Page 1

E

ISSUE N°2, 2016 • INTERVIEW • COLUMNS / OPINIONS • BRÈVE ANALYSE / KORTE ANALYSE • LE TRAVAIL DE FOR YOUTH / WERKING FOR YOUTH

SAMENLEVING IN CRISIS? SOCIÉTÉ EN CRISE?


W

elkom bij de tweede editie van de Youth Voice, een tijdschrift over actuele onderwerpen voor en door jongeren.

Youth Voice biedt de mogelijkheid aan de jongeren om zich te uiten. Vorige editie van Youth voice was een succes, dit willen we herhalen door ernstige onderwerpen aan te kaarten. Zoals de problemen van de sociaal-culturele integratie en de noodzaak voor een sociaal beleid in de strijd tegen gewelddadige radicalisering.

RÉDACTEUR : JOUHARI Karim DENIZLI Yunus, TEMIZ Abdullah CONTRIBUTEURS : LEEMAN Johan, BOUBOUT Yassine, DUBE Noziwze, EMILIANI Tommaso, SERET Isabelle, ainsi que la chargée de projets «Prévention

de la radicalisation violente» de la Commune de Schaerbeek.

Youth Voice is een publicatie van For youth Paleizenstraat 25 - 1030 Brussel, België Youth Voice est Une publication de For Youth Rue des Palais, 25 - 1030 Bruxelles, Belgique Tel : 02/212 19 00 Fax : 02/212 19 09 www.foryouth.be

Eind 2015 hebben we besloten om deze onderwerpen te behandelen. Tragische gebeurtenissen op 22 Maart in Brussel heeft onze overtuiging verder versterkt. Er is veel te doen op dit gebied. We moeten de wortels van het kwaad beter begrijpen om het uit te roeien. Gewelddadige radicalisering is nog gevaarlijker dan we denken. In aanvulling op zijn zichtbare destructieve kant meestal door zijn bloedige aanslagen – is het ook een uitdaging voor onze samenleving, individuele vrijheden en het creëert een diepe kloof in de samenleving. Indien veiligheidsmaatregelen gewelddadige radicalisering willen verhinderen, moeten ze door een fase van preventie gaan met het oog op het behoud van de kenmerken van een liefdessamenleving. Hoop op vrede, democratie, dialoog & fatsoen!

Bienvenue dans la deuxième édition de notre magazine Youth Voice, le magazine destiné à la jeunesse et aux sujets d’actualité qui les concernent. De plus, Youth Voice leur donne la possibilité de s’exprimer. Comme l’édition précédente était un succès, on a voulu rééditer cela et aborder un sujet plus sérieux : les problèmes d’intégration socio-culturels et la nécéssité de développer une politique sociale plus développée pour lutter contre la radicalisation violente. Nous avions décidé de longue date de travailler sur ce sujet et malheureusement, les événements tragiques du 22 mars à Bruxelles n’ont fait que renforcer notre conviction. Il y a fort à faire dans ce domaine et nous devons mieux comprendre les racines de ce mal afin de l’éradiquer. La radicalisation violente est encore plus dangereuse qu’on ne l’imagine. En plus de son côté destructeur visible – le plus souvent par ses attaques sanguinaires – elle remet en question les fondements de nos sociétés, les libertés individuelles et crée un fracture profonde dans la société. Si des mesures sécuritaires peuvent réduire la radicalisation violente, il faut absolument passer par une phase de prévention afin de pouvoir conserver dans nos sociétés de l’espoir. L’Espoir de paix, de démocratie, de savoir-vivre ensemble !

Arife Kara: Voorzitter For Youth, Présidente de For Youth Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

2

3

For Youth 2016


is een jeugdvereniging die met de kansarme jongeren werkt om hen te activeren en een bijdrage te leveren aan hun sociale integratie. We organiseren verschillende activiteiten om hen te adviseren, te begeleiden en te motiveren. Onze doel is om te investeren in de kansarme jongeren zodat zij de rolmodellen kunnen zijn van de samenleving van morgen. Sterker nog, onze doelgroep zijn de jongeren tussen de 16 en 25 jaar, vooral uit kansarme milieus of maatschappelijk kwetsbare en precaire leefsituaties. We willen hen helpen om een betere toekomst uit te bouwen en brengen hen daarom samen met de rolmodellen en belangrijke actoren van onze samenleving. Voor de jongeren geeft dit een context waarin ze kunnen groeien ! Daarnaast maakt For Youth deel uit van Fedactio. Deze federatie - of koepelorganisatie - coördineert meer dan 60 verenigingen. Samenleven en respect zijn de belangrijkste gemeenschappelijke waarden van deze organisaties. Dit jaar zet Fedactio zich in voor de preventie van gewelddadige radicalisering. Voor dit project, wil Fedactio zijn netwerk van verenigingen en leden mobiliseren om actief deel te nemen aan

preventie. Doelstellingen van de actieplan van Fedactio zijn : 1) Een beleidsontwikkeling gericht op het helpen van mensen om hun angsten, en hun visie van « wij » tegenover « hen » achter zich te laten. 2) De Sociale samenhorigheid versterken. 3) Een zin van samenhorigheid ontwikkelen door meer belang te hechten aan gemeenschappelijke waarden. 4) De eenzaamheid en de interne communautaire spanningen verminderen. 5) Een logisch en aanvaardbaar verhaal ontwikkelen tegenover de ideologie van het gewelddadig extremisme en de radicalisering. 6) Het delen met elkaar van mooie ervaringen in de strijd tegen het gewelddadig extremisme. Binnen deze actieplan focussen wij ons op de jongerenluik om de verspreiding van de radicale ideeën voor te komen. Dit willen we realiseren door onze expertise en onze straathoekwerkers in te zetten.

est une association qui s’occupe de jeunes et tente de participer à leur inclusion sociale. Nous organisons différentes activités pour les conseiller, les encadrer et les motiver. Notre objectif est de les amener à s’investir et être les artisans de la société de demain. En effet, notre public cible est composé de jeunes entre 16 et 25 ans, provenant principalement de milieux défavorisés ou traversant une période difficile. Nous voulons leur donner goût à l’avenir et l’envie d`être des acteurs de la société. For Youth leur donne un cadre, un contexte dans lequel ils peuvent grandir et se construire les outils qui les aideront à aller de l’avant ! De plus, For Youth fait partie de la Fédération des Associations Actives de Belgique : Fedactio. Cette fédération – ou organisation parapluie – regroupe et coordonne plus de 60 autres associations citoyennes. Le savoirvivre ensemble et le respect des valeurs communes sont les principaux leitmotivs de ces organisations. Cette année, Fedactio s’est engagé pour la prévention de la radicalisation violente. Pour mener à bien ce projet, Fedactio tient à mobiliser son réseau d’associations et de membres et les incite à participer activement à une action

Youth Voice

For Youth 2016

pluridisciplinaire alliant intervention sur le terrain, réflexion et formation. Objectifs de la campagne de Fedactio : 1) La Réflexion et l’amélioration des politiques mises en place afin de lutter contre la peur de l’autre et la division d’une société entre « eux » et « nous »; 2) Le renforcement de la solidarité sociale et du sentiment d’appartenance à une même société; 3) La valorisation des valeurs communes; 4) La réduction du sentiment de solitude, d’injustice ainsi que des tensions intercommunautaires ; 5) Le développement d’un procédé logique pour lutter contre les idéologies radicales et la radicalisation violente ; 6) Le partage des expériences positives afin d’encourager la lutte contre la radicalisation violente. Dans ce programme, For Youth a pour mission de cibler les jeunes et d’empêcher les idées radicales de se propager. Grâce à notre savoir-faire et nos animateurs déjà sur le terrain, nous pouvons agir et intégrer cette stratégie rapidement. Par ailleurs, plusieurs grands projets ont été mis en place pour pousser la réflexion encore plus loin !

Youth Voice

4

5

For Youth 2016


Index

Inhoud VOORWOORD

8

par JOUHARI Karim

INTERVIEW MET JOHAN LEMAN

12

par TEMIZ Abdullah

SAMENLEVINGSNIVEAU 4

20

BOUBOUT Yassine

DEBAT OVER RADICALISERING? GEEF JONGEREN EEN PLAATS AAN DE TAFEL!

22

par DUBE Nozizwe

SCHOOL VAN TOEKOMST

8

Vo

rvie In te an Lem

an

oh et J

wm

12

par JOUHARI Karim

30

INTERVIEW AVEC LA CHARGÉE DE PROJETS «PREVENTION RADICALISATION» DE SCHAERBEEK

48

REPLI IDENTITAIRE ET RADICALISME : UN SUPPORT PÉDAGOGIQUE

AVANT-PROPOS

par JOUHARI Karim

par DAVID N. et SERET I.

A LA SOURCE DE LA RADICALISATION : COMPRENDRE LES CAUSES, IMAGINER DES SOLUTIONS

50

par EMILIANI Tommaso

24

par TEMIZ Abdullah

d oor orw

26

20

eau sniv

4

ving

S

nle ame

22

ver at o b e ing? D liser a c i rad

Sch

ool

Cha

rgée

van toek

oms

t

24

Rep

li id

de p

roje ts d e Sch aerb eek

30

Youth Voice

For Youth 2016

et ra

enti

dica

taire

lism

e

A la

48

sou

rce de l a alisa tion

radi c

50

Youth Voice

6

7

For Youth 2016


Voorwoord

Karim JOUHARI

Begrijp het probleem, bied echte oplossingen aan

Wat is «radicalisme» tegenwoordig?

Radicalisme vandaag de dag is vooral een uitdaging op onze manier van leven, onze samenleving en onze waarden.

Radicalisering wordt vandaag vooral gezien als een afwijzing van de westerse samenleving door de islamitische bevolking van Europa. Het feit dat de term «radicalisme» steeds meer geassocieerd wordt met de islam spreekt boekdelen.

ER IS GEEN ALGEMEEN AANVAARDE DEFINITIE VAN RADICALISERING ALS WARE IN ZIJN HUIDIGE VORM. DIT IS DEELS TE VERKLAREN DOOR

Trouwens radicalisering leid niet altijd tot gewelddadig gedrag. Radicalisering moet je zien als «extreme opvattingen ontwikkelingsprocessen en ideologieën die

HET FEIT DAT RADICALISERING

Radicalisme, radicalisering, extremisme? Er is veel gesproken over radicalisme en gewelddadige radicalisering, maar weten we echt waar het over gaat? Niet altijd!

van extreme hervormingen om het welzijn van het grootste aantal te waarborgen. De hervormingen deden vooral een beroep op de politieke en economische systeem.

Deze termen verwijzen naar de nauwe en toch ook heel verschillende realiteiten! Radicalisme en gewelddadige radicalisering zijn twee verschillende termen

Waarom moeten we spreken van radicalisme? Omdat deze ideologie in schril contrast staat met het huidige denken en het beleid op het moment.

KORTOM, RADICALISME VANDAAG

Een soortgelijke beweging werd ontwikkeld in Frankrijk in de 19e eeuw. Dit ging gepaard met de republikeinse beweging die meer democratie en secularisme eiste in de staat. Nogmaals, deze beweging werd beschreven als radicaal omdat het volledig in contrast stond met de doelstellingen en de normen van de tijd

DE DAG WORDT GEZIEN ALS EEN ZEER UITGESPROKEN MENING EN COMPROMISLOZE VERWANT VAN EEN IDEOLOGIE, EEN RELIGIE OF EEN GELOOF. RADICALISME SPAART GEEN RELIGIE, POLITIEKE OF SOCIALE IDEOLOGIE!

NIET VOLDOENDE IS OP ZICHZELF

Dus waarom is dit woord tegenwoordig zo negatief?

Radicalisme wordt veroorzaakt door een politieke doctrinatie die afkomstig is van de Angelsaksische wereld. Belangrijke namen hierbij zijn J. Bentham en James Mill. Tussen de 18e en 19e eeuw pleitten ze voor de oprichting

Radicalisme in het algemeen is vandaag de dag gezien als een «houding die weigert om compromissen te sluiten »

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

8

9

For Youth 2016


de status quo en het compromis af wijzen.»

radicalisering. Ze kunnen sociaal, cultureel, politiek, economisch en soms persoonlijk zijn!

Wanneer is het uitgegroeid tot een probleem? Wanneer een persoon geweld begint te gebruiken om zijn wereldbeeld op te leggen aan de anderen.

RADICALISME VOERT INGRIJPENDE POLITIEKE VERANDERINGEN IN OM TE GENIETEN VAN DE VOORDELEN VAN EEN FUNDAMENTEEL ANDERE

In dit geval spreken we van gewelddadige radicalisering. Dit gebeurt niet over een nacht, gewelddadige radicalisering is een proces. Geleidelijk aan beginnen mensen het systeem en de maatschappij waarin zij leven te verwerpen. Ze snijden hun banden met hun omgeving.

ALTERNATIEF. DE MIDDELEN KUNNEN GEWELDDADIG OF NIET-GEWELDDADIG ZIJN EN KUNNEN DEMOCRATISCH OF ONDEMOCRATISCH ZIJN

Er moet preventief gewerkt worden door de jongeren de ruimte te geven om zich uit te drukken en door naar hen te luisteren. Door in dialoog te treden met hen. Door hen een toekomst te geven hier in Brussel, België, Europa !

De kenmerken van gewelddadig radicalisme zijn : (1) de totale verwerping van het sociale systeem; (2) verwerpen van alle concessies en vijandigheid; (3) zelf-uitsluiting uit de maatschappij ;

Begrijpen om te voorkomen Acties tegen radicalisme For Youth richt zich op personen die geradicaliseerd kunnen worden. We proberen de stem van de jongeren te kanaliseren. Zoals u zult ontdekken in ons tijdschrift, zijn er verschillende bronnen van gewelddadige

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

10

11

For Youth 2016


Interview

Abdullah TEMIZ

Molenbeek, Media & Radicalisme

gedeclasseerd voelen. De indruk hebben dat ze

Wanneer kunnen we een persoon radicaal beschouwen? Wat zijn de kenmerken van radicalisme?

gediscrimineerd worden, terecht of onterecht. Jongeren die denken ‘wij zijn hier niet echt thuis’ dat is de tweede factor die zeker een rol

Iedereen kan radicaal zijn. Bijvoorbeeld men

speelt.

zegt dat Eddy Merkcx ook radicaal was, dat hij

Derde factor is organisatorisch. IS die sinds 2005

iemand was die niets uit het oog verloor bij de

met een geschrift van Abu Mus’ab al Suri via het

voorbereiding van zijn koersen, zijn fiets moest

P

roffessor Dr. Johan LEMAN heeft een doctor in de sociale en culturele antropologie, master in de filosofie, master in het filologie en geschiedenis, en master in de theologie Hij is emeritus hoogleraar sociale en culturele antropologie aan de Faculteit der Sociale Wetenschappen van K.U. Leuven. Hij leerde ‘migratie en minderheden beleid en haar antropologische implicaties’, ‘etniciteit en de toepassing daarvan in mediterrane culturen’, ‘interetnische relaties meerderheidminderheid in Europa’, ‘inleiding in de sociale en culturele antropologie en criminologische thema’s’ en ‘antropologie van religie ‘.

J

internet jongeren aanzet om voor de “ware is-

perfect zijn, zijn training moest perfect zijn, zijn

lam” te kiezen. Dat is dan gebaseerd op sommige

e hoort termen zoals radicalisme, extreme geweld, extreme radicalisme enz. Wat is nu de juiste term¬? Wat zouden we moeten gebruiken?

voeding moest perfect zijn, hier is er niets mis

Voor degenen die vertrekken naar Syrië zou ik zeg-

Je kunt extreem radicaal zijn

RADICAAL WAS, DAT HIJ IEMAND

gen: gewelddadig jihadistisch extremisme. Let op, je

bij het verdedigen van dieren-

WAS DIE NIETS UIT HET OOG VER-

moet het woord gebruiken en niet veranderen want

rechten, maar in dit geval gaat LOOR BIJ DE VOORBEREIDING VAN

daar slaag je er toch niet in. Ik bedoel eenmaal dat

het over Jihadisme.

een term ingang gevonden heeft verander je dat niet meer, die term is ingeburgerd. Politiek en in de media. Het is niet omdat ik nu zou zeggen dit is niet het

hadieth’s en waarbij men abstractie maakt van

mee.

alle tradities rond de islam die over de eeuwen

Een persoon kan ook extreem

gegroeid zijn, dus zogezegd een

radicaal zijn in het marxisme. MEN ZEGT DAT EDDY MERKCX OOK zuivere islam.

Wat zijn volgens u de wortels van deze fenomeen?

ZIJN KOERSEN, ZIJN FIETS MOEST PERFECT ZIJN, ZIJN TRAINING MOEST PERFECT ZIJN, ZIJN VOEDING MOEST PERFECT ZIJN,

je geweld mag gebruiken tegen andere moslims die onzuivere islam hebben en tegen de ongelovigen. Als je drie redenen samenpakt

juiste woord, dat men mijn woorden zal overnemen.

Er zijn veel wortels van deze

Maar radicalisme is radicaal maken van eigenschap-

fenomeen. De oorsprong ligt voor het stuk in de

je bedwelmd wordt en dat is wat er gebeurd. Je

pen, van kenmerken, radicaal maken van morele en

toestand in het Midden-Oosten, het begint daar.

wordt bedwelmd door dat drankje en je vertrekt

culturele kenmerken.

Namelijk dat daar een aantal spanningsvelden

dan, zeker als de virtuele media u volledig in hun

zijn, kunstmatige staatsgrenzen, te weinig na-

greep nemen.

Dus op zich is er niets tegen het feit dat iemand radicaal is in het beleven van, bijvoorbeeld in het oproepen voor rechtvaardigheid. Dat iemand radicaal is in het oproepen tot liefde en mededogen hier is er niets mis mee. Het loopt verkeerd af wanneer je de erkenning van mensenrechten als een soort verplichtend kader niet meer belangrijk vindt. Maar radicalisme op zichzelf is niet altijd negatief.

krijg je een cocktail, waarvan

tie staat zoals hier. Dat wilt zeggen men heeft

Wat is de rol van de sociale media in de radicalisme?

bevolkingsgroepen bij elkaar gebracht en gescheiden via staatsgrenzen. De Israël Palestina verhoudingen spelen ook mee, laten we zeggen

Op sociale media creëert men nieuwe vrienden-

dat de eerste factor heel politiek is, maar daar-

groepen. Maar het is voor een deel kunstmatig.

mee alleen verklaar je het niet.

Het zijn niet onmiddellijk fysieke contacten. Het is anders dan de fysieke contact dat je hebt met

Tweede factor is een groep jongeren die zich

Youth Voice

For Youth 2016

Dit houdt onder andere in, dat

Youth Voice

12

13

For Youth 2016


je familie en vrienden.

brengen over Molenbeek. Omdat de mensen dat willen zien, tot in de Turkije. Bijvoorbeeld de

Daar bestaat de gevaar dat je in een nieuwe soort

serie van Goens daar is al een Turkse zender die

werkelijkheid terecht komt en je mag dat niet

die willen kopen. Nu wat is de serie van Goens,

onderschatten. Dat kunnen agressieve filmpjes

als ik dat zakelijk bekijkt, dat is alle clichés die

etc op sociale media zijn die continu herhaald

bestaan over Molenbeek bij elkaar. Ik neem

worden. Als je continu naar agressieve filmpjes

daar alle clichés die in de verbeelding inslaat

zit te kijken wekenlang of urenlang dat wordt

bijvoorbeeld diefstal, vuile straten etc. Ik neem

je gevoellozer tegenover geweld. Je wendt aan

al die clichés en om dan geloofwaardig over te

geweld door het te vaak te zien en dat is wat er

komen zet ik paar positieve dingen tussen. Maar

gebeurd. Je gaat dan mee en geweld wordt mak-

ik begin mijn uitzending wel met een negatieve

kelijker aanvaardbaar voor u.

cliché en dan laat ik af en toe ook wel iets po-

Molenbeek wordt nu negatief DE GENUANCEERDE BEELD in de spotlight gezet, Donald VAN MOLENBEEK IS EEN Trump noemde het onlangs GECONSTRUEERD BEELD de hel op aarde. Er gebeuren VAN MOLENBEEK EN zoveel positieve dingen in VERKOOPT GOED. HET IS EEN Molenbeek maar toch heerst VERKOOPPRODUCT, WAT er nu een negatief beeld rond NU KOMT IN DE MEDIA ZIJN Molenbeek. Wat denkt u hieVERKOOPPRODUCTEN rover? Wat zijn uw ervaringen in Molenbeek?

sitiefs horen en dan zeg ik dit is de waarheid over Molenbeek. Ik breng een genuanceerd beeld van Molenbeek. De genuanceerde beeld van Molenbeek is een geconstrueerd beeld van Molenbeek en verkoopt goed. Het is een verkoopproduct, wat nu komt in de media zijn ver-

koopproducten. Een verkoopproduct dat emo-

Donald Trump is nooit in Molenbeek geweest.

tioneel aanslaat en waarvan ik weet dat mijn kij-

Het is alsof ik iets zou zeggen over een dorp in

ker verwacht dat het negatief is, mijn kijker zegt

de Verenigde Staten dat ik nooit gezien heb. Dat

‘ik wil een negatief beeld zien over Molenbeek.’

bewijst enkel dat ik dan demagoog ben, dat ik

En dus kijkt hij daarnaar en dat moet ons doen

dus tracht te profiteren van iets om mezelf in de

nadenken over al die soorten reportages. Dus

belangstelling te werken.

niet alleen over Molenbeek. Het moet ons eigen-

Molenbeek is negatief in de media. Omdat Mo-

lijk doen nadenken over al dat soort reportages

lenbeek een merk geworden is, het is een mer-

die soms gaan komen uit landen die we niet ken-

knaam. Je gaat nu zien in de komende weken

nen en we moeten dus leren kritisch omgaan

hoe meer en meer televisiestations series zullen

met wat media ons zeggen, dat is de grote les.

Waarom is er een sprake van radicalisering in Molenbeek?

onder zijn politieke verantwoordelijkheid viel. En dus iedere minister is beginnen maatregelen te nemen, waarbij hij nadien niet kon beschul-

Er zijn een reeks redenen. Ten eerste omdat de

digd worden. Dat is wat er hier gebeurd is, bij-

Belgische regering geblunderd heeft na de aans-

voorbeeld Milquet is toegekomen en het was iets

lagen in Parijs, ze heeft de Franse regering al-

dat niet geadviseerd was door de veiligheid, enz.

leen de toon laten zetten. En de Fransen hebben

En Milquet heeft gezegd ‘ah we sluiten de Frans-

direct gezegd ‘Het is Molenbeek’ de Fransen

talige scholen’. Toen Milquet dat zei, moest de

hebben niet gezegd dat degenen uit Molenbeek

minister van Onderwijs van Vlaamse Gemeen-

die het meededen tijdens de aanslagen in Parijs

schap dat ook doen want die dacht dan ‘stel

overwegend de Franse nationaliteit hadden, dat

nu, dat er iets gebeurd in een Vlaamse school

hebben ze niet gezegd.

in Brussel dan ben ik degenen die niets gedaan

De Belgische regering heeft zeer ongelukkig ge-

heeft terwijl mijn Franse collega het wel gedaan

reageerd door niveau 4 af te roepen. Dit mocht

heeft. En je hebt dus een spelletje gecreëerd

wel daar heb ik niets tegen maar al die maatre-

onder Vlaamse en Waalse en Belgische politieke

gelen daarrond waren onoverdacht. Men was

verantwoordelijken. Ik heb dat meerdere keren

duidelijk niet voorbereid en de minister wou

gezegd ‘dit is belachelijk’. Dus dit toonde aan dat

iedereen beletten dat er iets ging gebeuren dat

men niet voorbereid was dan heb je paar onge-

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

14

15

For Youth 2016


lukkige uitspraken gehad van de minister van

hebben om de jongeren aan te spreken zoals het

Syrië over te krijgen, dat is duidelijke de strate-

heel duidelijk dus hij heeft een politiek van des-

buitenlandse zaken voor de Amerikaanse jour-

moet. Die meer bezig zijn met hun land van her-

gie momenteel.

tabilisering van Europa, wat ik daarmee? Je ziet

nalisten.

komst en de politieke land van herkomst dan eigenlijk met islam brengen zoals het hoort. Dus

Alles wat gebeurde ergens in wijken in Molen-

men mag met onderwijs werken en men moet

beek en rond Molenbeek, werd Molenbeek.

dat doen maar dat heeft meer te maken met de

Bijvoorbeeld: Salah

algemene grond van

Abdeslam die aankomt aan de metro in Laken terwijl dat Laken stad Brussel is wordt dat toch Molenbeek.

Salah

Als het niet te laat is kan een leerkracht, iede-

zijn en het is juist

reen als leerkracht een band hebben met de jon-

dat de jongeren die

geren of een vertrouwenspersoon zijn voor de

vertrekken over het

jongeren.

kennis hebben van

Abdeslam die dan onderduikt

islamitisch bewust-

algemeen niet veel islam. Dus in die zin

blijk-

is dat goed, maar

baar in een apparte-

dan zijn er vooral de

ment in Schaarbeek

jeugdwerkingen

dat wordt ook weer

en

sportwerkingen waarmee men moet meewerken

Molenbeek dus Molenbeek wordt een beetje het

en de politie.

merk dat alle negatieve kenmerken aantrok die gebeurde in Brussel.

Wat kunnen de maatregelen zijn van de overheid tegen radicalisme? De meest interessante maatregelen maar die worden in mijn ogen onvoldoende genomen hebben te maken met jeugdwerking dit zijn de meest interessante.

En je ziet ook de nationalisten in Europa die opkomen. Een extreme recht dat opkomt, en je ziet dat er minder en minder toppolitici geboren worden, dat die het moeilijk krijgen, echt grote politici lopen nu niets voor dik meer rond. En in die context is dus nu de vraag wat is de toekomst voor allochtonen? Gelukkig hebben heel veel de Belgische nationaliteit, dus ze kunnen

jfelt op de juiste interpretatie van de islam, gaan

zich verdedigen via de verkiezingen.

ze dan makkelijk met de leerkracht islamitische godsdienst spreken dan met de leerkracht aar-

ALLES WAT GEBEURDE ER-

drijkskunde of met de leerkracht biologie. Tenzij

GENS IN WIJKEN IN MOLEN-

de leerkracht biologie of aardrijkskunde in zijn

Wat denkt u dat er in de toekomst zal gebeuren met de migranten, met de moslims en met Molenbeek?

afspraken buiten school, op straten, je kunt ook

destabiliseren, dat is één.

zin dat als een jongen twijfelt of de meisje twi-

Natuurlijk kunnen de geradicaliseerde jongeren

zijn, je mag dat niet onderschatten, je maakt

Hij financiert duidelijk bewegingen die Europa

godsdienst iemand die een stap voor heeft in de

lessen en in zijn manier van les geven heeft laten

ving en op school. Het kan ook buiten school

vandaag staatsoverheid claimrecht, Pegida etc.

Maar uiteraard is een leerkracht islamitische

Kunnen de geradicaliseerde jongeren een invloed hebben op andere jongeren in hun omgeving of op school? invloed hebben op andere jongeren in hun omge-

duidelijk dat hij alle bewegingen financiert die

Wat kunnen de scholen doen over radicalisme? Hoe kunnen ze de geradicaliseerde jongeren helpen? Kunt u paar tipjes geven?

BEEK EN ROND MOLENBEEK, WERD MOLENBEEK.

blijken dat die open staat, ook voor meer actuele discussies.

