Page 1

UN NUMÉRO RENVERSANT

ÉTÉ 2014 - JUILLET-AOðT 2014 - GRATUIT

EN ROUTE POUR JAPAN EXPO BATMAN: ARKHAM ASYLUM KOGARATSU

DOGGYBAGS DE SEXE ET DE CROCS


m

O

Édito m

Zoo est édité par Arcadia Media 45 rue Saint-Denis 75001 Paris Envoyez vos contributions à : contact@zoolemag.com Directeur de la publication & rédacteur en chef : Olivier Thierry Rédacteur en chef adjoint : Olivier Pisella, redaction@zoolemag.com Conseillers artistiques : Kamil Plejwaltzsky, Howard LeDuc Rédaction de ce numéro : Olivier Pisella, Julien Foussereau, Jérôme Briot, Kamil Plejwaltzsky, Olivier Thierry, Thierry Lemaire, Jean-Philippe Renoux, Michel Dartay, Boris Jeanne, Alix de Yelst, Thomas Hajdukowicz, Jean-Laurent Truc, Gersende Bollut, Yaneck Chareyre, Elsa Bordier, John Young, Cecil McKinley, Hélène Beney, Julie Bee, Louisa Amara Publicité : • pub@zoolemag.com, 06.08.56.04.71 • Marion Girard, marion@zoolemag.com • Geneviève Mechali-Guiot, genevieve@zoolemag.com Couvertures : © Florent Maudoux, Ankama 2014 © 2014 Kachou Hashimoto / éditions Glénat Collaborateurs : Yannick Bonnant et Audrey Retou

Dépôt légal à parution. Imprimé en Espagne par TIBER S.P.A. Les documents reçus ne pourront être retournés. Tous droits de reproduction réservés.

www.zoolemag.com

06 - DOGGYBAGS m

Zoommaire m

Cagaster © 2014 Kachou Hashimoto / Éditions Glénat

BORIS JEANNE

Zoo été 2014 - juillet-août 2014 ACTU BD 08 09 10 12 14 15 16 18 20 21 22 23 24

- ZOMBIES NÉCHRONOLOGIES : les zombies à lÊÉlysée - PRINCE DICKIE : roi des contes ? - LÊEXPÉDITION : ça ne sent pas bon le sable chaud - KOGARATSU : au fil du courant du destin - LÊARABE DU FUTUR : le Persépolis de Riad Sattouf - MAGDA IKKLEPOTTS : sorcellement vôtre ! - LES VESTIAIRES : combat de coqs - AM˚RE RUSSIE : voyage au bout de lÊenfer blanc - CfiUR GLACÉ : les choses de la vie - WORLD WAR WOLVES : loup y es-tu ? - LE NYCTALOPE, un fascinant justicier - BENITO MAMBO : mambo jambo - MARINA : la mauvaise tentation de Venise

RUBRIQUES 04 26 28 29 30

- AGENDA-NEWS : 8e prix Asie ACBD, Fusion Man... - JEUNESSE : Petit Poilu, Grippy - ART & BD : 14-18, lÊarrière - SEXE & BD : Discipline, Sexe - COMICS : Miracleman, Arkham Asylum...

CINÉ & DVD 38 - LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA 39 - DRAGONS 2 : retour aux efficaces conventions

JEUX VIDÉO 37 - WATCH DOGS : Grand Theft Hacking

MANGAS & ASIE 03 04 06 08 09 10 11 12 14 16 18 20 21

CAGASTER : PAGE 04 (PARTIE ASIE)

Le logo ÿ coup de cflur Zoo Ÿ distingue les albums, films ou jeux vidéo que certains de nos rédacteurs ont beaucoup appréciés. Retrouvez quelques planches de certains albums cités par Zoo à lÊadresse www.zoolemag.com/preview/ Le logo ci-contre indique ceux dont les planches figurent sur le site.

(RETOURNER LE MAGAZINE)

- BARAKAMON : cocktail spécial bonne humeur - CAGASTER : quand Kafka inspire le shônen - JAPAN EXPO 2014 : lÊimagination au pouvoir - DÉDICACES : choisir sa file dÊattente - SAKAMOTO, POUR VOUS SERVIR ! - ERASED : quand le passé ressurgit - HISTOIRES SUR LE BORD DU TROTTOIR - Pas de croissants pour LA PYTHIE ! - SEX & FURY : le tatoueur des yakuzas - AREA D : matons vs mutants - WALLMAN : bagarre et nichons - ZELPHY : sous les bons auspices de la psychohistoire - CHRONIQUES

* Prochain numéro de Zoo : le 1 septembre 2014 er

Zoo est partenaire de :

Y a-t-il lieu de sÊémouvoir de ces débordements de comics et mangas chez nos libraires et dans nos pages ? Ce nÊest pas là la bonne question : demandons-nous plutôt si cette surexposition (ou surproduction) gêne la visibilité des autres bandes dessinées – notamment la BD associative – ou si elles inhibent la créativité de par leur caractère commercial parfois un peu cash eu égard à nos sensibilités auteuristes de ce côté-ci de lÊEurope⁄ Le parti-pris de Zoo est celui des cultures visuelles au sens très large, alors tant que ça crée, que ça dessine et que ça raconte des histoires, on prend. Nos pages Actu BD en témoignent : on est au cflur de la mondialisation par le haut !

© Run, Tran, Maudoux, Singelin et Gasparutto / ANKAMA 2014

n me murmure dans lÊoreillette que cet été sortiront beaucoup plus de comics et de mangas que dÊalbums de bande dessinée franco-belge. Fact-checking : je me rends dans une grande chaîne de librairies tout public et interroge bonhommement un vendeur, non sans avoir déjà remarqué rien quÊavec mes yeux la surabondance de comics en lien avec la sortie de nos amis du cinéma, ÿ les blockbusters de lÊété Ÿ. Que me fut-il répondu ? Ah oui mon petit monsieur sans aucun doute, ça balance pas mal côté comics et manga à lÊapproche de lÊété⁄ Double fact-checking : le sommaire de ce Zoo dÊété. Si le numéro de septembre (cÊest la rentrée) et celui de janvier (cÊest Angoulême) sont traditionnellement chargés en sorties dÊalbums franco-belges, jusquÊà nécessiter des prolongements sur le site web du magazine, en revanche juillet est bien le mois du manga en raison de la tenue de Japan Expo au parc-expo de Villepinte, étendu cette année sur cinq jours pour battre à nouveau son record de fréquentation établi à 230 000 visiteurs en quatre jours : nos pages BD asiatiques enflent tout à coup. Les pages comics ne sont pas en reste, avec Arkham Asylum, Les Gardiens de la Galaxie, Miracleman, et même Mikros, notre microsuper-héros à nous les Français !


en bref © Michel-Ange Vinti

A

N

e w s

Métal Hurlant et (¤ suivre) au musée de la BD Après Landerneau, lÊexposition ÿ La bande dessinée fait sa révolution⁄ Métal Hurlant - (¤ suivre) Ÿ pose ses valises à Angoulême jusquÊau 26 octobre. Un parcours parallèle des deux écuries de Formule 1 de la BD, dont le point commun est non seulement le talent de ses membres mais aussi Étienne Robial, le directeur artistique qui a créé lÊidentité graphique des deux revues, créées respectivement en 1975 et 1978. Dans leurs pages, la crème des auteurs des années 70 et 80 a posé son empreinte dans lÊHistoire du 9e Art en associant le médium à la littérature et à la musique, puis en influençant le cinéma. La révolution annoncée dans le titre de lÊexposition nÊest pas un vain mot. Le spectacle visuel qui en découle est une expérience forte. THIERRY LEMAIRE

Caza joue la carte du numérique On peut avoir 72 ans et ne pas rester comme une poule qui a trouvé un couteau face aux nouvelles technologies. Il faut dire aussi que Caza a réalisé les couvertures en poche des plus grands auteurs de science-fiction. Précurseur de la vente de ses albums au format ebooks sur son site (www.bdebookcaza.com), il propose désormais sur une clef USB la totalité de son catalogue numérisé (soit 11 albums, dont 4 des années 70), le Caza 30x30 de 1979 (les connaisseurs des Humanos en auront des frissons), un ex-libris signé, une dédicace et un fond dÊécran. Le tout pour 95,30 euros. Qui a dit que les Grands Anciens dormaient au fond des océans ? THL

FUSION MAN «

Ah ! ****man, cÊest un héros, un vrai. Pas une tantouze ! Ÿ Qui nÊa pas eu du mal à retenir un sourire ironique face à ce genre de déclaration ? Parce que la question de lÊorientation sexuelle laisse songeur appliquée à la problématique du super-héros costumé. Souvent ambassadeur de la force surhumaine et des valeurs ÿ mainstream Ÿ, le super-héros comporte en lui les germes pour être une parfaite analogie implicite de lÊhomosexualité avec sa solitude ou son poids du secret inavouable (voir lÊambiguïté Batman et Robin ou lÊexplicitation chaste du cas de Vega chez les X-Men). Le scénariste David Halphen est allé plus loin avec Fusion Man, superhéros homo revendiqué ayant eu les honneurs dÊun courtmétrage avec Raphaël Personnaz dans un programme de lÊINPES contre lÊhomophobie. Gentillet et plutôt dans le second degré, le court, facilement trouvable sur YouTube, est une porte dÊentrée vers le webcomic dans lequel Fusion Man est revisité par un collectif dÊartistes pour que, enfin, le gay volant puisse sauver le mâle sans gêne.

CESARE

Space Brothers de Chûya Koyama (Pika) et Wet Moon d'Atsushi Kaneko (Sakka). Une rencontre-débat avec les éditeurs des cinq livres de la sélection est proposée le 5 juillet à 16h30 sur la ÿ Scène 15 ans Ÿ de Japan Expo. JÉRłME BRIOT

Crowdfunding DR

Êorganisation de la Japan Expo, insatisfaite des retombées, insuffisantes à son goût, des ÿ Japan Expo Awards Ÿ, a mis cette cérémonie entre parenthèses depuis 2013. Le temps de la réflexion, en attendant de trouver une nouvelle formule. Le festival continue cependant dÊaccueillir lÊACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée), qui remet chaque année son ÿ Prix Asie de la Critique Ÿ depuis 2007 pendant la Japan Expo. En 2013, cÊest Opus de Satoshi Kon, paru chez IMHO, qui lÊavait emporté. Cette année, les cinq titres en compétition sont Cesare de Fuyumi Soryo (Ki-oon), Le Chef de Nobunaga de Takurô Kajikawa & Mitsuru Nishimura (Komikku), San Mao le petit vagabond de Zhang Leping (Fei),

DR

Tous les vendredis au petit matin dans ÿ Un autre jour est possible Ÿ (de 6h à 6h30), Tewfik Hakem dévoile lÊactualité de la bande dessinée en compagnie des auteurs de France et dÊailleurs. Réécoutez et podcastez librement sur franceculture.fr les derniers entretiens : Guillaume Bianco pour Les Carnets secrets de Guillaume Bianco, T.1, Les Seins (Delcourt), Didier Tronchet pour Le Fils du yéti (Casterman), Riad Sattouf pour LÊArabe du futur (Allary éditions), Goossens pour Passions (Fluide Glacial), Posy Simmonds pour Literary Life (Denoël Graphic), Lorenzo Mattotti pour Traval Book Vietnam (Vuitton). Pour en savoir plus, suivez France Culture sur @franceculture et Facebook.com/FranceCulture

8 PRIX ASIE DE LA CRITIQUE ACBD L

c

BERTRAND SIBÉRIEN

Fusionman.fr

Glénat en poche L

es éditions Glénat se sont lancées dans l'édition de romans de poche, ce qui risque bien dÊintéresser les plus jeunes. Ils y retrouveront différentes séries telles que Les Lapins Crétins, Chi, une vie de chat ou Kilari, qui sont déjà extrêmement connus dans leur domaine respectif, ainsi que des créations oriCHI, UNE VIE DE CHAT ginales telles que Psicopattes.

© Konami Kanata / Kodansha Ltd.

MATTOTTI

CESARE © Fuyumi Soryo / Kodansha Ltd.

e

LÊactu de la BD sur France Culture

4

g e n d a

Glénat a donc décidé d'étendre son champ de compétence en se lançant dans un tout autre type de format. Tout ce qui fait le talent de cette maison d'édition y est réuni, des illustrations dignes de ce nom s'intégrant totalement à la narration, de l'humour et de l'aventure. AUDREY RETOU

I

nternet sÊest révélé ces dernières années un formidable moyen de financer nÊimporte quelle forme de création en simplifiant la procédure. AujourdÊhui, Franck Monier et Jérémy Macédo, réalisateurs du court-métrage dÊanimation Boko Anana en préparation, ont besoin de lever des fonds pour le finaliser. Sortis des Gobelins, Monier et Macédo ont pour ambition avec ce film de critiquer lÊusage de la publicité et de sa dimension manipulatrice lorsque la mascotte dÊune boîte de céréales dÊun jeune garçon promet à ce dernier monts et merveilles pour peu quÊil consomme le produit. Mélangeant 2D et 3D, doté de passages musicaux, Boko Anana a besoin dÊau minimum 7500 € pour être finalisé. Les mauvais esprits argueront que le cinéma français ultra subventionné ne mérite pas tant. Et pourtant, sÊil y a bien une catégorie cinématographique de chez nous méritant un coup de pouce via le financement participatif, cÊest bel et bien lÊanimation.

c

JULIEN FOUSSEREAU

www.touscoprod.com/fr/bokoanana

SBAM ! J

usquÊau au 31 juillet 2014, les libraires participant à lÊopération ÿ SBAM ! Élargissez la taille de votre bibliothèque ! Ÿ lancée par les éditions Cornélius, Frémok et Les Requins Marteaux, proposent 15 bandes dessinées (5 par éditeur) ÿ injustement passées inaperçues Ÿ à des prix plus quÊintéressants : 5 livres au choix pour 10 €, 10 pour 20 € et le lot complet pour 30 €. Issue des catalogues de ces trois éditeurs reconnus, la sélection dÊalbums à prix sacrifiés est particulièrement alléchante. CÊest la bonne affaire de lÊété et cÊest à deux pas de chez vous.

c

LA RÉDACTION

www.sbam.buzz


© Run, Tran, Maudoux, Singelin et Gasparutto / ANKAMA 2014

DOGGYBAGS : DE SEXE ET DE CROCS

Le 13 juin dernier, Ankama nous a servi sur un plateau le fumant Doggybags, sixième du nom. Un tome un peu particulier puisqu’il accueille une hôtesse de choix au scénario avec Run : Céline Tran, ex-actrice X, plus connue sous le pseudo de Katsuni.

C

e Doggybags [série créée en 2011 autour de Run, qui se compose dÊhistoires courtes sÊapparentant aux fluvres de genre] est un peu différent des autres, car sÊil reprend lui aussi les codes du film dÊexploitation américain, avec son lot de gore, dÊaction et de violence, les trois histoires ne sont cette fois pas seulement articulées autour dÊune thématique, mais également autour dÊun personnage incroyablement badass : Célyna aka Katsuni, inspirée des traits de Céline Tran. Cette héroïne complexe qui venge les femmes abusées par les magnats du X aura bien des secrets à dévoiler sur ses motivations... Entretien avec les deux scénaristes de ce tome haut en couleurs.

UNE COLLABORATION COMPLÉMENTAIRE Tout dÊabord, comment est née votre collaboration ? Céline Tran : Quand Run mÊa contactée pour participer au teaser de Doggybags 3, jÊétais enchantée. Cependant, il sÊagissait dÊun clin dÊflil dans le registre sexy, et même si ça mÊamusait, jÊavais envie dÊaller audelà, de faire quelque chose de plus ambitieux. Run mÊa proposé un personnage sur mesure, mieux encore : il mÊa proposé dÊécrire à ses côtés. JÊétais aux anges ! JÊai bien sûr accepté et on a passé mal de temps à discuter, échanger. LÊécriture est venue spontanément, nous nous sommes montrés très complémentaires. La collaboration est née début 2012, jÊétais alors actrice X et cÊest génial quÊon ait pris le temps de mûrir le projet. Run : Je ne voulais pas faire juste un personnage aux

traits de Céline et estampiller le projet ÿ Katsuni Ÿ. JÊétais dÊaccord pour créer un personnage quÊelle incarnerait, à condition quÊelle participe activement à cette création. Et comme je connaissais sa plume au travers du blog de Katsuni sur les Inrocks, jÊavais confiance en son potentiel. Céline, quel est votre rapport à la bande dessinée ? Pourquoi avoir choisi de revenir sur cette thématique du sexe qui a marqué votre passé ? Céline Tran : Je ne suis pas du tout experte en la matière, mais lÊécriture et lÊesthétique mÊinterpellent. Parler de sexe nÊétait pas indispensable. Écrire des contes fantastiques est par exemple quelque chose que jÊadorerais faire, mais cÊest aussi très cohérent et légitime que je parle de quelque chose qui est au centre de ma vie. Mon aventure dans lÊindustrie du X est une expérience dans laquelle jÊai envie de puiser pour continuer à mÊépanouir. Et derrière les images, si explicites quÊelles puissent être, il y a surtout du sens, et le duo vampirisme / pornographie est très symbolique. DÊou vous est venue lÊinspiration pour ces trois scénarios ? Pourquoi les vampires ? Céline Tran : CÊest Run qui a eu lÊidée des vampires et jÊai tout de suite accroché. CÊest un thème qui est revenu à la mode, mais notre volonté dÊétablir un parallèle avec la figure de lÊactrice porno lui donnait une dimension originale. On sÊest inspiré mutuelle-

ment en discutant de faits divers, de mon expérience dÊactrice et de femme, de la mythologie des vampires, des serial killers, de nos références cinématographiques. CÊest un vrai travail de collaboration qui sÊest ensuite développé avec les dessinateurs. Run : ¤ vrai dire, je nÊai pas dÊaffinité particulière avec le thème des vampires à la base (même si jÊen connais un rayon sur le genre), mais à partir du moment où on a décidé de traiter de la pornographie, le parallèle avec le vampirisme était évident (sexe / sang /contamination / addiction). Nous avions un angle extrêmement cohérent, à défaut dÊêtre tout à fait original. Mais en bout de course, nous avons réussi, je pense, à créer quelque chose de singulier.

UN DIVERTISSEMENT TOUT EN RÉFLEXION Pourquoi ce clin dÊflil à lÊaffaire DSK dans le troisième acte ? Run : Pour cet acte je voulais traiter des puissants, qui se servent et jouissent de tout en toute impunité, et qui finissent par être rattrapés par une justice tout autre (ici incarnée par Célyna). Tout est fictif. François Donatien Lemarquis est un mix de diverses personnalités, inspiré de faits divers plus ou moins lointains ou marquants. Mais la plus grosse inspiration pour ce personnage reste le Dr Petiot qui, sous son apparente notabilité, profitait du chaos de la guerre pour torturer et tuer ses patients loin de tout soupçon.


n

C

o u v e r t u r e

© Run, Tran, Maudoux, Singelin et Gasparutto / ANKAMA 2014

E

© Run, Tran, Maudoux, Singelin et Gasparutto / ANKAMA 2014

En représentant Céline en héroïne passionaria de la femme contre les démons du X, avezvous voulu donner un côté revendicateur, voire féministe à la BD ? Céline Tran : Revendicateur non, il faut tâcher de lire entre les lignes, on ne dénonce rien, dÊailleurs jÊai quitté le X avec le sourire même si je sais être critique. Ce nÊest pas une attaque contre les hommes quÊil faut voir malgré la violence des images. CÊest une perte de virginité physique, sociale, quasi-spirituelle, le parcours dÊune jeune femme qui ne se connaît pas, qui nÊa pas conscience de son pouvoir. Elle doit apprendre à accepter sa nature, son instinct, mais aussi faire ses choix. Devenir vampire ou actrice X, cÊest en quelque sorte se damner vis-à-vis de la société. La lutte dans cette histoire est celle contre ÿ les puissants Ÿ, manipulateurs dÊun système perverti (audelà de lÊindustrie du X) mais aussi contre notre pulsions, nos addictions. Il y a un questionnement social et plus largement, oui, on peut se demander ce que signifie devenir femme, devenir adulte, questionnement qui revient très souvent dans la naissance dÊun superhéros.

Run : Dans le Label 619 et dans Doggybags en particulier, nous aimons soulever des questions, mettre le doigt sur des paradoxes, jouer avec nos personnages en les confrontant à leurs propres contradictions. Nous traitons dÊun sujet, nous dépeignons une situation, certes avec un angle choisi, mais à aucun moment nous ne voulons faire passer un message politique : ça reste un divertissement. Il y a trois niveaux de lecture dans ce Doggybags, mais pas de revendication particulière. Juste une réflexion.

LE LABEL 619, AGENCE TOUS RISQUES GRAPHIQUE Comment avez vous choisi qui allait dessiner quelle histoire ? Run : Encore une fois, tout était évident et naturel. Pour lÊacte 1, je voulais laisser le lecteur sÊinstaller dans lÊunivers posément. Un graphisme trop atypique aurait été contre-productif. JÊaime beaucoup le travail de Jérémie Gasparutto : accessible, sans être pour autant mainstream. Il a à la fois un trait rugueux et élégant, parfait pour cette introduction. Et jÊaime beaucoup travailler avec Jérémie car il est à lÊécoute, au service du récit, et fait beaucoup de propositions. Pour le second acte, Céline avait une idée très précise de ce quÊelle voulait en termes dÊambiance, et la narration était plutôt casse-gueule. La logique aurait été de tout réécrire, mais jÊavais lÊarme absolue : Florent Maudoux. Florent a besoin de comprendre et de digérer parfaitement ce quÊil doit raconter. Donc il retourne le scénario et les scènes dans tous les sens, et pose des questions exigeant des réponses qui ne sont même pas abordées dans lÊacte, ou même le tome. Ainsi, quand Flo attaque le découpage, il sait

exactement ce quÊil raconte et est totalement investi dans son sujet... Et je ne parle pas de son graphisme. Le troisième acte, je le voulais torturé et tortueux, énergique et dérangeant, et pour ça, Singelin est parfait. Il a adhéré au projet tout de suite. Je lÊavais dÊailleurs sollicité pour réfléchir au design dÊHeart Breaker. Une fois le script écrit, je suis allé à Paris, on a fait le découpage à deux en une après-midi. JÊadore travailler avec lui, cÊest une personnalité vive, intelligente et agréable. Et diablement efficace dans lÊexécution de son travail. Le Label 619, cÊest un peu LÊAgence tous risques ou GI-Joe. ¤ chaque problème sa solution, incarnée par un auteur. Nous avons lÊexpert en armes blanches, le tireur dÊélite, le pilote dÊhélico, le toubib⁄ Moi je suis Hannibal Smith, et devinez qui est Looping ? (Ça commence par Flore et ça finit par Doux.) ALIX DE YELST

DOGGYBAGS, T.6 HEART BREAKER

de Run, Tran, Maudoux, Singelin et Gasparutto, Ankama, 96 p. coul., 13,90 €

7


A

c t u

B

d

© Péru, Pétrimaux et Digikore Studio / MC PRODUCTIONS 2014

LES ZOMBIES À L’ÉLYSÉE

Lorsqu’on aborde une série dérivée en bande dessinée franco-belge, on peut s’attendre à des ouvrages très différents. Il y a des travaux de commande peu inspirés, des auteurs qui s’épanouissent dans ces contraintes, et parfois même de véritables grandes BD de genre. Cet album-ci n’est pas autre chose.

Z

ombies, la série créée par Olivier Péru et Stéphane Cholet, était déjà par elle-même une bonne surprise. Alors que le premier album accompagnait la déferlante The Walking Dead, les auteurs avaient su développer une histoire vraiment personnelle et montrer quÊils ne se plaçaient pas dans lÊexploitation dÊun filon commercial. Olivier Péru avait su donner une vision moins pessimiste pour lÊespèce humaine, plus tournée sur la sociabilisation de groupe. Une distinction franco-américaine assez cohérente du point de vue des idées politiques. Après un premier cycle de trois tomes, ainsi quÊun numéro zéro où Sophian Cholet délaissait le crayon, le duo dÊauteurs a souhaité marquer une pause. Mais avec toujours lÊenvie de développer cet univers, audelà même de lÊAmérique du Nord, toile de fond de la série-mère. Il se trouvait quÊil y avait encore beaucoup dÊhistoires à écrire pour expliquer la chute de notre civilisation humaine. DÊoù lÊidée de proposer une série dérivée qui traiterait dÊautres endroits, dÊautres conséquences de lÊinvasion de zombies. Ce premier tome sÊoccupe de la France et sÊavère être une pure réussite. Depuis le pape du genre au cinéma, Georges Roméro, ce qui fait lÊintérêt réel du zombie, cÊest la critique politique quÊil peut révéler. Le saccage des institutions 8

humaines devenant un prétexte pour mieux en décrire les travers. Olivier Péru assume parfaitement ce positionnement et peut-être plus encore que cela. Car contrairement à de nombreux confrères, il ose placer son invasion de zombies dans une France réelle et contemporaine. François Hollande, président de la République en exercice, va devoir faire face à cette invasion. Le scénariste assume donc une critique politique et institutionnelle qui peut même sÊavérer perturbante. Occupé à se demander ce que lÊon pense du traitement adressé à cet homme qui nous représente démocratiquement, on se déconcentre un peu des premières pages de lÊalbum. On nÊa pas lÊhabitude en France dÊinsérer notre réel dans des événements catastrophiques romancés. Les zombies, comme les super-vilains ou les aliens, envahissent New York. Pas la région parisienne... Mais cet incroyable pari fonctionne, et on se prend à réfléchir autant quÊon frémit devant lÊinvasion des morts-vivants.

nateur (il avait déjà un peu tâté de la mise en couleur auparavant), il livre 50 pages dotées dÊune énergie bluffante. Son trait fin, nerveux, est travaillé avec précision tout en voulant donner lÊimpression de ne pas être totalement abouti. Pas vraiment photo-réaliste, mais sÊen approchant un peu, on ressent une maîtrise qui avec le temps peut amener au talent dÊun Sean Murphy (Punk Rock Jesus). Le potentiel est là, et il paraît évident que cÊest aussi le dynamisme du dessin qui nous immerge complètement dans ce monde en déchéance. On a déjà hâte de le retrouver sur un nouveau projet. Deux bons auteurs, un confirmé et une découverte, un univers très riche, Zombies Néchronologies tome 1 met la barre très haut. Et confirme quÊun spin-off peut aussi exister par lui-même.

L’EXPLOSION D’UN NOUVEAU TALENT YANECK CHAREYRE

Un scénario qui ose, cÊest une chose. Servi par un dessinateur plat, il nÊemportera pas autant de monde. Mais Olivier Péru nÊa pas ce souci car il a trouvé en Nicolas Pétrimaux un illustrateur au talent impressionnant. Pour son premier album en tant que dessi-

c ZOMBIES NÉCHRONOLOGIES,T.1, LES MISÉRABLES

dÊOlivier Péru, Nicolas Pétrimaux et Digikore Studio, Soleil, 56 p. couleurs, 14,50 €


A

c t u

B

d

Prince Dickie roi des contes ? © De Poortere / GLÉNAT

Dickie est un petit gros moustachu, que l’on croirait davantage sorti de la gamme Playmobil que des pages de Playboy. Mais ne vous fiez surtout pas à son air innocent !

S

on créateur flamand, Pieter de Poortere, a obtenu en Belgique un beau succès dÊestime avec ses premières publications, et après un passage en France dans la revue Ferraille, cÊest lÊéditeur Glénat qui sÊest décidé à les reprendre en album. Pas de problème de traduction à ce niveau, la série est muette. Quand les personnages sÊexpriment, cÊest avec des bulles descriptives en images. Dickie promène sa silhouette bonhomme à travers les âges, il revisite les classiques du cinéma américain, et le pauvre gars a même été le fils dÊAdolf Hitler dans un album particulièrement corrosif. De Poortere lÊemmène cette fois dans le monde enchanté des contes, mais la connaissance spécifique du genre nÊest pas nécessaire, car il se limite à ceux qui sont connus de tous et que les studios Walt Disney ont adaptés en jolis dessins animés.

parfois astucieux quand les circonstances lÊexigent. Avalé par une baleine en même temps que Pinocchio, il y met le feu et sÊen sert pour faire cuire un poisson. Ou encore : les hommes ne semblent pas trop patients vis-à-vis des femmes, ils préfèrent se tourner parfois vers les amours homosexuelles. Tout cela est décapant et fort drôle, les couleurs acidulées et la mise en page classique au gaufrier de 12 cases renforcent le contraste avec la cruauté de ces gags. MICHEL DARTAY

GRAPHISME ENFANTIN ET GAGS ADULTES Derrière un graphisme gentillet et apparemment naïf, se cache un regard cruel sur le monde. Dickie nÊest pas particulièrement sympathique, il est malheureux en amour, meurt parfois ou se retrouve mutilé. Il sait aussi être

PRINCE DICKIE de Pieter de Poortere, Glénat, 56 p. coul., 15,50 € 9


zoom

L

e premier tome de cette série avait su développer une tonalité différente dans le traitement de la Rome Antique en bande dessinée, le second opus conserve cet état dÊesprit, lÊapprofondit même. Parce que désormais, les seules références à lÊEmpire Romain sont les tenues des soldats. Le scénariste perd ses personnages, les pousse au plus loin de leurs racines, pour en extraire les tréfonds de leurs âmes. Car cÊest en fait une intrigue très psychologique que nous propose Marazano. Le fantastique esquissé au tome 1 ne tient que peu de place, privilégiant la façon dont peuvent évoluer ces hommes envoyés loin de chez eux. On peut même parler de processus dÊacculturation, notamment à travers le personnage de Tibérius, qui fait lui un voyage encore plus poussé, abandonnant même ses propres croyances pour celles de ses hôtes. CÊest finalement un guide de bonnes interactions avec des inconnus que nous propose le scénariste. Alors évidemment, il propose une bonne dose dÊaction pour donner le change, mais le scénario est plus malin que ce que lÊon pourrait penser au premier abord.

La Collectionneuse, de Pascal Girard

10

d

Ah, la légion romaine... Ce mythe légèrement martyrisé par Goscinny et Uderzo, mais qui bénéficie tout de même d’une haute réputation dans notre pays... Heureusement, certains auteurs viennent apporter une vision plus contrastée, moins positive. Richard Marazano avait bien sélectionné les membres de son Expédition. Ils avaient signé pour de grandes richesses à piller, ce n’est pas évident qu’ils trouvent ce qu’ils étaient venus chercher.

Dupuis, 104 p. n&b, 15,50 € JEAN-PHILIPPE RENOUX

La Pastèque, 112 p. n&b, 14 € AUDREY RETOU

B

ÇA NE SENT PAS BON LE SABLE CHAUD

Comme la célébration récente du Débarquement nous lÊa rappelé, cette opération sÊest accompagnée dÊune logistique efficace. Le photographe dÊorigine hongroise Robert Capa y acquis la renommée avec une dizaine de clichés. DÊautres photographes couvraient également lÊévénement, mais de plus loin, à lÊabri des barges. Habitué à la photographie des conflits militaires, Capa avait déjà couvert la guerre en Chine et en Espagne, du côté des républicains. Ses photos étaient prises sur le vif, au péril de sa vie. Passionné de photographie, le scénariste Jean-David Morvan a élaboré pour Dominique Bertail (le talentueux dessinateur, entre autres, de la série Ghost Money) une histoire qui permet de mettre en scène le célèbre photographe, devenu plus tard cofondateur de lÊagence Magnum Photos, mais aussi lÊhistoire de ces fameuses séries de photos, dont la majorité fut détruite en laboratoire à lÊissue dÊune erreur technique de manipulation. LÊalbum est un petit objet atypique, au demi format à lÊitalienne en noir, blanc et gris, ce qui ne lÊempêche pas de proposer un long panoramique. Il se termine par une biographie illustrée du célèbre photographe, ainsi que par la présentation de ces photos historiques. Il sÊagit du volume inaugural dÊune collection conçue en collaboration entre Aire Libre et Magnum Photos.

DEUX AUTEURS QUI NOUS PRENNENT PAR SURPRISE Si Richard Marazano sÊamuse à nous dérouter par ses écrits, Marcelo Frusin fait de même au dessin. Son trait a évolué depuis le premier tome, à tel point

quÊil nous a fallu vérifier son identité et comparer les planches des deux albums. Alors que son dessin se faisait presque photo-réaliste il y a deux ans, Frusin adopte un trait beaucoup plus stylisé, encore plus tourné vers le noir, lÊépaisseur du trait. Presque comme sÊil sÊétait lui aussi détrompé sur le scénario qui lui était proposé... Il semble répondre graphiquement à la noirceur du propos développé par son collègue. Les aplats de noir prennent beaucoup plus dÊimportance, tandis que le trait se fait moins précis, plus instinctif. Ce deuxième tome de LÊExpédition pourra donc sÊavérer déroutant à la lecture. Il

faudra prendre un peu de temps pour voir par delà la violence des Romains, la finesse du propos recherchée par le scénariste. Mais il est évident que le tome suivant sera sur le même ton. Que cette série nÊa pas fini de nous surprendre au gré de ses révélations. YANECK CHAREYRE

© Marazano et Frusin / DARGAUD

¤ lasuite dÊune séparation douloureuse, Pascal décide de reprendre sa vie en main en commençant un nouveau travail loin du monde la BD qui lui va pourtant si bien. Lors du lancement d'un livre de Laurent Bérubé (auteur dont il ignore tout jusque-là) dans une petite librairie québecoise, Pascal va être le témoin d'un vol de livre mais pas n'importe lequel : un des siens. La jeune femme cleptomane déchaîne en lui les passions.Va-t-il devenir le Sherlock Holmes des temps modernes pour en découdre avec la belle ? Partagé entre l'envie de la démasquer et l'idée d'en faire sa future copine, Pascal se retrouve dans des situations plus loufoques les unes que les autres. Faisant preuve de beaucoup d'autodérision, Pascal Girard se met en scène avec beaucoup de panache dans une tranche de vie des plus extravagante.

c t u

© Marazano et Frusin / DARGAUD

© Capa, Morvan et Bertail / DUPUIS

Omaha Beach, 6 juin 1944, de Capa, Morvan et Bertail

A

LÊEXPÉDITION, T.2 LA RÉVOLTE DE NIANGARA

de Marazano et Frusin, Dargaud, 56 p. coul., 13,99 €


A

c t u

B

d

KOGARATSU : AU FIL DU COURANT DU DESTIN L

e nouvel employeur du ronin nÊest autre que la princesse Ishi, celle-là même que Kogaratsu a aimé et qui a causé sa déchéance sociale au début de la série. Elle a besoin de lui pour une mission toute particulière, essentielle à ses yeux : protéger son fils. LÊenlever, en fait, car lÊenfant est otage à la cour dÊun de ses oncles, retenu pour obliger son père à assumer les dettes quÊil a pu contracter. Mais lÊenfant fait désormais lÊobjet dÊun chantage mortel, et la princesse Ishi ne peut souffrir de cette situation. Et il nÊy a quÊen Kogaratsu quÊelle puisse avoir suffisamment confiance pour mener une telle opération.

UNE VÉNÉRABLE SERIE QUI NE SE REPOSE PAS SUR SES LAURIERS Les quatre années qui ont passé depuis la sortie du précédent album nÊont pas été volées. Scénariste comme dessinateur livrent une prestation exemplaire de maîtrise. Bosse, au scénario, propose à la fois une course-poursuite haletante et la découverte de nouveaux éléments de la culture japonaise. LÊintrigue principale se base sur la notion dÊotage, très différente de celle que nous utilisons aujourdÊhui. Nous appellerions ce statut ÿ monnaie dÊéchange Ÿ ou ÿ gage Ÿ. CÊétait une assurance pour un seigneur de voir un traité réellement appliqué par celui à qui il était imposé. On est moins enclin à faire la guerre quand son héritier peut à tout moment être passé au fil de lÊépée de son ennemi. Ce qui oblige donc la princesse Ishi à faire appel à un samouraï déchu ; aucun risque de conséquences politiques en cas dÊéchec, elle pourra toujours nier toute relation avec lui. Tels sont les grands seigneurs féodaux japonais. ¤ ce grand thème, Bosse rajoute un fil narratif de second plan, un fil rouge, autour du Destin. Un frêle esquif voguant sur le fil de lÊeau ouvre lÊhistoire autant quÊil la conclue. Y voir, bien entendu, une métaphore de la vie de Kogaratsu, qui le rapproche inexorablement de ce quÊil a cherché à fuir. Et 12

© Bosse et Michetz / DUPUIS

La mère des séries franco-belges de samouraï est de retour. Malgré un rythme de parution quelque peu irrégulier, Michetz et Bosse ne négligent pas le ronin créé pour le Journal de Spirou en 1983. Avec cette treizième aventure, ils vont rappeler à Kogaratsu que le samouraï, tout ronin qu’il soit, est là pour servir, quoi que son cœur lui dise.


c t u

B

d

© Bosse et Michetz / DUPUIS

A

cet enfant, quÊil doit sauver, comme symbole de la vie quÊil aurait pu avoir sÊil avait épousé Ishi. CÊest un moment cruel pour le héros, mais qui redonne bien lÊessence du samouraï. Tout ronin et déchu quÊil soit, Kogaratsu sait quÊil doit mettre son amour pour Ishi et ses rancflurs de côté sÊil veut se comporter avec honneur, quand bien même il agit en étant payé. Il tente de sauver lÊimage quÊil a de lui-même. CÊest ça, le Bushido. LÊautre grande réussite de lÊalbum, cÊest la constance au meilleur niveau du dessinateur Michetz. On sent que le duo quÊil forme avec son scénariste est parfait. Le découpage de lÊhistoire est fait de telle façon quÊil permet au dessinateur de déployer toute son énergie quand il le faut, quand à dÊautres moments il nous incite à lÊapaisement. Les scènes de combat au sabre sont des modèles du genre. On y retrouve toute la philosophie du kendo. Les duels y sont courts, vifs comme lÊéclair et mortels. Des principes que le dessinateur applique grâce à une sobriété de cases parfaitement gérée. Un coup, une case, un mort. Kogaratsu est un grand sabreur et le dessin et le découpage nous en font la démonstration. Cette maîtrise de la composition de ses planches est une des caractéristiques de Michetz. Il contrôle parfaitement le temps qui passe, le rythme quÊil veut donner à la lecture. Il nÊhésite pas à accroître le nombre de cases si ça peut lui donner la possibilité de mettre en lumière plus de détails. Tout en restant lisible. Et puis, il serait difficile de parler de cet artiste sans évoquer son soin du détail. Les décors sont particulièrement soignés. Il est rare que deux personnages interagissent sur un fond tout juste esquissé à la couleur. Le dessinateur se fait décorateur de cinéma et nous immerge complètement dans le Japon féodal.

deux albums de Kogaratsu, et seuls les auteurs savent quand une nouvelle aventure prendra vie. Bosse et Michetz poursuivent sur leur lancée, proposent des albums pouvant se suffire à euxmêmes, refermant immédiatement les thèmes quÊils ont soulevés. Mais jamais le scénariste ne perd le sens de son récit. Les références au passé sont nombreuses, bien exploitées. Et depuis Fournaise, onzième tome de la série, il développe un minimum de personnages récurrents, en la personne de Tomomi, une des filles de la montagne. Elle est devenue lÊalliée de Kogaratsu qui nÊest donc plus seul sur sa voie. Après tout, ils ont perdu la même chose ou presque, tous les deux. Où va Kogaratsu, comment la série se poursuivra-t-elle, là encore, seuls les auteurs le savent. Mais en amoureux de culture japonaise ils nous invitent aussi à lâcher prise. Ce sont deux maîtres qui sont à lÊfluvre. Tout à leur ouvrage, ils ne le communiquent au monde quÊune fois leur exigence satisfaite. Et lÊexigence demande du temps, nécessairement. Qui aime la série Kogaratsu acceptera cet état de fait. Le voyage quÊils ont inauguré voilà plus de 30 ans est sûr, la destination se fera connaître en son temps. En attendant, profitons des beautés du chemin. YANECK CHAREYRE

LÂCHER PRISE ET VIVRE L’INSTANT PRESENT KOGARATSU, T.13 Telles sont les dernières paroles de Kogaratsu dans cet album, seule compte la réalité du moment présent. Oui, il faut attendre longtemps entre

TARO

de Bosse et Michetz, Dupuis, 48 p. couleurs,12 € 13


zoom

A

Cet ouvrage nÊest pas un recueil tel quÊon lÊentend habituellement. CÊest, selon son auteur, une ÿ sélection dÊhuiles, pastels, aquarelles et dessins exécutés avec soin et détermination afin de donner au spectateur un aperçu de la nature intime de cette grande ville et ses environs Ÿ. Le génial Carlos Nine a donc composé cet album comme une architecture analogique et sensitive de la ville qui lÊa vu grandir. Légendes urbaines, rumeurs, mythes et faits avérés se complètent ici dans des visions fantasmatiques aussi sublimes quÊétranges⁄

B

d

LE PERSÉPOLIS

DE RIAD SATTOUF Le talent de Riad Sattouf, ce qu’il a déjà accompli à 35 ans à peine, est si impressionnant que ça pourrait le rendre agaçant. Auteur populaire des BD Pascal Brutal, La Vie secrète des jeunes, puis réalisateur césarisé pour Les Beaux Gosses... Il s’est récemment lancé dans une autobiographie en trois tomes, dont le premier est une vraie pépite. © Sattouf / ALLARY

Rapport visuel sur la ville de Buenos Aires et ses environs, de Carlos Nine

c t u

Les Rêveurs, 208 p. couleurs, 28 € CECIL MCKINLEY

Un été en apnée, de Max de Radiguès Max de Radiguès poursuit son exploration de lÊadolescence avec un récit plus orienté jeunesse que les précédents. Un été en apnée raconte les vacances de Louise et sa cousine Manon à Montpellier. Cette dernière, sans complexe, entend bien mettre à profit ce séjour pour séduire des garçons. Louise est quant à elle plus indécise, encore chamboulée par sa récente rupture (poussée en cela par Manon) avec Simon. Mais surtout, elle sÊinterroge sur le sentiment amoureux, quÊelle nÊest pas encore sûre de bien cerner. Les préoccupations de cette jeune personnalité qui sÊaffirme sont admirablement rendues. Max de Radiguès nous gratifie encore une fois dÊune histoire intelligente contée avec finesse.

S

i Riad Sattouf était né et avait grandi dans le Vercors, il aurait sans doute eu un peu moins de matière⁄ Mais, le petit Riad est né de lÊunion de deux étudiants de la Sorbonne, une maman bretonne et un père syrien, qui sont partis vivre en Lybie et en Syrie, en pleine dictature. Là commence une frustration délicieuse qui sÊaccentuera au fil des pages : à aucun moment Riad Sattouf explique ce qui peut pousser une femme éduquée à suivre un homme jusquÊen Lybie, où les droits des femmes sont niés. Non, lÊamour nÊexplique pas tout. Riad Sattouf nous réserve sans doute des révélations dans les prochains tomes. Celui-ci se consacre pleinement à sa vision dÊenfant de 2 à 5 ans (environ), et à celle de son père, personnage ambigu, souvent autoritaire, parfois détestable car aveuglé par ses idées, risible, mais toujours dépeint avec tendresse.

Sarbacane, 64 p. couleurs, 12,90 € OLIVIER PISELLA

Dans la ville de Prokon (contraction de ÿ Production Ÿ et ÿ Konsommation Ÿ), la population vit heureuse dans un équilibre parfait reposant sur le plein emploi et le désir consumériste sans cesse renouvelé. Cette belle mécanique sÊenraye le jour où le docteur Dracenstein invente un ÿ spray dÊéternité Ÿ. Les objets ainsi pulvérisés ne vieillissent plus, restant indéfiniment fonctionnels... une catastrophe pour Prokon. Heureusement, Ultra-héros est appelé aux affaires pour mettre à mal les vils desseins de Dracenstein. Avec ironie, cette étonnante fable de 1971 met en évidence les liens entre capitalisme, sophisme et culte de la consommation à outrance. Un constat judicieusement renforcé par le style graphique pop art adopté par lÊauteur norvégien. Éd. Matière, 64 p. n&b, 13 €

OP

14

© Sattouf / ALLARY

Prokon, de Peter Haars

¤ travers 160 passionnantes pages quÊon lit dÊune traite, on suit le parcours de cette famille atypique à travers trois pays – la France, la Lybie et la Syrie – avec humour, réalisme, parfois cruauté, mais sans misérabilisme. LÊenfant nÊa pas de point de comparaison, il découvre tout sans mépris et admire tellement son père quÊil boit toutes ses paroles, même les plus folles. LÊantisémitisme primaire des cousins de Riad, dès leurs jeux dÊenfants, est parfaitement décrit et révèle le mal profond qui ronge le monde arabe. CÊest en quelques cases et avec le rire du désespoir que Riad Sattouf décrit la situation de lÊépoque, pas plus reluisante aujourdÊhui.

chains tomes. Un premier volet déjà très riche et beaucoup dÊattentes pour les suivants. LÊArabe du futur est déjà lÊfluvre de sa vie. Il ne tient quÊà lui dÊen faire un chef dÊfluvre en BD et au cinéma, aussi beau que le fut Persépolis pour Marjane Satrapi. ¤ suivre. LOUISA AMARA

DOUBLE CULTURE Riad est né dÊun couple mixte. Son père est en bataille constante avec lui-même : assumer ses choix ou faire comme son frère. NÊétant pas pratiquant lui-même, il se sent obligé de lÊêtre devant sa famille, et dÊenseigner à son fils les rudiments de lÊIslam. Un malaise palpable qui fait écho à ce que ressentent les générations dÊenfants dÊimmigrés en France. LÊauteur distille déjà par petites touches un vrai sujet qui devrait (on lÊespère) être développé dans les pro-

LÊARABE DU FUTUR UNE JEUNESSE AU MOYENORIENT (1978-1984)

de Riad Sattouf, Allary, 160 p. couleurs, 20 €


c t u

B

d

SORCELLEMENT VÔTRE ! La magie est un thème fascinant que le duo François Debois et Krystel se fait un plaisir de revisiter avec panache.

S

orcière au caractère bien trempé, Magda arnaque les antiquaires parisiens pour mener à bien sa petite vie en attendant de trouver du travail. Ce nÊest pourtant pas de tout repos. ¤ la suite dÊun incident dramatique, la communauté magique est détestée par la population, maltraitée par les politiques et les médias, et doit se faire recenser auprès de la police chaque année pour avoir le droit dÊexister. Pour la jeune femme, qui possède le ÿ doubleglyphe Ÿ (ce qui pourrait en faire la sorcière la plus puissante de cette univers), rien nÊest donc plus important que de rester inaperçue. Mais vivre de sa magie ne lui permettra pas de camoufler ses frasques bien longtemps aux yeux des autorités. Et de récents événements risquent bien de lÊobliger à collaborer avec ceux quÊelles déteste le plus...

facilité déconcertante dans la vie de la magique Magda avec son lot dÊévénements sombres, de romance mais aussi dÊhumour. Les dialogues peuvent paraître parfois crus mais sont très générationnels. Parallèlement à lÊunivers de la magie, les auteurs abordent des sujets plus actuels tels que la peur de lÊautre et ce que nous ne maîtrisons pas, ce qui est très significatif de lÊêtre humain. Que ce soit dans les nombreux comics ou dans nos BD, cÊest un sujet récurrent et passionnant. Certaines influences venant du manga se font sentir dans le dessin et on appréciera tout particulièrement la référence au corbeau de City Hunter. Les auteurs seront en dédicace sur le stand dÊAnkama durant Japan Expo, ne les ratez pas !

© Debois et Krystel / ANKAMA

A

MAGIE ET PROBLÉMATIQUES UNIVERSELLES AUDREY RETOU

Après leur collaboration sur Ash aux éditions Soleil, on retrouve avec grand plaisir lÊincontournable scénariste François Debois et la talentueuse dessinatrice Krystel sur le premier tome de cette nouvelle série dÊAnkama, Madga Ikklepotts. Cette histoire nous transporte avec une

c MAGDA IKKLEPOTTS,T.1 MONSTRE DANS LE PLACARD de François Debois et Krystel, Ankama, 56 p. couleurs, 13,90 € LE

15


A

c t u

B

d

COMBAT DE COQS E

n trois ans dÊexistence (20092012), lÊéditeur manolosanctis a déniché une bonne poignée dÊauteurs prometteurs. CÊest avec plaisir que parmi ceux-ci nous retrouvons aujourdÊhui Timothé le Boucher. Si ses participations aux collectifs Phantasmes, 13m28 et Vivre dessous avaient été saluées, cÊest son premier ouvrage en solo, Skins Party, qui avait le plus marqué les esprits. Le jeune auteur y faisait preuve dÊune maturité narrative étonnante en maîtrisant le récit dÊune soirée dÊexcès estudiantins racontée successivement par divers protagonistes. LÊhistoire, dont lÊambiance, le soin apporté à la psychologie des personnages et la pluralité des points de vue évoquaient assez clairement Brett Easton Ellis, retombait sur ses pattes avec une certaine adresse.

LES ADOLESCENCES DU MÂLE

Côté graphisme, Les Vestiaires est dans la lignée de Skins Party : dessin élégant, très lisible et sans fioritures, excellente caractérisation des personnages et

nombreux aplats de couleur. Timothé le Boucher : ÿ Mon dessin est avant tout au service de la narration. Si je travaille directement sur ordinateur, cÊest parce que jÊai été familiarisé à lÊoutil informatique depuis mon enfance et quÊil offre un confort de dessin que jÊapprécie, même sÊil est vrai que le trait se retrouve un peu formaté. Dans Les Vestiaires, le dessin est volontairement épuré, ce qui me permet de mettre en avant lÊessentiel de ce qui doit être exprimé. CÊest la même chose pour les couleurs. Chacun des 15 personnages possède ses propres couleurs identifiables et des dominantes sont utilisées pour situer simplement les lieux : rose pour les toilettes, neutre pour le vestiaire, bleu foncé pour la petite pièce et bleu vert pour les douches. Je suis particulièrement influencé par les mangas, avant tout pour le rythme de la narration, et je pense que cela doit se sentir aussi dans mon dessin. Mais je reste assez curieux graphiquement et je

tire mes influences aussi bien de la bande dessinée européenne que des comics indépendants. Ÿ Avec cet album, Timothé le Boucher confirme un talent indéniable pour lÊobservation et la mise en scène. Après le récit choral du premier ouvrage, cÊest le procédé du huis-clos qui est utilisé ici, avec tout autant dÊhabileté. De quoi être curieux de voir comment sa fibre intimiste saura sÊépanouir dans son prochain projet, ÿ une histoire dans un contexte médiéval fantastique qui raconte le déroulement dÊun siège. Ÿ OLIVIER PISELLA

© Timothé le Boucher / LA BOÎTE À BULLES

Dans son nouvel album, Les Vestiaires, il rempile sur la thématique adolescente. Une obsession ? ÿ En réalité, cÊest un peu un hasard que mes deux premiers albums publiés parlent tous deux de lÊadolescence, nous confie Timothé le Boucher. Je travaille sur des sujets dÊhistoire généralement assez différents, que ce soit dans des recueils, des fanzines, ou des sujets dÊécole (je suis actuellement en 5e année DNSEP à lÊEESI dÊAngoulême). Par contre, il est vrai que je nÊose pas encore utiliser des protagonistes plus âgés que moi. JÊai besoin de comprendre les enjeux idéologiques de mes personnages, et pour cela, il est plus facile de me baser sur ma propre expérience. Ÿ Les Vestiaires raconte les rapports qui sÊinstaurent

dans une assemblée de garçons de 1415 ans après le cours de sport chaque jeudi. Les installations sont toutes neuves et les douches sont désormais collectives. Par ailleurs, le vestiaire des filles jouxte celui des garçons et il est possible de les observer crapuleusement par une grille dÊaération. DÊun côté le poulailler, de lÊautre le combat de coqs. CÊest en effet une microsociété impitoyable qui se donne impudiquement en spectacle au lecteur. Un groupe de jeunes mâles à la hiérarchie fluctuante, avec son souffre-douleur officiel, ses rivalités... Les amitiés (ou alliances) se font et se défont au gré des réputations, la bêtise et la cruauté sont omniprésentes. ÿ JÊavais envie de développer lÊambiance particulière liée au collège. Le vestiaire est arrivé après. CÊest un lieu intéressant où les adolescents sont livrés à eux mêmes sans professeur pour les contrôler. CÊest aussi la période où le corps change et où lÊintimité est mise à mal. On y subit des comparaisons et des discriminations. Le choix du lieu mÊas aussi permis de jouer avec le hors champ. Je voulais que certaines informations nous échappent. Comme si la caméra était un fantôme attaché au lieu, dans lÊincapacité dÊen sortir Ÿ, explique lÊauteur. Par ce goût du dialogue et des affres collégiennes, le travail de Timothé le Boucher nÊest pas sans rappeler celui de Max de Radiguès (Lʘge dur, Orignal...), référence quÊil ne renie pas.

© Timothé le Boucher / LA BOÎTE À BULLES

Après Skins Party chez manolosanctis, album qui fit partie de la Sélection d’Angoulême 2012, Timothé le Boucher, à peine 23 ans, réapparaît à la Boîte à Bulles avec un récit clinique sur la vie d’un vestiaire masculin à l’âge « ingrat ».

LES VESTIAIRES

de Timothé le Boucher, La Boîte à Bulles, 128 p. couleurs, 20 €

16


A

c t u

B

d

VOYAGE AU BOUT

DE L’ENFER BLANC © Ducoudray et Anlor / BAMBOO / GRAND ANGLE

Amère Russie d’Aurélien Ducoudray et Anlor, un récit situé pendant l’une des deux guerres de Tchétchénie, décrit le périple d’une mère en territoire hostile pour délivrer son fils prisonnier. Un docu-fiction captivant.

L

© Ducoudray et Anlor / BAMBOO / GRAND ANGLE

a nature nÊaime pas le vide, paraît-il. CÊest le cas également des dirigeants successifs de la Russie depuis lÊéclatement de lÊEmpire soviétique. Les diverses déclarations dÊindépendance des anciennes républiques sont restées en travers de la gorge de Boris Eltsine et Vladimir Poutine. Depuis 20 ans, la reprise en main de lÊaire dÊinfluence moscovite est un objectif politique constant du Kremlin. Sur ce terrain, le combat contre les forces indépendantistes de Tchétchénie a longtemps été une épine

18

dans le pied de lÊours russe. Et il fallut deux guerres pour venir à bout de la rébellion tchétchène, ou du moins de la désorganiser suffisamment par la mort de leurs chefs pour normaliser la situation et placer dans la capitale Grozny un gouvernement pro-fédéral, donc allié de Moscou. Par les drames quÊils génèrent, les conflits militaires sont une source assez inépuisable de récits. Le tout est de choisir un angle, un événement ou un traitement original. Le ressort scénaristique dÊAmère Russie, quÊAurélien Ducoudray découvre au hasard dÊun reportage, est assez incroyable. Pendant les années de guerre, le commandant militaire tchétchène Chamil Bassaïev propose avec le plus grand sérieux, ou le plus grand cynisme, un marché ahurissant : il consent à libérer chaque prisonnier russe dont la mère viendrait le chercher. Apprenant cette nouvelle, une babouchka qui joint les deux bouts en vendant des DVD à la sauvette dans les couloirs du métro de Moscou, décide de faire le long voyage vers la Tchétchénie pour délivrer Volodia, son militaire de fils, récent captif des troupes de Bassaïev. Une odyssée dans la neige et le froid, à travers un pays en déliquescence et en guerre, dÊune mère prête à tout pour délivrer son enfant.

UNE HISTOIRE DE FEMMES La particularité du récit, contrairement à ce quÊon pourrait attendre a priori dÊune histoire basée sur des faits militaires, est de donner la part belle aux personnages féminins. Les principaux protagonistes de lÊintrigue sont en effet des femmes, civiles ou paramilitaires, asséchées par les événements. Difficile de laisser émerger de la tendresse quand le souci premier est de rester en vie en se méfiant de tout et de tous. La mère de Volodia parvient tout de même à conserver sa part dÊhumanité en restant étrangère au conflit et surtout à la haine qui lie les deux populations. Et cÊest une autre des qualités de lÊalbum que de brosser par petites touches le décor, lÊarrière-plan politique, ethnique et culturel de cette guerre. De souligner les rancunes séculaires qui empoisonnent les imaginaires collectifs des deux côtés de la frontière. Les propagandes jouent alors sur du velours pour répandre dans leur opinion publique respective les pires rumeurs, nourries des fantasmes transmis de génération en génération. Le voyage de cette mère, cÊest finalement un peu le périple de Candide, dont les rencontres le surprennent, lÊenrichissent, le déçoivent et lui donne de lÊespoir tout à la fois. Jamais trop sombre, mais constamment

dans le registre de lÊémotion, Amère Russie est autant le portrait dÊune femme déterminée que dÊun pays déconstruit. Une belle histoire qui traque à la manière des orpailleurs les traces persistantes de générosité sous la chape de plomb de la violence. Le second tome dira peutêtre, sûrement, que ce choix de vie est forcément récompensé. THIERRY LEMAIRE

AM˚RE RUSSIE, T.1 LES AMAZONES DE BASSA˛EV

de Ducoudray et Anlor, Bamboo / Grand Angle, 48 p. couleurs, 13,90 €


c t u

B

d © de Moor et Dal / LE LOMBARD

A

LES CHOSES

DE LA VIE Vous avez besoin de faire le point sur votre existence ? Alors lisez Cœur glacé, de Gilles Dal et Johan de Moor, un recueil philosophique en images qui ausculte le sens de la vie.

«

© de Moor et Dal / LE LOMBARD

Vanitas vanitatum, omnia vanitas Ÿ, disait le poète. Ou plutôt LÊEcclésiaste, qui nÊest pas une personne contrairement à ce que lÊon pourrait penser, mais bien un livre, fraction des Ketouvim, euxmêmes partie de lÊensemble des textes de la Bible hébraïque. ÿ Vanité des vanités, tout est vanité Ÿ, donc. On pourrait sans aucun doute graver cette locution au fronton de Cflur glacé, tant lÊalbum disserte sur le sens de la vie. Selon les auteurs antiques, face à la mort, lÊexistence nÊen a pas beaucoup, de sens. Gilles Dal et Johan de Moor ne sont pas loin de penser la même chose, en choisissant pour personnage principal de leur récit un quadragénaire un peu mélancolique, voire par moment carrément dépressif. Cet homme, dont on ne connaîtra pas le nom, marié, père de deux enfants, cadre supérieur, est à un moment charnière de sa vie. Il pense de plus en plus à la mort, sa mort, et éprouve le besoin dÊévaluer – avec un brin de fatalisme – le poids de son existence, et de celle de ses contemporains. SÊil avait été noble ou bourgeois au Moyen ˜ge, il aurait commandé une

20

vanité à un artiste de son temps. Une nature morte, peinte ou sculptée, pour lui rappeler la nature éphémère du passage de lÊhomme sur Terre. Mais puisquÊil évolue au XXIe siècle, le héros de Cflur glacé préfère soliloquer, ou peut-être dialoguer avec sa conscience, de manière décousue, afin de déterminer une bonne fois pour toutes si la vie vaut vraiment dÊêtre vécue. Le temps qui passe, le mode de vie occidental, la paperasse, lÊautre, les autres, le spectre des préoccupations est large. Les très nombreuses citations et clins dÊflil, historiques, religieux, artistiques, étoffent une démonstration qui, de manière assez paradoxale, use dÊun rythme assez saccadé pour distiller la mélancolie.

UN ALBUM QUI BROUILLE LES CARTES Dans sa forme, lÊalbum cache un peu son jeu, comme ces personnes au fond du trou qui veulent donner le change. Le ton un tantinet cynique et désinvolte de Gilles Dal, assez surprenant pour ce scénariste compère de Frédéric

Jannin et Philippe Bercovici, est contrebalancé par un humour qui fait mouche, mais qui apparaît quand on regarde de plus près comme le rire du désespoir, ou du moins un sourire désabusé. Côté dessin, Johan de Moor brouille aussi les cartes. Pour son retour à la bande dessinée, plus de dix ans après les derniers épisodes de La Vache (dont les albums vont dÊailleurs être réédités par Le Lombard dÊaoût jusquÊà la fin de lÊannée), il emploie un style proche de celui de Pi, son bovin agent secret. Un dessin plutôt comique donc, aux couleurs vives et chaudes. Quelques superbes illustrations pleine page, cases grand format ou planches muettes donnent de la respiration à un récit très dialogué. Il nÊen faudrait pas beaucoup pour se croire dans une aventure du burlesque Jean-Claude Tergal signée Didier Tronchet. Pourtant, en tournant les pages de Cflur glacé, un sentiment persistant de mal être étreint le lecteur. Parfaitement happé par la rhétorique du héros, sorte de personnage miroir, il ressent derrière la décontraction de façade quelque chose de plus menaçant. Le coup de théâtre final fait dresser les sourcils, et questionne le rapport de chacun avec la

dureté de la réalité. Finalement, autant quÊune réflexion sur la nature humaine, Cflur glacé défend un point de vue, certes sombre, sur notre époque. Et prouve, quoi quÊen disent certains, que la bande dessinée est un excellent médium pour philosopher. THIERRY LEMAIRE

CfiUR GLACÉ de Johan de Moor et Gilles Dal, Le Lombard, 64 p. couleurs, 14,99 €


A

c t u

B

zoom

d

Loup y es-tu ?

Békame,T.2, de Ducoudray et Pourquié

© Istin, Duarte et Ellem / MC PRODUCTIONS

Après avoir collaboré sur deux tomes de la série Elfes, le duo Istin / Duarte nous propose une nouvelle série mordante. Oui, le jeu de mot est facile vu qu’il s’agit d’une histoire d’invasion de loups-garous, mais cette BD est de celles qui vous attrapent même si vous vous fichez de la lycanthropie comme de votre première morsure !

Suite et fin de l'histoire de Bilel, petit immigré clandestin algérien qui découvrait que son frère parti avant lui organisait désormais le passage des migrants de la France à l'Angleterre. Le scénariste réussit à nous toucher profondément avec son histoire où personne n'a le beau rôle. Avec le frère Ahmed, il nous propose même un personnage qu'on prend plaisir à voir évoluer, douter, malgré son caractère antipathique. Cruel, drôle, touchant, ce tome 2 met en lumière un monde que l'on refuse de voir. Des humains qui rêvent d'un ailleurs où mieux vivre, un chez nous, qui devient leur enfer.

Futuropolis, 96 p. couleurs, 17 € YANECK CHAREYRE

Suzy Wong et les esprits, de Virginie Broquet

L

© Istin, Duarte et Ellem / MC PRODUCTIONS

e monde ne lÊa pas vu venir. Une épidémie extrêmement contagieuse sÊest propagée dans tous les États-Unis et a transformé peu à peu la population en⁄ loups-garous. Si au début on pensait à un (ou plusieurs) serial killer, il a bien fallu se faire à lÊincroyable : des meutes dÊhommes transformés en loupsgarous ont pris possession du territoire. Est-ce un essai militaire qui aurait mal tourné ? Une épidémie volontaire ? En tous cas, se déplacer ou même voyager devient une gageure, la mort étant à chaque coin de rues, routes, villes, villages... Se regroupant en zones communautaires fermées, les survivants doivent tout de même faire face à un quotidien rude et violent. Plus rien ne fonctionne comme avant, et les loups, eux, sÊorganisent en nation qui utilise les humains comme gardemanger. ¤ leur tête, un chef nommé James Raven, un peu moins bête que

ses hordes, qui mène une guerre ciblée face à une armée humaine dépassée.

LA RÉSISTANCE S’ORGANISE Dans ce nouvel ordre mondial, on va suivre en parallèle le destin de différentes personnes, à des endroits différents des États-Unis : à Las Cruces, la famille Marshall dont le père, romancier, va devoir apprendre à défendre les siens, à Philadelphie, Jeremy Lester, aveugle doté de la capacité de ÿ sentir Ÿ le mensonge, à Riker Island devenu garde-manger pour loups, le prisonnier Malcom Spolding répare tout ce qui est défectueux et devient indispensable aux loups-garous⁄ Au fil des aventures et de lÊavancée inexorable des loups-garous, ces personnages vont finir par se croiser dans les tomes suivants, tenter de survivre et surtout, de trouver ensemble un remède à ce mal (de chien).

Extrêmement bien construite et diablement efficace, cette série au dessin dynamique balaie beaucoup des codes lycanthropiques pour transformer le surnaturel en épidémie crédible, qui pourrait bien nous tomber dessus demain (virus créé par lÊarmée, dont la portée lui aurait échappée). En plus, chaque personnage bénéficie de chapitre au style narratif différent, ce qui renforce la vraisemblance de lÊensemble. Bref, cÊest très bien fait et lÊon se dit que lÊhomme est vraiment un loup pour lÊhomme⁄ HÉL˚NE BENEY

Étrange objet que cette Suzy Wong : baroque et un brin voyeur, le voyage initiatique entrepris par la jeune Suzy pour remonter la piste de ses multiples aïeux, dans une Asie atemporelle. Le drame fondateur de ses origines sera dévoilé au fil des vignettes chamarrées et oniriques, émaillées de spiritualité et de friponnerie. LÊouvrage est préfacé par le réalisateur Jan Kounen, avec lequel lÊauteur semble partager un attrait pour la puissance des esprits ancestraux.

Gope éditions, 108 p. couleurs, 18,80 € JULIE BEE

LÊHérétique, de Sébastien Gannat, dÊaprès Alain Bombard Au printemps 1952, le docteur Alain Bombard entame une traversée de lÊAtlantique sur un simple canot pneumatique pour étudier les conditions de (sur)vie des naufragés. 60 ans plus tard, Sébastien Gannat, qui vit au cflur de lÊOcéan Indien, relate cette quête insensée. Reprenant les codes classiques (ligne claire, coup de théâtre en fin de page), sa bande dessinée constitue un récit fidèle de cette folle épopée, basée sur le journal de bord du navigateur, pour un suspense haletant en tête à tête avec le Grand Bleu.

WORLD WAR WOLVES, T.1 DIEU A DE LÊHUMOUR

Des bulles dans lÊocéan, 98 p. couleurs, 19 € JULIE BEE

de Istin, Duarte et Ellem, Soleil Comics, 96 p. n&b, 13,95 € 21


A

c t u

B

d

LE NYCTALOPE,

UN FASCINANT JUSTICIER Léo Saint-Clair, le Nyctalope, est de retour chez Delcourt. Le scénariste Serge Lehman l’avait déjà embarqué dans sa Brigade Chimérique. Cette fois, on saura tout sur ce super-héros avant la lettre. Le Nyctalope a fait ses débuts au début du XXe siècle dans un feuilleton quotidien de Jean de La Hire que Lehman a dépoussiéré avec Gess au dessin. Le Nyctalope, de Lehman, Gess et Delf © Guy Delcourt Productions – 2014

plus quÊun détective, Saint-Clair est un chasseur dÊespions qui veulent du mal à notre doux pays. Déjà, dans La Brigade chimérique, le Nyctalope faisait face aux ennemis de la patrie : ÿ Le Nyctalope était lÊun des personnages centraux de La Brigade. Beaucoup plus âgé. LÊhistoire se déroulait en 1939. Superflic parisien ayant renoncé à ses principes, obsédé par sa propre image, il rate la dernière occasion de sÊopposer au nazisme avant la catastrophe. Le Nyctalope est un personnage très riche. Il exprime certaines des contradictions et des blessures les plus profondes de la culture française. Il a beaucoup de choses à dire Ÿ, complète Serge Lehman.

FANTASMES SCIENTIFIQUES ET GUERRE DES MONDES

U

n nyctalope, cÊest quelquÊun qui voit la nuit comme en plein jour. Léo Saint-Clair va le devenir accidentellement. On est en 1911. Détective souffreteux au regard mystique, cardiaque, Léo Saint-Clair a un père puissant, connaît toute lÊaristocratie parisienne et est fiancé à la fille dÊun ministre. Arsène Lupin, Fantômas, Rouletabille ou encore Sherlock Holmes nÊont quÊà bien se tenir. Léo va se lancer à la poursuite de ceux qui ont volé le Radiant Z, un brouilleur radio capable de semer la panique à bord des cuirassés français. Serge Lehman a un faible pour ce nyctalope qui ne paye pas de mine : ÿ Il est né dans les pages du journal Le Matin. CÊest un personnage de justicier dÊun type nouveau. Il est scientifiquement apte mais se débrouille avec lÊocculte. Il voyage dans lÊespace, dans le temps, se marie, découvre des mondes perdus, divorce, affronte des super-criminels. CÊest un vrai super-héros, peut-être le premier de tous Ÿ. En prime, il va aussi être le premier greffé cardiaque par un savant délirant qui a pris le docteur Frankenstein pour modèle. CÊest le mélange des genres qui est séduisant dans le héros créé par de La Hire, auteur prolifique de centaines de romans très inégaux. Action, fantastique, 22

¤ la poursuite du couple infernal formé par la vénéneuse Katia Gardeff et Sadi Khan, voleur du Radiant Z, Saint-Clair pilote le ÿ stratogyre Ÿ, un prototype révolutionnaire tout droit sorti de lÊunivers de Verne. Serge Lehman nÊa pas gommé la partie fantastique de lÊfluvre de Jean de La Hire. Il a volontairement continué à mixer réalité et fiction : ÿ CÊest un peu notre marque de fabrique avec Gess. On part du réel, à un moment donné de lÊHistoire, et on rend visibles les mythologies qui sont dans lÊair. En 1911, la SF européenne était déjà bien lancée avec Verne, Rosny, Wells et Conan Doyle. CÊétait une époque de fantasmes scientifiques très forts sur lÊorigine des races, la conquête de lÊespace, le spiritisme, lÊambiance Fantômas et La Guerre des mondes. Les aventures du Nyctalope sÊinscrivent dans ce registre Ÿ. extraterrestres et personnages historiques, Clémenceau va croiser Flammarion, spécialiste des rapts cosmiques. Bertillon se sert de sa théorie sur les empreintes digitales. Jules Verne nÊest pas loin et hommage est rendu à Maurice Leblanc et Gaston Leroux. Lehman a brassé le tout et a rendu une copie étonnante de richesse en près de 100 pages qui sont éditées au format comic-book. Pourquoi avoir voulu faire revivre le personnage du Nyctalope ? ÿ Jean de La Hire, répond Serge Lehman, est un feuilletoniste prolifique. Son monde méritait dÊêtre réveillé, un gigantesque crossover de toute la science-fiction de lÊépoque. De La Hire lui-même se met en scène en confident de son héros. Tout ça est très moderne. Et puis, un archétype de super-héros français dÊavant la guerre de 14, cÊest comme un fossile vivant. On a envie de le voir de ses yeux. Ÿ Léo Saint-Clair assiste au vol des bijoux dÊune momie venue de lÊespace. Elle a un petit air de Rascar Capac et on pense à Adèle Blanc-Sec quand la momie survole les toits de Paris. Mais

Côté dessin, Gess, dont le style rappelle Savard ou Kordey, a un trait réaliste imprégné de lÊambiance des grands films noirs de détectives des années 40. Il sÊest approprié lÊunivers graphique du Nyctalope assez facilement précise Lehman : ÿ Gess a fait un travail de recherche et de documentation énorme. Je crois quÊil a projeté sur cet univers une envie quÊil avait depuis longtemps, un désir de retrouvailles esthétiques. La belle époque et les années folles sont dÊune beauté plastique exceptionnelle Ÿ. Le Nyctalope Léo Saint-Clair a une grande force, il suscite la sympathie, il est fascinant. On le plaint pour sa santé défaillante et on est bluffé par ses qualités dÊenquêteur. Serge Lehman et Gess lui ont donné corps et âme avec talent, sincérité et émotion sur de très bonnes couleurs de Delf. JEAN-LAURENT TRUC

c LES ÉTRANGES AVENTURES DU NYCTALOPE - LÊAMI DU MYST˚RE, T.1, LE JOUR EST LA NUIT de Serge Lehman, Gess et Delf, Delcourt, 96 p. couleurs, 15,95 €


c t u

B

d

© Durieux / LES HUMANOÏDES ASSOCIÉS

A

MAMBO JAMBO Entre Fable pour adulte et conte déjanté, Benito Mambo de Christian Durieux fascine par sa truculence et la richesse fantaisiste de son univers.

Q

uinze ans après sa première publication dans la collection Tohu Bohu (en format roman noir et blanc), lÊalbum reparaît aux Humanos, dans une magnifique édition grand format couleurs, dos toilé et marque page intégré ! Une étonnante renaissance qui permet de redécouvrir cet émouvant récit.

MON ROYAUME POUR UNE PAIRE DE JAMBES Comment faire quand on rêve de consacrer sa vie au mambo mais quÊon est lÊhéritier dÊun magnat de la finance ? Charles-Henri prend son courage à deux mains, annonce sa décision à son père⁄ qui le renie immédiatement et lÊenvoie aux oubliettes. Dans le délire de son isolement, le jeune garçon voit apparaître son ange gardien, Proximo le dieu du mambo, qui le rebaptise Benito Mambo. Libéré de son cachot à la faveur dÊun gigantesque raz-demarée, il est recueilli par un vaisseau volant. Il y découvre son étrange capitaine (atteint dÊune sorte de syndrome de la Tourette) et surtout lÊhistoire du Royaume de Matamore. Son roi, maudit, ne peut avoir que des enfants unijambistes, il cherche donc une mère qui lui fera de beaux enfants deux-jambistes⁄ Et si la belle Angeline, dont Benito tombe amoureux, était celle qui était destinée au roi de Matamore ? Ce nÊest que le début de ses in-

croyables aventures, où il croisera une foule de singuliers personnages⁄ Quête initiatique fantaisiste et riche dÊune foule de rebondissements foldingues, lÊhistoire de Benito Mambo est tel un rêve : totalement barré mais étrangement cohérent ! Dans tous les cas, cette très (très !) belle nouvelle édition de lÊaventure azimutée de Durieux est pleine de poésie et dÊamour. Autant de bonnes raisons dÊentrer dans la folle chorégraphie de ce petit danseur de mambo. HÉL˚NE BENEY

BENITO MAMBO de Christian Durieux, Les Humanoïdes Associés, 120 p. couleurs, 22,95 € 23


zoom

A

CÊest une fille gentille, issue dÊun milieu défavorisé, qui sÊest trouvée une nouvelle famille dans les rangs de lÊarmée américaine. Rousse incendiaire, elle a côtoyé XIII dans les albums Reds et Rouge total, même si elle lÊavait déjà connu auparavant sous une autre identité. Elle finira par être lÊépouse chérie du riche et fortuné Marquis de Préseau, propriétaire dÊune importante bananeraie. Écrit par Callède, cet album nÊimagine pas lÊenfance qui aurait pu déterminer sa personnalité, mais vient se situer juste après les événements de Rouge total. Le général Carrington lui propose de lÊaccompagner en mission, mais après le fiasco de celleci, nos deux militaires expérimentés vont se retrouver prisonniers du cruel et défiguré Quinn, que lÊon croyait décédé. On retrouve donc des connaissances du bon vieux temps dans cet album agréablement mis en images par Vallée, bien connu pour son excellente série Il était une fois en France chez Glénat. Habilement, il sÊapproprie les codes graphiques de la série. Les albums de XIII Mystery peuvent se lire agréablement de façon isolée, mais ils enrichissent aussi la mythologie de la série-mère, grâce à de nouveaux développements qui restent crédibles et efficaces.

Dargaud, 56 p. couleurs, 11,99 € MICHEL DARTAY

HSE,T.2, de Dorison et Allart Nous avions déjà évoqué ce thriller futuriste basé sur une extrapolation de la spéculation boursière : et si lÊêtre humain se retrouvait coté en temps réel, sur ses performances et ses faiblesses ? Vendeur de voitures aussi ambitieux que talentueux, Félix Fox a accepté de se faire coter au HSE (Human Stock Exchange), et son niveau de vie sÊen est vu largement amélioré dans le premier tome. Consécutivement au suicide de plusieurs collègues fortement cotés, le marché chute. Également compromis dans lÊéviction dÊun de ses responsables, il va comprendre que les actionnaires sont exigeants, et que leurs espoirs de plus-value sont incompatibles avec ses souhaits dÊune vie familiale tranquille. Le pire reste certainement à venir, dans le prochain et dernier tome !

Dargaud, 52 p. couleurs, 13,99 €

24

MD

B

d

La mauvaise tentation de Venise Zidrou et Matteo s’étaient déjà rencontrés sur la série Mèche rebelle, rebaptisée Pro Tecto chez Dupuis. Avec Marina, dont le second tome vient de sortir chez Dargaud, ils changent totalement de registre, dans un surprenant mélange de fantastique et d’historique.

C

omme on le sait, Zidrou est un scénariste belge qui a connu un succès certain avec des séries humoristiques comme LÊÉlève Ducobu ou sa boulotte Tamara. Mais si lÊhumour permet de bien vivre grâce au succès du genre en librairie, Zidrou aspire à dÊautres réalisations plus sérieuses, comme il nous lÊavait confié dans son interview parue dans Zoo n°42 à lÊoccasion de la sortie de son sombre et beau Les Folies Bergère, consacré aux souffrances de la Première Guerre mondiale. Depuis, il a multiplié les collaborations chez divers éditeurs ; chez Dargaud principalement, mais aussi chez Delcourt ou au Lombard, car lÊhomme qui déborde dÊidées a dû longtemps attendre pour que les éditeurs acceptent de publier ses récits sans humour ; lÊétiquette de gagman est difficile à porter pour qui aimerait sÊaventurer dans dÊautres domaines. Il sÊagit principalement dÊhistoires complètes fortement chargées en émotions.

LA DOULOUREUSE CAPTIVITÉ DE MARINA Avec Marina, il sÊagit dÊune histoire à suivre historique puisque lÊaction se situe aux alentours de 1343, à Venise et dans le bassin méditerranéen. Marina est la fille du doge, mais pour des raisons de politique extérieure, il a été décidé quÊelle serait échangée contre le fils du Sultan. Une façon répandue à lÊépoque de préserver la paix entre deux nations. Seul problème, des pirates grecs lÊont capturée ainsi que son frère, après avoir tué le fils du Sultan. Dans le premier album, elle va subir un long calvaire sur une île désolée des Cyclades, où sont retenus les otages en attente de rançons. Les viols répétés (car elle est séduisante, et ses tentatives de résistance amusent ou excitent son oppresseur) et la mutilation ne suffisant pas, elle sera aussi confrontée à la cruauté égoïste des autres otages. Dans le même album, mais à notre époque, le réputé professeur Boccanegra arrive à Venise, où lÊon vient de retrouver une épave, enfouie depuis

© Zidrou et Matteo / DARGAUD

© Vallée et Callède / DARGAUD

XIII Mystery, T.7, Betty Barnowsky, de Vallée et Callède

c t u

des siècles dans la lagune. Une marée particulièrement haute menace la cité édifiée sur la lagune...

tination touristique réputée, notamment pour les jeunes mariés ou les retraités amateurs de croisière en gros paquebots.

Le second album, que nous ne vous raconterons pas, multiplie les révélations inattendues et les coups de théâtre. Intrigues politiques et drames familiaux semblent plus nombreux que prévus, et viennent relancer la double intrigue. Matteo, qui connaît et aime Venise puisquÊil sÊy est établi, illumine de son trait magnifique ce récit que nÊaurait pas renié un Jodorowsky qui aurait laissé tomber lÊésotérisme et son goût pour les sentences théâtrales ou moralistes. Au-delà de la splendeur paradisiaque de la cité des doges, les complots et les manipulations tortueuses sont évidentes, il peut sÊagir de la face occulte de la puissance, du luxe et de la richesse. Zidrou vient parfois à Venise, où il élabore avec Matteo les prochains développements de cette saga historique. LÊinfluence bénéfique de Manara sur le travail de Matteo, notamment au niveau de la finesse des silhouettes, de la richesse des décors et de la sensualité de lÊencrage, est notable, mais Matteo parvient à échapper au côté ÿ carte postale glamour Ÿ de cette des-

JEAN-PHILIPPE RENOUX

c ¤ NOTER : une interview de Matteo est à lire sur www.zoolemag.com

MARINA, T.2 LA PROPHÉTIE DE DANTE ALIGHIERI

de Zidrou et Matteo, Dargaud, 56 p. couleurs, 13,99 €


zoom

J

Il était une fois un tout petit loup à la capeline rouge qui vivait dans la forêt avec ses parents. Un jour, sa maman lui confie un panier de victuailles à porter à sa mamie loup, qui a du mal à chasser⁄ Sa maman lui fait les recommandations dÊusage : ne traîne pas et ne tÊapproche pas de la maison du gardechasse et de sa fille ! Mais petit loup rouge se croit plus intelligent et nÊen fait quÊà sa tête. Résultat, il se perd et rencontre une jolie fillette à laquelle il fait confiance. Il va se rendre compte trop tard que cÊest la petite du gardechasse⁄ Cette version inversée du petit chaperon rouge est non seulement originale mais aussi extrêmement belle visuellement ! Cruel et profond, lÊalbum propose une relecture de la bestialité, et surtout une mise en garde face aux a priori de toutes sortes. Un délice.

PETIT, POILU

ET PROVOCANT ! Une BD sans texte n’est pas une BD sans scénario. Et une BD pour les 3-6 ans n’est pas nécessairement une BD sans fond. C’est la démonstration effectuée avec le dernier tome de Petit Poilu. © Bailly et Fraipont / DUPUIS

Le Petit Loup Rouge, dÊAmélie Fléchais

e u n e s s e

JOUET DE FILLE, JOUET DE GARCON ? Son héros va se retrouver soumis aux expérimentations dÊune savante folle qui veut à tout prix que les garçons jouent au foot et les filles à la poupée. Les deux cobayes vont mettre en échec cette théorie, avec même un soupçon de malice. Pour le scénariste, il nÊy a pas de jouets ÿ genrés Ÿ, il ne doit y avoir que le jeu, celui qui fait grandir lÊenfant. Une petite fille doit pouvoir jouer avec des voitures, et un garçon avec de la dinette, la différenciation nÊa pas de sens.

Ankama, 80 p. couleurs, 15,90 € HÉL˚NE BENEY

Mireille, dÊAnne-Fleur Drillon et Éric Puybaret

Éd. Margot, 48 p. couleurs, 19,90 €

HB

Le Petit Monstre du noir, de Valentin Mathé et Blandine Rivière La nuit, dans lÊombre, les bruits prennent une résonance énorme et différente. NÊest-ce pas le bruit de petites pattes, de bruissements, de bâillements bestiaux que lÊon entend sous le lit ? Le petit garçon en est sûr, il y a quelque chose dans sa chambre ! CÊest le petit monstre du noir (une adorable boule de poil sombre proche des noiraudes de Miyazaki), lui-même pas du tout rassuré par le grand monstre du placard⁄ Mignonne et très drôle histoire sur la peur, ce conte très bien construit visuellement permet dÊaborder un sujet anxiogène de manière légère. Finalement, on a tous peur de quelque chose, même le petit monstre du noir !

La poule qui pond, 44 p. coul., 13,50 € HB

26

C

Êest le quinzième tome pour cette série qui sÊadresse aux enfants ne sachant pas encore lire. Une histoire marquée par les débats politiques de lÊannée 2013, autour de la question du genre. Naissons-nous hommes et femmes ou le devenons-nous ? Nos différences biologiques expliquent-elles nos différences sociales ? Pierre Bailly, le scénariste de Petit Poilu, tranche la question.

YANECK CHAREYRE

c PETIT POILU,T.15

LÊEXPÉRIENCE EXTRAORDINAIRE

de Pierre Bailly et Céline Fraipont, Dupuis, 32 p. couleurs, 9,50 €

CHAT’DMIRABLE Tandis que Les P’tits Diables soufflent (déjà !) leurs dix bougies, leur chat Grippy fête l’événement à sa manière : en s’offrant sa propre série ! Ce gros matou flemmard, gourmand et rigolo prend, grâce à Olivier Dutto, son indépendance, dans des gags inédits. Une relecture du quotidien d’un chat aux habitudes humaines qui va en dérider plus d’un…

B

ien que chat domestique de la famille des terreurs Tom et Nina, Grippy vit la plupart de son temps chez une voisine, Mamie. Cette senior dynamique et pas dupe de la gourmandise et flemmardise du gros matou, donne autant dÊamour que de leçons à notre félin héros⁄ Gags courts, situations de vie domestique, flemme, gourmandise, une mémé et dÊautres copains animaux⁄ Si ce descriptif (et la consonance du titre de la série) vous dit quelque chose, cÊest normal : en découvrant Grippy on ne peut pas sÊempêcher de penser à son homologue canin Grimmy !

© Dutto / MC PRODUCTIONS

Voilà un autre album magnifique ! Ce grand format aux dessins éblouissants nous fait décoller avec un petit garçon qui rêve de voler. ¤ la faveur dÊun été et de la rencontre avec son extravagant voisin bricoleur, il va construire ÿ Mireille Ÿ, une machine – presque – volante, dont les finitions vont occuper les deux compères et les faire rêver toutes les vacances. Une belle rencontre et un mystère, quand à la rentrée, le plus vieux disparaît du jour au lendemain (avec Mireille)⁄ Envolé ! On sent quÊil y a peut-être un drame derrière cette disparition mais on préfère penser quÊil est parti à bord de la folle machine⁄ Une jolie histoire qui encourage les petits (et grands) à explorer, innover, rencontrer, tenter, rêver !

Comme à chaque album, Les auteurs essaient dÊoffrir aux parents lÊoccasion de discuter avec leurs enfants dÊun fait de vie. Mais publié un an à peine après la loi sur le mariage pour tous, le sens de cet album ne fait pas de doute. Tous à poil !

FILOU FÉLIN Mais là où on pourrait grimacer et crier à la contrefaçon, on admire surtout lÊefficacité : Grimmy est extrêmement drôle, Grippy aussi ! On sÊamuse donc largement de la roublardise de ce chat violet, et à part quelques citations de Tom et Nina, on est surtout avec

Mamie, Melville (le pingouin du zoo) ou Pablo (le lézard de la boîte aux lettres). Des planches de gags au dessin hilarant qui vont en faire ronronner plus dÊun⁄ HÉL˚NE BENEY

c GRIPPY,T.1, Y A DÊLA JOIE dÊOlivier Dutto, Soleil, 48 p. couleurs, 13,90 €


zoom

A

Obélix est sans conteste un des personnages les plus complexes des albums dÊAstérix. CÊest également celui qui est le plus proche de lÊenfance. Nicolas Rouvière part de ce constat pour décrire au travers du livreur de menhirs un véritable parcours de développement. Parcours épaulé par les personnages clefs du village gaulois. Il est toujours un peu délicat de faire reposer son analyse sur des structures inconscientes, mais le questionnement qui en résulte ici ouvre de belles perspectives. Une nouvelle et intéressante visite des aventures du petit Gaulois.

&

B

À L’ARRIÈRE DU FRONT Depuis 2010 et sur volonté d’un nouveau directeur, les Archives départementales d’Ile-et-Vilaine à Rennes proposent régulièrement des cycles Histoire et bande dessinée.

Le complexe dÊObélix, de Nicolas Rouvière, PuF, 176 pages, 18,80 € THIERRY LEMAIRE

L

Sur le vif, dans la ville

Le Croquis urbain, techniques de dessin sur le vif, de James Hobbs, Eyrolles, 176 pages, 24,50 €

THL

Une encyclopédie de 46 tomes sur le street art Et de trois nouveaux volumes pour Opus Délits, la collection spécialisée en art urbain de Critères éditions. Pagination revue à la hausse et désormais bilingues (français-anglais), ces désormais 46 livres carrés sont autant de monographies dÊartistes internationaux qui font le street art. Toujours agrémentés dÊéléments dÊanalyse et dÊune interview de lÊartiste, la collection sÊenrichit dÊun opus sur Goin et ses pochoirs contestataires, Jimmy C dont les fluvres pointillistes détonnent dans le paysage urbain et Vinie Graffiti, une Toulousaine qui décline sur les murs son personnage féminin à la chevelure spectaculaire. Opus Délits n°44, 45 et 46, Critères éditions, 96 p. couleurs, 12,80 € OLIVIER PISELLA

28

e plus souvent, des expositions proposent sur une courte durée une mise en proximité de planches dÊun artiste de BD en particulier et des documents historiques tirés des Archives elles-mêmes. Mais pour le centenaire de la guerre de 1914-1918, il a été décidé de proposer pendant six mois les fluvres de plusieurs bédéastes mettant en scène dans leurs albums la vie à lÊarrière du front.

NOTRE MÈRE LES FOLIES BERGÈRES Une trentaine de planches, pour la plupart originales, sont proposées au visiteur dans le hall dÊentrée des archives. Toutes sont associées à des documents © Ducoudray et Priet-Mahéo / BOÎTE À BULLES

Après un tour du monde du croquis urbain lÊannée dernière, Eyrolles publie en ce printemps un nouvel ouvrage sur le sujet. James Hobbs, grand pratiquant lui-même, creuse cette fois le côté technique. Du matériel au choix des lieux, de lÊintention aux personnages, du dessin à la composition, lÊauteur aborde la pratique du croquis de manière exhaustive, plaçant à chaque rubrique moult conseils issus de son expérience. Un ouvrage très précieux pour ne pas se lancer sans filet dans le dessin improvisé. Et qui donne sérieusement envie de prendre carnet et crayons pour se poster dans un parc ou baguenauder dans les rues.

d

© Maël et Kris / FUTUROPOLIS

Un modèle nommé Obélix

r t

NOTRE M˚RE LA GUERRE, FUTUROPOLIS

divers, affiches, lettres, avis, cartes postales. Chaque panneau mettant un valeur un thème, comme celui du ravitaillement ou celui des mutilés de guerre, par lÊassociation de ces sources historiques et romancées. Francis Porcel, Maël, Jean-Claude Servais, Lionel Chouin et Delphine PrietMahéo sont donc mis à lÊhonneur avec leurs scénaristes respectifs. On peut donc croiser Notre-Mère la guerre, Les Folies bergères, Gueule dÊamour, Les Seins de café ou LÊHomme de lÊannée tome 1. Le cflur de lÊexposition est centré sur le duo Kris / Maël, qui fournit le plus de planches, avec sa série référence sur lÊépoque. Trois films sont projetés, permettant à plusieurs de ces artistes de commenter

la façon dont ils ont pu travailler sur le sujet. On apprécie cette association. LÊexposition est dÊune taille raisonnable, mais elle traite de manière synthétique des principales préoccupations des civils de lÊépoque. Ou des engagés, vis à vis de cet arrière fantasmé où se cachaient les planqués fort occupés à séduire les femmes restées seules. La noirceur du trait de Porcel, la beauté des aquarelles de Maël et lÊétrangeté des planches de Priet-Mahéo créent une ambiance très particulière, sans doute aussi difficile à comprendre que ne lÊest cette époque si particulière. Les Brétilliens et touristes de passage pourront donc se pencher sur leur passé et sur ces pages de lÊhistoire de la BD. Gratuitement. Une bonne raison de passer à Rennes cet été. YANECK CHAREYRE

BD ET HISTOIRE : 14-18 L'ARRI˚RE

GUEULE DÊAMOUR, BO˝TE ¤ BULLES

jusquÊau 26 septembre 2014 aux Archives départementales 35, Rennes


S

e x e

&

B

d

Tabou réédite Discipline : Soumise Anna L. de Xavier Duvet, un classique du SM qui était épuisé et qui reparaît dans une version améliorée. Le propos, lui, n’a rien perdu de son caractère sulfureux.

H

abitués que nous sommes aux rééditions DVD et Blu-ray gavées de bonus inédits ou de DirectorÊs cut, on en oublierait presque que la BD nous réserve parfois des expériences similaires. Témoin cette deuxième édition dÊun album initialement paru en 2002, revu de fond en comble (structure et couleurs retravaillées, réécriture de la seconde partie) par lÊauteur luimême. LÊalbum relate la première rencontre entre Anna Luna, modèle photo pour une entreprise de sextoys, et Maîtresse Dominique, dominatrice transexuelle adepte de cuir, latex et fétichisme. Au cours dÊun ÿ stage de perfectionnement Ÿ – euphémisme pour qualifier une initiation poussée à des pratiques aussi vicelardes que sophistiquées – la jeune héroïne, par ailleurs insatisfaite par son conjoint, un macho brutal à la virilité remise en cause par lÊémancipation sexuelle dÊAnna Luna, sÊabandonne totalement à ces rap-

© Duvet / TABOU

SOUMISE À LA TENTATION

ports de domination en se laissant rebaptiser Annal. Des dialogues très crus et un dessin proche du réalisme qui ne goûte guère la suggestion : le cocktail, détonnant, nÊest pas à mettre sous tous les yeux. En prime, une mise en bouche pour le prochain album, Sluts en stock, 100 % inédit et qui promet de clôturer une série particulièrement explicite. GERSENDE BOLLUT

c DISCIPLINE : SOUMISE ANNA L. de Xavier Duvet, Tabou, 48 p. coul., 15 €

LE LYCRA, ÇA MOULE ! Sexe, Casey et Kowalski © Guy Delcourt Productions – 2014

Dans les années 50, le Dr. Wertham, aux USA, publiait un ouvrage intitulé Seduction of the Innocent, dans lequel le psychiatre expliquait comment les comicbooks de son époque étaient en fait le repère des pires vices possibles pour nos enfants. Joe Casey et Piotr Kowalski lui démontrent qu’il était loin du compte. reprendre. Le scénariste interroge donc lÊutilité de lÊaction du super-héros, le rapport aux supervilains. Et il prend son temps. Il ne nous assène pas les scènes de sexe pour rien, il en fait un véritable enjeu de lÊhistoire, comme dans le rapport ambigu entre le héros et son ennemie. Seul bémol : lÊhomosexualité pour lÊinstant réservée aux méchants. Un brin caricatural.

S

exe, sÊil a un titre assez explicite, est en fait une véritable bande dessinée de super-héros, à laquelle on a adjoint une bonne dose de contenu explicite afin dÊillustrer la décadence de la population de Saturne City, la ville où tout se passe. En lÊoccurrence, on a véritablement un scénario à suivre, une réflexion à décortiquer. Le personnage principal est un héros qui a raccroché la cape, mais que tout pousse à la

Le dessin sÊavère globalement à la hauteur. Simple, efficace, travaillé. On regrettera quÊil ne détaille que peu les sexes féminins alors quÊil montre parfaitement ceux des hommes. Bonne surprise, donc, quÊon prendra plaisir à lire et à suivre, tant lÊouvrage est équilibré et pertinent. YANECK CHAREYRE

c SEXE,T.1, LÊÉTÉ DU HARD

de Joe Casey, Peter Kowalski, Delcourt, coll. Erotix, 192 p. couleurs, 17,95 € 29


C

o m i c s

MIRACLEMAN : UNE COPIE MARQUE LE MONDE DES COMICS © 2014 MARVEL

Copie créée à la perte des droits de Captain Marvel par l’éditeur Fawcett, repris en main dans les années 80 par un scénariste anglais connu mais qui ne veut plus que son nom soit associé au personnage, acheté par Todd McFarlane mais revendiqué par Neil Gaiman avant d’être finalement republié par Marvel Comics, Miracleman sent le souffre autant qu’il représente une formidable découverte pour les lecteurs.

P

anini Comics tente une politique de plus en plus offensive pour reprendre la main sur le secteur de la librairie face à ses concurrents. Après Avengers Endless Times publié en même temps que les États-Unis, lÊéditeur italien lance en France un album en librairies moins dÊune semaine après sa publication américaine. Il faut dire que Miracleman a tenu les fans de comic-books en haleine pendant plusieurs années. DÊimportantes complications judiciaires avaient jusque là empêché toute nouvelle publication du matériel original. Todd McFarlane et Neil Gaiman, désormais frères ennemis, prétendaient tous deux posséder les droits du personnage. Gaiman a obtenu gain de cause et, à lÊoccasion dÊun rapprochement opéré avec Marvel Comics, a autorisé lÊéditeur new-yorkais à réaliser une nouvelle édition.

© 2014 MARVEL

Le scénariste original, cÊest le scénariste anglais qui a ouvert une nouvelle voie au personnage (citer son nom ferait encourir une vendetta au magazine. Un indice : il a également écrit Watchmen). Il reprend le héros et le place dans une situation bien peu enviable. Car si Miracleman apparaît dès lors que lÊhomme qui lui est lié prononce le mot ÿ Kimota Ÿ (une référence directe à Captain Marvel et son ÿ Shazam Ÿ), Mike Moran ignore ce quÊil est. LorsquÊil va retrouver Miracleman, ce sera lÊangoisse. Surtout face au retour dÊun proche du héros. CÊest la force de cet album. SÊil commence par les premières apparitions du personnage réalisées par Mick Anglo, il fait immédiatement le lien avec les épisodes du scénariste original, ce qui nous permet de bien appréhender toute la profondeur de la relecture proposée. Miracleman est presque un héros schizophrène désormais. Son identité civile et héroïque sont belles et bien distinctes cette fois-ci, ce qui amène des questionnements rarement vus dans le monde des super-héros. Ainsi quÊune vision décalée du ÿ sidekick Ÿ peu habituelle. On ne peut terminer sans parler du soin apporté au livre par lÊéditeur européen. Couverture brillante, bonus explicatifs et beaucoup de couvertures originales. Ce premier tome vaut vraiment le coup. YANECK CHAREYRE

c MIRACLEMAN,T.1

collectif, Panini Comics, 144 p. couleurs, 14,95 € 30

© 2014 MARVEL

UNE RELECTURE DU MYTHE DU SURHOMME


C

o m i c s

Le retour des sup’héros Mikros Archives, T.2, de Mitton © Guy Delcourt Productions

Pour la « génération Strange », telle qu’on l’appelle aujourd’hui, les noms de Photonik et Mikros résonnent avec émotion et nostalgie. C’était l’époque des premiers super-héros « made in France » publiés par Lug dans la revue Mustang…

N

ous étions en juin 1980. Le petit format Mustang avait fait peau neuve pour proposer des créations super-héroïques françaises. Si Orzak ne connut pas le succès escompté, Photonik et Mikros, eux, enthousiasmèrent les lecteurs et marquèrent durablement les esprits. Jean-Yves Mitton, qui avait commencé sa carrière aux éditions Lug en 1961 dans lÊatelier de retouches avant de dessiner Blek le Roc puis des épisodes de super-héros Marvel (notamment le Silver Surfer) sous le nom de John Milton, créa pour Mustang sa propre série, Mikros, qui fut ensuite publiée dans une autre revue Lug : Titans. Un trio dÊentomologistes athlétiques est transformé en super-héros microscoMikros Archives, T.2, de Mitton © Guy Delcourt Productions

piques par une race dÊinsectes extraterrestres, les Svizz : Mike Ross, Priscilla Conway et Bobby Brabb vont devenir Mikros, Saltarella et Crabb, ayant respectivement les attributs dÊune guêpe, dÊune sauterelle et dÊun scarabée. Cette édition intégrale de Mikros prévue en quatre tomes est proposée en noir et blanc afin de mettre en valeur le dessin de Mitton, ce qui réjouit Thierry Mornet, responsable de cette publication : ÿ Avoir la chance de présenter Mikros de Jean-Yves Mitton dans une édition digne de ce nom, cÊest pour moi une véritable madeleine de Proust. JÊai toujours considéré que dans ce registre, Jean-Yves avait réalisé une fluvre majeure qui trouve son point culminant dans Epsilon, série spin-off de Mikros qui sera également rééditée aux éditions Delcourt. Ÿ CECIL MCKINLEY

c MIKROS ARCHIVES,T.2 DESCENTE AUX ENFERS

de Jean-Yves Mitton, Delcourt, 304 p. n&b, 22,95 € 31


C

o m i c s

TM & © DC comics. All rights reserved.

BIENVENUE CHEZ LES DINGUES la folie, lÊitinéraire dÊAmadeus Arkham, le fondateur de lÊasile, est lui aussi révélé, et ce quÊon découvre fait froid dans le dos. Morrison a eu lÊaudace de reprendre toute la mythologie de Batman et de lÊasile dÊArkham pour les dépecer de leurs attributs folkloriques afin de revenir à lÊessence même des choses. Pour illustrer ce propos, il y a Dave McKean, et le moins quÊon puisse dire, cÊest que son travail sur Arkham Asylum est tout simplement fabuleux. Mélange de dessins, de peintures, de photos transfigurées : le spectacle est total, envoûtant, fascinant. Génial.

NOMBREUX BONUS Cette réédition sÊappuie sur la version américaine publiée à lÊoccasion des 15 ans de cette fluvre, proposant en bonus le script original de Morrison. Mais cette dernière a été complétée ici par des ajouts qui permettent une meilleure vision de lÊfluvre, avec par exemple des reproductions de photos, gravures et peintures en lien avec le texte. Véritable carnet de notes, ce bonus énorme nous fait découvrir des scènes inédites et des commentaires éclairants, proposant aussi le storyboard de Morrison et les planches non lettrées de McKean, ce qui nous permet de plonger au cflur même de cette collaboration exceptionnelle. Bref, cette réédition augmentée donne à voir comme jamais cela avait été fait ce chef-dÊfluvre absolu. Incontournable.

La réédition augmentée d’Arkham Asylum que propose aujourd’hui Urban Comics est un événement. Car cette œuvre est rien de moins que l’un des plus beaux et géniaux « Batman » jamais réalisés à ce jour !

BATMAN EN PROIE AU DOUTE Cela se passe un 1er avril. Bonne blague : le Joker exige que Batman vienne lui rendre visite à lÊasile dÊArkham. Lui et ses congénères dégénérés se sont extirpés de leurs cellules et tiennent le personnel hospitalier en otage. Une fois arrivé sur place, Batman se rend compte que le Joker a un message à lui transmettre : un 32

homme qui sÊhabille en chauve-souris pour jouer au justicier est sûrement aussi fou que les cinglés quÊil combat, et sa place est davantage parmi les psychopathes incarcérés ici que dehors, à lÊair libre, persuadé dÊêtre dans la normalité. Ce paradigme issu dÊun cerveau dérangé va toucher Batman plus profondément quÊil ne le pensait, et ce dernier va alors arpenter lÊasile dÊArkham en étant tenaillé par le doute malgré ses convictions profondes : le Joker aurait-il raison ? Serait-il finalement fou ? Arkham Asylum nÊest pas une aventure de Batman, ni un récit de super-héros. Arkham Asylum est une

plongée dans la psyché des êtres, quÊils soient surhommes ou non. Le récit devient une vision, une interrogation sur la nature profonde des protagonistes, épousant lÊarchitecture de la bâtisse.

CECIL MCKINLEY

SPECTACULAIRE MCKEAN Outre Lewis Carroll qui sert de fil rouge, les références plus ou moins révélées par Morrison sont nombreuses, comme autant dÊindices sur ce qui doit être dit mais qui a été enfoui ou tu jusquÊà présent. Parallèlement à lÊimmersion de Batman dans ce haut lieu de TM & © DC comics. All rights reserved.

Q

uand on accole les mots ÿ Batman Ÿ et ÿ années 80 Ÿ, le premier réflexe est de parler de The Dark Knight Returns de Frank Miller qui a radicalement changé la donne. Mais cette décennie ne sÊest pas close sans quÊun autre événement majeur ne se produise pour Batman. En effet, Arkham Asylum de Morrison et McKean, paru en 1989, fut une révélation : jamais nous nÊavions lu un ÿ Batman Ÿ tel que celui-là, peut-être encore plus révolutionnaire et atypique que celui de Miller. Extrêmement intelligent sur le fond, sublimissime sur la forme, Arkham Asylum ne ressemble à rien dÊautre quÊà lui-même : un chefdÊfluvre.

ARKHAM ASYLUM de Grant Morrison et Dave McKean, Urban Comics, 216 p. couleurs, 19 €


C

zoom

o m i c s

LOQUES... AND KEY

Aquaman,T.3, La Mort du roi, de Johns et Pelletier

© Joe Hill et Gabriel Rodriguez / IDW Publishing / MILADY

En cinq volumes, Locke & Key s’est hissé parmi les incontournables de la bande dessinée fantastique, mais il n’aura fallu qu’un seul et dernier tome pour anéantir la série. Comment Joe Hill a-t-il pu passer du sublime au ridicule ? Démonstration.

O

n sÊen souvient, lÊengouement pour la série de Joe Hill et Gabriel Rodriguez fut quasiment instantané. Le mérite en revenait en partie à un climat sombre et intense instauré de main de maître par le fils de Stephen King – travesti derrière lÊanonymat dÊun pseudonyme. La singularité des personnages, leur profondeur et leur anticonformisme détonaient. Le rythme haletant et la noirceur du cadre captaient immanquablement les lecteurs qui se risquaient à jeter un flil dans le trou de la serrure. Les mécanismes de lÊhistoire et ses clefs égrenées avec parcimonie finissaient par nous rendre définitivement captifs. Les illustrations de Gabriel Rodriguez, de leur côté, se bonifiaient pages après pages, albums après albums. Après avoir adouci son trait et varié ses compositions, le dessinateur était allé jusquÊà épouser dÊautres styles de représentation pour servir au mieux les intérêts de lÊintrigue. Locke & Key se faisait le reflet dÊun travail dÊosmose et dÊune volonté marquée par lÊenvie dÊaboutir à quelque chose dÊinédit. Bref, rien ne garantissait une issue aussi désastreuse. Bien au contraire.

LA CHUTE DE LA MAISON LOCKE Alors en quoi Locke & Key déçoit-il ? Premièrement, parce que les personnages brisés, avinés, mal foutus, instables, handicapés ou cyniques sÊavè-

rent nÊêtre que des faire-valoir. Ceux qui rentrent dans la conformité survivent aux autres. Kinsey la désaxée devient un modèle de poupée Barbie totalement gourde et sÊentiche dÊun ÿ zyva Ÿ insignifiant, histoire de nous vanter un peu plus les mérites de la mixité. Rufus, le jeune handicapé que lÊon espère comme étant un facteur déterminant de lÊintrigue, nÊa finalement quÊune fonction purement anecdotique dans le dénouement. Jordan, qui place ses intérêts audessus de tout, se précipite dans le vide pour sauver les ÿ Bisounours Ÿ du péril qui les menace. Quant à la mère, en dépit des deux litres dÊalcool qui encombrent sa vessie, elle parvient à trouver les ressources nécessaires pour sauver les siens et jure que lÊon ne lÊy reprendra plus. Bonjour la guimauve. Bonjour le politiquement correct à la sauce yankee. Joe Hill tombe en second lieu dans les travers de son père (quand il est le moins inspiré) ou des écrivaillons de roman de gare. Sentant la fin approcher, lÊauteur se sent obligé de délivrer une explication à tout et, se faisant, de dissiper le mystère qui voile lÊhistoire. Mais en fournissant ainsi toutes les clefs, il désamorce le mécanisme de la peur. Le démon qui habite le corps de Bode nÊinquiète plus : il en devient même pathétique. Cette débauche dÊéclaircissements pénibles et inutiles engrange en outre des incohérences et des raccourcis très maladroits. Alors quÊil ne reste presque

plus de place, Joe Hill sort le chaussepied et bricole tant bien que mal une explication pour justifier que Bode réinvestisse un corps. Un corps de chair et dÊos qui a été pourtant incinéré quelques pages plus tôt. Des maladresses ou des invraisemblances de ce type, ce sixième et dernier tome en est plein ; nous laissons aux lecteurs le soin de les relever. ¤ la fin de cette série, il ne reste donc plus grand chose à sauver. Quelques bribes par-ci, par là... rien que des loques dÊidées perdues... KAMIL PLEJWALTZSKY

LOCKE & KEY, T.6 ALPHA & OMEGA

de Joe Hill et Gabriel Rodriguez, éd. Milady, 192 p. couleurs, 24,90 €

Après que son peuple a tenté d'envahir le monde de la surface, Aquaman a repris le trône d'Atlantide qui était le sien, sans faire l'unanimité autour de lui. Mais le retour du roi réveille un secret caché au plus profond des mers qui laissera l'Atlantide changée à jamais. Geoff Johns continue de développer l'univers d'un des superhéros les moins estimés du grand public. Tous les éléments apportés au cours des épisodes précédents prennent un sens et créent un background unique et cohérent. Une belle aventure haute en couleur, avec un dessin classique mais efficace.

Urban Comics, 216 p. couleurs, 19 € YANECK CHAREYRE

Nightly News, de Jonathan Hickman Cette première fluvre de Jonathan Hickman est un pamphlet dont on ne ressort pas indemne. Une organisation terroriste a décidé de mettre un terme aux mensonges des médias en assassinant les journalistes afin que la société fonctionne à nouveau sur la vérité des faits et non des manipulations qui maintiennent la population dans la servitude. Fiction et réalité se rejoignent dans un territoire où les frontières sont volontairement confuses, Hickman cherchant à faire prendre conscience aux lecteurs de manière radicale que le monde dans lequel nous vivons est un terrible leurre.

Urban Comics, 272 p. couleurs, 22,50 € CECIL MCKINLEY

Sam & Twitch,T.4, de McFarlane, Maleev et Lee Avec lÊaffaire John Doe, les inspecteurs Sam & Twitch plongent dans lÊune des enquêtes les plus sombres et déstabilisantes de leur carrière. Et pour cause, Sam Burke se retrouve lui-même dans le collimateur dÊun tueur en série qui filme ses meurtres et qui semble sÊintéresser de très près à la vie privée de notre fameux flic... Chantage, corruption, soupçons et autres réjouissances vont transformer le quotidien de Burke en un enfer se refermant petit à petit sur lui. Mais il pourra compter sur Twitch pour ne pas le laisser tomber, bien sûr⁄ Un polar noir, dur, amer⁄

Delcourt, 192 p. couleurs, 19,99 € CECIL MCKINLEY

33


o m i c s © MARVEL

C

LES SECONDS COUTEAUX SE REBIFFENT Vous verrez (peut-être) cet été sur vos écrans le nouveau blockbuster Marvel : Les Gardiens de la Galaxie. Loin de provenir de ses succès commerciaux les plus resplendissants, le film s’inspire à l’origine de second couteaux bien poussiéreux mais délicieusement désuets.

Ils ne seront tirés de lÊoubli que cinq ans plus tard par le fameux scénariste écolo et déjanté Steve Gerber, lÊinventeur entre autres dÊHoward the Duck. Gerber les fait intervenir dans diverses séries mettant en scène tantôt The Thing, tantôt The Defenders (une équipe de héros Marvel peu connus en France), avant de leur donner leur propre série au sein du magazine Marvel Presents, série qui ne survivra que 10 numéros. Au passage, il leur adjoint deux personnages : Starhawk, mi-homme, mifemme (du pur Gerber), et Nikki, une femme en mini-jupe, dernière survivante de la colonie de Mercure. 34

Si les personnages ont un look assez réussi, ils ne brillent pas par leur épaisseur psychologique. Mais ils intriguent, de par le côté dramatique de leur statut de ÿ derniers survivants Ÿ. Et surtout, ils permettent de donner un futur lointain à lÊunivers Marvel, qui en était dépourvu, contrairement à son concurrent DC. Les Gardiens évoluent alors dans des histoires se passant tantôt dans le futur, tantôt dans le présent (voyages temporels obligent) et toujours aux côtés de personnages marveliens bien connus.

PERSONA NON GRATA Après lÊéchec de leur propre série, ils feront même un temps partie des Avengers, jusquÊà ce quÊils soient remerciés de façon peu cérémonieuse dans le classique Avengers n°181, qui voit le gouvernement réduire le nombre des vengeurs à sept membres. Les Gardiens iront vivre quelques aventures de plus dans les pages dÊautres titres (Ms. Marvel, The Thing1) avant de retomber dans lÊoubli⁄ ⁄ dont les sort Jim Valentino dix ans plus tard. Nous sommes en 1989, Marvel a le vent en poupe et décide de lancer une flopée de nouvelles séries. Valentino, artiste complet pas franchement fameux mais bénéficiant dÊun fort talent relationnel, convainc Marvel de lui donner carte blanche pour relancer les Gardiens dans leur propre série.

Graphiquement discutables, ils se tiennent pourtant bien au niveau de lÊintrigue et fournissent une lecture agréable. Valentino sÊen ira co-créer Image Comics, deux ans plus tard, avec Jim Lee, Rob Liefeld & co. La série des Gardiens survivra sous © MARVEL

L

a première apparition des Gardiens de la Galaxie nous vient du grand Gene Colan au dessin et dÊArnold Drake (lÊun des scénaristes historique des X-Men) au scénario, dans Marvel Super Heroes presents n°18, en 1969. Où lÊon découvre en lÊan 3007 Charlie-27, dernier survivant de la colonie terrestre en orbite autour de Jupiter ; Martinex, dernier survivant de la colonie de Pluton ; Yondu, dernier survivant dÊAlpha du Centaure IV ; et le Major Vance Astro, astronaute rescapé du XXe siècle, condamné à porter un costume fait de feuilles de cuivre pour empêcher son corps de se décomposer. Les quatre héros font alliance pour lutter contre la domination des Badoons, une race dÊextraterrestres reptiliens qui ont mis la terre à genoux. Un épisode et puis sÊen vont.


o m i c s

© MARVEL

C

dÊautres plumes jusquÊau 62e épisode. Puis sÊen sera fini pour ces personnages pittoresques.

Les Gardiens de la Galaxie renaissent. Mais sous les traits de personnages différents.

UNIVERS EN GUERRE : UNE NOUVELLE GENERATION DE GARDIENS

Leur composition varie quelque peu au fil de ces premières aventures, permettant à de vieux personnages dits ÿ cosmiques Ÿ de la maison des idées de se voir offrir de nouvelles aventures. Cependant, un noyau dur demeure autour des personnages de Starlord, Rocket Racoon, Groot, Gamora et Drax. LÊéquipe qui fait son apparition cet été au cinéma. Ce nÊest pas un hasard. LÊéquipe évolue pendant quelques années avant de connaître une légère remise en forme avec un retour au numéro 1 pour lÊévénement ÿ Marvel Now Ÿ. Complètement recentrée sur Starlord et le noyau dur, cette série a évidemment pour but de préparer la sortie du film. Elle est confiée à deux pointures, le controversé Brian M. Bendis et le dessinateur vedette Steve McNiven. LÊintrigue se focalise dÊabord sur le personnage de Starlord et son ascendance extraterrestre. Avec une représentation nettement plus compatible avec lÊacteur Chris Pratt. Cette fois-ci, la Terre va devoir assumer la place quÊelle prend vis à vis des différents empires galactiques.

En 2006, Marvel Comics trouve enfin la recette pour redynamiser le secteur cosmique de ses publications, elle sÊappelle Annihilation [crossover créé en 2006, publié par Marvel Comics et mettant en scène des personnages de lÊunivers Marvel évoluant dans lÊespace, NDLR]. Le succès de lÊévénement va permettre la consécration de deux scénaristes : Dan Abnett et Andy Lanning, qui vont prendre en main la destinée de cette part de lÊunivers Marvel. Alors quÊils mettent lÊunivers à feu et à sang, ils créent une équipe de personnages ambigus, de solitaires, de dangereux, pour protéger le cosmos.

OLIVIER THIERRY CHAREYRE

ET YANECK

Il sÊagit bien sûr de Marvel Two-in-One featuring The Thing, mais nous avons opté pour un raccourci pour décrire cette série.

1

¤ LIRE, ¤ VOIR : c LES GARDIENS DE LA GALAXIE,T.1, de Brian M. Bendis, Steve Mc Niven et Sara Pichelli, Panini Comics, 125 p. couleurs, 14,95 € c LES GARDIENS DE LA GALAXIE, de James Gunn, sortie au cinéma le 13 août 2014 35


zoom Délire est triste, angoissée... Son grand frère Destruction sÊest retiré du monde, renonçant à son rôle et sÊéloignant de la famille des Infinis. Elle va donc voir Morphée afin quÊil lÊaide à le retrouver et à le faire revenir parmi eux, mais le chemin va être long et les réponses attendues moins évidentes quÊelle lÊaurait souhaité. Ces épisodes donnent lÊoccasion à Neil Gaiman de se pencher plus avant sur la personnalité de Délire, lÊun des personnages les plus touchants et émouvants de cette série toujours aussi brillante, dans des tableaux pleins de contrastes et dÊhumanité.

o m i c s

STAR WARS VINTAGE Parmi tous les titres estampillés « Star Wars » édités par Delcourt, l’un d’eux tient une place bien particulière puisqu’il propose les toutes premières bandes dessinées réalisées à partir de cette œuvre qui est devenue un véritable mythe contemporain. © Delcourt éditions 2014

Sandman,T.4, de Neil Gaiman & co

C

Urban Comics, 432 p. couleurs, 35 € CECIL MCKINLEY

Green Arrow,T.1, Machine à tuer, de Lemire et Sorrentino Pas facile de réactualiser un personnage tandis qu'une série télé fait de même. C'est la difficulté qu'a connue Jeff Lemire, mais il s'en sort avec les honneurs. Tout en revenant au concept d'île originelle, il développe sa propre partition, met en scène des personnages connus sous un angle différent. Il propose une sorte de confrérie liée à des armes totems, dont la flèche verte, qui donne du sens au super-héros éponyme. Andrea Sorrentino propose une belle mise en scène, atypique, avec un trait fin et nerveux, particuliers mais savoureux.

L

e premier long-métrage de la saga Star Wars (épisode IV) fut projeté sur les écrans américains en mai 1977. Dès le début, George Lucas désira que sa saga soit adaptée en bande dessinée1, et ce fut chose faite seulement deux mois après la sortie du premier opus, sous lÊégide de Marvel Comics. Entre juillet 1977 et septembre 1986, Marvel édita 107 numéros de Star Wars, tandis que Marvel UK (la filiale anglaise de lÊéditeur) publia 117 numéros de Star Wars Weekly, un hebdomadaire qui parut du 8 février 1978 au 21 mai 1980. Évi-

Grant Morrison présente Batman,T.0, Gothique, de Morrison et Janson On sait que le scénariste-vedette de DC a passé récemment plusieurs années à travailler sur Batman. Ce contrat, il lÊavait obtenu après des années dÊécriture et de travail mémorable chez DC-Vertigo (The Invisibles, Animal Man, Doom Patrol pour ne citer que ses plus longs runs), mais aussi chez Marvel avec une excellente période sur les X-Men, notamment avec son compatriote écossais Frank Quitely. En milieu de carrière, il avait écrit une histoire mise en images par Klaus Janson, lÊencreur-fétiche de Frank Miller. Restée inédite en français jusquÊici, cette histoire devient le numéro 0 de la collection.

Urban Comics, 136 p. couleurs, 15 € MICHEL DARTAY

36

© Delcourt éditions 2014

Urban Comics, 208 p.couleur, 19 € YANECK CHAREYRE

demment, Marvel offrit à Lucas un casting prestigieux pour cette adaptation qui nÊen fut pas vraiment une puisquÊil sÊagissait plutôt dÊextrapoler cet univers avec des histoires originales. Ainsi, ce fut Roy Thomas qui se chargea dÊéditer (et de scénariser) cette série avec Archie Goodwin en consultant, ce dernier reprenant par la suite la place de Thomas en étant épaulé par Jim Shooter. Côté dessinateurs, Howard Chaykin, Carmine Infantino, Walt Simonson, Dave Cockrum ou encore Tom Palmer officièrent sur les premiers épisodes de la série.

part des premiers épisodes de la série régulière sont connus des anciens lecteurs de Titans où elle fut publiée dès janvier 1979, mais les épisodes de Star Wars Weekly sont restés à ce jour totalement inédits en VF, donc cette réédition intégrale de qualité comblera tous les aficionados de cette grande saga cosmique ! CECIL MCKINLEY

En fait, Georges Lucas voulait au début adapter au cinéma les aventures de Flash Gordon, personnage de bande dessinée. Le droit lui en ayant été refusé, il créa à la place l'univers de Star Wars. Nulle surprise, donc, qu'il songea à son adaptation en BD dès l'origine.

1

LE GRATIN DES COMICS Dans le deuxième volume qui vient de sortir (reprenant les Star Wars n°11-24 et les Star Wars Weekly n°107-115), nous retrouvons toujours de grands noms des comics, avec entre autres Archie Goodwin, Chris Claremont, Carmine Infantino, Walt Simonson, Terry Austin, Bob Wiacek, avec des couvertures notamment réalisées par Gil Kane, John Byrne ou Dave Cockrum⁄ Dans ces épisodes, la guerre entre la Rébellion et lÊEmpire sÊaccentue, avec en écho les noms de Tatooine ou dÊAlderaan. Dragons marins gigantesques, duels cosmiques épiques et récits issus du passé des personnages sont au programme, dans un esprit très dynamique où lÊon appréciera particulièrement lÊencrage raffiné de Terry Austin ou de Bob Wiacek sur les dessins puissants dÊInfantino. Certes, la plu-

STAR WARS CLASSIC,T.2

collectif, Delcourt, 320 p. coul. et n&b, 27,95 €


J

e u x

V

zoom

i d é o

© Level-5

© Ubisoft Montréal

Inazuma Eleven Go Ombre & Lumière Level-5

GRAND THEFT HACKING Après avoir enflammé l’E3 en 2012 et connu un retard à l’allumage de six mois, Watch Dogs sort en grandes pompes. Le nouveau blockbuster d’Ubisoft ambitionne de tailler des croupières à GTA (Grand Theft Auto) dans le registre de l’open world criminel pour mieux le redéfinir.

D

isons-le sans ambages : Watch Dogs a été victime des espoirs suscités par ses premières images hallucinantes à lÊE3 2012. Pour autant, cette nouvelle licence appelée à faire des petits nÊest pas à jeter aux orties. Simplement, Watch Dogs sort des studios Ubisoft Montréal (la saga AssassinÊs Creed). Et cela se sent, tant sur ses atouts (contenus secondaires pleins à ras la gueule) que sur ses faiblesses (de sérieux problèmes dÊécriture dès quÊil sÊagit de regarder la vue dÊensemble). ¤ ce titre, la trame principale montre très vite que la route est encore longue pour égaler des cadors comme les frères Houser, têtes pensantes des meilleurs titres de Rockstar (la saga Grand Theft Auto, Red Dead Redemption⁄).

tallations de sécurité de la ville à un serveur centralisé. Seulement, les habitants seraient beaucoup moins jouasses sÊils savaient que Blume les espionne et collecte leurs informations les plus confidentielles. Bien quÊultra sécurisé, ctOS nÊéchappe pas aux failles du système dont profitent les hackers. Aiden Pierce, pirate des bas-fonds, a longtemps fait son beurre avec des infractions mineures. CÊest lors dÊun piratage dÊenvergure tournant mal que sa vie bascule : sa nièce Lena se fait assassiner en représailles. Hanté par cette tragédie et armé de son terminal de piratage, Aiden rôde dans Chicago avec lÊécume vengeresse aux lèvres.

CTOS IS WATCHING YOU

Grand classique que celle de lÊhistoire de vengeance. Mais ce qui importe, au fond, est lÊart et la manière. Et Watch Dogs est handicapé par la fadeur dÊAiden, pas aidé par des points de caractérisation manquants et par des virages narratifs maladroits : nÊest-ce pas SES agissements illégaux qui sont à lÊorigine de la mort de Lena ? DÊoù sort ce Profiler, son super téléphone pirate ? Ce point dÊancrage à lÊenvironnement, essentiel dans la quête principale dÊun ÿ GTA-like Ÿ, fait défaut à Watch Dogs qui se paye un début dÊhistoire laborieux au possible. Fort heureusement, le jeu est sauvé par Chicago qui est un open world parmi les plus vivants et aboutis à date. Certes, les possibilités de hacking pour pimenter des missions typiques (poursuites en voiture, filature, fusillades avec système de couverture, etc.) sont très

© Ubisoft Montréal

Dans un futur pas si lointain, Chicago est à la pointe de la gestion urbaine informatisée avec le Central Operating System (ctOS). Conçu par Blume Corporation, ce système révolutionnaire permet de contrôler la circulation routière, le flux des transports en commun, les télécommunications et les ins-

JE SUIS PARTOUT

plaisantes : en un éclair, on peut lever les ponts hydrauliques, alterner les feux de signalisation, exploser des conduites de gaz, etc. Pénétrer dans le ctOS lors de ces missions offre une variété dÊapproche appréciable. Finalement, là où Watch Dogs fascine jusquÊau malaise, cÊest par le miroir allégorique de notre monde hyper connecté où chaque badaud croisé vient avec une pancarte virtuelle affichant nom, profession, opinion, casier judicaire le cas échéant et balance bancaire. Sur ce point, Watch Dogs laisse entrevoir la vraie nouvelle frontière du bac à sable urbain à dépasser : pas celle de la superficie et des grands axes mais celle du privé, du confiné derrière les murs. Flippant. JULIEN FOUSSEREAU

10 ans après les exploits de Mark Evans et Axel Blaze dans lÊéquipe de Raimon, Arion Sherway est le nouveau héros titillé par la passion du ballon rond. Mais il tombe de haut lorsquÊil découvre que son sport est corrompu. Il se lance alors dans une vaste opération mains propres. Héros différent pour un gameplay qui ne change pas ou si peu : Inazuma Eleven Go demeure ce J-RPG avec statistiques, mises à niveau et attaques spéciales fondues dans un jeu de foot. Et, comme dÊhabitude, on se laisse emporter par ses personnages attachants et son histoire tirée par les cheveux du football en tant quÊalpha et oméga régissant le monde. Exclusivement sur Nintendo 3DS JULIEN FOUSSEREAU

Tomodachi Life Nintendo LÊété est la saison idéale pour découvrir des jeux ÿ autres Ÿ et elle convient parfaitement à Tomodachi Life, ÿ life simulator Ÿ un peu foufou à lÊorigine dÊun carton au Japon. Nintendo vise clairement à reproduire le succès dÊAnimal Crossing New Leaf lÊan passé. Au premier abord, Tomodachi Life et son gameplay à base de relations sociales entre Mii, ces avatars numériques de joueurs, peuvent séduire avec leurs flots de paroles surréalistes et / ou débiles et les articles de boutiques virtuelles quotidiennement renouvelés. Le souci proviendrait davantage de son manque dÊinteractions entre le joueur et lÊenvironnement. Découle un sentiment de passivité qui lui est un poil préjudiciable à la longue. Exclusivement sur 3DS JF

Mario Golf World Tour Nintendo

WATCH DOGS Ubisoft Montréal, open world criminel Disponible sur PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360

Habitué des transpositions des Mario en mode sportif, Camelot réalise un bon travail avec Mario Golf World Tour. On retrouve cette dimension arcade appliquée au golf avec utilisation de power-up pour influer sur les swings. LÊambiance se révèle mignonne à souhait avec, tout de même, une profondeur de jeu à ne pas négliger. Cette mouture 3DS marque enfin lÊarrivée du multijoueur en ligne et il tient ses promesses. On sera beaucoup moins clément avec lÊusage de contenus additionnels téléchargeables et une variété de greens limitée à neuf trous. Exclusivement sur 3DS JF

37


zoom dvd

C

© Condor Entertainment

Métal Hurlant Chronicles Saison 2

&

D

V D

KAGUYA, princesse

à l’avant-garde Un coffret DVD Condor Entertainment JULIEN FOUSSEREAU

Tante Hilda ! ¤ la tête de Folimage, JacquesRémy Girerd a livré des films magnifiques tels que La Prophétie des grenouilles et Mia et le Migou, traversés par une esthétique naïve et enchanteresse au service dÊun message écolo simple et de bon aloi. Seulement, cela ne marche pas aussi bien ici dans la mesure où lÊabsence dÊun héros enfant le coupe des plus jeunes. Et surtout, Tante Hilda ! martèle son cri dÊalarme manichéen au risque de virer contreproductif. CÊest dÊautant plus dommage que le style graphique vif et roots se révèle des plus plaisants. CÊest pourquoi on espère vite que Jacques-Remy Girerd nous revienne en plus grande forme.

Quelques mois après les adieux de Hayao Miyazaki avec son sublime Le vent se lève, débarque sur nos écrans Le Conte de la Princesse Kaguya, dernier film d’Isao Takahata. Et les éloges risquent de fuser tant il transcende la fable originelle du coupeur de bambous par sa maestria visuelle et sa portée féministe.

L

Êimage du Studio Ghibli est associée à celle de Miyazaki. Néanmoins, on oublie trop souvent que cette ÿ dream factory Ÿ est lÊhistoire dÊune co-fondation entre Miyazaki et Takahata. Cela sÊexpliquet-il par le fait que Takahata fut beaucoup moins productif que son partenaire ces 15 dernières années (aucun long-métrage depuis Mes voisins les Yamada en 1999 contre quatre pour Miyazaki) ? Ou doit-on cette injustice à la flamboyance onirique des fluvres miyazakiennes, éclipsant la filmographie du second, davantage ancrée dans le réalisme et handicapée par une absence de signature visuelle immédiatement identifiable ? Peut-être. Pourtant, Takahata nÊa pas manqué au gré de ses films de bouleverser (Le Tombeau des lucioles), enchanter (Souvenirs goutte-à-goutte) ou interroger sur des problématiques actuelles (Pompoko). En cela, Le Conte de la princesse Kaguya sÊapparente à un accomplissement dans la mesure où il combine ces trois sentiments au cours de cette adaptation inspirée du célèbre conte japonais du coupeur du bambous.

MADE IN BAMBOU

Un DVD M6 Vidéo JF

The Velvet Goldmine Évocation des années glam rock dans lÊAngleterre des années 70, Velvet Goldmine donna un coup de projecteur sur le cinéaste Todd Haynes, avant son chef dÊfluvre néosirkien Loin du paradis et IÊm Not There, biopic conceptuel de Bob Dylan. Construit comme une enquête à la Citizen Kane où un journaliste enquête sur la disparition dÊune ex-star du glam, Velvet Goldmine souffre dÊune narration trop décousue pour captiver. Malgré lÊaccent américain effroyable de Ewan McGregor, Haynes sÊen sort par la richesse visuelle de son univers et la compassion réelle quÊil distille à lÊégard des protagonistes. Un Blu-ray Carlotta JF

Travaillant dans sa bambouseraie, un paysan remarque une pousse scintillante, quÊil coupe pour y découvrir nichée à lÊintérieur une minuscule créature. Sitôt dans les bras de sa femme, la chose se transforme en bébé. Surnommée princesse par ce couple sans enfant, la petite fille grandit à une vitesse anormale. Bien plus tard, dans un autre bambou, le père tombe sur un tas dÊor et de tissus précieux. CÊest une opportunité dÊascension sociale fulgurante quÊil saisit instantanément, passant ainsi de la pauvre ruralité aux joies de la haute société. Lui et sa famille sÊétablissent dans un manoir citadin. ¤ Kaguya les belles fripes et les leçons dÊétiquette dÊune gouvernante royale. Devenue une belle jeune femme, Kaguya se sent prisonnière et ne rêve que de retourner dans sa campagne, loin des prétendants et de sa cage dorée.

© 2014 Hatake Jimusho

We Prod et le réalisateur Guillaume Lubrano poursuivent leur entreprise dÊadaptation de Métal Hurlant en mode anthologique. Ces six nouveaux épisodes sont le témoignage dÊune montée qualitative. Si un ou deux épisodes sont entachés dÊune écriture maladroite et dÊeffets de montage dispensables, cette deuxième saison retranscrit avec une réussite certaine lÊambiance funèbre du Dernier Khondor de Jodorowski, figurant parmi les meilleures planches de la saga. LÊimage pourra apparaître excessivement numérique aux yeux de certains, ce ne sera pas suffisant pour occulter les atouts réels de cette saison largement supérieure à la précédente.

38

i n é

LA MAESTRIA VISUELLE MUTANTE Part indéniable de lÊADN thématique de Ghibli, Takahata a su introduire dans le folklore ancien de ce conte une lecture moderne et jamais manichéenne. Des premières joies pastorales au sombre désenchantement dans lÊopulence, Takahata diffuse progressivement une critique sans équivoque du matérialisme aliénant dans laquelle la culture de la caste dominante corrompt la magnificence simple de la nature. De ce constat découle une charge contre la place de la femme dans le Japon médiéval dont le bonheur ultime est de devenir le trophée de puissants vaniteux. Beauté insaisissable et esprit brillant, Kaguya ne peut quÊêtre malheureuse. Tout le génie de Takahata est dÊavoir su tenir un équilibre parfait entre la splendeur solennelle dÊun conte épisodique japonais avec ses fines touches dÊaquarelles et dÊencre dignes dÊemaki, ces rouleaux illustrés à dérouler renfermant des récits romanesques, et les trouées visuelles quasi expérimentales à lÊunisson des tourments ressentis par Kaguya. ¤ ce titre, Le Conte de la Princesse Kaguya contient peut-être la séquence la plus folle jamais sortie de Ghibli lorsque lÊhéroïne fuit son manoir. Là, les lignes

graciles et douces virent au noir profond et agressif dans un déchaînement de vitesse quasi hallucinatoire... ¤ 78 ans, Isao Takahata prouve comme rarement à quel point il nÊa rien perdu de sa superbe et de son empathie. Chef dÊfluvre.

JULIEN FOUSSEREAU

LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA de Isao Takahata, avec les voix (VO) de Aki Asakura, Takeo Chii, Nobuko Miyamoto... Animation, 2h17 Sortie le 25 juin 2014


i n é

&

D

zoom ciné

V D

Dragons 2 : retour aux efficaces conventions Succès aussi colossal que mérité, Dragons, premier du nom, appelait sans surprise à une suite. Et force est de constater que Dreamworks Animation s’est acquitté de la tâche avec une efficacité épique indéniable... au risque d’y perdre en émotion.

© Fox

CÊest au fond cette variation heroic fantasy plus ou moins assumée de LÊÉtalon noir de Walter Farley qui rendait Dragons si attachant. La vraie problématique pour cette suite est de reconduire cette humanité forte sans radoter. CÊest peut-être le vrai reproche que lÊon peut adresser à Dragons 2 : de

CÊest à lÊaune de la lourdeur pachydermique des Vacances du Petit Nicolas que lÊon pourrait se prendre à réévaluer le premier volet du même Laurent Tirard, car le réalisateur y accentue ses pires scories. Du charme intemporel et espiègle de lÊfluvre de Goscinny et Sempé, il ne reste plus rien pour ainsi dire. Quelques saynètes maigrelettes parviennent difficilement à faire sourire, perdues dans un produit parfaitement calibré pour rafler la mise lors des diffusions télé. Ces vacances au formol ne donnent quÊune envie : replonger dans lÊfluvre originale ou revoir les inégalables Vacances de Monsieur Hulot. Sortie le 9 juillet JULIEN FOUSSEREAU

Detective Dee 2, de Tsui Hark

ne jamais vraiment retrouver la force de ce lien unissant lÊenfant et la créature pour privilégier une approche plus spectaculaire, guerrière⁄ plus conventionnelle, en somme. Jugez plutôt : cinq ans ont passé, Vikings et dragons vivent en parfaite harmonie. Le chef Stoïck souhaite quÊHarold lui succède. Seulement, ce dernier est trop accaparé par son désir de connaître le vaste monde pour sÊy intéresser. DÊautant quÊil se retrouve bientôt confronté à une peuplade hostile emmenée par Drago Bludvist, un chasseur de dragons caressant le projet de soumettre lÊAlpha, le roi de ces créatures. Car il suffit de contrôler celui-ci pour les dominer tous⁄

light et Le Roi Lion. Aussi, le potentiel comique de Krokmou par sa gestuelle et le design magnifique de certains dragons rappelant Lovecraft font merveille, notamment lors des séquences de batailles homériques. Sans aucun Pixar en face cet été, Dragons 2 dispose dÊun boulevard pour décrocher la timbale dans la catégorie du blockbuster estival. On constatera non sans une certaine mélancolie que Dragons 2 rentre dans le rang en laissant sur la table une partie de son cflur. JULIEN FOUSSEREAU

Après le beau come-back effectué il y a quatre ans avec le wu xia pian Detective Dee : le mystère de la flamme fantôme, Tsui Hark sÊattaque à la préquelle narrant une des premières enquêtes du jeune Di tout juste bombardé juge dans la Chine du VIIe siècle. Si le cinéaste hong-kongais a bénéficié de moyens plus conséquents, cette nouvelle aventure souffre dÊune écriture parfois bordélique et dÊeffets spéciaux peinant à rivaliser avec Hollywood. Il nÊempêche, dès que lÊaction sÊemballe, la maestria visuelle de Tsui Hark pour les morceaux de bravoure inventifs et virevoltants fait des merveilles. Et Detective Dee 2 est loin dÊen être avare. Sortie le 6 août JF

LA STANDARDISATION PAR L’ÉPIQUE

Le Prophète de Khalil Gibran, fluvre collective

Dragons 2 est écartelé étrangement par deux tonalités aux antipodes : son humour est devenu plus facile alors que, dans le même temps, lÊambiance générale se fait plus sombre. Comme si Dean DeBlois, son réalisateur, voulait ratisser large, au risque de sÊéparpiller. Et cela ne rate pas : lÊhistoire de Dragons 2 tâtonne quelque peu avant de trouver un second souffle tragique à travers lÊidée de lourdes conséquences à payer à la suite de décisions des plus hasardeuses. Loin dÊêtre irregardable, ce second volet demeure néanmoins un bon cru par son sens du spectaculaire épique décuplé, à michemin entre un Princesse Mononoké

Présenté inachevé à Cannes, le film est une adaptation du célèbre livre du poète libanais Khalil Gibran. Salma Hayek, productrice du film, à moitié libanaise, sÊest lancée à cflur perdu dans ce projet ambitieux : mettre en images des poèmes abstraits. Chaque auteur (tous des pointures) sÊest approprié un poème : les enfants, le mariage, etc. LÊunité entre leurs styles se fait grâce à la voix du narrateur, Liam Neeson, et des personnages. Les segments présentés étaient flamboyants et pleins de poésie. On a hâte de voir lÊensemble du film.

DR

ÉTENDRE LE MONDE

© Fox

D

ragons sÊapparente pour beaucoup à ce qui est sorti de meilleur des entrailles informatiques de Dreamworks Animation. Sûrement parce que, pour la première fois, le studio délaissait enfin les clins dÊflil ÿ ironico-lourdingues Ÿ et ultra référencés de ses précédentes productions au profit dÊune croyance pleine et entière pour lÊhistoire quÊil souhaitait raconter. Il faut souligner aussi à quel point lÊenjeu central – celui dÊun apprivoisement, dÊun lien fort débouchant sur une complémentarité entre un gamin et un magnifique dragon dÊébène – bousculait les schémas narratifs établis. En effet, il nÊy avait pas dÊauthentique antagoniste dans lÊunivers du premier Dragons, si ce nÊest lÊignorance et la superstition de Vikings apeurés. Dans ce passé alternatif où un îlot peuplé de brutes massives et poilues vivaient dans la terreur dÊattaques de dragons, Harold, le fils du chef de village, aussi chétif quÊinventif, découvrait quÊun autre monde était possible à travers son amitié naissante avec Krokmou, superbe furie nocturne.

Les Vacances du Petit Nicolas, de Laurent Tirard

© Wild Bunch

C

DRAGONS 2 de Dean DeBlois, avec les voix (VO) de Jay Baruchel, Gerard Butler, Cate Blanchett... Animation, 1h40 Sortie le 2 juillet 2014

Sortie en automne 2014 LOUISA AMARA

39


M

a n g a s

JÉRłME BRIOT

ELSA BORDIER

oshio Hori, locataire de la résidence Dokudami, la plus miteuse de Tokyo, peut-être aussi la moins chère, nÊa pas changé. 28 ans, célibataire, obsédé sexuel, pochetron dès quÊil le peut, sans argent, sans copine, sans perspectives, gaffeur et malgré tout joyeux branleur sachant rester optimiste. Il a raison, car surprise, au début de ce quatrième volume, voilà que notre loser préféré sÊest trouvé un job. Pas un de ces petits boulots de journalier sur les chantiers quÊil occupe habituellement quand la faim lui fait surmonter sa flemme, non ! Un job presque normal : assistant enquêteur pour une agence de détectives. Bien sûr, il sÊagit surtout dÊélucider des affaires de mflurs et de vérifier des soupçons dÊadultère, mais voyeur comme il est, ce nÊest pas pour lui déplaire. Dans ses nouvelles fonctions,Yoshio nÊa plus quÊune expression à la bouche : ÿ note de frais Ÿ ! Mais cÊest trop beau pour durer⁄ Le Lézard Noir continue de faire son marché dans lÊfluvre de Takashi Fukutani, filtrant les histoires que le mangaka réalisait dans une urgence un peu trop pressante, ou celles sur lesquelles son inspiration nÊétait pas au rendez-vous, pour ne retenir que les meilleures. Et ces meilleures sont excellentes, toujours dans ce mélange hilarant de trash sans la moindre retenue (sexe, humiliations, scatologie et jÊen passe⁄) et de situations pathétiques. Le Vagabond de Tokyo est une sorte de cousin japonais des Freak Brothers de G. Shelton, chez qui le sexe remplacerait la dope. Indispensable !

l y a sept mystères au collège Seikyô. Des histoires de sacrifices, d'âmes damnées et de fantômes hantant les couloirs ou les recoins les plus reculés de l'établissement, que les élèves se racontent en frissonnant. Le mystère le plus connu est sans aucun doute celui de la jeune fille emmurée vivante au moment de la construction du bâtiment, pour contrecarrer une malédiction. Le jeune Teiichi Niiya fait la rencontre de la facétieuse Yûko Kanoe, qui lui révèle n'être autre qu'un fantôme. Mais si son squelette est bien dans le collège, elle n'a plus aucun souvenir de sa mort. Ensemble, et un peu contre le gré de Teiichi, ils montent un ÿ club d'enquête sur les phénomènes étranges Ÿ, et vont se retrouver confrontés aux six autres mystères des lieux. Le duo de personnages et l'intrigue composée d'enquêtes sur des légendes urbaines fonctionnent bien, même si la structure des chapitres est forcément un peu répétitive. Les héros se retrouvant à chaque fois confrontés à l'un des mystères, avant de tenter de le résoudre. Malheureusement, le fanservice à outrance gâche un titre qui aurait pu être un shônen sympathique.Yûko, mais aussi tous les autres personnages féminins, se retrouvent régulièrement dénudées et / ou dans des poses particulièrement suggestives qui cassent la lecture sans rien apporter au récit. Les deux premiers tomes paraissent le 4 juillet, pendant Japan Expo.

de Takashi Fukutani Le Lézard noir, 424 p. n&b, 23 euros

de Maybe, Kana, 178 p. n&b, 7,95 euros

Le Vagabond de Tokyo,T.4

Dusk Maiden of Amnesia,T.1 et 2

I

&

A

s i e

visuel provisoire

Ravina the Witch?

Y

de Junko Mizuno, Soleil, 48 p. couleurs, 14,95 euros

L

Magical Girl of the End T.2 de Kentarô Satô, Akata, 206 p. n&b, 6,95 euros

e mot japonais ÿ kawaii Ÿ, au cas où vous lÊignoriez, désigne ce qui est mignon. Absolument tout peut être kawaii : un animal, un train ou un épluche-légumes peuvent être kawaii. Pour clarifier les choses, des sous-catégories comme le ÿ gothic kawaii Ÿ ont été créées. Son impératrice est Junko Mizuno, auteur de Ravina the Witch?, sorti le 18 juin chez Soleil. Ravina est une jeune femme vivant dans une décharge. Un jour, une vieille femme sur le point de mourir vient à elle et lui donne une baguette magique. LÊodyssée de Ravina commence : alors quÊelle est expulsée de sa décharge, elle est accueillie dans un manoir, puis rencontre un agriculteur. Elle découvre alors ses pouvoirs magiques. Dotée de ces nouvelles facultés, elle va sauver un village puis défier un roi. Après avoir échappé à la mort, elle fuit avec ses amis les corbeaux. Après avoir détourné Cendrillon et Hansel et Gretel (chez IMHO), Junko Mizuno revient avec un conte baroque original. Mêlant une esthétique très mignonne et ronde à des thématiques bien plus adultes (BDSM, ivresse, travestissement), lÊauteur poursuit dans ce style burtonien qui lui est propre. Ravina the Witch? nÊest bien entendu pas à mettre entre toutes les mains, ne serait-ce que par son propos parfois olé olé. Mais encore une fois, la reine du gothic kawaii nous bluffe avec ce nouvel ouvrage (servi par une édition haut de gamme de Soleil).

Q

Mr Nobody,T.1 et 2, de Gou Tanabe, Doki-Doki, 192 p. n&b, 8,95 euros

M

JÉRłME BRIOT

THIERRY LEMAIRE

r Nobody, tel est le surnom du commanditaire anonyme qui a recruté cinq spécialistes pour accomplir en rase campagne russe un de ces ÿ casses du siècle Ÿ dont les polars sont remplis. Sauf que⁄ tout cela nÊétait quÊun piège tortueux tendu aux cinq protagonistes pour les zigouiller sans sommation. Il y aurait eu plus simple, non ? Mr Nobody se distingue de la majorité des autres productions mangas par un dessin fouillé plein de hachures et séduisant en première impression, et par une narration dans laquelle une multitude de petites vignettes muettes donnent des instantanés sur un détail, un geste, un regard, un élément de décor ou au contraire un panoramique large de la scène. Cette profusion dÊinformations nÊaide pas à la lisibilité du récit, dÊautant moins que lÊauteur se plaît à brouiller les pistes de son thriller, à zapper dès quÊun personnage semble sur le point de se lancer dans une explication ou de faire avancer lÊintrigue. SÊintercale alors un flashback ou une scène avec un autre personnage, et on finit par ne plus du tout comprendre le propos. La confusion atteint son paroxysme quand le dessinateur, qui souffre déjà dÊune caractérisation défaillante de ses personnages (ils ont tendance à tous se ressembler), intègre à son récit une histoire de clones humains⁄ De deux choses lÊune : ou bien tous ces curieux partis pris finiront par trouver une explication brillante dans le dénouement prévu pour le troisième et ultime volume à paraître en septembre, ou tout ceci nÊest depuis le début que de la mousse. NÊest pas Urasawa qui veut.

uand on écrit une histoire de zombies, il faut être radical. CÊest certainement ce que sÊest dit Kentarô Satô en démarrant ce récit apocalyptique. On y retrouve les recettes habituelles du genre avec la désagrégation soudaine dÊun petit monde tranquille, en lÊoccurrence celui de Kii Kogami, lycéen de 16 ans. LÊapparition dÊun pentacle géant dans le ciel de Tokyo annonce en effet lÊarrivée de créatures sanguinaires à lÊapparence de gentilles cosplayeuses, les ÿ Magical Girls Ÿ. Avec leur ÿ baguette magique Ÿ, elles déciment la population qui passe à portée de leur main, la transformant en colonie de morts-vivants assoiffée de sang. Évidemment, le héros cherche à échapper comme il peut à ces furies, croisant dans sa fuite des survivants qui pourront lui venir en aide. Évidemment, on apprend au fur et à mesure les raisons de cette apparition qui sème le chaos. Classique. Mais là où la série prend de lÊintérêt, cÊest que lÊauteur prend un malin plaisir à tuer ses personnages secondaires alors quÊon commence à sÊattacher à eux. On lÊa bien compris, personne nÊest à lÊabri du vent de folie. En outre, le petit groupe qui se forme autour de Kii nÊa rien de très glorieux puisquÊil est constitué dÊun flic obsédé sexuel et de trois lycéennes connues pour harceler leurs camarades. Un intérêt de plus pour un démarrage tambour battant, avec des scènes dÊaction dÊune grande efficacité.

THOMAS HAJDUKOWICZ

21


M

a n g a s

&

A

s i e

SOUS LES BONS AUSPICES

DE LA PSYCHOHISTOIRE Avec Zelphy, Etorouji Shiono propose un space opera virevoltant. Déjà deux tomes et une intrigue qui part tambour battant. Du rythme, de l’aventure, du mystère, de l’humour, en résumé une belle partie de plaisir. Zelphy © Etorouji Shiono / Shônen Gahôsha

T

out a commencé dans quelques années, lorsque lÊindustrie spatiale humaine, NASA en tête, parviendra à construire des portails capables de relier des points gigantesquement éloignés dans lÊunivers. Ce nouvel espace sans limites à coloniser prendra le nom dÊAion. Pour prendre pieds dans les milliards de systèmes stellaires potentiels, lÊHomme accélèrera lÊévolution de lÊespèce, en donnant ainsi naissance à une multitude de nouvelles. Malheureusement, il nÊaura pas appris de ses erreurs, et les conflits militaires seront toujours lÊordre du jour dans le futur. Dans quelques 250 ans, deux sociologues exaspérées par ces guerres incessantes lanceront chacun une expérience millénaire. La première concerne la moitié des planètes de lÊAion, qui accueillera une nouvelle dynastie nommée Zaysion, quÊon laissera évoluer pendant 1000 ans pour mieux en analyser les conséquences sur lÊHumanité (les amateurs de récits de science-fiction auront reconnu au passage le modèle de la psychohistoire, science fictive, popularisée par Isaac Asimov dans sa série Fondation, un classique du genre). LÊobjectif étant de créer un gouvernement centralisé et pacifique pour cette

partie de lÊUnivers. Mais une fois atteint ce but, le royaume de Zaysion succombera sous les coups de boutoir des Gardiens de lÊAion, alliance militaire avide de conquérir lÊensemble du monde connu et plus particulièrement ses portails. LÊaction de la série commence donc six ans après la défaite de Zaysion, alors que les Gardiens ont lÊair assez inquiets. ¤ la recherche dÊun mystérieux cercueil et pressés dÊempêcher la libération dÊune tout aussi énigmatique Zelphy, ils font preuve dÊune nervosité à lÊaune de laquelle on mesure lÊimportance de ces deux objets.

UNE CAVALE INTERGALACTIQUE Perdu au centre de ces considérations géopolitiques, LÈsja Lion Ilphadzit a 19 ans et exerce le métier de plombier. Recalé trois fois par lÊarmée des Gardiens de lÊAion à cause de sa petite taille, il se morfond dans une ville-satellite. Surtout, le jeune homme est issue dÊune lignée prestigieuse, puisquÊil était, avant la cuisante défaite de Zaysion, cinquième dans lÊordre de lÊaccession au trône. CÊest donc ce curieux et apparemment fragile adolescent que le lecteur va suivre tout au long de son par-

cours initiatique. Car au fil des tomes, LÈsja se révélera et montrera toute lÊétendue de ses pouvoirs. En cavale intergalactique dans un vaisseau pirate volé, avec pour compagnons un chat borgne (dont lÊesprit a été squatté par celui dÊun forban de lÊespace) et une sorte de casier (en réalité une intelligence artificielle multifonctions), le jeune noble cherche à échapper aux Gardiens qui le poursuivent. Les personnages secondaires féminins quÊil croise, toujours très sexy (un érotisme, la plupart du temps sousjacent, est dÊailleurs assez présent dans la série), sont souvent des alliées dÊun grand secours. Reste que, comme à lÊhabitude pour ce genre de séries, les indices sont distillés au compte-goutte. Peu dÊinformations jusque là sur le fameux cercueil, lÊorigine des capacités hors norme de LÈsja, les autres espèces ÿ humaines Ÿ ou la seconde expérience millénaire – le tome 2 réserve tout de même une sacrée révélation sur la nature de Zelphy. Mais pour autant, aucun sentiment de frustration à la lecture tant les intrigues secondaires sont riches, les personnages attachants et le récit parfaitement rythmé. Ajoutez quelques pointes dÊhumour et dÊautodérision et vous aurez entre les mains un manga de science-fiction de tout premier plan. THIERRY LEMAIRE

Zelphy © Etorouji Shiono / Shônen Gahôsha

ZELPHY, T.1 ET 2

dÊEtorouji Shiono, Doki-Doki, 196 p. n&b, 7,50 €

20


zoom Attache-moi !,T.1 et 2, de Ryûta Amazume Amis dÊenfance, Kaoru et Nana se sont engagés depuis peu dans une relation spéciale. Lui a 18 ans, lÊair empoté, est encore puceau et fantasme sur les pratiques SM. Nana est quant à elle très jolie, populaire et élève assidue... mais sa vie est peut-être un peu trop sage. ¤ la suite dÊun quiproquo, Nana se retrouve engoncée dans une tenue en cuir appartenant à Kaoru, et à son grand étonnement y prend du plaisir. Les deux lycéens passent alors un ÿ pacte Ÿ pour quÊoccasionnellement Kaoru offre des moments de ÿ détente Ÿ à Nana en endossant le rôle du maître... Les jeux érotiques vont crescendo, même si le SM ici présenté est très soft. Chacun y trouve son compte : Kaoru se rince lÊflil, Nana améliore ses résultats scolaires et le lecteur sÊamuse de cette relation inversée où un lycéen loser mène littéralement en laisse une fille trop belle pour lui.

Pika, 210 p. n&b, 8,05 € OLIVIER PISELLA

AssassinÊs Creed, Awakening,T.1, de Takashi Yano et Kenji Oiwa On trouvera toujours du monde pour encenser la série de jeux vidéo AssassinÊs Creed dÊUbisoft, mais ce sera plus dur pour la série de mangas qui est éditée à lÊoccasion de la sortie du quatrième épisode de la franchise historicomeurtrière, située cette fois au début du XVIIIe siècle chez les pirates des Caraïbes. La faute à un trait flou (au moins lÊadaptation manga de Resident Evil bénéficiait du dessin de Naoki Serisawa) et à une volonté de mélanger passé et présent en intercalant un pseudo-thriller autour dÊun ado gamer. Le volume contenant un code pour obtenir de nouvelles armes dans le jeu, il trouvera cependant sans doute preneurs...

Ki-oon, 192 p. n&b, 7,90 € BORIS JEANNE

Border,T.5, de Kazuma Kodaka Allez, un petit BoyÊs Love assez explicite et donc réservé aux plus de 18 ans. LÊintérêt de Border nÊest pas dans les thèmes quÊil aborde, car les jeunes homos aimeront toujours leur senpai dans ce genre de manga yaoi. Mais alors que les premiers tomes prenaient le prétexte dÊune agence de détective pour y loger des ébats entre garçons, les volumes les plus récents partent en flashback universitaire pour approfondir les relations anciennes entre les employés de cette agence, lÊauteur lui-même semblant se laisser balloter par la nostalgie. CÊest plutôt réussi, et le trait nÊest pas vilain.

Tonkam, 196 p. n&b, 12,50 €

BJ

WALLMAN © 2013 by Boichi / SHUEISHA Inc.

WALLMAN : BAGARRE ET NICHONS Dans le manga, les ninjas font la bagarre, les pirates font la bagarre, les robots géants font la bagarre. En fait, il y a beaucoup de bagarre dans le manga. Wallman, qui sort le 2 juillet chez Kazé Manga, et que l’on découvre en avant-première à Japan Expo, n’échappe pas la règle. Et ajoute des nichons à l’équation.

J

iro Sorashima a raccroché les mousquetons et les couteaux : il rentre au Japon, vieilli, usé, fatigué. Cet ersatz de John McClane revient au pays après une mission de trop en Corée, où il a vu mourir un de ses amis. Cinq mois plus tard, il est devenu un gros beauf ventripotent, squattant lÊappartement dÊun de ses amis mangakas, Takashi Kubota. Tout aurait pu en rester là si, pour égayer leur quotidien un peu morne, Takashi nÊavait décidé de prendre une colocataire. Il sÊagit de la pimpante et légèrement vêtue Nami, soi-disant étudiante coréenne expatriée à Tokyo. Soi-disant seulement, puisque la jeune femme se révèle rapidement être une tueuse à gages, venue dans le pays du Soleil Levant pour assouvir sa soif de vengeance. Rapidement, Jiro va devoir reprendre du service pour aider Nami, qui va devenir sa disciple. Les réflexes que le quadragénaire pensait avoir oublié en un semestre dÊinactivité reviennent rapidement. Car Jiro (aka Master Kû) est un Wallman : il tue depuis les airs et les gratte-ciels, grâce à un système de filins. La pègre tokyoïte nÊa quÊà bien se tenir : une nouvelle équipe de vigilants est dans la place !

PUNISHER EXTRÊME ET ORIENTAL En France, lÊauteur de Wallman, Boichi, est surtout connu pour la série Sun-Ken Rock (chez Doki-Doki), qui traitait déjà du crime organisé. Entre ces deux titres, on sent que la patte de lÊauteur a un peu changé : le dessin de Wallman est plus sûr, mieux maîtrisé que les dessins parfois maladroits des premiers volumes de Sun-Ken Rock. On en prend plein les yeux. On reconnaît cependant sa patte : beaucoup de détails, une certaine violence graphique, le mélange de dessins comiques et des scènes très sérieuses, un goût prononcé pour les formes féminines rebondies. Boichi a un passif dÊauteur de hentai (la BD japonaise à caractère pornographique) et ça se voit. DÊoù certaines scènes gratuites où Nami prend des poses suggestives, plus ou moins habillée. Ce mélange de violence (parce quÊil y a beaucoup de sang et de morceaux de personnes découpées dans le volume) et dÊérotisme rappelle Gantz (chez Tonkam). Cependant, le manga de Boichi se distingue de

cette référence par son scénario : on sait dès le départ que Jiro et ses amis vont défoncer du yakuza à tour de bras, jusquÊà ce que Nami soit vengée. Pas de sphère noire bizarre ou dÊaliens. Rien que des criminels, des vengeurs et la mégalopole japonaise pour terrain de jeu. Le scénario sÊannonce simple mais efficace. CÊest du moins ce quÊil paraît. Car, à nÊen pas douter, Boichi nous réserve certainement dÊautres surprises. LÊauteur est connu pour son implication dans de grandes causes (expiation des crimes de guerre commis par la Corée du Sud – son pays dÊorigine – durant la Guerre du Vietnam ; dons aux victimes de la catastrophe du Tohôku) ; il est probable que son scénario évolue en fonction de lÊactualité agitée japonaise. Si vous aimez la bagarre, Wallman mérite que lÊon sÊy attarde. Ce premier volume met en place quelques pièces quÊil va être intéressant de voir sÊanimer au fil des prochains volumes. Par contre, si vous ne jurez que par Yotsuba !, passez votre chemin. THOMAS HAJDUKOWICZ

c WALLMAN,T.1 de Boichi, Kazé Manga, 208 p. n&b, 7,79 €

18


M

a n g a s

&

A

s i e

AREA D : MATONS VS MUTANTS Destin. Détention. Dream. Death. Qu’est-ce qui attend les mutants incarcérés sur Area D, l’île-prison qui leur est réservée ?

AREA D INO RYOIKI ©2012 Kyouichi NANATSUKI, Yang Kyung-il/SHOGAKUKAN

I

l y a 12 ans, la lumière de lÊexplosion dÊAntarès de la constellation du Scorpion, survenue 430 années plus tôt, atteignait la Terre pour 12 nuits aussi illuminées quÊen plein soleil. Après cet événement, un grand nombre dÊindividus développèrent des pouvoirs étranges, inquiétants, surhumains. On appela ces individus les ÿ altered Ÿ, les modifiés. Les humains restés normaux décidèrent que les altered étaient trop dangereux, quÊils devaient être poursuivis, chassés et cloîtrés sur une île-prison aux coordonnées secrètes, lÊîle D ou Area D. Retour au présent : menottes hi-tech aux poings, une file de détenus sÊapprête à monter dans un cargo. Ce sont des altered qui ont été capturés, et vont rejoindre lÊîle D. Un des prisonniers a droit à un traitement de faveur : il voyage en container blindé. CÊest un altered de classe ÿ S Ÿ (S pour spécial), jugé trop dangereux pour être en contact avec les autres. Une fois embarqués, les prisonniers commencent à sonder les pouvoirs de leurs codétenus, à sÊorganiser en groupes, à chercher des associations. Ceux qui ont les pouvoirs les plus puissants prétendent devenir chefs de clan, et sÊallier une armada de vassaux. Tous savent quÊune fois sur lÊîle D, il faudra se battre pour survivre, sÊattendre à

un comité dÊaccueil plus ou moins hostile, rencontrer ou affronter dÊautres altered aux super-pouvoirs imprévisibles... et vivre dans des conditions carcérales totalement inconnues !

MOITIÉ X-MEN, MOITIÉ NEW YORK 1999 Nous nÊen dirons pas plus, et nous ne dévoilerons pas les compétences des personnages pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte qui est exceptionnel sur cette série, une des rares à trouver une efficacité immédiate. LÊintensité du récit doit autant à lÊambiance thril-

AREA D INO RYOIKI ©2012 Kyouichi NANATSUKI, Yang Kyung-il/SHOGAKUKAN

ler et à la pression psychologique, quÊaux scènes dÊaction haletantes, brutales sans jamais devenir outrancières malgré les super-pouvoirs délirants de certains personnages. Il faut dire quÊaux commandes dÊArea D, il y a un tandem de choc et de talent. Au dessin, Yang Kyung-Il, le plus japonais des manhwagas (ou le plus coréen des mangakas) sÊétait fait remarquer sur la série Le Nouvel Angyo Onshi. Il redouble ici dÊinspiration et de précision. Les dessins sont minutieux, expressifs comme jamais, les cadrages et la mise en scène sont ultra-dynamiques sans jamais sacrifier la lisibilité. Quant au scénario, il est signé Kyoichi Nanatsuki, connu en France pour sa série western et dark fantasy The Arms Peddler (parue chez Kioon). Et comme Area D est positionné en tant que ÿ seinen manga Ÿ, pour les adultes donc, les auteurs ne ressentent pas le besoin de désamorcer la tension dramatique en saupoudrant des effets comiques dans lÊhistoire, ce qui dans la plupart des séries nÊaboutit quÊà affaiblir et décrédibiliser lÊhistoire. La parenté dÊArea D avec lÊunivers des XMen dÊune part, avec celui de New York 1999 dÊautre part, nÊéchappera pas aux lecteurs. Pour autant, cÊest précisément dans la convergence entre ces deux courants dÊinspiration que la série puise son originalité : survivre en prison, cÊest déjà compliqué. Survivre en compa-

gnie de prisonniers qui sont tous des super-mutants lÊest encore plus. Et quand les matons sont des psychopathes qui brûlent de trouver le premier prétexte venu pour faire des victimes pour lÊexemple, la question se pose de savoir qui mérite encore le titre dÊhumain, et qui il faut qualifier de monstre. En deux tomes seulement, Area D pose tout la richesse dÊun univers sombre, mais tout à fait enthousiasmant ! JÉRłME BRIOT

AREA D, T1 ET 2

de Yang Kyung-Il et Kyoichi Nanatsuki, Pika, 200 p. n&b, 7,20 €

16


zoom Dragon Quest - Emblem of Roto,T.3, de Kamui Fujiwara et Junji Koyanagi Trois raisons au moins de vous parler de cette énième licence Enix adaptée dÊun jeu vidéo Enix publiée chez Kioon : dÊabord, la série sÊest vendu à 19 millions dÊexemplaires, ça doit bien vouloir dire quelque chose ; ensuite, lÊauteur est invité à Japan Expo, cÊest lÊoccasion de vous faire faire une belle dédicace si vous vous levez de bonne heure ; enfin, même si le manga en lui-même nÊa rien dÊexceptionnel, tout lÊunivers graphique des jeux comme des BD a été développé par Akira Toriyama, lÊauteur de Dragon Ball et Docteur Slump, tant et si bien quÊon a lÊimpression de voir Son Goku sur la couverture de ce tome 3 !

Ki-oon, 190 p. n&b, 6,60 € BORIS JEANNE

DarwinÊs Game,T.1, de FLIPFLOPS Trois raisons au moins de vous parler de cet énième shônen où des adolescents se font la peau entre eux publié chez Ki-oon, après Judge, Doubt, Le Berceau des esprits, KingÊs Game et KingÊs Game Extreme : dÊabord parce que cette série essaie de pousser encore dÊun cran les effets pervers que les réseaux sociaux peuvent avoir sur notre belle jeunesse influençable ; ensuite parce que le trait nÊest pas vilain, malgré le nom improbable de lÊauteur (FLIPFLOPS !) ; enfin parce que ce tome 1 sortira fin août et quÊil vous faudra être prêt pour la rentrée ! Ki-oon, 192 p. n&b, 7,65 €

BJ

Pilleurs de tombes, de Yao Fei-La Finalement, la révolution culturelle chinoise de 1966 aura fait quelques heureux. Envoyés à la campagne pour être rééduqués, les étudiants Shen et Wang vont vivre une expérience sensationnelle. Irrésistiblement attiré par la montagne au cflur de bfluf, Shen entraîne son ami et deux autres compagnons dans une chasse au trésor. Entre rêve et réalité, cÊest un gigantesque mausolée souterrain, non sans dangers, que le petit groupe va explorer. Récit dÊaventure et initiatique à la Tom Sawyer, le rafraîchissant Pilleurs de tombes se déguste comme une friandise.

M

a n g a s

&

A

s i e

LE TATOUEUR

DES YAKUZAS Bonten Tarô, tatoueur de légende, musicien accompli et mangaka d’importance, méritait une anthologie à la mesure de ses multiples talents : c’est Sex & Fury, qui porte bien son nom !

C

Après une période consacrée à des séries shôjo mangas signées de son nom de naissance Kiyomi Ishii, lÊauteur en plein burn-out décide de tout arrêter. Il devient chanteur et musicien itinérant, offre aussi ses services de tatouage aux yakuzas. Quand il revient au dessin, cÊest sous lÊidentité

Si certaines de ses histoires ont été adaptées au cinéma, cÊest surtout son activité de tatoueur qui lui vaut une reconnaissance internationale, du boxeur Cassius Clay à lÊacteur américain Charlie Sheen, mais surtout une vénération de la part du milieu des yakuzas. Car Tarô a révolutionné lÊart du tatouage japonais, intimement lié aux yakuzas, en cassant les codes existants et en imposant son style, ses techniques et ses instruments. En revanche, lÊfluvre dessinée

DU SHÔJO AU RÉCIT HORRIFIQUE

ertains artistes ont une imagination hors du commun. Bonten Tarô (1929 - 2008), pour sa part, a eu une existence hors du commun. On pourrait même croire quÊil a eu plusieurs vies, étant donnée la variété des métiers quÊil a exercés (dessinateur de kamishibai1, mangaka, tatoueur, musicien ambulant, acteur, styliste, metteur en scène, reporter, peintre⁄), le nombre de ses épouses, pas moins de sept, ses fréquentations chez les yakuzas et une sorte de cavale après avoir ÿ coupé le bras dÊun ouvrier avec un sabre militaire Ÿ.

de Bonten Tarô était en péril, peu valorisée dans son propre pays et du fait dÊune inondation qui a ruiné les planches originales. Il sÊagit pourtant dÊune fluvre foisonnante. Ne refusant jamais une commande, Tarô sacrifiait sa santé à son art, réalisant jusquÊà 300 pages par mois en dessinant très vite, directement au propre et sans croquis préparatoires, en sÊabstenant de dormir⁄ et en se dopant aux méthamphétamines, comme tous les mangakas. ÿ ¤ lÊépoque, ça sÊachetait en pharmacie Ÿ, relativise lÊauteur.

© Boten Tarô / LÉZARD NOIR

de Bonten Tarô. Plus question de raconter des histoires pour petites filles après tout ce quÊil a vécu. Désormais, ce seront des histoires de vengeance, des femmes samurais capables dÊen découdre avec les pires caïds, des récits fantastiques de tatouages maudits, dÊautres encore plus horrifiques quÊon jurerait sortis des Contes de la crypte⁄ Et 12 ans de parution hebdomadaire ininterrompue de la série Konketsuji Rika, inédite en France à ce jour. LÊanthologie Sex & Fury propose de goûter à tous ces plaisirs. Elle est complétée encore par une sélection des couvertures de magazine réalisées par le dessinateur, et par tout un dossier sur le tatouage. Tout cela ravira les esthètes, amateurs de cinéma de genre, de pulp comics et de femmes pulpeuses. Mais nÊétouffera pas le sentiment, après lecture, que les bandes dessinées de Bonten Tarô ne rivalisent pas avec son existence même. JÉRłME BRIOT 1 Le kamishibai est un ÿ théâtre de papier Ÿ tombé en désuétude dans les années 1960, où des conteurs ambulants sÊaidaient dÊune dizaine de cartons dessinés pour raconter une histoire feuilletonesque à épisodes quotidiens.

SEX & FURY

Fei, 200 p. couleurs, 17 € THIERRY LEMAIRE

de Bonten Tarô Le Lézard noir, 448 p. couleurs, 29 €

14


M

a n g a s

&

A

s i e

© Elsa Brants / KANA

LÊAntiquité et la mythologie inspirent autant la BD franco-belge que les comics et les mangas : quÊest-ce qui vous intéresse particulièrement dans cet énorme vivier dÊhistoires ? Les créatures mythologiques, que ce soit des déesses, de dieux ou des monstres, semblent toutes avoir un caractère humain, avec des préoccupations qui nous ressemblent : amour, vengeance, etc. Je pense quÊil y a plusieurs niveaux de lecture possibles, et jÊespère surtout intéresser les jeunes lecteurs à la mythologie. Beaucoup de distance et dÊironie : une french touch ou là encore un héritage japonais ? Puisque vous dites aimer beaucoup Rumiko Takahashi (et plutôt le déjanté Lamu que le sage Juliette je tÊaime)⁄ CÊest un mélange. Un peu de Gotlib, de Fred, de FÊmurrr, un peu de Rumiko Takahashi, dÊAkira Toriyama, rajoutons à cela les Monthy Python, Louis de Funès, Raymond Devos, les Nuls... et on sera encore loin du compte de tout ce qui a nourri mon enfance. Le point commun serait peut-être une tendance à lÊabsurde et au ridicule ?

JusquÊà quel point vous êtes-vous inspirée de votre entourage pour créer les personnages ? Pythie vous ressemble un peu, quand même ? Une grande brune qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ? Et mon Guillaume serait Xanthe ? Style ours mal léché, grognon au réveil... Mince, mais cÊest vrai ! Hahaha ! Je me retrouve un peu dans chacun de mes personnages, mais jÊai une affection toute particulière pour Cassandre. Enfin, est-ce quÊil vous manque un truc pour atteindre le niveau des mangas que vous aimez ? Côté dessin, côté histoire ? Le rythme de livraison des pages, même sÊil est loin dÊêtre aussi furieux quÊau Japon, mÊaide beaucoup à progresser en dessin, mais il y a encore un gouffre entre ce que jÊimagine et ce qui sort de ma main. Côté histoire, il va me falloir un peu plus de recul pour savoir comment mÊaméliorer. PROPOS RECUEILLIS PAR

BORIS JEANNE 1

Kana installe un temple grec à Villepinte.

© Elsa Brants / KANA

SAVE ME PYTHIE, T.1 dÊElsa Brants, Kana, 200 p. n&b, 7,45 € 13


M

a n g a s

&

A

s i e

PAS DE CROISSANTS

POUR LA PYTHIE ! © Elsa Brants / KANA

Vous avez pensé à le sortir en sens de lecture japonais, comme Lanfeust Quest ? Kana mÊa laissé le choix du sens de lecture. Je me suis dit que les lecteurs européens de manga savaient lire en sens japonais et sens européens... Alors jÊai choisi le sens européen, comme ça même ma grand-mère pourra me lire. En revanche, tous les éléments de scénario sont issus de la culture occidentale : pas de yokaï ni de japonaiserie – ça va venir ? La mythologie grecque est déjà bien assez riche. En faisant intervenir une créature, dieu ou monstre par chapitre, jÊai de quoi tenir sur plusieurs années, même si Save me Pythie devrait être une série courte.

Rencontre avec Elsa Brants, un auteur de BD parfaitement bilingue : entre francobelge et manga, pourquoi choisir quand on maîtrise aussi bien les deux ?

A

près différentes collaborations avec Guillaume Lapeyre (Chroniques de Magon) et Corbeyran / Picard (Weëna, Okhéania), Elsa Brants se lance en solo dans un petit format noir & blanc feuilletonnant, une délirante histoire dÊoracle maudit dans une Grèce antique fantasmée et rigolote. Entretien avec lÊauteur de Save me Pythie, nouvelle série publiée par Kana. Alors, la pression avant Japan Expo ? Pour lÊinstant ça va, mais cÊest sans doute parce que je ne réalise pas encore. Je vais avoir un magnifique stand décoré façon Grèce antique1, je me suis dégoté quelques tenues en harmonie avec le cadre... Ça va être génial, mais dans ma tête cÊest encore très abstrait. Une chose est sûre : jÊai hâte dÊy être ! Comme toute mangaka, finalement, vous avez commencé comme assistante [de Guillaume Lapeyre] avant dÊavoir votre propre série⁄ Je ne lÊai pas beaucoup aidé. Sur les décors je mÊoccupais de la ligne principale, et Guillaume rajoutait tout ce qui fait son trait. Je trouve le système japonais très intéressant, je pense quÊil permet de se former au métier bien plus vite quÊen étant dans une école. Avec Guillaume, nous avons appris en autodidactes. Peut-être serions-nous devenus professionnels plus vite ?

Vous avez fait la couleur sur de nombreux albums dÊautres auteurs, et vous voilà maintenant dans du petit format noir & blanc, bizarre non ? JÊai beaucoup aimé être coloriste, et ainsi collaborer avec des dessinateurs comme Guillaume, Alice Picard, Nauriel et plein dÊautres... Ça mÊa permis de raconter des histoires dans des univers tous très différents. Mais avec Save me Pythie, je peux enfin partager mon univers et surtout mon sens de lÊhumour. Tant pis si ce nÊest pas en couleur : le format ne le permet pas, le temps de sortie entre chaque tome serait bien trop long.

Dans Save me Pythie, hormis la prépublication, on retrouve vraiment tous les éléments du manga, jusquÊà la petite colonne perso dans le rabat de couverture pour que le lecteur se sente proche de lÊartiste : vous avez cherché à appliquer le manuel de la parfaite mangaka ? JÊai été élevée au Club Dorothée... Je pense avoir vu 98 % des animés manga diffusés dans ces années. Mon premier achat en librairie fut Akira. Par la suite, jÊai acheté tout ce qui était traduit – ce qui doit être impossible maintenant. Même si jÊai lu beaucoup de comics et de BD franco-belges, les mangas mÊont toujours fait davantage vibrer. Raconter mes histoires au format était pour moi une évidence.

© Elsa Brants / KANA

Vous avez même une éditrice à qui vous soumettez vos planches : est-ce quÊelle est aussi stressante quÊun tantoûsha, ce responsable éditorial japonais chargé de coacher les mangakas ? Mon éditrice, Christel Hoolans, est plus un soutien quÊun sujet de stress. Elle met en évidence des choses que je ne vois pas sans recul. La plupart du temps il sÊagit surtout de dialogues à préciser, ou dÊactions à mieux définir.

12


M

a n g a s

&

A

s i e

Chroniques de la Corée ordinaire Ce qu’on sait de la Corée, c’est que c’est le pays de PSY, de Samsung, du barbecue coréen et que quelques personnalités politiques françaises y sont nées. Mais on connaît peu, voire pas le quotidien des Sud-Coréens moyens. Histoires sur le bord du trottoir, sorti aux éditions FLBLB, nous en donne un aperçu. © by LEE Hee-Jae / FLBLB

C

e manhwa (bande dessinée coréenne) est en fait une compilation de six histoires que Lee Hee-Jae a écrites et dessinées dans les années 1980. Il est représentatif du style originel de lÊauteur, toujours actif aujourdÊhui. De lui, vous avez peutêtre déjà lu Chagrin dans le Ciel ou Vedette, deux ouvrages plus récents, édités par Casterman. Dans Histoires sur le bord du trottoir, son trait est proche de celui dÊOsamu Tezuka lorsquÊil représente ses personnages grotesques. Il semble plus brouillon quÊaujourdÊhui, mais est déjà plein dÊexpressivité.

de Guy Ritchie, on va suivre plusieurs personnages improbables avec le même intérêt. Histoires sur le bord du trottoir sort des canons esthétiques et scénaristiques que lÊon a lÊhabitude de voir et lire dans la BD asiatique. Rien que pour ça, ce manhwa vaut le coup dÊflil. THOMAS HAJDUKOWICZ

BRASSAGE SOCIAL Chacune des histoires se déroule dans la rue, que ce soit au bistrot du coin, dans un taxi, dans la cour dÊun quartier résidentiel. Dans ces espaces communs, petits et puissants se croisent, sÊobservent, se jugent. Forcément, ce mélange donne lieu à une multitude de scènes, souvent comiques, toujours critiques dÊune Corée du Sud moderne qui commence à émerger. En filigrane, on détecte la fièvre révolutionnaire qui a touché le pays dans les années 1980. LÊautre intérêt de lÊouvrage, cÊest sa narration, multipliant les points de vue, justement. ¤ la manière dÊun film

HISTOIRES SUR LE BORD DU TROTTOIR de Lee Hee-Jae, FLBLB, 160 p. n&b, 13 € 11


© 2013 KEI SANBE / KADOKAWA SHOTEN CO., LTD.

ERASED : QUAND LE PASSÉ RESSURGIT Sorties après sorties, l’éditeur Ki-oon démontre un véritable talent pour dénicher des titres originaux et de grande qualité. Erased, dont le T.1 paraît le 3 juillet, devrait lui aussi conquérir le cœur des lecteurs dès lors qu’ils ne sont pas contre un peu de frissons.

S

atoru Fujinuma rêve de publier ses mangas chez un gros éditeur, mais malheureusement pour lui, il accumule les refus. Bien décidé à continuer de tenter sa chance, il travaille quand même à mitemps comme livreur de pizza. Mais si le jeune homme est dÊapparence plutôt timide et renfermée, il a en lui des capacités hors du commun... LorsquÊun drame a lieu à proximité de lui, il est renvoyé quelques minutes dans le passé. ¤ lui alors de trouver le détail quÊil doit arranger pour éviter la catastrophe. Ne se sentant ni particulièrement courageux, ni héroïque, ce don est plus un fardeau quÊautre chose pour Satoru, mais a-t-il dÊautre choix que dÊobéir à sa conscience ? Même si cette capacité lui complique grandement le quotidien, il est le seul à pouvoir arranger les choses. Quand commence cette histoire, lÊépisode de retour en arrière sera un peu particulier. Les événements vont contribuer à faire ressortir des souvenirs enfouis depuis son enfance, des éléments de sa vie que son esprit avait pourtant tout fait pour oublier...

THRILLER TEMPOREL Déjà auteur de LÊ˝le de Hozuki et Le Berceau des Esprits, Kei Sanbe revient ici avec un thriller légèrement teinté de fantastique mais ancré dans un Japon bien réel. Satoru vit une situation réaliste et finalement assez banale (petit boulot, difficulté à être publié, isolement, relation compliquée avec sa mère...) et nÊa en apparence rien dÊun héros. Pourtant, ce personnage à la fois sans histoire et extraordinaire fonctionne bien, et est particulièrement attachant, aux prises avec sa conscience, entre sens du devoir et envie de rester loin des ennuis. Au fil des pages, lÊintrigue gagne en densité, et si le jeu avec le passé proche est particulièrement réussi, des flashbacks de lÊenfance de Satoru viennent donner une tout autre dimension au récit. DÊapparence plutôt légères au départ, les thématiques abordées deviennent de plus en plus sombres et dramatiques. Certains sujets sont dÊailleurs délicats, mais lÊauteur parvient à les raconter avec pudeur et simplicité. La présence dÊAiri, une jeune fille qui

travaille avec le héros et qui se lie dÊamitié avec lui un peu contre son gré, apporte une touche dÊoptimisme surprenante et appréciable à lÊensemble.

NON-DITS Graphiquement, le trait du mangaka manque peut-être parfois un peu de finesse, notamment pour les cheveux des personnages qui ont souvent lÊair statique. Pour autant, le dessin est beau, les cadrages et la mise en scène efficacec, et le noir occupe une place importante, contribuant à lÊatmosphère générale, de plus en plus oppressante, tout en conservant toujours une part de lumière. Les jeux de regards sont très réussis, un atout non négligeable pour une histoire construite sur les secrets et les non-dits. Les planches issues du passé et du présent sÊenchaînent avec fluidité, et le don de Satoru est mis en scène de manière particulièrement efficace. Erased captive grâce à ses habiles jeux de flashbacks et ses personnages attachants, et annonce un thriller de plus en plus oppressant. Si les sujets abordés sont graves, lourds, il subsiste pourtant

toujours un certain espoir, un optimisme qui apporte un plaisir supplémentaire à la lecture. Ce premier tome est une réussite, permettant dÊintroduire les héros et de poser les bases de lÊhistoire tout en créant déjà une montée en tension qui donne envie de découvrir la suite... ELSA BORDIER

ERASED, T. 1

de Kei Sanbe, Ki-oon, 196 p. n&b, 7,95 €

10


M

a n g a s

&

A

s i e

SAKAMOTO, UN LYCÉEN D’ENFER On a souvent l’image du Japon comme d’un pays schizophrène, coincé entre les fameuses « modernité » et « tradition ». Un pays un peu guindé, curieux, industrieux, mais pas spécialement original. Il y a bien la pop culture, colorée et innovante, mais estce bien ça le Japon  ? Où sont les doux dingues nippons  ? Sakamoto, pour vous servir !, que Komikku sort le 3 juillet pour Japan Expo, apporte un début de réponse.

S

akamoto est un génie doublé dÊun athlète hors-pair. Associez tout cela à une belle gueule et vous comprendrez que ce lycéen fait vibrer le cflur des adolescentes de sa classe, au grand dam de ses camarades de sexe masculin. Les jalousies naissent et ne tardent pas à se traduire par des menaces et des actions nuisibles. Seulement, la perfection de Sakamoto se joue également dans lÊesquive : ainsi, toute tentative dÊattentat contre sa personne se termine en pirouette absurde. Ce premier volume de Sakamoto, pour vous servir ! se décompose en cinq histoires où le génie du personnage principal se mêle à son comportement social hors-norme. On verra Sakamoto étudier depuis la fenêtre de la classe, se battre au compas contre un frelon, taper la discussion avec une nichée dÊoiseaux, être habité par un démon ou encore devenir le parfait sous-fifre. Surtout, ces attitudes bizarres lui attireront la sympathie de ceux qui le jalousaient jusque-là. En somme, on rigole bien.

L’ALLIANCE DE L’ABSURDE ET DE L’HUMOUR PINCE-SANS-RIRE Sakamoto, pour vous servir ! est le premier manga édité de lÊauteur Nami

Sano. Pour un premier jet, il sÊagit dÊune réussite, tant sur le fond que sur la forme. LÊhistoire en elle-même nÊest pas à proprement parler linéaire : on ne suit quÊun seul personnage : Sakamoto. Quelques visages reviennent de manière récurrente, mais lÊaction reste menée par Sakamoto. On notera cependant que, si le lycéen est le cflur du récit, les personnages à qui il vient en aide ouvrent et closent chaque histoire, offrant une introduction à proprement parler et une conclusion qui prend la forme dÊune morale gentillette. Entre-temps, Sakamoto aura fait ce quÊil faut dÊactions étranges pour rythmer le récit. Cette absurdité est servie par un dessin que lÊon va considérer comme ÿ sérieux Ÿ : les traits sont dynamiques et traduisent bien les actions, les décors sont riches et détaillés, les visages expressifs (à lÊexception de celui de Sakamoto, impassible)⁄ Certaines images et certains propos rappellent même le boyÊs love, genre qui met en scène, comme son nom lÊindique, des histoires où les garçons sÊaiment. Ce côté sérieux et ambigu accentue dÊautant plus les propos fous et absurdes quÊon nous donne à voir et à lire : Sakamoto qui ordonne lÊédification dÊune structure faite de chaises

© 2013 Nami Sano / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

© 2013 Nami Sano / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

et de tables ; Sakamoto en caissier de fast-food ; Sakamoto qui fait griller des chaussures⁄

que la BD comique. Et surtout, lÊhistoire est folle, donc drôle. THOMAS HAJDUKOWICZ

Sakamoto en lui-même rappelle Oji Karasuma de School Rumble (chez Pika) ou Yuki Nagato de La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (chez Pika également) : des personnages forts, calmes, silencieux, qui agissent parfois (souvent ?) de manière excentrique. ¤ ceci près que dans le manga qui nous occupe, lÊexcentrique est personnage principal. LÊambiance globale du manga rappelle également Sayonara Monsieur Désespoir (toujours chez Pika), dans lÊabsurdité des propos tenus dans un contexte ÿ normal Ÿ. Tout amateur de manga et de Droopy devrait apprécier à sa juste valeur Sakamoto, pour vous servir !. Le dessin est beau ; dÊailleurs, la couverture rappelle plus le shôjo (manga pour adolescentes)

SAKAMOTO, POUR VOUS SERVIR !, T.1 de Nami Sano, Komikku, 176 p. n&b, 7,90 € 9


M

a n g a s

&

A

s i e

DÉDICACES NIPPONES :

CHOISIR SA FILE D’ATTENTE À l’heure où nous mettons sous presse, il n’est pas certain que nous disposions de la liste définitive des auteurs invités devant lesquels vous pourrez faire la queue afin d’obtenir une dédicace, car il y a toujours des surprises de dernière minute. Essayons tout de même de faire le point sur les artistes nippons présents à Villepinte pour Japan Expo (JE) 15e impact, en toute subjectivité. © 1991-1997, 2006 Kamui Fujiwara / SQUARE ENIX © 1991-1997 Junji Koyanagi / SQUARE ENIX © 1991-1997, 2006 SQUARE ENIX CO., LTD. All Rights Reserved.

DRAGON QUEST - EMBLEM OF ROTO

PATRIMOINE Les deux big ones seront sans doute Izumi Matsumoto et Kitarô Kôsaka. En effet, Matsumoto est lÊauteur de Max et Compagnie, dont lÊanimé a fait les beaux jours de feu La Cinq (dans une version copieusement expurgée), et Kôsaka a dirigé lÊanimation du Sherlock Holmes de Miyazaki et du Monster dÊUrasawa, puis de

presque tous les Ghibli de Nausicaä au Vent se lève ! Voilà deux vieux briscards dont la venue sÊinscrit bien dans la politique patrimoniale dÊinvitations dÊhonneur de JE, comme Go Nagai (Goldorak) et Kazuo Koike (Lone Wolf and Cub, Crying Freeman) en 2008, ou Tsukasa Hojo (City Hunter) et Tetsuo Hara (Ken le survivant) par la suite.

ACTU

MONONOKE HIME © 1997 NIBARIKI / GND

KITARł KłSAKA A TRAVAILLÉ, ENTRE AUTRES, SUR PRINCESSE MONONOKÉ

DÊautres mangakas viennent assurer la promotion de la sortie en France de leur manga récent et font lÊobjet dÊune mise en avant particulière de la part des éditeurs français. CÊest le cas de Kachou Hashimoto, dont le volume 1 de Cagaster sort justement à lÊouverture de JE le 2 juillet aux éditions Glénat, ÿ en exclusivité mondiale Ÿ sur papier puisque les Japonais nÊy ont eu droit quÊen version Web. On en parle ailleurs dans Zoo (voir p.4), alors passons à Ryuhei Tamura, dont les ados connaissent bien Beelzebub, paru chez Kazé en papier et animé : une histoire de terreur de lycée forcé dÊélever le fils du Diable – déjà 27 volumes ! Gros vendeur également (19 millions dÊexemplaires !), Kamui Fujiwara viendra appuyer la sortie française de Dragon Quest - Emblem of Roto, ainsi que les dix ans de son éditeur Ki-oon dont lÊobjectif était justement la signature dÊun gros hit shônen pour marquer cette année faste et furieuse. Il dédicacera sur ex-libris, alors sortez la tente ! Tout cela demeurant bien mainstream, encanaillez-

vous chez Taïfu qui invite Rihito Takarai, une mangaka yaoi (manga gay à destination des garçons) à qui on doit Seule la Fleur sait et sa suite Fleur et Sens : son exceptionnel sens graphique fera le bonheur des chasseurs dÊex-libris, homosexuels ou non. Et si vous aimez les chevaux autant que les samouraïs, alors foncez prendre votre ticket pour les dédicaces de Mamoru Yokota, refondateur du prestigieux festival de Sôma et néanmoins directeur artistique sur les animés Death Note et Naruto Shippûden. Dans le même genre éclectique, signalons aussi la présence à Villepinte de Daigo Ikeno, un des principaux designers du studio Capcom : Street Fighter III et IV, Capcom vs SNK 2, Devil may cry 3, etc., un monstre souterrain de pop-culture.

ET LES FRANÇAIS DU FRANGA ? DÊautres éditeurs profitent de JE pour faire venir sur leur stand des auteurs bien de chez nous dont les fluvres ont plus au moins à voir avec le manga et les cultures japonaises, dans les traits et / ou les thèmes. Citons alors Elsa Brants sur le site Kana puisque nous consacrons deux pages à Save me Pythie dans ce numéro de Zoo (voir p.12) et quÊelle dédicacera au milieu dÊun temple grec !, ou bien Aurore dont le bel album Harfang aux éditions Delcourt a été chroniqué dans le précédent Zoo toujours dispo online. On vous promet une belle dédicace⁄ BORIS JEANNE

8


lÊambiance y est bien plus zen que dans le cflur de la fournaise manga et J-Pop : cette partie du salon est le lieu idéal pour faire une pause et manger ses sandwichs (car la restauration est un vrai problème à JE, mais ça cÊest une autre histoire). On est alors proche de lÊalibi culturel, comme si ces stands nÊétaient là que pour cautionner ce titre de ÿ festival des cultures japonaises Ÿ. Mais comme le Japon ne résume pas lÊAsie, la direction de JE a donc créé un autre festival abrité sous la même halle : ÿ Azikult Ÿ, la même chose que JE mais pour les Coréens, Chinois, etc. ¤ Villepinte, on aime ce principe de grouper plusieurs festivals pour occuper le maximum dÊespace : le dernier de cette bande des quatre sÊappelle ÿ Kultima Ÿ et il est dédié aux ÿ cultures de lÊimaginaire Ÿ, appellation vague qui permet dÊaccueillir de nombreux stands heroic fantasy ou SF – on pense aux éditions Bragelonne par exemple, qui nÊont aucun lien avec le Japon ni même avec lÊAsie !

M

a n g a s

&

A

s i e

Mais quand on est un vrai geek, on ne fait pas attention à ce genre de découpage thématique ou géographique, seul compte le plaisir de sÊévader vers de nouveaux univers, et cÊest ce qui explique aussi le déplacement de 232 876 personnes lÊannée dernière ! La réussite incontestable de JE, lÊamenant à se dérouler pour la première fois sur cinq jours cette année, nÊest donc pas due uniquement au succès concomitant du manga en France ou à une nostalgie ÿ Club Dorothée Ÿ de la génération Casimir, mais bien à une patiente et attentive stratégie de fédération des envies de publics différents. Alors même si les stands dÊorigami sont loin dÊêtre aussi fréquentés que ceux des poids lourds du manga, on reconnaîtra sans peine lÊintérêt de cette stratégie qui propose véritablement une ouverture culturelle très large à un public très ouvert et toujours plus nombreux. Il est donc tout à fait logique que Zoo, le magazine des cultures visuelles, en soit le partenaire et le relais ! BORIS JEANNE

© INCORP AGENCY GUILLAUME DEPERROIS

7


M

a n g a s

&

A

s i e © INCORP AGENCY GUILLAUME DEPERROIS

JAPAN EXPO : L’IMAGINATION AU POUVOIR Ce qu’on appelle Japan Expo, entre nous (= les bédéphiles ouverts aux mangas) et dans toutes les cours de collèges et lycées franciliens, a cependant reçu pour nom de baptême « festival des cultures japonaises », et le 15e anniversaire de cette énorme manifestation est l’occasion, non pas de faire un simple bilan, mais de vérifier à quel point il ne s’agit pas là que d’un simple (mais gigantesque) « salon du manga ».

C

ommençons par un bémol : pour la première fois depuis 2008, le parc des expositions de Villepinte nÊabritera pas le Comic ConÊ en même temps que Japan Expo (JE). Ce ÿ festival des cultures imaginaires Ÿ, se traduisant concrètement par une convention de comics, lorgnait sur les grosses machines américaines et proposait nombre de stands permettant de passer insensiblement de Naruto à Spiderman ou Xena la guerrière, dÊun hall à lÊautre du parc-expo, comme si les 150 à 200 000 personnes réunies ici sur trois à quatre jours nÊétaient quÊune grande communauté de geeks ouverte sur bien dÊautres choses que nos sacro-saints albums 48 pages cartonnés couleur : comics, mangas, dessins animés, jeux vidéo, goodies, etc. Cette diversification fut particulièrement bien vue par les organisateurs de JE, tant et si bien que maintenant le Comic ConÊ se cherche son propre espace et sa propre identité – dÊoù cette pause de 2014.

MÉGA-MANGAS Car cela va sans doute avoir tendance à renforcer lÊultra-présence des éditeurs de manga lors de ce ÿ 15e impact Ÿ : ce sont eux qui trustent les espaces publicitaires aux abords du parc (Ki-oon sÊest fait une spécialité de tapisser les murs de la station de RER, comme nous lÊexpliquait son patron dans Zoo n°51),

et bien évidemment ce sont eux qui ont les moyens de se payer les stands les plus exposés, de part et dÊautre de lÊallée centrale. Un éditeur de mangas peut se permettre de manquer le Salon du Livre de la porte de Versailles, mais certainement pas Japan Expo, ce qui nous donne droit à un concours de celui qui trouvera le meilleur truc pour se faire remarquer : architectures éphémères (un temple grec chez Kana), animations (studio de doublage dÊanimés pour Pika), cadeaux spéciaux (les fameux monster-bags de Ki-oon) et dédicaces pour lesquelles il vaut mieux se lever tôt et obtenir un ticket (voir notre article page suivante pour vous aider à faire votre choix).

gers, alors méfiez-vous et achetez donc un katana dès votre arrivée).

AZIKULT ET KULTIMA SONT DANS UN BATEAU… En effet, un peu plus loin sur la droite, cÊest là quÊon trouve les stands les plus japonais : origami, cérémonie du thé, dessin dÊestampe et peinture sur soie, littérature japonaise, on en passe. Fréquemment, ce sont des associations qui animent ces stands, et © Julien Chicoisne

Il nÊy a pas que les mangas qui ont pignon sur salon, il y aussi les animés – ce qui suppose des mètres et des mètres linéaires de coffrets DVD – et les goodies – ce qui impose des rayonnages fournis de peluches, poupées, fringues, porte-clés, mugs, coussins, etc., jusquÊaux katanas dont le lien avec les mangas est pourtant ténu. De ce côté-là (traditionnellement vers la gauche par rapport à lÊentrée principale), on trouve également la scène où se produisent les groupes et les idoles de J-Pop, avec ou sans cosplay : cÊest là quÊon commence à nettement déborder du cadre du manga pour toucher ce quÊest la culture japonaise et sa popularité grandissante auprès de la jeunesse de France (dont beaucoup de freehug-

6


Comment est née lÊidée de ce manga ? CÊest La Métamorphose de Franz Kafka qui en a été la base. JÊai été très intéressée par cette histoire où un être humain se change en insecte et où nous est conté avec calme le quotidien sans quÊil nÊy ait de recherche de solution ou dÊexplication. JÊai voulu ajouter à cette métamorphose un côté plus distrayant à la manière des dessins animés ou des mangas, et cÊest ainsi quÊest né Cagaster. Quelles ont été vos inspirations pour construire lÊunivers de Cagaster ? Mon inspiration vient probablement de tout ce que jÊai lu ou vu jusquÊà maintenant. Dessins animés, mangas, films, romans, etc. Je pense que jÊai tout particulièrement été influencée par les dessins animés pour enfants du programme ÿ Sekai meisaku gekijôŸ (programme dans lequel étaient diffusés les dessins animés adaptés dÊfluvres littéraires. On y retrouve : Heidi, Tom Sawyer, Les quatre filles du docteur March, Princesse Sarah, etc.) Vous avez choisi de publier Cagaster sur Internet plutôt que de chercher à travailler avec un éditeur. Pourquoi ce choix ? Avant de publier chez un éditeur, je souhaitais savoir ce que je voulais vraiment dessiner. JÊai souvent produit des mangas dans le but dÊêtre publiée dans un magazine, devenir professionnelle. Je voulais voir quel genre de manga je pouvais créer si je le faisais juste par plaisir.

E

n

C

o u v e r t u r e

Que vous a apporté cette expérience atypique ? Je peux dire sans me tromper que grâce à cette expérience je me suis améliorée techniquement. Et en plus, je suis heureuse dÊavoir pu prendre conscience de tout ce que je devais à mes lecteurs. Vous attendiez-vous à ce que Cagaster connaisse une seconde vie en format papier ? ¤ vrai dire, au Japon on mÊa proposé plusieurs fois de le publier en version papier. Mais ce nÊétait pas un manga destiné à devenir un produit commercial et tant que lÊhistoire nÊétait pas complète, je ne voulais confier les droits à personne. JÊétais quasiment à la fin de la série quand jÊai eu une proposition de Glénat. Je me suis dit que publier en France pourrait être amusant. Alors jÊai accepté leur offre. Mais il est vrai que je nÊaurais jamais imaginé que mon manga soit publié en papier en France ! Quels artistes vous inspirent le plus ? JÊadore le mangaka Kazuhiro Fujita. Si le manga Ushio to Tora nÊavait pas existé, je nÊaurais jamais voulu devenir mangaka. Et puis il y a aussi Daisuke Higuchi, pour qui jÊai travaillé en tant quÊassistante. PROPOS RECUEILLIS PAR

ELSA BORDIER

c ¤ LIRE, une interview de Stéphane Ferrand, directeur éditorial chez Glénat, sur www.zoolemag.com

Cagaster © 2014 Kachou Hashimoto / Éditions Glénat

Comment sÊest passé votre travail sur ce titre, lÊavez-vous réalisé en parallèle dÊautres projets ? Ça nÊa pas été simple. En parallèle je travaillais sur dÊautres mangas, jÊétais aussi assistante. Alors, lorsque jÊétais trop occupée, cela repoussait le travail sur Cagaster. Ces dernières années, jÊarrivais à percevoir quelque revenus grâce aux ventes de Cagaster en auto-édition, mais je devais continuer à gagner ma vie par ailleurs !

Cagaster © 2014 Kachou Hashimoto / Éditions Glénat

CAGASTER, T.1 de Kachou Hashimoto, Glénat, 208 p. n&b, 6,90 €

5


E

n

C

o u v e r t u r e Cagaster © 2014 Kachou Hashimoto / Éditions Glénat

QUAND KAFKA INSPIRE LE SHÔNEN Avec Cagaster de Kashou Hashimoto, les éditions Glénat espèrent avoir déniché un futur succès. Cette acquisition constitue également une première dans la démarche de Glénat Manga, puisque l’auteur repéré vient de l’autopublication.

P

ublié en exclusivité en France à l'occasion de Japan Expo, Cagaster est un manga au parcours atypique. D'abord présenté sur Internet au Japon par son auteur, puis auto-publié, le manga a donc été écrit totalement librement, sans les contraintes et injonctions d'un éditeur. C'est seulement à la fin de sa parution que Kachou Hashimoto, contactée par Glénat, a cédé les droits à l'éditeur français pour une version papier. Cagaster se déroule dans un monde rongé par une terrible épidémie. Un peu partout, et sans prévenir, les hommes se transforment en insectes géants particulièrement dangereux. La situation est difficile pour les survivants, qui se réunissent dans les zones à peu près épargnées et tentent de lutter comme ils le peuvent contre ce fléau. Dans ce monde, Kidow est un ÿ exterminateur Ÿ, lÊun des combattants chargés de tuer les créatures. Ces mercenaires, qui ne semblent pas avoir dÊétats dÊâme à abattre ceux qui étaient des humains quelques minutes plus tôt, sont craints et détestés. DÊun naturel solitaire, il recueille Ilie, une jeune femme dont le père est mort devant lui. Cette dernière va découvrir le véritable quotidien des exterminateurs, et réaliser que rien nÊest jamais aussi simple que lÊon pourrait lÊimaginer...

Avec un dessin un peu rétro mais agréable à lÊflil et une mise en scène efficace, Kachou Hachimoto livre un titre prenant qui prend place dans un univers riche et intéressant. ¤ travers Kidow et Ilie, on explore peu à peu les différentes zones qui composent le territoire, avec à chaque fois des problématiques très différentes. Le manga prend le temps de développer de nombreux personnages et leur relation. ¤ dire vrai, le nombre de personnages qui jouent un rôle important dans lÊhistoire amène à se demander comment lÊauteur parviendra à conclure toutes ses intrigues sans nous perdre. Si le manga avance assez tranquillement, Cagaster offre aussi quelques scènes dÊaction réussies, avec une montée dans la violence maîtrisée. Le récit, présenté comme un shônen, [manga pour garçons, NDLR] devient de plus en plus sombre au fur et à mesure de sa progression.

ENTRETIEN AVEC KASHOU HASHIMOTO Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? JÊai fait mes premier pas dans Shônen Sunday. Après avoir travaillé sur plusieurs one-shots et des séries courtes, je suis devenue freelance. JÊai alors commencé à créer Cagaster tout en prenant ci et là quelques commandes de mangas pour divers éditeurs et entreprises.

Ce premier tome de Cagaster est une bonne surprise, prenant et plaisant à lire, riche dÊun univers complexe et de deux héros attachants. On a désormais hâte de voir où lÊauteur mènera ses héros au fil des six volumes que compte la série. Kachou Hashimoto est lÊinvitée de Glénat pendant le festival Japan Expo. Elle nous en dit un peu plus sur sa série et ses influences.

4


M

a n g a s

&

A

s i e

COCKTAIL SPÉCIAL

BONNE HUMEUR Il est des histoires sans grandes prétentions et qui se révèlent pourtant être, dans leur simplicité, de véritables petits bijoux. Barakamon, édité par Ki-oon, en fait partie. © Satsuki Yoshino / SQUARE ENIX CO., LTD.

S

eishu Handa est un jeune calligraphe particulièrement talentueux, mais tout aussi égocentrique. Après un coup de sang contre un conservateur de musée qui avait durement jugé son travail, ses parents lÊenvoient se mettre au vert. Le jeune homme, habitué à lÊeffervescence de Tokyo, part habiter, la mort dans lÊâme, sur une toute petite île de la campagne nipponne. Il veut profiter de sa retraite forcée pour travailler, mais les enfants du village, qui utilisaient comme repaire la maison quÊil habite désormais, ne lÊentendent pas de cette oreille. ¤ leur contact, Seishu va peu à peu sÊintégrer à la vie du village, découvrir leurs traditions plus ou moins farfelues, et sÊouvrir aux petites joies du quotidien.

LA SUBTILITÉ DU QUOTIDIEN La magie de Barakamon (expression signifiant ÿ avoir la pêche Ÿ, en japonais) réside en plusieurs ingrédients. DÊabord, la foule de personnages joyeux et colorés qui lÊhabite. Il y a Naru, petite cousine pas si lointaine de Yotsuba, mais aussi tous les autres personnages, tout en sourires et en générosité. Et

puis ce Japon rural que lÊon connaît peu. CÊest tout un art de vivre et un état dÊesprit où les petits tracas du quotidien semblent ne pas avoir de prises. Cette façon dÊenvisager la vie fait énormément de bien au moral. Il y a ensuite lÊhumour, omniprésent. Les dialogues sont hilarants, et Satsuki Yoshino prend le temps de développer ses situations, créant au fil des tomes un comique de répétition particulièrement réussi. Pour autant, ce manga nÊest pas seulement drôle. Avec beaucoup de subtilité, lÊauteur nous fait passer par toute une palette dÊémotions. Abordant de nombreux thèmes sans jamais tomber dans les violons, cÊest la vie tout entière quÊil nous raconte. Dans ce huitième volume, il est question de deuil. Le héros se retrouvera confronté au rapport que les habitants de lÊîle entretiennent avec la disparition dÊun proche, et les adieux quÊils lui font. CÊest aussi une très jolie réflexion sur le cheminement intérieur personnel, ainsi que sur lÊart. Au fil des tomes, Seishu, enfant gâté par la vie et par son talent, se retrouve confronté à des épreuves quÊil ne soupçonnait pas. Livré à son libre arbitre, le voilà contraint de sÊécouter un peu plus, et dÊenfin choisir ce

zoom La Fille de la plage,T.1, de Inio Asano La Fille de la plage raconte la relation chaotique de deux adolescents vivant dans une petite ville côtière. Lui, ado nerd et solitaire, est amoureux. Elle non. Leur liaison, exclusivement sexuelle, est maintenue cachée des autres. Peu à peu, le rapport de force / dépendance va sÊinverser. Un récit tout à la fois subtil et cru, qui sait ménager des silences, de la contemplation (on admire de somptueux dessins pleine page, très détaillés), de la réflexion face à une situation sentimentale dont la complexité se déploie au fil des pages. LÊéditeur, coutumier du fait, a déniché une fluvre brillante, forte et poétique.

IMHO, 208 p. n&b, 14 € OLIVIER PISELLA

Magdala, Alchemist Path, T.1, de Isuna Hasekura et Ako Arisaka Ayant pour contexte un univers rappelant lÊOrient des Croisades, ce manga met en scène Kûsla, un alchimiste qui, pour échapper à la peine capitale, se met au service de lÊordre des Chevaliers. Il est chargé de raffiner le métal pour les armes de ces derniers. Pour le surveiller dans sa tâche, il est accompagné dÊune jeune nonne, Fenesis. Peu à peu, le duo va apprendre à connaître la communauté à laquelle appartient lÊautre. Et cette quête qui les pousse à chercher un métal toujours plus pur va les conduire vers des chemins plus troubles.Vengeance, alchimie et fantastique seront au rendez-vous de ce joli manga, disponible en avantpremière lors de Japan Expo.

quÊil désire vraiment. Une manière douce de devenir adulte. En même temps que lÊhomme, cÊest aussi lÊartiste qui sÊépanouit, et ses expériences, même les plus anodines, nourrissent son art. Barakamon est en même temps tout simple et immensément riche. Un concentré de bonne humeur que lÊon aurait tort de bouder.

Ototo, 192 p. n&b, 7,99 € THOMAS HAJDUKOWICZ

Kurosagi livraison de cadavres,T.14, de Housui Yamazaki et Eiji Otsuka

ELSA BORDIER

Où en est lÊautre série (moins trash) écrite par Eiji ÿ MPDPsycho Ÿ Otsuka pour son tome 14 ? Les temps sont durs pour lÊentreprise Kurosagi, dont les activités ont fait la une dÊun site Internet sur les légendes urbaines : cela a donné des idées à pas mal de geeks qui se sont mis à livrer des cadavres en cassant les prix – ce qui menace de laisser nos six employés préférés sur la paille. LÊoriginalité de ce tome est de proposer un chapitre en mode comic-book pour illustrer les activités dÊune filiale américaine de Kurosagi, façon Les Experts : Los Angeles – autrement dit, une petite récréation !

BARAKAMON, T.8

de Satsuki Yoshino, Ki-oon, 224 p. n&b, 7,65 €

Pika, 192 p. n&b, 8,05 €

BORIS JEANNE

3


ÉTÉ 2014 - JUILLET-AOðT 2014 - GRATUIT

JAPAN EXPO 2014 SAVE ME PYTHIE WALLMAN

CAGASTER

KAFKA INSPIRE LE SHÔNEN

Zoo été 2014 FB  

Zoo : le premier magazine culturel sur la BD et les arts visuels. Gratuit.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you