Page 1

La psychologue Zaza Yurtsever, formée au département européen de psychologie de l’Université Philipps de Marburg, a travaillé 15 ans sur les causes de la prise de poids. Dans un entretien accordé à Zaman, elle défend une approche plus psychologique et moins nutritionniste du problème.

Championnats européens : les clubs turcs bien lotis

16

En Ligue des champions, l’équipe de Galatasaray s’en sort plutôt bien en héritant des Allemands de Schalke 04. Son ennemi juré du Fenerbahçe est, quant à lui, tombé sur l’équipe biélorusse du Bate Borisov en Ligue Europa.

SPORT

SANTE

13

Pour maigrir, consultez un psychologue !

WWW.ZAMANFRANCE.FR

Les 12 temps forts de l’année 2012

L’affaire Merah, les attentats du PKK contre Zaman, le risque de guerre entre la Turquie et la Syrie… 2012 aura été sans aucun doute une année forte, pleine d’émotions et chargée d’enjeux politiques de premier plan pour les Turcs. Parmi ceux-ci, le réveil politique des Franco-turcs et leur mobilisation citoyenne contre la loi mémorielle sur le «génocide arménien» auront frappé les esprits. À l’occasion de cette fin d’année, Zaman France revient sur les 12 informations qui auront définitivement marqué 2012. RSPECIAL 2012 04-05 EDITO

07

LA SÉPARATION DES POUVOIRS DIVISE GÜL ET ERDOGAN

03

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES FONT LEUR ENTRÉE À L’ÉCOLE

Abdullah Gül a rappelé son attachement à la séparation des pouvoirs. Une sortie médiatique qui fait écho aux critiques formulées par Erdogan sur l’oligarchie bureaucratique turque. 1TURQUIE

Avec sa «classe immersive», Microsoft France vient d’inaugurer une nouvelle génération de classes basée sur le numérique et la réalité augmentée. 1FRANCE

2012, l’année politique des Franco-turcs FOUAD BAHRI r02

Tous les Turcs sont-ils kémalistes ? r

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 N° 245

Si les courants conservateurs en Turquie se sont beaucoup construits contre le kémalisme, ils en sont aussi paradoxalement les héritiers. Pour le chroniqueur Joost Lagendijk, l’acceptation par les Turcs d’un certain autoritarisme politique mis au service du progrès social en est l’illustration. ROPINION 15

Ankara ne participera pas à l’Eurovision 2013

r

La 58e édition de l’Eurovision, qui se déroulera du 14 au 18 mai 2013 à Malmö en Suède, ne verra pas de délégation turque venir se mêler à la bataille. Cette annonce a été faite par la télévision publique TRT (Radio et télévision de Turquie). RTURQUIE 08

10

ALWALEED BIN TALAL, LE PRINCE DU MÉCÉNAT

Philanthrope et partisan des humanités, le prince saoudien Alwaleed Bin Talal finance de nombreux projets d’échanges culturels et universitaires à Harvard ou Cambridge, destinés à mieux faire connaître le monde musulman. 1INTERNATIONAL


02 FRANCE EDITO FOUAD BAHRI

2012, l’année politique des Franco-turcs Une nouvelle année passe, une autre arrive. Et pourtant, c’est une certitude : 2012 aura définitivement marqué d’une pierre blanche la conscience contemporaine des Franco-turcs. Tout commence en janvier. L’ère Sarkozy touche à sa fin et un parfum crépusculaire flotte sur la politique française. L’ancien président, qui ne s’est jamais illustré par sa turcophilie, veut alors une loi condamnant le «génocide arménien», suscitant un sentiment de stigmatisation chez les Turcs de France. Cette ultime goutte fait déborder le vase de la contestation et réveille des forces civiques encore ignorées. 30.000 Turcs descendront dans les rues parisiennes pour manifester leur désaccord. Une mobilisation extraordinaire, observée également au niveau des inscriptions sur les listes électorales, qui sonnera officiellement l’acte de naissance politique des Franco-turcs et sera couronnée de succès : le projet de loi sera en effet abandonné. Quatre mois plus tard, l’aube se lève, inaugurant une époque de changement incarnée par François Hollande. Le nouveau président de la République veut tourner la page noire du sarkozysme et multiplie les gestes de réconciliation vis-à-vis de la Turquie. Ankara lève alors son embargo sur les produits français et Paris réintègre le mot «adhésion» dans le vocabulaire européen. D’ailleurs, l’ouverture prochaine de deux nouveaux chapitres semble certaine. Sur le plan intérieur, les premiers signaux du gouvernement Ayrault vont dans le bon sens : laïcité de compromis, volontarisme diversitaire et souplesse sur l’immigration. Point d’orgue de cette ascension politique : le dîner de l’amitié franco-turque. Véritable succès pour les structures associatives turques telles que la Fédération des entrepreneurs et dirigeants de France et la Plateforme de Paris pour le dialogue interculturel, ce dîner, qui a réuni une quarantaine de députés du PS, de l’UMP et d’Europe Ecologie Les Verts, a illustré une nouvelle fois le dynamisme citoyen des Franco-turcs et leur capacité à établir un débat franc mais courtois avec leurs élus. Mais si les graines du changement ont bien été plantées en 2012, les Franco-turcs devront poursuivre leurs efforts et prouver en 2013 qu’ils sauront récolter les fruits de cet engagement nouveau. f.bahri@zamanfrance.fr

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

Les Français ont une mauvaise image de l’Algérie deux résultats, le taux de personnes qui ne se prononcent pas (28 %) reste relativement important.

De grandes différences entre pays du Maghreb

Zinédine Zidane arborant un drapeau de l’Algérie au cours d’une rencontre amicale avec les footballeurs algériens.

Selon un récent sondage réalisé par l’Ifop pour Atlantico, les Français ont globalement une mauvaise image de l’Algérie. En effet, seuls 26 % des Français ont une bonne image du pays, avec lequel, pourtant, 63 % des sondés pensent que la France devrait poursuivre une politique de coopération. Ils ne sont que 16 % à penser le contraire. Si les personnes proches des différents partis de gauche sont plus nombreuses à avoir une bonne image de l’Algé-

rie (48 %), on constate tout de même qu’elles sont 36 % à répondre négativement. Intitulé «L’image de l’Algérie et des pays du Maghreb» et réalisé auprès de 1005 personnes, le sondage constate par ailleurs que 57 % des Français pensent aujourd’hui que l’indépendance de l’Algérie a été plutôt une bonne chose pour la France, alors qu’ils n’étaient que 38 % en mai 1972. 49 % pensent qu’elle a été une bonne chose pour l’Algérie. Toutefois, pour ces

Le sondage montre également que l’image des différents pays du Maghreb est loin d’être homogène. 71 % des sondés disent ainsi avoir une bonne image du Maroc et 53 % disent de même de la Tunisie. Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion publique à l’Ifop, a confié à Atlantico être lui-même surpris par cette diversité. Il explique que les critères de jugement ne sont pas les mêmes pour les différents pays. En termes de destination touristique, «le Maroc s’en sort extrêmement bien, en raison notamment des paysages et de l’hospitalité du pays». L’autre critère touche la question de la situation économique, sociale et politique des pays concernés. C’est ce qui explique la bonne image du Maroc, qui a «été préservé à l’écart des mouvements de révolutions arabes», tandis que les Français identifient selon lui la Tunisie aux «images de la révolution tunisienne, de violences et d’une forme d’instabilité politique qui règnerait aujourd’hui».

Un homme marchant avec son vélo devant un écran montrant une affiche de propagande, place Tiananmen. Motivée par la nostalgie de l’époque où les deux roues étaient le principal moyen de transport, la bourgeoisie chinoise achète de plus en plus de vélos. La vente des bicyclettes croît de 10 % chaque année en Chine.

...ET UNE MAUVAISE

UNE BONNE...

20 millions d’armes en circulation en Turquie

Le minaret de la mosquée Sultan Ahmet (la Mosquée bleue) va être entièrement démonté puis reconstruit l’année prochaine. Des pierres ont en effet commencé à tomber dans la cour de la mosquée. Emrullah Hatipoglu, l’un des responsables de Sultan Ahmet et président de l’association pour la protection et la rénovation de

Sebnem Korur Fincanci, présidente de la Fondation des droits de l’homme en Turquie (TIHV), a déclaré que les fusillades que connaissent les Etats-Unis sont susceptibles de se produire très prochainement en Turquie si le pays ne prend pas des mesures pour contrôler les individus possédant des armes à feu. «Il y a une guerre actuellement en Turquie [contre le PKK, ndlr] depuis des années. Les gens qui sont touchés

la Mosquée, a expliqué à Zaman que les fissures des balcons sont clairement visibles. «Cela peut représenter un danger pour les visiteurs, car des pierres pourraient tomber dans la cour. Nous avons pris des mesures de sécurité pour boucler la zone sous le minaret, afin d’éviter qu’un accident ne se produise», a-t-il déclaré.

par cette guerre sont susceptibles de recourir à la violence», a-t-elle déclaré à Zaman. Selon les données de l’Umut Vakfi (Fondation pour l’espoir), qui rend compte régulièrement des efforts internationaux de lutte contre les armes légères et des campagnes pour la limitation drastique des armes à feu en Turquie, il y a actuellement 20 millions d’armes en circulation dans le pays, dont seul un quart est enregistré.

NOUVELLE

Le minaret de la Mosquée bleue va être rénové


03 FRANCE

‘‘

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

«Après la tragédie de Newtown, nos ventes sont dix fois plus importantes» Déclaration de Richard Craig, directeur de la société Amendment II, du nom du deuxième amendement de la Constitution qui autorise le port d’armes.

Les nouvelles technologies font leur entrée à l’école Avec sa «classe immersive», Microsoft France vient d’inaugurer une nouvelle génération de classes basée sur le numérique et la réalité augmentée. Un projet de refonte de l’école voulu par l’Education nationale, mais qui suscite de nombreux débats chez les enseignants.

MAUD DRUAIS PARIS Désormais, les enfants apprendront leurs leçons de manière ludique. Alors que le gouvernement a lancé un vaste chantier, «Refondons l’école de la République», insistant particulièrement sur l’introduction du numérique dans le système éducatif français, Microsoft France a déjà inauguré le 20 novembre une «classe immersive» dans les locaux d’Issy-les-Moulineaux. Cette nouvelle classe «où le geste et le toucher pilotent l’information, où la 3D et la réalité augmentée» servent à l’apprentissage des programmes scolaires, se veut être le modèle des classes de demain. C’est ainsi que, selon le Café pédagogique, un site d’information sur l’éducation, le «tapis interactif» sert depuis peu à apprendre le vocabulaire anglais, par exemple.

Les États introduisent de plus en plus de nouvelles technologies dans leur système éducatif. Ici en Estonie, les enfants reçoivent des cours sur ordinateur dès leur plus jeune âge.

Zoom

Square des cultures : célébrer 50 ans d’immigration turque

Un retard technologique dans l’Éducation ?

Educactive, groupe scolaire de Villeneuve-SaintGeorges, fait partie des établissements ayant accès aux toutes nouvelles technologies éducatives : depuis cette année, les enseignants peuvent faire cours sur deux tableaux numériques interactifs dans la salle multimédia de l’établissement, et comblent le retard de la France en la matière. Selon un rapport du ministère de l’Éducation nationale, 21 % des enseignants seulement utilisent les technologies de l’information et de la communication au moins une fois par semaine avec leurs élèves. Au Danemark, l’usage des TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) est obligatoire dans toutes les matières. Jean Duyiboe, professeur à Educactive, admet être «réticent» à ces changements, même s’il s’est mis lui aussi à utiliser les TICE.

Un débat parmi les enseignants

Il y voit des avantages comme de «la précision au niveau de certaines explications : […] lorsque vous faites de la géométrie, parfois c’est plus précis si le tableau est numérique, puisque le compas, c’est au millimètre près.» Pourtant, dit-il, l’utilisation de ces TICE est loin de faire l’unanimité. Il existe un «débat permanent entre les pédagogues : l’utilisation du tableau numérique, est-ce que ça ne rend pas plutôt les élèves plus paresseux ?», d’autre part, cette utilisation n’est-elle pas trop rapide ? «Tant qu’ils utilisent des stylos avec des feuilles aux examens, peut-être qu’on va trop vite par rapport à l’évolution des examens et concours», s’interroge l’enseignant.

Le 8 avril 2015 sera la date anniversaire du cinquantenaire de l’immigration turque en France.

FLORIAN GAMBIN PARIS Le 8 avril 2015 sera un grand moment pour tous les Turcs de France. Ce jour marquera le cinquantième anniversaire de l’immigration de la communauté turque en France. C’est le 8 avril 1965 que des milliers de Turcs décidèrent de quitter leur terre natale pour venir habiter dans le pays des droits de l’homme. L’association Square des cultures veut faire de cet anniversaire un événement majeur et marquant pour tous, aussi bien Français que Turcs. L’objectif est de permettre à la communauté turque de se faire mieux connaître et apprécier au sein de sa société d’adoption. Pour cela, Square des cultures propose à ceux qui le désirent d’envoyer des photos, des films ou des vidéos témoignage pour raconter comment l’on s’adapte à un nouveau pays, une nouvelle culture, une nouvelle langue. Les plus discrets peuvent remplir un formulaire disponible sur le site de l’association, afin de soutenir cette initiative. De plus, aucune compensation financière, logistique ou matérielle n’est demandée. Pour les plus motivés, Square des cultures propose de devenir l’un de ses ambassadeurs. La mission est simple : il suffit de faire connaitre l’association et son projet au sein de son village, de sa ville, de son département ou de sa région. L’objectif est d’apprendre et de rappeler aux nouvelles comme aux anciennes générations d’où ils viennent et d’honorer la mémoire des premiers pionniers turcs partis à la conquête de

leur nouvelle vie. L’association est présente notamment en Ile-de-France, en Alsace-Lorraine, en Rhône-Alpes et en Bretagne. Tout est mis en œuvre pour que le 8 avril 2015 soit un jour de fête, entre deux pays et cultures qui partagent les mêmes valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.


SPECIAL 2012 04-05

f

s p m e t e é 2 1 n s n Le de l’a s t r fo

2 1 0 2

s du t a t n e t les at risque de , h a r e rie… an, le ire M L’affa ntre Zam uie et la Sy ute ielle r q o o o r c u d m T é n PKK entre la loi m d’année, aucu ’émos a l n e a r e r s r d t n e gue ura été e con de cette fi ué 2012. plein ux polin , a n e 2 t e 1 r q y o 20 n cito l’occasion ment mar née f gée d’enje n pour o n i t a a e s r a un obili sprits. À définitive t cha emier pl i, le rém e r s u e e n tio e pr i ceux-c turcs et l rappé les ui auront d s tique rcs. Parm Franco- auront f ations q m s » les Tu litique de arménien es 12 infor o l veil p «génocide vient sur e sur le France r n trois Zama dont

1

E N U : E H A M I R N E M N UNA E R I A F AF AMNATIO COND

es, blesvictim fs et six ban. t p e S ui ontau nts j enfa use et M des tuebilan Toulo h, un sés, à le sinistre ed Mera bré m C’est e Moham qui a so hoc d e ries jihadist me et a faire s f i e a r jeun le terro tière. L’ e de n s e dan France l e t h è m ilisé g a qué l r e l a n c é ur et fra e de e i r a a l r é t p c au mi in le fois la u l m a n s e n n s el l’e s de s mu nouv une m e t d e u p ç o n n é our p l ’ i s l a a n c e , s o menace r e d e F ituer un t cons tion. la Na

PEns O R U E ée N E urop gne e K x K u Pbreux bureeaux de CoFlroance, U D S T De nom an, dont Pcantin enerroristes A T N E T t e aam T A ’ de Z g n e e t d a t t e n t a t s ’ O r g a n i s n D E ’ a l i L sd B rat o lem De I C n Al é victime e PKK. la coopé s sans , e N l t t er ont é étrés par écurité e n Report -présiZAMA e s o p c i per le vi quie ur la ociat

2

TUDE I L O S BLE MIGRÉS U O D A L VIEUX IM DES RANCE DE F

3

po Tur ass par tion rope à l’ passant France- hilippe é u i en E ières, en e d’amit e, Jean-P té sans t Fron du Group national ons ont é litiques t n nati s po blée ue de ssem s condam ponsable mandé q es A ’ l t s à e nt de rs re es ac rer, l Mau l. Plusieu opéens o ite» sur c appe ais et eur re soit fa è franç e la lumi t u «to nels. i crim

ITE O R D ME Ê R T X L’E ÉENNE E D E TÉ EUROP N O M LA AISE ET FRANÇ

t ffran t sou rance e s e ial s de F on i s soc aude immigré e législat enr f e d s n h s é é u t usé r a i entre mpr ropre s is acc es ret ’inco Parfo lusion, l ent piégérictive et l de leur p d’exc ent souv plus rest tionnelle trouv énéra lus en se re nale de p et interg natio culturelle sion rage. entou

oties m our d n estio e. P la qu e frontist nalisae v è l t a las u vo , sou , la b 2002 ns liées a s français par Nico et e n vatio litologue s du FN nomique nt s bon e o e e trè e m e n t s n les p es thèm crise éco expliqu rti u v té é u d a e o u a a p n n a l r m tio ui au s et ropéen nte du ozy a 2012 e pour le ropéens q leurs t k u s r e a n e o S e titair ion c anné droite eu es-uns d rvège, iden progress te. o u e N q , l m en oi ce rê te ue d’ext réalisé q s comme . En Fran Le cet trême dr x e e t e s r e ’ s n o i n d sc ro Mari en Su en eurs meill triche ou torale de son père u c e A e u q en rcée él ieux la pe ui a fait m q Pen,

4


S É R B É L É C N A EN M A Z E D EUROPÉ S N A LES 25ARLEMENT AU P

illi le accue graa n e hoto uropé ent e position p s 25 ans m e l r e Le Pa mbre l’ex ccasion d ministre e o ’ v u l o d à n as e 7 anisé tervention Ahmet D ng r o s e h e in phiqu an. Les étrangèr Daniel Co de m s a é t e t r r Z i u fo s fa p de es Af e l’eurodé es temps l’annid c r l e, tu lu et d anné ré à stitué vutog t ont con a même tait céléb es é d L i . Bend énement idien turc Chambre t v a l o cet é re du qu che, et à e. i i versa e, en Autr e-Bretagn d n n n Vie , en Gra s d r Lo

5

X U A E V U O N S E L : S C R E I U T U Q O R C FRAN GRÉS DE TU IMMI

7

près ans a nts e t n pare uara 2 et q de leurs l u s d e 1 0 2 En ion s e n p enter igrat l’ém , d e p l u cidé de t des e à nt dé ranc Liée e n F o-turcs o Turquie. nomique c Fran hance en ordre éco vie passe ’ c e r leu ations d e nouvell n parfois v t i t i t e t o c a une t o l, m lture ne adap x qui ont u c u u u o ur ce i par auss ifficile po d plus e culture. l b dou

e 0 S1 E E D E S IO E TURQU D N A R G LANGU I O V N ’E DE LA D P U O C PIADES OLYM

6

redi merc lles é t u vi éb e a d lus de 40 èves u q r u sp et d’él angu isées dan entaines l a l e des c organ des d mpia rémonies ue année r. y l O aq cé ie es on d lendides issent ch onde ent e éditi n p m u s 0 é u La 1 i avec de piades r turcs d a ts 30 m Les Olym lissemen . b e i a t u é ’ q r d de Tu ers issus g n a r t é

URS E T C A MAIS É T I S DIVERÉ A L E D ISSUS NIVERSALIT et DE L’U ités à uneepaclitéioesn sur

8

nr sos lim temp municatio et les as g n o u s L ont s cteur e com à un es, les a iversité sion d i ne v . -mêm de la e l l e s ns issus t a g e à u a g e m e n t s n o g i ciat rir dava leur en igme plu v d e u a u d r a o a n s’ le t de p mmu ersel univ angemen oins «co m h Un c itaire» et «affin . taire»

E : TS R I A L O N C A S M E R T I A RÉUSSHIFFRES ALS DE FRANCE DES C LES TURC POUR

9

up auco n e b r oule ion e fait c mmigrat oient a r u i e l’ ’ils s qui a e et e l’état d mer. Qu articulier e s n I d ’ rl ie st a en p ée pa otograph constat e uiétants n e cm ph le inq e cho enté une turque, fres sont d u t é f é Une re, a prés munaut és, les chi r c m g n o i e c d’ r la ’imm . Pou enfants d ducation. e c n ou e de l’é Fra igrés imm e domain l dans

RIS ES A P À S D C I R C U O T N É CO R LES G N A R F 30.000RE LA LOI SU CONT

10

is ança 0 F r ifesté 0 0 . 3 0 nt man ur oins po eo A u m ine turqu janvier prée g i d n r e t d’o mois initialem isant la u a s e t ri nal à Pa cer le vo ne loi pé rménien» n u déno Sénat d’ énocide a ines plus a vu au ion du «g ues sem e révélait t q l a e n g u nnel io s né 15. Q obilisat nstitutio 9 1 e m o c d cette nseil tard, te : le Co t de loi. n je paya ait le pro l u n n a

ET E CS D R N U A T L L O O C lle a été H N A S I R O F FRANÇ TENTES DESla victoire ptr»é.sPidoeunr tlieesmFartainsacnot-e n à LES AT çois Hollan,dc’eest maintseitnéa, moins pstairgtie de leurs

11

er nt ne an né Fr hangeme sur la div ondu à u e m rép ui a Le c iste gne q slogan « volontar ration, a a p m , g n i La ca ée par so politique ur l’imm u s e q l r l e a e é r m esu nouv cette et plus m , s c r é tu laïcit sur la es. t atten

EN E R R E U G E IE N U U ’ Q D R U E TR UR LA Tplus légitimensédgouC E P S LE PLANE S ocratiques lLeess échecsbdleess répresSYRrégIiEonal dev’eesntula dpéemutpiolenssydreiepna.iéxeestpleasrtleerpriouTvuorirqsuyireieununx

12

la a cia lié nis .C ien al a Turquie ui s’est sions orga é depuis à ue résolu c n a q s q i o Un mi de l n t atio poli ntre e t imp l’enn e transform iers mois e hes. on agement ns. t c ie n eng enan s Syr e der s pro surpr ces douz a, jadis trè arabe est côtés de e r opéré s et Anka rintemps pirations a e l m s, P les as Da temp réveillant e r t En par là, passé


KONFOR MEUBLES

650 bmle2 s

de

meu

SALONS - CHAMBRES - SALLE À MANGER …

ET AUSSI VOTRE CUISINE SUR MESURE NOUVEAU Salon marocain sur mesure. Large choix

Salon KELEBEK 3 + 2 + 1

806 E 701 E 303 E Le salon complet 1 5 3 0 E

3 places H.77, L. 250, P. 80 2 places H.77, L. 190, P. 80 1 place H.98, L. 75, P. 70

1850E

Salon KARYA 3 + 2 + 1

982 E 818 E 491 E Le salon complet 1 8 0 0 E

3 places H.82, L. 230, P. 96 2 places H.82, L. 177, P. 96 1 place H.82, L. 111, P. 92

Chambre à coucher FIESTA Armoire H.220, L. 240, P. 65 Commode H.141, L. 115, P. 45 Commodine H.34, L. 60, P. 45 Lit H.113, L. 226, P. 215

D’autres modèles en magasin

SADEM MARKET

350 hme2rie

de bouc

BOUCHERIE HALLAL / EPICERIE 5,90E

Merguez

le kg

Côte d’agneau

E Viande hâchée 5,90 le kg

8,90E le kg

Zahra Salam

Côte de bœuf

1,20E 450g

KONFOR MEUBLES

03 85 41 48 29

Mirinda icecek

12,90E le kg

1,50E 2L

et market

Bricks JR

Filet de boeuf

2E

les 2 sachets

14,90E le kg

Plat de côte avec os

5,50 E ou 3 kg 15E

SADEM MARKET

09 67 12 48 29

06.26.73.42.78

lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h30 à 19h30 - samedi au dimanche de 9h à 19h30 NON STOP

250 places de parking

2, av. JF Kennedy / Chalon à côté de l’ancien Lidl la ZUP / les près St Jean


07 TURQUIE

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

La séparation des pouvoirs divise Gül et Erdogan

Les divergences politiques entre Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdogan se sont nettement accentuées ces dernières semaines.

TURQUIE

ELECTRICITÉ/GAZ

BREVES ECO

Pas de hausse des prix

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Taner Yildiza a répondu aux préoccupations concernant les hausses de l’énergie. Il a annoncé qu’il n’y aurait pas d’augmentation du prix du gaz naturel et de l’électricité pendant tout le mois de janvier. Concernant le rapport de l’évaluation des prix et de l’énergie, il a été décidé qu’il n’y aurait pas de hausse en raison des mauvaises conditions météorologiques à venir ce qui accroîtrait la consommation d’énergie. Avec l’hiver, la population craignait que les mauvaises conditions météorologiques et les problèmes avec les fournisseurs entraînent une pénurie de gaz naturel, ainsi qu’une augmentation des prix.

Les hauts revenus vont payer davantage

Le ministre des Finances Simsek veut instaurer une fiscalité plus juste. Il a déclaré qu’«Ankara ciblera les riches pour les recettes, plutôt que les personnes ayant des difficultés financières». Cette déclaration marque ainsi le contenu de la nouvelle réforme fiscale : «nous voulons prendre plus d’impôts de ceux qui ont des revenus élevés, et moins de groupes à faible revenu. C’est ce que l’équité fiscale exige» a dit Simsek à la radio privée CNBC-e.

Dans ce qui ressemble à un nouvel épisode du feuilleton politique opposant les deux têtes de l’exécutif turc, Abdullah Gül a rappelé son attachement à la séparation des pouvoirs. Une sortie médiatique qui fait écho aux critiques formulées par Erdogan sur l’oligarchie bureaucratique turque. Se démarquant une nouvelle fois clairement du Premier ministre, le président de la République Abdullah Gül a déclaré vendredi que la séparation des pouvoirs est le fondement de la démocratie. «La séparation des pouvoirs est le fondement de la démocratie. Nous devons envisager la question sous cet angle», a déclaré le président aux journalistes à la sortie d’une mosquée à Istanbul, après la prière du vendredi. Les propos du président viennent à la suite d’une déclaration du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui s’est plaint la semaine dernière, lors d’une manifestation dans la province de Konya, dans le centre du pays, de ce que la séparation des pouvoirs gênait le gouvernement dans ses efforts d’apporter de meilleurs services au pays. «Il y a des problèmes au sein du système. Le système ne fonctionne pas correctement. Nous sommes souvent confrontés à l’oligarchie bureaucratique», a-t-il déclaré, ajoutant que cette bureaucratie devait être contenue, et que les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire devaient travailler pour le bien du peuple. Le Premier ministre s’est ainsi attiré de nombreuses critiques l’accusant de concentrer tous les pouvoirs et

44.000

de saper, un à un, tous les piliers de la démocratie. Les membres du gouvernement Erdogan affirment néanmoins que les propos du Premier ministre ont été mal interprétés et qu’il déplorait simplement le mauvais fonctionnement des institutions turques.

L’ambiguïté des positions d’Erdogan

Dans le but d’écarter toute apparence de rupture avec le Premier ministre, M. Gül a déclaré : «Il y a eu par le passé des exemples de mauvais fonctionnement du système [de séparation des pouvoirs]. Je suppose que c’est à cela que M. le Premier ministre a fait allusion [dans son discours].» Lors d’une émission sur la chaîne NTV, le 21 décembre, Erdogan a déclaré que la séparation des pouvoirs est clairement définie dans le texte constitutionnel et que chaque pouvoir doit être cantonné aux limites qui lui ont été assignées. Il a présenté à titre d’exemple la crise liée au choix d’un président du parlement en 2007, déplorant que la Cour constitutionnelle ait imposé comme condition préalable que soient réunis 367 députés avant de procéder au vote pour les différents candidats. La crise a bloqué le processus de l’élection présidentielle et l’AKP a

dû appeler à des élections anticipées en 2007. Il a également déclaré que les tribunaux violaient le domaine du pouvoir exécutif, causant des pertes financières énormes pour la Turquie, citant notamment l’annulation par le Conseil d’État de nombreux appels d’offres publics. Pour le politologue Mümtaz’er Türköne, par ses propos, le Premier ministre n’entendait pas exprimer une quelconque opposition au principe de la séparation des pouvoirs. «Le Premier ministre a évoqué son mécontentement eu égard à l’annulation de certains projets publics par le pouvoir judiciaire. La séparation des pouvoirs devrait être renforcée et clarifiée en Turquie», a-t-il déclaré.

L’absence d’une opposition forte

Pour Türköne, la divergence d’opinion entre le président et le Premier ministre est liée à l’absence d’un parti d’opposition puissant, capable de contrôler les activités du parti au pouvoir, ce qui conduit le président de la République à devoir assumer ce rôle. «Il n’existe pas une opposition forte à même de contrôler ou de superviser le parti au pouvoir. Cette carence conduit naturellement le président à le faire», a-t-il déclaré.

Le dernier décompte de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) fait état d’un nombre de victimes syriennes s’élevant à 44.000 ces 21 derniers mois.


08 TURQUIE

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

Le gouvernement pourrait s’excuser pour Uludere Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu’il pourrait présenter ses excuses pour l’incident d’Uludere – dans lequel 34 civils ont été tués par erreur par les forces aériennes turques – si l’issue du procès en cours qui doit établir la réalité des faits rendait la chose nécessaire. M. Erdogan, qui propose que chacun attende que le verdict soit rendu, a affirmé qu’il pourrait présenter des excuses, en fonction de la sentence de la cour. L’année dernière, les forces aériennes turques ont effectué une frappe sur la base de faux renseignements selon lesquels un groupe de terroristes du PKK était en train de franchir la frontière. Trente-quatre civils, pour la plupart des contrebandiers du village d’Uludere, ont été tués par erreur.

Pas d’exploitation politique de la tragédie

L’incident a suscité l’indignation publique et les gens ont exigé que les responsables soient traduits en justice au plus tôt. Bien que près d’une année se soit écoulée depuis cet événement tragique, personne n’en a revendiqué

Des familles de victimes tuées au cours des bombardements de l’armée turque sur le village d’Uludere.

la responsabilité et le tribunal n’a pas encore tranché. M. Erdogan a critiqué ceux qu’il juge exploiter la tragédie à des fins politiques. Il a déclaré que ceux qui qualifient cet incident de génocide n’évoquaient pas les massacres de Basbaglar, Yeditepe et Bingöl, où un grand

nombre de soldats et de civils ont pourtant été tués. Le Premier ministre a ajouté que la principale priorité du gouvernement est d’amener les gens à la prospérité et au bien-être, tout en continuant, dans le même temps, à combattre le terrorisme.

Ankara ne participera pas à l’Eurovision 2013

La 58e édition de l’Eurovision, qui se déroulera du 14 au 18 mai 2013 à Malmö en Suède, ne verra pas de délégation turque venir se mêler à la bataille. Cette annonce a été faite par la télévision publique TRT (Radio et télévision de Turquie). La décision prise par la Turquie fait suite à celle prise par l’institution organisatrice, l’EBU, de diminuer de 50 % les votes du public. Avec sa non-participation, la TRT pointe du doigt la décision de l’EBU qui s’expliquerait par les mauvais résultats ces dernières années de la France, de l’Italie, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Espagne, principaux financeurs de l’événement musical. En effet, depuis 2009, le système d’attribution des points a changé. Les votes du public comptent autant que ceux du jury, qui est composé de cinq professionnels ou personnalités de la musique. Cette méthode de vote a été transposée lors des demi-finales de 2010. La Turquie, pour sa part, a dit stop et espère probablement que d’autres pays suivront son exemple.


10 INTERNATIONAL

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

Alwaleed Bin Talal, le prince du mécénat

Propriétaire d’une fortune avoisinant les 20 milliards de dollars, le prince saoudien Alwaleed Bin Talal n’est pas seulement un éminent homme d’affaires. Philanthrope et partisan des humanités, il finance de nombreux projets d’échanges culturels et universitaires à Harvard ou Cambridge, destinés à mieux faire connaître le monde musulman. MAUD DRUAIS PARIS Pour le musée du Louvre, c’est un peu comme si le prince charmant était arrivé. Celui-ci, le prince Alwaleed Bin Talal, d’origine saoudienne et âgé de 57 ans, a financé à hauteur de 23 millions d’euros la remontée à la surface, depuis les soussols du musée, les trésors des arts de l’islam vers le nouveau département qui leur est consacré. Avec une fortune estimée à près de 20 milliards de dollars, c’était peut-être une goutte d’eau aux yeux de ce businessman connu pour être «l’Arabe le plus influent du monde», selon le classement de l’Arabian business. A l’origine, en 1996, sa «Fondation du royaume» s’est transformée en Fondations Alwaleed Bin Talal en 2009, quand elle passe sous l’égide du ministère saoudien des Affaires sociales. Ces fondations comportent trois organisations philanthropiques réparties au niveau national, en Arabie Saoudite, au Liban et dans le reste du monde. Parmi leurs activités, les Alwaleed Bin Talal Foundations ont mis un point d’honneur à mettre en

place des actions de mécénat, qui interviennent dans leur pôle «compréhension culturelle globale» visant à encourager les échanges culturels d’excellence. La fondation dite globale – celle qui est déjà intervenue dans plus de 60 pays – supporte ainsi activement des programmes éducatifs innovants, notamment dans le domaine des arts et celui des médias.

Le prince saoudien Alwaleed Bin Talal est un généreux philanthrope finançant de nombreux programmes culturels et scientifiques en Europe et dans le monde musulman.

L’éducation : plus qu’une section, une valeur

Entre 2003 et 2008, la Fondation a établi pas moins de six centres académiques basés dans les universités les plus prestigieuses du monde, à Harvard, Georgetown, Édimbourg, Cambridge, dans les universités américaines du Caire et de Beyrouth. Dans les universités occidentales, les cours portent sur le monde musulman, tandis qu’à l’inverse, les programmes à l’initiative de la fondation dans les pays arabes portent plutôt sur les Etats-Unis : pour le prince et pour son épouse, la princesse Amira Alwaleed, vice-présidente des Fondations, c’est

ainsi que l’humanité peut apprendre à mieux se connaître. Le couple princier a également soutenu le programme Solya’s Connect, qui relie des étudiants du monde entier pour qu’ils suivent des cours par visioconférence, avec des professeurs accrédités par les Nations

Unies. Membre d’une caste royale souvent connue pour ses dépenses pharaoniques dans des complexes hôteliers ou touristiques au luxe extravagant, ce prince-là, grand businessman et grand seigneur, a décidé de se distinguer autrement.

La crise économique empêcherait la réunification de Chypre La crise économique et financière qui sévit à Chypre rend impossible toute reprise des négociations sur une éventuelle réunification des deux parties de l’île, a estimé vendredi le ministre des Affaires étrangères de sa partie turque, Huseyin Ozgurgun, lors d’une visite à Ankara. «Les discussions sont maintenant au point mort», a jugé M. Ozgurgun devant la presse, «si nous parlons vraiment de politique, il n’y a pour l’heure aucune raison de reprendre des discussions». «Le sud connaît des difficultés financières et le nord tente de se relever de ses problèmes économiques. Est-ce qu’il existe une seule raison de faire des progrès sur la question chypriote ? C’est contestable», a-t-il ajouté. Chypre est divisée depuis 1974, après l’invasion par l’armée turque du nord de l’île à la suite d’un coup d’Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs et visant à la rattacher à la Grèce. Ankara ne reconnaît depuis que la République turque de Chypre du nord (RTCN), contrairement au reste de la communauté internationale qui reconnaît la République de Chypre, membre de l’Union européenne depuis 2004. L’ONU a piloté plusieurs séries de

Manifestation de Chypriotes en colère contre les conséquences de la crise financière dans leur pays.

discussions destinées à favoriser la réunification de l’île, mais en avril dernier, son secrétaire général Ban Ki-moon a renoncé à l’organisation d’une conférence internationale, estimant que les deux camps n’avaient pas accompli assez de progrès pour espérer une issue positive. Le gouvernement chypriote-grec a demandé l’aide financière du Fonds monétaire international et de l’Union européenne. Il estime avoir besoin de 17 milliards d’euros sur

quatre ans pour soutenir son économie et ses banques, très exposées par la crise financière grecque. Son produit intérieur brut devrait reculer de 2,4 % en 2012. L’agence de notation Standard & Poor’s a pour la troisième fois depuis août revu jeudi à la baisse la note de la dette de Chypre, rétrogradée de «B» à «CCC+». La partie nord de l’île connaît également des difficultés économiques, a confirmé vendredi le ministre Ozgurgun.

Un milliard de dollars pour un film sur le Prophète La compagnie Alnoor Holding basée au Qatar a annoncé mardi que le budget pour un film en sept volets sur la vie du Prophète de l’islam s’élevait désormais à un milliard de dollars, contre 1,5 million de dollars annoncé en 2009. Le personnage du Prophète n’apparaîtra cependant pas dans le film. Cette production comprendra «sept volets au lieu des trois précédemment annoncés avec un budget total d’un milliard de dollars (755 millions d’euros)», a déclaré le président d’Alnoor, Ahmed Al-Hachémi, dans un communiqué reçu par l’AFP. «L’équipe des experts a fini d’écrire le scénario après avoir surmonté de nombreux défis artistiques et dramatiques», précise la compagnie. Alnoor avait annoncé en 2009 qu’elle réunissait des fonds pour une épopée produite par Barrie Osborne, un producteur d’Hollywood connu notamment pour Le seigneur des anneaux et Matrix. L’influent théologien qatari d’origine égyptienne cheikh Youssef al-Qaradaoui, dont les émissions sur la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera sont très suivies dans le monde musulman, sera consultant technique du projet. Alnoor a indiqué que le film serait en anglais et traduit dans d’autres langues «pour corriger la mauvaise image que les sociétés occidentales ont de l’islam».


12 INTERNATIONAL

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

La médiation de Brahimi ne donne rien en Syrie Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi qui a tenté de mettre fin au conflit civil en Syrie a rencontré Bachar al-Assad à Damas pour tenter une médiation, sans résultats. Un nouvel échec pour la communauté internationale au moment où le régime syrien menace d’employer des armes chimiques contre les insurgés. d’âmes, la communauté chrétienne est restée globalement à l’écart de la révolte populaire lancée en mars 2011 dans le sillage du Printemps arabe et devenue un conflit armé. Sa hiérarchie et une grande partie de la communauté, par peur des islamistes, ont pris position en faveur du régime.

«Suicide politique»

M. Brahimi a fait part de son inquiétude à Bachar al-Assad, disant espérer que «toutes les parties se prononcent pour une solution». Et le président syrien lui a assuré «l’engagement du gouvernement à faire réussir tous les efforts visant à protéger la souveraineté et l’indépendance du pays», selon la télévision d’Etat. M. Brahimi a dit avoir rendu compte à M. al-Assad de ses récents entretiens, après avoir notamment rencontré des dirigeants américains et russes, aux positions diamétralement opposées, les premiers appelant au départ de M. al-Assad et les seconds le soutenant. Alors que la communauté internationale

La médiation du diplomate algérien Lakhdar Brahimi auprès de Bachar al-Assad n’a pas donné de résultats tangibles à propos du conflit en Syrie.

EN BREF

GUANTANAMO

a récemment mis en garde contre toute utilisation d’armes chimiques par Damas, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé à la chaîne Russia Today que ce recours serait un «suicide politique». Selon des experts, la Syrie dispose du plus important stock d’armes chimiques du Moyen-Orient. Damas affirme cependant régulièrement qu’il n’utilisera jamais d’armes chimiques «dans le cas où» il en possèderait.

Vague de suicides mystérieux

MAROC

L’émissaire Lakhdar Brahimi a appelé lundi à un accord pour mettre fin à la guerre civile en Syrie après avoir rencontré Bachar al-Assad à Damas au lendemain de la mort de 60 civils près d’une boulangerie, insurgés et autorités se renvoyant la responsabilité de ces violences condamnées fermement par Washington. Dans le centre du pays, des jihadistes se sont emparés d’une grande partie d’un village alaouite, la minorité à laquelle appartient le président al-Assad, au prix de violents combats ayant fait une trentaine de morts, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Les insurgés ont récemment multiplié les attaques dans cette région de Hama, où coexistent de nombreuses communautés et jusqu’ici quadrillée par la sécurité depuis les manifestations anti-régime durant l’été 2011. Samedi, d’autres islamistes avaient menacé d’attaquer deux villages chrétiens du secteur si leurs habitants n’en délogeaient pas les forces du régime. Forte de 1,8 million

Nouveau chef pour al-Adl wal-ihsane

Ankara lève son véto sur la coopération civile Otan-Israël La Turquie a accepté de lever son véto sur les coopérations non militaires de l’Otan avec Israël, qu’elle bloquait depuis l’assaut meurtrier de l’armée israélienne contre le navire d’aide humanitaire turc pour Gaza, Mavi Marmara, en 2010, a affirmé dimanche une source diplomatique turque. Ankara et les 27 autres membres de l’Alliance atlantique ont approuvé lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Otan, le 4 décembre à Bruxelles, une proposition du secrétaire général Anders Fogh Rasmussen visant à débloquer les coopérations avec des pays tiers, selon cette source. La Turquie a ainsi accepté la participation d’Israël à «plusieurs activités à l’agenda» 2013 de l’Otan, «des séminaires, des ateliers, des cours et des conférences», en échange de la levée du veto mis par cer-

tains pays de l’Otan solidaires d’Israël à des coopérations avec des pays proches de la Turquie, notamment dans le monde arabe, a-t-elle ajouté. «Certains alliés ont réalisé que c’était l’Otan qui pâtissait» de ces mesures, qui ont «créé un manque de confiance chez ces partenaires» de l’Alliance, a commenté cette source. Les manœuvres militaires conjointes OtanIsraël restent toutefois proscrites. «Dans la proposition [de M. Rasmussen], il n’y a pas de place pour des manœuvres de l’Otan avec Israël», a souligné le diplomate. Il a aussi précisé que «la Turquie réserve sa décision pour les activités prenant place en Turquie», même de nature non militaire. L’accord intervient alors que l’Otan a accepté début décembre de déployer des batteries de missiles sol-air Patriot le long de la frontière turque avec

La Turquie a accepté le principe d’une reprise de la coopération entre l’OTAN et Israël, à l’exception des manœuvres militaires.

la Syrie pour protéger la Turquie contre d’éventuelles menaces syriennes. Les missiles doivent être déployés dans les prochaines semaines.

Adnan Farhan Abdoul Latif, un Yéménite de 32 ans, a été retrouvé sans vie en septembre dans sa cellule de Guantanamo. Trois mois après sa mort, l’armée vient de conclure à un suicide, le septième de la prison, mais le NCIS, le service d’investigation criminelle de la Marine, a ouvert une enquête. Car «trop de questions demeurent sans réponse», explique à l’AFP l’avocat du prisonnier décédé, David Remes. Selon lui, Latif avait «prédit que l’armée chercherait à le tuer sans laisser ses empreintes digitales» et d’autres détenus de Guantanamo ont rapporté avoir retrouvé des «ciseaux et des objets coupants dans leur cellule».

Le mouvement islamiste Justice et bienfaisance (al-Adl wal-ihsane) a annoncé lundi avoir désigné Mohammed al-Abbadi à la tête de son secrétariat général, onze jours après la mort de son fondateur et chef spirituel, Abdessalam Yassine. Sa désignation à ce poste a été annoncée dans un communiqué par le président du Conseil consultatif (Choura) du mouvement, Abdel Karim al-Alami, à l’issue d’une réunion à Salé, près de Rabat. Âgé de 63 ans, M. Abbadi a fait partie des fondateurs de ce mouvement. Il succède à Abdessalam Yassine, décédé le 13 octobre à Rabat à l’âge de 84 ans.

«300 personnes ont mis dans leurs poches 60 % de l’argent du pays» Déclaration du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui pense que des politiques protègent ces individus et empêchent la promulgation de nouvelles lois.


13 FAMILLE & SANTE

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

Pour maigrir, consultez un psychologue !

L’obésité, causée par des facteurs d’ordre psychologique, est aussi le produit du capitalisme consumériste véhiculé notamment par les restaurants fast-food.

La psychologue Zaza Yurtsever, formée au département européen de psychologie de l’Université Philipps de Marburg, a travaillé 15 ans sur les causes de la prise de poids. Dans un entretien accordé à Zaman, elle défend une approche plus psychologique et moins nutritionniste du problème.

* Voir conditions chez nos revendeurs

* Offre exceptionnelle valable jusqu’au 31/01/2013

ASLIHAN KÖŞŞEKOĞLU

Selon vous, la véritable raison qui se cache derrière les relations déséquilibrées que nous avons avec la nourriture est d’ordre psychologique.

Exactement. Tout d’abord, je ne pense pas que la question essentielle ici soit celle du poids. La vraie question est de savoir comment notre relation à la nourriture est devenue déséquilibrée, en décalage. Vous avez deux extrémités : d’un côté, l’obésité, de l’autre, l’anorexie. Foncièrement, c’est la même chose : dans les deux cas, celui qui en souffre pense à la nourriture 24 heures sur 24. La seule différence est que dans un cas, on mange en permanence, et dans l’autre, on ne mange pas.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ce déséquilibre dans notre relation à la nourriture ?

Les gens mangent pour des raisons liées à l’émotion. Les émotions peuvent aller de la colère à la culpabilité, à l’incapacité de faire ce qu’on voudrait, ou encore à des problèmes de relations sociales. Les gens mangent dans le but d’essayer d’équilibrer ces émotions. Un fort désir de devenir plus mince peut être une source de stress, ce qui en soi peut provoquer un déséquilibre dans les habitudes alimentaires.

1 borne de contrôle de prix achetée

www.akead.com

- 50%

sur la 2ème

des gens qui utilisent la nourriture pour essayer de gérer des problèmes émotionnels. Et quelqu’un qui vit cela a indubitablement besoin d’être aidé sur le plan psychologique. Mais bien sûr, c’est parfois mal interprété, comme si j’étais en train de dire aux gens qu’ils ne devraient pas recourir aux services d’un diététicien. En Turquie, du moins, c’est interprété dans ce sens, mais ce n’est pas le cas en Allemagne. Là-bas, les gens viennent me voir et me disent : «Pourriez-vous nous former sur la question ?»

Comment les diététiciens de Turquie réagissent à vos affirmations ?

Ils me regardent comme pour me dire que j’interviens dans un domaine qui est le leur et dans lequel les psychologues n’ont rien à faire. Je soutiens que les psychologues doivent résoudre les problèmes de poids. Et je ne dis pas cela pour les seuls problèmes d’obésité. Celui qui voit ses vêtements passer de la taille 38 à la taille 44, celui qui se pèse tous les jours doit se diriger vers un thérapeute. Les régimes permettent de perdre du poids à court terme, mais sur le long terme, leur effet est inverse. Pour que la perte de poids soit durable, une assistance psychologique est nécessaire.

La joie, par exemple, peut entraîner une Mais peut-être est-ce simplement un peu grande faim. Comment comprendre alors ce difficile ? Je veux dire, qui ne veut pas être que vous nous dites ? Ce qu’il y a, c’est que lorsque les choses mince ? sont à ce point liées aux émotions, peu importe laquelle en particulier vous a amené à cette situation. Certes, vous pouvez aussi trop manger parce que vous vous sentez bien. Il n’en demeure pas moins que le vrai problème ici est que si vous ressentez physiquement la faim et le besoin de manger, c’est que votre balance émotionnelle est complètement déséquilibrée.

Vous nous dites donc : pour maigrir, n’allez pas chez un diététicien, mais chez un psychologue ! Est-ce que ça signifie que l’aide psychologique est décisive en matière de perte de poids durable ? Ce dont nous parlons ici, c’est qu’il y a

L’idée que je veux faire passer ici est qu’il existe des déséquilibres dans la relation à la nourriture. Nos gènes sont programmés pour une consommation limitée de nourriture. L’abondance dans laquelle nous vivons au XXIe siècle a été longtemps inconnue et nos codes ADN sont programmés pour percevoir la famine. D’autant que, bien entendu, nous bougeons aujourd’hui beaucoup moins que par le passé. Les conditions sont vraiment réunies pour prendre du poids. Aussi, décréter que «tout le monde doit être ainsi», c’est faire violence à la nature. Si cette manière de voir était juste, les gens seraient devenus plus minces du fait de cette pression. En Turquie, ce problème est encore nouveau.


14 CULTURE

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

A lire

EXPOSITION

Le 1er janvier à 22:30 Cinéma Odyssée 3, rue des Francs-Bourgeois 67000 Strasbourg www.cinemaodyssee.com

Les défis linguistiques du Coran

La tradition orale du Coran entier est toujours entretenue, aujourd’hui comme aux premiers siècles de l’islam, par les récitateurs professionnels (qurrâ’), tandis que les musulmans du monde entier, quelle que soit leur langue, apprennent par cœur des parties du Coran pour pouvoir s’acquitter des prières quotidiennes. En effet, si on peut traduire la Parole de Dieu pour pouvoir la comprendre, on ne la récite jamais que sous sa forme originale. Cette forme est certes arabe, mais elle est surtout inimitable. Si d’emblée en effet le Coran a été conçu comme une preuve de la prophétie de Muhammad,

le dogme de son inimitabilité (i‘jâz) se précisera dans les siècles qui suivront. Il s’appuie notamment sur l’idée que chaque prophète avait reçu un miracle confirmatif, et que celui de Muhammad était le Coran. Il tire sa justification empirique de l’incapacité dans laquelle se sont trouvés les contemporains du Prophète de relever le défi de produire ne serait-ce qu’une sourate semblable à celles qu’il récitait, défi lancé par Dieu lui-même dans nombre de ses versets (II:23, X:38, XI:13, etc.). D’où l’impossibilité de la traduction au sens strict. L’expression coranique est en effet un miracle (mu‘jiza) que, par définition, l’homme ne saurait imiter. Pour autant la démarche n’est pas vaine, loin s’en faut : si elle ne peut prétendre au statut d’équivalent en langue étrangère, la «traduction» accède néanmoins, et d’emblée, à celui, valorisé, de commentaire (tafsîr), qui, quoiqu’à un autre niveau, contribue comme la récitation à la diffusion de la Parole de Dieu.

Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, Jules Bourgoin (1838-1908) a consacré l’essentiel de son existence à étudier l’ornement. Ses carnets, esquisses et relevés collectés lors de ses séjours en Égypte et au Moyen-Orient, notamment, constituent un matériel documentaire exceptionnel.

Egypte : transition(s)

Réalisé entre mars et juin 2012 à Alexandrie et au Caire, ce photoreportage tente de donner un aperçu des différents clivages révélés ou exacerbés par la révolution égyptienne : coptes et salafistes, islamistes et laïcs, Ultras, etc. Du 3 janvier au 15 février iReMMO 5-7, rue Basse des Carmes 75005 Paris

Femmes algériennes 1960 / Retour en Algérie

En 2004, Marc Garanger retourne dans la région même où il avait séjourné et photographié, uniforme sur le dos, quarante-cinq ans auparavant. Jusqu’au 5 janvier Centre culturel algérien 171, rue de la Croix-Nivert 75015 Paris

Le journal de bord de la révolution tunisienne modestes. Il permet ainsi d’appréhender d’une manière à la fois plurielle et synthétique la genèse d’une démocratie en construction, semaine après semaine, du départ de Ben Ali à son procès par contumace, du report des élections à la victoire d’Ennahda. Il offre ainsi, et ce n’est pas son moindre mérite, des réponses à des questions souvent posées : la révolution tunisienne n’est-

EXPO PHOTO

édition de référence – l’édition égyptienne du Coran, dite «classique» –, ce sont la tradition orale et la littérature des qirâ’ât (science des lectures du Coran) qui ont fait autorité pour la fixation du texte écrit, bien plus que les manuscrits anciens du Coran.

Jules Bourgoin : l’obsession du trait

Jusqu’au 12 janvier Galerie Colbert 2, rue Vivienne 75002 Paris

L’oralité du Coran a toujours eu un statut privilégié au point d’avoir déterminé la version écrite classique.

& à voir...

L’auteur, Pierre Puchot, est grand reporter pour Mediapart, média en ligne indépendant, devenu célèbre pour sa pratique du journalisme d’investigation. Véritable journal de bord de la révolution tunisienne – première révolution arabe –, cet ouvrage combine reportages, analyses et témoignages de la part de protagonistes de premier plan comme d’acteurs plus

L’histoire extrêmement tragique de Celal Tan et de sa famille

La vie d’un professeur de droit constitutionnel prend un tournant pour le moins négatif lorsqu’il se remarie avec une étudiante à qui il a sauvé la vie. Un film d’Onur Ünlü (2011, 1h30, VOST).

EXPOSITION-ATELIER

Islam des mondes

SEYFEDDINE BEN MANSOUR TUNIS «[…] Il arrive que vous détestiez une chose, alors qu’elle est un bien pour vous» (Coran II:216). De fait, l’un des effets du navet islamophobe L’innocence des musulmans, qui avait défrayé la chronique en septembre dernier, a été de booster les ventes de livres islamiques en Europe. Une hausse de 20 à 30 % a ainsi été enregistrée en Grande-Bretagne. Le phénomène est plus spectaculaire encore en Espagne, où, d’après le récent rapport du Centre espagnol des recherches (ANT), le second livre le plus vendu dans la péninsule est la Sira de Ibn Hicham (biographie du Prophète datant du IXe siècle), tandis qu’en première place trône le Coran lui-même. Cet intérêt pour le Coran, s’il est de nature à réjouir les musulmans, soulève néanmoins deux paradoxes, qui à leur tour révèlent le lien particulier qui les unit au texte coranique. Il s’agit en effet de livres, de textes écrits, alors que l’oralité a longtemps été première dans le rapport des musulmans au Coran. Il s’agit ensuite de traductions, qui, stricto sensu, sont impossibles, puisqu’aucune créature ne saurait rendre dans aucune langue ce qui est la parole même de Dieu. Qur’ân signifie littéralement «récitation» : c’est sous cette forme qu’il est apparu, et que durant les deux premières décennies de l’islam, le Prophète l’a transmis à ses adeptes, qui à leur tour ont pu le mémoriser pour pouvoir le réciter, et donc le diffuser. À la mort du Prophète, ils seront la seule norme de la communauté, les gardiens de la Parole de Dieu. La tradition orale ainsi établie aura depuis lors une histoire continue, et à plus d’un égard indépendante du Coran écrit, et supérieure à lui. Elle constituera ainsi au cours des premiers siècles la norme en fonction de laquelle le texte écrit doit être jugé. Au siècle dernier encore, lorsqu’en 1920 il s’est agi d’élaborer une

CINÉMA

Coran : comment la Parole a préservé l’Écrit

AGENDA CULTUREL

elle qu’un mirage ? Que s’estil vraiment passé le 14 janvier 2011 ? Quel est le rôle de Rachid Ammar, général promu chef de l’armée en toute discrétion ? La permanence de la torture et de la répression est-elle une fatalité ? Qui sertelle ? Par quel travail de terrain le parti islamiste Ennahda a-t-il construit son succès à l’élection constituante du 23 octobre ?

Monstres et génies

Lors d’un parcours dans l’exposition «Les mille et une nuits», les participants vont à la rencontre des djinns, fées, goules, mages et autres sorcières. En atelier, chacun imagine et découpe son monstre, son génie, son djinn à la manière des marionnettes du karagöz ou théâtre d’ombre. À partir de 6 ans, en famille. Jusqu’au 19 janvier, le samedi

La Révolution confisquée. Enquête sur la transition démocratique en Tunisie Pierre Puchot, Sindbad, 336 pages, 22 €.

de 15:00 à 17:00 Institut du monde arabe Place Mohammed V 75005 Paris


OPINION15

28 DECEMBRE - 3 JANVIER 2013 ZAMAN FRANCE

Edité par : Source SARL 2, boulevard Saint Martin 75010 PARIS Directeur de la publication : EMRE DEMİR Rédacteur en chef : EMRE DEMİR e.demir@zamanfrance.fr Gestionnaire administratif : FAHRETTİN TEKİN f.tekin@zamanfrance.fr Responsable publicité : MEHMET SELVİ m.selvi@zamanfrance.fr Secrétaires de rédaction : BAYRAM ŞEN b.sen@zamanfrance.fr FOUAD BAHRI f.bahri@zamanfrance.fr Directeur artistique : EVREN AYAZ e.ayaz@zamanfrance.fr

Relations publiques : SIDDIK İLHAN PARİS s.ilhan@zamanfrance.fr MEHMET DİNÇ Strasbourg m.dinç@zamanfrance.fr OSMAN USTA Orleans o.usta@zamanfrance.fr

Imprimerie : ROTOCENTRE 348, rue Marcel Paul 45770 SARAN Adresse : 2 Boulevard Saint-Martin 75010 PARIS Tel : 01 42 00 19 36 Faks : 01 42 00 19 58 info@zamanfrance.fr www.zamanfrance.fr - www.zamanfransa.com no CPPAP 112U90032 - ISSN 1869-5795 Tarif abonnement annuel France : 120€

Tous les Turcs sont-ils kémalistes ? Si les courants conservateurs en Turquie se sont beaucoup construits contre le kémalisme, ils en sont aussi paradoxalement les héritiers. Pour le chroniqueur Joost Lagendijk, l’acceptation par les Turcs d’un certain autoritarisme politique mis au service du progrès social en est l’illustration. Il y a quelques semaines, j’ai déjeuné avec un ami turc qu’on pourrait qualifier de représentant typique de la nouvelle élite de ce pays : pieux, instruit, sûr de lui, conservateur sur le plan des vaJOOST LAGENDIJK leurs mais libéral sur le plan économique. Il a toujours voté pour le Parti de la justice et du développement (AKP), mais au cours de la conversation, il s’est dit de plus en plus mal à l’aise vis-àvis de la politique menée par le parti et du comportement du Premier ministre. Quand je lui ai demandé de développer, il m’a dit : «il faut avoir à l’esprit qu’au fond, nous autres, Turcs, nous sommes tous kémalistes.» Et comme je le regardais d’un air perplexe, il a précisé sa pensée. Après des décennies d’une éducation basée sur les principes du fondateur de la République, même ceux qui ne se sont jamais reconnus dans le kémalisme et se décriraient très probablement comme conservateurs sont affectés par une conception particulière de la société et de la politique dans laquelle les leaders autoritaristes sont acceptés en tant que condition préalable au progrès et au développement. Bien qu’il n’apprécie pas du tout les comportements autoritaires affichés récemment par les dirigeants de l’AKP, il n’en était en aucune manière surpris. D’après lui, c’est ce qu’on obtient après 80 années d’endoctrinement. J’ai repensé à cet ami la semaine dernière en lisant la critique acerbe qu’a faite Ihsan Dagi du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui a condamné la série télévisée Muhtesem Yüzyil (Le siècle magnifique).

De la démocratie à l’autoritarisme, il n’y a qu’un pas

Pour Dagi, tout se passe «comme si une maladie était passée des kémalistes aux conservateurs : celle de faire les choix que les gens sont censés faire. Les kémalistes […] n’aimaient pas la démocratie. Ils craignaient que les gens ne choisissent pas les "bonnes" personnes pour les gouverner, les "bonnes" personnes étant eux-mêmes, les kémalistes. Aujourd’hui, ce sont les conservateurs qui n’aiment pas la "liberté de choix", parce

qu’ils craignent que le peuple tution dominé par les Frères ne choisisse pas les "bonnes musulmans. Cook estime ainsi valeurs morales", d’où le fait que «les Frères musulmans, à qu’ils prêchent la morale, la l’instar des officiers libres qui leur.» Dagi dénonce avec force sont venus au pouvoir en 1952 et conviction cette propension et qui ont produit Gamal Abà vouloir créer une société nou- del Nasser, Anouar el-Sadate, velle en se servant de l’appareil et [Hosni] Moubarak, sont ce que l’anthropologue d’État. Il qualifie James Scott Yale apces tentatives de pelle des "haut-momanipulation dernistes". [... ] Ils se sociale d’inacconçoivent comme ceptables, car avant-garde elles n’abou«Les conservateurs une particulièrement tissent pas à n’aiment pas la qualifiée pour recréer une dé"liberté de choix". construire l’Egypte et mocratie, mais une forme de Ils craignent que le concrétiser sa longue gouvernement peuple ne choisissent aspiration à la modernisation.» Dans autoritaire. Le pas les "bonnes la théorie de Scott, le même rapprovaleurs morales"» «haut-modernisme» chement a été fait cette semaine par Steven A. est une idéologie élitiste impoCook, de l’American Council sée par les gouvernants qui sont on Foreign Relations. La seule persuadés qu’ils savent mieux différence est que Cook ne par- que le peuple comment il doit lait pas de la Turquie, mais de organiser sa vie. Ces modernisateurs peuvent être laïcs, mais l’Egypte. ils peuvent aussi être religieux. Pour Cook, les Frères musulLa vocation de l’élite : mans ont utilisé la religion pour diriger le peuple Cook cherchait à expliquer appliquer un agenda politique. l’impasse politique dans Le spécialiste craint que Morsi, laquelle se trouvait l’Egypte comme avant lui Moubarak, après que le président Moha- pense que le peuple égyptien med Morsi se soit accordé les lui a donné à lui et à son parti pleins pouvoirs, plaçant ses un mandat pour gouverner décisions au-dessus de tout sans se soucier de ceux qui contrôle par la justice, pour pourraient ne pas être d’accord. mieux essayer de faire passer Il est intéressant de lire toutes un projet de nouvelle consti- ces analyses qui essaient de

‘‘

trouver des racines communes à des actions et des attitudes d’acteurs politiques qui, en termes de valeurs nominales, diffèrent radicalement sur le plan idéologique.

Une génération pour se libérer de l’autoritarisme

Le danger existe, toutefois, d’aboutir à une interprétation statique de l’histoire, dans laquelle les caractéristiques profondes, structurelles d’une société donnée produisent des politiques standards, indépendantes des choix personnels ou des différentes circonstances. Je suis d’accord avec Dagi, Cook et mon ami que, en tant que fruit d’une culture politique enracinée, ce n’est pas un hasard si Erdogan et Morsi soient enclins à se comporter sur le mode de leurs prédécesseurs mais néanmoins rivaux idéologiques, Mustafa Kemal Atatürk et Nasser. Mais j’ai aussi la conviction que les sociétés peuvent se développer, apprendre de leurs erreurs et modifier des pratiques même profondément enracinées. Nombreux sont les Turcs, assurément, qui ont développé des tendances kémalistes. Il faudra au moins une génération pour quitter ces mauvaises habitudes. En Egypte, il en faudra probablement deux. j.lagendijk@todayszaman.com


Championnats européens : les clubs turcs bien lotis

En Ligue des champions, Galatasaray s’en sort plutôt bien en héritant des Allemands de Schalke 04. Son ennemi juré du Fenerbahçe est, quant à lui, tombé sur l’équipe biélorusse du Bate Borisov en Ligue Europa. FLORIAN GAMBIN PARIS En évitant les épouvantails de la Juventus de Turin, du F.C. Barcelone ou encore du Bayern de Munich, Galatasaray, qui défiera les Allemands de Schalke 04 le 20 février prochain, a toutes les chances de se qualifier pour les quarts de finale. Les réactions dans le camp allemand étaient à peu près identiques à celles dans le camp turc. Pour Jens Keller, l’entraîneur de Schalke, «il n’y a pas d’adversaire facile à ce stade de la compétition. C’est clair que je nous vois des chances d’atteindre les quarts de finale, si nous faisons les prestations nécessaires», a-t-il déclaré. Les Turcs ont tout intérêt à se méfier de cette formation allemande qui peine en championnat (7e), mais qui montre un tout autre visage en Ligue des champions. Finissant premiers de leur poule devant les Anglais d’Arsenal, ils font partie des cinq équipes avec le PSG, Malaga, le Borussia Dortmund et la Juventus de Turin à toujours être invaincues dans la compétition. A l’extérieur, ils évoluent plutôt bien : en témoigne leurs succès contre Arsenal (2-0), et le Borussia Dortmund (2-0). La défense turque devra se méfier du duo néerlandais Huntelaar/Afellay où le premier en est déjà à quatre réalisations dans le tournoi. De son côté,

Fatih Terim pourra compter sur son co-meilleur buteur de l’épreuve, Burak Yilmaz, qui a déjà frappé à six reprises, ainsi que de la palette de joueurs dont il dispose, parmi lesquels, notamment, Felipe Melo, Emmanuel Eboué ou encore Hamit Altintop. Nul doute que leurs bons résultats lors des matchs retours – trois matchs, trois victoires, dont une sur Manchester United – leur seront utiles.

Les équipes turques de Galatasaray et de Fenerbahçe ont bénéficié d’un bon tirage pour les compétitions de la Ligue des champions et de la Ligue Europa.

Fenerbahçe a une bonne carte à jouer

Là aussi, les jaunes et noirs ont évité le pire en ne tombant pas sur les Anglais de Chelsea, Tottenham ou les Espagnols de l’Atlético de Madrid. Confrontés aux Biélorusses du Bate Borisov, les Turcs ne devraient pas avoir trop de mal à se défaire de cette équipe, même si le match n’est pas gagné d’avance, car il faut le rappeler, cette formation a bien failli créer la surprise en Ligue des champions. Vainqueur de ses deux premiers matchs contre Lille (3-1), mais surtout contre le Bayern de Munich (3-1), on voyait bien l’un des deux favoris (Valence et Munich) passer à la trappe. Malheureusement pour eux, ce ne fut pas le cas, et même si Fenerbahçe dispose d’une attaque redoutable avec Moussa Sow et Dir Kuyt, leur tendance à ne pas commencer

les matchs tambour battant pourrait leur jouer un mauvais tour. De plus, les conditions climatiques risquent d’être rudes (terrain gelé, températures négatives). Il faudra donc se garder d’y aller la fleur au fusil et, au

contraire, veiller à rester sur ses gardes lors du premier match le 14 février en Biélorussie. S’ils restent concentrés et sérieux, ils ne devraient pas trop avoir de difficultés à écarter les Biélorusses de leur chemin.

Nenê et Tiéné intéressent le Besiktas d’Istanbul Selon différents quotidiens turcs tels que Sabah et Fotomac, l’actuel 3e du championnat de Turquie, le Besiktas d’Istanbul, serait intéressé par la venue lors du mercato hivernal des joueurs parisiens Nenê et Siaka Tiéné. Déjà, cet été, le club stambouliote avait essayé d’attirer le Brésilien, mais le Paris Saint-Germain avait refusé de céder son meilleur joueur de la saison précédente. Mais depuis quelques mois les choses ont bien évolué. Le milieu offensif de 31 ans ne ferait plus partie des plans de son entraîneur Carlo Ancelloti. Apparemment, selon les deux quotidiens, les négociations ont été entamées pour un éventuel transfert et les

dirigeants parisiens souhaiteraient inclure dans cette transaction leur latéral gauche ivoirien, Siaka Tiéné. Le Besiktas, quant à lui, n’a toujours pas donné sa réponse, mais il est vrai qu’il chercherait à se renforcer dans ce secteur de jeu, et le profil de l’Ivoirien correspondrait à ses attentes. De plus, lors d’une interview donnée au journal Le Parisien, Siaka Tiéné a révélé qu’il ne pouvait plus rester au PSG : «Aujourd’hui, il est clair qu’on ne me fait pas confiance. Je suis international ivoirien : il y a la Coupe d’Afrique des nations en janvier et le Mondial 2014 après. Je dois partir pour aller là où je pourrai jouer.» Pour le moment,

aucun accord n’a été trouvé entre les deux clubs, mais sur le dossier Nenê, le Besiktas devrait accélérer les négociations, car le tout nouveau champion du monde des clubs, le club brésilien des Corinthians, a fait part de son intérêt pour le joueur. Un retour dans son pays natal n’est pas non plus à exclure pour le milieu offensif parisien. En outre, Carlo Ancelotti a récemment déclaré en conférence de presse : «J’ai 29 joueurs, peut-être certains vont partir.» Il reste maintenant à Leonardo, le directeur sportif du PSG et au Besiktas d’Istanbul de trouver au plus vite un accord.

Nenê (à droite), actuel joueur du PSG, intéresse le club turc du Besiktas d’Istanbul.

Zaman France N°245 - FR  

Zaman France N°245 - FR

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you