Page 1

N°16

Spécial Fêtes de fin d année ’


Idée Cadeau

101 pages - 2,99 €

Au fil des pages, l’auteur aborde chaque recette avec simplicité, détails et conseils. Il nous raconte le choix des recettes et ses influences. Testée de nombreuses fois et améliorée au fil du temps, chaque recette est accessible et réalisée avec des ingrédients qui se trouvent facilement dans les magasins asiatiques, ou même dans les grandes surfaces, afin que chacun soit en mesure de recréer ces plats dans sa cuisine. Au sommaire : Des conseils, les recettes de pâtes de curry maison, des salades & plats froids, des soupes, des accompagnements, les incontournables au poulet, des currys, des plats épicés & parfumés, les accords mets & vins… Et aussi un glossaire pour vous mettre à l’aise ainsi que des conseils de préparation des ingrédients. Et surtout, le “Mode Cuisine” pour afficher les instructions de la recette par étape et en gros caractères.


Edito La période des fêtes commence souvent comme un marathon pour finir quelquefois comme un sprint ! Au début, il semble qu’on ait tout son temps… C’est encore si loin ! On peut tranquillement prévoir les plats et les invités, les décorations et les cadeaux. On peut encore hésiter, se demander s’ils vont aimer la bûche ou s’il faut inviter le cousin Michel, décorer l’arbre en vert ou en doré, sortir la vaisselle du mariage ou faire ça sur le pouce, presque debout dans un coin de la cuisine… On a encore tout son temps ! Et puis, petit à petit, le temps semble se compresser, se réduire, et le XXL d’il y a peu resssemble maintenant à un petit, un tout petit, S ! Et là, tout devient compliqué ! Ceux qui devaient venir ne viennent plus. Finalement le vert des guirlandes sur le vert de l’arbre… Le cousin Michel se révèle être allergique à la moitié des aliments ! Et les cadeaux… J’ai oublié les cadeaux ! Plus rien ne va et plus rien ne rentre dans le temps imparti. Et pourtant, le soir du passage de la ligne d’arrivée, personne ne se rendra compte de rien. Il n’y aura que des sourires et du plaisir, les plats feront la joie des invités. Tous seront contents de se retrouver et d’ouvrir des paquets qui ne leur étaient peut-être pas destinés. Et c’est ce qui restera ! Même au cousin Michel… Et finalement, c’est le plus important ! Pour vous aider à passer de bonnes fêtes, Yummy Magazine vous accompagne, bien sûr ! de la cuisine à la table avec toujours autant de belles idées que de beaux plats ! Des idées pour toutes et tous, des idées pour réaliser des plats pour un Noël rapide & facile, pour cuisiner à l’avance ou pour épater vos convives. Pour vous faire voyager avec Pascale et son fudge à la vanille, garanti 100 % british. Pour oublier la bûche et vous faire devenir complètement Saint Honoré, entremets et vacherin. Ou encore des idées qui vont vous rendre totalement chocolat grâce à un dossier où le chocolat va couler à flots ! Du chocolat pour faire des bûches, des gâteaux et des tartes et plein de mignardises, truffes, mendiants et bouchées en tout genre… Et comme c’est Noël chez nous aussi, plein d’autres choses : des idées-cadeaux, des idées livres, l’interview de Fabien Rouillard… Plein de choses, je vous dis ! Et comme disait l’autre, bon appétit bien sûr, Monsieur, Madame ! Et de bien bonnes fêtes ! www.doriancuisine.com


N°16

Sommaire

Spécial Fêtes de fin d'année 2013

7

Apéro qui pétille et qui croustille Champagne & saumon

10

Vite fait, bien fait ! Noël facile & rapide

15

Pour limiter le stress Cuisinez à l’avance

20

C’est l’occasion ou jamais pour Épater les convives

24

Rencontre avec... Fabien Rouillard, Chef Pâtissier de Fauchon

27

Pour la petite histoire La bûche de Noël

28

Créations de Noël


29

Et si cette année on décidait de… Zapper la bûche ?

36

Naturellement bon Délice de poires à l’amande

40

British Corner Par Pascale Weeks

42

Noël en Chocolat (Gros) Dossier spécial Parce que Noël sans chocolat n’est pas vraiment Noël…

64

Cadeaux gourmands

68

La sélection Yummy

70

Index des recettes

71

Carnet d’adresses

N°16


Un apéro qui pétille et qui croustille Champagne & saumon

On grignote un peu… On picole un peu (avec modération !)… The show must go on !

6 Yummy Magazine


[ Champagne & saumon ]

Le cocktail :

Champagne du bocage Pour 1 verre : 15 ml de liqueur de fleur de sureau (ou sirop) 15 ml de liqueur de pomme verte (ou manzana) 3 feuilles de menthe Champagne Pour la décoration : Tranches de pomme, branches de menthe

Ciseler la menthe et la déposer au fond des verres. Ajouter la liqueur de sureau et la liqueur de pomme verte. Laisser mariner une heure. Compléter avec du champagne. Décorer éventuellement d’une fine tranche de pomme et d’une branche de menthe

Recette : Philou - Un cuisinier chez vous

Cigarettes au saumon fumé Pour 24 cigarettes : 24 rectangles de pâte à filo de 6 x 13 cm 2 ou 3 tranches de saumon fumé 2 c. à soupe de beurre fondu Préchauffer le four à 200 °C. Couper des lanières de saumon de façon à obtenir 24 lanières de 1 x 13 cm. Poser les lanières de saumon fumé le long d’un des grands côtés des rectangles de pâte, en veillant à ce que le poisson ne dépasse pas. Rouler la pâte sur elle-même autour du saumon en serrant un peu pour obtenir de jolies cigarettes. Beurrer les rouleaux de tous côtés, les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson ou d’un tapis de silicone. Enfourner et cuire 10 à 15 minutes pour qu’ils soient blonds et croustillants. Débarrasser sur un papier absorbant et servir chaud de préférence.

Note

: vous pouvez, après avoir beurré la pâte, parsemer les rouleaux de graines de sésame ou de pavot bleu.

Recette & photo : Mamina - Et si c’était bon Yummy Magazine

7


[ Champagne & saumon ]

Corolles aux œufs de saumon Préchauffer le four à 200 °C. Au pinceau, badigeonner les ronds de pâte à filo de beurre fondu. Tapisser de petits moules ou des empreintes en silicone avec la pâte, en superposant 2 ronds de feuilles de filo. Enfourner et cuire environ 6 à 7 minutes jusqu’à ce que les corolles soient dorées. Laisser refroidir avant de démouler délicatement.

Pour 24 bouchées de 2 à 3 cm de diamètre : 48 ronds de pâte à filo de 6 à 6,5 cm de diamètre 2 c. à soupe de beurre fondu 20 cl de crème liquide entière ½ c. à café de curry en poudre 1 pot d’oeufs de saumon de 100 g

Pendant la cuisson des corolles, dissoudre le curry dans la crème en veillant à ce qu’il n’y ait pas de grumeaux. Filtrer et verser dans un siphon. Mettre une capsule de gaz, secouer vigoureusement et réserver au froid en position couchée. Au moment de l’apéritif, secouer à nouveau le siphon, garnir les fonds croustillants avec une cuillerée à café de chantilly et des œufs de saumon. Servir immédiatement.

Notes : si vous n’avez pas de siphon, montez

la crème au batteur ou aux fouets électriques. Ne salez pas la chantilly, les œufs de saumon le sont suffisamment. Il est important de garnir les bouchées au dernier moment sinon la chantilly ramollira les corolles qui seront moins croustillantes.

Recette & photo : Mamina - Et si c’était bon 8 Yummy Magazine


Vite fait, bien fait !

Noël facile & rapide

J’ai pas le temps... J’ai trop de choses à faire... Je ne suis pas douée...

9

Yummy Magazine


[ Noël facile & rapide ]

Charlotte de saumon & avocat, sauce à la mangue Pour 4 personnes : 8 tranches de saumon fumé 2 avocats 1 mangue 1 c. à soupe de beurre Le jus d’un citron vert 1 c. à café de gingembre frais râpé 1 c. à soupe de moutarde 1 c. à soupe d’huile d’olive

Huiler très légèrement les parois de 4 petits moules hauts ou ramequins. Les tapisser, chacun, d’une tranche de saumon fumé. Réserver au frais. Détailler les 4 tranches de saumon fumé restant en petits morceaux. Éplucher les avocats, les dénoyauter et les couper en petits dés. Les mélanger aux morceaux de saumon. Arroser avec le jus de citron. Ajouter le gingembre frais râpé et la moutarde. Saler et poivrer. Remplir les moules individuels en tassant bien. Réserver au frais. Éplucher la mangue. Détailler quelques petits bâtonnets de chair pour la décoration. Mixer le reste au blender. Mettre le beurre à fondre dans une casserole, ajouter le coulis de mangue, saler et poivrer. Dès que la sauce commence à bouillir, retirer du feu et réserver. Au moment de servir, démouler les charlottes sur les assiettes. Décorer avec quelques bâtonnets de mangue et accompagner de sauce à la mangue.

Recette & photo : Nadia - Paprikas 10 Yummy Magazine


[ Noël facile & rapide ]

Marbré de foie gras aux abricots, pistaches & pain d’épices Découper les 8 abricots secs en petits cubes. Concasser grossièrement les pistaches au couteau ou à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Découper les tranches de pain d’épice à la taille des rectangles. Les disposer dans les moules. Découper le foie gras en tranches de 1 centimètre d’épaisseur. Saler, poivrer. Chauffer une poêle à feu vif. Lorsqu’elle est bien chaude, faire légèrement colorer les escalopes de foie gras une minute de chaque côté. Répartir la moitié des escalopes de foie gras dans les rectangles. Tasser légèrement avec le dos d’une cuillère. Parsemer de morceaux d’abricots et de pistaches concassées. Couvrir avec le reste des escalopes de foie gras puis de fruits secs pour remplir complètement les rectangles. Couvrir avec un film plastique, mettre au frais une nuit avec un poids dessus. (une petite boîte de conserve par exemple).

Pour 4 rectangles individuels de 8 x 3,5 cm : 1 foie gras de canard déveiné de 400 g 8 abricots secs moelleux 40 g de pistaches non salées 4 à 6 tranches de pain d’épice de 0,5 cm d’épaisseur 1 c. à soupe de vinaigre balsamique 2 c. à soupe d’huile de noisette Pour la présentation : 4 abricots secs moelleux 20 g de pistaches non salées 100 g de pousses d’épinards

Au moment de servir, mélanger le vinaigre balsamique et l’huile de noisettes. Saler et poivrer. Démouler les marbrés avec la lame d’un couteau passée sous l’eau chaude. Dresser le marbré dans l’assiette, parsemer de pistaches concassées et décorer avec un abricot sec coupé en deux et des pousses d’épinards.

Notes :

si vous n’avez pas de rectangles individuels, vous pouvez aussi réaliser cette recette dans des moules souples et terminer votre montage par la tranche de pain d’épices. Les tranches de foie gras doivent être légèrement plus petites que la forme en métal afin de réaliser un marbré avec des couches de tailles différentes.

Recette & photo : Nanou - On dine chez Nanou Yummy Magazine

11


[ Noël facile & rapide ]

Préparer la purée de potimarron : Laver soigneusement le potimarron. L’épépiner et le couper en morceaux. Le faire cuire à la vapeur 15 minutes jusqu’à ce qu’il soit tendre puis l’écraser au presse-purée. Incorporer 10 cl de crème, saler et poivrer. Pendant ce temps, préparer l’émulsion iodée : Ouvrir les huîtres, les rincer soigneusement. Faire bouillir le reste de crème, retirer du feu immédiatement et y pocher les huîtres pendant une dizaine de minutes. Mixer à l’aide d’un mixeur plongeant. Filtrer et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Réserver. Dans une grande poêle, faire chauffer l’huile d’olive. Mettre les pavés de bar à cuire côté peau pendant 5 minutes, retourner puis cuire l’autre face 3 minutes, saler et poivrer. Répartir la purée de potimarron dans des ramequins individuels. Poser les pavés de bar sur les assiettes. Réchauffer et émulsionner une dernière fois la sauce au mixeur plongeant et en verser quelques cuillerées autour du poisson. Décorer de quelques baies roses.

Notes : seule la cuisson du poisson doit

s’effectuer à la dernière minute. La purée de potimarron et l’émulsion iodée peuvent être réalisées à l’avance. Il suffira de les réchauffer au moment du dressage. Vous pouvez remplacer le potimarron par de la patate douce, du céleri ou de la pomme de terre Vitelote.

Recette & photo : Dominique - De vous à moi... 12 Yummy Magazine

Dos de bar poêlé, émulsion iodée & purée de potimarron Pour 4 personnes : 4 pavés de bar de 180 g chacun 2 huîtres creuses n° 2 30 cl de crème liquide 400 g de potimarron 1 c. à soupe d’huile d’olive Quelques baies roses


[ Noël facile & rapide ]

Pavé de saumon aux agrumes

Pour 4 personnes : 4 pavés de saumon sans la peau de 150/170 g chacun 2 pamplemousses roses 1 orange 2 cm de gingembre frais 2 c. à soupe de sirop d’érable 40 g de beurre 240 g de riz blanc Aneth frais pour la décoration

Déposer les pavés de saumon sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, saler, poivrer. Enfourner pour 10 minutes. Dans chaque assiette, présenter le riz en le moulant dans un petit bol, ajouter les pavés de saumon, les suprêmes de pamplemousse et napper de sauce. Ajouter un peu d’aneth pour décorer.

Préchauffer le four à 200 °C, chaleur tournante. Cuire le riz 20 minutes dans de l’eau salée bouillante. Prélever les suprêmes d’un pamplemousse  : couper chaque extrémité du fruit puis le peler à vif sans laisser de peau blanche. Retirer la pulpe quartier par quartier en passant la lame d’un couteau bien aiguisé entre chaque membrane. Les réserver pour la présentation. Presser le jus de l’orange et d’un pamplemousse. Verser le tout dans une petite casserole avec le sirop d’érable. Râper le gingembre et l’ajouter. Porter le mélange à ébullition, puis baisser à feu moyen, pendant environ 7 à 10 minutes, pour que la sauce réduise de moitié et devienne sirupeuse. Quand la sauce a une consistance plus épaisse, incorporer le beurre. Réserver.

