Issuu on Google+

Visionnez le magazine en ligne sur

www.hotellerie-voyages.com N°9

JUILLET - AOUT - SEPTEMBRE 2 012

VOYAGE L’ARGENTINE Entre le feu et la glace

LES PROJETS HOTELIERS A MARRAKECH L’ACTUALITE DE L’INDUSTRIE TOURISTIQUE  |  MAGAZINE GRATUIT

LE CAP DES 60 000 LITS DEPASSE EN 2012


Comment rester en contact avec mes clients ?

Communiquez directement avec vos clients en chambre Créez un portail de communication dont les informations et les contenus sont en adéquation avec les attentes de vos clients durant leur séjour. Grâce à une palette d’outils marketing, créez un nouveau canal de communication pour promouvoir vos services et construire de nouvelles sources de revenus pour votre hôtel.

Your hotel. Your portal.

www.quadriga.com/sensiq

Brought to you by


editorIal

HOTELLERIE & VOYAGES JUILLET - AOUT - SEPTEMBRE 2 012

Le haut de gamme sans oublier le domestique L’été s’annonce difficile. La situation, déjà rude durant les 4 premiers mois de l’année avec des arrivées en recul de -4 % et des nuitées en baisse de -8 %, risque de se corser un peu plus avec la période estivale qui coïncide, cette année aussi, avec le Ramadan. Néanmoins, comparé à plusieurs destinations de la sous région, le Maroc peut se targuer d’une certaine résilience, même si la baisse des nuitées inquiète du fait de son impact sur la rentabilité des établissements hôteliers. Cette résilience est surtout à mettre à l’actif du tourisme interne qui représente plus du quart des nuitées enregistrées par les établissements d’hébergement classés. Seulement, si jusqu’à présent, le tourisme domestique était considéré comme un palliatif, beaucoup pensent aujourd’hui qu’il est temps de l’intégrer dans la stratégie globale de développement de l’activité touristique. Reste que sans la mise en place d’une offre d’hébergement adaptée pour la famille marocaine, le tourisme domestique risque de ne pas connaître le développement escompté et demeurer une boué de sauvetage sur laquelle on s’accroche à chaque fois que les effets de la crise internationale se font sentir. C’est dire que le Plan Biladi doit être remis sur les rails afin de développer des destinations dédiés aux familles marocaines dans les différentes régions du Royaume. C’est ainsi qu’une nouvelle stratégie de développement du tourisme domestique est en train d’être finalisée. En attendant, et pour parer au plus pressé, les autorités de tutelle et les professionnels du secteur touristique, regroupés au sein de la Fédération nationale du tourisme, se sont empressés de revoir de fond en comble le programme Kounouz Biladi pour stimuler le tourisme domestique en dessaisonalisant le concept et en le dotant d’un site dédié pour plus de transparence. Enfin, malgré une conjoncture difficile, les investissements touristiques se poursuivent, même si le rythme s’est un peu décéléré du fait de la crise qui a réduit les capacités de financement de certains promoteurs et fait peser des risques sur un retour sur investissement dans un délai raisonnable. Dans ce cadre, certaines destinations comme Marrakech, la première destination touristique marocaine, semblent miser, de plus en plus, sur le haut de gamme. Ainsi, des enseignes prestigieuses reviennent où s’implantent pour la première fois au Maroc. Après le retour de la prestigieuse enseigne américaine Hilton Worldwide, l’américain Morgan Hôtel, non moins prestigieux, ouvre son second Delano au monde à Marrakech après celui de Miami. C’est dire que crise ou pas, la destination marocaine continue à attirer de nouveaux investisseurs et des enseignes de renommées mondiales. La Rédaction

Directeur de la rédaction : Yves Hazette (yves.maya@yahoo.fr)  |  Rédaction : Alpha Wane - Lucien Bensaîd - Warda Lrhazi Assistante de la rédaction : Elodie Hazette  |  Crédit photos : Mostapha Romli Directeur Artistique : Mohamed Mountassir (groupeacom@yahoo.fr)  |  Infographiste : Houda El Madihi Directeur commercial : Linda Bouhadjar  |  Ont collaboré à ce numéro : Jean Luc Létirili - Pierre Mondet Dossier de presse : 01P2010  |  Dépot légal : 2010 PE 0016  |  ISSN 2028-2273 HOTELLERIE & VOYAGES est édité par Editions Maya Siège social : Angle rue Oussama Ibnou Zaid et rue Ahmed Joumari - Maârif - Casablanca - Maroc Régie publicitaire & contact commercial : Tél. : +212 5 22 20 08 25 - Mail : yves.maya@yahoo.fr  |  blinda.maya @yahoo.fr www.hotellerie-voyages.com

# 9


Boostez votre offre TV et votre Chiffre d’Affaires Découvrez ce nouveau concept simple et innovant qui enrichit votre offre TV et booste votre business. SmoovieTV vous permet de louer l’accès à une sélection de chaînes prédéfinies. Il offre également un nouveau canal de promotion qui vous permet de communiquer et de promouvoir vos services directement auprès de vos clients. Le résultat ? Un choix de chaînes plus important et des clients plus satisfaits. SmoovieTV ne nécessite aucune maintenance, aucun engagement et parce que SmoovieTV vous est proposé par Quadriga, vous bénéficiez du support du partenaire le plus fiable de l’industrie hôtelière.

www.quadriga.com/smoovietv

infos@quadriga.ma

0 802 001 030


HOTELLERIE & VOYAGES JUILLET - AOUT - SEPTEMBRE 2 012

[ ACTUALITES

PRODUIT DU TERROIR

44

8 10 12 16 18 20 22 26 28 30

LE THÉ À LA MENTHE

32

“Le thé restera à jamais le breuvage privilégié des gens d’esprit”

34 36 38

VOYAGES

48

40

HOTEL Palais Faraj Suite & Spa, immersion dans le Fès des lumières. Pullman Hôtels & Resorts ouvre son premier hôtel à Marrakech. Riu Hôtels & Resorts continue de miser sur le Maroc. Mandarin Oriental Hôtel Group annonce l’ouverture d’un resort de luxe à Marrakech. Starwood ouvre Le Méridien Oran Hôtel. INVESTISSEMENT Hôtel & Resort of Morocco gère les hôtels de CDG Développement. Projets hôteliers à Marrakech, le cap des 60 000 lits classés sera dépassé en 2012. 430 MDH pour un Club Med à Oued Chbika. TRANSPORT RAM se dote d’un terminal et achève sa restructuration. TOURISME Kounouz Biladi, une nouvelle formule pour doper le tourisme domestique. Tourisme sportif, un potentiel encore faiblement exploité. HI-TECH Quadriga dévoile en avant première, sur Hitec 2012, le Personal Média Network. Locatel, leader européen en solution TV interactive, vous conseille. CHR Les buffets, la gastronomie en toute liberté. GASTRONOMIE Le Maroc sera représenté au Bocuse d’Or 2013.

[ RESSOURCES HUMAINES

NOMINATIONS 42 Risma s’est doté d’une nouvelle équipe managériale. INCENTIVE 43 L’Idou Anfa met son personnel à l’honneur.

[ PRODUIT DU TERROIR

44 Le thé à la menthe

VOYAGE

48 L’Argentine, entre le feu et la glace. 54 Mexique, un paradis archéologico-balnéaire.

L’Argentine Entre le feu et la glace.

sommaIre

Visionnez le magazine en ligne sur

www.hotellerie-voyages.com

# 9


ACTUALITE

HOTEL

Palais Faraj Suite & Spa,

Immersion dans le Fès des Lumières

S

i Fès vous était contée, elle se vêtirait de hautes murailles que seules des mains expertes auraient le privilège d’orner de mille et une manières. Si Fès vous était contée, elle s’imposerait, altière et majestueuse, du haut de sa colline, gardienne du savoir-vivre ancestral que la cité impériale a su transposer de Cordoue à l’Afrique du nord, traversant ainsi les siècles et les lieux, sans rien perdre de sa superbe. Si Fès vous était contée, elle serait un Palace où la notion du temps n’a pas droit de cité. Un Palace nommé Faraj, une appellation qui résonne comme une délivrance. Vanter le confort et le raffinement de ce haut lieu de plaisir est un pléonasme. Le Palais Faraj Suites & Spa vous invite à y vivre le Fès des lumières, une halte à la croisée de deux mondes, de deux ères, un palais où le dernier né du confort est mis au service d’un savoir vivre et d’un savoir faire millénaires. Joyau architectural d’une rare beauté, ce nouveau fleuron de l’hôtellerie de luxe a été réalisé par Jean-Baptiste Barian, architecte et décorateur d’intérieur expert en art arabo-andalou. Il a été l’architecte décorateur de Sa Majesté le Roi Hassan II. Plus qu’un hôtel, le Palais Faraj Suites & Spa est une formidable ode à la ville de Fès puisqu’il a été conçu tel un Musée vivant à l’effigie de la cité noble où toiles et objets de décoration se disputent la vedette.

8

HÔTELLERIE & VOYAGES


Ses patios aux fontaines lumineuses, ses arcades, colonnes et moucharabiehs, ses boiseries et plâtres sculptés de mille et un motifs, ses bronzes et cuivres ciselés, ses dentelles de stuc blanc, ses marbres au sol et zelliges muraux à géométrie sacrée… Toutes ces expressions, silencieuses pourtant, interpellent le visiteur sur un art où la perfection du détail est sublimée dans une continuelle quête d’harmonie et d’inspiration. Les  25  suites du Palais ne sont que la confirmation de l’art de vivre si singulier annoncé dès le franchissement de la porte d’entrée. De la Favorite à la Royale, en passant par le Riad Marocain ou encore la Vizir, les suites sont pensées jusqu’au moindre détail dans la plus pure tradition marocaine, donnant ainsi envie de vivre des célébrations hautes en émotions, privilégiant l’intimité telles que les lunes de miel. Les salons, restaurants et bars rivalisent de singularité pour vous faire sentir dans un lieu à la fois pluriel et harmonieux. Avec sa vue panoramique sur l’ancienne Médina et sur les collines de Wislan, le Golden Bar vous offre un moment de détente hors du commun. L’Oriental Spa, vous invite à vous détendre et à vous évader dans un espace de 400 m² dédiés à votre bien-être (hammam, massages, salle de gym…) Enfin, pour que votre séjour au Palais Faraj Suite & Spa ne soit pas que volupté et enchantement des sens, une bibliothèque et non des moindres dédiée à la cité impériale vous est ouverte au sein même de l’établissement, des cours de cuisine Fassie et de cosmétique naturelle vous sont prodigués ainsi que des ateliers de tissage de brocard, de poterie et de zellige. n


ACTUALITE

HOTEL

ouvre son premier hôtel à Marrakech

Avec cette neuvième adresse resort, la marque continue son maillage international des plus grandes destinations touristiques de la planète

Le Pullman Marrakech Palmeraie Resort and Spa est situé au cœur de la palmeraie, dans une oliveraie de 17 hectares et à 30 minutes de l’aéroport. Comme chacun des 63 hôtels Pullman à travers le monde, il propose une gamme étendue de «services signature» : Welcomer, pour un accueil personnalisé, Connectivity Lounge, Wifi, Chill out Space, Vinoteca by Pullman, Deli-Bar… 10

HÔTELLERIE & VOYAGES

C

’est un grand plaisir pour nous d’annoncer l’ouverture du Pullman Marrakech Palmeraie Resort and Spa. Cet hôtel, entièrement rénové, s’inscrit dans notre stratégie de développement au cœur des principaux hubs d’affaires et de tourisme dans le monde. Notre ambition est d’offrir encore plus de choix à notre clientèle de grands voyageurs.» déclare Xavier Louyot directeur marketing international de Pullman. Un site dédié, www.pullmanresorts.com, présentant les plus belles destinations de la marque et des offres dédiées est également lancé. Un lieu de villégiature au cœur d’un parc méditerranéen L’hôtel dispose de 252 chambres, dont 76 de luxe et 16 suites, réparties dans l’ensemble de l’oliveraie, toutes avec balcon ou terrasse. Les chambres constituent un espace de calme et d’intimité idéal pour se

reposer, se détendre, travailler, communiquer et savourer chaque instant. Confort et technologie sont les maîtres mots de l’hôtel. Une restauration pour toutes les envies Le Pullman Marrakech Palmeraie Resort and Spa propose, à tout moment de la journée, des espaces de restauration aux ambiances et cuisines variées : • L’Oliveraie, avec open kitchen, une cuisine méditerranéenne pour des repas à la carte. • Le Ryad et ses spécialités marocaines. • Le Bar Amika, concept de Deli-Bar imaginé par la marque, pour une cuisine simple, équilibrée • Le Bar Ambiance, bar lounge avec piano bar et style Art Déco. • L’Oasis, cuisine légère près de la piscine. • Le Café Maure, salon de thé traditionnel. Une Vinoteca by Pullman, véritable atelier de dégus-


tation où les grands crus internationaux côtoient les petites perles locales, propose une large sélection de vins servis au verre à choisir avec la complicité du caviste.

ditionnel et une salle de repos. Le spa offre un large éventail de soins dans deux cabines individuelles de massage, deux cabines duo dont une avec jacuzzi et deux cabines de gommage.

L’offre Co-Meeting pour les réunions et incentives Avec sa salle de congrès «La Koutoubia» de 535 m² et ses 9 salles de réunion (de 40 à 75  m²) l’hôtel propose aux professionnels le concept Co-Meeting de Pullman  : une nouvelle approche dans l’organisation des réunions, séminaires et incentives haut de gamme. Salles entièrement équipées, pauses innovantes, accompagnement par une équipe dédiée (Event Manager et IT Solutions Manager, etc.), l’hôtel garantit la parfaite élaboration et réalisation des évènements.

De très nombreuses activités pour tous au sein même du resort L’hôtel propose une piscine chauffée de 430 m² et une large gamme de services et activités : - Un Kid’s Club avec «biberonnerie», théâtre, ferme, bibliothèque, piscine de 50 m², circuit de karting… et de nombreux autres espaces et activités pour les enfants de 0 à 12 ans. - Deux courts de tennis ainsi qu’un terrain de minifoot. - Des jeux de sociétés et un coin lecture spécialement aménagé qui offre le calme et la tranquillité. - A proximité de l’hôtel : golf, sorties en quad, promenades et excursions en calèche ou à dos de chameau pour découvrir Marrakech et ses environs… n

Le Fit and Spa Lounge, pavillon de 500 m² au cœur de l’oliveraie, comprend une salle de fitness, dotée d’équipements dernière génération, un hammam tra-

A propos de Pullman Hotels and Resorts Pullman est l’enseigne internationale haut de gamme du groupe Accor, premier opérateur hôtelier mondial, présent dans 90 pays avec plus de 4 200 hôtels et 145 000 collaborateurs. Située dans les principales métropoles régionales et internationales, la marque Pullman Hotels & Resorts s’adresse principalement à une clientèle cosmopolite de grands voyageurs. Les hôtels 4 et 5  étoiles de l’enseigne proposent une gamme étendue de services sur mesure, un accès à des technologies novatrices, dont une nouvelle approche dans l’organisation d’événements privés d’envergure  : réunions, séminaires et incentives haut de gamme. Chez Pullman, les clients ont le choix d’être autonomes ou de se laisser guider par des équipes disponibles 24h / 24h. Le réseau Pullman compte plus de 60  hôtels en Europe, Afrique, Moyen-Orient Asie-Pacifique et Amérique Latine. L’objectif est d’atteindre 150 hôtels à travers le monde d’ici 2015 - 2020.


ACTUALITE

HOTEL

RIU continue de miser sur le Maroc

R

Le Riu Palace Tikida Agadir a ouvert ses portes tout récemment. Le nouvel hôtel «Tout Inclus» de RIU sera le sixième de la chaîne hôtelière dans ce pays

iu Hotels & Resorts a inauguré le Riu Palace Tikida Agadir, son sixième hôtel au Maroc. Grâce à la beauté naturelle de ce pays, sa culture exotique, ses plages spectaculaires, sa situation géographique idéale et l’excellente relation professionnelle que Riu entretient avec le groupe Tikida depuis 2002, la chaîne hôtelière continue de miser sur le Maroc où elle compte cinq hôtels, trois d’entre eux situés sur le port d’Agadir et deux à Marrakech. L’hôtel Riu Palace Tikida Agadir situé en front de mer, compte 444 chambres et offre le célèbre service «Tout Inclus» de Riu. Après le club hôtel Riu Tikida Dunas, l’hôtel Riu Tikida Beach et le Riu Grand Palace Tikida Golf, cet établissement est le quatrième hôtel de la chaîne hôtelière dans la station balnéaire d’Agadir. Ce luxueux établissement entouré d’un vaste jardin, dispose d’une piscine chauffée pour adultes et enfants, d’une piscine intérieure, d’une salle de sport et d’un spa doté d’un sauna et d’un hammam qui propose différents soins et massages. Il offre également à ses clients une gastronomie variée, pleine de saveurs et d’arômes exotiques, à travers ses quatre restaurants, un programme de divertissement diurne et nocturne, et un mini-club pour les plus petits, ainsi que bien d’autres services, sans oublier le célèbre programme «Tout Inclus» de Riu. Carmen Riu, conseillère déléguée de Riu Hotels &

12

HÔTELLERIE & VOYAGES

Resorts, a indiqué que «Le Maroc est un pays fascinant en raison de la richesse de sa culture et de l’exotisme de ses traditions. Tous ces éléments, alliés à son paysage, ses plages et sa gastronomie, font du Maroc une destination touristique complète qui attire chaque année des milliers de touristes».

Mrs Marrache et Benabbés-Taarji, copropriétaires du groupe Tikida, ont déclaré être «très heureux de l’ouverture de ce nouvel hôtel, le sixième en collaboration avec notre partenaire Riu. Nous sommes persuadés que cet établissement remportera un grand succès, notamment dans la mesure où il bénéficie du soutien du gouvernement du Maroc, qui est fortement engagé dans le développement de l’industrie touristique du pays à travers son plan stratégique Vision 2020.» Sa plage de sable fin qui s’étend sur plus de sept kilomètres, ses eaux cristallines et ses fabuleux couchers de soleil font du port marocain d’Agadir la principale destination touristique balnéaire du Maroc. C’est pourquoi de nombreux touristes, à la recherche de vacances gorgées d’histoire et de culture, choisissent cette destination fascinante. n


Au sujet de Tikida Le groupe Tikida fut fondé en 1968 par Mr Marrache, qui fut rejoint en 1973 par Mr Benabbés-Taarji. Tous deux ont tout d’abord développé leur activité dans le secteur des voyages puis dans celui des transports, et se consacrent désormais principalement à la gestion d’hôtels et autres activités du secteur touristique et de loisirs. Actuellement, le groupe Tikida dispose d’une capacité d’accueil de 2 200 chambres, principalement à Marrakech et à Agadir.

Au sujet de Riu La chaîne hôtelière internationale Riu a été fondée à Majorque (Espagne) en 1953. C’était alors une petite affaire d’hôtellerie de la famille Riu, fondatrice et actuelle propriétaire en troisième génération. La société s’est ensuite orientée vers l’hôtellerie de loisirs, et, aujourd’hui, 50 % de ses établissements proposent le service All inclusive by Riu. Avec l’inauguration de son premier hôtel urbain en 2010, Riu a élargi sa gamme de produits en y intégrant sa propre ligne d’hôtels urbains, baptisée Riu PLAZA. Riu Hôtels & Resorts

compte plus de 100 hôtels répartis dans 16 pays qui accueillent chaque année plus de 3 millions de clients et dans lesquels travaillent 25 000 employés. Riu est actuellement la 30ème plus grande chaîne hôtelière du monde, l’une des principales aux Caraïbes et la 4ème en Espagne en nombre de chambres.


Ecologie et économie, hygiène et performances ! Liebherr : la dynamique de l’innovation... Liebherr s’engage toujours plus dans le respect de l’environnement : choix de matériaux, durabilité des appareils, fluides réfrigérants écologiques, efficacité énergétique optimale… Ces efforts ont abouti à l’obtention de plusieurs prix qui classent nos appareils comme les meilleurs de leur catégorie. La nouvelle génération d’armoires gastronormes Liebherr s’inscrit dans cette dynamique et répond à tous vos besoins en vous proposant un vrai concentré de technologie… à découvrir et redécouvrir sans plus attendre !

R-290 ECO

ACTIF

Fluide frigorigène propre R-290. R R-290 290. propre

Jusqu’àà 80% Jusqu d économ d’éc onomie ie d’énergie dd’éne énergie rgie ! d’économie

Chargement direct de bacs ba GN 150 cm de de hauteu ha uteurr dde GN, hauteur chargeme char h ge ent nt uutile tile il ! chargement

La maîtrise du froid :

Gastronomie, Boulangerie, Stockage, Boissons, Glaciers, Caves à vin…

LE SPECIALISTE DU MATERIEL FROID GRANDE CUISINE EBERHARDT FRÈRES MAROC • Résidence Assilm 2 • 40 Avenue Ain Taoujtate • Quartier Bourgogne MA - 20050 CASABLANCA • Téléphone : +212 (0)5 22 27 90 16 • Fax : +212 (0)5 22 27 90 33

L’induction professionnelle : La haute technologie au service de la gastronomie PRODUIT RODUIT EN

FRANCE FRAN FR AN NCE E

Sécurité, confort, précision, puissance, économie… la cuisson induction fait preuve de performances p exceptionnelles et permet une souplesse d’utilisation inégalable. Les appareils d la gamme induction Adventys s’inscrivent dans cette nouvelle génération d’appareils de de ccuisson pour répondre aux besoins de tous les métiers de bouche. Carrosserie inox Aisi 304, commande par touches capacitives, souplesse d’utilisation, C consommation électrique maîtrisée, puissance jusqu’à 6000 W, montée en température rapide… autant d’éléments qui font de la gamme induction Adventys une des plus compétitives du marché.

Plaques à induction posables : simple ou double foyers

Wok à induction : poêler, frire, mijoter, cuire à la vapeur, il sait tout faire

Show-cooking TECNOX :

découvrez l’étonnant concept de cuisine mobile compatible avec la gamme induction ADVENTYS…

LE SPECIALISTE DU MATERIEL FROID GRANDE CUISINE EBERHARDT FRÈRES MAROC • Résidence Assilm 2 • 40 Avenue Ain Taoujtate • Quartier Bourgogne MA - 20050 CASABLANCA • Téléphone : +212 (0)5 22 27 90 16 • Fax : +212 (0)5 22 27 90 33

Plancha Pl h iinduction d tii : une souplesse d’utilisation inégalable


ACTUALITE

HOTEL

Mandarin Oriental Hotel Group

annonce l’ouverture d’un resort de luxe à Marrakech Le groupe hôtelier Mandarin Oriental a annoncé aujourd’hui la signature d’un contrat pour assurer la gestion d’un complexe de loisirs haut de gamme, actuellement en construction à Marrakech au Maroc.

16

HÔTELLERIE & VOYAGES

M

andarin Oriental Marrakech – dont l’ouverture est prévue pour 2014 – sera un véritable havre de paix, intime et exclusif, établi sur une plantation d’oliviers de 20 hectares, au cœur de la Palmeraie et doté d’une vue imprenable sur les montagnes enneigées de l’Atlas. Le complexe hôtelier sera le parfait compromis entre hébergement luxueux aux volumes inégalés, et environnement élégant et intimiste. Mandarin Oriental Marrakech proposera une restauration innovante, un spa signature Mandarin Oriental et des jardins verdoyants complétés par des vergers, plusieurs piscines, une combinaison d’espaces aquatiques et de fontaines offrant aux clients le cadre idéal pour partir à la conquête des activités de loisirs de la région et découvrir son riche héritage culturel.

apaisante dès l’arrivée. La décoration intérieure reflètera l’héritage culturel de la région, associant avec élégance couleurs et textures exotiques. Le bâtiment principal du resort abritera aussi 7  suites, chacune dotée d’une piscine privative sur le toit, et offrant des vues panoramiques inégalées sur les jardins et les environs. Ceci portera la capacité totale d’hébergement à 61 chambres.

Les 54 villas individuelles ou «riads», positionnées au cœur de cet écrin de verdure, disposeront chacune d’un jardin d’une surface de 300 m², avec piscine et jacuzzi privatifs, douche de plein air, solarium et une salle à manger ouverte. Dans le respect de la tradition marocaine, chaque riad disposera également d’une cour intérieure, créant une réelle expérience

Le spa du Mandarin Oriental Marrakech sera entièrement axé sur le bien-être de ses clients, offrant une expérience holistique revigorante et un cadre de relaxation propice à la méditation. Le spa de 1 800 m² disposera de huit cabines de soin, incluant deux suites de luxe pour les couples, le tout doté de hammams, d’espaces de relaxation, de soins à base d’eau

Les cinq restaurants et bars du complexe proposeront une cuisine innovante, marocaine et internationale. A découvrir, un espace dinatoire au bord de la piscine principale, un bar avec musique live et un restaurant gastronomique signature. Mandarin Oriental Marrakech disposera également d’un salon de réception de 80 places, complété par trois salles de réunions supplémentaires.


et de chaleur, ainsi qu’une vaste salle de fitness et une piscine intérieure. Proposant une carte variée de soins bien-être, de beauté et de massage, le spa offrira également la possibilité de suivre des programmes de soins signature, exclusivement développés par Mandarin Oriental, ainsi que des soins inspirés spécifiquement de la culture marocaine. Le célèbre architecte français, Pascal Desprez, a conçu l’architecture sereine et contemporaine du resort, en alliant la tradition marocaine et les influences culturelles de la région. Il sera accompagné pour ce projet par le duo renommé des designers Gilles & Boissier, qui sera en charge de la décoration des parties communes au sein du bâtiment principal. Le propriétaire et développeur du projet est la société Park Palmeraie S.A. «Nous sommes heureux de pouvoir proposer l’hospitalité de renommée internationale de Mandarin Oriental au Maroc. La ville de Marrakech s’est, sans conteste, imposée comme une des destinations loisir incontournable pour les voyageurs internationaux haut de gamme. Ce projet est une opportunité unique de positionner notre marque au cœur de cette destination riche en matière de diversité culturelle» a déclaré Edouard Ettedgui, Président directeur général du groupe hôtelier Mandarin Oriental.

«Nous nous réjouissons de cette collaboration avec Mandarin Oriental Hotel Group, un des premiers groupes hôteliers au monde, afin de créer un des projets de développement les plus exclusifs de Marrakech. La réputation d’excellence de Mandarin Oriental, notamment en matière de service, est le parfait complément pour créer un des havres de paix les plus luxueux de Marrakech» a commenté Omar Kabbaj, Président de Park Palmeraie S.A. Mandarin Oriental Marrakech bénéficiera d’un accès idéal et rapide aux nombreuses activités de loisirs de la région. Ouverts toute l’année aux férus de golf, les trois clubs premium de Marrakech – le Royal Golf, le Golf d’Amelkis et le Golf Al Maaden – seront à seulement quelques minutes du resort, tout comme les célèbres murs de la Medina, abritant palais, mosquées et les célèbres souks. n

À propos du groupe Mandarin Oriental Le groupe Mandarin Oriental possède et gère plusieurs hôtels et resorts parmi les plus prestigieux dans le monde. Au total, Mandarin Oriental a en projet 44 hôtels représentant plus de 11 000 chambres réparties dans 28 pays, avec 18 hôtels en Asie, 13 en Amérique et 13 en Europe, Afrique et Moyen-Orient. Par ailleurs, le groupe a pour projet 15 Résidences Mandarin Oriental connectées à ses hôtels.


ACTUALITE

HOTEL

Starwood ouvre Le Méridien Oran Hotel & Convention Centre, signant ainsi l’entrée de la chaîne hôtelière Le Méridien en Algérie Avec son design contemporain réalisé par Rockwell Group Europe et sa vue imprenable sur la Méditerranée, cet hôtel offre le plus grand centre de congrès d’Afrique du Nord. 18

HÔTELLERIE & VOYAGES

S

tarwood Hotels & Resorts Worldwide, Inc. a annoncé ce jour l’ouverture du premier hôtel Le Méridien en Algérie avec l’inauguration de l’hôtel Le Méridien Oran Hotel & Convention Centre. Propriété de Sonatrach, cet hôtel s’inscrit dans un projet d’urbanisation diversifiée qui inclut un centre de congrès et d’exposition adjacent, une esplanade ainsi qu’une promenade en

front de mer. Situé sur la côte méditerranéenne au Nord-Ouest de l’Algérie, l’hôtel Le Méridien Oran se dresse au sommet d’une falaise offrant une vue époustouflante sur la Méditerranée. «Nous sommes fiers d’être le partenaire de Sonatrach et de lancer ainsi la marque Le Méridien en Algérie», déclare Roeland Vos, président de Starwood Hotels


& Resorts, Europe, Afrique et Moyen-Orient. «Très impressionnant, ce nouvel hôtel nous permet de montrer la modernité et les origines sophistiquées de la marque Le Méridien dans la ville d’Oran, et souligne notre volonté de poursuivre notre expansion dans la région.» Avec un design signé Rockwell Group Europe (RGe), les 254 chambres et 42 suites de l’hôtel Le Méridien Oran mêlent un héritage algérien à un style très contemporain et au confort de la marque Le Méridien. Le spa emblématique de l’hôtel, d’inspiration européenne, comporte huit salles de soin, un jacuzzi, un bain turc, une piscine extérieure ainsi qu’un centre de remise en forme, avec vue sur la mer. L’hôtel Le Méridien Oran met également à la disposition de sa clientèle un restaurant avec cuisine ouverte assurant tous les repas, un bar-salon chic avec vue sur la mer, le premier véritable restaurant italien de la ville, ainsi qu’un lobby bar servant du café Illy et des thés du monde entier. Avec près de 9 000 m² aménageables consacrés aux conférences et autres événements, ses deux salles de bal, un vestibule d’accueil et 23 salles de réunion, l’hôtel Le Méridien Oran Hotel & Convention Centre abrite le plus grand centre de congrès d’Afrique du Nord. Doté d’équipements de pointe, le centre de congrès comporte un auditorium de 3 000 places décoré de la plus grande fresque murale du monde. Créée par l’artiste algérien Tewfik Boumehdi, la façade longue de 2 000 m est faite de 51 000 carreaux, et représente le style arabo-mauresque de la culture sud-méditerranéenne. «Le Méridien est présent depuis longtemps en Afrique, et l’inauguration de l’hôtel Le Méridien Oran est un tournant qui marque les plus hauts niveaux de performance et d’importance du portefeuille de l’histoire de la marque», affirme Vincent Gillet, directeur mondial des marques Le Méridien et W Hotels Worldwide. «Depuis son acquisition par Starwood il y a plus de six ans, Le Méridien a subi une transforma-

tion des plus complètes, et nous sommes fiers de présenter, à travers Le Méridien Oran, de nombreux éléments issus de la nouvelle direction prise par la marque.» L’hôtel Le Méridien Oran réserve à ses clients l’accueil typique de la marque Le Méridien, œuvre de Jérôme Sans, le conservateur culturel de la marque depuis 2006. À l’arrivée, ce sont des lanternes gigantesques et des plafonds vertigineux qui attendent les clients, tandis qu’un époustouflant tableau conçu par RGe représentant le littoral d’Oran sur des plaques d’acier les invite à la réflexion. L’hôtel intègre aussi le concept nouvellement défini Le Méridien Hub, qui réinterprète le lobby d’hôtel classique et le transforme en un lieu de rencontres pour converser, débattre et échanger. Le Méridien Hub aménage une atmosphère créative où tous, clients ou non, peuvent venir apprécier des œuvres contemporaines sélectionnées. Après le Sheraton Oran Hotel & Towers à Oran et le Sheraton Club des Pins Resort & Towers à Alger, la capitale, Starwood possède désormais trois hôtels en Algérie. n


ACTUALITE

INVESTISSEMENT

Hôtel & Resort of Morocco gère les hôtels de CDG Développement Sogatour change de dénomination sociale et devient Hôtel & Resort of Morocco (HRM). Ce changement qui traduit la volonté de développement de cette filiale s’accompagne de la création de nouvelles marques dont Authencia et Sirine. Un site web de commercialisation de l’offre des hôtels HRM avec possibilité de paiement en ligne sera mis en place.

C

DG Développement vient d’opérer une refonte stratégique de son pôle hôtelier et s’est donnée de nouvelles ambitions pour sa filiale en charge de la gestion de son parc hôtelier. La nouvelle orientation stratégique s’est traduite par un changement de dénomination sociale de la société, Sogatour devenant Hôtel & Resort of Morocco. Ce changement traduit la volonté de HRM de devenir un acteur hôtelier majeur et un gestionnaire de référence au Maroc. Il marque aussi la volonté de la filiale de CDG Développement de s’ouvrir à moyen et long terme à l’international. Dans ce cadre, et pour une meilleure visibilité, de nouvelles marques ont été également créées pour accompagner cette nouvelle vision stratégique. Les deux premières marques dévoilées par la nouvelle société de gestion sont «Authencia» et «Sirine». Authencia habillera tous les hôtels de la chaîne HRM qui se distinguent par leur charme authentique. Quant à la marque Sirine, elle sera portée par pratiquement tous les hôtels qui composent le parc actuel, à quelques exceptions près. Bien qu’ils soient sous la même enseigne et bénéficient de la même qualité de service personnalisé, les hôtels Sirine seront différents au niveau des concepts, des chambres, de la restauration, des espaces communs, etc. Pour accompagner cette nouvelle politique des marques, HRM s’est engagé dans une vaste opération de relooking et de rénovation qui touchera l’ensemble

20

HÔTELLERIE & VOYAGES

de son parc hôtelier. Cette politique de modernisation et de mise à niveau a démarré avec le Jnan Palace à Fès qui est un véritable joyau architectural. Plateforme web de commercialisation Par ailleurs, HRM affiche ses ambitions de croissance. Disposant actuellement d’un parc de 15 hôtels, suite à l’intégration des 7 hôtels Mahd Salam du CIH acquis par le Groupe CDG, HRM compte consolider son positionnement en tant qu’acteur majeur de l’hôtellerie marocaine en étendant son parc via la réalisation de nouvelles unités ou la gestion d’unités hôtelières existantes. Sur la stratégie de développement de son parc hôtelier, HRM compte privilégier une démarche favorisant la proximité géographique. Ainsi, les hôtels HRM seront implantés sur l’ensemble du territoire national et s’adresseront à différentes catégories de clientèle à travers une offre segmentée allant de l’hôtellerie économique à l’hôtellerie de luxe et haut de gamme. Et pour piloter cette entité fraichement baptisée, une nouvelle équipe managériale, chapeautée par Rachid Karkari, directeur général de HRM, a été mise en place avec l’objectif de rompre avec les pratiques de gestion du passé en adoptant de nouvelles démarches et de nouvelles méthodes.

Enfin, la politique de commercialisation des hôtels bénéficiera des nouvelles technologies. En plus des canaux classiques de distribution, le management table beaucoup sur les canaux modernes, notamment la distribution en ligne. Ainsi, un site Internet de commercialisation dédié à l’ensemble des marques de HRM sera mis en place et les clients pourront acheter des voyages et séjours via le site web avec possibilité de régler les prestations par carte bancaire. n


By

Vip

Déco

Projects

La société L&B Contract est spécialisée en conseil, ameublement, aménagement et équipement hôtelier de qualité et prestige, partenaire des architectes et décorateurs. L&B Contract réalise des chambres témoins, mobiliers prototypes intérieur et extérieur, des ambiances contemporaines, design et de styles. Notre bureau d’études et décoration apporte aux hôteliers indépendants toute l’assistance nécessaire à la réalisation de leurs projets d’ameublement et de rénovation. Nos usines partenaires en exclusivités sont spécialisées en fabrication sur mesure multi-matériaux, pour le secteur hôtelier exigeant : Porada, Visionnaire IPE, DOM, Busnelli, Arredoin, Costantini, Sifas, Dedon, Ciacci Kreaty. L&B Contract vous assure d’un véritable service professionnel ainsi que du meilleur rapport qualité prix.

Nos références au Maroc : PRIMARIOS, ROYAL MANSOUR hôtel à Marrakech, SOFITEL à Rabat, La MAMOUNIA à Marrakech, Le PALACE ES SAADI à Marrakech, SOFITEL Essaouira, ALTADEC, RISMA, Groupe ACCOR, ALLIANCES à Casablanca, NEW SOFITEL THALASSA à Agadir, Hôtel SELMAN à Marrakech...

Pour nous contacter : boulierj@sfr.fr 00 33 610 788 043 www.Lbcontract.com


ACTUALITE

INVESTISSEMENT

Projets hôteliers à Marrakech Le cap des 60 000 lits classés sera dépassé en 2012 L’hôtellerie continue à attirer les investisseurs nationaux et étrangers à Marrakech, même si la crise a un peu freiné les ardeurs des promoteurs. La ville qui concentre presque le tiers des lits commercialisables du Royaume mise sur les nombreux projets initiés au cours de ces dernières années pour disposer d’une taille critique en terme d’hébergement. Pour 2012, pas moins de 25 établissements d’hébergement seront ouverts dont plusieurs hôtels luxueux ancrant davantage le positionnement haut de gamme de la ville ocre. Reste qu’avec une capacité en passe de dépasser les 60 000 lits classés se pose aujourd’hui, avec acuité, le problème épineux de remplissage des capacités litières existantes et donc de la rentabilité des investissements hôteliers. Face à cette problématique, des actions agressives de promotion et de communication doivent accompagner cette nouvelle dimension touristique de Marrakech. De même, il faudra mettre en place une stratégie afin que l’aérien réponde à l’ambition touristique de la ville ocre. 22

HÔTELLERIE & VOYAGES

E

n dépit d’une conjoncture économique et sectorielle difficile, les investissements dans le secteur hôtelier se poursuivent à Marrakech, même si le rythme est beaucoup moins soutenu qu’avant la crise. De nombreux projets d’hébergement (hôtels, maisons d’hôtes, villages de vacances, riads, etc.), initiés par des promoteurs nationaux et internationaux, ont été lancés à Marrakech dans le sillage de la stratégie touristique de la Vision 2010. Plusieurs hôtels sont ainsi venus enrichir l’offre locale, surtout au cours de ces dernières années. En 2010, 21 établissements d’hébergement ont ouvert leurs portes dont Atlas Targa, Renaissance, Eden Palm, Kenzi Agdal Medina, Riu Tikida Palmeraie, Royal Mansour, etc. Et en 2011, plusieurs autres unités ont été inaugurées dont Adam Park, Golden Tulip, Four Seasons, Pickalbatros Acquapark, Hôtel du Park, Four Seasons Hôtel Marrakech, etc. Ces projets réalisés en 2011 ou en cours de réalisation ont drainé un volume d’investissement de plus 3,5 milliards de dirhams et totalisé une capacité d’accueil supplémentaire de 5 360 lits. Et pour 2012, le Conseil Régional du Tourisme de Marrakech s’attend à l’inauguration d’une trentaine d’établissements d’hébergement touristique devant injecter plusieurs milliers de lits supplémentaires. C’est dire que malgré la crise qui a poussé nombre de promoteurs hôteliers à revoir le dimensionnement de leurs projets et/ou à retarder leurs investissements, le secteur hôtelier continue à être l’un des moteurs de l’investissement dans la ville ocre. Par ailleurs, les nombreux projets hôteliers réalisés ou en cours de réalisation positionnent la première destination touristique du Royaume en tant que destination de tourisme haut de gamme. Ainsi, après l’ouverture du Four Seasons Hôtel Marrakech réalisé sur 16 ha et qui a nécessité un investissement de 852 MDH, plusieurs unités hôtelières haut de gamme ouvriront leurs portes entre 2012 et 2013. Des projets haut de gamme Sans soucie d’exhaustivité, nous donnons un aperçu sur quelques projets hôteliers en cours de réalisation dont une grande partie ouvrira ses portes cette année. Certains hôtels, d’ailleurs, sont déjà en activité. Ainsi, en plus du Pullman Marrakech Palmeraie Resort & Spa inauguré en mai, le Selman Marrakech d’Elite Hospitality Management a aussi ouvert ses portes. Ce luxueux hôtel de 56 chambres et suites, 5  riads exclusifs, 2 restaurants et un spa de 1 200  m² symbolise l’art de vivre marocain et comprend, outre l’hôtel, un parc paysagé de 6 ha, une piscine de 80 m, un somptueux haras de pur-sang arabes et d’autres équipements. De même, le


Palais Namaskar qui incarne le luxe d’Oetker Collection et qui compte 41 villas et suites au design personnalisé avec piscines privées, 2 restaurants, un spa, un jardin de 5 ha aux senteurs et décors balinais est ouvert aux clients. Situé entre les montagnes de l’Atlas et les collines Djebilet de Marrakech, ce joyau a nécessité un investissement de 560 millions de dirhams. A côté des établissements déjà ouverts depuis le début de l’année, d’autres projets sont en cours de réalisation et certains seront livrés incessamment : Jawhar Hôtel Spa & Résidence : Signé par la Société des Bains de Mer de Monaco, ce complexe luxueux, réalisé sur une aire de 15 ha, comprend un somptueux hôtel 5 étoiles de 108 chambres et 93 suites grand luxe, 25 villas, 2 restaurants, un spa de 3 500 m², des terrains de sport, un centre de séminaires, un parc de 8 ha, etc. Ce projet dont l’inauguration était prévue fin 2011 a nécessité un investissement de 93,8 millions d’euros. Le Royal Palm Marrakech : Il s’agit d’un des plus anciens projets touristiques de la ville ocre toujours en cours de réalisation. Son promoteur avait signé une convention avec l’Etat marocain en  2006 pour un investissement d’environ 3  milliards de dirhams. Le projet visait la réalisation de 3  hôtels prestigieux, un programme immobilier (89 villas de luxe pour la première phase), un golf de 18 trous par 72, 4 restaurants, un centre de sport, etc. Le projet, dont le premier hôtel devait être livré en 2011, a connu énormément de retard à cause des problèmes financiers de certains partenaires. Celui-ci est désormais entièrement porté par le groupe hôtelier mauricien New Mauritius Hôtels (Beachcomber Villa Resorts). Le premier hôtel et les villas du projet ont été réalisés à plus de 50 %. Le promoteur mauricien a fixé

à l’hiver 2013 l’inauguration du golf, du Country Club Hôtel, de l’hôtel Royal Palm Marrakech doté de 135 suites et villas de luxe. Al Baraka : Porté par Actif Invest, le projet, implanté à Tamesloht sur 18 ha, est réalisé sous forme de village de vacances. Il vise la réalisation de 3 unités hôtelières de 3 et 4 étoiles, d’une capacité globale de 850 chambres, d’un terrain de golf et d’autres équipements pour un investissement de 618  MDH. La réalisation de ce projet connait du retard par rapport aux prévisions. Roco Forte Marrakech  : Le groupe hôtelier Roco Forte construit actuellement, sur 225  ha, un complexe touristique comprenant un luxueux hôtel 5 étoiles de 90 chambres, 80 villas, un golf, un spa, etc. L’hôtel ouvrira ses portes en 2013. Le Taj Palace Marrakech : réalisé par Jnane Rahma, ce complexe, construit sur 53 ha au cœur de la Palmeraie, comprend un hôtel luxueux de 161 chambres et 25 suites dont une suite présidentielle de 950 m², 46 villas, un spa de 3 800 m², 4 restaurants thématiques, etc. L’ouverture du Taj Palace Marrakech est programmée pour le deuxième semestre 2012. Le Park Hyatt : Les travaux de réalisation du premier hôtel Park Hyatt du Maroc ont été lancés fin 2011 par le fonds d’investissement «Alhif» (Alliances Hospitality Investment Fund) d’Alliances. Intégré dans le programme Maaden Yssyl de 190 ha à Nakhil, cet établissement de 112 clefs et 18 suites dont une suite Royale, est doté de 3 restaurants, d’un spa de 2 000 m², d’un centre de conférence, etc. D’un coût d’investissement de 654 MDH, l’hôtel devrait ouvrir ses portes en 2013. A noter que le projet Maaden Yssyl comprend un second hôtel prestigieux sous l’enseigne Starwood en phase d’étude.


Le Mandarin Oriental : Mandarin Oriental Group compte s’installer à Marrakech dans le cadre d’un partenariat avec Parc Palmeraie SA d’Omar Kabbaj. Programmé sur une surface de 20 ha d’oliviers et de palmiers, le resort Mandarin Oriental se composera de 54 villas individuelles avec jardins privatifs de 300 m², 7 suites avec piscine, un spa de 1 800 m² comprenant 8 cabines, etc. L’ouverture de ce joyau est programmée pour 2014. Baglioni Marrakech : construit sur un terrain de 14 ha, ce resort 5 étoiles de luxe comprend 72 chambres, un Spa 6 senses de 1 500 m² d’inspiration mauresque avec équipement fitness, etc. En plus, le resort construit par le groupe familiale Baglioni comprend 15 résidences luxueuses. L’ouverture de ce joyau est prévue pour la fin de cette année. Delano Marrakech : il s’agit d’un établissement de la catégorie prestige, classé 5 étoiles, qui propose 73 chambres de haut standing, 2 restaurants gastronomiques, un luxueux spa. Cet établissement construit par le groupe Hivernage Collection ouvrira ses portes en septembre 2012 et sera géré par Morgans Hôtel Group. Le projet Samanah : C’est l’un des plus importants projets de la ville ocre. Il enregistre un important retard dans son exécution. La convention pour la réalisation de cet imposant complexe touristique programmée sur 300 ha a été signée en 2006 entre ses promoteurs et l’Etat. Le projet prévoit la réalisation de 3 hôtels 5 étoiles d’une capacité totale de plus de 1 086 lits, 485 villas, 60 maisons et 96 appartements, un golf 18 trous construit sur 100 ha, un centre de vie, 18 commerces, des restaurants, des espaces de loisirs, un spa, des terrains de sport, etc. Le premier hôtel devait ouvrir ses portes en 2009. A l’heure actuelle, aucun hôtel n’a été finalisé. D’un coût global de 240 millions d’euros, le projet a été rattrapé, comme tant d’autres, par la crise. Et les banques locales n’étaient plus motivées à accompagner le promoteur français Alain Crenn. A l’heure actuelle, sur l’offre hôtelière programmée, un seul établissement hôtelier a été entamé et devrait ouvrir ses portes en 2013. A ces projets, il faut en ajouter d’autres non moins prestigieux aussi en cours de réalisation ou annoncés au niveau de la ville de Marrakech, tel le Hyatt Regency qui sera implanté dans Marrakech Golf City, un resort de Prestigia du Groupe Addoha. 24

HÔTELLERIE & VOYAGES

Le financement freine les investissements Grâce à ces différents projets, Marrakech a connu au cours des cinq dernières années, une forte hausse de ses capacités d’accueil en s’accaparant presque la moitié des capacités additionnelles classées de la Vision 2010. Ainsi, le nombre de lits hôteliers classés est passé de 18 876 en 2008 à 44 395 en 2011 et devrait atteindre la barre des 60 000 lits à la fin de l’année en cours. Seul problème, les capacités supplémentaires créées souffrent d’un manque de remplissage. Or, «avec un taux d’occupation des hôtels qui tourne autour de 45 %, on ne peut rentabiliser les investissements consentis», souligne un professionnel Marrakchi, qui explique que «pour qu’un hôtel soit rentable, il doit arriver à un taux de remplissage d’environ 65 % au départ». D’ailleurs, à cause de cette problématique de rentabilité des unités hôtelières de la ville, les banques accordent très difficilement des crédits aux hôteliers pour la réalisation de nouvelles capacités, surtout à Marrakech, le fleuron du développement touristique du Maroc. Conséquence, certains projets annoncés depuis plusieurs années ne sont que partiellement réalisés et d’autres ont vu leur date d’ouverture décalée dans le temps. Cette situation explique aujourd’hui le ralentissement dans la réalisation des investissements hôteliers au Maroc en général et à Marrakech en particulier. Ainsi, au niveau du Royaume, selon la SMIT (Société Marocaine d’Ingénierie Touristique), la capacité nouvelle installée a été de seulement 7 000 lits en 2011 alors qu’on était sur un rythme de 15 000 lits au cours des deux années précédentes. C’est dire que de plus en plus d’investisseurs hésitent même à engager de nouveaux investissements à Marrakech sur le court et le moyen terme par manque de visibilité. Ils préfèrent attendre que la reprise s’amorce pour juger des capacités du marché à absorber les lits additionnels existants et ceux qui seront injectés en 2012 et 2013. Pour beaucoup de professionnels de la ville ocre, l’urgence aujourd’hui est d’arriver à remplir les capacités des unités hôtelières existantes et non de construire de nouveaux établissements d’hébergement. Enfin, pour faire face au faible taux d’occupation des hôtels, il faudra mettre un accent particulier sur la communication et la promotion de la destination Marrakech.


Et sur ce point, les hôteliers de la région souhaitent être impliqués dans l’adoption d’une nouvelle approche de promotion et de communication. De même, il est urgent de se pencher sur les moyens d’améliorer sensiblement la desserte de la ville ocre pour acheminer davantage de touristes. n Un taux d’occupation des hôtels en baisse continue En effet, malgré une baisse des prix des chambres de l’ordre de 30 à 40 % en moyenne au niveau de Marrakech, le taux de remplissage des hôtels se situe, depuis 3 ans, au dessous de la barre des 50 %, contre 70 % il y a 5 ans. En 2011, le taux d’occupation des hôtels classés de Marrakech était de 46 %. Et pour les 4 premiers mois de l’année 2012, le taux de fréquentation a baissé de nouveau pour ressortir à 45 %. Cette dégradation du taux moyen d’occupation des hôtels s’explique par plusieurs facteurs : un rythme de progression des arrivées plutôt faible à cause de la crise, la forte augmentation des capacités litières des hôtels classés consécutive aux investissements, le développement de nouveaux modes d’hébergement des touristes (riads, maisons d’hôtes, résidences touristiques, etc.) s’accaparant une partie de la clientèle traditionnelle des hôtels, et, enfin, le développement des lieux d’hébergement non classés échappant aux statistiques officielles. Ce faible niveau d’occupation touche particulièrement les hôtels 4  et 5  étoiles qui y ont fait face en jouant à fond sur les baisses des tarifs et en multipliant les promotions. C’est dire que le taux de rentabilité et/ou le retour sur investissement des unités hôtelières ne sont pas garantis. D’ailleurs, face à cette situation, des hôteliers, très affectés par la crise, ont, au début de l’année, tiré la sonnette d’alarme en annonçant leur incapacité à faire face à leurs engagements (charges d’exploitation, remboursement des crédits bancaires, paiement des impôts et taxes, cotisation CNSS, etc.), sollicitant une intervention des autorités de tutelle afin que des solutions soient trouvées avec les banques, la CNSS, les collectivités locales et les impôts.

