Page 10

personnages un peu raides, aux traits schématiques et à la tête légèrement petite par rapport à leur taille, revêtus de drapés soignés, une exécution fine, avec des rehauts précieusement hachurés. Il peut tout de même être parfois confondu avec celui de Pietro Negroni ; le dessin du Louvre reste classé sous les deux attributions. Un tableau représentant l’Adoration des Mages de Negroni à l’Ermitage à Saint-Pétersbourg est d’ailleurs très proche d’esprit et de composition de ce dessin, ce qui prouve une fois encore la connivence et la proximité entre ce petit groupe d’artistes, malgré l’appartenance apparente à différents ateliers. L’usage du rehaut de gouache bleu-vert est rare mais sera également utilisé par Belisario Corenzio. Un détail anecdotique mais touchant doit être signalé : le collectionneur anonyme dont la marque est une étoile, de plus petite dimension que celle de Lasnier, l’a apposée non pas, comme il aurait été logique, dans un des coins inférieurs du dessin, mais dans le ciel, afin de figurer l’étoile qui a guidé les Mages jusqu’à l’Enfant Roi.

VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire  
VII - Neapolitan Drawings / Dessins Napolitains - Marty de Cambiaire