Issuu on Google+

L’invention du livre à tirettes : Le Livre joujou, de Jean-Pierre Brès (1831) Jacques Desse

« Architas, philosophe grec et l’un des plus illustres précurseurs d’Euclide et d’Archimède, se faisait gloire de l’invention d’un joujou pour les enfants… » Jean-Pierre Brès

La Bibliothèque l’Heure joyeuse vient d’acquérir auprès de la Boutique du livre animé un exemplaire du Livre joujou. C’est l’occasion de revenir sur l’histoire de ce petit trésor méconnu. 1

Jean-Pierre BRÈS. Le livre joujou, avec figures mobiles 2. Paris, Louis Janet, libraire, 59 Rue Saint-Jacques, s.d. [décembre 1831]. Imprimerie et fonderie de G. Doyen, 38 rue Saint-Jacques. In-18, [8] (dont 1 f. blanc, 1 f. de faux-titre, 1 f. de titre imprimé, 1 f. de table), VII (Avertissement), [1], 157 p., 13 planches dont le titre. 1

Cet article est la version longue d’une étude parue dans le catalogue de l’exposition Quand les livres s’amusent, Lyon, Musée de l’imprimerie, 2012. Je remercie vivement pour leurs précisions Mmes Carine Picaud (Réserve des livres rares, BnF) et Françoise Lévèque (fonds ancien de la Bibliothèque l’Heure joyeuse), la Bibliothèque des Champs libres à Rennes, la bibliothèque de Toulouse, la librairie Lettre écarlate, MM. Justin Schiller, Gregory Giller et Larry Seidman. Toute correction ou information complémentaire à cette note est la bienvenue (j.desse@orange.fr). 2

La mention « avec figures mobiles » figure sur le premier plat des exemplaires en cartonnage éditeur.

Ce charmant petit volume contient treize figures mobiles à tirettes, dont la page de titre, toutes gravées et coloriées à la main. Ces images ont probablement été dessinées par Brès lui-même. Chacune raconte une histoire, et un astérisque dans le texte indique à l’enfant à quel moment il doit animer l’image pour la transformer et faire apparaître ou disparaître des éléments, et ainsi transformer la scène 3.

Le livre joujou est parfois considéré comme le « premier livre interactif », ce qui est un peu exagéré. Mais M. Theo Gielen a découvert qu’il s’agit du premier livre animé par des tirettes jamais publié 4. Le catalogue de l’exposition Babar, Harry Potter et Cie (BnF, 2008), résume l’histoire : Sur une trame classique, l'histoire que nous conte l'auteur fourmille d'événements merveilleux. En l'absence de leur père le roi Sélimour, parti annexer le royaume voisin, Lindor et Sérine sont livrés à leur oncle Grolino, magicien laid et méchant, qui les enferme aussitôt et se fait proclamer roi. Mais la protection de la fée Nira, témoin jadis de la conduite exemplaire des deux enfants, vient à leur secours et tout finit pour le mieux. Semant des leçons de morale au fil du récit, le conte se referme sur ce rappel qu'"il ne faut jamais s'écarter du sentier tracé par la vertu". (Carine Picaud) 3

Une planche animée est visible sur le site Livresanimes.com (http://bit.ly/GXIN3a passer le curseur sur l’image). 4

Le premier livre avec des scènes en relief verra le jour peu après, à Vienne en Autriche, en 1835.

Une planche du Livre joujou – (Libraires associés)

Dans l’introduction, l’auteur s’adresse directement à ses jeunes lecteurs, et leur explique : « Afin que ce livre vous amusât davantage, j’ai voulu qu’il vous offrit quelques nouveautés dans les dessins qui y sont renfermés ». Il explique avoir inventé ce « mécanisme » pour retrouver la magie des métamorphoses provoquées par les baguettes des fées, et « mettre en action » des scènes de l’histoire. Pour ce faire, il s’est très probablement inspiré des images à tirettes, fort à la mode au début du XIXe siècle, particulièrement dans les pays germaniques 5.

Photo Bibliothèque de Toulouse

5

Sur ces images, voir Hanna Egger, Glückwunschkarten im Biedermeier, Callwey, 1980.

Exemples de pièces mobiles du Livre joujou

Ci-dessous, image à transformation par tirette (vers 1810 ?) – (Libraires associés)

L’expression utilisée par Brès, « mettre en action » les scènes, renvoie à une autre source d’inspiration. En effet, cette formule figure dans les titres de très nombreux livres-jouets apparus en France vers 1817 : ces livres comportaient de petites images découpées qu’une languette permettait d’insérer dans une gravure tableau. Ainsi vit-on paraître Le petit fablier pittoresque ou fables mises en action (Pintard, vers 1817), Le Jeu des fables, ou Fables de La Fontaine mises en action (Lambert, 1819), et quantité d’autres. En 1829, avait été publiée une Bible en action, Les Métamorphoses d’Ovide mises en action, et, peu avant Le livre joujou, vers 1830, des Contes en action… 6

Les contes des fées mis en action, Nepveu et Lefuel, 1823

7

(Libraires associés)

6

Cf. Jacques de Saint-Albin, « Livres à transformations », Nouvelles de l’estampe, 1968, p. 230. L’un de ces ouvrages, Edouard ou le petit agriculteur, fut réalisé vers 1830 par Doyen, l’imprimeur du Livre joujou (Pierpont Morgan Library). 7

Datation de la BnF, établie d’après les catalogues de l’éditeur (http://bit.ly/GXvssH).

