Issuu on Google+


Sommaire Th éâ tr e La vie va où ? Le Recours au Forêts Sous les Visages Ode maritime Même si c’est faux, c’est vrai

4 6 8 10 12

M us iq ue Le Pont Sonore Belju Barry Adamson Daniel Melingo Chralotte etc. & Babx

e 14 16 18 20

Da ns e Zeitung Comète Comix Solo #2 Fréquences

22 24 26

Hu m ou r La Ferme des Concombres Elles Cocorico

28 30 32

Et au ss i Ateliers Renseignements pratiques Tarifs Buletins d’abonnement Faites votre programme L’équipe

34 38 40 42 44 46


Sam. 5 Sep. 20h30 Entrée Libre à la Maison du Peuple

La Vie va où ? De Michèle Guigon

De et par : Michèle Guigon - Coécriture : Susy Firth - Mise en scène : Susy Firth - Collaboration artistique : Anne Artigau - Chansons, musiques : Michèle Guigon - Lumières : Marie Vincent - Plateau : Bruno Arnould


TH é â TRE

M

ichèle Guigon mène sa vie comme une (en) quête. L’air de rien, ou d’un accordéon, par petites touches pleines de lucidité et de poésie, elle s’interroge, seule en scène, et ses questions nous emmènent dans un voyage drôle et bouleversant. Avec cette nouvelle escale, elle déploie des trésors de délicatesse, de subtilité, de drôlerie. Comme au sommet d’un art qu’elle peaufine depuis des années, elle saisit ces brins de vie à pleines dents, tire l’extraordinaire de l’ordinaire, met du soleil dans ses interrogations, ses indignations, ses émotions. Et elle nous fait passer du rire aux larmes. Elle ne cesse de mêler les mots et les notes, le mouvement et la parole, l’image et le son pour des spectacles inclassables et hors des sentiers battus lesquels, par leur souriante réflexion, touchent à l’universel. Une grande part de la vie s’agit de la mort ; c’est inévitable. La prestation de Michelle Guigon vole bien au-delà de toutes les « façons de parler » de la fin de nous tous. Elle parle de nous, condamnés à vivre… et à pleurer… et à mourir aussi, en attendant mieux.


Jeu. 28 Jan. 19h30 Ven. 29 Jan. 20h30 à la Maison du Peuple

Le Recours aux Fôrets De Jean Lambert-Wild

Un spectacle de : Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Michel Onfray, Carolyn Carlson, François Royet - Voix : Fargass Assandé, Stéphane Pelliccia, Elsa Hourcade, Laure Wolf - Danseur : Juha-Pekka Marsalo - Direction : Jean Lambert-wild - Musique : Jean-Luc Therminarias - Texte : Michel Onfray Chorégraphie : Carolyn Carlson - Images : François Royet - Pictoglyphe : Mark Alsterlind - Mnémographe : Aurélia Marin - Lumières : Renaud Lagier - Conception scénique : Jean Lambert-wild, Thierry Varenne - Costumes : Françoise Luro Direction technique : Claire Seguin - Son : Christophe Farion - Programmation: Léopold Frey - Régie vidéo : Quentin Descourtis, Julien Delmotte - Storyboard : Patrick Demière - Constructeurs : Patrick Le Mercier, Bruno Banchereau, Patrick Demière, Gérard Lenoir, Hubert Rufin, Serge Tarral - Réalisation des costumes : Antoinette Magny


Th éâtre

A

uteur, metteur en scène et directeur de la Comédie de Caen, Jean Lambert-wild poursuit sa démarche convoquant des artistes de différentes disciplines pour constituer sa nouvelle création, composée cette fois d’un poète, d’un philosophe de renom, d’une chorégraphe mondialement reconnue, d’un compositeur associé et d’un cinéaste. Démocrite fut dans la Grèce antique un philosophe matérialiste fêté qui parcourut le monde. Lors de son périple jusqu’en Inde, il a constaté la vilenie des hommes, à la suite de quoi il fit construire une petite cabane au fond de son jardin pour y finir en sage le restant de ses jours. Je nomme tentation de Démocrite et recours aux forêts, ce mouvement de repli sur son âme dans un monde détestable. Le repli sur son âme consiste à retrouver le sens de la terre, autrement dit se réconcilier avec l’essentiel : le mouvement des astres, la logique de la course des planètes, la coïncidence avec les éléments, le rythme des saisons qui apprennent à bien mourir, l’inscription de son destin dans la nécessité de la nature.


Mer. 21 avr. 20h30 Jeu. 22 avr. 19h30 Ven. 23 Avr. 20h30 Au Granit

Sous les Visages De la Compagnie des Cambrioleurs Mise en scène : Julie Bérès - Scenario, dramaturgie, textes  : Julie Bérès, Elsa Dourdet, Nicolas Richard, David Wahl - Créé et interprété par : Olivier Coyette, Virginie Frémaux, Lucas Manganelli, Gilles Ostrowsky, Julie Pilod, Guillaume Rannou, Delphine Simon - Scénographie : Goury - Création sonore : David Segalen - Composition musicale : Frédéric Gastard - Création lumières : Jean Marc Ségalen - Création vidéo : Christian Archambeau - Costumes : Aurore Thibout - Perruques : Catherine St Sever - Regard sur le corps : Lucas Manganelli - Plasticienne : Juliette Barbier - Construction du décor : Stéphane Lemarié et l’équipe du Quartz - Direction technique : Nicolas Minssen - Régie générale : Didier Le Barrazer - Régie son : Roland Auffret - Régie lumières : Jean Marc Ségalen - Régie vidéo : Loic Lecadre - Régie plateau : Stéphane Lemarié - Production : Compagnie Les Cambrioleurs


TH é â TRE

S

ous les visages est une invitation dans l’espace mental d’une femme, fragilisée par la précarité, qui pour fuir sa propre réalité se laisse absorber par un monde virtuel : les médias. Cette femme va fantasmer l’intimité des personnes qu’elle voit à la télévision, s’imaginant parfois être des leurs, s’identifiant à certains d’entres eux. Elle se réinvente ainsi une identité. Sous la forme d’un certain surréalisme, pouvant aller jusqu’au burlesque, Sous les visages met en jeu quelques-uns des dérèglements psychiques et comportementaux que secrète une société contemporaine où le culte de la performance prolifère sur le dos d’une précarité grandissante, et qui invente de nouvelles formes d’addiction pour refouler l’angoisse de la mort.


Mar. 27 avr. 19h30 Mer. 28 avr. 20h30 Jeu 29 Avr. 19h30 Centre Chorégraphique National de FrancheComté à Belfort

Ode maritime De Claude Régy

C

omme dans un conte, l’oeuvre de Pessoa a dormi dans un coffre où s’entassaient les feuillets qu’il écrivait chaque jour. Toute reconnaissance lui ayant été refusée tant qu’il vivait, la découverte d’un des plus grands poètes des temps d’aujourd’hui s’est faite par le classement et l’organisation de ces pages. Cet homme occupé dans des bureaux d’export-import à traduire des lettres commerciales ne trouvait de réalité qu’aux seuls produits de son imagination. C’est là, en imagination, qu’il a vécu. « Ma relation avec un texte, si je puis dire, est une relation d’homme à

Texte : Fernando Pessoa - Texte français : Dominique Touati - Mise en scène : Claude Régy - Scénographie : Sallahdyn Khatir - Lumière : Rémi Godfroy, Sallahdyn Khatir, Claude Régy - Son : Philippe Cachia - Avec : Jean-Quentin Châtelain - Assistant mise en scène : Alexandre Barry - Dramaturgie : Sébastien Derrey - Fabrication du costume : Julienne Paul


Th éâtre homme. Et j’essaie de faire que le spectacle reste une relation de cet ordre entre l’écrivain et le public. Je cherche au maximum à mettre le spectateur en relation avec l’écriture, à lui proposer un rôle actif, où il ne s’agit pas de voir passivement, mais de créer en même temps, à partir de ce qui est proposé. Le théâtre est un lieu où des hommes vivants parlent à des hommes vivants. Ça devient extrêmement rare. Il faudrait toujours que le public se sente en état de création. J’ai renoncé à ce qu’on appelle la décoration, le décor. Je fais un dispositif scénique qui vise surtout à mettre le public le plus en relation possible avec l’écriture à travers l’acteur. C’est un système de rapprochement et de grossissement. La lumière a l’intérêt d’être un élément immatériel, donc spirituel, donc d’une certaine manière religieux, bien que n’appartenant à aucune religion ! Je pense que la lumière est l’élément essentiel pour travailler sur ces choses mobiles de l’inconscient qui sont déposés dans l’oeuvre et qui se mettent à transparaître, à circuler à travers l’écriture. Dans mon travail, il reste donc essentiellement le texte, l’acteur et la lumière. Ce qui m’intéresse chez Jean-Quentin Châtelain, c’est qu’il a vraiment la faculté physique et mentale de dépasser les frontières et d’aller à l’infini, au-delà de toute limite. »


Mar. 11 mai Mer. 12 Mai

21h 21h

au Palot à Montbéliard

Même si c’est faux, c’est vrai De Thierry Collet

Conçu et interprété par : Thierry Collet - Avec des extraits de : Crise d’Asthme d’Etgar Keret et Le Réel, traité de l’Idiotie de Clément Rosset - Collaboration à la dramaturgie et à la mise en scène : Michel Cerda - Effets magiques : Thierry Collet Lumière : T’Oto - Son : Thierry Balasse - Scénographie et collaboration au costume : Pascale Hanrot - Régie générale et construction : Patrick Muzard - Régie son : Bernard Lévéjac ou Fany Schweitzer -


Th éât re

Q

u’est-ce que la réalité et sommes-nous libres de la percevoir ? Même si c’est faux, c’est vrai est un spectacle interactif, jubilatoire et inquiétant, confrontant théâtre et magie, textes littéraires et paroles personnelles, virtuosité du geste et manipulation mentale. Questionnant constamment les processus de perception et d’appréciation du réel, la magie est le code central du spectacle de Thierry Collet. Mais le magicien se fait aussi acteur et au fil d’anecdotes qui interrogent son rapport à la magie, de textes littéraires qui traitent de la fragilité et du doute lié à la perception, la frontière entre fiction et réalité devient floue et ce sont nos pensées, nos croyances, notre jugement qui se trouvent questionnés : suis-je fou si je vois rouge un objet que tous les autres spectateurs voient blanc ? Mes perceptions sont-elles manipulables ? Un son peut-il éteindre une bougie ? Qu’est-ce qui est faux, qu’est-ce qui est vrai ?


Du 27 Aout Au 12 Septembre Entrée libre Au Granit

Le Pont Sonore Belju Installation Sonore

D

es voisines... Le Territoire de Belfort et le Canton du Jura sont deux entités politiques qui partagent une portion de frontière commune, la frontière franco-suisse. Elles sont voisines, c’est arbitraire. Tenez, vous prenez le Doubs... si tous les matins, vraiment, des centaines de jeunes filles, ayant chaussé leur Ipod, accouraient des alentours sur le sentier des contrebandiers, à l’envers de Réclère, guidées par une voix qui leur ordonnerait d’y venir sacrifier leur joujou, leur pet, leur fétiche, que se diraient-elles ? Et qu’en dira-t-on ailleurs ? De là-haut, de la tour, ou dans les réseaux ? Quelle scène dans quel panorama ! Mais c’est quoi, aujourd’hui, ce voisinage frontalier au


Mu si que bord de l’Europe ? Quels refrains, quels actes, quelle communauté ? Bienveillantes, les voisines ? Surveillantes ? Sur le seuil, au bout du fil, les voisines palabrent. Si elles s’écoutaient ? Du 27 août au 12 septembre, le Granit accueille les paysages sonores Pont Belju dans son escalier extérieur (côté Savoureuse), dont l’accès est rendu public pour l’occasion. L’équipe franco-suisse du Belju y installera ses trouvailles sonores, enregistrements issus d’une dérive exploratoire menée durant tout l’été sur et aux bords de l’aire géographique comprenant le Canton du Jura et le Territoire de Belfort. Assigné aux catégories identités-mémoires-territoires, le Granit deviendra la quatrième Bouche du Pont Sonore Belju, dernière à s’allumer après l’espace d’art contemporain Les Halles à Porrentruy (le 15 août), le Pont RDU à Delémont (le 16 août) et l’Espace Gantner à Bourogne (le 20 août). Durant toute la durée du Pont Sonore Belju (15 août au 12 septembre), les internautes peuvent accéder à l’archive et soumettre leurs propres enregistrements via le site www.belju.info


Ven. 27 Nov. 20h30 Au Granit

Barry Adamson Jazz - Rock - Soul

C

e concert est un événement. C’est la seule date en France de cet artiste anglais inclassable, qui jongle avec maestria entre tous les styles musicaux, du rock au jazz, en passant par le blues, la soul, le funk. Barry Adamson a grandi à Manchester. Dans les années 80, il fonde avec Nick Cave le célèbre groupe « The Bad Seeds » puis sort un premier album solo, « The Man with the Golden Arm » en référence au thème de James Bond composé par son compatriote John Barry. Presque naturellement, Barry Adamson com-


Mu si que posera pour le chef d’oeuvre cinématographique de David Lynch, « Lost Highway », ou pour Oliver Stone dans « Natural Born Killers ». Auteur, compositeur, interprète, producteur, Barry Adamson livre des musiques hétéroclites qui brillent par la qualité de leurs arrangements presque extravagants. L’artiste, à la voix soul d’un Barry White, se balade entre les sons de cuivres, de cordes, de claviers, de beats électroniques, de guitares et dessine de magnifiques ambiances où sa passion pour les musiques de film éclate au grand jour. Son septième et dernier album solo porte le titre mystérieux de « Back To The Cat ». Il y redécouvre et réinterprète entre autres les grandes figures du jazz que sont Duke Ellington ou Miles Davis. Divinement posé ou plus excité, Barry Adamson a une palette musicale rare et ses concerts sont jubilatoires. Avec un groupe composé de dix musiciens dont un ensemble de cuivres, Barry Adamson fera vibrer le théâtre de sa présence exceptionnelle.


Ven. 26 Fév. 20h30 Au Granit

Daniel Melingo Tango

Q

ue donne un rockeur reconverti au tango à 50 ans ? Daniel Melingo, cheveux poivres et sel qui balance son corps dans tous les sens. Car l’art du tango est un défi à l’équilibre. Daniel Melingo se réapproprie le « tango-canción » en convoquant les poètes de Buenos Aires, celle des bas-fonds aux gueules cassées, dans l’argot des canailles et des parias. Avec lui,


Mu si que c’est la musique des poètes maudits qui renaît et qu’il appelle « le tango de la cruauté ». Daniel Melingo puise dans les racines du genre, de Gardel à Riveri, en passant par Piazzola, sans délaisser ses influences rock, de Nick Cave à Tom Waits. Sur scène, il adopte une attitude déjantée, faussement cabotine, prenant à partie le public. Costume et feutre noir, foulard coloré, il conjugue la sensualité de cette musique aux véhémences du rock. Il ne faut pas seulement écouter Melingo. Il faut le voir pour arpenter avec lui les ruelles sombres argentines. Mots de poètes sobrement mis en relief, ici au bandonéon, là au violon, ailleurs à la contrebasse ou à la clarinette. Le tout avec une sorte de patine rétro rehaussée par une véhémence très actuelle.


Ven. 12 Mar. 20h30 Au Granit

Charlotte etc. & Babx Chansons

I

l est temps de jeter à la volée les mots violents / Sans se préoccuper du procès que l’on nous fait. C’est par cette gifle que débute le nouvel album de Charlotte etc., duo de jeunes artistes impressionnants de force, de maîtrise et de lucidité. Car Charlotte, auteur et interprète, n’est pas seule. Yann Féry, guitariste, l’accompagne dans ses envolées musicales. Cet univers est né de la rencontre entre deux sensibilités, la dualité du « masculin / féminin ». Ce n’est pas de la chanson à proprement parler, mais une musique rock atmosphérique à l’implacable liberté artistique, portée par des mots directs, sulfureux, plein de désir et d’impatience. On y trouve de multiples influences comme The Beatles, Radiohead, PJ Harvey, The Cure,


Mu si que mais aussi Edith Piaf, Alain Bashung, Noir Désir. Certaines de ces influences iront même jusqu’à de vraies collaborations notamment avec Jean Fauque, parolier de Bashung. Il faut découvrir Charlotte et ses textes, d’une poésie brute, sans fard, à l’émotion quasi onirique. Babx se traduit par « Bab » alias David Babin ; le « x » pour ses complices. Ce jeune artiste n’a pas trente ans et vient de sortir un deuxième album magnifique, perle rare d’une production intense. Babx a ses maîtres, de Tom Waits à Léo Ferré, en passant par Alain Bashung. Et cela s’entend, cela se ressent, tant il est à la fois bouleversant et percutant. Il interprète ses propres compositions ambitieuses, empreintes d’une poésie du réel. Etats limites, visions hantées, transes orageuses, les mots de Babx explosent comme des grenades dégoupillées. Quant à sa musique, elle swingue, sans s’enfermer dans un genre, à la fois organique, tendue ou sensuelle, abandonnée. Elle donne envie de danser, dans une sorte de cabaret un peu crasseux ou un dancing chic et désuet. Puisque le monde tangue, mieux vaut danser avec lui.


Ven. 23 Oct. 20h30 à la maison du peuple

Zeitung De Anne Teresa De Keersmaeker

Concept : Anne Teresa De Keersmaeker et Alain Franco - Chorégraphie : Anne Teresa De Keersmaeker - Dansé par et créé avec : Bostjan Antoncic, Tale Dolven, Fumiyo Ikeda, Cynthia Loemij, Mark Lorimer, Moya Michael, Elizaveta Penkóva, Igor Shyshko, Sandy Williams - Vocabulaire de danse en collaboration avec David Hernandez - Décors et éclairages : Jan Joris Lamers - Costumes : Anne Catherine Kunz - Son : Alexandre Fostier - Directeur des répétitions : Muriel Hérault Assistante à la direction artistique : Anne Van Aerschot - Assistants Décor et Lumières : Jan Herinckx, Simo Reynders, Kristof Vandijck, Jan Dekeyser, Joris Erven, Herman Sorgeloos - Assistantes Costumes : Maria Eva Rodriguez, Valerie Dewaele, Emma Zune


Dan s e

D

ans Zeitung, la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, le pianiste Alain Franco et les danseurs de la célèbre compagnie Rosas réussissent la délicate conjonction de la musique et de la danse, de la chorégraphie et de l’improvisation, du romantisme et du désenchantement. Bach, Schönberg et Webern y incarnent une perspective historique où se croisent les principes de la géométrie et de l’improvisation chorégraphique de Rosas. Dans l’harmonie ou le décalage, l’unisson ou le contrepoint. La danse et la musique se retrouvent, non pas à partir d’une ressemblance ou d’un parallélisme, mais au croisement de l’une avec l’autre. « Dans ce spectacle, j’ai voulu revenir à l’essence, à la simplicité du corps dans la danse : le corps comme deux spirales s’enroulant autour d’un axe central vertical. Le corps comme énergie matérialisée, comme manifestation de principes universels. J’ai toujours puisé beaucoup d’inspiration dans la géométrie, par exemple, dans l’abstraction absolue de certaines lois, qui feront contraste avec la présence physique bien concrète des neuf danseurs, chacun ayant leur corporalité propre. »


Mar. 8 Déc. 20h30 Au Granit

Comète Comix De Emilio Calcagno

Chorégraphie : Emilio Calcagno - Assistante à la création : Lydia Carillo  Illustratrice : Marie Caillou - Scénographie : Emilio Calcagno, Tommy Trzaskus, Marie Caillou - Danseurs : Benjamin Forgues, Gaël Rougegrez, Nicolas Sannier - Costumes : Emilio Calcagno, assisté de Sylvie Baudier - Création lumière : Daniel Lévy - Création musicale et jeu : Bertrand Belin


Dans e

L

’équilibre du monde est perturbé, l’étoile qui veillait sur la galaxie s’est éteinte. Pour rétablir l’harmonie, trois mages dotés de super pouvoirs décident de partir à la conquête d’une nouvelle étoile, la dernière du cosmos. Celle-ci est mystérieuse, elle se déplace et brille quand bon lui semble et sa force de gravité provoque de gigantesques tempêtes cosmiques. Le voyage aux allures de chasse au trésor se révèle plein d’embûches. Les trois mages luttent contre les éléments déchaînés de l’espace et se disputent l’étoile en se livrant de violents combats. Le gagnant réussira-t-il à mettre fin au chaos en domptant l’étoile mystérieuse ? La musique de Bertrand Belin et les dessins de Marie Caillou entretiennent tout au long de la pièce le climat cinématographique d’un futur «rétro», tenant autant de Kraftwerk que de Métropolis : une époque d’avant les désillusions, où l’on rêvait encore de faire du beau avec des machines... Aujourd’hui que nous sommes assaillis par les contingences de toutes sortes, j’avais envie d’évoquer cette apparente légèreté du super-héros, avec sa double identité et sa propre agonie, face à un monde ou même les superpouvoirs ne suffisent plus.