L’aérien n’accompagne pas le rythme de création de nouvelles capacités hôtelières Pour les professionnels de l’hôtellerie de Marrakech, la ville a besoin de capter de nouvelles clientèles pour rentabiliser ses infrastructures hôtelières. Pour y arriver, ils estiment que le développement de nouvelles lignes aériennes doit être la priorité des autorités de tutelle afin de faciliter la commercialisation des capacités supplémentaires. En clair, l’aérien demeure le principal grand défi à relever pour les professionnels de la première destination touristique marocaine pour les 10 prochaines années, sachant que Marrakech ambitionne de figurer dans le top 10 des destinations mondiales à l’horizon 2020. Partant, la restructuration en cours de la RAM, qui se matérialise par la réduction de sa flotte et la fermeture de certaines liaisons jugées non rentables, inquiète au plus haut niveau les hôteliers marrakchis. Seul bémol, le démarrage de nouvelles liaisons directes reliant certaines régions françaises à Marrakech par Air France, depuis le mois de mars 2012, et la desserte de la ville par de nouvelles compagnies low-cost constituent des bouffées d’oxygène pour cette destination particulièrement prisée par les touristes français.


ACTUALITE

INVESTISSEMENT

430 MDH pour un Club Med à Oued Chbika

Les travaux du village Club Med d’Oued Chbika démarreront en 2013 pour une ouverture programmée en 2015. Ce village «4 Tridents» doté d’un espace luxe «5 Tridents» comptera 350 chambres.

S

amih Sawiris, PDG d’Orascom, Anas Alami Houir, DG de la CDG, et Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med, ont signé, le lundi 28 mai 2012, à Rabat, deux conventions pour la réalisation et la gestion d’un village Club Med au sein de la station balnéaire Oued Chbika, officialisant ainsi son ouverture au sein de ce village touristique. Avec un investissement de 430 MDH, les partenaires du projet comptent y réaliser un village «4  Tridents» disposant d’un espace luxe «5 Tridents», se conformant ainsi à la nouvelle stratégie haut de gamme du Club Med. Les travaux de construction démarreront en 2013 et sa capacité sera de 350 chambres. Le village doit être opérationnel dès le 3ème trimestre 2015. Concernant la clientèle future du Club Med Chbika, le complexe cible une clientèle familiale essentiellement européenne, mais aussi marocaine. L’ambition de ses promoteurs est d’en faire une destination fonctionnant durant toute l’année, grâce à l’ensoleillement permanent du site. Outre l’emplacement de choix entre le désert et l’océan Atlantique, la clientèle future du village pourra compter sur l’animation qu’offrira la ville de Tan-Tan  : sites 26

HÔTELLERIE & VOYAGES

historiques, musée en cours de réalisation, etc. Situé à 400 km d’Agadir, Oued Chbika est un projet structurant pour la ville de Tan-Tan et toute la région au sud. A terme, le village touristique devrait comprendre 8 unités hôtelières dont 5 programmées lors de la première phase du projet, un parcours de golf, une marina, des appartements donnant sur la marina, des aires de divertissement et de bien être, des établissements médicaux, des terrains de sport, etc. Ouverture en 2015 Plusieurs projets sont en cours de réalisation. Ainsi, en 2015, à côté du village Club Med, d’autres établissements ouvriront simultanément leurs portes au sein de la station  dont l’«hôtel Atlantique» de 400  chambres et l’«hôtel du Quai» de 150  chambres. Concernant la marina, les travaux sont réalisés actuellement à hauteur de 80 %. Les deux premières phases de ce village touristique seront réalisées sur une surface de 500 ha avec une réserve foncière supplémentaire de 1 000 ha. Ainsi, Oued Chbika comprendra toute l’infrastructure nécessaire pour rendre le séjour des résidants et touristes agréable. Le seul hic pour cette destination reste la desserte de la station. Sur ce point aussi, des

solutions sont avancées. Coté terrestre, l’Etat a mis à niveau le réseau routier. Reste le problème de la desserte aérienne. Si le Club Med peut utiliser ses propres avions pour transporter sa clientèle, pour le reste de la station, le transport constitue une problématique fondamentale qui conditionne son succès. Toutefois, selon le PDG d’Orascom, promoteur de la station à côté de CDG Développement et du fonds d’investissement luxembourgeois Rolaco, «ce problème ne se pose qu’au démarrage. Dès que la station atteindra une taille critique, les compagnies aériennes commenceront à s’intéresser à la destination, comme ce fut le cas de la station El Gouna, réalisé par Orascom en Egypte». Et afin de trouver des solutions à cette problématique, «nous sommes en discussion avec des compagnies charters en provenance d’Allemagne, des pays scandinaves et d’Europe de l’est pour assurer la desserte de la station balnéaire en devenir», a souligné M. Lahcen Haddad, ministre du tourisme, lors de cette cérémonie de signature de la convention entre les trois partenaires du projet. Pour sa part, l’Etat compte entreprendre incessamment la rénovation de l’aéroport de Tan-Tan afin qu’il puisse accompagner le développement du village Oued Chbika. n


ACTUALITE

TRANSPORT

RAM se dote d’un terminal et achève sa restructuration

Le terminal 1 de l’Aéroport Mohammed V dédié à la RAM sera fonctionnel en décembre 2013. Parallèlement, le plan de restructuration de la compagnie est pratiquement achevé. Les premiers résultats sont très positifs au niveau de l’exploitation de la compagnie.

C

’est une vieille revendication de la Royal Air Maroc qui a été satisfaite par l’ONDA. La RAM aura, à l’instar des grandes compagnies nationales des pays développés, son propre terminal. Le terminal 1 de l’Aéroport Mohammed V lui sera dédié. La compagnie a démarré la rénovation complémentaire pour en faire un espace convivial doté de tous les équipements nécessaires à même d’apporter un service de qualité à la clientèle. Il faut souligner que dans le cadre de sa nouvelle stratégie de relance, la qualité de service occupe une place centrale. La RAM compte replacer la qualité du service à la clientèle au centre de ses préoccupations pour retrouver l’image d’antan, écornée au cours de ces dernières années. Le fait de disposer de son propre terminal aidera la compagnie à améliorer son service au sol. Ainsi, ce sont 200 MDH qui seront investis dans l’amélioration de la qualité de ses services. Cet investissement touchera plus de 20 chantiers de toute la chaîne de valeur allant de l’achat du billet par le client jusqu’à son arrivée à destination. Ainsi, ces investissements concerneront, entre autres : l’accueil au comptoir, les salons du terminal 1, les repas, les fauteuils des avions, les horaires, etc. Grâce à toutes ces mesures, la compagnie va faire de Ca-

sablanca un hub international répondant aux normes les plus exigeantes, sachant que 40 % des voyageurs qui passent par l’aéroport de Mohammed V sont des passagers en transit vers d’autres destinations. A noter que le terminal 1, dont les travaux de rénovation et de réaménagement seront finalisés en décembre 2013 accueillera les avions de la RAM et de ses partenaires. Restructuration presqu’achevée Par ailleurs, concernant le processus de restructuration de la compagnie, entamé en septembre 2011 suite à la signature d’un contrat programme avec l’Etat marocain, il est pratiquement dans sa phase finale. D’abord, la compagnie s’est recentrée sur son cœur de métier, le transport de voyageurs et de marchandises en cédant certaines filiales (Atlas Hospitality Morocco, RAM Academy, Matis Aerospace, etc.), ne rentrant plus dans sa nouvelle stratégie, engrangeant au passage une manne financière importante qui lui a permis d’éponger certaines dettes et financer une partie de sa restructuration. Ensuite, outre ces cessions d’actifs jugés non stratégiques, la RAM a aussi réduit ses effectifs de 30 % avec le départ volontaire de 1 730 employés faisant passer

le total de ses collaborateurs de 5 605 à seulement 3 875 salariés. De même, la flotte a été réduite de 8 appareils. Cette cession a permis de porter l’âge moyen de la flotte de la RAM à 6,8 années contre 8,9 années en 2011 et 10,1 années en 2010. Mieux, la compagnie est gérée de manière plus optimisée avec un taux d’utilisation des appareils plus élevé. En outre, cette restructuration s’est matérialisée aussi par la fermeture des lignes déficitaires, une meilleure exploitation des lignes rentables, notamment à destination de l’Afrique, la fermeture de plusieurs agences au Maroc et en Europe et une optimisation des ventes sur Internet qui représentent aujourd’hui plus de 20 % du chiffre d’affaires. Conséquence de toutes ces mesures, le prix de revient au siège de la RAM s’est fortement amélioré augurant de bonnes perspectives en matière d’exploitation et de rentabilité et ce d’autant que la compagnie a fortement bénéficié de l’abandon de la desserte ParisCasablanca par les compagnies low-cost (Air Arabia et Jet4you) lui permettant ainsi de relever ses tarifs sur cet axe stratégique. Et grâce à ces réalisations, la RAM devrait recevoir une troisième tranche de 600  MDH de la part de l’Etat pour boucler cette restructuration. n


ACTUALITE

TRANSPORT

Ryanair, pénalisée par les aéroports marocains, trop chers, décide la suppression de 34 vols.

A

la suite d’une hausse des charges d’aéroport, Ryanair réduit la voilure au Maroc. En cause, le gestionnaire des aéroports qui a augmenté les taxes et veut imposer les services d’une entreprise de manutention de bagages pour la gestion des opérations au sol. La compagnie aérienne Ryanair va supprimer 34 vols vers et en provenance du Maroc à partir du 1er octobre. Les six routes supprimées à compter du 1er octobre concernent Nador (depuis Gérone et Madrid) et Oujda (depuis Marseille et Charleroi), le Fès – Londres Stansted et Marrakech – Valence. Pour la compagnie, il est «totalement inacceptable que le gestionnaire des aéroports, l’ONDA, décide d’accroître les coûts de fonctionnement de Ryanair au Maroc, et irréaliste d’attendre que nous continuons à nous développer dans de telles conditions». La compagnie transportait jusqu’à 100 000 passagers vers le Maroc. n

Casablanca refuse d’accueillir les passagers d’une croisière gay

va multiplier ses vols vers le Maroc dès l’automne sur Marrakech.

b

S

elon le quotidien espagnol El Pais, le paquebot néerlandais El Nieuw Amsterdam, transportant quelque 1 564 passagers, dont 95 % d’hommes, n’a pu accoster dans le port de Casablanca. Le journal a recueilli divers témoignages : «J’étais dans le salon lorsque le capitaine a annoncé par hygiaphone que l’escale de Casablanca était annulée pour des raisons de sécurité, et parce que l’arrivée du navire était devenue un sujet public de controverse», affirme un fonctionnaire du gouvernement américain. Holland America Line et le TO Vacances RSVP confirment que ce sont bien les autorités marocaines qui ont rejeté le débarquement du navire. Selon le quotidien, c’est le ministre de l’intérieur, Mohand Laenser, qui a lancé l’ordre. n

l

ritish Airways qui a racheté British Midland Airways (BMI) compte augmenter la fréquence de ses vols vers Marrakech à partir de l’automne prochain. Ainsi, à partir du 28 octobre 2012, British Airways assurera la liaison entre l’aéroport londonien de Gatwick et Marrakech 7 fois par semaine, au lieu de trois fois actuellement. De même, British Airways a repris également la ligne reliant le terminal 5 de Londres Heathrow à Agadir avec 2 liaisons hebdomadaires. British Airways pratique une politique tarifaire agressive. La liaison Londres Heathrow-Agadir sera proposée au tarif exceptionnel de 2 369 dirhams (TTC) alors que le trajet Marrakech-Londres Gatwick sera disponible au prix de 2 219 dirhams (TTC). A rappeler que BMI avait ouvert la liaison Londres-Marrakech à partir de l’aéroport d’Heathrow en avril 2011 à raison de 4 vols hebdomadaires. La compagnie enregistre des taux de remplissage très élevés sur cet axe grâce aux touristes britanniques qui occupent le second rang des visiteurs étrangers de la ville de Marrakech. En augmentant le nombre de ses vols sur la ville ocre, British Airways compte accompagner l’augmentation des voyages d’affaires et de loisirs des britanniques sur Marrakech ainsi que sur la clientèle de MRE résidant en Grande-Bretagne. n

ADM, 15 milliards de dirhams pour atteindre 1 800 km d’autoroutes en 2015.

a société des Autoroutes du Maroc compte porter à 1 800 km le réseau autoroutier du Royaume à l’horizon 2015. Actuellement, le réseau porte sur une longueur de 1 416 km. Selon Othman Fassi Fihri, les 384  km d’autoroutes restant vont nécessiter une enveloppe de 15 milliards de dirhams. Cet investissement viendra s’ajouter aux 38 milliards de dirhams investis par ADM depuis sa création en 1989. Parmi les chantiers en cours figure, entre autres : l’élargissement du tronçon Casablanca-Rabat sur 60 km et dont l’achèvement est programmé pour juillet 2012, le contournement de la ville de Rabat nécessitant un investissement de 2,8 milliards de dirhams, le tron��on Berrechid-Béni Mellal

sur 173 km pour un investissement de 6 milliards de dirhams, l’élargissement du contournement de Casablanca sur 13 km et le projet El-Jadida-Safi d’une longueur de 140 km. Pour ce dernier axe autoroutier, le FADES, la BEI et la BERD vont contribuer au financement de ce projet. Face aux besoins de financement de ces projets, outre le recours aux marchés financiers internationaux, notamment des bailleurs de fonds étrangers, la société ADM procède régulièrement à des augmentations de capital qui se sont élevées à 12,29 milliards de dirhams à fin avril 2012. Enfin, selon le DG de la société, ADM devrait atteindre son équilibre financier en 2033, et ce n’est qu’en 2034 que la société devrait, en principe, générer ses premiers bénéfices. n


ACTUALITE

TOURISME

Kounouz Biladi, une nouvelle formule pour doper le tourisme domestique L’édition 2012 de Kounouz Biladi se caractérise par plusieurs nouveautés. L’objectif est d’encourager davantage le tourisme interne qui représente actuellement plus du quart des nuitées enregistrées par les établissements d’hébergement classés. L’offre Kounouz Biladi n’est plus limitée à la période estivale.

C

onscient du rôle important que joue les touristes locaux dans le développement du secteur touristique, les autorités de tutelle et les professionnels regroupés au sein de la FNT avaient lancé en 2003 l’offre Kounouz Biladi visant à faciliter l’accès des touristes locaux aux établissements d’hébergement classés. Toutefois, les résultats ont été globalement loin d’atteindre les objectifs escomptés. Très peu d’hôtels étaient impliqués et les offres étaient peu séduisantes pour les touristes locaux. Face à cette situation, conjugué à un environnement sectoriel difficile, autorités de tutelle et professionnels du secteur ne souhaitent plus considérer le tourisme domestique comme une alternative au tourisme international qui permet d’atténuer l’impact de la crise sur le secteur, mais comme un véritable pilier de développement du tourisme national. C’est dans cette optique que l’ONMT et les professionnels du secteur hôtelier ont revu et corrigé l’offre Kounouz Biladi pour la rendre plus attractive et plus adaptée aux besoins des touristes nationaux et des MRE. D’abord, pour la réussite de cette édition, tous les acteurs du secteur touristique ont été impliqués et ont contribué à la mise en place de ce programme  : le Ministère du tourisme, l’ONMT, la Fédération nationale du tourisme, la Fédération nationale de l’industrie hôtelière

30

HÔTELLERIE & VOYAGES

et la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc. Ensuite, pour cette année, l’offre se décline par un programme offrant aux Marocains la possibilité de visiter le Maroc authentique et diversifié, à travers des offres promotionnelles mises en place par des hôteliers et des agences de voyages. A signaler que cela fait 6 ans que les agences de voyages n’étaient plus impliqué dans le programme Kounouz Biladi. Un site web dédié Par ailleurs, et c’est une innovation de taille, la mouture 2012 se caractérise par le lancement d’un site internet dédié au programme Kounouz Biladi (www.kounouzbiladi.com) regroupant les différentes offres et promotions des hôteliers. Au niveau du site web lancé par l’autorité de tutelle, sont répertoriées toutes les offres promotionnelles à tarifs attractifs comprenant des packages complets ainsi que des nuitées dans les différentes catégories d’hébergement touristiques des partenaires de l’opération. Le site, mis en ligne depuis le 25 juin 2012, renferme toutes les offres en fonction des disponibilités et ce pour toutes les bourses. Au niveau du portail, deux types d’offres sont offerts : celle des hôteliers et celle des agences de voyages. Ces dernières ont tendance à offrir des tarifs plus avantageux du fait qu’elles

peuvent effectuer des achats groupés auprès des hôteliers et bénéficier ainsi de remises intéressantes. Dans le cadre de la nouvelle formule, les agences de voyages sont encouragées au niveau de la commercialisation de l’offre du fait qu’elles peuvent bénéficier de commissions pouvant atteindre 10 % contre 3 à 5 % dans le cadre de l’ancien programme. Par le biais du site, les touristes nationaux et les MRE peuvent réserver et régler en ligne. En outre, les tarifs sont libres (à l’exception de Marrakech) alors qu’ils étaient fixes auparavant, ce qui contribue à créer une certaine concurrence au niveau de l’offre. Cette transparence pousse les hôteliers à jouer davantage le jeu. Enfin, avec cette nouvelle formule Kounouz Biladi, l’offre ne se limite plus à la période estivale, comme lors des précédentes éditions. Elle sera reconduite pendant l’hiver et le printemps, saisons durant lesquelles des campagnes spécifiques seront lancées pour faire profiter les touristes nationaux des offres promotionnelles tout au long de l’année. Ainsi, avec la nouvelle formule, les hôteliers adhèrent à l’opération selon leurs disponibilités, sans aucune contrainte et avec plus de transparence. Avec ces nouveautés, autorités de tutelle et professionnels du secteur tentent de booster davantage le tourisme domestique qui a constitué 26 % des nuitées enregistrées par les établissements d’hébergement classés en 2011 pour des dépenses atteignant la barre des 23 milliards de dirhams. Des chiffres qui se confirment encore cette année. Durant les 4 premiers mois de l’année en cours, les nuitées enregistrées par les touristes locaux ont progressé de 11 % alors que celles des étrangers étaient inscrites en baisse. n


1

2

3

4


ACTUALITE

TOURISME SPORTIF

Tourisme sportif, un potentiel encore faiblement exploité

L

Le tourisme sportif connaît encore un faible développement au Maroc. Hormis le tourisme golfique en pleine expansion, toutes les autres niches sont très sous-exploitées. Pourtant son potentiel de développement est très important. 32

HÔTELLERIE & VOYAGES

e tourisme sportif, fruit de l’extension du sport aux activités de loisirs sportifs et de la nécessité de développer des produits complémentaires aux services de base du tourisme, se développe au niveau mondial. Derrière cette évolution, il y a une conjonction de facteurs favorables qui font du tourisme sportif une niche exploitable dont l’amélioration du niveau de vie des citoyens, l’émergence d’activités nouvelles, la demande de plus en plus importante des loisirs sportifs, etc. Au Maroc aussi, le tourisme sportif se développe. De plus en plus de touristes se déplacent pour assister à une manifestation sportive, pratiquer des loisirs sportifs (golf, ski, surf, etc.) et/ou découvrir un lieu via une activité physique (raids, randonnée, etc.). Toutefois, tout le potentiel dont dispose le Royaume pour développer les niches de tourisme sportif est très loin d’être exploité. D’ailleurs, dans le cadre de la nouvelle stratégie 2020, la corrélation entre le tourisme et le sport est bien soulignée. Il est ainsi fait mention de la nécessité d’accompagner, d’encourager et de soutenir le développement des infrastructures sportives au sein des destinations touristiques en étroite collaboration avec le Ministère de la jeunesse et des sports. Il faut reconnaitre que le Royaume avec sa nature généreuse (mer, désert, montagne, etc.), son climat et ses infrastructures sportives (stades, terrains de golf, etc.) dispose d’un potentiel pour développer le créneau du tourisme sportif. Des niches touristiques à développer Parmi tous les produits du tourisme sportif, le golf est aujourd’hui incontestablement l’un des sports qui draine le plus de touristes au Maroc. La vingtaine de parcours de golf du Royaume attire annuellement plus de 70 000 touristes golfeurs étrangers et apporte plus de 1,5 milliard de dirhams de recettes par an. Face au succès de cette niche touristique, le Maroc s’est fixé des objectifs ambitieux. A l’horizon 2020, le Maroc devrait compter quelques 40 parcours golfiques devant générer 3,5 milliards de dirhams en attirant plus de 250 000 golfeurs. Si le golf est une activité sportive qui se développe et attire de plus en plus de touristes sportifs fortunés, la question qui se pose


désormais est celle de savoir comment développer de nouvelles orientations pouvant jouer le rôle de vecteurs touristiques aux côtés du golf ? A part le golf, quelques niches du tourisme sportif ont été lancées dans plusieurs régions du Royaume. A titre d’exemple, Dakhla, qui bénéficie d’un environnement très favorable, s’est spécialisée dans le sport de glisse. Cette destination est aujourd’hui commercialisée par plus de 6 Tours Opérateurs étrangers. Dans le même sillage, Safi a misé sur le surf qui s’est développé grâce notamment à la mise en place d’une base nautique, de la création d’un club de surf et d’une plateforme qui organise des compétitions internationales. Quant à Béni Mellal, c’est le parachutisme qui est exploité au niveau de la région. Grâce à l’Aérodrome Air Club Maroc, des tournois de parachutisme sont organisés régulièrement contribuant à l’amélioration du taux d’occupation des hôtels de la ville. Globalement, ces niches de tourisme sportif contribuent à la médiatisation et au rayonnement de la destination Maroc et participent à l’amélioration du taux de fréquentation des établissements hôteliers des régions concernées. Visibilité à l’international Reste que pour beaucoup de professionnels, le produit tourisme sportif Maroc manque de communication et de visibilité à l’international. Ce déficit peut être aujourd’hui compensé par l’organisation d’évènements internationaux majeurs ayant des retombées positives sur le secteur touristique. C’est le cas notamment de l’organisation du Marrakech Grand Prix, sur le Circuit International Automobile Moulay El Hassan. La 3ème édition de cette manifestation organisée les 13, 14 et 15 avril 2012 a fortement contribué au rayonnement du Maroc grâce à l’importante médiatisation de cet événement (Cf. encadré). Dans le même cadre, le Royaume devrait accueillir des évènements sportifs majeurs dans les années à venir. Ainsi, au niveau d’évènements footballistiques, la ville de Tanger devrait accueillir le 28 juillet 2012 le FC Barcelone dont la dernière venue au Maroc remonte à 37 ans. Le Maroc devrait aussi abriter en 2013 le Championnat du Monde Junior, la Coupe du Monde des Clubs et la Coupe d’Afrique Junior, la Coupe d‘Afrique des Nations

en 2015. Pour accueillir de tels événements, le Maroc s’est doté de nouveaux stades (Marrakech et Tanger notamment) répondant aux standards internationaux. Depuis son ouverture, le Grand Stade de Marrakech a accueilli plusieurs dizaines d’évènements sportifs qui ont été à chaque fois très profitable au secteur hôtelier de la ville. n La 3ème édition du FIA WTCC Marrakech Grand Prix a généré plus de 31 000 nuitées. La 3ème édition du FIA WTCC Marrakech Grand Prix, qui s’est courue les 13, 14 et 15 avril 2012, a eu un impact médiatique et touristique indéniable. Ce 3ème meeting de FIA World Touring Car Championship (FIA WTCC) et l’Auto GP (Formule 3 000) est le seul programmé sur le continent africain au titre de l’année 2012. Les grandes écuries de constructeurs automobiles (BMW, Seat, Chevrolet, Volvo, Ford, etc.) étaient au rendez-vous. Cette édition a été rendue possible grâce surtout à la forte implication des organisateurs et du soutien financier apporté par le groupe Eurosport qui a injecté I million d’euros pour cette édition sur la base d’un accord sur 3 ans (2012-2014). Il faut reconnaître que l’organisation d’une manche du mondial de l’automobile est un levier de notoriété extraordinaire pour le pays où est organisé l’évènement. En effet, l’étape marocaine du FIA WTCC et l’Auto GP a été diffusée par 75 chaînes TV dans plus de 100 pays touchant ainsi plus de 80 millions de téléspectateurs en direct pendant plus de 5 heures de diffusion. Outre la médiatisation de l’événement et du pays d’accueil, cette 3ème édition a eu des retombées positives sur le secteur touristique et l’économie locale. Ainsi, 31 640 nuitées d’hôtels payantes concernant uniquement l’organisation ont été enregistrées lors de l’événement. A cela s’ajoute toutes les nuitées générées par les visiteurs venus assister à l’événement. Selon les organisateurs, 220 MDH ont été dépensés directement par les organisateurs et les partenaires durant la semaine de l’événement. L’organisation a nécessité la création de 1 240 emplois directs et a nécessité l’intervention de 219 entreprises sous-traitantes. C’est conscient des retombées que la ville de Marrakech et l’ONMT, sponsor et partenaire officiel, ont soutenu fortement l’événement.


ACTUALITE

HI-TECH

QUADRIGA dévoile en avant première sur HITEC 2012, le Personal Media Network ™

Q

uadriga dévoile cette semaine le Personal Media Network ™, qui s’appuie sur ses solutions actuelles, plates-formes de communications établies et fournit une voie d’évolution passionnante pour les clients des hôtels. Le Personal Media Network ™ va révolutionner la façon dont les clients vont accéder et disposer des informations et des contenus de divertissement, apportant à l’hôtel de nouvelles opportunités de fidélisation et d’optimisation de revenus.

permettra aux clients de gérer leur séjour et de se divertir à partir de l’écran de leur choix, à tout moment et en tous lieux.

Le Personal Media Network ™ va permettre aux hôtels de faire vivre à leurs clients une expérience entièrement unifiée à travers leurs différents écrans comme le TV, le téléphone, la tablette, l’ordinateur portable, en intégrant de multiples applications et fonctions grâce à une seule et même application ergonomique. Les hôteliers vont pourvoir développer une relation à 360° avec leurs clients, avant, pendant et après leur séjour.

La technologie présentée en avant première inclut l’accès à des contenus personnels stockés sur des périphériques mobiles ou dans le nuage et visionnés sur le téléviseur. L’évolution du contenu de divertissement pour Quadriga est d’explorer le téléchargement de films via le téléviseur pour les diffuser sur des appareils personnels ainsi que la capacité de profiter de programmes TV préenregistrés sur n’importe quel appareil. Le Personal Media Network ™ permettra également aux clients de procéder à des transactions en temps réel, par exemple pour le spa, le room service et le shopping, quel que soit l’endroit où ils se trouvent ou l’appareil utilisé, grâce à l’intégration avec les applications propres à l’hôtel, un nouveau moyen pour les hôtels de générer des revenus complémentaires.

Sur Hitec 2012 Quadriga fait la démonstration de la technologie du Personal Media Network ™, basée sur la construction de différentes briques qui existent déjà dans sa plate-forme Sensiq et sa plate-forme QValet mobile*. Le Personal Media Network ™ va intégrer ces plates-formes et fournir un vaste choix de contenus qui

Quadriga fait progresser ces nouvelles technologies et intègre également les technologies de partenaires spécialistes comme Shodogg et IRIS Sofware Systems afin de permettre aux clients de bénéficier très prochainement d’une expérience unifiée grâce au Personal Media Network ™. n

34 HÔTELLERIE & VOYAGES


ACTUALITE

HI-TECH

Quadriga étend son offre Internet avec des solutions Wi-Fi essentielles pour les clients des hôtels

Q

uadriga annonce aujourd’hui le lancement de QConnect, une solution de connectivité intégrant des capacités de support réseau, étoffant ainsi son offre Internet. Cela se traduit pour les hôtels en solutions Wi-Fi souples et fiables indispensables aux clients qui ne peuvent aujourd’hui se passer d’une connexion Wi-Fi ou filaire. Cette solution optimise à la fois la bande passante disponible et le budget des hôtels. QConnect de Quadriga propose aux clients de l’hôtel, une expérience Wi-Fi facile et fluide dans tout l’établissement et fournit une multitude de fonctionnalités qui permettent aux hôtels d’offrir une expérience Internet personnalisée. C’est aussi l’assurance de gérer de manière efficace et rentable, la bande passante disponible et de fournir un service de qualité à tous les clients. Les clients ont à leur disposition plusieurs options de paiement et bénéficient d’un accès au Wi-Fi sur plusieurs appareils mobiles. QConnect permet aux hôtels de définir leurs propres forfaits de connexion en fonction du profil de leurs clients, proposant différentes options de débit et de prix, y compris la gratuité. La solution permet de définir également différentes offres en fonction des zones de l’hôtel, ainsi que du profil client. L’hôtel a également le choix de personnaliser la page d’accueil en fonction de la zone où se trouve le client, et d’offrir par conséquent une expérience Internet adaptée. Selon Roger Taylor, CEO de Quadriga, «Il est essentiel aujourd’hui que les hôtels offrent une connectivité Internet rapide, simple et fluide sur l’ensemble de l’établissement. Cela implique que les hôteliers puissent surmonter les défis de plus en plus complexes que représentent Internet et les réseaux, avec des solutions rentables et commercialement viables. Notre nouvelle solution de connectivité QConnect associée aux capacités de notre équipe de spécialistes dans la gestion des réseaux, le conseil et les services opérationnels, permet aux hôtels de répondre à ces questions. Nos compétences en réseau et Internet ont fait leurs preuves, nous assurons nos

services Wi-Fi et filaires depuis plus de 10 ans dans plus de 120.000 chambres, ce qui place Quadriga en bonne position pour agir en tant que partenaire unique auprès des hôtels et faire face au défi grandissant d’Internet». n


ACTUALITE

HI-TECH

LOCATEL, LEADER EUROPEEN EN SOLUTIONS TV INTERACTIVE, VOUS CONSEILLE Les 10 principaux points à prendre en ligne de compte lorsqu’on déploie des systèmes de divertissement dans les chambres d’hôtel.

Q

ue l’on fasse des travaux dans un hôtel neuf ou dans un hôtel rénové, les options de divertissement dans les chambres doivent être étudiées au tout début de l’étape de planification. Pierre Lestage, PDG de Locatel, conseille aux architectes d’intérieur, bureaux d’études et hôteliers de prendre en considération dix points clés au cours de la conception de leurs systèmes audiovisuels, afin de garantir des performances optimales et une bonne intégration du design 1- Profil cible des clients de l’hôtel Le profil des clients de l’hôtel influe sur le type et le niveau des services requis. Les personnes qui voyagent fréquemment s’attendent à trouver un certain standard partout où ils séjournent. Cela signifie que lorsqu’ils allument la télévision, ils veulent profiter des mêmes médias que ceux qu’ils consomment dans leur pays d’origine, qu’il s’agisse des chaînes de télévision, des stations de radio ou des journaux. Par ailleurs, ils souhaitent pouvoir trouver ces contenus aisément et de manière intuitive, plutôt que de naviguer parmi 200 chaînes avant de trouver celles qui les intéressent. Tous les voyageurs ont besoin de recevoir des conseils sur les centres d’intérêt situés à proximité de l’hôtel, tels que les moyens de transport et les informations touristiques, ainsi que sur les services et animations proposés par l’hôtel lui-même. Néanmoins, la clientèle de loisirs peut avoir des besoins tout à fait spécifiques en ce qui concerne ses divertissements, tels que le programme de la chaîne de télévision pour enfants, avec ses propres options de langue. Les voyageurs d’affaires vont également escompter un accès à Internet, ainsi que des informations pratiques et à jour sur les aéroports, les restaurants et les centres d’affaires, ainsi que sur le restaurant et les salles de réunion de l’hôtel lui-même. 2- Le type de réseau de câblage interne L’installation de la télévision par câble peut être très coûteuse. Cependant, il coûte moins cher de réaliser ce travail en coordination avec l’installation d‘autres réseaux tels que le câblage électrique, plutôt qu’après coup, lorsque la construction est terminée. Dans l’idéal, le système de câblage devrait être capable de gérer les besoins en largeur de bande au fur et à mesure de leur évolution, et c’est la raison pour laquelle un réseau IP est habituellement la meilleure solution. La plupart des services informatiques des hôtels sont maintenant distribués en uti36

HÔTELLERIE & VOYAGES

lisant un câblage extérieur utilisant l’IP pour permettre d’utiliser non seulement les services de divertissement, mais aussi les commandes de la chambre, telles que l’éclairage, le chauffage ou la commande de la clé de la porte. Les services sont fournis au client, au personnel, ou à l’exploitant par l’intermédiaire d’un seul réseau convergent. Néanmoins, dans certains hôtels, l’amélioration d’un réseau de câbles coaxiaux existant n’est pas possible. La bonne nouvelle, c’est que les derniers systèmes sur le marché, tels que Eclipse MiRA, signifient qu’une gamme beaucoup plus large qu’auparavant de services interactifs, peuvent désormais être offerts sur ces réseaux plus anciens. 3- Qui va gérer le système ? Il est primordial que les informations fournies à l’écran, telles que les services de concierge en ligne et les systèmes de réservation de salles de conférence, soient constamment mises à jour. Si un membre désigné du personnel interne gère les contenus, il doit être formé et motivé pour tenir les informations à jour afin que l’hôtel en retire le maximum de profits. Un concierge, par exemple, a toutes les raisons d’alimenter le système en contenu. En agissant ainsi, il se libère plus de temps pour lui-même, en répondant de manière proactive à de nombreuses questions parmi celles que les clients posent le plus souvent. Il est également judicieux de choisir pour cette tâche des membres de l’équipe de marketing interne, car le fait de communiquer directement avec les clients sur les services de l’hôtel et sur les promotions spéciales leur permettra d’augmenter les recettes. 4- Sources de revenus servant à assurer l’autofinancement du système Les tout derniers systèmes d’info divertissement apportent de nouvelles manières de générer des sources de revenus. Celles-ci incluent la possibilité de promouvoir des


services d’hôtel, en stimulant des dépenses supplémentaires par nuit d’hôtel. Des recettes peuvent également être générées par le biais de publicités à l’écran et de promotions pour des entreprises tierces. Les superproductions sont souvent d’excellents générateurs de revenus. En offrant une grande variété d’options à la demande et des modes de publicité attrayants pour ces options (tels que des bandes annonces), de même qu’en facilitant la vision de ces contenus et l’accès à ceux-ci, certains hôtels ont gagné jusqu’à 80 euros de revenus supplémentaires par chambre occupée. 5- Coûts à envisager Les systèmes de divertissement peuvent être acquis sur la base soit d’un achat, soit d’une location. Quelle que soit l’option choisie, une redevance mensuelle pour l’entretien et pour la mise à disposition des droits d’utilisation des contenus sera applicable. 6- Garantir la qualité du service Comme pour la plupart des équipements techniques, assurer la qualité du service signifie opter pour un système de haute qualité. En choisissant un système doté d’une surveillance de gestion à distance, la plupart des questions techniques peuvent être résolues rapidement, sans intervention sur le site. Différents types de contrats de maintenance sont possibles, selon le type d’interface utilisateur et la rapidité d’intervention requis. Une autre bonne méthode pour garantir la qualité consiste à installer un second serveur ou un système de redondance pour garantir la continuité du service. 7- Envisager des caractéristiques supplémentaires à plus long terme La convergence des solutions et des dispositifs techniques est une certitude. Les voyageurs ont déjà la possibilité de naviguer et de consulter des services et des contenus par le biais de leurs appareils mobiles. Ce contenu mobile deviendra plus abondant et plus personnalisé et fur et à mesure que les hôtels chercheront à promouvoir la fidélisation de leur clientèle. Le système choisi doit offrir la flexibilité et la disponibilité qui permettent ce type d’évolution et tous les autres services qui pourront être ajoutés. 8- Gérer les droits de distribution des films et d’autres contenus Il peut être très difficile d’obtenir les droits pour les films, la musique et les chaînes

de télévision, même pour les hôtels qui appartiennent à un grand réseau. En outre, le statut et la législation du copyright dans l’hôtellerie sont très différents de ceux du marché grand public. Les droits devraient être gérés de préférence par un fournisseur tel que Locatel, qui bénéficie de contrats à des prix compétitifs avec les principaux distributeurs de films internationaux et avec les stations de télévision et de radio. 9- Qui consulter pour obtenir des conseils ? Un intégrateur professionnel ayant un savoir-faire dans les systèmes de divertissement devrait être capable d’offrir un catalogue de produits très diversifiés et de proposer les solutions qui complèteront du mieux possible la conception d’ensemble de la chambre. L’approche la plus pratique consiste à faire appel à un seul partenaire technique pouvant fournir tous les composants du système et couvrir tous les besoins de divertissements multimédia. 10- Les solutions d’info-divertissement devraient être choisies au tout début de la conception. Pour les voyageurs, le design de la chambre est souvent un facteur déterminant lorsqu’il choisit un hôtel. Dans l’idéal, les systèmes audio visuels devraient être en harmonie avec le design. Pour obtenir les résultats les plus agréables d’un point de vue visuel aux prix les plus bas, les architectes d’intérieur devraient planifier cet aspect au tout début. De cette manière, les travaux concernant les installations de câbles peuvent être réalisés avec le moins de perturbations possibles, et les boîtiers décodeurs et les enceintes peuvent être installés dans les murs ou les faux plafonds. Les écrans de télévision peuvent être conçus de manière à être intégrés dans le mobilier ou même derrière les miroirs. En fait, il y a maintenant de multiples manières d’intégrer la totalité du système audiovisuel dans la chambre mais les architectes se donneront encore plus de marge de manœuvre s’ils étudient les points ci-dessus dès la phase de planning initiale. n LOCATEL AFRICA, filiale de LOCATEL FRANCE, représentée par son directeur régional, Imad Fallouki, vous accueille dans ses nouveaux locaux situés au : Résidence Villa Paquet - 44, rue Mohamed Smiha - 12ème étage - N°212 20 000 Casablanca Tél. : 0522 312 956 - Port : 0614 254 487


ACTUALITE

CHR

Marcel ZARDONI, IR2A

Concept hôtelier et restauration GSM : +212 661 47 70 47 Mail: bet.ir2a@gmail.com

LES BUFFETS La gastronomie en toute liberté

L

Préambule : e concept de restauration est souvent en fonction du niveau de qualité, de la classe des établissements. Bien longtemps la restauration de haut de gamme se distinguait par un service à table et à l’assiette ce qui est toujours vrai pour une restauration plus gourmande, feutrée, élitiste. Les grands hôtels internationaux sont devenus de véritable ville (300/3500 chambres) avec plusieurs restaurants à thèmes, lounge bar, sky-bar, café, brasserie, casino etc. Ainsi au-delà de l’hébergement, c’est aussi une grande gamme de services de loisir, de confort, de soins santé - beauté, de boutiques de shopping. Le dernier Grand hôtel 5 étoiles Luxe  , le « Cosmopolitan » ouvert à Las Vegas le 15 décembre dernier, propose 3 000 chambres et suites et 15 restaurants à thèmes dirigés par de grands chefs primés de plusieurs nationalités. L’hôtellerie moderne s’est adaptée à un nouveau type de clientèle plus dynamique, à la recherche d’une cassure avec leur quotidien, la quête d’un séjour dépaysant tant au niveau de l’environnement, de l’accueil que de la table. Au vue de cette évolution, la restauration gastronomique de bonne qualité a du s’adapter à une clientèle de masse venant de tous horizons (Europe, Asie, Amérique…), de toutes classes et de toutes générations pour répondre à cette demande ces établissements doivent pouvoir offrir une grande variété de mets issus de différentes thématiques à la fois régionales, intercontinentales et dans ces même thèmes on doit aussi proposer une grande diversité de spécialités culinaires authentiques. Le rêve et la séduction Dans l’hôtellerie tout concours au rêve et à la séduction, dés l’entrée du client dans un établissement hôtelier c’est la magie du décor, de l’ambiance, c’est la qualité de l’accueil, le confort des chambres et un très bon niveau gastronomique dans une restauration offrant un grand choix de mets, cela pour éviter la monotonie gastro-

nomique lors d’un séjour prolongé et aussi il faut noter que certaines clientèles aiment pouvoir garder leur type habituel de consommation (touristes japonais) On peut aussi dire que le moment des repas, c’est un voyage autour du monde des saveurs. En restauration la clientèle est séduite par des expositions qui mettent en valeur les préparations culinaires (chaudes ou froides). Pour cela les buffets de présentation sont des relais essentiels de cette nouvelle façon de consommer. Les clients se trouvent séduit par ce type de restauration de part les aspects suivants : • Visualisation harmonieuse des préparations • Diversité des choix • Liberté de composition, selon ses goûts • Dosage produit par produit, selon son appétit • … Il faut aussi préciser que les convives ont appris à se servir par eux même ou a être assistés tout en conservant le choix de la composition du plat qu’il désire. Technologie et innovation Les premiers buffets étaient fixes, de fabrication en béton, en bois massif ou panneaux stratifiés. L’inconvénient c’est qu’ils étaient peu hygiénique et très difficile à entretenir, supportant mal les conditions de travail, donc ayant une durée de vie limitée. Actuellement les buffets sont avec des structures en acier laqué, inox, avec des dessus de présentation en granit, Corian, Silexstone, Pierre de lave, Pierre de plan, etc. Tous ces plans de présentation ont des techniques de froid et de chaud garantissant de bonnes conditions d’hygiène et de conservation des produits en présentation. Fonctionnalités La flexibilité des concepts est le maître mot  ; effectivement les buffets doivent répondre à plusieurs fonctionnalités dans le programme de « Restauration d’une journée » à savoir : • Mobilité des buffets : manuelle, motorisée et télécommandée pour un remodeling des salles en fonction des services ,des prestations ou des événements • Multiplicité des fonctions : (neutre, chaud, froid) • Neutre : Présentation de machines (jus de fruit, distributeur de céréales, machine

38 HÔTELLERIE & VOYAGES


à café, laitière, toaster, micro-ondes) • Neutre : Distribution assiettes, couverts… • Neutre  : Présentation produits secs, viennoiseries, tranchage de pains… • Froid  - Petits déjeuners  : laitages, fromages, gâteaux frais, salades de fruits, • Froid  - déjeuners  : hors d’œuvre, salades composées, poissons et viandes froides, desserts • Chaud en surface  : maintien en température de plats cuisinés, tartes cuisin��es, pizzas, friands. • Chaud sous lampes Infra Rouge  : tranchage de viandes, découpe volailles, découpe poissons • Mixité des fonctions  : Certains fabricants ont des buffets ayant la double fonction chaude et froide. Ces buffets, dit « Reverso », conviennent sur des espaces limités et sont idéals pour répondre aux besoins de toute une journée. • Buffets « Show Cooking » : comme le dit son nom c’est un comptoir où se font directement les taches de cuisson, de finition de cuisson devant le client et cela exige une présentation nette et une hygiène de toutes les taches.

Différentes techniques Surface d’exposition : • Éléments de cuisson encastrés « Drop-in » : grillades, friteuses, bain-marie, cuiseur à pâtes, plaques granit chauffant, plaques vitrocéramiques ou halogènes, chaffing dish. • Éléments froids encastrés ou intégrés : granit affleurant givrant, plaque ou cuve inox réfrigérées. La Vision : Le principe même des buffets est la transparence, très souvent ils sont positionnés de façon centrale pour doubler le flux clientèle. Le plan d’exposition doit être le plus dépouillé possible, c’est pour cela que les buffets modernes sont composition d’une surface unique ayant des zones neutres, chaudes, froides ne comportant pas délimitation entre elles Les produits doivent être présentés en grande évidence dans une platerie idoine, esthétique, de plus les quantités de produits en exposition doivent être limités, afin de faire fréquemment des réassortiments, ce qui donne toujours une belle présentation permanente et aussi limite les risques en matière d’hygiène. La Lumière : L’éclairage des buffets doit être adapté aux produits alimentaires, c’est-à-dire préserver leur couleur naturelle et ne pas apporter d’altération au produit par un excès de dégagement de chaleur. La protection hygiénique  : selon la directive européenne 92/43/CEE et mise en place d’une méthode HACCP La première directive est de garantir le maintien de la température des produits exposés : +65°c pour le chaud  et pour le froid en dessous de 10°c en tous points.

Afficher les températures. Limiter les quantités des produits exposés par un réassortiment fréquent. Doter les buffets de visières pare-haleine pour protéger les produits d’un risque de contamination directe par la proximité des clients. Le design : De construction métallique acier ou inox, on doit éviter les matériaux pouvant favoriser la présence d’insectes ou de micro-organismes. Harmonie et légèreté des formes ne laissant ressortir seulement que les produits exposés. Les buffets, on l’a bien compris, sont à la fois des outils fonctionnels et des composantes de la décoration des salles de restauration, donc l’intervention d’un concepteur maîtrisant ces deux éléments est essentielle pour un bon résultat. Choisir votre buffet Décider vers quelle tendance s’oriente votre restaurant : classique, moderne, d’avant-garde. Définir le nombre, les dimensions, le style et la forme générale de vos buffets (arrondi, en angle…). Définir les fonctionnalités et les zones de travail (mixité des fonctions). Choisir les techniques de froid, de chaud et d’extraction (hotte aspirante ou collecteurs latéraux). Choisir les plans d’exposition (granit naturel, pierre de plan, pierre de lave, etc.). Choisir les couleurs et textures des façades. A la suite de toutes ces options à la fois techniques et décoratives, le BET concepteur se rapprochera des fabricants pour définir avec eux la faisabilité de ce projet et mettre en exécution sa fabrication. Conclusion Les investissements hôteliers et les charges d’exploitation sont de plus en plus lourds, il est essentiel d’offrir des prestations gastronomiques de haut niveau, mais pour une clientèle de masse et les buffets « show cooking » sont une des réponses. Une réponse qui allie la rentabilité, les qualités des produits proposés, la sécurité alimentaire et la diversité de l’offre. Confiez l’étude de vos investissements à des professionnels, vous en retirerez tous les fruits. n


ACTUALITE

GASTRONOMIE

Le Maroc sera représenté au Bocuse d’Or 2013

10 Chefs ont concouru pour une place qualificative à la finale des Bocuse d’Or qui aura lieu à Lyon en 2013. Cette présence à cette Coupe du Monde de la cuisine offre un rayonnement important à la riche gastronomie marocaine.

L

es 10 meilleures toques du Maroc, venues des divers hôtels du Royaume (Mamounia, Naoura Barrière, Sofitel Mogador, Palace d’Anfa, etc.) se sont données rendez-vous les 26 et 27 mai 2012 au Mazagan Beach & Golf Resort d’El Jadida pour remporter une prestigieuse place à la finale des Bocuse d’Or 2013. Ce concours culinaire, «TOC Maroc 2012», organisé par le Groupe Rahal, s’est déroulé durant deux jours et a permis aux Chefs marocains de se surpasser pour offrir le meilleur d’eux même à un jury de grands Chefs de la cuisine nationale et internationale. La compétition a été digne des grands évènements culinaires au niveau mondial. Si les recettes ont été imposées par les organisateurs aux candidats, comme c’est le cas aux Bocuse d’Or, les Chefs marocains avait des marges de manœuvre en ce qui concerne l’utilisation des légumes, des herbes, des épices et autres ingrédients dans la cuisine. Le jury, constitué de Chefs nationaux et étrangers dont des Chefs étoilés au Michelin a été globalement surpris par la qualité des cuissons, la présentation, la beauté, les couleurs, la fraicheur, etc. La compétition a été très serrée. Mais il fallait un vainqueur et c’est Issam Jaafari qui a été consacré meilleur Chef du «TOC Maroc 2012 ». Et c’est à lui que revient ainsi la lourde tâche de représenter le Maroc aux Bocuse d’Or 2013 qui se dérouleront à Lyon. Le Maroc obtient une «wild-card» Il faut souligner que le Maroc sera présent à cette prestigieuse compétition grâce à une «wild-card» obtenue auprès du Comité international d’organisation suite aux résultats remarquables obtenus par le Maroc dans différentes manifestations internationales des métiers de bouche. Cette will-card dispense le Maroc de passer par les phases éliminatoires régionales ou continentales.

40

HÔTELLERIE & VOYAGES

Tout en mettant en valeur les herbes, les épices et les ingrédients du Maroc, cette manifestation a permis aussi de mettre en lumière la richesse gastronomique marocaine. Et une bonne place au Bocuse d’Or aura un impact important sur le rayonnement gastronomique du Maroc. Rappelons que le Bocuse d’Or, créé en 1987, est aujourd’hui considéré comme une véritable Coupe du Monde de la gastronomie et de la haute cuisine. Il a rapidement connu une notoriété exceptionnelle à tel point que les organisateurs ont décidé de construire spécialement pour la manifestation un hall de 10 000 m² doté de tribunes d’une capacité de 2 400 places. Enfin, soulignons que le vainqueur devra se consacrer entièrement à la préparation de la finale des Bocuse d’Or. Il bénéficiera d’un encadrement assuré par une équipe pluridisciplinaire composée de techniciens de cuisine, de coaching psychologique et des formations spéciales pour ce type de concours (épreuve sous stress, gestion des médias, communication, etc.). Issam Jaafari représentera le Maroc aux Bocuse d’Or C’est le sous-Chef du Palais Es Saadi de Marrakech, Issam Jaafari, qui représentera le Royaume, pour la première fois, à la finale des Bocuse d’Or, qui se tiendra à Lyon à l’occasion du salon Sirha, prévu les 29 et 30 janvier 2013. Agé de 27 ans, diplômé de l’Institut Supérieure en Technologies Appliquées, avec l’hôtellerie comme spécialisation, Issam Jaafari a démarré sa carrière professionnelle en 2004 en tant que commis dans la restauration collective avant d’exercer dans plusieurs restaurants renommés à Casablanca et Marrakech : Hippotamus, La Plage Rouge et Es Saadi Garden & Resort Marrakech. Il a ainsi acquis plusieurs expériences enrichissantes et côtoyé de grands Chefs dont les frères Pourcel. n


RESSOURCES HUMAINES

Risma s’est doté d’une nouvelle équipe managériale ailleurs, afin d’améliorer la gouvernance de Risma, il a été acté de créer un comité ad-hoc dans le but de soutenir le directoire dans la mise en œuvre de la stratégie de développement. Enfin, les instances de gouvernance de la société ont sollicité qu’il soit accordé une priorité aux actions d’information et de communication afin de renforcer la visibilité de Risma au niveau de la place. Mais, les ambitions restent clairement affichées avec un plan triennal d’investissement de 600 millions de dirhams et 11 hôtels en prévision. n

Risma, la société d’investissement du groupe Accor au Maroc, vient de se doter d’une nouvelle équipe dirigeante. Tout en impliquant davantage les actionnaires institutionnels marocains dans la gestion de la société, cette équipe pilotera la prochaine étape de développement du premier groupe hôtelier marocain.

L

ors de la tenue de l’assemblée générale annuelle et de celle du conseil de surveillance de Risma, le 3 mai 2012, les instances dirigeantes de la société ont décidé de mettre en place une nouvelle équipe pour assurer le pilotage stratégique du véhicule d’investissement du groupe Accor au Maroc. Cette décision s’est matérialisée par la mise en place d’une équipe dirigeante plus resserrée et de nouvelles résolutions visant à renforcer la gouvernance. Désormais, la société est dirigée par Mrs Amine Echcherki et Yann Caillère, respectivement président du directoire et président du conseil de surveillance. Outre ces deux nominations, le nouvel organigramme maintient Marc Thépot comme membre du directoire et vice-président du directoire de Risma en charge de la direction générale marquant ainsi la volonté des actionnaires de s’appuyer sur l’expérience d’un professionnel hôtelier reconnu. De même, Azzeddine Guessous et Gérard Péllisson, co-président fondateur d’Accor, ont été cooptés respectivement comme membres du conseil d’administration et administrateur et président d’honneur. En clair, la nouvelle équipe est composée certes de nouvelles têtes, mais aussi et surtout d’anciens cadors du groupe Accor qui continuent à occuper des postes de responsabilité dans la gestion du premier groupe hôtelier marocain. C’est dire que les actionnaires de référence de Risma, du groupe Accor et de FinanceCom (BMCE Bank et RMA Watanya), ont opté pour un changement dans la continuité. 42

HÔTELLERIE & VOYAGES

Implication des actionnaires Cette équipe new look est appelée à conduire la nouvelle étape du développement de Risma qui s’articulera autour de l’amélioration de la rentabilité de la société. En effet, au cours de ces dernières années, l’actionnaire de référence, le groupe Accor, avait donné la priorité au développement du périmètre de Risma dans le but de disposer d’une taille critique en terme de capacité d’accueil. Cette stratégie a permis à Risma de disposer d’un parc de 30 unités hôtelières au Maroc pour 4 594 chambres, représentant 5 % de la capacité nationale et 7 % des nuitées. Seulement, la rentabilité des importants investissements n’est pas encore au rendez-vous. Du coup, la société n’a pas encore commencé à distribuer de dividendes depuis son introduction en bourse en 2006. C’est certainement cette situation qui a poussé l’assemblée générale et le conseil de surveillance à mettre en place une nouvelle équipe pour répondre davantage aux exigences des investisseurs marocains. Ainsi, la nomination d’Amine Echcherki au poste de président du directoire traduit la volonté des actionnaires institutionnels marocains à s’impliquer davantage dans la gestion de Risma, sachant qu’il était, avant sa nomination, cadre de la holding FinanceCom. Ainsi, avec ces nominations, les règles de gouvernance de Risma ont été renforcées avec l’implication des actionnaires, particulièrement de FinanceCom dans les décisions stratégiques, en particulier celles qui relèvent du développement, des investissements et de la gestion des actifs. Par

Bio express d’Amine Echcherki Président du directoire de Risma

Amine Echcherki a été nommé président du directoire de Risma par le conseil de surveillance tenu le 3 mai 2012. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole Supérieure d’Information de Paris et d’un MBA de l’Université de Henley, M. Echcherki a démarré sa carrière en 1991 chez IBM France ou il a occupé successivement plusieurs postes de responsabilité. En 2000, il est nommé PDG d’IBM Maroc, à l’âge de 34 ans, devenant ainsi le plus jeune Country General Manager des pays où la multinationale est représentée. Sous sa direction, IBM Maroc a vu son chiffre d’affaires croître de 77 %. En 2008, il rejoint le groupe FinanceCom en prenant la présidence de la filiale Budget Maroc afin de la restructurer et de la développer. Deux ans plus tard, il en fait la société du secteur la plus rentable et un label de qualité de service dans son métier. A la suite de ce succès, et parallèlement à ses charges au sein de Budget Maroc, Amine Echcherki a été chargé, en 2010, de restructurer Finatech, autre filiale née de la fusion de 12 sociétés de services d’infrastructures et de IT. Là aussi, il réussi en un an à opérer la fusion, à restructurer et à mettre en place une nouvelle organisation pour cette filiale devenue l’un des intégrateurs de services de référence dans son domaine.


RESSOURCES HUMAINES

INCENTIVE

L’Idou Anfa met son personnel à l’honneur

A

u cours de cette réception, les dix meilleurs employés des différents départements se sont vu décerner le certificat du Mérite et gratifier d’une prime. Des bons d’achats ont été remis à l’ensemble du personnel et deux départs à la retraite ont été fêtés. M’Hamed Idoulahiane, président directeur général de l’Idou Anfa et Mohamed Saouti, directeur général, ainsi que toute l’équipe de management ont assisté à l’événement. L’accent a été mis sur l’attention de tous les instants à porter au maintien de la qualité du service offert aux clients. Dans cet objectif et pour encore améliorer la croissance sur le segment du MICE, du sang neuf est venu consolider la direction générale, commerciale et marketing. Rappelons que l’hôtel Idou Anfa est situé boulevard d’Anfa, au cœur de la capitale économique, à proximité de tout. C’est un établissement 4 étoiles offrant une prestation digne d’un 5 étoiles avec un meilleur rapport qualité/prix. Il dispose de 208 chambres et 12 suites, toutes dotés des équipements indispensables pour un séjour sous le signe du luxe et du raffinement : minibar, radio réveil, téléphone, bureau, climatisation, insonorisation, TV par satellite, connexion wifi, literie de grand confort et salle de bain luxueuse. Une piscine extérieure chauffée et couverte est à votre disposition et très bientôt, un spa équipé de 4 cabines de soins, d’un salon de coiffure, d’un sauna d’un hammam et d’une salle de fitness sera inauguré. Pour vos manifestations professionnelles, un espace de réunion composé de salles de conférences et de banquets vous accueille. n

A l’issue d’un excellent premier semestre et à l’approche des vacances et du ramadan, la direction générale de l’établissement a fait la fête à son personnel en organisant une réception en son honneur.


PRODUIT DU TERROIR

LE THÉ à la menthe

“Le thé restera à jamais le breuvage privilégié des gens d’esprit” Thomas de Quincey (1785-1859)

44 HÔTELLERIE & VOYAGES


G

oût subtil, arôme délicat et couleur dorée… le thé représente, dans notre pays, bien plus qu’une boisson revivifiante. C’est l’emblème d’une culture hospitalière et ouverte. Son cérémonial simple ou grandiose est l’expression même d’une convivialité généreuse qui se savoure autour d’un verre de thé fumant. Le thé vert, cette offrande venue d’Extrême-Orient, arômatisé de quelques feuilles de menthe fraîche, est aujourd’hui une «marque déposée» purement marocaine. «Sinia siniti kissanha hayati…allah âala lmoulouâa» (le plateau du thé est mien et ses verres sont ma vie… Dieu soit avec la passionnée) c’est avec ces mots chargés d’amour que la chanson populaire résume toute l’adoration que la tradition marocaine porte au thé. Si le thé n’a fait que tardivement son arrivée dans notre pays, c’était il y a moins de 150 ans, ce breuvage a été complètement approprié par les Marocains. Consommé à tout moment de la journée, le thé à la menthe est plus qu’une simple boisson tonifiante. Il est le symbole par excellence de l’hospitalité. Trônant au cœur des salons traditionnels, la «sinia» en argent ou en cuivre ciselé, le fier «berrad» (théière) et les jolis verres couverts de beaux linges brodés accueillent le visiteur en signe de bienvenue. Impossible donc de visiter un foyer marocain sans se voir offrir un verre de thé bien sucré, aromatisé de menthe fraîche et accompagné de petits gâteaux marocains. Un cérémonial précis Selon la tradition, le thé est une affaire d’hommes, c’est donc au chef de famille de «présider» à la cérémonie de préparation. Sous le regard respectueux des convives, il procèdera avec beaucoup de solennité au bon dosage du thé vert, soupesé à la main, des morceaux issus du pain de sucre ainsi qu’au choix des feuilles de menthe. Une fois l’eau bouillante versée, la théière est ensuite remise sur le feu jusqu’à nouvelle ébullition. Un premier verre est servi puis son contenu reversé dans la théière. Le thé est prêt. Concocté avec tant de précision, il ne peut que ravir


le cœur et l’esprit. Il ne reste plus qu’à le servir. Le turban ou la corolle de mousse blanche qui apparaît à la surface du breuvage est obtenu en versant le thé de haut (40 cm à peu près), il est la preuve de la grande maîtrise du «sakki» (l’arroseur). En reconnaissance de ses qualités, les convives ne peuvent refuser un deuxième puis un troisième verre. Ils pourront ainsi apprécier les différents goûts qu’offre le thé après une plus ou moins longue infusion. La tradition marocaine décrit avec philosophie les «métamorphoses» de couleur et de goût du thé à la menthe, associées aux différentes étapes de l’existence. Ainsi le premier verre est aussi amer que la vie, le deuxième est aussi fort que l’amour et le troisième est aussi doux et apaisant que la mort. Y a-t-il plus belle description du cycle de la vie ? Le souci esthétique est également très présent dans l’univers du thé au Maroc. Si les familles entourent ce cérémonial de beaucoup de soin, les artisans ne tarissent pas d’efforts pour proposer les plus beaux services à thé. Les plateaux en argent ou en cuivre doré ciselés et frappés de motifs sophistiqués sont la fierté des villes de Fès et Meknès. Quant aux verres, ils peuvent être en cristal le plus fin ou en verre délicatement peints à la main… le tea time marocain se veut un moment de convivialité mais également de beauté et d’enchantement des sens. Une combinaison unique de saveurs et de bienfaits Le thé semble faire partie de la tradition marocaine depuis toujours. Pourtant son arrivée dans notre pays est assez récente. C’est au XVIIème siècle qu’un commerçant hollandais eut l’idée ingénieuse d’offrir des feuilles de thé chinois au Sultan Moulay Ismaïl. Le succès fut immédiat mais cette boisson, chère, resta longtemps l’apanage de l’élite. Sa démocratisation attendra le XIXème siècle et la guerre de Crimée. Avec la fermeture des marchés slaves et russes qu’elle provoqua, les Britanniques durent cibler d’autres marchés pour écouler le thé provenant des Indes. Ils se tournèrent vers le Maghreb. Les Marocains s’approprièrent bien vite ce breuvage en y ajoutant leur propre touche : ils prirent l’habitude d’y adjoindre des feuilles de menthe fraîche. Pour une combinaison parfaite d’arômes, le thé vert sera rapidement préféré au

46

HÔTELLERIE & VOYAGES

thé noir. Le goût subtil de ce breuvage ainsi que ses multiples bienfaits, confirmés désormais par la science, en ont d’ailleurs fait une boisson aujourd’hui très à la mode aux Etats-Unis et en Europe. On connaissait empiriquement les qualités du thé vert, une boisson désaltérante, tonifiante et stimulante, augmentant considérablement la capacité de concentration. Les recherches les plus pointues ont prouvé les innombrables vertus médicinales de celui-ci. Régulateur physiologique, il est aussi naturellement riche en fluor et prévient les maladies de gencives et les caries en retardant la formation de la plaque dentaire et en éliminant les bactéries. Puissant antioxydant, sa consommation réduit de manière significative les risques de cancer en particulier celui de la peau, des poumons et du côlon. On lui reconnaît aussi des actions bénéfiques sur les affections cardiaques, infarctus et thromboses. Enfin, on attribue aux polyphénols qu’il contient une action anti-cholestérol. Une tradition chinoise ancestrale Avant d’arriver sur nos terres, l’art du thé s’était développé depuis bien longtemps déjà en Chine. La légende attribue son origine à Bodhidharma. On raconte que le moine indien qui introduisit la forme zen du bouddhisme en Chine vers l’an 520 se serait coupé les paupières pour ne pas s’endormir et prolonger le temps de la méditation. A l’endroit exact où celles-ci touchèrent le sol, poussa une plante appelée ch’a qui, infusée, permis au moine de rester éveillé. Les historiens préfèrent attribuer la découverte du thé à l’empereur Shên Nung (2737-2697 av. J.-C.), surnommé en Chine «le père de l’agriculture». Aux temps de la glorieuse dynastie T’ang, va s’élaborer un art du thé qui sera élevé aux mêmes rangs que la peinture, la calligraphie, la poésie, les arts martiaux et autres passe-temps raffinés réservés aux érudits. Une question de terroir S’il existe plusieurs types de thés, plus ou moins oxydés (voir encadré), les grands amateurs de thé, à l’instar des amateurs de vin ou de cigares, peuvent aussi reconnaître le terroir d’origine du thé. ll existe en Chine des centaines de variétés de thés différentes. Attention cependant, elles reçoivent des noms conventionnels, liés la


plupart du temps à la forme des feuilles. Ces dénominations ne sont aucunement des garanties d’authenticité ni de qualité. Les thés les plus connus sont souvent imités. Seuls le sérieux et l’honnêteté du vendeur sont des assurances sur son origine. Au Maroc, le thé vert le plus connu et le plus couramment utilisé dans la préparation du thé à la menthe est le Gunpowder, «poudre à canon», qui doit son nom à ses feuilles roulées en petites boules. Il est produit dans la province de l’Anhui et dans celle du Zhejiang. Egalement très courant, le Chun Mee, littéralement «sourcil de vieil homme», produit un peu partout, surtout dans le Hunan. Quant au Long Jing, «puits du dragon», provenant de la province du Zhejiang, il est le plus connu des thés verts chinois de qualité. Son infusion a des saveurs très fruitées. Autre producteur réputé de thé vert, le Japon est le pays d’origine des Sencha, Bancha, Kukicha, Matcha, Shinsha ou du fameux Gyokuro. Enfin, avec le succès grandissant des thés verts en Occident, de nombreuses régions du monde se sont mises à en produire : Sri Lanka, Viêt Nam, Darjeeling. Ces thés sont préparés selon la méthode chinoise et ressemblent à un Gunpowder ou un Chun Mee. Petit lexique des types de thés Le thé blanc, le thé le plus rare, est produit à très petite échelle au Sri Lanka et en Chine (dans la province du Fujian). Les nouveaux bourgeons, cueillis avant d’être épanouis, sont soumis au flétrissage puis au séchage. L’humidité naturelle s’évapore ainsi en leur donnant un aspect argenté. A l’infusion, ce thé donne une boisson cristalline couleur mandarine pâle. Le thé vert, le plus consommé au Maroc, est excellent pour la santé. Les feuilles de thé vert fraîchement cueillies sont séchées puis torréfiées à très forte température pour empêcher leur fermentation (ou oxydation). Un thé jaune (“pinyin” en chinois) est un thé vert qui a subi une phase de fermentation post-enzymatique. Les variétés les plus réputées sont le Jun Shan Yin Zhen, littéralement «aiguilles d’argent du mont de l’Empereur», récolté dans le Hunan et surtout le Meng Ding Huangya, «bourgeons jaunes du Mont Meng», du Sichuan. Le thé Oolong ou Wulong, dit aussi thé bleu, est un thé à oxydation incomplète, entre le thé noir, entièrement oxydé et le thé vert, non oxydé. Le mot Oolong signifie dragon noir et trouve son origine dans une légende chinoise : un planteur vit surgir un dragon noir d’un théier dont les feuilles se révélèrent délicieuses grâce à ses notes boisées de châtaigne et de noisette du Oolong. Il trouve son origine dans la région chinoise du Fujian, dont provient un grand nombre de oolongs renommés. À côté de la Chine continentale, Taiwan est l’autre grand pays du Oolong, où sa production date du XIXème siècle.

Le thé noir est un thé qui a subi une oxydation complète. La plupart des thés consommés en Occident sont des thés noirs, fabriqués selon un procédé de fabrication mis au point par les Anglais au XIXème siècle afin de les conserver plus longtemps. Alors qu’un thé vert perd sa fraîcheur après 12 à 18 mois, un thé noir peut se conserver plusieurs années sans perdre sa saveur. Il est donc plus facilement transportable et commercialisable. Le thé noir est plus tannique et contient davantage de caféine que les thés verts ou oolongs. En Occident, le thé noir est très souvent parfumé et de basse qualité (thé en sachet). Dans le monde chinois, il est généralement nommé thé rouge. Ce que les Chinois appellent à l’origine thé noir est un thé post-fermenté, un thé oolong entièrement fermenté ayant subi une post-fermentation (comme le pu-erh). Pour cela, on les conserve plusieurs années dans des pots en terre entreposés dans des caves fraîches. Ce sont alors des thés de garde, très recherchés et très coûteux. Le thé au jasmin est le plus ancien des thés arômatisés. Après la cueillette, les fleurs de jasmin sont étalées sur des tamis en bambou. Celles-ci s’épa-nouissent et libèrent une forte fragrance durant les heures nocturnes. Elles sont alors mêlées aux feuilles de thé jusqu’à ce que celui-ci s’imprègne de leur arôme. n


VOYAGE

TOURISME

L’Argentine,

entre le feu et la glace

48 HÔTELLERIE & VOYAGES


DE LA CORDILLÈRE DES ANDES AUX CHUTES D’IGUAZU, LES PAYSAGES ARGENTINS SONT D’UNE BEAUTÉ HORS NORME. EN SE PENCHANT SUR LA CARTE, ON SE SENT DÉJÀ ENVAHI PAR LE GOÛT ET LA MAGIE DE L’AVENTURE QUE PORTENT EN EUX LES MOTS PATAGONIE, PAMPA, TERRE DE FEU OU USHUAIA. UN PAYS IMMENSE, RUDE AUSSI, UN PASSÉ RICHE ET TOURMENTÉ ONT FAIT DE L’ARGENTINE CE PAYS À PART OÙ L’ON SEMBLE VIVRE PLUS FORT QU’AILLEURS, UN PAYS OÙ TOUT SEMBLE PRENDRE UNE AUTRE DIMENSION, UNE DIMENSION PRESQUE THÉÂTRALE. PAS ÉTONNANT QUE LE TANGO Y SOIT NÉ.


B

uenos Aires, la première halte obligée de tout voyageur, a tout pour plaire. Son modernisme marqué a su préserver des quartiers au caractère bien trempé tels que Palermo ou San Telmo, ce creuset du tango argentin qui a des airs de petit Montmartre. Le passé y a toujours droit de cité entre les nombreux musées et églises. Autre halte nostalgique : le cimetière de la Recoleta avec la tombe, toujours fleurie, d’Evita Peron, devenue icône nationale. Mais ce qui frappe ici est l’omniprésence du tango. Le dimanche, au marché aux puces de San Telmo, entre les échoppes, des danseurs font la démonstration de leurs plus beaux pas. Le soir, cette musique prenante règne en maître et chaque porte qui s’ouvre en laisse échapper quelques notes.

Difficile de s’arracher à cette ville passionnante et attachante mais l’Argentine a beaucoup d’autres choses à offrir. Au nord-ouest, les vestiges de l’époque coloniale espagnole (San Salvador de Jujuy, Salsa, Humahuaca,…) ; Au nord-est, Iguacu et ses 275 chutes d’eau qui figurent parmi les plus spectaculaires au monde sont le

digne pendant de la cordillère des Andes qui, du nord au sud, voit se succéder des panoramas époustouflants : Humahuaca, le parc national des Cactus sur la route de Cachi, le paysage désolé de la Vallée de la Lune, l’Aconcagua (ce sommet de 6 959  m qui est aussi le “Toit des Amériques”). Plus au sud, voici la Pampa et ses gauchos qui accueillent parfois les touristes pour des raids équestres. Au sudouest, s’ouvre la Patagonie, porte d’entrée du parc national des Glaciers qui abrite d’énormes glaciers en mouvement. Non loin de là, le mont Fitz Roy, le rendez-vous des alpinistes chevronnés. Puis le voyage se termine en apothéose par les lacs du parc national de la Terre de Feu et Ushuaia, la ville la plus australe du monde. A faire absolument Une randonnée à cheval permet de s’imprégner pleinement de la beauté et de l’immensité des paysages andins, de ses prairies à perte de vue flanquées de sommets volcaniques enneigés. Certains, encore en activité, crachent continuellement des nuages de fumée. A cheval, la nature devient tellement proche : on prend le temps d’écouter, de regarder. Le spectacle est permanent, entrecoupé de moments forts tels qu’une rencontre avec les populations locales, des dîners autour d’un feu de bois ou encore la vue d’un condor déployant ses ailes de 3 m d’envergure et planant plaisiblement au-dessus de la vallée. C’est là, en pleine nature, que la viande argentine dégage toute sa saveur! On dit souvent, avec raison, que le tango est plus qu’une simple danse, qu’elle est l’âme de l’Argentine. On vous proposera certainement des démonstrations mais plus que de le voir, il faut le danser. Le must : des leçons particulières à l’Abasto Plaza. Le tango débute par un regard : on se dévisage, on s’envisage avant de tournoyer passionnément. Tour à tour, les corps s’attirent et se repoussent, les jambes tendues fendent l’air d’avant en arrière et peu à peu toute la passion de l’Argentine investit le corps et l’esprit.

50

HÔTELLERIE & VOYAGES


Quand partir ? L’Argentine offre, par son étendue (du 22ème au 56ème degré de latitude) et son altitude, une grande variété de climat. On peut ainsi, durant la même période, mourir de chaud dans les Andes et grelotter en Terre de Feu. Il n’y a donc pas de période idéale pour visiter l’ensemble du pays mais il est conseillé de s’y rendre en octobrenovembre ou en mars-avril, il n’y fait pas trop chaud dans le nord et pas trop froid dans le sud. Pour rappel, étant situé dans l’hémisphère sud, les saisons sont à l’inverse de chez nous. Où séjourner ? Hôtel Faena, Buenos Aires Ancien silo à grains, l’Hôtel Faena, transformé par Alan Faena et Philippe Starck, est devenu un hôtel moderne et luxueux. Il est en plein cœur du quartier des artistes d’El Porteno à Puerto Madero. Construit avec des pierres rapportées de Manchester il y a un siècle, le bâtiment Belle Epoque s’est offert une nouvelle jeunesse à la suite d’une


restauration spectaculaire qui le hisse parmi les meilleurs établissements hôteliers de la capitale. Imaginez une porte à doubles-battants haute de 10 mètres tout en verre rouge qui s’ouvre sur la «Cathédrale», long corridor de 80 mètres éclairé de part et d’autre par d’immenses fenêtres de verre gravé. Un vrai décor de théâtre comme l’ensemble des 15 000 mètres carrés de l’hôtel. Tout ici est démesuré. Le Mine, Buenos Aires Cet élégant boutique-hôtel se situe dans le quartier de Palermo Soho, une zone exclusive qui bouillonne de restaurants, bibliothèques, galeries d’art et boutiques et qui est considérée comme la capitale de la mode argentine. Le Mine se situe également à quelques minutes des principales attractions de la ville, y compris les quartiers La Boca et San Telmo, la place Plaza de Mayo et les jardins botaniques. La décoration originale de l’hôtel, son éclairage discret et l’utilisation exclusive de matériaux organiques dégagent une atmosphère particulièrement apaisante et reposante. On y trouve un excellent restaurant et une piscine, idéale pour se détendre après une journée bien remplie. El Colibri, Cordoba En construisant cette ancienne maison de maître au charme exceptionnel, devenue Relais & Châteaux, la famille Fenestraz a voulu faire partager son rêve des grands espaces argentins et offrir un accueil personnalisé tout en proposant de multiples activités sportives et de loisirs comme le polo ou d’inoubliables promenades à cheval à travers la pampa… à moins que vous ne préfériez assister aux travaux des gauchos ou pratiquer la chasse à la tourterelle. Hacienda Huechahue, Junin de los Andes Point de départ idéal pour traverser le pays à cheval, l’hacienda Huechahue organise également des promenades d’une ou plusieurs journées à travers les plaines de la pampa. Trois pavillons typiques de l’architecture régionale ont été érigés afin d’accueillir les visiteurs dans des conditions de confort optimales. C’est dans la salle

52

HÔTELLERIE & VOYAGES

à manger, autour du feu de cheminée, que chacun se retrouve le soir pour échanger ses impressions et pour s’essayer à quelques pas de danse. Llao Llao Hotel & Resort Golf & Spa, Patagonie Entouré par le Cerro Lopez, le Tronador Moreno et le lac Nahuel Huapi, ce luxueux établissement construit en 1940 offre une vue exceptionnelle sur cette région de Patagonie. Au cours des ans, il a su conserver son charme tout en intégrant le confort le plus moderne pour devenir aujourd’hui cet hôtel 5 étoiles, l’un des établissements hôteliers les plus connus d’Argentine. En 2007, une aile plus contemporaine, Ala Lago Moreno, s’est ajoutée et est reliée à l’aile ancienne, Ala Bustillo, par un pont panoramique. Le jardin de 15 hectares inclut un golf 18 trous et se prolonge sur la plage ainsi que sur un port de plaisance. Los Cerros Hotel, El Chaltén L’Hôtel Los Cerros est situé à El Chaltén, au pied des plus imposantes montagnes de la Patagonie. Ses grandes fenêtres vous permettent de profiter des vues panoramiques sur les vallées, les lacs et les montagnes qui entourent cette jeune ville de Patagonie fondée en 1985. Cet hôtel de grand confort est le lieu idéal pour se reposer après avoir parcouru le Desierto del Lago au pied du légendaire Cerro Fitz Roy et de l’imposant glacier Viedma. Le service orchestré par un personnel attentif et la cuisine revisitant les recettes régionales satisferont les voyageurs les plus exigeants. Hosteria Los Notros, Calafate Situé au bout du monde, là où le ciel se fond dans l’immense glacier d’un blanc bleuté, Los Nostros est encadré de lacs et de forêts. Unique hôtel à faire face au glacier Perito Moreno, ses clients séjourneront dans un cadre où seuls règnent les sons de la nature. Le glacier est à 7 km, El Calafate à 87 km, El Chaltén à 330 km et Río Gallegos à 392 km. Ses 32 chambres offrent toutes des vues surprenantes sur le glacier. Chacune a sa propre identité, murs colorés, plafonds en bois. Les suites disposent d’un jacuzzi avec vue sur le Perito Moreno. n


VOYAGE

54

HÔTELLERIE & VOYAGES

TOURISME


Mexique,

un paradis archéologico-balnéaire

UNE TERRE BÉNIE QUI A TOUT POUR ELLE. DES PLAGES SOMPTUEUSES, DES VESTIGES PRÉCOLOMBIENS EXTRAORDINAIRES, D’ÉBLOUISSANTES VILLES COLONIALES, DES PARCS NATIONAUX GIGANTESQUES BREF LE PAYS DE LA DÉMESURE. LA DESTINATION TOURISTIQUE PAR EXCELLENCE.

M

exico est tellement associée à une image de ville polluée et surpeuplée qu’on en oublie parfois sa valeur artistique et culturelle. Entre l’époustouflant exemple de baroque mexicain qu’est la cathédrale et le Musée National d’Anthropologie, l’un des plus importants du monde, prenez le temps de flâner dans le quartier de Coyoacan qui renferme, entre autre, la maison de Trostki et le musée de l’artiste Frida-Kahlo. La ville est bruyante, cosmopolite, bourrée de monde, juste fascinante. Ici comme dans tout le pays, souffle une atmosphère multiculturelle, imprégnée des divinités aztèques, métissée de catholicisme et dans laquelle l’influence du puissant voisin, les Etats-Unis se fait sentir. Quelle direction prendre ensuite ? Tant de routes, tant de sites exceptionnels s’offrent au visiteur. Partant sur la piste des civilisations anciennes, voici Teotihuacan la précolombienne, avec ses pyramides de La Lune et du Soleil, ses temples et ses palais, plus au sud Monté, vestige de la civilisation zapothèque et dans le Yucatan, les impressionnantes cités mayas de Palenque, Uxmal, Chichen Itza et Tulum. Autre période, autre


atmosphère, le Mexique colonial, dont le coeur se situe au nord de Mexico. San Cristobal de las Casas, Guanajuao, San Miguel de Allende,… édifiées par les Espagnols qui y exploitaient les mines d’or et d’argent, ces cités à l’architecture extravagante où se lit l’influence européenne, n’en sont pas moins authentiquement mexicaines, tant par leurs édifices de couleurs vives que par la chaleur de leurs habitants. Et pour un repos bien mérité face à des plages de sable fin, il faut là aussi choisir : les plages caraïbes de la riviera maya et ses fameux sites de Cancun, Isla Mujeres et Cozumel (pour la plongée sous-marine) ; les plages du Pacifique qui résonnent aux noms d’Acapulco, Ixapa et Puerto Vallarta ou encore la Basse-Californie où les plages de Cabo San Lucas, Todos Santos et San Jose del Cabo rivalisent avec d’impressionnants canyons hérissés d’extraordinaires cactus. A faire absolument Suivant les riches Américains qui ont depuis longtemps placé la Basse-Californie sur

56

HÔTELLERIE & VOYAGES

la liste de leurs destinations préférées, de plus en plus de voyageurs découvrent les impressionnantes forêts de cactus du désert de Vizcaino ou les gorges des sierras qui traversent la région jusqu’à la pointe sud. Sur la côte un autre spectacle, encore plus inoubliable vous attend. Au cours de leur traversée du détroit de Bering jusqu’au Mexique, des baleines grises s’arrêtent en février-mars dans les eaux chaudes de la Basse-Californie. La lagune de l’Oeil-du-lièvre à Guerrero Negro les voit s’accoupler et naître les baleineaux. En dehors des grands circuits touristiques, une autre expérience inoubliable vous attend. La traversée en train, le El Chepe, de l’une des plus extraordinaires régions du Mexique, la Barrancada del Cobre, le canyon du cuivre, quatre fois plus vaste que le Grand Canyon des Etats-Unis. Vous êtes au coeur de la sierra Madre et sa succession de ravins, gorges arides, chutes d’eau sans oublier une kyrielle de villages éparpillés sur les flancs de la montagne. Authenticité assurée.


Quand s’y rendre ? L’idéal est de visiter le Mexique entre octobre et avril. Il y fait particulièrement agréable, beaucoup de soleil sans avoir une température trop élévée et ce qui ne gâche rien, moins de monde. Le pays connaît deux saisons : la saison sèche, de novembre à mai et la saison des pluies, de juin à octobre, durant laquelle il peut tomber de véritables trombes d’eau (surtout en fin d’après-midi et durant la nuit). Où séjourner Le Habita, Mexico City Situé au-dessus d’un grand boulevard dans le quartier shopping de Polanco, Le Habita est en verre comme pour mieux symboliser l’atmosphère hospitalière qui le caractérise. Ici le design se fait fonctionnel, coloris et jeu de lumières ne sont jamais choisis au hasard. Hôtel de luxe par excellence, il bénéficie de 36 chambres très confortables, d’une piscine extérieure chauffée, d’un jacuzzi et d’un solarium. Son


restaurant Aura excelle dans la cuisine contemporaine et son bar, sur le toit, avec son comptoir en séquoia, est l’endroit rêvé pour se relaxer. Hacienda Temozon, Yucatan Située au cœur du pays Maya, dans la péninsule du Yucatán, l’Hacienda Temozon est une authentique hacienda du XIXème siècle, gérée de façon familiale et transformée en un hôtel de luxe à la fois grand et petit. Avec 28 chambres seulement, l’ambiance est assurément intime mais les chambres elles-mêmes sont très spacieuses avec des plafonds hauts de près de 5 mètres, dotées de meubles anciens. Quant à l’hôtel, il s’étend sur un vaste terrain comprenant des jardins, des espaces ouverts et même une chapelle datant du XVIIème siècle. Palmilla One & Only, Palmilla (Basse Californie) Cet hôtel mythique des années 1950 accueillait toute la crème de l’époque, Bing Crosby, Ernest Hemingway, sans oublier le président Eisenhower. Devenu One & Only du groupe Kerzner, il est plus que jamais digne des meilleurs resorts du monde, avec un maître d’hôtel pour chaque chambre. Les intérieurs sont suprêmement confortables et stylés, le tout dans un décor mexicain. Ajoutez à cela un restaurant hors paire, un parcours de golf signé Jack Nicklaus et un spa intérieur/extérieur. On

58

HÔTELLERIE & VOYAGES

en oublierait sa situation exceptionnelle : au-dessus de l’océan, avec un accès aisé à la sublime plage d’en bas, juste au bout de la Baja California, où le Pacifique rejoint la mer de Cortez. The Tides Riviera Maya The Tides Riviera Maya est une retraite luxueuse, enclave de paix située sur une propriété de quelque six hectares, le long de la Riviera Maya, entre la plage de sable blanc de la Playa del Carmen et la forêt tropicale. Les 30 villas construites en acajou et en pierres et entourées de luxuriants jardins offrent aux clients une parfaite intimité. Luxueuses et spacieuses, elles sont équipées d’une piscine individuelle et d’une terrasse privée. L’établissement dispose en outre d’un spa et d’un restaurant primé. Un refuge idéal proche des plus spectaculaires sites archéologiques de la région. The Tides Zihuatanejo Situé sur la magnifique plage d’Ixtapa, le Tides met à la disposition de ses hôtes de luxuriants jardins en cascades, des lagons enchanteurs, trois piscines, un spa et 70 élégantes chambres et suites en adobe. Celles-ci s’ouvrent sur l’océan et une plage privée. Une retraite romantique où le luxe se vit en toute décontraction. Le restaurant gastronomique est réputé pour sa cuisine mexicaine raffinée. n


ECLIPSE 2.5 : ENTREZ DANS UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE SERVICES

LES PLUS GRANDS HÔTELS FONT CONFIANCE À LOCATEL

E-CONCIERGE

COMMUNICATION ET PUBLICITÉ

E-SHOPPING

PROFILING ET CONVERGENCE

Locatel Africa - Résidence Villas Paquet - 44, Bvd Med Smiha - Casablanca - Fixe : 0522312956 - Mobile : 0600013858


60

HÔTELLERIE & VOYAGES


Hotellerie et Voyages / Juillet Aout Septembre 2012