Issuu on Google+

Pierre-Yves Zwahlen

Prières murmurées

1


2


Textes et photos Pierre-Yves Zwahlen

Prières murmurées


La Ligue pour la lecture de la Bible est une œuvre missionnaire internationale, au service de toutes les Eglises et communautés chrétiennes. Son but est de faire connaître la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ et d’encourager les personnes de tous âges à rencontrer Dieu au moyen de la Bible et de la prière. Elle publie des ouvrages et des guides de lecture biblique pour tous les âges. La Ligue suisse romande tient gratuitement à votre disposition son catalogue général, disponible aussi sur www.ligue.ch

Suisse

Ligue pour la lecture de la Bible Ch. de Bérée 70, 1010 Lausanne info@ligue.ch – www.ligue.ch

France

La Ligue 51, Bd Gustave André, 26007 Valence ligue@LLBfrance.com – www.LLBfrance.com

Belgique

Ligue pour la lecture de la Bible Av. Giele 23, 1090 Bruxelles info@ligue.be – www.ligue.be

Québec

Ligue pour la lecture de la Bible 1701, Rue Belleville, LeMoyne, Québec J4P 3M2 ligueqc@llbquebec.ca – www.llbquebec.ca

Editions Ligue pour la lecture de la Bible Chemin de Bérée 70 – 1010 Lausanne – Suisse info@ligue.ch – www.ligue.ch © Ligue pour la lecture de la Bible, Lausanne, Suisse Tous droits réservés 1ère édition : 2009 ISBN 978-2-9700538-6-6 Graphisme: Pierre-Yves Zwahlen Impression : Jordi SA – Belp 4


A Mireille... en souvenir de Claudine


6


« Qui suis-je pour que la vie me déçoive ? » Jim Harrison

Ces prières sont nées d’une période particulièrement douloureuse de ma vie. Durant ce temps d’épreuve, j’ai ressenti profondément le besoin de confier à l’écriture mes prières les plus intimes. C’est ainsi que pendant quarante jours, j’ai écrit tous les matins les cris de mon âme, lors de mon temps de méditation personnelle. Ces textes sont faits pour être lus jour après jour. Les photos qui les accompagnent ne sont pas là pour illustrer la prière, mais pour donner à notre âme un espace de liberté, un champ de réflexion plus large, qui la porte vers les contrées mystérieuses de la grâce divine.


J’aimerais te prier Père… J’aimerais savoir te prier. J’aimerais trouver les mots simples pour te dire qui je suis, les mots vrais qui parlent autant de ma fidélité que de mes doutes et de mes désobéissances. J’aimerais savoir trouver les mots qui me ressemblent et qui m’ouvrent à ta présence. Père… J’aimerais trouver les mots qui sentent bon ton Royaume, les mots encore tout chauds qui viennent tout droit de ton cœur de Père, pour me parler, me renouveler, me consoler. J’aimerais trouver les mots grands, généreux, enthousiastes et si finement ciselés qu’ils peuvent me dire à la fois : ta grandeur, ta sainteté et ton infinie tendresse. Père… J’aimerais trouver les mots justes pour parler à mes frères de l’espérance unique que tu verses dans nos cœurs. J’aimerais trouver les mots pour te les apporter, les rendre chers à ton cœur. Père… J’aimerais savoir te prier, pour que nos têtes à têtes ne soient pas faits de formules infiniment rabâchées, mais se nourrissent des mots nés dans ton regard et riches de ton amour. 8


10


Fatigue Père… Je suis fatigué, tellement épuisé. Mes yeux sont las de contempler la vie, ma voix s’est usée à chanter tes louanges, mes mains se sont écorchées aux exigences du service. Je suis fatigué ! Où sont passés les moments de communion ? Où se sont envolées les joies simples de ta présence ? Ma vie n’est que routine, efforts toujours renouvelés pour atteindre un idéal qui me fuit. J’ai trop reçu de ta grâce sans jamais savoir donner en retour ; j’ai trop cherché ta face, pour ne voir dans le miroir de mes jours que le reflet de mon visage incrédule. Père… Le sang de ton fils ne peut-il effacer ma fatigue, comme il a su effacer mon péché ? Pourquoi est-il si aisé, aux jours faciles, de croire en ton repos, et si difficile de le recevoir quand on en a désespérément besoin ? Père… Tu es ma seule espérance, mon seul avenir, la seule lueur dans ma nuit. Permets-moi de me reposer en toi, malgré mes doutes et mes incertitudes. Père… repose-moi !


12


Une foi de mésange Père… Elle est venue, comme tous les matins, se poser sur le petit perchoir que j’ai installé sur notre balcon. Elle a fouillé la neige, retourné les cristaux scintillants, elle a cherché, cherché encore, mais sans succès. La mangeoire était vide. Pas le moindre grain, pas la plus petite miette à se mettre sous le bec. Elle a regardé autour d’elle avec un regard douloureux, comme si la plus absolue de ses certitudes venait de disparaître soudainement, envolée dans le vent froid de l’hiver. Alors, elle est descendue de son perchoir. Elle s’est posée délicatement sur le sol du balcon et, de sa démarche sautillante elle s’est approchée de la fenêtre. Là, elle a frappé la vitre de son bec, doucement, poliment, patiemment, pour me rappeler à mes devoirs, à mes promesses. Père… Pourquoi n’ai-je pas la même sagesse que la mésange ? Pourquoi, quand tes promesses viennent à manquer, n’ai-je pas l’audace de venir frapper à la porte de ton Royaume pour te rappeler à tes devoirs ? Pourquoi est-ce que je m’ingénie toujours à vouloir créer moi-même la réalité de tes promesses ? Père… Donne-moi la foi, même une toute petite foi, une foi de mésange !


Donne-moi… Père… Donne-moi, pour cette journée, des paroles qui viennent de toi. Des paroles qui nourrissent mon âme, qui m’éveillent à ta grandeur et me rendent sensible à la souffrance des autres. Père… Donne-moi pour cette journée des paroles au souffle d’éternité, qui me permettent d’entrevoir les projets d’avenir que tu as pour moi et pour ton Eglise. Père… Donne-moi pour cette journée d’oser inscrire tes paroles de vie dans la pâte de mon humanité, de les pétrir de ma faiblesse, de mes contradictions, de mes peurs et de mes doutes, pour que jamais elles ne s’éloignent de moi. Père… Donne-moi pour cette journée, une foi vraie qui dit les mots du ciel, dans le langage des hommes.


15


Les limites de ma prière Père… Que dois-je faire quand je croise la douleur dans le regard d’un proche, ou d’un frère en humanité ? Que dois-je faire face à la détresse d’un vieillard, au chagrin immense d’un enfant, à la colère trompée d’un couple qui se déchire ? Est-ce suffisant de simplement « prier pour eux » ? J’ai souvent l’impression d’être un lâche quand j’utilise la prière comme une vanne d’évacuation à mes problèmes, à mes devoirs et à mes questions. Père… Je crois à ta toute puissance. Je crois fondamentalement que tu es le seul capable d’intervenir dans une vie, pour y apporter espérance et guérison. Mais je crois aussi que tu attends de moi que je m’implique dans le salut des autres. Que je ne sois pas juste un « prieur », quelqu’un qui se décharge sur toi de la compassion qu’il doit à son prochain. Père… Donne-moi le courage de devenir moi-même prière. Que mes mots soient accompagnés de gestes, que ma foi se transforme en actes, que mon espérance devienne compassion. 16


En contemplant ta face Père… En contemplant ta face, je réalise que tu n’es pas seulement venu pour me sauver et m’offrir une vie après la mort, mais pour t’occuper de moi aujourd’hui, partager mon quotidien, vivre à mes côtés. Père… En contemplant ta face, je réalise que tu n’es pas seulement venu enlever mon péché, mais aussi porter tout ce qui est trop lourd pour moi, m’écrase et me fait souffrir. Père… En contemplant ta face, je réalise la grâce de pouvoir tout te donner, abandonner simplement mes soucis, mes tracas, les injustices de l’existence. Je te donne tout Père, non pas pour que tu l’effaces de ma vie ou pour que tu me donnes la victoire sur mes « adversaires », mais pour que tu transformes ce qui me détruit et m’entrave en sources de grâce, en puissances de vie. 18


20


Tu sais que je t’aime ! Père… Tu connais toutes choses, tu sais que je t’aime ! Tu sais que mon désir le plus ardent est de te servir fidèlement, de mettre à ta disposition: mes talents et mes défauts, mes forces et mes faiblesses, ma foi avec ses doutes. Père… Je ne comprends pas le chemin que tu me fais suivre. Tu m’avais promis qu’il y aurait toujours une lumière à mes pieds sur le sentier. Mais je ne distingue plus rien, pas la moindre lueur, juste la nuit totale, angoissante, effrayante. Pourtant je sais que je marche sur ton chemin. Je sens ta main dans la mienne. Je ne vois rien, je ne comprends rien, tout semble s’être ligué contre moi, mais je suis en paix, parce que je suis avec toi. Père… Je ne te demande pas de me montrer le chemin à l’avance, mais de toujours garder ma main dans la tienne, pour qu’à jamais je sache… que tu m’aimes !