Mar. 23 Fév. 19h Mar. 23 Fév. 21h30 Mer. 24 Fév. 20H30 Centre Chorégraphique National de FrancheComté à Belfort

Solo # 2 Fréquences De Brice Leroux

Chorégraphie et concept : Brice Leroux - Danse : Brice Leroux ou Krassen Krastev - Assistant artistique : Krassen Krastev - Musique : poème symphonique pour 100 métronomes door György Ligeti - Concept scénographie, lumière, costumes : Brice Leroux - Réalisation costumes : Eugénie Poste - Assistantes costumière : Caroline Côté, Bertille Gibourdel, Clémence Canel - Réalisation technique scénographie : Vincent Malstaf, Philippe Baste - Technique : Antonin Chaumet - Nous remercions Jan Maertens pour ses conseils techniques.


Dan s e

D

ans le monde de la danse conceptuelle, Brice Leroux occupe une place à part. A dix-neuf ans, ce jeune danseur et chorégraphe français a rejoint Rosas, la compagnie d’Anne Teresa De Keersmaeker. En 1999, il crée son premier solo, Continuum, nom qu’il donnera ensuite à sa propre compagnie. Son langage des mouvements minimaliste se caractérise par sa virtuosité et sa précision mathématique. En 2002, il a réalisé Gravitations-quatuor, dans lequel quatre danseurs suivent inlassablement, comme dans un rituel obsessionnel, des pistes lumineuses circulaires dans la pénombre. Gravitations-quatuor est une exploration hypnotisante de la perception et de l’espace, une expérience spirituelle où les motifs circulaires et les formes elliptiques font allusion au cosmos. Brice Leroux nous propose ici sa toute dernière création, solo sans aucun déplacement dans l’espace, qui invite le regard du spectateur à percevoir les forces en jeu au sein d’un corps pris dans un mouvement perpétuel en trois dimensions. Une véritable aventure sensorielle.


Ven. 16 Oct. 20h30 Au Granit

Le Ferme des Concombres De Patrick Robine et Jean-Michel Ribes

«

En 76, la sécheresse faisait des ravages dans notre pays, les vents d’Afrique remontaient jusque dans les hangars à tabac, il faisait une chaleur épouvantable… J’étais avec ma famille, on rentrait de Woodstock à pied, on a mis sept ans à rentrer, mes parents s’arrêtaient partout ils parlaient avec tout le monde. À l’époque on trouvait du boulot partout, certains en refusaient, ils s’étaient réfugiés en plein désert, dans un pays pas loin des lacs, au soleil, sur une ancienne scierie de pain de sucre qui avait été envahie par la


Hu m our végétation... C’est là-bas que nous allions, cet endroit s’appelait : la ferme des concombres. » C’est une invraisemblable histoire de baba cool errant dans le désert à la fin des années 70, que nous conte, ou plutôt nous chante, nous crie, nous sussurre, nous danse, nous sculpte et mime, seul en scène, Patrick Robine. Le magicien à la bouille ronde, enfantine, extirpe une kyrielle de personnages extravagants. Orchestré par Jean-Michel Ribes, l’exorcisme excentrique – mélange de rituel africain à la française et de numéros de cabaret dans la lignée des Poiret-Serrault – est à la fois enchanteur et salvateur. Patrick Robine est tout à la fois, image et son, et peut très bien physiquement, sous nos yeux, devenir en un instant une forêt de séquoias, une vague océane, une plume, un encrier ou une feuille de papier sur laquelle s’inscrivent des textes fantastiquement drôles ou drôlement fantastiques… Les éclats de rires qu’il nous offre contiennent des trésors d’observation, d’invention de sensations et d’émotion.


Mar. 12 Jan. 20h30 à La Maison du Peuple

Elles De Jean-Jacques Vanier et François Rollin

S

ous une immense draperie rouge et royale, le petit homme entre en scène. La blancheur de sa chemise atteste son innocence. Jean-Jacques Vanier a un oeil d’écureuil battu. Son cerveau d’homme inquiet fourmille de méandres totalement inattendus. Sur le plateau, sa franchise est désarmante : « je me complique inutilement la vie » dit-il. Et comment ! Il s’engage, dans ce nouveau spectacle, l’air de rien et à petits pas, dans une vraie galère. Partant d’une histoire de chaussures à lacets, cet homme délicat se donne un


Hu m our énorme défi : comprendre les femmes. Après L’Envol du Pingouin, présenté au Granit en 2001, et A part ça la vie est belle programmé pour la soirée de rentrée 2005, c’est avec joie que nous accueillons ce spectacle de Jean-Jacques Vanier, suite des deux précédents. Troisième pierre du parcours de comédien-auteurhumoriste de Jean-Jacques Vanier, ce spectacle, écrit avec François Rollin, nous plonge à nouveau dans sa quête philosophique et drolatique d’une improbable clé universelle de l’âme humaine. Tous les fidèles de Vanier savent désormais que l’ardente aspiration de son personnage à la vérité, à l’équilibre, et au bonheur, demeurera vaine longtemps encore, et que longtemps encore ils riront de sa maladresse, de ses échecs à répétition, de sa touchante persévérance, de ses égarements, de ses interminables digressions et de ses poétiques utopies. Car ils savent aussi que ce n’est pas le but qui compte le plus, mais le chemin.


Jeu. 25 Mar. 20h30 Au Granit

Cocorico De Patrice Thibaud

V

irtuose et très drôle, Cocorico est un hommage au métier d’acteur et à sa présence corporelle. Dans la lignée des grands anciens, Keaton, Tati, de Funès ou Chaplin, Cocorico est un petit précis de poésie visuelle. Un enchantement pour tout dire : un spectacle basé sur la virtuosité corporelle de Patrice Thibaud et son sens de l’observation, qui évoque avec humour et poésie nos espoirs et nos défauts, nos habitudes et nos perditions, nos manies et nos tendresses. Patrice Thibaud et Michèle Guigon ont créé ensemble Duo, histoire d’amourire en 1994, mis en scène par Susy Firth au sein de la Compagnie du P’tit Un spectacle de : Patrice Thibaud - Mise en scène : Michèle Guigon, Susy Firth, Patrice Thibaud - Musique : Philippe Leygnac - Lumière : Marie Vincent - Costumes : Isabelle Beaudouin - Avec : Patrice Thibaud, Philippe Leygnac


Hu m our Matin. De là est née leur amitié, solidement cousue par le fil de l’humour et l’envie de continuer, dans une autre aventure, ce travail de création mêlant humour, dérision et gravité. Patrice Thibaud a déjà été accueilli au Granit dans La Cour des Grands de Deschamps et Makeïeff. Ce spectacle, je le fais aussi pour mes enfants, pour les faire rire et éduquer leur regard, pour qu’ils voient le monde avec humour et philosophie, comme ont su, je crois, si bien le faire mes grands-pères avec moi. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu besoin d’exprimer mes sentiments et ma vision du monde sous l’angle de la comédie ; sans doute pour cacher une hypersensibilité, une fragilité et une certaine mélancolie dues à une enfance mouvementée. Faire rire était pour moi vital, une façon de vérifier que j’avais bien ma place ici, une échappatoire aux petits drames de nos vies. Un travail de chaque instant où l’observation du monde m’inspirait mille prétextes de jeux et d’imitation. Par un enchaînement de hasards et de rencontres, j’en ai fait mon métier.


A te li e rs to u t p u b li c Atelier Théâtre Adultes

ne associé

Avec Anne Monfort metteur en scè au Granit

Trois soeurs de Suite au travail effectué sur Les l’atelier adulte Tchekhov et Violences de Gabily, de chercher, poursuit l’aventure, en continuant Continuer es. text d’explorer l’articulation entre les r le faire pou s mai donc à travailler sur le même projet, nit. Gra du avancer en s’adaptant à la grande salle Inscriptions closes. 24 novembre à 20h30 au Présentation publique Mardi e libr ée Granit / Entr

A te lie rs a v e c le s a s s o ci a ti o n s e t co ll e c ti v it é s Atelier Femmes Relais

scène Avec Mohamed Guellati, metteur en Femmes Relais. Il En partenariat avec l’association en 2008 / 2009 s’agit de la poursuite du travail engagé L’apprentissage avec l’association Femmes Relais. d’improvisation, se poursuivra autour d’un travail mais aussi une d’écriture, de choix de textes un plaisir partagé confrontation au plateau et surtout tre. dans ce lieu fédérateur qu’est le théâ


Avec Frédéric Liénard comédien et scène

metteu

kespeare ». Dans « Autour d’Hamlet de William Sha politiquement et cette tragédie, Hamlet échoue sit son entrée réus il , cela sentimentalement. Malgré le comédien par osé prop ail dans l’âge adulte. Le trav atif. Il s’appuiera ira à l’essentiel d’un point de vue narr e dans la pièce, pièc , ime tom sur le passage de la pan qui en résume l’action. 10h à 12h. Deux mercredis par mois, de de l’atelier. Tarif : 90€ fin la à e liqu pub Présentation e et une place pour tiqu pra (comprenant les heures de ents : Sonia Pérez nem seig Ren tu). fera Nos e le spectacl it.com ran reg heat ez@t 03 84 58 67 56 / sper

Atelier Mairie d’Offemont télé », la Mairie Dans le cadre de la « semaine sans pour proposer un d’Offemont et le Granit s’associent nts de 8 à 12 ans atelier de théâtre destiné aux enfa de « La Clé et la fréquentant les centres de loisirs ctif de familiariser Ruche ». Cet atelier aura pour obje les confronter à les enfants à la pratique théâtrale, de faire découvrir un plateau, ou plus simplement de leur ail aura lieu lors le théâtre. Une présentation de trav janvier à la MIEL de la dernière semaine du mois de d’Offemont.