Recette & photo : Nanou - On dine chez Nanou Yummy Magazine

13


Cuisinez à l’avance Pour limiter le stress

Les repas de fêtes, ça m’angoisse… Je ne vais jamais arriver à tout préparer…

14 Yummy Magazine


[ Cuisinez à l’avance ]

24h à 48h avant Terrine forestière au canard & foie gras Pour une terrine de 15 x 7 x 10 cm : 2 cuisses de canard 400 g de filet (ou magret) de canard 200 g de foie gras de canard frais en lobe 1 cl de cognac (ou d’armagnac) 2 petites échalotes 30 g de pistaches non salées 2 branches de thym 1 feuille de laurier 1 c. à soupe de beurre 1 jaune d’œuf 10 g de trompettes de la mort séchées

Désosser les cuisses de canard, et retirer la peau et les nerfs. Enlever la peau et le gras des filets ou des magrets. Réserver les peaux.. Couper la viande des cuisses et des filets ou des magrets en morceaux. Réserver. Éplucher et émincer finement les échalotes. Réhydrater les champignons séchés en les laissant tremper 30 minutes dans un bol d’eau tiède. Faire revenir les échalotes dans le beurre chaud. Ajouter les champignons, remuer, saler et poivrer. Hacher le tout avec les morceaux de viande. Dans un grand saladier, mélanger les viandes hachées, le cognac, les pistaches entières, et le jaune d’œuf. Saler et poivrer. Couper le lobe de foie gras en dés de 1 cm de côté, puis les ajouter délicatement à la farce. Graisser légèrement une terrine et y verser la préparation. Bien tasser avec les mains, déposer sur le dessus une feuille de laurier et 2 branches de thym et recouvrir des peaux préalablement réservées. Fermer avec le couvercle. Préchauffer le four à 170  °C. Déposer la terrine dans un plat rempli d’eau à mi-hauteur. Enfourner et cuire environ 1 heure 20 minutes. Après cuisson, laisser entièrement refroidir, retirer les peaux et réserver couvert au réfrigérateur au moins 24 heures.

Notes

: cette terrine peut se conserver plusieurs jours et même se congeler : dans ce cas, prenez soin de la couper en tranches au préalable. On peut remplacer les pistaches par des noisettes. Vous pouvez utiliser des champignons frais (100 g) : veillez à bien les nettoyer en coupant les extrémités des pieds et les en grattant légèrement au pinceau pour ôter la terre ou les feuilles.

Recette & photo : Sandy - Cuisine et cigares Yummy Magazine

15


[ Cuisinez à l’avance ]

36h avant Gravlax de saumon au citron vert & coriandre Pour 4 personnes : 2 pavés de saumon épais sans la peau 2 verres de gros sel 1 verre de sucre en poudre 2 citrons verts non traités 1 c. à soupe de coriandre en grains 2 jours avant : Rincer le poisson et l’éponger avec du papier absorbant. Prélever le zeste des citrons. Dans un bol, mélanger le gros sel, le sucre et les zestes de citron. Concasser grossièrement la coriandre et l’ajouter au mélange. Tapisser le fond d’une boîte hermétique avec la moitié de ce mélange, déposer les pavés de

saumon côte à côte et recouvrir avec le reste du mélange. Fermer la boîte et laisser mariner au réfrigérateur 12 heures. Retourner le poisson et remettre au frais pour encore 24 heures. Avant de le déguster, rincer le saumon à l’eau froide et l’éponger avec du papier absorbant. Servir coupé en fines tranches, comme un carpaccio.

Notes

: vous pouvez utiliser du citron jaune ou du combava et remplacer la coriandre par l’épice ou l’herbe aromatique que vous aimez : poivre noir, piment séché, aneth...

Recette & photo : Létitia - Piment Oiseau 16 Yummy Magazine


[ Cuisinez à l’avance ]

24h avant Mijoté de boeuf aux épices Pour 6 personnes : 1,5 kg de collier à bourguignon 5 carottes 200 g d’oignons grelots 4 tranches de pain d’épice 75 cl de vin de Bourgogne ½ cube de bouillon de bœuf 400 g de châtaignes vapeur (en conserve) 2 feuilles de laurier 1 bâton de cannelle 1 branche de thym Quelques pincées de fève tonka La veille : Éplucher les carottes et les couper en tronçons. Éplucher les oignons grelots. Faire chauffer un peu d’huile dans une cocotte et y faire dorer la viande sur toutes les faces. La retirer de la cocotte. Verser à la place les carottes et les oignons et laisser cuire 5 minutes en mélangeant régulièrement. Ajouter le pain d’épice grossièrement émietté, le laurier, le thym, la cannelle et un peu de fève tonka. Mélanger et laisser encore cuire quelques minutes pour laisser les arômes des épices se développer. Remettre la viande, saler, poivrer et ajouter le vin rouge. Émietter le cube de bouillon dans la sauce et mélanger. Couvrir et laisser cuire 3 heures à petit feu. À mi-cuisson, ajouter les châtaignes. Laisser refroidir et entreposer la cocotte au réfrigérateur pendant 12 heures au minimum. Le lendemain : Remettre sur feu doux et poursuivre la cuisson 1 heure à 1 heure 30.

Recette & photo : ChefNini Yummy Magazine

17


[ Cuisinez à l’avance ]

24h avant Blanquette de pintade aux champignons sauvages & potiron Pour 4 personnes : 4 cuisses de pintade 2 c. à soupe d’huile d’olive 2 carottes 2 oignons 1 branche de thym 1 feuille de laurier 20 cl de vin blanc 2 c. à soupe de farine 1 jaune d’œuf 100 g de foie gras 20 cl de crème liquide 500 g de potiron 500 g de champignons (chanterelles, trompettes de la mort…) 20 g de beurre 2 c. à soupe d’huile d’olive Cerfeuil Séparer les cuisses en deux au niveau de la jointure. Faire revenir les morceaux de viande dans une cocotte avec 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive à feu vif pendant 5 minutes. Éplucher et couper les carottes en petits dés, émincer un oignon et ajouter le tout dans la cocotte avec une branche de thym et une feuille de laurier. Mélanger et ajouter le vin et la farine. Recouvrir d’eau, saler, poivrer et laisser mijoter 30 minutes. À la fin de la cuisson, retirer la viande de la cocotte. Passer la sauce au chinois et la reverser dans la cocotte. Mélanger dans un bol le jaune d’œuf, la crème liquide et le foie gras coupé en dés. Ajouter ce mélange dans la cocotte et laisser réduire à feu vif jusqu’à l’obtention d’une sauce qui nappe la cuillère.

Éplucher et couper le potiron en cube, le faire cuire à l’eau bouillante salée 10 minutes. Mettre dans une poêle 10 g de beurre et une cuillerée à soupe d’huile d’olive et y faire revenir les cubes de potiron à feu vif pendant 5 minutes. Nettoyer les champignons. Éplucher et émincer l’oignon restant. Faire chauffer une poêle avec 10 g de beurre et une cuillerée à soupe d’huile d’olive. Ajouter l’oignon et le faire revenir à feu moyen pendant 5 minutes. Ajouter les champignons, saler, poivrer et laisser cuire pendant 5 minutes. Parsemer de cerfeuil frais au moment de servir.

Notes

: ce plat peut être réalisé la veille et réchauffé le lendemain dans la cocotte, les saveurs n’en seront que meilleures. En revanche, préparez les champignons sauvages au dernier moment pour qu’ils gardent une bonne texture. Vous pouvez également les remplacer par des champignons de Paris.

Recette & photo : Les Cocottes Moelleuses 18 Yummy Magazine


C’est l’occasion ou jamais pour

Épater les convives

Et surtout Belle-maman… Je vais tous les bluffer… Alors, c’est qui le Chef ? C’est moi !

19

Yummy Magazine


[ Épater les convives ]

Carpaccio de noix de Saint-Jacques aux topinambours & pomme verte Pour 4 personnes : 8 noix de Saint-Jacques fraîches 3 c. à soupe d’huile de pépins de courge 3 c. à soupe d’huile neutre (pépins de raisins par exemple) 500 g de topinambours 1 l de bouillon de volaille 2 pommes Granny Smith 1 bouquet de coriandre 3 c. à soupe de pistaches non salées Fleur de sel Préparer le carpaccio de noix de SaintJacques : couper les noix de Saint-Jacques en tranches fines et les mettre à mariner dans l’huile de pépins de courge. Réserver au froid. Préparer le velouté de topinambours : éplucher les topinambours, les couper en gros morceaux et les faire cuire dans le bouillon. Compter 10 minutes pour qu’ils soient tendres. Mixer les topinambours avec un peu de liquide de cuisson jusqu’à l’obtention d’une purée très fine et assez fluide. Assaisonner et réserver. Préparer les bâtonnets de pommes  : couper les pommes en 2 dans la hauteur – on doit voir au centre les pépins en étoile. Les couper en lamelles de 2  mm d’épaisseur. Détailler des bâtonnets, les citronner et les réserver. Préparer la sauce verte : effeuiller la coriandre et ciseler les feuilles. Récupérer le reste de la chair des pommes, la couper en petits morceaux. Dans un petit mixeur, réduire en pâte épaisse la chair de la pomme, l’huile neutre, les feuilles de coriandre et 2 cuillerées à soupe de pistaches. Saler et réserver. 20 Yummy Magazine

Finition et dressage : verser un peu de velouté de topinambours au fond d’assiettes creuses. Égoutter les lamelles de Saint-Jacques et les déposer sur le velouté de topinambours. Assaisonner de fleur de sel. Dresser les bâtonnets de pomme verte sur les Saint-Jacques, déposer des gouttes de sauce verte tout autour et parsemer des pistaches restantes.

Notes

: pour trancher noix finement, les passer au congélateur une dizaine de minutes. Elles n’ont pas une forme régulière, il y a un côté bombé. La tranche du côté bombée sera un peu plus épaisse que les autres, vous la placerez au milieu de l’assiette sous la rosace. Pour que les bâtonnets de pommes ne s’oxydent pas, les citronner dès qu’ils sont coupés. Ne jetez pas le liquide de cuisson des topinambours. Commencez par en mettre très peu pour mixer le velouté. Ajustez la quantité pour obtenir la fluidité d’une purée liquide. La pâte verte n’a pas besoin d’être totalement lisse. Si vous voulez accentuer ses saveurs, remplacer une cuillerée d’huile neutre par une de pépins de courge.

Recettes & photos :


[ Épater les convives ]

Risotto aux moules & brocoli Pour 4 personnes : 1 l de moules 300 g de riz arborio ou carnaroli Bouillon de légumes chaud 2 verres de vin blanc sec 50 g de beurre 3 échalotes 200 g de bouquets de brocoli 1 c. à soupe d’huile d’olive 75 g de parmesan râpé 25 g de beurre Quelques copeaux de parmesan pour la décoration

Nettoyer soigneusement les moules et les faire ouvrir à feu vif avec 1 verre de vin blanc sec. Lorsqu’elles sont un peu refroidies, les décoquiller et les réserver. Filtrer le jus de cuisson. Ajouter du bouillon de légumes pour obtenir 1 litre de liquide chaud. Laver le brocoli et le couper en petits morceaux. Réserver. Éplucher et émincer finement les échalotes. Chauffer doucement l’huile d’olive et faire revenir les échalotes jusqu’à ce qu’elles soient transparentes. Ajouter le riz et remuer pendant 3 minutes environ pour qu’il soit bien enrobé et brillant. Verser le verre de vin blanc restant et, à feu assez vif, le faire évaporer. Verser alors une louche de liquide chaud et dès qu’il est absorbé, ajouter une autre louche, et ainsi de suite. Au bout de 10 minutes, incorporer le brocoli et poursuivre la cuisson. Après 20 minutes, le riz est al dente et crémeux. Couper le feu avant d’incorporer le parmesan râpé et le beurre. Bien remuer, puis ajouter les moules avec délicatesse. Rectifier l’assaisonnement si nécessaire, en n’oubliant pas de poivrer généreusement. Dresser immédiatement en moulant le riz à l’emporte-pièce ou en le versant dans une assiette creuse. Servir bien chaud. Décorer éventuellement de copeaux de parmesan et ou quelques moules entières réservées.

: Mamina - Et si c’était bon Yummy Magazine

21


[ Épater les convives ]

Filet de boeuf cuisson basse température sauce au foie gras & fève tonka Pour la sauce au foie gras : 30 cl de bouillon de bœuf léger 2 petits oignons 1 feuille de laurier 3 cl de porto rouge 1 tranche de foie gras poêlée (env. 100 g) 20 cl de crème entière Poivre Fève tonka Pour la viande : 1 filet de bœuf entier (environ 600 g) 2 c. à soupe de beurre à rôtir (ou 1 c. à soupe d’huile + 1 c. à soupe de beurre) 4 tranches de foie gras (env. 200 g) Farine Préparer la sauce : Dans une petite casserole, porter le bouillon de bœuf à ébullition. Ajouter l’oignon, la feuille de laurier et le porto. Faire réduire aux trois quarts en remuant de temps en temps. Une fois le bouillon réduit, le filtrer à travers un tamis fin en pressant bien pour faire sortir le jus. Remettre la sauce dans la casserole, ajouter le foie gras poêlé coupé grossièrement ainsi que la crème, puis mixer le tout au mixer plongeant. Filtrer de nouveau si besoin. Rectifier l’assaisonnement (attention à ne pas trop saler), puis ajouter une petite pincée de fève tonka et réserver. Préparer la viande et le foie gras : Préchauffer le four à 60 °C. Il est important d’avoir un morceau de filet de bœuf entier pour le faire cuire à basse température. Si elle est déjà tranchées, la viande risque d’être trop cuite et moins tendre.

Recette & photo : Claude-Olivier - 1001 Recettes 22 Yummy Magazine

Dans une poêle, faire chauffer une cuillerée de beurre. Saler et poivrer le filet juste avant cuisson sur toutes les faces. Faire colorer le filet de bœuf sur tous les côtés. Retirer de la poêle et le transférer dans une feuille de papier aluminium. Assaisonner d’un tour de moulin à poivre, bien fermer le papier et enfourner. Compter 30 à 45 minutes selon la taille. Si la cuisson n’est pas assez rapide, monter un peu la température du four au dernier moment. Une fois la température atteinte, il faut que tout le reste soit prêt à dresser, car la viande refroidit rapidement. En parallèle à la cuisson de la viande, couper 4 tranches de foie gras et les fariner très légèrement sur les deux faces. Tapoter pour ôter l’excédent de farine. Saler et poivrer. Les cuire dans une poêle bien chaude sans matière grasse, 2 minutes sur chaque face. Retirer de la poêle, et laisser égoutter brièvement sur un papier absorbant.


[ Épater les convives ] Dressage : Dresser les légumes et la purée, à l’aide d’une poche à douille, dans les assiettes. Découper le filet de bœuf et déposer les tranches dans l’assiette avec le foie gras. Finir avec un filet de sauce bien chaude tout autour.

