Page 48

16

FRANCESCO SOLIMENA Campanie 1657 – Naples 1747

Saint Augustin Huile sur papier contrecollé sur toile 50 x 37 cm (19 3/4 x 14 5/8 in.)

PROVENANCE Marquise Conyngham, Irlande Rafael Valls, Londres (catalogue, 1975, no 48, ill.)

Bernardo De Dominici commentant la méthode de Solimena relate que le maître montrait à ses élèves « il modo di partorir prima sul tavolino i pensieri di cio che egli dovea dipingere e dopo fatto piu schizzi di un sol soggetto, com’é solito de’valentuomini, faceva il disegno compiuto, dato di penna ed acquarella, e da queste faceva la macchia, prendendo dal naturale i nudi, e le azioni, e dal modello i panni3 ». Cette huile sur papier est une étude pour la figure de saint Augustin dans le premier des retables mentionnés. Elle s’insère dans le processus préparatoire avant l’œuvre finale, mais après un modello de la composition dans son ensemble, réalisé à l’huile sur toile (passé en vente chez Christie’s)4. On y trouve encore deux figures vouées à disparaître dans l’œuvre finale, saint Bernard et saint Janvier. Il existe un autre dessin, anciennement de la collection Soulier (L. 1215a), plus proche de la composition finale, puisque les deux saints ont disparu, mais qui s’en différencie tout de même par quelques détails5.

Dans les années 1690, Francesco Solimena réalisa deux retables pour l’église Santa Maria Egiziaca a Forcella de Naples. L’un signé et daté de 1690 représente la Vierge à l’Enfant avec saint Augustin, sainte Monique et des anges (fig. 1)1 ; l’autre, de 1696, la Vierge à l’Enfant en gloire avec saint Angelo et sainte Claire. L’artiste reçut le dernier paiement de 40 ducats pour la réalisation de ces deux œuvres le 15 février 16962. Comme à son habitude, et selon la technique qu’il transmit à ses élèves, Francesco Solimena a élaboré ses œuvres à partir d’études préparatoires. Ainsi,

La raison d’être de notre modello est bien sûr l’étude approfondie du saint, de sa posture, de son expression et du drapé de son vêtement, qui sont très proches du tableau, plus proches que le saint Augustin du modello de Christie’s. Néanmoins, Solimena transforme cette étude en véritable petite composition indépendante. Les différences que l’on peut observer avec l’œuvre finale – les petites têtes de séraphins, à droite et le putto qui remet la crosse à saint Augustin, comme s’il l’avait ramassée – n’interviennent pas dans le processus créatif de la composition finale, puisqu’elles n’apparaissent ni dans le bozzetto ni dans le dessin préparatoire. Ne concernant que le modello lui-même, elles ont été ajoutées par l’artiste perfectionniste dans le but d’équilibrer l’ensemble et d’en faire un petit tableau en soi.

Fig. 1 Francesco Solimena, Vierge à l’Enfant avec saint Augustin, sainte Monique et des anges, huile sur toile, Naples, église Santa Maria Egiziaca a Forcella.

46 DESSINS NAPOLITAINS

VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire  
VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire