Issuu on Google+

Synthèse des effets de la pratique sportive sur l’individu et l’entreprise

Synthèse physiologique et psychlogique

P AR

SYLVAIN DRUGUET ET BENOIT LIGIER

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 1


Introduction ............................................................................................................................................. 3 A/ Effets sur la santé................................................................................................................................ 5 I/ Santé cardiovasculaire..................................................................................................................... 6 II/ Hypertension................................................................................................................................. 16 III/ Cholestérol .................................................................................................................................. 18 IV/ Réduction des risques de cancer ................................................................................................. 22 V/ Réduction des risques de diabète de type 2 .................................................................................. 31 VI/ Diminution des pathologies musculo -squelettiques et de l’ostéoporose .................. 34 VII/ Amélioration de la fonction respiratoire et prévention des maladies .................... 36 VIII/ Arrêt ou diminution du tabagisme .................................................................................. 40 IX/ Diminution du stress et des états dépres sifs ................................................................... 42 X/ Réduction de l'obésité et limitation de la prise de poids .............................................. 47 B/ Effets sur la productivité et la satisfaction professionnelle .............................................................. 53 I/ Accroissement de l'énergie ..................................................................................................... 53 II/ Satisfaction des employés ..................................................................................................... 53 III/ Amélioration du rendement physique et intellectuel .................................................... 54 C/ Effets sur le contrôle du coût pour l’entreprise et la sécurité sociale ............................................... 55 I/ Arrêts maladie et de soins de santé ..................................................................................... 55 II/ Invalidité de courte durée (ICD) – Indemnisation des accidentés du travail .......... 55 III/ Réduction de l'absentéisme ................................................................................................. 56 IV/ Diminution du roulement du personnel ............................................................................ 57 V/ Rendement du capital investi ................................................................................................ 57 D/ Nos programmes et contacts .......................................................................................................... 59 I/ Le travail de YourCoach ......................................................................................................... 59 II/ Contacts ..................................................................................................................................... 59

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 2


Introduction

L’activité physique est reconnue depuis des années comme vecteur essentiel de santé publique au même titre qu’une alimentation équilibrée et variée ou encore l’hygiène. L’OMS et le gouvernement français à travers la campagne « manger/bouger » participent depuis peu à l’augmentation de la pratique sportive via des spots publicitaires omniprésents. Des milliers d’études, dont une partie est citée dans ce document, attestent des bénéfices considérables du sport sur la santé et le bien-être des individus. Mieux, les études montrent des effets positifs sur la productivité en entreprise par exemple. Ce dossier s’appuie notamment sur les travaux de l’INSERM (institut national de la santé et de la recherche médicale). Cet organisme qui est un des plus prestigieux au monde a publié bon nombre d’articles et de synthèses afin d’alerter les pouvoirs publics (alors qu’il est sous la tutelle des ministères de la santé et de la recherche) sur l’importance considérable de la pratique sportive pour la population et pour les entreprises. INSERM : « Il reste que l’activité physique a des effets démontrés multiples, à la fois physiques, psychologiques, métaboliques, anti-thrombotiques, anti-arythmiques, et antiischémiques justifiant la mise en œuvre de stratégies de développement dans la population générale. » Force est de constater qu’en France nous sommes très en retard dans le domaine du sport en entreprise par comparaison avec nos voisins européens (Suède, Allemagne, Finlande…) et d’ailleurs (Japon, Corée du Sud, Canada…). Or les intérêts sanitaires mais aussi économiques sont considérables ! Si l’on ne considère que les chiffres liés aux arrêts maladies, la facture s’élève déjà à 13 milliards d’Euros par an en France (INSEE 2008)… 81 % des personnes interrogées par le baromètre santé protéines BVA en 2006 disent avoir une meilleure image d’une entreprise lorsque celle-ci prend en compte la santé de leurs clients et de leurs salariés. http://www.bva.fr/data/sondage/sondage_fiche/17/fichier_tb411rapbvaactu070122_b508f.pdf

Il est pourtant surprenant de constater que très peu d’entreprises proposent d’intégrer un programme sportif afin d’améliorer la rentabilité, la productivité, ainsi que la santé, le bien être et la convivialité pour leurs employés et cadres dirigeants. Nous exposerons ici un compte rendu aussi exhaustif que possible des bienfaits de l’activité physique pour l’individu et pour les entreprises. YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 3


Recommandations de l’OMS en 2010: -

« Les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue. »

-

« L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes. »

-

« Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue. »

-

« Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine. »

Extrait du document Recommandations mondiales sur l’activité physique pour la santé : http://whqlibdoc.who.int/publications/2010/9789242599978_fre.pdf

INSERM : « Les recherches menées sur ce sujet montrent que la pratique régulière d’une activité physique ou sportive, même modérée, influe sur l’état de santé des individus, à tous les âges de la vie. Diminuant le risque de mortalité, elle permet également d’assurer une croissance harmonieuse chez l’enfant et l’adolescent et de maintenir l’autonomie des personnes âgées »

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 4


A/ Effets sur la santé Définition de la santé par l’OMS : « Etat complet de bien être physique, mental et social ». La santé est un aspect primordial de notre vie car elle est support de l’ensemble de nos activités. Mais est-elle toujours au centre de notre attention ? Une équipe de chercheurs de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), en partenariat avec le Medical Research Council, a mené une enquête sur 20 244 individus pendant 14 ans (entre 1993 et 2007), dont 1 987 sont décédés en cours d'enquête, afin de déterminer l'impact du mode de vie sur l'espérance de vie. L'étude conclut que le « mode de vie idéal » - absence de tabac, consommation d'alcool égale ou inférieure à un demi verre par jour, consommation de cinq fruits et légumes par jour, exercice physique d'une demi heure par jour - majore l'espérance de vie de 14 ans par rapport au cumul de quatre facteurs de risque. Le cumul des quatre facteurs de risque (tabac, alcool, manque de fruits et légumes et d'exercice physique) multiplie le risque de décès par 4,4, trois facteurs, de 2,5, deux facteurs de près de 2 et 1 facteur de 1,4. L’activité physique est reconnue comme élément essentiel à la santé et au bien-être des individus.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 5


I/ Santé cardiovasculaire Principaux faits (aide mémoire OMS 2011) http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs317/fr/index.html

 

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardiovasculaires que de toute autre cause. On estime à 17,3 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardiovasculaires, soit 30% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,3 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,2 millions à un AVC (statistiques 2008). Plus de 80% des décès interviennent dans des pays à revenu moyen ou faible et touchent presque également hommes et femmes. D’ici 2030, près de 23,6 millions de personnes mourront d’une maladie cardiovasculaire (cardiopathie ou AVC principalement). D’après les projections, ces maladies devraient rester les premières causes de décès.

Que sont les maladies cardio-vasculaires? Les maladies cardio-vasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins qui comprend:      

les cardiopathies coronariennes (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque) les maladies cérébro-vasculaires (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau) les artériopathies périphériques (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent les bras et les jambes) les cardiopathies rhumatismales, affectant le muscle et les valves cardiaques et résultant d’un rhumatisme articulaire aigu, causé par une bactérie streptocoque les malformations cardiaques congénitales (malformations de la structure du cœur déjà présentes à la naissance) les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires (obstruction des veines des jambes par un caillot sanguin, susceptible de se libérer et de migrer vers le cœur ou les poumons).

Les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux sont généralement des événements aigus et sont principalement dus au blocage d’une artère empêchant le sang de parvenir au cœur ou au cerveau. Leur cause la plus courante est la constitution d’un dépôt gras sur les parois internes des vaisseaux sanguins alimentant ces organes. Les accidents vasculaires cérébraux peuvent aussi résulter du saignement d’un vaisseau sanguin cérébral ou de caillots.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 6


Quels sont les facteurs de risque? Les principaux facteurs de risques des cardiopathies et des AVC, sont une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique, le tabagisme et l'usage nocif de l’alcool. Ces facteurs de risque comportementaux sont responsables d'environ 80% des maladies coronariennes et cérébraux vasculaires. Les effets d’une mauvaise alimentation ou de l’inactivité physique peuvent se manifester par de l’hypertension, une élévation du taux de glucose ou du taux de lipide, un excès de poids ou une obésité, ces effets étant appelés «facteurs de risque intermédiaires» ou facteurs de risques métaboliques. Il existe aussi un certain nombre de déterminants sous-jacents des maladies chroniques, ce sont en quelque sorte les «causes des causes». Ils reflètent l’action des principaux moteurs de l’évolution sociale, économique et culturelle: globalisation, urbanisation et vieillissement des populations. Parmi eux figurent aussi la pauvreté et le stress et des facteurs héréditaires.

Depuis l’avènement de l’âge moderne et de la société de consommation, les maladies du cœur représentent la seconde cause de mortalité en France. En 2009, les chiffres indiquaient 144343 morts sur 12 mois (Inserm-CépiDc (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès)) soit 27% du nombre total des morts. http://www.insee.fr/fr/ffc/figure/NATFPS06205.xls Constat du Rapport sur la Santé dans le Monde 2002 : Au total, les maladies chroniques sont à l’origine de 60 % des décès prématurés chaque année. On estime qu’en 2000, la sédentarité a entraîné 1,9 millions de morts et environ 15 à 20 % des cardiopathies ischémiques, des diabètes et de certains cancers. Le risque de maladies cardiovasculaires est multiplié par 1,5 pour les personnes qui ne font pas le minimum d’activité physique préconisé. Dans le monde, plus de 60 % des adultes ne font pas suffisamment d’exercice pour leur santé.

Rapport sur la Santé dans le Monde 2002 : http://www.who.int/whr/2002/fr/index.html

INSERM : « Une étude prospective publiée fin 2007 et portant sur 250 000 personnes, a tenu compte de très nombreux facteurs d’ajustement. Elle montre qu’une pratique à un niveau voisin de celui des recommandations pour l’activité d’intensité modérée (au moins 3 heures par semaine) ou pour l’activité d’intensité élevée (au moins 20 minutes 3 fois par semaine) entraîne une réduction du risque de mortalité de l’ordre de 30%. » Synthèse INSERM : http://lara.inist.fr/bitstream/handle/2332/1447/INSERM_activitephysique_post.pdf?sequence=3 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 7


1. Prévention des maladies coronariennes et des AVC : Selon l'American Heart Association, pratiquer 2h30 de sport par semaine diminue les risques de maladies cardiovasculaires de 14% et de 20% si l’on double cette durée. La baisse des risques suit ensuite une courbe logarithmique, augmentant peu même si le sport est pratiqué de façon prolongée.

2. Réduction du risque de mortalité relié aux maladies coronariennes et de récidive d'infarctus mortel : Un grand nombre de méta-analyses mettent en évidence sur un grand nombre de patients une diminution de la mortalité cardiaque de 25 à 35 % chez les patients coronariens qui pratiquent une activité physique. Chez le coronarien, l’entraînement physique après angioplastie coronaire permet un gain significatif, par rapport aux patients n’ayant pas bénéficié de rééducation, de : la consommation d’O2 (26%), la qualité de vie (27 %), la réduction des événements cardiovasculaires (11,9% versus 32,2%) et du taux de ré-hospitalisations (18,6% versus 46%) (Belardinelli et coll., 2001). De plus, l’entraînement physique s’avère supérieur à l’angioplastie dans l’angor stable sur le plan de la survie à un an (88% versus 70 %), du gain en VO max (16% versus 2%), de la morbidité cardiovasculaire et des coûts (Hambrecht et coll., 2004).

3. l'amélioration de la capacité de rétablissement après un malaise cardiaque : La Société Française de Cardiologie décrit l’importance de l’entraînement physique dans la réadaptation cardiovasculaire : Les objectifs de la réadaptation sont précisés par la définition de l’OMS. « La réadaptation cardiovasculaire est l’ensemble des activités nécessaires pour influencer favorablement le processus évolutif de la maladie, ainsi que pour assurer aux patients la meilleure condition physique, mentale et sociale possible, afin qu’ils puissent par leurs propres efforts, préserver ou reprendre une place aussi normale que possible dans la vie de la communauté ». Ces objectifs nécessitent donc une prise en charge personnalisée où l’entraînement physique doit s’inscrire dans un programme plus vaste, associant évaluation fonctionnelle, actions éducatives et aide à la réinsertion socioprofessionnelle. Compte tenu de la multiplicité des interventions, il est difficile de départager les effets de l’entraînement de ceux des autres mesures de prévention secondaire ; quoi qu’il en soit, les effets bénéfiques et l’excellente tolérance des programmes de RC sont reconnus, associant :

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 8


– amélioration de la survie en postinfarctus et vraisemblablement chez l’insuffisant cardiaque chronique ; – accroissement des capacités maximales à l’effort, amélioration de la tolérance aux efforts sous-maximaux, et recul du seuil ischémique myocardique ; – amélioration de la qualité de vie et contrôle des facteurs de risque. Les mécanismes physio-pathologiques sous-tendant ces résultats sont multiples : – ralentissement de l’évolution du processus athéromateux coronaire, stabilisation des « plaques » et sténoses coronaires ; – amélioration de la dysfonction endothéliale au niveau de la vascularisation coronaire et périphérique ; – amélioration du tonus vagosympathique et diminution du risque arythmique ; – amélioration de la fonction musculaire ; Recommandations de la Société Française de Cardiologie : http://www.heartandcoeur.com/heartnews/info/readaptation.pdf

4. la réduction de l'athérosclérose coronarienne : Par son action sur le cholestérol (voir la partie III sur le sujet) et le cycle des lipides en général, mais également par son action sur la perte de masse grasse corporelle et son stockage, la pratique sportive limite considérablement l’athérosclérose coronarienne.

5. Augmentation de l’endurance et meilleure utilisation des lipides : L’activité physique augmente considérablement la faculté à soutenir un effort longtemps ou à rester alerte durant la journée. En moyenne, les travailleurs Français baissent leur rendement de 50% lors des deux dernières heures de travail. Ce constat n’est pas observé chez des sujets pratiquant régulièrement une activité physique (nous verrons dans le chapitre B l’impact sur la productivité).

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 9


Sources Bibliographiques :

ADAMOPOULOS S, COATS AJ, BRUNOTTE F, ARNOLDA L, MEYER T, et coll. Physical training improves skeletal muscle metabolism in patients with chronic heart failure. J Am Coll Cardiol 1993 ADAMOPOULOS S, PONIKOWSKI P, CERQUEJANI E, PIEPOLI M, ROSANO G, et coll. Circadian pattern of heart rate variability in chronic heart failure. Effects of physical training. Eur Heart J 1995 ADES PA. Cardiac rehabilitation in older coronary patients. J Am Geriatr Soc 1999 ADES PA, WALDMANN ML, MEYER WL, BROWN KA, POEHLMAN ET, et coll. Skeletal muscle and cardiovascular adaptations to exercise conditioning in older coronary patients. Circulation 1996 ALBERT CM, MITTLEMAN MA, CHAC CU, LEE IM, HENNEKENS CH, MASON JE. Triggering of sudden death from cardiac causes by vigorous exertion. N Engl J Med 2000 AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE POSITION STAND. The recommended quantity and quality of exercise for developing and maintaining cardiorespiratory Maladies cardiovasculaires and muscular fitness, and flexibility in healthy adults. Med Sci Sports Exerc 1998 AROSIO E. Vascular adhesion molecule-1 and markers of platelet function before and after a treatment with iloprost or a supervised physical exercise program in patients with peripheral arterial disease. Life Sci 2001 BAREFOOT JC, HELMS MJ, MARK DB, BLUMENTHAL JA, CALIFF RR, et coll. Depression and long-term mortality risk in patients with coronary artery disease. Am J Cardiol 1996 BASSO C, THIENE G, CORRADO D, BUJA G, MELACINI P, NAVA A. Hypertrophic cardiomyopathy and sudden death in the young: pathologic evidence of myocardial ischemia. Hum Pathol 2000 BELARDINELLI R, GEORGIOU D, CIANCI G, PURCARO A. Randomized, controlled trial of long-term moderate exercise training in chronic heart failure. Effects on functional capacity, quality of life, and clinical outcome. Circulation 1999 BELARDINELLI R, PAOLINI I, CIANCI G, PIVA R, GEORGIOU D, PURCARO A. Exercise training intervention after coronary angioplasty: the ETICA trial. J Am Coll Cardiol 2001 BERLIN JA, COLDITZ GA. A meta-analysis of physical activity in the prevention of coronary heart disease. Am J Epidemiol 1990 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 10


BILLMAN GE. Aerobic exercise conditioning: a nonpharmacological antiarrhytmic intervention. J Appl Physiol 2002 BLAIR SN, JACKSON AS. Physical fitness and activity as separate heart disease risk factors: a meta-analysis. Med Sci Sports Exerc 2001 BLAIR SN, KOHL HW, PAFFENBARGER RS, CLARK DG, COOPER H, et coll. Physical fitness and all-cause mortality: a prospective study in health men and women. JAMA 1989 BOHANNON RW, WALSH S. Nature, reliability, and predictive value of muscle performance measures in patients with hemiparesis following stroke. Arch Phys Med Rehabil 1992 BORG A. Psychophysical bases of perceived exertion. Med Sci Sports Exerc 1982 BURKE AP, FARB A, MALCOM GT, LINAG YH, SMIALEL JE, VIRMANI R. Plaque rupture and sudden death related to exertion in men with coronary artery disease. JAMA 1999 CADROY Y, PILLARD F, SAKARIASSEN KS, THALAMAS C, BONEU B, RIVIÈRE D. Strenuous but no moderate exercise increases the thrombotic tendency in healthy sedentary male volunteers. J Appl Physiol 2002, 93 : 829-833 CAMERON JD, DART AM. Exercise training increases total systemic arterial compliance in humans. Am J Physiol 1994 CHATTERJEE K. Neurohormonal activation in congestive heart failure and the role of vasopressin. Am J Cardiol 2005 CHURCH TS, LAVIE CJ, MILANI RV, KIRBY GS. Improvements in blood rheology after cardiac rehabilitation and exercise training in patients with coronary heart disease. Am Heart J 2002 CHURCH TS, BARLOW CE, EARNEST CP, KAMPERT JB, PRIEST EL, BLAIR SN. Association between cardiorespiratory fitness and C-reactive protein in men. Arterioscler Thromb Vasc Biol 2002 CHURCH TS, LEVINE BD, MCGUIRE DK, LAMONTE MJ, FITZGERALD SJ, et coll. Coronary artery calcium score, risk factors, and incident coronary heart disease events. Atherosclerosis 2007 CIAMPRICOTTI R, DECKERS JW, TAVERNE R, EL GAMAL M, RELIK-VAN WELY L, POOL J. Characteristics of conditioned and sedentary men with acute coronary syndromes. Am J Cardiol 1994, 73 : 219-222 CINQUEGRANA G, SPINELLI L, D’ANIELLO L, LANDI M, D’ANIELLO MT, MECCARIELLO P. Exercise training improves diastolic perfusion time in patients with coronary artery disease. Heart Dis 2002, 4: 13-17 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 11


CLAUSEN JP. Circulatory adjustments to dynamic exercise and effect of physical training in normal subjects and in patients with coronary disease. Progr Cardiovasc Dis 1976 COATS AJ, ANKER S. Insulin resistance in chronic heart failure. J Cardiovasc Pharmacol 2000 CONROY MB, COOK NR, MANSON JE, BURING JE, LEE IM. Past physical activity, current physical activity, and risk of coronary heart disease. Med Sci Sports Exerc 2005 CONVERTINO VA. Cardiovascular consequences of bed rest : effect on maximal oxygen uptake. Med Sci Sports Exerc 1997 CORRA U, GIANNUZZI P, ADAMOPOULOS S, BJORNSTAD H, BJARNASONWEHERHNS B, et coll. Executive summary of the position paper of the working group on cardiac rehabilitation and exercise physiology of the European Society of Cardiology (ESC): core components of cardiac rehabilitation in chronic heart failure. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2005, 12: 321-325 CORRADO D, BASSO C, THIENE G, MCKENNA WJ, DAVIES MJ, et coll. Spectrum of clinicopathologic manifestations of arrhytmogenic right ventricular cardiomyopathy/dysplasia: a multicenter study. J Am Coll Cardiol 1997, 30 : 1512-1520 CORRADO D, BASSO C, PAVEI A, MICHIELI P, SCHIAVON M, THIENE G. Trends in sudden cardiovascular death in young competitive athletes after implementation of a preparticipation screening program. JAMA 2006, 296 : 1593-1601 COTTIN Y, WALKER P, ROUHIER-MARCER I, COHEN M, LOUIS P, etcoll. Relationship between increased maximal oxygen consumption and modifications in skeletal muscle metabolism following rehabilitation after myocardial infarction. J Cardiopulmonary Rehabil 1996, 16: 169-174 COTTIN Y, CAMBOU JP, CASILLAS JM, FERRIERES J, CANTET C, DANCHIN N. Specific Profile and Referral Bias of Rehabilitated Patients after an Acute Coronary SynANALYSE drome. J Cardiopulm Rehabil 2004 DAVIDS JS, MCPHERSON CA, EARLEY C, BATSFORD WP, LAMPERT R. Benefits of cardiac rehabilitation in patients with implantable cardioverter-defibrillators : a patient survey. Arch Phys Med Reahabil 2005, 86 : 1924-1928 DELEY G, KERVIO G, VERGÈS B, HANNEQUIN A, PETITDANT MF, et coll. Comparison of low-frequency electrical stimulation and conventional exercise training in patients with chronic heart failure. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2005 DIMMELER S, ZEIHER AM. Exercise and cardiovascular health. Get active to ‘AKTivate’ your endothelial nitric oxyde synthase. Circulation 2003, 107 : 3118-3120 DISHMAN RK. Compliance/adherence in health related exercise. Health Psychol 1982

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 12


DORN J, NAUGHTON J, IMAMURA D, TREVISAN M. Correlates of compliance in a randomized exercise trial in myocardial infarction patients. Med Sci Sports Exerc 2001, DRYGAS W, JEGIER A, KUNSKI H. Study on threshold dose of physical activity in coronary heart disease prevention. Part I. Relationship between leisure time physical activity and coronary risk factors. Int J Sports Med 1988, 9 : 275-278 DRYGAS W, KOSTKA T, JEGIER A, KUNSKI H. Long-trem effects of different physical activity levels on coronary heart disease risk factors in middle-aged men. Sports Med 2000 DUNCAN GE, ANTON S, SYDEMAN SJ, NEWTON RJ JR, CORSICA JA, et coll. Prescribing exercise at varied levels of intensity and frequency. A randomized trial. Arch Intern Med 2005 EHSANI AA, MARTIN WH, HEATH GW, COYLE EF. Cardiac effects of prolonged and intense exercise training in patients with coronary artery disease. Am J Cardiol 1982 EKELUND LG, HASKELL WL, JOHSON JL, WHALEY FS, CRIQUI MH, SHEPS DS. Physical fitness as a predictor of cardiovascular mortality in asymptomatic North American men. The Lipid Research clinics mortality follow-up study. N Engl J Med 1988 GARG PK, TIAN L, CRIQUI MH, LIU K, FERRUCCI L, et coll. Physical activity during daily life and mortality in patients with perpheral arterial disease. Circulation 2006 GARNER AW, MONTGOMERY PS, FLINN WR, KATZEL LI. The effect of exercise intensity on the response to exercise rehabilitation in patients with intermittent claudication. J Vasc Surg 2005, 42 : 702-709 GAYDA M, MERZOUK A, CHOQUET D, DOUTRELLOT PL, AHMAIDI S. Aerobic capacity and peripheral skeletal muscle function in coronary artery disease male patients. Int J Sports Med 2003, 24 : 258-263 GEFFKEN DF, CUSHMAN M, BURKE GL, POLAK JF, SAKKINEN PA, TRACY RP. Association between physical activity and markers of inflammation in a healthy elderly population. Am J Epidemiol 2001, 153 : 242-250 GIANNUZZI P, MEZZANI A, SANER H, BJORNSTAD H, FIORETTI P, et coll. Physical activity for primary and secondary prevention. Position paper of the working group on cardiac rehabilitation and exercise physiology of the European society of cardiology. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2003 IZQUIERDO-PORRERA AM. Effects of exercise rehabilitation on cardiovascular risk factors in older patients with peripheral arterial occlusive disease. J Vasc Surg 2000 JOLLIFFE JA, REES K, TAYLOR RS, THOMPSON D, OLDRIDGE N, EBRAHIM S. Exercise-based rehabilitation for coronary heart disease. In : The Cochrane Library, issue 4, 2002. Oxford, UK: Update Software

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 13


KARMISHOLT K, GOTZSCHE PC. Physical activity for secondary prevention of disease. Systematic review of randomised clinical trials. Dan Med Bull 2005, 52 : 90-94 KAVANAGH T, MYERS MG, BAIGRIE RS, MERTENS DJ, SAWYER P, SHEPHARD RJ. Quality of life and cardiorespiratory function in chronic heart failure : effects of ANALYSE 12 months’ aerobic training. Heart 1996 MAILLEFERT JF, EICHER JC, WALKER P, DULIEU V, ROUHIER-MARCER I. Effects of low-frequency electrical stimulation of quadriceps and calf muscles in patients with chronic heart failure. J Cardiopulm Rehabil 1998 MARON BJ, MITCHELL JH. 26th Bethseda Conference: recommendations for determining eligibility for competition in athletes with cardiovascular abnormalities. J Am Coll Cardiol 1994 NUHR MJ, PETTE D, BERGER R, QUITTAN M, CREVENNA R, et coll. Beneficial effects of chronic low-frequency stimulation of thigh muscles in patients with advanced chronic heart failure. Eur Heart J 2004, 25 : 136-143 O’CONNOR G, BURING JF, YUSUF S, GOLDHABER SZ, OLMSTEAD EM, et coll. An overview of randomized trials of rehabilitation with exercise after myocardial infarction. Circulation 1989, 80 : 234-244 OGUMA Y, SHINODA-TAGAWA T. Physical activity decreases cardiovascular disease risk in women. Review and meta-analysis. Am J Prev Med 2004, 26 : 407-418 OLDRIDGE N, GUYAT GH, FISHER MF, RIMM AA. Cardiac rehabilitation after myocardial infarction. Combined experiences of randomized clinical trials. JAMA 1988 OLNEY SJ, NYMARK J, BROUWER B, CULHAM E, DAY A, HEARD J, et coll. A randomized controlled trial of supervised versus unsupervised exercise programs for ambulatory stroke survivors. Stroke 2006, 37 : 476-481 OUELETTE MM, LEBRASSEUR NK, BEAN JF, PHILLIPS E, STEIN J, et coll. Highintensity resistance training improves muscle strength, self-reported fuction, and disability in long-term stroke survivors. Stroke 2004, 35 : 1404-1409 PAFFENBERG RS, HALE WE. Work activity and coronary heart mortality. N Engl J Med 1975, SHEPHARD RJ, BALADY GJ. Exercise as cardiovascular therapy. Circulation 1999 PEDERSEN BK, SALTIN B. Evidence for prescribing exercise as therapy in chronic disease. Scand J Med Sci Sports 2006 POWELL KE, THOMPSON PD, CASPERSEN CJ, KENDRICK JS. Physical activity and the incidence of coronary heart disease. Annu Rev Public Health 1987

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 14


SAUNDERS DH, GREIG CA, YOUNG A, MEAD GE. Physical fitness training for stroke patients. The Cochrane Database of systematic Review 2004 SNIEHOTTA FF, SCHOLZ U, SCHWARZER R. Action plans and coping plans for physical exercise: a longitudinal intervention study in cardiac rehabilitation. Br J Health Psychol 2006 SWAIN DP, FRANKLIN BA. Comparison of cardioprotective benefits of vigorous versus moderate intensity aerobic exercise. Am J Cardiol 2006 TEIXEIRA-SALMELA LF, OLNEY SJ, NADEAU S, BROUWER B. Muscle strengthening and physical conditionning to reduce impairment and disability in chronic stroke survivors. Arch Phys Med rehabil 1999 TULLY MA, CUPPLES ME, CHAN WS, MCGLADE K, YOUNG IS. Brisk walking, fitness, and cardiovascular risk : a randomized controlled trial in primary care. Prev Med 2005 TYNI-LENNE R, GORDON A, EUROPE E, JANSSON E, SYLVEN C. Exercise-based rehabilitation improves skeletal muscle capacity, exercise tolerance, and quality of life in both women and men with chronic heart failure. J Card Fail 1998 VAN PEPPEN RP, KWAKKEL G, WOOD-DAUPHINEE S, HENDRIKS HJ, VAN DER WEES PJ, DEKKER J. The impact of physical therapy on functional outcomes after stroke : what the evidence? Clin Rehabil 2004 WANNAMETHEE G, SHAPER AG. Physical activity and stroke in British middle aged men. BMJ 1992, 304 : 597-601 WANNAMETHEE SG, SHAPER AG, WALKER M. Physical activity and mortality in older men with diagnosed coronary heart disease. Circulation 2000 WHYMAN MR, RUCKLEY CV. Should claudicants receive angioplasty or just exercise training? Cardiovasc Surg 1998, 6 : 226-231 WILLIAMS MA, ADES PA, HAMM LR, KETEYIAN SJ, LAFONTAINE TP, et coll. Clinical evidence for health benefit from cardiac rehabilitation : An update. Am Heart J 2006 WILLICH SN, LEWIS M, LOWEL H, ARNTZ HR, SCHUBERT F, SCHRODER R. Physical exertion as a trigger of acute myocardial infarction. Triggers and mechanisms of myocardial infarction study group. N Engl J Med 1993 WOOD RH, WOOD WA, WELSCH M, AVENAL P. Physical activity, mental stress, and short-term heart rate variability in patients with ischemic heart disease. JCardiopulmonary Rehabil 1998 WRITING COMMITTEE FOR THE ENRICHD INVESTIGATORS. Effects of treating depression and low perceived social support on clinical events after myocardial infarction. JAMA 2003

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 15


YOUNG DR, HASKELL WL, JATULIS DE, FORTMANN SP. Associations between changes in physical activity and risk factors for coronary heart disease in a community-based sample of men and women: the Stanford Five-City Project. Am J Epidemiol 1993 ZELI R, MASON DT, BRAUNWALD E. A comparison of the effects of vasodilatator stimuli on peripheral resistance vessels in normal subjects and in patients with congestive heart failure. J Clin Invest 1986

II/ Hypertension L’hypertension artérielle représente une pression trop importante du sang à l’intérieur des artères (vaisseaux par lesquels le sang sort du cœur) par rapport aux valeurs de base. On estime qu’environ une personne sur quatre dans le monde est hypertendue, qu’il en découle envion 8 millions de morts par an et que cela représente environ 100 millions de jours d’invalidité. Une relation inverse existe entre la pression artérielle et l'activité physique, indépendamment de l'embonpoint ou de l'obésité. Faire davantage d'activité physique contribue à abaisser la pression artérielle systolique et diastolique, tandis que l'entraînement physique fait diminuer la pression artérielle chez les personnes obèses ou faisant de l'embonpoint ou ayant une pression artérielle à la limite de la normale ou faisant de l'hypertension. Selon Hagberg et coll., 2000, si l’activité physique régulière est poursuivie suffisamment longtemps (au moins durant 3 ans), l’amélioration de l’hypertension persiste, à la fois au repos et au cours de l’effort (diminution de 9,2% de la pression systolique). Son effet est comparable, voire supérieur, à celui d’une monothérapie médicamenteuse (Ketelhut et coll., 2004). L’activité physique est désormais prescrite au même titre que les médicaments et fait partie des recommandations médicales internationales (Guidelines Subcommittee, 1999; Guidelines Committee, 2003).

Xinhua Beijing on Nov. 21 Reuters (Zhang Wantong) in the "Beware of a silent killer of aortic aneurysm and aortic stent therapy expert forum"

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 16


Sources bibliographiques : ANONYMOUS. At Least Five a Week: Evidence on the Impact of Physical Activity and Its Relation to Health Department of Health: London, UK 2004; ALBERT CM ET AL.. Triggering of sudden death from cardiac causes by vigorous exertion. N Engl J Med 2000; BOREHAM C & RIDDOCH C. The physical activity, fitness and health of children. J Sports Sci 2001; FORD ES, GILES WH & DIETZ WH. Prevalence of the metabolic syndrome among US adults: findings from the third National Health and Nutrition Examination Survey. JAMA 2002; GUSTAVSEN PH, HOEGHOLM A, BANG LE & KRISTENSEN KS. White coat hypertension is a cardiovascular risk factor: a 10-year follow-up study. J Hum Hypertens 2003; HALBERT JA, SILAGY CA & FINUCANE P. The effectiveness of exercise training in lowering blood pressure: a meta-analysis of randomised controlled trials of 4 weeks or longer. J Hum Hypertens 1997; HE FJ & MACGREGOR GA. Cost of poor pressure control in the UK: 62 000 unnecessary deaths per year. J Hum Hypertens 2003; LEE KW & LIP GYH. Effects of lifestyle on hemostasis, fibrinolysis, and platelet reactivity: a systematic review. Arch Intern Med 2003; LEE KW & LIP GYH. Acute versus habitual exercise, thrombogenesis and exercise intensity. Thromb Haemost 2004; ROBERTS CK ET AL.. Effect of diet and exercise intervention on blood pressure, insulin, oxidative stress, and nitric oxide availability. Circulation 2002; THOMPSON PD ET AL.. Exercise and physical activity in the prevention and treatment of atherosclerotic cardiovascular disease: a statement from the Council on Clinical Cardiology (Subcommittee on Exercise, Rehabilitation, and Prevention) and the Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism (Subcommittee on Physical Activity). Circulation 2003; TSAI JC ET AL.. The beneficial effect of regular endurance exercise training on blood pressure and quality of life in patients with hypertension. Clin Exp Hypertens 2004; WHELTON SP ET AL.. Effect of aerobic exercise on blood pressure: a meta-analysis of randomized, controlled trials. Ann Intern Med 2002; WILLAIMS B & BRITISH HYPERTENSION SOCIETY ET AL. Guidelines for management of hypertension: report of the fourth working party of the British Hypertension Society, 2004-BHS IV. J Hum Hypertens 2004; YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 17


III/ Cholestérol Le cholestérol est un lipide (les lipides sont très souvent nommés vulgairement « graisses » à tord) assurant de très nombreuses réactions chimiques dans notre organisme et intervenant dans la composition de la membrane des cellules. HDL et LDL ne sont pas des molécules de cholestérol, ce sont des transporteurs de cholestérol. L’activité physique concourt à l’amélioration du profil lipidique sérique avec une diminution en moyenne de 3,7 % du taux de triglycérides sanguins, de 5 % du taux de LDLcholestérol et une augmentation de 4,6 % du taux de HDL-cholestérol. Rappelons que le HDL cholestérol a des vertus protectrices sur l’organisme à l’inverse du LDL responsable de bon nombre de pathologies. En effet, le HDL est une lipoprotéine qui sert de transporteur au cholestérol. Il l’emmène du réseau sanguin vers le foie où il pourra être métabolisé et donc ne sera plus un souci pour l’organisme. En médecine, on considère qu’un haut taux de HDL permet de diminuer les risques de cancer, d’angine de poitrine et d’infarctus. Le LDL est également une lipoprotéine mais elle effectue le trajet inverse du HDL. Elle est produite par le foie et emmène le cholestérol vers les cellules demandeuses. Lorsque les récepteurs de ces cellules sont saturés, le cholestérol est libéré dans la circulation sanguine. Ce dernier va alors se déposer dans les vaisseaux sanguins entrainant l’athérosclérose, vecteur principalement d’infarctus et autres accidents cardiovasculaires.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 18


Leclerc 1985, Lakka & Salomen 1992, montrèrent qu’une intensité modérée d’exercice suffisait à accroitre la fraction de HDL sanguin. La fréquence idéale serait comprise entre 3 et 5 séances par semaine selon les individus.

Les effets bénéfiques peuvent commencer à se manifester au cours du mois qui suit le début d'un programme d'activité physique.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 19


Sources bibliographiques : AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE. 1998. ACSM’s Resource Manual for Guidelines for Exercise Testing and Prescription, Third edition. Baltimore: Lippincott Williams and Wilkins. AMERICAN MEDICAL ASSOCIATION. 2001. “Executive summary of the third report of the National Cholesterol Education Program Expert Panel on detection, evaluation, and treatment of high blood cholesterol in adults. Journal of the American Medical Association. 285(19):2486-97. BISHOP J.G. & S.G. ALDANA. 1999. Step Up to Wellness. Boston: Allyn & Bacon Publishing. BROWNELL K.D., P.S. BACHORIK & R.S. AYERLE. 1982. “Changes in plasma lipid and lipoprotein levels in men and women after a program of moderate exercise”. Circulation. 65(3):477-84. DRYGAS W. ET AL. 2000. “Long term effects of different physical activity levels on coronary heart disease risk factors in middle-aged men”. International Journal of Sports Medicine. 21(4):235-41. DUNCAN J.J., N.F. GORDON, & C.B. SCOTT. 1991. “Women walking for health and fitness. How much is enough?” Journal of the American Medical Association. 266(23):32959. DUNN A.L. ET AL. 1999. “Comparison of lifestyle and structured interventions to increase physical activity and cardiorespiratory fitness: a randomized trial”. Journal of the American Medical Association. 281(4):327-34. DURSTINE J.L. & W.L. HASKELL. 1994. “Effects of exercise training on plasma lipids and lipoproteins”. Exercise and Sports Science Reviews. 22:477-522. KATZMARZYK P.T. ET AL. 2001. “Changes in blood lipids consequent to aerobic exercise training related to changes in body fatness and aerobic fitness”. Metabolism 50(7);841-8. KIKKINOS P.F. ET AL. 1995a. “Miles run per week and high density lipoprotein cholesterol levels in healthy, middle-aged men. A dose-response relationship”. Archives of Internal Medicine. 155(4):415-20. KIKKINOS P.F. ET AL. 1995b. “Cardiorespiratory fitness and coronary heart disease risk factor association in women”. Journal of the American College of Cardiology. 26(2):358-64. KIKKINOS P.F. & B. FERNHALL. 1999. “Physical activity and high density lipoprotein cholesterol levels”. Sports Medicine. 28(5):307-14. KING A.C. ET AL. 1995. “Varying intensities and formats of physical activity on participation rates, fitness and lipoproteins in men and women aged 50-65 years”. American Heart Journal. 91(10)2596-04. YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 20


LAKKA T.A. & J.T. SALONEN. 1992. “Physical activity and serum lipids: a cross-sectional population study in eastern Finnish men”. American Journal of Epidemiology. 136(7):80618.Seip R.L. et al. 1993. “Exercise training decreases plasma cholesteryl ester transfer protein. Arteriosclerosis”. 13(9):1359-67. LECLERC S. ET AL. 1985. “High density lipoprotein cholesterol, habitual physical activity and physical fitness”. Atherosclerosis. 57(1):43-51. LINDHEIM S.R. ET AL. 1994. “The independent effects of exercise and estrogen on lipids and lipoproteins in postmenopausal women”. Obstetrics and Gynecology. 83(2):167-72. MOLL M.E. ET AL. 1979. “Cholesterol metabolism in non-obese women. Failure of physical conditioning to alter levels of high density lipoprotein cholesterol”. Atherosclerosis. 34(2):159-66. NEIMAN, D.C. 1998. The Exercise Health Connection. Champaign, IL: Human Kinetics. Ready A.E. et al. 1996. “Influence of walking volume on health benefits in women postmenopause”. Medicine and Science in Sport and Exercise. 28(9):1097-105. SANTIAGO, M.C., A.S. LEON & R.C. SERFASS. 1995. “Failure of 40 weeks of brisk walking to alter blood lipids in normolipidemic women”. Canadian Journal of Applied Physiology. 20(4):417-28. SPATE-DOUGLASS T. & R.E. KEYSER. “Exercise intensity: its effect on the high-density lipoprotein profile”. Arch Phys Med Rehabil. 80(6):691-5. STEIN R.A. ET AL. 1990. “Effects of different exercise training intensities on lipoprotein cholesterol fractions in healthy middle aged men”. American Heart Journal. 119:277-83. SUNAMI Y. ET AL. 1999. “Effects of low-intensity aerobic training on the high-density lipoprotein cholesterol concentration in healthy elderly subjects”. Metabolism. 48(8):984-9. WILLIAMS P.T. ET AL. 1982. “The effects of running mileage and duration on plasma lipoprotein levels”. Journal of the American Medical Association. 247(19):2674-9. WILLIAMS P.T. 1996. “High-density lipoprotein cholesterol and other risk factors for coronary heart disease in female runners”.334(20):1298-303. WILLIAMS P.T. 1998. “Relationships of heart disease risk factors to exercise quantity and intensity”. Archives of Internal Medicine. 158(3):237-45. WOOD P.D. ET AL. 1983. “Increased exercise level and plasma lipoprotein concentrations: a one year randomized, controlled study in sedentary middle-aged men”. Metabolism. 32(1):319. WOOD P.D. ET AL. 1991. “The effects on plasma lipoproteins of a prudent weight-reducing diet, with or without exercise, in overweight men and women”. New England Journal of Medicine. 325(7):461-6.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 21


IV/ Réduction des risques de cancer Futura-science.com : « Un cancer est une pathologie caractérisée par la présence d'une (ou de plusieurs) tumeur maligne formée à partir de la transformation par mutations ou instabilité génétique (anomalies cytogénétiques), d'une cellule initialement normale. La transformation cellulaire tumorale se traduit notamment par une perte de contrôle du cycle cellulaire, une insensibilité à l'apoptose (mort programmée de la cellule), des anomalies de la réparation de l'ADN. Les cancers sont alors classés selon le type de la cellule dans laquelle s'est produite la première transformation (lymphomes, carcinomes, sarcomes) ; cette première cellule maligne s'étant ensuite divisée, formant la tumeur primaire constituée de cellules clonales. » Le cancer est depuis des décennies la première cause de mortalité en France avec en 2009 (Inserm-CépiDc (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès)) 159444 Morts soit environ 30% des morts cette année-là. Un rapport (Les causes du cancer en France) réalisé au terme de deux ans de travail par l'Académie de médecine, celle des Sciences, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), en association avec la Fédération des centres de lutte contre le cancer, l'Institut de veille sanitaire et l'Institut national du cancer montre que dans 45% des cas pour les hommes et 30% pour les femmes, les causes de la survenue des cancers est identifiable. Ce rapport extrêmement exhaustif et détaillé donne de nombreuses pistes : _ En tout premier lieu, et ce n’est pas une surprise, le tabac est responsable de 27% des cancers chez l’homme et de 33% des décès qui en suivent (contre seulement 9.6% pour la femme). _Nous trouvons ensuite respectivement pour l’homme et la femme l’alcool avec 11% et 4.5%, les agents infectieux (4.2%), les toxiques du travail, l’obésité, le manque d’exercice physique, les hormones de la ménopause, la reproduction, la pollution et bien sur l’alimentation. Le rapport complet Les causes du cancer en medecine.fr/Upload/tubiana_rapp_cancer_13sept_073.pdf

France :

http://www.academie-

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 22


L’INSERM indique en 2010 que : « Les experts s'entendent pour dire que plus de la moitié de tous les cancers qui affectent les populations des pays développés pourraient être évités si des mesures visant l'ensemble de la population et faisant de promotion des comportements sains (incluant des mesures de contrôle du poids, l'adoption d'une saine alimentation, la réduction du tabagisme et l'augmentation de l'activité physique) étaient mises en œuvre. » L’OMS a publié une Stratégie Mondiale pour l’Alimentation, l’exercice physique et la santé (http://www.who.int/dietphysicalactivity/strategy/eb11344/strategy_french_web.pdf) et met en avant l’augmentation inquiétante des maladies non transmissibles, alors que les facteurs de risques principaux sont connus ! Plus fort encore, depuis des années, les chercheurs se penchent sur les effets du sport sur le cancer : Friedenreich et Oreinstein (2002) ont répertorié 51 études sérieuses dans une métaanalyse (recueil d’un grand nombre d’analyses sur un sujet commun afin d’être certain du résultat en confrontant les conclusions), montrant en moyenne une baisse des risques de cancer du colon de 40 à 50% chez les pratiquants d’une activité physique par rapport aux sédentaires. Cette même méta-analyse montre des diminutions de 30 à 40% pour le cancer du sein et de 10 à 30% pour le cancer de la prostate. De la même manière les résultats pour le cancer de l’endomètre se portent à une réduction des risques de 30% en moyenne (Cust et coll., 2007). INSERM : « Il existe d’autres cancers pour lesquels le lien entre activité physique et survenue d’un cancer a été exploré: cancer de l’ovaire, cancer du testicule (Thune et Furberg, 2001). Les résultats sont encore insuffisants pour en tirer des conclusions claires. »

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 23


Sources bibliographiques : (liste publiée par l’INSERM lors de son exposé « Activité physique, contextes et effets sur la santé ») http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/084000534/0000.pdf ABRAHAMSON PE, GAMMON MD, LUND MJ, BRITTON JA, MARSHALL SW, et coll. Recreational physical activity and survival among young women with breast cancer. Cancer 2006, 107 : 1777-1785 ADAMS-CAMPBELL LL, ROSENBERG L, RAO RS, PALMER JR. Strenuous physical activity and breast cancer risk in African-American women. J Natl Med Assoc 2001, 93 :267275 ARTEAGA CL, OSBORNE CK. Growth inhibition of human breast cancer cells in vitro with an antibody against the type I somatomedin receptor. Cancer Res 1989, 49 : 6237-6241 BARDIA A, HARTMANN LC, VACHON CM, VIERKANT RA, WANG AH, et coll. Recreational physical activity and risk of postmenopausal breast cancer based on hormone receptor status. Arch Intern Med 2006, 166 : 2478-2483 BARNARD RJ, ARONSON WJ, TYMCHUK CN, NGO TH. Prostate cancer: another aspect of the insulin-resistance syndrome? Ob Rev 2002, 3 : 303-308 BARNARD RJ, NGO TH, LEUNG PS, ARONSON WJ, GOLDING LA. A low-fat diet and/or strenuous exercise alters the IGF axis in vivo and reduces prostate tumor cell growth in vitro. Prostate 2003, 56 : 201-206 BARNARD RJ, GONZALEZ JH, LIVA ME, NGO TH. Effects of a low-fat, high-fiber diet and exercise program on breast cancer risk factors in vivo and tumor cell growth and apoptosis in vitro. Nutr Cancer 2006, 55 : 28-34 BERRINGTON DE GONZALEZ A, SPENCER EA, BUENO-DE-MESQUITA HB, RODDAM A, STOLZENBERG-SOLOMON R, et coll. Anthropometry, physical activity, and the risk of pancreatic cancer in the European prospective investigation into cancer and nutrition. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2006, 15 : 879-885 BERTONE ER, NEWCOMB PA, WILLETT WC, STAMPFER MJ, EGAN KM. Recreational physical activity and ovarian cancer in a population-based case-control study. Int J Cancer 2002, 99 : 431-436 CAMPBELL PT, SLOAN M, KREIGER N. Physical activity and stomach cancer risk: The influence of intensity and timing during the lifetime. Eur J Cancer 2007, 43: 593-600 CAULEY JA, GUTAI JP, KULLER LH, LEDONNE D, POWELL JG. The epidemiology of serum sex hormones in postmenopausal women. Am J Epidemiol 1989, 129: 1120-1131

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 24


COURNEYA KS, MACKEY JR, MCKENZIE DC. Exercise for breast cancer survivors: research evidence and clinical guidelines. The Physician and Sports Medicine 2002, 30 : 1-17 COURNEYA KS, VALLANCE JK, MCNEELY ML, KARVINEN KH, PEDDLE CJ, et coll. Exercise issues in older cancer survivors. Crit Rev Oncol Hematol 2004, 51 : 249-261 CUST AE, ARMSTRONG BK, FRIEDENREICH CM, SLIMANI N, BAUMAN A. Physical activity and endometrial cancer risk: a review of the current evidence, biologic mechanisms and the quality of physical activity assessment methods. Cancer Causes Control 2007, 18 : 243-258 DORN J, VENA J, BRASURE J, FREUDENHEIM J, GRAHAM S. Lifetime physical activity and breast cancer risk in pre- and postmenopausal women. Med Sci Sports Exerc 2003, 35 : 278-285 DRAKE DA. A longitudinal study of physical activity and breast cancer prediction. ANALYSE Cancer Nurs 2001, 24 : 371-377 DUNN SE, KARI FW, FRENCH J, LEININGER JR, TRAVLOS G, et coll. Dietary restriction reduces insulin-like growth factor I levels, which modulates apoptosis, cell proliferation, and tumor progression in p53-deficient mice. Cancer Res 1997, 57 : 4667-4672 EBELING P, BOUREY R, KORANYI L, TUOMINEN JA, GROOP LC, et coll. Mechanism of enhanced insulin sensitivity in athletes. Increased blood flow, muscle glucose transport protein (GLUT-4) concentration, and glycogen synthase activity. J Clin Invest 1993, 92 : 1623-1631 FRIBERG E, MANTZOROS CS, WOLK A. Physical activity and risk of endometrial cancer: A population-based prospective cohort study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2006, 15 : 2136-2140 FRIEDENREICH CM. Physical activity and cancer prevention: from observational to intervention research. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2001, 10 : 287-301 FRIEDENREICH CM, THUNE I. A review of physical activity and prostate cancer risk. Cancer Causes Control 2001, 12 : 461-475 FRIEDENREICH CM, ORENSTEIN MR. Physical activity and cancer prevention: etiologic evidence and biological mechanisms. J Nutr 2002, 132 : 3456S-3464S FRIEDENREICH CM, COURNEYA KS, BRYANT HE. Relation between intensity of physical activity and breast cancer risk reduction. Med Sci Sports Exerc 2001a, 33 :15381545 FRIEDENREICH CM, COURNEYA KS, BRYANT HE. Influence of physical activity in different age and life periods on the risk of breast cancer. Epidemiology 2001b, 12 : 604-612 FRIEDENREICH C, CUST A, LAHMANN PH, STEINDORF K, BOUTRON-RUAULT MC, YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 25


CLAVEL-CHAPELON F, et coll. Physical activity and risk of endometrial cancer: The European prospective investigation into cancer and nutrition. Int J Cancer 2007, 121 : 347355 GANN PH, HENNEKENS CH, MA J, LONGCOPE C, STAMPFER MJ. Prospective study of sex hormone levels and risk of prostate cancer. J Natl Cancer Inst 1996, 88 : 1118-1126 GIOVANNUCCI E. Insulin, insulin-like growth factors and colon cancer: a review of the evidence. J Nutr 2001, 131 : 3109S-3120S HANNAN LM, LEITZMANN MF, LACEY JV JR, COLBERT LH, ALBANES D, SCHATZKIN A, SCHAIRER C. Physical activity and risk of ovarian cancer: a prospective cohort study in the United States. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2004, 13 : 765-770 HOLCOMB CA, HEIM DL, LOUGHIN TM. Physical activity minimizes the association of body fatness with abdominal obesity in white, premenopausal women: results from the Third National Health and Nutrition Examination Survey. J Am Diet Assoc 2004, 104 : 1859-1862 HOLMES MD, CHEN WY, FESKANICH D, KROENKE CH, COLDITZ GA. Physical activity and survival after breast cancer diagnosis. JAMA 2005, 293 : 2479-2486 ISOMURA K, KONO S, MOORE MA, TOYOMURA K, NAGANO J, et coll. Physical activity and colorectal cancer: the Fukuoka Colorectal Cancer Study. Cancer Sci 2006,97 : 1099-1104 JOHN EM, HORN-ROSS PL, KOO J. Lifetime physical activity and breast cancer risk in a multiethnic population: the San Francisco Bay area breast cancer study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2003, 12 : 1143-1152 KRUK J, ABOUL-ENEIN HY. Physical activity in the prevention of cancer. Asian Pac J Cancer Prev 2006, 7 : 11-21 KUBIK A, ZATLOUKAL P, TOMASEK L, PAUK N, PETRUZELKA L, PLESKO I. Lung cancer risk among nonsmoking women in relation to diet and physical activity. Neoplasma 2004, 51 : 136-143 KUO CH, HUNT DG, DING Z, IVY JL. Effect of carbohydrate supplementation on post exercise GLUT-4 protein expression in skeletal muscle. J Appl Physiol 1999, 87 : 2290-2295 LARSSON SC, RUTEGARD J, BERGKVIST L, WOLK A. Physical activity, obesity, and risk of colon and rectal cancer in a cohort of Swedish men. Eur J Cancer 2006, 42 : 25902597 LEE IM. Physical activity and cancer prevention--data from epidemiologic studies. Med Sci Sports Exerc 2003, 35 : 1823-1827 LEE IM, MANSON JE, AJANI U, PAFFENBARGER RS JR, HENNEKENS CH, et coll. Physical activity and risk of colon cancer: the Physicians’ Health Study (United States). Cancer Causes Control 1997, 8 : 568-574 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 26


LEE IM, SESSO HD, PAFFENBARGER RSJR. Physical activity and risk of lung cancer. Int J Epidemiol 1999, 28 : 620-625 LEE IM, REXRODE KM, COOK NR, HENNEKENS CH, BURIN JE. Physical activity and breast cancer risk: the Women’s Health Study (United States). Cancer Causes Control 2001a, 12 : 137-145 LEE IM, COOK NR, REXRODE KM, BURING JE. Lifetime physical activity and risk of breast cancer. Br J Cancer 2001b, 85 : 962-965 LEROITH D, ROBERTS CT. The insulin-like growth factor system and cancer. Cancer Lett. 2003, 195 : 127-137 LEUNG PS, ARONSON WJ, NGO TH, GOLDING LA, BARNARD RJ. Exercise alters the IGF axis in vivo and increases p53 protein in prostate tumor cells in vitro. J Appl.Physiol 2004, 96 : 450-454 LONGCOPE C, FELDMAN HA, MCKINLAY JB, ARAUJO AB. Diet and sex hormonebinding globulin. J.Clin.Endocrinol.Metab 2000, 85 : 293-296 MAO Y, PAN S, WEN SW, JOHNSON KC. Physical activity and the risk of lung cancer in Canada. Am J Epidemiol 2003, 158 : 564-575 MARCUS PM, NEWMAN B, MOORMAN PG, MILLIKAN RC, BAIRD DD, et coll. Physical activity at age 12 and adult breast cancer risk (United States). Cancer Causes ANALYSE Control 1999, 10 : 293-302 MARTINEZ ME, GIOVANNUCCI E, SPIEGELMAN D, HUNTER DJ, WILLETT WC,COLDITZ GA. Leisure-time physical activity, body size, and colon cancer in women. J Natl Cancer Inst 1997, 89 : 948-55 MARTINEZ ME, HEDDENS D, EARNEST DL, BOGERT CL, ROE D, et coll. Physical activity, body mass index, and prostaglandin E2 levels in rectal mucosa. J Natl.Cancer Inst 1999, 91 : 950-953 MATTHEWS CE, SHU XO, JIN F, DAI Q, HEBERT JR, et coll. Lifetime physical activity and breast cancer risk in the Shanghai Breast Cancer Study. Br J Cancer 2001, 84 :994-1001 MATTHEWS CE, XU WH, ZHENGW, GAO YT, RUAN ZX, et coll. Physical activity and risk of endometrial cancer: a report from the Shanghai endometrial cancer study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2005, 14 : 779-785 MCNEELY ML, CAMPBELL KL, ROWE BH, KLASSEN TP, MACKEY JR, et coll. Effects of exercise on breast cancer patients and survivors: a systematic review and metaanalysis. CMAJ 2006, 175 : 34-41 MCTIERNAN A, KOOPERGERG C, WHITE E, WILCOX S, COATES R, et coll. Recreational physical activity and the risk of breast cancer in postmenopausal women. TheWomen’s Health Initiative Cohort Study. JAMA 2003, 290 : 1331-1336 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 27


MOCK V, DOW KH, MEARES CJ, GRIMM PM, DIENEMANN JA, et coll. Effects of exercise on fatigue, physical functioning, and emotional distress during radiation therapy for breast cancer. Oncol Nurs Forum 1997, 24 : 991-1000 MONNINKHOF EM, ELIAS SG, VLEMS FA, VAN DER TWEEL I, SCHUIT AJ, et coll. Physical activity and breast cancer: A systematic review. Epidemiology 2007, 18 : 137-157 NGO TH, BARNARD RJ, LEUNG PS, COHEN P, ARONSON WJ. Insulin-like growth factor I (IGF-I) and IGF binding protein-1 modulate prostate cancer cell growth and apoptosis: possible mediators for the effects of diet and exercise on cancer cell survival. Endocrinology 2003, 144 : 2319-2324 PAN SY, UGNAT AM, MAO Y. Physical activity and the risk of ovarian cancer: A casecontrol study in Canada. Int J Cancer 2005, 117: 300-307 QUADRILATERO J, HOFFMAN-GOETZ L. Physical activity and colon cancer. A systematic review of potential mechanisms. J Sports Med Phys Fitness 2003, 43 : 121-138 RIMAN T, DICKMAN PW, NILSSON S, NORDLINDER H, MAGNUSSON CM, PERSSON IR. Some life-style factors and the risk of invasive epithelial ovarian cancer in Swedish women. Eur J Epidemiol 2004, 19 : 1011-1019 ROBERTS CK, BARNARD RJ. Effects of exercise and diet on chronic disease. J Appl Physiol 2005, 98 : 3-30 RUSSO J, FERNANDEZ SV, RUSSO PA, FERNBAUGH R, SHERIFF FS, et coll. 17-Betaestradiol induces transformation and tumorigenesis in human breast epithelial cells. FASEB J 2006, 20 : 1622-1634 SCHMITZ KH, HOLTZMAN J, COURNEYA KS, MASSE LC, DUVAL S, et coll. Controlled physical activity trials in cancer survivors: a systematic review and meta-analysis. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2005, 14 : 1588-1595 SCHWARTZ AL, MORI M, GAO R, NAIL LM, KING ME. Exercise reduces daily fatigue in women with breast cancer receiving chemotherapy. Med Sci Sports Exerc 2001, 33 : 718723 SEGAL R, EVANS W, JOHNSON D, SMITH J, COLLETTA S, et coll. Structured exercise improves physical functioning in women with stages I and II breast cancer: results of a randomized controlled trial. J Clin Oncol 2001, 19 : 657-665 SINNER P, FOLSOM AR, HARNACK L, EBERLY LE, SCHMITZ KH. The association of physical activity with lung cancer incidence in a cohort of older women: the Iowa Women’s Health Study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2006, 15 : 2359-2363 SLATTERY ML, POTTER JD. Physical activity and colon cancer: confounding or interaction? Med Sci Sports Exerc 2002, 34 : 913-919

