Page 1

en /

The Impact of the New Provisions of the Treaty of Lisbon on Youth


Editorial team

Foreword

Prof. Paolo Ponzano – Author Giuseppe Porcaro – Editor in Chief John Lisney – Translator Anne Debrabandere – Copy Editor Antoine Mertzeisen – Copy Editor Graphic Design – Laurent Doucet

In December 2009, after a long process of

Paolo Ponzano was a civil servant in the

adoption, the Lisbon Treaty eventually came

European Commission from 1971 to 2009. In

European Youth Forum

into force. The European Youth Forum has

1983/84, he was responsible for the relations

120, rue Joseph II

been closely following this process and con-

with social partners and Forum Jeunesse. He

1000, Bruxelles

structively contributed to it.

has been Director for the relations with the

Belgium – Belgique

Alongside the preparatory work for the Treaty,

Council of Ministers and representative of

started by the Convention on the Future of

the Commission to the COREPER, before be-

with the support of   :

Europe in 2002, a European Youth Convention

coming Director for institutional affairs and

the European Commission

was organised with the aim to gather recom-

better regulations. Substitute member of the

the European Youth Foundation of the Council of Europe

mendations from young people and youth or-

European Convention in 2002-2003. Paolo

ganisations to be included in the final text.

Ponzano currently is special advisor of Vice-

The article 165 of the Lisbon Treaty is a direct

president Maros Sefcovic and Senior Fellow

heritage from these recommendations, which

at the IUE of Florence. He has written 35 ar-

introduces a new dimension to the relation-

ticles on the decision-making process and

ship of the European Union (EU) with youth,

insitutional issues in the European Union

by encouraging youth participation in demo-

and gave classes and conferences for many

cratic life in Europe.

universities.

ISSN  : 2032–9938

In order to use this new competence to its utmost, the European Youth Forum asked Pr. Paolo Ponzano to explore the new possibili2010 European Youth Forum

ties introduced by the Lisbon Treaty for the EU youth policy.

3


1. Introduction

Contents

1. Introduction

5

2. A brief review of the EU’s approach to youth

6

The Treaty of Lisbon introduces a new di-

under the “Youth for Europe” or “Youth in

mension and, to a certain extent, a new

Action” programmes), and the EU failed to

competence to the relationship of the

include a specific legal basis in its Treaties.

European Union (EU) with youth. Namely,

The Treaty of Lisbon has helped fill this

9

it encourages youth participation in demo-

gap (see point 4 below). Furthermore, the

3.1. The new provisions on participatory democracy (Art. 11 TEU)

9

cratic life in Europe. So far, the EU has pro-

same Treaty introduces, for the first time,

3.2. The scope of obligations imposed on institutions and

11

moted exchanges among young workers in

the mechanisms of a participatory democ-

the framework of freedom of movement,

racy that could affect the relations of the

   the jurisprudence of the ECJ 3.3. The right of citizen initiative under art. 11, para. 4 of TEU

12

promoted student mobility under the

EU institutions with youth organisations

3.4. Youth participation in European democratic life

13

Erasmus programme (nearly 1.9 million

and, indirectly, could affect the future of an

students involved), developed youth activi-

EU approach to youth (see point 3 below).

4. Conclusions

15

ties through several programmes, such as “Youth for Europe” or “Youth in Action”, adopted measures against youth unemployment as part of its social policy, and encouraged Member States to fight against academic failure in the context of its education policy. To sum up the approach of the European Union in respect to youth in a few words, one might conclude that it gave priority to the promotion of youth mobility in Europe and to the fight against youth unemployment, which has increased dramatically over the last two decades. However, the problem of youth participation has not been high on the agenda (bar some specific policies or pilot projects

5

1. Introduction

3. The innovations of the Treaty of Lisbon


2. A brief review of the EU’s approach to youth The

first

initiative

of

the

European

Commission / European Community in

programme “Youth for Europe”, containing

Despite the recognition of participation as

the first initiatives on youth participation

a right, until now, the EU has given prior-

in democratic processes, was adopted by

ity to efforts encouraging the mobility of

the European legislator for the years 2000-

young Europeans in the European territory.

2006. In 2001, the Commission presented

Even if the “Youth in Action” programme

a White Paper on Youth, which the follow-

refers to youth participation and there were

ing year led to a Council Resolution, setting

initial pilot projects planned in this regard,

out the priorities for action: youth partici-

this objective remains largely secondary

pation, voluntary service, training, youth

in the approach of the European Union,

councils, and a more structured dialogue.

as it was not mentioned in the Treaties

the Directorate General for Education and

Under the Lisbon Agenda and the initia-

prior to Lisbon. The second priority of the

Culture (DG EAC).

tive of four Member States, the “European

European Union’s approach to youth was

Youth Pact” was adopted by the Council

the fight against youth unemployment, as

tion of an advisory committee, composed

In 1986, the European Commission pro-

in 2005. The Pact prioritised initiatives

part of its social policy. Youth unemploy-

of representatives of youth organisations.

posed its first major initiative on student

in education, employment, reconciliation

ment has risen sharply in most Member

This initiative was negotiated with both the

mobility in Europe: the Erasmus pro-

of working with private life, etc. In 2007,

States, reaching twice or even three times

National Youth Councils grouped within the

gramme. This programme would allow uni-

the European Parliament adopted the new

that of the total unemployed in certain

CENYC1, and with international youth or-

versity students to complete part of their

“Youth in Action” programme for the years

countries.

ganisations represented in the BEC2, who

studies at a different university in another

2007-2013. This programme combines,

were seeking support for an independent

Member State, while their exams taken

in one instrument, the various activities

Among the priorities of the new Europe

platform of youth organisations. It was af-

abroad were still recognised by their home

for youth, providing a greater focus on

2020 strategy, the Barroso II Commission

ter this process that the Youth Forum of the

university. It was originally withdrawn by

education and social measures relating to

has proposed a specific initiative aimed at

European Communities was born in 1978.

the Commission, as the Council intended

citizenship.

reducing the amount of early school-leav-

The European Commission subsequently

to more than halve its budget. However, a

developed a special relationship with the

second proposal of the Commission was

In 2009, the European Commission pro-

ple completing higher education. Being a

Youth Forum, which merged in 1996 with

later adopted by the Council, which even-

posed a new EU Youth Strategy, which the

strategy for growth, however, such an ini-

CENYC and BEC to give life to the European

tually helped to start the ERASMUS pro-

Council of the EU welcomed in a Resolution

tiative does not address the issue of youth

Youth Forum (YFJ - European Youth Forum),

gramme. The European Commission then

in November the same year, setting-up the

participation in democratic life, which was

the

Youth

proposed a series of programmes “Youth

new framework for European cooperation

to be covered by a separate initiative of the

Councils and non-governmental youth or-

for Europe”, which were adopted by the

in the youth field. The Council Resolution

Commission in the framework of the im-

ganisations in Europe. Relations with the

Council for the years 1988-1991 (Youth for

sets two overall objectives, one of them

plementation of the Treaty of Lisbon. The

European Youth Forum were originally car-

Europe I), 1992-1994 (Youth for Europe II)

being the promotion of active citizenship,

Europe 2020 strategy of the Commission

ried out by the General Secretariat of the

and 1995-1999 (Youth for Europe III). The

social inclusion and solidarity of all young

was endorsed by the European Council in

Commission as the manager of the sub-

Commission also proposed an initial pro-

people. Participation is not only acknowl-

June 2010. Following the European Council

sidy from the Community budget. They

gramme of the European Voluntary Service

edged as one of the eight fields of action

conclusions, in September the Commission

were later transferred to the Directorate

for young people, which was adopted by

for the European cooperation, but also as a

issued a communication entitled “Youth

General for Information, and, finally, to

the Council in 1996. A new multi-annual

right of young people in the development

on the Move”, in which it develops a new

of policies that affect them.

set of priority initiatives. These aim at en-

only

platform

of

National

ers and increase the number of young peo-

suring quality education and training for

1. CENYC - Council of European National Youth Committees 2. BEC - Bureau of Coordination of of International Youth Organisations

6

7

2. A brief review of the EU’s approach to youth

2. A brief review of the EU’s approach to youth

respect to youth was to propose the crea-


young people, their integration into the la-

As noted below, there are two main rea-

bour market, and greater mobility. Insofar

sons why the Commission did not estab-

as most of the priority initiatives remain

lish partnership agreements with civil so-

the responsibility of the Member States,

ciety organisations: firstly, the absence of

the Commission proposes to act, essen-

a provision on participatory democracy in

tially, through Council recommendations

the Treaties prior to Lisbon, and, secondly,

to Member States, or by autonomous non-

the difficulty of defining the criteria of rep-

binding acts (the European Social Fund will

resentativeness of NGOs.

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

contribute, as in the past, to measures to fight against youth unemployment).

3.1. The new provisions on participatory democracy (Art. 11 TEU)

To summarise, irrespective of a series of

the aforementioned reasons given by the

priority actions for youth mobility and the

Commission, insofar as it introduces provi-

fight against youth unemployment, and

sions on participatory democracy (art. 11

despite of a certain recognition in the EU

TEU) and states that the EU institutions

Although the functioning of the European

Youth Strategy,the Commission has yet to

should maintain an open, transparent and

Union is founded on representative democ-

take any major initiative to encourage youth

regular dialogue with representative asso-

racy (see art.10 TEU), the Treaty of Lisbon

participation. Furthermore, its relation-

ciations and with civil society. Therefore,

introduces a new principle of participatory

ship with the European Youth Forum has

it would be difficult for the Commission

democracy, according to which it is neces-

not resulted in the partnership agreement

to hide behind the previously encountered

sary to relate citizens and civil society or-

between the Commission and the Youth

issues in order to avoid concluding part-

ganisations to the projects and policy deci-

Forum as recommended in the White Paper

nership agreements with organisations of

sions that affect them. For the first time in

on European Governance adopted by the

civil society in general, and with the Youth

the European treaties, the role of civil so-

Commission in July 2001.

Forum in particular. In addition, the new

ciety and representative associations is ex-

provisions of art. 11 TEU are no longer a

pressly recognised in EU primary law, and

voluntary process, and were made binding

therefore can not be ignored by European

on the need to consult with civil society or-

institutions when implementing the Treaty.

ganisations whenever the EU institutions

This new principle will require that the EU

take legal action affecting the very inter-

institutions implement new tools of consul-

ests of such organisations (including youth

tation and involvement of citizens and their

organisations when it comes to measures

organisations in the procedures of drafting

affecting the interests of young people).

and adoption of European legal acts that

Moreover, the European Court of Justice

affect their interests or that would guaran-

has already developed the first case law in

tee their rights.

this regard, even before the entry into force of the Treaty of Lisbon (see below comments on participatory democracy).

8

9

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

2. A brief review of the EU’s approach to youth

The Treaty of Lisbon has made obsolete


How to evaluate the introduction of the

interpretation of the White Paper, because

principle of participatory democracy along-

it intended to give the NGOs “a voice, not

side the traditional basis of representative

a vote”, the Commission chose not to enter

democracy? We can answer this question

into any partnership agreement;

include, for instance, compliance with a minimum of eight weeks from the date of the consultation before making a decision, or the requirement to provide a response to consultees on the results of the

the European Commission in 2001 and in

b) second, the Commission found it diffi-

subsequent years in the development and

cult to define criteria of representativeness

Article 11 TEU has not created a genuine

implementation of the White Paper on

applicable to civil society organisations.

right of citizens and of their organisations

With the Treaty of Lisbon, and the volun-

European Governance (Prodi Commission

In the spirit of the White Paper, it was up

to be informed by the EU institutions on

tary commitment of the Commission to

White Paper in July 2001). It should be re-

to civil society to organise itself and de-

current issues and to be consulted on is-

consult stakeholders, a European legisla-

membered that the Prodi Commission had

fine its own criteria of representativeness.

sues that concern them directly. However,

tive initiative has become a legal obligation,

decided not to grant “civil rights of par-

Since the criteria was set unilaterally by

these provisions have established a cor-

and may be invoked by citizens before the

ticipation” to civil society in decisions of

the Commission, it could be considered

responding duty of the European institu-

European Court of Justice. It seems clear

the Union (originally an option in the early

discriminatory.

tions, which could be subject to appeal by

that the Court would sanction any lack of

citizens and/or their organisations before

consultation on behalf of the Commission

drafts of the White Paper), precisely due to

consultation.

the absence in the treaties of provisions on

The provisions of the Treaty of Lisbon (art.

the European Court of Justice, in cases

of a public or private organisation on a leg-

participatory democracy. The Commission

11 TEU) should overcome the difficulties

where the institutions above do not meet

islative proposal that would directly affect

had finally opted for the less ambitious

encountered by the Commission in imple-

the duties of dialogue and consultation

the latter. However, it remains to be seen

“partnership agreements”. However, even

menting the principles of the White Paper.

provided by art. 11 TEU.3

whether a lack of consultation from the

this more limited approach was not imple-

On the one hand, the European Parliament

mented by the Commission, for two main

should no longer object to partnership

This general remark applies particularly to

criteria that the Commission has imposed

reasons:

agreements or to the granting of civil

the instrument of consultation with stake-

on itself, such as the minimum period of

rights to civil society organisations, and

holders, established by art. 11, para. 3.4

eight weeks) may constitute a procedural

a) first, the negative reaction of

Commission (or non-compliance with the

the

could even participate in such agreements

This instrument would relate knowledge of

error that could affect the legitimacy of the

European Parliament (see, for instance,

with the European institutions on the basis

the views of anyone with a vested interest

act adopted thereafter. In the absence of

Kaufmann’s report of December 2001)

of the provisions of article 11 TEU. On the

in the subject to be regulated by European

precedents, doubts remain about the fact

to the idea that the Commission may en-

other hand, para. 2 of art. 11 removes the

law. It was already contained in the Protocol

that any breach of the obligation of con-

ter into partnership agreements with civ-

problem of representativeness of NGOs

annexed to the Treaty of Amsterdam, and

sultation, or the set criteria, may lead to

il society organisations that go beyond

because it stipulates that the European in-

has been recognised by the European

the annulment by the Court of the legisla-

the minimum standards of consultation

stitutions maintain an open, transparent

Commission as an essential element of

tive act. An exception would be cases where

adopted by the Commission itself in June

and regular dialogue with representative

European governance in its White Paper in

there would be sufficient evidence that, in

2002. The European Parliament had ex-

associations and civil society (and not with

2001. On this basis, the Commission un-

the absence of such a breach, the content

pressed concern over the possibility of a

the associations representative of civil so-

dertook voluntarily - but not without legal

of the act would have been different (see in

conflict between representative and par-

ciety). Therefore, the problem of defining

effect - to meet minimum standards when

the ECJ Judgement of 16 July 2009, in the

ticipatory democracy if the Commission

criteria of representativeness of the asso-

conducting the stakeholder consultation

case Grune Punkt, C-385/07P).

was to establish a relationship with civil

ciations prior to dialogue no longer arises

on its draft legislation. Such commitments

society organisations. While rejecting this

in light of art. 11, para. 2 TEU. 3. Art. 11 para. 1 and 2 TEU states: “The institutions shall, by appropriate means, give citizens and representative associations the opportunity to make known   and publicly exchange their views in all areas of Union action. The institutions shall maintain an open, transparent and regular dialogue with representative   associations and civil society.” 4. Art. 11 para. 3 TEU states: “The European Commission shall carry out broad consultations with parties concerned in order to ensure that the Union’s   actions are coherent and transparent.”

10

11

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

in light of the difficulties encountered by

3.2. The scope of obligations imposed on institutions and the jurisprudence of the ECJ


3.3. The right of citizen initiative under art. 11, para. 4 of TEU5

While it is difficult to predict the future jurisprudence of the European Court of Justice in its interpretation of art. 11 TEU, it is rea-

By the end of 2010, the European legis-

including those of certain interest groups

lator should have adopted the regulations

(lobbies) that are not necessarily repre-

that will set the conditions to collect and

sentative of the general interest in Europe.

validate signatures in the Member States,

general principle of law “patere legem quam

The Treaty of Lisbon introduces a new

Certainly, if one million citizens agreed to

to establish the admissibility of citizen in-

ipse fecisti” - that all authority is bound

right for the citizens of the Union. One

call for a ban on minarets in Europe, or for

itiatives, as well as the possible recourse

by its own rules as long as they are not

million citizens from a significant number

the harmonisation of its educational sys-

procedures against the decisions of the

amended or repealed. This is if the institu-

of Member States (probably a third of 27

tems, the Commission would be forced

Commission. The proposed regulation ap-

tions (including the European Commission

countries) will be able to ask the European

to answer negatively. In the first case, the

plies to citizens who were of age to par-

in implementing the White Paper of 2001)

Commission, bearer of the right of legisla-

Union has no competence in the field, and

ticipate in national elections, i.e 18 in all

would have taken unilateral commitments

tive initiative in the EU institutional system,

in the second, it is expressly prohibited by

Member States except for Austria. Even if

in respect to the conduct of the parties in-

for a proposal for European law. This is a

the Treaty. However, if one million citizens

the Commission did not propose to extend

terested in a legislative project. In the WWF

significant instrument of direct democra-

were to ask the Commission to propose an

the right to participate in the collection

UK case, 5 March 1997 (Case T-105/95)

cy, which so far exists at national level in

initiative to encourage youth participation

of signatures to 16 year-olds, this option

regarding the access to documents, the

only 12 of 27 Member States. It is true,

in democratic life, as envisaged by the new

could still be introduced by Parliament in

ECJ indicates that by adopting its decision

as several commentators have pointed out,

Article 165 TFEU (see below), there are no

the ongoing negotiations.

94/90, the European Commission commu-

that this new right, granted to EU citizens,

clear reasons why the Commission would

nicated to its citizens who wished to have

is not a true right of initiative but rather

deny such an initiative. Therefore, youth

access to documents in its possession that

a right to petition. The Commission is not

organisations,

their applications would be reviewed in ac-

obliged to comply with the request of the

Youth Forum, should not find it too diffi-

cordance with the procedures and condi-

one million citizens. This is due to the pe-

cult to collect one million signatures in a

tions established for this purpose. The deci-

culiarity of the Union’s institutional sys-

third of Member States, and encourage the

As indicated above, art. 165 TFEU intro-

sion of the Commission is, therefore, an act

tem, where neither the Council, let alone

Commission to implement art. 165 (see

duced a new competence of support, with-

that entitles third parties to certain rights,

the European Parliament, has the right

examples below). Besides, if need be, the

in art. 6 TFEU, allowing the EU to encour-

which the Commission has an obligation

of legislative initiative; the latter being

sponsoring organisations of the citizens in-

age youth participation in Europe.7 This

to respect, even if this actually contains a

reserved for the European Commission.

itiative may request of the Parliament that

competence may result in the adoption

series of obligations that the Commission

Therefore, it was politically impossible to

it pass a resolution under art. 225 TFEU6.

of programmes of financial support from

has voluntarily imposed on itself as meas-

grant more rights to the citizens than those

In this case, under the inter-institutional

the Union and measures of coordination

ures of internal organisation. This case

attributed to the Parliament. Other com-

agreement between the Parliament and the

between Member States. This does not in-

reinforces the future effectiveness of the

mentators have stressed the small size

Commission, the latter would have three

clude the legislative acts aimed at the har-

provisions of art. 11 TEU, as the EU institu-

of the quorum that is used (equivalent to

months to respond to the request and,

monisation of national legislation (as spec-

tions have already taken voluntary commit-

0.2% of the population of the Union), argu-

eventually, provide a reasoning for its re-

ified in art. 4 of that very same article).

ments of the consultation of civil society.

ing that the Commission will not necessari-

fusal to submit a proposal.

Therefore, the Parliament and Council of

including

the

3.4. Youth participation in European democratic life

European

ly follow up on demands for legislation that

the EU might adopt, on proposal from the

can be perceived as unrepresentative. Such

Commission, an extensive programme of

comments seem to ignore the fact that the European Commission is taking the vast 5. Art. 11 para. 4 TEU states: “Not less than one million citizens who are nationals of a significant number of Member States may take the initiative of inviting   the European Commission, within the framework of its powers, to submit any appropriate proposal on matters where citizens consider that a legal act of the   Union is required for the purpose of implementing the Treaties.”

6. Art. 225 TFEU states: “The European Parliament may, acting by a majority of its component Members, request the Commission to submit any appropriate   proposal on matters on which it considers that a Union act is required for the purpose of implementing the Treaties. If the Commission does not submit a   proposal, it shall inform the European Parliament of the reasons”. 7. Art. 165, para. 2 TFEU provides, inter alia, that: “Union action shall be aimed at: ... - encouraging the development of youth exchanges and of exchanges of   socio-educational instructors, and encouraging the participation of young people in democratic life in Europe, “. Para. 4 of the same article states: “In order   to contribute to the achievement of the objectives referred to in this Article: the European Parliament and the Council, acting in accordance with the ordinary   legislative procedure,…,shall adopt incentive measures, excluding any harmonisation of the laws and regulations of the Member States.”

12

13

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

sonably certain that the Court will apply the

majority of applications submitted to it,


However, the ban specified in para. 4 of

youth participation. While such measures

art. 165 TFEU on legislative acts relating

may both be included in the new “Youth in

to European harmonisation prevents any

Action” programme, which will take over

harmonisation of the age of active voting

the current programme when it expires in

in all Member States, which remains a na-

2013, the new competence of support in-

tional provision. This prohibition does not

troduced by art. 165 TFEU should result in

directly apply to elections of the European

a quality leap compared to the one-off or

Parliament, which falls within a uniform

pilot projects that have been implemented

electoral procedure, adopted by a proposal

so far.

from the Council and agreed upon by the

4. Conclusions

Parliament. Therefore, reducing to 16 the

The provisions of the Treaty of Lisbon con-

In the absence of such initiatives in the near

In terms of content, a major programme

age of active voters would be possible for

tain significant developments, both in the

future, it will be up to youth organisations -

to implement the new art.165, entitled

the elections of the European Parliament,

relations between European institutions

and especially the European Youth Forum -

“Democracy for young people”, could fund,

as already envisaged in the report by Mr.

and youth organisations ( art. 11 TEU) and

to use the new European Citizens Initiative,

for example:

Andrew Duff on the new uniform electoral

for youth participation in Europe (art. 165

introduced by the Treaty of Lisbon, and

procedure.

TFEU). It is now up to these institutions -

gather the signatures needed to invite the

particularly the European Commission, as

European Commission to make a proposal for implementing art. 165 TFEU.

a) measures to facilitate the participation of young Europeans in European, nation-

It is unlikely that the granting of new rights

holder of the right of legislative initiative –

al or even local negotiations, on issues of

to EU citizens, under art. 25, para. 2 TFEU,

to implement these new provisions. So far,

specific interest for youth (which would go

will apply to reducing the age of active vot-

the Commission has given priority to ini-

beyond the pilot projects that have been

ers to 16 in all Member States. However,

tiatives aiming to increase youth mobility

Paolo Ponzano

funded to date);

the cumbersome procedure envisaged for

in Europe, fight against youth unemploy-

(Senior Fellow at the European

the provision - involving the unanimity of

ment, and improve the quality of educa-

University Institute in Florence)

b) the introduction by Member States of

Member States as well as national ratifi-

tion for young students in Member States

civic education courses in high school

cation – makes somewhat random any re-

(under its 2020 strategy endorsed by the

programmes;

course to this provision.

European Council). Its priorities for the upcoming years, however, should be comple-

c) pilot projects at national or local level,

However, it should not be forgotten that

mented by initiatives to encourage youth

aiming at enabling young people between

the second indent of art. 165, para. 4, al-

participation (such as the programme re-

the ages of 16 and 18 to familiarise them-

lows the Council, on a proposal from the

lating to the implementation of the art.

selves with the political problems, enabling

Commission, to adopt recommendations

165, outlined above) and to bring youth or-

them to vote in a more informed manner

to Member States that would ask them to

ganisations closer together.

in national elections (for the age of 16 in

introduce civic education programmes in

Austria and 18 in other Member States).

high school, or even to reduce the age of active voters from 18 to 16. Such recommendations would, however, not be legally binding for Member States.

14

15

4. Conclusions

3. The innovations of the Treaty of Lisbon

financial support measures to encourage


4. Conclusions

4. Conclusions

tion de l’art.165 du TFUE.

notamment à la Commission européenne

péenne à faire les propositions d’applica-

Il revient désormais à ces institutions – et

cessaires pour inviter la Commission euro-

l’Europe (au titre de l’art.165 du TFUE).

Lisbonne et de recueillir les signatures né-

tion des jeunes à la vie démocratique de

tiative citoyenne introduit par le traité de

l’art 11 du TUE) que pour la participa-

Jeunesse – d’utiliser le nouveau droit d’Ini-

les institutions européennes (au titre de

notamment au Forum européen de la

tions représentatives de la jeunesse avec

tions représentatives de la jeunesse – et

aussi bien pour les relations des organisa-

proche avenir, il reviendra aux organisa-

contiennent des avancées significatives

En l’absence de telles initiatives dans un

Les dispositions du traité de Lisbonne

en tant que titulaire du droit d’initiative législative – de mettre en application les

Universitaire Européen de Florence )

ner une priorité aux initiatives visant à ac-

( Senior Fellow auprès de l’Institut

présent, la Commission a continué de don-

Paolo Ponzano

nouvelles dispositions du traité. Jusqu’à

croître la mobilité des jeunes en Europe, à lutter contre le chômage des jeunes, et à améliorer la formation des jeunes étudiants dans les États membres (dans le cadre de sa stratégie 2020 entérinée par le Conseil européen). Son programme d’actions prioritaires pour les prochaines années devrait cependant être complété par des initiatives visant à encourager la participation des jeunes à la vie démocratique (telles que le programme de mise en œuvre de l’art.165 esquissé ci-dessus) et à associer de manière plus étroite les organisations représentatives de la jeunesse. 16


3.4. La participation des jeunes à la vie démocratique de l’Europe Comme indiqué ci-dessus, l’art. 165 du TFUE a introduit une nouvelle compétence d’appui, au sens de l’art. 6 TFUE, permettant à l’Union européenne d’encourager la participation des jeunes à la vie démocratique de l’Europe.7 Cette compétence pourra se traduire par l’adoption de programmes de soutien financier de l’Union et de mesures de coordination des actions des États membres, à l’exclusion d’actes législatifs visant à harmoniser les dispositions nationales (comme précisé par le par. 4 du même article). Par conséquent, le législateur européen pourrait adopter, sur proposition de la Commission, un important programme de soutien financier à des mesures qui permettraient d’encourager la participation des jeunes à la vie démocratique. S’il est vrai que de telles mesures pourraient aussi bien figurer dans un nouveau programme « Jeunesse en Action » qui prendrait le relais du programme actuel expirant en 2013, la nouvelle compétence d’appui introduite par l’art 165 TFUE devrait entraîner un saut de qualité par rapport aux mesures ponctuelles ou pro-

l’âge de l’électorat actif dans les Etats

nancer, à titre d’exemple :

pas d’harmoniser au niveau de l’Union

“Démocratie pour les jeunes”, pourrait fi-

législatifs d’harmonisation ne permettrait

quer le nouvel art.165, ayant pour titre

paragraphe 4 de l’art. 165 TFUE des actes

appli-

gramme

En revanche, l’interdiction stipulée par le

Du point de vue de son contenu, un prod’envergure

visant

à

Il ne faut cependant pas oublier que le deuxième tiret de l’art. 165, par. 4, permettrait au Conseil, sur proposition de la Commission, d’adopter des recommandations aux États membres invitant ces der-

Par conséquent, la réduction à 16 ans de

pilote financés jusqu’à présent);

et avec l’accord du Parlement européen.

jeunesse (en allant plus loin que les projets

par le Conseil de l’Union sur proposition

tions intéressant plus spécifiquement la

procédure électorale uniforme adoptée

national, voire même local, sur des ques-

du Parlement européen qui relèvent d’une

blées délibératives aux niveaux européen,

ne s’applique pas aux élections directes

pation de jeunes Européens à des assem-

civique dans les programmes de l’école

dispositions nationales. Cette interdiction

a) des mesures visant à faciliter la partici-

niers à introduire des cours d’éducation

membres, qui continuera à relever des

secondaire, voire même à réduire l’âge de l’électorat actif de 18 à 16 ans. De telles recommandations n’auraient cependant pas un effet juridiquement contraignant pour les États membres.

l’âge de l’électorat actif pourrait bien être

gé dans le rapport du député Andrew Duff

grammes de l’école secondaire;

Parlement européen, comme déjà envisa-

de cours d’éducation civique dans les pro-

introduite pour les élections directes du

b) l’introduction par les États membres

relatif à la nouvelle procédure électorale c) des projets pilote au niveau national ou

uniforme.

local visant à permettre à des jeunes entre

l’ensemble des États membres. Toutefois,

dans les autres Etats membres).

l’âge de l’électorat actif à 16 ans dans

de 16 ans en Autriche et à celui de 18 ans

également s’appliquer à la réduction de

droit de vote au niveau national (à l’âge

titre de l’art. 25, par. 2 du TFUE, puisse

d’exercer de manière plus informée leur

veaux droits aux citoyens européens, au

blèmes politiques, afin de leur permettre

Il est peu probable que l’octroi de nou-

16 et 18 ans de se familiariser avec les pro-

3. Les innovations du traité de Lisbonne

3. Les innovations du traité de Lisbonne

la lourde procédure prévue par cette dis-

jets pilote mis en œuvre jusqu’à présent.

position – impliquant l’unanimité des États membres ainsi que la ratification nationale – rend le recours éventuel à cette disposition quelque peu aléatoire.

7. L’art. 165, par.2, du TFUE stipule, entre autres, que :” L’action de l’Union vise …..à favoriser le développement des échanges de jeunes et d’animateurs   socio-éducatifs et à encourager la participation des jeunes à la vie démocratique de l’Europe”. Le par.4 du même article stipule que “Pour contribuer à la   réalisation des objectifs visés au présent article, le Parlement européen et le Conseil, statuant conformément à la procédure législative ordinaire,......   adoptent des actions d’encouragement, à l’exclusion de toute harmonisation des dispositions législatives et règlementaires des États membres”.

14

15


que ceux attribués au Parlement européen.

lation aussi peu représentatives. De tels

S’il est difficile de prévoir quelle sera la

forcément suite à des demandes de légis-

tion de la société civile.

cas Grune Punkt, C-385/07P).

des engagements volontaires de consulta-

l’arrêt de la CJE du 16 Juillet 2009 dans le

titutions de l’Union auraient déjà assumé

de l’acte aurait été différent (voir en ce sens

de l’art.11 TUE dans la mesure où les ins-

qu’en l’absence de telle violation le contenu

renforce l’efficacité future des dispositions

le cas où il y aurait une preuve suffisante

d’organisation interne. Cette jurisprudence

par la Cour de l’acte législatif, sauf dans

future jurisprudence de la Cour de Justice dans l’interprétation des dispositions de l’art.11 TUE, on peut être raisonnablement certain que la Cour appliquera le principe général de droit « patere legem quem ipse fecisti » - selon lequel toute autorité est tenue de respecter ses propres règles aussi longtemps qu’elles ne sont pas modifiées ou abrogées - dans le cas où les institutions (et notamment la Commission européenne dans l’application du Livre blanc de 2001) auraient pris des engagements unilatéraux de comportement à l’égard des parties intéressées par un projet législatif. Dans son arrêt WWF UK du 5 mars 1997 (affaire T-105/95) en matière d’accès aux documents, la CJE relève en effet qu’en adoptant sa décision 94/90, la Commission européenne a indiqué aux citoyens qui souhaitaient avoir accès aux documents en sa possession que leurs demandes seraient examinées dans le respect des procédures et conditions établies à cette fin. La décision de la Commission est, par conséquent, un acte en mesure d’attribuer aux tiers certains droits que la Commission a l’obligation de respecter, même si cette décision contient en réalité une série d’obligations que la Commission s’est imposée de manière volontaire en tant que mesures

3.3. Le droit d’Initiative citoyenne prévu par l’art 11, par.4 du TUE5 Le traité de Lisbonne a introduit un nouveau droit au profit des citoyens de l’Union. Un million de citoyens ressortissants d’un nombre significatif d’Etats membres (probablement un tiers des 27 pays) pourront demander à la Commission européenne, titulaire du droit d’initiative législative dans le système institutionnel de l’UE, la présentation d’une proposition de loi européenne. Il s’agit d’un instrument significatif de démocratie directe qui existe au niveau national dans seulement 12 États membres sur 27. Il est vrai que, comme l’ont souligné plusieurs commentateurs, ce nouveau droit octroyé aux citoyens n’est pas un véritable droit d’initiative, mais plutôt un droit de pétition, car la Commission ne sera pas obligée de donner suite à la demande d’un million de citoyens. Cela s’explique par la particularité du système institutionnel de l’Union, où ni le Conseil et encore moins le Parlement européen ne disposent du droit d’initiative législative, celui-ci étant réservé à la Commission européenne. Par

D’autres commentateurs ont souligné l’exiguïté du quorum retenu ( équivalent à 0,2 % de la population de l’Union ), en faisant valoir que la Commission ne donnera pas

commentaires semblent ignorer le fait que la Commission européenne donne suite à la très grande majorité des demandes qui lui sont soumises, y compris à celles de certains groupes d’intérêts (lobbies) qui ne sont pas nécessairement plus représentatives de l’intérêt général européen. Certes, si un million de citoyens devaient demander l’interdiction des minarets en Europe ou l’harmonisation des systèmes d’enseignement, la Commission serait forcée de répondre par la négative, car dans le premier cas l’Union n’a pas de compétence en la matière, et dans le deuxième cas

l’harmonisation

est

expressément

interdite par le traité. En revanche, si un million de citoyens devaient demander à la Commission de proposer un programme d’actions visant à encourager la participation des jeunes à la vie démocratique, tel que visé par le nouvel article 165 du TFUE (voir ci-dessous), on ne voit pas pourquoi la Commission refuserait une telle initia-

tiers des Etats membres afin de stimuler la Commission dans l’application de l’art.165 (voir les exemples ci-dessous). D’ailleurs, si besoin en était, les organisations promotrices de l’initiative citoyenne pourraient demander au Parlement européen de voter une résolution au titre de l’art. 225 TFUE.6 Dans ce cas, en vertu de l’accord inter institutionnel entre le Parlement européen et la Commission, celle-ci disposerait de trois mois pour répondre à la demande du Parlement et devrait motiver un éventuel refus de soumettre une proposition. D’ici la fin de l’année 2010, le législateur européen devrait adopter le règlement qui fixera les conditions permettant de recueillir et de valider les signatures dans les États membres, d’établir la recevabilité des initiatives citoyennes et les éventuelles procédures de recours contre les décisions de la Commission. Le règlement proposé vise les citoyens ayant l’âge de participer aux élections nationales, à savoir 18 ans dans tous les Etats membres sauf l’Autriche.

3. Les innovations du traité de Lisbonne

3. Les innovations du traité de Lisbonne

Même si la Commission n’a pas proposé d’étendre le droit de participer à la collecte des signatures aux jeunes de 16 ans, cette faculté pourrait encore être introduite par le Parlement européen dans les négociations en cours.

tive. Par conséquent, les organisations représentatives de la jeunesse, et notamment le Forum européen de la Jeunesse, ne devraient pas avoir trop de difficultés à recueillir un million de signatures dans un

conséquent, il était politiquement impossible d’accorder aux citoyens plus de droits

13

12

6. L’article 225 du TFUE stipule que : “Le Parlement européen peut, à la majorité des membres qui le composent, demander à la Commission de   soumettre toute proposition appropriée sur les questions qui lui paraissent nécessiter l’élaboration d’un acte de l’Union pour la mise en œuvre des traités.   Si la Commission ne soumet pas de proposition, elle en communique les raisons au Parlement européen.

5. L’article 11, par.4, du TUE stipule que : “Des citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins, ressortissants d’un nombre significatif d’États membres,   peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission européenne, dans le cadre de ses attributions, à soumettre une proposition appropriée sur des questions   pour lesquelles ces citoyens considèrent qu’un acte juridique de l’Union est nécessaire aux fins de l’application des Traités.


partenariat;

à cette question à la lumière des difficul-

a préféré ne conclure aucun accord de

cratie représentative ? On peut répondre

ONG « a voice, not a vote », la Commission

du fondement traditionnel de la démo-

Livre blanc, car elle entendait donner aux

cipe de la démocratie participative à côté

Tout en refusant cette interprétation du

Comment évaluer l’introduction du prin-

tés rencontrées par la Commission euro-

tenariat ni à l’octroi de droits civils aux orga-

ce pour deux raisons principales :

objection à la conclusion d’accords de par-

pas mise en œuvre par la Commission, et

Parlement européen ne devrait plus faire

même cette approche plus limitée ne fut

principes du Livre blanc : d’une part, le

des « accords de partenariat ». Toutefois,

la Commission dans l’application des

ment choisi la formule moins ambitieuse

monter les difficultés rencontrées par

participative. La Commission avait finale-

(art. 11 TUE) devraient permettre de sur-

de dispositions relatives à la démocratie

Les dispositions du traité de Lisbonne

en raison de l’absence dans les traités

jugés discriminatoires.

mières ébauches du Livre blanc) justement

ment par la Commission auraient pu être

(option initialement présente dans les pre-

donné que des critères fixés unilatérale-

de participation » aux décisions de l’Union

propres critères de représentativité, étant

troyer à la société civile des « droits civils

elle-même de s’organiser et de définir ses

la Commission Prodi avait renoncé à oc-

du Livre blanc, il revenait à la société civile

juillet 2001). Il faut rappeler en effet que

sations de la société civile. Selon l’esprit

(Livre blanc de la Commission Prodi de

de représentativité applicables aux organi-

Livre blanc sur la gouvernance européenne

tré des difficultés pour définir des critères

lors de l’élaboration et de l’application du

b) d’autre part, la Commission a rencon-

péenne dans les années 2001 et suivantes

nisations de la société civile et pourrait lui-

logue, des critères de représentativité des

taines organisations de la société civile.

blème de définir, préalablement au dia-

instauré une relation privilégiée avec cer-

LA société civile). Par conséquent, le pro-

pative dès lors que la Commission aurait

avec les associations représentatives DE

entre démocratie représentative et partici-

sentatives ET la société civile (et non pas

exprimé la crainte d’un éventuel conflit

rent et régulier avec les associations repré-

en juin 2002. Le Parlement européen avait

maintiennent un dialogue ouvert, transpa-

tation adoptées par la même Commission

il stipule que les institutions européennes

au-delà des normes minimales de consul-

Organisations Non Gouvernementales car

organisations de la société civile qui iraient

tiel le problème de la représentativité des

des accords de partenariat avec certaines

le par.2 de l’art.11 supprime pour l’essen-

l’idée que la Commission pourrait conclure

dispositions de l’art.11 TUE. D’autre part,

rapport Kaufmann de décembre 2001) à

les institutions européennes sur base des

Parlement européen (voir notamment le

même participer à des accords conclus par

a) d’une part, la réaction négative du

associations ne se pose plus à la lumière de l’art. 11, par.2 du TUE.

pour autant sans effets juridiques – à respecter des normes standard minimales lorsqu’elle procède à la consultation des

3.2. La portée des obligations imposées aux institutions et la jurisprudence de la CJE L’article 11 du TUE n’a pas créé de véritable droit des citoyens et de leurs organisations d’être informés par les institutions de l’Union sur les problèmes d’actualité et d’être consultés sur les problèmes qui les concernent directement. En revanche, les dispositions précitées ont établi un devoir correspondant des institutions européennes qui pourrait faire l’objet de recours de la part de citoyens et/ou de leurs organisations devant la Cour de Justice de l’UE dans les cas où les institutions susvisées ne respectaient pas les devoirs de dialogue et de consultation prévus par l’art.11 TUE.3 Cette remarque générale s’applique notamment à l’instrument de la consultation des parties concernées établie par l’art.11, par.3.4 Cet instrument de connaissance de l’opinion de toute personne ayant un intérêt direct dans la matière qui sera réglementée par la loi européenne figurait déjà dans le Protocole annexé au traité d’Amsterdam, et il a été reconnu par la Commission européenne comme élément essentiel de la gouvernance européenne dans le Livre blanc

parties concernées sur ses projets législatifs. De tels engagements concernent, par exemple, le respect d’une période minimale de huit semaines à partir de la date de la consultation avant de prendre une décision ou l’obligation de fournir une réponse aux organisations consultées sur les résultats de la consultation. Avec le traité de Lisbonne, l’engagement volontaire de la Commission de consulter les parties intéressées par l’initiative législative européenne devient une véritable obligation juridique susceptible d’être invoquée par les citoyens européens devant la Cour de Justice. Il semble évident que la Cour de Justice sanctionnerait une éventuelle absence de consultation de la part de la Commission d’une organisation publique ou privée sur une proposition législative la concernant directement. Toutefois, il reste à vérifier si une absence de consultation de

3. Les innovations du traité de Lisbonne

3. Les innovations du traité de Lisbonne

la part de la Commission (ou le non-respect des critères que la Commission s’est imposée à elle-même, tels que la période minimale de huit semaines) puisse constituer un vice de procédure susceptible d’affecter la légitimité de l’acte adopté par la suite. A défaut de précédents, des doutes subsistent quant au fait qu’une éventuelle violation de l’obligation de consultation ou de ses critères puisse aboutir à l’annulation

de 2011. Sur cette base, la Commission s’est engagée volontairement – mais non 3. L’article 11, par. 1 et 2, du TUE stipule que : “ Les Institutions donnent, par les voies appropriées, aux citoyens et aux associations représentatives la   possibilité de faire connaitre et d’échanger publiquement leurs opinions dans tous les domaines d’action de l’Union. Les Institutions entretiennent un   dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives et la société civile”. 4. L’article 11, par.3, du TUE stipule que “ En vue d’assurer la cohérence et la transparence des actions de l’Union, la Commission européenne procède à de   larges consultations des parties concernées”.

10

11


3. Les innovations du traité de Lisbonne

pé une première jurisprudence à cet égard,

mage des jeunes).

ailleurs, la Cour de Justice a déjà dévelop-

passé, aux mesures de lutte contre le chô-

sures affectant les intérêts des jeunes). Par

péen devant contribuer, comme dans le

sations de jeunesse lorsqu’il s’agira de me-

force contraignante (le Fonds social euro-

dites organisations (y compris des organi-

par des actes autonomes n’ayant pas de

sures juridiques affectant les intérêts des

dations du Conseil aux États membres ou

institutions de l’Union prendront des me-

pour l’essentiel, par la voie de recomman-

tions de la société civile chaque fois que les

nationales, la Commission propose d’agir,

obligations de consultation des organisa-

la Commission relèvent des compétences

contraignantes et non plus volontaires les

part des actions prioritaires recensées par

velles dispositions de l’art. 11 TUE rendent

tage de mobilité. Dans la mesure où la plu-

Jeunesse en particulier. En outre, les nou-

gration sur le marché du travail, et davan-

société civile en général, et avec le Forum

une formation de qualité, une bonne inté-

de partenariat avec les organisations de la

ONG.

d’assurer aux jeunes un enseignement et

définir des critères de représentativité des

tions prioritaires qui devraient permettre

Lisbonne, et d’autre part la difficulté de

elle développe une série de nouvelles ac-

participative dans les traités antérieurs à

« Jeunesse en Mouvement » dans laquelle

de dispositions relatives à la démocratie

en septembre une communication intitulée

raisons principales: d’une part, l’absence

ropéen, la Commission vient de remettre

organisations de la société civile pour deux

2010. Suite aux conclusions du Conseil eu-

d’accords de partenariat en œuvre avec les

entérinée par le Conseil européen de juin

qué ci-dessous, la Commission n’a pas mis

« Stratégie 2020 » de la Commission a été

Commission en juillet 2001. Comme indi-

plication du traité de Lisbonne. L’initiative

gouvernance européenne adoptées par la

de la Commission dans le cadre de l’ap-

selon les orientations du Livre blanc sur la

devrait faire l’objet d’une initiative séparée

entre la Commission et le Forum Jeunesse

pation des jeunes à la vie démocratique qui

la conclusion d’un accord de partenariat

vait pas couvrir le problème de la partici-

péen de la Jeunesse n’a pas donné lieu à

à la croissance, une telle initiative ne pou-

sa relation privilégiée avec le Forum euro-

périeur. S’agissant d’une stratégie relative

des jeunes à la vie démocratique. En outre,

seront d’un diplôme de l’enseignement su-

vergure pour encourager la participation

augmenter le nombre de jeunes qui dispo-

jusqu’à présent pris aucune initiative d’en-

quittent l’école de manière prématurée et à

chômage des jeunes, la Commission n’a

à réduire le pourcentage des jeunes qui

bilité des jeunes et de la lutte contre le

a proposé une initiative spécifique visant

d’actions prioritaires en faveur de la mo-

Stratégie 2020, la Commission Barroso II

En résumé, indépendamment d’une série

Parmi les actions prioritaires de la nouvelle

Le traité de Lisbonne a rendu caduques les raisons invoquées par la Commission dans la mesure où il introduit des dispositions relatives à la démocratie participative (art. 11 TUE) et stipule que les institutions de l’Union maintiennent un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives et la société civile. Par conséquent, la Commission européenne pourrait difficilement se retrancher derrière les difficultés rencontrées précédemment pour ne pas conclure d’accords

avant même l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne (voir ci-dessous les commentaires relatifs à la démocratie participative). 8

3.1. Les nouvelles dispositions sur la démocratie participative ( art.11 TUE) Bien que le fonctionnement de l’Union européenne soit fondé sur la démocratie représentative (voir art.10 TUE), le traité de Lisbonne introduit un nouveau principe de démocratie participative selon lequel il est nécessaire d’associer les citoyens et les organisations de la société civile aux projets et aux processus décisionnels qui les

3. Les innovations du traité de Lisbonne

2. Bref rappel des actions de l’Union européenne en faveur de la jeunesse

concernent. Pour la première fois dans les traités européens, le rôle de la société civile et des associations représentatives est expressément reconnu dans le droit primaire de l’Union, et il ne pourra donc pas être ignoré par les institutions européennes dans l’application du Traité. Ce nouveau principe exigera la mise en œuvre par les institutions européennes de nouveaux instruments de consultation et d’association des citoyens et de leurs organisations dans les procédures d’élaboration et d’adoption des actes juridiques européens qui affecteraient leurs intérêts ou qui garantiraient leurs droits.

9


2. Bref rappel des actions de l’Union européenne en faveur de la jeunesse

ropéenne, mais aussi comme un droit des

cratique, fut adopté par le législateur eu-

un domaine d’action de la coopération eu-

tion des jeunes dans le processus démo-

pation est reconnue non seulement comme

premières actions relatives à la participa-

la solidarité de tous les jeunes. La partici-

« Jeunesse  pour l’Europe », contenant de

la citoyenneté active, l’inclusion sociale et

1996. Un nouveau programme pluriannuel

raux, l’un d’entre eux étant la promotion de

jeunes qui fut adopté par le Conseil en

jeunesse. Elle énonce deux objectifs géné-

de Service Volontaire Européen pour les

ration européenne dans le domaine de la

III), puis proposa un premier programme

lution établit le nouveau cadre de la coopé-

II), et 1995-1999 (Jeunesse pour l’Europe

Novembre de la même année. Cette réso-

I), 1992-1994 (Jeunesse pour l’Europe

l’UE a approuvée dans une résolution en

nées 1988-1991 (Jeunesse pour l’Europe

péenne pour la Jeunesse, que le Conseil de

furent adoptés par le Conseil pour les an-

a présenté une nouvelle stratégie euro-

grammes « Jeunesse pour l’Europe » qui

En 2009, la Commission européenne

développa également une série de pro-

sitaires de suivre une partie de leur cycle

à ce processus que le Forum Jeunesse des

qui devait permettre aux jeunes univer-

d’organisations de la jeunesse. C’est suite

Europe, à savoir le programme ERASMUS

soutien à une plate-forme indépendante

da de Lisbonne et à l’initiative de quatre

concernant la mobilité des étudiants en

tées au sein du BEC2 qui demandèrent le

plus structuré. Dans le cadre de l’Agen-

posa sa première initiative d’envergure

tions internationales de jeunesse représen-

En 1986, la Commission européenne pro-

au sein du CENYC1, et avec les organisa-

Education et Culture (DG EAC).

Conseils nationaux de Jeunesse regroupés

temps, et enfin à la Direction Générale

nesse. Cette initiative fut négociée avec les

Générale de l’Information dans un premier

de représentants d’organisations de jeu-

pour être ensuite transférées à la Direction

composé

tion d’un comité consultatif

tion inscrite au budget communautaire,

la jeunesse aura été de proposer la créa-

Commission ; gestionnaire de la subven-

Communauté européenne à l’égard de

assurées par le Secrétariat Général de la

La première initiative de la Commission/

ERASMUS. La Commission européenne

avec le Forum Jeunesse furent initialement

mit de faire démarrer le programme

tales de jeunesse en Europe. Les relations

ensuite adoptée par le Conseil, qui per-

naux et Organisations non gouvernemen-

xième proposition de la Commission fut

forme continentale des Conseils natio-

budgétaire de plus de la moitié. Une deu-

européen de la Jeunesse), unique plate-

Conseil entendait réduire son enveloppe

vie au European Youth Forum (YFJ - Forum

lement retiré par la Commission car le

1996 avec le CENYC et le BEC pour donner

sité d’origine. Ce programme fut initia-

avec le Forum Jeunesse qui fusionna en

sés à l’étranger reconnus par leur univer-

péenne développa une relation privilégiée

État membre, et de voir les examens pas-

1978. Par la suite, la Commission euro-

d’études dans une université d’un autre

Communautés européennes vit le jour en

ropéen pour les années 2000-2006. En 2001, la Commission présenta un Livre

jeunes à participer à l’élaboration des stratégies les concernant.

blanc pour la jeunesse qui aboutit l’année suivante à une résolution du Conseil fixant les priorités d’action suivantes : participation des jeunes, service volontaire, formation, Conseils de jeunes, et dialogue

Etats membres, le « Pacte européen pour la Jeunesse » fut adopté par le Conseil en 2005. Ce Pacte identifiait comme actions prioritaires l’éducation, l’emploi, l’harmonisation de la vie professionnelle avec la vie privée, etc. En 2007, le législateur européen adopta le nouveau programme « Jeunesse en Action » pour les années 2007-2013. Ce programme regroupe dans un seul instrument les différentes actions en faveur de la jeunesse, et il accorde une attention plus grande à l’éducation sociale et aux mesures relatives à la citoyenneté.

Toutefois, malgré cette reconnaissance de la participation comme un droit, l’Union européenne a jusqu’à présent accordé la priorité aux actions visant à encourager la mobilité des jeunes Européens au sein du territoire européen. Même si le programme « Jeunesse en Action » mentionne la participation des jeunes à la vie démocratique et a prévu de premiers projets pilote à cet égard, cet objectif demeure largement

2. Bref rappel des actions de l’Union européenne en faveur de la jeunesse

2. Bref rappel des actions de l’Union européenne en faveur de la jeunesse

secondaire dans l’action de l’Union européenne car il n’était pas mentionné dans les traités antérieurs à Lisbonne. La deuxième priorité de l’action européenne en faveur des jeunes a été la lutte contre le chômage des jeunes dans le cadre de sa politique sociale, dans la mesure où le chômage des jeunes a fortement augmenté dans la plupart des États membres pour atteindre dans certains pays un niveau deux fois, voire même trois fois supérieur à celui de l’ensemble des chômeurs.

1. CENYC (Conseil européen des Comités nationaux de Jeunesse) 2. BEC (Bureau européen de Coordination des ONG internationales de Jeunesse)

6

7


Table des matières

1. Introduction 2. Bref rappel des actions de l’Union européenne en faveur de la jeunesse 3. Les innovations du traité de Lisbonne 3.1. Les nouvelles dispositions sur la démocratie participative ( art.11 TUE) 3.2. La portée des obligations imposées aux institutions

5 6 9 9 11 12 14 16

1. Introduction

Le traité de Lisbonne introduit une nou-

augmenté considérablement au cours des s’est moins préoccupée du problème de la

une nouvelle compétence de l’Union euro-

deux dernières décennies. En revanche, elle

velle dimension et, dans certaines limites,

tique (à l’exception de quelques actions

la jeunesse, à savoir celle d’encourager la

participation des jeunes à la vie démocra-

péenne (UE) en matière de relations avec participation des jeunes à la vie démocratique de l’Europe. Jusqu’à présent, l’Union européenne a favorisé l’échange de jeunes travailleurs dans le cadre de la libre circulation, elle a encouragé la mobilité des

ponctuelles ou projets pilote dans le cadre des programmes «Jeunesse pour l’Europe» ou «Jeunesse en Action») à défaut notamment d’une base juridique spécifique dans les traités. Le traité de Lisbonne vient de sous). En outre, le même traité introduit

ERASMUS (près de 1.900.000 étudiants

combler cette lacune (voir point 4 ci-des-

étudiants dans le cadre du programme

indirecte, sur les actions futures en faveur

des jeunes dans le cadre de sa politique so-

présentatives de la jeunesse et, de manière

a adopté des mesures contre le chômage

tutions de l’Union avec les organisations re-

l’Europe » ou « Jeunesse en Action », elle

avoir un impact sur les relations des insti-

programmes tels que « Jeunesse pour

démocratie participative qui pourraient

faveur des jeunes au moyen de plusieurs

pour la première fois des mécanismes de

concernés), elle a développé des actions en

1. Introduction

   et la jurisprudence de la CJE 3.3. Le droit d’Initiative citoyenne prévu par l’art 11, par.4 du TUE 3.4. La participation des jeunes à la vie démocratique de l’Europe 4. Conclusions

de la jeunesse (voir point 3 ci-dessous).

ciale, elle a encouragé les États membres à lutter contre l’échec scolaire dans le cadre de sa politique en matière d’éducation, etc. S’il fallait résumer de manière succincte l’action de l’Union européenne à l’égard des jeunes, on pourrait conclure que celleci a donné une priorité aux actions visant à faciliter la mobilité des jeunes en Europe et à lutter contre le chômage des jeunes qui a

5


Équipe de rédaction

Préface

Prof. Paolo Ponzano – Auteur Giuseppe Porcaro – Rédacteur en Chef John Lisney – Traducteur Anne Debrabandere – Réviseuse Antoine Mertzeisen – Réviseur Laurent Doucet – Graphisme

En parallèle des travaux de préparation lan-

Belgium – Belgique

nière constructive à ce processus.

1000, Bruxelles

Jeunesse a suivi de près et a contribué de ma-

120, rue Joseph II

2009. En 1983/84, il a été responsable

Décembre 2009. Le Forum Européen de la

European Youth Forum

Commisssion européenne entre 1971 et

té de Lisbonne est enfin entré en vigueur en

Paolo Ponzano a été fonctionnaire de la

Après un long processus d’adoption, le trai-

des relations avec les partenaires sociaux et le Forum Jeunesse. Il a été successivement Directeur des relations avec le Conseil des

était de rassembler les recommandations des

le Fonds Européen pour la Jeunesse du Conseil de l’Europe

de la Jeunesse a été organisée. Son objectif

la Commission européenne

auprès du COREPER, puis Directeur pour les

de l’Europe, une Convention Européenne

avec le soutien de :

Ministres et représentant de la Commission

cés en 2002 par la Convention sur le futur

ISSN  : 2032–9938

affaires institutionnelles et la ‘better regulation’. Membre suppléant de la Convention

au sein de l’Union européenne et a donné des

l’Union Européenne et la jeunesse, en encou-

de décision et les questions institutionnelles

nouvelle dimension dans les relations entre

Il a écrit environ 35 articles sur le processus

rect de ces recommendations. Il introduit une

et Senior Fellow auprès de l’IUE de Florence.

165 du traité de Lisbonne est un héritage di-

est Conseiller spécial du VP Maros Sefcovic

vue de les inclure dans le texte final. L’article

européenne en 2002/03. Actuellement, il

jeunes et des organisations de jeunesse en

Universités.

vie démocratique en Europe.

cours et conférences dans de nombreuses

rageant la participation de cette dernière à la Afin de faire un usage optimal de cette nouvelle compétence, le Forum Européen de la 2010 European Youth Forum

Jeunesse a demandé au Professeur Paolo Ponzano d’étudier les nouvelles opportunités introduites par le traité concernant la politique de jeunesse de l’UE.

3


fr /

L’Impact des nouvelles dispositions du traitE de lisbonne sur la jeunesse

Profile for European Youth Forum

The Impact of the New Provisions of the Treaty of Lisbon on Youth  

The Impact of the New Provisions of the Treaty of Lisbon on Youth

The Impact of the New Provisions of the Treaty of Lisbon on Youth  

The Impact of the New Provisions of the Treaty of Lisbon on Youth

Profile for yomag
Advertisement