Issuu on Google+

3, 2, 1… feuilletez ! Ca y est ! On y est ! Cette fois c’est la bonne ! Un vrai magazine de mode pour les rondes voit le jour. Un avec de vraies pages mode, des articles de fond, des intervenants professionnels… un vrai magazine féminin qui n’a qu’une seule différence par rapport aux autres : celui de montrer des filles avec des formes féminines et de présenter des vêtements dans lesquels nous pouvons nous glisser. Il était temps ! Lorsqu’on sait que seulement 40% des françaises entrent dans les tailles de confection dites normales (du 36 au 40), il y a de quoi se mettre en colère contre les chaînes de prêt-àporter qui continuent de ne faire des vêtements uniquement pour cette minorité et qui s’arrêtent au 44 négligeant ainsi les 40% des femmes françaises dépassant cette taille. Et tout ça pourquoi ? Pour imposer une esthétique et instaurer l’idée que les filles minces sont les plus jolies. Stop au mensonge ! J’ai lancé ce magazine avec quelques amis professionnels de la communication et de l’information dans le but de déculpabiliser les femmes rondes et de glamouriser leur image, sans pour autant faire l’apologie de l’obésité. Beaucoup d’entre nous sont en grande souffrance, se croyant moches, pas attirantes. Pourtant, la plupart des gens les trouvent plus belle que d’autre, plus mince. La beauté, la mode ne se résument pas à une taille de vêtement. C’est une attitude, un état d’esprit. C’est le message qu’essaie de porter ce magazine. Ce qui m’a fait le plus plaisir et m'a surprise c’est que tous les intervenants de ce numéro nous ont apporté leur aide avec un grand enthousiasme. Que ce soit des marques ou des professionnels, c’est avec une grande générosité qu’ils ont répondu à notre appel et nous n’avons pas eu besoin de beaucoup insister. Preuve que les choses bougent et que l’initiative était attendue. Le moins qu’on puisse dire à l’issue du bouclage de ce premier numéro, c’est que tout le monde a donné son maximum et a accordé un temps fou à sa réalisation. J’ai même dû passer devant l’objectif et jouer les mannequins pour remplacer au pied levé celui qu’on avait perdu. C’est vous dire ! Et je vous passe le nombre de nuits blanches que nous avons passé pour vous présenter ce numéro à temps. Il est inutile de vous dire que toute l’équipe est partagée entre l’excitation et un trac monstrueux. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que je vous souhaite une excellente lecture et que, soyons fous, je vous embrasse tous et toutes. Ciao.

Qui es-tu ? Quel est ton rôle dans le magazine ? Une ronde parmi tant d'autre, qui est passée devant l'objectif pour contribuer à la sortie du premier numéro de Curvista (le premier d'une longue série!) Qu’est-ce qui t’as le plus plu dans ce projet ? Le fait de mettre les Rondes à l'honneur! Enfin un magazine spécialement dédié, avec des conseils adaptés! Il était temps! As-tu une devise ? « La mode se démode, le style jamais » Coco Chanel Aimes-tu la mode ? Est-ce que Shopaholic ca réponds à la question!!!!! Pour les novices, ca veut dire que je suis addicted (accro NDLR)!! Comment décrirais-tu ton style ? Décontracté à 8h, classe de 9h à 18h, sportswear à 19h, fashion de 20h à 23h et après plutôt sexy!!! Tes marques préférées ? Maje, Zara, h&m, mango, chanel, hermes, YSL et givenchy As-tu une routine beauté ? Laquelle ? Je me lave toujours 3 fois de suite le visage sous la douche! Bye bye les bactéries As-tu un mot à dire pour les lectrices de Curvista ? Vous êtes Curvy (rondes NDLR), n'oubliez pas d'être Proud (Fières NDLR)!

Une

rentrée c’est toujours très chargée niveau actu.

Il

y a les nouveautés musicales,

cinématographiques, littéraires, les nouveaux produits top tendance à se procurer d’urgence…

Mais soyons honnêtes, ce que nous attendons avec impatience c’est la rentrée des séries. Quelles soient nouvelles ou suivies depuis quelques années, on est tous pressés de connaitre la suite des aventures de nos personnages préférés et de découvrir les programmes qui vont nous faire vibrer. Voilà pourquoi Curvista consacre pas moins de 10 pages aux séries qui vont vous rendre accro sans pour autant oublier de parler ciné, musique, livre, high tech et nouveautés web.

Par Anaïs Seyo Orsini

La mode, on en raffole tellement que les sites internet consacrés à cette passion se multiplient. Petit tour d’horizon des sites consacrés à la mode les plus originaux. Depuis le début des années 2000, la mode prend une place de plus en plus importante sur la toile. Devenue plus accessible aux « femmes du peuple » grâce à l’explosion des chaînes de vêtements low coast et au boom internet, elle est devenue un enjeu majeur dans la séduction du marché féminin. Pas étonnant donc que les sites internet et autres blogs fourmillent sur le web. Si nous connaissons à peu près tous les webmagazines, blogs et e.boutiques susceptibles de nous intéresser, il existe d’autres sites permettant de sortir de la consommation de masse et d’adapter la mode à sa personnalité, ses envies, son physique…

Les communautés Be.com Cocorico ! Le premier réseau social consacré à la mode a été lancé en 2009 pour accompagner le lancement du magazine français, aujourd’hui culte, Be et que la rédaction de Curvista dévore sans complexe chaque mois. Ses fonctionnalités ? Presque infinies. Non seulement on peut éditer un profil et s’exprimer sur le wall des copines comme sur Facebook, mais on peut également y lancer un blog, composer un dressing afin de gérer sa garde-robe en direct et ses coups de cœurs. Sans compter la possibilité de suivre les blogueuses de Be ainsi que le webmagazine. A toutes ces possibilités s’ajoute l’application du streaming de Virgin Radio qui permet de geeker en musique. Je ne vous cache pas que quelques membres de la rédac de Curvista sont connectés à ce réseau social toute la journée.

Hellocoton On ne présente le plus. Ce site internet qui a eu la bonne idée de créer un réseau social pour les blogueuses est devenu une référence en matière de geekerie hype. Reprenant chaque posts de ses membres, il leur permet de se faire connaitre entre elles et de favoriser l’échange d’informations. Entièrement consacré aux thèmes préférés des filles, il fait et défait la popularité des blogs. Bref, c’est The place to be pour toutes les blogueuses qui se respectent.

We are hype C’est HelloCoton version internationale. L’idée est de permettre à des gens du monde entier d’échanger des photos de ses derniers coups de cœurs tout en lisant les derniers posts des blogs repris par le site. Si le fait d’avoir internationalisé des concepts qui marchaient déjà du feu de Dieu en France est plutôt une bonne idée, le site pêche par le peu de membres inscrits. Il est vrai qu’il n’existe que depuis le mois de février. Laissons-le donc se développer avant de se faire une opinion.

Les e.boutiques personnalisées Shoedazzle Tout droit venu des Etats-Unis, à l’initiative de Kim Kardashian (ancienne styliste), ShoeDazzle permet de proposer aux clientes des produits personnalisés grâce à un psycho-test réalisé lors de l’édition de son profil. Si l’idée est intéressante et que les produits sont très jolis et très tendances à des prix tout à fait abordables, nous doutons de la pertinence de ce psycho-test. Ce n’est pas parce qu’une cliente aime la tenue de Michele Obama qu’elle la porterait au quotidien et, le plus souvent, le style d’une personne ne se range pas dans une case, il y peut avoir plusieurs influences. Nous déplorons que la sélection de ne prenne pas également en compte la morphologie de ses membre.

StylistPick C’est la version européenne de ShoeDazzle, avec les même points fort celui-ci et un petit points faible supplémentaire : la sélection s’arrête au 46, contrairement à ShoeDazzle qui a également des pièces grandes tailles.

StylistClick Alors là, plus rien ne va c’est StylistPick en plus cheap. Nous sommes très déçus. Avec Emilie Albertini, l’animatrice de « Nouveau look pour une nouvelle vie » sur M6 qui a toujours eu beaucoup de got et qui est un peu rondelette (mais à peine) depuis sa grossesse, on s’attendait à une super sélection mais le miracle n’a pas eu lieu. Les articles proposés sont dignes de pièces chinés au marché du coin.

Présentes depuis maintenant 2010, les tablettes tactiles ont envahies le marché de l’informatique. Outil de plus en plus à la mode, elles sont maintenant un peu comme nos trousses d’école, utiles, remplies de choses et précieuses. Pas encore à la porter de toutes les bourses, elles sont tout de même de plus en plus abordables. Allons donc voir ce que nous réserve le marché en ce moment… Par Romuald masclet

Asus Transformer Pas infinity (TF700T) Très peu connue du grand public, mais très appréciée des professionnels, la nouvelle Asus se voit propulser au 1er rang des tablettes sur le marché. Asus qui a une grande expérience des outils informatique, nous présente cette fois-ci sa nouvelle tablette HD en 1920X1200 Pixel sur un écran « TFT Super IpS » qui permet une définition d’image plus fine qu’à l’accoutumé et qui n’a pas grand-chose à envier à l’écran « rétina ». Fonctionnant sur le dernier système d’exploitation d’Android accompagné du dernier processeur Tegra de Nvidia. La tablette est vendue seule ou avec son dock qui en fait un Netbook très confortable. La TF700T qui est la version deluxe de la TF300T se présente comme une bonne alternative au « anti-pomme »

Les Plus Le prix : bien que pas donné 700€ en 64G, la version grand public, elle est à 379€ La batterie : comptez au minimum 7h sur la tablette et 7h de plus si vous branchez le dock. Les connectibles : SD, USB, MICRO HDMI Les Moins L’écran : bien que très jolie est aussi très salissant Le poids : 586g tout de même et 1105g avec le dock

Le nouvel IPad On ne le présente plus, c’est le fer de lance de cette nouvelle tendance, le « nouvel Ipad » (l’ipad3 quoi et oui c’est ça le marketing) Equipé, maintenant d’un écran 2046X1536 Pixel sur le très joli écran « rétina » pour une meilleure définition et d’un nouveau processeur légèrement plus performant, par contre le système lui ne change pas, toujours sur IOS 5. Disponible en 16,32 et 64 Go le nouvelle IPad à l’instar de l’iPhone 5 est plus une mise à jour de L’IPad 2 qu’une véritable nouvelle tablette Les Plus

Les Moins

L'écran : non seulement c’est un « Retina » mais en plus sa taille est impressionnante La 4G LeCPU : AX5

Le Prix : de 489€ à 814€ Les connectibles : aucun connectible à part le port Apple (mais bon c’est apple on a l’habitude) Le poids : 652g, soit 50g de plus que l’ipad2

Samsung Galaxy Note 10.1 (sortie fin septembre ) Concurrente direct de la firme à la pomme, la nouvelle Galaxy Note tiens la dragée haute à celui-ci. Samsung prend des risques alors que le 100% tactile est la mode en ce moment, la marque tente le coup avec le retour du stylet sur tablettes, on aurait pu s’attendre au pire mais c’est en fait un coup de maitre. Le stylet se trouve très réactif ainsi que très utile pour toutes les applications de texte et de retouche photo. Bien que son écran de 1280X800 pixels soit inférieur à ceux de ses concurrents, cela ne dérange vraiment pas car la tablette tourne tout de même sur un quatre cœurs de 1,4GHz avec le dernier système d’exploitation d’Androïd. Reste à espérer que Samsung réussisse à imposer cette petite dernière sur le marché. Affaire à surveiller !! Les Plus

Les Moins

Le stylet : S-Pen qui apporte un peu de renouveau La mémoire : 2Go contre 1Go pour ses "amis"

Le Prix : 499$ pour la version 16 Go L'écran : d’une résolution faible par rapport au reste du marché

Microsoft Suface Pro (sortie fin d'année ) Microsoft a mis le temps, mais ça y est. La firme américaine sort sa tablette. Et ce, sans passer par Asus ou Samsung comme elle le faisait précédemment. Elle se nomme « Surface » (du moins pour le moment) peu d’infos filtrent de la part de Microsoft. Ce qu’on sait, c’est qu’elle dispose d’un écran plus grand et plus fin que l’IPad, elle fonctionne avec leur processeur Intel Core I5 et elle bénéficie de plusieurs sorties (micro SDHX, Micro HDMI, USB 3, minidisplay) Un autre plus : pratique et design, elle se voit livrer avec une couverture qui ce clips par aimant sur la tablette pour devenir un clavier extra plat ainsi qu’un stylet pour reprendre les fonctionnalités de la « GalaxyNote » Prévu pour l’automne, la rédac’ attend avec impatience de voir ce qu’elle offre réellement Les Plus

Les Moins

Les connectibles : assez bien fourni de ce côté L'écran : grands et fin Le clavier: aimanté et slim

C’est encore un mystère, la sortie du produit nous révèlera surement certaine chose

Archos 101 G9 Turbo Parmi tous cela, nous petits français essayons tant bien que mal de s’en sortir. Le constructeur Archos revient donc avec sa nouvelle tablette. Avec son écran de 1280X800, la petite française est un peu en retard. Fonctionnant aussi sur Android, faute d’accord financier, elle ne tourne pas sur Nvidia Tegra comme ses cousines et se rabat donc sur l OMAP de Texas Instrument, qui dispose d’une très bonne 3D mais qui hélas ne sert pas à grand-chose vu que personne ne développe sur cette plateforme. Ajoutez à cela une batterie de seulement 6h et une mémoire vive moitié moins que c’est concurrents. On n’est pas prêts de révolutionner l’univers de la tablette tactile. Les Plus

Les Moins

Son prix : 350€ Le système d’exploitation : fiable Le clavier : clavier tactile très au point

L’écran: on perd en luminosité et contraste Le système : qui ne bénéficie pas d’une assez grande communauté L’autonomie : 6H Le design : finition très grossière Le son : médiocre

Avoir une tablette c’est chouette ! Mais avoir une tablette lookée c’est le comble du hype!! Curvista vous propose quelques un des plus beaux modéles d’étuits sur le marché en ce moment. Par Anaïs Seyo Orsini

ted baker

64€

RRP 50€

lipsy

27€

asos

20€

dazzle shoe argent

39,95$

juicy couture

79€

la chaise longue

24€

Au détour des rayons des librairies, ces derniers temps, fleurissent des ouvrages consacrés aux femmes voluptueuses. Tantôt intellos, tantôt frivoles, tantôt coquins, la rédaction de Curvista a décortiqué pour vous ces ouvrages qui donnent du baume au cœur.

L’incontournable des fashionistas, Le it-book de Big Beauty de Stéphanie Swicky. On ne présente plus Stéphanise Swicky, l’une des blogueuses les plus connues de France pour avoir osé tenir un blog de mode malgré ses rondeurs. Croulant sous les sollicitations, la jolie chroniqueuse de 100% Mag a sorti son livre reprenant le meilleur de son blog de 2008 à 2010, nous confiant ses meilleures adresse, prodiguant des astuces en tout genre et mêmes quelques conseils de morphologie. Un must have pour les folles de mode qu’elles soient rondes ou pas. Le it book de big beauty Edition : Les Blogueuses 16€

Le beautylicius, Belle et ronde de Catherine Thinguérian. Vous ne savez pas comment choisir votre lingerie ? Vous aimeriez connaître un moyen de combattre la transpiration inhérente aux femmes rondes ? Vous trouverez un tas de réponses dans ce livre plein de conseils beauté. Bien qu’il soit moins attractif qu’Osez l’amour des rondes ou Guide pratique du relooking, spécial ronde, il a tout autant sa place dans votre bibliothèque. Belle et ronde Edition : Grancher 16€

L’intello, Eloge à la graisse d’Olivier Bardolle. Les amoureuses des mots, de la langue française et de l’art (l’auteur se basant, en partie, sur les valeurs esthétiques des artistes d’antan) se dirigeront certainement volontiers vers cet ouvrage remarquablement bien écrit et rendant à la femme dite « en chair » toutes ses lettres de noblesses, taclant au passage le marketing et la société de consommation pour sa course effrénée et dangereuse vers le jeunisme, le mince, le lisse.

Eloge à la graisse Editions : Jean-Claude Gawsewitch 17€

Le mode d’emploi, Guide pratique du relooking, spécial rondes de Cristina Cordula.

Le communicateur de bonne humeur. Ma vie est belle en XLL de Marie Baux.

Vous aimez la mode, vous aimeriez être tendance et jolie mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Cet ouvrage est pour vous. En prenant des cas pratiques très précis, l’animatrice d’Un nouveau look pour une nouvelle vie sur M6 nous propose un tas de conseils personnalisés à piocher en fonction de votre morphologie de votre couleur de peau, d’yeux, de cheveux… Une vraie mine d’information pour les fashionistas en sommeil ou révélées. Nous déplorons juste cette volonté de vouloir amincir à tout prix les modèles au lieu de mettre en valeur les formes.

Après avoir embelli le quotidien de ses lecteurs avec son blog fourmillant d’anecdotes rigolotes et de billets d’humeur tout aussi réjouissants, Marie Baux propose ses meilleures tirades réunies dans un livre. Une joute verbale jouissive à redonner le sourire à un dépressif ! C’est le coup de cœur de la rédac’.

Guide pratique du relooking Editions : Larousse 15€

Le coquin. Osez l’amour des rondes de Marlène Schiappa. On ne présente plus la collection « Osez… » et ses conseils coquins. Une fois de plus, la Musardine a frappé et nous offre un livret de conseils pour mieux vivre ses rondeurs dans notre sexualité. Si l’intention est honorable, la rédaction de Curvista déplore que la sexualité à proprement parler n’ait pas été plus traitée. Osez L'amour des rondes Editions : La Musardine 8€

Ma vie est belle en XLL Editions : Michel Lafon 16€

Le surprenant Les hommes préfèrent les rondes de Pierre Dukan. La rédac est tombée sur les fesses en faisant ses recherches car elle a découvert qu’avant de culpabiliser à mort les rondes pour vendre ses livres de régime, Pierre Dukan a écrit un ouvrage faisant l’apologie des formes féminines dont il est aujourd’hui le premier opposant. Sans doute le fait que l’ouvrage ne se soit que peu vendu explique ce retournement de veste mais si le document regorge de vérités quant à l’appétit des hommes pour la volupté féminine, notre rédaction déplore le cynisme et le manque d’éthique de l’auteur. C’est notre carton rouge. Les hommes préfèrent les rondes Editions : J’ai lu 6€

Cette année encore, les chaines américaines nous gâtent avec de nouvelles séries. Petit tour d’horizon de ce vous allez adorer regarder cette saison. Attention, spoiler ! Par Anthony Prévost

Bon, je sais, avec cette histoire de rentrée vous êtes toutes au bord du suicide à coup de pilules contraceptives mais il faut voir les choses du bon côté : qui dit rentrée, dit nouvelles séries et reprise de nos séries préférées. C'est reparti pour 9 mois de visionnage intensif. Que ce soit de séries durablement installées depuis plusieurs années ou de nouvelles qui débarquent, nous allons retrouver avec joie l'insoutenable attente entre chaque épisode. Voilà donc l'occasion parfaite de faire un tour d'horizon de ce qui nous attend jusqu'au mois de mai prochain.

Les nouvelles saisons les plus attendues

How I met your mother Nous avons quitté Ted Mosby au mois de mai, roulant vers le coucher de soleil new-yorkais en compagnie de la jolie Victoria (dont on sait déjà qu'elle ne sera pas la future mère). Marshall et Lily sont devenus parents tandis que notre mythique Barney se retrouve sur le point de s'unir avec Robin. Sa demande en mariage "magique" n'aura donc été qu'une fausse piste de plus. La saison 8, qui devrait être l'avant dernière, nous montrera les premiers pas de Marshall et Lily en tant que parents, comment Barney va rompre avec Quinn et retrouver Robin et donc comment Ted rencontrera sa future épouse. Les fans commencent à s'impatienter et les scénaristes seraient bien inspirés de ne pas continuer à semer le trouble avec des fausses pistes. Début de réponse le 24 septembre.

Gossip Girl La série de Josh Schwartz et Stéphanie Savage revient pour une 6ème et dernière saison à partir du 8 octobre 2012. Vous allez donc pouvoir suivre une fois encore les aventures de Blair, Serena, Chuck, Dan, Nate et les autres, leurs vies sentimentales privilégiées dans l’Upper East Side de Manhattan. Au niveau de ce qu'il vous attend, les scénaristes ont laissé filtrer une future descente aux enfers de Serena, le retour des deux « garces » de la série : Georgina Sparks et Poppy Lifton et peut être l'identité de Gossip girl herself… Il s'agira pour les fans d'en profiter une dernière fois puisque cette saison sera le chant du cygne pour la série, qui n'a en effet pas été renouvelée et se conclura en décembre lors du 10ème et ultime épisode. Espérons qu’on aura droit à quelques téléfilms de temps en temps.

DEXTER Le 30 septembre, notre policier le jour et tueur en série la nuit revient pour une 7ème saison, qui ne sera pas la dernière puisque Showtime a prolongé la série pour au moins 2 années supplémentaires. Très attendue par les fans, la suite de la série devrait dans un premier temps nous montrer comment Dexter va se sortir d'une très mauvaise posture puisqu'il a été pris en flagrant délit en train de tuer Travis, le tueur en série de Miami, par Debra, sa sœur également dans la police. Alors, finie l'existence normale pour une vie pour le moins tourmentée ? Nul doute que les scénaristes sauront une fois de plus nous surprendre. Réponse à la rentrée pour 12 nouveaux épisodes qui nous font saliver à l'avance.

GLEE Plus attendue que jamais, la série Glee n’a pas fini de faire parler d’elle. Promettant des guest stars telle que Sarah Jessica Parker ou Kate Hudson, la nouvelle saison a buzzé tout l’été. Il faut dire qu’on a tous hâte de savoir ce que vont devenir les fraichement diplômés Rachel, Finn ou Kurt. Finn et Rachel finiront-ils par se réconcilier et par officialiser leur union ? Mais surtout, nous brûlons de savoir qui va devenir la soliste de la chorale du lycée. Mon petit doigt m’a dit que, cette fois, ce serait un garçon qui jouerait ce rôle en la personne de Blaine. Le premier épisode a été diffusé le 13 septembre sur la Fox donc vous pouvez vous délecter de cette 4ème saison dès à présent.

The Walkind Dead Voici la 3ème saison de la série tirée du même nom que le comic book de Robert Kirkman. Si la première saison ne comportait que 6 épisodes, la deuxième 13, celle-ci, qui débute le 14 octobre, en comportera 16. Petit rappel pour celles qui ont une petite défaillance de la mémoire, nous avions laissé Rick Grimes et sa troupe dévastés par un groupe de rôdeurs qui les ont obligés à quitter la ferme dans laquelle ils comptaient s'installer, sans Andréa qui se retrouve chez une inconnue, qui lui a tout de même sauvée la vie. Cette saison devrait marquer le retour d'un personnage disparu depuis la saison 1, Merle, le frère de Daryl, et par l'apparition du gouverneur tant attendue. Ce personnage dirige une communauté qui essaie de survivre loin des rodeurs. Quoiqu'il arrive, on a en tout cas hâte de retrouver notre monde remplit de Zombies Préférés.

Grey's Anatomy Encore une saison de plus, la 9ème exactement qu’on pourra regarder dès le 27 septembre. Ce ne sera jamais trop tôt pour les fans qui ont été laissé dans le doute le plus total à la fin de la saison dernière. Les scénaristes nous ont en effet laissé sur les survivants du crash de l'avion attendant les secours, affaiblis, affamés et encore sous le choc de la mort de Lexie (la sœur de Meredith). Quelques informations circulent déjà sur les futurs épisodes, parfois même délivré directement par les scénaristes. On sait déjà par exemple que Meredith et Christina deviendront titulaires et enseigneront leur spécialité, que les protagonistes devraient se poser pour enfin avoir un minimum de contrôle sur leur vie ou encore que cette saison serait très orientée coté cœur. De quoi tenir en haleine les téléspectateurs une année supplémentaire, puis encore une de plus puisque la série a été prolongée jusque-là.

Engrenages Dans cette multitude de séries américaines, il fallait bien parler d’au moins une série française. Evidemment, ce sera une série originale de Canal +, seule chaine française à produire des séries rivalisant avec celles de nos chers yankies. Les mordues de polars peuvent dès à présent suivre les aventures de Laure Berthaud et de son équipe, la série étant diffusée depuis le 3 septembre tous les lundis sur la chaine cryptée. Cette saison, l’appareil judiciaire devrait se resserrer autour d’un crépuscule extrémiste de lutte pour les sans-papiers. Sujet on ne peut plus d’actualité. Qu’en sera-t-il de l’idylle naissante entre Joséphine Karlsson et Pierre Clément ? La capitaine Laure Berthaud sera-t-elle démise de ses fonctions suite à l’homicide volontaire sur le tueur en série Ronaldo lors de la saison précédente ? La réponse dans les 12 épisodes de cette nouvelle saison.

Misfits Impossible de parler de séries sans mentionner la petite anglaise qui cartonne ! Nous avions laissé nos personnages préférés au moment où Alisha se faisait égorger par un fantôme et où Simon repartait dans le passé pour la sauver. On sait déjà qu’il ne réussira pas puisqu’il trouvera la mort en la protégeant contre un illuminé qui prenait la vie réelle pour un jeu vidéo. Ces deux personnages ne seront donc pas dans cette 4ème saison. Nathan ayant déjà quitté la série à la fin de la saison 2, il ne reste plus que Kelly et Curtis du casting initial. La série s’étant reposée sur Simon après le départ de Nathan, espérons qu’elle ne finira pas par s’essouffler avec la disparition de ce deuxième personnage central et que les deux nouveaux personnages, Jess et Finn, sauront nous faire oublier les précédents. Cela dit, le tournage de la saison ayant commencé tardivement cette année, il faudra attendre jusqu’au mois de novembre pour apprécier ce nouveau tournant.

Vos nouvelles séries Révolution Imaginez un monde sans électricité. Pas de réseau, ni de lumière artificielle, ni transport, encore moins de high technology. C’est le monde dans lequel veut nous faire pénétrer JJ Abrams, créateur de Lost, Fringe et Alias. Lors d’une belle nuit étoilée, tous les circuits du monde entier s’éteignent sans que personne ne sache pourquoi. Personne ? Pas exactement. Une poignée d’ingénieurs savent exactement ce qu’il s’est passé et pourquoi. L’un d’entre eux recherche un moyen de récupérer les données qui lui permettrait d’avoir accès à du courant afin de soumettre le reste du monde à sa volonté. Les enfants et le frère de l’ingénieur responsable du black-out qui a été assassiné se lancent dans l’aventure pour empêcher que cela n’arrive. Si le pitch a l’air intéressant, on peut se demander si JJ Abram saura le faire tenir plusieurs épisodes sans lasser le téléspectateur. Début de réponse de 17 septembre sur NBC.

Ben&Kate En manque de brothers and sisters ? Vous allez être ravies. Ben and Kate s’intéresse à la relation entre un frère et une sœur. Ben, l’aîné est un ado attardé de 40 ans alors que Kate est une mère célibataire qui essaie tant bien que mal de refaire sa vie et de donner à sa fille une existence convenable. Elevés par des parents trop occupés à se disputer pour s’intéresser à eux, Ben et Kate ont développé une complicité à toute épreuve. Suite à des déboires sentimentaux, ils décident de vivre ensemble et d’offrir à la fille de Kate un modèle masculin. Un peu fleur bleue, Ben and Kate s’annonce quand même comme la série à regarder emmitouflée dans un pull à grosse mailles avec un chocolat chaud à la main et le chat (celles qui n’en ont pas se contenteront d’une couverture) sur les genoux lorsque la température baissera. La diffusion du pilote est prévue pour 25 septembre sur la Fox.

The mob doctor Vous aimez Grey’s Anatomy ? Vous avez adoré les Soprano ? Vous allez craquer sur The Mob Doctor. Grace Devin est le meilleur chirurgien de Chicago. Afin de solder une dette familiale, elle doit opérer les mafieux la nuit et sauver la veuve et l’orphelin le jour. Diffusée le 17 septembre sur la Fox, cette série s’annonce comme le nouveau show médical choc. A suivre...

Nashville A partir du 10 octobre prochain, vous pourrez suivre les vies de Rayna James et Juliette Barnes. La première, une chanteuse country sur la phase descendante de sa carrière tente de se relancer. Pour cela, des producteurs lui proposent de faire une tournée avec la seconde, une jeune chanteuse en pleine ascension, qu'on appelle la nouvelle sensation de la country. Avec en trame de fond une lutte des pouvoirs politiques et une lutte pour la popularité, la série de Callie Khouri (scénariste de Thelma et Louise) annonce un casting particulièrement attrayant. Connie britton (Spin city, 24 heures chrono) jouera en effet le rôle de Rayna tandis que celui de Juliette sera assuré par Hayden Panettiere, la jeune pom pom girl de la défunte série Heroes. Comptant seulement 13 épisodes, la série n'a que peu de temps pour faire ses preuves et trouver son public.

Made in Jersey Voici l’antithèse de The Good Wife. Loin de la femme sénateur impeccablement vêtue, manucurée et brushinguée, Martina Garreti est une jeune diplômée en droit d’origine italienne, vivant à Jersey. Cette version de Snooki (Jersey Shor) avec un cerveau est embauchée par un cabinet d’avocats très chic. Usant de culot et de bagou, elle est prête à tout pour défendre ses affaires. Prévue pour le 28 septembre sur CWS, cette lointaine cousine d’Ally MC Beal saura, j’en suis sûre, séduire les férues de séries judiciaires qui doivent se consoler de l’arrêt de Damages.

Arrow Orphelines de Smallville, réjouissez-vous ! Non seulement, vous allez pouvoir vous délecter des aventures de Clark Kent devenu grand sur le grand écran dès la fin de l’année mais en plus, vous allez pouvoir patienter en visionnant les péripéties de son poto The Green Arrow (l’archet vert, pour les puristes de la langue de Molière). Rescapé d’un naufrage, un beau et riche jeune homme prend conscience de l’inconsistance de sa vie et se met à distribuer son argent le jour et à combattre les méchants avec son arc la nuit. Cette énième adaptation de comics book sera visible dès le 10 octobre sur CW.

Hunted Nostalgiques d’Alias, soyez ravies : la chaine Cinémax, petite sœur de HBO (donc, chaine à suivre) lance cette saison Hunted, les aventures d’un agent secret féminin du doux nom de Sam Hunter (jouée par Melissa George, la méchante dans Alias) pour le compte d’une société privée qui se fait tirer dessus en guise de lettre de licenciement. Laissée pour morte, elle reviendra pour comprendre ce qui lui est arrivé. Programmée pour le 26 octobre sur Cinemax, on brûle de découvrir cette série très girl power.

The Carries Diaries Inspiré du livre de Candace Bushnell, Le journal de Carrie, sorti en 2010, The Carrie Diaries est un préquel de Sex and the City. Ici sera donc évoquée la jeunesse de Carrie Bradshaw, en dernière année de lycée dans les années 80, alors qu'elle vient juste de perdre son père et qu'elle sent sa vie changer. Cette première saison ne comportera que 13 épisodes et commencera seulement à la mi-saison, en remplacement de Gossip Girl qui termine en décembre sur CW. Patience donc avant de découvrir comment la jeune Carrie est devenue la chroniqueuse la plus hype de ces dernières années.

The New Normal Nouvelle série de la chaîne NBC à partir du 11 septembre prochain, The new Normal sera l'histoire d'un couple gay, Bryan et David, souhaitant avoir un enfant. Pour cela, rien de plus simple que de faire appel à une mère porteuse, surtout quand cette dernière est une amie du couple. Bref, un sujet qui n'est pas des plus original et qui semble un peu léger pour tenir sur plusieurs saisons. A moins que le boycott lancé par des associations ultra conservatrices américaines ne permette paradoxalement à la série de gagner en visibilité. Au niveau du casting, nous retrouverons dans les rôles principaux Andrew Rannells, Justin Bartha et Georgia King. On demande à voir et à être surpris.

Si les nouvelles séries semblent alléchantes, la rentrée cinéma n’est pas en reste. La preuve en 5 films.

Par Anthony Prévost

Les Seigneurs En toute logique, les curvistas que vous êtes ne devraient pas aimer un film sur le foot. Mais si on ajoute comme acteurs Gad Elmaleh, José Garcia ou encore Franck Dubosc pour une comédie sur fond de football, la donne change. Le prochain film d'Olivier Dahan, dont la date de sortie est prévue le 26 septembre prochain, s'annonce terriblement drôle au vu de la bande annonce. Une histoire simple, Patrick Orbéra, ancienne gloire du ballon rond est contraint par la justice de reprendre une activité dans un club sur une île bretonne dont les joueurs sont de gros marins pêcheurs. Au vu du succès rencontré ces dernières années par les comédies françaises, celle-ci devrait sans problème tirer son épingle du jeu. Seule crainte, que les meilleurs gags soient présents dans la BA et que le reste soit plus fade. Mesdames, vous pourrez faire semblant pendant un peu plus d'une heure et demie de vous intéresser au sport préféré de votre homme.

Savages Un sujet plus sensible pour ce film, celui de la drogue et son contrôle par les cartels. C'est en effet le thème du prochain film d'Olivier Stone, qui sortira le 26 septembre. Deux amis, Ben et Chon, ont monté leur business sur le cannabis et vivent une vie rêvée avec leur petite copine commune Ophélia. Avec l'arrivée d'un cartel de la drogue mexicaine, cette dernière se fera kidnapper face au refus des deux compères de se soumettre. Au niveau du casting on retrouvera avec plaisir Taylor Kitsch (X men, des serpents dans l'avion, Battleship), Blake Lively (Gossip girl), Salma Hayek (notre Mexicano-bretonne préférée) et John Travolta. Avec deux nominations au festival américain de Deauville et une au Festival de Zurich, ce thriller nous promet d'être parmi la liste des films "bonne surprise" de la rentrée. Des décors de rêves, de beaux acteurs, de l'action et des explosions... Bref, du cinéma américain.

Tous les espoirs sont permis Après 30 ans de mariage et de fidélité, Kay souhaite remettre du piment dans sa vie de couple devenue monotone avec le temps et compte faire appel à un thérapeute spécialisé pour cela. Le problème, c'est qu'Arnold, le mari en question est pour le moins sceptique sur le bien-fondé d'une telle démarche. Voilà pour le topo d'une énième comédie romantique américaine, où l'on est à peu près sûr de tous les sentiments qui vont nous traverser pendant le visionnage de ce film. Et pourtant, on va encore prendre le risque et se prendre au jeu pour aller voir un couple retraité au quotidien moribond devenir presque du jour au lendemain des amoureux comme au premier jour. En même temps, le casting a quand même une belle tête avec Meryl Streep en femme décidé à revivre ses 20 ans et Tommy Lee Jones en mari désabusé et renonçant. Le rôle du thérapeute sera tenu lui par Steve Carell, qu'on a déjà vu et revu dans" Little miss sunshine", "Coup de foudre à Rhode Island" ou plus récemment dans" Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare". Dernière info, la sortie est programmée le 10 octobre prochain.

Captive Voilà un film qui va faire plaisir à celles d'entre vous qui aiment les rapports entre l'actualité (tragique) du moment et le cinéma. Le 19 septembre prochain sort Captive, un film de Brillante Mendoza qui évoque le sort des humanitaires pris en otage par des fondamentalistes religieux. L'histoire se passe aux Philippines où Thérèse Bourgoine, interprétée par Isabelle Huppert, travaille pour une ONG en tant que bénévole et se fait capturer avec un groupe de touristes par un groupe terroristes musulman. Entre la survie et l'espoir d'être libérée, le film traite aussi de l'embrigadement des mineurs dans une guerre qu'ils ne comprennent pas. Certainement l'un des film les plus prometteurs de cette rentrée, il devrait remporter un beau succès critique et commercial. Vivement le 19 septembre.

Nous York La bande de « Tout ce qui brille » a encore frappé. Géraldine Nakache et Hervé Mimran rempilent encore et signent un film qui fait déjà parler de lui. Avec la même recette que celle qui a porté « Tout ce qui brille » au rang des films cultes, les deux réalisateurs comptent bien faire jouer leur petite bande de potes : Manu Payer, Leïla Bekti, Baptiste Lecaplain… Il ne manque personne. Le speech ? Trois trentenaires débarquent à New York pour faire une surprise à leurs deux amies Gabrielle et Samia, installées depuis deux ans dans la Grande Pomme, à l'occasion de l'anniversaire de cette dernière. Sur vos grands écrans le 7 novembre, ce film à mi-chemin entre « Les petites papiers » et « Very bad trip », il s’annonce déjà comme un des films majeurs de l’année. Au point de devenir aussi culte qu’Intouchable ? L’avenir nous le dira.

Maintenant que nous avons vu les rentrées cinéma et série il est temps de s’intéresser à la musique et à ce qui est sur le point de sortir dans les jours qui viennent. Par Anthony Prévost & Anaîs Seyo Orsini

Jenifer, l'amour et moi Des artistes talentueux sortant de télé crochet, il y en a peu mais Jenifer fait en quelque sorte parti de ceuxlà. Faire une carrière de plus de 10 ans force tout de même un certain respect. La demoiselle peut se targuer de plusieurs succès comme « Au soleil ». Son nouvel album, dont un premier extrait « Sur le fil » est déjà sorti, laisse présager que la gagnante de la Star’ac 1 entend bien rester sur la ligne électro-pop qu’elle s’était fixée lors de son précédent album intitulé « Appelle-moi Jen ». Bonne idée car si ce dernier avait été salué par la critique et boudé par le public qui n’avait pas compris ce nouveau tournant. Peut-être que laisser celui-ci s’habituer à ces nouvelles sonorités s’avèrera être une bonne stratégie. Sortie le 17 septembre.

Tryo, Ladilafé Il y a des chansons qu’on entend et qu’on oublie aussitôt et il y a les chansons qui marquent toute une adolescence. Pour celles qui étaient ados pendant la fin des années 90’s, les chansons « Je veux fumer » ou encore « C’est du roots » représentent toute une partie de leur jeunesse, l’époque où l'on pouvait diffuser des chansons sur le cannabis sans se retrouver devant les tribunaux. C’est donc avec plaisir que les plus de 25 ans continueront leur histoire d’amour avec le groupe et que les autres le découvriront car ce nouvel opus n’a rien à envier aux précédents. Tout aussi rythmé, enjoué et transgressif, l’album « Ladilafé » sort le 17 septembre dans les bacs.

Mika, The origine of love Après “Life in cartoon motion” et “The boy who knew too much”, Mika avait eu la gentillesse de faire attendre ses fans français avec un single dans la langue de Molière. Dénonçant l’incompréhension des parents de la génération Y, « Elle me dit », qui figure dans ce nouveau disque, a vite été un carton dans tous les pays francophone. Il y a donc fort à parier que « The origine of love » suivra cette même logique. Plus électro-pop, régressif et festif que jamais, « Celebrate », le nouvel extrait annonce un album de Mika comme on les aime. Le 17 septembre est décidément une date importance dans le monde de la musique car c’est aussi ce jour-là que nous pourrons nous procurer ce nouveau chef d’œuvre.

Lou Doillon, places Lorsqu’on grandi dans une famille où tout le monde a des dons artistique et où tout le monde est célèbre, sortir un album c’est comme mettre une jolie robe à un rendez-vous amoureux : une évidence. Aussi personne ne sera surpris d’apprendre que la demi-sœur de Charlotte Gainsbourg, fille de Jane Birkin, sœur de Maïwenn et accessoirement actrice/mannequin, j’ai nommé Lou Douillon, sort son premier album. On pourrait médire et avancer qu’elle ne fait cela que pour imiter sa grande sœur qui a sorti le sien en décembre dernier si cet opus folk-rock n’était aussi réussi. Au point même de se demander si Lou n’est pas plus douée que l’héritière du grand Gainsbard. Sorti depuis le 3 septembre, il est idéal à écouter dans le bain ou avant de dormir. Et oui, tout est relatif, quand même.

Les mannequins, c’est beau à regarder, mais ça peut être aussi très intéressant de les entendre. Rencontre avec la star des mannequins grande taille français, Clémentine Desseaux. Par Anaïs Seyo Orsini

Photo réaliser

par

Louis-paul Ordonneau

L’année dernière, Clémentine Desseaux provoquait un tremblement de terre en secouant ses formes féminines et sensuelles dans le spot publicitaire de Castaluna diffusé sur toutes les chaines de TV. Poussée par le buzz provoqué par un article de presse méprisant les femmes rondes à travers Clémentine, ce fut le début de la gloire pour cette jolie rousse originaire de Lyon. Il faut dire qu’il est difficile de résister à cette charmante jeune fille pleine de vie et de projets. En tout cas, la rédaction de Curvista est tombée sous le charme de cette personnalité vive,disponible et généreuse. Rencontre. Comment as-tu commencé le mannequinat ? « J’ai débuté il y a 4 ans avec une agence parisienne. C’était juste pour me faire de l’argent de poche car, à l’époque je faisais un stage sans être rémunérée. J’ai envoyé mes photos de vacances à cette agence, ils m’ont recontactée, dans la foulée j’ai signé deux contrats avec Gémo et Kiabi. J’avais 20 ans. Ensuite j’ai arrêté pour terminer mes études à Lyon. Entre temps, j’ai contacté Brigitte Models à Munich qui m’a sélectionnée et nous avons commencé à travailler ensemble. Castaluna a été mon premier vrai job avec Brigitte Models ». Ce contrat avec Castaluna a-t-il changé quelque chose dans ta vie ? « Tout, je pense. Il a eu tellement d’effets ici (en France NDLR). Comme je vivais aux Etats-Unis quand ça s’est passé, j’ai tout relayé à mes contacts là-bas, à mes agences et ça a vraiment aidé ma carrière. » As-tu des projets pour cette année ? « A partir du mois prochain, je repars pour les EtatsUnis et j’ai pas mal de projets. Mon agence à Miami m’a fait la liste de tous mes futurs clients. Je vais passer un bout de temps en Amérique latine car il y a beaucoup de clients là-bas. Il y a aussi "Plus model magazine" qui m’attend pour faire une couverture du numéro de novembre ou de décembre. Il y aussi Torrid avec qui j’ai déjà travaillé, HSM Queen Latifa collection, Forever 21. La semaine prochaine

je pose aussi à Londres pour Inspire, la ligne grande taille de New Look. » Tu as donc tous les contrats que Tara Lynn a eus. Tu es la prochaine Tara Lynn, en fait ! « Je ne sais pas. C’est ce qu’on dit. On verra. »

"J'adore l'univers régresif Jean-charles de Castelbajac" J’ai cru comprendre que tu adorais la mode, comment décrirais-tu ton style ? « Je n’ai pas vraiment de style. Ce que j’aime bien dans la mode, c’est le fait que tu puisses te déguiser donc je n’ai pas vraiment de style auquel je colle vraiment. Je peux être rock un jour et plus glam’ le lendemain. Je change tout le temps ! Tout ce qui me plait, je le mets. Parfois, je me déguise en aventurière, d’autres en diva disco. Pour moi, c’est plus une manière de m’exprimer. Mais c’est vrai que mon truc, ce sont les robes. J’ai toujours des robes de partout, de toutes les formes, de toutes les couleurs, de toutes les longueurs. Les robes, les chaussures et les sacs sont mes péchés mignons. » Quelles sont tes marques préférées ? « Jean-Charles de Castelbajac. J’adore ses trucs Donald, Mickey, tout ce qui est régressif. J’aime bien la mode limite cucu avec des nœuds, le côté un peu enfantin de genre Alice au pays des merveilles. J’aime bien ça mais en même temps j’aime bien le côté femme fatale glamour, rouge à lèvres rouge, robes fourreau rouges. J’adore aussi H&M. Depuis que j’ai 10 ans, je m’habille chez eux et je crois que 90% de ma garde-robe vient de là-bas. Je trouve toujours tout, au prix que je veux et leurs vêtements taillent bien, même chez les plus size. Même quand je faisais du 48, je rentrais toujours dans leur 44. »

Robes ASOS SalomĂŠs Luigi Boutique Pendentif Thomas Sabo

As-tu des interdits en matière de mode ? « Non. Pendant longtemps, quand j’étais ado, je voyais ma mère se mettre du rouge à lèvres très rouge à la limite de l’orange et ça me choquait. Je lui disais « comment tu peux mettre ça ? » et un jour j’ai essayé. C’était l’été. J’étais en Suède chez une copine et sa tante vendait un rouge à lèvres magnifique que jamais je n’aurais osé mettre. J’ai fini par l’essayer et là, je suis tombée amoureuse du rouge à lèvres. Maintenant, j’en ai de toutes les couleurs. Plus c’est pétant, plus ça me plait. Donc, je n’ai vraiment plus aucun tabou. » Ta dernière folie ? « Ma devise, c’est cheap and chic. Je ne fais pas de folie en matière de prix mais en matière de style, j’ai acheté des lunettes de soleil en imitation écaille 8$ à New York, en face de mon agence, il y a un petit magasin vintage. Ils avaient un mur de lunettes et ça a été dur de choisir car je voulais vraiment n’en acheter qu’une paire. Ce n’est pas de la folie mais je les aime bien, mes petites lunettes. Avant j’étais une compulsive, c’était grave ! Quand j’allais à H&M, j’en avais pour 500€. J’achetais tout, j’étais vraiment « accro »du shopping. C’est comme une boulimique qui mange quand elle s’ennuie, moi je faisais du shopping. Depuis que je suis aux Etats-Unis, je n’ai plus temps donc c’est rare quand je m’achète un truc et je suis plus sélective. Il faut que ça réunisse tous mes critères : pas cher, bonne couleur, la bonne taille, la bonne matière, le bon style. Je suis assez exigeante. »

"En matiére de mode, je suis dévenue trés sélective . Il faut que se soit la bonne coupe, la bonne couleur, la bonne matiére et pas trop cher" As-tu une routine beauté ? Laquelle ? « Je me démaquille tous les soirs et tous les matins, c’est très important mais c’est tout ce que je

fais car je ne supporte pas tout ce qui est crème. Ma peau n’aime pas ça, donc je ne mets rien. » Si je te dis que les hommes préfèrent les rondes, ça t’inspire quoi ? « Oui ! C’est sûr ! J’en ai douté toute ma jeunesse mais maintenant j’en suis persuadée. Depuis que je suis aux Etats-Unis, c’est devenu évident. En France, on te regarde différemment. Quand on me regardait en France, je pensais que c’était parce que j’étais grosse. Je ne me suis jamais dit que c’était parce que je suis jolie. Quand je suis allée là-bas, j’ai tout de suite ressenti la différence. Déjà, là-bas, il y a la culture des fesses. Plus elles sont grosses, mieux c’est. Comme je suis assez servie, tout le monde se retournait sur moi dans la rue et je me suis dit « wow ! » Du coup, je me suis rendu compte que plus ça pop-pop de partout, plus ça leur plait ! Malheureusement, en France, c’est plus hypocrite. Ils préfèrent avoir une ronde dans leur lit mais à leur bras, ils préfèrent avoir une Kate Moss. Ici on a tellement peur du jugement des autres... C’est ce que je fuis ! Je me sentais mal quoique je fasse. J’avais envie de me sentir libre. En tous cas, c’est vrai que même ceux qui sortent avec des minces préfèrent les rondes dans leur lit ou même celles de caractère. Tous ceux avec qui j’en ai parlé me l’ont confirmé. Ils ne le crieront sûrement pas sur les toits car il y en a très peu qui l’assument mais c’est clair que la majorité le pense. » Y-a-t-il des personnalités qui t’inspirent ou qui te font vibrer ? « Celle qui m’inspire énormément en ce moment, c’est Michele Obama. Je l’adore. Son dernier speech m’a fait pleurer. Je la trouve simple, belle, forte, bien fringuée. » Que penses-tu du fait que malgré la position de Barack Obama, Michele ait cette image de femme forte et Barack d’homme sensible ? « Il est sensible et il le montre. Moi, j’adore. Surtout pour les Etats-Unis, ça change tellement des cowboys qu’on a eus avant. Pour moi, ça va de pair avec le fait qu’il soit noir : c’est le changement. Sa manière de penser est tellement révo-

lesquels tu rêverais de travailler ? « J’aimerais rester dans la mode mais je ne me vois pas mannequin toute ma vie. Même si les mannequins grande taille ont une durée de vie plus importante que les mannequins standards, ça ne va pas m’amuser très longtemps. J’ai déjà pleins de projets et je me dirige clairement vers tout ce qui est création. Je suis très créative, c’est un besoin. Je voudrais créer plusieurs marques différentes, faire de la photo… J’ai envie de faire plein de choses. Je ne pense pas que j’aurais 1 ou 2 carrières mais plutôt 10 ou 15. Je m’ennuie très vite, donc j’ai besoin de trouver de nouvelles idées. Le mannequinat c’est un moyen, pas une fin. J’aimerais bien monter une fondation, passer dans les écoles pour dire aux filles qu’elles ont une autre option, que ce n’est pas parce que les gamins à l’école aiment les maigres que c’est comme ça qu’elles doivent devenir. »

lutionnaire, tellement différente, tellement moderne. Ça en choque certains qui considèrent qu’il aurait trop parlé par rapport à ce qu’il a pu faire mais en même temps, les réformes qu’il met en place sont des réformes que personne n’a jamais osé faire et qui ne prennent pas un mandat mais 2 ,voire 3 mandats » (la constitution des USA limite ses présidents à 2 mandats NDLR). Donc, tu es à mille lieux du mannequin bimbo superficiel? « C’est clair ! Les gens qui m’inspirent sont des gens qui ont des choses à dire, à apporter, capables de m’émouvoir et de faire avancer les choses. Même dans la mode, ce qui m’intéresse c’est l’aspect artistique et économique. Obama est prix Nobel de la paix, il fait des choses que personne n’a jamais osé faire, il a une histoire atypique. Oui, ça m’inspire des gens comme ça. » Que rêverais-tu de faire par la suite ? Y-a-t-il des marques ou des artistes avec

"La personnalité qui m'inspire, en ce moment, c'est Michele Obama Elle est belle, forte, intelligente, bien fringuée... Que penses-tu de l’entreprise de Curvista ? « Qu’il était temps ! Plein de magazines essayent de se lancer plus ou moins, souvent dans les éditions de mars ou septembre, avec une ronde qui, en fait, fait du 40 : le truc qui passe inaperçu. Mais les choses changent. Je trouve ça bien. » As-tu un mot à dire pour les lectrices de Curvista ? « Amusez-vous bien en regardant le magazine. J’espère que ça va vous inspirer et vous aider à vous sentir mieux dans votre peau et vous rendre compte qu’il y a d’autres options, que ce n’est pas fermé. Je pense que c’est l’intérêt du magazine et que c’est ce que vous devez y voir. Vous pouvez mettre du cuir même si vous faites un 48 et des robes même si vous faites du 50. Il y a pleins de possibilités. »

Après

les vacances, le coup de déprime nous guette.

prendre soin de soi.