Ces livres suivaient eux-mêmes les publications comportant des petits personnages découpés avec une tête mobile, dont on pouvait changer les costumes, qui avaient connu un succès foudroyant depuis le premier ouvrage comprenant des figurines à habiller, le Little Fanny de Fuller, publié à Londres en 1810.

La petite Hélène, Delaunay, 1818 - (Libraires associés)

Par la suite, à partir de 1839, seront à la mode les images amovibles pouvant se poser à côté du livre que l’enfant est en train de lire, probablement inventées par Charles Letaille 8.

Tableau abrégé de l’histoire des voyages, Letaille [1839] - (Libraires associés)

L’innovation de Brès est d’une autre nature. Quoique promise à un bel avenir, elle n’eût pas de postérité immédiate. Il faudra attendre les années 1860 pour voir reparaître, chez Dean en Grande-Bretagne et chez Legrand en France, des livres animés par des tirettes, avant que Lothar Meggendorfer, à partir des années 1880, n’en fasse un usage systématique, avec de merveilleux résultats 9. 8

Cf. Theo Gielen, « Books with re-movable illustrations », Movable Stationery, 10-3, 2002. Une étude sur un théâtre en papier de Letaille : Power House Museum, http://bit.ly/GXJ6uY. 9

L’histoire des livres à tirettes entre Brès et Meggendorfer - près d’un demi-siècle plus tard -, est fort mal connue.

Mais qui est ce personnage qui eut l’idée d’animer les planches même des livres ? Né à Limoges en 1782, Brès Junior fit des études de médecine et écrivit quelques curieux traités, dont un sur la ligne courbe dans les corps organisés...10 En 1817, il publia dans le Mercure de France un poème faisant l’éloge de la pomme de terre 11, et il s’est aussi intéressé au phénomène dit de l’audition colorée (association entre sons et couleurs). Ceci n’était pas très original, sauf que Brès affirme que l’analogie entre les sons et les couleurs se rencontre avec les voyelles - bien avant qu’Arthur Rimbaud n’imagine Voyelles… 12 Brès se passionnait pour la pédagogie, et, selon l’auteur de sa nécrologie, il « se proposa d’améliorer les livres destinés à l’enfance »13. Promoteur de la gymnastique, il était proche du colonelAmoros, qui créa en 1818 le premier établissement public français d'éducation physique destiné aux enfants des écoles, et il aurait même rédigé le Manuel de gymnastique d’Amoros 14. Il semble avoir participé au mouvement de l’Enseignement mutuel dès son implantation en France.

Brès, « L’enseignement mutuel », Journal d’éducation, 1817

15

10

Il est souvent confondu avec son oncle, également prénommé Jean-Pierre, médecin et littérateur, né à Issoire et mort à Paris en 1817 (voir ci-dessous, bibliographie). Arsène Houssaye a utilisé d’intéressantes lettres de Brès jeune à son oncle sur la situation politique en 1815, conservées au ministère des Affaires étrangères. 11

Cf. http://bit.ly/He3fLm.

12

Revue encyclopédique, 1822 (http://bit.ly/GW2qcz ; cf. http://bit.ly/HgjkSd). L’autre précurseur de Rimbaud est Hugo, dans un manuscrit des années 1840-50, qui ne fut publié qu’en 1950 : « Ne penserait-on pas que les voyelles existent pour le regard presque autant que pour l'oreille, et qu'elles peignent des couleurs ? On les voit. A et I sont des voyelles blanches et brillantes. O est une voyelle rouge. Et EU sont des voyelles bleues. U est la voyelle noire. » 13

Edmé Miel, notice sur Brès, Annales de la société libre des Beaux-arts, 1833, p. 18 ss. (cf. aussi p. 15) (http://bit.ly/He3mqc). 14

Brès a écrit pour Amoros le Chant du gymnase normal, militaire et civil. Amoros reproduit dans un de ses ouvrages, en 1821, un long et pompeux poème de Brès (cf. http://bit.ly/GW3o6K). 15

http://bit.ly/He3BBD

Brès était un Romantique, y compris dans sa passion pour les paysages 16, et les illustrations du Livre joujou le rappellent, avec leurs jardins parsemés de ruines et leurs apparitions quelque peu mystérieuses... Mais il récusait le côté noir et l’affèterie du romantisme, en particulier dans une satire qu’il publia en 1823 dans les Tablettes romantiques, sorte de manifeste qui précède et contredit un recueil de textes de Nodier, Chateaubriand, Lamartine, Hugo, Desbordes-Valmore… 17

Jean-Pierre Brès (© Musée national de l'Éducation – CNDP)

18

16

Outre ses nombreux ouvrages consacrés au paysage, voir « Sur l’art du paysage », Le musée des variétés littéraires, 1827 (http://bit.ly/He3Yw3). 17

