Issuu on Google+

Ce matin-là, je me réveillai d'un sursaut, en nage, le coeur battant. Un élève m'était apparu en rêve, Timothée, encore lui, celui que j'avais puni la veille pour avoir dérangé le cours à plusieurs reprises: bavardage avec un camarade assis à l'autre bout de la classe, lancement de stylos et d'autres gommes dans tous les sens, déplacement bruyant de chaises et j'en passe. Timothée! Il avait donc décidé de me taper sur les nerfs jusque dans le silence de la nuit. De MA nuit. O mais cela n'aillait pas se passer comme ça!


Timothée ressemble étrangement à Myriam qui n'a pas encore hanté mes nuits mais qui perturbe beaucoup mes journées ! Elle essaie, mais n'arrive pas à se concentrer, bavarde également et trouve toujours une bonne excuse pour se retourner et pour faire un commentaire qui n'a rien à voir avec la leçon...


Mes petits boutchous de 7-8 ans sont aussi très bavards, on va plutôt dire "plein de vie". Ils ne hantent pas mes nuits car ce sont des enfants qui s'intéressent à beaucoup de choses, ils sont très curieux mais ils ont juste du mal à canaliser leur énergie. Ils sont à l'âge où un petit rien les motive à travailler, un projet mis en scène de manière théâtrale et c'est parti…Mais à la fin de la journée on est sur les rotules ! Quelle énergie il faut pour les canaliser !


Mais voilà, ce matin-là, même mes deux boutchous de 7 - 8 ans (eh oui, nous les avons eus coup sur coup, l'allaitement, ça ne fonctionne pas tellement comme contraception) ont semé la pagaille dans ma vie, voulant absolument mettre la chemise bleue pour l'un (c'était Victor) et rouge foncé (Emilien, évidemment) pour l'autre. Or, ni l'une ni l'autre n'était repassée. Il leur fallait aussi (et tout de suite, s'il vous plait!) des chaussettes assorties blanches, alors que cela fait des lustres que ces chaussettes-là se trouvent orphelines, seules dans la vie, dans le panier des chaussettes qui attendent leurs petites soeurs. Pendant que je faisais des acrobaties entre le fer à repasser, le panier à chaussettes et les tartines beurrées des enfants, je songeais à Timothée. Et je me dis que ce que j'étais en train de vivre ne ressemblait peut-être pas tout à fait à ce qu'on pourrait appeler la journée idéale d'un agent de l'éducation nationale, un enseignant épanoui j'entends. Celui-là ou celle-là, me disai-je, devait se réveiller plein d'énergie, la tête remplie de projets et d'enthousiasme, sachant qu'il allait une fois de plus enseigner des choses utiles à de jeunes élèves qui n'avaient qu'une hâte, celle de boire ses paroles et d'en faire bon usage pour leur propre vie. Ah, quel bonheur!


Et bien en matière dénergie, mes élèves en débordent !!! Ils ne sont pas nombreux mais ils ont du mal à rester en place. N'importe quelle excuse est bonne pour circuler dans la classe, aiguiser son crayon, jeter un papier, demander à sortir, se lever pour aller voir le travail d'un camarade !! Difficile de se concenter pour eux !! Heureusement, leurs bons mots mettent de l'ambiance !! Dernier en date autour de leur musculature (très important quand on a 17 ans et qu'on est un garçon !!!) : Madame, au pluriel on dit "des abdos" mais au singulier on dit quoi ? Un abdal ? Ils me font mourrir de rire !! Ils sont épuisants mais tellement attendrissant, cela compense !!


Entre l'énergie dépensée pour faire le clown en classe et tenter de les intéresser à ce que j'aimerais leur transmettre, les 1001 projets à gérer qui découlent de cette volonté: projets etwinning, voyage, projets interdisciplinaires, projets interdegrés..., la course pour faire les photocopies pendant les quelques minutes de "pause", la soirée à organiser avec un repas pour faire baisser le prix du voyage pour les familles, les corrections de tests, d'évaluations, de tâches finales, de DM et l'évaluation par compétences, les réunions diverses et variées... ... j'en ai oublié de réserver un séjour pour les vacances!


La journĂŠe idĂŠale de tout prof, serait de pouvoir s'octroyer des moments de pause, des moments pour recharger les batteries !


Mini-nouvelle Equipe 1