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 28


STEINDORF K, JEDRYCHOWSKI W, SCHMIDT M, POPIELA T, PENAR A, et coll. Case-control study of lifetime occupational and recreational physical activity and risks of colon and rectal cancer. Eur J Cancer Prev 2005, 14 : 363-371 STEINDORF K, FRIEDENREICH C, LINSEISEN J, ROHRMANN S, RUNDLE A, et coll. Physical activity and lung cancer risk in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Cohort. Int J Cancer 2006, 119 : 2389-2397 STEVINSON C, LAWLOR DA, FOX KR. Exercise interventions for cancer patients: systematic review of controlled trials. Cancer causes & control 2004, 15 : 1035-1056 TARDON A, LEE WJ, DELGADO-RODRIGUEZ M, DOSEMECI M, ALBANES D, et coll. Leisure-time physical activity and lung cancer: a meta-analysis. Cancer Causes Control 2005, 16 : 389-397 TEHARD B, FRIEDENREICH CM, OPPERT JM, CLAVEL-CHAPELON F. Effect of physical activity on women at increased risk of breast cancer: results from the E3N cohort study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2006, 15 : 57-64 THUNE I, LUND E. The influence of physical activity on lung-cancer risk: A prospective study of 81,516 men and women. Int J Cancer 1997, 70 : 57-62 THUNE I, FURBERG AS. Physical activity and cancer risk: dose-response and cancer, all sites and site-specific. Med Sci Sports Exerc 2001, 33 : S530-S550 THUNE I, BRENN T, LUND E, GAARD M. Physical activity and the risk of breast cancer. N Engl J Med 1997, 336 : 1269-1275 TONIOLO PG, LEVITZ M, ZELENIUCH-JACQUOTTE A, BANERJEE S, KOENIG KL, et coll. A prospective study of endogenous estrogens and breast cancer in postmenopausalwomen. J Natl Cancer Inst 1995, 87 : 190-197 TYMCHUK CN, BARNARD RJ, HEBER D, ARONSON WJ. Evidence of an inhibitory effect of diet and exercise on prostate cancer cell growth. J Urol 2001, 166 : 1185-1189 VERLOOP J, ROOKUS MA, VAN DER KK, VAN LEEUWEN FE. Physical activity and ANALYSE breast cancer risk in women aged 20-54 years. J Natl Cancer Inst 2000, 92 : 128135 VGONTZAS AN, MASTORAKOS G, BIXLER EO, KALES A, GOLD PW, CHROUSOS GP. Sleep deprivation effects on the activity of the hypothalamic-pituitary-adrenal and growth axes: potential clinical implications. Clin Endocrinol (Oxf) 1999, 51 : 205-215 WILLIAMS PT. Nonlinear relationships between weekly walking distance and adiposity in 27,596 women 2. Med Sci Sports Exerc 2005, 37 : 1893-1901 WOLIN KY, LEE IM, COLDITZ GA, GLYNN RJ, FUCHS C, GIOVANNUCCI E. Leisuretime physical activity patterns and risk of colon cancer in women. Int J Cancer 2007, 121 : 2776-2781 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 29


WORLD CANCER RESEARCH FUND, AMERICAN INSTITUTE FOR CANCER RESEARCH. Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington DC: AICR, 2007 WU Y, YAKAR S, ZHAO L, HENNIGHAUSEN L, LEROITH D. Circulating insulin-like growth factor-I levels regulate colon cancer growth and metastasis. Cancer Res 2002, 62 : 1030-1035 YOUNG-MCCAUGHAN S, MAYS MZ, ARZOLA SM, YODER LH, DRAMIGA SA, et coll. Research and commentary: Change in exercise tolerance, activity and sleep patterns, and quality of life in patients with cancer participating in a structured exercise program. Oncol Nurs Forum 2003, 30 : 441-454 YU H, ROHAN T. Role of the insulin-like growth factor family in cancer development and progression. J Natl Cancer Inst 2000, 92 : 1472-1489 ZHANG M, LEE AH, BINNS CW. Physical activity and epithelial ovarian cancer risk: acasecontrol study in China. Int J Cancer 2003, 105 : 838-843 Autres contributeurs : INSEE, les premières causes de mortalités en France, 2009 Le FIGARO, « les premières causes de cancer en France » 2012.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 30


V/ Réduction des risques de diabète de type 2 Le diabète de type 2 est une maladie métabolique qui se caractérise par une difficulté du corps humain à utiliser l'insuline, les personnes atteintes de diabète de type 2 ont donc une faible sensibilité à l'insuline (hormone permettant l'entrée du sucre dans les cellules). Il peut aussi s'agir parfois d'une diminution dans la production d'insuline par le pancréas. Les conséquences d'une absence de traitement du diabète de type II (les effets négatifs apparaissent en général 10 à 15 ans après) sont surtout une macroangiopathie avec atteinte des coronaires et possibilité d'insuffisance cardiaque. De plus des problèmes au niveau des nerfs peuvent apparaître, avec perte de sensibilité et douleurs profondes, c'est particulièrement le cas dans les extrémités (pieds,...). L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié en 1997 un rapport sur l'épidémie mondiale de diabète actuelle et future. Au niveau mondial, le nombre de diabétiques était de 30 millions en 1985, de 177 millions en 2000 et atteindra au moins 350 millions d'ici à 2025. L'exercice fait considérablement diminuer le risque de devenir insulinorésistant en améliorant la tolérance au glucose et l'action de l'insuline chez les personnes prédisposées à développer le diabète de type 2. Les programmes d'interventions axées sur le mode de vie, avec composantes régime alimentaire et/ou exercice, ont fait ralentir le développement du prédiabète (diminution de la tolérance au glucose) en diabète de type 2. Combinée à une perte de poids et à une alimentation équilibrée, l'activité physique modérée peut faire diminuer de 50 % à 60 % les risques de développer le diabète chez les personnes à haut risque. L’activité physique a également un rôle déterminant dans la prévention du diabète de type 2, elle réduit de près de 60 % le risque de survenue de diabète chez les sujets présentant une intolérance au glucose. L’activité physique est, pour cette raison, actuellement considérée comme un objectif prioritaire dans la lutte contre la pandémie de diabète de type 2 (en France, 3 millions de personnes sont atteintes de diabète dont 90% de type 2). L’activité physique (le plus souvent associée à un régime) est efficace pour prévenir l’apparition du diabète de type2 chez des sujets à risque, avec une diminution de moitié en moyenne de son incidence (Eriksson et Lindgarde, 1991 ; Manson et coll., 1993 ; Paffenbarger et coll., 1997 ; Pan et coll., 1997 ; Hu et coll., 1999; Tuomilheto et coll., 2001). La réduction de l’incidence du diabète peut aller jusqu’à 65% si le niveau d’activité physique est important (Laaksonen et coll., 2005). L’étude de Framingham a montré que dans une population non sélectionnée de sujets âgés de 50ans, l’espérance de vie sans diabète est augmentée de 2,3 ans pour des sujets modérément actifs et de 4 ans pour des sujets très actifs par rapport à des sujets sédentaires (Jonker et coll., 2006).

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 31


Sources bibliographiques : BARRETT-CONNOR E. Epidemiology, obesity and non-insulin-dependent diabetes mellitus . Epidemiol Rev 1989; BEATY TH, NEEL JV, FAJANS SS. Identifying risk factors for diabetes in first degree relatives of non-insulin dependent diabetic patients. Am J Epidemiol 1982; BJORNTORP P, DE JOUNGE K, SJOSTROM L, SULLIVAN L. The effect of physical training on insulin production in obesity. Metabolism 1970; BLAIR SN, JACOBS DR JR, POWELL KE. Relationships between exercise or physical activity and other health behaviors. Public Health Rep 1985; DEFRONZO RA, FERRANNINI E, KOIVISTO V. New concepts in the pathogenesis and treatment of non-insulin-dependent diabetes mellitus. Am J Med 1983; 74:Suppl 1A:52–81. DEVLIN JT, HORTON ES. Effects of prior high-intensity exercise on glucose metabolism in normal and insulin-resistant men. Diabetes 1985;

DEVLIN JT, HIRSHMAN M, HORTON ED, HORTON ES. Enhanced peripheral and splanchnic insulin sensitivity in NIDDM men after a single bout of exercise. Diabetes 1987; DONAHUE RP, SKYLER JS, SCHNEIDERMAN N, PRINEAS RJ. Hyperinsulinemia and elevated blood pressure: cause, confounder, or coincidence? Am J Epidemiol 1990; FRISCH RE, WYSHAK G, ALBRIGHT TE, ALBRIGHT NL, SCHIFF I. Lower prevalence of diabetes in female former college athletes compared with nonathletes. Diabetes 1986 GAUTIER J.F., BERNE C., GRIMM J.J., LOBEL B., COLICHE V., MOLLET E. - Activité physique et diabète. Recommandations de l’ALFEDIAM. Diabetes Metab., 1998 HORTON ES. Role and management of exercise in diabetes mellitus. Diabetes Care 1988; JARRETT RJ, SHIPLEY MJ, HUNT R. Physical activity, glucose tolerance, and diabetes mellitus: the Whitehall Study. Diabetic Med 1986; KARAN JH. Obesity and diabetes in humans. In: Brodoff BN, Bleicher SJ, eds. Diabetes mellitus and obesity. Baltimore: Williams & Wilkins, 1982 KANNEL WB. Diabetes as a risk factor for atherosclerotic cardiovascular disease. In: Brodoff BN, Bleicher SJ, eds. Diabetes mellitus and obesity. Baltimore: Williams & Wilkins, 1982 KAHN HA, HERMAN JB, MEDALIE JH, NEUFELD HN, RISS E, GOLDBOURT U. Factors related to diabetes incidence: a multivariate analysis of two years observation on 10,000 men: the Israel Ischemic Heart Disease Study. J Chronic Dis 1971; KING H, ZIMMET P, RAPER R, BALKAN B. Risk factors for diabetes in three Pacific populations. Am J Epidemiol 1984; KOIVISTO VA, SOMAN V, CONRAD P, HENDLER R, NADEL E, FELIG P. Insulin binding to monocytes in trained athletes: changes in the resting state and after exercise. J Clin Invest 1979; YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 32


KOVAR MG, HARRIS MI, HADDEN WC The scope of diabetes in the United States population. Am J Public Health 1987; KROTKIEWSKI M. Physical training in the prophylaxis and treatment of obesity, hypertension and diabetes. Scand J Rehabil Med Suppl 1983; LEON AS, CONRAD J, HUNNINGHAKE DB, SERFASS R. Effect of a vigorous walking program on body composition and carbohydrate and lipid metabolism of obese young men. Am J Clin Nutr 1979; LINGARDE F, SALTIN B. Daily physical activity, work capacity and glucose tolerance in lean and obese normoglycemic middle-aged men. Diabetologia 1981; LOHMANN D, LIEBOLD F, HEILMANN H, SENGER H, POHL A. Diminished insulin response in highly trained athletes. Metabolism 1978; MANTEL N. Chi-square tests with one degree of freedom: extensions of the MantelHaenszel procedure. J Am Stat Assoc 1963; MARBLE A, KRALL LP, BRADLEY RF, CHRISTLIEB AR, SOELDNER JS, EDS. Joslin's diabetes mellitus. 12th ed. Philadelphia: Lea & Febiger, 1985. NATIONAL DIABETES DATA GROUP. Diabetes in America. Bethesda, Md.: Department of Health and Human Services, 1985. (NIH publication no. 85–1468.) NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH.CONSENSUS Development Conference on Diet and Exercise in Non-Insulin-Dependent Diabetes Mellitus. Diabetes Care 1987; PAFFENBARGER RS JR, HYDE RT, WING AL, HSIEH C-C. Physical activity, all-cause mortality, and longevity of college alumni. N Engl J Med 1986; PAFFENBARGER RS JR, WING AL. Chronic disease in former college students. XII. Early precursors of adult-onset diabetes mellitus. Am J Epidemiol 1973; PASSMORE R, DUMIN JVGA. Human energy expenditure . Physiol Rev 1955; RAURAMAA R. Relationship of physical activity, glucose tolerance, and weight management . Prev Med 1984; REITMAN JS, VASQUEZ B, KLIMES I, NAGULESPARAN M. Improvement of glucose homeostasis after exercise training in non-insulin-dependent diabetes. Diabetes Care 1984; SOMAN VR, KOIVISTO VA, DEIBERT D, FELIG P, DEFRONZO RA. Increased insulin sensitivity and insulin binding to monocytes after physical training. N Engl J Med 1979; TAYLOR R, RAM P, ZIMMET LR, RAPER LR, RINGROSE H. Physical activity and prevalence of diabetes in Melanesian and Indian men in Fiji. Diabetologia 1984; THORNE MC, WING AL, PAFFENBARGER RS JR. Chronic disease in former college students. VII. Early precursors of nonfatal coronary heart disease. Am J Epidemiol 1968; WEST KM. Epidemiology of diabetes and its vascular complications. New York: Elsevier, 1978.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 33


WILSON PW, MCGEE DL, KANNEL WB. Obesity, very low density lipoproteins, and glucose intolerance over fourteen years: the Framingham Study. Am J Epidemiol 1981;

VI/ Diminution des pathologies musculo-squelettiques et de l’ostéoporose Définition des Troubles Musculo-Squelettique (TMS) par le Ministère du travail, de l’emploi et de la santé : « Les Troubles Musculo-Squelettiques recouvrent un large éventail de pathologies touchant les tissus mous à la périphérie des articulations. Ils résultent d’un déséquilibre entre les capacités fonctionnelles des personnes et les sollicitations qui apparaissent dans un contexte de travail notamment sans possibilité de récupération suffisante. Ils affectent principalement les muscles, les tendons et les nerfs qui permettent le mouvement des pièces osseuses des membres supérieurs, du dos et des membres inférieurs. Ils sont localisés au niveau des poignets, des épaules, des coudes, du rachis, des genoux,… Le syndrome du canal carpien (SCC) est la pathologie la plus connue et la plus répandue ; les tendinites sont aussi des formes fréquentes de TMS. » Ces affections se manifestent par des douleurs et gênes dans les mouvements pouvant entraîner un handicap sérieux dans la vie professionnelle et la vie privée. Ces pathologies sont reconnues comme maladies professionnelles dans le cadre de tableaux annexés au code de Sécurité Sociale.

En 1972, les TMS sont reconnus comme une maladie professionnelle pour le genou. A partir de 1982 puis 1991, la liste des pathologies devient exhaustive. Les TMS sont la première maladie professionnelle en France mais également dans la plupart des pays industrialisés (USA, Suède et Canada notamment, qui publient leurs chiffres et les étudient de façon régulière). L’apparition du Taylorisme et des chaînes de production augmentent considérablement les risques de TMS : répétitions multiples et incessantes, vitesse d’exécution augmentée et dans des positions anti-anatomiques, baisse de l’attention du fait de l’ennui… En 1998, les TMS représentaient 60 % de l'ensemble des maladies professionnelles indemnisées en France. Les troubles musculo-squelettiques représentent en effet la première cause des maladies professionnelles indemnisées en France. En 2007, près de 7 millions de journées de travail ont été perdues à cause des TMS, générant un coût pour la société évalué à plus de 736 millions d'euros.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 34


Plusieurs études ont montré un taux d’incidence des fractures de col du fémur de 20 à 40 % plus faible chez les individus qui déclarent être physiquement actifs comparés à des sujets sédentaires. Le risque de fracture du col du fémur est diminué de 6 % pour chaque augmentation de dépense énergétique équivalente à 1 heure de marche par semaine. Les femmes qui marchent au moins 4 h par semaine ont un risque diminué de 40 % par rapport aux femmes sédentaires marchant moins de 1 h par semaine. TMS – Maladies professionnelles indemnisées – 2008

Nombre de nouveaux cas de TMS Maladies professionnelles indemnisées chaque année (Ministère du travail, de l’emploi et de la santé 2008)

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 35


VII/ Amélioration de la fonction respiratoire et prévention des maladies L’activité physique permet (à l’aide d’une programmation judicieuse), d’améliorer efficacement les capacités respiratoires : -

augmentation de l’évacuation du CO2 par les poumons

-

augmentation de la captation de l’oxygène par les globules rouges

-

meilleurs échanges antre les alvéoles pulmonaires et le sang

-

amélioration de la consommation maximale d’oxygène :

En moyenne, les auteurs scientifiques constatent une amélioration de 15 à 30% du VO2 max. Il est évident que plus un sujet est entrainé moins l’amélioration sera marquée. La progression est inversement proportionnelle au niveau aérobie de départ. -

augmentation du nombre et de la taille des mitochondries :

Les mitochondries sont des organites présents dans la cellule. Leur rôle princcipal est d’oxyder différents substrats énergétiques afin de reformer des molécules d’ATP, seules sources énergétiques directement utilisables par le muscle (valable aussi bien pour les muscles squelettiques que pour les organes creux ou encore le cœur). Une activité physique de type marche ou vélo à raison de deux heures ou plus par semaine entraîne une diminution des hospitalisations et de la mortalité d’origine respiratoire pouvant atteindre 40 % (Garcia-Aymerich et coll., 2006). Concernant l’asthme, la dilatation des bronches, la mucoviscidose, les pneumopathies interstitielles diffuses, les ablations chirurgicales pulmonaires, les résultats sont peu nombreux mais semblent pour le moment conclure à l’utilité de l’activité physique en prévention ou amélioration de l’espérance de vie et de la qualité de vie (Boas, 1997 ; Gulmans et coll., 1999 ; Newall et coll, 2005).

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 36


Sources bibliographiques : BASARAN S, GULER-UYSAL F, ERGEN N, SEYDAOGLU G, BINGOLKARAKOÇ G,ALTINTAS DU. Effects of physical exercise on quality of life, exercise capacity and pulmonary function in children with asthma. J Rehabil Med 2006 BERNARD S, LEBLANC P, WHITTOM F, CARRIER G, JOBIN J, etcoll. Peripheral muscle weakness in patients with chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 1998, 158: 629-634 BOURBEAU J, COLLET JP, SCHWARTZMAN K, DUCRUET T, NAULT D, BRADLEY C. Economic benefits of self-management education in COPD. Chest 2006, 130: 170-1711 BOAS SR. Exercise recommendations for individuals with cystic fibrosis. Sports Med 1997, CASABURI R, PORSZASZ J, BURNS M, CARITHERS ER, CHANEZ RSY, COOPER CB. Physiologic benefits of exercise training in rehabilitation of patients with severe chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 1997, 155: 1541-1551 CELLI BR, MACNEE W. Standards for the diagnosis and treatment of patients with 442 COPD; a summary of the ATS/ERS position paper. ERJ 2004, 23 : 932-946 CLARK CJ, COCHRANE L, MACKAY E. Low intensity peripheral muscle conditioning improves exercise tolerance and breathlessness in COPD. Eur Respir J 1996, COUILLARD A, PRÉFAUT C. From muscle disuse to myopathy in COPD : potential contribution of oxidative stress. Eur Respir J 2005, 26 : 703-719 COUILLARD A, MALTAIS F, SAEY D, DEBIGARE R, MICHAUD A, et coll. Exercise induced quadriceps oxidative stress and peripheral muscle dysunction in patients with chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 2003, 167 : 1664-1669 COUNIL FP, VARRAY A, MATECKI S, BEUREU A, MARCHAL P, et coll. Training of aerobic and anaerobic fitness in children with asthma. J Pediatr 2003, 142 : 179-184 DEBIGARE R, COTE CH, HOULD FS, LEBLANC P, MALTAIS F. In vitro and in vivo contractile properties of the vastus lateralis muscle in males with COPD. Eur Respir J 2003 DEMPSEY JA, WAGNER PD. Exercise-induced arterial hypoxemia. J Appl Physiol 1999,87 : 1997-2006 GARCIA-AYMERICH J, LANGE P, BENET M, SCHNOHR P, ANTO JM. Regular physical activity reduces hospital admission and mortality in chronic obstructive pulmonary disease: a population based cohort study. Thorax 2006, 61 : 772-778 GARCIA-AYMERICH J, LANGE P, BENET M, SCHNORH P, ANTO JM. Regular physical activity modifies smoking-related lung function decline and reduces risk of chronic obstructive pulmonary disease. A population-based cohort study. Am J Respir Crit Care Med 2007 YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 37


GOSKER HR, WOUTERS EF, VAN DER VUSSE GJ, SCHOLS AM. Skeletal muscle dysfunction in chronic obstructive pulmonary disease and chronic heart failure: underlying mechanicsms and therapy perspective. Am J Clin Nutr 2000, 71 : 1033-1047 GRIFFITHS TL, BURR ML, CAMPBELL IA, LEWIS-JENKINS V, MULLINS J, et coll. Results at 1 year of outpatient multidisciplinary pulmonary rehabilitation : a randomised controlled trial. Lancet 2000, 355 : 362-368 GRIFFITHS TL, PHILIPS CJ, DAVIES S, BURR ML, CAMPBELL JA. Cost effectiveness of an outpatient mutidisciplinary puomonary rehabilitation programme. Thorax 2001,56 : 779-784 GUERRERO K, WUYAM B, MEZIN P, VIVODTZEV I, VENDELIN M, et coll. Functional coupling of adenine nucleotide translocase and mitochondrial creatine kinase is enhanced after exercise training in lung transplant skeletal muscle. Am J Physiol Regul Interf Comp Physiol 2005, 289 : 1144-1154 GULMANS VAM, DE MEER K, BRACKEL HJL, FABER JAJ, BERGER R, HELDERS PJM. Outpatient exercise training in children with cystic fibrosis; physiological effects, perceived competence and acceptability. Pediatr Pulmonol 1999, 28 : 39-46 RAM FSF, ROBINSON SM, BLACK PN, PICOT J. Physical training for asthma. TheCochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 4. Art. N° :CD001116.pub2. DOI : 10.1002/14651858. CD001116.pub2 RANDOLPH CC. Allergic rhinitis and asthma in the athlete. Allergy Asthma Proc 2006, RIES AL, CARLIN BW, CARRIERI-KOHL-MAN V, CASABURI R, CELLI BR, et coll. Pulmonary rehabilitation. Joint ACCP/AACVPR. Evidence Based Medicine. Chest 1997, SACKETT DL, ROSENBERG WM, GRAY JA, HAYNES RB, RICHARDSON WS. Evidence based medicine: what it is and what it isn’t. BMJ 1996, 312 : 71-72 SERRES I, GAUTIER V, VARRAY A, PRÉFAUT C. Impaired skeletal muscle endurance related to physical inactivity and altered lung function in COPD patients. Chest 1998a SERRES I, HAYOT M, PREFAUT C, MERCIER J. Skeletal muscle abnormalities in patients with COPD : contribution to exercise intolerance. Med Sci Sports Exerc 1998b, 30 : 1019-1027 VALLET G, AHMAIDI S, SERRES I, FABRE C, BOURGOUIN D, et coll. Comparison of two training programs in CAL patients standardized versus individualized method. Europ Respir J 1997, 10 : 114-122 VARRAY AL, MERCIER JG, TERRAL CM, PRÉFAUT CG. Individualized aerobic and high intensity training for asthmatic children an exercise readaptation program. Is training always helpful for better adaptation to exercise? Chest 1991, 99 : 579-586

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 38


VOGIATZIS I, TERZIS G, NANAS S, STRATAKOS G, SIMOES DC, et coll. Skeletal muscle adaptations to interval training in patients with advanced COPD. Chest 2005, 128 :3838-3845 WHITTOM F, JOBIN J, SIMARD PM, LEBLANC P, SIMARD C, et coll. Histochemical and morphological characteristics of the vastus lateralis muscle in patients with chronic obstructive pulmonary disease. Med Sci Sports Exerc 1998, 30 : 1467-1474 YOUNG A. Rehabilitation of patients with pulmonary disease. Ann Acad Med 1983, 12 : 410-416

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 39


VIII/ Arrêt ou diminution du tabagisme Le tabagisme est un véritable fléau pour l’humanité mais aussi un des secteurs économiques les plus rentables de tous les temps. En chiffres, le tabac c’est cent millions de morts dans le monde au 20e siècle (tuberculose : 35 000 000 de décès) et un milliard attendus au 21e siècle (source rapport OMS janvier 2008). Un fumeur sur deux meurt prématurément directement à cause de la cigarette et si l’on considère les altérations profondes plus difficiles à observer (radicaux libres, particules circulantes…) les chiffres sont proches de 100%. Mais le tabac ne touche pas que la santé des particuliers, les entreprises sont frappées de plein fouet d’un point de vue économique. Selon le gouvernement, les chefs d’entreprise ont une obligation de sécurité vis-à-vis des non fumeurs, et l’obligation de faire appliquer la loi. Les employés passent une grande partie de leur vie d’adulte au travail, ce qui entraîne une responsabilité « citoyenne et sociale » de l’entreprise. Mieux vaut bénéficier d’une paix sociale entre fumeurs et non-fumeurs. Il y a toujours un véritable retour sur investissement. Un fumeur coûte entre 1500 et 4500 euros par an à son entreprise (temps de pause, congés maladies plus longs, détérioration du matériel et des locaux et décès prématurés). Exemple concret: Dans une entreprise de 100 salariés il y a 28 fumeurs (moyenne nationale). Chacun fume en moyenne 8 à 10 cigarettes par jour. La durée des pauses selon la « localisation » varie de 5 à 15 minutes (moyenne 6 minutes). 28 x 6 x 10 = 1 680 minutes par jour soit environ 28 heures ou le temps de travail quotidien d’environ 3 personnes !! L’entreprise de 100 personnes travaille donc avec 97 individus, 3 sont perdus dans les temps de pause !! Quelques chiffres des postiers de Boston USA : - risque d’accident + 29 % - blessure + 40 % - problème de discipline + 55 % - absentéisme fumeurs 5,4 % vs absentéisme non-fumeurs 4,1% Les programmes d’activité physique au travail ont un effet modeste mais positif sur le tabagisme des employés. Les gens qui participent aux programmes de vie active sont plus susceptibles de réduire leur consommation de tabac ou de cesser de fumer, en particulier s'ils s'inscrivent également à un programme de lutte contre le tabagisme. Le sevrage tabagique est facilité par l’entraînement physique (Ussher et coll., 2000) qui améliore les résultats des programmes d’interventions comportementales (Marcus et coll., 1999). En revanche, l’activité physique agit significativement sur les cancers (voir la partie sur le sujet). YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 40


Sources bibliographiques : British Journal of Surgery, 7 DEC 2005, The measured effect of stopping smoking on intermittent claudication Green MS, Luz J, Gofer D. Absence from work among smokers and non smokers in Israeli industries - The Cordis Study. Isr J Med Sci 1992;28:645-9 Ryan J, Zwerling C, Orav EJ. Occupational risks associated with cigarette smoking: a prospective study. Am J Public Health 1992 ; 82 :29-32 S Parrot Tobacco control 2000, 9, 167-192

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 41


IX/ Diminution du stress et des états dépressifs Le stress est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Il peut être aussi bien psychologique que physique. La pression imposée par le travail (mais aussi par notre environnement global) nuit à notre santé. Et la santé des individus influe grandement la santé des entreprises. En France, la dépression concerne aujourd’hui 3 millions de personnes de 15 à 75 ans (Morvan et coll., 2005), soit près de 15% de la population. Une méta-analyse récente (Ustun et Kessler, 2002) à partir des données épidémiologiques de l’OMS, de la banque mondiale et de l’école de Santé publique de Harvard University, de l’étude du Global Burden of Disease (GBD), souligne que les troubles neuropsychiatriques figurent parmi les cinq premières causes d’incapacité. La forme «dépression » (troubles de l’humeur) explique par elle-même 10% de la déficience. Grâce à différents procédés physiologiques (notamment hormonaux avec les endorphines, la vasopressine et l’ocytocine) et socio-psychologiques, l’activité physique permet ainsi de diminuer sensiblement les états de stress au travail mais aussi en dehors, réduit l’isolement social qui en découle, améliore le bien être général. Il permet également d’atténuer efficacement les dépressions et troubles liés. En 1999, Fox, dans une synthèse de la littérature portant sur 53 articles estime qu’on a des preuves actuellement suffisantes pour avancer que l’exercice physique peut avoir de nombreux effets positifs sur le bien être de la population en général au niveau de l’état psychologique (anxiété, émotions) et de la perception de soi (estime de soi). Ces conclusions sont partagées par Penedo et Dahn dans une revue récente de la littérature (2005).

A titre personnel, nous avons constaté par notre activité sur le terrain, une diminution considérable des états dépressifs avérés (par des médecins spécialisés en amont) voire un arrêt total des traitements médicaux suite à une pratique sportive régulière et bien encadrée. YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 42


L’INSERM a publié récemment une lettre confortant notre travail et nos ressentis sur l’encadrement : « Sur l’ensemble des travaux examinés, le type d’exercice ne semble pas jouer un rôle prépondérant sur la dépression mais l’environnement paraît important (présence d’un coach individuel ou pratique en petit groupe). […] Il existe donc un consensus que partagent les chercheurs et les praticiens sur le rôle que peut jouer l’activité physique au niveau des répercussions négatives de la dépression : inactivité, isolement, baisse de l’estime de soi, trouble de l’image du corps, inquiétudes somatiques… Sur l’ensemble de ces répercussions secondaires, il est évident que l’activité physique peut jouer un rôle majeur et limiter les inadaptations donc améliorer la qualité de vie des patients. Pour ces raisons, les psychiatres recommandent parallèlement aux traitements classiques, des activités physiques de loisir et d’intensité modérée en petits groupes ou avec un accompagnement individuel. » « Il est important de noter que les déprimés peuvent certes participer aux activités physiques et sportives mais la dépression étant associée à un ralentissement psychomoteur, à un symptôme de fatigue et à une incapacité d’action (Widlöcher, 1981), ces sujets n’iront pas volontairement vers une activité, ou alors l’abandonneront très vite. Il apparaît donc essentiel d’accompagner, de « coacher » ces sujets individuellement ou en petits groupes. »

