Page 1

n a l i b ) I A R V le ( de Laurent Wauquiez

Alerte, la région coule !

Groupe Socialiste & Démocrate

Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Groupe Socialiste & Démocrate Région Auvergne-Rhône-Alpes Responsable de la publication Jean-François Debat Président du groupe Socialiste & Démocrate Nous contacter Groupe Socialiste & Démocrate Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes 1, Esplanade François Mitterrand CS 20033 - 69269 LYON Cedex 02 Téléphone : 04.26.73.40.83 E-mail : sdea.auvergnerhonealpes@gmail.com Nous suivre Twitter : @socdem_aura Facebook : @sdea.auvergnerhonealpes Site Internet : www.socialistesetdemocrates-auvergnerhonealpes.fr

2


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Sommaire 1. Le vrai bilan de L.Wauquiez Des paroles et peu d’actes éducation Formation des chômeurs Transports Economie Culture Territoires Social - Santé - Solidarité Environnement Finances

8 10 12 14 16 18 20 22 24

2. Pour aller plus loin

Fausses promesses et vraies gamelles, faisons le point Les promesses non tenues Les casseroles Encourageant

28 29 30

3. Notre action

Face à Laurent Wauquiez : alerter, proposer, agir 3 ans d’actions des élus socialistes et démocrates

34

3


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

L’édito

Jean-François Debat Président du groupe Socialiste & Démocrate Laurent Wauquiez est désormais à mi-mandat en tant que président de la deuxième région du pays. C’est toujours un moment de vérité politique. D’abord parce que les orientations prises sont maintenant définitives. Ensuite parce que les erreurs, errements ou omissions sont irrattrapables dans la durée du mandat qui reste. Le constat est clair : le bilan est extrêmement inquiétant.

Sans cap, ni boussole En dépit d’atouts économiques, industriels, agricoles ou culturels majeurs, Laurent Wauquiez a réussi l’exploit de transformer notre collectivité en bateau à la dérive, sans cap, ni boussole. Oui, la Région coule car elle n’existe pas par ses atouts ni par la qualité de ses politiques ; elle n’existe que par les errements ou les provocations de son président, au chapitre « faits divers administratifs », souvent devant la justice administrative.

4

Car pour avoir un cap, il faudrait d’abord avoir un capitaine. Or, ce qui caractérise la gouvernance Wauquiez, c’est son absence. La deuxième région de France a un président intermittent, gérant en pointillé, présent de manière exceptionnelle au conseil régional et réunissant les élus à peine quatre fois l’an (le minimum légal) en raison d’un agenda personnel de chef de parti qui l’occupe ailleurs. Car la priorité de Laurent Wauquiez n’est pas la région Auvergne-Rhône-Alpes et ses 8 millions de citoyens. La priorité, c’est son avenir individuel qui, selon ses plans, doit le conduire à la présidence de la République. Les seuls sujets sur lesquels Laurent Wauquiez s’investit sont ceux qui contribuent –croit il- à lui dessiner une stature de présidentiable. La Région est devenue un simple marche-pied.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Saupoudrage le plus souvent clientéliste Dans quasiment tous les domaines, la majorité a fait le choix de distribuer l’argent de la région sans objectif politique, ni critères d’attribution : on peut donner 100 à Machin et 1000 à Truc pour des projets comparables. Manière de se créer une clientèle, des obligés à jamais redevables. La preuve de cette attitude ? 3 millions d’euros pour les chasseurs au moment où l’on « dézingue » les autres acteurs des politiques environnementale. Autre exemple : faire le choix de distribuer des millions d’aide à des projets routiers, certes utiles... mais qui relèvent des départements, alors que, dans le même temps, l’argent manque justement pour sauvegarder des lignes de TER ou pour améliorer le confort des usagers.

La fusion, l’objectif stratégique oublié Pour Laurent Wauquiez, Auvergne-RhôneAlpes n’est qu’un assemblage de provinces. Le Dauphiné ici, le Lyonnais là, la Savoie de ce côté, l’Auvergne de l’autre. La preuve de cette vision tient dans sa tentative - ridicule - de créer artificiellement un blason de la région qui superpose les armoiries d’Auvergne, de Savoie, du Lyonnais et du Dauphiné. On nage en plein folklore passéiste. L’enjeu stratégique du mandat 2016-2021 était pourtant clair : parachever la fusion des deux anciennes Régions. Personne ne pense que c’était simple. Mais à ce jour, rien n’a été pensé et tellement peu a été fait : quels équilibres territoriaux entre les métropoles et les

villes moyennes ? Comment mieux articuler l’Ouest et l’Est de la nouvelle grande région ? Comment prendre en compte la mobilité et ses coûts à l’échelle de la région ? Comment dessiner le lycée du futur avec la communauté éducative ? Et surtout, comment donner corps à une région d’après COP21 pleinement actrice de la transition écologique qui conditionne notre avenir sur cette Terre ? Toutes ces questions sont laissées sans réponse par l’exécutif de Laurent Wauquiez : ce n’est pas avec cette vision dépassée que notre Région préparera l’avenir des 20 ou 30 prochaines années.

«Plus c’est gros, plus ça passe» Enfin, Laurent Wauquiez nous a habitués à ses coups de communication. Plus c’est gros, plus ça passe. A l’entendre, il est le meilleur gestionnaire de France en raison d’économies massives sur le budget de la Région. Tout d’abord est-on un bon gestionnaire lorsqu’on se fait censurer son budget par la justice ? A l’évidence non. Ensuite, est-on un bon gestionnaire lorsque les économies sont faites sur le dos des Auvergnats et des Rhônalpins et sur les politiques publiques du quotidien comme les trains, les lycées, la formation –savez vous par exemple que la moitié des « économies » réalisées le sont au détriment des chômeurs de notre région ? Le groupe Socialiste & Démocrate fait d’autres choix. Prenez connaissance de notre lecture des politiques menées par Laurent Wauquiez. Nous travaillons d’ores et déjà à un véritable projet alternatif pour Auvergne-Rhône-Alpes. Il est grand temps car le bateau coule.

En dépit d’atouts économiques, industriels, agricoles ou culturels, Laurent Wauquiez a réussi l’exploit de transformer notre collectivité en bateau à la dérive, sans cap, ni boussole. Oui, la région coule. 5


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

6


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

1. Le vrai bilan de L.Wauquiez Des paroles et peu d’actes

7


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Education Une priorité abandonnée

La politique éducative de la majorité régionale est caractérisée par des régressions qui vont à l’encontre de notre ambition républicaine pour la réussite de tous : hausse considérable du financement des établissements privés au détriment des élèves du public, diminution des budgets alloués aux sorties scolaires, augmentation des tarifs de restauration en Auvergne...

A

près deux ans de gel des travaux dans les lycées, le Président de Région a annoncé l’année dernière et de façon tonitruante pas moins qu’un “Plan Marshall” pour la rénovation et la construction de lycées auralpins. Ce plan est censé être doté de 1,5 milliard d’euros sur cinq ans.

tivement consacrés à la rénovation ou à la construction de lycées publics. Soit le montant exact des travaux gelés pendant 2 ans. Il ne s’agit donc que d’un rattrapage du temps perdu, le Président de Région ayant préféré faire des économies sur le dos des lycéens en gelant les travaux pourtant prévus.

De Marshall, il n’en a que le nom. Il s’agit peu ou prou de la somme qui était investie en Auvergne et en RhôneAlpes durant le mandat précédent, sauf que le nombre de lycéens dans la Région s’accroît. Ainsi, comme l’a écrit le Conseil Économique, Social et Environnemental Régional (CESER), l’assemblée consultative représentant la société civile qui donne des avis sur les politiques régionales : « A ce niveau d’investissement, et compte-tenu de la dynamique démographique (+ 5 000 élèves par an), la dépense moyenne par élève va donc avoir tendance à globalement diminuer ».

120 millions d’euros (une nouveauté) seront consacrés aux lycées privés. C’est autant d’argent qui ne bénéficiera pas à l’enseignement public, qui accueille tout jeune quelle que soit sa situation, notamment financière.

Une fois de plus, il y a une montagne entre les effets de communication et la réalité. Sur la somme annoncée de 1,5 milliard, seuls 500 millions d’euros seront effec-

8

Si bien qu’aujourd’hui, la qualité des conditions d’accueil et d’enseignement dans les établissements, ne sont plus réunies. De nombreux lycées voient leur dotation de fonctionnement allouée par la Région baisser avec de lourdes conséquences : manque de personnel, restriction des sorties pédagogiques, difficultés dans la restauration ou encore pour chauffer les salles de cours… Bref, la Région ne propose aucune ambition éducative pour nos 320000 lycéens et pour répondre aux besoins des territoires en évolution.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En chiffres 2 ans de perdu

En gelant les travaux prévus sous le précédent mandat, la Région a perdu 2 ans avant de mener une politique de construction et de rénovation des lycées. Exemple: des travaux de réhabilitation lourds étaient prévus au lycée La Martinière à Lyon. Ils ont été gelés 2 ans durant par la majorité.

Zoom Pass région

Tromperie sur la marchandise

- 120 millions €

pour les lycées publics, offerts aux lycées privés alors même que de nombreux établissements publics sont en attente de travaux

En Bref Pouvoir d’achat des étudiants auvergnats

6 millions d’euros en moins

Les lycéens et les apprentis d’Auvergne-Rhône-Alpes bénéficient désormais du Pass Région qui vient remplacer la « Carte Jeunes Nouveau Monde ». Les 14.000 étudiants boursiers Auvergnats, qui pouvaient bénéficier du précédent dispositif, se retrouvent aujourd’hui sans carte. C’est une perte sèche de 6 millions d’euros de pouvoir d’achat pour ces jeunes qui se retrouvent... à poil !

Le Conseil Régional a voté en 2017 la mise en place du Pass’ Région, qui prend le relais des cartes « Jeunes Nouveau Monde » et « M’ra ! ». Sauf que les avantages ont diminué: fin de l’aide à la mutuelle, de l’aide à l’assurance logement, baisse de la prise en charge des repas universitaires, fin de l’accompagnement du Pass Contraception... Et certains engagements ne sont pas tenus. La majorité régionale avait promis de financer à hauteur de 1 000€ le permis de conduire pour des jeunes s’engageant dans des missions bénévoles. 111 missions ont été proposées donc 111 permis seulement pour 370 000 jeunes qui pourraient y prétendre, soit 0,03% de nos jeunes ! Ils ne peuvent tout simplement pas s’engager bénévolement et faire valoir l’aide au permis de conduire. Pourquoi ? Parce que les missions bénévoles imposées doivent être en lien avec des associations proches des valeurs de la droite. Ainsi le sport et les secteurs socio-culturels en sont par exemple exclus.

9


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Formation des chômeurs Totalement sacrifiée

125 millions d’économies sur le dos des chômeurs Grande compétence de la région, la politique de formation sous la majorité de droite est totalement décimée. C’est 125 millions d’euros qui ont brutalement été supprimés du budget de la formation. Notre région se trouve désormais incapable de relever le défi des compétences pour sa population active.

S

i l’exécutif régional fait des économies, c’est d’abord et avant tout sur le dos des chômeurs, des salariés les plus fragiles et des personnes les plus éloignées de l’emploi. En ponctionnant 125 millions sur le budget de la formation sous prétexte de faire des économies, le président de région a durablement affaibli un secteur d’activités essentiel pour la dynamique et la croissance de l’économie régionale. Car en s’attaquant frontalement aux formations des chômeurs et aux besoins en compétences des salariés, la région prive les salariés les plus fragiles d’un retour durable vers l’emploi et déstabilise des organismes de formation

10

qui ont été contraints de licencier et de supprimer des postes par centaines. Les salariés les plus fragiles ce sont les femmes isolées, les salariés seniors qui ont un besoin urgent de reconversion suite à un licenciement, les chômeurs de longue durée ou les salariés en situation de handicap. Aujourd’hui, dans une vision extrêmement démagogique, la région se targue de proposer des formations qui répondent aux besoins des entreprises. C’est la seule logique qui prime désormais. En clair, Laurent Wauquiez propose, comme d’autres, de simplement « traverser la rue » pour trouver du boulot selon une expression désormais célèbre. Facile… et démagogique. Démago-

gique, car Wauquiez fait comme si cela n’avait jamais été le cas. Or, ce travail est réalisé depuis longtemps déjà entre les régions et Pôle Emploi qui recense les besoins de main d’œuvre (BMO) sur chaque bassin d’emploi. Démagogique surtout, parce que cette logique laisse sur le carreau des milliers de demandeurs d’emploi, surtout les plus fragiles, qui ont des besoins de compétences clés et premières (maîtrise de la langue, de la lecture, de l’écriture, etc.). Pour ceux-là, c’est plus de précarité et de pauvreté. Ces économies sur le dos des chômeurs auront, au final, contribué à paupériser encore un peu plus notre société.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En Bref plan social caché

Les conséquences concrètes de la baisse des fonds de la formation.

En image Soutien

Les conseillers régionaux S&D aux côtés des salariés du GRETA de Grenoble

Exemples d’emplois supprimés dans le secteur de la formation. On en recense près d’un millier €€ 100 postes supprimés sur l’Académie de Grenoble €€ 12 postes au CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) de l’Ardèche et de la Drôme €€ 4 postes au GRETA Arve Faucigny à Bonneville (formation des adultes) €€ 2 postes au CTEF Comité Bassin Emploi Savoie (coordination des acteurs de la formation et de l’emploi) €€ Au moins 60 postes supprimés suite à l’arrêt des CTEF en Rhône-Alpes

Zoom

Droits des femmes

La fin du CIDFF de l’Isère Les Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles CIDFF accompagnent les femmes du département confrontées à des problématiques personnelles et professionnelles. Ils assurent la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. La suppression de la subvention du Conseil Départemental de l’Isère et la diminu-

tion de 90% de celle du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes ont obligé le Tribunal de Grande Instance de Grenoble à prononcer la liquidation judiciaire du CIDFF de l’Isère. En Auvergne-RhôneAlpes, d’autres structures du même type ont subi de lourdes pertes financières. Un coup dur pour l’égalité femmes-hommes !