Notes : le temps de cuisson de la viande dépend

de votre four et de la taille de la viande : pour une viande saignante, la température à cœur doit être de 56 °C. Piquez un thermomètre à sonde dans la viande afin de suivre la température pendant toute la cuisson. Préchauffez vos assiettes pour avoir un plat servi chaud à vos convives, car il est souvent délicat de servir un plat avec autant d’éléments très chauds. La sauce peut être préparée le matin, voire la veille. Conservez-la au frais dans un récipient hermétique. Au moment de servir, réchauffezla doucement, en ajoutant, si elle est trop épaisse, un peu de crème. Si elle est trop liquide, ajoutez 1 c. à café de maïzena délayée dans 2 c. à soupe d’eau. Pour le service, il plus joli de mettre un peu moins de sauce dans l’assiette et de servir le reste dans une saucière pour les personnes qui désireraient en ajouter. La fève tonka donne une saveur originale. Si vous ne l’aimez pas, remplacez-la par une pincée de mélange cinq épices. La purée est meilleure si elle est faite minute, mais ce n’est pas toujours possible… Il vaut mieux vaut la préparer complètement (sans l’huile de truffe) que de précuire les pommes de terre et la finir ensuite, car la purée deviendrait élastique. Réchauffez-la doucement dans une casserole en mélangeant soigneusement pour qu’elle n’attache pas et en ajoutant si besoin un peu de liquide pour la détendre. Les accompagnements peuvent être réalisés un peu à l’avance, il suffira de les réchauffer, juste avant de servir, dans une poêle. Le foie gras doit être fait au dernier moment, car il se réchauffe très mal. La viande peut être saisie à l’avance, emballée dans du papier aluminium et cuite au dernier moment.

Purée à la truffe & accompagnements Pour la purée à la truffe : 600 g de pomme de terre pour purée (bintje par exemple) 30 g de beurre 20 cl de lait chaud Noix de muscade 2 ou 3 c. à soupe d’huile de truffe 1 petite truffe noire coupée en fines lamelles (facultatif) Accompagnements : 2 tranches de courges de 1 cm d’épaisseur 16 tomates cerises Huile d’olive Éplucher les pommes de terre et les couper en deux. Dans une casserole d’eau bouillante salée, les faire cuire 20 à 25 minutes, selon leur taille. Une fois les pommes de terre cuites, les égoutter et les passer au presse-purée immédiatement pour ne pas obtenir une purée « élastique ». Ajouter le lait chaud, le beurre, une pincée de sel et de noix de muscade. Mélanger énergiquement jusqu’à obtention d’une préparation onctueuse. Juste avant de servir, ajouter l’huile de truffe, bien mélanger. Badigeonner les tomates avec un peu d’huile d’olive. Les faire confire dans un four chauffé à 200 °C pendant une dizaine de minutes. La peau doit juste éclater par endroits. Détailler les tranches de courge à l’aide d’un emporte-pièce. Les blanchir 1 minute dans de l’eau bouillante salée. Égoutter délicatement, puis terminer la cuisson dans une poêle avec un peu de matière grasse, sur feu doux. Au dernier moment, réchauffer le tout et assaisonner d’une pointe de fleur de sel et d’un tour de moulin à poivre. Yummy Magazine

23


R e n c o n t r e av ec... par Stéphanie

Fabien Rouillard Chef Pâtissier de Fauchon Promenade dans la ‘‘ Forêt Enchantée ’’de Fabien Rouillard C’est la seconde fois que ma route croise celle de Fabien Rouillard. Il y a deux hivers de cela, nouvellement arrivé chez Fauchon, il nous avait reçus dans le laboratoire de la maison. Deux ans après, c’est un homme toujours aussi serein que je retrouve, des projets toujours plein la tête. Ce qui frappe d’abord chez Fabien, c’est sa voix douce et posée et cette sorte de force tranquille qui se dégage de lui. Peut-être le fruit de ses multiples expériences précédentes, car l’homme a un parcours assez atypique. En effet, avant d’être appelé auprès de Fauchon, Fabien Rouillard a déjà connu plusieurs vies, comme cet épisode de Casque bleu de 22 mois qui l’a beaucoup changé, qui reste une expérience humaine très intense et qui a façonné son esprit d’équipe. De cette aventure, il dit avoir appris à canaliser son énergie et ses sentiments.

La trentaine verra l’avènement de son entreprise de conseil : «  Création Conseil Dessert  », un super-laboratoire de 100  m² basé dans le 18e arrondissement de Paris, fournisseur d’idées pour restaurateurs et entreprises de l’agroalimentaire. Une belle aventure de 11 ans, avant que Fauchon ne l’appelle pour succéder à Christophe Adam.

Car Fabien se définit comme quelqu’un d’assez impulsif : c’est sur un coup de tête qu’il part à Londres rejoindre la Maison des Sorbets à 19 ans où il apprend une belle méthode et la patience avant de faire son service militaire. Mais c’est surtout chez «  Lucas Carton  » (le restaurant d’Alain Senderens) que Fabien prend ensuite son essor, une période qu’il résume comme un épisode de grande créativité. C’est l’époque du travail autour d’un ingrédient, puis des accords mets/vins.

Difficile, avec un tel passé couronné de succès, d’imaginer le stress du pâtissier avant de présenter sa bûche de Noël. Et pourtant chaque année, il s’agit de la même tension, des mêmes interrogations : est-ce que cette nouvelle création plaira au public  ? Fabien a gentiment accepté de lever le voile sur son travail autour de sa bûche « Trésor des Forêts ». De quoi nous immerger dans les fêtes de fin d’année avant l’heure…

24 Yummy Magazine


[ Rencontre avec... ]

Comment s’est élaborée la bûche de Noël 2013 ? FB : Chez Fauchon, nous raisonnons en termes de collections. Cette année, le thème est celui de la Forêt Enchantée. J’ai essayé de faire la part belle à des ingrédients peu utilisés en pâtisserie : le marron glacé, la farine de châtaigne et le kumquat de chez M. Bachès. Avec Patrick Pailler (ndlr : chef pâtissier chez Fauchon), nous avons concentré nos efforts dans la bûche « Trésor des Forêts », composée d’une mousse de chocolat noir garnie d’une pâte de kumquats sur une base de biscuit aux brisures de marrons glacés et de farine de châtaignes torréfiées. En général, nous commençons à réfléchir à la bûche un an avant ; il faut compter environ un mois et demi pour décider de la forme et des saveurs, puis 3 mois pour la réalisation. La bûche définitive ne prend sa forme définitive qu’au bout de 4-5 mois.

Quelle est la difficulté technique principale dans la réalisation de cette bûche ? FB : Réaliser une bûche est un exercice difficile : il faut comprendre les ingrédients pour pouvoir les transformer au mieux. J’essaie de transmettre la foi que j’ai dans les bons produits. «  Trésor des Forêts  » est composée en «  modules  »  : la bûche étant portionnable, les proportions doivent être les mêmes pour chaque part (ndlr : elle est vendue à partir du 6 décembre en portions en boutique). La difficulté principale réside dans l’accord  : j’avais par exemple commencé à travailler sur des mûres arctiques, mais l’accord était trop amer avec le chocolat. Quels sont pour vous les critères d’une bonne bûche ? FB : Avant tout, cela doit être bon ! Et bien sûr, le plus « beau » possible. Elle doit pouvoir être coupée correctement. Yummy Magazine

25


[ Rencontre avec... ]

Rencontre avec Fabien Rouillard (suite ) En fait, on pourrait dire que trois éléments doivent être respectés : l’effet de surprise, la texture, et des goûts francs –  le moins de mélanges possible, seulement deux ou trois ingrédients principaux. Comment définiriez-vous la petite touche en plus que vous apportez depuis que vous êtes chez Fauchon ? FB : J’aime travailler sur l’assaisonnement. C’est un mot inattendu quand il s’agit de pâtisserie mais qu’il s’agisse de sel, de citron, d’une purée de gingembre, de piment d’Espelette ou de différents sucres – du sirop de raisin vieilli en fût de chêne notamment  – c’est un élément central de la pâtisserie, et pourtant peu usité en pâtisserie « boutique ». Par exemple, la farine de châtaignes torréfiées que nous utilisons dans la bûche cette année constitue un assaisonnement, puisqu’il s’agit là de lui enlever son amertume et de relever le goût. Qu’évoque Noël pour vous ? FB : Je travaillais tout le temps à Noël : j’aidais mes parents dans le laboratoire (ndlr  : ses parents étaient traiteurs). Que signifie pour vous le mot yummy  ? Quel est votre dessert le plus yummy ? FB : La gourmandise ! Et je dirais que l’entremet Éclat de Fauchon (à base de noisette, d’orange sanguine et de chocolat blanc) est l’un des plus gourmands. Quel est votre ingrédient préféré ? FB : Toutes les variétés d’agrumes  ! Qu’ils soient en jus, en purée… j’aime leurs multiples utilisations et le fait qu’on peut jouer sur les textures en les travaillant comme on le souhaite. Ils combinent fraîcheur, acidité et amertume, c’est un produit docile, qu’on peut également utiliser en salé.

26 Yummy Magazine

Quel est votre ustensile fétiche ? FB : La Microplane®. J’en ai tout le temps besoin, elle est essentielle pour assaisonner un dessert. Et une fourchette aussi, j’en ai toujours une sous la main  : bien pratique pour gratter les agrumes, faire des jus «  minute  » ou des copeaux de chocolat improvisés. Auriez-vous un conseil pour tous ceux qui se lanceraient dans la bûche de Noël pour les fêtes de fin d’année ? FB : (avec un sourire malicieux) Il faut venir la prendre chez Fauchon  ! Sinon, une bûche roulée, traditionnelle, restera toujours une valeur sûre.

Bûche Trésor des Forêts : 15 euros la part individuelle disponible à partir du 6 décembre 2013 dans les magasins Fauchon, à Paris et à l’étranger 60 euros la bûche 4 parts, 90 euros la bûche 6 parts, 120 euros la bûche 8 parts (uniquement sur commande et à partir du 20 décembre) La bûche "Trésor des Forêts" est composée d'une mousse de chocolat noir garnie d'une pâte de kumquats à peine cuits pour en préserver toute la saveur. Un zeste de bergamote apporte de la fraîcheur. À sa base se trouve un biscuit aux brisures de marrons glacés et de farine de châtaigne torréfiée. La bûche est habillée d'un velours de chocolat noir et s'accompagne d'une amande d'or renfermant un crémeux au chocolat au lait relevé d'une touche de kumquat.


Po u r l a pe t i t e h i s to i r e par Tiuscha

La bûche de Noël Quand nos voisins européens privilégient les brioches enrichies de fruits confits, biscuits à thèmes et autres friandises, nous autres Français optons pour la bûche, LE dessert traditionnel pâtissier de Noël.

E

lle rappelle le véritable morceau de bois que nos ancêtres celtes brûlaient lors de Yule, le Solstice d’hiver –  flammes symbolisant le retour du soleil et de la lumière. Si la Sainte-Lucie et Noël se sont substitués aux anciens rites païens, la tradition de la bûche brûlée dans l’âtre perdura dans de nombreuses régions  françaises jusqu’au XXe siècle  : il pouvait s’agir d’un tronc ou d’une souche de hêtre, d’ormeau, de chêne, d’un arbre fruitier comme l’olivier en Provence  ; on choisissait la «  coque  » (ou coquille), la partie du tronc la plus épaisse, dont la combustion durerait toute la nuit de Noël…

(signifiant « bois d’olivier  » en provençal) ou encore, cossa («  bûche  » en occitan) dans le Sud… Cette tradition inspira plusieurs pâtissiers au XIXe siècle sans que l’on sache à qui attribuer la paternité de la bûche pâtissière. Dans le Mémorial de la pâtisserie et des glaces, publié en 1898, « le plus célèbre pâtissier de la Belle Époque », Pierre Lacam, propose une «  bûche pour garnir de glace  »  : il s’agissait d’une plaque de pâte d’amandes roulée autour d’une bouteille puis collée au sucre cuit avant d’être garnie de glace frappée et couverte de fondant au chocolat.

Cette tradition s’accompagnait de nombreuses superstitions : dans certaines régions, on plaçait autant de bûches dans l’âtre que de personnes habitant le foyer. Plus le bois était dur, mieux cela valait  : en effet, la bûche devait se consumer sans que le feu ne s’éteigne au risque de voir de grands malheurs s’abattre sur le foyer.

Une recette de bûche à la ganache chocolat figurerait dans un livre de recettes du chocolatier Félix Bonnat, datant de 1884.

Dans certaines régions, elle devait même brûler pendant trois jours : on nommait alors la bûche « trefeu » ou « frefouet » signifiant « trois feux » (on retrouve cette appellation en Normandie, en Lorraine, en Berry…)  ; certains feux étaient même entretenus durant les douze jours des fêtes de Noël ! Elle est nommée kef nedelek en Bretagne, trifougeau en Poitou, suche en Bourgogne, tronche en Franche-Comté, cacho fio, calignaou

Toujours est-il que, depuis le XIXe siècle, la bûche a évolué de concert avec les modes et la créativité des pâtissiers modernes qui ont su renouveler cette spécialité pâtissière classique, tant dans l’esthétique que dans les saveurs…

Enfin, d’après d’autres sources, la bûche pâtissière recouverte de crème au beurre imitant l’écorce du bois aurait été inventée par Antoine Charabot en 1874.

Yummy Magazine

27


C r é at i o n s d e N o ë l

Pierre Hermé

Noël à la Montagne II La Maison du Chocolat

La bûche Conte de Noël

Les rennes aux bois enneigés se mettent à rêver Noël. Ils nous conduisent vers un univers chocolaté, fruité et enivrant. Sabayon et gelée font pétiller les cubes de poire Williams flambés. Les notes festives du champagne associées au chocolat révèlent la sophistication d’une poire ronde et fondante… et nous transportent du conte à la réalité.

La bûche de Noël revêt ses habits de fête pour célébrer la typicité d’une cuvée unique originaire de l’île de Trinidad, le chocolat Gran Couva. Biscuit macaron chocolat, biscuit moelleux au chocolat, mousse et ganache au chocolat Pure Origine Trinidad Pour 16 personnes et plus - En série limitée - 200 euros Disponible du 6 au 31 décembre 2013

Taille unique de 6/8 personnes - 120 euros - Disponible en boutique du 21 au 24 décembre 2013.