Wat de moslims betreft, is het belangrijk dat het gezicht van de islam dat overgebracht wordt naar de doorsnee mens, een gezicht is van dialoog, van bereidheid om ook in hun verhaal mee te gaan. Ik zeg dat alles alleen van moslims zal

Er zijn drie verschillende dingen, de migranten

afhangen, maar het is belangrijk dat de mos-

is een iets, moslims is iets anders, niet alle mi-

lims niet verkeerd reageren, dus niet agressief

granten zijn moslims en drie is Molenbeek.

reageren op, ik ben nogal voor de geweldloze

De school is ook interessant om de kwaliteit

kleine groepjes hebben op de speelplaats. Maar

van het islamonderwijs te verbeteren wat men

opletten, er is een toenemende belangstelling

ook in de moskeeën zouden moeten doen. Let

van IS voor vrouwen, voor meisjes. Dus dan mag

De wereld ziet er niet goed uit momenteel vol-

op er zijn wel paar heel goede imams, maar er

je ook verwachten in de komende maanden dat

gens mij. Kijk naar wat Rusland aan het doen is:

Molenbeek, kijk molenbeek is een merk, ik hoop

zijn nog altijd imams die echt niet het niveau

ze gaan proberen meer meisjes of vrouwen naar

Poetin, hij destabiliseert duidelijk Europa, dat is

dat er genoeg mensen zijn die van dat merk iets

methode, ik geloof daarin.

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

16

17

For Youth 2016


positiefs maken dus die het niet alleen laten af-

hebben ons publiek, tussen 100.000 mensen

gisch, Europees dat is een ander verhaal. Dat zit

leiden naar iets negatiefs. Maar natuurlijk dan

heb je wel 1000 mensen die u politiek volgen

niet goed vind ik, ik heb betere tijden gekend.

moet er tegengevecht komen tegen al die media

en die zich daarin herkennen. Dus wij hebben

Dit is eigenlijk van heel mijn leven een van

die van Molenbeek een negatief merk maken.

ons publiek, maar ons publiek is niet heel Mo-

meest beroerde tijden geweest, meest onzekere

Dus er moet genoeg mobilisatie komen om van

lenbeek, in feite zouden er een aantal andere

tijden, waar ik zeg dat heb ik nog niet veel mee-

dat negatieve merk niet een uitsluitend negatief

verenigingen diezelfde lijn moeten volgen. Als

gemaakt, dat heb ik nog nooit meegemaakt. Ik

merk te laten maken.

je in Foyer binnenkomt, ga je nooit enkel maar

kan me voorstellen voor jongeren die in zo een

Marokkanen zien, je gaat altijd een mix zien van

periode opgroeien dat dat onzekerheid creëert,

mensen van Marokkaanse herkomst, van Turkse

dat is reel, ik kan me voorstellen dat dat een on-

herkomst, je gaat Pakistanen, je gaat Afrikanen

zekerheid creëert dit ik als jongere niet gekend

vinden. Je gaat een mix vinden. Dit is altijd

heb. Als jongeren hadden we meer zekerheden,

Dus er zijn twee onbekenden, er is één waar ik duidelijk positief ben, ik denk allochtonen en Belgen dit is een verworvenheid, ik ben niet zo negatief over. Moslims dat hangt af van hoe

onze politiek geweest. En we zijn erin geslaagd,

ze erop reageren het gaat geen gemakkelijke

maar dat vraagt tijd. Dit mankeert een beetje bij

periode worden maar ik hoop dat ze niet alleen hun emoties maar ook hun verstand gebruiken. En drie Molenbeek dat is een onbekende, dat gaat een beetje van afhangen hoe het met het merk Molenbeek omgegaan worden.

andere verenigingen, andere

EN JE ZIET OOK DE NATIONALISTEN IN verenigingen zijn iets te veel EUROPA DIE OPKOMEN. EEN EXTREME of Marokkaans, of Afrikaans, RECHT DAT OPKOMT, EN JE ZIET DAT één doelpubliek, dat bedoel ik ER MINDER EN MINDER TOPPOLITI- met communautarisering, er CI GEBOREN WORDEN, DAT DIE HET zal er iets meer verenigingen MOEILIJK KRIJGEN

moeten komen of verenigingen die nu op een bepaalde

Wilt u nog iets bijvoegen?

manier werken die een omslag kunnen maken, en meer intercultureel gaan werken dat is één

Wat zijn de problemen van Molenbeek? Dit is

punt.

ook een belangrijke vraag. Er zijn er wel paar problemen.

Ten tweede Molenbeek is een gemeente waar

meer vertrouwen in de toekomst, het zag er alle-

Dus als die drie punten kunnen aangepast wor-

maal een stuk rooskleuriger en vreedzamer uit.

den, dat laatste gaat het moeilijks zijn vrees ik,

Terwijl ik nu vind dat het onzeker is en dat de

maar dat tweede gaat het gemakkelijkste zijn,

gevaar dichter bij huis is. Wij spraken van het

dus mensen activeren om terug te komen. Niet

gehele gevaar maar dat lag ver van ons, terwijl

om te komen wonen maar wel om zich met Mo-

nu heb ik zo een indruk dat jongeren opgroeien

lenbeek meer bezig te houden, dat zie ik wel zit-

in een klimaat van, er kan altijd iets gebeuren

ten. Het eerste dat van voel ik dat er nog veren-

in de metro. Dus ik zet me in de plaats van die

gingen zijn die het voelen, die het aanvoelen, die

jongeren en ik zeg dit is een jeugd zoals ik niet

akkoord gaan. Ze moeten nu enkel nog lukken

gekend heeft, in mijn tijd dachten we nooit of

om het te doen, maar het inzicht is al veel. Dus

dat we later werk zouden hebben of niet, we

dat van dat onderwijs kan het moeilijkste zijn.

waren zeker dat we werk hadden, dus ik kan me

Maar dus principieel blijf ik optimist, dat het

voorstellen dat er voor jongeren moeilijker te ve-

gaan maken, wat er op macrovlak gebeurt, Bel-

rwerken is. Dat je dus je stand moet bijhouden.

iemand die carrière maakt gemakkelijk weggaat.

Ten eerste is er te veel communautarisering in

Ik kan verstaan dat iemand weggaat maar dat

Molenbeek, er is niet genoeg interculturele sa-

ook mensen die weggaan iets meer in Molen-

menleving, er is te veel communautair op zich-

beek zichtbaar blijven.

zelf terug plooien. Dat is niet alleen in Molenbeek denk ik, maar het is in Molenbeek heel

Ten derde moet het onderwijs iets meer aange-

uitdrukkelijk. Bijvoorbeeld een organisatie als

past worden, iets meer aangepast zijn aan de

Foyer zet er alles op om dat open te breken, wij

reële arbeidsmarkt.

Eigen mening: Dankzij Professor Johan Leman is mijn meningen over Molenbeek verandert. Bijvoorbeeld ik wist niet dat er meer jongeren naar Syrië zijn vertrokken in Vilvoorde dan in Molenbeek. Ik was ook van die mensen die dacht dat Molenbeek het grootste probleem was, maar na deze reportage is mijn mening verandert over Molenbeek en over heel de wereld eigenlijk.

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

18

19

For Youth 2016


Column

Column

Samenlevingsniveau 4 Yassine BOUBOUT

ving.

Het tegengaan van polarisatie, zeker vanuit de

Ze worden gediscrimineerd als ze werk willen

politieke kant.

zoeken, worden naar lagere school-graden (bso

Als politici racistische uitspraken doen dan speelt

en buso) gestuurd uit vooroordelen, mogen hun

dat ten voordele van IS-ronselaars.

geloof niet vrij uiten zonder je hoofddoek uit te

Ze gebruiken letterlijk de woorden van sommige

doen… Etc

politici om aan te tonen dat allochtone jongeren

En dan begrijpen sommige politici niet hoe jon-

hier niet welkom zijn.

geren het in hun hoofd

Het theoretische moet in

Racisme is een key factor in werkloosheid, school-

halen om naar een oor-

de praktijk ook werken.

falen en radicalisering.

logszone te vertrekken.

Racisme is wettelijk ge-

En toch wordt het niet serieus genomen.

De vraag die we ons moe-

zien verboden maar in de

We moeten weg van dreigingsniveau 4 en op naar

ten stellen is: “hoe komt

praktijk is dat niet zo.

samenlevingsniveau 4.

het dat jongeren weg

We moeten streven naar

Het wordt tijd dat we leren samenwerken en sa-

willen van dit ‘prachtig’

erkenning van racisme.

menleven. Diversiteit is meer dan ooit realiteit en

landje en naar een oorlog-

We moeten erkennen dat

als je dat niet inziet moet je maar integreren.

zone willen vertrekken,

het bestaat en er tegen

Vaak wordt integratie opgeëist aan migranten en

waar er elke dag kogels en

vechten.

Co-founder Wayawmovement, Cofounder OneLine Solidarity

aan mensen met allochtone roots. Nu eisen wij

bommen rondvliegen?”

Het is tijd dat er anti-ra-

integratie aan de ‘rechtse kant’.

Hebben die jongeren het

cism maatregelen komen,

H

Integratie op zich is een relatief begrip tegenover

hier dan zo slecht? Het

bijvoorbeeld praktijktes-

mensen die hier geboren zijn en allochtone roots

is tijd dat het repressief-

ten.

hebben.

beleid dat we nu hebben

Tijd voor meer lessen

Maar de gene die niet inziet dat we in een divers

stopt en we ons meer

over ‘omgaan met diversi-

land wonen en dat we moeten leren samenleven

moeten focussen op pre-

teit’ voor leerkrachten in

moet zich integreren.

ventie. Met symptomen

opleiding en tijd dat poli-

De tijd van eenzijdige assimilatie met de meer-

bestrijding

tie in Vlaanderen serieus

derheid is pase.

nergens. We moeten ervoor zorgen dat jongeren

optreedt tegen racisme binnen en buiten de korp-

Het is Integreren in de diverse samenleving die

het gevoel niet krijgen om het land te verlaten.

sen.

we nu hebben. Punt !

We moeten ervoor zorgen dat jongeren zich een

Er zou meer geld moeten worden gepompt in jeu-

We mogen jongeren geen minderwaardigheidsge-

deel van deze maatschappij voelen, een volwaar-

gdwerk en sociaalwerk. En niet alleen maar voor

voel meer geven.

dige burger. En dat doen we m.b.v actief-plura-

‘deradicalisering doelen.’

Allochtone jongeren voelen zich minderwaardig,

lisme. Door de, zogenaamde kansen niet alleen te

Het is tijd voor actie. Zonder actie bereiken wij

buitengesloten en geen deel van deze samenle-

creëren maar ook aan te bieden.

samenlevingsniveau 4 niet.

et is duidelijk dat we nu in moeilijke tijden leven.

Terroristische aanslagen, het Midden-Oosten helemaal in puin,Syrië-strijders, constante dreiging en haatzaaiende politici. Toch hebben veel van de opgenoemde problemen een verband met elkaar. Een bepaalde link frustreert mij het meest, omdat het de makkelijkste is om op te lossen en veel zaken kan veranderen. Namelijk racisme. We leven in een land waar racisme wordt gerelativeerd, ontkent en aangezien wordt als een excuus voor persoonlijke falen.

komen

we

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

20

21

For Youth 2016


Column

Nozizwe DUBE

Debat over radicalisering? Geef jongeren een plaats aan de tafel!

een bepaalde manier onlosmakelijk verbonden

dit onderwerp blijven bediscussiëren, maar zon-

aan elkaar. Werken we stelselmatig fenomenen

der jeugdwerkers en jongeren ook zelf aan tafel te

zoals racisme en discriminatie weg, dan zorgen

hebben, heeft preventie van gewelddadige radica-

we er ook voor dat meer en meer kinderen en

lisering weinig kans op slagen. Dit debat gaat vaak

jongeren zich deel voelen van onze maatschap-

over ons, maar we worden niet gehoord. Geef ons

pij. Maatschappelijke uitsluiting uitsluiten, daar

een plaats aan de tafel!

draait het om. Zo wordt de voedingsbodem van gewelddadige radicalisering aangepakt.

op de vraag hoe we gewelddadige radicalisering bij jongeren structureel kunnen aanpakken. Ik gebruik bewust de term ‘gewelddadige radicalisering’ in tegenstelling tot radicalisering. Omdat radicalisering op zich niet altijd iets slechts is. Radicalisering kan ook een motor van verandering zijn binnen de maatschappij. Maar natuurlijk, als het leidt tot geweld, dan is dat een probleem. Voorzitter Vlaamse Jeugdraad

W

e kunnen de laatste tijd geen krant meer

ren onze identiteit ontwikkelen. Onze maatschappij vandaag is divers, en als jongere kan het soms een overweldigende en moeilijke taak zijn om die persoonlijke identiteitsontwikkeling op een positieve en succesvolle manier te voltooien. Het

redenen zijn al opgesomd om de voedingsbodem

het is zeker niet onmogelijk om hier sterker uit

van gewelddadige radicalisering te bepalen. Van

te komen.

nog vele mogelijke redenen over.

in de wereld een aanslag is gepleegd. En vaak

Cruciaal in het debat is hoe wij als Vlaamse jonge-

is een weg gepaard met vallen en opstaan, maar

moeizame integratie tot armoede. En er blijven

bezoeken zonder te lezen of horen dat er ergens

rol wij als jongeren zelf spelen.

