Page 1

Studio Langues & MobilitĂŠ Dr. Isabelle BARTH

http://cafemultilingue.blogspot.ie


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

PLURILINGUISME VS MULTILINGUISME

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà posé la question de la différence entre plurilinguisme et multilinguisme. Peu de personne se la pose. Il existe pourtant une différence fondamentale. J'ai aujourd'hui envie de la rappeler - sans faire de longs discours. Le multilinguisme est la coexistence de plusieurs langues, de multiples langues, sur un même territoire, au sein d'un même pays, au cœur d'une société. Ce sont toutes les langues disponibles dans un pays. Ainsi la Belgique est un pays multilingue. Le Canada est aussi multilingue - et multiculturelle. L'Inde est un pays multilingue et sont nombreux dans le monde d'aujourd'hui. Alors que le plurilinguisme appartient à la personne, à l'individu. C'est la capacité d 'une personne à posséder, maîtriser plusieurs langues. Noter le : plusieurs + langues = plusieurs donc "pluri" et "linguisme" pour les langues. Toutes ces langues ne sont pas séparées par des frontières linguistiques comme dans les pays, mais appartient à une seule tête, une seule personne qui est en mesure de toutes les utiliser. Être plurilingue développe des qualités de communication, vous permet d'interagir avec un plus grand nombre de personnes. Pas besoin de parler parfaitement toutes les langues pour être considéré comme plurilingue Le Conseil de l'Europe insiste sur cet aspect du plurilinguisme de la personne. Il en fait d'ailleurs la promotion de la citoyenneté plurilingue. Dans une Europe multilingue, les citoyens peuvent être plurilingues. Publié le 4 mars 2015 sur le blog : Multilingual Café http://cafemultilingue.blogspot.ie/2015/03/plurilinguisme-vs-multilinguisme.html

2


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

FAUT-IL PLANIFIER L’ÉDUCATION BILINGUE DE SES ENFANTS ?

C'est une question qui m'est souvent posée. Certains me diront que oui, d'autres me diront que ce n'est pas nécessaire, qu'il faut laisser les choses se faire. Je pense que la première chose à faire avant de créer un plan est de prendre la décision de vouloir éduquer ses enfants avec deux langues ou plus. C'est une décision importante car cela ne se fera pas tout seul. Éduquer ses enfants avec plus d'une langue à la maison demande du travail, de la patience, et la ténacité, mais c'est un réel bonheur. Il n'est pas besoin de dépenser des fortunes pour que vos enfants apprennent à parler des langues et surtout les langues de la famille. Le seul investissement est la disponibilité des parents. L'ingrédient principal qu'il vous faudra c'est du temps, beaucoup de temps et de la patience. Il vous faudra du temps pour écouter, parler, expliquer et répéter encore et encore. Plusieurs cas de figure se présentent alors à nous : 1- les parents ont chacun une langue maternelle différente et tous les deux parlent la langue de l'autre, ils n'ont pas besoin d'une troisième langue pour se comprendre. Ils vivent dans le pays d'un des deux parents. C'est le cas le plus simple. Faut-il alors planifier ? Je pense que cela dépend des individus. Il faut en parler et laisser les choses se faire naturellement. Plus on commence quand les enfants sont petits, plus ils développeront facilement les langues de la maison. Il faut être consistant et logique. Il faut une routine. Il est possible de décider de parler : a - une langue à la maison, et l'autre en dehors de la maison, c'est ce que l'on appelle la Langue Minoritaire à la maison (Lm@M) ; puisque c'est en général la langue du pays dans lequel on réside qui est la langue majoritaire en dehors de la maison ; b - une langue avec le père, l'autre avec la mère (ce qui s'appelle l'OPOL en anglais : one parent, one language ; un parent, une langue et que l'on pourrait traduire par : UPUL) ; c - une langue pendant les temps scolaires, l'autre pendant les vacances. Il n'y a pas de méthode fixe et tout est fonction de votre famille. Il faut être à l'aise et heureux. Il faut absolument que ce soit un bonheur, que cela se déroule de manière routinière, dans les interactions au sein de la famille, que cela ait un sens pour la vie de tous les jours. Un enfant a besoin de routine pour grandir, il en est de même avec les langues. Choisir une routine l'aidera à mieux s'approprier les langues de la famille. 2 - les parents parlent deux langues différentes et tous les deux parlent la langue de l'autre ; ils ne communiquent pas dans une troisième langue, mais ont décidé de vivre dans un pays où l'on parle une autre langue que les leurs. Les enfants pourront devenir trilingues : les deux langues de la maison, plus la langue du pays dans laquelle ils recevront leur instruction. Ce cas de figure n'est compliqué que dans le sens où trois langue entre en jeu. Les enfants auront ainsi deux langues minoritaires qui seront parlés à la maison. Je pense qu'ici la planification peut être nécessaire sans être obligatoire. En effet le méthode Lm@M s'impose, à laquelle il faut ajouter l'UPUL ; afin de permettre aux enfants de bien acquérir ces langues, il peut être nécessaire de se créer un cadre, une routine que la famille pourra suivre. 3 - les parents parlent deux langues différentes et ont besoin d'une troisième langue pour se comprendre. C'est un cas un peu plus difficile. Il faut alors se poser la question de savoir si l'on souhaite