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 43


Sources bibliographiques : CALFAS, K.J., & Taylor, W.C. (1994). Effects of physical activity on psychological variables in adolescents. Pediatric Exercise Science, 6, 406–423. COHEN, S., Tyrell, D.A.J., & Smith, A.P. (1991). Psychological stress and susceptibility to the common cold. New England Journal of Medicine, 325, 606–612. CORBIN, C., & Pangrazi, B. (Eds.) (1996). What you need to know about the Surgeon General’s Report on Physical Activity and Health. Physical Activity and Fitness Research Digest, July, Series 2(6), p. 4. CRAFT, L.L. (1997). The effect of exercise on clinical depression and depression resulting from mental illness: A meta-analysis. Unpublished master’s thesis, Arizona State University, Tempe. FRANTZ, S.I., & Hamilton, G.V. (1905). The effects of exercise upon retardation in conditions of depression. American Journal of Insanity, 62, 239–256. GLESER, J., & Mendelberg, H. (1990). Exercise and sport in mental health: A review of the literature. Israel Journal of Psychiatry and Related Sciences, 27, 99–112. GRUBERr, J.J. (1986). Physical activity and self-esteem development in children. In G.A. Stull & H.M. Eckert (Eds.), Effects of physical activity and self-esteem development in children. (The Academy Papers No 19, pp. 30–48). Champaign, IL: Human Kinetics Publishers. HALES, R., & Travis, T.W. (1987). Exercise as a treatment option for anxiety and depressive disorders. Military Medicine, 152, 299–302. KATON, W., & Schulberg, H. (1992). Epidemiology of depression in primary care. General Hospital Psychiatry, 14, 237–247. KELLEY, G., & Tran, Z.V. (1995). Aerobic exercise and normotensive adults: A metaanalysis. Medicine and Science in Sports and Exercise, 27(10), 1371–1377. KESSLER, R.C., McGonagle, K.A., Zhao, S., Nelson, C.B., Hughes, M., Eshelman, S., Wittchen, H.U., & Kendler, K.S. (1994). Lifetime and 12-month prevalence of DSM-III-R psychiatric disorders in the United States: Results from the National Co-morbidity Survey. Archives of General Psychiatry, 51, 8–19. KUBITZ, K.K., Landers, D.M., Petruzzello, S.J., & Han, M.W. (1996). The effects of acute and chronic exercise on sleep. Sports Medicine, 21(4), 277–291. KUGLER, J., Seelback, H., & Krüskemper, G.M. (1994). Effects of rehabilitation exercise programmes on anxiety and depression in coronary patients: A meta-analysis. British Journal of Clinical Psychology, 33, 401–410. Landers, D.M., & Petruzzello, S.J. (1994). Physical activity, fitness, and anxiety. In C. Bouchard, R.J. Shephard, & T. Stevens (Eds.), Physical activity, fitness, and health. Champaign, IL: Human Kinetics Publishers. YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 44


LAZARUS, R.S., & Cohen, J.P. (1977). Environmental stress. In I. Altman & J.F. Wohlwill (Eds.), Human behavior and the environment: Current theory and research. LONG, B.C., & van Stavel, R. (1995). Effects of exercise training on anxiety: A metaanalysis. Journal of Applied Sport Psychology, 7, 167–189. MARTINSEN, E.W. (1987). The role of aerobic exercise in the treatment of depression. Stress Medicine, 3, 93–100. Martinsen, E.W. (1990). Benefits of exercise for the treatment of depression. Stress Medicine, 9, 380–389. Martinsen, E.W. (1993). Therapeutic implications of exercise for clinically anxious and depressed patients. International Journal of Sport Psychology, 24, 185–199. MARTINSEN, E.W. (1994). Physical activity and depression: Clinical experience. Acta Psychiatrica Scandinavica, 377, 23–27. McDONALD, D.G., & Hodgdon, J.A. (1991). The psychological effects of aerobic fitness training: Research and theory. New York: Springer-Verlag. MCDONALD SA, HARDY CJ. Affective response patterns of the injured athlete : an exploratory analysis. Sport Psychologist 1990, 4 : 261-274 MCGRATH JE. Social and psychological factors in stress. Rinehart et Winston, NewYork, 1970 MEYER, T., Broocks, A., Hillmer-Vogel, U., Bandelow, B., & Rüther, E. (1997). Spiroergometric testing of panic patients: Fitness level, trainability and indices for clinical improvement. Medicine & Science in Sports and Exercise (Abstract), 29(5), S270. MICHEL G, PURPER-OUAKIL D, MOUREN-SIMEONI MC. Facteurs de risque des conduites de consommation de substances psychoactives à l’adolescence. Ann Med Psychol 2001, 159 : 622-631 MICHEL G, PURPER-OUAKIL D, LEHEUZEY MF, MOUREN-SIMEONI MC. Pratiques sportives et corrélats psychopathologiques chez l’enfant et l’adolescent. Ann Med Psychol 2003, 51 : 179-185 MONTGOMERY DL, REID G, SEIDL C. The effects of two physical fitness programs designed for mentally retarded adults. Can J Sport Sci 1988, 13 : 73-78 MORVAN Y, PRIETO A, BRIFFAULT X. La dépression en France: prévalence, facteurs associés et consommation de soins. INPES, Baromètre Santé, 2005 MOULLEC G, NINOT G, DESPLAN J, PRÉFAUT C, VARRAY A. Effet de la postréhabilitation chez des personnes broncho-pneumopathes chroniques obstructives. Revue des Maladies Respiratoires 2007, 24 : 121-132 NORTH, T.C., McCullagh, P., & Tran, Z.V. (1990). Effect of exercise on depression. Exercise and Sport Science Reviews, 18, 379–415.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 45


O’CONNOR, P.J., & Youngstedt, M.A. (1995). Influence of exercise on human sleep. Exercise and Sport Science Reviews, 23, 105–134. PETRUZZELLO, S.J. (1995). Anxiety reduction following exercise: Methodological artifact or “real” phenomenon? Journal of Sport and Exercise Psychology, 17, 105–111. PETRUZZELLO, S.J., Landers, D.M., Hatfield, B.D., Kubitz, K.A., & Salazar, W. (1991). A meta-analysis on the anxiety-reducing effects of acute and chronic exercise. REGIER, D.A., Boyd, J.H., Burke, J.D., Rae, D.S., Myers, J.K., Kramer, M., Robins, L.N., George, L.K., Karno, M., & Locke, B.Z. (1988). One-month prevalence of mental disorders in the United States. Archives of General Psychiatry, 45, 977–986. SCHLICHT, W. (1994). Does physical exercise reduce anxious emotions: A meta-analysis. Anxiety, Stress, and Coping, 6, 275–288. SIMON, G.E., VonKorff, M., & Barlow, W. (1995). Health care costs of primary care patients with recognized depression. Archives of General Psychiatry, 52, 850–856. SMITH, R.E. (1989). Conceptual and statistical issues in research involving multidimensional anxiety scales. Journal of Sport and Exercise Psychology, 11, 452–457. SPENCE, J.C., Poon, P., Dyck, P. (1997). The effect of physical-activity participation on selfconcept: A meta-analysis (Abstract). Journal of Sport and Exercise Psychology, 19, S109. . VAUX, C.L. (1926). A discussion of physical exercise and recreation. Occupational Therapy and Rehabilitation, 6 , 30–33. W-D. BRETTSCHNEIDER, “Psychological Outcomes and Social Benefits of Sport Involvement and Physical Activity Implications for Physical Education” in Proceedings — World Summit on Physical Education Berlin November 3-5, 1999. WHALEY DE, SHRIDER AF. The process of adult exercise adherence: Self-perceptions and competence. Sport Psychologist 2005, 19 : 148-163 WIDLÖCHER D. Fatigue et dépression. L’Encéphale 1981, 4 : 54-63 YILMAZ I, YANARDA M, BIRKAN B, BUMING G. Effects of swimming training on physical fitness and water orientation in autism. Pediatr Int 2004, 46 : 624-626 YOUNGSTEDT SD, O’CONNOR PJ, DISHMAN RK. The effects of acute exercise on sleep: a quantitative synthesis. Sleep 1997, 20 : 203-214 YOSHITAKE T, KIYOHARA Y, KATO I, OHMURA T, IWAMOTO H, et coll. Incidence and risk factors of vascular dementia and Alzheimer’s disease in a defined elderly Japanese population: the Hisayama Study. Neurology 1995, 45 : 1161-1168

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 46


X/ Réduction de l'obésité et limitation de la prise de poids OMS : « Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. » L’indice de masse corporelle (IMC) est une mesure simple du poids par rapport à la taille couramment utilisée pour estimer le surpoids et l’obésité chez l’adulte. Il correspond au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2. L’OMS définit:  

le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25. l’obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30.

Nous citons l’IMC uniquement afin de faciliter votre lecture des documents et études disponibles dans la littérature scientifique, mais cette notion nous déplait particulièrement car peu révélatrice du pourcentage réel de masse grasse d’un individu. Par exemple, un bodybuilder professionnel serait considéré comme « obèse morbide » sur cette échelle alors que sa masse grasse est inférieure à 5%. Il est cependant parfois intéressant pour comparer des situations à différents moments d’une vie d’une même personne sédentaire (évolution du ratio sans augmentation de la masse musculaire par l’activité physique par exemple). La dernière enquête nationale ObEpi (Enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l’obésité) réalisée en 2009 par l’INSERM, TNS HEALTHCARE et Roche, révèle que l'obésité et le surpoids continuent de progresser en France depuis 1997.

-

En 2009, 31,9% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 < IMC < 30 kg/m2) et 14,5% sont obèses (IMC > 30 kg/m2).

-

Par rapport à la prévalence estimée en 2006 (13,1%), la prévalence en 2009 représente une nouvelle augmentation de +10,7%. Dans les précédentes études l’augmentation avait été de +18,8% entre 1997 et 2000, de +17,8% entre 2000 et 2003 et de +10,1% entre 2003 et 2006. Au total, l’augmentation relative moyenne est de + 5,9% par an depuis 12 ans.

-

En extrapolant ces résultats à la population française, on dénombrerait, en 12 ans, 2922000 nouveaux obèses quand la population totale des adultes obèses compte 6 488 131 individus.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 47


YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 48


Enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l’obésité : L’obésité a longtemps été présentée comme un facteur génétique ou hormonal prédominant. Il est vrai que ces derniers ont un rôle mais qui n’est pas aussi déterminant que l’on voulait bien le croire. Nous savons désormais que le seul et unique indicateur de la prise ou de la perte de masse grasse est la balance énergétique. En effet, les calories que l’on ingère (via l’alimentation) et celles que l’on dépense sont les mêmes. Les sources de dépenses énergétiques sont multiples (activité physique, métabolisme de base digestion…) mais les premiers consommateurs énergétiques de notre corps sont les muscles (en moyenne 15 Kcal par jour et par kilogramme de muscle frais). La proportion que représente le muscle dans notre consommation quotidienne augmente avec l’activité physique. Ainsi, si l’on consomme dans la journée 2000 Kcal, et que la somme de nos dépenses énergétiques représentent 2000 Kcal, nous ne perdons pas de poids et nous n’en gagnons pas non plus : nous sommes à l’équilibre. La pratique du sport est un vecteur puissant de l’augmentation de la masse musculaire : l’hypertrophie (donc de la perte de poids à long terme) et de la dépense énergétique (donc de la perte de poids immédiate). Après ces explications, il est aisé de voir l’impact de l’activité physique sur la perte de masse grasse. Un exemple précis : Nos clients gagnent en moyenne 3 kg de muscle frais sur un de nos cycles de travail. Selon la formule présentée plus haut nous obtenons : 3 x 15 = 45 Kcal par jour de dépensées en plus. Si l’on multiplie par 365 jours on obtient 16425 Kcal sur une année. Nous ne prenons en compte ici que la consommation des 3 kg de muscle en plus, et au repos ! Il faut ajouter à cela la dépense lors des séances. Pour information, 16425 Kcal représentent environ 8 jours d’une alimentation pour un homme de 70 kg. Ainsi, si vous gagnez 3kg de muscle, vous allez faire une diète de 8 jours (alors que vous mangez normalement) sans aucun régime et au repos (c’est à dire sans considérer toutes les dépenses annexes qui peuvent intervenir) !

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 49


Sources Bibliographiques : BINGHAM SA, GOLDBERG GR, COWARD WA, PRENTICE AM & CUMMINGS JH (1989) The effect of exercise and improved physical fitness on basal metabolic rate. British Journal of Nutrition 61, 155–173. BLAAK EE, WESTERTERP KR, BAR-OR O, WOUTERS LJM & SARIS WHM (1992) Efffect of training on total energy expenditure and spontaneous activity in obese boys. American Journal of Clinical Nutrition 55, 777–782. BLACK AE, COWARD WA, COLE TJ & PRENTICE AM (1996) Human energy expenditure in affluent societies: an analysis of 574 doubly-labelled water measurements. European Journal of Clinical Nutrition 50, 72–92. BOUCHARD C, SHEPHARD RJ & STEPHENS T (1993) Physical Activity, Fitness, and Health, Consensus Statement. Champaign, IL:Human Kinetics Publishers. BOUTEN CVC, VAN MARKEN LICHTENBELT WD & WESTERTERP KR (1996) Influence of body mass index on daily physical activity in anorexia nervosa. Medicine and Science in Sports and Exercise 28, 967–973. CARPENTER WH, POEHLMAN ET, O’CONNELL M & GORAN MI (1995) Influence of body composition and resting metabolic rate on variation in total energy expenditure: a metaanalysis. American Journal of Clinical Nutrition 61, 4–10. DESPRES J.P. - L’exercice physique dans le traitement de l’obésité Cah. Nutr. Diet., 1994; 29, 5, 299-304. EKELUND U, AMAN J, YNGVE A, RENMAN C, WESTERTERP K & SJÖSTRÖM M (2002) Physical activity but not energy expenditure is reduced in obese adolescents: a casecontrol study. American Journal of Clinical Nutrition 76, 935–941. GORAN MI & POEHLMAN ET (1992) Endurance training does not enhance total energy expenditure in healthy elderly persons. American Journal of Physiology 263, E950–E957. HUNTER GR, WETZSTEIN CJ, FIELDS DA, BROWN A & BAMMAN MM (2000) Resistance training increases total energy expenditure and free-living physical activity in older adults. Journal of Applied Physiology 89, 977–984. KEMPEN KPG, SARIS WHM & WESTERTERP KR (1995) Energy balance during 8 weeks energy-restrictive diet with and without exercise in obese females. American Journal of Clinical Nutrition 62, 722–729. MEIJER EP, GORIS AHC, WOUTERS L & WESTERTERP KR (2001) Physical inactivity as a determinant of the physical activity level in the elderly. International Journal of Obesity 25, 935–939.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 50


MEIJER EP, WESTERTERP KR & VERSTAPPEN FTJ (1999) The effect of exercise training on total daily physical activity in the elderly. European Journal of Applied Physiology 80, 16–21. MORIO B, MONTAURIER C, PICKERING G, RITZ P, FELLMANN N, COUDERT J, BEAUFRÈRE B & VERMOREL M (1998) Effects of 14 weeks of progressive endurance training on energy expenditure in elderly people. British Journal of Nutrition 80, 511–519. OPPERT J.M., BALARAC N. - Activité physique et prise en charge des patients obèses. Ann. Endocrinol., 2001; 62, 4, cahier 2,1 S37-1S42. OPPERT J.M. - Mesure des dépenses énergétiques et de l’activité physique. In : Traité de Nutrition Clinique, A. Basdevant, M. Laville, E. Lerebours, eds, Paris : Flammarion Médecine-Sciences, 2000; pp. 337-43. PRENTICE AM, BLACK AE, COWARD WA & COLE TJ (1996a) Energy expenditure in overweight and obese adults in affluent societies: an analysis of 319 doubly-labelled water measurements. International Journal of Obesity 50, 93–97. PRENTICE AM, GOLDBERG GR, MURGATROYD PR & COLE TJ (1996b) Physical activity and obesity: problems in correcting energy expenditure for body size. International Journal of Obesity 20, 688–691. RACETTE SB, SCHOELLER DA, KUSHNER RF, NEIL KM & HERLINGIAFFALDANO K (1995) Effects of aerobic exercise and dietary carbohydrate on energy expenditure and body composition during weight reduction in obese women. American Journal of Clinical Nutrition 61, 486–494. SCHOELLER DA & FJELD CR (1991) Human energy metabolism: what have we learned from the doubly labeled water method? Annual Reviews of Nutrition 11, 355–373. SCHOELLER DA & JEFFORD G (2002) Determinants of the energy costs of light activities: inferences for interpreting doubly labeled water data. International Journal of Obesity 26, 97– 101. SCHULZ LO, ALGER S, HARPER I, WILMORE JH & RAVUSSIN E (1992) Energy expenditure of elite female runners measured by respiratory chamber and doubly labeled water. Journal of Applied Physiology 72, 23–28. SCHULZ LO & SCHOELLER DA (1994) A compilation of total daily energy expenditures and body weights in healthy adults. American Journal of Clinical Nutrition 60, 676–681. SIMON C. - Activité physique, bilan énergétique et profil métabolique Cah. Nutr. Diet., 2000; 35, 5, 311-5 SNITKER S, TATARRANNI PA & RAVUSSIN E (2001) Spontaneous physical activity in a respiratory chamber is correlated to habitual physical activity. International Journal of Obesity 25, 1481–1486. YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 51


STARLING RD, TOTH MJ, CARPENTER WH, MATTHEWS DE & POEHLMAN ET (1998) Energy requirements and physical activity in freeliving older women and men: a doubly labeled water study. Journal of Applied Physiology 85, 1063–1069. VAN ETTEN LMLA, WESTERTERP KR, VERSTAPPEN FTJ, BOON BJB & SARIS WHM (1997) Effect of an 18-wk weight-training program on energy expenditure and physical activity. Journal of Applied Physiology 82, 298–304. VELTHUIS-TE WIERIK EJM, WESTERTERP KR & VAN DEN BERG H (1995) Impact of a moderately energy-restricted diet on energy metabolism and body composition in non-obese men. International Journal of Obesity 19, 318–324. VERBOEKET-VAN DE VENNE WPHG, WESTERTERP KR & KESTER ADM (1993) Effect of the pattern of food intake on human energy metabolism. British Journal of Nutrition 70, 103–115. WESTERTERP KR (1998) Alterations in energy balance with exercise. American Journal of Clinical Nutrition 68, 970S–974S. WESTERTERP KR (1999a) Obesity and physical activity. International Journal of Obesity 23, Suppl. 1, 59–64. WESTERTERP KR (1999b) Assessment of physical activity level and energy expenditure of activity: current evidence and research issues. Medicine and Science in Sports and Exercise 31, S522–S525. WESTERTERP KR (2001a) Pattern and intensity of physical activity. Nature 410, 539. WESTERTERP KR (2001b) Limits to sustainable human metabolic rate. Journal of Experimental Biology 204, 3183–3187. WESTERTERP KR & MEIJER EP (2001) Changes in physical activity patterns with age: a physiological perspective. Journal of Gerontology 56A, 7–12. WESTERTERP KR, MEIJER GAL, JANSSEN EME, SARIS WHM & TEN HOOR F (1992) Long-term effect of physical activity on energy balance and body composition. British Journal of Nutrition 68, 21–30. WESTERTERP KR, SARIS WHM, SOETERS PB & TEN HOOR F (1991) Determinants of weight loss after vertical banded gastroplasty. International Journal of Obesity 15, 529–534. WESTERTERP KR, SARIS WHM, VAN ES M & TEN HOOR F (1986) Use of the doubly labeled water technique in humans during heavy sustained exercise. Journal of Applied Physiology 61, 2162–2167. WORLD HEALTH ORGANIZATION (1985) Energy and Protein Requirements. Report of a Joint FAO/WHO/UNU Expert Consultation. Technical Report Series no. 724. Geneva: WHO.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 52


B/ Effets sur la productivité et la satisfaction professionnelle Le second point, et non des moindres est l’aspect directement relié à la santé de l’entreprise et au niveau de satisfaction des employés. Il ne va pas de soi que l’activité physique joue un rôle sur la productivité et pourtant les chiffres que nous allons évoquer dans ces lignes sont plus que significatifs.

I/ Accroissement de l'énergie Les employés actifs disent se sentir :    

moins fatigués; plus détendus; plus sûrs d'eux; plus productifs.

En ayant une activité physique régulière, vous vous sentez de moins en moins fatigués au quotidien, comme le soulève un rapport de chercheurs de l’Université de Georgie aux Etats Unis portant sur l’analyse de 70 essais cliniques traitant de l’activité physique et de la fatigue. En effet, plus de 90% de ces études ont montré que les personnes sédentaires ayant suivi un programme régulier d’activité physique se sentaient moins fatigués au quotidien par la suite.

II/ Satisfaction des employés Les employés actifs se disent plus satisfaits au travail que les employés inactifs. Les dirigeants d'une entreprise ont indiqué que le programme de conditionnement physique qu'ils ont mis en place a eu une incidence positive sur la capacité de l'entreprise à recruter des employés de haut calibre. Lorsqu'une entreprise s'engage à améliorer la santé physique de ses employés, il en résulte :  

un sentiment d'accroissement de l'énergie et de la productivité; le sentiment chez les employés qu'ils sont importants pour l'entreprise.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 53


III/ Amélioration du rendement physique et intellectuel Faire de l'activité physique améliore considérablement la capacité des gestionnaires de prendre des décisions complexes. Certaines études indiquent que par rapport aux employés qui ne sont pas actifs, ceux qui participent à un programme d'activité physique commettent moins d'erreurs dans les tâches qui exigent de la concentration et de la mémoire à court terme. Des études donnent à penser que l'efficience du travailleur moyen décroît de 50 % durant les deux dernières heures de sa journée de travail, alors qu'un employé actif physiquement demeure efficient toute la journée et que sa productivité s'en trouve même augmentée de 12,5 %. En résumé, les études montrent que le rendement au travail peut être amélioré de 4 % à 15 % lorsque les gens font régulièrement de l'activité physique. De nombreuses études montrent l’effet positif de l’activité physique sur la cognition et les facultés intellectuelles. En effet, il a même été suggéré par d’éminents chercheurs que le sport serait un vecteur d’accélération du réveil moteur, psychologique ET cognitif !! Ainsi pratiquer une activité physique permettrait de se mettre plus vite au travail et d’être capable de résoudre des problèmes ou de réaliser certaines tâches plus vite. L’hormone principale dans le développement du muscle est l’IGF-1, hormone très neurotrophique. Il est ainsi prouvé que l’activité physique (probablement intense ou modérée) favorise le renouvellement neuronal et la préservation des neurones.

Sources Bibliographiques : S. E. Vail, Promoting the Benefits of Sport: A Collection of Peer-reviewed Journal Articles and Reports American Journal of Public Health 2005 : Effects of Physical Activity on Cognitive Functioning in Middle Age: Evidence From the Whitehall II Prospective Cohort Study J Phys Act Health. 2010 May;7(3):343-51. Examining the impact of integrating physical activity on fluid intelligence and academic performance in an elementary school setting: a preliminary investigation.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 54


C/ Effets sur le contrôle du coût pour l’entreprise et la sécurité sociale Le Canada est aujourd’hui à la pointe de l’intégration de l’activité physique au sein des entreprises. Leur expérience leur permet aujourd’hui d’effectuer un premier bilan chiffré. Les données ci-après sont extraites notamment du site de l’Agence de Santé publique du Canada : http://www.phac-aspc.gc.ca/index-fra.php

I/ Arrêts maladie et de soins de santé Les indemnités journalières maladie représentent 6,6 milliards d'euros de dépenses par an en 2011. Elles progressent à un rythme élevé: + 3,9 % en 2010, + 5,1 % en 2009. Un examen de 23 études portant sur l'incidence des programmes de promotion de la santé et de mieux-être au travail sur les coûts des soins de santé a permis de conclure qu'ils permettent de réduire ces coûts de 26 % en moyenne. L’économie annuelle de dépenses de santé entre une personne physiquement active et une inactive est de l’ordre de 250 euros par individu (source : rapport CNAPS 2008).

II/ Invalidité de courte durée (ICD) – Indemnisation des accidentés du travail Les programmes de vie active font diminuer le coût des régimes d'invalidité de courte durée parce qu'ils entraînent une diminution du nombre de demandes d'indemnités et des incidents ainsi que de la durée des incidents. Des employés en bonne condition physique sont moins sujets aux blessures. Lorsque ces employés se blessent, leur rétablissement prend moins de temps, ce qui réduit les coûts associés aux blessures. Par exemple :   

On a rapporté une baisse de 14 % à 25 % des journées d'incapacité chez les employés physiquement actifs; Les programmes d'activité physique peuvent réduire l'incidence des blessures de 25 % ; Quatre études portant sur cette question ont démontré qu'ils faisaient en moyenne diminuer de 30 % les coûts d'indemnisation des accidents du travail et de gestion des dossiers d'invalidité.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 55


III/ Réduction de l'absentéisme L’absentéisme peut être défini comme une incapacité temporaire, élargie ou permanente de travailler du fait d’une maladie ou d’une infirmité. « L’absentéisme touche différemment les professions et les secteurs d’activité, mais il existerait selon les spécialistes, un taux d'absentéisme incompressible (compris entre 3,5 et 4 %). En 2009, l’absentéisme a progressé : les statistiques de l'absentéisme au travail passant de 3,69 % (en 2008) à 4,85 %, soit une moyenne de 17,8 jours d’absence par salarié. Par ailleurs, 7,7 milliards d'euros de prestations ont été versés. Les secteurs des Services et de la Santé connaissent une croissance record avec des taux d'absentéisme au travail s’élevant respectivement à 5,16 % et 5,01%, qui les placent devant des secteurs comme l’Industrie (4,01%) ou le BTP (4,47%). Parmi les statistiques de l'absentéisme au travail, les causes de l’absentéisme seraient la pénibilité et les conditions de travail (pour 38 % des sondés), la maladie (pour 22 %), le vieillissement de la population salariée (pour 17 %), le climat socioéconomique (pour 17 %) et la démotivation des collaborateurs (pour 14 %). » Source : Etude réalisée par Alma Consulting Group en 2009

Dans certaines entreprises, les programmes d'activité physique ont fait diminuer l'absentéisme de 20 %, ce qui représente une augmentation de la présence au travail de 1,6 jour par participant par année. Au Canada par exemple, on a constaté les gains suivants : 0,8 jour à la Société canadienne des postes, 3,35 jours dans l'agglomération torontoise et 6,5 jours à la Canada Safeway Limited de Winnipeg. Selon les résultats d'études choisies, les employés physiquement actifs prennent 27 % de moins de congés de maladie. BC Hydro par exemple estime qu'elle économise chaque année 1,2 million de dollars en coûts de congés de maladie depuis qu'elle a implanté un programme d'activité physique.

Sources bibliographiques : SHEPHARD RJ, « A critical analysis of work-site fitness programs and their postulated economic benefits » Medicine and science in sports and exercise, 1992

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 56


IV/ Diminution du roulement du personnel Le taux de roulement est moins élevé chez les employés qui participent aux programmes de conditionnement physique que chez ceux qui n'y participent pas. Exemple : des entreprises comme Canada-Vie, Tenneco et BC Hydro ont constaté des baisses de roulement de leur personnel de 8,1 %, 13 % et 7 % respectivement.

V/ Rendement du capital investi Une bonne partie des chefs d’entreprises qui lisent ce doccument sont intéressés en premier lieu par le rendement, la rentabilité d’une telle mise en place pour leur société. Nous avons ainsi synthétisé l’ensemble des études internationales qui se sont penchées sur le sujet.

Faits saillants au Canada : Pour chaque dollar investi sur la réduction du roulement du personnel, la Canada-Vie de Toronto a obtenu un rendement de 3,40 $, une augmentation de la productivité et une diminution des demandes de règlement de frais médicaux. Le Dr Roy Shephard estime que les programmes de mieux-être de l'entreprise ont eu un rendement cumulatif de 500 $ à 700 $ par travailleur, par année. Au cours des six premiers mois du programme de conditionnement physique Metro Fit, les employés municipaux de Toronto inscrits au programme ont manqué 3,35 jours de moins que ceux qui n'y étaient pas inscrits. Chez BC Hydro, le taux de roulement des employés inscrits à un programme de conditionnement physique offert par la société a été de 3,5 %, comparativement à un taux moyen de 10,3 % pour l'ensemble de la société. Sur une période de sept ans, la Compagnie d'Assurance du Canada sur la Vie estime le taux de roulement des participants au programme de conditionnement physique a été inférieur au taux moyen dans une proportion de 32,4 %. La compagnie d'Assurance sur la vie de Toronto a constaté que le taux de roulement du personnel inscrit à un programme de conditionnement physique était de 1,5 % contre 15 % pour les employés non inscrits.

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 57


Faits saillants aux États-Unis :     

Bank of America – 5,96 $/1 $ PacBell – 3,10 $/1 $ Wisconsin School District – 4,47 $/1 $ Prudential Insurance – 2,90 $/1 $ General Mills – 3,50 $/1 $

Un examen de 16 études sur les programmes de promotion de la santé en milieu de travail a indiqué que leur ratio avantages-coûts est en moyenne de 5,93.

Sources Bibliographiques : K. Proper, W. Van Mechelen, VU Medical Center, Amsterdam, Costs, benefits and effectiveness of worksite physical activity counseling from the employer's perspective

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 58


D/ Nos programmes et contacts I/ Le travail de YourCoach Notre objectif est de proposer l’excellence et l’exception à chacune de nos prestations. C’est pourquoi nous basons nos programmes sur les sciences fondamentales reconnues que sont l’Anatomie, la Physiologie et la Biomécanique. Nous avons ainsi créé un produit qui s’adapte à chaque situation ou personne au sein de l’entreprise. Dans un premier temps, nous rencontrons les dirigeants afin de cerner au mieux la situation de l’entreprise et les activités concernées. Nous visitons ensuite les locaux et écoutons les différents acteurs sur chacun des postes. Nous pouvons alors définir ensemble les pistes d’action et proposer un service sur-mesure à l’entreprise. Notre méthode principale consiste à accompagner chacun vers la connaissance et la maîtrise de son corps. En effet, la plupart des intervenants actuels apprennent à leurs clients à faire un geste spécifique à leur poste de travail. Cependant, lorsque ce dernier doit exécuter une autre tâche, il ne sera pas prêt et risque de se blesser. Il en va de même lorsqu’il sort de son travail. De plus, l’autonomie et la compétence sont deux besoins fondamentaux de l’individu. En augmentant les compétences corporelles de chacun, on leur permet d’être autonome et de choisir le meilleur geste en fonction de chaque situation et moment donnés. Le bien-être des individus est alors respecté ! Ces progrès sont possibles tout en développant la forme et la santé des participants, dans la joie et la bonne humeur ! Il est pour nous primordial que le plaisir soit central et l’aspect ludique est fortement privilégié. C’est la raison pour laquelle notre service est un vrai catalyseur d’équipe !

II/ Contacts

YourCoach SARL tous droits réservés Diffusion autorisée sans modification du document 59


Les bienfaits de l'activité physique