Cf. http://bit.ly/HlqDo2 ; http://bit.ly/HiKGo5 . Texte signalé dans une étude sur un poème de Brès se moquant de la ponctuation romantique (« Le point de merde », http://bit.ly/Hlr5Tq). Cf. Frédéric Lachèvre, « Un poème inconnu sur le Romantisme : La Muse romantique, 1824, de JP Brès et l'Eloquence du point », in Nouvelles glanes bibliographiques et littéraires, 1933 (non consulté). 18

Bidault, Lith. de Lemercier, 1833. Légende : « J. P. Brès / décédé du Choléra, le 3 Août 1832 / L'ami, le Poète, l'historien du Gymnase normal / Membre de la société libre des Beaux Arts / Dédiée à Madame sa veuve, et à Monsieur Amoros, / Colonel directeur du Gymnase Normal. / Se vend chez l'auteur rue des Fossés St Jacques N°10 / et chez Amoros Colonel, place Dupleix au gymnase. »

Après la chute de l’Empire, Brès s’adonna à l’écriture de petites histoires et de livres pour enfants. Il publia plusieurs des plus jolis livrets de l’époque, souvent avec des gravures coloriées, en général d’après ses propres dessins, parfois présentés en séries dans de ravissantes boîtes romantiques (comme Simples histoires, Les Talents, La Dame blanche…). Au travers de tels livres jouets (deux termes a priori antithétiques), Brès essaie d’associer l’éducatif et le ludique, ce en quoi il est assez avant-gardiste, puisqu’il faudra attendre un siècle pour que, sous l’influence des rénovateurs de l’enseignement comme Freinet, de telles conceptions finissent par prévaloir, et génèrent, par exemple, les livres interactifs du Père Castor dans les années 1930. Comme l’écrit un contemporain, « L'enfance tomba sans s'en douter dans le piège de l'instruction, et le Livrejoujou de Brès fut un trésor de doctrine en même temps qu'une source intarissable de plaisir. »

Les Talents : Le Dessin. 1827 (© Musée national de l'Éducation – CNDP)

Mythologie des dames, Janet, 1823 (exemplaire broché) – (Libraires associés)

Brès est également l’inventeur du myriorama 19. Il s’agit de gravures découpées en bandes qui peuvent se combiner entre elles et composer une quasi-infinité de nouvelles images 20. Ces jeux de papier, adaptés dans plusieurs pays dès l’année suivante et développés en Grande-Bretagne par John H. Clark 21, sont devenus rares en dépit de leur immense succès. Le mot, comme quelques autres inventés par Brès, est resté, dans toutes les langues.

Exemple de myriorama – (Libraires associés)

Déclinaison anglaise du Myriorama, 1824 - (Collection Antique Toys and Games) 19

Myriorama, 1823 ; Componium pittoresque, 1824… Cf. Silvia Bordini, Storia del panorama: la visione totale nella pittura del XIX secolo, 1984, p. 47. 20

Le Myriorama en ligne : http://en.wikipedia.org/wiki/Myriorama_%28cards%29

21

Cf. http://www.dickbalzer.com/Myrioramas.315.0.html

Myriorama – Collection Werner Nekes

22

Le myriorama fonctionne sur le principe du pêle-mêle, ou en anglais mix and match, qui a généré d’innombrables livres aux pages coupées en bandes (le plus souvent en trois parties horizontales). On sait que ce système combinatoire sera exploité avec brio par Raymond Queneau avec son Cent mille milliards de poèmes (1961), mais il s’avère qu’un myriorama composé de textes a été publié dès 1826, Les compliments, passe-temps de soirées, dont l’auteur n’est autre que Brès... Brès le mentionne dans son article sur les livres d’étrennes, en précisant qu’avec ses 60 cartes « on peut produire plus de deux millions de pièces de vers ». Malheureusement, ce titre semble avoir disparu et il est absent 22

Eyes, Lies and Illusions, p. 218 ; Ich sehe was, was du nicht siesht !, p. 263 ; et

http://wernernekes.de/00_cms/cms/front_content.php?idart=516#Myriorama

des catalogues en ligne des bibliothèques à travers le monde. Brès fut probablement aussi l’auteur d’autres jeux fonctionnant sur le principe du myriorama, le Géorama et le Jeu chinois 23. Plus curieux encore, Brès est très certainement le créateur du Dé poétique et musical. Ce jeu édité vers 1823 permettait de composer « plus de dix millions » de romances, tant pour le texte que pour la musique. Cette curiosité semble elle-aussi avoir totalement disparu, et nous ne la connaissons que par quelques mentions dans des périodiques.

L'Intermédiaire des chercheurs et curieux , 1899

24

Le Livre joujou est l’un des tout derniers travaux de Brès, publié quelques mois avant sa mort, fin 1831, pour les étrennes, et réédité en 1837. L’éditeur, Louis Janet 25, était spécialisé dans l’édition d’almanachs et de livres d’étrennes. Il s’était installé en 1815 au 59 rue Saint-Jacques, siège d’une longue lignée d’éditeurs inaugurée par Robert Estienne. Certains exemplaires portent en plus de l’adresse du « 59 rue Saint-Jacques » celle du « 202 rue Saint-Honoré ». Louis Janet n’ayant ouvert sa boutique de la rue Saint-Honoré qu’en 1833 26, ces exemplaires pourraient donc correspondre à l’édition de 1837.

23

Voir ci-dessous, pp. 30-32.

24

http://gallica.BnF.fr/ark:/12148/bpt6k733975/f83. Le Dé musical a bien été commercialisé, en particulier chez les marchands d’articles d’étrennes comme Giroux et Susse (cf. par exemple http://bit.ly/He0Yji). 25

Louis Janet, né en 1788 est décédé le 18 janvier 1840. Etabli satineur relieur en 1810, il succéda à son père en 1818. A sa mort, la maison d’édition continua sous la direction de sa veuve, jusqu’au milieu des années 1850 (cf. Fléty, Dictionnaire des relieurs français, p. 95, et http://cantarana.fr/Files/la_famille_janet.pdf, p. 13). 26

Cf. la Revue de Paris, 1833, p. 257

(http://bit.ly/Hf6hQC).

Les exemplaires imprimés par Ducessois, 55 quai des Augustins 27, sont postérieurs à ceux imprimés par Doyen ; les tirages tardifs à l’enseigne de la Veuve Magnin sont d’ailleurs imprimés par Ducessois 28. Doyen semble avoir disparu en 1832 ; sa veuve tenta de poursuivre l’activité (elle reçut le brevet d’imprimeur libraire en janvier 1833), mais n’y parvint manifestement pas, puisqu’elle démissionna quelques mois plus tard, en octobre 29. Janet fut donc contraint de changer d’imprimeur. L’autre livre publié par Brès en 1831 fut lui aussi réédité en 1837 : la première édition est imprimée par Doyen, la seconde par Ducessois. La typographie de Ducessois est beaucoup plus sobre (et « moderne ») que celle de Doyen 30.

27

Louis-Théodore Ducessois s’est établi imprimeur en 1827 et s’est installé en 1829 au 55 quai des Grands-Augustins. La maison devint « Bonaventure et Ducessois » en 1847 (cf. Béatrice Bouvier, L'édition d'architecture à Paris au XIXe siècle: les maisons Bance et Morel, 2004 - http://bit.ly/HlS42M). En 1836, Ducessois publia un Rapport de la commission de la Société libre des Beaux-Arts nommée pour s'occuper du monument de Brès et des travaux décoratifs du gymnase civil de M. Amoros. 28

Cf. Saint-Albin, p. 242 ; Gumuchian, n° 1980.

29

Cf. Roméo Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France, 2003, p. 197 (http://bit.ly/GXvI77). L’imprimerie Doyen était au 39 rue Saint-Jacques en 1830 ; on trouve au catalogue de la BnF des livres imprimés chez G. Doyen jusque fin 1832. Par la suite l’imprimerie Doyen semble s’être cantonnée à l’impression d’affiches. 30

Doyen était imprimeur mais aussi fondeur de caractères ; la British Library conserve un de ses catalogues de spécimens de caractères.

En l’état actuel de l’information, on peut distinguer trois éditions, sachant qu’il semble exister des variantes 31. - 1ère édition, 1er tirage, décembre 1831 32 : Janet, 59 rue Saint-Jacques. Imprimerie Doyen. Pages préliminaires numérotées [8]-VII. - 2e (?) édition, janvier 1837 33 : Janet, 59 rue Saint-Jacques et, sur le cartonnage, 202 rue Saint-Honoré. Imprimerie Ducessois. Texte recomposé, pages préliminaires numérotées XV. - 3e (?) édition, 1875 (?) 34 : Veuve Magnin et Fils. Imprimerie Ducessois. Composition identique au précédent ? Les deux exemplaires dont nous connaissons des descriptions sont en cartonnage éditeur de percaline rouge, plats ornés à froid avec titre doré, tranches dorées.

Réédition à l’adresse de la veuve Magnin, 1875 ? 35 Rel. percaline d'éd., titre doré sur le 1er plat, tranches dorées (Artcurial, 2009)

31

La BnF conserve des catalogues de Janet, mais avec une lacune de novembre 1830 à septembre 1834. Si quelqu’un a accès à ces catalogues, il serait très intéressant de connaître les avis de parution pour Le Livre joujou. Par ailleurs, certaines collations ne concordent pas avec celles des autres exemplaires connus : - Rennes ([2], VII, [3], 157 p.) : pas de f. de faux-titre (et donc pas de nom d’imprimeur au verso), table placée après l’avertissement. - Cotsen Library et Morgan Library (11, vii, 157 p. – cf. http://bit.ly/HgntWe). 32

Annoncée dans La Bibliographie de la France le 24 décembre 1831, sous le n° 5974.

33

Annoncée dans La Bibliographie de la France le 14 janvier 1837, sous le n° 183. Il y est question de 8 planches, ce qui est conforme à l’exemplaire du dépôt légal. Mais nous ne connaissons pas d’autre exemplaire de cette édition ne comportant que 8 planches. 34

Date donnée par Saint-Albin. Selon F. Marcoin, Magnin, qui succède à Janet, prend le nom de « Veuve Magnin et Fils » en 1867 (cf. Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Champion, 2006, p. 168). 35

Cet éditeur a publié au moins un autre livre à système, Cendrillon, ou La petite pantoufle de verre (vers 1870), adapté du Cinderella de Dean (Scenic books). Cf. Cotsen Moveables 19 60198.

On ne remarque pas de différence dans les gravures : Ducessois a donc utilisé les cuivres gravés pour Doyen. En revanche, il y a des variantes notables dans les coloris, ce qui est habituel, ces images étant aquarellées à la main, dans de petits ateliers.

Variantes de coloris : Tirage Doyen / Tirage Ducessois

De même, on rencontre plusieurs reliures d’éditeur différentes

36

.

Cartonnage éditeur, dos en chagrin aubergine estampé et doré. Edition de 1837. (Librairie La Lettre écarlate, Paris) 36

Louis Janet possédait un atelier de reliure (cf. http://bit.ly/GXyvRH).

Cartonnage éditeur, dos de basane rouge. Edition de 1831.

Edition de 1831 ? - Bibliothèque de Rennes

37

38

37

Exemplaire intégralement numérisé (http://bit.ly/Hie65P). L’exemplaire de Pietro Franchi se présente sous le même cartonnage (Apriti libro !, p. 39). 38

Les exemplaires 5 et 11 (Toulouse et Morgan library) paraissent être sous la même présentation.

Reliure éditeur « de luxe », plein veau estampé. Edition de 1831. Bibliothèque l’Heure Joyeuse, Paris

Reliure de l’atelier de Louis Janet sur la Mythologie des dames, de Brès

39

39

Source : Entraide bibliophilique (http://bit.ly/GZTD7i). On remarque que les reliures du Livre joujou sont beaucoup plus modestes que les reliures de Janet pour ses autres livres d’étrennes : peut-être parce que le premier était vraiment destiné aux enfants ?

Reliures des exemplaires 16 et 8 (édition de 1837)

En dépit du succès qu’il a connu, le Livre joujou est fort rare : nous en connaissons une vingtaine d’exemplaires, et jusqu’à ces dernières années un seul exemplaire complet était identifié dans les bibliothèques publiques françaises (les deux exemplaires de la BnF sont incomplets de toutes les pièces mobiles, et les gravures n'ont pas été coloriées 40). Le très bel exemplaire de la collection Paul Gavault est aujourd'hui au Japon. Les autres livres jouets de Brès sont d’ailleurs fort peu représentés dans les institutions françaises. Cette invisibilité n’a guère aidé à la juste appréciation de l’apport de Brès, cet original quasiment inconnu qui a pourtant infléchi l’histoire du livre pour la jeunesse.

40

Les éditeurs avaient pour habitude de donner en dépôt légal des exemplaires « bruts » (ainsi les ouvrages de Jules Verne ont été déposés brochés, sans cartonnage). Ce qui comptait, c’était le texte…

Exemplaires connus

41

:

France : 12345-

BnF (éd. 1831, incomplet des pièces mobiles) BnF (éd. 1837, 8 pl., incomplet des pièces mobiles) INRP Lyon (éd. 1837, cart. éditeur papier rose) 42 Rennes, fonds Pollès (1831 ?, cart. éd. papier vert, dos cuir) Toulouse, Bibl. d'Etude et du Patrimoine (1831 ?, cart. éd. papier vert, dos cuir) 6- Bibliothèque l’Heure joyeuse (éd. 1831, rel. cuir éditeur) 7- Librairie La Lettre écarlate (éd. 1837, incomplet d’une planche et des pièces mobiles) 8- Collection J. D. (éd. 1837, demi-chagrin rouge à semis d’étoile) Etranger : 9-

Bibliothèque de Genève (éd. 1837 ?) 10Staatsbibliothek zu Berlin (éd. 1837 ?, une planche manquante ?) 11Morgan Library, New-York (éd. 1831 ?, dos cuir moderne, plats du cart. vert d’origine - don Wightman) 12Morgan Library, New-York (éd. 1831 ?, cart. éd. dos cuir - don Kirstein) 13Cotsen Library, Princeton (éd. 1831) 14Cotsen Library, Princeton (éd. 1875) 15Lily Library, Indiana University, USA (éd. 1875) 16Collection privée (L. S.), USA (éd. 1837, rel. éd.) 17Collection Justin Schiller, USA (éd. 1837, cart. éd. dos cuir, ex-dono daté de 1837) 18Collection privée (A. B.), Pays-Bas (éd. 1831, 2 pl. manquantes) 19Collection Pietro Franchi, Italie (éd. 1831 ? 43) 20Collection privée, Japon (éd. 1875 ?, exemplaire Paul Gavault)

Références : Quérard, LFC, II, 430 ; Gumuchian, 1979 ; Saint-Albin, 242 ; Livres animés, Rouen, n° 36 (exemplaire INRP) ; Franchi, Apriti libro !, n° 8 ; BnF, Babar, Harry Potter & Cie : livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui, p. 200 44 ; Les livres pour l'enfance et la jeunesse de Gutenberg à Guizot : les collections de la Bibliothèque de l'Institut national de recherche pédagogique, p. 71 ; Cotsen Library, 183015. Inconnu à Haining, Movable Books et Whitton, Paper Toys of the World ; manquait aux collections Castaing, Van Veen, et à l'exposition Livres animés, Paris, 2002.

41

Recherche effectuée entre autres sur le Catalogue Collectif de France (30 millions de livres référencés) et WorldCat (1,5 milliard de livres). 42

Photographies des gravures en ligne sur le site de l’INRP (http://bit.ly/GW61FD).

43

Cet exemplaire ne paraît pas comporter de mention d’imprimeur au verso du fauxtitre. 44

Cf. http://expositions.BnF.fr/livres-enfants/grand/090.htm

ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE DE JEAN-PIERRE BRES (Nous n’avons pas revu toutes les bibliographies pour chaque titre, mais avons complété ou corrigé les dates lorsque les données existent).

- Observations sur la forme arrondie considérée dans les corps organisés et principalement dans le corps de l'homme. 45 Impr. de Migneret, 1815. In-8 (111 p.) * MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE - (Collectif). Almanach des Muses pour 1820. Lefuel, Delaunay, 1820 [fin 1819] 46 - (Collectif). Lycée français ou mélanges de littérature et de critique. T. III. Béchet, Delaunay, Mongie, 1820. 47 - Les Paysages. Lefuel, s. d. (1821 / 2e éd. : 1824 / 3e éd. : 1828 - selon Cat. Gén. Libr. Fr.). In-18, XXV-216 p., pl., titre gravé. Poésies inspirées par la Théorie du paysage, par de Perthes 48. * BnF (2 éditions) ; TROYES (Fonds Desguerrois - 3e éd.) ; MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE - Souvenirs du musée des Monumens français. Collection de 40 dessins... gravés... représentant les monumens réunis dans ce musée, dessinés par M. J.E. Biet... avec un texte explicatif par M. J.-P. Brès. Carilian-Goeury, 1821-1826. In-fol., XII-40 p., pl. * BnF (plusieurs éditions) - Lettres sur l'harmonie du langage Lefuel, 1822. 2 vol. in-12, pl. et titre gravé. * BnF - L'Abeille des jardins Lefuel, (s. d. – 1822 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). In-18, 248 p. et pl., front. gravé. Gravures (jardins) d’après les dessins de l’auteur. * BnF ; Bibliothèque Historique de la ville de Paris - Le dé poétique et musical. 1823 ? * Aucun ex. dans les bibliothèques publiques françaises ? (Ni sur WorldCat) 45

D’abord publié dans le Journal de médecine, 1814 (en ligne sur Medic@ : http://bit.ly/Hmvirp). Edition anglaise en 1816. 46

Cf. http://books.google.fr/books?id=jw8wAAAAMAAJ&pg=RA1-PA231

47

Cf. http://books.google.fr/books?id=HDv-rWZevFcC&pg=PA441

48

Quelques comptes-rendus de l’époque : http://books.google.fr/books?id=wVf2cX4bUVEC&pg=PA77 ; http://books.google.fr/books?id=OJFNAAAAcAAJ&pg=PA732 ; http://books.google.fr/books?id=4f4vAAAAYAAJ&pg=PA200

- Bibliothèque du promeneur Lefuel, 1823. In-12 * ARSENAL ; BnF ; Musée de la mode / BHVP (exemplaire d’Anatole France) - Mythologie des dames Louis Janet, [s.d.] [1823 selon Cat. Gén. Libr. Fr.]. In-12, 228 p., 9 fig. imprimées en couleurs. Existe avec les figures en noir. ¶ Carteret III, 105 ; Vicaire, I, 923 ; Quérard, LFC, II, 430.49 * REIMS (don Neveu) - Myriorama, collection de milliers de paysages différents dessinés par M. Brès. Lefuel, 1823. In-4, 32 cartes, boite. Probablement gravé par Johann Theodor Susemihl (notice de la Morgan Library). * INRP Lyon

Bibliographie de la France, 1823

Revue encyclopédique, 1823

50

49

Compte-rendu de l’époque :

50

http://books.google.fr/books?id=lm0DLZhOqw0C&pg=PA209&dq

http://books.google.fr/books?id=NnmapZZBmuQC&pg=PA354

Adaptation anglaise, publiée par Samuel Leigh en 1824

51

- Componium pittoresque : collection de plusieurs milliers de paysages, composés dans divers genres accompagnés d'un traité élémentaire du paysage. Lefuel, s.d. (1824 - Bibliographie de la France). In-8, 36 cartes, étui. Traité : 70 p., 19 cm * FORNEY (texte seul, sans le jeu lui-même) - Simples Histoires trouvées dans un pot au lait, par M. Brès Lefuel, 1825. 8 vol. in-12, 8 pl., cart. éd., boite. ¶ Gumuchian, 916-920. * BnF Réserve ; HEURE JOYEUSE Fonds Historique (avec sa boite).

