Page 1

B''H

N° 55

BEIT MIDRACH TORAT HESSED MALEY RAHAMIM 11 KIKAR HATSMAOUT NETANYA Rav Acher Fitoussi Chelita 07/01/2012

site:www.torat - hessed.com

CHABBAT : VAYEHI ENTRÉE : 16H31

BIOGRAPHIE :

12 TEVET 5772

SORTIE : 17H31 HAFTARA : VAYKREVOU YEME DAVID

RABBI CHLOMO ABEN

DANAN

Rabbi Chlomo Aben Danan est descendant en droite ligne, de père en fils, d’un des piliers du judaïsme, le Rambam (Maïmonide) et du coté maternel de Rabbénou Tam, petit-fils de Rachi. Issu d’une famille prestigieuse, tant par sa généalogie que par la valeur de ses membres, pratiquement tous importants Rabbanim ou Dayanim (juges), il naquit à Fès le Chabbat 9 Sivane 5608 (1848), ville dont il fut le Dayane (juge) durant cinquante ans (5639/1879 - 5689/1929), excepté un an où il fut nommé au Haut Tribunal Rabbinique de Rabat. En 1858, le 18 Sivane, Rabbi Moché, père de Rav Chlomo, homme intègre, grand talmudiste, quitte ce monde, à l’âge de 30 ans. Il laisse un fils, âgé de 10 ans. L'éducation de Rabbi Shlomo incomba à son grand père, Rabbi Chemouèl et à son oncle, Rabbi Its’hak. Grand érudit, ce dernier le prit sous sa tutelle et lui transmit ses connaissances. De son coté, Rabbi Shlomo lui fut très reconnaissant et lui témoigna respect et amour. Le jeune orphelin continua à se consacrer intensément à l'étude de la Torah. Lorsqu'il eut dix-sept ans, il entama l'étude de la Kabbale. Doué d'une intelligence supérieure, à dix-huit ans, il commençait à donner aux jeunes gens de Fès des cours dans le même esprit que ceux des Yéchivot, les guidant ainsi dans l'apprentissage du Talmud et de la Halakha. A vingt et un ans, il fut invité par les Rabbanim de Fès, à se joindre à eux au Beth Dine. Ils appréciaient tout particulièrement ses capacités de réflexion et sa grande force de raisonnement dans tous les cas que l'on venait lui présenter ou pour lesquels on lui demandait son avis, notamment sur des problèmes de divorce, de femmes ‘Agounote, etc. En 1920, il est nommé à la cour de justice de Rabat, cour d'appel pour tout le Maroc. Il y remplace le grand Rabbin Rabbi Raphaël Enkaoua. Un an après, il revient à Fès pour être Président duTribunal Rabbinique. Son tribunal ne désemplissait pas du matin au soir de tous ceux qui venaient lui soumettre leurs désaccords. Grâce à sa bonté et sa douceur,il réussissait le tour de force d’arriver, dans ses jugements, à satisfaire les deux parties qui s’opposaient. En 1875, à l'âge de vingt-sept ans, il décida de monter en Erets Israël pour accomplir les commandements relatifs à la terre Sainte. Il entreprend ce long et périlleux voyage avec son oncle Rabbi Its'hak Aben Danan. Devant les difficultés et les conditions pénibles de la Palestine de l'époque, ils se voient obligés de la quitter après un séjour de


33 jours. En 5661 (1901), il fit paraître dans un ouvrage de responsa intitulé Achèr Lichlomo », chaque jugement et décision qu’il avait prononcés. Il y rapporte tous les problèmes halakhiques qui lui ont été soumis, directement ou indirectement, depuis les communautés d'Afrique du Nord, des villes de Salé, Rabat, et même de Gibraltar. Les sujets traités dans cet ouvrage sont très variés et recouvrent toute la Halakha. Il y apparaît comme un géant de la Halakha, aussi fin connaisseur des décisionnaires Achkénazes que Séfarades. Au-dessus de tout, ce qui le caractérisait, c’était sa piété et sa crainte d’Hachem. Il se levait chaque matin avant l'aube, et se hâtait d’aller ouvrir les portes de la synagogue. Même à un âge avancé, il était toujours le premier arrivé, et il priait avec toujours la même ferveur. On pouvait lire sur son visage, pendant qu'il priait, une joie incommensurable. De même, pendant ses discours, il savait passionner son auditoire par ses paroles attachantes, ses dons d'orateur, ses paraboles et ses jeux de mots appréciés de tous. Chacun écoutait avec émerveillement ses paroles de Torah qui pénétraient les cœurs. Le Tsadik rendit son âme à son créateur dans la nuit du 28 'Héchvane 5689 (1928). Déjà le soir de Yom Kippour, on avait comme pressenti sa fin prochaine : il avait omis, dans la prière du Kol Nidré la phrase "à partir de ce Yom Kippour-ci, jusqu'à celui de l'année prochaine", comme s'il avait deviné que "celui de l'année prochaine" ne viendrait jamais pour lui. Au cours du mois de 'Héchvane (le jeudi 25) après s'être remis d'une forte fièvre, et alors que, continuant de siéger au tribunal, il avait repris normalement ses activités, il fut frappé d'un malaise à la suite duquel son état se dégrada rapidement. On appela à son chevet de nombreux médecins, qui essayèrent, en vain, d'apaiser son mal. Son esprit était aussi clair que d'habitude, de même le lendemain et le surlendemain, Chabbat. Ses lèvres ne cessaient point d'émettre des prières. Comme la nuit était tombée, il pressa ses fils de réciter la Havdala. On étudia alors devant lui le « Pata’h Élyiahou » et l’on dit le « Chéma’ Israël » au moment où son âme retournait à son Créateur.Toute la ville, hommes, femmes et enfants le pleurèrent. Il fut inhumé le lendemain accompagné par des milliers de Juifs, accourus de Fès et des autres villes du Maroc, par les membres du gouvernement et les représentants de tous les cultes, venus lui témoigner, pour la dernière fois, leur profond respect. Que son souvenir soit une bénédiction.


HALAKHOT : Q : Y a-t-il une obligation de se lever durant toute la répétition de la ‘Amida par l’officiant, ou bien est-il permis de s’assoir pendant la répétition ?

R:Notre maître le RAMBAM écrit (chap.9 des règles relatives à la prière) : Après que l’officiant recule de 3 pas en arrière, il reste à cette place, puis il entame la répétition de la prière à haute voix depuis le début des bénédictions, afin d’acquitter celui qui ne sait pas prier. A ce moment-là, tout le monde se lève et écoute en répondant Amen après chaque bénédiction, aussi bien ceux qui ne se sont pas encore acquittés, aussi bien ceux qui sont déjà acquittés. Fin de citation. Il semble selon le RAMBAM qu’il faut se lever durant toute la répétition de la prière, puisqu’il écrit explicitement « tout le monde se lève et écoute… ». Apparemment, toute l’assemblée doit se lever pendant la répétition. C’est aussi l’opinion du RAMA dans ses notes sur le Choulh’an ‘Arouh’, au nom du Sefer Ha-Minhaguim, qui atteste que l’on doit se lever durant toute la répétition de la prière.

Cependant, le Gaon Rabbi Ya’akov H’AGUIZZ écrit dans son livre Chou’t Halah’ot Kétanott que selon la Guémara, nous pouvons plutôt prouver qu’il est permis de s’assoir pendant la répétition, mais en réalité il semble plus juste de se lever lors de la répétition. Il termine en disant : « Quoi qu’il en soit, j’ai vu que dans la synagogue Achkénaze de Vérone (Italie), toute l’assemblée reste assise pendant la répétition de l’officiant, mais dans la synagogue Séfarade, tout le monde se lève lors de la répétition, et c’est ainsi qu’il semble plus juste d’agir. » Tel est également l’avis de notre maître le H’YDA ainsi que d’autres de nos maîtres les Ah’aronim (décisionnaires récents et contemporains). En parallèle, l’auteur du Torat H’aïm rapporte que dans son pays, la plupart des gens restent assis pendant la répétition de la prière. C’est aussi ce qu’écrit le Gaon Rabbi Avraham Ha-Cohen de Salonique, qu’il est permis selon le strict Din de s’assoir pendant la répétition de l’officiant, puisque toute l’assemblée s’est déjà acquittée de l’obligation de la prière en priant à voix basse. C’est également l’opinion du Gaon de MINSK, auteur du OR Gadol, qui cite des preuves à ses propos. C’est ainsi que tranche le Gaon Rabbi Ovadia HADAYA dans son livre Chou’t Yaskil ‘Avdi où il interprète les propos du RAMA seulement dans un esprit de tradition, et non selon le strict Din. De ce fait, s’il est nécessaire de s’assoir pendant la répétition, il est permis de le faire. Les propos du RAMBAM qui écrit que « tout le monde se lève et écoute » ne signifient pas se lever véritablement, mais seulement « se tenir en silence », puisqu’il est interdit de parler pendant la répétition de la prière. Il cite diverses preuves à cela. Nous pouvons même déduire que le RAMA lui-même admet que ceci n’est qu’une tradition et non un Din puisqu’il cite cet usage au nom du Sefer Ha-Minhaguim et non à partir du RAMBAM, ce qui signifie qu’il ne faut pas interpréter le RAMBAM dans le sens « se lever » véritablement.


Par conséquent, il est permis de s’assoir pendant la répétition de la prière, mais la personne qui s’impose de rester debout durant toute la répétition, mérite la bénédiction. C’est d’ailleurs l’usage de nombreux endroits où il y a des gens de Torah qui restent debout durant toute la répétition de la prière. Ceci n’est pas une obligation selon le Din, mais seulement une rigueur. Si pour obtenir de l’ordre, il est nécessaire que chacun s’assoie durant la répétition de la ‘Amida - car le fait de rester assis en silence empêche d’aller et venir et discuter pendant la répétition – il faut instaurer de s’assoir pendant la répétition, car le bavardage est quant à lui une véritable interdiction.

VIE SAINE :

Propriétés des roses

La rose est tonifiante, astringente, calmante et antioxydante (antirides). Les infusions : Pour les infusions, utiliser les pétales, après élimination de la partie blanche à la base, et les boutons. Attention ! N'utiliser que des roses non traitées avec des produits chimiques ! Usage interne Infusion contre la diarrhée (même pour les enfants) et les digestions difficiles. A boire avant les repas. Usage externe On utilise les infusions en gargarismes contre les aphtes, en compresses sur les ulcères et pour soulager les affections oculaires (les pétales frais peuvent aussi être appliqués sur les yeux). Mode d’utilisation : 2-3 pincées de pétales dans une tasse d’eau bouillante, infuser quelques minutes. L’eau de rose à usage cosmétique se prépare avec de l’eau minérale à laquelle on ajoute 10% d’ alcool pur. Y laisser macérer une poignée de pétales pendant 4-5 jours, filtrer et mettre en flacon. C'est une eau très adoucissante pour la peau. Huile pour le corps : laisser macérer une bonne poignée de pétales dans un bocal (bocal à confiture) pendant 15 jours, filtrer et mettre en flacon. Cette huile est excellente pour les peaux matures (visage et corps)

vayehi2012  

vayehi2012