Page 1

TD – Yoann PIERRE - Scénario

Séquence 1 : Découverte du personnage et de son lieu de travail Scène 1 : Une voiture roule sur la route au petit matin Une voiture assez vieille de type Ford Orion roule le long des champs céréaliers dans la plaine. La scène se déroule sur la D127 entre Ribeaucourt et Bure dans la Meuse. Il y a une brume qui s’élève car la scène se déroule le matin de bonheur (environ 7h30). Il n’y a qu’un homme au volant que l’on ne peut qu’apercevoir rapidement sans autre discernement.

Scène 2 : Contrôle d’identité La voiture s’approche d’un poste de sécurité d’un grand bâtiment. Une grande porte métallique barre la route sur laquelle on peut y lire le nom « Andra » et deux gardes se tiennent debout devant celle-ci à proximité de la voiture. Un troisième garde se trouve dans un poste de sécurité. Les gardes sont entièrement équipés avec gilet pare-balles, matraque, pistolet et l'un deux à un chien. Ce dernier sort lorsque la voiture s’approche et se place au niveau de la fenêtre du conducteur. Le gardien s’incline et toc à la vitre. Dans la voiture, l’homme d’une quarantaine d’années portant des lunettes et une chemise à carreaux rouge descend sa vitre en tournant la manivelle. Il a un l’air d’être encore endormi. Il est plutôt mal vêtu comme si il s’était habillé rapidement (un peu sur le cliché de l’informaticien qui ne sort pas de chez lui). En descendant le pare-soleil pour prendre son badge, le visage de l’homme s'illumine tout en esquissant un sourire en regardant la photo d’une petite fille. Il tend alors le badge au gardien en passant son bras par la fenêtre. Il est important qu’à cette étape on puisse bien lire les inscriptions sur la carte notamment son nom « Jérémy Berthet » et le nom de l’entreprise « Laboratoire de recherche souterrain ». Le gardien hoche la tête et l’homme remonte sa vitre. Le plan suivant doit impérativement montrer l’arrière de la voiture et plus particulièrement le macaron avec les inscriptions « Non aux éoliennes, Oui aux déchets nucléaires ! » dessus. La porte s'ouvre et les gardes se mettent de côté pour laisser passer la voiture.

Séquence 2 : Le travail de Jérémy Berthet Scène 1 : Jérémy s'équipe Le concept est de faire une sorte de biographie du travail de Jérémy Berthet commentée par une voix off. Les images de Jérémy doivent illustrer son environnement de travail en même tant que la voix off parle. On aura ainsi, dans un premier temps, le personnage principale qui marche habillé en civil dans un couloir avec une mallette à la main, puis devant un casier entrain de se mettre en tenue. L'ambiance que doit transmettre cette scène est l'activité de l'industrie et du monde professionnel.


texte de la voix off : Jérémy Berthet est ingénieur et passe les 8h de sa journée de travail 500m sous terre par 24 °C. Pour descendre au fond du «trou», comme disent les gens travaillant à cet endroit, l'équipement est de rigueur : bottes en caoutchouc, blouse blanche, gilet fluorescent et casque de chantier. Sans oublier la boîte et le masque à oxygène en cas d'incendie dans le tunnel ainsi que le détecteur de mouvement qui se met à sonner en cas d'immobilité de plus de 20 secondes. L'ascenseur est une véritable cage pour claustrophobes qui met huit longues minutes à descendre. Scène 2 : Préoccupation pendant la descente Dans l'ascenseur entrain de descendre au fond du «trou», Jérémy a le regard figé droit devant lui. Il semble songeur et un peu las de son métier. Derrière lui, deux ouvriers discutent et échangent leur point de vue sur les éoliennes. L' ascenseur est un ascenseur industriel de petite taille avec des grilles de protection en métal. Lorsque les deux ouvriers terminent de parler, l' ascenseur arrive en bas accompagné d'un bruit métallique. Les portes s'ouvrent et Jérémy sort.

Dialogue : «Franchement, tu aimerais toi, avoir une éolienne au fond de ton jardin ? Ça fait tellement de bruit et en plus, ça clignote la nuit…»«Sans compter tout le bazar des fils souterrains pour les relier entre elles.»

Séquence 3 : La dépression de Jérémy Scène 1 : Jérémy est seul On voit Jérémy entrain de travailler. Il est dépourvu d'expression, il a le teint pâle. Il ne sourit plus et est lent dans ce qu'il fait. On le voit monter dans un ascenseur puis fermer un casier. Le plan suivant le montre dans une petite maison au salon : il y a un mobilier modeste. Il fait sombre et froid. Jérémy est assis dans un fauteuil au fond de la pièce. Il est immobile. Face à lui, il y a un téléviseur posé sur une petite table avec en dessous un magnétoscope dont l'heure indique 21h14.

texte de la voix off : Depuis deux mois, Jérémy n'a plu le moral pour travailler avec passion comme il l'a toujours fait ! Il ne fait que se laisser porter par le train-train habituel pour finir assit sur son canapé dans sa petite maison à Biencourt-sur-Orge. La vie lui semble bien morose et plate depuis que sa femme est partie avec Laetitia, leur fille de 9 ans, pour une sombre raison qu'il ne serait même pas s'expliquer à lui même. Scène 2 : Le dénouement, le journal Jérémy est toujours assis au même endroit dans la pénombre dans cette même ambiance froide d'un mois de mars. Le plan est très important ici, car il doit doucement passer de Jérémy sur un morceau de journal datant du 13 janvier 2007 posé sur la table située au centre de la pièce. Le gros titre du journal doit bien être mis en évidence " un couple et leur fille de 9ans périssent sous les décombres pendant l'incendie de leur maison ". Le plan est toujours aussi important car dans le même mouvement de recule, on doit plus qu'apercevoir un amas de cendre et de résidu d'un incendie. Jérémy n'est plus là.


Scénario  

Scénario en écriture multimedia PSM Montbéliard.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you