Issuu on Google+

SONANGOL, DANGOTE, ECOBANK, MTN... L'ÉVEIL DES LIONS

www.jeuneafrique.com

HEBDOMADAIRE INTERNATIONAL INDÉPENDANT

AÉRIEN Comment les compagnies africaines résistent

12

ÉDITION

LU

C

LE CLASSEMENT DES 500 PREMIÈRES ENTREPRISES AFRICAINES - ÉDITION 2011

e

SIF

NT

SSEME A

1

CÔTE D'IVOIRE Vlisco, le phénix du wax

01

MANAGEMENT Dans la peau d'un patron africain

CL

MAGHREB La bataille du rail

É ÉDITION DITI DI TION TI ON 2 2011 011 01 1

EX

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26

HORS-SÉRIE HORS HO RS-S RS -SÉR -S ÉRIE ÉR IE N° N ° 26

2

LES

500 PREMIÈRES ENTREPRISES AFRICAINES

ÉDITION INTERNATIONALE France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 6,00 Algérie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DA 360,00 Allemagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Autriche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 6,00 Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ CAN 12,90 Danemark . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DK 59,00

DOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 7,00 Espagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ US 11,90 Grèce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DH 45,00 Mauritanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MRO 1800,00

Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Portugal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € 8,00 Royaume-Uni . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . £ 6,00 Suisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FS 14,00 Tunisie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DT 6,50 Zone CFA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F CFA 3 000,00

© iStockphoto.com/peeterv

Allié n°1 des régulateurs africains en télécoms

L

Chez Global Voice Group, nous avons déveappels internationaux. Créer de nouveaux

loppé des solutions de pointe éprouvées pour

revenus stables pour les opérateurs locaux

optimiser votre gouvernance des télécoms à

et les gouvernements africains. Protéger le

tous les niveaux.

marché local des télécoms et assurer son avenir dans l’intérêt de tous, opérateurs, usagers et gouvernements… Est-ce réellement possible? Posez-nous la question, notre réponse vous

la menant à bien, de contribuer à faire des télécoms un puissant moteur de développement pour les pays d’Afrique.

convaincra.

Leader mondial en technologies de gouvernance des télécoms www.globalvoicegroup.com

ÉDITORIAL

TERRE D’AMBITION

E Jean-Michel Meyer

t si demain les champions de l’économie mondiale avaient pour nom SAB Miller, Sonatrach, Cevital, Attijariwafa Bank, Office chérifien des phosphates, Ecobank ou United Bank for Africa… Un rêve pas si fou que cela. Ils ne sont pas un, deux, cinq ou dix à pouvoir relever un tel défi sur le continent. Mais au moins une quarantaine, selon le cabinet de conseil en stratégie américain Boston Consulting Group, auteur d’une étude intitulée « Les challengeurs africains : les acteurs globaux qui émergent du continent oublié ». Publiée en juin 2010, elle s’inspire en particulier du classement des 500 premières entreprises africaines établi chaque année par Jeune Afrique. Et, justement, ce scénario du possible est confirmé, détaillé, complété et enrichi une nouvelle fois par l’édition 2011 du palmarès des 500 (qui porte sur les résultats de 2009), un rendez-vous que nous vous donnons chaque mois de décembre depuis douze ans.

En 2009, les 500 premières entreprises africaines ont continué leur course vers la croissance. Leur chiffre d’affaires cumulé s’est élevé à 586 milliards de dollars. Déjà, en 2008, quand s’est déclenchée la tourmente économique planétaire, les leaders de l’économie du continent avaient démontré leur capacité de résistance en parvenant à stabiliser leur chiffre d’affaires à 567 milliards. Que de chemin parcouru depuis les origines ! Les pionniers du premier top 500 de Jeune Afrique avaient réalisé un chiffre d’affaires cumulé de 225 milliards de dollars en 1997. Bien sûr, le panorama africain n’est pas totalement idyllique. Des groupes ont perdu des plumes en 2009. Surtout ceux qui dépendent de l’évolution du cours des ressources naturelles. Le numéro un africain, Sonatrach, a perdu près de 24 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2009. Et le total cumulé du SONATRACH A RÉALISÉ UN CHIFFRE D’AFFAIRES résultat net des 500 leaders a chuté ÉQUIVALENT À CELUI DE RENAULT OU D’APPLE. à 41,8 milliards de dollars en 2009, contre 57 milliards en 2008. Il n’empêche. Sur le fond, la base des futurs champions s’élargit. Le nombre de groupes réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 1 milliard de dollars est passé de 113 en 2008 à 124 l’année suivante. Et si les cabinets en stratégie internationaux, les multinationales ou les investisseurs portent un regard neuf sur l’Afrique, c’est parce que le continent, avec quelques pays d’Asie (notamment la Chine et l’Inde), connaîtra une croissance digne de ce nom, autour de 5 %, en 2010, en 2011 et au cours es années suivantes. Un terreau très nourrissant pour les challengeurs dans l’énergie, les télécoms, les mines, les services financiers, l’agroalimentaire, la chimie, la distribution… Tous ne seront pas des acteurs globaux, comme les sud-africains Old Mutual et SAB Miller. Mais ils ont le potentiel pour se battre au-delà du continent. À condition d’intégrer aussi les outils du marketing et de la communication. En 2009, Sonatrach, a réalisé un chiffre d’affaires équivalent à celui de Renault ou d’Apple. Une taille identique, mais une notoriété mondiale sans commune mesure. Encore un effort… ■

Rédaction en chef Jean-Michel Meyer ■ Rédaction en chef technique Cyril Petit ■ Secrétariat de rédaction Fabien Mollon ■ Base de données Jérôme Besnault (les500@jeuneafrique.com) ■ Rédaction graphique et infographies Valérie Olivier, Nathalie Bonnet ■ Iconographie Dan Torres (directrice photo), Nathalie Clavé ■ Révision Nathalie Bedjoudjou, Alexis Gau ■ Fabrication Philippe Martin, Christian Kasongo ■ Publicité Florian Serfaty (coordination), DIFCOM, Groupe Jeune Afrique, 57 bis, rue d’Auteuil, 75016 Paris ■ Tél. : 33 1 44 30 19 60 – Fax : 33 1 45 20 09 67 ■ Ont collaboré à ce hors-série Stéphane Ballong, Julien Clémençot, Muriel Devey, Alain Faujas, Shafika Houcine, Théophile Kouamouo, Antoine Labey, Christophe Le Bec, Christelle Marot, Frédéric Maury, Marianne Meunier, Christine Murris, Michael Pauron, Zoé Suarez.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

3

SONANGOL, DANGOTE, ECOBANK, MTN... L’ÉVEIL DES LIONS

CÔTE D’IVOIRE Vlisco, le phénix du wax

www.jeuneafrique.com

TRANSPORT AÉRIEN Remue-ménage dans le ciel africain

EX

12

e

ÉDITION

C

LU

SIF

NT

SSEME A

2

LES

500 PREMIÈRES È ENTREPRISES AFRICAINES

6

PATRICK DELANCE/LE FIGARO MAGAZINE

HORS-SÉRIE N° 26

CL

MANAGEMENT Dans la peau d’un patron

1

MAGHREB Le jackpot du rail

01

HEBDOMADAIRE INTERNATIONAL INDÉPENDANT

CONJONCTURE L’ÉVEIL DES LIONS Les prévisions sont optimistes pour l’Afrique. Certains États pourraient même rejoindre le club des pays émergents.

Sommaire

26

3

ÉDITO Terre d’ambition PAR JEAN-MICHEL MEYER

STRATÉGIE

TRANSPORT AÉRIEN LES COMPAGNIES RESSERRENT LES RANGS Alliance, partenariat et coopération sont désormais leurs maîtres mots.

6

L’ÉVEIL DES LIONS

14 TRIBUNE L’Afrique sera-t-elle le prochain Bric ? Par Jim O’Neill 16 TÉLÉCOMS Les opérateurs locaux résistent 20 TRANSPORT FERROVIAIRE Jackpot au Maghreb 24 DISTRIBUTION Ambitions en rayon 26 AÉRIEN Les compagnies resserrent les rangs 30 SANTÉ Un secteur plein de promesses

ZUMA/REA

34 SÉNÉGAL La SAR s’en sort 36 RD CONGO Orgaman, une affaire de famille 47 TEXTILE Vlisco revient de loin 50 AGRO-INDUSTRIE Olam trace sa route 53 TRIBUNE La nouvelle révolution verte Par Cyrille Nkontchou 54 NIGERIA Tapis rouge pour Oando 57 TRIBUNE En quête de champions Par Victor Ndiaye 59 OR Le filon ouest-africain

MANAGEMENT

80

60 LE DÉFI DE L’INTÉGRATION INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE LE CONTINENT PREND SON TOUR DE VEILLE La maîtrise de l’information est devenue un point clé de la stratégie des entreprises. Au Maghreb, le secteur est en plein boom.

70 MÉTHODE Dans la peau d’un patron africain 74 FINANCEMENT Quelques bons tuyaux pour choisir 76 TRIBUNE L’émergence du secteur privé Par Daniel-Francis Morin, avec Hugues Olivier Bagneki 78 RESSOURCES HUMAINES Interview de Mohamed Bachiri, DRH de Renault Maroc 80 INTELLIGENCE Le continent prend son tour de veille 82 CONSEIL Grandes manœuvres

COUVERTURE : ALAN SCHEIN/CORBIS

4

85 TRIBUNE Les énergies renouvelables, un enjeu majeur Par Jules-Armand Aniambossou JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

87 PUBLICITÉ Les nouveaux spots africains 90 SÉCURITÉ Attention ! personnel en danger 94 TRANSPARENCE Rien à cacher, tout à gagner

ROYAUME DU MAROC

L’OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE

96 TRIBUNE Au secours ! L’État revient… Par Alain Faujas

CLASSEMENTS ET ANALYSES 100 LES 500 PREMIÈRES ENTREPRISES D’AFRIQUE 107 CLASSEMENT 2011

CLASSEMENTS PAR SECTEURS 122 AGRO-INDUSTRIE Des signes encourageants 124 TRAVAUX PUBLICS Un contexte très défavorable 126 EAU ET ÉLECTRICITÉ Des tensions persistantes 129 HYDROCARBURES La rentabilité contre vents et marées 132 MINES Encore une année chahutée 134 CHIMIE Sasol plie mais ne chute pas 136 TÉLÉCOMS Vague de fusions-acquisitions 138 TRANSPORTS Un difficile redémarrage

CLASSEMENTS PAR PAYS 140 AFRIQUE DU SUD Les profits dégringolent 142 ALGÉRIE Coup de pompe des leaders 144 BURKINA FASO Quelques embellies 146 CAMEROUN Net ralentissement 148 CÔTE D’IVOIRE Cacao en hausse 150 ÉGYPTE La puissance qui monte 152 GABON Revers de conjoncture 154 GHANA Nouveau pays de l’or noir 156 KENYA Splendeurs et misères des télécoms

Pour le développement du secteur de l’eau potable et de l’assainissement au Maroc Producteur national de l’eau potable : Il assure 80% de la production nationale (861 millions m3) 1er distributeur en milieu urbain : Avec plus de 1.4 million de clients Fournisseur d’eau potable en milieu rural : Le taux d’accès à l’eau potable a atteint plus de 89% Intervenant actif dans l’assainissement liquide : Il assure la gestion du service de l’assainissement dans plus de 70 localités au pro!t d’une population totale de plus de 2.5 millions d’habitants.

Of!ce National de l’Eau Potable Direction de la Coopération et de la Communication Station de Traitement du Bouregreg, Avenue Mohamed Belhassan El Ouazani, Rabat Tél. : 05 37 66 74 29 / Fax : 05 37 75 44 38 E-mail : communication@onep.org.ma

158 MALI Or blanc et métal jaune DIFCOM/F.C. - © PHOTOS : D.R.

160 MAROC L’ONA omniprésent 162 MAURICE Fluctuations monétaires 164 NIGERIA Après les hydrocarbures, l’agriculture 166 SÉNÉGAL Boom de la production arachidière 168 TUNISIE Des groupes privés en plein essor 170 POST-SCRIPTUM Un pactole de 500 milliards PAR STÉPHANE BALLONG JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

www.onep.ma

S T R AT É G I E

L’ÉVEIL DES LIONS Les prévisions des observateurs sont optimistes pour l’Afrique, qui a prouvé sa capacité de résilience face à la crise. Certains États pourraient même bientôt rejoindre le club des pays émergents les plus en vue.

La reprise résulte non seulement du rebond des exportations et des prix des matières premières (ici, une mine de platine opérée par le sud-africain Impala Platinum), mais aussi d’une demande intérieure dynamique.

L

et celle du Japon 1,5 %. En revanche, les économies émergentes vont continuer de marquer des points : la Chine devrait rester championne du monde avec une hausse de 9,6 % de son PIB, suivie de près par l’Inde, avec 8,4 %. Dans leur sillage, l’Afrique devrait, elle aussi, connaître une progression soutenue de son PIB. Avec une croissance de 5,5 % en 2011, la zone subsaharienne devrait retrouver un

▲ ▲ ▲

es perspectives économiques mondiales restent moroses. Dans son rapport semestriel publié en septembre 2010, le Fonds monétaire international (FMI) table sur une croissance globale de 4,2 % en 2011. Pour l’institution financière, « l’impulsion attendue de la reprise mondiale semble faiblir ». Ainsi, l’an prochain, la croissance américaine ne devrait pas excéder 2,3 %, celle de la zone euro

PATRICK DELANCE/LE FIGARO MAGAZINE

Z OÉ S UAREZ

S T R AT ÉG I E

miques émergentes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les cabinets de conseil en stratégie, les consultants internationaux et autres thinktanks commencent à regarder le continent de près. Plusieurs études publiées récemment viennent confirmer ce regain d’intérêt pour une zone géographique souvent négligée au profit des Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine), qui forment le carré magique des pays « émergents » les plus L’AFRIQUE DANS SON ENSEMBLE A UNE ENVERGURE en vue. Si l’on en croit l’étude réalisée par le cabinet amériCOMPARABLE À CELLE DU BRÉSIL OU DE LA RUSSIE. cain McKinsey, l’Afrique serait sur le point d’intégrer ce club. Ce rapport publié en septembre 2010 et intitations et des prix des matières premières, tulé « L’heure des lions »(1) annonce, chiffres à mais aussi d’une demande intérieure dynal’appui, le décollage économique du continent. mique dans de nombreux pays du continent. Amine Tazi-Riffi, directeur associé Afrique du L’Afrique du Sud, qui a connu un recul de son Nord chez McKinsey, est catégorique : « L’Afrique PIB de 1,8 % en 2009, devrait ainsi atteindre est un impératif stratégique. C’est un gisement une croissance de 3,5 % l’an prochain. Les pays de croissance à trois heures de Paris, une réalité pétroliers devraient, pour leur part, tirer profit incontournable pour les entreprises européende l’embellie constatée sur le marché des matiènes. Tout se jouera dans les cinq ans à venir. » res premières : le Nigeria et l’Angola tablent sur Avec un PIB global de 1 600 milliards de une croissance supérieure à 7 % en 2011. En dollars en 2008 (1 135 milliards d’euros à Afrique du Nord, les estimations sont, là aussi, l’époque), le continent dans son ensemble a assez optimistes, puisque les taux attendus une envergure économique comparable à celle pour l’an prochain s’échelonnent entre 4 % du Brésil ou de la Russie. Son PIB réel s’est pour l’Algérie et 5,2 % pour l’Égypte, avec une accru de près de 5 % par an entre 2000 et 2009, pointe à 6,2 % pour la Libye. deux fois plus vite que durant la décennie précédente. Et contrairement aux idées reçues, Incontestablement, l’Afrique fait preuve cette accélération de la croissance ne peut être d’une capacité de résilience et d’une vigueur attribuée au seul boom des ressources natucomparables à celles des puissances éconorelles. Selon McKinsey, les matières premières n’ont en effet contribué à cette dynamique que pour 24 %. Les politiques macroéconomiques mises en œuvre par les États ont en effet favorisé l’activité dans d’autres secteurs comme le BTP, l’agriculture, la finance ou les télécoms, et ême taille (1 milliard d’habitants), même PIB et même l’émergence d’un véritable marché de consomcroissance depuis dix ans : l’Afrique dans sa globalité mateurs africains a permis d’asseoir cette croispèse économiquement autant que la Russie ou le Brésil, sance, qui semble durable. ▲ ▲ ▲

rythme comparable à celui de 2008, avant les turbulences dues à la crise. Le ralentissement constaté en 2009 (2,6 %) aura donc été limité, tant par sa durée que par sa portée, compte tenu de la mise en œuvre rapide de réponses économiques adaptées. La reprise dont bénéficie déjà l’Afrique résulte non seulement du rebond des expor-

Qui sont les locomotives du continent ?

M

et un peu plus que l'Inde. Depuis dix ans, elle connaît une croissance supérieure à la moyenne mondiale et ses exportations ont augmenté de 18 % par an. Une tendance qui devrait se poursuivre dans les années à venir. Ce décollage économique révèle néanmoins des réalités disparates. Certains pays ont continué de connaître des difficultés ces dernières années, alors que d’autres sont devenus de véritables locomotives pour le continent. Il s’agit des « lions »: l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, l’Égypte, Maurice, la Libye, le Maroc et la Tunisie. En moyenne, ces pays croissent aussi vite que les Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine), avec un PIB par habitant comparable (10000 dollars en parité de pouvoir d’achat, contre 8800 dollars pour les Bric). Si certains d’entre eux ont bénéficié de la hausse des prix des matières premières, la majorité a su tirer parti d’une plus grande stabilité politique et d’une hausse de la consommation en Afrique, tout en mettant en œuvre des politiques publiques favorables à l’investissement privé. À eux seuls, ces « lions africains » représentent 70 % du PIB du continent. ■ Z.S.

▲ ▲ ▲

Pour pérenniser cette tendance, le continent doit impérativement attirer les investisseurs. Les flux de capitaux étrangers en Afrique sont passés de 15 milliards de dollars en 2000 à 87 milliards en 2007, et devraient se maintenir dans les prochaines années, grâce à la création de partenariats entre pays producteurs et opérateurs internationaux. D’autant que les occasions ne manqueront pas : d’après McKinsey, quatre secteurs d’activité (biens et services de consommation, ressources naturelles, agriculture, infrastructures) généreront un chiffre d’affaires annuel de 2 600 milliards de dollars d’ici à 2020. Le potentiel de l’agriculture, à lui seul, est énorme : McKinsey estime que son chiffre d’affaires pourrait bondir de 280 milliards de dollars actuellement à 880 milliards en 2030. Il est vrai que l’Afrique recèle 60 % des terres arables non cultivées dans le monde.

8

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Le goût du monde

53 escales dans le monde dont 14 en Afrique Le goût du monde pour Servair c’est – hier, aujourd’hui et demain – beaucoup celui du continent africain. Le goût d’y tisser des partenariats respectueux des normes internationales et des spécificités locales. Le goût des métiers de la restauration et aussi de ceux des services aéroportuaires. Et bien sûr, le goût du service pour répondre aux attentes quotidiennes et événementielles de nos clients : compagnies aériennes, entreprises et collectivités.

www.servair.fr

S T R AT ÉG I E

Pays émergent, un statut à part

S

elon une étude publiée par le cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers en janvier 2010, l’addition du PNB des sept plus grandes économies émergentes – baptisées E7 et comprenant la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie, le Mexique, l’Indonésie et la Turquie – dépasserait dès 2020 celle des PNB des pays du G7, aujourd’hui les plus riches du monde. La notion de « pays émergents » ne correspond à aucune définition précise. Mais elle désigne en fait des États qui, tout en figurant depuis des années sur la longue liste des « pays en voie de développement », sortent véritablement du lot. Pour y parvenir, ils doivent disposer d’un tissu industriel diversifié, d’une classe moyenne susceptible d’entretenir une consommation intérieure soutenue et d’une ouverture sur les circuits commerciaux internationaux. Ces atouts doivent leur permettre de maintenir un niveau de croissance élevé de manière durable. Le cercle des « émergents » ne se limite donc pas aux Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine). On parle désormais des Civets, acronyme formé à partir des initiales (en anglais) de la Colombie, de l’Indonésie, du Vietnam, de l’Égypte, de la Turquie et de l’Afrique du Sud. Selon l’institut Economist Intelligence Unit, ces six pays devraient connaître une croissance de 4,5 % par an au cours des deux prochaines décennies. ■ Z.S.

▲ ▲ ▲

Plus généralement, et grâce à des taux de retour sur investissement plus élevés que dans n’importe quelle région en développement, les opérateurs internationaux qui s’implanteront en Afrique au cours des prochaines années pourront se tailler des parts de marché, installer leurs marques, créer des structures industrielles et façonner les modes de consommation, ce qui leur conférera un avantage déterminant pour leurs activités à long terme sur le continent. D’autant qu’ils pourront s’appuyer sur un marché local de plus en plus solide. Du côté des consommateurs, entre 300 millions et 400 millions d’Africains migreront vers les villes d’ici à 2030. Le pouvoir d’achat cumulé des dix-huit premières agglomérations africaines atteindra alors 1 300 milliards de dollars. Cette urbanisation galopante aura en outre un impact

août 2010, Jim O’Neill, chef économiste chez Goldman Sachs et inventeur de l’acronyme « Bric », estime que ces États seront certainement rejoints dans les quarante prochaines années par quelques-uns des grands pays africains. Parmi eux, le Nigeria et ses 150 millions d’habitants actuels, « s’il ne fait pas de bêtise », pourrait bien, en 2050, peser plus lourd que le Canada, l’Italie ou la Corée du Sud. Toutefois, si l’Afrique est de plus en plus présentée comme une puissance émergente, la situation des cinquante-trois États qui la composent reste très hétérogène. Tous les pays ne connaîtront pas le même succès tant les disparités politiques, économiques et démographiques restent fortes. Dotés d’une économie diversifiée, le Maroc ou l’Égypte ont plus de chances de succès que certains pays enclavés, politiquement fragiles et très dépendants du secteur primaire, comme l’Éthiopie. Enfin, les futurs champions africains doivent pouvoir compter sur un tissu entrepreneurial dense et dynamique. Beaucoup de pays ont pris les mesures nécessaires pour soutenir le développement du secteur privé. Contraints par le FMI à conduire des plans d’ajustement structurel douloureux, certains gouvernements ont commencé à assainir leurs économies dès les années 1990, à réduire leurs déficits et à privatiser leurs entreprises publiques. Ainsi, la productivité du travail, qui déclinait depuis vingt ans, a recommencé à croître à partir de 2000 au rythme annuel de 2,7 %. Mais tous n’ont pas fait les mêmes progrès.

Selon une enquête menée par le Boston Consulting Group (BCG), un cabinet de conseil international basé aux États-Unis, huit pays seulement peuvent prétendre intégrer le club très sélect des « lions africains » – allusion aux « dragons asiatiques » (Corée du Sud, Taïwan, Hongkong, Singapour), surnom donné aux « nouveaux pays industrialisés » (NPI) d’Asie du Sud-Est dans les années 1980. Il s’agit de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, du Botswana, de l’Égypte, de Maurice, de la Libye, du Maroc et de la Tunisie, qui contribuent à eux seuls à 70 % du PIB du continent (voir encadré p. 8). Mais plus qu’aux pays, le BCG s’est intéressé aux entreLES GRANDS GROUPES AFRICAINS BÉNÉFICIENT prises africaines qui comptent ou qui vont compter au niveau D’UN AVANTAGE CERTAIN, CELUI DU PREMIER ARRIVÉ. international. Dans son rapport publié en juin 2010, le BCG a identifié 40 « African Challengers »(2), direct sur la croissance, puisqu’elle dynamisera grands groupes industriels, commerciaux ou les secteurs de la construction et de la finance, financiers affichant au moins 500 millions ainsi que la consommation en général, à travers de dollars de chiffre d’affaires et une forte la grande distribution ou les télécoms. croissance de leur activité (voir pp. 12-13). Les 40 grandes entreprises retenues sont présenL’A f rique va-t-elle devenir le nouvel tes dans les principaux secteurs d’activité : 10 eldorado à la mode ? Pourquoi pas ? Dans dans les services financiers, 8 dans l’énergie un article publié dans le Financial Times en 10

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

par des opérations de fusions-acquisitions. Ils et les matières premières (mais qui réalisent sont devenus des leaders régionaux ». plus de la moitié des bénéfices totaux), 6 dans Reste encore à entrer dans la cour des les télécoms, les nouvelles technologies et les grands. Aujourd’hui, une poignée de groumédias, 5 dans la logistique, 5 dans les biens pes africains seulement peuvent être considéde consommation… Environ 30 % de ces grourés comme des challengeurs mondiaux. Mais pes sont des entreprises publiques. La plupart Patrick Dupoux se dit convaincu qu’ils seront (35 sur 40) d’entre eux émanent des huit pays nombreux à atteindre ce niveau dans les proconsidérés comme les locomotives économiques du continent ; les trois quarts sont originaires d’Afrique du Sud 40 CHALLENGEURS RÉPARTIS DANS 8 PAYS (18 challengeurs), d’Égypte (7) ou du Maroc (6). P ou r le s aute u r s de TUNISIE ALGÉRIE l’étude, « les challengeurs LJ8;29' /NN;2M# L3'0#4?N africains aspirent à renLJ8;29' B;2N#K? L+;K?48?=$ forcer leur leadership MAROC régional, mais L744#"?8#.?&? 5?K! sur tout à imiter L5E3/ 5?K! les new global LE?8;= *ANA=;M challengers, LC&:=' =$A8#:'K c e s e nt r e p r i <'6 9$;69$?4'6 ses chinoises, LJ8;29' CD7 indiennes, bré- L,;I?N 7#8 E?8;= s i l ie n ne s ou russes qui ont récemment profité de la mondialisation pour s’imposer comme des leaders internationaux dans leurs secteurs.

1 2 2 18

2

Situés en Afrique du Sud, en Afrique du Nord mais aussi en Angola, au Nigeria ou au TOGO NIGERIA Togo (voir infographie ci-conLEcobank L1?K%;4' J8;29 tre), les challengeurs africains L)K#4'< 5?K! &;8 7&8#=? ont vu leurs revenus annuels croître de 24 %, contre 11 % ANGOLA p ou r le s 50 0 e nt r epr i s e s L5?K=; 7&8#=?K; du SPX ( Ét at s-Un i s), 9 % <' FK0'64#M'K4;6 pour les 225 entreprises du LSonangol Nikkei (Tokyo) et 10 % pour AFRIQUE DU SUD les 30 entreprises du DA X (Francfort). Ils sont égaleL7NN#'< /N'=48;K#=6 LD?69'86 L7K%N; 7M'8#=?K LCN< E242?N ment plus rentables, avec L769'K B$?8M?=?8' L+75 E#NN'8 une marge opérationnelle L5?8N;.;8N< L+?99# moyenne de 20 %, cont re L5#<0'64 J8;29 L+?6;N 15 % pour les 500 entreprises LDatatec L+$;98#4' du SPX. Un investissement LFM9'8#?N H;N<#K%6 L+4?K<?8< 5?K! J8;29 LE*D J8;29 L+4'#K$;&& FK4'8K?4#;K?N de 100 dollars en novemLE288?I O ,;>'846 L(;<?=;M br e 2 0 0 0 da n s u n i nd ic e v i r t ue l de s c h a l le n g e u r s africains aurait augmenté de chaines années : « À condition qu’ils continuent 25 % par an et rapporté plus de 900 dollars à améliorer leur productivité, qu’ils poursuivent à la fin de 2009, contre 303 dollars pour un leur politique d’acquisitions, qu’ils parviennent à investissement similaire dans l’indice MSCI attirer les meilleurs talents et à internationaliser des marchés émergents et 92 dollars pour un leurs équipes, et, enfin, qu’ils réussissent à créer investissement dans le SPX. des marques mondialement reconnues. » Pour Patrick Dupoux, directeur associé du Pour s’imposer sur le marché régional puis BCG au Maroc, « ces challengeurs incarnent international, les challengeurs bénéficient une nouvelle génération d’entreprises africaid’un avantage certain, celui du premier arrivé. nes. Ils se sont structurés, ils ont gagné en proPartant du principe qu’on ne prête qu’aux ductivité, ils s’internationalisent, notamment JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

7

L7NN /GG J8;29 L3;MM'8=#?N FK4'8K?4#;K?N 5?K! L/-J@H'8M'6 L/%I94?#8 L/N6'.'<I 3?>N'6 LC8?6=;M *'N'=;M LC8?6=;M 3;K6482=4#;K FK<2648#'6

BOSTON CONSULTING GROUP

6

2

ÉGYPTE

11

S T R AT ÉG I E

riches, ces groupes commencent à intéresser les plus grandes entreprises mondiales, qui cherchent de plus en plus fréquemment à nouer des partenariats fiables en Afrique. Opérant dans une zone longtemps délaissée, ils ont pu se professionnaliser au niveau régional et renforcer leurs bases avant de franchir le pas vers l’international. Toutefois, les freins que connaît l’intégration économique du continent peuvent les handicaper. Alors

que l’Afrique se compose de petits marchés de consommation morcelés, le manque de coopération entre les États peut se révéler être un obstacle au développement des grandes entreprises africaines. Un récent rapport de l’ONU confirme que des barrières douanières notables subsistent et que les entreprises africaines, qui subissent toujours un certain nombre d’entraves à la compétitivité, ne sont pas toujours en mesure de concurrencer pleinement celles originaires d’autres

continents. Manque d’accès aux financements, obstacles administratifs, faibles capacités de production… Une fois libérée de ces contraintes, alors l’Afrique s’éveillera. ■ 1. « Lions on the Move : The Progress and Potential of African Economies », McKinsey Global Institute, 82 pages, juin 2010. 2 . « A f r i c a n C h a l l e n g e r s : Gl o b a l Competitors Emerge from the Overlooked Continent », Boston Consulting Group, 15 pages, juin 2010.

AKINTUNDE AKINLEYE/REUTERS

Leadership Radioscopie des 40 champions

L

e Boston Consulting Group (BCG) a examiné près de 600 entreprises dans tous les secteurs économiques. Pour être retenues, celles-ci devaient d’abord atteindre le seuil minimal de 300 millions de dollars de revenus annuels pour les banques et de 500 millions pour les autres secteurs. Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires (CA) était inférieur à 1 milliard de dollars, elles devaient afficher une croissance de leurs revenus à deux chiffres au cours des cinq dernières années. Environ 70 entreprises répondaient à ces critères et ont été départagées sur la base de leurs revenus, de leur taux de croissance sur un an, cinq ans 12

et dix ans, de leur cash flow, de leur ratio d’endettement et de leur degré d’internationalisation, déterminé par le volume des exportations, le nombre d’employés à l’étranger, les actifs étrangers et les acquisitions et partenariats internationaux. Parmi les 40 « challengeurs » retenus, on peut déjà distinguer une dizaine d’établissements financiers. En ce domaine, l’Afrique du Nord est plutôt bien placée (Attijariwafa Bank et BMCE Bank pour le Maroc, EFG Hermes et Commercial International Bank pour l’Égypte). Côté subsaharien, l’Afrique du Sud (Standard Bank et Old Mutual), mais aussi le Nigeria

Lagos, 2008. Une dizaine de groupes financiers figurent parmi les entreprises les plus performantes.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

(United Bank for Africa), l’Angola (Banco africano de investimentos) et le Togo (où est implanté le siège d’Ecobank) sont représentés. Dans les domaines industriel et commercial, l’enquête de BCG a réparti les challengeurs africains en cinq catégories.

5) Les acteurs globaux. Ceux-là ne sont déjà plus complètement africains, puisque plus de la moitié de leurs actifs sont localisés hors du continent. Ils ont tous été fondés en Afrique du Sud mais sont désormais cotés à la Bourse de Londres. Il s’agit du minier Anglo American, du brasseur SABMiller et de l’assureur Old Mutual. À eux trois, ils totalisent un CA de 47 milliards de dollars.

1) Les acteurs locaux. Ces groupes ont atteint leur masse critique grâce à la conquête de leur CES ACTEURS DOIVENT SOIGNER LEUR NOTORIÉTÉ POUR marché local. Les actifs et leurs ventes relèvent encore BOOSTER LEUR CROISSANCE À L’ÉCHELLE DE LA PLANÈTE. pour plus de 90 % du marché domestique, mais leurs activités à l’international progressent. C’est le cas Reste maintenant à transformer l’essai. Tous de l’algérien Cevital ou du marocain Omnium les groupes cités par BCG affichent des projets nord-africain (ONA). Pour ce dernier, les ventes ambitieux pour passer à un stade de développeà l’international sont sur le point de franchir le ment supérieur. Et plusieurs groupes figurant seuil de 10 % du CA. dans les 100 premiers d’Afrique pourraient, eux aussi, devenir bientôt des « challengeurs ». Les 2) Les exportateurs. Ces challengeurs analystes de BCG estiment que, pour devenir des exploitent tous des ressources minières et pétroacteurs globaux, les challengeurs africains doilières dans le pays où ils sont implantés. Si leurs vent adopter une stratégie de croissance à long actifs sont limités au territoire national, leurs terme, avec une politique ambitieuse de fusionsrevenus sont d’origine mondiale. Parmi eux, acquisitions. Ils doivent ensuite faire preuve on trouve les pétroliers Sonatrach (Algérie) et d’une forte créativité pour s’adapter et réponSonangol (Angola), l’Office chérifien des phosdre aux besoins d’un marché qu’ils connaissent phates, mais aussi le groupe nigérian Dangote et bien. Cet esprit d’innovation doit être soutenu les aciéries égyptiennes Al Ezz. Leur CA cumulé par une démarche marketing offensive, à l’instar est supérieur à 100 milliards de dollars. de celles mises en œuvre par les opérateurs de téléphonie mobile, comme Orascom ou MTN. 3) Les acteurs régionaux. Il s’agit de la Enfin, ces acteurs qui aspirent à une enverdouzaine de groupes dont au moins 10 % des gure planétaire doivent apprendre à faire parler actifs sont localisés en dehors de leur pays d’eux. De leur notoriété internationale dépend’origine, mais sur le continent africain. Leur CA global atteint les 30 milliards de dollars. LES SECTEURS OÙ OPÈRENT LES CHALLENGEURS Parmi eux figurent le tunisien Poulina, le trans(en nombre d’entreprises) porteur Royal Air Maroc, les groupes Maroc Télécom (implanté au Burkina Faso, au Gabon Services Groupes et au Mali) et Ecobank (très présent en Afrique financiers diversifiés francophone), ou encore le distributeur sudafricain Shoprite, qui a des supermarchés dans Commerce 17 pays subsahariens. de détail 4) Les acteurs internationaux. Dans cette catégorie figurent les challengeurs dont au moins 10 % des actifs sont situés hors d’Afrique. Pas moins de 17 sociétés en font partie, pour un CA global de près de 100 milliards de dollars. Parmi elles, on peut citer l’égyptien Orascom Telecom, présent en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Nord. Ou encore le groupe pharmaceutique sud-africain Aspen, qui distribue des médicaments génériques dans tout l’hémisphère Sud. À côté de ces mastodontes, on trouve le tunisien Elloumi, de taille bien plus modeste. Avec un CA de 600 millions de dollars, il dispose d’unités de production en Afrique du Nord, en Roumanie et au Portugal. Sa filiale Coficab est l’un des leaders mondiaux de l’industrie des câbles et fils électriques pour l’automobile.

Énergie, mines et ressources naturelles

3

3

8

Technologie, médias et télécommunications

5 6

Biens industriels

5 Transport et logistique

BOSTON CONSULTING GROUP

10

dent les futurs partenariats qui boosteront leur croissance hors d’Afrique. Avec 47,5 milliards de dollars, Sonatrach a réalisé en 2009 un CA équivalent à celui du constructeur automobile Renault, du laboratoire GlaxoSmithKline ou encore du fabricant d’ordinateurs Apple. Mais il reste, à ce jour, bien moins connu que ses alter ego. ■ Z.S.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

13

S T R AT ÉG I E

L’Afrique sera-t-elle le prochain Bric? Économiste en chef de Goldman Sachs, inventeur de l’acronyme Bric

PAR

L

J IM O’N EILL

a visite de Jacob Zuma en Chine, en août 2010, a suscité beaucoup de commentaires. Le président sud-africain a vanté les liens étroits noués avec l’empire du Milieu, devenu en 2009 le premier partenaire commercial de son pays. Dans ce contexte, alors qu’un certain nombre de pays africains semblent avoir échappé à la gueule de bois provoquée par la crise financière internationale, de plus en plus de gens se demandent si l’acronyme « Bric » (Brésil, Russie, Inde, Chine) ne pourrait pas devenir « Brics ». Avec un « s » comme South Africa (Afrique du Sud). Après l’organisation réussie de la Coupe du monde par Pretoria, les potentialités du continent intéressent de plus en plus. Son PIB cumulé est équivalent à ceux du Brésil et de la Russie, et légèrement supérieur à celui de l’Inde. En outre, parmi les « onze prochains pays » – expression désignant les pays émergents les plus peuplés et qui, après les Bric, offrent les perspectives les plus prometteuses –, deux sont situés en Afrique: l’Égypte et le Nigeria. Dans ce contexte, j’ai

à jouer car elle est la plus développée, mais pas assez peuplée (49 millions d’habitants) pour être un Bric à elle seule. Le Nigeria, en revanche, avec plus de 150 millions d’habitants, n’est pas loin de représenter 20 % de la population africaine. Et il pourrait, s’il réussit à relever les défis auxquels il est confronté, peser plus lourd que le Canada, l’Italie ou la Corée du Sud d’ici à 2050.

Si l’Afrique veut devenir Bric, elle doit se réformer. Nous élaborons chaque année un index qui permet de classer près de 180 pays selon un barème de 0 à 10, les scores les plus élevés indiquant une plus forte productivité et une croissance durable. Sur les onze puissances économiques émergentes, la Corée du Sud affiche un score de 7,4, soit le niveau le plus élevé… contre 3,5 pour le Nigeria, soit la deuxième plus mauvaise note de notre classement. Ce score peut sembler décevant, mais la moyenne des quatre Bric n’est que de 4,9. Pour les onze pays africains les plus prometteurs, le score moyen est de 3,5. Pour atteindre le niveau attendu en 2050, ces pays doivent D’ici à 2050, le Nigeria pourrait peser plus lourd donc améliorer leurs performances de manière significative. Des que le Canada, l’Italie ou la Corée du Sud. politiques macroéconomiques stables basées sur une faible poussé la réflexion jusqu’à appréhender inflation et une dette publique maîtrisée le potentiel africain dans son ensemble. sont peut-être les objectifs les plus faciles à atteindre. Parmi les autres conditions à réuSi l’on envisage le continent globalement nir figurent la stabilité gouvernementale, le et que l’on imagine qu’elle évolue conforrenforcement de l’État de droit, l’amélioration mément aux scénarios élaborés pour les du niveau éducatif, la généralisation de l’utipuissances émergentes, on constate qu’elle lisation des télécommunications et, surtout, dispose d’une force économique comparable l’éradication de la corruption chronique, à celle des Bric. Et si l’on considère l’évolution qui mine de nombreuses nations africaines. des onze premières économies africaines L’Afrique du Sud a démontré qu’elle était au cours des quarante prochaines années, tout à fait capable d’organiser la Coupe on constate que leur PIB global devrait du monde de football. Reste à transformer atteindre plus de 13000 milliards de dollars l’essai. Zuma et les autres dirigeants afrid’ici à 2050, soit autant que le Brésil ou la cains doivent maintenant se concentrer Russie, mais moins que la Chine ou l’Inde. sur l’amélioration de la transparence et Près de la moitié de ce PIB serait le fait de créer un climat propice aux affaires. Sinon, l’Égypte et du Nigeria, si bien que les progrès le rêve de faire de l’Afrique un nouveau Bric de ces deux nations seront déterminants risque de rester… un rêve. ■ pour l’ensemble du continent. Parmi les neuf © F INANCIAL TIMES E T J EUNE A FRIQUE 2010. autres, l’Afrique du Sud a un rôle essentiel TOUS DROIT S RÉ SER VÉ S .

14

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

Télécoms Les opérateurs locaux résistent

JAMES OATWAY/PANOS-REA

Le boom de la téléphonie mobile en Afrique attire les capitaux. Ceux-ci affluent d’Europe, bien sûr, mais aussi du Moyen-Orient, d’Inde, de Russie… Toutefois, des groupes d’Afrique du Sud, de Libye et du Maroc ont su prendre position.

Vodacom se déploie à partir de sa base sudafricaine (ici, Johannesburg) jusqu’en RD Congo.

16

A NTOINE L ABEY

L

Afrique, nouvel eldorado de la téléphonie mobile? Cette vision a provoqué, au début de la décennie, un afflux de capitaux sans précédent. L’analyse était alors que le continent, totalement sous-équipé en lignes fixes, allait sauter une étape technologique et passer directement à la génération du portable. Une hypothèse qui s’est largement vérifiée puisque le nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles a été multiplié par cinq en cinq ans, passant de 52 millions en 2003 à 248 millions en 2008, soit une croissance de 49 % par an, contre 7,5 % pour la France, 28 % pour le Brésil et 27 % pour l’Asie, selon une étude réalisée par le cabinet Ernst & Young. Quelles que soient leur taille et leur origine géographique, les groupes de télécoms qui investissent en Afrique le font pour les mêmes raisons. D’abord parce que, pour grandir, ils doivent se déployer sur de nouveaux marchés, les leurs étant

souvent arrivés à saturation après une période d’expansion rapide. Ensuite parce que le continent est l’une des rares régions du monde où ce marché recèle encore un fort potentiel de croissance. Un tiers seulement des Africains ont un téléphone portable. Pour toucher les autres, il faut d’une part baisser les prix pour atteindre la population la moins solvable, et d’autre part étendre les réseaux aux zones non couvertes. Ce que JeanMichel Huet, responsable des marchés émergents chez le cabinet de conseil BearingPoint, résume de la façon suivante : « Le plus facile a été fait : toucher les populations riches des zones urbaines. Maintenant, il reste les urbains les moins riches et les habitants des zones rurales. » La moitié des personnes n’utilisant pas de mobile résident dans des zones pas encore couvertes par les opérateurs. Les groupes européens se sont implantés à partir de 1995, lors des premières vagues de pri-

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

▲ ▲ ▲

La rentabilité d’un tel investissement est bien sûr vatisations: France Télécom (Orange), le britannibeaucoup plus aléatoire que l’implantation d’un que Vodafone (avec sa filiale Safaricom, leader en réseau en zone urbaine fortement peuplée et à Afrique de l’Est), l’espagnol Telefónica, Portugal pouvoir d’achat plus élevé. Telecom et le luxembourgeois Millicom (Tigo). Vodacom, filiale sud-africaine du géant monFrance Télécom a été pionnier en rachetant en dial Vodafone, a suivi une démarche comparable, 1997 l’entreprise d’État ivoirienne Citelcom en se déployant à partir de sa base sud-africaine. (devenue Côte d’Ivoire Télécom) et, au Sénégal, On le trouve aujourd’hui en RD Congo, au Lesotho, Sonatel, qui lui ouvrira plus tard les portes du au Mozambique et en Tanzanie. Mali. Les investissements Sud-Sud hors Afrique ont surtout été le fait d’investisseurs du Golfe, Autre grand opérateur derrière MTN, l’égypcomme l’émirati Etisalat ou le koweïtien Zain, qui tien Orascom pourrait passer entre les mains de a revendu son réseau africain en juin 2010 pour Vimpelcom, pour 6,6 milliards de dollars. Mais le plus de 10 milliards de dollars (plus de 8 milliards dossier, ouvert en octobre 2010, s’est compliqué d’euros à l’époque) à l’indien Bharti Airtel. avec le refus de l’Algérie de laisser Djezzy, la filiale Depuis, plusieurs opérateurs africains se sont locale d’Orascom, passer sous le contrôle du groupe hissés dans le peloton des géants mondiaux. Créé russe – le gouvernement algérien a annoncé son en 1994, le sud-africain MTN est le premier opéintention de nationaliser l’opérateur considéré. rateur de téléphonie mobile du continent avec En parallèle, dans le pays voisin, Orascom a cédé ses 90 millions d’abonnés et un chiffre d’affaires en novembre ses parts (50 %) dans Tunisiana au (CA) de 15 milliards de dollars, alors que France qatari Qtel et au consortium tunisien Zitouna Télécom et Vodafone comptent chacun 50 millions d’abonnés sur le continent. MTN s’est d’abord développé en PARTOUT OÙ IL EST IMPLANTÉ, LE SUD-AFRICAIN Afrique australe et en Afrique de l’Est, obtenant des licences MTN OCCUPE UNE POSITION DOMINANTE. au Swaziland, en Zambie, au Botswana et en Ouganda, avant Télécom (formé par le groupe Princesse El-Materi de cibler les pays d’Afrique de l’Ouest à fort pouHolding et l’homme d’affaires Hamdi Meddeb). voir d’achat et à forte population. En 2000, MTN Maroc Télécom, filiale du français Vivendi, a racheté la licence de Camtel au Cameroun ; un a lui choisi d’acheter des opérateurs historiques an plus tard, il a mis 285 millions de dollars sur la pour se créer de nouveaux relais de croissance. Il table pour s’implanter au Nigeria; puis il a racheté a acquis en 2001 Mauritel en Mauritanie, en 2006 en 2005 Telecel en Côte d’Ivoire et Libertis au l’Onatel au Burkina Faso, en 2007 Gabon Télécom Congo, et, enfin, en 2006, Spacetel au Bénin, où il et en 2009 la Sotelma au Mali. Pour le groupe, le contrôle 40 % du marché de la téléphonie mobile. pari de l’expansion vers des zones en forte croisPartout où il est implanté, MTN occupe une sance semble judicieux: alors que son CA stagne position dominante. Le groupe a investi plus de et que son résultat baisse en 2009 au Maroc du fait 10 milliards d’euros depuis quatre ans avec, comme de la forte concurrence qui tire les prix vers le bas, résultat, une croissance de 8,5 % de ses abonnés l’activité de ses filiales connaît une croissance quasi en 2010. Pallavi Ambekar, analyste financier pour générale, comme au Burkina Faso, où le nombre le fonds d’investissement sud-africain Coronation de clients au téléphone mobile augmente de 61 % Fund, salue cette « belle performance », mais se et le bénéfice de 55 %. Au Mali, « le marché est demande si MTN va pouvoir continuer longtemps prometteur, avec un taux de pénétration estimé fin à investir à un tel rythme. Au Nigeria, le groupe 2008 à 26 % pour les mobiles et à 0,65 % pour le va dépenser 40 millions de dollars pour raccorder fixe », affirme Maroc Télécom. 350 villages qui ne sont couverts par aucun réseau.

S T R AT ÉG I E

▲ ▲ ▲

Tunisie Télécom est beaucoup plus timide hors de ses frontières : sa présence se limite à la Mauritanie, où il exploite Mattel, le premier réseau GSM du pays. « Ses dirigeants semblent actuellement chercher de nouvelles opportunités ailleurs en Afrique », constate Jean-Michel Huet. La démarche du libyen Green Network est plus atypique, puisqu’il s’agit d’un fonds d’investissement, filiale du fonds d’État Libya Africa Investment Portfolio. Si le groupe ne dispose pas de savoir-faire en matière de télécoms, ses capitaux lui ont permis d’investir, depuis sa création en 2007, quelque 720 millions dans le rachat d’opérateurs africains : Zamtel (Zambie), Uganda Telecom, GreenN (Côte d’Ivoire), Gemtel (Soudan), Rwandatel. Sur la liste des prochaines acquisitions figurent la Sonitel au Niger, ainsi que des licences au Bénin et en Gambie. Objectif : une présence dans 15 pays en 2015. Mais à côté de ces grands groupes, le continent compte près de 120 opérateurs nationaux de petite taille qui ne totalisent guère plus de 50 000 à 200 000 clients chacun. Comment réagiront-ils, grands et petits, face aux prochains stades de développement de la téléphonie mobile, qui s’oriente vers plus de contenu ?

Pour Jean-Michel Huet, « un des gros atouts des opérateurs locaux sera de proposer des contenus culturellement plus près des goûts et des attentes des clients. Quand Vodafone proposera des playlists de musique anglo-saxonne, un opérateur 100 % africain proposera de la musique africaine ». Cela suffira-t-il pour faire la différence dans un contexte de plus en plus concurrentiel, où l’arrivée d’internet sur les smartphones via la 3G va nécessiter d’importants investissements ? Il ne fait plus de doute que l’Afrique s’apprête à faire un deuxième saut technologique, en passant directement aux connexions sur les mobiles. Quant à la guerre des prix générée par la concurrence, elle commence à peser lourdement sur les marges. Au Gabon, Maroc Télécom explique la baisse de 36 % de son résultat en 2009 par « l’intensification de la concurrence consécutive à l’arrivée d’un quatrième opérateur ». Selon les pays, on peut aller jusqu’à cinq ou six opérateurs, contre quatre actuellement en moyenne. Toutefois, un phénomène de concentration apparaît inévitable. Il risque d’être fatal aux plus faibles, qui pourront sans doute revendre avec une confortable plus-value leur licence, leur réseau et leur clientèle, à condition toutefois qu’ils n’attendent pas d’être en difficulté pour le faire. ■

France Télécom à la conquête du royaume chérifien

NICOLAS FAUQUÉ/WWW.IMAGESDETUNISIE.COM

Orange est déjà présent en Tunisie depuis 2009.

A

près avoir largement investi

l’Afrique subsaharienne, France Télécom s’attaque à un marché difficile car très concurrentiel et en voie de saturation : le Maghreb. Après l’obtention d’une licence en Tunisie en 2009, l’opérateur français a mis 640 millions d’euros sur la table en septembre 2010 pour entrer au capital du numéro deux de la téléphonie marocaine, Méditel, qui compte 10 millions de clients. Orange en devient

18

actionnaire à hauteur de 40 % (49 % d’ici à 2015), aux côtés de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et de FinanceCom. Alors que la croissance du marché se ralentit, Méditel connaît une hausse de sa clientèle de l’ordre de 20 % par an en moyenne. Le groupe marocain détient 37 % du marché national avec un chiffre d’affaires de 657 millions d’euros en 2009 et une marge d’exploitation de 40 %.

Pour soutenir son activité, France Télécom compte sur le développement des nouveaux créneaux à forte valeur ajoutée, comme les licences 3G: « Un marché naissant avec seulement 1,5 million de clients », souligne le groupe. Il s’intéresse aussi à la téléphonie d’entreprise, « en croissance rapide et qui pourrait doubler en taille dans les cinq prochaines années ». Et n’exclut pas de se déployer hors de ses frontières, comme le laissent entendre Othman Benjelloun et Anass Houir Alami, respectivement président de FinanceCom et directeur général de la CDG, pour qui cette alliance stratégique permet de créer « une plateforme de rayonnement aux échelles maghrébine et africaine ». Sur ce marché marocain, France Télécom se retrouve en position de challengeur face à un concurrent qu’il connaît bien : le groupe Vivendi et sa marque SFR (numéro deux sur le marché français), actionnaire majoritaire du leader Maroc Télécom. ■ A.L.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Alink Telecom fait de l’Afrique le centre du monde

Présent dans plus de 12 pays d’Afrique, le Groupe Alink Telecomest un opérateur panafricain de solutions IP convergentes spécialisé depuis 1994 dans les solutions de Connectivité, Interconnexion de Sites, Téléphonie IP, Convergence IP et Wholesale Carrier services.

Performantes, économiques et fiables, nos solutions conçues sur mesure s’adaptent aux besoins spécifiques de nos marchés et de chacun de nos clients.

sales@alinktelecom.net • www.alinktelecom.net • Tél. : +225 20 31 14 30

L’ingéniosité fait la différence

Afrique du Sud | Bénin | Burkina Faso | Cameroun | Congo | Côte d’Ivoire | Ghana | Guinée | Libéria | Mali | Niger | Tanzanie

S T R AT ÉG I E

SIDALI DJENIDI

Le chantier du tramway de la capitale algérienne est mené par le français Alstom.

Transport ferroviaire Jackpot au Maghreb

La région fourmille de chantiers. TGV marocain, métro algérois, train express à Tunis… Les grands groupes internationaux et leurs sous-traitants locaux se partagent un marché de plusieurs milliards d’euros.

C HRISTOPHE L E B EC

À

Casablanca, au beau milieu de la place Mohammed-V ombragée de palmiers, des bulldozers s’activent sous le regard curieux des passants. Ils préparent la voie du futur tramway, dont la livraison par Alstom Transport est prévue pour 2013. Pendant ce temps, dans la capitale algérienne, les derniers tunnels du métro sont carrelés ; les Algérois attendent avec impatience la fin du chantier piloté par Siemens Mobility (associé à l’espagnol CAF et au français Vinci) pour se déplacer dans des rames automatiques (sans conducteur). Les Tunisois se sont quant à eux habitués depuis 2008 aux tramways Citadis d’Alstom, qu’ils nomment « métros légers », mais suivent attentivement le chantier du train express urbain Tunis-Borj Cedria. Enfin Le Caire, pionnier du métro en 1987, a lancé en 2007 la construction d’une troisième ligne où sont impliqués les plus grands du BTP et du rail : Vinci, Orascom Construction, Arab Contractors, Colas, Mitsubishi et Alstom.

20

Métros, tramways, trains urbains rapides, lignes à grande vitesse (dont le fameux TGV Casablanca-Rabat prévu pour 2015)… L’Afrique du Nord fourmille de chantiers consacrés au rail (voir carte p. 22). Poussé par les autorités qui veulent décongestionner les villes, accessible au porte-monnaie de la classe moyenne, ce mode de transport fait son chemin. « En cinq ans, nous avons doublé notre nombre de voyageurs, passant de 15 millions en 2005 à 30 millions aujourd’hui, une augmentation du trafic qui rend le modèle économique ferroviaire solide et nous permet de nouveaux investissements », se félicite Mohamed Khlie, directeur général de l’Office national des chemins de fer (ONCF), au Maroc. « Depuis cinq ans, nous assistons à une forte croissance du marché, de 5 % à 10 % par an. Les compagnies nationales passent progressivement du diesel à l’électrique, des projets de transports urbains peu polluants sont lancés, les villes se modernisent, et les États sont prêts à engager les moyens nécessaires », observe Gian-Luca Erbacci,

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

le directeur Europe du Sud, Maghreb & MoyenOrient d’Alstom Transport. Des travaux de génie civil à l’électrification, de la signalisation au matériel roulant, la somme des contrats ferroviaires en cours en Afrique du Nord avoisine les 3 milliards d’euros (hors génie civil). Le seul TGV marocain coûtera 1,76 milliard d’euros et le métro d’Alger 878 millions d’euros. De quoi susciter bien des convoitises.

Dernier succès en date pour l’inventeur du TGV: la signature, le 14 novembre 2010, avec l’espagnol Ferrovial et l’Entreprise du métro d’Alger, d’un accord-cadre pour une usine d’assemblage de tramways à Annaba. Cette entité fournira non seulement les lignes d’Oran, d’Alger et de Constantine, actuellement en chantier, mais aussi onze autres villes où le gouvernement prévoit d’implanter le tramway d’ici à 2014. Derrière Alstom, Siemens espère bien, en achevant en 2011 le chantier du métro d’Alger (d’un coût de 380 millions d’euros, dont 145 millions pour l’opérateur allemand), se faire une première référence au Maghreb. Et lorgne déjà la construc-

▲ ▲ ▲

Des grands spécialistes du rail, Alstom, Siemens et Bombardier, c’est le premier qui mène la danse, avec une part de marché de 36 % (hors génie civil) entre 2007 et 2009 au Maghreb. Le groupe français est implanté dans la zone depuis les années EN CHARGE DU MÉTRO D’ALGER, SIEMENS LORGNE 1970 et bénéficie de l’appui de la France : au Maroc, Paris a DÉJÀ LA CONSTRUCTION DE CELUI DE TRIPOLI. accordé 1 milliard d’euros de prêts et dons pour le TGV et tion du futur métro de Tripoli, que les autorités les tramways… à condition que les technologies libyennes annoncent imminente. Quant au gerchoisies soient françaises. En Algérie, ce sont mano-canadien Bombardier, peu présent au nord plutôt l’Italie ou l’Espagne qui ont les faveurs des du continent (alors qu’il est pilote du Gautrain sudautorités, mais Alstom décroche tout de même les africain, voir encadré p. 22), il réalise la signalisacontrats en faisant concourir ses filiales italienne tion des lignes algériennes Moulay Slissen-Saïda et et espagnole, en partenariat avec les grands du Tabia-Mecheria, et compte désormais ne plus pasBTP italien Pizzarotti (tramway de Constantine) et ser à côté de l’Afrique du Nord. Mais pour Todini (Alger), ou avec l’espagnol Isolux (Oran).

Souffleuse automatique de bouteilles

Fardeleuse automatique

HTG

®

INDUSTRY Ltd

Un souffle d’avance

Très rentable

®

HTG Industry service clients : 42 Avenue Foch - 60300 SENLIS Tél. : +33 (0)3 44 26 58 93 Fax : +33 (0)1 79 73 61 46 sales@htgindustry.com www.htgindustry.com

N°1 en Afrique

25 ans d’expérience

Monoblock remplissage et vissage

Constructeur Européen de souffleuse de bouteilles plastiques recyclable PET et de ligne de conditionnement complète incluant Rinceuse, Remplisseuse, Visseuse, Dateur, Etiqueteuse et Fardeleuse pour mise en pack. Cadence de 1000 BPH à 12 000 BPH.

Triblock rincage, remplissage et vissage

Application : Eau minérale, Boissons gazeuses, Huiles végétale, Lait, produits détergents. GARANTIE

HTG

®

3 INDUSTRY Ltd

ANS

ou 6600 H

PET

OPTI HEA HEATT

®

Livraison d’usines clés en main

QU

ALITY

A

SS

E

QA URANC

step up to quality

! de 50 mL à 15 Litres

Assistance permanente sur site en Afrique

Alger Tanger

T

LV

T

T Rabat

Casablanca

Oran Oran Or

T M

Constantine

LV Bordj BouT Khemis Miliana

TE

Arreridj

Saïda

GRANDS PROJETS FERROVIAIRES EN COURS TE Train M Métro express T

T Tramway T

TE T Tunis

TUNISIE TE Ras Jedir

ALGÉRIE

MAROC

L’AFRIQUE DU NORD, TERRAIN DE JEU DES GRANDS GROUPES

LV Ligne à grande vitesse

Tripoli

Le Caire Capitales

China Railway Group

Siemens

Bombardier

Mitsubishi

▲ ▲ ▲

décrocher des contrats, il faut de sérieuses compétences en management de grands projets : des capacités réelles pour gérer des consortiums très larges, alliant un ou plusieurs spécialistes du rail à des entreprises du BTP, internationales et locales, mais aussi du doigté dans les relations avec les clients. Pour le tramway d’Alger, Alstom a dû ainsi arrondir les angles entre son partenaire Orascom Construction et les autorités. Siemens, de son côté, a dû négocier serré pour obtenir des délais supplémentaires pour le métro d’Alger, en raison notamment d’un changement des normes de sécurité. « Il ne faut pas se poser comme fournisseur mais comme partenaire vis-à-vis des sociétés clientes, qui veulent non seulement des

Gautrain, un contrat « clés en main »

E

n Afrique du Sud, Bombardier a un train d’avance sur Alstom. Présent dans le pays depuis 1995, avec les contrats de rénovation des trains de banlieue de Johannesburg et des locomotives de la compagnie nationale Spoornet (groupe Transnet), le groupe germano-canadien a décroché en 2005 le projet du Gautrain, le premier train express régional du continent, qui doit relier, sur 80 km, Johannesburg, Pretoria et l’aéroport international Oliver-Tambo. Pour ce contrat « clés en main » de 2,5 milliards d’euros, Bombardier Transport s’est associé au sud-africain Union Carriage and Wagon (UCW, filiale de Murray & Roberts), qui assemblera les rames Electrostar (capables de filer à 160 km/h), et au français Bouygues pour les travaux de génie civil. Les quinze premiers kilomètres ont été mis en circulation le 8 juin 2010, juste à temps pour pouvoir transporter les spectateurs de la Coupe du monde entre l’aéroport et la capitale économique. Mais, surtout, la nation Arc-en-Ciel a prévu la construction de la ligne à grande vitesse Johannesburg-Durban, dont le coût atteindrait… 23 milliards d’euros. Pour l’heure, le China Railway Group, appuyé par Pékin, tiendrait la corde, mais la société, peu experte en grande vitesse, pourrait avoir besoin d’un grand du rail occidental comme partenaire. ■ C.L.B.

22

LIBYE

ÉGYPTE

Autres villes

GÉANTS DU RAIL IMPLIQUÉS Alstom

M

solutions fonctionnant parfaitement mais aussi développer la coopération technique », estime Gian-Luca Erbacci. Les entreprises maghrébines du BTP tirent aussi leur épingle du jeu. « Nous avons pris l’habitude de travailler avec de grandes sociétés nord-africaines, explique Gian-Luca Erbacci. Orascom Construction au Moyen-Orient et en Algérie, mais aussi ETRHB-Haddad en Algérie et EGMS en Tunisie. Sur le chantier du tramway d’Alger, parmi les 1 500 personnes qui s’activent, 1 100 sont issues d’entreprises locales. » En Algérie, Infrarail (filiale de la Société nationale des transports ferroviaires) et Baticim participent à l’électrification des lignes de la banlieue d’Alger, tandis qu’ETRHB travaille à la mise en place du tramway. À Tunis, Bouzguenda Frères a été sélectionné pour l’extension de la ligne de tram. Quant à EGMS et Bonna Tunisie, ils ont obtenu des contrats pour la ligne vers Borj Cedria. L’industrie locale commence elle aussi à profiter de la manne. « Nous essayons de développer un réseau de fournisseurs de matériel ferroviaire. Au Maroc, nous en avons une trentaine, dans les secteurs du câblage électrique et des équipements intérieurs », indique Gian-Luca Erbacci, qui précise que ces entreprises « approvisionnent l’ensemble du groupe Alstom ». Quant à l’exploitation des réseaux, elle reste pour les trains l’apanage des sociétés publiques, mais, pour les tramways, le manque d’expérience oblige à recourir temporairement à des sociétés étrangères, comme le français Transdev à Rabat. À Alger, les autorités ont lancé un appel d’offres international. En attendant, c’est l’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa), assistée par Alstom, qui démarrera l’exploitation du premier tronçon à la fin de 2011. À peine les chantiers en cours terminés, de nouveaux appels d’offres seront lancés: le tramway de Tanger, le train express régional de Casablanca et le métro d’Alexandrie devraient être les prochains sur la liste. Les choses pourraient aussi bouger prochainement au sud du Sahara. En septembre, le président malien, Amadou Toumani Touré, essayait au siège de l’industriel français Lohr un tramway sur pneus envisagé pour Bamako. Les prémices d’une autre bataille du rail? ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2010

Algérie Altruck Company Tél. : +213 21 813871 (-73) www.volvotrucks.com/dz Angola Auto Sueco Angola Tél. : +244 22 2331778 www.auto-sueco.pt Égypte Ghabbour Egypt Tél. : +20 2042107794/5/8 www.volvotrucksegypt.com Éthiopie Equatorial Business Group Tél. : +251 11 442 4955 www.ebg-ethiopia.com Ghana Multi Tech Services Ltd Tél. : +233 30 2683351 (-60) www.multitech-gh.net Côte d’Ivoire ATC Comafrique Tél. : +225 08 85 29 85 www.volvotrucks.ci Libye TMD Tél. : +218 21 3705344 www.volvotrucks.com Maroc Volvo Maroc Tél. : +212 22 678500 www.volvotrucks.ma Nigeria ATC Nigeria Tél. : +234 813 778 38 44 www.volvotrucks.com.ng République Démocratique du Congo ATC Kinshasa-Lubumbashi Tél. : +32 2 724 9074 www.volvotrucks.cg République du Congo ATC Congo Tél. : + 32 2 724 90 74 www.volvotrucks.cg Tunisie SAYARA Tél. : +216 71 454299 www.volvotrucks.com

Le NOUVEAU volvo FMX Les activités de chantier font partie de notre corps de métier. Chez Volvo, l’innovation est notre credo depuis plus de 80 ans. Nous profitons également des avancées de Volvo Construction Equipment, leader mondial dans le secteur des tombereaux, pelles et chargeuses sur pneus, par exemple. Toutes ces réalisations sont réunies dans le nouveau et robuste Volvo FMX. Profitez de performances remarquables en matière de chaîne cinématique, de châssis résistant avec une garde au sol élevée et de systèmes de sécurité de référence dans l’industrie. Avec votre savoir-faire au volant et notre réseau d’entretien, vous allez travailler dans des conditions idéales. Profitez de l’avantage ultime, le « facteur X ». Pour garantir votre position de leader et la pérennité de votre activité pendant les années à venir. Découvrez le « facteur X » dès aujourd’hui sur volvofmx.com ou, si vous préférez, contactez votre concessionnaire local Volvo.

Volvo trucks. driving progress www.volvotrucks.com

S T R AT ÉG I E

Distribution Ambitions en rayon

Les enseignes se développent rapidement au Maghreb et en Afrique du Sud. Objectifs: multiplier les magasins, diversifier les gammes et concurrencer le commerce traditionnel. C HRISTINE M URRIS

M

esures de restriction du crédit en Afrique du Sud, chute des transferts financiers de la diaspora vers le reste du continent, pertes d’emplois dues à la mise en sommeil de nombreux investissements… À des degrés divers d’un bout à l’autre de l’Afrique, le trou d’air qui a affecté la consommation en 2009-2010 a été assez violent. La grande distribution, première touchée, est pourtant aujourd’hui bien déterminée à tourner la page. La preuve? Les projets fourmillent, dans l’un et l’autre des deux grands pôles de développement de ce secteur : l’Afrique du Sud et le Maghreb. L’américain Walmart, par exemple, ne cache pas son intérêt pour Massmart, le quatrième distributeur sud-africain, dans lequel il souhaite prendre une participation d’un peu plus de 50 %. Les groupes, échaudés par les récentes difficultés rencontrées, savent que seules des stratégies bien maîtrisées leur permettront d’asseoir un développement solide… C’est notamment le cas en Afrique du Sud, où le marché a enregistré

entre 2000 et 2008 des taux de croissance annuels compris entre 5 % et 10 %. Face au ralentissement des deux dernières années, les groupes élaborent deux stratégies complémentaires. « D’abord, ils tentent d’accroître leur offre à destination de la population à faible pouvoir d’achat, explique Thibault Jacquier, responsable des filières agroalimentaires à Ubifrance-Afrique du Sud. Une cible importante puisque seulement 20 % des ménages réalisent près des deux tiers du total des dépenses de consommation. Les groupes proposent donc davantage de produits en marques de distributeurs, des promotions, des premiers prix… » Objectif : se différencier des autres entreprises, mais aussi mieux affronter la concurrence de la distribution informelle ou des cash and carry, des distributeurs de gros et demi-gros accessibles aux particuliers. Autre population qui fait l’objet de toutes les attentions : les « black diamonds », représentants de cette nouvelle élite noire émergente qui souhaite désormais consommer des produits plus sophistiqués. À leur intention, certains groupes, comme Pick’n Pay ou Shoprite, proposent des gammes plus diversifiées qui font notamment appel à l’importation. l’électroménager », explique Cette distribution mature entend Safae Fikri, directrice études et aussi jouer sur l’expansion géogradéveloppement de Best Financière, phique. Pick’n Pay et Shoprite ont holding qui possède Label’Vie. déjà largement essaimé vers le nord En Afrique du Sud, des marques anglophone, notamment au Kenya françaises sont d’ores et déjà et en Tanzanie, ou même en Égypte. présentes, notamment dans « Mais leur appétit ne se limite pas au les domaines du meuble, continent: l’Australie, le Royaume-Uni de l’habillement ou du luxe. ou les États-Unis accueilleront aussi D'autres pourraient encore venir dans l’avenir des filiales ou des frans’implanter dans ce pays, qui peut chises de groupes sud-africains », note constituer un tremplin pour Dominique Boutter, directeur pays l’ensemble de la région. Elles pour Ubifrance à Johannesburg.

La franchise en plein essor

C’

est par le biais de la franchise que la distribution spécialisée se développe désormais. Le mouvement, mis en lumière en 2009 en Tunisie avec la modification du cadre juridique appliqué à ce type d’activité commerciale, se généralise. À Tunis, nombre de commerçants n’attendent que la mise en place de simplifications administratives pour se lancer. Le Maroc mise aussi de plus en plus sur la franchise. Label’Vie, qui gère déjà un magasin Virgin Megastore au Maroc et projette d’en ouvrir d’autres, « vient de signer des accords avec des leaders dans leurs catégories, Kiabi dans le textile et une enseigne de

24

suivraient ainsi l’exemple des franchises sud-africaines, qui restent fortement majoritaires par rapport aux enseignes internationales et se multiplient déjà à l’étranger. ■ CH.M.

À l’extrémité septentrionale du continent règne une effervescence comparable… Malgré une différence de poids: au Maghreb, les groupes locaux, en général multimétiers, s’appuient le plus souvent sur des partenaires étran-

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

SVEN TORFINN/PANOS-REA

S T R AT ÉG I E

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

CHIFFRE D'AFFAIRES 15 158 7 997 7 379

AFRIQUE DU SUD

Reste que le nombre des projets affichés ne doit pas faire oublier que des obstacles spécifiques au continent subsistent. En Afrique du Sud, les groupes doivent adapter leur offre à la faiblesse du niveau de vie de la majeure partie de la population. Là n’est pourtant pas la difficulté majeure; en fait, c’est sur le chemin de l’expansion géographique qu’il leur faut redoubler d’imagination. Défis de la logistique sur un continent où les distances sont grandes, instabilité politique, recrutement de personnel qualifié, faiblesse quantitative des populations et des pouvoirs d’achat et, plus simplement, différences d’habitudes de consommation… Le développement vers le nord des chaînes sud-africaines reste soumis à de nombreuses contraintes. Il y a aussi des obstacles administraLES 10 PREMIERS tifs. Ainsi, en Tunisie, DISTRIBUTEURS les démarches restent longues pour l’obtenSOCIÉTÉ tion des autorisations 1 THE BIDVEST GROUP nécessaires à l’ouverture des supermar2 SHOPRITE HOLDINGS chés. Idem en Algérie, 3 PICK'N PAY STORES HOLDINGS où le durcissement 4 MASSMART HOLDINGS des lois sur les inves5 SPAR GROUP tissements étrangers 6 EDGARS CONSOLIDATED STORES et sur les importations 7 WOOLWORTHS HOLDINGS joue également un 8 JD GROUP rôle dans le peu d’in9 NEW CLICKS HOLDINGS térêt manifesté par 10 MASSDISCOUNTERS les groupes étrangers CHIFFRES EN MILLIONS DE DOLLARS pour ce secteur. ■

PAYS

argument de vente : la diversité des produits, la décoration et l’agrément de l’environnement. « Nombre de Tunisiens aisés vont au centre commercial d’abord pour se promener, et ensuite pour y faire quelques courses », remarque le responsable d’un magasin.

RANG

gers pour développer la grande distribution. C’est en particulier le cas au Maroc et en Tunisie, l’Algérie restant encore très en retrait, pour des raisons qui sont liées à des contraintes plus administratives qu’économiques. Le groupe Label’Vie, au Maroc, est particulièrement représentatif d’un mouvement qui voit la grande distribution, encore marginale (10 % du commerce de détail), se développer à un rythme rapide. Adossé au holding multisectoriel Best Financière (immobilier commercial, distribution spécialisée), il voudrait, en s’appuyant sur un partenariat étroit avec Carrefour, étendre son réseau de 32 à 73 magasins (dont 8 hypermarchés) en 2013, sur l’ensemble du territoire national. Le point fort mis en exergue par le groupe, selon Safae Fikri, directrice études et développement de Best Financière ? « Avant tout la richesse de l’offre, à laquelle la clientèle est sensible, même si le Maroc reste un marché de prix. Nous proposons une grande variété de produits, dont 3 000 de marque Carrefour, car notre partenariat nous permet d’utiliser les services de la centrale d’achat de Carrefour. Nous allons également très loin en matière de services aux clients. » La Tunisie, qui a vu elle aussi émerger dans la dernière décennie une forte demande intérieure stimulée par une croissance constante du pouvoir d’achat, affiche une évolution comparable. Même si le commerce traditionnel reste majoritaire – environ 75 % du chiffre d’affaires global de la distribution –, trois groupes se disputent les faveurs d’une population dont les habitudes de consommation évoluent rapidement. Là encore, les entreprises locales signent le plus souvent des contrats d’assistance technique avec des groupes étrangers (Casino, Monoprix, Carrefour…) pour développer à la fois les surfaces et les savoir-faire dans la capitale et dans les villes moyennes (un hypermarché devrait ouvrir prochainement à Sfax sous l’enseigne Magasin général). Leur

Dar es-Salaam (Tanzanie), 2004. Le sud-africain Shoprite est présent dans une dizaine de pays du continent.

5 815 4 349 3 354 2 956 1 742 1 720 1 511

25

S T R AT ÉG I E

Aérien Les compagnies resserrent les rangs

Alliance, partenariat et coopération sont devenus les maîtres mots des opérateurs africains. Il s’agit de faire face à la concurrence mondiale, sans cesse croissante, et de gagner des parts de marché sur les liaisons continentales. S TÉPHANE B ALLONG

«

N

ous voulons, si les études y sont favorables, aller dans toutes les régions d’Afrique où il n’y a pas de compagnie aérienne et y proposer des services appropriés. » C’est ainsi que Girma Wake, le PDG d’Ethiopian Airlines, a présenté, en octobre 2010 à Addis-Abeba, à deux mois de sa retraite, les ambitions continentales de son groupe. Un défi que le transporteur éthiopien pourrait relever en collaboration avec deux autres géants du ciel africain : South African Airways et Egyptair. Les trois ont annoncé leur intention de créer une coentreprise pour développer le transport aérien régional. Et celle-ci pourrait prendre, dès 2011, la forme d’une nouvelle compagnie dans la région centrale du continent. Cette annonce a été faite au lendemain de la décision du conseil d’administration de Star Alliance d’ouvrir la procédure qui permettrait l’adhésion définitive d’Ethiopian Airlines à ce réseau commercial de 27 compagnies aériennes d’ici à la mi-2011. South African Airways et Egyptair en sont déjà membres.

Camair Co en piste

S

i l’agenda des dirigeants de Cameroon Airlines Corporation (Camair Co) est respecté, la nouvelle compagnie aérienne camerounaise prendra son envol le 28 mars 2011. Détenue majoritairement par l’État (51 %), Camair Co, créée en 2006 par Paul Biya, devrait démarrer son activité avec une flotte de quatre appareils : deux Boeing 767 d’occasion d’une capacité de 212 places chacun et deux autres Boeing de type 737 d’une capacité de 174 places chacun. Le Néerlandais Alex Van Elk, nommé directeur général en février 2010, a engagé en juillet des négociations avec l’avionneur de Seattle pour l’acquisition de ces appareils, alors que l’américain Air Brand se chargera de l’identité visuelle de la compagnie. Camair Co desservira Paris dès son lancement à raison de six vols par semaine, selon son patron. Mais l’essentiel de son réseau sera régional. Des liaisons avec Dubaï, Nairobi et Johannesburg devraient suivre. ■ S.B.

26

Face à la montée de la concurrence internationale, les transporteurs africains se seraientils finalement décidés à s’unir pour se faire une plus grande place sur le marché mondial ? « Je ne crois pas que la motivation de ces trois compagnies soit autre que de satisfaire les besoins stratégiques de Star Alliance. Il s’agit d’assurer au mieux la couverture du marché africain par ce groupement mondial », estime Cheick Tidiane Camara, président du conseil de surveillance du cabinet de conseil Ectar. Cependant, « elles y trouveront leur compte », ajoute-t-il. Depuis la crise de 2008, la tendance mondiale est au rapprochement entre transporteurs. Le britannique British Airways et l’espagnol Iberia, tout comme les américains Continental Airlines et United Airlines, se sont par exemple alliés dans le courant de l’année 2010. Ce mouvement gagne l’Afrique, où une embellie est attendue dans le secteur au cours des quinze prochaines années… L’Association internationale du transport aérien (Iata) table sur une croissance moyenne de 7 % par an, qui sera soutenue par le développement de l’industrie pétrolière en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest (Gabon, Nigeria, Ghana), ma is aussi pa r l’émergence d’u ne c la sse moyenne dont les besoins en voyages sont de plus en plus importants. Les pavillons africains entendent bien être les premiers à profiter de cette croissance. Ainsi, outre le projet de coentreprise avec Ethiopian Airlines et Egyptair, South African Airways est également le parrain du futur transporteur régional d’Afrique centrale, Air Cemac. La compagnie sud-africaine, première du continent avec un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) en 2009, détient 40 % du capital et devrait fournir la flotte nécessaire au démarrage des activités de ce nouvel acteur. Après plusieurs reports, Air Cemac devrait théoriquement prendre son envol en 2011. En janvier 2010, une

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

ZUMA/REA

S T R AT ÉG I E

étape décisive a été franchie à Bangui lorsque les chefs d’État de la zone ont décidé de fixer le siège de la compagnie à Brazzaville et son hub à Douala.

pement économique, a signé en juillet 2010 un accord commercial avec le français Aigle Azur sur la liaison Paris-Bamako. Depuis, le transporteur malien n’assure plus de vols en direction de Paris mais se charge de recueillir le trafic drainé par Aigle Azur vers Bamako et de le répartir sur son réseau sous-régional composé de douze escales.

Kenya Airways s’appuie sur ses partenariats avec Precision Air (Tanzanie), RwandAir et Air Mauritius pour renforcer sa présence régionale.

A lors que Ethiopian A irlines, South African Airways et Egyptair visent notamment l’ouest et le centre du continent, Kenya Airways, l’autre ténor du secteur en Afrique, détenu à 26 % par KLM (groupe Air France-KLM), s’apPendant ce temps, au Maghreb, la Royal puie quant à lui sur ses partenariats en Afrique Air Maroc (R AM), bousculé sur les liaisons de l’Est – Precision Air (Tanzanie) et RwandAir – Europe-Maroc par les compagnies low cost du et dans l’océan Indien – Air Mauritius – pour Vieux Continent et du Proche-Orient, a décidé renforcer sa présence régionale. Une stratégie qui porte SOUTH AFRICAN AIRWAYS EST LE PARRAIN DU FUTUR ses fruits puisque, après un exercice 2008-2009 déficiTRANSPORTEUR D’AFRIQUE CENTRALE, AIR CEMAC. taire, le transporteur kényan a retrouvé de bons résultats. Sur les six premiers mois de 2010, il a ainsi doublé de prendre une participation majoritaire (un son résultat net, à plus de 17 millions de dolpeu plus de 60 %) dans Jet4You, la filiale à bas lars. Son adhésion en juin au réseau commercial coût du groupe britannique TUI Travel, pour Skyteam mené par Air France-KLM devrait par contrer cette concurrence. Avec l’acquisition de ailleurs lui offrir de nouvelles opportunités de Jet4You, la RAM entend compléter le réseau de dessertes intercontinentales et booster ses perses liaisons avec l’Europe et porter ainsi sa part formances financières. de ce marché de 45 % actuellement à 55 % à la Aucune compagnie ne veut rester en marge fin de 2011. La compagnie chérifienne laissera de ce jeu d’alliances. Y compris les plus petites. cependant la gestion de Jet4You à TUI, dont le Ainsi, pour optimiser ses opérations régionacœur de métier est le transport low cost. les, Air Mali, membre du groupe Celestair et Après l’échec de son partenariat avec feu propriété du Fonds Aga Khan pour le dévelopAir Sénégal International, le pavillon maroJEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

27

S T R AT ÉG I E

tion pour combler les besoins en pilotes et en personnel navigant, développer un centre de maintenance moderne avec des partenaires étrangers… À la clé de cette restructuration, la compagnie algérienne, qui vise 6 millions de passagers transportés en 2014 (contre environ 3 millions actuellement), veut renforcer sa présence sur la LA MISE EN PLACE D’UNE SYNERGIE ENTRE desserte de l’Asie et sur celle de l’Amérique du Nord. Mais COMPAGNIES MAGHRÉBINES N'EST PAS À EXCLURE. pas seulement. « Nous avons une position géostratégique très avantageuse pour les voyages religieux vers Algérie, est le principal défenseur d’une démarle Moyen-Orient », indique le PDG, qui entend che maghrébine pour la conquête du marché améliorer, là aussi, l’offre de la compagnie. En subsaharien. Il affirme avoir déjà eu à ce sujet 2015, le transporteur algérien, selon Wahid d’« excellentes discussions » avec ses homoloBouabdallah, aura la même taille qu’Egyptair, gues de la région. actuellement deuxième compagnie d’Afrique avec un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de Mais en attendant que ce projet se mette dollars en 2009. en place, la compagnie nationale algérienne Les bonnes perspectives qui se profilent s’est engagée, depuis octobre 2009, dans un dans le ciel africain donnent des ailes aux comcolossal plan d’investissement quinquennal pagnies du continent, qui, selon l’Iata, devront de plus 1,35 milliard de dollars. Objectif : renréaliser globalement des profits de quelque forcer la flotte, qui sera portée à un peu plus 100 millions de dollars en 2010. Une première de 45 avions (des long-courriers et des avions depuis huit ans. ■ régionaux) en 2015, créer un centre de formacain ne semble, pour l’heure, pas près de s’engager dans une nouvelle collaboration au sud du Sahara. Toutefois, la mise en place d’une synergie entre les quatre compagnies de la région (Tunisie, Maroc, Libye, Algérie) n’est pas à exclure. Wahid Bouabdallah, PDG d’Air

Trois questions à Titus Naikuni PDG de Kenya Airways

1.

permis d’ouvrir de nouvelles routes vers l’Extrême-Orient, car certains commerçants africains qui s’approvisionnent au MoyenOrient ont découvert que, en fait, les produits qu’ils y achètent sont fabriqués encore plus loin. Conséquence: ils sont de plus en plus nombreux à se rendre en Chine, en Thaïlande ou encore en Inde.

THOMAS MUKOYA/REUTERS

J EU NE A FR IQUE: Comment affrontezvous la montée de la concurrence internationale ? TITUS NAIKUNI : La concurrence dans le secteur aérien africain n’est pas un phénomène nouveau. Mais c’est vrai qu’elle se renforce de plus en plus aujourd’hui et, dans ces conditions, toute compagnie aérienne doit s’assurer que le service qu’elle offre à ses clients est le meilleur et que la qualité de ses produits est nettement supérieure à celle de ses concurrents. Un exemple: sur la liaison Nairobi-Londres, la concurrence est féroce, mais il n’empêche que nous avons toujours été là depuis plusieurs années, et nous avons même augmenté nos capacités sur cette liaison. Ce qui importe, c’est vraiment la qualité du produit que vous offrez. 28

2.

Le renforcement des liens entre l’Afrique et les pays du Golfe a-t-il offert de nouvelles opportunités aux transporteurs africains? Oui, mais il a aussi contribué à attirer une nouvelle concurrence : celle des transporteurs aériens de cette région. En termes d’opportunités, la croissance des échanges commerciaux entre les deux régions a permis de dynamiser le trafic aérien. Le renforcement de ce lien entre l’Afrique et les pays du Golfe a même

3.

Et que représente le tourisme dans vos activités ? Nous tirons environ 20 % de nos revenus du tourisme. Notre stratégie a été de diversifier nos marchés. C’està-dire que nous ciblons toutes sortes de clientèle : des commerçants, des hauts fonctionnaires, des responsables gouvernementaux, des étudiants… Les touristes représentent une part significative de notre activité, mais nous avons fait en sorte de ne pas en dépendre. ■ P ROPOS RECUEILLIS À N AIROBI PAR N ICHOL A S N ORBROOK

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Nous avons grandi avec l’Afrique Le groupe Advens est le partenaire agroalimentaire de l’Afrique depuis plus de 20 ans. Avec ses filiales Suneor et Geocoton, Advens valorise les filières agricoles de l’arachide et du coton, deux ressources essentielles pour le continent. Premier groupe à s’appuyer sur des partenariats gagnantgagnant avec tous les acteurs, du cultivateur au consommateur, Advens participe activement à l’essor de l’Afrique.

Partenaire de l’essor de l’Afrique

S T R AT ÉG I E

JEAN CLAUDE MOSCHETTI/REA

Dans un laboratoire du chinois Tong Mei, à Lomé (Togo). Au sud du Sahara, les groupes asiatiques ont su se faire une place de choix.

Santé Un secteur plein de promesses

Entre l’industrie pharmaceutique et la gestion des hôpitaux, le continent a d’énormes besoins. Les entreprises du Maghreb et d’Afrique du Sud sont les mieux positionnées pour investir ce créneau en pleine croissance. M ICHAEL P AURON

A

vec douze sociétés classées parmi les 500 premières entreprises africaines (9,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires cumulé), le secteur de la santé est encore d’un poids tout relatif dans l’économie du continent. Il concentre cependant, selon le cabinet Merrill Lynch, les investissements les plus prometteurs derrière les secteurs des infrastructures et des télécoms. En 2016, le marché global de la santé sera multiplié par deux, pour atteindre quelque 37 milliards de

30

dollars (27 milliards d’euros). Car tout reste à faire : construction, équipement et gestion d’établissements hospitaliers (activité des deux premières entreprises du classement), fabrication de médicaments, distribution des précieuses molécules, formation… Les besoins d’investissements d’ici à cinq ans sont évalués à 30 milliards de dollars. Les deux premières sociétés du classement de Jeune Afrique, le holding sud-africain Network Healthcare (Netcare) et Medi Clinic

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

▲ ▲ ▲

sur la période de juillet 2009 à juin 2010 et Corp., cotée à la Bourse de Johannesburg, trusune valeur de ses actions qui a doublé) l’a bien tent à elles seules plus de la moitié du chifcompris : ses ambitions ne se limitent pas à sa fre d’affaires des douze leaders, avec plus de terre natale. Car si son marché naturel croît 5,4 milliards de dollars. Spécialisé dans la gesactuellement de 10 % par an, le numéro un tion d’hôpitaux et acteur implanté également du médicament générique africain a réalisé en Grande-Bretagne, Netcare (3,1 milliards les deux tiers de ses bénéfices (181 millions de dollars de chiffre d’affaires) a volontiers de dollars en 2009) dans le reste de l’Afrique recours aux partenariats public-privé pour subsaharienne. Le groupe s’est d’ailleurs établi mettre en place de nouveaux hôpitaux sur le en Afrique de l’Est, en rachetant 60 % de la continent. Ce fut notamment le cas pour l’une de ses dernières opérations au Lesotho : la construction EN AFRIQUE DU NORD, ADWYA, SAÏDAL OU SOTHEMA d’un cent re hospita lier de 425 l it s. L es 10 0 m i l l ions SONT DOPÉS PAR UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL. de dollars d’investissements ont été pris en charge par la société kényane Shelys, en 2008. En Afrique Banque de développement d’Afrique du Sud, du Sud, en gagnant 57 % du marché des antiréla Société financière internationale (SFI, bras troviraux distribués dans les hôpitaux publics, armé pour le secteur privé de la Banque monAspen a engrangé un contrat qui, à lui seul, diale) et le gouvernement du Lesotho. Netcare vaut 290 millions de dollars. Et l’accord conclu envisage désormais d’étendre la formule au avec GlaxoSmithKline pour distribuer les généSwaziland, à la Zambie et au Zimbabwe, mais riques du laboratoire américano-britannique aussi à d’autres pays qui ne se trouvent pas en dans le reste de l’Afrique ne peut que renforcer Afrique australe : la République centrafricaine, sa position dans les années à venir. la RD Congo et le Ghana. Derrière la nation Arc-en-Ciel, l’Afrique du Nord – Égypte en tête – est l’autre zone géoDoter le continent de ses propres capagraphique où l’industrie pharmaceutique est la cités de production de médicaments est un plus dynamique. De Rabat au Caire, le secteur autre enjeu pour répondre à la demande croisest en pleine ébullition. Plus de 35 sociétés au sante en molécules à bas coût. D’Alger au Cap, Maroc, un plan d’industrialisation de la filière la situation du secteur est très hétérogène. Au algérienne qui veut conquérir son indépenMaghreb, le Maroc et la Tunisie sont cités en dance, des ambitions à l’export pour la producexemple, alors que l’Algérie affiche ses ambition tunisienne qui devrait satisfaire plus de tions dans un contexte national peu rassurant 60 % des besoins du pays en 2010… L’industrie pour les investisseurs. L’Afrique du Sud a encore pharmaceutique maghrébine est en plein essor. une fois un temps d’avance, avec des groupes Aux côtés des multinationales (Sanofi, Pfizer, mondiaux aux résultats financiers alléchants. Le Bayer…), les groupes locaux privés (Adwya, reste de l’Afrique subsaharienne, quant à elle, Saïdal, Sothema…) sont dopés par un marché à doit encore se structurer, trouver les capitaux fort potentiel. La Pharmacie centrale de Tunisie et construire un environnement favorable au (PCT), avec 80 % de part de marché au pays du développement du secteur privé. L’importation Jasmin et une sixième place dans notre classey tient encore un rôle majeur : un marché où les ment « santé » (plus de 540 millions dollars de groupes asiatiques, notamment indiens, ont su chiffre d’affaires), est en position dominante. se faire une place de choix. La société sud-africaine Aspen Pharmacare Non loin derrière, la société marocaine Cooper Maroc Pharmaceuticals (action(troisième du classement, 12,7 % de croissance

" !-( &2%.( ,-#* !-%*6 1+)-*+%-3*6

4%%,/$$5*'!7*'&-0 K3;- 0FF 2+1 * DB *D >B ++ . E.:,?; < E7&'$!%C$-ON$-)': JIL 5(!E$(,!?'(,; . P?$E)!?'( 5(!E$(,!?'(,;E . 4E M3$?A,$E#/ "9!- " . H+* $QE ),$('! . =D*H@ 8'(!E(,6.#'Q#."'?# )EGE7 . 8$,()E

S T R AT ÉG I E

Mais les ambitions des opérateurs maghrébins et égyptiens vont bien au-delà des seules frontières du Sahara. Réunis lors d’un colloque à Paris sur l’accès au médicament en Afrique subsaharienne, les acteurs de l’industrie pharmaceutique maghrébine ont tous exprimé leur volonté d’exporter leurs produits au sud du Sahara. Ainsi que l’explique un professionnel : « Aujourd’hui, notre production sous licence [le brevet appartient à une entreprise internationale, NDLR] ne nous permet pas d’exporter. Demain, avec notre propre production de génériques, nous pourrons aller à l’assaut du continent et fournir des médicaments à bas coût. » ■

▲ ▲ ▲

nariat marocain à 83 %, le néerlandais AkzoNobel détient les 17 % restants), avec 1 111 salariés et un chiffre d’affaires de 240 millions de dollars en 2009, dont 11,5 % à l’international. Créée voilà soixante-dix-sept ans (en tant que filiale d’une entreprise française), la société, basée à Casablanca, est totalement intégrée : productrice et distributrice, mais aussi exportatrice, notamment en Europe du Nord. C’est aussi la voie choisie depuis peu par le leader algérien Biopharm. D’abord distributrice, la société d’Abdelmadjid Kerrar est devenue productrice, en 2005, de produits sous licence ou de génériques.

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 20 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

44

NETWORK HEALTHCARE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Gestion d’hôpitaux

3 132 138

2

55

MEDI CLINIC CORP.

AFRIQUE DU SUD

Gestion d’hôpitaux

2 310 950

236 070 142 640

3

110

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

1 125 787

180 659

4

187

UNITED PHARMACISTS CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

607 309

10 585

5

200

ADCOCK INGRAM

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

554 820

106 426

6

206

PHARMACIE CENTRALE DE TUNISIE (PCT)

TUNISIE

Industrie pharmaceutique

540 926

22 415

7

256

PZ CUSSONS NIGERIA

NIGERIA

Industrie pharmaceutique

411 101

34 779

8

383

COOPER MAROC PHARMACEUTICALS

MAROC

Industrie pharmaceutique

240 313

ND

9

396

BIOPHARM

ALGÉRIE

Industrie pharmaceutique

233 181

12 383

10

464

EGYPTIAN INTERNATIONAL PHARMACEUTICALS INDUSTRIES CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

181 975

51 701

11

468

ISLAMIC CO. FOR PHARMACEUTICALS CHEMICALS AND MEDICAL SUPPLIES

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

179 653

59 838

12

483

CIPLA MEDPRO (EX-ENALENI PHARMACEUTICALS)

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

170 151

21 558

13

-

LAPROPHAN

MAROC

Industrie pharmaceutique

156 863

ND

14

-

GROUPE SAÏDAL

ALGÉRIE

Industrie pharmaceutique

134 400

38 640

15

-

MEDICAL UNION PHARMACEUTICALS

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

129 173

28 760

16

-

LABOREX CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie pharmaceutique

128 991

4 512

17

-

SANOFI AVENTIS PHARMA

MAROC

Industrie pharmaceutique

128 084

ND

18

-

LABORATOIRES MAPHAR

MAROC

Industrie pharmaceutique

127 215

ND

19

-

GLAXOSMITHKLINE EGYPT

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

120 824

5 234

20

-

MEMPHIS CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

112 339

2 693

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

Le générique qui mérite votre confiance

Près de 70 millions d’euros de recherches sur les salles serveurs. A votre disposition GRATUITEMENT ! e gie d Straté ance n mainte ve nti préve aux able applic ters en c ta a d

re euv n o ters ee Mis atacen ues tiq d rgé de éne éco

Avanta ges d es archit ecture s de refroid issem e n rangé t par e et p ar baie les ce pour ntres de do n

Architecture améliorée pour datacenters à haut rendement et haute densité

Co n l’al finem lé Co e ch ent de a n l’al finem ude / lée e fro nt de ide

nées

White Paper #130

ite

Wh

White Paper

30 er #1

#130

Pap

Liv

re b

“Mise en oeuvre de datacenters écoénergétiques”

“Stratégie de maintenance préventive applicable aux datacenters”

Livre Blanc n°114

Livre Blanc n°124

51 ¤ GRATUIT!

177¤ GRATUIT!

“Architecture améliorée pour datacenters à haut rendement et haute densité” Livre Blanc n°126

94 ¤ GRATUIT!

“Avantages des architectures de refroidissement par rangée et par baie pour les centres de données” Livre Blanc n°130

67¤ GRATUIT!

lan

cn

°13

5

“Confinement de l’allée chaude / Confinement de l’allée froide ” Livre Blanc n°135

90¤ GRATUIT!

Téléchargez gratuitement les livres blancs APC pour éviter les erreurs les plus fréquentes dans la planification de l’alimentation et du refroidissement des systèmes informatiques Planifiez les projets pour votre datacenter. Que ce soit pour des raisons de changements de personnel ou des coupures budgétaires, notre expérience nous a montré que des décisions inadéquates concernant le déploiement de datacenters peuvent engendrer une mauvaise planification ou même empêcher la réalisation de projets. Obtenez les réponses dont vous avez besoin afin d’éviter les problèmes de demain. Savez-vous quelles sont les dix principales erreurs à éviter? Savez-vous comment améliorer le système de refroidissement sans dépenser un centime? Vous trouverez les réponses à ces questions et bien d’autres encore dans nos derniers livres blancs. Profitez de nos précieuses recherches afin de réduire vos coûts et éviter les maux de tête de demain.

Téléchargez gratuitement le livre blanc de votre choix dans les 30 prochains jours et gagnez peut-être un iPad™! Connectez-vous sur www.apc.com/promo et saisissez le code clé 83627t Tél. +212 22 24 85 80 • Fax +212 22 24 85 88 ©2010 Schneider Electric, Tous droits réservés. Schneider Electric et APC sont la propriété de Schneider Electric ou de ses sociétés affiliées. Toutes les autres marques sont détenues par leurs propriétaires respectifs. MGE UPS Maroc - 353, Boulevard Mohamed V - 10e étage n°s 3 et 5 Casablanca - Maroc 998-1764_FR

S T R AT ÉG I E

Sénégal La SAR s’en sort

Après onze mois d'inactivité et une dette colossale presque épongée, la raffinerie semble sauvée. Le groupe Saudi Binladin a fini par investir, lui redonnant un peu d’oxygène. M ICHAEL P AURON

E

lle revient de loin. Créée en 1962, la Société africaine de raffinage (SAR) n’avait jamais connu pareille crise. Au point qu’elle a bien failli mettre la clé sous la porte en 2006. Le soutien indéfectible de l’État et l’arrivée en 2010 d’un investisseur saoudien providentiel, le groupe Saudi Binladin (énergie, BTP, etc.), redonnent des perspectives à la première entreprise sénégalaise. Comment la raffinerie, établie à l’origine pour approvisionner toute la sous-région, a-t-elle pu passer à un cheveu de la faillite, alors que la consommation de carburant dans la région ne cesse de croître? Petit rappel historique. « Nous avons produit dès 1963, au lendemain de l’indépendance », rappelle le directeur général de la SAR, Carmello Robert Sagna. La vocation première était de pourvoir la sous-région, entre autres la Mauritanie, le Mali, la Gambie et les deux Guinées, en plus du Sénégal. Les actionnaires ? Des majors : British Petroleum (BP), Elf (aujourd’hui Total), Shell, Mobil ; et l’État, qui détenait 10 %. La SAR a rempli sa fonction jusqu’en 2006 ; elle approvisionnait, mais aussi importait quand il y avait un déficit. Quand les cours se sont emballés, en 2006, la structure de détermination des prix s’est montrée non viable : afin de préserver le pouvoir d’achat des Sénégalais, l’État décide de bloquer les prix à la pompe. La SAR vend son carburant à perte. Situation ubuesque que la société avait pourtant

prévue : « Dès 2000, nous avions constaté que, pour préserver notre industrie, il fallait appliquer la vérité des prix, estime Sagna. Quand les prix se sont envolés en décembre 1999, alors que s’ouvrait la campagne pour la présidentielle de 2000, le gouvernement a jugé bon de bloquer les tarifs en promettant de rembourser les opérateurs. Mais nous ne savions pas quand, et des tensions sur la trésorerie sont apparues. Le même épisode s’est répété par la suite. Ce système n’était pas viable. » Cette fois, la situation ressemble à un gouffre sans fond : la dette s’envole pour atteindre 85 milliards de F CFA (environ 130 millions d’euros), pour un capital de 1 milliard de F CFA. Asphyxiée, incapable de s’approvisionner en brut, la SAR se résout à interrompre ses activités durant onze mois.

À la même époque, les majors pétrolières commencent à abandonner leurs activités « aval » (raffinage, distribution) sur tout le continent pour mobiliser leurs ressources dans l’exploration et la production. Le Sénégal n’échappe pas à la règle. L’État rachète, par l’intermédiaire de la société publique Petrosen, les parts de Mobil, Shell et BP, ainsi qu’une partie de celles de Total. Il revoit en outre le système de fixation des prix. Ainsi, en juillet 2008, lorsqu’ils ont de nouveau augmenté, « nous avons pu appliquer les bons prix sans trop de difficulté », poursuit Sagna. La SAR finit par obtenir une facilité auprès de la banque BNP Paribas, en accord avec ses créanciers, et reprend du service. « Nous pouvions a firme française est la dernière des majors à garder ses activités enfin financer les cargaisons de brut, de raffinage et de distribution sur le continent, après l’annonce remboursées par le produit de la par Shell, à la mi-2010, de s’en séparer. Total, qui reste actionnaire de vente, précise le directeur général. la Société africaine de raffinage (SAR) à hauteur de 20 %, semble suivre Nous avons fonctionné ainsi jusqu’en de près l’évolution de la situation. Pour Carmello Robert Sagna, directeur juillet 2009, la dette s’est alors réduite général de l’entreprise sénégalaise, « Total est apprécié à sa juste valeur à 15 milliards de F CFA. Nous avons pour son expertise technique et le sérieux qu’il représente ». Selon lui, levé une seconde facilité en francs CFA « Total est prêt à suivre les études et accompagner les projets, mais, avec auprès d’une banque locale et remles problèmes rencontrés actuellement dans ses raffineries en Europe, boursé tous les créanciers. » Un fonds l’opérateur ne semble pas disposé, pour le moment, à investir dans la SAR. de stabilisation des produits pétroliers, Les choses pourront changer une fois l’étude bouclée, si celle-ci constate rebaptisé par la suite Fonds de sécurique la situation peut être différente au Sénégal ». ■ M.P. sation des importations des produits pétroliers (FSIPP), a également été

Total, le dernier survivant

L

34

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

JEAN-FRANÇOIS ROLLINGER/JA

S T R AT ÉG I E

Avec une capacité de production de 1,2 million de tonnes par an, la Société africaine de raffinage ne répond même plus à la demande sénégalaise.

mis en place. Le principe est simple : lorsque les prix sont favorables, l’excédent financier est placé dans cette caisse pour être utilisé quand les prix sont désavantageux. Malgré la santé financière presque retrouvée, tous ces efforts ne sont pas suffisants. La SAR doit impérativement investir pour s’agrandir et se remettre à niveau. Car son premier handicap est sa petite taille. Avec une capacité de 1,2 million de tonnes par an, elle ne peut même pas répondre à la demande sénégalaise, qui tourne autour de 1,7 million de tonnes. Avec la Mauritanie (500000 t), le Mali (700 000 t), la Gambie et les deux Guinées, sans compter la croissance annuelle de la demande de 3 %, l’usine est loin de pouvoir approvisionner toute la sous-région. Après étude, la société estime donc qu’il faut porter la capacité de production à 3 millions voire 4 millions de tonnes. Second problème : le schéma technologique vieillissant ne permet de traiter que des bruts légers, peu sulfureux, achetés à prix d’or au

Nigeria. Deux unités seront donc nécessaires, afin notamment d’élargir la gamme de produits: l’une de désulfuration pour se mettre aux normes environnementales de plus en plus exigeantes, et l’autre d’hydrocraquage afin de traiter d’autres bruts. Mais où trouver les fonds nécessaires ? Les autorités se tournent vers le secteur privé et mènent des négociations avec des investisseurs potentiels. « L’État n’a jamais eu vocation à rester dans la SAR car le secteur est très concurrentiel. Les acteurs privés sont plus à même de jouer ce rôle ; l’État a simplement permis de maintenir la SAR en vie », rappelle Sagna. Pour convaincre, le Sénégal met bien sûr en avant sa vocation régionale. Argumentaire : les pays de la sous-région – comme le Mali – connaissent des délais importants entre deux livraisons, et ils sont donc contraints de stocker les carburants. Depuis Dakar, par le train ou par la route, les délais sont beaucoup plus courts. De plus, lorsque le Mali achète sur le marché international ses produits raffinés, le prix final subit un certain nombre d’augmentations du fait des intermédiaires, ce qui confère à la SAR un avantage certain. Le premier à s’intéresser à la raffinerie est l’État iranien, via la National Iranian Oil Refining and Distribution Company (NIORDC). « Après des pourparlers, ça n’a finalement pas abouti », explique sans plus de précisions Carmello Robert Sagna. Le groupe Saudi Binladin se montre à son tour prêt à mettre la main à la poche. « Les négociations furent une épreuve, se souvient le directeur général. Ils ont posé beaucoup de questions, ils nous ont scrutés. Je pense que cela dénote un certain sérieux. » Après deux années de discussions, un accord finit enfin par être signé le 29 avril 2010. Au final, Petrosen a conservé 46 % des parts de la SAR et en a cédé 34 % à Petroleum Chemical and Mining Company (PCMC), filiale de Saudi Binladin, pour un montant de 10,7 millions d’euros (les 20 % restants étant détenus par Total, voir encadré). « À terme, PCMC devrait monter à 51 % du capital », affirme Sagna. Et début 2011, une étude de faisabilité technique et financière devrait être finalisée. « D’ores et déjà, nous estimons les investissements nécessaires à 250 milliards de F CFA [381 millions d’euros, NDLR], dont 30 % assurés par PCMC – sur fonds propres de la SAR –, et nous lèverons les 70 % restants sur les marchés financiers », précise le directeur général, convaincu que la SAR peut retrouver la place régionale qui lui était destinée il y a un demi-siècle. ■

SANS MAITRISE, LA PUISSANCE N’EST RIEN Maîtrisez votre puissance, libérez votre passion.

S T R AT ÉG I E

RD Congo Orgaman, une affaire de famille

Le groupe fondé par les Damseaux a traversé l’histoire tourmentée du pays. Aujourd’hui, la troisième génération est à la tête d’une galaxie d’entreprises d’importation, de transport, d’élevage… Récit d’une diversification réussie.

JIMMY KETS/REPORTERS-REA

restaurant et service traiteur et, en 1939, reprend le fonds de commerce de l’hôtel ABC. La Seconde Guerre mondiale, qui coupe la colonie belge de sa métropole, va conduire Joseph Damseaux à se tourner vers l’élevage et l’importation de produits en provenance d’Afrique du Sud. C’est alors le seul moyen d’assurer ses approvisionnements. A insi naît, à Kinshasa, la station d’élevage avicole et porcin de Stanley Pool (Avipor), dont il confie la gestion à William, l’un de ses fils, alors âgé de 14 ans. La ferme produit aussi du maïs et des fromages frais que la clientèle baptise « petits Damseaux ». L’activité, qui prend de l’ampleur, contraint Joseph à abandonner l’exploitation de l’hôtel ABC en 1945. La guerre terminée, l’imporM URIEL D EVEY , ENVOYÉE SPÉCIALE À K INSHASA tation de produits alimentaires en provenance d’Europe reprend our nombre de Congolais, son nom est de plus belle. Pour stocker la viande de bœuf congeassocié au mpiodi, le chinchard, en lingala. lée que leur fournit une société d’Anvers, ainsi que Mais Orgaman est bien plus qu’un simple les autres produits frais (viande et fruits) importés importateur de poisson. Le groupe, dont la d’Afrique du Sud, les Damseaux renforcent leurs direction se transmet de père en fils depuis trois installations frigorifiques. L’ensemble des activités, générations, compte une dizaine de sociétés opéqui se structurent petit à petit, est regroupé au sein rant dans des domaines variés. Son chiffre d’afd’une même société dénommée Fridam, que prend faires (CA), de 101 millions de dollars en 2009, en en main William en 1952. En 1960, de 2 millions fait un des poids lourds de l’économie congolaise. de francs belges dix ans plus tôt, le CA mensuel de De l’histoire tourmentée de la RD Congo, Fridam est passé à 16 millions. Orgaman a tout connu, tout subi, tout surmonté. Au lendemain de l’indépendance du 30 juin Au final, le groupe est toujours là, fidèle à ses acti1960, des mutineries et des rébellions éclatent un vités de base : l’importation de produits alimenpeu partout dans le pays, entraînant le départ de taires congelés et l’élevage. L’aventure congolaise nombreux expatriés. Coup de chaud pour Fridam, des Damseaux, la discrète famille belge fondatrice dont les stocks d’invendus s’accumulent. L’arrivée d’Orgaman, commence en 1931 quand Joseph, des Casques bleus des Nations unies sauvera l’entreboucher-charcutier-traiteur de métier, débarque prise: Damseaux devient le fournisseur de l’ONU, à Léopoldville (l’actuelle Kinshasa) pour gérer la qu’il approvisionnera durant un an en toutes sortes boucherie de l’hôtel ABC. Il obtient le marché de de marchandises, « à l’exception d’armes », insiste la plupart des grands dîners de la ville. Fort de son Jean-Claude Damseaux, fils de William et actuel succès, il ouvre en 1934 sa propre boucherie avec directeur général adjoint d’Orgaman.

William Damseaux, 81 ans, dans son bureau à Kinshasa. Le fondateur d’Orgaman a suivi les pas de son père, Joseph ; aujourd’hui, c’est son fils Jean-Claude qui reprend les rênes.

36

P

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

▲ ▲ ▲

Après avoir loué une boucherie près de la En 1961, la situation politique se stabilise, gare centrale et s’être relancé dans l’importation les affaires reprennent. Fridam fusionne avec de vivres, il fonde Orgaman, en 1974. Mais cette son principal concurrent, Pro-Frigo, filiale de la fois-ci, les produits que sa société importe et comSociété générale de Belgique. Ainsi naît Congomercialise sont destinés aux Zaïrois, et non plus à Frigo. Commence alors un cycle favorable aux une clientèle européenne. Du coup, poissons, abats affaires de la famille, qui durera une dizaine de volailles et de porcs inondent les marchés de d’années. En 1966, un an après que le colonel Joseph Mobutu s’est emparé du pouvoir, Damseaux rachète une SI L’ENTREPRISE EST NÉE EN 1974, CETTE AVENTURE ferme agropastorale, Malebo, sur les rives du fleuve Congo. BELGO-CONGOLAISE A COMMENCÉ DÈS 1931. Puis il crée la Société des élevages du Bandundu occidental Kinshasa. Entre 1974 et 1990, Orgaman s’attelle (Sebo), qui sera le point de départ de l’élevage à reconstituer sa capacité de stockage et à relanbovin du groupe. Entre-temps, Avipor est déplacé cer ses activités tout en les diversifiant. Plusieurs à Kimwenza, dans le Bas-Congo. départements sont créés pour « faciliter le fonctionnement de l’entreprise et réduire le coût des Les difficultés commencent quand l’oncle de intermédiaires », précise Jean-Claude, qui a rejoint Mobutu, Litho Moboti, décide d’acquérir Fridam à son père en 1989 après avoir travaillé à Monaco un tiers de sa valeur. Un avant-goût de la « zaïriadans le bureau d’achat alimentaire du groupe. nisation » décrétée en 1973, qui consistera à attriPour assurer la liaison, par la route, entre buer aux nationaux les biens ayant appartenu aux le port de Matadi et Kinshasa, une société de étrangers. Puis William Damseaux est incarcéré transport, Transmac, est mise sur pied. Sa pendant neuf mois à Kinshasa, pour « des transflotte – aujourd’hui une centaine de camions, ferts d’argent vers l’Europe, officiellement interdits de remorques et de conteneurs – transporte des mais qui se pratiquaient couramment », explique produits alimentaires importés et des matériels Jean-Claude Damseaux. Découragé, William se divers destinés à Kinshasa. Dans l’autre sens, retire en Belgique. Quelques mois plus tard, il elle achemine vers Matadi des grumes décide toutefois de revenir et de repartir de zéro.

S T R AT ÉG I E

âgé aujourd’hui de 81 ans, est rapidement libéré, son fils, lui, ne le sera qu’après l’arrivée, en janvier 2001, de Joseph Kabila à la tête du pays. À partir de 2003, l’amélioration de la situation politique et économique permet aux Damseaux de se lancer sur de nouveaux créneaux. L’entrée d’Orgaman dans le secteur minier en 2003 résulte d’une créance qu’il avait sur l’Office des mines d’or de Kilo-Moto (Okimo). Ainsi est créé Borgakim, qui s’associe en 2006 avec Moto Goldmines (filiale de l’australien Border Energy) et Okimo pour explorer une concession en province Orientale. L’aventure se termine en décembre 2007, avec la cession des parts détenues par Borgakim dans les coentreprises créées avec ses partenaires. Actuellement, Borgakim, dont « les opérations se limitent à la prospection géologique et à l’analyse des sols », détient des permis de recherche Café dans le Katanga, le Bas-Congo, le Sud-Kivu et DOMAINE le Maniema. La création d’Immokin, qui loue DE KATALÉ les appartements et les bureaux haut standing des immeubles dont il parachève la construction ou qu’il fait construire, a pour sa part été favorisée par le boom Commerce et immobilier que connaît la capitale. transport fluvial

▲ ▲ ▲

et des conteneurs vides. Orgatec assure pour sa part la réparation, l’entretien et la maintenance des chambres froides. Et Sotramar, fondé en 1984, s’occupe des opérations de transit et d’importation par voie maritime pour le compte du groupe et celui d’autres clients. Enfin, deux comptoirs d’achat, Orgadiam (diamant) et Orgamines (or), sont ouverts (ils n’existent plus aujourd’hui). En 1990, le groupe acquiert Sarma-Congo: devenue l’Économat du peuple, la société commercialise à Kisangani des produits de première nécessité qu’elle transporte depuis la capitale via ses unités fluviales. Même schéma pour Mampeza, installé à Kikwit, dans le

NEUF FILIÈRES, ONZE SOCIÉTÉS

MAMPEZA et ÉCONOMAT DU PEUPLE

m ga

Or n a 2 884

m a g

Importation et vente de produits surgelés ORGACOM

Élevage SEBO et JVL

salariés

Si Orgaman ne s’est pas détourné de ses premières amours, Chiffre d’affaires 2009 : il est vrai que la filière importation Immobilier n’est plus ce qu’elle était. Depuis de dollars IMMOKIN dix ans, la RD Congo a vu s’imRésultat net 2009 : planter de nouveaux opérateurs, Représentation libanais et indiens, qui se sont lanmaritime et dollars cés dans l’importation de vivres. agence de transit Du coup, celui qui fut longtemps en douanes l’importateur numéro un de denrées SOTRAMAR Mines congelées (il dispose de 350 chambres froides pouvant contenir 7000 tonnes BORGAKIM de marchandises) a vu ses parts de marTransport routier chés diminuer. Il mise maintenant « sur la Maintenance filière porc, qui n’intéresse pas les opérateurs TRANSMAC et entretien de musulmans », sans pour autant délaisser les chambres froides autres produits. Orgaman, qui compte un atelier ORGATEC de charcuterie capable de traiter 2 tonnes de cervelas par jour, a d’ailleurs en projet la construction, à Kinshasa, d’une charcuterie et d’un abattoir industriels aux normes européennes. Bandundu. Son cargo-frigo achemine des produits Orgaman mise aussi sur l’agro-industrie. Il a importés et, au retour, rapporte à Kinshasa des ainsi relancé la production de café de son Domaine produits vivriers cultivés dans la province. de Katalé – dont quelque 300 t d’arabica sont écouDans les années 1990, Orgaman connaît cerlées vers la Suisse chaque année – et renforcé la tains déboires. Le groupe est d’abord durement filière élevage, en rachetant en 2008 la ferme JVL touché par les pillages de 1991 et de 1993. Puis (Jules Van Lancker). Chaque année, ses fermes, les affaires reprennent. En 1994, les Damseaux qui disposent d’un cheptel d’environ 60000 têtes, acquièrent une plantation semi-industrielle de principalement des bovins, fournissent environ café, le Domaine de Katalé, dans le Nord-Kivu. 700 bœufs à Kinshasa. La viande est écoulée dans Nouvelles déconvenues, à partir de mai 1997, lorsles douze points de vente que Sebo compte dans la que Laurent-Désiré Kabila renverse Mobutu. Les capitale. Reste que le pari de l’agro-industrie n’est Damseaux sont alors chassés de leur maison et, en pas encore gagné. La promulgation du nouveau décembre 2000, arrêtés « parce que, comme tous code agricole, qui devrait entre autres régler la les hommes d’affaires encore présents, nous ne resquestion foncière et sécuriser les investissements, pections pas le blocage des prix, qui rendait toute traîne depuis plus de deux ans. ■ importation impossible ». Si William Damseaux,

101millions 732 000

O an r

38

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

République du Congo

DÉLÉGATION GÉNÉRALE DES GRANDS TRAVAUX

Le président Denis Sassou Nguesso

D

PROSPÉRER EN BÂTISSANT

e tout temps, la recherche du progrès demeure le combat ultime et suprême de l’homme. La volonté de parvenir à des politiques de développement véritable implique forcément des solutions novatrices, résolument adaptées à nos réalités. C’est justement cette détermination à produire de nouvelles idées, pour faire naître de nouveaux espoirs, qui conduit chaque jour le président Denis Sassou Nguesso à dynamiser, à travers mille et un projets d’infrastructure, la marche irréversible vers le mieux-être, en diversifiant les activités génératrices de revenus. Ces infrastructures modernes, qui hantent désormais le moindre regard, sur l’ensemble du territoire national, ont l’heureux effet de fournir aux populations une meilleure qualité de vie, face aux aléas du quotidien.

Communiqué

Vue de nuit de la centrale hydroélectrique d’Imboulou.

Le bonheur n’est donc qu’une conquête patiente et laborieuse

A

fin d’accompagner ce processus, engagé avec La Nouvelle espérance (2002-2009), et qui se poursuit avec Le Chemin d’avenir (2009-2016), le leitmotiv demeure le travail. Il va falloir travailler sans cesse, quelque temps qu’il fasse. Comme la nature nous le recommande à juste titre: « À renard endormi, il ne tombe rien dans la gueule. La moisson vient plus du labeur que du champ. »

Le Ministre Délégué, Délégué Général aux Grands Travaux, Jean-Jacques Bouya.

Ces innombrables chantiers, supervisés par la Délégation Générale des Grands Travaux, mobilisant experts étrangers et nationaux, ainsi que la main-d’oeuvre locale, transforment et valorisent utilement notre arrière-pays et les agglomérations urbaines. C’est donc avec une légitime fierté que le Chemin d’avenir, programme du président Denis Sassou Nguesso, peut se prévaloir d’être aujourd’hui, et pour la postérité, un beau modèle de développement et un bel instrument de réinsertion de notre jeunesse. Quoi de plus normal ! On ne mobilise pas une politique sans mobiliser l’espérance des hommes qui lui donnent vie et force. Car l’espérance procure à l’homme l’élan qu’il faut pour agir et l’entendement qu’il faut pour persévérer. Oeuvrant chaque jour pour le bonheur des Congolais, Denis Sassou Nguesso donne à comprendre : I:

Que l’art de bâtir est un effort pour créer, à côté du monde réel, un monde plus humain.

II :

Que le travail et la vertu peuvent remplacer le don.

III : Que le bonheur n’est pas un gros diamant, mais une mosaïque de petites pierres harmonieusement rangées… Le bonheur n’est donc qu’une conquête patiente et laborieuse.

Jean-Jacques Bouya. Communiqué

Le Ministre Délégué, Jean-Jacques Bouya visite les installations de Korail.

Bientôt, des voitures voyageurs, modernes, pour le CFCO Le Ministre Délégué, Délégué Général aux Grands Travaux, en sa qualité de président du conseil d'administration du CFCO et de conseiller du chef de l’État aux transports a séjourné du 17 au 21 octobre 2010, en Corée du Sud. La visite qui s'inscrivait dans l'exécution du programme d'urgence de réhabilitation et d’équipement du Chemin de fer Congo Océan, CFCO. De l’usine SSRST, Sung Shin Rolling Stock Technology de Moonkyung, lieu de fabrication des voitures CFCO, aux ateliers centraux de Korail, chemin de fer Koréen de Busan, en passant par la première usine de SSRST de Hamman, spécialisée dans la fabrication des trains et autres locomotives, le Ministre Délégué, Jean-Jacques Bouya, s’est rendu compte de l’état d’avancement des travaux de fabrication des nouvelles voitures CFCO et a visité les installations de Korail. Ces trains permettront au CFCO d’enrayer le déficit en la matière et, à coup sûr, aux Congolais de voyager dans de bonnes conditions. En ce qui concerne les voitures CFCO, il s’agit de deux rames de voitures à passagers climatisées qui feront sens contraires pour le trafic entre Pointe et Brazzaville. Chaque rame aura 2 voitures de 1ère classe, 2 voitures couchettes, une voiture restaurant, 4 voitures de seconde classe, un fourgon générateur et bagages, une voiture 1ère et seconde de réserve. Pour un coût global de 8 milliards de FCFA.

En dehors de la construction de ces voitures à voyageurs climatisés dont l’arrivée est prévue, au plus tard, pour juillet prochain, le gouvernent congolais entend monter, à la place de la gare de Brazzaville, un grand atelier de maintenance de wagons afin de leur garantir un bon entretien. Un autre projet est en vue. Celui des locomotives qui peut être fixé dès le mois de novembre 2011. La visite de travail du Ministre Délégué Général aux Grands Travaux a été couronnée par son entretien à Séoul avec le gouverneur d’Eximbank, la banque export-import, monsieur Kim Dong su. En toile de fonds l’appui de cette institution bancaire dans la réalisation de certains projets structurants au Congo. Au nombre desquels la réhabilitation et l’acquisition du matériel CFCO et la construction d’un centre universitaire Denis Sassou Nguesso à Kintélé. Cette visite de la délégation congolaise, en Corée du Sud pose les jalons d’une coopération économique et d’investissement entre ce pays et la République du Congo. Elle augure également de lendemains meilleurs, surtout en ce qui concerne la politique de modernisation et d’industrialisation de chef de l’État inscrite dans son programme le Chemin d’avenir. ■

L’atelier de fabrication des nouvelles voitures CFCO. Communiqué

L’aéroport international Maya-Maya.

Modernisation de Maya-Maya Du rêve à la réalité Rendre compétitif l’aéroport international Maya-Maya et l’arrimer aux exigences de la modernité, tel est l’objectif que le Congo se propose d'atteindre. L’inauguration du premier module de l’aérogare, de la voie d’accès et de la deuxième piste de cette plate-forme aéroportuaire, par le Chef de l’État, Denis Sassou Nguesso, le 11 août 2010, épouse bien cette vision.. Construite par la société SGEC Congo, la deuxième piste est une bande d’envol de 3 700 mètres sur 300 mètres de large, entre la piste actuelle et la base aérienne, dans laquelle s’inscrit une piste de 3 300 mètres de long sur 45 mètres de large, avec des accotements de 7,5 mètres de part et d’autre, et un prolongement d’arrêt de 100 mètres à chaque seuil. Elle est reliée à la première par trois bretelles. Le tarmac a été réhabilité et élargi, passant en surface de 87 000m2 à 120 000m2, pour un coût de 57 milliards 602 millions de francs CFA financés par le budget d’investissement de l’État congolais. L’aérogare inaugurée comporte une ossature métallique vitrée de couleur verdâtre, trois passerelles télescopiques vitrées adaptées aux avions de type Airbus A-380 et Boeing 747 de la série 400. Elle est conçue pour traiter de plus d’un million cinq cent mille passagers par an.

Le premier module constitue une véritable révolution qui a touché la conception, les matériaux, les équipements, afin de mieux respecter la vision futuriste du Président de la République, dont l’ouvrage est, avant tout, l’expression. Il est réalisé par la Société anonyme de coopération technique et économique internationale de Chine (WEITC), dans le cadre du partenariat stratégique entre la République Populaire de Chine et la République du Congo. Cette société réalisera non seulement les deux modules de l’aérogare et le pavillon présidentiel, mais aussi l’aéroclub, l’hôtel de grand standing et le parking autos, pour un coût global de 85 milliards de FCFA. Une fois achevé, le projet renforcera le rôle de pays de transit dévolu au Congo et améliorera la physionomie de Brazzaville.

Rendrecompétitif l’aéroport international et l’arrimer aux exigences de la modernité

Toujours dans le cadre de ce projet, une route à double sens de 2,8 km est aménagée en vue de faciliter l’accès des passagers au terminal. ■

Aéroport d’Ollombo en construction. Communiqué

Barrage hydroélectrique d’Imboulou.

Réception provisoire du barrage hydroélectrique d’Imboulou Le barrage hydroélectrique d’Imboulou a été réceptionné provisoirement le 10 novembre dernier par le Délégué Général aux Grands Travaux Jean-Jacques Bouya. Construit sur la rivière Léfini (département du Pool), à environ 260 km au nord de Brazzaville, ce barrage est doté d’une puissance de 120 MW, qui seront transportés vers le centre de transformation de Ngo dont la vocation est de distribuer le courant sur le reste des localités. Le procès-verbal de réception provisoire de l’ouvrage a été paraphé entre la partie congolaise, la société chinoise China Machinery Engeneery and Corporation (CMEC) et l’ingénieur conseil d’origine allemande Fichtne. La signature de ce document marque une étape cruciale dans la construction du barrage d’Imboulou. Au cours de cette cérémonie, Jean-Jacques Bouya a reçu les clés de la centrale du responsable de CMEC. Il a exhorté ladite société à tout mettre en œuvre pour lever les réserves et a demandé aux exploitants du barrage de travailler dans la rigueur afin de préserver et pérenniser cet acquis de la République. Selon les termes du procès verbal, CMEC devrait réaliser des essais de fonctionnement de la centrale en réseau isolé dans un délai de deux mois, compléter pendant la période de garantie d’un an le lot de pièces de rechange et combler d’autres réserves soulevées par la commission de réception des ouvrages finis (CROF). Lancés le 23 septembre 2003 par le Président de la République Denis Sassou Nguesso, les travaux du barrage hydroélectrique d’Imboulou, prévus pour 61 mois, ont duré 84 mois pour un coût global de 340 millions de dollars, financés d’une part par le budget d’investissement de l’État congolais, et par le crédit fournisseur de la Banque de l’entrepreneur CMEC, d’autre part. Le projet a été réalisé en dix étapes pendant plus de six ans de dur labeur. Il s’agit de : • L’excavation de la fouille de fondation de l’usine, de

l’évacuateur de crues et de la digue ; • La construction d’une route asphaltée, longue de 60 km en enduit superficiel bicouche reliant le site du barrage à la nationale 2 et large de 9 m dont 7 m de roulement et 1 m d’accotement de part et d’autre ; • La construction de l’évacuateur des crues en béton armé long de 35 m et large de 37 m comprenant 2 pertuis de fond et 1 pertuis de surface. La capacité d’évacuation de l’ouvrage est de 1890 m3/s ; • La construction du bâtiment de l’usine en béton armé long de 128 m et d’une largeur en crête de 62,61 m ; • La construction de la digue en terre avec une hauteur maximum de 32,5 m, la crête est arasée à la côte de 311,5 m. Cette digue composée de deux parties longues respectivement de 132,60 m (digue en rive droite) et 283,00 m (digue en rive gauche ou sur le lit de la rivière) et sur 7 m de large, encadre l’usine et l’évacuateur des crues ; • La construction du poste de commutation 220 kV et l’installation des équipements électriques du poste : Disjoncteurs, jeux de barres et sectionneurs ainsi que des Le projet a été transformateurs de puissance réalisé en dix de 40 MVA chacun situés à la plate-forme aval de l’usine. étapes pendant Tous ceux-ci sont reliés au plus de six ans poste par des lignes aériennes de dur labeur. posées sur 4 pylônes placés au sommet du barrage ; • La construction du bâtiment de service en béton armé à 3 niveaux (R+2) abrite la salle de commande et les autres services de l’exploitation de la centrale, il est relié à l’usine par un couloir vitré à partir du 2e étage ; • Le montage, les réglages et les essais des 4 groupes turbo alternateurs d’une puissance chacun de 30 MW et les auxiliaires (systèmes air, huile, eau, dispositifs de protection, système contrôle commandes et de signalisation, régulateur de vitesse, régulateur de tension, système courant continu, système courant alternatif, pose des câbles de puissance et de commande, etc.) ; • La construction du poste de transformateur 10,5/30 kV, Communiqué

Barrage d’Imboulou.

Le complexe hydroélectrique d’Imboulou est fonctionnel depuis les mois de juin 2010 et produit 80 MW, dont 60 sont déjà injectés dans le réseau de distribution de Brazzaville et 20 MW exportés vers Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).

poste logé dans un bâtiment à deux niveaux (R+1) à côté du bâtiment de service et qui desservira en électricité les localités de la zone proche d’Imboulou ; • La construction des autres bâtiments annexes tels que l’atelier mécanique avec ses machines-outils et un pont de 25 tonnes ; le garage auto ainsi que la bâtiment abritant les groupes électrogènes d’une puissance de 250 et 500 kVA. Le complexe hydroélectrique d’Imboulou est fonctionnel depuis les mois de juin 2010 et produit, 80 MW, dont 60 sont déjà injectés dans le réseau de distribution de Brazzaville et 20 MW exportés vers Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC). Cependant, la défectuosité actuelle du réseau électrique de Brazzaville ne permet pas d’absorber les 80 MW. La

situation sera résolue après les travaux de réhabilitation du réseau en cours de réalisation dans la capitale. Par ailleurs, le Délégué Général aux Grands Travaux a demandé aux populations de bannir les actes de sabotage sur le réseau de distribution, notamment les branchements pirates qui entraînent des conséquences néfastes. Les travaux du barrage sont assortis de ceux des lignes électriques associées (très haute, moyenne et basse tension) et des postes de transformation, estimés à quelque 320 milliards de FCFA. Ces travaux permettront de passer de 750 km, (de l’indépendance à 2008) à 1500 km de lignes (2010). Ils ont mobilisé une expertise aussi gigantesque que variée, comprenant au total 2600 personnes dont 2000 cadres, techniciens et ouvriers congolais, 600 chinois et 23 allemands. ■

Centrale hydroélectrique d’Imboulou. Communiqué

Le 8 octobre 2010 à Nkou, le président Denis Sassou Nguesso inaugure le premier village agricole.

Les nouveaux villages agricoles Le premier village agricole de Nkouo construit à environ 80 km, au nord de Brazzaville, dans la sous préfecture d’Ignié (département du Pool), a été mis en service, ce 8 octobre, par le Chef de l’État Denis Sassou Nguesso. Lancés le 8 octobre 2009, les travaux d’exécution de ce projet ont duré un an. Le projet intègre une dynamique qui aboutira à la mise en place de trois nouveaux villages agricoles et d’autres unités de développement agro-pastorale, à travers le pays, pour un coût global de 13 milliards de FCFA. Le village agricole de Nkouo, premier de la série des trois, abrite 50 maisons modernes dont 40 pour les fermiers et 10 pour le personnel d’encadrement. Ces maisons sont loties sur une superficie de 70m2 , avec 3 chambres, un salon, une cuisine, une salle de bains et un débarras. Ce village offre à ses résidents toutes les commodités désirées. Le mobilier de maison est constitué d’un grand lit pour les parents, de deux lits superposés pour enfants, d’une table avec ses 4 chaises, d’une table basse, d’un canapé deux places et d’une armoire. Le site abrite aussi : • Une école primaire de 6 salles de classe, un bloc administratif avec sanitaires, une bibliothèque, ainsi que des aires de jeux collectifs, • Un hangar communautaire ou « Mbongui », • Un dispensaire de trois salles de soins, • Un réseau d’alimentation électrique approvisionné par 2 groupes électrogènes, d’une puissance respective de

275 kVa et 88 kVa, connectés à un inverseur manuel, en attendant la connexion au réseau électrique d’Imboulou, • Un réseau d’adduction d’eau potable, alimenté à partir d’un forage et d’un réservoir de 300 m3, • Un système d’éclairage public, • Des voiries et réseaux divers. Ce premier site est spécialisé dans l’élevage des poules pondeuses, avec une production d’environ 10 millions d’oeufs. Le site sera aussi doter de 6 millions de tubercules de manioc pour 100 hectares. Que de symbolique et de signification à cette cérémonie à travers Le village le contenu des quatre discours agricole qui l’ont ponctuée ! M. Banzouzi-Ntsimba, sous préfet de Nkouo est le d’Ignié, a souhaité la bienvenue à premier d’une ses hôtes en remerciant le Chef série de trois. de l’État pour le choix porté sur sa sous préfecture. Pour M. Etrog Yehoshua, le président de la société congolaise de modernisation (SOCOMOD), adjudicataire du marché, dont le pays d’origine, Israël, est nanti d’une expérience dans la construction et la gestion de villages agricoles, le Congo dispose de potentialités pour la réussite du projet « Nouveaux villages agricoles ». Le Ministre Délégué, Délégué Général aux Grands Travaux, Jean-Jacques Bouya a, quant à lui, fixé l’opinion sur les caractéristiques techniques du projet. « L’objectif du projet est d’implanter, dans le monde rural, des villages modernes à vocation agro-pastorale, peuplés de plusieurs familles, formant des communautés multi-ethniques homogènes, organisées et prospères », a-t-il renchéri. Le Ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Rigobert Maboundou a mis en exergue la volonté du Gouvernement à mettre en œuvre des politiques novatrices pour le développement du secteur agro-pastorale. Pour lui, la sélection des fermiers s’est faite selon les règles de rigueur méthodologique, de mérite et de transparence. Il s’agit en somme, d’une ardente politique qui procède de la maximisation de la production agro-pastorale, du rapprochement ville-campagne et de l’endiguement de l’exode rural. ■

Collecte des oeufs sur le site de Nkouo. Communiqué

La DGGT DÉLÉGATION GÉNÉRALE DES GRANDS TRAVAUX Créée par le décret n° 2002 – 371 du 3 décembre 2002, réorganisée par le décret n° 2009-158 du 20 mai 2009, la Délégation Générale des Grands Travaux est un organe administratif et technique. Elle est chargée de la passation et de l’exécution des contrats de marchés publics, et des contrats de délégation de service public de l’État, des autres personnes morales de droit public ou de droit privé, dont la valeur est supérieure ou égale au seuil fixé par le décret n° 2009-162 du 20 mai 2009 fixant les seuils de passation, de contrôle et d’approbation des marchés publics.

II. Missions

Faire réaliser les études, lancer les appels à la concurrence, organiser le dépouillement des offres, rédiger, conclure et gérer les marchés, apprécier, techniquement et financièrement les devis descriptifs et estimatifs des contrats. Maître d’ouvrage délégué, elle suit et contrôle l’exécution des chantiers, organise la réception provisoire des ouvrages finis.

III. Organisation

Aux termes du décret n°2009-158 du 20 mai 2009, portant réorganisation de la Délégation Générale des Grands Travaux, celle-ci est dirigée et animée par un Délégué Général.

La Délégation Générale des Grands Travaux comprend les structures suivantes : • L’Assistant du Délégué Général Il coordonne l’ensemble des services placés près le délégué général aux grands travaux que sont : les services juridique et du contentieux, des relations publiques, du courrier et fichier, de la coopération, audit interne et le secrétariat particulier. • La Coordination Technique Elle est placée sous l’autorité d’un coordonnateur technique, nommé par décret présidentiel. • Le Secrétariat Général Dirigé par un secrétaire général, il est responsable de la gestion du personnel, des finances et du matériel. • Le Comité Technique Organe de gestion, le comité technique, constitué de l’assistant du délégué, du coordonnateur technique et du secrétaire général, est chargé d’exécuter les missions et de définir la politique générale de la délégation générale des grands travaux.

IV. Collaboration

Aux côtés du Ministère de l’Économie, du Plan, de l’Aménagement du Territoire et de l’Intégration, du

Ministère des Finances, du Budget et du Portefeuille Public, elle participe à la programmation budgétaire des projets relevant de sa compétence. Toutes ces missions s’accomplissent en collaboration avec les ministères bénéficiaires des projets, les pouvoirs déconcentrés et les pouvoirs décentralisés.

V. Passation des marchés publics

La passation des marchés publics est régie dans notre pays par le décret n° 2009-156 du 20 mai 2009 portant code des marchés publics. Aux termes de ce décret, la procédure de passation des marchés publics fait intervenir trois types d’organes : • Les organes de passation que sont les maîtres d’ouvrage (l’État) et les maîtres d’ouvrage délégués. • Les organes de contrôle (la Direction Générale de Contrôle des Marchés Publics) • L’organe de régulation (l’Autorité de Régulation des Marchés Publics) Conformément à l’article 12 du code des marchés publics, la passation des marchés publics, proprement dite, est conduite par la commission des marchés publics, au sein de la cellule de gestion des marchés publics. Cette commission est sous l’autorité de la personne responsable des marchés publics. ■

« Faire de l’ambition de modernisation une réalité » DÉLÉGATION GÉNÉRALE DES GRANDS TRAVAUX Boulevard Denis Sassou Nguesso BP 1127 Brazzaville, République du Congo Tél./Fax : (242) 22 281 47 13 www.grandstravaux.org E-mail : contact@grandstravaux.org Communiqué

DIFCOM/FC - PHOTOS : DR

I. Cadre juridique

NABIL ZORKOT POUR J.A.

S T R AT ÉG I E

Création de nouveaux imprimés dans l'atelier d'Uniwax, la filiale ivoirienne du groupe.

Textile Vlisco revient de loin

L’entreprise néerlandaise, créatrice du célèbre wax, a été durement touchée par la concurrence asiatique. Elle a redressé la barre en investissant dans le marketing et le design. De quoi relancer ses usines au Ghana et en Côte d’Ivoire. F RÉDÉRIC M AURY

P

our une majorité de femmes africaines, c’est le symbole du raffinement. Mais Vlisco, créateur et fabricant du célèbre wax, est aussi une incroyable aventure africaine. L’entreprise, dont le siège est toujours basé à Helmond, près d’Eindhoven, aux Pays-Bas – son lieu de naissance il y a 164 ans –, emploie 1500 personnes en Afrique de l’Ouest et possède quelques-unes des très rares usines de textile encore actives dans la région. Pourtant, en Côte d’Ivoire et au Ghana, ses principales filiales – Uniwax et Ghana Textile Printing (GTP) – sont passées il y a plusieurs années près du gouffre financier, minées par la concurrence des productions à bas coût venues d’Asie et de la contrefaçon. Désormais remis sur pied, Vlisco s’est payé le luxe, en septembre 2010, d’être repris par l’un des investisseurs financiers les plus en pointe sur le continent, Actis, qui gère

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

un fonds de capital-investissement sur les pays émergents de 2,9 milliards de dollars (environ 2,1 milliards d’euros). « Vlisco est résolument tourné vers le consommateur, se réjouit Murray Grant, associé chez Actis. Il a une réputation fabuleuse en matière de design. » Une image qui permet à Vlisco d’avoir été valorisé par son nouvel actionnaire à hauteur de 120 millions d’euros: quatre fois l’Ebitda (revenu avant intérêts, impôts, taxes, dotations et provisions) de l’année 2009, une véritable performance dans un secteur d’activité aussi difficile… La société revient de loin. À partir de 1999, les ventes s’effritent lentement, avant de s’effondrer en 2004 et d’atteindre leur étiage en 2005. Elles descendent alors à 111 millions d’euros, contre plus de 200 millions sept ans plus tôt. Ce désastre économique, qui se traduit par un effondrement de la rentabilité, a des causes biens connues : 47

S T R AT ÉG I E

d’une part l’enfoncement de la Côte d’Ivoire, l’un des principaux marchés du groupe, dans la crise politique et économique ; d’autre part la concurrence ravageuse des contrefaçons chinoises dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les copies qui arrivent par bateaux se vendent alors trois ou quatre fois moins cher que les originaux. Le cas d’Uniwax, filiale ivoirienne de Vlisco cotée à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan, est un cas d’école. Entre 2003 et 2005, les ventes d’Uniwax passent de 22,2 milliards de F CFA (environ 34 millions d’euros) à 10,5 milliards. Le wax contrefait arrive alors par le Ghana ou la Gambie, profitant de l’instabilité née de la partition de la Côte d’Ivoire ainsi que de l’appauvrissement des Ivoiriens. Le coup est rude, mais Vlisco saura le parer. Un bel exemple de résistance à l’instabilité politique. Pour se sauver financièrement, l’entreprise taille dans les coûts. En un an, la masse salariale est réduite de près de 45 %, passant de 3 600 employés à moins de 2000. Mais ce n’est pas tout. Le marketing est placé au centre de la stratégie du groupe, qui n’hésite pas à communiquer sur les contrefaçons en expliquant à l’acheteur com-

LE CHIFFRE D’AFFAIRES REMONTE (en millions d'euros)

175

161

150

163 122

168

136 111

115

2005

2006

100

50

0

2002

2003

2004

2007

2008

2009

SOURCE : VLISCO ET GAMMA HOLDING

200

ment les repérer. La politique de différenciation et de segmentation est renforcée : aux femmes africaines recherchant du haut de gamme le Real Dutch Wax Vlisco, à la classe moyenne branchée la marque Woodin, et aux jeunes les marques locales GTP et Uniwax. Davantage exposés à la concurrence à bas coût, GTP et Uniwax mettent en place une double stratégie. « Uniwax a décidé de s’adapter au pouvoir d’achat de ses clients, explique Kadi Fadika, responsable des marchés de capitaux au sein de la société de Bourse ivoirienne Hudson & Cie. Quand les temps sont cléments, les prix s’ajustent en proportion, et les clients n’hésitent pas à payer des prix plus élevés. De la même façon, quand les temps se gâtent, les clients se satisfont de prix qui ont été abaissés et continuent d’acheter. » 48

Le design, maître-mot de la marque phare Vlisco, devient une religion pour tout le groupe. Les nouveaux modèles sont produits plus vite et à un rythme régulier pour garder toujours un temps d’avance sur la concurrence chinoise, qui met nécessairement plusieurs mois avant de parvenir à livrer sur le marché un produit copié. Simultanément, Vlisco organise de manière récurrente des raids contre des usines de contrefaçon en Thaïlande, en Chine… Et la stratégie fonctionne. En 2009, le chiffre d’affaires s’est redressé à 168,3 millions d’euros, pour un résultat net de 15,5 millions d’euros. Uniwax, de son côté, redevient bénéficiaire en 2007 et dégage depuis des profits chaque année. « Avant l’arrivée de la concurrence asiatique, Vlisco s’était un peu endormi, avance Murray Grant. Mais aujourd’hui, ce n’est même plus un véritable enjeu car, en matière de prix, Vlisco ne joue pas dans la même catégorie et ses marques sont fortes. » Les usines sont toujours confrontées aux mêmes problèmes, classiques dans l’industrie africaine. En tête, les difficultés énergétiques, avec un prix de l’électricité élevé et des délestages préjudiciables. Mais la différenciation et la réputation de la marque ont permis de vendre des produits à des prix élevés et, partant, de couvrir largement les frais. « Il y a bien entendu une marge de progression, ajoute Murray Grant. Notamment en améliorant les compétences des managers pour les tourner davantage vers le consommateur. D’un point de vue marketing, il faut renforcer l’association entre la marque et la qualité. » Désormais mené par un nouveau dirigeant, Hans Ouwendijk, spécialiste du secteur, Vlisco a de nombreux défis à relever. Si la marque phare du groupe a un avenir assuré, Uniwax, GTP et Woodin pourraient évoluer. L’objectif est d’aller vers une même stratégie : des volumes modérés et des marges élevées. Autant dire que l’avenir des emplois dans les usines du Ghana ou de Côte d’Ivoire n’est pas assuré. « Si nous avons du succès, le niveau de l’emploi restera le même ou augmentera », rétorque Murray Grant, qui se refuse à envisager le contraire. Ajoutant seulement : « Il ne faut pas penser uniquement aux emplois directs mais prendre en compte aussi les emplois indirects, très nombreux. » Vlisco réalisant encore aujourd’hui l’essentiel de ses ventes auprès de grossistes, toute une série d’emplois découlent de la fabrication et de la vente de ses produits. Quant à la politique d’ouverture de boutiques, développée depuis quelques années, elle n’est pas chose aisée en Afrique. « La distribution au détail dans nos propres magasins a un rôle à jouer stratégiquement, mais son développement prendra du temps, explique Murray Grant. Car l’investissement nécessaire pour construire un réseau de magasins est important. » ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

FALONE

Plantation de palmiers à huile en Côte d’Ivoire.

Agro-industrie Olam trace sa route De simple exportateur de noix de cajou, le groupe singapourien s’est mué en producteur d’huile de palme, de farine, de cacao… Fort de son alliance avec l’ivoirien Sifca, il compte rayonner sur tout le continent et inquiète la concurrence. F RÉDÉRIC M AURY

L

es chiffres sont officiels et pourtant peu connus. En 2010, Olam a réalisé en Afrique un chiffre d’affaires (CA) de 1,2 milliard de dollars (environ 873 millions d’euros), deux fois plus qu’en 2005. Et pourtant, à l’image de la plupart de ses concurrents, de Cargill à ADM (tous deux basé aux États-Unis), ce géant du négoce n’est connu que des spécialistes de l’agroindustrie et de quelques investisseurs qui ont misé sur ce groupe coté à la Bourse de Singapour. Simple exportateur de noix de cajou au Nigeria à la fin des années 1980, la filiale du groupe indien Kewalram Chanrai s’est transformée en une

50

dizaine d’années en leader du négoce de produits agricoles et de denrées alimentaires, affichant 7,5 milliards de dollars de CA pour 195 millions de dollars de bénéfice net en 2010. Sa méthode? Acheter du cacao en Côte d’Ivoire ou au Ghana, des noix de cajou en Inde, du riz en Chine, du blé en Russie, les stocker puis les acheminer vers ses clients dans le monde entier, dont les géants de l’agroalimentaire Mars ou Nestlé. Pour mener à bien cette extraordinaire transformation, Sunny Verghese, le cerveau qui a bâti le succès d’Olam, a quitté le Nigeria pour rejoindre les centres financiers mondiaux : Londres,

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

jusqu’en 1996 ; et Singapour, le paradis fiscal asiatique, depuis. Pour autant, Olam n’a pas abandonné l’Afrique, loin de là. Installée dans 30 pays sur le continent, sous la direction, notamment, de Ranveer Chauhan, patron des activités africaines, la multinationale possède même des usines dans 13 d’entre eux. Parmi une liste d’activités interminables, elle cultive du riz au Nigeria et au Mozambique, coupe du bois au Gabon et en RD Congo, vend de la sauce tomate en conserve en Afrique de l’Ouest…

A

vec plus de 1,2 milliard de dollars de ventes en Afrique en 2010, Olam est devenu l’un des géants du continent. Un rapprochement avec Louis-Dreyfus Commodities (LD Commodities), évoqué au second semestre 2010, ne ferait que renforcer ses positions. LD Commodities reste leader dans l’export de produits africains, principalement le coton, mais aussi dans l’import de céréales et de riz. En revanche, sa stratégie de développement dans la production semble s’être soldée par des échecs. Cela a été le cas, par exemple, dans l’industrie cotonnière en Côte d’Ivoire ou au Tchad. Alors qu’Olam se développe rapidement dans la production et la transformation en Afrique, LD Commodities n’y est plus qu’un puissant négociant… Reste à savoir si l’opération de rapprochement entre les deux entités, qui donnerait naissance au numéro trois mondial du négoce, aboutira. Olam y verrait un excellent moyen d’atteindre son objectif de doubler sa taille dans les prochaines années, tout en se développant fortement dans des zones stratégiques, notamment le Brésil, où LD Commodities est très puissant. De son côté, le groupe français basé en Suisse réaliserait une opération dans la logique des choses. Sous l’impulsion de son actuel patron opérationnel, Jacques Veyrat, le groupe tente de se diversifier depuis quelques années : c’est chose faite dans l’énergie (notamment la distribution d’électricité), tandis qu’une opération ciblée sur les jeux en ligne a finalement échoué. Une fusion avec Olam permettrait à LD Commodities de dégager des ressources pour investir dans d’autres secteurs. ■ F.M.

L’arrivée d’Olam et de Wilmar n’a pas fait que des heureux. Suneor, leader de l’huile au Sénégal, très gros importateur d’huile de soja et désormais producteur d’huile de coton, n’a guère apprécié la nouvelle. Les autorités du Sénégal – où Suneor fait vivre des centaines de milliers de personnes grâce à l’arachide – ont bien tenté de mettre des bâtons dans les roues aux nouveaux arrivants. Tout d’abord en mettant en cause la position monopolistique de son concurrent, puis en adoptant une norme qualitative mettant hors jeu l’huile de palme. Mais à la mi-2010, Dakar a été envoyé dans les cordes par la Commission de l’UEMOA. Olam, Wilmar et Sifca ont donc le champ libre pour faire de l’huile de palme ivoirienne un bien de consommation très répandu

▲ ▲ ▲

Plus largement, le continent est depuis quelques années au cœur de la nouvelle stratégie du groupe singapourien. Tout d’abord, remonter la chaîne de valeur et transformer l’entreprise en un groupe intégré, présent du champ agricole jusqu’au produit fini. Second enjeu : étendre la gamme des productions historiques (noix de cajou, sucre, café) pour se déployer vers d’autres filières, soit une vingtaine de produits agricoles. Cette stratégie s’est traduite en janvier 2010 par la reprise de Crown Flour Mills, l’une des trois premières minoteries du Nigeria, pour un peu plus de 107 millions de dollars. L’opération a transformé Olam en l’un des principaux fournisseurs de farine et de pâtes alimentaires du pays. En Afrique de l’Ouest francophone, Olam s’est rapproché du groupe Sifca, de Jean-Louis Billon et Yves Lambelin. Associé, au sein une coentreprise baptisée Nauvu, à son compatriote Wilmar, l’un des plus gros producteurs au monde d’huile de palme, le groupe singapourien est entré au capital du géant local de l’agro-industrie en 2008. Et outre les parts prises dans Sifca et Palmci (qui récolte l’huile de palme), ils ont acquis la majorité du capital de Sania, l’usine de transformation ivoirienne de Sifca. Objectif : devenir un leader local dans l’achat, la production et la transformation d’huile de palme pour le marché ivoirien et l’ensemble de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le moyen ? Développer la productivité des cultivateurs de palmiers à huile, très inférieure à ce qu’elle est en Asie, et doper la capacité de Sania pour atteindre une production de plus de 500 000 tonnes, vendue bien au-delà de la seule Côte d’Ivoire.

Louis-Dreyfus Commodities : alliance au sommet ?

S T R AT ÉG I E

L’OFFENSIVE OUEST-AFRICAINE

lars) (Filières, entreprises et chiffres d’affaires 2009 en dollars)

COTON

OUANGOLO

CÔTE D’IVOIRE (ND)

FARINE

CROWN FLOUR MILLS NIGERIA (ND)

NEW WHEAT MILL

CACAO

GHANA (ND)

OUTSPAN CÔTE D’IVOIRE (272 MILLIONS) GHANA (ND) NIGERIA (ND)

SUCRE

SUCRIVOIRE*

* Olam ne détient qu’une part minoritaire dans Sifca et Palmci (et indirectement dans Saph et Sucrivoire), mais elle y a malgré tout une grande influence dans la gestion et la stratégie. ND : non déterminé.

SIFCA*

CÔTE D’IVOIRE (632 MILLIONS)

CAOUTCHOUC

SAPH*

HUILE DE PALME

PALMCI*

CÔTE D’IVOIRE (200 MILLIONS)

CÔTE D’IVOIRE (63 MILLIONS)

CÔTE D’IVOIRE (162 MILLIONS)

SANIA

CÔTE D’IVOIRE (386 MILLIONS)

▲ ▲ ▲

dans la zone. Et même au-delà, puisque le trio a d’ores et déjà attaqué les pays anglophones, en mettant la main sur des plantations de palmiers au Liberia, et qu’il cherchait, fin 2009, à faire de même au Nigeria. Pour Olam, c’est une pierre de plus posée dans le secteur de la production agro-industrielle africaine. Car Sifca, désormais sa tête de pont agro-industrielle dans l’huile de palme africaine, est aussi un leader régional dans le caoutchouc et le sucre. Dans ce dernier domaine, Olam a tenté – pour l’instant en vain – de s’allier directement avec Sucrivoire, la filiale sucrière de Sifca. De même, les ambitions affichées du tandem Wilmar-Olam dans le caoutchouc africain devraient logiquement passer à un moment ou à un autre par la Société internationale de plan-

fèv en beurre be l 60 000 tonnes de fèves et en liqueur de cacao, matières de base pour les géants du chocolat. Alimenté par les fèves d’Outspan, Olam entend ainsi développer une nouvelle activité de taille, puisque la nouvelle unité devrait atteindre en rythme de croisière un CA annuel de 175 millions de dollars.

Enfin, Olam remonte la filière blé avec des investissements dans les minoteries, pour l’instant au Nigeria et au Ghana. Bien placé dans l’immense commerce d’importation de céréales vers l’Afrique, le groupe singapourien entend se positionner à la fois comme transformateur de blé en farine mais aussi comme distributeur de produits finis (pâtes alimentaires). Il y a peu de raisons de douter que, d’ici peu, sa stratégie le mène à lorgner les minoteries d’Afrique francophone. De la même façon, l’a n nonce, m i-2010, de la participation d’Olam dans la LE GROUPE BÉTONNE SA POSITION DANS LE CACAO création au Gabon d’une zone économique spéciale pour la IVOIRIEN, OÙ SA SOCIÉTÉ OUTSPAN EST DÉJÀ LEADER. filière bois laisse penser que le groupe entend désormais tations d’hévéas (Siph) et la Société africaine transformer le bois qu’il coupe un peu partout de plantations d’hévéas (Saph), filiales de Sifca sur le continent avant de l’exporter. codétenues par le français Michelin et présentes Car Olam a ciblé l’Afrique comme une région en Côte d’Ivoire, au Nigeria, au Ghana… hautement prioritaire, et le fait que la plupart En outre, Olam bétonne sa position centrale de ses dirigeants y aient travaillé n’est pas un dans le cacao ivoirien, où il est déjà leader avec hasard. Nombre des produits agricoles prioriOutspan Ivoire (272 millions de dollars de CA taires pour Olam se trouvent sur le continent, en 2009), qui achète et exporte les fèves ivoioù les terres cultivables restent de surcroît bon riennes. En août 2010, dans le cadre d’un projet marché. Et il s’y développera au cours des prod’investissement de 43,5 millions de dollars, le chaines décennies une forte demande pour les groupe a en effet annoncé la construction d’une produits transformés du groupe, dopée par une usine, à Abidjan, qui permettra de transformer classe moyenne locale en plein boom. ■ 52

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

S T R AT ÉG I E

La nouvelle révolution verte Fondateur de la société de gestion d’actifs Enko Capital Management et du fonds Enko Africa Opportunity

PAR

C YRILLE N KONTCHOU

L’

Afrique est à l’aube d’une nouvelle révolution verte. Contrairement à celle lancée dans les années postindépendance, qui visait avant tout à assurer l’autosuffisance alimentaire au niveau national, cette nouvelle révolution verte est rendue nécessaire par un déséquilibre croissant à l’échelle planétaire entre l’offre et la demande en produits agricoles. Avec 20 % de la population mondiale, la Chine ne dispose que de 7 % des terres arables. L’Afrique en revanche recèle 60 % des terres arables non cultivées dans le monde. Il n’est alors pas surprenant que l’on observe, depuis quelques années, un afflux d’investissements étrangers vers les terres arables du continent. Selon l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri), entre 15 millions et 20 millions d’hectares de terres situées dans des pays en déve-

petits planteurs. Le démantèlement des structures d’encadrement agricole et le désintérêt relatif des États pour ce secteur ont conduit dans bien des cas à une régression de l’autosuffisance alimentaire. Bien qu’elle emploie plus des deux tiers de la population active, la production agricole dans la plupart des pays ne suffit plus à assurer cette autosuffisance. À cet égard, la crise alimentaire de 2008 a servi de coup de semonce pour beaucoup d’États qui se sont vus confrontés à des émeutes de la faim causées par l’augmentation rapide des prix des produits de base importés.

La nouvelle révolution verte en Afrique est non seulement une nécessité aux plans du développement économique et de la paix sociale, mais aussi une fabuleuse opportunité d’investissement. Les atouts La crise alimentaire de 2008 a servi de coup du continent en matière d’agriculture sont évidents : de semonce pour beaucoup d’États. disponibilité de larges étendues de terres arables loppement, et plus particulièrement en non cultivées, main-d’œuvre abondante Afrique, ont fait l’objet d’investissements et comparativement moins chère. Selon étrangers. Ces achats de terres arables un rapport des Nations unies, la production en pays tiers se sont rapidement érigés alimentaire mondiale doit augmenter en stratégie pour les pays déficitaires de 70 % dans les quarante prochaines en produits agricoles, afin de garantir années pour permettre à la planète leur sécurité alimentaire. Les terres de nourrir sa population croissante. arables en Afrique sont ainsi devenues La nouvelle révolution verte en Afrique un instrument de spéculation financière. passe par un accroissement de la productivité. Selon une étude récente du McKinsey Cependant, la véritable opportunité Global Institute, le continent pourrait de nouvelle révolution verte en Afrique porter la valeur de sa production agricole est ailleurs. Au cours des cinquante annuelle d’environ 280 milliards de dollars années qui se sont écoulées depuis les actuellement à plus de 500 milliards indépendances, les rendements agricoles de dollars d’ici à 2020, par la combinaison en Afrique n’ont pas progressé, alors de l’accroissement des rendements, que, partout ailleurs dans le monde, de l’augmentation des terres cultivées ils ont été multipliés par deux, voire et de l’amélioration de la qualité des cinq, grâce à l’usage de techniques agrisemences et des cultures. Si le continent coles modernes, de meilleures semences, hissait son rendement agricole au niveau d’engrais et de produits phytosanitaires. de la moyenne mondiale, il pourrait L’agriculture africaine demeure largement doubler en vingt ans la valeur de sa une agriculture de subsistance et de production. ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

53

S T R AT ÉG I E

Nigeria Tapis rouge pour Oando

Leader de la distribution de carburant, la compagnie entend devenir un acteur clé de l’exploration pétrolière. Une ambition facilitée par la volonté des autorités de donner une place plus importante aux entreprises nationales. F RÉDÉRIC M AURY

S

ans coup férir, elle s’est hissée en quelques années au deu x ième rang des entreprises nigérianes. Juste entre MTN Nigeria et Zain Nigeria, les deux mastodontes des télécoms. Oando est pourtant loin d’avoir acquis, au-delà de Lagos et d’Abuja, la notoriété de certains de ses confrères nationaux, comme Dangote, ou de ses concurrents directs Shell ou Total.

Pourtant, la liste des prouesses de ce nouveau géant de l’énergie est unique : coté en Bourse, Oando est l’une des très rares compagnies pétrolières transparentes et gérées de manière moderne. Elle a été, en 2004, la première société africaine (hors Afrique du Sud) à être introduite à la Bourse de Johannesburg ; elle est l’une des rares entreprises privées locales présentes dans l’amont ; et entre 2005 et 2009, son chiffre d’affaires a progressé de 84 % alors que ses profits étaient multipliés par 5,7. Avec Conoil, son principal concurrent nigérian, Oando domine largement le secteur de la distribution pétrolière, via son réseau de stations-service. Son objectif, désormais, est clair : devenir également un leader dans l’exploration pétrolière en extrayant de ses puits 100 000 barils par jour d’ici deux à trois ans. L’équation est complexe. L’activité aval est en effet largement régulée par les autorités, qui fixent les prix. Oando joue dans ce domaine un rôle de négociant, important l’essence, la vendant dans ses points de vente et touchant ensuite les aides de l’État. L’activité amont est bien plus risquée. Mais le plan d’Oando a été mûrement réfléchi.

LES RÉSULTATS PROGRESSENT... (en millions de dollars) Chiffre d'affaires

Bénéfice net

1 648

2006

22 1 502

2007

50 2 687

2008

75 2 210

2009

66 0

500

1000

1500

2000

2500

... MAIS L’ENDETTEMENT AUSSI (en millions de dollars) Dette nette

267

2006

457

2007

918

2009 0

54

200

400

600

800

1000

1200

SOURCE : OANDO

1 033

2008

Le Local Content Bill et le Petroleum Industr y Bill, deux nouvelles dispositions législatives régulant l’industrie pétrolière, entendent notamment donner la priorité aux sociétés locales. L’idée est que les opérateurs emploient un maximum de Nigérians, utilisent du matériel produit sur place et s’associent systématiquement à un groupe local pour exploiter des champs pétroliers ou les acquérir… « Cela ne plaît pas trop aux compagnies étrangères mais devrait profiter à Oando », explique Sebastian Spio-Garbrah, fondateur du cabinet d’intelligence économique DaMina, spécialisé sur l’Afrique, et qui suit le secteur pétrolier nigérian depuis de longues années. Pour Oando, cette législation est du pain bénit.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

JACOB SILBERBERG/PANOS-REA

S T R AT ÉG I E

Les multinationales du pétrole, elles, y voient une contrainte de plus dans un pays où les difficultés se multiplient, notamment avec l’instabilité dans le Delta du Niger. Elles ont d’ailleurs entamé un processus de retrait progressif. En 2008, Oando fut la première compagnie locale à entrer dans la production en offshore ultraprofond, avec l’acquisition de 15 % des puits OML-125 et OML-134 pour près de 200 millions de dollars (146 millions d’euros). Fin 2010, son ambition semble s’être décuplée : selon plusieurs médias locaux, Oando se serait en effet allié avec Addax Petroleum, filiale du chinois Sinopec, et la société indépendante franco-britannique Perenco pour reprendre des blocs pétroliers que Shell souhaite céder pour une valeur de 4 milliards de dollars. Une solution intelligente : Oando souffre en effet aujourd’hui d’une double insuffisance, en compétences humaines et en finances, pour devenir un acteur majeur. Perenco et Addax, des experts de l’offshore africain, apporteraient les deux.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

En dates

▲ ▲ ▲

En matière financière, Oando a préparé sa partition. L’activité amont nécessitant énormément de capitaux, Wale Tinubu, son très estimé patron et l’un de ses principaux actionnaires, a mis sur pied un double accord. D’un côté, les banques locales le suivent régulièrement et la double cotation à Lagos et à Johannesburg devrait permettre de lever les fonds nécessaires aux développements futurs ; un consortium de 13 banques locales lui a ainsi accordé un crédit global de plus de 400 millions de dol-

Lagos, 2009. lars mi-2010, tandis qu’en début d’année les Le groupe est actionnaires du groupe souscrivaient à une à la tête de augmentation de capital d’environ 140 millions 500 stationsde dollars. service. D’un autre côté, la domination d’Oando dans l’aval devrait se révéler lucrative et contribuer à la croissance du groupe dans l’amont. Tout d’abord parce qu’Oando doit céder sous peu 49 % de cette activité en Bourse. Ensuite, parce que les 550 stationsser v ice qui opèrent sur le territoire garantissent une trésorerie abondante et qui ■ 1956 Création sous le devrait théoriquement grosnom d’Esso West Africa, sir. Le Nigeria, en effet, est filiale de l’américain très en retard en matière de Exxon. consommation d’essence par habitant, laquelle y est trois ■ 1976 L’État acquiert fois inférieure à la moyenne 100 % du capital et mondiale. rebaptise l’entreprise « Le management d’Oando Unipetrol Nigeria. a fait un travail impressionnant pour positionner l’en■ 1991 60 % du capital est treprise afin de profiter de vendu sur la Bourse de l’avantage du premier partant Lagos. et de celui qui possède déjà des parts de marché impor■ 2003 Unipetrol et Agip tantes pour chacune de ses fusionnent pour donner divisions », souligne Dragan naissance à Oando. Tajkov, analyste à la banque d’investissement panafricaine ■ 2005 Oando s’attaque Renaissance Capital. « Oando à l’activité amont. est l’une des compagnies ayant la plus importante part de marché dans la distribution 55

S T R AT ÉG I E

génération électrique. Le groupe nigérian gère déjà un gazoduc de 100 km qui alimente plusieurs sites industriels en gaz. Il en construit un autre en ce moment, de 128 km, à travers la forêt et les marécages, et prévoit de développer 100 km de pipelines par an dans le pays. Au Ghana, il a annoncé avoir décroché un contrat géant de transport de gaz en lien avec le champ pétrolier Jubilee, mais l’opération semble patiner. En parallèle, Oando est également devenu Le leader nigérian, tout entier à sa straun petit producteur électrique indépendant, tégie pour devenir un opérateur intégré actif avec le projet Akute Power, qui montre sa capasur l’ensemble des activités énergétiques, vise cité à pénétrer ce marché. Moins coûteuses en capiLES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION ÉLECTRIQUE ET DE taux que l’exploration pétroplus rentables que les TRANSPORT DE GAZ SONT LES GRANDS PARIS D’OANDO. lière, stations-service, ces activités de transport de gaz et de transformation électrique pourraient bien se révéler également les activités intermédiaires : le transles plus intéressantes, et constituent les plus port de gaz et la transformation électrique. En grands paris d’Oando, qui mise sur la croissance retard en matière de consommation d’essence, nigériane, sur l’explosion d’un secteur industriel le Nigeria l’est également en termes de consomlocal et sur l’émergence d’une classe moyenne mation électrique par tête, avec un niveau très demandeuse d’énergie. Les années qui viennent nettement inférieur à celui du Cameroun, du diront si l’entreprise privée, aujourd’hui l’une Gabon ou de la Namibie. des plus respectées du pays et l’une des rares Oando s’est du coup positionné sur ces créà s’être construite sans réels appuis politiques, neaux en devenant l’un des pionniers dans le parviendra à ses fins. ■ transport de gaz en pipeline ainsi que dans la ▲ ▲ ▲

de produits pétroliers et est aux avant-postes dans celle des produits gaziers », ajoute-t-il. Financièrement, Oando apparaît toutefois déjà comme une société relativement endettée et doit continuer à prouver sa capacité à croître tout en gérant activement et intelligemment sa dette, notamment en matière de maturité (les échéances respectives des crédits).

Assurance-crédit

Affacturage

Notation et information d’entreprise

Gestion de créances

Avec nous, votre portefeuille clients prend de la valeur. Donnez de la visibilité à vos affaires, valorisez votre entreprise avec la Notation @rating Coface. Evitez les impayés et externalisez tout ou partie de vos actions de recouvrement avec la Gestion de créances. Dynamisez vos ventes et protégez votre entreprise du retard de paiement et du risque d’impayés avec l’Assurance-crédit. Financez immédiatement vos créances commerciales et transférez vos charges et risques de recouvrement avec l’Affacturage.

Coface Services West Africa (CAMEROON Head Office) : Tél. : + 237 33 42 51 53 - Email : Coface_WestAfrica@coface.com CÔTE D’IVOIRE : %01) - + $$5 $$ !& 32 '# , SENEGAL : %01) - + $$& ## /$ #3 ..$ , BENIN : Tél./Fax : + 229 21 31 65 89 TOGO : %01)(4*" - + $$/ $$' /. 5/ , BURKINA FASO : Tél. : (226) 50 33 01 13 MALI : %01)(4*" - + $$# $$. $3 !5 , GABON : Tél. : + 241 05 036 905

S T R AT ÉG I E

En quête de champions Fondateur et directeur général du cabinet Performances Management Consulting

PAR

V ICTOR N DIAYE

L’

émergence de l’Afrique repose sur le développement d’une masse critique d’entreprises de dimension régionale ou mondiale. Les États-Unis sont la première puissance économique car les plus grands groupes du monde sont américains (CocaCola, Microsoft, Apple, Google…). De même, la place de la France dans l’économie mondiale résulte de celle prise dans leurs secteurs respectifs par Areva, Bouygues, BNP Paribas, Air France, Bolloré… La Chine, l’Inde, la Corée du Sud, le Brésil deviennent de grandes puissances car leurs entreprises bousculent désormais les multinationales occidentales, voire les rachètent. Sur le continent, Afrique du Sud, Nigeria, Égypte, Maroc et Tunisie s’imposent comme puissances économiques régionales car leurs grandes entreprises se déploient progressivement sur la scène continentale,

litatif. Les grandes entreprises représentent le meilleur vecteur pour attirer et diffuser dans un pays la technologie, les talents et les bonnes pratiques managériales. Or, plus que la richesse immédiate, ces facteurs déterminent la compétitivité future d’un pays.

Le développement de champions de taille régionale ou mondiale constitue donc un des défis majeurs de l’Afrique. Moins d’une dizaine d’entreprises africaines ont une dimension mondiale, moins d’une cinquantaine ont une dimension régionale (avec des filiales dans plusieurs pays africains), et plus de deux pays africains sur trois auraient du mal à présenter ne serait-ce qu’une seule entreprise de dimension régionale. Ainsi, les 500 premières entreprises africaines opèrent encore pour l’essentiel dans leur seul marché national ou, au mieux, exportent dans quelques pays environnants. Leurs marchés nationaux, pour la pluLe saut qualitatif exige l’ambition de rayonner part, restent par ailleurs dominés par de grandes multinationales au-delà de son seul marché national. minières, pétrolières, agroalimentaires ou de services, issues voire émergent sur la scène mondiale. Par des pays développés. exemple, de nombreux pays africains ont Fort heureusement, de plus en plus d’exvu arriver ces dernières années les champions ceptions apparaissent, notamment dans les de l’économie marocaine (Attijariwafa Bank, banques et les télécoms. Deux facteurs critiMaroc Télécom, Royal Air Maroc). ques distinguent ces entreprises championnes des autres entreprises: leur gouvernance Une première raison de la nécessité pour et leur ambition. L’Afrique regorge de PME les pays africains de disposer de champions à gouvernance familiale qui n’ont pas su se nationaux est leur impact économique. En transformer en grandes entreprises à gouvergrandissant au-delà de leurs frontières, ces nance transparente et ouverte, introduites en entreprises rapatrient chez elles un maximum Bourse ou liées à des partenaires internatiode richesses, pour l’État et pour leurs action- naux. La plupart de ces succès entrepreneunaires, et un maximum d’emplois, directs riaux ne sont malheureusement pas durables ou indirects, à travers une multitude de PME et survivront difficilement à leur fondateur. sous-traitantes. La récente crise financière Le saut qualitatif exige également l’ambia ainsi fait prendre conscience que le poids tion de rayonner au-delà de son seul marché économique de certains de ces champions national et de bâtir une multinationale. était tel (notamment pour les grandes Enfin, l’exemple des pays émergents montre banques ou pour l’industriel General Motors) cependant que cette ambition individuelle que les conséquences de leur faillite évendoit être accompagnée d’une vision natiotuelle seraient trop lourdes pour l’économie nale, avec un État et un secteur privé américaine – « too big to fail ». travaillant en synergie et une diplomatie Une deuxième raison, aussi importante au service de l’expansion des champions mais moins évidente, est leur impact quanationaux. ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

57

S T R AT ÉG I E

tation de cinq nouveaux sites d’ici à cinq ans. Dès 2009, l’or est devenu le premier produit d’exportation du Burkina Faso, détrônant le coton. Au cours de l’année écoulée, l’or a rapporté au pays un pactole de 270 millions d’euros, contre seulement 180 millions pour la filière cotonnière. Et selon des estimations du Fonds monétaire international (FMI), les recettes d’exportation du métal jaune pourraient atteindre 450 millions d’euros en 2010. Le sous-sol burkinabè suscite des convoitises et les opérateurs se bousculent pour y trouver une place. Parmi ceux qui sont déjà en activité, aucun n’apparaît encore dans le classement des 500 premières entreprises d’Afrique. En revanche, dans les pays voisins, ils sont beaucoup plus visibles. C’est notamment le cas au Ghana, où les sociétés Tarkwa et Damang se placent dans le peloton de tête, affichant des chiffres d’affaires (CA) respectifs de 550 millions et 172 millions de dollars.

OLIVIER ASSELIN

Youga, 2009. Six mines sont déjà en exploitation au Burkina Faso.

Or Le filon ouest-africain Après le Ghana et le Mali, le Burkina Faso voit le métal jaune devenir sa principale ressource. Alors que la filière sud-africaine s’essouffle, les majors devraient miser de plus en plus sur la région. Z OÉ S UAREZ

P

lus que jamais, l’or fait figure de valeur refuge. Le cours de l’once a triplé en cinq ans, pour franchir les 1 400 dollars (1 000 euros) en novembre 2010. Dopé par la crise mondiale de 2008, le métal jaune est de plus en plus recherché et les pays producteurs en tirent de substantiels bénéfices. Y compris le Burkina Faso. Le 7 octobre 2010 a été inaugurée la sixième et plus grande mine d’or en exploitation dans le pays. Située à Essakane, à 330 km au nord-est de Ouagadougou, elle vient de sortir ses premiers lingots. Propriété du canadien Iamgold, qui détient 90 % des parts, contre 10 % pour l’État burkinabè, la société Iamgold Essakane dispose de ressources estimées à 120 tonnes, ce qui lui confère une durée de vie minimale de douze ans. Près de 1 300 emplois directs ont été créés dans le cadre de ce projet, pour lequel l’opérateur canadien a investi plus de 300 millions d’euros. Son exploitation devrait rapporter au Trésor burkinabè 240 milliards de F CFA par an (366 millions d’euros) en royalties, impôts et taxes diverses. En quelques années, le métal jaune est donc devenu une ressource majeure pour le pays, qui devrait en exporter 20 t en 2010. Et la production devrait encore s’accroître avec l’entrée en exploi-

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Le nombre de mines classées au Mali est encore plus important, puisque quatre sociétés figurent parmi les dix premières entreprises du pays. Au cours de l’année 2009, la Société des mines de Morila et la Société des mines de Loulo ont réalisé des CA respectifs de 331 millions et 302 millions de dollars. La Société des mines de Yatela a atteint un CA de 144 millions de dollars l’année précédente. Quant à la Société des mines de Sadiola, elle était numéro un du Mali avec un CA de 396 millions de dollars et un résultat net de près de 80 millions de dollars en 2008. Mais ces deux sites, exploités conjointement par AngloGold Ashanti et Iamgold, doivent fermer d’ici à trois ans. Toutefois, la mise en exploitation de la mine de Gounkoto, annoncée par le sud-africain Randgold Resources, déjà actionnaire de la Société des mines de Morila, devrait entraîner une remontée de la production, qui a tout de même atteint 46 t en 2009. Quoi qu’il en soit, les projets d’investissements dans des pays en cours d’exploration, comme le Mali et le Burkina Faso, devraient rester importants dans les prochaines années. D’autant que l’Afrique du Sud, qui fut longtemps le premier producteur mondial, a vu sa production d’or chuter de 5,8 % l’an dernier. Celle-ci a repris dans les derniers mois de 2009 (avec une hausse de 3,7 % entre août 2009 et août 2010), dopée par la hausse des cours, et les majors sud-africaines – Harmony, Gold Fields et AngloGold Ashanti – en ont profité pour accroître leur CA. Toutefois, ce rythme de croissance ne sera pas tenable sur le long terme à cause des coûts élevés de l’électricité et de la main-d’œuvre dans le pays, estime l’agence de notation Fitch. Ce qui devrait inciter les opérateurs à se tourner vers l’Afrique de l’Ouest, notamment, où les coûts d’extraction peuvent être maîtrisés malgré l’enclavement et le manque d’infrastructures. ■ 59

MANAGEMENT

LE DÉFI DE

L’INTÉGRATION

Le commerce intra-africain ne représente que 8,7 % des exportations totales du continent.

Les patrons africains plaident pour plus de synergies régionales. Car, pour l’heure, les échanges intracontinentaux peinent à décoller. Un manque à gagner pour les entreprises locales.

R

Z OÉ S UAREZ

OLIVER TJADEN/LAIF-REA

▲ ▲ ▲

éticences administratives, réglementations kafkaïennes, manque d’infrastructures, protectionnisme dissimulé… Les freins à l’intégration régionale en Afrique sont multiples. Conséquence de ces blocages persistants : le commerce et les investissements intrarégionaux au nord comme au sud du Sahara sont encore loin d’être ce qu’ils devraient être. Et les premières à en payer l’addition sont bien sûr les entreprises africaines, qui perdent de précieuses parts de marché faute d’un processus d’intégration suffisamment soutenu.

M A N A G E M E N T L E D É F I D E L’ I N T É G R A T I O N

le développement des échanges de services, qui, à l’instar des marchandises, pourraient fournir de nouvelles recettes d’exportation à beaucoup de pays, particulièrement dans le tourisme, les BTP, les infrastructures portuaires et les services logistiques liés aux transports terrestres. Enfin, si les communautés sous-régionales, chargées de promouvoir la dynamique d’intégration, nourrissent de belles idées de marchés communs, leur concrétisation se révèle souvent bien laborieuse. Les projets de zones de libreéchange n’ont pas encore permis d’accroître de manière significative les relations commerciales et les flux LES ZONES DE LIBRE-ÉCHANGE PERMETTRAIENT AUX d’investissements. Pourtant, les économies d’échelle qui en ENTREPRISES DE FAIRE DES ÉCONOMIES D'ÉCHELLE. découleraient permettraient aux opérateurs africains de s’insérer plus efficacement dans les flux d’échanges. Ce type d’échanges connaît une phase de croisReste pour cela à améliorer les infrastructures sance régulière depuis la fin des années 1980. régionales, à harmoniser les politiques et à renAutre signe encourageant : les produits concerforcer la mobilité de la main-d’œuvre. nés sont différents de ceux qui circulent entre l’Afrique et le reste du monde. Les produits manuMême les organisations a priori les plus facturés constituent l’essentiel des échanges intraavancées en ce domaine peinent à faire aboutir africains, alors que le continent exporte plutôt des leurs projets. La Communauté de développement matières premières sur le marché mondial. d’Afrique australe (SADC) a ainsi dû reporter son La Cnuced évoque aussi la modestie de l’inprojet de création d’une union douanière en 2010; vestissement intra-africain, tout en plaidant pour ▲ ▲ ▲

Toutefois, les échanges intrarégionaux progressent régulièrement, tirés par quelques entrepreneurs qui ont bien compris quels bénéfices ils pouvaient en tirer. Selon le rapport 2009 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), le commerce intraafricain a représenté 8,7 % des exportations totales du continent et 9,6 % des importations sur la période 2004-2006, et « continue de faire des progrès considérables », souligne le rapport, qui relève que 20 pays exportent désormais au moins 25 % de leurs produits sur le marché continental.

La SADC prend du retard

L

a Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) est l’une des zones d’Afrique les plus avancées en matière de libre circulation des capitaux, de la main-d’œuvre, des biens et des services. L’organisation avait même décidé de créer une zone de libre-échange en 2008 pour promouvoir le commerce sur un marché d’une valeur de 360 milliards de dollars et peuplé de 170 millions de consommateurs. Mais l’augmentation des prix des denrées alimentaires en 2008 et la crise financière internationale en 2009 ont remis en cause ce projet, rendant d’autant plus improbable le respect des critères de convergence (maîtrise de la dette et des déficits publics) à brève échéance. L’intégration a ses partisans et ses détracteurs en Afrique australe. Pour ses avocats, l’adoption d’une monnaie unique « éliminerait les distorsions associées aux variations des taux de change et faciliterait le commerce intrarégional et l’investissement transfrontalier ». Certes, mais les décideurs politiques et opérateurs économiques des pays voisins de la nation Arc-en-Ciel craignent que la monnaie unique ne fasse pencher la balance commerciale au profit de l’économie la plus puissante et ne favorise encore les groupes sud-africains, en réduisant les coûts de leurs transactions. ■ Z.S.

et l’adoption d’une monnaie unique régionale, fixée à 2018, est loin d’être acquise (voir encadré). À ces dérapages conjoncturels peuvent s’ajouter des blocages politiques majeurs, comme c’est le cas entre l’Algérie et le Maroc à propos du Sahara occidental. Ainsi le commerce entre les pays de l’Union du Maghreb arabe (UMA) ne dépasse pas 3,4 % du volume total de leurs échanges internationaux, alors que ceux-ci atteignent 70 % avec l’Union LES PROMESSES DE européenne et 21 % avec l’Asie du Sud-Est. MARCHÉ COMMUN Un statu quo qui coûte très cher. Dans un rapport d’octobre AU MAGHREB SONT 2009, le Fonds monétaire international (FMI) indiquait que le BIEN LOINTAINES. défaut d’intégration régionale avait rendu encore plus sévère l’impact de la crise économique sur les pays de l’UMA. Quant au manque à gagner que constitue le « non-Maghreb », il se chiffre en milliards de dollars. Il est estimé à deux points de croissance par an pour chaque pays de la zone. De son côté, la Banque mondiale estimait en 2006 qu’une pleine intégration économique permettrait une hausse importante – entre 24 % et 34 % – des PIB tunisien, marocain et algérien entre 2005 et 2015. Vingt ans après la fondation de l’UMA à Marrakech en 1989, les promesses de libre-échange et de marché commun sont bien lointaines. Seule l’Union maghrébine des employeurs, créée en 2007, semble prendre la mesure des enjeux liés à l’intégration. Comme quoi les patrons d’Afrique du Nord ont bien compris où est leur intérêt. Espérons que les politiques les entendent. ■ JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

M A N A G E M E N T L E D É F I D E L’ I N T É G R A T I O N

UMA Rapprochements à petits pas

L

Union du Magh reb a rabe ( U M A) n’a jamais été le vecteur d’intégration qu’elle aurait dû être. En conséquence, les entreprises de la sous-région n’ont pas privilégié les pays voisins dans leur stratégie de croissance externe, mais se sont plutôt tournées vers l’Europe ou vers l’Afrique subsaharienne. Pionniers en la matière, des groupes marocains se sont massivement implantés dans les pays de l’Union économique et monétaire ouestafricaine (UEMOA) ou de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), à commencer par les banques, comme BMCE ou Attijariwafa – qui dispose également d’une filiale en Tunisie depuis 2005. Dans le périmètre de l’Omnium nordafricain (ONA), Lesieur Cristal s’est allié à la Raffinerie africaine, propriété du holding tunisien YKH, et la filiale minière Managem a investi dans le cuivre en RD Congo ou dans l’or au Niger. D’autres intervenants, comme Maroc Télécom, sont très actifs au sud du Sahara.

En revanche, les opérateurs tunisiens et marocains du secteur de l’énergie restent plus concentrés sur leur marché national, notamment pour le raffinage et la distribution. Pourtant, plus que dans tout autre domaine, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie auraient intérêt à jouer la carte de la complémentarité et faire des économies d’échelle. Des petits pas ont toutefois été faits, notamment entre le Maroc et l’Algérie à travers un accord conclu en novembre 2008 entre l’Office national de l’électricité (ONE) et la Sonelgaz. L’Algérie, qui investit massivement dans l’accroissement de ses capacités de production d’énergie, dispose d’atouts de poids pour séduire ses partenaires maghrébins, à commencer par ses réserves en hydrocarbures et ses capacités à investir. L es opérateurs publics a lgér iens sont d’ailleurs en première ligne dans l’interconnexion électrique maghrébine qui vise à alimenter la Tunisie et le Maroc. ■ Z OÉ S UARE Z

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

1

SONATRACH

ALGÉRIE

Hydrocarbures

2

21

GROUPE ONA

MAROC

Holding

47 479 918 4 684 968

3 820 683 381 540

3

33

MAROC TÉLÉCOM

MAROC

Opérateur de télécommunications

3 807 241

1 227 167

4

39

NAFTAL

ALGÉRIE

Hydrocarbures, services annexes

3 437 127

130 025

5

41

STÉ ANONYME MAROCAINE DE L’INDUSTRIE DU RAFFINAGE (SAMIR)

MAROC

Hydrocarbures, raffinerie

3 382 081

69 647

6

46

OFFICE CHÉRIFIEN DES PHOSPHATES (OCP)

MAROC

Extraction de minerais

3 011 760

ND

7

53

OFFICE NATIONAL DE L’ÉLECTRICITÉ (ONE)

MAROC

Production & distribution d’électricité

2 409 408

ND

8

63

ORASCOM TÉLÉCOM ALGÉRIE

ALGÉRIE

Opérateur de téléphonie mobile

1 867 837

ND

9

64

SOCIÉTÉ NATIONALE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ (SONELGAZ)

ALGÉRIE

Production & distribution d’électricité et de gaz

1 826 891

62 953

10

67

CEVITAL

ALGÉRIE

Agro-industrie

1 788 067

255 570 ND

11

72

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DES INDUSTRIES DE RAFFINAGE (STIR)

TUNISIE

Hydrocarbures, raffinerie

1 718 115

12

74

AKWA HOLDING

MAROC

Holding

1 655 339

ND

13

78

ALTADIS MAROC

MAROC

Industrie du tabac

1 618 821

ND

14

81

ROYAL AIR MAROC (RAM)

MAROC

Transport aérien

1 542 539

ND

15

82

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ (STEG)

TUNISIE

Production & distribution d’électricité et de gaz

1 539 765

6 639

16

100

SHELL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

1 199 970

46 824

17

128

MARJANE HOLDING

MAROC

Commerce de détail

969 724

35 413

18

135

TOTAL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

905 808

ND

19

140

SOCIÉTÉ NATIONALE DE DISTRIBUTION DES PÉTROLES AGIL

TUNISIE

Hydrocarbures, services annexes

851 943

ND

20

144

COSIDER

ALGÉRIE

Travaux publics

821 318

152 342

21

145

ALGÉRIE TÉLÉCOM

ALGÉRIE

Opérateur de télécommunications

774 816

34 416

22

150

DOUJA PROMOTION

MAROC

Promotion immobilière

754 446

128 502

23

152

TUNISAIR

TUNISIE

Transport aérien

748 631

40 766

24

153

AIR ALGÉRIE

ALGÉRIE

Transport aérien

744 435

ND

25

155

TUNISIANA

TUNISIE

Opérateur de téléphonie mobile

719 601

ND

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - ND : NON DÉTERMINÉ

64

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

M A N A G E M E N T L E D É F I D E L’ I N T É G R A T I O N

ABDESLAM AHIZOUNE PDG de Maroc Télécom

55 ANS, Abdeslam Ahizoune dirige, depuis 1998, l’une des plus importantes entreprises marocaines. Cet ingénieur diplômé de Télécom Paris a transformé l’opérateur historique en champion africain. Une fois passé les caps de la privatisation au profit de Vivendi et de l’introduction en Bourse, il a misé sur l’Afrique subsaharienne. Après Mauritel en Mauritanie, Gabon Télécom et Onatel au Burkina Faso, l’opérateur a acquis la Sotelma (Mali) en juillet 2009. ■

LOUIZA AMMI

CÉCILE TREAL ET JEAN-MICHEL RUIZ

À

IBRAHIM LAÂJIMI

PDG de la Stir

A

R R I V É E N 2 0 0 7 à la tête de la Société tunisienne des industries de raffinage (Stir), Ibrahim Laâjimi était auparavant directeur de la distribution au ministère de l’Industrie. Sensible aux problèmes d’approvisionnement, il cherche à réduire les

coûts en misant sur les marchés les plus proches et à se fournir en carburant auprès de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (Samir). Ce qui permettrait à la Stir de bénéficier de coûts de transport réduits. ■

MOSTAFA TERRAB

N

PDG de l’OCP

OMMÉ À LA TÊTE de l’Office chérifien des phosphates (OCP) en 2006, Mostafa Terrab, 55 ans, a pris des mesures pour produire moins cher. Premier producteur mondial de phosphate, l’OCP va augmenter ses capacités d’extraction et réduire ses coûts de 30 % à 40 %. À moins de 10 dollars la tonne de phosphate, cet engrais deviendra accessible à un nombre plus important d’agriculteurs. Ancien chercheur du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Mostafa Terrab veut que l’OCP contribue à la « révolution verte » en Afrique. ■

MOUATASSIM BELGHAZI

PDG de l’ONA

VANT LA FIN DE L’ANNÉE devait s’achever la fusion de l’Omnium nord-africain (ONA) avec sa maison mère, la Société nationale d’investissement (SNI). Ces deux poids lourds marocains constituent désormais un holding d’investissement. Une sorte de fonds souverain destiné à « faire émerger des champions nationaux ». Pour cette manœuvre délicate, Mouatassim Belghazi, docteur en sciences économiques à la tête de l’ONA depuis 2008, est en première ligne. Mais, à l’issue de l’opération, il cédera sa place à Hassan Bouhemou, le PDG de la SNI, qui prendra la tête du nouvel ensemble. Un changement structurel qui ne devrait pas remettre en question les ambitions africaines des filiales de l’ONA, comme Optorg Tractafric, Attijariwafa Bank ou Managem. ■

ALEXANDRE DUPEYRON

A

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

NOUREDDINE CHEROUATI

PDG de Sonatrach

I

L A L A LOURDE CHARGE de restaurer l’image de Sonatrach. Nommé le 3 mai 2010, Noureddine Cherouati, ex-président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), remplace Mohamed Meziane, mis en examen pour des malversations présumées commises à la tête du groupe pétrolier. Le nouveau PDG a commencé sa carrière comme ingénieur pour la compagnie jusqu’en 1980, avant de bifurquer vers le ministère de l’Énergie. Côté management, il a notamment dirigé Naftal, entreprise de distribution des produits pétroliers, de 1996 à 1999. Ce changement de tête ne devrait pas modifier la stratégie au niveau continental du premier groupe africain. Sonatrach opère dans l’exploration ou la production en Tunisie, en Libye, en Mauritanie, au Mali et au Niger, et s’investit dans la construction du Trans-Saharan Gas Pipeline (TSGP), un gazoduc de 4 130 kilomètres devant relier le Nigeria à l’Europe v ia l’Algérie. ■ 65

M A N A G E M E N T L E D É F I D E L’ I N T É G R A T I O N

UEMOA De véritables réseaux sous-régionaux

À

l’instar du mouvement de croissance externe parti du Maroc, les établissements financiers d’Afrique de l’Ouest ont pris très tôt le train de l’intégration. Ainsi, les groupes Ecobank ou Bank of Africa se sont dotés de véritables réseaux sous-régionaux à partir desquels ils partent à la conquête du reste du continent. Parmi les principales sociétés industrielles et commerciales de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), plusieurs misent sur le marché sous-régional pour asseoir leur croissance. C’est notamment le cas des raffineries, comme la Société ivoirienne de raffinage (SIR) ou la Société africaine de raffinage (SAR, Sénégal), qui doivent capter une partie des commandes de produits raffinés des pays voisins pour rentabiliser des installations coûteuses et parfois surdimensionnées par rapport au marché local. Dans les télécoms aussi, l’Afrique de l’Ouest offre un cadre de développement cohérent :

le français Orange s’est appuyé sur sa filiale sénégalaise Sonatel pour s’implanter sur les marchés voisins, notamment au Mali et en Guinée ; les autres opérateurs valorisent eux aussi les synergies régionales pour faire des économies d’échelle. Dans le domaine agro-industriel, les logiques géographiques dépassent largement l’UEMOA : l’ivoirien Sifca, par exemple, s’est implanté au Nigeria, au Ghana et au Liberia, trois pays stratégiques pour la culture de l’hévéa. La région peut compter sur une véritable dynamique d’intégration. Même si le président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (Fopao), l’Ivoirien Jean Kacou Diagou, regrette que le commerce intrarégional de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) représente à peine 34 % de l’ensemble du marché sous-régional, les échanges au sein de l’UEMOA progressent de 15 % par an depuis 2003… ■ Z OÉ S UARE Z

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

68

SOCIÉTÉ IVOIRIENNE DE RAFFINAGE (SIR)

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, raffinerie

1 780 416

– 80 336

2

99

SOCIÉTÉ NATIONALE DE TÉLÉCOMMUNICATIONS (SONATEL)

SÉNÉGAL

Opérateur de télécommunications

1 204 020

395 960

3

168

CARGILL CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

670 846

2 978

4

178

GROUPE SIFCA

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

632 047

37 168

5

189

COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ÉLECTRICITÉ (CIE)

CÔTE D’IVOIRE

Production & distribution d’électricité

605 720

12 342

6

195

SOCIÉTÉ NATIONALE D’HYDROCARBURES (SONABHY)

BURKINA FASO

Hydrocarbures, services annexes

577 543

52 488

7

198

SONATEL MOBILES

SÉNÉGAL

Opérateur de téléphonie mobile

570 514

ND

8

218

SOCIÉTÉ AFRICAINE DE RAFFINAGE (SAR)

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, raffinerie

520 812

ND

9

226

SOCIÉTÉ NATIONALE D’ÉLECTRICITÉ (SENELEC)

SÉNÉGAL

Production & distribution d’électricité

488 716

12 637

10

239

SOCIÉTÉ NATIONALE D’OPÉRATIONS PÉTROLIÈRES (PETROCI)

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures

448 005

69 372

11

243

MTN CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Opérateur de téléphonie mobile

441 198

34 389

12

250

TOTAL SÉNÉGAL

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, services annexes

429 618

ND

13

262

SOCIÉTÉ D’EXPLOITATION DES MINES D’OR DE SADIOLA

MALI

Extraction d’or

396 208

79 734

14

265

SANIA

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

385 868

8 917

15

283

ORANGE MALI

MALI

Opérateur de téléphonie mobile

360 387

157 510

16

298

SOCIÉTÉ DES MINES DE MORILA

MALI

Extraction d’or

330 577

91 247

17

311

SOFITEX

BURKINA FASO

Coton

316 467

– 109

18

320

SOCIÉTÉ DES MINES DE LOULO

MALI

Extraction de minerais

301 960

91 247

19

328

CÔTE D’IVOIRE TÉLÉCOM

CÔTE D’IVOIRE

Opérateur de télécommunications

298 776

ND

20

333

TOTAL CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, services annexes

294 201

11 438

21

347

EUROFIND

CÔTE D’IVOIRE

Groupe diversifié

274 950

ND

22

350

OUTSPAN IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

272 184

808

23

353

SHELL SÉNÉGAL

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, services annexes

270 083

ND

24

360

SOCOCIM INDUSTRIES

SÉNÉGAL

Matériaux de construction

264 508

ND

25

364

SOCIÉTÉ NIGÉRIENNE DE PRODUITS PÉTROLIERS (SONIDEP)

NIGER

Hydrocarbures, services annexes

260 874

11 143

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

66

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

JEAN HUBERT YAMÉOGO

DG de la Sonabhy

FALONE POUR J.A.

C

JOËL DERVAIN DG de la SIR

D

JEAN-LOUIS BILLON Président de Sifca

P

RÉSIDENT DE LA CHAMBRE de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire et du groupe Sifca, Jean-Louis Billon, 46 ans, est un avocat de l’intégration en Afrique de l’Ouest. Vice-président de la chambre consulaire régionale de l’UEMOA depuis 2002, ce diplômé en

droit des affaires est un acteur incontournable de l’agro-industrie. Et, pour Sifca, l’intégration va bien au-delà de la zone franc. De la production de caoutchouc à celle d’oléagineux, le groupe est actif au Bénin, mais aussi au Nigeria, au Ghana ou au Liberia… ■

ÉMILIE RÉGNIER POUR J.A.

IPLÔMÉ EN ÉCONOMIE à l’université de Montréal, il est un pur produit de la Société ivoirienne de raffinage (SIR). Nommé responsable du département commercial en 1987, il devient DRH dix ans plus tard, puis directeur général en 2001. À ce poste, Joël Dervain, 56 ans, est un fervent défenseur de l’intégration. Leader du raffinage en Afrique de l’Ouest, la société, qui traite surtout du brut nigérian, fournit, outre la Côte d’Ivoire, plusieurs pays de la zone (Mali, Burkina Faso…). En 2009, la SIR, sévèrement affectée par la baisse de la consommation des produits pétroliers, enregistre un résultat négatif de 80 millions de dollars. Parallèlement, les marges de raffinage se sont effondrées. Ce qui n’empêche pas l’opérateur d’investir pour améliorer la rentabilité de ses infrastructures. Et satisfaire le marché régional. Les pays du golfe de Guinée importent annuellement plus de 15 millions de tonnes de produits raffinés. ■

'EST UN POSTE particulièrement exposé. Responsable de l’importation de carburants pour le pays, le DG de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbure (Sonabhy, 578 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2009) doit en permanence éviter les ruptures d’approvisionnement, comme ce fut le cas pour le gaz butane en août 2010. Et se parer des spéculateurs. Pour cela, il lui faut jongler entre les différents fournisseurs (Côte d’Ivoire, Ghana, Bénin, etc.), alors que la demande est en forte croissance. ■

CHEIKH TIDIANE MBAYE PDG de la Sonatel

À

FLORE KONAN DJEDJI DG de la CIE

NABIL ZORKOT POUR J.A.

L

A COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ÉLECTRICITÉ (CIE) a fait de la Côte d’Ivoire un pays exportateur d’énergie, notamment vers le Ghana et le Togo. Sous la direction de Flore Konan Djedji, la CIE met aussi son expertise au service de ses homologues de Guinée, du Mali ou du Sénégal. Diplômée de l’École supérieure de commerce d’Abidjan, sa patronne est arrivée en 1994 comme directrice administrative et financière, avant d’en prendre la barre en 2008. ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

54 ANS, Cheikh Tidiane Mbaye a fait de la Sonatel la première entreprise du pays et continue d’engranger les bilans positifs. Avec un chiffre d’affaires de 1,2 milliard de dollars en 2009 et un résultat de près de 396 millions de dollars, l’opérateur sénégalais demeure leader incontesté de la téléphonie mobile sur ses terres. Et à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan, la valeur Sonatel reste prisée. Enfin, le groupe a servi de tête de pont pour Orange en Afrique de l’Ouest. Il a ainsi lancé Ikatel au Mali en 2003, puis s’est doté de filiales à Conakry et à Bissau en 2007. ■ 67

M A N A G E M E N T L E D É F I D E L’ I N T É G R A T I O N

Cemac Des synergies encore trop limitées

H

yd r o c a rbu r e s et té lé c om s : le h aut du classement des entreprises de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) est assez peu varié. Qu’il s’agisse d’opérateurs impliqués dans l’extraction, de raffineurs ou de distributeurs, les entreprises dominantes ont, pour la plupart, une activité liée au pétrole. Quand il ne s’agit pas d’extraction de minerai, comme c’est le cas pour la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) avec le manganèse au Gabon. Deuxième secteur bien placé, les télécoms, avec les opérateurs de téléphonie mobile, constituent l’autre pôle de croissance dans un climat de forte concurrence entre multinationales (MTN, Orange, Zain, etc.). Or ce ne sont ni les matières premières minières, pétrolières ou gazières, ni les télécoms qui stimulent les échanges intrarégionaux, lesquels ne représentent, au niveau de ces six pays d’Afrique centrale, que 2 % du commerce total.

En revanche, les agro-industries, notamment au Cameroun avec Sosucam (sucre), peuvent profiter des échanges sous-régionaux pour se tailler des parts de marché dans leur environnement proche. C’est aussi le cas pour les fabricants de matériaux, comme Cimencam (ciment) ou Alucam (aluminium), qui peuvent exporter vers les autres pays d’Afrique centrale. Quoi qu’il en soit, le marché de la Cemac est très réduit. D’une superficie de 3 millions de km² (incluant le Congo, le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad), il ne compte que 32 millions d’habitants, avec un revenu par tête assez hétérogène. Enfin, son enclavement et le manque de volonté de promouvoir une véritable politique d’intégration limitent encore plus les synergies. Ainsi, deux Bourses des valeurs coexistent (l’une à Libreville, l’autre à Douala), ce qui empêche toujours l’émergence d’un marché financier sous-régional crédible. ■ Z OÉ S UARE Z

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

111

TOTAL GABON

GABON

Hydrocarbures

1 119 903

140 930

2

119

SOCIÉTÉ NATIONALE DES HYDROCARBURES (SNH)

CAMEROUN

Hydrocarbures

1 056 000

24 571

3

122

SOCIÉTÉ NATIONALE DE RAFFINAGE (SONARA)

CAMEROUN

Hydrocarbures, raffinerie

1 008 460

ND

4

222

S.A. DES BRASSERIES DU CAMEROUN (SABC)

CAMEROUN

Industrie des boissons

515 457

40 829

5

252

MTN CAMEROUN

CAMEROUN

Opérateur de téléphonie mobile

427 144

ND

6

271

COMPAGNIE MINIÈRE DE L’OGOOUÉ (COMILOG)

GABON

Extraction de minerais

380 920

10 058

7

289

AES AFRICAN POWER COMPANY

CAMEROUN

Production & distribution d’électricité

345 563

ND

8

313

CECA-GADIS

GABON

Commerce de détail

316 132

18 211

9

319

TOTAL MARKETING GABON

GABON

Hydrocarbures, services annexes

302 375

ND

10

338

ORANGE CAMEROUN

CAMEROUN

Opérateur de téléphonie mobile

289 824

ND

11

341

SOCIÉTÉ D’ÉNERGIE ET D’EAU DU GABON (SEEG)

GABON

Production & distribution d’eau et d’électricité

284 620

8 141

12

368

ZAIN GABON

GABON

Opérateur de téléphonie mobile

256 400

19 900

13

390

COMPAGNIE DU KOMO

GABON

Holding

235 935

15 481

14

414

SOCIÉTÉ DES BRASSERIES DU GABON (SOBRAGA)

GABON

Industrie des boissons

215 408

18 303

15

425

TRADEX

CAMEROUN

Hydrocarbures, services annexes

210 167

ND

16

441

CIMENTERIES DU CAMEROUN (CIMENCAM)

CAMEROUN

Matériaux de construction

198 513

22 949

17

GABON TÉLÉCOM

GABON

Opérateur de télécommunications

153 098

ND

18

ZAIN TCHAD

TCHAD

Opérateur de téléphonie mobile

133 400

13 800

19

COMPAGNIE CAMEROUNAISE D’ALUMINIUM (ALUCAM)

CAMEROUN

Aluminium

128 702

ND

20

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU COTON (SODECOTON)

CAMEROUN

Agro-industrie

120 433

439

21

SOCOBA-EDTPL

GABON

Travaux publics

119 759

1 273

22

CAMEROON RAILWAYS

CAMEROUN

Transport ferroviaire

119 423

4 971

23

OLAM CAM

CAMEROUN

Import-export

119 309

410

24

SOCIÉTÉ SUCRIÈRE DU CAMEROUN (SOSUCAM)

CAMEROUN

Agro-industrie

110 414

3 054

25

COMPAGNIE SUCRIÈRE DU TCHAD

TCHAD

Agro-industrie

103 093

2 527

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

68

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

ANDRÉ SIAKA

DG de la SABC

NICOLAS EYIDI POUR J.A.

OBRAGA À LIBREVILLE, Soeguib à M a l ab o, Mo c a f à B a ng u i , Brasserie du Tchad à N’Djamena… Très tôt, le groupe Castel a misé sur une implantation régionale. Avec succès, comme en témoigne la santé de son vaisseau amiral en Afrique centrale, la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) : 515 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2009 pour un bénéfice net de 40,8 millions. La SABC a donc su résister à la concurrence et à la crise, sous la houlette d’André Siaka, son patron depuis vingt-deux ans. Président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) jusqu’en 2008, cet ingénieur diplômé de l’École polytechnique de Paris a débuté sa vie professionnelle à la Société générale et garde un pied dans le secteur bancaire, puisqu’il est devenu le deuxième vice-président du groupe Ecobank en septembre 2009. Il est également membre de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf). ■

PHILIPPE VANDEBROUCK

DG de MTN Cameroun

N

OMMÉ EN SEPTEMBRE 2007 à la tête de la filiale camerounaise de MTN, Philippe Vandebrouck a notamment travaillé au Kenya, où il a créé le réseau de téléphonie mobile KenCell, et au Gabon. Opérationnel depuis 2000, MTN

Cameroun affiche un chiffre d’affaires de 427 millions de dollars en 2009. Au cours de cet exercice, l’opérateur a annoncé avoir franchi le cap des 4 millions d’abonnés. Il revendique plus de 63 % de part de marché. ■

MARCEL ABÉKÉ

ADG de la Comilog

THIPHAINE SAINT CRIQ POUR J.A.

S

JEAN-PHILIPPE MAGNAN

DG de Total Gabon

P

REMIÈRE EN T REPRISE de la Cemac, Total Gabon a enregistré un résultat de 141 millions de dollars, en baisse de 63 % par rapport à 2008, alors que son chiffre d’affaires a reculé de 37 % et sa production de brut de 10 %. Aussi son directeur depuis 2008, Jean-Philippe Magnan mise-t-il sur l’investissement (287 millions de dollars en 2009) pour maintenir l’extraction. Ancien responsable du développement du gisement offshore de Nkossa, au Congo, puis du bloc 17 en Angola, il a annoncé un résultat en hausse de 42 % au premier semestre 2010 par rapport au premier semestre 2009. ■

M

THIPHAINE SAINT CRIQ POUR J.A.

ARCEL ABÉKÉ peut respirer. Sur les neuf premiers mois de 2010, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), dont il est l’administrateurdirecteur général, a enregistré une hausse de 54 % de son chiffre d’affaires par rapport à la même p é r io de de 2 0 0 9, à 1,8 milliard de dollars. Une embellie due à la reprise de la demande mondiale de manganèse. Parallèlement, cet ingénieur de 57 ans v ie nt de pi lote r u n accord portant sur le r e n f or c e me nt de l a participation de l’État gabonais (25,4 %) dans le capital de la Comilog, détenu à 65,7 % par le groupe Eramet. ■ JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

JEAN-DAVID BILÉ

Président d’AES Apco

C

R ÉÉE EN SEP T EMBRE 2008, l’Africa Power Company (AES Apco), soc iété composée des filiales de l’américain A ES au Cameroun et au Nigeria, fait son apparition dans notre classement. À sa tête, on retrouve comme président le Camerounais Jean-David Bilé, ancien directeur général d’AES-Sonel, et son successeur à ce poste, l’Américain Brian Rich. Cette nouvelle entité, dont le siège est à Douala, a pour vocation de mieux positionner AES pour son expansion sur le continent. ■ 69

MANAGEMENT

Méthode Dans la peau d’un patron africain Horaires de travail, choix de leurs proches collaborateurs, prises de décision… Trois chefs d’entreprise – un Sénégalais, un Tunisien et un Camerounais – nous livrent quelques-uns de leurs secrets de management. F RÉDÉRIC M AURY

T

Quoi de commun en effet entre un mégagroupe issu de l’aviculture comme Poulina, longtemps protégé de la concurrence, et Elton Oil, qui s’est développé très rapidement dans un secteur, la distribution d’essence, tenu par les multinationales et en constant mouvement ? Le cas de Cadyst Invest est encore différent. Leader dans l’agro-industrie avec l’entreprise La Pasta, ce holding s’est en effet étendu à de nombreux secteurs, dont, récemment, l’industrie pharmaceutique. Logiquement, le poids et l’influence du patron fondateur dans un groupe aussi diver-

ÉMILIE REGNIER POUR J.A.

rois pat rons, t rois modèles : Babacar Tall (Sénégal), Célestin Tawamba (Cameroun) et Abdelwa heb Ben Ayed (Tunisie) ont beau diriger chacun l’une des 30 premières entreprises de leurs pays, ils appliquent des méthodes de management différentes. Question de génération, sans doute, de culture aussi, mais pas seulement. Si ces managers se retrouvent sur nombre de détails pratiques, les tailles très diverses de leurs sociétés et des secteurs où elles évoluent, ainsi que les contraintes culturelles locales, pèsent sur l’organisation et le fonctionnement.

BABACAR TALL, DGA d’Elton Oil (88 millions de dollars de CA en 2009) 70

sifié sont forcément immenses, et la difficulté de déléguer d’autant plus importante. Mais ces trois groupes ont tout de même des points communs qui rendent la comparaison des méthodes de leurs dirigeants intéressante. Ils ont été créés et sont détenus majoritairement par des investisseurs locaux, et sont dirigés par des nationaux. Ce sont des entreprises citées, dans leur pays, comme des modèles de réussite. En somme, la parole de leurs patrons est riche en expériences « africaines » de management au quotidien. ■

LES HORAIRES On ne gère pas avec le même volume horaire une société selon qu’on la possède ou non. À ce titre, Abdelwaheb Ben Ayed et Célestin Tawamba, tous deux actionnaires fondateurs des entreprises qu’ils dirigent, consacrent leur vie entière au travail. « Je ne me souviens pas avoir pris de vacances depuis de nombreuses années », explique le patron camerounais, qui a répondu à cette interview vers minuit… « Mon plaisir, c’est mon travail », lui fait écho Abdelwaheb Ben Ayed. Manager non-actionnaire, Babacar Tall assure, pour sa part, essayer de ne jamais travailler le week-end et éviter de ramener du travail à la maison le soir. Mais il « travaille entre 50 et 55 heures par semaine », pondère aussitôt le Sénégalais. Pour lui comme pour ses confrères, il est en tout cas un principe de base : arriver avant ses collaborateurs et repartir après, jouer un rôle de modèle en la matière.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES Comment vivraient Poulina et son président sans le système informatique de l’entreprise ? « Mon ordinateur est ma tour de contrôle », explique celui qui a participé au développement d’un système de contrôle et de mesure quasi permanent des performances du groupe. « L’ordinateur me permet de savoir ce qui se passe dans toutes les sociétés du groupe. » En revanche, Abdelwaheb Ben Ayed n’est pas un aficionado du téléphone, qu’il soit fixe ou portable. Pour lui, tout ce qui n’est pas écrit n’a pas de valeur. Babacar Tall et Célestin Tawamba sont quant à eux des fans du portable, comme la plupart des patrons de leur génération. Le premier ne quitte jamais son BlackBerry, synonyme de gain de productivité. Le second se demande comment on faisait, auparavant, pour se passer de ce moyen de communication.

Accessibilité Nous œuvrons au développement sanitaire en vue de l’amélioration des systèmes de santé des pays en Afrique.

Qualité Des médicaments de qualité au bénéfice des populations les plus vulnérables.

Notre mission est d’améliorer la qualité de vie pour que chaque être humain soit plus actif, se sente mieux et vive plus longtemps.

▲ ▲ ▲

LES COLLABORATEURS Célestin Tawamba en est convaincu: « Le fonctionnement par des méthodes de gestion modernes [séparation des tâches, contrôle interne, etc.] vous oblige à déléguer et responsabiliser. » Le problème, pour lui, se trouve ailleurs : « Ce principe n’est pas évident à mettre en application, compte tenu de la difficulté d’avoir des hommes non seulement qui disposent de la compétence nécessaire, mais aussi à qui vous pouvez faire confiance. Mais

avoir des bras droits est nécessaire, même peu nombreux et même si les personnes concernées ne le savent pas forcément elles-mêmes. » Formé en partie à l’école anglo-saxonne au sein de la multinationale du pétrole Shell, le jeune patron d’Elton Oil, Babacar Tall, en a gardé un certain sens de la souplesse et de l’efficacité. « L’équipe de direction est très resserrée avec, outre moi, un directeur financier, un directeur des opérations et un directeur commercial et marketing. Nous travaillons ensemble depuis seize ans. La prise de décision se fait d’un commun accord, chacun amenant sa compétence. » D’une autre génération – il dirige Poulina depuis quarante ans environ –, Abdelwaheb Ben Ayed a opté pour une organisation fort différente. Question de culture, d’une part, mais aussi parce que Poulina est un géant employant 15 000 salariés dans plusieurs pays, sur 80 sites industriels et 300 sites agricoles. « Je n’ai pas à proprement parler de bras droit, mais il y a un directeur général qui sera amené à me remplacer. Nous avons une organisation et un processus de décision très réglés. Une trentaine de directeurs opérationnels travaillent avec moi. Je ne délègue pas car chacun a des pouvoirs précis. Les directeurs sont consultés pour les décisions qui sont de leur ressort, et ensuite le conseil d’administration donne sa réponse, le plus rapidement possible. »

Prévention La recherche de vaccins innovants pour une meilleure prévention des maladies.

MANAGEMENT

Babacar Tall est quant à lui bien heureux d’avoir une assistante qui travaillait déjà avec l’ancien directeur d’Elton Oil. Une sorte de mémoire vivante de la direction générale !

ONS ABID POUR J.A.

LES RÉUNIONS « Nous tenons une réunion informelle tous les matins et un comité de direction chaque mercredi. L’idée est d’avoir le maximum de souplesse », explique Babacar Tall. Un schéma adopté par Célestin Tawamba, qui réunit chaque semaine ses managers pour « analyser les indicateurs de performances, prendre les mesures correctives et arrêter les stratégies des jours suivants », tout en gardant sa porte ouverte presque en permanence. Poulina, en revanche, est une usine à réunions. Logique dans une organisation hyperhiérarchisée, où toute décision doit être codifiée. D’où un nombre incroyable de rencontres formelles : des réunions « étagées », pour chaque niveau de responsabilités et de spécialités.

ABDELWAHEB BEN AYED, président de Poulina (706 millions de dollars de CA en 2009)

VINCENT FOURNIER/J.A.

LES DÉPLACEMENTS Si Babacar Tall se déplace peu, ce n’est pas par choix mais simplement parce que l’activité d’Elton Oil ne l’implique pas. « Mes déplacements sont limités à Dakar », où se trouve l’essentiel des stations-service de l’entreprise. Au contraire, Célestin Tawamba voyage constamment, avec plusieurs heures par semaine sur les routes et dans les avions pour rejoindre les différents sites du groupe, au Cameroun et au-delà. Le plus surprenant est Abdelwaheb Ben Ayed : malgré les centaines de sites différents gérés par les sociétés du groupe, le Tunisien ne quitte jamais son bureau, situé au siège de Poulina. Son ordinateur le fait voyager d’un endroit à l’autre !

CÉLESTIN TAWAMBA, PDG de Cadyst Invest (La Pasta, 51 millions de dollars de CA en 2009) ▲ ▲ ▲

LES ASSISTANT(E)S Difficile à croire, mais Abdelwaheb Ben Ayed, l’un des plus puissants patrons d’Afrique, n’a pas d’assistant. Il est un des seuls à prendre lui-même ses appels téléphoniques. L’objectif ? Une très grande accessibilité pour tous, employés comme partenaires extérieurs. L’homme d’affaires tunisien gère d’ailleurs lui-même son agenda. Célestin Tawamba est lui aussi un homme accessible, maître de son emploi du temps. Mais il compte, à l’opposé de son confrère d’Afrique du Nord, plusieurs secrétaires. « J’en ai autant que d’entreprises », souligne le Camerounais qui a créé depuis quelques années une multitude de sociétés autour de son holding. « Elles sont de véritables confidentes soumises au strict secret professionnel et jouent un rôle très important dans la programmation des réunions et la prise de rendez-vous. »

72

LES PETITS « PLUS » À chaque patron ses petits « secrets », méthodes et recettes mises en œuvre pour résister au stress et maintenir le cap. Du côté de Célestin Tawamba, rien de bien compliqué : « Faire du sport autant que possible et avoir une foi profonde », explique le Camerounais. Abdelwaheb Ben Ayed, lui, s’accorde peu ou pas de loisirs. Sa recette, c’est une organisation de travail ne laissant aucune place au hasard. Des méthodes qui ont été synthétisées au sein d’un manuel, auxquelles chaque employé doit se plier, la plus grande implication personnelle étant demandée à chaque collaborateur, dont la performance est mesurée presque en permanence. L’exigence, Babacar Tall se l’applique avant tout à lui-même en se fixant une obligation prioritaire : la réflexion stratégique, à laquelle il consacre chaque jour une part de son temps. « J’aime bien réfléchir en amont pour être toujours en avance, explique le directeur d’Elton Oil. Je pose cette réflexion par écrit, cela m’aide à diriger l’entreprise et à ne pas être dépassé par les événements, les nouveautés. » ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Financements Quelques tuyaux pour bien choisir

Leasing, capital-investissement, Bourse… De nombreuses possibilités sont désormais accessibles aux patrons africains. Passage en revue des différentes options. F RÉDÉRIC M AURY

L

es patrons africains découvrent peu à peu la finance. Ils savent les systèmes bancaires d’Afrique francophone modernes et généralement sains, mais continuent de se plaindre de la difficulté d’accès aux crédits. Ontils regardé ailleurs ? Avec l’appui des bailleurs de fonds, mais aussi grâce à l’initiative privée, la chaîne du financement s’est à la fois allongée et diversifiée. Aux traditionnels crédits bancaires, avec les cautions et garanties qu’ils impliquent souvent, succèdent aujourd’hui d’autres types de financement : le crédit-bail pour utiliser du matériel sans s’endetter, les prêts des bailleurs de fonds pour financer des projets lourds mais avec d’importantes retombées économiques et sociales, le capital-investissement pour financer sa croissance ou sa régionalisation tout en valorisant son entreprise. Et, enfin, à l’autre bout de la chaîne, le recours à la Bourse, via une cotation ou plus simplement une émission de type obligataire. Autant de formes de financements qu’il importe de bien comprendre, en gardant toujours à l’esprit qu’elles sont à la fois complémentaires et concurrentes.

74

1

CONTRACTER UN EMPRUNT BANCAIRE

Modalité S’endetter auprès d’une banque. Montant Théoriquement, jusqu’à plusieurs centaines de millions d’euros si plusieurs banques se regroupent en pool. ● Coût Taux de 5 % en Tunisie, jusqu’à 12 % dans certains pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). ● Échéance Quelques années. ● Objectif Financer un projet précis: achat immobilier ou de matériel, construction d’une usine. ● Avantages Les comptes à rendre à son banquier sont limités, du moment que vous payez les intérêts dus. ● Limites Le banquier ne finance pas ou difficilement les investissements immatériels, l’innovation. Une PME aura du mal à trouver plusieurs millions d’euros auprès de banques sans de solides garanties (physiques). ● À noter Les banquiers n’ont pas que des crédits bancaires à offrir. Dans leur palette, également, le crédit-bail (lire page suivante) est bien adapté aux PME. ●

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

2

OPTER POUR LE LEASING

● Modalité Une société de crédit-bail acquiert un bien puis vous le loue à un prix déterminé. ● Montant De quelques centaines de milliers à quelques millions d’euros. ● Coût Similaire à celui d’un crédit bancaire. ● Échéance De un an à cinq ans. ● Objectif Financer l’achat d’un équipement (véhicules, engins de chantiers, ordinateurs). ● Avantages L’opération se fait sans s’endetter et parfois sans apport personnel. Elle permet de consacrer ses liquidités à d’autres priorités et de renouveler son matériel plus facilement et plus rapidement. ● Limites La formule ne s’applique qu’à l’achat de machines ou de matériels. ● À noter « Le client choisit le modèle et négocie le prix auprès du fournisseur, explique Jan Albert Valk, qui dirige la société ivoirienne de crédit-bail Alios Finance. Nous achetons le camion puis donnons un droit d’utilisation au client, moyennant le paiement d’un loyer. À l’échéance du contrat, il peut nous racheter le camion à un prix déterminé. » Une formule souple qui, si elle a connu un vif succès au Maroc ou en Tunisie, tarde encore à s’imposer auprès des PME subsahariennes.

3

SE TOURNER VERS UN CAPITAL-INVESTISSEUR

Modalité Céder une partie du capital de son entreprise à un fonds de capital-investissement. ● Montant Au minimum quelques centaines de milliers d’euros, plus souvent plusieurs millions. Et jusqu’à plusieurs dizaines de millions. ● Coût Si vous passez par un intermédiaire financier, celui-ci prendra 1 % ou 2 % des fonds levés en cas de succès de l’opération. S’ajoutent à cela quelques dizaines de milliers d’euros au plus pour la rédaction des actes juridiques. ● Échéance De cinq ans à sept ans. Après quoi le capital-investisseur cédera sa part. ● Objectif Financer son développement, sa croissance à court et à moyen terme, tout en bénéficiant de l’appui de professionnels de la gestion financière. Convient notamment aux PME souhaitant se régionaliser ou racheter des concurrents. ● Avantages Une opération peu coûteuse et qui n’entame pas la capacité à s’endetter. Permet de trouver un partenaire stratégique qui prend un véritable risque. Donne de la crédibilité. ● Contraintes Préparer un business plan détaillé, être transparent sur ses comptes auprès des investisseurs. Justifier de sa gestion. ● À noter L’Afrique subsaharienne francophone est entrée récemment dans la stratégie des capital-investisseurs, à la différence des pays anglophones (Ghana, Nigeria, Kenya…) ou même du Maroc. Les patrons de PME craignent parfois de perdre le contrôle de leur société. « Cette peur n’est pas fondée, rétorque Kodjo Aziagbe, associé chez Aureos Capital, un capital-investisseur pana-

fricain spécialisé dans les PME. Le droit Ohada [Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires, NDLR] confère un droit de préemption aux autres actionnaires, et nous faisons tout pour que la cession de nos parts se fasse avec l’accord de l’entreprise et de son dirigeant. »

4

S’INTRODUIRE EN BOURSE

5

FAIRE APPEL À UN BAILLEUR DE FONDS

Modalité Introduire son capital sur un marché financier en émettant de nouvelles actions. ● Montant Plusieurs millions voire plusieurs dizaines de millions d’euros. ● Coût Jusqu’à 2,5 % du montant levé en Bourse. Les coûts sont nombreux (visa, intermédiaire boursier, conseil financier, campagne de communication, etc.). ● Échéance Aucune. ● Objectif Lever des fonds conséquents auprès du grand public pour développer des projets nécessitant des moyens importants. Se faire connaître. ● Avantages La visibilité et la réputation. La possibilité de refaire périodiquement appel au marché pour financer de nouveaux projets. Presque sans limite de montants. ● Limites La transparence la plus totale est exigée: publier des comptes financiers très régulièrement, informer le marché de tous les événements importants affectant votre société. De plus, les épargnants exigent une rentabilité, sinon votre cours de Bourse peut chuter. Risque d’une OPA hostile. ● À noter Outre le financement qu’une cotation en Bourse apporte, elle permet aussi de valoriser le capital détenu. Et donc, un jour ou l’autre, de pouvoir céder plus DES SOLUTIONS facilement son entreprise.

QUI SONT À LA FOIS COMPLÉMENTAIRES ET CONCURRENTES.

Modalité S’endetter auprès d’une grande institution internationale. ● Montant De plusieurs millions à plusieurs centaines de millions d’euros. ● Coût Certains prêts sont faits à des taux préférentiels, lorsque le projet à financer est considéré comme de l’aide au développement. Les autres sont faits aux taux du marché. ● Échéance Celle du projet à financer. ● Objectif Financer un très gros projet: infrastructures, industrie… ● Avantages Crédibilité, visibilité, partenariat avec des institutions réputées. ● Limites Il y en a peu, à partir du moment où votre projet s’inscrit dans la politique stratégique du bailleur de fonds. ● À noter Avoir un bailleur de fonds à ses côtés permet d’envisager son avenir financier plutôt sereinement : outre les compétences techniques qu’il pourrait apporter en cas de besoin, sa présence adoucira aussi l’attitude des autres financiers, notamment les banquiers. ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

75

MANAGEMENT

L’émergence du secteur privé Directeur Afrique de Coface

PAR

Q

D ANIEL -F RANCIS M ORIN ,

AVEC

uasi inexistant ou réduit à des investissements étrangers voici une cinquantaine d’années, le secteur privé en Afrique présente un nouveau visage dominé par les acteurs locaux. Cette tendance résulte de la politique de réformes amorcée au début des années 1990. Pourtant, dès leur accession à l’indépendance dans les années 1960, les pays africains ont voulu disposer d’un tissu industriel de nature à inverser les termes de la balance commerciale, à créer de la valeur ajoutée par la transformation de produits bruts. Confrontés à l’absence d’un capitalisme local, les États vont s’y substituer en devenant « entrepreneurs ». Héritiers de l’économie coloniale, ils conservent le modèle de rente mais décident de valoriser les matières premières (minières et agricoles) en modernisant les moyens de production, de collecte ou de transformation des ressources collectées. Cette politique passe par la nationalisation ou par la création de nouveaux complexes.

H UGUES O LIVIER B AGNEKI nent dans la seconde moitié de la décennie 1980 rendra impossible la poursuite des subventions, entraînant la disparition de nombre d’entreprises ou leur totale privatisation. On note, dès 1990, l’émergence progressive d’un entrepreneuriat privé, mais aussi le déclassement stratégique du continent lié à l’ouverture du bloc de l’Est. À cette époque, les investisseurs sont des acteurs locaux ou étrangers « historiques » ayant l’habitude de s’engager dans un environnement que d’autres perçoivent comme risqué.

L’Afrique a récemment retrouvé un réel intérêt stratégique, comme en témoignent les flux d’investissements étrangers vers ce continent. Au même moment, les acteurs privés africains constituent une concurrence plus perceptible pour les entreprises étrangères restées trop longtemps en position de leaders. Quel que soit le secteur d’activité examiné, les marques dominantes ou proches de l’être sont africaines. En une vingtaine d’années depuis la création des premières entreprises de Les acteurs locaux constituent une concurrence télécommunications, les sociétés de diverses nationaplus perceptible pour les entreprises étrangères. africaines lités conduisent l’évolution du secteur le plus dynamique du Dès les années 1980, cette stratégie de continent. L’observation du secteur bansubstitution aux importations a révélé caire prodigue le même constat. des insuffisances profondes en Afrique, à Les performances des multinationales l’exception de Maurice, du Maroc et de la africaines n’occultent pas les belles réussiTunisie. Quatre raisons peuvent expliquer tes locales, et le visage de la classe entrecette contre-performance : une compépreneuriale change. L’entreprise privée a titivité insuffisante de l’appareil de propris son envol sur le continent, comme en duction local, une gamme de produits mal témoignent le nombre annuel de créations adaptée à la demande locale et extérieure, d’entreprises, la prégnance de celles-ci dans une perméabilité excessive du marché certains domaines d’activité ou encore le national à la concurrence extérieure, et dynamisme des places boursières malgré leur l’absence d’outils d’accompagnement tels création récente. La capitalisation des dix que l’assurance-crédit à l’exportation. principales places boursières africaines représentait en octobre 2010 près de 600 milliards Certaines entreprises subsistèrent grâce d’euros. Conscients d’une valeur qui grandit à une conjoncture internationale favorable chaque jour un peu plus avec l’arrivée de (cours des ressources minières ou agriconouveaux acteurs venant des pays émerles), alors que d’autres résistèrent davangents, les entreprises africaines entendent tage grâce aux subventions étatiques. Mais pérenniser leurs acquis et développer un la crise économique qui affectera le contipotentiel encore en devenir. ■

76

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

L’EXPERT DE

L’AFRIQUE Filiale du Groupe CMA CGM, 3ème groupe maritime mondial, DELMAS déploie un savoir-faire unique sur le continent africain. Avec une présence dans 43 pays d’Afrique, elle met à la disposition de ses clients sa parfaite maîtrise de l’environnement opérationnel africain. S’appuyant sur une flotte de navires de plus en plus moderne, DELMAS possède la souplesse et la rapidité pour s’ajuster aux demandes des clients même dans les situations les plus complexes.

MANAGEMENT

Ressources humaines Mohamed Bachiri « En 2015, Renault Tanger Med emploiera 6000 personnes »

Le directeur des ressources humaines du groupe français au Maroc a la lourde tâche de recruter et de former le personnel de la future usine de Tanger, qui doit démarrer ses activités en 2012. P ROPOS

RECUEILLIS PAR

C HRISTOPHE L E B EC

JEUNE AFRIQUE : Que représente l’implantation d’une usine automobile à Tanger pour Renault ? MOHAMED BACHIRI : Elle est pour le groupe un projet stratégique et un challenge industriel majeur. L’usine de Tanger doit permettre de produire 170 000 voitures en 2012 et, à terme, 400 000 véhicules par an, destinés majoritairement à l’export, notamment en Europe et au Maghreb. À l’heure actuelle, ce projet est sans équivalent dans le groupe. Il faut remonter à 1999 pour trouver la dernière construction d’une usine complète, à Curitiba, au Brésil. Et encore… Làbas, il existait déjà une industrie automobile dans la région, ce qui n’est pas le cas à Tanger.

Les industriels de la zone franche de Tanger indiquent déjà qu’ils ont du mal à recruter dans la région. Connaissez-vous les mêmes problèmes ? Le lancement de l’usine de Renault Tanger revêt une dimension nationale. Pour le recrutement, nous ne nous limitons pas au nord du Maroc, dont le bassin d’emploi est limité. C’est Renault qui va vers le candidat. Si la compétence se trouve au sud du pays, cela ne nous pose pas de problème! Nous recherchons des profils dans toutes les régions, mais également en dehors du royaume, car il n’y a pas au Maroc de tradition automobile. Nous participons aux manifestations organisées par l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences, avec laquelle nous avons conclu un accord de partenariat. Nous visitons également les salons de recrutement à l’étranger pour rencontrer les Marocains diplômés hors du pays : nous étions présents au Forum Horizons Maroc à Paris (en décembre 2009), au Forum Rhône-Alpes à Lyon (en mars 2010), ainsi qu’au salon Careers in Morocco, à Montréal (Canada, en octobre 2010).

À travers ces opérations de recrutement, quels types de profils recherchez-vous ? En tant que directeur des ressources humaines Nous recrutons du personnel pour l’ensemble (RH) de Renault au Maroc, vous devez gérer un des métiers de l’entreprise : nous avons besoin plan de recrutement de grande ampleur… d’ingénieurs, de techniciens et d’opérateurs, mais aussi d'acheteurs, d'informaticiens et même de gestion« NOUS N’EMBAUCHONS DES ÉTRANGERS QUE SI NOUS naires en ressources humaines. Pour l’encadrement, nous NE TROUVONS PAS LES COMPÉTENCES DANS LE PAYS. » recherchons particulièrement les diplômés de grandes écoles J’ai 44 ans, j’ai été responsable des RH dans d’ingénieurs, qui ont terminé leurs études et sont d’autres multinationales au Maroc, mais je n’ai disponibles rapidement. Nous apprécions égalejamais vu un plan de formation de cette ampleur à ment les diplômés des instituts universitaires de exécuter dans des délais aussi courts. D’ici à 2012, technologie (IUT). Mais nous recrutons aussi des nous devons recruter et former plus de 2600 perpersonnes plus expérimentées, venant notamsonnes, parmi lesquelles 1400 opérateurs et plus ment d’autres industries. Enfin, nous favorisons de 1 100 cadres et techniciens pour être prêts à la mobilité interne au sein du groupe Renault au démarrer l’usine. En 2015, à pleine cadence, il y Maroc, des entités existantes – la Somaca [Société aura plus de 6000 salariés. On a fait un rétroplanmarocaine de construction automobile, NDLR] et ning, et aujourd’hui nous le mettons en pratique. le réseau commercial – vers l’usine de Tanger. 78

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

nous recrutons aussi dans d’autres grandes écoles d’ingénieurs et universités marocaines. L’usine comptera-t-elle beaucoup d’expatriés? Compte tenu du peu d’expérience du Maroc dans l’automobile et de la dimension internationale de Renault, nous solliciterons l’expertise des expatriés et missionnaires qui vont partager leur savoir-faire avec les Marocains. Le directeur de l’usine sera un expatrié, ainsi que les huit chefs de département de l’usine. Mais nous avons déjà recruté des adjoints marocains qui auront vocation à devenir eux-mêmes chefs de département dans un délai de trois ans. Cela dit, nous suivons la réglementation marocaine : nous ne recrutons des étrangers que si nous ne trouvons pas les compétences dans le pays.

HASSAN OUAZZANI POUR J.A.

À quel niveau se situeront les salaires? Nous n’avons pas voulu créer une inflation des salaires. Nous avons fixé une grille de rémunération située à la médiane du marché. Pour la déterminer, nous avons effectué une étude sur les salaires dans nos différents métiers au Maroc, et comparé également avec ce que nous offrons au sein de notre usine de montage de Casablanca [Somaca] et dans notre réseau commercial.

Mohamed Bachiri, 44 ans, est DRH de Renault Maroc depuis 2006.

Quels sont les métiers pour lesquels vous avez le plus de difficultés à recruter? Ce sont les profils les plus techniques: les ingénieurs et techniciens de production ainsi que les logisticiens et acheteurs. Au Maroc, il y a de bonnes universités et d’excellentes écoles d’ingénieurs, mais jusqu’à présent elles n’étaient pas orientées vers les métiers de l’automobile. Avez-vous noué des accords avec des établissements de l’enseignement supérieur? Nous avons signé une convention avec l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique (Ensem) de Casablanca pour lancer une filière dédiée aux métiers de l’automobile. Aujourd’hui, 31 % des cadres ingénieurs recrutés pour Tanger viennent de cette école. Nous avons également un partenariat avec les filières scientifiques et économiques de l’université de Tanger-Tétouan. Mais

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Où en êtes-vous aujourd’hui dans le calendrier de recrutement? De la fin de 2008 à la fin de 2009, nous nous sommes concentrés sur les formateurs marocains, l’encadrement et le métier d’emboutissage, dont la formation est la plus longue. À ce jour, ils sont 400 à avoir été recrutés. Nous préparons avec eux et avec l’aide des pouvoirs publics l’ouverture du Centre de formation aux métiers de l’automobile de Tanger-Melloussa. Il sera opérationnel au début de 2011 et pourra accueillir 250 stagiaires par jour, au sein de 22 écoles de dextérité et 8 ateliers de maintenance. Depuis le début de l’année, nous recrutons les techniciens et opérateurs seniors. Viendra ensuite le tour des opérateurs débutants. Quel parcours de formation suivent les cadres et techniciens déjà recrutés? Ils passent par des sessions de formation au Maroc et font un stage de découverte à l’usine de la Somaca. Ils suivent ensuite les cours théoriques et pratiques de notre Global Training Center à Flins, en France, avant une immersion dans une usine européenne : à Flins, à Valladolid en Espagne, à Bursa en Turquie ou à Pitesti en Roumanie. Nous voulons sortir un véhicule de classe mondiale et selon les standards du groupe. Il nous faut donc confronter les cadres de l’entreprise aux méthodes et exigences de nos usines existantes. Serez-vous prêt pour 2012? Je suis confiant. Le calendrier de recrutement et de formation est respecté à ce jour, et nous mettons tout en œuvre pour être au rendez-vous. ■ 79

MANAGEMENT

Intelligence Le continent prend son tour de veille

La maîtrise de l’information est devenue un point clé dans la stratégie des entreprises. De plus en plus, elles font appel à des sociétés spécialisées ou créent en leur sein des services dédiés. Au Maghreb notamment, le secteur est en plein boom. S HAFIKA H OUCINE

E

n matière d’intelligence économique (IE), – définie comme la « maîtrise et la protection de l’information stratégique pertinente pour tout acteur économique » –, deux courants s’affrontent en Afrique, inspirés des expériences française et anglo-saxonne. Le premier est l’apanage des cabinets de conseil hexagonaux présents sur le continent, où ils ont parfois créé des filiales. Le second se veut, quant à lui, plus pragmatique et s’est orienté vers la diffusion d’une culture de veille à tous les niveaux de l’entreprise, plutôt que de préconiser la création d’entités dédiées. Après l’Afrique du Sud, le Maghreb semble s’être emparé du sujet. Aidé par les cabinets de conseil français qui y ont externalisé une partie de leur production, le marché marocain de la veille stratégiAU MAROC, que, notamment, a connu un développement important ces LE MINISTÈRE dernières années. Il semble avoir dépassé les seules actiDU TOURISME vités de revue de presse et de recherche documentaire, EST PRÉCURSEUR pour évoluer vers une phase EN LA MATIÈRE. plus agressive de détection d’informations stratégiques : participation à des congrès, contact fournisseur, surveillance des annonces publiées par la concurrence et des autres indicateurs d’activités nouvelles et d’innovation. QUELS CLIENTS ? Les entreprises africaines sont de plus en plus nombreuses à recourir à l’IE. Le secteur des mines et de l’énergie occupe la première place, comme en témoigne l’Office chérifien des phosphates (OCP), précurseur en la matière et imité depuis par l’algérien Sonatrach et l’ivoirien Petroci. Viennent ensuite les banques, comme la marocaine BMCE (qui a créé son département de veille stratégique en 2008) ou sa compatriote Attijariwafa (dont l’entité marketing a récemment intégré une démarche 80

d’IE). Suivent les télécoms, avec Wana ou Maroc Télécom (qui a créé un département dédié en 2009), Algérie Télécom ou encore la Sotelma, au Mali. D’autres domaines fortement concurrentiels s’y sont également convertis, comme ceux des transports (la société Autoroutes du Maroc) ou de la santé (le groupe pharmaceutique algérien Saïdal). Enfin, la Marocaine des jeux et des sports (MDJS) et la compagnie sucrière Cosumar sont, elles aussi, en train de se doter de structures de veille. Les multinationales opérant en Afrique sont également de bonnes clientes. L’Algérie, avec ses pétrodollars, sa surface financière et ses vastes programmes d’investissement, est une cible privilégiée des groupes privés comme des gouvernements, pour lesquels le développement de la connaissance de l’environnement économique et institutionnel du pays, et le décryptage des circuits décisionnels et des réseaux d’influence sont autant d’éléments clés pour mettre en œuvre des stratégies de pénétration du marché. Car les États ne sont pas en reste. Ainsi, au Maroc, le ministère du Tourisme a été le premier à se doter d’un véritable service de veille. En Tunisie aussi, les appels d’offres publics se font plus nombreux, à l’instar de ceux du Conseil national du commerce extérieur. Pour faire face à leurs concurrents et attirer les investissements directs étrangers, certains pays misent sur l’IE. Pour Marouane Harmach, fondateur du cabinet marocain Consultor, « l’IE, c’est le nerf de la guerre. La Chine, l’Inde ou la Russie n’hésitent plus à jouer cette carte. À l’avenir, les pouvoirs publics devront être capables d’aider le secteur privé à faire face à la concurrence internationale ». QUELS PRESTATAIRES ? Les chambres de commerce et les réseaux d’ambassades fournissent certaines prestations d’étude de marché et de mise en relation, mais il est souvent nécessaire de mobiliser des

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

experts pour assurer la complémentarité des réseaux. Pour Raquel Grase, consultante en IE, « les réseaux diversifiés et la fiabilité des interlocuteurs sont deux exigences pour garantir l’exactitude des informations, tout en préservant la confidentialité ». Parmi les opérateurs présents sur le marché de l’IE, on distingue quatre catégories d’intervenants. 1) Les prestataires de services, chargés de conseiller les groupes dans leur stratégie d’organisation et d’accompagner la mise en place d’un dispositif de veille. 2) Les fournisseurs de logiciels, comme AMI Software ou Digimind, une société de services en ingénierie informatique implantée en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, à Singapour et… au Maroc depuis cinq ans. 3) Les prestataires qui gèrent l’externalisation de la veille, leurs services pouvant aller de la surveillance d’un marché à la production d’études. Ce dernier segment requiert la plus haute discrétion, car la surveillance d’un concurrent ou d’un produit peut constituer un indicateur sur les axes de développement stratégiques (produits, marchés) de l’entreprise cliente. 4) Les coachs et formateurs, à l’instar de Consultor, le plus dynamique sur le marché chérifien avec plus de 150 personnes formées à l’IE en 2010, secteurs public et privé confondus.

À QUEL PRIX ? Les coûts varient selon la nature du service : de 10 000 à 40 000 euros pour des activités de conseil, d’aide à l’implémentation de l’outil ou de formation. Jusqu’à 100 000 euros pour l’outil lui-même : si certaines solutions basiques de veille sont disponibles gratuitement en ligne, le développement de systèmes structurés et l’acquisition d’outils informatiques peuvent être beaucoup plus coûteux. Pour des prestations externalisées LE COÛT VARIE sur mesure, le prix varie selon le périmètre de surveillance, la SELON LE NOMBRE richesse des thèmes ou le nombre des acteurs à examiner… DE THÈMES « Dans tous les cas, il faut OU D’ACTEURS ajouter à la facture le coût des ressources humaines chargées À SURVEILLER. de gérer l’IE », précise Jérôme Bondu, fondateur de la société Inter-Ligere. Pour une mise en place complète, cela peut atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros en fonction du nombre de personnes à former, des actions à mettre en place, du degré de sécurité à atteindre, du niveau de traitement à appliquer, des pays à surveiller, etc. Mais c’est l’outil informatique lui-même qui pèse le plus dans l’investissement, les prix étant très variables d’une plateforme logicielle à l’autre. ■

GROUPES ELECTROGENES PRAMAC

power at work WWW.PRAMAC.COM En Afrique Sub-saharienne contactez: niccolo.tendi@pramac.com

MANAGEMENT

Conseil Grandes manœuvres

Depuis deux ans, les cabinets internationaux se livrent une concurrence acharnée sur le continent pour répondre aux besoins des entreprises en matière d’organisation et de stratégie. Le marché atteint 2,2 milliards d’euros par an au Maghreb et au MoyenOrient, tandis que l’Afrique subsaharienne est encore en retrait. J EAN -M ICHEL M EYER

C

82

GETTY IMAGES

Télécoms, finance, énergie… Plus un seul secteur n’échappe aux bureaux de conseil.

abinets d’audit et de conseil, d’avocats et d’experts-comptables, de banquiers d’affaires… Depuis près d’une dizaine d’années, et avec un coup d’accélérateur depuis deux ans, le monde du conseil international a trouvé en Afrique une nouvelle terre de conquête. Un relais de croissance indispensable au moment où les économies occidentales s’essoufflent et où les multinationales sont malmenées par la crise. Mc K i n s e y, B o s ton C on s u lt i ng Gr oup (BCG), Accenture, BearingPoint, Bernard Krief Consultants, Roland Berger… Pas un nom ne manque à l’appel, à commencer par ceux des « Big Four », les quatre leaders mondiaux du consulting : KPMG (pionnier en Algérie dès 2001), PricewaterhouseCoopers, Deloitte et Ernst & Young. Très présents sur l’échiquier africain, ils restent particulièrement discrets. « Nous ne fournissons aucune information sur l’identité de nos clients ni sur la raison pour laquelle ils nous ont sollicités », explique Amine Tazi-Riffi, directeur associé de McKinsey chargé de l’Afrique du Nord, qui a notamment ouvert le bureau de Casablanca. Pourtant, plus un seul secteur d’activité ne leur échappe. C’est par exemple McKinsey qui a accompagné le processus de création de la Banque Zitouna, première banque islamique de Tunisie, lancée en mai 2010 par Mohamed Sakhr el-Materi, président du groupe Princess El-Materi Holding. Le cabinet américain, qui a remporté ce marché face à une vive concurrence (Arthur D. Little, Oliver Wyman…), a été consulté pour aider à définir le business plan de la banque, ses axes stratégiques, son positionnement, ses objectifs, son organisation, sa gouvernance… C’est généralement à travers leurs filiales françaises que les cabinets internationaux ont mis un pied en Afrique, en suivant les multinationales (Total, Vivendi, Veolia, Suez…)

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

dans leur stratégie d’implantation sur le continent. Puis les États sont entrés dans le jeu : Tunis est ainsi le premier client des cabinets au pays du Jasmin, avec un budget annuel de 5 millions à 7 millions d’euros consacré aux études (offshoring, politique d’exportation, énergies renouvelables…). Enfin, les entreprises africaines, publiques et privées, leur ont emboîté le pas. Sans grande publicité, Sonatrach, Cevital ou la Banque extérieure d’Algérie (BEA) « consomment » très régulièrement du conseil. Le marché du conseil et de l’audit atteint 2,2 milliards d’euros par an en Afrique du Nord et au Moyen-Orient – dont un tiers pour le secteur des télécoms. À titre de comparaison, celui de la France s’élève à 4,3 milliards d’euros par an. L’Afrique subsaharienne est encore en retrait : les multinationales et les États sont de loin les premiers clients des cabinets de conseil, alors que le tissu local d’entreprises n’est pas assez étoffé pour générer une activité suffisante et justifier une implantation.

P

lusieurs cabinets se trouvent au cœur du plus grand meccano financier marocain de l’année 2010: le retrait de la cote puis la fusion de l’Omnium nord-africain (ONA) avec sa maison mère, la Société nationale d’investissement (SNI), deux poids lourds de l’économie marocaine aux participations croisées dans une douzaine de filiales dans la banque, les télécoms, l’immobilier, l’agroalimentaire, la distribution, les mines, les énergies renouvelables. C’est l’ancien PDG du Crédit lyonnais, Jean Peyrelevade, qui a été mandaté, en tant que président de la banque d’affaires Banca Leonardo France, comme expert indépendant afin de fixer le prix de référence pour la sortie du marché boursier des titres de l’ONA et de la SNI. Mais, en amont déjà, le holding royal Siger, qui détient 60 % de la SNI à travers le fonds Copropar, a discrètement sollicité la banque Lazard pour bâtir le nouvel ensemble. Sur le pont, on retrouve Vincent Le Stradic, l’associégérant du bureau parisien de la banque de conseil francoaméricaine, qui s’est déjà illustré avec l’ouverture du capital de l’opérateur de téléphonie Wana en 2009. ■ J.-M.M.

Maghreb depuis cinq ans dans ses métiers de l’audit (certification des comptes, modernisation des systèmes comptables, intégration des systèmes d’information), Accenture a

▲ ▲ ▲

Rien à voir avec l’Afrique du Nord. KPMG Algérie revendique l’audit et le conseil (comptabilité, informatique, droit, fiscalité) d’environ 80 entreprises dans le pays. Présent au

L’ONA sollicite Peyrelevade

MANAGEMENT

l’activité de son bureau tunisien le 28 septembre 2010, en organisant un forum : « La reconfiguration du secteur bancaire pour soutenir le développement des pays émergents de la Méditerranée : l’exemple de la Tunisie ». Ce choix du secteur bancaire ne doit rien au hasard. Le cabinet a déjà mis en place pour la Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) un système de management afin d’améliorer la LES CABINETS REDOUBLENT D’EFFORTS POUR qualité et l’efficacité de son organisation. Il a également OCCUPER LE TERRAIN ET ATTIRER LES ENTREPRISES. modernisé le système d’information de la Banque nationale agricole (BNA). rant les transformer en clients. En juin 2010, Le nouvel arrivant fait aussi état de négoErnst & Young, qui a créé une filiale algérienne ciations en cours avec des entreprises dans les en 2008, organisait une rencontre avec des secteurs de la santé, des télécoms et du textile. entreprises (Cevital, Alliance Assurances…) « Avant, nous avions une approche opportusur le thème : « La conduite de l’implantation niste : nous ramenions des équipes de Paris d’un ERP avec succès » (installation d’un propour traiter un projet dans un pays du Maghreb. giciel de gestion). Le 9 novembre, il rééditait Avec notre installation ici, nous procéderons l’opération avec le sujet « Performance de l’enautrement : à côté du noyau dur basé à Paris, il treprise : planification des ressources indusy aura des équipes locales qui connaîtront bien trielles et logistiques ». notre culture et nos méthodes », précisait, lors du forum, Antoine Day, l’un des deux associés De son côté, Ineum Consulting, l’ancien chargés de développer le bureau tunisien. D’ici pôle conseil de Deloitte France qui a pris son à trois ans, a-t-il annoncé, Ineum Consulting indépendance en 2003, a officiellement lancé disposera d’équipes fixes en Tunisie, au Maroc et en Algérie, où le cabinet a déjà procédé à la refonte intégrale de l’organisation de la BEA entre 2005 et 2008. ▲ ▲ ▲

lancé son activité de conseil au Maroc en 2010 et veut l’étendre à la Tunisie et à l’Algérie. Mêmes objectifs pour BearingPoint, qui a créé une direction Emerging Markets en 2010. Ou pour BCG, qui a ouvert un bureau à Casablanca au printemps de la même année. Les cabinets redoublent d’efforts pour occuper le terrain et attirer les entreprises, espé-

Société d’Approvisionnement En Produits Alimentaires Et Biens d’Equipements

SPECIALISTE DE L’EXPORTATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES DE QUALITE SUR LE CONTINENT DEPUIS 1993

contact@sapa-internationale.com www.sapa-internationale.com Parce que nos clients sont notre priorité, nous sélecionnons avec soin des produits de qualité afin d’offrir les découpes adaptées à chaque marché. Parce que votre confiance nous pousse chaque jour à innover. Nous vous proposons une gamme large et raffinée, des meilleurs sites européens pour ravir vos clients et vous accompagner dans votre développement. Parce que votre réussite dans un partenariat durable sera toujours notre plus belle récompense.

Pierre AHOULOU, Gérant de l’entreprise

DÉCOUPES DE VOLAILLES CONGELÉES ET ENTIÈRES DINDE – POULE – POULET-PINTADE DÉCOUPES DE PRODUITS ÉLABORÉS CONGELÉS SAUCISSES ET SAUCISSONS DE VOLAILLE – SAUCISSON DE PORC POULET FUMÉ CUIT – CHICKEN WINGS – NUGGETS – CORDON BLEU DÉCOUPES DE PORC ET DE BŒUF CONGELÉES PIED DE PORC AVANT / ARRIÈRE TRIPES VERTES – QUEUE DE BOEUF – PIED DE VEAU – AUTRES DÉCOUPES DE BOEUF PRODUITS POUR COLLECTIVITÉS FRITES CONGELÉES – HARICOTS VERTS – PETITS POIS – MACÉDOINE DE LÉGUMES CONGELÉES EN SACHET

EXPÉDITIONS PAR CONTENEUR 40 REEFER (-18° /-20°C) 509 RUE LOUIS LUMIERE, ZA NOE BACHELON - BP10 44430 LE LOROUX BOTTEREAU- FRANCE Tel : +(33) 02 40 33 87 85 - Fax : +(33) 02 40 03 77 18

Au Maroc, c’est sans doute le secteur des télécoms qui constitue le marché le plus dynamique pour le conseil en ce moment. Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve la FrancoMarocaine Fatine Lay t, associée gérante d’Oddo Corporate Finance, pour accompagner France Télécom dans le rachat de 40 % de Meditel en septembre dernier. Celle qui fut associée à Jean-Marie Messier, l’ex-patron de Vivendi, est la fille d’un ancien directeur commercial de la Royal Air Maroc. Elle connaît parfaitement les milieux d’affaires et les sérails politiques marocain et français. Les exemples se succèdent. Et le rythme des implantations ne ralentit pas. Dans la seconde quinzaine d’octobre 2010, c’était au tour de la banque d’affaires Ondra Partners (fusions-acquisitions, restructurations, accès aux marchés financiers) de révéler son attrait pour l’Afrique. Basée à New York et à Londres, elle a été lancée en 2008 par d’anciens dirigeants de la banque Lehman Brothers et a recruté un nouveau partenaire, Éric Aouani, ancien de MediCapital, la banque d’affaires de BMCE Bank à la City. Sa mission sera de créer un flux d’affaires en Tunisie, au Maroc, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, en Égypte et en Afrique du Sud. Y aura-t-il de la place pour tous ? Malheur aux derniers. ■ JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

Les énergies renouvelables, un enjeu majeur Secrétaire général de Poweo et initiateur du programme Africasol

PAR

J ULES -A RMAND A NIAMBOSSOU

N

ul n’a jamais vu de développement économique sans énergie en général et sans électricité en particulier. Tel un cercle vicieux, la pauvreté énergétique en Afrique freine le développement du continent, mais constitue également un obstacle à l’éducation des enfants et aggrave les problèmes de santé des populations. Plus de 530 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité. La zone subsaharienne est très sérieusement touchée, ce qui n’est pas sans risques politiques, économiques et sociaux. Pourtant, des solutions techniques efficaces, portées par des modèles économiques réalistes, existent pour développer l’électricité en Afrique tout en luttant contre le changement climatique. Les énergies renouvelables – solaire, éolienne, hydraulique, géothermique – sont, à ce titre, au cœur des enjeux socio-économiques et environnementaux majeurs pour les pays africains. Leur développement contribue à faciliter l’accès à l’électricité, encore très faible sur le continent, avec un déséquilibre

thermodynamique constituent des technologies qui ont, chacune, en fonction des zones, toute leur place dans le bouquet énergétique nécessaire à un développement durable du continent. La production d’électricité « décarbonée » en Afrique constitue aussi un puissant véhicule d’accélération des intégrations régionales et, à ce titre, doit être vivement encouragée. Il est heureux de constater que la plupart des États africains ont commencé à faire évoluer leur arsenal juridique afin de contribuer à créer les conditions favorables au développement des énergies renouvelables.

Mais les chantiers ne verront concrètement le jour que si, localement, l’indispensable expertise en matière de montage de projets est parfaitement comprise et maîtrisée pour résoudre les aspects techniques, environnementaux et administratifs. Plusieurs facteurs interviennent dans le développement de projets d’énergies renouvelables en Afrique. Ceux-ci nécessitent ainsi un foncier peu Il s’agit de développer l’électricité tout en coûteux à proximité du réseau, une couverture de change si les luttant contre le changement climatique. revenus ne sont pas exprimés dans la même devise que les marqué entre les villes et les campagnes. Il financements, et des crédits bancaires sur doit permettre de réduire le coût de l’élecla durée la plus longue possible à des taux tricité, qui reste bien souvent parmi les attrayants. Ces projets doivent être soutenus plus élevés au monde, et de moderniser le par des mesures publiques d’accompagneparc électrique, qui est vétuste et qui subit ment (fiscalité encourageante) et être élid’énormes pertes. Enfin, il doit rationaliser gibles à la vente de crédit carbone. Enfin, l’investissement public, qui a été insuffisant ils doivent pouvoir bénéficier d’une sousau regard de la croissance de la demande, traitance de qualité pour la maintenance et et encourager l’investissement privé, la favoriser le développement des partenariats capacité des systèmes électriques nationaux entre les entreprises africaines et des parteétant trop faible pour attirer les opérateurs. naires étrangers, tout en renforçant la formation locale des ressources humaines. Toutes les filières d’énergies renouRelever le défi du développement velables sont nécessaires et doivent pérenne en Afrique des énergies renouvecontribuer à un mix élaboré selon les pays lables reste un objectif réaliste si, au-delà et les régions, en anticipant les chocs de la nécessaire volonté politique et de la énergétiques ou climatiques à venir. C’est priorité que doit constituer le développeainsi que l’hydroélectricité, l’éolien et, ment économique et social, la qualité de bien entendu, le solaire photovoltaïque l’expertise et la bonne gouvernance sont mais également le solaire à concentration de rigueur à tous les niveaux. ■

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

85

POUR VOUS ABONNER

+33 (0)1 41 22 11 55(1) Côte d’Ivoire : 20 31 99 99 Sénégal : 338 89 50 50 (1) Prix d’un appel international selon tarif de votre opérateur.

MANAGEMENT

Publicité Les nouveaux spots africains Les professionnels de la com voient le continent comme un marché rentable. La concurrence tire les standards vers le haut et oblige toutes les agences, locales et internationales, à gagner en polyvalence, sous peine de perdre des clients.

J ULIEN C LÉMENÇOT

L

Afrique, « certains disent que c’est petit, mais 500 millions de dollars, c’est autant que nos revenus en Inde ou au Brésil et la moitié de notre chiffre d’affaires en Chine ». Interrogé par le Wall Street Journal, Martin Sorrell, directeur exécutif du numéro un mondial de la publicité WPP, ne tarit pas d’éloges sur le potentiel du continent. Le groupe américain espère y accroître ses revenus (moins de 150 millions de dollars au sud du Sahara en 2006) de 10 % en 2010. Pour développer ce nouveau marché, le géant multiplie les initiatives. En mai, WPP a annoncé la création d’une coentreprise en Afrique entre Scangroup, spécialiste de la publicité basé à Nairobi, et sa filiale Ogilvy, qui, elle, bénéficie d’un savoirfaire dans les relations publiques. Cette dernière a bâti en vingt ans le plus grand réseau du continent (25 pays). Et tous les grands noms de la communication font le même constat. En quinze mois d’existence, le bureau du groupe Publicis au Ghana a enregistré un chiffre d’affaires, demeuré confidentiel, supérieur à celui de sa représentation en Afrique du Sud, pourtant bien plus ancienne. Pour Richard Pinder, PDG de Publicis Worldwide, développer l’activité du groupe sur le continent est devenue une évidence. Chez Omnicom, le discours n’est pas différent. À preuve, ses filiales DDB Worldwide et TBWA Worldwide échafau-

dent actuellement des plans pour agrandir leur part du gâteau africain. La première vise le marché nigérian ; la seconde, déjà fortement implantée en Afrique du Sud, prospecte pour ouvrir de nouveaux bureaux, au Ghana, en Ouganda, au Mozambique et au Nigeria. Plus petit que ses rivaux, Havas monte lui aussi en puissance en Afrique francophone, dans le sillage de son actionnaire, le groupe Bolloré, avec l’ouverture cette année de représentations au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Gabon. La part du chiffre d’affaires réalisée sur le continent par le groupe français pourrait ainsi être multipliée par trois ou quatre d’ici à la fin de 2012, pour se situer entre 20 millions et 30 millions d’euros. L’intérêt des publicitaires occidentaux ne doit rien au hasard. Il traduit l’essor de secteurs comme les télécoms, la banque, mais aussi l’apparition d’une classe moyenne avide de consommation. C’est le marqueur d’un changement d’attitude des multinationales à l’égard du continent ; pour elles, l’Afrique est devenue la dernière frontière, celle qui, avec l’Asie et l’Amérique latine, va leur servir de relais de croissance, au moment où les marchés occidentaux, plus matures, vont stagner. Ces groupes, pour accompagner leur expansion, apprécient d’être conseillés avec des standards quasiment identiques à Paris et à Dakar.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

87

MANAGEMENT

Havas s’occupe par exemple du coréen Hyundai, Publicis suit Nestlé et Procter & Gamble, Ogilvy l’opérateur indien Bharti, et McCann gère plusieurs budgets pour France Télécom. Désormais plus attentives aux marchés africains, les multinationales stimulent les agences en les obligeant à élever leur niveau de compétences. Elles ne doivent plus se contenter d’être de bons exécutants, mais aussi élaborer avec leurs clients un positionnement africain qui permette de valoriser les marques. Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, les plus gros budgets tournent entre 750 000 et 1,5 million d’euros par an. La communication de masse cède peu à peu la place à des stratégies ciblées, élaborées sur la

Pour maintenir leurs tarifs, certains réseaux proposent des contrats avec des bonus sur objectifs. Une approche qui présente le double avantage de préserver la rentabilité de l’entreprise tout en montrant une certaine implication dans la recherche d’un meilleur retour sur investissement pour leurs clients.

Sous l’influence des géants des télécoms, de l’agro-industrie et de la banque, le recours aux publicitaires s’étend aux entreprises de taille régionale. Certaines, comme la société agroalimentaire sénégalaise Senico, gérée par McCann, choisissent d’investir auprès des agences les plus structurées, mais beaucoup, faute de budget, confient leurs travaux à des studios de création ou à des imprimeurs. DAK’COR AU SÉNÉGAL, DFA AU MALI OU VOODOO Une demande qui génère l’apparition d’une foule d’acteurs locaux. Au EN CÔTE D’IVOIRE TIRENT LEUR ÉPINGLE DU JEU. Sénégal, Olivier Mourgaye indique que plus de 80 agences sont référencées à la chambre de commerce, alors que seule base d’études marketing et de sondages. Mais « une demi-douzaine tient vraiment la route ». en dehors des grandes compagnies, les entrepriCar tous les professionnels s’accordent sur ce ses, surtout en Afrique de l’Ouest, manquent de point : les ressources humaines restent insufdonnées pour bâtir une approche fine de leurs fisamment formées aux métiers de la commuconsommateurs. Néanmoins, pour répondre aux nication en Afrique de l’Ouest. Et pour pallier demandes des clients, « de nouvelles spécialités l’absence de talents, le recours aux expatriés est font leur apparition sur le marché de la comtrès fréquent. « Il me faut six mois pour former munication : le digital [multimédia, NDLR], le un chef de publicité, qui aura au final moins d’exstreet marketing, le sponsoring », détaille Olivier périence qu’un stagiaire d’un bureau parisien », Mourgaye, directeur du développement de confirme un responsable d’agence. l’agence McCann, présente à Dakar depuis plus Face aux réseaux mondiaux, plusieurs agende dix ans. De nouveaux champs de compétences ces locales tirent leur épingle du jeu. Au Sénégal, qui réclament plus de polyvalence de la part des Dak’cor s’est bâti une solide réputation de casseur professionnels de la com. de prix, au grand dam de certains ténors. Western Paradoxalement, cette évolution s’accomUnion, la Banque centrale des États de l’Afrique de pagne, du fait de la crise et d’une compétition l’Ouest (BCEAO) ou encore Nokia, pour la partie accrue, d’une gestion plus serrée des budgets. médias, se sont laissés séduire. À Bamako, c’est le Le prix devient un élément central dans le choix groupe Diop Fall Associés (DFA), fondé en 1993, d’un prestataire, admet Steve Fayomi, directeur qui taille des croupières aux grands réseaux en de la stratégie de l’agence ivoirienne Voodoo. jouant la fibre locale pour décrocher les budgets d’Orange, d’Ecobank ou d’Air Mali. Abidjan a lui aussi son marabout de la pub : ancien de Young & Rubicam et de McCann, Fabrice Sawegnon, ompte tenu de l’intérêt soutenu des grands groupes patron de Voodoo, a fondé son succès sur l’intéeuropéens pour l’Afrique, l’augmentation sensible gration au sein d’un holding de plusieurs activités des investissements publicitaires n’a rien d’étonnant. complémentaires – une régie publicitaire, un pôle Une hausse de 20 % par an au Sénégal depuis 2008, selon presse, un réseau d’affichage et une entreprise l’étude du cabinet Omedia, soit un marché de 15 millions spécialisée dans l’événementiel. Parmi ses clients, d’euros par an pour l’achat d’espaces et presque le double Côte d’Ivoire Télécom, Coca-Cola, Attijariwafa si on cumule l’ensemble des budgets consentis aux agences. Bank ou encore Western Union. Même poussée au Cameroun, où les montants publicitaires Même s’ils sont plus petits que ceux du ont augmenté de 50 % en 2010, selon le cabinet Media Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun, les Intelligence, pour atteindre 34 millions d’euros. marchés du Mali, du Bénin et du Gabon sont eux Notamment sous l’impulsion d’Orange, de MTN et du groupe aussi de plus en plus dynamiques, souvent sous de boissons Castel, premier annonceur du pays sur le premier l’impulsion du secteur des télécoms. Certaines trimestre 2010. Les banques, les opérateurs de télécoms agences, comme Voodoo ou Havas, y ouvrent et les industries agroalimentaires sont parmi les meilleurs même des bureaux. Rien à voir avec le Niger, clients des agences sur le continent, y compris en Afrique la Centrafrique ou le Tchad, encore largement francophone. ■ J.C. à la traîne et dont les annonceurs sont gérés à distance depuis Dakar ou Abidjan. ■

Des budgets en hausse

C

88

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

Sécurité Attention! personnel en danger

Pour prévenir la menace de rapts, les multinationales qui opèrent sur le continent prennent les devants : formation des employés, recours à des sociétés privées, collecte d’informations… Ces mesures mobilisent des budgets de plus en plus conséquents. Z OÉ S UAREZ

L

enlèvement, à la mi-septembre 2010, de sept employés d’Areva et de Vinci travaillant pour la Société minière de l’Aïr (Somaïr), à Arlit (Niger), confirme, s’il en était besoin, que l’Afrique reste potentiellement dangereuse pour les groupes internationaux qui y travaillent. Mais depuis la vague de terrorisme islamiste qui a secoué l’Algérie au cours des années 1990, le risque a changé de nature. Plus qu’un attentat à la voiture piégée dans le centre d’Alger, les états-majors des multinationales craignent désormais les kidnappings, de plus en plus couramment pratiqués, notamment dans la zone sahélienne dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a fait son fief.

des cadres expatriés, grâce à leurs contacts au sein des instances gouvernementales et militaires, mais également en s’attachant les services de sociétés de sécurité privées. Selon les pays, le degré d’assistance aux expatriés varie du « niveau 1 » au « niveau 3 ». Ce dernier niveau, qui inclut notamment des déplacements en véhicule sécurisé avec gardes du corps, représente le plus haut degré de protection. Les salariés d’Areva en bénéficient notamment en Irak, au Pakistan et au Yémen, mais aussi maintenant au Niger ou en RD Congo, où ils sont pris en charge dès leur descente d’avion.

Pour assurer ces prestations, les groupes sont conduits à s’appuyer sur des relais locaux, ce qui a d’ailleurs suscité une polémique sur les circonstanDES EXPERTS ÉVALUENT RÉGULIÈREMENT LES RISQUES ces des kidnappings perpétrés à Arlit. Le site de la mine GÉOPOLITIQUES DANS LES ZONES OÙ AREVA INTERVIENT. d’uranium était protégé par 350 soldats de l’armée nigéPour faire face à ces menaces diffuses, les rienne, assistés par des sociétés privées de progroupes opérant dans les zones instables ont tection appartenant à d’anciens leaders de la déjà pris des mesures destinées à limiter les rébellion touarègue qui a déstabilisé la région risques. Ainsi, à Paris, Areva s’est doté d’un au cours des années 1990. Il apparaît en outre département spécifiquement consacré à la que les agents chargés de la sécurité des persécurité de ses cadres. Selon les informations sonnes enlevées n’étaient pas armés. Quant aux recueillies par le quotidien français Le Figaro, forces de défense et de sécurité nigériennes, « une dizaine de personnes travaillent à la elles étaient seulement affectées à la protection direction de la protection et du patrimoine des sites d’extraction d’uranium, alors qu’Areva [DPP]. Et “la DPP d’Areva est l’une des plus avait fait le choix d’assurer lui-même la sécurité sérieuses parmi les entreprises du CAC 40, de son personnel, précisent les autorités. affirme un expert en sécurité. La protection En tout cas, pour les experts en sécurité de ses salariés est l���une des priorités de l’entrecités par Le Figaro, « la protection des résidenprise”. Ce service a notamment pour mission ces des salariés d’Areva et de Vinci à Arlit aurait de sensibiliser les expatriés aux risques avant dû être assurée par des Français, et non par le départ », et travaille en liaison avec une des autochtones ». C’est notamment l’opinion équipe d’experts qui évaluent régulièrement de Frédéric Gallois, patron de Gallice Security, les risques géopolitiques dans les zones géoqui intervient en Afrique et en Irak. Dans le graphiques où le groupe intervient. cas d’Areva, les employés nigériens affectés à Ces « correspondants » font remonter les la protection des cadres expatriés ont incontesinformations depuis le terrain jusqu’au siège tablement failli à leur tâche alors que ce n’est social de l’entreprise et organisent la sécurité pas la première fois que l’on signale des tenta90

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

AL-ANDALUS/SIPA

MANAGEMENT

tives d’enlèvement dans cette zone. La société est reçu par des administrateurs de carrière qui À Arlit française en intelligence stratégique Epee avait répondent à toutes leurs questions », précise (Niger),en même proposé l’envoi à Arlit d’un détachement Claude Paseri. Une fois sur place, les expatriés septembre des forces spéciales françaises pour prévenir ce sont pris en charge par les responsables locaux 2010, sept type de problème. Sans résultat. du groupe, qui maîtrisent le « plan sécurité ». Ils employés Les autres entreprises françaises implanont notamment pour tâche de choisir les loged’Areva et tées en A frique de l’Ouest, où travaillent ments les plus sûrs dans lesquels seront instalde Vinci ont 45 000 expatriés, tentent de tirer des leçons de lés les collaborateurs de CFAO, généralement été enlevés ces enlèvements. Ainsi, la compagnie Air France regroupés dans un même périmètre sécurisé par Al-Qaïda a indiqué fin septembre avoir « adapté » la sécupar des sociétés de gardiennage. au Maghreb rité de ses salariés travaillant dans la région : islamique. « Des mesures spécifiques pour les personnels La vague d’inquiétudes suscitée par l’affaire navigants et les personnels au sol en poste dans d’Arlit a été d’autant plus forte que ces enlèveles pays sensibles ont été renforcées à l’occaments ont coïncidé avec le rapt, le 22 septembre, sion des derniers événements. » Parmi les pays de trois autres Français, qui travaillaient pour concernés par cette décision figurent le Niger, le groupe pétrolier Bourbon, au Nigeria. Les la Mauritanie, le Mali et le Tchad, ainsi que le expatriés ont été enlevés dans le Delta du Niger Nigeria, où les enlèvements sont récurrents. par des rebelles habitués à ce genre d’actions Chez CFAO (distribution et importation d’automobiles et L’AFFAIRE D’ARLIT A COÏNCIDÉ AVEC L’ENLÈVEMENT DE de produits pharmaceutiques), la prudence est un réf lexe TROIS SALARIÉS DU FRANÇAIS BOURBON, AU NIGERIA. acquis de longue date. Outre ses salariés locaux, le groupe a 18 familles françaises sous sa responsabilité terroristes, perpétrées en mer à l’aide de canots dans des pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, rapides. Bourbon a d’ailleurs déjà été confronté Tchad, Burkina Faso) situés dans une zone dite à trois reprises à ce genre d’attaques depuis « orange », explique Claude Paseri, directeur deux ans. Début 2009, un de ses bateaux et ses de la sécurité chez CFAO, dans une interview neuf membres d’équipage ont même été captuau quotidien français 20 Minutes. En revanche, rés au large des côtes nigérianes avant d’être aucun personnel expatrié ne travaille dans la libérés quelques jours plus tard. De la péninfameuse « zone rouge », où s’est déroulé le rapt sule de Bakassi (Cameroun) à Port Harcourt, des otages au Niger. Mais tous les expatriés ont la capitale pétrolière du Nigeria, les eaux du été minutieusement informés des risques et golfe de Guinée sont devenues particulièrement des règles à suivre pour réduire la menace au dangereuses, une centaine d’actes de piraterie maximum. Avant le départ, « chaque candidat ayant été recensés en 2010. JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

91

MANAGEMENT

Toutefois, ces enlèvements n’ont rien à voir avec ceux commandités par Aqmi dans les sables du Sahara. Si la filiale africaine d’Al-Qaïda affiche clairement ses desseins politiques, les terroristes nigérians ont fait du kidnapping une rente de situation. Qu’il s’agisse d’émanations du Mouvement d’émancipation du Delta du Niger (Mend) ou des Bakassi Freedom Fighters, ces groupes rebelles cachent souvent leurs tendances criminelles sous des revendications pseudo-autonomistes. Pour Alice Ellenbogen, consultante au cabinet Risk & Co et spécialiste de la piraterie, les pirates nigérians ont des motivations financières

conseiller de la société Geos, confirme que « les sommes obtenues permettent de verser de grosses primes aux ravisseurs initiaux ». Et le développement de ce nouveau marché aux otages risque de faire des émules et d’étendre le risque terroriste aux abords du fief sahélien d’Aqmi.

Du fait de l’extension rapide de nouvelles « zones rouges », la sécurisation des activités des entreprises françaises coûte de plus en plus cher. Pour David Hornus, président de la société de conseil Risksgroup, cela relève de l’intelligence économique : « Prévenir, former, informer les salariés, expatriés et familles est désormais un impératif. Or cet aspect de collecte d’infor« SUR LE MARCHÉ DE L’OTAGE, LE FRANÇAIS EST BIEN mations du milieu sécuritaire dans lequel on évolue parCOTÉ », EXPLIQUE UNE SPÉCIALISTE DE LA PIRATERIE. ticipe bien d’une démarche globale d’intelligence… » Un réflexe déjà pris par les groupes angloindéniables : « Il y a un vrai marché de l’otage au saxons. Où qu’ils aillent, quoi qu’ils fassent, Nigeria, explique-t-elle. Et le Français est bien ces multinationales s’offrent les services d’incoté sur ce marché, car plusieurs groupes hexagoformateurs envoyés pour tâter le terrain, apprénaux, comme Total, sont implantés dans le pays. hender l’environnement géopolitique… « Entre C’est pourquoi ces sociétés ont relevé leur niveau 10 000 et 20 000 euros sont facturés pour effecde sécurité depuis le début des années 2000. » tuer une due diligence », indique David Hornus. Mais le business n’est pas totalement absent Plus qu’une simple enquête de moralité, il s’agit de la démarche d’Aqmi non plus. En effet, les d’une recherche de fond effectuée en amont islamistes d’Al-Qaïda ont tendance à sous-traiet qui permet aux commanditaires de mesurer ter les rapts auprès de malfaiteurs sahéliens, avec précision les risques encourus par leurs intermédiaires qu’ils rémunèrent en échange opérations et leurs personnels. d’otages occidentaux. Compte tenu de la Pour le président de Risksgroup, interviewé médiatisation de ces enlèvements, les rançons pour le site d’information financière Easybourse, atteignent plusieurs millions de dollars. Louis mieux vaut verser quelques milliers d’euros pour Caprioli, responsable de l’action antiterroriste former et informer plutôt que d’être un jour à la Direction de surveillance du territoire confronté à un problème (enlèvement, assas(DST) française jusqu’en 2004 et aujourd’hui sinat d’expatriés) qui coûtera à l’entreprise « plusieurs millions d’euros, mais aussi son image de marque, sa réputation, et au final ses parts de roupe international basé Aujourd’hui, le groupe compte marché ». C’est notamment ce que en France, Geos a pour activité près de 500 collaborateurs et fait Risksgroup face à la piraterie en la prévention et la gestion des propose de multiples services : Somalie : formation des équipages risques. Il propose à ses clients, intelligence économique, sûreté face au risque d’abordage, comportenotamment les entreprises, des personnes, des biens, des ment en cas de prise en otage, dissuade protéger leurs actifs, personnels sites et des transports, appui sion des assaillants… et savoir-faire face aux menaces aux institutions internationales Cer taines sociétés proposent criminelles et aux risques (Otan, ONU…). même les services d’équipes spéciapolitiques. À ses débuts, dans les Au cours de l’année 2010, il est lisées pour sécuriser les navires. Une années 1990, la société se spécialise intervenu en Afrique du Sud pour prestation relativement coûteuse dans l’accompagnement de la protection des journalistes et puisqu’il faut compter entre 1 000 et personnalités et la mise en place techniciens de la chaîne française 2 000 euros par jour pour rémunérer d’audits de sûreté en Algérie. TF1 durant la Coupe du monde un ancien commando des forces spéÀ partir de 2000, les services de football. Il s’est aussi mobilisé ciales avec dix ans d’expérience. De se diversifient et s’étendent en Côte d’Ivoire, où il devait assurer l’Algérie à l’Afrique du Sud en pasà l’Afrique, l’Asie du Sud-Est la sécurité des agents de l’Union sant par la Somalie ou le Nigeria, les et l’Amérique du Nord. En 2004, européenne déployés dans le opérations de sécurisation mobilisent Continental Risk acquiert 34 % cadre de la mission d’observation des budgets de plus en plus consédu capital de Geos, avant d’en de l’élection présidentielle quents pour les groupes figurant devenir l’actionnaire majoritaire. de l’automne 2010. ■ Z.S. dans les 500 premières entreprises d’Afrique. ■

Geos, des services à la carte

G

92

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Comptabilité / Finance / ERP / CRM / Paie / RH / Logistique

Fort de son expérience aux côtés des entreprises, Sage propose aux PME comme aux groupes internationaux des solutions de gestion performantes, d’envergure et évolutives. Des exigences quotidiennes au pilotage pointu de votre activité, Sage dynamise naturellement votre performance. Pour plus d’information, rendez-vous sur www.sage.fr ou contactez-nous au +33 (0)5 56 13 88 85

crédit photo : MIXA / Getty Images - Tristan Paviot • S141_EXP 04-10 Sage - SAS au capital de 500.000 euros - Siège social : 10, rue Fructidor 75017 Paris - rcS Paris 313 966 129 - Sagee st locataire-gérant des sociétés ciel et Sage FDc

Piloter la performance de votre entreprise, pour vous c’est essentiel, pour nous c’est naturel.

MANAGEMENT

Transparence Rien à cacher, tout à gagner

Nombreuses sont les entreprises non cotées qui hésitent à rendre publics leurs résultats. C’est pourtant la condition essentielle pour asseoir sa crédibilité et attirer les investisseurs. T HÉOPHILE K OUAMOUO

L

es sociétés africaines sont-elles promptes à communiquer sur leurs performances financières ? Si les mentalités évoluent, des progrès restent à faire. La publication d’un rapport financier annuel, comportant bilan et comptes de résultats, n’est pas encore considérée par tous les groupes comme un exercice obligatoire. Parce que la législation les y oblige dans la mesure où elles font appel à l’épargne publique, les sociétés cotées en Bourse sont pionnières en matière de transparence. Les plus grosses entreprises sud-africaines sont toutes cotées, à l’exception d’une minorité, dont Eskom (production et distribution d’électricité), contrôlé par l’État. Elles évoluent dans un écosystème où, si l’on veut rester crédible, il est impensable de ne pas communiquer régulièrement sur ses performances. Dans certains pays d’A frique du Nord, notamment la Tunisie, l’Égypte et l’Algérie, même si les places boursières n’ont pas une influence comparable à celle de Johannesburg, les entreprises à capitaux publics prennent de plus en plus l’habitude de publier leurs bilans annuels. Curiosité locale : en Algérie, les sociétés d’État semblent moins « fermées » que leurs homologues du secteur privé. En revanche, en Libye, la loi d’airain de l’opacité demeure dans tout le secteur productif.

En Afrique subsaharienne francophone, quelques entreprises sont à l’avant-garde. Tel l’assureur Colina, basé en Côte d’Ivoire, qui publie ses résultats sur son site internet. Mais, de manière générale, le chemin vers la transparence dépend des environnements nationaux, qui peuvent évoluer au fil des années. Globalement, les entreprises ivoiriennes et burkinabè répondent aux questionnaires envoyés chaque année par Jeune Afrique dans le cadre de ce hors-série. Mais, au Cameroun et au Mali, il faut souvent se résoudre à faire appel aux confédérations patronales pour avoir des informations qui ne sont pas toujours complètes. Au Sénégal, la tendance à la rétention d’informations s’est amplifiée depuis cinq ans. Pour quelles raisons des entreprises fontelles machine arrière et décident-elles d’en dire le moins possible ? La pression fiscale est un facteur déterminant. « Certains groupes familiaux vont jusqu’à renoncer à entrer en Bourse pour ce type de raisons », explique un spécialiste du secteur. Mais il y a aussi des causes psychologiques : peur d’être « attaqué » pour une « richesse » considérée comme excessive, crainte d’interférences et de jalousies provenant des cercles politiques…

Les bonnes dispositions des entreprises dépendent souvent des secteurs économiques dans lesquels elles évoluent. Évidemment, les banques, dont toute l’activité repose sur la confiance qu’elles inspirent, et les opérateurs de téléphonie, qui lèvent régulièrement des fonds sur le marché sectoriel, les opérateurs des financier pour soutenir leur développefilières bois et papier ainsi que les ment, sont plus prompts à jouer cartes sociétés minières sont les moins sur table que les grosses compagnies spontanées. Paradoxalement, étatiques spécialisées dans l’extracles entreprises de communication tion du pétrole, du gaz et des produits (imprimerie, médias, agences miniers. En ce domaine, si Sonangol de publicité) ne sont pas plus (A ngola) et Sonatrach (A lgérie) loquaces: seule une vingtaine publient leur chiffre d’affaires et leur de sociétés de ce secteur d’activité résultat net chaque année, il n’en va (sur 228 recensées) nous ont pas de même pour leurs homologues répondu. ■ ZOÉ SUAREZ du Nigeria, de Libye, d’Égypte ou de Guinée équatoriale. Au Cameroun, au

Les « 500 », en toute discrétion

S

ur près de 6700 entreprises répertoriées dans les bases de données de Jeune Afrique, 5913 ont reçu un questionnaire mais seules 1221 sociétés nous ont spontanément communiqué leurs chiffres de l’exercice 2009. Parmi les francophones les moins « communicantes », citons les entreprises maliennes, béninoises et sénégalaises. Sur le plan

94

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

MANAGEMENT

Gabon et au Sénégal, les raffineries ne rendent pas publics leurs résultats, à la différence de la Société ivoirienne de raffinage (SIR), qui, cette année, ne cache pas l’ampleur de ses pertes, au demeurant assez préoccupantes. Comment feindre la transparence tout en cachant l’essentiel ou en « oubliant » des détails clés ? Certaines entreprises communiquent sur leur chiffre d’affaires et omettent leur résultat net soit parce qu’il s’agit de leur base d’imposition dans les pays où elles évoluent, soit parce qu’elles sont contrôlées par des États qui peuvent décider de gérer leurs ressources de façon « politique », à l’abri des regards indiscrets. De leur côté, les multinationales ont souvent des pratiques de transparence… à géographie variable ! Le groupe français CFAO a longtemps communiqué sur ses chiffres, en distinguant de manière nette les performances de toutes

ses filiales. Désormais, il ne transmet à Jeune Afrique que les chiffres de sa filiale cotée à la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan. Le groupe MTN, coté à Johannesburg, dévoile le produit de ses activités sud-africaines dans son rapport annuel tout en communiquant modérément sur les « tendances » dans ses différentes zones. Quant à la compagnie Air France, elle a pris l’habitude de ne pas diffuser les résultats de ses différentes lignes africaines, ce qui a alimenté fantasmes et rumeurs, y compris au sein de la profession, sur des bénéfices records dans cette partie du monde. Avec la multiplication des fonds d’investissement, le développement du capital-risque et toutes les opportunités qui en découlent, les entreprises africaines vont devoir faire des efforts en termes de communication financière afin de gagner la confiance des investisseurs. D’ores et déjà, certaines d’entre elles se distinguent par les détails qu’elles fournissent non seulement sur leurs résultats, mais également sur ce que leur rapporte chacune de leurs activités, sur leurs gisements de croissance et sur leurs perspectives de développement. Il en est ainsi de l’opérateur de téléphonie Safaricom, présent au Kenya et en Tanzanie. Très axé sur l’innovation, pionnier dans le « mobile money » et en pointe sur les questions essentielles des nouveaux usages dans le secteur des télécoms, le groupe met quasiment en scène la publication de son rapport annuel, attendu par la concurrence et les analystes qui tentent d’y trouver matière à anticiper les évolutions d’un marché particulièrement dynamique. De l’utilisation de la transparence financière comme arme de relations publiques et de prestige… ■

MANAGEMENT

Au secours! L’État revient… Journaliste à Jeune Afrique et au Monde.

PAR

U

A LAIN F AUJAS

n parfum d’interventionnisme étatique est dans l’air du temps en Afrique. Après des décennies de privatisations et de marché-roi, les gouvernements sont de plus en plus tentés de mettre leur nez dans la vie des entreprises. Voilà que le Gabon entend prendre une part du capital du français Eramet, qui contrôle l’exploitation de son manganèse, via la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). En Afrique du Sud, l’African National Congress (ANC, au pouvoir) s’interroge sur la possibilité de nationaliser l’ensemble du secteur minier. En Algérie, le gouvernement veut acheter Djezzy, premier opérateur privé de téléphonie mobile, pour qu’il ne soit vendu ni à une entreprise sud-africaine, ni à une société russe. Même si l’interventionnisme n’a jamais vraiment cessé, en dépit des injonctions du Fonds monétaire international (FMI), il faut reconnaître que la récession mondiale et les remèdes administrés

Exiger d’eux plus de respect de l’environnement évitera à des régions entières de devenir des poubelles, et leurs habitants des malades en puissance. Le Burkina Faso, la RD Congo ou le Niger, notamment, sont bien avisés de se faire plus exigeants dans ces domaines.

En revanche, renouer avec un marxisme primitif qui a échoué en URSS et qui prépare des catastrophes au Venezuela, nationaliser sans qu’un contrôle impartial supervise la gestion des entreprises publiques, ou obliger les entreprises étrangères à céder la majorité de leurs actions à des investisseurs nationaux débouche inévitablement sur l’appropriation du bien public par un parti ou par un clan, sur la corruption et sur la faillite. Sans parler des tentations protectionnistes, car, pour assurer la survie de leurs entreprises publiques, la plupart du temps mal gérées et peu concurrentielles parce qu’insouciantes des besoins de leur clientèle et de leurs coûts, les gouvernements sont tentés En Afrique du Sud, l’ANC s’interroge sur de leur réserver marchés et accès au crédit, voire la possibilité de nationaliser le secteur minier. de les mettre à l’abri de droits de douanes, s’attirant une pour juguler la crise lui ont donné un coup riposte comparable des autres pays. de jeune. Comment ne pas emboîter le pas « Le retour de l’État serait extrêmement à des États-Unis qui nationalisent (provisouhaitable, conclut Philippe Chalmin, soirement) leur industrie automobile aux professeur d’économie à l’université Parisabois et à une Europe qui vole au secours Dauphine. Mais le retour d’un État qui de son système bancaire en péril ? ne soit pas voyou comme en RD Congo ou en Zambie. Est-ce le Gabon qui veut Faisons le tri entre les politiques saines entrer dans le capital d’Eramet, ou la famille et les mesures dangereuses. Il est du devoir Bongo, grande amie de la France ? Le Black d’un État de chercher à faire profiter Empowerment en Afrique du Sud est au maximum sa population des richesses surtout de la prévarication à grande naturelles du pays. Privilégier l’emploi échelle. Et je crains le pire pour le Ghana, de ses nationaux dans les usines et les qui est l’un des pays les plus propres mines gérées par des capitaux étrangers, d’Afrique, car on y a découvert des renégocier à la hausse les royalties versées promesses de gisements pétroliers. » au budget par les majors pétrolières, La « malédiction des matières premières » obliger les investisseurs à participer qui cannibalise les autres secteurs et à la construction d’infrastructures corrompt les esprits est toujours à l’œuvre : ou à l’amélioration de la santé publique, patriotisme ou dirigisme économiques tout cela relève d’une saine gestion. n’y changeront rien. ■

96

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Partenaires du continent Venez bâtir votre avenir ... comme 45 000 étudiants le font dans l’un de nos 400 programmes. Parmi eux, Tony Toufic, MBA 4 000 étudiants proviennent de 110 pays. Université Laval À travers le monde, plus de 240 000 diplômés ont bâti leur avenir chez nous.

Dakar, Sénégal tony.toufic@vre.ulaval.ca ulaval.ca/senegal (221) 77 332 2488

Ville de Québec - Canada

LE SPÉCIALISTE DU RECRUTEMENT DE CADRES ET DE DIRIGEANTS SUR L’AFRIQUE ! 1P36 )' (B C>6 )A'N;08!'>+' )3 8'+835'?'>5 / PA!>5'8>C5!=>CP K,($ @38'C3N F *S ;CM6I ;=38 PA'N;C58!C5!=>G P' )05C+"'?'>5G P' 8'+835'?'>5 P=+CP '5 PA!>508!? ?C>C#'?'>5E ! ->' 0:3!;' !>5'8>C5!=>CP' )' +=>63P5C>56 +=?@!>C>5 PC )=3@P' 'N;'85!6' ?05!'8D?C8+"0E ! ->' @C6' )' )=>>0'6 ?=>)!CP' )' ;P36 )' *G$ ?!PP!=>6 )' +C>)!)C56 :3CP!<06 ;'8?'55C>5 )A!)'>5!<'8 P'6 %35386 +C)8'6 '5 )!8!#'C>56 ?=@!P'6 2'86 PA7%8!:3' '5D=3 6=3"C!5C>5 M ;=3863!28' P'38 +C88!J8'E ! ->' C;;8=+"' +=?@!>C>5 ;P36!'386 ?05"=)'6 )' 8'+"'8+"' Q <+"!'8G C;;8=+"' )!8'+5'G C>>=>+'6 ;8'66' '5 !>5'8>'5E

1=38 2=6 8'+835'?'>56 Q 8'PC5!=>6+P!'>569?!+"C'P;C#'E%8 1=38 2=58' 02=P35!=> )' +C88!J8' Q C%8!:3'9?!+"C'P;C#'E%8

4=>5C+5 Q 1C3P L'8+!'8 .0P0;"=>' Q H((KBI, &, R* && SS

+/.!, ! 201'.$, ! 30"/11$,-*.# ! &/,/-4/1(/ ! )4#$. ! 2$ &/!.$ ! %*1!,

0(-$.',.%#1 "! &1$&!#1+1*# %!& ,1 $)*#.*1*# '/&.$'.* ,($ @38'C3N )C>6 *S ;CM6 D OOOE?!+"C'P;C#'C%8!+CE+=?

Partenaires du continent

Alimentation sans interruption et Expérience sans égale.

La maîtrise de la gestion, de la distribution, et de la sécurité de l’énergie est entre les mains de Eaton. Maintenant que MGE Office Protection Systems et Powerware sont des familles de produits Eaton, l’union de nos savoir-faire et de nos technologies vous offre les meilleures solutions de protection électrique et de services associés. Notre présence locale et les ressources d’une marque mondiale, vous assurent d’avoir les meilleurs experts pour répondre à vos besoins.

w w w. e a t o n . c o m / p ow e rq u a l i t y

Eaton Manufacturing LP I Bietry, rue du Canal, Zone 4 I Abidjan, Côte d’Ivoire I Contactez-nous : SubSaharanAfrica@eaton.com Tel. : +225 21 24 15 12 I Fax : +225 21 24 15 13

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

LES 500

SIDALI DJANEDI/GAMMA

PREMIÈRES ENTREPRISES AFRICAINES

Malgré la récession mondiale, le chiffre d’affaires cumulé des sociétés de notre palmarès a progressé en 2009, pour s’établir à 586 milliards de dollars. L’heure de la reprise a sonné.

Avec un chiffre d’affaires de 47,5 milliards de dollars, Sonatrach (Algérie) conserve la tête de notre classement.

Z OÉ S UAREZ

R

première relève de la géophysique, la seconde, dérivée de la psychologie, définit l’aptitude d’un individu à faire face à des circonstances traumatiques. Incontestablement, si la plaque tectonique de l’économie africaine a pu résister au séisme financier qui a secoué le monde en 2009, c’est notamment parce que les entrepreneurs du continent ont su garder le moral. Et ils ont eu raison.

▲ ▲ ▲

ésilience (nom féminin) : degré de résistance aux chocs des matériaux (Larousse). Ce terme a été abondamment utilisé par les analystes pour décrire le comportement des économies africaines au plus fort de la crise internationale. Un terme qui, dans ce cas précis, sonne juste. Au sens propre comme au sens figuré. Car si sa signification

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

de développement économiques (OCDE), cette dynamique devrait se poursuivre dans nos prochaines éditions. En effet, si la récession a laissé des traces, la reprise est déjà palpable. L’Afrique australe va se relever plus lentement que le reste du continent en 2010-2011. En revanche, en Afrique centrale, la croissance va dépasser 4 % sur cette période, et devrait s’établir à 5 % en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest. L’Afrique DERRIÈRE SONATRACH ET SONANGOL, NOTRE TOP 10 de l’Est, qui a mieux supporté la bourrasque, devrait afficher COMPTE HUIT ENTREPRISES SUD-AFRICAINES. un taux de plus de 6 %. ▲ ▲ ▲

Il est vrai qu’ils bénéficiaient déjà d’une dynamique de forte croissance. Au cours des trois années qui ont précédé la récession mondiale, les pays d’Afrique étaient parvenus à une hausse annuelle de leur PIB proche de 6 % en moyenne. La crise de 2009 a touché toutes les régions et tous les pays d’Afrique, mais à des degrés divers, souligne le rapport annuel sur les « Perspectives

SOURCE : JEUNE AFRIQUE

Reste que ce regain d’activité ne devrait économiques en Afrique » (Banque africaine de pas provoquer de bouleversement particudéveloppement, Organisation de coopération et lier dans la hiérarchie des « 500 ». D’ailleurs, de développement économiques, Commission notre classement garde une structure similaire économique pour l’Afrique des Nations unies) : d’une année à l’autre. Ainsi, les 100 premières « Elle a eu un effet particulièrement profond en entreprises d’Afrique réalisent un CA cumulé Afrique australe, où la croissance a été laminée, de 414 milliards de dolpassant d’un taux proche lars, un chiffre équivalent de 8 % à un taux négatif EFFECTIFS au CA de la première firme d’environ 1 %. L’Afrique de (en nombre de salariés) mondia le, l’amér icaine l’Est et l’Afrique du Nord Wa l ma r t, qui a at tei nt ont bien mieux résisté que 408 milliards de dollars le reste du continent et, 63 364 l’an dernier. Quant au CA malgré un certain ralenANGLOGOLD ASHANTI des 50 premières firmes de tissement, ont continué (Afrique du Sud) notre palmarès, il atteint de progresser, de respec48 360 328 milliards de dollars. tivement 5,75 % et 3,75 % Ce qui signifie que 10 % en 2009. La croissance est THE ARAB CONTRACTORS - OSMAN AHMED OSMAN & CO. (Maroc) des entreprises classées retombée à 3 % en Afrique réalisent 56 % du CA glode l’Ouest et aux alentours 33 544 bal des « 500 ». Symbole de 2 % en A frique cende cette concentration des trale. » Bref, dans la plupart SASOL (Afrique du Sud) ressources, la liste des dix des pays africains, le PIB a premiers groupes d’Africontinué de progresser en 33 229 que, qui affichent un CA 2009, mais à un rythme IMPALA PLATINUM HOLDINGS de 160 milliards de dolmoins soutenu. (Afrique du Sud) lars, soit plus du quart de Conséquence de cette 32 256 celui des « 500 » et à peu situation : le chiffre d’afprès le même montant que faires (C A) cumulé des AVENG (Afrique du Sud) celui du pétrolier améri500 premières entrepricain Chevron. ses d’Afrique a augmenté 30 231 Dans ce top 10, seuls en 2009, pour atteindre ENT. NAT. DE DIST. ET DE COMMERCIALISATION deux groupes ne sont pas plus de 586 milliards de DES PRODUITS PÉTROLIERS (Algérie) originaires d’Afrique du dollars. Ce qui représente Sud. Il s’agit de compagnies une hausse de 3,4 % par 27 986 pétrolières publiques : l’alrapport au CA cumulé des ALGÉRIE POSTE gérienne Sonatrach, qui « 500 » à l’issue de l’exer(Algérie) conserve sa pole position cice 2008. Premier constat : 21 623 continentale – malgré une alors que l’année 2008 se chute de son CA de 34 %, caractérisait par une staLONMIN (Afrique du Sud) soit près de 24 milliards de gnation sans précédent de dollars ! –, suivie de l’anl’activité des « 500 », le cru 21 552 golaise Sonangol, qui tota2009 est marqué par une GROUPE SIFCA lise 22,4 milliards de CA, reprise incontestable de la (Côte d’Ivoire) soit autant que la chaîne croissance. Et, d’après les de fast-food McDonald’s. prévisions de la Banque 21 247 Viennent ensuite huit masafricaine de développeJD GROUP todontes sud-af ricains, ment (BAD) et de l’Orga(Afrique du Sud) parmi lesquels les inconnisation de coopération et 102

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

(variation en % du chiffre d’affaires)

0

–251 %

+ 83 % EQSTRA HOLDINGS (Afrique du Sud)

COMPAGNIE MINIÈRE DE L’OGOOUÉ (Gabon)

– 149 %

+ 74 % SANLAM (Maroc)

OFFICE CHÉRIFIEN DES PHOSPHATES (Maroc)

– 110%

+ 62 % LONMIN (Afrique du Sud)

HOLDING D’AMÉNAGEMENT AL OMRANE (Maroc)

+ 54 %

– 89 % MOBINIL (Égypte)

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS (Afrique du Sud)

+ 50 %

– 88 %

TONGAAT-HULETT GROUP (Afrique du Sud)

SOCIÉTÉ AFRICAINE DE RAFFINAGE (Sénégal)

+ 48 %

– 79 % DE BEERS CONSOLIDATED MINES (Afrique du Sud)

MURRAY & ROBERTS CONSTRUCTION (Afrique du Sud)

+ 47,9 %

– 71 % EGYPTIAN IRON & STEEL CO. (Égypte)

HOSKEN CONSOLIDATED INVESTMENTS (Afrique du Sud)

+ 46 %

– 70,5 % EZZ STEEL CO. (EX-AL EZZ STEEL REBARS CO.) (Égypte)

CIE NORD-AFRICAINE ET INTERCONTINENTALE D’ASSUR. (Maroc)

+ 45 %

– 67,3 % SHELL SÉNÉGAL (Sénégal)

MONDI GROUP SOUTH AFRICA (Afrique du Sud)

+ 43 %

– 67,1 % SOCIÉTÉ NATIONALE DE RAFFINAGE (Cameroun)

0

WILSON BAYLY HOLMES - OVCON (Maroc)

Notons toutefois que cette hausse résulte en partie de l’intégration à cette branche des activités relevant de la culture cotonnière et des filatures textiles ainsi que de l’exploitation forestière et de la transformation du bois. Le secteur

▲ ▲ ▲

Au niveau sectoriel, les choses bougent un peu plus. Ainsi, les hydrocarbures, victimes de la chute des cours du brut, restent dominants, mais leur part au CA des « 500 » se réduit à 18,5 %, contre 26 % dans notre précédente édition. Deuxième secteur par sa contribution au CA des « 500 », les télécoms progressent sensiblement, puisqu’elles représentent 12,4 % du CA global. Autre évolution positive, celle de l’agroindustrie, dont la part passe de 5,6 % à 10,2 %.

RECORDS DE HAUSSE ET DE BAISSE

SOURCE : JEUNE AFRIQUE

tournables Sasol (chimie), MTN (télécoms), Eskom (électricité) et Shoprite (distribution), dont les CA s’échelonnent entre 7 milliards et 20 milliards de dollars. Toutefois, la composition de ce club très fermé connaît quelques modifications notables, avec la sortie de deux entreprises minières majeures – le groupe diamantaire De Beers Consolidated Mines et l’Office chérifien des phosphates (OCP) –, victimes de la crise. Si le peloton de tête varie peu, le nombre d’entreprises réalisant un CA supérieur à 1 milliard de dollars progresse, puisqu’on en compte 124 cette année, contre seulement 113 dans notre précédente édition. Un léger mieux, mais qui reste insuffisant. Le continent manque encore de groupes suffisamment solides pour mettre en œuvre une véritable stratégie d’expansion à l’international, même si l’on observe qu’un certain nombre de conglomérats africains commencent à se faire un nom à l’��chelle continentale, voire au-delà. Question de solidité, les entreprises sudafricaines gardent une longueur d’avance. En 2009, près de 55 % du CA des « 500 » provient de la nation Arc-en-Ciel. Autre pôle de développement du continent, l’Afrique du Nord reste bien placée puisque l’Algérie, l’Égypte, le Maroc et la Tunisie fournissent à eux quatre 30 % du CA des « 500 ». Autres poids lourds, les pays pétroliers subsahariens que sont le Nigeria et l’Angola comptent pour 7,3 % du CA cumulé. Quant à la zone franc, elle reste très modeste, puisque ses entreprises fournissent à peine plus de 4 % du CA des « 500 », dont 1,5 % pour la seule Côte d’Ivoire.

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

(résultat net en millions de dollars)

0

– 743

4 326 SOCIEDADE NACIONAL DE COMBUSTIVEIS DE ANGOLA (Angola)

DE BEERS CONSOLIDATED MINES (Afrique du Sud)

– 372

3 821 SONATRACH (Algérie)

ANGLOGOLD ASHANTI (Afrique du Sud)

2 314

– 323 LONMIN (Afrique du Sud)

MTN GROUP (Afrique du Sud)

1 840

– 203 METOREX (Afrique du Sud)

SASOL (Afrique du Sud)

1 227

– 182

MAROC TÉLÉCOM (Maroc)

SUPER GROUP (Afrique du Sud)

– 177

940

SAPPI (Afrique du Sud)

KUMBA RESOURCES (Afrique du Sud)

812

– 142 EDGARS CONSOLIDATED STORES (Afrique du Sud)

IMPALA PLATINUM HOLDINGS (Afrique du Sud)

– 136

725

BUILDMAX (Afrique du Sud)

OLD MUTUAL LIFE ASSURANCE CO. (Afrique du Sud)

– 125

SANLAM (Afrique du Sud)

– 80 SOCIÉTÉ IVOIRIENNE DE RAFFINAGE (Côte d'Ivoire)

SOURCE : JEUNE AFRIQUE

685

ZAIN NIGERIA (Nigeria)

566 VODACOM GROUP (Afrique du Sud)

▲ ▲ ▲

0

des transports et les industries chimiques restent relativement stables. Enfin, les activités minières enregistrent une forte régression, puisque leur part se réduit à 6,9 %, contre 8,6 % dans notre précédente édition. C’est en observant de près l’évolution du CA cumulé entre 2008 et 2009 que l’on mesure les difficultés rencontrées par le secteur minier. Première victime de cette dégringolade, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog, filiale du groupe Eramet), dont le CA chute à 381 millions de dollars, contre 1,3 milliard sur l’exercice précédent. Dans le même secteur d’activités, l’Office chérifien des phosphates (OCP) ainsi que les sud-africains Lonmin (platine) et De Beers (diamant) subissent eux aussi une très forte baisse de leur CA. En revanche, la contre-performance de Mobinil (CA en chute de près de 90 %) est plus surprenante, alors que l’opérateur de téléphonie mobile évolue dans un environnement réputé rentable. Mais la société égyptienne, qui compte 26 millions de clients et 3 500 salariés, a redémarré l’année 2010 sur des bases plus saines, ce qui devrait lui permettre d’inverser cette tendance baissière. En effet, le différend qui opposait ses deux actionnaires principaux – France Télécom et Orascom – a été apuré en mai dernier. Enfin, parmi les secteurs les plus malmenés, ceux de l’industrie paient un lourd tribut à la crise. Dans le domaine de la sidérurgie, les égyptiens Ezz Steel et Egyptian Iron Steel voient leur CA chuter de 70 %. Et dans l’aval pétrolier, la Société africaine de raffinage (SAR, Sénégal) et la Société nationale de raffinage (Sonara, Cameroun) répercutent le retournement de tendance sur le marché international du brut, avec des baisses de leur CA de respectivement 88 % et 67 % . Si l’on remarque aisément quels sont les secteurs les plus touchés, il n’y a pas véritablement de règle permettant de classer ceux qui progressent le plus. Au premier rang, on

▲ ▲ ▲

BÉNÉFICES/PERTES

Question de méthode

S

ur 6 691 entreprises africaines répertoriées dans nos bases de données, 5 913 ont reçu cette année un questionnaire détaillé. Après relances et vérifications, nous établissons un classement comportant les données de 1 550 sociétés. De quoi réaliser le top 500, mais aussi les classements par pays ou par secteurs incluant des sociétés dont le chiffre d’affaires ne leur permet pas de figurer dans le palmarès général.

104

Nous appliquons à toutes les données les mêmes règles. 1) Tous les éléments financiers ont une source clairement définie et, d’une manière générale, sont ceux qui nous ont été communiqués par les entreprises. Ils portent sur l’exercice 2009 ou sur des exercices annuels 2009-2010. 2) S’ils sont exprimés en monnaie locale, les chiffres sont convertis en dollars, au taux de change du 31/12/2009.

3) Nous intégrons les entreprises juridiquement établies dans au moins un des 52 pays du continent (le Zimbabwe est écarté). Cela explique qu’un holding et ses filiales puissent figurer dans le palmarès. 4) Lorsque nous ne parvenons pas à obtenir de données actualisées, nous gardons celles du classement précédent (cas signalé en italique). Notons qu’après deux ans de silence la société disparaît du palmarès. ■ J ÉRÔME B ESNAULT

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Wabco-Group

Wabco-Cotia

152, avenue Malakoff F - 75016 PARIS Tél. : +33 (1) 45 02 04 40 Fax : +33 (1) 45 02 11 59

Zone franche industrielle LOMÉ TOGO Tél. : +228 271 72 68 Fax : +228 271 72 69

info@wabco-cotia.fr

QUALITÉ

info@wabcocotia.com

EXPERTISE

PA RT E N A R I AT

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

et 812 millions de dollars, les plus forts déficits sont le fait de sociétés minières d’Afrique du Sud, au premier rang desquelles on retrouve De Beers (– 743 millions de dollars), AngloGold Ashanti, Lonmin et Metorex. Mais les mines ne sont pas les seules concernées puisque le papetier sud-africain Sappi affiche un résultat négatif de 177 millions. À noter également la contre-performance de la Société ivoirienne de raffinage (SIR), qui enregistre LES HYDROCARBURES ET LES TÉLÉCOMS RESTENT SANS quelque 80 millions de dollars de pertes. NUL DOUTE LES SECTEURS LES PLUS PROFITABLES. Bref, les entreprises exploitant des matières premières minérales, qu’elles soient minières ou pétrolièEnfin, selon nos classements en termes de res, restent les plus sensibles aux variations de résultats nets, les hydrocarbures et les télécoms conjoncture. Ce sont aussi celles qui sont les restent incontestablement les secteurs les plus plus connectées avec le reste du monde, dans profitables, puisque Sonangol et Sonatrach la mesure où la majeure partie de leurs prooccupent les deux premiers rangs et que MTN ductions est exportée aux quatre coins de la Group, Maroc Télécom et Vodacom figurent planète. Si la chute a parfois été douloureuse dans le peloton de tête. pour certaines en 2009, les effets de la reprise À l’inverse, même si les miniers sud-africains devraient se faire sentir sur leur bilan financier Kumba Resources et Impala Platinum enregisdès notre prochaine édition. ■ trent respectivement des profits de 940 millions ▲ ▲ ▲

trouve le sud-africain Eqstra Holdings (BTP, mines, équipements industriels), qui franchit le seuil du milliard de dollars. Dans son sillage, la plupart des progressions les plus fortes sont le fait d’autres groupes sud-africains (Aspen, Murray & Roberts, Tongaat Hulett). À noter toutefois : la percée du holding marocain Al Omrane, qui enregistre une hausse de 62 % de son CA dans l’immobilier.

■ À l’issue de l’exercice 2009, près de 55 % du chiffre d’affaires (CA) cumulé des 500 premières entreprises africaines proviennent d’Afrique du Sud. À l’opposé, l’Afrique du Nord reste le deuxième foyer d’activité du continent, puisque l’Algérie, l’Égypte, le Maroc et la Tunisie fournissent à eux quatre 30 % du CA des « 500 ». Et encore, ce total ne tient pas compte de la Libye, dont la puissance pétrolière n’apparaît pas dans notre classement annuel. En revanche, les deux principaux pays pétroliers subsahariens – le Nigeria et l’Angola – confirment leur poids : 7,3 % du CA cumulé. Quant à la zone franc, elle reste très modeste, puisque ses entreprises fournissent à peine plus de 4 % du CA des « 500 ».

RÉPARTITION PAR PAYS (en % du chiffre d’affaires des 500)

■ La répartition sectorielle du chiffre d’affaires (CA) cumulé des 500 premières entreprises d’Afrique varie légèrement en 2009. Ainsi, les hydrocarbures conservent une place prépondérante mais leur part dans le CA des « 500 » se réduit à 18,5 %, contre 26 % dans notre précédente édition. Deuxième secteur par sa contribution, les télécoms continuent de progresser, représentant environ 12,4 % du CA global de 2009. Les activités liées au secteur des transports se maintiennent. Enfin, la plus forte régression revient au secteur minier, puisque le CA cumulé des entreprises minières africaines figurant dans notre classement tombe à 6,9 % du CA cumulé, contre 8,6 % dans notre précédente édition.

RÉPARTITION PAR SECTEURS (en % du chiffre d’affaires des 500)

106

ALGÉRIE 10,6 % MAROC 8,7 %

AFRIQUE DU SUD 54,8 %

ÉGYPTE 8,4 %

NIGERIA 3,4 % TUNISIE 2,2 % AUTRES 4 %

AUTRES 12,1 %

ZONE FRANC 4 %

SOURCE : JEUNE AFRIQUE

ANGOLA 3,9 %

HYDROCARBURES 18,5 %

MÉTALLURGIE 2 % EAU & ÉLECTRICITÉ 3,9 %

TÉLÉCOMS 12,4 %

TRANSPORTS 4,8 %

COMMERCE 10,8 % GROUPES DIVERSIFIÉS 6,6 % MINES 6,9 %

AGRO-INDUSTRIE 10,3 % BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS 6,7 %

SOURCE : JEUNE AFRIQUE

INDUSTRIES CHIMIQUES 5 %

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 1-50

1

1

SONATRACH

ALGÉRIE

Hydrocarbures

47 479 918

2

2

SONANGOL

ANGOLA

Hydrocarbures

22 442 400

4 325 600

3

3

SASOL

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

18 583 050

1 840 023

4

4

THE BIDVEST GROUP

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

15 157 520

392 094

5

5

MTN GROUP

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

15 092 695

2 313 646 488 048

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET 3 820 683

6

11

ESKOM

AFRIQUE DU SUD

Prod. & distribution d’électricité

9 600 397

7

62

SANLAM

AFRIQUE DU SUD

Assurances

8 179 664

685 020

8

17

SHOPRITE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

7 997 328

269 404 566 244

9

10

VODACOM GROUP

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

7 891 689

10

14

PICK’N PAY STORES HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

7 379 305

160 288

11

8

IMPERIAL HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Holding

7 318 434

204 657

12

18

VODACOM SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de télécommunications

6 799 107

ND

13

20

STEINHOFF INTERNATIONAL HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Ameublement

6 476 753

505 979 163 254

14

22

MASSMART HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

5 814 611

15

19

BARLOWORLD

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

5 693 718

99 632

16

9

SAPPI

AFRIQUE DU SUD

Papeterie

5 369 000

– 177 000

17

27

TELKOM

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de télécommunications

5 164 010

508 433

18

15

ORASCOM TELECOM

ÉGYPTE

Opérateur de télécommunications

5 064 790

379 472

19

13

ANGLO PLATINUM CORP.

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

4 981 195

421 717

20

31

TRANSNET

AFRIQUE DU SUD

Tous services transports

4 800 940

412 954

21

21

GROUPE ONA

MAROC

Holding

4 684 968

381 540

22

37

AVENG

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

4 553 101

281 895

23

39

MURRAY & ROBERTS HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

4 551 847

315 115

24

35

MTN NIGERIA

NIGERIA

Opérateur de téléphonie mobile

4 493 011

ND

25

33

MTN SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

4 469 148

ND

26

40

SPAR GROUP

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

4 348 781

100 468

27

12

SUEZ CANAL AUTHORITY

ÉGYPTE

Logistique portuaire

4 289 500

ND

28

32

SAB MILLER SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Industrie des boissons

4 214 000

ND

29

36

ANGLOGOLD ASHANTI

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

4 145 041

– 372 373

30

46

GOLD FIELDS

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

3 921 496

207 030

31

28

ORASCOM CONSTRUCTION INDUSTRIES

ÉGYPTE

Travaux publics

3 861 027

461 994

32

7

DE BEERS CONSOLIDATED MINES

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

3 840 000

– 743 000

33

29

MAROC TÉLÉCOM

MAROC

Opérateur de télécommunications

3 807 241

1 227 167

34

58

NASPERS

AFRIQUE DU SUD

Médias

3 774 690

532 809

35

24

DATATEC

AFRIQUE DU SUD

Informatique, bureautique

3 738 026

29 974

36

30

GRINDROD

AFRIQUE DU SUD

Transport maritime

3 733 441

126 972

37

25

IMPALA PLATINUM HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

3 521 633

811 616

38

23

ARCELOR MITTAL SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Métallurgie, sidérurgie

3 451 122

– 64 444 130 025

39

34

ENTR. NAT. DE DIST. ET DE COM. DES PROD. PÉTROLIERS

ALGÉRIE

Hydrocarbures, services annexes

3 437 127

40

41

SOUTH AFRICAN AIRWAYS

AFRIQUE DU SUD

Transport aérien

3 420 977

51 551

41

16

STÉ ANONYME MAR. DE L’IND. DU RAFFINAGE (SAMIR)

MAROC

Hydrocarbures, raffinerie

3 382 081

69 647

42

43

EDGARS CONSOLIDATED STORES

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

3 353 782

– 142 100

43

54

KUMBA RESOURCES

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

3 155 867

940 370

44

52

NETWORK HEALTHCARE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Gestion des hôpitaux

3 132 138

236 070

45

51

OLD MUTUAL LIFE ASSURANCE CO.

AFRIQUE DU SUD

Assurances

3 113 129

725 332

OFFICE CHÉRIFIEN DES PHOSPHATES (OCP)

MAROC

Extraction de minerais

3 011 760

ND

ALLIED ELECTRONICS CORP.

AFRIQUE DU SUD

Équipements bureautiques

3 011 340

73 207

46

6

47

37

48

50

LIBERTY GROUP

AFRIQUE DU SUD

Assurances

2 965 770

31 818

49

59

WOOLWORTHS HOLDINGS (WHL)

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

2 955 564

169 846

50

55

THE ARAB CONTRACTORS - OSMAN AHMED OSMAN & CO.

ÉGYPTE

Travaux publics

2 764 000

223 000

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

107

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2009

RANG 2010

LE CLASSEMENT 2010 51-100 SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

51

60

TIGER BRANDS

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

2 754 427

335 095

52

66

NAMPAK

AFRIQUE DU SUD

Emballage, conditionnement

2 640 531

27 247

53

53

OFFICE NATIONAL DE L’ÉLECTRICITÉ (ONE)

MAROC

Prod. & distribution d’électricité

2 409 408

ND

54

57

EGYPTAIR HOLDINGS

ÉGYPTE

Holding

2 354 814

103 805

55

74

MEDI CLINIC CORP.

AFRIQUE DU SUD

Gestion des hôpitaux

2 310 950

142 640

56

26

EZZ STEEL CO. (EX-AL EZZ STEEL REBARS CO.)

ÉGYPTE

Métallurgie, sidérurgie

2 280 671

55 579

57

65

MC CARTHY RETAIL

AFRIQUE DU SUD

Concessionnaire

2 219 676

ND

58

47

OANDO

NIGERIA

Hydrocarbures, services annexes

2 209 799

66 236 75 569

59

80

PIONEER FOODS GROUP

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

2 195 397

60

85

MASSCASH

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

2 051 381

ND

61

84

EXXARO RESOURCES

AFRIQUE DU SUD

Exploitation minière

2 023 513

137 921 129 805

62

101

WILSON BAYLY HOLMES - OVCON

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 991 131

63

67

ORASCOM TELECOM ALGÉRIE (OTA)

ALGÉRIE

Opérateur de téléphonie mobile

1 867 837

ND

64

72

SOCIÉTÉ NAT. DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ (SONELGAZ)

ALGÉRIE

Prod. & distr. d’électr. et de gaz

1 826 891

62 953 553 764

65

68

TELECOM EGYPT

ÉGYPTE

Opérateur de télécommunications

1 804 409

66

76

EGYPTAIR AIRLINES

ÉGYPTE

Transport aérien

1 796 608

37 612

67

69

CEVITAL

ALGÉRIE

Agro-industrie

1 788 067

255 570

68

42

SOCIÉTÉ IVOIRIENNE DE RAFFINAGE (SIR)

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, raffinerie

1 780 416

– 80 336

69

89

JD GROUP

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

1 742 144

10 112

70

94

SANTAM

AFRIQUE DU SUD

Assurances

1 738 369

150 459 63 716

71

97

NEW CLICKS HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

1 719 522

72

48

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DES IND. DE RAFFINAGE (STIR)

TUNISIE

Hydrocarbures, raffinerie

1 718 115

ND

73

64

EL SEWEDY CABLES

ÉGYPTE

Fabrication de câbles électriques

1 683 111

114 263

74

45

75

134

AKWA HOLDING

MAROC

Holding

1 655 339

ND

HOSKEN CONSOLIDATED INVESTMENTS

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

1 636 266

179 511

76

63

77

122

AL EZZ DEKHEILA STEEL CO.

ÉGYPTE

Métallurgie, sidérurgie

1 635 339

104 427

GROUP FIVE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 630 006

78

-

72 069

ALTADIS MAROC

MAROC

Industrie du tabac

1 618 821

79

96

ND

REMGRO

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

1 597 482

426 840

80

117

HARMONY GOLD MINING CO.

81

82

ROYAL AIR MAROC (RAM)

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

1 549 891

394 618

MAROC

Transport aérien

1 542 539

82

86

STÉ TUNISIENNE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ (STEG)

ND

TUNISIE

Prod. & distr. d’électr. et de gaz

1 539 765

6 639 172 702

83

49

MIDDLE EAST OIL REFINERIES

ÉGYPTE

Hydrocarbures, raffinerie

1 518 093

84

106

MASSDISCOUNTERS

AFRIQUE DU SUD

Grande distribution

1 510 793

87 768

85

142

MONDI GROUP SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Papeterie

1 501 490

– 10 246

86

151

TONGAAT-HULETT GROUP

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

1 501 356

408 235

87

108

MASSWAREHOUSE

AFRIQUE DU SUD

Service aux entreprises

1 496 826

ND

88

114

DISTELL GROUP

AFRIQUE DU SUD

Industrie des boissons

1 464 648

128 672

89

81

AECI

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

1 443 787

56 759

90

99

REUNERT

AFRIQUE DU SUD

Équipements bureautiques

1 384 709

158 211

91

107

92

87

93

125

94

77

95

124

96

90

97

118

98

79

99

103

100

92

METROPOLITAN LIFE

AFRIQUE DU SUD

Assurances

1 380 557

154 504

AFRICAN RAINBOW MINERALS

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

1 360 873

386 664

GRINAKER - LTA

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 325 415

ND

ZAIN NIGERIA (BHARTI AIRTEL)

NIGERIA

Opérateur de téléphonie mobile

1 306 500

– 125 400

MR PRICE GROUP

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

1 303 477

90 810

SUPER GROUP

AFRIQUE DU SUD

Construction automobile

1 247 622

– 182 408

ALLIED TECHNOLOGIES

AFRIQUE DU SUD

Fabrication appareils électriques

1 240 344

70 106

KENOLKOBIL

KENYA

Hydrocarbures

1 221 230

16 350

STÉ NAT. DE TÉLÉCOM. DU SÉNÉGAL (SONATEL)

SÉNÉGAL

Opérateur de télécommunications

1 204 020

395 960

SHELL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

1 199 970

46 824

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – ND : NON DÉTERMINÉ

108

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 101-150

101

132

102

98

103

119

104 105

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

ASTRAL FOODS

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

1 190 951

OMNIA HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

1 190 056

46 454 7 820

ASSORE

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

1 188 931

437 013

105

AFGRI

AFRIQUE DU SUD

Production agricole

1 183 777

47 717

129

FLOUR MILLS OF NIGERIA

NIGERIA

Agroalimentaire

1 181 246

25 532

106

93

TOTAL NIGERIA

NIGERIA

Hydrocarbures

1 171 421

26 030

107

109

FOSCHINI

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

1 160 153

146 361 235 457

108

115

SUEZ CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

1 155 827

109

127

ILLOVO SUGAR

AFRIQUE DU SUD

Agro-industrie

1 141 642

89 251

110

210

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

1 125 787

180 659

111

71

TOTAL GABON

GABON

Hydrocarbures

1 119 903

140 930

112

78

THE PETROLEUM, OIL & GAS CORP. OF SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Hydrocarbures

1 090 716

– 65 815

113

146

SUN INTERNATIONAL

AFRIQUE DU SUD

Tourisme, hôtellerie

1 084 088

67 545

114

111

NIGERIAN BREWERIES

NIGERIA

Industrie des boissons

1 077 552

183 090

LIFE HEALTHCARE GROUP

AFRIQUE DU SUD

Assurances

1 069 078

150 358

EQSTRA HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Concessionnaire

1 063 595

6 067

LONMIN

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

1 062 000

– 323 000

SAFARICOM

KENYA

Opérateur de téléphonie mobile

1 060 427

191 319

SOCIÉTÉ NATIONALE DES HYDROCARBURES (SNH)

CAMEROUN

Hydrocarbures

1 056 000

24 571

1 048 668

60 076 100 961

115

-

116

449

117

56

118

139

119

73

120

100

AFRICAN PETROLEUM

NIGERIA

Hydrocarbures

ALEXANDRIA MINERALS OILS CO.

ÉGYPTE

Hydrocarbures

1 024 775

SOCIÉTÉ NATIONALE DE RAFFINAGE (SONARA)

CAMEROUN

Hydrocarbures, raffinerie

1 008 460

ND

ANGLOVAAL INDUSTRIES

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

1 006 081

68 542

121

104

122

75

123

158

124

150

NATIONAL PORTS AUTHORITY

AFRIQUE DU SUD

Logistique portuaire

1 005 892

ND

125

131

ZAIN SUDAN

SOUDAN

Opérateur de téléphonie mobile

994 300

351 500

126

170

STEFANUTTI & BRESSAN

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

992 952

51 875

127

145

JULIUS BERGER NIGERIA

NIGERIA

Travaux publics

973 675

21 648

128

123

MARJANE HOLDING

MAROC

Commerce de détail

969 724

35 413

129

128

ETHIOPIAN AIRLINES

ÉTHIOPIE

Transport aérien

947 176

104 342

130

192

194 815

131

70

132

TRUWORTHS INTERNATIONAL

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

945 627

MOBINIL

ÉGYPTE

Opérateur de téléphonie mobile

944 133

ND

156

RAINBOW CHICKEN

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

937 375

47 930

133

144

MUTUAL & FEDERAL INSURANCE

AFRIQUE DU SUD

Assurances

926 753

ND

134

172

PRETORIA PORTLAND CEMENT CO.

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

914 484

138 056

135

120

TOTAL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

905 808

ND

136

133

KENYA AIRWAYS

KENYA

Transport aérien

893 484

25 702 65 118

137

130

CHEMICAL SERVICES

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

879 566

138

162

CMH GROUP

AFRIQUE DU SUD

Concessionnaire

877 344

7 386

139

110

TALAAT MOUSTAFA GROUP

ÉGYPTE

Promotion immobilière

873 554

200 363

140

121

STÉ NAT. DE DISTRIBUTION DES PÉTROLES AGIL

TUNISIE

Hydrocarbures, services annexes

851 943

ND

141

188

CLOVER HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

844 327

72 656 40 732

142

216

KENYA POWER AND LIGHTING

KENYA

Prod. & distribution d’électricité

838 165

143

141

MONDI SHANDUKA NEWSPRINT

AFRIQUE DU SUD

Médias

835 005

ND

144

165

COSIDER

ALGÉRIE

Travaux publics

821 318

152 342

145

143

ALGÉRIE TÉLÉCOM

ALGÉRIE

Opérateur de télécommunications

774 816

34 416

146

126

GHABBOUR AUTO

ÉGYPTE

Construction automobile

771 445

36 494

147

179

MTN GHANA

GHANA

Opérateur de téléphonie mobile

764 025

ND

148

189

EGYPTIAN SUGAR AND INTEGRATED INDUSTRIES CO.

ÉGYPTE

Agro-industrie

755 981

53 442

149

191

MASSBUILD

AFRIQUE DU SUD

Bâtiment

755 612

ND

150

182

DOUJA PROMOTION

MAROC

Promotion immobilière

754 446

128 502

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

109

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 151-200

151

260

MURRAY & ROBERTS CONSTRUCTION

AFRIQUE DU SUD

Bâtiment

752 161

19 144

152

163

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE L’AIR (TUNISAIR)

TUNISIE

Transport aérien

748 631

40 766

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

153

153

AIR ALGÉRIE

ALGÉRIE

Transport aérien

744 435

ND

154

227

BUSINESS CONNEXION GROUP

AFRIQUE DU SUD

Informatique, bureautique

740 988

14 417

155

155

TUNISIANA

TUNISIE

Opérateur de téléphonie mobile

719 601

ND

156

168

EASTERN CO.

ÉGYPTE

Industrie du tabac

718 654

150 431

157

207

CENTRALE LAITIÈRE

MAROC

Agroalimentaire

716 171

76 800

158

157

CIE SUCRIÈRE MAR. DE RAFFINAGE (COSUMAR)

MAROC

Agro-industrie

714 791

69 572

159

169

MONDI PACKAGING SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Emballage, conditionnement

713 121

ND

160

220

PALABORA MINING CO.

AFRIQUE DU SUD

Extraction de cuivre

712 372

38 267

161

159

HOLDING POULINA

TUNISIE

Groupe diversifié

706 431

56 944

162

232

DISCOVERY HEALTH

AFRIQUE DU SUD

Assurances

699 177

165 020 43 671

163

112

SOCIÉTÉ NATIONALE DE SIDÉRURGIE

MAROC

Métallurgie, sidérurgie

689 593

164

241

CASHBUILD

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

682 977

23 871

165

186

LAFARGE CIMENTS

MAROC

Matériaux de construction

682 819

233 564

166

148

JORF LASFAR ENERGY CO.

MAROC

Prod. & distribution d’électricité

682 017

ND

167

213

ADCORP HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Services éducatifs

680 889

14 064

168

154

CARGILL CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

670 846

2 978

169

152

CONOIL

NIGERIA

Hydrocarbures, services annexes

668 156

15 167 ND

170

164

AURECON HERITAGE COMPANIES

AFRIQUE DU SUD

Ingénierie

668 000

171

222

RENAULT MAROC

MAROC

Construction automobile

659 701

ND

172

177

MÉDI TÉLÉCOM

MAROC

Opérateur de télécommunications

657 317

ND

173

190

AFRICAN OXYGEN

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

646 462

31 278

174

178

EGYPTIAN FERTILIZERS CO.

ÉGYPTE

Industrie chimique

644 434

405 741 56 582

175

185

ORIENTAL WEAVERS FOR CARPETS

ÉGYPTE

Fabrication de produits textiles

643 233

176

199

TRIDENT STEEL

AFRIQUE DU SUD

Constructions métalliques

642 296

ND

177

211

AVUSA

AFRIQUE DU SUD

Médias

635 272

24 133

178

137

GROUPE SIFCA

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

632 047

37 168

179

234

RAND WATER

AFRIQUE DU SUD

Prod. & distribution d’eau potable

630 545

80 303

180

276

BASIL READ HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

628 597

36 524

181

173

GROUPE OPTORG

MAROC

Commerce de détail

620 971

12 958

182

237

RAUBEX

AFRIQUE DU SUD

Génie civil

617 864

79 855

183

184

EGYPTIAN CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

615 581

266 757

184

218

KAP INTERNATIONAL HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

615 345

– 5 029

185

395

HOLDING D’AMÉNAGEMENT AL OMRANE

MAROC

Promotion immobilière

611 011

73 537

186

181

LYONNAISE DES EAUX DE CASABLANCA

MAROC

Prod. & distr. d’eau et d’électricité

609 986

27 675

187

187

UNITED PHARMACISTS CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

607 309

10 585

188

149

HULAMIN

AFRIQUE DU SUD

Aluminium

606 634

12 084 12 342

189

208

COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ÉLECTRICITÉ

CÔTE D’IVOIRE

Prod. & distribution d’électricité

605 720

190

171

GROUPE ELLOUMI

TUNISIE

Groupe diversifié

596 808

ND

191

194

SOUTH AFRICAN POST OFFICE

AFRIQUE DU SUD

Services postaux

588 981

38 341

192

147

ALUMINIUM CO. OF EGYPT

ÉGYPTE

Métallurgie, sidérurgie

588 737

35 135

193

217

GUINNESS NIGERIA

NIGERIA

Industrie des boissons

584 811

88 829

194

204

VEOLIA ENVIRONNEMENT (EX-VEOLIA WATER MAROC)

MAROC

Prod. & distribution d’eau potable

580 140

ND

195

206

STÉ NAT. BUR. D’HYDROCARBURES (SONABHY)

BURKINA FASO

Hydrocarbures, services annexes

577 543

52 488

196

239

ZURICH INSURANCE CO. SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Assurances

574 972

– 24 883

197

136

HIGHVELD STEEL & VANADIUM CORP.

AFRIQUE DU SUD

Métallurgie, sidérurgie

573 255

21 976

198

212

SONATEL MOBILES

SÉNÉGAL

Opérateur de téléphonie mobile

570 514

ND

199

198

NIGERIAN BOTTLING CO.

NIGERIA

Industrie des boissons

567 687

15 461

200

-

ADCOCK INGRAM

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

554 820

106 426

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

110

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 201-250

201

253

LEWIS GROUP

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

554 191

79 733

202

174

SUDANESE TELECOM CO.

SOUDAN

Opérateur de télécommunications

550 340

38 388

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

203

201

TARKWA MINES

GHANA

Extraction d’or

550 302

82 228

204

202

EL ARABIA FOR PROJECTS & CONSTRUCTION

ÉGYPTE

Bâtiment

550 081

155 869 123 391

205

229

CTP HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Médias

543 073

206

231

PHARMACIE CENTRALE DE TUNISIE

TUNISIE

Industrie pharmaceutique

540 926

22 415

207

197

DANGOTE SUGAR REFINERY

NIGERIA

Groupe diversifié

540 511

86 494

208

209

WAFA ASSURANCE

MAROC

Assurances

539 347

84 990

209

258

AFRICAN REINSURANCE CORP.

NIGERIA

Assurances

536 382

44 301

210

224

INVICTA HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Construction automobile

535 083

49 262

211

245

DISTRIBUTION & WAREHOUSING NETWORK

AFRIQUE DU SUD

Commerce de détail

533 517

15 161

212

180

AIR MAURITIUS

MAURICE

Transport aérien

532 763

83 809

213

219

ILIAD AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

528 563

10 060

214

215

RMA WATANIYA

MAROC

Assurances

527 828

127 580

ALEXANDRIA NAT. REFINING & PETROCHEMIC. CO.

ÉGYPTE

Hydrocarbures, raffinerie

522 222

47 167

TOTAL KENYA

KENYA

Hydrocarbures, services annexes

521 765

6 095

CDG DÉVELOPPEMENT

MAROC

Développement territorial

521 154

25 631

SOCIÉTÉ AFRICAINE DE RAFFINAGE (SAR)

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, raffinerie

520 812

ND

VOLTA RIVER AUTHORITY

GHANA

Prod. & distribution d’électricité

519 943

– 53 011 121 911

215

-

216

176

217

-

218

116

219

-

220

140

SOCIÉTÉ NATIONALE INDUSTRIELLE ET MINIÈRE

MAURITANIE

Extraction de minerais

518 504

221

257

SOCIÉTÉ ÉGYPT. D’ENTREPRISES - MOKHTAR IBRAHIM

ÉGYPTE

Travaux publics

516 246

24 696

222

205

SA DES BRASSERIES DU CAMEROUN

CAMEROUN

Industrie des boissons

515 457

40 829

223

-

224

200

PÉTROLE DU MAGHREB

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

501 960

ND

LESIEUR CRISTAL

MAROC

Agroalimentaire

501 220

36 593 62 050

225

214

NATIONAL NAVIGATION CO.

ÉGYPTE

Transport maritime

499 224

226

230

SOCIÉTÉ NATIONALE D’ÉLECTRICITÉ (SENELEC)

SÉNÉGAL

Prod. & distribution d’électricité

488 716

12 637

227

223

OLYMPIC GROUP

ÉGYPTE

Holding

476 229

28 279

228

251

SOCIÉTÉ MAR. DE CONSTR. AUTOMOBILE (SOMACA)

MAROC

Construction automobile

474 368

ND

229

270

GROUPE LOUKIL

TUNISIE

Groupe diversifié

469 986

26 856

230

255

BRITISH AMERICAN INVESTMENT CO.

MAURICE

Groupe diversifié

469 479

3 256

231

283

MUSTEK

AFRIQUE DU SUD

Informatique, bureautique

469 430

7 379

232

221

LIBYA OIL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

465 462

6 656

233

304

MURRAY & ROBERTS CEMENTATION

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

463 916

28 312

234

228

GROUPE TTS

TUNISIE

Tourisme, hôtellerie

462 191

45 836

CATOCA SOCIEDADE MINEIRA

ANGOLA

Exploitation minière

461 510

ND

CIMENTS DU MAROC

MAROC

Matériaux de construction

452 726

120 949

235

-

236

238

237

236

METAIR INVESTMENTS

AFRIQUE DU SUD

Construction automobile

450 576

7 039

238

277

NESTLÉ NIGERIA

NIGERIA

Agroalimentaire

448 160

64 176

239

282

SOCIÉTÉ NATIONALE D’OPÉRATIONS PÉTROLIÈRES

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures

448 005

69 372

240

254

ABU QIR FERTILIZERS & CHEMICAL INDUSTRIES

ÉGYPTE

Industrie chimique

446 672

196 539 29 224

241

303

OCEANA GROUP

AFRIQUE DU SUD

Agro-industrie

445 080

242

342

HOLCIM

MAROC

Matériaux de construction

444 579

96 122

243

292

MTN CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Opérateur de téléphonie mobile

441 198

34 389

244

246

15 561

245

-

246

167

OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE

MAROC

Prod. & distribution d’eau potable

437 709

SHELL TUNISIE

TUNISIE

Hydrocarbures, services annexes

436 954

6 982

NAMDEB DIAMOND CORP.

NAMIBIE

Extraction de diamants

434 988

– 53 406

247

262

EAST AFRICAN BREWERIES

KENYA

Industrie des boissons

434 573

90 797

248

311

GROWTHPOINT PROPERTIES

AFRIQUE DU SUD

Promotion immobilière

432 907

ND

249

249

COMPAGNIE MAROCAINE DES HYDROCARBURES

MAROC

Hydrocarbures

431 686

ND

250

183

TOTAL SÉNÉGAL

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, services annexes

429 618

ND

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

111

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2009

RANG 2010

LE CLASSEMENT 2010 251-300 SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

251

248

NORTHAM PLATINUM

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

429 542

252

265

MTN CAMEROUN

CAMEROUN

Opérateur de téléphonie mobile

427 144

85 002 ND

253

-

CONCOR

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

425 492

45 569

254

264

IRELAND BLYTH

MAURICE

Bâtiment

421 626

45 861

255

247

CEMEX - ASSIUT CEMENT

ÉGYPTE

Matériaux de construction

413 321

102 815 34 779

256

196

PZ CUSSONS NIGERIA

NIGERIA

Industrie pharmaceutique

411 101

257

334

COMAIR

AFRIQUE DU SUD

Transport aérien

411 037

9 848

258

226

MOBIL OIL NIGERIA

NIGERIA

Hydrocarbures

406 930

18 637

MOOLMANS

AFRIQUE DU SUD

Exploration minière

406 617

ND

GIJIMA AST GROUP

AFRIQUE DU SUD

Informatique, bureautique

406 393

14 935

259

-

260

349

261

319

DANGOTE FLOUR MILLS

NIGERIA

Agro-industrie

402 705

36 480

262

256

STÉ D’EXPLOITATION DES MINES D’OR DE SADIOLA

MALI

Extraction d’or

396 208

79 734

263

259

HOLDING MAROCAINE COMMERCIALE ET FINANCIÈRE

MAROC

Holding

393 699

ND

264

-

TANZANIA BREWERIES

TANZANIE

Industrie des boissons

390 548

64 712 8 917

265

-

SANIA CIE

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

385 868

266

285

AXA ASSURANCE MAROC

MAROC

Assurances

384 146

ND

267

330

ASTRAPAK

AFRIQUE DU SUD

Papeterie

382 636

17 328

268

175

EGYPTIAN IRON & STEEL CO.

ÉGYPTE

Métallurgie, sidérurgie

382 436

32 108

269

287

SOCIÉTÉ FRIGORIFIQUE ET BRASSERIE DE TUNIS

TUNISIE

Industrie des boissons

382 098

56 492

PINNACLE TECHNOLOGY HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

TIC

382 042

14 847

COMPAGNIE MINIÈRE DE L’OGOOUÉ (COMILOG)

GABON

Extraction de minerais

380 920

10 058 88 031

270

352

271

88

272

298

BAMBURI CEMENT

KENYA

Matériaux de construction

378 824

273

271

GROUPE MABROUK

TUNISIE

Groupe diversifié

375 765

ND

274

326

MERAFE RESOURCES

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

374 975

138 553

275

320

PROCTER & GAMBLE MAROC

MAROC

Industrie chimique

373 982

ND

276

243

TOTAL PETROLEUM GHANA

GHANA

Hydrocarbures, services annexes

373 648

9 069

277

268

UAC OF NIGERIA

NIGERIA

Bâtiment

370 613

26 365

278

284

NOUVELAIR TUNISIE

TUNISIE

Transport aérien

365 973

22 098 26 040

279

244

AUTO HALL

MAROC

Construction automobile

365 575

280

279

SIEMENS EGYPT

ÉGYPTE

Fabrication d’appareils électriques

364 857

ND

281

195

BELL EQUIPMENT

AFRIQUE DU SUD

Construction de véhicules utilitaires

363 899

– 35 019

282

280

HELWAN PORTLAND CEMENT

ÉGYPTE

Matériaux de construction

363 462

94 268

283

301

ORANGE MALI

MALI

Opérateur de téléphonie mobile

360 387

157 510

284

441

CNIA SAADA

MAROC

Assurances

355 137

ND

285

318

CIEL GROUP

MAURICE

Groupe diversifié

354 316

18 490

286

290

CAIRO POULTRY

ÉGYPTE

Agroalimentaire

350 564

37 204

287

289

AFRIQUIA GAZ

MAROC

Énergie, autres

350 311

36 783 – 27 448

288

250

SEARDEL INVESTMENT CORP.

AFRIQUE DU SUD

Fabrication de produits textiles

348 769

289

288

AES AFRICAN POWER CO.

CAMEROUN

Prod. & distribution d’électricité

345 563

ND

290

291

CHEVRON OIL CO. NIGERIA

NIGERIA

Hydrocarbures, services annexes

345 142

– 1 598 1 477

291

225

WATANIYA TELECOM ALGÉRIE

ALGÉRIE

Opérateur de téléphonie mobile

344 248

292

378

WANA CORP.

MAROC

Opérateur de téléphonie mobile

341 458

ND

293

348

PEERMONT GLOBAL

AFRIQUE DU SUD

Tourisme, hôtellerie

341 432

– 28 878

294

273

MVELAPHANDA GROUP

AFRIQUE DU SUD

Groupe diversifié

338 977

214 555

295

261

RAYA HOLDING FOR TECHNOLOGY AND TÉLÉCOM.

ÉGYPTE

Fabrication d’appareils électriques

338 721

7 538

296

278

OFFICE NATIONAL DES CHEMINS DE FER (ONCF)

MAROC

Transport ferroviaire

335 309

– 44 800

297

314

SOCIÉTÉ CENTRALE DE RÉASSURANCE

MAROC

Assurances

334 919

ND

298

275

SOCIÉTÉ DES MINES DE MORILA

MALI

Extraction de minerais

330 577

91 247

299

295

ALEXANDRIA REAL ESTATE INVESTMENTS CO.

ÉGYPTE

Promotion immobilière

329 179

72 153

300

310

SOCIÉTÉ MAROCAINE DE CARBURANTS - ZIZ

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

327 989

ND

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

112

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 301-350

301

389

CIC HOLDINGS

NAMIBIE

Commerce de détail

326 495

7 851

302

328

HUDACO INDUSTRIES

AFRIQUE DU SUD

Construction automobile

326 306

32 793

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

303

325

GROUPE MON LOISIR

MAURICE

Groupe diversifié

324 658

38 559

304

300

DELTA INDUSTRIAL CO.

ÉGYPTE

Fabrication d’appareils électriques

323 751

32 006

305

346

FOOD AND ALLIED GROUP OF COMPANIES

MAURICE

Agroalimentaire

323 637

16 056

306

329

STÉ NATIONALE DES TABACS ET DES ALLUMETTES

ALGÉRIE

Industrie du tabac

323 617

157 406

307

235

EGYPT KUWAIT HOLDING CO.

ÉGYPTE

Groupe diversifié

322 116

158 440

308

267

ZAIN RDC (BHARTI AIRTEL)

RD CONGO

Opérateur de téléphonie mobile

321 600

– 7 000

309

305

VODACOM TANZANIA

TANZANIE

Opérateur de téléphonie mobile

320 467

ND

310

366

PRESS CORPORATION

MALAWI

Holding

319 603

38 102 – 109

311

-

SOCIÉTÉ BURKINABÈ DES FIBRES TEXTILES (SOFITEX)

BURKINA FASO

Coton

316 467

312

-

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DES TRAVAUX DU MAROC (SGTM)

MAROC

Travaux publics

316 289

ND

313

321

CECA-GADIS

GABON

Commerce de détail

316 132

18 211

314

266

ENTREPRISE NATIONALE DE TRAVAUX AUX PUITS

ALGÉRIE

Hydrocarbures

315 678

62 401

315

363

HIDROELECTRICA DE CAHORA BASSA

MOZAMBIQUE

Prod. & distr. d’eau et d’électricité

313 745

– 55 794

316

337

ENTREPRISE NATIONALE DE FORAGE

ALGÉRIE

Hydrocarbures

309 868

17 197

317

269

SIDI KERIR PETROCHEMICALS CO.

ÉGYPTE

Hydrocarbures

304 872

137 643 7 585

318

383

KELLY GROUP

AFRIQUE DU SUD

Service aux entreprises

304 284

319

315

TOTAL MARKETING GABON

GABON

Hydrocarbures, services annexes

302 375

ND

320

-

SOCIÉTÉ DES MINES DE LOULO

MALI

Extraction d’or

301 960

91 247 16 584

321

453

COUNTRY BIRD HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Élevage

301 862

322

444

PRODUCE BUYING CO.

GHANA

Agro-industrie

301 298

3 578

323

390

GOLD REEF CASINO RESORTS

AFRIQUE DU SUD

Jeux de hasard

300 545

48 620 53 700

324

286

ZAIN ZAMBIE (BHARTI AIRTEL)

ZAMBIE

Opérateur de téléphonie mobile

300 100

325

331

OFFICE NATIONAL DES AÉROPORTS

MAROC

Logistique aéroportuaire

299 294

61 967

326

-

SOCIÉTÉ MAGASIN GÉNÉRAL

TUNISIE

Commerce de détail

299 246

– 1 169 33 161

327

312

LAFARGE CEMENT WEST AFR. PORTLAND CEMENT CO.

NIGERIA

Matériaux de construction

299 070

328

347

CÔTE D’IVOIRE TÉLÉCOM

CÔTE D’IVOIRE

Opérateur de télécommunications

298 776

ND

329

299

STÉ DE PROMOT. IND. AUTO. AU MAROC (SOPRIAM)

MAROC

Distribution automobile

298 064

10 993 49 067

330

274

STÉ D’EXPLOITATION DES PORTS - MARSA MAROC

MAROC

Logistique portuaire

297 788

331

322

DIANA HOLDING

MAROC

Holding

296 463

15 797

332

385

SNMVT - MONOPRIX

TUNISIE

Grande distribution

295 422

11 476

333

309

TOTAL CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, services annexes

294 201

11 438

334

240

SALAM GAZ

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

294 190

13 108

335

-

METRO MAROC

MAROC

Commerce de détail

293 145

ND

336

351

UNILEVER NIGERIA

NIGERIA

Parachimie

291 795

26 857

337

302

GHANA OIL CO.

GHANA

Hydrocarbures, services annexes

290 371

3 629

338

341

ORANGE CAMEROUN

CAMEROUN

Opérateur de téléphonie mobile

289 824

ND

339

339

COOPÉRATIVE COPAG TAROUDANT

MAROC

Agroalimentaire

288 376

ND

340

333

NORTH AFRICA BOTTLING CO.

MAROC

Industrie des boissons

286 811

ND

341

353

342

-

SOCIÉTÉ D’ÉNERGIE ET D’EAU DU GABON

GABON

Prod. & distr. d’eau et d’électricité

284 620

8 141

ALLIANCES DÉVELOPPEMENT IMMOBILIER

MAROC

Promotion immobilière

284 235

45 678

343

335

MCEL MOÇAMBIQUE

MOZAMBIQUE

Opérateur de téléphonie mobile

281 385

ND

344

434

VOX TELECOM

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de télécommunications

280 767

8 194

345

356

GROUPE MANAGEM

MAROC

Extraction de minerais

278 902

2 849

346

338

UNILEVER MAGHREB

MAROC

Parachimie

277 813

ND

347

343

EUROFIND

CÔTE D’IVOIRE

Groupe diversifié

274 950

ND

348

485

SINAI CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

274 108

121 646

349

297

ZAIN TANZANIE (BHARTI AIRTEL)

TANZANIE

Opérateur de téléphonie mobile

272 300

6 800

350

391

OUTSPAN IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

272 184

808

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

114

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Service client dédié, accueil privilégié dans les agences commerciales, service après-vente VIP, bonus en points et cadeaux, et bien d’autres privilèges… rien que pour vous. Cumulez davantage de points de fidélité et rejoignez le club très privé des clients Gold. Club Fidelio Gold, une manière de dire merci à nos clients les plus fidèles. Pour plus d’informations, appelez le centre d’appel clients Fidelio Gold au 999.

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 351-400

351

345

MANTRAC

ÉGYPTE

Concessionnaire

271 430

3 385

352

394

ENTREPRISE NATIONALE DE GÉOPHYSIQUE

ALGÉRIE

Services aux entreprises

270 332

75 945

353

233

SHELL SÉNÉGAL

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, services annexes

270 083

ND

354

412

SEVEN-UP BOTTLING CO.

NIGERIA

Agro-industrie

269 413

12 412

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

355

479

SANYATI HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Génie civil

269 258

7 143

356

306

SHELL MAURITIUS

MAURICE

Hydrocarbures, services annexes

269 118

8 436

357

358

PETROMINS-OIL DU MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services annexes

268 759

ND

358

432

TOURAH CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

265 787

61 905 ND

359

350

DÉLICES DANONE

TUNISIE

Agroalimentaire

265 290

360

392

SOCOCIM INDUSTRIES

SÉNÉGAL

Matériaux de construction

264 508

ND

361

323

TRENCOR

AFRIQUE DU SUD

Transport maritime

263 978

34 918

362

354

ALGÉRIE POSTE

ALGÉRIE

Services postaux

262 382

1 423

363

372

ROGERS GROUP

MAURICE

Bâtiment

261 849

18 561

364

370

SOCIÉTÉ NIGÉRIENNE DE PRODUITS PÉTROLIERS

NIGER

Hydrocarbures, services annexes

260 874

11 143

365

426

DRDGOLD

AFRIQUE DU SUD

Extraction d’or

257 606

17 409

366

360

COMARIT

MAROC

Transport maritime

257 575

ND

367

402

MAGHRÉBAIL

MAROC

Intermédiation financière

256 928

9 700

368

344

ZAIN GABON (BHARTI AIRTEL)

GABON

Opérateur de téléphonie mobile

256 400

19 900

369

252

SOCIÉTÉ MULTINATIONALE DE BITUMES

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, raffinerie

256 008

– 4 227

370

365

ARAB CABLES CO.

ÉGYPTE

Fabrication de câbles électriques

254 705

7 036

371

384

NESTLÉ CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Agroalimentaire

253 532

7 020

372

308

VODACOM CONGO

RD CONGO

Opérateur de téléphonie mobile

251 035

ND

373

-

ESORFRANKI

AFRIQUE DU SUD

Génie civil

250 471

26 646 21 437

374

403

SOCIÉTÉ NATIONALE D’ASSURANCES

ALGÉRIE

Assurances

250 199

375

397

ROYAL SWAZILAND SUGAR CORP.

SWAZILAND

Agro-industrie

249 726

21 825

376

362

MARIDIVE AND OIL SERVICES

ÉGYPTE

Hydrocarbures, services annexes

246 980

71 934

377

407

DELTA HOLDING

MAROC

Groupe diversifié

246 647

29 640

378

409

STÉ DE LIMONADERIES ET BRASSERIES D’AFRIQUE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie des boissons

245 460

30 107

379

-

BUILDMAX

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

243 429

– 135 797 16 403

380

-

SOCIÉTÉ ENNAKL

TUNISIE

Distribution automobile

243 288

381

377

SEFALANA HOLDING CO.

BOTSWANA

Agroalimentaire

241 583

9 348

382

463

TOTAL BURKINA

BURKINA FASO

Hydrocarbures, services annexes

241 368

5 439

383

399

384

-

COOPER MAROC PHARMACEUTICALS

MAROC

Industrie pharmaceutique

240 313

ND

SOCIÉTÉ CENTRALE DE BOISSONS GAZEUSES

MAROC

Industrie des boissons

240 291

ND

385 386

398

STÉ IVOIRIENNE DE PROMOTION DE SUPERMARCHÉS

CÔTE D’IVOIRE

Grande distribution

237 381

2 180

451

NATIONAL CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

237 247

49 298

387

421

BRITISH AMERICAN TOBACCO KENYA

KENYA

Industrie du tabac

236 434

18 667

388

380

NEW MAURITIUS HOTELS

MAURICE

Tourisme, hôtellerie

236 267

38 624

389

388

GROUPE ACIMA

MAROC

Commerce de détail

236 034

– 2 447

390

369

COMPAGNIE DU KOMO

GABON

Holding

235 935

15 481

391

414

TOGO TÉLÉCOM

TOGO

Opérateur de téléphonie mobile

235 034

62 910

392

-

PALMERAIES KOUTOUBIA

MAROC

Agroalimentaire

234 941

ND

393

-

WEST AFRICAN CEMENT CO.

TOGO

Matériaux de construction

234 931

26 334

394

-

STÉ NATIONALE DE VÉHICULES INDUSTRIELS (SNVI)

ALGÉRIE

Construction automobile

234 313

ND

395

386

AMREYAH CEMENT

ÉGYPTE

Matériaux de construction

233 838

72 847

396

393

BIOPHARM

ALGÉRIE

Industrie pharmaceutique

233 181

12 383

397

450

ILLOVO MALAWI

MALAWI

Agro-industrie

230 717

85 948

LABEL VIE

MAROC

Grande distribution

230 449

9 916

INTERNATIONAL TRADING OIL & COMMODITIES CORP.

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, services annexes

229 909

ND

BENUE CEMENT CO.

NIGERIA

Matériaux de construction

229 679

94 280

398

-

399

296

400

-

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

116

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

J’ai appris l’importance du travail d’équipe pour atteindre les sommets. Mes forces sont mes connaissances et mon expérience. Je sais toujours retomber sur mes pieds.

HEC Paris. The MBA that builds confidence and inspires trust. www.mba.hec.edu

Apprendre à oser.® A temps plein ou en alternance. HEC MBA : Inspirer confiance et la créer.

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 401-450

401

430

402

-

403

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

MAURITIUS TELECOM

MAURICE

Opérateur de téléphonie mobile

227 639

GROUPE ONE TECH

TUNISIE

Fabrication de câbles électriques

227 533

46 932 ND

281

METMAR

AFRIQUE DU SUD

Métallurgie, sidérurgie

227 119

21 930

404

336

PETROLEOS DE MOÇAMBIQUE

MOZAMBIQUE

Hydrocarbures, services annexes

226 846

190

405

478

FAMOUS BRANDS

AFRIQUE DU SUD

Tourisme, hôtellerie

225 733

25 837

406

400

GROUPE BOUSSARSAR

TUNISIE

Tourisme, hôtellerie

225 459

ND

407

373

STARCOMMS

NIGERIA

Équipements de télécommunications

225 034

– 51 083

408

418

CENTRALE AUTOMOBILE CHÉRIFIENNE

MAROC

Concessionnaire

222 812

ND

409

427

EGYPTIAN INTERNATIONAL TOURISM CO.

ÉGYPTE

Tourisme, hôtellerie

220 867

28 813

410

429

411

-

412

437

413

-

414

438

SEFALANA CASH AND CARRY

BOTSWANA

Grande distribution

220 839

5 911

ENTREPRISE NAT. DE GRANDS TRAVAUX PÉTROLIERS

ALGÉRIE

Hydrocarbures

220 631

3 562 1 976

CIEL TEXTILE

MAURICE

Fabrication de produits textiles

219 061

DELPHI AUTOMOTIVE SYSTEMS MAROC

MAROC

Fabrication de câbles électriques

216 890

ND

SOCIÉTÉ DES BRASSERIES DU GABON (SOBRAGA)

GABON

Industrie des boissons

215 408

18 303

415

404

SOCIÉTÉ DES MINES DE L’AÏR

NIGER

Extraction d’uranium

214 998

34 475

416

420

BRASSERIES DU MAROC

MAROC

Industrie des boissons

214 707

9 046

417

-

DISWAY

MAROC

Commerce de détail

212 947

9 412

418

371

TOTAL MAURITIUS

MAURICE

Hydrocarbures, services annexes

212 683

6 853

419

433

INDUSTRIAL PROMOTION SERVICES WEST AFRICA

CÔTE D’IVOIRE

Groupe diversifié

212 470

ND

420

416

LG ELECTRONICS MOROCCO

MAROC

Fabric. d’équip. électroménagers

212 284

ND – 33 654

421

376

GROUPE IND. DES PRODUCTIONS LAITIÈRES (GIPLAIT)

ALGÉRIE

Industrie laitière

211 801

422

482

SOCIÉTÉ LES GRANDS TRAVAUX ROUTIERS

MAROC

Travaux publics

211 160

ND

423

-

NSIA PARTICIPATIONS S.A.

CÔTE D’IVOIRE

Holding

210 969

15 060 – 847

424

445

ÉNERGIE DU MALI

MALI

Prod. & distr. d’eau et d’électricité

210 328

425

419

TRADEX S.A.

CAMEROUN

Hydrocarbures, services annexes

210 167

ND

426

461

OFFICE NAT. DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (ONATEL)

BURKINA FASO

Opérateur de télécommunications

208 336

21 365

427

480

PEREGRINE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Intermédiation financière

208 282

66 939

428

396

ZAIN CONGO (BHARTI AIRTEL)

CONGO

Opérateur de téléphonie mobile

208 100

12 400

429

401

PALM HILLS DEVELOPMENT CO.

ÉGYPTE

Promotion immobilière

207 572

86 159

430

355

MISR REFRIGERATOR AND AIR CONDITIONING CO.

ÉGYPTE

Fabrication d’appareils électriques

205 712

20 133

431

425

SAN STEFANO REAL ESTATE

ÉGYPTE

Tourisme, hôtellerie

204 595

18 234

432

411

CARTHAGE POWER CO.

TUNISIE

Prod. & distribution d’électricité

203 647

23 922 21 830

433

-

NAMIBIA BREWERIES

NAMIBIE

Industrie des boissons

203 481

434

382

UNIVERS ACIER

MAROC

Métallurgie, sidérurgie

202 660

ND

435

317

MAGHREB STEEL

MAROC

Métallurgie, sidérurgie

202 448

– 27 972

COMPAGNIE GÉNÉRALE IMMOBILIÈRE (CGI)

MAROC

Promotion immobilière

201 699

69 652

SANTOVA LOGISTICS

AFRIQUE DU SUD

Organisation du transport de fret

201 336

505

UMGENI WATER-AMANZI

AFRIQUE DU SUD

Prod. & distribution d’eau potable

201 244

71 052

436

-

437

431

438

-

439

375

PALMCI

CÔTE D’IVOIRE

Agro-industrie

200 122

5 924

440

471

RÉGIE AUT. DE DISTR. D’EAU ET D’ÉLEC. DE MARRAKECH

MAROC

Prod. & distribution d’eau potable

199 245

34 014 22 949

441

446

CIMENTERIES DU CAMEROUN

CAMEROUN

Matériaux de construction

198 513

442

-

UPPER EGYPT FLOUR MILLS

ÉGYPTE

Agroalimentaire

198 066

17 176

443

-

ZAMBIA SUGAR

ZAMBIE

Agro-industrie

197 929

35 633 81 896

444

-

445

424

HELWAN FERTILIZER CO.

ÉGYPTE

Industrie chimique

197 578

ARGENT INDUSTRIAL

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

197 443

446

1 561

-

NAMIBIAN POWER CORP.

NAMIBIE

Prod. & distribution d’électricité

196 715

80 314 28 074

447

-

EGYPTAIR MAINTENANCE & ENGINEERING

ÉGYPTE

Logistique aéroportuaire

196 229

448

422

NU WORLD HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Organisation du transport de fret

194 559

3 367

449

498

CERAMIC INDUSTRIES

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

194 167

12 232

450

-

BSI STEEL

AFRIQUE DU SUD

Métallurgie, sidérurgie

193 746

3 500

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

118

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Présent dans plus de pays africains qu’aucune autre banque, le groupe Ecobank offre à ses clients une connaissance inégalée du continent ainsi que l’expertise d’une banque de détail, commerciale et d’investissement, avec une prise en charge des opérations de change, de gestion de trésorerie et de financement.

Expert de l’Afrique Présent dans plus de pays africains qu’aucune autre banque au monde Bénin • Burkina Faso • Burundi • Cameroun • Cap-Vert • Congo (Brazzaville) • Congo (République Démocratique) Côte d’Ivoire • Gabon • Gambie • Ghana • Guinée • Guinée-Bissau • Kenya • Libéria • Malawi • Mali • Niger Nigeria • Ouganda • République Centrafricaine • Rwanda • São Tomé e Príncipe • Sénégal • Sierra Leone Tanzanie • Tchad • Togo • Zambie Présence internationale : Dubaï • Johannesburg • Paris

www.ecobank.com

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

RANG 2010

RANG 2009

LE CLASSEMENT 2010 451-500

451

468

CERVEJAS DE MOÇAMBIQUE

MOZAMBIQUE

Industrie des boissons

192 708

ND

452

447

CURRIMJEE GROUP

MAURICE

Groupe diversifié

191 999

ND

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

453

440

LECICO EGYPT

ÉGYPTE

Matériaux de construction

191 171

19 960

454

473

JAN DE NUL (PACIFIC)

MAURICE

Hydrocarbures

189 250

58 778

455

374

TOYOTA MAROC

MAROC

Concessionnaire

188 937

ND

456

-

COMPAGNIE DE DISTRIBUTION DE CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Commerce de détail

187 126

2 360 34 947

457

-

BOTSWANA INSURANCE HOLDINGS

BOTSWANA

Assurances

186 935

458

406

COMPAGNIE TUNISIENNE DE NAVIGATION

TUNISIE

Transport maritime

185 836

2 839

459

413

RECTRON HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Informatique, bureautique

184 299

8 494

460

415

NEXANS MAROC

MAROC

Fabrication appareils électriques

183 634

6 197

461

313

UNILEVER CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie cosmétique

183 552

9 275

462

455

OFFICE DE L’AVIATION CIVILE ET DES AÉROPORTS

TUNISIE

Logistique aéroportuaire

182 825

56 010

463

448

SUNEOR

SÉNÉGAL

Agro-industrie

182 756

– 6 251

464

483

EGYPTIAN INTERNAT. PHARMACEUTICAL INDUSTRIES CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

181 975

51 701

465

-

DELTA SUGAR

ÉGYPTE

Agro-industrie

181 166

18 521

466

-

ALEXANDRIA PORTLAND CEMENT

ÉGYPTE

Matériaux de construction

180 975

52 328

467

428

SHELL CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures

180 755

2 195

468

452

ISLAMIC CO. FOR PHARMA. CHEM. AND MED. SUPPLIES

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

179 653

59 838

469

-

470

381

COMPAGNIE ALGÉRIENNE DES ASSURANCES

ALGÉRIE

Assurances

179 357

11 142

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE SIDÉRURGIE

TUNISIE

Métallurgie, sidérurgie

179 307

– 12 321

471

-

CIE ALGÉRIENNE D’ASSURANCES ET DE RÉASSURANCE

ALGÉRIE

Assurances

178 214

14 703

472

-

MED COM

TUNISIE

Fabrication appareils électriques

177 550

3 879

473

494

SOCIÉTÉ NATIONALE DES AUTOROUTES DU MAROC (ADM)

MAROC

Génie civil

176 062

ND

474

465

ITALTILE

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

175 670

34 649 25 380

475

459

COSMIVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie cosmétique

175 545

476

460

EL NASR MINING CO.

ÉGYPTE

Extraction de minerais

175 388

83 402

477

488

DATACENTRIX HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

NTIC

174 023

10 840

478

436

479

-

MIDDLE & WEST DELTA FLOUR MILLS

ÉGYPTE

Agroalimentaire

173 865

6 841

ENGEN BOTSWANA

BOTSWANA

Hydrocarbures, services annexes

173 601

13 306 15 725

480

467

DAMANG MINES

GHANA

Extraction d’or

172 196

481

469

MTN SOUDAN

SOUDAN

Opérateur de téléphonie mobile

172 104

ND

482

-

CENTRALE LAITIÈRE DU CAP BON

TUNISIE

Industrie laitière

170 514

3 987

483

-

484

477

485

-

486

472

487

-

CIPLA MEDPRO (EX-ENALENI PHARMACEUTICALS)

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

170 151

21 558

COMPAGNIE MAURICIENNE DE TEXTILE

MAURICE

Filature, tissage

169 623

22 089

EOH HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Service aux entreprises

169 208

10 494

CKG HOLDING

CÔTE D’IVOIRE

Groupe diversifié

169 200

ND

1TIME HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Transport aérien

168 668

5 510

488

-

UCS GROUP

AFRIQUE DU SUD

Édition de logiciels

168 204

3 700

489

-

ELB GROUP

AFRIQUE DU SUD

Bâtiment

167 961

7 486

490

466

CADBURY NIGERIA

NIGERIA

Agroalimentaire

167 844

– 8 108

491

-

SEMOULERIE INDUSTRIELLE DE LA MITIDJA

ALGÉRIE

Agroalimentaire

167 821

ND

492

359

METOREX

AFRIQUE DU SUD

Extraction de minerais

167 409

– 203 203 ND

493

-

CFAO MOTORS MAROC

MAROC

Concessionnaire

165 985

494

361

INDUSTRIES CHIMIQUES DU SÉNÉGAL (ICS)

SÉNÉGAL

Extraction de minerais

165 466

ND

495

476

CASA GRAINS

MAROC

Agroalimentaire

165 417

ND

496

491

LEONI TUNISIE

TUNISIE

Fabrication d’équip. automobiles

163 795

7 525

497

-

AGRA (COOPERATIVE)

NAMIBIE

Production agricole

162 933

3 085

498

481

BARID AL MAGHRIB

MAROC

Services postaux

162 826

34 758

499

407

SOCIÉTÉ AFRICAINE DE PLANTATIONS D’HÉVÉAS (SAPH)

CÔTE D’IVOIRE

Production agricole

161 803

13 463

500

486

MOQUETTE MAC (EX - MISR AMERICA CARPET)

ÉGYPTE

Fabrication de produits textiles

161 390

14 334

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ – EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 – ND : NON DÉTERMINÉ

120

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

PA R S E C T E U R S

Agro-industrie

Des signes encourageants

L

cité totale de production de 3,1 milliards de litres de bière par an. La fin de l’année 2009 a été marquée par une grève conduite par le syndicat Food and Allied Workers Union (Fawu) qui a touché la filiale Amalgamated Beverage Industries (ABI), spécialisée dans les boissons non alcoolisées. Elle s’est achevée au bout d’un mois et demi à la suite de l’octroi par la direction d’une augmentation des salaires et des primes de 8,3 %. Les perspectives d’activité pour l’année 2010 étaient fortement influencées par la Coupe du monde de football, qui promettait une belle augmentation de la consommation de bière et de boissons gazeuses. La quatrième plus grosse entreprise sud-africaine du secteur, Tiger Brands, un groupe très diversifié dans le secteur des produits alimentaires et des boissons, s’en sort également bien. La reprise de l’activité se solde par une hausse (en dollars) de 31 % du CA et de 39 % du bénéfice net (qui représente 12 % du CA). Le groupe affiche son ambition de réaliser de nouvelles acquisitions en Afrique, après les récentes prises de contrôle de Haco Industries (Kenya) et de Chococam (Cameroun). Tiger Brands est toujours talonné par son concurrent Pioneer Foods, dont l’activité connaît également une nette reprise avec un CA en hausse de 9 % en monnaie locale (près de 40 % en dollars compte tenu de la forte appréciation du rand en cours d’année) et un bénéfice qui augmente de plus de 30 %. C’est Tongaat-Hulett qui réalise la meilleure performance parmi les sociétés agroalimentaires sud-africaines. Ce groupe est spécialisé dans la culture et la transformation du maïs et de la canne à sucre, en Afrique du Sud et dans les pays voisins. Ses performances ont été favorisées par une bonne saison agricole, qui a permis des hausses sensibles de production du maïs et de la canne à sucre dans la plupart des zones de production. Tongaat-Hulett gagne une place au classement, passant du 11e au 10e rang, grâce à un CA multiplié par deux en dollars. Si les plus grands groupes sud-africains tirent leur épingle du jeu, la situation reste difficile pour NADINE HUTTON/BLOOMBERG/GETTY IMAGES

es entreprises du secteur agro-industriel redressent lentement la tête. La flambée des prix des produits agricoles en 2007 et 2008 les avait mis KO, réduisant dramatiquement leurs marges. La crise économique avait pesé sur leurs ventes, plombées par la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. Les performances 2009 des 25 entreprises du classement montrent que le redressement s’est amorcé. La plupart enre-

Le brasseur sud-africain SAB Miller est la deuxième plus grosse capitalisation de la Bourse de Johannesburg.

122

gistrent une progression sensible de leur chiffre d’affaires (CA) et de leurs bénéfices. Le phénomène est particulièrement net pour les groupes sud-africains, qui avaient aussi été les plus touchés par la crise. Si la consommation reste faible, les coûts d’approvisionnement ont tendance à baisser. Troisième du classement, le brasseur South African Breweries (SAB) enregistre une hausse de 22 % de son CA (6 % en valeur constante). Pour son directeur général, Norman Adami, ce résultat est satisfaisant dans la mesure où « cette année a été difficile à la fois sur le plan économique et en raison de la concurrence de plus en plus forte de Heineken et de Diageo ». L’entreprise, qui est la deuxième plus grosse capitalisation de la Bourse de Johannesburg, exploite sept brasseries en Afrique du Sud avec une capa-

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

les plus petits. Plusieurs d’entre eux voient leur bénéfice diminuer à nouveau après une année 2008 particulièrement difficile. C’est le cas d’Astral Foods, leader sud-africain de la production de viande de volaille, d’Afgri (services et ingénierie agricoles) ou encore du sucrier Illovo Sugar. En Algérie, le groupe Cevital continue de parier sur l’avenir et multiplie les projets de développement dans de nouveaux secteurs. Cevital est aujourd’hui la deuxième entreprise algérienne après Sonatrach, et la première entreprise exportatrice hors hydrocarbures. Le groupe, qui compte déjà 12500 employés, envisage d’investir pas moins de 4 milliards de dollars au cours des trois prochaines années et d’atteindre un effectif de 25000 employés. Centré au départ sur l’agroindustrie (deux tiers de son CA actuel), le groupe, fondé en 1998 par Issad Rebrab, s’est rapidement diversifié dans l’automobile, les matériaux de construction, le verre et la logistique. Le Nigeria compte deux entreprises parmi les 25 du palmarès. La première, Flour Mills of Nigeria, connaît une progression soutenue de son CA mais son résultat est en baisse. Le groupe exploite quatre minoteries mais aussi des ter-

minaux portuaires et des unités d’ensachage de ciment et d’engrais. Son principal actionnaire est le milliardaire Aliko Dangote, considéré comme l’homme d’affaires le plus riche d’Afrique. Le brasseur Nigerian Breweries, filiale de Heineken, maintient son CA, tandis que son bénéfice atteint 183 millions de dollars. Son concurrent, Guinness Nigeria, progresse en termes de résultat, mais pas assez pour figurer dans notre classement. Au Maroc, la Centrale laitière, filiale du groupe Omnium nord-africain (ONA) associée au français Danone, enregistre des résultats encourageants: son CA progresse de 8,5 % en monnaie locale et son résultat net de 34 % « dans un marché exigeant et de plus en plus tiré par les prix », souligne le groupe. La Compagnie sucrière marocaine de raffinage (Cosumar), également filiale de l’ONA et qui détient environ 70 % du marché marocain du sucre raffiné, maintient tout juste son CA avec un bénéfice en hausse de 10 % en dirhams. Elle perd dix places au classement. Enfin, le fabricant d’huiles alimentaires Lesieur Cristal enregistre une baisse de 7 % de son CA, « due à la baisse des prix de vente de l’huile de table à la suite de la chute des cours des huiles brutes », et sort de notre palmarès. ■ A NT OINE L ABE Y

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

1

13

STEINHOFF INTERNATIONAL HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Ameublement

6 476 753

505 979

2

16

SAPPI

AFRIQUE DU SUD

Papeterie

5 369 000

– 177 000

3

28

SAB MILLER SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Industrie des boissons

4 214 000

ND

4

51

TIGER BRANDS

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

2 754 427

335 095

5

52

NAMPAK

AFRIQUE DU SUD

Emballage, conditionnement

2 640 531

27 247

6

59

PIONEER FOODS GROUP

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

2 195 397

75 569

7

67

CEVITAL

ALGÉRIE

Agroalimentaire

1 788 067

255 570

8

78

ALTADIS MAROC

MAROC

Industrie du tabac

1 618 821

ND

9

85

MONDI GROUP SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Papeterie

1 501 490

– 10 246

10

86

TONGAAT-HULETT GROUP

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

1 501 356

408 235

11

88

DISTELL GROUP

AFRIQUE DU SUD

Industrie des boissons

1 464 648

128 672

12

101

ASTRAL FOODS

AFRIQUE DU SUD

Aviculture

1 190 951

46 454

13

104

AFGRI

AFRIQUE DU SUD

Production agricole

1 183 777

47 717

14

105

FLOUR MILLS OF NIGERIA

NIGERIA

Minoterie

1 181 246

25 532

15

109

ILLOVO SUGAR

AFRIQUE DU SUD

Sucre

1 141 642

89 251

16

114

NIGERIAN BREWERIES

NIGERIA

Industrie des boissons

1 077 552

183 090

1 006 081

68 542

17

123

ANGLOVAAL INDUSTRIES

AFRIQUE DU SUD

Agroalimentaire

18

132

RAINBOW CHICKEN

AFRIQUE DU SUD

Aviculture

937 375

47 930

19

141

CLOVER HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie laitière

844 327

72 656

20

148

EGYPTIAN SUGAR AND INTEGRATED INDUSTRIES CO.

ÉGYPTE

Sucre

755 981

53 442

21

156

EASTERN CO.

ÉGYPTE

Industrie du tabac

718 654

150 431

22

157

CENTRALE LAITIÈRE

MAROC

Industrie laitière

716 171

76 800

23

158

COMPAGNIE SUCRIÈRE MAROCAINE DE RAFFINAGE

MAROC

Sucre

714 791

69 572

24

159

MONDI PACKAGING SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Emballage, conditionnement

713 121

ND

25

168

CARGILL CÔTE D'IVOIRE

CÔTE D'IVOIRE

Agro-industrie

670 846

2 978

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

123

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Travaux publics

Un contexte très défavorable

TIM A. HETHERINGTON/PANOS-REA

Pour le sud-africain Murray & Roberts, qui prend cette année la tête du peloton à la place de son concurrent égyptien Orascom, « l’année 2009 a été la plus incertaine qu’ait connue l’entreprise depuis longtemps ». Si le leader africain du BTP réussit à maintenir un chiffre d’affaires (CA) et un bénéfice en forte hausse, il a dû supprimer plus de 7 000 emplois pour faire face à la baisse de son activité. Le numéro deux du pays, Wilson Bayly Holmes-Ovcon (WBHO), a tout autant subi la conjoncture, à tel point que son président s’est déclaré « agréablement surpris » d’une nouvelle progression du bénéfice net à hauteur de 71 %, tandis que l’activité progresse de 74 %. Là encore, l’effet Coupe du monde est venu sauver la mise, avec l’achèvement de quelques grands projets, comme les stades Moses-Mabhida à Durban, Green Point au Cap et Peter-Mokaba à Polokwane. WBHO a également des contrats en cours au Ghana et en Zambie, ce dernier pays étant jugé particulièrement prometteur. Le groupe Five redresse très nettement la tête après une année 2008 très sombre. Son CA progresse de 36 % en rands et son bénéfice net de 25 %, ce qui lui permet de regagner deux places au classement. En Égypte, Orascom Construction Industries (OCI), détenu à 56 % par la famille Sawiris, enregistre une progression de près de 4 % de son CA, mais une baisse d’au moins 50 % de son bénéfice net. Le groupe explique ces modestes performances par « le faible prix des engrais et le ralentissement du marché de la construction ». La section BTP du groupe a notamment souffert de l’abandon des grands projets immobiliers à Dubaï. Au cours de l’exercice, le groupe a obtenu, en partenariat avec l’espagnol Aqualia, la construction et la concession de la nouvelle unité de traitement des eaux usées du Caire, pour une valeur de 472 millions de dollars. La division engrais, qui contribue à 35 % des revenus du groupe, a conclu un accord avec le brésilien Fertipar lui permettant de devenir le premier fournisseur d’urée du pays et a achevé à 90 % la construction de sa nouvelle unité algérienne, Sorfert Algérie, réalisée en partenariat avec Sonatrach. Le groupe The Arab Contractors enregistre une progression de 23 % de son CA et de 114 % de son bénéfice net. Le

Julius Berger Nigeria enregistre des résultats positifs, cependant ternis par une affaire de corruption impliquant l’entreprise.

124

A

frique du Sud et Maghreb continuent de concentrer les grands groupes africains du bâtiment et des travaux publics (BTP), et le paysage n’évolue guère d’une année sur l’autre. Hors de ces deux zones, seul le Nigeria parvient à aligner une entreprise parmi les 25 sociétés de notre classement. Plus de la moitié (13 sur 25) sont sud-africaines, sept sont égyptiennes. Il reste quatre places, que se partagent le Maroc (3) et l’Algérie (1). Comme en 2008, le secteur a continué de souffrir d’une conjoncture économique très défavorable qui a entraîné le report de nombreux projets, aussi bien dans le secteur minier que dans ceux des infrastructures publiques et de l’immobilier résidentiel, industriel et commercial. Les plus grands groupes sud-africains et égyptiens, traditionnellement très présents sur le marché de la construction dans les pays du Golfe, ont aussi souffert du brusque arrêt des programmes immobiliers dans la région, du fait de l’explosion de la bulle immobilière à Dubaï. À l’inverse, les grands chantiers réalisés dans le cadre de la Coupe du monde de football ont dopé l’activité des compagnies sud-africaines, de même que certains grands programmes lancés avant la crise.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Travaux publics

Un contexte très défavorable

TIM A. HETHERINGTON/PANOS-REA

Pour le sud-africain Murray & Roberts, qui prend cette année la tête du peloton à la place de son concurrent égyptien Orascom, « l’année 2009 a été la plus incertaine qu’ait connue l’entreprise depuis longtemps ». Si le leader africain du BTP réussit à maintenir un chiffre d’affaires (CA) et un bénéfice en forte hausse, il a dû supprimer plus de 7 000 emplois pour faire face à la baisse de son activité. Le numéro deux du pays, Wilson Bayly Holmes-Ovcon (WBHO), a tout autant subi la conjoncture, à tel point que son président s’est déclaré « agréablement surpris » d’une nouvelle progression du bénéfice net à hauteur de 71 %, tandis que l’activité progresse de 74 %. Là encore, l’effet Coupe du monde est venu sauver la mise, avec l’achèvement de quelques grands projets, comme les stades Moses-Mabhida à Durban, Green Point au Cap et Peter-Mokaba à Polokwane. WBHO a également des contrats en cours au Ghana et en Zambie, ce dernier pays étant jugé particulièrement prometteur. Le groupe Five redresse très nettement la tête après une année 2008 très sombre. Son CA progresse de 36 % en rands et son bénéfice net de 25 %, ce qui lui permet de regagner deux places au classement. En Égypte, Orascom Construction Industries (OCI), détenu à 56 % par la famille Sawiris, enregistre une progression de près de 4 % de son CA, mais une baisse d’au moins 50 % de son bénéfice net. Le groupe explique ces modestes performances par « le faible prix des engrais et le ralentissement du marché de la construction ». La section BTP du groupe a notamment souffert de l’abandon des grands projets immobiliers à Dubaï. Au cours de l’exercice, le groupe a obtenu, en partenariat avec l’espagnol Aqualia, la construction et la concession de la nouvelle unité de traitement des eaux usées du Caire, pour une valeur de 472 millions de dollars. La division engrais, qui contribue à 35 % des revenus du groupe, a conclu un accord avec le brésilien Fertipar lui permettant de devenir le premier fournisseur d’urée du pays et a achevé à 90 % la construction de sa nouvelle unité algérienne, Sorfert Algérie, réalisée en partenariat avec Sonatrach. Le groupe The Arab Contractors enregistre une progression de 23 % de son CA et de 114 % de son bénéfice net. Le

Julius Berger Nigeria enregistre des résultats positifs, cependant ternis par une affaire de corruption impliquant l’entreprise.

124

A

frique du Sud et Maghreb continuent de concentrer les grands groupes africains du bâtiment et des travaux publics (BTP), et le paysage n’évolue guère d’une année sur l’autre. Hors de ces deux zones, seul le Nigeria parvient à aligner une entreprise parmi les 25 sociétés de notre classement. Plus de la moitié (13 sur 25) sont sud-africaines, sept sont égyptiennes. Il reste quatre places, que se partagent le Maroc (3) et l’Algérie (1). Comme en 2008, le secteur a continué de souffrir d’une conjoncture économique très défavorable qui a entraîné le report de nombreux projets, aussi bien dans le secteur minier que dans ceux des infrastructures publiques et de l’immobilier résidentiel, industriel et commercial. Les plus grands groupes sud-africains et égyptiens, traditionnellement très présents sur le marché de la construction dans les pays du Golfe, ont aussi souffert du brusque arrêt des programmes immobiliers dans la région, du fait de l’explosion de la bulle immobilière à Dubaï. À l’inverse, les grands chantiers réalisés dans le cadre de la Coupe du monde de football ont dopé l’activité des compagnies sud-africaines, de même que certains grands programmes lancés avant la crise.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

marché égyptien représente 83 % de son activité. En Afrique, il est surtout présent au Maghreb, en Ouganda, au Nigeria et au Botswana. Filiale du groupe italien Italcementi, Suez Cement, qui produit environ 12 millions de tonnes de ciment par an dans ses cinq usines égyptiennes, affiche une sensible progression de ses résultats. Son CA progresse de 17 % et son bénéfice net de 26 %. « Le marché a été marqué par une reprise de la construction qui a généré une augmentation de 25 % de la demande de ciment », soulignent ses dirigeants, alors que le groupe détient 25 % du marché national du ciment gris et 42 % du marché du ciment blanc. Le Maroc se distingue par la présence dans le classement de deux sociétés immobilières et du fabricant de ciment Lafarge. Premier opérateur immobilier coté à la Bourse de Casablanca, Douja Promotion occupe, avec des programmes totalisant plus de 190000 logements, la place de leader sur le marché national de la promotion immobilière. Son CA a progressé de 20 % en 2009, mais son bénéfice a diminué de 19 %. Le groupe a livré 18 800 logements et en a vendu 22 500 en 2009. Le principal actionnaire est Anas Sefrioui, qui

détient 62 % du capital. À la 21e place, le holding d’aménagement Al Omrane met en œuvre, pour le compte de l’État marocain, des programmes de création de villes nouvelles, d’aménagement de pôles urbains et d’éradication des bidonvilles. Son CA progresse de 3 % en 2009. Quant à Lafarge Ciment, son activité progresse, avec un CA et un bénéfice net en hausse de 11 %. « Nos ventes ont connu une augmentation de 4,2 % par rapport à 2008 », souligne le groupe, qui précise que, après le démarrage réussi de la deuxième ligne de sa cimenterie de Tétouan, il prévoit le lancement dans les meilleurs délais d’une nouvelle unité dans la région de Souss. Unique compagnie subsaharienne hors Afrique du Sud dans notre palmarès, Julius Berger Nigeria, filiale du groupe allemand de travaux publics Bilfinger Berger, maintient un rythme de croissance régulier avec une hausse de 20 % de son CA et de 21 % de son bénéfice net. Julius Berger a été impliqué dans une affaire de corruption au côté de l’américain Halliburton autour du contrat de l’usine de liquéfaction de gaz de Bonny et il a accepté de verser les quelque 30 millions de dollars réclamés par la justice nigériane. ■ A NT OINE L ABE Y

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

1

23

MURRAY & ROBERTS HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

4 551 847

315 115

2

31

ORASCOM CONSTRUCTION INDUSTRIES

ÉGYPTE

Travaux publics

3 861 027

461 994

3

50

THE ARAB CONTRACTORS - OSMAN AHMED OSMAN & CO.

ÉGYPTE

Travaux publics

2 764 000

223 000

4

62

WILSON BAYLY HOLMES - OVCON (WBHO)

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 991 131

129 805

5

77

GROUP FIVE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 630 006

72 069

6

93

GRINAKER - LTA

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

1 325 415

ND

7

108

SUEZ CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

1 155 827

235 457

8

127

JULIUS BERGER NIGERIA

NIGERIA

Travaux publics

973 675

21 648

9

134

PRETORIA PORTLAND CEMENT CO.

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

914 484

138 056

10

139

TALAAT MOUSTAFA GROUP

ÉGYPTE

Promotion immobilière

873 554

200 363

11

144

COSIDER

ALGÉRIE

Travaux publics

821 318

152 342

12

149

MASSBUILD

AFRIQUE DU SUD

Bâtiment

755 612

ND

13

150

DOUJA PROMOTION

MAROC

Promotion immobilière

754 446

128 502

14

151

MURRAY & ROBERTS CONSTRUCTION

AFRIQUE DU SUD

Bâtiment

752 161

19 144

15

164

CASHBUILD

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

682 977

23 871

16

165

LAFARGE CIMENTS

MAROC

Matériaux de construction

682 819

233 564

17

170

AURECON HERITAGE COMPANIES

AFRIQUE DU SUD

Ingénierie

668 000

ND

18

180

BASIL READ HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Travaux publics

628 597

36 524

19

182

RAUBEX

AFRIQUE DU SUD

Génie civil

617 864

79 855

20

183

EGYPTIAN CEMENT CO.

ÉGYPTE

Matériaux de construction

615 581

266 757

21

185

HOLDING D’AMÉNAGEMENT AL OMRANE

MAROC

Promotion immobilière

611 011

73 537

22

204

EL ARABIA FOR PROJECTS & CONSTRUCTION

ÉGYPTE

Bâtiment

550 081

155 869

23

213

ILIAD AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

528 563

10 060

24

221

STÉ ÉGYPT. D’ENTREPRISES - MOKHTAR IBRAHIM

ÉGYPTE

Travaux publics

516 246

24 696

25

233

MURRAY & ROBERTS CEMENTATION

AFRIQUE DU SUD

Matériaux de construction

463 916

28 312

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

125

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Eau et électricité

Des tensions persistantes

V

ive la crise ! La récession économique mondiale, en réduisant brutalement l’activité dans les mines sud-africaines et donc leur consommation électrique, a offert à la compagnie d’électricité Eskom un répit inespéré, alors que l’entreprise multipliait ces dernières années pannes et délestages. Du coup, l’honneur est sauf : les stades de la Coupe du monde de football n’ont pas eu à subir les coupures de courant tant redoutées. Pour le reste, beaucoup reste à faire, même si le pire a été évité. Des mesures de redressement très sévères ont été prises, fondées essentiellement sur des augmentations tarifaires douloureuses pour les consommateurs, qui vont voir le prix du kilowattheure plus que doubler (de 0,33 à 0,70 dollar) d’ici à 2013 (un particulier sud-africain paiera

alors son électricité au même prix qu’un consommateur suisse). Mais ces décisions commencent à porter leurs fruits. Après plusieurs années de lourds déficits, l’entreprise a réussi à dégager un bénéfice net de près de 500 millions de dollars en 2009, contre une perte de 1 milliard de dollars en 2008. Pour se tirer définitivement d’affaire, Eskom doit investir massivement dans de nouvelles capacités de production: l’entreprise va devoir emprunter 190 milliards de rands (environ 27 milliards de dollars) d’ici à 2017 pour porter sa capacité de production à 12300 mégawatts (MW). La situation est moins tendue à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg). L’entreprise d’État redevient bénéficiaire après une année 2008 difficile en raison de la hausse du prix du fuel. Son chiffre d’affaires (CA) progresse de

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

6

ESKOM

AFRIQUE DU SUD

Électricité

9 600 397

2

53

OFFICE NATIONAL DE L’ÉLECTRICITÉ

MAROC

Électricité

2 409 408

488 048 ND

3

64

SOCIÉTÉ NATIONALE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ

ALGÉRIE

Électricité et gaz

1 826 891

62 953

4

82

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ

TUNISIE

Électricité et gaz

1 539 765

6 639

5

142

KENYA POWER AND LIGHTING

KENYA

Électricité

838 165

40 732

6

166

JORF LASFAR ENERGY CO.

MAROC

Électricité

682 017

ND

7

179

RAND WATER

AFRIQUE DU SUD

Eau potable

630 545

80 303

8

186

LYONNAISE DES EAUX DE CASABLANCA (LYDEC)

MAROC

Électricité et eau

609 986

27 675

9

189

COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ÉLECTRICITÉ

CÔTE D’IVOIRE

Électricité

605 720

12 342

10

194

VEOLIA ENVIRONNEMENT (EX-VEOLIA WATER MAROC)

MAROC

Eau potable

580 140

ND

11

219

VOLTA RIVER AUTHORITY

GHANA

Électricité

519 943

– 53 011

12

226

SOCIÉTÉ NATIONALE D’ÉLECTRICITÉ (SENELEC)

SÉNÉGAL

Électricité

488 716

12 637

13

244

OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE

MAROC

Eau potable

437 709

15 561

14

289

AES AFRICAN POWER CO.

CAMEROUN

Électricité

345 563

ND

15

315

HIDROELECTRICA DE CAHORA BASSA

MOZAMBIQUE

Électricité et eau

313 745

– 55 794 8 141

16

341

SOCIÉTÉ D’ÉNERGIE ET D’EAU DU GABON

GABON

Électricité et eau

284 620

17

424

ÉNERGIE DU MALI

MALI

Électricité et eau

210 328

-847

18

432

CARTHAGE POWER CO.

TUNISIE

Électricité

203 647

23 922

19

438

UMGENI WATER-AMANZI

AFRIQUE DU SUD

Eau potable

201 244

71 052

20

440

RÉGIE AUTONOME DE DISTRIB. D’EAU ET D’ÉLECTR. DE MARRAKECH

MAROC

Eau potable

199 245

34 014

21

446

NAMIBIAN POWER CORP. (NAMPOWER)

NAMIBIE

Électricité

196 715

80 314

22

-

KENYA ELECTRICITY GENERATING CO.

KENYA

Électricité

159 800

26 156

23

-

SOCIÉTÉ NATIONALE D’EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX

TUNISIE

Eau potable

159 348

– 38 793

24

-

COPPERBELT ENERGY CORP.

ZAMBIE

Électricité

154 169

11 062

25

-

RÉGIE AUTONOME DE DISTRIBUTION D’EAU ET D’ÉLECTRICITÉ DE FÈS

MAROC

Électricité et eau

141 903

11 765

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

126

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

MIKE HUTCHINGS/REUTERS

10 %, pour une production en hausse de 2,5 %. À la fin de 2009, la Steg a lancé officiellement son programme de développement des énergies renouvelables sous l’appellation « Plan solaire ». Il prévoit près de 3 milliards de dollars d’investissements d’ici à 2016 pour développer les énergies solaire, éolienne et de la biomasse, et pour financer des programmes d’économie d’énergie. Le projet de nouvelle centrale électrique de Bizerte, d’une puissance de 350 à 500 MW, qui doit être mise en service en 2014, a fait l’objet d’un appel d’offres au début de 2009. La centrale sera mise en concession au profit d’un opérateur privé. À côté de la Steg, la société privée Carthage Power exploite, depuis 20 02 , la cent ra le de Radès II. Carthage Power a été créée en 1999 par BTU Ventures (États-Unis) et Marubeni (Japon). La centrale à gaz de Radès II assure 23 % de la production nationale d’électricité. Le CA de Carthage Power a légèrement baissé (– 6 %) en 2009, tandis que son bénéfice net progresse de 10 %. Au Kenya, la société publique Kenya Power and Lighting Company (KPLC), qui transporte et distribue l’électricité produite par cinq sociétés, passe de la 9e à la 5e place du classement grâce à une très forte progression (+ 68 %) de son CA. Son bénéfice net est presque multiplié par deux. L’autre compagnie kényane du classement, Kenya Generating Company (Kengen), issue de la restructuration de KPLC et qui produit environ 80 % de l’électricité consommée au Kenya, enregistre des performances plus modestes, avec une progression de 9,5 % de son CA en monnaie locale, mais un bénéfice net réduit de moitié. L’activité a été handicapée par « la plus mauvaise situation hydrologique depuis soixante-quinze ans », qui a entraîné une baisse de la production des barrages hydroélectriques, souligne Kengen. Au Ghana, Volta River Authority (VRA) reste toujours fortement déficitaire. En 2009, ses pertes dépassent 10 % de son CA. Son niveau d’endettement est jugé extrêmement préoccupant. VRA a reçu, en mai 2009, sa première livraison de gaz naturel nigérian fourni par West African Gas Pipeline Company (Wapco) pour la centrale de Takoradi. Le pipeline de Wapco doit alimenter quatre turbines à gaz de 110 MW au Ghana. Au Sénégal, la Senelec sort du rouge après une perte de 14,7 millions de dollars en 2008, tandis que son CA se maintient. Malgré ces bons chiffres, l’entreprise fait toujours l’objet de vives critiques au sujet de sa gestion et des délestages fréquents. Les difficultés de trésorerie chroniques l’empêchent régulièrement d’acheter du fuel

pour ses centrales thermiques. En juin 2009, le Parti socialiste a exigé « un audit indépendant sur les milliards prétendument investis dans la Senelec sans qu’aucune amélioration notable ne soit constatée dans la qualité du service public de l’électricité ». Dans le secteur de l’eau, Rand Water, société d’État sud-africaine qui alimente en eau potable toute la région de Johannesburg, numéro 7 de notre classement sectoriel, gagne quatre places grâce à une hausse de 40 % de son CA en dollars (9,4 % en rands). Son bénéfice est en légère baisse, mais représente toujours plus de 10 % du CA. La Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), filiale de la Lyonnaise des eaux, qui a pris en charge en 1997 la distribution d’électricité et d’eau et le service d’assainissement du Grand Casablanca, subit une légère érosion de son bénéfice net (– 0,5 %), tandis que son CA chute de 6,2 %. Elle recule de deux places au classement et y occupe cette année la 8e place. Toujours au Maroc, le CA de l’Office national de l’eau potable (Onep) progresse de 5 % et son bénéfice net de 35 %. La Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Marrakech (Radeema) enregistre une progression de 17 % de son CA et de 13 % de son bénéfice net. Son homologue de Fès, la Radeef, fait son entrée dans le classement. En Tunisie, la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (Sonede) voit sa situation financière se détériorer très nettement et s’enfonce dans le rouge. Le CA de la société d’État baisse de 10 %, et elle enregistre son deuxième déficit consécutif. Celui de 2009 est le double de celui de 2008 et représente désormais près du quart du CA. ■ A NT OINE L ABE Y

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Les SudAfricains vont voir le prix du kilowattheure plus que doubler d’ici à 2013.

127

Face à l’hôtel The Residence Tunis, niché au coeur d’une réserve naturelle où abondent des oiseaux migrateurs, découvrez le magnifique 18 trous dessiné par Robert Trent Jones II. Le Club House et ses majestueux 4000 m2 au design épuré abrite un restaurant, un bar et des salons parfaits pour accueillir vos événements privés ou professionnels.

www.theresidence.com

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Hydrocarbures

La rentabilité contre vents et marées

L

ment ont vu leurs profits s’effondrer. Cependant, seules la Société ivoirienne de raffinage (SIR) et la Petroleum Oil and Gas Corporation of South Africa annoncent un chiffre négatif, ce qui indique que le secteur pétrolier reste rentable contre vents et marées. L’algérien Sonatrach demeure le leader incontesté mais subit une très forte chute de son chiffre d’affaires (CA), qui diminue de 33 %. À 47,5 milliards de dollars, il reste néanmoins supérieur à l’objectif prudent de 40 milliards de dollars annoncé en début d’année. Son résultat net est en retrait de 53 %. Il représente moins de la moitié de celui de 2007. La baisse des résultats de Sonatrach est imputable en grande partie à la baisse du prix du brut, mais aussi à celle des quantités vendues, avec des exportations

▲ ▲ ▲

a manne a sérieusement fondu en 2009 pour les producteurs de pétrole. Le retournement de tendance provoqué par la crise économique a été sévère. Après le sommet de 135 dollars atteint en mai 2008, la faillite de Lehman Brothers et l’effondrement des marchés qui s’est ensuivi ont fait plonger le baril de pétrole à 37 dollars au début de 2009. Les cours se sont progressivement redressés pour terminer l’année à 80 dollars. Ils sont restés globalement défavorables pour les producteurs, avec une moyenne annuelle de 62 dollars, soit plus d’un tiers en dessous des 97 dollars de 2008. La remontée s’est confirmée au début de 2010, avec un prix moyen du baril de 76 dollars au premier trimestre. Dans ces conditions, la plupart des sociétés pétrolières qui figurent dans le classe-

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

1

1

SONATRACH

ALGÉRIE

Hydrocarbures

47 479 918

3 820 683

2

2

SOCIEDADE NACIONAL DE COMBUSTIVEIS DE ANGOLA

ANGOLA

Hydrocarbures

22 442 400

4 325 600

3

39

ENT. NAT. DE COM. ET DE DIST. DES PRODUITS PÉTROLIERS

ALGÉRIE

Hydrocarbures, services

3 437 127

130 025

4

41

STÉ ANONYME MAROC. DE L’IND. DU RAFFINAGE (SAMIR)

MAROC

Hydrocarbures, raffinerie

3 382 081

69 647

5

58

OANDO

NIGERIA

Hydrocarbures, services

2 209 799

66 236 – 80 336

6

68

SOCIÉTÉ IVOIRIENNE DE RAFFINAGE (SIR)

CÔTE D’IVOIRE

Hydrocarbures, raffinerie

1 780 416

7

72

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DES INDUSTRIES DE RAFFINAGE

TUNISIE

Hydrocarbures, raffinerie

1 718 115

ND

8

83

MIDDLE EAST OIL REFINERIES

ÉGYPTE

Hydrocarbures, raffinerie

1 518 093

172 702 16 350

9

98

KENOLKOBIL

KENYA

Hydrocarbures

1 221 230

10

100

SHELL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services

1 200 335

ND

11

106

TOTAL NIGERIA

NIGERIA

Hydrocarbures

1 171 421

26 030

12

111

TOTAL GABON

GABON

Hydrocarbures

1 119 903

140 930

13

112

THE PETROLEUM, OIL & GAS CORP. OF SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Hydrocarbures

1 090 716

– 65 815

14

119

SOCIÉTÉ NATIONALE DES HYDROCARBURES

CAMEROUN

Hydrocarbures

1 056 000

24 571

15

120

AFRICAN PETROLEUM

NIGERIA

Hydrocarbures

1 048 668

60 076

16

121

ALEXANDRIA MINERALS OILS CO.

ÉGYPTE

Hydrocarbures

1 024 775

100 961

17

122

SOCIÉTÉ NATIONALE DE RAFFINAGE (SONARA)

CAMEROUN

Hydrocarbures, raffinerie

1 008 460

ND

18

135

TOTAL MAROC

MAROC

Hydrocarbures, services

905 808

ND

19

140

SOCIÉTÉ NATIONALE DE DISTRIBUTION DES PÉTROLES AGIL

TUNISIE

Hydrocarbures, services

851 943

ND

20

169

CONOIL

NIGERIA

Hydrocarbures, services

668 156

15 167

21

195

STÉ NATIONALE BURKINABÈ D’HYDROCARBURES (SONABHY)

BURKINA FASO

Hydrocarbures, services

577 543

52 488

22

215

ALEXANDRIA NATIONAL REFINING & PETROCHEMICALS CO.

ÉGYPTE

Hydrocarbures, raffinerie

522 222

47 167

23

216

TOTAL KENYA

KENYA

Hydrocarbures, services

521 765

6 095

24

218

SOCIÉTÉ AFRICAINE DE RAFFINAGE (SAR)

SÉNÉGAL

Hydrocarbures, raffinerie

520 812

ND

25

223

PÉTROLE DU MAGHREB

MAROC

Hydrocarbures, services

501 960

ND

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

129

C. BOISSEAUX/LA VIE-REA

le groupe ait jamais exploité à ce jour. « Akpo a mobilisé 10 000 personnes pendant quatre ans », souligne le groupe pétrolier français. Sa mise en production a coûté 6 milliards de dollars. Au Cameroun, la Société nationale des hydrocarbures (SNH) connaît une forte diminution de ses résultats, avec un CA en baisse de 40 % et un bénéfice qui chute de moitié, à 24 millions de dollars. Total Gabon voit son CA diminuer de 37 % et son bénéfice de 63 %, à 140 millions de dollars. Le groupe a réduit de 40 % son programme d’investissements de l’année par rapport aux prévisions initiales.

130

en baisse de 10 %, à 118 millions de tonnes-équivalent pétrole, en application des décisions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de décembre 2008 de réduire les quotas de production du cartel pour freiner la chute des prix. L’année 2010 a démarré sous de meilleurs auspices, avec une hausse de 30 % de la valeur des exportations au premier trimestre 2010 par rapport au premier trimestre 2009. Au total, sur la période 2000-2009, la valeur cumulée des exportations de Sonatrach a atteint 393 milliards de dollars. Oando, plus importante société privée du secteur énergétique nigérian, voit sa croissance ralentie après plusieurs années d'une très forte hausse de son activité. Son CA progresse tout de même de 9 % et son résultat net de 10 %. Surtout présent dans la distribution, Oando a déboursé 350 millions de dollars en 2009 pour acheter cinq plateformes pétrolières qui lui permettront de développer son activité exploration-production. Total Nigeria, dont le CA baisse de 8 % et le résultat de 15 %, a vécu un événement important en 2009 avec la mise en production, au mois de mars, du champ pétrolier Akpo, le plus gros gisement mis en exploitation par le groupe Total cette année-là. Situé à 1400 m sous la surface de l’eau, c’est aussi l’un des gisements les plus profonds que

▲ ▲ ▲

La situation de la Société ivoirienne de raffinage, qui a connu un arrêt provisoire de la production début 2010, est préoccupante.

Dans le secteur du raffinage, les bons résultats de 2008 appartiennent au passé. Chiffres d’affaires et résultats sont en baisse très sensible. La première raffinerie du classement, la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (Samir), redresse pourtant la barre après une année 2008 bien difficile. Les brusques variations des cours du brut durant l’année avaient plongé l’entreprise dans le rouge. L’exercice 2009 se solde par un résultat positif de 69 millions de dollars, le meilleur de ces cinq dernières années. Son CA subit la conjoncture en enregistrant une baisse de 34 %. Le programme de modernisation de la raffinerie de Mohammedia, lancé en 2005, a été progressivement achevé au cours de l’année avec la réception de la plupart des nouvelles unités, dont celle permettant de produire un gasoil moins polluant. La situation est beaucoup plus préoccupante pour la Société ivoirienne de raffinage (SIR). Son déficit passe en effet de 31 millions de dollars en 2008 à 70 millions de dollars en 2009, pour un CA en baisse de 35 %. Le blocage des prix à la pompe imposé par le gouvernement à la suite de la flambée des prix du brut de 2008 a eu raison du fragile équilibre financier de l’entreprise. La situation s’est dramatiquement aggravée à la fin de 2009, provoquant une rupture d’approvisionnement de la raffinerie en pétrole brut, faute de trésorerie, et un arrêt provisoire de la production début 2010. « Conjointement avec les autorités ivoiriennes et les banques, des solutions sont recherchées en vue de sauver la raffinerie », déclarait laconiquement un communiqué de l’entreprise en janvier 2010. En Tunisie, la Société tunisienne des industries de raffinage (Stir) suit la tendance, avec un CA en baisse de 28 %. La production de la raffinerie recule de 5 % pour retrouver son niveau de 2000. Au Cameroun, le CA de la Société nationale de raffinage (Sonara) se contracte de 41 % pour s’établir à 1 milliard de dollars. Dans la distribution, les marges se resserrent, notamment pour Total Kenya, dont le bénéfice baisse de 27 %. Tandis que la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (Sonabhy) parvient tout de même à maintenir un bénéfice équivalent à près de 10 % de son CA. ■ A NT OINE L ABE Y

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

DIFCOM C.C. - © Fotolia

Communiqué

LE « NOUVEAU » VISAGE DE L’ASSURANCE

N

ouveau siège, nouvelles ambitions. Douze ans après sa création à la faveur de la libéralisation du marché de l’assurance, NSIA Bénin a emménagé en

novembre 2010 dans un immeuble de sept étages « construit sur fonds propres », précise Alain HOUNGUE, Directeur Général de NSIA Bénin et de NSIA Vie Bénin depuis 2005. En bon assureur, il se doit de valoriser son patrimoine : trois étages du bâtiment installé au cœur de Cotonou sur le boulevard Saint Michel, seront loués à des entreprises. « Avec l’accueil du public, la sécurité du personnel est l’une de nos priorités », expli-

NSIA,

l’assureur de référence en Afrique NSIA Bénin et NSIA Vie Bénin sont des filiales du Groupe NSIA, leader de l’assurance en Afrique de l’Ouest. ➥ 15 ans au service de ses clients

que Alain HOUNGUE en décrivant le restaurant et la salle de

➥ 1 Holding

sport du 7e niveau. Au Bénin, le groupe compte 50 employés

➥ 18 compagnies d’assurance

permanents, autant de commerciaux et deux autres établissements, à Porto-Novo et à Parakou, qui lui permettent de desservir l’ensemble du pays. NSIA Bénin continue d’agrandir sa clientèle (plus de 250 000 clients aujourd’hui) grâce à une stratégie commerciale dynamique vers les particuliers, en « démocratisant » l’assurance avec des produits innovants, comme c’est la règle dans le groupe NSIA. Grâce à quoi NSIA Bénin affiche une croissance moyenne de 10 % par an depuis cinq ans, c’est-à-dire deux fois plus rapide que celle du marché. Cette vitalité a permis d’augmenter régulièrement le capital social de l’entreprise, actuellement de 1,5 milliards de F CFA, soit bien au-dessus de ce qu’exige la réglementation de l’UEMOA. Mais le Directeur Général de NSIA Bénin voit plus loin. Une assise financière solide est indispensable pour garder la confiance des assurés : « C’est un de nos atouts, au même titre que la qualité des prestations, le respect de nos engagements ou la rapidité dans le règlement des sinistres », conclut Alain HOUNGUE qui entend bien maintenir le rythme de croissance de l’activité de NSIA Bénin et NSIA Vie Bénin pour les années à venir.

www.groupensia.com

➥ 2 banques (BIAO Côte d’Ivoire et BIAO Guinée)

➥ dans 11 pays en Afrique Après la certification des sociétés NSIA Participations Holding, NSIA Côte d’Ivoire et NSIA Vie Côte d’Ivoire, le Groupe NSIA est engagé dans une démarche qualité totale visant à placer l’ensemble de ses systèmes, de ses équipes et de ses filiales sous la certification internationale ISO 90012008.

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Mines

PER-ANDERS PETTERSSON/GETTY IMAGES

Encore une année chahutée

Les ventes de diamants ont été fortement affectées par la crise économique mondiale (ici, un atelier du groupe Steinmetz, au Botswana).

132

C

haque nouveau classement des sociétés minières africaines apporte son lot de changements. Avec des hauts et des bas, parfois impressionnants, dictés par l’évolution en montagnes russes de la plupart des cours des minerais et des métaux précieux depuis quelques années. À la faveur de la flambée des cours du phosphate en 2008, l’Office chérifien des phosphates (OCP) avait presque triplé son chiffre d’affaires (CA) en dollars et pris la place de numéro un dans les mines africaines. Comme cela était prévu, avec le repli des cours, l’OCP cède cette année la place de leader. L’heureux élu se retrouve dans une situation paradoxale. Anglo Platinum, qui opère dans le platine en Afrique du Sud (premier producteur mondial), retrouve le rang auquel il avait accédé deux exercices plus tôt. Mais il le fait alors que son CA a continué de baisser, passant de 9,6 milliards de dollars en 2007 à 5 milliards environ en 2009. Dans le même temps, ses bénéfices ont chuté de 71 %. Les deux autres leaders dans le platine sud-africain, Impala Platinum et Northam Platinum, ont connu une évolution similaire, liée à la baisse impressionnante des cours du platine à partir du second semestre 2008 en raison de la crise économique et de la baisse de la demande émanant de l’industrie automobile. Les mines africaines ont connu une année 2009 difficile. L’évolution du groupe diamantifère De Beers en est un bel exemple. Début 2009,

ses ventes se sont contractées de plus de moitié. Il a alors réagi en fermant temporairement plusieurs mines au Botswana, où opère Debswana, coentreprise entre De Beers et l’État botswanais. Mais aussi en réduisant ses ef fectifs, notamment en Afrique du Sud, où il employait 2 500 personnes. Malgré cette politique, De Beers a été sévèrement touché par la récession économique internationale, avec un CA passé de 6,9 milliards de dollars en 2008 à 3,8 milliards en 2009. La rentabilité s’est dans le même temps littéralement effondrée, avec une perte record de 743 millions de dollars en 2009. Pour sauvegarder son équilibre financier, De Beers a du émettre pour 1 milliard de droits d’émission, entièrement souscrits par les actionnaires du groupe (la famille Oppenheimer, Anglo American et l’État botswanais). Autre minerai touché par la crise, le manganèse a connu de grosses difficultés entre la mi-2008 et la mi-2009, avec un cours divisé par cinq. Emporté dans cette chute, son principal représentant en Afrique, Eramet, via sa filiale gabonaise Comilog, a vu son CA dans le manganèse diminuer de 45 % en 2009. Ses activités ont dû être stoppées plusieurs semaines, même si les investissements de moyen terme se sont poursuivis avec, notamment, l’augmentation de la capacité du site de Moanda, au Gabon, pour atteindre 4 millions de tonnes, et le développement d’un véritable complexe sidérurgique sur place. À l’inverse, quelques minerais ont retrouvé des couleurs. C’est le cas du cuivre: après avoir dégringolé en 2008, le cours est reparti à la hausse en 2009. La Zambie, qui en est le principal producteur en Afrique avec des entreprises telles que Konkola Copper Mines et ZCCM Investments Holdings, en a logiquement profité. C’est également le cas de l’or. Maltraité au moment de la crise financière, le métal précieux est rapidement reparti à la hausse, passant d’un plus bas de 750 dollars l’once au troisième trimestre 2008 à environ 1100 dollars à la fin de 2009. L’or retrouvant pleinement son rôle de

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

valeur refuge, les cours ont continué leur progression pour atteindre des niveaux jamais atteints, au-dessus des 1 300 dollars l’once au troisième trimestre 2010. Logiquement, AngloGold Ashanti, Gold Fields et Harmony Gold en ont profité pour gagner des places dans notre classement. Les trois groupes sud-africains ont en effet vu leur CA (en dollars) cumulé augmenter de 47 %. AngloGold Ashanti en a profité pour réduire ses pertes, vertigineuses en 2008 (1,7 milliard de dollars). Celles-ci se sont en effet limitées en 2009 à 268 millions de dollars, prouvant également la capacité du groupe à se redresser petit à petit. Un autre signe du caractère prometteur du premier groupe aurifère africain est l’entrée au capital de John Paulson, un spéculateur américain devenu en mars 2009 le premier actionnaire en reprenant, pour 1,3 milliard de dollars, 11 % du capital. Enfin, notre classement connaît quelques entrées. Parmi elles, la Sociedade Mineira de Catoca. Cette entreprise angolaise a été créée par plusieurs groupes, dont Empresa de Diamantes de Angola, pour gérer ce qui est l’une des principales mines de diamant au monde. Au Mali, la Société des mines d’or de Loulo (Somilo) fait également son entrée dans notre classement. La mine opé-

rée par Randgold Resources suit les traces de son aînée, Morila, désormais en fin de vie. Loulo fait partie des mines qui prennent le relais, avec un CA passé entre 2008 et 2009 de 190 millions à 302 millions de dollars. D’autres sociétés minières pourraient également figurer dans notre palmarès si leurs données financières étaient accessibles. Mais la transparence n’est pas encore le maître mot dans un secteur où les profits sont parfois extrêmement élevés. C’est pour cela que notre classement souffre de l’absence de grands pays miniers comme l’Angola, la Guinée et, surtout, la RD Congo, où le monde entier s’affaire. C’est d’ailleurs dans ce pays qu’a eu lieu en 2009 l’une des plus importantes opérations de fusion-acquisition de l’année dans le secteur minier, avec l’acquisition de Moto Goldmines, qui opère la mine d’or de Kibali, l’une des plus prometteuses au monde. Le britannique Randgold s’est associé avec AngloGold Ashanti pour racheter cette société minière (dont le siège était en Australie), moyennant le paiement de plus de 500 millions de dollars. Preuve que des multinationales réputées consentent désormais à investir clairement des sommes importantes en RD Congo. ■ F RÉDÉRIC M AURY

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

1

19

ANGLO PLATINUM CORP.

AFRIQUE DU SUD

Extraction (platine)

4 981 195

421 717

2

29

ANGLOGOLD ASHANTI

AFRIQUE DU SUD

Extraction (or)

4 145 041

– 372 373

3

30

GOLD FIELDS

AFRIQUE DU SUD

Extraction (or)

3 921 496

207 030

4

32

DE BEERS CONSOLIDATED MINES

AFRIQUE DU SUD

Extraction (diamant)

3 840 000

– 743 000

5

37

IMPALA PLATINUM HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Extraction (platine)

3 521 633

811 616

6

43

KUMBA IRON ORE (EX-KUMBA RESOURCES)

AFRIQUE DU SUD

Extraction (or)

3 155 867

940 370

7

46

OFFICE CHÉRIFIEN DES PHOSPHATES

MAROC

Extraction (phosphate)

3 011 760

ND

8

61

EXXARO RESOURCES

AFRIQUE DU SUD

Exploitation minière

2 023 513

137 921

9

80

HARMONY GOLD MINING CO.

AFRIQUE DU SUD

Extraction (or)

1 549 891

394 618

10

92

AFRICAN RAINBOW MINERALS

AFRIQUE DU SUD

Extraction (platine, or)

1 360 873

386 664

11

103

ASSORE

AFRIQUE DU SUD

Extraction (fer, chrome)

1 188 931

437 013

12

117

LONMIN

AFRIQUE DU SUD

Extraction (platine)

1 062 000

– 323 000 38 267

13

160

PALABORA MINING CO.

AFRIQUE DU SUD

Extraction (cuivre)

712 372

14

203

TARKWA MINES

GHANA

Extraction (or)

550 302

82 228

15

220

SOCIÉTÉ NATIONALE INDUSTRIELLE ET MINIÈRE

MAURITANIE

Extraction (fer)

518 504

121 911

16

235

SOCIEDADE MINEIRA DE CATOCA

ANGOLA

Exploitation minière

461 510

ND

17

246

NAMDEB DIAMOND CORP.

NAMIBIE

Extraction (diamant)

434 988

– 53 406 85 002

18

251

NORTHAM PLATINUM

AFRIQUE DU SUD

Extraction (platine)

429 542

19

259

MOOLMANS

AFRIQUE DU SUD

Exploration minière

406 617

ND

20

262

SOCIÉTÉ D’EXPLOITATION DES MINES D’OR DE SADIOLA

MALI

Extraction (or)

396 208

79 734

21

271

COMPAGNIE MINIÈRE DE L’OGOOUÉ (COMILOG)

GABON

Extraction (manganèse)

380 920

10 058

22

274

MERAFE RESOURCES

AFRIQUE DU SUD

Extraction (fer, chrome)

374 975

138 553

23

298

SOCIÉTÉ DES MINES DE MORILA

MALI

Extraction (or)

330 577

91 247

24

320

SOCIÉTÉ DES MINES DE LOULO (SOMILO)

MALI

Extraction (or)

301 960

74 940

25

345

GROUPE MANAGEM

MAROC

Extraction (cuivre, cobalt)

278 902

2 849

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

133

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Chimie

Sasol plie mais ne chute pas

A

Parallèlement, Sasol a annoncé la conclusion d’un accord de près de 300 millions de dollars qui va permettre l’entrée au capital de sa filiale minière d’un groupe de femmes noires, conformément à la politique de discrimination positive en vigueur, le Black Economic Empowerment (BEE). Pour Sasol, le BEE est une réelle préoccupation depuis que Hixonia Nyasulu, 55 ans, est devenue présidente du groupe à la fin de 2008. Cette femme d’affaires avait déjà mené en mars 2008 une première augmentation de capital en faveur de l’actionnariat noir. Cette fois, ce nouvel accord prévoit la création d’une entreprise baptisée Ixia Coal, détenue à 49 % par Sasol et à 51 % par le groupe de femmes noires WipCoal Investments. Ixia Coal récupère donc 20 % du capital de Sasol Mining, filiale minière de Sasol essentiellement dévolue à l’extraction du charbon. Côté hydrocarbures, le groupe a signé en septembre 2010 un accord pour l’exploration d’un gisement de gaz dans une nouvelle concession au Mozambique. Sasol Petroleum International (SPI), la division pétrole et gaz du groupe, renforce donc son implantation au Mozambique avec l’acquisition de cette nouvelle concession onshore dans le sud du pays. En matière d’investissements, Sasol attendait en octobre 2010 le feu vert de Pékin pour officialiser sa coentreprise avec son partenaire chinois Shenhua Ningxia Coal Group. Les deux sociétés projettent de construire une usine de charbon liquéfié (coal to liquid, CTL) d’une capacité de plus de 90 000 barils par jour. Cette unité deviendrait ainsi le plus important investissement africain en Chine, pour un coût de 8,5 milliards de dollars. Sasol a déjà conclu un accord avec l’indien Tata pour la construction d’une usine de CTL d’un coût de 10 milliards de dollars. Les premiers carburants synthétiques à base de charbon devraient être commercialisés en Inde à partir de 2018. Contenant une quantité limitée de soufre, ils sont moins polluants que les carburants traditionnels dérivés du pétrole. Enfin, dans une autre branche, Sasol a décidé, en mai 2010, la construction d’une unité d’éthylène de 1,9 milliard de rands (environ 270 millions de dollars) dans son complexe de Sasolburg. Cette usine, qui devrait entrer en activité au second semestre de 2013, atteindra sa pleine capacité en 2015, ce qui lui permettra ONS ABID POUR JA

près avoir senti le vent du boulet, les principales sociétés du secteur de la chimie et de l’industrie pharmaceutique retrouvent peu à peu leurs marques. Toujours en pole position, le groupe Sasol (Suid Afrikaanse Steenkool en Olie, c’est-à-dire « charbon et pétrole sud-africains ») voit son chiffre d’affaires (CA) progresser fortement, pour atteindre 18,5 milliards de dollars en 2009, soit une hausse de 35 % par rapport à 2008. Toutefois, son résultat net se tasse à 1,8 milliard de dollars, contre 2,4 milliards l’année précédente. En seconde position, AECI accuse une baisse de son CA de 1,5 milliard

Tunis, 2008. La Cogepha est leader dans la distribution de médicaments en Tunisie.

134

à 1,4 milliard de dollars, suivi d’Omnia Holdings, dont le CA stagne à 1,2 milliard de dollars pour un résultat net de 7,8 millions seulement. Quant à Chemical Services, il reste en cinquième position, mais son CA baisse de 891 millions à 879 millions de dollars entre 2008 et 2009. Mais plus que tous ses concurrents de la chimie et de la pétrochimie, Sasol, qui s’est notamment spécialisé dans la transformation de charbon et de gaz naturel en hydrocarbures liquides, a donc subi le contrecoup des variations du marché pétrolier mondial. Le recul du brut et la hausse du rand lui ont fait subir une baisse de 52 % de son bénéfice dans la première moitié de l’exercice 2009-2010. Sur les six derniers mois de 2009, le bénéfice net a chuté à 850 millions de dollars.

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

de produire chaque année environ 48000 tonnes d’éthylène, produit utilisé pour la fabrication du polyéthylène. Du côté de l’industrie pharmaceutique, malgré le contrôle exercé par les autorités sur les prix des médicaments, les trois plus importants laboratoires d’Afrique du Sud ont vu leurs CA fortement augmenter : Aspen de 118 %, Adcock Ingram de 21 % et Cipla Medpro de 20 % (si bien que ces deux derniers font leur entrée dans notre palmarès). La très forte croissance d’Aspen, qui se hisse au quatrième rang de notre classement, s’explique notamment par l’introduction sur le marché sudafricain de quatre nouveaux produits issus du partenariat conclu l’an dernier avec GlaxoSmithKline (GSK). La firme basée à Londres a pris une participation de 16 % (estimée à 390 millions de dollars) dans le capital d’Aspen, qui, en contrepartie, s’est vu céder les droits de distribution de huit médicaments ainsi qu’une usine située en Allemagne. Quant à Adcock Ingram, il doit sa progression aux segments des produits génériques, des antirétroviraux et des médicaments en vente libre. À l’autre extrémité du continent, la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT), qui conserve un cer-

tain monopole dans l’importation de médicaments, voit son CA progresser de 456 millions à 540 millions de dollars. Alors que celui de Cooper Pharma, au Maroc, passe de 226 millions à 240 millions de dollars. En Algérie, en revanche, Saïdal ne nous a pas communiqué ses chiffres. Pourtant, le groupe ne manque pas de projets susceptibles de booster ses activités. Ainsi, Sanofi-Aventis Algérie a décidé de relancer Winthrop Pharma Saïdal (WP), sa filiale détenue en coentreprise avec Saïdal (30 % du capital). Par ailleurs, le groupe algérien a décidé en 2009 d’investir 230 millions de dollars pour renforcer sa position de leader national et se développer dans les pays arabes et en Afrique subsaharienne. Et projette de doubler le nombre de ses unités de production de médicaments d’ici à 2015. Sept nouvelles usines vont ainsi être construites en Algérie, chacune étant dévolue à la production d’une classe thérapeutique spécifique (cancérologie, cardiologie…). Reste à savoir si ces projets ne seront pas gênés par les changements intervenus à la tête du groupe. En novembre 2009, Rachid Zaouani, le directeur général de Saïdal, a été remercié par son conseil d’administration. ■ Z OÉ S UARE Z

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES

1

3

2

89

3 4

SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

SASOL

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

18 583 050

1 840 023

AECI

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

1 443 787

56 759

102

OMNIA HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

1 190 056

7 820

110

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

1 125 787

180 659

5

137

CHEMICAL SERVICES

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

879 566

65 118

6

173

AFRICAN OXYGEN

AFRIQUE DU SUD

Industrie chimique

646 462

31 278

7

174

EGYPTIAN FERTILIZERS CO.

ÉGYPTE

Industrie chimique

644 434

405 741

8

187

UNITED PHARMACISTS CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

607 309

10 585

9

200

ADCOCK INGRAM

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

554 820

106 426

10

206

PHARMACIE CENTRALE DE TUNISIE (PCT)

TUNISIE

Industrie pharmaceutique

540 926

22 415

11

240

ABU QIR FERTILIZERS & CHEMICAL INDUSTRIES

ÉGYPTE

Industrie chimique

446 672

196 539

12

256

PZ CUSSONS NIGERIA

NIGERIA

Industrie pharmaceutique

411 101

34 779

13

275

PROCTER & GAMBLE MAROC

MAROC

Industrie chimique

373 982

ND

14

336

UNILEVER NIGERIA

NIGERIA

Parachimie

291 795

26 857 ND

15

346

UNILEVER MAGHREB

MAROC

Parachimie

277 813

16

383

COOPER MAROC PHARMACEUTICALS

MAROC

Industrie pharmaceutique

240 313

ND

17

396

BIOPHARM

ALGÉRIE

Industrie pharmaceutique

233 181

12 383 81 896

18

444

HELWAN FERTILIZER CO.

ÉGYPTE

Industrie chimique

197 578

19

461

UNILEVER CÔTE D’IVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie cosmétique

183 552

9 275

20

464

EGYPTIAN INTERNATIONAL PHARM. INDUSTRIES CO.

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

181 975

51 701

21

468

ISLAMIC CO. FOR PHARM. CHEMIC. AND MEDICAL SUPPLIES

ÉGYPTE

Industrie pharmaceutique

179 653

59 838

22

475

COSMIVOIRE

CÔTE D’IVOIRE

Industrie cosmétique

175 545

25 380

23

483

CIPLA MEDPRO (EX-ENALENI PHARMACEUTICALS)

AFRIQUE DU SUD

Industrie pharmaceutique

170 151

21 558

24

-

LAB. DE PROD. PHARMACEUTIQUES D’AFRIQUE DU NORD

MAROC

Industrie pharmaceutique

156 863

ND

25

-

AFRICA GLASS INDUSTRIES

AFRIQUE DU SUD

Industrie du verre

152 166

– 40 094

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE, CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

135

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Télécoms

Vague de fusions-acquisitions

B

ranle-bas de combat dans les télécoms africaines ! En l’espace d’un an à peine, le secteur a été totalement chamboulé par une vague de fusions-acquisitions comme il n’en avait pas connu depuis plusieurs années. Citons notamment le rachat du groupe panafricain Celtel par le koweïtien MTC. Rebaptisé depuis Zain, ce dernier a attiré de nouveau toutes les attentions après l’annonce, au milieu de l’année 2009, du projet de cession de ses activités subsahariennes. La valse des prétendants s’est achevée avec le choix de l’indien Bharti Airtel, qui s’est donc offert Zain Africa dans les premiers mois de 2010 pour la modique somme de 10,7 milliards de dollars. De quoi faire basculer plusieurs mastodontes des télécoms, dont Zain Nigeria (1,3 milliard de dol-

lars de revenus et 15 millions de clients) dans l’escarcelle du groupe indien. Nouveau venu sur le continent, celui-ci est devenu d’un seul coup incontournable, avec 43 millions de clients. Mais le succès de l’opération reste à confirmer : Bharti devra en effet s’atteler sérieusement au redressement financier des opérateurs rachetés qui ont, pour la plupart d’entre eux, affiché en 2009 des pertes (125 millions de dollars rien que pour Zain Nigeria). Une exception dans un secteur généralement très rentable ! À peine cette affaire bouclée, une autre prenait le relais. La cession par l’égyptien Orascom Telecom de ses activités, via un projet de fusion avec le géant sud-africain et panafricain MTN. Soit l’alliance entre les numéros 1 et 5 de notre classement. Cette ambition a été rapidement

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET

1

5

MTN GROUP

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

15 092 695

2 313 646

2

9

VODACOM GROUP

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

7 891 689

566 244

3

12

VODACOM SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de télécommunications

6 799 107

ND

4

17

TELKOM

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de télécommunications

5 164 010

508 433

5

18

ORASCOM TELECOM

ÉGYPTE

Opérateur de télécommunications

5 064 790

379 472

6

24

MTN NIGERIA

NIGERIA

Opérateur de téléphonie mobile

4 493 011

ND

7

25

MTN SOUTH AFRICA

AFRIQUE DU SUD

Opérateur de téléphonie mobile

4 469 148

ND

8

33

MAROC TÉLÉCOM

MAROC

Opérateur de télécommunications

3 807 241

1 227 167

9

63

ORASCOM TÉLÉCOM ALGÉRIE (OTA)

ALGÉRIE

Opérateur de téléphonie mobile

1 867 837

ND

10

65

TELECOM EGYPT

ÉGYPTE

Opérateur de télécommunications

1 804 409

553 764

11

94

ZAIN NIGERIA

NIGERIA

Opérateur de téléphonie mobile

1 306 500

– 125 400

12

99

STÉ NATIONALE DE TÉLÉCOM. DU SÉNÉGAL

SÉNÉGAL

Opérateur de télécommunications

1 204 020

395 960

13

118

SAFARICOM

KENYA

Opérateur de téléphonie mobile

1 060 427

191 319

14

125

ZAIN SUDAN

SOUDAN

Opérateur de téléphonie mobile

994 300

351 500

15

131

MOBINIL

ÉGYPTE

Opérateur de téléphonie mobile

944 133

ND

16

145

ALGÉRIE TÉLÉCOM

ALGÉRIE

Opérateur de télécommunications

774 816

34 416 ND

17

147

MTN GHANA

GHANA

Opérateur de téléphonie mobile

764 025

18

155

TUNISIANA

TUNISIE

Opérateur de téléphonie mobile

719 601

ND

19

172

MÉDI TÉLÉCOM

MAROC

Opérateur de télécommunications

657 317

ND

20

198

SONATEL MOBILES

SÉNÉGAL

Opérateur de téléphonie mobile

570 514

ND

21

202

SUDANESE TELECOM CO.

SOUDAN

Opérateur de télécommunications

550 340

38 388

22

243

MTN CÔTE D'IVOIRE

CÔTE D'IVOIRE

Opérateur de téléphonie mobile

441 198

34 389

23

252

MTN CAMEROUN

CAMEROUN

Opérateur de téléphonie mobile

427 144

ND

24

270

PINNACLE TECHNOLOGY HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

TIC

382 042

14 847

25

283

ORANGE MALI

MALI

Opérateur de téléphonie mobile

360 387

157 510

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - ND : NON DÉTERMINÉ

136

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

d’abonnés, le sud-africain a vu pour l’instant échouer sa stratégie d’alliance Sud-Sud: avec les indiens Reliance Communications puis Bharti Airtel, mais aussi avec Orascom. Alors que le marché africain s’est développé à marche forcée depuis une décennie, l’enjeu pour tous les opérateurs est désormais celui de la rentabilité. En effet, même si le chiffre d’affaires

TREVOR SNAPP/BLOOMBERG/GETTY IMAGES

abandonnée, notamment en raison de blocages politiques. Orascom multiplie en effet les difficultés en Algérie, où il possède la marque Djezzy (1,9 milliard de dollars de chiffre d’affaires). La firme a fait l’objet d’un redressement fiscal record. Surtout, les autorités locales ont été échaudées par la cession, début 2008, des activités ciment du groupe Orascom au français Lafarge sans leur assentiment. Autant dire que le rapprochement entre MTN et Orascom Telecom n’a pas suscité un vif enthousiasme à Alger… Privé de fusion avec MTN, Orascom Telecom s’est donc vendu au russe Vimpelcom, début octobre 2010. Mais la question du devenir d’Orascom Algérie restait incertaine au début de novembre 2010. Inconnu en Afrique, Vimpelcom y fait en réalité une entrée modeste, puisque la cession ne comprend pas la part détenue par Orascom dans Mobinil. Sur le continent, le leader russe sera présent en Tunisie (Tunisiana), peutêtre en Algérie (si l’État ne décide pas de préempter Djezzy) et sur plusieurs petits marchés africains secondaires (Centrafrique, Burundi, Namibie, Zimbabwe). L’avenir dira si le groupe entend poursuivre une stratégie en Afrique subsaharienne ou s’il préférera opter pour un désengagement pays par pays. De son côté, un autre leader du secteur en Afrique, France Télécom, a continué sa politique des petits pas en s’implantant au Maroc, un an après avoir pris position en Tunisie. Le groupe français a pris 40 % du numéro deux du marché marocain du mobile, Méditel, pour 640 millions d’euros. La Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et FinanceCom, ses deux actionnaires majoritaires depuis la sortie de Portugal Telecom et de l’espagnol Telefónica en 2009, cherchaient à adosser leur société de téléphonie mobile à un opérateur de référence. C’est désormais chose faite et ce sera utile sur un marché où la concurrence se fait croissante. Derrière le leader Maroc Télécom et son second, Méditel, pointe en effet le nez de Wana. Le troisième et très dynamique opérateur compte depuis mars 2009 un nouvel actionnaire stratégique, Zain, qui a repris, en association avec un investisseur financier, 31 % du capital pour 324 millions de dollars. Dans le même temps, France Télécom a mis un terme au conflit qui l’opposait depuis plus d’un an à son partenaire dans Mobinil, Orascom Telecom, via une solution qui permet au groupe français d’intégrer désormais dans ses résultats consolidés le leader égyptien. À l’inverse, MTN semble désormais un peu isolé. Treizième acteur mondial par le nombre

des 25 premiers opérateurs africains a continué sa progression, la crise a largement diminué les revenus par utilisateur, déjà peu élevés. Les premiers effets de la concurrence se ressentent sur les marges, et la progression du taux de pénétration commence à fléchir. Plusieurs stratégies sont donc en cours : le rapprochement mobileinternet-fixe, avec pour objectif le développement d’internet, l’externalisation de certaines charges (notamment la gestion des infrastructures) et l’offre de nouveaux services (comme le paiement mobile). France Télécom est leader dans cette stratégie de convergence, mais certains de ses concurrents, comme MTN, s’intéressent désormais à ce concept. Bharti Airtel semble devoir être le premier grand exemple africain en matière d’externalisation. Suivant son modèle maison, le groupe indien a d’ores et déjà annoncé la cession de toutes ses tours de télécommunications africaines à Bharti Infratel, une filiale du groupe. De quoi faire entrer des liquidités pour le développement et alléger les finances. Enfin, l’offre de nouveaux services, comme le paiement mobile ou ceux liés à internet, est désormais le cheval de bataille de tous les opérateurs. Avec cette nouvelle étape, les télécoms africaines espèrent maintenir la croissance qui a fait de chacun des 25 opérateurs présents dans notre classement l’une des toutes premières entreprises de son pays, grosse pourvoyeuse d’emplois mais aussi de recettes fiscales. ■ F RÉDÉRIC M AURY

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

Événement de l’année 2009 : le rachat de Zain Africa (ici, en Ouganda) par le groupe indien Bharti Airtel.

137

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

Transports

Un difficile redémarrage

NABIL ZORKOT

trafic et de la manutention portuaire. À l’inverse, le transport ferroviaire est en progression de 11,8 %, « grâce à la mise en service d’importants investissements de manutention ». Transnet a taillé dans ses coûts pour faire face à la crise. L e deu x ième t ra n sporteur maritime sud-africain, Grindrod, subit encore plus brutalement les effets de la crise mondiale. Son bénéfice net chute de 46 % après une année 2009 jugée « exceptionnellement bonne ». Le groupe note que « les efforts déployés pour diversifier l’activité transport maritime vers une base plus large incluant la manutention et la logistique portent leurs fruits, puisque ces nouvelles activités génèrent désormais la moitié des revenus du groupe ». Grindrod anticipait une nette amélioration des performances en 2010, année de ses cent ans d’existence, « compte tenu de l’amélioration de la situation économique mondiale et du marché des matières premières en particulier ». Au Maghreb, la jeune société Marsa Maroc, créée en 2006, affiche un bénéfice égal à 16 % de son CA. Marsa Maroc, qui traite actuellement près de 1 million de conteneurs par an, devrait en traiter 3 millions en 2014 avec l’entrée en service du terminal à conteneurs 4 du port de Tanger Med II dont elle a été désignée attributaire.

Le trafic maritime a été touché de plein fouet par la baisse des échanges commerciaux, et le transport de véhicules (ici, à Abidjan) a fortement souffert.

138

L

a situation de Suez Canal Authority (SCA), rétrogradé de la première à la deuxième place, résume à elle seule celle du transport maritime en 2009 : déprimée. La crise économique a considérablement réduit les échanges internationaux, et les armateurs ont été touchés de plein fouet par ce revers de conjoncture. SCA, dont les revenus sont proportionnels au trafic maritime dans le canal de Suez, ne publie toujours pas ses bénéfices mais affiche une baisse de 20 % de son chiffre d’affaires (CA), qui correspond à une baisse équivalente du trafic puisque seulement 17 228 navires ont emprunté le canal en 2009 (soit 47 par jour), contre 21 415 en 2008. C’est le transport de véhicules qui a le plus souffert, avec une baisse de 44 % du nombre de navires transporteurs. Les grands armateurs sud-africains sont également à la peine en raison du ralentissement des échanges commerciaux mondiaux. La plupart enregistrent des baisses significatives de leur CA. Après plusieurs années de progression soutenue de son activité, le numéro un du secteur, Transnet, présent dans le fret ferroviaire, les ports et les pipelines, connaît une progression de son CA de 35 % (en dollars) mais une baisse de 14 % de son bénéfice net. C’est surtout la division ports et transport maritime qui a souffert de la crise, avec une baisse générale du

L’année 2009 a également été difficile pour le secteur aérien, et même qualifiée de « pire année qu’ait jamais connue l’industrie aéronautique » par l’Association internationale du transport aérien (Iata), avec la baisse du trafic international de passagers la plus forte jamais enregistrée depuis la fin des années 1940. Certaines grandes compagnies aériennes africaines améliorent pourtant leurs résultats. La première d’entre elles, Egyptair, enregistre une baisse de 9 % de son résultat net, alors que son CA a augmenté de 9 %. La doyenne, Ethiopian Airlines, multiplie par deux son bénéfice net, qui dépasse 10 % de son CA. La compagnie a transporté 2,8 millions de passagers en 2009, soit 12 % de plus que l’année précédente,

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R S E C T E U R S

et 101 000 tonnes de fret. De nouvelles dessertes ont été ouvertes vers Abuja, Ouagadougou, Lubumbashi, Riyad, Malabo… et huit appareils Q400 ont été achetés auprès du constructeur canadien Bombardier. Kenya Airways enregistre aussi de bons résultats financiers, après un exercice 2008 marqué par un important déficit. Son CA progresse de 5 %. Durant l’année 2009, Kenya Airways a acquis son quatrième Boeing 737-800 et son sixième Boeing 767-300. La compagnie a ouvert des vols directs vers Gaborone, Ndola, Bangui et Kisangani. Tunisair a subi une baisse de trafic sensible : 3,5 millions de passagers, soit 7,2 % de moins qu’en 2008, ce qui constitue le chiffre le plus faible depuis 2003. Quant au fret, il chute à 9,6 millions de tonnes de marchandises, soit 10,5 % de moins et le plus bas niveau de ces quinze dernières années. Néanmoins, son CA progresse de 7,8 % et son bénéfice net atteint 5,3 % du CA. La situation est également difficile pour son concurrent Nouvelair Tunisie, dont le CA stagne et dont le bénéfice net chute de moitié. La compagnie privée fondée en 1989 et dirigée par Belhassen Trabelsi a transporté

1,8 million de passagers l’an dernier, contre 2,4 millions en 2008. Après sa fusion en 2008 avec Karthago Airlines, Nouvelair a pris le contrôle, en août 2009, de Koral Blue Airlines, une compagnie charter tuniso-égyptienne qui relie l’Europe à l’Égypte. En Afrique du Sud, derrière South African Airways, traditionnellement de loin la première compagnie aérienne africaine, le petit transporteur Comair, qui exploite les lignes régionales de British Airways depuis Johannesburg, gagne cinq places au classement en se hissant au 14 e rang grâce à une forte progression de son CA. Dans le secteur ferroviaire, l’Office national des chemins de fer du Maroc (ONCF) connaît une légère baisse de son CA. Le nombre de voyageurs transportés progresse, de 27,5 millions en 2008 à 29,6 millions en 2009, mais le trafic marchandises régresse pour la deuxième année consécutive, de 31,7 millions à 25 millions de tonnes. Durant l’année, l’ONCF a mis la dernière main à son programme d’investissements 2010-2015, qui comprend notamment la construction de la portion Casablanca-Tanger du train à grande vitesse maghrébin (TGVM). ■ A NT OINE L ABE Y

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 25 PREMIÈRES ENTREPRISES SOCIÉTÉ

PAYS

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET 412 954

1

20

TRANSNET

AFRIQUE DU SUD

Tous services transports

4 800 940

2

27

SUEZ CANAL AUTHORITY

ÉGYPTE

Logistique portuaire

4 289 500

ND

3

36

GRINDROD

AFRIQUE DU SUD

Transport maritime

3 733 441

126 972

4

40

SOUTH AFRICAN AIRWAYS

AFRIQUE DU SUD

Transport aérien

3 420 977

51 551

5

66

EGYPTAIR AIRLINES

ÉGYPTE

Transport aérien

1 796 608

37 612

6

81

ROYAL AIR MAROC

MAROC

Transport aérien

1 542 539

ND

7

124

NATIONAL PORTS AUTHORITY

AFRIQUE DU SUD

Logistique portuaire

1 005 892

ND 104 342

8

129

ETHIOPIAN AIRLINES

ÉTHIOPIE

Transport aérien

947 176

9

136

KENYA AIRWAYS

KENYA

Transport aérien

893 484

25 702

10

152

SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE L’AIR

TUNISIE

Transport aérien

748 631

40 766

11

153

AIR ALGÉRIE

ALGÉRIE

Transport aérien

744 435

ND

12

212

AIR MAURITIUS

MAURICE

Transport aérien

532 763

83 809 62 050

13

225

NATIONAL NAVIGATION CO.

ÉGYPTE

Transport maritime

499 224

14

257

COMAIR

AFRIQUE DU SUD

Transport aérien

411 037

9 848

15

278

NOUVELAIR TUNISIE

TUNISIE

Transport aérien

365 973

22 098

16

296

OFFICE NATIONAL DES CHEMINS DE FER DU MAROC

MAROC

Transport ferroviaire

335 309

-44 800

17

325

OFFICE NATIONAL DES AÉROPORTS

MAROC

Logistique aéroportuaire

299 294

61 967

18

330

SOCIÉTÉ D’EXPLOITATION DES PORTS - MARSA MAROC

MAROC

Logistique portuaire

297 788

49 067 34 918

19

361

TRENCOR

AFRIQUE DU SUD

Transport maritime

263 978

20

366

COMARIT

MAROC

Transport maritime

257 575

ND

21

437

SANTOVA LOGISTICS

AFRIQUE DU SUD

Organisation du transport de fret

201 336

505

22

447

EGYPTAIR MAINTENANCE & ENGINEERING

ÉGYPTE

Logistique aéroportuaire

196 229

28 074

23

448

NU WORLD HOLDINGS

AFRIQUE DU SUD

Organisation du transport de fret

194 559

3 367

24

458

COMPAGNIE TUNISIENNE DE NAVIGATION

TUNISIE

Transport maritime

185 836

2 839

25

462

OFFICE DE L’AVIATION CIVILE ET DES AÉROPORTS

TUNISIE

Logistique aéroportuaire

182 825

56 010

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - EN ITALIQUE CHIFFRES 2008 - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

139

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S

P A R P AY S

Afrique du Sud Les profits dégringolent

A

SOURCES : BANQUE MONDIALE – BAD – OANDA.COM

près des années de croissance, les majors sud-africaines ont souffert. Avec un exercice 2009 marqué par la récession économique, les 50 premières entreprises du pays ont vu leur chiffre d’affaires (CA) cumulé augmenter de 28 % en 2009 (en dollars), après avoir baissé l’année précédente de 16 %. Une victoire en trompe-l’œil, car à monnaie constante (le rand est très fluctuant), la progression n’aurait été que de 1 %. Les profits, en revanche, ont continué leur dégringolade: le bénéfice net cumulé des 50 a de nouveau reculé en 2009 (– 14 % en dollars), portant à près de 40 % la baisse de la rentabilité totale de 2007 à 2009. La situation aurait pu être ■ Population 49,3 millions pire: le PIB sud-africain a reculé de 1,8 % sur l’ensemble de l’an■ PIB (en dollars, 2009) née 2009, et l’Afrique a connu 286 milliards un fort ralentissement. Pour des ■ Dette totale (en dollars, 2009) entreprises sud-africaines deve75,1 milliards nues véritablement panafricaines, voire multinationales, les ■ Taux de change conséquences sur l’activité et la au 31.10.2010 rentabilité étaient inévitables. 1 dollar = 6,95 rands (7,74 rands au 31.10.2009) Dans le détail, toutefois, la situation se révèle contrastée. ■ Croissance du PIB (en %) MTN, dont le principal pays d’activ ité est désormais le 5,6 5,5 Nigeria (devant l’Afrique du 3,7 -1,8 Sud en termes de CA), a vu ses 2006 2007 2008 2009 revenus poursuivre leur croissance et a maintenu une marge ■ PIB par habitant (en dollars) opérationnelle (marge d’Ebitda) très élevée, à plus de 41 %. Le 5 468 5 933 5 666 5 799 groupe de téléphonie est désormais la première entreprise sud-africaine en termes de 2006 2007 2008 2009 bénéfices nets mais il n’est toutefois pas parvenu à se hisser au second rang en termes de CA. Devant lui se placent toujours Bidvest et le chimiste Sasol. Ce dernier garde la pole position en ayant toutefois vu ses bénéfices chuter de 35 %. Loin derrière, De Beers a également connu une belle dégringolade, emporté par les difficultés du secteur international du luxe. Le groupe diamantifère, qui s’était hissé de la 10e à la 4 e place sud-africaine en 2008, a chuté à 140

la 25e place en 2009. Également affectés par la crise, les groupes de platine (Anglo Platinum et Impala Platinum) ont subi les difficultés du secteur automobile (principal acheteur de platine) et perdu plusieurs places dans notre classement. Dans le sens de la montée, il faut noter la belle progression d’Eskom. Terriblement malmenée en 2008 et 2009, mise en cause pour des coupures d’électricité récurrentes et une incapacité à alimenter en énergie la croissance de certains grands secteurs (notamment les mines), la société nationale d’électricité grimpe cette année à la 4e place. Dotée de nouveaux dirigeants, elle a surtout retrouvé la rentabilité en 2009, après les pertes monumentales (plus de 1 milliard de dollars) de l’année précédente. Mais l’actualité est désormais marquée par les grands groupes de distribution alimentaire. Parmi eux, Shoprite tient la tête, avec une présence dans 17 pays. Il bondit de la 11e à la 6e place de notre palmarès. Pick’n Pay progresse aussi, bien que plus modestement, en passant du 10e au 8e rang. Massmart passe de la 15e à la 12e place. Bien que moins connu dans le reste de l’Afrique, ce dernier a fait parler de lui dans les derniers jours de septembre 2010. Le leader mondial de la grande distribution, l’américain Walmart, a proposé environ 4 milliards de dollars pour s’offrir cette chaîne de supermarchés. Une opération qui lui permettrait d’acquérir un poids lourd (5,8 milliards de dollars de CA) en pleine croissance et présent dans une quinzaine de pays d’Afrique subsaharienne (environ 250 magasins). Au-delà du cas Massmart, les entreprises sudafricaines dans leur ensemble sont désormais à nouveau au cœur des ambitions africaines des groupes internationaux. Alors que la vague des fusions-acquisitions reprend, elles sont en effet vues comme un moyen de s’installer en Afrique en limitant les risques, tant politiques qu’en matière de gouvernance. Mi-2010, le géant japonais NTT a ainsi déboursé plus de 3 milliards de dollars pour s’offrir Dimension Data (DiData), un groupe de télécoms (3,9 milliards de dollars de CA) né en Afrique du Sud et très bien positionné sur son marché historique, l’Afrique. Les opérations de ce type devraient se multiplier. ■ F RÉDÉRIC M AURY

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R PAY S

Rang 2010

RANG DANS LES 500

LES 50 PREMIÈRES ENTREPRISES SUD-AFRICAINES

1

3

SASOL

Industrie chimique

18 583 050

2

4

THE BIDVEST GROUP

Commerce de détail

15 157 520

392 094

3

5

MTN GROUP

Opérateur de téléphonie mobile

15 092 695

2 313 646

4

6

ESKOM

Production & distribution d’électricité

9 600 397

488 048

5

7

SANLAM

Assurances

8 179 664

685 020

6

8

SHOPRITE HOLDINGS

Commerce de détail

7 997 328

269 404

7

9

VODACOM GROUP

Opérateur de téléphonie mobile

7 891 689

566 244

8

10

PICK’N PAY STORES HOLDINGS

Commerce de détail

7 379 305

160 288

9

11

IMPERIAL HOLDINGS

Holding

7 318 434

204 657

10

12

VODACOM SOUTH AFRICA

Opérateur de télécommunications

6 799 107

ND

11

13

STEINHOFF INTERNATIONAL HOLDINGS

Ameublement

6 476 753

505 979 163 254

SOCIÉTÉ

ACTIVITÉ

CHIFFRE D’AFFAIRES

RÉSULTAT NET 1 840 023

12

14

MASSMART HOLDINGS

Commerce de détail

5 814 611

13

15

BARLOWORLD

Groupe diversifié

5 693 718

99 632

14

16

SAPPI

Papeterie

5 369 000

– 177 000

15

17

TELKOM

Opérateur de télécommunications

5 164 010

508 433

16

19

ANGLO PLATINUM CORP.

Extraction de minerais

4 981 195

421 717

17

20

TRANSNET

Tous services transports

4 800 940

412 954

18

22

AVENG

Groupe diversifié

4 553 101

281 895

19

23

MURRAY & ROBERTS HOLDINGS

Travaux publics

4 551 847

315 115

20

25

MTN SOUTH AFRICA

Opérateur de téléphonie mobile

4 469 148

ND

21

26

SPAR GROUP

Commerce de détail

4 348 781

100 468

22

28

SAB MILLER SOUTH AFRICA

Industrie des boissons

4 214 000

ND

23

29

ANGLOGOLD ASHANTI

Extraction de minerais

4 145 041

– 372 373

24

30

GOLD FIELDS

Extraction de minerais

3 921 496

207 030

25

32

DE BEERS CONSOLIDATED MINES

Extraction de minerais

3 840 000

– 743 000

26

34

NASPERS

Médias

3 774 690

532 809

27

35

DATATEC

Informatique, bureautique

3 738 026

29 974

28

36

GRINDROD

Transport maritime

3 733 441

126 972

29

37

IMPALA PLATINUM HOLDINGS

Extraction de minerais

3 521 633

811 616

30

38

ARCELOR MITTAL SOUTH AFRICA

Métallurgie, sidérurgie

3 451 122

-64 444

31

40

SOUTH AFRICAN AIRWAYS

Transport aérien

3 420 977

51 551

32

42

EDGARS CONSOLIDATED STORES

Commerce de détail

3 353 782

– 142 100 940 370

33

43

KUMBA RESOURCES

Intermédiation financière

3 155 867

34

44

NETWORK HEALTHCARE HOLDINGS

Gestion des hôpitaux

3 132 138

236 070

35

45

OLD MUTUAL LIFE ASSURANCE CO.

Assurances

3 113 129

725 332 73 207

36

47

ALLIED ELECTRONICS CORP.

Équipements de bureautique

3 011 340

37

48

LIBERTY GROUP

Assurances

2 965 770

31 818

38

49

WOOLWORTHS HOLDINGS (WHL)

Commerce de détail

2 955 564

169 846 335 095

39

51

TIGER BRANDS

Agroalimentaire

2 754 427

40

52

NAMPAK

Emballage, conditionnement

2 640 531

27 247

41

55

MEDI CLINIC CORP.

Gestion des hôpitaux

2 310 950

142 640

42

57

MC CARTHY RETAIL

Concessionnaire automobile

2 219 676

ND

43

59

PIONEER FOODS GROUP

Agroalimentaire

2 195 397

75 569

44

60

MASSCASH

Commerce de détail

2 051 381

ND

45

61

EXXARO RESOURCES

Exploitation minière

2 023 513

137 921 129 805

46

62

WILSON BAYLY HOLMES - OVCON

Travaux publics

1 991 131

47

69

JD GROUP

Commerce de détail

1 742 144

10 112

48

70

SANTAM

Assurances

1 738 369

150 459

49

71

NEW CLICKS HOLDINGS

Commerce de détail

1 719 522

63 716

50

75

HOSKEN CONSOLIDATED INVESTMENTS

Groupe diversifié

1 636 266

179 511

CHIFFRES 2009 EN MILLIERS DE $ - ND : NON DÉTERMINÉ

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

141

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R PAY S

Algérie Coup de pompe des leaders

L

SOURCES : BANQUE MONDIALE – BAD – OANDA.COM

année a été difficile pour Sonatrach, prem ière ent repr ise du pay s et du continent. Tout au long de 2009, et depuis le début de 2010, de nombreux nuages se sont amoncelés au-dessus de l’entreprise publique. La chute du prix du baril depuis la mi-2008 a eu un impact dévastateur sur les comptes du groupe. En 2008, le chiffre d’affaires (CA) du géant nord-africain des hydrocarbures s’était envolé à 71,4 milliards de dollars pour un résultat net de 8,1 milliards de dollars. En 2009, les ventes de l’entreprise publique ont chuté à 47,5 milliards de dollars, alors que le résultat net s’est effondré à 3,8 milliards de dollars. Entre-temps, dans un monde en crise, le prix moyen du baril de brut a fondu de 99,20 dollars en 2008 à 61,50 dollars en 2009. ■ Population Par ailleurs, le différend 34,9 millions sur le prix du mètre cube de ■ PIB (en dollars, 2008) gaz qui doit transiter par le 140,6 milliards gazoduc Medgaz (8 milliards de m 3 par an environ) enve■ Dette totale (en dollars, 2007) nime toujours les relations 3,7 milliards entre l’espagnol Gas Natural ■ Taux de change et Sonatrach. Le démarrage au 31.10.2010 de l’installation, programmé 1 dollar = 72,33 dinars pour 2009, aura lieu en 2011. (71,06 dinars au 31.10.2009) Ma i s, su r tout, le soupçon ■ Croissance du PIB (en %) sur des marchés truqués a décapité l’entreprise. Le PDG 3 2,4 Mohamed Meziane a été 2,1 2 remercié en janvier 2010, et 2006 2007 2008 2009 son départ s’est accompagné du limogeage de plusieurs ■ PIB par habitant (en dollars) c ad re s d i r igea nt s. Et lor s du remaniement ministériel 4 975 4 029 de mai 2010, le ministre de 3 513 4 011 l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, qui avait assuré une 2006 2007 2008 2009 tutelle très forte sur l’entreprise pendant une décennie, a lui aussi été débarqué. Depuis la fin de 2009, les autorités enquêtent sur d’éventuels liens entre des cadres de la société nationale et des représentants de groupes pétroliers. Ces investigations plombent l’ambiance au sein de Sonatrach et paralysent son fonctionnement. Ce n’est que le 22 septembre que le groupe public a signé son premier contrat en 2010, avec l’ouverture des plis pour l’attribu142

tion du marché de la réhabilitation de la raffinerie d’Alger, remporté par le français Technip. De son côté, Cevital (agroalimentaire, distribution automobile, fabrication de verre, etc.), autre figure emblématique de l’économie algérienne qui figure dans la liste des 40 « African Challengers » répertoriés par le cabinet américain Boston Consulting Group, n’a pas connu le même dynamisme qu’à l’accoutumée. Alors que le groupe connaissait une croissance à deux chiffres ces dernières années, ses ventes se sont stabilisées à 1,8 milliard de dollars en 2009, et le résultat net est tombé de 344 millions de dollars à 256 millions pour la même période. Et si le premier groupe privé algérien demeure le cinquième dans son pays en 2009, il plonge de la 3e à la 7e place dans le classement continental de l’industrie agroalimentaire. Premier exportateur algérien hors hydrocarbures, le groupe d’Issad Rebrab poursuit malgré tout sa marche en avant. Cevital a des projets (cimenterie, sidérurgie, pétrochimie et énergies renouvelables) qui demandent 7 milliards de dollars d’investissements. Et pour répondre aux règles internationales, le groupe s’est inspiré des principes et des normes de gouvernance des entreprises occidentales. Son conseil d’administration possède ainsi un comité des rémunérations, une initiative pionnière dans le Maghreb. Malgré la performance de Cevital, le classement traduit toujours le poids prépondérant des hydrocarbures, avec trois entreprises liées à ce secteur dans les dix premières. Autre secteur clé, la téléphonie. Les trois opérateurs – Orascom Telecom (3e), qui grignote une place malgré ses démêlés avec les autorités, Algérie Télécom (7e) et Wataniya Telecom (9e) – sont dans le top 10. De fait, comme chaque année, le classement met en lumière la difficulté chronique des autorités du pays à faire émerger une industrie et un secteur privé pour développer et diversifier l’économie. Dans les 20 premiers groupes, la moitié relève directement des hydrocarbures ou des télécoms. Pour pallier cette faiblesse qui nourrit la forte dépendance du pays aux importations, le gouvernement s’est engagé devant les députés, le 22 octobre 2010, à faire passer le poids de l’industrie dans le PIB de 5,3 % en 2009 à 10 % en 2014. Rendez-vous est pris. ■ J E AN -M ICHEL M E YER

JEUNE AFRIQUE HORS-SÉRIE N° 26 ■ LES 500 - ÉDITION 2011

C L A S S E M E N T S E T A N A LY S E S PA R PAY S

RANG DANS LES 500

RANG 2010

LES 50 PREMIÈRES ENTREPRISES ALGÉRIENNES SOCIÉTÉ

ACTIVITÉ

CHIFFRE RÉSULTAT D’AFFAIRES NET

1

1

SONATRACH

Hydrocarbures

47 479 918

3 820 683

2

39

ENTR. NAT. DE DISTR. ET DE COM. DES PROD. PÉTROLIERS

Hydrocarbures, services annexes

3 437 127

130 025

3

63

ORASCOM TELECOM ALGÉRIE (OTA)

Opérateur de téléphonie mobile

1 867 837

ND

4

64

SOCIÉTÉ NATIONALE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ

Production & distribution d’électricité et de gaz

1 826 891

62 953

5

67

CEVITAL

Agro-industrie

1 788 067

255 570

6

144

COSIDER

Travaux publics

821 318

152 342

7

145

ALGÉRIE TÉLÉCOM

Opérateur de télécommunications

774 816

34 416

8

153

AIR ALGÉRIE

Transport aérien

744 435

ND

9

291

WATANIYA TELECOM ALGÉRIE

Opérateur de téléphonie mobile

344 248

1 477 157 406

10

306

SOCIÉTÉ NATIONALE DES TABACS ET DES ALLUMETTES

Industrie du tabac

323 617

11

314

ENTREPRISE NATIONALE DE TRAVAUX AUX PUITS

Hydrocarbures

315 678

62 401

12

316

ENTREPRISE NATIONALE DE FORAGE

Hydrocarbures

309 868

17 197 75 945

13

352

ENTREPRISE NATIONALE DE GÉOPHYSIQUE

Service aux entreprises

270 332

14

362

ALGÉRIE POSTE

Services postaux

262 382

1 423

15

374

SOCIÉTÉ NATIONALE D’ASSURANCES

Assurances

250 199

21 437

16

394

SOCIÉTÉ NATIONALE DES VÉHICULES INDUSTRIELS

Construction automobile

234 313

ND

17

396

BIOPHARM

Industrie pharmaceutique

233 181

12 383

18

411

ENTREPRISE NAT. DE GRANDS TRAVAUX PÉTROLIERS

Hydrocarbures

220 631

3 562

19

421

GROUPE INDUSTRIEL DES PRODUCTIONS LAITIÈRES

Industrie laitière

211 801

– 33 654

20

469

COMPAGNIE ALGÉRIENNE DES ASSURANCES

Assurances

179 357

11 142

21

471

CIE ALGÉRIENNE D’ASSURANCES ET DE RÉASSURANCE

Assurances

178 214

14 703

22

491

SEMOULERIE INDUSTRIELLE DE LA MITIDJA

Agroalimentaire

167 821

ND

23

-

HYPROC SHIPPING CO.

Hydrocarbures, services annexes

160 742

47 484 23 172

24

-

ENTREPRISE NATIONALE DES PEINTURES

Parachimie

152 000

25

-

HENKEL ALGÉRIE

Industrie chimique

146 509

ND

26

-

SOCIÉTÉ NATIONALE DE GÉNIE CIVIL ET BÂTIMENTS

Génie civil

134 996

7 556 38 640

27

-

GROUPE SAÏDAL

Industrie pharmaceutique

134 400

28

-

SOCIÉTÉ NATIONALE DE PÉTROCHIMIE

Industrie chimique

129 093

ND

29

-

SOCIÉTÉ DE TRAVAUX D’ÉLECTRIFICATION

Production & distribution d’électricité et de gaz

126 336

5 752

30

-

COMPAGNIE CENTRALE DE RÉASSURANCE

Assurances

121 538

7 930

31

-

SOCIÉTÉ NATIONALE DES TRANSPORTS ROUTIERS

Transport routier

105 155

6 572

32

-

ENTREPRISE PORTUAIRE D’ARZEW

Logistique portuaire

85 199

44 652

33

-

ENTREPRISE NAT. DES MATÉRIELS DE TRAVAUX PUBLICS

Matériaux de construction

83 785

645

34

-

ENTREPRISE NATIONALE DE MONTAGE INDUSTRIEL

Constructions métalliques

82 656

5 963 3 279

35

-

CIE INTERNAT. D’ASSURANCE ET DE RÉASSURANCE

Assurances

81 648

36

-

ENTREPRISE NAT. DES IND. DE L’ÉLECTROMÉNAGER

Fabrication d’appareil électriques

75 264

ND

37

-

SOCIÉTÉ DES CORPS GRAS DE BÉJAÏA - LA BELLE

Agro-industrie

67 128

5 457

38

-

AMIMER ÉNERGIE

Fabrication d’appareils électriques

66 204

5 482

39

-

ENTREPRISE NAT. DE PROD. DE MATÉRIELS AGRICOLES

Concessionnaire

61 071

– 54

40

-

SGSIA AÉROPORT D’ALGER

Logistique aéroportuaire

60 859

11 524

41

-

ENTREPRISE PORTUAIRE DE SKIKDA

Logistique portuaire

60 243

ND

42

-

ENTR. NAT. D’APPROVISIONNEMENT EN BOIS ET DÉRIVÉS