3


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

que nos enfants parlent toutes ces langues, celles des parents ainsi que celle qui leur sert de moyen de communication. Il se pose alors beaucoup de questions : a - Est-ce que les parents vont apprendre la langue de l'autre parent ? Est-ce qu'ils sont capables de comprendre cette langue ? b - Souhaitez-vous que votre enfant vous parle dans une langue que vous ne comprenez pas et qui est pourtant une langue de la famille ? Souhaitez-vous que votre enfant parle votre langue de communication ? Ou la jugez-vous non nécessaire pour lui ? c - Habitez-vous dans le pays d'un de parents ? Vos enfants recevront donc leur instruction dans la langue d'un des parents. On peut alors choisir une des méthodes dont je parlais pour le premier cas. d - Habitez-vous dans le pays de votre langue de communication ? Il s'agit alors d'un troisième pays, un pays étranger pour les deux parents. Vos enfants recevront alors une instruction dans cette langue. Il est alors ici important de planifier et de discuter longuement pour éviter les problèmes qui pourraient surgir plus tard. Il est aussi important de réfléchir à tous ces points en considération du pays dans lequel vous habitez. 4 - les parents parlent la même langue, mais habitent dans un pays où l'on parle une autre langue. C'est aussi un cas de figure assez simple. Si vos enfants fréquentent l'école locale, ils recevront une instruction dans une langue étrangère à la famille. Ils deviendront ainsi bilingues de manière assez simples ; c'est la méthode de la Lm@M (langue minoritaire à la maison) qui s'imposera. En effet, il est plus naturel pour la famille de parler une langue que tout le monde comprend. Planifier la manière dont on va agir n'est à mon avis pas important que si l'on ne sent pas à l'aise, et aussi pour créer une routine importante pour les enfants. En effet, en grandissant les besoins, les envies des enfants vont changer, évoluer, leurs exigences aussi. Il est donc important de savoir où l'on va, sans pour autant s'enfermer dans un cadre strict qui ne permettra pas d'évoluer. L'éducation bilingue est merveilleuse que si elle se fait de manière harmonieuse.

Publié sur le blog Multilingual Café le 30 juin 2014 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2014/06/faut-il-planifier-do-i-need-to-plan.html

4


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

LANGUE ENFANTINE

La question que je me pose aujourd'hui concerne la langue que l'on utilise avec ses enfants quand on les élève avec plusieurs langues. Je m'explique. Je n'entrerai pas ici dans les questions d'apprentissage de la parole et du langage. Là n'est pas mon propos. Ce qui m'intéresse ici c'est l'utilisation de certains types de vocabulaire quand on élève des enfants de manière bilingue ou plurilingue. Parfois, quand on a été élevé avec une seule langue, on pourrait avoir tendance à utiliser une langue que j'appellerai une langue enfantine. Je veux dire par là, une langue qui utilise des mots qui ne sont que pour les enfants pour décrire des notions qui ont en réalité un "vrai" mot. Par exemple, je pense à ce que je vois et entends ici en Irlande : pour un oiseau, les gens diront "birdie" au lieu de "bird", le "din din" pour le diner, ils demanderont aux enfants de dire 'tata' pour merci au lieu de "thank you". En France, certaines personnes disent le "wouf wouf" pour le chien , le "bibi" pour le biberon, le "bambi" pour le "faon", le "miam miam" pour le repas. Est-ce une bonne chose ? Je n'entrerai pas dans le débat de l'acquisition de la langue quand il n'y a qu'une seule langue à la maison. Par contre, cela peut compliquer l'apprentissage des langues pour les enfants bilingues car en plus d'apprendre le "vrai" mot qu'il leur faut mémoriser dans deux langues, les parents leur ajoutent un langage d'enfants qui ne leur servira à rien. Je pense donc qu'il faut absolument éviter d'utiliser une telle langue car elle pourrait retarder l'acquisition des langues de la maison. En effet, en pensant bien faire, les parents donnent à leurs enfants une langue qui n'existe qu'à l'oral et qui n'est pas utilisée à grande échelle. Parler correctement une langue et utiliser des mots simples et adultes aideront vos enfants à mieux acquérir les langues de la famille. Votre enfant apprendra mieux si vous lui parler souvent et correctement dans votre langue. La correction implique de ne pas utiliser cette langue enfantine. De plus, il développera son vocabulaire grâce aux mots que vous allez utiliser. Leur choix est donc primordial. Il est tout aussi important de faire des phrases correctes et complètes en utilisant des mots précis pour que votre enfant puisse ensuite vous imiter. La langue doit être source de communication, mais aussi de plaisir. Il faut qu'il soit amusant de communiquer, mais ce doit aussi être utile. Un enfant à qui on aura parler de manière enfantine sans faire des phrases complètes et correctes pourrait avoir plus de mal à acquérir la langue et donc à se faire comprendre. Ce qui sera source de frustration, et pourrait faire que votre enfant refuse un jour de parler votre langue. Avez-vous utilisé une langue enfantine pour élever vos enfants dans deux langues ou plus ? Si oui, pourquoi ? Je n'ai jamais utilisé une telle langue avec mes propres enfants. J'ai toujours dit à mon mari de ne pas le faire dans sa propre langue. Et en grandissant, ils ont acquis une facilité d'expression naturelle. Ils n'ont pas eu à chercher leurs mots, ni dû apprendre le mot correct car ces derniers étaient déjà en eux. J'aimerais bien connaître votre expérience et votre point de vue. Alors, n'hésitez pas à laisser un commentaire ici. Publié sur le blog Multilingual Café le 24 novembre 2014 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2014/11/langue-enfantine-childish-language.html

5


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

APPRENDRE À LIRE DANS LA LANGUE MINORITAIRE

Une lectrice m'a posé la question cette semaine de l'apprentissage de la lecture dans la langue minoritaire. Ce n'est pas toujours si facile qu'il y parait. Cela dépend de langue minoritaire, mais aussi de la langue majoritaire et du lieu d'habitation. Je n'entrerai pas dans les détails aujourd'hui que je pourrais expliquer plus tard. J'organiserai un webinar / une conférence sur le web à ce sujet dans les mois qui viennent. Souvent les instituteurs ne vous encourageront pas l'apprentissage de la lecture dans une autre langue, craignant des interférences avec la langue qu'ils enseignent. Je pense que l'un n'empêche pas l'autre, bien au contraire. Il faudra de la patience et du temps. Je vous donne ici -dans le désordre- quelques trucs qui pourront aider à démarrer cet apprentissage : 1. lisez beaucoup dans la langue minoritaire ; 2. quand vous lisez, suivez avec votre doigt, cela permet à votre enfant de voir les mots que vous prononcez et de les intérioriser ; 3. investissez dans un dictionnaire visuel bilingue - chaque image aura sa traduction dans les 2 langues et peut être aussi une phrase ; 4. coller des post-it autour de la maison avec les noms des objets (frigo, fruit, chaise…) ce peut être dans les deux langues ; 5. apprenez l'alphabet dans la langue minoritaire et faites des jeux (l'alphabet par exemple, cela peut se faire par écrit) ; quand votre enfant apprend une lettre à l'école, montrez-lui la même lettre dans votre langue, apprenez-lui à la prononcer si c'est différent et essayer de trouver un mot pour la retenir, vous pourriez ainsi créer votre propre dictionnaire visuel ; 6. encourager votre enfant à écrire dans la langue minoritaire - par exemple, de courtes cartes postales ou de petits messages via l'Internet à leurs grandsparents, cousins/cousines. Vous pouvez écrire ce qu'ils vous dictent, et le fait de le ré-écrire leur apprendra à les lire en même temps ; 7. faites observer à votre enfant ce qu'il a autour de lui, surtout quand vous voyagez. Les affiches publicitaires sont pleines de mots, les noms des boutiques sont tout autant de mots qui nous entourent qui nous permettent d'apprendre à lire. Publié le 13 août 2014 sur le blog Multilingual Café http://cafemultilingue.blogspot.ie/2014/08/apprendre-lire-dans-la-langue.html

6


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

LA LECTURE

Comme je suis Française et que je parle plusieurs langues, j'ai décidé d'écrire dans différentes langues en fonction de ce que j'ai envie de partager. Aujourd'hui, j'ai envie de parler de la lecture. Quand on éduque son enfant dans un couple mixte avec deux langues et deux cultures, la lecture est extrêmement importante. Pourquoi me direz-vous ? Pour plusieurs raisons. 1 - la lecture permet d'acquérir du vocabulaire dans les deux langues utilisées à la maison. L'enfant bilingue augmente ainsi rapidement son vocabulaire et contrairement à ceux que certains pensent, l'enfant bilingue a plus de vocabulaire que l'enfant monolingue - car sa curiosité l'amènera à vouloir connaître l'équivalent d'un mot dans l'autre langue 2 - la lecture permet la découverte de la culture du pays du pays pour lequel le livre a été écrit. Ainsi les habitudes quotidiennes des enfants, des adultes sont décrites dans les livres et les enfants - grâce aux images - découvrent les manières de se comporter dans une culture ou dans l'autre. 3 - la lecture permet d'acquérir l'écriture. En effet, si vous lisez en suivant avec votre doigt, l'enfant verra les caractères, même s'il ne sait pas encore lire, la manière dont les mots sont écrits s'inscrira dans son esprit et lui permettra d'acquérir la lecture et l'écriture de manière assez rapide. 4 - la lecture est aussi un moment important de la journée où l'on se retrouve au calme. C'est un moment important dans l'apprentissage d'une langue, dans la manière dont l'enfant va s'exprimer. Je ne saurai trop que recommander de lire et de lire encore. Doit-on lire uniquement dans sa langue maternelle ? C'est une bonne question Je pense qu'il est important que chaque parent passe du temps à lire dans sa propre langue. Pourquoi ? Parce que la musique de la langue est particulière à chaque langue et que même si l'on parle parfaitement la langue de l'autre, il y a ce petit quelque chose qui rend la langue différente. Donc oui, il est important de lire dans sa propre langue. Il peut être amusant de lire le même livre dans les deux langues. La lecture est donc extrêmement importante dans l'apprentissage des langues chez les enfants de familles bilingues, voire multilingues. Publié sur le blog : Multilingual Café le 14 février 2013 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2013/02/la-lecture.html

7


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

Encore sur la lecture :

Si je veux aider mon enfant à être bilingue, quel type de livres dois-je choisir. La première chose à ne pas oublier est que la lecture doit être un plaisir. Ce n'est pas une obligation. On ne peut forcer quelqu'un à faire quelque chose qu'il déteste. Vous ne liriez pas non plus un livre dont le thème ne vous intéresse pas. Alors pourquoi forcer vos enfants à lire des livres sur des thèmes qui ne les intéressent pas. Pour intéresser votre enfant à la lecture, il faut lui faire lire des livres dont il aime le sujet. Il n'est pas nécessaire non plus que ce soit des histoires. Si votre enfant aime les pompiers ou la cuisine, un livre qui décrit le travail des pompiers ou un livre de cuisine pour les enfants feront très bien l'affaire. Ou encore si votre enfant est passionné de dinosaures, ou des cowboys ou encore d'animaux, il existe multitudes de livres pour tous les âges sur ces sujets. Il faut donc en profiter. Découvrez ces livres avec vos enfants. Je pense sincèrement que c'est le fait de lire qui est la chose la plus importante. Il ne faut pas s'attacher à l'idée que lire, c'est lire des romans, des histoires. Les bandes dessinées, très prisées par les Français, sont également de très bons livres. Dans tous ces livres, on trouvera des mots, des phrases, etc. Et c'est ainsi que votre enfant développera son vocabulaire et sa manière de construire des phrases. C'est ce qui compte quand on veut aider son enfant à être bilingue. Sur le blog Multilingual Café – le 29 octobre 2013 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2013/10/quels-livres-lire-what-books-to-read.html

8


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

MON ENFANT REFUSE DE PARLER MA LANGUE

Mon enfant refuse de parler ma langue…. Eh oui, cela arrive. Elle n'est pas la langue utilisée à l'école, dans la communauté où on habite et donc il ne voit pas toujours l'utilité de cette langue minoritaire. C'est parfois blessant. On ne sait pas toujours comment réagir. On a envie de se fâcher, de crier, de lui expliquer par y et z que c'est important, qu'il faut parler cette langue pour de multiples raisons. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Faire semblant de ne pas comprendre la langue majoritaire peut être une solution, mais l'enfant doit être jeune pour faire cela. S'il sait que vous la parlez, c'est peine perdue et vous risquez de faire pire que mieux. Il est important dans ce cas de créer des moments où l'usage de votre langue devient inévitable pour votre enfant, des moments où il a besoin d'utiliser cette langue qu'il connaît, mais refuse d'utiliser. Par exemple, le faire participer à des groupes de jeux dans la langue minoritaire. Le fait d'avoir des activités de socialisation dans la langue minoritaire lui fera prendre conscience qu'elle a son importance. Il sera motivé par l'utilisation de cette langue. Il y aura un besoin pour cette langue. Tant que votre enfant n'aura pas compris que cette langue est nécessaire, qu'il y a un besoin pour celleci, il n'aura pas vraiment envie de la parler, l'autre langue est suffisante dans son quotidien. Il faut donc trouver des occasions de créer ce besoin de la langue minoritaire. Vous pourrez alors passer à l'étape suivante. Ce peut être l'utiliser plus à la maison, ou encore discuter avec votre enfant des bonheurs de cette langue. Cela se fait en exposant votre enfant à cette langue minoritaire, en lui donnant des occasions de l'entendre et de la parler. Comment exposer mon enfant à celle-ci ? Les occasions sont multiples : en lisant de livres et de magazines, en regardant des DVD, en discutant avec vous ou avec votre famille via Skype, en écoutant de chansons, en jouant… A vous de créer des occasions. En exposant ainsi votre enfant à votre langue, la langue minoritaire, il aura du plaisir et le plaisir se transformera en utilisation quotidienne de cette langue. C'est un travail de longue haleine, qui vous demandera patience, mais aussi et surtout du temps, beaucoup de temps. C'est un investissement sur le long terme pour lequel vos enfants vous en seront toujours reconnaissants. Publié sur le blog de Multilingual Café le 28 octobre 2015 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2015/10/mon-enfant-refuse-de-parler-ma-langue.html

9


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

DANS QUELLE LANGUE FAIRE LES DEVOIRS D’ÉCOLE ?