Toupargel

Moskova

Charmeur, ce dessert, signé Philippe Gauvreau, 2 étoiles Michelin, semble dessiné par la neige et saupoudré d’étoiles. Sous le manteau immaculé de crème glacée citron, se révèle un sorbet à la fraise, souligné d’une sauce à la fraise… le tout délicatement posé sur un biscuit macaron framboise. Un dessert aérien, pour finir le repas de fêtes sur une touche légère et élégante. Pour 8 personnes 14.95 euros Disponible à partir du 05 novembre 2013

Häagen-Dazs

Le Crépuscule - Nuage orange

Une friandise absolue avec l’alliance de deux parfums iconiques, Dulce de Leche et Cookies & Cream séparés par un biscuit macaron au chocolat que relève une sauce au caramel beurre salé. Une base de biscuit croustillant au chocolat au lait parachève la recette. Pour 6 à 8 personnes - Prix de vente 49 euros - Disponible du 2 décembre 2013 au 4 janvier 2014, dans les boutiques Häagen-Dazs en France, Belgique et Hollande

Christophe Roussel

Les bonnets surprise

Sous ces petits dômes rouge et blancs rappelant le bonnet du Père Noël, des parfums étonnants et vitaminés : cranberry, acérola et cheesecake. A croquer sans hésiter avec le pompon-chou, garni de crème légère ! Pour 6 personnes - Série limitée - 60 euros 28 Yummy Magazine


Et si cette année on décidait de

Zapper la bûche ?

Parce que j’ai pas de moule à bûche… Mais si vous en avez un, il y a des recettes quelques pages plus loin…

29

Yummy Magazine


[ Zapper la bûche ]

Pour 4 entremets de 7 cm de diamètre : Pour le pain d’épice : 100 ml de lait 100 g de miel 75 g de beurre 50 g de cassonade 140 g de farine ½ sachet de levure chimique 1 c. à café de quatre-épices 1 œuf Pour la couche de chocolat à la feuillantine : 50 g de chocolat au lait pâtissier 20 g de feuillantine Pour la couche de fruits : 1 pomme 1 poire ½ gousse de vanille 1 c. a soupe de sucre en poudre 1 c. à soupe de jus de citron Pour la mousse au caramel : 120 g de chocolat blanc pâtissier 40 g de lait 30 g de sucre 1 feuille de gélatine 4 c. à soupe + 120 g de crème fleurette Pour le nappage caramel : 30 g de sucre en poudre 60 g de crème fleurette ½ feuille de gélatine

30 Yummy Magazine

Entremets aux pommes, poires caramel & pain d’épice


[ Zapper la bûche ]

Entremets aux pommes, poires, caramel & pain d’épice ( À préparer de préférence la veille ) Préparer le pain d’épice : Faire tiédir le lait à feu doux. Ajouter le miel, la cassonade et le beurre. Remuer jusqu’à dissolution complète. Réserver. Préchauffer le four à 180 °C. Verser la farine, la levure et le quatre épices dans un saladier. Ajouter le mélange au miel dans le saladier et mélanger au fouet jusqu’à obtenir un mélange bien homogène. Incorporer l’œuf. Verser le tout dans un moule carré beurré de 22 cm, à fond amovible de préférence. Enfourner 20 minutes à 180 °C puis baisser la température à 150  °C et cuire encore 10 minutes. Démouler et laisser refroidir. Découper 4 disques de pain d’épice à l’aide d’un emportepièce de 7 cm de diamètre. Préparer la couche de chocolat à la feuillantine : Faire fondre le chocolat au bain-marie. Ajouter la feuillantine. Bien mélanger. À l’aide d’une spatule, étaler le chocolat sur les disques de pain d’épice en couche fine. Réserver au réfrigérateur. Tapisser les cercles de papier sulfurisé ou de bandes de rhodoïd.

Placer un rond de pain d’épice au fond de chaque cercle. Préparer la couche de fruits : Éplucher la pomme et la poire. Les couper en fine brunoise. Gratter les graines de la gousse de vanille et les mélanger avec le jus de citron. Dans une poêle, faire fondre le sucre à sec jusqu’à l’obtention d’un caramel clair. Ajouter les cubes de fruits et mélanger. Laisser refroidir le mélange puis en déposer une couche de 1 à 1,5 cm d’épaisseur dans les cercles. Bien tasser pour obtenir une surface lisse. Préparer la mousse au caramel : Mettre la feuille de gélatine à tremper dans un bol d’eau froide. Faire chauffer le lait. Faire fondre à sec les 30  g de sucre jusqu’à l’obtention d’un caramel ambré. Ôter du feu et ajouter le lait chaud en mélangeant bien pour dissoudre l’ensemble. Si besoin, refaire chauffer pour bien faire fondre le sucre. Ajouter la feuille de gélatine essorée et bien mélanger. Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie. Ajouter le lait au caramel en 3 fois en remuant rapidement après chaque ajout

afin d’obtenir une crème lisse, brillante et élastique. Ajouter les 4 cuillerées de crème fleurette pour détendre la préparation. Réserver jusqu’à ce que le mélange soit revenu à température ambiante. Monter la crème fleurette en chantilly et l’incorporer délicatement à la préparation chocolat/caramel. Le mélange doit être semi-épais. Couler sur la couche de fruits dans les cercles. Préparer la couche de caramel : Faire ramollir la demi-feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Chauffer la crème fleurette. Dans une casserole, cuire à sec 30  g de sucre jusqu’à l’obtention d’un caramel ambré. Ôter du feu, ajouter la crème chaude puis la demifeuille de gélatine. Bien mélanger. Quand le mélange est à température ambiante, napper les entremets de caramel avec une spatule. Mettre au congélateur. Les entremets doivent être sortis 4 à 5 heures avant dégustation. Enlever les cercles et le papier rhodoïd ou sulfurisé dès la sortie du congélateur et mettre au réfrigérateur pour qu’ils décongèlent doucement.

Recette & photo : Julia - La « Pose » Gourmande Yummy Magazine

31


[ Zapper la bûche ]

Pour la glace à la vanille : 6 jaunes d’œufs 150 g de sucre en poudre 30 cl de lait entier 45 cl de crème liquide 3 gousses de vanille

Pour la meringue : 6 blancs d’œufs Le jus d’un citron 1 pincée de sel 180 g de sucre en poudre 180 g de sucre glace

Pour le sorbet myrtille : 2 bocaux de 310 g de myrtilles sauvages (correspond à 220 g de myrtilles + 40 cl d’eau) 150 g de sucre en poudre 2 yaourts nature

Pour la crème fouettée : 30 cl de crème liquide bien froide 250 g de mascarpone 50 g de sucre en poudre 1 c. à café d’extrait de vanille

Pour le coulis de myrtille : 1 bocal de 310 g de myrtilles sauvages (correspond à 110 g de myrtilles) 50 g de sucre en poudre Décor Quelques perles argentées

Vacherin glacé La veille : Commencer la préparation de la glace à la vanille : Dans une grande casserole, verser le lait et la crème. Fendre les gousses de vanille en deux dans la longueur, les gratter pour récupérer les graines. Ajouter les gousses et graines dans la casserole. Porter à ébullition. Arrêter aussitôt. Laisser infuser 10 minutes. Filtrer. Fouetter les jaunes et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Verser dessus le mélange lait et crème. Bien mélanger et reverser dans la casserole. Faire chauffer à feu très doux en remuant sans cesse jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe la cuillère. Verser dans un grand bol. Laisser refroidir puis placer au frais jusqu’au lendemain (au moins 8 heures). 32 Yummy Magazine


[ Zapper la bûche ]

Note

: la crème ne doit pas dépasser 80 °C lors de la cuisson, car les jaunes risquent de coaguler et de rendre la crème granuleuse. Si cela arrive, arrêtez aussitôt la cuisson et fouettez la crème avec un batteur électrique. Le jour même : Préparer les meringues : Préchauffer le four à 85 °C. Monter les blancs en neige, avec le jus du citron et la pincée de sel. Lorsqu’ils commencent à être bien fermes, ajouter le sucre en poudre en 3 fois en continuant de battre. Quand la meringue est bien épaisse, ajouter le sucre glace en mélangeant délicatement avec un fouet à main. Verser la meringue dans une poche à douille munie d’une douille ronde de 1  cm de diamètre. Sur des plaques recouvertes de papier cuisson, former 2 disques de meringue de 1  cm d’épaisseur et de 20  cm de diamètre. Former ensuite 20 bâtonnets de 5 cm de longueur. Saupoudrer de sucre glace. Enfourner pendant 3 heures. Lorsque les meringues sont prêtes, les laisser refroidir dans un endroit sec. Note : pour former les disques de meringue, dessiner des cercles de 20 cm de diamètre sur l’envers du papier cuisson. Se servir de ces tracés pour réaliser les disques, en partant de l’extérieur et en allant vers l’intérieur.

Commencer la préparation du sorbet myrtille : Égoutter les myrtilles au-dessus d’une casserole. Mélanger le jus récupéré avec le sucre et porter à ébullition pendant 1 minute. Mixer les myrtilles avec le sirop obtenu et les yaourts. Verser dans un grand bol et placer au réfrigérateur au moins 4 heures.

Préparer le coulis de myrtille : Bien égoutter les myrtilles avant de les mixer avec le sucre en poudre. Réserver au frais.

Terminer la glace à la vanille : Verser la crème à la vanille dans la cuve de la sorbetière et laisser turbiner 30 minutes.

Finir le dressage : À l’aide d’une spatule, recouvrir tout le pourtour de crème fouettée et coller les bâtonnets de meringue en les espaçant régulièrement. À l’aide d’une poche munie d’une douille cannelée, dresser de la crème fouettée entre les bâtonnets de meringue et former des petites rosaces tout autour sur le haut du vacherin. Verser au centre le coulis de myrtille. Décorer avec des perles argentées. Remettre au congélateur.

Commencer le dressage : Disposer un disque de meringue sur un support cartonné (ou un plat pouvant aller au congélateur). À l’aide d’une poche, ou à défaut d’une spatule, recouvrir la meringue de glace à la vanille. Placer le second disque de meringue dessus, lisser les bords puis entreposer au congélateur. Terminer le sorbet myrtille : Verser la préparation à base de myrtilles mixées dans la cuve de la sorbetière et laisser turbiner 30 minutes. Poursuivre le dressage : Recouvrir le second disque de meringue avec le sorbet myrtille. Lisser et remettre rapidement au congélateur au moins 1 heure pour que le sorbet durcisse.

Préparer la crème fouettée : Fouetter ensemble la crème, le mascarpone, le sucre et l’extrait de vanille jusqu’à l’obtention d’une consistance bien épaisse.

30 minutes avant de le servir, sortir le vacherin du congélateur et le placer au réfrigérateur.

Note :

pour une réalisation plus rapide, achetez 1 litre de glace à la vanille et 1 litre de sorbet myrtille de bonne qualité. Les laisser quelques minutes à l’air ambiant pour les ramollir avant d’en recouvrir les disques de meringue.

Recette & photo : Émilie - Common cook Yummy Magazine

33


[ Zapper la bûche ]

Saint-honoré aux marrons & kirsch Pour un saint-honoré de 20 cm de diamètre : 1 pâte feuilletée 200 g de crème de marrons vanillée 30 g de brisures de marrons glacés Pour la crème légère au kirsch : 33 cl de lait 2 œufs 100 g de sucre 40 g de farine

1 pincée de sel 5 cl de kirsch 80 g de crème liquide Pour le glaçage au marron : 15 g de lait concentré sucré 35 g de crème liquide 65 g de crème de marrons 1 c. à soupe de rhum brun ½ feuille de gélatine (1 g) Pour la pâte à choux : 125 ml de lait 125 ml d’eau

Préparer la crème légère au kirsch : Faire bouillir le lait. Pendant ce temps, battre les jaunes avec la farine, le sucre et le sel. Ajouter le lait bouillant puis transvaser le tout à nouveau dans la casserole et cuire en remuant jusqu’à ce que le mélange épaississe. Débarrasser dans un bol, ajouter le kirsch et laisser refroidir. Battre la crème liquide en chantilly. Une fois la crème pâtissière froide, ajouter la crème fouettée et réserver au réfrigérateur. Préparer le glaçage aux marrons : Faire ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide. Faire bouillir tous les autres ingrédients puis ajouter la gélatine essorée hors du feu. Laisser tiédir.

34 Yummy Magazine

110 g de beurre 10 g de sucre 1 c. à café de sel 140 g de farine 5 œufs Pour la chantilly vanillée : 125 g de crème liquide 1 c. à soupe de mascarpone 1 c. à soupe de sucre glace ½ gousse de vanille


[ Zapper la bûche ]

Préparer la pâte à choux : Faire bouillir le lait, l’eau, le beurre, le sucre et le sel. Ajouter en une seule fois toute la farine et mélanger avec une cuillère en bois jusqu’à ce que la pâte se détache des parois de la casserole. Sécher la pâte quelques minutes sur feu doux puis transvaser dans le bol du robot. Incorporer les 4 premiers œufs un à un en battant. Battre le 5e œuf et l’incorporer petit à petit jusqu’à obtenir la bonne consistance : une pâte souple et homogène, légèrement collante, mais pas liquide. Étaler la pâte feuilletée et y détailler un disque de 20 cm de diamètre. À la poche à douille, dresser une couronne de pâte à choux sur la pâte feuilletée à environ 1  cm du bord. Enfourner pendant 25 minutes à 180 °C. Dresser le reste de pâte en choux d’environ 2 cm de diamètre et faire cuire 20 minutes à 180 °C. Préparer la chantilly vanillée : Fouetter la crème et le mascarpone en chantilly ferme puis ajouter le sucre glace et les graines de la demi-gousse de vanille. Réserver au réfrigérateur. Montage : Garnir les choux de crème au kirsch puis les glacer avec le glaçage aux marrons tiédi. Réserver au réfrigérateur pour faire figer le glaçage. Pendant ce temps, garnir le fond du saint-honoré d’une couche de crème au kirsch et recouvrir d’une couche de crème de marrons vanillée. Coller les choux sur la collerette de pâte à choux avec une pointe de glaçage. Garnir de chantilly vanillée à l’aide d’une poche à douille. Décorer de brisures de marrons glacés.

Recette & photo : Sandra - Cuisine addict Yummy Magazine

35


Délice de poires à l’amande

36 Yummy Magazine


Nat u r e l l e m e n t b o n par Delphine

Texte, recette & photo

Joyeuses fêtes Saines ! Concocter des petits plats sains pour les fêtes de fin d’année ne signifie en aucun cas faire l’impasse sur la gourmandise – bien au contraire !

châtaigne – pour une petite note rustique. Et, cette année, troquez la terrine de foie gras contre de délicieuses rillettes de poisson ou de viande !

