Issuu on Google+


MERCI à Neunoeil (couv’), Grazina (photocops), aux TROTSKIDS, BABAYAGA OJO, aux Z.W.M., à POGOMARTO (réponses), Bouziane, Ismaël, Jean-Jacques et Ahmar (aide informatique). Redaction: Dag & Youness

à

SALUT ! Après plusieurs mois d'absence, (6, il me semble...) voilà le retour de la St-Rémy qui, comme tu pourras le constater, s'est étoffé sur ce coup-ci, histoire de faire oublier son éclipse. Le temps nous avait manqué car nous étions parti sur d'autres projets que tu pourras retrouver au long de ces pages: outre l'orga de concerts aux côtés du Saint-Rock'nRoll, il a fallu que l'on termine la seconde compilation du Squat amiénois, que l'on entame les suivantes (la sortie de la troisième est imminente), que l'on fasse un site pour notre asso (http://plusoilavie.free.fr), un autre sur la scène amiénoise (toujours en préparation), etc… bref, ça ne chôme pas et pendant ce temps, la feuille d'info était passé au second plan. Bon, dorénavant, on va tenter d'être aussi régulier qu'avant, en espérant que les infos ici te seront utiles. Comme d'habitude, n'oublies pas de nous tenir au courant de ce qui se passe par chez toi en nous contactant… Bon, plus de place… A +

NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NEWS...NE

L S B

e Collectif St-Rock’n’Roll et Plus Oi! La Vie présentent leur nouvelle compilation, Chut ! On s’entend plus gueuler, en CD-R (imprimé ! ) avec un livret photocopié dans un boîtier DVD. Elle comprend 20 titres de 20 groupes. Plus d’infos plus loin. Nous contacter. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… cène locale über alles: les amiénois de NOTEPOK viennent de sortir leur premier véritable album de 17 titres en digipack. Il est à 12 € pc. Envoyez un mail à notepok@voila.fr ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… onne nouvelle pour le vinyl-adicts: le second volume de La Complète des TROTSKIDS est enfin dispo. Il comprend les titres de l'EP, de l'album A Mort ! A Fond ! et de la démo 4 Fois en 10 Minutes. Dirty Punk Records, BP 10302 59666 Villeneuve d'Ascq http://pagesperso-orange.fr/dirtypunk/ ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… omme on parle de Dirty Punk, on signalera que Chris distribue maintenant les prods du label américain Joe Pogo Records: split EP TOWER BLOCKS / The ANALOGS (!!!!) en picture, LP du groupe de street-punk grec OMIXLH, Friends For Ever Punx For Life et le LP d'EVACUATE (avec un ex-VIRUS). Des pièces de collection ! Dirty Punk, cf. ci-dessus ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… près un LP puis un CD/DVD regroupant sa discographie, le groupe parisien HARDxTIMES remet le couvert avec un EP 3 titres, Demain Nous Appartient, chez Une Vie Pour Rien, histoire aussi de découvrir leur nouveau line-up. www.myspace.com/hardtimesxparis www.uvpr.free.fr ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… près un petit peu de retard, l'album des blésois de POGOMARTO, Nos désirs font désordre est enfin là ! Quatorze titres de bon punk-boite-à-rythme. A découvrir d'urgence pour ceux qui n'ont pas encore fait connaissance avec le duo. http://pagesperso-orange.fr/pogomarto/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… orties en cascade chez Mass Prod: après le 3e de 100 RAISONS (java-punk), le label breton n'annonce rien de moins qu'un MCD pour un groupe de St-Brieuc du nom de WEK617, le 7e volume de la compilation Breizh Disorder (avec entre autres Al Kapott, Patrick Cruel, Jeanne & les Calamités, Urban Attack…), une réédition 2 albums en 1 de SICK ON THE BUS et un split GASTEROPODES KILLERS / DIES IRAE, rien que ça ! Mass Prod c/o Jardin Moderne 11 rue du manoir de Servigné, ZI route de Lorient, 35000 Rennes …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… e groupe electro-punk EUROSHIMA vient tout juste de sortir un album 13 titres intitulé Tant qu’il y a de la vie, il y a du désespoir chez Crash Disques. http://www.myspace.com/euroshimyspace http:// www.crashdisques.org/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… roisième album (CD et LP) du duo anarcho-punk ACTIVE MINDS, It's Parfectly Obvious That This System Doesn't Work www.myspace.com/activemindspunk http://malokadistro.com/ Maloka BP 536 21014 Dijon Cedex …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… oujours chez Maloka, nouveau LP de 10 LEC 6, Cannibal To Be, 11 titres de punk-barré made in Paris. http://croutifix.free.fr …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ncore et toujours chez Maloka (décidément !), le groupe reggae-punk GUARAPITA sort un maxi 4 titres, Far West Line. http://guarapita.net/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… e Folklore de la Zone Mondiale prépare une version vinyle de l'album des RAMONEURS DE MENHIR. http://www.fzm.fr/ http://www.ramoneursdemenhirs.fr/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… propos de vinyle, le label allemand KB Records vient de sortir la version LP du dernier CHARGE 69, Conflit Interne. Vous pouvez le choper chez Combat Rock, 7 rue du Paquis, 57950 Montigny-les-Metz http://www.combatrock.com/news.php …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ombat Rock réédite en CD le maxi de PANIK, Les Troubadours du Chaos, groupe parisien des 80's qui s'est d'ailleurs reformé. Plus d'infos sur http://www.combatrock.com/news.php et http://www.myspace.com/ panikltdc …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… remières Sommations des vosgiens de KOMPTOIR CHAOS. 13 titres pour 10 € et ça se passe chez Worst. http://www.myspace.com/worstlabelfanzine …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ES SALES MAJESTES sont de retour et outre leur concert à l'Elysée-Montmartre (unique date en France), ils présentent un CD/DVD live, Week-End Sauvage, d'un concert à Montpell'. http://lessalesmajestes.free.fr/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ’excellent groupe de oi! mélodique BULL BRIGADE (avec des membres de YOUNGANG) sort un premier album, Strade Smarrite, en co-production avec Anark’Oi!, Anfibio Records et Coneheads. Tu peux le commander pour 10 € pc chez Anark’Oi! BP 45, 21370 Plombières http://anarkoi.free.fr

C

A A S L T T E L A C

P L L


C

a ne chôme pas non plus chez Fight For Your Mind qui annonce la sortie d'un split EP entre les américains de WITCH HUNT (http://www.myspace.com/witchhunt) et les suédois de TO WHAT END ? (http:// www.myspace.com/towhatend), brutal crust vs brutal hardcore. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… n continue sur les nouveauté de Fight For Your Mind avec un autre split EP, entre SISTA SEKUNDEN et les japonais d'I SCREAM 7 SHOWERS. C'est à découvrir sur http://www.myspace.com/sistasekunden et http:// www.myspace.com/iscream7showers Du bon punk-hardcore pour les 2 avec un poil de mélodies. SISTA SEKUNDEN sort aussi sur le même label un MCD, Sista Försvarslinjen. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… our finir avec les prods F.F.Y.M., sortie d'un split EP LOS DOLARES / WARTORN ainsi que d'un LP (Tainting Tomorrow With The Blood Of Yesterday) pour ces derniers. Encore de l'ultra-brutal, à juger par toi-même en allant les écouter: http://www.myspace.com/wartornwisconsin et http://www.myspace.com/losdolares ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 'est pas tous les jours qu'on a l'occasion d'écouter du punk venu de Macédoine, alors pour les curieux ou tout simplement, pour les fans de fastcore, Kawaii Records et Crapoulet (ainsi qu'une dizaine de labels étrangers) rééditent en un seul CD lintégrale du groupe straight-edge macédonien FxPxOx. 41 titres relatant les 5 années d'existence du groupe. http://www.myspace.com/fxpxox ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. oujours chez Kawaii Records (entre autres), sortie du EP des bulgares de NOVI CVETYA, 4 titres enregistrés entre 1980 et 1991. Un document ! http://www.myspace.com/novicvetya ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. n des groupes phares de la scène européenne est de retour ! En effet, KLASSE KRIMINALE vient de sortir son nouvel album, Strength & Unity chez Havin' A Laugh Records en digipack. Y'a moyen d'en écouter quelques titres sur http://www.myspace.com/primaklassekriminale …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ERVELLI STANKI est de retour aussi, avec un 5e album. L'excellent groupe de punk italien nous propose de nouvelles versions de ses titres sous le nom de 15 Years… Old Tunes, New Blood. En écoute sur http:// www.myspace.com/cervellistanki et dispo chez Beurk! Distribution - 12 impasse des Brizeaux - 79000 Niort http://beurkdistribution.monsite.orange.fr/ …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… our les fanatiques de rééditions, Captain Oi est incontournable, juges-en par toi-même: tout d'abord une série de 45 tours en picture-disc avec England Belongs To Me de COCK SPARRER, One Law For Them des 4-SKINS, Violence In Our Minds de LAST RESORT, C.I.D. de U.K. SUBS et Victims / Work Together des OPPRESSED. Toujours en picture-disc, le label anglais a aussi ressorti les LP de BUSINESS, Suburban Rebels, de G.B.H., City Baby Attacked By Rats et la compil Carry On Oi! Pour se tenir au courant de l'actualité trépidente du Capitaine, RDV sur http:// www.captainoi.com/

O

P

C

T U C P

A VOIR...A VOIR...

C

eux qui, comme nous, n'ont pas l'opportunité d'aller sur Poitiers doivent se jeter sans hésiter sur l'exposition virtuelle du site de la Fanzinothèque de Poitiers consacrée aux rockzines. Trente ans de fanzinat musical y sont retracés, divisés en 4 périodes. 1977 qui voit l'apparition des premiers titres de la presse underground. 78-82, période d'éclosion des zines rock dans tous les genres, punk, new-wave,… avec une recherche esthétique originale, vu que les clichés n'existaient pas encore dans le domaine. 83-90 ou l'explosion en multiples chapelles avec leurs publications spécialisées (c'est à cette époque qu'apparaissent les premiers zines metal par exemple) 91-97, période charnière (de vache maigre dirons-nous) traitée sous l'angle des persistances et des changements dans le rapport au fanzine. 97-2007, en construction, c'est à nous tous d'écrire cette histoire. haque période est divisée en thématiques, avec des textes explicatifs, historiques et analytiques, illustrés par une grande quantité de fanzines numérisés en pdf. On peut tomber ainsi sur des trucs complètement hallucinant comme sur un fanzine consacré au rock australien, et des vieux numéros d'On Est Pas Des Sauvages, Kanai, New Wave, Les Héros Du Peuple Sont Immortels, Alienation, Guerilla Urbaine ou New Wave. Quel plaisir aussi de tomber sur les tous premiers numéros d'Earquake ou No Government qui furent la transition entre cette période et la notre ! Des problématiques sont récurrentes, comme la longévité d'une parution, la question du passage à la distribution en kiosque, le fatal numéro 7… bon, je ne vais pas tout raconter quand même. n plus d'être un panoramique extrêmement intéressant de l'histoire du fanzinat français, cette expo virtuelle met en exergue des valeurs qui ont animées la "petite presse" rock comme l'éclectisme, la recherche du mieux, le refus des modes et du prêt-à-penser en matière de goûts, une recherche esthétique qui ne peut qu'être propre à chacun, bref, on n'en ressort que plus motivé et avec l'envie de s'y lancer à son tour. http://www.fanzino.org/

C

A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LIRE...A LI NYARK NYARK

- Fragments de scènes punk et rock alternatif en France 1976-1989

Entre les 30 ans du punk -non-évènement médiatique- le regain d'intérêt pour les groupes des 80's et la vague de reformation chez ces derniers, c'était le moment ou jamais pour voir apparaitre l'ouvrage définitif, la somme qui servirait de base à toute étude sur histoire punk en France. Arno Rudeboy (ex-BOLCHOI) s'est attelé à cette tâche et c'est sous le titre concis "Nyark Nyark" qu'il nous livre l'étude la plus complète sur le sujet depuis Scènes de Rock en France, comme le relève justement Cheribibi. Comme dans le fameux Nos Années Punk, le but n'est pas de raconter, mais faire raconter l'époque à ses acteurs. Comme dans toute culture "tribale", l'histoire du punk étant essentiellement tributaire de sa tradition orale, l'interview se révèle comme un mode d'écriture incontournable et de loin, le plus vivant et le plus instructif. La parole est donc donnée ici à du beau monde, rien que l'énumération donne le vertige: des groupes tels que METAL URBAIN, BERURIER NOIR, LUDWIG VON 88, L.S.D., MANO NEGRA, O.T.H., PARABELLUM, LES RATS, LES CADAVRES, OBERKAMPF, WASHINGTON DEAD CATS, OLIVENSTEINS, CAMERA SILENS, LUCRATE MILK, THE BRIGADES, HAPPY DRIVERS, LES THUGS, NUCLEAR DEVICE, LES NEURONES EN FOLIES, HAINE BRIGADE, PANIK, LAID THENARDIER, KOCHIS BABYLON FIGHTERS, LOS CARAYOS, 13e SECTION, LES KAMIONERS DU SUICIDE ou DAU AL SET, des labels comme Bondage, On A Faim, Gougnaf, New Wave, V.I.S.A., Kronchtadt ou Rock Radical Records et des activistes divers tels que Radio F.M.R., les Barrocks, le S.C.A.L.P., Rockalusine, les Studios W.W. ou les Red Warriors, excusez du peu ! Chose qui saute aux yeux, c'est l'ouverture musicale des intéressés, personne ne parle de punk-rock comme d'un bloc monolithique qui aurait besoin de Gardiens du Temple, au contraire, ces personnes se revendiquent plus d'une dynamique tout simplement "rock". par ordres chronologiques, ces intervenants racontent LEURS années 80, pas celles du fric et de la frime, avec recul, ne cédant pas, dans l'immense majorité des cas, à la tentation de réécrire leur légende. L'esthétique du livre est directement puisée dans l'univers des fanzines DIY, mais avec ici les avantages de l'imprimerie, c'est-àdire une qualité graphique énorme, au nivau du rendu des photos, pochettes de disques ici reproduites… mais aussi pour les dessins de Mattt Konture, Laul, Tapage ou Chatterton. Il est bien évident que cet ouvrage ne peut prétendre à l'exhaustivité (d'ailleurs une petite liste clôt le livre pour parfaire le panel… peut-être un second volume ? bah, quoi ? On a bien le droit d'espérer, non?). Et comme si tout cela ne suffisait pas, un CD est inséré dans la première édition de cette bible, histoire de se rappeler ou de découvrir comment sonnait tel ou tel groupe, les rythmiques ska-reggae ayant tout de même la part belle. Ce livre est aussi indispensable pour son intérêt historique et esthétique que parce que sa lecture est une source de motivation pour… pourquoi pas… refaire la même. C'est vrai quoi ! L'intérêt pour des racines ne vaut que lorsque l'on est décidé à faire des fruits ! (Editions Zones)

CHUT ! ON S'ENTEND PLUS GUEULER seconde compilation du Squat StSt-Rock. 20 titres, 20 groupes avec LES TAZONS, VARLIN, SKA-SOULET, CUT MY SKIN, NOTEPOK, LUTECE BORGIA, ANARCHAOS, TOUJOURS PLUS, POGOMARTO, LA VERU BERLUE, QUARTIER LIBRE, WILLIS DRUMMOND, ANORAK, VIKTIMS, FILTHPACT, BULGARIAN YOGURT, BICKLE'S CAB, MUNDA DI MIERDO, BORDEL SOCIAL, HEADWAR. Compilation 100 % diy: CD-R imprimE, livret 24 p. photocopie, dans un boitier dvd. 4 euros chez lefiascozine@hotmail.fr

E


U

ne des particularités de la scène alternative polonaise, qui fut, rappelons-le, la plus florissante de l'autre côté du "Rideau de Fer", est que, nombre de combos – loin d'être éphémères - officient toujours aujourd'hui. Nous nous sommes intéressés à l'un d'entre eux, formé en 1985 sous le nom de CMENTARNA ELITA ("l'élite du cimetière") avant de rapidement adopter le nom d'une sorcière bien connue des contes et légendes slaves. Ayant grandi à l'ombre des DEZERTER, MOSKWA, ARMIA et autres ABADDON, ayant vu son parcours troublé par moult changements de line-up et tragédies, et n'ayant jamais sorti de galette (uniquement des K7), ce groupe n'a pas connu en Occident le retentissement de ses consorts avec son punk-rock à la fois glauque et mélodique. Mais à l'occasion de la sortie de leur premier album,

En ce qui concerne les squats, en général en Pologne ils sont crades et impénétrables, mais c'est sympa d'y jouer des concerts malgré le climat spécifique et le contact direct avec le public. Les squats se développent tant que les conditions le permettent , en Pologne il n'y a personne qui ne peut ou ne veut les aider.

sont développés. Quelles sont les relations entre les groupes historiques des années 80 et les jeunes groupes qui sont nés à la fin de l’ère communiste ? Je pense que les relations sont bonnes. En ce qui nous concerne nous invitons nous même des groupes jeunes afin qu'ils jouent avec nous des concerts.

AvezAvez-vous déjà joués en dehors de la Pologne ? Si oui, quel accueil avezavez-vous reçu du public ? Si non, pensezpensezvous que chanter en polonais est une gène pour jouer à l’étranger ? On a eu une proposition pour jouer à l'étranger mais ça ne s'est pas fait pour plusieurs raisons. Vous avez réenregisNotre chant en polotrés vos vieux mornais ne nous gène en ceaux pour votre album. rien et on ne pense Quels échos avezavez-vous même pas à chanter eu de l’évolution de dans une autre langue, votre son d’aujourdpeut être en japonais ’hui ? ou en chinois; notre Les réactions des gens musique est écoutée étaient variées. L'album partout dans le monde même a plu à certains, d'autres l'ont critiqué. Sila est née de en Afrique du Sud et aux Iles Féroé. la combinaison des anciens membres du groupe et des nouveaux musiciens, D’où provient le nom du groupe ? c'est pourquoi le son n'a pas été "Babayaga" est un nom de sorcière il prévu dès le début, mais c'est sorti me semble… spontanément. Le nouvel album qui La première chanteuse les cheveux sortira l'année prochaine va être avait vraiment rapide et fort. Ça va être ébouriffés comme une sorcière et c'est de du punk "shock knockaut". là que vient Babayaga, Où, comment et avec qui avezavez-vous et Ojo est un rajout. enregistré votre dernier album SiLe Festival de Jarocin la ? L'album Sila a été enregistré dans fût une vitrine du rock et un petit studio de Robert, Litz, de la contreculture polonaiFridrich dans notre ville. Après la se. Quel est votre regard réactivation, la composition du dessus ? groupe a changée plusieurs fois, Pourvu qu'il y ai plus de même pendant l'enregistrement de festivals de ce genre et surtout moins de l'album. commercialisation. En dehors des clubs, est ce que la 1989, les scène polonaise est développée dans Depuis groupes punks se les squats ?

Quels sont les groupes qui vous ont inspirés à vos débuts : polonais et étrangers. Et ceux qui vous intéressent aujourd’hui ? Chacun de nous écoutait et écoute de la musique différente. Ce sont des climats différents, du gothique au hardcore en passant par le punk. De ce mélange est né le son de BABAYAGA OJO.

Présentation du groupe et évolution. Le groupe est né en 1985 et a duré jusqu'à que le leader et chanteur du groupe soit mort suite à un accident [NDLR: en 2003]. En 2005 il y a eu une réactivation du groupe, lequel dure jusqu'aujourd'hui dans la composition : Kobel à la basse, Kostas à la batterie, Doris au chant et Adi à la guitare. Où trouveztrouvez-vous l’inspiration de vos morceaux ? De quoi parlentparlent-ils ? Nos inspirations viennent de la vie de tous les jours, que l'on accepte ou non et les textes parlent justement de ce qui nous plait dans la vie ou non.

Apparemment il y a eu beaucoup de censure au temps des communistes. Comment ça se passe aujourd’hui ? Oui, avant il fallait éviter la censure par différentes métaphores. Les textes étaient écrits de telle façon à ce que l'auditeur concret comprenne et que le moyen devienne un idiot. Maintenant il n'y a pas réellement de censure et même s'il y en avait eu je pense qu'on s'en foutrait! EstEst-ce que votre longue existence vous a permis un accès à la télévision, la radio, les concerts, les labels… ? On ne cours pas après les médias, mais il faut avouer qu'ils se souviennent de l'ancien BABAYAGA OJO. Lisezbeaucoup Lisez-vous de fanzines ? Lesquels ? Généralement moins qu'avant mais nous aimons beaucoup Garaz. Avant on en lisait beaucoup, parce qu'il n'y avait pas d'Internet. Nous ai-


ZINES 2e SOUS-SOL #2:

Fanzine de la Fédération AnarchoPunk. Rosa Park, Hainemis d'Etat, La K-Bine, Kalashnikov, Benzo Diazépine, Active Minds, Marald, Droit Des Animaux, Gabi Mouesca, They Lie We Die, punk en Grèce, politique, 98 p. A4, 4 € http://apfdiy.free.fr

APATRIDE #10:

la Fanzinothèque de Poitiers, scenereport de Grèce, textes et chroniques http://anarkopunk.free.fr

BARRICATA #17:

Pizko MC, Skuds & The Panic People, Retaque, Kisses Cause trouble, Gil, Maroc, Inde, G8,nouvelles,… http://contre.propagande.org/

CHERIBIBI #3:

The Adicts, Tian An Men 89 Records, Rico Rodriguez, La Compagnie Jolie Môme, Sarah Savoy & les Francadiens, Eddie Thornton, cinéma kung-fu, reggae & kung-fu, BDs, cinéma, nouvelles… 92 p. format spécial On Y Va, BP 17, 94201 Ivry s/Seine Cedex http://www.cheribibi.net/

DIG IT # 43:

Rock'n'Roll Soldiers, The Sonics, André Williams, The Manikins, The Dirtbombs, Lee Hazlewood, les racines du punk, The Fleshtones, The Morlocks, 52 p. A4, 4,50 € Armadillo, 32, rue Pharaon, 31000 Toulouse http://www.chez.com/digitfanzine

GASMASK #2:

-merions b i e n connaître le vôtre. Beaucoup de personnes pensent que le catholicisme a été un contrepoids au communisme, que l’élection du pape Jean Paul II a permis à une certaine forme de contestation de se développer et même u n groupe aussi connu qu'ARMIA n'hésite pas à afficher sa foi. Quel regard avezavez-vous sur la religion ? Nous avons tous du respect envers Jean Paul II, cependant en ce qui concerne la foi nous ....

Nous jouons de la musique plus lisible et on ne s'identifie pas au nazisme et autres mouvements de ce genre. Autrefois le leader du groupe avait des idées limite et malheureusement cela nous suit encore un peu mais nous n'avons aucun rapport avec ça... VoulezVoulez-vous rajouter quelque chose ? Invitez nous chez vous et nous allons faire un concert que vous n'avez encore jamais vu ni entendu, et si c'est pas possible venez en Pologne à nos concerts ! par Dag (e(e-mail)

Pourquoi voulezvoulez-vous vous différencier de l’ancien BABAYAGA OJO ?

dossier écoles alternatives, ciné reports, gasmask@no-log.org

HUMAN DISASTER #7:

Youssouf Today, Inner Conflict, Emergence records. 52 p. A5

MA GROSSE PARMITE #2:

Fanzine de la Fanzinothèque de Poitiers. Chroniques, articles sur fanzines. Dispo en pdf: http://www.fanzino.org/actualites.html

MAUVAISE #2:

Fin de Siècle, The Aggrolites, Gonna Get Yours, Le Prisonnier distro, Singe des Rues

MONONOKE #5:

Sick Fix, Pazahora, 58 HxC Crew (Turned Page, Hate Six Remains, Puny Runt, Some Reason To Kill, Undone Path), scene-reports Grèce et Lituanie, prix libre + 3 timbres http://kawaiirecords.com

NEVER KNOW #2:

Human Compost, Chicken Call, HHM, Future Noir, ed. Tahin Party, 68 p. A4, prix libre bubbledoggie@gmail.com

NINA & SES IDEES NOIRES #5:

Pogomarto, Singe

DISCOGRAPHIE

des Rues,… 24 p. A4 nomoretrouble@no-log.org

NYCTHEZINE #5:

spécial école: chroniques, activistes punk travaillant ans l'éducation. Laurent Gallet, rue des Equets, 38460 Leyrieu

PERE CASTOR #2:

1989:

interview d'u anarcho-punk

Laurent Gallet, rue des Equets, 38460 Leyrieu

RASPUT-ZINE #1:

Zeppo, fanzine Tord-Boyau, Rosa Park, collages, dessins… 44 p. A5, prix libre lagraine@no-log.org

Le monde après la guerre nucléaire ne changera pas / Il sera pareil sauf que nous ne serons plus là / Nous marchons, le corps fatigué / D'un pas régulier avec le pouls calme / Les bombes nucléaires se sont tues / Les explosions nucléaires se sont tues / Encore et toujours la carabine sur l'épaule / L'uniforme taché du sang de nos amis / Le corps de nos proches restent dans l'ombre / Encore un peu et nous tombons tous / Les rayons percent les gens / Le monde se termine, l'existence passe / Des gens il ne reste plus qu'une tache sanglante.

Przy Blasku KsięŜyca (K7)

costa-ricain, 16 p. A5, prix libre http://plusquedesmots.free.fr

PUNX ARCHIVES #2: spécial Haine Brigade

La Dernière Marche

świrek i atomowy Muchomor (K7)

Zeppo, écologie, squat Wilson http://perecastor.lautre.net/

PLUS QUE DES MOTS #5:

TEXTE

1986:

1992:

Zdusi Was Trupi Smród Goodbye Nancy (K7)

RATCHARGE #14:

The Wankys, Autistic Youth, Tentacles of Destruction, Szarapow. 36 p. A4, xxgluestickxxbrigadexx@yahoo.fr

2007:

Siła (CD)

ROTTEN EGGS SMELL TERRIBLE #19-20:

l es Vandales, Tai-Luc, Panik LTDC, La Société Elle A Mauvaise Haleine, Phase Terminale, Lutèce Borgia, 72 p. A4, 3,80 € Mundodrama, BP 17 12450 La Primaube

VOSGIAN FANZINE CREW #1:

scene-reports, antispécisme et nucléaire, 40 p. A5, 2 € Vosgian Force, 653 rue des Savrons, 88380 Archettes ou en pdf sur: http://www.vosgianforce/fanzine.php

SILA - CD

B

ABAYAGA OJO nous offre dans ce 1er album une dizaine de réadaptations de leurs morceaux sortis sur K7 dans les années 80 et 90. Evidemment le son ici est moins brut, plus travaillé, plus moderne, mettant en avant la jolie voix grave de la chanteuse. La patate est au rendez-vous avec Balon, Siłe Masz, Zadyma… morceaux rapides qui prennent aux tripes. La suite ralentit, devient plus rock, mais en restant dans l'esprit punk jusqu'au reggae Ulitza. Hormis les réadaptations, on découvre en plus deux nouvelles compos, rock justement. Le nouveau son du combo met à leur avantage les chansons, en accentuant les mélodies et leur donnant une nouvelle vitalité. En bonus, pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, on a droit à un titre (Załogowcy) enregistré dans les années 80 qui nous fait mesurer le chemin parcouru. Un superbe album pour un groupe qui mériterait davantage de notoriété.


On a rencontré les POGOMARTO en 2006 lors de leur premier passage à Amiens. On avait autant accroché avec eux au niveau humain qu'on avait été conquis par leur punk minimaliste, frais et engagé, transpirant de sincérité. Leur démo étant déjà devenue un classique, il était donc justice qu'on les contacte à l'occasion de la sortie de leur album Nos Désirs Font Désordre. Refusant l'interview live, ils ont préféré répondre par mail pour mieux structurer les réponses. Place aux artistes ! La question que tu t'y attends pas: pouvezvous présenter le groupe ? Nous ne sommes presque pas un groupe vu que nous sommes que deux, Aline au chant et moi même (Cru$h) à la guitare, après avoir joué dans divers groupes nous avons décidé en 2005 de créer un duo punk minimaliste avec boite à rythme. Au début on ne savait pas comment POGOMARTO allait sonner, j'avais quelques chansons que je jouais à la guitare acoustique dans les soirée, j'ai pris une guitare électrique, une boite à rythme bien basique et Aline s'est mis à chanter dessus, ça a donné POGOMARTO et depuis ça n'a pas beaucoup évolué. Nous tenons à ce que nos chansons restent simples et instinctives, les arrangements compliqués se n'est pas notre truc.

Et le split avec les Tazons, c'est pour quand ? Je crois qu'il ne sortira jamais, j'ai croisé dernièrement un "TAZON" et il m'a dit que pour l'instant ils étaient en pause pour une durée indéfinie et que certains avaient monté d'autres projets. Nous avions enregistré 4 titres pour ce split mais ils n'ont jamais été mixés. Les TAZONS n'ont pas encore enregistré, donc je crois que c'est tombé à l'eau.

NEVER MIND THE GROS CONS

Pouvez-vous nous parler des gens qui ont travaillé sur l'album et ont contribué à sa sortie ? Cet album, c'est un album de potes, on l'a fait qu'avec des gens qu'on apprécie vraiment. Nous avons fait toutes les prises son nous mêmes à la maison sur un petit 8 pistes, le mix et le mastering ont été fait par Rémi un pote de Blois, la pochetVous avez une liste de concerts impression- t e est nante. Vous passez votre temps sur les routes ou arrivez-vous à avoir d'autres activités à côté ? Les concerts c'est vraiment ce qu'on préfère, les rencontres, les fêtes sont nos véritables motivations. Nous ne sommes pas un groupe de studio, les disques que nous enregistrons sont fait pour garder une trace des chansons mais ils ne sont en aucun cas un aboutissement pour nous, nous préférons faire vivre nos chansons sur scène. Si on avait le temps on tournerai encore plus mais malheureusement nous avons céder à la tentation de faire un boulot de merde. Dés que nous avons un de Cha peu de temps on en profite pour faire une que nous avions rentournée, ce qui aussi l'occasion de revoir plein contré lorsqu'elle était de potes. sur Tours et avec qui nous avons toujours gardé contact, on adore son boulot et on adore la personne. Sinon il

HERE'S THE

y a e u les RAVALE TA JOIE (Ben et Raf) avec qui nous avons enregistré le dernier morceau, c'est e u x aussi des bons potes qui jouent de la cha n- son flamenco en étant persuadés que c'est de la musique africaine ou l'inverse. Ben a aussi mis les textes en page sur le livret et Aurore en a corrigé la centaine de fautes d'orthographe qu'il y avait. Pour le sortir nous avons contacté 2 labels dont nous nous sentons proches et c'est Zéric de Trauma Social qui nous à dit le premier qu'il serait heureux de le sortir, ensuite Géro l'activiste végan bien connu sur la scène parisienne qui venait de monter Castor Prod nous a proposait de coproduire le disque avec Trauma Social et c'est avec plaisir que nous et Zéric avons accepté. On voulait faire tout entre copain et nous sommes heureux d'y être parvenu. Vous avez eu beaucoup d'échos de votre démo ? Sûrement plus qu'elle le méritait, nous l'avions enregistrée en 2 jours tout seul sur un petit 4 pistes dont on avait du mal à comprendre le fonctionnement, mais nous étions contents du résultat, cette démo nous a permis de tourner pendant 2 ans, nous l'avons mis en téléchargement sur notre site internet et nous en avons en distribué 600 exemplaires et pas mal de gens l'ont trouvé bien. On en espérait pas tant. Quels sont le meilleur et le pire souvenir de concerts... Heureusement il y a beaucoup plus de bons souvenirs que de mauvais, on a eu la chance de ne presque jamais avoir eu de plan galère. Enfin bon pour commencer par le pire souvenir c'était en septembre 2006 dans une petite salle de Tours, une espèce de boite de nuit, c'était en fait un tremplin rock. Il n'y avait pas grand monde, il y avait


des vigiles qui sont venus me demander d'enlever ma casquette, une petite vingtaine d'étudiants en école de commerce sirotaient des cocktails à 6€ en se demandant qui étaient ces 2 abrutis qui foutent le bordel, ils nous prenaient pour des cons autant qu'on les vomissait, mais c'est de notre faute on avait qu'à se renseigner sur le lieu. Ce n'est pas un si mauvais souvenir car les groupes qui jouaient étaient sympa notamment les VOLEURS DE SWING un groupe de jazz manouche à l'esprit punk et quelques personnes qui étaient venus pour nous et qui avaient réussi à montrer patte blanche à l'entrée nous ont presque sauvé la soirée. Pour le meilleur souvenir c'est vachement plus difficile, plein de concerts ont été génial pour nous. Plein de rencontres, je serai incapable de te dire lequel serait le meilleur concert, j'ai en tête plein de souvenir de tournée le pays Basque, la Belgique, la Bretagne, Paris et bien sûr Amiens et son squat Saint-Rock. Pouvez-vous nous parler de la scène du Centre, on en entend pas des masses parler (groupes, squats, orgas de concerts...) La scène de la région Centre n'est pas très active, il y a très peu de lieux pour jouer, zéro squat, quelques assos notamment "Punkland" asso des TNT, "Les S(c)andales en Plastique" des TAZONS et "Apache" dont nous sommes proches mais qui ne sont plus très actives. C'est pour ça que nous avons fait plus de concerts à l'extérieur de la Région Centre. Avec un collectif de Blois nous avons l'envie de créer un lieu alternatif mais ça fait 2 ans qu'on en parle et toujours rien en vue. Sinon nous avons toujours eu des groupes bien actifs sur la scène depuis KIDNAP, il y a eu les BURNING HEADS, BRIGITTE BOP et un paquet de groupes se crée en permanence même s'ils ne durent pas longtemps, peut être à cause du manque de lieux pour jouer. Quels sont les groupes qui vous ont influencés ? Des groupes intéressants que vous avez croisés ? On peut dire que tous l'alternatif des années 80 nous a influencé, même si nous les écoutions dans les années 90, on avait 12 ans et on avait une grande envie de faire un groupe bien que nous ne sachions pas jouer. Pour faire une liste de groupes bien sûr que nous sommes obligés de citer LUDWIG et Les BERUS que nous connaissons par cœur, puis y avait Les CADAVRES, PARABELLUM, Les RATS, LA SOURIS DEGLINGUEE en même temps

que les CLASH, Les RAMONES ...mais j'ai toujours était un fan de Brassens, et Renaud à aussi bercer mon enfance. J'ai écouté aussi pas mal de truc noisy pendant un moment mais mon truc à moi c'est d'essayer de faire des chansons. Les groupes que nous avons croisé et qui nous plaisent il y en a plein aussi bien musicalement qu'humainement, nous aimons bien ce que font €UROSHIMA, VARLIN, JEAN-CLAUDE LALANNE, DIEGO PALLAVAS, GUERILLA POUBELLE, RENE BINAME, RAGE MECANIQUE, DIDIER SUPER et plein d'autres. J'avoue qu'on écoute surtout de la musique francophone parce que le français est la seule langue que nous comprenons même si la dernière fois que j'ai vu OI POLLOI en concert j'ai adoré. Vous êtes un groupe à boîte-à-rythme; les groupes sans batterie seraient-ils cette fameuse exception culturelle française ? Et ouais peut être que sans BERUS et LUDWIG on se serait embarrassé d'un batteur et sans METAL URBAIN peut être qu'ils en auraient pris un aussi. En tous cas la boite à rythme pour nous c'est un choix, nous avons toujours aimé les groupes qui en utilisait et y'a pas à dire c'est quand même plus pratique et ça boit beaucoup moins qu'un batteur.

N'est-ce pas trop dur de vivre sa musique dans l'indépendance totale entre composer, répéter, s'enregistrer, booker ses tournées, se déplacer, jouer, répondre aux messages et sollicitations en tous genre, faire sa promo, envoyer les skeuds... alors que vous n'êtes que 2 dans le groupe ? Alors là on se met aucune pression, nous allons à notre rythme, pour composer je peux écrire 3 chansons en une semaine et rien pendant 6 mois, nous sommes assez feignants on répète rarement, après 2 ou 3 essais en repèt on programme la boite et hop, on se met au point en concert et nous ne jouons jamais les anciens titres en repèt, nous pouvons nous permettre de faire ça car nous sommes que 2 et que nos morceaux sont toujours construits de façon simple et que nous les jouons souvent en concert, pour les enregistrements on fait ça à la maison à notre rythme, l'album nous avons mis 3

mois à faire les prises. Pour booker les tournées nous gérons tout nous même, quand une asso nous contacte pour jouer on leur donne les dates de la tournée, on essaie de faire un parcours cohérent et puis on appelle les potes qui sont sur la route pour éviter le fatal "day off" . Etre deux c'est un grand avantage pour tourner, on part dans une seule voiture et nous sommes trés léger en matos. Pour la promo, on en a jamais fait, à part le site internet, maintenant Zéric de Trauma Social se charge des envois aux fanzines, radios et il fait le boulot que nous n'avions jamais eu le courage de faire. Le côté utilisation d'accessoires en tout genre, c'est venu spontanément, ou est-ce un clin d'œil aux BERUS ? Pour les premiers concerts où nous étions loin d'être au point, on avait trouvé ça pour faire marrer le publique. Nous avions récupérer plein de truc, c'était pour théâtraliser, on se disait qu'on allait faire de la punk comédie, rien n'avait été préparé ni travaillé, au fil du temps nous avons laissé tomber le concept, nous utilisons de moins en moins d'accessoires pendant les concerts pour ne pas dire plus du tout, mais nous nous n'interdisons pas de recommencer un jour. On ne peux pas dire que c'est un clin d'œil aux BERUS, c'est juste qu'ils l'ont fait avant nous et en beaucoup mieux, nous voulons que nos concerts soient des fêtes plutôt qu'un enchainement de chansons entrecoupé d'applaudissement, de phrases préparées à l'avance et surtout qu'il soient imprévisibles, ça ne nous branche pas d'avoir un set bien rodé qu'on répète à chaque concert. Votre album fait-il déjà la liste exhaustive de tout ce qui vous énerve, ou doit-on s'attendre à encore plein de nouvelles chansons ? Ah non tu peux t'attendre à plein de nouvelles chansons, la liste de ce qui nous énerve ferait bien plus que 17 chansons, et je crois qu'on pourrait faire mille chansons sur chaque sujet. Nous n'avons pas l'intention de nous arrêter là, il y a déjà des nouvelles chansons, les titres qui sont sur le disque pour la plupart ont été écrit il y a plusieurs années comme par exemple "L'Extraterrestre" que je traine depuis 6 ou 7 ans. J'essaie d'écrire des chansons depuis que j'ai 8 ou 9 ans et 20 ans plus tard j'essaie encore. Vous avez dans vos textes un étrange rapport d'amour / haine avec vos semblables. Vous n'avez pas de mots assez durs pour les qualifier mais pourtant vous les appelez "frères". Schizophrénie ou incompréhension devant les comportements humains ? L'humain est l'espèce que je hais le plus par certains cotés mais que j'aime aussi le plus car certains rapports humains me font dire que tout n'est pas pourri même si tout est perdu, je les appelle "frères" car c'est vrai-


T O chevets ? Et fanzines ou journaux ? En ce moment je lis l'autobiographie de Trotsky "Ma Vie", dernièrement j'ai lu "L'humanité disparaitra, bon débarras" d'Yves Paccalet, avant j'avais lu "1984" d'Orwell, en général je ne lis pas de roman, je préfère les livres de société, les essais, les biographies de la même façon que je regarde très peu de films, je préfère les documentaires. Je parle pour moi car Aline est très cinéphile. Sinon je lis tous les fanzines que nous chopons pendant les tournées, j'aime bien les fanzines clairement politisés même si certains uniquement musicales sont bien faits. Sinon je lis aussi la presse quotidiennement, et un paquet de magasine: CQFD, Marianne, Charlie Hebdo et j'avoue qu'il m'arrive parfois d'acheter Punk Rawk.

-ment comme ça que je le ressent, nous sommes tous semblables et tellement différents, chaque être est capable du meilleur comme du pire même si certains accumulent le pire. Il y a des co m por t em e n t s humains que je ne comprendrais jamais et ces comportements seuls les humains en sont capables. Des chansons comme "Mes amis" et "J'ai peur" doivent-ils nous faire augurer des morceaux plus mélodiques à l'avenir ? Nous ne pouvons pas dire que "Mes Amis" et "J'ai Peur" soient une évolution car se ne sont pas les dernières chansons que nous avons écrites, nous pouvons même dire qu'elles font parti des plus anciennes. On ne se demande jamais si tel morceau est plus mélodique que les autres, ça correspond à un instant précis, nous ne savons pas comment sonnera POGOMARTO dans 1 an, on aime à dire on branche, on joue est nous nous laissons surprendre par le résultat. Avez-vous déjà refusé un projet car contraire à vos convictions ? En général les personnes qui nous proposent quelque chose sont sur la même longueur d'ondes que nous, les choses que nous refusons c'est des trucs style show case à la Fnac, tout se qui est publicitaire en générale, partager la scène avec des groupes politiquement ambigus. Aimeriez-vous vous professionnaliser un jour ? (même si la conjoncture actuelle ne permet pas trop de penser à ça !) Nous n'avons jamais envisagé l e fait que POGOMAR-

Des projets ? Continuer à faire plein de concerts, on va tourner avec nos potes d'€UROSHIMA début 2009, écrire de nouvelles chansons et soit n o t r e peut être sortir un 45 tours. boulot, nous prenons notre groupe comme un amusement. Nous ne sommes pas sûrs Le mot de la fin... qu'il soit possible de lier le travail à une pas- Merci de t'être intéressé à POGOMARTO, et sion, ça demande toujours de faire des longue vie à Plus Oi ! La Vie. concessions et la liberté ne fait pas bon ménage avec l'argent. Notre situation actuelle Nos Désirs Font Désordre nous convient très bien. Je comprends les (CD - 17 titres) groupes qui veulent vivre de leur musique n peut ne pas être pour échapper à un boulot de merde, beaucontent et faire coup l'espèrent et très peu y arrive, beaucoup danser les gens. Ces de groupes splittent à cause de ça, nous somblésois le prouvent mes dans une société ou tout le monde veut remarquablement et au devenir une star pour échapper à un quotibout de plus de 3 ans à dien pourri. Mais après il faut voir à quoi ça sillonner le routes de engage, si c'est pour se retrouver avec un France, leur démo comcontrat dans une grosse boîte qui te demande mençait à faire un peu "just" alors cet album de faire 3 album en 5 ans, ça n'est pas pour satisfera ta pogomartophagie. D'ailleurs, les nous. Nous bossons et ça nous permet de morceaux de la démo sont tous ici, réenregistrés. A la première écoute, ce qui saute aux faire ce que nous voulons musicalement, oreilles c'est la linéarité de l'album avec son nous sommes libres de faire la musique que rythme obsédant et ses riffs de guitares imnous voulons, si elle ne se vend pas c'est pas peccables. On a cette impression de froid grave, on ne mourra pas de faim et nous vou- mécanique qui colle parfaitement aux thémalons continuer de jouer dans les endroits que tiques du disque. Le chant féminin scande ses nous choisissons, devenir intermittents du textes en ne se permettant que de timides spectacle, allez chercher des dates pour bouf- excursions vers la mélodie, mais bizarrement, fer et courir après les cachets se n'est pas cela n'empêche pas les airs de venir nous squatter le crâne. Ici, plein de monde en pour nous. prend plein son grade, que se soient les flics,

http://pagesperso-orange.fr/pogomarto/ http://www.myspace.com/pogomarto

O

Un petit pronostic politique. Pensezvous que Jean Sarkozy succèdera directement à son père ou que l'on aura un ou mandat de Carla Bruni entre les 2 ? Je vois bien Jean président en 2017 après un deuxième mandat de son père et un beau mariage entre Carla et Jean. Quels sont vos livres de

les médias, les bourges, les chasseurs, les toreros, les supporters, le gibier habituel de la chanson engagé qui prend là 17 cartouches à travers la gueule. Comme il fallait bien qu'il y ait une reprise, ce sera pour Brassens, Les Filles de Joie, complètement arrangée à la sauce du groupe. Niveau compos, on chantera sur J'irai pas Travailler, secouera la tête sur Salauds de Patrons, sautera partout sur Lève le Poing et Tend le Doigt, acquiescera aux textes d' Ils L'ont Dit A la Télé, succombera à la mélodie de Mes Amis... Le CD se clôt par un délire sur la chanson L'Extra-Terrestre avec djembé, folklore d'on ne sait trop où et chant en anglais avec un accent digne de Maréva Galanter. Lorsque le disque s'arrête, une question s'impose: a-t-on affaire ici à un futur classique ? (Trauma Social / Castor

Prod)


En mars 2003, 14 personnes avaient été condamnées à des peines de prison au Maroc pour "trouble à l'ordre public" et "actes attentatoires à la religion musulmane". En réalité, ils n'avaient fait que de monter des combos metal répondant aux doux noms de KILLER ZONE, NEKROS, REBORN et INFECTED BRAIN. Cette affaire avait mobilisé du monde pour le droit à l'expression musicale et depuis, on assiste à une véritable explosion rock - surtout metal et fusion - dans ce pays. Dans cette effervescence, un groupe sort du lot, Z.W.M., Zlak Wla Mout, "Glisse ou Crève". Premier groupe punk, n'hésitant pas à afficher des crêtes énormes, ils ont remporté en 2006 le premier prix au Festival L'Boulevard (principal festival marocain) et le Maghreb Music Awards ! Voici une petite interview pour découvrir ce groupe qui monte...

apparemment elles le sont restées… nous imaginons que cette culture Rock en général n’est pas encore bien ancrée dans la société, contrairement au rap et à la fusion qui connaissent un essor considérable, surtout grâce à l’avènement des nouvelles radios. Mais toujours est-il que L’Boulev’art nous a suivi, car on a été invité à y jouer deux fois de suite après notre victoire en Comment s'est créé le groupe et que signi- 2006, ça nous a apporté une certaine notoriété, fie votre nom ? puisque public, médias nationaux et étrangers Comment avez-vous découvert le punk- s’y réunissent. rock et est-il facile de s'en procurer aujourd'hui ? Combien de concerts avez-vous fait ? Dans ux deux premières questions, il y a une quels genre d'endroit ? Avec qui ? t bien disant une trentaine de concert local réponse. Ce n’est pas ZWM qui réuni ses six musiciens, c’est, avant tout, un même quartier, et régional dans tout endroit classe et unune histoire d’amitié et puis une passion com- derground, public et privé, de grand festival et mune qui n’est autre que les sports de la glisse. de petit concert, et des concerts auto-organisés. En fait, la formation réuni skateurs, surfeurs et autres riders. Justement, c’est en regardant les clips, documentaires et vidéos des sports de la glisse, généralement parlant, que nous avions pu découvrir le Punk-Rock et le Ska-Punk, puisque c’est le fond sonore qui accompagne d’habitude lesdites vidéos. Avec la pénurie de tout ce qui matériel nécessaire aux différentes activités que nous faisions, on s’était très vite tourné vers la musique, vu nos influences Punk et Ska Punk, notre chemin dans le monde de la musique était dès lors bien tracé, on l’a suivi et aujourd’hui nous voilà. En ce qui est de la facilité de se procurer du Punk-Rock au Maroc, et bah avec le satellite et Internet, le monde est devenu un petit village…

A

Vous avez remporté le festival du Boulevard 2006. Pouvez-vous nous parler un peu de ce festival et qu'est-ce que cette victoire vous a apporté concrètement ? ! Que dire de L’Boulev’art… Si ce n’est le seul et unique festival au Maroc qui s’occupe de tout ce qui est issu de la scène urbaine… qui peut éventuellement réunir rappeurs, headbangers, punks et rastas dans l’espace de ses 3 jours d’activité. Il représente pour nous la seule vraie scène, le concert comme il se doit d’être, genre des concerts professionnels en bonne et due forme, puisqu’il allie professionnalisme au niveau de tout ce qui se rapporte à la scène proprement dite et public d’intéressés, contrairement aux autres festivals qui son plus généralistes et réunissent différents publics. Le premier prix catégorie Rock/Metal à L’Boulev’art était supposé nous ouvrir les portes fermées, mais

E

années à faire des études avant de se faire devancer par des pesonnes qui n'ont même pas le niveau de la primaire. On en a un autre nommé Ila L7agti L'Wednik Mangiha ("si tu atteins ton oreille, mange-là") qui traite de la situation des pays musulmans face au monopole des pays développés et au pouvoir des USA , comment ces derniers commandent et font marcher les choses comme ils veulent dans le monde entier. Selon vous, le look est-il important ? our notre part, le look restera toujours quelque chose de vraiment indispensable. Déjà, quand on était dans des concerts locaux, on tolérait mal le fait que des groupes viennent nous jouer des trucs en chemises-cravates par exemple, j’exagère mais c’est juste dire que dans ce cas-là, le public ne s’identifie pas vraiment au groupe même s’il a des bons morceaux. Donc on croit qu’il faut être en symbiose avec son public pour pouvoir vivre un moment vraiment Punk, ou bien Metal, Rap peu importe… et pour cela le look joue un rôle assez primordial. Vous êtes branché skateboard, pouvezvous nous en dire plus ? n est très branché skate, il y a des membres du groupe qui en faisait et presque la majorité de nos amis communs sont des skateurs, et comme on avait dit plus haut c’est en glissant que l’on s’était connu…

P

O

Quels sont les groupes qui vous ont influencés ? Quel regard portez-vous sur des groupes marocains plus vieux comme HOBA HOBA SPIRITet surtout NASS EL GHIWAN ? es influences du groupe sont principalement RANCID et N.O.F.X., mais toujours est-il que les influences de chacun des membres sont multiples et divergentes, ça va des RAMONES, The SEX PISTOLS et autres SKATALITES jusqu’à SKA-P, MAD CADDIES et SUBLIME en passant par du Reggae, du Hard et Metal Core… En ce qui est des groupes plus vieux, pour HOBA HOBA SPIRIT on peut dire qu’on appartient à la même génération… mais pour NASS EL GHIWAN, nous allons nous contenter de dire que c’est les Beatles version Maroc… Ils ont réussi à faire quelque chose de vraiment grandiose avec le peu qu’ils avaient.

L

Ô

De quoi parlent vos textes ? Pourquoi en "darija" (arabe parlé) ? es paroles touchent tout ce qui est beaux et mal dans le monde entier, en peut chanter sur notre situation nationalement comme on peut le faire mondialement. Par exemple on a un titre nommé Khalti L'Bitala ("Tante Chômage"). Ce titre traite la situation des diplômés qui n'ont pas pu trouver un job, et Y'a-t-il beaucoup de punks au Maroc auc'est connu chez nous, des gens passent des jourd'hui ? Est-ce un phénomène urbain ?

L


ZOHEIR

AMINE

SIMO BOUSSANA

ZAK

B

ah qu’est ce qu’on peut dire sur cette histoire à part le fait que c’est l’affaire de quelques jeunes membres d’une des premières formations Metal qui avaient une certaine notoriété qui dépassait l’axe RabatCasa… Ils ont été arrêtés et suspectés d’appartenir à une secte d’adorateurs de Satan… Cette affaire a suscité une vraie mobilisation de la part du tissu associatif et a fait couler beaucoup d’ancre…

YOUNESS

SIMO EL AJI

elle a touché presque tous les domaines artistiques… mais pour garder une note d’espoir, on va se dire que pour la Movida le septième art était son élément moteur, la musique est celui de la Nayda marocaine.

Quelle est votre playlist du moment ? Pour l instant on a une dizaine de tubes prêts à enregistrer sauf que la thune nous manque un peu, mais grâce aux dates qui viennent on épargnera incha’llah afin de pouvoir enregistrer. Le regard des autres, c'est pas trop Les titres sont : dur ? Crazy love e regard des autres et toujours dur, sur- Sorrow tout dans une société comme celle maro- Punk Rock s not Dead caine… La plupart des gens voit d’un mauvais Khalti l’Bitala ("Tante Chômage") œil cette histoire de scène urbaine, il y en a Zahri ("Ma Chance") même quelques-uns qui sont allés jusqu’à la Attitude traiter de contrefaçon, et c’est regrettable Ila l7agti l’Wednik Mangiha ("Si Tu Atteins Ton quand même de voir qu’il y des gens qui Oreille Mange-la") raisonnent de la sorte dans une société qui se Zla9 wlla moute (Z.W.M.) veut de tolérance et de respect des choix de Morocco (Maroc) l’autre… …

L

Les scènes metal, rap et punk sont-elles liées au Maroc ? lors là, nous ne croyons pas qu’il y ait la moindre liaison entre les différentes scènes.

Quelles sont vos lectures ? Simo le batteur: Leon l'Africain d'Amine Maalouf, Ou es-tu ? de Marc Levy, Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac, … Magazine : Le Nouvel Observateur, le Monde Diplomatique, le Courrier International,... Y'a-t-il d'autres groupes dans le même Zohair le chanteur: la Chair de Poule et les B.D genre au Maroc ? as à ce qu’on sache ! Du moins pas sur le devant de la scène, il y en a certainement Quels sont vos projets (disques, des groupes qui galèrent dans leurs coins concerts...) ? pour pouvoir faire des petits concerts, mais n galère pour enregistrer notre premier encore ! Avec le manque de concerts et tout album, on a déjà trouvé le studio donc il ne le tralala, ça s’avère difficile, alors beaucoup faut que le financement, et bien sûr comme va lâchent prise à force de ne plus y croire… la règle c’est des cotisations personnelles : Système D quoi ! Avez-vous beaucoup d'échos sur le Net ? Internet nous a beaucoup aidés. Nos chan- Si vous avez quelque chose à ajouter... sons se partageaient, on est tous joignables, Sauve qui Punk ! on garde contact avec nos fans et tout… Attendez nous xD

A P

O

N

ous estimons qu’il n’y a pas véritablement un mouvement punk au bled. Mais un commencement se fait sentir. L’on peut aller jusqu’à dire que c’est un phénomène urbain, il y a pas mal de groupe Punk qui voient le jour, mais ils ne dépassent généralement pas le stade du garage et des petits concerts… Les possibilités d'enregistrement sont très rares, si ce n’est inexistantes… Pour nos lecteurs français, pourriez-vous expliquer l'affaire des métalleux casaouis de 2003 ?

Avez-vous l'impression de faire partie d'un mouvement ? Que vous inspire le concept de "Nayda" inventé par la presse ? ayda est à la base une sorte de version marocaine de la Movida. Mais franchement nous estimons qu’on est encore super loin de la Movida madrilène. Oui, l’on peut parler d’un bouillonnement par rapport à la scène musical, mais rien de plus… Il faut savoir que la Movida constitue une véritable révolution artistique,

N


Entretien avec les

S

tupéfaction: les TROTSKIDS viendraient jouer au Squat St-Rock. Félipé ayant évalué à 300 personnes le public potentiel, il fallait penser à se bouger le cul pour aménager une salle, le garage qui accueille habituellement les festivités ne serait jamais assez grand… Le temps de boire un coup, de prendre des vacances, de boire un coup, de gérer des problèmes par rapport à l'éventuelle fermeture des lieux, de boire un coup, de trouver un lieu propice et de boire un coup, un hangar fut aménagé à 2 pas derrière la baraque. Les travaux, commencés une semaine avant furent terminé le jour même, le temps de boire un coup et les festivités purent commencer avec dans l'ordre d'apparition les TATA GINETTE (reformation exceptionnelle), SID & LES VICIEUX, TROTSKIDS, LIBEMACHENR et BULGARIAN YOGURT. ette interview, enregistrée ce jour-là, était prévue initialement pour une émission de radio, mais bon, ladite radio n'émettant pas encore, on a finalement opté pour la parution dans le zine. Merci au TROTSKIDS pour le temps qu'ils nous ont accordé, à Thierry (parce que t'es cool) et aux membres du Collectif StRock'n'Roll qui se sont bougé pour que ce concert soit possible. Et au passage, un gros fuck aux poseurs qui viennent en concert pour se foutre sur la gueule. Les poings ne compenseront jamais ce qu'il manque dans le crâne...

C

On est en pleine période de reformation de groupes des années 80. Il est possible d'aller voir ajourd'hui en concert WUNDERBACH, FLITOX ou les WASHINGTON DEAD CATS. Qu'est-ce qui vous a motivé à revenir sur le devant de la scène? Doumé: Ca fait un moment qu'on en parlait et puis on voulait le faire, l'opportunité s'est faite cette année parce qu'il y a un festival, le Brittany Oi! qui nous a proposé de faire la date de reformation, c'était au mois de mai à Boqého. Y'avait une bonne affiche, y'avait les PETER & THE TEST TUBE BABIES (c'est des vieux potes, on a tourné avec eux dans les années 80). On s'est dit: "on saisit cette opportunité, on répète avec

MURDERERS, j'ai arrêté un petit peu la musique pendant 2-3 ans, après j'ai renquillé avec un groupe country-rock pendant 4 ans, avec un gars qui s'appelait Hervé Brody et puis là je viens de renquiller avec les TROTSKIDS. Bruno: Bah moi c'est Bruno, je suis à la basse, j'ai joué pendant 10 ans dans un groupe qui s'appelait les GUNNERS, c'était du punk-rock mélodique, de 88 à 98, et après j'ai joué dans un groupe assez punk-rock'n'roll qui s'appelait TV MEN jusqu'à y'a 2-3 ans, et puis on arrêté et puis je me retrouve... Doumé: T'étais sans emploi... Bruno: J'étais sans emploi et je me retrouve à jouer de la basse dans les TROTSKIDS.

Marco et Bruno et puis on relance le truc et on voit ce que ça donne" et puis pour l'instant ça OK, on va revenir maintenant à vos démarche pas mal...

buts. Comment à démarré l'aventure des TROTSKIDS? Doumé [à Félipé]: Tu te rappelles, toi? Félipé: Ouais je me rappelle. Ouais c'était à l'époque où on était une bonne petite bande de branleurs et on faisait courir le bruit (à l'époque y'avait MARQUIS DE SADE, etc… sur Rennes) on faisait donc courir le bruit que le groupe existait vraiment ce qui était complètement faux, on disait à tout le monde qu'on répétait et puis on a eu l'opportunité… [à Doumé], tu te rappelles de ça? On nous a proposé de jouer aux Transmusicales et on s'est dit "va peut-être falloir faire

Vous parliez déjà de reformation en 96-97. Pourquoi ça ne s'était pas fait à l'époque? Doumé: On était trop jeune, non? [rires] Félipé: 96-97, à l'époque de la sortie de La Complète? On y a pensé, ouais [s'adressant à Doumé] mais t'étais pas trop chaud... Doumé: Musicalement on était tous sur autre chose. Félipé: On avait carrément pas eu l'opportunité comme au Breizh Wankers. A l'époque on y a juste pensé, mais voilà... Là, on avait dit oui bêtement… enfin, bêtement, façon de parler... à quelque chose, va peut-être falloir répéter un ce festival là, ça nous a poussé derrière à répé- peu pour faire quelque chose aux Transmusicales quelques mois plus tard". ter et à le faire vraiment. Doumé: Ce qui était drôle c'est que personne Déjà dans les années 80, vous aviez un savait jouer dans le groupe. line-up changeant. Vous pourriez présen- Félipé: On savait pas jouer dans le groupe, on ter votre équipe actuelle? sait toujours pas, mais là on savait vraiment pas, Marco: Marco ! on avait jamais touché un instrument. C'était en Félipé: Ton CV s'il te plait? début 82. Marco: J'ai arrêté l'école en 6e, [rires] après j'ai fait du rock'n'roll, j'étais guitariste dans les MASS Ca a pas dépareillé aux Transmusicales

comme ça? Félipé: Un peu quand même ! [rires] Ils étaient un peu surpris ! Doumé: On a ouvert en plus, pour le premier groupe dans la salle de la Cité, c'était raz-lagueule. Y'avait combien ? 1500... Félipé: Ouais, y'avait 1500 personnes. Marco: Ca les a un peu interloqués, on va dire ça comme ça... Bruno: C'était votre tout premier concert à l'époque? Doumé: Non, c'était déjà le 2 ou 3e, le premier c'était à Quimper? Félipé: Le premier c'était à Quimper au moins de juin ouais. 4 juin, 6 juin 82, ouais... on avait 3 mois de répètes... Bruno: A quelle heure? Doumé: Comment? A quelle heure on avait joué à Quimper? Félipé: 22 h. Doumé: Ouais à peu près. [rires] Pas si Alzheimer que ça finalement ! Doumé: Tu veux savoir combien de bières on a bu? Félipé: Ah, là par contre... A ce moment là la scène bretonne avait l'air vachement intéressante. Quels sont les groupes qui vous plaisaient à ce moment là ou simplement avec qui vous entreteniez de bonnes relations ? Doumé: Bah, les potes de Brest... les COLLABOS c'étaient nos potes, on les voyait souvent, y'avait les OSTROGOTHS qui étaient un groupe de Quimper. Y'avait qui encore en Bretagne? Marco: AL KAPOTT ? Non, c'était plus tard ? Félipé: C'est venu après. C'était les 2 principaux, on trainait tout le temps avec les mecs de Quimper, avec les mecs de Brest, on se voyait


régulièrement. On allait souvent sur Quimper. Doumé: A Rennes y'avait aussi ANGRY RATS, qu'on côtoyait un peu comme ça dans les bars, je sais plus si on avait joué avec eux ? Félipé: Avec ANGRY RATS, c'est possible. Doumé: A Rennes, y'avait surtout des groupes new-wave... Marco: Y'avait qui encore? Non, à Rennes des groupes punk y'en avait pas beaucoup...

Doumé: Y'a eu l'album et le 45 tours...

Ensuite ça a été la rencontre avec Chaos Production. Comment ça s'est passé ? Doumé: Euh, je crois que c'st eux qui nous ont contactés... Félipé: Ouais ! Doumé: ...puisqu'ils avaient l'intention de réaliser la première compilation Chaos en France, ils cherchaient donc des groupes un peu de partout dans l'hexagone pour présenter un peu un panel des groupes punk de l'époque. Y'avait, je sais plus... y'avait des groupes de Paris... Félipé: Non. Doumé: Y'avait pas de groupes de Paris ? Félipé: Bah non, c'était le principe même de Chaos en France, de dire qu'il y avait des groupes punk en Province et il n'y avait pas de groupes parisiens, jamais! C'était les fondements même de leur idée, de leur philosophie. Doumé: Donc, ils nous ont contacté, on a fait un morceau pour eux, on a été en studio et après ils ont fait une deuxième compil. Félipé: C'était "Pas de Voyous dans mon Bar" le premier morceau qu'on a fait, ou "Gueule d'Enfer" ? Doumé: C'était "Gueule d'Enfer"... et après ils nous ont signés pour le maxi, 6 titres... 4 titres... 6 titres, je sais plus... quelqu'un [chuchotant]: 6. Et après, compil Chaos 2, c'est ça ? Félipé: Ouais... Doumé: Plus les concerts, tout ça, c'était lancé, quoi ! Est-ce que vous avez obtenu de la reconnaissance après "Gueule d'Enfer" sur Chaos en France, le premier ? Doumé: De la recon-

Felipe

Qu'est-ce qui a motivé le choix d'aller chez Terminal ? Doumé: Je crois que ça s'est un peu barré en couille avec Chaos Production à un moment... peut-être après le festival d'Orléans, non? Félipé: Je sais pas si ça a un rapport avec le festival. Au festival, l'ambiance était bizarre, les gens étaient super malsains... Doumé: Je crois que les rapports ont été un peu tendus à un moment, puis Terminal nous ont proposé le deal pour l'album. Voilà, on a fait l'album avec eux. De toute façon, on n'avait naissance ? pas de contrat, y'avait rien d'officiel avec Chaos Production, c'était assez facile de bouger ailBah, c'est-à-dire au niveau des interviews leurs. que vous donniez, du courrier que vous Félipé: Et puis ça tournait un peu en rond parce receviez ou des concerts... des plans si tu veux, nous on passait pas à la radio, on concerts... passait pas... bon... on a fait la télé mais "Décibels" c'était bien plus Félipé: Bah, ça nous tard... donc, à partir du moa permis de nous faire ment où chacun avait acheté le connaître, c'est clair vinyle quelque part, c’était parce qu'on avait rien tout... d'ailleurs je sais que sorti, c'était pas éviChaos ils nous avaient proposé dent d'enregistrer à de les racheter, j'avais gardé ce part une espèce de courrier de Chaos Production petite démo. Pour les qui était assez drôle à l'époque, concerts, je suis pas "votre truc ne se vend plus, il certain que... reste, quoi, disons 100-150 Doumé: Si, les Chaos exemplaires, si vous voulez on en France... vous les revend , ça s'est un Félipé: Ouais, si, les peu terminé comme ça... concerts Chaos en Doumé: Des maxis ? Ils pourFrance, les gros festiraient nous les redonner mainvals qu'ils ont fait. tenant ! Doumé: Nous, ça Félipé: Je sais pas s'il les a nous a mis le pied à encore dans son grenier, j'apl'étrier et ça nous a pelle Punky pour lui demander ! permis de faire des concerts derrière, donc en faisant des Terminal on les connaissait bien, c'était des concerts, tu te fait connaitre, tu rencontre des potes, on avait de bonnes relations de confiance, on était pas inquiets de partir là-bas avec gens... voilà, quoi ! eux. Ils nous ont aussi proposés l'enregistrement Vos morceaux du premier album et des 2 à Londres, c'était une bonne expérience... compilations Chaos, est-ce que vous vous Doumé: Oh oui, c'était cool ! rendiez compte de l'impact qu'ils pouvaient avoir, vu que ce sont des morceaux Vous parliez des vidéos à un moment , y'a que l'on retrouve encore repris aujour- eu un clip de "Secoue Plus Fort", qui en est à l'initiative et comment ça s'est passé d'hui... encore sus par cœur... Doumé: On s'en rends compte maintenant mais pendant le tournage ? Il me semble qu'il à l'époque... tu nous aurais dit que dans 20 ans est passé à la télé ? les gens gueuleront "Gueule d'Enfer", ouais, si tu Doumé : Les clips sur internet c'est soit des veux ! Ca nous faire rire, c'est plutôt sympa... rééditions de vieux trucs, en l'occurrence ça nous à l'époque, on se rendait compte de rien... s'était Décibels sur FR3 Rennes bon maintenant Félipé: On se rendait compte de rien... on fai- tout le monde peut voir ça, ça fait partie des sait juste les cons, c'était ça le principe. archives et puis après t'as tous les p'tits trucs qui sont filmés à l'arrache en concerts soit sur Après un festival visiblement Youtube ou Dailymotion. bien chaotique, vous quittez Félipé: Ce truc là je crois votre label et sortez 2 dis- que c'est eux qui nous ques chez Termi- o n t contactés. A nal. l'époque ils avaient fait PARABELLUM. Doumé : C'était pas m a l

bruno

doume marco


cette émission ils avaient fait des groupes français, des groupes étrangers, c'était le dimanche après midi je crois. Bruno: Et puis c'était diffusé sur FR 3 national. C'était tourné à Rennes. Doumé : Donc ils avaient proposé ça. C'était pas que "Secoue Plus Fort" on a du faire quatre morceaux. Pendant toute l'émission ça a duré une demi heure à peut près et on a du faire quatre morceaux. C'est pas mal ! Doumé : Par contre moi ce qui m'a fait un peu chier dans l'histoire c'était le play back. Faire semblant… Félipé: Moi c'est les pétales de rose qui m'ont fait chier, quand ils ont lancé les pétales de rose sur un morceau... Doumé: ...les confettis... Bruno: Mais arrêtes! [rires] Doumé: Le mec ou la nana, il est en hauteur pour balancer ses trucs, avec des ventilateurs et tu vois la main de la personne qui jette les roses. [rires] Bruno: Y'en a ça pas sur "Secoue Plus Fort"? Doumé: Non c'était sur un autre morceau. Félipé: Sur MST ou quoi. [rires] Félipé: Ils nous avaient payé le resto mine de rien on a bien bouffés ! Doumé: On s'était mis la race ! Félipé: Ils nous avaient payé le train et le resto le midi aux frais de FR3. Bon resto ! Marco: Maintenant c'est les machines à fumée. Félipé: Les machines à fumée? Marco: Au lieu de balancer des confettis ! Vous venez de faire dix-quinze dates au Québec... Félipé: Non. Doumé: Ah si, c'était bien! Félipé: Excellent! Qui a organisé, comment ça

s'est passé, comment le public québ é c o i s vous a reçu? F é l i p é : Alors, il nous a pas reçu justement! En fait on n'y est pas allés ! D’abord ça devait être le mois prochain, début octobre et on n'y va pas parce qu'il y a eu un souci avec l'organisation donc c'est remis au printemps prochain. Bruno: C'est décalé de quelques mois. D'accord je croyais que c'était passé, en fait. Je ne sais pas pourquoi... Doumé: C'est pas grave ! [rires] t'as des mauvaises sources. Et en France même comment vous avez été accueilli ? Doumé: Bein plutôt bien. C'est marrant parce qu'on a les deux générations maintenant aux concerts : on a les gens de l'époque qu'ont nos âges, une quarantaine bien tassée et puis leurs enfants... Bruno: Ils ressortent de leurs foyers Doumé: Leurs neveux, leurs nièces... c'est assez rigolo. Non c'est cool, ça c'est bien passé. Pas mal de monde. Et dans quel genre de lieux vous avez joué ? Doumé: On a fait deux festivals, une date à Bordeaux ... Félipé: Dans une bonne salle, ouais 400 personnes, avec les APACHES, c'était bien. D'ailleurs c'était intéressant, peut être le concert le plus intéressant en termes de perception du public. D'abord à l'époque on avait jamais joué à Bordeaux et pas forcément dans le sud -ouest, à part Toulouse, c'était intéressant de voir comment les gens allaient réagir de là bas. C'est vrais que les festivals étaient en Bretagne donc on est quand même à la maison. Doumé: Non j'crois pas ! Félipé: Non ? [rires] Si, si, l'accueil excellent! À Callac c'était le délire. C’était bien. Doumé: C'est la première fois que je voyais le public sur deux couches superposées. Dans une salle de 700, il y avait plus de 1000 personnes, donc ils étaient affalés les uns sur les autres, ça faisait hachis Parmentier dans le bordel ! Bruno: C'était assez délirant ! Marco: Et la veille on a joué dans une concentration scooter sous un petit préfabriqué en taule. Une fête de scooterists, quoi ! Ils avaient organisé une fête en eux dans un centre de paint-ball, avec cochons grillés Bruno: A la bonne franquette, quoi, donc c'est un peu tout style


Nom: PATRICK CRUEL Provenance: Brest Metropole Oceane Genre: hardcore/hardcore/hardcore/punk Line-up: Dam (guitare/ chant), YM (basse/ chant), Manu (batterie/ chœurs), Mr L (chant) Disco: démo 7 titres Remarques: venir de Brest est décidemment un gage de qualité aujourd'hui. Après des groupes comme THRASHINGTON D.C. ou FOOTNAILS, les PATRICK CRUEL balancent à leur tour du son qui risque de t'embrouiller avec tes voisins. Originalité: loin de jouer les gros durs, ces brestois allient énergie et humour en concert… et en after ! Un groupe qui assurera le spectacle toute la soirée ! Autres groupes: pas à notre connaissance. C o n t a c t : h t t p : / / w w w. m ys p a c e . c o m / patrickcruelhc Nom: TABAYO & CO Provenance: Issoudun Genre: punk-hardcore'n'roll Line-up: Clem (chant), Johan (guitare/ chœurs), Flo (guitare/ chœur), Dada (basse/ chœur), Seb (batteur) Disco: démo 6 titres Remarque: on pensait que le Centre était un désert culturel, et bien c'est faux comme nous le montrent ces 5 excités qui balancent un rock'n'roll à la GUERILLA POUBELLE mais avec beaucoup de patate en plus. Originalité: quand on les a vu, on pensait pas qu'ils seraient capables de jouer… et bien si ! Une maitrise impressionnante sur scène Autres groupes: non, pas à notre connaissance Contact: http://www.myspace.com/ tabayo Nom: RETCHER Provenance: Brixton (UK) Genre: punk-hardcore Line-up: Shannon (guitare/ chant), Chloe (guitare/ chant), Arno (guitare), Bram (batterie) Disco: démo 4 titres Remarque: en tournée y'a pas longtemps dans nos contrées, ce jeune groupe british officie dans un punk bourrin de facture assez classique mais efficace comme on aime. Originalité: bien que le combo soit très récent, il compte du beau monde dans ses rangs et ça se ressent au niveau de la technique en concert. Si l'aventure dure, ils auront loin ! Autres groupes: The Restarts, Moral Dilemma, Bottlejob Contact: http://www.myspace.com/retcher Nom: CONTINGENT ANONYME Provenance: Reims Genre: street-punk Line-up: Colonel Leatherface (batterie), V (chant), Sergent-chef Chaudard (guitare), Sergent Pierce (basse) Disco: démo 5 titres Remarque: CONTINGENT X officie dans un punk-oi! subtil qui lorgne vers ses aînés britanniques avec des textes travaillés. Originalité: une démo qui a la classe, aussi bien au niveau du son que de l'esthétique. A l'heure de Myspace où trop ont abandonné l'idée de faire du beau CD -R, nos rémois ont choisi de faire les choses bien. Autres groupes: j'en sais rien mais un super fanzine, La Faute A Qui ? Contact: http://www.myspace.com/ contingentanonyme51

d'endroit qu'il y a eu. Qu'il peut y avoir ! Marco: On a fait un café concert à Rennes aussi. Marco: Le Mondo Bizarro. Félipé: C'était la surprise, c'était pas sous le nom de TROTSKIDS parce que le patron est un peu bizarre. Marco: Et puis c'était notre première date qu'on faisait ! Félipé: C'était sous le nom les FURONCULES Doumé: C'était la veille du premier concert de reformation donc on s'est dit qu'on va faire un petit warm-up. Bruno: On était pas censés joué sous le nom de TROTSKIDS, on a pris un autre nom pour ne pas nuire au festival. Marco: Et les PETER avec qui on jouait le lendemain, sont venus nous voir, ils ont fait la surprise, ils sont venu au Mondo Bizaro. Bruno: Ils ont joué un morceau avec nous sur scène. Doumé: il n'y a que moi qui n'étais pas au courant! Félipé: J'étais pas au courant non plus! Bruno: PETER [& THE TEST TUBE BABIES] nous avaient dit de ne pas le dire à Doumé et Félipé pour faire la surprise. Félipé: Ah sacrée surprise! Excellent! Doumé: Il y avait Gay qui était là, mais même lui ne me l'a pas dit. Bruno: Donc, ils sont arrivés et ils ont joué un morceau avec nous.

D'ailleurs on y peut voir des vidéos d'un festival avec une prestation très avinée… Félipé: Ah bon? Bruno: Un vieux truc ? Doumé: Mais pourquoi tu me regardes !!!

[rires] Félipé: On boit pas, j'comprend pas du tout. Bruno: C'est vrai que vous êtes straight-edge ! Marco: Des images récentes ? Non, des vieilles, [rires] avec du matériel qui se coupe dans tous les sens... Félipé: Je sais pas quel concert c'est… Bruno: C'est là où la guitare se coupe sur "Pas de Voyoux" ? Félipé: Ah c'est sur le festival Chaos où Olive a un problème de guitare tu t'en rappelles ? Doumé: Il y en a sans arrêt des problèmes. Marco: Des fusibles qui sautent, plus d'essence dans le groupe électrogène par exemple. Vous avez fait le plein de gasoil ?

Lequel ? Oui t'inquiètes ça va ! [rires] Marco: Moped Lads. Doumé: Plus de bières sur scène, Bruno: La reprise des PETER qu'on on arrêtait de jouer. fait. Félipé: Ah bah oui ! Est ce que vous pensez qu'Internet a permis à toute nouvelle génération de découvrir et redécouvrir vos morceaux et ceux des groupes de l'époque ? Doumé: Ça c'est une question très intéressante parce que moi je pense qu'Internet a fait beaucoup de choses pour les musiciens en général, surtout les petits, ceux qui commencent et maintenant c'est vachement facile avec un site comme Myspace de te faire ton site avec tes photos, tes vidéos avec ce que tu veux dessus, envoyer des morceaux que tout le monde peut écouter. Franchement s'il y avait eu ça à l'époque du punk en 77 ou 78, ça aurait été une lame de fond, ça aurait été dix fois pire que ce qui s'est passé à l'époque, à mon avis. Ça aurait touché vachement plus de gens. Bruno: Il y aurait eu moins de groupes "cultes" maintenant parce qu'il y aurait eu vachement plus de groupes ... Doumé: …un brassage plus important. Internet, tu cliques et t'as accès au monde entier. Marco: Ça permet à tout le monde de se faire entendre.

Ah bein ça je crois qu'on en a prévu suffisamment. Doumé: Non ! A l'époque, je te dis ! Quand il y avait plus de bière on râlait. Vous avez pas changé quand même ? Félipé: Pas trop Doumé: On s'est calmés un peu. C'est plus dur la gueule de bois maintenant Bruno: Tu t'es calmé à quelle heure ? Ce matin ? [rires]


[rires] Marco: Ca dépend si on a de la route après, quand on bouge après le concert on évite de trop... Félipé: On fait moins les cons ... Doumé: On fait les cons mais plus raisonnablement Marco: On fait les cons différemment. On va pas jouer trop saouls et pas aller au tas après, dans le camion, faut être raisonnable quand même Félipé: C'est beau ça!

[clap clap bravo!] Marco: J'ai 12 points sur mon permis Etonnant pour un TROTSKIDS quand même. Marco: J'ai bu quelques cartouches, mais il me reste 12 points.

[rires] Félipé: Quelqu'un veux dire quelque chose? Bah, oui forcément ! Marco: Avec les MASS je conduisait souvent mais là non. J'étais le seul à avoir le permis dans les MASS. Quelle est votre reprise préférée des TROTSKIDS ? Doumé: Je ne pense pas les connaitre toutes. Bruno: La reprise de SAINT GEORGES B ? Doumé: Ah oui, c'est énorme. Ouais je crois que c'est ma préférée. Le décalage est tellement prononcé. Félipé: Moi j'aime bien la version de "Pas de Voyous" sur Youtube dans la bagnole. Tous en choeurs: C'est pas une reprise! Félipé: Oui mais c'est rigolo, c'est pas une reprise d'un groupe c'est clair… Bruno: C'est un mec qui chante dans une bagnole. Marco: Et la prochaine de la prochaine saison de Star Academy, s'ils font une reprise… Il ne me semble pas en avoir entendu parler. Marco: ça va être rock à ce qu'il parait (rires). Bruno: Y a un jeune de la Star Ac' avec un Tshirt "punk's not dead" qui chantait avec Julien Clerc [rires]. Doumé: La récupération mon jeune homme.

vachement bien accroché, on a eu le feeling tout de suite. Il nous a proposé ça, il a bien bossé sur les pochettes, parce que le but c'était pas juste de ressortir les morceaux en vinyles mais aussi d'amener du texte, des photos que les gens n'ont jamais vus parce qu'en fait tout le monde connait l'album et le maxi de l'époque et puis La Complète, même si sur La Complète on a déjà fait plusieurs pochettes différentes. L'idée c'était de sortir un vinyle, faire un bel objet si possible. Donc voilà c'est ce qu'il a fait pour le volume 1 qui est sorti en décembre, et le volume 2 qui est sorti juste avant l'été, mais il lance les pubs là, c'est peut-être pour ça que tu ne l'as pas vu… Voilà donc on est super contents que ça sorte en vinyle, parce qu'il y avait de la demande. Qu'est ce que vous penser, quand on voit maintenant les prix des originaux qui atteignent des sommets. Félipé: Bein c'est pour ça qu'on a sorti la complète entre autres, quand tu vois maintenant effectivement les prix des albums, du maxi et même des 45 tours c'est assez hallucinant, ça dépasse les 50 ou les 60 euros, c'est ridicule, c'est débile.. Doumé: Bah c'est du collector Marco: Ouais c'est réservé à des collectionneurs Félipé: Ouais mais le gamin de 16 ans qui veut acheter un album, il va pas payer 80 euros pour... Marco: c'est pour ça que c'est bien de represser, ça permet à tout le monde de pouvoir s'acheter un truc correct. Félipé: Et ça évite la surenchère derrière. Il y a eu des procès, des gens qui sont sortis avec des gens qui se faisaient du pognon. Pour la suite de votre tournée où vous compter jouer ? Félipé: Tu veux dire ce soir ? Ce soir je sais que vous êtes sur Amiens, mais par la suite... par exemple je sais que vous serez en Suisse en janvier... Doumé: Ouais avec des groupes de petits jeunes : WUNDERBACH, FLITOX Bruno: PANIK. Doumé: KIDNAP, que des petits jeunes

[affliction générale] Le jour où on entendra la version tecktonick de "Pas de Voyous dans mon Bar" ... Félipé: Elle existe peut être... Mouais à creuser... Félipé, une question pour toi est tu aussi bagarreur que le prétend la chanson ? Félipé: Mais non pas du tout, regarde je suis un garçon charmant ! Mais non c'est lui le bagarreur moi je suis pas bagarreur ! Doumé: Euh tu fais allusion à quoi? Félipé: Bein "on aura du mal à retenir Félipé" ! Doumé: bein quand il y a plus de bières, c'est pas une question d'être bagarreur... Marco: C'est une logique ! Doumé: C'est question d'être en manque, en crise de manque ! Là y a récemment Dirty Punk qui réédite votre intégrale en vinyle. Vous pouvez nous parler un peu plus de ce projet ? Félipé: On peut pas en parler parce que c'est finit justement le projet, les 2 vinyles sont déjà sortis c'est terminé. Lui souhaitait faire ça depuis longtemps, Caps de Combat Rock avec qui on a fait La Complète souhaitait pas forcément le faire, le vinyle c'est pas trop son truc donc il nous a branché avec Chris avec lequel on a

Les dates? Félipé: Bein demain on joue à Paris avec FLITOX justement, et HARDxTIMES un groupe de vieux, et après on se fait une petite tournée de 4 -5 dates dans la Vallée du Rhône. Bruno: En Bretagne on n'y est en octobre , après c'est Dijon, Montélimar, Lyon et puis on retourne dans le sud-est, on fait Marseille et Montpellier fin novembre , on joue à Limay en décembre pour un festival. Marco: "Les Rockers ont du Cœur" je crois. Bruno: Et la Suisse en janvier. Et si tout va bien un petit tours au Canada, Québeq mars avril. Et au niveau des morceaux vous en avez des nouveaux? Vous comptez en faire des nouveaux ? Doumé: On va voir pour l'instant c'est que du répertoire, c'est peu actualisé, le son n'est pas pareil qu'à l'époque. on joue des vieux morceaux avec des reprises mais on en a parlé vite fait, pour l'instant on fait ça, on va voir. Comme il y en a deux à Rennes, deux à Paris c'est pas évident pour se retrouver et bosser ensemble, pour composer des nouveaux trucs, mais moi j'aimerais bien faire des nouveaux morceaux, peut être même un nouvel album. C'est pas sur! Félipé: D'ici une quinzaine d'années c'est sûr ça va nous saouler.


Vous êtes donc dans une logique de long terme dans ce cas pour la reformation, c'est pas juste pour une tournée... Doumé: Si ça se passe bien on n'a pas de raisons de s'arrêter Félipé: En même temps on commence juste! Ce soir ça va être le cinquième concert. Bruno: Le sixième Marco: On est débutants là tu vois, on est encore un jeune groupe ! A défaut d'être un groupe de jeunes on est un jeune groupe !

mangeront leurs crottes de nez...

[rires]

Bruno: Bonne synthèse... Félipé: T'as tout résumé Doumé: Non, y'a pas de soucis Félipé [à Doumé]: Y'en a pas un qui te saoulerait ? Doumé: Non, c'est plus musicalement que les morceaux me plaisent bien. Félipé: C'est plus pour les textes... Bruno: Un morceau comme "Mise à SAC" ça ne parle pas de cul ou quoi que ce soit mais ... C'est vrai que vous êtes le plus jeune grou- Marco: C'est d'actualité. pe de la soirée! Marco: C'est nous qui avons fait le moins de J'ai relu les paroles il n'y a pas longtemps concerts! vous vous définissiez pas mal comme antiBruno: C'est vrai ? politique à ce moment là, c'est quand mê[rires] me une bonne prise de position contre le gouvernement Pasqua ! Y'a TATA GINETTE qui se reforme juste Doumé: Ah bein ouais! pour la soirée. Félipé: On peut dire ça ouais Une question qui me trotte depuis un mo- Bruno: C'était quand même énervant… tu remment: [long silence] c'est pas dur d'assu- places Pasqua par Sarko là. mer ses textes vingt ans après ? [rires) Ah d'accord, même maintenant? Félipé: Si ! Dans mon quartier c'est pas évident! Marco: Ils ont toujours promis des choses et on Doumé: Quand on a reparlé de la reformation il est au même stade, 20 ans après on est au y a quelques années ça me faisait chier de refai- même stade...ça n'a pas évolué beaucoup. re, de rechanter les trucs de l'époque et puis Doumé: T'façon le nouvel album sera très polifinalement j'ai réécouté je me suis dit "bon les tique moi j'vous le dis! textes ils sont ce qu'ils sont" et quand on a com- Marco: Ah merde, c'est vrai ? mencé à répéter avec le son pris dedans en fait [rires] ça va. Marco: C'est toujours d'actualité Passer dans TROTSKIDS, un rêve d'enfan[rires] ce pour ceux qui n'y étaient pas? Doumé: Ca se démode pas Bruno: Ouais Doumé: Ou un cauchemar de quadragénaire? Tant que les gens picoleront, baiseront ou Bruno: on écoutait ça avec Marco quand on était

gamin. Mes grands frères trainaient avec Doumé et Félipé, mais j'les connaissait pas encore personnellement à l'époque mais.. Doumé: Ah c'est toi le p'tit en culotte courte qui nous amenait partout en nous tirant par la main ? Bruno: Marco pareil. Ça reste en gros une grande "famille" Marco: Moi, le premier groupe que j'ai vu en répétition c'était les TROTSKIDS, derrière la Cité Judiciaire quand elle était en construction et le bassiste Rolf, son petit frère, est marié avec ma sœur Bruno: Donc il y a une connexion... Félipé: C'est très consanguin en fait les TROTSKIDS. Avant que quelqu'un ne fasse une remarque désagréable j'préfère le dire maintenant! Marco: en tout cas je sais qu'à l'époque on trainait pas ensemble mais on a trainés un peu dans les mêmes endroits... Ouais c'est très Breton quoi...[rires] Pour l'interview je pense qu'on a fait le tour des questions. Vous avez un petit mot pour la fin ? Doumé: Oui j'aimerais que tu nous parles un peu de la scène punk-rock d'Amiens, je ne connais pas du tout. …euh...

[rires] Doumé: Eh bein on remercie tous les punks d'Amiens et des environs en espérant qu'ils seront nombreux au concert ce soir Bruno: Sachant que l'interview va être diffusée dans quelques mois. réalisée au Squat St-Rock par Dag & Youness


ACTIVE MINDS It's Perfectly Obvious That This System Doesn't Work (CD / LP - 13 titres)

C

e groupe anarcho-punk britannique n'a certes pas la renommée de CONFLICT ou d'OI POLLOI, mais il commence quand même à avoir de la bouteille, son premier EP datant de 1987. Depuis ce duo n'a eu de cesse de balancer des galettes acides et radicalement engagées. Ce 3e album reste dans la lignée de leurs dernières réalisations. Pour ne pas changer, ils multiplient les changements de rythmes et d'ambiances d'une chanson sur l'autre mais en faisant un tel boucan qu'on a du mal à croire qu'ils ne sont que deux dans le groupe. Ca bascule entre un hardcore très typique des groupes anglais des 80's (In God We're Trussed,

It's Perfectly Obvious That System Doesn't Work, Human Beings Uber Alles…) et des titres encore plus directs à la limite du crust (sans en être, ouf ! ): Blinded By Science ou Sponge par exemple. On est toutefois surpris lorsque la face B s'introduit par un titre punk celtisant ou lorsqu'un morceau plus rock'n'roll ( Junk Food ) se glisse subrepticement entre des morceaux power bourrins. Le son du groupe est plus propre évidemment qu'auparavant, la guitare sonne metal, mais ça ajoute une patate supplémentaire. Par contre, est-ce une impression ou les morceaux sont plus longs que sur leurs précédentes réalisations ? Ca permet de développer les textes ce qui n'est pas rien, conviens-en, lorsqu'on a affaire à un groupe à message. Inutile de chercher à les comparer à une quelconque référence, ACTIVE MINDS en est tout simplement une. (Maloka / Loony Tu-

nes / Nikt Nic Nie Wie ) http://www.myspace.com/ activemindspunk

ANGES DETRAQUES Pour Le Pire C'est Encore Mieux (CD - 14 titres)

L

a conjoncture actuelle ne peut qu'inciter à la morosité et les groupes, témoins de leur temps, ne peuvent faire autrement que de s'en faire les chantres. Ainsi, ne vois donc pas dans le dernier opus des ANGES DET' une énième occasion d'entonner des chansons à boire avec les copains, ici c'est "fuck present" et "no future", le titre du skeud étant assez explicite là-dessus. Le célèbre duo parisien a épuré sa musique de toute surcharge samplesque, gardé brute sa boîte-à-rythme et aiguisé ses riffs pour qu'ils deviennent plus tranchant. Les lignes de chants (aux voix si caractéristiques) sont plus mélodiques… ça évoque WUNDERBACH par moment. Je m'avancerais à dire (c'est mon avis) que l'on se trouve en face de la meilleure réalisation du groupe, pour t'en convaincre, écoutes donc Concerto Pour Un Mausolée, Prison, Utilité Publique, Des Espoirs ou Tous Egaux qui te prendront aux tripes, même si ça n'empêche pas d'autres morceaux (comme Vu A La Télé ou Jeux De Société ) de rappeler la période

Ange Qui Peut. Les textes, encore une fois, sont bien écrits, ne péchant pas par excès d'optimisme, avec pour sujets de prédilection notre Omniprésident et la Mort. Aussi éclatant musicalement que les textes ne sont sombres. (Keuh

Dal / Stygmate / La Sauce A Pin's) http://www.myspace.com/ lesangesdetraques

GEYSER / CHIBRE ON FIRE (split CD-R - 20 titres) i tu es amateur de mélodies, si tu aimes le bon goût, ou si tu es simplement un pisse -froid, alors passe ton chemin et détourne ton regard de cette chronique car ce disque ne te plaira absolument pas. Petite parenthèse vite fait, la Diffusion Phonographique Populaire est un netlabel qui propose sur son site des disques en téléchargement gratuit avec leur pochettes afin d'être distribuées à prix coûtant par les âmes sympatoches qui apprécient la démarche. Leur dernière sortie est donc un split entre 2 groupes que l'on avait déjà découvert sur des compils du label sus-nommé, j'ai nommé GEYSER et CHIBRE ON FIRE… Tout au long du skeud, les 2 groupes alternent dans un perpétuel changement d'ambiance. Ils ont en commun un son crade, des textes qui ne volent pas forcément très haut (quoi qu'ils faut bien reconnaître qu'ils ont le sens de la formule !), l'utilisation de sons chelous qui se barrent dans tous les sens. Passons aux détails: CHIBRE ON FIRE est un groupe electrohip-hop-punk qui claque là des purs morceaux dans la lignée du Un Coup de Boule dans ta Gueule, qui nous avait tant marqué, mais qui ne rechigne pas à délirer par moments en nous mettant ici et là de la balade de mauvais goût ( Les Effluves de ton Cul ), de la java pérave ( 30 Millions d'Amis ), ou s'essayant même au cantique version destroy ( Jeovah ! ). GEYSER quant à eux, on pourrait qualifier leur style ( pour autant que ce soit qualifiable…) d'electro-noise-indus-punk-enfin-bref qui oscillerait entre LUCRATE MILK derrière des platines et les derniers soubresauts d'une machine à laver en train de rendre l'âme. Tu aime MISS HELIUM ? Et bien GEYSER, c'est mieux, d'autant plus quand ils s'aventurent sur le punk-rock barré (Mam'zelle Viande, Une Balle dans la Tête). Ils closent ce split par un Houlalamix qui ravira teufeurs et fans des LUDWIG. Un split pas recommandables aux intégristes du punk-hardcore ou de oi! mais j'ai écouté ça de bon réveil et je peux te dire que ça file la patate !

S

(DPP / NKS International / Motorsex Rds )

D

is donc blondin, en voilà un objet de collection. D'emblée, la première chose qui saute aux yeux, c'est l'artwork: la jaquette est un livret cartonné en format italien, richement illustré par le dessinateur de BD Cromwell, qui officie dans le groupe en tant que guitariste/ chanteur sous le pseudo "Le Truand". Premier morceau, une reprise (des SONICS)… étrange, ces pistoleros douteraient-ils de l'efficacité de leurs compos ? Et pourtant il n'y a pas à rougir et malgré une esthétique très garage sophistiqué, c'est en fait un bon punk-rock qui nous attend au tournant des 9 titres de l'album. Les mélodies font penser parfois aux RATS pour leur côté entêtant et la touche "espagnolade" (ce dernier aspect ressort surtout sur "Rien ne m'arrêtera"), les paroles nous renvoient aux RAMONES pour leur brièveté et le côté superficiel ("Mon Babyliss m'a cramé les cheveux"). Les chansons sont assez longues et jouent beaucoup sur les montées, ils auraient du accentuer les basses et grosses caisses pour donner plus de tonus à l'ensemble. Vraiment, mais alors vraiment un bel objet pour un groupe qu'il me tarde de voir en concert. En un mot: la classe !

(autoprod.)

LOVE 2 LOVE Punk Is Dead, Let's Go Dance (LP – 9 titres)

(autoprod.) htt://letsgodance.free.fr

PARANOID Memorial (CD – 14 titres)

A

Rien ne m’arrêtera (CD – 9 titres)

Musik4One / Le Hangar / ADIAM) http://www.myspace.com/ paranoid95

PARIS VIOLENCE

I

l se dit dans certains milieux bien informés que Uber et le bon goût ça fait une équipe de foot. Alors lorsqu'il s'associe avec Skalpel, ça ne pouvait donner qu'un truc totalement déjanté. Pas loupé puisque ces messieurs ont décidé de verser dans… l'eurodance ! Si le but c'est de donner envie de foutre le bordel en soirée, c'est réussi et puis, de toute façon y'avait un créneau à prendre vu la quantité inimaginable de keupons qui ont l'âme clubbeuse dès qu'ils dépassent les 0,001 grammes d'alcool dans le sang. Y'a même un titre qui pourrait brancher les amateurs d'indus (Love Killed Me ), c'est pour dire, mais bon… le reste est hyper mélodique comme tu peux t'en douter. C'est le grand retour à nos années collège de manière totalement décomplexée (et oui, question de génération, y'en a c'est les Chaos En France, y'en a d'autres, c'est les Dance Machine). En tout cas, rien que la pochette vaut le détour ! Pour se faire une idée plus précise, tous les morceaux sont téléchargeables sur leur site. Ah oui... j'allais oublier de citer les influences: ICE MC, CORONA, MASTERBOY avec u ne p o i nte d e D O U B L E Y O U .

http://dpp-label.yi.org/

LA BONNE, LA BRUTE & LE TRUAND

qui ne veut pas dire que la hargne s'en est allée, elle est simplement maîtrisée et mise au service de textes sans illusions: ce Memorial est un long martyrologue aux victimes de la guerre, de la peine de mort, de l'esclavage et autres manifestations flagrante de la débilité de leurs semblables. Si le groupe n'hésite pas à faire du rentre-dedans entre morceaux très punk français (10 000, Le Vent Se Lève, Unité ) , plus hardcore (Slave Traders, Human Killer, We Don't Care ) et même metal (Get Up, Without Fear ) cela ne l'empêche pas de faire quelques sacrifices sur l'autel de la mélodie (Try, Slaghterhouse ). Un fois l'ensemble des compos (bilingues) enchaînées dans une technique impeccable, PARANOID se fait plaisir sur la fin de l'album avec un remix d'un de leur morceau et des reprises de classiques punk: O.T.H., les SHERIFF, et d'autres (y'a qu'à écouter le CD en entier) sont ici revisités. Olga des TOY DOLLS disait dans une interview que selon lui, lorsqu'il reprend un morceau, celui-ci doit sonner comme sil l'avait composé. Le challenge est ici réussi, PARANOID réussi à rendre ses reprises homogènes avec ses propres compos. Ce qui veut dire qu'ils ont dorénavant un style bien à eux. (autoprod. /

près un premier album (paru il y a quatre ans) essentiellement dans le style "THE RAMONES meets MÖTÖRHEAD", les parisiens ( e u h, p ar d o n … pontoisiens) de PARANOID reviennent avec un album plus abouti, plus rock ce

Les Saisons Mortes (EP - 3 titres)

A

près avoir sorti une rafale de skeuds de groupes qui sont tous devenus des références, Chris se fait dorénavant plaisir avec cette "Dirty Punk Collector Séries" qui consiste, je le rappelle en une suite de 45 tours bicolores, en tirage limité et à l'artwork vraiment classe. Après CHARGE 69 et HATEFUL, voilà le 3e volet de la série, un EP de PARIS VIOLENCE. Le combo à géométrie variable est là dessus bien loin du punk glauque des débuts et avec lequel il semblait renouer dans le split avec FOREIGN LEGION. On se rapproche plus ici du LP En Attendant L'Apocalypse avec néanmoins deux différences fondamentales: 1. exit les plans heavy metal mélodiques pour des riffs plus basiques (sauf bien évidemment lorsqu'il y a solo) 2. l'ambiance créée par les synthé se rapproche d'avantage de la morbidité de Ni Fleurs Ni Couronnes . A bien écouter les dernières productions de PARIS VIOLENCE, on se dit qu'au final cet EP a sa place aux côtés de la trilogie entamée par La Tentation du Néant, Flav' étant sans doute dans une période new-wave (cf. les rythmiques) mais tout en lorgnant vers l'opérette macabre. Niveau textes, un seul thème: la mort, pour changer qui est omniprésente sur les 3 titres même sur l'instrumental de moins d'une minute. (Dirty

Punk) http://paris.violence.free.fr

PLASTERED BASTARDS Evil Will Always Triumph Because Good Is Dumb (CD- 19 titres)

hmpv


V

oilà un tchô CD qui cache bien son jeu derrière une jaquette pas très réussie… C'est pourtant une véritable tuerie sonore qui s'échappe du poste une fois que t'y a glissé le maléfique objet en question. Dix-neuf titres, rien que ça, de punk-hardcore survitaminé, parfois brouillon dans la construction tout en restant carré comme il faut, avec très peu de breaks. Les morceaux sont souvent très courts et lorsqu'il n'y a pas de samples entre les morceaux, ils s'enchainent si vite que l'on se dit "Tiens, c'est marrant comme ce couplet n'a rien à voir avec le précédent", y'a jusque ce qu'il faut de vitesse et de rage. Dommage qu'il n'y ait pas les textes (hurlés par une voix à la SENSA YUMA ou CASUALTIES), j'aurais bien voulu voir ce que ça donne pour des morceaux aux titres aussi alléchants que "Chicken Polpot Die", "What Would Lemmy Do" ou "Christians To The Lions". Au final, c'est dur de préférer un morceau à un autre, l'ensemble est très homogène musicalement et si les amateurs de violence pure trouveront cela encore mélodique (hein, Boul !), perso je pense que ça suffira à ravir le fan moyen de punk-hxc. (autoprod.) http://www.myspace.com/ drunkbastards

POUNDAFLESH / REJECTED Cursed (CD - 12 titres)

M

ass Prod présente un split CD entre deux combos britanniques que l'on a pu découvrir lors d'une tournée française il y a peu. Ca commence avec POUNDAFLESH, un groupe de Derby, comptant dans ses rangs le gratteux des éminents IN THE SHIT et THIS SYSTEM KILL (2 combos qui ont aussi sortis leurs prods sur le label breton) et qui officient dans un punkhardcore de facture on ne peut plus classique à la… bah, oui… EXPLOITED: couplets hurlés, refrains repris en chœurs, refus de la mélodie au profit de la hargne, riffs metal agressifs... classique donc, mais rudement efficace. Les REJECTED quant à eux, viennent de Newport et offrent une ressemblance frappante avec ICONS OF FILTH, mais avec un son plus gros et plus travaillé, ce qui ajoute carrément plus de puissance dans leurs compos. Ces deux groupes montrent ici une maitrise de ce style qui a fait les beaux jours de la scène anglaise, un punk-hardcore brut, avec peu de finesses, destiné tout spécialement aux spikés et aux pogoadicts. (Angry Scenes / Blind Des-

truction / Ripping Thrash / Deadworld Rds / Mass Prod / Winston Rds ) http://www.myspace.com/ poundaflesh1 http://www.myspace.com/ yourapersonnotanumber

QUASIMENT NEUF

I

l était écrit que l'on chroniquerais des trucs assez particuliers dans ce numéro, et voilà que l'on se retrouve à parler de… new-wave ! Composé de zicos amiénois qui nous avaient pour l'instant plus habitué à donner dans le punk-rock ou la noise, QUASIMENT NEUF remet sur le tapis un style qui ne nous avait pas chatouillé les esgourdes depuis un bon moment. Choisissant le minimalisme, ce groupe pose des ambiances faussement naïves avec des mélodies simples qui trottent dans la tête et des textes souvent graveleux (parfois sombres) exprimés de manière à rendre le sujet presque anodin (cf. Deux Doigts CoupeFaim). L'on a de temps à autres des impressions de déjà-entendu (ce à quoi le groupe a répondu que c'était pour ça qu'il s'appelait QUASIMENT NEUF) où l'on reconnait entre autres des clins d'œil à KISS ou à ORCHESTRAL MANŒUVRE IN THE DARK. La reprise de Vesoul est tout simplement époustouflante, cette de Brel est complètement réarrangée avec une patate qu'envierait plus d'un combo rock. En dehors de ce hit (et je pèse mes mots), on se laissera submerger par la montée dramatique de Harry qui vire limite dans l'épique. L'on n'a pas affaire ici à de la cold-wave qui en rajoute des louches sur le côté glauque et obscur (sauf sur Om, mais c'est de la glauquerie d'opérette) mais à quelque chose de plus profond, de dansant sans l'être vraiment. D'aussi drôle qu'un clown triste. (autoprod.) http ://www.myspace.com/ quasimentneuf

RENE BINAME Le Temps Payé Ne Revient Plus (digipack - 8 titres)

E

n 1978 paraissait Pour En Finir Avec Le Travail, un disque situationniste regroupant des chants et détournements anarchistes. Aux côtés de la Makhnovtchina et de La Java des Bons-Enfants se tenait un titre plus poignant que les autres, La Vie S'Ecoule, et je me suis souvent demandé comment était-ce possible qu'aucun groupe (à part une version ska des KAMIONERS DU SUICIDE) ne s'était essayé à la reprendre en album… peut-être était-ce un trop gros morceau au vu de l'atmosphère créée par cette chanson. Et bien on ne sera pas étonné en apprenant que c'est RENE BINAME qui s'y est encore collé cette fois-ci avec une version assez surprenante qui, ne versant pas dans le larmoyant, donne dans le posé. "Posé", le mot est lâché pour définir l'ensemble des 8 tracks de cet album où les belges renouent avec la chanson rock où le minimalisme de l'instrumentation laisse la part belle aux textes toujours bien foutus, normal, c'est de RENE BINAME qu'on parle ! Le reste de l'album est composé soit de reprises (d'EDDY MITCHELL, de SHEILA et des ROLLING STONES avec un accent à couper au schlass) et de nouvelles versions, plus posées comme je le disais, de titres déjà parus (Tic Tac,

Om (CD-R - 10 titres)

Quelques Mots sur le Cirque Electoral et Djil Copiche). Ca fait un peu remplis-

hmpv

sage et c'est assez surprenant pour un groupe aussi prolifique. Ce se clôt sur un instrumental en clapotis. On est déjà loin de Kestufé du Week-End .

(Maloka / Aredje)

http://aredje.net

SHAM 69 Western Culture (LP - 12 titres)

C

'est vraiment par pur hasard que je tombe sur ce dernier opus des SHAM, accroché discrètement sur le mur d'un disquaire, là où personne ne va jamais regarder habituellement. Comme quoi, les "légendes" britanniques ne créent plus systématiquement l'évènement. Et à l'écoute, on le comprend. Je ne suis pas un intégriste du line-up stable mais il est indéniable que la voix de Jimmy Pursey faisait en grande partie l'identité du groupe. Maintenant qu'il s'est fait jeter de son groupe, c'est vrai que ça ne sonne plus pareil, et encore si ce n'était que cela… On a ici 12 titres qui oscillent entre poprock et mauvais heavy metal avec un chant aux accents pistoliens sur les premiers titres qui vire ensuite… à je ne sais pas, un truc totalement anodin. Et voilà, encore un groupe qui peut se permettre de ne pas se fouler musicalement, vu qu'il a un nom qui remplira les salles et vendra des skeuds (la preuve, hi, hi… je l'ai bien acheté pour cette raison). Vraiment dommage, on leur souhaite de se ressaisir... (Bad Dog) http://www.myspace.com/ officialsham69

doute sur ce label (quoique GARAGE LOPEZ, qui soit dit en passant, se fend ici. d'un très bon Economiste, ne sont pas tout nouveaux non plus…). Une bonne ribambelle (la majorité même) des groupes ici présent œuvrent pour la cause du punk-rock mélodick, voire bubble-gum (CHARLY FIASCO, PRETTY JOHNNY, NINA'S SCHOOL, FAITS DIVERS, SALE HOPE et j'en passe), ce qui n'empêche pas certains autres à s'aventurer vers des contrées plus ska (LA RELEVE, MAP), hardcore (GET LOST, SATURN), et d'aucuns se contentent d'une énième resucée de la Danse des Canards (FRED FRESH et sa Tektonik des Ploucs). Dans tout ça, pour être honnête, à part GARAGE LOPEZ, seuls SKIMO (pour la mélodie), CIPRINE (pour l'énergie) et MAP (parce qu'ils savent claquer une ambiance) m'ont réellement accroché. Après, on peut toujours citer ceux dont la "bizarrerie" interpellera forcément l'auditeur: par "bizarrerie" j'entend les accents starshooteriens de DIEGO PALLAVAS, le côté "Yelle s'est mis au punk-rock" de DECIBELLES et la grosse influence de Johnny Hallyday sur GENTLEMAN (qui reprend un air bien connu dont l'origine m'échappe…). Quelques trucs sympas donc, ce seront bien entendu plus les aficionados du label qui y trouveront leur compte. (Guerilla Asso) http://www.guerilla-asso.com/

SID & LES VICIEUX Panx Eud'Caux (CD - 13 titres)

I

ls existent depuis un b a il et n'avaient pas de discographie à la hauteur ni de leur longévité, ni de leur notoriété. SID & LES VICIEUX peuvent enfin se targuer d'avoir un véritable album à eux. Bon, tout le monde les connait, est-ce utile de rappeler qu'ils officient dans un registre punk-rock à la 80's avec quelques tentations vers le bon vieux rock'n'roll (Ta'ar Ta Gueule) mais qui reste généralement rapide et efficace. Les morceaux qui nous squatteront le crâne ne manquent pas entre C'Est Mon Choix, Pavillon Psy KO, et surtout Banni et Who Killed JFK. Les thèmes abordés sont la vie de tous les jours, la télé et Dick Cheney qui en prend plein sa gueule. Quelques reprises viennent montrer l'intérêt du groupe pour le punk 77 de qualité (Love Song des DAMNED et Dreadful Times des DOGS) mais d'autres titres ressortis ici étaient largement… mmh… dispensables. N'empêche qu'on a toutefois affaire ici à du bon punk français qui ne tombe p as d ans l a f r a nc ho u il la r d i s e .

(Punkahontas) http://www.myspace.com/ sidetlesvicieux76

V/A - SUPPORT YOUR LOCAL SCENE (CD - 27 titres)

G

uerilla Asso propose cette compil en CD ou en téléchargement libre sur son site pour lancer de jeunes combos dont la plupart finiront sans

LA SAINT-REMY LA FEUILLE D'INFO QUE KENNEDY AURAIT DU LIRE AVANT DE PARTIR EN WEEK-END


APATRIDE #10

L

a démotivation est un écueil qui guette toute personne se lançant dans une aventure mue uniquement par la passion et la rédactrice d'Apatride n'échappe visiblement pas à la règle, à ce que 'ai compris dans l'édito de ce 10e numéro. Honnêtement, ce serait dommage que des considérations telles que mauvaises chroniques, etc… puissent prendre le pas sur le plaisir de faire partager ses coups de cœur musicaux. Do It Yourself, OK, mais aussi FOR Yourself. On a donc au final, un nouvel opus plus mince que la moyenne avEc une seule interview, surprenante d'ailleurs, car on se serait attendu (à juste titre ?) à des réponses plus développées de la part de … la Fanzinothèque de Poitiers ! On enchaine avec un scene-report de Grèce qui parcours les principales squats, fanzines, distros et groupes de ce pays où (à ce qu'on m'a dit), "radicalisme" n'est pas un terme uniquement utilisé pour faire de la promo pour des skeuds. Un article bien pratique, d'ailleurs j'ai filé mon exemplaire à quelqu'un qui partait là-bas et je me retrouve donc à rédiger cette chronique de mémoire. Troisième gros morceaux du fanzine, un article sur les chiens, la SPA,… On finira par en évoquant les chroniques toujours aussi personnelles et sans complaisance. Pourvu xa dure ! A Pas d'Titre, BP 22, 31620 Bouloc http://anarkopunk.free.fr birdacrete@hotmail.com

BARRICATA #16

S

ommaire sans surprise pour la 16e livraison du fanzine du RASH Paris-Banlieue. La couverture donne le ton d'entrée de jeu et c'est sans transition que l'on se retrouve dans l'univers des centres de rétentions avec des témoignages de sans-papiers qui relatent leur combat quotidien contre des flics qui leur mènent une guerre psychologique (qui n'oublie pas d'être physique à l'occasion) de tous les instants sur fond d'indifférence générale et de cloisonnement ethnique orchestré par les autorités. On ne ressort pas très fiers de cette lecture accablante d'une part pour la France sarkozyste donneuse de leçon en matière de droits de l'homme et de l'autre pour nous, lecteurs impuissants. Toujours dans le domaine de l'actualité des luttes, on trouve ici une mise en garde contre la recrudescence des violences à l'égard des zapatistes au Chiapas et des antifascistes de Russie. Autant d'éléments qui contribuent à confirmer qu'on est dans une période charnière où les réactionnaires de tous poil ont le vent en poupe. Ca n'augure rien de bon pour la décennie à suivre… Côté musique, ce sont des groupes ayant fait l'actualité ces derniers temps qui sont à l'affiche: les SUBHUMANS (de retour avec un nouvel album paru l'an dernier et de passage en France), THE BAYONETS (un bon album chez Solitude Urbaine et des choses à dire sur leur Serbie natale), les québécois d'ESCLAVE SALARIES (un 3e album et un passage

en France), THE BAYONETS (un bon album chez Solitude Urbaine et des choses à dire sur leur Serbie natale), les québécois d'ESCLAVE SALARIES (un 3e album et un passage en France le mois dernier), les italiens de BANDA BASSOTTI (l'Italie où ça ne va pas fort en ce moment non plus avec le retour de Berlusconi aux affaires et l'élection d'un néo-fasciste à la Mairie de Rome) ? SKALPEL, rappeur "konsian" d'Aulnaysous-Bois et bien entendu TAI-LUC qui revient sur son album solo composé de reprises. La bagarre n'est pas oubliée avec une interview de Jeff Monson, un champion de free-fighting professant des idées anars (!!!). Bagarre aussi dans l'une des 2 nouvelles de Cochran figurant ici, mais perso, j'ai préféré l'autre. L'auteur arrive parfaitement à rendre vivant ses souvenirs dans les quartiers populaires parisiens. A quand un recueil ? Un fanzine complet auquel je ne reprocherais qu'un basculement pernicieux vers la fascination pour la violence brute. Bref, un indispensable à se procurer rapidement d'autant plus que le rythme de parution s'accélère ! Rendez-vous la prochaine fois avec le #17. RASH Paris 21 ter rue Voltaire 75011 Paris http://contre.propagande.org/

CHERIBIBI #3

C

omment chroniquer ce fanzine sans tomber dans la dissertation d'une copie double rectoverso ? Le véritable challenge de cette chronique était surtout de faire en sorte qu'elle ne prenne pas toute la place alors au risque de résumer trop sommairement cette riche lecture, je dirais simplement que l'on y trouvera la blinde d'interviews rondement menées (un modèle du genre) des ADICTS et de Luk Tian-An-Men 89 Records pour la partie punk. Cette dernière est (n'ayons pas peur des mots) géniale, une des plus captivantes que j'ai jamais lues, qui décortique l'histoire d'un gars qui a décidé de ne sortir que des disques de groupes de pays improbables, 27 prods actuellement représentant 36 pays et territoires autonomes. Sidérant ! On en apprendra plus sur Rico Rodriguez himself et Eddie Thornton ("de Stevie Wonder aux

Gipsy Kings, c'est bien simple, il a joué avec tout le monde !") pour la partie reggae, sur SARAH SAVOY & LES FRANCADIENS pour la partie… mmh… disons culture cajun et la Compagnie JolieMôme pour la partie théâtre. Le cinéma n'est pas en reste avec un dossier "kung-fu & praxis révolutionnaire" (mais où vont-ils chercher des thèmes comme ça ?) qui nous rendra incollables sur les premiers films de kung-fu importés en France ainsi que sur le fameux La Dia-

lectique Peut-elle Casser des Briques ? Comme d'hab', après la thématique cinématographique, vient l'article reggae et… (ce coup-ci c'est donc reggae et kung-fu pour ceux qui n'auraient pas suivi). Et comme ils ont l'air cinéphiles dans la rédaction de ce zine, on en rajoute une louche avec l'exhumation des Gaspards et de Themroc, qui ont l'air alléchants présentés comme ça, faudra que j'y jette un coup d'œil. Ca cause littérature avec les œuvres d'Eugène Sue et des nouvelles de Cochran, c'est agrémenté de dessins et de BDs,

illustré de photos de bonnes qualités, c'est éclectique à mort dans les chroniques, c'est emballé dans une mise en page impeccable, c'est relevé par une verve du tonnerre et en plus la parution tient un rythme régulier… Y'a pas à chier, une revue (Chéribibi mérite largement ce nom) comme celle-ci, on en parle pas, on la chope et on la lit. On Y Va, BP 17 94201 Ivry s/Seine Cedex asso.onyva@gmail.com

CUL-DE-SAC #9

C

'est au bout de 9 numéros que l'on a découvert ce "fanzine post-loubard" grenoblois, honte à nous ! Le contenu est varié, ça va du plus pur délire, comme l' a r t ic le sur la " te c k to n ik d ur able" (enfin, délire, je trouve ce genre de situation très plausible et ça ne m'étonnerait pas qu'un de ces quatre, on entende parler d'hurluberlus gigotant comme des démembrés pour la cause Tiers-Monde, chacun ses goûts) tout comme on peut lire des sujets plus graves (cf. l'article sur les réfugiés). Quelques livres et skeuds sont chroniqués, pas beaucoup certes, mais dans le style de musique que l'on ne croise pas à chaque lecture. Je me suis bien marré devant l'édito sur les "joies" du bouclage d'un fanzine et devant la BD sur "Monsieur M." Alors soit on connait le même (qui aurait donc des dons d'ubiquité) soit ils sont toute une portée, mais dans les deux cas, c'est flippant ! Le zine est dipo en pdf sur: http://culdesac.fanzine.free.fr culdesac@no-log.org

DIG IT ! #43

C

e doit être le fanzine le plus vieux encore en activité (du moins pour ceux qui ne connaissent ou ne lisent pas Abus Dangereux) et bien que les groupes qui y sont abordés sont pas spécialement le genre de la maison, on consacre toutefois quelques lignes au fanzine toulousain car sa persistance (43 numéros en X années) et son éclectisme forcent le respect si ce n'est l'admiration (43 numéros, bordel !). Au long de ces pages on passe allègrement du garage-rock des SONICS ("les vrais"), des FLESHTONES et des MORLOCKS au rock mélodique des ROCK'N'ROLL SOLDIERS en passant par le punk énervé des MANIKINS, le rock / soul des DIRTBOMBS et le funk underground (oui, tu as bien lu funk) de la compilation Chains'n'Black Exhaust. On suivra avec attention le poignant tour-report d'Andre Williams et la récapitulatif (en quelque pages tout de même !) de la carrière de Lee Hazlewood, qu'on ne présentera pas ici, le sujet étant trop vaste, on se limitera à dire qu'il a connu son heure de gloire lors de sa collaboration avec Nancy Sinatra qu'il a lancé. Comme on peut le constater, les champs d'intérêts des rédacteurs de ce fanzine sont bien trop larges pour qu'on se contente de le résumer à un zine garage-rock, la qualité rédactionnelle est plus que jamais au rendez-vous, les

sujets et interviews traités de manière hyper pointues. Dig It ! est un fanzine au sens premier du terme, c'est-à-dire une publication réalisée par des fanatiques de rock'n'roll, qui maitrisent leur sujet sur le bout des médiators, capables d'éclaircir pour nous, pauvres néophytes, les points d'histoire du rock le plus obscur comme le montre le premier volet de la triptyque consacré aux racines du punk, ici de 1964 à 1968, assez iconoclaste vu qu'il date la naissance réelle de ce courant musical… lors du premier passage des BEATLES aux U.S.A. ! Armadillo, 32, rue Pharaon, 31000 Toulouse digitfanzine@chez.com www.chez.com/digitfanzine

HEADFUCKED #18

A

mis de la finesse, bonsoir ! Ici ça cause de tout ce qui n'est ni calme, ni lent, ni jouasse à travers des interviews de groupes comme CONSTANT STATE OF TERROR (UK), MESS MESS MESS (Italie), HONGO (Espagne), ainsi que du label suisse RINDERHERZ RECORDS et du fanzine français DEVIANCE. Pleins de chroniques (bien courtes) achèvent de nous faire faire un tour autour de l'univers du crust et de tout ce qui se finit en –core (hardcore, grindcore et j'en passe que je n'avais encore jamais entendu auparavant). Une vraie mine d'or pour curieux emballée dans une mise en page très old school: coupécollé, BDs aux dessins et scénarios minimalistes, ce à quoi l'on peut s'attendre de la part d'un zine punkhardcore quoi ! Pour cette 18e livraison, on a droit à des textes d'opinion variés (ça passe de Myspace aux gosses) qui peuvent à l'occasion faire sursauter le lecteur, mais peut-être est-ce là le but. Le côté polémique ne m'intéresse pas spécialement dans les zines à tirage confidentiel, ça se résume trop rapidement à soit de l'enfonçage de portes ouvertes, soit à de la provoc' t'as-vucomment-je-suis-trop-à-contre-courant où l'on se demande légitimement si l'auteur pense réellement ce qu'il dit… mais quand je tombe sur un article comme "J'aime pas les zonards" (notez le caractère aguicheur et réducteur du titre), y'a de quoi s'arracher les cheveux ! Je veux bien croire qu'il y a du vrai dans les propos de l'auteur, mais de là à faire le pas qui consiste à considérer les zonards comme des pointeurs ou des proxos… faut arrêter ! Comment peut-on faire ressortir des comportements ou des traits de personnalité à partir d'un référent social ? En quoi le fait d'appartenir à une catégorie quelle qu'elle soit induit forcément des pratiques aussi ignobles ? Alors même que la haine du pointeur est un sentiment très largement partagé chez les jeunes SDF… Je ne comprends pas, c'est gratuit, ça généralise à tout va. C'est du même acabit que "tous les jeunes de cité organisent des tournantes" ! Alors, un coup de gueule, pourquoi pas, mais lorsque ça ne tient pas la route. Une tache au milieu d'un travail de qualité… http://chaoshardcore.site.voila.fr

_

thrashattack@dbmail.com


LA FAUTE A QUI ? #6

U

n de mes zines préférés. Réalisé par les Reims City Rockers, collectif rémois qui organise des concerts et tient une distro par chez eux, La Faute A Qui ? continue à s'en tenir au sacro-saint triptyque street-punk, antifascisme & football, toujours avec le même souci d'être clair et instructif et la même ouverture d'esprit. Au long du trop peu de pages constituant cette lecture (qu'on ne recommande que trop !) l'on croise les bordelais de BOMBARDIERS, qui avaient fait l'unanimité lors de la sortie de leur album, les québécois d'ESCLAVES SALARIES (affiliés au RASH Québec), les serbes de BAYONETS (l'on peut aussi retrouver ces 2 derniers combos dans les pages de Barricata #16 pour ceux qui veulent en savoir plus) et le groupe ska-punk sedanais QUARTIER LIBRE. Au milieu de tout ça, un article cinéma avec le film culte d'entre les films cultes… Orange Mécanique et un article football sur le match qui opposa le Dynamo Kiev à une équipe de la Wehrmacht en 1942, match que les Soviétiques refusèrent de perdre. La mise en page est agréable, le tout se dévore d'une traite... on en redemande ! http://reimscityrockers51.free.fr lafauteaqui@wanadoo.fr

NYCTHEZINE #5

U

n concept original pour cette nouvelle livraison: l'auto-split. Face A: le Nycthézine habituel, qui est, rappelons-le, une grosse feuille d'info constitué essentie lleme nt de chroniques auxquelles se joignent des textes divers: sur le positivisme, sur l'excellent et célèbre groupe polonais DEZERTER et un très critique vis-à-vis de l'attentat qui a eu lieu au Festival Antifasciste de Berne en 2007, une interview de l'association Joyeux Merdier (label-distroorganisation de concerts) et la traditionnelle rubrique "Sham-Rock" sur le punk celtisant. Face B: un dossier sur l'école, avec moult chroniques d'ouvrages sur la mixité à l'école, l'illettrisme, le formatage des élèves (merde, j'ai fait une faute d'orthographe à "illettrisme"…) ainsi que des interviews d'activistes punk travaillant dans l'Education Nationale: PA de l'émission de radio "Ecrasons La Vermine" et Jeff du fanzine Up The Zines. Des chansons sur le sujet, c'est pas ce qu'il manque, alors quelques unes sont retranscrites afin de montrer comment des groupes comme OTH ou TAGADA JONES voient l'école… enfin, quelques unes… de quoi faire une compil quoi ! Laurent Galet, rue des Equets 38460 Leyrieu

PÈRE CASTOR #2 j e h a i s l e s pam@orange.fr e père Castor a étoffé son fanzine. Il a au passage pris du poids et de la gueule avec une mise en page un peu plus travaillée. Mais l’important c’est le conte-

L

assez original avec le groupe anarchopunk suisse ZEPPO (j’étais surpris qu’à la sortie de leur album il y ait eu si peu d’écho pour ce groupe à la BANLIEUE ROUGE mais maintenant c’est rattrapé !), un squat de Montreuil ouvert depuis peu (auquel on souhaite bonne chance !) et de l’écologie profonde avec une interview d’un universitaire tirée d’une revue écolo de la fin des années 80. Le problème avec cette interview c'est que plutôt que de présenter d'une manière claire le point de vue de l'intervenant, elle a un effet contre-productif en mettant en exergue les différences avec d'autres courants proches. On se demande plus comment une idée comme l'écologie peut générer autant de chapelles. L'universitaire interviewé met cela sur le compte d'un manque de maturité dans la manière de débattre entre tendances mais 20 ans plus tard, on se dit que cette maturité tarde vraiment à venir. Bien essayé mais pas convaincant… Comme tous fanzine, celui-ci se clôt par des chroniques, très développées en ce qui concerne celles d'autres fanzines. perecastor.lautre.net perecastor@no-log.org

PUNX ARCHIVES #2

S

econd opus pour ce zine, par le rédacteur de Nycthézine, consacré cette fois-ci aux lyonnais de HAINE BRIGADE, groupe qui a officié, il n’est pas inutile de le rappeler de . Il est composé d’interviews parues de 1982 à 2007 dans divers autres fanzines et permet d’appréhender l’histoire du groupe avec différents points de vue selon l’époque. Aussi indispensable que le précédent à qui s’intéresse à l’histoire du mouvement punk en France, ainsi qu’à ceux qui ont pécho le livre d’Arno Rudeboy et qui ont envie d’approfondir le sujet. Laurent Galet, rue des Equets 38460 Leyrieu jehaislespam@orange.fr

RASPUT-ZINE #1

D

ans la famille "petit mais costaud", je demande le premier numéro de Rasput-Zine. Si je devais le rapprocher d’un autre fanzine que j’aime beaucoup, ce serait de Plus Que Des Mots. Le lecteur curieux qui essayera de se le procurer y trouvera des interviews de ZEPPO, de ROSA PARK et du rédacteur de TordBoyaux, ainsi que quelques chroniques (surtout de fanzines) et des scenereport, le tout dans un esprit bien anarcho-punk sur fond de vélorution. Mise en page découpé-collé (cut’n’paste si ça t’évoque déjà plus quelque chose), avec des collages, une BD à l’arrache et des textes politico-poétiques qui aèrent une lecture toujours intéressante, jamais prise de tête… Le seul problème avec ce genre de zines c’est que quand ils font 10 pages, on souhaiterait qu’ils en fassent 20, et que lorsque qu’ils comptent 40 pages on en voudrait 60 ! Bonne continuation les gars !

TENDANCE NEGATIVE #1

L

’asso 40 Oz Orgasm, qui organise des concerts sur Paname, réalise dorénavant son fanzine. Le premier numéro est pas mal avec des groupes ayant joué lors de gigs organisés donc, par ladite asso : les punk-rockers allemands de RIOT COMPANY, les brestois de JEUNE SEIGNEUR ? LES ANGLAIS DE HOLY RACKET et même un groupe du Kazakhstan, ADAPTATSIA ! La mise en page est très dépouillée, les interviews un peu courtes, les chroniques peu nombreuses, mais ça ne laisse augurer que du bon pour la suite. Vivement le numéro 2 ! tendancenegative@free.fr http://tendancenegative.free.fr/

VOSGIAN FORCE #1

A

près une compilation du même nom, l'association Vosgian Force se lance dans le fanzinat avec cette publication du même nom. Pour un premier numéro, le moins que l'on puisse dire c'est que l'aspect visuel a été, ici, soigné, autant dans la couv' signée Chester que par la mise en page, claire et avenante. Surprenant cette absence d'interviews, ici l'on ne trouvera que des chroniques disques (très peu) et de concerts (surtout). Ces dernières sont écrites dans un style vivant, sans prise de tête, où la description du public prend autant d'importance que celle de la musique des groupes… on s'y croirait ! Plus de photos auraient été les bienvenues… En plus, les rédacteurs ne se cantonnent pas aux gigs auxquels ils ont assistés mais aussi ceux où ils ont joué, on a donc différents points de vue d'une page à l'autre… En dehors de ces chroniques rock'n'roll, quelques textes divers viennent se greffer: un historique sur Tchernobyl (où j'ai beaucoup aimé le

http://vosgianforce.net/

WASTED LIFE #5

P

utain ! J'ai un métro de retard, j'étais resté sur le premier ou le second numéro de ce zine et voilà avec quelle constance il en est déjà à sa 5e livraison. Du travail sérieux en somme. D'autant plus qu'il n'y a plus qu'une seule personne à la rédaction du zine et pourtant, pas de perte qualitative je trouve ! Ca commence avec un article rock'n'BD pour (re)découvrir nos dessinateurs favoris (dont certains commencent à avoir fait un bout de route !). On enchaine avec les interviews de groupes qui, comme le précise l'édito, n'ont absolument rien à voir entre eux: le groupe reggae-dubpunk belge USUAL SUSPECTS, le groupe punk-hardcore suédois REGULATIONS et les OVNI de LOUISE MITCHELS. Les interviews sont de plus en plus rondement menées, un plaisir à lire ! Beaucoup de news aussi dans ce zine qui n'oublie pas de nous tenir au courant de ce qui se passe et des coups de cœur de son rédacteur… Si tu ne vas ni en concert, ni à Born Bad, vas faire un tour sur le blog suivant, tu le choperas en pdf: htt://wastedlifezine.blogspot.com

"nos centrales nucléaires ne présentent aucun risque. On pourrait les construire même sur la Place Rouge. Elles sont plus sûres que nos samovars." citation d'un certain Anatoli Alexandrov, académicien russe… no comment…), un délire sur le meurtre (j'ai pas tout lu là, je suis sensible…), un comparatif de films tournés caméra en main, une explication de ce qu'est l'antispécisme (mon correcteur d'orthographe ne sait visiblement lui-même pas ce que c'est) et un dernier texte sur l'Alsace, le pays de la joie et de la bonne humeur… Purée ! L'Alsace ! Mais qu'est-ce qu'on peut bien aller foutre dans cette région quand on est jeune ? Un pari perdu ? Je compatis très fort avec l'auteur de ces lignes, vivre là-bas ça doit vraiment être pire que tout (à part vivre en Vendée chez les Chouans, ce à quoi Coluche nous aurait sûrement rétorqué "C'est à

se demander pourquoi ils ont fait deux régions"), le genre de région qui pu la

la-graine@no-log.org __________________________

haine, où voter Sarko ce doit être faire preuve de progressisme… A l'énumération dans cet article j'ajouterais personnellement "j'arracherais bien le bras

hmpv

droit au marchand de kebab qui fait des saluts nazis en hurlant un sonore "Heil Hitler !" quand tu passes devant sa boutique", véridique !!!

LA saint-remy la feuille d'info recommandee par l'association francaise pour la sante bucco-dentaire contre 1 timbre à Association Plus Oi! La Vie 5, place du Pont-Neuf 80100 Abbeville http://plusoilavie.free.fr http://www.myspace.com/ plusoilavie lefiascozine@hotmail.fr


Jeudi 8 janvier : - GUTS PIE EARSHOT + SEX, DRUGS & REBETIKO à la Mécanique Ondulatoire (8 passage Thiere, Paris), 19h30, 6€ Vendredi 9 janvier : - RENÉ BINAMÉ + CHÉPA + LES VILAINS CLOWNS + BOTTOX IN VEIN à la MJC l’Oreille qui Traine (Rouen) - CARTOUCHE + GUARAPITA + JAGAS + FECALOME à la Fac de Nanterre (chapiteau en face du bat. A), prix libre, 17h30 - ASTORYA + TAHIGO au Shari Vari (rue Saint Nicolas, Rouen) , 21h, 2€ - LES BRIN’CHIEUX au Blind Test (rue Henri Kolb, Lille), 21h Samedi 10 janvier : - TAGADA JONES + RAPPEL À L'ORDRE + X-IT à l’Espace Decaestecker (rue des trois Fermes, 59820 Gravelines), 21h, gratuit - RUSH'N ATTACK + TEENAGE WASTELAND + STANDING THE TEST au Détour (61, rue Fontenoy, Lille), 20h, 3€ - TRAKIRA + HOPERCKUT + CROSS DAMAGE au Havana Café (Lannion), 20h30, 5€ - GOD OF DEAD + SABOTAGE au Hoeggarden (72 r René Lanoy, Lens), 20h - LES RAMONEURS DE MENHIRS + LES SKALOPES + SKUDS & PANIK PEOPLE + guest à la Salle des Fêtes (Pré en Pail, 53) - LES PROUTERS + ZAMPANO + ARISROCRADES à la MJC (18, rue Pierre Mendès-France 91380 Chilly-Mazarin) - NOMSOMOÏ + FAT BEAVERS + LES VERSAILLAISES À MOUSTACHE au Sans Plomb (38, rue Gabriel Péri 94200 Ivry-sur-Seine), prix libre - LES BRIN’CHIEUX au Cheval Blanc (Lille), 20h30 - LES VILAINS CLOWNS + CHEPA + BITCH SLAPPERS au Piccolo (58, rue Jules Valles, Saint Ouen, 93), 18h30, 5€

Dimanche 11 janvier : - CHÉPA + LES VILAINS CLOWNS + BITCH SLAPPERS + D-TRACK au Sans Plomb (38, rue Gabriel Péri 94200 Ivry-sur-Seine) Mardi 13 janvier: - THE VIBRATORS + UK SUBS + TROTSKIDS + PORNO KINO + STYGMATE + guest à la Peña Festayre (32 bd Corentin Cariou, Paris), 17h, 10€ - LES SARKOFIOTTES au Théatre des Jacobins (Dinan, 22) Jeudi 15 janvier : - Vernissage expo "Taga is a punk rocker !" LORD FESTER COMBO à La Luna Rossa (83 rue du Chevaleret, Paris) Vendredi 16 janvier : - TASTE IN VIBES au Mondo Bizarro (264, av Général George S. Patton, Rennes), 20h30, 5€ - LES PROUTERS + BEGARSOUND au Câble (8, rue de la Maix 88000 Epinal) - ESCARRES + TRUE BELIVERS + FLEO au Soap Box Club (Nancy-Laxou), 6 €, 21h - RAMONE ET PEDRO C'EST PAS DES RIGOLOS à La Chimère (Bd Montebello - Lille) - TAMAGAWA + STRAIGHT TO HELL à la Rumeur (rue de Valenciennes - Lille), 4 €, 20h - LES BRIN'CHIEUX + LES CHARLATANS au Ring Ding (Amiens), 20h30

Samedi 17 janvier: - MARTCHA + BROUTCHOUILLE + DIG BASTARDS + DOWN OF PAIN + BLACK’S CADILLAC au Détour (61, rie de Fontenoy, Lille), 19h, 3€ - THE UPSESSIONS + YELLOW + 8°6 CREW + CHERRY BOOP AND THE SOUND MAKERS à l’Ubu (1, rue Saint-Hélier , Rennes), 20h, 15€ - LES FUMIERS + CHAOS 83 + LES CLOPORTES MANTEAUX + DEATH AGONY + KRASS T + LOS GUERILLEROS + guest au Cactus (faubourg Fauroelx, Le Quesnoy), 16h, denrées non périssables - LES PROUTERS + BEGARSOUND + PUNCH CHAOS au Soap Box Club (29 av de la Résistance, Nancy-Laxou), 20h30, 6€ - EIGHT 0F SPADES + BULGARIAN YOGURT + PARANOID + STRIKE BACK + CHEPA au Parvis de Bagnolet (27 rue Adelaide Lahyae), 16h, 5€ - MISE EN SCENE + MAD MEN'S TEAM + MEDEF INNA BABYLONE + RENE BINAME au MJ Tamines (Tamines, Belgique) - BUT GOD CREATED WOMAN + PNEU + JANEDARCVADOR + Guest au Pixi (82 avenue de la Republique, Bagnolet), 18h, 5€ - NEFASTCORE+ FORTY’OZ + SYN au CJC Léon Blum Boulogne sur Mer), 21h, gratos

Dimanche 18 janvier : - TOUBAB ALLSTARS + TASTE IN VIBES + YELLOW UMBRELLA + TROJAN à la Peña Festayre (83, boulevard MacDonald, Paris), 15h, 10€ Mardi 23 janvier : - SICKNESS + BAKTERIEN KAVALKADE + FLIKICIDE au Soap Box Club (29, avenue de la Resistance, Nancy-Laxou), 21h, 6€ Samedi 24 janvier : - BEET AND BEER COMPAGNIE + STANDING THE TEST au Blind Test (14, rue Henri Kolb, Lille), 20h, 2€ - CONTINGENT ANONYME + STREET KIDS + HARDXTIMES à L’Excalibur (5, rue de la Grue,Reims), 20h30 - BOXING ELENA + CRIPPLED OLD FARTS + FAT BEAVERS à la Cantine de Belleville (108, boulevard de Belleville, Paris), 21h, prix libre - THE LUCKY DEVILS + BLUE ROCKIN' + MISTER MAGOUILLE au Molodoï (19, rue du Ban de la Roche, Strasbourg), 21h, 5€ - ROLL ZEALOTZ + LoydBarber + Sling69 à St-Hilaire (50) Gimol dru band + Dezes + Trouz an noz + same alien's à la Salle Socioculturelle (Arzano, 29), 20h30, 7/5€. - SICKNESS + TANKER CHAOS au bar “Chez FAT” (Thillot, 88), 21h, gratuit


- EXPLOSIVE POTATOE au Shaka Laka (20 rue de la clef - Hazebrouck) - JUSTIN(E) + THE ATTENDANTS + UP YOUR ASS à L'Horloge (Boulogne sur Mer) Dimanche 25 janvier: - JUSTIN(E) + THE ATTENDANTS + FIGHT BACK à la Chimère (bd Montebello, Lille), 19h30, 3€ THE INDEPENDENTS + THE RAMONEURZ au Tigre (4 rue d’Iéna, Sélestat), 20h, 5€ Mardi 27 janvier: - THE REAL MCKENZIES + guest à la Chimère (Lille) Vendredi 30 janvier : - WUNDERBACH + GASTÉROPODE KILLERS au Nouveau Casino (109 rue Oberkampf, Paris), 18h30, 13€/15€ - OUTRAGE + THE DENYALS à La Chimère (Bd Montebello, Lille)

Samedi 31 janvier : - STATIC THOUGT + MISS AMERICA au Blind Test (14, rue Henri Kolb, Lille) 20h, 3€ - PETER & THE TEST TUBE BABIES + LES BOMBARDIERS au Mondo Bizarro (264, avenue du Général George S. Patton, Rennes) 20h30, 10€ - SKWATTACK + ECHEC & MALT+ KAZOO LAIDS TOO LOOSER au P'tit Café (19, rue Charles de Gaulle 88160 Le Thillot), gratuit - PANIK + SEX TOY + SPZ + POGOMARTO à la Miroiterie (88, rue Ménilmontant, Paris), 16h, 6€ Dimanche 1er février : - PETER & THE TEST TUBE BABIES + FUNERAL DRESS + REAL MCKENZIES + TROTSKIDS + LES SLUGS + AL KAPOTT + ONE WAY SYSTEM à la Peña Festayre (32 bd Corentin Cariou, Paris), 13h, 12€ Vendredi 6 février: - SANS OUATE + STANDING THE TEST au Select Bar (192 d’Arras, Lille), 20h30, 3€

L'album du mois MORAL DILEMMA - Right To Remain Silent (CD – 10 titres) Hormis les très gros groupes - dont beaucoup sont les mêmes qu'au début des 80's - je ne connais pas grand-chose de la scène anglaise actuelle. La tournée de MORAL DILEMMA en France allait être la bonne occasion de jeter une oreille sur un combo d'Outre-Manche pour l'instant totalement inconnu au bataillon. Ca a été une révélation ! Ce power-trio balance un punkhardcore tendance vieille garde british dans la lignée de SUBHUMANS et de RESTARTS (dont le bassiste a dessiné la superbe pochette). Des riffs qui claquent, une basse mise en avant, une voix éraillée, des textes sans concessions, juste ce qu'il faut de mélodies, de la colère, de la patate, voilà pour les ingrédients. Et pour quel résultat ! D'entrée de jeu, on est sonné par leur Never Say Die puis les morceaux s'enchainent avec une intensité crescendo: au très restartien Wasting Your Time, on replonge dans les Punk & Disorderly avec Body Bag, ça va chercher dans le hardcore ricain lors d'Hypodermic, ça devient plus poignant avec Apathy, un poil plus de mélodie fait son apparition sur Had Enough (où le chanteur/ gratteux s'essaie au solo ), ça monte en intensité lors de Blind Leading The Blind avant que l'album ne connaisse sont point d'orgue sur l'hymnesque morceau éponyme. The Bastard Son pose un peu l'ambiance avec des résurgences folkloriques dans la mélodie histoire que l'atterrissage après écoute ne soit pas trop brutal. Un grand, grand disque pour un groupe qui mériterait d'être plus connu sous nos cieux. (Madman Rds) http://www.myspace.com/moraldilemmalondon


La St-Rémy #15