Tu me conduis Père… Tu me conduis, tous les jours de ma vie ! Tu me conduis, quand j’ai perdu mes repères. Tu me conduis, quand la vie est joyeuse. Tu me conduis, quand le rideau des larmes voile mon chemin. Père… Tu me conduis sur une route sûre. Même si elle n’est pas tranquille, même si elle n’est pas facile, je m’y sens en sécurité parce que tu es à mes côtés. Père… J’aimerais tellement marcher sur une voie lumineuse, contempler des paysages enchantés. J’aimerais tellement me reposer dans de vastes plaines et goûter jour après jour à ton repos. Père… Le chemin que tu traces pour moi est douloureux. La voie où tu me conduis est escarpée. Père… Le chemin est trop dur, je n’arrive plus à te suivre ! Permets-moi de m’arrêter un instant, de poser ma tête sur ta poitrine et de pleurer. Permets-moi de libérer enfin toute cette douleur qui m’écrase. Permets-moi d’être faible sur ton chemin et de découvrir à nouveau ta force qui me soutient ! 23


Combien je t’aime ! Père… Si tu savais combien je t’aime ! Si tu savais combien ton regard est doux quand il se pose avec tendresse sur ma vie déchirée. Il me donne un tel sentiment de sécurité. Il restaure en moi l’image perdue de ma dignité. Il me redonne confiance. J’aime me perdre dans ton regard, explorer cette tendresse infinie, découvrir avec une surprise mêlée d’incrédulité, que tout cet amour est pour moi. Père… Si tu savais combien je t’aime ! Si tu savais comme tes bras sont rassurants quand ils tissent pour moi un cocon protecteur, un lieu de refuge dans lequel je peux me reposer en paix. Si tu savais comme il est bon de laisser les larmes de mes pleurs laver le chagrin de ma vie, alors que je sommeille en paix dans le nid de ton amour. Père… Si tu savais combien je t’aime ! Si tu savais combien j’aime entendre ta parole qui glisse doucement dans mon cœur et apaise les plus profonds de mes sanglots. Si tu savais comme j’aime entendre ta voix, qui sait inventer des mots nouveaux qui tracent pour moi un chemin de lumière sur lequel marcher. Père… Si tu savais combien je t’aime… 24


En priant… Père… Tu es pour moi plus qu’un ami ! Quand la vie devient trop compliquée, quand les difficultés s’amoncellent et que je risque de perdre pied, je sais que je peux toujours venir à toi… Père, Tu m’as donné la vie en Jésus-Christ. C’est là mon espérance ! Un espoir qui va au-delà des circonstances, qui ne s’appuie pas sur les réalités de ce monde, mais sur tes promesses éternelles. Par la grâce du sacrifice de Jésus, je sais que je peux toujours venir à toi… Père… Tu as mis en moi la paix sereine du Saint-Esprit, cette voix divine qui me parle d’avenir paisible, de promesses de matins ensoleillés, de projets de paix. Par la force de l’Esprit et par sa tendresse éternelle, je sais que je peux toujours venir à toi... en priant. 26


28


Même ainsi… Père… Je suis mal dans mon corps, je le sens m’abandonner peu à peu. Il ne se plie plus à ma volonté, il est à bout de force, fatigué, épuisé. Mais quand je pose mon regard sur ton visage d’amour, je sais que même ainsi, tout est bien ! Père… Mon esprit est cassé. Tout enthousiasme pour la vie m’a abandonné ! Je ne sais plus faire de projets, me passionner pour une cause, m’intéresser à un sujet. Mais quand je pose mon regard sur tes mains qui bénissent, je sais que même ainsi, tout est bien ! Père… Plus je vais mal, plus je découvre que ma vie n’est pas dans mon corps, mais dans ton Esprit Saint. Plus je suis épuisé et découragé, plus je comprends que mon avenir est caché dans tes projets d’amour. C’est pourquoi je peux dire que même ainsi, tout est bien !


Colère… Père… Aujourd’hui, je suis en colère. Pas contre toi, pas contre quelqu’un de particulier, mais contre la vie en général. Je suis en colère à cause de toutes les injustices dont je suis l’objet. J’ai le sentiment que les gens ne me comprennent pas, qu’ils s’acharnent sans raison après moi ! Je suis en colère parce que tous mes efforts semblent toujours vains. Mes gains ne sont que des pertes. Mes pas en avant des échecs. Mes efforts une fatigue inutile. Père… Je suis en colère car tu parais indifférent à ma situation ! J’ai l’impression que tu te tais, que tu regardes et que tu laisses faire ! Pourtant j’ai toujours cherché à t’être fidèle ! J’ai toujours essayé de mettre tes intérêts avant les miens ! J’ai essayé d’être un serviteur fidèle et droit ! Alors pourquoi ce silence ? Pourquoi n’agis-tu pas avec ta force toute-puissante ? Pourquoi ne changes-tu pas les circonstances de ma vie et ne me rends-tu pas justice ? Père… Je sais bien que ma colère est stérile, qu’elle ne mène nulle part. Calme-moi Seigneur, donne-moi ta paix. Donne-moi de croire à ton secours même quand je ne le vois pas. Porte-moi dans tes bras sur la route que tu veux que je suive.

30


Purifie ! Père… Je me sens sale. Toute cette colère qui m’habite, l’amertume qui inonde mon cœur, me rendent impropre à vivre dans ta présence. Je ne veux pas que ces sentiments négatifs influent sur ma vie. Je n’accepte pas d’être dirigé par mon ressentiment ! Je ne veux pas cultiver des pensées négatives à l’égard de mon prochain. Père… J’ai besoin que tu me purifies. J’ai besoin qu’à ton contact tout ce qui est mauvais et en colère soit enlevé, effacé, nettoyé. J’ai besoin que le sang de ton Fils accomplisse cette œuvre de nettoyage dans mon âme, dans mes pensées et dans mon corps. Père… J’ai besoin de retrouver la joie des pensées claires, des amitiés franches, des relations vraies. J’ai besoin de nourrir mes amitiés à la source de ton amour et de laisser la puissance de ta vie apporter à mes relations des fruits de vie.

32


33


J’ai besoin de toi ! Père… J’ai besoin de toi, pas seulement dans les moments de crise, de doutes ou de désespoir, j’ai besoin de toi à chaque instant, à chaque heure ! Père… J’ai besoin de toi. J’ai besoin de ta tendresse immense, qui console et guérit, qui redonne des forces et autorise le repos. J’ai besoin de ton amour qui rend l’avenir possible et pardonne le passé ! Père, J’ai besoin de ton regard sur ma vie. Ce regard sans concession qui ne juge pas mais délivre, qui ne condamne pas mais comprend. J’ai besoin que ta force toute-puissante me permette d’aller de l’avant en dépassant et en guérissant les erreurs du passé ! Père… J’ai besoin que ton espérance s’inscrive dans ma vie, prenne possession de mes pensées, de mes sentiments et de mon corps. J’ai besoin de vivre de ton espérance ! J’ai besoin de me dépasser moi-même, de ne plus vivre de ce que je suis seulement, mais de la puissance de ta grâce en moi ! 35


J’essaie !

Prières murmurées

Père… Quarante prières, pour quarante jours d’épreuve. de teparfois ressembler. La vieJ’essaie ressemble à un long tunnel sombre et froid, Maladroitement, je tente d’orienter mes pensées mais l’espérance nous permet d’en distinguer l’issue, vers les tiennes, d’accomplir les gestes que tu ferais tache de lumière qui ne cesse de grandir et de dire les paroles que tu prononcerais. jusqu’à nous éblouir. Quarante prières, Père… comme un murmure de l’âme, de vivrelaune vie sainte. Maladroitement je tente pourJ’essaie apprivoiser douleur de bannirledebonheur. ma vie tout ce qui est impropre, impur, indigne et accueiilir de ta sainteté. J’essaie de ne cultiver que des pensées positives empreintes de ta pensée et de ta grandeur. Père… J’essaie de pardonner à ceux qui m’ont fait du mal, comme toi tu leur as pardonné. Maladroitement, je tente de vivre la dimension ultime du pardon, telle que tu nous l’as enseignée. J’essaie de voir les autres au travers de ton regard et de les aimer de ton amour. Père…

Pierre-Yves Zwahlen, marié et père de deux enfants adultes. Il est actuellement responsable du ministère biblique à la Ligue pour la lecture de la Bible de Suisse romande.

J’essaie… Je te promets que j’essaie, mais je n’y arrive pas ! Je ne suis pas digne de toi, pas digne de ton amour. Père, je veux croire que tu m’aimes malgré tout, je veux croire que ton pardon et ta grâce dans ma vie ne sont pas dépendants de mes pauvres efforts et de mes échecs ! Je veux croire que tu m’aimes en dépit de tout, en dépit de moi-même ! www.ligue.ch

36


Prieres murmurees