51

Publicité dans Le nouveau tableau de Londres, L., Leigh, 1825 ; voir aussi : http://books.google.fr/books?id=4j6Euu_0YcAC&pg=PA363&dq

- Le Musée en miniature 52 Gide, 1825 * Aucun ex. dans les bibliothèques publiques françaises ? (Ni sur World Cat) - (Collectif). Almanach dédié aux dames pour l’année 1826 Lefuel, 1825 53 - Musée des paysagistes, collection de 16546 paysages, d’après les plus grands maîtres. Lefuel, s.d. [1826] 54. Grand in-8, 4 p. et 9 pl., 36 cartes, boite. Imp. de Cordier. * Aucun ex. dans les bibliothèques publiques françaises ? (Cité d’après Michaud)

Musée des paysagistes, fac-similé publié en Italie en 1957

- Les compliments, passe-temps de soirées. 1826. In-8, 4 p., 8 pl., étui. * Aucun ex. dans les bibliothèques publiques françaises ? (Ni sur World Cat) (Cité d’après Michaud et Cat. Gén. Libr. Fr.) - Tableau historique de la Grèce L. Janet (s. d., 1826 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). 2 vol. in-18, cartes, front. gravé. * BnF ; VENDOME 52

Ce titre, absent de toutes les bibliographies de Brès, mais cité par Brès lui-même dans son article sur les livres d’étrennes, lui est attribué dans une publication présentant les livres d’étrennes pour 1826 : http://books.google.fr/books?id=QjKeTBcn8H0C&pg=PA319 53 54

Cf. http://books.google.fr/books?id=HWBFAAAAYAAJ&pg=PA576

Saint-Albin, p. 255, donne 1823, mais les bibliographies de l’époque s’accordent sur la date de 1826.

Reliure éditeur sur les Quatre fils Aymon

55

- Histoire des quatre fils Aymon L. Janet, (s. d. - 1827 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). Impr. Firmin Didot. In-12, 276 p., titre grave et 4 pl. gravées par Rouargue. ¶ Gumuchian, 913. * BnF - Topiarion, tableau polyoptique L. Janet, (s. d. – 1827 ?). In-8, 2 p. * BnF (livret, sans le jeu ?)

Journal politique et littéraire de Toulouse, 15 décembre 1827

56

- Les Talents Lefuel (s. d. - 1827 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). 8 vol. in-12, 8 pl. : [1] La Broderie ; [2] Le Chant ; [3] La Danse ; [4] Le Dessin ; [5] L'Économie domestique ; [6] L'Écriture ; [7] Les Exercices gymnastiques ; [8] La Lecture. Boite. ¶ Quérard, I, 503 ; Quérard, LFC, II, 430 ; Gumuchian, 921 (fasc. 2 seul) ; Librairie Corcelle, cat. 24, n° 242. * BnF ; HEURE JOYEUSE Fonds Historique (avec sa boite) ; MNE-INRP Rouen (incomplet)

55

http://entraidebibliophile.blogspot.com/2010_11_01_archive.html

56

http://images.jdt.bibliotheque.toulouse.fr/1827/B315556101_JOUTOU_1827_12_15.pdf

Deux fascicules des Talents.

- (Collectif). Almanach dédié aux dames pour l’année 1828 Lefuel, 1827 57 - Fables dédiées à La Fontaine 1828. In-18. * Aucun ex. dans les bibliothèques publiques françaises ? (Cité d’après Michaud, Quérard le signale comme inédit fin 1827) - Arc de triomphe des Tuileries, érigé en 1806… Dessiné, gravé et publié par Normand fils ; avec un texte explicatif par M. Brès. Normand fils, s.d. [1828]. (10 p.) pl. gr. in-fol. oblong * BnF ; FORNEY - Chant du gymnase normal, militaire et civil, pour S. A. R. Monseigneur le duc de Bordeaux, paroles de M. Brès. Impr. de Crapelet (s. d. – 1828 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). In-4, 1 p. * BnF - Le Secrétaire des enfans, ou les Petites fêtes de famille L. Janet, (s. d. - 1828 selon Cat. Gén. Libr. Fr.). In-12, XIV-200 p. et pl. Scènes dialoguées. * BnF

57

Cf. http://books.google.fr/books?id=ARAXAAAAYAAJ&pg=PA459

- Voyage pittoresque et romantique sur la cheminée L. Janet, [1828] (impr. F. Didot). (166 p. - [8] f. de pl.) ill. en coul., couv. ill. en coul. 13 cm. Cartonnage d'éditeur, étui habillé d'un papier à décor cathédrale gravé et colorié. ¶ Carteret III, 105 ; DBF VII, 217 ; Hoefer I, 331 ; Vicaire I, 923 ; Quérard, LFC, II, 430. * BnF Réserve - Les Jeudis dans le château de ma tante Lefuel, (s.d. - 1828 selon Cat. Gén. Libr. Fr.]. 8 fasc. in-12, 8 pl., grav. en coul. sur les couvertures. Boite. ¶ Gumuchian, 914 (ex. en rel. veau grenat à la cathédrale); Librairie Corcelle, cat. 24, n° 240. * BnF Réserve (sans la boite ?) ; LYON INRP 58

- Contes de Robert mon oncle L. Janet, s.d. [1829, 10 pl. / 2e éd. : 1837, 14 gravures / 1858 - selon Cat. Gén. Libr. Fr.]. Imprimerie de Jules Didot l'aîné, rue du Pont-de-Lodi, n°6. In-16, 2 vol. 6 pl., front. gravé ¶ Gumuchian, 910 ; Quérard donne une édition en 1829, réimprimée en 1837. Vicaire et Lorenz, une réédition en 1858. Cette édition de 1858 (in-4, illustrations de Hadamard) a été revue par Mme Chartier-Brès 59 (veuve de l’auteur). * HEURE JOYEUSE (cart. papier éd) ; INRP, Lyon 60; REIMS ; RENNES ; BnF

58

Illustrations en ligne : http://www.inrp.fr/she/lej/liste_2_b.htm

59

Cf. http://books.google.fr/books?id=H81LAAAAcAAJ&pg=PA643

60

Illustrations en ligne : http://www.inrp.fr/she/lej/liste_2_b.htm

- La dame blanche : chronique des chevaliers à l'écusson vert Lefuel, 54 rue Saint-Jacques [1829]. Imprimerie de Firmin Didot. 6 vol. ; 6 ill. en coul. par Montaut, couv. ill. en coul., 15 cm. Cart. papier éd., boite. ¶ Gumuchian, 911-912 ; Librairie Corcelle, cat. 24, n° 239. * BnF Réserve ; RENNES (Fonds Pollès, incomplet) ; LYON (Fonds Chomarat) ; MNE-INRP Rouen (avec la boite). - Monuments funéraires choisis dans les cimetières de Paris et des principales villes de France, dessinés par Normand fils aîné... 80 planches et leur description, par M. Brès. Première partie. Liège, Avanzo, (s. d. – 1829 selon Quérard). In-fol., 13 p. et pl. * BnF (première partie seule)

La Revue de Paris, 1832 (http://books.google.fr/books?id=Ni1HAAAAcAAJ&pg=PA60)

- Les Aventures du jeune Pretty L. Janet, (1831 / 2e éd : 1837 - selon Cat. Gén. Libr. Fr.). In-16, 124 p. titre gravé et 17 pl. (en noir ou coloriées, selon les exemplaires). Première éd. impr. par Doyen, la 2e par Ducessois (les deux se trouvent à la Lily Library, Indiana University). ¶ Gumuchian, 907-909. * BnF

- Le Livre joujou à figures mobiles L. Janet (1831 / 1837 / 1875 ?) - [Rédigé par Brès ?] Colonel Francisco Amoros. Manuel de gymnastique. Fain, 1836. 61 - Rapport de la commission de la Société libre des Beaux-Arts nommée pour s'occuper du monument de Brès et des travaux décoratifs du gymnase civil de M. Amoros situé rue Jean Goujon, n° 6... Impr. de Ducessois, 1836. In-12, 8 p., 2 pl. * Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Titres attribués par erreur à Brès (œuvres de son oncle) : - L'héroïne du quinzième siècle. STRASBOURG BNUS et BnF - La Bataille d'Austerlitz. BnF - Isabelle et Jean d'Armagnac. BnF - Montluc, ou le Tombeau mystérieux. BnF - Platon devant Critias. BnF et BIB. SAINTE-GENEVIEVE - Recherches sur l'existence du frigorifique. BnF et BIUM - Attribué à J.-B. Brès ou à Mme A. Gottis. Le Jeune Loys. BnF

http://books.google.fr/books?id=YiK6pHcM98EC&pg=PA244

61

Cf. http://books.google.fr/books?id=9JeQ0sr9VC4C&pg=PA866

Les « objets d’étrennes », article de Brès Revue encyclopédique, 32, 1826, pp. 546-548

TITRES CITES PAR BRES DANS SON ARTICLE Le Musée des paysagistes, le Componium, le Topiarion et Les Compliments sont des œuvres de Brès lui-même. Le Musée en miniature lui est attribuable. Géorama européen : première partie d’une série de 4 boites composant le Géorama universel ou description générale de la Terre [1826] (BnF Cartes et plans GE-A-1363). Le Géorama, comme Le Jeu chinois, pourraient être des œuvres de Brès.

Bibliographie de la France, 1826 (http://books.google.fr/books?id=DSg9R4tvRnQC&pg=PA958)

Bibliographie de la France, 1826 (http://books.google.fr/books?id=GBe2AAAAIAAJ&pg=PA917)

Jeux chinois : Lefuel, 1826. Sur le même principe que le Géorama, les quatre planches doivent être coloriées, puis découpées et collées sur un léger carton pour former le jeu (cf. Bibliographie de la France, ci-dessus). Miroir d’Uranie : Traité d'astronomie, pour servir d'accompagnement au miroir d'Uranie, ou l'aspect du ciel, représenté en 32 cartes... Gide, sd [1825], in-12 (BnF Tolbiac V- 54137). Le Miroir d’Uranie, traduit de Thomas Elton, fut publié par Audin à la même époque (BnF Tolbiac VP- 5740). Nous n’avons réussi à identifier « Les lettres et les fleurs » ni le « Château de cartes ».

Bibliographie de Brès, d’après MICHAUD, Biographie universelle, 1843

T. II, 1857


L’invention du livre à tirettes : Le Livre joujou, de Jean-Pierre Brès (1831), par Jacques Desse