Om terug in te gaan op die analyses. Verschillende

sociale ongelijkheid tot jeugdwerkloosheid. Van

openslaan of een online nieuwswebsite

Nog belangrijker is de rol van jeugdwerkers en de

Het jeugdwerk biedt hier een mogelijke oplossing. Het stimuleert kinderen en jongeren om aan een positieve vorm van identiteitsontwikkeling te

hebben we te maken met jongeren die radicalise-

Die analyses zijn niet zomaar uit de lucht gegre-

doen. Het jeugdwerk, in al haar vormen, zet jon-

ren en uiteindelijk terroristen worden. De inkt is

pen. Ze kloppen.

geren in hun kracht, maakt hen sterker. Samen

nog niet droog of er worden al verschillende ana-

Doordat die oorzaken zijn geïdentificeerd is een

lyses gemaakt om te proberen achterhalen wat de

deel van het werk gedaan. De beste vorm van pre-

voedingsbodem van dit proces is.

met jeugdwerkers kunnen we werken aan onze individuele identiteitsontwikkeling.

ventie is het wegwerken van deze struikelblok-

En terwijl we bezig zijn, laten we vooral niet ver-

Met de Vlaamse Jeugdraad stelden we al enige tijd

ken. Door ze te benoemen zijn we al een flink

geten om alle jongeren de ruimte te geven om hun

geleden vast dat gewelddadige radicalisering een

stuk vooruit. Het wegwerken van deze obstakels

eigen identiteit te mogen uiten.

opkomend fenomeen is, ook hier in Europa. Ons

vraagt vanzelfsprekend een nauwe samenwerking

advies ‘Positieve Identiteitsontwikkeling’ gaat in

tussen verschillende beleidsdomeinen. Alles is op

Beleidsmakers, journalisten en experts kunnen

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

22

23

For Youth 2016


Column

Column

School van toekomst Abdlullah TEMIZ

“Education is the most powerful weapon which you can use to change the world”. “Nelson Mandela”

ma meer voorbereid en meer kennis hebben. Zo

waar jongeren zich kunnen ontwikkelen en

kunnen ze cursussen krijgen over multiculturali-

groeien. Een plaats moet worden van dialoog en

teit, diversiteit, hoe omgaan met kansarme jon-

communicatie. Een plaats waar we kritisch leren

geren etc

denken. Een plaats waar we fouten maken en daa-

O ja, nu vraagt u zich waarschijnlijk af “waarom heeft hij deze punten opgesomd?” Wel beste lezers het antwoord is simpel. Ik werd in het 2de

Dag in dag uit brengen ze 8 uur door achter de schoolbanken. Alleen van hieruit kunnen we al de impact zien van het onderwijs. Wat kunnen de scholen en de leerkrachten betekenen voor de jongeren? Dit vraag zal ik proberen te beantwoorden beste lezers.

Laatstejaarsstudent in Lucerna College in Brussel

zin naar school ging. Dit had slechte invloed op mijn resultaten. Ik heb wel het geluk gehad dat mijn ouders het probleem inzagen en mij hielpen om een nieuwe school te vinden. Met de nieuwe school veranderde alles, ik had nieuwe vrienden en vriendelijke leerkrachten. Maar toch draag ik

dialoog. Onderwijs moet een plaats zijn waar de

de slechte herinneringen van mijn oude school

jongeren in dialoog kunnen treden met elkaar.

met me mee.

de leerkrachten. Ze moeten ervoor zorgen dat de

edereen weet dat het onderwijs ons toekomst

school geen plaats wordt van wij/zij verhaal. Zij

bepaalt, maar niet alle jongeren krijgen de

kunnen een sfeer creëren van dialoog en begrip.

kans om een diploma te behalen, waardoor ze ook

kwijt aan de leerkrachten waardoor ik tegen mijn

Eerste punt dat ik wil aanhalen is onderwijs en

Hierin is er een belangrijke rol weggelegd voor

I

leerjaar vaak gepest. Ik kon mijn verhaal niet

komst uitstippelen en onze dromen vervaardigen. Helaas kan het ook een plaats worden waar de jongeren gepest worden, zich onzeker en niet welkom voelen. Het kan ook een plaats worden waar jongeren hun diploma niet behalen. Een plaats dat hen de richting arbeidsmarkt uitwijst zonder de nodige vaardigheden en kennis. Eigenlijk spelen de leerkrachten een grote rol tegen gewelddadige extremisme , ze zijn een belangrijke schakel om het voor te komen maar kunnen gemakkelijk ook een oorzaak zijn. Zeg niet: “het is maar een school”, onderwijs

Daarom vind ik dat school een plaats moet zijn

speelt een grote rol in ons leven en vooral bij het opbouwen van ons toekomst.

Volgende punt is de relatie tussen de leerkrachten

moeilijkheden ondervinden op de arbeidsmarkt.

en de jongeren. De jongeren moeten de leerkrach-

Niet alleen jongeren verliezen maar het is ook een

ten als een aanspreekpunt kunnen beschouwen,

verlies voor de arbeidsmarkt. Vooral kansarme

zo hebben de leerlingen ook een goede relatie

jongeren worden hierdoor getroffen.

met hun leerkrachten. Op deze manier kunnen de

Door dit en andere factoren zoals: sociale onge-

scholen sneller ingrijpen in geval van problemen.

lijkheid, armoede, polarisatie ondervinden jon-

Er zijn landen waar men een master diploma moet

geren een hold up op hun geluk. Dit toont aan

behalen om leerkracht te worden, in ons land is

dat er een belangrijke rol weggelegd is voor het

een bachelorsdiploma genoeg. Dit kan belangrijk

onderwijs. Iemand die een hoog onderwijs aanvat

zijn omdat de leerkrachten met een master diplo-

brengt bijna 20 jaar door in het onderwijssysteem.

Youth Voice

For Youth 2016

ruit ervaring putten. Een plaats waar we onze toe-

Youth Voice

24

25

For Youth 2016


Avant-propos

Karim JOUHARI

Column

Comprendre l’enjeu, proposer de vrais solutions

Radicalisme, radicalisation, extrémisme késako? On entend beaucoup parler de radicalisme et de

avec les courants de pensée politique de l’époque, les transformations demandées étaient jugées « radicales ».

radicalisation violente mais sait-on vraiment de quoi

Un mouvement similaire s’est aussi développé en

il est question ? Pas certain ! Ces termes renvoient

France dans le courant du 19ème siècle. Celui-ci était

à des réalités proches et pourtant bien différentes !

associé au mouvement républicain qui demandait

Pourquoi parler de radicalisme et de radicalisation

plus de démocratie et plus de laïcité au sein de l’état.

violente ?

De nouveau, ce mouvement se décrivait radical –

De plus, la loi belge ne punit pas le radicalisme

la population musulmane d’Europe. Seuls les

en tant que tel. Il n’existe pas de moyens légaux

musulmans seraient contre la démocratie et pire

pour obliger une personne à penser comme on

tous rêveraient d’en finir avec elle ! Bien sûr, ce

le veut. Être radical de nos jours, c’est surtout

n’est qu’un raccourci, un gros raccourci même,

remettre en question et rejeter notre mode de

mais le fait que le terme « radicalisme » soit de

vie, notre société et nos valeurs, que ce soit pour

plus en plus associé à l’islam en dit long.

le pire ou pour le meilleur.

D’ailleurs la radicalisation n’aboutit pas toujours

Qu’entend-on par « radicalisme » de nos jours ?

à un comportement violent. Il faut comprendre la radicalisation comme un « processus de développement de croyances extrêmes et

La radicalisation est principalement conçue

d’idéologies qui remettent en question le statu

comme un rejet des sociétés occidentales par

quo et rejettent le compromis ».

et était perçu comme tel – parce que les objectifs LES PENSÉES RADICALES, MÊMES SI ELLES SONT JOINTES À DES

recherchés tranchaient complètement avec la société et les normes de l’époque.

IDÉOLOGIES TROUBLANTES,

Pourquoi aujourd’hui ce terme nous semble-t-il si négatif ?

NE DEVRAIENT PAS VRAIMENT INQUIÉTER. EN FAIT, LES PENSÉES RADICALES ONT CONTRIBUÉ À DE

De ce mouvement de pensée, une définition

GRANDS PROGRÈS.

commune a été créée. Le radicalisme au sens large est aujourd’hui compris comme une « attitude qui

Le radicalisme est à l’origine une doctrine politique qui vient du monde anglo-saxon. Initiée par J.

refuse tout compromis en allant jusqu’au bout de la logique de ses convictions ».

Bentham et J. Mill entre le 18ème et le 19ème siècle,

En bref, le radicalisme aujourd’hui est perçu comme

elle préconise la mise en place de réformes extrêmes

une opinion très forte et sans concession qui

ayant principalement trait au système politique et

s’apparente à une idéologie, une religion ou une

économique et devant permettre le bien-être du plus

croyance. Le radicalisme n’épargne aucune religion,

grand nombre. Pourquoi parlait-on de radicalisme

aucune idéologie politique ou sociale !

? Puisque cette idéologie était en totale opposition

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

26

27

For Youth 2016


Column

Dès lors, quand problématique ?

cela

Column

système électoral, etc.

devient-il

C’est à ce moment que l’état et la justice peuvent

Dès qu’une personne se met à utiliser la violence pour imposer sa vision du monde et effectuer les changements qu’elle désire. La radicalisation est

aujourd’hui

principalement

envisagée

comme un processus. L’adoption de pensées et d’opinions radicales va se faire progressivement. Il est reconnu que certains facteurs auront un impact plus grand et « faciliteront » le processus.

Comment ça, on peut lutter contre la

capacité de se projeter dans le même futur que

radicalisation sans mesure sécuritaire?

nous et de réussir à s’épanouir ici, à Bruxelles, en

agir car les lois mises en place permettent de

En effet, la radicalisation est d’abord un problème

punir et d’empêcher la planification d’actions

commun à nos sociétés. Certaines personnes se

violentes, l’association dans le but de nuire,

radicalisent pour des raisons bien différentes

etc. Les personnes concernées n’ont pas encore

de la religion : écologie, question sociales,

commis l’irréparable; cependant elles sont

idéologie politique. Dès lors, il serait dangereux

prêtes à le faire. Parfois même elles sont en train

de considérer que le radicalisme religieux qui

de planifier leurs méfaits. Les caractéristiques de

touche aujourd’hui une partie de notre monde

la radicalisation violente ont ainsi été décrites

soit totalement différent.

Belgique, en Europe !

comme étant :

Cependant, la radicalisation n’aboutira pas forcément à une action violente.

(1) le rejet total du système social en place ;

Quand des personnes se mettent hors- la-loi

(2) le rejet de toute concession et l’animosité

en ayant recours à la violence et à des actions

envers tous ceux qui acceptent des compromis ;

criminelles, alors on parlera de radicalisation violente. Petit à petit, ces individus se mettent

DE LA RADICALISATION DANS SA FORME ACTUELLE. CELA S’EXPLIQUE EN PARTIE PAR LE FAIT QUE LA RADICALISATION NE SE SUFFIT PAS À ELLE-MÊME […]

PEUVENT ÊTRE VIOLENTS OU NON-

principale. Il n’y en a tout simplement pas !

ce stade. Les actions entreprises par For Youth ont justement pour objectif de prévenir la

développer aussi dans certains cas un sentiment

radicalisation violente.

d’impuissance face aux moyens conventionnels de protestation : pétition, manifestation,

Les recherches en cours sur la radicalisation

radicalisation violente stricto-sensu. Celle-ci est

son action avant que les personnes n’atteignent

une coupure des liens avec celui-ci. Ils vont

OU NON-DÉMOCRATIQUES

n’ont pas encore permis d’identifier LA raison

répressible par la justice. For Youth concentre

désaccord avec leur environnement mais bien

VIOLENTS AUTANT QUE DÉMOCRATIQUES

L’action de For Youth n’est pas destinée à la

elle demande des moyens plus importants et est

dans lesquels ils vivent. C’est plus qu’un simple

ALTERNATIVE FONDAMENTALEMENT

normes afin de pouvoir justifier l’utilisation de

prise en charge par les autorités policières car

à rejeter complètement le système et la société

POUR TIRER LES BÉNÉFICES D’UNE DIFFÉRENTE. LES MOYENS UTILISÉS

La prévention nécessite d’abord la compréhension

UNIVERSELLEMENT ACCEPTÉE COMME VRAIE

PROFONDS CHANGEMENTS POLITIQUES

(3) l’auto-exclusion de la société et de ses la violence sans remords.

IL N’EXISTE PAS DE DÉFINITION

LE RADICALISME POURSUIT DES

Comme vous pourrez le découvrir dans notre magazine, les sources de la radicalisation violentes sont multiples. Elles sont sociales, culturelles, parfois personnelles, elles peuvent aussi être politiques ou économiques ! Travailler dans la prévention, c’est mettre en place des outils qui aideront les jeunes à mieux s’exprimer, à mieux se faire entendre. C’est leur donner la

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

28

29

For Youth 2016


Interview

Karim JOUHARI

Prévenir au lieu de guérir : la prévention sur le terrain

il y a une personne qui est chargée de projets

de la radicalisation, il y a une série d’éléments

pour les assuétudes, pour la prostitution ou

similaires aux causes qui amènent une personne

une personne qui travaille sur l’implication des

à passer ou à agir dans la délinquance.

habitants ou une autre sur les problématiques de

Avant de prendre vos fonctions à ce poste, est-ce que la commune ou un autre organe (fédéral, régional?) vous a fourni une formation adéquate ?

quartier. Par rapport à mon parcours, je suis de formation criminologue et le travail que je réalisais avant n’était pas directement lié à cette thématique-là.

