Page 12

2

FRANCESCO CURIA Naples 1538 – 1610

Saint Antoine le Grand entouré de sainte Catherine d’Alexandrie et de saint François de Paule Plume et encre brune, lavis rose Avec inscription Fr. Curia sur le montage 182 x 206 mm (7 3/16 x 8 1/8 in.)

PROVENANCE Comte Jan Pieter van Suchtelen (1751-1836), SaintPétersbourg (L. 2332). Probablement sa vente du 4 juin 1862, Paris, lot 60, « Curia : figures emblématiques »

de couleur rosée, qui s’accorde agréablement avec le papier1. » Ces dessins, terminés et précis, sont des études pour des retables, des projets de tableaux, et sont parfois utilisés pour le transfert, comme le saint Roch du Capodimonte de Naples, qui est entièrement piqué. De Dominici explique encore qu’ils servaient de modelli pour les commanditaires.

La main est typique de cet artiste qui représente avec grâce et originalité le XVIe siècle napolitain, alliant l’influence florentine et siennoise à celle des Nordiques présents à Naples, particulièrement Dirk Hendricksz.

Le projet développé ici n’a peut-être jamais vu le jour : il n’existe pas de tableau correspondant et le dessin ne porte pas d’inscription. De Dominici ne mentionne aucun tableau de ce sujet. Il s’agissait peut-être d’un projet de retable à compartiments, comme la Madonna del Carmine con i santi San Francesco d’Assisi e Francesco di San Paolo. Il existe au Louvre un projet dessiné pour une telle œuvre à compartiments (inv. 1623). Ici, on reconnaît le père des moines et le fondateur de l’érémitisme, saint Antoine, à la clochette qui est accrochée au bout de son bâton, ainsi que sainte Catherine d’Alexandrie à la roue dentée prévue pour son martyre. Saint François de Paule, saint mendiant originaire de Calabre, très populaire en Italie du Sud, est reconnaissable à sa robe à capuche, ses sandales de bois et son bâton. On le retrouve dans de nombreuses œuvres de Curia, notamment dans un retable de l’église de San Giovanni a Carbonara en dépôt à la Soprintendenza de Naples, Madonna dell’Arco con i santi san Francesco di Paola, san Antonio di Padova e i commitenti (fig. 1), à l’identique mais dans le sens opposé. Il apparaît encore sur un autre dessin, peutêtre en rapport avec un retable (de l’église de SaintAntoine, à Colobraro, en dépôt à la Soprintendenza). Curia représente toujours le saint appuyé sur son bâton qu’il tient à deux mains, pose qui dérive du portrait du saint par Jean Bourdichon, envoyé par François Ier au pape Léon X et de celui de Baccio d’Agnolo, conservé dans l’église Saint-François-dePaule de Montalto Uffugo.

Sa graphie précise, un peu géométrique, est souvent assortie de l’usage de lavis de couleur, parfois bleu, le plus souvent rose, celui dont il reste des traces sur notre dessin inédit. Bernardo De Dominici, qui possédait certaines de ses feuilles, parle ainsi de ses lavis de couleur : « Il y avait dans notre livre de dessins d’autres de lui qui méritent de grandes louanges ; parce que cet artiste avait coutume de les faire très terminés, les faisant à la plume et avec une aquarelle

Fig. 1 Francesco Curia, Madonna dell’Arco con i santi san Francesco di Paola, san Antonio di Padova e i commitenti, église de San Giovanni à Carbonara, en dépôt à la Soprintendenza de Naples 10

DESSINS NAPOLITAINS

VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire  
VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire