible! Le pire est de voir des groupes de touristes se filmant en marche arrière avec le site touristique derrière eux. On ne va pas dans un pays ou sur un nouveau continent pour répertorier des endroits que tout le monde a déjà vus. On a l’impression qu’on a donné une liste de sites indispensables à visiter et qu’on se doit de les visiter. Mais c’est ridicule, étant donné que ces sites n’ont plus rien de naturel. Ils ont été aménagés pour que l’on s’y rende. Si c’est comme ça que vous aimez voyager, voici mon conseil: allez sur Internet pour contempler les photos des temples, c’est moins cher! » Croyez-vous qu’il est facile de changer de style de vacances? « Pour quelqu’un qui fait des croisières tous les ans ou qui séjourne dans des hôtels all inclusive, cela doit être très difficile. Le plus dur est d’abandonner sa masse de confort. Ces gens vivent souvent dans un monde où tout est fait pour eux. Ils n’imaginent certainement

si vous prévoyez un voyage dans les régions tropicales, il est indispensable de prendre une moustiquaire avec vous. On n’en parle pas assez mais les moustiques font quand même plus d’un million de morts chaque année. Il est également important de faire attention à ce que l’on mange. Avec des enfants, il faut par exemple leur interdire les jus de fruits provenant de marchés ou encore les glaçons dans leurs verres. En fait, l’idée principale est de se dire qu’on ne doit pas se comporter comme si on était chez soi. Moi, j’ai toujours des séquelles de ce que j’ai pu choper les années précédentes. Le monde est quand même dangereux. » Cela coûte-t-il cher de voyager comme vous le faites? « Certainement pas! Il est possible de vivre avec 25 dollars par jour car pour des destinations comme l’Asie du Sud-Est. Vous pouvez par exemple compter 5 dollars pour un hôtel. Ce ne sera pas le grand luxe. Mais le principal reste de pouvoir y dormir. Les billets d’avion sont aussi très abordables. On parle de 500 euros. Plusieurs personnes m’ont déjà

Des destinations lointaines sont aujourd’hui à quelques heures de voyage et à des prix imbattables. pas passer de ça à un logement sans électricité ou sans toilette. » Ce que vous prônez donc, c’est le voyage type « slow travel », c’est ça? « Oui, ce serait ça l’idée. Ne pas avoir de timing ni d’itinéraire. C’est ce que je vis sans équipe de tournage, dans la phase de repérage pour mes reportages. Tant que je n’ai pas fait ce que j’avais envie de faire quelque part, je ne décroche pas. Tant que j’apprends quelque chose et qu’à la fin de la journée, je suis toujours en train de m’émerveiller, je ne vois pas pourquoi je partirais. Mais il est évident qu’il ne faut pas rester sans rien faire, allongé sur un transat. Tout le monde n’a pas le temps de voyager comme ça. » Quels sont les risques à éviter ou les erreurs à ne surtout pas commettre? « Le plus grand risque reste les maladies que vous pouvez contracter sur place. Il ne faut pas prendre cela à la légère. Personnellement, même en prenant mes précautions, j’ai réussi à contracter plusieurs malarias. Donc

contacté en détaillant le budget qu’ils comptaient mettre dans leur voyage. Mais il est souvent très élevé à cause de l’influence de ce qu’ils découvrent dans les guides de voyage. »

09

3 QUESTIONS À...

LAURENT ALLARDIN CEO DE NECKERMANN Aujourd’hui, le vacancier trouvet-il encore des avantages à passer par un tour opérateur? « Tout à fait! En passant par de telles entreprises, les vacanciers ont affaire à de vrais experts du voyage. Aujourd’hui, il est vrai qu’il est tout à fait possible de tout réserver soi-même par Internet en se faisant une idée via les commentaires trouvés. Mais un personnel qualifié qui connaît son produit puisqu’il l’a expérimenté peut vous donner un avis plus spécialisé et personnalisé. » Que répondez-vous aux gens qui se plaignent du prix élevé des offres faites par les tours opérateurs? « C’est faux! Le marché dans tout ce qui est package est à la baisse partout. C’est d’ailleurs un problème car les tours opérateurs font de moins en moins de marge. Le vacancier peut comparer lui-même plus facilement sur Internet, le secteur a donc le devoir de se réinventer. »   Comment? « Il faut impérativement créer de la valeur, des services et des offres beaucoup plus larges et réfléchir par rapport à ce qu’attend le client. Un TO qui travaille sur un secteur ou un segment du marché n’est plus viable. Sans ce renouvellement, le secteur est voué à l’échec. Il faut créer du conseil, du service au client. »

Y a-t-il un âge limite pour voyager? « Quand on a une âme d’enfant et que le voyage se base sur la découverte et la joie, l’âge n’a pas de prise. Je suis sûr de pouvoir encore entreprendre des choses que je faisais déjà quand j’étais jeune. »

SMART FACT. Si Philippe Lambillon n’avait pas été aventurier… … il aurait été brancardier pour Mère Teresa. Il a eu la chance de faire un reportage sur elle quand il était jeune. Il a été marqué par la misère dans laquelle les gens qu’elle accompagnait étaient plongés. Il aurait pu accompagner ces gens dans les mouroirs. Peut-être pas toute sa vie bien sûr. Mais cela lui aurait mieux plu que d’être fonctionnaire.

Voyager durable Vous avez toujours rêvé de voyager en limitant les effets sur l’environnement? Vous pouvez faire confiance aux guides édités par la maison Viatao. Jusqu’à aujourd’hui la maison d’édition indépendante a publié 22 ouvrages sur des destinations exotiques ou non, et met en évidence des initiatives et des adresses respectueuses de l’environnement. Elle a récemment sorti un « Guide monde » reprenant plusieurs pays.


Bruxelles Lille

31 sites et musées et ses 2700 km

Avec ses

Tournai

de randonnée, programmez vite votre sortie en

Paris

Wallonie

E.R. : N. Plouvier - Maison du Tourisme de la Wallonie picarde © C. Cardon, J. D’hondt, L. Van den Eynde

picarde

25€90

20€ le pack*

> wapishop.be *La Wapibox (50 circuits pédestres balisés) + la carte points-nœuds pédestre du Pays des Collines

VISITWAPI.BE


MUSEA BRUGGE

Ne manquez pas d’ajouter Bruges à vos carnets de voyage car en 2020, Musea Brugge y célèbre les Maîtres flamands par trois expositions, à voir dans le cadre unique de cette charmante ville en Flandre occidentale.

12 mars - 12 juillet 2020

VAN EYCK IN BRUGES

4 avril - 6 septembre 2020

1 octobre 2020 - 1 février 2021

MEMLING NOW

LE PARADIS EN UN COUP D’OEIL


012

PANEL D’EXPERTS RETOUR À LA RÉALITÉ

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Après les vacances, le retour à soi Peu importe la période ou la raison pour laquelle vous décidez de prendre des vacances, il est important de respecter certains principes pour qu’au retour à la réalité, le choc ne soit pas trop lourd à supporter. Voici quelques conseils!

ADRIEN JOVENEAU.

VALÉRIE VAN RECHEM.

ÉMILIE MOUTON.

Animateur de l’émission « Les Belges du bout du monde » (RTBF)

Coaching en individuel et en groupe

Psychologue clinicienne et coach de vie

Comment se réadapter à la vie après les vacances? « Personnellement, j’essaie toujours de m’adapter à l’heure du pays dans lequel je me trouve. Il ne faut jamais penser à l’heure de son propre pays. J’essaie de vivre à la manière locale. Si vous avez débarquez d’ un vol transatlantique, il faut profiter de la journée à l’arrivée pour faire des choses et s’occuper. Que ce soit pour les repas ou les coutumes locales, il faut respecter cela avec ou sans la famille, essayer d’être comme un caméléon pour ne jamais être dépaysé. Avec cet esprit d’adaptation, on arrive à reprendre un bon rythme au retour. »

« L’essentiel est de répondre à nos besoins et de respecter nos limites. Il est important de s’écouter et de se faire respecter pour pouvoir s’épanouir au travail. Les relations harmonieuses avec les collègues sont également un facteur déterminant. Certains se remettront aussi en question à cause de la routine qui leur pèse. Dans ce cas, il est important de se demander comment faire pour apporter de la nouveauté à notre vie professionnelle. Il se peut que l’on en vienne à la conclusion que ce travail ne nous correspond pas ou plus. Comme le dit la citation de Confucius: “Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie”. »

« Tout d’abord, il s’agit de prévention: garder un rythme assez régulier dans la mesure du possible pendant les vacances, tout en se permettant de la souplesse, nous aidera à gérer l’après-coup du retour à la réalité. Cela peut être aller dormir à des heures fixes, par exemple. Aménager des espaces de pleine conscience est aussi essentiel, afin de se recentrer et de reprendre racine dans la vie quotidienne. Cela peut se réaliser très facilement, simplement en réservant un moment dédié à la conscience de notre corps, de nos sensations, de notre respiration, en focalisant notre attention sur l’air qui sort et qui entre dans nos narines pendant quelques minutes chaque jour. »