Essayez autant que possible de préparer vous-même vos apéritifs, entrées, plats et desserts, et privilégiez des produits, de saison, locaux et, si possible, bio. Vous aurez ainsi la certitude que leur culture ou leur élevage n’a nécessité aucun pesticide ou produit chimique. De plus, cueillis à pleine maturité ou élevés en plein air, ils n’en seront que plus savoureux. Inutile alors de chercher des recettes compliquées pour les sublimer !

Saisissez simplement vos viandes ou poissons à la poêle, avec une noisette de bon beurre frais, ou optez pour une cuisson lente en cocotte ou en croûte de sel. Servez-les avec des céréales, des légumineuses ou divers « légumes oubliés ».

Nul besoin de trop sucrer vos desserts pour les rendre plus festifs et gourmands. Préférez le sucre de canne (non raffiné ou complet) ou les sucres alternatifs naturels (miel, sirop d’agave ou d’érable, sucre de coco ou de Pour vos canapés, proposez des toasts de bouleau) au sucre blanc, vergeoise et autres pains ou des blinis à base de farine semi- sucres roux raffinés. Pour le chocolat, complète (T80), complète (T110) ou de privilégiez celui avec au moins 70 % de farines plus goûteuses  –  sarrasin, seigle ou cacao.

Délice de poires à l’amande Pour un moule de 20 cm de diamètre : 3 œufs Quelques gouttes d’extrait d’amandes amères 10 c. à soupe de sirop d’agave 50 g d’amandes en poudre 1 c. à soupe de farine de blé T80 1 kg de poires bio ou non traitées

1 poire pour la décoration 1 c. à soupe d’extrait de vanille 15 cl de crème d’amande cuisine (rayon bio) 2 g d’agar-agar + 1 c. à café rase 1 noisette de beurre Cacao en poudre pour la décoration (facultatif)

Yummy Magazine

37


[Naturellement bon]

Délice de poires à l’amande (suite) Préchauffer le four à 150 °C. Séparer les blancs des jaunes d’œufs, en mettant dans un premier saladier 2 blancs et dans un second, le blanc d’œuf restant (il servira pour la réalisation de la mousse de poire). Fouetter les jaunes d’œufs avec l’extrait d’amandes et 6 cuillerées à soupe de sirop d’agave jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne mousseux.Ajouter les amandes en poudre et la farine, mélanger et réserver. Monter les 2 blancs d’œufs en neige puis les incorporer délicatement à la préparation. Verser dans un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre environ, enfourner 15 minutes. Réserver le biscuit dans son moule et laisser refroidir. Pendant ce temps, préparer la mousse  : éplucher et vider les poires, les couper en petits morceaux et les mettre dans une casserole avec l’extrait de vanille. Mélanger, couvrir et laisser cuire à feu doux pendant 10 minutes environ ou jusqu’à ce que les poires aient rendu un maximum de jus. Retirer du feu, égoutter et réserver 15 cl du jus obtenu. Remettre les poires dans la casserole, les saupoudrer de 2  g d’agar-agar et porter à ébullition 2 minutes en mélangeant de temps en temps. Verser la purée de poires dans le bol d’un blender ou d’un robot. Ajouter la crème d’amande et 3 cuillerées à soupe de sirop d’agave, puis mixer le tout.

38 Yummy Magazine

Monter le blanc d’œuf restant en neige et l’incorporer à la crème de poires. Verser la mousse dans le cercle à pâtisserie sur le biscuit aux amandes et réserver au frais pendant 2 heures. Verser le jus de cuisson des poires dans une casserole, ajouter la cuillerée d’agar-agar et porter à ébullition 2 minutes en mélangeant de temps en temps. Hors du feu, ajouter 1 cuillerée à soupe de sirop d’agave, mélanger puis verser sur la mousse de poires prise et refroidie. Attendre 10 minutes avant de mettre au frais au moins 4 heures. Rincer et essuyer soigneusement la poire restante, la trancher finement dans la longueur et faire revenir les lamelles 5 minutes dans une poêle avec le beurre. Retirer du feu et laisser refroidir. Déposer le bavarois à la poire sur son assiette de service, retirer délicatement le cercle à pâtisserie, saupoudrer de cacao (ou de copeaux) puis disposer les lamelles de poire. Servir sans attendre.


Délice de poires à l’amande

Yummy Magazine

39


[ BRITISH CORNER ] Pascale Weeks Texte, recette & photo

Fudges à la vanille Fudge : quel est donc ce nom étrange ?

fruits secs ou encore, des raisins macérés dans du rhum.

Ne me demandez pas de le traduire, nous n’avons pas l’équivalent en français. Le fudge fait partie des confiseries très populaires en Grande-Bretagne, même s’il semble qu’il soit né aux États Unis… pas toujours facile de s’y retrouver dans les origines des douceurs à l’anglosaxonne !

La version à la vanille est la préférée de mon beau-père Alan. Pourtant, il n’est pas particulièrement gourmand, sauf si vous lui parlez de fudges ! Je pense que c’est en souvenir de ceux que préparait son oncle, chocolatier et confiseur sur l’île de Wight.

N’hésitez pas à les préparer pour les fêtes de fin d’année, ils font un De mon côté, c’est en Grande- cadeau gourmand, original et facile Bretagne que je les ai découverts. à préparer. Vous les avez certainement remarqués, surtout si vous avez Enjoy ! séjourné dans des régions où la crème est réputée, comme dans le Devon ou dans les Cornouailles. En effet, le fudge traditionnel est à base de crème. La préparation du fudge ressemble, au départ, à une recette de caramels mous mais le mélange est ensuite travaillé assez longtemps à la main, ce qui lui donne une texture complètement différente. Le fudge est très fondant en bouche. La recette traditionnelle est nature mais il existe des centaines de variantes avec du chocolat, des

40 Yummy Magazine


[ British Corner ]

Fudges à la vanille La recette

Pour une trentaine de carrés : 400 g de sucre 15 cl de lait concentré non sucré 10 cl de lait demi-écrémé 75 g de beurre doux 1 gousse de vanille 4 pincées de fleur de sel Verser le sucre, le lait concentré non sucré, le lait, le beurre et les graines de la gousse de vanille dans une casserole. Faire chauffer sur feu doux, en mélangeant de temps en temps à l’aide d’une maryse afin de bien dissoudre le sucre. Quand le sucre est dissous et le mélange bien lisse, augmenter à feu moyen, puis faire monter le mélange à 116  °C, en mélangeant de temps en temps. Retirer la casserole du feu et ne toucher à rien jusqu’à ce que la température descende à 110 °C – ce qui prend très peu de temps. Mélanger la préparation à l’aide d’un fouet ou d’une maryse jusqu’à ce qu’elle devienne assez épaisse et difficile à travailler.

Vérifier la température, elle doit être à 60 °C. Ajouter la fleur de sel, mélanger puis verser dans un moule à cake en silicone. Couvrir de film étirable et laisser prendre jusqu’au lendemain, à température ambiante. Le lendemain, démouler sur une planche puis couper en carrés. Conserver à température ambiante dans une boîte, pendant 5 jours.

Notes : si vous n’avez pas de moule à

cake en silicone, chemiser un moule à cake avec du film étirable ou du papier cuisson.

Yummy Magazine

41


Noël en Chocolat (Gros) Dossier spécial Parce que Noël sans chocolat n’est pas vraiment Noël…

Quelles recettes choisir ? Pour les petits… Pour les grands… Pour moi… Surtout pour moi !

42 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Bûche croustillante au chocolat Express ! Le biscuit : 200 g de chocolat noir 200 g de beurre 150 g de sucre roux 6 œufs 200 g de farine 1 sachet de levure chimique Les zestes d’une orange non traitée Le croustillant : 400 g de pralinoise 1 boite de 125 g de Gavottes Nature Dans un petit récipient, couper le chocolat en morceaux ainsi que le beurre. Faire fondre au micro-ondes, par tranches de 30 secondes. Dans un autre récipient, mélanger les œufs et le sucre. Ajouter le chocolat fondu, les zestes d’orange, la farine et la levure. Bien mélanger pour obtenir une pâte homogène. Beurrer un moule à cake et le tapisser de papier sulfurisé. Verser la pâte et cuire 8 à 10 minutes au micro-ondes, selon la puissance du four.

Montage de la bûche : Disposer une tranche de cake sur un plat, la recouvrir d’une couche de croustillant, puis d’une tranche de gâteau. À l’aide d’une spatule, recouvrir entièrement la bûche du mélange croustillant. Entreposer au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Sortir la bûche 30 minutes minimum avant de la déguster.

Démouler et laisser complètement refroidir le cake. Le couper en deux dans l’épaisseur. Faire fondre la pralinoise. Émietter les gavottes. Les mélanger à la pralinoise.

Recette & photo : Nanou - On dine chez Nanou Yummy Magazine

43


[ Noël en Chocolat ]

Bûche de Noël au chocolat & noisettes Sans gluten sans œuf

1 kg de courge butternut 200 g de purée de noisettes 50 g d’huile de coco 300 g de chocolat noir 40 g de sucre de canne blond Quelques éclats de fève de cacao 1 c. à soupe de cacao en poudre

Éplucher la courge et ôter les pépins. La couper en dés et les cuire à la vapeur pendant 10 minutes. Au bain-marie, faire fondre le chocolat, la purée de noisette et l’huile de coco ensemble. Bien mélanger. Dans le bol d’un robot muni d’une lame en S, verser les dés de courge et le chocolat fondu avec la purée de noisettes et l’huile de coco. Ajouter le sucre de canne. Mixer à pleine puissance pendant 2 minutes jusqu’à obtenir une texture fine. Verser la préparation dans un moule à cake en silicone. Laisser reposer une nuit au réfrigérateur. Le lendemain, démouler la bûche, saupoudrer du cacao en poudre et décorer de quelques éclats de fèves de cacao.

Recette & photo : Karen - Cuisine Saine 44 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Bûche de cookies au chocolat & noix de pécan La veille, faire chauffer 60 g de crème et la verser sur le chocolat haché. Bien mélanger. Rajouter le reste de crème froide. Mélanger. Entreposer une nuit au réfrigérateur. Le jour même, fouetter la ganache pendant 1 minute. Mettre dans une poche à douille cannelée et réserver. Préchauffer le four à 180 °C. Mélanger le beurre mou et le sucre. Incorporer l’œuf, puis la farine et le lait. Hacher grossièrement les noix de pécan. Les ajouter ainsi que les pépites de chocolat à la pâte.

Pour la ganache montée : 100 g de chocolat noir pâtissier 60 g + 140 g de crème Pour les cookies : 80 g de beurre mou 125 g de cassonade blonde 1 œuf 150 g de farine 1 c. à soupe de lait 50 g de pépites de chocolat noir 50 g de noix de pécan

Former 12 boules de même taille et les disposer sur une plaque recouverte d’un tapis en silicone ou de papier cuisson. Les aplatir légèrement. Enfourner pendant 12 minutes. Laisser les biscuits refroidir et durcir avant de les décoller. Montage de la bûche : Coller les cookies deux par deux avec de la ganache. Les placer les uns derrière les autres et faire tenir avec un joli ruban. Décorer d’un voile de sucre glace et de sujets de Noël. Réserver au frais.

Recette & photo : Chic,chic,chocolat Yummy Magazine

45


[ Noël en Chocolat ]

Bûche au chocolat, fève Tonka & cassis Pour un moule gouttière flexible de 25 x 8,5 cm (hauteur 6,5 cm) : Pour l’insert au cassis : 250 g de purée de cassis 50 g de sucre 2 g d’agar-agar Pour la dacquoise aux noix : 100 g de blancs d’œufs 60 g de sucre 75 g de noix torréfiées et hachées 15 g de fécule de maïs Pour le croustillant chocolat : 50 g de chocolat noir 30 g de crêpes dentelles Pour la bavaroise : 130 g de lait 100 g de jaunes d’œufs (5) 15 g de sucre 3 feuilles de gélatine 130 g de chocolat blanc en pistoles ou haché 400 g de crème fleurette 1 fève Tonka Pour le glaçage au cacao* : 75 g de sucre semoule 35 g d’eau 25 g de sirop de glucose 25 g de cacao tamisé 65 g de crème fleurette 4 g de gélatine en feuilles * selon la recette d’Edda publiée dans Yummy Magazine N° 6

46 Yummy Magazine

Préparer l’insert au cassis : Mettre tous les ingrédients dans une casserole, faire bouillir 2 minutes puis laisser tiédir avant de couler dans le fond du moule. Bloquer au congélateur. Dès qu’il est congelé, le démouler et l’emballer. Réserver au congélateur. Préparer la dacquoise : Préchauffer le four à 170 °C. Battre les blancs en neige avec le sucre. Ils doivent être bien fermes. Ajouter délicatement la fécule tamisée et la poudre de noix. Mélanger. Couler sur un Flexipat ou une plaque rectangulaire, lisser la surface et enfourner pour 15 minutes. Laisser refroidir avant de découper un rectangle d’une taille un peu inférieure au moule gouttière. Préparer le croustillant chocolat : Réduire les crêpes dentelles en miettes. Faire fondre le chocolat au bain-marie, lisser puis ajouter les brisures de biscuits, bien mélanger. Étaler la préparation sur le rectangle de dacquoise, réserver au frais. Préparer la bavaroise à la fève Tonka : Mettre la gélatine à ramollir dans de l’eau bien froide. Mélanger les jaunes d’œufs et le sucre.


[ Noël en Chocolat ]

Râper la fève Tonka, la mettre dans une casserole avec le lait, porter à ébullition. Verser le lait bouillant sur les jaunes d’œufs en fouettant sans cesse, remettre sur le feu jusqu’à épaississement. Ne pas laisser bouillir. Hors du feu, ajouter la gélatine et verser le tout sur les pistoles de chocolat blanc. Laisser fondre 1 minute, puis lisser la préparation au mixer plongeant. Monter la crème et l’incorporer délicatement au mélange. Couler la mousse dans le moule aux deux tiers de sa hauteur, poser l’insert de cassis congelé, recouvrir du reste du mélange puis poser le rectangle de biscuit, côté croustillant contre la mousse. Entreposer au congélateur au moins 12 heures. Le jour de la dégustation, préparer le glaçage au cacao brillant : Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide. Porter à ébullition l’eau avec le sucre, le glucose et la crème pendant 1 minute. Le mélange doit atteindre 110 °C environ. Ajouter le cacao tamisé, mélanger et incorporer la gélatine égouttée. Lisser au mixer plongeant. Laisser tiédir la préparation jusqu’à 30 °C-35 °C. Démouler la bûche, la disposer sur une grille et la recouvrir uniformément du glaçage. Transférer sur le plat de service. Laisser décongeler 12 heures au réfrigérateur ou 2 heures à température ambiante.