Voilà

pourquoi il est important de

Pour ce premier numéro, nous vous invitons à rencontrer la Curvista Masqué et à lire son premier billet d’humeur dans notre magazine, à vous rendre compte des dangers des films pornos, à repérer les bons coups ou à coacher votre compagnon. Tout un programme.

Chaque numéro, notre Curvista préférée nous fait part de ses péripéties de ronde folle de mode. Par Anaïs Seyo Orsini C’est arrivé tout doucement mais sûrement. Mais ça y est. c'est la rentrée. On jette les crèmes solaires, on range les serviettes de plage, on oublie les maillots de bain et on reprend le chemin du travail. Fini le farniente, la pina colada au bord de la piscine, les dos tartinés de crème solaire et les glaces à l’eau en guise de quatre heures. Il faut retrouver la grisaille, les collègues et leurs blagues sexistes et les enfants et/ou le chéri qui a besoin d’attention. On sortirait bien une corde du placard si la fashionista qui sommeille en nous toutes n’avait pas là un sacré lot de consolations : c’est le seul moment de l’année où elle a une excuse toute trouvée pour dépenser l’équivaleant d’un loyer en fringues sans culpabiliser. Ben oui, il faut renouveler la garde-robe ! La première étape est cruciale : il s’agit d’élaborer le plan de bataille, de déterminer les nouvelles tendances et de choisir les pièces dont on veut bien se détacher pour pouvoir en acheter des nouvelles. En général, la modeuse avertie franchit ce palier le jour même ou le lendemain de son retour de vacances. Si-bien que son entourage est persuadé qu’elle a été dotée d’un don pour le tri de dressing par les puissances supérieures. Mais en ce jour solennel, je me dois de rétablir la vérité : ce moment se prépare méticuleusement au moment de la sortie des nouvelles collections, juste après les soldes. Elle achète alors tous les magazines de mode pour pouvoir repérer les vêtements qui seront à la mode et les feuillette déjà sur la plage en s’imaginant avec les dernières louboutins aux pieds ou la superbe robe de Carmakoma. C’est alors un jeu d’enfant de se débarrasser des pièces qu’elle ne portera plus une fois la valise défaite en rentrant de vacances. La deuxième étape est particulièrement importante pour les curvistas, c’est le repérage. Si pour les plus minces il suffit d’aller directement vers les marques citées par les maga-

zines, nous les rondes, nous devons parcourir les collections des marques grande taille pour trouver des pièces tendances équivalentes. Bon, comme on ne peut pas dire qu’il existe beaucoup de marques, cela ne prend pas beaucoup de temps. La plus jouissive est quand même la troisième et dernière étape : l’opération razzia des magasins. C’est le moment de se faire plaisir et de se consoler en shoppant la magnifique cape de chez Elena Miro ou les super bottes Taillissime devant lesquelles on bavait. Si la plupart d’entre nous se fixent des budgets, il est temps de faire preuve d’honnêteté et d’avouer qu’il est rarement respecté. Le mien est souvent doublé, par exemple. Il faut dire que je suis une vraie shoppaholic au point d’agacer mes amis et mon copain car à force de craquer sur un nouveau vernis ou sur une sublime paire de chaussures, je n’ai jamais d’argent pour sortir avec eux. Entre la mode et ma vie privée, j’ai choisi. Ma dernière trouvaille pour avoir l’excuse de la garde-robe à renouveler ? Perdre ou prendre 5 à 10 kg deux fois dans l’année… Mouais bon, je crois que ça devient grave, là ! C’est décidé, je me désintoxique du shopping ! Bon, je vous laisse, j’ai repéré une super robe dans la nouvelle collection de Clements Ribeiro pour Evans. A plus ! La Curvista masquée

Depuis quelques années, les sexologues notent de plus en plus d’anomalies sexuelles liées à l’explosion du porno sur internet. Curvista a mené l’enquête sur les dérives de la pornographie. Par Anaïs Seyo Orsini

Il est loin le temps où nos grands-parents ignoraient les rudiments de la procréation et ne connaissait pas beaucoup leur propre corps, encore moins celui de leurs partenaires. Aujourd’hui, le sexe est partout, impossible de ne pas le voir. Dans les publicités, les films, les séries… Cela ne poserait pas plus de problème que ça si le porno n’était pas également libre d’accès sur internet à la portée de

n’importe quel pré-ado impressionnable. Les adultes sont aussi touchés par ce déballage sexuel. De plus en plus d’hommes et de femmes envisagent le sexe, eux-mêmes et leurs partenaires comme des produits de consommation et souffrent de leur solitude. Le problème prend une telle proportion que les psychiatres, psychologues et sexologues tirent la sonnette d’alarme.

LES FILMS PORNOS POUR ÉDUCATION SEXUELLE Pour beaucoup de parents, le sexe est un sujet très difficile à aborder. Cette pudeur, typiquement latine, les empêche de jouer leur rôle d’éducateur. Le sexe est pourtant primordial dans le développement de l’enfant. « Ils oublient bien vite que ce qu’ils ne leur disent pas, leur enfant l’apprendra d’une autre source souvent moins fiable, autant être sûre de la manière dont il abordera les choses en répondant sans tabou à ses questions. En effet, le fait de refuser de parler de ce sujet contribue à rendre le sexe dégoutant et indésirable » conseille le Dr MarieClaude Gavard, psychiatre et intervenante sur le site EducationSexuelle.com. L’être humain étant une créature de nature curieuse, l’enfant va chercher des réponses et va les trouver là où il peut : dans les cours de SVT et dans les films porno. Si le premier reste acceptable pour un enfant, il arrive trop tard et n’apporte que des réponses biologiques. Il ignore tout ce qui est attrait au plaisir et à l’émotionnel ce qui est bien ennuyant lorsqu’on veut parler de sexe puisque celui-ci est dépendant de ces deux éléments. Le deuxième apporte des réponses erronées qui faussent totalement le rapport au sexe de l’enfant. Pour autant, il faut rien brusquer et respecter la sensibilité de l’enfant : « lorsqu’il pose une question, c’est qu’il est prêt à en entendre la réponse mais il n’est pas nécessaire d’aller dans les détails s’il ne le demande pas. »

LA PEUR DE LA SEXUALITÉ Pourtant, beaucoup de parents laissent encore le soin à d’autres de parler de ce sujet sensible à leur enfant. « Le fait de refuser d’aborder les choses envoie le message que la sexualité n’est pas souhaitable et lance un nuage de honte dessus. » Un sentiment que la pornographie ne fait qu’accentuer. En proposant des scénarios toujours plus trash, extrême, voire violent pour surenchérir sur les films déjà réalisés, les pornographes donnent à leur jeune public l’image

d’une sexualité sale, dégradante. Cela a parfois pour effet de voir certains adolescents rejeter la sexualité : « Certains prennent la religion pour prétexte et d’autres refusent tout simplement de grandir mais ils redoutent tout simplement l’acte sexuel et ignorent totalement que le sexe est en réalité une histoire de sentiments, de sensualité, de plaisir, que cela peut être très agréable, très valorisant. »

DES HOMMES PERDUS De plus en plus d’entre eux, se basant sur la « norme » des films classés X, veulent tout essayer, repousser les limites, assouvir tous leurs fantasmes, fréquenter les établissements échangistes, s’essayer à toutes les positions du kama-sutra… Une démarche qui peu à peu enlève magie, spontanéité, complicité, simplicité, douceur, tendresse pendant les moments les plus intimes du couple. Un comble lorsqu’on sait que selon un sondage commandé par ELLE en juin 2011, pas moins de 65% des hommes en couple souhaiteraient que leur compagne soit plus tendre. De plus en plus, les hommes semblent se sentir à l’étroit entre l’image du super reproducteur que les média semblent lui imposer et cette sensibilité que les femmes souhaitent voir chez un homme. Le juste-milieu reste difficile à obtenir pour eux. Habitués à regarder des films où les femmes s’offrent facilement à leurs partenaires, la tentation de penser que leurs partenaires (un peu moins faciles) et leur sexualité sont bien ennuyeuses est très présente. En effet, quelle fille n’est jamais tombée sur un homme lui demandant « Et si on couchait ensemble ? » et ne comprenant pas que cela ne marchait pas comme ça ?

DES FEMMES EN PERTE D’ESTIME DE SOI Prenant les hardeuses pour les meilleurs maîtresses imaginables, certaines femmes cherchent à les imiter en adoptant des pratiques sexuelles dangereuses ou ne leur convenant tout simplement pas, au fond. Beaucoup acceptent même de faire fi de leurs sentiments pour un garçon et d’accepter de lui servir d’objet sexuel, du moment qu’il veut bien d’elles. D’autres encore veulent ressembler physiquement à ces « actrices » porno. Ça a commencé avec l’épilation du pubis que les hardeuses subissaient à la base pour permettre à la caméra de mieux filmer l’action mais cela dégénère. Dans les pays anglo-saxons, les labioplasties et les liftings du pubis ou du vagin se pratiquent à la pelle. Au point d’inquiéter le corps des médecins et les féministes quant aux risques postopératoires d’infections gravissimes des parties génitales entrainant l’insensibilité de cette zone si fragile, voire la stérilité. Que dire de ces adolescentes, fans du hardeur James Deen, qui écrivent sur les réseaux sociaux qu’elles rêvent de se faire dépuceler par lui ?

JAMES DEEN

LE LIBERTINAGE POUR CACHER LA SOLITUDE Parmi tous ces maux, comment ne pas reconnaitre la peur de laisser parler sa sensibilité, le fait que de plus en plus de personnes craignent de s’ouvrir aux autres et ne savent pas comment s’y prendre ? S’il existe des personnes capables d’aimer profondément quelqu’un et d’être tout à fait intime avec tout en gardant le besoin d’en séduire d’autres, celles-ci sont très rares. Le boom des boîtes libertines ne s’explique-t-il pas plutôt par le fait que les couples ont de plus en plus peur de s’ouvrir l’un à l’autre et de partager une vraie intimité ? Comment est-il possible de construire une vraie relation intime, sincère et d’aller dormir chez sa maîtresse le lendemain ? Derrière le mot libertin ne se cache-t-il pas plutôt le mot solitude ? Cette manière de parasiter sa relation n’est-elle pas le moyen de fuir la proximité entre soi et son (sa) partenaire ? Pour autant ces dérives ne sont pas une fatalité Chez les ados, le jeune qui aura eu une éducation sexuelle solide, expliquée par des adultes saura appréhender les films classés X comme ils devraient l’être : comme une fiction visant à divertir ou à pimenter sa sexualité mais surement pas comme quelque chose qu’il faille reproduire. « Certains adolescents ayant trouvé réponse à leurs questions refusent même de regarder ce genre de films avant d’y être prêt car ils ne ressentent pas le besoin d’en savoir plus et savent que, de toute façon, la pornographie leur montrera des situations travesties par le sensationnel. » Chez l’adulte, le tout est de savoir s’il souffre de sa sexualité. Si c’est le cas, il peut se tourner vers une clinique traitant l’addiction au sexe ou, moins radicale, prendre rendez-vous chez un sexologue pour mettre des mots sur ses maux (visez le jeu de mots) et tenter de désamorcer les dégâts provoqués par le film X.

Le sexe, c’est comme les pâtisseries de luxe : il y a ceux qui vous donnent un orgasme à la première bouchée et ceux avec qui on se dit qu’on a payé trop cher. Voici quelques pistes pour savoir dans quelle catégorie ranger votre prétendant… Par Anaïs Seyo Orsini

Depuis l’émancipation de la femme, le plaisir féminin est un droit. Le problème, c’est que le temps de réaliser que notre copain n’est pas au top au lit, il est déjà trop tard. On fait un tour dans son lit et on est déjà amoureuse. Foutues ! Il serait grand temps que quelqu’un nous donnent quelques pistes pour savoir si un mec est à la hauteur avant de partager sa couche. Heureusement, la rédaction de Curvista est là pour combler ce vide.

IL RESPECTE VOTRE TIMING. Il n’y a rien de plus sexy qu’un gentleman qui attend élégamment que sa compagne soit prête à recevoir son amour et à s’y ouvrir. Cela met en confiance et favorise l’épanouissement charnel.

IL EST DU GENRE À SAVOIR CE QU’IL VEUT. Quelle fille ne devient pas folle de désir quand son mec la plaque contre un mur pour lui faire furieusement l’amour ? Le fait est que beaucoup de femmes sont très excitées par le fait d’être désirées par un homme, un vrai. Un qui prend des initiatives et qui exprime le désir qu’il ressent.

IL VOUS DIT QU’IL VOUS TROUVE BELLE, IL APPRÉCIE VOS FORMES. Nous sommes toutes un peu narcissiques, nous avons besoin de savoir qu’on plait. Un homme qui sait exprimer son désir saura vous détendre et vous permettre de vous abandonner dans ses bras et donc vous rendre sensible à ses caresses.

IL VOUS EMBRASE À PLEINE BOUCHE. Il n’y a rien qui refroidisse plus qu’un homme embrassant du bout de la langue comme dans les films pornographiques. Ça manque de chaleur humaine, d’implication et de générosité. De là à en déduire qu’il a la même attitude au lit, il n’y a qu’un pas. De plus, s’il s’amuse à imiter ce type de filmographie c’est qu’il y a de forte chance qu’il ne fasse pas la différence entre les pratiques qu’il y voit et la vraie sexualité.

IL EST TRÈS TACTILE, TRÈS TENDRE. En règle générale, l’homme est plutôt un être visuel alors que la femme est plus cérébrale, plus tactile. En effet, si la simple vue d’un joli décolleté suffit à mettre un homme en émoi, une femme aura plus besoin de caresses pour se mettre sur orbite.

IL RESPECTE LES FEMMES SEXUELLEMENT DÉCOMPLEXÉES. Vous l’avez déjà entendu condamner une femme qui avoue sans complexe aimer le sexe ? Poubelle! D’abord, parce que c’est un imbécile, ensuite parce qu’un mec qui connaît les femmes et comment leur faire plaisir sait parfaitement qu’elles aiment le sexe au moins autant que les mecs à condition que ce soit bien fait.

DANS SA FAMILLE ET/OU DANS LA VIE EN GÉNÉRAL, IL EST ENTOURÉ DE FEMMES. Cela apporte plusieurs avantages : non seulement il comprend la psychologie féminine et respecte les femmes mais en plus, il a eu droit à quelques tuyaux pour amener ses partenaires à l’orgasme. Homme à saisir !

Pour celles qui ont déjà succombé au charme d’un Jules pas vraiment au point, rien n’est perdu. Vous pouvez toujours lui offrir des cours de rattrapage. Par Anaïs Seyo Orsini

L'art de faire l'amour à une femme 6€

le kama sutra revu et corrigé par les filles

12,35€

L'orgasme sans tabou 6€

tout savoir sur le cunnilingus

osez découvrir le point

G 8,10€

20,30€

Pour ce premier numéro, l’équipe de Curvista a décidé de vous préparer un numéro spécial mode. Tendances de la nouvelle saison, ce qu’il faut acheter, garder et oublier pour que votre dressing fasse peau neuve, le must du must des it-bag, des accessoires et des chaussures, vous saurez tout sur la hype attitude de cette année. Pas moins de 30 pages consacrées à la mode, rien que de mode. Chic alors !

7 MARS 2012 à la Fashion week de Mi-

lan, Muccia Prada fait fièrement défiler les mannequins présentant la dernière collection de la marque italienne Miu Miu. Une fois de plus encensée par la critique, personne ne se doute que, dans le saint des saints de la mode italienne (pourtant connue pour son snobisme), vient de se produire une petite révolution : cette collection tant appréciée sera disponible en taille 46, ajoutant ainsi une taille à sa ligne de vêtement. Même chose au Royaume-Uni avec la nouvelle collection de Stella McCartney. Un premier pas vers l’acceptation et la démocratisation des rondeurs ? Il semblerait qu’au pays des créateurs de mode, une révolution silencieuse soit en marche. LES MÉDIA EN FIGURE DE PROUE.

Voilà 3 ans que les média se retrouvent bousculés par des fashionistas rondes demandant des vêtements tendance à leurs tailles. Il semblerait que leur appelle ait été entendu… Par Anaïs Seyo Orsini

Début 2009, après une décennie à constater les dégâts de l’anorexie, une poignée de journalistes dont quelques rédactrices de mode du magazine féminin ELLE, sentent le vent tourner. Il faut dire que les premiers blogs de mode de rondes comme le blog de Big Beauty, Saks and the city ou le blog de Letilor les ont mis sur la voie. Pour la première fois, des filles à qui on ne demandait plus de se cacher osent s’affirmer et tourner le dos aux complexes. Ce faisant l’écho de ce phénomène, la presse magazine commence alors à apporter son soutien aux « potelées » et multiplie les articles sur le sujet faisant ainsi connaitre quelques marques grande taille étrangères afin d’embellir la garde-robe de ses lectrices et rappelant à tout le monde et aux marques en particulier que 40% de la population féminine française s’habille en taille 44 et plus.

UNE MARQUE GRANDE TAILLE À LA FASHION WEEK DE MILAN. Surfant sur cette curv’revolution, quelques enseignes de vêtement grande taille ont la bonne idée de se développer et de mettre un peu de glamour dans le monde de « la

size ». Ainsi, de l’autre côté du Mont Blanc, la marque plus size italienne Elena Miro a fait son entrée aux défilés de mode de la Fashion Week pour les collections printemps/été 2010 et défile depuis à chaque saison. Il n’y a qu’au dernier défilé que l’équipe d’Elena Miro s’est vu refuser l’accès aux podiums par les organisateurs de la semaine de la mode ce qui a fait grand bruit en Italie. Cette gronde de la presse féminine italienne a permis à la marque d’obtenir son sésame pour les défilés. Outre-Manche, c’est Evans qui se fait remarquer en obtenant le prix très convoité de la Meilleure marque grande taille décerné par le magazine Company en 2011.

DES SITES MULTI-MARQUES RIEN QUE POUR NOUS N’avez-vous pas fantasmé sur des sites de shopping comme Monshowroom.com rêvant de trouver votre taille ? On l’a toutes fait. C’est bien pour ça que quelques malins ont pensé à réaliser des e.boutiques proposant des vêtements grande taille comme Castaluna, One stop plus ou Anticode. Si ces sites regorgent de pièces bien réalisées, les curvistas les plus pointues ne s’y retrouvent pas et déplorent le manque de recherche en matière de tendance et le prix des produits souvent bien au-dessus du prix de pièces équivalentes en tailles standards.

LES ENSEIGNES DE VPC S’Y METTENT AUSSI Il y a à peine 10 ans, les tailles des vêtements proposés dans les catalogues allaient jusqu’au 44. Depuis, ces magasins fictifs ont élargis leurs tailles pas seulement au 46 mais au 48 pour la plus part des pièces. De plus en plus fréquemment, elles sont même disponibles en 52. Mieux, cet été deux créateur Antik Batik et William Carnimolla ont présenté une collection allant du 36 au 52. Evidemment, flairant le bon filon, ces marquent-là proposent également tout un catalogue grande taille. Les plus connus, Taillissime et Votre taille, sont devenu de véritables références pour les curvistas françaises mais aussi d’autres pays francophones, voire anglophones.

Sakina de saksandthecity.com LES CRÉATEURS FRANÇAIS TOUJOURS À LA TRAINE En la matière, le monde de la mode Française est à la hauteur de sa réputation et remporte une fois encore la palme du snobisme. En effet, les marques françaises de prêt-à-porter vraiment tendance (type Sandro, Etam, Naf naf, Le comptoir des cantonniers…) arrivent difficilement jusqu’au 44. Les marques allant jusqu’au 46 se compte sur les doigts de la main. En ce qui concerne les marques de luxe, il n’est même pas envisageable d’habiller « les grosses ». Certains créateurs se permettent même de mépriser publiquement les personnes en surpoids. Un comble pour un pays dont la capitale est sensée être la patrie du style et de l’élégance. Depuis quand voir quelqu’un souffrir de malnutrition est-il élégant ? Si à force de persuasion et d’initiatives, les portes du monde de la mode commencent à s’ouvrir petit à petit dans le monde entier, en France, il nous faudra en enfoncer encore quelques-unes avant de pouvoir faire du shopping dans les mêmes boutiques que nos copines plus minces. Cependant, il est indéniable que la révolution est en marche. Continuons le combat !

Rouge rubis, Vert émeraude, bleu saphir, noir jais, dorures, cuir, velours… Cette saison la mode se veut précieuse, luxueuse. Pas besoin de bijoux, le joyau c’est vous. Photo réaliser par Louis-paul Ordonneau Coiffure et maquillage : Silvain Lasnier et Loriane Léger

Boyish Manteau, T-shirt et chino Marina Rinaldi Escarpins Elena Miro

Preppy Romantique Top et bottines Votre mode pour 3 Suisses Jupe ASOS Curves Montre et lunettes Claire’s Sac à main Lancaster

BĂŞte Ă  poils Poncho Elena Miro Jean Marina Rinaldi Bracelets Monoprix et Pimkie

Alerte rouge ! Robe ASOS Curves Ceinture Evans Bottines et sac à main André Boucles d’oreilles et broche Jennifer Manchette Monoprix

Gothico glam’ rock Robe ASOS Curves Ceinture ASOS Curves Bottines 3 Suisses Sac à main Lancaster Sautoirs Mango

Au pas ! Cape et chemisier en soie Marina Rinaldi Jupe, sac Ă  main et escarpins Elena Miro Collier multi-rangs Evans

Au galop ! Redingote et chemisier strassĂŠs Elena Miro Jean Marina Rinaldi Bottines Taillissime Ceinture ASOS Curves

Le swag Veste smoking Votre Mode pour 3 Suisses Slim similicuir Inspire pour NewLook Bustier ASOS Curves Sac à main Lancaster Collier multi-rangs Evans Bague pépite H&M Bague bouche ASOS Richelieu Luigi Boutique

La parisienne Manteau en organza, chemisier en soie et sac Marina Rinaldi Jupe Elena Miro Bottines AndrĂŠ Capeline H&M Bague Dorothy Perkins

Le cuir, c’est chic ! Veste Inspire pour NewLook Jupe en cuir 3 Suisses Bottines 3 Suisses Ceinture ASOS Curves Pochette et gants Mango Lunettes de soleil Vintage

Une main de velours Veste et capri La Redoute Montre vintage Bracelet Pimkie Escarpin Elena Miro

Manouche Tunique et legging Taillissime Bottes et sac besace AndrĂŠ Bracelets Evans

NĂŠo-bourgeoise Paletot et chino Marina Rinaldi Escarpins Elena Miro Pochette NewLook Collier H&M

Mise au vert Robe, bottines et boucles d’oreilles H&M+ Pochette cloutÊe NewLook Bague Monoprix

Chaque

année, c’est le même cinéma

:

à peine rentrée de vacances, on fait le tri et on

détermine ce qu’on portera pour préparer la rentrée.

Avouons-le : ces choix sont larPour cette année, Curvista vous aide à révolutionner votre dressing…

gement influencés par les tendances de la saison à venir.

Par Anaïs Seyo Orsini

Le manteau Oversize :

Carmakoma 229 €

Clements ribeiro pour evans

Cette saison, il y en a pour tous les goûts. Celles qui préfèrent les looks féminins peuvent ressortir leurs manteaux coupe 50’s (évaser à partir de la taille) rehaussés d’une ceinture mais les inconditionnelles du style boyish seront heureuses d’acquérir le manteau oversize. Avec sa coupe ample, il vous apportera tout le confort nécessaire pour traverser l’hiver tout en étant plus trendy que jamais.

125 £

Dorothy Perkins 89 €

Les mocassins : Plats ou à talons ce sont les stars de la saison. Disponibles dans toutes les couleurs, vous allez pouvoir vous amuser. yellow mellow

149 € Topshop 39 €

Cosmoparis 139 €

H&M 19,95 €

Le capri et Le chino :

taillissime

49,99 €

La différence entre les deux ? Le capri a une forme cigarette alors que le chino est entre le pantalon à pince et le carot’ pants. Les deux descendent au niveau de la cheville et sont les indispensables de la saison.

ASOS 42,65 €

Chat perché ! : Les petits formats vont être contents. Ils vont pouvoir compenser leur taille en toute légitimité. A choisir entre 12 et 16 cm avec plateaux (pensez à votre dos) les créateurs réinventent l’art d’être haut-perchée sans effort. Pour les plus sensibles des petons, pensez aux talons compensés qui allient féminité et confort.

Cosmoparis 159 €

Topshop 228 €

Topshop 98 €

La jupe fendue :

Dorothy Perkins 22 €

Est-ce la robe de velours fendue d’Angélina Jolie qui a remis au gout du jour cette pièce totalement délaissée depuis les années 90 ? Toujours est-il que celles qui ont la chance d’avoir de belles gambettes vont pouvoir les mettre en valeur grâce à l’éternelle jupe droite fendue sur le côté. A user et à abuser toute la saison.

Taillissime 39,99 €

ASOS 25 €

Le pantalon large : Marre du slim qui moule vos fesses généreuses ? Bonne nouvelle ! Le pantalon très large revient remplaçant le patte d’eph’ de l’année dernière. Enjoy.

Dorothy Perkins 29 € Evans 32 £

Le style peplum : (basques, en français)

Dorothy Perkins 29 €

A proscrire pour les demoiselles taillées en forme de poire ou en A, le détail peplum ajoute une sorte de micro-jupe, coupe patineuse sur vos hanches. Qu’il se présente sur un haut ou sur une jupe, il fait un malheur cette saison.

Clements ribeiro pour evans

75 £

Inspire pour NewLook 22,90 €

Des couleurs précieuses : Un esprit précieux de luxe règne dans les penderies de fashionistas cette saison, pas étonnant que les couleurs vedettes nous rappellent les pierres précieuses comme le vert émeraude, le bordeaux du rubis ou le bleu roi du saphir.

La cape : Si la saison dernière, plus elle était longue, mieux c’était, cette année, toutes les longueurs sont à l’honneur. Si vous n’en avez pas achetée l’année dernière, c’est un investissement raisonnable car, depuis quelques années, la cape ne se démode pas vraiment.

Dorothy Perkins 89 €

ASOS 31 €

Redoute 99 €

La fourrure : Cet hiver encore, vous allez pouvoir vous emmitoufler bien au chaud entre les (faux) poils d’un nounours.

Veto sur la Redoute.fr 129 € cosmoparis

159€

EVANS 95 €

La dentelle : Robes, jupes, hauts, accessoires, chaussures… La sensualité qu’elle inspire la rend indémodable. C’est votre chéri qui va être content. Redoute 49,99 € ASOS 127 €

Le cuir : L’année dernière, vous avez investi (les yeux de la tête) en vêtements en cuir ? Bonne nouvelle : vous allez pouvoir les amortir. Jupe, robe, manteau, chaussures ou sac, ils seront les bienvenus dans toutes les garde-robes. Call me ponie 300 €

Les

derbies

3Suisses 299 €

:

Au même titre que les mocassins, les derbies restent de mise cette année. Idéales avec un chino rouge et un petit pull en laine pour un look boyish à souhait.

Topshop 42 €

Cosmoparis 129 €

yellow mellow

NC

ASOS 42,65 €

Dorothy Perkins 44 €

L'imprimé panthére : Bon alors déjà, cet été, c’était limite mais alors là, cet hiver, il va falloir arrêter de porter de la panthère sous peine qu’on vous demande vos tarifs dans la rue. Mêmes les accessoires panthère ne se font plus. Aller Baguera, au placard ! Si vous tenez à exprimer votre côté animal, préférez les pièces où s’affiche un animal totem.

ASOS 11,53 €

Les rayures et les poids : ASOS 11,37 €

Bon, OK, la tendance marine de l’été 2010 a été tellement forte que pendant les saisons qui ont suivi, les rayures étaient un must mais cette fois, c’est bel et bien fini. Même chose pour les poids (polka pour les connaisseuses). Oui, je sais, c’est triste. On optera plutôt pour des imprimés Incas, grande tendance de cet été qu’on retrouve cet automne encore.

ASOS 25,59 €

ASOS 120,84 €

Le Cartable : Trois petits tours et puis s’en va. Après trois saisons au top, le cartable fait ses adieux aux podiums. Snif ! Choisissez plutôt un sac besace qui aura le petit air vintage du cartable. Topshop 36 €

Topshop 88 €

Les Couleurs soft : On a dit luxueux, précieux, pas BCBG. Cette saison, vous avez le droit à votre heure de gloire, de vous faire remarquer par des couleurs et des matières qui sauront vous illuminer sans être targuée d’illuminée. Profitez-en. Gardez vos couleurs neutres pour vos ongles. Le low nail est en effet un must cette saison. Vous pouvez tricher en le choisissant légèrement pailleté.

Over the taupe OPI 13,90 €

Slate Grey Models Own 5£ yummy mummy

Butter London 15,90€

Cap sur la ceinture LARGE Finie la ceinture inspiré des années 50's ! Place à la large ceinture portée en guise de corset

Dorothy Perkins noire 12 €

ASOS 28,41 €

ASOS 25,49 € swan pour evans

15 £

EVANS 12,50 £ Dorothy Perkins noire 15 €

Des clous ! Envie de joué au bad girls ? Profitez-en !

Cosmoparis 149€

Topshop 42€

Minelli 149€ 3 Suisses 62€

Topshop 118 €

ALDO 120,41€

River Island 439,31€

L'esprit Vintage Boostez

votre look précieux avec un sac à main inspiré des années

50's

Lollipops 109 €

Dorothy Perkins 22 €

Topshop 34 €

Dorothy Perkins 29 €

Dorothy Perkins 38 €

ASOS 28,43 € Pieces 54,02 €

Etre bien habillée, c’est hype mais à quoi cela sert-il si on ne prend pas soin de soi en se pomponnant un peu, beaucoup ou passionnément ? Voilà pourquoi vous trouverez dans chaque numéro une rubrique beauté. Tendances make up, produits préférés de la rédac, la trousse de maquillage idéale, tout pour réparer les cheveux abimés par l’eau de mer, de la piscine et par le soleil, cet été, sans oublier un mode d’emploi pour celles qui veulent s’essayer au nail art. Il y en aura pour tous les goûts ce mois-ci.

Chaque numéro, la rédaction de Curvista vous donne ses produits chouchou à user sans modération. Anaïs, la rédac chef Pure active fruité Garnier 5€ « J’ai la peau mixte à tendance grasse mais j’en ai un vraiment marre d’utiliser des produits pour ados qui sentent un peu trop comme des produits cliniques pour ma routine de beauté. Du coup, ce produit combattant l’excès de sébum tout en vivifiant grâce à une sympathique odeur de fruits est vraiment mon coup de cœur du moment. »

Clémentine, la cover girl : Rouge à lèvres fuchsia MAC 18€ « Pendant longtemps, quand j’étais ado, je voyais ma mère se mettre du rouge à lèvres très rouge à la limite de l’orange et ça me choquait. Je lui disais « comment tu peux mettre ça ? » et un jour j’ai essayé. C’était l’été, j'étais en Suède chez une copine et sa tante vendait un rouge à lèvres magnifique que jamais je n’aurais osé mettre. J’ai fini par l’essayer et là, je suis tombée amoureuse du rouge à lèvres. Maintenant, j’en ai de toutes les couleurs. Plus c’est pétant, plus ça me plait. Donc, je n’ai vraiment plus aucun tabou. »

Anne-Axelle, mannequin d’un jour Le mascara hypnôse de Lacôme 28,10€ «J’aime mettre en valeur mes yeux verts. Aussi, je ne plaisante pas avec le mascara qui doit être le plus efficace possible. Hypnôse de Lancôme remplit parfaitement cette mission.»

Martine, secrétaire de rédaction Le beurre corporel au pamplemousse rose de The Body Shop 15€ «J’ai la peau très sèche lorsque le temps se rafraichit. Il me faut un produit qui nourrit intensément la peau. Le beurre de The Body Shop est l’un des meilleurs produits sur le marché. J’en ai de plusieurs parfums mais celui que je préfère est celui au pamplemousse rose. Comme Anaïs, j’aime les odeurs fuitées »

Adeline, secrétaire de rédaction : Gel douche exfoliant au chocolat de Mersea 19,90€ «J’aime les gels exfoliants car ils permettent de se laver et de faire la peau toute douce. En éliminant les peaux mortes, il laisse un fini satiné et soyeux. Celui-là en particulier sent très bon. J’adore l’odeur du chocolat. »

Le low nail, c’est bien mignon mais, avouons-le, c’est un peu ennuyeux. Curvista vous propose de booster votre vernis en réalisant vous-même une french manucure. Par Anaïs Seyo Orsini

vernis gipsy

Il vous faut : -

sephora

dissolvant doux diadermine

4,90€

3,30€

start to finish

Du dissolvant OPI 17,80€ Du coton Des cotons tiges Une lime à ongles Un polissoir Un base coat 2 vernis de couleurs différentes Un top coat Un rouleau de scotch (si si)

4 faces Models Own 3£ polissoir

vernis anyway anywhere sephora

4,90€

Préparez vos ongles 1. Nettoyez vos ongles avec un dissolvant doux. Evitez de frotter sur votre ongle. Cela l’abime. Il vaut mieux bien imbiber votre coton de dissolvant, le positionner sur votre ongle, le laisser poser quelques secondes avant de le faire glisser de la cuticule jusqu’au bout de l’ongle et hop ! Votre ongle est quasiment nickel. Si ce n’est pas le cas, recommencez l’opération.

2.

Limez-les avec une lime à ongle :

Ces derniers temps, la mode est aux ongles courts et carrés mais, pour une french, il vaut mieux qu’ils soient un peu plus longs. 3.

Polissez, polissons.

Afin de lisser la surface, poncez vos ongles en 3 étapes. Pour de ne pas les abimer, il vaut mieux ne le faire qu’une fois par mois.

Passez aux choses sérieuses

1. Appliquez le base coat qui permet de soigner votre ongle en le fortifiant. Il le protège également du vernis qui a tendance à le jaunir.

2. Appliquez le vernis de votre choix sur tout l’ongle en deux couches. La première couche doit être très finie pour permettre au vernis de sécher plus vite. La deuxième peut être aussi épaisse que nécessaire.

3. Attendez que le vernis soit entièrement sec, puis positionnez des morceaux de scotch sur le partie où vous ne voulez pas appliquer la deuxième couleur. Appliquez ensuite celle-ci sur la partie sans scotch avant de l’enlever. N’attendez pas que le vernis sèche avant d’enlever le scotch car vous risquerez de retirer une partie de votre vernis en même temps.

4. Appliquez le top coat pour doubler la durée de vie de votre manucure.

5. Effacez les bavures grâces à un coton-tige imbibé de dissolvant.

La trousse à maquillage parfaite En

cette période de reprise, il est impensable d’aller au travail sans trousse à

maquillage pour rester belle et fraiche toute la journée. composer la beauty bag idéale.

Curvista

vous aide à

déo go fresh

Dove 3€

spray haleine fraiche

Spehora

4,90€ recharge fond de teint poudre illuminateur

25,49€ Lingettes démquillantes express sephora 3€

poudrier à fond de teint

kit smokin' eyes

Stila 14,22€

Benefits 36€ hydralin

10 lingettes apaisa 2€ papier matifiant

Nakebo international 9€

poket pal

22€ trouse make up en chevron clouté

TopShop 20€

Benefits

Stila

Allez, les filles, faites vos bagages, prenez vos billets. On vous emmène à Londres. Oui, oui, chez les rosbifs. Parce que même si les plus chauvines d’entre nous en ont assez d’entendre parler des meilleurs ennemis des français, Londres est devenu en l’espace de 10 ans la destination préférée des jeunes français qui se ruent sur les boutiques de mode et les fish and chips.

Etant également la capitale européenne de la mode grandes tailles, Curvista LifeStyle à la ville de la pop.

se devait de consacrer cette rubrique

Si certaines viennent tout juste de rentrer de vacances, le petit week à Londres pour dévaliser les magasins et se goinfrer de fish and ships, c’est une institution. Rentrée ou pas rentrée. C’est pour cela que Curvista consacre un dossier à Londres. Par Anaïs Seyo Orsini

Des mauvaises langues diront sans doute que depuis la clôture des jeux olympiques, il n’est plus nécessaire de parler de Londres mais celles-ci se trompent. Bien que la capitale britannique n’ait pas réussi à détrôner Paris, détentrice du record de la ville la plus visitée au monde et ce malgré le mariage du prince William, du Jubilé de la reine et la célébration des Jeux Olympiques, elle reste la destination préférée des jeunes français qui adorent y passer un weekend ici et là. Pas étonnant lorsqu’on connaît les liens d’amour vache qui unissent les deux capitales. Terre de la culture pop, bouillon de culture et La Mecque de la curvy fashion, Curvista se devait d’accorder un dossier à la ville qui nous fait vibrer depuis un peu plus d’un an.

Premier séjour à Londres : les trucs et astuces de la rédac Si lors d’un séjour à Londres, tout le monde pense au parapluie, rares sont les personnes qui savent les petites astuces pour optimiser leur premier séjour. Surveillez les offres Fréquemment dans l’année, la SNCF et Eurostar proposent des voyages aller-retour à des prix vraiment très attractifs (aux environs de 80€ l’aller-retour au lieu de presque 500€ au prix fort). Cela vaut donc le coup de s’inscrire à la newsletter de SNCF voyage.

L'adaptateur Autre chose à vérifier avant de partir : pensez à emmener avec vous un adaptateur de prises anglaises car les fiches des appareils britanniques n’ont rien à voir avec les nôtres et vous risquez d’être bien ennuyée si vous ne pouvez pas recharger votre téléphone portable, votre appareil photos, votre netbook ou votre tablette. Cela peut totalement gâcher votre voyage.

L'Oyster card Bien

plus économique que les taxis londoniens, nous vous invitons à voya-

ger dans le métro le plus vieux du monde en achetant une guichet dès votre arrivée à

Londres. Prise

au jour ou à

permet de voyager dans le métro mais aussi dans les bus.

Oyster card au la semaine, elle

Pour les voyages de plus de 5 jours, nous vous conseillons de prendre celle d’une semaine coûtant 30£ pour 2 zones. N’hésitez pas à ajouter 5£ à votre forfait au cas où vous voyagerez dans des zones non comprises car si vous n’utilisez pas cet argent supplémentaire vous pourrez demander à vous les faire rembourser à la fin de votre séjour.

Earl's Court Les

hôtels, ce n’est pas ce qui manque à

Londres. Les

hôtels corrects

pas cher, c’est plus rare mais alors les hôtels corrects, pas chers et

bien placés c’est une perle que chaque touriste se languit de trouver.

Nous

: Earl’s court. Ce quartier, qui est aussi une station de métro, regorge d’hôtels proposant tous les prix. Calme et central, c’est le point préféré de ceux qui ne veulent pas avoir à marcher pendant longtemps avant de trouver leur hôtel. avons deux mots à dire

Dernier point sachez que lorsque vous allez au restaurant, le pourboire de votre serveur ou de votre serveuse est,

le plus souvent, compris dans l’addition. Il représente, normalement, droit d’accepter ou de refuser de le payer.

10% de celle-ci. Vous avez donc le

Dans le monde de la size, Londres est connu pour être la Mecque de la mode grande tailles en Europe. Curvista vous donne son carnet d’adresses Fashion London. Par Anaïs Seyo Orsini

On ne le dira jamais assez, à Curvista, être ronde n’est pas une tare. On peut avoir des courbes généreuses et s’intéresser de près à la mode. Rien ne vous en empêche. Mieux, on peut être ronde et avoir une garde-robe qui n’a rien à envier aux fashionistas plus minces. Et tout ça à des prix tout à fait convenables. Encore faut-il savoir vers quelles marques se tourner pour composer ses looks. Sachez qu’en la matière, Londres est LA ville européenne où trouver son bonheur. En effet, les anglais étant bien moins complexés par leur apparence que les français, les marques n’hésitent pas proposer des rayons grandes tailles, même dans les spots les plus visités. De quoi se sentir chez soi et avoir envie de mettre en valeur ses formes sans complexe. Comme un dossier sur Londres ne serait pas complet sans vous donner quelques adresses incontournables, Curvista vous donne son carnet d’adresses londoniennes. Petit détail qui a son importance : sachez que les hommes ne sont pas autorisés à pénétrer dans la zone des cabines d’essayage. Il va donc falloir trouver quelqu’un d’autre que votre meilleur ami gay ou que votre copain pour vous conseiller.

Les Marques à Repérer Inspire pour New Look

Evans Référence

plus size outre-manche,

Evans

Cette marque est un bonheur pour les filles qui aiment est

la marque à ne pas rater pendant votre séjour à

Londres. Non

seulement vous pourrez faire

chauffer la carte bleue en shoppant des vêtements tendance mais en plus vous y trouverez des accessoires qui changeront votre vie comme le

short lingerie qui protège vos cuisses du frottement lorsque vous portez une robe ou une jupe.

Dorothy Perkins Cette chaîne de vêtements ne possède pas de rayon grandes taille mais elle monte jusqu’au 52 ce qui permet à beaucoup de curvistas de s’habiller chez cette marque saluée par le monde de la mode.

acheter beaucoup de pièces pas chères à faire tourner

au fil de la saison. Avec un large choix de vêtements, le

point fort d’Inspire est de voir sa collection alimentée

2 semaines comme toutes les lignes NewLook. Voilà de quoi être séduite. toutes les

Forever 21+ Encore

NewLook,

cette marque

très important, il faut bien l’avouer.

Cela dit, avec

moins chère que

américaine propose un rayon grandes tailles, pas des collections très pointues question tendance, vous saurez j’en suis sûre y trouver quelques pièces renversantes.

le monde connait

H&M

mais quelques per-

sonnes ignorent encore que la marque suédoise propose également une ligne grandes tailles ap-

H&M+. Néanmoins, comme en France, il n’est H&M présentant cette ligne. Mieux vaut être bien renseignée. pelé

pas aisé de trouver un magasin

Curvy Kate Vous

N’hésitez donc pas à y faire un saut, ça vaut le détour.

Les Hot Spot Oxford Circus

H&M+ Tout

la plupart, en véritable cuir.

aimez la belle lingerie et vous ne savez pas

où vous procurer des soutiens-gorge maintenant

correctement et élégamment votre poitrine tout en la galbant et en la mettant en valeur cherchez plus.

? Ne

Accessible grâce à 2 lignes de métro (la Bekerloo line, la central line), c’est le premier endroit où aller pour amorcer une journée shopping. L’équivalent de notre rue Rivoli est pleine de magasins tout ce qu’il y a de plus hype dans lesquels on peut retrouver quelques-unes des marques précédemment citées. En effet, des magasins comme Evans, NewLook, TopShop et Dorothy Perkins se concentrent dans cette rue. Non loin de là, dans la rue Regent street vous pourrez même trouver un magasin H&M avec un rayon plus size. Le pied ! Stratford

Curvy Kate est une marque pour Disponible dans plusieurs magasins grandes tailles et de lingerie, cette petite marque britannique n’en finit pas de séduire. Proposant des soutiens-gorge allant jusqu’au 110 J, elle ne manque pas pour autant d’esthétisme et de raffinement. Nul doute que cette marque ne tardera pas à ouvrir sa première boutique.

Vous

Yours

Ou alors, nous vous proposons de vous déplacer

vous.

S’adressant

à une clientèle d’un âge un peu plus

avancé que les marques précédentes,

Yours

est

un peu moins trendy et accessible que celles-ci.

En

effet, on ne trouve pas de boutique en ville

Romford Warlford. Pourtant, cette marque propose un

mais plus dans la banlieue londonienne à ou

large choix de vêtements à prix attractifs pour

celles qui ne s’intéressent pas beaucoup à la mode.

Westfield

vers un autre centre commercial de la central line

: Westfield. Pour

y parvenir il vous faudra des-

White City et marcher une dizaine de minutes. Vous y trouverez tous les magasins cités pour Stratford mais également une boutique atypique. En effet, pour la rentrée, la marque de cosmétiques Models own propose à ses clientes de réaliser cendre à la station

: Shepherd's Bush

and

leurs courses dans une bouteille de vernis géante tout en assistant à des démonstrations réalisée

TopShop C’est l’une

Central line et Stratford tout neuf. Vous y trouverez forcément votre bonheur puisque des marques comme TopShop, Evans, Dorothy Perkins, Forever 21 et NewLook y ont pris leurs quartiers. pourrez ensuite prendre la

vous rendre dans le centre commercial

par les make up artist de la marque. des chaînes de magasins de mode les

plus fréquentés de

Londres

pour la simple et

bonne raison qu’elle propose des vêtements au

top de la tendance avec des collections renou-

velées toutes les deux semaines et ce, à des prix tout à fait abordables.

Malheureusement,

une

ligne grandes-tailles peine à voir le jour au sein de la marque mais, si je vous en parle, c’est que c’est l’endroit idéal où trouver des chaussures avec beaucoup de style, pas trop chères et, pour

Le

shopping et les sorties, c’est bien sympa mais la culture c’est important, aussi.

Petit d’horizon des visites à faire si vous allez à Londres dans les deux prochains mois.

tour

Par Anaïs Seyo Orsini

Si Londres est la capitale de la culture pop, cette ville ne se résume pas à ses boutiques de mode et à ses concerts. C’est aussi une ville culturelle. Au même titre que Paris, la ville propose toujours des expositions très intéressantes et souvent gratuites qui permettent de mieux comprendre l’esprit so british. Et il y en a pour tous les gouts : mode, famille royale, peintres de renom, salon du chocolat… De quoi prendre un bon bol de culture anglaise d’un coup, d’un seul.

Ballgows, british glamour since 1950 Si beaucoup d’entre nous adorent la mode, peu en connaissent l’histoire et savent d’où viennent les différents courants de celle-ci. Pourtant l’histoire de la mode est un domaine vraiment captivant. Ballgawns est l’occasion de s’y intéresser. Le Victoria & Albert Museum, le musée national de l’art et de design, célèbre la réouverture de ses Fashion Galleries avec une exposition consacrée aux robes de soirée. Répartie sur deux étages, l’exposition présente plus de 60 tenues conçues pour tous types d’événements, soirées privées ou de gala, bals royaux, cérémonies officielles, défilés de mode... Visible jusqu’au 6 janvier 2013, nul doute que vous saurez vous y intéresser.

Leonardo Da Vinci : anatomy

www.vam.ac.uk/

http://www.royalcollection.org.uk

Dépêchez-vous ! Vous n’avez que jusqu’au 7 octobre pour apprécier l’exposition consacrée aux croquis du corps humain de Da Vinci dans The Queen’s gallery à Buckingham Palace. En effet, il est de notoriété publique que l’auteur de La Joconde était un fou de sciences mais ce que le monde sait moins, c’est que cela a commencé à cause de son perfectionnisme et son envie de reproduire sur ses œuvres des corps humains les plus réalistes. Ainsi, il s’est intéressé de très près à l’anatomie allant jusqu’à disséquer des corps. Imaginez un peu ; en pleine renaissance cet homme en savait autant sur la gynécologie, par exemple, que nos médecins actuels. Exposition renversante à découvrir à tout prix malgré le prix de celleci (9,25£). Comment croyez-vous que la reine finance son goût pour les chapeaux ?

The Royal Mews Au prix de la visite pour l’exposition de Da Vinci, il vaut mieux en profiter pour aller voir aussi les écuries de la reine. Les amateurs de belles voitures et de chevaux de race s’y retrouveront car non seulement on peut y voir les voitures de la reine mais on peut aussi découvrir de près ses carrosses officiels qui représentent des œuvres d’art à eux tous seuls et quelques-uns de ses chevaux. Sans oublier les écuries elles-mêmes puisque leurs murs sont en carrelage. Si si. La visite seule coûte la bagatelle de 8,25£ et oui, quand même mais à ce prix-là vous avez le droit à la visite audio gratuitement en français ou en VO. La visite des écuries royales et de la galerie de la reine coûte en revanche 15,70£. Vous économisez ainsi 1,80£. Oui, je sais, ça change la vie !

http://www.royalcollection.org.uk

Diamonds : a jubilee celebratio

http://www.royalcollection.org.uk

Admiratrices de bijoux de haute joaillerie, vous vous ruerez surement vers Buckingham Palace pour admirer les joyaux de la couronne. Des bijoux et autres merveilles de la collection privée de la Reine et de la famille royale, sont exceptionnellement exposés dans le cadre du Jubilé de Diamant de la reine. L’occasion d’admirer quelques-uns des broches, tiares, colliers, bracelets, boucles d’oreilles, couronnes et pas moins de 80 tenues d’apparat ayant appartenu aux différentes souveraines. Mais ne trainez pas. Vous avez jusqu’au 26 septembre pour admirer cette collection.

The States : rooms Plus branchées politique ? Vous apprécierez surement la visite exceptionnelle (toujours en raison du jubilé de la reine) des chambres d’états. Vous avez toujours rêvé de découvrir le faste de la royauté anglaise ? Buckingham Palace, résidence officielle londonienne de la monarchie depuis 1837, ouvre ses portes au public chaque année de juin à septembre. Vous pourrez y admirer des tableaux de Rembrandt, Rubens, Poussin et Canaletto, ainsi que des sculptures de Canova, des porcelaines de Sèvres, du mobilier anglais et français. De 9h45 à http://www.royalcollection.org.uk 18h30 (dernière entrée 15h45).

Chocolateweek

Du 8 au 14 octobre, les gourmands vont pouvoir se rendre à la semaine du chocolat au May Fair Hotel et se régaler. L’équivalant du salon du chocolat permet à ses visiteurs d’admirer des sculptures de chocolat, de participer à des débats cacaotés, d’assister au lancement de chocolats inédits mais surtout de gouter la friandise préférée des européens. http://www.chocolateweek.co.uk/

3 suisses, Votre Mode

New Look, Inspire

Asos, ASOS Curves

O.P.I.

Butter London

Pimkie

Claire’s

Sephora

Cormakoma

Thomas Sabo

Dorothy Perkins

TopShop

Elena Miro Evans Forever 21, Forever+ H&M, H&M+ Jennyfer Lancaster La Redoute, Taillissime Luigi boutique Mango Marina Rinaldi Models own Monoprix

La rédaction de Curvista remercie chaleureusement toutes les personnes ayant contribué à ce premier numéro : Louis-Paul Ordonneau Loriane Léger Clémentine Desseaux et son agence Brigitte models Anne-Axelle Soupeaux Adeline Masclet Gaëlle Soave Studiobest Les bureaux de presse LB Communication, Bleu Marine Les marques : Elena Miro, Max Mara, Marina Rinaldi, La Redoute, 3 suisses, André, Minelli, Luigi boutique, Claire’s, Mango, Lancaster Merci également à tous les membres de l’équipe Curvista : Anaïs Seyo Orsini Romuald Masclet Martine Orsini Anthony Prévost

Et merci à vous de nous avoir accordé quelques minutes de votre temps pour lire le premier numéro de ce tout nouveau magazine. Nous espérons qu’il vous a plu et que vous serez au rendez-vous tous les deux mois pour de nouvelles aventures. A très bientôt.

Salomés Luigi Boutique

Rendez-vous en novembre pour notre numéro deux


Curvista N°1