Issuu on Google+

C

België - Belgique PB / PP 2099 Antwerpen X BC 30170

magazine

Croisières

numéro 14 | été 2010

CROISIERES HIVERNALES EN MEDITERRANEE

Moins de monde, mais toujours autant d’ambiance

LA TOUCHE DEL RIO

Le patron d’Oceania parle de sa dernière acquisition

LE MOYEN-ORIENT, MONDE MYSTIQUE La destination qui monte

SIX CONSEILS PRECIEUX…

…pour tirer la quintessence de votre croisière Magazine trimestriel * février, mai, août, novembre * P708018 * 2099 Anvers X


L’appel de la Méditerranée Les eaux de Monaco sont paisibles et invitent les croisiéristes au voyage. A quai : le Silver Spirit. Photo: Ralph Grizzle


le mot du rédacteur en chef

Les charmes des croisières Ces dernières années, de nombreux nouveaux paquebots de croisière ont quitté les chantiers navals. Les grandes compagnies, telles que Royal Carribean, MSC Cruises, NCL et, bien entendu, les nombreuses marques de Carnival, se sont développées à un rythme tout bonnement impressionnant. Mais elles ne se sont pas contentées d’élargir leur flotte.Comme nous l’avons déjà indiqué dans le C Magazine, la plupart des nouveaux bateaux ont non seulement gagné en taille, mais ils offrent également un concept, un luxe ou un style d’un genre nouveau (lisez à ce sujet l’article en page 7 consacré au nouveau Costa Deliziosa). Cette année, quelque 14 nouvelles unités prendront la mer. Huit autres devraient leur succéder l’an prochain. Le magazine Cruise & Ferry Info prévoit le lancement de cinq nouveaux bâtiments seulement en 2011. Il y a toujours une mince chance que d’autres bateaux soient construits pour 2012, mais la tendance semble claire : il y aura moins de nouveaux lancements dans les années à venir, sans doute en raison de la récente crise financière. Pourtant, si beaux que soient les nouveaux navires, il n’y a pas de quoi s’inquiéter de cette diminution (pour le moment, du moins). Après tout, une croisière ne se résume pas seulement à la vie à bord. En témoigne Azamara Club Cruises, qui met désormais davantage l’accent sur les destinations.La compagnie prévoit de prolonger les séjours à terre afin de laisser le temps aux passagers de profiter de la vie nocturne, des salles de spectacle et des restaurants. Les exemples montrent souvent qu’il y a une foule de choses à découvrir dans une destination ou une zone géographique donnée. Les compagnies de croisières cherchent d’ailleurs de nouvelles destinations à proposer à leur clientèle. Citons notamment le Moyen-Orient et son exceptionnel cortège de cités mystiques et spectaculaires ou de monuments anciens. Dans cette édition, nous nous pencherons sur quelques-unes des perles du Moyen-Orient. Rendez-vous en page 11.

Rédacteurs en chef Ralph Grizzle Andreas Lundgren Collaborateurs Bob Ecker Art Sbarsky Directeur artistique | Stijn Swinnen Publié par Avid Travel Media Représentant en Belgique Jean Alen Stierstraat 12 • 2018 Anvers téléphone 03/236.89.39 Imprimeur Drukkerij Moderna Ind. Ravenshout 7, 234 3583 Paal-Beringen Ecrivez-nous | editorial@c-magonline.com Visitez notre site web www.c-magonline.com Copyright © 2010 Kenilworth Media Inc.

Tous droits réservés

Bien entendu, nous ne négligerons pas les nouveaux bateaux pour autant. En page 14, vous pourrez par exemple découvrir en exclusivité le Marina de la compagnie Oceania, dont la mise en service est prévue en début d’année prochaine. N’est-ce pas précisément la combinaison des plus somptueux navires du monde et des plus belles destinations qui rend les croisières plus intéressantes que la plupart des autres options de vacances ? Nous vous souhaitons de magnifiques croisières ! Andreas Lundgren & Ralph Grizzle Rédacteurs en chef

En couverture Le nouveau venu d’Oceana Cruises, le Marina, débute en janvier 2011.

2

C Magazine

Eté 2010


C

magazine

Croisières

numéro 14 | été 2010

Sommaire 4 Echos de la poupe

Nouvelles et infos pour le croisiériste assidu

Délicieux Deliziosa 7 Le dernier-né de Costa : comme un parfum d’Italie

9 La Méditerranée en hiver

Plus froide qu’en été, certes, mais plus accessible.

page 11

Les couleurs du Moyen-Orient 11 Côté croisières, la région a manifestement le vent en poupe. Cela n’a rien d’étonnant. Elle offre un mélange inédit de mysticisme et d’urbanité

page 21

Conversations avec le patron 14 Frank Del Rio donne son opinion sur le nouveau bateau d’Oceania. Connaissez-vous Bruno ? 20 L’homme-orchestre du Regatta, un des navires de la flotte d’Oceania. Tirez le maximum de votre croisière 21 Quelques conseils avisés pour une croisière d’exception. Découvrir Athènes 27 La capitale grecque offre un fascinant mélange de modernité et d’histoire millénaire.

Croisière et vins espagnols 30 L’Espagne figure parmi vos futures destinations ? La production viticole du pays ne manquera pas de vous séduire.

page 30

Escapade italienne 32 Une expérience exceptionnelle à petit budget.

Eté 2010

C Magazine

3


echos de la poupe

Azamara passe à la vitesse supérieure Depuis le mois d’avril, Azamara Club Cruises propose des offres plus complètes à ses passagers. Le prix de la croisière comprend désormais les sodas, les cafés spéciaux, les pourboires et les vins accompagnant les repas. Depuis peu, Azamara offre également les navettes au port, lorsque la situation le permet, et le service majordome pour les passagers des suites. Ces passagers peuvent également se restaurer gratuitement dans les deux restaurants à spécialités, le Prime C et l’Aqualina. D’autres changements sont intervenus chez Azamara depuis que Larry Pimentel est devenu PDG de la compagnie contrôlée par le groupe Royal Caribbean Cruises, l’été dernier. Les itinéraires ont été revus et, détail important, le mot ‘Club’ a été ajouté au nom de la compagnie.

Crystal élargit ses options de restauration et propose l’open-seating Au début de l’année prochaine, les croisières Crystal instaureront une option ‘service ouvert’ dans le restaurant principal. Crystal est la seule compagnie de croisières à ne pas disposer d’une option ‘service ouvert’. Le nouveau programme sera appliqué à partir de janvier 2011, et comportera une option ‘service ouvert’ sur réservation uniquement entre 18h15 et 21h15. Les options ‘early’ et ‘late seating’ du restaurant ne seront pas modifiées. 4

C Magazine

Eté 2010

Costa à la conquête du monde Les croisières Costa ont annoncé le retour de la croisière historique autour du monde. L’année prochaine, juste avant la Saint-Sylvestre, le 28 décembre, le Costa Deliziosa lèvera l’ancre de Savone pour un voyage de 100 nuits intitulé « Sur les traces des grands navigateurs ». Cette croisière peut être effectuée en plusieurs parties (Savone-Los Angeles, Los AngelesSingapour, Singapour-Savone). Le Costa Deliziosa est le navire le plus récent de Costa Cruises. Il a été réceptionné l’hiver dernier. Pour en savoir plus, lisez l’article en pages 7-8.

Fred. Olsen comble les œnophiles A la mi-août, Fred. Olsen mettra le vin à l’honneur sur la croisière Douvres-péninsule ibérique de son paquebot Braemar. Les passagers se verront offrir un pack supplémentaire de deux sessions. Chaque session comprendra une conférence et une dégustation de vins. John Henrik Schreiner, ancien maitre d’hôtel de la famille royale de Norvège, animera ces sessions. Ce clin d’œil à la Norvège n’est pas une coïncidence. En effet, bien que basée en Grande-Bretagne, Fred. Olsen est une compagnie norvégienne. Vous vous intéressez aux vins ? Ne manquez pas l’article consacré aux vins espagnols en pages 30-31.


echos de la poupe

Le Norwegian Epic lève l’ancre Le Norwegian Epic, dernier-né de la flotte de Norwegian Cruise Line ces dernières années, pourrait bien faire parler de lui dans les mois à venir. Ce navire, actuellement le plus grand de NCL, sera réceptionné au mois de juin prochain. Le Norwegian Epic effectuera quelques courtes croisières au départ de Rotterdam avant de mettre le cap sur les Caraïbes. Nous vous livrerons nos premières impressions dans le prochain numéro de C Magazine. En attendant, NCL a levé pour vous un coin du voile. Pour faire court, un seul mot : innovation. Pour plus de détails, merci de poursuivre votre lecture. Le Norwegian Epic sera entièrement placé sous le signe du bien-être et proposera le plus grand centre de thalasso et de fitness jamais embarqué. Cet espace d’une superficie totale de 2900 m2 comprendra entre autres 24 cabines de soin, ainsi que deux villas privées réservées aux couples dans le Mandara Spa. Le navire dispose également de 39 suites thalasso, cabines avec balcon et cabines de luxe avec balcon avec accès privatif par carte. Huit cabines thalasso sont équipées de bains à remous. La gamme de soins disponibles va des traitements à la boue naturelle dans les « Exotic Steam Rasul Rooms » au soin du visage Epic à l’or 24 carats. Ce soin du visage contient vraiment de l’or 24 carats et permet d’« accélérer le renouvellement cellulaire tout en conférant au visage une texture et un teint purs et rayonnants. » Pour ceux qui préfèrent les activités plus dynamiques, le Norwegian Epic est doté du premier mur de descente en

rappel embarqué au monde. Bien entendu, le centre de fitness sera doté de tout l’équipement nécessaire. NCL s’engage à ce que les séances de fitness soient « plus diversifiées que sur n’importe quel autre bateau ». La compagnie a également accordé une attention particulière au divertissement. Le « Blue Man Group » présentera un mélange de comédies théâtrales et de peinture. Cirque Dreams et Dinner organisera une expérience interactive basée sur le théâtre et le repas, avec de la musique et des enchaînements acrobatiques. La vie nocturne promet elle aussi d’être exceptionnelle, avec un bar en glace et des spectacles non-stop à l’espace Spice H2O. NCL a beaucoup fait parler de la forme arrondie des cabines du Norwegian Epic. La compagnie a beaucoup réfléchi à l’aménagement du bateau et a lancé l’idée de studios. Pour la première fois dans l’histoire des croisières, les cabines ont été créées et adaptées pour une personne seule. A partir de la fin de l’été, le Norwegian Epic proposera des voyages dans les Caraïbes orientales et occidentales au départ de Miami. La bateau passera l’été 2011 en Méditerranée et voyagera principalement entre Barcelone et diverses villes italiennes. P.S. Vous êtes fan de football ? Partez en Europe avec NCL sans rien manquer de la Coupe du Monde. La compagnie retransmettra certains matches des phases de poules ainsi que tous les quarts de finales sur tous les itinéraires européens du Norwegian Sun, du Norwegian Gem et du Norwegian Jade, ainsi que sur les croisières inaugurales du Norwegian Epic.

Eté 2010

C Magazine

5


echos de la poupe

Les épicuriens préfèrent le Seven Seas Voyager Le paquebot de luxe Seven Seas Voyager de Regent Seven Seas s’est vu décerner le titre de numéro un des services de restauration pour la deuxième année consécutive. Les membres de la World Ocean & Cruise Liner Society ont livré leur verdict en début d’année, après avoir examiné certains critères tels que la présence d’effectifs suffisants pour le service, la promptitude à satisfaire les demandes particulières, la capacité de communication de l’équipe et son aptitude à expliquer le menu, sa capacité à se souvenir des préférences des clients, la rapidité du service, ainsi que l’attitude générale et la sympathie du personnel. Selon la World Ocean & Cruise Liner Society, « la qualité des repas est souvent l’élément le plus déterminant » dans le choix d’une croisière.

6

C Magazine

Eté 2010

Le Star Clipper explore les Caraïbes Après avoir passé l’été en Méditerranée orientale, le Star Clipper de la compagnie du même nom mettra le cap sur les Caraïbes pour une série de croisières hivernales au départ de Saint-Martin. « Cette région des Caraïbes a toujours été très prisée de nos croisiéristes par le passé, car elle est particulièrement riche en vestiges coloniaux anglais, français et hollandais, »explique Mikael Krafft, propriétaire et président de Star Clipper « En outre, lorsqu’ils croisent tous deux dans les Caraïbes, le Royal Clipper et le Star Clipper ont la possibilité de se retrouver au large de la Dominique pour une course de grands navires, un événement exceptionnel et toujours très apprécié par nos passagers. » Le Star Clipper effectuera des itinéraires alternés au départ de Saint-Martin. L’itinéraire des îles Sous-leVent offrira des escales à l’île Nevis, en Dominique, à l’île des Saintes, en Guadeloupe, à Antigua et à SaintBarthélemy. La croisière des Treasure Islands passera quant à elle par Anguilla, Virgin Gorda, Norman Island, Tortola, Jost van Dyke, Saint-Kitts et Saint-Barthélemy. Ces ports ont un point commun : les grands bateaux de croisières n’y font généralement pas escale. Avec ses 111,15 mètres de long, le Star Clipper peut transporter 180 passagers. Il a été construit en 1992 au chantier naval de Langerbrugge en Belgique.


nouveau en 2010

Costa Deliziosa : comme en Italie Par Ralph Grizzle

Le nouveau Deliziosa de Costa a pris la mer au début de cette année. Vingt-quatre heures à son bord suffisent pour se convaincre de deux choses : 1. Le Deliziosa est bien un bâtiment de la flotte Carnival Corporation ; aucun doute possible. Ceux qui ont déjà fréquenté les autres marques de Carnival Corp., en particulier Carnival Cruise Lines ou Princess Cruises, se sentiront chez eux sur le Deliziosa. 2. La croisière de présentation emmenait environ mille personnes, soit une bonne moitié de la capacité. Elles semblaient tout droit sorties d’un défilé de mode milanais. C’était peut-être vrai, d’ailleurs.

Eté 2010

C Magazine

7


nouveau en 2010

terre, explique Maurice Zarmati, de la compagnie. Le passager vit son voyage comme s’il faisait le tour de l’Italie. » Pizza et pâtes sont au rendez-vous, de même que le café, toujours très fréquenté, une chapelle judicieusement décorée, sans oublier la langue. Bien que philippins, les membres de l’équipage saluent les vacanciers d’un sonore Buon giorno ! Présenté en six langues, l’exercice d’évacuation est interminable. Mais pratique si vous souhaitez acquérir plusieurs idiomes. Les agents du service clientèle portent un badge avec des drapeaux indiquant les langues parlées. Je n’ai vu personne au comptoir avec moins de cinq drapeaux, et l’un d’eux en arborait même fièrement six. Il n’empêche : quel que soit son attrait international, le Costa Deliziosa est indéniablement italien, de la proue à la poupe.

Il faut savoir que le Deliziosa (vous ne trouvez pas que ce nom rappelle un cocktail ou une entrée à l’Olive Garden ?) est un bateau italien jusque dans ses moindres détails. À bord, il n’est pas rare de voir des gens porter des lunettes noires à l’intérieur, en plein hiver. Ou des jupes si courtes que la couturière a probablement perdu son emploi avant de terminer le travail. Ce style, cette élégance omniprésente… Typiquement italiens. C’est tout ce que l’Italie représente aux yeux du reste du monde, résumé en deux mots : la dolce vita. En fait, le Deliziosa a tout d’une petite ville italienne comme tant d’autres. « Chez Costa, nous tenons à une continuité naturelle entre la mer et la 8

C Magazine

Eté 2010


destiination

Croisières hivernales en Méditerranée : froides mais tranquilles Par Ralph Grizzle

L’hiver dernier, je me suis rendu à Venise, en Italie. Je ne savais pas trop qu’attendre de cette croisière autour de l’Italie par un hiver qui fut pour d’aucuns l’un des plus enneigés de ces dernières années. J’avais rallié Monte Carlo à Barcelone à bord du Silver Spirit en décembre. Le temps était froid, mais pas glacial. Sur une croisière aussi courte, nous avions peu de temps à terre pour visiter les sites. Mon expérience s’est donc limitée au bateau. Je savais que ce voyage serait différent et que nous aurions plus de temps à terre à Venise, à Naples et à Florence lors de cette croisière de quatre nuits jusqu’à Savone.

Tandis que mon avion Alitalia entamait sa descente, je pouvais apercevoir une couche de neige recouvrant les étendues de terre qui entourent Venise. Le ciel était bleu cobalt et le soleil luisait. Pourtant, à la sortie du terminal, il faisait glacial et j’espérais que notre transfert (je voyageais en compagnie de deux autres journalistes) ne se ferait pas en bateau taxi. Heureusement, nous avons fait le déplacement bien au chaud dans une Mercedes. Nous sommes arrivés au terminal de croisière de Venise juste avant midi. Nous ne pouvions pas embarquer avant 12h30 et le départ du bateau était prévu pour 17h. Vu le peu de temps dont nous disposions, j’ai choisi de ne pas m’aventurer dans la ville. Pourtant, des passagers arrivés un jour avant moi m’ont raconté qu’ils avaient passé une agréable journée à visiter Venise. Par ce temps sec et une température avoisinant les 0°C, une simple veste suffisait à se protéger du froid.

Eté 2010

C Magazine

9


destiination

Napels

La place Saint-Marc était presque déserte et il n’y avait pas de files devant la basilique. Quel contraste avec l’été ! De plus, la ville vivait comme à son habitude, plus romantique que jamais avec ses gondoliers sillonnant les canaux et ses boutiques ouvertes. Nous avons passé la journée du lendemain en mer, avec une escale à Naples en milieu de matinée. Le temps s’était considérablement réchauffé et, cette fois encore, une simple veste suffisait lors de la visite des sites. Certains croisiéristes

Capri

ont profité de l’absence de la foule habituelle pour visiter les ruines de Pompéi, quelques-uns ont préféré visiter la ville, d’autres encore ont emprunté le ferry pour Capri. Les touristes qui s’étaient rendus à Capri nous ont expliqué que la plupart des boutiques étaient fermées, mais que quelques restaurants étaient ouverts. Là aussi, il n’y avait que peu de monde. L’histoire se répète pendant le voyage de Livourne à Florence et à Pise. Sur le Costa Deliziosa, les activités de plein air étaient accessibles. Les ponts extérieurs et les espaces communs étaient ouverts, bien qu’aucune touriste ne se fût risquée à enfiler son bikini pour un prendre bain de soleil. Le magrodome a été utilisé le soir pour un spectacle de Kid Creole & the Coconuts sur le pont piscine. Il y avait moins d’enfants à bord que lors des croisières estivales et la majorité des passagers étaient des Européens, comme dans toutes les croisières Costa en Europe. 10

C Magazine

Eté 2010

L’idée d’organiser des croisières hivernales en Méditerranée a été lancée il y a quelques années, lorsque les organisateurs de croisières cherchaient à étendre la période traditionnelle de croisière en Méditerranée (du printemps à l’automne) en proposant des croisières pendant la saison creuse. En 2004, le Costa Magica fut le premier bateau à naviguer toute l’année en Méditerranée. Actuellement, les croisières Costa proposent des voyages de 11 jours et des traversées plus longues de Savone aux îles Canaries. En 2011, le Magica proposera une nouvelle série de croisières de sept jours en Méditerranée de Savone à Marseille. Barcelone est l’un des premiers ports de départ pour les croisières hivernales. En 2009, la société Royal Caribbean a proposé toute l’année durant des croisières en Méditerranée au départ de cette ville à bord du Brilliance of the Seas. Pour l’hiver 2010, NCL prévoit d’envoyer le Norwegian Jade à Barcelone pour alterner des voyages de 12 et de 9 jours depuis la capitale catalane. Le déploiement de NCL en Méditerranée pour la saison hiver/printemps 2011/2012 comprend Civitavecchia (Rome) comme nouveau port d’attache saisonnier. José Campos, barcelonais et secrétaire général de la société MEDCRUISE, une organisation regroupant divers ports membres, déclare que les amateurs de croisières sont de plus en plus nombreux à se rendre en Méditerranée pendant la morte saison. Il y a généralement des réductions sur le prix des vols, déclare José Campos. Et celui-ci d’ajouter : « les habitués des croisières cherchent à découvrir leurs destinations lorsqu’il y a moins de monde et que le temps est plus doux. » Voici donc qui synthétise mon expérience des croisières hivernales en Méditerranée.


destiination

Croisières au Moyen-Orient Les 7 premières destinations en matière d’intérêt historique, de paysages splendides, de shopping, de villes spectaculaires et d’expériences de vie locale.

Le Moyen-Orient ne figure sans doute pas au rang des destinations de croisière les plus prisées, et ceux qui veulent se prélasser sur une plage de sable blanc en sirotant un cocktail feraient mieux de s’abstenir. Ils y trouveront certes le sable et le soleil, mais ce n’est pas le genre d’endroit où l’on pratique les bains de soleil à l’européenne. Cette région est une destination culturelle particulièrement riche, et les voyageurs qui s’y rendront ne seront pas déçus. Avec ses nombreux sites historiques, le Moyen-Orient constitue le berceau géographique de la Chrétienté, du Judaïsme et de l’Islam. Au cours des siècles, la région a été le théâtre des événements les plus spectaculaires et les plus importants de l’histoire. Pour ces raisons et bien d’autres encore, le Moyen-Orient mérite le respect de tous les grands voyageurs qui n’ont pas encore découvert cette région aux immenses étendues désertiques parsemées de vallées fertiles. Les compagnies de croisières de luxe ajoutent souvent le Moyen-Orient au nombre de leurs périples autour du monde, qui transitent par le canal de Suez pour rejoindre la mer Rouge par la Méditerranée. Certaines compagnies, telles que Princess Cruises et Holland America Line, projettent d’organiser une série de croisières aller-retour en passant par certains ports de l’ouest de la Méditerranée en Turquie et en Grèce. Mis à part ces exemples, le MoyenOrient ne compte pas au nombre des premières destinations de croisières.

A ce propos, Tony Walsh, qui a contribué à rédiger les articles sur le Moyen-Orient du C Magazine, donnera des conférences sur le Noble Caledonia, entre Salaalah et Dubaï, au printemps 2011. Pour vous aider à choisir votre destination idéale, voici une liste des sept principales curiosités d’une croisière au Moyen-Orient.

Aqaba, Jordanie Si vous avez vu l’inoubliable film Lawrence d’Arabie, vous connaissez peut-être Aqaba, la destination de la première campagne de Lawrence à travers le désert. Toutefois, les voyageurs modernes connaîtront davantage Aqaba pour ses plages et sa plongée sous-marine, avec ses magnifiques Eté 2010

C Magazine

11


destiination

récifs de coraux, porte des incroyables sites archéologiques de Petra et du désert du Wadi Rum. Si vous passez par Aqaba, profitez-en pour y visiter l’un des nombreux cafés et goûter aux délicieuses spécialités jordaniennes telles que le mansaf, le knafeh ou encore le baqlawa, mais ne vous attardez pas trop, car Petra et le désert du Wadi Rum (prononcez Ramm) méritent toute votre attention. Le désert du Wadi Rum est une vallée creusée dans le grès et le granit au sud-ouest de la Jordanie. La splendeur de ce paysage attire de nombreux grimpeurs et randonneurs. En outre, les tribus bédouines encouragent à merveilles les sports d’aventure dans la région. Petra est célèbre pour l’architecture unique de ses villes taillées à même le rocher et vieilles de plus de 2000 ans. Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le site est décrit dans divers passages de la Bible comme une « fissure dans le roc », et constituait la base de Lawrence pour ses opérations contre les Turcs lors de la première Guerre mondiale.

sur la ville et lorsque le smog n’est pas trop épais, on peut même apercevoir les pyramides. Le Musée d’Egypte, par ailleurs, possède la plus grande collection d’artefacts de l’Egypte ancienne, notamment plusieurs trésors du roi Toutankhamon. Pour ce qui est du shopping, le plus grand marché de plein air du Caire, Khan El-Kalili, n’a presque pas changé depuis le XIVe siècle, avec ses nombreuses familles de vendeurs présentes sur place depuis des générations. Les acheteurs déambulent parmi des centaines d’étalages de bijoux exotiques, d’épices, de parfums, de tapis et de souvenirs bédouins. Ici comme dans tout le Moyen-Orient, on pratique le marchandage.

Croisière à Dubaï Le Caire, Egypte Que l’on y fasse escale lors d’une croisière sur le Nil ou sur l’océan depuis Port Saïd ou Alexandrie, Le Caire fait partie de ces villes incontournables à voir au moins une fois dans une vie. C’est là que se trouvent le Sphinx et les célèbres pyramides de Gizeh, l’une des sept merveilles du monde. Mais la plus grande cité du monde arabe a encore bien plus à offrir. Avec ses innombrables minarets, Le Caire est une ville particulièrement représentative de l’architecture islamique. La capitale de l’Egypte, datant du Xe siècle, fut pendant longtemps le centre de la vie politique et culturelle de la région. On peut visiter les pyramides et le sphinx à pied, à cheval ou à dos de chameau. Parmi les autres curiosités de la région, on retrouve la mosquée Ibn Touloun, une construction datant du IXe siècle, et la Citadelle, une forteresse de pierre massive érigée par Saladin au XIIe siècle et dominée par la mosquée Mohammed Ali. Aujourd’hui, cet endroit offre un magnifique panorama 12

C Magazine

Eté 2010

Dubaï, la ville où les gratte-ciels et les immeubles ultraluxueux surgissent abruptement du désert des Emirats arabes unis, n’est peut-être pas la destination la plus riche du Moyen-Orient sur le plan historique, mais cette cité internationale est assurément un classique contemporain. Au cours de la vague de construction des 20 dernières années, Dubaï a développé l’une des architectures les plus intéressantes au monde, devenant ainsi une destination synonyme de confort et de luxe. Reposant jadis sur l’industrie pétrolière, l’économie de Dubaï s’appuie aujourd’hui principalement sur l’immobilier, les banques et le tourisme, avec une série d’infrastructures impressionnantes. Si vous décidez d’y faire du shopping, faites attention aux parfums et aux encens, car vous risquez d’être surpris, ils sont sensiblement plus prononcés qu’en Europe. Ne manquez pas la visite du Souk de l’or, avec ses nombreux vendeurs et orfèvres, réputés pour modifier la composition de ce métal afin de créer des pièces d’or de couleur verte, rose, ou même blanche. La ville regorge d’excellents restaurants où vous pouvez


destiination

déguster des spécialités libanaises en admirant le déhanché des danseuses du ventre. Si vous vous trouvez en ville un jeudi, n’hésitez pas à réserver une table à l’Al-Qasr pour une merveilleuse nuit de fête.

Mascate, Oman

Djeddah, Arabie Saoudite Située au bord de la mer Rouge, Djeddah est une porte d’accès vers la Mecque, berceau de l’Islam et lieu de pèlerinage incontournable pour tout fidèle en bonne santé. Deuxième centre urbain d’Arabie saoudite, cette ville de contrastes associe harmonieusement modernité et coutumes islamiques. Par exemple, tous les commerces et les marchés ferment boutique cinq fois par jour le temps de la prière. Pourtant, ici, la vie est plus libérale et cosmopolite que dans beaucoup d’autres villes du pays, sans doute en raison de son double rôle de port maritime et de destination de pèlerinage pour les voyageurs musulmans, dont le mélange de cultures a imprégné Djeddah. La ville compte de nombreux bâtiments historiques, ainsi que quelques musées intéressant, tels que le Musée régional d’archéologie et d’ethnographie, un ancien palais désormais consacré aux legs de l’âge de pierre ainsi qu’à d’autres vestiges des cultures préislamiques. La fontaine de Djeddah, un jet d’eau de mer atteignant quelque 260 mètres de haut, est la plus haute fontaine du monde et vaut certainement le détour. Ville bourdonnante d’activité, temple du shopping et cité parée de plages somptueuses, Djeddah accueille régulièrement des festivals, des expositions d’art et des représentations musicales. Lors de ces festivals sont organisés de nombreux jeux et activités aux quatre coins de la ville, notamment des fêtes du shopping, des compétitions de ski nautique, des expositions d’art et des festivals de musique. De plus, les prix sont tout à fait abordables. La ville possède également un grand quartier commercial dans la rue Tahlia, où les vitrines des designers illustrent le côté contemporain de la ville.

Le Sultanat d’Oman est une escale de croisière étrangement attirante pour de nombreux touristes. Ancienne cité pittoresque de la mer d’Arabie au pied des montagnes, le port de Mascate, capitale du pays, constitue la plus vaste et la plus moderne des cités d’Oman, partagée entre sa volonté de maintenir la tradition et son envie de mettre un pied dans le XXIe siècle. Les croisiéristes remarqueront les trois forts érigés par les Portugais sur le littoral rocheux lors de l’occupation du XVIe siècle. Oman se caractérise par ses wadis, de luxuriantes oasis de palmiers aux fleurs multicolores et aux pelouses verdoyantes. Certains wadis sont irrigués toute l’année par des rivières, formant ça et là des bassins d’eau profonde et fraîche propices à la baignade lorsque les courants sont favorables. Ne manquez pas d’y visiter le Musée d’Oman, le Musée des forces armées du Sultan et le Musée d’histoire naturelle avec ses spécimens locaux. Le cas échéant, vous pourriez aussi passer une journée entière à flâner sur le marché aux poissons ou à faire vos emplettes dans le souk, où vous trouverez des produits typiques, comme des feuilles de palmier tressées ou de l’argenterie. Oman possède une longue tradition d’orfèvrerie, avec ses articles en argent finement ciselés, comme des bijoux ou des cafetières, en guise de souvenirs ou de cadeaux.

Tunis, Tunisie Si vous vous demandez à quoi ressemble une ville après environ trois millénaires d’occupation étrangère, visitez donc la capitale de la Tunisie. Tunis faisait partie des cités arabes les plus riches et les plus importantes du XIIe au XVIe siècle. En réalité, la ville est indépendante et prospère depuis son indépendance en 1956, un événement qui a mis fin à près de 3000 ans d’occupation phénicienne, romaine et byzantine, turque, espagnole et enfin française.

Eté 2010

C Magazine

13


destiination

Sanaa, Yémen Après avoir été colonisée de si nombreuses fois, rien d’étonnant à ce que Tunis soit considérée comme une ville de brassages culturels. Dans ce pays ouvert sur la Méditerranée, les visiteurs ne manqueront pas de remarquer les fortes influences africaines, notamment dans les vêtements traditionnels, qui côtoient souvent des vêtements ou des comportements plus typiques de métropoles européennes telles que Rome ou Paris. Au centre de la ville, non loin de la majestueuse avenue Habib Bourguiba, sorte de Champs-Elysées nationaux, l’ancienne médina invite le voyageur à s’engager dans le dédale de ses ruelles et de ses allées où il pourra voir, goûter, sentir et marchander la nourriture, les produits, les babioles et autres trésors. Tunis est une véritable porte ouverte sur Carthage, une ville presque entièrement décimée par ses trois batailles contre les Romains et sa lutte contre les Grecs, même si certains archéologues s’acharnent encore à mettre au jour d’autres vestiges du passé. Ne manquez pas de visiter Sidi Bou Saïd, avec ses maisons semblables à des morceaux de sucre blancs et bleus, perchées à flanc de colline, face à la mer.

14

C Magazine

Eté 2010

Le Yémen, pays fascinant situé à la pointe sud de la péninsule arabique, et principalement Sanaa, sa capitale, offrent au touriste un véritable voyage dans le temps et témoignent d’une magnifique cohabitation entre culture moderne et cité ancienne. Restée inhabitée pendant plus de 2500 ans, la Vieille Ville de Sanaa possède encore 103 mosquées, 14 hammams traditionnels et plus de 6000 habitations datant d’avant le XIe siècle et donne une idée assez précise de la manière dont les gens vivaient il y a un millier d’années. Si vous passez par Sanaa, profitez-en pour trouver un souk ou un marché où vous pourrez acheter les lanternes Qamariah faites de gypse et de petites plaques de verre, ou encore les mawa’z, sortes de jupes multicolores souvent portées par les femmes. Un peu plus à l’ouest de Sanaa, la ville de Hodeida sur la mer Rouge est l’un des principaux ports marins où l’on peut visiter le marché aux poissons et admirer les bateaux en bois des pêcheurs locaux. Autre charmant petit port du Yémen, l’ancienne ville d’Aden a été érigée sur les restes d’un ancien volcan. Parmi les curiosités visibles à Aden, on compte les citernes de Tawila datant du Ier siècle, les mosquées du VIIIe et du XIVe siècle et quelques modestes musées.


interview

Pourquoi je voudrais être Frank Del Rio Par Ralph Grizzle

J’ai réussi dans la vie. Après de bonnes études, j’ai voyagé et réalisé mes rêves. Aujourd’hui, père de deux beaux enfants, je mène une vie agréable. Et pourtant, j’ai décidé que je ne voulais plus être moi. Non. J’en ai fini avec ce personnage. Désormais, je veux être Frank Del Rio. FDR, Président et CEO de Prestige Cruise Holdings, compagnie mère d’Oceania Cruises et de Regent Seven Seas Cruises, n’est pas homme à mâcher ses mots. Quand FDR a quelque chose à dire, que ce soit agréable ou non, il le dit. Mais ses prises de positions sont généralement originales et réfléchies, comme vous pourrez le lire ci-dessous. Il a bâti sa fortune sur les cendres de Renaissance Cruises. En mauvaise santé financière, la compagnie cessait ses activités le 25 septembre 2001. Puis, comme le mythique phénix, FDR est arrivé, les ailes déployées (au-dessus de deux ex-bateaux de Renaissance), pour lancer Oceania Cruises, une nouvelle compagnie haut de gamme, en 2002. Un vrai coup de génie. FDR & C° a trouvé un créneau inexploité entre les catégories ‘premium’ et ‘luxe’. Le positionnement d’Oceania dans ce segment ‘premium supérieur’, outre l’attrait commercial de l’appellation, ne manque pas d’attirer les amateurs. Huit ans plus tard, à la tête de trois navires, Oceania a ses adeptes, aussi nombreux que fidèles. Pour preuve, la compagnie construit non pas un, mais deux nouveaux paquebots.

Pourquoi je veux être FDR ? Pas parce qu’il est riche, mais pour sa passion, son engagement. FDR sait ce que sa marque représente et – chose au moins aussi importante – ce qu’elle ne représente pas. Si seulement sa clairvoyance m’était donnée ! Finalement, c’est sans doute une bonne chose de ne pas habiter le corps de FDR. Soyons Franks (ha, ha) : j’aurais sans doute fait une bêtise, comme positionner la compagnie dans le ‘premium inférieur’ au lieu du ‘premium supérieur’. Et ça n’aurait jamais marché. Quoique… Mais laissons ces spéculations et bavardons un instant avec le boss.

Q&R : Frank Del Rio (Oceania) Tout en conduisant la visite de l’Oceania Marina, en construction à Gênes (Italie), Frank Del Rio, Président et CEO de Prestige Cruise Holdings, s’est entretenu avec C Magazine. À propos du nouveau paquebot, de la marque Oceania et de son positionnement ‘upper premium’. Ralph Grizzle ; Le Marina double – ou presque – la capacité de vos navires actuels. Quel en sera l’impact sur l’expérience du passager ? Frank del Rio : Il y a 80 pour cent de places en plus sur le Marina, mais la taille du vaisseau a augmenté de 120 pour cent. Bref, un bateau plus confortable. La surface par personne est beaucoup plus importante sur le Marina que

Eté 2010

C Magazine

15


interview

sur nos autres unités. [Note de la rédaction: Le nouveau bâtiment d’Oceania présente une capacité comparable à celle de la ‘classe S’ de Holland America Line, par exemple le Maasdam, mais le Marina disposera de 25 pour cent d’espace en plus.] Notez aussi que nous aurons plus de membres d’équipage par passager que sur nos paquebots actuellement en circulation [800 hommes pour 1.258 voyageurs]. Nous améliorons l’expérience Oceania dans tous les domaines possibles : divertissements, nombre de restaurants, surface par passager, et ainsi de suite. Q. Quelle a été votre part dans la conception du Marina ? FDR : J’y ai participé étroitement, sans aller jusqu’à tenir un marteau. Bob [Binder, le président d’Oceania] aussi. Il a été présent du début à la fin. Il se trouve que nous avons des goûts communs. Nos désaccords sont rares. Vous pourrez voir notre empreinte dans chaque cabine. Q. Vous nous avez montré qu’il n’y a pas de porte-cravates dans les placards. Pourquoi ? FDR : C’est un choix délibéré. Nous tenons à proposer une ambiance décontractée. Costume et smoking ne sont jamais nécessaires. Ce serait aller à l’encontre de l’identité de la marque si je vous disais d’emmener une cravate. Je ne veux pas que vous emmeniez vos cravates. Vous êtes en vacances. Vous êtes ici pour vous détendre. Ma priorité, c’est votre confort, votre relaxation. Q. Nous sommes à l’endroit où viendra le Terrace Café. Vous m’avez dit que votre bête noire, ce sont les files d’attente. Qu’avez-vous prévu à cet égard sur le Marina ? FDR : Il n’y a plus de files d’attente sur aucun de nos bateaux. Pour nous, une file, c’est un échec lamentable. Q. Les concepteurs affirment en plaisantant que vous ne construisez pas un bateau, mais une cuisine flottante. Que leur répondez-vous ? FDR : Pour bien manger, il faut trois ingrédients : un bon chef, de bons produits naturels et une bonne cuisine. C’est pour cette raison que nous avons prévu une très 16

C Magazine

Eté 2010

grande cuisine, soigneusement étudiée. Q. D’après un journaliste, votre plus proche concurrent dans cette catégorie (1.258 passagers) et à ce niveau de qualité, c’est Crystal. Qu’en pensez-vous ? FDR : Nous ne ciblons pas Crystal. Nous ne visons pas leurs produits, ni leurs passagers. En réalité, nous ne cherchons à imiter personne. Nous sommes nous-mêmes. À mon avis, la majorité des nouveaux clients qui embarqueront sur le Marina ne viendront pas de chez Crystal. Ils viendront de Holland America, de Celebrity, de Princess. Si vous prenez les meilleures suites de Princess, Celebrity, Holland America et Cunard, juste les meilleures suites, à votre avis, quel pourcentage de ces clients me faut-il pour remplir le Marina ? 1,2 pour cent. Dans ces conditions, pourquoi se focaliser sur Crystal ? 1,2 des meilleures suites [des compagnies premium] suffit à remplir le Marina. Q. Parlez-moi des nouveautés qu’on trouvera sur le Marina. FDR : Nous aurons le Bon Appétit Culinary Center. Contrairement à toutes ces compagnies qui donnent des démonstrations de cuisine, des démonstrations où le participant regarde sans toucher, nous avons ici une vraie école de cuisine. Pour l’équivalent du prix d’une excursion à terre, les passagers pourront suivre les leçons des grands chefs invités à bord. Ils débarqueront pour aller au marché, rapporteront des légumes frais, de la viande, du poisson, et les chefs expliqueront sur le tas comment ils s’y prennent. Il y aura 24 postes de travail individuels, chacun avec ses plaques de cuisson, son four et tous les ustensiles nécessaires. Vous apprendrez vraiment à cuisiner. Vous pourrez prendre une leçon ou suivre tout le programme du voyage. À l’arrivée, vous aurez le droit de vous considérer comme un pro. En tout cas, vous saurez faire bouillir de l’eau. Juste en face du Culinary Center, on trouvera l’Artist’s Loft. L’idée est d’avoir en permanence un artiste à bord. Par exemple un peintre qui vous enseignera la peinture à l’huile. Ou, sur une autre croisière, quelqu’un qui vous montrera comment faire de la sculpture ou créer d’autres objets décoratifs.


interview

Les itinéraires d’Oceania sont plus longs que ceux des autres compagnies. Les passagers n’ont pas envie de s’ennuyer. Nous sommes sûrs que l’idée du Culinary Center et de l’Artist’s Loft séduira beaucoup de monde en quête d’épanouissement personnel. Plutôt que d’accumuler des choses, il s’agit ici d’apprendre, de découvrir. Q. Donc, le Marina ne proposera pas de croisière de sept jours ? FDR : La plus courte durera 10 jours. Généralement, un voyage fera de 10 à 14 jours. Pourquoi quitter ce bateau après sept jours seulement ? Q. Qu’a donné la première journée de vente du Marina ? FDR : En 24 heures, nous avons loué toutes les suites, les suites avec vue, les suites Oceania et les penthouses. Un jour pour écouler 53 pour cent du stock [la saison inaugurale du Marina est sold out]. Q. Pourra-t-on dîner sans réservation ? FDR : Oui. Nous pourrons même accepter les invités de nos passagers. Au total, les restaurants comptent 1.577 places, pour 1.258 voyageurs. Remplir un établissement, c’est le meilleur moyen pour dégrader le service. Naturellement, tout le monde ne pourra pas dîner en même temps au Polo, qui ne dépasse pas 134 couverts. Mais il y aura toujours de la place ailleurs, à tout moment. Q. Quand l’idée de construire le Marina vous est-elle venue ? FDR : Lors de la croisière inaugurale du Nautica, en novembre 2005. L’idée s’est rapidement imposée. Oceania possédait trois paquebots, le produit suscitait une demande énorme, et il n’y avait plus de bateaux R disponibles. Pour développer l’activité, il fallait que je commande du neuf.

C’est ainsi que nous avons tout planifié, la conception, les architectes, le chantier naval. Nous nous sommes associés à Apollo pour pouvoir compter sur l’assise financière indispensable. Dans les 60 jours suivant la conclusion du contrat avec Apollo, nous passions commande. Q. Quel est le premier élément de conception que vous avez mis sur papier ? FDR : La toute première chose à laquelle nous avons pensé, ce sont les cabines. Et la toute première chose que nous avons esquissée dans les cabines, le pivot de tout le reste, c’est la salle de bains. La création du Marina est le fruit d’un effort conjoint de Bob [Binder], de Robin [Lindsay], de Franco [Semeraro, Senior vice president hotel operations] et de moi-même. Nous sommes très proches. Plus que des collègues, des amis. Assis autour du feu, nous nous demandions : que voulons-nous dans notre prochain bateau ? Chacun de nous avait sa liste. Au risque de me répéter, nous n’avons guère eu de désaccords. Nous savions tous ce que nous voulions. Nous savons ce que la marque représente et ce qu’elle ne représente pas. Un de nos atouts, c’est justement de savoir qui nous sommes et qui nous ne sommes pas. Nous n’essayons pas d’être tout à la fois. On ne peut pas plaire à tout le monde. Q. Qui est Oceania ? FDR : Avant tout une compagnie qui offre des destinations, et qui s’adresse aux gourmets. Si vous savez rester dans ces limites-là sans faire d’erreurs, un immense marché s’ouvre à vous. --Environ 15 pour cent de l’activité d’Oceania a pour cadre les États-Unis et le Canada. L’Australie et la Nouvelle-Zélande constituent le premier marché en dehors de l’Amérique du Nord.

Eté 2010

C Magazine

17


radioscopie d’un navire

Quand il prendra la mer en janvier 2011, le nouveau Marina d’Oceania Cruises proposera des logements sur mesure, aménagés avec élégance, rappelant l’ambiance d’une propriété privée de luxe. Les 629 cabines et suites seront parmi les plus spacieuses de la catégorie ‘premium supérieure’. • Une cabine standard avec véranda mesure 26,2 mètres carrés, plus que dans n’importe quelle autre compagnie, affirme-t-on chez Oceania. Les cabines de type Véranda et Concierge possèdent leur salon ainsi qu’un balcon privé en teck, avec chaise longue, fauteuil et table.

• Enfin, les suites Owner’s, véritables palais, offrent plus de 186 mètres carrés de luxe. Le Marina est le premier navire où les suites sont entièrement aménagées dans le style Ralph Lauren Home, du mobilier aux tissus, en passant par l’éclairage et la literie. Le bureau de design new-yorkais Tocar, Inc. signe là un projet alliant confort décontracté, opulence et raffinement sophistiqué. Outre l’équipement standard de leur logement, les passagers des suites se verront offrir le champagne à l’arrivée, du linge de qualité exceptionnelle, un téléviseur plasma 106 cm, des produits de bain Hermès et Clarins

Oceania : davantage d’espace pour les passagers du Marina Par Ralph Grizzle

• Les suites Penthouse font 39 mètres carrés. Le séjoursalle à manger est séparé de la chambre. On y trouve aussi un placard et une salle de bains avec deux tables de toilette. • Les Suites Oceania, une catégorie inédite, affichent une superficie de 95,5 mètres carrés. L’aménagement comprend un grand séjour-salle à manger, une salle multimédia et une chambre séparée. La véranda abrite un bain chaud. • Quant aux suites Vista, leur taille varie de 111,5 à 139,5 mètres carrés. Elles offrent le même confort que les suites Oceania, avec en prime de vastes baies vitrées ouvrant un panorama spectaculaire sur l’étrave du paquebot. 18

C Magazine

Eté 2010

ainsi qu’un service de majordome. Les repas de tous les restaurants du bateau pourront leur être livrés en cabine. Notons encore l’ordinateur portable avec accès Internet sans fil, le minibar-frigo, un coffre, un bureau, une moelleuse robe de chambre, des pantoufles, une salle de bains en marbre et granit... Bois précieux, granit, tapis d’Orient, marbre et cuir fins parent les espaces publics. Pour dîner, le voyageur a le choix entre 10 établissements, dont six restaurants gastronomiques sans horaire imposé, divers bars et salons, ou encore le Canyon Ranch SpaClub avec salle de fitness, piscine et jacuzzis.


radioscopie d’un navire

Polo Restaurant

Owners Suite - Bathroom

Canyon Ranch Spa Club

Balcony Suite

Owners Suite - Living Room

Grand Stairs

Eté 2010

C Magazine

19


radioscopie d’un navire

Nous sommes en train de dîner dans la grande salle à manger du Regatta. À l’autre bout de la table, un homme tiré à quatre épingles déclare : « Je prends cinq kilos à chaque contrat, et j’en perds quatre au retour. » Je vous présente Bruno Haag, le concierge compétent et serviable du Regatta, paquebot de la compagnie Oceania. Bruno a passé toute sa vie d’adulte en mer : sept ans auprès de la vénérable Royal Viking Line, trois ans chez Silversea, et actuellement, il travaille depuis six ans pour Oceania, sa deuxième famille. (Né en Suisse, Bruno habite en Australie quand il ne navigue pas.)

Le produit Oceania évolue sans cesse, nous confie Bruno. « Notre compagnie est jeune. Il y a toujours de la marge pour faire mieux, ajoute-t-il. Nous écoutons nos clients. Nos décisions reposent sur leurs commentaires. » Qu’apprécie-t-il particulièrement chez Oceania ? • Les repas sans horaire fixe, « un atout qui séduit les clients de Crystal », où les repas sont limités à deux services (mais Crystal annonce une option libre dans la grande salle à manger pour l’année prochaine). • Les deux restaurants de spécialités, où les voyageurs peuvent dîner sans supplément.

L’efficace concierge d’Oceania Par Ralph Grizzle

Le concierge est le premier interlocuteur du passager. Une de ses tâches les plus fréquentes consiste à retrouver les bagages perdus. Perdus par la faute de la compagnie aérienne, bien entendu, mais Bruno mobilise toutes ses ressources pour les retrouver et les récupérer. Il recommande aussi des visites aux passagers qui ne participent pas aux excursions, et réserve les restaurants à terre. Le téléphone satellite à portée de main pour régler l’affaire sur le champ. Et gratuitement.

• Cafés spéciaux, les milk-shakes et depuis peu les sodas et l’eau en bouteille servis gratuitement. • Une bouteille de champagne de bienvenue pour les passagers des catégories Concierge et Penthouse et des suites. Dans ces mêmes catégories, les produits Hermès, l’embarquement prioritaire à 11 heures sans frais supplémentaires (l’embarquement normal a lieu à 13 heures), la priorité sur les navettes, enfin la remise prioritaire des bagages à l’embarquement. • Le dîner en plein air au Terrace Café. Le rapport qualité-prix d’Oceania est « imbattable, conclut Bruno, et les itinéraires formidables. » Comme la cuisine. Un kilo net en plus par contrat… Du moins c’est ce qu’il prétend.

20

C Magazine

Eté 2010


conseils précieux

Six conseils pour bien profiter de votre croisière Ce n’est pas tout d’obtenir un bon prix. Il faut aussi préparer soigneusement le budget afin de pouvoir jouir de toutes les possibilités qu’offre la croisière. Une cabine intérieure est moins chère qu’une autre avec balcon ? D’accord, mais cette dernière peut être beaucoup plus agréable. Bien entendu, vous êtes le seul à savoir combien vous êtes prêt à débourser pour vivre les vacances de votre vie. Autrement dit, appliquez les recommandations ci-dessous en tenant compte de votre budget. Inutile de dévaliser la banque ; mais n’essayez pas non plus d’économiser jusqu’au dernier sou.

Par Ralph Grizzle

Eté 2010

C Magazine

21


conseils précieux

1

Les cabines avec balcons sont les meilleures

Vous l’avez souvent entendu : une cabine, c’est fait pour dormir. Moins elle coûte, mieux c’est. Peut-être, mais si vous appréciez une chambre avec vue, gardez le balcon. Depuis mon balcon, j’ai admiré les incroyables pastels du soleil matinal pendant les trois heures que dure la traversée de l’archipel de Stockholm. Un autre matin, j’y ai pris le café et les croissants tandis que notre navire longeait le fascinant paysage de Kotor. Ailleurs, mes rideaux se sont ouverts sur les glaciers d’Alaska ou les fjords de Norvège. Ne soyez pas radin : vous n’aurez peutêtre plus jamais l’occasion de voir ces merveilles du monde. Réservez un balcon. Sortez de votre cabine pour respirer l’air frais. La vue restera gravée dans votre mémoire.

22

C Magazine

Eté 2010


conseils précieux

2

La croisière commence en classe business

Nous ne sommes plus – du moins en classe économique – à l’époque où le voyage en avion était une expérience prestigieuse et chic. Si vous pouvez vous le permettre (ou trouver une solution créative pour y parvenir), choisissez la classe business pour votre vol au long cours. C’est en classe business que les vacances commencent : enregistrement plus rapide, contrôles de sécurité moins fastidieux (dans certains aéroports), salon, fauteuils plus confortables à bord, cuisine gastronomique et service généralement excellent. Naturellement, le prix d’un billet en classe business dépasse de loin le tarif ordinaire. À vous de peser le pour et le contre. Mais si l’investissement vous paraît raisonnable, la première classe marquera le début de vos vacances avant même d’embarquer sur le bateau.

Eté 2010

C Magazine

23


conseils précieux

Préférez un petit bateau

3

Les grands paquebots proposent une énorme variété d’équipements et d’activités. Pour les familles, ces villes flottantes sont sans doute parfaites. Mais les navires plus petits, emmenant 800 passagers ou moins, affichent à mes yeux un rapport qualité-prix plus favorable. Ils accostent souvent dans des ports inaccessibles aux mastodontes. Avec quelques centaines de passagers à terre plutôt que quelques milliers, vous n’aurez pas l’impression de faire du tourisme de masse, et vous verrez des destinations que les adeptes des paquebots géants n’ont pas la chance de découvrir. Autre avantage des petits bâtiments : on fait connaissance avec tout le monde, comme dans un village. Sur un gros bateau, quand vous rencontrez quelqu’un, vous avez toutes les chances de ne plus le croiser avant la fin du séjour. Un navire à taille humaine vous donne l’occasion de nouer des liens durables. Notez aussi que sur les navires de dimensions modestes, le ‘tout compris’ est souvent (mais pas toujours) plus complet. Cela peut représenter quelques centaines d’euros par jour. Et il est toujours bon de savoir à l’avance combien le voyage va vous coûter, plutôt que de craindre une surprise désagréable à l’arrivée.

24

C Magazine

Eté 2010


conseils précieux

4

Profitez de votre croisière pour réserver la prochaine

Les croisiéristes le savent : une fois à bord, les passagers sont sous le charme, plus sensibles à la tentation de réserver un nouveau voyage moyennant des incitants judicieux. Il est difficile de passer à côté de ces offres omniprésentes pendant le séjour. Mais si vous les manquez quand même, demandez au personnel comment profiter de ces économies impossibles après le débarquement.

Eté 2010

C Magazine

25


conseils précieux

Avant et après la croisière

5

Prévoyez au moins une nuit d’hôtel pour explorer la ville de départ et d’arrivée de la croisière. Autre avantage de la formule : vous êtes sûr que vos bagages seront là à temps. Une journée de plus permet aussi de faire face à un retard de l’avion en cas de problème météo, ou au mauvais aiguillage de vos valises. La journée de visite post-croisière atténue par ailleurs le pénible sentiment de fin du rêve-retour à la réalité. Les organisateurs s’efforcent de choisir les villes les plus intéressantes du monde comme ports d’embarquement et de débarquement. Pourquoi ne pas en profiter ?

6

Enchaînez les croisières

La croisière est finie ? Pas pour tout le monde. Rien ne vous oblige à débarquer. Consultez votre agent. Les compagnies offrent souvent des avantages aux clients qui réservent ‘back-to-back’.

26

C Magazine

Eté 2010


tour de ville

Embarquement à Athènes

Par Art Sbarsky

À Athènes, des millénaires d’histoire côtoient la modernité. Escale, port d’embarquement ou de débarquement, peu importe : Athènes est un des endroits du monde qu’il faut voir. C’est une des villes les plus riches en attractions que vous puissiez visiter durant votre croisière : ruines antiques encore imprégnées de mythologie, artères commerciales, restaurants…

Visite autonome Sauf si vous avez plusieurs jours, ne songez pas à marcher du port à Athènes. De nombreuses compagnies de croisière proposent une navette gratuite jusqu’au centre. De là, le visiteur peut circuler à sa guise et revenir par le même moyen.

La ville poursuit son développement. Pour preuve, tout près du Parlement, la construction du métro pour les Jeux Olympiques de 2004 a mis au jour un nouveau site archéologique. Encore des ruines, direz-vous… ? Pas tout à fait. Malgré le métro, Athènes est une des grandes villes où l’on se déplace encore à pied. Dans le centre, il y a quelque chose à voir au détour de chaque rue.

L’arrivée Vous pouvez parcourir Athènes à pied, mais les excursions guidées sont abondantes et faciles à trouver. Si la croisière commence ou finit au Pirée, le port de la capitale grecque, le voyageur passe par le nouvel aéroport, à environ 45 minutes du centre-ville (sans trafic). Un aéroport bien conçu ; les files sont relativement courtes à la douane et à l’immigration. En quittant Athènes pour l’aéroport, demandez à l’hôtel à quelle heure il vaut mieux partir pour éviter le stress de dernière minute. Si vous faites escale à Athènes, votre bateau jettera l’ancre au Pirée, et vous disposerez d’un large choix de possibilités de visite. Il faut environ une demi-heure pour aller du port (relativement encombré) à la ville.

Une fois dans la vieille ville, il est très facile de voir les principales curiosités à pied. Il y a aussi des trains et des bus qui relient le centre-ville aux installations portuaires. Autre suggestion : combiner une excursion à terre avec le transport jusqu’à Athènes. Les compagnies offrent un éventail de formules, avec ou sans transport, pour voir notamment de près l’Acropole et le Parthénon.

À ne pas manquer Il vous faudra au moins deux journées complètes pour prendre le pouls de la cité antique. Et encore... Vous n’avez qu’un jour ? Concentrez-vous sur les sites principaux. En priorité, le célèbre Parthénon, construit sur une colline, en plein milieu d’Athènes. La montée est un peu Eté 2010

C Magazine

27


tour de ville

raide, mais un elle vous donne le temps de vous préparer à ce qui vous attend. L’Acropole, un vaste ensemble de temples, étonne par ses dimensions et sa grandeur. Sa construction a commencé en 438 avant Jésus-Christ. Des travaux de rénovation sont en cours, ce qui explique la présence des engins au milieu des foules de touristes. Pour tirer le meilleur parti de la visite, faites-vous accompagner d’un guide, ou lisez celui qu’on vous propose

Et un peu plus loin, l’Arc d’Hadrien, le temps de Zeus Olympien, puis le Parlement (la relève de la garde, une cérémonie haute en couleurs, a lieu toutes les heures).

La Plaka, mélange d’échoppes, de boutiques et de restaurants, est voisine du marché romain et de l’Acropole. Celle-ci, illuminée le soir, offre un spectacle merveilleux aux dîneurs en contrebas. Les commerçants de la Plaka proposent de tout, de la pire camelote à la plus belle joaillerie, en passant par les vêtements de coton. S’il ne faut pas espérer y faire des affaires extraordinaires, les prix sont relativement raisonnables.

partout pour un prix modique. Tout près de là, vous pourrez voir le théâtre de Dionysos et l’ancienne agora.

28

C Magazine

Eté 2010

Excursions à terre Si vous faites escale au port d’Athènes, Le Pirée, les choses à voir ne manquent pas. Dans le programme d’excursions, on trouve tout, du tour en autocar de trois


tour de ville

heures jusqu’à la journée complète avec guide et attractions multiples. D’autres excursions vous emmèneront à l’extérieur d’Athènes, dans de belles villes côtières, peut-être jusqu’au Canal de Corinthe, un des plus spectaculaires qui soient. Par rapport à d’autres grandes villes du monde, les excursions athéniennes ne coûtent pas trop cher. Et si vous passez dans la métropole hellène les quelques jours qui précèdent ou qui suivent votre croisière, il est fort possible que la compagnie organise quelque chose. Voyez aussi www.athensguide.org

Qui passe par Athènes ? / Info Toutes les croisières qui sillonnent la Méditerranée mouillent à Athènes/au Pirée. Et la saison se fait de plus en plus longue (j’y étais du 16 au 19 octobre, par un temps splendide). Sur place, vous changerez facilement des devises dans les hôtels, les banques, etc. Procurez-vous le plan gratuit de la ville, en anglais et très facile à suivre (Attica Department Store).

ou adressez-vous à Stat Hellas (www.stathellas.gr) pour une excursion privée. La visite de cette ville décontractée est idéale pour entamer ou conclure une croisière.

Eté 2010

C Magazine

29


œnologie

Croisière et vins espagnols Par Bob Ecker

Le vin est indissociable de la croisière. Aussi avonsnous décidé de nous pencher sur une série de régions vinicoles. Notre périple commence par l’Espagne. Les crus espagnols ont longtemps été considérés comme ennuyeux, sombres, lourds, voire effrayants. Heureusement, les choses ont changé. La péninsule donne toujours des vins robustes, conservateurs, ‘sérieux’, mais elle n’hésite plus à offrir des produits accessibles, agréables et savoureux, à un prix intéressant. Le Tempranillo est le raisin rouge le plus célèbre d’Espagne. On le trouve dans tout le pays. La plupart des vins rouges espagnols sont à base de Tempranillo. La Rioja est le berceau de presque tous les vins glamour du pays. Cette région est considérée comme produisant les meilleurs vins d’Espagne, notamment le Gran Reserva de R. Lopez de Heredia, mais on trouve aujourd’hui d’excellentes choses dans bien d’autres parties du pays. Prenez par exemple la Ribera del Duero, patrie des Bodega Vega-Sicilia, Priorato et Ria Biaxes, dans l’extrême nord-ouest. Mais ce n’est pas tout. Navarre, Alicante, Utiel-Requena, Valence et Murcie commencent à séduire les œnologues.

30

C Magazine

Eté 2010

La Navarre, en particulier, offre un large éventail de délicieux produits. Je suis récemment tombé sous le charme du Principe de Viana Crianza. Quel mariage de force et de douceur, d’équilibre et d’épices, de longueur et de puissance ! À 7,5 € environ, c’est presque malhonnête. Autre atout gagnant de la Navarre, le Señor de Cascante Gran Reserva. On trouve en Tapena une très belle gamme de Tempranillo, de Garnacha (Grenache) et de rosés, tous faciles à boire, goûteux et peu coûteux. Les prix, voisins de 7,5 €, sont imbattables. À déguster un Tapena, on imaginerait facilement qu’il coûte deux fois plus cher.

Le Verdejo, un blanc très agréable La région de Rueda, au sud-ouest de la Ribera del Duero, est le royaume du Verdejo. Aujourd’hui, presque tous les bons vins blancs d’Espagne, en tout cas les plus aromatiques, viennent de la Rueda. Ces crus vivaces et fruités, rappelant noisettes, fruits à noyau et citron, diffusent d’exquises notes florales, souvent avec une infime touche de vanille, voire d’anis. Certains parleront de Sauvignon blanc, mais ce n’est pas tout à fait exact. La plupart de ces vins sont jeunes, jaune très pâle, avec une légère nuance de vert. Si vous n’avez jamais fait l’essai, offrez-vous un Verdejo, et servez très


œnologie

frais. Un de mes nouveaux favoris est le Bodegas Monsalve Poligono Rueda Verdejo 2007. Il se vend aux alentours de 10,5 € et représente tout ce qu’il y a de bon dans le raisin Verdejo. Un délice par grand soleil, plus encore par une chaude soirée d’été. J’ai aussi aimé le Verdejo de K-Naia. Un régal floral, très expressif dès la mise en bouche. Non content de goûter bon nombre de vins ibériques à la maison, j’ai récemment visité le sud-est de l’Espagne (autour de Valence et d’Alicante), où abondent les merveilles. Aujourd’hui, je comprends vraiment le Monastrell. Comment, jamais entendu parler du Monastrell ? Je suis sûr que si : ailleurs, ce raisin noir et rustique est plus connu sous son nom français, le Mourvèdre. Nombreux sont à présent les domaines espagnols du sud-est qui nous offrent des vins exceptionnels à base de Monastrell. Felipe Gutierrez produit à Parcent des Monastrell complexes, à moins de 15 € la bouteille. Sierra Salinas, près d’Alicante, concocte également de superbes Monastrell, notamment le Mira, ou encore le MO, un vin savoureux et pas cher. Les œnophiles n’ont pas fini de découvrir l’Espagne. Commencez par un Verdejo frais. Passez ensuite à un rouge plus consistant ; le choix ne manque pas. Ou alors, partez en croisière sur les côtes espagnoles, et voyez par vous-même. Salud ! Eté 2010

C Magazine

31


conseil de voyage

Un des plus beaux voyages en Italie : une expérience exceptionnelle pour 22 euros Par Ralph Grizzle

Février. Le soleil brille. Au loin, les neiges des sommets alpins se détachent sur un ciel d’azur. Les tuiles en terre cuite des maisons séculaires contrastent avec la verdure des champs. En Italie, la terre et le ciel se frôlent depuis toujours. Un spectacle qui vivifie l’esprit. Et cette euphorie peut être la vôtre pour 22 euros seulement. Le voyage commence à la gare centrale de Gênes, pour finir moins de deux heures plus tard à Milan. La place en première classe ne coûte que six euros de plus. Pourquoi hésiter ? J’adore le clac-clac des roues sur les rails, le sifflet du train, le double sentiment de filer à travers le paysage tout en évoluant avec lenteur. En arrière-plan, les Alpes lointaines bougent à peine, tandis que plus près de la voie, les arbres et les maisons apparaissent et disparaissent en un clin d’œil. Tous les amoureux du train vous le diront : il y a dans 32

C Magazine

Eté 2010

le voyage ferroviaire un charme perdu. (Un charme que d’aucuns retrouvent sur les paquebots de croisière…). Sur la terre ferme, quand j’ai le choix entre l’avion, la voiture ou le train, je choisis toujours le dernier. – Ralph Grizzle Conseil de voyage : Si votre croisière se termine à Gênes, vous pouvez faire une sérieuse économie en reprenant l’avion à Milan (aéroport de Malpensa). Le trajet en train ne prend qu’une heure et 45 minutes ; il coûte environ 22 euros. À la gare centrale de Milan, cherchez les indications ‘Malpensa Shuttle’ (navette). Le transfert de la gare à l’aéroport dure 45 minutes pour le prix de 7,50 euros. Pour tous les vols (sauf EasyJet), restez dans la navette jusqu’au Terminal 1.


M E MOR I ES I NCLUDE D

ISABELLA ROSSELLINI ABOARD SILVER WIN D IN HA LONG BAY, VIETNAM

Upon a sea of indigo, I watch one more tangerine dawn rise. What I’ll never forget is the dinners that were so divine. My fabulous ocean-view suite and the intimate spaces that felt like home. The friendliness and friendship of everyone — guests and hosts alike. The places, the cultures; the unexpected; the rhythm and scent of the sea. I wished for a dream journey and I wouldn’t have wished for anything different. Thank you Silversea.

To book your Silversea voyage, see your travel agent or for more information visit www.silversea.com.


PERSONAL D I S C O V E RY I S O U R TRADEMARK. YOU KNOW WHEN YOU’VE FOUND SOMETHING SPECIAL. IT’S A FEELING YOU GET DEEP FROM W I T H I N T H AT T E L L S Y O U T H AT Y O U A R E ONE WITH YOUR THOUGHTS AND ACTIONS. WHETHER I T ’ S A M E D I TAT I V E MOMENT ON DECK O R A N E X P L O R AT I O N INTO A PICTURESQUE VILLA, YOU’LL EMBARK ON AN ENRICHING JOURNEY ALL YOUR OWN. THIS IS THE REGENT EXPERIENCE.

TA H ITI & SO UTH PACIFIC ALASKA EUROPE & MEDITERRA NEAN SOUTH AMERICA AFRICA CARIBBEAN ASIA

www.TheRe ge ntExperience.com/av idcruis e r RESERVATION S AND IN FORMATION 866 -2 17 -1 369

LUXURY GOES EXPLORING®


Cmagazine-summer10-FR-web