Page 1

&

EXPOSITION PHOTO

Alexy Goguet

Note d’intention


EXPOSITION PHOTO

Partie 1/4

à VALENCIENNES

PROJET PROFESSIONNEL "LE CORPS EN CONQUÊTE" Alexy Goguet

Master 2 Arts Plastiques et Création Numérique à l'Université de Valenciennes


SOMMAIRE

Sommaire

5

Introduction Qu’est-ce que l’I.R ? Qu’est-ce que le H.D.R ?

7 10

Le projet Le principe

16

La méthode

17

Pourquoi Valenciennes ? En résumé

Un mot sur

18

20 5


Qu'est-ce que c'est ? C'est un symbole de trois traits rouges que j'ai inventé pour illustrer l'infra-rouge dans mon document. Je m'en sers comme un élément graphique et l'intègre dans une trame optique.


QU’EST-CE QUE L’I.R ?

L

’i.r, ou Infra-Rouge, est une longueur d'onde du spectre électromagnétique.

L’identification des rayons infrarouges a été attribuée à Sir William Herschel qui présenta ses découvertes sur la spectroscopie à la Royal Society en 1800. La longueur d'onde de la lumière infrarouge se situe entre 700 à environ 900 nm, le spectre de la lumière visible par l'oeil humain étant lui d'environ 400 à 700 nm. L'I.R est aujourd'hui utilisé dans de nombreuses applications telles que la vision nocturne, la communication (télécommande, fibre optique...) ou encore pour la détection de faux billets, etc. Elle est aussi une technique photographique qui procède par capture de la lumière infrarouge, qui n’est pas visible par l’oeil humain sans un dispositif adapté. L’américain Robert Wood qui a découvert cet technique (appelée par la suite « effet Wood » ) a publié les premières photographies infrarouges en octobre 1910 dans une édition du « Royal Photographic Society Journal ». Il existe plusieurs manières de prendre des photos infrarouges : sous la forme d’une pellicule sensible aux rayons infrarouges, avec un appareil photo spécial ou encore

7


avec un appareil photo numérique doté d’un filtre IR. La photographie infrarouge peut être en couleurs ou en noir et blanc, dans les deux cas elle procure une impression de surréalisme, l’oeil humain n’étant pas habitué à percevoir une scène de cette façon.

Ci dessus, photographie N&B avec un film panchromatique (sensible à toutes les longueurs d'onde du spectre visible). Ci dessous, photographie N&B avec un film sensible aux rayons infrarouges. Source Wikipédia http://fr.wikipedia.org

8 L'année 2010 est le centenaire de la photographie par rayons infrarouges.


9


10

Qu'est-ce que c'est ? C'est un symbole que j'ai détourné représentant une parcelle d'un capteur CCD d'appareil photo numérique. Je m'en sers pour illustrer le H.D.R dans mon document.


QU’EST-CE QUE LE H.D.R ?

L

e h.d.r, ou High Dynamique Range (Grande Gamme Dynamique) est une technique numérique qui permet de mémoriser plusieurs niveaux d'intensité lumineuse dans une seule image.

Le pionnier de la photographie HDR est Gustave Le Gray, qui en 1850 a eu l'idée d'utiliser plusieurs expositions pour palier à ses problèmes de sur-luminance et de sous-luminance au sein d'une même image. La technique de combiner plusieurs images d'un même sujet prises à différentes expositions à été présentée beaucoup plus tard au public par Paul Debevec en 1997. Une image numérique classique est codée sur 256 valeurs sur trois couleurs : rouge, vert et bleu, soit sur 24 bits par pixel. Une image HDR permet d'augmenter cette valeur et ainsi obtenir plusieurs gammes de lumière. La technique HDR permet de voir aussi bien dans les zones les plus claires que les plus sombres d'une image, d'une photographie. Il existe des appareils photographiques pouvant produire des images HDR, mais la façon la plus courante d'en produire est de combiner plusieurs images LDR (Low Dynamic Range) d'un appareil photo "ordinaire".

11


La combinaison de plusieurs photographies à différentes expositions s'appelle le Tone Mapping.

A gauche, photographie Low Dynamic Range (sans modification). En dessous, photographie High Dynamic Range (avec Tone Mapping). Source Wikipédia http://en.wikipedia.org

12

Ce procédé permet de rendre toutes les intensités lumineuses, en sélectionnant selon la façon dont l'Homme est capable de voir la luminosité une scène, augmentant ainsi la gamme dynamique de l'image résultante. Le rendu paraît, comme pour l'I.R, surréaliste, car l'oeil humain n'est pas capable de voir de la même façon dans l'ombre et la lumière au même instant. La photographie HDR produit un effet étrange et onirique.


13


O

OT

PH

SI

PO

EX

N TIO

&

E

ÊT

RP CO

N

SE

U NQ CO

le O R P LE

T JE


LE CORPS EN CONQUÊTE

EXPOSITION PHOTO

&

à VALENCIENNES

LE PRINCIPE

C

nous entoure est grand, énorme. Ce que nous avons apprivoisé et bâti est gigantesquement supérieur à nous et à nos corps. Je propose de nous confronter face à notre environnement de façon inhabituelle : ce qu'avait le corps ne lui appartient plus. Les lieux, la nature et la ville, le surpassent désormais, le possèdent, l'englobent. Le corps est en nombre et fourmille partout mais il ne maitrise pas son espace. e qui

Le corps est devenu le décor des lieux. Dans les photographies que je souhaite réaliser, ce sont les lieux qui ont la parole, étouffante, dans une atmosphère surréaliste et oppressante. Je souhaite créer des mises en scène qui soient autant de prosopopées de ce corps muet, en conquête ou en reconquête de son espace.

16

L'impression de faiblesse du corps par rapport au lieu est augmentée par son ubiquité : la représentation du même individu en nombre, semblable, comme une minuscule fourmi ressemblant exactement à une autre. L'individualité n'existe plus, tandis que le lieu est l'élément principal de la photographie.


LA MÉTHODE

L

e moyen de faire que ces lieux deviennent omniprésents et omnipotents sont les techniques de prise de vue I.R et H.D.R. La photographie par I.R ne fonctionne que de jour, avec une forte luminosité et un contraste naturel de ciel et de végétation : l'I.R est pour photographier la nature. La photographie H.D.R donne un rendu très intéressant quand la nuit tombe et que l'éclairage urbain est en marche : le H.D.R est pour photographier la ville.

POURQUOI VALENCIENNES ?

P

c'est avant tout la ville de mes études, c'est par ce biais que je la connais.

arce que

Valenciennes est une ville qui a connu la destruction et la reconstruction de ses lieux ; encore récemment, après l'incendie de 1940 et l'occupation allemande, l'hôtel de ville était réduit à sa simple facade. L'artiste Jean-Bernard Métais a realisé une oeuvre, "Valenciennes" en 2007, une flèche de 45 mètres de haut située sur l'emplacement de l'ancien Beffroi édifié au 14ème siècle et qui s'effondra en 1840. La ville connait un essor depuis les dix dernières années avec de multiples constructions qui sortent de terre telles le tramway, le Phénix, etc. Mais la ville de Valenciennes est aussi, de 2004 à 2008, récompensée par deux fleurs au concours "Ville Fleurie", pour en obtenir une troisième en 2009. La ville de Valenciennes réunit en son sein les envahissements de la nature et de la ville, de la végétation et des constructions, le corps quant à lui ne grandit pas et se fait dépasser. Aphone, je tente de lui redonner la parole au travers de mes compositions photographiques.

17


EN RÉSUMÉ

D

ans le cadre de mon projet professionnel de fin d'étude, je souhaite réaliser une exposition de deux séries de 5 compositions photographiques chacune en I.R et H.D.R, soit un total de 10 oeuvres.

J'ai vu qu'une personne de mon Master, Marion Praz, a réalisé une exposition de photographies H.D.R à la Mairie de Valenciennes en 2009. Je ne souhaite pas faire écho ou créer une répétition à ce qu'il s'est déroulé auparavant, mon but est de répondre à une problématique qu'est l'impact des lieux contemporains sur le corps, que je justifie par l'utilisation des techniques photographiques I.R et H.D.R. Je souhaiterai, si le projet semble intéressant aux yeux des personnes concernées, obtenir un financement de la part du service culturel de la ville de Valenciennes pour l'impression et l'encadrement des 10 photographies et avoir l'autorisation et le privilège d'exposer mon travail au sein de sa mairie. Le projet ne s'arrête pas là : ma formation de communicant et dorénavant de plasticien me permet de "mixer" mes talents au service d'un même projet. Je souhaite créer un site internet qui présentera l'exposition, ainsi que la communication visuelle nécessaire à son rayonnement. Je suis également capable de promouvoir l'événement via les réseaux sociaux et contacter la presse ou la télévision locale pour faire connaître l'événement.

18

Je pense que ce projet peut intéresser les habitants de Valenciennes : la majorité des photos seront prises au sein de la ville et les visiteurs pourront voir les lieux qu'ils fréquentent d'une autre manière. Je pense aussi que cette exposition pourrait me conférer un projet de référence pour débuter ma carrière professionnelle.


19


UN MOT SUR : Pourquoi certaines pages sont-elles comme " déchirées " ? Au-delà de l'aspect graphique que cela confère au document et des problématiques de l'imposition, cela veut représenter, en rapport à mon projet, la volonté du corps de reprendre le dessus sur les lieux. J'emprunte la technique de " l'arrachage " qui a été utilisée dans les travaux des Nouveaux Réalistes Raymond Hains et Jacques Villeglé dans les années 60, ainsi que l'idéologie d'un mouvement contestataire, d'une non résignation. L'arrachage dénote d'un geste typiquement humain (arracher une feuille collée sur un mur avec la main), mais ici je m'intéresse plus à la symbolique du NON, à l'intention du corps de reprendre le contrôle, plutôt qu'au geste en lui-même.

Pourquoi cette trame ?

20

Cette trame optique combine les deux symboles que j'ai créé pour signifier les deux techniques photographiques que j'emploie. Ils sont parfaitement reliés entre eux et crée une sorte " no man's land " dans la page ou rien ne peut être inscrit.


L'ensemble crée un motif pour le moins agressif à l'oeil et évoque l'omniprésence du lieu ainsi que son aspect étouffant. C'est une évocation graphiquement primaire de mon travail photographique des lieux et de son impact sur le corps. Ceci n'est pas sans lien avec le fait que, nous le verrons par la suite, dans toutes mes compositions photographiques les modèles portent des lunettes de soleil, afin de protéger leurs yeux de l'agression de la lumière inhabituelle des lieux.

Pourquoi les photos sont-elles " déchirées " ? Dans les exemples de photographies I.R et H.D.R fournies dans la Note d'intention, le corps n'est pas présent. Seul la trace humaine de l'acte d'arracher la photographie, de réduire le lieu, lui donne une présence.


PROJET PROFESSIONNEL "LE CORPS EN CONQUÊTE" Alexy Goguet

Master 2 Arts Plastiques et Création Numérique à l'Université de Valenciennes


Le Corps en Conquête  

Projet professionnel de fin d'études de Alexy Goguet à l'Université de Valenciennes

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you