À quoi doit-on penser avant les vacances pour qu’au retour, le choc ne soit pas trop brutal? « Il faut penser aux activités à faire directement après le retour et préparer le prochain voyage. La solution est toujours dans l’action. C’est dans l’action que les choses se règlent toujours. Je ne dis pas qu’il ne faut pas lever le pied de temps en temps. Mais il faut penser à rebondir et à anticiper. Mon cerveau est toujours prêt, pour ce qui m’attend après, à jongler entre le moment présent et ce qui va arriver. Pour éviter les coups de fatigue, il faut aussi apprendre à bien se connaître. Tout est une question d’équilibre. Je ne dis pas que c’est la recette qui marche pour tout le monde mais, moi, c’est ce que je pratique depuis des années. »

« Il faut se poser les bonnes questions, surtout si le besoin de vacances devient criant: “Comment en suisje arrivé là?”; “Quels sont mes besoins et de quelle façon ne les ai-je pas respectés?” Et pour y remédier: “Comment puis-je respecter mes besoins tout en répondant à mes obligations professionnelles?” Respecter ses besoins et poser ses limites est bien plus constructif sur le long terme. Comme je le répète, si nous nous respectons, nous nous aimons. Si nous nous aimons, nous respectons nos besoins et nos limites. Savoir dire non aux autres et oui à soi-même. »

« Pour commencer, il est bon d’envisager dans la mesure du possible les vacances comme des moments de plaisir, de détente, de reconnexion à soi, à ses proches et à ce qui est important pour soi. C’est dans une intention de prendre véritablement du temps pour soi que nous profiterons au mieux de nos vacances. Nous pouvons alors nous poser régulièrement la question suivante, pour retirer le meilleur de nos temps libres: “Quelles actions, quel état d’esprit dois-je adopter pour prendre soin de moi au mieux?”. Aussi, planifier des moments où nous sommes en train de ne rien faire, littéralement, donne lieu à un vrai apaisement. Le must est d’en faire une habitude au quotidien. »

Quels sont vos conseils pour prendre soin de soi au retour de vacances? « Il faut avant tout prendre soin de son corps pour que notre âme ait envie d’y rester. Il faut prendre soin de son emballage. Il y a un précepte à toujours respecter: faire son quota d’exercices et de mouvements durant une journée. Il faut aussi prendre soin de soi avant de prendre soin des autres. Il ne faut pas s’oublier et se négliger. Nous sommes tous des machines à réaliser des rêves. Il faut donc en prendre soin, c’est capital. Personnellement, je cours toujours au moins 30 minutes tous les jours. Ou bien je nage. Mais je m’organise toujours pour avoir quelque chose. Ceux qui disent ne pas avoir le temps, c’est faux. En tant que président, Clinton prenait toujours une heure pour courir chaque jour. Pourquoi pas vous? »

« Prendre du temps pour soi, même peu, chaque jour. Par exemple en pratiquant un sport ou en lisant, ou même en regardant une série. L’important est de se faire plaisir et de se chouchouter. L’alimentation a aussi une très grande importance pour notre bienêtre. Consommer des aliments sains, non traités et éviter les excès de caféine et d’alcool. Cela va favoriser également un bon sommeil réparateur. S’oxygéner lors de promenades ou en pratiquant le yoga ou la méditation, par exemple, va aussi jouer un rôle dans notre bien-être physique et mental. L’amitié est également un élément essentiel à notre épanouissement. Entretenir des relations d’amitié et partager de bons moments nous rend plus heureux. »

« La pleine conscience comme évoquée précédemment est une des meilleures pratiques pour prendre soin de soi. Identifier les activités qui nous ressourcent est aussi un bon moyen de reprendre le fil de sa vie serein et reposé. Cela peut être écouter de la musique, dessiner, se promener, écrire dans son journal... Ces activités qui nous permettent de recharger les batteries sont, en effet, bien différentes de celles qui nous stimulent. Un autre élément intéressant serait de prévoir un retour à la maison, au calme, un ou deux jours en avance, de manière à pouvoir se reposer et s’ancrer à nouveau, sans être repris immédiatement dans le tumulte du travail et de la gestion du ménage. » TEXTE BASTIEN CRANINX


TOURISTE OU VOYAGEUR ? FOCUS

#FOKUSVACANCES

013

La disparition du touriste Le touriste a mauvaise presse ces dernières années: selon les moments, on le moque, on s’en plaint, mais on ne l’envie que rarement. On l’imagine dans un hôtel bondé, montant chaque matin dans l’autocar à la suite de son groupe. On se le représente au pas de course, d’un site à l’autre, équipé d’une perche à selfie.

«L

culture. Même si c’est aussi un petit sacrifice. « Au lieu de prendre l’avion plusieurs fois dans l’année pour des petits week-ends, on fait un gros voyage, une fois, peut-être deux ».

e mot touriste peut avoir une connotation négative. Il évoque le tourisme de masse », explique Guillaume Darcourt, Directeur des activités belges de l’agence de séjours sur mesure, Voyageurs du Monde. « Nos clients ont de plus en plus une envie de sortir des sentiers battus. Ils ne veulent plus partir en vacances mais en voyage ». La disparition proclamée de ce mal-aimé touriste correspond à la recrudescence d’une autre espèce : le voyageur, qui veut « rencontrer l’âme du pays » d’après les mots de G. Darcourt. « C’est aussi pour ça qu’on a de plus en plus de demandes de voyages itinérants. Nos clients ont aujourd’hui la volonté de ne pas se limiter à la capitale, à la station balnéaire etc. » La voyageuse expérimentée qu’est Adeline Gressin propose sa propre définition. « Je dirais que le touriste voyage pour voir et le voyageur voyage pour vivre.» Une définition qu’elle ne veut pas trop rigide, parce que « selon les moments, les envies, on est tous le touriste de quelqu’un. » On peut dire qu’elle a hérité cette passion. « J’avais une grand-mère et des parents qui voyageait pas mal. C’est en voyant leurs photos que j’ai eu envie d’aller voir ailleurs ce qui se passait. » Sauf que « voir » n’a vite plus suffit, comme pour beaucoup d’entre nous aujourd’hui. « Le sens de mes voyages,

Mais pas question de se passer de voyages pour autant. « Je ressens aussi l’appel du voyage en France. On peut voyager près de chez soi. » La globetrotteuse en est convaincue. « On voit d’ailleurs dans les tendances actuelles émerger la micro-aventure : passer le week-end près de chez soi, pour aller faire de la marche, du camping ou remonter un fleuve en paddle. »

Je dirais que le touriste voyage pour voir et le voyageur voyage pour vivre. — ADELIN GRESSIN, VOYAGEUSE ET BLOGGEUSE je le trouve dans les rencontres, dans la découverte d’autres cultures. C’est ce qui m’attire, plus que d’aller voir et de prendre en photo des paysages. Moi j’aime partager, rencontrer et aller vers l’autre. » Elle vient de fêter les 10 ans de son blog, voyagesetc.fr, mais voyage depuis plus de vingt ans. Elle sait que son voyage parfait tient à peu de choses. « Prendre mes billets d’avion, prévoir mes deux-trois premiers

jours par sécurité et me laisser aller au fil des rencontres et de l’instinct. Tout ça m’a appris que c’est dans la désorganisation que les meilleures rencontres se font. » Ce type de séjour, de rythme et de laisser-vivre s’accommodent mal d’un timing trop serré ou de contraintes rigides. Désormais établie à Nantes, Adeline Gressin prévoit toujours trois semaines de voyage minimum, l’idéal selon elle pour vraiment prendre le pouls d’un pays et découvrir sa

C’est aussi le crédo de Cédric Maillaert, le co-fondateur de Hike up, agence de développement et dynamisation du tourisme durable. « Ce n’est pas la distance qui crée l’aventure ! Notre devise : l’aventure commence en bas de chez soi. (…) C’est pour ça qu’on a créé l’échappée transwallonne, un voyage à vélo écoresponsable de 8 jours, 430km, à travers la Wallonie et les pays frontaliers » Ces opportunités locales devraient encore se développer selon C. Maillaert : « 20 % des Belges choisissent la Belgique comme destination de vacances et les Belges francophones restent les premiers visiteurs de la Wallonie. » Et les belges de devenir tour à tour voyageurs ou aventuriers.

TEXTE JULIE GARRIGUE


014

CHRONIQUE ANNEMIE GESQUIERE

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Vos prochaines vacances commencent au Salon Du jeudi 6 au dimanche 9 février 2020, le Salon des Vacances de Bruxelles ouvrira ses portes pour sa 62e édition dans les Palais 3, 4 et 5 de Brussels Expo. Pour l’occasion, les organisateurs marquent le coup et apportent un vent de renouveau au plus grand salon du tourisme de Belgique avec des sous-événements, différentes activités et un pays à l’honneur vibrant de chaleur, de couleurs et d’histoire: Cuba!

I

l faut pouvoir se réinventer car les évolutions du secteur du tourisme ne nous ont pas attendus! En effet, aujourd’hui on s’inspire et on s’informe via Internet, que ce soit via les réseaux sociaux ou encore les sites de réservations… Des destinations lointaines qui étaient difficilement accessibles et difficilement abordables sont aujourd’hui à quelques heures de voyage et à des prix imbattables selon les périodes de départ. Cependant, même si les visiteurs du salon semblent presque être devenus des experts du tourisme, ils viennent au salon car ils ont besoin de se sentir rassurés en réservant sur place avec une personne physique. C’est la raison pour laquelle beaucoup de petites sociétés fleurissent grâce au salon, par exemple des petits hôtels ou campings qui tentent de conquérir le marché belge. Et en ce qui concerne la destination favorite des Belges, cela reste indéniablement la France mais les destinations lointaines font la part belle aux voyages. Les last-minutes et les city trips, quant à eux, ont toujours autant le vent en poupe. Et quel est le défi du Salon des Vacances? Rajeunir le public! Sans aucun doute! Les salons sont souvent visités par des 50+ actifs. Un public convaincu par l’intérêt et la valeur ajoutée d’un salon. Cependant, nous voyons que les jeunes s’informent beaucoup sur Internet mais aiment réserver leurs vacances par le biais d’un agent afin de personnaliser leur voyage et d’obtenir les

Des destinations lointaines sont aujourd’hui à quelques heures de voyage et à des prix imbattables.

assurances que les sites de réservations en ligne n’offrent généralement pas. Les grandes tendances dans le tourisme sont les voyages à « objectif »: un voyage gastronomique, un voyage autour de la découverte d’un lieu spécifique ou encore d’une activité sportive. C’est la raison pour laquelle le Salon des Vacances met notamment un thème particulier à l’honneur: Sports & Adventure. Tous les exposants proposant des treks, courses, sports nautiques, escalades, etc., seront reconnaissables entre mille pour les visiteurs curieux de partir à l’aventure. Ce qui est certain c’est que l’expérience est primordiale dans le processus de réservation de ses vacances. Que ce soit au préalable chez soi, devant son ordinateur, chez un tour opérateur ou lors d’un salon, les gens doivent pouvoir se projeter. Et ce petit air de vacances, les visiteurs du salon pourront déjà le ressentir grâce à la thématique « Danse et Musique dans le monde » que l’organisateur a choisi de mettre en avant cette année. Des chefs étrangers viendront également ravir les papilles des visiteurs lors d’un théâtre des dégustations et des présentations de destinations se feront au travers des yeux de bloggers et d’experts du voyage! TEXTE ANNEMIE GESQUIERE, EXHIBITION MANAGER DU SALON DES VACANCES DE BRUXELLES


EXPO > 30.08.20

La Fondation Brel présente

UNE PROMENADE AVEC BREL DANS BRUXELLES

Basée sur des films en haute définition projetés sur grands écrans

Unique à Bruxelles Parcourez les rues de la capitale en écoutant dans votre audio-guide les chansons et interviews de Jacques Brel et les témoignages de ses proches. WWW.FONDATIONBREL.BE ANTARCTICA, une exposition co-conçue par

&

Place de la Vieille Halle aux Blés 11 • 1000 Bruxelles • 02 511 10 20 • info@fondationbrel.be

DÉCOUVREZ-EN PLUS SUR

FOKUS-ONLINE.BE #FOKUSVACANCES


DERNIERS JOURS POUR PROFITER DES AVANTAGES POUR RÉSERVATION RAPIDE! GARANTIE E DU PRIX L PLUS BAS

“Papa, on peut aller nager avant le petit-dej?” L A FA M I L L E P E T E R S

RENDEZ-VOUS VITE SUR TUI.BE OU CHEZ VOTRE AGENT DE VOYAGES.

LDH_Laatste_Dagen_235x335.indd 1

15/01/2020 14:28

Profile for Smart Media Agency | Fokus

Fokus Vacances  

Supplement de Smart Media Agency avec La Dernière Heure.

Fokus Vacances  

Supplement de Smart Media Agency avec La Dernière Heure.

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded