Issuu on Google+

Le Courrier d´Espagne

Journal indépendant depuis 10 ans

®

LeCourrier.es

Numéro 80 – Janvier/Février 2016 | 11.000 exemplaires Esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 Sfr

Madrid concentre les investissements hôteliers internationaux

Finance : Banque Transatlantique débarque en Espagne

La Banque Transatlantique, banque privée internationale du Groupe Crédit Mutuel-CIC… Suite page 2

Madrid : la vente d'immeubles en ébullition

Depuis 24 mois les professionnels de l’immobilier sont d’accord pour admettre qu’il existe une claire reprise Suite page 3

L'avenir du tourisme sera collaboratif

Le tourisme a subi de plein fouet la « révolution collaborative ». Les plateformes adoptant ce modèle connaissent…

par PHILIPPE CHEVASSUS

SELON UNE TOUTE récente étude du cabinet Irea datant de janvier 2016, la capitale espagnole aurait dépassé Barcelone comme destination pour les investissements hôteliers. Très concrètement, Madrid aurait reçue 582 millions d'investissements en 2015 contre 163 millions l'année précédente, soit 350  % de plus. Quant à Barcelone, elle n'aurait que doublé ce chiffre pour attendre 383 millions. Sur un plan national, l'aug-

Suite page 13

Emploi : la COCEF revient avec un forum hispano-français

Après le succès du premier forum en 2015, la COCEF revient avec une deuxième édition en 2016 très prometteuse… Suite page 27

Sous le charme d'un village transformé en « resort rural »

La Cantabrie est une des destinations espagnoles les plus avancées dans le domaine du tourisme rural… Suite page 30

Expériences locales en France comme en Espagne www.hellomyguide.com

ACHETER UN IMMEUBLE À MADRID jinvestisenespagne @gmail.com PAPIER RECYCLÉ

” Networking events for professionals

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF, vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français 902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

mentation aurait été de 142 % pour atteindre 2,6 milliards d'investissements dans le domaine hôtelier en Espagne en 2015. Sans aucun doute, la situation d'incertitude que vit Barcelone profite à Madrid, la mairie ayant aussi clairement montré son désintérêt vis à vis des investissements étrangers dans le secteur. D'ailleurs, durant ces deux dernières années, plus de 1.500 entreprises auraient fui la Catalogne pour s'installer à Madrid. Cela expliquerait notamment une certaine pénurie dans les bureaux et business center et

justifierait une légère hausse des prix dans la capitale. De manière générale, même si il existe actuellement une incertitude dans certaines régions, l'Espagne reste, dans son ensemble, un spot international parmi le top 3 pour investir et il semble que tous les indicateurs de 2016 envisage une continuité dans ces investissements. Les grands noms hôteliers mondiaux observent tous Madrid avec intérêt mais aussi avec impatience car il est compliqué de trouver un actif adéquate pour bâtir un hôtel de luxe.

2

No 80 – Janvier/Février 2016

BANQUE

Banque Transatlantique :

nos services ne connaissent pas de frontières

La Banque Transatlantique, banque privée internationale du Groupe Crédit Mutuel-CIC, conseille et accompagne les Français de l’étranger depuis plus de 80 ans. LES LIENS ÉCONOMIQUES, historiques et culturels qui lient la France et l’Espagne, font de ce dernier un pays attractif pour les investisseurs et expatriés français. Dans ce contexte, la Banque Transatlantique a poursuivi le développement son réseau international en créant en 2015 deux bureaux de représentation à Madrid et à Barcelone. Elle propose ainsi un ensemble de ser-

vices et solutions patrimoniales conçues spécialement pour répondre aux besoins d’un expatrié en Espagne, notamment au travers : • d’un suivi personnalisé et transgénérationnel • d’un accompagnement juridique et fiscal intégrant les problématiques transfrontalières • d’une offre de gestion libre ou déléguée en euros ou en devises via sa fi-

liale, Transatlantique Gestion • d’une structuration patrimoniale répondant aux réglementations locales. • de financements de projets immobiliers en France ou en Espagne Vous préparez votre expatriation en Espagne ou êtes déjà installé, contactez la Banque Transatlantique : btespagne@banquetransatlantique.com

Bureau de représentation de la Banque Transatlantique - Madrid Mihaï LEZIUS-DONCEL +34 91 43 67 490 Bureau de représentation de la Banque Transatlantique – Barcelone Javier Palomino Sànchez +34 681 22 34 71

BUSINESS

No 80 – Janvier/Février 2016

3

Madrid : La vente d’immeubles en ébullition Depuis 24 mois les professionnels de l’immobilier sont d’accord pour admettre qu’il existe une claire reprise des activités. Les crédits des banques locales renaissent, les investissements internationaux en Espagne s’accélèrent et les perspectives économiques s’améliorent de mois en mois. Le tourisme est en grande partie une des raisons de cette évolution positive. par PC

en plus, soit s’encombrer d’une vitrine qu’on ne controle pas.

MADRID ET BARCELONE sont actuellement les deux spots les plus recherchés par les investisseurs internationaux dans l’acquisition d’immeubles ou d’hôtels. Madrid faisant en 2015 l’objet d’avantage de convoitises car profite des ambitions indépendantistes catalanes. Actuellement, de belles opportunités s’offrent en centre ville pour ceux qui souhaitent investir dans du résidentiel ou dans l’hôtellerie Il s’agit souvent d’immeubles de la fin du XIXe siècle ou du milieu du 20e, livrés vides, appartenant à des familles dont l’ensemble des associés se sont enfin mis d’accord pour vendre. Certains de ces immeubles font actuellement l’objet de nombreuses convoitises. L’un d’eux, situés à 100 mètres de Plaza Mayor, dispose de plus de 8000m2 et se vend pour moins de 3000 euros le m2. Il appartient depuis 1883 à une famille espagnole qui a décidé de s’en débarrasser avant la fin de l’année. Cet immeuble disposant d’un grand patio intérieur (voir photo ci-contre) très lumineux, répartissant ainsi la lumière généreusement sur l’ensemble de la surface ferait un excellent hôtel ou résidence de luxe. Chose indispensable et recherchée par les investisseurs, le Retail, est aussi disponible, ce qui n’est pas forcément évident pour ce genre d’actif en vente. Dans certains cas, le retail peut valoir jusqu’à 20 % du prix de l’immeuble tel cet actif à Fuencarral, vendu 8M d’euros totalement off market (son propriétaire refusant que les agences traditionnelles s’occupent de la vente). Or le problème de cet actif de Fuencarral est que son Retail n’est pas inclus dans l’actif à la vente, le propriétaire de celui-ci le proposant à 2 millions d’euros. le dilème est donc de taille : soit débourser 20 %

Depuis 3 semaines les immeubles partent comme des petits pains

De très nombreux immeubles connus sur le marché se vendent rapidement depuis fin octobre. L’ensemble des professionnels du secteur notent un incroyable mouvement depuis mi-octobre sur le marché madrilène. Il s’agit surtout d’immeubles en centre ville à moins de 3000 euros le m2. L’incertitude des élections politiques générales du mois de décembre n’influe désormais plus sur les décisions des investisseurs en Espagne : ils investissent car à moins de 3.000 euros le m2 dans une capitale européenne, quelque soit la couleur politique locale, ça reste une affaire. Les politiques changent, les immeubles restent.

Moins de 3000 euros le m2, de plus en plus rare et une très bonne affaire

Les derniers chiffres cités par les statistiques locales tel que le collège des notaire ou certains professionnels indiquent une forte augmentation de la vente de résidences de luxe dans le centre de Madrid. Ces chiffres peuvent atteindre 13 000 euros le m2, telle cette promotion dans la Calle Antonio Mauro, située juste en face du Retiro, près de la Place de l’Indépendance. On a aussi vu sur la calle Serrano, n°7, une promotion résidentielle, en projet, offerte à 12000 euros le m2. Du coté de la calle Goya ou du centre du quartier de Salamanca, les promotions de luxe s’offrent à 9000 euros le m2. Un peu plus loin, du côté de la place d’Espagne ou du côté de l’hippodrome, dans le nord Ouest de Madrid, on parle de 6000 euros le m2. On reste à des années lumières des sommets de Paris ou de Londres.

2

Forum d’Emploi

ème

franco-espagnol

à PARIS

trouvez les profils que vous recherchez ! 17 de marzo de 2016 pour plus d’information: www.empleofrancia.com Tél: +33 (0) 1 42 61 33 10 - m.martinez@cocef.com

España Francia

en collaboration avec

COCEF Foro de Empleo - 110,50x153.indd 1

12/10/2015 18:18:27

4

No 80 – Janvier/Février 2016

BUSINESS

Le tourisme d’affaires a généré en Espagne presque 4,4 milliards en 2014 Le tourisme d’affaires a généré un impact économique de presque 4,4 milliards d’euros en Espagne au cours de l’année 2014, soit 9 % de plus que l’année précédente, d’après une étude réalisée par The Ostelea Business School of Tourism & Hospitality.

30 millions pour un Novotel de Madrid par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

NOVOTEL MADRID CENTER, l’ancien Hôtel Conven-

ción, a rouvert ses portes suite à une année de réformes et six mois de fermeture aux effets d’un remodelage intégral, auquel le propriétaire de l’hôtel a assigné plus de 30 millions d’euros, a informé l’établissement. L’établissement, de 790 chambres et quatre étoiles, compte sur des espaces communs et de restauration avec un Gourmet-

Bar, outre les 2.400 m2 d’espaces voués aux évènements, grâce auxquels l’hôtel cherche à devenir une référence au sein de ce segment dans la capitale. Il s’agit de l’établissement de la marque AccorHotels le plus grand du monde. L’hôtel, sis rue O’Donnell à Madrid, près du Retiro, compte sur un centre de conventions des mieux équipés en matière d’évènements dans la capitale. Les 20 salles de réunion adaptables disposent de la dernière technologie et WiFi gratuit, dans tout l’hôtel.

Macro projet de 1 milliard en vue pour le port nautique de Valencia par P.C.

L’INVESTISSEMENT VIENDRAIT DE Singapour où la hol-

ding ARC Resorts proposerait aux autorités de Valence d’investir 1 milliard d’euros dans le port de plaisance de Valence pour en faire une des plus grandes marinas touristiques d’Europe. Le projet envisage de créer ainsi plus de 20.000 emplois et d’augmenter de plus de

700.000 le nombre de touristes par an à Valence. ARC resorts est presente en Europe, Asie Centrale, Grande Bretagne, Suisse et Kazakhstan. Les autorités locales on bien entendu assez bien accueilli ce projet et faciliterait toutes les procédures pour qu’il puisse voir le jour rapidement. L’Espagne redevient une destination touristique forte et son potentiel reste important pour les investissements venant de l’étranger.

par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER 31 % correspondent à la facturation des entreprises vouées à l’organisation de congrès, tandis que les 69 % restants se doivent au volume généré par d’autres secteurs impliqués. L’Espagne a accueilli 4,31 millions de touristes en voyage d’affaires en 2014, soit 6,6 % de plus qu’en 2013. Pourtant, 5,2 millions de touristes visitèrent l’Espagne en 2008 à l’occasion d’un voyage d’affaires, soit 20,6 % de plus qu’en 2014. D’après cette étude, la chute de 17,1  % en matière d’affluence de touristes en voyage d’affaires a eu une simple répercussion de 3,6 % sur le secteur. En ce qui concerne les dépenses totales des touristes en voyage d’affaires en Espagne, elles se sont élevées à 4,273 milliards d’euros, avec des dépenses en moyenne de 990 euros, soit une chute de 4,9 %. Le séjour en moyenne s’est également raccourci, passant de 8,6 jours en 2008 à 6,1 jours en moyenne en 2014. D’après l’étude d’Ostelea, le tourisme d’affaires représente, en 2014, 6,8 % des dépenses totales des touristes en Espagne et 7,2 % en 2013.

Dépenses inférieures à la moyenne européenne

En revanche, les dépenses des espagnols au cours de voyages d’affaires ont représenté 3,6 % du total à échelle européenne. Les espagnols ont dépensé plus de 2 milliards d’euros en 2014, face aux 23 milliards de l’Allemagne ou les plus de 10 milliards de la France.

7  % des voyages internationaux effectués par les espagnols correspondent à des voyages d’affaires en 2014, alors que la moyenne européenne représente 12  % la même année. Le séjour en moyenne des espagnols au cours de leurs voyages d’affaires internationaux a été de 4,44 jours, soit 11 % de plus qu’en 2013, face à une moyenne européenne de 3,49 jours.

Troisième position du ranking

Au cours de l’année 2014, l’Espagne a occupé la troisième position du ranking mondial des pays émetteurs de congrès internationaux (période 20082014), seulement dépassée par les États-Unis et l’Allemagne. D’après les données recueillies par Ostelea, 758 congrès internationaux se sont tenus, soit 2,85 % de plus qu’en 2013 et 66,6 % de plus qu’en 2008. Le nombre d’entreprises du secteur de l’organisation de conventions et de salons a augmenté de 17,5 % au cours de la période 2008-2014 (4.595 entreprises au total). D’après cette analyse, le nombre d’évènements s’est élevé à 19.815, 8,9 % de plus qu’en 2008, année au cours de laquelle la crise a commencé.

3,5 millions de participants

Au cours de l’année 2014, le nombre de participants s’est élevé à 3,5 millions, une hausse de 4,3 % par rapport à 2008. 70 % des participants provenaient du territoire national. La durée moyenne des évènements d’affaires en Espagne a été de 2,31 jours en 2014, soit 1,3 % de moins que l’année

précédente, le salon FIDMA, à Gijón, étant l’évènement d’affaires ayant accueilli le plus de visiteurs en Espagne en 2014, avec plus de 262.000 personnes.

La Catalogne fait apport de l’essentiel des participants

Par Communautés Autonomes, la Catalogne est celle qui a fait apport de l’essentiel des participants nationaux aux évènements d’affaires ayant eu lieu en dehors de la région (23,9 %). La Communauté de Madrid la suit (21,6 %) puis, loin derrière, l’Andalousie avec 7,3 %. La contribution de la Catalogne a augmenté de 5 % en matière de participants nationaux aux évènements d’affaires par rapport à 2008, tandis que celle de la Communauté de Madrid s’est accrue de 3,8 %.

Barcelone et Madrid attirent 66 % des congrès

Barcelone et Madrid sont positionnées au top 5 en 2014 des villes tenant le plus de congrès internationaux à échelle mondiale, ranking à la tête duquel se trouve Paris. La capitale figure en troisième position avec 200 congrès et Barcelone en cinquième position avec 182 congrès. Elles représentent toutes deux 66 % des congrès internationaux en Espagne. En ce qui concerne le nombre de participants, l’Espagne se situe en deuxième position à échelle mondiale, avec plus de 289.000 assistants. Par villes, Barcelone occupe la deuxième position avec 127.469 participants, suivie de Madrid, avec 91.542 assistants, toutes deux dépassées par Paris.

JURIDIQUE

No 80 – Janvier/Février 2016

5

Successions internationales : une voie ouverte vers leur simplification par VIRGINIE MOLINIER v.molinier@mbabogados.eu M&B Abogados

LE 17 AOÛT dernier, en pleine période estivale, à l’heure où la plupart des français propriétaires en Espagne profitent de leurs biens les pieds dans l’eau, est entré en vigueur, trois ans après sa publication, (le 4 juillet 2012), le Règlement européen qui vise à traiter et à simplifier les successions ayant des aspects internationaux. Cette entrée en vigueur du Règlement n’a pas intéressé les médias de masse, et n’a été commentée que dans les cénacles professionnels (avocats, notaires, gestionnaires de patrimoine) ; cependant, elle a et aura des effets pratiques considérables sur les successions des citoyens européens qui ont des biens dans plusieurs Etats de l’Union, et/ou qui changent ou ont changé de résidence au cours de leur vie. Le président du Conseil des Notariats de l’Union Européenne ne s’y est pas trompé, puisqu’il n’a pas hésité à qualifier la date de l’entrée en vigueur du Règlement de date « à marquer d’une pierre blanche ». En effet, le Règlement, applicable dans tous les Etats membres, à l’exception de la GrandeBretagne, l’Irlande et le Danemark, va simplifier de manière importante le traitement des successions internationales. Juridiquement, une succession est qualifiée d’internationale lorsqu’une personne décède dans un pays différent de celui de sa nationalité ou de sa résidence ou lorsque le défunt laisse derrière lui des biens (mobiliers ou immobiliers) dans un pays différent de celui de sa nationalité ou de sa résidence. Avec la multiplication des échanges internationaux et la croissante facilité des voyages, les successions internationales ont augmenté significativement. En ce qui concerne les ressortissants français, une succession sur dix est interna-

tionale : cela concerne 450.000 successions chaque année. Avant l’adoption de cette règlementation européenne, la règle suivie par certains des Etats membres, dont la France, consistait à choisir la loi applicable à la succession selon la nationalité du défunt. Cependant, certains Etats différenciant les biens meubles et les biens immeubles, il était courant que plusieurs lois s’appliquent à une même succession, suivant la nature des biens concernés. Cette application de plusieurs lois constituait évidemment un facteur de complexité, générateur de surcoûts et de retards dans le traitement des successions. Avec l’entrée en vigueur du Règlement, le principe de base a changé : la loi qui s’applique est celle de l’Etat membre dans lequel le défunt est décédé, et elle s’applique pour tous ses biens, qu’ils soient meubles ou immeubles. Toutefois, si ce dernier présentait des liens plus étroits avec un autre Etat membre, la loi de cet Etat s’appliquera. L’apport le plus intéressant du Règlement est que tout citoyen peut dorénavant choisir de son vivant la loi régissant sa succession. Ce choix doit porter sur la loi du pays (ou d’un des pays) dont la personne possède la nationalité (au moment du choix de la loi ou au moment de son décès) et doit être formulé de manière expresse ou être indiqué dans le testament ou le pacte successoral. La loi peut être celle d’un Etat membre ou celle d’un Etat tiers. Cette faculté est fondamentale, car les personnes qui l’auront exercée simplifieront de manière considérable leur succession, et permettront à leurs héritiers d’économiser temps et argent. Les successions internationales généraient jusqu’à aujourd’hui de nombreux conflits de lois entre les différents ordres juridiques, et contribuaient donc à une opacité et à une complication des régimes applicables.

Le Règlement crée le Certificat Successoral Européen (CSE), délivré à la demande des héritiers ou légataires par les autorités compétentes désignées par chaque Etat membre (en France et en Espagne, il s’agit du notaire) et reconnu dans tous les pays de l’Union Européenne. Celui-ci permettra aux éventuels héritiers et légataires de prouver leur statut dans tous les pays de l’Union Européenne

ainsi que la quote-part leur revenant dans la succession, dans un autre Etat membre que celui où il a été émis. En revanche, le Règlement ne modifie pas les règles fiscales des successions internationales, qui continueront donc à s’appliquer. Ce dernier sujet est un thème délicat. En effet, nous rencontrons souvent des cas dans lesquels les biens détenus à l’étranger n’ont pas été décla-

rés dans l’Etat de résidence fiscale du défunt, ce qui implique la nécessité d’une régularisation avec les possibles sanctions que celle-ci peut entraîner. La non-déclaration des biens possédés à l’étranger est souvent une mauvaise idée, et elle le sera de plus en plus avec la mise en place d’échanges d’informations entre les administrations fiscales au niveau européen.

PARIS - MONTPELLIER - BARCELONE - MADRID

Av o c a t s Le cabinet d’avocats qui fait le lien entre la France et l’Espagne Contact : v.molinier@mbavocats.eu +34.93.172.01.32 www.mbavocats.eu

6

BUSINESS

No 80 – Janvier/Février 2016

ACS s’adjuge la construction d’une autoroute à Sydney d’un montant de 2,8 milliards d’euros par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

ACS, PAR LE biais de ses filiales Dragados et Leighton Contractors, a signé avec Sydney Motorway Corporation un marché relatif à la conception et la construction de la nouvelle autoroute M5 à Sidney (Australie) d’un montant de 4,3 milliards de dollars australiens (environ 2,8 milliards d’euros) a informé aujourd’hui le groupe présidé par Florentino Pérez. La nouvelle autoroute M5 consiste en la deuxième phase du projet WestConnex, l’infrastructure de transport la plus longue et de revitalisation urbaine en Australie, qui sera exécutée en trois étapes. Le projet WestConnex consiste en la construction d’un double tunnel à partir de la M5 Est existante à Kings-

grove jusqu’à la nouvelle bretelle de St. Peters. Grâce à ces travaux, la capacité actuelle du couloir sera multipliée par plus de deux et le couloir d’accès Est-Ouest entre le centre financier de Sydney, Port Botany et la zone aéroportuaire sera amélioré, ainsi que les zones de développement urbain du Sudouest. Le consortium adjudicataire, composé par les entreprises Dragados, Leighton Contractors et Samsung (LDS JV), se chargera de la construction d’environ neuf kilomètres de nouveaux tunnels, de l’amélioration des bretelles entre les autoroutes de King Georges Road à Beverly Hills, actuellement en construction, et de la nouvelle bretelle de St. Peters. ACS espère démarrer l’essentiel des travaux mi 2016. Il est prévu que la nouvelle autoroute M5 soit ouverte à la circulation fin 2019.

DoubleTree by Hilton ouvrira son premier hôtel dans le centre de Madrid en 2016 DoubleTree by Hilton ouvrira son premier hôtel dans le centre de Madrid l’été prochain, un établissement de 61 chambres, qui deviendra le deuxième de la capitale après le ‘Hilton Madrid Airport Hotel’, et s’ajoutera aux autres 14 hôtels dont dispose la chaîne sur la Péninsule Ibérique. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

L’HÔTEL, QUI SERA commercialisé en tant que ‘DoubleTree by Hilton Museo del Prado’, sera situé rue San Agustín numéro 3, au cœur du quartier des Cortes, à moins de 15 kilomètres de l’aéroport Adolfo Suárez de Madrid-Barajas, et comptera sur un restaurant ouvert toute la journée. Hilton Worldwide gèrera l’hôtel jusqu’à la passation d’un accord de franchise. Patrick Fitzgibbon, le Vice-président et Responsable du Développement pour l’Europe et l’Afrique, a souligné que son

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

vous assure en Espagne! Gestion Intégrale en Français Auto Habitation

Parce que notre vocation est de vous rendre service nous vous offrons:

Vie Épargne Accidents

Service complet et personnalisé Prestation à distance pour plus de commodité Garanties et tarifs mutualistes

Délégation France

902 368 821 +34 93 496 47 34

www.atlantis-seguros.es delfrance@atlantisgrupo.es

« excellent emplacement » contribuera à ce qu’il soit dans « des conditions d’être leader sur le marché des hôtels citadins à Madrid ». Le ‘DoubleTree by Hilton Madrid Prado’ s’allie à cinq autres homologues que la chaîne exploite actuellement en Espagne : Gérone, Barcelone, Terrassa (Barcelone),

Gualta (Gérone) et Fuengirola (Málaga). Les clients réservant directement par le biais des réseaux préférentiels de la chaîne Hilton ont accès à des prestations telles que connexion Wi-Fi standard, ainsi que les services digitaux exclusivement disponibles sur l’application mobile de Hilton HHonors.

BUSINESS

No 80 – Janvier/Février 2016

La banque dans laquelle vous vous sentez toujours comme chez vous TARGOBANK, filiale du groupe Crédit-Mutuel est la seule banque d’origine française en Espagne, avec des équipes  bilingues qui vivent au rythme de la culture FrancoEspagnole. C’est ce qui lui permet d’entretenir une relation de proximité avec ses clients français en Espagne.

Cette force et ce dynamisme ont fait de TARGOBANK, une banque universelle qui offre un service complet de produits bancaires et d’assurances sans frontières. Nous sommes en Espagne pour vous accompagner

Une banque proche de vous qui vous mènera loin

Espace conseil bilingue: Madrid:

Barcelone:

Málaga:

C/ Silvano, 92. Tel: 91 716 20 07

Av. Diagonal, 437. Tel.: 933 624 008

C/ Claudio Coello, 123. Tel: 91 781 39 76

Av. República Argentina, 223. Tel: 934 183 000

Av. Erasa (Esq.Girasoles. Edif.Benalm). Benalmadena. Tel: 952 57 77 96

C/ O´donnell, 22. Tel: 91 431 93 40

C/ Alfons IV, 73. Granollers. Tel: 93 870 79 57

Av. Del Rotary Internacional. Puerto Banús. Tel: 952 90 66 00

TARGOBANK, S.A. C/ Claudio Coello, 123, 28006 MADRID (ESPAGNE) - Reg. du Com. de Madrid, tome 1326, folio 70, section 8, feuille M-14751 | CIF : A-79223707 | Reg. B.E. 0216.

7

8

BUSINESS

No 80 – Janvier/Février 2016

Iberostar ouvre un nouveau cinq étoiles à Cuba La chaîne hôtelière Iberostar a annoncé l’ouverture d’un nouvel établissement à Cuba, l’ ‘Iberostar Playa Pilar’, un nouveau pari de la compagnie sur ce pays des Caraïbes où elle compte déjà sur dix établissements. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

LA COMPAGNIE, PRÉSENTE à Cuba depuis 1993, assure que grâce à cette ouverture, elle souhaite renforcer son pari sur Cuba en tant que destination touristique clé pour la chaîne. « L’expérience a été très positive et nous sommes ravis d’ajouter un nouvel établissement qui nous permette de poursuivre notre croissance à Cuba et d’épauler l’industrie touristique locale dans ses nouveaux défis », a affirmé José Antonio González, Vice-président et Conseiller Délégué en Amérique de la compagnie. Situé à Cayo Guillermo, dans l’archi-

pel de Jardines del Rey, l’hôtel consiste en un resort cinq étoiles composé de 482 chambres distribuées dans 15 immeubles ou bungalows, ainsi que des services les plus exclusifs. Les installations du nouvel hôtel comprennent cinq piscines, un point nautique et accès direct à la côte. En outre, il compte sur des services de spa et wellness, ainsi que de multiples options en matière de loisirs telles que sports aquatiques (windsurf, kayak ou plongée), courts de tennis, volleyball, club sportif ou volley plage. Le nouvel hôtel, qui fait partie de la catégorie Premium Gold de la compagnie, comprend également trois restaurants (méditerranéen, créole et japonais).

Villa Mir souhaite construire les logements les plus chers d’Espagne par A. CHAMEROIS

JUAN MIGUEL VILLAR Mir, à la tête du groupe du même nom, ne manque pas d’ambition pour son projet commercial, hôtelier et résidentiel de Canalejas à Madrid. « Actuellement, les appartements les plus chers de la capitale se vendent à 6000 euros le mètre carré, ceux de Canalejas se vendront le double » déclarait la semaine dernière le chef d’entreprise sur la radio Cadena Cope.

Pullman Barcelona Skipper Emplacement unique avec vue sur la plage de la Barceloneta.

HB-004318

Profitez du confort de nos installations à seulement 5 minutes du centre-ville. Reservez sur Pullmanhotels.com

Cuba annonce 110.000 chambres d’hôtels en plus pour 2030

Photographe : Nick Meek.

par LCE

Paris . Sao Paulo . London . Shanghai . Dubaï . Bangkok . Sydney . Berlin . Bali . Barcelone R E J O I G N E Z N OT R E P RO G R A M M E D E F I D É L I T E M O N D I A L S U R ACCO R H OT E L S . CO M

Le projet du groupe Villar Mar transformera d’anciens édifices situés près de la célèbre Puerta del Sol et achetés à la banque Santander en un vaste complexe alliant commerces et logements. L’architecture centenaire des différents immeubles sera respectée et la structure rénovée pour accueillir une galerie commerciale, un hôtel de luxe géré par la chaîne américaine Four Seasons et une vingtaine d’appartements. Ces logements, d’environ 100 mètres carrés chacun, pourraient donc être vendus aux alentours de 1,2 millions d’euros.

Le Ministère du Tourisme de Cuba vient d’annoncer la construction de 85.000 chambres d’ici a 5 ans et 110.000 pour 2030. Cuba aurait enregistré plus de 16 % de touristes en plus au premier se-

mestre 2015. L’ouverture avec les USA aurait apporté plus de 80.000 américains au premier semestre. La capitale, La havanne, d’où transite grand nombre des touristes internationaux, compte seulement 9.000 chambres. En 2017, l’hôtel Packard (voir photo ci-contre) devrait réouvir avec 300 chambres et ce n’est qu’un début.

BUSINESS

Le TTIP va générer 350.000 emplois en Espagne par LCE

LE TRAITÉ DE Libre Echange entre l'Union Européenne et les Etats Unis appelé Transatlantic Trade and Investment Partnership devrait générer plus de 350 emplois en Espagne et va élever son PIB de 1 % durant 5 ans. Ce traité s'adresse à un marché global de 850 millions de consommateurs entre les deux entités.

Le principe de cet accord est une harmonisation des relations commerciales mais aussi en matière de sécurité. L'Espagne est très ambitieuse sur le marché américain où son présentes principalement des acteurs du secteur financier et de la construction. Les start-up, quant-a-elle, ont tout à gagner avec cet échange. La mode espagnole en plein boom aussi.

Une lowcost ouvre la ligne CastellónBucarest par LCE Le potentiel de Castellón, raconté par un reportage du Courrier d’Espagne avant l’été, est en train de prendre forme. La compagnie aérienne low cost Blue Air vient d’annoncer l’ouverture d’une ligne Castellón-Bucarest à raison de 35.000 places par an.

Des Boing 737-400 d’une capacité de 170 places seront utilisés. La communauté roumaine représente casi 10 % de la population de Castellón. Il est fort probable que d’autres compagnies low cost suivent le pas puisque la région représente aussi un potentiel touristique énorme totalement inexploité par les tours opérateurs européens.

Le mythique siège de Caja Madrid transformé en hôtel par A. CHAMEROIS L’hôtel 5 étoiles de 25 000 mètre carrés, situé en plein centre de la capitale espagnole, devrait ouvrir ses portes en 2018. La Fondation Montemadrid met en vente le siège historique de Caja Madrid (entité bancaire devenue Bankia), situé près de la Puerta del Sol, pour le convertir en hôtel 5 étoiles. Selon le quotidien économique Expansión, l’opération pourrait atteindre un prix similaire à celui de la vente de l’Hôtel Ritz, acquis en mai dernier par

Olayan et Mandarin pour 130 millions d’euros. L’édifice compte une superficie de 25 000 mètres carrées, plus de 3000 mètres carrés de terrasses et pourraient abriter environ 200 chambres. Son ouverture, prévue en 2018, rivaliserait à Madrid avec celle du Four Seasons (prévu au sein du complexe de Canalejas) et celui du Mandarin (géré par Ritz). La Fondation Montemadrid a déjà accordé le mandat de vente de l’édifice au cabinet madrilène Irea et l’opération devrait se conclure entre fin 2015 et début 2016.

No 80 – Janvier/Février 2016

9

Meliá accélère sa croissance en Indonésie Meliá Hotels International a élargi sa présence en Indonésie, l’un des principales pôles de croissance de la compagnie en Asie-Pacifique, où elle a acquis son treizième établissement dans la ville de Bandung, qui sera exploité sous l’enseigne ‘Innside by Meliá’. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

L’ASIECONTINUERAD’ÊTRE

au cours des prochaines années un axe stratégique pour la chaîne, où elle dispose d’une trentaine d’hôtels ouverts ou en cours d’ouverture, tous exploités à 100 %au moyen de contrats de gestion. Le nouvel hôtel formera partie du projet ‘The Maj Collection Hotel & Residences’, développé par le groupe The MAJ, dont Ancora Group est propriétaire et dont les travaux de construction s’achèveront en 2018, a signalé la chaîne Majorquine dans un communiqué.

L’ ‘Innside by Meliá’, de 233 chambres, occupera l’une des deux tours jumelles du complexe, qui seront reliées au niveau de la terrasse et comptera sur des espaces pour enfants, une piscine, un gymnase, un restaurant et des espaces verts. La deuxième tour hébergera des appartements résidentiels et, en outre, disposera d’un immeuble annexe à usage de parking, salles de réunion, héliport et piscine ‘infinity’ sur la terrasse.

Neuf incorporations futures en 2016 et 2017

Une représentation de l’équipe de la direction de la chaîne hôtelière de la famille Escarrer

qui se trouve en ce moment en tournée en Asie-Pacifique, avec le Président et le Vice-président de Meliá Hotels International, a été chargée de communiquer l’opération. L’Indonésie accapare le volume le plus important d’hôtels Meliá dans la région, aussi bien ouverts (quatre établissements) qu’à incorporer prochainement à son portefeuille (neuf hôtels en 2016 et 2017). Meliá a initié son expansion internationale dans cette région avec l’ouverture du ‘Meliá Bali’ en 1986 et, après 30 ans de présence, s’est consolidée sur ce marché en devenant l’une des principales chaînes hôtelières opérant en Indonésie.

Transformation d’un phare de Trafalgar (Cadix) en un hôtel Floatel s’est adjugée le phare de Trafalgar afin d’aménager et exploiter un hôtel au sein de ses installations, d’après les informations recueillies par Europa Press auprès de Puertos de Estado. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

IL S’AGIT DU deuxième phare que cette entité publique s’adjuge dans le cadre de son plan de cession de ces installations, actuellement désaffectées, afin d’y accueillir des hôtels ou autres fins culturelles et sociales. Le premier des phares adjugé à Floatel fut celui d’Isla Pancha, à Rivadeo (Lugo),

avec une enseigne locale, également à usage d’hôtel. Dans le cas du phare de Trafalgar, la compagnie allemande envisage de développer en Espagne l’activité d’exploitation hôtelière de tours et phares désaffectés qu’elle développe d’ores-et-déjà en Allemagne, où elle compte déjà sur trois phares. De fait et d’après les mêmes sources, la société allemande a également sollicité le phare de Cudillero, aux Asturies et

a constitué une filiale en Espagne. En ce qui concerne Trafalgar, Floatel conservera le musée appartenant au phare, qui sera compatible avec l’exploitation hôtelière du reste de sa surface. En ce sens, l’enseigne investira un demi-million d’euros environ afin de rénover les chambres et les adapter à un « style marin élégant », afin de pouvoir offrir une destination touristique différente de celles de la région.

10 No 80 – Janvier/Février 2016

TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES

Un groupe espagnol, parmi les finalistes d’un projet hôtelier de 400 millions à Cuba

Ronaldo va ouvrir un hôtel à Madrid avec Pestana par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

LES STARS DU football investissent aussi dans l’hôtellerie de Madrid. Après Four Season et Mandarin, c’est au tour de Ronaldo d’annoncer un investissement conséquent sur la Gran Via de la capitale espagnole avec le groupe portugais hôtelier Pestana. Ce groupe, très peu connu dans

l’hexagone français, gère plus de 87 hôtels au Portugal et à l’étranger, deux casinos, 6 golf mais aussi une compagnie d’avion charter. Il est présent en Espagne, au Venezuela, en Argentine, Bresil, Colombie, Cuba, Miami et Afrique du Sud entre autres. Aucun hôtel encore en France. Au total, Ronaldo, au coté de Pestana, fera un investissement dans 4 hôtels dans le monde : Madrid, NewYork, Lisbone et Madère.

Condé Nast Johansens Luxury Spas 2016 comprend six spas de luxe espagnols dans son nouveau guide par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

CONDÉ NAST JOHANSENS

Luxury Spas, le guide mondial spécialiste des établissements pourvus de spa, a inclus six établissements espagnols dans sa nouvelle édition, le double de l’édition précédente, avec une forte présence aux Îles Canaries. Dans ce guide, 16 des 71 établissements qui y figurent sont de nouvelles incorporations, parmi lesquelles se distinguent les établissements avec spa situés au Sri Lanka et les Îles du Canal de la Manche. Les spas de luxe espagnols qui figurent cette année dans la publication sont les suivants :

SHA Wellness Clinic (Alicante), Barceló Asia Gardens Hotel & Thai Spa (Costa Blanca), Bohemia Suites & Spa (Gran Canaria), Gran Hotel Atlantis Bahía Real (Fuerteventura), Gran Hotel Bahía del Duque Resort (Tenerife) et Hotel Botánico & The Oriental Spa Garden (Tenerife). Les incorporations à échelle mondiale se trouvent en Thaïlande, aux Philippines, Îles Maldives, en Chine, Suisse, au Sri Lanka et en Indonésie. Les guides Condé Nast Johansens, appartenant à la maison d’édition Vogue, GQ, Condé Nast Traveller et Glamour, contiennent des recommandations visant 62 pays, avec une diffusion auprès de 5,5 millions d’utilisateurs.

par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

LE GROUPE ESPAGNOL

composé par Meliá Hotels, Pisan Náutica, Insotel Marine, C4T et Estudio 7, a été sélectionné par les autorités cubaines pour la phase finale d’une procédure d’appel d’offres internationales, afin de développer un complexe touristique à La Havane, d’un montant de 400 millions d’euros. Il s’agit d’un projet de développement intégral de la Marina Hemingway, qui comprend la construction de 500

chambres environ dans deux hôtels cinq étoiles et l’exploitation d’au moins 850 amarrages pour des embarcations de petite et grande longueur, d’après les informations fournies à Europa Press par des sources du gouvernement cubain. Situé à l’ouest de la capitale, parmi les prérequis du l’appel d’offres se trouve la construction d’un Centre International de Plongée et le développement d’une marina de « grand standard international », adressée principalement aux touristes européens et nord-américains, d’après les stipulations du cahier des charges.

La modalité de l’investissement consistera en une entreprise mixte—le lauréat et une société cubaine–, et l’adjudicataire gèrera les installations hôtelières su complexe. L’investissement sera financé grâce à un prêt octroyé par le partenaire international lauréat à l’entreprise mixte, constituée suite à l’appel d’offres. Les sociétés finalistes pourront présenter une offre avec une évaluation de l’investissement nécessaire jusqu’au lundi 30 décembre, et le résultat de l’appel d’offres se connaîtra le 29 février 2016.

Le Palais des Congrès de Madrid bientôt rénové et doté d’un hôtel 5 étoiles Le Ministère de l’Industrie espagnol a indiqué que la rénovation du Palais des Congrès de la capitale et la construction d’un hôtel de luxe adjacent coûteraient 90 millions d’euros. La concession en sera octroyée pour une durée de 40 ans. par A. CHAMEROIS

OUVERT EN 1971 puis fermé en 2012 pour des raisons de sécurité, le Palais des Congrès de Madrid devra subir d’importants travaux avant de réouvrir ses portes. L’occasion pour l’Etat, qui en est propriétaire, d’édifier un hôtel 5 étoiles juste à côté.

Finalement, la tour de cet hôtel ne fera que 17 étages au lieu de 23. Elle comptera 180 chambres doubles, 36 suites junior ainsi qu’un espace avec gymnase, piscine et spa. La façade du Palais des Congrès donnant sur le prestigieux Paseo de la Castellana et arborant une gigantesque fresque de Joan Miró sera également rénovée pour 450 000 euros.

Le Ministère de l’Industrie estime que le projet est « viable et susceptible d’offrir une rentabilité maximale  », grâce au « grand potentiel de croissance » de Madrid en matière de tourisme d’affaires. Prochaine étape pour celui qui remportera la concession du complexe : demander l’autorisation de travaux à la Mairie de Madrid.

TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES

No 80 – Janvier/Février 2016 11

L’investissement hôtelier en Espagne atteint 2,65 milliards en 2015, enregistrant un nouveau maximum historique L’investissement dans le secteur hôtelier en Espagne a atteint 2.650 millions d’euros, ce qui représente un accroissement de 124 % par rapport à l’année 2014, lors de l’investissement de 1,18 milliards d’euros en actifs hôteliers, et un nouveau maximum historique, d’après le dernier rapport élaboré par JLL Hotels & Hospitality Group. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

AINSI, CE CHIFFRE dépasse de 66 % le précédent record en matière d’investissement hôtelier en Espagne, atteint en 2006, avec 1,6 milliards d’euros investis dans le secteur. En conséquence, l’Espagne se positionne en tant que troisième pays européen dont le volume en matière d’investissement hôtelier est le plus élevé, derrière le Royaume Uni et l’Allemagne. « Il est prévu, durant 2016, que les tendances existantes en matière d’investissement (ventes de portefeuilles ou le rôle essentiel des socimis) se maintiennent, avec l’éventuelle arrivée de nouvelles socimis de moindre taille », a assuré le Directeur de JLL Hotels & Hospitality pour l’Espagne et le Portugal, Luis Arsuaga. Si ces pronostics se réalisent, les chiffres atteints en 2015 pourraient être renouvelés en 2016. Pendant 2015, l’investissement a tendu vers les destinations de vacances, représentant 54 % de la totalité, face à 46 % l’année précédente, suivies des destinations citadines (44 %) et de type rural (2 %). En ce qui concerne les communautés, les Îles Canaries sont celles qui ont le plus bénéficié des investissements

(30 % des investissements en Espagne). La Communauté de Madrid représente le deuxième marché en volume en matière d’investissement hôtelier, ce qui situe la capitale d’Espagne en première position en matière d’investissement par villes. 19 hôtels et immeubles à usage hôtelier ont été vendus à Madrid, pour un montant de 623,5 millions d’euros, soit 24 % de l’investissement total. La vente de l’hôtel Ritz est à distinguer, à laquelle le cabinet de conseil a participé, ainsi que celle de l’hôtel Sheraton Madrid Mirasierra. Les Baléares se positionnent devant Barcelone en termes d’investissement, avec des acquisitions pour un montant supérieur à 445 millions d’euros, ce qui représente 16,8 % de l’investissement total en Espagne dans le secteur hôtelier.

Barcelone chute à la quatrième position face au moratoire

À Barcelone, en quatrième position, les transactions hôtelières ont représenté 340 millions d’euros, plus de 14 % de l’investissement total, un chiffre significatif d’après JLL si l’on tient compte de l’actuel moratoire établit par la Mairie de Barcelone, qui restreint les potentiels changements d’usage des immeubles à hôtel et la situation politique en Catalogne.

Par ailleurs, les chiffres en matière d’investissement enregistrés sur la Costa del Sol continuent d’être élevés en tant que destination de référence ‘plage et soleil’.

Actifs trophée

Parmi les actifs ‘trophée’, c’est-à-dire, les immeubles emblématiques, outre les deux opérations réalisées à Madrid, la vente du Hilton Barcelona, l’Eurostars Madrid Tower – dans le portefeuille de Testa – et celle du Rey Don Jaime à Valence sont à distinguer. Les cessions de portefeuilles hôteliers doivent également être soulignées : des 143 hôtels ayant souffert d’un changement de propriétaire, 78 appartenaient aux 16 portefeuilles hôteliers vendus. Outre ces acquisitions de grands comme celui de Testa, Meliá ou Barceló, diverses transactions de petits portefeuilles immobiliers ont été enregistrés tout au long de l’année 2015.

36  % de l’investissement des deux socimis principales

74 % des investissements réalisés en 2015 dans le secteur hôtelier en Espagne correspondent à des résidents, ce qui représente 16 % de plus que l’année précédente. Au sein des principaux investisseurs résidents, les socimis sont à souligner, étant

donné que les deux principales (Hispania Activos Inmobiliarios et Merlin Properties) ont investi 964 millions d’euros au total, soit 36 % du volume total. En ce qui concerne la typologie des investisseurs, entre le capital national et le capital étranger, les fonds d’investissement se sont avérés être le profil le plus actif, représentant quasiment 54 % de la totalité de l’investissement en Espagne, face à 30 % en 2014. Puis viennent les chaînes hôtelières (24 %), les investisseurs privés et les family offices (13 %). Les investissements en capital étranger ont représenté 26 % du volume total, notamment important en 2015 et, tout particulièrement, ceux réalisés par les chaînes étrangères internationales (10 % de la totalité). Ainsi, la chaîne Mandarin Oriental à Hong Kong et la famille saoudite Olayan, ayant affronté ensemble l’acquisition de l’Hôtel Ritz pour un montant de 130 millions d’euros, sont à distinguer. Parmi les groupes d’ores-et-déjà présents qui ont développé leur portefeuille en Espagne : le groupe chilien Empresas Phoeniz et le groupe hôtelier français AccorHotels. Par pays, la France a été la plus active avec 5 % de l’investissement total, devant l’Allemagne (4 %) et Hong Kong (3 %).

J'INVESTIS EN ESPAGNE Parkings - Immeubles - Hôtels Nous recherchons pour vous vos actifs en Espagne

 jinvestisenespagne@gmail.com

12 No 80 – Janvier/Février 2016

TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES

HISPANIA annonce quatre transactions d’un montant cumulé de 140 millions d’euros Hispania, grâce aux filiales dont le Groupe est propriétaire, a annoncé l’acquisition de l’Hôtel Holiday Inn Azca, à Madrid, quatre hôtels appartenant à Dunas Hotels & Resorts à Gran Canaria, ainsi que deux immeubles de bureaux à Madrid et Barcelone. par EUROPA PRESS/ traduction S. MARZELLIER

LE PRIX CUMULÉ, réglé au titre de ces transactions, s’est élevé à 125,6 millions d’euros, provenant intégralement des fonds propres d’Hispania. En outre, des fonds additionnels ont été apportés afin de repositionner et d’améliorer ces actifs, dont le budget prévu s’élève aujourd’hui à 14,4 millions d’euros. L’investissement total, au titre de ces acquisitions, s’élève donc à 140 millions d’euros. Hôtel Holiday Inn Azca – Madrid

Hispania a pris le contrôle de l’Hôtel Holiday Inn Azca, situé près du Paseo de la Castellana, face au stade de football du Bernabéu, en plein cœur du quartier des affaires. Cet hôtel 4* dispose de 313 chambres, ainsi que d’une série de restaurants, bars, piscine à l’air libre et salles de conférences d’une capacité de 500 personnes, il s’agit en outre du seul hôtel de cette catégorie dans le quartier des affaires d’Azca. L’acquisition a été réalisée par le biais de l’achat de Leading Hospitality, S.L. (« Leading »), une société actuellement sous administration judiciaire, propriétaire de tous les espaces communs et de 130 chambres de l’Hôtel Holiday Inn, ainsi que d’autres actifs. En outre, Hispania a acquis – au cours d’une transaction indépendante auprès d’un investisseur institutionnel– un lot additionnel de 39 chambres. L’investissement réalisé par Hispania lors de ces deux acquisitions s’est élevé à 25 millions d’euros. Le reste des chambres, détenu par des particuliers, est assujetti pour la plupart à un crédit-bail passé avec Leading, arrivant à échéance en 2037. Le débours définitif d’Hispania dépend de la clôture de la transaction, ainsi que du montant de l’investissement qui sera finalement voué au repositionnement de l’actif. Cette transaction est un exemple supplémentaire de la capacité d’Hispania à effectuer des transactions compliquées, grâce auxquelles elle a accès à des actifs exclusifs, dont le potentiel aux effets de créer une valeur ajoutée par le biais du repositionnement est élevé. Hispania renforce ainsi sa présence à Madrid grâce à l’acquisition d’un hôtel unique situé dans un quartier privilé-

gié, qui fera l’objet d’un plan important d’amélioration et de modernisation, dont le démarrage est prévu sur la place adjacente à l’hôtel.

Dunas Hotels & Resorts

Hispania a passé un accord contractuel avec les actionnaires de Dunas Hotels & Resorts afin d’acquérir quatre hôtels situés à Maspalomas, au sud de l’île de Gran Canaria (1.183 chambres au total) : l’Hôtel Dunas Don Gregory (4* – 241 chambres), l’Hôtel Dunas Suites & Villas (4* – 301 chambres), l’Hôtel Dunas Maspalomas (4* – 205 chambres) et l’Hôtel Dunas Mirador (3* – 436 chambres). L’acquisition sera menée à bien grâce à une série d’accords comprenant l’acquisition d’un emprunt hypothécaire et l’engagement de recapitalisation de la société en vue de mettre fin à la situation de Dunas Hoels & Resorts, actuellement sous administration judiciaire. L’investissement total d’Hispania s’élève à environ 75 millions d’euros et, en outre, un plan de repositionnement a été conçu, représentant un investissement de plus de 9 millions d’euros. Cette transaction est assujettie à l’approbation du Contrat de Crédit. Les actionnaires actuels de Dunas Hotels & Resorts agiront en qualité de partenaires industriels d’Hispania et exploiteront les hôtels susmentionnés par le biais d’un crédit-bail variable d’une durée initiale de 10 ans, prorogeable, dont le loyer minimum sera garanti. L’acquisition de ces hôtels complète le portefeuille de complexes d’Hispania dans les Îles Canaries, renforçant sa présence à Gran Canaria où elle possède d’ores-et-déjà l’Hôtel Barceló Margaritas.

Bureaux à Príncipe de Vergara-Auditorio et Plaza Les Glòries Hispania poursuit son plan d’investissement dans le secteur des bureaux en accroissant son portefeuille grâce à deux actifs à Madrid et Barcelone : un débours total de 25,6 millions d’euros, plus un plan d’investissement d’environ 5,4 millions d’euros. Les deux immeubles, d’une surface commerciale utile totale de 8.125 mètres carrés renforcent la présence d’Hispania au sein de deux secteurs d’investissement clés où son impor-

tance est d’ores-et-déjà significative. L’immeuble de bureaux de Madrid est sis Príncipe de Vergara, près de l’Auditorium National de la Musique, jouissant d’une excellente visibilité. L’acquisition de cet actif permet à Hispania d’accroître sa présence dans le quartier des affaires de Príncipe de Vergara, l’un des quartiers dont le potentiel de réévaluation du marché de bureaux est le plus élevé et où elle possède déjà deux autres immeubles de bureaux. L’occupation actuelle de l’actif est de 82 %. L’acquisition de l’actif à Barcelone complète l’ensemble des immeubles Glòries, dont Hispania est propriétaire et dont il fait partie intégrante. L’immeuble est loué à 100 % moyennant un contrat à long terme. Grâce à cette acquisition, l’ensemble de 22.000 mètres carrés dont Hispania est propriétaire est loué à 98,6 %. Knight Frank et CBRE ont conseillé Hispania lors des acquisitions à Madrid et Barcelone, respectivement. « Nous avons renforcé de manière significative notre stratégie en matière hôtelière grâce à l’acquisition d’actifs singuliers à Gran Canaria et, à échelle urbaine, avec celle d’un actif exclusif en plein cœur du quartier des affaires de Madrid, ainsi que notre présence dans les quartiers stratégiques du marché des bureaux de Madrid et Barcelone », déclare Concha Osácar. « Ces transactions continuent de prouver notre capacité à exécuter des transactions hors marché et dont le degré de complexité est élevé, facilitant la sortie des sociétés sous administration judiciaire, renforçant leur viabilité et nous permettant d’avoir accès à des actifs immobiliers singuliers à des prix très compétitifs ».

À propos d’Hispania

Hispania est cotée à la Bourse Espagnole depuis le 14 mars 2014 et, au jour d’aujourd’hui, a rapporté 861 millions d’euros. Le portefeuille actuel d’Hispa-

nia se compose de 128.000 mètres carrés de bureaux, 684 logements et 9.031 chambres d’hôtel. L’objectif d’Hispania est de saisir les opportunités d’investissement existant sur les marchés immobiliers espagnols et de créer un portefeuille d’actifs de grande qualité dans les secteurs résidentiel, hôtelier et de bureaux. Conformément aux meilleures pratiques internationales en matière de gouvernance corporative, le Conseil d’Administration d’Hispania, présidé par Rafael Miranda, se compose de membres indépendants en majorité. Hispania est gérée par Azora Gestión S.G.I.I.C., S.A., qui dispose de l’exclusivité totale de son flux d’investissements en Espagne, sous réserve des résidences pour étudiants.

À propos d’Azora

Grupo Azora (ci-après, « Azora ») est un gestionnaire espagnol leader et indépendant d’actifs, fondé en 2004, avec plus de 2.500 milliards d’euros en actifs sous gestion. Azora gère Hispania grâce à sa filiale Azora Gestión S.G.I.I.C., S.A., une société de gestion d’actifs réglementée sous la supervision de l’organisme régulateur de la Bourse Espagnole (CNMV). La plate-forme d’Azora est l’une des plus importantes en Espagne, composée d’une équipe de près de 300 professionnels forts d’une vaste expérience au sein de la chaîne de valeur immobilière : prémices des transactions, structure et investissement, nouveaux développements et repositionnements, gestion d’actifs et de biens, ainsi que cessions d’actifs ou portefeuilles individuels. Azora est spécialisée en quatre catégories d’actifs : résidentiel (Azora gère le plus grand portefeuille locatif en Espagne, avec 12.391 logements), résidences pour étudiants (le plus grand portefeuille du pays également, avec 8.530 lits) et le plus grand portefeuille locatif hôtelier en Espagne, avec 10.531 chambres.

S’annoncer dans

et son quotidien online

Lecourrier.es 

com.lecourrier@gmail.com

TOURISME&AFFAIRES

No 80 – Janvier/Février 2016 13

Lagardère vend sa filiale espagnole SGEL à Spingwater Avec l’acquisition de SGEL, filiale de distribution espagnole de Lagardère Travel Retail, Springwater réaffirme son intérêt pour l’investissement en Espagne. par A. CHAMEROIS

L’avenir du tourisme sera collaboratif Le tourisme a subi de plein fouet la « révolution collaborative ». Les plateformes adoptant ce modèle connaissent un succès qui pourrait bien se confirmer au cours des prochaines années. par A. CHAMEROIS

gnols se déclaraient intéressés par cette nouvelle tendance.

SELON LE CABINET PwC, les entreprises touristiques ayant opté pour le modèle de l’économie collaborative ont une perspective de croissance annuelle d’environ 30 % au cours des dix prochaines années. Et ce, malgré des normes toujours plus strictes qui tentent de réguler le secteur. Selon Josep Francesc Valls, expert en tourisme et professeur à la business school ESADE de Barcelone, « la consommation collaborative est l’une des grandes tendances de base du XXIe siècle et elle conditionne aujourd’hui le client : tout ce qu’on lui offre depuis l’optique du tourisme collaboratif possède un intérêt additionnel ».

Changement d’époque

Des valeurs plus attirantes

Les clients se sentent en effet plus proches des valeurs prônées par l’économie collaborative que par celle de l’économie traditionnelle. Des valeurs telles que le respect de l’environnement et des populations locales, de moindres coûts et une approche plus personnalisée du service.« Cela signifie que les entreprises traditionnelles doivent commencer à se demander comment adopter ces valeurs » analyse Josep Francesc Valls. Mais le succès des entreprises de tourisme collaboratif repose également sur des coûts beaucoup moins élevés que les entreprises traditionnelles. « Les plateformes en ligne basées sur la consommation collaborative, qui se lancent sous forme de start-ups, ont réduit leurs coûts d’entrée sur le marché, explique Dianne Dredge, professeur à l’Université d’Aalborg à Copenhague, la prise de risque s’est également déplacée et repose en grande partie sur les fournisseurs et les consommateurs ». Selon cette experte, les pays d’Europe du Sud (Espagne, Portugal, Italie, Grèce), qui ont également été les plus touchés par la crise économique, sont ceux qui adoptent le plus rapidement les concepts d’économie collaborative. Une étude du cabinet Nielsen révélait en début d’année que 55 % des Espa-

L’essor de l’économie collaborative, notamment dans le secteur du tourisme, s’inscrit également dans une lente transition vers un nouveau modèle de consommation. « Nous sommes en train de passer d’un modèle industriel à un modèle post-industriel, conclut l’experte danoise, et l’économie collaborative fait partie de cette transition ». Si ces concepts ont d’abord intéressé les plus jeunes ou les moins fortunés, ils commencent à s’étendre à l’ensemble de la population. Ainsi 20  % des clients d’Airbnb voyagent à titre professionnel, et l’âge moyen ne cesse d’augmenter. Une étude menée par le spécialiste du covoiturage Blablacar et publiée cet été révélait également que le profil des passagers était devenu beaucoup plus hétérogène en l’espace de cinq ans. L’âge moyen des nouveaux inscrits est passé de 29 à 34 ans, et c’est chez les sexagénaires que la croissance du nombre d’inscrits est la plus rapide. Les usagers ne sont plus seulement des étudiants ou de jeunes actifs : deux conducteurs sur trois sont désormais des cadres. Yves Charnet, 63 ans, entrepreneur français à Barcelone, reconnaît utiliser la plateforme lors de tous ses déplacements en France : « c’est plus pour la philosophie, même si la cerise économique joue aussi un peu, explique-t-il, mais cela me force souvent à m’ouvrir à des personnes que je n’ai pas toujours l’occasion de rencontrer et m’oblige à maintenir une certaine flexibilité et agilité mentale. J’ai aussi l’impression d’être utile ». Le défi pour ces nouvelles entreprises reste sans doute la mise en place d’une régulation claire qui leur permettra de bénéficier d’une sécurité juridique. Attaqué par la confédération espagnole des sociétés d’autobus qui demande son interdiction pour concurrence déloyale, Blablacar est actuellement dans l’attente du verdict du tribunal de commerce de Madrid.

SPRINGWATER CAPITAL ET le groupe français sont parvenus à un accord pour la vente de SGEL, qui devrait se formaliser avant la fin de l’année. Le groupe de capital risque est depuis quelques temps particulièrement actif sur le territoire espagnol. Il compte des participations dans des entreprises ou groupes tels que Delion, Aernnova, Nervión Industries, Wamos, Unipapel, Daorje, Miró, Fivemasa, Ceyde ou encore Think Textil.

Les activités développées par SGEL et acquises par Springwater représentent un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions d’euros et ont dégagé un bénéfice avant intérêts et impôts de 7 millions d’euros en 2014. Elles concernent principalement la distribution de journaux et magazines ainsi que l’édition et la distribution de livres. L’acquisition ne comprend toutefois pas les activités de travel retail en Espagne et au Portugal, Lagardère Travel Retail souhaitant justement centrer son activité sur ce secteur.

Immobilier : première hausse des prix du neuf depuis 2007 en Espagne Selon les derniers chiffres de la Sociedad de Tasación, le prix moyen du logement neuf aurait augmenté de 2,9 % en 2015, soit la la première hausse depuis le début de la crise en 2007. par A. Chamerois

LE PRIX MOYEN du m2 serait de 2.052 euros et le logement type serait un appartement de 90 m2. Soit moins de 200.000 euros. Les plus fortes hausses ont été enregistrées à Madrid (+6,2 %) et Barcelone (+4,8 %). Le prix le plus élevé au m2 est enregistré à Barcelone avec une moyenne de 3.300 euros le m2 et ensuite

Madrid avec 2800 euros le m2. La capitale de province la moins chère est Caceres avec seulement une moyenne de 1.100 euros le m2. L’agence souligne que les prochaines années seront très bonnes pour l’immobilier en Espagne grâce à la reprise économique et surtout à un chomage en forte baisse ce qui va entrainer une relance des achats de logements..

Le Courrier d'Espagne propose deux postes de stage : A – Rédactrice et social média B – Assistant Commercial & marketing. Nous envoyer cv + photo + lettre à : com.lecourrier@gmail.com

14 No 80 – Janvier/Février 2016

TOURISME & AFFAIRES

Le potentiel de Castellón ! Castellón fait partie de ces régions espagnoles totalement méconnues de la communauté française. Située entre Valence et la Catalogne, la province de Castellón a subi de plein fouet la crise économique. Pourtant les infrastructures sont bel et bien là et la région pourra surprendre dans les prochaines années. par Philippe Chevassus

LORSQUE LES FRANÇAIS

parlent de l’Espagne, et qui plus est « sol » et « playa » (soleil et plage) on a généralement l’habitude d’évoquer souvent les mêmes endroits  : Barcelone, Madrid, Malaga, Palma, sont des spots connus de tous. Mais d’autres régions en Espagne méritent qu’on s’y attarde aussi. L’une d’elles, Castellón, connaìt un tourisme local dont 70  % des restaurants et des hôtels n’ont pas encore leur carte en langue étrangère. Seul le fameux Marina d’Or fait parler de lui.

Des infrastructures prometteuses (l’émergence d’un aéroport)

Des milliers de français passent devant cette région chaque année lorsqu’ils descendent en voiture en provenance de Perpignan ou Barcelone jusqu’au sud de l’Espagne. Bien entendu les tours blanches qui apparaissent soudainement à l’image de Benidorm interpellent tant le paysage est beau.

Située à deux heures de train de Barcelone et trois heures depuis Madrid, Castellón ne s’est finalement développée que sur son littoral juste avant la crise et tout reste à faire surtout dans le tourisme rural. A seulement 10 min des plages, un aéroport flambant neuf trouve enfin ses premiers clients : Ryanair vient d’annoncer les lignes directes et régulières : Castellón-Londres et Castellón-Bristol. Le fait qu’aucune compagnie française ou belge ne soit présente à l’aéroport montre combien les opérateurs touristiques français n’ont pas compris le potentiel de la région. Il est en effet rare de trouver autour de la méditerranée une telle infrastructure, de telles plages car il faut bien le dire, les plages de Castellón n’ont rien à envier aux micro-plages de la Côte D’azur où pour s’allonger une journée dans le sable blanc il faut bien payer la modique somme de 20€. Ici à Castellón le rapport avec la nature est encore authentique et libre (de droit). Comment un tel aéroport situé à 1h20 de vol de tous les aéro-

ports français n’a t-il pas trouvé preneur ? Les hôtels sont en effet à moitié prix par rapport à la France ou même Barcelone qui devient de plus en plus cher.

Pour le moment les britanniques ont pris un peu d’avance en reliant des villes du RoyaumeUni, les Qataris semblent aussi comprendre l’enjeu de cette in-

frastructure. Toutefois, il serait quand même hallucinant de voir les compagnies du Golf débarquer à l’aéroport de Castellón avant les compagnies françaises.

TOURISME & AFFAIRES De grandes plages et des parcs naturels

Si l’aéroport est la grande infrastructure de la province, Castellón est surtout connue pour ses immenses plages totalement vierges et d’énormes parcs naturels. L’un deux est situé à seulement 10 minutes de l’aéroport juste à côté d’une ville qui a connu un fort développement ces dernières années : Torreblanca. Au sud de la ville, on peut voir sur Google Earth, une étendue verte sur une dizaine de kilomètres. Très rare au bord de la Méditerranée, quasiment inexistant sur le reste des côtes espagnoles, le parc de Torreblanca offre une variété de paysage fabuleux, « un véritable diamant brut » selon les termes des autorités locales. Certes sur les plages de Castellón, on ne trouvera pas de Nikki Beach, de Polo Beach ou de Petite Voile Rouge, mais on vient à Castellón pour une autre ambiance avec aussi un autre budget.

Des expériences locales avec des producteurs locaux

Ce qui manque dans le tourisme classique, ce sont des circuits où vous pouvez déguster de vrais produits locaux, mais aussi rencontrer des producteurs locaux sur leur terres. La région de Castellón comme beaucoup de régions espagnoles, n’est pas en reste de richesses locales. A la grande différence des richesses locales que l’on peut rencontrer en France par exemple, celles espagnoles sont totalement hors-circuit touristique. Grâce à la Chambre de Commerce, on a pu rencontrer pendant deux jours différents producteurs. Des produits bien souvent adorés et recherchés par les français.

Le turrón

Situé dans un petit village dénommé Benloch : cette petite entreprise familiale centenaire fabrique un turrón 100  % artisanal. Vue de l’exterieur, c’est une boutique de vitrine comme les autres, mais lorsque vous passez le pas de la porte, on entre dans l’univers du turrón et la famille s’est organisée pour pouvoir accueillir les fanatiques du turrón : vidéo sur grand-écran qui montre le processus de fabrication, dégustation de produit mais surtout la petite fabrique située dans l’arrière boutique. On a pu assister à la fabrication d’un turrón à l’orange fait avec des produits 100  % naturels. Notre interlocuteur, un certain José Manuel,

montre un enthousiasme et une passion très espagnols. Le produit se vend principalement dans la région mais il commence à exporter. A quelques kilomètres de là, nous avons fait la connaissance d’un viticulteur qui produit chaque année entre 130 000 et 140 000 bouteilles, et vise 200 000 bouteilles cette année. Juan de Miego est le propriétaire avec sa soeur de 10 000 hectares sur lesquels il ne cultive pas que du vin mais aussi des olives et des oranges. La propriété est située à à peine 5 km de la mer, rare dans la région. L’accès à la propriété principale est époustouflante : 5 km de petits chemins entre les orangers et les vignes pour avoir accès à la bodega. Un bâtiment blanc unique, minimaliste, qui nous fait plus penser à une maison moderne de Miami, qu’à une bodega. Situé à l’épicentre de ces trois plantations, l’endroit ferait rêver plus d’un cinéaste voir une fiancée pour y organiser son mariage. Mas de Render exporte surtout en Hollande, au Royaume-Uni, en Allemagne, mais pas encore sur les marchés français. Autre élément qui montre l’aspect très local : le site internet n’est qu’en espagnol. Juan de Miego est un personnage, il organise des visites chaque

week-end à 10€ la visite avec minimum 10 personnes. Rien que pour se promener sur ce terrain, le déplacement en vaut la chandelle. Cette bodega, dont l’architecture se rapproche un peu plus de ce que l’on a l’habitude de voir en France, produit chaque année 70 000 bouteilles de vin, sur plus de 7 hectares de vignobles, la bodega organise aussi des dégustations chaque fin de semaine, et de plus en plus se prête et s’ouvre à des événements d’entreprises : concert en plein air, dégustation de vin en groupe, voire même pique-nique avec des produits locaux au milieu du vignoble. Les banques locales envoient souvent leur cadres pour des conventions. Ce que l’on a trouvé le plus original dans cette bodega est une fresque artistique sur un mur de 24 mètres, oeuvre du maître colombien Jaime Guyvela. De cette fresque, ils prennent des photos sur plusieurs portions, lesquelles font l’objet d’étiquette de leur nouveau vin.

Fabrication de chips artisanales

Propre à l’Espagne aussi, le marché des chips est important. Lorsque vous achetez des chips dans un supermarché, si vous regardez la composition

No 80 – Janvier/Février 2016 15

des ingrédients, vous aurez vite l’appétit coupé. Nous avons fait la rencontre d’une petite usine, qui fabrique des chips artisanales et ne les vend qu’au niveau local, c’est-à-dire dans la province de Castellón. La fabrique est située dans une zone industrielle et la chaîne de la fabrication, longue d’une dizaine de mètres, montre com-

bien le produit est artisanal et plutôt sain : pas de colorant, pas de conservateur, et juste 1  % de sel pour la plupart des produits, chose extrêmement rare. Contrairement aux autres chips de supermarché, étant totalement naturelles : « elle se conserve mieux une fois le paquet ouvert nous dit son gérant » M. Garcia.

16 No 80 – Janvier/Février 2016

JURIDIQUE

Miguel Morillon soutient les éléves de la promotion 2015 de droit franco espagnol « Coma Fort » lors de la remise des diplômes à la Complutense de Madrid Ce dernier Vendredi 23 octobre 2015, à 18h, à la Complutense de Madrid s’est tenue la remise des diplômes de la promotion 2011-2015 dénommée « Coma Fort » en l’honneur de leur professeur de droit romain, José Maria Coma Fort, décédé au début de l’année 2015. Etudiants, responsables du cursus, parents, étaient réunis dans un cadre très solennel, la aula Magna. L’émotion était palpable et le bonheur immense. LA CÉRÉMONIE A été ouverte par el Decano de la Complutense Don Raul Leopoldo Canosa Usera. A ses côtés étaient présents, Doña Carmen Otera, Vicedecana de relaciones Internacionales e Institucionales, Doña Consuelo Martinez Sicluna, Vicedecana de los alumnos, Madame Hortense Faivre d’Acier Flores, Directrice des études en France, et Monsieur Antonio Marzal, Directeur du double cursus en France. Un grand merci à toutes ces personnalités qui permettent à ce double cursus d’exister et d’être reconnu. Ils prononcèrent par la suite des discours en félicitant personnellement les étudiants. La cérémonie se déroula selon la tradition espagnole. Deux élèves de la promotion, Marion Cheminade et Olivia Le Gunehec, présidente de l’association du cursus l’AJPSC, ouvrirent la cérémonie par deux très beaux discours : elles firent le bilan de ces quatre années, riches en découvertes tant du point de vue personnel qu’intellectuel. Découverte du droit,

C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K

de deux cultures différentes. Elles rappelèrent les moments de joie mais aussi de doute, ainsi que les difficultés que tous les élèves ont dû parcourir avant de pouvoir être assis dans cette somptueuse salle pour recevoir leur diplôme. Un discours de Maître Morillon, partenaire de l’AJPSC, qui n’avait pas pu se rendre à la cérémonie, fut lu. Il félicita les élèves, leur parla de sa profession d’avocat et leur donna des conseils avisés. Il leur souhaita du bonheur et de la réussite dans la suite de leur chemin qui ne fait que commencer. Don Raul Leopoldo Canosa Usera nous fit remarquer que nous étions tous élégants. Il rappela que le mot élégant vient du latin « elegans » qui signifie « qui sait choisir ». Les étudiants démontrèrent en ce 23 octobre, qu’ils avaient su se montrer élégants en choisissant ce double cursus et qu’ils le seraient encore par la suite : pour ceux qui rentrent dès à présent dans la vie professionnelle comme pour ceux qui continuent leurs études.

La cérémonie se termina sur un air bien connu, le Gaudeamus Igitur, l’hymne des étudiants, chanté à l’unisson par la « Tuna » et la salle toute entière. Tous se sont ensuite retrouvés autour d’un cocktail co-organisé et cofinancé par l’AJPSC et Maître Morillon dans un établissement de Madrid. Ce fût un véritable succès ! Tous les étudiants se joignent à l’AJPSC pour remercier chaleureusement Miguel Morillon qui a

fait part d’un soutien sans faille, nous a encouragé et qui est à l’écoute des besoins de notre association. Vous pouvez écouter et lire le discours sur le site morillon-avocats.com Toutes nos pensées pour ceux qui n’ont pas pu faire le déplacement jusqu’à Madrid. Association des Juristes Panthéon-Sorbonne / Complutense

S’annoncer dans

et son quotidien online Lecourrier.es

com.lecourrier@gmail.com

JURIDIQUE

Retouvez dans chaque numéro les articles et les acteurs du secteur. Plus d'info pour apparaitre : com.lecourrier@gmail.com

Recommandations concernant l'impôt sur les sociétés par MIGUEL MORILLON Avocat au Barreau de Madrid Le Registre des Économistes-Conseillers Fiscaux (REAF, Registro de Economistas Asesores Fiscales) a élaboré un ensemble de recommandations afin de réduire le taux fiscal de l'impôt sur les sociétés :

Impayés au niveau de l’administration publique

Une des nouveautés de la nouvelle réglementation est la possibilité offerte aux entreprises de comptabiliser les factures impayées de l'administration comme une dépense déductible. Pour ce faire, les fournisseurs du secteur public, si ce dernier paye en retard ou paye mal, doivent engager une procédure d'arbitrage ou une procédure judiciaire pour réclamer la créance impayée.

Fonds de capitalisation

Il s'agit d'un des nouveaux avantages fiscaux prévus pour encourager les fonds propres. Les fonds de capitalisation permettent à toutes les sociétés de réduire leur base imposable de 10 % concernant le montant destiné à ce nouveau régime. Hormis en cas de perte, les fonds ne peuvent pas être utilisés durant un délai de cinq ans.

Fonds de nivellement

Les fonds de nivellement constituent un bénéfice fiscal applicable aux PME.

Il s'agit d'un instrument permettant de réduire la facture fiscale d'un exercice clôturé présentant des bénéfices et, en outre, de compenser d'éventuelles pertes à venir. Les fonds de nivellement ont un plafond de 10 % sur la base imposable ou d'un million d'euros.

Frais de représentation

À l'époque des fêtes de Noël, il est fréquent que les entreprises offrent des cadeaux à leurs clients, dépense qui est fiscalement déductible. Toutefois, la réforme fiscale a limité cette réduction à 1  % du chiffre d'affaires. Par conséquent, les entreprises devront ajuster cette dépense si elles souhaitent que toutes leurs dépenses de représentation soient fiscalement déductibles.

Prêts

Le REAF indique que les entreprises doivent tenir compte de l'existence des limites concernant la déduction des dépenses financières. Cette déductibilité est la plus faible des montants suivants : un million d'euros ou 30 % du bénéfice d'exploitation.

Achats

Les conseillers précisent que si une entité va acquérir des parts sociales dans une autre société, il serait intéressant, pour elle, de parvenir au minimum au taux de 5 % pour que les dividendes correspondants soient exonérés. Cela ne sera pas nécessaire si le prix d'achat atteint les 20 millions.

No 80 – Janvier/Février 2016 17

DS Avocats renforce sa présence dans les relations d’affaires francoespagnoles Etabli depuis 2003 à Barcelone, DS intensifie ses relations d’affaires franco-espagnoles en accueillant le cabinet DS OVSLAW, disposant de deux bureaux, à Barcelone et Madrid, animés par David Avilés et Christophe Dubois. PAR LE BIAIS de cette intégration, DS est le seul cabinet français de premier plan présent en Espagne. DS OVSLAW est composé d’une équipe pluridisciplinaire de vingt avocats d’affaires exerçant leurs activités à Barcelone et Madrid, et dont la pratique professionnelle vise à répondre à toute question juridique qui peut se poser dans le cadre de l’entreprise, notamment dans les domaines du droit des sociétés, droit commercial, fusions et

acquisitions, restructurations, arbitrage et droit fiscal. L’arrivée de DS OVSLAW au sein du Groupe DS, constitué de vingt deux bureaux et implanté sur quatre continents, s’insère dans la continuité d’une volonté de développement en Espagne, intensifié par la création d’un desk franco-espagnol, présent dans les deux pays. DS Avocats et DS OVSLAW, désormais réunis, sont par ailleurs tous deux implantés en Argentine (Buenos Aires).

bonjour hola Avocats Fiscalistes MADRID|PARIS

oui-legal.es

18 No 80 – Janvier/Février 2016

JURIDIQUE

Le décalogue du droit de la famille en Espagne Morillon Avocats vous invite à lire le Décalogue du droit de la Famille publié par le Barreau de Madrid. par MIGUEL MORILLON Avocat au Barreau de Madrid

1. Régimes matrimoniaux

Parmi les trois options légales existantes, il faudra choisir, expressément, celle qui s’adapte le mieux aux circonstances personnelles et professionnelles du couple : régime de communauté réduite aux acquêts, régime de séparation de biens ou régime de participation aux acquêts. Il ne faut pas se limiter à maintenir le régime de communauté réduite aux acquêts, à savoir le régime proposé par la loi par défaut, mais il convient de s’informer de manière appropriée et de soupeser les conséquences de chacun de ces régimes, sachant en outre que, si nos circonstances personnelles varient au cours du mariage, il est toujours possible de modifier le régime choisi. Il convient, en particulier, d’examiner les avantages du régime de participation aux acquêts. Le choix de ce régime implique l’établissement d’un contrat de mariage sous forme d'acte notarié qui doit être enregistré à l’office du Registre d'état civil.

2. Accords prénuptiaux

Les accords prénuptiaux peuvent contenir « a priori » autant de conventions que nous estimons nécessaires pour régir notre vie matrimoniale : reconnaissances ou renonciations à des pensions compensatoires, en fonction du temps que nous pensons consacrer à nos enfants quand ils naîtront, du type d’éducation que nous souhaitons leur donner – laïque ou religieuse, dans une école publique ou une école privée– , accords relatifs au domicile familial et à tous types de questions qui sont susceptibles d’avoir un impact sur notre vie commune, selon nos circonstances. La Cour suprême a reconnu la validité de ces accords, notamment dans sa décision récente du 24 juin 2015. Il convient d’établir ces accords prénuptiaux sous forme d'actes authentiques, mais leur inscription au Registre d'état civil n'est pas prévue.

3. Pacte de cohabitation

Si nous ne souhaitons pas contracter mariage, mais que nous désirons toutefois entamer une cohabitation more uxorio et former une union de fait, enregistrée ou non dans le Registre de chaque Communauté autonome, il est non seulement conseillé, mais primordial de souscrire un pacte de ce type. Le droit commun ne règlemente pas les unions de fait, ce qui a incité chacune des Communautés autonomes à réglementer séparément

ce mode de cohabitation. La Cour suprême a déterminé que les dispositions du Code civil ne peuvent pas être appliquées aux conséquences des ruptures de ces couples, excepté en ce qui concerne les enfants mineurs d’âge dont la protection est assurée par l'article 39 de la Constitution. Si nous n’avons pas convenu les règles économiques de notre cohabitation, nous risquons d’être confrontés à des situations très injustes pour l’un des membres du couple, qui n’a pas la possibilité de recourir aux normes du Code civil pour tenter de compenser d’éventuelles situations de déséquilibre. Il convient d’invoquer d’autres théories juridiques pour obtenir une telle compensation, comme celle de l’enrichissement sans cause (reconnu, notamment, dans la décision de la Cour suprême du 6 mai 2011), mais il faut justifier la cohabitation et les circonstances de ladite cohabitation, alors qu’il suffit d’alléguer ce fait dans le cadre de la procédure correspondante si nous avons souscrit une convention dans un document. La Cour suprême a également stipulé dans sa décision du 31 mars 2011 que les documents souscrits en prévision de futures ruptures des couples sont valides. De même, il est essentiel d'établir l'existence d'une telle cohabitation aux fins de l'attribution d’une pension de veuvage, étant donné que ce droit est uniquement reconnu aux unions de fait enregistrées dans un Registre public ou ayant établi leur cohabitation dans un acte authentique, et après une cohabitation continue et ininterrompue d’une période non inférieure à cinq ans. Et si nous passons un acte afin d’établir l'existence de la cohabitation, nous établissons également les autres mesures qui doivent réglementer cette cohabitation.

4. Contrats et accords matrimoniaux

Si un membre du futur mariage est étranger ou si les deux membres du couple sont Espagnols mais vont résider à l’étranger, il est essentiel de souscrire autant de contrats de mariage que d’accords matrimoniaux, étant donné que la composante étrangère impose un traitement de la situation depuis une perspective différente, en appliquant les normes du droit international privé qui figurent, dans la plupart des cas, dans les Conventions internationales ou les Règlements communautaires. Ces normes portent sur la compétence judiciaire internationale, la législation applicable à la rupture matrimoniale ou les mesures patrimoniales et personnelles concernant les enfants mineurs. En outre, si la résolu-

tion a été prononcée à l’étranger, lesdites normes établissent les conditions à remplir pour que la résolution puisse être reconnue et exécutée en Espagne. Les Règlements communautaires reconnaissent la validité de la convention souscrite quant à la législation applicable. Il est donc essentiel d’établir un acte stipulant la législation applicable au régime économique matrimonial et au divorce éventuel, étant donné que de telles conventions contribuent dans tous les cas à accélérer les procédures judiciaires susceptibles d’être engagées.

5. Accord matrimonial avec élément étranger

Il est possible et recommandé de réglementer des questions aussi importantes que les pays dans lesquels les conjoints peuvent installer leur future résidence, la confession religieuse qui sera choisie pour l’éducation des enfants, le type de scolarité, la façon dont les deux conjoints vont contribuer aux charges du mariage (contribution économique et/ou temps et efforts consacrés au ménage) et le type de compensation à établir en cas de rupture, des accords parfaitement valides selon l’interprétation de la Cour suprême.

6. Le domicile familial

Il convient de déterminer consciencieusement le lieu où sera établi le domicile familial : s’il s'agit d’une habitation appartenant à l’un des membres du couple ou aux parents de l’un d’entre eux, il faut établir des dispositions à cet égard. En effet, dans l’éventualité d’une rupture, l’usage du domicile sera dans tous les cas associé au parent qui assure la garde des enfants mineurs. Il convient, par conséquent, de chercher, dès le début de la vie commune, des solutions alternatives qui ne mènent pas nécessairement à l’association du logement appartenant à l’un des membres du couple (dans la majorité des cas, son patrimoine principal) à l'évolution de la vie du couple.

7. Inventaire

Au début de la cohabitation, il faut dresser un inventaire du patrimoine que possède chaque membre du couple, y compris le solde des comptes courants, ou les produits financiers, ainsi que des objets qui revêtent une valeur sentimentale particulière. Ledit inventaire devra identifier la personne ayant acquis les éléments répertoriés. Cela permet d’éviter ultérieurement de douloureux conflits quant à la propriété d’objets déterminés qui sont susceptibles de constituer un précieux souvenir.

8. Médiateur

Dès l’apparition des premiers signes de désaccord ou de crise, il convient de consulter un thérapeute familial ou un médiateur, pour essayer de trouver des solutions ou des réponses avant que la crise ne s’aggrave et que la solution ne soit plus viable.

9. Mineurs – Rupture familiale

Si la crise ne peut être résolue et qu’il y a des enfants mineurs d’âge, les deux parents doivent informer les enfants, conjointement, de la rupture familiale, en cherchant dans tous les cas à leur transmettre un sentiment de sécurité et de tranquillité et éviter ainsi de susciter chez eux tout sentiment de culpabilité. Si nous avons des doutes quant à la façon dont ils vont réagir, il convient de consulter un psychologue pour enfants et les deux parents doivent suivre les indications reçues de ce professionnel afin d’épargner toute souffrance superflue à leurs enfants.

10. Testament

Il convient dans tous les cas d’établir un testament, en particulier après la rupture du mariage. Et si nous ne souhaitons pas que notre ex-partenaire administre les biens dont vont hériter nos enfants, il faut désigner des administrateurs testamentaires, ainsi que des exécuteurs testamentaires. Si nous ne prévoyons pas cette désignation expresse, c’est l'autre parent qui administrera les biens dont hériteront nos enfants, en sa qualité de titulaire unique de l'autorité parentale, sous réserve du contrôle judiciaire obligatoire en cas de cession de l’un quelconque de ces biens. Ceci est particulièrement important si la personne qui va établir le testament réside de façon permanente dans un pays qui ne correspond pas à celui de sa nationalité et si elle souhaite établir un testament qui soit assujetti à la législation de sa nationalité, et non pas à la législation du lieu où elle réside. Enfin, il faut tenter par tous les moyens d’arriver à un accord mutuel et de chercher des avocats conciliateurs, afin d’éviter, autant pour nous-mêmes que pour nos enfants, des procédures contentieuses longues et pénibles, dans lesquelles nous seront forcés de nous plier en fin de compte à la décision d’un tiers – le juge – plutôt que d'agir dans le respect de notre volonté, établie dans une convention. Il faut également tenir compte de l'existence d'autres instruments qui aident les couples à parvenir à des accords leur permettant d’éviter le passage par les tribunaux, comme la médiation.

JURIDIQUE

No 80 – Janvier/Février 2016 19

LVI : L'IMMOBILIER FRANCO-ESPAGNOL LE CABINET LVI est un cabinet d’affaires spécialisé en droit immobilier et en accompagnement de projets d’implantation répondant aux besoins d’une clientèle basée en France et en Espagne. Constitué du regroupement d’équipes spécialisées en droit public des affaires (urbanisme, expropriation, domanialité, environnement) et en droit immobilier privé (baux commerciaux, promotion immobilière et propriété foncière), le Cabinet LVI a développé depuis son ouverture en juin 2011, une approche sectorielle spécifique en matière de droit de la construction, droit de l’urbanisme et de l’immobilier, qui lui permet d’ac-

compagner et d’assister l’ensemble de ses clients dans le développement de leurs activités de maîtrise d’ouvrage publique et privée, des plus traditionnelles aux plus innovantes. Une équipe pluridisciplinaire composée d’avocats franco-espagnols, de juristes spécialisés et d’experts dans la gestion des dossiers complexes à l’international est venue renforcée le cabinet pour répondre aux besoins des clients, particuliers ou entreprises, dans l’accompagnement de leurs projets d’implantation entre la France et l’Espagne. Aujourd’hui le Cabinet LVI compte, parmi sa clientèle, des communes et

des sociétés d’économie mixte, des promoteurs nationaux et régionaux, des lotisseurs et aménageurs, des filiales immobilières d’établissements bancaires, des utilisateurs, des groupes industriels, des foncières, des groupes logistiques ou hôteliers, ainsi que des sociétés multinationales basées en France ou en Espagne. Les avocats, par leur connaissance des divers intervenants à l’acte de construire (collectivités locales, services de l’Etat, géomètres, architectes, notaires, promoteurs, constructeurs, aménageurs), et du droit immobilier, sont en mesure d’apporter à leurs clients un appui indéniable dans la mise en

place du montage de leur projet et de sa mise en œuvre complète. Selon les exigences et les spécificités de chaque opération ou mission, une équipe dédiée est spécifiquement constituée par projet afin de répondre de la façon la plus adaptée aux besoins et aux exigences de notre clientèle en termes de qualité de la prestation, de souplesse d’intervention et de respect des délais.

LVI associé:

14 rue de Castiglione 75001 PARIS Tel.: +33 (0)1 44 50 79 80 Fax : +33 (0)1 44 50 79 81 contact@lvi-avocats.fr

. *” . . o h c e s r e e s í d a o p dos s “ Tod o l e r t n e o n i m

... el mejor ca (*) Droit devant… ... le meilleur chemin entre les deux pays

AVOCATS / ABOGADOS www.antelis.com

PARIS : 22, rue de Chazelles 75017 PARIS – Tél : +33 1 44 29 77 20 • NANTES : 2, rue du Bois Praud 44230 ST-SÉBASTIEN / LOIRE – Tél : +33 2 53 35 65 30 MADRID : C/ Velázquez, 53, 4° Izq – 28001 MADRID – ESPAGNE – Tél : +34 915 769 439 • LYON : 24, rue de la Part-Dieu 69003 LYON – Tél : +33 4 78 52 59 47

– Janvier/Février 2016 20 No 80 AF 225x305,5_morillon_conferencia

18-1-16.pdf

1

18/01/16

JURIDIQUE

10:41

Morillon Avocats

5

+34 91 119 05 35 cgrisoni@morillon.es

En partenariat avec l´UFE et le JOURNAL JURIDIQUE, Morillon Avocats vous propose d´assister à sa

ème

CONFERENCE ANNUELLE DE DROIT FISCAL FRANCO-ESPAGNOL Madrid 11 Mars 2016

Madrid 29 Avril 2016

Connaissez vous: • Vos obligations fiscales en Espagne. • Le régime relatif à l´obligation de déclarer les biens dont vous disposez à l´étranger. • Le fonctionnement de l´impôt sur les droits de succession et les donations en vigueur en Espagne. C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K

• La règlementation de la résidence fiscale, les changements de résidence fiscale et les problèmes de double résidence fiscale entre: - Espagne-France. - Espagne-Belgique. - Espagne-Suisse. • Les contingences fiscales qui peuvent se produire: comment prévoir au lieu de réagir? La conférence fiscale annuelle est un évènement 100% fiscal, exclusivement consacrée aux préoccupations des français sur le territoire espagnol. Son but est de vous tenir informés des derniers développements dans le domaine de la fiscalité franco espagnole et dans les pays des participants. Avec un programme particulièrement attractif, développé par nos spécialistes. En outre, cette conférence continue d´être une Plateforme de discussions entre les participants. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 7 Septembre 2015. Pour plus d´informations et vous inscrire merci de contacter Cristina Grisoni (cgrisoni@morillon.es) afin de recevoir une invitation. Dés réception de votre demande vous recevrez une invitation indiquant l´endroit précis où aura lieu la conférence.

Notez bien que nous devons limiter le nombre de participants, et qu´une souscription rapide est donc recommandée pour garantir votre participation. La séance será cloturée par un cocktail à Madrid et un déjeuner à Valence.

Tarifs

60€

54€

30€

Inscriptions

Membres partenaires

Étudiants

´50

En partenariat avec

Partenaire officiel

lejournal

Juridique .com

EMBAJADA DE BELGICA

EMBAJADA DE SUIZA

Pº de la Castellana 259 C, planta 18. Torre de Cristal. 28046 Madrid. Spain +34 91 119 05 35 • +34 689 58 22 11 • www.morilon.es • info@morillon.es

´25

GASTRONOMIE

No 80 – Janvier/Février 2016 21

Vous avez besoin d'un espace privé pour une réunion de travail ?

EL CENTRO DE OCIO GASTRONÓMICO MÁS GRANDE DE EUROPA.

Vous cherchez un endroit romantique pour une célébration en couple ? Est-ce que c’est votre tour d'organiser le dîner de Noël cette année ?

Ne cherchez plus ! À Petit Comité on vous garantit un moment inoubliable au centre de Madrid !

+34 915 217 552

calle de la Reina, 15, 28004 Madrid  contact@restaurante-petitcomite.com  www. restaurante-petitcomite.com 

C/ GOYA, 5-7 (PLAZA DE COLÓN) 28001, MADRID T: +34 91 577 00 25 www.plateamadrid.com

22

No 80 – Janvier/Février 2016

ENTREPRENEURS

G. Contis, Click&Gift « On remarque clairement l’optimisme des grandes entreprises » Après 12 ans passés à des postes de direction au sein d’Edenred, leader mondial des services prépayés aux entreprises, Gilles Contis décide de monter son propre projet en Espagne. Un choix bien pensé sur un marché en plein essor. par A. CHAMEROIS

Gilles Contis Quel est votre parcours ?

J’ai passé 6 ans à la direction générale d’une business unit d’Edenred à Paris, avant de venir m’installer à Madrid pour prendre la direction commerciale d’Edenred Espagne. Pour rappel, Edenred est implanté dans 42 pays et gère des services prépayés pour les entreprises et organismes publics, proposant par exemple des cartes de paiement pour les frais professionnels ou les Ticket Restaurant.

Pourquoi avoir créé votre entreprise ?

Début 2014, j’identifie sur nos métiers un segment qui fonctionne très bien aux Etats-Unis et en Angleterre mais qui n’existe presque pas en Espagne : les cartes cadeaux prépayées digitales. J’avais envie de créer mon entreprise alors j’ai proposé à Edenred de la créer avec moi, en Espagne puis prochaine-

ment au Portugal. On l’a finalement lancée et se sont joints aussi des investisseurs espagnols.

leurs acquis. C’était donc très intéressant d’arriver sur leur territoire et d’y apporter une réponse innovante.

Pourquoi vous êtes-vous lancé en Espagne ?

Quel est le concept de Click&Gift ?

J’avais effectué mon année Erasmus à l’Universidad Autónoma de Madrid en 1994-1995 puis après 6 années profesionnelles ici, je connaissais bien l’Espagne. C’était un choix de coeur mais aussi un choix réfléchi. Car si j’ai renoncé à un statut d’expatrié et à des conditions privilégiées, c’est parce qu’il existait vraiment un marché à conquérir. L’Espagne est par exemple le pays d’Europe de l’Ouest où l’on observe la plus forte pénétration de smartphones par habitant. Les Espagnols sont attirés par tout ce qui touche aux nouvelles technologies mobiles. Le marché des cartes cadeaux en Espagne est par ailleurs un marché très restreint, avec seulement deux ou trois acteurs qui se partagent ce secteur depuis longtemps et se reposent sur

Il s’agit d’une solution très pratique de carte cadeaux prépayée online, envoyée au destinataire par email, totalement adaptée à l’image de marque du client et pouvant être utilisée auprès d’enseignes connues en Espagne. C’est un produit que peuvent utiliser les entreprises pour la captation et la fidélisation de clients lors de campagnes de marketing, mais également pour les cadeaux et récompenses aux employés, à Noël par exemple. Nous lançons également sur notre site internet une nouvelle carte pour les particuliers qui veulent faire un cadeau à un proche mais sont géographiquement éloignés de celui-ci, ou bien pour des cadeaux de dernière minute ou encore destinée à des personnes férues d’achats en ligne. Nous travaillons avec une centaine de marques partenaires que l’on

peut associer à sa carte cadeau, comme la FNAC, L’Occitane en Provence, Zalando, Kiabi, Easyjet, Interflora, Wuaki TV, Groupalia, Ticketea, Salvador Bachiller, Agatha Ruiz de la Prada ou encore les matchs de foot de Liga Espagnole, entre beaucoup d’autres partenaires.

L’Espagne est-elle vraiment dans une phase de reprise économique ?

Jusqu’à maintenant, les départements marketing avaient très peu de budget depuis la récente crise économique. On sent que cette année, les budgets sont repartis à la hausse, et ces mêmes départements marketing prévoient à nouveau des plans d’actions concrets et offensifs pour l’année 2016. On remarque clairement la reprise et l���optimisme, principalement dans les grandes entreprises. Il y a eu un véritable changement d’état d’esprit en 2015, on réinvestit dans des actions marketing et commerciales, on débloque des budgets pour développer les produits et dynamiser les ventes.

« Nous percevons une plus grande disposition aux dépenses et à l’investissement dans des produits de qualité » L’entreprenariat français en Espagne poursuit son envol. Thomas Denizot a lancé L’Atelier Óptica dans le très en vogue Barrio de las Letras de Madrid. Un concept tout nouveau en Espagne sur un marché très porteur. Rencontre. par S. MARZELLIER

1. Quel est votre concept et comment vous distinguez-vous des acteurs traditionnels ? L’Atelier Óptica est arrivé, en deux ans seulement, à faire de l’examen visuel rigoureux une expérience chaleureuse. Mon associé, Francisco Avilés, est expert Optométriste et fort d’un important curriculum d’enseignant, clinique et chercheur. Il s’agit d’ores-et-déjà d’un élément différenciateur car il n’est pas facile d’avoir accès à un professionnel de ce niveau dans un établissement optique ayant pignon sur rue. Par ailleurs, les collections que nous offrons à nos clients sont rigoureusement sélectionnées, nous faisons sans cesse venir des modèles exclusifs provenant de créateurs et de designers internationaux, peu distribués en Espagne. Notre produit est donc pratiquement unique. En outre, l’espace où nous développons nos activités est également exclusif. En plein cœur du Barrio madrilène de las Letras madrilène, notre

local se trouve entre un atelier et une galerie d’art, nous avons pris soin de la décoration dans ses moindres détails en comptant à cette fin sur des marques telles que Floss, Vitra, String ou Norman Copenaghen.

2. Le marché de la lunette en Espagne est-il similaire au marché français ?

NON, sans aucun doute. Le secteur optique en France est plus développé qu’en Espagne, le fait que les mutuelles d’assurances couvrent une partie des équipements constitue un avantage très important. En outre, bon nombre des meilleurs créateurs et fabricants internationaux se trouve en France, situé dans la région du Jura. Cependant, si nous parlons de facilité d’accès à l’examen visuel, l’Optométriste existe en Espagne, un professionnel universitaire qualifié, chargé de réaliser les examens visuels sans pour autant devoir recourir à l’ophtalmologue. Ceci permet au patient de pouvoir effectuer un examen optométrique sans devoir attendre plusieurs mois.

3. Dans le pays du soleil, on

a tendance à penser qu’il se vend plus de lunettes de soleil, le confirmez-vous ? Que vendez-vous le plus ?

Effectivement, en Espagne, la population est tout à fait consciente de l’importance de protéger ses yeux face au rayonnement ultraviolet et utilise des lunettes de soleil pratiquement toute l’année. Cependant, en qualité d’établissement sanitaire, les produits les plus vendus sont les lunettes graduées sous ordonnance et lentilles de contact de tout type.

4. Vous êtes avant tout entrepreneur, le même projet sur Paris aurait-t-il été plus simple de monter ? Pensez-vous qu’il est facile de créer sa société ici ?

Sans doute assez différent. Il est vrai que nous élaborons notre business plan en l’axant sur le développement de notre projet à Madrid. Nous avons fait de nombreuses recherches dans les divers quartiers qui nous intéressaient afin de nous implanter. Nous avons également étudié le comportement du consommateur et les données économiques. Il existe,

dans la communauté de Madrid, des mécanismes aidant les entrepreneurs à démarrer leur activité et faciliter les démarches administratives, pourtant, je crois qu’il existe encore un long chemin à parcourir. Tout est question de volonté !

5. Depuis 2 ans l’Espagne est entrée dans un cycle de reprise, le ressentez-vous clairement dans les achats ?

Effectivement, après deux ans d’ouverture, notre bilan est très positif. Indépendamment des chiffres, nous percevons plus d’enthousiasme provenant des personnes et une plus grande disposition aux dépenses et à l’investissement dans des produits de qualité. Nous sommes satisfaits de voir que nos clients nous font confiance.

L’Atelier Óptica

Calle Moratín, 18 – Madrid Tél. et Skype : 910 295 536 info@latelieroptica.com www.latelieroptica.es

ENTREPRENEURS

No 80 – Janvier/Février 2016 23

Un français à Palma de Mallorca Installé depuis de nombreuses années sur l'îles, Laurent s'est a lancé avec succès une agence immobilière francophone, et ce n'est pas tout. Rencontre. par LCE

Vous êtes à Majorque depuis un certain temps. Quels sont les atouts de l'île par rapport à la péninsule sur un plan touristique et sur un plan immobilier ?

Son climat tempéré, sa situation géographique à proximité des plus grandes villes européennes, le coté sécuritaire, ses infrastructures avec notamment son aéroport et ses écoles internationales, ses hôpitaux et réseau de communications font de l'île l'endroit idéal pour passer des vacances ou pour y résider. Tous ces atouts contribuent à créer un climat social favorable et consolidé. L’archipel est une destination touristique avant-gardiste, berceau d’entreprises touristiques bénéficiant d’un rayonnement international, de chaînes hôtelières, de lignes aériennes, de tour-opérateurs, de catering… Des entreprises telles que Sol Meliá, Iberostar, Barceló ou Riu sont de parfaites illustrations de la méthode de travail qui règne aux Baléares. Majorque est aujourd´hui une île cosmopolite où touristes et propriétaires peuvent choisir parmi une ample gamme de logement dont plus de 20 hôtels 5 étoiles, 23 Golf courses ainsi que plusieurs ports de plaisance. L’offre gastronomique est variée et compte plusieurs restaurants étoilés Michelin ainsi qu’une cinquantaine de Bodegas de vins exportant internationalement. La qualité et expérience de l'offre touristique locale, son excellent niveau de vie, son caractère cosmopolite, ses coutumes profondément enracinées, sa beauté singulière et la variété de ses paysages contribuent à en faire l’une des régions bénéficiant de la qualité de vie la plus élevée. Diffèrent articles internationaux reflètent cela et notamment l’article publié par The Times en Mars 2015 élisant Palma comme la meilleure Ville pour vivre au monde.

Qu'est-ce qui vous a amené ici ?

Mes premiers pas sur l’ile datent de 1993, en 1995 j'ai

entamé le développement de mon activité professionnelle tout d'abord en parallèle avec mes activités en France puis en 1998 je m'y suis installé à plein temps. Je suis tombé amoureux de l’ile… Mon parcours professionnel m’a permis de connaitre l'après crise des années 90, le boum immobilier avec l’entrée dans l'Euro, la régulation due au crash financier et maintenant la reprise économique. Une expérience enrichissante qui a renforcé mes attaches avec cette île si hospitalière.

Comment notez-vous la reprise économique ?

La reprise économique sur Majorque se reflète dans toutes les analyses officielles. Près de 13 millions de touristes, croissance du PIB de 3.5 %, baisse du chômage… Dans mon quotidien, l'ambiance est plutôt optimiste justifiée par les résultats économiques et les prévisions d´investissement dans le domaine de l’immobilier. Une hausse significative des opérations d’achat-vente, une constante augmentation des demandes en résidentiel et en investissement des étrangers et différents facteurs géopolitiques ont réanimé le marché. C’est cette clientèle qui a montré le plus d’intérêt dans l’achat de biens immobiliers. Plus de 3 000 transactions de propriétés acquises para une clientèle étrangère en 2015 pour une valeur totale de 1 000 millions d'euros. Ce chiffre est supérieur à celui de 2014 qui avait atteint 976 millions. Le mois de novembre 2015 a connu une hausse de 18.4 % des opérations d’achat vente, la plus importante d’Espagne, avec un taux de transmission par nombre d’habitant de 105 pour 100 000 la situant en deuxième position des communautés autonomes.

Un investisseur doit-il plus regarder la capitale, les plages ou le centre de l'île ?

Emplacement, Emplacement… A Majorque l'on trouve cinq des dix villes les plus chères d’Espagne. Calvia, Andratx, Alcudia, Soller et Santany avec des prix allant de 2 000 € à 2 600 € en

moyenne le m2. Les emplacements les plus cotés peuvent atteindre de 5 000 €/m2 a plus de 7 000 €/m2. Dans le Centre Historique de Palma les propriétés peuvent attendre plus de 7 000 €/m2. L´emplacement est très important ; en exemple, plusieurs études ont démontré qu’une première ligne se situe à 53 % au-dessus du prix moyen. Majorque est une belle île à l'environnement privilégié. Le gouvernement des Baléares veille à la préserver, en protégeant le littoral de toute urbanisation massive, en classant historique le centre de Palma et en exigeant une superficie minimale pour pouvoir construire en zone rurale. Ces politiques de restrictions ont permis de protéger la beauté du paysage ainsi que la valeur des propriétés immobilières. En conséquence les prix des biens immobiliers n’ont pas connu de baisse significative. Les recherches actuelles en termes d’investissement se concentrent sur les zones les plus sollicitées et sur des produits offrant une forte valeur ajoutée sur un marché avec peu de concurrence en actifs immobiliers similaires. Le centre ancien de Palma, ses alentours et le sud-ouest de l'île sont les zones les plus recherchées. Calvia, Port d'Andratx, Bendinat, Portals constituent des options sûres du fait de leur proximité avec la capitale et de la possibilité d’obtenir un rendement locatif élevé

sur les périodes saisonnières. Les restrictions urbanistiques et la baisse des nouvelles constructions contribuent à que l’investissement en petites promotions ou en réhabilitation d’immeubles en moyen - haut de gamme, rencontre une très bonne acceptation et assure une revalidation de l’actif. Propriétés vue mer situées sur zone sud-ouest, immeuble à réhabiliter centre ancien Palma… L’ile, en termes d’investissement immobilier est classée parmi les dix meilleurs emplacements au monde.

Qui sont vos clients ?

Depuis 1995 j’ai travaillé sur une base de clientèle locale, pouvant être résidents Nationaux ou Majorquin ainsi que différents résidents étrangers. Les citoyens allemands, britanniques et scandinaves représentent une forte demande en propriétés de qualité situées en zone Premium. Ces dernières années mon activité professionnelles est en majorité dirigée à une clientèle Francophone et notamment Française. D’une part du fait de l’augmentation de la demande émanant de mes compatriotes et d’autre part grâce à un développement professionnel concentré sur l’amélioration des services et des valeurs ajoutées. En exemple, le lancement d’une nouvelle entité « Clé en Main Majorque  », regroupement de professionnels Francophones disposant d’une

approche multiculturelle et maîtrisant les spécificités propres au marché local qui va permettre à ma clientèle Francophone en fonction de sa demande et de ses besoins, d´accéder à un éventail de ressources professionnelles fournit par un réseau de prestataires dont d’avocat, agent immobilier, notaire, fiscaliste, comptables, assureur, banquier, architecte, entreprise de travaux, concierge…dans leur langue native.

Qu'est-ce qui est le plus difficile à trouver ?

Du fait de la fracturation du marché, des normatives restrictives en développement, d’un profil de demande similaire, les produits commencent à être rares sur les emplacements les plus sollicités. Centaines zones énumérés antérieurement concentrent la grande majorité de la demande. Cette demande à budget varié, réunit en règle générale les mêmes caractéristiques  : espace extérieur privé, soleil, luminosité, vue, zone… Les attiques (dernier étage) avec terrasse, lumineux, ensoleillés, dans le centre ancien de Palma, ainsi que les terrains constructible sur zone sudouest se font de plus en plus rares et par la loi du marché connaissent une augmentation de leur prix de vente.

Laurent L'Hermet

InmoBienvenue +34 971 222 747 www.inmo-bienvenue.com laurent@inmo-bienvenue.com

24

No 80 – Janvier/Février 2016

EVÉNEMENTS

L’Espagne en France : les Trophées COCEF 2015

Respectivement, de gauche à droite: José Manuel Escoin Cano – Secrétaire Général de la Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France, Ramón de Miguel – Ambassadeur d’Espagne en France, Bernardo Sánchez Incera – Directeur Général Délégué de la Société Générale – Prix de la personnalité de l’année 2015, Carlos Loureiro – Directeur Général de CUPASTONE - Prix de la PME 2015, Alejandro Monzón – Président d’Anecoop – Prix Entreprise de l’année 2015, José Michel García Anguita – Président de la Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France

par LCE

PARIS, LE 15 décembre 2015.L’Ambassadeur d’Espagne en France, Monsieur Ramón de Miguel et le Président de la Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France (COCEF), Monsieur José Michel Garcia ont conjointement remis les trophées à la coopérative agroalimentaire espagnole ANECOOP, à l’entreprise espagnole CUPASTONE et au directeur espagnol et actuel Directeur Général délégué de la Banque Française, Société Générale, Monsieur Bernardo Sánchez Incera, ce lundi 14 décembre 2015. Les Trophées COCEF, pour leur seizième édition mettent en avant le travail et la croissance économique, mais aussi l’aide à la création d’emplois aux entreprises ainsi que les personnalités espagnoles jouant un rôle majeur en France via les Trophées COCEF 2015. Le prestigieux salon Opéra de l’hôtel Intercontinental de Paris eut l’honneur de recevoir 200 invités. Parmi ceux-ci, le corps diplomatique espagnol ainsi que la présence de dirigeants d’entreprises, figurants parmi les entreprises les plus influentes en France et en Espagne. • Alejandro Monzón, président d’ANECOOP a reçu le Prix Entreprise

de l’année 2015. Depuis son implantation en 1979, Anecoop France est reconnue pour être une des compagnies de référence sur le marché, inspirée par des valeurs comme la qualité et l’innovation obtenues en France, tout en connaissant un développement rapide et contribuant ainsi à diffuser une image positive de l’Espagne en France. • Carlos Loureiro, président de CUPASTONE a été récompensé par le Prix de la PME de l’année 2015. CUPASTONE, entreprise membre du groupe CUPA (comptabilisant un chiffre d’affaire de 404 millions d’euros pour l’année 2014), récompensée pour sa fulgurante et fructueuse croissance en France. CUPASTONE, fondée en 1892, a renforcé sa marque en France depuis plus de 20 ans, dès son implantation en France. • Le Prix de la personnalité de l’année 2015 a été décerné au directeur espagnol et actuel Directeur Général Délégué de la banque française, la Société Générale, Monsieur Bernardo Sánchez Incera, pour être un des directeurs les plus influents, ayant anciennement occupé le poste de Directeur Général de l’enseigne Monoprix et le poste de Directeur des Opérations Internationales du Groupe Inditex.

Equête n de

?

réussite

La COCEF vous aide à développer vos affaires entre la France et l’Espagne pour plus d’information: www.cocef.com

España Francia

COCEF - 110,50x153.indd 1

22, rue Saint-Augustin 75002 Paris

12/10/2015 18:28:48

EVÉNEMENTS

No 80 – Janvier/Février 2016 25

Lancement de la plateforme Jeudi 26 novembre dernier, hellomyguide.com, première plateforme collaborative de e-tourisme, était présentée au public par Agatha Ruiz de la Prada, marraine du site, au sien de sa boutique mythique de Serrano.

Hellomyguide, porteur d’un tout nouveau concept, sera tout d’abord lancé en France et en Espagne. En effet, ces deux pays sont aujourd'hui parmi les trois destinations les plus visitées au monde, mais sont aussi deux émetteurs respectifs l'un vis de l'autre. Dans les deux cas, l’industrie du tourisme représente une grosse partie de

du PIB et de la création d’emploi. La plateforme va permettre à chaque membre de mettre en place son propre tour touristique : « chacun sera son propre entrepreneur et pourra faire partager sa vie locale, son expérience locale, et surtout la richesse locale, très souvent sous-estimée par les opérateurs

touristiques internationaux. Le touriste qui utilisera hellomyguide.com pourra ainsi découvrir un aspect totalement méconnu de son voyage. » Hellomyguide.com s’est ainsi introduit lors de cet évènement, avant le lancement de son site, prévu d’ici fin janvier, afin de se faire connaître auprès

des bloggeurs et des influenceurs locaux mais aussi et surtout, Agatha propose pour la première fois, une expérience locale sur cette plateforme. Grace à Hellomyguide, les touristes pourront découvrir comment se fabriquent ses collections emblématiques, au cœur de son atelier.

26

No 80 – Janvier/Février 2016

COMMUNAUTÉ

Sepúlveda se joint aux « Villages Les Plus Beaux d’Espagne » L’Assemblée de l’Association « Les Villages Les Plus Beaux d’Espagne » en a ainsi décidé hier, après avoir sélectionné huit autres localités espagnoles en vue de les incorporer à la liste actuelle qui compte aujourd’hui sur 44 villages. par LCE

LA LOCALITÉ DE Sepúlveda (Ségovie) a été choisie afin d’être incorporée à l’Association « Les Villages Les Plus Beaux d’Espagne. Ainsi culminent les démarches réalisées par le Conseil Municipal pour la Culture, le Tourisme et la Communication de la municipalité, en vue de faire reconnaître la ville grâce à cette marque de qualité qui permettra à Sepúlveda d’être présente à échelle nationale et au-delà de nos frontières. La Mairie de Sepúlveda, suite à une initiative du Conseil Municipal pour la Culture, le Tourisme, a sollicité l’adhésion à l’Association « Les Villages Les Plus Beaux d’Espagne », après avoir été accordée à l’unanimité lors de l’assemblée

ordinaire en date du 21 août 2015. Dès lors, les démarches ont démarré aux effets de sa gestion, puis de son audit par le personnel de la commission qualité désigné à cet effet, qui a évalué les critères minimums spécifiés dans la Charte Qualité. « Des critères très exigeants dans certains cas puisque seules 9 demandes (y compris celle de Sepúlveda) sur 40 ont été acceptées par l’Association en 2015  », souligne Raquel Sanz. La présentation officielle de Sepúlveda en qualité de l’un des Villages Les Plus Beaux d’Espagne aura lieu le 20 janvier dans le cadre du Salon International du Tourisme, FITUR, tenu chaque année à Madrid. « Ainsi, Sepúlveda sera présente lors de l’un des salons les plus importants du monde étant voués au tourisme,

consolidant notre ville en tant que destination touristique de référence depuis le Salon International du Tourisme d’Intérieur, INTUR, auquel nous avons participé au mois de novembre », affirme la Conseil-

lère Municipale. À compter du mois de février, la date à laquelle Sepúlveda indiquera à son entrée qu’elle appartient aux « Villages Les Plus Beaux d’Espagne » sera close, avec le

Retrouvez Le Courrier d'Espagne sur les vols Air Europa entre Madrid-Paris et Madrid-Bruxelles

logotype de l’Association, ce qui lui donnera le droit de faire usage du sceau Les Villages Les Plus Beaux d’Espagne, afin d’être utilisé conformément aux principes de l’Association.

COMMUNAUTÉ

No 80 – Janvier/Février 2016 27

COCEF organise a Paris ème la 2 edition du Forum pour l’Emploi Espagnol par LCE

qui est pour nous le principal critère de satisfaction.

C.E. : Quel est l’objet de ce forum ?

CE : Quelles sont les entreprises et profil du visiteur qui ont participé au forum ?

Ce forum est organisé par la Camara Oficial de Comercio de España en Francia, en collaboration avec le Ministère de l’emploi espagnol à travers sa délégation à Paris, pour permettre aux entreprises, de recruter des demandeurs d’emploi hispanisant installés en France. Il aura lieu à Paris, le 17 mars prochain, un an après la première édition qui fut un succès.

CE : Quel bilan tirez-vous de ce premier forum en 2015 ?

Ce fut un succès au-delà de nos espérances, puisqu’il réunit 33 entreprises et 1152 visiteurs, avec des ateliers et des conférences animés par des professionnels des ressources humaines et du droit du travail, pendant toute une journée. Nous avons eu d’ailleurs d’excellents retours tant de la part des exposants que des visiteurs. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux ont été recrutés depuis par ces entreprises, ce

Il n’est pas possible de citer toutes les entreprises, mais nous avons accueilli notamment Melia, la banque CIC-Iberbanco, Ormazabal, Enwesa, GD Energy Services, Porcelanosa, BQ, Zara-Inditex et Catenon. Vous voyez que les secteurs d’activité étaient très variés. Quant aux visiteurs, le profil était plutôt féminin, entre 26 et 30 ans, avec un bon niveau de qualification.

CE : Quel forme prendra le forum cette année ?

Nous allons reprendre la même forme, qui a bien fonctionné, mais outre celui de Paris, nous allons aussi l’organiser à Lyon, à une date qui reste encore à déterminer.

CE : Une bonne année en perspective ?

2016 est une année symbolique, puisque nous fêtons les 130 ans et le 30ème anniversaire de l’entrée de l’Espagne dans le Marché commun.

Le Courrier d´Espagne

Une distribution unique Vente dans plus de 220 Kiosques

Institutions françaises d´Espagne et espagnoles en France Principaux aéroports et compagnies aériennes Social media & Internet Facebook, LinkedIn, Google News

Evènements de prestige AfterWork, salons, soirées

80 – Octobre/Novembre Janvier/Février 20162015 28 No 79

DEPUIS 11 ANS

DEPUIS 11 ANS

Le Courrier d´Espagne

Journal indépendant et non subventionné

10 ans

LE JOURNAL FRANÇAIS D´ESPAGNE

®

2004-2014

No 79 No– 80 Octobre/Novembre – Janvier/Février 2015 2016 29

Le Courrier d´Espagne

Journal indépendant et non subventionné

LE JOURNAL FRANÇAIS D´ESPAGNE

10 ans

®

2004-2014

Le Courrier d´Espagne

Journal indépendant et non subventionné

LE JOURNAL FRANÇAIS D´ESPAGNE

10 ans

Numéro 73 – Avril/mAi 2014 lecourrier.es – 30 000 exemplAires

LeCourrier.es

eSp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 SFr

esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 sFr

esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 sFr

Journal indépendant

®

2004-2014 Numéro 75 – Septembre/octobre 2014 Lecourrier.eS

Numéro 74 – JuiN/Juillet/Août 2014 lecourrier.es – 15 000 exemplAires

Numéro 76 – JaNvier/Février 2015 | 11.000 exemplaires

L’Espagne, résidence secondaire de l’Europe

1000anuncios.com Les fonds veulent investir une startup rachetée 100 millions dans les hôtels

Business

Business

p. 2

p. 7 Business

PAPIER RECYCLÉ

Ferrovial veut construire Madrid commercialise les le second aéroport de Mexico édifices emblématiques

Ou trouver les bons crustacés de Madrid p. 7

Art de vivre

Business

p. 23

Spain is back

Nouveau site pour l’immobilier francophone : jacheteenespagne.com

L

’Espagne est de retour sur les marchés internationaux. Le fait est indéniable. Les fonds d’investissements étrangers considèrent l’Espagne comme l’un des trois pays au monde où il est judicieux d’investir en ce moment. Et la presse en fait les échos. L’Espagne a réalisé les réformes nécessaires afin, non seulement regagner la confiance des investisseurs, mais aussi de rendre l’appareil productif industriel plus efficace. Ainsi, lors d’une récente réunion de l’Ambassadeur de France en Espagne, Jérôme Bonnafont, avec des entrepreneurs et la presse, il était formel : « l’Espagne récolte les fruits de ses réformes fiscales, de la contention de ses dépenses et de l’élargissement de la base imposable. La reprise de l’appareil productif est claire et nette, même si le défi de l’Espagne demeure d’accroître la valeur ajoutée du tissu industriel. Et, depuis six mois, la reprise des investissements des entreprises françaises en Espagne est indéniable ». En ce moment, les opportunités ne manquent pas ! Le prix de l’immobilier, qui devrait encore baisser un petit peu cette année, est au plus bas depuis huit ans et les coûts salariaux sont 1/3 voire 1/2 plus intéressants pour les entreprises. Et elles embauchent de nouveau ! Spain in back, c’est un fait. La stabilité politique et économique, et surtout ses liens avec l’Amérique Latine, en pleine croissance elles aussi, vont reconvertir la péninsule en un nouvel Eldorado économique.

p. 3

Amérique Latine

PAPIER RECYCLÉ

Les drones bientôt dans le ciel espagnol

p. 9 Business

p. 2

Du canoë et des vautours à 1h30 de Madrid

L’Amérique Latine investit dans la banque espagnole

Assouplissement de la loi d’inscription professionnelle obligatoire

Art de vivre

Amérique Latine

Entreprendre

p. 22

Les fonds cherchent des 5 étoiles.

Interview : Guiseppe Tringali, Président de Mediaset España

M Juridique : des cabinets hispano-français à connaitre

Le networking hispanofrançais WOMMs compte sur plus de 1200 membres

© Julia Robles Photographer

Philippe Chevassus

Ambassadeur de Suisse en Espagne, rencontre.

adrid et Barcelone ne sont plus à plaindre. Du moins, c’est ce que pensent les brokers immobiliers, ils croulent sous la demande et, paradoxalement, leur problématique n’est pas de trouver les investisseurs, mais les actifs ! Et oui, Madrid et Barcelone deviennent de véritables cibles pour les fonds étrangers souhaitant installer un palace. Depuis septembre 2013, c’est un véritable raz-de-marée qui s’abat sur les deux capitales. Les grands noms tels qu’Intercontinental, Sofitel ou Kempinski circulent. La plupart a mandaté des intermédiaires pour dénicher la perle rare. Mariott vient de proposer 135 millions au Ritz et Haytt 280 millions pour la tour Agbar de Barcelone. À chaque fois, 30 millions d’euros de travaux de plus peuvent être rajoutés. Tous sont adossés à des fonds d’investissement. Sofitel et Mandarin regarderaient activement le centre de Madrid proche de la Castellana. Selon certaines sources, la plaza

vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français

Rencontres avec Olivier Benielli, Pascal Bourbon, Jean-Baptiste de la Mettrie, Jose Miguel Garrido

de España deviendrait une nouvelle cible. La première fortune chinoise vient d’ailleurs de dépenser 240 millions (confirmé, contrairement aux autres) pour l’acquisition de Torre España. Il va en faire un gigantesque centre commercial et un hôtel de luxe. Quant aux Qatari qui ont mis la main sur le W à Barcelone, ils regarderaient à Ma-

drid l’hôtel Miguel Angel. La problématique de tous ces fonds est l’absence d’offre. Surtout à Madrid. La capitale espagnole compte à peine sur 3 ou 4 hôtels 5 étoiles. Même s’ils sont presque tous à vendre, les fonds étrangers gourmands sont bien plus nombreux. L’une des solutions envisagées par la Mairie est de mettre en

vente, ou en commercialisation, les bâtiments historiques de la ville. Barcelone et Paris ont déjà commencé. Et Madrid n’en manque pas. L’un d’eux, le siège de la Fiscalía General del Estado sur la Castellana, proche de Colón (voir photo p.3) ferait par exemple un superbe 5 étoiles, n’est-ce pas... ?

Inédit

Immobilier : les prix remontent !

Philippe Chevassus

Diplomatie économique : l’ambassadeur vante les régions françaises à Gérone

’attente a été longue en Espagne. Depuis 2007, les prix de l’immobilier ne cessaient de baisser et pour la première fois ce mois-ci, les indicateurs officiels parlent de rebond des prix. La reprise économique annoncée il y a un an commence à porter ses fruits en matière immobilière. Qui sont les acquéreurs, faut-il rester très prudents quant aux actifs ? Et où investir ? À Palma de Majorque, par exemple, les prix sont déjà à la hausse depuis plusieurs mois, mais les Îles Baléares deviennent de plus en plus prisées par la jet-set internationale et la demande étrangère en matière immobilière ne cessera de croître. À Madrid ou Barcelone, les prix n’ont pas tellement baissé dans le centre, l’offre étant limitée. En revanche, à Alicante ou Marbella, il y a des opportunités à saisir. Beaucoup de lots d’appartements en bord de mer sont encore disponibles à des prix intéressants. Dans l’ensemble, il n’a jamais été aussi intéressant pour un francophone d’investir en Espagne. Les prix sont encore bas et la reprise ne fait que commencer. En outre, il est assez facile d’obtenir un crédit via son pays d’origine.

Après l’échec d’Eurovegas du magnat américain Sheldon Adelson, Madrid devrait accueillir un nouveau projet…

p. 14

Suite page 2

Dossier spécial Immobilier

42 fortunes espagnoles pèsent plus de 1 milliard

Un récent classement estime à 42 le nombre de fortunes espagnoles pesant plus de 1 milliard. C'est dans la construction qu'on... Suite page 6

Cuba : de nouvelles opportunités pour les entreprises espagnoles ?

Troisiéme partenaire commercial de Cuba, l’Espagne se réjouit de la reprise des relations diplomatiques… Juridique : Les droits de succession et de donation en Espagne contraires à l’Union Européenne

Suite page 9

L'AVE fera son entrée dans 10 villes au cours de l'année 2015

esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 sFr

L’Espagne redevient un spot par PHILIPPE CHEVASSUS

C’EST UN FAIT. Sur un plan économique et pour les opportunités d'affaires, l’Espagne est dans la ligne de mire de tous les grands fonds internationaux, des plus grandes fortunes, mais aussi des acquéreurs européens de résidences. Le pays retrouve des couleurs, et il était temps, après une traversée du désert de 6 longues années. Depuis quelques semaines, les chinois s’illustrent sur la péninsule. On dépasse le milliard d’euros de-

puis un an dans les investissements immobiliers. L’Edificio Plaza de España qui vient d’être racheté par la première fortune chinoise, ou bien ce complexe de 10.000 chalets de luxe que prétend construire cet autre nabab chinois, témoignent de l’appétit des grosses fortunes. Soros par exemple, a investi à travers sa filiale Hispania 402 millions en Espagne en 2014... Le mexicain Slim, quant à lui, première fortune mondiale, vient de racheter une partie du capital de FCC. Mais l’Espagne c’est aussi un spot dans l’art de vivre.

D’une part, on assiste depuis un an à Madrid et à Barcelone à la naissance de véritables places to be. Le Villa Magna par exemple, va bientôt faire parler de lui avec l'ouverture d'un bar-restaurant asiatique unique à Madrid. D’autre part, les professionnels ont compris l’importance d’offrir un nouveau type de tourisme, plus rural, mieux organisé et desservi, plus luxueux aussi. Les Baléares par exemple ouvrent leurs portes et terres agricoles à ceux qui veulent construire un resort de luxe...

Le chemin de fer à Grande Vitesse atteindra dix nouvelles villes au cours de l’année 2015, puisqu’il est prévu… Suite page 19

LeCourrier.es change de peau : plus d’articles au quotidien et bilingue

Diplomatie économique: 5ème grand prix VIE Espagne

Sous le haut patronage de l’Ambassadeur de France, la section Espagne des Conseillers du Commerce Extérieur de la France… Suite page 24

Nouveaux restaurants, Guide Michelin 2015

Dans la première catégorie du guide Michelin (trois étoiles) nous retrouvons les mêmes huit restaurants qu’en 2014…

P.C.

Suite page 30

© Kzenon - Fotolia.com

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

vous assure en Espagne!

vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français

Gestion Intégrale en Français

902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

p. 3 Fusion & acquisition p. 15

Un nouveau méga-projet immobilier pour Madrid

Le gratte-ciel abandonné de Benidorm

L Le réseau networking hipano-français WOMMs accompagne Perpignan dans sa promotion à Madrid

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

p. 5

PAPIER RECYCLÉ

Le fonds de Soros investit plus de 250 millions

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF, vous assure en Espagne!

C/Juan Bravo, 3A 28006 Madrid - Spain Telf.:+34.91.436.73.26 www.primerealestate.es

902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

Gestion Intégrale en Français 902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

PAPIER RECYCLÉ

Le Courrier d´Espagne

Journal indépendant

®

LeCourrier.es

Numéro 77 – mars/avril 2015 | 11.000 exemplaires

esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 sFr

Aena, Saeta, Abertis Telecom, Talgo… 2015 : le grand retour des introductions en Bourse en Espagne

Espagne : l'heure des start-ups a-t-elle sonné ?

Suite page 6

par PHILIPPE CHEVASSUS

La COCEF lance le premier Forum Emploi Franco-espagnol

La frustration des entrepreneurs du net des années 2000 va peut-être pouvoir prendre sa revanche ? Depuis 18 mois, de nombreux signes très positifs laissent penser que l'innovation, l'esprit d'entrepreneuriat et la culture nomade atteignent progressivement les jeunes espagnols, mais aussi les milieux d'affaires. De plus en plus de cadres lassés par une carrière trop paisible et incertaine sur la

R. Gomes, Business France : « Barcelone prend un virage très prometteur dans le domaine de l’innovation » La capitale catalane accueille une … Suite page 2

Le gestionnaire aéroportuaire Aena…

La Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France continue à faire de l’emploi une priorité en lançant à Paris… Suite page 9

Distrito Castellana Norte, le projet qui veut transformer Madrid

Plus de 6 milliards d’euros seront investis pour la modernisation d’une zone de 300 hectares au nord de la ville…

péninsule se lancent à tout-va dans les projets internet. C'est un constat, les incubateurs sont en train de pousser comme des champignons, bien qu'encore à un niveau insuffisant par rapport à ce qui existe à Paris, Berlin, ou San Francisco, mais ils ont le mérite d'exister. On les retrouve surtout du côté de Bilbao ou Barcelone. Madrid reste encore trop à la traine. Les acteurs traditionnels, les banquiers et les multinationales commencent à regarder d'un

Journal indépendant depuis 10 ans

Numéro 78 – mai/JuiN 2015 | 11.000 exemplaires

esp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 sFr

L'immobilier reprend en force

Juan Miguel Villar Mir va donner le jour au projet de prolongation de la Castellana... Suite page 2

Meliá vend 7 hôtels en Espagne

Meliá Hotels International a passé un accord inaliénable avec le Groupe Starwood Capital afin de constituer une société conjointe...

p. 4

par PHILIPPE CHEVASSUS

C'EST UN FAIT. Tous les signes sont passés au vert en Espagne depuis 18 mois et cela ne fait que commencer. Les investissements étrangers ne cessent d'augmenter, surtout dans l'immobilier. Au centre de Madrid, les immeubles d'époque commencent à trouver preneurs pour des projets de résidences de luxe et désormais les propriétaires négocient moins leur prix. Une caste d'investisseurs arrive des pays émergents et d'Amérique Latine. Elle est très réactive et agressive : « Nous

Suite page 4

« L’économie collaborative » d’Espagne : une des plus prometteuses d’Europe

On compte près de 53% des espagnols intéressés par le développement … Suite page 9

Le potentiel des résidences séniors en Espagne

Le marché des résidences séniors est en train de s'organiser en Espagne. Le pays offre des atouts incontestables...

Suite page 10

Suite page 16

Un fonds d’investisseurs qatari s’intéresse à Marina d’Or Golf

Le Lycée Français de Madrid accueille une conférence sur le réchauffement climatique

Un éminent groupe d’investisseurs de Qatar, directement associés à un important fonds d’investissement…

®

LeCourrier.es

Un entrepreneur espagnol va investir 500 millions au nord de La Castellana

autre œil les jeunes entreprises du net, qui bien souvent leur permettent de trouver réactivité et innovation dans les services qu'ils recherchent. L'autre point positif concerne la réforme du marché du travail en Espagne et il n'est pas terminé. Beaucoup plus flexible, il est aujourd'hui plus compétitif pour un “start-upeur” international de créer une structure avec 10 personnes en Espagne que dans de nombreux pays européens. suite

Le Courrier d´Espagne avons à peine le temps de préparer un dossier technique, ils font immédiatement une offre ferme », s'exclame un agent immobilier spécialisé dans la vente d'immeubles de luxe. « Ils viennent du Venezuela ou du Mexique, leur soif d’investir est inimaginable et surtout, ils se décident en quelques jours alors qu'il faut des semaines aux français ou aux belges ». Par exemple, un superbe immeuble juste en face de l'Ambassade de France aurait été vendu à des vénézuéliens pour un montant de 15 millions d'euros. Les français qui étaient sur l'affaire, une chaîne d'hôtels boutique, ont à peine

Suite page 26

Le Qatar prend 10 % du Corte Inglés

L’ancien premier ministre du Qatar vient de devenir actionnaire du groupe espagnol avec le rachat de 10 %… Suite page 3

Simplification des successions internationales

LE 17 AOÛT dernier, en pleine période estivale, à l’heure où la plupart des français propriétaires… Suite page 5

par PHILIPPE CHEVASSUS

Le potentiel de Castellón !

COMME LORS DE toute révolution, les conservateurs et ceux qui vivent de la rétention de l'information y mettent des freins. L'économie collaborative en Espagne en est un bel exemple. Blablacar et Uber sont des cas intéressants. Un juge a interdit il y a quelques mois Uber en Espagne. C'est au tour de Blablacar, valorisée 1,2 milliards d'euros, de subir

Castellón fait partie de ces régions espagnoles totalement méconnues de la communauté française. Située entre Valence et la Catalogne, la province de Castellón…

Premier Prix Le Courrier d’Espagne de la Révélation hispano-française

Mardi 30 septembre à la Résidence de France à Madrid, le Courrier d’Espagne…

les foudres des tribunaux espagnols. Mais quel message le pays donne-t-il aux entrepreneurs internationaux du Web ? Les sociétés qu'ils veulent interdire sont présentes dans plus de 40 pays et continueront d'exister avec ou sans l'Espagne. Le pays, déjà vide en incubateurs du Web et en business Angel, ne favorise pas la captation d'investisseurs. Et pourtant, le potentiel économique est bien là. Les espagnols ont besoin plus

que n'importe qu'elle pays européen de partager les richesses et de collaborer ensemble pour diminuer le coût de la vie. L'Espagne est, par exemple, un des pays avec le plus de smartphones par habitant et le nombre de touristes en plein boom depuis 3 ans. C'est dire le potentiel de cette économie sur la péninsule. Notre correspondante à Barcelone a rencontré le Président de l'Association de l'économie collaborative, Sharing España, dans ce numéro d'ailleurs.

Suite page 36

L'annuaire hispanofrançais des meilleurs prestataires de services. 100% Responsive. 100% Courrier.

Ça repart en Espagne, et ses 5 étoiles aussi. Symboles d’une économie qui va de mieux en mieux…

« L'économie collaborative » peut et doit s'imposer en Espagne

Suite page 33

Suite page 27

Hôtels 5* : c’est enfin reparti pour un petit tour...

eSp. 3€ / Fr. 3€ / 5,60 SFr

Suite page 2

p. 2

L'annuaire hispanofrançais des meilleurs prestataires de services. 100% Responsive. 100%Courrier.

Le Meilleur

www.annuaire.lecourrier.es

Le Meilleur

www.annuaire.lecourrier.es

Un week-end de dunes à Maspalomas

Situées au large de l'Afrique, les îles espagnoles offrent l'été toute l'année à 2h20 de vol. Gran Canaria est la capitale… © Rawpixel - Fotolia.com

Suite page 30

© SeanPavonePhoto Votre agent immobilier français à Palma de Majorque depuis 1998

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

ib

InmoBienvenue

vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français

PAPIER RECYCLÉ

Laurent L'Hermet

Consulting Immobilier Laurent L'Hermet

 (0034) 971 222 747  (0034) 666 003 665 www.inmo-bienvenue.com

902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

PAPIER RECYCLÉ

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF,

vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français

®

LeCourrier.es

Numéro 79 – Septembre/octobre 2015 | 11.000 exemplaireS

Boom du secteur touristique en Amérique Latine

C'est au sein du Lycée Français de Madrid que s’est tenu le débat sur le changement…

Suite page 20

Journal indépendant depuis 10 ans

L’Amérique latine a pris conscience de son potentiel économique en matière de tourisme et commence à se doter des….

eu le temps de les voir venir. Ils ont mis 2 semaines à envoyer un directeur technique. Entre temps un financier vénézuélien libellait le chèque. Toute l’Espagne est en ébullition depuis 18 mois. Et plus que jamais, il faut faire vite. Il y a encore de splendides opportunités à saisir. À Marbella, on ne négocie presque plus non plus, les russes reviennent, + 15% en 2014, et les français aussi arrivent en force, ils sont les deuxièmes acquéreurs étrangers en Espagne selon les dires du Colegio de Notarios. suite

Le Courrier d´Espagne

España

” Networking events for professionals

902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

ATLANTIS, filiale de la MAIF et de la MACIF, vous assure en Espagne!

Gestion Intégrale en Français 902 368 821 +34 93 496 47 34 delfrance@atlantisgrupo.es

PAPIER RECYCLÉ

España

Le Courrier d’Espagne Directeur et Fondateur : Philippe Chevassus Collaborateurs : Aurélie Chamerois, Sol Marzellier de Pablo, Julia Mangiavillano, Emma Lefevre Mise en page : Oana Rafaila Impression : Roto Madrid Editeur : Ediciones Le Courrier d'Espagne, S.L. / Modesto La Fuente, 19 bajo izq. / 28003 Madrid / Tel : + 34 91 101 12 83 E-mail : com.lecourrier@gmail.com, Dépôt Légal : M-44345-2004 Membre de la Cocef (Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France) à Paris. Membre de WOMMs.

30 No 80 – Janvier/Février 2016

ART DE VIVRE

Sous le charme : un village rural transformé en hôtel La Cantabrie est une des destinations espagnoles les plus avancées dans le domaine du tourisme rural. Bien méconnue des touristes étrangers et même de nombreux madrilènes, la région abrite parmi les plus beaux hôtels ruraux que l'on peut trouver en Espagne. par Philippe Chevassus

LE TOURISME RURAL en Espagne est très différent du tourisme rural français par exemple, où il reste encore peu d'endroits secrets, inaccessibles, reculés du tourisme international et de ses normes. En France, dans n'importe quel village, des panneaux perdus dans la nature vous indiquent chaque maison d'hôtes

ou sur les tracés viticoles locaux. Tout est codifié. En Espagne on en est encore loin et c'est ce qui fait son charme, son authenticité. Au cœur de ces spécificités locales, il existe une gamme d'hôtels dénommée Posadas. Ces hôtels sont, pour la plupart, des affaires familiales. Il s'agit de petits hôtels situés sur les routes de campagne de Cantabrie et qui ont la particularité, d'avoir un restaurant de qualité et, surtout, un charme fou. Même pour un

petit hôtel de 8 chambres, vous y trouverez un restaurant digne des bonnes tables locales. Parmi ces Posadas, l'une d'elles a retenu notre attention car ses propriétaires ont réussi quelques chose d'extraodinaire : transformer un petit village en resort rural. Il s'agit de la Posada Camino Real de Selores, située entre Reinosa et Torrevelaga au nord de l'Espagne, en Cantabrie, à quelques kilomètres d'une des plus grandes réserves naturelles

d'Espagne. Ce bijou est en réalité une composition de petites maisons d'époque qui constituaient un village, et qui, au fur et à mesure, ont été rachetées par une famille locale. On y trouve un lot de maisonnettes qui abritent les chambres, une boutique de déco, un restaurant, et même une petite église. Le tout appartient au propriétaire de la posada et compose 90 % du village. Paco, dessinateur d'intérieur, déci-

ART DE VIVRE

No 80 – Janvier/Février 2016 31

Le bar est installé dans l'ancienne cuisine

La bibliothèque privée propose jne table pour ceux qui veulent diner en toute discrétion

La suite Rio de l'autre coté du fleuve

da un jour d'offrir à sa fille Sylvia ce village, d'en décorer chacune des maisons qu'il a acheté au fur et à mesure et surtout de les transformer en suites duplexes ou maisonnettes de deux chambres. Le concept est tout simplement génial. Chaque maison, extérieur comme intérieur, à sa propre décoration, son propre univers. Notre préférence se porte tout particulièrement sur la suite « rio » de 70 m2, de l'autre coté du pont du village. Isolée au pied d'un rocher, elle possède son propre jardin, duquel on entend le petit fleuve qui le longe, s'écouler. Autant vous dire que madame appréciera l'ambiance, chers messieurs. Quant au restaurant, il est installé dans l'ancienne écurie du village. A 30 m de la suite. Chaque objet de décoration qui habille les parois de la pièce, rapporté par Paco lors de ses nombreux voyages, offre une atmosphère paisible et authentique. Les plats sont traditionnels et lo-

caux. Tous bons sans exception. Diego, le barman, vous recevra pour l'apéritif dans l'ancienne cuisine transformée en bar authentique (voir photo). Les 5 étoiles et autres Palaces devraient s'en inspirer. C'est d'ailleurs en dégustant notre apéritif local que Diego nous a conseillé de visiter le lendemain, un des plus beaux villages de la péninsule, situé à quelques kilomètres de là, Barcena Mayor, village médiéval qui date de 1100. Vous l'aurez compris, cette escapade s'adresse à ceux qui ont un autre concept du luxe. Qui n'ont pas beaucoup de temps mais qui fuient les choses surfaites. Depuis Madrid comptez 4 h de route. Même pour 24 h, c'est sans hésitation, surtout si la neige vient apporter son duvet en février. Prenez l'autoroute jusqu'à Reinosa puis la petite route qui longe la réserve naturelle et traverse les montagnes.

32 No 80 – Janvier/Février 2016

II Foru

Franç m d’Emplo ais Es i www pagno .emp leofra l ncia.c om

Paris-Lyon 2016

Vous recherchez des profils bilingues français espagnol : Depuis le succès de sa première édition, avec 33 entreprises participantes et plus de 1.100 visiteurs, la Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France lance sa deuxième édition du Forum d’Emploi Franco Espagnol. Cette édition aura lieu à Paris, le 17 mars, et à Lyon, en juin 2016. Si vous êtes à la recherche de profils pour votre entreprise et vous souhaitez participer au Forum de Paris et/ou Lyon n’hésitez pas à nous contacter : info@empleofrancia.com / +33142613310 Organisé par

En collaboration avec España Francia

COCEF - 225x305.indd 5

18/01/2016 16:54:53


Le Courrier d'Espagne janvier/février 2016