Page 64

A la rencontre d’Heroe Tout droit venu du Maroc, Heroe, ce jeune artiste aux sonorités indie pop fait vibrer le cœur et les oreilles des Caennais et Caennaises qui ont eu la chance de croiser son chemin. C’est lors de la finale du Tremplin Phénix organisée par la Maison des Etudiants de Caen que nos chemins se sont rencontrés. Guitare en mains, ambiance tamisée, voix tremblante, l’artiste sortait à peine les premiers sons de ses lèvres que les poils sur ma peau se dressaient. Heroe, je ne pouvais pas le laisser s’échapper ainsi, alors je suis parti le rencontrer chez lui, dans son intimité. Jeudi, 19h00, le rendez-vous était pris.

Heroe, un artiste solitaire Dès qu’il a eu son bac S dans un des lycées français du royaume marocain, Mehdi NACER de son vrai nom est venu étudier en France, en Normandie. Maintenant, cela fait 6 ans qu’il est à Caen et il se sent « grave bien ici » à en croire ses mots. Arya - sa chatte à la main - il s'assoit. Le cadre est donné. Il se relève aussitôt et me propose, une ruby, je suis charmé. Ma préférée. Il m’invite à prendre place, l’interview commence. Baigné dans la musique dès son plus jeune âge par son oncle qui ira par la suite vivre de sa passion

aux Etats-Unis, faire de la musique pour ce jeune homme était finalement comme une suite logique. Au parcours tumultueux, il avouera lors de notre conversation avoir eu ce « besoin » de s’exprimer à travers la musique. « Je ne chantais pas à la base », celui qui a reçu sa toute première guitare en 5e a commencé à en jouer alors que ce n’était qu’un jouet. Curieux et tout de suite attiré par ce qu’il a reçu entre les bras, il s’est mis à apprendre de lui-même cet instrument à travers des vidéos sur YouTube. En quelque sorte son graal, il développa un art qui s’avère être son don secret.

YOUR MAGAZINE


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.