Quand on habite à l'étranger et que nos enfants fréquentent les écoles locales dans une langue qui n'est pas notre langue maternelle, il se pose la question des devoirs. Bien évidemment, les enfants les recevront dans la langue du pays, langue qu'ils utilisent à l'école. Mais quand ils nous demandent de l'aide, on se retrouve face à plusieurs dilemmes. Le premier est : quelle langue vais-je utiliser pour aider mes enfants ? La langue locale ou ma langue maternelle que je maîtrise mieux pour expliquer quelque chose. Le second concerne la présentation des devoirs et parfois aussi dont certains concepts sont expliqués par exemple les mathématiques ou la grammaire. Que faire ? Que faire ? Je pense qu'il est important de ne pas paniquer. De ne pas se dire, oh là là, je n'arriverai jamais à les aider parce que c'est tellement différent de ce que je connais. Et puis, oh là là, c'est dans une langue que je ne maîtrise pas bien. Expliquer à vos enfants des concepts, les aider dans votre langue maternelle que vous maitrisez mieux n'est absolument pas un problème. Pourquoi essayer de les aider dans une langue que vous ne maitrisez pas bien. Il vaut mieux passer alors par votre langue maternelle et faire des aller-retour entre les deux langues, plutôt que de rendre ce moment des devoirs un moment pénible de la journée à cause de la langue. En mathématiques, même à l'école primaire, les concepts et la manière de poser les opérations toutes simples comme les multiplications, peuvent être très différents de ce que vous avez appris quand vous étiez vous même à l'école. Pas de panique. Il ne faut surtout pas dire que la maitresse à faux, mais plutôt s'intéresser au résultat et apprendre avec votre enfant. De plus le passage d'une langue à l'autre les aidera à mieux maitriser les deux langues et développera encore plus leurs esprits. Alors, les devoirs dans la langue du pays d'origine ? Oui, absolument !! Cela ne pose aucun problème aux enfants et leur permet de mieux développer les deux langues, d'augmenter leur vocabulaire et de voir que l'on peut comprendre et concevoir le monde de deux manières différentes. Cela ouvre l'esprit. Publié sur le blog de Multilingual Café – le 30 septembre 2015 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2015/09/les-devoirs-decole-school-homework.html

10


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

A NE PAS FAIRE AVEC DES ENFANTS BILINGUES

Je prends la plume tardivement aujourd'hui, j'ai eu une journée un peu folle !! J'aimerais vous donner quelques conseils avant l'été. Tout le monde va bouger et allez visiter la famille dans "l'autre" pays. Tout le monde sera tenté de montrer à quel point nos enfants sont bons en langue. Ils ne sont pas des marionnettes Je pense qu'il est important de ne pas les prendre pour les marionnettes. Il ne faut pas passer son temps à les appeler pour qu'ils montrent qu'ils savent parler parfaitement l'autre langue. À vouloir toujours montrer aux autres ce qu'ils savent dire, vous finirez par les dégoûter, soit d'une langue soit de l'autre, où même pire du pays et des personnes qui vous tiennent tant à cœur. Alors résistez à la tentation. Même si vous être fiers de vos enfants, laissez les tranquilles. Ils montreront eux mêmes ce qu'ils savent faire au moment opportun pour eux. Vous verrez, ils viendront vous poser une question dans l'autre langue et c'est ensuite que vous pourrez en discuter avec les personnes autour de vous. Il ne faut pas constamment les corriger. Vous êtes en vacances, vous savez qu'ils parlent un peu moins bien cette autre langue dans laquelle vous baignez pour l'été, mais c'est ce n'est pas une raison pour passer votre temps à les corriger. Certes, vous pouvez le faire de temps en temps. Mais ne le faites pas de manière négative. Vous pouvez parfois reconstruire leurs phrases, mais inutile d'insister sur les erreurs faites, elles se corrigeront avec le temps. Surtout, ne les corriger pas devant la famille ou les amis, vous pourriez leur faire perdre confiance et détruire leur motivation à s'exprimer dans cette autre langue. Il ne faut pas être trop exigeant. Certes, vous êtes dans l'autre pays, certes vous souhaitez que vos enfants utilisent l'autre langue au maximum. Il faut qu'ils en profitent. Mais il est inutile de les forcer, vous pourriez les démotiver. N'oubliez pas qu'ils n'ont pas forcément l'habitude de parler cette langue tous les jours et qu'il peut leur manquer des mots ou des expressions. Alors, au lieu d'exiger, de forcer, encouragez- les. Soutenez tous leurs efforts. Ils en seront d'autant plus contents et le feront pour vous faire plaisir. L'apprentissage d'une langue, fusse-t-elle une langue de la maison, doit se faire de manière ludique. Ce doit être un plaisir de chaque instant. Alors bonnes vacances à tous. Publié sur le blog Multilingual Café – le 10 juin 2014 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2014/06/a-ne-pas-faire-avec-un-enfant-bilingue.html

11


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

(suite)

Il n'est pas toujours si facile d'élever ses enfants avec deux langues ou plus à la maison. Il faut je pense éviter certaines choses afin de ne pas les heurter, mais aussi et surtout ne pas les décourager et les faire se retourner contre la langue ou les langues. 1. il ne faut pas exiger : qu'il parlent notre langue maternelle. Nous en avons tous le souhait, mais le présenter comme une obligation ne servira à rien. Il vaut mieux le présenter comme un souhait, un jeu, un avantage que d'autres n'ont pas. 2. il ne faut pas comparer : chaque enfant apprend à son rythme et se développe à son propre rythme. Il ne faut surtout pas les comparer entre eux. Il est plus important de les encourager pour qu'il reste confiant et qu'il est envie de pratiquer la langue et donc de l'utiliser. 3. il ne faut pas critiquer : la critique peut être constructive, mais peut aussi détruire. Si la prononciation n'est pas parfaite, s'il y a des fautes dans la construction des phrases, surtout ne critiquez pas, mais encouragez votre enfant. Peut être pourriez-vous répéter la phrase sans erreur… La critique peut faire perdre à votre enfant l'envie de parler votre langue. Si votre enfant mélange les langues, ne critiquez pas non plus ; ce "mélange" s'arrêtera avec le temps. 4. il ne faut pas rire des erreurs : rien de tel que des erreurs pour progresser. Alors ne riez pas si vos enfants font des erreurs. Parfois vous entendrez des choses qui vous feront rire ou sourire, faites comme si vous n'aviez rien entendu, vous pourriez les blesser si vous riez et cela aurait des dommages sur leur pratique de la langue et leur envie de connaître votre culture. 5. il ne faut pas toujours corriger : certes, nous souhaitons tous que nos enfants parlent notre langue parfaitement, mais si nous passons notre temps à les corriger, ils n'auront plus envie. De temps à autre, on peut le faire, mais pas constamment. 6. il ne faut pas être rigide : mettre des règles strictes et rigides quand votre enfant développe son acquisition des langues de la maison peut nuire à cette acquisition. Il faut que cet apprentissage se fasse de manière ludique et joyeuse et non avec des règles tellement strictes qu'elles briseraient toute spontanéité et pourraient nuire a l'image de la langue et de la culture associée à celle-ci 7. il ne faut pas exiger la perfection : personne ne parle une langue de manière parfaite, vous ne pouvez donc l'exiger de votre enfant. Cette exigence, comme la rigidité, peut nuire à la langue et donc à l'envie de votre enfant de l'utiliser. 8. il ne faut pas mettre votre enfant en spectacle : souvent, nous sommes fiers que nos enfants puissent parler plusieurs langues, mais ils n'ont pas décidé d'être comédien. Il faut les respecter. Personne ne demanderait à un enfant monolingue de montrer à d'autres comment il parle, alors faites-en de même avec vos enfants bilingues. Il n'est pas besoin de les faire parler devant d'autres pour prouver qu'ils savent le faire. Cela nuirait aussi beaucoup à leur envie d'utiliser d'autres langues que la langue locale dans laquelle il se trouve. 9. il ne faut pas perdre patience : élever son enfant avec plusieurs langues à la maison demande beaucoup de patience. Alors surtout, ne la perdez pas.

12


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

10. il ne faut pas laisser les autres vous influencer : souvent l'entourage qu'il soit familial, scolaire ou social peut vous dire que vous avez "tort" de parler autant de langues à votre enfant. Ne vous laissez pas influencer et continuez votre chemin… Vous faites du beau travail !!! publié sur le blog Multilingual Café – le 16 avril 2015 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2015/04/a-ne-pas-faire-what-not-to-do-wat-ik.html

13


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

ADOLESCENTS ET JEUNES ADULTES BILINGUES

Je suis tellement contente que l'on m'ait demandé d'écrire sur le bilinguisme chez les adolescents et les jeunes gens. Il existe beaucoup de littérature sur le bilinguisme chez les enfants, mais très peu chez les adolescents. Il en existe pourtant en langue française, mais principalement c'est principalement en langage universitaire et je ne vous ennuierai pas avec cela. L'adolescence est une période de changement dans la vie. C'est une période de construction identitaire à la fois basée sur la révolte et le conformisme. C'est une période intense pour les adolescents comme pour leurs parents. Il y a la pression des paires. On se cherche. On cherche son identité. On veut parfois plaire aux personnes qui nous entourent plus qu'être nous mêmes, se faire accepter. On veut prendre ses distances vis-à-vis de ses parents. Il se passe tellement de choses. Alors comment aider les jeunes qui vivent avec deux langues et deux cultures ? Comment les aider à apprécier et à vivre avec ces langues et ces cultures. Cela n'est certainement pas aussi difficile que certaines personnes laissent le suggérer. Si pendant sa petite enfance et son enfance, l'adolescent a toujours parler plusieurs langues, a toujours vécu entre deux cultures et surtout s'il en a apprécié les bonheurs, il ne verra - à mon avis - pas de grands problèmes à continuer cela à l'adolescence. Mes propres enfants - des adolescents - ont grand plaisir à utiliser toutes les langues de la maison, et à vivre les cultures que leur père et moi leur offrent. Ils n'y voient aucun problème, aucune difficulté. Nous avons toujours fait en sorte qu'ils y soient heureux, qu'ils s'y sentent bien. Pourtant, même s'ils parlent et maîtrisent parfaitement la langue et la culture dans lesquelles nous vivons actuellement, il reste quand même des différences avec leurs camarades de classe : ils n'aiment pas les mêmes chanteurs, ne connaissent pas les mêmes acteurs, ne lisent pas les mêmes livres, n'apprécient pas les mêmes repas…. Est-ce facile pour eux de gérer cela au quotidien? Ils savent que "être différent" est une des beautés du monde. Nous ne sommes pas des moutons… Pas facile tous les jours certes, car comme ils sont "différents" (noter les guillemets), ils ne sont pas entièrement intégrés au groupe, ils ne sont pas invités aux fêtes, ils sont considérés comme étrangers comme ceux qui ne comprennent pas et ne connaissent pas…. Même si nous vivons ici depuis de nombreuses années, ils ne sentent toujours pas "membres de cette société". Le fait que nous ayons toujours beaucoup discuté, beaucoup partagé, les rend forts, forts dans le sens où cela a forgé leur caractère, ils ont pu développer une personnalité forte et solide.

14


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

Je pense que chez l'adolescent, le bilinguisme reste imprégné à condition qu'il l'ait été pendant la petite enfance et l'enfance. Un enfant qui aura compris les beautés et aussi surtout les bonheurs et l'utilité de parler plusieurs langues sera un adolescent, puis une jeune personne, qui continuera à le faire, même s'il y a la pression des paires. Le travail en faveur du bilinguisme chez les adolescents se préparent dès l'enfance. Un enfant qui aura vécu les deux langues comme un fardeau, comme une obligation avec des "oui, tu verras… plus tard tout cela te servira…" aura plus tendance à abandonner les langues minoritaires et à ne s'intéresser qu'à la langue locale pour se sentir membre de la société dans laquelle il se trouve. A l'âge adolescent, les voyages dans le pays des autres langues ne serviront pas nécessairement à quelque chose, car c'est aussi l'âge auquel on souhaite ne plus aller en vacances avec les parents, on n'a pas nécessairement envie d'aller en vacances chez les grands-parents et les cousins sont parfois des "inconnus". Les adolescents ont aussi un grand choix langagier dont ils se servent à merveille. Quand ils maitrisent plusieurs langues, ce choix est encore plus vaste. Ils utilisent une langue pour réfléchir, une autre pour rêver, une autre pour discuter avec leur paires. Certains mots leur parlent plus que d'autres. Ils sont capables de jouer avec la langue, de prendre des accents… Les adolescents bilingues et multilingues s'accordent tous pour dire que c'est une ouverture au monde que les adolescents monolingues n'ont pas. Ils s'adaptent plus facilement. Ils voyagent plus facilement. Ils ont moins de problèmes pour étudier. Ils sont aussi plus optimistes vis-à-vis de monde et de l'avenir qu'ils regardent avec un autre œil. Je pense sincèrement qu'il ne faut pas rêver : un enfant heureux dans son bilinguisme sera un adolescent qui aura grand plaisir à vivre avec plusieurs langues car il en aura vu -dès son plus âge- tous les avantages, et aura déjà vécu les rejets que peuvent vivre les bilingues, les enfants sont parfois bien plus cruels que les adolescents !!! Il aura déjà forgé son caractère…. Gabrielle Varo le dit aussi : le bilinguisme chez les adolescents n'est réussi que si la stratégie mise en œuvre par les parents pour éduquer leurs enfants avec plusieurs langues a été une réussite pendant l'enfance. Cette mixité -bi-langue et bi-culturelle- qui les rend "étranger" est vécue au mieux si dès l'enfance est montrée comme étant un atout. En tant que parents, nous sommes là pour les aider à développer leur identité, et cette identité est celle de personnes bilingues. Alors n'attendons pas qu'il soit trop tard !! Commençons dès qu'ils sont petits…. Publié sur le blog Multilingual Café – le 17 février 2015 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2015/02/les-adolescents-et-jeunes-adultes.html

15


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

10 RAISONS POUR LESQUELLES STUDIO LANGUES & MOBILITÉ PEUT VOUS AIDER

Cela fait 3 ans que nous existons. Nous avons soufflé nos 3 bougies hier. Depuis 3 ans, nous vous aidons dans votre voyage dans le monde multilingue. Nous vous conseillons sur ce qu'il y a de mieux pour aider vos enfants à devenir bilingue, voire plurilingue. Quelles sont ces dix raisons pour lesquelles il faut continuer à nous faire confiance ? Raison 1 : Être bilingue est un avantage incomparable dans la vie. Il permet d'apprendre plus vite et mieux. Le bilinguisme ou plurilinguisme développe le cerveau qui prend l'habitude de passer d'un endroit à l'autre et donc le fait fonctionner au maximum. Le bilinguisme ou plurilinguisme aide à mieux écouter et donc à mieux connecter avec les autres. C'est une ouverture d'esprit. En écoutant mieux, on est aussi plus performant. Les personnes bilingues savent résoudre plus facilement certains problèmes que ne résolvent pas les monolingues. Raison 2 : Nous sommes là pour vous aider et vous conseiller. Il est n'est pas toujours facile de comprendre tout ce qui est dit sur la Toile. Nous sommes là pour vous aider à le décrypter et à prendre ce qui correspond à votre situation propre. Passer d'une langue à l'autre n'a que du bon. Faites-nous confiance, nous vous aiderons à décrypter. Raison 3 : Je souhaite élever mes enfants avec plusieurs langues, je ne sais pas comment faire ? Dois-je planifier ? Que dois-je faire ? Quels outils utiliser ? C'est peut-être un défi, mais il vaut la peine d'être relevé. Multilingual Education Café vous aidera sur ce chemin du bi/pluri-linguisme pour vos enfants. C'est un lieu de rencontre où il vous est possible de partager vos envies, vos craintes, mais aussi vos réussites et vos bonheurs de voir vos enfants parler ces langues et se réjouir de rencontrer tant de personnes. Et vous en serez si fiers. 16


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

Raison 4: Vous avez peur que votre enfant ait moins de vocabulaire qu'un enfant monolingue ? N'ayez pas cette crainte !! Nous sommes là pour vous expliquer comment se développe le vocabulaire chez lez enfants bilingues. Qu'est-ce qu'avoir moins de vocabulaire ? Raison 5 : Vous avez peur des interférences entre les langues ? N'ayez pas non plus cette crainte. Les interférences ne sont pas un handicap, mais en quelque sorte un bienfait pour le développement des langues. Car le cerveau doit travailler pour résoudre ce "problème" et donc force les muscles chargés de la cognition à travailler. Multilingual Education Café vous épaulera. Raison 6 : A l'école, l'enseignant de mon enfant me dit que je dois absolument parler la langue utilisée à l'école. Dois-je vraiment abandonner les autres langues de la famille ? Non, non et non. Multilingual Education Café vous aidera à trouver les mots pour discuter avec l'enseignant afin qu'il/elle comprenne et accepte le bi/pluri-linguisme de vos enfants. Raison 7 : A chaque âge, ses besoins et ses motivations. A chaque âge, des méthodes différentes. Bébés, enfants, adolescents, il faut agir différemment et présenter les langues et leurs avantages différemment. Mes enfants sont maintenant adolescents, leurs besoins sont différents. J'aimerais qu'ils continuent à parler toutes les langues de la maison, que dois-je faire ? A l'adolescence, on aime parfois se conformer, cependant savoir montrer qu'être différent est un avantage, cela s'apprend. Multilingual Education Café pourra aussi vous conseiller dans les différentes étapes de vos enfants. Raison 8 : Votre enfant à des problèmes d'apprentissage comme la dyslexie, est-ce une bonne raison pour abandonner l'acquisition de langues étrangères ? Non, absolument pas. Multilingual Education Café est là pour vous aider à trouver la meilleure solution pour qu'il se développe dans les deux langues. Un problème d'apprentissage ne doit en aucun cas stopper l'apprentissage de langues étrangères, surtout si elles sont les langues de la famille. Votre enfant a besoin de consulter un orthophoniste, est-ce une raison pour arrêter l'apprentissage des autres langues de la famille ? Non, bien sûr que non !! Et il ne faut surtout pas. Multilingual Education Café est là pour vous guider et vous conseiller. Votre enfant est autiste, l'acquisition de langue étrangère le troublera-t-il plus ? Absolument pas. Multilingual Education Café pourra vous conseiller au mieux en fonction de votre situation personnelle. Raison 9 : Vous élevez vos enfants dans deux langues, comment pouvez-vous choisir une

17


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

personne au pair qui comprenne au mieux la situation dans laquelle vous vivez. Multilingual Education Café peut vous aider à former cette personne. Raison 10 : Pensez à l'avenir, à vous-même, vous souhaitez que vos enfants soient bilingues, profitez-en pro développer vos propres savoirs, car le saviez-vous le bilinguisme retarde la maladie d'Ahlzeimer. Voilà 10 raisons, mais il en existe bien d'autres. Nous ne voulons pas faire une liste trop longue. Multilingual Education Café propose aussi des ateliers, des conférences et des rencontres individuelles en face-à-face ou via Skype. N'hésitez pas à nous contacter !!! Nous aurons plaisir à vous aider. Publié sur le blog Multilingual Café – le 3 juin 2014 http://cafemultilingue.blogspot.ie/2014/06/10-raisons-pour-lesquelles-multilingual.html

18


Studio Langues & Mobilité – Janvier 2017

Petite sélection de ‘dictions’ : « Une langue, c’est comme le sport. Plus on la pratique, mieux on maîtrise. » « Une langue différente, c’est une vision différente de la vie » - Federico Fellini « Le langage est la feuille de route d’une culture. Il vous indique d’où vient et où va son peuple » - Rita Mae Brown

Que pouvons-nous faire pour vous ? N’hésitez pas à nous contacter… Retrouvez-nous sur Studio Langues & Mobilité : https://www.studio-languesmobilite.com Tous droits réservés sur les articles publiés sur Multilingual Café

19

Premier Numéro  

Nous avons rassemblé dans ce premier numéro une sélection de nos articles publiés sur notre blog. Bonne lecture et n'hésitez pas à nous fair...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you