Ate li ers

s Atelier Théâtre Jeunes 9 à 13 an r en


S ta g e s

bulletin d’abonnement, Pour les stages, inscriptions sur le les. Règlement séparé onib dans la limite des places disp ion. cript obligatoire, joint à l’ins

Approche organique du plateau Avec Mohamed Guellati metteur en

scène

d Guellati, metteur En lien avec la résidence de Mohame de papillon (créaen scène, pour sa création Mémoire u, chorégraphe de tion à laquelle collabore Kader Atto du CCN de La Rola compagnie Accrorap et directeur Belfort et le Granit chelle), le CCN de Franche-Comté à amed Guellati, il proposent ce stage. Animé par Moh danse (Hip Hop s’adresse à un public d’amateurs de texte et danse, et autres styles) intéressés par le lien théâtre souhaitant ainsi qu’à un public d’ amateurs de e corporelle et aborder plus précisément la présenc ts par l’artiste. l’improvisation à partir de textes écri à 13h et de 14h à 17h au CCN Dimanche 29 novembre de 10h avenue de l’Espérance. 3 ort, Belf à té Com de Franchees –de 26ans) 45€ (non jeun s, nné Tarifs : 30€ réduit (abo s) abonné ujo - 03 84 58 67 68 jerome. Renseignements : Jérôme Ara Noël Claude - 03 84 58 44 araujo@theatregranit.com ou .org fort -bel cnfc e@c 84 - n.claud


ne Avec Benoît Lambert metteur en scè associé au Granit de Jean-Charles Ce stage a pour sujet l’écriture France, Benoît la are We e tacl Massera. Après le spec . A cette occaLambert crée au Granit We Are L’Europe lire des extraits sion, le metteur en scène propose de 40 ou France CAC et re gloi ur, de l’auteur, comme Amo va et vient entre guide de l’utilisateur. Ce sera un jeu de cices de pratiques le texte et le plateau, avec des exer nouvelle création. liés aux dialogues contenus dans la de 13h à 19h au Granit. Les samedis 7 et 14 novembre jeunes –de 26 ans), 45€ s, nné (abo uit Tarifs : 30€ réd (non abonnés) ujo - 03 84 58 67 68 - jeRenseignements : Jérôme Ara .com anit rome.araujo@theatregr

Mise en scène contemporaine ne Avec Julien Travaillé metteur en scè

de Jean-Charles Ce stage a pour sujet l’écriture France, Benoît la are Massera. Après le spectacle We . A cette occarope L’Eu Lambert crée au Granit We Are des extraits lire de ose sion, le metteur en scène prop ou France 40 CAC et re de l’auteur, comme Amour, gloi t entre vien et va de jeu guide de l’utilisateur. Ce sera un ques prati de s cice exer le texte et le plateau, avec des . tion créa velle nou la s liés aux dialogues contenus dan 10h à 13h et de 14h à 17h. Les samedis 3 et 17 octobre de de 14h à 17h au Granit. bre octo Les dimanches 4 et 18 du Pas de côté, abonnés, Tarifs : 15€ réduit (membres nnés) abo (non 45€ / s) jeunes –de 26an r / 03 84 58 67 63 / fviRenseignements : Fabienne V guie m it.co ran reg heat guier@t

Ate li ers

écritures contemporaines


H o ra ir e s il du Granit est Pour commencer la saison, l’accue 19h, du mardi à 13h de ouvert du mardi au samedi ir du mardi part à bre. 25 août au samedi 5 septem du mardi ert ouv est nit 8 septembre, l’accueil du Gra ctacles spe de s soir les et au samedi de 14h à 18h en continu. du mardi au La Galerie du Granit est ouverte 15h à 19h et de he anc samedi de 14h à 18h, le dim ée libre. entr en nit Gra les soirs de spectacles au

In fo rm a ti o n s concernant les Pour toutes informations les rencontres spectacles, les ateliers, les visites, tacter le service avec les artistes, vous pouvez con des relations avec le public : s avec le public Jérôme Araujo directeur des relation jo@theatregranit. 03 84 58 67 68 / jerome.arau com, éducatif Sonia Pérez responsable du secteur t.com, rani treg 03 84 58 67 56 / sperez@thea teur associatif Fabienne Viguier responsable du sec nit.com. 03 84 58 67 63 / fviguier@theatregra s pédagogiques Pour la Galerie du Granit : dossier d’exposition ées sur demande, visites accompagn et pour les ants sur rendez-vous pour les enseign chée aux atta ck groupes auprès de Charlène Stro cstrock@ / 54 67 relations avec le public 03 84 58 theatregranit.com

Les spectacles commencent à l’heure. Après le lever du rideau, en raison des c sible. Les billets seront échangés. Ils ne pourront pas être remboursés. Certai pourra leur refuser l’accès en salle. Les places sont numérotées jusqu’à l’heure


contraintes artistiques ou techniques, l’accès aux salles peut être rendu imposins spectacles sont déconseillés aux jeunes enfants. Le cas échéant, Le Granit e de la représentation. Après, le placement est libre.

Pr ati qu es

er votre PASS Les abonnements Vous pouvez retir réception Dès r. à l’accueil du Granit ou par courrie bulletin e votr nt du journal de saison, en envoya l’ordre à nt eme d’abonnement et un chèque de règl des ilité onib disp du Granit. Pour vous assurer de la nit Gra du il cue places, vous pouvez contacter l’ac velle modalité Billetterie sans abonnement Nou courriel sur par es plac vos : vous pouvez réserver par téléphone à billetterie@theatregranit.com ou 67. Attention : l’accueil du Granit au 03 84 58 67 plus tard 5 jours le règlement doit nous parvenir au ce délai, votre après votre commande. Au-delà de réservation sera annulée icaux, d’humour Des places pour les spectacles mus site fnac.com. et de danse sont disponibles sur le vez réserver vos Pour nos voisins suisses, vous pou ruy (CCRP), du places au Centre Culturel de Porrent 32 466 92 19. lundi au vendredi de 15h à 18h au

Re ns e ig nem ent s

R é s e rv a ti o n s


T a ri fs Plein tarif - 20€ –26 ans, sur Tarif réduit - 15€ (Jeunes s, étudiants, laire sco : tif présentation d’un justifica s, abonnés ploi d’em Carte Cézam, demandeurs ) illes fam s, structures voisines, retraité ants –de 12 ans, Autre tarif réduit - 7,5€ (Enf allocataires RSA, sur présentation d’un justificatif : Adulte Handicapé) ne public : Pour les spectacles jeu Comète Comix : Nosferatu, Ieto, Hans et Greutel, 7,5€ (Jeunes –26 Plein tarif - 11,5€ Tarif réduit tif : scolaires, ifica just d’un ans, sur présentation eurs d’emplois, étudiants, Carte Cézam, demand aités, familles) abonnés structures voisines, retr –de 12 ans ; Autre tarif réduit - 5,5€ (Enfants allocataires RSA, sur présentation d’un justificatif : Adulte Handicapé) Transport en bus - 5€ culture - avec ce Chèques vacances ou chèques abonnement, mode de règlement, en billetterie, hors vous bénéficiez du tarif réduit.


m. Au-delà de Le Pass 4 spectacles minimu éficier du tarif bén à ez 4 spectacles, vous continu PASS. imum soit 7,5€ Le Pass Jeune –26 ans : 30€ min par spectacle soit 11,5€ par Le Pass Adulte : 46€ minimum spectacle. m. Au-delà de Le Pass+ 10 spectacles minimu ier du tarif éfic 10 spectacles, vous continuez à bén

PASS+. imum soit 5,5€ Le Pass+ Jeune –26 ans : 55€ min parspectacle m soit 6,5€ par Le Pass+ Adulte : 65€ minimu spectacle. enariat avec le BIJ Carte Avantages Jeunes - En part bénéficiez d’une de Belfort. Dans votre PASS, vous r le spectacle de place offerte supplémentaire pou ntages Culturels votre choix. Avec le Chéquier Ava pour le spectacle vous bénéficiez d’une place offerte We Are L’Europe. PASS, une place Carte club étudiant - Dans votre ctacle de votre offerte supplémentaire pour le spe Carte Avantages choix (non cumulable avec la disponibles. Jeunes), dans la limite des places ités d’entreprise Pour les Groupes Pour les com e Viguier ienn Fab ez tact et les associations, con om nit.c egra eatr @th 03 84 58 67 63 fviguier Pérez Pour les scolaires, contactez Sonia ranit.com treg thea rez@ spe / 56 03 84 58 67

T a r i fs

A b o n n e m e n ts


27/08 12/09 Le Pont Sonor Belju

p.14

05/09 La Vie va où ?

p.4

16/10 La Ferme des Concombres

p.28

23/10 Zeitung

p.22

27/11 Barry Adamson

p.16

08/12 Comète Comix

p.24

12/01 Elles

p.30

28-29/01 Le Recours aux forêts

p.6

23-24/02 Solo # 2 Fréquences

p.26

26/02 Daniel Melingo

p.18

12/03 Charlotte etc. & Babx

p.20

25/03 Cocorico

p.32

21-22-23/04 Sous les Visages

P.8

27-28-29/04 Ode Maritime

p.10

11-12/05 Même si c’est vrai, c’est faux p.12

_______ Total Spectacles

Progr amm e

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

Spéctacles

Votr e

Dates

Fa i tes

La saison 2009/2010 en un coup d’oeil


Administratrice - Nathalie Cravé Directrice des Arts Plastiques - Monique Chiron Secrétaire générale - Elise Ruysschaert Graphiste - Stéphanie Renaud Secrétaire de direction - Séverine Cara Secrétaires - Roselyne Buchwalter, Nathalie Laurençot Comptable principale - Ludivine Trincklin Directeur des relations avec le public - Jérôme Araujo Responsable du secteur éducatif - Sonia Pérez Responsable du secteur associatif et comités d’entreprise Fabienne Viguier Responsable de l’accueil - Sylvie Jannière Attachée aux relations avec le public - Charlène Strock Attachée à la diffusion - Christine Weibel Hôtesse d’accueil - Samantha Prudot Directeur technique - Jacques Courtot Régisseur plateau - Boris Husser Régisseur lumières - Catherine Fruchart Régisseur son - Olivier Renaud Gardien - Patrice Cardot Chef d’équipe entretien - Régine Dietrich Agents d’entretien - Michèle Martinet, Nathalie Benaïssa Programmation - Henri Taquet Danse et collaboration à la programmation théâtre - Elise Ruysschaert Musique - Jérôme Araujo Jeune public Sonia - Pérez Projets d’actions culturelles - Fabienne Viguier Directeur de la publication - Henri Taquet Responsable de la publication - Elise Ruysschaert Photographies - Anne Durez Graphisme - Stéphanie Renaud Tirage 35 000 exemplaires - Ne pas jeter sur la voie publique, merci. Dépôt légal troisième trimestre 2009. Numéro de licence : 1-1001663, 2-1001664, 3-1001665

L’ é q u i p e

Directeur - Henri Taquet



granit maquette 2