Recette & photo : Isabelle - Pourquoi pas .... ?? Yummy Magazine

47


[ Noël en Chocolat ]

Gâteau de Noël au chocolat & citron Pour une vingtaine de macarons : 200 g de sucre glace 120 g de poudre d’amandes 3 blancs d’œufs 1 pincée de sel 2 c. à soupe de sucre en poudre Colorant alimentaire Pour le lemon curd : 4 jaunes d’œufs 75 g de sucre en poudre 2 c. à café de zeste de citron non traité 60 ml de jus de citron 40 g de beurre Pour la ganache au chocolat : 200 g de chocolat noir à pâtisser 150 ml de crème fraîche

48 Yummy Magazine

Pour le biscuit : 2 c. à café de zeste de citron non traité 185 g de beurre 275 g de farine 225 g de sucre en poudre 1 sachet et demi de levure chimique 6 œufs 120 ml de lait 2 c. à soupe de limoncello (ou autre alcool selon les goûts) Pour la meringue : 2 blancs d’œufs 110 g de sucre en poudre


[ Noël en Chocolat ]

Préparer les macarons : Préchauffer le four à 130 °C. Tamiser le sucre glace et la poudre d’amande et bien mélanger. Monter les blancs en neige ferme. Ajouter le sucre en poudre, le sel et quelques gouttes de colorant alimentaire et battre jusqu’à l’obtention d’une meringue épaisse. À l’aide d’une spatule, incorporer petit à petit le mélange de sucre glace et de poudre d’amande à la meringue. La préparation doit être homogène. Remplir une poche à douille avec la préparation et dresser des petits ronds de 2 à 3  cm de diamètre sur une plaque à pâtisserie. Laisser reposer 30 minutes à température ambiante. Enfourner et cuire 15 minutes. Laisser les macarons refroidir avant de les décoller de la plaque.

Dans le bol du robot, assembler la farine, la levure, le sucre, les œufs, le beurre, les zestes de citron, l’alcool et le lait. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène et mousseuse. Beurrer et fariner un moule à manquer. Y verser la pâte sur 1 cm de hauteur et enfourner pour 12 minutes. Répéter cette opération deux fois jusqu’à obtenir trois disques de biscuit. Préparer la meringue : Préchauffer le four à 200 °C, position chaleur tournante. Monter les blancs en neige puis ajouter progressivement le sucre. Continuer de battre jusqu’à ce qu’il soit bien dissous. Garnir de meringue la surface d’un disque de biscuit à l’aide d’une poche à douille de 1 cm de diamètre. Enfourner pour 4 minutes. Laisser refroidir.

Préparer le lemon curd : Dans une casserole, mélanger le beurre avec les jaunes d’œufs, le sucre, le zeste de citron et le jus de citron.

Assemblage du gâteau : Disposer un disque de biscuit sur une assiette de service. S’il n’est pas assez plat, le réajuster avec un couteau bien aiguisé.

Faire chauffer, à feu moyen, en remuant sans cesse, jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe le dos d’une cuillère. Retirer du feu et laisser refroidir.

Napper avec la ganache au chocolat. Déposer le deuxième disque et recouvrir avec le lemon curd. Terminer en disposant le disque meringué par-dessus.

Préparer la ganache au chocolat : Faire fondre au bain-marie le chocolat avec la crème. Le résultat doit être lisse et homogène. Laisser refroidir, puis réserver au réfrigérateur.

Autour du gâteau, coller les coques de macaron avec la ganache au chocolat.

Préparer le biscuit : Préchauffer le four à 160 °C, position chaleur tournante.

Recette & photo : Les Cocottes Moelleuses Yummy Magazine

49


[ Noël en Chocolat ]

Bavarois aux trois chocolats Pour 10 parts environ Pour le bavarois : 4 œufs 100 g de sucre 30 g de farine 30 g de cacao en poudre non sucré Pour la mousse au chocolat noir : 100 g de chocolat noir pâtissier 25 cl de crème liquide entière 1,5 feuille de gélatine

50 Yummy Magazine

Pour la mousse au chocolat blanc : 100 g de chocolat blanc pâtissier 25 cl de crème liquide entière 1,5 feuille de gélatine Pour la ganache au chocolat au lait : 100 g de chocolat au lait pâtissier 25 cl de crème liquide entière 1 feuille de gélatine


[ Noël en Chocolat ]

Préparer la génoise au chocolat : Préchauffer le four à 180 °C. Séparer les blancs des jaunes d’œufs.

Faire chauffer 5 cl de crème liquide entière et y faire fondre les carrés de chocolat blanc. Incorporer ensuite la gélatine égouttée, puis laisser tiédir.

Monter les blancs en neige ferme en ajoutant le sucre progressivement. Incorporer petit à petit les jaunes préalablement battus à la fourchette, puis la farine et le cacao.

Incorporer délicatement la ganache chocolat à la chantilly. Verser délicatement la mousse obtenue sur la mousse au chocolat noir. Mettre au frais 50 minutes.

Étaler ce mélange sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson. Enfourner 13 minutes. Laisser refroidir puis découper la génoise à la taille du cadre.

Préparer la ganache au chocolat au lait : Faire ramollir la feuille de gélatine dans de l’eau froide.

Tapisser le tour du cadre de rhodoïd et placer la génoise au fond. Préparer la mousse au chocolat noir : Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l’eau froide. Battre 20  cl de crème liquide entière en chantilly. Faire chauffer 5 cl de crème liquide entière et y faire fondre les carrés de chocolat noir. Incorporer ensuite la gélatine égouttée, puis laisser tiédir.

Faire chauffer la crème liquide entière et y faire fondre les carrés de chocolat au lait. Incorporer ensuite la gélatine égouttée, puis laisser tiédir. Une fois la ganache refroidie, verser délicatement sur la mousse au chocolat blanc. Entreposer au réfrigérateur une nuit ou au moins 6 heures.

Incorporer délicatement la ganache chocolat à la chantilly. Verser la mousse obtenue sur la génoise placée dans le cadre. Mettre au frais 50 minutes. Préparer la mousse au chocolat blanc : Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l’eau froide. Battre 20  cl de crème liquide entière en chantilly bien ferme.

Recette & photo : Lilie Bakery Yummy Magazine

51


[ Noël en Chocolat ]

Tarte au chocolat & éclats de caramel aux amandes Pour la pâte : 170 g de farine ½ c. à café de levure chimique 60 g de sucre en poudre 110 g de beurre en dés 1 jaune d’œuf Un peu d’eau Pour la garniture : 15 cl de crème fraîche 15 cl de lait 220 g de chocolat noir haché 2 œufs battus Pour les éclats de caramel aux amandes : 200 g de sucre en morceaux 100 g d’amandes entières émondées

52 Yummy Magazine

Préparer la pâte : Dans un grand bol, mélanger le sucre, la farine et la levure. Ajouter le beurre et travailler du bout des doigts jusqu’à obtenir une consistance sableuse. Incorporer le jaune d’œuf et 1 ou 2 cuillerées à soupe d’eau froide afin d’obtenir une pâte lisse et homogène. Filmer et entreposer au frais 30 minutes. Préchauffer le four à 180 °C. Abaisser la pâte entre 2 feuilles de papier sulfurisé. Foncer un moule à tarte huilé et fariné. Par-dessus, déposer une feuille de papier sulfurisé recouverte de billes de céramique ou de haricots secs. Remettre la pâte au frais si elle se réchauffe trop vite. La cuire à blanc 10 minutes. Ôter le papier et les billes de céramique. Baisser la température du four à 160 °C.


[ Noël en Chocolat ]

Préparer la garniture : Faire bouillir le lit avec la crème dans une petite casserole puis ajouter le chocolat. Retirer du feu et mélanger au fouet jusqu’à ce qu’il ait fondu. Ajouter les œufs à la préparation chocolatée et fouetter bien pour obtenir une préparation homogène. Verser sur le fond de tarte et enfourner pour 10 à 15 minutes. Sortir du four et laisser reposer 1 heure minimum. Préparer les éclats de caramel aux amandes : Déposer les morceaux de sucre dans une casserole, les imbiber d’eau et cuire à feu vif jusqu’à obtenir une coloration ambrée.

Concasser la plaque, déposer les morceaux dans le bol d’un robot muni de la lame et mixer grossièrement. Au moment de servir, saupoudrer la tarte des éclats de caramel aux amandes.

Notes : pour une saveur encore plus corsée,

n’hésitez pas à torréfier à sec les amandes dans une poêle avant de les ajouter au caramel. Concassez la plaque de caramel en petits morceaux, vous abîmerez moins votre robot. Conservez les éclats de caramel dans une boîte hermétique. Ils craignent l’humidité. Saupoudrez votre tarte au dernier moment, juste avant de servir ou présentez les éclats à part : les convives se serviront ainsi à volonté !

Ajouter les amandes et mélanger rapidement pour bien les enrober de caramel. Étaler sur une toile de silicone ou une feuille de papier sulfurisé et laisser refroidir.

Recette & photo : Manue - La popotte de Manue Yummy Magazine

53


[ Noël en Chocolat ]

Tartelettes au chocolat & leur forêt de sapins Pour 6 tartelettes : Pour la pâte sablée aux amandes : 120 g de beurre 90 g de sucre glace 15 g d’amandes en poudre 1 œuf 240 g de farine 1 c. à café d’extrait de vanille 2 g de sel Pour la ganache au chocolat : 100 g de chocolat noir à 70 % de cacao 100 g de crème liquide entière 30 g de beurre Pour le décor : sucre glace, feuille d’or Dans un saladier, fouetter le beurre en pommade. Incorporer le sucre glace, les amandes, l’œuf, le sel et l’extrait de vanille. Homogénéiser au fouet, puis incorporer petit à petit la farine tamisée. Préchauffer le four à 150 °C. Abaisser la pâte au rouleau sur 3 mm d’épaisseur entre 2 feuilles de papier alimentaire. Réserver au moins 1 heure au réfrigérateur. Garnir les cercles à tartes. Couper les bords de la pâte au couteau ou passer un coup de rouleau à pâtisserie sur les cercles pour découper l’excédent. Entreposer les tartes 15 minutes au réfrigérateur avant de les enfourner pour 15 minutes. Démouler les tartes. Limer légèrement les bords des tartes sur la grille d’un tamis pour qu’ils soient homogènes. Avec les chutes de pâte, former des sapins à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau.

Les faire cuire 8 minutes sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Dans un saladier, faire fondre doucement le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie. Dans une casserole, porter la crème à ébullition et la verser en 3 fois sur le chocolat en émulsionnant bien à la spatule entre chaque ajout jusqu’à obtenir une crème lisse et brillante. Incorporer le beurre lorsque la crème atteint 45 °C (tiède). Mixer si nécessaire pour homogénéiser le tout. Verser dans les fonds de tarte. Laisser la ganache prendre. Saupoudrer les sapins de sucre glace et les planter sur les tartelettes.

Note

: la pâte à tarte doit être bien fraîche quand vous la passez au four afin qu’elle ne se rétracte pas et ne s’affaisse pas sur ellemême.

Recette & photo : Parigote - Carnets parisiens 54 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Mini cheese-cakes Sapin de Noël au chocolat (sans cuisson)

Pour 10 sapins d’environ 10 cm de haut : 10 cornets de glace 120 g de chocolat noir pâtissier à 70 % de cacao 200 g de fromage à la crème à température ambiante 50 g de sucre en poudre 140 g de chocolat noir pâtissier à 65 % de cacao 10 cl de crème entière liquide 160 g de chocolat au lait pâtissier Décors en sucre (facultatif) Faire fondre les 120 g de chocolat noir à 70 % de cacao au bain-marie. Découper les cornets afin qu’ils se tiennent droits lorsqu’ils sont posés à l’envers. Verser 2 cuillerées à café de chocolat à l’intérieur de chaque cornet. Les tourner pour répartir le chocolat sur toute la surface. Reverser l’excédent de chocolat. Caler les cornets dans des verres, pointes en bas. Entreposer au réfrigérateur 15 minutes. Réserver le chocolat fondu restant. Faire fondre les 140 g de chocolat noir à 65 % de cacao au bain-marie. Mélanger le fromage à la crème et le sucre. Ajouter le chocolat fondu et bien mélanger. Monter la crème en chantilly et l’incorporer délicatement à la préparation. Transvaser dans une poche à douille. Remplir chaque cornet du mélange chocolaté jusqu’à environ 2 mm du bord. Recouvrir avec le chocolat fondu réservé en le réchauffant légèrement si nécessaire. Égaliser la surface. Caler les cornets bien droits dans des verres, pointes en bas, et les entreposer au réfrigérateur une demi-heure.

Faire fondre 100 g de chocolat au lait au bainmarie. Râper 60 g de chocolat au lait. Tenir un cornet entre le pouce et l’index et le badigeonner de chocolat au lait à l’aide d’un pinceau. Le saupoudrer immédiatement de chocolat râpé au-dessus d’une assiette. Le disposer sur une feuille de papier sulfurisé. Faire de même avec les autres cornets en récupérant régulièrement le chocolat râpé tombé dans l’assiette. Coller délicatement, avec un peu de chocolat fondu, les décors en sucre. Entreposer au réfrigérateur au moins 3 heures.

Notes

: cette recette nécessite beaucoup de délicatesse car les cornets sont fragiles. En particulier lors de la découpe : coupez par très petits morceaux en plantant la pointe d’un couteau doucement dans le biscuit. Avant de réaliser le glaçage au chocolat au lait, vérifiez que les sapins se tiennent bien droits. Si besoin, rabotez un peu la base à l’aide d’une râpe.

Recette & photo : Carole Alter Gusto Yummy Magazine

55


[ Noël en Chocolat ]

Canneliesel mi-pain d’épice mi-gâteau au chocolat Pour 16 carrés : 150 g de beurre doux 150 g de sucre roux 3 œufs entiers 100 g de chocolat noir 50 g de chocolat au lait à la cannelle 200 g de farine type 45 ou 55 1 c. à soupe d’extrait de vanille 2 c. à café de cannelle en poudre 2 c. à café de 5 épices 1 c. à café de poudre à lever 3 c. à soupe de miel liquide (ou sirop de riz/érable) Préchauffer le four à 180 °C. Beurrer un moule carré. Faire fondre le beurre et le chocolat ensemble. Battre le sucre et les œufs. Ajouter la farine et les épices, puis le mélange beurre-chocolat. Ajouter la vanille et le miel, puis la poudre à lever et mélanger rapidement. Verser dans le moule. Enfourner et cuire 25 minutes. À la sortie du four, laisser refroidir sur une grille puis découper en carrés.

Note :

décorez vos carrés avec des étoiles de chocolat, scellées avec une bille de glaçage tout chocolat composé de 50 g de chocolat noir et 25  g de beurre doux.

Recette & photo : Ré - In the Food for Love 56 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Palets moelleux au Toblerone® & orange sanguine Pour 8 palets : 80 g de Toblerone® 90 g de beurre mou 110 g de vergeoise (à défaut, de la cassonade) 2 œufs 40 g de farine 5 g de cacao en poudre 1 pincée de sel Le jus et le zeste de 2 oranges sanguines 100 g de chocolat à pâtisser 10 cl de crème liquide Quelques amandes entières caramélisées Préchauffer le four à 170 °C. Faire fondre le Toblerone® au bain-marie. Pendant ce temps, travailler la vergeoise avec le beurre mou dans un saladier, puis incorporer les œufs un à un. Ajouter la farine, le cacao et la pincée de sel et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit bien homogène. Terminer par le Toblerone® fondu, le jus et les zestes des oranges. Verser le mélange dans des cercles de 7  cm de diamètre, préalablement beurrés sur une hauteur de 3 cm environ et enfourner environ 17 minutes. Démouler et laisser refroidir.

Faire fondre le chocolat et la crème liquide au micro-ondes, 2 fois 30 secondes à puissance moyenne. Mélanger bien pour que le chocolat soit brillant. À l’aide d’une fourchette, plonger les palets dans le chocolat les uns après les autres et les laisser égoutter sur une grille. Laisser prendre au frais. Décorer avec des amandes caramélisées avant de servir.

Recette & photo : Fraise & Basilic Yummy Magazine

57


[ Noël en Chocolat ]

Carrés au caramel & chocolat noir

250 g de chocolat noir râpé 250 g de caramel mou (en palets) 3 cl de crème liquide Pour l’enrobage : 200 g chocolat noir

Tapisser un plat rectangulaire ou carré de papier sulfurisé. Dans une casserole, faire fondre à feu doux les caramels avec la crème liquide. Une fois qu’ils sont fondus, mélanger avec une cuillère en bois, puis ajouter le chocolat noir râpé. Retirer du feu, mélanger longuement pour obtenir une préparation homogène. Verser la préparation dans le plat et lisser avec un couteau à lame longue. Laisser refroidir. Placer au réfrigérateur 1 heure, puis couper en petits rectangles. Faire fondre le chocolat noir restant au bain-marie, plonger les petits rectangles un par un dans le chocolat fondu pour qu’ils soient complètement enrobés. Les disposer sur une feuille de papier sulfurisé. Laisser sécher. Les conserver dans un endroit frais.

Recette & photo : Nadia- Paprikas 58 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Émietter les crêpes dentelles. Faire fondre le chocolat au lait au bainmarie. Ajouter le praliné, les zestes puis les biscuits émiettés. Mélanger. Étaler le praliné feuilleté entre deux feuilles de papier sulfurisé sur une épaisseur de 5 à 8 mm environ. Faire durcir au réfrigérateur 1 heure minimum. Faire fondre le chocolat noir au bainmarie. Faire bouillir la crème avec le miel. La verser en 3 fois sur le chocolat fondu en mélangeant avec une spatule pour ne pas incorporer d’air. Laisser tiédir, ajouter le beurre coupé en dés et mélanger. Mixer à l’aide d’un mixeur plongeant pour bien émulsionner le mélange. Laisser prendre au réfrigérateur pendant 3 heures. Sortir la ganache et la laisser revenir à température ambiante pour façonner les truffes plus facilement.

Truffes au chocolat noir & praliné croustillant à l’orange 225 g de chocolat noir à 70 % de cacao 200 g de crème fleurette liquide 20 g de miel neutre 30 g de beurre 120 g de pâte de praliné 60 g de chocolat au lait 90 g de crêpes dentelles Le zeste d’une orange Poudre de cacao amer

Couper le praliné croustillant en petits dés. Façonner les truffes de la taille d’une noix : prélever un peu de ganache à l’aide d’une cuillère, aplatir légèrement avec le pouce, placer un carré de croustillant, rouler entre les paumes des mains. Les rouler ensuite dans du cacao amer. Réserver au frais. Sortir les truffes 10 minutes avant de les déguster.

Notes : choisir un chocolat de bonne qualité de

préférence un chocolat de couverture. Si vous n’avez pas de pâte de praliné, utilisez de la pralinoise. Dans ce cas, ne pas ajouter de chocolat au lait. Utiliser des gants en latex pour rouler les truffes tout en gardant les mains propres.

Recette & photo : Garance - Talon haut & cacao Yummy Magazine

59


[ Noël en Chocolat ]

Truffes au chocolat & crème de noix de coco Pour une vingtaine de truffes : 375 g de chocolat noir 150 g de crème de coco 2 c. à café d’huile de noix de coco Noix de coco râpée Cacao amer

Faire fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes avec la crème de coco et l’huile de noix de coco. Verser la préparation dans un plat, puis entreposer au congélateur pendant 10 minutes. À l’aide d’une cuillère, former de petites boules et les façonner à la main. Rouler chaque truffe dans la noix de coco râpée ou le cacao amer. Conserver au frais.

Note : pour obtenir de la crème de coco, réfrigérez une conserve de lait de coco puis récupérez la crème qui se sera séparée de l’eau.

Recette & photo : Emilie and Lea - Emilie & Lea’s Secrets 60 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Petites bouchées au chocolat & riz soufflé Pour une quarantaine de bouchées : 5 c. à soupe de pâte à tartiner au chocolat et aux noisettes 175 g de chocolat noir 70 g de riz complet soufflé 100 g de noisettes 60 g de pralin 40 g de beurre 2 c. à soupe de sucre en poudre Hacher grossièrement les noisettes. Faire fondre le chocolat et le beurre au bain-marie. Ajouter la pâte à tartiner et mélanger. Ôter du bain-marie. Dans un récipient, mélanger le sucre, les noisettes et le pralin. Ajouter petit à petit le chocolat fondu et le riz soufflé en mélangeant au fur et à mesure. Répartir la préparation dans des empreintes en silicone et placer au frais pendant 2 à 3 heures.

Note : le riz complet soufflé se trouve en magasin bio.

Recette & photo : Aud’ à la cuisine Yummy Magazine

61


[ Noël en Chocolat ]

Mendiants au chocolat lavande & pétales de roses 400 g de chocolat de couverture Lavande séchée Pétales de roses séchés

Verser les trois quarts du chocolat coupé en morceaux dans un bol en verre ou en métal. Poser ce bol sur une casserole d’eau frémissante. Remuer régulièrement, à l’aide d’une maryse, jusqu’à ce que tout le chocolat soit fondu. Retirer le bol de la casserole et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit bien lisse. Elle doit avoir atteint une température d’environ 50 °C. Ajouter alors le restant du chocolat et bien mélanger jusqu’à ce que le chocolat soit lisse et que sa température soit descendue à 28 °C. L’idéal est de se mettre au frais, près d’une fenêtre ou d’utiliser un bain-marie très froid. Poser le bol sur une casserole d’eau chaude et mélanger, jusqu’à ce que la température remonte à 31 ou 32 °C. Attention, c’est rapide ! À l’aide d’une petite cuillère, prélever un peu de chocolat, le verser sur une feuille guitare puis l’étaler en un cercle avec le dos de la petite cuillère. Parsemer des fleurs séchées. Laisser cristalliser (durcir), pendant environ 10 minutes. Décoller les cercles, puis les conserver dans une boîte.

Notes :

il est plus facile de tempérer une grande quantité de chocolat. Je vous conseille de l’utiliser pour faire plusieurs recettes ; par exemple, ces tablettes de chocolat. Pour faire fondre le chocolat, vous pouvez également utiliser votre four à microondes, en réglant la puissance sur 500 W, par tranches de 30 secondes. À vous de choisir l’épaisseur de vos mendiants. Les miens sont très fins.

Recette & photo : Pascale Weeks - C’est moi qui l’ai fait ! 62 Yummy Magazine


[ Noël en Chocolat ]

Délices au chocolat Travailler le beurre en pommade. Sans cesser de remuer, ajouter dans l’ordre, le sucre, les amandes, une pincée de sel et l’œuf. Veiller à ce que chaque ingrédient soit bien incorporé avant d’ajouter le suivant. Incorporer la farine, former une boule et réserver 30 minutes au réfrigérateur. Râper la pâte d’amande. Faire fondre le chocolat avec le beurre. Ajouter la pâte d’amande. Laisser refroidir pour que la préparation épaississe. Préchauffer le four 180 °C. Tapisser une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé.

Pour 30 pièces environ : Pour les biscuits : 200 g de farine 75 g de fécule 1 œuf 75 g de sucre en poudre 200 g de beurre à température ambiante 50 g d’amandes en poudre Pour la garniture : 100 g de chocolat noir 50 g de beurre 100 g de pâte d’amande

Étaler la pâte sur 2 à 3 mm d’épaisseur sur un plan de travail fariné. À l’aide d’un emportepièce ou d’une tasse à espresso, découper des cercles. Les disposer délicatement sur la plaque à pâtisserie. Enfourner et cuire 10 minutes pour que les sablés soient juste dorés. Laisser refroidir sur une grille. Garnir les biscuits avec la préparation au chocolat. En déposer une noix sur un biscuit et recouvrir de l‘autre.

Recette & photo : Tartines & co Yummy Magazine

63


Fait maison ou pas…

Cadeaux pour foodies

Si j’ai le temps, je fais des biscuits… Si non, je fais les boutiques !

64 Yummy Magazine


Dans un saladier, mélanger la farine, le sel et le bicarbonate. Réserver. Fouetter le beurre et le sucre à petite vitesse pendant 1 minute. Ajouter la vanille et le lait. Incorporer le mélange de poudre en fouettant à petite vitesse pendant 30 secondes. Former une boule de pâte, l’aplatir pour lui donner une forme de disque et l’envelopper dans du film étirable. Réserver au frais 2 heures minimum ou une nuit. Sortir la pâte. Si elle est trop dure, la laisser reposer 5 à 10 minutes à température ambiante. L’étaler entre deux feuilles de papier sulfurisé sur une épaisseur de 3 à 4 mm. Détailler des biscuits à l’aide d’un emporte-pièce rond de 4  cm. Les déposer sur une plaque à pâtisserie. Réserver au frais 20 à 30 minutes pour raffermir la pâte. Préchauffer le four à 180 °C. Faire cuire les biscuits environ 10 minutes, jusqu’à ce que les bords soient légèrement dorés. Laisser complètement refroidir sur une grille à pâtisserie.

Ca d e au x g o u r m a n d s Sablés caramel & coco Pour les biscuits : 200 g de beurre mou 100 g de sucre en poudre 300 g de farine 1 g de bicarbonate de soude 2 g de sel 30 ml de lait 1 c. à café d’extrait de vanille Pour le caramel coco : 200 g de caramels mous de bonne qualité 80 g de noix de coco en poudre 20 ml de lait ½ c. à café de fleur de sel

Baisser le four à 150 °C. Étaler la noix de coco sur une plaque à pâtisserie. La torréfier pendant 10 à 15 minutes en mélangeant de temps en temps, jusqu’à ce qu’elle soit blond doré. Surveiller la cuisson pour éviter qu’elle ne brûle. Faire fondre les caramels avec le sel sur feu doux. Une fois le mélange homogène, en verser environ les deux tiers dans un bol. Incorporer la noix de coco et le lait. Réserver le caramel restant dans un autre bol. Sur chaque biscuit, tartiner à l’aide d’un couteau une fine couche de caramel. Recouvrir avec un peu de mélange coco-caramel. Si le mélange coco-caramel devient trop collant, le réchauffer doucement au micro-ondes. Laisser complètement durcir. Décorer la surface de chocolat fondu ou non. Conserver dans une boîte hermétique.

Recette & photo : Garance - Talon haut & cacao Yummy Magazine

65


[ Cadeaux gourmands ]

Idées d’emballage avec

My Sweet Boutique Sachets à cookies ou gourmandises kraft ou noir avec ou sans fenêtre

Le zeste d’1 orange non traitée 80 g de sucre glace 230 g de beurre froid coupé en dés 265 g de farine 1 belle pincée de sel 150 g de noix 1 œuf Sachets kraft à pois, unis ou rayés

Petits ballotins carrés en blanc, kraft, rouge ou or

Polvorones aux noix & à l’orange Biscuits mexicains

Déposer les noix dans une poêle non huilée et les torréfier pendant 10 minutes sur feu doux (attention à ne pas les faire brûler). Les laisser complètement refroidir, les réduire en poudre à l’aide d’un robot mixeur. Dans un saladier, écraser du bout des doigts le beurre avec la farine et le sucre glace jusqu’à l’obtention d’une pâte sableuse. Ajouter les noix hachées et les zestes. Déposer la pâte sur le plan de travail. Verser au centre l’œuf battu et l’incorporer sans trop travailler la pâte. Réserver au frais dans un saladier pendant 2 heures minimum ou une nuit. Préchauffer le four à 180 °C. Former des boules de pâte de 2,5  cm de diamètre (15  g de pâte). Les aplatir légèrement. Les déposer sur une plaque à pâtisserie en les espaçant. Faire cuire 15 à 18 minutes environ jusqu’à ce que les biscuits soient blond doré. Laisser refroidir sur une grille à pâtisserie. Saupoudrer de sucre glace. Conserver dans une boîte hermétique

Recettes & photos : 66 Yummy Magazine


[ Cadeaux gourmands ]

Pepparkakor Biscuits suédois aux épices 150 g de beurre mou 165 g de sucre semoule 160 g de mélasse* 1 œuf 430 g de farine 3 g de bicarbonate de soude 4 à 6 g de cannelle en poudre 4 à 6 g de gingembre en poudre 2 g de sel 1 g de clou de girofle en poudre (ou une pincée de noix de muscade râpée)

Dans un bol, mélanger la mélasse et l’œuf. Dans un saladier, mélanger la farine, le bicarbonate, le sel et les épices. Réserver. Fouetter à petite vitesse le sucre et le beurre pendant 1 minute. À l’aide d’une spatule, racler les bords du bol si nécessaire pour remettre le beurre au centre. Verser le mélange œuf/ mélasse et incorporer brièvement. Ajouter la farine et mélanger pendant 30 secondes à petite vitesse. Former deux boules de pâte, les aplatir pour leur donner la forme d’un disque et les envelopper dans du film étirable. Placer au réfrigérateur pendant 2 heures minimum ou toute une nuit. Placer un disque de pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé et l’étaler sur une épaisseur de 3 mm. Détailler des biscuits à l’aide d’un emportepièce, les déposer sur une plaque à pâtisserie en veillant à les espacer.