Non, c’est-à-dire que c’est une formation qui a

J’étais plus spécialisée dans l’aide à la jeunesse et

Interview de la chargée de projets «prévention de la radicalisation violente» de la commune de Schaerbeek

n’y

avait

pas

d’éléments

spécifiques sur le problème de

décidé d’engager quelqu’un. Je suis donc arrivée

De formation, je suis criminologue et il y a

service prévention de la commune et plus

renvoie à des concepts où mes études ont pu

un poste qui s’est ouvert à la commune de

spécifiquement, du service d’Appui Thématique

m’épauler et m’apporter certaines choses dans

Schaerbeek en 2014. Avant ca, il y avait déjà une

et Territorial (SATT) qui prend en charge les

le travail que je réalise actuellement. Quand

personne qui s’occupait de cette thématique car la

problématiques de quartier ainsi que certaines

on parle de passage à l’acte violent, c’est

commune a été confrontée à cette problématique

thématiques. Par exemple dans mon service,

quelque chose qui fait aussi partie de toute une

en octobre 2014.

radicalisation. On n’en parlait pas du tout. Maintenant, c’est vrai que

C’est un poste qui fait parti du programme

le phénomène de radicalisation

de

violente, pour certains aspects,

Urbaine,

c’est

le

à travers les compétences ou les

QUAND ON PARLE DE PASSAGE À L’ACTE VIOLENT, C’EST QUELQUE CHOSE QUI FAIT AUSSI PARTIE DE TOUTE UNE PROBLÉMATIQUE CRIMINOLOGIQUE

omment vous êtes retrouvée au poste de chargé de projets « prévention de la radicalisation violente » et quel était votre parcours avant ? Vos études, etc.

Prévention

fait personnelle, c’est-à-dire pouvoir s’outiller

mes études en criminologie, on ne parlait pas il

Service

fait sur le terrain. Il y a une formation tout à

cette thématique. D’ailleurs, quand moi j’ai fait du tout de cette problématique,

C

eu lieu au moment où je suis arrivée. Cela s’est

la protection de la jeunesse mais sans lien avec

opérer les lectures adéquates, faire sa propre analyse. Et alors il y a toute une série de choses qui ont été mises en place et qui le sont toujours pour soutenir les acteurs

de terrain et les personnes qui travaillent dans ce domaine pour pouvoir les outiller. La commune, elle par exemple, permet que je m’inscrive à un certain nombre de formations, de colloques ou de journées d’études pour pouvoir me former. La région aussi organise à travers l’OBPS (ndl,

avec le départ de deux jeunes au printemps 2013

problématique criminologique. Par ailleurs,

dans une école, ici à Schaerbeek. Directement, la

en criminologie, on utilise des éléments de

commune a mis des choses en place pour prévenir

psychologie et de sociologie qui permettent

ce phénomène. Il y avait une personne qui en

d’avoir une certaine lecture du passage à l’acte,

plus de ses fonctions prenait en charge le dossier

des problématiques menant à la délinquance,

« radicalisation » et puis sur base des subsides qui

etc. Ces problématiques ou bien situations sont

L’avantage de se former sur le terrain, c’est

ont été octroyés par Ministère de l’Intérieur (ndl

aussi liées à la radicalisation. C’est-à-dire que

de pouvoir se former directement, de se faire

: Service Public Fédéral Intérieur), la commune a

dans les causes multifactorielles que vous avez

un réseau de contacts et de rencontrer des

Observatoire bruxellois pour la Prévention et la Sécurité) des formations. Il y a aussi des plateformes d’échange de bonnes pratiques organisées par le Ministère de l’Intérieur.

Youth Voice

For Youth 2016

connaissances que l’on a déjà,

Youth Voice

30

31

For Youth 2016


Par ailleurs, pensez-vous que la Commune de Schaerbeek vous soutient suffisamment dans votre mission?

quel service schaerbekois qui nous le demande. Voilà, on est aussi intervenu avec mes collègues des autres communes auprès de l’Exécutif des Musulmans pour expliquer ce que l’on faisait,

Peut-être, avant de préciser mes axes de travail,

quelle est notre lecture des choses. Alors ce

il est important aussi d’expliquer qu’il y a au sein

n’est pas une formation à long terme en tant

du Service Prévention Urbaine, toute une autre

que telle mais quand je donne des formations,

série d’acteurs importants : le service gardiens

cela dure parfois toute une journée. J’organise

de la paix, le service éducateurs de rue, la maison

aussi parfois des formations où j’invite des

des méditations qui s’occupe notamment

acteurs extérieurs que ce soit des professionnels

du décrochage scolaire, le service d’aide aux

de terrain ou des universitaires qui ont, petit à

justiciables, etc. Tous ces services qui travaillent

petit, développé une connaissance très pointue sur ce sujet. Personnellement,

personnes qui voudraient travailler dans la prévention.

personnes – celles qui travaillent depuis plus longtemps que moi – pour aller voir leurs bonnes pratiques, leur lecture et compréhension des choses. Je pense que cela a été très riche, on apprend – je ne vais pas dire aussi bien – mais vraiment bien en étant sur le terrain. Surtout que c’est une problématique où les formations, l’offre de formations est manquante. Où il n’y a pas de formation universitaire en tant que telle.

vers ces différents acteurs, à faire un parcours relativement similaire

de cursus universitaire ou à ce que je sache de

les rencontres, les conférences et à

cours universitaires que sur cette thématique-

discuter avec les acteurs de terrain.

là. L’offre de formation est organisée par les

Parce que les bonnes pratiques, elles sont en

différents acteurs que j’ai cités précédemment

train de se construire et c’est à travers elles que

mais aussi par les personnes qui sont sur le

l’on s’informe et que l’on s’outille.

les autres communes, on est souvent invité à partager notre expérience, notre lecture des choses. On donne des formations sur la thématique, cela fait partie de l’un de mes axes

Est-ce qu’il y aurait des éléments qui devraient être repris et mis ensemble, une sorte de package de base pour les

personnes qui débutent à se tourner

à celui que j’ai mené, à multiplier

que mes autres collègues le font aussi dans

Est-ce que vous pensez que l’on pourrait fournir une formation pour aider les personnes qui débutent maintenant ?

les

ON EST AUSSI INTERVENU AVEC MES COLLÈGUES DES AUTRES COMMUNES AUPRÈS DE L’EXÉCUTIF DES MUSULMANS POUR EXPLIQUER CE QUE L’ON FAISAIT, QUELLE EST NOTRE LECTURE DES CHOSES

Ces formations, elles existent même s’il n’y a pas

terrain. Je vais parler en mon titre mais je sais

Donc on apprend énormément sur le terrain.

j’inviterais

depuis beaucoup plus longtemps

de travail : c’est de former les acteurs de terrain. Alors, cela peut-être des professionnels, des associations, des enseignants, CPAS ; n’importe

réalisent un travail de prévention indirect de la radicalisation violente. Par exemple, le service de décrochage scolaire qui fait partie de la maison des médiations, ce service travaille au décrochage scolaire qui est à la fois une des causes et une des « conséquences » qui peuvent toucher

une personne entrant dans ce processus de radicalisation. Dans ce processus, on observe que la personne s’isole petit à petit de son groupe

Concrètement, en quoi consiste votre travail, votre mission ici à la commune de Schaerbeek?

de pairs, de sa famille. Elle fréquentait plusieurs groupes de loisirs puis elle décroche avec toutes ces personnes et avec son milieu scolaire, etc. Le travail contre le décrochage scolaire participe

Quel type de projets menez-vous – vous avez déjà cité l’aspect formation par exemple. Quels sont les acteurs avec qui vous êtes amené à entrer en contact et collaborer ?

donc aussi à réinsérer la personne, à rétablir ses attaches sociales ou contrer cet isolement. Le service des éducateurs de rue inclut les jeunes dans des activités avec d’autres jeunes. Le service

Youth Voice

For Youth 2016

que la mise en place de ma fonction

Youth Voice

32

33

For Youth 2016


communal RePR (service communal d’aide aux

Alors de façon tout à fait directe, le travail sur

J’utilise aussi d’autres outils qui ne traitent

l’engagement citoyen des jeunes. De façon tout

justiciables et/ou à leurs familles) agit pour une

la prévention de la radicalisation que je mène se

pas directement de la question soit parce que

à fait générale, on explique souvent que c’est un

meilleure réinsertion et donc réalise aussi un

divise en plusieurs axes. Il y a l’axe information/

certains acteurs peuvent être un peu plus frileux

sentiment de frustration qui amène les personnes

travail de prévention de la radicalisation. Ce sont

formation comme je l’ai expliqué. Dans cet

de les utiliser ou de traiter directement de la

à entrer dans ce processus de radicalisation

donc des personnes avec lesquelles je travaille.

axe-là est aussi comprise la sensibilisation des

problématique soit alors parce que c’est utile de

violente. Leurs besoins d’inclusion sociale –

jeunes. Plusieurs choses sont réalisées. Il y a

passer par la sensibilisation d’autres questions

d’inclusion tout court on va dire – leurs besoins

la proposition d’animations aux jeunes en lien

pour agir sur la prévention de la radicalisation

d’appartenance, leurs recherches d’identité,

direct avec le phénomène. Par exemple des

violente comme par exemple les dangers

leurs recherches de réponses à des questions

animations de sensibilisation réalisées par le

d’internet. Je propose aussi des animations

existentielles, ce sont tous ces éléments qui

CNAPD (Coordination Nationale des Actions

via des acteurs externes qui sont compétents

font qu’une personne va ou sera susceptible

pour la Paix et la

pour le faire et qui ont développé les outils sur

de rentrer dans un processus de radicalisation.

Démocratie).

Alors

les discours de haine. Ce sont des choses que je

Donc les jeunes – ou les moins jeunes parce

eux ont développé,

peux proposer aux écoles, aux associations ou

qu’il n’y a pas que les jeunes qui partent – pour

il y a déjà quelques

n’importe qui travaillant avec des jeunes et qui

répondre aux sentiments de frustration peuvent

années je pense, un

souhaitent mettre en place de telles

outil

animations.

Un autre exemple, le service Médiation propose des séances de sensibilisation aux dangers d’internet. Quand on sait la place que prend internet dans le processus de recrutement, prévenir les jeunes et les sensibiliser aux dangers d’internet partie de la

du

fait travail

prévention

de

radicalisation

violente. Il y a donc une

collaboration

entre différents collaboration

pédagogique

sur cette question

ces

qu’ils sont occupés

services,

de

qui

Ils

prend forme de façon ponctuelle avec l’un ou l’autre mais qui se formalise aussi dans une plateforme d’échange

réactualiser. réalisent

aussi

des

animations

qui

s’appellent

«

Terrorisme

en Question » et qui ont été notamment

et de collaboration avec tous les coordinateurs

soutenues par la Fédération Wallonie-Bruxelles

des services mais aussi d’autres services tels que

et présentées dans les différentes écoles, cela

le service jeunesse, l’inspection pédagogique,

peut aussi être d’autres animations. Cela se fait

les centres PMS. Il y a donc plusieurs services

un peu sur base de la demande et donc moi je

qui sont concernés et intéressés de participer à ce groupe de travail. Tout cela permet aussi de montrer que la commune travaille sur certains facteurs sociaux, sur l’inter-culturalité depuis plus de 25ans et que l’on n’a pas attendu.

Il y a aussi des personnes qui préfèrent organiser des débats ou des rencontres avec des voix

DONC LA PRÉVENTION, C’EST ENTRE-AUTRE DE LEURS OFFRIR UNE VOIE ALTERNATIVE À LA VIOLENCE À TRAVERS L’ENGAGEMENT CITOYEN

à avoir recours à la violence. Beaucoup ne vont pas avoir recours à la violence mais certains l’utilisent pour réponse à leurs différents besoins ou problèmes.

authentiques. Les voix authentiques

Donc la prévention, c’est entre autres de leur

peuvent être notamment des mères touchées

offrir une voie alternative à la violence à travers

par le phénomène. Ici, Madame Saliha Ben Ali a

l’engagement citoyen.

monté une a.s.b.l. avec laquelle elle va témoigner de son expérience et de son parcours auprès

Nous soutenons des projets mais parfois on les

des jeunes. Toutes ces initiatives sont aussi des

développe nous-mêmes. On ne veut pas faire

sources, des relais qui permettent de discuter de

deux fois la même chose donc si une association

cette question avec les jeunes.

par exemple ou un autre service met en place un

propose régulièrement leurs animations que je

Dans l’axe suivant, il y a plutôt le soutien aux

trouve vraiment très bien. En plus, il n’y a pas

projets de développement de prévention qui

beaucoup d’animations ou d’outils pédagogiques

peuvent avoir plusieurs objectifs. Ces objectifs,

qui traitent directement de la question, cette

s’il n’y a pas de liste exhaustive, plusieurs ont

initiative est donc très bien.

déjà été pointés. Cela peut être de favoriser

projet, on va avoir tendance à le soutenir plutôt que de le développer nous- mêmes. Si ce n’est pas le cas alors on s’en chargera. Engagement citoyen donc, ca peut aussi être la lutte contre le racisme ou discrimination. Ce phénomène,

Youth Voice

For Youth 2016

être amenés à se radicaliser et

Youth Voice

34

35

For Youth 2016


il est très important d’agir dessus. On voit

rue un projet qui visait à sensibiliser les jeunes

des activités de sensibilisation avec les jeunes.

d’avoir eu accès au parcours d’un autre jeune.

que malheureusement il prend de plus en plus

à la situation des réfugiés syriens. C’était

Ensuite,

on a organisé un événement dans

D’entendre les motifs et les raisons qui les ont

d’ampleur, notamment l’islamophobie. On l’a

plutôt vers la fin d’année 2015 et il y avait à ce

un parc qui visait à récolter des dons, non pas

amenés à partir et puis à se désengager de ce

remarqué avec les incidents à la Bourse avec les

moment beaucoup de réfugiés qui arrivaient en

monétaires mais matériels comme du matériel

processus, cela les a empêchés de partir. On sait

hooligans qui ont débarqué et scandé des discours

Belgique. L’objectif était de les sensibiliser à la

scolaire pour les déplacés syriens. Cela s’est

que c’est quelque chose de tout à fait utile et

plutôt d’orientation de droite et islamophobique.

situation des déplacés syriens. C’est-à-dire pas

vraiment bien passé entre autres parce qu’il

mobilisable dans le cadre de la prévention.

Voilà, c’est quelque chose sur lequel il faut

uniquement les refugiés, ceux-qui arrivaient ici

y avait beaucoup de diversité au cours de cet

vraiment travailler pour éviter les amalgames.

à proprement parler mais les déplacés en Syrie.

événement. Des réfugiés syriens ont participé et

C’est quelque chose que j’ai pu observer assez

En effet, l’association avec laquelle on travaille

ont pu échanger avec d’autres personnes et donc

rapidement, le public ou certaines personnes

aide aussi les réfugiés là-bas. Et donc cela s’est

c’était vraiment très riche de pouvoir mettre cela

ont tendance à faire des amalgames entre

concrétisé par une sensibilisation ou plutôt une

en place.

communauté

musulmane

et

terrorisme ou entre musulmans et terrorisme. Ce qui est tout à fait catastrophique en plus d’être injustifié, parce que cela accentue la polarisation, cela accentue le terreau de la radicalisation.

«CELA VISAIT AUSSI À FAIRE PRENDRE CONSCIENCE AUX JEUNES, S’ILS NE LE SAVAIENT PAS (...), QUE LES ENJEUX EN SYRIE SONT VRAIMENT BEAUCOUP PLUS COMPLEXES QU’ON LE LAISSE IMAGINER OU QUE PARFOIS LES

Cela peut être aussi par exemple

GROUPEMENTS EXTRÉMISTES LE

des projets qui vont favoriser

LAISSENT IMAGINER. C’EST-À-

la

cohésion

sociale,

l’inter- DIRE QU’IL N’Y A PAS UN ENNEMI À

culturalité. Et cela s’inscrit aussi

COMBATTRE»

dans la lutte contre le racisme,

information, une animation sur la situation géopolitique en Syrie. Cela visait aussi à faire prendre conscience aux jeunes, s’ils ne le savaient pas,- parce que tous ne le savent pas,- que les enjeux en Syrie sont vraiment beaucoup plus complexes qu’on le laisse imaginer ou que parfois les groupements extrémistes le laissent imaginer. C’est-à-dire qu’il n’y a pas UN ennemi à

faire en sorte que les différentes communautés

combattre, les acteurs sur le terrain qui sont

puissent mieux se connaître les unes et les autres.

impliqués dans le conflit sont très nombreux et

Cela peut se faire par exemple via des visites de

ce n’est pas aussi simple que l’on pense. Et donc

lieux de cultes, il y a des écoles qui l’organisent

c’est de pouvoir exposer de manière pédagogique

et je trouve que c’est un excellent projet que de

et le plus simplement possible parce que c’est

connaître les différentes religions, les différentes

extrêmement complexe ce qu’il en est. Pour cela,

cultures. Dans le cadre de ce projet, j’ai développé

on a travaillé notamment avec la CNAPD qui

notamment en collaboration avec une association

est très calé sur la situation géopolitique et qui

schaerbeekoise et le service des éducateurs de

est très compétent pour sensibiliser ou animer

Par on

C’est un des projets que l’on soutient comme celui de la création d’une Mother School qui est comme son nom l’indique une école des mères. Il vise à mieux outiller les mamans notamment dans ce processus-

ailleurs, soutient

là en développant

le

leurs

développement d’un

et les liens qu’elles

outil

pédagogique

peuvent créer avec

par Isabelle Serret

leurs enfants. Cela

et une l’a.s.b.l. «

s’est mis en place par

2bouts ». Cet outil

l’a.s.b.l. « Save » dont

pédagogique,-

Madame Ben Ali, qui

non

est elle-même une

il

seulement en

manque,-

maman

mais en plus il est

c’est-à-

concernée dire

une

extrêmement riche. Il est en cours d’élaboration,

maman d’un jeune qui est parti et qui est décédé

mais il se base sur le récit de vie de jeunes et

en Syrie. Alors, il y a d’autres projets qui sont

de famille qui ont été touchés directement

aussi en cours. Des projets qui visent à pouvoir

par le phénomène. Cela permettra d’avoir une

outiller les acteurs de terrain et les former parce

meilleure connaissance du phénomène pour les

qu’il y a beaucoup de demandes pour l’instant

acteurs de terrain et les jeunes mais aussi aux

ou des projets qui visent concrètement à

jeunes d’avoir des témoignages authentiques

sensibiliser le public à lutter contre le racisme et

via des capsules vidéo. C’est très important car

la discrimination, à mettre en place des débats

certains jeunes ont témoigné du fait que ce qui

avec les jeunes avec des voix authentiques

les a empêché de partir c’est d’avoir visionné ou

notamment avec des personnes qui sont parties,

Youth Voice

For Youth 2016

compétences

Youth Voice

36

37

For Youth 2016


communes de la zone parce qu’il n’y a pas de

par les différentes villes et communes. Le niveau

de leur coté si vous voulez, ont un plan d’action

frontières et il s’agit aussi de voir comment cela

fédéral a aussi, donc le Ministère de l’Intérieur

mais par secteur : secteur jeunesse, secteur

se passe dans les autres communes ou bien avec

a aussi, vous l’avez sans doute entendu dans

enseignement, etc. Par exemple au niveau

les différents chargés de projets qui existent.

la presse, pris deux arrêtés royaux, pas des

enseignement, Joëlle Milquet a fait circuler

Alors là, il faut savoir qu’en Région Bruxelloise,

circulaires mais des arrêtés royaux. Ceux-ci sont

auprès des écoles des propositions pour aller

il y a 4 chargés de projets donc à Schaerbeek,

des fonds d’impulsion pour différentes villes et

voir la pièce « Djihad », des propositions via la

Molenbeek, Anderlecht et Bruxelles et Saint-

communes de Belgique afin de mettre en place

CNAPD d’animations le « LE TERRORISME EN

Gilles va bientôt en engager un. Les autres

des projets de prévention. Dans ce cadre, il y a

QUESTIONS … ». Il y a aussi alors ça, ce n’est

communes de la Région n’en ont pas parce que

un premier arrêté royal qui prévoit un million

pas Milquet mais je pense que c’est Madrane

notamment elles ne reçoivent pas les subsides

pour 10 villes et communes belges. Il y a donc

qui a pour projet de développer des centres

pour pouvoir le faire. Et donc c’est vrai que cela

des chargés de projets – comme moi – en Flandre

d’appui aux familles et aux acteurs de terrain

crée une certaine inégalité, les personnes ne

et en Wallonie. Ca, ça permet aussi à ces 15 en

qui sont confrontés à la problématique. Au

sont pas outillées de la même façon. Cela ne veut

tout villes et communes, 10 dans

CELA NE VEUT PAS DIRE QU’ILS

fait, c’est quelque chose de tout

pas dire qu’ils ne font rien, les autres communes

le premier et 5 de plus dans le

NE FONT RIEN, LES AUTRES

à fait nécessaire, on a besoin

mettent des choses en place mais c’est plus

deuxième, de bénéficier de fonds

COMMUNES METTENT DES

d’avoir des relais qui sont autres

laborieux car la personne qui est considérée

pour mettre en place des projets

CHOSES EN PLACE MAIS C’EST

que des relais policiers voire des

comme référent en la matière a une fonction

de prévention. C’est vrai que cela

PLUS LABORIEUX CAR LA PER-

relais communaux pour que les

Un autre axe est celui de plateformes d’échange et

en parallèle donc ça complexifie encore la tâche.

est tout à fait intéressant. C’est

SONNE QUI EST CONSIDÉRÉE

familles puissent s’adresser à

de coordination. Alors là, il s’agit concrètement

Ils ne peuvent pas, sans parler en leur nom

plutôt l’apport au niveau fédéral,

COMME RÉFÉRENT EN LA

ces personnes ou s’adresser à un

de participer à des plateformes qui sont mises en

évidemment, travailler de la même façon. On

après il y a la Région qui a son

MATIÈRE A UNE FONCTION EN

centre qui se spécialise vraiment

place soit par les différents niveaux de pouvoir

se réunit souvent avec les autres chargés, même

propre plan d’action.

– je vais y revenir tout de suite – soit que l’on a

de façon informelle pour s’épauler les uns les

créées nous-mêmes parce que c’était nécessaire

autres, pour s’outiller, voir comment est-ce que

et utile de le faire. J’ai parlé tantôt du groupe

l’on peut travailler en collaboration et voir ce qui

de travail « Radicalisation » et ça c’est tout à

se fait dans les autres communes, etc.

D’ENTENDRE LES MOTIFS ET LES RAISONS QUI ONT AMENÉ CERTAINS À PARTIR ET PUIS À SE DÉSENGAGER

DE CE PROCESSUS, CELA LES

A EMPÊCHÉ DE PARTIR. ON SAIT QUE C’EST QUELQUE CHOSE DE TOUT A FAIT UTILE ET MOBILISABLE DANS LE CADRE DE LA PRÉVENTION

etc.

fait riche parce que cela regroupe des acteurs de terrain qui sont compétents ou qui ont développé leurs compétences pour travailler sur ces thématiques la. Ils sont confrontés parfois à certaines difficultés ou ils ont des projets et on

FIE ENCORE LA TÂCHE

complètement la problématique.

d’action, bon eux en parleront mieux que moi, qui sur la formation. A travers l’Observatoire, ils

C’est-à-dire que pour une famille qui est en

Par rapport aux différents niveaux de pouvoir,

organisent des formations pour la Région,

questionnement, il n’y a pas de site qui regroupe

c’est aussi compliqué. Cela répondra peut-être

enfin les personnes concernées dans la région

les différentes ressources, éventuellement les

à l’une de vos questions. Nous, on est subsidié.

: les chargés de projets et maintenant il y a un

contacts qu’ils peuvent avoir avec l’un ou l’autre

On a un subside du Ministère de l’Intérieur

module pour les gardiens de la paix.

service. Cela manque cruellement et on n’en

qui visent davantage à voir ce qui est mis en place

a toujours pas alors que ce n’est pas récent le

Après il y a tout le volet Fédération Wallonie-

phénomène. Il est question d’en mettre un en

Bruxelles qui eux, alors il y a des échanges avec

place, je pense que c’est la Fédération Wallonie-

nous mais ce sont toutes des initiatives prises

Youth Voice

For Youth 2016

doit pouvoir prendre en charge

Idem on n’a pas, de site internet fédéral.

problématique. Il y a des plateformes d’échange

Cela peut être aussi des réunions avec les autres

La Région développe un plan

s’axe pas mal et c’est ça qui a été réalisé jusqu’ici

il y a donc le niveau fédéral qui agit sur la

peut collaborer et travailler tous ensemble.

PARALLÈLE DONC CA COMPLEXI- dans ce domaine. Ce centre

Youth Voice

38

39

For Youth 2016


Bruxelles qui bosse dessus mais on n’a aucune

à mettre en avant aussi, il y a des associations

idée de quand ni comment cela va être mis en

qui bossent là-dessus. Il y a aussi des écoles qui

place. Donc vous voyez, il y a plusieurs initiatives

développent de super beaux projets et c’est à

dont de bonnes initiatives. Ill y a eu aussi un

mettre en avant parce que ce sont des acteurs

numéro vert qui a été mis en place par Madame

qui sont confrontés à la problématique et qui

Milquet qui est en fait une extension du numéro

agissent au-delà de leurs fonctions. Les profs

vert qui existait déjà. Il a été critiqué par la

n’ont pas que ce problème-là, je le dis souvent,

presse mais c’est aussi une nécessité d’avoir un

on prend les profs pour des super-héros. On leur

numéro vert même au niveau fédéral. Cela reste

demande de tout voir, de tout savoir, de tout

compliqué mais on attend beaucoup mais je

gérer mais bon, il faut être conscient qu’ils ont

reconnais que cela prend du temps à mettre bien

aussi d’autres choses à gérer. Pourtant voilà, ils

les choses en place, etc.

développent des choses même avant qu’il y ait eu la problématique. Certaines écoles font des

Vous avez parlé du plan de la Commune de Schaerbeek, des différentes collaborations au niveau fédéral et régional. Quels sont vos relais, vos collaborateurs sur le terrain ?

visites de lieux de cultes, il y en a qui organise des conférences/débats avec les élèves sur cette thématique. Ce sont de belles initiatives.

Peut-être juste une précision, vous-avez parlé des débuts des actions préventives de la Commune de Schaerbeek - en 2013 – pourriez-vous dater les premières initiatives associatives et citoyennes pour la prévention de la radicalisation violente ?

Au-delà de ces différentes collaborations, moi je travaille aussi si vous voulez avec tout le territoire de Schaerbeek et n’importe quels acteurs qui travaillent à Schaerbeek. Et c’est-à-dire que cela ne doit pas être juste un acteur communal ; on travaille régulièrement avec les associations, les écoles et il faut savoir aussi que je ne suis pas

Alors, moi je vous parle des initiatives que je

la seule personne non plus qui travaille sur ce

connais, c’est compliqué parce que je suis arrivée

phénomène. Il y a vous notamment et d’autres

en octobre 2014 et déjà il y avait des choses qui

qui ont développé pas mal de trucs et vraiment de

se mettaient en place. Mais il me semble que

beaux projets, soit que l’on soutient ou pas parce

quand il y a eu, parce que ca a été très médiatisé

qu’ils n’en ont pas toujours besoin et c’est super.

au printemps 2013, le départ des jeunes je sais

Mais ce sont aussi des ressources pour les acteurs

que les écoles ont mis en place des choses. Alors

qui connaissent moins le phénomène, pour les

peut-être pas toutes, peut-être pas directement

jeunes, pour le public. Ca, c’est quelque chose

mais je pense que les choses ont vraiment

commencé à ce moment et pas que pour les

ont été faites et qui préviennent indirectement le

écoles. Les autres aussi parce que lorsqu’on

phénomène. Mettre en place des sensibilisations

entend parler de jeunes – de la commune ou

à la lecture critique des discours médiatiques,

pas – qui partent et bien cela interroge. Cela

c’est tout a fait pertinent dans le cadre de la

interroge les professionnels, cela interroge aussi

prévention de la radicalisation violente. Ca n’a

les jeunes, on se demande pourquoi ou on se

peut-être pas été développé directement pour ça

dit qu’on ne comprend pas. Et donc on a cette

ou suite à ça mais c’est extrêmement adéquat.

nécessité de développer des choses mais cela

Depuis votre arrivée à ce poste, avez-vous vu une amélioration ou est-il possible d’estimer qu’il y a eu une amélioration quant au phénomène de radicalisation violente ?

reste très difficile pour moi de dater. Je ne peux parler qu’à partir d’octobre 2014 quand moi je suis arrivée et que j’ai rencontré des acteurs de terrain et bien ils mettaient déjà des choses en place sur cette problématique. Avant, c’est plus compliqué pour moi de l’affirmer mais il me

Alors, c’est très compliqué de parler de ce sujet

semble avoir compris et entendu que déjà en

parce que l’on parle ici d’évaluation de travail,

2013, il y a des choses qui se faisaient. Mais bon,

de projets qui sont réalisés. Or en terme de

comme je l’ai déjà dit, il y a des choses aussi qui

prévention, c’est très compliqué d’évaluer de

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

40

41

For Youth 2016


Interview

quelle manière une action a eu un impact ou

Maintenant, voilà, ce n’est pas comme à la police

rapport à ça. Des projets qui renforcent les liens

aussi des ressources pour les victimes et il n’y a

pas. Quand on réalise des animations ou des

où on peut se dire on a fait X arrestations. C’est

entre les différentes personnes ou les différentes

pas que les victimes tout à fait directes, il y a aussi

formations et que l’on s’aperçoit que l’on peut

beaucoup plus du long terme, c’est un travail de

communautés

notamment

des personnes qui ne l’ont pas vécu directement

éclairer soit les acteurs de terrain ou les jeunes,

plus longue haleine. Alors oui, je peux vous dire

Schaerbeek mais qui habitent la Belgique.

mais qui sont vraiment choquées de ça. Il faut

ce qui a été le cas de ce qu’il m’a été rapporté,

on a fait X formations, on a formé X nombre

Qu’elles se connaissent mieux, nous devons

aussi pouvoir avoir des ressources pour qu’ils

pour moi c’est déjà extrêmement positif. Alors

de personnes mais c’est ce que les personnes

travailler sur cette inter-culturalité, travailler

puissent avoir un espace où elles puissent aller

voilà, on ne peut pas dire que le phénomène est

peuvent faire avec, c’est ce qu’elles perçoivent, la

sur des échanges pour mieux se connaître, pour

parler. Moi je ne suis pas psychologue et donc

terminé, que le boulot est terminé. La prévention

façon dont elles ont pu être outillées, éclairées

éviter tout ça.

voilà, c’est de travailler aussi sur les relais qui

de la radicalisation violente, c’est vraiment un

qui compte à ce moment-là.

Est ce que le climat dans lequel vous même compliqué de dire : « voilà, il y a une travaillez a changé depuis les évènements amélioration ». Pour moi, l’amélioration existe du 22mars ? Pensez-vous que cela aura parce que les gens connaissent un impact, positif ou négatif, mieux le phénomène et rien IL Y A AUSSI DES ÉCOLES QUI sur votre travail ? qu’avec ça, c’est une amélioration

DÉVELOPPENT DE SUPER

parce que s’ils sont mieux outillés

BEAUX PROJETS ET C’EST À

Cela reste relativement récent c’est

ou mieux préparés, ils peuvent

METTRE EN AVANT PARCE

donc très difficile de pouvoir parler

mieux agir sur le phénomène. Ils

QUE CE SONT DES ACTEURS

d’impact, souvent il faut attendre

ont moins peur éventuellement

QUI SONT CONFRONTÉS À

quelque temps. Je dirais que les

LA PROBLÉMATIQUE ET QUI

événements ne vont pas changer

Il y a une amélioration aussi parce qu’il y a de plus en plus

AGISSENT AU-DELÀ DE LEURS FONCTIONS

fondamentalement

les projets

ou le travail qu’on réalise parce qu’ils n’ont pas changé la lecture

d’espaces existants, pas encore suffisamment

que l’on peut faire du problème. Ca ne veut pas

malheureusement, pour que les personnes

dire qu’on ne prend pas en compte ce qui s’est

puissent en parler puisqu’il y a plus d’initiatives.

passé, cela veut dire qu’on se rend compte que

Pour moi, ce sont déjà des initiatives très

les besoins que l’on peut avoir sont pressants

positives, maintenant de dire que cela a mis fin

ou qu’il y a certaines choses sur lesquelles il est

au phénomène et bien non. Par ailleurs, il existe

plus urgent d’agir. J’en reviens notamment sur

des services qui accompagnent les familles qui

le racisme et l’islamophobie. C’était déjà visible

les soutiennent et où le soutien est tout à fait

avant et là je crains que cela s’accentue. Cela

réel et a été très positif. Donc voilà tout ça c’est

doit rester une priorité, je pense qu’il est urgent

des actions positives.

habitent

existent et qui sont tout à fait spécifiques. Ca,

Maintenant, changer le climat, c’est quand

travail sur du long terme et donc ça reste quand

de l’aborder.

qui

ou plus pressant de développer des projets par

c’est quelque chose qui par exemple ne s’est pas

même tout à fait spécifique. Cela s’est passé

forcément ou moins fortement présenté après

avant les vacances donc beaucoup de personnes

les attaques à Paris. La ben voilà, on a été touché

et notamment des jeunes sont partis, je pense qu’il y aura sans

POUR MOI, L’AMÉLIORATION

Quelles sont pour vous les qui pourront être opérés par CONNAISSENT MIEUX LE PHÉNO- principales difficultés que la suite. Ca s’est vu après les MÈNE ET RIEN QU’AVEC CA, C’EST vous rencontrez dans votre attaques à Paris en janvier et UNE AMÉLIORATION PARCE QUE travail quotidien? doute davantage de constats

EXISTE PARCE QUE LES GENS

en novembre où effectivement,

S’ILS SONT MIEUX OUTILLÉS OU

les personnes étaient beaucoup

MIEUX PRÉPARÉS, ILS PEUVENT

plus inquiètes et donc prenaient

MIEUX AGIR SUR LE PHÉNOMÈNE

plus de renseignements ou

Il y a, je pense, le fait que le phénomène n’est parfois encore pas tout à fait connu ou que

l’on manque de connaissances beaucoup plus

avaient plus envie de développer des projets.

pointues du phénomène. Par exemple dans les

Nous, on va redoubler d’efforts pour les épauler

causes de la radicalisation, on parle de causes

tant dans leurs inquiétudes que dans leurs

multifactorielles. Cela fait beaucoup. Bon,

développements de projets. A mon avis, ce sera

beaucoup de choses ou de problématiques sont

aussi cet impact-là, de pouvoir aussi mettre en

multifactorielles mais je pense qu’au regard des

place des choses ou des lieux, des espaces de

contacts que j’ai eus sur le terrain, il y a d’autres

paroles. Alors c’est vrai que moi je ne m’occupe

recherches qui devraient ou qui pourraient être

pas spécifiquement des victimes ou des victimes

menées pour davantage cerner le phénomène. On

des attentats mais voilà je peux chercher aussi

pourrait davantage pointer ce qui pourrait être

des ressources vers lesquelles les éventuelles

utile ou mobilisable comme outils pour prévenir

victimes peuvent se tourner. Donc voilà, c’est

le phénomène de façon collective mais aussi

Youth Voice

For Youth 2016

directement, localement.

Youth Voice

42

43

For Youth 2016


Interview

Interview

pour épauler les personnes qui sont confrontées

réaliser le travail que je mène. Rien que le titre

Si désengagement il doit y avoir, pour moi c’est

l’est. Il y a des situations de danger, il y a des

à cela. Je l’ai dit on manque de ressources, de

par exemple, première chose parce que l’on est

un désengagement sur base volontaire. C’est

situations où voilà c’est nécessaire mais moi

professionnels spécifiquement formés à l’écoute

subsidié par le Ministère de l’Intérieur, certaines

de pouvoir aussi faire tout un travail qui est lié

je réoriente, je ne vais pas dire à la police « un

et à l’aide des personnes qui sont touchées ; je

personnes pensent que l’on a des comptes à

au constat que l’on a pu faire du processus de

tel se radicalise, oulala attention ». Ce n’est pas

parle de famille, je parle de personnes qui sont

rendre ou que l’on va donner des informations au

radicalisation, c’est-à-dire de pouvoir permettre

mon job du tout, je ne voudrais pas faire ça et

dans le processus. Attention moi je parle d’aide

Ministère de l’Intérieur. Pas du tout, certains…

à la personne de travailler sur cet isolement qui

ce serait tout à fait contre-productif. Donc, cela

volontaire, mon travail c’est la prévention donc

on nous a parfois appelé « déradicalisateurs » ou

engendre et qui est engendré par ce processus

a aussi été un travail lors de mon engagement

je ne parle pas forcément du volet répressif ou

on disait que l’on faisait « de la déradicalisation

de radicalisation. De pouvoir faire un travail sur

de pouvoir montrer que ce n’est pas ça que je

de l’aide contrainte mais je trouve qu’il faut

». Je ne fais pas de déradicalisation et quand on

l’utilisation de voies autres que la violence. Pour

faisais, que je ne suis pas à l’affût d’avoir des

que l’on ait davantage de connaissances sur ce

me parle de déradicalisation qui est en soit un

moi, c’est un travail qui doit être mené mais je ne

informations sur des individus pour les fournir

phénomène et davantage de ressources. Il y a

mot horrible cela laisse aussi à penser que l’on

l’appelle pas du tout déradicalisation, pour moi

à la Police. Moi je travaille, je ne fais pas partie

donc une difficulté par rapport à ça.

va prendre un individu de manière contrainte,

c’est un travail qui est d’ordre social. Il ne s’agit

du corps policier. Donc voilà je pense que cela

l’enfermer et lui faire un lavage de cerveau. On

pas de moraliser un jeune et de

ne fait pas ça, on va parler – parce que j’ai la

lui dire « han c’est mal » ou de

sensation parfois que c’est ça qu’ils veulent dire

l’enfermer.

Une autre difficulté, c’est la compréhension du travail que l’on réalise comme chargé de projets. Cela a été un combat quand j’ai été engagée pour

par déradicalisation – plutôt de désengagement.

Autre difficulté, au-delà du fait que l’on nous appelait comme cela et qu’on était subsidié, c’est qu’on avait le sentiment, comme c’était un poste qui s’ouvrait et

a été certaines difficultés, enfin C’EST L’UTILISATION DE LA

je ne suis pas naïve, ce sont

VIOLENCE PARCE QUE C’EST CELA

encore des difficultés. On nous

QUI EST PROBLÉMATIQUE. LE

appelle encore «fonctionnaire

FAIT D’ÊTRE RADICALE, C’EST

de déradicalisation » ou bien

PERMIS. LE FAIT D’AVOIR DES

encore

IDÉES RADICALES, DES POSI-

enfin… encore terrorisme, cela

TIONS RADICALES ON EN A TOUS

est moins problématique mais…

terrorisme,

que l’on ne savait pas du tout de quoi il s’agissait,

Moi ce que je veux toujours expliquer et c’est pour

que toutes les informations allaient êtres

ça que je le mets dans mon titre (?), c’est l’aspect :

données à la Police. Les gens pensaient : « ils sont

prévention de la radicalisation « violente ». Ce qui

là pour fliquer les quartiers, donner des infos »,

pose problème et ce sur quoi on veut travailler,

on nous prenait pour des indicateurs de la Police.

c’est l’utilisation de la violence parce que c’est cela

Je ne fais pas ça non plus. Il faut savoir que je

qui est problématique. Le fait d’être radical, c’est

ne donne aucune information sur des situations

permis. Le fait d’avoir des idées radicales, des

individuelles à la police. Je peux éventuellement

positions radicales on en a tous et c’est permis.

réorienter vers la Police une personne qui me

Et donc il faut être vigilant par rapport à cela

parle, si ca me semble adéquat et en accord avec

parce que ce n’est pas réprimandé légalement et

elle. Parce qu’il y a certaines situations où une

ce n’est pas problématique. Enfin, cela peut être

intervention de la police peut-être efficace ou

problématique dans le sens où cela peut poser

Youth Voice

For Youth 2016

cellule

Youth Voice

44

45

For Youth 2016


Interview

des difficultés pour la polarisation, etc. Puis cela

cela reste problématique. Alors c’est un des petits

peut aussi mener à la violence. Une personne qui est

problèmes mais ça reste une difficulté dans le travail

en début de processus de radicalisation et qui a des

parce que cela nourrit ce terreau-là.

idées éventuellement radicales peut entrer dans la voie de la radicalisation violente, pas forcément mais cela se peut. Il faut être attentif aussi à ça et je pense que c’est aussi une difficulté, c’est que ce processus peut aller extrêmement vite et c’est pour cela que je dis qu’on le connaît encore mal. Autant certaines personnes mettent des années autant pour certaines personnes cela se passe très très vite. C’est ce qui est

Dans les médias justement, on se réfère souvent à Bruxelles, plus spécifiquement Molenbeek comme capitale du djihadisme ou centre du djihadisme. Est-ce que vous pouvez commenter cela rapidement et peut-être faire une comparaison avec les pays voisins (GB, Fr, Ge, Nl) ?

problématique là-dedans, c’est que l’on connaît mal

Je trouve cela regrettable que l’on pointe du doigt,

les choses et parfois il faut agir vite.

alors soit Bruxelles soit Molenbeek soit n’importe

C’EST DOMMAGEABLE POUR LA POPULATION PARCE QU’ELLE EST STIGMATISÉE ET C’EST DOMMAGEABLE AUSSI PAR CE QUE L’ON NE SE RÉFÈRE PAS AU TRAVAIL QUI EST FAIT PAR LA COMMUNE

Cela me fait penser aussi à une autre difficulté. Une autre difficulté aussi à laquelle on est confronté concerne tout l’aspect presse et le fait que la presse ou

quelle ville ou pays, cela a des répercussions tout à fait négatives. C’est dommageable pour la population parce qu’elle est stigmatisée et c’est dommageable aussi par ce que l’on ne se réfère pas au travail qui est fait par la commune sur ces matières. On parle le plus souvent en termes négatifs dans la presse, très peu en termes positifs. C’est pour cela qu’il faut aussi pouvoir voir et montrer les choses positives que les différents acteurs de terrain font,- tout le travail positif qui est mené par les différents acteurs.

les medias utilisent parfois très mal la terminologie

Maintenant, pourquoi ils le disent oui je comprends.

et donc indirectement favorisent ces amalgames.

Je comprends dans le sens où voilà il y a un tel

Quand on parle de terrorisme islamiste et bien pour

nombre de personnes qui partent ou sont parties de

moi c’est inadéquat. Je trouve qu’il faudrait utiliser

là mais il y a des départs dans tous les pays. Il y a du

la juste terminologie, quand on parle de DAESH on

recrutement dans les différents pays que vous avez

parle en fait de Salafistes Djihadistes. On ne fait

cités.

pas d’amalgame avec la communauté musulmane, enfin voilà, je pense que cela va déjà un peu mieux mais… Voilà, la presse utilise parfois encore une terminologie tellement inadéquate pour moi que

Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

46

47

For Youth 2016


Opinion

Isabelle SERET et Natacha DAVID

Repli identitaire et radicalisme: un support pédagogique d’expression groupale au départ du récit de jeunes concernés

« Rien à faire, rien à perdre»

douin, et le Délégué Général aux Droits de l’Enfant.

Donner la parole aux jeunes eux-mêmes pour aider

Soutien aussi aux familles

à comprendre les mécanismes de repli identitaire et de radicalisation, c’est la démarche du projet en

Mieux comprendre le parcours des jeunes concer-

cours « Rien à faire, rien à perdre». Des jeunes qui

nés répond à un besoin direct des familles. Avoir

ont eu l’intention de partir ou qui sont revenus de

des clés de compréhension peut aider à mettre du

Syrie/Irak choisissent eux-mêmes les mots qui ra-

sens, à vivre la souffrance autrement, à améliorer

content leurs parcours identitaires, pour favoriser

aussi la communication avec les jeunes concernés

l’expression en groupe (acteurs associatifs, classes

– quand c’est encore possible-, mais aussi avec les

scolaires, groupe de parents concernés etc.).

frères, les sœurs, tout l’entourage. C’est pour-

Chaque récit écrit (4 à 5 pages), est accompagné

quoi, avec le soutien de plusieurs mamans direc-

d’une courte vidéo (5’), qui permet à chaque jeune

tement concernées, le projet initial a été étendu

d’exprimer sa vision et son ressenti en images,

à la collecte de témoignages de membres des

d’une fiche pédagogique pour les animateurs et

familles concernées. Un portrait de famille réel

les enseignants, et également d’une fiche éclairant

ou fictif permettra de favoriser une réflexion sur

le contexte des identités multiples portées par les

la transmission familiale et sur la question de la

histoires familiales de ces jeunes. Chaque récit est

coexistence d’identités multiples.

une histoire unique, chaque vidéo doit pouvoir

La méthodologie du récit de vie

être utilisée de façon autonome, pour éviter les généralisations et respecter les individualités. Le projet, en collaboration avec l’asbl 2bouts (éducation à la diversité culturelle), est soutenu par la commune de Schaarbeek, la Fondation Roi Bau-

listes, certains chercheurs, survient le sentiment

parole, le travail est déjà en cours avec plusieurs

amer que la parole est ‘volée’, ‘instrumentalisée’.

jeunes et les premiers textes et vidéos très encou-

Dans ce projet, chacun reste maître de sa parole.

rageants », explique Isabelle Seret, responsable du

Dans ce cadre, raconter les événements de sa vie

projet « Rien à faire, rien à perdre » et spécialiste

et l’évolution de son vécu permet de prendre une

en accompagnement en récit de vie et sociologie

distance par rapport à soi-même, à faire des liens

clinique, notamment dans le secteur de l’aide à la

dans son histoire entre soi et le contexte dans

jeunesse. « Les jeunes ne sont pas entendus, pour-

lequel on a vécu et évolué, du plus proche au plus

tant ils ont beaucoup à dire et à nous apprendre »,

large, pour aider à pouvoir se projeter dans le fu-

conclut Isabelle Seret qui qui lance un appel à tout

tur.

jeune prêt à partager son témoignage, en toute

Ce projet vise à comprendre le processus de repli

Les jeunes eux-mêmes sont les premiers acteurs!

identitaire et radicalisation, à mieux identifier le

C’est leur parole qui compte, ce sont eux qui va-

terreau des frustrations qui conduisent à la radi-

lident si ce qu’ils veulent dire est bien compris, et

calisation, et aussi à identifier les ressources pour

ils réalisent les vidéos eux-mêmes. La parole est

en sortir, ou ne pas s’y laisser entraîner. « Malgré

essentielle. Mais parfois, face à certains journa-

un contexte très peu favorable à l’expression de la

Youth Voice

For Youth 2016

confiance et confidentialité.

Youth Voice

48

49

For Youth 2016


Column

Opinion A la source de la radicalisation: comprendre les causes, imaginer Tommaso EMILIANI

des solutions déterminé par des facteurs sociaux, politiques et économiques.

Assistant Académique au Collège d’Europe à Bruges au département EU International Relations and Diplomacy Studies

U

Sur un autre front, plusieurs jeunes cultivés, issus

les motifs individuels au coeur de la quête radi-

de familles relativement aisées et bourgeoises,

cale sont justement à la base de l’inefficacité de

sont motivés par le désir de redresser les « injus-

la réponse portée par les autorités européennes.

tices » de la société contemporaine. Que ce soient

Des facteurs de risque différents pour des profils personnels variés

Moyen-Orient, l’« impérialisme » américain en Afghanistan et en Irak ou la situation de la Pales-

L’action de persuasion des mouvements extré-

tine actuelle, ces injustices provoquent un élan de

mistes vise un public vaste et mélangé :

révolte radicale que seuls les mouvements extré-

Les jeunes à la recherche d’un sens existentiel

mistes semblent comprendre et apaiser.

trouvent dans l’extrémisme violent cette dimen-

Enfin, un autre segment social constituant le

peut être mieux décrit comme un développement

sion utopique – plutôt eschatologique que reli-

squelette des groupes terroristes est constitué

progressif de croyances extrêmes et d’idéologies

gieuse - qui manque à leur vie. C’est le « grande

par des individus marginalisés à l’intérieur de leur

qui remettent en question les valeurs et le régime

récit » dont parle O. Roy, qui offre une lecture

communauté et qui cherchent un point de repère

politique au nom de l’Islam politique. Si à cet

simplifiée et manichéenne de la réalité. Ainsi

dans la « camaraderie héroïque » typique des

aspect plutôt théorique s’ajoute une composante

s’explique le changement soudain opéré par la

bandes vouées à l’(auto)destruction. Ces jeunes,

pratique – ce qu’on appelle « extrémisme » - le che-

radicalisation sur des sujets occidentalisés et peu

qui agissent souvent sans l’appui ou la connais-

min vers l’acte criminel est marqué.

croyants auparavant, qui se transforment en pré-

sance de leurs familles et groupes d’amis, sont très

dicateurs de l’Apocalypse en très peu de temps.

loin de ce que l’approche culturaliste de certains média définit comme « exemples de la popula-

Dans la différence de cas particuliers, le trait commun à l’origine de la radicalisation semble être une prédisposition des individus aux sentiments

L’Europe contemporaine vit quotidiennement

de frustration par rapport à leur vie, à la société

l’échec de ses services européens de sécurité et

qui les entoure ou au système politique qui les in-

d’intelligence vis-à-vis de l’élaboration d’une stra-

cube. Les mouvements extrémistes sont capables

tégie efficace de prévention des attentats. Une des

d’intercepter ce mécontentement et d’offrir, selon

raisons principales reste dans la difficulté de défi-

le besoin, un « sens » et une « mission » aux jeunes

nir le processus de radicalisation des aspirants ter-

désorientés, une réaction à l’ « injustice » vécue

roristes et d’identifier les conditions et les sujets

ou aperçue, un sentiment d’appartenance aux

aptes à faciliter la réussite de ce processus. Cela

membres de communautés désormais atomisées.

s’explique par le fait que la radicalisation ne se suffit pas à elle-même, mais existe selon un contexte

L’impossibilité de dresser un profil unique de l’«

Youth Voice

For Youth 2016

l’oppression de l’héritage colonial en Afrique et

Dans le cadre de l’Europe, le radicalisme actuel

Push factors et pull factors

n concept qui échappe, une définition univoque.

extrémiste potentiel » et l’incapacité de cerner

Youth Voice

50

51

For Youth 2016


tion musulmane radicalisée ». Bien au contraire,

l’aventure radicale, les jeunes « moudjahidines »

de surveiller (ou même fermer) les mosquées.

il s’agit de sujets, qui n’étant pas intégrés dans

ne passent pas par l’étude approfondie du Qu’ran

Mais comme on le voit souvent, les groupes extré-

le réseau des mosquées et dans les pratiques so-

– souvent ils parlent très peu l’arabe – et se dé-

mistes recrutent en dehors des mosquées et sur

ciales communautaires, choisissent de s’échapper

dient plutôt à la « lutte ». C’est le cas de tant de

internet. S’en prendre aux mosquées, c’est aussi

de la société pour essayer de la détruire et prendre

jeunes combattants parmi les troupes de DAESH

méconnaître les dynamiques locales de surveil-

leur revanche.

en ce moment : ils font la guerre à leurs « ennemis

lance qui existent entre celles-ci et les autorités

», s’occupant très peu des questions religieuses, et

publiques locales.

Raffiner l’étude de la radicalisation: fondamentalisme ≠ djihadisme

se mêlant encore moins au contexte de la société

des mythes fondateurs, mais il n’est pas expliqué ni aux croyants ni aux non croyants. Cela n’alimente pas simplement le fondamentalisme islamiste, mais

hadistes implique une déresponsabilisation des

ponse sécuritaire doit s’accompagner de moyens et

gouvernements européens par rapport à l’échec

d’actions sur le long terme dans des secteurs clefs

Cependant, il serait naïf de ne pas reconnaitre un

de leurs stratégies d’intégration sociale qui ne

comme l’éducation civique, l’emploi, l’enseignement

lien entre les deux phénomènes. En effet, lorsque

jouent pas en faveur d’une approche préventive et

et la cohésion sociale. Le chemin pour faire face à la

les jeunes radicalisés se vouent au djihadisme, un

efficace de la menace terroriste.

radicalisation est long et difficile, et l’Europe a sans

embrigadement ».

Le fondamentalisme enseigné par certains imams

certain degré de fondamentalisme apparait – et

érudits, qui prévoit une approche littéraliste à la

cela complique ultérieurement la situation et rend

lecture du Qu’ran et une stricte observance des

le travail de prévention et de réaction encore plus

mœurs et rituels traditionnels, exprime sans

difficile.

doute un rôle à jouer.

Des recommandations stratégiques

vatrice de la société. Cependant, très rarement ce courant religieux trouve un débouché poli-

Le ton martial récemment assumé par le pré-

tique dans l’action radicale violente. En effet, la

sident français Hollande et nombre de ses collè-

pratique de l’exposition à la mort, les attaques

gues reflète le choix européen en faveur d’une po-

médiatisées et les techniques employées par les

litique contre-terroriste strictement sécuritaire.

extrémistes sont elles- mêmes des éléments trop

Le risque réside en la mise en scène d’une guerre

modernistes pour le fondamentalisme. En outre,

des identités, dans laquelle l’islam est censé être

le salafisme requiert une connaissance et une

l’ennemi antisocial. C’est-à-dire que l’on provoque

maîtrise du texte sacré qui nécessite des années

ce que DAESH attend: que l’Europe s’en prenne à

d’études, et qui s’adapte mal aux profils des jeunes

l’islam afin de sortir le djihadisme du cercle res-

occidentaux radicalisés décrits plus haut.

treint des individus actuellement concernés.

Le djihadisme, par contre, travaille sur le plan de

L’incapacité de distinguer entre fondamentalisme

l’action. Charmés par la dimension totalisante de

et djihadisme mène à l’insistance sur la nécessité

Youth Voice

For Youth 2016

comme un objet de croyance, notamment à travers

l’attrait de l’offre djihadiste. Deuxièmement, la ré-

ristes de la part des autorités publiques doit tenir

doute une vision antimoderne et ultraconser-

A présent, il est enseigné dans les manuels scolaires

sive à l’ « asocialité » et au « nihilisme » des dji-

« endoctrinement », le djihadisme travaille par «

soi-disant djihadistes.

lam n’est pas suffisamment encore un objet de savoir.

également les préjugés occidentaux qui renforcent

Toute stratégie de prévention de menaces terro-

fisme doctrinal et l’action politique terroriste de

vite possible. Premièrement, dans nos sociétés, l’is-

D’un autre côté, attribuer une importance exces-

civile locale. Si le fondamentalisme procède par

compte de la différence existante entre le sala-

Certaines actions doivent être mises en place le plus

Youth Voice

52

53

For Youth 2016


Youth Voice

For Youth 2016

Youth Voice

54

55

For Youth 2016


For Youth Paleizenstraat, 25

E-mail : info@foryouth.be

1030 Schaarbeek

website : www.foryouth.be

Tel : 02/212.19.00

Facebook : ForyouthVzw

Fax : 02/212.19.09

Twitter: @ForYouthBE

Youth voice issue 2: radicalisme  

Welkom bij de tweede editie van de Youth Voice, een tijdschrift over actuele onderwerpen voor en door jongeren. Youth Voice biedt de mogel...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you