__MAIN_TEXT__

Page 41

41

THÉÂTRE

La politique du vide

ARTS

Songes lysergiques Dans les rêves de l’artiste écossaise Rachel Maclean, les êtres hybrides, créatures de l’Internet et de la pop culture, évoluent au sein de contes excessifs et délirants saturés de couleurs. Dans ses vidéos comme dans ses peintures digitales, il semble y avoir toujours quelque chose de malsain sous les couches de peinture et les atours extravagants : une licorne, un arc-en-ciel ou même un « lolcat » peuvent dissimuler une royauté malsaine, un culte bariolé et inquiétant... De la réalisation au scénario en passant par les costumes jusqu’aux tournages en chromakey, Rachel Maclean contrôle et investit ses créations de manière totale. L’exposition OK, you’ve had your fun, qui rassemble une sélection d’œuvres produites entre 2013 et 2015, est la première monographie institutionnelle consacrée à l’artiste en dehors du Royaume-Uni. (B.B.) OK, you’ve had your fun 26.09.15 --> 3.01.16 Casino de Luxembourg www.casino-luxembourg.lu Visuel : Rachel Maclean, Over the Rainbow, vidéo, 2013

ARTS

État d’esprit On ne vous apprendra rien : l’art est un moyen de communication parmi d’autres. Mais qu’en est-il de sa capacité, quasi-surnaturelle, à suggérer émotions et sensations par le seul biais de la représentation ? Empruntant une brèche psycho-poétique de l’histoire de l’art des années 1880 à nos jours, l’exposition Cosa mentale revient sur le fantasme de la transmission immatérielle de la pensée, par-delà le langage et l’outil. Cette recherche télépathique, déclenchée par l’apparition des télécommunications à l’orée du XXe siècle, hante les œuvres de Munch, Kandinsky, Miró ou Polke qui poursuivent un art direct, rapprochant artiste et spectateur. Du symbolisme à l’art conceptuel en passant par l’abstraction, le Centre Pompidou-Metz réunit une centaine de productions issues de médiums divers et dévoile un idéal artistique encore méconnu. (C.T.) Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle 28.10.15 --> 28.03.16 Centre Pompidou-Metz www.centrepompidou-metz.com Visuel : Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011

À l’heure de la France du rejet et du repli, le metteur en scène Arnaud Meunier exhume un texte de Bernard-Marie Koltès, Le Retour au désert. Dans la France des années 60, Mathilde, une femme revenue d’Algérie pour régler des affaires de famille, amène avec elle son lot de fantômes. Dans cette ville de province, le vide, les faux-semblants et les non-dits assurent un semblant d’ordre qu’elle va faire voler en éclats. C’est au silence et aux malentendus qui entourent en France le thème de l’Algérie colonisée auxquels fait référence Arnaud Meunier. Le metteur en scène, comme Koltès, évoque une Algérie intimement liée à son histoire familiale, mais dont tout le monde, dans sa jeunesse, semblait nier l’existence. La scénographie, modulable, est pensée comme un collage surréaliste d’espaces et d’objets : sur la scène, les frontières, traversées par les mots et les revenants, sont débordées de toutes parts. (B.B.) Le Retour au désert 18.11.15 + 19.11.15 NEST | Thionville www.nest-theatre.fr Photo : Pierre Boulat, Cosmos

Profile for Zut Magazine

Zut12 lorraine  

Zut ! Magazine Édition Lorraine/Luxembourg Numéro 12

Zut12 lorraine  

Zut ! Magazine Édition Lorraine/Luxembourg Numéro 12

Advertisement