11


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Transports

Paroles, paroles, paroles... A l’entendre, l’exécutif régional devait résoudre en un claquement de doigts toutes les problématiques de transport de la Région. Les enjeux sont réels, nous ne cherchons pas à les minimiser. Mais, à mi-mandat, on ne peut que constater les limites de la politique du muscle et des grands discours de Laurent Wauquiez.

L

ors de la campagne des régionales en 2015, Laurent Wauquiez avait expliqué qu’il serait en mesure de tordre le bras de la SNCF pour faire arriver les trains à l’heure. On allait voir ce qu’on allait voir! La SNCF devait trembler avec la promesse de pénalités si fortes qu’elles obligeraient forcément l’entreprise à respecter ses obligations de ponctualité.

nal permet à la SNCF de remplacer des trains par des bus... Car lorsqu’on supprime un train, on a au moins la certitude qu’il ne sera pas en retard ! Absurde, on vous dit... Toujours est-il que nous constatons un nombre important de fermetures de lignes, de fermetures de guichet et une dégradation d’ensemble du service public ferroviaire pour notre région.

Une fois installé dans le fauteuil de président de région, a-t-il réussi son pari ? Evidemment non. Comme toujours, il joue au populiste et au démagogue en communiquant sur des promesses impossibles à tenir. Car pour faire arriver les trains à l’heure, jouer au fort-en-gueule et montrer les muscles ne sert à rien. Les retards sont causés par des infrastructures vieillissantes et un réseau ferroviaire qui a besoin d’investissements colossaux. Or, que fait le Président de Région ? Il préfère investir sur les routes... 285 millions y ont été consacrés dont 131 millions ont été réservés pour une autoroute (l’A45) qui n’a aucunement besoin de la région pour se financer !

Les précédentes majorités socialistes avaient obtenu d’importantes avancées pour la qualité de service à destination des usagers comme par exemple le cadencement sur tout le réseau. En clair, le départ à heure fixe et à chaque heure de tous les TER ce qui a permis d’améliorer le quotidien de millions d’usagers. La majorité de droite n’aura pas obtenu de saut qualititatif équivalent. Elle se targue d’avoir imposé des pénalités à la SNCF pour unique avancée. Sauf qu’auparavant, les pénalités étaient reversées aux usagers via la garantie voyageur. Disposition supprimée par M. Wauquiez qui préfère les encaisser dans le budget régional. Ainsi, il réalise de substantielles économies sur le service public des TER.

Mais le pire, c’est que sa politique est absurde. En imposant des pénalités à la SNCF pour faire arriver à l’heure des TER qu’elle sait impossible de faire arriver à l’heure en raison de l’état du réseau, l’exécutif régio-

12


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Auvergne-rhône-alpes

Les risques de fermeture de ligne

Zoom petites lignes ter

Menaces sur le train du quotidien

En chiffres x 2,5

C’est l’augmentation du prix des billets TER décidée par la droite pour les personnes précaires de notre Région.

Moins de trains

Exemples : - Suppression des lignes Oyonnax/SaintClaude et Clermont/Le Mont-Dore - Des dizaines de fermetures de guichets comme à Saint-Michel de Maurienne (73).

285 millions €

C’est la somme dépensée pour les routes, alors que la Région a pour première compétence et obligation d’investir pour les TER. Ces millions auraient été bien utiles pour sauver les lignes de trains menacées...

Plus de 1.300 km de lignes ferroviaires en Auvergne-RhôneAlpes sont considérées comme des « petites lignes ». Suite à un diagnostic commandé par l’exécutif précédent face à l’opacité des informations délivrées par SNCF Réseau, la SNCF a fini par révéler l’urgence de la situation : 80% des petites lignes sont menacées de fermeture. L’Etat et la SNCF sont les premiers responsables. La carte ci-contre représente les projets de fermetures de lignes soutenues par le Gouvernement dans notre région. La Région a néanmoins répondu présente en dégageant des crédits pour participer aux rénovations indispensables au sauvetage de ces lignes. Certaines ont pourtant été fermées alors que des millions d’euros ont été consacrés aux routes par notre collectivité. Nous aurions préféré que la Région se mobilise pleinement pour ses petites lignes et laisse aux Départements la responsabilité d’investir sur les routes. Par ailleurs, pour exécuter ce plan de sauvetage, la revoyure du CPER doit permettre de définir la mobilisation des crédits de l’Etat. La réticence de la Région à mener ce travail menace la viabilité des investissements.

13


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Economie La catastrophe annoncée

S’il y a un domaine dans lequel notre région devrait exceller, c’est le développement économique. Première région industrielle du pays, quatre métropoles, plus grande concentration de pôles de compétitivité… Or, depuis le début du mandat, notre région brille par son absence sur les dossiers économiques.

D

epuis 2015, la région est la collectivité chef de file des politiques de développement économique. Or, Laurent Wauquiez se comporte bien plutôt en chef de parti ou chef de clan. Depuis son arrivée au pouvoir, il a perdu son temps à négocier avec les départements, majoritairement de son bord politique, la meilleure façon de contourner la loi afin de leur permettre de conserver des prérogatives en matière de développement économique. Résultat ? L’agence de développement économique a été installée avec près de 2 ans de retard avec un fonctionnement extrêmement compliqué et bureaucratique. Si tous les territoires de la région sont couverts par l’agence,

14

avec une cohérence qu’il reste à démontrer, il faut tout de même s’étonner que Lyon soit désertée par l’agence. L’une des métropoles les plus puissantes et attractives du pays est donc désertée par la région pour des raisons politiciennes : la métropole de Lyon n’est en effet pas dirigée par les amis politiques du Président de Région. De plus, l’agence n’a quasiment pas d’activité opérationnelle dans l’accompagnement des entreprises. La majorité est d’ailleurs bien en peine d’afficher un quelconque succès sur le front du développement économique ou de l’installation d’une entreprise sur notre territoire.

Pour toute politique économique et pour solde de tout compte, la majorité de droite a poursuivi la politique d’aide directe aux entreprises industrielles initiée par la précédente majorité en Auvergne. Mais plutôt que d’utiliser ces aides pour soutenir l’ensemble du tissu économique ou d’afficher des objectifs de politiques sectorielles, c’est le fait du prince qui prime. Ainsi, les entreprises de son département de Haute-Loire et de sa ville du Puy-en-Velay reçoivent 5 fois plus d’aides que celles du Rhône et de Lyon et 3 fois plus que le Cantal voisin ! Inexplicable et insensé.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

En résumé

1

de Laurent Wauquiez

L'agence économique ? Une coquille vide

Plus d’un an après sa création et alors qu’elle devait apparaître comme le guichet unique de toutes les entreprises régionales, l’agence de développement économique n’est toujours pas opérationnelle.

2

Les pôles de compétitivité oubliés

Toujours pas de politique nouvelle en faveur des 17 clusters et des 15 pôles de compétitivité de notre région alors que la phase III de la politique en faveur des pôles de compétitivité touche à sa fin en 2018.

3

L'international ? La Région à l'Ouest

Aucun programme régional de développement international nouveau n’a été créé par l’Exécutif afin d’aider nos TPE et PME à prospecter de nouveaux marchés. Auvergne-Rhône-Alpes ne dispose plus d'organisme identifié pour promouvoir les entreprises et les territoires à l'international, obérant ainsi leur capacité de développement.

4

L'emploi, loin d'être prioritaire

Aucun dispositif nouveau pour accompagner des entreprises en situation de fragilité de trésorerie n’a été créé pour sauvegarder les emplois dans les entreprises qui connaissent des difficultés.

5

Les politiques d'innovation, toujours absentes

L’innovation ne semble pas être une priorité puisque l’Exécutif n’a toujours rien proposé en matière de politique de transfert de technologies en vue d’accélérer l’innovation et la création de start-ups dans notre région. Notre groupe avait proposé un amendement à ce sujet qui a été rejeté par la majorité de droite !

Zoom fait du prince

Aides directes aux entreprises industrielles par rapport au nombre d’établissements 15


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Culture

Une politique sacrifiée

En Auvergne-Rhône-Alpes, la culture représente 130 000 emplois. C’est par conséquent un levier majeur de développement et de rayonnement de notre Région, de ses artistes et de ses territoires. Lors du précédent mandat, nous avions placé la culture au cœur de l’action régionale. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Cette première partie de mandat a été dévastatrice pour les acteurs culturels et leurs publics.

A

défaut de proposer une nouvelle politique culturelle ambitieuse, l’Exécutif s’est largement reposé sur l’existant, tout en détricotant des dispositifs plébiscités au profit de politiques clientélistes. Ce mandat est marqué par l’absence d’une vision dans le cadre d’un territoire pourtant élargi et très hétérogène dans l’organisation et la présence des équipements culturels. Au lieu d’agir pour plus d’égalité, de nombreuses baisses de subventions viennent impacter les festivals, les compagnies, les lieux de créations… qui font vivre les territoires. Les acteurs culturels ne sont plus écoutés, encore moins considérés. Résultat : des projets ou des structures s’éteignent progressi-

16

vement. La fermeture de l’agence de développement culturel, Le Transfo, à Clermont-Ferrand en est l’illustration, laissant 13 salariés sur le carreau. Il s’agit hélas d’une goutte d’eau parmi les 500 emplois culturels supprimés en un peu plus de 2 ans. Ces coupes se font en toute opacité. Il n’y a plus de critères pour sélectionner les demandes, les comités d’experts associant les professionnels aux décisions ont été supprimés. A la place ce sont les élus de la majorité qui indiquent leurs préférences. Si bien que certains festivals situés dans des villes dont les maires sont proches de Laurent Wauquiez voient leur subvention exploser. Dans certains dispositifs, on s’aperçoit qu’une commune a 18 fois plus de chance d’être subventionnée si elle compte un conseiller régional de la majorité.

Et la Haute-Loire, chère à notre Président de Région, touche le jackpot (voir carte ci-contre). Cet arbitraire et ce clientélisme est inquiétant pour l’avenir de la liberté de création : les acteurs culturels devront-t-ils prêter allégeance pour obtenir le soutien de la région ? Pourtant la contribution que la culture apporte au développement local est prépondérante. Ces actions culturelles sont fragiles et ont besoin de continuité dans leur soutien, de liberté dans leur création. Aujourd’hui, ces valeurs essentielles sont en danger.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Zoom

En chiffres

Fonds d’intervention culturelle entre 2016 et 2018

Une politique au bon vouloir du prince Avec le Fonds d’Intervention Culturelle, la majorité régionale dipose d’une enveloppe de plusieurs millions d’euros à distribuer sur les territoires à des manifestations, festivals et associations. La répartition des subventions se fait sans aucun critère et les taux d’intervention de

la Région varient de 1 à 90% sans que l’on sache pourquoi. En décodé, c’est les copains d’abord, et le principal bénéciaire de cette dérive est la Haute-Loire, le département d’élection du Président.

400.000 € pour Tomorrowland, évènement commercial international privé largement bénéficiaire. Dans le même temps Laurent Wauquiez supprime des subventions aux acteurs culturels régionaux

10 millions € pour la rénovation de plus de 300 édifices catholiques... au nom de la protection du patrimoine et de l’aménagement du territoire

L’info en + LE LABAURATOIRE

Contre livre blanc de la culture Retrouvez toutes nos propositions pour une vraie politique culturelle régionale sur Le Labauratoire :  lelabauratoire.fr

des centaines d’emplois supprimés après des baisses drastiques de subventions pour les festivals, lieux de création, l’aide aux compagnies, etc.

17


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Territoires

Clientélisme à tous les étages Aménager le territoire, c’est l’une des missions premières de la Région. Avec la droite au pouvoir, ce rôle majeur de notre collectivité s’est abîmé. La Région s’est transformée en distributeur de billets sans vision globale, sans ambition pour Auvergne-Rhône-Alpes. Nous assistons à un effacement de la Région.

L

a politique d’aménagement du territoire de Laurent Wauquiez était censée apporter de la simplification et du soutien aux espaces ruraux d’Auvergne-Rhône-Alpes. En réalité, l’exécutif régional a commencé par supprimer toutes les politiques structurantes existantes : fin du soutien aux agences d’urbanisme de toute la Région qui fournissaient des éléments d’observation et de suivi des territoires, suppression des contrats territoriaux qui permettaient à la Région de soutenir des projets de développement local structurants. La Région s’est recroquevillée sur elle-même, refusant tout travail de prospective, d’anticipation des problématiques, d’accompagnement des territoires. En fait de simplification, nous en sommes à 5 types de financements différents se superposent sans articulation et sans cohérence: Contrat Ambition Région, Plan Ruralité, Plan Bourgs Centres, Cœur de Ville, Contrats Départementaux, Contrats spécifiques pour apaiser les acteurs locaux porteurs de Parcs Naturels Régionaux avortés… Le seul objectif de la Région est de pouvoir finan-

18

cer tout et n’importe quoi, partout (et surtout au Puy-en-Velay). Tous les territoires ne sont d’ailleurs pas traités de la même façon : on a déjà vu des rénovations d’églises financées parfois à hauteur de 10% et parfois à hauteur de 40%, sans explication. Cette inégalité de traitement, sans justification, entre les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes, est insupportable. Par ailleurs, la Région a la lourde responsabilité de rédiger le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET). Ce document à la portée prescriptive est important pour assurer un développement équilibré des territoires. Pourtant, la Région n’investit pas du tout ce travail et refuse d’assumer ses responsabilités, par crainte d’une opposition des élus locaux. Alors que toutes les autres collectivités régionales cherchent à innover pour mieux répondre aux besoins des habitants, la 2ème Région de France s’achemine vers un document vide.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En chiffres

Zoom Clientélisme

500.000 €

C’est le budget consacré au financement de cimetières et de toilettes publiques dans les territoires ruraux par la Région.

80 millions pour le Puy-en-Velay

- 40%

C’est la chute du soutien régional aux territoires après le remplacement des anciens dispositifs régionaux par des politiques de guichet.

Le saviez-vous ? Ils pullulent dans vos communes Les panneaux à 1,2 million d’euros

Dès 3.600 euros de subventions, les communues sont obligées d’installer ces panneaux bleus aux entrées et sorties de la ville. Le coût de cette opération de communication se chiffre déjà à 1,2 millions d’euros, sans compter les effets sur la pollution visuelle des entrées de villes...

Depuis l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence de la Région, il fait bon vivre au Puy-en-Velay ! Nous dénonçons ce favoritisme indécent qui s’effectue au détriment du reste de la région. Afin de suivre cette pluie diluvienne d’euros qui s’abat sur la ville du Puy et pour garantir la transparence aux Auvergnats et Rhônalpins, nous avons mis en place un outil dédié : le Subventiomètre ! Nous mettrons à jour ce compteur à chaque Commission permanente. Le subventiomètre s’établit donc aujourd’hui à 80 millions euros pour le Puy-en-Velay. Ainsi, à titre de comparaison et sur la même période, des communes de taille équivalente comme Aurillac, Moulins ou Annonay ont été entre 2 et 3 fois moins bien traitées. La ville du Puy était-elle si mal gérée pour avoir autant besoin de financements ? 

www.socialistesetdemocratesauvergnerhonealpes.fr/subventiometre

19


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Social - Santé Solidarité les grands oubliés

En matière d’action sociale et de santé, nous croyons que chaque collectivité doit agir pour réduire les inégalités. Pourtant, en Auvergne-Rhône-Alpes, le premier acte de l’exécutif a été la mise au tapis de toutes les politiques existantes. Les budgets ont été tellement rabotés que notre collectivité fait désormais de la figuration. L’exécutif régional n’a définitivement pas pris la mesure des enjeux de la deuxième Région de France.

E

n décembre 2016, l’exécutif régional prend la décision de supprimer la totalité des crédits de fonctionnement dévolus à l’action sociale, et de diminuer de 90% les crédits d’investissement de ces politiques! Les acteurs d’Auvergne-RhôneAlpes ont alors compris à quel point l’exécutif refusait de voir les enjeux de notre territoire en matière de logement, de politique de la ville et de cohésion sociale. La politique santé n’a pas subi les mêmes assauts budgétaires. Les crédits dédiés à la santé sont restés plutôt stables. La Région continue d’investir sur la création de maisons de santé, et assure des bourses aux internes en médecine effectuant leur stage en zones tendues. Nous aurions pour autant préféré que

20

notre institution fasse preuve d’innovation et expérimente de nouveaux outils pour accentuer la lutte contre les inégalités territoriales d’accès à la santé. Télémédecine, salariat de médecins par des collectivités, soutien à des initiatives de médecine pluri professionnelle itinérante… Il faut multiplier les leviers pour résorber rapidement les déserts médicaux. D’autres sujets liés à la santé devraient faire l’objet d’un travail sérieux de la collectivité régionale. Sur la question de l’éducation à la santé par exemple, l’exécutif a coupé court aux actions existantes et a supprimé les soutiens financiers aux associations intervenant auprès des publics jeunes. Rappelons par exemple les atermoiements autour du

Pass Contraception, qui s’est soldé par la mise en place d’un dispositif peu opérationnel, sans accompagnement. Le partenariat étroit qui avait été noué avec le Planning Familial autour du dialogue avec les jeunes autour de leur santé a été sérieusement remis en cause. On ne trouve rien non plus sur la santé environnementale, à l’heure où la pollution de l’air, l’exposition aux pesticides et aux perturbateurs endocriniens sont au centre des préoccupations. Nous accumulons du retard sur tous ces sujets, et ce sont les auvergnats et les rhônalpins qui en pâtissent.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En Bref - 90%

Suppression

Seules rescapées

C’est la baisse du budget de la politique de la ville

du Pass Contraception, sous la pression des proches de la Manif Pour Tous

le soutien aux maisons de santé pour plus de médecins dans les territoires fragiles (créé en 2010 par la majorité socialiste)

L’info en + LE LABAURATOIRE - Avis

sur le Plan Régional de Santé

La Plan Régional de Santé, c’est la feuille de route produite par l’Etat pour l’organisation des soins en région. Auvergne-Rhône-Alpes a «oublié» de rendre son avis sur ce document. Pas nous ! Retrouvez notre avis et nos propositions pour une offre de soins complète et accessible en Auvergne-Rhône-Alpes sur lelabauratoire.fr

Zoom

politique de la ville

0 ambition pour les quartiers populaires Le Président de Région cherche à monter les territoires les uns contre les autres, et surtout les espaces urbains contre les espaces ruraux. Alors qu’il fait pleuvoir l’argent régional dans les petites communes hors agglomérations, les quartiers urbains en difficulté font l’objet d’un mépris assumé de l’exécutif régional depuis le début du mandat.

Purge dans les crédits de fonctionnement, deux ans sans soutenir le moindre projet de renouvellement urbain… La Région est censée s’occuper de l’aménagement de tout son territoire, pas uniquement des espaces choisis par l’exécutif pour des raisons politiciennes.

21


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Environnement le «vert» à moitié plein

La droite souffle le chaud et le froid sur la politique environnementale. Celleci a subi une charge violente en début de mandat, avec une forte baisse du budget, des coupes drastiques dans les subventions aux associations et des projets avortés, avant de connaître une volte-face à mi-mandat pour des raisons politiciennes. Le ciel s’éclaircit pour la préservation de l’environnement, même si la prudence reste de mise.

P

our cette majorité régionale, les questions de protection de la nature et de transition énergétique sont longtemps restées au mieux des problématiques de seconde zone, au pire un moyen d’affirmer le soutien à certaines clientèles. L’action en faveur de l’environnement a donc été prise en otage dès le début de mandat pour des motivations idéologiques et clientélistes. Il fallait en finir avec toutes les structures et associations « bobos » dispendieuses en argent public et opérer un « rééquilibrage ». Par rééquilibrage, l’Exécutif a entendu la mise au régime sec des associations de protection de la nature (FRAPNA, LPO, GRAINE, etc.) au seul profit des associations de chasse qui ont reçu 3 millions

22

d’euros. La suppression de deux Parcs Naturels Régionaux a également fait craindre le pire pour ces aménageurs du territoire. Un revirement assez spectaculaire s’est néanmoins opéré en juin 2018 avec le vote de la nouvelle stratégie Environnement-Energie. Ce plan a été reçu positivement par les conseillers régionaux tant il tranche avec la politique menée jusque-là. Développement des énergies renouvelables, préservation de la biodiversité et des milieux, gestion des déchets, adaptation au changement climatique, c’est une stratégie positive qui est désormais posée, même si certains points comme l’amélioration de qualité de l’air sont encore loin de répondre aux défis qui nous sont posés.

Reste que ce plan abroge l’ensemble des dispositifs précédents et que dans l’attente des nouveaux, l’opposition doit rester attentive pour que la montagne n’accouche pas d’une souris. Cette volte-face témoigne surtout des tensions au sein de la majorité régionale. Laurent Wauquiez, en difficulté avec la composante centriste de sa majorité, ne peut se passer de leur soutien. Or, le vice-président en charge de l’environnement est précisément issu des rangs centristes de l’UDI. Laurent Wauquiez se retrouve donc contraint de ménager son Viceprésident en charge de l’environnement et de concéder certaines avancées. C’est toujours ça de pris pour l’environnement !


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En chiffres 3 millions € pour les chasseurs

46% du budget non consommé

aux dépens principalement des associations de protection de la nature dont les subventions ont chuté subitement, voire disparu.

La majorité régionale n’a réellement dépensé que 54% de la somme votée au budget en faveur de l’environnement en 2017

2 PNR plébiscités supprimés

des centaines d’emplois perdus

bien qu’attendus par la population et en phase finale d’approbation, Laurent Wauquiez et sa majorité ont abandonné les PNR du HautAllier et de la Dombes

dans les associations de protection de la nature, asphyxiées par les baisses de subventions de la Région

Zoom

parcs naturels régionaux

La fin des ambitions La majorité régionale a malmené les PNR depuis le début du mandat. Elle a commencé par diminuer leur budget de 8,5% et supprimer deux projets de parcs, pourtant plébiscités, celui du Haut-Allier et celui de la Dombes. Il a fallu attendre juin 2018 pour que les inquiétudes sur l’avenir des parcs soient dissipées. En partie seulement, puisque l’objectif

principal de l’Exécutif reste de contenir leurs dépenses. Nous héritons donc d’une vision comptable de ce formidable outil d’aménagement du territoire, sans propositions pour l’avenir. La Région a ainsi assuré leur pérennité, mais au prix d’un corsetage inédit. Avec Laurent Wauquiez, c’est la fin des ambitions pour les PNR.

23


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Finances

La région la plus mal gérée de France ! Laurent Wauquiez affirme à grand renfort de communication qu’il est à la tête de la région la mieux gérée de France. Mais est-on vraiment la région la mieux gérée de France quand - fait inédit pour une région - son budget est annulé par la justice ? Explications.

A

uvergne-Rhône-Alpes est la région qui connaît la gestion la plus désastreuse. Budget 2016 annulé par la justice, un deuxième budget en sursis devant les tribunaux, condamnation par la justice sur la crèche de noël ou sur la clause Molière, malaise persistant et inquiétant parmi le personnel, un président indigne de sa fonction lorsqu’il s’autorise à parler « cash » aux étudiants de l’EM Lyon … Notre région n’existe malheureusement que par les outrances de son président. Avec un effet détestable sur l’image d’AuvergneRhône-Alpes. Lorsqu’il communique sur sa gestion, Laurent Wauquiez met en avant les économies réalisées censées réduire le « train de vie » de la région en citant la baisse des indemnités des élus ou la vente de voiture… Ces exemples sont l’illustration même du populisme démagogique du Président qui imagine les citoyens de notre région suffisamment naïfs pour croire à ces fadaises. En vérité, les économies vantées par la majorité régionale n’ont en rien réduit le « train de vie » de la collectivité. Elles ont en revanche mis à mal des pans entiers des politiques publiques essentielles à nos territoires. La droite a baissé de 125 millions d’euros le budget dédié à la formation professionnelle des chômeurs.

24

Il a réduit de 74% l’enveloppe allouée aux politiques de santé et d’action sociale, de 40% les fonds pour l’aménagement du territoire. Même l’action économique n’y échappe pas, puisque son budget a été réduit de 12%. Et contrairement à ce que dit la majorité régionale, l’investissement n’a pas augmenté. Nous constatons une baisse de l’investissement de 3% dans les lycées publics de notre région alors même qu’il s’agit d’une compétence première des régions. Les lycées publics ne sont pas la priorité de Laurent Wauquiez puisque le Président de région a fait le choix de soutenir l’enseignement privé en lui accordant une enveloppe de 120 millions d’euros. La conséquence sera de favoriser l’enrichissement du patrimoine immobilier privé de ces établissements grâce aux fonds de la collectivité ! Le budget d’investissement dans les transports est mis à mal également avec 32% de baisse depuis 2016, ce qui revient à abandonner les usagers des TER puisque le renouvellement des rames des TER ou les travaux sur certaines lignes ne se feront pas. Avec un tel tableau, la conclusion est sans appel : non, Auvergne-Rhône-Alpes n’est pas la région la mieux gérée de France. C’est même l’exact inverse.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Zoom

Désintox

gESTION DU PERSONNEL

Laurent Wauquiez explique à longueur d’interview qu’il fait des économies sans augmenter les impôts.

e facil

Plus c’est gros, plus ça passe ! Il n’augmente pas les impôts tout simplement parce que la région n’a pas d’impôts à percevoir! Les régions ne prélèvent aucun impôt car elles n’ont aucune autonomie fiscale !

La Région investit-elle plus qu'avant ?

FAUX

Totalement faux. La région n’investit pas plus que les précédentes majorités. Entre 2016 et 2017, l’investissement baisse même de 0,3%. C’est les fonds européens de Bruxelles qui permettent à l’exécutif régional de fanfaronner sur son investissement. Mécaniquement, les fonds européens ont bondi de 829% ! Sinon, sur les politiques strictement régionales? -3% pour les lycées, -32% pour les TER, -21% pour l’aménagement du territoire... Paradoxe, M.Wauquiez peut donc remercier l’Europe

Le fait sans commentaire

Un budget annulé par une décision de justice. Fait unique pour une Région... et un autre est en sursis toujours instruit par les tribunaux. A suivre...

!

Un dialogue social désastreux

Le professionalisme et les compétences du personnel de l’administration étaient enviés par toutes les autres collectivités du pays. Depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuelle majorité de droite, un malaise persistant s’est malheureusement installé parmi les agents. Ils sont d’ailleurs nombreux à avoir pris la décision de quitter par choix notre collectivité pour aller exercer leurs talents ailleurs. Perte de sens, manque de visibilité, objectifs absurdes, ingérence permanente du politique sans compter les conditions de travail qui se dégradent particulièrement dans les lycées où le personnel n’est pas remplacé et où les contrats sont de plus en plus précarisés. Par ailleurs, on estime à près d’un millier le nombre d’emplois disparus dans la collectivité. La conséquence est la multiplication des « burn out » et des « bore out » dans un contexte où le dialogue social se déroule dans de mauvaises conditions. Ainsi, depuis son élection, Laurent Wauquiez n’a vu les syndicats qu’une seule fois et durant 3 minutes seulement.

25


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

26


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

2. Pour aller plus loin

Fausses promesses, vraies gamelles, politiques encourageantes ? Faisons le point

27


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Les promesses non tenues Les annonces non suivies d’effets

it

lsh l u b % 100

1

100 millions d’euros de plus pour le patrimoine

ews fake n

2

2 millions d’euros pour les buralistes

ews fake n

3 4 5 6 28

En septembre 2018, Laurent Wauquiez a annoncé la mise en oeuvre d’un plan de 100 millions d’euros supplémentaires en faveur du patrimoine. En réalité, il ne s’agit que de l’enveloppe déjà votée en 2017 qu’il ne parvient pas à consommer.

Suite à l’annonce du Gouvernement d’augmenter le prix du paquet de cigarettes à 10 euros, le Président du Conseil régional annonce un plan de 2 millions d’euros pour aider les buralistes. Depuis ? Rien !

Zéro charge pour le 1er emploi créé

se de e promes n tenu o n e n campag

Le candidat Wauquiez s’était engagé à favoriser l’embauche d’un 1er salarié en versant une prime annuelle de 2 000€ cumulable avec les aides actuelles pour compenser le coût des charges. Rien n’a été fait sur ce sujet à l’heure actuelle.

Transparence totale des subventions accordées

se de promes ne campag nue non te

Dans les faits, la gestion de la Région n’aura jamais été aussi opaque, plus aucun critère ne permet de comprendre pourquoi telle subvention est accordée à telle structure et pourquoi telle demande est refusée.

Engage toi, c’est permis !

se de promes ue on ten n e n g campa

La Région devait financer les permis de conduire des jeunes en échange d’un engagement bénévole pendant deux semaines l’été. Le dispositif existe, mais c’est un vrai fiasco: 111 permis seulement ont été financés alors que 370 000 jeunes de la Région pourraient prétendre à cette aide, soit 0,03% des jeunes ! Un véritable échec. e

Pacte « 1 apprenti, 1 entreprise »

se d promes ue on ten n e n g campa

Le candidat Wauquiez voulait exiger des entreprises de la Région, en contrepartie des aides versées, de prendre des jeunes en apprentissage. On n’a toujours pas vu l’ombre de cette politique.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Les casseroles

A mi-mandat, il en a déjà toute une batterie

EM LYON : Dérapage incontrôlé

« Le bullshit que je peux sortir sur un plateau médiatique » ; « Darmanin, c’est du Cahuzac puissance 10». Morceaux choisis de son intervention en février 2018 à l’EM LYON. Un dérapage contrôlé mais pas tant que ça !

Censure de France 3 : l’effet Streisand

Toujours début 2018 (décidémment), Laurent Wauquiez est intervenu auprès de France 3 pour annuler la diffusion d’une série de reportages faisant un bilan de son action. Bien mal lui en a pris, le nombre de visionnage en replay a explosé !

Justice : un Président multirécidiviste

Annulation de la clause dite «Molière» ; annulation de la crèche de Noël installée dans le hall de la Région ; annulation du budget régional 2016 : Le Président de Région perd toutes les actions de justice menées contre lui. Et c’est pas fini !

Tournoi de tennis de Lyon : Jeu, Set et Chèque Pour sa propre communication, rien n’est trop beau pour Laurent Wauquiez. Il s’est payé un tournoi de tennis à Lyon pour 500 000 euros avec loge privée, table de dîner privée et des centaines de places qu’il distribue selon son bon vouloir. Le tournoi fait ainsi la promotion de son président et de la région. Le problème, c’est l’opacité la plus totale dans la distribution des places et dans les bénéficiaires de ce tournoi. Avec M. Wauquiez, l’argent public est rare sauf lorsqu’il s’agit de satisfaire ses caprices. Une action en justice a été engagée devant les tribunaux.

29


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Encourageant

Les dossiers que nous avons soutenus numérique

Le déploiement du très haut débit avance En matière d’accès à la fibre et au très haut débit, les régions Auvergne et Rhône-Alpes ont toujours été précurseurs.

La Région poursuit l’objectif du très haut débit pour tous en 2021 et nous nous inscrivons dans la même lignée.

Fort du travail accompli avec les opérateurs et avec les collectivités du territoire, l’exécutif régional a poursuivi sur cette lancée. Les financements sont au rendez-vous et des expérimentations sont menées pour accélérer le déploiement des infrastructures numériques, en lien avec l’Etat et les collectivités locales.

En matière de téléphonie également, la Région coordonne l’action des départements en matière de résorption des zones blanches. Un travail d’harmonisation bienvenue pour assurer l’efficacité des initiatives en la matière.

lyon-turin

La majorité affirme son soutien au Lyon-Turin, un projet incontournable L’exécutif Régional a eu l’occasion d’affirmer son soutien au projet du Lyon/Turin. Ce projet est incontournable pour le développement du fret transalpin et pour l’amélioration de la desserte ferroviaire dans notre Région. A la fois projet d’ampleur et du quotidien, les élus du groupe socialiste sont profondément attachés à la réalisation de la liaison Lyon/ Turin. Sur ce sujet majeur, l’unité

30

des élus est indispensable pour assurer la concrétisation de ce projet. Il est en effet grand temps de proposer une alternative à la route notamment pour le transport de marchandises. La majorité régionale s’inscrit donc dans la continuité des mandats de Jean-Jack Queyranne et René Souchon pour défendre le Lyon/Turin et nous nous en félicitons. Nous aurions cependant souhaité que le Plan d’Action régional en faveur du fret ferroviaire, voté en juin 2017 dépasse le stade de la communication et se traduise concrètement, ce que nous attendons toujours aujourd’hui.


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Zoom Peut mieux faire...

Agriculture : la majorité a reconduit l’essentiel des politiques engagées précédemment par la gauche, mais dézingue le bio

L

a politique agricole régionale reprend pour l’essentiel les dispositifs mis en place sous les précédentes majorités socialistes comme le soutien aux filières, les aides à l’installation et à la transmission, l’aide à l’équipement, etc. La vision d’ensemble a néanmoins changé avec la productivité et l’export comme maîtres mots : investissements dans les exploitations agricoles pour les rendre plus compétitives, abandon du bio à l’industrie, etc. Nous avons montré notre opposition à ce modèle dépassé. Pour les conseillers régionaux socialistes et démocrates, l’action

de la Région dans ce domaine doit surtout être pensée pour accompagner le développement d’une agriculture soutenable pour l’environnement et bénéfique pour les exploitants. Préservation des sols, agriculture biologique et rémunératrice, circuits-courts, autonomie des éleveurs et des agriculteurs, bien-être animal... sur tous ces sujets, nous resterons force de propositions.

Bio : fin du modèle paysan, place au business Le changement de paradigme est radical. Là où les majorités socialistes faisaient la promotion du développement de l’agriculture biologique, aux côtés des acteurs locaux, avec des exigences de qualité et de respect des hommes et de l’environnement, la majorité régionale s’est engagée dans le productivisme en confiant sa politique AB aux chambres d’agriculture et à l’industrie agroalimentaire. Les associations de promotion et de développement de l’agriculture biologique sont celles qui ont en premier subi les plus grosses baisses de subventions, de -30% à -100%. Un coup de rabot sans précédent, effectué en même temps que celui sur les associations de protection de la nature…

31


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

32


Auvergne-RhĂ´ne-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

3. Notre action

Face Ă Laurent Wauquiez : alerter, proposer, agir

33


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

Notre action

Face à Laurent Wauquiez : alerter, proposer, agir ALERTER

Vigilance et exemplarité Rester vigilant, c’est un impératif avec cette majorité régionale. Ces trois dernières années, nous avons joué les lanceurs d’alerte sur de nombreux dossiers : €€En 2016, dénonciation de la baisse de la subvention à la Maison d’Izieu €€Conflit d’intérêts : pleins feux sur Gilles Chabert, le conseiller montage de M. Wauquiez qui finance ses intérêts avec l’argent de la région. €€Dénonciation du clientélisme avec notre outil : le subventiomètre. Le Puyen-Velay est trois fois plus arrosé que les autres territoires €€Mise au jour du plan social caché de Laurent Wauquiez, plus de 2 500 emplois supprimés depuis sa prise de fonction dont près de 800 dans les lycées de notre région €€Un SMS de rentrée de Laurent Wauquiez illégal ou comment le président de région viole les données personnelles de milliers de lycéens. €€Le respect de la laïcité en refusant l’installation d’une crèche de Noël dans le hall de la Région.

34

AGIR

Laurent Wauquiez n’est pas au dessus des lois, la démocratie n’est pas une option Ces trois dernières années, les conseillers régionaux socialistes et démocrates ont été contraints de montrer par la force à Laurent Wauquiez qu’il existe des règles pour les décideurs publics et que nul ne peut s’en affranchir. Ainsi nous avons, avec les autres groupes politiques de l’opposition de gauche, contesté devant la justice administrative certaines décisions de la majorité régionale. Nous avons tout d’abord demandé l’annulation du budget 2017 de la Région, nos amendements ayant été rejetés sans raison valable. Nous contestons également la mise en place d’une nouvelle politique « formation » adoptée à la hussarde. La justice a d’ores et déjà condamné la Région de Monsieur Wauquiez à maintes reprises avec l’annulation de la clause Molière, de la crèche de Noël installée dans le hall du Conseil régional et, plus récemment, l’annulation du budget 2016 !

Clause molière Nous avons gagné notre bataille contre la dérive extrémiste de Laurent Wauquiez en obtenant l’annulation de la Clause Molière, une police de la langue discriminatoire qui cible les travailleurs de notre région.

ProposER

Une opposition responsable force de propositions pour Auvergne-Rhône-Alpes Les amendements sont les principaux outils à la disposition des élus d’opposition pour infléchir les politiques régionales. Nous nous en sommes emparés et avons obtenu, entre autres :

€€ Le retour des comités de lignes pour prendre en compte l’avis des usagers TER et améliorer le service.

€€ Ne pas faire payer les familles pour les transports scolaires

€€ Permettre à la Région d’entrer au capital des sociétés de production d’ENR afin de maintenir la maîtrise publique de cet outil.

€€ L’accompagnement de la Région pour aider les jeunes à trouver des stages

€€ Le renforcement des outils de développement des territoires comme TRANSMEA et OSER SPL


Auvergne-Rhône-Alpes n

le (vrai) bila

de Laurent Wauquiez

En images Sur le terrain

Des élus à l’écoute des Auvergnats et des Rhônalpins

A Lyon avec le collectif Vent d’Assos, face aux baisses de subventions aux associations

Rencontre des salariés de GE Electrics de Grenoble, menacés de licenciement

Rencontre avec le GRETA de Grenoble, inquiets de la politique « formation »

Soutien aux agents du Conseil régional, malmenés par l’Exécutif

Visite en Maurienne pour réaffirmer le soutien au Lyon-Turin

Visite dans le Roannais consacrée à la politique économique régionale

en construisant avec les forces vives et les habitants de la région un projet alternatif. C’est pourquoi nous avons lancé en janvier 2018 le Labauratoire, un think tank progressiste pour penser Auvergne-RhôneAlpes autrement. Ouverte à tous, cette plateforme collaborative s’appuie sur un site Internet sur lequel chaque Auvergnat ou Rhônalpin est

invité à proposer et débattre : www.lelabauratoire.fr

Zoom Le labauratoire

Penser la région autrement

Une opposition efficace est une opposition qui propose,

D’ores et déjà, deux thématiques ont fait l’objet de propositions et de contributions de la part des conseillers régionaux :  Culture  Santé

35


Vos élus

Les conseillers régionaux du groupe Socialiste & Démocrate

Anna AUBOIS Puy-de-Dôme (63)

Noëlle AZNAR-MOLLIEX Savoie (73)

Florence BLATRIX-CONTAT Ain (01)

Farida BOUDAOUD Métropole de Lyon

Dominique BRU Cantal (15)

Alain BUSSIère Puy-de-Dôme (63)

Johann CESA Loire (42)

André CHAPAVEIRE Haute-Loire (43)

François CHEMIN Savoie (73)

Anne-Sophie CONDEMINE Métropole de Lyon

Christiane CONSTANT Nouveau Rhône (69)

Jean-François DEBAT Ain (01)

Christian DUPESSEY Haute-Savoie (74)

Aurélien FERLAY Drôme (26)

Stéphane GEMMANI Isère (38)

éliane GIRAUD Isère (38)

Michel GRégoire Drôme (26)

Jean-Michel GUERRE Allier (03)

Stéphane HEYRAUD Loire (42)

Laurence JUBAN Loire (42)

Valérie MALAVIEILLE Ardèche (07)

Gwendal PEIZERAT Métropole de Lyon

Christian PICHOUD Isère (38)

Jean-Jack QUEYRANNE Métropole de Lyon

Thierry REPENTIN Savoie (73)

Philippe REYNAUD Isère (38)

Marie-Hélène RIAMON Loire (42)

Dominique ROUX Isère (38)

Nora SEGAUD-LABIDI Haute-Savoie (74)

Didier VULLIERME Métropole de Lyon

 Groupe Socialiste & Démocrate - Région Auvergne-Rhône-Alpes - 1, Esplanade François Mitterrand - CS 20033 - 69269 LYON  sdea.auvergnerhonealpes@gmail.com - www.socialistesetdemocrates-auvergnerhonealpes.fr - 04.26.73.40.83

36

Bilan mi-mandat région  
Bilan mi-mandat région  
Advertisement