Laisser reposer au frais 20 à 30 minutes pour raffermir la pâte. Préchauffer le four à 180 °C. Enfourner et cuire 8 à 10 minutes jusqu’à ce que les bords soient légèrement dorés (adapter le temps de cuisson en fonction de la taille de l’emportepièce utilisé). Laisser refroidir sur une grille à pâtisserie puis conserver dans une boîte hermétique. * La mélasse de sucre de canne se trouve au rayon biologique des supermarchés ou en magasin bio. Choisissez de préférence la mélasse de sucre de canne non raffinée. À défaut, remplacer par du miel ou du sirop d’érable, mais le goût des biscuits ne sera pas le même.

: Garance - Talon haut & cacao Yummy Magazine

67


L a s é l ect i o n Yu m my

Pâq u e s e n c h o c o l at par Tiuscha

La petite histoire du chocolat de Pâques… L’aventure de l’œuf pascal est aussi vieille que l’humanité ou presque, l’œuf étant un symbole de renaissance, de renouveau printanier et de vie éternelle.

P

our Pâques, on offrit tour à tour des œufs 1 de poule peints, des œufs en sucre candi sous l’Empire, des œufs Fabergé richement décorés et des œufs-jouets sous l’Angleterre victorienne. Mais ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on dégusta les premiers œufs en chocolat à la faveur des avancées technologiques et des premiers moules : en cuivre, en argent, en étain ou encore, en fer étamé, en forme d’œuf, de poule, de cloche, de poisson… Tout un bestiaire destiné aux chocolats, mais aussi au sucre cuit.

La société Létang, référence en matière de moulage en France, inventera même une « machine à rouler en creux » destinée à répartir 2 le chocolat en creux dans les moules (machine exposée au Musée du chocolat de Biarritz).

Jusqu’alors, le chocolat était surtout un breuvage très apprécié dans toutes les cours d’Europe. Mais en 1828, quand le chimiste et industriel hollandais Conrad van Houten inventa une technique consistant à séparer la poudre du beurre de cacao, il signa le point de 5 départ du travail du chocolat.

Aujourd’hui, le polycarbonate et le silicone ont remplacé en grande partie les moules en fer et le chocolat se décline dans ses trois couleurs et se garnit de pâte pralinée.

3

Dès lors, toutes les fantaisies s’offraient aux artisans chocolatiers, des moulages en forme de friture en clin d’œil au Vendredi saint dédié au poisson, à la cloche de Rome supposée 4 apporter les chocolats, en passant par le lapin, version païenne d’un printemps gourmand…

Après Noël, Pâques est l’autre moment fort de la consommation de chocolat en France avec plus de 13 000 tonnes de chocolat dégustées en 3 jours !

En 1847, Joseph Fry, à la suite de son père pharmacien qui avait développé la « pâte de chocolat » en mélangeant beurre et poudre Et comme chaque année, les chocolatiers cacao, inventa les associée premiers à rivalisent créativité, d’humour de saveur 1de - Anne-Sophie Pic s’est à la chocolats coutellerie André Verdier etde à l’agence de Design C+B et Lefèbvre pour croquer vendus sous forme decuisiner tablette moulée pour renouveler la tradition développer une série d’outils pour comme un Chef - Prix public conseillé : 35 € pascale chocolatée. 2 Tonfisk Design : la théière Warmdélicieux illustrent une nouvelle approche du «tea time». Un mixte intéressant à -laquelle il donna le nomet«tasses Chocolat entre l’épure» de japonaise !). et la chaleur du design scandinave - Prix public conseillé : 145 € à manger (enl’inspiration langue française 3 - Lid Sid gardera les couvercles de vos casseroles ouverts quand votre cuisson en aura besoin. L’image ainsi créée manqueramoulages pas de déclencher des sourires. Set de 2 pièces : un rouge et un blanc dans chaque boîte Les ne premiers en forme d’œuf Prix public conseillé : 13 € semblent dater de la seconde moitié du XIXe 4 - Malongo : pour une escapade dans le monde du café … Coffee city, nouvel opus « café & littérature ». Deux siècle, qui avec notamment les premiers œufs en et savoureux… La fiction Coffee City est accompagnée instants se marient parfaitement tant ils sont agréables pâtecru ded’assemblage chocolat noir la passages société du Cadbury, d’un lié à de divers livre. Les maîtres torréfacteurs Malongo se sont inspirés de Coffee des œufs creux, remplis de « dragées » en City pour concocter un mélange corsé et puissant. Le résultat offre une superbe palette de notes de chocolat, chocolat d’épices, et ornésdede fleurs et et dedevolutes d’amande, bois, de terre cannellede - Prix public conseillé : 14,90 € 5 - Peugeot : ou jouant mariage chic du bois teinté et de l’inox, Madras intègre une innovation dernière génération massepain de le pastillage. : la suppression de l’axe central vertical. Invisible sur ce modèle et pourtant essentiel à l’usage, ce système permet notamment un remplissage du réservoir beaucoup plus facile, accessible par le bouchon aimanté au sommet du moulin - Prix public conseillé : 51 € 68 Yummy Magazine


C r é at i o n s d e Pâq u e s

6

La Maison du Chocolat A saute-mouton, par-delà les barrières, à travers les prairies, parmi les pâquerettes, sur les collines de7 chocolat… Telle une fable enchanteresse, Frisoton et Frisette, gourmands de pâquerettes, filent une laine de chocolat blanc, douce et vaporeuse. 120 euros la pièce de 700g

[ La sélection Yummy ]

9

Christophe Roussel Sensible aux beautés du Japon, Christophe Roussel décline les oeufs de Pâques... version sumotori ! De la couche sérigraphiée de motifs japonais jusqu’au chignon, sans oublier les petits bras et jambes bien potelés, ces « Choco Sumo » aux fesses rebondies posées à même le tatami sont remplis de détails... à croquer ! 48 euros

Révillon Chocolatier Les amateurs de chasse pourront faire durer le plaisir 10 de la quête avant de s’adonner à celui de la dégustation avec cette collection de sujets 8 emballés dans de petits sachets individuels. Assortiment de 20 sujets au chocolat au lait - Prix public 6 - Le Creuset : léger et résistant, le dessous de plat adhère aux cocottes en fonte, ainsi qu’à tous les autres conseillé : 4.95 euros en ustensiles avec l’induction. Set de 2 dessous de plat magnétiques - Prix public conseillé : 24,90 € grandes etcompatibles moyennes surfaces 7 - Lib Erwan Péron : les ZanimoOz, Rudy, Loulou, Frisette et Barry, quatre sympathiques pinces, habiteront vos placards. Charmantes et pratiques,elles peuvent être posées sur un meuble Amorino et rester toujours à portée de main pour fermer vos sachets. Fabriqué en Vendée (France) - Prix public conseilléVéritable : 12 € emblème de la marque et 8 - La cuisine c’est aussi de la chimie par Arthur Le Caisne : partant des symbole dernièresderecherches scientifiques, l’amour, l’angelot AmoArthur Le Caisne revisite 70 recettes des plus courantes et vous explique avecrino desest dessins et beaucoup d’humour désormais comestible pour ce qui se passe réellement pendant la réalisation de ces recettes - Hachette le Pratique. 192 bonheur pages 19,90 plus grand des €cacao9 - Opinel : les enfants vont découvrir les joies de la cuisine avec le coffret Opinel Le! Petit un cofret spécial Cémoi philes CetteChef, élégante statuette en petit gourmand et apprenti cuisinier. coffretl’authentique se compose d’un d’un éplucheur couteau A Ce Pâques, Petitprotège-doigts, chocolat noir 70 % et ded’un cacao, préde cuisine au bout arrondi avec anneau pédagogique pour à bien positionner les doigts et empêcher la main Ourson Guimauve® seaider décline sentée dans une jolie boîte sombre, de glisser sur la lame - Prix public conseillé : 35 €P’tite Poulette en version ne laissera pas les gourmands indif10 - Fou de pâtisserie, le magazineGuimauve, des passionnés et des gourmands qui donne et les clés pour réussir au chocolat noir. férentsl’envie ! ses desserts comme les plus grands5,49 Chefs. Catalogue inépuisable c’est tous: 24,90 les 2 mois les euros la boîte de 262 g en d’idées et de Prixrecettes, public conseillé euros grands classiques de la Pâtisserie. grandes les créations originalessurfaces des Chefs et les tendances du secteur. Abonnement et moyennes Spécial découverte - 1 an / 6 numéros - 29,90 € Yummy Magazine

69


[ DES RECETTES ] Index

Recettes salées 7

Champagne du bocage (cocktail)

43 Bûche croustillante au chocolat Express !

7

Cigarettes au saumon fumé

44 Bûche de Noël au chocolat & noisettes

8

Corolles aux œufs de saumon

45 Bûche de cookies au chocolat & noix de pécan

10 Charlotte de saumon & avocat, sauce à la mangue 11 Marbré de foie gras aux abricots, pistaches & pain d’épices 12 Dos de bar poêlé, émulsion iodée & purée de potimarron 13 Pavé de saumon aux agrumes

46 Bûche au chocolat, fève Tonka & cassis 48 Gâteau de Noël au chocolat & citron 50 Bavarois aux trois chocolats 52 Tarte au chocolat & éclats de caramel aux amandes

15 Terrine forestière au canard & foie gras

54 Tartelettes au chocolat & leur forêt de sapins

16 Gravlax de saumon au citron vert & coriandre

55 Mini cheese-cakes Sapin de Noël au chocolat

17 Mijoté de boeuf aux épices

56 Canneliesel, mi-pain d’épice, mi-gâteau au chocolat

18 Blanquette de pintade aux champignons sauvages & potiron 20 Carpaccio de noix de Saint-Jacques aux topinambours & pomme verte 21 Risotto aux moules & brocoli 22 Filet de boeuf cuisson basse température, sauce au foie gras & fève tonka 23 Purée à la truffe & accompagnements

Recettes sucrées 30 Entremets aux pommes, poires caramel & pain d’épice 32 Vacherin glacé 34 Saint-honoré aux marrons & kirsch 37 Délice de poires à l’amande 40 Fudges à la vanille 70 Yummy Magazine

57 Palets moelleux au Toblerone® & orange sanguine 58 Carrés au caramel & chocolat noir 59 Truffes au chocolat noir & praliné croustillant à l’orange 60 Truffes au chocolat & crème de noix de coco 61 Petites bouchées au chocolat & riz soufflé 62 Mendiants au chocolat, lavande & pétales de roses 63 Délices au chocolat 65 Sablés caramel & coco 66 Polvorones aux noix & à l’orange 67 Pepparkakor, biscuits suédois aux épices


Ca r n e t d’a d r e s s e s

Créations de Noël LA MAISON DU CHOCOLAT 225 rue du Faubourg Saint Honoré 75008 Paris Adresses des boutiques et vente en ligne www.lamaisonduchocolat.com PIERRE HERMÉ 72 rue Bonaparte 75006 Paris Adresses des boutiques et vente en ligne www.pierreherme.com

TOUPARGEL Livraison à domicile partout en France Pour commander www.toupargel.fr HÄAGEN-DAZS Adresses des haagen-dazs.fr

boutiques

www.

CHRISTOPHE ROUSSEL 6 allée des Camélias et 19 avenue du Général de Gaulle 44500 La Baule Adresses des boutiques et vente en ligne www.christophe-roussel.fr

La sélection Yummy ANDRÉ VERDIER Route de Martignat 63250 Cellessur-Durolle www.andre-verdier.fr TONFISK DESIGN www.darwinshome.com

PEUGEOT www.peugeot-saveurs.com LE CREUSET www.lecreuset.com LIB - ERWAN PÉRON www.lib-editeurdidees.com

LID SID 2 bis, rue Fléchier 75009 Paris www.pa-design.com

OPINEL www.opinel.com

MALONGO www.malongo.com

FOU DE PÂTISSERIE foudepatisserie@abonnescient.fr

Yummy Magazine

71


Chef Nini www.chefnini.com Létitia - Piment Oiseau www.piment-oiseau.fr Ré - In the Food for Love www.foodforlove.fr Karen - Cuisine Saine http://cuisine-saine.fr Chic,chic,chocolat http://chichichoc.blogspot.fr Isabelle - Pourquoi pas .... ?? http://pourquoi-pas-isa.blogspot.be Parigote - Carnets parisiens www.carnetsparisiens.com Fraise & Basilic http://fraise-basilic.com Lilie Bakery http://liliebakery.fr Aud’ à la cuisine www.­audalacuisine.­com Emilie and Lea - Emilie & Lea’s Secrets http://emilieandleassecrets.com Tartines & co www.tartinesetco.fr Philou - Un cuisinier chez vous www.uncuisinierchezvous.com Elegant Snowflake Corners by crungurean

La Yummy Team Dorian - Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça... http://doriannn.blogspot.fr Delphine - Le plaisir des mets www.leplaisirdesmets.fr Les Cocottes Moelleuses www.lescocottesmoelleuses.com Nanou - On dine chez Nanou http://ondinecheznanou.blogspot.fr Carole - Alter Gusto www.altergusto.fr Sandy - Cuisine et cigares www.cuisinetcigares.com Mamina www.mamina.fr Émilie - Common cook www.commoncook.fr Julia - La « Pose » Gourmande http://laposegourmande.blogspot.fr Nadia- Paprikas www.paprikas.fr Dominique - De vous à moi... http://devousamoi-dominique.blogspot.fr Claude-Olivier - 1001 Recettes http://1001recettes.blogspot.fr Sandra Cuisine addict www.cuisine-addict.com Manue - La popotte de Manue www.lapopottedemanue.com Pascale Weeks - C’est moi qui l’ai fait ! http://scally.typepad.com Tiuscha - Saveur passion http://saveurpassion.over-blog.com Stéphanie - Un mets dix vins http://unmetsdixvins.com Ameline http://ameline-nereaud.jimdo.com Garance - Talon haut & cacao http://talonhautetcacao.canalblog.com Illustrations pg 9, 14, 19 et 32 : Mathilda - Cuisine en bandoulière http://www.cuisineenbandouliere.com

Prochain numéro début mars

Rédactrice en chef : Mamina Responsable de la publication, conception & maquette : Carole Site Web : www.yummymagazine.fr Nous contacter : contact@yummy-magazine.fr Yummy Magazine est une publication de Yummy Yum

Toutes reproductions de Yummy Magazine et de son contenu sont interdites sans autorisation préalable de leurs auteurs respectifs.

Yummy magazine N°16 - Spécial Fêtes  

Le premier magazine gratuit, collaboratif et électronique des blogueuses culinaires. Au sommaire : Apéro qui pétille et qui croustille - Ch...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you